Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr http://forum.codelyoko.fr// Le forum officiel de CodeLyoko.Fr ! fr Molly@codelyoko.fr Molly@codelyoko.fr http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss 60 Wed, 18 Oct 2017 22:55:41 GMT Wed, 18 Oct 2017 22:55:41 GMT Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr http://forum.codelyoko.fr// RE: [Jeu PC] IFSCL 3.4.2 - Sortie! http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298178#298178 Immu s'est repris sur L'IFSCL ces derniers temps et aujourd'hui on a parlé du bug du mur du 5ème territoire sur son discord. Celui sur lequel on envoie les lg vers le pôle sud depuis la voûte. <br /> P.S.: on est plus actif sur son discord pour en parler. Projets partenaires http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=5040 Mophie Wed, 18 Oct 2017 22:49:25 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298178#298178 RE: [Jeu PC] IFSCL 3.4.2 - Sortie! http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298177#298177 Mdrrr, moi quand je vois le topic de l’IFSCL disparaitre dans la liste des topics recents je commence a faire des AVC et je parle chinois mdr, quand je voit que le topic deviens Innactig je suis obliger d’enoyer un post, j’ai l’impression qu’a chaque fois qu’il disparait, le projet IFSCL s’arrete petit a petit, alors que je sais que IMMU travail dure Projets partenaires http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=5040 quentinqmyc Wed, 18 Oct 2017 18:58:17 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298177#298177 RE: [Jeu PC] IFSCL 3.4.2 - Sortie! http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298176#298176 J'avoue qu'on devrait enfermer Immu dans un monastère, le nourrir au pain et à l'eau, il ne bosse pas assez.... Non je plaisante évidemment xD ! <img src="images/smiles/icon_biggrin.gif" alt="Very Happy" border="0" /> <br /> <br /> Pareil, j'ai vraiment hâte que la version avec William sorte. Bon courage !! Projets partenaires http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=5040 Tity Wed, 18 Oct 2017 13:21:51 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298176#298176 RE: [Fanfic] Bouffon du Roi http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298175#298175 <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"></span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">et désolé Iko pour le silence radio, ça faisait longtemps là o/ </td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> Allons, allons, pas de ça entre nous (a) Je ne doute pas qu'on se captera prochainement! <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">c'est le même Minho tout le long, il est bel et bien unique </td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> Toujours aussi modeste je vois!</div> </div> </div> <br /> <br /> Bon alors, tu constateras que ma confiance en toi est à son paroxysme : je suis allée relire le chapitre précédent pour m'assurer que tu n'avais rien changé dans le passage que tu nous en remettais. A ceux qui auront la même crainte que moi : tout est pareil. XD <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">SYBILLE: (A Michaël) Mais non! </td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> ...Qu'est-ce qu'il vient foutre là lui? <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote"> Jim prend la matraque dissimulée derrière un pot de fleur </td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> Et dire que depuis DES ANNEES, le pôle fiction se moquait de la barre de fer de Shinataan13...voici venue l'Apogée de la Matraque de Minho! <br /> <br /> Bon, un peu plus sérieusement, j'ai pas la masse à dire sur ce passage dans l'avion, à part que Sybille est vraiment une salope et qu'elle ne nous manquera pas beaucoup. Cependant, et je fais ce commentaire au risque de te provoquer une hypertrophie de l'égo, Minho a réussi à combiner un côté Batman (et hop il disparaît dans le noir) et Joker (et hop les mutilations sur un cadavre pour le faire sourire!), ce qui n'est pas donné à tout le monde. <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Jour 51 avant l'Apogée -Un jour plus tôt</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"><div align="center"><img src="https://medialb.ultimedia.com/multi/35ls3/lrmux3-HC.jpg" border="0" alt="https://medialb.ultimedia.com/multi/35ls3/lrmux3-HC.jpg"/></div></div> </div> </div> <br /> <br /> Blagues à part (encore, décidément), j'aime beaucoup la différence de point de vue sur Céleste quand on passe de Seth à Odd xD Jadawin prend un peu des airs de purgatoire, vu le travail que fait Odd pour repenser à son passé. T'as pas été avare en infos, pour une fois! <br /> Résumons les points qui me semblent importants : <br /> -Anoa a porté le chapeau de l'accident des chiottes (&quot;accident&quot;), dont je n'ai pas réussi à déterminer s'il était encore vivant (mais sa présene à Jadawin semble indiquer lourdement le contraire...). J'imagine que la personne que tout ceci devait détruire était Elisabeth, vu qu'il lui téléphone après s'être ouvert la gorge... <br /> -L'incision m'a tout l'air d'un truc hardcore en vrai (même si ça a l'air de faire un peu tout ce qu'on veut x)), mais j'aime bien l'idée selon laquelle Odd serait devenu Odd grâce à ça! Et un bon point pour les cheveux putain, c'était bien trouvé. De même, la réflexion &quot;Trop d'intelligence est un fardeau&quot; est assez rarement vue et de fait, elle a son charme. <br /> Point que j'aimerais contrebalancer : Odd mentionnait très loin au début avoir une mission à l'institut. Pourtant, là, il a l'air bien embrigadé dans le projet de la Chancelière, et on en entend plus parler! <br /> -La façon qu'a Odd de rencontrer ses amies est particulière, c'est rien de le dire... <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">La vérité mon frère </td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> J'ai visualisé Christophe M'Bala avec un bonnet de rasta. <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote"> Putain mais elle est tarée ou quoi cette bonne femme ?! Déjà elle n'est pas du tout dans son lit, elle est derrière moi à me menacer avec cette saloperie de lame depuis tantôt ! </td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> Je ris. Sauf pour l'utilisation de &quot;tantôt&quot; dans ce contexte. :c <br /> <br /> Il était mentionné que Seth &quot;bossait&quot; pour le tyran, mais visiblement il est toujours à son service, vu que Céleste (qui est a priori dans le camp de Seth) est au service du tyran. Et justement, qui retrouvons-nous dans la joie et la bonne humeur? <br /> Oh bah tiens ça alors c'est Lilian... <br /> <span style="font-style: italic">Quelques mois plus tôt...</span> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">alors non je ne sais pas ce que Lilian viendrait foutre dans cette histoire (mais bon les deux timelines sont forcément connectées sinon que feraient-elles dans la même fic <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" />), mais je sais que [&quot;transgénique&quot;] le pointe du doigt. En plus, la description de la femme assise face à Odd laisse sous-entendre qu'elle est pas belle, et on connaît tous le look atypique de Della Robbia, alors....cet entre-deux est-il réservé aux gens moches qui vont se faire gazer? Cohérent avec Lilian mais toujours inexplicable hélas U_u.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> Bon ok j'avais pas cramé que ce serait le tyran en lisant, mais du coup j'aimerais redonner un peu plus de gloire à ma théorie de monde anti-moche qui a été moquée, mais qui n'était pas si conne que ça... :c <br /> <br /> Dressons maintenant un bilan des engagements de la fic! <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"><span style="color: green">• Pas de Stones.</span> (c'est pas passé loin!) <br /> <span style="color: green">• Pas d'oncle pédophile. <br /> • Pas de sale pu... copine blonde pour Odd.</span> (Malicia compte pas...) <br /> <span style="color: green">• Pas de retour dans le passé de fou malade ni même de futur du passé.</span> <br /> <span style="color: red">• Pas de meurtre ni de suicide.</span> (ça fait un moment que c'est mort...) <br /> <span style="color: green">• Pas de journal intime débarquant d'une autre dimension.</span> (à la place on débarque directement dans l'autre dimension...) <br /> <span style="color: red">• Pas de psychothérapeute démoniaque.</span> (Céleste rentre maintenant dans la catégorie, avec les DVD de Jim) <br /> <span style="color: green">• Pas de références au KKK ni même au FN.</span> (Limite limite avec le passage &quot;Va dire ça à Yumi&quot;...) <br /> <span style="color: red">• Pas de prénom bizarre.</span> (Uuups) <br /> <span style="color: green">• Pas d'homosexuel caché. <br /> • Pas de méchant portant le nom d'Ézéchiel ou de XANA. </span> <br /> <span style="color: yellow">• Pas d'enlèvement d'enfants.</span> (A voir si Malicia était mineure) <br /> <span style="color: red">• Pas d'harcèlement psychologique. </span> (vu ce qu'Anoa a pris dans la gueule...) <br /> <span style="color: green">• Pas de Drame prévu. <br /> • Présence d'une chronologie <span style="font-weight: bold">très claire</span>.</span> <br /> <span style="color: red">• Simplification de l'intrigue au maximum. </span> (lol) <br /> Fais gaffe t'as grillé les cinq et potentiellement six en fonction de l'âge de Malicia!</div> </div> </div> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9183 Ikorih Mon, 16 Oct 2017 17:49:52 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298175#298175 RE: [Fanfic] Bouffon du Roi http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298174#298174 <span style="text-decoration: underline">Réponse à *Odd Della Robbia*</span> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"></span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">wow!!!! wow!!! wow!!! <br /> Là l'histoire a viré complétement au macabre (tu devrais mettre le rating &quot;fortement déconseillé aux mineurs&quot;, ce chapitre arrive facilement dans le top des fics les plus gores et dérangeant écrite sur ce site avec cette scène de knifeplay, vampirisme, scato et watersport).</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Et tu sais quoi ? La fic n'est pas finie <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">donc, jim a prit la tangente après les tragédies de kadic, et tente de se remettre avec les fameuses vidéos &quot;comment prendre soin de son bien être en X leçons&quot; (50€ les DVDs), mais il semble que malheureusement pour lui personne n'échappe à sybille et la chancelière (cumulé aux scènes gores, on se croirait dans un épisode de psycho pass).</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> C'est bien résumé... Et pour ce qui est de Sybille, je vous laisse découvrir le fin mot de l'histoire ! <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Et Natalya, toujours aussi soucieuse que jamais avec les jeunes. Mais c'est sa façon à elle d'appliquer la sélection naturelle. trainer de force une bande de garçons nu dans le froid et voir qui résiste. pauvres gosses.