CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
 
 Derniers topics  
LCDS, un discord Code Lyoko
[Jeu PC] TRAILER IFSCL 3.5.0
[Fanfic] Oblitération
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
[Jeu VN] Travail d'équipe 0.5 - Bande...
Symétrie lyokoïque.
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Film] Adaptation CL Chronicles : LIVE
Ma galerie graphique
[Fanfic] Les Perles du Neith [Terminée]
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Information war

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 4 sur 5

Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Robin2553 MessagePosté le: Sam 21 Fév 2015 19:11   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Ma parole c’est que vous me gâter avec cette publication chers lecteurs ^^

Pour Silius Italicus :

Silius Italicus a écrit:
Éminence grise, pas roi. Je laisse le marbre inconfortable du trône à d'autres.


Mes excuses votre éminence Wink.

Silius Italicus a écrit:
Sur la romance ou la psychologie, il n'y avait pas de reproches. En fait depuis que Marcel a écrit sur les invertis, la littérature française s'est faite tendanciellement psychologisante, et cela a contaminé touts les écrits. A quoi s'ajoute le niveau d'exigence demandé en ce royaume, qui fait que survivent et ressortent les auteurs ayant déjà une certaine expérience et une certaine maturité. D'où il s'ensuit que la psychologie fait quasiment partie des attendus, de ce qui forcément sera présent.
Ne pas en voir fait donc sourciller.
Cela dit, vous êtes tout à fait en droit de dire que cela ne vous intéresse pas, ou que vous n'y êtes pas sensible, ou n'importe quelle autre raison: c'est votre récit ne vous sentez pas contraint par nous autres lecteurs bornés et conformiste.

Pendant des siècles, en fait jusqu'à Rousseau il n y a pas vraiment eu de psychologie dans le roman après tout.

il en va un peu de même pour la romance. Effectivement il y en a, mais visiblement cela ne vous intéresse peu. C'est juste que c'est aussi un des éléments qui font que les personnages sont plus que des silhouettes ou des archétypes, mais bien des êtres au sang chaud. Après, A dieu va.



En voilà un point de vue qui est intéressant. Il est vrais qu’en y repensant les œuvres de la littérature ancienne ne semble avoir que faire de la psychologie, ce qui ne diminue en rien leur qualité intemporelle.
Je pense donc que le mieux pour moi serait de calquer mon développement des personnages sur quelque chose proche de ce que fait Frank Herbert. Leur donner à chacun une idéologie et personnalité qui leur est propre, mais ne pas forcément plonger dans les méandres de leur psyché pour y analyser les effets de tel événement ou situation sur eux. Leurs émotions et expressions devrait être suffisantes pour leur donner de la profondeur.
Ensuite, la psychologie en fiction est quelque chose qui m’intéresse (je ne suis pas fan de Serial Experiments Lain pour rien ^^). Cependant, il est vrai que pour mon récit et ses objectifs, des conflits psychologiques de taille chez les personnages seraient plus forcé que réaliste. En effet, si c’est un aspect intéressant en fiction, dans la réalité, le comportement d’humains matures et responsables est plus défini par la rationalité que la psychologie pure.

Silius Italicus a écrit:
Sur la puissance du supercalculateur, il est vrai que j'avais oublié l'augmentation exponentielle des besoins, mais sans être un expert, ou l'écart en les deux fonction se creuse, ou il se réduit, ou elle sont parralléles.
Or depuis la saison deux nous savons que l'accroissement de puissance du supercalculateur accroît la puissance des tours activées, et on constate que Xana est plus puissant. On tendrait à en déduire que la puissance de la machine croît plus vite que ses besoins, non ? Lentement peut-être, mais surement. En ce cas pourquoi ne pas faire retour vers le passé sur retour vers le passé pour accroitre cette puissance à l'infini ?


De la même manière, on pourrait se demander pourquoi la fédération n’utilise tout simplement pas le retour vers le passé pour piéger l’Union indéfiniment.
Ou bien pourquoi Jérémie ne s’en est pas servi pour donner au supercalculateur sans XANA une puissance infinie.
Ou alors pourquoi Franz Hopper n’a pas simplement embrassé l’immortalité et la sécurité qu’il lui offrait.

Et encore une fois quand c’est comme ça, le brouillard technologique vient faire sa magie. Ainsi, ayant moi-même réfléchit sur la question j’ai décidé arbitrairement au chapitre 4 que le nombre de retour dans le passé possible de faire en une période de temps est limité. Probablement par un truc du genre pas plus de 8 ans de boucles temporelles en une fois avec un temps de récupération. Peut-être y collerais-je une explication plus tard, mais en attendant je vais juste sortir la carte « plot convenience ».

Silius Italicus a écrit:
Sur les renseignements militaires, votre réponse m'a inspiré une réflexion. Tout d'abord les lyokoguerriers connaissaient leur ennemi, Xana. Ils savaient ce qu'il était, son histoire, ils avaient même ses codes sources,... Une fois qu'ils ont eu le journal de Hopper, ils n'avaient presque plus de renseignements manquants.


Justement, il est là le problème. De toute évidence Franz Hopper ment dans son journal, ce qui fait que cette source d’information n’est pas fiable à 100% du point de vue de la fédération.

Pour ce qui est du changement des objectifs stratégiques tactiques et opérationnelles, il est vrais que j’ai opéré un gros changement d’échelle avec ma fiction ^^

Silius Italicus a écrit:
Je ne suis pas sûr que l'on parles de la même cause. j'avoue être curieux. Pourrais-tu m'expliquer ça plus en détail, avec un niveau d'explication adapté bien sûr. Quant à Ockham, méfie-toi, il est difficile de se raser avec lui.


Pour tout te dire moi non plus Mr. Green. Il semblerait après recherche plus poussé que ces messieurs avaient différentes vision de la causalité et les appliquaient à des échelles différentes.
Néanmoins, le point de vue de Nietzsche sur la question est particulièrement contestable avec la science moderne. De ce que j’en ai compris, le bonhomme dit en gros que notre modélisation du monde à travers nos sens est un travestissement du réel qui ne peut rendre compte de l’existence d’une causalité dans un événement perçut. Le problème avec cette approche à mon sens (autre qu’elle se fait tailler net par Ockham Mr. Green) est que loin d’être un simple produit arbitraire de nos sens, la causalité à en thermodynamique un marqueur physique qui marque de manière irréfutable son passage : l’entropie. Effectivement, selon la deuxième loi de la thermodynamique, l’entropie des effets sera toujours plus élevé que celle des causes, et c’est ainsi que nous pouvons distinguer de manière tout à fait objective les causes et les effets d’un événement donné.

Mais plus intéressant, en cherchant un peu je suis tombé sur ça de lui :
Spoiler


Et je dois le reconnaître, c’est très élégant d’un point de vue métaphysique. Sauf que scientifiquement parlant, la théorie de la relativité à justement démontré, preuves à l’appui, que la simultanéité n’existe pas dans l’univers Mr. Green. Qu’elle est en réalité une illusion provoquée par la relativité du repère de l’observateur.
Seul subsiste chez Einstein les causes effets reliés entre eux par un diagramme espace-temps qui leur donne une chronologie claire et les empêches d’être simultané ou de s’inverser en atteignant ou dépassant la vitesse de la lumière. Ou autrement dit qu’il existe bien une causalité dans l’univers, est que celle-ci est unidirectionnelle (au plus grand dam de ceux qui rêverait de voyager dans le temps ^^).
Si tu veux plus de détail, n’hésite pas à me MP, j’ai pas la place de tout expliquer ici Wink.

Silius Italicus a écrit:
Les notes de Jérémie m'intriguent: une baisse de l'entropie ? Sérieusement ! Mes pauvres connaissances en physique me disent que c'est par définition impossible. Je vais me hasarder à essayer de trouver une solution. En fait le coeur est un autre univers d'où les tours tirent de l'énergie jusqu'à épuisement, ainsi on a un univers entiers mis au service d'un autre ce qui devrait sérieusement ralentir l'entropie.


En réalité, baisser l’entropie d’un système est tout à fait possible (fort heureusement, sinon on crèverait dans notre propre chaleur Mr. Green) mais toujours au détriment d’un autre système.
Un exemple simple serait celui du glaçon et de la boisson. Mettre un glaçon dans une boisson refroidit cette dernière, l’agitation thermique baisse et par conséquent l’entropie de la boisson elle aussi diminue. Mais cette baisse de l’entropie dans le liquide se paye par une augmentation de l’entropie du glaçon qui devient de plus en plus chaud au fur et à mesure que la boisson se refroidit.

C’est le même principe avec le cœur de Lyoko, il aspire l’entropie de la mer numérique comme un glaçon la chaleur. Sauf que dans son cas, sa cohérence quantique est tellement importante que c’est à peine si l’entropie qu’il absorbe de la mer numérique l’affecte.

