CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
Question S1E20
[Fanfic] Continent Noir
bruxelles dans les clc
[Fanfic] Human
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] Oblitération
[Fanfic] Le risque d'être soi
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Comment imagineriez votre véhicule da...
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Code Lyoko saison 5 : le bug du supercalculateur.

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
magnifik68 MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013 22:36   Sujet du message: [Fanfic] Code Lyoko saison 5 : le bug du supercalculateur. Répondre en citant  
[Mégatank]


Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 819
Localisation: Dans un lieu magnifik !
Bonsoir, c'est avec joie et un immense honneur que je vous présente le début de ma toute nouvelle fanfiction basé sur une saison 5 ne prenant pas en compte les événements de CLE même si je dois dire qu'il y aura peut-être quelques éléments de cette saison dans ma fiction.

Chaque chapitres auront la forme d'un épisode de Code Lyoko.

De plus, comme les héros son adulte, il y aura des histoires de fesse, donc si vous n'aimez pas cela, mieux vaut ne pas lire. Voilà, vous êtes prévenus.

Elle se passe longtemps après l'extinction du supercalculateur. Je ne vous en dis pas plus et je vous laisse apprécier mon long texte.



Code lyoko saison 5 : Le bug du supercalculateur.

Episode 1 : destination finale.

21 octobre 2013, cela faisait pile dix ans que le supercalculateur avait été rallumé par un certain Jérémie Belpois mais aussi sept ans qu’il avait été éteint par celui-ci. Ce jeune homme avait bien grandis depuis, il avait toujours les cheveux blonds et des lunettes. Ses cheveux étaient devenus court et il s’était laissé pousser un peu de barbe qui ne lui allait pas du tout. Cet ancien collégien est devenu aujourd’hui étudiant en physique quantique. C’était un domaine qui le passionnait énormément et qui lui rappelait aussi ses années d’aventure qu’il n’oubliera jamais. Par contre, il n’était plus le meilleur de sa classe. Quelques grosses têtes le surpassent et il en était pas moins impressionné mais il restait quand même dans le top cinq des meilleurs de sa promo. Jérémie souhaitait plus que tout au monde de devenir un grand chercheur dans le domaine et laisser une trace de lui dans ce monde, c’est son objectif et après chaque année d’étude, il devenait plus déterminé à y arriver. Il passait comme toujours le plus clair de son temps à étudier et ses parents en était très fier et étaient prêts à lui donner leur âme pour qu’il y arrive. Le jeune homme possédait un appartement dans la ville de Paris et vivait avec Aelita, son amour de toujours. Ils sortaient ensemble depuis leur sorti du lycée et avaient décidé de vivre dans le même appartement. Mais au bout de quatre ans de vie commune, les deux jeunes se disputaient souvent à cause du problème de diplomatie du jeune surdoué ou des concerts d’Aelita car elle était devenue une très grande DJ très populaire dans son pays.

D’ailleurs, cette jeune fille avait une couleur de cheveux rose bonbon depuis son plus jeune âge, c’était de naissance et elle tenait cela de sa mère aujourd’hui disparue, original. Elle avait subis comme son compagnon une grande poussée de croissance mais à part cela, elle n’avait pas vraiment changé. Autrefois, elle avait fait la première partie du concert des subdigitals en 2006 mais maintenant, elle avait composé son propre groupe de techno et avait vite obtenu du succès dans le pays. Tout le monde était très fier d’elle. Elle avait aussi fait des études de médecine où elle avait réussi à décrocher une licence assez difficilement à cause de sa passion. Après cela, elle avait décidé de se consacrer entièrement à la musique. Et cela, Jérémie ne le comprenait pas. Lui, il aurait voulu qu’elle continue ses études car elle avait un grand potentiel. Plusieurs fois, leurs disputes avaient obligé la jeune fille à se coucher sur le canapé au lieu de rester auprès du blondinet mais ils finissaient toujours par se réconcilier. Après tout, un couple sans dispute n’est pas un couple.

21 octobre, 7h00.

Un violent dring résonna dans la pièce ou dormait le couple des Einstein. Aelita émit un petit grognement. Jérémie, quant à lui se leva péniblement du lit en s’extirpant des bras de sa belle. Il prit ses lunettes, enfila un caleçon car bien sûr il était en tenu d’Adam. Après avoir mis ses pantoufles vertes foncés, il sorti de la chambre à coucher pour se diriger dans la cuisine afin de se servir un bol de céréales chocapics fort en chocolat pour pouvoir gagner des forces afin de bien commencer sa journée. Ensuite, il alluma la radio et commença à déguster son petit-déj.

-Météo du jour ! Il fera un temps pluvieux toute la journée avec une température de trois degré le matin et huit l’après-midi, sortez couvert les amis.

Le blondinet en avait marre de ce temps pourri et aimerait bien revenir à l’été chaud qui avait cette année-là. C’est alors qu’il repensa à ses vacances en Méditerranée avec sa copine. Où ils s’amusaient sur la plage, dans l’eau, se promenaient dans les marchés du soir ou dans la nature, visitaient la ville et les petits villages, dégustaient dans des restaurants très chic et aussi des bains de minuits très romantique. D’ailleurs, la jeune fille en chemise de nuit rose rejoignit son amoureux qui avait presque fini son petit-déj.

-Bah, t’es déjà levé ?
-Avec ton vieux réveil infernal, comment veux-tu que je reste endormie ? Surtout que tu fais un boucan pas possible tous les matins pour te préparer.
-Désolé ma chérie, répondit-il en lui faisant un bisou rapide sur la bouche pour lui dire bonjour.

Le blondinet ne voulait pas se disputer de si bon matin et prit la remarque sans s’énerver.

-Il reste des chocapics ? demanda-t-elle.
-Dans le placard du haut.
Elle se dirigeait doucement vers le dit placard et prit le paquet de céréales qu’elle versa elle aussi dans un bol mais rose. Après ce petit échange, ils ne parlaient plus mais ils écoutaient plutôt ce que la radio avait à dire. Il passait aux infos du matin qui signalait la découverte du corps d’une enfant disparue il depuis deux semaines. Jérémie se leva pour aller se changer. Comme ambiance, l’étudiant avait connu mieux. Une fois dans la chambre, il leva les rideaux et ouvrit les fenêtres histoire d’aérer la pièce qui sentait le renfermé. Belpois ramassa aussi les quelques vêtements qui trainaient et les posa sur une chaise. Puis, il sortit une chemise à carreaux gris et un pantalon noir en tissu fin ainsi qu’une cravate rayé noir de son armoire. Après cela, direction la salle de bain pour se laver la figure mais aussi raser sa barbe qu’il avait gardé depuis une semaine car la jeune fille en rose lui disait que ça ne lui allait pas du tout et tout le monde lui donnait raison. Mais au moment de se brosser les dents, une voix aigüe hurlait son nom. Une fois arrivé sur les lieux, il s’emporta :

-Ca va pas d’hurler comme ça ? J’ai failli avoir une attaque moi ! dit-il avec la bouche pleine de dentifrice.
-Tais-toi et écoutes idiot ! s’écria-t-elle.

Effectivement, la jeune fille s’était levée du pied gauche ce matin.

-Ca s’est produit en début de soirée, vers dix-huit heures, hier. Un attentat dans un collège lycée parisien a fait 22 morts et 35 blessés. Et notamment le proviseur du collège Kadic monsieur Delmas ainsi qu’un professeur de science nommé Mme Hertz qui entamait sa dernière année. Une grande partie de l’établissement a été ravagé par l’explosion et les flammes. La plupart des élèves sont choqués de voir leur établissement mais aussi leur foyer pour un grand nombre d’entre eux détruit en quelque secondes, ainsi que la disparition de certains de leurs camarades. Un collégien a été identifié grâce au témoignage de monsieur Morales qui affirmerait l’avoir vu amorcer une bombe, avant de s’évanouir, il s’agissait d’Alain Muller qui vient tout juste de décéder, un jeune sans histoire d’après son entourage. On les avait retrouvés dans les décombres mais il préfère ne pas en parler d’avantage du désastre qui s’était produit.

Les deux jeunes étaient horrifiés par ce qu’ils venaient d’apprendre, et ils se regardaient choqués. C’était un peu leur ancienne vie qui venait de prendre un sérieux coup. Comment une chose pareille avait-elle pu arriver ?

-Comment ça se fait qu’on n’a pas été mis au courant ?
-Ben on avait fait l’amour et on avait éteint nos portables car tu en avais marre d’être dérangé par ton cousin Patrick. D’ailleurs, je le rallume tout de suite.

Jérémie fit de même et les deux amoureux virent des messages de leurs anciens amis du collège les prévenir de la catastrophe qui venait de se produire. Et une personne leur demandait si leur ennemie n’était pas de retour. Les deux jeunes pensaient à la même chose. Il fallait se rendre à l’usine au plus vite pour être sûr que l’attentat de Kadic n’était qu’un cas isolé. Tant pis pour les cours se dit l’intello. Il demanda à tous de le rejoindre lui et sa compagne dans le laboratoire caché de la vielle usine désaffecté. La jeune fille se prépara en vitesse pour pouvoir sortir.

8h00. Gare de Carcassonne.

