CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo CL] IFSCL 8e Anniversaire!
[Fanfic] Oblitération
[Fanfic] White Mustang
Questionnaire
[One-Shot] Ne cherche pas à comprendre
[One-Shot] Vivre sans Lyoko
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Divers] Usine Renault : construction...
Lueur d'espoir : Une pétition pour fa...
Comment relancer CL a notre niveau
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

1441 résultats trouvés
Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum

 Auteur  Message
  Sujet: [Fanfic] Oblitération  
Icer

Réponses: 25
Vus: 4227

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 15 Avr 2018 17:48   Sujet: [Fanfic] Oblitération
Citation:
sache que cette phrase est la raison pour laquelle Jeanne s'appelle Jeanne.


Eh bien, tu y tenais !
Voilà une introduction toute trouvée. Un petit passage rapide, manquant de temps, je n'avais heureusement qu'un chapitre à lire, alors j'en profite.

Grosse séquence virtuelle ici. On sort l'artillerie lourde avec le dragon et les ombres qui se mettent à manifester un intérêt soudain pour les études de psychologie. On sent que la fin approche.


Citation:
Après tout, Ulrich pouvait se déplacer aussi vite qu’il voulait…


Oh, subtil, ta façon de révéler l'information, même si la façon dont Yumi est gérée avec la bagarre reste incomparable.

L'IRL n'est pas en reste, ça s'engueule, du drame, du saïxe, on va jusqu'au SissixYumi. Venant d'un mec comme toi, je sais pas pourquoi ça ne m'étonne pas tant que ça. Sûrement l'avatar de corbeau.

Je dois reconnaître que c'est l'attitude d'Odd qui a davantage surpris ici, il commence à accorder de la valeur à ce que dit Jérémie sur le fait qu'il a été bon (à ce stade j'aurais dit qu'il en avait rien à foutre mdr) mais joue quand même double jeu avec Clara. Il est moins malin concernant Jeanne ceci dit, à cet âge là, difficile de lutter quand arrive le dossier du nouveau mec.

Mais l'important, comme dirait *ODR*, c'est que la suite devrait être très... intéressante. Mr. Green
  Sujet: [Fanfic] Replika on the Web  
Icer

Réponses: 197
Vus: 78043

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Lun 02 Avr 2018 11:51   Sujet: [Fanfic] Replika on the Web
Okay. La dernière fois que j'étais venu commenter, je commençais mon master, et là, l'université est quasiment derrière moi. Cela fait un choc.

Le dernier chapitre de la nuit chez Freddie me permet immédiatement de renouer avec la signature de ton récit, à savoir la bataille contre X.A.N.A sous un angle programmatique, auquel on ajoute tout le jargon, précis, sur le matériel informatique. Avec une désactivation de tour... dans le même style. J'avais dit que ça finirait comme ça !
Okay, c'était pas prendre beaucoup de risques...

Le chapitre suivant est l'occasion de revenir encore davantage sur l'aspect rudimentaire de la technologie de notre nouveau groupe de héros, et il faut avouer que c'est une donnée que tu maîtrise bien là aussi. Cela rend la cohérence à ce niveau là plutôt remarquable, vu que tu pousses la description des procédures comme peu de gens avant toi, et on sent en plus que tu as bien pris le temps de narrer les différents tests, dont Fred & cie doivent s’embarrasser en vertu du principe de précaution. À ce niveau là, on ne peut pas t'accuser de se précipiter, c'est clair, rendons hommage à ta patience.

Bien sûr, dans la foulée, la relation entre Fred et Céleste se précise, d'autant que, récemment, les coquins ont passé une première nuit ensemble ( Mr. Green ). D'ailleurs, plus j'avançais dans les derniers chapitres, plus cette idée prenait de la place. Si on avait anticipé la chose dès le début de la fic (le genre de truc dont j'arrive à me souvenir alors que ça fait plusieurs années que je l'ai lue), c'est dire, on peut parler de la façon dont c'est amené. Hm... eh bien à vrai dire je ne sais pas trop quoi penser. Disons que, sur les interrogations de Fred, le déni, je peux considérer ça comme plutôt réaliste, c'est bien, voire très bien amené, tu t'es appliqué dans le cheminement intellectuel, c'est clair. Je suis juste un peu perplexe sur le pourquoi, c'est à dire, qu'est-ce qui pourrait expliquer qu'il fasse genre de pas savoir ce qu'il lui arrive, alors que c'est quand même un concept de base ? Jamais expérimenté ? Mouais... À l'âge qu'il a, j'ai tendance à penser que si ce n'était que ça, il l'aurait quand même réalisé plus tôt vu que dans mes souvenirs, il connaît Céleste depuis longtemps. C'est là que ça m'embête de plus bien me rappeler le début de la fanfic, notamment d'où partait la relation entre les deux, ça m'aurait aidé. Du coup... je suis obligé de te laisser le bénéfice du doute, huhu. On verra bien là où ça va mener, mais j'espère quelques rebondissements au milieu de tout ce cliché Razz

Aller, continue comme ça, ce serait dommage de s'arrêter au bout de cinq ans pas vrai ?
  Sujet: [Fanfic] Oblitération  
Icer

Réponses: 25
Vus: 4227

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mar 20 Mar 2018 13:43   Sujet: [Fanfic] Oblitération
Eh bien, ça faisait longtemps que je n'étais pas passé par ici ! Voilà qui a dû te causer beaucoup de... chagrin, Sorrow Razz
De fait, j'ai eu de quoi lire.

Citation:
« Je te jure Jeanne, au lit, je suis comme Pikachu : plein d’énergie en permanence et prêt à t’attaquer avec ma queue de fer ! »


La réplique kitch habituelle, même si au Pôle, on est habitué à se foutre de la gueule de Pikamaniaque avec des images du genre. Et depuis longtemps.

Citation:
— Je ne vois pas de quoi tu parles, répliqua sèchement Belpois en la toisant de manière particulièrement efficace. Ton « lui » n'a pas d'antécédent donc je ne peux décemment pas savoir à quel sujet il se rapporte.


Non mais ptdr, je suis fan !

Citation:
Il avait dégainé son sabre, dont la lame n’était rien de plus qu’un assemblage bleuté de code binaire


D'ailleurs en passant, j'ai toujours trouvé ce concept beaucoup plus stylé que ses sabres de CL, même si évidemment, compte-tenu du changement de décor, ça aurait sûrement rendu un peu plus étrangement sur Lyoko.

Plus généralement sur Xanadu - et ce que j'écris est bien sûr valable pour l'ensemble des chapitres que j'ai lu - on sent que tu es parfaitement à ton aise dans la description de l'endroit. L'immersion que tu provoques est réelle, un paradoxe appréciable puisque l'on parle d'un monde virtuel n'est ce pas ?


Citation:
Ludwig, en parfait iceberg qu’il était


Je le sens bien ce personnage, je ne sais pas pourquoi mais... Mr. Green
Le chapitre 5 a, en tout cas, particulièrement retenu mon attention. Exit Michel, place à la version allemande, forcément plus performante que la française. Ludwig donc, dans le rôle de Hopper. C'est plutôt bien pensé ceci dit, parce que du peu qu'on sait de GK, c'est vrai que Jérémie a l'air plutôt de bien connaître le bébé donc que son père en soi à l'origine est une possibilité. Mais, Allemagne oblige, Ludwig perd la guerre et se retrouve prisonnier de Xanadu. Voilà qui fourni donc les premiers éléments de réponse au « Mais au fait, qu'est-ce qu'on en a à foutre d'explorer Xanadu ? ».

Les motivations d'Ulrich, exposées dans le chapitre suivant, ne m'ont guère surprises. Le « destin » de Clara également, était à prévoir, mais ça n'en reste pas moins passionnant à lire. Le groupe des Kids n'a rien à voir question ambiance avec celui des LG et je trouve ça plutôt fascinant. C'est sûrement le point le plus intéressant de la fanfic, au-delà de la quête de Ludwig, qui par ailleurs ne progresse que lentement. La façon dont Odd se retrouve dans ce merdier, qui était difficile à concevoir quand on voyait son attitude au début du récit, est également parfaitement menée, à mille lieues de la façon grossière dont Yumi se rajoute dans la Genèse de Code Lyoko.
Davantage surpris que Clara décide subitement de revenir à l'Usine ceci dit. Bien sûr, on misera sur le fait que la venue d'Odd ait changé son point de vue. Mais quand même.


Citation:
Odd imagina un grand vortex noir s’élançant à l’assaut d’un ciel d’orage.


Hé, bien joué...

Citation:
« Jeanne, au secours. »


Ok, là tu as gagné mon respect éternel.

Sur ces doux mots, je ne peux que te souhaiter de finir ton récit, d'un très haut niveau, et qui par son originalité viendra, j'en suis sûr, compléter avec efficacité la liste des meilleurs textes de notre communauté ! Wink
  Sujet: [Fanfic] Human  
Icer

Réponses: 7
Vus: 1183

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Sam 10 Mar 2018 21:22   Sujet: [Fanfic] Human
Salut !

J'avais lu ton One-shot la semaine dernière, il me semblait logique de passer ensuite sur ta fanfic. Avec une présentation de récit plutôt alléchante je dois dire... On y retrouve d'ailleurs assez rapidement, comme pour celui-ci, ta passion pour Odd et Samantha, puisque le duo a la primeur du prologue entier.

En tout cas, ça a de la gueule. Difficile de ne pas m'inscrire dans ce que dit Ikorih juste au dessus, d'autant que le parallèle avec Willismne m'était également venu en tête. Pour le scénario effectivement, beaucoup de choses restent à prouver ou plutôt, à expliquer. Mais pour le sérieux de la forme et surtout, de la pose du cadre, là on peut dire que le travail est fait ! Tu arrives vraiment bien à nous plonger dans chaque situation, situation qui pourtant se renouvelle totalement à chaque chapitre... Centre d'intérêt propre oblige, ma séquence préférée reste pour le moment celle avec le petit Ulrich... mais les autres étaient bien aussi Razz

Vivement la suite, quoi.
  Sujet: Quel est votre sondage de première génération favori ?  
Icer

Réponses: 3
Vus: 1821

MessageForum: Sondages   Posté le: Sam 03 Mar 2018 22:14   Sujet: Quel est votre sondage de première génération favori ?
https://i.imgur.com/kAgYqEo.pnghttp://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace11.pnghttps://i.imgur.com/YdKuBnv.png
« Bonjour et bienvenue sur ce sujet des premières parties de sondages ! »
« Bonjour Milly, bonjour à tous ! »


Milly : Et bonjour à toi Tamiya. Et voilà nous y sommes, Icer a répondu à tous les sondages qu'il a lui même mis en place et nous pouvons donc en profiter pour dresser le bilan. Quelques statistiques tout d'abord : Icer aura répondu aux sondages concernés entre 2014 et 2016.
Tamiya : Oui, on peut découper ses réponses en trois cycles : Juin 2014 avec 4 sondages, mai 2016 avec 5 sondages, avant de finir en septembre-octobre 2016 avec 3 sondages. Le compte est bon ! 14 200 mots au total, pour notre plus grand plaisir ou déplaisir, c'est selon. Encore que, il ne s'est pas autant laché que sur ses critiques d'épisodes de la saison 1 et de CLE...
Milly : C'est sûr ! En attendant de savoir quelle est la décision d'Icer concernant son sondage préféré, effectuons un peu de rétrospective...
Tamiya : Le premier sondage est donc « Votre personnage préféré ? » ...
Milly : Aucune surprise ici pour son choix de William et il le reconnaît lui même, après tout son quatrième message répondait à l'ancienne version de ce sondage... L'occasion quand même pour lui de passer en revue l'ensemble de l'offre et de régler quelques comptes avec Aelita, Odd et Yumi. Plus surprenant, cet aveu par rapport à Ulrich...
Tamiya : Oui en effet, contrairement aux rumeurs qui disaient que le personnage détesté du Référent fanfic était Stern, il semble que finalement, la vérité soit plus nuancée, contrairement à la plupart des posts d'Icer...
Milly : C'est bien vrai ça. Viens ensuite « Votre saison préférée ». Là on pouvait s'attendre à ce que ce soit la saison 4 qui l'emporte chez lui vu son personnage préféré, et pourtant il nous prend à revers en choisissant la 3, même si apparemment c'était plutôt serré.
Tamiya : Oui à mon avis, il y a un petit coté ragequit suite au traitement réservé justement à William, d'un point de vue du scénario, dans cette saison... Maintenant, place à « Votre monstre préféré ».
Milly : L'analyse du rôle des différents monstres était très intéressante, mais je m'attendais à un choix logique et immédiat pour la Manta. Or, il hésite et en plus, il nous sort le Krabe, un monstre de couleur rouge sur le podium final... Ce mec a vraiment des goûts étranges parfois.
Tamiya : Ouais, c'est un... monstre ?
Milly : Mdr.
Tamiya : Viens ensuite « Votre territoire préféré ». Là encore, la banquise semblait toute indiquée, pourtant c'est la montagne qui l'emporte. Celle de la saison 1.
Milly : Je suis surprise aussi. Il arrive même à être indulgent vis-à-vis du territoire désert de CLE. Fallait le lire ça quand même !
Tamiya : N'en fait pas une montagne Milly.
Milly : Lol, t'es en forme toi aujourd'hui.
Tamiya : C'est normal, c'est Icer qui me fait parler.
Milly : Ah ouais... Bon. On en a fini avec les sondages les plus bateaux.
Tamiya : Et paradoxalement, les suivants rendent nos tentatives d'anticipation plus vagues.
Milly : Tamiya, les jeux de mots, ça va aller là c'est bon.
Tamiya : Mais c'est pas moi ! C'est Icer qui se cache derrière un avatar de petite fille pour dire de la merde !
Milly : Ah ben il fait ça depuis qu'il s'est inscrit.
Tamiya : Bien vu... Donc, « L'acteur qui incarne le mieux son personnage ». Et là attention, la matière est explosive vu qu'on est sur du CLE et on connaît son avis sur cette série. En plus Bastien a été retiré pour laisser le jeu ouvert.
Milly : Évidemment Icer en a profité d'entrée pour se payer l'hypocrisie de Moonscoop. C'est presque par dépit qu'il choisi Marin...
Tamiya : … après nous avoir fait mariner, notamment en hésitant avec Léonie !
Milly : Oui oui. Cela dit, on ne demandait pas les préférences cette fois-ci. Il a eu moins le mérite de rompre avec le classique choix Mélanie/Gulliver.
Tamiya : Dans la même veine, il y a « L'acteur qui double le plus fidèlement son personnage sur Lyoko ». Là, il est rapide et direct, aucun ne l'emballe et il choisi Gulliver par défaut, en précisant bien que n'importe qui aurait pu gagner. Jamais excessif l'Icer hein... Peut-être sera-t-il plus modéré avec « Votre avis sur Laura » ?
Milly : Un personnage existant uniquement dans une série au scénario des plus douteux, voilà qui a dû bien embarrasser Icer qui s'esquive en choisissant la réponse médiane, lui qui est rarement connu pour être tiède.
Tamiya : En même temps, ce petit malin ayant conçu lui même le sondage, il avait évidemment pensé à s'aménager une porte de sortie... Mais on peut lui reconnaître qu'il a su profiter de Laura pour taper comme il se doit sur Aelita. Et voilà qu'arrive « Votre début de saison préféré ».
Milly : Et là étrangement, contrairement à la saison entière, le poids de William a suffit à Icer pour choisir le début de la saison 4, même s'il a hésité.
Tamiya : Oui, tous les prétextes sont bons pour faire de la propagande. Est-ce aussi le cas pour « Votre fin de saison préférée » ?
Milly : Euh bah en fait oui, parce que c'est encore William qui justifie le choix de la fin de la 3.
Tamiya : Putain ce mec, quel escroc quand même. Dans « Votre épisode original préféré », le sera-t-il davantage ?
Milly : Carrément que oui puisqu'il choisi l'épisode #62 en approuvant notamment la façon de se battre d'Aelita. C'est sûr qu'on l'avait pas forcément vu venir, vu le personnage... « Votre personnage secondaire préféré » justement.
Tamiya : Pas d'énorme argumentaire ici, beaucoup de déblayage jusqu'à l'arrivée du duo JJP (et non JPP) où Icer décide de pencher en faveur de Delmas senior. Bref, quand on est administrateur, on est solidaire des autres, peu importe l'administration visiblement...
Milly : Enfin, pour ce qui est de « Vos parents préférés », le choix d'Icer s'est porté étrangement sur Michel Belpois, alors que contrairement à lui, il n'a rien de cool et ses réponses aux sondages auraient pu être davantage écrites par le père de Laura.
Tamiya : C'est vrai, on a l'impression qu'il joue double jeu ou qu'il ne s'assume pas.
Milly : Mais voilà que la réponse d'Icer nous parvient. Accueillions... euh, c'est une Manta !?
Tamiya : Oui Milly, tu ne rêves pas, une Manta vient de passer en coup de vent en déposant l'enveloppe contenant le choix d'Icer ! Je vais la ramasser...
Milly : Alors, alors !?
Tamiya : Eh bien, regarde par toi-même !

Spoiler


Milly : Ok. Eh bien voilà, Icer a fait un choix finalement assez simple, puisqu'il s'est contenté de l'un des sondages les plus basiques.
Tamiya : Heureusement qu'il ne l'est pas lui !
Milly : C'est encore lui qui parle à travers toi hein ?
Tamiya : Carrément ouais.
Milly : Tss. Eh bien, sur ce, bonsoir à tous !
Tamiya : À vous les studios !
  Sujet: [One-shot] Le petit chien est mort  
Icer

Réponses: 5
Vus: 1073

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Sam 03 Mar 2018 18:55   Sujet: [One-shot] Le petit chien est mort
Yo !

Citation:
Vous allez sûrement me trouver gonflée de poster le lendemain de mon inscription mais bon


Boarf, de mémoire Ikorih a fait le même genre de coup et ça n'a pas eu trop l'air d'impacter sa carrière négativement, au contraire XD

C'est vrai que ce One-shot est surprenant, a bien des égards. On peut dire que tu as..... euh... lâché les chevaux ( Mr. Green ) sur la première partie du texte mais c'est un peu l'intérêt de l'aspect rêve après tout.

Mais sur la seconde partie, les concepts développés sont intéressants. Et c'est précisément parce qu'on tenait un truc pas mal que je suis plutôt d'accord avec Ikorih sur le fait que, ben, c'est assez frustrant que cela soit si court.
D'accord avec Silius aussi en théorie sur le "Pourquoi Sam ?" mais finalement, en pratique je te comprends, si tu préfères mettre en scène le couple, il est normal que tu fasses pareil choix, ça ne me dérange pas tellement, au contraire, si ça te motive davantage et qu'au final le travail rendu est meilleur, qui va s'en plaindre ?