Silius Italicus a écrit:
Pauvre méchant, il va en avoir perdu du temps pour un coup d'épée dans l'eau...

Cela dit la question qu'il pose est valide. On peut penser que nos héros sont endoctrinés et sont en train de se faire avoir. Vous ouvrez un abîme de réflexion.


Disons simplement qu’en faire un membre permanent de l’organisation n’est pas dans l’intention de RavenLab Laughing

Et c’est drôle, j’ai pensé exactement la même chose quand j’ai écrit ses lignes ^^

Silius Italicus a écrit:
Au passage, les bras d'Aelita sont toujours maigre après l'entrainement infernal ?


Je rappellerais qu’avec des retours dans le passé constant, l’impact physiologique de leur entrainement est quasi-nul Wink.

Silius Italicus a écrit:
La deuxième piste, où vous vous aventurâtes c'est le discours indirect libre (un grévisse ou une grammaire préciserons les choses), en gros vous essayez de retracer le fil des pensés du personnage, après c'est une question de rythme et de style. Vous pouvez faire un tour dans Madame Bovary pour voir ce que cela donne, ou chez Proust si vous voulez sortir l'artillerie lourde.

Madame de Bovary oui, j’en ai entendu parler effectivement (en même temps, il est bien difficile de l’éviter en cours de français Mr. Green). Cela pourrait être intéressant, mais comme je l’ai dit plus tôt, je doute de devoir recourir à de la psychologie à un tel niveau d’intimité dans ce récit.

Pour air-raid :

Un nouveau lecteur donc à ce que je vois. Ça fait toujours plaisir.
Merci pour tes encouragements ^^

air-raid a écrit:
Silius qui me rend jaloux tellement il écrit bien


Rassures toi, t’es pas le seul Mr. Green.

air-raid a écrit:
(P.S le croiseur de l'UNSC que tu nous montre, ne serai-ce pas la frégate de johnson à la fin de HALO 3 ?)


Yep, la légendaire frégate de l’UNSC Forward Unto Dawn, aussi appelé Aube de l’Espérance en version française (dieu que le nom français est classe, c’est l’un des rares cas où je préfère l’appellation française). Utilisé dans le final d’Halo 3 ^^
Je l’ai choisi par ce qu’elle est symbolique des événements de 2553 dans l’univers d’Halo.
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
air-raid MessagePosté le: Sam 21 Fév 2015 20:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 06 Fév 2015
Messages: 28
Localisation: dans un AC-130, au dessus de chez toi
Le forward into dawn ... je comprend mieux halo 4 d'un coup ...

Du coup, les vaisseaux de ta fanfic sont-ils inspirés des vaisseaux de halo ? Si oui, tu me donne du rêve en plus ! Very Happy
le pélican, pitiée, le pélican pour les LGs ...

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Robin2553 MessagePosté le: Sam 21 Fév 2015 22:17   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
air-raid a écrit:


Du coup, les vaisseaux de ta fanfic sont-ils inspirés des vaisseaux de halo ? Si oui, tu me donne du rêve en plus ! Very Happy
le pélican, pitiée, le pélican pour les LGs ...



En fan absolu des designs de la technologie d’Halo je vois difficilement comment il pourrait en être autrement Wink.

Tout d’abord, le Magpie est inspirée de la version policière du Pélican vu dans Halo 3 ODST :

Spoiler



Le Owl est un mélange entre un B-2 Northrop Spirit et un intercepteur Longsword :

Spoiler


Et enfin dans mon esprit, le Lady Liddell et le Lord Carroll ressemble à des croiseurs de classe Marathon sous stéroïde :

Spoiler






D’ailleurs, puisque tu amènes le sujet, sache que j’ai planqué de nombreuse référence à Halo dans la fiction ^^


Spoiler

_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
air-raid MessagePosté le: Sam 21 Fév 2015 22:36   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 06 Fév 2015
Messages: 28
Localisation: dans un AC-130, au dessus de chez toi
Haha ! Je me sens comme à noël !

pour les références, j'avais surtout pensé aux munitions AR, dont tu parle à un moment (vers le début), qui font écho dans mon esprit à la destruction de la spire covenante de halo : reach.
ouiiiiiii, le bonheuuuuuur ! *part chanter dans le salon*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Silius Italicus MessagePosté le: Lun 23 Fév 2015 16:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Fév 2015
Messages: 180
Localisation: à l'Est d'Eden
Bonjour Cher Robin2553,
Me voici par vos soin prince de l'Église. Embarassed

Citation:
je vais juste sortir la carte « plot convenience ».


Vous avez raison, mais votre paratexte d'introduction rendait par trop tentant le fait de vous prendre au mot et de rechercher les incohérence.
A force je me suis montré peu civil, et mesquin.
La délicatesse m'a fait défaut.

Aussi atendrons-nous la suite du récit pour émettre d'autres remarques, que nous espérerons plus fines et justifiées.

Au passage, la discussion sur le rasoir et la causalité est des plus intéressante, mais nous emmène un peu loin de votre récit, qui est quand même la raison d'être de cette province. Si cela vous tente nous pourrions continuer en privé.

Robin2553, Air-raid, vils flatteur, il faut rétablir la vérité:

Citation:

air-raid a écrit:
Silius qui me rend jaloux tellement il écrit bien


Rassures toi, t’es pas le seul Mr. Green.


Allons, allons, rien n'a encore été publié par ma main, aussi est-ce un peu tôt pour les compliments.
Refaites-le du jour où j'aurais posté un récit en ce royaume.
En outre il ne me semble pas que mon écriture, à l'aune de mes quelques commentaires, soit si élégante, marquante ou fluide que cela.
Néanmoins merci.

Que Boileau vous guide cher Robin2553:
Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.
(Art Poétique, chant 1)
_________________
AMDG

Prophète repenti de Kane, vassal d'Anomander Rake, je m'en viens émigrer et m'installer en Lyoko.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
air-raid MessagePosté le: Lun 23 Fév 2015 22:05   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 06 Fév 2015
Messages: 28
Localisation: dans un AC-130, au dessus de chez toi
Citation:
Allons, allons, rien n'a encore été publié par ma main, aussi est-ce un peu tôt pour les compliments.
Refaites-le du jour où j'aurais posté un récit en ce royaume.
En outre il ne me semble pas que mon écriture, à l'aune de mes quelques commentaires, soit si élégante, marquante ou fluide que cela.
Néanmoins merci.


Ah ! La modestie d'un homme !

Edit de Zéphyr : Ah ! Le flood dans la sous-section Fanfictions !

Edit : Oops, désolé ... (au moins je connais la limite)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Robin2553 MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2015 00:18   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Note de service :
Spoiler

Yeah ! Wouhou ! J'ai fait moins d'un mois de délais pour une fois ! Very Happy ( Bon Ok à une nuit près. Mais quand même ^^)

Bonne nuit à tous donc, me revoilà pour un nouveau chapitre. Wink
A l'origine, j'avais l'intention de le sortir plus tôt. Mais j'ai eu un truc sur le feux qui m'a empêché de le finir aussi vite que je l'aurais voulu. Alors j'ai plutôt décidé de jouer mes petits enfoirés et de l'accoucher 2 jour avant les délibération des carpes, histoire de bien faire chier mon monde.
Ouais me remerciez pas c'est cadeau Twisted Evil

Sinon pour le chapitre en lui-même, en plus d'introduire plus d'élément sur les Black Knights et ce qu'ils font dans l'ombre de mon scénario, il contient aussi le troisième véritable combat virtuelle de la fiction et j'en suis plutôt satisfait (même si je doute que mon style platonique le retransmette suffisamment bien Laughing ).
Aussi, ce chapitre est relativement long et je suis relativement fatigué. Je crains donc qu'il soit probable que mes relectures soit plus faible que les précédentes, soyez en avertit.

Mais je vous laisse apprécier par vous même Wink :


Information war :

[Chapitre 8-2] La guerre des mondes:


Extraits des archives des Black Knights : Le théâtre européen.

La chute de l’Imperium devenue inévitable aux environs de la seconde moitié du IVème siècle, les efforts du Patronus Volontarius se concentrèrent sur la protection des acquis de la civilisation gréco-romaine en Europe de l’ouest.
Sa première action fut de former une organisation qui, à défaut d’avoir la capacité de combler le vide laissé par le pouvoir Romain, pourrait influencer la politique à un niveau continental de manière coordonnée. Pouvant compter sur une quantité massive de fonds tirés des caisses de l’Impérium avant que celui-ci ne soit pillé, celle-ci se forma en une puissance suprarégionale indépendante qui finança et participa à la préservation des savoirs et l’instauration de gouvernements locaux précurseurs aux nations féodale de l’Europe du Moyen-Age centrale.
Inspiration notable des mythes Arthuriens et Carolingiens, le principal héritage qu’elle nous a laissé est d’avoir fondé les quatre ordres du chevalier noir.


