CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
[Créations] Code Lyoko : Un live ce samedi !
[Code Lyoko] Nouveau dossier : Serial ...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu 201...
 
 Derniers topics  
[Jeu Code Lyoko] IFSCL - 3.4.0
Quel personnage êtes-vous ?
buy prednisone pills 346 mg
[PROJET WEB] (non-officiel) Le nouvea...
[Film] Adaptation CL Chronicles : LIVE
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
Avez-vous déja rêvé de Code Lyoko ?
[Lyoko Interface] Présentation de Lyo...
Comment vous imagineriez-vous sur Lyo...
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 5 sur 6

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Baptoou MessagePosté le: Lun 07 Oct 2013 21:38   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 07 Déc 2011
Messages: 349
Je profite du post d'Icer pour faire quelques déclarations.

Icer a écrit:
La première chose qui me vient à l'esprit (et je l'avais déjà dit), c'est la présentation soignée.

La présentation de la fic, c'était vraiment une de mes priorités dès le début. Je ne me voyais pas poster le premier chapitre sans couleur, sans changer de taille pour un titre... Ce sont des choses simples et vraiment utile dans un fic. Le but est quand même de donner envie de lire. Je fais souvent des p'tit tours dans la section fiction, et j'en lis quelques unes. Mais quand j'en vois une, sans aucune couleur, avec des gros paquets de ligne sans aucun saut de ligne, je clique direct sur "précédent" x)

Icer a écrit:
Après, bon point de lui avoir remit sa tenue d'origine, malheureusement, je vois que je me suis réjouis trop vite parce qu'au vu des déclarations de Jérémie, il va sûrement se voir ré-implanter la Supersmoke. Quant on connait la gueule du pouvoir, c'est pas très crédible que Jérémie puisse lui filer comme ça, comme si de rien n'était.

En fait, la vraie question ici, ça serai : Pourquoi William ne posséderai plus son pouvoir après sa dé-xanatification ? Je suis convaincu que dans l'épisode 65 (Dernier round), lorsque qu'il n'était pas encore soumis à la xanatification totale (avant la destruction de Lyoko) il disposait déjà de ce pouvoir. Ou ne serais-ce qu'une ébauche de son pouvoir. Dans cet épisode, après avoir dévirtualisé Ulrich, il fonce sur Yumi, et on aperçoit vaguement une sorte de halo violet, ressemblant vaguement au supersprint d'Ulrich. De même, quand il se dirige vers le cœur pour lui porter le coup fatal, il flotte dans l'air entouré d'un halo violet. Pour moi tout ça, c'est une ébauche du Supersmoke. Et comme il n'était pas encore dans sa forme de xanatification totale, on ne peut pas accuser XANA de lui avoir foutu ce pouvoir. Sinon, on peut se demander pourquoi il n'a jamais insuffler de nouveaux pouvoirs à Aelita, il n'en a pourtant eu l'occasion.
Bien sûr le Supersmoke que l'on connait aujourd'hui a véritablement été donné par XANA. Mais ce que je voulais vous montrer, c'était que William disposait déjà d'un pouvoir avant et que XANA n'a fait que le renforcer.
Donc, théoriquement, même après sa libération de XANA, il devrait toujours posséder son supersmoke, soit celui que l'on connais aujourd'hui, soit l'ébauche que l'on connais dans l'épisode 65.
De plus, on peut voir que le lien entre les deux supersmoke :


Spoiler


Pour en revenir à la fic, j'ai décidé de redonner à William le Supersmoke puisque ce dernier à été supprimé au moment du retour de William, et donc, il ne disposait plus que de son pouvoir vu dans l'épisode 65.
Mais ce ne sera pas le même Supersmoke, il sera amélioré mais aussi dégradé (Hé oui ! Jérémy peut faire des erreurs !)


Icer a écrit:
Si il en était capable, il pourrait rendre n'importe quel autre LG surcheaté aussi, il faut y penser !

Surprised Mais c'est prévu mon cher Icer ! Comme vous le savez, Jeremy va améliorer les équipements des LGs. Mais ils ne seront pas pour autant invincibles.
Ah et au fait, il n'y aura pas que les LGs qui seront améliorés Wink Jeremy a ses recettes, XANA a les siennes si vous voyez ce que je veux dire.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sans plus attendre, je vous présente le Chapitre 7, XANA s'échauffe.
Il dépasse le chapitre 6 en longueur, et sera surement dépassé par le chapitre 8 vu comment c'est parti.
Il y a quelque chose que j'aimerai vous faire remarquer. Je ne sais pas si vous l'avez constaté, mais depuis le chapitre 1, le scénario n'a évolué que sur... 5 heures x) J'ai donc décidé de passer à la vitesse supérieure et accélérer les choses. J'aimerai savoir ? Quelqu'un l'aurait-il remarqué ? Cela vous a t-il gêné ?

Bref... Voici la suite.


FAUX ESPOIRS

Chapitre VII : XANA s'échauffe


Hôpital, vers 13h

Dans la chambre 29, un homme, inconscient, commence à se réveiller d’un profond sommeil. Il essaye d’ouvrir les yeux et peine à reconnaitre l’endroit où il se trouve. Une femme d’une cinquantaine d’années se tient à ses côtés, très inquiète aux regards de l’homme.

- « Jim ! Jim, ça va ? Comment tu te sens ? » s’inquiète Madame Hertz

Le professeur de sport ouvre les yeux et commence à se relever.

- « Mais… Mais qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qui s’est passé ? demande Jim
- « Tu as fait un malaise sur le stade. Heureusement que des élèves t’ont remarqué ! » affirme la femme.
- « Sur le stade ? » s’étonne Jim. « Mais j’étais dans ma chambre ! » réplique-t-il.
- « Tu as surement un trou de mémoire à cause de ton malaise. » rassure Suzanne. « D’ailleurs, les médecins cherchent encore la cause de ton malaise, mais ne trouve rien. Tu n’aurais pas mangé quelque chose qu’il ne fallait pas par hasard ? » questionne-t-elle.
- « Bah non ! J’ai juste mangé des tartines ce matin ! » avoue Jim.
- « Bon allez, je vais te laisser te reposer. Je t’ai apporté des affaires pour te rechanger. Je te les ai mises dans l’armoire. » déclare le professeur. « D’après les médecins, tu sors demain matin. A demain Jim ! » continue-t-elle.
- « Hé Suzanne ? » crie Jim
- « Oui ? »
- « Merci d’être resté près de moi quand j’allais mal ! » murmure-t-il.
- « Mais il n’y a pas de quoi mon très cher Jim ! » répond Suzanne.

Madame Hertz prend le chemin de la sortie pour rejoindre sa voiture.

- « C’est que je me fait déjà vieux pour faire des malaises comme ça ? » pense Jim à haute voix. « Ou alors c’est le stress de la rentrée ? … Non ça ne peut pas être ça. C’est au moins ma dixième rentrée. » continue-t-il.

Sur le parking de l’hôpital, Suzanne arrive à sa voiture. Elle sort de son sac les clefs de son véhicule et les enfourne dans la serrure. Un « CLAP » survient, signifiant que la voiture n’est plus fermée. Au moment où elle s’apprenait à entrer à l’intérieur, la concentration de l’enseignante a été troublée par un son étrange. Le bruit qu’elle entendait ressembler à un train en marche, une sorte de bruit strident. Le professeur se retourne pour comprendre d’où venait le vacarme. Elle fit un sursaut en apercevant un immense tuba provenant du ciel, et se posant dans le parc, derrière la clinique.

- « Oh mon Dieu ! Une tornade ! » crie la femme dans la rue.

En effet, un tourbillon de vent commence à se former tout près de l’hôpital. Le tuba de la tempête se pose lentement sur le sol, avance lentement sur quelques mètres, envole quelques feuilles, branches et tuiles avant de se dissiper aussi vite qu’elle est apparue dans un bruit toujours aussi assourdissant. Le professeur de sciences n’en revenait pas ! C’est la première fois qu’elle aperçoit ce genre perturbation climatique à Paris. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal pour Suzanne et les quelques passants stupéfiés qui regardaient la scène. Suzanne se rassure en reprenant son souffle et monte enfin dans la voiture.

Pendant ce temps-là, sur Lyoko, la tour du désert se désactive…


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le pont, 13h20

Le ciel est gris et un petit vent chaud se lève le long du fleuve. Jeremy et Aelita viennent tout juste de sortir des égouts et se mettent maintenant à marcher le long du pont, à pas lents. Le ventre d’Aelita gargouille.

- « J’ai un petit peu faim moi ! » proteste Aelita. « On aurait quand même pu prendre notre pause déjeuné avant d’aller à l’usine. » continue-t-elle.
- « Désolé Aelita, je pensais que tu n’avais pas faim, comme moi. » s’excuse Jeremy.
- « J’ai une idée ! » lance Aelita. « Je vais aller en ville me chercher un sandwich et j’te rejoins après. Pendant ce temps, tu commences tes recherches. » propose-t-elle.
- « D’accord, pas de soucis, vas-y ! » répond le jeune homme.
- « A tout de suite ! » dit la demoiselle en courant vers la ville.

Jeremy continue son chemin en direction de l’usine.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Self, 13h30

Yumi et Ulrich sont, une fois de plus, devant les rails à faire glisser leur plateau. Ulrich ne reprend pas d’entrée, il a déjà eu le temps d’en manger il y a peu, et ce n’était pas vraiment à son goût. Arrivés devant les plats de résistance, Rosa est soucieuse :

- « Vous n’aurai-je pas déjà vu, par hasard ? » demande-t-elle d’une voix rauque.
- « Euh… C’est bien possible madame, mais c’est parce qu’on a dû partir rapidement, et du coup, on n’a pas eu le temps de finir. » répond Yumi.
- « Bon… Je vais vous laisser continuer ! Mais c’est bien parce je vous ai jamais vu reprendre du rab comme votre ami goinfre ! » cède Mme Petitjean.
- « Merci Rosa ! » remercie Yumi en souriant.
Ulrich et Yumi continuent leur chemin, et se placent sur une table, non loin de la sortie. Ils s’assoient et se regardent tendrement dans les yeux.
- « Qu’est-ce qu’il y a ? » demande Yumi.
- « Rien. J’avais juste oublié à quel point tu avais de beaux yeux. » s’émerveille le garçon. « Je ne pardonnerai jamais à XANA si un jour je ne pourrais plus admirer tes yeux ! C’est un peu pour ça que j’étais réservé à l’idée de reprendre le combat. » avoue-t-il.
- « Merci Ulrich. Ça me fait plaisir que tu dises ça. » répond la jeune japonaise. « Mais ne t’inquiète pas pour moi, je sais me battre ! » continue-t-elle.

Ulrich sourit. Tous deux entament le repas sous la bonne humeur.
Au même moment, dans la cour :

- « Bon alors ? Avec Yumi ? T’en es où ? » demande Odd à son ami.
- « Bah, pour le moment, ça n’avance pas. » affirme William. « Et les derniers événements n’ont pas aidé. » poursuit-il
- « Ça c’est sûr ! Mais dépêche-toi quand même parce qu’Ulrich est en train de se décoincer, si tu vois ce que je veux dire. » suggère Odd. « Enfin, moi j’dis ça, j’dis rien ! » enchaîne-t-il.
- « Ouais, ouais j’sais bien ! » lui répond le garçon. « Mais tu es de quel côté toi ? »
- « Bah aucun ! Je vous conseille. Quand j’te parle, j’suis de ton côté, quand je parle à Ulrich, j’suis de son côté. »
- « M’ouais ! Bon viens avec moi, j’ai un truc à vérifier ! » réplique William.

Odd acquiesce.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Labo, 13h45

- « Bon alors, voyons voir. » dit Jeremy, seul dans le labo. « Le programme multi-agent n’était plus adapté à XANA et il l’est encore moins aujourd’hui. Est-ce que si je le modifie en prenant en compte la puissance de XANA d’aujourd’hui, ça marcherai ? »

Il pianote sur son clavier, pendant deux bonnes minutes. Au bout d’un temps, il semble abattu.

- « Non, je ne peux pas retenter le coup, si jamais XANA regagne de la puissance, le programme sera encore inefficace. » râle-t-il. « Je ne peux pas réutiliser le programme multi-agent, mais… Je peux peut-être trouver un moyen pour affaiblir XANA, pour ainsi rendre efficace le programme ! » insinue Jeremy.

Jeremy se remet à pianoter sur son clavier. Un peu moins longtemps…

- « Oui, oui ! Ça peut marcher ! Mais il me manque plus qu’à trouver comment faire perdre de l’énergie à XANA. »

Au même moment, un bruit sourd survient de l’extérieur de l’usine. Jeremy sent un courant d’air envahir la salle.

- « Hein ? Mais qu’est-ce qu’il se passe ? » se demande-t-il.
Le jeune homme descend de son siège et prend le monte-charge pour quitter l’usine. Arrivé dans la salle cathédrale, une tuile lui tombe juste sous le nez.
- « AAAH !! » hurle-t-il en regardant le plafond.

Le plafond est en train de se détruire complètement, mais Jeremy ne comprend pas quelle est la cause de cette catastrophe. Il sort de l’usine et aperçoit Aelita figé à regarder le ciel.

- « Aelita ! Qu’est-ce qu’il se passe ? »
- « Regarde ! » répond-elle en montrant quelque chose du doigt.

Un gigantesque tuba provenant du ciel s’abat de l’autre côté du fleuve, tout en s’approchant. Des milliers de débris volent tout autour formant une sorte de rideau de poussières. Un vent violent souffle.

- « UNE TORNADE ! » crie Jeremy impuissant.

En effet, c’est une tornade. Plus puissante que la précédente, elle s’approche dangereusement de l’usine.

- « Regarde Jeremy, elle est maintenant au-dessus de l’eau ! » réplique la jeune fille.
- « Oui, elle s’est transformé en trombe ! » indique Jeremy.
- « C’est XANA ? » demande Aelita.
- « Non, je ne crois pas, le superscann aurait repéré une tour ! » dit Jeremy, sans être sûr de ce qu’il dit.
- « Si, ce n’est pas XANA, il faut prier pour qu’elle ne détruise pas le supercalculateur ! » sanglote Aelita.

La trombe continue son chemin, mais change peu à peu de direction. Elle se dirige maintenant vers le pont et vers l’autre côté de la rive.

- « Tu crois pas qu’un retour vers le passé serai nécessaire ? » demande Aelita perplexe.
- « Ça ne servira à rien ! Si après le retour vers le passé, les conditions climatiques sont toujours propices à la formation d’une tornade, elle réapparaîtra à la même heure. »

Quelques secondes après cette dernière conversation, au plus fort de la tempête, cette dernière commence à s’estomper puis à disparaître totalement, ne laissant qu’un débris de poussières, de branches et de tuiles de l’usine tombés dans le fleuve. Aelita et Jeremy sont rassurés. Ils ont hâte de voir la tête des autres quand ils vont leur raconter ça.

- « OUFF… ! On a eu chaud sur ce coup ! Mais depuis quand il y a des tornades de ce type sur Paris ? » s’étonne Jeremy.
- « J’en sais rien ! » lui répond Aelita. « Tiens au fait, je t’ai pris un sandwich, c’était deux pour le prix d’un, alors j’en ai profité ! » continue-t-elle.
- « Ah c’est gentil, merci Aelita ! » remercie son ami. « Ça tombe bien puisque finalement je commence à avoir faim. »
- « Il n’y a pas de quoi ! On mange sur la route du collège parce que je te rappelle qu’on a cours de sciences dans 5 minutes ! » propose Aelita.
- « Ah oui ! C’est vrai ! J’avais complétement oublié ! » râle Jeremy. « Allez, on y va ! »

Au même moment, sur Lyoko, la tour de la montagne se désactive…


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bâtiment des sciences, salle 2, 13h59

Ulrich et Yumi, rentrant du self, s’arrête devant la salle où Ulrich doit avoir cours dans quelques instants. Odd est là ainsi que quelques autres camarades de leur classe.

- « Dis donc Odd t’as fait fort ! » dit Ulrich. « En avance au cours de sciences ! Chapeau ! » continue-t-il.
- « Bon allez, j’vous laisse ! J’ai anglais. » grogne Yumi. « On se retrouve tout à l’heure pendant la pause ! »
- « Oui, à tout à l’heure ! » répond Ulrich.

Yumi s’éloigne et quitte le bâtiment pour rejoindre le bâtiment principal. Elle a cours en salle 206. La sonnerie de 14 heures résonne dans tout le lycée. Elle surprend même Odd, qui était perdu dans ses pensées. Au loin, arrive Jeremy et Aelita, la bouche pleine.
- « Chalut les chamis ! » dit Jeremy la bouche pleine.
- « Bah alors, et les bonnes manières ? » rigole Ulrich.
- « On n’a pas eu le temps de manger ! » répond-t-il en avalant la dernière bouchée de son casse-croûte. « Hé ! Il faut qu’on vous raconte… ! » affirme-t-il.

Il se fait coupé par Mme Hertz, sortant de la salle d’en face.

- « Allez ! Tout le monde rentre ! Allez, allez, plus vite. » hurle-t-elle dans le couloir. « Ulrich ? Je peux te parler ? »

Ulrich, surpris, répond simplement « Oui » et suit le professeur un peu plus loin dans le couloir.