Enfin, si l'on remet les choses en perspective, c'est pas mal du tout pour un premier texte ici ! La forme est travaillée, on sent qu les thématiques aussi, bref, même si ce texte semble inabouti, il dévoile chez l'auteur un certain potentiel. En espérant que tu sauras l'exploiter !
  Sujet: [One-Shots] Monstre & compagnie  
Icer

Réponses: 4
Vus: 2549

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 18 Fév 2018 17:41   Sujet: [One-Shots] Monstre & compagnie
Spoiler



https://i.imgur.com/OVfnUlx.gif




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 23 novembre 2007, L’Échiquier, Monde des Humains, accueil Tore, dans la soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir était occupé à faire les cents pas autour du cercle permettant de remonter dans l'arène de Purusa. Il semblait préoccupé.
« C'est de la folie... »
Il avait pris sa décision. Empruntant le couloir noir sur sa gauche, il arriva de nouveau en vue du laboratoire Erlangen. Eisen était parti. Mais naturellement, le prisonnier était toujours dans le cercueil de métal, suspendu au dessus du vide par une série de fils noirs. Une nouvelle fois, l'islandais jeta un coup d’œil à l'écran qui évacuait les données analysées par les capteurs situés dans la prison. Il en était certain cette fois. Il pianota un bras articulé contenant un clavier de commande un peu plus loin, et le sarcophage gris s'entrouvrit légèrement.
- Je sais que tu peux m'entendre. Tu es le créateur de Lyoko, n'est-ce ce pas ?
Bien entendu, la sphère de lumière ne répondit pas oralement.
« Comment peux-tu le savoir ? »
- Ces lignes de données, cette magie... J'en suis issu. Récemment, X.A.N.A a percé l'un de tes derniers secrets sur Lyoko. Celui caché par la tour du territoire central.
« La bulle virtuelle... Je craignais qu'elle soit découverte. Pourtant, lorsque Jérémie Belpois a recrée Lyoko a partir de mes données, j'avais augmenté le nombre de personnes nécessaires au mécanisme, passant de deux à quatre. »
- Je savais que c'était toi. Si j'en crois les recherches, ton nom est Hopper.
« Comment le mécanisme a-t-il pu être activé ? » questionna la sphère, curieuse.
- X.A.N.A a manipulé une bande d'adolescents pour parvenir à ses fins malgré tes précautions. Il l'a utilisé pour obtenir un corps terrestre, que j'ai détruit. Mais tu avais planqué deux mécanismes. Le second, c'est moi qui en ait profité involontairement.
« Incroyable, alors j'avais réussi... Dire qu'à l'origine, c'était pour créer une fratrie à Aelita... Nous aurions pu être heureux... J'ai été trop zélé. Mais cette fois, tout espoir est perdu. »
- Parle pour toi, Hopper. Si tu es bien le créateur de Lyoko, c'est toi qui a mis en place le retour vers le passé. J'ai une question à te poser.
« Je la devine. Je peux t'analyser depuis que tu as entrouvert ma prison. Le mécanisme de création d'un corps physique à partir d'un avatar virtuel était basé sur les pensées de son utilisateur. Tu t'es échappé de ton hôte, mais pour une raison ou une autre, tu es mort physiquement, et le retour vers le passé t'a ramené avec d'anciennes données. Incroyable. Tu es sans doute la première personne à faire cette expérience. Si tu n'es pas mort, tu es sans doute en train de devenir complètement fou. »
- Ne lui dis rien, Hopper. Je suis sans doute ta meilleure chance de survie.
Senja Noir, après avoir lâché cet ordre, resta interdit, avant de taper du pied.
« Amusant. C'est désormais l'esprit de l'hôte originel qui est en toi. Tu es une expérience scientifique à toi tout seul... Senja. »
- Je veux que ça s'arrête, susurra l'elfe à la cape. Tu dois sûrement en connaître le moyen.
« Difficile. Je n'imaginais pas qu'une situation pareille puisse se produire. Cela dit, l'autre a raison. Vous me retenez prisonnier, pourquoi collaborer ? »
- Tu sortiras si j'obtiens ce que je veux.
« C'est très généreux de ta part. Je n'ai par contre aucune façon de savoir si tu tiendras parole. Mais je suis un homme de science. Rien que pour l'expérience unique que cela va représenter, j'accepte de t'aider. Et puis aussi parce que j'imagine que c'est toi qui a foutu une récente rouste à X.A.N.A. »
- Oui, si on veut. Eh bien, merci... se senti obligé de répondre le créateur du Palamède.
« Prématuré. Depuis combien de jours a eu lieu le retour dans le temps qui t'a ressuscité ? »
- Euh... Presque une dizaine de jours. Et cela fait deux fois plus de temps que je me suis émancipé.
« Il te faudrait lancer un retour dans le temps à partir d'un supercalculateur qui possède encore les données de ta personnalité avant ta résurrection, si tant est qu'il en existe un. Et remonter avant ta première mort. »
- Celui de Joséphine... Mais il n'est pas capable de lancer de retour dans le temps, c'est un engin un peu plus bricolé que l'originel.
« La fonction en soi n'est pas compliquée à programmer, je peux le faire. La vraie question, c'est l'énergie. Même mon supercalculateur ne serait pas capable d'effectuer un parfait retour dans le temps d'un délais de cette taille. Je ne vois qu'une seule solution... »
- Je t'écoute, fit Senja Noir, impatient.
La sphère blanche sembla hésiter, laissant filer quelques secondes, mais communiqua finalement :
« Si tu as réellement chassé X.A.NA, tu as peut-être mis la main sur mon prototype de portail inter-dimensionnel. »
- Un prototype !? Il est parfaitement opérationnel. X.A.N.A a du le finaliser.
« Je vois... C'est pire que la bulle virtuelle. Mais nous verrons ça plus tard. À l'époque où j'étais sur Lyoko et, jusqu'à une date récente, en cavale dans le réseau, j'ai pu échapper et limiter l'influence de X.A.N.A sur les Lyoko-guerriers grâce à une réserve colossale d'énergie... que je faisais provenir d'un autre univers, justement, grâce au prototype. X.A.N.A a fini par comprendre la manip et a coupé mon approvisionnement il y a environ quatre mois mais j'en avais accumulé assez pour tenir jusqu'ici. »
- Et donc ?
« Si tu te rends dans l'univers qui génère cette énergie, que tu la rediriges sur le supercalculateur qui possède tes données, cela peut suffire à lancer un retour dans le temps correct. Je te communique les coordonnées. Ce n'est qu'un monde virtuel. Par son interface, tout te sera accessible. »
Senja Noir posta une main fermée devant sa bouche, songeur. La piste avait l'air sérieuse. C'était presque trop simple. Il devait en discuter avec le Palamède.
- D'accord, merci pour tes indications. Reste là, je reviens.
« Très drôle... » répondit simplement Hopper tandis que le sarcophage se refermait entièrement.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Faméliques

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'humain avait retrouvé Deva dans le monde en deux dimensions.
- Je suppose que tu es déjà au courant, annonça l'islandais.
- Oui j'ai entendu. C'est à tenter. Une source d'énergie de cette envergure ne peut que nous être utile.
- Très bien. Je vais de ce pas essayer alors, inutile de perdre plus de temps. Le temps ici, c'est de l'énergie.
- Tout seul ?
- Oui. Que Laura et Adriane se préparent pour une excursion sur l'Eire. L'énergie ne servira à rien si on ne peut pas utiliser la machine des irlandais.
- Entendu, approuva la femme noire.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Humains, temple Cycloïde

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir était de retour devant l'arche de pierre. À son arrivée, il n'eut qu'à patienter quelques secondes pour que l'écran bleu s'illumine plus intensément. Le Palamède avait entré les coordonnées de Franz Hopper. Sans plus de cérémonie, il traversa l'écran, sans réapparaître de l'autre coté.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir venait de sortir de l'écran bleu qui s'était encastré dans la paroi trouée d'un roc. Plus concrètement, l'entrée d'une grotte. L'islandais ne mit pas longtemps à reconnaître ce paysage : Des pierres mauves, un ciel gris à l'infini. Comme l'un des territoires originels de Lyoko, que Joséphine lui avait déjà montré en images. Pour une raison inconnue, celui de son monde avait été supprimé par les français quelques temps après qu'ils aient commencé à croiser le fer avec eux. Le territoire montagne, qu'ils disaient. Bon. Il était logique qu'Hopper ait imité ailleurs ce qu'il avait lui-même crée. Cela dit, il n'avait pas précisé où se trouvait l'interface, et Senja Noir ne s'attentait pas à un monde si grand. Il relativisa. Cela compenserait le fait qu'il n'ait pas pu explorer l'original. Le roc qui soutenait le flanc à la grotte n'avait pas de sentier de ce coté-ci, alors le palamédien le contourna, découvrant au bout d'une quarantaine de secondes l'autre issue. En revanche, un sentier se détachait et serpentait cette fois pour rejoindre un autre groupe de plate-formes au loin. Autre chose en passant : Des silhouettes étaient sur le sentier et se rapprochaient. Elles étaient au nombre de trois, une imposante et deux plus petites. Senja Noir laissa venir, curieux. Mais il ne s'attendait pas vraiment à ça.
Le premier individu, un peu plus grand que les autres, était simplement une silhouette humanoïde blanche, sans orifices visibles. Mais les types avec lui étaient encore plus louches. Deux humains à taille d'enfant d'à peine une décennie, entièrement noirs avec des tatouages blancs lumineux sur le corps, et aucun organe ne se détachant du visage : Bouche, nez, yeux ou même oreilles étaient absents. En revanche, ils avaient des cheveux roses coiffés d'une façon qui rappelait immédiatement à Senja Noir une ennemie bien connue : Aelita. Voilà pour les points communs. Mais ils avaient aussi des différences : L'un avait un curieux serre-tête jaune évoquant la lettre grecque Oméga. L'autre, des cornes de bœufs sur lesquelles était fixé un genre de disque rouge et jaune. Super. Le type le plus grand parla :

- Pour ta première détection, c'est un sans faute Eyn.
Malgré l'absence de bouche, une voix s'éleva de l'humanoïde au serre tête.
- Aucun problème, c'était un plaisir.
- T'es qui toi ? demanda l'autre avec les cornes. Comment t'as fait pour entrer ici ?
- Je pourrais vous retourner la question, répondit simplement Senja Noir.

- Nous sommes les gardiens de ces lieux. Ce sanctuaire est sacré, tu n'as rien à faire ici.
L'islandais n'était pas si bête. Il était logique qu'Hopper ait prévu des gardiens. La forme de la coiffure des deux gamins ne laissaient aucun doute : C'était lui qui avait conçu ces créatures. Alors...
- Ce n'est pas ce qu'on m'a dit. Je suis ici sur la volonté de Hopper.
Cette révélation sembla déconcerter les trois autres.

- Tu mens. Prépare-toi à le payer de ta vie.
Bon. À ce stade, soit Hopper avait fait exprès de ne pas lui parler de ses gardiens pour le tester, soit il s'était bien foutu de sa gueule. L'un dans l'autre, Senja Noir avait très envie de combattre, il tapa dans ses mains pour sortir ses griffes de métal. Trois contre un, ça allait être un peu juste. Qui plus est, trois ennemis dont il ne connaissait rien. Cela étant dit, eux ne savaient rien sur lui non plus. Il se mit immédiatement à quatre pattes, sortant ses canons translucides de sa carapace. Ceux-là étaient déjà bien bleu, parce que l'islandais avait commencé à prévoir le coup. Les jets d'eau bouillante partirent immédiatement sur les deux gamins. Celui avec les cornes se le prit de plein fouet mais ne fut ni repoussé par delà la plate-forme circulaire comme l’espérait Senja Noir, ni ne sembla blessé par la chaleur du liquide. L'autre, Eyn, se tourna, dévoilant un postérieur d'une mollesse insoupçonnée jusqu'ici. Le cul sembla absorber le choc, mais l'eau bouillante fit son effet :
- Wouah, ça brûle ! lâcha la chose qui tenta de basculer sur le coté.
Grave erreur. Dès que le postérieur eut cessé d'absorber le choc, la pression du jet fit son effet et Eyn fut poussée hors de la plate-forme. Elle failli réussir à se raccrocher au bord du sentier qui partait de sa gauche. Mais ses petits bras d'enfant ne lui permirent pas. Elle disparût dans la brume grise.
- Eyn ! hurla le bœuf.

- Tu n'aurais pas dû faire ça.
- De toute façon, mon intrusion doit déjà me coûter la vie non ? ricana Senja Noir.
Mais l'autre ne rigolait pas.
- Xanabis, c'est foutu ! Comment puis-je être l'Alpha sans mon Oméga ? Cela n'a aucun sens !

- Calme-toi Aleph. Parons au plus urgent.
- Très bien, je vais la venger.
Immédiatement, Aleph fit volte-face et fonça sur Senja Noir. Amusant. Un genre de Guillaume. Moins risible, le jet de liquide blanc qui sorti du téton de la chose lorsque celle-ci le pressa, en direction du visage de l'irlandais. Senja Noir cracha une vapeur d'eau acide pour contrer l'attaque. Mais entre temps, le bœuf l'avait rejoint et lui fit tâter de son épaule. L'humain fut immédiatement propulsé contre le roc de la grotte. Bon, encore un tas de muscles virtuels. Aleph vint se replacer à coté de celui qu'il avait nommé Xanabis, visiblement satisfait.
- Tu n'as aucune chance contre nous, lâcha le bœuf tandis que le palamédien se réceptionnait sur le sol.
- C'est possible, avoua Senja Noir tout en reculant doucement vers l'entrée de la grotte. Il est peut-être temps de vous laisser entre vous.
- Après ce que tu as fait à Eyn, dans tes rêves.
L'islandais était rentré dans la protection naturelle. Aleph chargea. Xanabis sembla remarquer quelque chose.

- Aleph, stop !
Un peu tard. L'écran bleu s'était déjà manifesté entre le bœuf et sa cible. Il fut absorbé et disparut avec ledit écran.
- Bon, très bien, tout seul, je n'aurais aucune difficulté à te faire parler, avoua Senja Noir en ressortant du trou fait dans le roc.

- Je ne suis pas de cet avis... répondit Xanabis, une bouche souriante apparaissant soudain sur son visage jusqu'ici vierge.
L'islandais ne répondit pas. Quelque chose derrière la silhouette avait attiré son attention. Une lueur. Il l'identifia lorsque celle-ci s'approcha légèrement, bien que restant à bonne distance. Cette sphère, c'était Hopper. Un autre Hopper.
Le déclic se fit. Ce fils de pute l'avait envoyé ici à dessein. Il fallait qu'il fasse le possible pour tuer cet Hopper, désormais en alerte. S'il parvenait à fuir dans la mer numérique, au moins faire quelque chose pour détruire sa base... Pendant qu'il cogitait, Hopper s'était visiblement fractionné en plusieurs petites sphères blanches, et l'une d'elle, de petite taille, s'approcha de Xanabis qui profita de sa bouche nouvellement formée pour l'avaler. Juste après, il se mit à hurler, dégageant une aura de force qui souffla littéralement son ennemi. Sans ses griffes de fer plantées sur la paroi du roc de la grotte, Senja Noir aurait fini virtualisé à jamais. Le palamédien savait reconnaître ses limites. Enfin, pas toujours mais là, si. Xanabis s'était mis à marcher tranquillement dans sa direction, mais l'islandais s'était déjà réfugié sous les auspices de l'écran bleu.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 23 novembre 2007, L’Échiquier, Monde des Humains, temple Cycloïde, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir venait à peine de rentrer au bercail qu'un disque blanc lumineux était pointé contre sa gorge. Mais il fut rapidement retiré. Un humanoïde en combinaison noire parsemée de quelques discrets néons blancs, le visage entièrement dissimulé sous un casque, s'inclina devant l'islandais. Poincaré.
- Mes excuses, concepteur.
- Ce n'est rien. Il n'y en aura pas d'autres, vous pouvez vous retirer.
Poincaré hocha la tête et fit signe aux deux gardes noirs qui l'accompagnaient de le suivre. Senja Noir emprunta le même chemin qu'eux dans un premier temps, mais s'arrêta à la salle suivante, avisant Eisen.
- C'est toi qui t'es occupé de l'intrus j'imagine ?
- J'ai essayé mais crois-le ou non, son avatar était plus fort physiquement que le mien, assuma l'homme de fer. Il m'a dégagé. Heureusement qu'il y avait les gardes noirs. Ils ont réussi à l’éliminer sans qu'il ne fasse trop de grabuge.
- Incroyable.
- J'imagine que ça ne s'est pas passé comme prévu ?
- Non, Hopper a menti. Il a voulu faire le malin, ça lui coûtera la vie. Mais malgré tout, tout n'est pas à jeter dans cette histoire...
- Je t'écoute. Tu veux me parler non ? questionna Deva en arrivant dans le labo.
- Oui. Tu es déjà au courant pour ce qui m'est arrivé. Mais je me disais que l'on pourrait garder l'idée de la réserve d'énergie à partir de plusieurs supercalculateurs. Dans une dimension parallèle, ce serait plus facile à cacher qu'ici non ?
- Sur le papier oui. En pratique, ça va être plutôt compliqué.
- Relevons au moins le défi ? insista l'islandais.
- C'est entendu. Mais quel univers ?
- Celui qu'Hopper nous a indiqué.
- Pourquoi celui-ci ?
- Il y a un Hopper en alerte là-bas, qu'il vaut mieux ne pas laisser tranquille. Je pense que notre Hopper ne nous aurait pas envoyé à cet endroit précis si ce n'était pas un Hopper ayant accès au portail dimensionnel. Emparons-nous de celui-ci et forçons-le à venir nous chercher s'il souhaite intervenir ici.
- Pourquoi ne pas le démolir directement avec du renfort ?
Senja Noir ne répondit pas immédiatement. Il se sentait presque bête de ne pas oser y retourner avec toute la troupe. Mais au fond, Franz Hopper, le créateur de Lyoko, du portail dimensionnel, et dans les faits, son propre créateur, lui faisait... peur ? Même s'il ne le reconnaîtrait jamais. Ce Xanabis, création de sa main, n'était sûrement pas sans lien avec X.A.N.A, dont ils n'arrivaient pas à se débarrasser. Si l'Hopper avait là-bas avait le portail sur son territoire, alors l'affrontement était inévitable, mais ce n'était pas certain. Et si possible, Senja Noir préférait dans l'immédiat contourner le problème...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDublin, dans la journée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Lua venait de quitter l'appartement de sa grande tante en criant qu'il y allait, sans obtenir de réponse. Bah après tout, son audition n'était plus... ce qu'elle était justement. Alors qu'il venait de fermer la porte et qu'il s’apprêtait à franchir le portail noir en forme d'arche, il sentit quelque chose l'agripper dans son dos et le tirer en arrière. On le frappa alors à la tête et il perdit connaissance.

https://i.imgur.com/zPqPqTW.png


Après avoir laissé Senja sous la garde d'Adriane, Senja Noir et se chemise bleue nuit s'étaient invités à sa place chez Clémence Roussel qui, il s'en souvenait, avait convié son groupe pour un brunch. Sans jamais l'avouer à sa collègue, l'intérêt stratégique de cette infiltration était nul : Il avait juste eu envie de revoir Alba, du moins quelque chose s'en approchant. L'islandais avait longuement songé à récupérer la jeune fille morte dans son monde d'un univers parallèle pour la ramener avec lui, notamment pour foutre la merde vis-à-vis de Senja Blanc mais il n'avait aucune garantie que celle-ci soit la même que celle qu'il avait connu. Et Senja Noir n'appréciait qu'un seul exemplaire.
- Eh bien, ça va pas ? Tu tires une sale tronche ! lâcha Roussel en lui ouvrant la porte.
- Euh... Non t'inquiète, aucun soucis.
- D'accord chou, sinon tu sais que je suis là !
- Ouais, enfin du moment que Guillaume ne se fait pas abattre.
- Quoi !? lâcha-t-elle, choquée.
- Je plaisantais héhé.
- Euh... Mais au fait, comment t'as fait pour bronzer en deux jours à cette période de l'année ?
- Aucune idée, je ne me vois pas moi-même tu sais, répondit calmement Senja Noir.
- T'es toujours aussi bizarre ma parole.
Arrivant au salon, Senja Noir fut tout d'abord ravi de retrouver, aux cotés de Guillaume, Alba Sol. Mais il venait à peine de les saluer et d'éluder les questions sur son bronzage que, revenant de la cuisine, Joséphine Forestier avait également fait son entrée dans la pièce. Et ça, ce n'était pas prévu.
- Mais qu'est-ce que tu fais là toi ? T'avais pas du boulot ? interrogea l'imposteur.
- Tu plaisantes, c'est toi qui m'a traîné ici !
Senja Noir fit un effort pour se rappeler de la version qu'il avait en tête. Bien sûr, son double avait lourdement insisté pour que Joséphine se joigne à l'invitation mais Forestier avait décliné, arguant d'une part de l'effort fait quelques semaines plus tôt pour l'anniversaire de Clémence, mais d'autre part que...
- Tu n'avais pas beaucoup de travail sur le supercalculateur ?
- Mais de quoi tu parles ? questionna la blonde qui posait rarement ce genre de questions.

- Ma parole, tu tiens encore moins longtemps la pression des cours que je ne le pensais, ricana Alba.
- Ouais ça me perturbe. D'ailleurs quelqu'un peut me rappeler la date d'aujourd'hui ?

- On est le 4 février. Écoute, si tu cherches une excuse pour ne pas avoir à me souhaiter mon anniversaire, t'es pas obligé de faire tout ce cirque.
Rictus à peine dissimulé sur le visage de Senja Noir.
- Guillaume, tu me prêtes ton portable ? demanda l'islandais en ignorant la dernière remarque. J'ai un coup de fil à passer.
- Tu me diras comment elle s'appelle hein ? lâcha le frisé en lui filant l'objet.
- Grumbl...

https://i.imgur.com/zPqPqTW.png


Joséphine Forestier, qui attendait depuis quelques secondes dans la rue de Clémence, s'engouffra dans la limousine conduite par James, le chauffeur de son père (Mais davantage sollicité par elle depuis quelques années) avant de lancer :
- À la maison s'il vous plaît !
Hochement de tête de l'homme qui se mit en route. Très professionnel. Mais d'habitude, il ne pouvait s'empêcher de dire « Bien madame. ». Forestier, qui ne connaissait pas beaucoup de personnes depuis si longtemps, s'en inquiéta :
- Vous avez des soucis en ce moment James ?
Elle entendit alors le conducteur verrouiller toutes les portières et Senja Noir et Adriane se dévoilèrent soudain en dépassant de la banquette, coté passager.
- Lui, il va très bien, la palamédification lui a fait oublier pas mal de soucis. Pour toi en revanche, c'est plus compliqué je pense, avoua le garçon.
- Qu'est-ce que c'est qu'ce guet-apens... ?


