CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Oblitération
Comment relancer CL a notre niveau
[Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
Questionnaire
[Fanfic] Le plus puissant des liens
[Fanfic] Le futur nous appartient
[Fanfic] Trepalium, Familia, Patriam
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
[Fanfic] Bouffon du Roi
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Compagnons d'armes

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 2

Aller à la page 1, 2  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
ombeline MessagePosté le: Dim 15 Nov 2015 10:41   Sujet du message: [Fanfic] Compagnons d'armes Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 17 Mai 2013
Messages: 82
Localisation: Dans une tour de passage
Bonjour à tous et à toutes !
Aujourd'hui je me lance et vous propose une nouvelle fanfiction intitulée "Compagnons d'armes".

L'écriture de cette histoire n'a pas été très aisée :A l'origine, c'était Motmotk qui voulait poster une fanfiction et je n'endossais que le rôle " d'aide à l'écriture". Cependant, il n'a pas désiré continuer après le 4ème chapitre ( néanmoins beaucoup d'idées à venir restent de lui),je continue donc l'écriture seule. Je précise que Motmotk m'a autorisé à poster cette fanfiction et à prendre des libertés quant à la suite.

J'espère donc que ce premier chapitre que je vous dévoile aujourd'hui vous plaira. N'hésitez pas à me donner votre avis, ça m'aidera énormément !

Dernière chose : J'ignore encore quel sera l'intervalle de temps entre les diverses publications- disons que je ferai en fonction de mon emploie du temps.

Spoiler

_________________
Lien Invalide. Merci de le corrigé. Thranhttp://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
http://imageshack.us/a/img802/1782/88vw.png

http://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sirix MessagePosté le: Dim 15 Nov 2015 12:17   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 27 Aoû 2013
Messages: 379
Localisation: Entre une chaise et un PowerMac G5
Coucou Ombeline !

Cela fait une nouvelle fois un moment que je ne t'avais pas vu sur le forum, content de te voir !^^

J'ai donc lu ton début de texte, j'ai hélas un peu fait abstraction de la fin parce que le temps risque de me manquer aujourd'hui. Mais commentons tout de même.^^

Ce texte est pour le moment plutôt....amusant, il me semble reconnaître les procédés de la fiction que tu as le plus commenté sur ce forum (et que tu délaisse un peu ces temps-ci...).^^ Ce n'est pas un mal, ce n'est pas un plagiat.

Après, je la trouve un peu plus...niaise, les propos d'Ulrich sont un peu enfantin sur le début de la fic notamment, cela-dit, cela ne veut pas dire que ce n'est pas cohérent, peut-être un peu lourd aux yeux de certains du moins. Pour ma part, ça m'a surtout amusé.

Le style est assez fluide, rapide, les description pas très riches mais je pense suffisantes, et je ne pense pas avoir croisé beaucoup de fautes.

En bref, pour ma part, c'est plutôt un bon début, bien meilleur que ton premier texte sur le forum qui même s'il n'était pas mauvais à mes yeux, était je pense trop...approximatif. J'essaierai de lire plus précisément celui-ci dés que j'aurai le temps, et j'attends de voir ce que tu nous donneras pour la suite. Courage.^^

_________________
http://arnaud.maurin.perso.neuf.fr/images/Sirixsign.png

Auteur de la fic Replika on the Web.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Mophie MessagePosté le: Dim 15 Nov 2015 20:00   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 14 Juil 2015
Messages: 227
Localisation: Coincé dans le quelque part
C'est quoi une perte de conscience?... ah oui c'est quand on s'évanoui d'une manière ou d'une autre. Whatever vue ce chapitre tu nous fait cette fic entre l'épisode 93 et 90 soit peut-être.... 91,5. Et tu vas faire un POV pour chaque chapitre je suppose? Toujours très intéressant de savoir ce que les gens font (surtout des héros) mais pas vraiment (tu vois ce que je veux dire (et n'essaye même pas Icer)).
_________________
Nous portons tous un masque, sur le visage ou sur le cœur.
-Godot
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
ombeline MessagePosté le: Lun 16 Nov 2015 18:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 17 Mai 2013
Messages: 82
Localisation: Dans une tour de passage
Bonsoir,
après avoir lu vos deux commentaires, j'ai jugé nécessaire de vous répondre.

Tout d'abord, je vous remercie à tous les deux d'avoir pris de votre temps pour lire (ou du moins commencer à lire) ma fic.

Sirix : Je prendai en compte ton commentaire sur mes descriptions et essayerai de les étoffer un peu pour le chapitre suivant ! Very Happy

Mophie : Je ne pense pas avoir parlé de perte de conscience mais plus de perte de connaissance. Néanmoins, tu as vu juste, je raconterai chaque chapitre d'après l'un des héros. Je trouve plutôt intéressant de me glisser dans la peau des personnages, cela me permet d'employer divers procédés et je le prends comme un défi visant à être cohérente au maximum. Tu as noté que ce premier chapitre n'est pas très mouvementé, cela est volontaire, c'est pour vous plonger dans le contexte avant d'attaquer la suite ! Wink

Bonne soirée !
_________________
Lien Invalide. Merci de le corrigé. Thranhttp://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
http://imageshack.us/a/img802/1782/88vw.png

http://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
JCVgamer MessagePosté le: Mar 17 Nov 2015 15:24   Sujet du message: Commentaire Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 29 Aoû 2012
Messages: 163
Localisation: Dans le labyrinthe de mon âme
Bonjour Ombeline,

Je ne pense pas que l'on se connaisse en ce lieu, n'ayant jamais lu de texte de ta part, ni commenter, pourquoi ne pas se rattraper ici ? ^^
Bon ben, commençons ^^

Ce premier chapitre nous place dans une narration à point de vue interne, avec comme personnage Ulrich. D'un point de vue globale il est difficile de dire si ce chapitre m'a plu ou pas, car je ne dispose pas d'élément me permettant de faire pencher la balance, donc j'attends la suite, car si ce chapitre n'est pas palpitant au début (ce qui est loin d'être un problème), il n'en reste pas moins assez accrocheur.

Je tendrais à m'opposer à Sirix quand il dit que le passage "journal intime" est un peu niais, les mots employés et les tournures de phrases correspondent bien à un ado de 14 ans, par contre j'ai retenu une chose, tu écrit Lyoko avec un L minuscule, or il s'agit d'un nom propre au même titre que la planète Mars par exemple, donc la majuscule serait plus approprié.
Ensuite on ne sait pas vraiment s'il écrit dans un journal ou s'il s'agit de ses pensées, si le premier cas est bon alors ceci me laisse perplexe, car Ulrich a déjà un journal (cf saison 1) et pourtant il commence en se présentant. Si c'est le deuxième cas alors cela est plus logique.
La présentation de ses amis est plutôt bien retranscrite, je la trouve plutôt fidèle au personnage à part peut-être pour Odd. Même s'il dit que c'est son meilleur ami les mots employés pour les côtés négatif me paraissent assez fort, peut-être même un poil trop. Mais cela ne gêne pas pour autant.

Après il s'agit juste d'une journée de la vie quotidienne et donc à ce titre je ne sais pas vraiment ce que je pourrais dire, l'attaque est bien amenée, pas d'incohérences sur les personnages à part peut-être le fait que plein de personnes viennent s'enquérir de l'état d'Ulrich. Le fait aussi que lors de son premier malaise il soit emmener au réfectoire et pas à l'infirmerie, je trouve que ça manque de logique et surtout le manque de réaction de la prof qui se fait limite ignorer lors de la conversation entre les ados (C'est quand même elle qui à l'autorité et qui est responsable des élèves).

La fin est intéressante, à première vue ton découpage de chapitre m'a l'air plutôt bien mais ce n'est que le premier donc attendons, en tout elle est accrocheuse et donne envie de savoir la suite.
Au niveau orthographe je suis loin d'être de bons conseils mais aucune faute flagrante n'est à déplorer après ma lecture.

Mon commentaire s'achève ici, il fût court mais j'espère qu'il te sera utile.

Bonne journée.
_________________
S'il existe différents maîtres contrôlant chacun un élément, je m'exerce à devenir le maître de la lumière.