- « J’ai appris que tu avais eu ton brevet. Je te félicite Ulrich ! » complimente le professeur.
- « Bah… Merci Madame. » répond Ulrich gêné.
- « Mais ce n’est pas pour ça que je voulais te parler. » avoue Mme Hertz. « Je voulais m’excuser pour avoir voulu t’envoyer en troisième allégée, je ne pensais pas que tu aurais pu réussir dans cette classe. Excuse-moi de ne pas avoir eu confiance en toi. »
- « C’est pas grave Madame, il faut pas vous mettre dans un état pareil ! » réplique-t-il.
- « Je m’en voulais vraiment. Il fallait que je m’excuse. » conclue Suzanne. « Je compte sur toi pour travailler cette année ! »
- « Je vais faire de mon mieux ! » affirme le jeune homme.
- « Bien ! Allez, file rejoindre les autres ! » ordonne le professeur. « Je vais chercher mon sac. »

Sans plus attendre, Ulrich rentre dans la salle et rejoins Odd sur une des tables.

- « Bah alors, elle te voulait quoi Mme Hertz ? » demande Odd, toujours aussi curieux.
- « Elle s’est excusé d’avoir voulu m’envoyer en 3ème allégée. » lui avoue son ami.
- « NOON ! C’est pas vrai ! » insinue Odd.
- « Si, si c’est vrai ! Moi non plus j’y croyais pas ! » affirme-t-il.
- « Et bin… Quand je pense qu’elle, elle s’excuse et même pas toi tu lui dis la vérité ! » proteste Odd.
- « Quelle vérité ? »
- « Bah ! Que tu as pris contrôle du corps de Jim pour t’empêcher le changement de classe ! » plaisante Odd.
- « Pff, t’es débile ! » lance Ulrich.

Mme Hertz rentre dans la salle, son sac à la main. Elle regarde de long en large chaque tête présente en pensant en trouver de nouvelles. Mais non ! Le professeur avait déjà eu comme élève tous les nouveaux lycéens présents dans la salle. Cela lui faciliter la tâche.

- « Bonjour à tous ! J’espère que vous avez tous passé de bonnes vacances ! » demande Suzanne sans attendre de réponse. « Comme vous avez pu le deviner, je serai votre professeur de SVT et de Sciences-physiques pour cette année ! »

Plusieurs élèves pleurent intérieurement de retrouver Mme Hertz toute une année pour deux matières. D’autres sont plutôt contents comme Jeremy et Aelita, et d’autres n’y accorde pas vraiment d’importance comme Mlle Delmas qui préfère lire son magazine de mode au fond de la classe, cachée derrière les autres élèves.

- « Olala ! On va encore en baver ! » chuchote Odd à son camarade.
- « T’en fait pas Odd, j’serai là pour te consoler ! » plaisante Ulrich. « Mais j’suis sûr qu’elle sera sympa cette année. D’après Yumi, elle est plus sévère avec les troisièmes qu’avec les secondes à cause du brevet. »

Après une bonne minute de chahut dans la salle, Mme Hertz fait l’appel des trente-deux élèves des seconde 1. Pas d’absent. Une bonne nouvelle pour le professeur.

- « Bien, avant de commencer le cours, j’aimerai vous faire part d’un évènement.» suggère la scientifique en enfilant sa blouse.

Les élèves, surpris, décident tous de se taire et d’écouter les paroles du professeur.

- « Ce matin, en sortant de l’hopi… En passant devant l’hôpital, un phénomène climatique moyennement rare s’est produit. Est-ce que quelqu’un serai au courant par hasard ? » demande Suzanne.

L’enseignante constate qu’aucun élève ne fait signe, elle poursuit :

- « Bon… Personne ? … Bon bah je vais vous le dire alors. Une tornade s’est abattue à quelques mètres de l’hôpital. » raconte le professeur.

Jeremy et Aelita sursaute à l’écoute de ses dernières paroles. Mme Hertz continue :

- « Elle n’a touché le sol que quelques secondes avant de disparaître ! »

Une petite goutte de sueur dégouline le long du visage de Jeremy.

- « J’ai donc décidé, pour le temps qu’il nous reste de vous expliquer le fonctionnement d’une tornade. Ce n’est pas vraiment au programme, mais c’est toujours bon à savoir. » explique le professeur.

Mme Hertz prend une craie, et dessine schématiquement une tornade, avec les nuages, et la nuée de débris au sol. Elle trace aussi plusieurs traits partant de plusieurs éléments du dessin.

- « Qui peut me dire, quel est le nuage responsable des tornades ? … Oui Hervé ? »
- « C’est le Cumulonimbus » répond-il toujours avec la même voix ridicule.
- « Oui c’est cela. Dans la plus grand partie des cas, c’est le Cumulonimbus qui provoque l’apparition des tornades. Il s’agit du plus gros nuage sur Terre. Il peut s’étendre jusqu’à plus de 18 km d’altitude. En général, on le nomme nuage d’orage. » développe le professeur. « Maintenant, savez-vous comment appelle-t-on le tourbillon entre le nuage et le sol ? … Julien ?
- « C’est le… le tuba je crois. »
- « Oui c’est exactement ça ! Le tuba. Maintenant, un peu plus compliqué. J’aimerai que vous m’expliquer dans quelles conditions se forme une tornade. »

Le professeur attend qu’une main se lève. Ne l’a trouvant pas, elle s’apprêtait à donner la réponse, au moment où Jeremy lève la main.

- « Je t’écoute Jeremy ? »
- « Il peut y avoir la formation d’une tornade seulement lorsqu’un courant d’air chaud rencontre un courant d’air froid » explique le jeune homme. « Le courant d’air froid doit être ascendant, fort et doit résulter de la poussée d’Archimède. Ce courant, en rencontrant le courant d’air chaud descendant va former le tuba de la tornade. Ensuite il faut bien sûr un cisaillement des vents. C’est-à-dire que les vents varient très inégalement en force et en direction. Ce cisaillement va permettre le renforcement de la tempête mais aussi permettre son déplacement. » explique Einstein
- « Bravo Jeremy, c’est ça. J’en demandais pas tant ! C’est très bien. » félicite le professeur. « Et pourquoi alors il y a beaucoup plus de tornades aux Etats-Unis qu’au Japon, alors que ces deux pays se trouvent dans le même hémisphère ? … Oui Aelita ? »
- « Tout simplement parce que les Etats-Unis sont situés entre le Canada, d’où provient l’air froid, et le Mexique, d’où provint l’air chaud. La fréquence des tornades au centre des USA est tellement importante, qu’un nom y a été donné. C’est la Tornado Alley » explique-t-elle.
- « Fantastique Aelita, je n’ai plus rien à ajouter ! Vous êtes maintenant tous incollables sur les grands principes de la tornade. » annonce Mme Hertz. « Nous allons donc pouvoir commencer le vrai programme de sciences. Quelqu’un a des questions avant de commencer ? »

Sans attendre plus longtemps, Jeremy lève la main.

- « Je t’écoute. »
- « Est-ce possible que le même phénomène arrive à Paris à quelques minutes d’intervalles ? » demande Jeremy, limite affolé.
- « Comment ça le même phénomène ? Une tornade ? Bien sûr que non ! C’est statiquement impossible, pas en France. C’est déjà rarissime d’en croiser une, alors deux dans la même journée, c’est impossible. En France, les conditions propices à l'apparition d’une tornade sont très rarement réalisables. » explique le professeur.

Jeremy est de plus en plus affolé. Il commence à avoir de certains doutes quant à l’apparition de ces deux tornades. Il expliqua son besoin d’aller à l’usine à Aelita et tous deux décident de patienter quelques minutes laissant Mme Hertz commencer son cours. Au bout d’un certain temps, Jeremy décide de faire le malade imaginaire en faisant croire qu’Aelita le conduirait à l’infirmerie. Mme Hertz tombe bien sûr dans le panneau, comme dans la plupart des cas, et accepte qu’Aelita et Jeremy sortent de la salle.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Couloirs, 14h45

- « Bah alors ? Pourquoi tu tiens absolument à aller à l’usine maintenant ? » demande la jeune fille.
- « Bah, t’as pas compris ? » insinue Jeremy. « T’as entendu la prof, c’est statiquement impossible que deux tornades se forment à quelques minutes d’intervalles sur Paris ! »
- « Qu’est-ce que t’en penses ? »
- « Je pense que XANA n’est pas extérieur à cette histoire mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le superscann ne m’a pas alerté ! J’espère que XANA ne nous a pas refilé un bug ! » râle Einstein. « Allez, dépêchons-nous ! »

Ils accourent jusqu’au passage le plus près : celui de la chaufferie et l’empruntent sans plus attendre.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Salle 206, 14h47

L’heure d’anglais est déjà bien entamée pour les élèves de 1ère L. C’est Mlle Williams qui assure le cours cette année. C’est une toute nouvelle prof embauchée cette année, et c’est aussi sa première rentrée en tant qu’enseignante. Après s’être présentée et avoir fait l’appel. Elle explique en quoi l’anglais et la LV2 sont des matières très importantes en littéraire. En effet, la LV1 et la LV2 ont un coefficient de 4. Pour Yumi et William, la LV2 c’est l’italien. Mais ce n’est pas le cas de tous les élèves.
Pour commencer le cours, elle demande aux élèves de se présenter à l’écrit et à l’oral dans la langue de Shakespeare. Une fois que tous les étudiants ont terminé leur présentation écrite, chacun leur tour, par ordre alphabétique, ils passent devant la classe pour se présenter, comme si ils ne se connaissaient pas encore. Bref, pour la majorité des lycéens de cette classe, ce cours était ennuyant. Quand la sonnerie retentit, tout le monde sort en flèche, ne laissant seulement le professeur, seule dans la salle.

- « Nous continuerons la prochaine fois ! » crie-t-elle sans se faire entendre.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Labo, 15h

Cela fait 5 minutes que le blondinet et son amie aux cheveux roses sont arrivés à l’usine. Lui, ne faisait que pianoter sur le clavier du pupitre de commande. Quant à Aelita, elle ne fait que regarder et essayer de comprendre les lignes de codes que tape son ami.

- « Ah j’en étais sûr ! » annonce Jeremy. « Il y a bien eu deux alertes systèmes et donc deux tours activées ! » continue-t-il.
- « Mais pourquoi le superscann ne nous a pas alerté ? » demande Aelita
- « Parce que XANA est malin ! Le superscann est programmé pour détecter une hausse importante d’énergie envoyé sur une tour. Dans ces deux tours, XANA n’en a pas envoyé assez pour que le programme le détecte. C’est pour ça que les attaques n’étaient pas très destructrices et très courtes. Si Mme Hertz n’était pas à l’hôpital au moment de la première tornade et si nous nous n’étions pas à l’usine au moment de la seconde, jamais on aurait été au courant de ces mini-attaques ! » explique le jeune homme.
- « Mais qu’est-ce que ça signifie, pourquoi XANA a fait ça ? »
- « XANA était en train de faire des tests. Il teste sa puissance. Et j’ai bien peur qu’il prépare une attaque… » sanglote le blondinet. « Il va falloir se préparer à riposter! »
- « Qu’est-ce qu’on peut faire ? »
- « Malheureusement pas grand-chose ! » déclare Jeremy. « Je vais booster le superscann pour qu’il détecte les tours utilisées pour les tests de XANA au cas où il recommencerait mais pour le reste il faut attendre ! » suggère-t-il en pianotant sur le clavier.
- « Il faut qu’on prévienne les autres ! » indique Aelita.
- « Oui, retournons au lycée ! »


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cours de récréation, 15h05

La pause de 15h est commencé depuis maintenant 5 minutes. Le groupe d’amis s’est rejoint, toujours à l’habitude d’Odd et d’Ulrich, aux distributeurs de boissons.

- « Hé Ulrich ! T’aurais pas 1€ à me prêter, j’suis ruiné ! » se plaint Odd voulant absolument une boisson.
- « Tiens ! » répond Ulrich en lui donnant sa pièce. « Tu me devras une boisson, hein ? »
- « Ouais, ouais t’inquiète ! T’es vraiment un frère mon pote ! » remercie Odd
- « Et au fait, vous savez où sont Jeremy et Aelita ? » demande Yumi.
- « Bah justement c’est étrange ! Ils sont partis à l’infirmerie pendant le cours de sciences ! » raconte Ulrich.
- « XANA ? » murmure Yumi.
- « Non je ne pense, ils nous auraient prévenus. » rassure Ulrich.
- « Ouais tu as surement raison ! »
- « Bah tiens ! Les voilà qui arrivent ! » annonce William.
En effet, Mr et Mme Einstein se rapprochent des distributeurs. Ils n’ont pas vraiment l’air heureux, et ça se remarque de loin…
- « Bah qu’est-ce qui vous arrive ? » questionne Yumi.

Les deux amis regardent les autres tristement comme si une catastrophe impensable allait arriver.

- « XANA ! » râle Aelita
- « Il se prépare à attaquer ! » continue Jeremy.
- « Comment ça il se prépare ? » demande William.
- « XANA a activé deux tours vers midi. Ces deux tours ont généré deux tornades en ville. » répond Aelita.
- « On pense que ces deux tours étaient des tests que faisait XANA ! Mais on ne sait pas encore quel genre de test il faisait. Peut-être des tests de puissance ou alors des tests pour une future attaque ciblée. Il va falloir s’attendre à tout et n’importe quoi ! » explique le petit génie.
- « Mais y’a pas à s’inquiéter ! On va te la neutraliser rapidement ton attaque ! On est cinq à aller sur Lyoko ! En deux temps trois mouvements, c’est fait ! » rassure Odd toujours aussi optimiste.
- « J’espère que tu as raison ! » termine Jeremy.

La conversation sur XANA se termine là. Entre rigolade et renversée de coca sur le pantalon d’Ulrich, la fin de la pause se passe plutôt bien pour nos héros. Au moment de la sonnerie de fin de la pause. Sissi les interpelle.

- « Salut les copains ! Alors quand est-ce qu’on se fait un p’tit resto tous les six, ça serai sympa ! » propose-t-elle en compagnie d’Hervé et Nicolas, un peu déçus.
- « Bah quand tu veux si tu nous invites bien sûr ! » réplique Odd.
- « Oh ne t’en fais pas pour ça ! Mon père paiera la note. » affirme la jeune fille. « Alors ça vous tente ? Disons mercredi soir. Allez, bonne fin de journée ! » termine-t-elle en faisant un clin d’œil à Ulrich.
Sissi et ses deux clowns s’éloignent.
- « Et bin ! On n’a même pas le temps de dire « Ouf » ! » plaisante Yumi. « Je sais pas vous, mais moi ça me dit un p’tit resto gratos ! » continue-t-elle.

Tout le monde acquiesce. Sissi se dirige en direction des dortoirs. Ils en profitent pendant que Jim n’est pas là pour y passer l’après-midi. En effet, la classe de 2nde d’Ulrich a fini les cours pour la journée. Au moins, ils sont près au cas où XANA attaquerait dans les heures à venir. Malheureusement, ce n’est pas le cas de la classe de Yumi et William. Ils vont en 2 heures d’italien. Les autres profitent de leur premier après-midi sans cours pour se détendre. Comme Sissi, ils vont aux dortoirs retrouver leurs chambres respectives.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lyoko, 15h15

Tout à l’air calme sur le monde virtuel. Une chaleur oppressante s’abat sur le territoire désert, une forte humidité tombe entre les arbres du territoire forêt, de l’eau glaciale chute d’une montagne de glace sur la banquise et un petit zéphyr souffle au sommet des magnifiques montagnes. Mais ce n’est pas le cas partout. Sur le 5ème Territoire, la configuration de la salle du cœur change brusquement. L’entrée, au pôle sud de la voûte, ne s’ouvre plus. Elle reste fermée indéfiniment. Toute la lumière émanant de l’intérieur du territoire s’éteint suivit des données entourant la voûte. C’est comme si le 5ème Territoire cessait d’exister…

http://img15.hostingpics.net/pics/146937Reminiscence313.jpg


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dortoirs, 15h20

Les trois garçons, accompagnés d’Aelita, grimpent les escaliers. Arrivés à l’entrée du dortoir des garçons, Aelita s’arrête :

- « Je vais dans ma chambre, j’ai besoin de repos ! » affirme la jeune fille.
- « T’es sûr Aelita ? Tu peux rester avec nous, Jim ne le verra pas. » propose Jeremy.
- « Non merci, j’ai besoin d’être un peu seule. » termine Aelita en grimpant le dernier escalier.

Les trois garçons rentrent dans leur dortoir. Il se demande un peu ce qu’ils vont faire. Jeux ? Repos ? Travail ? Aelita, elle, marche le long du couloir pour accéder à sa chambre, se trouvant au fond. Elle y croise Sissi, sortant de la sienne.

- « Hé Aelita ! Tu ne serais pas où se trouve Ulrich par hasard ? » demande-t-elle.
- « A l’étage d’en-dessous ! » répond froidement Aelita en entrant dans sa chambre.
- « Merci ! » dit Sissi en souriant. « J’vais aux toilettes et j’vais le retrouver » continue-t-elle en chuchotant.

Aelita entre donc dans la pièce et s’appuie le dos sur la porte qu’elle vient tout juste de fermer brusquement.