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Elle se préoccupe vraiment de l'éducation des jeunes citoyens de Jadawin, ça c'est une bonne souveraine ! <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Je me demande si Seth et mort ou va survivre.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Spoil de fou malade : Seth survivra à cette purge puisque qu'on le voit jeune adulte dans le chapitre 3 ! <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Et enfin la scène la plus plus marquante (et dérangeante) de la fic, jusqu'à là. <br /> le gars éventrant et buvant le sang de son cousin. <br /> Pauvre Anoa, c'est la descente aux enfers pour lui, Lilian a vraiment atteint le sommet de la cruauté et psychose.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Alors désolé de te décevoir mais... Lilian n'a pas encore exactement atteint le sommet de la cruauté et de la psychose <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Je me demande ce qu'il a en tête, surtout avec son &quot;suicide&quot; juste après. <br /> Et ce que son plan est centré sur Odd? Dans ce monde difficile de croire que son arrivé pile a la fin du désastre soit une simple coïncidence.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> En fait, tout ça, c'était pour détruire une personne en particulier. Et je peux déjà vous dire que c'était ni Anoa ni Odd... mais on y reviendra plus en détails dans le chapitre 9. D'ici là, bonne lecture et merci pour le commentaire !</div> </div> </div> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline">Réponse à Ikorih</span> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"></span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Bon, ma lecture de ce chapitre date un peu mais on va tenter de faire un commentaire quand même, après tout j'avais pris des notes 8D</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Ma meilleure commentatrice a pris son temps pour donner son avis donc j'ai aussi pris le mien pour sortir ce chapitre <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> En vrai, j'ai une bonne excuse (enfin, à vous de juger) et désolé Iko pour le silence radio, ça faisait longtemps là o/ <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">On verra bien avec qui ce cher Berlioz se mariera</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> <span style="font-weight: bold">Qui veut épouser/traumatiser mon fils ?</span> aurait dû être le titre de cette fic, je l'avoue... <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Bon, en ce qui concerne Jim qui part en Australie...à la base je me disais que l'internat de fous devait s'y trouver à cause des messages reçus par Odd de sa &quot;2000&quot; (ma plus belle trouvaille 8D), pourtant c'est précisément ce que Jim a plaqué en partant après l'acte 1, donc quel intérêt d'y retourner?</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> L'Institut se trouve près de Kadic, dans notre chère banlieue parisienne donc, no stress <img src="images/smiles/icon_razz.gif" alt="Razz" border="0" /> Pas mon genre de déplacer l'entièreté de l'intrigue au pays des kangourous <img src="images/smiles/icon_rolleyes.gif" alt="Rolling Eyes" border="0" /> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Je retiens la gestion du stress post traumatique : quel traumatisme? M'étonnerait que ce soit la mort de sa femme, a priori il l'a tuée lui-même de sang-froid. Il y a donc autre chose...les castors quand il était garde-chasse au Canada?</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Je suppose qu'il faudra attendre ce fameux <span style="color: yellow">Acte III</span> pour en savoir plus ! <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Je relève le fait qu'on ait a priori que trois actes : on est pas dans la construction classique de la pièce de théâtre, et ça semble même plutôt court...enfin, puisqu'on ne sait pas précisément ce qui s'y trouve, on va avoir du mal à évaluer o/</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Heureusement que c'est &quot;court&quot; vu la vitesse de parution xD <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">En ce qui concerne le comeback de Minho...déjà, le fait de le qualifier de &quot;vrai héros&quot; trahit sans aucun doute une trop longue fréquentation des personnalités les plus égocentriques de ce sous-forum.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> J'ai quelques pseudos en tête mais bon... t'es number one à ce petit jeu non ? (Comment t'énerver en une phrase mouhaha) <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Ensuite, finalement, qu'est-ce qui prouve qu'il ne s'agit pas d'un nom d'emprunt que divers agents se refilent? Mais vu que sa mort avait été relativement floue, le doute est permis.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> On ne peut rien te cacher <img src="images/smiles/icon_rolleyes.gif" alt="Rolling Eyes" border="0" /> Non en vrai c'est le même Minho tout le long, il est bel et bien unique <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Passons à tout ce merdier dans notre monde parallèle (où Odd n'est toujours pas apparu d'ailleurs putain xD)!</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Guess what ?! Finally... you get to see the true version of me (à lire avec la voix d'Odd évidemment). <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Visiblement, Seth a été en contact avec Natalya et Melchior quand il était jeune...sachant qu'il a aussi été mentionné comme ayant été au service du tyran, il bouffe vraiment à tous les râteliers! Au moins peut-on être sûrs qu'il a survécu à cette sympathique purge o/</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Bien vu... j'en doutais sérieusement mais tu es finalement plus clairvoyante que ce cher *ODR* <img src="images/smiles/icon_razz.gif" alt="Razz" border="0" /> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">(Je n'en reviens pas qu'on ait eu une justification du titre dans la fic omg, Melchior est-il si important que ça ou est-ce juste un bon vieux piège à cons?...)</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Je confirme que Melchior est important même si on ne le voyait pas du tout au début mouhaha. <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Berlioz en prend plein la gueule de partout! Point notable cependant : Natalya n'a pas l'air extrêmement content que quelqu'un d'autre lui prenne le monopole du traumatisme infantile. Un soupçon de considération pour son héritier?!</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Comme tu l'as dit, Natalya préfère avoir le monopole... et élever ses chers enfants comme elle l'entend ! <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Allez, finissons avec la dernière partie si controversée XD</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> C'était pas le but voyons o/ <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Le fait que l'activité physique régulière ne fasse qu'affaiblir Anoa est-il lié aux traitements douteux que subissent les enfants à l'institut? Ou c'est juste lui qui est une merde comme son cousin nous l'explique?</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> C'est plutôt un savant mélange des deux, Anoa n'étant pas spécialement fort mentalement/physiquement à la base et évidemment le mode de vie bien particulier de l'Institut n'a fait que renforcer ses faiblesses. <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Sans alimenter la polémique naissante autour de ce chapitre, je trouve Lilian extrêmement décalé par rapport à son âge supposé. Un tel épisode psychotique au collège, c'est pas banal...</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Alors là, je ne partage pas du tout ton avis sur le fait qu'un jeune ado ne peut pas avoir un tel comportement. Rien que par le fait que l'âge exact de Lilian n'a jamais été dévoilé déjà donc attention au bon vieux piège à cons <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> Surtout que les classes à l'Institut se forment par groupes (Jaguars, Panthères, etc) et non par tranches d'âges, c'est loin d'être le plus jeune de sa bande. Ensuite, pour avoir un oncle qui est le dirlo d'un centre d'accueil où se trouvaient des enfants/ados (très) instables, je peux t'affirmer qu'il ne faut JAMAIS sous-estimer le potentiel destructeur des gamins, surtout lorsqu'il s'agit de domination l'un envers l'autre. Dans mon ancienne école primaire, il y a quand même un gosse de sept ans qu'a poussé un autre à zigouiller un des agneaux du voisin après les cours juste pour pouvoir mieux aller le balancer par après (véridique véridique !). Si ça ne te suffit pas, je t'envoie sans problème des sales faits divers impliquant des enfants tueurs qui raviront ta flamme sadique (a) Et puis, dans le cas plus particulier de Lilian, faut pas oublier que c'est un surdoué qui ne pense pas de la même manière que la plupart des gens de sa génération donc c'est vrai qu'il est en quelque sorte <span style="font-style: italic">décalé</span>. Son éducation y est pour beaucoup, notamment dans le fait qu'il se sent plus à sa place auprès d'adultes en temps normal... quoique ses congénères en terme de génération sont encore plus facilement manipulables. <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">(Sinon le trou rouge sur le ventre d'Anoa m'a évoqué cette chère Alexia, coïncidence? (a))</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Juste un petit clin d'œil sanguinolent <img src="images/smiles/icon_rolleyes.gif" alt="Rolling Eyes" border="0" /> Tant que j'y pense, je précise que j'ai remis des éléments passés dans le texte d'ajd pour recontextualiser un peu le tout vu le temps écoulé depuis le dernier chapitre... <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">J'ai pas de conclusion mais tu ne t'en formaliseras pas.</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Du coup, j'en profite pour expliquer un peu mon absence <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> Disons que ma soirée d'anniversaire s'est déroulée... comme dans l'une de mes fics en fait, d'ailleurs je songe sérieusement à l'écrire pour tenter d'éclaircir certains points, enfin bref. Tout ça pour dire que le fameux &quot;hormones et alcool ne font pas bon ménage&quot; est vrai, rajoutez à cela l'hémoglobine et vous avez un petit résumé sympa <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> Du coup je viens seulement de sortir de l'hosto où je suis resté dans une petite chambre anxiogène à souhait pendant trois semaines et demie (non non ce n'est pas une blague) et c'était donc impossible pour moi de clôturer le chapitre 8 pendant cette période. Par contre, entre deux siestes, mon cerveau a pas mal cogité pour la suite de ma première fic <span style="font-weight: bold">Les liens du sang</span> que j'espère sortir d'ici quelques mois mais j'attends encore de finaliser le tout niveau rédaction. Maintenant que je suis de nouveau frais comme un gardon ou presque, place à la suite ! Voici le chapitre le plus long de cette fanfic, fallait bien ça pour me faire pardonner de ce délai de presque deux mois et demi o/ Enjoy !