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 24 novembre 2007, L’Échiquier, Monde des Faméliques, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir était revenu du Monde des Humains pour discuter avec Deva. Comme il l’espérait, compte-tenu du fait que X.A.N.A n'avait pas encore été détruit ou quelque chose s'en approchant chez eux, il n'avait pas encore récupéré le prototype de portail dimensionnel, qui était désormais entre de très bonnes mains.
- Adriane a fait le même constat que moi non ? demanda-t-il à la femme noire.
- Oui j'ai vérifié. Si Joséphine Forestier ne s'était pas rendue compte qu'elle abritait un réplika, c'est parce que celui-ci n'avait pas encore explosé. Ainsi, les Lyoko-guerriers n'ont toujours pas lancé leur programme multi-agent au jour du 4 février 2007. Pourtant, les données de X.A.N.A parlaient du 25 janvier de la même année ici.
- Ce qui est plutôt bien. On va pouvoir isoler plusieurs dizaines de Supercalculateur avant qu'ils ne soient endommagés...
- Bien sûr. Je vais m'en occuper moi-même.
- Mais en dehors de ça, je n'ai vu aucune différence avec notre monde... Qu'est-ce qui a pu interférer ?
- Je n'en sais rien, j'essayerai de le découvrir en y allant.
- Entendu.
- Je fais quoi de la fille ? demanda le Palamède.
- Je vais m'occuper de ça, j'arrive. Je pense qu'on va l'utiliser pour faire simplement croire au reste du groupe qu'elle déménage, pour que son absence n'inquiète personne.
- Soit, ne tarde pas.
- Tu me laisses le design du monde virtuel de référence ?
- Si tu veux ! lâcha la Reine en sautant de sa plate-forme quadrillée.
Senja Noir était satisfait. Il ne restait plus qu'à faire quelque chose qui ne soit pas naze.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 12 décembre 2007, Monde des Humains, début d'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'arène de Purusa était parcourue de néons blancs au sol, qui formaient un terrain de football, et deux buts tout aussi lumineux étaient situés à chaque extrémité. Le récent palamédien Light Maul gardait l'une des cages. Quasiment au milieu du terrain, à l'opposé, se trouvait Senja Noir avec une balle métallique qui produisait de la lumière violette. L'islandais n'était pas seul de son coté : Un pokémon, Lucario, venait de se baisser et se placer ses deux mains autour du ballon. Il commença à générer une Aurasphère à l'intérieur, et l'énergie bleue grossit jusqu'à faire disparaître l'objet. Déplaçant alors brusquement ses membres vers le ciel, le pokémon envoya la balle en l'air. Senja Noir s'était déjà réfugié dans sa carapace et commençait à tournoyer de plus en plus vite. Le ballon, qui dégageait désormais une lumière blanche, retombait. La tortue tournante se mit en marche et toucha la sphère grise et blanche juste avant l'impact, l'envoyant à grande vitesse sur le zabrak qui activa son double sabre, l'abattant sur le ballon au bon moment pour stopper celui-ci, le faire rebondir un coup au sol – ce qui, vu sa puissance le fit remonter à quelques mètres de hauteur –, et le frapper du talon sur Senja Noir qui le contra en utilisant la protection des griffes de ses mains, faisant sortir le ballon du terrain. Celui-ci redevint violet.
- C'était une main ça... non ? demanda Purusa, l'être encagoulé, en descendant des tribunes.
Senja Noir, visiblement énervé, fit mine de cracher.
- Je serai prêt quand il le faudra. Qu'est-ce que tu veux ?
- Content que tu le demandes, nous venons de détecter un visiteur... inattendu, même pour moi. Je l'ai guidé jusqu'au téléporteur de l'arène. Puis-je l'introduire ?
- D'accord.
À la grande surprise de l'islandais, un humain fringué en elfe vert se matérialisa au bord du terrain, qui s'éteignit d'ailleurs progressivement. Un humain qu'il connaissait : Jérémie Belpois.
- Tiens tiens, le déserteur, commenta Senja Noir en guise d’accueil, lui qui était bien informé de l'évolution du groupe français grâce à Laura. Si tu oses te pointer ici tout seul, c'est parce que tu as des choses vraiment très importantes à me dire.
- Salutation, répondit simplement le blond sans se laisser intimider. Je vois que tu es franc alors j'irais droit au but : Depuis que tu as surgit des ruines de la bande irlandaise avec le Palamède, j'ai eu tout le loisir de mener les recherches que je voulais, d'abord depuis ma chambre puis astucieusement depuis l’hôpital pour ne pas être dérangé. J'ai disséqué toutes les données que j'avais en ma possession. C'est plutôt intéressant. Je sais que tu as probablement mis la main sur l'ultime création d'Hopper, le portail inter-dimensionnel, puisque X.A.N.A l'avait probablement fait avant toi et que tu as pris sa place. Mais sache que j'ai moi-même été capable d'en coder un modèle réduit, son créateur ayant disséminé des indices pour le recréer les quelques fois où il a pu communiquer avec moi. Bien sûr, c'était avant que tu ne le tues...
- …
- Aelita ne représente plus rien pour moi, je ne t'en tiens pas rigueur. Bref, un modèle réduit donc mais évidemment, je n'ai pu qu'effleurer son potentiel puisque la quantité d'énergie nécessaire est colossale.
- Ok. J'ai cette énergie et tu la veux. Maintenant explique-moi ce qui va faire que je ne peux rien te refuser ?
Light Maul et Purusa s'étaient entre-temps approchés, l'air menaçants. Surtout le premier.
- Je dois avouer que je suis admiratif de ta façon de faire. Tu sembles avoir des objectifs bien précis et assez bateau il faut bien le dire, style conquête de l'humanité, et pourtant tu essayes de les atteindre d'une façon très joueuse, vu le codage du Palamède. Très bien. C'est une chose. Mais que se passera-t-il si un élément extérieur faisait que tu ne pouvais mener à bien tes ambitions ? Il te faudrait quelqu'un pour... reprendre le flambeau. Je suis très compétent tu sais. Encore une fois j'insiste, j'ai eu tout le loisir de décortiquer les derniers événements, comme par exemple les données du retour vers le passé qui a fait basculer la lutte en Irlande...
Le palamédien étouffa un juron. Il avait compris le sous-entendu. L'assurance de Belpois devenait logique. À vrai dire, il ne s'attendait pas à ce que ce trouillard ose venir pour lui sortir un truc pareil. Il avait du cran. Et déclarait ne pas tenir à Aelita au point de venir faire affaire avec l'assassin de son père. Il changeait, et changeait tellement vite qu'il en devenait imprévisible et donc potentiellement dangereux. Il était temps de jouer ce petit jeu.
- Ok. Je vais aller y réfléchir.
Pour la première fois, Belpois sembla perdre de sa superbe.
- Attends, tu ne veux pas connaître précisément mes requêtes ?
- Non. Maul, reste ici pour surveiller sagement notre hôte durant ce laps de temps.
Senja Noir fit signe à Purusa de le suivre et les deux individus se rejoignirent au centre du terrain, faisant coulisser la plate-forme pour disparaître du champ de vision de Belpois, et pouvoir discuter au secret à l’accueil Tore.
- Quel est ton avis sur la question ? demanda Senja Noir au Palamède à travers Purusa.
- Ce n'est pas un ennemi pour moi. Dans l'absolu, je ne l'ai jamais affronté, c'est toi qui devrait décider, répondit simplement l'homme à la cagoule fendue.
- Tu as raison. Mais par rapport à ses arguments ?
- Il sait pour le retour dans le temps. Il est donc conscient de notre double handicap : On a d'une part l'un de mes créateurs contre nous mais en plus, tu es affaibli. On a eu l'énergie mais on a jamais réussi à faire lancer un retour dans le temps à la machine irlandaise, ce qui m'amène à être pessimiste quand à la possibilité de...
- J'ai compris l'idée. Du coup ?
- D'un strict point de vue logique, c'est vrai, la situation n'est pas aussi idéale que prévu. On pourrait bien perdre le jeu...
- Effectivement présenté comme ça.
L'islandais n'ajouta rien et se perdit en pensées pendant de longues minutes en faisant les cent pas autour de la salle. Mais soudain, il se retourna vers Purusa, sans parler.
- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda l'humanoïde à la cagoule fendue.
- Nous sommes trop joueurs. Senja Blanc le sait, de même que Belpois. Je n'ai pas envie d'y renoncer au prétexte qu'on est mal, mais je n'ai pas non plus envie de perdre.
- Oui moi aussi mais quelle est la solution alors ?
- Cela pourrait bien être Belpois... Mais comment s'assurer que celui-ci n'est pas en train de bluffer ?
Senja Noir aurait juré que Purusa s'était mis à sourire, derrière sa cagoule.
- J'ai peut-être une idée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDimanche 16 décembre 2007, Temple Cycloïde, fin de matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir, qui patientait jusqu'ici devant l'arche de pierre éteinte, fut rejoint par un Jérémie Belpois dont le Palamède avait achevé le design pour sa future mission. Au placard les collants verts, celui-ci était désormais vêtu comme un adolescent de son âge, avec un pantalon noir et une chemise de la même couleur quadrillée de rouge. Cependant, la particularité était au niveau de son visage : Il l'avait dissimulé derrière un masque ovale sur lequel était peint deux points jaunes en guise d'yeux et un sourire triste. Ses cheveux, moins longs qu'à l'accoutumée, étaient désormais teints en noir. Il était méconnaissable.
- Je pense que sur la forme, on est bon, avoua l'islandais.
- Et que pensez-vous du fond cher ami ? questionna l'ex Lyoko-guerrier d'une voix aiguë et enfantine. Je suis persuadé que vous apprécierez.
- Impressionnant... On dirait une toute autre personne.
- Assez joué, coupa Belpois en reprenant sa voix normale et un ton dur. Je suis prêt à commencer mon entraînement...
- Certainement, répondit Senja Noir tandis que, dans son dos, l'arche commençait à s'allumer. Le monde dans lequel tu vas être plongé existe réellement quelque part. Si tu réussis, la puissance du Palamède deviendra ton alliée.
- Entendu.
Belpois s'avança jusqu'à l'écran bleu désormais généré par l'infrastructure. Avant de le franchir, il se retourna une derrière fois et plaça une main devant son masque à la manière d'un enfant venant de casser un vase :
- En fait, lâcha-t-il de sa fausse voix. On ne le dirait pas comme ça, mais je suis un peu nerveux.
Il se volatilisa avec l'écran.
- …
Senja Noir quitta le cœur du complexe pour retourner dans le centre de contrôle Tesseract, rejoignant Eisen. L'homme de fer fixait l'écran principal de contrôle, qui d'ici quelques secondes, diffuserait les images de l'endroit dans lequel venait d'être plongé Jérémie Belpois.
- Cela va fonctionner, rassura le technicien. Je retire ce que je dis l'autre fois, ce plan est excellent, et pour le moment, il se déroule comme prévu.
- Ne nous déçois pas, Jérémie Belpois, commenta simplement Senja Noir.
- Cela dit, ce n'est que le plan B, tempéra Eisen. Avec notre réserve d'énergie, ce que nous préparons ne laissera aucune chance à nos ennemis...
- Tu fais allusion à quoi ?
- À l'ISS... enfin, j'appelle ça le projet Grande arche quand j'y pense, va savoir pourquoi.
- Le projet Grande arche... J'aime bien.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 7 janvier 2008, Résidence des Forestier, Irlande, dans la soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMalgré la fraîcheur du soir et de la saison, Senja Blanc était sorti pour se recueillir devant les tombes de ses trois amis. Le créneaux était choisi à dessein : Vu l'horaire et la température, aucune de ses colocataires n'avait proposé de l'accompagner, et c'était parfait pour l'irlandais qui voulait rester seul sans froisser personne. Cependant, l'ombre qu'il vit assise sur un des mémoriaux le fit prendre conscience de la faille stratégique de ce plan : Senja Noir, translaté, en tenue civile, l'attendait. Ainsi, pour savoir qu'il ne s'agissait pas de son vrai corps, il fallait se référer à l'unique indice : Les oreilles d'elfe.
- Tu n'as aucun respect...
- Bah non, c'est juste que je jugeais que tu étais dans le bon état d'esprit pour apprendre la mort d'Ikonov, sourit son doppelgänger.
- Oh. Tu as encore fait le ménage ?
- Non, il s'est fait sauter avec sa base, ou plutôt couler... et je n'y suis pour rien. C'est les français qui l'ont poussé à bout.
- Quoi !? Mais alors le reste de son équipe ? s'enquit l'irlandais.
- Tu veux dire, ceux qui sont revenus de leur plan foireux ? Morts avec lui, je suppose.
« C'est pas vrai... ! »
- Eh bien, c'est inattendu... Mais je suppose que ça devait arriver, vu que Tyron fourrait son nez un peu partout.
- Du coup, on ne peut plus compter sur lui pour nous aider à retrouver le vrai père d'Alba, conclut le translaté en tapotant sur la pierre du mémorial qui était sous ses fesses – celui de celle qui venait d'être mentionnée, évidemment.
- Bien évidemment, acquiesça l'irlandais. Mais ce n'est pas trop grave. Tu m'as dit il y a peu qu'il en avait assez fait.
- Tu parles de la C.I.A ? Oui je maintient mais s'attaquer à leurs serveurs s'avère plus compliqué que prévu.
- Ah.
- J'aurais autant aimé qu'on nous laisse Tyron en vie, compléta l'islandais.
- Je vois.
- Donc si on y arrive pas... Il faudra t'en prendre aux français.
Senja Blanc soupira. Finalement, Senja Noir était surtout venu pour ça. И-Raï détruit, il sentait que le vent allait se nouveau se diriger contre l’Échiquier, et voulait éviter une alliance franco-irlandaise. D'autant que maintenant, X.A.N.A était de retour...
- Ouais ok j'en prends note. Maintenant dégage, j'ai à faire, répondit finalement l'irlandais dans un rare moment d'agressivité.
- Tu as l'air bien sûr de toi... Nous vérifierons... commenta l'image humaine qui disparut peu après.
Sûr de lui, Senja Blanc ne l'était pas. Même s'il aurait pu encore aider, la mort de Tyron n'était pas ce qui l'inquiétait le plus...

https://i.imgur.com/MgII3OF.png


Senja Blanc déboula en trombe dans le grenier, dérangeant Huguette. Mais ce n'était pas le moment.
- Tu peux me retrouver les infos sur Chris White volées à l'administration du lycée ? demanda le garçon.
Huguette soupira. Bien sûr, elle n'avait rien effacé, il lui suffisait de...
- Voilà, annonça-t-elle pour la forme en affichant la version numérisée de sa fiche d'inscription.
- Parfait, répondit immédiatement l'autre. Il a renseigné son numéro de portable. Tu peux l'utiliser pour essayer de le localiser ?
- Oui, mais tu m'expliques ?
- Plus tard.
- Tss.
Il faisait ça de plus en plus souvent, au grand dam de son opératrice. Quelques minutes de pianotement plus tard, Kleís lui annonçait que la recherche était en cours. Le même intervalle de temps passa, puis le programme indiqua l'emplacement de Silvaplana.
- Hum... Si le portable émet encore un signal, c'est qu'il n'a pas encore été détruit, commenta Senja Blanc.
- Ah, attends, Tyron est mort ? réalisa son amie.
- Ouais, apparemment il a fait péter sa base.
- Bah, c'est possible que le portable n'ait pas été mis hors-service, c'est un petit truc.
- Oui bien sûr, mais Senja Noir a sous-entendu qu'elle était sous l'eau.
- Dans ce cas, il y a de bonnes chances pour que Chris White, ou du moins son portable, n'ait pas coulé avec.
- Ce serait bien. Demain j'irais sur place.
- Il faudrait que tu partes dès cette nuit alors, conseilla la blonde. Si le portable tombe en rade de batterie, on ne pourra plus le localiser.
- Tu as raison, c'est plus prudent.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMardi 8 janvier 2008, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Blanc était de mauvaise humeur, conséquence logique de son réveil à deux heures du matin. Il espérait que sa propre senjafication permettrait de résoudre son manque d'énergie. Il relança le programme de recherche d'Huguette – n'ayant pas forcé les autres à se lever – tout en terminant la préparation de son sac à dos. Cependant, l'étape qui devait logiquement suivre, à savoir l'activation de la dernière tour libre de l'Eire, fut empêchée par les résultats de la recherche : Le numéro de Chris White pointait désormais dans la région de Zurich. Intéressant. Il était peu portable que l'engin ait été retrouvé par un badaud en pleine nuit à Silvaplana, ce qui tendait à confirmer que c'était bien son ancien camarade de classe qui se déplaçait. Les deux villes n'étaient pas si éloignées que ça d'après la carte, sans doute l'ancien guerrier de Raï avait-il réussi à faire du stop. Il allait sûrement chercher à rejoindre l'Irlande. Dans l'immédiat, le garçon jugea préférable de retourner se coucher plutôt que de faire le zouave en Europe et se risquer de louper sa cible, puisque celle-ci était en mouvement. Une stratégie encouragée par son niveau de tension artérielle.

https://i.imgur.com/MgII3OF.png


Après un second réveil difficile en une matinée – à neuf heures quarante-sept – Senja Blanc retrouvait l'ensemble de son groupe au grenier. Pendant le dîner, Huguette et lui-même avaient mis Lucie, Adélaïde et Aurora au courant de ce qui était visiblement arrivé à Tyron et les adolescentes étaient impatientes de connaître la suite des événements. Vu qu'il n'était pas parti, l'irlandais avait au préalable laissé un mot sur l'ancien pupitre de Joséphine pour expliquer ce qu'il avait trouvé.
- Ah, pas trop tôt, commenta Lucie à l'arrivée du garçon dans le grenier.
- Tu as bien fait de ne pas partir, révéla Huguette sans laisser le temps au garçon de répondre à son amie noire. White se déplace vers l'Ouest.
Senja Blanc lança immédiatement un coup d’œil vers la carte. Le portable était passé en France et se trouvait dans les environs d'une ville du nom d'Ambérieu-en-Bugey.
- Qu'est-ce que ça veut dire ?
- Nous pensons qu'il est en train, informa Aurora. Je connais un peu la Suisse. De Zurich, on peut évidemment aller à Genève, puis il y a une ligne qui amène à Lyon, en France.
- Oh, d'accord.
- Du coup, tu veux faire quoi ? questionna Huguette. Envoyer un clone pour l'intercepter ?
- Oui ce serait bien de le faire à une gare avant Lyon.
- Euh, compliqué, si j'en crois les horaires du site de la S.N.C.F, il va arriver à Ambérieu et c'est le dernier arrêt avant Lyon.
- Bon, tant pis, va pour Lyon alors.
- Il me faut un peu de temps... Quelle apparence le clone sur le terrain ?
- Euh... La mienne.
- Ok. Il y a un autre problème : Le train s'arrête à deux gares à Lyon : Part Dieu et Perrache.
- L'organisation à la française... Eh bien on essaye la première et si on le voit pas, on le chope dans le train ou à la seconde.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngGare de Lyon Part Dieu, France

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUne discrète fumée noire s'échappa de l'une des prises dépassant des tables d'une des salles d'attente de la gare, celle située à coté de l’accueil, dans l'une des extrémités. La discrète matière ne prit pas forme humaine immédiatement, préférant sortir de l'endroit bondé pour se diriger en sortant sur la gauche, où se trouvaient les toilettes, et se changer en Senja dans une cabine libre. L'image de l'adolescent quitta ensuite la zone des sanitaires dans l'idée de trouver l'écran annonçant les arrivées le plus proche. Mais après avoir fait quelques pas du coté de l'allée centrale, il ne repéra dans un premier temps que des panneaux à fond bleu, signalant les départs. Finalement, le panneau vert se trouvait à l'opposé de la salle d'attente. Bon. Un TER en provenance de Genève allait se pointer à onze heures vingt quatre françaises sur le quai E. C'était celui-là. Le clone de Senja se dirigea vers les escalators pour se rendre sur la voie. Il avait encore quelques minutes. Le problème, c'était qu'un putain de TGV en provenance de Paris et à destination de Marseille venait de débarquer sur la voie d'en face, sur le même quai. Les éparses voyageurs concernés par le TER allaient sans doute être noyés par la masse de personnes qui montaient ou descendaient de la bonne quinzaine de rames du train à grande vitesse.
- Sarkozy vient d'annoncer qu'avec Carla, c'était du sérieux.
- Ce déchet.
- T'as vu le con qui s'est fait choper avec sa clope à trois heures du matin ? 68 € dans le cul !
- Oh, c'est pas pire que les tarifs de la S.N.C.F...