- « Snif... J’suis désolé Papa, tu t’es sacrifié pour rien ! Si seulement je pouvais revenir en arrière ! » sanglote la jeune fille en s’enfournant en-dessous sa couette et pleurant toutes ses larmes.


http://img15.hostingpics.net/pics/472306Desincarnation087.jpg
THE END


Dernière édition par Baptoou le Sam 12 Sep 2015 14:47; édité 10 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 08 Oct 2013 19:31   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1013
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
http://img4.hostingpics.net/pics/181023Orage.png
*L'orage faisait rage. Baptoou savait ce que cela signifiait. Zéphyr était de retour sur son topic. Une fois que celui-ci fut à hauteur du sol, préférant ne pas toucher le toucher pour des raisons mystérieuses, il lança un regard foudroyant à l'auteur. Instantanément, le trouillomètre de Baptoou atteignit un niveau inférieur à l'épisode "Mutinerie"*


On avance lentement, mais sûrement. J'aime cette nouvelle optique d'attaque de Xana (il a enfin compris que le vent était invincible Mr. Green *sors*). Plus sérieusement, j'ai hâte de voir ce que ces tests de puissance vont donner dans l'avenir.
Passons au plus important : les tornades. Première fois que je vois une fanfiction qui le met autant en avant. Tu te doutes que j'ai adoré, notamment au niveau des explications pour leur formation. Enfin, moi j'en avais pas besoin, mais brefosef.
On en vient à une question : as-tu écrit ce chapitre dans l'optique d'obtenir un Label : « Lu et approuvé par Zéphyr » Mr. Green ?
La fin nous laisse sur un léger suspens. Que se passe-t-il sur Lyokô ? Ça sent la manigance à le Xana. Peut-être même que ses deux petites tornades servaient à masquer cette manœuvre.
On remarque également que tu prends toujours ton temps, ce qui est une bonne chose. Le découlement des événements n'est pas trop rapide, mais pas trop lent non plus.

Ensuite, je te refais la même remarque de la dernière fois à propos des descriptions. Je sais que pour les scènes qui se déroulent à Kadic, c'est inutile de refaire la description des lieux déjà connus comme le réfectoire. Cependant, il y a des moments où tu aurais pu étoffer un peu plus. Exemple :

Citation:
Dans la chambre 29, un homme, inconscient, commence à se réveiller d’un profond sommeil.


Ici, une petite description de ladite chambre 29 aurait été pas trop mal, afin que le lecteur puisse se représenter la scène au plus près de ce que toi tu as visualisé au moment de l'écriture.

Un passage m'a gêné :

Citation:
 Arrivé dans la salle cathédrale, une tuile lui tombe juste sous le nez. 


Spoiler

C'est bizarre d'entendre parler de « tuiles » pour ce bâtiment. Il ne donne pas l'air d'en avoir. Personnellement, sans être un expert en construction de ce genre, je penserais plus que le plafond est constitué de structures métalliques posées et soutenues par les poutres métalliques que l'on peut apercevoir dans l'édifice.
Détail, what else ?

Par contre, j'ai constaté qu'il restait encore quelques coquilles orthographiques dans ton texte. Allez, je suis dans un bon jour, je te les montre :

Citation:
 « Ou alors c’est le stresse de la rentrée ?

Le « stress », ce fléau...

Citation:
 « On aurai quand même pu prendre notre pause déjeuné avant d’aller à l’usine. » continue-t-elle.

En effet, on « aurait » pu manger. Ces jeunes, ils sous-estiment complètement la « pause-déjeuner ».

Citation:
« Vous n’aurai-je pas déjà vu, par hasard ? »

*Tousse*

Citation:
« J’ai appris que tu avais eu ton brevet. J’te félicite Ulrich ! » complimente le professeur. 
« Comme vous avez pu le deviner, je serai votre professeur d’SVT et d’Sciences-physiques pour cette année ! » 

Pas de faute ici, mais tu t'imagines Mme Hertz parler comme ça : « Wesh Ulrich, paraît qu't'as au ton brevet, c'est trop la secla ! ». Je trolle peut-être un peu, mais tout ça pour dire que mettre « Je te félicite » serait plus approprié. De même, il serait préférable de mettre « de SVT » et « de Sciences Physiques ». N'oublie pas que Mme Hertz reste quelqu'un de strict qui parle correctement Wink.

Citation:
 un phénomène climatique moyennement rare c’est produit

Eh oui, une délicieuse tornade « s'est » invitée devant l'hôpital.

Il reste encore deux-trois petites fautes, mais je vais m'arrêter là. Une relecture depuis la fin devrait y remédier.

A propos :

Citation:
"la chambre 29"
"ma 10ème rentrée"
"c’était 2 pour le prix d’un"
"Elle a cours en salle 206"
"3ème allégée"
"les 3ème qu’avec les 2nde à cause du brevet."
"des 32 élèves des 2nde 1"
" 18 km"


J'ai pas tout relevé, mais j'ai remarqué que tu écrivais les chiffres... en chiffres -_-. Or, si je ne dis pas de bêtises, les conventions typographiques ne donnent le droit d'écrire des chiffres que pour les dates et les heures. Dans tous les autres cas, comme ceux que j'ai cités (plus d'autres que je n'ai pas dit par flemme), il faut écrire les chiffres en toutes lettres.
C'était le mode *je ramène mes règles d'écriture*.


Citation:
Il y a quelque chose que j'aimerai vous faire remarquer. Je ne sais pas si vous l'avez constaté, mais depuis le chapitre 1, le scénario n'a évolué que sur... 5 heures x) J'ai donc décidé de passer à la vitesse supérieure et accélérer les choses. J'aimerai savoir ? Quelqu'un l'aurait-il remarqué ? Cela vous a t-il gêné ?


Bien sûr que je l'ai remarqué, quelle question Rolling Eyes.
Personnellement, je n'ai pas trouvé ça gênant. Prendre son temps est une bonne chose dans un récit. De plus, tes cinq premiers chapitres n'étant pas excessivement longs, le problème ne se pose pas vraiment.
Disons que maintenant, tes bases ont été bien posées. Passer à la vitesse supérieure me semble une bonne chose. Attention quand même à ne pas aller plus vite que le vent Mr. Green.
*Je sais où est la sortie, merci*

Pour finir :

Citation:
un petit zéphyr


J'ignore s'il s'agit d'une référence à moi (moi égocentrique ? N'importe quoi Mr. Green), mais merci si c'est le cas. Par contre, le « petit » devant me reste en travers de la gorge. Un Zéphyr n'est jamais petit , ne l'oublie jamais. Si tu veux une preuve, vois la taille de ce commentaire.

Bon courage pour la suite Wink.
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Baptoou MessagePosté le: Mer 09 Oct 2013 17:44   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 07 Déc 2011
Messages: 349
Je te remercie Zéphyr pour ce commentaire fort intéressant. À mon tour maintenant Wink

Citation:
J'aime cette nouvelle optique d'attaque de Xana (il a enfin compris que le vent était invincible Mr. Green *sors*).

Content que tu aies apprécié. Oui, le vent est invincible, et tu n'as encore rien vu Mr. Green

Citation:
Passons au plus important : les tornades. Première fois que je vois une fanfiction qui le met autant en avant. Tu te doutes que j'ai adoré, notamment au niveau des explications pour leur formation.

En fait, les tornades sont vraiment une des mes passions. Je rêverais de pouvoir en observer une. Mais quand je dis tornade, moi je parle des vraies tornades, celles qui fracassent tout sur leur passage, celles que l'on peut voir aux Etats-Unis dans la Tornado Alley. Je me suis inspiré d'un film pour écrire les scènes des tornades. Ce n'est peut-être pas flagrant sur ce chapitre, mais ça le sera beaucoup plus sur les suivants. Si vous connaissez le film, vous ferez tout de suite le rapprochement ^^ Pour moi, il était inconcevable de ne pas en parler dans mon texte ne serait-ce qu'une fois. Donc voilà qui est chose faite, et ce n'est pas fini.
Pour l'explication de leur formation j'ai essayé de faire au plus précis tout en faisant court. Je ne voulais pas m'acharner sur ce point.


Citation:
Un passage m'a gêné : "Arrivé dans la salle cathédrale, une tuile lui tombe juste sous le nez."

Bon là, j'avoue, je n'ai pas vraiment fait attention. Pourtant, quand j'ai visualisé la scène, c'était plus une taule qu'une tuile qui tombait devant Jeremy, mais, machinalement, j'ai écrit une tuile. Enfin bref, une tuile, une taule... Voilà quoi x)

Pour les coquilles orthographiques, comme tu dis, j'avoue, il y en a quelques unes que j'aurai pu éviter. Je me suis relu et en ai corrigé quelques unes. J'ai même trouvé une phrase où il manquait un mot O_O Ce n'étais pas un mot indispensable à la compréhension, mais quand même Shocked Il s'agissait de "pas". Des fois, je me demande comment je peux faire des fautes de ce type, surtout que je le remarque même pas quand j'écris :/

Pour l'histoire des chiffres, j'ai étais un flemmard sur ce coup. J'ai modifié tout ça. Par contre, je garderai l'écriture des chiffres pour les heures et dates, comme tu as dit, mais aussi pour les numéro de salle. Surtout quand les numéros de salle comportent trois chiffres ou plus. Vous imaginez ? "Dans la salle sept cent quatre-vingt-dix-huit..." Je sais pas vous, mais moi je trouve ça horrible à voir et à lire.


Citation:
On en vient à une question : as-tu écrit ce chapitre dans l'optique d'obtenir un Label : « Lu et approuvé par Zéphyr » Mr. Green ?
[...]
J'ignore s'il s'agit d'une référence à moi (moi égocentrique ? N'importe quoi Mr. Green), mais merci si c'est le cas.

Alors déjà, non je n'ai pas écrit ce chapitre pour avoir cet authentique Label, comme je l'ai dit plus haut, les tornades sont vraiment une passion, ce n'était donc pas mon but premier, mais j'espérais vraiment que tu viennes commenter ce chapitre pour avoir ton avis sur le sujet.
Pour le "petit zéphyr", il me fallait un synonyme de vent parce que je trouvais ça laid dans la phrase. J'ai hésité entre brise et souffle. Et à ce moment, j'suis tombé sur un de tes messages sur le forum et là, j'ai eu une illumination ! Voilà comment j'me suis mis à utiliser ce mot dans mon texte. Donc en quelques sortes, oui c'est une référence à ton pseudo, puisque sinon je me serai surement servi de brise, en mettant la phrase au féminin bien sûr Mr. Green

Merci encore pour ton soutient. Ça fait super plaisir. Je te donne rendez-vous pour le chapitre 8 pour encore plus tornades Mr. Green

Bon allez, c'est pas le tout, j'ai un partiel de droit demain x)


BONUS
Spoiler

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Baptoou MessagePosté le: Mar 17 Fév 2015 12:25   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 07 Déc 2011
Messages: 349
Bonjour à tous !

Cela fait maintenant 1 an 1/2 que je n'avais posté de chapitre et je m'en excuse.
J'ai été très occupé ces derniers mois par la fin de mes études.
Enfin bref, voici le chapitre 8, La tornade du siècle.

FAUX ESPOIRS

Chapitre VIII : La tornade du siècle


Chambre d’Odd et d’Ulrich, 15h25

Les deux amis sont allongés sur leur lit respectif. Ils regardent tout deux le plafond comme si une chose extraordinaire s’y déroulait.
- « Une partie d’échec, ça te dit ? » demande Ulrich.
- « Non, je ne sais pas jouer ! » lui répond son ami.

Les deux garçons continuent à fixer le plafond.

- « Une partie de Galactic Battle, ça te dit ? » demande cette fois Odd.
- « Non, je ne sais pas jouer ! » grogne Ulrich.
- « Mais si tu sais jouer ! Tout le monde sait jouer ! » proteste Odd.
- « Ouais mais je n’ai pas envie de jouer à ton jeu débile ! » râle le beau brun.
- « Olala ! Pas la peine de se mettre dans un état pareil. Ce n’est pas grave, on va rester ici à observer le plafond jusqu’à l’heure du diner ! » plaisante le blondinet.
- « Non pas moi ! Je vais voir Jeremy ! »

Ulrich saute de son lit et sort de la chambre en claquant la porte.

- « C’est ça ! Va faire ton grognon ! » lance Odd, seul dans la chambre.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Chambre de Jeremy, 15h28

Jeremy était lui aussi en train de se reposer. Il fallait qu’il décompresse un peu.

« Toc Toc Toc ! »

En entendant le frappement de porte, Jeremy ne lâche qu’un « Entrer ! » sans vraiment savoir qui était-ce. Ulrich entre et regarde Jeremy.

- « Et bin ! C’est la mode aujourd’hui de contempler les plafonds ! » plaisante-t-il.
- « Qu’est-ce que tu racontes ? » se demande Jeremy
- « Non rien, laisse tomber ! » suggère Ulrich. « Une partie d’échec, ça te dit ? »
- « Avec plaisir ! J’ai besoin de m’aérer la tête ! » répond-il fièrement. « On va dans la cour ? »
- « Oui, on sera mieux qu’enfermer dans une chambre. »

Les deux amis quittent donc les dortoirs sans oublier l’échiquier qui était rangé dans la chambre de Jeremy.

- « C’est avec une partie d’échec que tu t’aères la tête toi ? » demande Ulrich.
- « Bah ouais ! Pas toi ? »
- « Non pas vraiment ! » répond Ulrich étonné.

Sans entendre les pas de Sissi dévaler d’un étage, ils descendent de leur étage et sortent du bâtiment. Quant à Sissi, manquant Ulrich de peu, se dirige vers la chambre de celui-ci.

« Toc Toc Toc ! » … « Entrez » crie le garçon dans la chambre. Sissi rentre et découvre Odd sur son lit, mais aucun signe d’Ulrich.

- « Ah Odd ! Tu ne serais pas où est Ulrich ! » questionne la jeune fille.
- « Il doit être dans la chambre de Jeremy. » réplique le garçon.
- « Merci Odd ! » dit-t-elle en souriant.

Sissi fait donc demi-tour et va frapper à la porte de Jeremy.
« Toc Toc Toc » … Pas de réponse. Sissi essaye donc d’ouvrir la porte. À sa grande surprise, elle est ouverte. Jeremy n’avait, en effet, pas pensé à fermer la porte. Sissi examine la pièce, mais il n’y a pas l’ombre d’un Ulrich ni même d’un Jeremy. Furieuse, elle retourne dans la chambre d’Odd pour s’expliquer, mais cette fois, sans frapper.

- « ODD ! T’es qu’un menteur ! Ulrich n’est pas dans la chambre de Jeremy ! » crie Sissi contre le pauvre Odd.
- « Hé ! T’as pas besoin de brailler comme ça ! » proteste Odd. « Je t’ai dit ce qu’Ulrich m’a dit ! Il m’a clairement dit qu’il allait voir Jeremy dans sa chambre et je ne sais pas ce qu’ils ont fait après si c’est ce que tu veux savoir ! » continue-t-il.
- « Bon, bon, ça va ! J’ai cru que tu me menais encore en bateau ! » affirme la jeune fille.
- « Qui ça ? » Moi ? Non, jamais de la vie ! » plaisante Odd.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 15h40

Les deux amis sont tous deux assis sur un banc comme à leur habitude lorsqu’ils font une partie d’échec. Dans la cour, il n’y a pas un chat. Quelques nuages gris se baladent dans le ciel. Un vent froid souffle.

- « Bon alors ? Tu joues ? » s’impatiente Ulrich.
- « J’examine le jeu ! On n’improvise pas un déplacement en dix secondes ! » rappelle Jeremy.
- « Pffff… A ce rythme-là on aura fini la semaine prochaine ! » se plaint Ulrich.

Une ou deux minutes plus tard, Jeremy se décide enfin à déplacer une de ses deux tours. Suivi d’Ulrich, qui, une quinzaine de secondes après, déplace son dernier cavalier. A ce moment-là, Jeremy sourit.

- « Tu es tombé dans mon piège ! » admet Jeremy en déplaçant sa reine. « Echec et mat ! » affirme-t-il.

Ulrich, surpris, regarde l’échiquier. En effet, Jeremy avait bien raison. Les blancs ont perdu. Ulrich grimace.

- « J’arriverai jamais à te battre ! » râle-t-il
- « Peut-être que si tu passais plus de temps à réfléchir sur tes déplacements, tu aurais une chance de me battre. » suggère Jeremy.
- « Ouais… Mais non ! C’est juste pour me détendre pour moi les échecs, pas pour réfléchir ! » réplique Ulrich. « Bon, on s’en refait une ? »
- « Avec plaisir, ça me fera une victoire de plus à mon actif ! » plaisante-t-il.

Les deux amis replacent donc les pièces à leur place de départ. Les blancs pour Ulrich et les noirs pour Jeremy. Pendant ce temps-là, dans le ciel, les nuages s’assombrissent et le vent s’accélère.
Sissi avait décidé de retrouver Ulrich part ses propres moyens. Elle avait très envie de passer du temps avec lui. Quant à Odd, il se retrouvait à nouveaux tout seul dans la chambre en compagnie de son chien, qui dormait sur une chaise. Il décida de quitter sa chambre pour rendre une petite visite à sa fausse cousine du lycée, Aelita. Il sort donc de sa chambre et monte à l’étage supérieur. Pour lui, il trouvait ça étrange d’être à cet étage. Ce n’est pas souvent qu’il y était. Il traverse donc le couloir et arrive devant la chambre d’Aelita. Odd, poli et ne voulant faire peur à son amie, frappe à la porte.

- « C’est qui ? » demande Aelita, surprise, en essuyant ces larmes.
- « C’est Odd ! » crie-t-il de l’autre côté de la porte.
Aelita termine de nettoyer ces yeux et entre-ouvre la porte.
- « Salut Odd ! Qu’est-ce qui se passe ? » questionne la jeune fille.
- « Bah rien ! J’voulais juste savoir comme t’aller ! » réplique Odd toujours à l’extérieur de la pièce. « Je… Je peux entrer ? » demande le garçon.
- « Oui, oui, désolé. » répond Aelita en faisant entrer son ami.

