CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
 
 Derniers topics  
[Tops 3] Méchants de fiction
Vos ressemblances avec nos héros.
Les Lyokofans parlent aux Lyokofans
[Fanfic] Le risque d'être soi
Code Lyoko : Scipio's Army
Votre Avenir ?
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
Quel est votre territoire préféré ?
Les stratégies de XANA ...
Que pensez vous des attaques de XANA ?
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Mondes Alternés

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 4 sur 7

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Icer MessagePosté le: Jeu 30 Oct 2014 12:15   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2173
Localisation: Territoire banquise
Belgarel ayant enfin enlevé son avatar dégueulasse pour la classe originelle qui était le seul élément m'ayant convaincu de le faire revenir parmi nous à l'époque, je peux commenter.
Oui car j'ai enfin rattrapé mon retard ! Et en plus, j'arrive pile sur la conclusion d'un monde. À l'époque, je m'étais arrêté au milieu de Solar, ce qui n'était pas une bonne idée et j'ai du tout recommencer... J'attendrais donc la publication intégrale du second monde avant de revenir tout lire d'une traite pour ne pas ouvrir des yeux ronds dans un an.
Belgarel, Zéphyr, Robin, Quater, petite crotte rousse... Je ne vois pas trop ce que je pourrais ajouter avec de tels commentateurs réguliers, cependant, j'ai quelques pistes concernant "la voix", basées bien sûr sur du concret :

La voix a écrit:
Pour ma part, je peux seulement geler le temps


Icer ?

La voix a écrit:
il n'y a aucune autre alternative


Pikamaniaque ?

Du coup, il semble qu'au final, Jérémie se fasse manipuler par le pôle fiction, qui, une fois que les LG reviendront de leur long voyage sur Terre, cela là avec des trollface en disant qu'en fait, c'était pour rire et que X.A.N.A est mort suite à la pression de la touche Suppr du clavier (Un peu comme la forêt et la banquise dans CLE).
On notera que la voix, quand elle ne parle pas, met un paquet de vents et que Jérémie en brûle parfois de rage.


http://www.meh.ro/wp-content/uploads/2011/03/meh.ro6872.jpg


Hum, bref, c'est trop cool, continue, toussa... Après ma formulation d'une théorie aussi audacieuse, je peux me reposer quelques années avant de repasser...

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Jeu 20 Nov 2014 18:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 82
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Bonjour!
Un mois, déjà. Je sais, j'avais dit que je ferai vite. Cela étant dit, et pour mon excuse, je n'avais pas vu la tonne de travaux et de projets IRL foncer sur moi, telle une horde de ninjas. A présent que j'ai vaincu une petite partie de leur troupes, je peux revenir à vous!
Nous en sommes donc au lancement du deuxième monde. Mais avant tout, commençons par les réponses!

Ikorih: Merci à toi! Jérémie est certes encore assez optimiste sur leur situation, je m'en suis rendue compte en te lisant, et ça me va. Ca me laisse encore une bonne marge pour le faire évoluer. Il n'a pas fini d'apprendre, le génie!

Robin2553: Zut, difficile de commenter sans spoiler... Le fait est que tu aie remarqué des points importants me rassure. En bref, merci de ton retour sur Mondes Alternés, et j'espère que la suite t'apportera les réponses escomptées!

Belgarel: (colossal, je ne te le fais pas dire. D'après les premiers calculs que j'avais fait sur le rythme de publication que je comptais maintenir au début, j'ai dix chapitres de retard. Hahaha. Haha. Ha.). Pareil que pour Robin, deux fois zut. Cela étant, l'histoire du Retour dans le Passé après extinction du SC est effectivement une coquille... Ou une idée arrivée trop vite, pour être plus précise. C'est ma faute, je n'ai pas assez surveillé ce que j'écrivais. Désolée. Du reste, merci à toi de ton passage!

Icer: Non mais non. Ne raconte pas la fin comme ça, brutalement. Je n'ai plus rien à ajouter, du coup... Bon, eh bien, je déclare cette fiction finie et*PAN*. Sinon, merci et à dans dix ans, à l'issue du prochain monde! *REPAN*

_____________


Nous voila donc pour le premier épisode de la saison 2, Verso! (Et le fait que je publie aujourd'hui n'a rien à voir, de près ou de loin, avec Icer. Ni le fait que je vais accélérer le mouvement en publications, cette fois-ci pour de bon).

Bonne lecture à vous, j'espère que ce nouveau monde vous plaira!

_____________

Monde 2 Verso
Chapitre 1
The false land



473 353 890 secondes auparavant...


Une petite fille gambadait joyeusement dans les verdoyantes terres de la forêt de Peerasinisma. Sa longue robe blanche, illuminée de reflets verts, voletait derrière elle telle une étincelante aura protectrice. Elle balançait ses petits bras en baladant ses pupilles pêche autour d'elle, admirant les arbres lisses et brillants défiler à la vitesse de sa course. Les feuilles, qui jamais ne quittaient les branches, s'unissaient et formaient un ciel de verdure impénétrable. Pourtant, rien autour de la fillette n'était sombre, elle y voyait aussi clair que ce fût possible. C'était sans doute ce qu'elle préférait à Peerasinisma: peu important à quel moment votre cœur désirait la visiter, cette forêt se dévoilerait toujours aux yeux de leur visiteuse. Et il semblait qu'à présent, elle n'en avait qu'une, la plus enjouée de toutes.

Cette dernière passa une main dans son ondulante chevelure grenat en tentant d'en dompter ses vagues. Son escapade les avaient déchaînées, mais ce n'était pas pour lui déplaire, au contraire. Elle n'avait pas échappé aux espèces de grandes perches raides et pincées que l'on nommait "meilleures coiffeuses de Verso" pour se pavaner avec des mèches domptées et douloureusement tassées sur son crâne! Comme elle préférait les savoir aussi libres qu'elle lors de ses fugues! Et puis, être aussi peu présentable hors de la Tour Staam, le refuge de la Déesse et son foyer depuis toujours, avait un incroyable goût d'interdit. C'était si différent... Et si bon.

Elle savait qu'on devait la chercher à travers tout Verso, c'était certain. Toutes les gouvernantes, toutes les suivantes, toutes les gardiennes étaient probablement en train de pester contre elle tout en parcourant les Cinq Royaumes. Mais elle n'en avait cure. Elle ne reviendrait pas... Du moins pas avant quelques cinquante mille secondes. De toute façon, elle était déjà en retard, alors valait mieux faire profil bas.

Vingt-cinq mille deux cents secondes plus tôt, elle était attendue à la Tour Proelys, le haut lieu des Sages de ce monde, pour son premier rituel de l'Ayesee. Deux fois dans leur vie, les jeunes filles devaient passer une sorte d'épreuve: perchées sur un plateau en lévitation, il leur fallait sauter dans un vide constellés de petits éclats blancs chutant vers d'insondables profondeurs à une vitesse tout juste soutenable. Elles disparaissaient de la vue de toutes pendant quelques secondes, puis elles reparaissaient avec une apparence plus grande, plus élancée, plus majestueuse. On disait alors qu'elles avaient "évolué". Jusqu'alors, la petite fille n'avait assisté qu'à une poignée d'Ayesee, mais cela suffisait pour l'effrayer. Oh, bien sûr, toutes ses petites camarades trépignaient à l'idée de changer un peu, mais elle... Elle n'en savait que penser. Elle se sentait bien ainsi, dotée d'un esprit léger et insouciant, bien loin des figures susceptibles des femmes qui entouraient la Déesse. Cet univers si fermé, si austère, n'aurait jamais été le sien si on le lui avait juste proposé. Mais le choix ne lui était accordé, donc... Donc elle ne savait pas, mais alors que l'heure fatidique fonçait vers elle, la fuite lui avait paru être une excellente option. Peut-être pas la meilleure, mais la plus attrayante. Ce qui était toujours le cas, d'ailleurs. Ainsi, la petite fille ignora l'évidence, qui lui hurlait qu'elle allait finir par se retrouver bloquée à la fin de la terre, pour se concentrer sur sa course. C'était tout ce qu'elle avait, alors elle comptait en profiter. Aussi longtemps que cela allait durer...

- J'espère que tu avais songé à un moyen pour ne pas te perdre"

La voix, haute et claire, surprit la jeune fille dans son élan. Elle se stoppa net, figée par la crainte et la déception d'avoir été retrouvée. Elle n'osa se retourner, redoutant les remontrances qui n'allaient pas manquer de pleuvoir. Mais les secondes passèrent, et rien d'autre ne vint qu'un petit rire amusé et attendri. Moins crispée mais toujours méfiante, l'enfant se retourna aussi lentement que possible.

Devant elle se dressait de tout son port altier la Déesse de Verso. Magnifique dans sa robe rose et ses parures de toutes les couleurs, elle toisait la fugueuse d'un sourire bienveillant mais expectatif. Elle avait les bras croisés contre sa poitrine dans une vague reproduction d'une image autoritaire, mais face à la moue intimidée de la jeune fille, elle soupira. Ce n'était pas comme si elle n'avait pas l'habitude, au fond...

- Tu peux me répondre, à quelle instance supérieure voudrais-tu que je te dénonces? Si tu ne me fâches pas, tu ne fâcheras personne, tu sais".

La petite fille rit un peu, du bord des lèvres. Le ton ne prêtait pas à la désapprobation, mais elle n'était pas certaine qu'elle fût en position de s'amuser. Tout en trouvant l'observation des arbres soudainement fascinante, elle répondit:

- ... Je n'ai pas vraiment réfléchi, à vrai dire..."

- Tu as eu peur" Acheva la Déesse. La fillette approuva mollement, craignant la suite. Mais il n'y en eut pas. A la place, une longue main élégante se tendit devant elle, invitante et chaleureuse. Elle la saisit avec résignation.

Elle fit demi-tour avec une volonté relative, refusant de regarder la Déesse. Au bout d'un certain temps, cette dernière rit à nouveau. Un peu vexée, la fillette essaya de se dégager, mais sa faible tentative fut déjouée par une légère caresse contre sa main. Elle consentit à se tenir en place et à écouter les paroles de l'aînée:

- Je me doute bien que ce n'est pas facile. Moi aussi, j'ai eu peur pour ma première fois".

- Mais on m'a dit que c'est vous qui aviez initié l'Ayesee... Alors pourquoi?"

Un petit soupir lui répondit. "Je me suis laissée entraîner par des lectures d'ailleurs..."

- Des... Lectures?"

- Des choses que personne n'a jamais lues, mais dont on dépendu la genèse de Verso..." Remarquant qu'elle avait piqué la curiosité de l'enfant, la Déesse ajouta: "Ce sont de bien grandes histoires pour une jeune fille comme toi. Tu vois, c'est pour cela que l'on évolue: pour apprendre et comprendre toujours plus et toujours mieux"

- Je ne comprends pas..."

- L'Ayesee n'a pas qu'une seule vertu. Certes, celles qui la vivent changent d'enveloppe, mais la sève qui bout en elles devient aussi plus étincelante. La vie n'est pas faite pour rester éternellement la même. Peut-être que cela fait peur, d'abord, mais ensuite on se réjouit de la personne brillante que l'on peut voir dans son miroir".

La petite fille se tut un instant, un peu étourdie par les efforts qu'elle mobilisait pour comprendre ces paroles. Pourtant, toutes ses instructrices la trouvait intelligente, alors pourquoi cela lui échappait? Un peu frustrée mais déterminée à décoder le mystère de ces mots, elle les retint dans un coin de sa tête pour plus tard.

Pour après l'Ayesee, sans doute...

La Tour de Proelys se détacha dans le paysage. Imposante et écrasante. Mais lumineuse comme une chape de lumière sur la plaine verte qui l'entourait, loin dans l'horizon de la forêt de Peerasinisma. Aussitôt, une horde de gardiennes armées de lances acérées se précipitèrent vers les nouvelles arrivantes. Elles se détendirent en les reconnaissant et hélèrent un groupe de gouvernantes derrière elles. La petite fille prit son inspiration. Elle y était, elle ne pouvait plus se défiler. Les fanatiques de l'évolution venaient la prendre, et elle n'en réchapperait pas. Un peu hésitante, elle serra davantage la main de la Déesse et ralentit sa marche.

- Et vous, vous aimez ce que vous voyez?" Demanda-t-elle sur un ton légèrement ironique. Sa chaperonne s'apprêta à répondre quand une gardienne l'appela d'une voix cassée:

- Déesse, déesse, nous vous cherchions partout!"

La surprise figea les deux arrivantes le temps d'un battement de paupières. Mais l'aînée reprit contenance et haussa un sourcil interrogateur vers la gardienne. Cette dernière toisa d'un œil hésitant la plus jeune. La Déesse comprit aussitôt et poussa la petite vers une gouvernante à l'air anormalement agité.

- Va avec elle, j'ai à faire. Je pense que tu as échappé à ton supplice pour cette fois..."

La fillette fixa la femme. Un léger trouble voilait son regard, mais elle tâchait de sourire avec tout ce qu'elle avait de rassurant. Peu convaincue mais consciente qu'elle n'avait pas son mot à dire, l'enfant accepta de rejoindre la gouvernante. Alors qu'elle lâchait la main, elle se sentit étrangement mal à l'aise. Comme si le sol se dérobait peu à peu sous ses pieds. Comme si le ciel s'effondrait sans qu'elle pût s'abriter.

Avant d'être entraînée au loin, elle eut le temps d'entendre la gardienne murmurer à sa supérieure d'une voix terrifiée:

- Je suis désolée, Déesse..."

Aucun des apprentissages qu'il lui avait été dispensé jusqu'à présent ne lui parut plus capital que ces quatre petits mots.

_____________________________________________________________


Aelita battit fébrilement des paupières, attendant ses coutumières difficultés à émerger de son sommeil. Depuis qu'elle était redevenue humaine, elle avait pu redécouvrir les joies des sensations brouillées du réveil. Peu importait la délicieuse excitation à l'idée d'une nouvelle journée pleine de découvertes et de merveilles, son corps perdu lui réclamait toujours un petit temps d'adaptation. Au début, elle s'était consolée en se disant qu'en dormant, elle rejoignait d'autres mondes, floutés et parfois illogiques, mais tellement amusants quand a posteriori elle y repensait. Au sortir de sa première nuit, elle s'était même empressée de retrouver Jérémie pour lui en parler. Il lui avait expliqué avec une patience attendrie qu'il s'agissait d'un rêve. Il n'avait cependant pas pu s'étendre davantage, la question devenant soudain délicate alors que la jeune fille lui demandât si lui aussi rêvait d'elle. Parce qu'elle, en tout cas, rêvait de lui.

Les premiers temps, cela l'avait amusée. Pouvoir voyager d'un monde à l'autre, sans bouger de son lit... Presque comme Lyoko à l'exception de l'imprévisibilité de la destination! Hélas, cela ne dura pas. Elle comprit vite qu'il lui fallait choisir entre rester au lit pour tenter de prolonger un rêve et perdre du temps dans la journée, ou le quitter en faveur de sa vie terrestre et prendre le risque de ne jamais en savoir la fin. Le sourire de Jérémie la convainquit en à peine cinq secondes. Elle serait prête à tout pour ce garçon si intelligent, si sûr de lui, si fort... Pour son roc, en clair. Alors elle s'accommodait du mieux possible des réactions indignées de ses muscles exigeant de toutes leurs forces de rester au chaud dans les draps moelleux.

C'était ainsi qu'en cet instant, à mi-chemin entre la douce ignorance de l'inconscience et la solidité de la réalité, elle s'était retrouvée à battre des paupières, par pur réflexe d'éclaircissement. Mais, à sa grande surprise, il ne lui fallut que deux petits papillonnements. Intriguée, elle ferma aussitôt les yeux et jaugea ses bras. Pas engourdis, au contraire. Agiles et alertes. Étrangement légers. Même constat pour les jambes. C'était comme s'ils n'avaient aucun poids propre, comme si rien ne courait ou ne pulsait en eux... Mais le pire était son esprit. Mille fois trop clair, alors qu'il devait tout juste sortir de la torpeur. Il était déjà lancé pour analyser son monde, comme s'il lui avait suffi d'appuyer sur un bouton pour s'activer automatiquement.

Une sensation familière de virtuel envahit la jeune femme et la plongea dans un océan de confusion. Pourquoi n'avait-elle aucune impression d'humanité?Pourtant, elle se souvenait sans problème de ses amis, de la mission sur Solar Building, d'Elisabeth, du Supercalculateur, de Jérémie et des Lyoko-Guerriers, tous intacts, tous humains. Tous près d'elle dans le scanner géant.

Tous absents autour d'elle à présent.

Du moins, c'était ce qu'une glaciale absence de chaleur lui indiquait. Où étaient-ils, tous? Et pourquoi avait-elle l'impression qu'un souffle paralysant lui gelait les muscles, les veines et la chair? Timidement, elle passa sa main à ses côtés, espérant pouvoir serrer celle d'un de ses amis. En moins d'un battement de cils, ses doigts heurtèrent quelque chose. Ou tout du moins le crût-elle. Si ses nerfs ne transmettaient aucune sensation, son mouvement ne pouvait continuer, comme interrompu par une force mystérieuse... Elle la longea, tenta d'en trouver une faille, mais alors que son bras se tendait au maximum, rien ne laissait présager que la frontière se terminât. Sa panique allant crescendo, Aelita ouvrit les yeux et tourna la tête.

Devant elle, une surface blanche et lisse s'imposait à tout juste quelques centimètres de son visage. La matière était indescriptible, différente de tout ce qu'on pouvait trouver sur Terre, si parfaite qu'elle se dénuait de tout naturel. Elle brillait sans toutefois éblouir, elle capturait sans toutefois étouffer. Les yeux de la jeune fille continuèrent leur course, suivant le lent pivotement du crâne. Au-dessus d'elle, et de l'autre côté, la même barrière lui répondait, solide et implacable. Aelita tenta de passer sa main sur le toit, mais il fut tout juste assez éloigné d'elle pour qu'elle pût glisser sa paume entre lui et son nez. Elle essaya alors de s'extraire de l'étreinte en se glissant en arrière, mais sa tête comme ses pieds ne purent que constater l'oppressante réalité. Elle était enfermée dans une tombe immaculée.

Ses lèvres s'entrouvrirent sans y être invitées, tentant dans une débâcle de réflexes d'happer de l'air. Leur porteuse n'en fut que plus terrifiée en ne sentant rien passer dans sa gorge. Elle insista, mais son organisme était anesthésié, les nerfs réduits à l'impuissance. Pourtant, le cerveau marchait bien, à en juger par la foule de questions et de cris qu'il cherchait désespérément à faire évacuer par d'inaccessibles soulagements physiques. Le stress continua à monter sans relâche alors qu'Aelita remuait vivement dans son cercueil. Pourquoi ne ressentait-elle pas sa propre respiration? Même sur Lyoko, les chocs reçus par les attaques lui envoyait de la douleur, des faiblesses... Dans quel genre d'enfer se trouvait-elle, bon sang?

Finalement, le fil décousu de son angoisse atteignit un seuil critique. La jeune fille fit de son mieux pour s'octroyer un peu d'espace et frappa la parfaite surface de toutes ses forces. D'abord hésitants, ses poings se firent de plus en plus assurés et déterminés. Une lueur d'espoir perça Aelita: pourvu qu'il y eut quelqu'un qui pût l'entendre! N'importe qui, n'importe quoi, mais quelqu'un!

Elle frappa encore et encore, le son brut glapissant des appels au secours. Si la matière n'évoquait rien de connu à Aelita, elle avait toutefois l'impression de jouer du tambour. La batterie qu'un jour Odd lui avait fait essayer avait produit le même son, quand elle avait d'abord battu un rythme avec ses paumes. Le vacarme avait été tel que Jim était arrivé, l'air vivement irrité, pour menacer les apprentis musiciens d'interdire leurs répétitions.

D'un seul coup, ce souvenir sembla doux à Aelita. Sur le moment, elle avait eu un peu peur de l'avertissement, mais à présent, elle donnerait n'importe quoi pour le réentendre...

Au bout d'un temps, durant lequel aucune douleur n'avait affaibli son poignet, la prisonnière comprit qu'elle n'était pas entendue. Songeant qu'elle ne faisait sans doute que trop peu de bruit, elle rassembla son courage et murmura plusieurs syllabes assez indistinctes et incertaines. A l'essai suivant, elle se surprit elle-même à crier avec vigueur:

- Au secours, que quelque m'aide!"

Elle attendit, mais aucune réponse ne lui parvint de l'extérieur. Elle enchaîna alors, encore plus fort:

- Je suis coincée ici, je m'appelle Aelita et..."

Soudain, elle fut interrompue par un "BIP!" provenant de la partie supérieure de la tombe. Elle sursauta et interrompit tout mouvement. Aussitôt, une sorte d'écran lumineux s'afficha devant ses yeux, sous la forme d'un rectangle bleu azur vierge. Aelita tâcha de calmer l'angoisse qui la reprenait et replia laborieusement un bras. Doucement, comme si elle allait toucher une plaque de cuisson, elle approcha un doigt et frôla la surface. Comme rien ne se produisit, elle déplia lentement sa paume et la posa tout entière. Une horde d'informations chiffrées s'affichèrent alors, longeant les contours de la main et s'enchaînant à une vitesse ahurissante. Cela rappela à la jeune fille les Tours de Lyoko et leurs interfaces... Était-ce la même chose? Rassurée à l'idée qu'elle pouvait se raccrocher à quelque chose de familier, elle patienta. Finalement, l'écran clignota et afficha un étrange message:

- Naaposyreet vo apteemopen"

Quelle langue était-ce? Et qu'essayait-elle de dire? Aelita hésita un instant sur la marche à suivre. Devait-elle retirer sa main? Ou la garder? Ou dire quelque chose? Et qu'allait-il arriver si elle se trompait? Mais la réflexion parla pour elle. Inconsciemment, elle éloigna sa main de l'écran. Il cessa alors ses clignements et remplaça le message:

- Kalosoreema ine vo basileeo, Taeeli"

Sur ces intrigantes paroles, l'écran disparut. Aelita redouta un instant d'avoir raté sa seule chance de sortie, quand soudain la surface au-dessus d'elle crissa et se divisa en deux parties. Avec une régularité minutieuse, les pans se séparèrent et libérèrent leur prisonnière. Elle resta encore un instant allongée, fixant le vide remplaçant le lisse couvercle dans son champ de vision. Rien de plus que des ténèbres lointaines, rappelant fortement le plafond des Tours de Lyoko. Cela voulait-il dire qu'elle était dans le monde virtuel? Intriguée mais méfiante, Aelita prit appui sur les bords de sa tombe et se redressa. Elle remarqua alors pour la première fois les mitaines blanches couvrant ses mains. Elle les regarda comme si elles contenaient à elles seules toutes les réponses à ses questions, puis remarqua ses bras nus. Pourtant, elle portait toujours son sweat rose, d'aussi loin qu'elle pût se rappeler... Elle continua son inspection et remarqua que sa tenue avait intégralement changé. A la place de sa petite jupe de collégienne se trouvait un tissu d'un magenta profond, fendu sur le côté, resserré à la taille par une ceinture assortie à ses gants. Sa poitrine était couverte par un autre tissu rappelant la jupe mais découvrant le ventre. Les deux parties de la tenue étaient reliées l'une à l'autre par des sortes de bretelles zizolines. Ses épaules étaient couvertes par une sorte de voile bleu céruléen transparent. Enfin, elle chaussait des ballerines couleur neige. La jeune fille s'admira, étonnée par cet ensemble qu'elle n'avait encore jamais vu. Quand avait-on pu le lui enfiler? Était-ce durant le transfert, comme lorsqu'elle passait de sa forme humaine à sa forme virtuelle? En tout cas, l'aspect immatériel des vêtements, et l'étrange lisseur de sa peau lui évoquait ses jours sur Lyoko. Pour elle, plus de doute, elle était artificielle. Un coup d'œil autour d'elle acheva de la convaincre.

Elle se trouvait dans une sorte de temple, à en juger par les nombreux voiles multicolores décorant les murs d'un blanc parfait. En guise de bougies, des petits écrans faisaient défiler des colonnes de chiffres et de lettres étincelantes. Ils étaient tous reliés à des câbles lumineux courant vers l'insondable plafond. Le sol albâtre ressemblait à un parquet si irréprochablement poli qu'il n'était sans doute pas l'œuvre d'un être humain. Elle-même reposait dans une étrange capsule opaline perchée sur un autel rectangulaire et assorti, transpercé de nombreux branchements identiques à ceux serpentant le long des parois de la pièce. Elle frissonna en s'y extirpant, la petite taille de la tombe lui rappelant l'angoisse qu'elle venait tout juste de quitter.

Elle se leva doucement. Sans grand étonnement, elle ne ressentit aucune courbature. Une fois sur ses pieds, elle écarta ses voiles et s'avança vers un écran plus sombre, où elle prit le temps de se détailler. Son apparence n'avait pas grand chose de commun avec son design "Lyoko", comme si le moteur graphique était plus évolué. Ses pupilles étaient bien plus détaillés, ses traits plus fins, la texture de ses cheveux plus naturelle. D'ailleurs, elle les avaient un peu plus longs, leurs pointes arrivant à présent à mi-nuque. Leur rose était plus profond, plus foncé, tirant davantage sur le grenat. En jouant avec quelques mèches, elle remarqua que ses oreilles avaient retrouvé leur forme elfique coutumière à la version virtuelle de la jeune fille. Des boules bleu océan y pendaient élégamment. Enfin, Aelita reconnut ses habituelles marques roses sur son visage, partant de la mâchoire pour traverser ses joues. Elle passa ses doigts de long de leur cours, ne pouvant arrêter un croissant sentiment de fierté dans son esprit. Sa nouvelle enveloppe lui donnaient quelques années supplémentaires; elle avait tout d'une jeune femme plutôt jolie. Un petit sourire lui plissa magnifiquement les yeux. C'était sans doute stupide, mais se découvrir ainsi la rassurait un peu. Même si ça ne répondait à aucune de ses questions.

Aelita tâcha de revenir à sa mission. Une fois certaine de s'être totalement découverte, elle se redressa et observa la salle à la recherche d'une issue. Sur sa gauche, elle remarqua un hall marqué par un tapis couleur nuit. Il devait tourner à droite, car la jeune fille ne put deviner son point d'arrivée. Cependant il constituait sa seule chance de sortie... Elle ignora la peur qui lui vrillait l'esprit et se dirigea vers le couloir, les épaules crispées par la méfiance.

La traversée lui parut durer une éternité, ralentie par la lenteur de ses pas incertains et l'uniformité des murs vierges de toute décoration, mais enfin elle aperçut une sorte de portail circulaire creusé dans la paroi, affichant en continu des images de différents paysages. Une forêt, une banquise, un désert et des montagnes apparurent devant Aelita, qui ne put s'empêcher de trouver tout cela trop familier. Etait-elle donc vraiment sur Lyoko? Mais la salle d'où elle venait ne lui disait pourtant rien... Une zone inexplorée? Fut-ce possible que Jérémie ne l'ai jamais vue, quand il explorait par écran interposé le monde virtuel? Cela étant, ça n'aidait en aucune manière la jeune femme... Où aller, où trouver ses amis? Quel territoire était le bon? L'idée qu'ils pouvaient être dispersés et isolés lui parut cohérente, étant donné le nombre de zone, mais elle espéra se tromper. Sa quête ne serait que trop longue, sans compter qu'il lui fallait aussi se concentrer sur XANA et son incarnation... Quoi qu'il arrivait, elle ne se sentait pas de taille à l'affronter seule. La priorité était de trouver du soutien, et ça allait passer par la recherche des Lyoko-Guerriers. Il faudrait juste tâcher de se presser...

Elle scruta chaque image, espérant y trouver un indice sur la destination à privilégier. Elle commençait à se désespérer quand, soudain, une ombre furtive passa entre les arbres de la forêt. Elle n'en était pas sûre, mais cela avait la silhouette d'un gros chien... Kiwi? Intriguée, elle passa sa main dans l'image, puis s'y jeta. En une fraction de secondes, elle quitta les murs lisses du temple pour atterrir au beau milieu d'un cercle d'arbres aussi naturel que s'ils eurent été faits de verre couleur acajou. Même les feuilles semblaient avoir été conçues par le plus précis des verriers. Seul le bruissement de leurs mouvements évoquait une naturelle végétation. Le sol n'avait de terre que la teinte, et les quelques pierres et touffes d'herbe jonchant le chemin çà et là échouaient également à ne pas paraître artificiels. Mais cela n'étonnait plus Aelita; elle préféra mobiliser ses sens sur le bruits alentours. Et si un Krabe ou un Kankrelat l'avait repérée...?

Un bruissement. Derrière elle. Comme des petits pas précipités fonçant vers elle. Retrouvant ses instincts de combattante virtuelle, elle se retourna vivement et alla se cacher près d'un arbre. Un petit buisson, à une poignée de mètre d'elle, tremblait et tressautait. Mais impossible d'en déterminer la cause. S'attendant à tout, Aelita s'empara d'une petite pierre et la serra de toutes ses forces. Pourvu qu'elle parviendrait à s'en servir... Certes, elle savait viser d'ordinaire, mais...