La situation s'était légèrement améliorée au moment de l'arrivée du TER en provenance de Suisse, mais guère mieux. Le clone se posta devant la sortie la plus proche en jetant quelques coups d’œils à la seconde, plus loin. Lorsque les gens se mirent à descendre du TER, il essaya d'identifier un maximum de personnes, sans grands résultats.
- Et là, il m'a sorti le grand jeu sur les marches du TGV et j'ai craqué !
- Tu déconnes !?

Un bip sonore se mit à retentir. Les portes allaient se refermer. Le plan était de monter si Chris White n'était pas repéré. Donc, avec une agilité surprenante cependant, l'image de l'adolescent se faufila entre les portes qui se refermaient. Il était temps de zieuter les passagers restants, pas si nombreux puisqu'il ne restait qu'un arrêt. Traverser les deux rames en examinant les passagers ne lui prit pas plus de cent-soixante sept secondes, selon son calcul. Mais aucune trace de sa cible. Il se retourna pour revérifier, mais tomba nez-à-nez avec le contrôleur, qui avait dû remarquer son attitude louche et son absence de bagage (Ainsi que le fait qu'il soit un jeune, le délit de sale gueule classique).
- Hum... 'Jour. Contrôle des titres de transport s'il vous plaît.
Le clone lui décrocha une torgnole avec une rapidité surprenante, ce qui fit tourner la tête à l'homme pendant quelques secondes. Lorsque celui-ci redirigea son regard vers le probable fraudeur, il avait disparu. Sitôt arrivé à Lyon Perrache, la première chose que fit le contrôleur fut de se plaindre à ses collègues, qui exercèrent leur droit de retrait pour protester contre cette odieuse agression.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier, Irlande, fin de matinée

- Mais bordel, il nous a encore filé entre les doigts ! lança Huguette tandis que le clone venait de passer vingt minutes à chercher Chris White à la gare S.N.C.F de Saint-Étienne.
Il s'agissait en effet visiblement de la destination finale du rescapé suisse à en croire le pistage du téléphone. Mais cela n'était pas assez précis pour que le clone puisse repérer le colis sans problèmes.
- Je ne sais pas comment il fait, il doit raser les murs, commenta Senja Blanc.
- Je laisse tomber, j'ai faim, avoua la blonde. Bonne chance pour la suite !
Elle quitta le grenier pour redescendre. Adélaïde, elle, était déjà partie. Restait Lucie et Aurora avec le garçon.
- Bon ben, on est pas rendu, commenta Estela.

https://i.imgur.com/MgII3OF.png


- Je l'ai ! annonça soudain triomphalement Aurora.
Senja Blanc, qui s'était honteusement endormi sur un des canapés après que l'allemande ait proposé de prendre le relais, revint près des écrans d'un bond. L'image du clone polymorphe donnait sur un adolescent en train de manger un sandwich club sur le banc d'une grande place boisée, bordée par une ligne de tramway.
- Bravo ma petite ! Ta persévérance t'honore, félicita le garçon.
- Ben, à toi de me montrer que je n'ai pas fait tout ça pour rien !


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPlace Sadi Carnot, Saint-Étienne, France

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans un mot, l'image de Senja Blanc vint s’asseoir sur le même banc que White, qui le reconnu immédiatement.
- Décidément, avoua le dessinateur qui restait étonnamment calme. Tu es quelqu'un de très particulier.
- Toi aussi Chris. Qu'est-ce que tu fous à Saint-Étienne ? Et surtout, pourquoi tu n'es pas mort avec l'explosion du complexe de Tyron ?
- J'étais parti me promener au moment des faits. J'éprouve parfois le besoin de m'isoler.
- … C'est tout ?
- J'imagine que tu t'attendais à quelque chose de plus... badass.
- Oui, admit Senja Blanc à travers son clone. Et pour la première question ?
- Je n'ai pas particulièrement envie de retourner chez mon oncle. Je suis venu ici car je n'avais qu'une seule autre adresse en mémoire : Le type qui était dans les petits papiers de Tyron suite aux tests de recrutement de sa société bidon et dont j'avais lu les coordonnées une fois. Il était censé me remplacer si mon corps ne tenait pas la virtualisation longue durée.
- Habile. Et du coup ?
- Il était pas très chaud pour m'héberger. Il fallait s'y attendre mais bon, au moins, ça m'a occupé un peu. Et toi, pourquoi tu me suis comme ça ?
- Parce que je suis certain que ton expérience de virtualisation chez Tyron t'a plu, sinon tu ne serais pas resté. Tu m'as croisé sur И-Raï. Tu sais que j'en suis capable aussi. Je pense que cette idée t'emballera plus que retourner chez ton oncle.
White resta neutre.
- Je trouve que tu vas un peu vite en besogne. Je ne suis toujours au courant de rien moi.
- C'est vrai. La chose ne tombe pas au meilleur moment. J'avoue avoir la flemme de détailler dans l'immédiat, la nuit a été courte, mais après réflexion, j'aime bien l'idée que tu ailles quelques temps chez le contact que tu as en mémoire. La force qui a détruit И-Raï ne s'en prend pas qu'à Tyron. Mais d'ici quelques jours, cela devrait être réglé. Ensuite je serais à même de te faire des propositions plus concrètes.
- Tu oublies un détail, je t'ai expliqué qu'il n'était pas d'accord.
- Parle-moi de ce gars.
- Si tu veux... Il s'appelle Phil Presso, 17 ans. C'est un étudiant en lettres modernes qui habite l'immeuble derrière mon dos. Comme tu t'en doutes, il s'ennuie un peu dans sa filière et c'est donc apparemment un crack en info'. Très brièvement, on pourrait dire que c'est le cliché du geek. Tyron avait fait une fiche sur tous ceux qui avaient passé les tests. J'ai donc lu celle de Phil, il dépense sans compter dans diverses collections de goodies. Ses réponses aux questions de personnalité semblaient aussi traduire le même caractère dépensier pour séduire les filles.
- Impressionnant, tu as retenu tout ça en plus de son adresse ?
- J'ai un don pour retenir les choses inutiles. Enfin, inutiles en temps normal.
- Je vois. Mais dis-moi, Tyron ne souhaitait-il pas recruter des sportifs ? Toi-même tu m'avais expliqué...
- Pas nécessairement. De bonnes connaissances en informatique pouvaient également lui servir et c'est pour cela qu'il avait mis en place le recrutement via la Deckard Inc. Mais moi aussi, j'ai la flemme de détailler ça, ma nuit a été, je pense, plus courte que la tienne.
- Hé... Bon, Presso a un point faible évident. On devrait pouvoir l'acheter facilement pour qu'il te garde quelques jours.
- ... Je ne voudrais pas avoir l'air malpoli mais si tu es prêt à dépenser de l'argent pour moi, un hôtel, même modeste, n'est-il pas plus simple ?
- En effet. Mais ses connaissances en informatiques pourraient être utiles à terme. Puisqu'il a notre âge, essaye de sympathiser pour voir ce qu'il vaut.
- Ah d'accord, tu es comme ça toi... commenta l'ancien bras armé virtuel d'Ikonov.
Le clone de Senja, qui venait de mettre une main derrière son dos pour générer discrètement un objet, tendis soudain une photo d'Huguette à White.
- Voilà l'argument qui devrait faire plier Presso, sourit le faux Senja Blanc.
- ... Mais il est sérieux lui ?
- Bon écoute Chris. Il y a quelques semaines, nous n'étions que de simples camarades de classe. Puis il y a peu, on s'est retrouvé au beau milieu d'un monde virtuel tenu par un ancien membre du KGB, donc ce serait bien que tu ne sois pas systématiquement surpris lorsque notre conversation prend une tournure inhabituelle.
- ...
- Quoi encore ?
- Rien, t'as gagné, donne-moi cette photo.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier, Irlande

- Ouf, souffla Senja Blanc. On arrive au bout de la piste.
- Dis-moi Senja, questionna immédiatement Aurora. Ce que tu as dis à Chris... laisse penser que Huguette pourrait nous lâcher.
L'irlandais aurait préféré qu'elle ne relève pas. Mais évidemment...
- Euh, pas d’inquiétude, répondit-il en s'assurant que personne ne montait. C'est juste au cas où.
- Au cas où quoi ? insista Aurora.
C'était le bon moment pour mentir. Senja Blanc supportait de moins en moins Huguette qui avait un peu trop pris goût à l'argent qu'elle ne possédait pas auparavant. Bien sûr, on ne pouvait reprocher ça à celle qui jusqu'ici en avait surtout manqué mais par principe, le garçon préférait assurer un plan B au cas où la ligne rouge serait franchie. Par contre, ce genre de raisonnement risquait de ne pas plaire à l'allemande.
- Rien, je n'en sais rien, répondit-il donc à Blume. Je ne peux juste pas me permettre d'échouer alors je dois parer à toutes les éventualités. Je ne le permettrai pas, pour mes amis morts tu comprends ?
- Euh.. oui bien sûr...
Le guerrier de l'Eire était content de lui. Sa dernière phrase, sentimentale à souhait, était parfaite pour embobiner Aurora. Un problème de moins dans l'immédiat. Mais pas à long terme. Car même s'il avait la conviction que Senja Noir ne tiendrai plus très longtemps sur l’Échiquier, il se doutait que son doppelgänger en était également conscient et qu'il avait sûrement pris les mesures appropriées...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Demi-dieux belliqueux

« Je suis sûr que tu sais qu'il sait. Ce n'est qu'une question de temps. »
- ...
Senja Noir était seul, dans le cratère balayé par la pluie, assis devant les ruines des deux tours de guet. À croire que tout le monde était persuadé que l’Échiquier allait bientôt se casser la gueule. Il était vrai que sans Ikonov, les Lyoko-guerriers redirigeraient leurs efforts sur ce monde virtuel. Il fallait également y ajouter le facteur X.A.N.A, franchement débarqué chez Nakara. Il fallait quelque chose de positif qui permette de relancer le camp palamédien. Une victoire. Heureusement, c'était prévu.
L'islandais se releva. Il était temps d'ouvrir le passage pour le monde fou de Purusa. Après tout, il ne pouvait pas perdre quelque chose couramment représenté avec un ballon noir et blanc.
  Sujet: [Fanfic] Jeux d'enfants [Terminée]  
Icer

Réponses: 22
Vus: 3373

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 28 Jan 2018 13:45   Sujet: [Fanfic] Jeux d'enfants [Terminée]
Hello ! Quand j'ai vu que ta fanfic était terminée, je me suis dis qu'il fallait quand même s'y mettre. Et puis ouais, finalement, c'était un jeu d'enfant Mr. Green

Je tiens à dire en premier lieu que je ne me souviens pas du tout de ton OS, seulement de ta victoire héhé. J'ai hésité à le lire en amont au début et puis je me suis dit que c'était limite mieux comme ça.

Déjà, je dois dire qu'en général, je n'aime pas trop les textes qui n'utilisent pas la couleur blanche de base (J'ai encore mal aux yeux à cause de Tyker) mais finalement ça passe plutôt bien chez toi, surtout que ça va avec le thème du récit ! Je me suis d'ailleurs permis d'éditer les chapitres 5 à 7 qui, à cause des citations qui font bug la couleur par défaut si tu ne remets pas le code, étaient écrits en blanc. Mais je n'ai pas touché au chapitre 11 parce que ça avait l'air d'être voulu de ta part.

Au début du récit, j'ai été plutôt emballé par l'argumentaire vis-à-vis de l'agrandissement de la bande. Nelbsia nous avait fait le même coup mais de mémoire c'était davantage cliché. Là où hélas tu retombes un peu dans ses travers, c'est le WilliamxSissi qui pour le coup est encore plus automatique, pour éliminer la menace contre Ulrich. Mouais.
Enfin, ça c'est ce que j'avais écrit sur le brouillon. Et puis là, j'ai vu que tu attaquais les doutes par Sissi. Et j'ai adoré l'idée. Et au fur et à mesure de l'avancement du récit, alors que pourtant le contexte ne s'y prêtait pas nécessairement, tu as continué tes coups de théâtre, avec le Odd amoureux d'Ulrich en guise de final, et le bilan est finalement globalement positif à ce niveau là.

Énorme big up à la fin du chapitre 1 :

Citation:
S’il avait su que ce seraient ses derniers mots, il les aurait peut-être mieux choisis.


J'ai pas pu m'empêcher d'y rendre hommage dans mes écrits, le contexte est parfait.

Le concept du jeu de société est juste du pur génie. Que ce soit les règles ou la façon dont tu joues avec les exceptions (Odd qui n'a rien dessiné...), j'étais vraiment fan. C'est donc le cœur de ton histoire et en général, quand le cœur est bien choisi, c'est plutôt bon signe. Ton histoire le confirme.

Coté suspense, tout a été prévu avec l'épée de Damoclès du zombie, qui pour le coup est extrêmement difficile à déterminer en amont (et je suis toujours pas certain de moi à la fin, même si je pense qu'au final il n'y en avait pas), et n'est pas du tout à classer dans le cliché des leurres type la scène de la cuisine avec Ulrich/Sissi/Yumi/William où il faut vraiment ne pas avoir suivi pour ne pas comprendre que Stern est en plein dans son cauchemar.

L'aspect psychologique - et tu sais pourtant que c'est loin d'être ma tasse de thé - est mené d'une façon absolument remarquable, avec une forte de montée en puissance parfaitement maîtrisée, notamment avec les cas de Yumi puis Odd.

La barre a été mise tellement haut qu'ironiquement, le final en est presque décevant. Oh attention il est très bon hein, mais quand tu compares à l'excellence du corps du texte, on se demande presque s'il est au niveau. D'ailleurs j'aimerai bien avoir l'explication de l'auteur sur les dernières lignes, enfin si c'est légal que tu le révèles évidemment !


Alors finalement, c'est purement subjectif mais j'ai beau avoir 5 ans de Pôle derrière moi, je crois que rares sont les textes m'ayant laissé une impression aussi positive que le tien. Je déteste les textes d'Halloween, je n'aime pas la romance, je ne suis pas fan des introspections psychologiques, bref, en gros tout ce que contient ton texte et pourtant tu assembles ça tellement bien que j'ai réussi à accrocher quand même. J'ai très peu de temps pour lire en ce moment, ma vie IRL est un bordel monumental, j'avais mille raisons de juste pouvoir me fier à l'avis d'Ikorih sur son texte, et pourtant, je ne regrette pas d'avoir utilisé une partie de mon week-end pour prendre le temps de l'avoir lu moi-même. Alors, comment conclure autrement que de la façon suivante ? Félicitations. Et merci.
  Sujet: [One-Shot] Aiguille rouge et flocon sombre  
Icer

Réponses: 2
Vus: 529

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 07 Jan 2018 21:59   Sujet: [One-Shot] Aiguille rouge et flocon sombre
Re-salut !

Je trouve ce texte plutôt bien fait. Le lire juste après l'autre, incité bien sûr par la redondance du titre, était sans doute une bonne idée. Même si c'est tout aussi - et même peut-être davantage - mystérieux au niveau de tes intentions, on note bien quelques rappels au premier OS qui ne sont pas désagréables. Ainsi, bien que pour l'instant je ne sois pas capable de donner le fin mot de l'histoire (WTF le début avec Jérémie et Jim ?), j'avoue que je respecte la façon dont tu as l'air de te casser le cul à le faire. Et je tenais ici aussi à t'écrire que ça avait été lu et apprécié !

À bientôt Wink
  Sujet: [One-Shot] Aiguille grise et perle fine  
Icer

Réponses: 4
Vus: 733

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 07 Jan 2018 20:48   Sujet: [One-Shot] Aiguille grise et perle fine
Salut !

J'ai lu le texte, le commentaire de Zéphyr et ta réponse avec attention. Je dois avouer que mon collègue a parlé pour deux. Cela dit, ce que tu lui as répondu ne me surprend pas tant que ça, il me semble évident que tu ne fais pas ça par hasard mais c'est vrai que le sens doit être bien caché et nous échappe. Mais je passe quand même louer la rédaction du texte, qui n'a pas démérité. La description de l'attitude de William aurait été un calvaire pour moi mais tu t'en tires plutôt bien ! Finalement, j'ai passé un moment simple mais plutôt plaisant.

Et du coup je vais aller enchaîner sur l'autre.
  Sujet: [Fanfic] Oblitération  
Icer

Réponses: 25
Vus: 4227

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 10 Déc 2017 23:04   Sujet: [Fanfic] Oblitération
Me revoilà Mr. Green

Citation:
aussi excité qu’un acarien au salon de la moquette


Excellent. Pour le reste du chapitre, Silius avait fait le taff. Tu m'étonnes qu'il t'apprécie d'ailleurs, vous avez certaines lubies en commun, comme le fait d'en faire des tonnes Mr. Green

Le titre du chapitre 3 m'a attiré bien sûr, d'autant que j'avais reconnu la ref. Et j'ai commencé à avoir des soupçons quand ça a à parlé de grande tour. Mais la description du labo ne laissait guère de doute, d'autant que je me suis repassé la séquence Yumi-qui-se-bat-Jérémie-qui-récupère-miraculeusement-ses-lunettes. Et Odd arrivé après coup et non au même moment. C'est du Garage Kids petit salaud !
Tu as visiblement fait un choix très judicieux. Compte-tenu de ton style, c'est clair que l'ambiance posée par GK te convient mieux. Tu as donc enfin abattu ta première carte, à savoir nous situer chronologiquement, même si vu le contexte, je n'exclus pas quelques prises de liberté. Liberté, tu en as déjà pas mal vu la brièveté de la séquence d'origine, y a un paquet de questions sans aucun début de réponse.
J'aime particulièrement la (fausse ?) piste du moment, à savoir considérer qu'il y ait pu avoir quelqu'un avant Odd, qui de fait l'ignore, comme le lecteur puisque GK commence en même temps que l'arrivée de Della Robbia. J'espère que ça va être exploité comme il se doit. Mais je le sens bien, la lecture de deux chapitres supplémentaires m'amène à confirmer ma bonne impression. J'apprécie également toujours autant le placement de produit vis-à-vis des figurants si je puis dire, qui rend les scènes de vie quotidiennes beaucoup plus réalistes.

Enfin pour conclure, sur un arbre, je ne sais pas, mais perché, certainement !
  Sujet: [Fanfic] «The Dream»  
Icer

Réponses: 18
Vus: 7387

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Lun 04 Déc 2017 00:16   Sujet: [Fanfic] «The Dream»
Effectivement, malgré la date de publication propice, je suis passé au travers du nouveau chapitre. Peut-être que je faisais un régime et que j'ai voulu ignorer le moment où on m'a appelé pour passer Atab... Rolling Eyes
Bon bien sûr mon dernier com date exactement d'il y a 13 mois... et je n'ai pas pu m'empêcher de saluer mon propre génie en lisant :

Citation:
On se voit en 2017 !


Bien sûr sans Minho, on était bon pour se revoir en 2018, donc je le remercie d'avoir bien voulu te commenter. J'en profite pour signaler que, conscients du problème des commentaires, nous venons de mettre en place de toutes nouvelles consignes de sécurité.

Entrons maintenant dans le vif du sujet. T'es vraiment un enfoiré parce que vu la façon dont tu présentes ton texte, te lire une ou deux fois par an en moyenne n'aide absolument pas à s'y retrouver. Moi, j'ai surtout retenu que si on en croit la fin, William va avoir un rôle spécial, ce qui est quand même avouons-le, assez rare dans le milieu.
Je suis assez d'accord avec Minho par rapport au lien des rêves qui était de mémoire assez présent au début mais qui semble s'éloigner au fur et à mesure. Après on dit ça mais y a une entourloupe sur la fin du chapitre par rapport à la voix de Dunbar. Par contre, si dans 1 an on a la suite et que y a aucune avancée sur le sujet parce le chapitre fait quatre paragraphes, je casse tout !
Mais pour être plus constructif que destructeur, je crois que le combo point de vue changeant toutes les dix lignes/délais de publication/brièveté des chapitres est en train de tuer le game. Si tu tiens vraiment à ce que les chapitres soient aussi courts, ce qui n'a rien de répréhensible en soit, alors peut-être est-il utile d'en préparer un peu plus à l'avance pour les poster plus régulièrement ? Les Perles du Neith étaient un exemple à l'absurde de chapitres courts mais comme tu le sais, le délais de publication l'était en contrepartie tout autant. Tandis que Zéphyr nous fait toujours le plaisir de balancer d'énorme pavés tous les 6/7 mois qu'il met à jour sa fanfic. La tienne a toujours ce... problème d'équilibre pour utiliser une référence interne.