Une nouvelle attaque lancée contre ces enquiquineurs, enfin une parodie d’attaque, car après celle-ci je lance l’attaque fantôme, un projet que prépare déjà depuis quelques temps et qui les mèneras tout droit à leur perte. One-Shot à paraître

https://lh3.googleusercontent.com/-07EHZzPU0Ko/Vgzy9hJt4qI/AAAAAAAAH10/3EekCXHPMjg/s600-Ic42/moviewatchSeptember2015.png

http://imageshack.us/a/img163/1125/ksmc.pnghttp://imageshack.us/a/img9/7127/sd8u.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
Icer MessagePosté le: Mer 18 Nov 2015 08:06   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2142
Localisation: Territoire banquise
Ah, les collègues qui vous lâchent en quelques chapitres lors de l'écriture d'une fic... Dans le cadre de MotmotK cependant, c'est pas si étonnant, généralement chien qui aboie ne mord pas. À l'inverse on peut saluer ta motivation pour reprendre le projet tout seul, ce n'est jamais facile.

Point de vue Ulrich, tu fais le choix de présenter les choses façon lecteur qui n'aurait pas vu Code Lyoko. Il n'en fallait évidemment pas plus pour que Sirix ramène ce procédé vu depuis 2006 à sa fic (a) Ne me demandez pas pourquoi mais il devrait bien s'entendre avec MotmotK en fait.

Bon alors d'un point de vue scénario, on ne sait pas grand chose encore, si ce n'est le contexte, pré-épisode 93. Sinon cela devient intéressant à la toute fin du chapitre (Mais c'est fait exprès haha).

Sur la forme cependant je ne peux que t'encourager à continuer ainsi, on sent que tu y as fait attention (Bon sauf la fic en spoiler je suis clairement pas fan, y a rien de plus chiant pour retrouver un passage quand les posts s'accumulent).

Donc je te souhaite de garder ta motivation pour ce projet et de continuer ainsi, c'est prometteur pour le moment Smile

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
ombeline MessagePosté le: Sam 12 Déc 2015 21:48   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 17 Mai 2013
Messages: 82
Localisation: Dans une tour de passage
Bonsoir,
après quelques semaines de silence, je reviens en force et vous dévoile le second chapitre de ma fic.

Bien entendu, je me dois de remercier les lecteurs supplémentaires du chapitre précédent.

JCVgamer : Je confirme qu'il ne s'agit pas du journal intime d'Ulrich mais seulement de ses pensées. Pour ce qu'il s'agit de Mme Hertz, on peut supposer qu'elle a plus penser qu'Ulrich faisait l'idiot et qu'il avait perdu l'équilibre sur sa chaise plutôt qu'il faisait un malaise... Peut-être qu'effectivement sa réaction devrait être améliorée; dans ce cas, cela sera pour plus tard. Par ailleurs, j'ai pris en compte ta remarque sur l'orthographe de Lyoko, et l'erreur ne sera plus commise.

Icer : Plus de spoiler, j'en fais le serment ! Very Happy

Merci à tous les deux d'avoir pris de votre temps et j'espère que ce chapitre vous satisfera !


Chapitre 2 :Ulrich

Tout était noir autour de moi. Je ne voyais rien, n'entendais rien, ne sentais rien... C'était le néant. Je ne parvenais même pas à distinguer les membres de mon corps. J'ignorais si je rêvais ou si le vide était réel. Je paraissais flotter au milieu de nulle part... Qu'est-ce que je faisais là ? Que m'était-il arrivé ? Je ne me souvenais de rien...Pire, j’étais terrifié. Mon estomac se noua.
« Yumi … ! Odd ! Jérémie ! Aelita ! Yumi ! Odd... ! » m'écriai-je.
Mes paroles flottèrent dans l'air. Aucune réponse. Je cherchai du regard une source de lumière, en vain. Instinctivement, je me mis sur le ventre. Remuant les bras et les jambes, j’essayais de nager dans ce fichu trou noir qui me retenait prisonnier. Mais je ne progressais pas... Une sorte de force qui m’échappait ne me permettait pas de me déplacer. Puis vient alors une hypothèse... XANA ? Était-il derrière tout ça ? Non, je me souvenais maintenant. Depuis le cours de SVT, je me sentais mal. Oui, ça y est, ça me revenait maintenant. Après ? Que s'était-il passé après ? Le réfectoire. Et ensuite ? Ma mémoire était encore floue. Je me concentrai. Il ne fallait pas que j'oublie ! Je le sentais. C'était fondamentale... Vitale ! Le réfectoire, le réfectoire... Qu'avais-je donc fait après ? J'avais la certitude de ne pas être retourné en cours... Ce souvenir vague semblait si lointain… C’était comme se rappeler d’un rêve. Quelques bribes incertaines de ma mémoire chuchotaient dans mon esprit, parsemant des indices dans une confusion chaotique.
Tel un flash, un souvenir me revint en mémoire : « Je vis où nous étions ; face au foyer. » Ça y est ! Je m'en souvenais ! Les autres m'y avaient emmené pour que je puisse m'abriter parce que j'étais malade. Tout valait mieux qu'être dehors...

Une lumière blanche éblouissante envahit les lieux. Les ténèbres devinrent lumière. Mais ça ne m'avançait pas. Je flottais toujours dans cet espace vide et inquiétant. Quoique la couleur était beaucoup plus rassurante. Je réussis enfin à voir mon corps. Je portais les mêmes vêtements que tout à l’heure, soit un pantalon vert sapin, un sweat-shirt blanc cassé et une veste verte pâle... Sans oublier, mon imperméable bleu roi qui me donnait la sensation d’être une grosse myrtille. Je me remis à réfléchir car, en cette situation des plus bizarres de ma vie, je ne voyais rien de mieux à faire. J'étais souffrant. Le foyer. Puis rien. Qu'avais-je fait une fois là-bas ? Telle était la question. Pour une raison que je ne connaissais pas, je savais que mes derniers souvenirs s'arrêteraient au foyer. Dans tous les cas, XANA n'était en aucun cas responsable : Il ne pouvait pas s'attaquer directement aux Hommes. Il fallait qu'il ait recours à des prises électriques, or je n'avais pas le souvenir de m’être électrocuté récemment... Et là, une autre hypothèse se présenta à moi ; la plus atroce et horrible que je puisse avoir... Et si j'étais mort ? Un frisson m’ébranla de la tête aux pieds. Je m'obligeai à effacer cette pensée aussi vite qu'elle se formula dans mon cerveau. Hélas, si j'étais mort, tout se tenait. Tout ce qui m'arrivait deviendrait cohérent...

Dans le blanc éclatant apparut en face de moi de la fumée couleur noire d'encre, épaisse, menaçante. Elle s'étira de telle manière qu'elle prit la forme d'un cercle. Dans ce disque, la fumée se dissipa à certains endroits. Je contemplai le brouillard noir devant moi et regrettai de ne pas pouvoir prendre mes jambes à mon coup dans la mesure où je flottais dans l'air lorsque je compris ce que la fumée représentait... Un cercle au milieu et deux cercles autour. L’un d’eux coupé par une fine rayure verticale en haut ainsi que trois bandes plus larges sur le bas : l’œil de XANA.

Remarque :
L’œil de XANA constitue une caractéristique propre à ce dernier.
Il peut s’avérer être une cible, notamment sur les monstres de Lyoko.

« Ulrich, tu m’entends ? »
Je regardai autour de moi. La voix venait de nulle part. Une courte seconde, je crus que c'était Jérémie qui s’adressait à moi depuis son laboratoire alors que j'étais sur Lyoko. Mais la voix que j'avais entendue était celle d'une femme... Et je n’étais pas sur le monde virtuel.
« Que lui arrive-t-il madame ? » demanda une autre voix.
Je l'identifiai aussitôt. C'était Yumi. Yumi... Le dernier morceau du puzzle ! Yumi était la dernière personne que j'avais vue et entendue avant de faire... un malaise. Ses cris lointains me revinrent en mémoire... C’était atroce, la panique s’entendait dans ses cris...
« Yumi ! YUMI ! » hurlai-je aussi fort que je le pouvais.
Mais elle ne m'entendit pas comme le jour où mon âme s'était séparée de mon corps... A présent, j’étais comme un fantôme. Enfin pas totalement puisque je ne voyais pas ceux que j'allais hanter.