Odd rentre dans la chambre, et, faisant comme si il se trouvait chez lui, s’assoie sur la chaise de bureau en tournoyant.

- « Alors ? Qu’est-ce que tu faisais de beau ? » interroge-t-il en regardant Aelita.
- « Bah… Euh… Je… »
- « Tu as pleuré? » demande Odd inquiet.
- « Euh… Non. Pourquoi tu dis ça ? » ment Aelita.
- « Oh bah tes yeux rouges et les quelques gouttes d’eau sur tes draps. » affirme le jeune homme. « A moins que les gouttes sur ton lit soient dues à autre chose mais dans ce cas je ne veux pas le savoir ! » plaisante-t-il.

Aelita sourit. C’était la première fois qu’elle souriait depuis qu’elle était dans sa chambre.

- « Euh… Oui, c’est vrai. J’ai versé quelques larmes. » affirme la jeune fille.
- « Mais pourquoi ? C’est à cause de XANA ? » demande-t-il.
- « Oui. Il y a ça mais aussi le fait que le sacrifice de mon père n’aura servi à rien ! » répond-elle l’air triste.
- « J’y ai pensé aussi ! Mais j’suis sûr qu’on arrivera à détruire XANA pour de bon ! Et tu sais, peut-être que ton père ne s’est pas sacrifié. Il est peut-être cacher dans le réseau comme il a fait depuis le début. » rassure son ami.
- « J’étais là ! J’ai vu mon père se dévirtualiser ! Et il n’est pas réapparu dans un scanner ! Mon père s’est sacrifié en fournissant l’énergie au programme multi-agent ! En clair, XANA s’est nourri de l’énergie de mon père... Snif ! » pleurniche-t-elle.

Odd ne s’est quoi répondre. Et il n’aura pas à le faire. Des « BIP » surviennent de l’ordinateur d’Aelita et interrompe les pensées du garçon.

- « Euh Aelita ! Je crois que ton PC t’appelle. » affirme-t-il.

Aelita sèche de nouveau ses larmes et attrape son ordinateur. Elle fut catastrophée à la vue de son écran.

- « UNE TOUR ACTIVEE ! » crie-t-elle.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 16h

Les deux compères, jouant toujours aux échecs, se remuent de plus en plus les méninges voulant à tout prix battre l’autre. Malheureusement, Ulrich n’est pas à son avantage. Avec son roi, Ulrich ne dispose plus que trois pions, un fou et une tour. Tandis que Jeremy peut encore compter sur sa reine, son cavalier, ses deux tours et de ses quatre pions pour protéger son roi. Après quelques minutes de jeu et plusieurs tentatives d’échec menées par Jeremy, la météo commençait vraiment à se dégrader. Un vent chaud et rapide tournoyait autour de la cour du collège. Les arbres se balançaient d’avant en arrière, de gauche à droite et les nuages devenaient de plus en plus noirs et se déplaçaient de plus en plus rapidement dans le ciel.

- « On devrait peut-être terminer la partie à l’intérieur, non ? » propose Jeremy.
- « On a presque terminé. On rentrera après ! » réplique Ulrich. « De tout de façon, j’ai perdu ! » râle-t-il.

Le duo continue donc leur jeu. A ce moment-là, arrive Sissi, heureuse d’avoir trouvé son bien-aimé.

- « Ah ! Bah te voilà ! Ça fait je ne sais combien de temps que je te cherche ! J’ai d’abord demandé à Aelita qui m’a dit que tu étais dans ta chambre… » explique la jeune femme.
- « Sissi. » dit Ulrich sans se faire entendre par cette dernière.
- « …mais tu y étais pas et Odd m’a dit que tu te trouvais dans la chambre de Jeremy mais… » continue la fille du proviseur.
- « Sissi !! » réessaye Ulrich.
- « …tu y étais encore pas alors je t’ai cherché dans tout le collège et je viens enfin de te trouver ! » termine Sissi.
- « SISSI !! » crie le jeune homme.
- « Oui ? »
- « On est en train de faire un partie d’échec là ! Déjà que j’suis en train de perdre, si tu pouvais arrêter de me déconcentrer ça serai cool ! » vocifère Ulrich.
- « Oh pardon. Je vais attendre que tu termines alors ! » suggère la demoiselle.

Elisabeth s’assoie sur le banc derrière Ulrich de façon à pouvoir voir le plateau de jeu. C’est au tour de Jeremy. Il déplace sa reine et, en souriant, dit :

- « Echec ! »
- « Oh mince, tu as perdu Ulrich. » lui dit Sissi à moitié contente.
- « Sissi, je n’ai pas perdu ! Echec signifie juste que mon roi est en danger ! » explique l’adolescent.
- « Ah d’accord ! » approuve-t-elle. « Oh tu devrais bouger ce cheval ! » conseille Sissi.
- « Ça s’appelle un cavalier ! » répond Ulrich épuisé par les paroles de Sissi. « Et puis d’abord c’est même pas un de mes pions. Je joue avec les blancs si tu n’avais pas encore remarqué ! »
- « Ah oui d’accord ! » répond-elle bêtement.

Le jeu continue donc avec le déplacement du fou d’Ulrich permettant de protéger son roi. Cette partie touche à sa fin mais Mère Nature en aura décidé autrement. Sans annoncer sa venue, une rafale d’une violence inouïe s’abat sur la cour du collège, balayant feuilles, branches et surtout le banc où se trouvaient les trois adolescents. Ce dernier tomba alors en arrière en emportant les deux amis ainsi que Sissi, s’effondrant sur Ulrich. L’échiquier bascula également... Toutes les pièces étaient maintenant complètement mélangées et éparpillées sur le sol. Les rafales continuent interminablement de frapper le collège. Quelques tuiles commencent à se dissocier du toit du bâtiment. Elles se mettent à tournoyer autour d’un axe invisible au centre de la cour. Les cheveux dans le vent, Sissi peine à sortir des mots :

- « Mais qu’est-ce qui se passe ?! » crie-t-elle en ayant du mal à se relever.
- « Regarde, tu comprendras ! » lui répond Jeremy en montrant du doigt ce qui ce passe de l’autre côté de la cours.

Au fond de la cours, un tuba de poussières se forme. Une autre tornade ! Elle ressemble exactement à celle vu antérieurement par Jeremy et Aelita. Plus forte que la dernière, elle se dirige droit sur le collège et menace les trois jeunes.

- « AAAAAAAAAAAh ! » hurle Sissi courant comme une cinglée dans la cour et se réfugie dans le self.
- « C’est XANA ? » demande Ulrich à son ami.
- « Il y a des chances ! » réplique-t-il. « Faut qu’on trouve un abri et vite ! » propose Jeremy en voyant que le monstre de poussières se rapproche.

Comme Sissi, ils trouvent refuge à l’intérieur du restaurent scolaire. La tornade se trouve qu’à une cinquantaine de mètres. Le vent souffle à une puissance inimaginable. L’arbre se trouvant dans la cour se déracine entièrement et s’écrase sur la route se trouvant non loin. Des cris commencent à surgir dans le périmètre, des cris démontrant l’horreur de la scène.

- « C’est encore un test ou c’est la vraie attaque ? » demande Ulrich.
- « Je n’en ai aucune idée. De tout de façon on ne peut absolument rien tenter tant que la tornade reste trop proche de nous ! » répond-il anxieusement.

Le proviseur, alerté par l’un des professeurs, accourt sans attendre avec le reste du personnel prévenir tous ceux qui ne seraient pas encore avertis de la menace. Les consignes sont claires. S’abriter en-dessous les tables le plus loin possible des fenêtres. Ce que font Yumi et William à l’annonce du danger ainsi que le reste de leur classe. Tous deux s’agenouillent sous leur table. Il ne reste plus qu’à attendre que le calme soit de retour.

- « C’est XANA à ton avis ? » demande William en protégeant sa tête.
- « Surement ! » réplique Yumi.
- « Il faut aller désactiver la tour alors ! » proteste le jeune homme.
- « On doit attendre les ordres de Jeremy ! Fais lui confiance. » explique-t-elle.

Dans le même temps, Aelita et Odd, non encore avertis du danger, détalent afin de prévenir les autres sans savoir qu’ils le savent déjà. En sortant du dortoir, ils n’ont eu d’autre choix que d’y retourner et de refermer la porte aussitôt à la vue de l’immense colonne de poussières ainsi que du puissant vent qui frappe le collège.

- « Oh mais c’est quoi ce truc ! » crie Odd médusé.
- « C’est ce qu’on a vu tout à l’heure avec Jeremy ! » réplique la jeune fille. « Mais je dois dire que celle-là est plus grosse quand même ! » avoue-t-elle.
- « Bah à mon avis là, Jeremy doit être prévenu de la tour activée ! » avoue le jeune homme.
- « Oui ! Il faut que je voie avec lui ce qu’il faut qu’on fasse. » déclare Aelita.

Sans plus attendre, elle attrape son téléphone rangé dans sa poche. Effrayée, elle a dû mal à trouver Jeremy dans son répertoire.

- « Allo ? Aelita ? » dit Jeremy de l’autre côté du fil.
- « Jeremy ? Tu vas bien ? Où tu es ? » demande-t-elle inquiète.
- « On est dans le self. T’inquiète on est à l’abri ! » rassure-t-il. « Et vous, vous êtes où ? »
- « Aux dortoirs ! » répond-elle Qu’est-ce qu’on fait ? »
- « Rien ! Il faut attendre ! » affirme le jeune homme.

Dans le réfectoire, Sissi et Ulrich, impuissants, assistent toujours à la catastrophe par les fenêtres du bâtiment. L’édifice abritant le distributeur de boissons est complètement détruit, ce dernier est même en train de virevolter dans les airs.

- « C’est vraiment horrible ! Mais qu’est-ce qui a pu se passer dans les nuages pour qu’un tel truc arrive ? » se demande Sissi.
- « Ça, j’en sais rien ! » répond-il ironiquement en fixant Jeremy toujours au téléphone avec son amie.

La tornade devient de plus en plus puissante. Les débris qu’elle arrive à soutenir sont de plus en plus lourds et de plus en plus imposants. La voiture d’un passant a été déplacée sur plus de cinquante mètres. Une sorte de barque à moteur gravite autour de la tornade. Elle orbite autour du tuba, dans le sens des vents interminables de la tempête.

- « Surtout Aelita, vous ne sortez pas tant que je ne vous l’aurai pas dit ! » ordonne Jeremy. « Pour moi, ce n’est qu’un nouveau test de XANA, la tempête ne devrai plus durer longtemps ! » affirme-t-il.
- « J’espère que tu as raison… » lui répond Aelita.

Pour le moment, les propos de Jeremy ne se justifient pas. La tornade continue à gagner en puissance. Son diamètre au sol atteint les dix mètres et se rapproche fortement du réfectoire. Le bâtiment commence à trembler du fait de la puissance du vent. Les taules sur le toit du self commencent à se détacher une par une et sont avalées par les profondeurs sombres du tourbillon. Et pour ne pas arranger les choses, des orages éclairent le ciel, de la grêle commence à tomber et un éclair atteint l’antenne satellite du collège, tout le courant est coupé.

- « Il faut aller se cacher dans les cuisines ! » propose Ulrich les mains tremblantes.
- « Oui la tornade se rapproche ! Allez vite ! Ulrich ! Sissi ! » ordonne Jeremy.

Au même moment, toutes les vitres des fenêtres se brisent sans exception. Les trois amis ont tous eu le réflexe de se faire tomber à terre et de se protéger la tête avec leurs mains. Tous les morceaux de verre sont maintenant éparpillés sur le sol autour d’eux.

- « Dépêchez-vous ! Elle se rapproche ! » crie Jeremy.

Mais les pauvres amis n’ont même pas le temps de se relever que la tornade refait déjà des siennes. La sorte de barque, tournoyant autour d’elle, arrive à se détacher de l’attraction de la tempête. Avec la force à laquelle elle tourbillonnait, elle fonce droit sur le bâtiment où se cachent les trois adolescents et rien ne va pouvoir l’empêcher de défoncer la façade de la cantine. Celle-ci est maintenant complètement détruite. Les trois adolescents sont maintenant totalement à découvert. Plus rien ne les protège si ce n’est qu’un minable toit en acier qui menace de s’écrouler. Les chaises, les tables, des fourchettes, des couteaux sont avalés par le monstre de poussières qui se rapproche de plus en plus vers le bâtiment. Les vents violents arrivent même à s’engouffrer à l’intérieur de l’édifice et à soulever le toit. Celui ne tient plus que sur les trois façades restantes, et manque à ensevelir les trois camarades sous des centaines de kilos de béton et d’acier.

- « PROTEGEZ VOS TETES !! » s’écrie Jeremy en panique.

Malheureusement, le pire se produit. Les trois nouveaux lycéens n’avaient pas choisi le meilleur endroit pour s’abriter. Le toit cède dans un vacarme ahurissant sous la pression d’une puissante rafale détruisant complétement le bâtiment.

- « Aaaaaaaaaaaaah ! » hurle Sissi, effrayée.

Complètement terrorisée par la scène, Sissi est paralysée. Elle reste à regarder le toit s’écrouler sur elle et ses deux amis. Elle voit sa vie défiler devant ses yeux. Une vie qu’elle n’avait pas envie de terminer comme cela. Une vie qu’elle aurait voulu partager avec Ulrich. Mais dans un sens, elle était à ses côtés, ce qui la rassurait un minimum. Dans le même temps, Ulrich ne réfléchit pas. En voyant que son amie ne se protégeait pas, il lui saute dessus, l’a fait tomber à terre et lui protège sa tête et sa nuque. Jeremy, quant à lui, était déjà recroquevillé sur lui-même pour se protéger. Tout cela en une petite seconde.
Mais au même moment, la tornade semble se calmer. Elle n’aura duré que onze minutes. Onze minutes de peur et d’horreur ! Les nuages se dispersent, la grêle prend fin et des éclaircies apparaissent. Jeremy avait raison. Il s’agissait du troisième test de XANA qui venait de prendre fin.
En voyant le calme reprendre sa place, Odd, Aelita ainsi que d’autres élèves et professeurs du collège sortent et découvre l’horreur des dégâts causé par la tornade. Des arbres déracinés, des voitures sur le toit, des tables et des chaises sur le toit du collège, des passants blessés par les débits, d’autres complétement terrorisés, et bien sûr, le réfectoire totalement détruit.

- « Où sont Ulrich et Jeremy ? » demande Odd, inquiet.
- « Je… Je pense qu’ils… Ils sont là-dessous… » répond Aelita en courant vers ce qui reste du réfectoire.

Au même moment, la tour activée par XANA se désactive…


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bruyères-le-Châtel, établissements du Pôle défense du CEA, 16h26

Les bugs disparaissent. Le supercalculateur semble être redevenu à son état initial. Tout semble calme et normal. Comme si jamais rien ne s’était passé. Mais la vérité est tout autre. Au sommet du bâtiment, une sorte de fumée noir et épaisse s’en échappe et se dissipe vers le ciel. Cette fumée ressemble étrangement à celle qui s’échappait de l’usine lorsque XANA a volé les clés de Lyoko…
A quelques kilomètres de là, les nuages s’assombrissent, un vent violent se met à tourbillonner et une énième tornade se forme. Beaucoup plus imposante que les précédentes, elle se dirige vers le bâtiment abritant le supercalculateur…
Quelques minutes plus tard, sur une route non loin de lieu où s’est formée cette nouvelle tempête, un quatre-quatre noir fonce droit sur elle.

- « Allez là ! Plus vite ! T’as les chevilles ramollies ou quoi ?! Appuie sur la pédale, on va la louper et on peut pas se permettre de la perdre celle-là ! » vocifère JT dans la voiture.
- « Mais on ne devrait pas trop s’approcher, c’est quand même dangereux ce que nous pousse à faire la direction juste pour un reportage. » affirme Maeva, la nouvelle assistante du présentateur TV.

Maeva était une jolie blonde aux yeux bleus. Elle était vêtue d’une jupe noire, polo blanc avec décolleté et talons hauts. Elle venait à peine de terminer ses études de journalisme, et avait été embauchée par la chaîne de télévision pour remplacer la précédente cadreuse de JT. Elle était la septième depuis le départ d’Edna.

- « Mais non c’est pas dangereux ! T’as les chocottes ou quoi ?! J’te rappelle qu’il y a une prime à la clef pour ce reportage ! Alors tu la boucles et tu roules ! » braille-t-il.

Maeva se tait. Elle commençait à être habituée du caractère de JT et préfère ne pas répondre. Les deux journalistes entrent dans le cœur de l’orage. Les vents s’accélèrent. La jeune reporter a du mal à filer droit. La voiture virevolte de droite à gauche. *C’est dur de conduire dans ses conditions* pensa-t-elle. La tornade n’est plus qu’à trois ou quatre cents mètres. Des débris volent un peu partout. Maeva est dans l’obligation de mettre en marche les essuie-glaces afin de contrer la pluie qui commence à tomber mais aussi pour se débarrasser des branches d’arbres qui tombent sur le parebrise. Des débris volent dans tous les sens. Il est impossible pour les oiseaux de pouvoir voler librement. Le vent est tellement puissant qu’il arrive à soulever une vache, qui se trouvait là, à cinq mètres de hauteur, et passe juste devant le quatre-quatre noir.