- Wif!"

Wif?

Prise de court, Aelita cessa de triturer son arme de fortune. Depuis quand les monstres de Lyoko couinaient? Intriguée, elle osa quelques pas en direction du buisson virtuel. Deux ou trois petits cris retentirent encore, la fausse végétation continua à se dandiner...

... Et laissa échapper deux petites oreilles pointues.

Non, décidément, il ne s'agissait pas d'un des monstres de XANA.

L'instant d'après, une créature rouge qu'Aelita n'avait jamais vue sortit du fourré avec un enthousiasme adorable. Elle arborait un museau de lapin s'achevant sur une truffe triangulaire, le tout posé sur un long et fin cou d'oiseau. Des pattes de lion, décorées d'énormes griffes noires à demi-rentrées, constituaient son seul point d'ancrage avec le sol, des ailes aux plumes versicolores remplaçant les pattes avant telles une brillante cape. A bien y regarder, cet étrange animal avait des airs de dinosaure ou de petit dragon, si ce n'était ses grands yeux curieux et enjoués. Étonnée et assez attendrie, la jeune fille se courba et s'approcha. Elle tendit doucement la main vers l'animal, qui sautillait toujours plus. Elle mit un temps avant de comprendre qui fixait intensément le projectile calé dans sa paume. Elle le lui montra, provoquant une vague d'entrain encourageante. Il voulait donc jouer!

Convaincue que cette mignonne créature ne pouvait être XANA, elle accepta de lancer la pierre au loin. Aussitôt, l'animal se précipita à sa poursuite, attrapa la balle de fortune et la ramena dans un concert de couinements. Aelita lui répondit d'un sourire conquis. Ce monde inconnu ne lui parut plus aussi menaçant...

Jusqu'à ce qu'une flèche vint lui frôler l'oreille et la faire trébucher de surprise.

La créature déguerpit aussitôt, effrayée. Aelita lui suivit du regard un instant, figée et hébétée. Elle savait qu'elle devait se retourner pour affronter la menace, mais ses idées mirent un temps à s'ordonner. Elle perçut des sons de course autour d'elle, des voix indistinctes s'appelant à grands renforts de cris, mais ne put se convaincre pour autant de bouger. Ce ne fut que lorsqu'elle vit des ombres se poster autour d'elle et les sons se taire qu'enfin elle s'autorisa à lever les yeux.

Elle était encerclée par une légion d'immenses femmes vêtues de combinaisons fauve et jade, coiffées de longues et étroites queue-de-cheval et colorées de ce qui ressemblait à des peintures de guerres sur leurs bras. Leurs yeux en amande pulvérisaient d'hostiles éclairs l'intruse. Elle tenta de se lever, calmement, sans geste brusque. Elle ignorait ce qui pourrait paraître inamical selon ces guerrières, et ne tenait pas à le savoir. Au fur et à mesure de son redressement, Aelita vit des lances, des sabres, des flamberges et des arcs bandés suivre son front sans manifester de relâche. Par réflexe, la jeune femme écarta ses mains de son corps et les mit en évidence. Erreur. Une lourde tension s'abattit, durant lesquelles les bras reculèrent et les jambes préparèrent leur élan. D'un instant à l'autre, quelqu'un allait attaquer...

Finalement, la plus grande des guerrières lança un regard entendu vers ses compagnes et s'approcha.

- Quia eimeat? Kalus questa epsiokeat esi?"

Aelita resta muette, se demandant pendant quelque secondes si elle avait bien entendu. Elle fronça les sourcils, incapable de dire si elle pouvait expliquer ne rien comprendre sans risquer d'attiser davantage de colère. Mais le temps de réfléchir, une lance s'approcha d'elle.

- Apaneteet! Oko nexetadseet zo psedomeen!"

Non, rien à faire, cette langue ne ressemblait à rien de connu pour la jeune fille... Malgré ses efforts, elle ne comprenait pas un traitre mot des ordres qu'on lui intimait. Jamais elle n'avait autant regretté son savoir encyclopédique du temps où Lyoko était sa seule maison. Tout ce qu'elle pouvait déduire était que, visiblement, elle n'était pas bienvenue ici... Pas encore un monde hostile, tout mais pas ça! Pas alors qu'elle était seule et désarmée! A défaut d'une meilleure idée, elle décida de parler, espérant ne pas commettre une erreur:

- Je suis désolée, j'ai atterri ici sans le vouloir, je ne sais pas où je suis mais je ne vous veux aucun mal..."

Pour souligner ses propos, elle leva les mains en l'air. L'instant d'après, les paires d'yeux qui la scrutaient s'agrandirent et les lances reculèrent. Aelita recula. Qu'avait-elle fait? Et si ce geste signifiait autre chose pour ces femmes que pour elle? Pourtant, les murmures qui s'ensuivirent parurent davantage perplexes que menaçants. Tendue, Aelita les écouta sans bouger, redoutant le moindre mouvement.

- Okotozeev sa ker!"

- Ekeat da Emadii..."

- Preeat Bazia Eli proedoper?"

Les pourparlers continuèrent encore, de plus en plus agités. Aelita jaugea son milieu, cherchant par avance une issue. Mais les arbres étaient omniprésents et ralentiraient sa course. D'autant qu'elle ne connaissait pas du tout cette forêt, contrairement à ses adversaires... Elles auraient l'avantage...

Ses pensées furent interrompues par une main méfiante devant elle. La plus imposante des guerrières la regardait intensément, comme cherchant dans les pupilles d'Aelita une preuve qu'elle aurait tort de s'apaiser. Bien moins rassurée qu'elle, la jeune femme accepta l'invitation et s'avança au milieu du cercle armé, le moindre pas anormalement lourd. L'attroupement se mit aussitôt en mouvement, Aelita suivant sans déterminer si elle avançait vers son salut ou sa fin...

La marche parut durer le temps d'une éternité. Malgré le parfait et familier paysage qui entourait Aelita et s'illuminait davantage à mesure qu'elle avançait, elle était incapable d'en profiter. Tout en ces lieux respiraient la fertilité virtuelle, et pourtant cela ne la rassurait pas. Les femmes se resserraient autour d'elle, comme si elles redoutaient qu'en s'approchant de leur objectif, les occasions d'échappées allaient se multiplier. Encore eût-il fallut que la captive songeât à fuir... Sonnée par la situation, tout ce qu'elle parvenait à en comprendre était que sa garde rapprochée la menait peut-être à des réponses. Du moins, au mieux.

Enfin, la troupe sortit de la forêt virtuelle pour faire face à une immense tour, bien différente de celles auxquelles Aelita avait l'habitude. En lieu et place des racines d'encre enserrant les phares de Lyoko se tenaient des sortes de lierres fluorescents aux couleurs changeantes, entourant délicatement la surface extérieure. Sous la lumière, la jeune femme pouvait distinguer l'édifice, aussi éclatant que du verre poli à la perfection. L'ensemble s'élevait si haut dans les faux cieux qu'il était impossible de distinguer sa fin. Bien que d'apparence moins terrestre que ses anciens refuges, Aelita trouva le lieu bien plus chaleureux. Au-delà de l'aspect imposant et implacable, la lumière que les lierres dégageaient étaient rassurante, protectrice, et si apaisante... Sans bien comprendre l'origine de cette impression, elle se crut à la source de sa vie, à l'origine de son être, au point de départ de ses souvenirs... Elle était chez elle. Elle cessa de penser à sa situation inquiétante l'espace d'un instant et se laissa porter par la fugace sérénité...

Mais rapidement, la réalité la rattrapa. Elle avait dû quelque peu ralentir, car une des guerrières la poussa en avant. Elle cligna des yeux, tentant de se réajuster. Comment avait-elle pu se sentir bien dans un pareil moment? Elle ne devait pas se relâcher ainsi! Peut-être était-ce un piège, peut-être cette tour portait de maléfiques secrets pour envoûter ses prisonniers! Elle était sûre d'avoir lu ce genre d'histoire quelque part, dans les livres de son enfance! Et s'ils disaient vrai?

Aussitôt, elle se refusa à regarder de nouveau la tour et avança. Elle tâcha de transformer son esprit en statue de marbre alors que sa garde rapprochée s'arrêta devant l'édifice. Les premières gardiennes avancèrent sans ciller et se fondirent dans le surface, encerclées par un halo de lumière rouge sang. Ainsi donc, ces tours ne partageaient pas seulement leur apparence avec celles de Lyoko, mais également leur système? Aelita prit son courage à deux mains et pénétra dans le bâtiment à son tour, sans attendre qu'on lui en intimât l'ordre. Sa vision se perdit au beau milieu d'une vague immaculée, qui s'effondra aussi vite qu'elle s'était dressée. L'intérieur de l'édifice se dévoila devant les yeux ébahis de la jeune femme.

Une salle gigantesque décorée de tissus chatoyants et de cristaux de glace aux couleurs des belladones s'étendait autour d'elle. Tout semblait resplendir d'une artificialité naturelle, comme si chaque élément était à sa place et participait à éblouir la vue des visiteurs. Les teintes étaient chaudes et douces, tant qu'Aelita sentit que rien ne pourrait jamais lui arriver en ce lieu. On eut dit un temple dédié au repos des âmes tourmentées... Ce qui contrastait d'autant plus avec sa situation. Elle n'était pas là par plaisir, et cependant elle ne put s'y sentir totalement étrangère. Comme s'il n'y avait nul autre lieu dans l'univers où elle devrait plutôt être.

Alors que la dernière gardienne fut entrée dans la Tour, une étrange mélodie, semblable à celle d'un baglama mélancolique et solennel, résonna dans le hall. Aelita remarqua l'arrivée paisible d'une petite fille, armée d'une sorte de guitare à caisse ovale, tapotant doucement les cordes en laissant flotter derrière elle de longs cheveux noirs. Tout dans sa physionomie exprimait la paix et le bonheur calme. On eût dit que rien jamais ne l'avait atteinte. Même sa chanson avait des airs de berceuse d'enfant, sonnant doucement aux oreilles d'Aelita.

La petite s'interrompit en remarquant le groupe, sans se défaire de son sourire confiant. Ses pupilles polies et tranquilles volèrent d'une femme à l'autre jusqu'à tomber sur la Lyoko-Guerrière. Elle la jaugea un instant, vaguement intriguée. Aelita lui adressa un petit salut de la main, attendrie quoiqu'assez mal à l'aise, oubliant les ennuis qu'un tel geste avait déjà provoqué. Elle s'en souvint rapidement quand, soudain, l'enfant ouvrit grand ses yeux, brisant la sérénité qui l'entourait jusque là. Aucune gardienne n'eut le temps de lui parler qu'elle fila à la vitesse du vent par le voile vaporeux d'où elle était arrivée. Aelita voulut la héler, mais l'immobilité de sa garde rapprochée la convainquit de rester sur place. Les armes émanaient toujours de menaçants éclairs, il serait sans doute malavisé de les attirer vers soi... Par chance pour son calme, elle n'eut pas à patienter bien longtemps avant que la petite ne revînt, accompagnée de deux autres femmes, étrangement familières à Aelita bien qu'elle ne put se souvenir de les avoir auparavant rencontrées. L'attention de l'étrangère se fixa naturellement sur la première.

Rarement avait-elle eu l'occasion de voir une aussi belle femme. Sa silhouette harmonieuse, balancée de formes à l'équilibre pictural était décoré de magnifiques et étincelants tissus azur, blancs et émeraude. Une longue robe moulante fêlée sur le côté la vêtait comme si elle était faite pour elle, une longue cape retenue aux épaules par des broches finement travaillées et reliées aux poignets la couvrait dans une impressionnante étreinte immaculée. Son visage quant à lui était d'un rond délicat et serti de deux pupilles couleur pêche, parfaitement assorties à ses longs cheveux, ondulant dans son dos tel un océan cerise. Deux marques blanches enfin maquillait sa mâchoire dans un tatouage tribal minimaliste. Son maintien était altier, sa marche si mesurée qu'elle paraissait flotter. L'espace autour d'elle semblait même se colorer pour former une aura protectrice et chaleureuse.

A ses côtés, une autre femme surveillait étroitement l'invitée. Cette dernière sut tout de suite avoir affaire à la gardienne de la magnifique dame. Un corps élancé et athlétique enveloppé dans un sarouel rouge et un chemisier blanc serré à la taille par un corset vert, des cheveux ébène coupés au carré, un visage aux traits plus durs et aux yeux plus perçants... Par bien des aspects, elle lui rappelait un peu Yumi. En un peu plus méfiant. Elle serrait solidement un sabre immense doté d'une lame argentée, brillante et parfaite. En retrait par rapport à la dame, ses genoux courbés suggéraient cependant qu'elle n'hésiterait à s'interposer entre sa protégée et un ennemi. Bien qu'Aelita se demandait quel genre de combattant pourrait vouloir faire face à cette guerrière... Même sans démonstration, elle ne doutait pas un instant qu'elle fût redoutable. Son attitude valait tous les avertissements.

Les trois femmes se dévisagèrent pendant quelques instants, le temps suspendu à leurs immobiles corps. Aelita, gênée, ne sut que dire. Elle joua nerveusement avec ses voiles avant de finalement autoriser son esprit à analyser la dame. Les yeux de cette dernière s'agrandissaient imperceptiblement, tandis qu'une expression contenue de surprise commença à marquer ses traits. La princesse de Lyoko ne put s'empêcher de trouver du Jérémie en ce visage perplexe. Tout comme lui, elle entrouvrit la bouche, comme pour s'apprêter à parler, mais se tut. Aelita se sentit de plus en plus mal à l'aise. Qu'avait-elle de particulier, pourquoi la regardait-on ainsi? Avant de pouvoir faire un geste vers elle, la femme s'approcha rapidement et posa délicatement ses doigts sur la joue de la jeune fille. Aussitôt, un flot d'émotion la submergea. Tout ce qu'elle avait pu vivre, ressentir, expérimenter ou comprendre dans son existence rejaillit tel un ouragan incontrôlable. Le monde se flouta autour d'elle, les sons devinrent muets alors que ses souvenirs s'abattaient en éclairs devant ses yeux et lui pulvérisaient le corps. Dans la confusion, elle ne tenta pas de s'écarter de la dame. Elle allait pourtant la tuer en lui brûlant ainsi la mémoire... Elle allait craquer, elle allait exploser et se répandre dans le vent...

Puis plus rien.

D'un coup sec, elle fut extirpée de l'ouragan. Tout redevint normal sans transition ni préavis, tout juste ses jambes eurent-elles besoin de recul pour retrouver leur point de gravité. Sa conscience se clarifia à une vitesse prodigieuse tandis que ses souvenirs s'ordonnaient naturellement. Sans attendre, elle leva les yeux vers son assaillante. Elle avait refermé ses poings et paraissait tout à faire stupéfaite. Elle adressa à Aelita un regard mêlé d'incompréhension, d'incrédulité, mais surtout, ce qui marqua le plus la cadette, de soulagement.

Encore une fois, avant qu'elle n'ait eut le temps de raisonner cette étrange information, la dame parla, d'une voix mélodieuse malgré de légers trémolos:

- Mère..."

___________________________________________________________


J'espère que vous avez aimé! Comme d'habitude, je vous revois prochainement pour la suite, passez une bonne journée ou soirée! *s'éclipse vite fait pour travailler la suite et achever un autre ninja. N'en finissent-ils donc jamais de venir?*
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Jeu 20 Nov 2014 20:12   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1483
Localisation: Sûrement quelque part.
Eh allez, un second monde! o/

Voyons tout ce binz. Deux petites remarques vite fait, des pitites phrases marquantes, avant d'y aller o/
" Les armes émanaient toujours de menaçants éclairs"
On dit "émaner de" donc "des armes" Mr. Green
"En lieu et place des racines d'encre enserrant les phares de Lyoko" GOOOSH. That métaphore. Je me retrouvasse sur le cul. Question comme ça : tu le fais exprès ou c'est inné? (a)

Passons à l'analyse de tout ce paquet d'informations. Le premier passage nous introduit à une situation sans personnage familier, avec juste cette gamine aux cheveux rouges qui court dans la forêt. On peut évidemment déjà penser à Aelita, mais les "yeux couleur pêche" mentionnés envoient cette suggestion aux ordures aussi vite qu'elle a fait son apparition. Sad. Mais la fin du chapitre s'en vient nous consoler avec ceci : "deux pupilles couleur pêche, parfaitement assorties à ses longs cheveux, ondulant dans son dos tel un océan cerise". La femme que l'on voit ici serait donc la gamine précédemment évoquée? Pourquoi pas. A moins que ces traits soient caractéristiques d'un groupe ethnique, mais au vu du physique de la gardienne (*sort*) qui accompagne la miss.
D'ailleurs. Tu te plais à comparer explicitement la garde avec Yumi, et celle qu'elle accompagne avec Jérémie. Doit-on penser à leurs transpositions dans ce monde qui est clairement celui dédié à Aelita? That's a good question. J'attend de voir.
En ce qui concerne l'endroit en lui-même, on a des trucs assez étranges. Déjà, une tombe blanche.
Une tombe blanche, hein?

Spoiler


Passons. Cette tombe est ouverte par une force mystérieuse et Aelita se retrouve à errer dans une sorte de zone permettant de rejoindre tout les territoires de Lyoko (ou du moins leurs équivalents). Cela signifierait-il que l'on a affaire à une transposition du 5ème Territoire? On en saura sûrement plus plus tard, mais j'aurai fait une hypothèse (cool).
Par ailleurs, la Forêt est le seul territoire mentionné pour le moment. A part son côté parfait, on sait aussi qu'elle est peuplée uniquement de femmes, du moins de ce qu'on en a vu. Pas un seul mec, et ça me semble pas anodin, d'autant plus qu'on mentionne qu'elle ont de la "sève". Un monde peuplé de plantes? Ou plutôt, des plantes guerrières humanoïdes exclusivement de sexe féminin?

Spoiler


On a également description de tout un mode de vie, avec notamment la transformation, rite de passage à l'âge adulte (enfin presque, vu qu'on l'exécute deux fois), et presque des castes avec cette Déesse. Si la gamine est bien la jeune femme qui dit "Mère" à la fin, on peut supposer que cette Déesse soit Aelita, mais je resterai prudente et ne le ferai pas. Wait and see, comme on dit...

Dernier point avant que ne se referme ce commentaire : le monde en lui-même. Vu qu'il est virtuel, on peut se demander ce qui arrive aux gens/choses dévirtualisées, et comment on peut expliquer une telle différence de graphisme notamment par rapport à Lyoko. Et à quoi ressemble l'extérieur....le nom "the false land" me renforce dans mon idée que malgré sa perfection apparente, un truc foire...
Sur ce, (wave), et continue à nous envoyer du pâté.

Ah, et...
Citation:
(Et le fait que je publie aujourd'hui n'a rien à voir, de près ou de loin, avec Icer. Ni le fait que je vais accélérer le mouvement en publications, cette fois-ci pour de bon).

Oh bah cool, on aura un chapitre par semaine maintenant que tu as Icer sur le dos. HEIN? (a)
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Ven 09 Jan 2015 23:57   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 82
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Citation:
Oh bah cool, on aura un chapitre par semaine maintenant que tu as Icer sur le dos. HEIN? (a)


Ahem.

Bon, j'ai assez longuement hésité avant de poster la suite ce soir. C'était prévu depuis une semaine, pour des raisons de régularité que j'expliquerai plus bas, mais au vu des derniers évènements, cela m'a semblé bien... Dérisoire, peut-être. Ou inopportun. D'un autre côté, je redoute que penser ainsi revient à céder à la terreur que les terroristes ont voulu installer. Bref, je me suis creusé longuement la tête, et même sans être particulièrement sure que c'est bien le moment, let's go.

Je veux d'abord reprendre grosso modo ce que j'ai déjà pu dire sur FF.net, parce que toute sentimentale que je suis, j'y tiens assez.

En ces heures où l'humour et l'acte de création plus généralement ont été atteints en plein cœur, je tiens à rendre hommage aux douze victimes de l'attentat au siège de Charlie Hebdo (ainsi qu'à celles qui se sont hélas ajoutées hier et aujourd'hui, à savoir la policière municipale à Montrouge et les trois otages abattus à Paris. Bien que leur disparition ne tient pas des mêmes raisons que celles des caricaturistes et rédacteurs du journal, il n'en reste pas moins qu'elles ne sont pas à mettre de côté); mes condoléances et mon soutien reviennent aux familles et aux proches; enfin, je souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Plus que jamais, il est temps de montrer ce qu'une plume peut faire. L'imagination a un pouvoir fantastique, il ne faut en aucun cas l'échanger contre la peur ou la haine. Que vous soyez auteurs d'humour, de drame, que vous souhaitiez dénoncer, faire pleurer, déclencher le rire ou distraire plus largement, n'hésitez jamais à faire ce que vous voulez faire, et faites-le avec passion.

Bien, avant de passer aux réponses, je m'excuse pour avoir encore traîné la patte avec cette suite. Mais finalement, je me sentais d'attendre 2015 pour repartir sur de bonnes bases, et être assez en avance sur mon planning pour me permettre une organisation régulière. C'est pourquoi, dès à présent, les sorties se feront les vendredis, toutes les deux semaines. Pas d'heure précise, même si je parierais davantage sur la soirée. Cela tient du fait que je souhaiterais terminer la saison 2 avant fin Juin, puisque je me rendrai au HellFest et prendrai des vacances. Aussi, je ne veux plus m'interrompre en plein milieu d'un monde pour une durée assez longue. Et puis, Mondes Alternés est une fiction longue à laquelle j'avais prévu de n'accorder que deux ans. Si on se rapproche de cet anniversaire, la fin est encore un peu loin. Donc je vais essayer de tenir ma résolution!

Enfin, réponse à Ikorih:

Tant de suppositions... Et pas une seule à laquelle je puis répondre, hahaha *VLAN*. Comme d'habitude, je n'ose trop en dire de peur de trop en dire *REVLAN*, mais merci à toi de ton commentaire, c'est toujours un plaisir de te voir te creuser les méninges!
En ce qui concerne la référence Metallica, pour l'anecdote la première fois que j'ai vu l'image, j'ai lu "Metaelita". *anecdote inutile du soir*


Bref, sur ce, voici la suite du Monde 2 Verso! Bonne lecture à vous!


_____________



Monde 2 Verso
Chapitre 2
Creator and creatures


Aelita resta figée, sonnée par bien trop de données pour réagir. Son esprit tourna dans le vide pendant ce qui lui parut être une éternité, puis telle une machine dépassée, s'ébranla avec force fracas, entraînant dans son éveil le corps tout entier. La jeune femme s'inquiéta tout d'abord d'avoir pu comprendre le mot. Depuis qu'elle était dans ce monde, elle n'avait pu créer de communication avec qui que ce fut, et soudain apparait une étrange femme connaissant sa langue? La scène se rejoua en boucle dans sa tête, motivée par une recherche frénétique du moindre indice, n'importe quoi qui lui aurait permis de percer le mystère... Ce fut alors que la frappa le plus important.

"Mère". "Mère". Aelita connaissait le sens du mot, cependant il lui parut complètement inconnu, lointain de sa personne. Elle... et une enfant? Visiblement plus âgée, mais moins humaine qu'elle? Elle n'avait encore jamais mis les pieds dans ce monde, comment aurait-elle pu y donner la vie? Il y avait forcément erreur! Ou peut-être avait-elle mal compris! Oui, elle avait simplement cru reconnaître un phonème, mais la signification différait sans doute, et...

- Mère, Est-ce bien vous?"

Très bien. Très bien.

Il y avait forcément une explication derrière tout ceci.

Il paraissait clair que ce n'était une question de langage. Elle avait bien compris. Cela ne voulait pas dire qu'il n'y avait pas malentendu. Aelita devait rester calme et raisonner. Pour le moment, elle était seule à affronter la situation, ses amis devaient compter sur elle, où qu'ils furent. Il fallait tirer l'énigme au clair.

Tout juste sa résolution prise, son interlocutrice parla à nouveau, les yeux aussi troublés que sa voix: "Votre nom est-il Aelita?"

Comme en pilote automatique, la jeune femme bafouilla une vague approbation, incertaine des conséquences à venir. Elle dut cependant s'en inquiéter quand autour d'elle, un crescendo de murmures désaccordés perça son ouïe. Disséminées dans les petites issues du hall, des grappes de curieuses dévisageaient l'étrangère comme si tout d'un coup, elle avait pris la forme d'un fantôme. Il y avait des regards incrédules, des murmures surpris, des gestes tranchants. Aelita était plus mal à l'aise que jamais. Elle envisagea de prendre la fuite avant d'être irrémédiablement encerclée par des robes rouges, quand soudain une parole éclata, plus forte que les autres:

- Ca suffit, silence!"

La gardienne de la dame s'avança, les yeux plus durs que l'acier et les poings serrés comme des pierres. Le brouhaha se calma aussitôt, abattant à sa place un calme lourd. La guerrière ne s'en soucia guère et jaugea Aelita de bas en haut. Puis, avec un air méfiant et insatisfait, elle se tourna vers la femme: "Reine Eli, je conçois que la ressemblance soit troublante, mais êtes-vous certaine de ne pas faire fausse route?"

- Il n'y a pas que son apparence, Asali. Tu as entendu, son nom est Aelita..."

- Ca ne prouve rien..."

- Mais ça confirme ce que j'ai vu en elle. Cette fille a le même esprit qu'elle. Elle a même des souvenirs de ..."

L'évocation fit frissonner les robes rouges l'espace d'une seconde. La dénommée Asali elle-même eut un geste de recul. Elle se reprit rapidement et accorda à nouveau son attention à Aelita. Cette dernière s'ébranla aussitôt, électrifiée par les pupilles glacées de la guerrière. Sa réflexion s'envola alors que ses paroles cherchaient à gagner du temps.

- Non, attendez, je... C'est la première fois que je viens ici...". L'expérience de Solar Building lui revint. Une double, ce devait être une double, une autre alter! Après tout, elle n'avait pas croisé la sienne dans la cité dystopique...

- Ose-t-elle s'opposer à la Reine?" S'exclama une voix dans le public. Eli l'accueillit avec agacement avant de se radoucir.

- Ca aussi, je l'ai vu. Mais je puis t'affirmer ne pas me tromper, Aelita. Si certains passages de ta vie sont mystérieux, tout le reste est limpide".

- Alors comment pourrais-je moi-même l'ignorer?"

- Vous ne parliez visiblement pas notre langue avant que je vous "touche". Il a suffi que nous entrions en contact pour que ce problème ne soit plus. Or il n'est pas en mon pouvoir d'en transmettre. Peut-être ai-je réveillé en vous d'anciens souvenirs perdus, et que d'autres bientôt suivront. Mais la preuve la plus probante est la marque. Votre main porte les traces d'un temps passé sur le trône de ces terres. Croyez bien que sans cela, mes gardiennes ne vous auraient jamais menée jusqu'à moi. Vous avez en vous trop de choses pour que vous ne soyez pas elle".

Aelita leva sa main, intriguée. Elle remarqua alors pour la première fois des lignes stylisées rose vif, transperçant la clarté et la finesse de la mitaine. Elle sentit son souffle coupé en reconnaissant le symbole.

L'œil de XANA.

Une foule de pensées chaotiques s'empressèrent dans son esprit. Comment? Pourquoi? Qu'était-il arrivé pendant le voyage? Quel était ce monde? Qui était-elle? Que lui avait fait XANA?

... Était-elle XANA?

La panique devait avoir envahi tout l'espace autour d'elle, car Eli s'approcha doucement, le regard inquiet.

Aelita se sentit au bord d'un explosion qui ne pouvait survenir.

- Qui êtes-vous?"

La jeune femme ne savait pas pourquoi, entre les mille questions qui se bousculaient en elle, celle-ci fut la seule à se frayer un chemin jusque ses lèvres. Elle garda les yeux rivés sur sa main, comme incapable de bouger, percevant juste les murmures contenus des badaudes cachées et la voix de la guerrière en un soupir stupéfait: "Elle ne sait pas..."

La Reine cessa tout mouvement et répondit: "Je suis la Reine Eli, Deuxième de mon temps et fille de la Déesse, je règne depuis 471 539 490 secondes sur ces terres. On me nomme la Restauratrice, ou dans la langue ancienne, l'Egeara".

- Et votre mère se nommait... Aelita?"

- Oui, et elle vous ressemblait en tous points"

- Alors il y a, quelque part dans l'Univers, une autre version de moi capable de créer un nouveau monde..." Murmura Aelita, toujours sonnée mais la tête proche de l'éclaircissement. Du moins, plus qu'il y a quelques instants. Mais la marque de XANA n'était toujours pas expliquée... Pas plus que le fait que cette Reine affirmât avec une visible sincérité avoir reconnu sa mère... Il n'y avait qu'un moyen de comprendre.

- Où est-elle, votre mère, à présent?"

Un malaise s'installa aussitôt dans le hall. Aelita pouvait le sentir brouiller l'équilibre du monde, telle une erreur de frappe. La réponse qui lui vint fut courte et tranchante:

- Disparue depuis que le trône est mien. Nous avons connu une... période de trouble, qui malheureusement a eu raison d'elle".

