CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Trepalium, Familia, Patriam
[Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
Comment relancer CL a notre niveau
Questionnaire
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] Oblitération
[Fanfic] Le plus puissant des liens
[Fanfic] Le futur nous appartient
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
[Fanfic] Bouffon du Roi
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

305 résultats trouvés
Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum

 Auteur  Message
  Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!  
Baptoou

Réponses: 85
Vus: 36600

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mer 24 Mai 2017 13:47   Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
Bonjour Icer, ravi de ravoir ton avis Smile

Icer a écrit:
cette fic qui vient sans doute d'exploser l'un des records d'intervalle entre deux chapitres. As-tu réellement mis tout ce temps à boucler ce seul chapitre ou tu as pris de l'avance ?

Je suis content de détenir ce record inutile Rolling Eyes Avec Jeremy, on fait la paire, lui c'est le record du nombre d'absences en cours de sport !
Sérieusement, non je n'ai pas mis tout ce temps à terminer ce chapitre. Je n'ai tout simplement pas bosser ma fic pendant plus d'un an... Oui je sais, c'est pas bien. Alors pourquoi je reviens maintenant ? Et bien c'est parce que je me suis fait remonté les bretelles par Zéphyr en mp x) Façon de parler, il m'a tout simplement demandé des nouvelles de la fic. C'était un mp datant de février que je n'ai vu que la semaine dernière. Il m'a donné envie de m'y remettre. En réalité, le chapitre était déjà fini, j'aurai pu le poster y'a un an si je le voulais. Il me restais plus qu'à trouver quelques images intéressantes. Donc voilà pourquoi je reviens maintenant.


Icer a écrit:
Vu que cette fanfic est riche en détail, je me permet d'émettre un doute sur l'utilisation de cet appareil en France. Si tu pouvais vérifier... ou alors tu l'as déjà fait et tu m'apprendrais un truc !

Le détecteur de mensonges est utilisée en France mais extrêmement peu puisqu'il n'a aucune valeur devant les juges.

Icer a écrit:
Citation:
- Dites, je me demandais, vous êtes toujours aussi bien organisée pour une simple visite familiale ? se demande William.


Patrick non ?

Exact ! Petite bourde parmi d'autres surement !

Les illustrations... Ouais sympathiques comme tu dis. En tout cas, elles résultent de longues recherches dans la galerie d'images du site. J'en ai trouvé quelques unes d’intéressantes pour la partie concernant Lyoko, d'ailleurs, je ne me prive pas d'aller jeter un œil dans la galerie d'images relative à CLE (paysages et monstres uniquement).

La partie virtuelle ouais c'est pour le chapitre suivant, il n'y a eu qu'un avant-gout dans ce chapitre, ça me permettait de couper le scénario en deux.

Les chapitres 12 et 13 sont entamés tous les deux, le 12 est presque terminé mais je bloque sur certains passages d'actions sur Lyoko que j'ai du mal à retranscrire à l'écrit. Ils arriveront cet été ; Le 12 courant juin-juillet et le 13 courant juillet-août. Le 14 aussi d'ailleurs pourrait arriver cet été si j'avance assez vite, sachant que je ne poste qu'après avoir pris de l'avance dans l'écriture.

Merci à toi Icer Wink
  Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!  
Baptoou

Réponses: 85
Vus: 36600

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Sam 20 Mai 2017 23:55   Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
SURPRISE !!!
Cela fait un petit moment, n’hésitez pas à relire les chapitres précédents.

Résumé des événements passés :
Spoiler



FAUX ESPOIRS

Chapitre XI : La récupération de la pile nucléaire - première partie



Chambre de Jeremy et Patrick, 13h50

Patrick avait posé son sac sur le lit de Jeremy en attendant d’avoir le sien. Il remarque que rien n’a changé depuis sa dernière visite. Une tonne d’appareils informatiques sur le bureau, une armoire pleine à craquer, un lit simple et un magnifique poster du plus grand scientifique du siècle dernier affiché au mur. « Elle n’est pas mal cette chambre, en espérant que je puisse revoir un peu la déco ! Mais elle est un peu petite quand même pour deux » murmure-t-il. Dans le même temps, Jeremy arrive et rentre dans la chambre.

- « Hey Patrick ! apostrophe-t-il.
- Jeremy ! Justement je me disais qu’on pourrait revoir la disposition des meubles pour optimiser la place ! propose son cousin.
- Euh… Ouais pourquoi pas ! Mais avant, j’ai quelque chose à te demander ! commence Jeremy, le cœur qui bat la chamade.
- Oui je t’écoute.
- Euum… Je ne sais pas trop comment aborder le sujet, mais William et Yumi doivent se rendre quelque part mais ils ne savent pas trop comment s’y rendre. Ils avaient prévu cette sortie la semaine dernière mais, tu sais, il y a eu une catastrophe ici… Enfin, ça sera sympa si tu pouvais les déposer en voiture. hésite Jeremy.
- Euuh bah ouais pourquoi pas, où doivent-ils aller ? demande son cousin.
- Bruyères-le…Châtel ! murmure-t-il.
- Ah oui quand même, c’est pas tout près, pourquoi doivent-ils aller là-bas ?
- Euum… Yumi doit… Euh, non William doit aller voir sa grand-mère ! Oui ! Sa grand-mère est souffrante alors tu comprends, c’est important pour lui ! lance Jeremy, peu fier de son mensonge.
- D’accord, je comprends. Bah écoute Jeremy, moi je suis d’accord, tu leur dis de venir me voir quand ils sont près à partir. acquiesce Patrick.
- Super ! Merci beaucoup Patrick ! Je te revaudrai ça ! » dit Jeremy, avant de sortir de la chambre afin d’annoncer la nouvelle aux autres.


Résidence des Ishiyama, 14h20

Il est deux heures de l’après-midi et les Ishiyama sont toujours en train de déjeuner. Chez eux, le samedi c’est « pépère ». Aujourd’hui, au menu, c’est boulettes de porc Teriyaki, accompagnées de riz. Hiroki et toute la famille se régalent. Le long silence prouve que le repas à l’air exquis. Malheureusement, ce silence fut cassé par le téléphone de Yumi, qui n’a pas pris le temps de le mettre en silencieux, ce qui met en colère Mr Ishiyama.

- « YUMI ! Ton téléphone ! » crie-t-il.
- Désolée… répond-elle. J’en ai pas pour longtemps. » affirme-t-elle en voyant le nom de Jeremy apparaître sur l’écran de son appareil.

Yumi sort de table et s’éloigne dans le couloir afin que la discussion ne s’ébruite pas trop dans la cuisine. Une fois assez loin, elle décroche.

- « Oui Jeremy ? Que se passe-t-il ? demande l’adolescente.
- Tout le monde est prêt ! On attend plus que toi ! révèle Einstein sans vouloir affoler Yumi.
- Très bien ! Je vous rejoins dès que je peux m’absenter. murmure-t-elle.
- Ça marche, on t’attend dans la chambre d’Odd et d’Ulrich. »

Yumi retourne à table et termine son repas. Elle ne pourra partir de chez elle que quand tout le reste de la famille aura terminé de manger, quand la table et la vaisselle seront nettoyées et uniquement quand les membres de sa famille seront tous occupés à d’autres labeurs.


Entrée secondaire de Kadic, 14h30

Tous les oiseaux qui avaient l’habitude de vivre dans les buissons alentours avaient vite trouvé refuge ailleurs. Les ronflements de Jim étaient insupportables et faisaient peur à ses petits êtres. Mais par chance, le son émis par le professeur ne se répercutait pas de l’autre côté des buissons, sur la voie publique. Ce qui est malheureux pour les trois acolytes qui ont préféré désobéir à Jim et faire le mur. Le plan de Jim marche à la perfection, le premier à rentrer touche à la poignée, ce qui, sans surprise, fait sonner le carillon. Jim se réveille en sursaut et s’approche des fugitifs sans qu’ils aient le temps de décamper.

- « Alors… Voyons voir qui nous avons là... articule Jim, fier de sa réussite. Pujol, Gauthier et Jolivet ! Et bah alors ? Maintenant qu’on est lycéens, on se croit tout permis ! hein ?
- Mais monsieur ! On avait juste prévu d’aller manger à Mcdo ce midi, on a rien fait de mal ! affirme Jean-Baptiste Pujol en essayant de trouver une excuse.
- Non ! Non ! Pas de ça avec moi ! répond Jim. J’avais fait le tour des bâtiments, et il ne manquait que vous trois ! J’ai déjà noté vos noms sur mon calepin des heures de colle ! Vous êtes collés tous les soirs après les cours, à partir de lundi pendant une semaine ! Ça vous fera les pieds !
- Mais monsieur ! Vous n’aviez pas le droit de nous empêcher de sortir ! réplique Théo Gauthier, très mécontent de l’attitude de Jim.
- J’ai tous les droits que je veux ! Allez maintenant, ouste ! Filez dans vos chambres ! » ordonne Jim.

Les trois adolescents n’ont d’autres choix que d’accéder à la demande du professeur. Ils se dirigent vers leur chambre respective.

- « Fais chier ! grogne Théo. J’avais prévu d’acheter un cadeau pour ma sœur cette semaine !
- On aurait pu le faire ce matin ! affirme Thomas Jolivet.
- Comment elle s’appelle déjà ta sœur ? demande Jean-Baptiste.
- Laura ! Et son anniversaire c’est le week-end prochain !

Jim, content de sa petite mise en scène, récupère son matériel et ferme à double tour le portail secondaire de l’établissement. A présent, personne ne peut sortir, et personne ne peux rentrer. Enfin, c’est ce que pense le professeur. Maintenant, Jim se dirige également vers les dortoirs. En apercevant les trois garnements avancer d’un pas lent, il décide de les rattraper pour leur avouer une bonne nouvelle :

- « Hey ! Pour vous remonter le moral, la semaine prochaine, au gymnase, c’est Mcdo tous les jours ! » avoue Jim.. Mais ça reste entre nous, hein ?


Parc du collège Kadic, 14h50

Un bruit métallique se fait entendre dans le sous-bois. C’était Yumi qui soulevait la plaque d’égout afin d’en sortir. Elle a été obligé de faire un détour jusqu’à l’usine afin d’emprunter le passage secret étant donné que Jim a tout bouclé. Mais le plus important, c’est que Yumi soit arrivée. En prenant soin d’éviter les élèves qui se demanderait ce qu’une externe faisait ici maintenant, et surtout Jim, la jeune fille arrive enfin dans la chambre des deux ‘’colocataires’’. Elle entre sans frapper.

- « Ah bah enfin ! s’écrie Odd.
- Désolée, le portail est fermé. J’ai dû aller à l’usine pour emprunter le passage secret ! avoue la jeune japonaise.
- Ah oui c’est Jim qui fait des siennes ! réplique le maigrichon
- T’aurais dû grimper par-dessus le portail ! propose William tout sourire.
- Bah voyons ! Et me faire remarquer si jamais je me cassais la figure !
- Jeremy ? Qu’y-a-t-il ? s’inquiète Aelita.
- JIM ! En parlant de Jim ! J’ai complètement oublié ce que m’avait dit Ulrich ! confie-t-il
- Et que t’avait-il dis ? » demande Yumi.


- Jeremy ! T’as vu les infos ? demande le blessé allongé dans son lit.
- Non ! Je n’ai pas vraiment le temps de regarder la télé ! Qu’est-ce qui se passe ? s’inquiète Jeremy.
- J’ai allumé la télé et je suis tombé là-dessus ! Il y avait des caméras dans la salle où se trouvait TERA-100 et apparemment elles auraient filmé l’intrusion de Jim contrôlé par XANA ! avoue Ulrich.
- Ils ont diffusé une vidéo ?
- OUI ! La vidéo est assez courte. La qualité est assez mauvaise aussi mais j’ai eu aucun mal à le reconnaitre ! C’est surement parce que j’ai l’habitude de le voir ! On le voit tirer un éclair sur un mec en blanc et ensuite on le voit viser la caméra. La vidéo dure à peine trois secondes. affirme-t-il. Tu penses pouvoir faire quelque chose pour empêcher que Jim se fasse arrêter ?
- A par pirater le réseau de la police et de la chaîne télévisé pour effacer les preuves, je ne vois pas ce que je peux faire d’autre ! Merci de m’avoir prévenu, repose-toi ! » conseille le blondinet.


- « QUOI ? hurle le groupe.
- Je n’ai pas regardé la vidéo mais si Ulrich l’a reconnu, d’autres personnes sont susceptibles de le reconnaître. avoue Einstein. Je vais voir ce que je peux faire. Le plus important c’est la pile nucléaire ! Je vous ai préparé un sac contenant le matériel dont vous pourriez avoir besoin. dit Jeremy en tenant le sac à Yumi.
- Attends… réplique l’adolescente, surprise. C’est moi qui vais chercher la pile ?demande-t-elle en se montrant du doigt.
- Ouais ! Avec William ! ça te va j’espère ? insinue Jeremy.
- Euh… Bah oui ! répond-elle machinalement.
- Ouais et c’est Patrick qui nous emmène ! avoue William à sa coéquipière.
- Hein ? Patrick ? C’est moi ou j’ai l’impression d’avoir loupé un épisode ? s’offusque Yumi.
- Ouais je n’ai pas trop eu le choix, Odd Aelita et William m’ont forcé à lui demander son aide. Il dispose d’une voiture sans permis, il peut vous conduire rapidement au CEA récupérer une pile nucléaire. rappelle Jeremy.
- Hey dis donc Jeremy ! On ne t’a pas forcé ! Si tu ne veux vraiment pas embarquer ton cousin là-dedans, tant pis on ne lui demande pas ! Nous on t’a juste soumis cette idée ! vocifère Aelita, froissée
- Désolé Aelita, tu as raison on n’a pas le choix, on a besoin de sa voiture pour s’y rendre, mais je rappelle qu’il est hors de question de lui parler de l’usine, de Lyoko et encore moins de XANA ! Je compte sur vous Yumi et William pour raconter tous les bobards que vous voulez pour conserver le secret !
- Ouais ouais on a compris Jeremy, on fera tout pour qu’il se rende compte de rien ! confirme William.
- Bien merci ! Je vais donc vous expliquer le plan. »

Tout le monde retient son souffle. Jeremy est assis à son bureau, Aelita est à ses côtés, Odd et William sont assis sur le lit du premier, et Yumi sur celui d'Ulrich.

- « Donc le but est de récupérer une pile nucléaire au commissariat atomique à Bruyères-le-Chatel. Le site se trouve à une trentaine de kilomètres d’ici, je vous ai préparé un itinéraire, je l’ai mis dans le sac. Vous y trouverez également quelques outils qui pourraient vous servir comme un tournevis, pieds-de-biche, gants et une couverture pour protéger la pile. N’oubliez-pas de manipuler la pile avec précaution, il ne faut pas que la barre d’uranium soit en contact avec l’air. Il faut donc empêcher la protection en verre de se fissurer ! rappelle Jeremy. Yumi, tu sais à quoi ressemble une pile nucléaire n’est-ce-pas ? Je vous ai déjà montré à tous mais j’ai quand même pris la peine de mettre dans le sac des photos de piles qui seraient compatibles avec notre supercalculateur.
- Ah parce qu’il existe plusieurs sortes de piles ? s’étonne Yumi.
- Oui évidemment, plusieurs constructeurs proposent ce genre de piles aux professionnels. En ce qui concerne XANA, attendez-vous à de la résistance cette fois. Odd et Aelita seront présents avec moi à l’usine pour se préparer à contrer l’attaque. explique Jeremy.
- Ouais vous en faîtes pas, on vous couvre ! confirme Odd affalé sur le lit.
- Et pour Ulrich alors ? demande Aelita.
- Ulrich on le laisse en dehors de cette mission, il doit se soigner et de tout de façon, dans cet état, il nous freinera plus qu’autre chose. râle Yumi.
- Bien, je vais chercher Patrick. » affirme Jeremy.

Jeremy sors de la chambre de ses amis qui se situe juste en face de sa propre chambre où se trouve son cousin.

- « Patrick ! crie Jeremy.
- Ah Jeremy ! Dis, je pense que tu devrais ranger ses cartons remplis de bouquins afin de pousser l’armoire, comme ça je pourrai mettre mon lit le long du mur comme le tien… » propose le cousin de Jeremy.
- Ouais ouais on verra ça plus tard ! réplique-t-il. Tu te rappelles ce que je t’ai demandé tout à l’heure ? Emmener Yumi et William ?
- Oui je te l’ai déjà dit, dès qu’ils sont prêts, ils me… répond Patrick avant de se faire couper par Jeremy.
- Bah justement ils sont prêts, il faudrait partir maintenant si vous voulez être de retour pour le diner ce soir ! » suggère-t-il.

Au même moment, les autres membres du groupe sortent de la chambre d’Odd et d’Ulrich et attendent Jeremy et son cousin dans le couloir.

- « Salut Patrick ! déclare Yumi à travers la porte. Ça fait longtemps que l’on ne t’as pas vu !
- Hey salut… Euuh…
- Yumi ! rappelle Odd.
- Oui voilà Yumi ! Euh… Vous êtes prêts alors ? Je vous emmène voir la grand-mère de William, c’est ça ? demande Patrick.
- Euuuuh… hésite Yumi et William.

Jeremy leur sourit en leur demandant d’acquiescer dans le dos de son cousin. Le groupe, accompagné de Patrick, sortent des dortoirs et se dirigent vers la cour de l’établissement. « Ma grand-mère est décédée y’a plus de 3 ans ! » avoue William à Yumi en lui murmurant à l’oreille. « Oui tu as raison, j’aime pas trop mentir à Patrick comme ça. J’espère que tout se passera bien » lui répond la jeune fille.


Gendarmerie de Bruyères-le-Châtel, 15 heures

Dans les archives du bâtiment, au sous-sol, une jeune femme consulte des vieux dossiers datant de l’année dernière, il s’agissait en réalité de journaux et d’articles de presse régionaux que les gendarmes souhaitent conserver. La salle des archives était une pièce assez petite et très sombre, sans aucune fenêtre. Un seul lustre était suspendu, mais trop éloigné de la jeune femme, l’obligeant de s’éclairer avec son téléphone portable. « Ah voilà ! J’ai trouvé ce qu’il me manquait! » s’écrie-t-elle. « Cette histoire remonte à un an et demi » continue-t-elle avant de remonter au rez-de-chaussée, là où se trouve le reste de ses collègues. Elle monte les marches deux à deux et retrouve ses supérieurs.

- « Aah tu es encore là Sandrine !? » s’estomaque le capitaine.

Sandrine était la secrétaire de cette gendarmerie, elle est âgée d’une trentaine d’années et est embauchée depuis 3 ans dans cet établissement.

- « Tu devrais rentrer chez toi, on est samedi ! lui rappelle-t-il.
- Euuh… Avez-vous envoyé la vidéo de la caméra de surveillance au DGSI ? demande la jeune secrétaire.
- Non pas encore ! répond-il froidement. Il faut encore que j’écrive un courrier accompagnant la cassette.
- Eh bien, je pense que vous devriez d’abord regarder ça avant de prendre votre décision.


Cour de Kadic, 15h25

Jeremy attire Yumi et William à part pour leur rappeler l’importance de leur mission.

- « Je vous rappelle que vous n’avez pas le droit à l’erreur ! Je ne prendrai pas le risque de programmer un retour dans le temps, il risquerait d’épuiser ce qui reste de puissance à la pile nucléaire ! annonce-t-il.
- Jeremy ! Tu fais ta mère poule là ! réplique Yumi. Fais nous confiance.
- Je m’inquiète c’est tout ! Appelez-moi avant de prendre une décision trop hâtive. ordonne Jeremy. Et prenez soin de mon cousin ! »

Au même moment, Jim, faisant son tour des lieux afin de s’assurer que tout voit bien, aperçoit le groupe d’amis au loin et vient les aborder :

- « Alors les gaillards on glande ?
- On fait rien de mal m’sieur Morales, on fait visiter le lycée à Patrick ! avoue Odd.
- C’est bien ça, on prend les devants ! J’aime ça ! Mais attention pas de magouilles hein !? conseille le professeur de sports avant de retourner à ses occupations.

En arrivant près du portail, Patrick se retourne vers les autres, sceptique :

- « Comment comptez-vous sortir du lycée ? Votre surveillant à fermer le portail principal.
- Il y a bien une autre entrée au sud du parc, mais Jim doit l’avoir bouclée aussi. insinue Aelita.
- Si je comprends bien, je vais faire le mur le premier jour de mon inscription alors même que je n’ai même pas encore suivit un cours dans ce bahut ! indique le nouvel élève.
- Ouais c’est excitant n’est-ce-pas ? plaisante Odd.
- Cette fois Yumi, il va falloir escalader la grille ! se moque William.
- Oh mais ça ne me dérange pas ! Allez passe le premier beau brun ! » répond Yumi en lui donnant un coup de coude.