Extrait des notes de Jérémie Belpois regardant le supercalculateur.

Souvent interverties à tort par le grand public et même les physiciens (moi le premier d’ailleurs…), les notions d’énergie et de puissance sont pourtant différentes par leurs natures même. En effet, si la première désigne une quantité pouvant être stockée, la deuxième est définie comme étant le flux de cette dernière. La distinction qui en résulte est ainsi fondamentale dans la compréhension des capacités d’une machine, et c’est d’autant plus vrai pour le supercalculateur qui ne fonctionne pas avec un mais bien deux types différents d’énergies et de puissances (voir même trois puissances si on compte celle de calcul) :

-Energie réelle : Celle disponible dans la source d’alimentation de la machine. Elle est bien évidemment essentielle car sans elle le supercalculateur cesserait tout simplement de fonctionner. Auparavant fournie par une pile nucléaire, elle est désormais stockée dans des bobines supraconductrices fédérales constamment rechargées par un générateur à fusion. Les améliorations ainsi apportées la rendent virtuellement infinie.

-Puissance réelle : La quantité d’énergie réelle que la source d’alimentation est capable de fournir en un temps donné. Tout aussi essentielle que son énergie, elle est nécessaire à la moindre tâche que le supercalculateur doit effectuer, qu’elle soit virtuelle (gestion des tours, maintien des territoires) ou réelle (réinitialisation, scanner). Là encore, si elle pouvait être limitée par le nombre fini de radiations dégagée par la pile nucléaire, le changement pour des bobines supraconductrices la rendue virtuellement illimitée. Les seules limitations de la machine sont maintenant celles imposées par ses composants.

-Energie virtuelle : Mystérieuse pendant un long moment, je sais maintenant que sa source n’est ni plus ni moins que le cœur de Lyoko. En effet, comme nous l’apprend la thermodynamique, une différence d’entropie c’est du travail, et le travail c’est de l’énergie. Théoriquement, il devrait y avoir une limite à la quantité d’énergie exploitable du cœur de Lyoko. Dans la pratique cependant je n’observe aucun signe d’essoufflement de ce dernier. Aussi, bien qu’il faille prendre cette affirmation avec des pincettes, je pense que l’on peut considérer l’énergie virtuelle comme étant illimitée.

-Puissance virtuelle : Exploitation du cœur, celle-ci est créée par un procédé complexe de nature mais simple de principe par les tours. Il s’agit en effet ni plus ni moins qu’un cycle thermique appliqué à la thermodynamique de l’infosphère. Le cœur jouant le rôle de source froide (basse entropie) tandis que les tours auxquelles il est relié par le biais des connections au cinquième territoire deviennent des sources chaudes (haute entropie) dès lors qu’on leur demande d’effectuer des tâches nécessitant de l’énergie virtuelle. Le mouvement de convection ainsi produit défini la puissance virtuelle. Elle est donc, dans l’idéal, directement proportionnelle au nombre de tours disponibles dans les territoires et de leurs efficacités respectives (dépendant de la puissance de calcul total du supercalculateur). La puissance virtuelle mesure concrètement le pouvoir de Lyoko sur l’infosphère et par voie d’incidence sur le monde réel. C’est le produit fini du supercalculateur.


Ainsi, comme nous pouvons le constater, la compréhension des rôles des différentes énergies et puissances travaillant à l’intérieur du supercalculateur est essentielle à la maîtrise de ce dernier. Cela est particulièrement vrai en cas d’urgence. En tant qu’opérateur, je me dois effectivement de savoir que si un sabotage des circuits de distributions n’affecte directement que la puissance réelle. La diminution de cette dernière aura des effets sur l’output de puissance virtuelle dépendant de celle-ci pour pomper l’énergie du cœur. Pareillement, si la destruction d’un territoire offre un sursaut de puissance réelle bienvenue dans des tâches « réelles » comme la réinitialisation de la machine. Les conséquences de la destruction de toutes les tours d’un territoire sur la puissance virtuelle sont catastrophiques, une telle chose ne devra donc être faite qu’en dernier recourt.

Bien évidemment, il reste encore beaucoup de subtilités sur l’énergie/puissance virtuelle que je n’ai pas abordées dans ce résumé succinct.


___________________________________________



Transcription d’une transmission codée à caractère prioritaire.

« « La moindre idée de comment ça a pu survivre ? J’étais pourtant sûr de l’avoir senti mourir la dernière fois… » »

« « Non… Moi et la section IV manquons encore d’information, mais de toute évidence c’est bien plus résiliant que nous ne l’avions supposé. » »

« « Et Terra, vous avez pu établir le contact ? » »

« « Oui, elle est en position. Nous disposons de toutes les options stratégiques prévues, voir même plus. » »

« « Bien ! C’est toujours ça de solutions au cas où. Par contre, avec elle occupée ailleurs, tu vas devoir combattre ce truc seule. Tu penses que tu peux t’en occuper ? Nous ne pouvons-nous permettre une infection à ce stade de l’opération. » »

« « Théoriquement oui, cependant je ne parierais pas là-dessus si j’étais vous. Ça nous a déjà surpris une fois, ça pourrait nous surprendre une seconde fois. » »

« « Très juste… je vais voir ce que je peux faire de mon côté en prévention. Je doute que mon influence passe inaperçue aux yeux de nos amis fédéraux, mais dans l’état je ne pense pas qu’on aille de meilleures options… » »

« « D’autres ordres Sir ? » »

« « Négatif, Deo Juvante. Débarrasse-nous de cette abomination. » »

« « Deo Juvante. À vos ordres Sir. » »


___________________________________________




COV, nuit du mardi au mercredi (troisième semaine).


Quand ses amis débarquèrent enfin dans le nouveau complexe du supercalculateur, Jérémie était prêt. Stratège aguerri par ses années d’entrainement dans le simulateur de la Fédération, le chef des lyoko-guerriers avait déjà un plan d’attaque à proposer à ses camarades. C’est donc avec un air confiant qu’il les accueillit dans le COV pour leur briefing. Elles avaient l’air fines, ses troupes d’élites, le gilet de combat par-dessus le pyjama, les cheveux en batailles et des cernes plein les yeux. Mais leurs regards étaient vifs, ils étaient prêts à en découdre et n’attendaient plus qu’on leur dise où et comment, comme de vrais pros.

—Alors Einstein, qu’est-ce qu’on a au menu ce soir ? Commença Odd du ton brise-là-glace dont il avait le secret.

—Suprématie aérienne avec soutien au sol, lui répondit le désigné Einstein en affichant les données de la sonde de reconnaissance sur l’hologramme principale.

—Ah ouais, y rigolent pas. Commenta Ulrich en jugeant la situation dépeinte.

—On arrivera jamais à passer une telle force aérienne avec des tactiques classiques, Jaugea William.

—C’est aussi ce que je pense, approuva Jérémie. Ce pourquoi nous allons pimenter un peu le jeu pour nos adversaires.

Sur ces mots, le jeune génie afficha le matériel qu’il avait préparé pour son plan de bataille.


-Project_Megingjord
  • Power Amplifier (1)
  • Levitation Belt (1)
  • Acrobatic boosters (1)
-Project_Alsvinnr
  • Overcraft (1)

—Ça c’est un assortiment intéressant ! Jubila le blondinet excentrique de l’équipe, excité à l’idée d’utiliser les jouets développés par le FRIC.



___________________________________________




Parc de Kadic, nuit du mardi au mercredi (troisième semaine).


Témoin de l’intensité de la bataille, ce qui avait été le parc de Kadic n’était plus qu’un conglomérat de cratères fumant plus ou moins profonds où les restes d’arbres calcinés se distinguaient à peine. Rapidement débordé par la marée d’ennemis venant de tous les côtés, les fédéraux avaient très tôt eu recours aux tapis de bombes. Une défense qui avait plutôt bien marché au début, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte qu’un bombardement de plus et ils entameraient les protections du bunker situé juste en dessous. Alors privées de leur supériorité aérienne écrasante, les forces fédérales avaient perdu du terrain à vue d’œil pour finalement former un carré défensif autour de l’entrée du hangar à drones près du terrain de sport.

—Stop spamming and fucking die already ! S’exclama Joana frustrée alors qu’elle oblitérait une nouvelle vague d’ennemis d’une slave de son fusil de combat lourd.

D’apparence robotique, leurs adversaires avaient des airs de famille avec les Krabes de Lyoko. Une imposante « tête » du dessous de laquelle sortaient quatre longues pattes articulées qui leurs permettaient de négocier toute sorte de terrain. La comparaison s’arrêtait cependant rapidement quand on daignait les détailler plus en détails. En effet, si la partie supérieure des crustacés virtuels était plate et ovale, la leur avait la forme d’un patatoïde allongé orné d’une unique optique et d’un quadruple laser au niveau de leur « bouches ».
Indifférent à la mort de leurs camarades dont les corps déchiquetés commençaient déjà à se dissiper en particules, une autre vague marcha vers les fédéraux. Des boules d’énergie bleue à l’extrémité de leurs lasers, harcelant les défenseurs de tirs incessants.