La jeune étrangère osa finalement lever les pupilles vers celles d'Eli. Elle ne put s'empêcher de noter une éclatante ressemblance avec elle, quand elle parlait de son père. Le parallèle se grava dans sa mémoire, associant cet instant à tous ceux qu'elle-même avait vécus, perdue dans un similaire brouillard confus d'incompréhension. Sans savoir ce qui était arrivé, elle se sentait désolée.

- Comment est-ce arrivé?"

- Quelque chose est... Venu, d'ailleurs. J'entendais la Déesse discuter avec ça, la convaincre de ne plus revenir, leur expliquer qu'elle ne céderait pas. A quoi, je n'en sais rien. Mais peu de temps après, le paysage a changé. Le ciel n'était plus accueillant, il en tombait des hordes de monstres réduisant tout à néant sur leur passage... Nous avons commencé à nous défendre, mais plus les guerrières en effaçaient, plus il en arrivait. La menace s'est transformée en réalité, jusqu'à ce que ma mère ne puisse gérer. La catastrophe fonçait sur nous, alors elle m'a sauvée et s'est sacrifiée. Elle m'a donné les plein pouvoirs de Verso et a servi d'appât à l'ennemi qu'elle seule connaissait. J'avais un code à activer, selon elle cela détruirait définitivement notre adversaire. Je l'ai entré, et soudain tout s'est apaisé, tout est devenu silencieux. Quand je suis sortie à la recherche de ma mère, elle n'était nulle part"

Une chape de plomb écrasa définitivement Aelita. Voila pourquoi cette femme semblait troublée... Et désespérée à l'idée que, peut-être, cette intruse pourrait être la Déesse. Elle ne pouvait réellement lui en vouloir... Mais la satisfaire, hélas, était aussi impossible.

- Je suis désolée, mais... Je n'ai aucun souvenir d'avoir vécu ou rêvé ce que vous me racontez. Je vous prie de me croire, vraiment".

Eli l'observa, pensive, comme si elle ne parvenait à laisser l'idée contraire s'échapper. Un silence lourd de pensées circula entre chacune, jusqu'à ce que la Reine sourit. Un petit sourire discret, incertain, étrange. Asali, à l'arrière, le remarqua aussitôt. Comme si elle y lisait l'esprit de sa maîtresse, elle passa d'intriguée à inquiète et secoua la tête.

- Non. Je sais à quoi vous songez, et c'est non. Vous ne risquerez pas la sécurité de Verso juste pour une supposition".

Aelita passa son regard de l'une à l'autre, essayant de comprendre ce qui se passait. Risquer la sécurité de Verso? De quoi parlaient-elles? Quelle terrible idée avait eu la Reine? Elle aurait sans doute senti son cœur rater un battement, si elle pouvait encore être frappée par ses pulsations. Et il en aurait raté un second en entendant Eli:

- C'est la seule solution qui soit viable. Que proposes-tu, de l'abattre alors qu'elle pourrait être celle que nous espérons? Même moi ne pourrais te sauver de la colère de notre loi si d'aventure j'avais raison"

- Et si vous aviez tort?"

- Je te laisserai décider de ce qu'il conviendra de faire. La présenter à elles ne constitue pas de risques immédiats".

- Cessez de parler comme si je n'étais pas là!" S'exclama soudain Aelita, davantage mue par la peur que l'indignation. Elle ignorait ce que ces deux créatures avaient l'intention de lui faire, mais une chose était certaine, cela ne se déroulerait pas sans son consentement! Elle ne savait toujours pas à quoi s'en tenir, il y avait toujours une possibilité qu'elles fussent liées à XANA! Elle ne se laisserait pas faire tant qu'elle n'aurait pas de réponses satisfaisantes! "Si ce que vous comptez faire peut nous faire avancer, ayez au moins la politesse de m'expliquer!"

Un petit sourire attendri traversa le visage d'Eli; Aelita ne releva pas, attendant une réponse. Elle vint sans tarder, malgré le regard clairement désapprobateur d'Asali.

- Il y aurait un moyen de confirmer ou infirmer votre identité. Par delà le territoire de la forêt de Peerasinisma se trouve une Tour. C'est celle des Sages, les plus anciennes de nos citoyennes. De notre monde elles savent tout, aucun mystère de dure dans leur esprit. "Donne-leur une question, elles te rendront une réponse". Si vous êtes celle que je crois, cela ne leur échappera pas"

L'idée était tentante. Si effectivement il existait de telles personnes, capable de démêler le nœud de l'histoire... Mais pourquoi la gardienne se montrait-elle si méfiante? Craignant que l'information convoitée ne demande une contrepartie - elle ne se sentait nullement l'énergie pour une épreuve ou quoi que ce fut du même acabit -, elle osa questionner:

- Mais... Mais alors que faisons-nous encore ici?"

- Et si ton amnésie était un leurre?" Répliqua vivement Asali. "Nos Sages sont les personnes les plus habilitées à nous guider, leur savoir nous est précieux, mais elles ne se battent pour ainsi dire jamais. Ce n'est pas leur rôle de tenir une arme. Aussi, nous t'emmenons à elles, nous te laissons en leur compagnie, très bien, mais qui nous dit que tu ne les éliminera pas?"

Ce n'était donc que cela. Aelita poussa un petit rire en se rendant compte qu'elle était rassurée par une telle réponse. Qu'importait. Cette Asali ne semblait pas créature à accorder rapidement sa confiance, et par chance elle n'était pas celle qui détenait les cartes. Il serait bien temps de la convaincre plus tard, si cela s'avérait nécessaire. En attendant, la Reine Eli voulait les mener toutes deux dans un temple chargé de réponses, il n'était pas question de laisser filer cette occasion.

- Si vous redoutez pour vos Sages, ne me laissez pas seule avec elles. Je conçois que mes promesses n'aient aucune valeur, alors vérifiez-les. Je ne veux que des réponses, comme vous, aussi je ne vois pas d'inconvénient à ce que vous restiez avec moi pendant que je les obtiens..."

- Tu vois, nous pouvons y aller!" Conclut Eli avec un sourire, tandis qu'Asali, toujours peu convaincue mais vaincue, hocha la tête en signe d'assentiment. "Prenons avec nous quelques Gardiennes pour assurer le voyage et t'aider en cas de problème. Il n'y a plus rien que nous puissions faire pour éclairer ce mystère dans cette Tour".

D'un geste, la Reine invita Aelita à la suivre. Aussitôt, un concerto de bruissement courut autour d'elles, signifiant que la foule intruse prenait la fuite, sans doute persuadée de sa discrétion jusqu'alors. Eli ignora le mouvement et guida son invitée au fond du hall. Elles se glissèrent toutes deux derrière un voile immaculé et léger comme l'air vers une seconde pièce. Elle ressemblait à s'y méprendre aux tours de Lyoko familières à la jeune femme, des sols bleu sombre aux murs parcourus des codes éclatants.

- Nous... Allons rejoindre vos Sages en sautant de cette plateforme?" Osa Aelita, sincèrement étonnée de la simplicité du processus. Elle le fut davantage quand la Reine approuva d'un sourire.

- Vous connaissez ce système?" Demanda cette dernière.

- Serais-je suspecte à vos yeux si je vous avouais que oui?"

- Vous l'êtes déjà. Par chance pour vous, je ne souhaite pas l'éradication de tout ce qui m'échappe... Mais méfiez-vous des Sages. Les arcanes martiales leur sont peut-être inconnues, mais elles savent détruire. Offensez-les, et vous découvrirez de quelle manière..."

Nouveau rire nerveux. Sans doute Aelita allait-elle sombrer dans la folie, une fois cette histoire parvenue à son terme... Il valait mieux concentrer son attention vers autre chose: "Vous ne défendez le passage vers vos meilleurs conseils qu'à l'aide d'un voile?"

- Vous ne l'auriez passé sans moi. Elle ne répond qu'à ma main. La barrière la plus forte est souvent celle que nous ne voyons pas..." Sur ce, Eli alla repousser la légère porte afin de laisser passer Asali et trois raides Gardiennes à l'air impressionnées. Sans nul doute ne faisait-on que rarement le voyage vers les Sages, dans ce monde...

Le groupe s'avança lentement vers le bord du précipice virtuel. Deux combattantes furent désignées pour précéder Eli et Aelita, la troisième et Asali passant donc en dernières. La Reine invita l'étrangère à la précéder dans le plongeon. D'un seul coup, une angoisse l'envahit. Et si les Sages prenaient Aelita pour une ennemie, en la voyant arriver devant elles comme une fleur? Si Eli n'arrivait pas à temps pour leur expliquer?

- Ne... Vaudrait-il pas mieux les prévenir de ma venue?"

La Reine sourit doucement et prit la main d'Aelita. Le geste parut étrangement familier à la jeune femme, comme s'il s'agissait de quelque chose de connu, de rituel pour elle... Mais elle n'eut que peu de temps pour s'étendre sur la question qu'Eli l'entraîna vers l'abysse de lumière.

La chute lui parut durer une éternité. Mais contrairement à son habitude, elle ne s'autorisa à fermer les yeux, redoutant trop ce qui pourrait l'attaquer. Devant elle défila des milliards et des milliards d'images de Verso, de ses territoires, sous une lumière blanche ou rouge ou bleue, tremblants, statiques, peuplés, déserts, sous la neige, la pluie ou la tempête, remplie de chants ou de silence... Tout répondait en écho à la jeune femme, emplissait son esprit jusqu'à le torturer. Elle allait éclater...

Puis choc.

Ses genoux la sortirent de sa torpeur hyperactive. Une surface avait arrêté sa chute, d'une matière toute aussi inconnue que tout ce qui se trouvait à Verso. Un flash de lumière aveugla Aelita. Encore inconsciente de son corps, elle se sentit soulevée par deux douces mains et remise sur ses pieds, curieusement solides et prêts. La vue lui fut enfin rendue alors que ses pensées se réordonnèrent brutalement mais naturellement.

Elle se trouvait dans un hall gigantesque au plafond et murs invisibles. Alentours ne se trouvait qu'un néant indigo. Il semblait que l'Infini lui-même reposait sur un plateau de vitrail. En effet, Aelita pouvait voir au travers un vide identique à celui au-dessus et autour d'elle. Seul élément du décor, une immense porte à claire-voie, dotée de barreaux dorés étincelants, brillants d'une telle lumière qu'ils suffisaient à dérober à la vue de quiconque ce qui se trouvait derrière. Un silence léger envahissait l'espace, mais étrangement il ne parut nullement pesant à la jeune femme. Au contraire, c'était... Reposant. Vidant. Elle serait volontiers restée pour toujours sur la plateforme, à contempler l'apaisant vide, mais le fracas de l'arrivée d'Asali et la troisième Gardienne vint lui rappeler le but de sa venue. Sans attendre, le groupe se dirigea vers l'entrée, au grand soulagement d'Aelita qui n'était pas sûre de pouvoir rester davantage en ce lieu sans se laisser à nouveau ensorceler.

De l'autre côté, un grand couloir blanc s'étendait à une distance incroyable. Il n'y avait rien d'autre que des parois immaculées, à une particularité près: bien que le sol revêtait une apparence identique à celle de tous les autres, Aelita crut marcher sur un matelas mou. Une certaine douceur rendait sa démarche plus lâche et molle, la faisait légèrement s'enfoncer à chaque pas, la forçant à contrôler son équilibre.

Après une interminable traversée, le groupe parvint, à la grande surprise d'Aelita, non pas dans une autre salle, mais directement sur trois trônes d'un doux rose incarnadin, à l'apparence moelleuse d'épais nuages. Ils flottaient dans l'espace, tentant toujours de s'envoler mais demeurant maintenus par un fil invisible. Trois marche tout aussi aériennes étaient attribuées à chaque siège, permettant sans doute à leurs occupants d'y avoir accès. Dans le fond, des femmes à la prestance de statues antiques conversaient, enveloppées dans des capes rubis, lichen ou dragée, sans se soucier le moins du monde des nouvelles arrivantes. L'étrangère attendit qu'on lui dictât la prochaine manœuvre, mais rien ne vint. Aussi s'autorisa-t-elle à lever les yeux vers ce qu'elle supposait être les Sages.

Le tableau était pour le moins étrange, et Aelita aurait sûrement ri si elle s'était trouvée en une meilleure position.

Devant elle, un ours blanc cassé (oursonne, plutôt), l'air encore débonnaire malgré une peau abîmée et délavée, souriait tranquillement, les bras mollement calés contre les repose-coudes de son trône. Elle avait plusieurs points de suture sur le cou, le nez et le ventre, les fils dépareillés étant les seules touches de couleur qu'elle portait. A côté d'elle, une petite fille aux yeux trop gros et aux membres trop fins la regardait, les lèvres figées dans une expression agréable et impressionnante à la fois. Des cheveux fous, comme coupés au couteau, caressait son épaule et lui donnait une allure d'Einstein féminin. Enfin, le trio fut complété par une sorte de marionnette en bois représentant une fille aux allures de troubadour. Sur ses bras étaient gravés d'étranges inscriptions à la calligraphie incertaine d'une enfant. Ses ficelles avaient quant à elles des allures de rubans lumineux entourant sa silhouette comme de fines traînes.

L'assemblé stoppa net sa conversation en apercevant Aelita. Passé la désormais habituelle seconde de compréhension, les trois sages sourirent, une lueur de curiosité éclatant dans les yeux de billes. Sans trop savoir pourquoi, la jeune femme se sentit réchauffée par cette réaction. Ce fut comme si un ancien, mais vivace souvenir venait d'être rallumé...

Oh. Bien sûr. Elle n'avait pas remarqué immédiatement, car tout cela était bien daté, mais elle n'avait pu oublier cela pour autant...

Ce qu'elle avait devant elle n'était rien d'autre que la virtualisation de trois de ses jouets d'enfance les plus chers.

- Biggy, Jenny, Dancy..." Murmura-t-elle avec émerveillement et surprise, prise par un lointain réflexe.

Aussitôt, la salle bruissa de chuchotements perplexes, indignés ou étouffés d'amusement réprimé. Aelita redouta soudain d'en avoir trop fait et se demanda si était enfin venu le moment de s'enfuir, quand l'oursonne Biggy éclata d'un rire tonitruant, mais pas fâché du tout.

- Eh bien, si les présages m'avaient prévenu que ce nom serait de nouveau prononcé à mon adresse.."

- Il n'y a guère qu'une personne pour les connaitre. Celle qui nous les a donnés ne les auraient jamais confié à d'autres, pas même à sa fille" dit pensivement Jenny en clignant de ses énormes yeux. "Ton réflexe seul suffirait à prouver les soupçons de notre Reine, et cependant..."

- Vous... Vous êtes déjà au courant?" Balbutia Aelita, en se tournant vers Eli pour partager sa surprise. Cependant la Reine n'eut qu'un sourire amusé, comme si ce spectacle lui était coutumier.

- Evidemment qu'elles étaient alertées. Je vous l'ai dit, rien ne leur échappe. Nous ne venons pas les informer, mais nous informer".

- De plus, nous ne croyons un fait extraordinaire que s'il daigne se présenter à nous tout entier" Compléta Biggy. Elle alla ajouter quelque chose, mais un vif coup d'œil vers une Jenny légèrement outrée d'avoir été interrompue l'en garda. Satisfaite du silence de sa collègue, elle reprit:

- Je disais donc, cependant..."

La Sage se leva avec lenteur, dispersant autour d'elle une aura de douceur contrasté par l'incompréhension. L'assemblée retint son souffle, inerte mais attentive au moindre tremblement de cils de Jenny, alternant de temps à autre avec ses deux collègues. Biggy arborait un demi-sourire, comme si la situation était encore trop incertaine pour choisir entre la joie et la tristesse, tandis que Dancy jouait avec ses fils tendus comme une harpe. Aelita n'osa broncher, attendant un mot, un mouvement, un coup même, n'importe quoi pour étouffer la terrible tension qui grandissait à chaque fois que la Sage posait un pied sur le sol. N'importe quoi, faites n'importe quoi, mais ne me laissez pas comme ça, ne me laissez pas...

- ... Cependant vous ne semblez être elle. Je vois que vous ne nous reconnaissez pas. Vous êtes intimidée et apeurée, vous m'évoquez davantage une enfant avant son premier Ayesee qu'une Reine. Etrange, car l'enveloppe est, elle, une fidèle reproduction..."

La Sage se rapprocha, jusqu'à ce que son nez frôlât presque celui d'Aelita. Elle plongea ses yeux gelés dans les orbes de la jeune femme, comme si elle pouvait y lire tout son passé, même ce qu'elle-même ne se remémorait pas. Elle ne dut pas aimer ce qu'elle trouva, car elle retroussa son nez et fronça ses sourcils. Visiblement de plus en plus perplexe, elle s'éloigna d'un pas et commença à tourner autour de l'étrangère, la détaillant avec une précision assez dérangeante. Jenny fit plusieurs tours, puis soudain l'impatience sembla percer l'esprit de Dancy, qui lança brusquement:

- Eh bien, cesse donc de bouger! Si tu veux trouver quelque chose, fais-le au lieu d'hésiter!"

Biggy amorça une parole en levant une patte apaisante, mais Jenny la devança:

- C'est que ce n'est pas facile... Je sens quelque chose, quelque chose d'important, de fantastique, mais dès que mon attention se porte sur la réponse, elle s'échappe! Comme si cette créature était faite d'une autre matière que nous, exprimée dans un autre langage..."

- Cela ne peut que signifier qu'elle n'est pas notre Reine, donc" Soupira Dancy, passé d'impatiente à lasse. "Si elle était elle, nous l'aurions vu immédiatement, or là..."

- Certes, certes. Il n'empêche qu'elle m'intrigue au plus haut point"

Aelita retrouva le vague sentiment d'être mise à l'écart, mêlé cette fois-ci à celui de ne plus comprendre. Que voyaient en elle ces Sages? Savoir qu'elle n'était pas celle que la Reine Eli pensait devrait la soulager, mais... Au fond, c'est infirmer une réponse pour retourner dans le brouillard. La seule certitude était qu'un lien existait entre la jeune femme et ce monde. Mais quel lien?

Soudain, Jenny prit la main de l'étrangère et la retourna. Elle se figea brièvement en remarquant la marque de XANA sur sa paume mais n'ajouta rien. Le silence devint si lourd qu'on aurait pu le voir épaissir l'air et engluer dans une étouffante immobilité celles qui le vivaient. Derrière Jenny, les deux autres Sages dressaient le cou et fixaient le symbole, les visages interdits. L'assemblée à l'arrière reprit aussitôt son bruissement de murmures paniqués. Cela voulaient-ils dire qu'en aucun cas cet univers fût allié du virus...?

- Que se passe-t-il?" Osa demander Aelita, du bord des lèvres. La situation devenait trop nébuleuse pour elle, et après tout elle s'était promis d'obtenir des réponses... Ce fut Biggy qui répondit, son air jusqu'alors avenant légèrement troublé.

- Vous altérez notre paix, jeune demoiselle. Le signe que vous portez évoque bien des choses... Vous arborez l'Inconnu".

- Le... L'Inconnu?"

Biggy se leva lourdement et descendit de son trône. Sa silhouette imposante lui donna des allures de mentor antique.

- Vous vous trouvez à Verso, un monde dans lequel tout est connu. La Tour Proelys où nous sommes actuellement contient toutes les informations que vous souhaiteriez obtenir sur nos territoires, nos rites, ou encore notre histoire. Rien n'est mystérieux, puisque notre première Reine et fondatrice s'est pris la peine de les sauvegarder, afin que l'oubli ne vienne jamais vaincre notre raison. Cependant il est une chose, une seule, alors qu'elle créait nos cités et nos demeures, qu'elle n'a su déchiffrer. Selon l'histoire, notre Déesse s'est réveillée, seule, dans une tour blanche. Son esprit était empli de connaissances d'un autre monde, d'une autre vie qui aurait été sienne. Alors qu'elle sortît de son refuge, elle se mit en quête d'un autre être, quelqu'un pour lui donner des réponses, ou au moins réduire sa solitude... Elle trouva une forêt, une banquise, un désert et des montagnes, ainsi que d'étranges créatures. Certaines étaient cubiques, d'autres circulaires... Mais toutes avaient en commun une rage infinie et inexplicable contre notre Déesse, ainsi qu'un étrange blason, tel l'œil d'un monstre oublié. Elle avait beau appeler, encore et encore, personne ne lui répondit, personne ne l'aida. Elle retourna alors dans la tour et, manipulant les données du monde, le modifia. Elle fit des phares de chaque territoire des forteresses imprenables, pour que jamais son existence ne put être menacée. Elle nous a ensuite créées, les Sages, pour lui tenir compagnie et assurer avec elle la garde de notre terre. Mais sa crainte de la solitude n'avait d'égal que son talent pour insuffler la vie, et c'est ainsi que naquirent les habitantes de Verso, qu'elle fit à son image. Elle fonda la Tour Proelys et mit en place nos rites. Sa soif d'un royaume en hommage aux histoires de son ancienne existence la poussa à bâtir Verso. Aux premiers temps, tout allait pour le mieux, jusqu'à ce que les premiers ennemis de notre Déesse se rappelèrent à elle..."

- Les sbires de XANA..." Compléta Aelita, soulagée à l'idée qu'ils ne semblaient être alliés avec les femmes de ce monde. Mais l'expression sombre de Biggy réfréna rapidement sa joie.

- Nous les appelons les Questions. En effet, leur existence vint nous prouver qu'il n'y avait pas que notre Déesse qui possédait des démiurgiques dons... Il y avait également cet autre, dont vous venez de prononcer le nom, XANA. Il chargea ses soldats de nous mener à notre destruction. Peu importait notre vigueur au combat, il en renaissait sans cesse... Commençant à croire nos efforts inutiles, nous décidâmes d'aller questionner plus précisément notre créatrice, mais elle repoussa nos interrogations un temps... Jusqu'à ce qu'elle donnât naissance à son unique héritière, Eli. Nous comprîmes alors: elle n'avait pas de solution. Elle ignorait ce qu'était XANA, où se situait son bastion, pourquoi retenait-il de tels griefs contre nous..."

La jeune femme baissa les yeux vers le symbole lui décorant la paume. Ainsi donc, elle portait la marque d'une guerre ancestrale à même la peau virtuelle...?

- Mais je n'ai vu aucun monstre en arrivant ici..." Objecta-t-elle. Non, il devait manquer une partie de l'histoire... Si le signe de XANA était porteur de si mauvais souvenirs, pourquoi était-elle encore en vie?

- Il n'y en a plus depuis le Teletamera, voilà pourquoi. Depuis la disparition de notre Déesse, et l'avènement de notre Reine Eli". La Sage se tourna vers la susnommée Reine, que le sujet ne rendait pas souriante. Il y avait assurément quelque chose de terrible derrière ce "Teletamera"...

- ... Qu'est-il arrivé?"

- Vous le sauriez si vous étiez elle" Trancha Dancy, visiblement agacée que la conversation se prolongeât ainsi, et de surcroît dans cette direction. Eli lui jeta un regard noir et reprit la parole:

- Si nous sommes toutes encore vivantes, c'est grâce à un pacte que ma mère a passé avec l'Inconnu... C'est pourquoi voir apparaître de nulle part une copie parfaite de la Déesse avec le blason de XANA sur la main pose certaines questions... Auxquelles vous semblez vous aussi chercher des réponses. Dans votre intérêt comme dans le notre, il vaudrait mieux que nous sachions ce qui vous a amenée ici".

Aelita ne put que reconnaitre que ce fut là la seule solution... Après tout, ces créatures ne paraissaient en rien menaçantes... De toute façon, il lui fallait des alliés, et la Reine Eli était prête à la défendre tant que la situation n'était pas éclaircie. Elle s'apprêta à commencer son récit, quand soudain des gardiennes entrèrent avec fracas dans la salle d'audience. Elles semblaient particulièrement agitées...

- Comment osez-vous entrer sans qu'on ne vous y ait invitées?" S'écria Dancy en se redressant. Les femmes reculèrent, comme craignant qu'une marionnette à fils pût réduire en miettes des combattantes à l'air aguerries, puis balbutièrent:

- C'est que... Il y a quelque chose... Dans le Couloir, c'est entré sans prévenir, et... Et nous ignorons ce que c'est et comment c'est arrivé..."

D'un même mouvement, les Sages se retournèrent vers Aelita. "Une Question?"

- Non, non..." La négation vint trop rapidement pour que les Gardiennes parurent réellement convaincues. "Enfin... Ca ressemble à nous, mais c'est comme plus... Rectangulaire, et ça a d'étranges choses rondes devant les yeux..."

Le cœur d'Aelita aurait raté quelques battements s'il avait été présent. Fut-ce possible que...? Jérémie...?

Sans réfléchir, elle se précipita loin des trônes, sans se soucier d'être suivies par les Sages, Eli, ou même Asali. Un espoir agréablement vif vint illuminer la panique qu'était son esprit depuis le début. S'il s'agissait bien de son ami, tout allait mieux se passer, elle n'allait plus être seule, tout serait plus facile...

Elle traversa dans le grand couloir blanc sans s'en rendre compte. Son attention n'avait pas accroché au décor unicolore, toute projetée qu'elle était vers ce qu'elle souhaitait retrouver.

Mais une fois à la porte, elle ne trouva rien. Juste le lieu désert, trop grand, trop décevant. Elle sortit alors du couloir, espérant que le nouveau venu y fût. Il ne pouvait qu'y être... Mais alors que l'élan la mena au centre du socle, elle ne vit personne devant elle. La surprise et l'incompréhension la figea sur place. Le silence lui parut assourdissant quelques secondes...

... Puis le bruit sourd d'une porte qu'on claque vint le briser.

Aelita sursauta. Elle sentit son corps désireux de se retourner, mais... L'image de l'ascenseur de Solar Building, celui qui avait avalé Jérémie, l'avait mené vers l'antre de son double, lui revint en mémoire. Elle revit encore la gueule métallique, le couperet claquant... Bien que le lieu fût différent, son esprit lui hurla qu'il lui fallait se méfier...

- Ca alors, je ne pensais pas que tu viendrais si tôt"

Elle connaissait cette voix. Un peu trop bien même. Sans doute aurait-elle fait l'erreur de se jeter dans les bras de son propriétaire si elle n'avait pas également perçu l'inflexion malsaine. Cette foutue inflexion malsaine.

Défiant toute logique, il était là.

___________________________________________________________


J'aime les mystères et les cliffhangers qui n'en sont pas vraiment.
Voila donc pour mon retour sur cette fanfiction! Je vous retrouve dans deux semaines pour le chapitre 3, d'ici là, portez vous bien!

(A trois minutes près, yeah!)
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 10 Jan 2015 20:57   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1483
Localisation: Sûrement quelque part.
Au vu du commentaire monstrueusement pertinent de Willismine, il va falloir redorer le blason de CL.fr.

Qu'avons-nous? Aelita. Encore et toujours. Je ferai un gros finger à celle du présent, au moins pour le moment, et m'intéresserait plutôt à "la vraie" de ce monde, la Déesse, celle qu'on a paumée.
Que savons-nous? Après l'arrivée sur Lyoko (pas de mention de FH, pour le moment), Aelita a vu les monstres de XANA etc. Elle s'est donc replanquée dans les tours qu'elle a renforcées (et tu réutilises ta métaphore du phare, j'aime) et a créé tout son petit monde. Comme le ferait une enfant. J'ai adoré les Sages en tant que jouets recréés d'Aelita, ce qui est logique puisque les jouets sont un élément important de la psychologie des enfants. Par contre, qu'elle ait réussi à créer des éléments vivants alors que Aelita "standard" n'a jamais rien fait de mieux que des bouts de paysage, et encore elle y perdait des PV au début... Alors certes les tours régénèrent les PV, mais ça règle pas le souci de la puissance.
Quoique...attendez, je sais! Surprised

Aelita crée une Nintendo DS et un Action Replay!
Aelita lance pokémon diamant et capture Arceus!
Et Arceus créa la vie avec ses mille bras...

http://img3.wikia.nocookie.net/__cb20140927044353/pokemon/images/4/40/493Arceus_Normal_Dream.png
Like a boss!



La question des jouets en pose une autre...si ces trois poupées, absolument jamais mentionnées dans la série, sont là, à quand l'apparition de Mr Puck? (a)

Aelita, ensuite, après avoir créé la vie, eut quand même à affronter XANA. Et là j'avoue que ta définition de XANA et de ses créatures m'a magnifiquement charmée. Les Questions et l'Inconnu, pires ennemis d'un monde où l'on sait tout. Dénominations méga philosophiques dans un monde où, vu qu'on accompagne Aelita, tout ce qui est un peu lyrique peut plus facilement s'exprimer. Dont ton style, que j'adore.
Ensuite Aelita a lancé un programme qui a fait disparaître les monstres et XANA n'a plus donné de signe de vie. On ne sait pas pourquoi. En tout cas ça l'a butée, remember l'épisode 6 Cruel Dilemme...(ouais j'établis un parallèle et ça rallonge mon commentaire)

Dernier point qui m'a intéressée et que je traiterai : notre individu mystérieux à la fin. La première idée qui m'a traversé la tête le concernant a été "l'alter de Jérémie". Pourquoi? Je sais pas, le côté maléfique combiné au côté "je me jette dans tes bras", et l'improbabilité de sa présence. Le parallèle des portes a pu m'influencer juste avant aussi XD. Ou alors c'est FH, mais j'aime moins. :c


Voilou, c'était un com', agrémenté d'une image d'Arceus pour meubler, et sur ce je fuis parce que ma fic m'appelle!
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Dim 18 Jan 2015 16:09   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 133
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Trois mois ont passé, temps pour moi de poster un nouveau commentaire donc Mr. Green.