En somme, fais sortir le tigre de sa cage !
  Sujet: Règlement des Fanfics  
Icer

Réponses: 6
Vus: 8610

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 03 Déc 2017 22:15   Sujet: Règlement des Fanfics
Depuis notre prise de fonction, le contexte social et sécuritaire a évolué. Des menaces qui n'existaient pas auparavant sont apparues. Avec la fin de la série et la raréfaction des membres, l'une d'entre elles, même si au fond, elle a toujours existé, est plus présente : l'absence de commentaires. Et comme toute administration, nous nous sommes employés à faire la seule chose que nous pouvions faire : La rédaction de consignes de sécurité sur une fiche.

Bien entendu, il ne serait pas stratégique de déformer le topic qui contient tant d'informations utiles, donc cliquez sur l'image de prévisualisation ci-dessous pour accéder à la fiche en taille réelle.

https://i.imgur.com/vXVj0yl.png


Après ça, ne venez pas dire que ce sous-forum n'est pas une tuerie, hein.
  Sujet: [One-shot] Lambeaux républicains  
Icer

Réponses: 1
Vus: 559

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Sam 25 Nov 2017 20:29   Sujet: [One-shot] Lambeaux républicains
07. Blitzkrieg.

Établissement scolaire Kadic. 20h51. – La nuit était tombée sur la région parisienne et la zone kadicienne semblait avoir été purgée de tous les pokémons de X.A.N.A, d'autant que quelques autres élèves possédant des pokémons avaient pu être recrutés et formaient un réseau de surveillance efficace. C'était particulièrement vrai pour Nabau Tié de quatrième, qui cherchait à capturer Entei dans le jeu au moment où les pokémons s'étaient échappés des cartouches, et qui avait donc dans son équipe un Nostenfer et cinq Nosferaltos possédant Regard noir, dans l'idée d'empêcher le pokémon légendaire de fuir. Avec la nuit tombée et leurs ultrasons, ils pouvaient désormais déployer tout leur potentiel, d'autant que Nabau pouvait compter sur l'aide de son grand frère Ernest, de seconde, pour gérer le poids de ses nouvelles responsabilités. Odd, Romain et Julien étaient revenus dans la chambre de Jérémie, qui commençait à manquer de place puisque trois Alakazam s'y trouvaient. L'original d'Hervé bien sûr, ainsi que les deux Metamorph de Romain et d'Odd, qui avaient copié son apparence. Yumi de surcroît toujours dans les vapes prenait toute la place sur le lit, et personne n'avait osé la réveiller vu le contexte. La porte de la chambre était par ailleurs ouverte, et le reste des équipes pokémon d'Odd, de Romain, celle de Julien et bien sûr le Métalosse d'Hervé patientaient dans le couloir.
- Je suis prêt à activer la tour, informa Jérémie. Je vous donne le top sitôt que les données m'informent que William a bien été possédé.
Il jeta un coup d’œil à l'un de ses écrans d'ordinateur, qui diffusait toujours les images France 2 sans le son.
- Il se passe visiblement des choses à l'Assemblée Nationale. X.A.N.A semble désormais avoir neutralisé les autorités étatiques, alors ne vous souciez pas du protocole une fois débarqué à l’Élysée.
- Compris, informa Xao.
Les concernés et les trois Alakazam se placèrent dans le couloir, devant l'entrée de la chambre, la capture d'écran de la cour d'honneur de l’Élysée en visuel sur l'écran de Jérémie. Les trois pokémon psy s'alignèrent et trois colonnes se formèrent devant eux pour maximiser l'efficacité du débarquement. Julien, Farfuret et Fouinar étaient en tête de leur colonne respectives.
- Ok pour nous Jérémie, informa Ulrich.
- C'est parti. La tour du territoire désert est désormais repeinte d'un halo vert.
Un silence pesant se fit alors en attendant la confirmation du succès de l'étape 1.
- Les signaux sont positifs, allez-y !
Les Alakazam utilisèrent immédiatement leur attaque Téléport sur l'asiatique et ses deux pokémons. Derrière eux, Tygnon, Romain et Mr. Mime attendaient leur tour...


Palais de l’Élysée. 20h59. – Dans le vestibule du premier étage où les trois otages avaient été déplacés depuis le meurtre d'Hiroki, William avait d'abord crû que X.A.N.A cherchait à le posséder de nouveau en voyant le spectre sortir de l'une des prises de la pièce et se diriger sur lui. Mais l'ombre noire était rentrée par sa bouche et juste après, il eut une sensation de force incroyable, mais aucune perte de conscience. De plus, le spectre était assorti d'un message qui se diffusa dans sa conscience sitôt possédé.

C'est Jérémie. X.A.N.A t'utilise comme otage pour nous empêcher de l'anéantir. Utilise l'énergie de ce spectre pour rester en vie le temps que notre équipe d’assaut intervienne.


Habitué à ce style d'attaque qu'il avait d'ailleurs inventé, ce coup en traître n'avait pas échappé à X.A.N.A. Mangriff et Vigoroth, qui discutaient jusqu'ici en aparté, firent volte-face immédiatement. Mais leur attention fut ensuite accaparée par le barouf en provenance de la cour d'honneur, les quelques Sabelettes dissimulés dans le sol faisant visiblement face à un assaut pokémonesque.

- Les Lyoko-guerriers attaquent ! Je vais déployer la garde ! cria Vigoroth en tapant des poings contre son torse.
- Non ! fit soudain Mangriff. Ne dispersons pas nos forces. Que toutes celles-ci se replient à l'Usine, le plus important, c'est la tour !
- Entendu, confirma le singe noir et rouge en quittant la pièce.
William avait profité d'un seul détournement de regard de Mangriff pour se jeter sur lui à une vitesse folle. Mais son coup de poing fut malgré tout contré par celui de la mangouste qui tenta en représailles une Tranche, que Dunbar évita avec un bond en arrière.

- Christophe, reste bien derrière moi et veille sur le vieux.
Son ami ivoirien était éberlué par ce qu'il venait de voir mais se dit que ce n'était pas le moment opportun pour poser des questions. Avec l'évacuation des pokémons de X.A.N.A, le bruit des renforts se rapprochait rapidement. William préféra jouer la montre et attendre que son adversaire attaque le premier mais celui-ci n'en fit rien. L'envie de vengeance de l'ex-xanatifié pris alors le dessus et il chargea de nouveau, tentant un coup de pied pour feinter l'adversaire avant de remettre le couvert avec un coup de poing en direction de sa tronche. X.A.N.A ne se fit pas prendre et le coup fut cette fois contré par un Poing-Éclair qui éjecta William contre le mur d'en face. L'attaque électrique semblait avoir perturbé le spectre à l'intérieur de Dunbar et celui-ci avait du mal à bouger. Heureusement, les portes donnant sur l'escalier Murat explosèrent, le cadavre d'un Cohlomard électrifié faisant ensuite de même sous les yeux de Mangriff. Les responsables entrèrent à leur tour : Julien, Farfuret, Tygnon, Romain et Queulorior.
- Efficace l'Élecanon de ton Queulorior, reconnut l'asiatique.
- Oui... C'est le Porygon d'Hervé qui m'avait permis de le copier, répondit un peu tristement Le Goff.

- Que diriez-vous de le rejoindre alors ? interrogea la mangouste de façon rhétorique.
Soudain, du plafond tomba un Électrode rouge et noir.
- Attention, il va s'échapper ! cria Xao en ordonnant à son Farfuret de tenter une Tranche.
Le Mangriff sourit. En provenance de la cour d'honneur, un Démanta explosa la fenêtre et passa à coté de son chef qui bondit dessus et s'éclipsa dans la nuit suite au demi-tour de la créature volante. Tandis que l'ensemble des humains de la pièce regardaient cette action, personne n'avait prêté attention à l’Électrode qui s'était mis à gonfler. Lorsque Romain le vit, c'était trop tard. Il explosa.


08. La mort est un cadeau.

Hémicycle du Palais-Bourbon, 21h13. – Après que le Foretress de garde ait roulé sur le coté pour s'écarter, un Ninjask entra soudainement par l'entrée de droite et stationna à hauteur du Cizayox qui s'était assis à la place de la présidence, tenant toujours sous surveillance les députés de la Nation. Le plan avait changé. Se relevant, il quitta l'hémicycle, à l'instar du reste des troupes pokémonesques, excepté les deux Foretress de garde. Il sorti du bâtiment pour rejoindre le Mangriff rouge et noir qui l'attendait sur le Quai Anatole France, totalement désert, les troupes de X.A.N.A s'étant simplement superposées aux soldats qui avaient précédemment bouclé la zone. Les deux pokémon faisaient face aux colonnes de l'Assemblée Nationale. L'humanoïde rouge se mit à battre des ailes très rapidement, tandis qu'à coté de lui, le Mangriff se mettait à agiter les bras à une vitesse aussi rapide que les ailes de son collègue. Rapidement, quatre tornades commencèrent à se former suite aux mouvements de membres des pokémons. Elles grossirent respectivement jusqu'à être au moins aussi grandes que le Palais-Bourbon. Puis les deux comparses relâchèrent leur attaque Coupe-Vent. Les amas de vents foncèrent droit sur l'Assemblée Nationale et la transpercèrent de part en part, faisant s'effondrer le bâtiment.


Établissement scolaire Kadic. 21h19. – Dans un flash, c'est un Julien sérieusement brûlé au second degré qui ré-apparût dans le couloir où attendaient Odd et Ulrich.
- Mission accomplie, lancez la phase 2, dit-il simplement avant de s'évanouir.
- Oh putain, qu'est-ce qui s'est passé !? s'enquit Stones.
- D'après les données, les fonctions vitales de William sont au plus bas, il a du se passer quelque chose de grave, confirma Belpois avant de se lever de son poste de travail et de sortir dans le couloir, son sac contenant son ordinateur portable sur le dos.
- Il nous faut un Alakazam, tempéra Ulrich.
- Ah oui j'oubliais.
Justement, le second pokémon a être téléporté dans le couloir fut un Alakazam, conformément aux directives.
- C'est mon Métamorph, signala immédiatement Della Robbia.
- J'y vais le premier, informa Ulrich.
- Entendu. Métamorph, téléporte-le à l'Usine, regarde l'image sur l'écran d'ordinateur.
Jérémie avait en effet préparé une photo du pont de l'Usine sur l'un des écrans de son fixe.
- Pas d'imprudence, ne descends pas seul, recommanda Aelita à Stern.
- Oui.
Il se volatilisa. Après un battement de quelques secondes, le Métamorph-Alakazam était prêt à envoyer le Lyoko-guerrier suivant, tandis que Fouinar ré-apparaissait à son tour dans le couloir. Le blondinet à la mèche violette s'évapora à son tour en demandant à son pokémon d'utiliser Soin sur Julien, qui recouvra ses esprits.
- Je suis désolé... Romain et Christophe M'Bala sont morts, et pareil pour le Président. Un Électrode s'est fait exploser au milieu de la pièce... Je n'ai survécu que parce que le Mr.Mime de Romain m'a protégé.
La troisième personne qui fut renvoyée à Kadic était justement William, qui ne semblait pas blessé mais totalement dans les vapes.
- Il était déjà... dans un mauvais état quand on a débarqué, informa l'asiatique en se relevant, les traces de brûlure disparaissant progressivement. Je pense que votre X.A.N.A a dû lui faire quelque chose malgré son boost d'énergie.
- Mon spectre semble sérieusement perturbé, confirma Jérémie qui était retourné un coup dans sa chambre pour vérifier à nouveau. Mais il semble malgré tout l'avoir protégé de l'explosion.
- C'est horrible pour Romain... et ce Christophe, c'était un ami de William, on ne savait même pas qu'il était retenu en otage avec lui.
- Je te comprends, répondit Belpois. Nous devons l'emporter avant que la liste des victimes ne s'allonge.
- Je peux de nouveau me battre, confirma Julien tandis que le Métamorph envoyait progressivement le reste de l'équipe pokémon d'Odd et le Métalosse d'Hervé le rejoindre sur le pont de l'Usine. Et j'ai toujours mes trois pokémons.
- Il faut réveiller Yumi, on va avoir besoin d'elle sur Lyoko, surtout si Odd ne peut pas y aller, fit remarquer Jérémie.
- Je vais m'en occuper alors, informa Aelita en retournant dans la chambre.
- Et pour William ? questionna l'asiatique.
- Je ne sais pas, avoua Belpois. Je n'ose toucher au spectre. Heureusement que la tour sur Lyoko n'est pas menacée. Quand Yumi sera remise sur pied, on le laissera dans le lit, au moins Kadic est un lieu sûr pour l'instant...
- Oui...
L'intellectuel fixait encore William et sembla soudain plongé dans ses pensées, jusqu'à ce qu'une nouvelle téléportation ne le tire de ses réflexions.
- Il n'y a plus personne à l’Élysée ? demanda Jérémie alors que l'Alakazam original revenait à son tour.
- Non, je ne pense pas, confirma Julien. Le Métamorph de Romain a été abattu pendant la bataille et son Mr. Mime n'a pas survécu à l'explosion.
- Très bien, tu peux aller rejoindre les autres, on arrive dès que Yumi est en état de combattre.
- Entendu.


09. Opération Walkyrie.

Pont de l'Usine Renault. 21h25. – L'équipe pokémon d'Odd avait déjà du faire face à une nuée de pokémons volants, qui étaient évidemment arrivés les premiers suite à l'ordre de repli de X.A.N.A. Heureusement, Crustrabri était un véritable tueur avec ses attaques multi-coups : Picanon, Stalagtite et Boule Roc étaient efficaces pour trouer les divers Dardargnan, Aeromite et Ninjask qui commençaient à s'emmagasiner. Ulrich avait rapidement put faire une percée avec Julien, protégés par Fouinar et Tygnon, puis Odd les avait rejoint avec Avaltout, plus lent.
- Je m'occupe de sécuriser le pont le temps que les autres arrivent, fit Julien tandis que Métalosse apparaissait face à eux.
- Compris. Crustrabri et Avaltout, restez ici aussi et obéissez-lui.
Odd et Ulrich faisaient désormais face aux ruines, ou aux restes de l'Usine. Il ne restait quasiment plus rien de la salle cathédrale, si ce n'était une inclinaison douce aménagée pour pouvoir descendre les machines, et de toute façon, le plus important ne s'y trouvait pas. Après l'annonce de la démolition imminente de l'Usine, les Lyoko-guerriers avaient réagis plutôt efficacement. Rallumant temporairement le Supercalculateur, la force physique d'une réplique combinée à quelques vols de matériels à une entreprise locale de maçonnerie, Broulet et Frères, et aux conseils que William – qui avait accepté de collaborer – avait demandé l'air de rien à son oncle, avaient permis de camoufler le conduit menant à la salle du Supercalculateur, où le pupitre de commande et un scanner y avaient été déplacés assez sommairement, au cas où. Les ouvriers n'avaient aucune raison d'aller creuser aussi bas, sachant que tout le complexe de Franz Hopper ne figurait pas sur les plans d'origine. Mais pour que les Lyoko-guerriers puissent toujours accéder à la machinerie en cas d'urgence – comme aujourd'hui – un passage avait été camouflé.
- Ulrich, la craie ! signala Della Robbia, premier à retrouver l'entrée.
- Bien joué.
Le blondinet avait déjà posé sa main sur le signe, permettant de révéler la véritable plaque d'égout, qui se suréleva légèrement ensuite suite à la décharge d'Odd, permettant son retrait. Les Lyoko-guerriers étaient les seuls à pouvoir activer la procédure, grâce à un code source spécifique que Jérémie leur avait implanté lors de leur ultime passage dans le scanner. C'est du moins ce qu'ils pensaient avant d'apprendre que Sarkozy s'était virtualisé. Ulrich avisa l'obscurité du trou.
- Hum.. Sarkozy n'était peut-être pas seul.
- Il serait peut-être plus prudent d'avoir un pokémon avec nous.
- On en a aucun qui peut à la fois passer et descendre tout seul.
- Putain.
- Bon, j'y vais en premier, décida le samouraï.
Empruntant la longue échelle, au bout de presque deux minutes, les deux Lyoko-guerriers arrivèrent en vue de la salle du Supercalculateur. Le bruit indiquait qu'il y avait quelqu'un. Stern se fit tout petit sur sa moitié d'échelle, juste avant d'être théoriquement visible par celui ou celle se trouvant dans la pièce, tenant les barreaux d'une main. Cela permit à Odd de descendre à sa hauteur dans une position similaire. La luminosité diffusée par la pièce était suffisante pour que Della Robbia puisse voir son camarade de chambre lui montrer trois doigts, avant de les abaisser progressivement. À zéro, les deux combattants sautèrent au sol et se ruèrent sur l'intrus, un adulte d'âge mur qui fut totalement pris au dépourvu et ne semblait pas xanatifié. Il facilita carrément la tâche des adolescents en bondissant du pupitre de surprise, permettant à Ulrich de lui faire goûter un coup de pied sauté en pleine poitrine, qui le fit reculer et se cogner contre la paroi du scanner. Il n'était clairement pas xanatifié.
- Vous êtes qui vous ? demanda le brun.
- Euh... fit Guéant.
- Peu importe, signala Odd en appelant Jérémie depuis le pupitre de commande.
- Odd ? fit la voix de Belpois à travers les haut-parleurs.
- On y est. Y a juste un adulte non xanatifié, mais j'aurais besoin d'Alakazam.
- Ok. On allait commencer à descendre l'échelle avec Yumi et Aelita mais je t'envoie ça immédiatement.
Quatorze secondes plus tard, Alakazam se téléporta aux cotés du blondinet qui lui ordonna un Choc mental sur l'intrus, l'envoyant dans les vapes pour quelques heures.
- Bonne idée, reconnut Ulrich.
Les deux comparses attendirent que le reste du groupe soit également descendu. Les deux garçons avisèrent Yumi, qui ne semblait pas dans son assiette mais qui semblait malgré tout prête à se battre. Sans prêter un regard au Claude Guéant endormi, Belpois se rua sur le pupitre dans l'idée de dévirtualiser Sarkozy.
- Comment ça se passe là-haut ? questionna Ulrich.
- Julien assure avec les pokémons mais je n'aimerais pas le laisser seul trop longtemps, avoua Aelita.
- Sans surprise, X.A.N.A a protégé son poulain. Il va falloir l'éliminer à l'ancienne, informa Jérémie.
- Allez-y à trois, cela devrait suffire, je remonte prêter main forte à Julien, fit Odd.
- Ok.


Territoire montagne. 21h41. – Ulrich fut virtualisé sur le territoire rocailleux, non loin de la tour activée, qui était habilement située sur une minuscule plate-forme et seulement accessible par un sentier étroit. Nicolas Sarkozy était entre les deux. Stern préféra attendre les renforts, Yumi atterrissant à coté de lui, suivi peu après d'Aelita.
- Le terrain avantage clairement la défense, analysa Stones.
- Oui. Je propose une attaque simultanée. Je charge. Yumi me couvre avec ses éventails. Aelita, tu décolles et tu fonces.
- Oui.
- Yumi, c'est bon ?
- Oui, je suis prête.
- C'est parti. Supersprint.
Le samouraï jaune se rua face à l'ancien ministre de l'Intérieur, tandis que l'ange rose décollait et que la geisha envoyait ses éventails. L'allié de X.A.N.A généra alors une compagnie de CRS qui, avec leur bouclier, repoussèrent les objets de fer, tandis que l'apparition d'un nettoyeur à haute pression noir et jaune derrière son dos lui permit d'expulser de l'eau sur le samouraï qui fut violemment repoussé, manquant de tomber de la plate-forme. Enfin, il généra un radar automatique qui flasha Aelita en plein vol. Un sabot de Denver apparut alors au pied droit d'Aelita, ce qui la destabilisa et manqua de la faire tomber. Elle revint péniblement jusqu'à Yumi et Ulrich, qui était lui aussi revenu sur ses pas.
- C'est pas vrai, son avatar a de quoi nous contrer ! Et sur ce terrain, bon courage pour le déloger maintenant, se plaignit Aelita.
- Jérémie, dis à Odd de revenir se virtualiser et translate-nous sur le pont de l'Usine, demanda soudain Stern.
- Hein ?
- Sarkozy a une super défense. On va vraiment galérer à passer, alors avant d'être dévirtualisé, je préfère être utile et me battre pour défendre l'Usine. Une fois revenus sur Lyoko, rien ne nous empêche de retenter.
- C'est pas si bête...
- Ulrich, tu es sûr de toi ? s'enquit Ishiyama.
- Oui.