Un blondinet habillé d’une grosse veste mauve par-dessus un pull rose avec un pantalon violet et équipé d’une écharpe violette attendait impatiemment son train qui avait un retard de dix minutes. Avec lui, deux grosses valises bleues et son gros sac de voyage lui aussi bleu ou plutôt bagage à main comme il disait autrefois. Il attendait pour rejoindre très vite ses amis à Paris. Ce jeune homme n’était personne d’autre qu’Odd Della Robia, le seul, l’unique. Il était étudiant en fac lui aussi mais en art du spectacle à Paris mais il avait décidé de prendre une semaine de vacance dans le sud de la France avec sa copine qui n’en est plus une aujourd’hui. En effet, après avoir vu les infos et reçu plusieurs appels d’un couple de copains bizarre et d’autres amis de longue date, il avait décidé d’écourter rapidement ses vacances. Mais sa copine Martha, une ravissante jeune femme noire n’était pas de son avis et lui avait posé un dilemme. Soit, il repartait à Paris en étant célibataire, soit il restait à Carcassonne avec elle. Il avait choisi ses amis et son ancien bahut. Il fallait qu’il y aille. Après avoir repensé à tout cela, il ne regretta pas le passé et monta dans son train où il s’assied à côté d’une ravissante jeune fille blonde. Elle était assez grande, cheveux mi-long. Elle portait une mini-jupe et un pull bleu marine. Bref, une vraie bombe. Odd ne perdit pas de temps pour draguer mais celle-ci ne le regardait pas et mit des oreillettes dans les oreilles et écouta de la musique à fond. Le blondinet venait de se prendre un gros vent qui le vexa profondément. Il prit son portable pour voir le rendez-vous que lui avait envoyé Jérémie à l’instant. Il lui répondit qu’il ne sera pas la tout de suite car il était loin de chez lui. Il arriverait surement en fin d’après-midi. C’est alors qu’au bout de cinq minutes, le TER démarra.

8h28, usine.

La porte révélant le labo s’ouvrit devant le couple d’intellos. Ils virent qu’Ulrich et Yumi étaient déjà arrivés. Ils se saluèrent chacun. Jérémie se posa tout de suite sur le fauteuil devant l’ordinateur.

-Ou est Odd ? demanda la japonaise.
-Il est dans le train, il était partit en vacance. Tiens, vous avez rallumé le supercalculateur ?
-Euh, nous on a rien fait, on vient à peine d’arriver répondit Ulrich, tu as une explication ?
-A ton avis, pourquoi je te le demanderais ?
-Hummm…. Fit Ulrich toujours aussi grognon que dans le temps.

Le jeune brun n’avait pas vraiment beaucoup changé non plus, à part qu’il avait plus de cheveux. Il avait fait des études pour devenir prof de penchak silat contre l’avis de son père qui le voyait devenir un riche homme d’affaire comme lui. Depuis son intégration dans l’université, ils ne se sont plus parlé. Ils avaient vraiment coupé les ponts pour de bon cette fois. Ulrich Stern ne se débrouillait pas trop mal pour payer ses études et sa chambre universitaire. Il avait décroché un petit boulot de serveur dans un restaurant italien au centre-ville de Paris. Ulrich avait beaucoup gagné en maturité depuis le lycée. Lui et Yumi ne sortaient pas encore ensemble malgré le fait qu’ils soient toujours aussi amoureux mais le « copain et puis c’est tout » était toujours d’actualité et cela exaspérait Odd, qui espérait un jour que son meilleur ami devienne un homme, un vrai.
D’ailleurs, il reçut un appel du blondinet pour lui dire qu’il se passait quelque chose d’anormal dans le train.

-Quoi ? Comment ça ? demanda Ulrich.
-Ben, on vient de passer deux grandes gares sans s’arrêter. Vous êtes à l’usine ?
-Euh oui.
-Ah ! Je m’en doutais, j’aurais fait pareil. Ben lancez un scan, histoire d’être sûr que je m’inquiète pour rien. Je te tiens au courant de la situation vieux.
-OK d’acc, moi aussi, à toute.
Il raccrocha.
-C’est Odd, il y a un problème avec son train.
-Ok. Je lance un scan.
-Vous êtes vraiment sûr que Xana est revenu ? C’est peut-être rien, dit le brun.
-Attends, t’a vu ce qui est arrivé à Kadic ? Et maintenant Odd ? Ca fait deux cas anormaux, c’est normal qu’on se pose des questions, répondit Aelita.
Se tournant vers Yumi : - Au faite, ton frère, il va bien ?
-Oui, t’inquiètes, ce coquin avait séché son dernier cour, répondit la japonaise en souriant.
-Ah ouf, ça me rassure.

Les ex lyokos-guerriers étaient pratiquement persuadés que leur grand ennemi de toujours était de retour. Jérémie stressait mais il évitait de le montrer. Il avait appris à gérer cela au fil du temps. Aelita pria pour que ce soit une fausse alerte mais elle ne fut pas exaucée car le supercalculateur repéra très vite une tour activé dans le territoire forestier de Lyoko.

-Non ! fit Jérémie déçu. Je suis désolé Aelita, mon programme ne l’a pas entièrement détruit.
-Mon père s’est sacrifié pour rien. Snif.
Une larme coulait sur la joue d’Aelita. Yumi la serra fort dans les bras qui furent rejointes par les deux garçons. Odd avait du soucis à se faire s’il était la cible de l’attaque. Les autres ne se firent pas prier pour descendre dans la salle des scanners via le monte-charge après avoir consolé la jeune fille rose.

Une fois arrivé un étage plus bas, chacun entrèrent dans un caisson qui se referma sur eux.
Jérémie prononça dans son micro ces phrases célèbres :

-Transfert Aelita. Transfert Ulrich. Transfert Yumi. Scanner Aelita, Scanner Ulrich, Scanner Yumi et virtualization.

Les trois personnes concernées furent aveuglé par une vive lumières. Leur corps fut transporté dans le monde virtuel. Ils apparurent dans le ciel lumineux du territoire de la forêt. Les trois héros tombèrent chacun sur le cul. Le temps leur avait fait perdre leurs habitudes sur Lyoko. Mais ils avaient au moins gardé leurs techniques de combat. Il était sûr que ce fut toujours le cas pour Yumi et Ulrich, puisqu’ils s’entrainaient toujours au penchak-silat. Même ensemble, dés fois. Le samouraï virtuel s’étira un peu après s’être relevé.

-Ouah ça fait bizarre de revenir ici, dit-il.
-Ouaip, répondirent les deux jeunes filles qui l’accompagnaient.

Ils se regardèrent un moment et se rendirent compte à quel point leur avatar virtuel leur manquait. Ils n’avaient pas changé à part peut-être leur taille. Jérémie leur indiqua la route à suivre. La tour se trouvait au bout du chemin, toujours tout droit. En guise de réponse, le samouraï réclama sa moto virtuelle mais Jérémie ne pouvait pas la lui envoyer car le supercalculateur manquait encore d’énergie. Il avait encore besoin de se recharger. Encore heureux qu’il ait pu les envoyer tous les trois dans le monde virtuel.

-Bon, c’est pas grave, ce sera une mission à l’ancienne, dit-il en faisant un clin d’œil à ses amis. Allons-y !

Et c’était partit pour la course. Tous s’élancèrent en direction de la tour. Il fallait se dépêcher de désactiver la tour pour éviter une quelconque catastrophe dans le monde réel. C’est alors que Jérémie reçu un nouvel appel d’Odd.

-Jérémie, c’est la merde ! dit-il.
-Quoi ? Les autres sont sur Lyoko et pas très loin de la tour activé. Le problème sera très vite réglé.
-C’est la première fois que je te sens aussi calme pendant une attaque de Xana. Bref, je crois que Xana contrôle le train. Enfin, j’en suis certain !
-Pardon ? Tu en es sûr.
-Oui, j’ai entendu des contrôleurs parler d’une sorte d’œil sur leurs écrans de contrôle.
-Je vais voir où est-ce que Xana veut en venir. Je te tiens au courant.
-Merci Jérémie et souhaite bonne chance aux autres.
-Les amis, j’arrive avec une mauvaise nouvelle, Odd est belle et bien la cible de Xana, dit le blondinet calmement.
-Et tu es tout calme. C’est nouveau ça, répondit Yumi tout en continuant de courir.
-Oui… Ah ! Attention deux monstres pas loin de votre position.

Les trois héros stoppèrent net leur course. La tour était à quelques mètres. Ils regardaient autour d’eux mais ne virent rien. Ils continuaient d’avancer en restant sur leur garde. Les armes sortis, ils avançaient prudemment tout en scrutant les horizons pour prévenir toutes éventuelles attaques. C’est alors que plusieurs lasers venant du haut des arbres s’abattirent sur nos héros. Cela couta une vingtaine de points de vie au samouraï virtuel qui poussa un juron. Il para les autres attaques.

-Là ! s’écria Aelita. Sur les arbres !

Sans attendre, elle envoya un champ de force qui extermina un petit kankrelat. Sur un autre arbre, un monstre semblable au précédent était aussi perché et contre attaqua aussitôt. Il sauta et plaqua Yumi au sol. Surprise, la japonaise ne fit rien. Un faisceau rouge tournoyait au niveau de sa bouche. Le monstre voulait en finir avec la ninja qui ferma les yeux. Le monstre explosa avant d’avoir pu dévirtualizer la jeune fille. Elle rouvrit les yeux et vit le grand Ulrich Stern avec un sabre à la main tendu juste au-dessus d’elle. Il rengaina son arme et tendit la main à son amie. Celle-ci l’attrapa et le garçon aux cheveux brun la tira pour la faire se relever. La japonaise le remercia et ils reprirent la route.

De son côté, Jérémie venait d'obtenir le plan du trajet du train que prenait son vielle ami. Et remarqua qu’un virage très serré se trouvait pas loin de sa position et qu’il basculerait dans le vide. Le félin virtuel n’avait aucune chance de survivre à un tel accident. Il l’appela immédiatement pour le prévenir. Celui-ci décrocha dès la première seconde.

-Odd, tu vas pas me croire, il ne te reste plus que 8 minutes à vivre.
-Ben, c’est très rassurant. Merci. Et qu’est-ce que je fais, moi en attendant ? ralla le blondinet mauve.
-Ben rien à part attendre qu’on te sorte de cette impasse. Il vaut mieux que tu n’en parles à personne pour éviter la panique.
-D’accord. Et tu peux me dire ce qui va arriver dans huit minutes ?
-Ben, vue la vitesse à laquelle vous avancez, vous allez dérailler et vous écraser dans une forêt.
-Ouah génial. Bon j’te laisse, je vais essayer de profiter du reste de ma vie.

Il raccrocha sans laisser le temps au génie de répondre. Le blondinet se retourna en direction de la blonde d’à côté et l’embrassa si passionnément qu’elle en perdit ses écouteurs. Le garçon à la mèche violette finis par se retirer après quelques secondes.