- « Oh ! Une vache ! » s’estomaque JT.

Maeva continue de rouler, et quelques secondes plus tard, la vache repasse dans le sens contraire, toujours devant le véhicule des journalistes.

- « Oh ! Une autre vache ! » s’émerveille JT tel un enfant.
- « En réalité, je pense que c’était la même… » lui renvoi Maeva.

Pendant ce temps-là, la tempête continue son chemin et n’est plus qu’à une dizaine de mètres du bâtiment. Les employés n’ont été prévenu que trop tard de la menace, ils ne font que de réagir et de se mettre à l’abri. Ces derniers n’ont même pas le temps de mettre à l’abri leur matériel si précieux pour leur recherche. Ils se précipitent tous dans le sous-sol du bâtiment et ont comme consignes d’y rester tant que la tornade ne sera pas passée. Dans les couloirs, tout le monde se bousculent. Les passages jusqu’au sous-sol sont longs, pas très larges et, parsemés de portes qui font perdre du temps. Tout le monde n’arrivera peut-être à se mettre à l’abri quand la tempête frappera. Et à ce moment-là, ils pensent tous à leur conjoint, leurs enfants. Les reverront-ils ?

- « Dépêchez-vous ! »
- « Plus vite ! Plus vite ! »
- « Allez ouvrez la porte ! »

C’est l’horreur dans les couloirs ! La peur et l’affolement des employés ne contribuent pas vraiment à rendre les choses plus rapides. Chacun pense à soi. Les bousculades font même tomber quelques personnes au sol. Les premiers partis sont les premiers arrivés au sous-sol. La porte s’ouvre et découvre une salle moyennement grande remplie de paperasse et de matériels informatiques obsolètes. Il s’agissait en réalité de la salle d’archive où les employés entassent toutes leurs notes des dix dernières années. Des dizaines d’armoires sont alignés et contiennent des centaines, voire des milliers de classeurs de différentes couleurs classés par période. Avec le matériel informatique désuet entassé dans des cartons au fond de la salle, il ne reste guère place pour abriter les scientifiques…
Quant à elle, la tornade a commencé à ravager l’arrière du bâtiment. Rien ne résiste à son passage. Portes, escaliers, ordinateurs, armoires sont tous arrachés de leur support et avalés par le tourbillon de poussière.

- « Oh mon Dieu ! » hurle Maeva en assistant à la scène. « Mais… C’est le CEA de Bruyères !! »
- « C’est quoi ça, le CEA ? » demande JT impatient d’arriver sur place.
- « Le Commissariat à l’Energie Atomique. » réplique la journaliste. « J’ai fait un reportage sur leur méthode de travail il y a un an de cela pour mon école » ajoute-t-elle.
- « Oui et donc ? Qu’est-ce que c’est ? » incite le l’homme.
- « Ils font des recherches sur l’énergie atomique grâce à un ordinateur très puissant. TERO… TERA… Je ne sais plus quoi. » répond-elle.
- « Hum… Intéressant… »
- « C’est ici qu’a été fabriqué le cœur de la première bombe atomique française qui a explosé au Sahara dans les années 60 il me semble. » explique Maeva.
- « Humm… C’est fort intéressant tout ça ! S’il reste quelques bombes nucléaires dans ce bâtiment, la tempête pourrait bien les faire exploser ! » se réjouit JT.
- « Tu dis ça comme si cela serait fantastique. » lui dit Maeva, perplexe.
- « Et bah oui c’est fantastique ! On sera les premiers à filmer ce spectacle ! Aller roule ! Il nous faut un meilleur angle ! » radote le présentateur TV.

La tornade continue son chemin. Le supercalculateur commence à trembler du fait des vents. Un quart du bâtiment est déjà rasé. La tempête arrive dans la salle de TERA-100, là où la plupart des salariés travaillent. Mais par chance, tout le monde a eu le temps de quitter la pièce. Il ne fut pas longtemps à la tempête pour tout ravager. En à peine vingt secondes, la salle fut complétement détruite. Le supercalculateur, s’en était fini. Des années de recherches réduites à néant. Les chercheurs en auront le cœur brisé.
Soudainement, la tempête change anormalement de direction. Comme si elle en avait fini avec ce bâtiment. Elle se dirige maintenant vers la route principale où roulent actuellement les deux journalistes.

- « On est pas assez prêts là ?! » demande Maeva, inquiète.
- « Continue, et gare-toi là-bas, sur la bande d’arrêt d’urgence. » lui ordonne JT.

La tornade s’approche dangereusement. Elle traverse la route, à une centaine de mètres de la voiture, et passe de l’autre côté de la chaussée.

- « Bon moi je m’arrête là, c’est trop dangereux ! » s’alarme la conductrice en freinant d’un coup.
- « Rooh ! » grogne JT. « Sors et installe la caméra alors, dépêche-toi ! »

Maeva s’exécute. Elle sort de la voiture, et manque de tombée, surprise par la force du vent tout autour. Le vent est tellement puissant, qu’il provoque un son assourdissant, impossible à comparer avec autre chose.

- « Y’A TROP DE VENT, C’EST TROP DANGEREUX, LA CAMERA VA S’ENVOLER !! » hurle-t-elle pour se faire comprendre et en tenant sa jupe.
- « MAIS NON, IL SUFFIT DE LA TENIR ! » lui répond-il en criant.
- « BON MOI JE RESTE DANS LA VOITURE ! TU TE DEBROUILLES SANS MOI ! » lui annonce Maeva en se cachant à l’arrière du véhicule.
- « C’EST CA, FAIT TA CHOCHOTTE ! PREPARE-TOI A TON RENDEZ-VOUS DE DEMAIN A POLE EMPLOI ! » averti JT en fouillant dans le coffre.

Le présentateur télé sort la caméra du coffre et l’installe sur la route en direction de l’ouragan. Même si dans sa façon de parler JT a l’air d’un homme qui n’a peur de rien, il commence à ressentir une certaine anxiété. C’est la première fois qu’il a à faire à une tornade. Il allume son matériel et commence à enregistrer les images du monstre de poussières qui se rapproche de plus en plus vite.

- « CA Y EST !! A MOI LA GROSSE PRIME DE RISQUE !! » se vante-t-il.
Il se place devant la caméra, dos à la tempête, et commence son reportage, micro à la main.
- « JE SUIS ACTUELLEMENT A BRUYERES-LE-CHATEL, A UNE TRENTAINE DE KILOMÈTRES AU SUD-OUEST DE PARIS ET COMME VOUS POUVEZ LE VOIR, UNE TORNADE SE DÉPLACE DOUCEMENT DANS LE CHAMP DERRIÈRE MOI. OUI, OUI ! C’EST BIEN UNE TORNADE ! NOUS ATTENDONS ACTUELLEMENT LE RAPPORT DES MÉTÉOROLOGUES POUR CONNAITRE LA CLASSIFICATION DE CET OURAGAN. JE PEUX D’ORES ET DÉJÀ VOUS DIRE QUE CETTE TORNADE A RASER UNE PARTIE DU BÂTIMENT COA DE BRUYERES ! »
- « Le CEA, pauvre crétin ! Avant de prendre la parole, il faut au moins connaitre son sujet ! C’est la base du journalisme ! » râle Maeva dans la voiture.

http://img4.hostingpics.net/pics/480541supercellthunderstormswhirlingtornadosand2819diaporama1.jpg


Des vents à plus de 250 kilomètres à l’heure soufflent aux alentours. JT manque de tomber plusieurs fois, mais tient bon pour continuer son reportage. Et c’est encore pire au cœur de la tornade où des rafales à plus 350 kilomètres à l’heure tourbillonnent. Maintenant que la voiture est à l’arrêt, elle est une proie facile pour la tempête, et la caméra encore plus. Et ce ne sont pas les muscles de JT qui vont empêcher les vents d’envoler la caméra. Le reporter lutte jusqu’au bout pour la retenir sur le sol, mais rien n’y fait. Cette dernière est littéralement aspirée dans les airs, comme si un immense aimant l’attirait.

- « ET MERDEEEEEE ! » vocifère JT.

La tempête se rapproche dangereusement. Et c’est maintenant au tour de la voiture de subir la force des vents. Celle-ci se met à reculer tout doucement, mais suffisamment pour affoler Maeva qui était dans le véhicule. *Mais il se passe quoi là* cogite-t-elle. Les roues du quatre-quatre se mettent à frotter sur la route tout en laissant des traces noires comme si la voiture avait subitement freiné. Maeva ouvre la fenêtre et crie à JT :

- « IL FAUT PARTIR ! C’EST TROP DANGEREUX ! LA TEMPÊTE VA NOUS AVOIR ! »

JT constate qu’il a certainement eu tort de venir ici. Il s’aperçoit maintenant que c’est vraiment risqué. Sans perdre une seconde, il prend ses jambes à son cou et saute dans la voiture, côté conducteur. Il fait une marche arrière, et un demi-tour très rapide au point de faire fumer les pneus. Maeva, impressionnée, se place à côté de lui, côté passager.
La tornade passe à la vitesse supérieure. Elle semble poursuivre la quatre-quatre. Toujours autant de débris volent autour d’elle. Que ce soient des branches d’arbres, des planches en bois, des briques, des classeurs et même des ordinateurs, tous sont attirés par le centre de gravité de l’ouragan et tournoient sans jamais s’arrêter.

- « Accélère, la tornade est juste derrière nous ! » demande Maeva.
- « Je fais ce que je peux ! Tu ne veux pas non plus qu’on atterrisse dans le décor ! »
- « Non, mais je n’ai pas non plus envie de me faire aspirer par un crétin de tourbillon de poussière ! » répond-elle ironiquement.

Le compteur de vitesse du véhicule indique 98. Les deux journalistes sont maintenant à deux kilomètres de Bruyères. Quant à elle, la tempête les suit toujours de près. Maeva regarde en arrière.

- « On dirait presque que la tornade est vivante et qu’elle fait exprès de nous suivre ! » s’interroge-t-elle. « Prends à droite là ! » crie-t-elle.

Sans répondre, JT s’exécute. Ils sont maintenant sur une petite route de campagne, et aperçoivent une ferme au loin, avec un hangar.

- « Il faudrait peut-être s’abriter le temps que la tempête se passe, non ? » demande JT.
- « Mais où est passé ton caractère colérique de tout à l’heure ? » demande-t-elle en se marrant. « Ou tu veux t’abriter ? »
- « Il y a une sorte d’hangar là-bas » lui répond-il en montrant du doigt.
- « Tu crois que c’est prudent ? La tempête pourrait très bien ravager cet hangar. »
- « Elle est toujours derrière nous ? » demande-t-il, perplexe de la réponse.
- « Bah oui et non, elle est dans le champ à droite ! J’ai l’impression qu’elle va plus vite que nous ! »

La tornade n’est qu’à une centaine de mètres du hangar. Les journalistes arrivent au niveau du hangar. JT gare la voiture rapidement sur les gravillons et sort brusquement de la voiture pour se diriger vers l’entrée du hangar. Sa façade était d’une couleur rouge rouille. Quant au toit, il était bleu-grisé. Le hangar recevait beaucoup au ancien hangar des ranches américains. Maëva rejoint son collègue. Celui-ci défonce la porte pour entrer. A l’intérieur, des tonnes et des tonnes de foins, plusieurs tracteurs. Mais surtout, ce qui faisait le plus peur aux deux reporters, d’innombrables outils tranchants suspendus à tous les murs. Ce sont les outils indispensables à tous fermiers.

- « Mais qui sont les gens qui habitent ici ?! » crie Maeva en voyant ce bordel
- « C’est peut-être pas une bonne idée ! » répond JT

Les deux journalistes courent pour rejoindre l’autre sortie en face d’eux mais la tornade n’a pas perdu son temps. Elle a atteint le bâtiment et commence son travail. Tout le matériel tranchant se met à tourbillonner autour de l’axe central. L’ouragan est devenu un monstre tueur !

- « OH MEEEERDE ! » crie JT.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 16h30

- « JEREMY !! ULRICH !! SISSI ! » crient les élèves et professeurs en essayant de déblayer les parpaings et les débris.

Personne ne répond. L’angoisse commence à monter. Aelita et Odd craignent le pire.

- « Il faut persévérer ! Allez du nerf tout le monde ! Il faut les sortir de là ! » crie Odd « Nicolas ! Viens m’aider à soulever ce parpaing ! » commande-t-il.

Les deux hommes soulèvent le bloc. Il devait peser pas loin de 10 kilogrammes. Ils le posent un peu plus loin et ne purent voir tout de suite ce qu’il y avait dessous. Aelita est alors la première à apercevoir une main… une main ensanglantée.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Orléans, 16h35

Un couple de retraité regardait paisiblement leur feuilleton habituel quand soudain un flash spécial retentit et annonce la terrible nouvelle qui vient de toucher la région parisienne.

- « Voici les dernières images que nous avons perçues des deux reporters qui étaient sur le terrain. » annonce la journaliste.

Après que les derniers paroles enregistrées de JT soient passées à l’écran, la journaliste termine par ces mots :

- « Ces derniers images datent d’une dizaine de minutes et c’est également à ce moment-là que nous avons perdu le contact avec JT et son assistante Maëva. »


http://img4.hostingpics.net/pics/137878Corpsceleste0401.jpg
THE END

_________________


Dernière édition par Baptoou le Sam 20 Juin 2015 18:03; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Silius Italicus MessagePosté le: Jeu 26 Fév 2015 12:13   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Fév 2015
Messages: 174
Localisation: à l'Est d'Eden
Bonjour cher Baptoo,
Ce doit être la première fois que je commente un revenant.
J'espère que tout vos problèmes se sont dissipés et que vous repartez de bon pied et de bon œil.

Au niveau du style, c'est assez équilibré entre passage dialogué et narration stricto sensu. Les scénes sont fluides, quoique cela manque peut-être un poil de description.

A tout le moins vous savez créer une ambiance. En effet, cette tornade on la sent venir par petite touche avec le temps qui se couvre, l'ambiance à l'orage,...

Une petite remarque de typographie se profile. Vous avez utilisé de manière systématique de la présentation suivante dans les dialogues de votre dernier chapitre:" —«".
La règle de typographie en Français est la suivante: on utilise le guillemet français ( « ) pour ouvrir le dialogue, et pour le fermer ( »). Si plusieurs répliques se suivent, elles sont signalé par un retour à la ligne et un tiret (—).
La question se pose de savoir à partir de quand on considère une série de réplique comme finie. Il n'y a pas de règles stricte en la matière, mais l'usage veut que les incises ne comptent pas. Par exemple:
« Vous écrivez très bien, disais-je en souriant.
— Merci, répondit-il d'un air goguenard ». (la place du point dans ou hors des guillemets est encore sujette à débat).

A titre d'exemple je vous montre ce que cela donnerait sur l'un des derniers dialogues de votre récit:

« Il faudrait peut-être s’abriter le temps que la tempête se passe, non? demande JT.
- Mais où est passé ton caractère colérique de tout à l’heure ? demande-t-elle en se marrant.
-Ou tu veux t’abriter ?
- Il y a une sorte d’hangar là-bas, lui répond-il en montrant du doigt.
- Tu crois que c’est prudent ? La tempête pourrait très bien ravager cet hangar.
- Elle est toujours derrière nous ? demande-t-il, perplexe de la réponse.
- Bah oui et non, elle est dans le champ à droite ! J’ai l’impression qu’elle va plus vite que nous ! ».

Notez qu'il ne s'agit pas de fautes graves, c'est juste qu'elles se remarquent facilement. Au passage, vos dialogues sont très vivants. C'est un véritable atout pour votre récit.

Parlons du fond maintenant, voulez-vous ?

La justification au retour de Xana est bien amené. Le comparer à une maladie qui mute pour résister est une excellente idée. Encore que l'on en vienne à se demander si nos héros ne sont pas par conséquent condamné à une vie de lutte contre un Xana évoluant sans cesse.

Dépeindre un Xana avec des plans un peu plus subtils et moins brut de décoffrage est aussi un plus. Il fait des essais discret avant de se lancer, et en paralléle cela couvre d'autres plans ; si Xana devient machiavélique, la partie s'annonce rude. Cela permet de créer un effet d'attente et en même temps de faire vivre une vie de lycéen à nos héros. C'est finement joué.

Quant à nos héros justement, il n'y a pas trop à en redire. Il en est que vous maitriser plus que d'autres, mais ce n'est en rien anormal. Visiblement William est assez inégal chez vous. Par contre Ulrich est une vrai réussite. il me semble que vous avez bien dépeint son caractère de grognon.

De même pour Sissi, avec une petite mention pour cette citation:

Citation:
C’est vraiment horrible ! Mais qu’est-ce qui a pu se passer dans les nuages pour qu’un tel truc arrive ?


Cette réplique est pour moi un bon échantillon de votre récit. Le style oral est très bien rendu, très vif, et en même temps est une excellente illustration du niveau intellectuel d'Elisabeth Delmas.

On notera tout de même une petite incohérence de caractère lorsque Aelita hésite à prendre l'initiative d'aller au laboratoire au début de la tornade. Elle ne veut pas y aller sans feu vert de Jérémie. Pourtant elle l'a fait à plusieurs reprises dans la série. D'où lui vient ce revirement ?

En parlant de la tornade, vos personnages la décrivent comme une « tornade tueuse ». C'est bien vu dans la mesure où dans le dessin animé les attaques au gaz de Xana sont souvent personnifié. Disons qu'ici cela participe à l'atmosphère générale de votre récit.