Pont de l'Usine Renault. 21h49. – Le Surf de Fouinar vint littéralement doucher les espoirs des Sabelettes ennemis qui avançaient en direction du chantier de démolition de l'Usine. Depuis quelques secondes, aucun monstre aérien ne revenait à la charge. Au moment où les avatars translatés d'Ulrich, de Yumi et d'Aelita rejoignirent Julien et les pokémons défenseurs, aucun ennemi n'était en vue.
- Vous êtes vraiment bizarres vous, commenta l'asiatique en voyant le nouveau look de ses amis.
Coté pokémon, Tygnon, Fouinar, Métalosse, Farfuret, Crustabri et Métamorph-Alakazam étaient toujours présents, seul Avaltout ayant été éliminé, ce qui n'était pas si étonnant au vu de sa lenteur. Dans la nuit, trois silhouettes se dégagèrent alors : Un Cizayox, un Vigoroth rouge et noir, et un Mangriff aux mêmes particularités, qui s'avancèrent jusqu'à la plaque d'égout.
- Tu nous facilites la tâche X.A.N.A, commenta Ulrich dans un sourire, sabres en main.

- Pauvres idiots, le sort de vos amis ne vous a pas servi de leçon on dirait, répondit la mangouste.
Un Odd translaté apparu alors derrière les trois ennemis, mais il n'eut pas le temps de viser que Cizayox avait déjà bondi pour lui transpercer la face et le détranslater aussi sec.

- Vous voyez...
- Julien, va te réfugier en bas, ordonna Aelita, contrairement à nous, tu n'auras pas de seconde chance. La plaque devrait encore être ouverte.
- Bonne idée... reconnut l'asiatique qui se sentait dépassé. Je vous laisse mes pokémons. Euh... Fouinar possède Surf, c'est très efficace vu le terrain.
- D'accord merci, répondit Ulrich.
Le samouraï s'aligna avec Crustabri, Farfuret, Fouinar et Tygnon, laissant Métalosse, le faux Alakazam et les deux filles les couvrir. Mais l’ouïe surveloppée d'Aelita entendit un bruit suspect et se retourna. Derrière eux, des Démanta, des Dardargnan, des Aeromite et des Ninjask avaient commencé à s'amasser discrètement. Se sentant découverts, les montres aériens foncèrent, forçant la seconde ligne de défense à s'en occuper à distance, laissant les alliés de corps à corps seuls contre X.A.N.A. Un Nostenfer, suivi de quelques Nosferaltos, s'étaient néanmoins joints à la bataille aérienne, en provenance de Kadic, ce qui permettait de tenir assez facilement.
Sitôt ses monstres découverts, Mangriff s'était rué à quatre pattes. Esquivant les multiples stalactites envoyés par le pokémon eau et glace d'Odd, il bondit sur Stern et ses pattes avant rencontrèrent les sabres du samouraï, qui fut repoussé en arrière. Le Vigoroth venait d'envoyer un Tonnerre sur Crustabri, ce qui ne lui plu pas et le fit disparaître dans des confettis blancs. Profitant de la confusion, Cizayox avait bondi, battant des ailes à grande vitesse. Le Farfuret fit de même dans sa direction, toutes griffes dehors. Le pokémon de Julien généra intelligemment au dernier moment une Ball'Ombre, que le Cizayox, qui préparait une attaque Aile d'Acier, encaissa à bout portant. Il bascula alors qu'il était à mi-hauteur, explosant le pokémon glace qui eut le malheur de toucher en premier ses ailes de fer lors de l'impact, ce qui le désagrégea. Mais, occupé à tournoyer, le pokémon insecte ne put empêcher Tygnon de lui envoyer un Poing de feu. Cizayox explosa en confettis rouges qui se suspendirent en l'air pendant une seconde, avant de s'effondrer sur elles-mêmes et disparaître.
- Maintenant Fouinar ! hurla Ulrich en se redressant, alors que Mangriff était occupé à mordre la jambe de Tygnon.
Une immense vague Surf fut envoyée par le pokémon de type normal qui restait immobile depuis le début des hostilités. Mais Stern ne s'attendait pas à ce qu'elle vise le tas, sans distinction des alliés et des ennemis. L'ensemble des combattants au sol furent balayés, excepté Vigoroth qui put reculer assez loin, et Aelita qui déploya ses ailes et mis les voiles. Une Démanta de la nuée aérienne qui avait presque tué tous les Nosferalto plongea alors soudain dans l'écume, aussi à l'aise dans l'eau que dans les airs. Elle récupéra rapidement le Mangriff qui venait de se libérer du Tygnon qui n'avait pas survécu à l'attaque aquatique de son allié. Sitôt la mangouste hors de l'eau, le Vigoroth envoya deux Tonnerre qui, avec la conduction de l'eau, détranslatèrent Ulrich et Yumi, et achevèrent Métalosse, Fouinar et Métamorph. Aelita avait fait demi-tour, deux champs de force en main, et fonçait en direction du Mangriff, toujours au dos de sa monture. Elle fut touchée au flanc par le Dard-Venin d'un Ninjask et s'écrasa contre le sol de l'Usine. Elle se redressa, évita le Dard-Venin d'un Aéromite qui se mangea en retour une boule d'énergie rose et qui explosa. Un méga Dardargnan – il était énorme comparé à ses congénères – eut plus de réussite et bonbon rose se volatilisa.
Plus haut, Vigiroth et Mangriff s'étaient retrouvés et regardaient le passage que Julien n'avait pas refermé en descendant. Trois Ninjask s'y engouffrèrent immédiatement.

https://i.imgur.com/SpiVB4J.png


10. Le Jugement Dernier.

Jérémie avait visualisé les caméras. Quand Aelita avait été détranslaté, ses amis avaient compris qu'il était en danger et avaient tenté une ultime charge contre Sarkozy. Résultat, Ulrich et Aelita avaient fini dans la mer numérique, et les deux autres se heurtaient encore au barrage de CRS, lorsque les Ninjask débarquèrent dans la salle du Supercalculateur. L'Alakazam d'Hervé, ultime ligne de défense, fit ce qu'il put, mais la configuration de la pièce avait fait qu'il n'avait pu avoir ses adversaires en visuel de loin pour les exploser, et la vitesse de ces derniers, combiné à sa faiblesse au type insecte, eurent tôt fait de le faire se désagréger en pixels blancs. Mais avant que les assassins ne fassent leur œuvre sur Julien et Jérémie, ce dernier avait eu le temps d'effectuer une ultime manipulation...

https://i.imgur.com/SpiVB4J.png


Quelques instants plus tard, l'un des trois pokémon le plus rapide du jeu qui était descendu, remonta pour informer les deux pokémons rouge et noir que Jérémie Belpois n'était plus de ce monde.

- Et pour ceux qui sont sur Lyoko ? questionna Vigoroth.
- Ils ne peuvent plus désactiver la tour... Mais par principe, détruis le scanner, puis rematérialise-les.
- Entendu, confirma le singe en bondissant directement dans le trou.

https://i.imgur.com/SpiVB4J.png


Vigiroth était à son tour remonté. Sa mission était accomplie, et avec elle, l'une des victoires de X.A.N.A les plus importantes. Toutefois...

- Apparemment, la dernière chose qu'a faîte Jérémie en voyant arriver les Ninjasks, c'est de désactiver sa tour.
- Ah vraiment ? C'était celle du spectre de William non ?
- Euh, oui. Un Aéromite nous a rapporté que celui-ci se trouvait dans la chambre de Jérémie, mais l'attaque de Kadic ayant été suspendue, nous n'avons pas...
- Bien, restons vigilants malgré notre victoire, coupa son acolyte. C'est le dernier à connaître certaines informations clés sur moi et j'aimerai éviter qu'il ne les transmette aux américains, qui vont sans doute vouloir se la jouer libérateurs quand ils auront compris ce qui se passe ici. Kadic devrait être moins bien défendue maintenant que les Nosferaltos ont fait l'erreur de venir mourir ici. Je vais monter une escouade de pokémons pour m’infiltrer et l'éliminer. Organise la défense de la zone, l'Usine est désormais notre base principale.
- Bien sûr, valida Vigoroth en hochant la tête.
Avant de vaquer à leur tâches respectives, Mangriff et Vigiroth se regardèrent dans les yeux un bref instant. Un regard qui signifiait en gros que oui, ils venaient vraiment de faire s'effondrer la République française avec quelques pokémons issus d'un jeu vidéo japonais.


11. Le secret.

Établissement scolaire Kadic. 22h03. – William était soudain revenu à lui dans la chambre de Jérémie, et même plus précisément, sur le lit. Le spectre s'était dissipé, et avec lui, le court circuit provoqué par l'affrontement avec X.A.N.A. Plus surprenant, il réalisa qu'il n'était pas seul, mais qu'un élève dont il ignorait le nom et dont il se rappelait vaguement de vue, était assis sur la chaise de Jérémie et semblait l'avoir veillé. Depuis que Dunbar bougeait, il était visiblement très inquiet.
- Euh... salut ?
- Salut. Je vois que tu es réveillé...
- Oui. Tu es ?
- Ah oui désolé, moi c'est Mickaël. De quatrième.
- Ah, enchanté, je suis...
- Je sais qui tu es. Si je suis là, c'est parce que Jérémie me l'a demandé.
- Tu pourrais m'éclairer ? La dernière fois que j'étais conscient, j'étais otage dans le Palais de l’Élysée.
- Oui, on m'a expliqué, répondit Mickaël en se mettant à lire un papier qu'il avait lui-même écrit. Le groupe des guerriers de Lyoko – il paraît que tu comprendras – t'a libéré et transféré ici avant de partir pour une Usine où apparemment se trouve la solution au problème des enlèvements d'enfants de moins de 12 ans et des pokémons qui foutent la merde.
Effectivement, William cernait l'essentiel des enjeux avec ce bref topo.
- Mais il y a autre chose, rajouta Mickaël visiblement embarrassé. Jérémie m'a dit que si tu recourais des esprits avant qu'ils ne soient rentrés, c'était qu'ils avaient échoué et que tu devais t'enfuir et essayer de vaincre un certain X.A.N.A.
- Ah. J'imagine qu'ils ne sont pas revenus ?
- Non.
Le lycéen se redressa immédiatement, à la fois très inquiet mais aussi un poil honoré par la confiance de Jérémie. Il avait donc sciemment désactivé la tour qui le jérémifiait pour l'utiliser comme signal. D'un coté, il regrettait qu'il ne l'ait pas fait immédiatement pour que William puisse se battre à leur coté, mais cela dit, rien ne garantissait qu'avec sa présence, l'issue aurait pu en être autrement, d'autant qu'il ne savait pas où se trouvaient ses pokémons à lui.
- Ok, merci Mickaël. T'inquiète pas, il y a peu de chances que X.A.N.A s'en prenne à toi directement une fois que je serai parti.
Dunbar s’avança en direction de l'ordinateur de Jérémie, toujours allumé, attrapant une clé USB sur son bureau. Par chance, aucun mot de passe ne lui fut demandé lorsqu'il se mit à manipuler la souris, la session de Belpois étant restée ouverte. Il avisa un dossier nommé Lyoko et qui contenait quelques Go de données. Cela ferait l'affaire. Il lança le transfert sur la clé.
- Mais... tu comptes aller où comme ça ?
- Il veut mieux que tu ne le saches pas, répondit Dunbar.
- Euh... je peux venir avec toi ?
William tourna la tête pour le regarder.
- T'es pas sérieux ?
- Tu n'étais pas aux premières loges de ce que j'ai vu. Kadic est en sale état, je doute que l'établissement ré-ouvre. En fait, c'est la France entière qui est dans la merde. À la radio, ils ont annoncé la mort du Président de la République, des ministres et tout ça. Tu as l'air d'en savoir plus sur ce X.A.N.A qui nous attaque que les autres. Je me sens plus utile en t'aidant toi.
- Tu n'es qu'un gamin, rentre chez toi, conclut Dunbar en récupérant la clé remplie puis en faisant volte-face pour ouvrir la porte de la chambre. Il tomba alors nez-à-nez avec un Mentali et un Noctali.
- Un gamin qui a deux pokémons... répondit simplement Mickaël.
- ...
William n'aimait pas cette idée, mais devait avouer qu'en l'absence de pokémon et d'accès à l'Usine, ses chances de survie étaient plutôt minces.
- C'est bon, tu peux venir.
- À la bonne heure, se félicita Mickaël en se relevant.
Le couloir des garçons était étrangement calme.
- Il y a plusieurs autres élèves qui ont des pokémons, tes amis ont organisé la défense de Kadic. Pourquoi est-ce qu'on ne s'appuie pas sur eux ? interrogea le nouvel allié de William.
- Si mes amis ont échoué avec la force, vu leur expérience, ce n'est pas comme ça qu'on gagnera. Je pense que Jérémie le savait et que c'est pour ça qu'il t'a demandé de me dire de fuir. Il faut ruser pour gagner. Je compte bien essayer. Mais si on est trop nombreux, on va se faire repérer. À nous quatre, on est bien, d'autant que ton Noctali pourra nous être très utile de nuit.
- D'accord alors, je te suis.
- Tu es vraiment sûr de vouloir faire ça Mickaël ? vérifia une dernière fois le dernier Lyoko-guerrier en vie.
- Non. Mais je ne suis plus sûr de rien depuis que ma console a fait apparaître deux pokémons dans ma chambre. J'espère toujours me réveiller dans mon lit sous peu.
Dans l'immédiat, William se contenterait de cette réponse.
- On se retrouve à l'escalier dans deux minutes, emporte les affaires que tu jugeras utiles.
- Entendu.
William passa en coup de vent dans la sienne. Il attrapa notamment un manteau, des gants et un bonnet, ainsi qu'une boite de pépitos qui traînait. Ensuite, il chopa sa Game Boy Advance et sa vieille version Saphir dans l'idée peut-être de réussir à invoquer ses pokémons à lui, même si leur absence actuelle était sans doute liée au fait que William les avait déjà utilisé en se virtualisant dans la cartouche d'Hiroki.
Hiroki... et Christophe, Jérémie et tous les autres. Ils étaient tombés au combat contre X.A.N.A. Sans compter Émilie dont il ignorait tout du sort et qu'il ne savait pas s'il la reverrait un jour. Il chassa ces pensées noires de son esprit pour le moment, il ne pouvait pas encore se le permettre maintenant. Les Lyoko-guerriers historiques hors jeu, il était le plus à même de lutter contre X.A.N.A, surtout que les autorités ne semblaient pas en état de l'aider, ironiquement, alors que cette fois la menace du programme multi-agent n'était plus un secret pour personne. Mais la France n'était pas le seul pays développé du monde. Dans certains des cauchemars qu'il avait fait après avoir été captif de X.A.N.A, William s'était parfois demandé ce qu'il ferait s'il devait de nouveau lui faire face et qu'il ne pouvait pas compter sur les autres Lyoko-guerriers. Eh bien, le moment était venu de le mettre en pratique.

https://i.imgur.com/SpiVB4J.png


L’Électrode rouge et noir venait d'envoyer un Sonicboom directement sur Paul Gaillard, ce qui lui fit exploser les tympans avant que le Mangriff ne l'achève en transperçant son torse du coté du cœur avec sa patte griffue. Sans leur dresseur, le reste de l'équipe pokémon qui était encore debout, un Libegon et un Kicklee, eut tôt fait de se faire éliminer par le Mangriff rouge et noir et le reste de l'escouade, composée de quatre Arbok. Courant à quatre pattes dans les escaliers, le pokémon leader ne rencontra plus âme qui vive jusqu'à la chambre de Jérémie Belpois. Il fit exploser la porte en une Tranche. Mais celle-ci était vide.

https://i.imgur.com/SpiVB4J.png


Le Séviper qui était caché derrière le mur à coté du portail grand ouvert de Kadic et qui venait de passer la tête pour voir si des individus suspects se trouvaient dans le parc se senti soudain horriblement mal, et l'attaque Psyko qu'il venait de subir l'obligea à se coucher au sol, gueule ouverte. Avant de rendre l'âme, ses yeux eurent le temps de voir deux adolescents, aux visages dissimulés par la capuche de leur manteau, et deux pokémons quadrupèdes quitter précipitamment Kadic pour une destination inconnue.
  Sujet: [One-shot] Lambeaux républicains  
Icer

Réponses: 1
Vus: 559

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Sam 25 Nov 2017 20:28   Sujet: [One-shot] Lambeaux républicains
Avant-propos : Ce texte fait partie d'un univers encore plus froid que le nôtre. Cliquez sur l’icône pour en savoir plus.

https://i.imgur.com/gTOotBq.png


Spoiler



https://i.imgur.com/xxdgF49.png



01. La bête rode. 8 octobre 2004.

Palais de l’Élysée. 16h06. – Dans le plus haut lieu de pouvoir de la République, la situation était sur le point d'évoluer.
- Monsieur le Président, il se passe quelque chose... ! alerta le Général Hussinger.
Sous les dorures du salon bleu de la résidence Élyséenne, la cartouche de Pokémon version Rouge Feu s'était mise à vibrer fortement. Quelques instants plus tard, Hiroki Ishiyama et William Dunbar étaient recrachés sur le tapis central.
- Il a réussi ! s'écria Christophe.
- Doucement, tempéra le militaire en empêchant l'adolescent noir de toucher son ami. Il faut diagnostiquer son état !
En effet, si le japonais avait ouvert les yeux et commençait à se relever, le lycéen semblait inconscient, car il était toujours à terre, paupières clauses.
- Raconte-nous ce qu'il s'est passé ! supplia Samuel au frère de Yumi.
- Bah euh, je sais pas trop moi hein, c'est William qui avait l'air de savoir. Mais en tout cas, y a un méchant Hypnomade dans l'histoire.
- Oui on avait vu, on a capturé celui de ma version et on l'a utilisé pour envoyer William dans la tienne.
- Et cette créature capturée, on peut savoir où elle est passée ? questionna Hussinger.
- Bah, elle a disparue avec mon pote mec, informa l'aîné des M'Bala.
- C'est bien notre veine...

- C'est de moi qu'on parle là ?
Stupéfaction. Un Hypnomade chromatique venait d'apparaître au-dessus de la version Vert Feuille qui traînait par terre.
- Quoi !? Mais je t'ai vaincu ! s'écria Ishiyama.

- Correct. Celui de ta version. Mais comme vient de le préciser le black, vous en aviez introduit un autre. Et dans le monde réel, vous n'avez plus vos pokémons...
X.A.N.A n'avait pas tort. Seul le Général était armé. Militaire expérimenté, il avait déjà tiré. La Protection absorba sans mal la balle. Le Psyko qui s'en suivit fit s'écrouler le corps du militaire, mort.
- Si d'autres veulent jouer les héros, n'hésitez pas. En attendant, vous êtes mes otages.
Le Président de la République Jacques Chirac avait de toute façon à peine réagit aux dernières minutes, il ne risquait pas de le contredire.
- Sauf toi, ajouta l'Hypnomade en désignant Samuel M'Bala. Tu vas sortir d'ici pour me trouver un responsable, tu vas signaler que j'ai le Président de la République et trois enfants en otage et que je peux les éliminer en un clin d’œil si l'on cherche à me la faire à l'envers – il désigna le cadavre du Général pour illustrer sa crédibilité. Tu vas aussi transmettre mes exigences : je veux que toutes les cartouches Pokémon version Rouge Feu et Vert Feuille des enfants qui ont disparu dans la région me soient livrées ici même. Je leur donne jusqu'à minuit.
- Euh... compris.
L'ivoirien quitta la pièce en lançant un regard apeuré à son frère. Christophe lui, était plutôt soulagé que son cadet puisse dégager d'ici.


Neuilly-sur-Seine. 16h05. – Chez les Sarkozy, le plan ne s'était pas déroulé comme prévu.
- Mais, il ne s'est rien passé... commenta Nicolas Sarkozy.

- Pas exactement, répondit l'Hypnomade rose derrière lui, qui venait de faire s'effondrer les deux policiers avec autant de Choc mental pour éviter le grabuge.
- Louis, reste derrière moi ! ordonna le Ministre de l’Économie à son fils.