« « Mais avec quoi ils nous canardent en fait ? » » Demanda un UGV Copper à côté du Lieutenant, intrigué par la vitesse à laquelle son bouclier chauffait.

—Ils se servent du contrôle des états quantiques pour créer et diriger du plasma, lui répondit-elle tout en insérant un nouveau chargeur dans son arme. Pas vraiment la meilleure précision qui soit, mais quand ça touche ça fait mal.

« « Compris ! » »

De nouveau prête à en découdre, l’unité Arès balança son torse par-dessus sa couverture sursolidifiée et arrosa les nouveaux ennemis qui se présentaient à elle.

« Ils ont encore progressé de 20 centimètres. » Constata-t-elle amèrement alors que ses balles hypersoniques les envoyés valser.

« « Mon bouclier est en surchauffe ! Je bats en retraite à l’intérieur pour refroidir. » » Déclara soudain un autre UGV avant de sauter précipitamment dans l’entrée du sous-sol.

C’était le troisième en moins de deux minutes, ils ne tiendraient jamais à ce rythme.

« Il est temps de changer de stratégie. » Décida l’officier tout en ouvrant un canal de COM.

<\COM REQUEST : [FN.CO.AU. 65287-98303-SP.LTN-KALENSON]

>>RECEIVER : [FIS.XO.SRF. 48789-20114-AJ.AGT-MORALES]


—James, t’en as bientôt fini avec l’évacuation ?

<\\> FIS.XO.SRF. 48789-20114-AJ.AGT-MORALES <<Affirmatif. Je suis en train de sécuriser le dernier groupe de civils là, j’en ai pour deux minutes. Comment ça va de ton côté ?>>>

—Pas très fort, je pense qu’il va falloir qu’on batte en retraite dans le bunker. J’aurais besoin d’un expert du génie pour préparer nos défenses pendant qu’ils essaieront d’ouvrir la porte.

<\\> FIS.XO.SRF. 48789-20114-AJ.AGT-MORALES << On peut pas se passer de moi hein ? Je vous rejoins dès que j’ai fini. Une dernière chose, l’une des élèves semble avoir des infos sur des activités ennemies dans le secteur juste avant l’attaque. Je pense que ça vaut un débriefing et un interrogatoire. >>>

— Roger, je préviens Jérémie de ne pas envoyer de retour vers le passé prématuré.

\ ~ COM OVER

—Ok ! Hurla-t-elle en se tournant vers ses troupes. Retraite ! Prenez couverture à l’intérieur du Bunker. Dan ! Une fois que tout le monde est à l’intérieur tu fermes la rampe d’accès !

<\\>FN.AI.3-G.CTN0452-9.DAN<<Bien reçu. >>>

Sans s’arrêter de tirer, les forces fédérales commencèrent à reculer.



___________________________________________




Baie des scanners, nuit du mardi au mercredi (troisième semaine).


Autre exemple de la fainéantise pratique dont la fédération faisait preuve dans ses designs, la nouvelle salle des scanners faisait furieusement penser à la baie de largage d’un transporteur de troupe de la Federal Navy. Une pièce rectangulaire d’une apparence métallique simple et fonctionnelle, sans superflue. La seule chose qui s’y détachait réellement était la douzaine de grands tubes cylindriques alignés le long des murs et reliés à ces derniers par des câbles de l’épaisseur d’une cuisse.

—Je vais vous virtualiser sur un plateau annexe à environ 600 mètres de la tour, annonça la voix de Jérémie à travers les haut-parleurs de la salle. Une fois là-bas mettez-vous en position le plus rapidement possible, mais pas d’imprudence. Nous allons avoir besoin de l’effet de surprise pour maximiser nos chances de succès.

Opinant par leur silence, chacun des lyoko-guerriers prit place dans un scanner pour subir l’habituelle routine.

—Transfert, scanner, virtualisation !


___________________________________________




Classique du territoire de la montagne, la tour infectée était légèrement à l’écart de l’un des grands plateaux composant le paysage virtuel. Elle n’était reliée à ce dernier que par un isthme aérien étroit, facile à surveiller qui rendait tout assaut par le sol extrêmement désavantageux.
En accordance avec la topographie de la zone, RavenLab avait déployé une immense quantité de monstres aériens, bien plus que XANA n’avait jamais envoyé de frôlions. De la même taille que leur homologue insectoïde, ils différaient pourtant complètement de ces derniers par le fait qu’ils n’avaient pas d’ailes. Préférant flotter magiquement au-dessus du vide de la même manière que les véhicules de leurs ennemis, tout en émettant un sifflement caractéristique quand ils se déplaçaient. Leur apparence générale se résumait à un polyèdre symétrique complexe, tout en longueur, équipé d’une unique optique sur le devant et d’une petite tourelle laser sur le dessous.
Néanmoins, aussi nombreux qu’ils soient, ils auraient été hasardeux de compter sur un seul type d’unité (l’organisation en avait fait les frais la dernière fois). Aussi, en soutien de la force aérienne avait été envoyées deux imposantes machines de combat terrestre. Assignées à la surveillance de la tour, celles-ci étaient des quadripodes solidement bâtis. Leurs articulations fixées sur le côté du corps plutôt qu’en dessous, elles maintenaient des centres de gravité très bas leur permettant de cacher leur corps derrière leurs imposantes pattes en forme de boucliers. Armées en conséquence de leur taille, elles portaient d’imposantes tourelles de presque la longueur de leur corps qui étaient à n’en pas douter redoutables.

—Tout le monde est prêt ? s’assura Jérémie.

—Ulrich, en position.

—Yumi, prête à décoller.

—Odd, en couverture.

—William, c’est quand vous voulez !

—Aelita, prête à intervenir.

—Parfait, commencez l’assaut ! Ordonna le chef des lyoko-guerriers.

Soudainement mises en alerte, les forces de RavenLab détectèrent des bruits en provenance d’un haut plateau avoisinant.

—Triplicata !

—Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata !

—Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata ! —Triplicata !

27 clones d’Ulrich se révélèrent alors, dominant le champ de bataille depuis leur position avantageuse. Chacun d’eux n’avait qu’une fraction des ressources et des réflexes de leur original, mais pour une tâche aussi simple, ils n’avaient pas besoin de beaucoup de capacités.
Ils dégainèrent leurs arcs.

—Tirs rapides ! Déclamèrent-ils à l’unisson.

Pris par surprise sous une véritable pluie de flèches, les monstres aériens subirent d’entrée de jeux de lourdes pertes, et ce n’était que le début. À peine eurent-ils le temps de se réorganiser pour une contre-attaque qu’une aile noire surgit de derrière les archers et fondit sur eux avec le ronronnement caractéristique d’un véhicule. Pilotée par une Yumi couchée sur les commandes, l’overcraft était un appareil monoplace qui ne permettait pas à son conducteur de riposter tout en se dirigeant. Un désavantage largement compensé par sa vitesse et manœuvrabilité supérieures, particulièrement mis à profit avec la capacité de la jeune fille à prédire les trajectoires des attaques ennemies.
Elle esquivait ainsi gracieusement les flèches et les lasers bleus, laissant à Odd le soin d’abattre ceux qui s’approchaient trop d’elle grâce à des tirs de précision bien placés depuis une position en recul. Cependant, alors qu’elle se rapprochait de son objectif, un imprévu vint compromettre son approche finale. Incapable de la toucher avec leurs tourelles, les unités ennemies au sol ouvrirent chacune deux compartiments sur leurs flancs tirant simultanément une multitude de projectiles aériens.

« Des missiles sol-airs ! » Pensa précipitamment la pilote, les voyant incurver leurs trajectoires vers la sienne dans un futur proche.

À court d’option, Yumi s’éjecta de son véhicule au-dessus de la tour et se laissa tomber tandis que les têtes chercheuses détruisaient l’overcraft. Utilisant son agilité, la guerrière dégaina ses éventails en pleine chute.

—Yaaaaah !

Sans trop réfléchir, elle les dirigea vers le point faible le plus évident d’un de ses adversaires : son optique. Elle fut immensément satisfaite de constater qu’elle avait vu juste alors que les deux traits béants causés par ses armes firent exploser sa cible. Cette satisfaction fut néanmoins de courte durée. Maintenant sur une trajectoire prédictible, elle reçut de plein fouet le laser du second ennemi. Sonnée, et encore plus affaiblit par les dégâts de chute elle fut impuissante contre le second tir qui l’acheva à terre. Défaite, elle ne put par contre s’empêcher de sourire à la vision de William lévitant silencieusement par-dessus le bord du plateau derrière son tueur. La diversion avait fonctionné, l’assaut lourd de l’équipe avait pu profiter que l’attention des ennemis soit ailleurs pour traverser l’isthme par le dessous aidé par sa ceinture de lévitation. Maintenant en position de combat rapproché, il allait pouvoir en découdre.