« Votre ami est très épuisé d'où sa perte de connaissance. Un peu de repos et il sera vite sur pied ! Pour ce qui s'agit de la fièvre, je dirai que ce temps a dû la provoquer : Mouillé jusqu'aux os et dans une salle non-chauffée ; il faudra que j'en parle à Mr Delmas... »
Je compris qui parlait à Yumi : l'infirmière du collège. Je l'avais déduit par les précisions et avec la sûreté avec laquelle elle avait parlé.
Je regardai autour de moi : Il fallait que je trouve une issue ! Mais il n'y avait rien dans ce trou de lumière ! Rien à part la fumée face à moi. Sans réfléchir, je tendis la main devant moi. Mes doigts traversèrent la fumée qui se dissipa complètement.
« Madame ! Venez voir ! Je crois qu'il se réveille ! »
Aelita. J’entendis de l’agitation autour de moi, les chaussures encore mouillées de boue qui glissent sur le sol dans une précipitation générale. Au milieu de la lumière blanche, apparurent les traits d'un visage. Puis je vis par alternance la lumière blanche et ce visage. Ce dernier ne faisant pas parti du vide où je me trouvais mais d'un lieu que je connaissais. La lumière. Le visage. La lumière. Une femme blonde. La lumière. Une femme blonde, ses cheveux coupés en carré plongeant. La lumière. Yolande Perraudin. Et enfin uniquement la dame qui était penchée sur moi.

J'étais à l'infirmerie du collège, les autres m'y avaient emmené. J'étais étendu sur l'un des deux lits qui étaient installés dans notre infirmerie. J’examinai la pièce avec frénésie. Ils étaient tous là. Prenant mon poignet gauche, l'infirmière prit mon pouls.
Mais je ressentis un contact dans ma main droite. Tournant ma tête avec difficulté, je vis que Yumi avait pris ma main dans la sienne. Elle s'y attachait si fort que je crus qu'elle avait peur que je m'en aille pour toujours.

« Et ben dis donc... Tu nous as fait une sacrée peur ! s'exclama Odd.
Je le regardai. Odd. Mon meilleur ami. Je m'en voulu un instant d'avoir fait un malaise en entendant sa voix dans laquelle on entendait tellement de soulagement que je devinais qu’il s’était fait une montagne de soucis. Du moins, autant qu’il pouvait s’en faire.
« Tu es resté inconscient près de quinze minutes. » souligna Aelita.
Mes maux de tête étaient réapparus. Je regrettai un instant le vide où je flottais quelques minutes plus tôt : Là bas, je ne ressentais aucune douleur...

A l'extérieur, il y eut une éclaircie. La lumière, entrant par la fenêtre, me donna la migraine. Je fermai les yeux. Yumi me lâcha la main. Aussitôt, je sentis un manque. Rouvrant mes yeux, je lui saisis la main. Elle me sourit. J'avais beau être malade, j'étais bien.
Un quart d’heure plus tard, mes amis me quittèrent pour ne pas être en retard en cours. Moi, j'avais le droit, même j'avais l'obligation, de rester à l'infirmerie. Mme Perraudin me jugeait trop faible pour retourner en cours. Ce qui me soulagea. Je ne me sentais pas d'attaque cet après-midi... Odd me promit de prendre mes devoirs. Ça me fit rire car lui-même oubliait de prendre les siens et puis... C'était Odd ! Rien avoir avec Jérémie et Aelita !

La solitude. Qu'est-ce que je m'ennuyais ! J'avais pour seule compagnie l'infirmière qui m'adressait un coup d’œil qu'une fois de temps en temps. Je me rendis compte à quel point elle devait s'ennuyer car à part moi, personne ne se présenta... Enfin, par personne j'entendais bien sûr, une autre personne que ce bon vieux Jim. Ce dernier se présenta une fois à 13H45 et une autre fois à 15H55... Décidément, trois possibilités se présentaient : Il faisait tout pour voir Yolande Perraudin, le sport qu'il pratiquait en ce moment était réellement difficile ou il n'avait jamais accompli tout les aventures qu'il ne nous décrivait pas... Je souris. Tout le monde savait qu'il ne les avait jamais réalisées.

Enfin, Mme Perraudin s'approcha de moi. Elle posa sa paume sur mon front. Faisant une grimace, elle s'éloigna vers sa pharmacie en verre. Elle en ramena un thermomètre.
« Hum... 39... annonça-t-elle.
J'avais beau être nul en sciences, je savais que 39 n'était pas la bonne température. Elle s'éloigna à nouveau. Bon sang, mes yeux commencèrent à me faire mal... Ma tête se mit à bouillonner. Finalement, elle revint avec un sachet jaune entre les mains. Elle en versa le contenu dans un verre rempli d'eau puis me le tendit.
- Tiens, bois ça. Ça fera descendre ta température... As-tu mal quelque part ?
- Oui... Euh à la tête et aux yeux. gémis-je.
Elle ferma les rideaux. Puis, revenant me voir, elle arrangea mon coussin avant d'ajouter d'une voix apaisante :
- Repose-toi... »
Fermant les yeux, je fis le vide dans mon cerveau. J’essayais d’ignorer les douleurs qui me rongeaient. Puis, tournant ma tête sur le côté, je m'assoupis...

« Ulrich ? »
J'ouvris les yeux. Je m'étais endormi. 19H... J'avais dormi près de trois heures. Mais je ne me souvenais pas d’avoir rêvé. J'étais tout engourdi. Je regardai autour de moi. Dans la pénombre, je distinguai l'infirmière qui remuait un médicament dans un verre. Elle vint se mettre à côté de moi et me le tendit. Je le saisis. Je me redressai sur mon lit provisoire. Je le bus gorgée par gorgée. Puis, me recouchant, j'eus l'impression qu'on m'avait frappé partout... J'avais mal aux jambes, aux bras, toujours à la tête...

Tic tac, Tic tac... J’observai la trotteuse parcourir le même chemin dans le cadran blanc cassé qui était accroché au mur, face à moi. Mme Perraudin lisait Mme Bovary. La vie me parut soudainement beaucoup moins ennuyeuse... En fait, j’aimais cette tranquillité. Je n’étais pas lancé dans une course contre la montre pour faire échouer un plan de XANA. Je ne stressais pas. Cela dit, mon cœur battait à un rythme très rapide... L’infirmière s’assit au bord de mon lit. Pas bon. Pas bon du tout...
« Ulrich, écoute. commença-t-elle. Je préfère te garder avec moi cette nuit. Par simple précaution, tu comprends ?
- Oui, madame. répondis-je.
- Est-ce que tu as faim ? » me demanda-t-elle.
Non pas du tout... Mais je savais qu’il fallait que je prenne des forces. Aussi, je hochai la tête. Elle quitta la pièce. Je fermai les yeux. Ecoutant le silence qui m’entourait dans cette atmosphère lugubre. Cependant, il ne dura pas... J’entendis des pas au loin qui couraient. Deux minutes plus tard, Jérémie, Odd et Aelita se tenaient sur le seuil de la pièce. Et, à en voir leur tête, ils ne venaient pas pour me donner mes devoirs...
« XANA attaque ! me dit Jérémie.
- Quoi ! criai-je.
J’étais maudit... C’était certain... Juste quand j’étais serein d’esprit... Pouf ! Attaque !
- Et puis, (Aelita se mordit la lèvre) ça n’a pas l’air d’être une attaque à prendre à la légère... ajouta-t-elle.
- Pourquoi ? m’exclamai-je, soudainement en proie à une panique totale.
- La tour est très, très bien gardée. m’expliqua Jérémie. J’aurai besoin de tout le monde... Tu peux te lever ? continua-t-il.
- Euh... Oui, je crois...
Je m’assis sur mon lit, fis une rotation de 90 ° et posa un pied sur le sol. Je me levai mais, aussitôt, des vertiges subvinrent. Je me sentis glisser jusqu’au sol. Les autres se précipitèrent sur moi et me soutinrent. Ils m’aidèrent à me rassoire sur mon lit.
« Bon, déclara Jérémie, je crois qu’on va devoir se débrouiller sans toi...
Je sortis mon portable de ma poche.
- On reste en contact. Tiens-moi au courant de tout ce qui se passe »
Il acquiesça. Puis, aussi vite qu’ils étaient arrivés, ils repartirent accomplir notre mission...
_________________
Lien Invalide. Merci de le corrigé. Thranhttp://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
http://imageshack.us/a/img802/1782/88vw.png

http://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
JCVgamer MessagePosté le: Sam 12 Déc 2015 23:07   Sujet du message: Commentaire Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 29 Aoû 2012
Messages: 163
Localisation: Dans le labyrinthe de mon âme
Coucou ! Smile

Bien un nouveau chapitre, après la terrible (mais également sympathique) épreuve que fût Bataille pour l'espoir, me voici de retour sur un texte moins glauque ^^
Alors je pense que ce texte tournera court tu comprendra pourquoi très vite.