-Alors ? Tes impressions ? fit-il en souriant.
-Espèce de grand malade ! hurla la jeune fille en mini-jupe.

Elle le frappa violement au visage. Il garda une trace de main rouge sur son visage. Après cela, la demoiselle en mini-jupe partit se chercher une autre place sans demander son reste. C’est alors qu’après un petit virage pris à plus de deux-cents kilomètres par heures, la petite blonde en mini-jupe perdit l’équilibre et se blessa à la tête contre le rebord d’un siège. Des cris retentirent dans tout le wagon. Della Robia se leva et se précipita immédiatement vers elle pour la secourir.

Usine, 8h41.

-Les amis, ça va mal, il faut que vous vous magner. Un accident ferroviaire se prépare.
-On est presque arrivé, s’écria le garçon aux cheveux bruns.
-Attention Aelita ! hurla Yumi qui se projeta sur la fille aux cheveux roses pour lui éviter la dévirtualization.

L’envoyeur n’était autre qu’une tarentule situé près d’un arbre qui continua de leur tirer dessus mais Ulrich les protégeait en usant de ses armes. La japonaise aida l’elfe virtuel à se relever.

-Allez-y ! s’écria le samouraï.
Les deux lyokos-guerrières se dirigèrent vers la tour mais deux autres araignées virtuelles apparurent devant la tour.
-Et zut ! soupira la ninja tout en parant les premiers lasers. Caches-toi Aelita ! Je m’occupe de ces saletés.

La concerné obéit et courut en direction du bord de la plate-forme.
Yumi, quant à elle, rengaina ses armes pour réaliser des figures acrobatiques, histoire de déstabiliser les bestioles. Elle n’avait pas perdu en souplesse. La ninja se planqua derrière un arbre. Les tarentulettes très excités canardaient le pauvre arbre sans défense. La jeune fille remarqua la présence d’un caillou vert à ses pieds. Elle le prit et le lança sur le côté gauche et les lasers partirent en direction du caillou qui fut immédiatement pulvérisé. Pendant ces quelques secondes, la ninja en avait profité pour asséner un coup fatal à une des défenseurs de la tour activé mais l’explosion envoya un projectile sur la japonaise qui la déstabilisa. Cela lui offrit la dévirtualization à coup de lasers.

Dans la salle des scanners, un caisson s’ouvrit pour laisser apparaître une japonaise frustrée d’avoir perdu la partie comme cela.

-Putain ! s’énerva-t-elle en donnant un coup sur la paroi du caisson. Elle se leva pour rejoindre le monte-charge.

Quelque part dans le centre de la France, 8h45.

Dans le train, ça allait mal. Les contrôleurs ne contrôlaient plus rien. Les passagers posaient mille et une questions mais même eux ne comprenaient pas ce qui se passait. Ils étaient impuissants. Ils demandaient aux gens de se calmer et la situation s’apaisa peu à peu.

Odd, quant à lui était assis à côté de la blonde en mini-jupe inconsciente. Il avait posé un coussin derrière sa tête pour la soulager. Il nettoya la plaie qu’elle avait sur le front à l’aide d’un gant de toilette humide. Celle-ci se réveilla doucement. Ce qui a pour effet de soulager le blondinet. Il ne se pardonnerait jamais s’il y aurait eu un mort à cause de ses âneries.

-Toi !? s’écria-t-elle en levant son poing droit.

Avant que sa main ait un contact physique avec la joue du garçon en mauve, le blondinet avait réussi à attraper la main de la jeune fille afin de la stopper dans son élan.

-Excuses-moi de t’avoir fait ça. Je viens de me faire plaquer violement et comme je suis un gros dragueur, je n’ai pas pu m’en empêcher.
-C’est pas une raison ! D’ailleurs qu’est-ce qui s’est passé ? Aïe, j’ai mal à la tête, dit-elle en posant la main sur son front.
-Ben, c’est assez compliqué, Je devais retrouver mes potes mais elle ne voulait…
-J’parlais de moi, abrutis.
-Hey ça va les insultes la ?
-Répond-moi ou j’te colle un procès pour agression, une fois arrivé.
-Tu t’es cogné la tête en tombant. Tu as encaissé un sacré choc mais je ne pense pas que ce soit trop grave.
-Ah d’accord. Elle sentit un oreiller derrière sa tête. C’est quoi ça ?
-Euh, c’est à moi. C’était pour soulager ton tête.
-Ah merci, dit-elle en souriant. Et désolé pour ta rupture.
-Oh, ça finira par passer. C’est comment ton petit nom ?
-Rose.
-Enchanté Rose, c’est très jolie. Moi c’est Odd.
-Merci, répondit-elle avec le sourire.

Tous les deux souriaient. Le blondinet était quand même déçu car même si ils seraient tous sauvé, il y aurait un retour vers le passé et sa mémoire serait effacée. Il voulait connaître cette jeune fille et sans cette attaque, ils ne se seraient jamais parlé.

Usine, 8h47.

Ulrich continuait de contrer les lasers qui lui étaient destinés. C’est alors que la tarentule qui avait flingué sa copine arriva pour faire feu dans son dos mais le samouraï n’était pas dupe et se baissa à temps et les tirs qui lui étaient destinés frappèrent l’autre araignée géante qui l’envoyèrent dans le vide numérique. Un faisceau de lumière bleu jailli des profondeurs. Le guerrier se retourna pour parer les autres lasers de la tarentule énervé d’avoir exterminé son collègue par erreur. C’est alors qu’Aelita se dirigea vers la tour, vu que le dernier monstre était occupé avec le guerrier brun.

-Dépêches-toi Aelita ! Il ne reste plus qu’une minute ! s’écria l’intello derrière son écran. Yumi arriva à ses côtés.

L’ange virtuel s’engouffra à l’intérieur sous le regard ravis d’Ulrich qui retira sa garde. Il nargua son adversaire avant de se faire renvoyer dans le monde réelle comme son amie.

Aelita marcha jusqu’au centre, puis s’éleva.

Quelque part dans le centre de la France, 8h48.

Le train était arrivé à sa destination finale. Le virage était tout prêt. Dans quelque seconde le train allait basculer dans le vide à 200 km à l’heure. Odd vit avec horreur, grâce à sa montre qu’il était l’heure pour lui de quitter ce monde.

Usine, 8h48.

Aelita était arrivé à l’étage supérieur et posa sa main sur l’interface où son nom apparut. Ensuite, elle demandait un code. La gardienne de Lyoko entra les cinq lettres du mot lyoko.

CODE
LYOKO


Toutes les cartes virtuelles autour d’elle chutèrent dans le vide.

-Tour désactivé, dit-elle en baissant la tête.

Quelque part dans le centre de la France.

Le conducteur repris le contrôle et freina l’engin qui s’arrêta net juste avant de franchir le précipice. Quelques secondes de plus et ils y passaient tous. Odd était encore blottit sur la jeune fille en mini-jupe.

-C’est bon. On s’est juste arrêté. Tu peux me lâcher, s’énerva-t-elle.
Le blondinet relâcha son étreinte.
-Oups ! Redésolé, s’excusa-t-il.
-On dirait qu’on vient juste d’échapper à une catastrophe en te voyant.
Le jeune homme sourit.
-Si tu savais.

Usine, 8h49.

Jérémie appuya sur la touche entré et un faisceau blanc jaillit de l’holomap pour engloutir le labo, l’usine, le collège en ruine, Paris, le train avec Odd et Rose à l’intérieur qui se regardaient en souriant.

Gare, 8h00.

Odd Della Robia attendait à nouveau le train pour une deuxième fois après avoir à nouveau plaqué Martha pour ses meilleurs amis. Après tout, quelque chose de très grave s’était produit. Xana était de retour, et ses amis avaient besoin de lui pour le combattre. Personne ne sait comment il est revenu, son nouveau plan, qui a rallumé le supercalculateur. Tant de question en suspension dont Jérémie va bien leur expliquer une fois la bande au complet. De nouveau, ils redeviennent des héros et de nouveau, ils vont frôler la mort. Parmi tous ses avantages, la vie de héros présente aussi ses inconvénients.

Le train à destination de Paris rentra une nouvelle fois en gare avec dix minutes de plus que l’horaire attendu. Le garçon habillé en mauve pénétra à l’intérieur pour s’assoir à la même place qu’avant le retour vers le passé, histoire de revoir la ravissante Rose mais il ne vit personne et dû s’assoir seul. A la place, une vielle dame âgé s’assied à côté de lui. Il trouve cela bizarre que les choses changent mais ne s’en préoccupait pas plus que ça. Il prit son I phone pour écouter ses musiques. Le train partit pour l’emmener sur la route de l’aventure sans incident cette fois.

Voilà et c'est fini ! Toutes les critiques seront les bienvenues et je répondrais à presque toute les questions. Je vais quand même pas spoiler Laughing Bref merci de m'avoir lu.
Et voici le titre de l'épisode 2 en préparation :
Spoiler

_________________
http://imageshack.us/a/img803/5568/signaturemagnifik68.png

http://img11.hostingpics.net/pics/332610QoljZzb.png

http://imageshack.us/a/img10/1027/du6g.png http://imageshack.us/a/img547/5513/caw8.png
Laura et Odd, des persos magnifiks !

[Signature modérée : Mettre une carpe qui récompense un texte sur un profil est un non-sens...]


Dernière édition par magnifik68 le Dim 23 Fév 2014 22:14; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Nyx MessagePosté le: Lun 21 Oct 2013 10:49   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 11 Aoû 2013
Messages: 305
Localisation: Lisieux, France
Une nouvelle fanfic ? Chouette Mr. Green

J'ai pas mal de choses à dire.