—Mode défensif ! S’exclama-t-il autant pour faire apparaitre son bouclier et sa longsword que pour attirer l’attention de son ennemi.

Laissant un unique tir s’écraser sur son bouclier, le guerrier ferma rapidement la distance entre lui et son adversaire avant de lui couper une patte au niveau de l’articulation puis de planter son épée dans l’optique vulnérable. Content d’avoir éliminé si facilement son premier montre de RavenLab, il se plaqua contre la tour et dirigea son bouclier vers les cieux en prévision de la riposte de la force aérienne qui n’appréciait gère d’avoir perdu son soutien au sol.
Pendant ce temps, n’ayant plus à poursuivre Yumi, un important détachement d’ennemis avaient pu se frayer un chemin à travers les flèches jusqu’aux clones d’Ulrich.

—Aaaargh !

Le premier clone abattu d’un seul tir convaincu l’entité collective qu’il était temps de mettre les voiles.

—Fusion ! Supersprint !

Assez intelligent pour ne pas poursuivre un adversaire trop rapide pour être rattrapé facilement, les monstres aériens préférèrent se diriger vers un Odd isolé et sans solution de repli un peu plus loin. Lequel, absolument pas effrayé se permit même de les narguer.

—Alors comme ça vous pensez m’avoir ? Et bah non ! Téléportation William !

Et le chat violet disparu dans un rayon vert pour réapparaitre à l’abri derrière le bouclier de son compagnon. Même restreint seulement au transport près des autres membres de l’équipe, le pouvoir de téléportation avait toujours une utilité formidable. Comme le tireur d’élite s’empressa de le prouver en abattant derechef l’un des ennemis qui harcelaient William, forçant le reste à se disperser pour ne pas subir le même sort.

—Ça c’est fait ! Jérémie, plateau de la tour sécurisé ! Annonça le blondinet avec une pointe de fierté dans la voix.

—Je vois ça Odd ! Lui répondit l’opérateur. Éliminez les survivants pour permettre à Aelita de passer sans danger.

—C’est comme si c’était fait !

Avec deux combattants en capacité de rentrer dans la tour à tout moment pour récupérer leur PV, l’ennemi incapable de quitter la ligne de mire d’Odd par crainte d’offrir une occasion à Aelita qui observait la scène depuis le ciel, et Ulrich arrivant en soutien sur son Overbike le katana à la main main. Il semblait bien que la victoire de Lima-1 n’était qu’une question de temps.


___________________________________________




Bunker FR-001 (Kadic), nuit du mardi au mercredi (troisième semaine).



Plus puissante encore que les booms supersoniques des projectiles et le grésillement du plasma. La voix de James se fit entendre sur la COM.

—C’est ça ! Venez donc nous chercher bande d’enfoirés ! Je vais vous enfoncer la patte tellement profondément dans l’arrière train que vous pourrez postuler comme tripode dans l’armée martienne !

Forteresse, le bunker avait été bâti avec sa défense en tête. Aussi, dans le cas où l’ennemi arriverait à pénétrer à l’intérieur, de nombreux renfoncements étaient aménagés dans les couloirs clés pour permettre aux défenseurs d’avoir des couvertures derrières lesquelles tirer. Ce que les fédéraux mettaient à profit pleinement dans la défense du sous-terrain.

—C’est assez proche comme ça ! Décida Joana. Dan ! Ferme cette cloison anti-explosion !

Une lourde porte blindée coulissa le long du couloir, séparant les forces fédérales de l’envahisseur.

<\\>FN.AI.3-G.CTN0452-9.DAN<<Porte fermée. Attaque au plasma détectée sur le bouclier de cette dernière. Estimation du temps avant la rupture : 6 minutes.>>>

—Ça devrait le faire, jaugea James en estimant rapidement combien de cloison ils leur restaient. Ok ! On perd pas le rythme ! Nouvelle ligne de défense les petits gars !

« « Roger ! » » Répondirent à l’unisson les UGV Coppers avant de bouger les couvertures amovibles et d’installer de nouvelles tourelles de défense.


___________________________________________




COV, nuit du mardi au mercredi (troisième semaine).



Protectrice avant toute chose (c’était d’ailleurs pour ça qu’elle avait embarqué chez les lyoko-guerriers à l’origine), afin d’aider ses alliés dans la défense du bunker, Yumi avait enfilé l’une des tenues de combat lourde de l’armurerie d’urgence du complexe du supercalculateur et prévenue le Lieutenant par COM de ses intentions. Cependant, l’officier n’était pas du même avis qu’elle sur la nécessité de sa présence.

<\\>FN.CO.AU. 65287-98303-SP.LTN-KALENSON<<C’est un peu chaud par ici par moment, mais moi et James avons la situation sous contrôle. À ce rythme, ils seront pas près d’arriver sur vous avant un bon moment. De plus on a à peine assez de couverture pour nos Copper. C’est vraiment pas la peine de risquer ta peau pour ça Yumi, reste auprès de Jérémie et établit un périmètre de défense autour du complexe au cas où.>>>

Alors qu’elle s’apprêtait à protester, Jérémie la convaincu d’une simple déclaration.

—C’est presque fini sur Lyoko de toute façon. La tour sera probablement désactivée avant que t’es le temps d’arriver à eux.

Et il paraissait bien que le génie avait raison. Avec seulement quelques poignées de monstres aériens restant, l’ennemi n’avait que peu de chance de prévenir son annihilation.

—C’est à peine s’ils sont dangereux maintenant, constata Ulrich en renvoyant son laser à l’un d’eux d’un geste du poignet. Faudrait peut-être penser à faire descendre Aelita maintenant, elle doit bien s’ennuyer là-haut…

—Elle peut-être ! Mais vous plus pour longtemps ! Les avertit Jérémie d’une voix soudainement tendue. Vous avez dix mégatanks en approche !

—Oh-oh ! S’inquiéta William en les voyant défiler sur le plateau principal.

—Empêchez les d’aller jusqu’à la tour si vous le pouvez, ils pourraient retourner la situation !

—Plus facile à dire qu’à faire Jérémie ! Répondit Odd.

De désespoir, le tireur d’élite essaya d’envoyer l’une de ses nouvelles fléchettes sur la carapace de l’un d’entre eux, en vain.

—Évidemment, ça aurait été trop beau…

Alors qu’Ulrich hésitait à leur envoyer son véhicule dessus pour avec un peu de chance en dévier un ou deux de leurs courses, c’est Aelita qui vint finalement à leur aide.

—Ulrich ! Odd ! Couvrez-moi ! Ordonna la gardienne de Lyoko en plongeant en piqué.

Aidée par ses boosters acrobatiques accrochés à ses mains, pieds et articulations l’ange virtuel se positionna au-dessus des mégatanks en quelques instants et utilisa son pouvoir de création sur l’isthme aérien. Surgissant de son imagination, une rampe en forme de L apparut, barrant la route aux mégatanks. Aveugle tant qu’ils se cachaient derrière leur blindage, les monstres ne virent pas l’obstacle en face d’eux, et toute la colonne finit ainsi dans la mer numérique.

—Wow, déclara Ulrich qui s’était positionné à côté d’elle. Bien joué !

Le remerciant d’un mouvement de tête et d’un petit sourire, Aelita atterrit en douceur derrière William en un ou deux coups de booster bien placés. Incapable de passer la couverture de ses deux gardiens, les dernières unités aériennes de RavenLab s’immobilisèrent alors qu’elle entrait dans la tour, admettant leur défaite et permettant à Odd et Ulrich de les abattre pour le fun.

AELITA

CODE
LYOKO


—Tour désactivée Lieutenant ! Informa Jérémie tout en se félicitant des performances de ses amis.

<\\>FN.CO.AU. 65287-98303-SP.LTN-KALENSON<<T’es sûr ? Ici rien n’a chang… Attend une minute, leurs cadavres ne disparaissent plus.>>>

<\COM REQUEST : [FN.CO.AU. 65287-98303-SP.LTN-KALENSON]

>>RECEIVER : OP VAUBAN COMNET

<\\>FN.CO.AU. 65287-98303-SP.LTN-KALENSON<<À tous les UAV, est ce que l’un d’entre vous à un visuel sur l’apparition d’ennemis ?>>>

<\\>FN.UAV.DF.VOS0002-1<<Négatif Lieutenant ! Aucun nouvel ennemi détecté depuis les 10 dernières secondes. >>>

<\\>FN.CO.AU. 65287-98303-SP.LTN-KALENSON<< Hell yeah ! Vous avez entendu vous autres ? Plus de renfort. Il est temps de reprendre notre bunker. En avant ! Tous avec moi !>>>

Sans s’arrêter de tirer, les forces fédérales commencèrent à avancer.