Bien un chapitre toujours centré sur Ulrich qui demeurent la suite logique des événements du premier chapitre. Les passages introspectifs sont toujours bien écrit jusque-là donc continue.
Pour le scénario les choses commencent à se mettre en place vers la fin, cela va être intéressant de voir ce que tu vas nous proposer et comme on risque d'avoir du virtuel, ça sera encore mieux d'analyser comment tu t'en sors à ce niveau.
Niveau orthographe pas grand chose à redire, je n'ai rien vu de très choquant ici donc c'est bien.
Ton chapitre se lit vite, au niveau longueur c'est court mais pas trop, après dans celui-ci, je ne trouve pas d'autre chose à dire, car finalement il y'a peu à dire donc bon. Attention je dis pas que c'est un problème hein ? Tu as pris le temps de poser les choses et c'est bien, il le faut et en plus un texte qui se lit facilement à l'avantage d'être très accessible.

Comme je n'ai plus grand chose à dire et aucune question à poser (c'est assez malheureux d'ailleurs, je crois que j'ai pris un coup psychologique après mon dernier com ^^), je vais m'arrêter ici.
J'attends avec une grande attention la suite des événements et te souhaite bonne chance pour la suite, vends-nous du rêve Wink

Bonne soirée.
_________________
S'il existe différents maîtres contrôlant chacun un élément, je m'exerce à devenir le maître de la lumière.

Une nouvelle attaque lancée contre ces enquiquineurs, enfin une parodie d’attaque, car après celle-ci je lance l’attaque fantôme, un projet que prépare déjà depuis quelques temps et qui les mèneras tout droit à leur perte. One-Shot à paraître

https://lh3.googleusercontent.com/-07EHZzPU0Ko/Vgzy9hJt4qI/AAAAAAAAH10/3EekCXHPMjg/s600-Ic42/moviewatchSeptember2015.png

http://imageshack.us/a/img163/1125/ksmc.pnghttp://imageshack.us/a/img9/7127/sd8u.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
Sirix MessagePosté le: Dim 13 Déc 2015 11:59   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 27 Aoû 2013
Messages: 379
Localisation: Entre une chaise et un PowerMac G5
Bonjour ! Voilà le Sire ! Et son commentaire du matin !

Alors, ça avance bien tout ça. L'action s'installe assez vite mais le suspense reste présent, c'est bien géré.

Le scénario est prometteur, je me demande bien quel type d'attaque X.A.N.A. a lancé. Je présume que nous allons vite le savoir.

Le style de ce texte est très fluide. Comme je l'ai dit avant de me faire sauvagement troller par l'admin des glaces, il me rappelle le mien sur plusieurs aspects. Du coup, il correspond bien au type d'écrits que j'aime. J'y ai vite accroché.

Après, peut-être est-il un peu pauvre en descriptions ? Personnellement cela ne me gêne pas trop. On a le minimum syndicale, mais je ne suis pas sûr de faire l'unanimité sur ce coup-là.

En tout cas, j'ai bien aimé, et j'espère que la suite arrivera vite, bonne chance !^^

_________________
http://arnaud.maurin.perso.neuf.fr/images/Sirixsign.png

Auteur de la fic Replika on the Web.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
ombeline MessagePosté le: Ven 19 Fév 2016 22:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 17 Mai 2013
Messages: 82
Localisation: Dans une tour de passage
Bonsoir !
Je poste ce soir le chapitre 3 de ma fic, je suis navrée de vous avoir fait attendre aussi longtemps - disons que je me suis fait rattraper par le temps et par le "travail", plus communément connu sous le nom de "bac blanc" ( de français ! Laughing )

J'en profite pour remercier JCVgamer et Sirix - en espérant que vous serez toujours satisfaits de votre lecture !

Sur ce, je vous souhaite une agréable lecture....



Chapitre 3 : Odd

Moi c'est Odd Della Robia, le seul, l’unique ! J'ai 14 ans et je suis en troisième au collège Kadic avec mes amis Ulrich, Jérémie, Aelita et Yumi. Svelte – tous ceux qui vous disent le contraire sont des menteurs ! Ayant la coiffure la plus stylée du collège. Gourmand et UN PEU vantard. J’ai pour passe-temps.... Roulement de tambour... De sauver le monde... D’un virus informatique ! Oui, je sais... Dis comme ça, on a plus la sensation que mes anti-virus n’ont pas fait leur boulot dans mon pc... Quoique... Je n’ai pas d’ordi... Mais vous n’êtes pas censés le savoir ! Cependant, je vous parle bien d’une vraie menace ! Vous voyez sûrement de quoi je parle : la vieille usine, le supercalculateur, XANA, Lyoko, mon look ridicule de chat violet et l'elfe rose virtuel qui a poussé Jérémie à laisser le supercalculateur allumé. C’est notre secret à mes amis et à moi. Ce secret qui fait de nous des héros chaque jour.

Jérémie, pas très grand, blond, sensible, réservé, amoureux. C'est lui le meilleur dans toutes les matières sauf en sport. C'est grâce à lui que tout a commencé et sans lui, c'est sûr qu'on serait tous dans les ennuis jusqu’au coup.
Aelita, cheveux roses, yeux verts, douce, toujours agréable et souriante ; elle a toutes les qualités possibles. Elle est très attachée à Jérémie.
Yumi est la plus grande du groupe. Grande en âge mais aussi en taille, elle est habillée en noir, cheveux noirs, yeux noirs. Le noir, c'est sa couleur. Elle est d'origine japonaise. Elle est en seconde ; mais Kadic fait aussi lycée, donc on la voit quand-même à la récréation. C'est aussi la seule externe de la bande au grand dam du meilleur samouraï que je connaisse.
Je parle bien sur d'Ulrich, mon meilleur ami, mon compagnon de chambre, mon frère d'armes ainsi qu'un de mes plus gros fournisseurs de rab de croissants. Courageux, sportif, quoique des fois un peu coincé et grognon, d'habitude, c'est aussi un moins gros dormeur que moi. Mais une fois n'est pas coutume, en ce moment et depuis ce midi, il est en train de roupiller tranquillement à l'infirmerie.

Depuis le cours de SVT, il avait des vertiges, en sortant, on est allés manger puis on s'est installé au foyer pour se protéger de la pluie. Là, il s'est évanoui, allez savoir pourquoi, il a peut-être fait une overdose de maths ou quelque chose dans le genre. Plus sérieusement, un mélange de crève, de fatigue et un repas assez léger doivent être à l'origine de tout ça. Enfin, bref, on l'a emmené à l'infirmerie où il a dormi toute l'après-midi.
Après les cours Einstein a absolument voulu vérifier que XANA n'y était pour rien. Il s'est donc enfermé dans sa chambre pendant presque une heure et demie sans donner de nouvelles.

Au foyer, 3 contre 1, j'étais en train de battre Aelita au baby-foot quand il nous a appelé et nous a demandé de venir en vitesse dans sa chambre. A sa voix, on a tout de suite deviné pourquoi il appelait. On a immédiatement quitté le foyer pour se diriger vers les dortoirs.

Quelques minutes plus tard, nos nous tenions dans la chambre de Jérémie. J'ai toujours eu l'impression de me trouver dans un centre de contrôle de la NASA, ce qui n'est pas totalement stupide d'ailleurs, puisque tous ses ordinateurs sont reliés au supercalculateur. Tout en tapant à toute vitesse sur son clavier, il commença à nous faire son briefing :

« Bon, il y a une tour activée et une quinzaine de monstres montent la garde. J'ai fait un scan de l'activité des tours -c'est ça qui a pris du temps…
Il pivota sur sa chaise, pour nous faire face- on aurait presque dit un tic tellement il le faisait souvent :
-Et il semblerait qu’elle reçoit une quantité phénoménale d'énergie de je ne sais où. Mais le code qu'elle exécute est chiffré, donc j'en sais pas plus…

Jérémie parlait de plus en plus vite. Il s'emballait. Il ne maîtrisait pas ce qu'il se passait, alors que ça pouvait être important ; donc il perdait les pédales. Typiques des scientifiques : ils n'arrivent pas à expliquer quelque chose de manière logique et rationnelle, donc ils sont perdus.