Enfin, vous méritez une mention spéciale pour le retour de JT et le journal télévisé final. D'abord parce que ce journal est tout à fait dans l'esprit de la série. Ensuite parce que le personnage de JT que vous nous présentez est des plus amusant, en plus d'être stupide.

Quoiqu'il soit un peu trop stupide: il veut se rapprocher d'un site nucléaire, alors qu'on lui annonce un risque d'explosion ? Il est fou, aucune personne sensée ne ferait cela.

D'ailleurs vous avez commis une petite erreur. JT s'approche de la tornade et vous parlez de vent à 250 kilomètres par heure. A cette vitesse et JT et sa voiture devraient se faire emporter. Et le texte tend à faire croire qu'ils sont dans cette zone de danger.

Pour résumer et clore votre récit dispose d'un avantage rare en ce qu'il présente une suite à la quatrième saison en gardant l'esprit original du dessin animé sans pour autant sombrer dans la redite ou le médiocre. C'est pourquoi c'est avec un plaisir croissant que la suite sera attendue.
_________________
AMDG

Prophète repenti de Kane, vassal d'Anomander Rake, je m'en viens émigrer et m'installer en Lyoko.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Lun 02 Mar 2015 06:25   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1304
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
bon chapitre.
xana nous ressort une catastrophe climatique.
sinon j'adore les images, sa rend la fic plus vivante.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Dim 15 Mar 2015 22:27   Sujet du message: Répondre en citant  
<br>


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2109
Localisation: Territoire banquise
Je suis content que tu sois revenu. Ça faisait une plombe alors j'ai relu toute la fic. Ne nous refait pas un coup pareil !

Je n'ai pas grand chose a ajouter par rapport au commentaire que j'avais fait après le chapitre 6. Mais la nouveauté entre temps, c'est le coup des tornades. Outre le lèche-bottisme évident envers un admin tout puissant, cela amorce le nouveau plan de X.A.N.A. À défaut d'en savoir davantage, on peut saluer l'originalité. Mais pourquoi arrêter le test avant que les héros ne se fassent démonter la gueule ? Le virus aurait besoin d'eux ? Attendons et voyons, comme on dit. En tout cas continue comme ça y a un potentiel évident.

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
JCVgamer MessagePosté le: Mar 05 Mai 2015 14:27   Sujet du message: Commentaire Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 29 Aoû 2012
Messages: 160
Localisation: Dans le labyrinthe de mon âme
*Actuellement dans un cours qui respirait l'ennui absolu. Jerem, ayant lu la Fanfic de Baptoou le matin même, décida de le commenter sur le champs. Mais lorsqu'il arriva sur les lieux, une violente tornade faisait des ravages sur son passage. Le jeune homme n'hésita pas un seul instant et fit appel à son aura, qui le recouvra entièrement et le protégea de la furie de ce vent. Il savait en revanche pertinemment que si Zéphyr venait s'en mêler, il ne pourrait pas résister à la violence de ses bourrasques.*

Bonjour Baptoou,

Je viens pour commenter cette Fanfiction que j'avais lu il y a 3 mois et que j'ai relu ce matin afin de pouvoir poster ce commentaire (en espérant faire revenir l'auteur par la même occasion ^^).
Ayant donc tout lu d'une traite, le commentaire sera donc mon opinion sur le global.

Déjà, je vais parler de la forme. Je te dirai tout simplement bravo. C'est une forme assez originale, que je n'ai pas beaucoup vu (voir pas du tout je crois). Et tu arrives à très bien t'en sortir, même lorsque tu fais un léger retour en arrière dans un endroit différent. Ce que je veux dire par là, c'est que tu réussi à nous décrire des situations se déroulant en même temps mais dans des endroits différents, grâce a une précision spatio-temporelle très...précises en fait ^^. Chapeau !

Les personnages sont restés fidèles à ce qu'ils étaient à la fin du DA donc c'est très bien.
Les raisons du retour de XANA sont cohérentes et promettent de magnifiques attaques à venir (on d'accord, la tornade était juste une mise en bouche hein ?).

Bien sinon quel est mon opinion ?

Eh bien, j'ai adoré, je suis complètement plongé dans cette histoire, et j'attends de pied ferme la suite. Le seul reproche que je vais te faire c'est la durée de parution des chapitres ^^. Trop de temps à attendre, ce qui fait que lorsque tu poste un nouveau chapitre, il faut qu'on relise tout pour se replonger dedans ^^.

Bon ce commentaire fut court mais j'attends le prochain chapitre avec l'espoir que ce texte se termine un jour car il a un gros potentiel. Alors s'il te plaît ne nous donne pas de faux espoirs ^^.

Au plaisir de voir XANA vaincu une bonne fois pour toute.

Bonne journée.

*Tandis que son commentaire était terminé, la tornade se dissipa, laissant apparaître le soleil qui darda ses rayons sur Jerem. Ceci lui permit de remplir sa réserve de magie grâce a la plus pur des lumière. Il repartit, car d'autres horizons étaient à découvrir.*
_________________
S'il existe différents maîtres contrôlant chacun un élément, je m'exerce à devenir le maître de la lumière.

Une nouvelle attaque lancée contre ces enquiquineurs, enfin une parodie d’attaque, car après celle-ci je lance l’attaque fantôme, un projet que prépare déjà depuis quelques temps et qui les mèneras tout droit à leur perte. One-Shot à paraître

https://lh3.googleusercontent.com/-07EHZzPU0Ko/Vgzy9hJt4qI/AAAAAAAAH10/3EekCXHPMjg/s600-Ic42/moviewatchSeptember2015.png

http://imageshack.us/a/img163/1125/ksmc.pnghttp://imageshack.us/a/img9/7127/sd8u.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
Baptoou MessagePosté le: Jeu 10 Sep 2015 14:07   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 07 Déc 2011
Messages: 349
Bonjour ! Me revoilà Very Happy

Merci pour vos avis qui me font vraiment plaisir.
Je vois qu'un mot ressort souvent dans vos commentaires : l'originalité. Je vais m’efforcer de conserver ce côté qui plait beaucoup tout en conciliant ce que je veux faire avec ce récit.

Avant de passer à ce qui vous à fait venir ici, voici un petit résumé des événements passés

Spoiler



FAUX ESPOIRS

Chapitre IX : Le plan de XANA


Une semaine est passée depuis les événements de l’effondrement du réfectoire. Ulrich, retrouvé le premier, est gravement blessé, de même que Sissi. Le geste du garçon n’aura pas suffi à la protéger. Quant à Jeremy, il est retrouvé quelques secondes plus tard, encore traumatisé. Il ne souffrait que de quelques blessures légères. Les trois amis ont était transportés à l’hôpital d’urgence pour un examen complet. Comme prévu, Jeremy n’avait rien de grave. Après s’être occupé de lui, les infirmiers acceptent de le laisser partir une demi-journée plus tard après qu’il ait repris ces esprits. Mais quant à Ulrich et Elisabeth, c’est différent. Tous deux souffrent d’un traumatisme carnier dû à l’effondrement des parpaings sur le crâne. Ils sont tous les deux plongés dans un coma profond.

Après être sortis de l’hôpital, Jeremy tente de découvrir le fin mot de l’histoire. Mais que cherche réellement XANA ? Pour cela, il sait qu’il peut compter sur les autres, mais également de l’accalmie que lui offre XANA. Effectivement, le virus n’a pas montré une ombre de sa présence durant les jours passés. Ce qui ne rassure pas Jeremy pour autant.

En fin de semaine, Ulrich montre des signes d’amélioration.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Hôpital, premier samedi après la rentrée, 8h53

Les parents d’Ulrich accourent dans le couloir pour rejoindre le médecin de leur fils. Ils passent devant Yumi, allongée sur deux chaises, venant de recevoir un sms d’Aelita.

- « Alors comment va-t-il ? demande la mère d’Ulrich essoufflée.
- Comme je vous l’ai dit par téléphone, il s’est réveillé il y a une trentaine de minutes. Mes collègues infirmiers sont en train d’établir l’examen physique des dégâts. De mon point de vue, ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus… répond le médecin anxieux.
- Et bah allez ! Expliquez-vous ! s’énerve le père d’Ulrich, toujours aussi impatient.
- La santé physique d’Ulrich s’est améliorée petit à petit au cours de cette semaine, même avant son réveil. Cependant, il a reçu un violent choc à la tête, et j’ai surtout peur de voir naître des séquelles psychologiques.
- Qu’est-ce que vous entendez par psychologiques ? s’inquiète la femme.
- Elles peuvent se manifester par des pertes de mémoire à court ou moyen terme, mais également du stress intense permanent, insomnie ou cauchemar lié au traumatisme de l’accident. énumère le médecin. Si vous le permettez, j’aimerai faire mon premier bilan seul avec lui, et d’ici 2-3 minutes, vous pourrez venir le voir. »

Sans répondre, le père d’Ulrich se dirige d’un pas décidé vers le père d’Elisabeth qui se trouve devant la chambre de celle-ci, à quelques mètres de là.

- « Tout ça c’est de votre faute !! Vous devez assurer la sécurité des élèves de votre lycée !! vocifère-t-il
- A parce que vous croyiez que j’aurai dû prévoir qu’une telle chose arrive ?! Non mais vous vous prenez pour qui pour m’accuser de la sorte ?!? réplique le proviseur.
- Pour un père qui va porter plainte et faire valoir mes droits et ceux de mon fils ! menace Mr Stern.
- LE LYCEE A ETE TOUCHÉ PAR UNE TORNADE DE CATEGORIE 4 !! QU’EST-CE QUE VOUS AURIEZ VOULU ? QUE L’ON CONSTRUISE DES ABRIS ANTI-TORNADES ? DES BATIMENTS PARASISMIQUES PEUT-ETRE AUSSI ? REFLECHISSEZ AVANT DE SORTIR DES IDIOTIES PAREILLES ! ON EST EN FRANCE PAS AU USA !! JE VOUS RAPPELLE QUE MA FILLE SE TROUVE DANS ETAT PIRE QUE LE VOTRE ! ET QU’EN PLUS, JE DOIS CONTINUER A GERER UN ETABLISSEMENT QUE L’INSPECTION ACADEMIQUE N’A PAS VOULU FERMER LE TEMPS DE LA RECONSTRUCTION DU REFECTOIRE !! VOUS CROYEZ QUE C’EST FACILE POUR MOI DE GERER CES SITUATIONS ?! hurle Mr Delmas dans le couloir de l’établissement hospitalier.
- S’il vous plait messieurs ! Vous êtes dans un hôpital ! » rappelle une infirmière qui passait par là.

Sans dire un mot de plus, Mr Stern retrouve devant la chambre de son fils et retrouve sa femme. A ce moment le médecin sort de la chambre, un sourire au coin de la lèvre. Yumi, quant à elle, ne peut pas rentrer sous prétexte qu’elle n’est pas de la famille.

- « Alors docteur ?! s’impatiente la femme.
- A première vue… Tout va bien. rassure-t-il. J’ai uniquement noté une lenteur dans les paroles et les gestes, mais rien d’anormal chez quelqu’un qui se réveille d’un coma d’une semaine.
- On peut aller le voir ? demande le père.
- Cinq minutes, pas plus ! » termine le médecin en s’éloignant.

Les deux parents entrent dans la chambre, d’un pas lent, et découvrent le visage bandés de leur fils, allongé sur le lit d’hôpital. C’était une chambre pour qu’une seul personne. Seul l’électrocardiogramme se faisait entendre. Sur la table de chevet était posé un cadre photo. Il s’agissait d’une photo de l’ensemble des Lyoko-guerriers. Yumi avait eu cette idée. Ainsi, au réveil d’Ulrich, il se serait senti moins seul.
Les deux adultes s’approchent du lit.

- « Comment tu te sens Ulrich ?
- J’ai légèrement mal à la tête et au dos, et je suis surtout très fatigué ! » s’exprime le jeune homme.
- Raconte-nous ce qui s’est passé ? » demande Walter Stern en s’asseyant au chevet de son fils.

Après une dizaine de secondes, Ulrich répond.

- « J’ai pas du tout envie d’en parler, et encore moins raconter ce qui est arrivé ! Vous savez déjà surement tout ce qu’il y à savoir par les infos ! »

Mme Stern regarde son mari méchamment. Elle lui fait comprendre qu’il ne faut pas l’offusquer en relatant les évènements qu’ils l’ont peut-être choqués à vie.

- « On aimerait juste savoir ce qu’il t’est arrivé pour mieux comprendre. s’explique l’homme en costar-cravate.
- Qu’est-ce que vous en avait à faire de ce qu’il m’est arrivé ? Dans une demi-heure, vous serez repartis, et je ne vous verrez pas avant Noël ! réplique Ulrich. De tout de façon, on a connu pire !
- Comment ça ? Qui c’est ce ‘‘on’’ ? demande Mme Stern alarmée.
- Rooh ! Laissez tomber ! conclue-t-il.
- Oui, tu as raison ! Allez viens, on s’en va ! dit Walter à sa femme en l’a tirant par le bras. De tout de façon, tu n’es pas notre fils !
- WALTER !! hurle sa femme mécontente de son comportement.
- COMMENT CA PAS VOTRE FILS ?!? »

Mais Ulrich n’aura pas eu de réponse. Les deux adultes sont partis. L’un furieux, l’autre contre son gré. Dans les couloirs, ils croisent une bonne partie du groupe, mais sans Jeremy. Ils avaient reçu un message de Yumi leur informant le réveil d’Ulrich. Cependant, ils sont arrivés avec un peu de retard puisque Jim refusait de les laisser quitter l’établissement tant que le proviseur n’était pas revenu à son poste. En effet, en l’absence de Mr Delmas, c’est le professeur de sport qui gérait l’établissement scolaire. Ce qui fut souvent le cas cette semaine au vu des circonstances.

Toujours est-il que le groupe a donc pris le passage du parc pour rejoindre la ville, ce qui a rallongé la course. Quitte à prendre la direction de l’usine, Jeremy a préféré continuer son travail sur XANA à l’usine, plutôt que d’aller voir son ami. « Vous lui dîtes que je pense à fort à lui ! » a dit Jeremy avant de quitter les autres sur le pont.

Le groupe rejoint donc Yumi qui les attendait et rentrent tous dans la chambre d’Ulrich pour lui faire la surprise.

- « Où est Jeremy ? demande Yumi à Aelita.
- T’inquiète, il nous rejoint » répond-elle par une voix rassurante.

Ulrich sourit à leur entrée. Il est plus joyeux maintenant qu’il y a cinq minutes.

- « Heeeey ! Comment ça vas mon frère d’armes ? commence Odd en lui frappant l’épaule le plus délicatement possible.
- AHO ! Doucement quand même ! réplique-t-il en se protégeant l’épaule. Je suis content de vous revoir en vrai ! Une photo c’est bien mais ça ne fait pas tout !
- Oh Ulrich ! Je suis désolé si je vais te faire mal ! s’excuse par avance Yumi.
- Comment ça ? »

Sans attendre, Yumi s’approche de lui et le sert très fort dans ses bras. Ulrich, surprit, se laisse faire. « AIL AIL » soufre-t-il. Au bout d’une vingtaine de secondes, Yumi se retire de peur de lui faire trop mal.

- « Hé ! J’ai dis ’’Aie’’, j’ai pas dis ’’stop’’ ! » se marre Ulrich.

Les autres rient également. Sauf William…

- « Au fait, Jeremy et Sissi ? Comment ils s’en sont sortis ? s’inquiète le blessé.
- Jeremy n’a rien, il a eu beaucoup de chances. répond Aelita. Mais Sissi, elle est dans le même état que toi sauf qu’elle est toujours entre la vie et la mort.

Ulrich baisse la tête.

- « J’ai essayé de la protéger !
- Ce n’est pas de ta faute Ulrich, tu as fait ce que t’as pu ! rassure Yumi
- Je sais pas à quoi elle pensait quand le bâtiment s’effondrait. Elle restait immobile comme une endive au milieu de la pièce. Quand j’ai vu ça, j’ai tenté de protéger sa tête mais le bâtiment a dû tomber trop vite et on a morflé tous les deux ! raconte le jeune homme
- Tu sais ? Peu de gens aurait tenté ce que tu as fait. » dit William pour le rassurer.
- Tu l’aurais fait toi ? demande Ulrich
- Ca dépend de la personne. Pour Sissi, j’aurai hésité ! » répond-il sèchement.

Tous se retournent vers William.

- « T’es un monstre ! Tu le sais ça ?! réplique Ulrich. « Sissi n’a rien à voir avec les agissements de XANA !
- Nous non plus ! fait remarquer William.
- Bon ça suffit les mecs ! On n’est pas venu ici pour se prendre la tête ! gronde Aelita.
- Désolé si je vous ai offensé mais je voulais donner mon avis. On risque déjà suffisamment notre vie pour sauver le monde à cause de XANA donc ce n’est pas pour encore la risquer pour une tierce personne.

La tension est retombée. Le groupe reste dans la chambre quelques minutes de plus afin de raconter les péripéties de la semaine à Ulrich. Mis à part l’accrochage entre Rosa et Mr Delmas en ce qui concerne les trois repas journaliers, rien n’a fait sourire Ulrich.