Au niveau scénario, c'est le truc habituel, retour de X.A.N.A., c'est r'parti pour un tour. Mais malgré ce choix je pense que tu vas pouvoir nous surprendre. Par contre ce qui différencie ta fiction c'est justement ce retour de X.A.N.A. avec une jolie petite explosion. Allons-nous avoir le droit à un X.A.N.A. version saison 1 de Code Lyoko, bourrin et démesuré ? R.I.P. Jean-Pierre et Suzanne, t'aurais pas pu tuer le prof de musique ? Sad
Mais est-ce vraiment X.A.N.A. ? Sûrement, mais peut-être que non après tout ! Les héros arrivent avec le Supercalculateur qui a été rallumé... Serait-ce la même personne contrôlée par notre cher ennemi, le fameux Alain Muller ?
La scène sur Lyoko est pas mal racontée, mais parfois un peu confuse. Pas beaucoup de résistance rencontrée pour l'instant par nos Lyoko-guerriers, mais je suppose que X.A.N.A. doit aussi se dégourdir les jambes avant de retrouver toute sa puissance et balancer la sauce !

Au niveau personnage, tu as surtout développé Jérémie & Aelita. Qu'ils se disputent me paraît tout à fait normal, un couple sans disputes n'existe pas. Par contre c'est le motif des disputes qui m'étonne un peu. Jérémie qui n'accepter pas qu'Aelita trace sa propre voie ? Père d'Ulrich spotted Mr. Green Il est censé être un peu plus mature que dans CL, mais bon, passons.
En parlant d'Ulrich, ça ne me choque pas qu'il aie définitivement rompu les liens avec son père. Peut-être que ça va s'améliorer au fil de l'histoire ?
Par contre qu'ils soient toujours "amis et puis c'est tout" avec Yumi me parait un peu moins cohérent. Ils sont censés être plus matures (Comment ça je me répète ?), et ce qui n'était qu'un caprice de la part de Yumi aurait du être surmonté avec l'âge. Mais après tout tu fais comme tu veux, je ne porte pas ce couple dans mon cœur Mr. Green
J'aime bien le Odd que tu nous présentes, fidèle à lui-même: prêt à se sacrifier pour ses amis, et éternel Don Juan. D'ailleurs la mémé à la fin m'intrigue; j'ai l'impression que ce n'est pas anodin.
Finalement le grand absent (pour le moment ?), c'est notre cher Willi. On va voir ce que tu en as fait !

T'as dis que t'allais un peu t'inspirer de CLE, moi j'ai tout de suite trouvé une ressemblance: le mauvais jeu d'acteur Mr. Green

Aelita a écrit:
-Mon père s’est sacrifié pour rien. Snif.


C'est censé être triste et tout, mais le petit "Snif" m'a fait exploser de rire x)

magnifik68 a écrit:
il y aura des histoires de fesse


Et ça aussi ça m'a fait rire, mais ça doit être dans la formulation de ta phrase :')

Il y a quelques fautes à certains endroits, mais rien de grave. Sûrement de l'inattention.
Juste une question: tu as une idée de la longueur de ta fiction ?
Promis j'arrête de te poser des questions maintenant.
Bonne chance pour la suite Wink

_________________
Tout ce qui plaît a une raison de plaire, et mépriser les attroupements de ceux qui s'égarent n'est pas le moyen de les ramener là où ils devraient être.
Charles Baudelaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Quater MessagePosté le: Lun 21 Oct 2013 19:58   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 107
Localisation: Je ne saurais le dire...
Je vais être un peu plus tranchant que le collègue du dessus. Il y a dans ta fic, comme dans toute fic, du bon et du moins bon.

Le bon, on va notamment le retrouver dans la longueur du texte : il est bien proportionné, consistant. Il est également pas mal rythmé. On a également une entrée en matière tout à fait correcte, avec une description approfondie du CV de nos protagonistes. La présentation est également pas mal, on se repère très vite dans les différentes phases de ta fic.

Le moins bon, il est d’abord dans la langue. Un certain nombre de fautes de grammaire et d’orthographe sautent aux yeux, et si dans un premier temps ça reste transparent pour le lecteur (notamment lors des premiers paragraphes qui sont bien menés), ça finit par se voir un peu trop vers la fin au fur et à mesure que le nombre augmente (et encore, mon attention avait baissé). Ça ressemble, comme la mentionné Nyx, à de l’inattention, mais le mal est fait. Le confort de lecture est également parasité par des constructions de phrases parfois bizarres, avec de la ponctuation manquante et des répétitions. A tout cela s’ajoute une utilisation des conjugaisons hasardeuse : tu écris beaucoup au passé, mais il y a occasionnellement des retours au présent qui ne se justifient pas ; de même, les temps du passé ne sont pas toujours employés à bon escient (de l’imparfait au lieu du passé simple, etc…).

Ensuite, mais c’est là un point de vue très personnel, j’ai un peu de mal avec la manière dont tu écris. Ça fait langage parlé, comme si tu racontais une histoire comme ça sans vraiment prendre me temps de la mettre en forme. Certains ne sont pas gênés, mais je trouve que ça fait vraiment étrange sur un texte écrit.

Cependant, pour avoir jeté un œil à tes anciennes productions, je constate que tu es toujours sur une pente ascendante. Et ça, c’est bien, il faut continuer. Ça me donne une bonne transition d’ailleurs. Sur tes autres fics, tes difficultés de français étaient compensées par des scénarios originaux, qui donnaient envie de voir la suite. Malheureusement, ce n’est pas le cas cette fois-ci.

En effet, à première vue (j’insiste sur le fait qu’il n’est pas possible de juger irrémédiablement le scénario d’un texte avec un seul chapitre, sans avoir le moindre aperçu des développements de l’intrigue), ton scénario est banal :
Scène de vie courante, évènement imprévu, "Et si c’était XANA ?", "Oh non, XANA N’est pas mort ! Vite, plongez ! Dépêchez-vous, untel va mourir !" "Ouf, il était moins une. RVLP !"

C’est caricaturé, oui, mais l’idée est là. Il n’y a pas de questionnement, pas de réelle réaction de la part de nos héros. C’est comme si ils avaient lu le script de ta fic avant d’entrer en scène. La seule réaction d’émotion a été la suivante :
magnifik68 a écrit:
-Non ! fit Jérémie déçu. Je suis désolé Aelita, mon programme ne l’a pas entièrement détruit.
-Mon père s’est sacrifié pour rien. Snif.
Qu’il y ait une séquence d’émotion à cet instant, logique. Mais après, tu l’expédie en deux réplique et un mini paragraphe de câlin collectif. Et ce "Snif."… Je sais pas si tu voulais dédramatiser l’instant ou au contraire amplifier le côté tragique, mais je vois pas trop ce qu’il fait là…

Autre point de scénario que je trouve juste… ubuesque : la scène entre Odd et Rose
magnifik68 a écrit:
-Excuses-moi de t’avoir fait ça. Je viens de me faire plaquer violement et comme je suis un gros dragueur, […] Moi c’est Odd.
-Merci, répondit-elle avec le sourire.

Dans mon esprit, ça donnait ça (attention, caricature incoming):
. Odd : Excuse-moi, je suis un gros pervers en manque, j’ai pas pu résister
. Rose : Abruti ! Je vais te coller un procès !
. Odd : Je t’ai quand même mis MON oreiller pour soulager ta tête
. Rose : Oh merci ! T’es trop chou !

Quand même, un bon point d’originalité pour l’explosion de Kadic. Ça pourrait partir sur quelque chose de vraiment intéressant je pense. C’est vraiment triste pour ce bon vieux JP et cette bonne vieille Suzanne. Snif.

Débuter avec un scénario aussi classique est risqué : soit le lecteur trouve que c’est du réchauffé et va chercher son bonheur ailleurs, soit il y a quelque chose qui sors de l’ordinaire pour le retenir. Ça peut être une forme ou un français impeccables, des pistes dans me scénario qui laissent entrevoir de grandes choses, etc… Mais là, il manque ce petit élément, ce petit supplément d’âme qui différencie les grands textes de la série B. Après, peut-être que la suite de ton texte contient justement cet élément qui récompensera les lecteurs ayant eu la patience de rester jusqu’au bout.
_________________
« La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. »
« Le difficile n'est pas de sortir de l'X mais de sortir de l'ordinaire. »
Charles de Gaulle

« Ce n'est pas un abruti comme les autres. C'est le fruit des plus grands esprits de son temps, unis dans le seul et unique but de produire le plus stupide des abrutis de l'univers. »
GLaDOS
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Mar 22 Oct 2013 10:45   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2168
Localisation: Territoire banquise
Bon, je ne vais pas revenir sur ce que dit Quater, ce qui est toujours d'une justesse admirable, mais j'aimerai simplement appuyer sur ceci :

Quater a écrit:
Cependant, pour avoir jeté un œil à tes anciennes productions, je constate que tu es toujours sur une pente ascendante. Et ça, c’est bien, il faut continuer. Ça me donne une bonne transition d’ailleurs. Sur tes autres fics, tes difficultés de français étaient compensées par des scénarios originaux, qui donnaient envie de voir la suite. Malheureusement, ce n’est pas le cas cette fois-ci.


C'est pour cette même raison que j'ai d'ailleurs fait rapidement un passage sur ta fiction. Ça reste pour le moment le texte de base, comme Quater l'a expliqué mais si ça avait été du même niveau que le premier, ça aurait été assez catastrophique. Or non tu es en progression depuis le début, et je dois avouer que j'ai eu peu d'occasion de voir ça en 1 an. Alors vraiment, ne te décourage pas. Prend bien en compte les excellentes critiques de mon VDD et continuer tes progrès. Je te regarde de loin.

Ah, je dois avoir juste un petit détail à ajouter : Tu mentionnes le TER pour la Gare de Carcassonne (Gare que je connais bien d'ailleurs, j'y passe souvent). Au début j'ai cru qu'il allait effectuer un changement, mais après le retour dans le passé, tu précises bien qu'il prend directement le train à destination de Paris. Or j'ai de gros doutes sur le fait que les TER rouge vifs du Languedoc, qui sont des trains régionaux, fassent des trajets jusqu’à la capitale. Ce serait plutôt des Intercités ou des TGV.

C'est tout pour le moment, bonne continuation !