William vérifie que Jim soit bien assez loin du portail mais ne le voit même pas dans les environs, Jim est en effet rentré dans les dortoirs. L’adolescent commence alors par grimper sur le petit muret puis passe une jambe puis l’autre par-dessus les grilles. « Fait gaffe de ne pas t’empaler la jambe William, ça serait dommage ! » plaisante Odd. En effet, l’extrémité de la grille était assez pointue et rouillée. Une fois la seconde jambe passée, William saute de l’autre côté, pieds joints. Il est passé extrêmement aisément.

- « Allez ! A toi Yumi ! » ordonne-t-il.
- Ok mais rattrape mon sac à main avant ! réplique-t-elle en lançant le sac que Jeremy lui a donné de l’autre côté de la grille.
- Oh et bin ! Il est lourd ton sac ! Je me demande ce qu’il y a dedans ! dit William en lui souriant.
- Ah si… seulement tu… savais !! » bégaie Yumi en escaladant la grille sans bien mal.

Patrick fronce les sourcils.

- « Patrick tu nous rejoints ! s’écrie William.
- Ouais c’est parti ! »

Aussi rapide qu’un athlète, le cousin de Jeremy passe par-dessus la grille en un rien de temps et se retrouve avec William et Yumi sur la chaussée. Ils se dirigeant maintenant tous les trois vers la voiture. Yumi jette un dernier regard rassurant vers Jeremy. « Tout se passera bien ! » murmure-t-elle derrière les grilles.

- « Ah au fait William, tu monteras dans le coffre hein ? Il n’y a que deux places dans la voiture ! avoue Patrick.
- QUOI ? Tu me prends pour ton chien ? vocifère William.
- William calme-toi, on n’a pas le choix et tu le sais ! C’est une voiture sans permis. indique Yumi

Pendant ce temps, Jeremy, Odd et Aelita sont toujours plantés devant l’entrée principale de l’établissement.

- « Et maintenant ? demande Odd.
- On fonce à l’usine ! répond Jeremy. Et on se prépare à tout et n’importe quoi ! »


Gendarmerie de Bruyères-le-Châtel, 15h30

Sandrine, la secrétaire, et le capitaine se trouvaient dans la salle d’accueil du bâtiment. Cette pièce sert principalement à recevoir le public mais le personnel l’utilise très souvent pour se prélasser. Un distributeur s’y trouvait et était très souvent utilisée par le capitaine. D’ailleurs, un café, récemment servi, était posé sur la table haute. Le comptoir de la secrétaire se trouvait un peu plus loin. Sandrine prend le café sur la table et le tend violement à son supérieur en le forçant à le prendre dans ses mains. Une fois la table vide, elle pose un dossier contenant plusieurs pages de journaux, articles et autres feuilles. Elle en sort le premier journal et l’étale sur la table. Il s’agissait de l’édition régionale du Parisien datant d’un an et demi relatant les actualités de l’Ile-de-France. Parmi les articles présents sur la double page ouverte, Sandrine montre du doigt celui évoquant une évasion d’un fourgon de police, non loin de Boulogne-Billancourt. Les policiers avaient été attaqués par le fugitif et des phénomènes électriques surnaturels s’étaient produits d’après les dépositions des agents.

- « Des phénomènes électriques surnaturels ? Tu penses que cette affaire et celle du CEA sont liées ? demande le capitaine.
- Attendez de voir la suite ! » annonce sa subordonnée.

Sandrine met le premier journal de côté et sors du dossier un deuxième quotidien. Il s’agissait d’un autre journal régional mais beaucoup moins connu et passait inaperçu pour la plupart du grand public. L’article intéressant que Sandrine voulait mettre en avant relatait l’attaque d’un autre fourgon mais celui-ci transportait des barres d’uranium. Deux soldats avaient reçus de sérieux chocs électriques ce qui coïncidait avec leurs dépositions. Une barre d’uranium avait été volée par l’assaillant. Cependant, les soldats, sous le choc, n’avaient pas pu identifier l’homme.

- « Encore une attaque électrique ? Mais tu les sors d’où tous ces journaux ? enchaine le gendarme.
- Regardez la date !
- 15 mars 2003 ! répond l’agent.
- Maintenant reprenez le premier journal et regardez la date !
- 15 ma… MARS 2003 ! hurle-t-il

Après avoir vérifié plusieurs fois les dates et les faits relatés, le capitaine est maintenant sûr de lui : il s’agit de la même personne qui s’est évadé du fourgon, attaqué les soldats et volé la barre d'uranium.

- « Tu as trouvé ça toute seule ? se demande-t-il.
- Hé oui ! Et j’ai encore une dernière chose à te montrer ! Un article que j’ai trouvé sur internet, avoue-t-elle en sortant son téléphone. Il s’agit d’un article tiré du Herald-Jounal. Je te le lis »

Sandrine reprend son souffle et commence la lecture.

« Pierre Nanquin a été retrouvé inanimé devant l’entrée du commissariat principal, la police enquête mais semble pour l’instant incapable d’expliquer comment la cavale de l’ennemi public numéro 1 a pu prendre fin d’une curieuse façon »

- « D’après moi, les autorités ont préféré entériné l’affaire plutôt que d’admettre qu’une barre d’uranium se baladait dans la nature. affirme la jeune femme.
- Oui ça se tient mais on ne peut pas être les premiers à faire le rapprochement ? Et qu’a-t-il fait de cet uranium ?
- Je n’ai rien trouvé d’autres sur cette affaire. affirme-t-elle. D’après la déposition de Pierre Nanquin, il ne se souvenait de rien. La dernière chose qu’il se remémorait c’était être enfermé dans le fourgon de police. Il est passé au détecteur de mensonges, mais ça n’a rien donné.
- Maintenant, le but c’est de savoir si cette affaire est liée à la notre.
- J’en suis sûr à 100% ! confie-t-elle. L’attaque de la semaine dernière a eu lieu au commissariat à l’énergie atomique. En 2003, c’est une barre d’uranium qui a été volée ! L’uranium est une énergie atomique. Ces affaires sont forcément liées. Et dans les deux cas, on a affaire à un homme employant des chocs électriques.
- Oui tu as raison. Finalement, je vais la garder cette affaire, je vais enquêter moi-même.


Laboratoire de l’usine, 15h40

Le laboratoire est vide. Personne devant le pupitre du supercalculateur. L’écran a d’ailleurs l’air d’être en veille depuis un moment. Le monte-charge s’ouvre laissant découvrir Aelita, Odd et Jeremy. Rapidement, ce dernier s’installe à sa place habituelle et se connecte au supercalculateur. Il est le premier à briser le silence :

- « Bien, ça fait dix minutes qu’ils sont partis ! En attendant d’avoir des nouvelles de leur part, j’aimerai voir ce qu’il en est de cette fameuse vidéo de Jim.
- Il faut la supprimer de leur serveur si on ne veut pas Jim ait des ennuis avec la justice. affirme Aelita
- Oui ! Aelita tu peux me servir de relai avec mon ordinateur portable, connecte toi au supercalculateur s’il te plait ! enchaine Einstein.

Aelita s’exécute. Elle s’assoit et commence à pianoter en accomplissant ce que lui a demandé Jeremy. Une fois qu’ils se sont concordés, ils commencent à pirater le serveur de la gendarmerie.

- « Bah et moi alors ? se plaint Odd.
- Désolé Odd, je n’ai rien à te proposer, tu n’as qu’à t’échauffer au cas où XANA nous mettes des bâtons dans les roues !
- On dirait vraiment que tu veuilles que XANA attaque ! insinue Odd.
- ODD ! La question ce n’est pas si oui ou non XANA va attaquer mais quand va-t-il attaquer !


Quelque part entre Boulogne-Billancourt et Bruyères-le-Châtel, 15h50

Cela fait maintenant une quinzaine de minutes que Patrick conduit Yumi et William sur le lieu de leur mission, mission totalement inconnue du conducteur. Yumi est assise au poste de passager à l’avant, quand à William est recroqueviller dans le coffre, couper en trois ; une position très déplaisante pour lui. La seule fille du voyage a sorti la carte où figure l’itinéraire que leur avait préparée Jeremy en amont. Elle guide Patrick afin de quitter l’agglomération parisienne et ainsi rejoindre Bruyères-le-Châtel. Cependant, Yumi repère une erreur dans l’itinéraire de Jeremy.

- « C’est étrange ! s’étonne la japonaise.
- De quoi ? demande William en positionnant son visage entre les deux fauteuils.
- L’itinéraire de Jeremy nous fait prendre l’autoroute 6 ! Il a dû oublier qu’une autoroute était payante et que l’on n’avait pas prévu de payer quoi que ce soit ! insinue-t-elle
- Certes mais je vous rappelle aussi que l’on roule dans une voiture sans permis et que ma vitesse maximale autorisée est de 45 km/h. Argent ou pas, on n’aura pas pu prendre l’autoroute, signale Patrick.
- En effet oui, Jeremy n’avait pas dû prendre compte ce paramètre. On devrait pouvoir trouver un itinéraire empruntant des départementales, mais cela risques de nous rallonger. De toute façon, la ville de Bruyères doit être signalée, on devrait s’en sortir facilement, indique la jeune fille. William, tu vas t’occuper de trouver un autre itinéraire, je vais appeler Jeremy. » continue-t-elle en donnant la carte au passager du coffre.

Yumi sort son téléphone de sa poche et compose la ligne directe vers le supercalculateur.

- « Oui ? Yumi ? Tout va pour le mieux pour vous ? s’inquiète Jeremy.
- Ouais on s’en sort ! répond-elle. On a juste besoin de dévier de ton itinéraire. Tu n’avais pas pris en compte que l’on roulait en voiturette, la vitesse est très limitée et impossible de prendre l’autoroute.
- Raah mince oui, j’avais complètement oublié ! avoue-t-il de l’autre côté du pupitre.
- T’inquiète pas, on se débrouille. William s’occupe de trouver un autre itinéraire mais cela risque de prendre un peu plus de temps que prévu si tu voies ce que je veux dire… annonce Yumi.
- Oui oui je comprends ! Faites au mieux !
- Tout va bien de votre côté ? quémande Yumi.
- Rien à signaler !
- Bien je vous laisse alors !
- Bonne chance ! fini Jeremy avant de raccrocher.
- Pas très causant notre Jeremy ! affirme Yumi après avoir ranger son téléphone dans le sac.
- Dites, je me demandais, vous êtes toujours aussi bien organisés pour une simple visite familiale ? se demande Patrick.
- Eummm


Laboratoire de l’usine, 16h00

- « Hé dit Einstein ! Ton cousin, tu devrais lui dire de prendre quelques vacances dans un endroit très ensoleillé, je trouve qu’il a quand même la peau vraiment blanche ! Mais c’est que mon avis hein ! T’en fais ce que tu veux ! affirme Odd, assis dans le coin du laboratoire.
- Vu comment il a le teint pâle, il prendrait surtout des coups de soleil plus qu’autre chose ! réplique Aelita.
- Aelita, tu as défragmenté les tubes quantiques qui empêchent l’accès au serveur ? demande Jeremy à sa princesse.
- Oui c’est fait ! Sur mon écran tout est bon !
- D’accord ! Dans ce cas, je vais pouvoir rentrer sur le serveur de la gendarmerie… Et voilà c’est fait ! réplique Jeremy en pianotant sur le clavier. Bon maintenant y’a plus qu’à trouver la vidéo et la détruire, c’est du gâteau !

En entendant la bonne nouvelle, Aelita lâche l’ordinateur portable et se rapproche de Jeremy pour assister à la suppression de la preuve. Quant à Odd, il se lève aussi et rejoint le pupitre de commande piloté par Jeremy.

- « Lequel de ses fichiers est la vidéo de la caméra de surveillance du CEA ? demande la jeune fille aux cheveux roses. Il y en tellement ! continue-t-elle.
- Oui c’est ce que je me demandais également ! avoue Jeremy
- Peut-être celle-là ! indique Odd. Elle date d’hier !
- Oui exact ! Je la lance !

Jeremy lance la vidéo signalée par Odd. Celle-ci s’ouvre. Elle est de mauvaise qualité mais on peut reconnaitre une rue. Des voitures roulent à toute allure. Mais la vidéo semble centrée sur une autre cible : une bagarre entre deux malfrats.

- « Ferme Jeremy, ce n’est pas ce que l’on recherche ! affirme Aelita.
- Il s’agissait surement d’une vidéo provenant d’une caméra dissimulée sur le gilet de l’agent de police. suggère Jeremy. Je devrai essayer de faire un tri sur la durée de la vidéo. D’après ce qu’Ulrich m’a dit, elle ne durait que trois secondes. »

Jeremy s’exécute. Il tape une commande extrêmement rapidement et tape sur « Enter ». La liste des fichiers s’est manifestement vidée et seule trois fichiers vidéos subsistent à l’écran. Une seule d’entre-elles dispose d’une date récente : celle de lundi dernier, le jour où tout a recommencé. Il s’agit de la troisième en partant du haut. « La troisième !! » s’écrient Aelita et Odd. Jeremy reprend son souffle et lance le fichier vidéo. Les trois adolescents restent bouche-bée après ce qu’ils ont pu voir. On reconnaissait très aisément Jim, habillé en survêtement, sa tenue habituelle, attaquer les scientifiques du Commissariat à l’Energie Atomique. Par-dessus le marché, il semblait lancer des éclairs avec ses mains.

- « Jeremy ! Il faut absolument effacer cette vidéo avant qu’elle soit vue par plus de monde ! sanglote Aelita.
- Oui évidemment ! Mais dans tous les cas, elle a déjà été diffusée dans les médias, des tas de monde l’ont déjà vue ! affirme le petit génie
- Peut-être mais ce tas de monde ne peut rien contre nous ! Seules les forces de l’ordre peuvent nous contraindre à tout balancer si Jim venait à se faire arrêter ! enchaine Odd
- Je m’y mets ! Je vais effacer cette vidéo !
- Il ne serait pas prudent également de supprimer la vidéo en possession des médias ? questionne Aelita . Il faut éviter qu’elle ne soit diffusée une nouvelle fois ! Des élèves de Kadic risqueraient de reconnaitre Jim.
- Ooh ! T’en fait pas pour ça ! La télé du foyer n’est certainement pas branchée sur une chaine d’informations, avoue Odd.

Jeremy se met au travail. Son but est simple : laisser aucune trace de cette vidéo dans le serveur de la gendarmerie nationale. Supprimer la vidéo n’est pas suffisant, Jeremy doit faire d’autres manipulations pour être sûr qu’aucune trace ne subsiste dans les serveurs. Quand, tout à coup, le supercalculateur signale une menace. Le « superscann » s’active en double sur l’écran de l’ordinateur. Les trois adolescents n’en reviennent pas.


https://img4.hostingpics.net/pics/634539Revelation089ok.png


Quelque part entre Boulogne-Billancourt et Bruyères-le-Châtel, 16h10

Toujours en agglomération parisienne, le voyage des trois camarades se passe bien, mais élancé à une vitesse de 45 km/h, celui-ci n’avance pas très vite. William a trouvé un autre itinéraire n’empruntant que des départementales, comme prévu. Mais cet itinéraire rallonge le trajet d’environ une vingtaine de minutes. Une discussion d’adolescents tout à fait normale s’était invitée dans l’automobile.

- « Et dit Patrick, en quelle terminale es-tu inscrit ? demande Yumi
- ES ! Mais je ne sais absolument pas quel métier je souhaite faire plus tard, ça sera la surprise ! avoue-t-il.
- Oh tu sais, on est beaucoup dans le même cas ! réplique William derrière eux.
- Au fait Yumi, comment ça se fait que tu accompagnes William voire sa grand-mère ? interroge Patrick.

*On peut pas dire qu’il soit bête le cousin de Jeremy* pense William.

- Bah en fait, je connais bien sa grand-mère donc je l’accompagne pour lui rendre visite aussi, tout simplement, affirme Yumi, crispée.

Pendant ce temps, autour d’eux, et dans toute la ville de Paris et ses proches banlieues, quelque chose cloche. Les feux tricolores affichent tous le vert. Et aucun n’a l’air de vouloir réafficher la couleur rouge. Il ne faut pas longtemps avant que les premiers accidents aient lieu, et des bouchons se forment. Si cela continue, toute l’agglomération sera paralysée par ces accidents à répétions et ces ralentissements.

https://img4.hostingpics.net/pics/843273Sanstitre2ConvertImage.pnghttps://img4.hostingpics.net/pics/346052Sanstitre2.png


https://img4.hostingpics.net/pics/368496Carnetdebord189ok.png


Pour le moment, dans la voiture, personne ne remarque ces accidents. En effet, ils se déplacent sur une route plutôt tranquille, parallèle à la voix principale du quartier. Seul Patrick remarque que, depuis un moment, ils ont « chopés », comme il dit, tous les feux tricolores au vert, mais cela ne l’étonne pas plus que ça.


Laboratoire de l’usine, 16h10

L’alerte des deux tours activées vient de s’enclencher. Jeremy peine à y croire. Odd et Aelita se regardent et cours tous deux vers le monte-charge, en direction de la salle des scanners.

- « ATTENDEZ ! crie Jeremy.
- Quoi Jeremy ?! Il faut faire vite, Yumi et les autres sont en danger ! rappelle Odd.
- Oui je sais, mais laquelle des deux tours a été utilisée par XANA pour attaquer Yumi et William ! J’ai aucun moyen de le savoir ! rappelle Jeremy.
- De toute façon on doit les désactiver toutes les deux ! affirme Aelita.
- Certes ! Mais le problème c’est de savoir ce que manigance XANA ! Si l’une des tours vise Yumi et William, l’autre tour, qui est à la cible ?
- Nous ! insinue Aelita.
- Ou Ulrich ! sanglote Odd.
- L’une des tours se trouve dans le territoire de la forêt, l’autre dans la montagne. Laquelle désactiver en premier ? Quelles attaques stopper en priorité ?
- Tu viens de nous dire que tu ne pouvais pas différencier les deux tours des deux attaques ! Envois-nous au plus proche de l’une des tours et on s’occupera de la suivante juste après ! propose Odd.
- Très bien ! Foncer vite en salle des scanners alors ! ordonne-t-il. Je préparer la procédure de virtualisation, j’appellerai Yumi et Ulrich juste après pour les prévenir.

Sans tarder, Aelita et Odd, rejoignent le monte-charge et l’ordonne de descendre un étage en-dessous, dans les salles des « caissons ». Aelita et Odd vont donc faire équipe une seconde fois depuis le retour de XANA. La première fois, ils avaient été chargés de récupérer, dans le cinquième territoire, les coordonnées du supercalculateur TERA-100 que XANA utilisait pour contrôler Jim, une semaine plus tôt. Maintenant, ils ont pour lourdes tâches de parcourir deux territoires afin d’y désactiver les deux tours que XANA utilise pour attaquer leurs amis. Leur ennemi avec donc compris leur plan. Odd et Aelita arrive dans la salle des scanners et prennent position.

« Seul un scanner est encore en marche, j’ai désactivé les deux autres pour gagner du temps et éviter que la pile ne s’épuise trop vite. Aelita tu plonges la première, met toi en position dans le scanner de droite. ordonne Jeremy à travers l’oreillette. Je vous envoi sur le territoire de la montagne. TRANSFERT AELITA… SCANNER… VIRTUALISATION ! »
Sans problème, la jeune fille apparait dans le territoire des montagnes, non loin de la tour virussée par XANA. Quelques secondes après son transfert, le scanner s’ouvre vide devant Odd.

« Odd ! A ton tour ! affirme-t-il pendant que son ami prend place dans le scanner. TRANSFERT ODD… SCANNER… VIRTUALISATION ! »

Cette fois, Aelita n’est pas seule. La dernière fois que cette situation s’est présentée, Odd n’avait pas pu rentrer dans le scanner. Un Krabbe en sortant et le détruisit. « Voici vos véhicules ! annonce Jeremy sur Terre. La tour se trouve un peu plus loin, prenez le sentier devant vous et vous l’apercevrez. »


Couloir de l’hôpital, 16h20

Dans le couloir, devant la chambre de Sissi, et non loin de celle d’Ulrich, le médecin discute avec Mr Delmas des signes d’amélioration de sa jeune fille. Après lui avoir conseillé de rentrer chez lui se reposer et revenir le lendemain, le médecin se rend dans la salle de bain dans le but de s’y laver les mains avec du gel désinfectant. Il ne faut pas longtemps pour XANA de profiter de l’occasion que le médecin se trouve proche d’une prise électrique pour l’attaquer avec un spectre.


https://img4.hostingpics.net/pics/148532InteretCommun163.png


THE END
  Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!  
Baptoou

Réponses: 85
Vus: 36600

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 03 Déc 2015 14:55   Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
Résumé des événements passés :
Spoiler



FAUX ESPOIRS

Chapitre X : Quand la gendarmerie s'en mêle



Laboratoire de l’usine, 10h52, deux minutes après le flash spécial

Pour une fois, Jeremy est assis devant le poste de commande mais ne pianote pas. Il réfléchit à un plan d’action pour récupérer une pile nucléaire au plus vite. Pendant ce temps, celle-ci continue à se vider de plus en plus.