- Si tu veux... je suis venu pour te parler.
- Mais, qui êtes vous au juste ? questionna le politicien.
- Peu importe. Tu ne me croiras pas sur le moment, mais je suis sur le point de prendre le contrôle du gouvernement, ce qui évidemment fait tomber tous tes plans à l'eau. Quand tu l'auras compris, si tu veux pouvoir continuer à exister, j'aimerai que tu fasses quelque chose pour moi.
X.A.N.A envoya des informations directement dans la conscience de Sarkozy. Puis l'Hypnomade se volatilisa.


02. La République moribonde.

Hôtel de Matignon. 17h43. – Jean-Pierre Raffarin regrettait de ne pas avoir démissionné plus tôt. On venait de lui apprendre que le Président de la République, qui était censé se trouver en Asie, était retenu en otage avec trois gamins par un genre de monstre, au cœur même du Palais de l’Élysée, qui avait dû être évacué. Une situation inédite à tout point de vue qui justifiait, là encore, une réunion de crise, avec, à nouveau, les ministres de l'Intérieur, de l’Économie et le directeur de la DST. Comble de l'ironie, le directeur des RG était à nouveau absent. Comme la situation était un poil plus critique que la vielle, l'agence avait envoyé son adjoint, Joël Bouchité, ce qui n'était pas forcément une bonne nouvelle parce que celui-ci fut obligé d'avouer au bout de trente-sept secondes de réunion qu'il ne savait même pas où se trouvait Pascal Mailhos.
- De mieux en mieux, soupira faussement Sarkozy. Le Ministre de l'Intérieur tient-il ses services ?
- Tu... commença immédiatement De Villepin.
- Vos gueules, trancha simplement Raffarin, qui en avait vraiment plein le cul, ce qui se ressentait de plus en plus par son manque de respect de la bienséance. C'est pas vraiment le moment de penser à 2007.
- La créature qui retient le Président de la République semble impliquée dans les enlèvements d'enfants que nous avions constaté, analysa de Florian, plus professionnel. S'il demande à récupérer les cartouches, ce n'est sûrement pas une bonne nouvelle et a fortiori, pas non plus une bonne idée de céder.
- Si le preneur d'otage a un rapport avec les circuits électroniques, il peut être intéressant de couper sa source d'énergie, proposa Bouchité histoire de reprendre contenance.
- C'est une idée mais on ignore tout de son fonctionnement, c'est bien le problème... répondit le Premier ministre. Nous ne sommes pas certains qu'une coupure générale de l’Élysée le ferait disparaître, or s'il se rend compte que l'on cherche à lui nuire, Chirac pourrait en payer le prix.
- L'ultimatum expire dans un peu plus de six heures, tous mes hommes sont mobilisés pour tenter d'en apprendre plus sur le preneur d'otages.
- Idem, ajouta le directeur de la DST.
- Bon. Jouons la montre pour l'instant. Dominique, au cas où, tu vas commencer à rassembler les cartouches.
- Entendu.
Nicolas Sarkozy réfléchissait. Pour lui avoir fait face, il devinait que la tentative pour percer les mystères du ravisseur du Président ne donnerai rien en si peu de temps, et Raffarin, pour ne pas endosser la responsabilité du décès du chef de l’État, allait sûrement plier. De plus, de son coté, en tant que Ministre de l’Économie, il avait un peu fait ce qu'il pouvait et Villepin, même s'il était à chier, commençait déjà à l’éclipser du devant de la scène de par sa position. S'il voulait continuer à exister médiatiquement, Sarkozy avait peut-être intérêt à jouer le jeu de cette chose. Puisqu'elle lui avait demandé un service, il pourrait peut-être gagner sa confiance pour mieux l'enculer le moment venu. Cela avait bien fonctionné avec Pasqua à Neuilly, et ce n'était, à l'époque, que le début d'une longue série. En quittant l’hôtel de Matignon, le fils d'immigré hongrois demanda à Guéant, toujours au volant de sa voiture, de prendre la direction de Sceaux.


03. Cellule de crise.

Établissement scolaire Kadic. 18h20. – Sous l'impulsion de Yumi, la bande des anciens Lyoko-guerriers, William non inclus, tenait une petite réunion dans la chambre de Jérémie. La première depuis longtemps sur un thème grave. Depuis qu'elle avait regardé un curieux journal télévisé la veille, la japonaise soupçonnait quelque chose, et avait tenu, à la fin des cours de la journée, à en faire part aux autres. Elle commença par expliquer ce qu'elle avait vu. Couplé à ces histoires d'enlèvements d'enfants... Jérémie, son ordinateur portable sur les genoux, commença par tempérer :
- Le supercalculateur est toujours débranché, alors attention aux effets de manche...
- Tu as raison, mais X.A.N.A n'a plus besoin de notre machine pour survivre, rappela Aelita.
- J'entends bien, c'est juste que selon ce que nous dit Yumi, les événements ont lieu dans la région. Je ne peux imaginer X.A.N.A ayant réussi à construire un autre supercalculateur ici. Ceux que l'on a visité, ils étaient plutôt...
- Oui je vois ce que tu veux dire. Cela dit, est-ce que X.A.N.A a forcément besoin de tours pour agir sur ce qui est basiquement électronique ?
Belpois hocha la tête, lui offrant un satisfecit.
- Théoriquement non en effet Aelita, les tours n'ont qu'un effet amplificateur, et de plus, X.A.N.A étant quelque chose de plus évolué qu'un simple virus, on peut envisager la possibilité que celui-ci ait stocké des fragments de lui dans des cartouches de jeu, mais je reste sceptique vis-à-vis du mode opératoire parce que...
- Ok ok stop ! coupa Ulrich, trop habitué à ce que les deux cerveaux partent en élucubrations. La vraie question c'est, est-ce qu'on peut vérifier si c'est bien lui ou pas ?
- Difficile avec le supercalculateur éteint, je le crains, répondit le blond. Et si Yumi a raison, le rallumer ne me semble pas opportun, partant du principe que la menace se situe physiquement proche de lui.
- Question secondaire comme ça, intervint Odd. Quelqu'un d'autre pourrait rallumer le supercalculateur ?
- Non, confirma Jérémie. Depuis les aménagements que nous avons effectué avant qu'ils ne commencent la démolition, nous sommes les seules à connaître l'existence de la salle du supercalculateur.
- Apparemment, la destruction préventive des deux premiers étages à suffit à ne pas éveiller les soupçons, confirma Ulrich. Je suis retourné surveiller le week-end dernier, et il n'y avait aucune activité anormale sur le chantier.


Usine Renault. 18h22. – Le Ministre de l’Économie et son valet faisaient face aux ruines de l'usine Renault de Sceaux. Le vendredi en début de soirée, les ouvriers étaient partis. Ils avaient fini d'abattre le rez-de-chaussée. Sarkozy soupira. Le début de la démolition avait été l'une des dernières décisions de Pasqua avant qu'il ne lui passe la main. S'il lui avait passé le relais plus tôt, il aurait probablement oublié de mettre en branle un truc pareil, et il n'en serait pas à devoir déambuler en costume dans les gravats aujourd'hui.
- Qu'est-ce qu'on cherche au juste ? interrogea Géant.
- Une plaque d’égout. Mais elle est camouflée, il faut trouver un cercle dessiné à la craie blanche.
- Effectivement, je le vois.
Guéant avait vu juste pour le cercle. Mais en admettant que la plaque ait été juste en dessous, le contexte n'offrait aucune prise pour qui voulait la retirer.
- Hmpf, si on avait pu recruter David Douillet... se plaignit le porte-flingue.
- J'y penserai Claude. Pousse-toi.
L'actuel Président du département s'agenouilla à son tour et posa sa main contre le graffiti, qui disparut et révéla la véritable forme de la plaque. Il senti un frison d’électricité statique le parcourir. Quand il ne senti plus le fourmillement, la plaque s'était légèrement surélevée, et il la retira sans le moindre effort.
- Ingénieux... commenta simplement le ministre.
En dessous, il y avait comme souvent une échelle, que les deux hommes empruntèrent. À un moment, l'étroit conduit caractéristique d'une véritable bouche d'égout s'élargissait brutalement. Il y avait désormais la place pour accueillir un ascenseur. Il y avait dû réellement en avoir un à une époque, puisque au bout de l'échelle, alors que Sarkozy et Guéant pouvaient se rétablir sur le sol, il y avait une salle aménagée par rapport au conduit comme s'il en avait accueilli un.
- Dire que je pensais avoir tout vu avec toi, commenta le directeur de cabinet.
Dans cette salle, il y avait une sorte de pupitre de commande rattaché au mur, ainsi qu'une curieuse machine cylindrique. Et une trappe avec un logo. Bien entendu, la première chose que demanda l'écran du pupitre en s'allumant, c'était un mot de passe. Il avait reçu pour directive d'entrer la date du 23 janvier dernier. Donc 23012004. Ce qui fonctionna. En échange, la trappe au milieu de la pièce coulissa et une immense machine dorée, un supercalculateur, en émergea. Une petite fente s'ouvrit à son tour et un levier apparut, invitant les deux hommes à l'abaisser, ce que fit Géant. Cela semblait donner un souffle nouveau à la pièce, d'ailleurs, l'infrastructure verticale ouvrit ses portes.
- Bon, je vais entrer dans ce tube, déclara Sarkozy en commençant à taper au clavier, lentement, mais sûrement. Claude, je te confie la surveillance de cette pièce.
- Entendu. Mais bon, je doute que cet endroit soit très fréquenté.
Le Président du Conseil général ne répondit pas et entra dans le scanner qui se referma sur lui.


Établissement scolaire Kadic. 18h37. – Dans la chambre de Jérémie, les Lyoko-guerriers discutaient toujours de la marche à suivre, notamment pour savoir comment vérifier la présence de X.A.N.A en l'absence de supercalculateur. Aux dernières nouvelles, Belpois ne pouvait faire mieux qu'une analyse manuelle, ce qui risquait de prendre un moment, et sans aucune garantie selon lui compte-tenu de l'absence de liaison des cartouches GBA au réseau, la technologie wi-fi n'étant pas encore assez avancée.
- On a vraiment pas mieux ? se désola Ulrich.
- Je crains bien que non, lui répondit la tête de pont de l'équipe.
- Autant ne pas perdre de temps alors, fit remarquer Aelita.
- Je commence tout de suite. Vous pouvez disposer si vous voulez.
- D'accord Einstein, avec plaisir, répondit Della Robbia. Si X.A.N.A s'apprête à détruire le monde, j'aimerai profiter de mes derniers instants d’insouciance...
- Je viens avec toi, informa Aelita en se relevant du lit.
- Je vais rentrer moi, lâcha logiquement Yumi à son tour. Bien entendu au besoin, mon téléphone ne me quittera pas.
C'est ainsi que, quelques instants plus tard, Ulrich s'était retrouvé seul avec Jérémie. Il ne put s'empêcher de lui parler de ce qu'il avait en tête :
- Tout de même, je suis admiratif de la façon dont tu le prends vieux.
- Plaît-il ? Ah oui, tu fais allusion à ces deux là. Je n'ai aucun problème avec ça. J'utilise mon énergie autrement.
- Je vois...
- Mais j'imagine que notre amie Yumi n'a pas la même... maturité ?
- Haha, t'es un marrant quand tu veux en fait, complimenta Stern. Mais depuis la rupture estivale, nous n'avons pas eu de discutions à ce sujet. Elle essaye de bien se tenir. Mais ses regards sont clairs, elle n'est pas naïve sur ce qui se passe.
- Je vois. Tu as plutôt bien joué ton coup. D'autant qu'elle ne peut plus aller se consoler sur William...


04. La menace vient de l’intérieur.

Territoire montagne. 18h37. – Il avait une chemise blanche traversée d'une écharpe rouge et recouverte d'un épais costume noir prolongé par un pantalon de même teinte. Ce dernier était décoré de la grand-croix de la Légion d’honneur. À son cou, le collier de grand maître de l’Ordre de la Libération. Son apparence virtuelle n'avait rien de fantaisiste. Et son origine était évidente pour l’intéressé. À force de se penser en nouveau De Gaulle, cela devait arriver.
Nicolas Sarkozy venait d'entrer dans une tour, s’élevant au niveau supérieur dans un halo de lumière une fois placé sur le centre de la plate-forme. Arrivé, il posa la paume de sa main sur l'interface qui venait d'apparaître. Sans qu'il n'ait rien à faire d'autre, un message apparut.

CODE
X.A.N.A_



Établissement scolaire Kadic. 18h39. – L'ambiance relativement calme qui régnait à Kadic sembla prendre fin d'un seul coup. Le samouraï virtuel ouvrit la porte de la chambre de Jérémie pour voir ce qui se passait. Dans le couloir, il ne vit d'abord pas grand chose. Puis à l'angle, un Migalos venait de débarquer pour s'enfuir en direction des escaliers. Il était poursuivit par un Canarticho. Ulrich se frotta les yeux. Il venait de voir passer deux pokémons. Mais il n'était pas bête et fit rapidement le lien avec les derniers événements. Il se retourna en direction de Belpois.
- On a un problème.
- J'ai entendu. Tu vas rire, le superscan vient de se lancer et de trouver une tour activée.
- Le supercalculateur est rallumé !?
- On dirait. La situation va nous échapper, le mieux est de se regrouper et de foncer à l'Usine. En espérant que les deux gus n'étaient pas...
- J'vais voir dans ma chambre, coupa Ulrich en décampant.
Située non loin, Odd n'y était pas. Elle n'était pas pour autant vide puisque quatre Pokémons s'y trouvaient. Ulrich n'eut pas le temps de les identifier, il bondit en arrière de surprise et préféra refermer la porte. Il revint donc sur ses pas. Cette fois, Jérémie l'attendait à la lisière de sa chambre, prêt à partir. Toutefois, le samouraï le repoussa promptement à l'intérieur en le rejoignant pour éviter un Laser glace qu'un Tarpaud venait de balancer, visant (avec succès) un Sabelette qui explosa comme un monstre de X.A.N.A. En se redressant, les deux Lyoko-guerriers eurent le temps de voir la porte de la chambre d'en face exploser sous le poing d'un Tygnon. Mais celui-ci n'était pas seul. Derrière lui se trouvaient un Farfuret et un Fouinar, mais surtout aussi, Julien Xao, de leur classe.
- Julien !? Ils sont à toi ? demanda Stern depuis l'autre pièce.
- Ouais. Ils sont sortis d'un coup de ma version Vert Feuille, c'est mon équipe dans le jeu et je crois bien qu'ils m'obéissent.
- Jérémie ?
- Pas d'idée pour le moment. On doit se rendre à l'Usine.
- Compris, acquiesça Ulrich. Julien, puisque tu as des pokémons, tu peux nous aider ? Il faudrait nous escorter.
- Qu'est-ce que tu veux dire ? lui répondit l'asiatique alors que Farfuret sortait de la chambre pour attraper en plein vol un Dardargnan qui explosa lui aussi comme un monstre de X.A.N.A.
- On sait ce qui se passe ici et comment résoudre le problème.
« Enfin j'espère » ajouta le samouraï pour lui même.
- Je ne sais pas si c'est vrai mais je reconnais n'avoir aucune idée de ce qu'il se passe moi. Je vous suis.
- Il faut commencer par retrouver Odd. Il devrait être à l'étage des filles. Je parie que les pokémons qui sont dans notre chambre sont à lui. Jérémie, appelle Yumi !
Un Tauros, un peu comme le Tygnon de Julien avant lui, venait d'exploser la porte d'une chambre située non loin des trois adolescents. Par réflexe, le Fouinar de l'asiatique, sur son ordre, lui infligea une violente Queue de fer sur le dos qui l'immobilisa au sol, avant que Tygnon ne l'achève d'un douloureux Poing de feu. Mais cette fois, le pokémon vaincu se désagrégea en pixels blancs comme un Lyoko-guerrier.
- Jérémie, on dirait que tous les pokémons ne sont pas nos ennemis !
- Évidemment, répondit l'intellectuel, l'oreille collée au téléphone. Si Julien a son équipe, ça veut dire que d'autres sont sans doute concernés.
- J'ignore comment vous distinguez vos ennemis de vos alliés mais je fais comment pour trier moi ? demanda Xao.
- Dans le doute, considérez tout pokémon sans dresseur comme notre ennemi, on affinera si on a plus d'informations, répondit Belpois en raccrochant.
- Bonne idée.
- Bon, Yumi ne peut pas nous rejoindre tout de suite, elle ne sait pas où est passé son frère. Il faudrait vérifier s'il n'est pas à Kadic.
- De mieux en mieux...
Ulrich jeta un œil dans la chambre par laquelle était sortie le buffle. Il fut stupéfait de constater qu'elle contenait cinq autres pokémon de la même espèce, et ceux-ci semblaient terrifiés par le sort que venait de subir celui qui avait osé sortir. Hélas, aucun humain n'était en vue.
- C'est la chambre de Sacha... informa Ulrich. Cet imbécile n'a capturé que des Tauros. Et il n'est pas là pour les contrôler. On ferait mieux de ne pas traîner ici.
Coup de chance, Odd et Aelita venaient de débarquer par les escaliers les plus proches, en provenance du dortoir des filles.
- On a un gros problème les gars ! beugla celui-ci.
- On est au courant. Y a des alliés précieux qui attendent dans notre chambre à mon avis.
- Tu veux dire... ?
Della Robbia se faufila entre les pokémons de Julien et ouvrit la porte de sa chambre. Il eut le plaisir de retrouver son équipe de Rouge Feu de composée d'un Avaltout, d'un Metamorph et d'un Crustabri. Mais un pokémon manquait à l'appel.
- Bah, et mon Mewtwo !? Il n'est pas là !
- Wow, tu as dû bien geeker pour déjà l'avoir ! lança Julien.
- Je ne l'ai pas, c'est bien le problème...
- Odd, arrête de te plaindre, faut qu'on dégage d'ici pour aller à l'Usine ! ordonna Stern en esquivant le Dard-Venin d'un Aeromite.
Il ne put cependant s'empêcher une réflexion supplémentaire.
- Euh, ta braguette...
- Merci, coupa immédiatement Odd en refermant celle-ci. Par contre, mes pokémons sont beaucoup plus lents que les vôtres, je vais vous ralentir... je vous rejoindrai, partez devant !
- Je reste avec lui, signala Aelita. Ça ira, ne vous inquiétez pas.
- Ok, dans ce cas assure-toi dans un premier temps qu'Hiroki n'est plus à Kadic, Yumi ne le retrouve plus.
- Bien reçu.
- Jérémie, Julien, on fonce !
Les pokémons de l'asiatique passèrent les premiers, déboulant dans l'escalier qui semblait actuellement héberger un gang de Kraboss, que Tygnon entreprit de dégager à coup de Poing-Éclair, couvert par ses deux alliés. Au rez-de-chaussé, un Foretress en roulant venait de faire sauter la porte, il fut promptement éliminé par un Poing de feu. Julien regarda les deux Lyoko-guerriers, l'air fier de lui.
- Il peut combattre tous les types.
Puis les trois créatures sortirent sous les arcades, suivis des trois humains. Dans la cour, c'était un joli bordel. Point positif, coté élèves ou personnel de Kadic, il n'y avait pas foule. En revanche coté pokémons, ça se déchaînait. Une nuée d'Aeromite était en train de faire face à un Alakazam qui semblait les éliminer à coup de Psyko, tandis qu'un Mentali venait de faire de même avec un Arbok qui s'effondra au sol, avant de se faire mordre par un Séviper par derrière. Face à trois Démantas tournoyant autour d'eux, un Regice et un Queulorior, ce dernier juché sur le bloc de glace, tentaient de les abattre à coup d'Élecanon. Le fait que Jérémie manque de se prendre une boule d’électricité perdue amena l'équipe escortant les Lyoko-guerriers à s'immobiliser pour rester sous les arcades.
- Gymnase ou parc ? questionna Ulrich.
- Mieux vaut le parc, répondit Jérémie, alors qu'un Mr. Mime venait de se ranger à leur coté et venait vraisemblablement d'utiliser les attaques Mur Lumière et Protection.
Un des camarades de classe des trois troisièmes, Romain Le Goff, ancien meilleur ami d'Ulrich à l'école primaire, venait par ailleurs de les rejoindre.
- Yo les gars, vous avez une équipe pour nous aider à combattre ?
- Ouais, répondit Xao. J'ai pour mission d'escorter ces deux-là dans la vieille Usine Renault, apparemment la solution s'y trouve.
- Ah ? Dingue. M'enfin plus rien ne m'étonne trop actuellement, philosopha Le Goff. On va essayer de vous aider.
- On ?
- Ouais, il se trouve que quand ça a démarré, je faisais un combat link avec lui, informa Romain en pointant du doigt la direction du Métalosse qui, dans la cour, venait de piétiner un Kraboss. Derrière lui se trouvait Hervé Pichon.
- Voilà des renforts qui ne seront pas de trop, commenta Julien en esquivant le Dard-Venin d'un Aeromite.
Ulrich rameuta le binoclard qui vint les rejoindre sous les arcades, lui expliquant rapidement ce qu'ils savaient de la situation et leur objectif du moment.
- Mon esprit cartésien est dépassé, je m'en remets à vous, répondit simplement Pichon. J'espère que ça ne va pas nous faire tuer.
- Bon, reprit Ulrich. Que l'un d'entre vous reste ici à attendre Odd qui arrive. Qu'un autre nous suive dans le premier groupe.
- Je vais attendre mon collègue, informa Le Goff, une allusion à son partenaire de court-métrage.
- On dégage ! fit alors Hervé qui ordonna à l'Alakazam, visiblement le sien, d'exploser un Arbok à Psyko.
Alakazam et Métalosse avaient l'avantage de pouvoir anéantir très facilement et à distance la plupart des pokémons ennemis, visiblement à dominante de type poison (non sans lien sans doute avec le fait qu'ils n'attaquaient principalement qu'au Dard-Venin). Mr. Mime pouvait par ailleurs les aider dans le même sens dans un premier temps. Les alliés de Pichon remarquèrent alors un curieux nouveau pokémon à leur coté.
- C'est quoi ça ? Un Porygon 2 ? questionna Xao.
- À la base oui, mais il a changé en sortant de la cartouche. Il a l'air plus puissant, alors je l'appelle Porygon 3.
En effet, la créature, si elle ressemblait sans aucun doute à Porygon 2, avait des yeux qui étaient devenus jaunes et leur pupilles entourées de cercles concentriques. Couplé à ses mouvements étranges à quelques centimètres du sol, queue systématiquement pointé vers le bas, le pokémon virtuel semblait être devenu fou. Mais efficace quand même, maîtrisant lui même l'attaque Psyko. Avec l'arrivée de l'herbe du parc toutefois, il fallait se montrer plus vigilant, les Migalos et les Sabelette étant mieux dissimulés. La première menace fut cependant aérienne, un redoutable groupe de Ninjask déboulant des hauteurs d'un arbre. Le pokémon glace de Julien vit sa Tranche repoussée par une charge ennemie, terminant au sol. Fouinar eut plus de chance, parvenant d'abord à ralentir un Ninjask avec une Vive-attaque avant de recevoir un Dard-Venin qui l'empêcha de bloquer davantage de cigales. Ulrich, qui était l'humain le plus avancé du groupe, habitué aux attaques de X.A.N.A, s'était roulé en boule au sol pour esquiver l'assaut aérien, y plaquant Jérémie. Tygnon para parfaitement son assaillant avec un Poing de Feu qui le détruisit, protégeant du même coup son dresseur. Porygon 3, après avoir effectué un curieux mouvement de ballet destiné à esquiver une première faux ennemie, avait soudainement balancé trois Élecanon parfaitement calibrés aux trois Ninjask qui l'entouraient. La faille vint d'Hervé qui voulu protéger physiquement son Alakazam, le sachant vulnérable aux attaques de type insecte, se plaçant entre lui et les deux Ninjask ayant survécu aux Onde de choc. Une Taillade à l'épaule le fit tomber à genoux. Julien n'avait même pas terminé d'ordonner à Fouinar de foncer le protéger. Une ombre venait de surgir des hautes herbes et de bondir sur la gorge de Pichon. Le sang gicla abondamment. Hervé ne se releva pas.
L'ombre s'était réceptionnée derrière le groupe, avec la cour de Kadic en toile de fond. C'était un Mangriff aux couleurs différentes, son pelage blanc étant devenu noir.
- Putain... ce pokémon vient de tuer Hervé !! informa un peu inutilement Ulrich.
- Farfuret... commença Julien.
Mais la réponse la plus rapide vint d'Alakazam, Métalosse et Porygon 3. Les deux premiers envoyèrent un double Psyko que l'assassin encaissa de plein fouet, tandis que le troisième pokémon semblait préparer sa fameuse Triplataque. Une autre ombre surgit cette fois des arbres, le poing lumineux, fusant en direction du pokémon de type normal. Alakazam, avec de bons réflexes, utilisa visiblement une attaque Psyko sur son propre allié pour le repousser et le faire esquiver la charge ennemie, ce qui fonctionna. La seconde ombre, un Vigoroth qui avait le même genre de coloration que Mangriff – les poils noirs au lieu de blanc – se posa à coté de son allié. Jérémie et Ulrich tentèrent de calmer Métalosse, Alakazam et Porygon 3, mieux valait éviter de foncer tête baisée. Si l'ordinateur d'acier et le télékinésiste finirent par se poser, Stern n'arriva à rien avec le mutant aux yeux jaunes, qui ne put retenir un Élecanon après avoir verrouillé sa cible. La mangouste fut percutée de plein fouet par la boule électrique, mais se changea en une petite chose verte qui disparut. Un clone. Tandis que le véritable pokémon sortait de derrière son arbre, le Vigoroth noir ouvrit grand la gueule. Un Laser glace y surgit soudainement, en direction du Porygon qui se changea en un bloc de glace.
|º0® 7&0[\]-2 est gelé !