Nouveau « monde » oblige, changement d’atmosphère et je vois que tu n’y es pas allé de main morte de ce côté-là. Adieu la ville cyberpunk sombre et dystopique de Solar Building et bienvenue dans l’utopie virtuelle de Verso et ses paysages fantastiques. Pour un peu, on dirait presque que tu as fait exprès de créer un monde en total opposé avec le précédent. Cependant, s’ils sont moins évidents, les thèmes cyberpunks sont toujours bels et bien là sous la forme de la société virtuelle et du transhumanisme qui en découle, ce qui n’est pas pour me déplaire.^^

Comme toujours, ton style très lyrique et centré sur les métaphores s’accorde à ravir avec la nature du nouveau lieu et les péripéties de notre héroïne. Le Lyoko 3.0 qu’est Verso est en lui-même très intéressant. Non contente de l’avoir amélioré considérablement, la déesse Aelita lui a même apporté le Saint Graal des systèmes autonomes : l’évolution. Ce petit détail paraît anodin mais du point de vue du fan de cyberpunk que je suis, cela crée une opposition intéressante entre Verso et XANA. Cette dernière étant en effet l’archétype du personnage se complaisant dans l’impasse évolutive qu’est l’illusion de la perfection.

Mais assez parlé de cyberpunk Mr. Green. Outre les prémices du nouveau monde en lui-même, ces nouveaux chapitres posent toute une série d’interrogations pour qui sait regarder. Interrogations auxquelles j’ai bien évidemment tenté de répondre :



*extrapolation mode on*

http://www.elbakin.net/plume/xmedia/fantasy/news/autres_films/shya.jpg



Je vais pas spoiler, mais si mes conclusions sont bonnes ce petit cliffhanger n’est que le début de nos surprises Mr. Green.

À dans trois mois donc ^^.

*retourne prendre du LSD*
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Ven 23 Jan 2015 19:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 82
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Oui, nous sommes bien deux semaines après le dernier chapitre. Et oui, me voila! *se sent assez fière d'elle, pour une fois qu'elle est ponctuelle...*
Et comme je ne trolle pas (du moins, pas comme ça), je vous viens avec la suite de nos aventures!

Ainsi que les réponses aux commentateurs!

Willismine: Je n'aurais dit mieux moi-même <3 *s'enfuit* (Bon, j'aurais été plus constructive sur FF.net, c'est déjà ça)

Ikorih: On le verra, mais la Aelita "Déesse" n'est pas tout à fait standard... Enfin, il reste quelques petites choses à voir sur elle. Quant à Mr Puck... Il est encore dans ma manche, nulle inquiétude ~ Merci à toi de ton commentaire, c'est vrai que le monde d'Aelita est génial pour le style, je me sens au milieu d'une gargantuesque sauterie de figures de style quand j'écris les chapitres de Verso!

Robin2553: Eh non, pas trois mois Mr. Green *insiste sur son sujet de fierté du soir* Je n'avais même pas fait attention à l'aspect opposé entre SB et Verso, tiens! Mais il est intéressant, si ce n'est dans ce monde, au moins dans ceux à venir, maintenant que j'y pense... En tout cas, ça fait plaisir de voir que ce monde t'intéresse aussi! Merci à toi de ton passage!

_____________


Sur ce, je vous laisse en compagnie du dernier chapitre du mois de Janvier, ainsi que de quelques révélations! Bonne lecture à vous!

_____________


Monde 2 Verso
Chapitre 3
What you pray for



- Comme on se retrouve, princesse".

La main d'Aelita se serra automatiquement en une boule alerte, électrifiée par l'apparition. C'était impossible... Il était mort, une balle dans le corps, explosé dans la salle des scanners de Solar Building, il ne pouvait pas être là, il ne pouvait...

- Du calme. Je ne me serai pas avisé de faire la guerre moi-même dans mon monde, alors celui des autres, imagine comme cela m'horrifie".

Il ponctua sa phrase d'un petit sourire légèrement trop brûlant pour être totalement rassurant. Toutefois, il fallait admettre qu'il n'avait pas l'air armé. La jeune femme se détendit imperceptiblement, scrutant frénétiquement le moindre mouvement de Belpois.

- Pourquoi te croirais-je? Je t'ai vu mourir. Visiblement la vérité n'est pas ton fort" Tenta-t-elle, le cœur battant. L'homme eut un rire amusé et enfonça ses mains dans ses poches. Derrière la porte, un fracas terrible éclata, témoignant de la panique des Gardiennes, mais le fantôme ne sembla s'en émouvoir.

- Pourquoi avoir fait confiance à Jérémie Belpois, le premier jour? Qu'avait-il de plus que moi?" Questionna-t-il en laissant son regard vagabonder dans l'Infini indigo. Déconcertée par la question, Aelita resta silencieuse. Pourquoi répondrait-elle? Quel intérêt avait-elle à jouer à son petit jeu? Et puis, que lui voulait cette apparition? Cela signifiait-il qu'il était arrivé malheur à son Jérémie?

- Répond. Je ne suis venu que pour discuter, et si cela peut te convaincre, je ne te laisserai t'enfuir tant que notre conversation ne sera achevée..." Soupira le jeune homme.

- Discuter? Quel est ton plan?" Aelita en aurait bien ri. Espérait-il vraiment endormir sa méfiance avec un tel argument?

- Oui, discuter. Et je n'ai pas de plan. Je suis mort dans mon monde, je te rappelle. Je ne peux y retourner, et il est fort probable que je vive mes derniers instants. Alors je passe le temps, tout simplement. Oh, et pourquoi passé-je par des menaces pour simplement bavarder? Disons simplement que je n'apprécie pas qu'on me dise non. Alors, cette réponse?"

Aelita demeura un peu sonnée. Ses derniers instants? Que voulait-il dire? Ils avaient déjà eu lieu, elle était là! Mais lui répondrait-il si elle ne collaborait pas?

Son interrogation dût se lire sur son visage, car Belpois rit et s'approcha d'elle. "Bon. Je te propose un marché. Tu me fournis les explications que j'attend, et je justifie ma présence ici. En termes simples, compréhensibles, et sans mystères. Ca te va?"

Cela semblait correct... Même si Belpois était un ennemi à la solde de XANA, comment pourrait-il se servir de l'information qu'il demande pour vaincre les Lyoko-Guerriers? Il n'y avait pas vraiment de grands secrets derrière la genèse de leur amitié, après tout... Elle acquiesça finalement et rassembla ses idées. Sans mystères... Pourvu que ce qu'elle allait dire n'en fût pas un pour Belpois...

- Eh bien, il était gentil..."

Le revenant parut à la fois déçu et agacé. Il leva les yeux à l'Infini et répliqua d'une voix impatiente:

- Tu l'aurais deviné à partir de quelle donnée? Voyons, Aelita, nous savons toi et moi que tu es un esprit raisonnable. Personne ne peut détecter la bonté et la malice sur la base d'une poignée de phrases échangées. Pourquoi?"

- Il essayait de me comprendre..."

Cette fois-ci, il rit. Mais pas de méchanceté, non. Il paraissait... Attendri.

- Par empathie? Je ne crois pas. Tu étais une nouveauté dans sa vie, quelque chose qu'il n'avait jamais vu et que son esprit de génie sous-exploité ne pouvait que rêver. Il avait certes de l'intérêt, mais il n'y avait aucune sympathie derrière tout cela. Il voulait tes secrets, pas ta personne"

- Tu mens!" Lança Aelita, piquée au vif. Mais Belpois l'ignora et s'avança vers le bord du socle, feignant d'être perdu dans ses pensées.

- Cependant, il parait clair que tu n'avais pas conscience de ses volontés... Pourquoi donc? Tu n'es pas particulièrement bête, et pourtant tu as accordé ta confiance à quelqu'un dont tu ne savais rien... Il pouvait bien s'agir du dernier des psychopathes, tu ne crois pas? Comment l'aurais-tu démasqué? Voyons, c'était la première personne que tu croisais après avoir été jetée dans un monde virtuel et endormie... Ton dernier souvenir ne te laissait pas présager que quelqu'un puisse t'attendre parmi les humains, alors..."

Son visage s'éclaira soudain d'une fausse joie. Il claqua dans ses paumes et se tourna vers la jeune femme, ses pupilles plantées dans les orbes roses. Ses lèvres se détachèrent lentement pour chaque syllabe:

- J'y suis. Tu étais désespérée".

Aelita secoua la tête, sa gorge soudainement lourde. Elle se trouva incapable de décrocher son regard de Belpois alors qu'il continua: "Tu n'avais pas d'autre option, tu étais perdue et isolée. Tu ne pouvais pas laisser passer cette chance de t'en sortir. C'était ça, ou prendre le risque de retourner dans les ténèbres, seule. C'est pour ça que tu l'as cru, quoi qu'il t'ait dit. Tu n'avais aucune carte dans ton jeu. Raison simple, mais terrible, car elle te mettait automatiquement à sa merci. Ca explique aussi pourquoi il est si aisé de te berner".

Aelita s'apprêta à répliquer, mais Belpois reprit en désignant d'un ample mouvement le monde qui les entourait:

- C'est pour ça que, même dans une version alternative de toi, ça grouille de monde! C'est pour ça que, quoi qu'il arrive, la petite Aelita est toujours protégée! Parce qu'elle a peur d'être seule, et c'est comme ça qu'on se retrouve à être la proie des profiteurs!"

- Jérémie n'est pas un profiteur!" Eclata Aelita. Elle n'autoriserait pas qu'on parlât ainsi de son ami! Personne ne l'insultait, et encore moins cet espèce de psychopathe!

Mais ce dernier fut pris d'un fou rire. Sa voix vibra à en briser chaque pixel de Verso, couvrant même les cris des Gardiennes dans le couloir et leurs tentatives de défoncer la porte. Il riait avec tant de vigueur qu'il manqua plusieurs fois de basculer dans le vide. Il resta dans son euphorie un temps, puis passa sa main sur l'arête de son nez. Qu'y avait-il de si drôle...?

- Il ne t'a pas tout dit sur Solar Building, n'Est-ce pas?"

Comment? Pourquoi cela revenait sur le tapis, à présent? Quelle importance la première mission avait-elle? Et qu'est ce que Jérémie aurait pu omettre de lui dire? Ils sont dans une grave mission, il ne leur aurait rien caché...

- Tu crois qu'il tient à toi? Qu'il aurait toujours à cœur de te sauver? Que tu es plus importante que chaque aventure que vous vivrez?" Belpois s'écarta du bord de la plateforme et toisa Aelita avec un étrange enthousiasme, tel un enfant narguant un camarade parce qu'il sait une chose géniale que l'autre ignore. "Alors, dis-moi, princesse, pourquoi a-t-il sacrifié allégrement mon Aelita sur l'autel de la victoire? Hm?"

L'esprit de la jeune femme devint blanc un instant. Son... Aelita? Qu'Est-ce que tout cela voulait dire? Elle ne l'avait jamais vue, elle n'en avait pas entendue parler...

- Tout juste" Reprit Belpois. "J'en avais une, moi aussi. Et comme ton prince charmant, j'aspirais à l'emmener à moi, à lui donner vie. Elle aurait eu un royaume si parfait!"

- Jérémie ne devait pas le savoir..." Murmura Aelita. Mais le fantôme ne la laissa se rassurer.

- Il le savait. Nous en avons discuté. Mais il a détruit mes ordinateurs et le Supercalculateur, sans se demander avant "Tiens, et si nous tentions de sauver cette innocente, plutôt que de foncer sans réfléchir à l'assaut de la forteresse ennemie?" Génie, mais pas altruiste!"

- Nous... Nous n'avions pas le temps! Nous ne savions pas si la Terre allait tenir, et..."

- Vous saviez ou vous ne saviez pas? Il faudrait savoir! De plus, dis-moi, quand avez-vous appris que le temps vous est compté, si c'est réellement le cas?"

Aelita y réfléchit. Jérémie lui en avait parlé avant de sortir de Solar Building, il l'avait appris au cours de sa conversation téléphonique avec la Voix...

... Soit après l'affrontement avec les alters.

Tout de même, auraient-ils pu risquer leurs vies? Ils nageaient en plein inconnu!...

... Comme les Lyoko-Guerriers lors de leurs plongées dans le monde virtuel. Ils n'en savaient finalement que fort peu, et ça ne les avaient jamais arrêtés.

L'urgence de la situation était-elle réellement une explication?

Un silence s'installa, durant lequel Aelita tenta de remettre de l'ordre dans ses idées confuses. Elle ne pouvait croire que Jérémie aurait sacrifié une innocente, l'alter de son Aelita! Il ne l'aurait pas fait, forcément qu'il l'a appris quand il était trop tard, ou alors... Ou alors quoi?

Et pourquoi Belpois venait-il lui dire tout cela? Et s'il cherchait seulement à la troubler? Et s'il mentait?

- Qu'Est-ce que tu fais ici?" Cracha la jeune femme. Elle desserra les poings. Quand s'étaient-ils de nouveau mis en garde...?

Belpois lui adressa un sourire compatissant et répondit: "Je te l'ai dit, je passe le temps. Ma mission envers XANA a échoué, alors..."

- Ta mission?"

- Oui. Vois-tu, quand j'ai appris que des étrangers ressemblant drôlement à moi et mes lieutenants se promenaient sur mon territoire, je me suis posé des questions. XANA, mon virus, qui voit tout, aurait été pris de court autant que moi?" Belpois fit mine de réfléchir, puis rit comme si sa réflexion imaginaire portait en elle toute l'absurdité du monde. "Inconcevable. J'y ai, je dois l'avouer, un peu cru au début, mais avec le temps... Non, cela ne tenait pas. Alors j'ai réfléchi, étudié chaque possibilité. Depuis que j'ai trouvé le Supercalculateur, plus aucune théorie ne me parait farfelue, tu sais... Après recherches, j'ai constaté que personne n'était doté d'une technologie identique ou supérieure à la mienne, aussi ne s'agissait-il pas de monstres destinés à semer le trouble... Et je t'ai vue. J'étais le seul à connaitre ton existence, et ma tour n'avait été piratée, alors comment était-ce possible? Et s'il existait d'autres mondes? Des réalités alternatives, capables d'entrer en contact avec d'autres? Idée plus que tentante, car cela signifiait qu'une Aelita était bien réelle, et que je pourrais me servir d'elle pour percer les secrets de la matérialisation afin de donner la vie à ma princesse..."

Il toucha les cheveux d'Aelita, d'un geste identique à celui qu'il avait eu à Solar Building, l'air complètement rêveur. Mais cette fois-ci il n'en arracha aucun et reprit:

- Alors j'ai questionné XANA, j'ai même été jusqu'à le menacer de l'éteindre. J'aurais eu, après tout, assez de talent pour le remplacer! Il céda alors; il m'avoua qu'il ne vivait non pas dans un monde, mais dans plusieurs. En effet, grâce à quatre adolescents un peu idiots, il était parvenu à créer d'autres mondes, basés sur leur psychologie, leurs doutes. Le moment venu, il les y enverrait, et la faiblesse humaine aurait fait le reste. Que vous soyez déjà en train d'errer dans ses créations était une surprise cependant, c'est pourquoi il n'avait pas compris tout de suite ce que vous étiez... Il ignore encore comment vous avez fait mais il aura la réponse, crois-moi... Vous avez l'avantage, mais pas pour très longtemps, je le crains..."

Aelita souffla. Ainsi, la voix n'était pas XANA lui-même! S'il n'avait pu prévoir l'arrivée des Lyoko-Guerriers, la faiblesse de la garde à Solar Building n'avait rien de mystérieux... Cependant, Belpois avait raison sur un point: cet avantage n'en était plus un si le virus était averti de leur présence à Verso! Sans doute voudrait-il en savoir plus sur le procédé utilisé, mais ferait-il de cette quête une priorité? Rien n'était moins assuré... D'autant que finalement, elle non plus ne savait rien de la Voix... Juste ce que Jérémie lui en avait dit, et c'était faible...

Belpois dut trouver le silence trop long, même pour ses effets de style, car il ne laissa pas Aelita réfléchir davantage et reprit:

- Oui, démon informatique que ce XANA... Compter sur la faiblesse humaine... Plan redoutable, mais et moi alors? N'était-je donc que le produit de l'imagination d'un petit génie en mal de reconnaissance? Tu peux me croire, ce genre de révélation, ça vous choque son homme!" Il prit l'expression exagérée de la surprise et retourna observer l'Infini. "Ainsi donc, j'étais un fantasme... Mais quel fantasme! Et, après tout, qu'est ce que cela changeait? C'en était même brillant! J'ai prouvé qu'un simple adolescent, avec des moyens et de la colère, pouvait mettre un monde à genoux, tout aussi faux est-il, alors imagine! Moi, la personnification de l'imagination d'un garçon, je parviens à dominer la vraie Terre! J'aurais pu remplacer votre pitoyable chef! J'ai donc passé un accord avec XANA: je l'aide à anéantir ses ennemis, et il me donne accès à votre monde, avec toi vivante pour étudier la matérialisation, cela allait sans dire. Quel dommage, quel dommage que ça n'ait pas abouti..." Il secoua la tête, une feinte déception trahie par un sourire. "Mais tout n'était visiblement pas perdu. Après ma mort, je me suis réveillé dans un salle immense, remplie de tuyaux et d'écrans de données. Je me croyais seul, mais... Dans une tombe virtuelle, il y avait mon alter! Jérémie Belpois, endormi! D'après ce que j'ai pu comprendre de ce qui m'entourait, cette étrange capsule permet de donner naissance à ce qui nous passe par l'esprit. Mais les données étaient laborieuses, elles ne parvenaient pas à me fixer... Normal, je doute que tout génie qu'il soit, petit Jérémie sache maîtriser ce genre de technologie! Son délire ensommeillé a dû entrer en contact avec la caspule, mais cela ne doit pas être suffisant pour aller au bout du processus... Je compris alors que ton petit ami rêvait de moi! Donc, tu en concluras comme moi que, dès son réveil, je disparaitrai".

Une nouvelle fois, il offrit une parodie théâtrale de la tristesse.

- J'ai décidé d'aller là où ce monde me mènerai. Puis je t'ai croisée, prisonnière d'un groupe d'amazones en colère. Ma curiosité naturelle m'a poussé à vous suivre, et j'ai découvert que, contrairement à la logique de ce monde, je traversai les matières. Sans doute une conséquence de mon incomplétude... J'entrai sans difficulté dans le palais, j'écoutai ta petite conversation avec la Reine Eli -magnifique, d'ailleurs-, et je vous rejoignis dans l'espèce d'ascenseur virtuel qui m'a mené ici. Et nous voila!" Il écarta les bras dans une mauvaise imitation d'un salut chaleureux.

Et les voilà. Aelita dévisagea Belpois, à la recherche d'une trace, aussi infime fût-elle, prouvant qu'il se moquait d'elle. Mais rien. Il se contentait de tenir la pose, un sourire expectatif plaqué sur les lèvres. Pouvait-il dire la vérité? Ce monde... Serait une création de l'esprit de la jeune femme? Tout comme Solar Building était celui de Jérémie? Mais... Mais que le premier monde qu'elle eût vu fût une vision d'horreur, soit. Et Verso? En quoi cet univers cristallisait ses doutes? Et... Est-ce que Jérémie le savait? Elle s'en voulait d'envisager cela, mais trop de questions tournaient dans son esprit pour que cette dernière fût dénuée de sens. Et si Belpois pouvait lui répondre?

- Est-il au courant?" Elle pria pour ne pas paraître trop désespérée, mais visiblement c'était un échec, car l'ancien tyran baissa les bras et prit un air réellement contrit.

- Oh, j'aurais espéré que tu me le dirais... J'avoue que ça ne serait pas surprenant, n'Est-ce pas? Mais je pense qu'il a compris tout un tas de choses... Dont celle-là. Oui, il doit le savoir. Il suffira que tu lui demandes"

Sans doute, oui... Si seulement elle savait où il se trouvait! Belpois devait peut-être le savoir, s'il l'a vu! Mais encore une fois, ce dernier lut si clair en elle qu'il la devança en riant:

- Non, ne me demande pas où il est. Je suis persuadé que si je te demandais la localisation de ta capsule, tu serais incapable de me répondre."

Non, évidemment. Le portail qui l'avait menée à la forêt avait semblé fonctionner sur un mode aléatoire, il se pouvait donc qu'Aelita ne pût retrouver son point de départ qu'à la faveur du hasard...

... Toutefois quelque chose la troublait dans cette histoire. Que les capsules eurent un pouvoir créateur, pourquoi pas. Mais le Belpois devant elle paraissait posséder des souvenirs auxquels Jérémie n'avait sans doute pas eu accès, du moins l'espéra-t-elle. Il ne pouvait donc être né de son esprit! Ou pas totalement... Il manquait une pièce au puzzle...

- Tu ne me dis pas tout. Comment Jérémie aurait-il appris tout ce que tu viens de me raconter?"

- J'aurais pu le lui expliquer"

- Tu n'en aurais tiré aucun intérêt"

Belpois rit, visiblement acculé. "Oui, c'est vrai. Peut-être l'a-t-il compris... Mais bien vu. Cependant je ne puis te répondre, sinon en extrapolant. Un autre mystère que tu auras à percer, j'imagine... Tout comme le moyen de ramener tes amis. Mais ne penses-tu pas que les Sages, elles, ont le moyen de le savoir? Du moins, si j'ai bien compris... Cela vaudrait le coup de leur demander, non?"

Les Sages! Préoccupée par cette histoire de lien avec Verso, Aelita n'avait pas songé un instant que leur omniscience pourrait lui rendre ses amis! Mais à son réveil, le monde ne paraissait pas paniqué... Alors elles seraient incapables de sentir la présence d'intrus dans les capsules? Faudrait-il attendre le réveil de ses camarades pour qu'ils soient repérables? Et s'ils ne se réveillaient jamais? Qu'importait, au moins savaient-elles sûrement où se trouvaient les tombes virtuelles! Ce serait un début...

- Je dois aller les voir, vite!" Elle se précipita vers la porte, mais Belpois attrapa son bras au vol. Qu'y avait-il encore?

- Oui, tu vas pouvoir me dire adieu, mais pas si vite. J'ai encore une chose à te dire"

Il approcha ses lèvres de la nuque de la jeune femme et y posa un long baiser. Prise de court, Aelita ne réagit pas. Belpois releva le visage et glissa à l'oreille de la jeune femme:

- Je meurs une seconde fois, certes. Mais XANA n'en a pas fini avec vous. Il suffirait qu'il reprenne les données que votre ordinateur possède de vous pour me ressusciter. Il viendra un moment où il aura besoin d'un génie à la hauteur du vôtre, et quand ce jour arrivera, je me ferai un plaisir de prendre ma revanche. J'ai vendu mon royaume pour vous voir tomber et, crois-moi, surplomber tes amis agonisants et impuissants vaudra bien les ruines que j'ai laissé derrière moi"

Un frisson aurait sans doute parcouru Aelita si elle était pourvue d'un système nerveux. Elle lutta pour garder ses pensées ordonnées et répliqua:

- Et si ce jour n'arrive pas?"

- Vous savoir dans une guerre trop grande pour vous est en soi une satisfaction, chérie" Répondit Belpois d'un ton définitif. Il s'éloigna de la jeune femme et s'approcha à nouveau du bord de la plateforme. Mais il devait d'abord lui ouvrir!

- Attend! Tu as fermé cette porte, n'Est-ce pas?" S'écria Aelita. La pensée la traversa et elle réalisa. "Tu as fermé cette porte... Comment?"

- Réfléchis, enfin! C'est un monde virtuel! Une fois que tu en possèdes le code d'accès, tu peux en faire ce que tu veux. Oh, j'oubliais" Le génie se retourna et sortit quelque chose de sa poche. Il s'agissait une sorte de boule blanche, décorée de plusieurs encoches bleu de minuit brillantes comme des néons. Il la soupesa avec affection. "Je me suis permis d'emprunter ça, dans une des Tours que j'ai visitée. Très jolie, beaucoup d'objets intéressants... Et instructifs. Tu devrais te renseigner sur celle-ci, tant que tu as l'occasion" Il la prit à deux mains et l'ouvrit. Aussitôt, une douce musique, comme celle d'une boîte à musique, envahit l'Infini. Elle s'accompagna d'un petit écran bleu, commun à ceux qu'activaient Aelita pour entrer le Code Lyoko. Belpois le pianota quelques instants et, finalement, la porte s'ouvrit. Toutes les Gardiennes, ainsi qu'Asali, Eli, les Sages et leur Cour, se jetèrent alors sur le socle, les réactions oscillant du paniqué au fâché. Belpois les salua d'un ample geste de la main tout en refermant la boule. Eli la remarqua; on eut dit que le monde s'était effondré sur son crâne.

- Que faites-vous avec ça?"

- Nulle inquiétude, j'avais l'intention de vous le rendre" Répondit-il de l'air le plus décontracté de l'Univers en lança l'objet à Aelita. "Et comme je prévois que vous allez me demander mon identité, sachez que vous pouvez vous reporter à votre jeune invitée pour obtenir toutes les réponses que vous voulez" Il s'inclina, ignorant superbement les lances des Gardiennes sifflant dans sa direction et adressa un chaleureux sourire à Eli.

- Ma Reine, ce fut un plaisir de converser avec vous, aussi bref que fut notre échange. Si rêver m'est permis là où je me rends, soyez assurée que vous serez une de mes fantasmagories favorites"

Sur ce, il se laissa basculer dans l'Infini. Asali poussa un cri rageur et se précipita vers lui, mais ce fut de toute façon inutile. Les ténèbres indigo avalèrent le jeune homme, sous les yeux sonnés d'Aelita.

- Où... Où chute-il?" Demanda-t-elle, quoiqu'elle n'attendait pas qu'on trouvât un moyen de le ramener.

- Nulle part et partout. C'est le Genioranos, un ciel universel. On dit qu'à la genèse de Verso, il ne s'agissait que d'un espace blanc que remplissaient petit à petit des données en lettres indigo... Aujourd'hui, il est si chargé que plus une fente immaculée n'est visible..."

- La Mer Numérique..." Comprit avec horreur Aelita. Belpois se serait mêlé aux données de ce monde pour être effacé? Pourquoi? Pour ne pas être simplement tué?

Soudain, elle sentit la pointe d'une lame lui toucher la gorge. Elle se figea, osant tout juste pivoter les pupilles. Asali la menaçait, les yeux électriques. Eli quant à elle fixait la boule dans la main d'Aelita, comme si elle n'osait la reprendre.

- Maintenant, cela suffit. Que manigancez-vous?" Siffla la combattante en pressant un peu plus l'arme contre la jeune femme. Cette dernière pouvait presque sentir des points de vie lui être arrachés. Sentant que garder l'étrange objet en sa possession n'allait en rien apaiser les tensions, elle le tendit à la Reine.

- Je ne vous l'aurais pas volé, j'ignorais qu'il était là et qu'il l'avait en sa possession, je vous jure que je ne suis pas une ennemie..." Pourquoi les évènements ne l'aidaient jamais à éviter les problèmes? Pourquoi devait-elle sans arrêt se justifier? Elle n'avait rien fait! Et si on lui laissait le temps de s'expliquer...

Eli récupéra la boule et la serra contre elle, telle une enfant à qui une peluche fétiche venait d'être restituée. Cependant elle ne fit rien pour calmer sa gardienne. Seules les Sages finirent par s'interposer: Biggy posa sa patte sur le pommeau de l'arme et dit d'une voix tout de même hésitante:

- Pas de meurtre dans notre palais. La moindre des justices serait de la laisser se défendre. Seriez-vous une Question, pour vous en prendre à quelqu'un sans qu'il ne s'explique?"

Asali sembla fléchir, mais ne bougea pas. A défaut de lui faire baisser sa dague, Biggy semblait au moins garantir qu'elle ne s'enfoncerait pas davantage dans la gorge d'Aelita.

- Il l'avait volée..." Murmura Eli en serrant l'objet contre elle. "Il a réussi à le dérober, il aurait pu faire tout ce qu'il voulait de nous et de Verso... Il détenait le pouvoir, pourquoi y renoncer?" Elle redressa les yeux vers la jeune femme. L'incompréhension qui se lisait sur son visage paraissait presque douloureuse. "Vous n'avez pas nié le connaitre. Vous savez qui il est. Est-il de votre monde?"

Aelita aurait volontiers cédé au réflexe de soupirer si elle ne redoutait pas d'être transpercée. Elle rendit son regard à la Reine, espérant qu'elle y lirait toute sa sincérité, et répondit: "Non. Je l'ai rencontré avant de venir dans le votre, mais nos univers diffèrent. Du moins, je le crois...". Elle repensa à la conversation qu'elle venait d'avoir avec Belpois. Elle n'était plus sûre de rien. Comment savoir? Était-il honnête à propos de Jérémie?