Une infirmière rentre dans la chambre pour apporter le petit déjeuner au blessé. C’était une assez jolie jeune femme, cheveux mi-longs roux, yeux verts. Par la même occasion, elle rappelle aux autres qu’il est temps de laisser Ulrich se reposer. En sortant, Yumi demande à l’infirmière à quel moment va-t-il pouvoir sortir. Celle-ci répond qu’elle ne sait pas et qu’il faut voir ça avec son médecin. Ce dernier se trouve dans la chambre d’à-côté, au chevet d’Elisabeth. Le groupe s’y rend donc. Devant sa chambre se trouve toujours Mr Delmas, assis sur une chaine, mal rasé et pas du tout coiffé.

- « Bonjour Monsieur ! dit Aelita poliment.
- Bonjour les jeunes ! répond-il. Comment se porte Ulrich ?
- Assez bien mais il doit se reposer pour reprendre des forces. affirme Aelita
- Et Sissi comment va-t-elle ? s’inquiète Odd.
- Vous voyez comme moi ! Elle ne s’est pas encore réveillée, elle est toujours dans le coma. »

Personne ne répond. Ils s’approchent de la vitre et la regarde. Sissi est allongée et une dizaine de fils parcours son corps. Il y en a qui lui rentrent même dans la bouche et dans le nez. Une minerve est également placée autour de son cou pour immobiliser ses vertèbres. Ce n’est vraiment pas très beau à voir.

- « Tu penses qu’elle va s’en sortir ? demande William à Odd
- J’espère bien ! C’est une garce parfois mais elle ne mérite pas ça. »

Au même moment, le téléphone d’Aelita sonne. C’est Jeremy.

- « Ah mince j’ai oublié de mettre mon téléphone en silencieux ! râle Aelita. Oui Jeremy ?
- Alors ? Comment va-t-il ?
- Il va bien, il doit juste se reposer encore un peu.
- D’accord ! A-t-il son téléphone près de lui ? questionne Einstein à l’autre bout du fil.
- Il me semble oui. suppose Aelita. Odd, vas voir si Ulrich a son téléphone s’il te plait.
- Pas de soucis princesse ! répond-il, comme à son habitude.
- Mais pourquoi Jeremy ? demande la jeune fille.
- J’ai besoin de vous parler à tous ! Dès que vous avez terminé, vous me rejoignez à l’usine, ok ?
- C’est bon Aelita, Ulrich a retrouvé son téléphone dans ses affaires ! affirme Odd
- Euh… Ok ! Ok ! On viendra dans 10-15 minutes je pense, ça te va ?
- Je vous attends ! A tout de suite. »

Jeremy raccroche sans attendre le mot de la fin d’Aelita. Il avait l’air assez inquiet.

- « Jeremy veut qu’on le rejoigne à l’usine. avoue-elle.
- XANA ? murmure Yumi
- Non, non ! Il veut nous parler apparemment.
- Ah ! Voilà le médecin qui sort de la chambre de Sissi ! s’exprime William.
- Comment va-t-elle ? demande le père de la victime.
- Je ne peux pas me prononcer pour le moment. Son coma est toujours sérieux. Elle ne répond à aucuns stimuli. Il faut patienter. Je suis désolé. »

Le proviseur s’écrase sur le siège derrière lui, totalement déprimé. Les autres ne savent pas quoi dire pour le rassurer. Aelita essaie :

- « Vous savez Monsieur ? Ulrich s’est réveillé, elle fera de même ! J’en suis sûre. Il fait juste être patient.»

Mr Delmas ne réagit pas. Yumi se retourne vers le médecin.

- « Quand Ulrich pourra-t-il sortir ? demande Yumi comme prévu.
- Oula ! Pas si vite mes jeunes enfants ! Il vient de se réveiller d’un coma. Il doit rester en observation au minimum trois jours. affirme-t-il.
- Ah… » soupire Yumi.

Après la réponse du professionnel, les quatre amis décident de prendre la route vers l’usine, comme l’a demandé Jeremy. Et comme l’a prédit Aelita, il ont effectivement mis une dizaine de minutes pour l’atteindre. Arrivé au monte-charge, tous redoutent les aveux de Jeremy. « J’espère que c’est une bonne nouvelle ! » dit Odd dans le monte-charge.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Laboratoire de l’usine, 9h35

Jeremy pianote sur son clavier depuis maintenant une petite demi-heure. Qu’a-t-il appris de si urgent ? Les autres ne vont pas tarder à le découvrir.

- « Ah les voilà ! » dit Jeremy en voyant le monte-charge descendre sur son écran.

Le monte-charge s’ouvre, toujours dans un vacarme monstre. Jeremy se lève et accueille ses amis.

- « Alors Einstein, de quoi veux-tu donc nous parler ? interroge William.
- J’appelle Ulrich avant ! »

Jeremy téléphone à son ami via l’interface. Dans la chambre d’hôpital, Ulrich était seul dans son lit. Une vie bien ennuyante. Il répond donc très vite après la première sonnerie.

- « Oui Jeremy ?! Comment tu vas ? demande-t-il.
- Très bien et toi alors ? J’ai appris par les autres que tout allait bien !
- C’est ce que le médecin dit oui ! affirme Ulrich.
- Je te mets en hautparleur, t’es près à entendre ce que j’ai à dire ?
- Vas-y ! Je t’écoute !

Après cette courte entrevue, Jeremy sait qu’il va falloir parler longtemps. Il sait également qu’il va devoir utiliser des mots et expressions compréhensibles pour le reste du groupe. Jamais simple pour lui, surtout quand il se lance dans de longues explications. Il respire un grand coup et commence :

- Donc cela fait plusieurs jours que l’on bosse là-dessus, Aelita et moi. Je suis maintenant sûr à 80% que les informations que je vais vous révéler reflètent le plan actuel de XANA. affirme le blondinet.
- Ok, on t’écoute. confirme Odd.
- Si XANA continue comme il a commencé… Sa puissance va augmenter de manière exponentielle !!
- Ça veut dire quoi ça ? Explique-toi ! exige Yumi.
- Depuis longtemps, on savait que sa puissance augmentait, notamment grâce au retour dans le temps. Il y quatre mois, XANA se servait de la puissance des supercalculateurs pour accroître sa propre puissance, vous êtes d’accord ? Ainsi, quand on utilisait la translation pour détruire un supercalculateur, en réalité, on ne détruisait pas une partie de XANA mais on l’empêchait d’avoir accès à la puissance de celui-ci. En conclusion, quand XANA perdait un supercalculateur, il perdait la puissance de celui-ci.
- Jusque-là ça peut aller, oui. répond Odd.
- Sauf que maintenant, XANA a atteint un tel niveau de force qu’il a maintenant accès à un autre moyen pour l’accroître. Il s’approprie entièrement un supercalculateur, et le puise de sa puissance-machine. Une fois l’énergie transférée vers XANA, il détruit le supercalculateur pour ne laisser aucune trace de son passage.
- C’est un voleur quoi ! plaisante Odd.
- Il l’a déjà fait combien de fois ? demande Yumi perplexe..
- Une fois sûr ! Il s’agit de TERA-100. Il était caché au fin fond de la campagne dans un bâtiment à 30 kilomètres d’ici. En quelques heures, XANA en a pris le contrôle et l’a vidé complètement de sa puissance. Puis il l’a détruit en quelques secondes en y envoyant une tornade. Ni vu, ni connu.
- Il va recommencer ? questionne William.
- Il y a des chances oui ! D’ailleurs impossible de savoir si TERA-100 était sa première victime. Il faudrait que je recherche si d’autres supercalculateurs ont été détruits. D’ailleurs, impossible de savoir non plus quand XANA s’est réveillé.
- Bah c’est pas le jour de la rentrée ? réplique Odd.
- Bah, je ne sais pas… Le jour de la rentrée c’est le jour où XANA a rallumé notre supercalculateur.
- Et tu sais pourquoi au fait ? s’intéresse UIrich à l’autre bout du fil.
- Je pense avoir trouvé oui. Enfin, on pense ! Je te laisse répondre Aelita. déclare Jérémy.
- On a découvert que la pile nucléaire est de nouveau presque vide. XANA l’a donc rallumé pour que la pile s’épuise à petit feu. déclare la jeune fille.
- Sauf que XANA n’avait pas du tout prévu qu’Ulrich et Yumi seraient à l’usine au même moment ! Ca a du beaucoup lui déplaire, d’où le fait que, le même jour, il vole la puissance d’un des superordinateurs les plus puissants d’Europe. fini Jeremy.
- Encore ? crie Yumi. On l’a changé il y a un an et demi il me semble !
- Oui certes, mais j’ai peur que la reconstruction de Lyoko, le Skid, les voyages dans la mer numérique et la translation ont contribué le plus à l’épuisement de la pile. avoue Jeremy.
- Donc, si je récapitule ! On a deux problèmes à résoudre TRES VITE ! De un, si on n’arrête pas XANA TRES VITE, il deviendra imbattable. De deux, si on ne trouve pas une autre pile TRES VITE, on va perdre le seul moyen de combattre XANA ! En conclusion, il faut aller TRES VITE !! tremble Odd.
- Autre chose ! rajoute Jérémy. XANA a juste voulu rallumer notre supercalculateur pour que la pile s’épuise mais je ne comprends pas pourquoi il ne l’a pas détruit au lieu de le rallumer.
- Il en aurait besoin ? demande William.
- J’ai peur que notre supercalculateur soit dans sa ligne de mire ! avoue-t-il.
- On est samedi ! On peut élaborer un plan pour répliquer ! suggère Yumi.
- Oui et c’est que j’avais prévu ! Mais d’abord, j’ai une dernière chose à dire ! annonce Jeremy. En dérobant la puissance des supercalculateurs, XANA gagne très vite en puissance, certes, mais il y a hic ! Comme je vous l’ai dit, XANA doit s’approprier entièrement le supercalculateur. Donc ça signifie, d’une part, qu’il ne peut s’occuper que d’un supercalculateur à la fois et, d’autre part, qu’il se retrouve bloqué à l’intérieur jusqu’à ce que l’énergie soit entièrement transférée !
- Comment ça coincé ? interroge William.
- Coincé de la même manière qu’il l’était dans NOTRE supercalculateur au tout début. Il n’a pas accès au réseau. Et vous vous rappelez ce qui se passait si on éteignait le supercalculateur ?
- XANA mourait, et Aelita aussi… répond Yumi.
- Exactement ! Sauf que dans notre cas, l’extinction du supercalculateur en question n’entrainera que la mort de XANA.
- Vu comme ça, ça à l’air simple mais XANA ne se laissera pas faire ! affirme Ulrich.
- Exact ! Surtout que si on arrive à s’approcher d’un supercalculateur dont XANA pompe l’énergie, le détruire complètement après l’extinction serai préférable.
- Combien de temps met XANA à se transférer l’énergie d’un supercalculateur ? demande William
- Quelques heures tout au plus ! C’est très rapide ! affirme Jeremy.
- XANA est donc le plus vulnérable au moment où il pique l’énergie d’un supercalculateur, c’est bien ça ? s’assure Yumi.
- En théorie, oui ! répond Jeremy.
- Quel est le plan alors ? » s’interroge Ulrich.

Jeremy réfléchis quelques secondes et fini par répondre.

- « Le plus urgent est de trouver une nouvelle pile nucléaire ! Le supercalculateur commence déjà à stopper ce qu’il considère comme non essentiel : l’entrée au cœur de Lyoko, le retour dans le temps, l’échange des données entre le 5ème territoire et les autres territoires. Bientôt, il coupera de lui-même les scanners, et Lyoko disparaîtra en dernier.
- Cette fois-ci XANA ne nous aidera pas à la trouver ! rappelle Odd.
- Ça sera même le contraire ! ajoute Jeremy.
- Quelqu’un sait où on peut trouver ça ? s’inquiète Yumi.
- J’ai bien un idée mais ça risque d’être périlleux pour ceux qui s’y rendront ! informe Jeremy.
- On t’écoute ! dit William
- L’endroit où se trouvait TERA-100 est un centre à l’énergie atomique. Comme le bâtiment n’a pas entièrement était ravagé par la tempête, c’est possible qu’on y trouve ce genre de pile. Mais il y a aussi la centrale nucléaire non loin d’ici. propose Jeremy.
- Quelque chose me dit que tu préférerais qu’on aille au centre atomique, n’est-ce-pas ? observe Yumi.
- En effet, j’aimerai inspecter les lieux par la même occasion, voir s’il reste des traces de XANA aussi. confirme Jeremy. Je vais réfléchir à la manière de procéder ce matin et on s’occupe de tout ça cet après-midi. affirme le blondinet. Dépêchez-vous d’aller manger, le réfectoire ferme à dix heures.
- Mais le réfectoire est détruit, tu le sais pourtant !plaisante Odd.
- Rooh ! Vous m’avez compris ! » râle-t-il.

Tous acquiescent et prennent la direction du vieux monte-charge bien usé. « Il va finir par céder ce machin un jour » lance Odd. Aelita regarde Jeremy une dernière fois et lui demande s’il viendra manger ce matin. « Non, j’ai l’habitude ! » lui répond-il avant que les portes de l’ascenseur se ferment. Jeremy se remet à frapper les touches du clavier de l’interface. *Enfin seul* se dit-il. Ces longues explications lui ont fait perdre du temps dans l’élaboration d’un plan pour contrer le virus. En effet, Jeremy préfère être seul pour travailler à l’usine, il y est plus tranquille. Sauf bien sûr quand il est déranger par XANA, mais c’est derniers jours, le virus est plutôt calme, sans pour autant apaiser Einstein. *XANA attaquera dès qu’on bougera le p’tit doigt* pense-t-il.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cour de récréation, 9h50

Dans la cour, les seuls élèves qui s’y trouvent sont ceux qui ont déjà terminé de petit-déjeuner. Les autres sont tous dans le gymnase, le lieu où est distribuée la nourriture jusqu’à ce que le réfectoire soit reconstruit. Encore quelques débris traînent dans la cour, notamment des branches d’arbres et des taules provenant du self, mais le plus gros des dégâts sont restés immobiles depuis le jour de la catastrophe. *Mais quand vont-ils commencer à déblayer ce carnage* se demande Aelita.

Le groupe arrive à l’entrée du gymnase. Il n’y a pratiquement pas de file d’attente. Seuls deux élèves attendent leur tour. « Dépêchez-vous, il va plus rien avoir à manger ! » crie Odd en entrant dans le bâtiment.

Le bâtiment a entièrement était aménagé. Une cuisine de fortune, avec seulement le strict minimum, a été installée dans le vestiaire des demoiselles qui a bien sûr était nettoyé de fond en comble avant tout aménagement. Le self a été installé sur la largeur du bâtiment, à l’entrée de celui-ci. Tout y est, les plateaux, les couverts, les présentoirs et mêmes les rails qui ont été récupérés pratiquement intactes. « VANESSA, VA ME CHERCHER DES CROISSANTS, J’EN AI PLUS ! » ordonne Rosa. Le reste du bâtiment, quant à lui, est consacré aux tables. Suite à cet agencement, les cours d’EPS en salle sont maintenant impossibles pour une durée indéterminée, au grand dam de Jim.

Odd s’approche de Rosa.

- « Alors, je vous sert quoi ? demande-t-elle avant de voir le garnement qui se trouvait devant elle. AAAAH ODD ! crie-t-elle. Je m’inquiétais de ne pas encore t’avoir vu ! Ce n’est pas dans ton habitude d’arriver dans les derniers ! Que t’est-il arrivé ? demande-t-elle.
- Nous avons été rendre visite à Ulrich, il s’est réveillé ce matin.
- Aaah oui Jim m’en a parlé ! réplique-t-elle. Mais, il m’a pourtant juré qu’il ne vous avait pas laissé passer ! Vous êtes de vrais malins vous ! complimente la serveuse.
- Ce n’est pas Jim qui nous arrêtera plaisante Odd avant un grand sourire.
- BON ET CES CROISSANTS, C’EST POUR AUJOURD’HUI OU POUR DEMAIN ??? hurle Rosa en se tournant vers les cuisines, derrière elle.
- Bon alors Odd, je te donne la part d’Ulrich, comme d’habitude je suppose ? demande-t-elle en se retournant vers Odd.
- Bah oui ! Je déteste le gâchis ! » répond-il.

Le reste du groupe rejoint Odd, et se sert en aliment. Comme tous les matins, il y a du choix, mais malheureusement, rien de chaud. Rosa proposait, des fruits, des yaourts natures, des croissants, pains au chocolat, pains au raisin, des tartines, confitures… Mais aucun café, thé, ou lait chocolaté. Après le passage du groupe d’amis, Rosa ferme le self et commence à ranger pour préparer le repas du midi. Aelita, Odd et William trouvent une table libre et s’installent pour commencer à grignoter. Ce n’est pas souvent qu’ils sont aussi peu pour manger.

Quant à Yumi, elle est rentrée chez ses parents étant donné qu’elle n’a pas accès au self le matin et encore moins le week-end. Elle passe la porte de rue et cours jusqu’au palier en passant devant les magnifiques fleurs roses et parfumées qui décorent l’entrée. En passant la porte, elle tombe sur ses parents qui l’attendaient avec impatience. « Alors, comment va-t-il ? » demande Mme Ishiyama. Après leur avoir expliqué la situation, la jeune fille leur fait comprendre qu’elle a très faim. Elle se dirige vers la cuisine et est très heureuse de voir que ses parents lui avaient préparé le petit déjeuner. « Merci ! Vous êtes géniaux ! » confie-t-elle.