Enfin, il rajusta ses lunettes et conclut :

- On file à l’usine. »

Il se redressa, saisit son portable et envoya un rapide message à Yumi : « Besoin de toi à l’usine, rejoins nous là-bas ! »
A la suite de ça, on sortit de la chambre de Jérémie en silence. On se mit à marcher sans faire de bruit. Vérifiant à chaque virage qu’un survêtement rouge ne nous tombe pas dessus… J'en avais mare du silence. C'est pesant, ça déprime, et pourtant, il est si souvent là, à vous ronger le moral. J'en avais aussi mare de ce qui nous arrivait. XANA, boulot, dodo ; et parfois même XANA à la place de dodo. Au final, on était tous mornes et dépressifs.
Tentant de briser cette monotonie, je lançai :

« Vous pensez qu'elle est réveillée notre belle au bois dormant ?
- J’espère bien ! répondit Jérémie. Les monstres de XANA ont l’avantage numérique, un combattant de plus ne serai pas de trop ! »

Aelita hocha la tête en émettant un petit "Hmmm" d'approbation.
Nous virâmes donc de bord en direction de l'infirmerie. Au bout d'une vingtaine de secondes, suivant comme une impulsion de stress collectif, nous nous mîmes à courir. Il nous fallut quelques bonnes minutes pour parcourir les longs couloirs du collège et enfin nous trouver devant la petite porte bleue de l'infirmerie. Cette dernière était d'ailleurs ouverte.
Yolande n'était pas là. On entra. Ulrich, réveillé, se redressa et se tourna vers nous ; arborant un regard interrogateur. Jérémie, avec toute la diplomatie, le tact et la délicatesse qu'on lui connaît ; lui balança à la figure un de ces "XANA attaque !" mal placés, inattendus, et faisant l'effet d'une petite bombe. La mine interrogatrice d'Ulrich se transforma aussitôt en une moue déconfite et abattue.
On lui expliqua rapidement le problème ; mais lorsqu'il tenta de se lever, il s'écroula par terre. Il n'était pas en état de nous aider. On le remit sur son lit, puis on partit rapidement, car on avait sûrement pas mal de pain sur la planche.

Dehors, le soleil avait disparu, mais il ne faisait pas encore nuit. L'air était frais et l'humidité de la nuit commençait à arriver. Le ciel, parfaitement clair, laissait transparaître des milliers d'étoiles. La très légère brise faisait bruisser doucement les feuilles des arbres. La faune nocturne commençait à s’éveiller. Nous avions l’impression de courir sur des éponges à cause de la pluie qui était tombée abondamment ces trois derniers jours… Tout était calme. Le calme parfait. Malheureusement, je fus bien vite rattrapé par la dure réalité ; ou plutôt la dure plaque d'égouts, sous laquelle je venais de m'écraser les doigts.

Cette plaque, si simple ; pourtant, chaque fois que je la voyais, cela ravivait en ma mémoire tout un tas de souvenirs. Le parc, la plaque, l’échelle, le tunnel, la grille donnant sur le fleuve, l’autre échelle, l’autre plaque, le pont, l’usine. Toutes ces étapes, je les connaissais par cœur, mais je ne m’en lassais pas ; au contraire, je trouvais ça grisant. Pas grisant d’affronter la puanteur des égouts, non, mais grisant d’affronter le danger, de ne pas savoir ce qui nous attend, grisant d’être un héros, en fait.

Le problème, c’est que tout ça allait de pair avec un stress quasi permanent ; mais du coup, mieux valait profiter de ces moments d'imprévu. Enfin bref, je m’éloignais de ces pensées plus que mitigées pour me concentrer sur l’instant présent.

Nous étions sous terre. J’avais l’impression de voler sur mon skateboard. Je fonçais à toute allure au dessus des parois parfaitement lisses du tunnel et des eaux marron coulant à flots. Bientôt vint un moment que j’affectionnais particulièrement : le saut. Bien qu’il me fasse un peu peur à chaque fois, les quelques secondes pendant lesquelles je flottais en l’air étaient pour moi un pur bonheur.

Cependant, la fin du tunnel ne mit pas bien longtemps à arriver. On déposa skateboards pour les uns, et trottinettes pour les moins sportifs ; puis on grimpa rapidement à l'échelle.
Le pont, comme la plaque, j'en avais vu tellement dans ma vie ; mais celui-ci était, pour moi, différent ; ou du moins, il ne signifiait pas la même chose.

L’usine était immense. Mais, globalement, il s’agissait d’un ancien lieu de travail avec plein de petits recoins et de salles. Elle était entièrement décorée de poutres toutes rousses à cause de l’érosion. Ces dernières, tels des ponts, joignaient les deux étages qui étaient séparés par « la nef » que nous parcourions. La faible lumière de la lune pénétrait par les nombreuses fenêtres, donnant un air un peu fantomatique à notre usine. Nous appelâmes le monte-charge. Grincements et craquements se firent entendre ; le vieux moteur râla quelques secondes, puis la cage métallique rouillée se présenta à nous. On se logea à l'intérieur, puis Jérémie, très calmement, appuya sur le mythique bouton rouge qui nous fit descendre au premier sous-sol.
Arrivé dans le labo, je balayai machinalement la pièce des yeux, à la recherche d’un quelconque changement ou danger ; mais tout était en place. La pièce était grande et réfléchissait une lumière verte émeraude. Un supercalculateur, le nôtre, trônait au centre et émettait plein de bourdonnements. Yumi était déjà là, calme et silencieuse. Elle nous adressa un sourire dès que l’on pénétra dans la pièce. Jérémie, toujours fidèle à ses habitudes, se rua sur le poste de commande et se mit à pianoter à toute vitesse sur son clavier.
Une certaine inquiétude était lisible sur le visage d’Aelita, et sûrement sur le mien aussi ; mais Yumi ne laissait rien transparaître ; question de principes, apparemment.
« Bah, qu’est-ce que vous attendez ? demanda soudainement Jérémie, sans se donner la peine de lever la tête.

Le message avait le mérite d’être clair… On retourna dans l’ascenseur. Yumi pressa le bouton rouge et coinça une mèche de cheveux derrière son oreille. Aelita lissa sa salopette. Et moi, je passai une main dans mes cheveux.

Petite note du narrateur :
Des gestes simples ne sont pas forcément anodins.


- Quel territoire ? demandai-je.

- Territ….

Mais je n’entendis pas la fin de la phrase, les portes s’étaient refermées.

L’étage d’en dessous était très lumineux. Sa lumière était produite par les trois scanners, espèces de grands cylindres jaunes qui avaient une hauteur de deux mètres. Il s’agissait là de notre moyen de voyage jusqu’à Lyoko. D’immenses câbles apparaissaient sur leur plafond et, pareils à des racines d’un arbre, venaient se confondre en un seul amas de cordes. Ce dernier rejoignait tout droit le laboratoire. Chacun se plaça dans un caisson, puis quelques secondes plus tard, les portes se refermèrent et la voix de Jérémie retentit à travers les micros :

“Transfert Aelita. Transfert Yumi. Transfert Odd.”

Un vrombissement sourd envahit la pièce. Une chaleur intense venant du bas commença à m’envelopper.

“Scanner Aelita. Scanner Yumi. Scanner Odd.”

La chaleur s’intensifia et tout mon corps se souleva. Un vent puissant envahit le caisson, faisant flotter mon t-shirt et dressant mes cheveux en l’air.

“Virtualisation !”