- « J’ai bien peur qu’on soit obligé de séparer le groupe ! dit Jeremy. C’est dangereux mais je crains qu’on ait pas le choix ! Je pense que Yumi et William iront à… affirme-t-il avant de se faire couper par un appel. Allo ? Ulrich ?
- Jeremy ! T’as vu les infos ? demande le blessé allongé dans son lit.
- Non ! Je n’ai pas vraiment le temps de regarder la télé ! Qu’est-ce qui se passe ? s’inquiète Jeremy.
- J’ai allumé la télé et je suis tombé là-dessus ! Il y avait des caméras dans la salle où se trouvait TERA-100 et apparemment elles auraient filmé l’intrusion de Jim contrôlé par XANA ! avoue Ulrich.
- Ils ont diffusé une vidéo ?
- OUI ! La vidéo est assez courte. La qualité est assez mauvaise aussi mais j’ai eu aucun mal à le reconnaitre ! C’est surement parce que j’ai l’habitude de le voir ! On le voit tirer un éclair sur un mec en blanc et ensuite on le voit viser la caméra. La vidéo dure à peine trois secondes. affirme-t-il. Tu penses pouvoir faire quelque chose pour empêcher que Jim se fasse arrêter ?
- A par pirater le réseau de la police et de la chaîne télévisé pour effacer les preuves, je ne vois pas ce que je peux faire d’autre ! Merci de m’avoir prévenu, repose-toi ! » conseille le blondinet.

Sur l’écran, l’appel se termine. Jeremy rêvasse quelques instants avant de laisser sa tête s’écraser sur le clavier. « Il nous manquait plus que ça ! » lâche-t-il. Au même moment, le monte-charge s’ouvre pour laisser entrer Aelita.

- « Ah Aelita ! Tu tombes bien ! On a du pain sur la planche ! »


Etablissement Kadic, 11h20

Le silence pesait dans la cour. En même temps, vu le temps maussade que la ville connait aujourd’hui, la plupart des élèves s’étaient réfugiés dans leur chambre pour la plupart, et dans le foyer pour les autres. Les parisiens avaient connu mieux pour un début de mois de septembre. Cela fait une dizaine de minutes qu’Odd et William étaient retournés dans leur chambre respective. Sans l’ombre d’un doute, Odd s’affala sur son lit et se mis à ronfler quelques minutes après. Quant à William, il n’avait vraiment pas envie de dormir. Il avait normalement prévu de travailler sur un texte que le professeur de français avait donné à la classe mais au vu des circonstances il n’a pas non plus l’envie de travailler ses cours. Par contre ce qu’il aimerait faire, c’est se rendre utile. Sans perdre un instant, il sort de sa chambre et, d’un pas décidé, prend la direction de l’usine. Dans la cour, il croise un homme moustachu qui l’interpelle.

- « S’il te plait jeune homme ! apostrophe-t-il en stoppant William dans son élan. Sais-tu où pourrais-je trouver monsieur Morales ? demande l’homme.
- Euh… Je pense que vous devriez le trouver dans le bâtiment administratif au bout de la cour ! insinue le beau brun.
- Merci bien ! répond-il avant de laisser William continuer sa route.

Comme l’avait dit William, Jim se trouve bien dans le bâtiment administratif assis au bureau de Mr Delmas, occupé à régler quelques détails pour la semaine à venir. *En espérant que ce soit la dernière semaine* se dit-il. Même si le dimanche il travaille très peu, le week-end est la période de la semaine la plus dure pour le professeur. En effet, la secrétaire de Mr Delmas n’est pas là.
L’homme moustachu est le dirigeant d’une entreprise du bâtiment. Jim avait rendez-vous avec lui pour trouver un arrangement afin que la reconstruction du réfectoire ne s’éternise pas. Après avoir toqué à toutes les portes du bâtiment se trouvant en amont du bureau de Mr Delmas, l’homme toque enfin à la porte du bureau où se trouve Mr Morales.

- « Oui, entrez ! ordonne Jim en se levant pour le saluer. Aah ! Vous êtes le père de l’élève qui veut s’inscrire ici ? demande-t-il.
- NON ! répond-il froidement. Je viens pour la reconstruction du réfectoire !
- Aaah ! Ravi de vous rencontrer ! Excusez-moi, je mélange mes rendez-vous ! déclare le professeur. Vous savez, je ne suis pas à cette place depuis très longtemps !
- Vous avez été promu ? suggère le moustachu.
- Non ! Non ! Le proviseur n’est pas en mesure d’exercer ses fonctions actuellement. Enfin, c’est compliqué ! Je préfère ne pas en parler !


Résidence des Ishiyama, 11h20

Yumi, contrairement à William, travaille effectivement sur le commentaire de texte. La jeune fille ne compte pas laisser XANA gâcher ses études. Après avoir lu le texte deux fois, elle commence à noter les idées importantes à retenir qui lui serviront à rédiger le commentaire.

Pendant ce temps, dans le salon :

- « C’est vraiment horrible ce qui arrive à ces gamins, affirme Mme Ishiyama. Regarde chéri, il y a encore un article dans le journal qui parle d’eux et du lycée. déclare-t-elle.
- Ah ? Et que disent-ils ?
- Apparemment, le conseil régional a enfin trouvé une entreprise pour s’occuper de la reconstruction du réfectoire. Et d’après les experts, les travaux dureront au moins un mois puisque que l’établissement va en profiter pour améliorer certaines infrastructures.
- Qui a pris cette décision ? Yumi nous a dit que le proviseur est au chevet de sa fille depuis une semaine. demande l’homme.
- Surement le conseil régional. Ils disent aussi le ministère de l’intérieur a reconnu l’état de catastrophe naturelle et que le coût des travaux ne devraient pas se répercuter sur les impôts de l’an prochain.
- C’est ce qu’on verra… réplique le père de Yumi.
- Ils ont écrit un article aussi à propos du présentateur TV et de son assistante disparus lors de la tempête. Les recherches sont toujours en cours. Ils auraient retrouvé leur voiture à un kilomètre de l’endroit où ils étaient censés faire leur reportage. C’est fou quand même ! affirme la mère de Yumi.
- A mon avis, ils ne les retrouveront pas vivants après une semaine…
- Ça, ils le disent aussi… »


Laboratoire de l’usine, 11h30

- « Ce n’est pas un peu dangereux ton plan ? se plaint Aelita. Tu es vraiment sûr de laisser Yumi et William aller chercher tous seuls une pile nucléaire à Bruyères-le-Châtel ? On n’est pas sûr qu’il y ait ce genre de pile là-bas ! Et si XANA les attaquait ?
- Justement, j’ai besoin de toi et d’Odd pour contrer l’attaque s’il elle a lieu. Et étant donné que Yumi s’opposera à nouveau d’envoyer William sur Lyoko, je me suis dit que les mettre ensemble permettrait de rassurer Yumi.
- William est déjà retourné sur Lyoko et il m’a sauvé de la méduse ! rappelle-t-elle.
- Je sais ! Mais à mon avis, cela sonnait plus comme un cas de force majeure pour Yumi. C’est à lui seul de regagner la confiance de Yumi s’il veut retrouver pleinement son rôle de lyokoguerrier.
- Et tu crois qu’une fois arrivés là-bas, ils auront le champ libre ? Ils tomberont surement nez à nez avec des agents de sécurité ! insinue la jeune fille.
- Surement et on va avoir un autre problème : le transport. Le pôle est à une trentaine de kilomètres d’ici. Même si le bus peut-être envisager pour l’aller, je vois mal comment ramener une pile nucléaire en bus.
- Cela serait beaucoup plus simple d’en dérober une à la centrale nucléaire ! suggère Aelita.
- On n’est pas sûr d’en trouver là-bas non plus! La dernière fois, c’est XANA qui s’est occupé de tout, et je ne sais pas où il a trouvé la pile nucléaire. affirme-t-il. Je crains qu’on n’ait pas le choix, Aelita. La pile s’épuise de minute en minute. J’ai d’ores déjà pris l’initiative de désactiver deux des trois scanners pour gagner du temps, mais c’est maintenant qu’il faut agir ! » avoue Einstein.

Au même moment, le monte-charge s’ouvre et William s’avance vers l’interface.

- « Et bah alors, ça se dispute ? plaisante-t-il
- Non, du tout ! réplique Jeremy. On essaie d’élaborer un plan pour cet après-midi.
- Ah oui ! La pile nucléaire !
- Oui, et j’en profite que tu sois là William ! Ceux qui iront chercher la pile, ça sera toi et Yumi ! Ça te va ? demande le blondinet.
- Pas de problème ! Je suis là pour vous aider après tout. affirme le beau brun.
- Merci William ! Mais je te préviens, cela risque d’être périlleux ! XANA va surement vous attaquer ! Mais Aelita et Odd seront ici près à contrer l’attaque ! »


Etablissement Kadic, 11h55

Il est presque midi, et la météo ne s’est guère améliorer. Il ne pleut pas mais l’atmosphère est très humide. Les premiers éternuements se font entendre en ville.

- « ATCHOO ! hurle un jeune homme devant le portail principal de Kadic Enfin arrivé ! » murmure-t-il.

Malheureusement pour lui, le portail est verrouillé à double tour et personne ne répond au haut-parleur même en ayant sonné plusieurs fois. L’adolescent, qui n’est d’autre que le nouvel élève qui doit rejoindre le lycée à partir de lundi, décide d’appeler directement le bureau de Mr Delmas, avec qui il a discuté une semaine plus tôt.

- « ALLO ?! hurle Jim toujours dans le bureau du proviseur.
- Euh… Bonjour, je suis devant le portail. J’ai rendez-vous avec Monsieur Delmas.
- Ah ! Vous êtes le nouvel élève, c’est ça ? demande le préposé.
- Oui c’est moi !
- Très bien ! Vous êtes à l’heure ! Monsieur Delmas n’est pas disponible pour vous recevoir, c’est donc moi qui vais m’en charger. J’arrive dans quelques minutes.
- Je vous attends. » conclue l’adolescent avant de raccrocher.

Dans le bureau, Mr Morales est contraint de mettre fin à son entrevue avec le chef d’entreprise. Il conclut la rencontre en lui rappelant qu’il l’attend de pied ferme lundi pour le début des travaux. En prenant la direction du portail, il en profite pour le raccompagner. Ils passent tous deux devant le capharnaüm qui règne dans la cour.

- « Avant que mon équipe commence les travaux, il va falloir retirer tous les débris et voir ce qui peut être réutilisé. Cela risque de rallonger les travaux de quelques jours. avoue le professionnel.
- Vous avez une meilleure solution ?
- Vu le nombre d’étudiants présents encore dans l’établissement, et vu que vous avez l’air assez pressé d’en finir avec ces travaux, il serait judicieux de faire participer les élèves ce week-end afin de retirer tous les gravats. Il faut leur montrer ce que c’est le travail manuel ! propose l’homme.
- PAS QUESTION ! Je suis responsable de tous ces gamins ! Je ne veux pas avoir d’autres blessés à déplorer ! Qui plus est, l’administration n’est pas au courant que le proviseur n’occupe pas son poste actuellement, je ne veux courir aucun risque ! lui répond Jim en élevant la voix.
- Très bien, très bien ! On s’occupera de tout. confirme le moustachu.

Les deux hommes atteignent l’entrée principale de l’établissement. Après avoir ouvert le portail et salué l’homme, il se tourne vers l’adolescent et le laisse rentrer. Ce dernier avait les cheveux bruns. Il portait un t-shirt de couleur clair, un pantalon bleu marine, des baskets noires et enfin, une veste en cuir de la même couleur. Jim referme la porte et se retourne vers le garçon pour enfin mettre un visage au nouvel élève, mais il ne s’attendait pas ce visage-ci.

- « ENCORE TOI ?!? » s’écrit-il dans la cour.
- Euh… Oui en effet se marre-t-il
- Tu es Belpois c’est ça ?
- Oui Patrick Belpois ! déclare le cousin de Jeremy.
- Bien bien… J’espère que cette fois-ci l’inscription est définitive !
- Oui, ne vous en faîtes pas, elle est définitive ! répond-il, un sourire au coin des lèvres.
- Bon… Alors allons-y ! » déclare Jim en se dirigeant vers le bureau de Mr Delmas.

Après quelques mètres, le professeur s’arrête net :

- « Attendez voir ! Tu as appelé le bureau du proviseur parce que tu ne pouvais pas entrer dans le lycée, c’est bien ça ?
- Oui c’est ça. Pourquoi ? confirme Patrick
- Alors… Comment lui est rentré ? se demande Jim et regardant l’entrepreneur s’éloigner au loin dans une rue. A moins que… OH LES PETITS CHAMEAUX !


Chambre d’Odd et Ulrich, 12h07

Le maigrichon roupille comme un loir, affalé sur le ventre. Son lit est dans un état lamentable. En effet, le matin même, il n’avait pas pris le temps de remettre la literie en ordre suite à l’appel de Yumi. Il devait se rendre en quatrième vitesse à l’hôpital voir son ami. Quant au lit d’Ulrich, il semble que Kiwi l’ait adopté. Des dizaines de boules de poils jonchaient le matelas. Ulrich avait l’habitude de cette situation, mais il risque, comme toujours, d’être crispé à son retour.

- « Woof ! Woof ! aboie le chien d’Odd au pied du lit de celui-ci.
- Humm… Tais-toi Kiwi ! murmure son maître en commençant tout juste à se réveiller de sa sieste matinale.
- Woof ! Woof ! » continue le chien de plus en plus fort.

Odd est contraint de se lever. Le chien ne s’arrête plus d’aboyer.

- « Mais qu’est-ce qu’il te prend ? Arrête ! Tu vas faire gueuler les copains d’à côté ! » s’inquiète Odd.

Kiwi stoppe les aboiements et va chercher sa laisse dans son tiroir et la tend à son maître. Celui-ci comprend alors ce qu’attend son animal. Il enfile ses chaussures et lui tend son sac : « Aller repose ça, on n’en a pas besoin ! Grimpe ! » Le chien s’exécute, et ils quittent tous deux les dortoirs pour se diriger vers le parc.

Dans le même temps, Jim et Patrick prennent la direction du bâtiment administratif pour finaliser l’inscription.

- « Mais où sont tes parents au fait ? se demande le professeur.
- Ils ont eu un contretemps. Mais ne vous en faîtes pas, tous les documents sont signés. rassure Patrick en montrant le dossier contenant tous les documents nécessaires à l’inscription.
- Très bien ! »

Quant à Odd, voulant à tout prix éviter le surveillant général, marche droit devant de soi, à une allure plutôt rapide. Il ralentit en apercevant Jim au loin avec une personne qui lui semble familière. Il se cache derrière un mur, tout en regardant les deux hommes d’un coin de l’œil. « Je le connais lui ! chuchote-il. C’est le cousin de Jeremy ! s’écrit-il dans sa tête. Odd continue à suivre du regard Patrick et Jim et les voie rentrer dans le bâtiment administratif. « Apparemment, cette fois-ci, c’est sûr, il rejoint Kadic » se dit Odd. Une fois que la voie est libre, il arrive enfin dans le parc. En cette période, les arbres sont encore très verts. Les feuilles ne sont pas encore tombées même si l’automne se fait ressentir. Odd ouvre son sac et laisse sortir son chien :

- « Vas-y ! Défoule-toi ! Mais ne t’éloignes pas trop ! » ordonne Odd sans savoir si son chien à compris.

L’adolescent décide de profiter également du plein air. Il s’assoie au pied d’un arbre et respire un grand coup. Après quelques minutes de détente, il prend son téléphone et appelle Jeremy.

- « Odd ? Qu’y a-t-il ? demande Jeremy toujours en compagnie d’Aelita et William.
- Tu nous l’avais pas dit, hein ? Tu es un petit cachotier ! plaisante-t-il.
- Mais de quoi tu parles ? réplique Jeremy en voyant Aelita et William froncer les sourcils.
- Bah de Patrick !
- Patrick ? Je ne comprends rien à ce que tu me racontes !
- Bon bah apparemment, tu n’as pas l’air d’être au courant ! Reviens à Kadic et tu comprendras ! conclue Odd avant de raccrocher.
- Faut pas trop se poser de questions, c’est Odd ! rappelle Aelita.
- Peut-être, mais il a parlé de Patrick et il a réussi à titiller ma curiosité ! Retournons au lycée. De tout de façon, on doit voir avec les autres ce qu’on fait cet après-midi. affirme Jeremy.
- Qui est Patrick ? chuchote William à Aelita.
- Le cousin de Jeremy !


Gendarmerie de Bruyères-le-Châtel, 12h20

Dans un des bureaux, avant d’aller déjeuner, deux gendarmes font le point sur les dossiers qu’il reste à traiter. Dans la pièce se trouvait un grand bureau ovale, nécessaire lors des réunions importantes. Sur celui-ci est présent une pile de dossiers avec au sommet un téléphone professionnel. Tout autour de cet amas, plusieurs stylos, débouchés ou non, couvraient le reste du bureau. Sur le mur, plusieurs cartes de la région, plus ou moins détaillées, étaient suspendues.

- « Et voilà le dernier ! affirme l’un des gendarmes en lançant le dossier à son collègue.
- Voyons voir ce qu’on a là… dit le deuxième gardien de la paix en examinant le document.Ah ! Ce sont les dépositions des scientifiques qui travaillaient au… Raah ! Aide-moi !
- Au Commissariat à l’Energie Atomique !
- Oui voilà ! Ils racontent qu’ils ont été attaqués par un homme en survet rouge qui lançait des éclairs avec ses mains ! Non mais… Où va le monde ?! se moque-t-il.
- Sauf que maintenant, on a une preuve ! On a récupéré une vidéo d’une caméra de surveillance qui n’a pas été endommagé par la tempête qui confirme les dires de ces chercheurs. avoue le gendarme.
- Quoi ? Où est cette vidéo ?


Parc de l’établissement Kadic, 12h30

Aelita, Jeremy et William reviennent tout juste de l’usine. Les voilà qui sortent du passage des égouts. Après quelques mètres en direction du collège, l’ouïe d’Aelita lui permet de savoir qu’un chien aboie non loin. En effectivement, il s’agissant de Kiwi qui avait reconnu l’odeur des trois acolytes. La jeune fille en déduit qu’Odd ne doit pas être très loin. Et quelques secondes plus tard, voilà Odd qui suivait son chien. « KiIWI ? T’es partis où ? » demandait Odd avant de le voir en compagnie de ses amis.

- « Ah bah vous voilà ! s’écrit-il. Bah toi aussi t’étais là-bas ? s’étonne Odd en voyant William.
- Hé Odd ! C’est quoi cette histoire avec Patrick ? s’énerve Jeremy.
- Je l’ai vu rentrer dans le bâtiment administratif avec Jim y’a quelques minutes. avoue Odd à son ami.
- Il revient s’inscrire à Kadic ? s’interroge la jeune fille.
- On s’est vu pendant les vacances lors d’une réunion de famille et l’idée qu’il s’inscrive à Kadic pour son année de terminale avait été soulevée. Mais rien n’était sûr. raconte le cousin de Patrick. Je m’étonne qu’il ne m’ait pas prévenu.


Bureau de Jean-Pierre Delmas, 12h40

- « Très bien ! Je pense que nous avons terminé ! Tout est en ordre ! avoue Jim en réorganisant les documents.
- Pour ma chambre, euh… Je fais comment ? demande l’adolescent.
- Alors oui, il reste à s’occuper de ça ! Le forfait à l’année, c’est 1 950 € payable en trois trimestrialités, l’une versée courant septembre, la seconde courant janvier et la dernière courant avril. Le forfait est modulable à la baisse si tu es boursier ! C’est le cas ?
- Malheureusement non. répond-il.
- Bien, ça fera moins de paperasse ! réplique Jim. En ce qui concerne les places disponibles… Euh… J’en ai pas mal chez les filles… affirme Jim en regardant la feuille recensant les internes. Mais chez les garçons, j’en ai pas beaucoup. Il va me rester une place dans la chambre de Gautier… Une place dans la chambre de Belpois… Et une place dans la mienne. Tu préfères être avec ton cousin ? présume le professeur.
- Oui !
- T’es sûr ? Pourtant mes ronflements s’entendent à peine… dit-il en riant Bon bah tant pis ! réplique Jim en voyant que Patrick est un peu gêné. Tu comptes revenir lundi ou tu restes ici ce week-end ? s’interroge Jim.
- Je comptais rester pour ce week-end !
- Bien ! Je m’occuperai d’installer un deuxième lit dans la chambre de Belpois dans la journée. Voici ton emploi du temps et les horaires des dortoirs et des repas ! enchaîne-t-il en remettant les document au nouvel élève.
- Et bien merci monsieur ! dit Patrick en se levant de sa chaise.
- Y’a pas de problème ! C’est mon travail… Enfin, j’espère plus pour longtemps ! grogne Jim exténué.
- Bonne journée ! salue Patrick en claquant la porte.
- Ouais c’est ça ! Bonne journée ! » termine Jim en s’affalant sur le dossier du siège.