</div> </div> </div> <br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 28px; line-height: normal"><div align="center"><span style="font-weight: bold"><span style="color: violet"><span style="text-decoration: underline">Chapitre 8 : Le cœur des hommes</span></span></span></div></span> <br /> <br /> <br /> <span style="font-weight: bold"><span style="color: orange">Mardi 9 janvier 2001, 00:30</span></span> <br /> <br /> « Excusez-moi Monsieur... Moralès, c'est bien ça ? » <br /> <br /> L'ancien surveillant de l'Institut sursauta au son de cette voix délicieusement féminine, timbre sexué qu'il n'avait plus entendu depuis de nombreux mois. D'un regard vertical rapide, il scanna l'employée de son radar intérieur. Ce qui le frappa en premier, ce fut la fine couche de cheveux blonds soigneusement repliés sur eux-mêmes à l'aide d'un chignon sévère mais toutefois agréable à regarder. Comme toute hôtesse de l'air qui se respecte, celle-ci était particulièrement bien foutue avec son teint de porcelaine qui lui prodiguait une face à peine ridée malgré la cinquantaine d'années qui la séparaient du jour de sa naissance. Ses jambes, étrangement bronzées ce qui contrastait énormément avec son visage, valaient bien l'arrière-train d'une jeunette. Sincèrement, Jim aurait pu se trouver dans une situation beaucoup plus déplaisante au moment où la muse se pencha vers lui, tout en dévoilant au passage deux atouts de taille qui ne passaient pas vraiment inaperçus. <br /> <br /> « On m'a demandé de vous transmettre ceci... Bon voyage monsieur ! » <br /> <br /> Elle s'éloigna, aussi vite qu'elle était arrivée. Un cri de nourrisson ramena Moralès à la réalité, son esprit ayant déjà divagué vers de meilleurs horizons, et il reporta son regard sur l'étrange colis qu'il venait de recevoir. Ça, c'était bizarre. Le corbeau qui distillait sa relation passée avec Sybille avait changé de méthode pour l'acte final. Auparavant, les feuilles dactylographiées qu'il recevait étaient ordonnées, réunies en un tas parfois lâche mais toujours existant. Aujourd'hui, il avait franchement l'impression qu'on venait de lui confier les dernières volontés d'un ressortissant français retenu captif au fin fond de la jungle birmane puisque les lignes étaient écrites à l'encre foncée sur de larges feuilles de bananier. Mais le sinistre <span style="color: yellow">Acte III</span> écrit en lettres d'or infirmait la théorie de l'otage captif. Il détenait bien entre ses mains le dernier chapitre de l'histoire. De son histoire, pour être exact. <br /> <br /> Jim aurait peut-être dû se jeter à corps perdu dans les dernières lignes de sa vie passée, celle qui attribuait un point final à l'existence de Sybille. Mais quelque chose l'en empêcha... ou plutôt quelqu'un. <br /> <br /> « Vous êtes en état d'arrestation. » <br /> <br /> Le cœur de Jim loupa un battement. Devant lui venait d'apparaître un vieux blond vêtu en noir de la tête aux pieds. Son regard, à moitié masqué par des lunettes de soleil imposantes, semblait pourtant fureter dans tout l'habitacle. <br /> <br /> « Désolé mon vieux, siffla le nouvel arrivant, je fais cette blague à tout le monde. Ça me permet de constater très vite si mon compagnon de galère d'un jour a quelque chose à se reprocher. <br /> — C'est to-totalement débile, bredouilla Jim qui peinait à se remettre de ses émotions. N'importe qui flipperait en entendant ça... <br /> — C'est peut-être vrai... mais les plus grandes ordures ont craqué quand j'ai prononcé cette phrase. C'est le principal, non ? <br /> — Et que faites-vous de l'innocent qui se montre un peu trop émotif ? <br /> — Rassurez-vous, répondit-il en lui offrant un rictus légèrement macabre, généralement je sais à qui j'ai affaire avant même de faire mon petit numéro. <br /> — Allez trouver votre siège et cessez de m'importuner, répliqua Jim qui se sentait mal à l'aise en si étrange compagnie. <br /> — 25C, c'est bien ici... Je m'étais malencontreusement installé en cabine Business durant toute la première partie du voyage ! » <br /> <br /> Pour preuve, il lui montra son billet. Jim mordilla légèrement sa lèvre inférieure. C'était donc Mister allée, qui allait se trouver à sa droite... Il ne pouvait évidemment pas savoir que Mister Hublot, supposément installé à la gauche de Jim mais qui n'avait jamais embarqué à bord de l'avion, avait tout simplement été... empêché par une balle dans la tête. Mais le plus choquant dans tout ça, Jim le comprit en regardant l'identité inscrite sur le billet du passager qui venait d'arriver. C'était un homme que Jim n'avait jamais rencontré. Un homme que Jim connaissait pourtant de réputation. Mais surtout, un homme que Jim pensait mort. <br /> <br /> « C'est donc vrai ce que La Chancelière disait, murmura-t-il en dévisageant Minho. Les vrais héros ne meurent jamais... <br /> — Oh, rétorqua le quinquagénaire avec un petit sourire en coin, ai-je oublié de préciser que je ne suis pas un héros ? C'est même plutôt le contraire, je suis né pour buter et non pas pour sauver qui que ce soit. Écoute-moi bien mon gros, tu vas me raconter tout ce que t'as pu voir à l'Institut sinon je me ferais un plaisir de publier la petite pièce qui raconte en détails ta vie passée. <br /> — Je pense que j'ai encore plus peur de La Chancelière que de toi... À choisir, je préfère encore souffrir le moins possible. <br /> — Mauvaise réponse, murmura Minho en lui décochant un regard glacial. <br /> — J'en ai juste marre de ce quotidien de merde. Tu veux me planter ? Très bien, ça me libérera de tout ça, ma mort ne peut qu'être positive pour tout le monde, pas vrai ? <br /> — Je t'ai connu moins dramatique, soupira le quinquagénaire. <br /> — Justement, tu ne me connais pas ! Tout ce que tu sais de moi, c'est les putains de rumeurs qui sont véhiculées, cracha Jim avant de se reprendre et de se remettre à parler plus calmement. Même si t'as quand même l'air d'avoir une idée précise de ce qui est arrivé à ma femme vu ta plume minable si c'est bien toi qui a écrit les deux premiers actes... <br /> — Tu sais quoi ? Lis l'acte final, suggéra Minho en pointant du menton le tas de feuilles verdâtres. On en discute après... » <br /> <br /> En soupirant une dernière fois, l'ancien éducateur de Kadic saisit le fameux <span style="color: yellow">Acte III</span> et commença sa <a href="https://m.youtube.com/watch?v=GHLPcvaqenI" class="postlink" target="_blank">lecture</a>. <br /> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"><div align="center"><span style="font-weight: bold">Acte III, scène 1</span> <br /> <span style="color: red">Le mariage est la seule guerre où l'on couche avec l'ennemi.</span> <br /> <span style="font-style: italic">Personnages apparaissant dans la scène : <br /> Sybille, Jim, la serveuse et le serveur <br /> Décor : <br /> Une table, deux chaises, des couverts, deux assiettes, deux verres, deux serviettes, une nappe, une cloche, un carnet de commandes.</span></div> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse arrive, un carnet de commandes à la main)</span> <br /> <br /> SERVEUSE: Vous avez fait votre choix? <br /> SYBILLE: Je vais prendre du homard accompagné de caviar en entrée et pour le plat, du lapin aux truffes. <br /> JIM: Et moi, un plateau de fruits de mer. <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Notant sur son carnet les commandes)</span> Comme accompagnement, je vous suggère... <br /> SYBILLE: Vas-y fais-toi plaisir. <span style="font-style: italic">(A voix basse)</span> Prends un truc bien cher. <br /> <span style="font-style: italic">(Elle lui fait un clin d'œil)</span> <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(A voix haute, avec un accent délibérément prononcé)</span> Des frites! <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Honteuse)</span> Mais enfin, qu'est ce qui te prend? Surveille ton langage. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(A voix haute tout en conservant l'accent)</span> Et bien grasses hein! <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Agacée)</span> Tu m'as ridiculisée. <span style="font-style: italic">(Entre ses dents)</span> Tu me le paieras. <br /> JIM: On verra bien qui rira le dernier... <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Gênée)</span> Désirez-vous autre chose? <br /> SYBILLE: C'est tout, pour le moment... <br /> SERVEUSE : <span style="font-style: italic">(Timide)</span> Et comme boisson vous prendrez? <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Souriant)</span> Votre vin le plus cher. <br /> SERVEUSE: Je vous apporte cela tout de suite. <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse part et le serveur rentre)</span> <br /> SERVEUR: Madame Josselin? <br /> SYBILLE: Oui? <br /> SERVEUR: Téléphone pour vous. <br /> SYBILLE: J’y vais! <br /> <span style="font-style: italic">(Sybille sort)</span> <br /> SERVEUR: Je me permets de dire à Monsieur que vous avez une ravissante femme. <br /> JIM: Plutôt usante que ravissante mais bon, si vous le dites. <br /> SERVEUR: Hum, je vais chercher votre bouteille. <br /> JIM: Non apportez-là seulement au moment du repas sinon ma femme ne sera plus ravissante très longtemps! <br /> <span style="font-style: italic">(Le serveur sort)</span> <br /> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><span style="font-weight: bold">Acte III, scène 2</span> <br /> <span style="font-style: italic">Personnages apparaissant dans la scène : <br /> Sybille, Jim, le serveur <br /> Décor : <br /> Une table, deux chaises, des couverts, deux assiettes, deux verres, deux serviettes, une nappe, une cloche.</span></div> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(Sybille raccroche et se rassoit sur sa chaise)</span> <br /> <br /> JIM: C'était qui? <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(D’un ton sec)</span> Mon cardiologue. <br /> JIM: Qu'est-ce qu'il voulait? <br /> SYBILLE: Il a reçu mes résultats d'analyse de ma prise de sang. C'est assez grave, j'ai un problème cardiovasculaire. Je n'ai pas tout compris à son charabia de médecin. <br /> JIM: Ça ne m'étonne pas... <br /> SYBILLE: Gna, gna, gna ! En gros, Je dois surveiller mon alimentation. <br /> <span style="font-style: italic">(Le serveur arrive et apporte l'entrée)</span> <br /> JIM: Ah ben ce n'est pas aujourd'hui que tu vas commencer! <br /> SERVEUR: Ces messieurs dames sont servis. <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(D’un geste de la main, remercie le serveur)</span> Je préfère profiter de la vie! <br /> JIM: Tu as raison, profites-en tant qu'il est encore temps. <br /> SYBILLE: Quoi!? <br /> JIM: Ben oui, ton problème... <br /> SERVEUR: Le homard, fraichement péché en Zélande, est de première qualité. Il est... <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Agacé)</span> On s'en fout! <br /> SERVEUR: <span style="font-style: italic">(Gêné)</span> Ah! <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(A Michaël)</span> Mais non! <span style="font-style: italic">(Au serveur)</span> Continuez je vous prie, c'est très intéressant. <br /> SERVEUR: <span style="font-style: italic">(Jette un regard vainqueur à Jim puis se tourne vers Sybille)</span> Comme je disais, il a été cuit à 180°C dans la plus grande hygiène. Il a été assaisonné avec des épices tropicales venues tout droit de Guadeloupe, de Bali et de l'Equateur. <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(D’un ton mielleux)</span> Je vous remercie. <br /> <span style="font-style: italic">(Le serveur part)</span> <br /> JIM: Ce n'est pas que ta compagnie me déplaise et j'ai vraiment envie de goûter mais bon... je dois vidanger le moteur avant. <br /> <span style="font-style: italic">(Jim se dirige vers les toilettes, une main déjà bien ancrée dans le pantalon)</span> <br /> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><span style="font-weight: bold">Acte III, scène 3</span> <br /> <span style="font-style: italic">Personnages apparaissant dans la scène : <br /> Sybille, la serveuse, Jim, le serveur <br /> Décor : <br /> Une table, deux chaises, des couverts, deux assiettes (homard), deux verres, deux serviettes, une nappe, une cloche.