La température grimpa à nouveau. Des picotements de plus en plus forts me parcoururent tout le corps pendant une seconde ; puis je disparu dans un flash de lumière.
Et je n’étais plus de ce monde… Au sens figuré.
_________________
Lien Invalide. Merci de le corrigé. Thranhttp://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
http://imageshack.us/a/img802/1782/88vw.png

http://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 20 Fév 2016 09:42   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1442
Localisation: Sûrement quelque part.
Pour le coup, c'était une surprise, je ne m'attendais pas à voir ta fic remonter des tréfonds du sous-forum hier soir.
Manifestement je n'avais rien commenté du tout sur ton texte jusqu'à présent. On va dire que c'est normal, les focus Ulrich, hein (a)
Ce chapitre trois présente donc le net intérêt de changer un peu d'air. En même temps, ç'aurait été compliqué de décrire l'attaque de XANA du point de vue d'Ulrich vu l'état où il est...

Tout d'abord, Odd reprend en long en large et en travers un petit briefing sur la série, et sur les chapitres précédents pour rappeler les faits. Ce genre de procédé peut être assez lourd si on lit la fic d'une traite et qu'on a donc le chapitre précédent bien en tête, mais en l'occurrence ça faisait un moment qu'on avait pas vu de chapitre de ta part donc c'est plutôt une bonne chose. En plus, le ton de voix d'Odd permet de rendre ce passage un peu plus dynamique et d'éviter d'assommer tout lecteur, même celui qui aurait déjà les évènements en tête. Pas trop lourd donc, du moins de mon ressenti.
J'en profite pour préciser qu'en plein milieu du chapitre tu passes du duo présent/passé composé au passé simple (vers le moment où Jérémie les convoque dans sa chambre je crois). Sachant que les chapitres précédents étaient au passé simple/imparfait de ce que j'ai vite fait regardé, je pense qu'on a affaire à un petit pépin de concordance des temps. Après, c'est clair que le présent rend mieux dans la partie où Odd bavasse vraiment, donc c'est peut-être un choix.

Pour continuer, deux trois remarques en vrac sur quelques phrases particulières :
Citation:
On se mit à marcher sans faire de bruit. Vérifiant à chaque virage qu’un survêtement rouge ne nous tombe pas dessus… J'en avais mare du silence.

(Déjà, "marre" Mr. Green)
En fait ici la ponctuation est un peu trop forte, j'aurais mis une virgule après "bruit", ça me semble plus naturel.
Par ailleurs, deuxième remarque sur cette phrase, et spéciale dédicace à ton bac de français : jolie métonymie sur le survêtement et Jim (a)

Citation:
sous laquelle je venais de m'écraser les doigts

C'est tout con mais j'ai beaucoup aimé ce moment. En fait, c'est un petit point qui n'a l'air de rien mais donne plus de réalisme à l'histoire. Pas le réalisme au sens large tel qu'on passe notre temps à le défendre dans les scénarios, mais le réalisme au sens "petit détail qui nous fait nous plonger plus facilement dans l'histoire". Ce truc n'aura aucun impact sur l'histoire, et pourtant, c'est plaisant de le voir parce que jamais un héros ne se bouffe la plaque d'égout sur les doigts dans la série alors que ça peut parfaitement arriver.

Citation:
Je fonçais à toute allure au dessus des parois

Le terme de "paroi" ne me semble pas tout à fait approprié ici, puisqu'il désigne plutôt les murs. Du coup, sauf si Odd est vraiment très fort..XD

Afin de rendre hommage à Odd, c'est à ce stade que je suis allée bouffer mon croissant. [/mavie]

Citation:
Elle était entièrement décorée de poutres toutes rousses à cause de l’érosion.

Ding! C'est l'heure du point S (parce que pas de stress?)!
J'imagine que tu fais ici allusion au fait que les poutres aient rouillé. En fait, l'érosion c'est le fait que les reliefs (généralement, mais après ça peut aussi se manifester sur d'autres trucs) soient abîmés par une forte exposition aux éléments, notamment l'eau et le vent, ainsi que les variations de température. Ce n'est pas exactement ce qui se passe avec les poutres, la rouille n'est pas considéré comme de l'érosion mais c'est en fait un procédé d'oxydation. En gros, le fer réagit directement avec l'eau et l'air et se transforme en rouille, il n'est pas "détruit" comme l'est une montagne lors de l'érosion. On me souffle d'ailleurs que le terme précis est "corrosion" Mr. Green
Voilà, c'était le point S Mr. Green

Pour finir, la note du narrateur. A vrai dire, je ne sais pas trop quoi en penser.
De manière générale, je n'aime pas ce genre de procédés, ils cassent un peu l'immersion et nous braquent de manière trop forcée vers des détails que l'on pourrait avoir remarqué seul. En fait, je trouve ça plus élégant de mettre un détail important, puis de laisser filer jusqu'au moment où on s'en ressert, et à ce moment là on se dit "Ahhhh mais oui c'était là bien joué". Si tu surlignes le détail important en rouge fluo, ça enlève un peu l'effet subtil.
Cependant, ici la note change complètement le ton de la scène et c'est pour ça que j'hésite sur la façon dont je la catégorise. A partir du moment où on lit ça, on va se montrer méfiant, d'autant plus que l'attaque de XANA n'est pas encore clairement révélée (il est possible que ça ait un lien avec l'état d'Ulrich mais ça peut être tout autre chose, les pistes sont encore ouvertes), et ça peut rendre le lecteur plus vigilant et plus analytique vis à vis des petits détails du texte (potentiellement en vain d'ailleurs : "Mh, ça alors, Jérémie a tapé sur cette combinaison de touches....c'est louche!"). Si on avait pas eu la petite note, on aurait continué à lire le texte tranquillement, comme une petite fanfic dans l'univers de la série.

Je profite de ma transition pour mettre un petit mot sur la fic jusque là parce que c'est mon premier com.
En fait, dans sa catégorie, ta fic s'en sort pas trop mal. C'est très dans l'esprit de la série en fait, avec quelques petits points de détail (coucou la plaque d'égout) qui rendent le tout moins chiant, et d'ailleurs le style est assez vivant et simple ce qui permet d'aller à l'essentiel. Du coup, le côté simple aide aussi à donner cette impression de continuité avec la série, là où d'autres auteurs vont chercher à s'arracher au côté un peu enfantin du DA pour construire des intrigues plus matures. Je ne serais pas étonnée si tu restais dans cette ambiance pour tout le texte d'ailleurs, et on peut faire de bons textes dans cette optique. Le tien ne part pas trop mal, j'espère qu'on n'y trouvera pas les écueils qu'on reproche régulièrement à la série (le côté répétitif en tête par exemple).

Voilà Mr. Green Bonne continuation o/
Cette fin de com' était nulle en fait o.o
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Sam 20 Fév 2016 12:52; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sirix MessagePosté le: Sam 20 Fév 2016 11:49   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 27 Aoû 2013
Messages: 379
Localisation: Entre une chaise et un PowerMac G5
Bonjour Ombeline.^^

Et bien, c'est un chapitre charnière auquel on a droit, je n'ai que peu de choses à en dire je pense, il résume une situation routinière de la série, mais en bien.

L'ambience de la série est assez bien dépeinte. Et surtout, remarquable travail sur le tempérament d'Odd, dont on observe beaucoup de contrastes : tout d'abord une personnalité d'enfant casse-cou et prétentieux, mais heureux et insouciant, qui face aux attaques, malgré la façade, prend un ton grave, plus apeuré et torturé, bon, c'est pas un grand dépressif non plus, mais on voit plus de maturité et de réalité dans sa manière de parler, c'est très intéressant parce que ça fait transparaître cette grande profondeur qui fait tout le charme d'Odd dans la série. On remarque beaucoup sa sensibilité aussi. Il réagit à tout ce qui l'entour et passe facilement d'une émotion à une autre. En bref, je trouve le personnage très bien retranscrit.

Concernant le scénario, comme je disais, peu à en dire, les descriptions sont bien étoffés et ça se lit bien et vite. La fin nous donne évidemment envie de voir la suite.

Sur ce, bon courage.^^

_________________
http://arnaud.maurin.perso.neuf.fr/images/Sirixsign.png

Auteur de la fic Replika on the Web.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
ombeline MessagePosté le: Sam 09 Avr 2016 20:54   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 17 Mai 2013
Messages: 82
Localisation: Dans une tour de passage
Bonsoir !
Je suis enfin de retour pour vous dévoiler la suite de ma fic. Je précise qu'il s'agit du dernier chapitre aussi rédigé par Motmotk, et que le reste ne sera qu'uniquement de moi.