- Vous le croyez?" Répéta Dancy, suspicieuse.

Il n'y avait rien à répondre, Aelita n'en savait que trop peu. Mais lui, il devait avoir les réponses. Il fallait aller le chercher. Il fallait lui demander.

- Vous avez des capsules qui permettent de créer objets et êtres en fonction de l'imagination des esprits qu'elles abritent. Je le sais, cet homme et moi venons de deux d'entre elles. J'ai quatre amis probablement enfermés dans ces prisons. Il faut les retrouver. Je ne sais comment répondre à vos questions, mais l'un d'eux, lui, saura. De plus, si nous sommes arrivés ici, c'est que vous êtes en danger. Dans notre monde, nous avons pour mission de détruire XANA, une entité ne vivant que pour nous détruire. Moi et mes camarades avons été envoyés en mission pour le battre dans différents mondes. Nous avons déjà passé celui de l'homme qui vient de vous échapper. Mais le fait que notre commanditaire nous ait envoyés ici prouve que vous n'êtes plus en sûreté".

Elle fit tout pour que la Reine comprit la gravité de la situation, pesant chaque mot avec attention. Il fallait à tout prix qu'elle la crût, qu'elle l'écoutât, qu'elle ordonnât le départ immédiat de troupes à la recherche de ses amis! Belpois l'avait dit, la bataille était engagée, XANA était à leur poursuite...

Mais la réponse qui vint la claqua aussi brutalement qu'un vent de panique:

- Jusqu'à présent, le seul trouble à notre ordre, c'est vous"

Sur ce, Dancy se leva et s'apprêta à quitter le hall d'entrée. Eli baissa les yeux sans rien ajouter. Non, il fallait qu'elles la crurent!

- Ca ne durera pas, croyez-moi! Il faut que vous alliez les chercher! Allez au moins vérifier!"

- Sur la base de quoi devrions-nous vous croire?"

- Sur aucune, mais vous ne pouvez prouver non plus que je mens! Vous pensez que cet homme était un allié? Pourquoi se serait-il suicidé, alors? Si nous voulions le contrôle sur votre monde, pourquoi se serait-il montré, ou mieux, pourquoi ne l'aurait-il pas déjà fait?"

En désespoir, elle se tourna vers Eli et pria pour qu'elle fût gratifiée de son attention. "Vous, vous me croyez, n'Est-ce pas?"

- J'aimerais bien que ce ne soit pas le cas. Cela me rendrait les choses plus faciles" Répondit la Reine dans un demi-sourire. Aelita profita de ce qu'elle avait encore la main avec celle qui prenait les décisions finales- tout du moins l'espéra-t-elle- et elle reprit, plus convaincue que jamais:

- Alors tentez le coup! Je ne ferai pas un mouvement sans votre autorisation jusqu'à ce que vous soyez assurée de mes bonnes intentions!"

Eli resta un instant silencieuse, pensant le pour et le contre comme si son choix pouvait condamner l'Univers tout entier. Ce qui ne devait pas être si loin de la vérité pour elle. Les Sages l'observèrent, immobiles au milieu de la plateforme, suspendues avec frustration à des pensées qu'elles ne pouvaient percevoir. Quant à Asali, elle paraissait plus clairvoyante, passant au fil des secondes d'inquiète à désapprobatrice. Finalement, elle baissa sa lame juste avant qu'Eli ne déclare:

- ... Envoyez des Gardiennes à chaque Thalaam. Si certaines sont habitées, que rien ne soit déplacé ou touché sans mon accord"

Elle se détourna, commença à s'éloigner, puis considéra l'objet qu'elle tenait. Enfin, elle jeta un regard à Aelita et lui dit avec une écrasante gravité:

- J'espère de tout mon être que tu nous mens".

_____________________________________________________________


Il avait l'impression de flotter. Une légèreté comme jamais il n'en avait vécue traversait son être. Son corps avait la texture d'une brume matinale, touchant tout, s'accrochant à tout, défilant dans une lenteur cérémonieuse. Ce fut ce qui lui fit comprendre qu'aucune des secondes qu'il expérimentait n'était réelle. Il nageait en plein onirisme.

Puis, soudain, un courant d'air passa. D'abord doux, hésitant, il se renforça au fil de son infiltration dans la brume, balayant toujours plus de particules, effaçant l'immatérielle force qui soutenait l'être. Son corps renaissant vint la remplacer, le rappelant à un passé perdu dans le brouillard. Peu à peu, il sentit que la couverture qui le protégeait du monde s'éloignait, laissant son enveloppe physique dénudée et à nouveau consciente. La vent toujours plus cruel dévorait son visage, et dans ses sifflements il crut entendre: "Tu ne t'échapperas pas".

Noir complet.

L'instant suivant, il sentit le froid du marbre sur son dos. La sensation le paralysait, le liait dos contre terre à quelque chose dont il ne savait rien. Il essaya d'ouvrir les yeux, mais il ne semblait pas posséder de paupières. Il tenta de les retrouver tout de même. Autant chercher comment se réveiller. L'un comme l'autre s'avérait sans succès. Une sorte de malaise, sorti des catacombes de sa raison, émergea. Quelque chose clochait, mais il ignorait de quoi il s'agissait exactement. Il avait l'impression de devoir s'indigner contre tous les maux et toutes les erreurs de l'humanité, mais pourquoi?

Un souffle lui répondit. Tout aussi chaleureux que l'autel sur lequel il reposait, et pourtant il lui évoquait un sourire. Narquois, dominateur, vainqueur. Ca l'aurait figé s'il n'était déjà fait de pierre. Il attendit qu'une déclaration vînt lui expliquer, lui confirmer qu'il était vivant et qu'on pût vraiment vouloir lui adresser la parole... Mais un second souffle compléta la précédente parole muette, plus faible, plus éteint. Le dernier aplomb d'un condamné. La dernière provocation de celui qui n'avait pas peur du cru éclat de la funeste faux d'argent.

Lumière.

___________________________________________________________



Voila donc pour ce nouveau chapitre! Alors, ce retour vous a-t-il plu? Surpris? Donné envie de fracasser votre ordi? De faire des crêpes?
*s'égare*
Comme je semble bien tenir mes plannings, je vous dis à dans deux semaines! Passez un bon début de Février!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Ven 23 Jan 2015 21:45   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1483
Localisation: Sûrement quelque part.
Citation:
Alors, ce retour vous a-t-il plu? Surpris?


Il y a quelques temps, je disais...
Citation:
Dernier point qui m'a intéressée et que je traiterai : notre individu mystérieux à la fin. La première idée qui m'a traversé la tête le concernant a été "l'alter de Jérémie"


Et en lisant, je me suis dit : Wheeeee!

Bref, tu l'auras compris, je suis contente que mon hypothèse soit juste. Le dialogue était juste excellent. J'adore le personnage de Belpois (y). Et suivre cet échange entre lui et Aelita, où il cherche à la fois à comprendre mais aussi à semer le doute par rapport à Jérémie, peut-être dans une certaine forme de jalousie. Ou peut-être juste pour nuire, mais c'est pas trop son style, il reste un dérivé de Jérémie.
Sa tendance un peu théâtrale renforce magnifiquement bien ses petits aspects humains, qui ne font eux-mêmes que souligner ses allures de psychopathe. Il est juste exceptionnel comme perso. On le reverra encore? (a)

Bon du coup y a eu moins de descriptions et ton style de la mort a moins pu m'éblouir. D'ailleurs quelques concordances de temps m'ont paru bizarres :
« alors qu'il continua »
« Ils sont dans une grave mission, il ne leur aurait rien caché »
« Belpois devait peut-être le savoir, s'il l'a vu »
J'aurais utilisé l'imparfait dans les trois cas x). Je sais pas trop si ces cas sont isolés, j'ai pas fait trop attention en lisant. Mais ils existent. x)

Ceci étant réglé, le point central : les capsules. Nos tombes blanches, en somme (Metallicaa). On apprend que chaque LG est contenu dans l'une d'entre elles, et que d'ailleurs, elles semblent connues des habitantes de ce monde...leur pouvoir de création me donne atrocement envie de faire le lien avec la toute-puissance d'Aelita la créatrice. Je peux? Trop tard, c'est fait. Mr. Green
Celle de Jérémie s'ouvre. Est-ce que ça va faire un jeu de piste, en mode "chasse au LG"? Est-ce que il va sortir sur un autre territoire? Est-ce que? *SBAF*. Reprenons. On a en fait un point central², la bouboule magique ramassée par Belpois. Elle semble puissante, assez pour contrôler le monde. Et puisqu'elle se trouvait dans la tour, c'est peut-être en lien avec le pouvoir d'action des tours sur les mondes virtuels, mais je ne m'avancerai pas trop de ce côté. Elles sont encore trop mystérieuses.


Et pour terminer, je dirai...
« Vous saviez ou vous ne saviez pas? Il faudrait savoir! »
Que ceci était épique.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Sam 31 Jan 2015 20:27   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 133
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
VioletBottle a écrit:
Alors, ce retour vous a-t-il plu? Surpris?


Personnellement, je m’attendais au retour du petit mégalo depuis solar building. Certain signe narratif ne trompe pas…

Par contre, j’ignorais où et comment, et je dois dire que si surpris est peut-être un terme un peu fort, cette rencontre à l’improviste est des plus intrigantes. Il est effectivement clair au vu des dialogues qu’il y a anguille sous le basalte. Plusieurs petits piques de narration et de cohérence semblent notamment indiquer que notre cher Belpois n’est pas tout à fait honnête dans son beau discours. Le plus probable à mon sens étant que le génie maléfique vient de nous montrer ses talents de suggestion et de manipulation.
Tout cela vient renforcer mon impression qu’un Shyamalan est en approche Mr. Green. Et si j’ai quelques suppositions sur la forme qu’il prendra, je n’exclus plus maintenant la possibilité d’être surpris. En particulier avec ton mystérieux dernier paragraphe.

Vivement la suite !
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Willismine MessagePosté le: Dim 01 Fév 2015 13:11   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 09 Avr 2014
Messages: 106
Localisation: Les deux mains dans le chocolat.
Franchement, c'est pas le genre d'histoire où j'ai envie de prédire ce qu'il va se passer. J'ai plus envie de me laisser porter par les événements. A la limite, d'imaginer des motifs absurdes pour ce qui va suivre, mais, eh ! de me gâcher toute la surprise en réfléchissant ? Non merci, il y a d'autres trucs pour ça. Et puis franchement, se gâcher un tel morceau... Chacun son truc. Je ne suis pas maso Razz

Alors ce chapitre... comme prévu, c'était Jérémie. Je suis triste d'avoir cherché. J'aurais dû me cacher les yeux. Enfin. Pour le coup des capsules-cercueils, je ne chercherai pas xD.

"- Répond." > réponds et "- Attend !" > attends
"il fallait qu'elles la crurent!" > croient, plutôt, j'imagine.
"qu'elle fût gratifiée" > fut et "vînt" > viennent
"n'Est-ce pas" > la majuscule qui traîne

Le 'petit' dialogue avec Jérémie était très appétissant. Très riche en infos. Mais je ne saisis pas. Si Jérémie bis se tue encore, et que son discours est censé être de la manipulation, c'est qu'il les attend dans le monde suivant ? En tant que prochain rêve ? C'est qu'il sait déjà ce que Xana y a prévu et qu'il pense avoir une chance de réussir ce pourquoi il avait passé son marché ? Mais comment il peut être si certain que Xana le ressuscitera ? En tout cas, c'est un personnage qui tout à coup me plait énormément. Il a la classe. J'aime ses motivations et son arrogance.

Beaucoup de tension, pleins d'infos mais pas encore de réponse claire ; du suspense, j'adore. Et sinon, la scène finale est écrite avec une classe incroyable, très intrigante. Vivement la suite.
_________________
Willismine : nom égoïste. Vieux psychotrope interdit à la vente.
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png

Ma fiction : Les Voyageurs
Avatar made in Dyssery.

Lé siniaturre sé tro ouffe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
VioletBottle MessagePosté le: Ven 06 Fév 2015 23:08   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 82
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Bonsoir!

Après avoir vécu une micro frayeur (mon ordinateur adôôôôre faire écran noir aux meilleurs moments), me voici parmi vous pour la suite promise!

Avant toute chose et parce que j'ai peur que le troll qui me sert de pc ne replante avant que j'aie eu le temps de publier, je passe aux réponses direct!

Ikorih: (Non, cette réponse était déjà là hier soir *sifflote*) Merci pour ton commentaire! J'aime aussi Belpois, comme je le clame depuis hier, aussi il se peut qu'il revienne, en effet ~

Icejj: Pond donc, pond donc, j'espère te donner de la matière pour ce faire o/

Robin 2553: En effet, en effet, Belpois m'intéresse, comme personnage, et pas seulement en tant qu'alter de Jérémie... Je ne pense pas qu'il ait livré tous ses secrets. En tout cas, heureuse que cela te tienne en haleine!

Willismine: Même chose que plus haut, Belpois reste un mystère pour le moment. Concrètement, il ne faut pas oublier qu'il est "revenu d'entre les morts" et qu'il est persuadé que XANA aura besoin de lui et cherchera à le ramener, d'une manière ou d'une autre, alors se tuer pour lui, ce n'est pas dramatique. Mais il a des plans en tête, c'est certain.

_____________


Voici donc le chapitre 4! Bonne lecture à vous! o/

_____________



Monde 2 Verso
Chapitre 4
Conflict


Le ciel étincelait d'un bleu parfait, immuable et stoïque. Aelita n'avait pas la moindre idée de combien de temps elle avait passé à Verso, rien dans le décor ne semblait enclin à marquer la course des heures. Elle s'était étonnée de constater qu'aucune des femmes de ce monde ne déjeunait, mais quand elle s'était décidée à interroger Eli sur la question, elle se souvint de son insensibilité aux climats, à la fatigue ou à la douleur et comprit que rien ne venait rythmer les vies de l'univers virtuel. Bien sûr, cela ne la troublait pas, Lyoko avait été un terrain d'entraînement pointu à ce sujet, mais... Mais elle ne savait pas. Sans doute ne cherchait-elle qu'une distraction quelconque. Les idées tournaient dans son esprit sans repos, marquant de leurs griffes acérées le souvenir des derniers évènements. Jérémie, Belpois, le passé de Verso, celle qui avait été sa jumelle, l'Inconnu et les Questions... En fait, surtout Jérémie. Elle n'avait eu de cesse de tenter de se convaincre que jamais il ne lui aurait menti, mais... Mais l'alter avait raison. Quelle preuve possédait-elle? Elle ne pouvait lire dans les têtes ou prendre possession de la raison des autres, alors qu'en savait-elle, des murmures fantômes glissés à l'oreille de son ami? Il faudrait lui poser la question, c'était certain, mais si la réponse obtenue n'était pas celle espérée? Escomptait-elle la vérité ou le soulagement? Et, surtout, à quel point sa curiosité maladive détruirait les bases de l'amitié entre les deux génies? Cela en valait-il la peine?

Elle n'en savait rien. En attendant, elle essayait de ne pas se noyer sous le chaos de questions en caressant pensivement une de ces étranges créatures qu'elle avait rencontrée lors de son arrivée. Elle l'avait trouvée par hasard, errant dans les couloirs de la Tour Royale où elle était assignée; il s'avérait que l'endroit possédait plusieurs étages, accessibles par des portes-voiles dissimulées de part et d'autres de la Salle du Trône. Celui dans lequel elle s'était réfugiée était une espèce d'auditorium géant aux murs de voiles d'argent pâles, doté d'une estrade d'un vert sinople éclatant qu'entouraient des rangées de sièges auréolins. L'animal gambadait joyeusement entre les rangées, ne s'interrompant qu'en apercevant la visiteuse, et encore ne se défit-il pas de son enthousiasme. Attendrie, Aelita l'avait guidée jusqu'à un siège en aval de l'auditorium et n'avait depuis pas bougé. La bête se lovait contre sa paume, demandeuse et confiante, ses pattes impatientes pianotant joyeusement le sol lisse du palais de la Reine. Les voiles décorant les épaules de la jeune femme la couvrait telles des vagues rosées, portées par un maintien naturellement altier. Aelita avait cependant fini de s'en étonner. Depuis qu'elle était à Verso, elle se sentait une autre, plus grande, plus forte. Déesse. Était-ce l'influence de la créatrice de ce monde qui l'enveloppait? Ou alors, avait-elle réellement été cette femme, pendant un temps que sa mémoire a banni? Au point où elle en était, cette idée ne lui paraissait pas saugrenue. Elle envisageait bien que son meilleur ami fût un manipulateur calculateur...

- Ce Konnkotro vous aime bien, dirait-on"

Aelita sourit en reconnaissant sa voix, copie exacte de la sienne avec quelques années de mue. Elle se retourna sans éloigner sa main de l'animal pour remarquer qu'Eli avait changé de tenue. Défaite de sa robe moulante, elle arborait désormais une ample tunique retenue sur son épaule gauche par la même broche qui décorait sa précédente cape. Elle paraissait bien plus simple, bien plus... Accessible. Ses lèvres s'étiraient en une timide expression, mais la jeune femme ne s'en formalisa pas. Au moins la regardait-on avec autre chose que de la curiosité gênée... De plus, son esprit lui chuchotait que la Reine n'était pas une menace. De quoi accentuer la sensation de familiarité qui grandissait en Aelita dès qu'elle pensait à Eli. Décidée à saisir l'occasion d'une conversation apaisée, elle se retourna vers la créature pendant que la Reine s'asseyait à ses côtés.

- Comment avez-vous dit que cela se nommait?"

- Un Konnkotro. Elle les a créés selon les souvenirs cumulés de bêtes d'un monde ancien qu'elle a connu. Elle n'avait pas la moindre idée de ce que cela donnerait, mais j'étais curieuse de connaître les limites de la création dans notre royaume..."

- Oh, ce n'est pas pire que les dessins d'enfance d'Ulrich, je te rassure..."

- Ulrich? Une de tes amies disparues?"

- En fait, c'est "un ami".." Rit doucement Aelita face à l'ignorance de la Reine, ainsi que du soudain tutoiement que cette conversation avait laissé filer.

- "Un"? C'est à dire que c'est une autre espèce que toi? Il y a vraiment une espèce qui s'appelle "ami" d'où tu viens?"

- Non, non" S'empressa de nier la jeune femme, sentant Eli s'embrouiller dans ses explications. Mais comment expliquer à son interlocuteur une notion qu'il n'a jamais envisagé? C'était vrai qu'elle n'avait pas vu d'homme à Verso, aussi était-elle arrivée à la conclusion qu'il n'y en avait pas. Si la précédente souveraine créait ses sujettes à son image génétique, cela pouvait en effet justifier l'exclusivité sexuelle... Mais cela ne l'aidait pas à trouver ses mots. "Eh bien... Tu vois, chez moi, il y a des femmes, des créatures comme toi et moi physiquement, et puis il y a des hommes. Des, euh... En fait, imagine-toi avec une poitrine plate, plus de poils..."

- De quoi?"

Ah. Oui. En dehors des cheveux, qui n'étaient de toute façon pas des poils à proprement parler, la pilosité était une question inconnue pour ce monde virtuel. Bon, autre argument. "Laisse tomber. Donc, une poitrine plate, un corps plus musclé..."

- Plus musclé qu'Asali?"

Pas vraiment, en fait. La Gardienne pouvait bien rivaliser avec Jim. Ou non, pas vraiment. Enfin, elle l'impressionnerait sans doute. Elle impressionnerait tout le monde. Même Delmas, sans doute. Enfin bref, ce n'était pas la question. Autre argument, donc. Sauf que le plus imposant qui restait était difficilement exprimable en termes clairs, et Aelita n'avait pas envie de vivre un tel moment. Elle tâcha de faire comme s'il n'était pas important et se hâta de conclure un exposé déjà fort peu efficace:

- Bon, disons que nous, nous avons des personnes qui nous ressemblent, avec quelques différences. Tu verras quand on les aura retrouvés, ce sera plus simple"

- Est-ce comme l'être qui a infiltré la Tour Proelys? Il m'a paru assez étrange, mais je pensais juste à des curiosités de codage..."

- Oui, enfin... Un peu, j'imagine..." Contourna Aelita qui ne sentait pas monter en elle un désir d'y repenser.

Eli l'observa un instant, fortement perplexe. L'idée de ne pas pouvoir comprendre quelque chose paraissait réellement dépasser sa conscience, mais pour le moment, Aelita ne savait comment mieux faire. Comment était-il possible que des évidences fussent si compliquées à exprimer? Elle se tourna à nouveau vers le Konnkotro, constatant que rarement elle avait eu à s'absorber dans quoi que ce fût pour cacher son désarroi. Sans doute ces bêtes ne connaissaient pas non plus la sexuation... Elles avaient réellement l'air asexuées... Quel choc cela produirait pour Verso de voir un nouveau genre d'humanoïde fouler ses terres! Finalement, même le monde du savoir ne possédait pas toutes les connaissances... Aelita sentit un sentiment étrange grandir en elle. Cette femme, Eli, elle était sensée représenter l'omniscience, avec les Sages, et pourtant elles en savaient moins que l'étrangère... Et si cette dernière avait pour mission d'apporter une parole nouvelle dans ce monde? Si c'était ainsi qu'il faudrait vaincre XANA? Elle ignorait ce qui avait interrompu la bataille entre le virus et Verso, mais peut-être que l'ennemi profiterait d'une faille dans le savoir des créatures virtuelles pour attaquer?

Si c'était vrai, il faudrait agir vite. Et pour ce faire, en savoir plus. Aelita n'avait aucune idée du temps qu'il faudrait aux Gardiennes pour retrouver ses amis, de toute façon elle ne pourrait non plus estimer si ce sont des minutes ou des heures qui sont passées depuis la scène sur la plateforme de Proelys, et c'était là le principal argument en faveur d'une quête plus approfondies d'informations. Le Teletamera, l'évènement qui avait mis fin à la guerre entre XANA et Verso... Qu'était-il? Le virus avait-il été vaincu? Difficile à croire, sinon les réactions de la Reine et des Sages à la vue de la marque sur la paume de la jeune femme auraient été autres... Mais un allié? Il n'y avait pas la moindre trace de sa présence dans ce monde...

Tout cela était affreusement compliqué. Aelita n'était pas une fille idiote, loin de là, mais la panique ambiante exacerbée par sa solitude forcée ne l'aidait pas à remettre ses pensées en place. Même le calme présent imposé par l'attente de nouvelles paraissait plus écrasant que reposant.

Elle finit par soupirer, feignant d'ignorer les coups d'œil intrigués d'Eli. Certaines questions n'avaient pas à exister, pas encore... Leur temps viendrait bien assez tôt. Il fallait profiter de la tranquillité pour pourvoir à l'essentiel: les données manquantes que possède la Reine. Et se clarifier l'esprit, aussi. Si elle voulait interroger Jérémie quant aux paroles de Belpois, il serait préférable d'avoir la tête froide. Donc, limiter les dégâts à venir en se défaisant de la tension accumulée. Et puis, elle avait promis un récit à Eli...

- J'ignore ce qu'il est advenu de votre mère, mais je suis sincèrement désolée de n'avoir pu vous soulager de son absence..."

Son commencement prit de court la Reine, qui garda une expression de pure perplexité pendant quelques secondes. Aelita se demanda soudain si c'était là la meilleure façon de procéder, mais Eli répondit à ses inquiétudes:

- ... J'étais la seule à y croire, de toute façon. Vous lui ressemblez, et j'aimerais maintenir l'illusion encore un peu, mais je devine qu'il ne s'agit pas que de moi dans cette histoire. Votre venue a un sens pour mon royaume. Si j'espérais si fort que vous étiez notre Déesse, c'était parce que vous auriez enfin apporté ce que mon peuple attend: une lumière parfaite".

- Vous ne semblez pas détestée" Nota Aelita, arrachant un petit sourire à Eli.

- Non, bien sûr, mais je n'ai rien de ma mère... A vrai dire, je dois mon trône à ce qui faillit le détruire, autrefois. Je n'étais pas prête, et pourtant je fus plongée dans le vide. Ce n'est pas une expérience souhaitable, crois-moi"

Ce fut à Aelita de sourire. Oh, elle comprenait... Trop bien à son goût, même.

- Ma vie à moi aussi est une succession de sauts dans les ténèbres, vous savez. Pas de famille..."

- De quoi?"

- Non, laissez tomber. Encore un concept de mon monde. Enfin, ce que je veux dire, c'est que je sais que vous avez peur de ne pas avoir les épaules pour endosser un utopie comme la votre"

Eli secoua la tête en regardant au loin. "J'ai vu ce qu'était l'horreur, le chaos qui a donné naissance à cette utopie, comme vous dites. L'inconvénient d'un monde au sommet de la perfection, c'est qu'il ne peut plus que redescendre. Tout ce que vous avez sous les yeux est en permanence sur le fil, et cela fait quelques temps que les pieds s'usent à marcher en funambule. Du moment cependant que je suis la seule à le ressentir ainsi, cela me va. La nouvelle génération de Verso n'a pas à connaitre les mêmes instants que nous, elle ne doit pas se répéter, et pour ce faire, elle ne doit pas savoir. La simple connaissance est parfois bien suffisante pour mener aux abymes..."

Aelita ne répondit rien, incertaine. Si Jérémie avait été là, il aurait sans doute protesté avec énergie! Entendre que le savoir était parfois plus appréciable caché, cela devait sans doute toucher à l'hérésie pour lui.

Mais là n'était pas la question. Avec Eli, la jeune femme se découvrait un nouveau talent pour la divagation. "Je croyais votre monde basé sur la connaissance totale... Vous êtes une Reine bien contradictoire"

- Et vous, vous êtes la preuve que notre logique est incomplète. Le plus souvent, l'ignorance elle-même est ignorée, je le vérifie tous les jours quand j'entend les récits erronés sur les derniers moments que moi et ma mère avons partagés. Mais je ne dis rien, car croyez-moi, la paix n'aurait plus longtemps à vivre si la vérité venait à être sue..."

- Cette vérité a un rapport avec XANA?" Osa Aelita, hésitante mais consciente qu'il faudrait, de toute façon, se pencher sur le sujet. A son grand soulagement, la question ne souleva ni indignation ni tristesse chez la Reine. Plutôt une étrange... Mélancolie?

- Je devine qu'il ne compte pas parmi vos amis, dans votre monde. Comme vous le savez, ici il fut un ennemi mortel, pendant les premiers temps. Puis une puissance étrangère à nous arriva, et balaya aussi bien nos troupes que celles de l'Inconnu. Ceux avec qui nous nous battions la veille se trouvèrent être aussi traqués que nous. Pire, si nous nous disputions des territoires, le troisième camp, lui, ne semblait souhaiter que notre destruction à tous. Je me souviens encore des pans de territoires disparaissant brutalement en avalant des nôtres, à une vitesse parfois trop rapide pour que la Déesse puisse les rebâtir tout à fait... Et les modifications de l'environnement, piégeant et menaçant et détruisant... Le seul lieu qui jamais ne connut d'attentat était la Tour Proelys. Était-elle intouchable ou bien l'ennemi n'avait-il tout simplement aucun intérêt à l'attaquer? Impossible encore aujourd'hui de trancher, même si le consensus se tourne vers la première réponse"

- Alors le Teletamera est le nom de cet ennemi?"

- Non, pas du tout. C'est celui des secondes finales du règne de ma mère, marquées par la mort de toutes les guerres".

Soudain, un trio de Gardiennes se rua vers les deux femmes, claquant des talons dans la précipitation. Leur entrée fracassante coupa net la conversation, mais provoqua chez Eli et Aelita une identique expression de surprise. Les trois combattantes ralentirent le course aussitôt, comme redoutant d'avoir manqué à leurs devoirs envers leur Reine en fonçant telles des furies, puis s'arrêtèrent devant elle. La jeune étrangère ne put s'empêcher de remarquer les regards vers elle, de toute évidence, les Gardiennes hésitaient à parler en sa présence. La souveraine le vit aussi, mais le plus impressionnant fut qu'elle se dressa d'un trait.

- Sont-ils localisés?"

- Oui, ma Reine. Les quatre intrus ont été retrouvés, mais... Mais l'un d'eux a forcé sa Thalaam".

_____________________________________________________________


La première chose qui frappa le regard d'Aelita était l'agitation frénétique qui régnait.

Jamais Aelita n'avait vu Yumi dans un tel état. Quand elle était entrée dans la Tour du Royaume des Glaces, Paeno, elle courait en tout sens comme un chien enragé, réclamant que l'on libérât ses amis. Sa voix frappait les murs avec une force égale à celle de ses pas contre le sol artificiel, et elle ne semblait pas se soucier le moins du monde du décor peu habituel qui l'entourait. Elle-même était vêtu d'une sorte de version virtuelle de sa tenue de guerrière, associant une combinaison rouge de Mars et un manteau à haut col noir. Ses cheveux étaient relevés en un chignon d'où ne s'échappait qu'une petit mèche ondulée blanche, enroulée dans des rubans byzantins. Ses yeux s'étaient éclaircis sous l'effet de la lumière ambiante et paraissaient réellement orageux, inquiétante confirmation de l'adage voulant les pupilles porte-paroles de l'esprit. Les Gardiennes alentours n'osaient intervenir, hésitant visiblement entre l'abattre sans sommation et tenter de l'arrêter. Seule Asali, déjà présente sur les lieux, essayer de raisonner l'adolescente avec un calme relatif, sans succès. Sans doute le fait qu'elles ne parlaient pas la même langue ne facilitait en rien la situation...