___________________________________________




Salle de briefing/débriefing, matin du mercredi (troisième semaine).



Elisabeth Delmas n’était pas vraiment à l’aise. Malgré l’insistance de son prof de sport qu’elle n’avait pas à s’en faire elle avait toujours l’impression d’avoir commis une énorme bêtise, et ce qu’il y avait autour d’elle ne l’aidait pas vraiment à s’en défaire. On l’avait conduit dans une sorte de base souterraine, jusqu’à une salle pleine d’écrans qui brillent et d’hologrammes comme dans les films d’espionnage, où une version adulte de Joana portant une armure de l’espace l’avait interrogé avec l’aide de Jim sous l’œil vigilant de la bande à Ulrich.
Comme pour lui rappeler constamment qu’elle était fautive, la table holographique en face d’elle affichait une image d’un des extraterrestres qu’elle avait aidés à envahir Kadic. La légende qui lui était attachée lisait « Invader », à côté de lui se trouvait deux autres montres extraterrestres qu’elle ne connaissait pas, nommés « Faux-frôlion » et « Klaw ».
Plus Sissi y pensait et plus elle se rendait compte que Joana et Jim étaient en fait les vrais agents secrets du gouvernement et qu’elle avait aidé les méchants, et ça la rendait inconfortable. Mais plus effrayant encore était Yumi. Elle aussi était équipée d’une armure de l’espace, et la fille du proviseur pouvait très clairement voir un pistolet accroché à sa cuisse. Cela ne présageait rien de bon elle en était sûre.
Dans un état de stress extrême donc, elle répondait du mieux qu’elle pouvait à l’interrogatoire. Priant pour s’en sortir en un seul morceau.

—On a trouvé ceci à l’un des endroits que tu as indiqués. L’informa Joana en posant un petit boitier équipé d’une antenne sur la table. Est-ce que c’est cela ?

—O..oui, c’est l’un des gadgets qu’elle m’a fait poser.

—De ce que j’en ai compris, commença Jérémie. Cet appareil semble modifier le champ électromagnétique de manière persistante afin de permettre aux tours d’avoir encore plus de pouvoir sur la réalité. J’ignore comment ça peut marcher exactement mais je vais le faire scanner par le supercalculateur pour l’étudier. Avec un peu de chance, on pourra en tirer des infos. Peut-être même de la technologie ennemie qui sait…

—Ce serait une bonne chose en effet, approuva le Lieutenant. Bien, maintenant que nous en avons fini avec ce sujet, il nous reste à régler la question de la sécurité. D’un point de vue autant éthique que stratégique, nous ne pouvons pas accepter qu’un tel incident se reproduise à l’avenir. Aussi j’en ai discuté avec James, et nous pensons tout deux qu’il serait mieux si Sissi…

Ne pouvant plus retenir son stress à la proclamation de sa sentence, Elisabeth éclata en sanglot sur sa chaise.

—T.. tout est de ma faute ! (snif) J’ai mis tout le monde en danger comme une idiote ! (snif) J’aurais jamais dû arrêter de vous faire confiance ! (snif) Vous êtes mes amis et moi je vous ai mis en danger comme une idiote ! (snif)

Ne supportant pas le spectacle qu’elle avait sous les yeux, Yumi se dirigea d’un pas décidé vers la pleurnicharde. Encore plus effrayé que pendant l’invasion extraterrestre, la petite Delmas ferma les yeux et se mit dans une position fœtale par réflexe. Sa dernière heure était arrivée, elle le sentait. Mais tout ce qu’elle ressentit fut la présence chaleureuse d’une main sur son épaule et la voix de son amie qui lui disait avec douceur.

—C’était pas ta faute Sissi, tu pouvais pas savoir.

Intriguée au-delà du rationnel, la collégienne releva la tête pour vérifier qu’elle n’avait pas rêvé. Son regard rencontra celui de la japonaise qui lui souriait affectueusement, si elle s’était attendue à ça…
Elle tenta tant bien que mal de sécher ses larmes et observa le reste de la bande. Aucun d’eux ne semblait énervé contre elle. Même Ulrich, d’habitude si renfrogné l’encouragea d’un hochement de tête.

—Comme je le disais, reprit Joana. James et moi pensons tout deux qu’il serait mieux que nous mettions Sissi dans le secret.

Sept têtes se tournèrent immédiatement vers l’officier, toute affichant des expressions plus surprises les unes que les autres.

—Rassurez-vous ! Il n’y a aucune raison de paniquer, nous n’avons nullement l’intention d’en faire une des nôtres, ni même de lui donner une quelconque information de valeur. Ça la mettrait plus en danger qu’autre chose. Cependant, pour avoir observées vos relations pendant un certain temps et fait pas mal de profil psychologique nous pouvons vous affirmer une chose. Cette petite tiens à vous, vraiment. Il n’y a donc très peu de chance qu’elle fasse la moindre chose qu’elle sache ou même soupçonne qui pourrait vous mettre en danger. Aussi, en l’incluant dans le secret plutôt que de la rejeter, même si vous ne lui avouez que le strict minimum qu’elle soupçonne de toute façon déjà, sans détailler la nature de votre groupe ou de vos opérations, elle aura confiance en vous. Cela devrait la faire résister activement aux tentatives d’endoctrinement ennemi et prévenir qu’un tel incident se reproduise. De plus, comme nous l’avons vu la dernière fois, quand bien même elle irait tout dire aux autorités personne ne la croirait. Nous n’avons donc rien à y perdre.

—Heu… fit la concerné en levant la main. J’ai pas tout compris là, on pourrait m’expliquer ?

—T’en fais pas, lui répondit Ulrich avec une mine amusée. De toute façon t’auras bientôt tout oublié.

La jeune fille lui retourna une expression interrogative.


___________________________________________




Kadic, lundi après-midi (3éme semaine).



« Très réellement vraiment très contente », c’est par ces mots qu’Elisabeth Delmas aurait décrit son état actuel si quelqu’un avait bien voulu le lui demander.

Ses amis lui avaient enfin avoué qu’ils avaient un secret ! Un secret génial qui plus est ! Apparemment, ils avaient été recrutés par des agents secrets du gouvernement pour une mission top secrète. Pas étonnant qu’ils s’étaient montrés réticents à la faire entrer dans le groupe, c’était pas rien. Et encore ça ce n’était que le début. Joana agent secrète était déjà assez choquant en soit, mais Jim ! Oh bon sang, elle avait failli s’étouffer de rire quand le vieux prof de sport s’était mis à parler en anglais comme James Bond.
Bien évidemment, ils ne pouvaient lui dire sur quel genre de mission ils s’étaient pour sa sécurité. Et de par ce fait, elle ne pouvait pas prendre part à toutes leurs conversations. Mais ça n’avait pas grande importance, elle partageait quelque chose avec eux et était leur amie. Rien que ça, c’était déjà plus qu’elle en demandait.

À suivre dans le chapitre 9 : Triple front.

"Officieusement quadruple, secrètement sextuple."
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png


Dernière édition par Robin2553 le Mer 15 Mar 2017 17:20; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Silius Italicus MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2015 09:15   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Fév 2015
Messages: 180
Localisation: à l'Est d'Eden
Bonjour cher Robin 2553,
Cela faisait longtemps, n'est-ce pas ?

Alors j'avoue être assez intrigué par ces chevaliers noirs. Je suppose que c'est voulu. Au vu de leur amour de l'antiquité et de la foi catholique, pourquoi ont-ils un nom en anglais, et non en latin ?
Deuxième question: Ils sont bien de chez nous, où il s'agit encore d'intrus d'un autre monde ?

Au passage, je ne vous pensais pas conspirationniste. Et dire que deux siècle après la chuye de l'empire les royaumes sont formés et la foi chrétienne imposée, c'est un peu léger historiquemment. Pour étayer cela je vous renvoie aux premiers chapitres de l'Histoire religieuse de l'Occident médiéval de Jean Chélini, ou à La civilisation féodale : de l'an mil à la colonisation de l'Amérique de Jérôme Baschet.
De manière bien plus ludique et directe, allez faire un tour dans le jeu King Crusader II en tant que roi. Vous vous amuserez.


Les notes techniques sont toujours aussi intéressantes et enrichissent votre univers. Celle-là m'a amené une question. Nous savons que le supercalculateur use d'une pile nucléaire, mais comment fonctionne-t-elle ? Il me semblait que les centrales nucléaires se servaient de la fission pour générer de la chaleur, faire bouillir de l'eau et ainsi actioner les turbines. Or l'usine n'émettait pas de panache de fumée, donc adieu l'ébulition et les turbines...

Au passage, je ne le remarque que maintenant, mais ce conflit originel entre les fédéraux et les CIC a un petit air d'Universal War One.

C'en est fini pour les questions, puisque ce chapitre répond à la plupart de celle qu'il a pu soulever.