Sirix et Ikorih : Merci pour votre soutien.
Ikorih : Merci pour ton commentaire argumenté, ça me fait vraiment plaisir que tu aies pris de ton temps pour le rédiger. Très contente que la métonymie t'ait plu ! Quant à la plaque d’égout, cette idée nous vient tout droit de la plume de Motmotk ! ^^ Par ailleurs, il est vrai que j'ai eu quelques soucis avec les temps, déjà parce que certaines phrases sonnaient mieux en changeant le temps et parce qu'il fallait mêler aussi bien le récir de Motmotk et le mien; alors pas facile... Pour finir, je suis très heureuse que la fic elle-même te plaise.
Sirix : Merci d'être aussi fidèle à ma fic, ce qui me fait penser que je devrais vivement poursuivre la tienne... Je suis très contente que tu aies repéré le travail sur la personnalité d'Odd; c'est ce qui a été le plus dur à écrire; alors merci.

Bon, trêve de bavardages et je laisse place au chapitre 4 des Compagnons d'armes :


Chapitre 4 : Odd

Je ne le voyais pas mais je le savais, je le sentais presque. Mon corps se dessinait lentement dans le ciel de Lyoko. Une fois remodelé à mes couleurs virtuelles, j’en repris le contrôle. La gravité s’appliqua sur moi, et je tombai au sol, me réceptionnant à quatre pattes- littéralement. Instinctivement, je jetai un coup d'oeil furtif aux alentours : Yumi, dans sa combinaison poupre ; Aelita, avec ses oreilles pointues... Le compte était bon. J’examinai comme chaque fois mes grosses pattes de chat ; et, les refermant sur elles-mêmes, je ressenti le contact des griffes contre ma paume, me rappelant que j’étais un garçon ordinaire dans un monde extraordinaire, regorgeant de monstres et de combats…

Nous étions sur le territoire désert. Le ciel n’était pas sombre comme il y a à peine cinq minutes, il envoyait une lumière artificielle qui me fit mal aux yeux, habitués au ciel crépusculaire. Enfin, ce ciel, était plutôt une nuance de milliers de couleurs ininterrompue, dans les tons jaune-oranger, qui se succédaient ; un peu comme un dégradé. Avec le nombre de fois où j’étais venu sur ce territoire, j’avais eu le loisir de les observer. Mais le temps était à la bagarre, pas à la poésie…

Jérémie nous avait expliqué que plus l’activité de XANA était intense, plus il avait du mal à nous virtualiser près de la tour ; à cause d’une histoire de brouillage de signaux de virtualisation, ou un truc compliqué comme ça. En tout cas, ça ne laissait présager rien de bon pour nous pour cette fois, puisque nous nous trouvions relativement loin de la tour. Nous nous cachâmes derrière un rocher marron – telle la couleur des poils d’un ours brun- pas plus haut qu’un mètre. Sa longueur permettait tout juste d’abriter trois personnes, ce qui tombait plutôt bien !

Petite interruption philosophique :
Lyoko est un monde calme et sans danger en apparence, mais imprévisible et truffé d’embûches en réalité.


Je relevai la tête ; la tour était visible, une centaine de mètres plus loin, coiffée d’un halo rouge sang. Toute une armée de monstres montait la garde : Placés de telle manière de suivre la courbure de la tour, soit en demi-cercle, quatre Blocs se trouvaient devant l’immense cylindre beige. Les cubes qui constituaient leur corps ne cessaient de pivoter sur eux-mêmes comme s’ils nous cherchaient… J’en déduisis que XANA ne nous avait toujours pas repéré, ce qui constituait un léger avantage pour nous… Devant ces-derniers, toujours en demi-cercle, trois grosses bouboules toutes grises, aussi appelées Mégatanks. Devant elles, deux Tarentules. Elles agitaient leurs pattes-avant avec frénésie comme si elles étaient impatientes de commencer le combat. Et pour terminer, le meilleur pour la fin, le général des troupes de XANA : William. Il était planté là, dans sa combinaison noire portant la marque de son maître ; l’œil de XANA. Son épée était enfoncée dans les terres arides du désert, devant lui.
Tous ces monstres étaient placés de telle manière que l’ensemble avait l’air d’une pyramide, soit à l’envers, puisque William se trouvait devant. Ce dernier balayait du regard l’horizon. Il fixa notre rocher. Par réflexe, je me baissais pour qu’il ne me découvre pas…

« Alors ? demanda Yumi.
- Quatre Blocs, trois Mégatanks, deux tarentules et William. répondis-je, d’une voix presque mécanique. »
Je marquai une pause. Puis, je levai ma tête vers le ciel pour m’adresser à Jérémie :
« Hé Einstein, ils ne devraient pas être plus nombreux normalement ? »
Mes paroles flottèrent dans l’air un instant avant que la voix de Jérémie résonne dans le monde virtuel :
« Mes écrans captent six monstres éparpillés dans le décor… Euh, six kankrelats…. Les rochers…. Dans les rochers…
- Ouai, pigé. Mais tu pourrais faire des phrases qui veulent dire quelque chose ? Sujet, verbe, complé…
- Désolé Odd…m’interrompit le génie. C’est que cette attaque est… particulière. Elle m’inquiète. XANA met vraiment le paquet... Et le nombre de monstres augmente encore, donc ça serait bien si vous ne preniez pas racine derrière ce fichu rocher.
- On va jamais y arriver… souffla Aelita. Ils sont trop nombreux !
Je grognai malgré moi et répondis seulement par mon dicton de toujours :
- Faut jamais dire jamais ! »


J’avais pris l’habitude de ne pas réfléchir et de suivre mon instinct… Pourquoi changerais-je cette tactique ?
« Jérémie, tu peux m’envoyer mon hoverboard s’il te plait ? » dis-je.
En un rien de temps, ma planche violette se matérialisa. J’avais toujours fait la comparaison entre cette planche et celle qu’utilise Marty Mcfly dans retour vers le futur … Avouez, j’suis sûr que vous aussi vous l’avez déjà faite ! Je sautai sur la planche volante et m’élançai dans les airs. Les deux tarentules se redressèrent de toute leur taille et se mirent à tirer sur moi avec leurs pattes métalliques… J’essayais d’éviter les tirs au maximum, me penchant à droite, à gauche… Je me dirigeais tout droit sur les monstres. Je tendis le bras devant moi, près à attaquer à mon tour. Un tir ennemi me rasa de près.
« Flèche las… ! »
Je dus esquiver à nouveau un laser ennemi, m’empêchant de tirer. Je tendis à nouveau mon bras. Je fermai un œil pour mieux viser. J’avais ma cible : Une tarentule. Je fis un petit geste de l’avant-bras ou plutôt, vu la situation, de l’avant-patte.
« Flèche… Ahhh ! »
Touché… Je fis demi-tour avec mon engin, retournant vers notre rocher… Mais je ne m’y arrêtais pas, cependant. J’accrochai mes deux pattes à l’overboard et montai dans les airs à la verticale parfaite. Regardant par dessus mon épaule, j’eu une vue d’ensemble sur tout le champ de bataille. Yumi et Aelita, toujours planquées, levaient la tête pour me voir. Je remarquai avec un petit sourire en coin que l’articulation des Blocs ne leur permettait pas de lever la tête assez haut pour m’avoir en visuel. William, d’un air mauvais, me suivait des yeux. Mais, à ma grande surprise, il n’arracha pas son arme du sol. Il se contenta de croiser les bras. Que cherchait-il ? C’était peut-être une ruse…
« A quoi tu joues Odd ? me demanda activement Jérémie. »
J’ignorai la question. Je gagnai encore en altitude. Je pris une grande inspiration, c’était maintenant ou jamais ! Je fis pivoter un peu ma planche. Puis fis un plongeon sur les monstres à une vitesse... Immense, terrifiante et géniale ! Je ne pus m’empêcher d’hurler… De joie !
« Wouhhhh Ouhhhhh !»
Je pointai mes deux bras devant moi et lançai des flèches lasers aléatoirement. Je me rapprochais de plus en plus des monstres.
« Prenez ça ! » m’écriai-je
Je touchai – enfin- une tarentule qui explosa en un millier de fragments virtuels qui disparurent aussitôt. Je levais un poing triomphant mais fus vite ramené sur Terre – enfin sur Lyoko- par un tir d’un de ces stupides Blocs à la jambe.