Avec une tonne de papiers dans les bras, Patrick se dirige vers la sortie du bâtiment. Il avait pour optique de trouver Jeremy, mais il ne comptait pas tomber dessus à la sortie du bâtiment. Le groupe l’attendait en bas des marches, avec un Jeremy aux sourcils froncés et bras croisés.

- « Tu comptais m’avertir un jour au moins ? grogne le cousin de Patrick.
- Euh… Jeremy ! Ça me fait plaisir de te revoir ! Justement je te cherchais ! Je voulais te faire la surprise mais c’est raté ! râle-t-il.
- Bah voyons ! Ça s’est décidé quand ?
- Il n’y a pas si longtemps que ça ! Comme tu sais, je devais trouver un nouveau lycée suite au déménagement. Et comme j’ai été refusé au lycée parisien que je visais, je me suis dit que Kadic serai un beau compromis ! explique Patrick.
- Ah ouais ? Genre tu veux dire que Kadic c’est un lycée pour les nuls ! crie Odd avec sa voix aigüe.
- Du calme Odd ! Faut être sympa avec les nouveaux ! conseille Aelita
- Tu te souviens d’Odd et d’Aelita ? Et je te présente William, tu n’avais pas dû le croiser lors de ta première visite ici. affirme Jeremy.
- En effet, je ne me souviens pas de toi. confirme-t-il en serrant la main à William. T’es nouveaux aussi ?
- Euh… Non… J’étais… bégaie-t-il.
- Absent ! réplique Aelita en souriant à William.
- Mais au fait où sont tes parents ? s’interroge Einstein.
- Ils n’ont pas vu venir, ils sont très pris en ce moment. Mais c’est bon l’inscription est complète.
- Bah t’es venu comment ? Ta nouvelle maison… C’est pas la porte d’à côté !


Hôpital, chambre d’Ulrich, 12h45

Le blessé est dans un profond sommeil. En effet, à la suite du départ de sa famille et de ses amis, le médecin lui a conseillé de se reposer pour mieux récupérer. D’après lui « le sommeil est LE meilleur remède ! » Cependant, quiconque serait dans la chambre à regarder Ulrich remarquerait tout de suite que le sommeil de ce dernier est très agité.


« Rooh ! Laissez tomber !
Oui, tu as raison ! Allez viens, on s’en va ! De tout de façon, tu n’es pas notre fils !
WALTER !! »


- « Aaaaaaaaaah !! » hurle Ulrich en sursaut et en sueur.

Parking public, à une centaines de mètres de l’établissement Kadic, 12h55

Patrick a eu de la chance de tomber sur Jim en voulant sortir du lycée. Il l’attend près du portail le temps que l’adolescent ramène ses affaires. Il s’avance dans les allées à la recherche de son véhicule. Il passe devant tout type de marque, et même devant une BMW, dont Patrick serait incapable de donner le modèle. Il s’arrête enfin devant une petite voiture. Elle était noire et un « A » majuscule figurait sur la voiture. Son propriétaire l’ouvre et récupère un gros sac où figurait vêtements, trousse de toilettes et tout le matériel nécessaire à la vie d’interne à Kadic. Une fois la voiture vide, il entame le chemin retour vers le lycée.


Gymnase, 13h10

Aelita, Odd, William et Jeremy, un plateau repas dans les mains, s’installent sur une table, dans un coin, à l’abri des oreilles indiscrètes. Aelita regard Jeremy avec un grand sourire :

- « NON ! » crie Jeremy.

Aelita continue à le regarder avec insistance.

- « NON Aelita ! Il est hors de question d’embarquer Patrick dans cette histoire !
- Pourquoi t’es si vache avec Patrick ? Je croyais que vous vous étiez réconciliés quand il venu la dernière fois. demande Aelita
- Oui on s’est réconcilié ! Mais ce qui me dérange, c’est qu’il s’est inscrit ici !
- En quoi ça te dérange, il a l’air sympa ton cousin ! affirme William.
- Quand on s’est vu pendant les vacances, j’étais content quand la question de l’inscription à Kadic avait été proposée. On n’en avait fini avec XANA, il n’y avait donc aucun risque. Mais là, c’est différent. XANA est plus puissant que jamais et j’ai bien peur que le combat se passe plus sur Terre que sur Lyoko ! Et en plus, il va nous coller aux basques !explique-t-il.
- Raison de plus pour lui demander son aide ! suggère Aelita.
- Mais pourquoi tu insistes Aelita ?! Si on doit prendre cette décision, on doit le faire ensemble ! Et je n’ai pas envie d’entraîner un membre de ma famille dans la lutte contre XANA ! affirme-t-il.
- Jeremy ! Il a une voiture ! insiste Aelita. Il pourrait emmener William et Yumi récupérer la pile nucléaire !
- Après tout Patrick n’est pas obligé d’aller sur Lyoko ! Il peut très bien rester sur Terre et nous servir d’intermédiaire en cas d’attaque, non ? propose Odd.
- C’est une possibilité ! confirme Aelita. Qu’en penses-tu Jeremy ? »

Jeremy n’a pas le temps de répondre. Il voit son cousin s’approcher de leur table, un plateau repas dans les mains.


Cour de récréation, 13h20

Après avoir mangé très rapidement, Jim fait le tour de la cour, des dortoirs, du foyer et du réfectoire. Il en conclu que quelques élèves internes manquaient à l’appel. Etant donné que l’entrée principale est fermée à clef depuis les alentours de neuf heures, Jim se dit qu’ils ont pu sortir que par un seul endroit : l’entrée secondaire de l’établissement. Jim décide donc de s’y rendre avec une chaise, un bout de ficelle et d’une petite cloche qu’il a pris dans sa chambre. Arrivé devant le portail, et comme il le pensait, le professeur s’aperçoit qu’il est ouvert. Sans perdre une instant, il attache la clochette à la poignée, du côté du collège, et ferme la porte de façon à que la prochaine personne qui souhaite rentrer soit obligée de toucher à la poignée et donc de faire sonner le carillon. Une fois cela fait, il positionne la chaise à quelques mètres, cachée derrière un buisson, et commence un long somme réparateur.

Dans le même temps, au réfectoire, Patrick s’installe avec les autres.

- « Ca y est ! Tu as récupéré tes affaires ? demande Aelita en le voyant débarquer avec un gros sac de voyage.
- Ouais c’est bon. Je suis venu directement ici, j’avais trop faim ! » affirme Patrick. J’ai laissé ma voiture dans un parking un peu plus loin, j’espère que le quartier ne craint pas trop. s’inquiète-il.
- Ne t’en fait pas ! On est tous des Bisounours ici ! répique Odd.
- Mais au fait Patrick… Tu ne nous as pas raconté pourquoi tu avais une voiture. » indique Aelita en souriant à Jeremy.

Jeremy fronce les sourcils.

- Bah c’est mes parents qui me l’on offerte il y a quelques semaines quand j’ai pris la décision de venir ici. Et comme j’ai pris l’initiative de rentrer chez moi le week-end, ça évite à mes parents de venir jusqu’ici. explique-t-il. C’est une voiture d’occasion, elle n’a pas coûté très chère. continue-t-il.
- Mais je ne comprends pas, tu n’es pas en âge d’avoir le permis, je me trompe ? insinue William.
- Non non, je n’ai pas encore 18 ans. rassure le cousin de Jeremy. C’est une voiture sans permis.
- Tu dois te la péter auprès des filles, hein ? lui murmure Odd en lui donnant un coup de coude amical.

Une fois le repas terminé, Patrick demande les clefs de sa chambre à Jeremy afin qu’il y dépose ses affaires. Une fois Patrick partis, Aelita et Odd se retournent vers Jeremy avec un grand sourire.

- « Vous allez jamais lâcher l’affaire hein ? insinue Jeremy.
- NON ! crient-ils en cœur.
- Bon d’accord ! On lui demande son aide ! confirme enfin Einstein. Mais à une condition ! On ne lui parle ni de Lyoko, ni de XANA, ni du supercalculateur !
- Comment on va faire alors ? Ça va être la galère de lui cacher ! avoue William.
- On lui dit juste qu’on a besoin d’aller quelque part chercher un truc, c’est tout !
- Il va surement être enthousiasme quand on va lui dire ça ! déclare Odd.
- Je m’occupe de lui demander. » dit Jeremy en partant vers sa chambre.


Chambre de Jeremy, 13h50

Patrick avait posé son sac sur le lit de Jeremy en attendant d’avoir le sien. Il remarque que rien n’a changé depuis sa dernière visite. Une tonne d’appareils informatiques sur le bureau, une armoire pleine à craquer, un lit simple et un magnifique poster du plus grand scientifique du siècle dernier affiché au mur. « Elle n’est pas mal cette chambre, en espérant que je puisse revoir un peu la déco ! Mais elle est un peu petite quand même pour deux » murmure-t-il. Dans le même temps, Jeremy arrive et rentre dans la chambre.

- « Hey Patrick ! apostrophe-t-il.
- Jeremy ! Justement je me disais qu’on pourrait revoir la disposition des meubles pour optimiser la place ! propose son cousin.
- Euh… Ouais pourquoi pas ! Mais avant, j’ai quelque chose à te demander ! commence Jeremy, le cœur qui bat la chamade.
- Oui je t’écoute. »


http://img15.hostingpics.net/pics/661118FormatFactoryCousinsennemis028.jpg


Gendarmerie de Bruyères-le-Châtel, 13h50

Après avoir visionné la vidéo d’à peine trois secondes, le capitaine est sceptique.
- « Je peux savoir comment cette vidéo est tombée dans les mains de la presse ? hurle-t-il, très mécontent.
- On n’en sait rien encore. affirme l’un des gendarmes.
- Je vous donne jusqu’à ce soir pour trouver celui qui a vendu la mèche ! s’énerve l’homme en s’adressant aux gendarmes.
- Qu’est-ce que vous proposez de faire mon capitaine ? murmure l’adjudant-chef.
- Ce n’est pas de notre juridiction ce genre d’affaires ! Transmettez-là à cette adresse. Je vous fournirais un courrier que vous enverrez avec. »


Cour de récréation, 14h00

En attendant Jeremy et Patrick, Aelita, Odd et William se posent sur un banc. Le soleil semble pointer le bout de son nez, c’est le bon moment de prendre un bol d’air.

- « Je ne sais pas toi Aelita, mais j’un comme un sentiment de déjà-vu ! avoue Odd. Dis William, quand Yumi est venue te demander ton aide, tu as réagis comment ?
- Bah… En premier lieu, elle m’a juste dit que mes rêves n’en étaient pas. Ensuite, elle m’a dit que votre groupe avait un énorme secret et que vous aviez besoin de mon aide. raconte William.
- Regardez ! Jeremy arrive ! affirme Aelita
- Alors ? Comment ça s’est passé ? demande Odd, impatient.
- J’appelle Yumi ! Départ imminent ! »




THE END
  Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!  
Baptoou

Réponses: 85
Vus: 36600

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 26 Nov 2015 15:47   Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
Bonjour Smile

Merci pour vos commentaires qui sont très instructifs.
Le problème que vous avaient soulevé tous les deux c'est le fait que Jim remplace provisoirement le proviseur.
Icer a écrit:
Sinon c'est légal que Jim se retrouve proviseur par défaut ? XD

JCVgamer a écrit:
Jim proviseur par Interim ? Moui pourquoi pas mais en principe ce n'est pas l'adjoint qui est le prochain sur la liste ? et si il n'y en a pas c'est pas la secrétaire ? A moins que Jim soit le proviseur-adjoint mais qu'il ne préférait pas en parler Wink

Je ne veux pas vous spoiler, mais premièrement non Jim n'est pas proviseur. Deuxièmement, Jim est le bras droit du proviseur, et c'était donc normal de lui proposer de le remplacer le temps qu'il prenne soin de sa fille.
Je ne sais plus comment j'ai tourné ça dans le chapitre suivant, mais de plus amples informations y figurent Wink

Merci à toi JCVgamer d'avoir recensé quelques erreurs. Je les ai corrigés.


JCVgamer a écrit:
Référence à CLE ?

Oui x) Pour rester dans le thème du foin, même si CLE a été une véritable bouse scénaristique (surtout cet épisode là entre autres), on peut quand même en rire ^^

Content de voir que le scénario sur la pile nucléaire plaise dans l'ensemble parce que c'est sur cette partie du scénario que (au moins) 2 des chapitres suivants est basé Mr. Green

La rédaction des chapitres 11 et 12 est en-cours. Le chapitre 10 est terminé depuis maintenant 2 semaines mais j'attends d'avoir avancé dans la rédaction des chapitres suivants pour le poster. Je pense qu'il va arriver dans quelques jours (une semaine tout au plus).
Malheureusement, je n'ai même pas le titre à vous donner, je ne le connais pas moi même. Il se trouve que c'est le seul des 5 prochains chapitres qui n'a pas encore de titre >< J'ai du mal à en trouver un. Dans le pire des cas, il risque d'être un peu "bateau"... Mais comme je tiens aux titres des chapitres, j'en trouverais un Smile

J'ai presque oublié de vous parler d'un truc x)
Personne ne m'en a parlé, ce qui m'a un peu étonné... Je rédige un texte en français, et pourtant j'utilise l'orthographe "Jérémy" depuis le début de la fic. Certes, c'est un mixte entre l'anglais (le y) et le français (les accents). Je m'en suis aperçu en lisant la page de ce dernier sur le site où il est spécifié que l'orthographe officielle était celle en Y à cause des américains.
Je plaide coupable mais je tiens à signaler pour ma défense mon frère à le même prénom : Jérémy ! Oui oui avec accents et avec Y. J'ai vérifié au cas où ce serait un complot contre moi xD J'ai aussi vérifié sur internet, et il se trouve que cette orthographe est la moins utilisée en France, derrière Jérémie et Jeremy.
Enfin, je m’égare un peu là. Sachez juste que à partir de maintenant, l'orthographe de la fic' sera.... (roulement de tambours) Jeremy !!

A très bientôt et merci à vous.
  Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!  
Baptoou

Réponses: 85
Vus: 36600

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 10 Sep 2015 20:05   Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
Baptoou a écrit:
La tension est retombée. Le groupe reste dans la chambre quelques minutes de plus afin de raconter les péripéties de la semaine à Ulrich. Mis à part l’accrochage entre Rosa et Mr Delmas en ce qui concerne les trois repas journaliers, rien n’a fait sourire Ulrich.

Je vois que tu n'as pas fait le rapprochement, Ikorih... C'est fort regrettable xD
Ce qui s’apparentait juste à une phrase utilisée pour combler un trou se révèle être plus ou moins importante ^^

Edit Morphie => D’où te vient l'idée que seuls les rvlp épuisent la pile nucléaire ?? Cette dernière sert à alimenter le SC. On peut donc en déduire que chaque programme qui nécessite le SC est susceptible d’affaiblir sa pile. Rien que le fait de virtualiser un LG ou un véhicule épuise donc la pile (en faible quantité certes).
Ce que tu avances revient à dire que seul le fait d'aller sur internet épuisait la batterie d'un PC portable. Tant que tu ne vas pas sur internet (traitement de texte, regarder un film ou que-sais-je), la batterie de ton ordinateur ne se videra jamais ??

Edit 2 Mophie => Et béh justement ! Depuis l'épisode où ils ont changé la pile nucléaire (Ep37), il s'en est passé des choses : Jeremification ; le sabotage du SC ; la recréation de Lyoko ; Création du Skid + garage ; les voyages dans la mer ; les translations ; programme multi-agent + toutes les virtualisations et dévirtualisations (utilisation des scanners donc du SC et donc de la pile).
Bref, pour moi, tous ces évènements ont largement contribué à vider la pile mise en place par Jeremy. De plus, qui te dit que la nouvelle pile était aussi puissante que la pile d'origine installée FH ??
Enfin bref.. Le sujet est clos.
  Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!  
Baptoou

Réponses: 85
Vus: 36600

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 10 Sep 2015 14:07   Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
Bonjour ! Me revoilà Very Happy

Merci pour vos avis qui me font vraiment plaisir.
Je vois qu'un mot ressort souvent dans vos commentaires : l'originalité. Je vais m’efforcer de conserver ce côté qui plait beaucoup tout en conciliant ce que je veux faire avec ce récit.

Avant de passer à ce qui vous à fait venir ici, voici un petit résumé des événements passés

Spoiler



FAUX ESPOIRS

Chapitre IX : Le plan de XANA


Une semaine est passée depuis les événements de l’effondrement du réfectoire. Ulrich, retrouvé le premier, est gravement blessé, de même que Sissi. Le geste du garçon n’aura pas suffi à la protéger. Quant à Jeremy, il est retrouvé quelques secondes plus tard, encore traumatisé. Il ne souffrait que de quelques blessures légères. Les trois amis ont était transportés à l’hôpital d’urgence pour un examen complet. Comme prévu, Jeremy n’avait rien de grave. Après s’être occupé de lui, les infirmiers acceptent de le laisser partir une demi-journée plus tard après qu’il ait repris ces esprits. Mais quant à Ulrich et Elisabeth, c’est différent. Tous deux souffrent d’un traumatisme carnier dû à l’effondrement des parpaings sur le crâne. Ils sont tous les deux plongés dans un coma profond.

Après être sortis de l’hôpital, Jeremy tente de découvrir le fin mot de l’histoire. Mais que cherche réellement XANA ? Pour cela, il sait qu’il peut compter sur les autres, mais également de l’accalmie que lui offre XANA. Effectivement, le virus n’a pas montré une ombre de sa présence durant les jours passés. Ce qui ne rassure pas Jeremy pour autant.

En fin de semaine, Ulrich montre des signes d’amélioration.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Hôpital, premier samedi après la rentrée, 8h53

Les parents d’Ulrich accourent dans le couloir pour rejoindre le médecin de leur fils. Ils passent devant Yumi, allongée sur deux chaises, venant de recevoir un sms d’Aelita.

- « Alors comment va-t-il ? demande la mère d’Ulrich essoufflée.
- Comme je vous l’ai dit par téléphone, il s’est réveillé il y a une trentaine de minutes. Mes collègues infirmiers sont en train d’établir l’examen physique des dégâts. De mon point de vue, ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus… répond le médecin anxieux.
- Et bah allez ! Expliquez-vous ! s’énerve le père d’Ulrich, toujours aussi impatient.
- La santé physique d’Ulrich s’est améliorée petit à petit au cours de cette semaine, même avant son réveil. Cependant, il a reçu un violent choc à la tête, et j’ai surtout peur de voir naître des séquelles psychologiques.
- Qu’est-ce que vous entendez par psychologiques ? s’inquiète la femme.
- Elles peuvent se manifester par des pertes de mémoire à court ou moyen terme, mais également du stress intense permanent, insomnie ou cauchemar lié au traumatisme de l’accident. énumère le médecin. Si vous le permettez, j’aimerai faire mon premier bilan seul avec lui, et d’ici 2-3 minutes, vous pourrez venir le voir. »

Sans répondre, le père d’Ulrich se dirige d’un pas décidé vers le père d’Elisabeth qui se trouve devant la chambre de celle-ci, à quelques mètres de là.

- « Tout ça c’est de votre faute !! Vous devez assurer la sécurité des élèves de votre lycée !! vocifère-t-il
- A parce que vous croyiez que j’aurai dû prévoir qu’une telle chose arrive ?! Non mais vous vous prenez pour qui pour m’accuser de la sorte ?!? réplique le proviseur.
- Pour un père qui va porter plainte et faire valoir mes droits et ceux de mon fils ! menace Mr Stern.
- LE LYCEE A ETE TOUCHÉ PAR UNE TORNADE DE CATEGORIE 4 !! QU’EST-CE QUE VOUS AURIEZ VOULU ? QUE L’ON CONSTRUISE DES ABRIS ANTI-TORNADES ? DES BATIMENTS PARASISMIQUES PEUT-ETRE AUSSI ? REFLECHISSEZ AVANT DE SORTIR DES IDIOTIES PAREILLES ! ON EST EN FRANCE PAS AU USA !! JE VOUS RAPPELLE QUE MA FILLE SE TROUVE DANS ETAT PIRE QUE LE VOTRE ! ET QU’EN PLUS, JE DOIS CONTINUER A GERER UN ETABLISSEMENT QUE L’INSPECTION ACADEMIQUE N’A PAS VOULU FERMER LE TEMPS DE LA RECONSTRUCTION DU REFECTOIRE !! VOUS CROYEZ QUE C’EST FACILE POUR MOI DE GERER CES SITUATIONS ?! hurle Mr Delmas dans le couloir de l’établissement hospitalier.
- S’il vous plait messieurs ! Vous êtes dans un hôpital ! » rappelle une infirmière qui passait par là.