Le problème représentée par Sissi est assez habilement réglé, et en plus en se servant d'une technique déjà mise en oeuvre dans le dessin animé.

Le côté militaire de la fiction est toujours présent, après il en est qui aiment d'autre non, je pense que votre capacité à attirer des lecteurs c'est joué la-dessus.

Xana et les CIC viennent nous montrer que les tactiques primaire dites de la horde de zergling ça peut marcher même contre un ennemi surentraîné et sur-équipé.
C'est l'escalade militaire, enfin.

Venons-en au coeur de ce chapitre, à savoir le combat virtuel. Il est efficace. On voit tout de suite à quoi ressemble le champ de bataille, grâce à cette phrase:

Citation:
Classique du territoire de la montagne, la tour infectée était légèrement à l’écart de l’un des grands plateaux
.

Très habile, elle permet d'esquiver une longue, fastidieuse et dangereuse description, en appelant le lecteur à se souvenir des épisodes de Lyokô se déroulant dans les montagnes. En conséquence vous pouvez vous attarder sur la description des monstres. On y retrouve votre patte: des monstres sensément plus rationnel, plus efficace. La citation qui suit est, je pense, un assez bon apercu de votre style en la matière:

Citation:
polyèdre symétrique complexe


Le combat en lui-même est rondement mené, avec des guerriers qui savent ce qu'ils font, exécutent le plan presque sans accroc.
L'arrivée de dix mégatanks m'a par contre fait craindre que vous n'ayez versé dans le grosbillisme. Il n'y en a jamais eu, me semble-t-il, plus de trois en même temps dans le dessin animé, et c'était exceptionnel. L'honneur est sauf, l'arrêt de la tour rompt le combat juste à temps.

L'utilisation du triplicata à répétition est astucieuse, et l'énoncé de sa contrepartie immédiatement après permet de maintenir l'équilibre des pouvoirs, et donc l'intérêt du combat.

Dernier petit points à noter, il y a un peu d'humour, ou plutôt de sourire en coin, avec Odd qui reprend du service, et le commentaire du début sur l'état des troupes. Cela allège le récit d'une manière bienvenue.

Ce n'est pas encore complétement assuré, il faudrait un peu plus de chapitre pour y voir plus clair, mais vous avez visiblement progressé et pris de l'assurance dans votre écriture. Elle s'est faite un peu moins carrée, moins techniques et plus fluide. Cela vient en partie de la séparation des notes techniques, mais pas seulement.

En mot de la fin, je me permettrais de vous rappeler que c'est la période des carpes hivernales, et que beaucoup aimeraient y voir vos commentaires.

Au plaisir de revoir les nigri equites en action et en révélation.
_________________
AMDG

Prophète repenti de Kane, vassal d'Anomander Rake, je m'en viens émigrer et m'installer en Lyoko.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Ven 20 Mar 2015 16:22   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1032
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Ce qui est sympa avec Xana, c'est qu'il m'accorde quelques heures de liberté… pour le boulot. On aimerait tous avoir un patron comme ça. Mais taisons-nous avant de reperdre le contrôle.
Comme pour mon dernier passage chez VioletBottle, je préfère opérer chapitre par chapitre depuis mon dernier passage, plus facile que de faire une synthèse Mr. Green.

When Johnny Comes Marching Home – Partie 2 :

Le parcours de James développé dans cette partie est plus intéressant que précédemment je trouve, probablement parce que l'on sait de qui il s'agit maintenant. Mais ce que j'ai trouvé appréciable, c'est qu'à l'inverse des Lyokô-guerriers, on a quelques touches parsemées par endroits qui nous rappellent le personnage connu dans le DA. On a un équilibre pas trop mal entre nouveauté et ancienneté.
D'ailleurs en y pensant, je me suis demandé comment il avait été envoyé en 1994 de cet univers… avant de me souvenir du rapport traitant la question. Est-ce que l'on peut considérer James comme « un cas d'extrême nécessité » ?

Par contre, j'ai un peu tiqué sur le passage de 2004. Parce que de mémoire, dans la Genèse, Jérémie ne rallume pas le Supercalculateur dès sa découverte du laboratoire, mais un jour qui suit. C'est là que se trouve le hic, l'écran est allumé quand le blondinet arrive dans le labo, ce qui implique fatalement que le Supercalculateur soit allumé (de mémoire toujours, je pense qu'on peut dire que l'écran et la machine génératrice sont liés puisque dans l'épisode 52, l'écran ne s'allume pas avec le SC éteint).
Du coup, le passage est dérangeant dans la mesure où elle semble diverger un peu de la Genèse. Néanmoins, à ce stade (n'ayant pas encore lu la suite au moment où je rédige ces lignes), je n'exclue pas un tour de passe-passe de la Fédération qui aurait altéré la mémoire de Jérémie pour donner la version que l'on connaît.
Malgré tout, tel quel, le passage est carrément incohérent avec la Génèse, puisque l'ordinateur est allumé dès l'arrivée de Jérémie. Et surtout, quid d'Aelita dans tout ça ? Si cela fait dix ans que la Fédération tente de craquer le codage de l'interface (ce qui implique que la machine est rallumée depuis lesdits 10 ans comme je l'expose plus haut), ça voudrait dire qu'elle se serait éveillée il y a 10 ans, et non pas dès l'arrivée de Jérémie ? Idem pour Xana. La finalité est que ça pose un énorme problème par rapport à ta volonté de cohérence absolue Mr. Green.

La fin du chapitre est un vilain cliffhanger.


La guerre des mondes – Partie 1 :

La petite introduction en darkred est très sympathique je trouve, elle n'est pas dénuée d'un certain style et j'espère que l'on aura droit à sa descendance par la suite. Par contre, c'est vraiment dommage que ce passage soit entaché par autant de fautes :


Spoiler


Nan, je ferai pas de relevé pour le reste (même si j'ai encore relevé des « tant qu' » au lieu de « quant », cette vieille remarque tient toujours) c'était juste un exemple, et aussi parce que c'est dommage qu'un si petit morceau de texte reste ainsi o/.
Bref, toujours une marge de progression quant à la syntaxe.

Toujours niveau stylistique, j'ai beaucoup aimé l'image utilisée par Jérémie sur la création d'une étoile à partir de rien, ainsi que la description du centre commercial, et les petites références mythologiques. Je commence à accrocher un peu mieux à ta façon d'écrire et ça n'en est que plus appréciable.

Côté contenu du chapitre, le focus sur Élisabeth est appréciable également, comme le précédent avec Jim. Je reste sur ma remarque faite plus haut, le personnage est ici le même que ce que l'on a connu grâce aux petites touches familières. Le personnage reste assez égal à lui-même : plutôt naïf, et prête à croire ce que l'on dit du moment que ça la concerne personnellement, mais surtout, elle est comme on l'attendrait en post-saison 4 : radoucie, mais sans tomber dans l'envie de faire payer ce nouvel abandon de la part de ses « amis » ou dans le désespoir.
L'ennemi a en tout cas été très habile en jouant ce coup-là. La prochaine fois, peut-être utiliseront-ils Hiroki Mr. Green ?

Pour le reste, je pense que le développement de Sissi s'affine dans le chapitre suivant donc je vais m'arrêter là pour cette partie.


La guerre des mondes – Partie 2 :

Le petit paragraphe sur la distinction entre les notions d' »énergie » et de « puissance » m'a amusé dans la mesure où j'ai dans mes notes pour ma propre fanfiction posé une distinction entre les deux – en largement moins détaillé et compliqué bien sûr o/. Très instructif en tous cas.
Je me suis trompé concernant Sissi visiblement, elle est moins présente dans ce chapitre que ce que je pensais. Son traitement reste quand même louable.

Niveau virtuel, sympathique également, on a un résultat plus dynamique, même si je trouve qu'on pouvait largement se passer des Mégatanks. D'autant plus qu'en envoyer 10 d'un coup sur un terrain aussi étriqué que la Montagne n'est pas très judicieux. Leurs lasers elliptiques, associés à l'étroitesse du terrain qu'ils occupent en nombre augmente grandement les chances qu'ils s'éliminent entre eux. Contre-exemple parfait avec Ulrich dans l'épisode 50.

Petit éclair sur la stylistique, mais les « snif » entre parenthèses, je trouve ça moyen, la précision sur les sanglots qui précédait est suffisante selon moi, ou alors si tu veux le souligner, utilise à ton avantage les points de suspension ou fais bégayer ton personnage.


Pour conclure ce post dans un hors-sujet total, sache que j'ai trouvé un pyjama encore mieux que celui de Lain. Adieu nounours, bonjour dinosaure.

*Se barre rapidement*
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
air-raid MessagePosté le: Sam 21 Mar 2015 15:25   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 06 Fév 2015
Messages: 28
Localisation: dans un AC-130, au dessus de chez toi
Cool, c'est le retour de madame MJOLNIR (je sais que c'est Ares mais pour moi, c'est complétement la femme du Master Chief) et des ses acolyte !