La seconde chose que les yeux d'Aelita capturèrent fut la Thalaam, renversée sur le flanc et séparée de son couvercle, sifflant des éclairs dans un chant agonisant, contrastant avec le silence de mort des trois autre tombes. L'interface qu'affichait la surface paniquait complètement, sautant comme un ordinateur cherchant désespérément à charger un contenu. Il n'était pas difficile d'imaginer que la jeune femme, en se réveillant, avait dû être assez déboussolée, et dans son élan avait chuté avec sa capsule. Mais alors... Ces machines étaient-elles comme les lieutenants de XANA? Pour qu'elle fût abîmées, elle devait sans doute posséder des points de vie ou quelque chose du genre... En tout cas, cette vision n'étonnait pas qu'Aelita, car à ses côtés, Eli s'était arrêtée, interdite. Pendant un instant, elle se désintéressa de l'intruse qui semait le trouble dans la Tour et observa la Thalaam, comme si la réponse pouvait être entendue entre deux grésillements. Au bout d'un moment, ses yeux s'écarquillèrent et elle sortit d'une poche de sa tunique l'étrange boule que Belpois avait volée et la soupesa dans sa main. Ses encoches étincelaient de leur lumière nocturne, pareille à celle qu'avait déjà vue Aelita à Proelys. Et pourtant, Eli ne parut nullement apaisée et continuait de passer ses doigts le long des lignes avec une lenteur mesurée. A la regarder faire, Aelita commença à sentir une angoisse monter en elle. Quelque chose n'était pas normal... L'alter n'avait jamais affirmé n'avoir manipulé l'objet, mais... Mais pourquoi lui faire confiance, au fond...? Il aurait très bien pu l'avoir altéré, ou s'en être servi pour son plan, ou...

- Libérez-les, je vous dis!"

Le cri de Yumi fit sursauter les deux femmes. La Reine remarqua enfin la Lyoko-Guerrière agitée et plissa les yeux, intriguée. Mais Eli ne demanda pas plus d'information et rangea prestement la relique dans sa poche. Elle fit un geste en direction d'Asali, qui aussitôt brandit son arme d'un air entendu.

- Vous n'allez rien lui faire?" Se précipita Aelita, prête à s'interposer. Eli se tourna vers elle et lui adressa un rassurant sourire.

- Un combattant n'apprend pas qu'à abattre. Si besoin est, Asali arrêtera ton amie sans l'endommager"

La jeune femme hocha lentement la tête, incertaine. Elle avait pris la résolution de faire confiance à la Reine, mais au fond, pour cette dernière, Yumi avait tout d'une menace, et sans doute la protection de ses sujets avait plus d'importance qu'une promesse faite à un sosie de sa mère...

Elle ne bougea pas d'un iota quand Eli, avec une grâce majestueuse et un calme olympien, s'approcha de la jeune femme. Cette dernière la défia du regard, comme si elle voyait tous les dangers de l'univers affluer dans sa direction. Une immobilité expectative s'abattit sur les Gardiennes, dévorant des yeux leur Reine, oubliant presque de tenir l'intruse à l'oeil. Mais plus la Reine s'avançait, plus s'effaçait l'aura belliqueuse de la japonaise. Elle se détendit doucement quand la souveraine arriva à son niveau et lui sourit.

- A... Aelita?"

La princesse de Lyoko ne sut si elle s'adressait à elle ou à Eli. Elle semblait fasciné par la vision qui lui faisait face et, en dépit de tout ce que des années de bataille lui avaient appris, elle laissa une créature inconnue et virtuelle lui caresser doucement les pommettes.

- Mon nom est Eli, et tant que je suis, rien ne t'arrivera"

La phrase, aux allures de promesse sacrée, emplit la pièce et étreignit chaque être. Une aura aussi douce qu'un voile se posa et remplaça le vide de l'espace. Toutes, Yumi comprise, parurent apaisées en voyant la Reine frôler de son front celui de la jeune femme. Cette dernière ferma les yeux comme guidée par une énergie nouvelle et rassurante, et se relâcha tout à fait. La Reine et l'étrangère paraissaient enfermées dans un cercle exclusif, unies le temps d'un contact surnaturel. Aelita observa la scène, non seulement tranquillisée, mais également... Fière? Attendrie? Elle n'était pas la mère d'Eli, et pourtant... Était-ce cela que l'on ressentait quand on voyait son alter, une femme que l'on pensait être le fait d'Aelita quelques instants auparavant, aussi forte et magnifique?

Soudain, le monde fut touché par le sortilège de sa maîtresse. La Thalaam paniquée cessa de tourner et s'éteignit, comme sombrant dans un salvateur sommeil. Une onde de puissance céruléenne grandit comme une flamme sur les murs de la Tour et l'illumina tandis que les trois autres tombeaux s'agitèrent. Des lignes folles d'information circulèrent sur les écrans, à une vitesse telle que les yeux d'Aelita ne virent qu'une course surréaliste de chiffres et de lettres, une valse spectaculaire de comètes au sein d'une galaxie hyperactive. Par intermittence, des images filaient, mais leur vivacité n'autorisa Aelita à n'y voir qu'un chaotique amas de couleurs au sens incertain. Était-ce la mémoire des prisonniers se reformant dans la Thalaam avant qu'ils ne s'éveillèrent, était-ce des rêves, ou la représentation de leurs sentiments? Dans tous les cas, elle se tint à l'écart et laissa les pouvoirs d'Eli agir, trop hypnotisée par la situation pour ne serait-ce que se rappeler comment bouger.

- Qu'Est-ce que..." Murmura Yumi, encore sonnée mais légèrement intriguée, alors qu'Eli s'éloignait pour examiner les Thalaam au calme.

- Ne t'en fais pas, il n'y a pas d'ennemi ici" Tenta de la rassurer Aelita en s'approchant. L"adolescente sembla la remarquer pour la première fois.

- Que... Aelita? Et... Et elle, qui..."

- Elle s'appelle Eli, c'est la Reine de ce monde. Et ma fille" Aelita ne sut pourquoi elle avait dit cela. Ce n'était pas exact... Mais quelque chose en elle l'avait senti différemment, et l'espace d'un instant, elle y avait cru. Elle s'était reconnue en la souveraine, tout ce qui la constituait hurlait qu'elle était bien sa création, et que quand bien même elle n'était pas celle qu'Eli avait cru reconnaitre, la jeune femme pouvait prétendre être à son origine sans usurper la place d'une autre. La fierté en la regardant aussi majestueuse, d'où pouvait-elle provenir, si ce n'était d'une maternité, biologique ou virtuelle?

Elle fut interrompue dans son raisonnement par la voix légèrement trop haute de Yumi, cette fois-ci bien éveillée. "De quoi? Ta quoi?"

Ce n'était peut-être pas une bonne idée, tout compte fait. Aelita tâcha de mettre ses instincts et sentiments de côté, ce genre de détail attendrait avant d'être abordé. "Oui, enfin... C'est assez compliqué, et..."

Aelita se frustra elle-même en constatant qu'à nouveau, elle ne parvenait à trouver les mots justes. Décidant pour de bon qu'elle reviendrait sur cette question une fois le groupe réuni, elle n'alla plus loin dans son exposé et retrouva toute sa fascination pour la procédure d'ouverture des Thalaam. Il n'avait commencé que depuis peu, et déjà les couvercles se divisaient, prêts à dévoiler ce qu'ils dissimulaient... Ce qui signifiait que, dans quelques instants, la princesse de Lyoko allait faire face à Jérémie. Celui dont elle ne savait que plus que penser. Celui à qui, peut-être, elle allait devoir retirer sa confiance. Et si les réponses qui l'attendaient n'étaient pas celle qu'elle escomptait affronter...?

Soudain, un son strident, plus puissant encore que le chant funèbre d'une banshee, explosa. Comme pulvérisée par les brutales vibrations, Aelita manqua de perdre l'équilibre et se recroquevilla, les mains plaquées contre ses oreilles à s'en fendre le crâne. Elle sentit le sol trembler sous ses pieds, soumettant son dos à une rude épreuve contre la perte de contrôle, lui donnant la sensation angoissante d'être baladée dans une tornade. Dans son corps s'entremêlaient des voix paniquées aux accents radiophoniques, déchirant la moindre cellule la constituant. Au-delà de ses yeux fermés, elle pouvait voir des flashes de teintes incohérentes, faisant défiler dans une vitesse malsaine la totalité du spectre de couleurs, connues ou non de l'œil humain. Dans son esprit naissait des milliards de pensées, d'informations, toutes incohérentes et incompréhensibles, comme les souvenirs de toutes les vies de l'Univers, comme si tout ce qui était né prenait place dans son corps. Il fallait arrêter ça... Elle allait imploser si cela continuait... Que quelqu'un...

- Ca suffit comme ça, du calme!"

Le chaos visuel et sonore prit fin aussi soudainement qu'il avait commencé. La voix autoritaire d'Eli avait claqué comme un fouet, chassant sans condition le trouble. Aelita, envahie de soulagement, se laissa tomber lourdement au sol. le silence régnant en elle était si puissant qu'elle se crut métamorphosée en un gouffre sans fin. Mais les secondes passant ne lui permit pas de s'extirper du vide, et il lui fallut toute son énergie pour forcer ses pupilles à s'ouvrir, quitte à ce qu'elle n'offrît qu'une vision floue et imprécise de son environnement.

A sa droite, Yumi était déjà alerte, fusillant la pièce de coups d'œil nerveux, s'attendant visiblement à ce qu'un ennemi n'apparût n'importe quand et de n'importe où. Les Gardiennes étaient moins combattives, pour la plupart encore à terre et essayant de se redresser à l'aide de leurs lances. Mais le plus inquiétant était Eli, un genou en terre, les bras écartés et les poings serrés, ses ondulations roses masquant son visage baissé. Bien qu'Aelita doutait que la Reine fût dotée d'une musculature, ses membres paraissaient crispés et raidis, proches de la rupture. Devant elle, les ruines de deux Thalaam étaient éparpillées, crépitant d'éclairs communs à ceux des monstres de Lyoko après destruction. Au milieu du chaos, deux silhouettes tentaient tant bien que mal de prendre appui sur leurs bras. La première était vêtue d'une combinaison zizoline et d'épais gantelets jaune de cobalt étincelants comme de l'acier. La seconde, tout de bleu klein habillée, n'avait pour unique fantaisie qu'une veste à queue de pie blanc de saturne, lui donnant un style décalé avec son environnement. Incapable de faire la focale sur ces deux fantômes colorés, Aelita ne put les reconnaître...

- Odd! Jérémie!"

Yumi, qui visiblement s'était rapidement remise du choc passé, se précipita vers les garçons. Mais ces derniers, une fois leurs esprits recouvrés, se levèrent sans la moindre difficulté, à la grande surprise des trois nouveaux arrivants. Elle s'assura vivement que tout allait bien, et, brutalement, se retourna.

- Où est Ulrich?"

La question de la Lyoko-Guerrière frappa Aelita de plein fouet. Odd, Jérémie... Et Ulrich?

Ses yeux sondèrent la Tour et rencontrèrent vite la troisième Thalaam, résolument close et éteinte. Pourquoi... Pourquoi ne s'était-elle ouverte?

- Il ne sortira pas" Asséna Eli, le poing toujours dirigé vers la tombe artificielle, son autre main fouillant sa tunique. Elle sortit précipitamment la petite boule et la fit tourner frénétiquement dans sa paume, comme si elle devait trouver en quelques secondes le moyen de désamorcer une bombe.

- Eh, où est-on? Sur Lyoko?" Réagit Odd en lançant des regards circulaires alentours, complètement perdu. Il s'apprêta à avancer, mais Asali, redressée comme une louve contre un adversaire, le tint en joue.

- Personne ne bouge"

- N'approchez pas!" Yumi tenta de s'interposer, mais la Gardienne fit siffler sa lance dans les airs. Un clin d'oeil plus tard, l'adolescente était à terre.

- Qu'est ce que vous faites? Où est Ulrich? Aelita..." Balbutia Jérémie, pris dans le mouvement de panique. Mais l'interpellée ne répondit pas, concentrée sur la souveraine, essayant de comprendre ce qu'elle faisait. Elle n'arrêtait pas les impétuosités d'Asali, elle ne se souciait pas des étrangers devant elle, elle perdait un peu de son calme à chaque seconde s'écoulant... Quelque chose clochait, quelque chose de grave. Mais surtout, surtout, il y avait cette inquiétante sensation de chute perpétuelle qui ne la quittait pas... Comme si quelqu'un la vidait de toutes ses données progressivement, assez lentement pour qu'elle pût le sentir...

- Aelita... Tout va bien?"

Elle remarqua soudain que Jérémie était au-dessus d'elle, une mine inquiète greffée sur son visage. Juste derrière, Eli s'approcha et posa la boule sur le front de la jeune femme, ses pupilles volant entre cette dernière et la relique. L'instant suivant, elle se figea.

- Branle-bas de combat! Prévenez les Sages, il y a une erreur dans le Kardii!"

- Eh, ne lui faites rien..." Commença le génie en agrippant Aelita, accentuant son malaise. Un réflexe, comme sortant d'un lointain mais vivace souvenir, l'écarta brutalement et lui préféra la souveraine de Verso.

- Ne me touche pas... Humain..."

___________________________________________________________


Et voici donc pour ce chapitre! J'annonce au passage que, si aucune catastrophe ne survient, je vous retrouve dans une semaine pour mon deuxième OS Code Lyoko, et donc dans deux semaines pour le prochain chapitre, celui de l'Interlude! D'ici, portez-vous bien et bonnes vacances!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Sam 21 Fév 2015 23:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 82
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Je vais de déclaration d'amour en déclaration d'amour avec Zéphyr ce soir, mais qu'importe, merci camarade aérien <3

Bref, rebonsoir, et bienvenue sur ce nouveau chapitre de Mondes Alternés! Comme annoncé, il s'agit donc de l'interlude, et ceux qui me suivent sur FF.net savent déjà qu'il s'agit de l'Interlude. Sans doute le dernier de toute l série, la construction des autres saisons ne nécessiteront sans doute pas de transition de ce genre... En effet, à partir de la saison 3 il y aura des petites modifications structurelles afin d'éviter la répétition, mais nous verrons cela en temps et en heure. De plus, cette interlude, bon sang que je l'aime. Je l'avais prévue mi-saison 1, voulant la mettre vers la saison 4, et puis finalement la révélation qu'elle contient, point de vue scénario, n'est pas plus mal arrivée à ce stade. J'espère que l'excitation ne pas trop emportée et que je n'ai pas raconté d'âneries dedans...
En attendant, je vais pouvoir, pour une fois, être rapide sur mon intro, vu l'absence de commentaires, et je passe directement aux joyeusetés! Bonne lecture à vous!

_____________


Monde 2 Verso
Chapitre 5
Interlude


Des milliards d'informations striaient les parois lui servant de cellule. Les images n'étaient que des éclairs vifs et enflammés, mouchetés de pixels de couleurs électriques et changeantes. La frénésie l'entourait à chaque instant, et sans doute quelqu'un pénétrant dans son repaire pour la première fois en sortirait fou à lier, mais lui était insensible. Oh, pas par habitude, bien que ce ne serait pas s'avancer que d'affirmer qu'un certain temps s'était écoulé depuis son réveil initial dans la pièce. Mais déjà, quand ses yeux avaient découvert son nouveau foyer, ils étaient capables de suivre sans faiblir la masse colossale de données défilant dans un ballet ininterrompu autour de lui. Le temps avait passé, la danse ne s'était jamais interrompue et était une part de la vie de l'être à présent. Du premier instant n'avait survécu qu'un sentiment: celui d'être au centre de l'Univers et de toutes ses dimensions. Il savait tout, rien ne lui échappait, il touchait à la connaissance universelle, tel un Faust virtuel. Quant à la damnation promise par le mythe... Peut-être allait-elle l'embrasser un jour. Si son séjour forcé lui avait appris quelque chose, c'est qu'il n'existait pas de possibilités irréalisables ou inimaginables. Sans doute Méphistophélès allait-il se déclarer à lui et lui faire payer les informations qu'il consommait au quotidien, partie par partie, jusqu'à la dernière.

Parfois, il crut même que le diable touchait déjà son salaire. En effet, sa conscience, pourtant solide, accusait de temps à autre des néants mémoriels, comme si parfois le système isolé voulût lui rappeler que l'intrus ne serait jamais son maître et qu'il pouvait disposer de lui comme bon lui semblait. Quand les cloches de guerre tintaient, les ténèbres le frappaient, doucement, sournoisement, comme une ombre portée se fondant dans sa source alors que la lumière s'approchait. Le temps de sentir la crise s'immiscer, et déjà l'être était à terre, le cerveau s'ébranlant difficilement pour tenter de comprendre pourquoi il passait sans transition d'une situation à une autre sans rapport.

Au moins, depuis qu'il avait réussi à entrer en contact avec Jérémie Belpois, ce genre de désagrément s'était considérablement raréfié. A force d'épier tout ce qui était dans l'Univers, il avait fini par tomber sur des localisations étranges, floues et s'acharnant à jouer à cache-cache avec lui. Au début, il ne parvenait qu'à les apercevoir furtivement, puis elles filaient comme des fantômes intimidés par les vivants. Jamais il n'avait eu à faire preuve d'autant d'insistance, mais ce ne fut pas sans résultat. Un bref coup d'œil dans le premier univers qu'il put immobiliser et il avait déjà compris. Ces mondes étaient uniques, dénués d'ombres, car jamais ils ne serait touchés par la lumière du réel. Ils n'étaient que des créations privées, des ersatz de planète, des décors de théâtre avec pour seule fonction de concrétiser des délires d'esprits. Et pas n'importe lesquels: ceux de ses anciens camarades de combat, les Lyoko-Guerriers. Ce fut pourquoi Solar Building n'était qu'une cité barrée d'immeubles immenses et maigres: ce n'était qu'une fantasmagorie de Jérémie Belpois, basée sur son environnement, ses connaissances, et ses craintes. La ville était une planète, on pouvait en faire le tour mais rien ne l'entourait.

Seulement, quelque chose intriguait l'être dans sa théorie. C'était la première fois qu'il constatait l'existence de telles œuvres. Si chaque organisme pensant et ressentant avait la faculté de donner naissance à une forme alternative de lui-même, pourquoi le témoin ne l'avait-il remarqué plus tôt? Il y avait quelque chose derrière tout cela... Et un autre tour d'horizon de ces exceptions lui donna la réponse. Toutes étaient infestées par le même ennemi, XANA. Toutes. Un temps, il n'y prêta trop attention, songeant qu'après tout, le virus faisait partie du quotidien de ses anciens camarades et que de fait, il était normal de l'y retrouver. Oui, mais... Mais aucun monde ne reposait sur les même logiques que celles de la Terre. Pas plus qu'il n'y avait que des dystopies ou des utopies. Dans tous les cas, XANA était une base fondatrice, le point de départ de chaque univers. En clair, il occupait une place trop importante, trônant à la place des rois et reines légitimes...

Et voilà. Voilà pourquoi c'était étrange. Il ne s'agissait pas des mondes de ses amis. Oh, bien sûr, ils s'inspiraient d'eux. Mais ils étaient la création de XANA. Des lieux qu'il avait marqué de sa présence par un artefact, lui permettant de retrouver ses mondes fugaces, comme des tours de virtualisation stylisées reliés au propre monde du virus, celui dans lequel se trouvait le témoin solitaire... C'était affreusement ingénieux, car les adolescents n'auraient jamais rien soupçonné. Ils pouvaient bien détruire leur adversaire sur Terre, mais sa fin n'aurait pas provoqué celles de ses avatars. En clair, il s'était créé des soupapes de sécurité. Il pourrait même y envoyer ses adversaires qui, pris de court, n'auraient jamais pu gagner... La preuve, tous ces mondes possédaient des moyens de s'y téléporter, des scanners ou autres, qui pourtant auraient été inutiles à une créature immatérielle possédant déjà ses aimants indépendants du Supercalculateur... En clair, tout ce qu'accomplissaient les Lyoko-Guerriers ne servait à rien!

Cependant, XANA avait commis un impair: il avait un prisonnier sans chaîne. Lui, l'être, celui qui avait perdu et mis dans l'embarras ses alliés, il pouvait enfin prendre sa revanche et retourner dans l'arène. Puisqu'il avait accès aux connaissances du monde, il pourrait bien s'en servir pour trouver comment contacter son ancien chef et l'avertir!

Seulement voilà: comment allait-il s'y prendre pour le convaincre? Jérémie n'était pas un idiot, et encore moins quelqu'un de facilement confiant quand il s'agissait des affaires de Lyoko. Jouer franc jeu et dévoiler son identité? Non, il croirait à un piège. Lui expliquer en conservant l'anonymat? Impossible à nouveau de prouver sa bonne foi. Se faire passer pour quelqu'un de connu, comme Franz Hopper? Non, Jérémie n'allait pas l'écouter d'entrée de jeu, il lui faudrait un temps de confiance, et du temps ils n'en auraient pas beaucoup. XAN surveillait la Terre et ses adversaires, il ne tarderait pas à découvrir que son otage tentait de l'abattre en sabotant ses précautions... Les guerriers devraient rentrer en action à l'instant où la révélation serait faite...

Les mettre au pied du mur? Il n'aimait pas cette solution, mais elle était plus assurée... Si une partie des combattants étaient déjà jetés dans la mission, Jérémie n'aurait d'autre choix que de l'écouter et le croire. Lors de leur première communication, il n'aurait qu'à être évasif sur son identité, ce qui ne permettrait pas au génie de déterminer s'il s'agit d'un adversaire au bout du fil... A défaut de le convaincre du contraire. Ca, ça viendrait plus tard. Quant à la victoire... De toute façon, ils ne seraient jamais assez rapides pour XANA restât aveugle jusqu'à l'épilogue. Au mieux pourraient-ils accomplir le plus gros des purifications, affaiblir assez le virus pour qu'il ne fût pas trop inquiétant. En espérant qu'ils réussirent... De toute façon, ils n'auraient guère le choix.

Sans attendre, il saisit le premier monde qui lui passa sous la main et le lia à la Terre. Il y provoqua une anomalie suffisamment menaçante pour faire croire à une attaque de XANA, justifiant ainsi une mission sur Lyoko. Dès lors il n'avait plus qu'à récupérer les codes de ceux que le champ de bataille avait appelé et de les envoyer à Solar Building. En espérant toujours que Jérémie le croirait...

Tout se passa comme prévu. Ils se lancèrent dans la mission et en sortirent vainqueur, Belpois et ses acolytes tués et le Weregun récupéré. XANA ne pourrait plus retourner à Solar Building s'y cacher. Un point de retraite en moins pour le virus. D'ailleurs, il ne semblait pas avoir encore remarqué... Cette constatation rendait l'être fébrile d'appréhension et d'incertitude...

... Surtout depuis qu'à Verso était apparu Belpois, le prenant littéralement de court. Comment... Il l'avait vu mourir, bon sang! Comment avait-il fait? Comment? Et que cherchait-il avec son beau discours? Quel intérêt d'entrer ainsi en contact avec Aelita, puisque de toute façon il avait perdu son royaume et ses alliés, et qu'il ne serait jamais en position de force face aux guerrières de Proelys... Voulait-il semer le trouble en la jeune femme? L'être redoutait beaucoup cette étape dans ce monde, il connaissait la fragilité psychologique d'Aelita, il savait qu'un lien particulier l'attachait à l'utopie et que si le doute envers ses camarades s'installait, elle aurait tôt fait de la prendre à cœur... Au fond, elle demeurait la créatrice d'Eli, bien plus que le spectre d'Aelita qui avait régné autrefois. Si jamais elle s'identifiait de trop...

Son esprit tournait à plein régime tandis qu'il observait la jeune femme et la Reine se diriger vers la Tour de Paeno, tentant de deviner ce qu'il avait raté, ce qu'il n'avait pas assez surveillé, ce qu'il aurait dû faire...

Puis soudain, il sentit une présence. S'il avait un cœur, il en aurait fait une crise cardiaque. Cela faisait une éternité qu'il était seul, alors quand cette sensation s'estompa, remplacée par l'aura d'un autre dans son dos, cela lui donna le vertige. Une fois la surprise passée, il refusa de se retourner et préféra distinguer dans le reflet de ses parois le visage de l'intrus.

Il ne put s'empêcher d'en rire. Avec plus de nervosité que jamais. C'était si théâtral...

- Si je ne me retenais pas, je t'aurais déjà traité de bel enfoiré, Belpois".

Un autre rire lui répondit, amusé celui-là.

- J'ai toujours trouvé les prétéritions particulièrement insultantes pour la logique. Là est ta véritable injure, William".

Entendre son nom lui provoqua un second choc. Avec le temps, il l'avait presque oublié... Et n'avait pas vraiment espéré que cet espèce de psychopathe fût le premier à le prononcer depuis le début de sa captivité.

- Tu n'es pas venu pour me dire par quel procédé tu as triché, j'imagine"

- Triché? Peut-on mourir quand on n'est qu'une idée? Tant que le petit génie est toujours vivant, je ne peux que le suivre. Je suis un peu comme un Hyde... Jérémie a un côté très Docteur Jekyll, tu ne trouves pas?"

William haussa les épaules. "Soit, tu n'es pas humain dans le sens terrien du terme. N'empêche, ça ne m'explique ni comment tu es arrivé ici, ni ce que tu cherches à accomplir".

Belpois s'avança jusqu'aux côtés du prisonnier et s'accroupit en se calant contre son épaule. D'un geste du doigt, il désigna le ciel de Verso à travers l'écran. "Tu vois tout ça? Les habitantes de Verso ont pour coutume de penser que c'est le royaume de la destruction, parce qu'autrefois ce n'était que le néant. Il parait qu'en y plongeant, on se désintègrerait, on cesserait d'exister en tant que personne, on serait effacé de la réalité. Cependant, celui qui a mis en place cette idée était soit un fou, soit un incompétent, car si effectivement aucun corps ne survit à un petit plongeon là-dedans, le souvenir dans les mémoires des autres, lui ne meurt pas. Or Verso ne supporte pas l'incohérence ou l'incomplétude, pour lui une idée doit mourir avec sa forme. Tu me diras "Et l'ancienne Reine?". Eh bien, celle-là, elle a fait preuve d'une remarquable intelligence en créant Eli sans lui expliquer qu'en réalité, elle n'était qu'un support pour accueillir son esprit, même s'il faut le reconnaitre, les caractéristiques de la regrettée souveraine ne se sont pas encore montrées et que moi-même je n'ai pas compris par quel procédé elle est parvenue à cette prouesse... Au final, le cas de la Déesse Aelita n'est donc pas une anomalie, mais je ne pense pas te l'apprendre. C'est donc bel et bien un système contradictoire que tu as sous les yeux. Pour éviter de disjoncter, il va choisir le seul compromis valable à ses yeux: il ne va pas détruire le corps, il va juste l'effacer de Verso pour respecter la loi de la disparition et l'envoyer ailleurs. Un peu comme un mort irait dans un autre monde. Loi pas si étonnante que ça quand on sait que Verso est une création d'Aelita; elle aime les compromis, mais n'y réfléchit jamais assez... Sachant cela, il est facile de considérer le ciel de cet univers comme un moyen de transports entre mondes".

- En clair, tu profites des bizarreries que l'Univers ne peut supporter et que personne n'arrive vraiment à saisir tant c'est complexe et difficile à croire, garantissant ainsi que personne ne cherchera dans la bonne direction? Je le dis donc, tu es un bel enfoiré".

- Pour tout dire, c'était hasardeux de ma part. Je n'étais pas certain que ce fût vrai, ni même que j'allais arriver ici. Mais il faut croire que je suis programmé pour jouer un rôle dans cette bataille".

- ... Qu'Est-ce que tu veux dire?"

- Ce que je veux dire, tout simplement. Tu n'as rien remarqué quant à Verso?"

- Sinon que tu n'avais rien à y faire?"

- Que tu crois. J'imagine que tu es soulagé en pensant que XANA est aveugle à tout ce qui se trame?"

William hocha doucement la tête, redoutant de voir où en arrivait Belpois. Il ne lui jouait tout de même pas le même jeu que celui de Verso...? Il préféra mettre de côté ses craintes naissantes et se tourna vers son interlocuteur. Celui-ci observait fixement l'arrivée d'Eli et Aelita dans la Tour, comme si rater un seul pixel le condamnerait à une mort instantanée.

- Tu n'aurais aucun intérêt à me prévenir s'il était au courant. Jusqu'à nouvel ordre, tu es dans son camp. Pourquoi le trahir maintenant?"