Sans dire un mot de plus, Mr Stern retrouve devant la chambre de son fils et retrouve sa femme. A ce moment le médecin sort de la chambre, un sourire au coin de la lèvre. Yumi, quant à elle, ne peut pas rentrer sous prétexte qu’elle n’est pas de la famille.

- « Alors docteur ?! s’impatiente la femme.
- A première vue… Tout va bien. rassure-t-il. J’ai uniquement noté une lenteur dans les paroles et les gestes, mais rien d’anormal chez quelqu’un qui se réveille d’un coma d’une semaine.
- On peut aller le voir ? demande le père.
- Cinq minutes, pas plus ! » termine le médecin en s’éloignant.

Les deux parents entrent dans la chambre, d’un pas lent, et découvrent le visage bandés de leur fils, allongé sur le lit d’hôpital. C’était une chambre pour qu’une seul personne. Seul l’électrocardiogramme se faisait entendre. Sur la table de chevet était posé un cadre photo. Il s’agissait d’une photo de l’ensemble des Lyoko-guerriers. Yumi avait eu cette idée. Ainsi, au réveil d’Ulrich, il se serait senti moins seul.
Les deux adultes s’approchent du lit.

- « Comment tu te sens Ulrich ?
- J’ai légèrement mal à la tête et au dos, et je suis surtout très fatigué ! » s’exprime le jeune homme.
- Raconte-nous ce qui s’est passé ? » demande Walter Stern en s’asseyant au chevet de son fils.

Après une dizaine de secondes, Ulrich répond.

- « J’ai pas du tout envie d’en parler, et encore moins raconter ce qui est arrivé ! Vous savez déjà surement tout ce qu’il y à savoir par les infos ! »

Mme Stern regarde son mari méchamment. Elle lui fait comprendre qu’il ne faut pas l’offusquer en relatant les évènements qu’ils l’ont peut-être choqués à vie.

- « On aimerait juste savoir ce qu’il t’est arrivé pour mieux comprendre. s’explique l’homme en costar-cravate.
- Qu’est-ce que vous en avait à faire de ce qu’il m’est arrivé ? Dans une demi-heure, vous serez repartis, et je ne vous verrez pas avant Noël ! réplique Ulrich. De tout de façon, on a connu pire !
- Comment ça ? Qui c’est ce ‘‘on’’ ? demande Mme Stern alarmée.
- Rooh ! Laissez tomber ! conclue-t-il.
- Oui, tu as raison ! Allez viens, on s’en va ! dit Walter à sa femme en l’a tirant par le bras. De tout de façon, tu n’es pas notre fils !
- WALTER !! hurle sa femme mécontente de son comportement.
- COMMENT CA PAS VOTRE FILS ?!? »

Mais Ulrich n’aura pas eu de réponse. Les deux adultes sont partis. L’un furieux, l’autre contre son gré. Dans les couloirs, ils croisent une bonne partie du groupe, mais sans Jeremy. Ils avaient reçu un message de Yumi leur informant le réveil d’Ulrich. Cependant, ils sont arrivés avec un peu de retard puisque Jim refusait de les laisser quitter l’établissement tant que le proviseur n’était pas revenu à son poste. En effet, en l’absence de Mr Delmas, c’est le professeur de sport qui gérait l’établissement scolaire. Ce qui fut souvent le cas cette semaine au vu des circonstances.

Toujours est-il que le groupe a donc pris le passage du parc pour rejoindre la ville, ce qui a rallongé la course. Quitte à prendre la direction de l’usine, Jeremy a préféré continuer son travail sur XANA à l’usine, plutôt que d’aller voir son ami. « Vous lui dîtes que je pense à fort à lui ! » a dit Jeremy avant de quitter les autres sur le pont.

Le groupe rejoint donc Yumi qui les attendait et rentrent tous dans la chambre d’Ulrich pour lui faire la surprise.

- « Où est Jeremy ? demande Yumi à Aelita.
- T’inquiète, il nous rejoint » répond-elle par une voix rassurante.

Ulrich sourit à leur entrée. Il est plus joyeux maintenant qu’il y a cinq minutes.

- « Heeeey ! Comment ça vas mon frère d’armes ? commence Odd en lui frappant l’épaule le plus délicatement possible.
- AHO ! Doucement quand même ! réplique-t-il en se protégeant l’épaule. Je suis content de vous revoir en vrai ! Une photo c’est bien mais ça ne fait pas tout !
- Oh Ulrich ! Je suis désolé si je vais te faire mal ! s’excuse par avance Yumi.
- Comment ça ? »

Sans attendre, Yumi s’approche de lui et le sert très fort dans ses bras. Ulrich, surprit, se laisse faire. « AIL AIL » soufre-t-il. Au bout d’une vingtaine de secondes, Yumi se retire de peur de lui faire trop mal.

- « Hé ! J’ai dis ’’Aie’’, j’ai pas dis ’’stop’’ ! » se marre Ulrich.

Les autres rient également. Sauf William…

- « Au fait, Jeremy et Sissi ? Comment ils s’en sont sortis ? s’inquiète le blessé.
- Jeremy n’a rien, il a eu beaucoup de chances. répond Aelita. Mais Sissi, elle est dans le même état que toi sauf qu’elle est toujours entre la vie et la mort.

Ulrich baisse la tête.

- « J’ai essayé de la protéger !
- Ce n’est pas de ta faute Ulrich, tu as fait ce que t’as pu ! rassure Yumi
- Je sais pas à quoi elle pensait quand le bâtiment s’effondrait. Elle restait immobile comme une endive au milieu de la pièce. Quand j’ai vu ça, j’ai tenté de protéger sa tête mais le bâtiment a dû tomber trop vite et on a morflé tous les deux ! raconte le jeune homme
- Tu sais ? Peu de gens aurait tenté ce que tu as fait. » dit William pour le rassurer.
- Tu l’aurais fait toi ? demande Ulrich
- Ca dépend de la personne. Pour Sissi, j’aurai hésité ! » répond-il sèchement.

Tous se retournent vers William.

- « T’es un monstre ! Tu le sais ça ?! réplique Ulrich. « Sissi n’a rien à voir avec les agissements de XANA !
- Nous non plus ! fait remarquer William.
- Bon ça suffit les mecs ! On n’est pas venu ici pour se prendre la tête ! gronde Aelita.
- Désolé si je vous ai offensé mais je voulais donner mon avis. On risque déjà suffisamment notre vie pour sauver le monde à cause de XANA donc ce n’est pas pour encore la risquer pour une tierce personne.

La tension est retombée. Le groupe reste dans la chambre quelques minutes de plus afin de raconter les péripéties de la semaine à Ulrich. Mis à part l’accrochage entre Rosa et Mr Delmas en ce qui concerne les trois repas journaliers, rien n’a fait sourire Ulrich.

Une infirmière rentre dans la chambre pour apporter le petit déjeuner au blessé. C’était une assez jolie jeune femme, cheveux mi-longs roux, yeux verts. Par la même occasion, elle rappelle aux autres qu’il est temps de laisser Ulrich se reposer. En sortant, Yumi demande à l’infirmière à quel moment va-t-il pouvoir sortir. Celle-ci répond qu’elle ne sait pas et qu’il faut voir ça avec son médecin. Ce dernier se trouve dans la chambre d’à-côté, au chevet d’Elisabeth. Le groupe s’y rend donc. Devant sa chambre se trouve toujours Mr Delmas, assis sur une chaine, mal rasé et pas du tout coiffé.

- « Bonjour Monsieur ! dit Aelita poliment.
- Bonjour les jeunes ! répond-il. Comment se porte Ulrich ?
- Assez bien mais il doit se reposer pour reprendre des forces. affirme Aelita
- Et Sissi comment va-t-elle ? s’inquiète Odd.
- Vous voyez comme moi ! Elle ne s’est pas encore réveillée, elle est toujours dans le coma. »

Personne ne répond. Ils s’approchent de la vitre et la regarde. Sissi est allongée et une dizaine de fils parcours son corps. Il y en a qui lui rentrent même dans la bouche et dans le nez. Une minerve est également placée autour de son cou pour immobiliser ses vertèbres. Ce n’est vraiment pas très beau à voir.

- « Tu penses qu’elle va s’en sortir ? demande William à Odd
- J’espère bien ! C’est une garce parfois mais elle ne mérite pas ça. »

Au même moment, le téléphone d’Aelita sonne. C’est Jeremy.

- « Ah mince j’ai oublié de mettre mon téléphone en silencieux ! râle Aelita. Oui Jeremy ?
- Alors ? Comment va-t-il ?
- Il va bien, il doit juste se reposer encore un peu.
- D’accord ! A-t-il son téléphone près de lui ? questionne Einstein à l’autre bout du fil.
- Il me semble oui. suppose Aelita. Odd, vas voir si Ulrich a son téléphone s’il te plait.
- Pas de soucis princesse ! répond-il, comme à son habitude.
- Mais pourquoi Jeremy ? demande la jeune fille.
- J’ai besoin de vous parler à tous ! Dès que vous avez terminé, vous me rejoignez à l’usine, ok ?
- C’est bon Aelita, Ulrich a retrouvé son téléphone dans ses affaires ! affirme Odd
- Euh… Ok ! Ok ! On viendra dans 10-15 minutes je pense, ça te va ?
- Je vous attends ! A tout de suite. »

Jeremy raccroche sans attendre le mot de la fin d’Aelita. Il avait l’air assez inquiet.

- « Jeremy veut qu’on le rejoigne à l’usine. avoue-elle.
- XANA ? murmure Yumi
- Non, non ! Il veut nous parler apparemment.
- Ah ! Voilà le médecin qui sort de la chambre de Sissi ! s’exprime William.
- Comment va-t-elle ? demande le père de la victime.
- Je ne peux pas me prononcer pour le moment. Son coma est toujours sérieux. Elle ne répond à aucuns stimuli. Il faut patienter. Je suis désolé. »

Le proviseur s’écrase sur le siège derrière lui, totalement déprimé. Les autres ne savent pas quoi dire pour le rassurer. Aelita essaie :

- « Vous savez Monsieur ? Ulrich s’est réveillé, elle fera de même ! J’en suis sûre. Il fait juste être patient.»

Mr Delmas ne réagit pas. Yumi se retourne vers le médecin.

- « Quand Ulrich pourra-t-il sortir ? demande Yumi comme prévu.
- Oula ! Pas si vite mes jeunes enfants ! Il vient de se réveiller d’un coma. Il doit rester en observation au minimum trois jours. affirme-t-il.
- Ah… » soupire Yumi.

Après la réponse du professionnel, les quatre amis décident de prendre la route vers l’usine, comme l’a demandé Jeremy. Et comme l’a prédit Aelita, il ont effectivement mis une dizaine de minutes pour l’atteindre. Arrivé au monte-charge, tous redoutent les aveux de Jeremy. « J’espère que c’est une bonne nouvelle ! » dit Odd dans le monte-charge.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Laboratoire de l’usine, 9h35

Jeremy pianote sur son clavier depuis maintenant une petite demi-heure. Qu’a-t-il appris de si urgent ? Les autres ne vont pas tarder à le découvrir.

- « Ah les voilà ! » dit Jeremy en voyant le monte-charge descendre sur son écran.

Le monte-charge s’ouvre, toujours dans un vacarme monstre. Jeremy se lève et accueille ses amis.

- « Alors Einstein, de quoi veux-tu donc nous parler ? interroge William.
- J’appelle Ulrich avant ! »

Jeremy téléphone à son ami via l’interface. Dans la chambre d’hôpital, Ulrich était seul dans son lit. Une vie bien ennuyante. Il répond donc très vite après la première sonnerie.

- « Oui Jeremy ?! Comment tu vas ? demande-t-il.
- Très bien et toi alors ? J’ai appris par les autres que tout allait bien !
- C’est ce que le médecin dit oui ! affirme Ulrich.
- Je te mets en hautparleur, t’es près à entendre ce que j’ai à dire ?
- Vas-y ! Je t’écoute !

Après cette courte entrevue, Jeremy sait qu’il va falloir parler longtemps. Il sait également qu’il va devoir utiliser des mots et expressions compréhensibles pour le reste du groupe. Jamais simple pour lui, surtout quand il se lance dans de longues explications. Il respire un grand coup et commence :

- Donc cela fait plusieurs jours que l’on bosse là-dessus, Aelita et moi. Je suis maintenant sûr à 80% que les informations que je vais vous révéler reflètent le plan actuel de XANA. affirme le blondinet.
- Ok, on t’écoute. confirme Odd.
- Si XANA continue comme il a commencé… Sa puissance va augmenter de manière exponentielle !!
- Ça veut dire quoi ça ? Explique-toi ! exige Yumi.
- Depuis longtemps, on savait que sa puissance augmentait, notamment grâce au retour dans le temps. Il y quatre mois, XANA se servait de la puissance des supercalculateurs pour accroître sa propre puissance, vous êtes d’accord ? Ainsi, quand on utilisait la translation pour détruire un supercalculateur, en réalité, on ne détruisait pas une partie de XANA mais on l’empêchait d’avoir accès à la puissance de celui-ci. En conclusion, quand XANA perdait un supercalculateur, il perdait la puissance de celui-ci.
- Jusque-là ça peut aller, oui. répond Odd.
- Sauf que maintenant, XANA a atteint un tel niveau de force qu’il a maintenant accès à un autre moyen pour l’accroître. Il s’approprie entièrement un supercalculateur, et le puise de sa puissance-machine. Une fois l’énergie transférée vers XANA, il détruit le supercalculateur pour ne laisser aucune trace de son passage.
- C’est un voleur quoi ! plaisante Odd.
- Il l’a déjà fait combien de fois ? demande Yumi perplexe..
- Une fois sûr ! Il s’agit de TERA-100. Il était caché au fin fond de la campagne dans un bâtiment à 30 kilomètres d’ici. En quelques heures, XANA en a pris le contrôle et l’a vidé complètement de sa puissance. Puis il l’a détruit en quelques secondes en y envoyant une tornade. Ni vu, ni connu.
- Il va recommencer ? questionne William.
- Il y a des chances oui ! D’ailleurs impossible de savoir si TERA-100 était sa première victime. Il faudrait que je recherche si d’autres supercalculateurs ont été détruits. D’ailleurs, impossible de savoir non plus quand XANA s’est réveillé.
- Bah c’est pas le jour de la rentrée ? réplique Odd.
- Bah, je ne sais pas… Le jour de la rentrée c’est le jour où XANA a rallumé notre supercalculateur.
- Et tu sais pourquoi au fait ? s’intéresse UIrich à l’autre bout du fil.
- Je pense avoir trouvé oui. Enfin, on pense ! Je te laisse répondre Aelita. déclare Jérémy.
- On a découvert que la pile nucléaire est de nouveau presque vide. XANA l’a donc rallumé pour que la pile s’épuise à petit feu. déclare la jeune fille.
- Sauf que XANA n’avait pas du tout prévu qu’Ulrich et Yumi seraient à l’usine au même moment ! Ca a du beaucoup lui déplaire, d’où le fait que, le même jour, il vole la puissance d’un des superordinateurs les plus puissants d’Europe. fini Jeremy.
- Encore ? crie Yumi. On l’a changé il y a un an et demi il me semble !
- Oui certes, mais j’ai peur que la reconstruction de Lyoko, le Skid, les voyages dans la mer numérique et la translation ont contribué le plus à l’épuisement de la pile. avoue Jeremy.
- Donc, si je récapitule ! On a deux problèmes à résoudre TRES VITE ! De un, si on n’arrête pas XANA TRES VITE, il deviendra imbattable. De deux, si on ne trouve pas une autre pile TRES VITE, on va perdre le seul moyen de combattre XANA ! En conclusion, il faut aller TRES VITE !! tremble Odd.
- Autre chose ! rajoute Jérémy. XANA a juste voulu rallumer notre supercalculateur pour que la pile s’épuise mais je ne comprends pas pourquoi il ne l’a pas détruit au lieu de le rallumer.
- Il en aurait besoin ? demande William.
- J’ai peur que notre supercalculateur soit dans sa ligne de mire ! avoue-t-il.
- On est samedi ! On peut élaborer un plan pour répliquer ! suggère Yumi.
- Oui et c’est que j’avais prévu ! Mais d’abord, j’ai une dernière chose à dire ! annonce Jeremy. En dérobant la puissance des supercalculateurs, XANA gagne très vite en puissance, certes, mais il y a hic ! Comme je vous l’ai dit, XANA doit s’approprier entièrement le supercalculateur. Donc ça signifie, d’une part, qu’il ne peut s’occuper que d’un supercalculateur à la fois et, d’autre part, qu’il se retrouve bloqué à l’intérieur jusqu’à ce que l’énergie soit entièrement transférée !
- Comment ça coincé ? interroge William.
- Coincé de la même manière qu’il l’était dans NOTRE supercalculateur au tout début. Il n’a pas accès au réseau. Et vous vous rappelez ce qui se passait si on éteignait le supercalculateur ?
- XANA mourait, et Aelita aussi… répond Yumi.
- Exactement ! Sauf que dans notre cas, l’extinction du supercalculateur en question n’entrainera que la mort de XANA.
- Vu comme ça, ça à l’air simple mais XANA ne se laissera pas faire ! affirme Ulrich.
- Exact ! Surtout que si on arrive à s’approcher d’un supercalculateur dont XANA pompe l’énergie, le détruire complètement après l’extinction serai préférable.
- Combien de temps met XANA à se transférer l’énergie d’un supercalculateur ? demande William
- Quelques heures tout au plus ! C’est très rapide ! affirme Jeremy.
- XANA est donc le plus vulnérable au moment où il pique l’énergie d’un supercalculateur, c’est bien ça ? s’assure Yumi.
- En théorie, oui ! répond Jeremy.
- Quel est le plan alors ? » s’interroge Ulrich.

Jeremy réfléchis quelques secondes et fini par répondre.

- « Le plus urgent est de trouver une nouvelle pile nucléaire ! Le supercalculateur commence déjà à stopper ce qu’il considère comme non essentiel : l’entrée au cœur de Lyoko, le retour dans le temps, l’échange des données entre le 5ème territoire et les autres territoires. Bientôt, il coupera de lui-même les scanners, et Lyoko disparaîtra en dernier.
- Cette fois-ci XANA ne nous aidera pas à la trouver ! rappelle Odd.
- Ça sera même le contraire ! ajoute Jeremy.
- Quelqu’un sait où on peut trouver ça ? s’inquiète Yumi.
- J’ai bien un idée mais ça risque d’être périlleux pour ceux qui s’y rendront ! informe Jeremy.
- On t’écoute ! dit William
- L’endroit où se trouvait TERA-100 est un centre à l’énergie atomique. Comme le bâtiment n’a pas entièrement était ravagé par la tempête, c’est possible qu’on y trouve ce genre de pile. Mais il y a aussi la centrale nucléaire non loin d’ici. propose Jeremy.
- Quelque chose me dit que tu préférerais qu’on aille au centre atomique, n’est-ce-pas ? observe Yumi.
- En effet, j’aimerai inspecter les lieux par la même occasion, voir s’il reste des traces de XANA aussi. confirme Jeremy. Je vais réfléchir à la manière de procéder ce matin et on s’occupe de tout ça cet après-midi. affirme le blondinet. Dépêchez-vous d’aller manger, le réfectoire ferme à dix heures.
- Mais le réfectoire est détruit, tu le sais pourtant !plaisante Odd.
- Rooh ! Vous m’avez compris ! » râle-t-il.

Tous acquiescent et prennent la direction du vieux monte-charge bien usé. « Il va finir par céder ce machin un jour » lance Odd. Aelita regarde Jeremy une dernière fois et lui demande s’il viendra manger ce matin. « Non, j’ai l’habitude ! » lui répond-il avant que les portes de l’ascenseur se ferment. Jeremy se remet à frapper les touches du clavier de l’interface. *Enfin seul* se dit-il. Ces longues explications lui ont fait perdre du temps dans l’élaboration d’un plan pour contrer le virus. En effet, Jeremy préfère être seul pour travailler à l’usine, il y est plus tranquille. Sauf bien sûr quand il est déranger par XANA, mais c’est derniers jours, le virus est plutôt calme, sans pour autant apaiser Einstein. *XANA attaquera dès qu’on bougera le p’tit doigt* pense-t-il.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 9h50

Dans la cour, les seuls élèves qui s’y trouvent sont ceux qui ont déjà terminé de petit-déjeuner. Les autres sont tous dans le gymnase, le lieu où est distribuée la nourriture jusqu’à ce que le réfectoire soit reconstruit. Encore quelques débris traînent dans la cour, notamment des branches d’arbres et des taules provenant du self, mais le plus gros des dégâts sont restés immobiles depuis le jour de la catastrophe. *Mais quand vont-ils commencer à déblayer ce carnage* se demande Aelita.