</span></div> <br /> <br /> SYBILLE: Serveuse! Vous trouvez que je suis grosse? <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Surprise)</span> Pardon? <br /> SYBILLE: Vous avez vu la petite dose de caviar que vous m'avez mise? <br /> SERVEUSE: Mais madame, c’est un produit extrêmement couteux! <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Offensée)</span> Vous insinuez que je suis pauvre! <br /> SERVEUSE: Je ne me le permettrais pas Madame. <br /> SYBILLE: Pour vous rattraper, servez-moi une livre de ce &quot;produit extrêmement coûteux&quot; à emporter. <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Surprise)</span> Une livre! Heu… Bien Madame. <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse s'en va et Jim revient s'assoir à table tandis que Sybille commence déjà à manger son entrée)</span> <br /> <br /> SYBILLE: C'est délicieux. <br /> JIM: Tant mieux. <span style="font-style: italic">(Il regarde sa montre)</span> Ne traine pas trop, quand même. <br /> SYBILLE: Il faut prendre son temps pour manger. <span style="font-style: italic">(Repousse son assiette)</span> Je n'en veux plus. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Scandalisé)</span> Mais, tu n'as même pas mangé la moitié! A quoi ça servait de prendre du homard alors? <br /> SYBILLE: Pour faire genre…Tu comprends? <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse apporte le caviar)</span> <br /> <br /> SERVEUSE: Votre petite commande Madame. <br /> JIM: C'est quoi? <br /> SYBILLE: Du caviar à emporter. <br /> JIM: Pour faire? <br /> SYBILLE: Pour nourrir le chat. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Enervé)</span> Plaît-il? <br /> SYBILLE: Ben c'est aussi son anniversaire aujourd'hui. Je ne sais pas si tu te souviens mais je te l'ai acheté pour tes 30 ans. Ca fait donc 10 ans qu'il est avec nous. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(D’un ton assassin)</span> Oui, je m'en souviens. Je suis allergique aux poils de chats mais tu m'en as quand même acheté un. <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(S’adressant à Sybille)</span> Vous avez terminé? <br /> SYBILLE: Oui, c'était un dîner... presque parfait on va dire. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Regarde sa montre pour la énième fois de la soirée)</span> Dépêchez-vous d'apporter la suite. <br /> SERVEUSE: J'y vais de ce pas Monsieur. <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse part en cuisine tandis que le serveur revient avec les plats et le vin)</span> <br /> <br /> SERVEUR: Le plateau de fruits de mer pour Monsieur et le lapin pour Madame. Et voilà notre Bordeaux grand cru cuvée 1990. <br /> JIM: Il est pourri! <br /> SYBILLE: Mais non. Plus il est vieux, plus il est bon. <br /> SERVEUR: Le lapin a été abattu ce matin dans les bois environnants, il a été cuit à ... <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Pompette, chantonnant)</span> Ce matin, un lapin a tué un chasseur… <br /> JIM: Ah tiens. Tu ne veux plus entendre ces explications passionnantes? <br /> SYBILLE: Laisse-moi tranquille. <br /> <span style="font-style: italic">(Le serveur part et le couple commence à manger)</span> <br /> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><span style="font-weight: bold">Acte III, scène 4</span> <br /> <span style="font-style: italic">Personnages apparaissant dans la scène : <br /> Sybille, Jim, la serveuse, le serveur <br /> Décor : <br /> Une table, deux chaises, des couverts, deux assiettes (le plat de fruits de mer et le lapin), deux verres remplis de vin, deux serviettes, une nappe, une cloche.</span></div> <br /> <br /> SYBILLE: C'est bon? <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Haussant les épaules)</span> Oui, de toute façon, ça va finir au fond des toilettes. <br /> SYBILLE: Ne parle pas de ça pendant que je mange, et ... <span style="font-style: italic">(Hurle dans le restaurant)</span> <br /> ARGH! <span style="font-style: italic">(Sybille tire un long cheveu de son assiette)</span> C'est dégoûtant. <br /> JIM: Ce n'est qu'un cheveu. <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Prend la cloche posée sur la table, la secoue et hurle)</span> Serveuse! <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse arrive derechef)</span> <br /> <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(A voix basse)</span> Madame, voyons! Nous sommes dans un restaurant respectable. Calmez-vous, je vous prie. Qu'est-ce qui vous préoccupe? <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Ironique)</span> Ce qui me préoccupe? <span style="font-style: italic">(Criant au scandale)</span> Il y a un immonde cheveu dans mon assiette! <br /> SERVEUSE: Je suis vraiment confuse. Je vais vous apporter un nouveau plat. <br /> SYBILLE: Ce n'est pas la peine. Ça m'a coupé l'appétit. Apportez-moi plutôt un remontant fort, très fort. <br /> SERVEUSE: Immédiatement. <br /> JIM: C’est reparti… <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse part en cuisine et revient avec un verre et une bouteille. Elle verse un verre à Sybille et commence à repartir avec la bouteille)</span> <br /> <br /> SYBILLE: Mais enfin, laissez la bouteille! <br /> SERVEUSE: C'est notre cocktail le plus fort. Vous risquez de ne pas vous sentir bien. <br /> <span style="font-style: italic">(Jim regarde sa montre)</span> <br /> JIM: De toute façon, on va y aller. <br /> <span style="font-style: italic">(Véronique boit cul sec et se ressert un verre)</span> <br /> SYBILLE: Attends je finis mon verre! <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse, d'un geste discret, essaie de reprendre la bouteille)</span> <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Ivre)</span> Non, j'ai soif! <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Effrayée, cherche du soutien chez Jim)</span> Que dois-je faire Monsieur? <br /> JIM: Apportez l'addition <br /> SERVEUSE: Je voulais parler de Madame. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Agacé)</span> Aucune importance. Faites ce que je vous dis. <br /> SERVEUSE: Tout de suite. <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse s'en va avec les assiettes et revient avec le serveur et l'addition)</span> <br /> <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Donne l'addition à Jim)</span> Voici la petite note. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Montre du doigt Sybille)</span> C'est pour elle. Pour une fois... Faut bien un avantage à ce que ce soit mon anniversaire aujourd'hui! <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Cherche son portefeuille, l'ouvre et dit d'un ton ironique)</span> Oups, j'ai oublié mon porte-monnaie. <br /> SERVEUR: 1973 euros je vous prie. <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Au bord de la crise de nerfs)</span> Quoi!? <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Effrayée)</span> Oui, la livre de caviar coûte 1000 euros, le vin... <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Agressif, s'adressant à sa femme)</span> Tu savais que tu n'avais pas tes sous, tu l'as fait exprès! <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Faisant l'innocente et regardant autour d'elle)</span> Moi? <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Regarde sa montre, se montre soudain très pressé et sort de sa poche une carte bancaire)</span> Tenez! <br /> SERVEUR: D'accord, on va donc changer de mode de payement. <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(La serveuse entre, donne l'appareil à Jim qui tape rapidement son code avant de reprendre sa carte)</span> <br /> <br /> SERVEUR: Merci d'avoir choisi cet établissement pour passer votre soirée. J'espère que tout s'est bien passé et qu... <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Attire le serveur vers elle)</span> Vous êtes craquant vous savez... Vous avez pas envie de me dire une belle phrase du genre : « Je suis astrologue à mes heures perdues, dès le début je savais que vous étiez ma destinée. » <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Tire Sybille par le bras)</span> On y va, au revoir. <br /> <span style="font-style: italic">(Sybille et Jim sortent et la serveuse s'assied)</span> <br /> SERVEUSE: <span style="font-style: italic">(Soupirant)</span> Ouf! Ils sont partis... <br /> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><span style="font-weight: bold">Acte III, scène 5</span> <br /> <span style="font-style: italic">Personnages apparaissant dans la scène : <br /> Sybille, Jim <br /> Décor : <br /> Aucun.</span></div> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(Sybille titube vers un côté de la rue)</span> <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Se raclant la gorge)</span> La maison, c'est par là. <br /> SYBILLE: Ah oui, c'est vrai. <span style="font-style: italic">(Ils avancent, Sybille s'arrête soudain, paniquée)</span> Ah! J'ai peur du noir... <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Surpris)</span> Quel noir? Je ne vois personne. <br /> SYBILLE: Le noir... euh la nuit quoi! <br /> JIM: Mais enfin, la maison est à 10 minutes. <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Pleurnichant)</span> Non... <br /> JIM: Et bien, appelle un taxi dans ce cas. <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Hurlant)</span> Taxi, taxi! <br /> JIM: Mais non, avec le téléphone hein! Viens, plus le temps! On va à pied que tu le veuilles ou non! <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(Après une marche rapide et forcée, les mariés finirent par arriver à leur domicile après douze minutes exactement)</span> <br /> <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Fouille dans son sac)</span> Tu sais où sont mes clés? <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Arrache le sac des mains de sa femme, cherche dedans et trouve sa carte de crédit)</span> Qu'est-ce que c'est que ça? <br /> SYBILLE: Ben mon porte-monnaie! <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Explose de rage)</span> Quoi! Tu savais parfaitement que tu avais ton argent. Tu as menti pour que je paie. Tu vas le regretter. <br /> SYBILLE: <span style="font-style: italic">(Faussement effrayée)</span> Ouh... Maintenant ouvre la porte. <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(Jim prend la matraque dissimulée derrière un pot de fleur et l'abat de toutes ses forces sur la tête de Sybille qui s'effondre, le haut de son crâne fracassant un pavé de l'allée dans un craquement sinistre. Un mince filet de sang, plus le moindre bruit)</span> <br /> <br /> JIM: <span style="font-style: italic">(Attrape sauvagement sa femme mais sent bien qu'elle ne réagit plus. Il la met donc en balance sur son épaule droite et regarde une ultime fois sa montre)</span> 20h46! Enfin... <br /> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><span style="font-weight: bold">Acte III, scène finale</span> <br /> <span style="font-style: italic">Personnages apparaissant dans la scène : <br /> Sybille (morte), Jim, les invités <br /> Décor : <br /> Aucun.