Petite précision quant aux dégâts des tirs :
On ne ressent aucune douleur, quoique des picotements parcourent la zone touchée pendant quelques secondes.


Je remis ma planche horizontalement et fis demi-tour avant de rejoindre Aelita et Yumi, derrière le rocher.

Je passai une patte sur mon front.
« Charmant le comité d’accueil ! conclut Yumi avec un sourire.
- Comment va-t-on passer ? demanda Aelita, l’air grave.
- Je n’ai encore rien tenté, lança Yumi avec un petit air de malice »
Elle regarda par-dessus le rocher tout en plissant les yeux. Puis, après un bref moment, elle s’élança sur son Overwing qui avait dut être matérialisé durant mon combat. Elle fonçait sur les monstres. Elle agita une de ses mains dans laquelle apparue un éventail. Elle gagna en vitesse. Soudain, Aelita se redressa légèrement et leva son bras au-dessus de notre planque avant d’hurler :
« Champ de force !»
Une boule d’énergie apparut dans sa paume. Avec une force que je ne lui connaissais pas, Aelita envoya son champ de force. La boule rose passa bien à côté de nos ennemis et s’éloigna au loin. Nous étions beaucoup trop éloignés pour tirer de notre cachette.
Yumi envoya son arme d’un geste du bras tout en pilotant son véhicule de l’autre main. L’éventail siffla dans l’air… Et ne toucha aucune cible. Il revint. Yumi l’attrape au vol. Elle fit apparaître son second éventail. Puis, lâchant le « volant » de l’Overwing, elle lança ses deux armes simultanément avant de reprendre les commandes de son engin. Plus que quelques mètres la séparaient des monstres... Un éventail se contenta de contourner l’amas de monstres ; l’autre frappa la carapace d’un Bloc, ce qui ne suffit pas le faire disparaître. Ce dernier enragea et répondit par un laser qui toucha Yumi à l’épaule gauche, où elle porta hâtivement une main, par automatisme. Elle récupéra ses deux éventails puis prit l’option « repli » et revint vers nous.
« Combien de points de vie me reste-t-il ? s’informa-t-elle auprès de Jérémie.
- Euh…85. Répondit-il. Et toi, Odd, il t’en reste… 70.
Je soufflai.
- OK, déclarai-je, ils ont vu Yumi, ils m’ont vu moi… Maintenant, on va leur faire goûter le mélange ! »
Yumi hocha lentement la tête. Le combat allait réellement commencer…
_________________
Lien Invalide. Merci de le corrigé. Thranhttp://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
http://imageshack.us/a/img802/1782/88vw.png

http://u.jimdo.com/www64/o/s4815dfea7ba59eb0/img/ibcd1cc6c32b44619/1377685246/std/image.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Minho MessagePosté le: Dim 10 Avr 2016 12:25   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 29 Jan 2016
Messages: 93
Focalisation interne et je n'ai pas encore commenté, faut que je rattrape ça ! Bien le bonjour ombeline, ravi de constater que le chapitre 4 a été posté. Tout d'abord, même si ça a déjà été souligné, tu as vraiment été courageuse de continuer ta fic malgré la « rupture » de votre duo d'écrivains. C'est tout à ton honneur de poursuivre ce projet malgré les circonstances

Pour le chapitre 1, c'est plus une intro bien utile pour ceux qui ne connaitraient pas l'univers mais (presque) tout le monde sur le forum est au courant des caractéristiques de chaque membre de la bande évidemment. Donc je suppose que c'est rédigé de cette façon pour avoir le point de vue d'Ulrich sur la situation. Rien de très inédit mais j'ai néanmoins apprécié la façon dont il perçoit Yumi au niveau sensoriel. Cela montre aussi que tu vas rester fidèle à leurs caractères de base, ce qui est une bonne indication pour le lecteur qui sait dès lors à quoi s'attendre pour la suite. Après tout, il y a tellement de genres différents dans la section fanfic, c'est toujours bon de savoir dans quoi tu vas nous embarquer. Compagnons d'armes est pour le moment très ancré dans le DA, cela aurait très bien pu être le synopsis d'un épisode n'ayant jamais vu le jour. Bonne chute avec la perte de conscience d'Ulrich.

Chapitre 2, ça reprend direct là où tu nous avais laissé. Ulrich émerge, c'est bien écrit, rien à redire si ce n'est qu'il ne passe pas grand chose. Néanmoins, le style est soigné donc ce n'est pas du tout ennuyeux à lire.

Chapitre 3, changement de narrateur, yeah ! Bon boulot, on voit bien la différence entre le samouraï virtuel et son meilleur pote. J'aime bien ta vision d'Odd car l'option de facilité serait de le faire passer pour le débile de service mais il est bien plus que ça comme tu l'as montré, n'en déplaise à Cyclope Cool Sinon l'intro faisait un peu redondance mais c'est un choix scénaristique comme un autre. Par contre, j'espère vraiment que ça ne va pas être comme cela à chaque fois que tu changes de personnage ! Pour finir cet épisode sur une note positive : A+ pour la scène de virtualisation très bien réalisée.

Ce qui nous amène au dernier chapitre ! C'est sans doute celui que j'ai le plus apprécié. Tu es vraiment douée pour retranscrire aussi bien le réel que le virtuel de manière fidèle et ces deux derniers écrits le prouvent ! On visualise bien la scène d'action grâce à tes descriptions efficaces. Par contre, j'étais tellement pris dedans que la fin est arrivée beaucoup trop vite. C'est mon seul reproche avec ces chapitres, je les trouve un poil trop court... Mais c'est sans doute parce qu'ils sont souvent relativement long sur le forum et que j'ai moi-même l'habitude d'écrire une quinzaine de pages Word pour un épisode.

Bref, tu l'auras compris avec ce commentaire : j'ai un avis plutôt positif sur cette fic. Je continuerai donc à suivre, I want to know what's going on with Ulrich ! Même si on n'est pas près d'avoir la réponse vu que je suppose que le prochain point de vue sera celui de Yumi mais qui sait ? On n'est pas à l'abri d'une surprise Mr. Green

Keep going like that, you are doing a great job !
_________________
http://data.whicdn.com/images/89102907/large.jpg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Ven 15 Avr 2016 14:58   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1442
Localisation: Sûrement quelque part.
Koukou, je devais commenter et j'ai zappé. 8D
Et en plus t'as pas de pot, j'ai pas d'inspiration! o/

Ce commentaire étant de la merde, il commencera avec une blague du même acabit :
Citation:
dans les tons jaune-oranger

Haha, je comprends pourquoi Odd a mal aux yeux! 8D 8D 8D
(Toujours dans l'orthographe, y a un moment où tu écris "hoverboard", raté Razz)

« plus l’activité de XANA était intense, plus il avait du mal à nous virtualiser près de la tour ; à cause d’une histoire de brouillage de signaux de virtualisation, ou un truc compliqué comme ça »
J'aime bien cette explication! Déjà parce qu'elle est assez cohérente, elle ne rentre pas dans les gros détails (ce qui se justifie de part le narrateur) mais on saisit à peu près l'idée et je trouve que ça se tient! Procédé narratif assez léger, j'aime.
Par contre, le moment où tu fais une interruption philosophique, je trouve que ça casse nettement la narration sans pour autant y apporter quelque chose...
« Petite précision quant aux dégâts des tirs : On ne ressent aucune douleur, quoique des picotements parcourent la zone touchée pendant quelques secondes. » Là aussi, Odd aurait très bien pu dire ça sans faire intervenir directement le narrateur, ce serait mieux passé à mon avis!

« J’avais toujours fait la comparaison entre cette planche et celle qu’utilise Marty Mcfly dans retour vers le futur … »
Spoiler


« Avec une force que je ne lui connaissais pas, Aelita envoya son champ de force » Légère répétition? 8D
« L’éventail siffla dans l’air… Et ne toucha aucune cible » L'ensemble du pôle fiction sauf Pikamaniaque mais bon valide ce réalisme travaillé.

Je n'ai pas vraiment grand chose de plus à dire, tu fais des chapitres assez courts et en plus celui-là est majoritairement composé de baston :/ Remarque, comme ce com' est pourri, mieux valait abréger tes souffrances maintenant! 8D
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1038s (PHP: 66% - SQL: 34%) - Requêtes SQL effectuées : 21