Le groupe arrive à l’entrée du gymnase. Il n’y a pratiquement pas de file d’attente. Seuls deux élèves attendent leur tour. « Dépêchez-vous, il va plus rien avoir à manger ! » crie Odd en entrant dans le bâtiment.

Le bâtiment a entièrement était aménagé. Une cuisine de fortune, avec seulement le strict minimum, a été installée dans le vestiaire des demoiselles qui a bien sûr était nettoyé de fond en comble avant tout aménagement. Le self a été installé sur la largeur du bâtiment, à l’entrée de celui-ci. Tout y est, les plateaux, les couverts, les présentoirs et mêmes les rails qui ont été récupérés pratiquement intactes. « VANESSA, VA ME CHERCHER DES CROISSANTS, J’EN AI PLUS ! » ordonne Rosa. Le reste du bâtiment, quant à lui, est consacré aux tables. Suite à cet agencement, les cours d’EPS en salle sont maintenant impossibles pour une durée indéterminée, au grand dam de Jim.

Odd s’approche de Rosa.

- « Alors, je vous sert quoi ? demande-t-elle avant de voir le garnement qui se trouvait devant elle. AAAAH ODD ! crie-t-elle. Je m’inquiétais de ne pas encore t’avoir vu ! Ce n’est pas dans ton habitude d’arriver dans les derniers ! Que t’est-il arrivé ? demande-t-elle.
- Nous avons été rendre visite à Ulrich, il s’est réveillé ce matin.
- Aaah oui Jim m’en a parlé ! réplique-t-elle. Mais, il m’a pourtant juré qu’il ne vous avait pas laissé passer ! Vous êtes de vrais malins vous ! complimente la serveuse.
- Ce n’est pas Jim qui nous arrêtera plaisante Odd avant un grand sourire.
- BON ET CES CROISSANTS, C’EST POUR AUJOURD’HUI OU POUR DEMAIN ??? hurle Rosa en se tournant vers les cuisines, derrière elle.
- Bon alors Odd, je te donne la part d’Ulrich, comme d’habitude je suppose ? demande-t-elle en se retournant vers Odd.
- Bah oui ! Je déteste le gâchis ! » répond-il.

Le reste du groupe rejoint Odd, et se sert en aliment. Comme tous les matins, il y a du choix, mais malheureusement, rien de chaud. Rosa proposait, des fruits, des yaourts natures, des croissants, pains au chocolat, pains au raisin, des tartines, confitures… Mais aucun café, thé, ou lait chocolaté. Après le passage du groupe d’amis, Rosa ferme le self et commence à ranger pour préparer le repas du midi. Aelita, Odd et William trouvent une table libre et s’installent pour commencer à grignoter. Ce n’est pas souvent qu’ils sont aussi peu pour manger.

Quant à Yumi, elle est rentrée chez ses parents étant donné qu’elle n’a pas accès au self le matin et encore moins le week-end. Elle passe la porte de rue et cours jusqu’au palier en passant devant les magnifiques fleurs roses et parfumées qui décorent l’entrée. En passant la porte, elle tombe sur ses parents qui l’attendaient avec impatience. « Alors, comment va-t-il ? » demande Mme Ishiyama. Après leur avoir expliqué la situation, la jeune fille leur fait comprendre qu’elle a très faim. Elle se dirige vers la cuisine et est très heureuse de voir que ses parents lui avaient préparé le petit déjeuner. « Merci ! Vous êtes géniaux ! » confie-t-elle.

Pendant ce temps, à l’entrée du lycée, devant les grilles, une foule d’élèves protestent contre Jim. En effet, le professeur ne veut laisser aucun jeune sortir de l’établissement tant que Mr Delmas n’était pas revenu par prétexte qu’il ne veut pas avoir de problème avec les parents ou avec les autorités en cas d’accident. « VOUS ETES NUL ! » « LAISSEZ-NOUS SORTIR ! » « ON AVAIT PREVU D’ALLER AU CINE ! » « VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT DE NOUS EMPRISONNER ! » hurle les adolescents en colère.

- « La discussion est close ! clôture Jim. Allez donc lire un livre à la bibliothèque, vous avez de la chance, elle n’est pas était touchée par la tempête ! » se marre-t-il.

Jim décide de fermer les grilles à clef pour en terminer avec ce problème et retourne à ses occupations habituelles. Le métier de proviseur n’est pas facile, surtout quand on n’a pas la formation adéquate. Aujourd’hui, il doit rencontrer le responsable d’une entreprise du bâtiment pour signer un contrat et également les parents d’un nouvel élève qui doit rentrer en seconde cette année. D’après les dires du proviseur, l’élève en question a insisté pour changer de lycée et venir à Kadic. Sur la route, il croise Rosa qui, apparemment, a besoin de son aide.

- « Aah ! JIM ! Je te cherchais ! affirme la cuisinière.
- Oui ? Que se passe-t-il Rosa ? demande-t-il d’un ton intéressé.
- Il me reste du stock que pour dresser les repas jusqu’à lundi, tu dois lancer une commande de nourriture maintenant pour qu’on soit livré lundi. explique Mme Petitjean.
- Comment ça ? C’est au proviseur de s’occuper de ça ?! interroge le professeur stupéfait.
- Evidemment que non ! Enfin Jim ! C’est à Nicole de s’en occuper mais elle ne travaille pas le week-end. Voici la liste de ce que j’ai besoin pour les repas de la semaine prochaine avec les quantités correspondantes. renseigne-t-elle.
- Et comment je m’y prends pour commander ?
- Je t’ai noté le nom du fournisseur qui nous livre. Tu vas sur leur site internet, dans la rubrique professionnelle. Tu devrais trouver les identifiants dans le bureau de Nicole. révèle Rosa.
- D’accord, je m’en occupe tout de suite ! déclare Jim tête haute.
- Je te fais confiance Jim ! Je n’ai pas envie qu’on nous livre du foin ! » conclu-t-elle ironiquement.

Après avoir terminé leur petit-déjeuner, Odd et les autres se hâtent à retrouver leurs occupations du week-end : glander. Mais ça c’était après le soi-disant anéantissement de XANA. Avant cela, Aelita et Jeremy passaient leur week-end à travailler sur une amélioration quelconque ou un moyen de détruire XANA. Et la jeune fille ne compte déroger à cette habitude : « Je rejoins Jeremy ! » avoue-t-elle aux autres en sortant du gymnase. Le maigrichon et le beau ténébreux se retrouvent donc seuls.

- « Ecoute William… Euh… Je suis désolé mais j’ai des heures de sommeil en retard à cause de ce matin ! On se revoit tout à l’heure ! » déclare l’homme en violet.
- Euh… Bah d’accord, je vais rejoindre ma chambre aussi alors ! » réplique William.

Tous deux se dirigent donc vers leur chambre respective. Sur le chemin, ils croisent Hervé et Nicolas, qui ont l’air totalement perdu sans Elisabeth. Ils sont assis sur un banc et attendent que le temps passe. « Leur vie est merveilleuse dis donc ! » lâche Odd avec son ton moqueur habituel;


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bureau de Nicole Weber, 10h30

Jim s’installe comme à son aise au bureau de la secrétaire de Mr DELMAS. Normalement, une orchidée violette se trouvait sur son bureau, mais avec les vacances qui ont duré un plus de deux mois, l’orchidée ne devait plus vraiment ressembler à grand-chose. Nicole avait donc décidé de la jeter. *Ce serait une bonne idée cadeau pour son anniversaire* se dit Jim.

Le professeur de sport allume donc l’ordinateur et rentre ses identifiants pour accéder au réseau du lycée. « Jmorales » est son pseudo, « jpnpep24 » est son mot de passe. Le temps que le PC termine le chargement de la session de Jim, celui-ci cherche le petit cahier bleu qui est censé contenir les identifiants de Kadic pour chaque fournisseur ou pour chaque organisme public. « Mais où est ce fichu calepin… Non de… Ah le voilà ! » dit-il en fouillant tous les tiroirs du bureau. Comme lui a si gentiment demandé Rosa, Jim visite donc le site internet du fournisseur du self et accord au compte professionnel de l’établissement grâce aux identifiants inscrits dans le calepin. Après avoir suivi plusieurs étapes, il arrive enfin à la commande. Il prend alors la feuille qui lui a donné la cuisinière et commence à la lire.

« Lundi : Gratin de chou-fleur sur un lit de viande hachée. 250 portions de chou-fleur et de viande hachée.

Mardi : Epinards aux œufs. 200 portions d’épinards et d’œufs.

Mercredi : Langue de bœuf sauce cornichons. 300 KG de langues de bœufs, 50 cornichons et 500 KG de carottes

[…] »

La liste continue ainsi avec le même genre de plats équilibrés.

- « Non mais… Elle veut nous empoisonner ou quoi cette vielle bique ! » grogne Jim en lisant la feuille que Rosa avait mis du temps à préparer.

Sans penser aux conséquences de ses actes, le professeur décide de modifier les plats prévus pour la semaine à venir. Il prend donc l’initiative de commander quatre cents portions de frites, trois cent cinquante kilogrammes de steaks hachés, la même quantité de hamburgers et plein d’autres choses dans la même catégorie. Pour lui, Mr Morales pense qu’il fera plus d’heureux que de malheureux.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Foyer des élèves, 10h50

Il y a anormalement plus d’élèves que d’habitude. Certains adolescents étaient habitués à sortir le samedi mais ont dû brusquement changer leur plan. Devant la télévision, Théo Gauthier et deux de ses amis, installés sur le canapé rouge regardent un match de foot quand soudain un flash spécial retentit :

- « NOUVEAU REBONDISSEMENT DANS L’AFFAIRE DU SUPERCALCULATEUR TERA-100 ! EN EFFET, IL SE TROUVE QUE LA TOTALITE DES EMPLOYES QUI TRAVAILLAIENT SUR CET ORDINATEUR AFFFIRMENT TOUS AVOIR ETE ATTAQUE PAR UN HOMME EN SURVETTEMENT ROUGE QUELQUES HEURES AVANT L’ARRIVE DE LA TORNADE ! »


THE END
  Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0  
Baptoou

Réponses: 5803
Vus: 1648369

MessageForum: Projets partenaires   Posté le: Dim 14 Juin 2015 11:09   Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
sofiorak a écrit:
[...]Yumi qui était tomber dans la maire numérique (je sais pas comment ça s'écrit)[...]

Il me semble que ça doit s'écrire mer comme la mer Méditerranée, mais je ne suis pas sûr x)

Bref, Immu, comme tu peux le voir, je suis toujours là, dans l'ombre à suivre ton avancement, mais sans jamais poster...
Mais je le suis toujours, j'ai jamais arrêté. Et je dois dire que je suis de plus en plus époustouflé par ton avancée. J'ai vraiment apte de voir ce que donne la 3D, surtout sur la fenêtre de "scann" des LG.

J'aurai juste une question. Il me semble pas qu'elle ait déjà était posée.
La représentation de Lyoko sur la page de démarrage bénéficiera-t-elle de la 3D également ? Peut-être prévois-tu de modifier cette page de démarrage d'ailleurs.

Et tout cas, très bonne continuation pour la suite Smile
  Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!  
Baptoou

Réponses: 85
Vus: 36600

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mar 17 Fév 2015 12:25   Sujet: [Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
Bonjour à tous !

Cela fait maintenant 1 an 1/2 que je n'avais posté de chapitre et je m'en excuse.
J'ai été très occupé ces derniers mois par la fin de mes études.
Enfin bref, voici le chapitre 8, La tornade du siècle.

FAUX ESPOIRS

Chapitre VIII : La tornade du siècle


Chambre d’Odd et d’Ulrich, 15h25

Les deux amis sont allongés sur leur lit respectif. Ils regardent tout deux le plafond comme si une chose extraordinaire s’y déroulait.
- « Une partie d’échec, ça te dit ? » demande Ulrich.
- « Non, je ne sais pas jouer ! » lui répond son ami.

Les deux garçons continuent à fixer le plafond.

- « Une partie de Galactic Battle, ça te dit ? » demande cette fois Odd.
- « Non, je ne sais pas jouer ! » grogne Ulrich.
- « Mais si tu sais jouer ! Tout le monde sait jouer ! » proteste Odd.
- « Ouais mais je n’ai pas envie de jouer à ton jeu débile ! » râle le beau brun.
- « Olala ! Pas la peine de se mettre dans un état pareil. Ce n’est pas grave, on va rester ici à observer le plafond jusqu’à l’heure du diner ! » plaisante le blondinet.
- « Non pas moi ! Je vais voir Jeremy ! »

Ulrich saute de son lit et sort de la chambre en claquant la porte.

- « C’est ça ! Va faire ton grognon ! » lance Odd, seul dans la chambre.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Chambre de Jeremy, 15h28

Jeremy était lui aussi en train de se reposer. Il fallait qu’il décompresse un peu.

« Toc Toc Toc ! »

En entendant le frappement de porte, Jeremy ne lâche qu’un « Entrer ! » sans vraiment savoir qui était-ce. Ulrich entre et regarde Jeremy.

- « Et bin ! C’est la mode aujourd’hui de contempler les plafonds ! » plaisante-t-il.
- « Qu’est-ce que tu racontes ? » se demande Jeremy
- « Non rien, laisse tomber ! » suggère Ulrich. « Une partie d’échec, ça te dit ? »
- « Avec plaisir ! J’ai besoin de m’aérer la tête ! » répond-il fièrement. « On va dans la cour ? »
- « Oui, on sera mieux qu’enfermer dans une chambre. »

Les deux amis quittent donc les dortoirs sans oublier l’échiquier qui était rangé dans la chambre de Jeremy.

- « C’est avec une partie d’échec que tu t’aères la tête toi ? » demande Ulrich.
- « Bah ouais ! Pas toi ? »
- « Non pas vraiment ! » répond Ulrich étonné.

Sans entendre les pas de Sissi dévaler d’un étage, ils descendent de leur étage et sortent du bâtiment. Quant à Sissi, manquant Ulrich de peu, se dirige vers la chambre de celui-ci.

« Toc Toc Toc ! » … « Entrez » crie le garçon dans la chambre. Sissi rentre et découvre Odd sur son lit, mais aucun signe d’Ulrich.

- « Ah Odd ! Tu ne serais pas où est Ulrich ! » questionne la jeune fille.
- « Il doit être dans la chambre de Jeremy. » réplique le garçon.
- « Merci Odd ! » dit-t-elle en souriant.

Sissi fait donc demi-tour et va frapper à la porte de Jeremy.
« Toc Toc Toc » … Pas de réponse. Sissi essaye donc d’ouvrir la porte. À sa grande surprise, elle est ouverte. Jeremy n’avait, en effet, pas pensé à fermer la porte. Sissi examine la pièce, mais il n’y a pas l’ombre d’un Ulrich ni même d’un Jeremy. Furieuse, elle retourne dans la chambre d’Odd pour s’expliquer, mais cette fois, sans frapper.

- « ODD ! T’es qu’un menteur ! Ulrich n’est pas dans la chambre de Jeremy ! » crie Sissi contre le pauvre Odd.
- « Hé ! T’as pas besoin de brailler comme ça ! » proteste Odd. « Je t’ai dit ce qu’Ulrich m’a dit ! Il m’a clairement dit qu’il allait voir Jeremy dans sa chambre et je ne sais pas ce qu’ils ont fait après si c’est ce que tu veux savoir ! » continue-t-il.
- « Bon, bon, ça va ! J’ai cru que tu me menais encore en bateau ! » affirme la jeune fille.
- « Qui ça ? » Moi ? Non, jamais de la vie ! » plaisante Odd.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 15h40

Les deux amis sont tous deux assis sur un banc comme à leur habitude lorsqu’ils font une partie d’échec. Dans la cour, il n’y a pas un chat. Quelques nuages gris se baladent dans le ciel. Un vent froid souffle.

- « Bon alors ? Tu joues ? » s’impatiente Ulrich.
- « J’examine le jeu ! On n’improvise pas un déplacement en dix secondes ! » rappelle Jeremy.
- « Pffff… A ce rythme-là on aura fini la semaine prochaine ! » se plaint Ulrich.

Une ou deux minutes plus tard, Jeremy se décide enfin à déplacer une de ses deux tours. Suivi d’Ulrich, qui, une quinzaine de secondes après, déplace son dernier cavalier. A ce moment-là, Jeremy sourit.

- « Tu es tombé dans mon piège ! » admet Jeremy en déplaçant sa reine. « Echec et mat ! » affirme-t-il.

Ulrich, surpris, regarde l’échiquier. En effet, Jeremy avait bien raison. Les blancs ont perdu. Ulrich grimace.

- « J’arriverai jamais à te battre ! » râle-t-il
- « Peut-être que si tu passais plus de temps à réfléchir sur tes déplacements, tu aurais une chance de me battre. » suggère Jeremy.
- « Ouais… Mais non ! C’est juste pour me détendre pour moi les échecs, pas pour réfléchir ! » réplique Ulrich. « Bon, on s’en refait une ? »
- « Avec plaisir, ça me fera une victoire de plus à mon actif ! » plaisante-t-il.

Les deux amis replacent donc les pièces à leur place de départ. Les blancs pour Ulrich et les noirs pour Jeremy. Pendant ce temps-là, dans le ciel, les nuages s’assombrissent et le vent s’accélère.
Sissi avait décidé de retrouver Ulrich part ses propres moyens. Elle avait très envie de passer du temps avec lui. Quant à Odd, il se retrouvait à nouveaux tout seul dans la chambre en compagnie de son chien, qui dormait sur une chaise. Il décida de quitter sa chambre pour rendre une petite visite à sa fausse cousine du lycée, Aelita. Il sort donc de sa chambre et monte à l’étage supérieur. Pour lui, il trouvait ça étrange d’être à cet étage. Ce n’est pas souvent qu’il y était. Il traverse donc le couloir et arrive devant la chambre d’Aelita. Odd, poli et ne voulant faire peur à son amie, frappe à la porte.

- « C’est qui ? » demande Aelita, surprise, en essuyant ces larmes.
- « C’est Odd ! » crie-t-il de l’autre côté de la porte.
Aelita termine de nettoyer ces yeux et entre-ouvre la porte.
- « Salut Odd ! Qu’est-ce qui se passe ? » questionne la jeune fille.
- « Bah rien ! J’voulais juste savoir comme t’aller ! » réplique Odd toujours à l’extérieur de la pièce. « Je… Je peux entrer ? » demande le garçon.
- « Oui, oui, désolé. » répond Aelita en faisant entrer son ami.

Odd rentre dans la chambre, et, faisant comme si il se trouvait chez lui, s’assoie sur la chaise de bureau en tournoyant.

- « Alors ? Qu’est-ce que tu faisais de beau ? » interroge-t-il en regardant Aelita.
- « Bah… Euh… Je… »
- « Tu as pleuré? » demande Odd inquiet.
- « Euh… Non. Pourquoi tu dis ça ? » ment Aelita.
- « Oh bah tes yeux rouges et les quelques gouttes d’eau sur tes draps. » affirme le jeune homme. « A moins que les gouttes sur ton lit soient dues à autre chose mais dans ce cas je ne veux pas le savoir ! » plaisante-t-il.

Aelita sourit. C’était la première fois qu’elle souriait depuis qu’elle était dans sa chambre.

- « Euh… Oui, c’est vrai. J’ai versé quelques larmes. » affirme la jeune fille.
- « Mais pourquoi ? C’est à cause de XANA ? » demande-t-il.
- « Oui. Il y a ça mais aussi le fait que le sacrifice de mon père n’aura servi à rien ! » répond-elle l’air triste.
- « J’y ai pensé aussi ! Mais j’suis sûr qu’on arrivera à détruire XANA pour de bon ! Et tu sais, peut-être que ton père ne s’est pas sacrifié. Il est peut-être cacher dans le réseau comme il a fait depuis le début. » rassure son ami.
- « J’étais là ! J’ai vu mon père se dévirtualiser ! Et il n’est pas réapparu dans un scanner ! Mon père s’est sacrifié en fournissant l’énergie au programme multi-agent ! En clair, XANA s’est nourri de l’énergie de mon père... Snif ! » pleurniche-t-elle.

Odd ne s’est quoi répondre. Et il n’aura pas à le faire. Des « BIP » surviennent de l’ordinateur d’Aelita et interrompe les pensées du garçon.

- « Euh Aelita ! Je crois que ton PC t’appelle. » affirme-t-il.

Aelita sèche de nouveau ses larmes et attrape son ordinateur. Elle fut catastrophée à la vue de son écran.