</span></div> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">(Jim entre avec Sybille inconsciente dans la maison où de nombreuses personnes l'attendent pour son anniversaire)</span> <br /> <br /> INVITÉS: <span style="font-style: italic">(Hurlant)</span> Surprise Jim! Bon anniversaire! <br /> JIM: ...</div> </div> </div> <br /> <br /> Au moment où Jim lut le dernier mot (ou plutôt l'ultime signe de ponctuation), les lumières de l'avion s'éteignirent simultanément, plongeant l'appareil dans le noir le plus total. Même les traditionnelles lueurs de sécurité semblaient avoir cessé de fonctionner... C'était bien simple, on n'y voyait rien. Quelques cris retentirent, tous imaginaient la panne, cette fameuse panne qui clouerait l'avion au sol provoquant au mieux un retard considérable et au pire une centaine de morts. Jim inspira calmement, son estomac n'était pas encore remonté au niveau de sa gorge donc ça voulait bien dire que tous les passagers ne se trouvaient pas encore en chute libre. Espérons que cela n'arrive pas... Il tenta de se rassurer en se répétant que l'équipage trouverait vite une solution ou bien que ses yeux finiraient tôt ou tard par s'habituer à l'obscurité. Au bout de quelques minutes, alors qu'il sentit un mouvement furtif près de lui, la lumière jaillit à nouveau dans toute la cabine, illuminant les passagers de cette lueur jaunâtre qui les faisait ressembler quelque peu à des Simpson. Il se tourna aussitôt vers Minho – à qui il avait essayé de parler mais silence radio de son côté – et ce qu'il vit à la place du quinquagénaire le terrifia au plus profond de son âme. Un corps. Qu'il identifia aussitôt. Une jeune femme rousse, qui aurait pu être ravissante... si son nez n'avait pas été entièrement arraché. Le travail avait dû être fait au cutter ou au rasoir et ses paupières étaient aussi cousues entre elles. Des lacérations profondes avaient laissé des croûtes sur le front, le menton, particulièrement sur les joues. Ses lèvres avaient été taillées, avec un fameux couteau à vue de nez, pour lui offrir un sourire digne des plus grandes stars... mais dépourvu de dents, seule une incisive pourrie subsistait à l'intérieur de la mâchoire. Hormis ces quelques détails, Sybille n'avait pas vraiment changé. Cette salope avait dû être conservée au frais pendant toutes ces années. Jim voulut laisser échapper un cri de rage face à ces mutilations dont il n'était pas responsable mais c'est à ce moment précis que le pilote lui adressa un petit message personnel via les haut-parleurs de l'appareil. <br /> <br /> « Alors Monsieur Moralès, c'est toujours La Chancelière qui vous fait le plus peur ? » <br /> <br /> Tous les passagers applaudirent... à l'exception de Jim. <br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-weight: bold"><span style="color: orange">Jour 51 avant l'Apogée</span></span> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Un jour plus tôt... <br /> <br /> Via écran interposé, Melchior avait le physique d’un… pantin, la peau du visage cireuse et les yeux ronds comme des billes qui semblent fixer quiconque osant le regarder. Odd, se sentant mal à l’aise face à cette marionnette démoniaque, préféra reporter son attention sur son interlocutrice pour éviter de dévisager le petit bonhomme plus longtemps. <br />   <br /> « Détrompe-toi, marmonna Lana après un long silence. Ce n'est pas un jouet, ni un enfant... D'ailleurs, il est bien plus vieux qu’il en a l’air. Même si on combinait l’âge de toutes les personnes présentes ici, on ne le dépasserait pas. Il dirige Jadawin depuis si longtemps ! Ma grand-mère était à son service et sa grand-mère l’était aussi. J’ai suivi la tradition. <br /> — Toi aussi tu… <br /> — Oui, répondit la jolie blonde qui avait déjà anticipé la question du blondinet. C’était ma destinée et je l’ai accueillie à bras ouverts. <br /> — En quoi consiste ton… travail ? <br /> — Réclamer l’Impôt bien sûr ! Vois-tu, si Alexia et Berlioz gèrent les terres chacun à leur façon, il faut bien quelqu’un pour s’enrichir encore et encore. C’est le commerce qui a propulsé Melchior à la tête du pays. La vente… d’épices, d’humains et surtout du Zlag. <br /> — D’humains ? s’étouffa Odd <br /> — Ne t’inquiète pas, il n’est pas intéressé par les blonds. <br /> — Je suis curieux… Tantôt, tu as bien dit qu’il y avait quatre princes marchands. Qui est le dernier ? <br /> — Le tyran. C’est à lui qu’appartient ce train. C’est tout ce qu’il a : les lignes ferroviaires. Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut sous-estimer son influence. C’est lui qui recrute et entraîne les meilleurs soldats du pays, il remplit les troupes de Hébron avec des éléments… surhumains. Si tu veux mon avis, c’est le pire des enculés. Tu m’étonnes que ça soit le meilleur pote de Berlioz, c’est le sang qui les excite ces deux-là… <br /> — Pourquoi on n’a pas droit à sa photo ? <br /> — Parce que l’on est dans un de ses trains. S’il fait de la promotion pour ses trois collègues, c’est parce que notre prochain Empereur se trouve parmi eux… plus lui évidemment mais il n’aime pas se mettre en avant dans ces stupides campagnes publicitaires qui ne servent à rien puisque ce n’est pas la population qui va décider de quoi que ce soit. Nous, on doit juste attendre, il n’y a que ça à faire… Dans cinquante-deux jours, on saura enfin qui nous dirigera de manière permanente. <br /> — Mais je pensais que c’était les princes marchands qui vous dirig… <br /> — Oui… jusqu’à l’Apogée. Ce jour-là, il n’en restera qu’un… et les autres devront impérativement se soumettre à sa volonté. » <br />   <br /> Odd ouvrit les yeux. Le gaz verdâtre s’était dissipé. Lana avait disparu. Il avait retrouvé sa place sur la banquette inconfortable… en face de la femme trop maquillée qui lui adressait un sourire carnassier tout en pointant une lame beaucoup trop aiguisée à son goût à quelques centimètres de son torse envahi par l’angoisse.</span> <br /> <br /> <br /> <span style="font-weight: bold"><span style="text-decoration: underline">Moment présent, toujours sur Jadawin</span></span> <br /> <br /> La tarée avait fini par me faire sortir du train. Overdose de rimmel, raide comme un piquet, maquillée, trop maquillée pour cacher son âge avancé, peau souillée... Tous ces éléments tournaient dans ma tête. Céleste, puisque c'était son prénom comme j'avais fini par l'apprendre, n'avait rien de commode. Ma seule faute, c'était de m'être réveillé en face d'elle dans ce wagon rempli de passagers plus zarbis les uns que les autres. Pourquoi s'en prendre à moi ? Tout en me menaçant avec son espèce de lance extrêmement aiguisée, Céleste avait soudainement décidé de tirer la sonnette d'alarme du train. Cette fois, plus aucune porte n'était verrouillée, comme par hasard, et on s'était rendus dans le petit habitacle qui séparait les wagons pour presser un petit bouton rouge habilement dissimulé derrière une petite trappe peu visible, ce qui est vachement bizarre pour un système d'urgence... La locomotive s'était aussitôt arrêtée et nous avons quitté notre bon vieux wagon pour un paysage aride à souhait. Une sorte de désert de sable rouge, assez flippant en réalité. Ça faisait environ quinze heures qu'on marchait sous une chaleur de plomb. On avait même continué pendant la nuit alors que la température n'était pas retombée mais la folle dingue qui était avec moi continuait de me menacer. Apparement, elle savait tout de ce qui avait pu se passer à l'Institut. Comment Céleste avait-elle pu m'observer depuis Jadawin ? Je l'ignorais... mais elle me torturait avec toutes ses questions auxquelles elle semblait déjà posséder les réponses. <br /> <br /> « Non. C’est non. Arrête d’insister. Je n’ai pas envie de te raconter ça. C’est du passé. Rien n’est arrivé. Rien ne s’est passé. Rien. Ma vie est parfaite. Laisse-moi oublier. Laisse-moi… <br /> — C'est du passé Odd, mais il te hante toujours. Et tant que tu ne lui feras pas face, tu resteras coincé ici, sur Jadawin, entre la vie et la mort, comme un connard qui ne peut plus faire la différence entre ce qui est juste ou pas. » <br /> <br /> Céleste, pour le peu que j'en avais vu, se tenait toujours très droite et son cou était raide. Lorsqu'elle regardait dans une direction, elle faisait pivoter tout son corps. Étrange démarche... Malgré mon refus de témoigner, la voix inquisitrice de la vieille femme continua d’insister, répétant sans relâche que je dois raconter ce qui avait fini par arriver, que j'aurais dû prévenir mes proches. Mais c’était chose impossible pour moi. Pendant quelques mois après ce fameux soir, ma conscience a continué à me murmurer que je devais agir. Puis, au bout d’un moment, elle s’est tue. Et, bien que je ne l’entende plus et qu’il m’était dès lors facile de l’ignorer, je savais qu’elle était toujours là. <br /> Elle s’est soudain réveillée, depuis que Céleste me parle, m'envahit à chaque interrogation un peu plus dans mon intimité pour me dire que j'aurai pu alerter tout le quartier, la police, les médias. C’est fou ce qu’un coup de fil peut faire… ou détruire d'ailleurs, ça va dans les deux sens. <br /> <br /> « Ce n’est pas parce que tu tentes d’oublier que ce genre d’histoire n’arrivera plus. » <br /> <br /> Elle avait raison. Voilà pourquoi je me trouve ici, à vous raconter ce qui m’est arrivé entre ma sortie de l'Institut et mon arrivée à Kadic. Je vous en prie, ne me jugez pas trop vite. <br /> <br /> Lorsque j’avais douze ans, j’étais en passe de devenir un adolescent normal, peut-être un peu plus fragile que les autres, un peu plus timide et craintif aussi. L'agression d'Anoa sur Lilian m'a finalement poussé à faire plus ample connaissance avec Knops, un élève un peu plus âgé que moi que je détestais mais avec qui je me suis finalement lié d’amitié. Je n’avais jamais eu de « meilleur ami » faute à ma vie de vadrouilleur, contraint de jouer des rôles en permanence, et Lilian fut le premier à remplir ce rôle de bon pote, celui à qui on confie tout et qui partage joie comme peine. Sincèrement, c'est lui qui