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
magnifik68 MessagePosté le: Mer 23 Oct 2013 17:20   Sujet du message: Répondre en citant  
[Mégatank]


Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 819
Localisation: Dans un lieu magnifik !
Bonjour, chères lecteurs. Je viens de lire vos commentaires et merci de me signaler tout ce qui n'est pas encore au point, mais aussi de m'encourager et tout cela me donne juste envie de m'améliorer encore plus. Pour l'instant, je n'ai pas encore commencé le chapitre ( cause : les études ) mais c'est tout frais dans ma tête Smile

Bon, c'est pas tout ça mais je vais répondre aux coms un par un et je commence avec Nyx.

Citation:
Par contre ce qui différencie ta fiction c'est justement ce retour de X.A.N.A. avec une jolie petite explosion.


Je suis content que le déstin que j'ai réservé à Kadic pour le début t'a plu ^^

Citation:
Allons-nous avoir le droit à un X.A.N.A. version saison 1 de Code Lyoko, bourrin et démesuré ? R.I.P. Jean-Pierre et Suzanne, t'aurais pas pu tuer le prof de musique ? Sad


J'ai toujours eu un petit faible pour les attaques bourrines de Xana et j'ai voulu en faire une ici. Il y en aura surement plein d'autres mais contrairement à la saison 1, Xana sera quand même plus stratège. Il faut prendre en compte ses évolution tout au long de la série.
Désolé, je trouvais que ça ferait plus dramatique de tuer des personnages plus important et le prof de musique, personne ne le remarquerait. Et puis, Mme Hertz, je l'aime pas x)


Citation:
Mais est-ce vraiment X.A.N.A. ? Sûrement, mais peut-être que non après tout ! Les héros arrivent avec le Supercalculateur qui a été rallumé... Serait-ce la même personne contrôlée par notre cher ennemi, le fameux Alain Muller ?


Tout ceci sera dévoilé prochainement. Faut bien garder une part de mystère Wink

Citation:
La scène sur Lyoko est pas mal racontée, mais parfois un peu confuse. Pas beaucoup de résistance rencontrée pour l'instant par nos Lyoko-guerriers, mais je suppose que X.A.N.A. doit aussi se dégourdir les jambes avant de retrouver toute sa puissance et balancer la sauce !


Bah, 3 tarentules à la fin, c'est plutôt pas mal quand même, mais comme elles ont été un peu débile à ce moment là, on pouvait pas dire qu'il y avait eu tant de résistance. Après, les combats sur Lyoko, je dirais que c'est ce que je gère le mieux. Par contre, pourrais-tu me dire ce qui te parait confus dans ce combat ?

Citation:
Par contre c'est le motif des disputes qui m'étonne un peu. Jérémie qui n'accepter pas qu'Aelita trace sa propre voie ?


Pour moi, Jérémie a toujours eu un problème de diplomatie. ^^

Citation:
En parlant d'Ulrich, ça ne me choque pas qu'il aie définitivement rompu les liens avec son père. Peut-être que ça va s'améliorer au fil de l'histoire ?


On verra Wink

Citation:
Par contre qu'ils soient toujours "amis et puis c'est tout" avec Yumi me parait un peu moins cohérent. Ils sont censés être plus matures (Comment ça je me répète ?), et ce qui n'était qu'un caprice de la part de Yumi aurait du être surmonté avec l'âge. Mais après tout tu fais comme tu veux, je ne porte pas ce couple dans mon cœur Mr. Green


Pour moi, Ulrich et Yumi ont toujours eu un balai coincé dans le c** pour être vulgaire. Je leur réserve plein de trucs et il y aura des flach-backs donc tu ne sais pas tout ce qui avait se passer en sept ans. ^^

Citation:
J'aime bien le Odd que tu nous présentes, fidèle à lui-même: prêt à se sacrifier pour ses amis, et éternel Don Juan. D'ailleurs la mémé à la fin m'intrigue; j'ai l'impression que ce n'est pas anodin.


Normal, c'est mon persos préféré. Razz J'pense pas que c'est de la mémé qu'il aurait fallu se méfier (oups gros spoil).

Citation:
Finalement le grand absent (pour le moment ?), c'est notre cher Willi. On va voir ce que tu en as fait !


T'inquiètes, il va très vite arriver. D'ailleurs, j'ai pas encore fait la description de Yumi.

Citation:
T'as dis que t'allais un peu t'inspirer de CLE, moi j'ai tout de suite trouvé une ressemblance: le mauvais jeu d'acteur Mr. Green


Aelita a écrit:
-Mon père s’est sacrifié pour rien. Snif.

C'est censé être triste et tout, mais le petit "Snif" m'a fait exploser de rire x)


Ok, j'avoue que j'ai foiré sur ce coup là. ^^' Mais malheureusement c'est fait.

Citation:
Juste une question: tu as une idée de la longueur de ta fiction ?


Oh que non, mais ce qui est sûr, c'est que c'est pas prêt d'être fini (sans blague).


Hop, le suivant, Quater :

Citation:
Je vais être un peu plus tranchant que le collègue du dessus. Il y a dans ta fic, comme dans toute fic, du bon et du moins bon.


Ca y est j'ai peur. Sad

Citation:
A tout cela s’ajoute une utilisation des conjugaisons hasardeuse : tu écris beaucoup au passé, mais il y a occasionnellement des retours au présent qui ne se justifient pas; de même, les temps du passé ne sont pas toujours employés à bon escient (de l’imparfait au lieu du passé simple, etc…).

Je vais corriger tout cela, merci d'avoir signalé. Wink

Citation:
Ensuite, mais c’est là un point de vue très personnel, j’ai un peu de mal avec la manière dont tu écris. Ça fait langage parlé, comme si tu racontais une histoire comme ça sans vraiment prendre me temps de la mettre en forme. Certains ne sont pas gênés, mais je trouve que ça fait vraiment étrange sur un texte écrit.


Tu peux m'expliquer ? Je ne comprends pas du tout ce que tu veux dire. :/

Citation:
Cependant, pour avoir jeté un œil à tes anciennes productions, je constate que tu es toujours sur une pente ascendante. Et ça, c’est bien, il faut continuer. Ça me donne une bonne transition d’ailleurs. Sur tes autres fics, tes difficultés de français étaient compensées par des scénarios originaux, qui donnaient envie de voir la suite. Malheureusement, ce n’est pas le cas cette fois-ci.

En effet, à première vue (j’insiste sur le fait qu’il n’est pas possible de juger irrémédiablement le scénario d’un texte avec un seul chapitre, sans avoir le moindre aperçu des développements de l’intrigue), ton scénario est banal :
Scène de vie courante, évènement imprévu, "Et si c’était XANA ?", "Oh non, XANA N’est pas mort ! Vite, plongez ! Dépêchez-vous, untel va mourir !" "Ouf, il était moins une. RVLP !"


Merci, mais ne t'inquiètes pas, ce n'est que le premier chapitre. De l'originalité, il y en aura. Il faut juste avoir de la patience. Ca commence doucement pour l'instant avec un scénario des plus banale.


Citation:
C’est caricaturé, oui, mais l’idée est là. Il n’y a pas de questionnement, pas de réelle réaction de la part de nos héros. C’est comme si ils avaient lu le script de ta fic avant d’entrer en scène. La seule réaction d’émotion a été la suivante :

magnifik68 a écrit:
-Non ! fit Jérémie déçu. Je suis désolé Aelita, mon programme ne l’a pas entièrement détruit.
-Mon père s’est sacrifié pour rien. Snif.
Qu’il y ait une séquence d’émotion à cet instant, logique. Mais après, tu l’expédie en deux réplique et un mini paragraphe de câlin collectif. Et ce "Snif."… Je sais pas si tu voulais dédramatiser l’instant ou au contraire amplifier le côté tragique, mais je vois pas trop ce qu’il fait là…


Je vais remédié à tout ça dans le prochain chapitre. Oui, le snif était un fail de ma part, je l'avoue.

Citation:
Autre point de scénario que je trouve juste… ubuesque : la scène entre Odd et Rose

magnifik68 a écrit:
-Excuses-moi de t’avoir fait ça. Je viens de me faire plaquer violement et comme je suis un gros dragueur, […] Moi c’est Odd.
-Merci, répondit-elle avec le sourire.

Dans mon esprit, ça donnait ça (attention, caricature incoming):
. Odd : Excuse-moi, je suis un gros pervers en manque, j’ai pas pu résister
. Rose : Abruti ! Je vais te coller un procès !
. Odd : Je t’ai quand même mis MON oreiller pour soulager ta tête
. Rose : Oh merci ! T’es trop chou !


Ah mince, je l'avais pas vu comme ça moi. Maintenant, je suis moins fier de ce passage. :/

Citation:
Quand même, un bon point d’originalité pour l’explosion de Kadic. Ça pourrait partir sur quelque chose de vraiment intéressant je pense. C’est vraiment triste pour ce bon vieux JP et cette bonne vieille Suzanne. Snif.


J'avoue que je suis fier de moi sur ce coup là. Mouhaha !

Citation:
Débuter avec un scénario aussi classique est risqué : soit le lecteur trouve que c’est du réchauffé et va chercher son bonheur ailleurs, soit il y a quelque chose qui sors de l’ordinaire pour le retenir. Ça peut être une forme ou un français impeccables, des pistes dans me scénario qui laissent entrevoir de grandes choses, etc… Mais là, il manque ce petit élément, ce petit supplément d’âme qui différencie les grands textes de la série B. Après, peut-être que la suite de ton texte contient justement cet élément qui récompensera les lecteurs ayant eu la patience de rester jusqu’au bout.


Merci, j'en suis conscient et j'assume ce choix mais je réserve de bonnes surprises. Après tout certains ont réussi dans cette voix.

Et enfin Icer :

Citation:
Or non tu es en progression depuis le début, et je dois avouer que j'ai eu peu d'occasion de voir ça en 1 an.


Putain ! 1 ans déjà ! x)

Citation:
Alors vraiment, ne te décourage pas. Prend bien en compte les excellentes critiques de mon VDD et continuer tes progrès. Je te regarde de loin.


Merci beaucoup pour tes encouragements.