- « UNE TOUR ACTIVEE ! » crie-t-elle.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 16h

Les deux compères, jouant toujours aux échecs, se remuent de plus en plus les méninges voulant à tout prix battre l’autre. Malheureusement, Ulrich n’est pas à son avantage. Avec son roi, Ulrich ne dispose plus que trois pions, un fou et une tour. Tandis que Jeremy peut encore compter sur sa reine, son cavalier, ses deux tours et de ses quatre pions pour protéger son roi. Après quelques minutes de jeu et plusieurs tentatives d’échec menées par Jeremy, la météo commençait vraiment à se dégrader. Un vent chaud et rapide tournoyait autour de la cour du collège. Les arbres se balançaient d’avant en arrière, de gauche à droite et les nuages devenaient de plus en plus noirs et se déplaçaient de plus en plus rapidement dans le ciel.

- « On devrait peut-être terminer la partie à l’intérieur, non ? » propose Jeremy.
- « On a presque terminé. On rentrera après ! » réplique Ulrich. « De tout de façon, j’ai perdu ! » râle-t-il.

Le duo continue donc leur jeu. A ce moment-là, arrive Sissi, heureuse d’avoir trouvé son bien-aimé.

- « Ah ! Bah te voilà ! Ça fait je ne sais combien de temps que je te cherche ! J’ai d’abord demandé à Aelita qui m’a dit que tu étais dans ta chambre… » explique la jeune femme.
- « Sissi. » dit Ulrich sans se faire entendre par cette dernière.
- « …mais tu y étais pas et Odd m’a dit que tu te trouvais dans la chambre de Jeremy mais… » continue la fille du proviseur.
- « Sissi !! » réessaye Ulrich.
- « …tu y étais encore pas alors je t’ai cherché dans tout le collège et je viens enfin de te trouver ! » termine Sissi.
- « SISSI !! » crie le jeune homme.
- « Oui ? »
- « On est en train de faire un partie d’échec là ! Déjà que j’suis en train de perdre, si tu pouvais arrêter de me déconcentrer ça serai cool ! » vocifère Ulrich.
- « Oh pardon. Je vais attendre que tu termines alors ! » suggère la demoiselle.

Elisabeth s’assoie sur le banc derrière Ulrich de façon à pouvoir voir le plateau de jeu. C’est au tour de Jeremy. Il déplace sa reine et, en souriant, dit :

- « Echec ! »
- « Oh mince, tu as perdu Ulrich. » lui dit Sissi à moitié contente.
- « Sissi, je n’ai pas perdu ! Echec signifie juste que mon roi est en danger ! » explique l’adolescent.
- « Ah d’accord ! » approuve-t-elle. « Oh tu devrais bouger ce cheval ! » conseille Sissi.
- « Ça s’appelle un cavalier ! » répond Ulrich épuisé par les paroles de Sissi. « Et puis d’abord c’est même pas un de mes pions. Je joue avec les blancs si tu n’avais pas encore remarqué ! »
- « Ah oui d’accord ! » répond-elle bêtement.

Le jeu continue donc avec le déplacement du fou d’Ulrich permettant de protéger son roi. Cette partie touche à sa fin mais Mère Nature en aura décidé autrement. Sans annoncer sa venue, une rafale d’une violence inouïe s’abat sur la cour du collège, balayant feuilles, branches et surtout le banc où se trouvaient les trois adolescents. Ce dernier tomba alors en arrière en emportant les deux amis ainsi que Sissi, s’effondrant sur Ulrich. L’échiquier bascula également... Toutes les pièces étaient maintenant complètement mélangées et éparpillées sur le sol. Les rafales continuent interminablement de frapper le collège. Quelques tuiles commencent à se dissocier du toit du bâtiment. Elles se mettent à tournoyer autour d’un axe invisible au centre de la cour. Les cheveux dans le vent, Sissi peine à sortir des mots :

- « Mais qu’est-ce qui se passe ?! » crie-t-elle en ayant du mal à se relever.
- « Regarde, tu comprendras ! » lui répond Jeremy en montrant du doigt ce qui ce passe de l’autre côté de la cours.

Au fond de la cours, un tuba de poussières se forme. Une autre tornade ! Elle ressemble exactement à celle vu antérieurement par Jeremy et Aelita. Plus forte que la dernière, elle se dirige droit sur le collège et menace les trois jeunes.

- « AAAAAAAAAAAh ! » hurle Sissi courant comme une cinglée dans la cour et se réfugie dans le self.
- « C’est XANA ? » demande Ulrich à son ami.
- « Il y a des chances ! » réplique-t-il. « Faut qu’on trouve un abri et vite ! » propose Jeremy en voyant que le monstre de poussières se rapproche.

Comme Sissi, ils trouvent refuge à l’intérieur du restaurent scolaire. La tornade se trouve qu’à une cinquantaine de mètres. Le vent souffle à une puissance inimaginable. L’arbre se trouvant dans la cour se déracine entièrement et s’écrase sur la route se trouvant non loin. Des cris commencent à surgir dans le périmètre, des cris démontrant l’horreur de la scène.

- « C’est encore un test ou c’est la vraie attaque ? » demande Ulrich.
- « Je n’en ai aucune idée. De tout de façon on ne peut absolument rien tenter tant que la tornade reste trop proche de nous ! » répond-il anxieusement.

Le proviseur, alerté par l’un des professeurs, accourt sans attendre avec le reste du personnel prévenir tous ceux qui ne seraient pas encore avertis de la menace. Les consignes sont claires. S’abriter en-dessous les tables le plus loin possible des fenêtres. Ce que font Yumi et William à l’annonce du danger ainsi que le reste de leur classe. Tous deux s’agenouillent sous leur table. Il ne reste plus qu’à attendre que le calme soit de retour.

- « C’est XANA à ton avis ? » demande William en protégeant sa tête.
- « Surement ! » réplique Yumi.
- « Il faut aller désactiver la tour alors ! » proteste le jeune homme.
- « On doit attendre les ordres de Jeremy ! Fais lui confiance. » explique-t-elle.

Dans le même temps, Aelita et Odd, non encore avertis du danger, détalent afin de prévenir les autres sans savoir qu’ils le savent déjà. En sortant du dortoir, ils n’ont eu d’autre choix que d’y retourner et de refermer la porte aussitôt à la vue de l’immense colonne de poussières ainsi que du puissant vent qui frappe le collège.

- « Oh mais c’est quoi ce truc ! » crie Odd médusé.
- « C’est ce qu’on a vu tout à l’heure avec Jeremy ! » réplique la jeune fille. « Mais je dois dire que celle-là est plus grosse quand même ! » avoue-t-elle.
- « Bah à mon avis là, Jeremy doit être prévenu de la tour activée ! » avoue le jeune homme.
- « Oui ! Il faut que je voie avec lui ce qu’il faut qu’on fasse. » déclare Aelita.

Sans plus attendre, elle attrape son téléphone rangé dans sa poche. Effrayée, elle a dû mal à trouver Jeremy dans son répertoire.

- « Allo ? Aelita ? » dit Jeremy de l’autre côté du fil.
- « Jeremy ? Tu vas bien ? Où tu es ? » demande-t-elle inquiète.
- « On est dans le self. T’inquiète on est à l’abri ! » rassure-t-il. « Et vous, vous êtes où ? »
- « Aux dortoirs ! » répond-elle Qu’est-ce qu’on fait ? »
- « Rien ! Il faut attendre ! » affirme le jeune homme.

Dans le réfectoire, Sissi et Ulrich, impuissants, assistent toujours à la catastrophe par les fenêtres du bâtiment. L’édifice abritant le distributeur de boissons est complètement détruit, ce dernier est même en train de virevolter dans les airs.

- « C’est vraiment horrible ! Mais qu’est-ce qui a pu se passer dans les nuages pour qu’un tel truc arrive ? » se demande Sissi.
- « Ça, j’en sais rien ! » répond-il ironiquement en fixant Jeremy toujours au téléphone avec son amie.

La tornade devient de plus en plus puissante. Les débris qu’elle arrive à soutenir sont de plus en plus lourds et de plus en plus imposants. La voiture d’un passant a été déplacée sur plus de cinquante mètres. Une sorte de barque à moteur gravite autour de la tornade. Elle orbite autour du tuba, dans le sens des vents interminables de la tempête.

- « Surtout Aelita, vous ne sortez pas tant que je ne vous l’aurai pas dit ! » ordonne Jeremy. « Pour moi, ce n’est qu’un nouveau test de XANA, la tempête ne devrai plus durer longtemps ! » affirme-t-il.
- « J’espère que tu as raison… » lui répond Aelita.

Pour le moment, les propos de Jeremy ne se justifient pas. La tornade continue à gagner en puissance. Son diamètre au sol atteint les dix mètres et se rapproche fortement du réfectoire. Le bâtiment commence à trembler du fait de la puissance du vent. Les taules sur le toit du self commencent à se détacher une par une et sont avalées par les profondeurs sombres du tourbillon. Et pour ne pas arranger les choses, des orages éclairent le ciel, de la grêle commence à tomber et un éclair atteint l’antenne satellite du collège, tout le courant est coupé.

- « Il faut aller se cacher dans les cuisines ! » propose Ulrich les mains tremblantes.
- « Oui la tornade se rapproche ! Allez vite ! Ulrich ! Sissi ! » ordonne Jeremy.

Au même moment, toutes les vitres des fenêtres se brisent sans exception. Les trois amis ont tous eu le réflexe de se faire tomber à terre et de se protéger la tête avec leurs mains. Tous les morceaux de verre sont maintenant éparpillés sur le sol autour d’eux.

- « Dépêchez-vous ! Elle se rapproche ! » crie Jeremy.

Mais les pauvres amis n’ont même pas le temps de se relever que la tornade refait déjà des siennes. La sorte de barque, tournoyant autour d’elle, arrive à se détacher de l’attraction de la tempête. Avec la force à laquelle elle tourbillonnait, elle fonce droit sur le bâtiment où se cachent les trois adolescents et rien ne va pouvoir l’empêcher de défoncer la façade de la cantine. Celle-ci est maintenant complètement détruite. Les trois adolescents sont maintenant totalement à découvert. Plus rien ne les protège si ce n’est qu’un minable toit en acier qui menace de s’écrouler. Les chaises, les tables, des fourchettes, des couteaux sont avalés par le monstre de poussières qui se rapproche de plus en plus vers le bâtiment. Les vents violents arrivent même à s’engouffrer à l’intérieur de l’édifice et à soulever le toit. Celui ne tient plus que sur les trois façades restantes, et manque à ensevelir les trois camarades sous des centaines de kilos de béton et d’acier.

- « PROTEGEZ VOS TETES !! » s’écrie Jeremy en panique.

Malheureusement, le pire se produit. Les trois nouveaux lycéens n’avaient pas choisi le meilleur endroit pour s’abriter. Le toit cède dans un vacarme ahurissant sous la pression d’une puissante rafale détruisant complétement le bâtiment.

- « Aaaaaaaaaaaaah ! » hurle Sissi, effrayée.

Complètement terrorisée par la scène, Sissi est paralysée. Elle reste à regarder le toit s’écrouler sur elle et ses deux amis. Elle voit sa vie défiler devant ses yeux. Une vie qu’elle n’avait pas envie de terminer comme cela. Une vie qu’elle aurait voulu partager avec Ulrich. Mais dans un sens, elle était à ses côtés, ce qui la rassurait un minimum. Dans le même temps, Ulrich ne réfléchit pas. En voyant que son amie ne se protégeait pas, il lui saute dessus, l’a fait tomber à terre et lui protège sa tête et sa nuque. Jeremy, quant à lui, était déjà recroquevillé sur lui-même pour se protéger. Tout cela en une petite seconde.
Mais au même moment, la tornade semble se calmer. Elle n’aura duré que onze minutes. Onze minutes de peur et d’horreur ! Les nuages se dispersent, la grêle prend fin et des éclaircies apparaissent. Jeremy avait raison. Il s’agissait du troisième test de XANA qui venait de prendre fin.
En voyant le calme reprendre sa place, Odd, Aelita ainsi que d’autres élèves et professeurs du collège sortent et découvre l’horreur des dégâts causé par la tornade. Des arbres déracinés, des voitures sur le toit, des tables et des chaises sur le toit du collège, des passants blessés par les débits, d’autres complétement terrorisés, et bien sûr, le réfectoire totalement détruit.

- « Où sont Ulrich et Jeremy ? » demande Odd, inquiet.
- « Je… Je pense qu’ils… Ils sont là-dessous… » répond Aelita en courant vers ce qui reste du réfectoire.

Au même moment, la tour activée par XANA se désactive…


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bruyères-le-Châtel, établissements du Pôle défense du CEA, 16h26

Les bugs disparaissent. Le supercalculateur semble être redevenu à son état initial. Tout semble calme et normal. Comme si jamais rien ne s’était passé. Mais la vérité est tout autre. Au sommet du bâtiment, une sorte de fumée noir et épaisse s’en échappe et se dissipe vers le ciel. Cette fumée ressemble étrangement à celle qui s’échappait de l’usine lorsque XANA a volé les clés de Lyoko…
A quelques kilomètres de là, les nuages s’assombrissent, un vent violent se met à tourbillonner et une énième tornade se forme. Beaucoup plus imposante que les précédentes, elle se dirige vers le bâtiment abritant le supercalculateur…
Quelques minutes plus tard, sur une route non loin de lieu où s’est formée cette nouvelle tempête, un quatre-quatre noir fonce droit sur elle.

- « Allez là ! Plus vite ! T’as les chevilles ramollies ou quoi ?! Appuie sur la pédale, on va la louper et on peut pas se permettre de la perdre celle-là ! » vocifère JT dans la voiture.
- « Mais on ne devrait pas trop s’approcher, c’est quand même dangereux ce que nous pousse à faire la direction juste pour un reportage. » affirme Maeva, la nouvelle assistante du présentateur TV.

Maeva était une jolie blonde aux yeux bleus. Elle était vêtue d’une jupe noire, polo blanc avec décolleté et talons hauts. Elle venait à peine de terminer ses études de journalisme, et avait été embauchée par la chaîne de télévision pour remplacer la précédente cadreuse de JT. Elle était la septième depuis le départ d’Edna.

- « Mais non c’est pas dangereux ! T’as les chocottes ou quoi ?! J’te rappelle qu’il y a une prime à la clef pour ce reportage ! Alors tu la boucles et tu roules ! » braille-t-il.

Maeva se tait. Elle commençait à être habituée du caractère de JT et préfère ne pas répondre. Les deux journalistes entrent dans le cœur de l’orage. Les vents s’accélèrent. La jeune reporter a du mal à filer droit. La voiture virevolte de droite à gauche. *C’est dur de conduire dans ses conditions* pensa-t-elle. La tornade n’est plus qu’à trois ou quatre cents mètres. Des débris volent un peu partout. Maeva est dans l’obligation de mettre en marche les essuie-glaces afin de contrer la pluie qui commence à tomber mais aussi pour se débarrasser des branches d’arbres qui tombent sur le parebrise. Des débris volent dans tous les sens. Il est impossible pour les oiseaux de pouvoir voler librement. Le vent est tellement puissant qu’il arrive à soulever une vache, qui se trouvait là, à cinq mètres de hauteur, et passe juste devant le quatre-quatre noir.

- « Oh ! Une vache ! » s’estomaque JT.

Maeva continue de rouler, et quelques secondes plus tard, la vache repasse dans le sens contraire, toujours devant le véhicule des journalistes.

- « Oh ! Une autre vache ! » s’émerveille JT tel un enfant.
- « En réalité, je pense que c’était la même… » lui renvoi Maeva.

Pendant ce temps-là, la tempête continue son chemin et n’est plus qu’à une dizaine de mètres du bâtiment. Les employés n’ont été prévenu que trop tard de la menace, ils ne font que de réagir et de se mettre à l’abri. Ces derniers n’ont même pas le temps de mettre à l’abri leur matériel si précieux pour leur recherche. Ils se précipitent tous dans le sous-sol du bâtiment et ont comme consignes d’y rester tant que la tornade ne sera pas passée. Dans les couloirs, tout le monde se bousculent. Les passages jusqu’au sous-sol sont longs, pas très larges et, parsemés de portes qui font perdre du temps. Tout le monde n’arrivera peut-être à se mettre à l’abri quand la tempête frappera. Et à ce moment-là, ils pensent tous à leur conjoint, leurs enfants. Les reverront-ils ?

- « Dépêchez-vous ! »
- « Plus vite ! Plus vite ! »
- « Allez ouvrez la porte ! »

C’est l’horreur dans les couloirs ! La peur et l’affolement des employés ne contribuent pas vraiment à rendre les choses plus rapides. Chacun pense à soi. Les bousculades font même tomber quelques personnes au sol. Les premiers partis sont les premiers arrivés au sous-sol. La porte s’ouvre et découvre une salle moyennement grande remplie de paperasse et de matériels informatiques obsolètes. Il s’agissait en réalité de la salle d’archive où les employés entassent toutes leurs notes des dix dernières années. Des dizaines d’armoires sont alignés et contiennent des centaines, voire des milliers de classeurs de différentes couleurs classés par période. Avec le matériel informatique désuet entassé dans des cartons au fond de la salle, il ne reste guère place pour abriter les scientifiques…
Quant à elle, la tornade a commencé à ravager l’arrière du bâtiment. Rien ne résiste à son passage. Portes, escaliers, ordinateurs, armoires sont tous arrachés de leur support et avalés par le tourbillon de poussière.

- « Oh mon Dieu ! » hurle Maeva en assistant à la scène. « Mais… C’est le CEA de Bruyères !! »
- « C’est quoi ça, le CEA ? » demande JT impatient d’arriver sur place.
- « Le Commissariat à l’Energie Atomique. » réplique la journaliste. « J’ai fait un reportage sur leur méthode de travail il y a un an de cela pour mon école » ajoute-t-elle.
- « Oui et donc ? Qu’est-ce que c’est ? » incite le l’homme.
- « Ils font des recherches sur l’énergie atomique grâce à un ordinateur très puissant. TERO… TERA… Je ne sais plus quoi. » répond-elle.
- « Hum… Intéressant… »
- « C’est ici qu’a été fabriqué le cœur de la première bombe atomique française qui a explosé au Sahara dans les années 60 il me semble. » explique Maeva.
- « Humm… C’est fort intéressant tout ça ! S’il reste quelques bombes nucléaires dans ce bâtiment, la tempête pourrait bien les faire exploser ! » se réjouit JT.
- « Tu dis ça comme si cela serait fantastique. » lui dit Maeva, perplexe.
- « Et bah oui c’est fantastique ! On sera les premiers à filmer ce spectacle ! Aller roule ! Il nous faut un meilleur angle ! » radote le présentateur TV.

La tornade continue son chemin. Le supercalculateur commence à trembler du fait des vents. Un quart du bâtiment est déjà rasé. La tempête arrive dans la salle de TERA-100, là où la plupart des salariés travaillent. Mais par chance, tout le monde a eu le temps de quitter la pièce. Il ne fut pas longtemps à la tempête pour tout ravager. En à peine vingt secondes, la salle fut complétement détruite. Le supercalculateur, s’en était fini. Des années de recherches réduites à néant. Les chercheurs en auront le cœur brisé.
Soudainement, la tempête change anormalement de direction. Comme si elle en avait fini avec ce bâtiment. Elle se dirige maintenant vers la route principale où roulent actuellement les deux journalistes.

- « On est pas assez prêts là ?! » demande Maeva, inquiète.
- « Continue, et gare-toi là-bas, sur la bande d’arrêt d’urgence. » lui ordonne JT.

La tornade s’approche dangereusement. Elle traverse la route, à une centaine de mètres de la voiture, et passe de l’autre côté de la chaussée.

- « Bon moi je m’arrête là, c’est trop dangereux ! » s’alarme la conductrice en freinant d’un coup.
- « Rooh ! » grogne JT. « Sors et installe la caméra alors, dépêche-toi ! »

Maeva s’exécute. Elle sort de la voiture, et manque de tombée, surprise par la force du vent tout autour. Le vent est tellement puissant, qu’il provoque un son assourdissant, impossible à comparer avec autre chose.

- « Y’A TROP DE VENT, C’EST TROP DANGEREUX, LA CAMERA VA S’ENVOLER !! » hurle-t-elle pour se faire comprendre et en tenant sa jupe.
- « MAIS NON, IL SUFFIT DE LA TENIR ! » lui répond-il en criant.
- « BON MOI JE RESTE DANS LA VOITURE ! TU TE DEBROUILLES SANS MOI ! » lui annonce Maeva en se cachant à l’arrière du véhicule.
- « C’EST CA, FAIT TA CHOCHOTTE ! PREPARE-TOI A TON RENDEZ-VOUS DE DEMAIN A POLE EMPLOI ! » averti JT en fouillant dans le coffre.