m'a grand ouvert les portes de l'adolescence perturbée qui m'attendait de pied ferme. Au début, il m’a appris à avoir confiance en moi, à ne plus baisser le regard et à relever les épaules. Un mâle, un vrai, comment devenir un homme en quelques étapes faciles à suivre, la recette miracle que beaucoup cherchent. Et cette voie vers la fin définitive de l'enfance, c'est clairement Lilian qui me l'a montré. <br /> <br /> Faut dire qu'après mon opération, j'étais vraiment déstabilisé et je ne savais plus vers qui me tourner. Comme chaque <span style="font-style: italic">résident</span> de l'Institut, il fallait que je subisse cette foutue incision qui allait me déterminer en tant qu'être humain, en tant que futur citoyen prêt à défendre corps et âme les valeurs de notre établissement au quotidien. Peu de temps après l'accident des toilettes du troisième étage, La Chancelière, intransigeante directrice de l'Institut, m'a demandé de faire mon choix. Elle avait bien évidemment remarqué, via nos éducateurs Jim et Tommy ainsi que nos divers professeurs, que mes capacités intellectuelles se trouvaient largement au-dessus de la moyenne. Pour l'incision, je mettais donc mon futur en balance. L'omniscience ou la normalité. La Chancelière avait cette obsession de modeler le cerveau parfait, qu'elle avait d'abord cru trouver en Lilian, mais son appétit de scientifique avait rapidement jeté son dévolu sur moi. Seulement, après quelques tests, sa satisfaction avait pris pas mal de plomb dans l'aile. J'étais trop faible, selon elle, pour résister à une augmentation neuronale de cette ampleur. Et, comme toujours, elle laissa le dernier mot à l'opéré en question. Aussi dure et butée soit-elle, La Chancelière ne prenait jamais de décision sans le consentement explicite et officiel de son patient. <br /> <br /> J'avais donc le choix entre un cerveau encore plus brillant ou l'opportunité de développer un autre aspect de ma personnalité. Je me prenais déjà bien trop la tête à cette époque. Tout ce que je voulais, c'était obtenir ce talent rare de pouvoir vivre dans l'instant et s'abandonner sans souci du regard des autres. Avoir cette désinvolture que tout le monde admirerait et cette facilité de plaisanter en toutes circonstances, cette capacité à supporter le moindre revers de fortune sans broncher. Entre l'intelligence autodestructrice et la possibilité de relativiser avec humour à tout instant, le choix m'est apparu comme une évidence. Je ne voulais plus entendre tous ces mots qui s'échouaient en moi au cours de français, ces chiffres qui s'entrechoquaient sans se concerter en mathématiques, cette grammaire qui s'ancrait instantanément dans ma mémoire en langue étrangère. Être surdoué n'est pas un cadeau, bien au contraire. Plutôt qu'une bonne fée, c'est le diable qui s'est penché sur le berceau à ma naissance. Pouvoir définir son caractère, le choisir entre un milliard de possibilités et de paramètres alambiqués, c'était ça la vraie Innovation de La Chancelière ! Après avoir été mis dans la confidence pour l'incision, j'ai aussitôt compris le changement brutal de Nicolas Poliakoff prétendument dû à une &quot;chute en skate&quot;. Il avait juste passé le cap lui aussi. De l'ancien vers le nouveau. Du look cool au négligé. Le surdoué qui s'efface pour faire place au débile. J'avais bien prévenu que je ne voulais pas être aussi attardé que lui, bien que je doute qu'il désirait vraiment cela pour lui-même... Imprévu lors de son opération ? Nul ne le saura jamais. <br /> <br /> L'Institut, c'est un peu comme les vacances au soleil. Le bronzage à la surface disparaîtra avec le temps mais les souvenirs resteront gravés à jamais. Quoique, dans mon cas, j'avais peur que cette cicatrice morbide ne soit trop visible, une coquille d'œuf fissurée que beaucoup d'opportunistes s'empresseraient de casser définitivement. Six centimètres de chair labourée sur le crâne, ça se remarque quand même... D'où les cheveux longs, qu'ils tombent en cascade sur mes épaules ou qu'ils soient relevés en pointe d'ailleurs, je dois reconnaître que la deuxième méthode est bien plus efficace. Avec une coupe courte, ma cicatrice aurait sans aucun doute été bien plus visible, ce qui aurait entrainé tout un tas de questions gênantes auxquelles je n'aurais pas forcément eu envie de répondre. Mais une chevelure, même originale et cool comme la mienne, ne masque pas tout. Après chaque douche, une fois mes cheveux blonds mouillés entièrement, il me suffisait d'écarter quelques mèches pour entrevoir la marque d'infamie qui a pourtant fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Les chats n'aiment pas l'eau, ça doit être pour ça. Si j'apprécie encore faire quelques cascades à la piscine de temps à autre, c'est plus pour l'adrénaline de la chute que pour l'impact réel avec cette surface liquide qui m'attire autant qu'elle me répugne. Sincèrement, se retrouver entièrement trempé de la tête aux pieds me procure à la fois la pire et la meilleure sensation que mon organisme puisse ressentir, si l'on exclut tout ce qui est sexuel bien entendu. <br /> <br /> Je m'égare mais je parlais de la période post-opération à la base. Au début, j'ai eu peur. Vraiment. Déjà, je ne percevais plus vraiment les couleurs. Pendant quelques jours, tout me semblait divisé en deux, noir, blanc... voire gris mais n'est-ce pas juste un savant mélange des deux teintes précédentes ? Pour le coup, je pensais me rapprocher de l'œil relativement vif de Kiwi mais il paraît que leur vision &quot;digne des plus vieilles pellicules de films&quot; n'est qu'une vaste légende à laquelle beaucoup adhèrent sans se poser plus de question. J'ai fini par apprendre que le spectre de vision du chien est juste beaucoup plus étroit que le nôtre. Il se limite au jaune et au bleu pour un résultat qui est plus proche d'une vision monochromatique que d'une vision colorée. Du coup, j'avais juste l'air d'un abruti qui avait du mal à distinguer une pomme d'une orange de loin. Heureusement, les très chères couleurs qui titillent les sens ont finir par revenir, progressivement, d'une teinte moins grisée vers une autre plus brunâtre. Côté audition, c'était pas top non plus. Des acouphènes permanents et extrêmement aigus me hantaient à chaque endroit, à tout moment de la journée ou de la nuit. Le seul remède que j'ai pu trouver ? De la bonne <a href="https://m.youtube.com/watch?v=PkQ5rEJaTmk" class="postlink" target="_blank">musique</a> commerciale à plein volume, en boucle, les écouteurs bien enfoncés, ce qui me convenait parfaitement moi qui avais vraiment besoin d'être coupé du monde à cette période. Mais on ne peut pas rester isolé éternellement quand on est au plus bas, et c'est là que Lilian est intervenu. <br /> <br /> Au bout de quelques mois, il m'a présenté à ses trois demi-frères. Tous plus âgés : 15, 17 et 19 ans. Tous m’ont accueilli comme le nouveau petit frère, j’étais de loin le plus jeune, et je me sentis très vite à l’aise parmi eux. Petit à petit, je me mis à les fréquenter constamment. La sensation d’appartenir à ce genre de groupe était fantastique, je me sentais fort et fier. <br /> Lorsque nous étions ensemble, nous aimions bousculer et charrier d’autres personnes. Je découvris que je n’étais plus du côté de ceux qui s’effacent et cela me plaisait. <br /> Au fil des mois, nos moqueries devinrent plus physiques voire plus violentes. Nous aimions surtout suivre et parler à des jeunes filles. Elles se sentaient terriblement gênées à la moindre petite remarque. Cela nous faisait rire. Parfois, l’un d’entre nous osait se montrer plus tactile. Cependant, tout cela ne restait qu’un jeu… jusqu’à ce fameux soir. <br /> <br /> Ce jour-là, nous avions tous bu plus que coutume et je rentrais avec Lilian, Léo, Robin et Max (Knops pas Stones hein) par les petites rues du quartier Nord de la ville. Il n’y avait personne. Tout était calme. C’est en arrivant Rue de la Chapelle Exquise que nous l’avons croisée. Elle pressait le pas, ayant surement hâte de rentrer au chaud chez elle. Comme d’habitude, nous lui avons lancé quelques remarques auxquelles elle n’a pas répondu. Pour faire le malin, Max l’a suivie, essayant de lui soutirer son numéro. C’est vrai qu’elle était belle avec ses grands yeux bleus et ses cheveux auburn. Je ne me souviens plus très bien mais nous avons fini par la coincer. Je revois son air effrayée qui nous a fait tant rire. Et c’est là que tout a dégénéré. D’un seul coup, nous n’étions plus des hommes, mais des animaux. Je ne sais plus qui a eu l’idée mais nous l’avons attrapée et enfermée dans la voiture de Max. Puis, nous sommes allés dans son appartement… Je ne suis pas encore prêt à raconter ce qui s’y est passé. Nous avons fini par la relâcher deux jours plus tard. <br /> Les jours suivants, nous nous ne sommes pas revus. Jamais. Nous avions honte... enfin, surtout moi je pense. L'opération chirurgicale nous avait transformés en monstres, en pantins totalement incapables de retenir les pulsions terrifiantes qui naissaient au sein de nos organismes affaiblis. Si j'ai préféré éviter les garçons, la fille par contre je l'ai recroisée... Toutes les excuses au monde n'auraient pas suffi, du coup j'ai soutiré de l'argent à mes parents pour lui envoyer. Pas vraiment pour qu'elle garde le silence... plus pour me faire pardonner, même si l'argent achète tout sauf une nouvelle virginité. Au final, on était presque amis, c'est pas vraiment à moi qu'elle en voulait... Enfin si, mais bon, j'étais quand même le seul à avoir fait un pas vers elle. Même quand on ne se voyait plus, on continuait de chatter sur Internet. Elle avait un pseudo marrant, <span style="font-weight: bold">Malicia2000</span>, qui combinait à la fois son surnom et sa prétendue date de naissance. <br /> <br /> Malgré cet échange peu conventionnel, j'ai quand même vraiment tenté d’oublier cette affaire. Je me suis repris en main, j’ai entamé des études dans une prestigieuse école privée de la banlieue parisienne, j’ai bossé dur pour sauver le monde, je ne suis pas retourné dans le passé, enfin si à cause de Belpois mais pas jusqu'à ce passé si obscur. Je me suis finalement persuadé que j'avais définitivement tourné la page. Et pourtant, j’entends encore ses cris dans mon sommeil. <br /> <br /> « Tout ça, c'est parce que t'étais en mal d'amour mon p'tit Odd ! » <br /> <br /> Ça y est, au son de sa voix, j'entendais déjà que Céleste retombait dans un de ses délires mystiques. Elle passait son temps à réciter des monologues les plus flippants les uns que les autres ! Voulez un exemple ? Suffit de demander ! <br /> <br /> « L'amour ? Pourquoi tu le cherches autant ? Pourquoi tu n'essayes pas de tomber amoureux de... toi-même pour commencer ? Ça te rendra moins con et t'empêchera de courir après une illusion dans laquelle tu penses que tout ira mieux alors que tu n'as encore rien compris. En avoir &quot;marre du célibat&quot;... Regarde-toi dans le miroir, accepte-toi et sois toi-même ? Qui es-tu derrière ce masque d'humour permanent ? Oh dis donc c'est pas mieux ce que tu vois en dessous de cette surface polie par les blagues