Citation:
Ah, je dois avoir juste un petit détail à ajouter : Tu mentionnes le TER pour la Gare de Carcassonne (Gare que je connais bien d'ailleurs, j'y passe souvent). Au début j'ai cru qu'il allait effectuer un changement, mais après le retour dans le passé, tu précises bien qu'il prend directement le train à destination de Paris. Or j'ai de gros doutes sur le fait que les TER rouge vifs du Languedoc, qui sont des trains régionaux, fassent des trajets jusqu’à la capitale. Ce serait plutôt des Intercités ou des TGV.


Bien vu pour le problème du train. Le TER que prend Odd se transformera par magie en TGV sous peu. ^^

Voilà, merci à tous de m'avoir lu et aux commentateur pour m'avoir aidé à soulever les points noirs pour me permettre de progresser. Le chapitre 2, je le commencerais une fois que je serais en vacance et arrivera surement pendant, si je fais pas trop la java. Bonne soirée Smile

_________________
http://imageshack.us/a/img803/5568/signaturemagnifik68.png

http://img11.hostingpics.net/pics/332610QoljZzb.png

http://imageshack.us/a/img10/1027/du6g.png http://imageshack.us/a/img547/5513/caw8.png
Laura et Odd, des persos magnifiks !

[Signature modérée : Mettre une carpe qui récompense un texte sur un profil est un non-sens...]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Quater MessagePosté le: Mer 30 Oct 2013 21:54   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 107
Localisation: Je ne saurais le dire...
magnifik68 a écrit:
Ca y est j'ai peur. Sad
Yes! Achievement unlocked!

magnifik68 a écrit:

Quater a écrit:

Ensuite, mais c’est là un point de vue très personnel, j’ai un peu de mal avec la manière dont tu écris. Ça fait langage parlé, comme si tu racontais une histoire comme ça sans vraiment prendre me temps de la mettre en forme. Certains ne sont pas gênés, mais je trouve que ça fait vraiment étrange sur un texte écrit.

Tu peux m'expliquer ? Je ne comprends pas du tout ce que tu veux dire. :/

Ce que je veux dire par là, c’est que je conçois personnellement deux manières de raconter un récit.

La première, c’est de le raconter comme ça, comme quand tu parles à quelqu’un au quotidien, de façon spontanée. Tu vas employer des expressions que l’on entend partout dans la rue, faire des raccourcis sur le français, etc… Enfin, je pense que tu vois parfaitement ce que je veux dire.

La deuxième, c’est de poser ton récit, de faire tout en français bien propre, de façon pas détachée, mais avec du recul. Prendre le temps de choisir les mots, les expressions les plus appropriées, t’assurer que tu transmets bien le message que tu veux véhiculer, et surtout te relire derrière.

Il n’y a évidemment aucun style qui soit mieux que l’autre, mais le premier est selon moi plus dur à utiliser puisque parler à ton lecteur comme un à pote peut ne pas être apprécié (c’est mon cas, ou alors il faut que ce soit vraiment bien fait). Et surtout, il est souvent accompagné de fautes de français, que l’on massacre allégrement à l’oral, et aussi parce qu’il y a beaucoup d’homonymie en français, notamment le "-é" en terminaison de verbe. Ce qui fait que le langage "parlé" dans un texte fait bizarre, et que c'est exactement cette sensation que j'ai ressenti pendant ma lecture.

J’espère avoir été assez clair dans mes explications.
Au passage, tu peux poster ton chapitre suivant si tu as besoin.
_________________
« La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. »
« Le difficile n'est pas de sortir de l'X mais de sortir de l'ordinaire. »
Charles de Gaulle

« Ce n'est pas un abruti comme les autres. C'est le fruit des plus grands esprits de son temps, unis dans le seul et unique but de produire le plus stupide des abrutis de l'univers. »
GLaDOS
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
magnifik68 MessagePosté le: Dim 23 Fév 2014 22:06   Sujet du message: Répondre en citant  
[Mégatank]


Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 819
Localisation: Dans un lieu magnifik !
Bonjour mes cocos ! Non je ne vous ai pas oublié. J'ai pris beaucoup de temps pour réaliser ce second épisode et j'espère qu'il sera meilleur que le précédent. Un remerciement à Quater pour tout ses précieux conseils. Je vais faire au mieux pour les appliquer dans la suite de mon récit. Par ailleurs, j'ai aussi renommé le titre de ma fic que je trouvais comme un à peu prés tout le monde assez ... disons ... enfin ... voilà... Vous comprenez Wink .
Allez voici la suite tout de suite. (La répétition était voulu Wink ).


Episode 2 : Tristes retrouvailles.

23 octobre 2013.

Usine, 13h30.


Dans le laboratoire de Franz Hopper, une bande de jeunes adultes s’y était rassemblé. Le plus intelligent des cinq utilisait le superordinateur pendant que les autres restaient autour de lui et prenaient attention à ce qu’il faisait. Le petit génie s’écria :

-Ca y est, j’ai les premières images des caméras prises après la réactivation du supercalculateur.

Les vidéos enregistrées ne montraient rien d’anormal pendant un moment, juste le pont de l’usine. Jérémy fit une avance rapide. Il s’arrêta net lorsqu’il aperçut un jeune garçon qui avait la taille d’un collégien quitter l’usine. Le petit génie fit un zoom sur sa tête et tous reconnaissaient le signe de Xana. Maintenant, il restait à savoir s’il venait de l’usine ou d’un autre endroit. Ils inspectèrent alors les caméras de la salle du supercalculateur et virent la même personne quitter les lieux. La réponse était claire, c’était bien Xana qui avait réactivé le supercalculateur. Il restait un dernier endroit à vérifier, le laboratoire et là c’est la surprise. Ils virent l’enfant installé devant le pupitre du supercalculateur et l’utiliser.

-Oh non … Jérémie ! Fais un zoom sur l’écran pour voir ce qu’il fabrique, proposa la copine du petit génie.

Après un oui de la tête, le blondinet s’exécuta, des lignes de codes incompréhensibles étaient visibles sur l’écran. Personne n’arrivait à les lire. Le surdoué eu alors l’intelligence de faire une capture d’écran afin de les déchiffrer grâce à l’ordinateur. L’engin allait travailler dessus toute la journée.

-Rahhh ! C’est la catas si Xana a touché au supercalculateur, je crains le pire, s’écria le blondinet.

Tous, étaient inquiets. Il n’était jamais bon de voir ce qu’un programme informatique démoniaque pouvait faire sur un ordinateur comme celui-là.

-Bon, je crois que c’est l’heure, prévint l’autre blondinet mettant fin à ce silence.
-Ok, on y va, je pense que l’ordis aura terminé dans la soirée. Il faudra aller sur le 5ème territoire pour pêcher des informations sur le skid. Ca me permettra de le programmer plus vite. Après tout, la menace vient d’ailleurs, c’est sûr.
-On a combien à y gagner ? demanda Ulrich.
-Un ou deux mois, c’est mieux que rien et puis aussi développer un superscan pouvant détecter la moindre menace dans le réseau, histoire de trouver la nouvelle cachette de Xana. Vu que ce spectre ne vient pas de notre supercalculateur.

Sur ces mots, les jeunes adultes quittèrent le labo, puis l’usine et rejoignirent leur ancien établissement scolaire via les égouts rappelant l’odeur merveilleuse de l’endroit à Della Robia qui faisait tout pour ne pas respirer.

14h01.

Les cinq amis arrivèrent sur les lieux du drame qui avait secoué Kadic deux jours plus tôt. Les dortoirs du collège étaient en piteux état. Il y avait beaucoup de monde à la cérémonie, la plupart des gens était habillé en noir, même Odd avait délaissé sa couleur préféré et avait une coupe beaucoup plus normal que d’habitude. Un jeune homme arriva et s’installa à côté de la japonaise qu’Ulrich avait vite fait de remarquer. Il s’écria d’une voix grave :

-Salut ! Je n’suis pas trop en retard ? s’écria-t-il.
-Non, tu arrives juste à temps.

Un vieux professeur marchant avec une canne prit le micro pour s’adresser à toutes les personnes présentes.

-Hum ! Hum ! C’est dans ces jours biens dramatiques que nous sommes rassemblés ici même devant ce qui reste des dortoirs. Nous avons tous perdu quelqu’un. Des amis, de la famille, des camarades, des collègues ou même notre logement pour certains. Nous sommes très tristes d’avoir perdu tous ces êtres chères. Nous connaissions tous notre proviseur bienséant pour cet établissement, il était généreux, juste, très apprécié de tous. Il y avait aussi Mme Suzanne Hertz. Professeur de science au collège Kadic. Elle donnait cours dans une salle de maths car le bâtiment des sciences n’était pas disponible. Ce hasard avait conduit la disparition de beaucoup d’élèves. Je pense notamment à Antoine Bouvier, Gille Bouvier, Jennifer André, Harry Lancer, Alexandre Dupont, Maria Rodrigues, Henri Biguar, Alan Meyer, ainsi que Melissa Pervier. Nous pensons tous à eux, et aux autres qui ont été blessé. Notamment notre professeur de sport Mr Jim Morales qui est connu de tous. Nous avons réalisé cette stèle en mémoire de tous les disparus lors de ce drame.

D’autres professeurs enlevèrent la bâche blanche qui cachait la stèle. Les noms des victimes de l’attentat y étaient gravés dessus. Tout le monde se leva pour y déposer une rose, certains pleuraient, d’autres cachèrent leur tristesse. Les lyokos-guerriers, ainsi que l’autre adulte aux cheveux sombre qui s’était invité à leur rangé déposèrent une rose blanche devant la stèle. Quelques minutes après cela, Odd reconnu une personne qu’il avait connu au collège lycée et décida d’aller la voir. Les autres suivirent le blondinet.

-Hey. Salut Sissi ! Euh… Est-ce que ça va ? On a appris pour ton père…
-Oh Odd ! Tu es venu, et vous aussi, mes chères amis.

La jeune femme serra Odd dans ses bras, elle était en larme.