Pendant ce temps, à l’entrée du lycée, devant les grilles, une foule d’élèves protestent contre Jim. En effet, le professeur ne veut laisser aucun jeune sortir de l’établissement tant que Mr Delmas n’était pas revenu par prétexte qu’il ne veut pas avoir de problème avec les parents ou avec les autorités en cas d’accident. « VOUS ETES NUL ! » « LAISSEZ-NOUS SORTIR ! » « ON AVAIT PREVU D’ALLER AU CINE ! » « VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT DE NOUS EMPRISONNER ! » hurle les adolescents en colère.

- « La discussion est close ! clôture Jim. Allez donc lire un livre à la bibliothèque, vous avez de la chance, elle n’est pas était touchée par la tempête ! » se marre-t-il.

Jim décide de fermer les grilles à clef pour en terminer avec ce problème et retourne à ses occupations habituelles. Le métier de proviseur n’est pas facile, surtout quand on n’a pas la formation adéquate. Aujourd’hui, il doit rencontrer le responsable d’une entreprise du bâtiment pour signer un contrat et également les parents d’un nouvel élève qui doit rentrer en seconde cette année. D’après les dires du proviseur, l’élève en question a insisté pour changer de lycée et venir à Kadic. Sur la route, il croise Rosa qui, apparemment, a besoin de son aide.

- « Aah ! JIM ! Je te cherchais ! affirme la cuisinière.
- Oui ? Que se passe-t-il Rosa ? demande-t-il d’un ton intéressé.
- Il me reste du stock que pour dresser les repas jusqu’à lundi, tu dois lancer une commande de nourriture maintenant pour qu’on soit livré lundi. explique Mme Petitjean.
- Comment ça ? C’est au proviseur de s’occuper de ça ?! interroge le professeur stupéfait.
- Evidemment que non ! Enfin Jim ! C’est à Nicole de s’en occuper mais elle ne travaille pas le week-end. Voici la liste de ce que j’ai besoin pour les repas de la semaine prochaine avec les quantités correspondantes. renseigne-t-elle.
- Et comment je m’y prends pour commander ?
- Je t’ai noté le nom du fournisseur qui nous livre. Tu vas sur leur site internet, dans la rubrique professionnelle. Tu devrais trouver les identifiants dans le bureau de Nicole. révèle Rosa.
- D’accord, je m’en occupe tout de suite ! déclare Jim tête haute.
- Je te fais confiance Jim ! Je n’ai pas envie qu’on nous livre du foin ! » conclu-t-elle ironiquement.

Après avoir terminé leur petit-déjeuner, Odd et les autres se hâtent à retrouver leurs occupations du week-end : glander. Mais ça c’était après le soi-disant anéantissement de XANA. Avant cela, Aelita et Jeremy passaient leur week-end à travailler sur une amélioration quelconque ou un moyen de détruire XANA. Et la jeune fille ne compte déroger à cette habitude : « Je rejoins Jeremy ! » avoue-t-elle aux autres en sortant du gymnase. Le maigrichon et le beau ténébreux se retrouvent donc seuls.

- « Ecoute William… Euh… Je suis désolé mais j’ai des heures de sommeil en retard à cause de ce matin ! On se revoit tout à l’heure ! » déclare l’homme en violet.
- Euh… Bah d’accord, je vais rejoindre ma chambre aussi alors ! » réplique William.

Tous deux se dirigent donc vers leur chambre respective. Sur le chemin, ils croisent Hervé et Nicolas, qui ont l’air totalement perdu sans Elisabeth. Ils sont assis sur un banc et attendent que le temps passe. « Leur vie est merveilleuse dis donc ! » lâche Odd avec son ton moqueur habituel;


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bureau de Nicole Weber, 10h30

Jim s’installe comme à son aise au bureau de la secrétaire de Mr DELMAS. Normalement, une orchidée violette se trouvait sur son bureau, mais avec les vacances qui ont duré un plus de deux mois, l’orchidée ne devait plus vraiment ressembler à grand-chose. Nicole avait donc décidé de la jeter. *Ce serait une bonne idée cadeau pour son anniversaire* se dit Jim.

Le professeur de sport allume donc l’ordinateur et rentre ses identifiants pour accéder au réseau du lycée. « Jmorales » est son pseudo, « jpnpep24 » est son mot de passe. Le temps que le PC termine le chargement de la session de Jim, celui-ci cherche le petit cahier bleu qui est censé contenir les identifiants de Kadic pour chaque fournisseur ou pour chaque organisme public. « Mais où est ce fichu calepin… Non de… Ah le voilà ! » dit-il en fouillant tous les tiroirs du bureau. Comme lui a si gentiment demandé Rosa, Jim visite donc le site internet du fournisseur du self et accord au compte professionnel de l’établissement grâce aux identifiants inscrits dans le calepin. Après avoir suivi plusieurs étapes, il arrive enfin à la commande. Il prend alors la feuille qui lui a donné la cuisinière et commence à la lire.

« Lundi : Gratin de chou-fleur sur un lit de viande hachée. 250 portions de chou-fleur et de viande hachée.

Mardi : Epinards aux œufs. 200 portions d’épinards et d’œufs.

Mercredi : Langue de bœuf sauce cornichons. 300 KG de langues de bœufs, 50 cornichons et 500 KG de carottes

[…] »

La liste continue ainsi avec le même genre de plats équilibrés.

- « Non mais… Elle veut nous empoisonner ou quoi cette vielle bique ! » grogne Jim en lisant la feuille que Rosa avait mis du temps à préparer.

Sans penser aux conséquences de ses actes, le professeur décide de modifier les plats prévus pour la semaine à venir. Il prend donc l’initiative de commander quatre cents portions de frites, trois cent cinquante kilogrammes de steaks hachés, la même quantité de hamburgers et plein d’autres choses dans la même catégorie. Pour lui, Mr Morales pense qu’il fera plus d’heureux que de malheureux.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Foyer des élèves, 10h50

Il y a anormalement plus d’élèves que d’habitude. Certains adolescents étaient habitués à sortir le samedi mais ont dû brusquement changer leur plan. Devant la télévision, Théo Gauthier et deux de ses amis, installés sur le canapé rouge regardent un match de foot quand soudain un flash spécial retentit :

- « NOUVEAU REBONDISSEMENT DANS L’AFFAIRE DU SUPERCALCULATEUR TERA-100 ! EN EFFET, IL SE TROUVE QUE LA TOTALITE DES EMPLOYES QUI TRAVAILLAIENT SUR CET ORDINATEUR AFFFIRMENT TOUS AVOIR ETE ATTAQUE PAR UN HOMME EN SURVETTEMENT ROUGE QUELQUES HEURES AVANT L’ARRIVE DE LA TORNADE ! »


THE END

_________________


Dernière édition par Baptoou le Lun 07 Déc 2015 20:18; édité 9 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Jeu 10 Sep 2015 17:03   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1304
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
beaucoup de boulot pour les LG.

lol!!!
GI Jim est dans la mouise

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Jeu 10 Sep 2015 18:54   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1419
Localisation: Sûrement quelque part.
Yo, com' éclair!

Je dois dire que j'ai bien aimé ce chapitre, les passages à l'hôpital étaient sympa à lire. Le départ des parents d'Ulrich soulève une intrigue comme quoi il aurait été adopté, j'ai envie de dire "pourquoi pas, c'est original". o/
La façon dont Kadic gère le passage de la tornade est à mon sens bien mené, utiliser le gymnase et Jim qui remplace le proviseur, ça se tient tout à fait.
Néanmoins, j'aimerais noter que Rosa ne fait pas de plats diététiques, d'habitude, contrairement à ce que tu avances dans la fin du chapitre. En effet, elle est du côté d'Odd en lui disant "Mon pauvre Odd, ils m'ont forcée", etc, dans je sais plus quel épisode. Raz-de-marée peut-être. Bref, là ton texte est en désaccord avec la série. (a)

Je reste un peu sceptique sur la façon dont XANA peut durablement voler la puissance machine d'un ordinateur par contre...
Et sinon, pour finir très vite, je tiens à dire que la pile nucléaire est une bonne idée pour donner de l'action sur Terre! o/
Bref, la prochaine fois, reposte plus vite (a)

Edit pour plus bas : Ah oui putain j'avais zappé. GG!
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Jeu 10 Sep 2015 20:06; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Mophie MessagePosté le: Jeu 10 Sep 2015 20:04   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 14 Juil 2015
Messages: 213
Localisation: Coincé dans le quelque part
Après quelques mois d'absence te revoila (je sais plus quand c'était mais bon)alors que dire de cette fic...eh bien je commencerais bien avec le fait que William hésite avec Sissi: j'espère que tu nous fait pas un William x Sissi sinon pour la pile nucléaire euh... tu dis qu'ils ont programmé beaucoup de choses mais que fait-tu du fait que Franz hopper a programmé tout lyoko en 2050 retour vers le passé (Je pense que la pile se vider malgré les retours dans le temps)? Et sinon avec le Jim qui change que "quelques " détails Laughing . Enfin bref avec les lg qui ont beaucoup de boulot et qui doivent faire "vite" tu nous reserve beaucoup de surprise bon ben je te souhaite bonne chance pour la suite.
Edit: je ne parlais pas que du rvlp il y a aussi les territoires( bon ça jeremy nous l'a fait mais avec les données de hopper) et la programmation de tout lyoko. Sinon c'est qui Morphie (c'est pas la 1er fois)??? Neutral
P.S. : j'oubliais le plus important XANA .
2nd P.S.: t'a pas répondu aux restes de mes questions. Sad


Dernière édition par Mophie le Lun 04 Jan 2016 19:10; édité 4 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Baptoou MessagePosté le: Jeu 10 Sep 2015 20:05   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 07 Déc 2011
Messages: 349
Baptoou a écrit:
La tension est retombée. Le groupe reste dans la chambre quelques minutes de plus afin de raconter les péripéties de la semaine à Ulrich. Mis à part l’accrochage entre Rosa et Mr Delmas en ce qui concerne les trois repas journaliers, rien n’a fait sourire Ulrich.

Je vois que tu n'as pas fait le rapprochement, Ikorih... C'est fort regrettable xD
Ce qui s’apparentait juste à une phrase utilisée pour combler un trou se révèle être plus ou moins importante ^^

Edit Morphie => D’où te vient l'idée que seuls les rvlp épuisent la pile nucléaire ?? Cette dernière sert à alimenter le SC. On peut donc en déduire que chaque programme qui nécessite le SC est susceptible d’affaiblir sa pile. Rien que le fait de virtualiser un LG ou un véhicule épuise donc la pile (en faible quantité certes).
Ce que tu avances revient à dire que seul le fait d'aller sur internet épuisait la batterie d'un PC portable. Tant que tu ne vas pas sur internet (traitement de texte, regarder un film ou que-sais-je), la batterie de ton ordinateur ne se videra jamais ??

Edit 2 Mophie => Et béh justement ! Depuis l'épisode où ils ont changé la pile nucléaire (Ep37), il s'en est passé des choses : Jeremification ; le sabotage du SC ; la recréation de Lyoko ; Création du Skid + garage ; les voyages dans la mer ; les translations ; programme multi-agent + toutes les virtualisations et dévirtualisations (utilisation des scanners donc du SC et donc de la pile).
Bref, pour moi, tous ces évènements ont largement contribué à vider la pile mise en place par Jeremy. De plus, qui te dit que la nouvelle pile était aussi puissante que la pile d'origine installée FH ??
Enfin bref.. Le sujet est clos.

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 14 Sep 2015 13:57   Sujet du message: Répondre en citant  
<br>


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2109
Localisation: Territoire banquise
Et bé, ça gueule pas mal dans ce chapitre. L'utilisation disons... Massive de majuscules renforce cette impression. Beaucoup n'aiment pas ça, personnellement je trouve que c'est un style !
Sinon c'est légal que Jim se retrouve proviseur par défaut ? XD
C'est d'ailleurs ce chapitre qui se lance dans le rituel un peu forcé de toutes fics qui se respecte : La justification du retour de X.A.N.A. Le moins que l'on puisse dire c'est que ton option est originale. Peut être qu'elle fera hausser un ou deux sourcils parmis les professionnels de l'informatique... Ce n'est pas mon cas alors...

Je voudrais aussi revenir sur le coup de l'épuisement rapide de la pile nucléaire. Déjà c'est bien d'avoir pensé a le justifier et de ne pas d'être contenté d'un placide "Ah merde, batterie faible lol". Au début j'étais un peu sceptique sur le fait que des événements qui se déroulent en dehors de Lyoko épuisent la pile. Mais, après réflexion, ça se tient. La translation par exemple, utilise des avatars qui bien qu'ayant voyagé dans le réseau sont issus du travail de numérisation du Supercalculateur avec lequel ils se sont virtualisés, et le lien doit nécessairement demeurer quoi qu'il arrive puisque qu'en cas de dévirtualisation il va s'agir de rapatrier le gus au bon endroit. En tout cas cette explication m'a convaincu.
On en apprend au passage plus sur ce qui s'était passé, de mémoire au début de la fic, avec le supercalculateur situé dans la région et qui intéressait X.A.N.A.
Pas mal tout ça au final ! Je te souhaite de continuer dans la même veine Smile

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
JCVgamer MessagePosté le: Mer 04 Nov 2015 16:24   Sujet du message: Commentaires Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 29 Aoû 2012
Messages: 160
Localisation: Dans le labyrinthe de mon âme
Bonjour Baptoo,

Bon me voici de retour sur ta fic, bon je suis loin d'être revenu rapidement après la publication du dernier chapitre mais au moins je l'ai lu.

D'ailleurs je vais commencé de suite avec ça :
Citation:
Tous deux souffrent d’un traumatisme carnier dû à l’effondrement des parpaings sur le crâne.

Le traumatisme est plutôt crânien je crois ^^ (Iko même toi qui est en S tu l'as pas relevé ? x) ) Et du coup ça va provoquer une légère répétition avec le crâne ensuite. Après on se doute que si ils ont un traumatisme crânien c'est que les parpaings ils les ont pris les les jambes *PAF* Wink
Bref je troll un peu pour ton plus grand plaisir.

Redevenons sérieux,
Ce chapitre est plus calme que les deux précédents et tend à reprendre la vie quotidienne (si on excepte les problèmes qui sont survenus).
Les scènes à l'hôpital sont plutôt pas mal, j'ai trouvé la réaction du père très/trop excessive envers le proviseur, comment aurait-il pu prévoir une tornade dans une zone où les probabilités que ça arrivent sont quasi-nul ? La réponse d'ailleurs est juste hyper normal.
Citation:
J’ai dit ’’Ail’’, j’ai pas ’’stop’’ !

Je pense que tu comprends pourquoi j'ai cité cette phrase (il manque le "dis") et en plus quand tu mets "Ail" c'est la gousse d'Ail ^^ (Aie Aie Aie Wink )
Et pour continuer dans les fautes j'ai remarqué plusieurs fois cela :
Citation:
"je vous serre quoi"

Alors quand tu écrit "serre" il s'agit soit de la serre qui permet de maintenir certaines plantes au chaud toussa. Soit il s'agit du verbe serrer. Ici c'est le verbe se servir donc "je vous sers quoi". Je crois l'avoir vu deux ou trois fois.

J'ai bien aimé l'explication de Jérémy l'utilité des autres supercalculateurs pour X.A.N.A. ainsi que celles de la pile nucléaire, le tout étant cohérent et pas du tout WTF comme dans d'autres fic, c'est bien, ça promet pour la suite.
Jim proviseur par Interim ? Moui pourquoi pas mais en principe ce n'est pas l'adjoint qui est le prochain sur la liste ? et si il n'y en a pas c'est pas la secrétaire ? A moins que Jim soit le proviseur-adjoint mais qu'il ne préférait pas en parler Wink
Citation:
-Je te fais confiance Jim ! Je n’ai pas envie qu’on nous livre du foin ! » conclu-t-elle ironiquement.

Référence à CLE ? ^^
Après la scène où il change les menus est assez comique je l'admet mais je me pose une question : Jim est prof de sport, à ce titre lors de leur formation les profs d'EPS ont tout un speech sur l'alimentation lors de leur formation, donc il n'est pas sensé ignoré ce que ça signifie la commande qu'il passe ? Après j'admets c'est Jim donc bon mais curieux quand même.

Après la fin ben c'est assez...prévisible mais après rien ne permet aux employés de se rappeler du visage de leur assaillant, surtout que des personnes portant un survêtement rouge il n'y en a pas qu'une. j'espère que tu vas savoir rester cohérent à ce niveau.
Pour la forme de ton texte j'apprécie toujours autant c'est assez agréable.

Bon sur ce je vais patienter jusqu'au prochain chapitre qui devrait marqué une avancée dans la suite de l'histoire.
_________________
S'il existe différents maîtres contrôlant chacun un élément, je m'exerce à devenir le maître de la lumière.

Une nouvelle attaque lancée contre ces enquiquineurs, enfin une parodie d’attaque, car après celle-ci je lance l’attaque fantôme, un projet que prépare déjà depuis quelques temps et qui les mèneras tout droit à leur perte. One-Shot à paraître

https://lh3.googleusercontent.com/-07EHZzPU0Ko/Vgzy9hJt4qI/AAAAAAAAH10/3EekCXHPMjg/s600-Ic42/moviewatchSeptember2015.png

http://imageshack.us/a/img163/1125/ksmc.pnghttp://imageshack.us/a/img9/7127/sd8u.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 5 sur 6
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1548s (PHP: 76% - SQL: 24%) - Requêtes SQL effectuées : 22