débiles que tu peux faire ? Tu comptes plaire à quelqu'un alors que tu ne sais même pas qui tu es et que tu joues un rôle dès que quelqu'un se trouve dans la même pièce que toi ? Moi je ne pense pas que l'amour te rendra plus complet, l'amour ne te permettra pas d’assouvir tes fantasmes, l'amour ne te rendra pas moins seul. La vérité mon frère, c'est que tu es né seul, tu vivras seul et tu mourras seul. L'amour ne sert pas à tromper ta solitude, désolé, ouvre les yeux. <br /> Deux personnes qui s'aiment ? ... Tu penses avoir une bonne complicité avec la première fille que tu croises, tu te moques des autres couples, tu penses que dans ton futur solide couple vous agirez d'une manière différente, responsable, tu penses être intouchable, tu penses vraiment aimer sans en souffrir ? L'homme est radicalement corrompu et rien de bon ne peut sortir de lui, en particulier lorsqu'il s'avise de tomber amoureux. Ouvre les yeux. À la recherche du premier ou de la première venue qui te correspond. &quot;Te correspond&quot;. Tu penses vraiment que tu vas pouvoir choisir désormais ? Ouvre les yeux. A la recherche du premier ou de la première venu(e) qui va te servir à combler le trou dans ton petit cœur à défaut de combler le sien ? On ne réclame pas l'amour. On ne compte pas les jours de célibat en se disant que le temps presse. Ouvre les yeux. <br /> À lâcher des pleurs ou des moqueries quand quelqu'un te dit non. Commence par te dire oui à toi-même. Et quand bien même, réfléchis à qui tu as en face de toi, on ne cherche pas tous à répondre à un caprice, on cherche peut-être juste la personne qui en vaut la peine. Ouvre les yeux. <br /> J'ai été en couple, n'en doute pas. Mais quel genre de couple ? Je pensais tout avoir, bien plus que certains quand je vous observe. Mais quel couple ? Il y a un classement ? Une échelle qualitative ? Qui juge ... ? <br /> L'amour me fatigue, être en couple me fatigue... Observer le jeu des célibataires et les évolutions de discussions entre eux me fatigue... Je me demande pourquoi je me fais prendre au jeu parfois... Peut-être pour me moquer... Ou peut-être qu'on est tous pareils au fond et qu'aujourd'hui je suis juste frustrée, seule dans ces cieux en train de manger des chips tout en vous observant. <br /> Observer en silence... l'amour aujourd'hui, une nécessité, une mode... Ce monde me fatigue, et toi aussi. Malgré tout, j'avoue que j'ai un peu craqué sur ta mèche rebelle. Je suis actuellement dans mon lit, et toi tu es aussi dans ton lit Odd, le problème c'est que l'un de nous deux n'est pas à la bonne place. » <br /> <br /> Putain mais elle est tarée ou quoi cette bonne femme ?! Déjà elle n'est pas du tout dans son lit, elle est derrière moi à me menacer avec cette saloperie de lame depuis tantôt ! J'aurais pu tenter quelque chose, la désarmer, mais j'avais en quelque sorte besoin d'elle. Après tout, elle m'avait quand même tiré du train. Si je m'en débarrassais maintenant, où aller ? Il n'y a que du sable à perte de vue... Au moins, Céleste saura où passer la nuit. Enfin, j'espère... Elle doit bien m'emmener quelque part même si elle est cinglée, non ? Perdu dans mes pensées, ce fut assez simple de revenir sur terre (ou sur Jadawin plutôt) quand une pression assez violente s'exerça dans le haut de mon dos. <br /> <br /> « Allez, accélère un peu la cadence ! ordonna une voix qui me semblait familière. On est presque arrivés, ça serait con d'être en retard ! » <br /> <br /> En retard ? On avait donc rendez-vous avec quelqu'un... ou peut-être qu'on a juste un autre train à prendre, je suis perdu avec tout ça moi. <br /> <br /> « Je t'autorise à te retourner, déclara Céleste, il est temps que tu rencontres en personne notre tyran... » <br /> <br /> C'est sans doute le mouvement que je n'aurais jamais dû faire dans ma vie. En me retournant, j'aperçus la personne qui me répugnait le plus au monde. La seule que je serais prêt à tuer. Et aussi fou que cela puisse sembler, je n'étais qu'à moitié étonné. C'est comme si j'avais senti sa présence, cette odeur de cendres qu'il trimballe toujours avec lui. Premier élément visuel qui me marqua : cheveux autrefois châtains et maintenant complètement blondis par le soleil tout en restant formés de longues boucles soyeuses qui descendaient jusqu'aux épaules. Deuxième chose marquante : les yeux vairons, la caractéristique immanquable. Le droit luisant d'un bleu glacial et le gauche qui représentait la seule touche de vert du paysage. Même s'il semblait avoir vieilli, il n'avait en réalité presque pas changé. Après cette semi-stupéfaction, je réussis enfin à ouvrir la bouche pour poser la question qui me brûlait les lèvres. <br /> <br /> « Lilian ?! Mais que... que fais-tu ici ? <br /> — Tu pensais vraiment être le seul de notre monde à atterrir dans les limbes ? ironisa-t-il en m'adressant un sourire détestable. On est à cinq dans cette histoire mon pote, ne l'oublie jamais. » <br /> <br /> Pourquoi lui ?! Putain mais c'est pas vrai, c'est vraiment un cauchemar cet endroit ! <br /> <br /> « Tu n'as pas idée à quel point, murmura Lilian Knops en me dévisageant. Eh oui, je sais tout de tes pensées mon cher Odd... Tu es mal barré, c'est moi qui te le dis ! Va falloir se mettre rapidement au boulot Della Robbia, on a pas mal de bons moments en tête-à-tête à rattraper... »<span style="font-style: italic"></span> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9183 Minho Mon, 16 Oct 2017 13:37:35 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298174#298174 RE: [Fanfic] Mémoire Fantôme [Terminée] http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298173#298173 Contrairement à ce que tu sembles penser de moi, je ne suis pas là pour défoncer sa race à l’ambulance <img src="images/smiles/icon_sad.gif" alt="Sad" border="0" /> <br /> <br /> Mon avis général sur ce texte reflète ce dont je me souviens de sa lecture, remarquablement tenue à jour pour une fois : pas grand-chose. Pourtant, je n’ai pas lu de manière distraite, mais quelques semaines sont passées depuis la publication de l’épilogue et excepté ce dernier, le début et quelques vagues éléments du milieu, j’ai dû mal à me souvenir en détail du récit. Je pense que ce phénomène est à lier aux personnages mis en scène : ils n’ont rien de marquant. Évidemment, ça n’a jamais été ta spécialité ni ta marque de fabrique de creuser les personnages au maximum niveau personnalité et psychologie, mais tu arrivais à compenser grâce à de bons dialogues et à des insistances sur certaines facettes de caractère, qui permettaient quand même de faire le tri. Ici, c’est un peu le néant. <br /> Sérieusement, c’est la première fois que je n’arrive pas à reconstruire dans ma tête un texte de ton univers et ses acteurs sans relecture. Ah, et dire que c’était le but du titre n’est pas une excuse ici ! <br /> <br /> En fait, je me sens un peu arnaqué par la bannière-titre : même s’ils sont enveloppés dans la forme du masque, les 4 personnages secondaires/figurants y occupent quand même une place centrale. Ça fait quand même sous-entendu d’une certaine importance dans le récit. Et en définitive, non, ce sont des personnages génériques, les plus génériques que tu ais fait jusque-là (je ne pensais pas que tu arriverais à faire mieux que <span style="font-style: italic">Les Perles</span>, où il y avait l’effort d’une ligne de justification sur ce point, de ce côté-là). <br /> <br /> Y’a un point amusant que j’ai relevé d’ailleurs du côté des personnages. On a été deux à faire un parallèle avec <span style="font-style: italic">Ground Blizzard</span>, pour le début du texte. Mais je ne le maintiens pas pour le recrutement des nouveaux Lyokô-guerriers. Là où « Gébé » a fait traîner les choses sur 6/7 chapitres, tu fais l’exact inverse et règle la question en un seul. Malgré l’urgence de la situation mise en place, je ne suis pas particulièrement convaincu. Sissi qui tape juste sur ses trois choix et ceux-ci qui acceptent tous l’offre ? Mouais. Pour faire un autre parallèle, je trouve que tu avais mieux géré la chose avec Senja Blanc en début de partie II de <span style="font-style: italic">L’échiquier</span>, où le résultat escompté par le chercheur de renfort n’était pas celui escompté au départ, mais pas forcément perdant pour lui. <br /> Pour le coup, je trouve que ça passe un peu grossièrement, même s’il y a l’aspect « scénarisé » de la bulle virtuelle qui peut jouer sur la tournure des événements. On sent quand même un peu la concession de cet aspect au profit de l’avancée scénaristique d’un texte court. <br /> Enfin bon, je reste le mec qui prévoit un texte en 3 parties et qui réussit à en produire une 4ème en plus ! <br /> <br /> En revanche, j’ai bien aimé la courte séquence de début de chapitre 2, avec Hopper, qui comble <span style="font-style: italic">habilement</span> un trou provoqué par <span style="font-style: italic">Hélicase</span> à l’encontre de <span style="font-style: italic">Cold Case</span>. Vu que l’univers d’Ikorih s’accole légèrement au tien, c’est légal, on sent l’expérience de ce côté-là ! <br /> Et puis, il y a un côté assez amusant au fait que le génie à l’origine d’une bonne partie des emmerdes de la série (Aelita en tête) – candidat au prix du plus grand planqué des univers de fiction – se fasse complètement baiser par la petite astuce de Joris. <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /> <br /> <br /> Dans la même lignée, j’ai été très heureux de l’erreur commise par Joris avec la réplique de Mélody. Le mec fait tout pour contrôler la situation et tout anticiper, mais se fait dégommer sur un malheureux détail, c’est assez épique ! <br /> Cela dit, à titre personnel, je trouve que Joris n’a pas si bien géré la situation qu’il l’a laissé entendre. L’exemple le plus frappant est qu’il a éliminé Romain trop tôt. Il aurait pu et dû essayer de le manipuler avec une petite mise en scène pour rendre son mensonge initial sur le cadavre d’une vraie Aelita crédible. Au vu de sa maîtrise des spectres, c’était à sa portée. Mais c’est mieux ainsi, c’est rare de voir des personnages commettant plusieurs erreurs à la suite dans tes textes. <br /> <br /> Concernant l’épilogue, le principe du jeu était amusant, mais la libération possible des prisonniers sans limite d’emprisonnement (type, à la 3ème capture, le combattant est éliminé) rend une partie potentiellement infinie si tous les camps sont bons et équivalents en niveau, ce qui était plus ou moins le cas ici. <br /> Autrement, deux remarques : <br /> - Dans la liste des personnages jouables, Deva n’y figure pas, alors que Joris se jette voracement dessus. <br /> - La forme du terrain de jeu m’a remémoré de nostalgiques <span style="font-style: italic">batailles de ballons</span> sur un certain <span style="font-style: italic">Mario Kart DS</span>. <br /> <br /> Bref, ce texte n’a pas su m’atteindre, et restera donc un malheureux fantôme dans ma mémoire. Cela dit, peut-être arriverais-je à le revaloriser si la suite des aventures de « Joris » venait à jaillir un de ces quatre pour mettre les choses en perspective. Tchuss ! Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9254 Zéphyr Sat, 14 Oct 2017 16:54:43 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298173#298173 RE: [Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus tard... [Chapitre 15] http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298172#298172 Je n'étais pas passé depuis quasiment deux ans. Et pourtant me voilà. <br /> C'est l'avantage du fait que l'on ait plus trop d'activité, ça me permet enfin de relire depuis le début des textes sur lesquels j'avais décroché. <span style="font-style: italic">Code Alpha</span> en fait partie. J'ai donc tout relu depuis le début, ce qui fait qu'en fait, tes premiers chapitres, je les ai lu pour la troisième fois puisque à l'époque déjà, tu avais effectué une refonte. Et j'ai en effet bien noté que le prologue était nouveau ! J'admets que je le trouvais cliché, jusqu'à ce que tu envoies le décès de Yumi en pleine figure et j'ai trouvé ça génial &lt;3 <br /> <br /> Bon après je me refourgue l'Antoine des premiers chapitres, alias le génie, ou du moins, l'homme le plus intelligent du monde s'il en était le seul survivant. J'avais déjà taillé Antoine sur le fait que le génie en informatique ne faisait pas de copie de ses fichiers, c'est également vrai pour surveiller la batterie... <br /> En revanche, je vois que l'allusion au poster <span style="font-style: italic">Star Wars</span> a été actualisé c'est très habile de ta part ! <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">On est bien mieux à l'Intérieur</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/cxKTwMD.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/cxKTwMD.png"/><img src="http://i.imgur.com/cxKTwMD.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/cxKTwMD.png"/><img src="http://i.imgur.com/cxKTwMD.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/cxKTwMD.png"/><img src="https://i.imgur.com/U2cZDFl.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/U2cZDFl.png"/> <br /> <br /> <span style="color: #2C75FF">J'aime assez l'idée d'avoir mis en spoil de fin les modifs, surtout pour qui avait lu la V1 comme moi. Et effectivement on peut dire que tu as bien travaillé ! Et si la façon dont Ambre se pointe sur Antoine au self est plutôt maladroite, comme je te l'avais déjà dit (mais difficile de changer ça) en revanche j'ai apprécié le coup de la colle commune (pour Ambre qui les rejoint je veux dire) et des chargeurs, Jean palliant au problème du lieu. C'était plutôt bien pensé de ta part, même si on se demande pourquoi Ambre a de vieux chargeurs !!</span> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Et respirer cet air si pur</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> <span style="color: #2C75FF">Ah, Hidalgo a réussi son coup pour l'interdiction des voitures à essence en 2030 à Paris du coup ! <br /> <br /> Un peu plus loin, si Antoine est logiquement rapidement... conSterné par le récit d'Ulrich, j'ai été davantage surpris que ce dernier choisisse de passer un <span style="font-style: italic">random guy</span> xanatifié (en l’occurrence Melvin) au scanner. <br /> <br /> L'intrigue prend une toute autre dimension au chapitre 10. Bien sûr tu n'as l'as abattu toutes tes cartes mais le mystère propre à la partie I se dissipe (depuis le coup du directeur en lien avec X.A.N.A), on a enfin le gros des événements que tu as imaginé entre la série d'origine et les fameux 25 ans plus tard.</span> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">C'est alors qu'elle me gifla. Je ne savais pas comment c'était possible, mais la sensation était là</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://media.giphy.com/media/KoXeWErjHNU2s/giphy.gif" border="0" alt="https://media.giphy.com/media/KoXeWErjHNU2s/giphy.gif"/></div> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Kadik</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> <span style="color: #2C75FF">Non.</span> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">La nuit qu'on avait passé ensemble</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> <span style="color: #2C75FF">Héhé, je pourrais lock cette fic pour promotion incestueuse. Mais la jurisprudence <span style="font-style: italic">Alpha et Omega</span> te sauve la mise.</span> <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">Mais je crois que ça devient trop compliqué entre nous...</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> <span style="color: #2C75FF">C'est la fille d'Aelita ou de Yumi ? -_- <br /> <br /> J'ai été totalement niqué par la feinte sur la xanatification de Jim qui en fait obéit à Antoine. De la même façon, arrivant au terme de ma lecture, je ne voyais pas Ambre se faire blitz comme ça par Ombre (J'espère que c'est pas un fake et qu'elle y passe vraiment). Au final je suis content d'avoir été jusqu'au chapitre 16, parce que si les premiers chapitres sont plutôt bof du fait d'un cliché à la <span style="font-style: italic">Code Lyoko Génération</span>, et même si on ne peut éviter un petit syndrome <span style="font-style: italic">Chronicles</span> pour l'implication parents-enfants (C'est du coté de l'inclusion d'Ambre que ça reste maladroit, pour Antoine, le facteur Alpha est au contraire assez logique), je trouve que cette fic se vaut largement et je te félicite d'ailleurs pour la patience que tu as eu pour l'améliorer, la retoucher, la corriger... je pense que tes efforts sont récompensés au final. Il ne me reste qu'à lire ce fameux dernier chapitre, d'autant que si Ambre crève vraiment et qu'on a Ombre à la place, alors il ne peut pas y avoir de <span style="font-style: italic">happy end</span> au sens strict, les plans d'Antoine pour le futur étant notamment bouleversés. Cela dit, il n'y a qu'un corps sur Terre, alors je vois bien une infiltration d'Ombre définitive dans le corps d'Ambre, ce qui, pour les autres, ne se verra pas. <br /> Sur un tout autre sujet, globalement, j'adore le coté naufrage social que tu dépeins à Kadic, avec des agressions sexuelles, des coupes-gorges nocturnes, des bandes de bruleurs de voiture, etc... Comme <span style="font-style: italic">a priori</span> ça ne colle pas du tout avec l'image d'un établissement privé, il pourrait être intéressant que tu places une petite allusion à l'histoire de la déperdition de l'école depuis l'époque de la série, ce qui de surcroît permettra d'expliquer le changement notable entre les deux périodes. <br /> <br /> Bon maintenant que je suis à jour, balance la suite wesh, fais pas ta tepu <img src="images/smiles/icon_mrgreen.gif" alt="Mr. Green" border="0" /></span> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9013 Icer Sat, 14 Oct 2017 16:06:10 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298172#298172 RE: [Projet] Code Lyoko Rewritten http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298171#298171 Et oui, je demande l'écriture d'un premier épisode avant la préproduction, parce qu'avant la préproduction il y a le pilote. C'est à dire un épisode avec une bible préécrite qui n'est ni définitive ni précise, mais qui servira à poser des bases. Le but du pilote c'est justement de soumettre l'idée du projet pour engager sa production. <br /> <br /> Dis toi que Code Lyoko n'a pas pu être Code Lyoko sans Garage Kids. Et que Garage Kids n'était pas fait par toute l'équipe de Code Lyoko, mais en l'occurence, les deux premier réalisateurs qui ont eu l'idée, et c'est ça qu'on te demande, un pilote. Donc si, c'est possible. Et c'est surtout essentiel, très peu de séries n'ont pas eu de pilote, qui ont servi à leur validation Créations Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9281 Sirix Thu, 12 Oct 2017 23:51:56 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298171#298171 RE: [Projet] Code Lyoko Rewritten http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298170#298170 En générale quand on envisage de crée se genre de chose, on pense d'abord a ce genre de détaille dont tu vient de faire mention. <br /> <br /> Et prépare aussi une esquisse de ce qui pourrez être le produit finale. <br /> <br /> Moi par exemple, j'ai dessiner &quot;Aelita aux pays des merveilles&quot;, à l'annonce de cette BD (la première) j'avez déjà des croquis et des scéne à montrez aux autres pour illustrer mon projet. <br /> Et je savait déjà exactement ce que je voulez faire pour la BD. <br /> Et même si parfois j'ais dévié, au moins j'avez une idée de base. <br /> Là tu dit tout simplement que tu va la faire mais que ta rien préparer ni de quoi le concrétiser. <br /> <br /> C'est pas intéressant. Créations Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9281 Velociraptor Thu, 12 Oct 2017 20:07:15 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298170#298170 RE: [Projet] Code Lyoko Rewritten http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298169#298169 Sirix, je comprends bien ce que tu demandes, mais c'est complètement impossible, tout comme c'est impossible de construire une maison en commençant par le toit. <br /> <br /> Tu me demandes d'écrire un épisode sans avoir même pas une bible literaire. Si tu fais de l'animation, tu verras qu'il y a une étape de production appelée &quot;préproduction&quot;, où l'on doit elaborer certains documents (dont la bible, qui définit le concept de la série) essentiels avant de démarrer l'écriture de la série. Sans ces documents, la production ne peut pas commencer, tout simplement car on n'a pas une base solide sur laquelle construire la série. En gros: sans bible, il n'y a pas de série. <br /> <br /> Là, on a pas encore une bible parce qu'il faut encore un gros travail de reflexion pour corriger tous les erreurs de la série et définir le nouveau concept. C'est pour ce travail que je demande de l'aide. <br /> <br /> Si tu veux, je peux être plus précis concernant ce qu'on manque pour écrire un épisode: <br /> <br /> -Je ne sais pas encore quelle va être la nouvelle méthode pour désactiver les attaques de XANA. <br /> -Je ne sais pas encore les méthodes d'attaque que XANA va utiliser (Spectres? Attaques électriques? Attaques informatiques?) <br /> -Je ne sais pas encore quel va être l'objectif de XANA, et donc je ne connais pas les stratégies qu'il va utiliser. <br /> -Etc. <br /> <br /> Comment écrire un épisode sans toute cette information? Il faut absolument savoir tout ça avant. Et c'est pour ça qu'il faut absolument rédiger une bible qui inclue tous ces détails. <br /> <br /> En tout cas, je comprends ce que tu veux, Sirix: tu veux voir un aperçu de mon travail pour avoir la preuve que je vais tenir. Bien que je ne peux pas t'offrir un épisode, je peux quand même te dire que j'ai déjà commencé le travail de reflexion, et que je compte vous montrer les résultats dans la page web que je suis en train de faire (vous verrez comment). Mais je vais avoir besoin de votre collaboration pour finir le travail... <br /> <br /> Voilà! Bonne soirée! Créations Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9281 Berik Thu, 12 Oct 2017 17:14:29 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=298169#298169