-Kadic, c’était notre ancienne maison, c’est tout à fait normal qu’on soit venu, dit Ulrich.
- Je suis tout de suite venu à Paris, dès j’ai su.
- Ah, et ta copine ? Pourquoi elle n’est pas venue ? demanda l’homme aux cheveux châtain.
- Elle a préféré rester, dit-il tout bas en baissant la tête.
- Oh ce n’est pas grave, il y en aura d’autres, dit-il en ayant deviné.
- Bien sûr, répondit-il avec un sourire forcé.
Sissi sécha ses larmes et retira son étreinte sur Odd.
- Sinon, qu’est-ce que vous devenez ? Ca fait un bail, demanda la fille du proviseur décédé.
- Oh pas grand-chose, je suis en master physique quantique.
- Certaines choses ne changent pas, à ce que je vois. Et toi Aelita, tes études de médecines ?
- Et bien, j’ai eu ma licence et la depuis, j’ai arrêté pour me concentrer dans la musique.
- J’aime bien ton nouveau disque, tu peux être fier de toi.

La jeune femme aux cheveux roses la remercia. Ensuite, le blond à la coupe extravagante lui raconta son début de carrière dans le cinéma, ses ex, etcetera.

Yumi se retourna vers l’homme aux cheveux sombres.

- Et toi, William ? On ne s’est plus vu depuis l’été dernier.
- Ben, je me suis réorienté dans la finance. Et toujours célibataire, fit-il avec un clin d’œil.

Ulrich qui discutait avec Odd et Sissi se retourna brusquement et vit la japonaise avec son rival de toujours.

- Excusez-moi. Il faut que j’y aille.

Il partit s’incruster dans la conversation de William et Yumi, celle-ci était un peu gêné par cette intrusion.

- Ne me dis pas qu’ils ne sont toujours pas ensemble ? s’écria Sissi.
- Ben si, si tu savais comme c’est pathétique.
- Bon, nous on y va. On est crevé.
- Oh déjà ? fit Aelita déçue. Bon ben salut…
- Au revoir les amis, ça m’a fait de vous revoir.
- Nous aussi Sissi, un vrai plaisir et encore mes condoléances, se dépêcha de saluer l’intello.

La jeune Aelita Stones fit un signe de la main pour dire au revoir. Elle avait un air triste qu’Odd avait pu remarquer. Quelque chose ne tournait pas très rond dans le couple des têtes pensantes.

Du côté de l’éternelle triangle amoureux, les choses se passaient plutôt bien jusqu’au moment où William repris son air sérieux pour parler d’un certain retour vers le passé déclenché, il y a un jour. Ca aurait été trop beau qu’il n’en parle pas. La japonaise s’y attendait et se préparait à anticiper, elle lui répondit :

- T’en fais pas, c’était juste quelqu’un de mal attentionné qui avait trouvé notre laboratoire mais Jérémie passait par là et la programmé pour qu’il oublie tout. Il nous a prévenues après.
- Ah ouais et pas moi ?
- Il a surement dû oublier. M’ouais, je ne sais pas pourquoi mais j’ai du mal à te croire, riposta l’ancien Xana guerrier.
- C’est la vérité William, il n’y a aucun problème, affirma l’autre lyoko-guerrier.
- Bon d’accord mais j’aimerais bien être au courant, vous m’avez un minimum impliqué dans vos histoires donc j’aimerais bien qu’on m’avertisse d’un quelconque problème avec cette machine.
- Bien sûr, acquiescèrent les deux tourtereaux.
- Oh ! Vous avez vu l’heure ? Je vais être en retard à mon rendez-vous ! Ca m’a fait plaisir de vous revoir tous.

Sur ces mots, il fit la bise à la japonaise rougissante, fit un signe d’au revoir de la main à tous les autres et s’enfuis en courant vers la sortie de l’établissement.

- Si on enclenche un autre retour dans le temps, William finira par plus marcher, fit la ninja virtuel un peu énervé.
- Ouais, mais on ne peut pas l’intégrer dans la bande, pas après ce qui lui ai arrivé, répondit le brun.
- C’est sûr, j’en parlerais à Jérémie ce soir.

Dans les rues de Paris, Aelita et Jérémie étaient pris dans les embouteillages. Le blondinet remarquait qu’Aelita semblait être énervé.

- Qu’est-ce qu’il y a encore ? demanda-t-il.
- Je n’ai pas aimé comment tu t’es conduit avec Sissi.
- Comment ça ?
- QUOI COMMENT CA ? TU N’AS PAS VU COMMENT ELLE ETAIT MALHEUREUSE ? ET TOI ! TOI ! TU T’EN VA COMME SI T’EN AVAIT RIEN A FOUTTRE !
- T’es obligé d’hurler ? J’avais envie de partir, j’ai un exam cette semaine et avec Xana en plus maintenant...
- Mais t’es vraiment égoïste ma parole ! ELLE A PERDU SON PERE MERDE !!!
- C’EST BON ! JE SUIS AU COURANT !
- Alors pourquoi tu te conduis comme ça ? Je sais que t’es nul en diplomatie mais en ce moment j’ai du mal à te reconnaître, finit-elle tristement. Jérémie !... s'écria-t-elle.

Le garçon ne répondit pas, il ne voulait pas admettre ses torts. La jeune fille le regarda, déçue de son comportement. Elle se demandait si elle aimait encore cet homme mais elle essaya de penser à autre chose. Ce n’était pas avec le retour de Xana que les problèmes dans leur couple s’arangeait.

Laboratoire, 19h01.

Le Soleil s’était couché sur les environs de Paris. Le club des cinq s’était à nouveau rassemblé à l’intérieur du laboratoire de Franz Hopper. Le déchiffrage n’était toujours pas terminé et le cerveau du groupe leur proposa de tout de suite plonger dans le monde virtuel mais Yumi en profita pour parler du problème William. Ils l’avaient tous oublié, mais il était vrai qu’il gardait la mémoire après un retour dans le temps et raconter des salades à leur ancien amis ne serait pas toujours envisageable. Aelita leur proposa de le réintégrer dans le groupe. Celle-ci essuya tout de suite un refus de la part de la japonaise. Elle ne lui faisait toujours pas confiance, Ulrich quant à lui suivait la position de l’asiatique. Une réaction tout à fait normale de la part de Stern. Les autres avaient un avis partagé sur le problème. Est-ce qu’il fallait faire confiance à celui qui était leur ennemie autrefois ? La jeune femme poussa un soupir. L’intello leur proposa d’y réfléchir après la mission sur l’avenir de ce débat. Les quatre héros descendirent dans la salle des scanners via le monte-charge. Pour chacun d’eux, le blondinet prononça les célèbres mots dans son micro. « Transfert, scanner et virtualisation ».

Yumi, Odd et Ulrich étaient les premiers à avoir été virtualisés dans l’arène du 5éme territoire. Puis, ce fut le tour de la jeune fille aux cheveux roses. Elle apparut aux côtés de ses amis dans sa tenue d’elfe virtuelle rose. Les lyokos-guerriers filèrent rejoindre le labyrinthe pour accéder à l’élévateur qui les conduira sur la voûte céleste. Jérémie avait virtualisé les véhicules de Yumi et Odd au cas où Xana les accueillerait. Ulrich resterait aux côtés de la princesse virtuelle pour la protéger au maximum. Cette dernière commença immédiatement à manipuler l’interface. Il fallait absolument ces données pour gagner du temps mais leur ennemie n’était pas vraiment d’accord avec eux et leur envoya deux jolies mantas. D’un acquiescement de la tête, le chat violet et la ninja prirent place sur leur véhicule. C’était partis pour une virée en enfer, les mantas firent feu sur nos héros. La ninja riposta immédiatement en leur envoyant son arme qui fit mouche. Cela faisait un combattant de moins. Le félin virtuel fit de même et en explosa une lui aussi.

- Et ben, elles ne sont pas très en forme nos mantas aujourd’hui, je les ai connus plus coriaces, dit-il déçus.
- Attention ! Une manta se dirige sur les autres ! s’exclama la jeune fille brune.
- Mais d’où il sort cuis-là ?
- A mon avis c’était une diversion, répondit la japonaise sur un ton sérieux.

Le monstre fonça à tout allure sur Aelita et commença à tirer mais le samouraï virtuel arrêta tous les tirs, tel un bon chevalier défendant sa princesse. La bestiole passa au-dessus d’eux, suivis des deux combattants. Le monstre ne tint pas longtemps face à eux et finis par rejoindre ses collègues au paradis des monstres virtuelles.

- Et ben ? C’est tout ? fit Odd déçus.
- T’en fais pas Odd, ce n’est pas terminé, notre amis Xana vous envoies d’autres amateurs, le rassura Jérémie.
- Super ! Les voilà !!! s’écria le félin virtuel sur sa planche.
- Il ne changera jamais… dit le blondinet tout bas.

C’était quatre mantas cette fois-ci que Xana avait envoyé. Odd fit des gros yeux. Finalement, Xana n’était pas si fatigué que ça. Les monstres s’acharnaient sur nos héros. La ninja essayait de les calmer en leur envoyant ses éventails mais ils étaient tous renvoyé vers sa destinataire. D’autres mantas sortirent du garage où était entreposé le skid. Nos deux héros commençaient à être submergés. C’était sept raies-mantas à gérer. Ulrich commençait à avoir du mal à se défendre et se prit un laser, puis un deuxième. Un monstre qui passait un peu trop prêt se fit trancher le ventre par le samouraï plus déterminé que jamais à protéger sa princesse, elle disparue dans un explosion.

- C’est bon ! Je suis sur la bonne voie ! Je charge toutes les données pour te les envoyer Jérémie.
- Ok Aelita ! C’est une bonne nouvelle, répondit le petit génie sérieux. Attention ! Elles reviennent !
- Purée ! Elles vont prendre chère ! s’écria Odd en tirant dans le tas.

Un monstre fut touché et se dévirtualisa au milieu de ses congénères. Un clic se fit entendre au niveau des gants du chat violet signalant une panne sèche de ses munitions. Jérémie le rechargea après l’avoir entendu râler mais pris conscience que c’était un vrai problème d’avoir un nombre limité de flèches lasers. Pendant ce temps, le félin virtuel distraya les mantas afin de les éloigner de la princesse virtuelle.

- Allez ! Venez m’attraper mes chéries ! s’écria-t-il en tournant autour.