Le présentateur télé sort la caméra du coffre et l’installe sur la route en direction de l’ouragan. Même si dans sa façon de parler JT a l’air d’un homme qui n’a peur de rien, il commence à ressentir une certaine anxiété. C’est la première fois qu’il a à faire à une tornade. Il allume son matériel et commence à enregistrer les images du monstre de poussières qui se rapproche de plus en plus vite.

- « CA Y EST !! A MOI LA GROSSE PRIME DE RISQUE !! » se vante-t-il.
Il se place devant la caméra, dos à la tempête, et commence son reportage, micro à la main.
- « JE SUIS ACTUELLEMENT A BRUYERES-LE-CHATEL, A UNE TRENTAINE DE KILOMÈTRES AU SUD-OUEST DE PARIS ET COMME VOUS POUVEZ LE VOIR, UNE TORNADE SE DÉPLACE DOUCEMENT DANS LE CHAMP DERRIÈRE MOI. OUI, OUI ! C’EST BIEN UNE TORNADE ! NOUS ATTENDONS ACTUELLEMENT LE RAPPORT DES MÉTÉOROLOGUES POUR CONNAITRE LA CLASSIFICATION DE CET OURAGAN. JE PEUX D’ORES ET DÉJÀ VOUS DIRE QUE CETTE TORNADE A RASER UNE PARTIE DU BÂTIMENT COA DE BRUYERES ! »
- « Le CEA, pauvre crétin ! Avant de prendre la parole, il faut au moins connaitre son sujet ! C’est la base du journalisme ! » râle Maeva dans la voiture.

http://img4.hostingpics.net/pics/480541supercellthunderstormswhirlingtornadosand2819diaporama1.jpg


Des vents à plus de 250 kilomètres à l’heure soufflent aux alentours. JT manque de tomber plusieurs fois, mais tient bon pour continuer son reportage. Et c’est encore pire au cœur de la tornade où des rafales à plus 350 kilomètres à l’heure tourbillonnent. Maintenant que la voiture est à l’arrêt, elle est une proie facile pour la tempête, et la caméra encore plus. Et ce ne sont pas les muscles de JT qui vont empêcher les vents d’envoler la caméra. Le reporter lutte jusqu’au bout pour la retenir sur le sol, mais rien n’y fait. Cette dernière est littéralement aspirée dans les airs, comme si un immense aimant l’attirait.

- « ET MERDEEEEEE ! » vocifère JT.

La tempête se rapproche dangereusement. Et c’est maintenant au tour de la voiture de subir la force des vents. Celle-ci se met à reculer tout doucement, mais suffisamment pour affoler Maeva qui était dans le véhicule. *Mais il se passe quoi là* cogite-t-elle. Les roues du quatre-quatre se mettent à frotter sur la route tout en laissant des traces noires comme si la voiture avait subitement freiné. Maeva ouvre la fenêtre et crie à JT :

- « IL FAUT PARTIR ! C’EST TROP DANGEREUX ! LA TEMPÊTE VA NOUS AVOIR ! »

JT constate qu’il a certainement eu tort de venir ici. Il s’aperçoit maintenant que c’est vraiment risqué. Sans perdre une seconde, il prend ses jambes à son cou et saute dans la voiture, côté conducteur. Il fait une marche arrière, et un demi-tour très rapide au point de faire fumer les pneus. Maeva, impressionnée, se place à côté de lui, côté passager.
La tornade passe à la vitesse supérieure. Elle semble poursuivre la quatre-quatre. Toujours autant de débris volent autour d’elle. Que ce soient des branches d’arbres, des planches en bois, des briques, des classeurs et même des ordinateurs, tous sont attirés par le centre de gravité de l’ouragan et tournoient sans jamais s’arrêter.

- « Accélère, la tornade est juste derrière nous ! » demande Maeva.
- « Je fais ce que je peux ! Tu ne veux pas non plus qu’on atterrisse dans le décor ! »
- « Non, mais je n’ai pas non plus envie de me faire aspirer par un crétin de tourbillon de poussière ! » répond-elle ironiquement.

Le compteur de vitesse du véhicule indique 98. Les deux journalistes sont maintenant à deux kilomètres de Bruyères. Quant à elle, la tempête les suit toujours de près. Maeva regarde en arrière.

- « On dirait presque que la tornade est vivante et qu’elle fait exprès de nous suivre ! » s’interroge-t-elle. « Prends à droite là ! » crie-t-elle.

Sans répondre, JT s’exécute. Ils sont maintenant sur une petite route de campagne, et aperçoivent une ferme au loin, avec un hangar.

- « Il faudrait peut-être s’abriter le temps que la tempête se passe, non ? » demande JT.
- « Mais où est passé ton caractère colérique de tout à l’heure ? » demande-t-elle en se marrant. « Ou tu veux t’abriter ? »
- « Il y a une sorte d’hangar là-bas » lui répond-il en montrant du doigt.
- « Tu crois que c’est prudent ? La tempête pourrait très bien ravager cet hangar. »
- « Elle est toujours derrière nous ? » demande-t-il, perplexe de la réponse.
- « Bah oui et non, elle est dans le champ à droite ! J’ai l’impression qu’elle va plus vite que nous ! »

La tornade n’est qu’à une centaine de mètres du hangar. Les journalistes arrivent au niveau du hangar. JT gare la voiture rapidement sur les gravillons et sort brusquement de la voiture pour se diriger vers l’entrée du hangar. Sa façade était d’une couleur rouge rouille. Quant au toit, il était bleu-grisé. Le hangar recevait beaucoup au ancien hangar des ranches américains. Maëva rejoint son collègue. Celui-ci défonce la porte pour entrer. A l’intérieur, des tonnes et des tonnes de foins, plusieurs tracteurs. Mais surtout, ce qui faisait le plus peur aux deux reporters, d’innombrables outils tranchants suspendus à tous les murs. Ce sont les outils indispensables à tous fermiers.

- « Mais qui sont les gens qui habitent ici ?! » crie Maeva en voyant ce bordel
- « C’est peut-être pas une bonne idée ! » répond JT

Les deux journalistes courent pour rejoindre l’autre sortie en face d’eux mais la tornade n’a pas perdu son temps. Elle a atteint le bâtiment et commence son travail. Tout le matériel tranchant se met à tourbillonner autour de l’axe central. L’ouragan est devenu un monstre tueur !

- « OH MEEEERDE ! » crie JT.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 16h30

- « JEREMY !! ULRICH !! SISSI ! » crient les élèves et professeurs en essayant de déblayer les parpaings et les débris.

Personne ne répond. L’angoisse commence à monter. Aelita et Odd craignent le pire.

- « Il faut persévérer ! Allez du nerf tout le monde ! Il faut les sortir de là ! » crie Odd « Nicolas ! Viens m’aider à soulever ce parpaing ! » commande-t-il.

Les deux hommes soulèvent le bloc. Il devait peser pas loin de 10 kilogrammes. Ils le posent un peu plus loin et ne purent voir tout de suite ce qu’il y avait dessous. Aelita est alors la première à apercevoir une main… une main ensanglantée.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Orléans, 16h35

Un couple de retraité regardait paisiblement leur feuilleton habituel quand soudain un flash spécial retentit et annonce la terrible nouvelle qui vient de toucher la région parisienne.

- « Voici les dernières images que nous avons perçues des deux reporters qui étaient sur le terrain. » annonce la journaliste.

Après que les derniers paroles enregistrées de JT soient passées à l’écran, la journaliste termine par ces mots :

- « Ces derniers images datent d’une dizaine de minutes et c’est également à ce moment-là que nous avons perdu le contact avec JT et son assistante Maëva. »


http://img4.hostingpics.net/pics/137878Corpsceleste0401.jpg
THE END
  Sujet: [FAQ] Posez vos questions à Jim sur la Guerre des Fans !  
Baptoou

Réponses: 82
Vus: 30552

MessageForum: Piaule de Jim   Posté le: Ven 01 Aoû 2014 09:12   Sujet: [FAQ] Posez vos questions à Jim sur la Guerre des Fans !
Bonjour Hirokirikou.

Inutile de déranger Jim, il doit encore dormir à c'te heure là x)
Tu trouveras ton bonheur sur ce topic : http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?t=7976

A bon entendeur !
  Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0  
Baptoou

Réponses: 5803
Vus: 1648369

MessageForum: Projets partenaires   Posté le: Jeu 31 Juil 2014 13:22   Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
Il est vrai que la remarque de Frost est intéressante.
Je m'étais moi-même aperçu que les megatanks et surtout les tarentules n’apparaissaient que très peu souvent en mode sandbox. Alors j'ai voulu faire des tests en activant 10 tours dans chacun des 3 niveaux de difficulté.
Je ne me rappelle plus vraiment des résultats, ça date d'un peu longtemps, mais je me souviens très bien qu'en 10 tentatives je n'avais croisé aucun de ces montres dans les modes facile et normal. En mode difficile, j'ai croisé quelques fois le megatank.
La seule fois où je croisait le plus souvent les tarentules c'est lors du décryptage du journal de FH.
Donc voilà, on dirait que ces deux monstres restent le plus souvent cachés x)

Ton trailer annonce du lourd. Je n'y joue pas souvent, uniquement la première semaine après la sortie pour admirer toutes les améliorations et ajouts, mais là je pense la tester un peu plus longtemps. Je pense que Carthage, beaucoup de fans l'attendaient.

Une autre amélioration que je vais surement beaucoup appréciée, c'est l'amélioration du menu avec les cercles qui "tournent". Déjà que le menu était magnifique avec les territoires qui "gravitent" autour de Carthage, il le sera davantage dans une semaine. Ce menu est vraiment une très belle réussite. Bravo Wink

Bonne chance pour la semaine qu'il te reste, et bonnes vacances pour la suite Smile
  Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0  
Baptoou

Réponses: 5803
Vus: 1648369

MessageForum: Projets partenaires   Posté le: Mer 23 Juil 2014 08:19   Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
Bonjour Immu,

J'ai lu ta news, et je dois dire que je suis assez impatient de voir tout ça.
Les nouvelles fenêtres visibles sur les screens sont très similaires au da, et ça, c'est vraiment intéressant. Les couleurs, le graphisme, les animations sont vraiment toujours très ressemblants, ça donne vraiment envie de la tester.
Cela doit être assez long comme tâche, non ? Enfin, j'y connais rien, c'est peut-être la tâche la plus simple x)

Chemyouyou a écrit:
Plusieurs messages peuvent-ils augmenter la chance d'être l'un des bêta testeurs ?

Euh... T'es sérieux là ?! Tu vas polluer la boîte mail d'Immu pour avoir plus de chances ?
Est-ce que tu vas envoyer 50 CV à la même entreprise pour avoir plus de chances d'être recruter ? En tout cas, je ne te le conseille pas x) Tes chances seraient réduites à néant.
Pour la bêta test, c'est pareil. Une candidature par personne. Tout le monde à la même chance d'être choisi.
Le fait de poser cette question indique que tu manques légèrement de maturité pour faire une vraie bêta-test.

Pour ma part, je ne vais pas m'inscrire. Cause professionnelle oblige.

Bonne chance aux futurs bêta-testeurs et bonne continuation pour la suite Immu Wink
  Sujet: [Série TV] TEEN WOLF  
Baptoou

Réponses: 0
Vus: 1447

MessageForum: Blabla de la communauté   Posté le: Sam 12 Juil 2014 21:14   Sujet: [Série TV] TEEN WOLF
http://img4.hostingpics.net/pics/409098TeenWolf2.jpg http://img4.hostingpics.net/pics/273103hjhgx2.jpg http://img4.hostingpics.net/pics/893198559707TeenWolf.jpg


J'ai découvert cette série il n'y a seulement que 2/3 mois, et j'aimerai vous la présenter.

Synopsis officiel : Une nuit, un jeune joueur de crosse, Scott McCall, se promène dans les bois à la recherche d’un cadavre et se fait attaquer par un loup-garou. Il s’en sort avec une morsure à l’abdomen, mais il découvre bientôt qu'il est devenu un loup-garou. Avec l’aide de son meilleur ami Stiles, d’un mystérieux loup-garou nommé Derek et de sa petite amie Allison, il doit trouver un équilibre entre sa nouvelle identité et les nombreux dangers qu’elle présente pour sa vie d’adolescent. Tout au long des saisons, il s’efforce de protéger ses proches ainsi que d’en apprendre davantage sur sa condition de loup-garou et des mystères qui l’entourent.

Épisodes : 4 saisons + 1 confirmée
  • Saison 1 : 12 épisodes
  • Saison 2 : 12 épisodes
  • Saison 3 : 24 épisodes séparés en 2 parties.
  • Saison 4 : 12 épisodes (Diffusée aux US depuis le 23/6/14)
  • Saison 5 : Confirmée par le réalisateur, Jeff Davis.

Les épisodes sont diffusés en France sur MTV et France 4.

Cette série est adaptée d'un film du même nom sortie en 1985 avec Michael J. Fox dans le rôle principal.

Personnages:

Petit topo pour mieux comprendre : Sachez que les loups-garous peuvent être classés en 3 catégories : Oméga, Bêta et Alpha.
Un Alpha est le chef de meute. C'est le plus fort des loups-garous et est aussi le seul a pouvoir transformé un humain en loup-garou en le mordant.
Un Bêta est un membre de la meute.
Un Oméga est un loup-garou Bêta sans meute.
Quand un humain se fait mordre par un Alpha, si il ne meurt pas des blessures, il devient un Bêta, membre de la meute de l'Alpha qui l'a mordu.
Si un Bêta tue un Alpha, il devient Alpha.

  • Scott McCall : [Premier plan de la 1e affiche] C’est un adolescent de 16 ans. Il n'est pas très populaire au lycée et a même une réputation d'asocial. Après avoir été mordu par un loup-garou, il acquiert des capacités extraordinaires et doit alors cacher sa nouvelle vie à ses proches. Il tombe rapidement sous le charme d'Allison, fille, petite-fille et nièce de chasseurs de loup-garou, ce qui rend leur relation compliquée. Avec l'aide de Derek, il veut découvrir qui l'a mordu afin de le tuer.

  • Stiles Stilinski : [Second plan de la 3e affiche] Il est le meilleur ami de Scott et le premier à apprendre que Scott est un loup-garou. Il l’aide à garder son calme et à se contrôler. Il était éperdument amoureux de Lydia, mais s'est grandement rapproché de Malia après l'avoir retransformé en être humain.

  • Allison Argent : [Second plan de la 1e affiche] Elle est nouvelle élève au lycée. Elle retient tout de suite l’attention de Scott. Elle ne connaît rien de la vie de chasseur de son père et de l'état de loup-garou de Scott jusqu'à la fin de la S1. Elle sort avec Scott pendant les deux premières saisons.

  • Derek Hale : [Premier plan de la 2e affiche]. C’est un loup-garou Bêta de naissance. Il est l’un des quatre seuls survivants de la famille Hale (avec son oncle Peter, un Alpha, et ses deux soeurs, des Bêta) après l’incendie qui a ravagé leur propriété. Il est revenu en ville pour retrouver et tuer l’assassin d'une de ses sœurs. Il sait que Scott est un loup-garou et l’aide à maîtriser ses nouvelles capacités, bien qu’il y ait une certaine rivalité entre eux. À la fin de la première saison, il devient l'Alpha en tuant son oncle.

  • Jackson Whittemore : C’est le capitaine de l’équipe de crosse. Les nouvelles capacités de Scott le rendent sceptique, à tel point qu’il est déterminé à découvrir son secret. Il finit par le découvrir et veut alors obtenir les mêmes capacités que Scott avec l'aide de Derek pour améliorer ses capacités à la crosse. À la fin de la première saison, Jackson se fait mordre par Derek.

  • Lydia Martin : [Premier plan de la 3e affiche] C’est la petite amie de Jackson lors de la première saison. Elle devient immédiatement amie avec Allison. En apparence superficielle, elle s'avère être très intelligente. À la fin de la même saison, elle se fait mordre par Peter mais ne devient pas un loup-garou...


Bon... Tout ceci n'est un bref résumé de la première saison. Le scénario entier de la série est beaucoup plus compliqué à comprendre, et c'est ça que j'aime. De même, d'innombrables d'autres personnages sont tout aussi importants pour la série que ceux présentés comme peut le montrer le second plan de la seconde affiche.

Ce que j'aime bien avec cette série, c'est que son scénario est assez complexe. Un événement arrivé au milieu de la S1 peut très bien avoir des répercutions sur le début de la S4, et c'est d'ailleurs le cas, alors qu'aucun personnage n'en avait parlé depuis. Pour nous, l’événement a eu lieu, et c'est tout. C'est pour cela qu'il faut toujours avoir en tête toute l'histoire pour bien comprendre les épisodes et ainsi apprécier la série à sa juste valeur.
De plus, même dans les pires moments, il y a toujours de l'humour dans l'air, et ça, on le doit à Stiles, le meilleur ami de Scott. C'est le personnage le plus drôle de la série. Il a toujours la phrase qu'il fait rire !

Quand j'ai découvert la série, j'ai regardé le premier épisode, et je n'ai jamais pu m'arrêter. A raison de 2/3 épisodes par soir, j'ai fini les 3 premières saisons en une quinzaine de jours. J'ai récemment commencer à regarder la S4 en VOST.

J'espère vraiment vous avoir donné envie de regarder la série. Je vous la conseille vraiment pour ceux qui sont fans de fantastique, des légendes... Je ne la conseille pas par contre aux plus jeunes d'entres nous, certains épisodes vous feraient avoir des cauchemars, même si dans l'ensemble, ce n'est pas une série d’horreur.

Voici le générique de la S2 (La S1 n'en a pas) : http://www.youtube.com/watch?v=9Ft3Kc8rAMY
N'hésitez pas à le regarder, il ne dure que 30 secondes.

Pour ceux qui la connaissent, n'hésitez pas à donner vos ressentis, ce que vous avez aimé, ce qui vous a déplu, vos attentes pour la prochaine saison...
Pour ceux qui la connaissent, mais qui ne l'aiment pas, dîtes pourquoi, ça m’intéresse.

Bonne soirée Smile

  Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0  
Baptoou

Réponses: 5803
Vus: 1648369

MessageForum: Projets partenaires   Posté le: Mar 08 Juil 2014 22:27   Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
Bonsoir Immu,

Pour ton interrogation sur les véhicules dans la voute céleste, tu peux peut-être instaurer un système de 'chances'. Par exemple, à chaque tir reçu d'un monstre, tu as 1 chance /X que le véhicule soit touché, et donc détruit.
Ou alors, quand un LG se fait toucher par deux tirs à la suite pendant le même tour, le second touche automatiquement le véhicule.

Ce ne sont que des idées qui me passaient par la tête, je ne sais même pas si elles sont réalisables ><

Bonne chance et bonne continuation pour la suite Wink

*Retourne sur TF1, voir la déroute des brésiliens... 0-6... Tousse....*
  Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0  
Baptoou

Réponses: 5803
Vus: 1648369

MessageForum: Projets partenaires   Posté le: Sam 28 Déc 2013 18:35   Sujet: [Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
Chemyouyou a écrit:
C'est tout, et j'éspère que la prochaine version sortira le plus vite possible avec le plus petit nombre de fautes.

Oui comme ton message...

Sinon, moi aussi je vais donner mes impressions sur chaque élément de l'immu's room (en partant de la droite) :
  • On peut y voir une sorte de compte-à-rebours. Mais bizarrement cette fenêtre me fais vaguement penser au niveau de la mer numérique mais sans conviction. Il ne me semble pas qu'il y ait un compte-à-rebours sur cette fenêtre.
  • Je pencherais pour une fenêtre se rattachant à Carthage, mais à vrai dire, je n'ai aucun souvenir de cette fenêtre. Elle n'a pas du apparaître souvent. Ou alors, elle est tellement commune que je ne la reconnait pas x)
  • La carte tactique de Carthage. Rien à rajouter
  • Comme a dit Chemyouyou, il se pourrait qu'il s'agisse de la Jeremification mais il me semble que cet élément ressemble aussi à une fenêtre apparu dans l'épisode #Tarentule au plafond.
  • Fenêtre où il faut rentrer le code "SCIPIO" afin de faire apparaître le transporteur. Rien à redire si ce n'est qu'elle est très bien travaillée et très ressemblante, un grand bravo à toi Smile
  • Les rampants, rien à redire.
  • Il doit s'agir de la fenêtre apparu lorsque Aelita fait des siennes dans l'épisode #Chaînon manquant.

Bonne continuation Immu Wink
  Sujet: [Animation Noël] La loterie du vendredi !  
Baptoou

Réponses: 45
Vus: 11086

MessageForum: Foyer des élèves   Posté le: Ven 13 Déc 2013 12:27   Sujet: [Animation Noël] La loterie du vendredi !
On est vendredi 13 ? Je tente le tout pour le tout et choisis le cadeau 13 !
 

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure


Page 1 sur 21
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 19, 20, 21  Suivante


Sauter vers:  


Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1582s (PHP: 73% - SQL: 27%) - Requêtes SQL effectuées : 27