- Voilà qui devrait le tenir tranquille... commenta le Mangriff.
- X.A.N.A, réagit immédiatement Jérémie.

- C'est la moindre des choses que mon plus vieil ennemi me reconnaisse. Mais ce n'est pas qu'une visite de courtoisie pour parler du bon vieux temps, cette fois, vous ne m'embêterez pas. J'ai le frère de Yumi et William Dunbar en otage au palais de l’Élysée. Atteignez l'Usine et ils finiront comme celui-là – sa patte désigna le cadavre de Pichon.
- On peut savoir comment ils se sont retrouvés là-bas ? questionna Ulrich.

- C'est une autre histoire, répondit simplement Mangriff.
Pour ce qui était de Dunbar, Ulrich s'en branlait un peu, même s'il n'avait plus rien contre lui maintenant que l'épisode Yumi était derrière eux deux. Par contre, comme par hasard, Yumi ne trouvait plus sou frère. Mais ça pouvait tout aussi bien être une ruse basique de X.A.N.A, conscient de cette faiblesse.
Derrière les deux pokémons aux couleurs différentes, le champ de bataille semblait s'amplifier. Un Crustabri, protégé par un Mr. Mime, était en train de détruire ses ennemis à la chaîne grâce à ses attaques en plusieurs coups. Odd et Romain se rapprochaient.

- Ils ont du renfort, informa le Vigoroth, visiblement également doué de parole.
- D'accord. Mieux vaut retourner à l’Élysée pour l'instant. N'oubliez pas, je vous surveille.
Deux Électrode aux mêmes caractéristiques physiques que les deux ennemis – donc aux coloris rouge et noir au lieu de blanc, tombèrent alors des arbres derrière eux. Ils s'ouvrirent afin de laisser entrer Mangriff et Vigoroth avant de se refermer et de s'éloigner en roulant à grande vitesse.


05. L’opprobre

Palais de l’Élysée. 19h19. – Lorsque William Dunbar ré-ouvrit les yeux, la première chose qu'il vit fut la tête d'un Cizayox à quelques centimètres de son visage. Le Pokémon s'était en effet accroupi à ses côtés, comme s'il le veillait. Mais ce n'était pas exactement ça. Alors que l'adolescent faisait mine de se redresser, le pokémon acier coinça immédiatement sa gorge contre l'une de ses pinces.

- Cette fois, tes pokémons ne peuvent plus t'aider, déclara-t-il. Dès que X.A.N.A n'a plus besoin de toi pour retenir tes amis, je te tue.
Il retira sa pince et la referma pour mieux la coller violemment conte le ventre de William qui se remit bien vite au sol, les mains sur le bide.
- Le premier qui lui parle, je l'élimine, informa Cizayox aux autres otages de la pièce.
Le lycéen ne mit pas longtemps à constater qu'Hiroki et Christophe se trouvaient avec lui, ainsi qu'il vieil homme qu'il avait l'impression d'avoir déjà vu mais qu'il n'arrivait pas à resituer dans l'immédiat. Il n'eut pas le temps de cogiter davantage, par une immense porte venaient de débarquer deux Électrode noir et rouge qui s'ouvrirent, dévoilant un Mangriff et un Vigoroth, possédant la même particularité chromatique que leur véhicule de transport.

- Ah mais ce cher William est revenu à lui, j'avais presque peur qu'il nous claque entre les doigts, reconnu la mangouste.
Il ne faisait aucun doute pour le lycéen que c'était X.A.N.A himself qui venait de s'adresser à lui. Il commençait presque à s'habituer. Il préféra ne rien répondre. Le Mangriff poursuivit :

- Tu ne connais pas la meilleure. Les demandes que j'ai formulé au Premier ministre n'étaient qu'une diversion pour activer ma tour et me permettre de connecter les cartouches même si elles n'étaient pas encore regroupées. Un effet secondaire imprévu a également permis aux pokémons des dresseurs de sortir mais une fois ceux-ci éliminés, je pourrais régner en maître sur ce pays, qui sera la base arrière d'une conquête mondiale. Sois sans crainte. Pour le moment, je ne te ferais rien. Pour les Lyoko-guerriers, la mort serait trop simple. Il existe des souffrances bien pires. Tu vas avoir la chance d'être aux premières loges de l'acte qui va suivre.


Établissement scolaire Kadic. 19h22. – Jérémie était de retour dans sa chambre, flanqué d'Aelita, d'Ulrich et de Yumi (déroutée de la direction de l'Usine), tandis qu'Odd, Julien et Romain continuaient de faire le ménage à Kadic. La chose se passait plutôt bien puisque le brouhaha avait largement diminué par rapport au début de la vague. Par ailleurs, l'ancien Pokémon d'Hervé, Alakazam montait la garde devant la porte de la chambre, tandis que Métalosse faisait de même au rez-de-chaussée. L'étrange Porygon lui, avait explosé en pixels blancs peu de temps après son dégel.
Il fallait à présent élaborer un plan B au vu des derniers éléments en la possession des Lyoko-guerriers, dont le moral n'était pas au mieux après la mort d'Hervé. Yumi était évidemment celle qui frisait l'attaque, depuis qu'elle savait son frère aux mains de X.A.N.A. Le cerveau de Jérémie était en feu.
- Bon, nous n'avons plus qu'une carte – risquée cela va sans dire – à jouer, conclut finalement Belpois.
- Dis-moi Jérémie ! réagit immédiatement la japonaise.
- J'active deux tours sur Lyoko pour jérémifier William et Hiroki et ils tentent de s'en sortir par eux-mêmes. C'est la seule façon rapide d'éviter que suite à une tentative quelconque de notre part, X.A.N.A n'en exécute un en représailles.
- Sérieux, tu peux faire ça ? questionna Ulrich.
- Eh bien, normalement oui. Le test que l'on avait effectué avec Odd m'a beaucoup appris...
- Jusqu'à ce que X.AN.A reprenne la tour... susurra Aelita.
- La situation a changé. X.A.N.A a désormais un pied dans le monde réel, mais pour ce qui est de Lyoko, c'est une autre histoire. Regardez – le blondinet pointa du doigt quelque chose à l'écran de son ordinateur fixe – il y a une présence sur Lyoko nommée Nicolas Sarkozy. C'est un ministre du gouvernement, probablement contrôlé. X.A.N.A l'a envoyé pour activer la tour qui a crée ce boxon manuellement. C'est très révélateur je trouve, le fait qu'il ait fait ça plutôt que de simplement activer la tour à distance comme il le faisait avant. Sarkozy est sur le territoire montagne. Mais si j'active ma tour sur le territoire opposé, il faudra un moment avant qu'il n'aille éventuellement la désactiver. Vous voyez où je veux en venir ?
- Oui et je refuse, trancha immédiatement Ishiyama. C'est beaucoup trop risqué pour Hiroki. Il n'a jamais combattu X.A.N.A lui et je fais moyennement confiance à William pour le protéger.
Même si Stern ne l'aimait pas beaucoup, il fut bien obligé de défendre son ancien rival :
- Tu rigoles, ils sont inséparables depuis son retour sur Terre et combattre des pokémons justement, ils savent faire, souligna l'ex-samouraï.
- Et puis, William avait accepté de nous aider pour l'Usine... rappela Aelita.
La réplique d'Ishiyama l'aînée qui allait sans doute suivre fut coupée par la main de Stones, qui pointa du doigt le second écran de la chambre de Jérémie. Il était branché via quelques bidouilles sur l'édition spéciale de France 2, mise en place depuis que la prise d'otage avait été rendue publique, la situation étant devenue un merdier tel que le gouvernement ne pouvait plus tout dissimuler. Il y avait visiblement du mouvement car la caméra venait de zoomer sur la fenêtre du premier étage située au centre de la cour d'honneur. On y voyait en effet une ombre bouger. Soudain la fenêtre s'ouvrit, et une forme humaine fut balancée sans ménagement sur le perron de la cour d'honneur. Elle n'avait pas pu être formellement identifiée mais Yumi avait déjà hurlé, pensant immédiatement à Hiroki vu sa taille. Jérémie monta le son.
- ...ision d'horreur ici à l’Élysée. Deux agents des forces spéciales s'avancent pour tenter d'identifier la victime qui vient d'être jetée du premier étage. Un membre de la police scientifique est avec eux.
Pendant de longues, très longues minutes, les Lyoko-guerriers restèrent silencieux. Jusqu'à ce que...
- C'est incroyable, on nous annonce qu'il s'agissait en fait d'un porc déguisé en petit garçon pour faire croire à la mort d'un otage !!!
- On dirait que le mystérieux preneur d'otage ignore que tout le gratin de la police française est sur les lieux
, se gargarisa un invité sur le plateau parisien de la chaîne.
- Mais attendez, qu'est-ce que... ? poursuivit soudainement le reporter sur place.
Il y avait du nouveau du mouvement sous la même fenêtre. S'ouvrant, une petite masse ronde fut balancée plus loin du bâtiment, et donc plus près de la caméra. Il s'agissait de la tête d'Hiroki Ishiyama. Sans le corps.
Les autres s'attendaient à ce que Yumi hurle comme jamais. Il n'en fut rien. La japonaise tourna simplement de l’œil et s'effondra sur le lit de Jérémie où elle était jusqu'ici assise en tailleur. Les trois autres se regardaient avec une mine abattue sans oser briser le silence. Ulrich eut le courage de le faire en premier :
- Jérémie. On suit ton plan.
- O...oui, bonne idée. M... mais il faudrait quand même pouvoir leur prêter un coup de main sur place si c'est nécessaire.
- J'y ai pensé Jérémie, malheureusement, aucun de nos amis n'a de pokémon volant ou susceptible de nous transporter rapidement.
- Shhhhhhh.
Les têtes se tournèrent vers l'Alakazam qui venait de se manifester, à sa façon.
- Mais bien sûr... compris Ulrich, qui se souvenait de son aventure sur Pokémon version jaune, le seul jeu auquel il ait jamais joué.


Palais de l’Élysée. 19H47. – Tandis que Vigoroth surveillait les trois otages encore en vie, Mangriff avait pris Cizayox à part.

- Je pense que notre mise en scène a eu son petit effet, avoua la mangouste.
- J'ai hâte de faire subir le même sort à Dunbar... répondit simplement le pokémon de type acier.
- Je comprends ton impatience, mais pour le moment, j'ai une mission pour toi. Il y a du nouveau...


06. Le règne des ténèbres.

Hémicycle du Palais-Bourbon, 20h38. – Sous l'impulsion du chef d’État major particulier du Président de la République, Jean-Louis Georgelin, qui avait réussi l'heure passée à gagner Matignon, le Premier ministre et les principaux membres du gouvernement – on notait l'absence de Nicolas Sarkozy, Ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de l’Industrie – avaient été rassemblés au sein de l'Assemblée Nationale pour des raisons de sécurité, le cabinet militaire du Premier ministre prenant la direction des opérations au sein de la cellule de crise de Matignon. La plupart des députés étaient également présents dans l’hémicycle. Le bâtiment était cerné par les militaires, qui avaient été déployés, la police étant submergée par la vague de pokémons de X.A.N.A foutant la merde en Île-de-France. Soudain, un bruit de détonation se fit entendre. Agnès de Rodenbeke, la députée récemment partie de l'UMP, venait de rentrer dans l’hémicycle par la gauche, tandis qu’une division de soldats pénétra les lieux par la droite.
- Qu'est-ce que tout ceci signifie ? questionna au micro le Président de l'Assemblée Nationale.
Escortée par deux militaires, la femme aux cheveux corbeau monta les marches afin d’accéder à la tribune principale, tandis qu'un autre détachement de deux hommes fit comprendre à Jean-Louis Debré qu'il ferait mieux d'aller s’asseoir à sa place de député.
- Au nom de la sécurité du peuple français, moi, Agnès de Rodenbeke, avec l'appui du chef d’État major des armées et des militaires, je me proclame à compter de cet instant Président du gouvernement provisoire de la République française.
Tandis que divers cris d’indignations fusaient immédiatement des bancs de la gauche comme de la droite, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin resta silencieux. Bentégeat s'était donc associé à cette petite ambitieuse populiste. Lorsque Chirac l'avait nommé il y a deux ans, Raffarin l'avait mis en garde contre des rumeurs parisiennes qui le disaient très proche de certains clubs d'extrême-droite, depuis sa première affectation à Dakar... Mais le vieux Jacques n'entendait pas prendre en compte les rumeurs. La plupart du temps, il avait eu raison. Pas cette fois-ci. Georgelin était sûrement dans le coup aussi, ce qui expliquait qu'il ait habilement rassemblé les représentants de la Nation et le gouvernement au même endroit. Il n'avait rien inventé, cette technique étant vieille de plus de 200 ans déjà...
- Je réalise que cette assemblée n'est pas à la hauteur de la situation de crise que nous traversons actuellement, poursuivit la trentenaire en réponse aux hurlements d'indignation. Sans compter tous les militaires mobilisés pour assurer votre sécurité... Pour ces raisons, j'ordonne la dissolution immédiate de la chambre basse. N'ayez donc plus crainte pour votre sécurité messieurs, vous n'êtes désormais que des citoyens ordinaires aux yeux de la République... En passant, Monsieur le Premier ministre, veuillez me remettre la démission de votre gouvernement immédiatement.
Un nouveau bruit de détonation se fit entendre. Cizayox venait de rentrer dans l'hémicycle par la gauche à son tour, tandis qu'une division composée de Sabelette, de Migalos et d'un Foretress pénétra les lieux par la droite.
- Quoi encore ? ne put s'empêcher de déclarer l'ancien Président de l'Assemblée Nationale depuis les bancs de l'UMP sur lesquels il se trouvait désormais.
Un des soldats présents dans la pièce tira sur le Pokémon rouge. La balle ricocha et vint se loger dans le bras d'un autre.
- Cessez le feu ! ordonna immédiatement son supérieur, qui se trouvait aux cotés de la Présidente du gouvernement provisoire.

- Je remercie l'ancienne Présidente du gouvernement provisoire de nous avoir mâché le travail, déclara l'insecte de métal. Maintenant tout le monde reste gentiment à sa place et attend mes directives.
La femme tiqua sur son nouveau titre.
- Ancienne ?

- Tenez-vous au courant, l'Empire de X.A.N.A vient de remplacer la République française. Maintenant, allez vous asseoir.
Agnès de Rodenbeke pouffa de rire.
- Sinon quoi, vous allez me tuer ?
Cizayox se mit soudainement à battre des ailes très rapidement et bondit en direction du pupitre. En deux secondes, il venait de couper la tête de la députée. Il repoussa les deux pièces du cadavre au bas des marches et s'approcha du micro.

- Bien, je suis ravi de constater que nos petits désaccord aient pu être tranchés.
Raffarin était désespéré. Évidemment, en isolant ainsi l'exécutif, leur ennemi évitait que les plus hautes autorités de l’État n'élaborent un plan d'action face à la prise d'otage. Comme les militaires eux-mêmes venaient de se compromettre dans un coup d’État manqué, ceux-ci avaient plus de chance de raser les murs que de tenter quelque chose. Il ne restait plus que les citoyens lambdas. Mais lesquels seraient en capacité d'agir ?
 

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure


Page 1 sur 97
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 95, 96, 97  Suivante


Sauter vers:  


Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1682s (PHP: 68% - SQL: 32%) - Requêtes SQL effectuées : 25