Son plan fonctionnait à merveille, les mantas s’acharnaient sur le garçon. Yumi en profita pour en éliminer une. Le samouraï virtuel admira la scène mais se fit dévirtualisé. Un rampant bien discret en avait profité pour l’achever. La gardienne de Lyoko était sans défense. La ninja virtuel qui avait tout vu fonça tête baissé sur le rampant qui commença à attaquer la pauvre jeune fille aux cheveux roses. Elle évita tous les lasers sauf un, son bras fut parcouru d’électricité. Yumi sauta de son véhicule qui percuta le monstre sans défense. L’explosion fut violente. Elle atterrit à côté de l’elfe virtuel encore allongé.

- Vite Aelita ! Termines ce que tu as à faire ! dit-elle en parant les tirs de deux mantas qui s’étaient désintéressé du félin virtuel. La gardienne de Lyoko ne se fit pas prier et continua ses manipulations sur l’interface.
- C’est bon Odd ! Je t’ai rechargé !
- Super ! C’est reparti pour le massacre !

Sur ces mots, Odd arrêta son manège et en descendit une. Il attaqua les autres mais elles étaient plus habiles et évitaient toutes ses autres attaques. Quant à Yumi, elle avait de plus en plus de mal à protéger Aelita et finit par se faire avoir elle aussi. Elle réapparait dans un scanner et vis Ulrich prêt du monte-charge, il se retourna.

- Ca va ?
- M’ouais, je déteste perdre.

Sur ces mots, la japonaise le rejoignit, les portes de l’ascenseur se referma sur eux.

Aelita y était presque, elle n’avait plus qu’à appuyer sur une touche pour envoyer toute les donnée qu’elle avait récupéré chez son compagnon. Mais, les deux mantas ne la laissèrent pas faire et lui tirèrent dessus. Un laser l’atteignit en pleine poitrine et elle fut repoussée en arrière. Elle vit son dernier allié disparaître en confettis. Elle était seule désormais et n’avait pas le droit d’échouer. Tout le monde comptait sur elle. Il fallait qu’elle réussisse. Elle se leva rapidement et se jeta sur l’interface au milieu d’une pluie de laser et appuya sur la touche envoyer de l’interface. Elle se fit dévirtualiser immédiatement après ce geste. Elle réapparu dans le scanner en position assise, elle laisse s’échapper un « yes ! ». Odd était là, devant elle et il l’aida à se relever, puis ils empruntèrent le monte-charge afin de rejoindre leurs amis.

- Super ! Avec ça, je vais pouvoir reprogrammer le skid en moins de deux ! s’écria le génie tout content.
- Et combien de temps avant le grand retour de notre vaisseau ? demanda Odd qui venait d’arriver avec sa princesse.
- Et bien avec tout ça, et le garage skid que je n’ai pas besoin de reprogrammer, donnez-moi un mois et j’aurais terminé.
- Super ! c’est une bonne victoire. On pourra très vite découvrir la demeure de Xana, dit Yumi.
- Oui et une fois sur place, on lui fera sa fête, répondit l’amuseur de la bande en levant son poing.
- Et pour William ? demanda Aelita.
- Je préfère qu’il ne sache pas pour l’instant, répondit l’intello en fermant les yeux.
- Mais on a besoin de lui pour combattre Xana !
- Mais s’il se fait à nouveau capturer, ça sera à nouveau la galère pour nous ! s’énerva la ninja virtuel.
- Il se la joue trop perso, on ne peut pas lui faire confiance, ajouta Ulrich.
- Mais, on ne peut pas garder le secret longtemps, si un autre retour dans le passé est lancé, il le remarquera et ne croira plus à nos mensonges. Il est trés loin d’être bête.
- Elle a raison, il faudra lui dire à un moment ou à un autre, dit Jérémie.
- Ok mais je refuse qu’il retourne sur Lyoko, c’est trop dangereux, s’écria la ninja.
- T’inquiètes pas, je ne le renverrais pas sur Lyoko, à part si il y a une urgence.
- Hmmmmm, ok ça me va, finit par accepter l’asiatique après un moment d’hésitation.
- Maintenant que nous sommes d’accord, si on allait rejoindre nos oreillers ? demanda le garçon à la mèche violette.
- Ok, on a tous mérité une bonne nuit de sommeil. Cette mission est un succès, répondit le petit génie fièrement.

Un bar au centre-ville de Paris, 22h18.

Odd n’était pas chez lui en trains de dormir comme il l’avait dit à ses compagnons mais trainait dans un bar pas très fréquentable. Devant une bière, il pensait à son ex qui l’avait largué. Il avait remarqué qu’elle ne l’aimait pas temps que ça pour ne pas l’avoir accompagné à Paris ce jour-là. Il pensait à ses années de collèges où il se fichait de l’amour et sortait avec n’importe quelle fille. C’était le bon temps. Il voulait juste s’amuser autrefois alors que maintenant, il recherchait vraiment une relation sérieuse mais les dernières personnes qu’il avait fréquentées étaient comme lui à ses années de collège-lycée. Il était désespéré.

C’est alors qu’une jeune femme s’assied à côté de lui et demanda un cocktail avec une grande dose de vodka au barman.

- Toi ???
- Odd ??? Mais que fais-tu ici ? demanda-t-elle.
- Je pourrais te poser la même question, tu n’es pas le genre de personne que je vois trainer par ici.
Il vida le reste de son verre d’un trait.
- Ben, j’essaie de passer à autre chose, de plus y penser. J’ai croisé cette endroit et j’ai décidé de me lâcher.
- C’est sûr, j’ai vraiment de la peine pour toi. Un autre verre s’il vous plaît.
- Tout de suite, répondit le barman en versant l’alcool dans un autre verre qu’il servit immédiatement au blondinet.
- Tu viens souvent par ici ?
- Pas vraiment non...
- Ah moi je viens souvent dans cet endroit. C’est super pour se détendre.
Ils entendirent deux hommes entrains de s’insulter bruyamment.
La jeune femme était servie, elle commença à boire, quoique un peu rapidement.
- En tout cas, c’est vraiment super d’avoir quelqu’un pour discuter, malgré qu’on se soit vue cette après-midi.
- Oui…
- Allez courage, tu n’es pas seul, si tu as besoin de quelque chose, je suis là, tu peux compter sur moi, dit le blond en posant sa main sur son épaule.

Les deux jeunes adultes demandèrent un autre verre.


Voilà, c'est finis pour cet épisode 2. J'espère qu'il vous aura plu. Et vous pensiez que Xana n'y allait pas assez fort. ^^

L'épisode 3 arrivera très prochainement, il se nommera :
Spoiler


A suivre...

_________________
http://imageshack.us/a/img803/5568/signaturemagnifik68.png

http://img11.hostingpics.net/pics/332610QoljZzb.png

http://imageshack.us/a/img10/1027/du6g.png http://imageshack.us/a/img547/5513/caw8.png
Laura et Odd, des persos magnifiks !

[Signature modérée : Mettre une carpe qui récompense un texte sur un profil est un non-sens...]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Ven 28 Fév 2014 19:01   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2168
Localisation: Territoire banquise
Après une si longue interruption je nourrissais de gros espoirs pour ce chapitre, mais je dois avouer que je suis un peu déçu. La première chose qui m'a frappé, c'est certaines réactions ne sont pas dignes des adultes qu'ils sont censés être : Aelita qui se met à gueuler d'un coup, Yumi qui est la même p*te vis-à-vis de William une demi-douzaine d'années après... Il est vrai que de nombreux aspects du DA nous permet de considérer parfois les LG comme des boulets mais à ce stade, tu vas te retrouver avec une équipe incapable de faire face à X.A.N.A, c'est pourquoi il vaut mieux éviter.
Mais à mon sens le plus gros problème du chapitre, bien plus grave que le coup du TER, est la logique de la mission qu'ils effectuent. Se rendre sur le cinquième territoire pour récupérer des informations sur le Skid... ?
Fail bro. Depuis sa reconstruction, il appartient à Jérémie. Toutes les données qui sont dessus devraient déjà être en sa possession... En théorie. En pratique j’admets que l'interface puisse avoir des trucs intéressants venant de FH qui a participé à la recréation de Lyoko, par exemple, certains concepts du monde virtuel même que Jérémie ne maîtrise pas. Mais le Skid est une construction humaine... Du coup la fameuse mission devient assez ridicule. C'est dommage car cette erreur n'est due qu'à un manque de réflexion, alors que tu as eu tout le temps pour ça vu le délais de publication entre tes deux chapitres...
Ne te décourage pas pour autant, et surprend-moi agréablement pour l'explication butoir qui est le retour de X.A.N.A Smile

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Mophie MessagePosté le: Dim 27 Sep 2015 22:44   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 14 Juil 2015
Messages: 236
Localisation: Coincé dans le quelque part
Bon ok la y en a marre j'attends la suite depuis longtemps moi je vais réveiller ce sujet en le commentant. La je doit dire t'a fait fort: snif pourquoi le proviseur devait mourir pourquoiiiii ...... ohlalala la yumi elle exagère je comprends qu'elle n'a pas envie de perdre William mais quand même il est grand le mec sinon je suis quand même content que Jim soit encore de la partie (bon ok il est blessé mais on s'en fout) et pour la jeune femme j'imagine que c'est samantha? bon voilà c'est tout ce que j'ai a dire et s'il te plaît continue ta fic j'ai l'impression que tu as abandonné.
Edit: C'est qui Baptoou?


Dernière édition par Mophie le Mar 29 Sep 2015 17:55; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 28 Sep 2015 07:00   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2168
Localisation: Territoire banquise
Ah oui lui... Plus de nouvelles depuis son chapitre 2, pourtant cet auteur, à défaut d'être déjà très talentueux était motivé et semblait prometteur... J'aimais bien le début de son texte. Si on le ramène avec un simple up - ça arrive plus souvent qu'on ne le croit avec l'alterte mail, en admettant que l'option soit activée et que l'auteur utilise toujours la même - il reviendra de loin. Cela dit depuis Baptoou...
_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1059s (PHP: 71% - SQL: 29%) - Requêtes SQL effectuées : 25