- Encore une fois, tu te leurres. Je suis dans mon camp, rien de plus. Et s'il me plaît un jour de lui planter une lame dans le dos, je le ferai avec plaisir. Quant au fait que ce soit ou non le moment... Ne crois-tu pas qu'il n'aurait rien pu leur arriver de pire que Verso, au point où ils en sont?"

- Je suis étonné de constater que tu ne te considères pas comme le plus grand cataclysme qu'ils auraient pu affronter..."

- Oh, je l'aurais été haut la main si j'avais eu toutes les données d'entrée de jeu. Mais je partais désarmé, alors c'est humblement que j'occupe la seconde place, juste derrière la petite utopie de la princesse. Tu ne vois vraiment pas pourquoi?"

Non... Toujours déconcerté, William regarda Belpois plier et déplier ses doigts tranquillement, comme pour les détendre. Ce fut ainsi qu'il réalisa.

L'artefact...

- Si jamais tu as saboté Verso..."

Un regard sincèrement indigné lui répondit. "Enfin, comment peux-tu penser ça? Non, je n'ai pas manipulé leur précieux trésor, ça aurait été une perte de temps. Mais tu es sur la bonne piste. C'est avec la boule que j'ai compris quelque chose. Et tu me déçois à ne même pas arriver à me suivre. Moi qui pensais avoir une conversation intéressante..."

Alors quoi? Quoi?

- Oh, je suis sûr que tu sais ce qu'est XANA, pour Verso. J'en suis certain, c'est juste que tu n'y penses pas, et c'est fort dommageable..."

Verso, XANA...

- Oh non".

Oh non.

- Ah enfin il commence à se réveiller!"

- TU TE FOUS DE MOI?"

D'un bond, William se jeta sur l'intrus, le plaquant au sol sans ménagement. Il serra le col de sa chemise avec une telle force qu'il sentit ses doigts s'enfoncer dans ses paumes à travers le tissu virtuel. S'il pouvait réellement tuer dans ce monde sans vie, il l'aurait fait sans hésiter. Mais Belpois, loin d'être impressionné, sourit.

- Et tu comptes m'en vouloir pour ne pas l'avoir vu toi-même? Me faire payer ton idiotie? Tu devrais me vénérer, tu l'as dit toi-même, je trahis ce qui a priori est mon camp"

- Sauf que ça t'arrange. Bon sang, pourquoi je n'ai pas saisi ça quand je t'ai vu arriver à Verso?"

- Parce que c'est une utopie, et qu'en théorie, rien de mal ne peut arriver dans une utopie. Tout est plus parfait que dans le meilleur des mondes, et l'esprit humain aime cataloguer selon ses critères de discrimination, alors quand quelque chose arrive et qu'on n'en sait encore trop rien, il applique sa bête logique et ignore l'évidence. Pour toi, je ne pouvais rien faire à Verso parce que ce n'était pas mon monde et que je n'étais pas assez fort pour maîtriser une utopie. Tu as vraiment l'esprit trop synthétique et réducteur, William"

De frustration, le jeune homme fit siffler son poing juste à côté de l'oreille de son adversaire. Comment avait-il pu être aussi imbécile?

Mais il n'y avait pas de temps à perdre. XANA devait déjà être au courant. La faille était si grosse, si évidente qu'il ne pouvait que l'avoir vue. Ce n'était qu'une question de secondes, et après il ne pourrit plus agir...

Il lâcha brutalement Belpois, non sans l'envoyer cogner le sol une nouvelle fois, et se précipita sur ses écrans. S'il s'y prenait assez bien, sans paniquer ni faire d'erreur...

- Et que comptes-tu faire, hm?" Le nargua l'alter en se relevant. "Les prévenir? Par quel moyen?"

- Il faut qu'ils comprennent le signal. Il faut qu'ils le comprennent..."

Il chercha frénétiquement le programme nécessaire pour son plan, ses yeux volant d'un écran à l'autre. Pendant ce temps, il entendait l'ouverture de la cérémonie d'ouverture des Thalaam à Verso. Il supplia de toute la force de son esprit pour que quelque chose advint, n'importe quoi qui lui fit gagner un instant... Il n'était pas loin...

Finalement, l'interface convoitée s'afficha dans une lumière libératrice. Pris dans l'élan, William y asséna la paume de sa main avec force, provoquant des vaguelettes le long de ses contours. Allez, ça pouvait le faire...

Un cri strident retentit dans l'autre monde. William devait sans doute être le seul au monde à être ravi de l'entendre. Il ne se retourna pas, resta concentré sur ce qu'il faisait, refusa de se laisser détourner. Il ne fallait surtout pas qu'il retirât sa main, ou même que la pression faiblît. Il n'appréciait pas ce qu'il réalisait, mais c'était là la seule chose à faire. Tant pis s'il risquait de provoquer une incohérence entre les mondes...

- ... Eh bien, c'est une entreprise désespérée que voilà..." Commenta commenter Belpois en hochant la tête d'appréciation derrière l'ancien combattant, tel un spectateur devant un jeu d'enfants. Ce dernier ne releva pas et attendit. Pourvu qu'il ne fût pas trop tard...

Finalement, Eli interrompit la crise. La confusion mit un temps à s'estomper, mais quand enfin William put voir toutes les capsules, il soupira de soulagement. L'une d'elle ne s'était pas ouverte. Ca avait marché.

- Tu as vraiment interféré avec le fonctionnement de Verso? Il me semblait que c'était interdit, que la logique des Mondes Alternés veut que jamais l'un ne modifie la base d'un autre... Là, il ne s'agit pas de simplement envoyer des gosses pour renverser un règne..."

Cette fois-ci, William ne put l'ignorer. Sans doute parce que la pression redescendait, et qu'il avait réussi à gagner la première phase, et que quoi qu'eut prévu Belpois, il y aurait au moins un guerrier qui ne risquerait rien. "Il le fallait. En aucun cas ils ne devaient être tous dehors. J'espère juste qu'ils comprendront ce qui s'est passé..."

- ... Parce que ce n'est pas toi qui le leur expliquera"

William se glaça. Que... Comment?

Soudain, il eut l'impression qu'une salve de flèches laser le transperçaient de l'intérieur. Le monde autour de lui vibra, et son esprit se distordit. Il tenta de résister, mais commença à chanceler. Il voulut poser un genou au sol pour se reposer, mais alors qu'il ployait, tout son corps fut entraîné dans la chute et ses côtes frappèrent lourdement le sol. Il n'avait vécu cela qu'une fois. Quand XANA l'avait possédé pour la première fois et s'était définitivement implanté en lui. A l'origine.

Non...

- Eh si. Tu savais notre cher patron au courant, et tu ne t'es même pas attendu à ce qu'il réagisse? Il ne pouvait y avoir beaucoup de traîtres" Rit Belpois en s'accroupissant à nouveau aux côté du prisonnier. D'un geste presque compatissant, il passa sa main sur les mèches ébènes du jeune homme et dégagea son visage, avant de glisser vers ses épaules qu'il caressa doucement. William tenta de faire abstraction et ouvrit la bouche pour articuler, non sans difficulté:

- Ca aurait... Pu être toi... Qu'as-tu fait pour... Pour acheter ta place...?"

- Oh, trois fois rien. Je l'ai prévenu de ton manège, voila tout. Et je lui ai garanti quelque chose. Le cœur d'Aelita"

Evidemment. Pourquoi aurait-il pris la peine d'aller lui parler et lui révéler des éléments importants? Par sympathie? Impossible pour William d'admettre cette théorie, surtout quand il sentait la main de son ennemi le détendre. Il ne devait surtout pas se laisser faire! Il devait réfléchir, cet espèce de fou n'aurait pas sa concentration!

- C'était pour ça... Ta petite conver... Conversation avec elle..."

- Eh oui. Je me demande s'il leur reste encore une chance, maintenant..."

Le cerveau de William tourna à pleine vitesse, ignorant le chaos qui grandissait en lui. La situation n'était pas si désespérée... Il avait bloqué l'un des guerriers dans sa Thalaam, et sachant la peur phobique que ressentaient les habitantes de Verso pour toute sorte d'anomalie, elles n'allaient pas tenter leur chance à nouveau. Donc, quoi qu'il arriverait, il resterait quelqu'un, encore perdu dans les limbes d'entre mondes et par conséquent à l'abri... Il fallait juste trouver un moyen d'exploiter ce joker, et vite...

Dans un effort surhumain, le jeune homme releva la tête vers l'écran. Il se força à détailler chaque pixel au travers de sa vision trouble pour espérer y reconnaître les éveillés. Tout mais pas Jérémie... Si c'était lui, le groupe serait bloqué, car il n'y avait plus aucun pont d'accès vers Solar Building...

Par chance, il reconnut rapidement la chevelure blonde du génie, suivie par Odd et le triangle improbable qui lui ornait le crâne. Près d'Aelita, William repéra Yumi et souffla de soulagement. Ulrich était resté. Il fallait se reposer sur Ulrich. Mais surtout, surtout, il fallait que Jérémie comprît. Et pour ça, William devait lancer une dernière action.

D'un geste rageur, il repoussa enfin Belpois et se hissa comme il pût jusqu'à son interface. Une fois en appui contre un des écrans, il chercha les données d'Aelita. Il manqua plusieurs fois d'en effacer tant sa main tremblait, et faillit même renoncer en constatant le malaise de la princesse, mais il finit par toucher au but. Sa mémoire. Il fallait la lier à tout prix à celle de Verso, que ses doutes concernant son rapport avec l'ancienne Reine se précisèrent davantage... Qu'elle devint cette souveraine déchue, et qu'elle eut accès à toutes les informations que jamais ils ne pourraient obtenir autrement... Et là, que les forces de l'Univers leur vint en aide, car ils n'auraient pas le droit à une seule erreur d'interprétation. Ils devaient saisir à tout prix.

Ils ne pouvaient pas rester là-bas. Pas pour le moment. Pourvu qu'il fût encore temps...

- Ne me touche pas... Humain..."

Nouvelle libération. Ca avait marché! Un poids le quitta violemment, le poussant au passage en arrière. Il sentit deux bras se refermer sur lui avant qu'il pût atteindre le sol et le forcer à s'assoir doucement. William aurait volontiers rejeté Belpois une seconde fois, mais l'énergie lui manquait terriblement, et le malaise ne voulait pas s'arrêter...

- Bien joué, mais pourquoi te compliquer la vie? Tu aurais pu tout simplement leur dire l'entière vérité dans leurs esprits, non?"

- Ils... Ne m'auraient jamais fait... Confiance..."

- Résultat, de la perte de temps, encore et encore. L'amitié est quelque chose de trop fragile pour être utile en temps de guerre... Et toi, tu vas rejoindre ceux qui sont tombés? Pas trop effrayé?"

- Non... Et tu sais pourquoi?"

Belpois eut soudain l'air pincé, surpris par la réponse. De toute évidence, il ne voyait pas.

- Tu as un autre plan dans ta manche? Non, là, ça va devenir trop gros..."

- Mon autre plan... C'est toi. Tu... as survécu parce que Jé... Jérémie t'a recréé, parce que... Ses souvenirs ont... été féconds dans la Thalaam... Et tu sais quoi?... Ils ne sont pas tous... sortis... Et moi... Je suis devenu un tel pro... Problème pour eux que je n'ai... Jamais quitté leurs esprits..."

- Et tu miserais ta vie sur un coup de poker?"

- Il y a... Quelque chose que tu n'as pas... Compris sur moi... Je ne suis pas terrien, je ne suis pas vivant... Je suis un amas de données virtuelles... Mais dans mon monde d'origine, je ne suis plus... Rien depuis longtemps, juste un souvenir... Une idée... Comme toi qui as pu renaître... Parce que tu n'étais rien... Rien de plus qu'une création... Comme eux quand ils se virtualisent... Ils ne sont plus humains, juste des... Idées... Ulrich me redonnera vie... Parce que ses souvenirs m'ont sauvé de la mort... Et que je ne suis pas définitivement perdu... Comme si j'étais... Dans le ciel de Verso..."

- Il n'empêche, qu'Est-ce qui te garantis que tu renaîtras avec ta mémoire actuelle?"

- Rien... Rien du tout... Personne n'est garanti..."

- Ton argument ne tient pas la route, navré"

- Si tu savais comme... Comme ça m'est égal, d'avoir... Ton avis... Maintenant... Parce que moi, je sais pourquoi... Je ne suis pas foutu... Tu ne le sauras juste... Jamais... Et cette perspective est si... Jouissive..."

Enfin, il sentit son corps se disperser en milliards de données volatiles, échappant aux mains de Belpois. Celui-ci les regarda s'envoler, piqué au vif mais incapable de se défouler. Une fois le ballet fini, il resta encore un moment à genoux, ses bras immobiles et dessinant toujours le corps disparu de William. Puis, pour la première fois sans vouloir le comprendre ou le provoquer, il sourit.

__________________________________________________________


Et voici donc pour la révélation de la saison 2! *rit encore*
Comme je n'ai pas grand chose d'autre à dire et que Skype n'a de cesse de sonner, je m'en vais sur cette sortie, en espérant que vous l'avez appréciée, et je vous dis à bientôt! Bye!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icejj MessagePosté le: Dim 22 Fév 2015 05:53   Sujet du message: Répondre en citant  
Vé-Si


Inscrit le: 24 Nov 2014
Messages: 60
Localisation: Bangkok, Thaïlande
Haha, bon, j'ai lu ton chapitre sur ff.net mais je choisis de commenter ici. Parce qu'après tout je l'avais promis.

First: William est mort ?!

Bon en réalité je devrais parler de ton précédent chapitre, que je vivais comme une catastrophe totale avant de lire l'interlude, mais... ta mise à jour m'en a coupée l'envie.

Cet interlude est génial. Le fait de n'être qu'un souvenir, mort dans son monde d'origine... et surtout d'en être conscient... c'est juste triste. On voit un William légèrement OOC du coup, presque aussi calé que Jérémie : c'est bien parce qu'il est né dans ce monde étrange...

Je me demande comment ça se fait que XANA ignore les déplacements des LG. Ce n'est pas supposé être un programme omniscient ? Surtout que notre cher club des cinq est en train de se balader dans des mondes qu'il a lui-même crée...

Sinon, un truc qui m'interroge : t'as un clavier QWERTY ? Parce qu'il n'y a pas d'espace devant des points d'interrogation ou d'exclamation, et des guillemets sont anglais... vis-tu à l'étranger ?

Bref. Belpois, le grand retour. À vrai dire il ne me fait ni chaud ni froid, je ne sais trop pourquoi, mais c'est toujours intéressant de le revoir. À présent XANA a un bras droit, et on ne s'étonne pas que ce soit la copie de Jérémie, on privilégie l'intelligence à la force brute...

Et à propos de force brute, je me demande bien ce qu'Ulrich va pouvoir faire tout seul dans sa capsule. Est-il toujours inconscient ? Peut-il communiquer avec les autres ? En résumé, à quoi sert-il ? XD Peut-être que sa conscience voyage, dans Verso ou ailleurs...

Je m'inquiète pas mal pour les autres LG. J'espère juste que la reine va remarquer qu'Aelita n'est pas dans son état normal, qu'en conséquence il ne faut pas leur faire de mal... En même temps si la reine retrouve soudainement sa mère, elle pourra penser que son état précédent amnésique est l'anomalie, pas... Bref. x)

J'ai hâte de lire la suite, j'adore ce cliffhanger, et je sens que Verso sera bien plus un casse-tête que le monde précédent. Et j'ai hâte de lire la suite.

_________________
From Bangkok with love.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
 
Silius Italicus MessagePosté le: Mar 24 Fév 2015 16:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Krabe]


Inscrit le: 03 Fév 2015
Messages: 202
Localisation: à l'Est d'Eden
Bonjour Chère VioletBottle,
Chose promise, chose due, j'ai parcouru votre multivers.

Il est si riche, à tout point de vue, que l'on ne sait trop par quoi commencer.

Disons la forme tout d'abord, voulez-vous bien ?

La richesse de votre vocabulaire est une source de plaisir sans cesse renouvelé, notamment dans cette deuxième partie, ou l'on sent un travail qui a porté ses fruits.
Cette richesse est elle-même servie par la qualité des tournures de phrases. Le personnage de Belpois tel qu'il réapparait en utopie en est un parfait exemple.

Néanmoins quelques détails ont heurtés mon oeil:

Citation:
un chemisier blanc serré à la taille par un corset vert


Il y a longtemps que j'ai arrêté de croire que je pourrais un jour comprendre la mode féminine, mais je croyais que le corset serrait la poitrine. Me tromperais-je ?

Citation:
Oh, et pourquoi passé-je par des menaces pour simplement bavarder?


La phrase est de Belpois. La forme du verbe « passer » m'intrigue, puisque vous employez ici un participe passé sans auxiliaire visible. Au vu du contexte il est probable que le verbe aurait dû être à l'une des formes suivantes: « passerais-je » (conditionnel présent), « serais-je passé » (conditionnel passé, première forme), ou « fussé-je passé» (conditionnel passé, deuxième forme, avec accentuation de la forme « fusse » du fait de l'inversion du sujet et du verbe).

Citation:
Elle était d'absences depuis qu'elle et Aelita guettaient les mouvements de leurs alters


Cette phrase se situe dans le première partie. La construction semble bizarre. J'hésite entre deux interprétations. Ou bien « Elle avait des absences », ou « Elle était d'astreinte». Bien sûr il fort possible qu'il s'agisse là d'une construction qui m'est inconnue, auquel cas, je vous en prie, ne prenez pas à mal ce que je viens de dire.

Pour ce qui est du fond, l'idée est des plus intéressante, en plus d'être rondement menée. Après tout le retour dans le temps crée bien des univers possibles. Mais la révélation selon laquelle il ne s'agit jamais que de projection des doutes et des ténèbres de chacun de nos héros est encore meilleure. Cela me rappelle vaguement Dan Simmons dans Olympos.

On notera que les objectifs de Xana restent des plus mystérieux, au-delà de sa survie. En fait il est pour l'instant assez discret, déjà qu'en temps normal il n'est pas de ceux qui font un monologue.

Les reliques à récupérer, et le destin final du groupe font beaucoup penser à Tsubasa reservoir chronicle de Clamp. Sauver le monde, et en même temps le perdre, voilà une destinée de héros.

Le traitement que vous apportez au principe de l'utopie et de sa logique interne est assez intéressant, surtout au vu des informations données par l'interlude.
Ce qui est intéressant c'est que les peurs et doutes d'Aelita, dont l'utopie est censément la résolution, sont ici la solitude et la confiance. La solitude qu'Aelita a éprouvé sur Lyokô, prise à contre-pied par la cour royale et les vie créées. La confiance au travers du doute que Belpois amène au grand jour. Or ces peurs sont celles que Jérémie met en avant dans le dernier épisode de la série pour lui-même. Il est étrange de voir que ces peurs sont devenues celles d'Aelita. Quoique cela donne une clé de compréhension de notre ange. Son empathie, sa force de pardon et sa compassion, manifestes dans le dessin animé, ne seraient que la couverture, l'outil de lutte contre la solitude et le rejet. Cela s'accorde assez bien avec le fait qu'Aelita ait été scolarisée à domicile.

Une autre piste est esquissée avec la question du rite de passage et les apparences adultes. Les mondes alternées où vous nous emmenez sont l'incarnation des peurs et doutes des personnages. l'interlude nous révèle que ces incarnations doivent rester cohérentes avec le personnage à mesure que celui-ci change. Autrement dit ces peurs sont celles du personnage en ce moment-même. Il s'ensuit qu'Aelita a un rapport étrange à la puberté et au passage à l'âge adulte. En fait étant donné sa difficulté à définir la virilité il semble que le continent masculin lui reste étranger, obscur, source de peurs. Dans le fond Aelita, telle que posée ici, est une enfant qui n'a pas encore grandi, et s'y refuse. La scène de fuite qui nous introduit en Peerasinisma renforce cette idée. Ce qui est ironique, c'est qu'à titre personnel ce genre de peurs me semblaient plus être celles de Jérémie (et éventuellement celle de d'Ulrich et de Yumi). En extrapolant à partir de cela, il est vraisemblable que l'épreuve d'Aelita soit d'accepter de laisser derrière elle le monde de l'enfance (et de la toute-puissance créatrice), de même que Jérémie a combattu une partie asociale et idéaliste de lui.

Le déplacement que vous opérâtes est révélateur d'une vision particulière des personnages. Ipso facto vous créez des attentes pour les prochaines saisons.

 
Citation:
une idée doit mourir avec sa forme


Cette phrase a une portée logique et philosophique incalculable. Vous m'effrayez. Neutral

L'interlude soulève plus encore de question que la vois ne l'avait fait en début de ce récit. William semblait manquer, vous l'avez amené (Vous seriez vous soumises à des pression de la part de certaines autorités politique ?). Cela dit son statut, et son sort, passé et à venir reste assez nébuleux.

Au passage, cet interlude, c'est votre lamento du jardinier ?

Enfin, il est étonnant que nul n'ait remarqué cette phrase:

Citation:
Les fanatiques de l'évolution venaient la prendre, et elle n'en réchapperait pas.


Serait-ce un message subliminal contre Code Lyoko Evolution ?

Pour finir, il ne reste plus qu'à réaffirmer que chacun des chapitres de ce récit est attendu avec impatience par une foule lecteur. Merci pour ces moment passé avec votre texte.

P.S: Au fait, pourquoi poster sur FanFiction.net avant de poster ici ? Y a-t-il une signification là-dessous ?
_________________
AMDG

Prophète repenti de Kane, vassal d'Anomander Rake, je m'en viens émigrer et m'installer en Lyoko.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Sam 07 Mar 2015 15:11   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 82
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Bonjour à vous ! Ceux qui vivent mes offs d’écriture et mes râleries sur Skype ont dû la sentir venir, mais je suis en effet en retard. J’ai passé une semaine surchargée, qui d’ailleurs n’est toujours pas allégée, ce qui justifier ce petit décalage. Le dernier, promis. La prochaine sortie ne sera logiquement pas compromise de la sorte. Pas plus que le reste de la saison.

Sans plus attendre, voila les réponses aux commentaires !

Icejj : First : William est mort, hm… Disons que le William qu’il est, lui, n’est plus présent sur Terre, surtout. Il se considère comme « en mort temporaire », si tu veux. Et il a beau fanfaronner devant Belpois, au final il reste incertain de ses chances de retour.
Ah, la ponctuation… Non, je suis en AZERTY, mais j’ai pris la sale habitude de ne mettre aucun espace avant les points d’interrogation et d’exclamation. Si bien que je ne le remarque même plus. Et comme on ne me le reproche que peu, voire quasiment jamais, c’est devenu normal. Quant aux guillemets, je ne sais plus qui d’Ikorih ou Belgarel me l’a fait remarquer en premier, mais avant je ponctuais vraiment à l’anglaise, par exemple :

Blablabla dit:

« Blablabla »

Ponctuation que je trouvais plus compréhensible, car elle montrait les limites du dialogue. Si j’ai cédé sur le tiret d’ouverture, le guillemet de fermeture fait de la résistance. Donc pas d’autre raison qu’une accoutumance tenace.

Silius Italiacus : (Diantre, le vouvoiement, ça fait bizarre) Merci pour tes compliments en général. Pour entrer dans le détail, oui, un corset peut serrer une taille. Il le fait même très souvent. En comprimant la taille, il fait ressortir la poitrine, et enfin le haut soit l’écrase légèrement, soit l’arrondit par un système de baleines. Il suffit de regarder un corset pour constater qu’aucune femme, aussi creusée soit-elle, n’a naturellement les formes proposées par le dispositif.
Ensuite, le cas de « passé-je ». Il ne s’agit pas ici de la forme passé, mais d’une convention orale. Dire « passe-je » serait assez laid, aussi la langue française s’octroie parfois le droit de rajouter un phonème pour enjoliver la tournure. Cette bizarrerie fort utile se retrouve par exemple dans « croyé-je », et n’est que fort peu utilisée, je dois le reconnaitre.
Et non, William devait être là, cela fait partie des éléments qui n’ont pas trop muté depuis le début de la rédaction. Cela devait juste être révélé plus tard, mais finalement cela m’ouvre plus de possibilité de le faire intervenir maintenant.
En ce qui concerne les publications, si tu ne te bases que sur la publication de l’Interlude, c’était une exception due à quelques imprévus qui m’auraient forcée au double-post. Si toutefois tu me fais la remarque parce qu’en effet, la sortie FF.net devance en général d’une petite heure celle du forum, c’est tout simplement parce que je rédige Mondes Alternés directement avec la fonction brouillon de FF.net, et qu’ensuite je passe sur le forum où je dois répondre aux commentaires et refaire la mise en page du chapitre, ce qui prend un peu de temps. En clair, ce n’est qu’une raison purement logistique.

_____________


Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture, alors que les relations entre les LG (non non, pas les Loups-Garou, je vous vois venir
Icejj et Ikorih) se tendent ! Enjoy o/

_____________


Monde 2 Verso
Chapitre 6
The Other One


300 secondes avant le Teletamera...

Jamais elle n'avait vu de soleils filants. Elle n'était même pas sûre que cela existait. Sa mère lui avait parlé, vaguement, à l'aube de son existence, de sortes de lueurs stellaires courant telles des plumes dans un zéphyr, ballet éphémère que l'on ne pouvait entrevoir que lorsque le ciel éteignait ses spots. Mais dans le récit, à aucun moment il n'avait été question d'un quelconque aspect menaçant ou dangereux... Les êtres allaient même parfois s'installer dans l'herbe - un peu comme celle de Peerasinisma, mais pas complètement, tu sais tous les peuples ne sont pas comme le notre, et/ - pour observer le spectacle... Soit une réaction de personnes pas du tout effrayées. Donc aucune chance que les drôles de lumière ne s'effondrèrent sur le sol pour tout ravager.

Ce fut ce qui convainquit la princesse. Ce qui se ruait sur le royaume, malgré toutes les apparences, ce n'étaient pas seulement des petits astres. C'était des planètes furieuses. Mais comment donc un monde tout entier pouvait attaquer un autre? Les guerres ne se passaient-elles habituellement pas qu'entre gens d'une même terre, pour que l'on pût se battre à armes égales?

Elle eut la douloureuse impression qu'elle ne savait pas tout. Que quelque chose n'allait pas. Qu'il manquait une pièce au puzzle.

- Mère, que..."

- Pas maintenant, Eli"

La main se resserra autour de son poignet. Aucune contestation ne serait admise. Mais... Pas maintenant? Si l'on ne comblait pas une méconnaissance quand on la rencontrait, ne risquait-elle pas de s'amplifier jusqu'à installer définitivement l'erreur? Il y avait donc un moment pour apprendre? Pourquoi ne lui avait-on pas dit cela plus tôt? Pourquoi ne le savait-elle pas? Pourquoi ignorait-elle autant de choses?

Une violente secousse l'interrompit. Un soleil filant était passé trop près. Sous le choc, des milliards de données s'envolèrent, cendres virtuelles de celles qui n'avait pu s'échapper à temps ou des Inconnus venus en renfort mais trop faibles face à l'ennemi commun. Dans le ciel anormalement beau et tranquille, ces rectangles lumineux paraissaient magnifiques et terrorisants. Ce n'était pas normal. Eli ne s'imaginait un mal que dans un monde flétri jusqu'au racines, asséché de tout sang, courbé par le temps et dévoré par la pourriture... Alors qu'autour d'elle, les arbres encore debout étaient pimpants de verdure, la terre encore plane était lisse et parfaite, et les habitantes comme les Konnkotros disparaissaient sans s'être paré d'une apparence mortifère... Pourquoi Est-ce que ses connaissances et ses constatations ne coïncidaient pas? Qu'Est-ce qui clochait? Et pourquoi avait-elle l'impression que le chaos externe venait envahir son corps?

Eli garda les yeux levés vers sa mère. Cette dernière ne s'embarrassa ni des Gardiennes paniquées et désorganisées, ni du massacre alentour et s'élança, sans lâcher sa fille.

- Cours, encore un peu!"

Malgré tous ses efforts, la petite était trop lente. La Reine piétinait pour ne pas la perdre ou la blesser. Eli la ralentissait, elle les empêcherait d'arriver à temps... La Tour n'était même pas encore à vue, le danger se rapprochait à une vitesse alarmante...

Soudain, l'enfant fut soulevée dans les airs. L'étreinte d'Aelita l'attrapa en pleine course et la nicha contre elle, une force désespérée la maintenant en place. Le mouvement renvoyait à Eli une vision épileptique du monde, accentuée par les séismes apocalyptiques. Son esprit devenait fou en essayant d'ordonner toutes les informations. Elle voulut fermer les yeux pour l'empêcher de s'autodétruire, mais ne rien savoir s'avéra pire. Elle ne pouvait que supposer les images associées aux sons tonitruants, et cela la rendait malade. Elle devait savoir, et pourtant cela pourrait bien lui faire du mal. Que quelque chose stoppe ce dilemme...

A contrecoeur, elle rouvrit les yeux. Le paysage défilait à une vitesse inouïe devant ses pupilles. Les couleurs se mêlaient dans une tempête bleu glacé alors qu'elles s'éloignaient du champ de bataille. De temps à autre, un éclair fendait le tableau et trouait la vision floutée d'Eli. La peur prit le dessus sur son malaise et elle enfouit son visage dans les épaules tendues de sa créatrice. Jamais cette étourdissante horreur n'allait finir...

Enfin, elle sentit contre sa peau la caresse familière de l'immatériel portal de la Tour. Eli reconnut la lumière immaculée du passage, puis les éclats perçant de Proelys. La chaotique symphonie de l'apocalypse se tut brutalement. L'ambiance pesante put au moins s'alléger un peu. L'enfant s'autorisa à rouvrir les paupières. Devant elle, la surface du bâtiment se dévoilait, inédite. Des milliards de données disparaissaient ou se modifiaient à une vitesse insoutenable. Des lignes volaient, éclataient, s'allongeaient ou se rétrécissaient sans relâche. De ce qu'elle put capter, Eli saisit quelques noms et de courtes descriptions... La Tour Proelys, celle qu'elle avait cherché à éviter, s'activait pour réécrire les codes des protégées de Verso, ainsi que des Inconnus. En son centre, sous une petite plateforme transparente, un vide étincelant patientait, dans un silence hurlant. Le gouffre parut pour l'enfant être la gueule d'un monstre, prêt à triturer une future victime et à en faire une autre... Au moins la petite savait de quoi il en retournait. Elle n'aurait jamais cru un jour trouver cette horreur moins angoissante qu'autre chose...

Dans un doux mouvement, Aelita se sépara de la petite. Cette dernière constata avec soulagement que sa mère était intacte. Accroupie devant son héritière, elle conservait les mains serrées sur les fragiles épaules, comme si d'un instant à l'autre on allait la lui arracher. Mais l'étreinte ne dura que peu de temps. D'un geste vif, elle passa ses doigts dans la longue chevelure en cascade d'Eli, les envoya derrière sa nuque, puis dénoua son médaillon, une sorte de joyau virtuel aux éclats héliotropes. Eli l'observa, un inquiétant murmure s'élevant en elle. Jamais sa mère ne retirait son pendentif... C'était ce qui rappelait sa place royale, d'ailleurs le bruit courait qu'il faisait partie intégrante de son corps, et que sans doute il allait se briser s'il arrivait malheur à la souveraine... Personne, pas même la jeune fille, n'avait le droit de le toucher, et Aelita mettait un point d'honneur à ne jamais le frôler...

La Reine remarqua le trouble de l'enfant. Elle stoppa tout mouvement, comme soudain hésitante. Puis finalement sourit. Un petit sourire aux traits étranges. Sans l'effacer, elle prit la main de sa fille et posa le talisman au creux de sa paume.

- Tu vas garder ça avec toi, d'accord? Les Autres le cherchent, mais ils ne peuvent suivre que ma trace... Si je ne le mets pas à l'abri, ils vont le trouver, et ça, ça ne doit jamais arriver. Compris Eli?"

Le poids écrasant revint en l'enfant. Elle sentait que quelque chose se passait, quelque chose de plus grave encore que la guerre au dehors, quelque chose qu'elle ne devrait pas accepter, quelque chose qui allait tout surpasser en douleur... Mais elle ne répondit rien. Elle n'avait aucune idée de ce qu'était cette chose, et on ne peut pas arrêter une chose qu'on ne connait pas. Parce qu'apparemment elle ne savait pas tout. La frustration reprit violemment le dessus. Elle l'empêcha de s'interposer quand la Reine reprit:

- Tu vas aller jusqu'à la Tour Staam. Surtout, vas-y à pieds, ne passe pas par les Tours de territoires, on ne sait jamais, peut-être ont-ils déjà fait main basse sur elles... Là-bas, tu trouveras un écran plus grand que les autres; il te donnera accès aux données du monde d'origine des Autres. Active-le avec le médaillon. Il te demandera un code. Tu lui répondras "Puck". Ensuite tout sera fini pour eux; quant à nous, nous serons à l'abri. Tu ne comprend pas tout maintenant, mais quand tu seras prête, va lire mes Mémoires. Là, tu sauras".

Avant que la petite n'eut pu émettre la moindre objection, Aelita la serra contre elle. "Je vais les occuper... Les attirer ailleurs. M'assurer que plus personne ne puisse me trouver..."

La logique d'Eli se mit aussitôt en branle, comme par magie. Les mots franchirent ses lèvres avec un désagréable naturel, sans doute motivé par une sourde appréhension: "Je n'ai pas de jambes d'adulte, je n'irais pas assez vite..."

L'étreinte se resserra subtilement, comme sous l'effet d'une vive crispation. La joue d'Aelita frôla celle d'Eli. La parole qui pénétra son oreille parut affreusement lointaine, et pourtant jamais elle ne la quitterait:

- Tu vas le pouvoir, Eli"

Tout se précipita. Un bras passa sous les jambes de la petite. Son dos bascula en arrière. Sa mère s'éloigna d'une brusque impulsion, remplacée par un néant lumineux et insidieux. Suivant le vide, la lumière, l'explosion. Son corps se déchira, ses données dansèrent dans un rythme chaotique, sa peau s'étirait, son cerveau était envahi de millions de chorales constituées de milliards de voix dissonantes. Elle eut l'impression que l'on essayait d'introduire de nouvelles choses en elle, des choses bien trop imposantes, qui jamais ne pourrait être contenu... Des mains l'agrippaient et la tiraient en tout sens, jusqu'à ce qu'elle ne sentit plus que cela. Des images, des sons, des sensations naissaient en elle, pulvérisant sa logique d'enfant, remodelant son esprit...

Soudain, un souffle brutal lui frappa le dos. Sans préavis, elle fut projetée hors de la gueule, ses membres incontrôlables entraînés dans des mouvements improbables. Elle demeura complètement aveuglée tandis que l'apothéose du chaos la fit imploser.

Puis silence. Et le sol.

Ses genoux et ses mains heurtèrent une surface, mettant fin à l'expérience. Un cri étouffé tenta de braver le passage de la gorge, en vain. Inconsciente des secondes qui passaient, elle laissa son esprit s'ordonner et se calmer avant d'oser ouvrir les yeux. Elle n'entendait rien d'autre que le bruissement continu et tonitruant de sa confusion.

Alors qu'enfin tout redevint silence et apaisement, elle patienta quelques secondes, paralysée par les souvenirs de sa chute. Il fallut qu'une longue et douce main, fine et chaleureuse, sans doute celle de sa mère, passât sur sa joue pour qu'elle acceptât de revenir au monde. Elle voulut passer la sienne sur les doigts qui lui caressaient la pommette, mais...

Mais s'aperçut avec horreur qu'elle était déjà sur son visage.

Surprise, elle ouvrit les yeux en grand. Elle fit face à son bras, anormalement long et lisse, enroulé dans ses mèches de cheveux plus foncés qu'à l'accoutumée, mais aussi bien plus longs. Elle tenta de se redresser, mais d'interminables jambes la prirent de court et la fit basculer sur son dos. Ses mollets et cuisses n'étaient plus potelées, mais finement dessinées d'un tracé harmonieux. Son ventre s'était aussi allongé, et sa poitrine développée. Le médaillon de sa mère ne pendait plus lâchement autour de son cou, mais reposait élégamment entre ses clavicules.

Non... Sa mère n'avait pas fait ça...

Elle tourna les yeux vers le gouffre, qui arborait à présent une lumière rouge. De ce qu'elle en avait entendu, Eli savait que c'était là le signe qu'une cérémonie venait d'avoir lieu, et qu'il faudrait à Proelys du temps pour pouvoir accueillir une autre enfant.

Alors...

Non...

Se levant maladroitement, elle détailla la Tour, à la recherche de la Reine. Elle n'avait pas pu la laisser seule, elle n'avait pas pu la jeter, comme cela, dans la cérémonie, elle...

Elle n'était pas là.

La conversation lui revint en tête brutalement. Elle lui avait confié le médaillon, puis une mission avant de lui dire qu'elle allait occuper l'ennemi... L'occuper... Pour que sa fille eut le temps d'intervenir! Elle qui redoutait sa lenteur d'enfant... Elle baissa les yeux vers ses nouvelles jambes. Elle allait devoir apprendre rapidement à les maîtriser, et là elle pourrait mettre fin à cette guerre!

D'un élan, elle se jeta hors de la Tour. Emportée par son enthousiasme, elle trébucha à la sortie, mais réussit toutefois à se rattraper. Le vacarme de la guerre retentit à nouveau autour d'elle, mais étrangement il lui semblait moins monstrueux, plus concret. Des données s'élevaient encore vers le ciel, moins nombreuses. La population de Verso devait s'être terriblement réduite, de même que le nombre d'Inconnus... La Question elle-même ne tiendrait plus longtemps... Il n'y avait pas une minute à perdre!

Ignorant les regards mi-étonnés mi-horrifiés qui la dévisageaient dans sa course, elle fonça vers Staam. Une nouvelle vitesse la propulsa en avant, l'étourdissant pendant une poignée de secondes avant qu'elle ne s'y accoutumât. Ses pieds la faisaient voler littéralement, les petits bonds qui l'envoyaient vers son but l'éloignait du sol et ne l'autorisait à le rejoindre que le temps d'un demi-battement de cils. A plusieurs reprises, elle dut bondir par-dessus des Gardiennes blessées ou des carcasses en voie de dissolution, voire même s'élancer sur le côté avant qu'un soleil filant ne la pulvérise, mais son agilité nouvelle n'eut que faire de ces obstacles et enfin, elle atteignit la Tour.

Sans prendre la peine de ralentir, elle se jeta littéralement sur le portail. Malgré le ralentissement provoqué par son passage, elle atterrit violemment sur une interface flottante, trônant au milieu de la Salle de Contrôle. La pièce circulaire était vide de toute présence, mais Eli était si agitée que l'inverse ne l'aurait davantage émue. Un séisme secouait le lieu tout entier sans interruption, rendant fébrile l'équilibre de la jeune femme alors qu'elle se redressait. Elle manqua de briser la chaîne du médaillon en le tirant devant elle et le plaqua sur l'interface. Des données s'affichèrent rapidement, sondant le talisman avec une trop grande lenteur au goût de la Princesse. Un tintement valida les informations récoltées et afficha une page étrange.

- Bienvenue dans l'application XANA du projet Carthage. Si vous êtes arrivés jusqu'ici, c'est qu'aucune autre solution n'est envisageable. Confirmez-vous?"

Oui... Evidemment que oui! Eli ne chercha pas à en comprendre davantage et approuva la sentence.

- Le programme que vous allez lancer vous donnera accès à l'UDW. Confirmez-vous son activation?"

Bon sang, quoi que tu pût pour Verso, fais-le au lieu de questionner!

- Choisissez l'UDW que vous souhaitez activer"

L'index impatient d'Eli s'abattit sur tous les choix à sa disposition. Toutes les forces devaient être mobilisées, toutes!

- Confirmation requise"

Cette fois-ci, ce fut son poing qui frappa l'interface, tandis qu'elle hurla un "PUCK!" déchirant. Son front le rejoignit immédiatement après, emporté dans l'élan. Le séisme s'arrêta aussitôt, laissant place à un calme pesant. Plusieurs seconds s'écoulèrent, durant lesquelles Eli fixa la page, figée sur un seul mot, "activation". Puis plus rien. L'interface disparut et le médaillon, privé de tout appui, s'écrasa au sol. La jeune femme ne tarda pas à le rejoindre. Un vide comme elle n'en avait jamais connu l'envahit. Elle venait de provoquer quelque chose dont elle ne savait absolument rien. Pour la première fois, elle avait béni l'ignorance.

_____________________________________________________________


- ... Ne me faites pas croire que vous voulez arrêter une guerre dans un monde en paix!"

- Nous vous promettons que nous ne mentons pas, vous vous sentez à l'abri, maintenant, mais XANA est une menace!"

- Nous ne vous avons pas attendu pour régler la question! Il s'est alliée à nous depuis! Un choix préférable à l'éradication automatique, non?"

- Il se retournera contre vous, nous le connaissons, il doit avoir un plan en tête!"

- Ne prétendez pas en savoir plus sur NOTRE monde que nous!"

- C'est sans doute lui qui a empêché qu'on libère notre dernier ami, il faut lui venir en aide, il doit être entre ses griffes!"

- Personne n'approche les Thalaam, compris? Vous avez fait assez de dégâts comme ça!"

- Vous ne nous empêcherez pas de sortir Ulrich de là!"

- TAISEZ-VOUS!"

Une cacophonie infernale secoua l'esprit d'Aelita, l'extirpant de son sommeil rapidement regretté. Si au début les voix étaient trop lointaines pour qu'elle pût les distinguer, elle finit par reconnaitre les accents criards d'Odd tentant de calmer la situation, les intonations impatientes de Yumi et le ton professoral de Jérémie, quoi qu'il ne semblait pas en posture avantageuse. Au milieu de tout ça, Asali perdait le peu de tolérance qu'elle avait et Eli venait d'hurler depuis la première fois depuis le commencement de cette histoire. Combien d'épisodes avait-elle raté...? Et de quelle menace parlait-on, sur son Royaume...

"Son" royaume? Venait-elle vraiment de penser cela?

Soudain, des images des derniers évènements lui parvinrent en flash, mêlés à une foule de souvenirs au goût de nouveauté. Elle se voyait, bâtissant des Tours et améliorant Lyoko pour l'agrandir et le peupler de personnes comme elle. Elle revoyait la création des Sages, trouvant leur source dans des souvenirs d'un autre monde, puis celle d'une petite fille aux longs cheveux roses et aux vives pupilles qui n'avaient d'yeux que pour leur mère... Celles-là même qui paraient à présent un visage adulte dressé sur une échine altière. Celle-là même qu'elle voulait tant appeler son "enfant"...

Une étrange sensation s'enracina dans son esprit déchiré entre deux vies. Alors qu'elles se bousculaient pour gagner une place de choix dans la mémoire de la jeune femme, elle eut l'impression qu'une nouvelle Aelita émergeait, telle une personnalité n'attendant qu'un stimuli pour se révéler. Au fond d'elle, elle était toujours la princesse de Lyoko en mission avec ses amis pour détruire XANA, mais... Et cette autre? Elle possédait maintenant ses souvenirs et les comprenait comme s'ils avaient déjà influencé sa logique... A moins qu'elle eut toujours été la Reine de Verso? Était-ce pour cela qu'elle était si admirative et fière d'Eli? Était-ce pour cela qu'elle l'avait regardée en première, que son inquiétude s'était d'abord dédiée à elle?

Puis elle revit la confusion dans la Tour Paeno, les Thalaam s'agitant anormalement, les trompettes de l'apocalypse résonnant dans ses oreilles, et le malaise persistant... Une crainte naquit en elle, aussi brusque qu'un éclair de mauvais génie...

- Le Kardii..."

L'assemblée se tourna vers elle, prise d'un commun élan de surprise. Même sans ouvrir les yeux, elle put le sentir. Ils respiraient tous le soulagement.

- Aelita, enfin!"

Une main se posa sur son épaule, la forçant à se soustraire aux ténèbres. Penché au-dessus d'elle, Jérémie la sondait, cherchant la moindre anomalie, chaque seconde passant le déridant davantage. Avant, la jeune femme aurait partagé sa joie. Mais un autre sentiment grandit, plus sournois et convainquant. Elle n'arrivait pas à le nommer, mais une chose était sûre: il ne lui donnait pas envie de voir le visage du jeune chef. Elle se redressa en le repoussant légèrement et jeta un regard par-dessus son épaule. Un de ses souvenirs neufs lui indiqua qu'elle se trouvait dans la Tour Staam. Il s'agissait de la plus resplendissante, décorée de toutes les couleurs de l'Univers, plus haute que l'esprit ne pouvait l'envisager, parée de milliards de voiles aussi fluides que des aurores boréales... Sa première création, celle qui l'avait consolée de l'horreur de ses derniers instants sur Terre...

Non. Pas "ses" derniers instants. Elle n'était pas la Reine...

Mais juste derrière Jérémie, elle aperçut celle qui ferait taire cette voix. Eli attendait, comme incapable de croire ce qu'elle venait d'entendre. Plus beau encore, une étoile brillait dans ses yeux. Au-delà de l'incrédulité, quelque chose s'était ravivé en elle.

- Tu... Vous avez parlé du... Kardii? Comment savez-vous..."

- Comment va-t-il? C'est lui qui a été touché, n'Est-ce pas? Qu'est-il arrivé à Verso?"

La Reine sembla prête à vaciller d'émotion. "Je ne vous en ai jamais parlé... Comment..."

- Je le sais, c'est tout. Ce n'est pas comme si je n'étais pas l'artisane de ce monde?"

D'un coup, elle jeta un regard noir en direction du génie. Sorti des ténèbres de son cœur, un ressentiment comme jamais elle n'en avait éprouvé l'assaillit sans qu'elle ne cherchât à le vaincre. Cet homme lui avait menti, il avait trompé ses troupes et corrompu la vérité! Vu de ses nouveaux yeux, cela lui parut être impardonnable. Comment était-elle sensée lui faire confiance s'il ne s'en montrait pas digne? Quelle raison pouvait justifier une telle ingérence? Se croyait-il réellement chef? Se croyait-il encore son ami? Ce dernier recula, instantanément gêné.

- Qu'est ce que tu veux dire..."

- Tu le sais. J'ai créé cet univers" Il fallait qu'elle rétablît la situation. Qu'elle mît les choses au clair. Savoir qu'une erreur était une vérité pour d'autres étaient invivable. Au-dessus de sa tolérance.

- Comment ça?" Intervint Odd, rappelant la présence des deux Lyoko-Guerriers au trio fermé. Mais Aelita ne dévia pas son attention, attendant fermement la défense de Jérémie. Ou espérant au moins qu'il dirait la vérité, enfin.

- Je ne sais pas ce qui t'as mené à le penser, mais..."

- Belpois m'a tout dit. Solar Building, c'était toi. Et l'autre Aelita aussi. Tu savais qu'on allait tuer une innocente, et tu n'as rien dit"

On eut dit que la jeune femme venait de jeter un astéroïde au visage de son ami. Il cligna plusieurs fois des yeux, ouvrit et ferma la bouche plusieurs fois. Yumi, jusque là silencieuse, blêmit à l'évocation du nom de l'alter. Ce fut Odd qui osa à nouveau lancer:

- Il est mort, nous l'avons vaincu..."

- Non. Je l'ai vu, Eli l'a vu, et je peux vous garantir qu'il est vivant. Ce n'est pas comme s'il pouvait mourir, après tout, il est une part de Jérémie..."

- Je ne sais pas ce qu'il t'a dit, mais..."

- Si tu ne sais pas, alors TAIS-TOI!"

C'était sorti sans prévenir, comme un coup de poignard guidé par l'instinct, mais elle ne regretta pas un instant son accès de colère. Elle l'avait trop laissé croître pour qu'il ne demandât pas à s'épanouir pour de bon. La trahison était un parfum encore vivace dans ses narines... Les voiles de la Tour s'agitèrent soudain, valsant avec son ressentiment, annonçant la tempête imminente.

- ... Attend, je ne suis pas sûre de comprendre. Belpois est une part de Jérémie?" Demanda Yumi, la voix presque suppliante. Elle dévisageait Aelita, réclamant qu'elle infirmât cette information. Elle était au bord du gouffre, si bien que la jeune femme fut prise d'un élan de pitié pour elle. Elle lui sourit doucement, l'air désolé, et tout en ignorant le jeune homme qui secouait lentement la tête, reprit:

- Oui. Les mondes que nous avons à traverser sont des créations de nos cauchemars. Tout ce que nous voyons est un morceau de notre âme. Et à Solar Building, Belpois cachait une alter Aelita, que Jérémie a laissée mourir sans nous en aviser"

- ... Tu plaisantes, là?"

- Non"

- Mais... Alors nous sommes... Nous avons... Mais pourquoi..." Hésita Odd, ses yeux valsant entre Aelita et Jérémie. La jeune japonaise, elle, paraissait à deux doigt de perdre toute patience. Jérémie baissa les yeux, vaincu.

- Je... J'avais peur pour notre unité, Ulrich semblait douter, et..."

- Et toi tu ne trouves rien de mieux que de lui donner de bonnes raisons de le faire? Tu te rends compte qu'on croyait avoir affaire à XANA, et au final, on a affaire à nous-même? Et si ça nous détruisait, à la fin? Et l'autre Aelita, elle n'avait rien fait! On s'est toujours tout dit, et plus, on a toujours tout fait pour empêcher des morts de se produire par notre faute! "

- Ce n'est pas ce que tu pensais en tirant sur Belpois, hein?" Siffla le génie en fusillant Yumi du regard. Cette dernière fondit sur lui et lui asséna une violente gifle.

- J'aurais dû le laisser te tuer, c'est ça?"

- Tu n'as aucune leçon à me donner question morale! Moi j'ai essayé de nous sortir de cet enfer, et j'ai réussi, il me semble! Qui communiquait avec la Voix, hein? Qui a essayé de raisonner? Sur qui vous vous reposiez, hein?"

- On le faisait parce qu'on attendait de toi tout sauf le mensonge!"

Un lourd silence s'imposa, épaissi par le poids des paroles de la combattante. Ce n'était qu'une évidence, un sens commun entre eux, quelque chose qu'ils n'avaient jamais eu à discuter... Et qui à présent paraissait être complètement utopique. Aelita observa le résultat de ses révélations, incapable de s'en vouloir. Elle avait dit la vérité, elle n'était pas en tort. Qu'importait que Yumi se mît à hurler ou qu'Odd, le seul à n'avoir jamais été méfiant, le seul prêt à foncer tête baissée, l'avait désormais au-delà de toute figure de style, perdu et luttant contre le déni. Ses sourcils se froncèrent.

- Alors... Le rêve que j'ai fait, après notre départ... Elle m'appelait... Elle m'attend?"

Aelita ne chercha à en savoir plus. Il revenait à l'adolescent de mettre de l'ordre dans le désordre qui ne devait sans doute pas manquer de troubler ses réflexions. Elle lui accorda toutefois un sourire rassurant. Elle n'avait pas à être dure avec lui. Plus que les autres, le contrecoup serait terrible pour lui, elle en était persuadée. Ils se ressemblaient tellement, et compte tenu de ce qu'elle a ressenti lorsque Belpois lui a tout révélé... Elle ne l'abandonnerait pas, évidemment, mais l'heure n'était pas à ce genre de considération. Elle avait quelqu'un d'autre à assurer de son amitié, quelqu'un qui attendait depuis une éternité.

Délaissant Odd, elle se leva et se dirigea vers Eli. La Souveraine se laissa approcher, tout aussi sonnée. Elle lui prit tendrement la main.

- Je ne suis pas la mère que tu as connue. Mais je suis bel et bien à ton origine, Eli. Et je sais ce qu'elle a ressenti en te créant et en te sauvant. J'ai sa mémoire, et je te promets que je ferai tout pour te protéger"

Jamais elle n'avait cru avec autant de force à une promesse. Eli serra sa main en retour.

- Je sais ce qu'elle est devenue. Enfin, je l'ai compris. Elle a rejoint les Autres dans leur monde pour les détourner de Verso, le temps que je détruise leur monde... Je l'ai tuée..."

- Tu as fait ce qu'il fallait. Elle n'avait pas le temps de t'avertir, et tu n'aurais pas compris. Ton esprit n'était pas assez mûr"

L'étincelle nouvelle prit totalement possessions des pupilles d'Eli, donnant à Aelita une furieuse envie de la serrer dans ses bras. Les voiles s'apaisèrent, flottant tout juste au gré d'une délicate brise virtuelle, reflétant des teintes chaleureuses. Asali elle-même n'était pas insensible au spectacle. Elle en aurait presque été adoucie. Mais elle lutta pour ne pas se laisser envahir et s'avança, une allure guerrière fermement maintenue.

- La Question est donc bien redevenue une ennemie?"

- Mes amis ne mentent pas, je le crains. Verso n'est qu'un moyen de nous approcher et nous tuer. Je suis navrée, à ce sujet..."

Eli eut un petit rire. "Vous savez, ici toutes sont conscientes de n'être nées que du sentiment de solitude de notre Déesse... Et finalement, ce n'est si faux que cela, même si l'identité de notre créateur n'est pas toute à fait celle que nous croyions..."

Aelita lui rendit son rire. "Je suis surtout désolée pour notre venue. C'est notre présence qui risque de rendre XANA dangereux. Et c'est pourquoi il nous faut l'éradiquer. Mais je crains qu'il n'ait d'ores et déjà attaqué le Kardii..."

- Mais c'est quoi, ça, à la fin?" S'exclama Odd, remplaçant un Jérémie plutôt timide.

- C'est le cœur de notre monde" Répondit Eli, encouragée par le regard plutôt amical d'Aelita. "L'énergie que nous employons dans nos Tours en vient. C'est également là que la Question a trouvé refuge, avec notre accord, pendant la seule guerre de notre Histoire. De là, elle a pu se joindre à nous pour repousser un adversaire qui nous voulaient tous. Depuis, elle n'en est jamais ressortie et ne nous a jamais porté atteinte"

- Vous avez laissé un virus malfaisant infester le noyau de votre planète?"

- Il n'avait rien d'un virus à ce moment-là, et puis elles avaient besoin d'alliés" Défendit Aelita, sa jeune mémoire lui renvoyant des scènes de la guerre. N'appréciant que peu cette nouveauté, elle les repoussa une à une et reprit: "Sans doute que sans XANA, tout aurait été perdu..."

- Tout de même, ça revient à faire un pacte avec le Diable..."

- Ce qui est fait est fait" Coupa Jérémie, ne récoltant cette fois pas de moue désapprobatrice de la princesse de Lyoko. Il prit cela pour un signe encourageant et continua: "Concentrons-nous sur un moyen de l'éliminer. S'il est niché dans le Kardii et que celui-ci a un problème, il y a fort à parier que XANA est passé à l'action"

- Ca peut se vérifier" Proposa Eli en sortant la petite boule de sous sa tunique. Naturellement, son nom vint à Aelita, qui s'en saisit sans hésiter.

- L'Apsidia... Oui, je l'ai créé pour sonder Verso... Si on l'active et qu'on lance le Code Verso, il se transforme. Si de boule il devient chalumeau, la paix est sauve. Mais qu'il se change en arc, et le temps de prendre les armes sera venu"

- Le chalumeau est légendaire, en fait" Compléta Eli. "Par contre, nous avons eu l'occasion de le voir devenir un arc..."

Elle caressa la surface de l'artefact d'un air songeur. Aelita comprit alors.

- La relique... C'est comme le Weregun, c'est l'arme qui doit nous aider à détruire XANA!"

Les Lyoko-Guerriers s'approchèrent d'un seul mouvement, tendus dans l'expectative. Eli éveilla l'Apsidia de ses habituels mouvements, libérant une interface bleutée. Un curseur allongé clignotait, attendant de tracer le code demandé. Le rituel fut identique à celui du Code Lyoko. La main d'Eli se posa sur l'écran virtuel, tandis que le nom de Verso s'afficha en lettres capitales blanches. Un petit temps de flottement suivit la manœuvre, durant lequel nul ne broncha. Si l'attente parut plus angoissante pour Eli et Asali, Aelita pressentit la réponse, et ne doutait pas qu'il en était de même pour ses compagnons. Mais peut-être était-elle d'eux quatre, la seule à souhaiter se tromper..

Mais malheureusement, la petite boule passa d'ovale à tube, s'affinant, s'allongeant et se courbant, le cobalt de ses lignes recouvrant intégralement le manche et s'éclaircissant jusqu'à tirer sur l'argenté. La corde tendue de l'arc était lui aussi d'une finesse remarquable et d'un rose incarnadin étincelant. Une fois sa transformation achevée, Aelita serra l'arme, étonnée qu'il fût parfaitement à sa taille, et étrangement familier. Elle se sentit immédiatement mal à l'aise en passant ses doigts le long du manche. La dernière fois qu'elle l'avait vu... Enfin, le souvenir en elle ne lui inspirait rien d'agréable. Asali avait reculé, l'air plus grave que jamais, tandis qu'Eli était interdite, figée par la vision de l'artefact. Seuls les Lyoko-Guerriers paraissaient enthousiastes.

- Vous voyez! C'est le signe que quelque chose ne va pas! Même votre monde vous le dit!" S'exclama Jérémie. "Et maintenant que nous avons le moyen de nous défendre, il faut aller détruire XANA avant qu'il ne soit trop tard..."

Il voulut saisir l'Apsidia, mais un sifflement tranchant l'interrompit. Devant lui, Eli avait saisi le poignard d'Asali, qui n'avait eu que le temps de comprendre, et menaçait le génie, le regard dur et intraitable.

- Vous ne toucherez pas à une donnée de la Question. Personne ne provoquera une seconde guerre sur mes terres".

__________________________________________________________


Voila pour ce nouvel épisode (je dis trop souvent le mot "nouveau" et ses variations à mon goût dans ce post), j'espère qu'il vous a plu! Je vous retrouve sans faute cette fois dans deux semaines pour le chapitre 7, d'ici là, passez un bon mois de Mars, tchao!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 4 sur 7
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1813s (PHP: 76% - SQL: 24%) - Requêtes SQL effectuées : 18