Alors je suis totalement en retard, mais bon, je pense pas que ce soit réellement grave, si oui, je m'en excuse.

Toujours aussi bien, les batailles ne sont ni trop longues, ni trop courtes, tout est bien amené, bien expliqué. Le fait que Sisi soit dans le secret est, certes classique, mais toujours efficace.

Bref, en un mot comme en mille, j'adore.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Robin2553 MessagePosté le: Ven 27 Mar 2015 00:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Par le très saint pyjama-ours de Lain ! Un commentaire de Silius Italicus ET de Zéphyr ?!
En voilà un combo qui déchire tous ^^
Et air-raid en plus, je suis gâté Smile.

Pour Silus Italicus :

Silus Italicus a écrit:
Alors j'avoue être assez intrigué par ces chevaliers noirs. Je suppose que c'est voulu. Au vu de leur amour de l'antiquité et de la foi catholique, pourquoi ont-ils un nom en anglais, et non en latin ?
Deuxième question: Ils sont bien de chez nous, où il s'agit encore d'intrus d'un autre monde ?


Bonne remarque ^^. Pour tout te dire, quand j’ai créé cette faction j’ai décidé que celle-ci était assez vielle pour être passé par plusieurs étapes dans son histoire. « Black Knights » n’est que sa forme moderne, mais sinon, comme ce rapport avait pour but de le montrer leurs origine sont bien plus ancienne que les grandes nations elle-même d’où les locutions latines tirées de leur héritage.
Et non, dans un souci d’originalité, ceux-ci ne viennent pas d’un autre monde mais sont bien des locaux.

Silus Italicus a écrit:
Au passage, je ne vous pensais pas conspirationniste. Et dire que deux siècle après la chuye de l'empire les royaumes sont formés et la foi chrétienne imposée, c'est un peu léger historiquemment. Pour étayer cela je vous renvoie aux premiers chapitres de l'Histoire religieuse de l'Occident médiéval de Jean Chélini, ou à La civilisation féodale : de l'an mil à la colonisation de l'Amérique de Jérôme Baschet.
De manière bien plus ludique et directe, allez faire un tour dans le jeu King Crusader II en tant que roi. Vous vous amuserez.


C’est un peu plus complexe que du simple conspirationnisme de base... Mais j’aurais du mal à en dire plus sans spoilers ^^.
Tant qu’à l’histoire, tu remarqueras aussi que la dynastie Carolingienne prenant place à la seconde moitié du VIIIème siècle, il parait difficile que leurs mythes se soit forger pendant le Vème et VIème siècle Mr. Green.
Sinon, si ça peut me justifier, j’ai choisi cette date parce qu’elle représente approximativement la fin de l’âge sombre de l’histoire des îles britannique. Un vide historique, qui faute de sources plus sérieuse a été comblé par les mythologies Arthurienne. De plus, si on aurait effectivement du mal à qualifier les factions politique de l’époque de « royaume chrétiens » dans le sens Moyenâgeux du terme. La période à tout de même vu l’arrivé du premier roi franc catholique : Clovis Ier. Aussi, je ne pense pas être tout à fait à côté de la plaque en qualifiant la situation de l’Europe de L’ouest du VIIème siècle de relativement stable politiquement et socialement par rapport au bordel qu’ont été les invasions barbares.
Mais bon, au final il est vrais que je n’ai pas vraiment d’excuse pour avoir foutu les Carolingiens dans le tas sans préciser outre mesure Mr. Green.

Silus Italicus a écrit:
Nous savons que le supercalculateur use d'une pile nucléaire, mais comment fonctionne-t-elle ? Il me semblait que les centrales nucléaires se servaient de la fission pour générer de la chaleur, faire bouillir de l'eau et ainsi actioner les turbines. Or l'usine n'émettait pas de panache de fumée, donc adieu l'ébulition et les turbines...


Pas forcément en fait, prend les sous-marins et porte-avions nucléaire. Leurs réacteurs ne rejettent pas de la vapeur d’eau Wink. Pour la production d’une usine ce serait impossible, mais pour une demande en énergie aussi petite, tout ce qu’il suffit de faire, c’est de refroidir les gaz avec un apport constant d’eau fraiche, ce qui aurait du sens avec le supercalculateur sous la seine. Cependant, il ne me semble pas que ce soit le genre de technologie utilisé ici. Effectivement, le DA montre plus ou moins explicitement qu’il utilise de l’uranium irradié sortant d’une centrale nucléaire, ce qui devrait être d’aucune utilité avec notre technologie actuelle (pas assez de chaleur, trop de radiation)…
Je suppose donc qu’il utilise une forme avancé de générateur thermoélectrique à radioisotope, ou l’énergie est directement tirée des radiations dégagées naturellement par les éléments radioactifs. Sauf qu’à la place d’exploiter le rayonnement infrarouge d’isotope plus « soft » comme le plutonium 238, lui va directement pour les rayons gammas et betas des déchets radioactifs, certainement en utilisant des cellules photovoltaïques (panneau solaire) à très hautes performances. Ce qui est un exploit technologique en soit.

Anecdote : Au premier regard, le fait que la barre d’uranium de l’épisode 37 brille en vert peu paraître absurde d’un point de vue physique (Les radiations nucléaire n’émettent pas de lumière). Cependant, cela pourrait être dû à un effet Tcherenkov provoqué par le verre protecteur entourant la barre. Les scénaristes ne s’en sortent donc pas trop mal (si on assume que l’univers de CL est bien plus avancé technologiquement que le nôtre bien sûr ^^).

Silus Italicus a écrit:
Au passage, je ne le remarque que maintenant, mais ce conflit originel entre les fédéraux et les CIC a un petit air d'Universal War One.

Je vois ce que tu veux dire oui. J’ai eu une petite pensé pour cet univers quand j’ai créé la fédération et l’union des peuples libres Wink. Faudra vraiment que je lise cette BD un jour, j’en ai eu le droit qu’à un extrait pour l’instant et ce que j’y avais vu m’avait beaucoup plus. Cependant ce n’est pas la seul source d’inspiration ^^. J’avais aussi la back-story de l’UNSC dans l’univers d’halo en tête.



Sinon, merci pour tes appréciations. Je prends bien en note les aspects qui t’ont plu, cela me permettra de construire un style plus efficace et plaisant.




Pour Zèphyr :

Zèphyr a écrit:
D'ailleurs en y pensant, je me suis demandé comment il avait été envoyé en 1994 de cet univers… avant de me souvenir du rapport traitant la question. Est-ce que l'on peut considérer James comme « un cas d'extrême nécessité » ?


Plus ou moins oui. Les automates et les IA vont bien pour faire de la reconnaissance de loin mais seul un humain à la flexibilité nécessaire à une mission avec autant d’inconnus. Sans parler des facultés d’interaction sociale nécessaire pour mener une enquête.
Aussi, je ne l’est pas encore dit de façon explicite mais la doctrine militaire de la fédération met l’accent sur la présence d’officiers humains auprès des machines afin de pouvoir rapidement s’adapter aux imprévues et utiliser des tactiques adaptatives. Ils n’étaient donc tout simplement pas confortables avec seulement des IA sur le terrain.

Zèphyr a écrit:
Par contre, j'ai un peu tiqué sur le passage de 2004. Parce que de mémoire, dans la Genèse, Jérémie ne rallume pas le Supercalculateur dès sa découverte du laboratoire, mais un jour qui suit. C'est là que se trouve le hic, l'écran est allumé quand le blondinet arrive dans le labo, ce qui implique fatalement que le Supercalculateur soit allumé (de mémoire toujours, je pense qu'on peut dire que l'écran et la machine génératrice sont liés puisque dans l'épisode 52, l'écran ne s'allume pas avec le SC éteint).
Du coup, le passage est dérangeant dans la mesure où elle semble diverger un peu de la Genèse. Néanmoins, à ce stade (n'ayant pas encore lu la suite au moment où je rédige ces lignes), je n'exclue pas un tour de passe-passe de la Fédération qui aurait altéré la mémoire de Jérémie pour donner la version que l'on connaît.
Malgré tout, tel quel, le passage est carrément incohérent avec la Génèse, puisque l'ordinateur est allumé dès l'arrivée de Jérémie. Et surtout, quid d'Aelita dans tout ça ? Si cela fait dix ans que la Fédération tente de craquer le codage de l'interface (ce qui implique que la machine est rallumée depuis lesdits 10 ans comme je l'expose plus haut), ça voudrait dire qu'elle se serait éveillée il y a 10 ans, et non pas dès l'arrivée de Jérémie ? Idem pour Xana. La finalité est que ça pose un énorme problème par rapport à ta volonté de cohérence absolue Mr. Green.


J’avais déjà fait des recherches sur la question dans un souci de cohérence, mais je dois avouer que je n’avais pas pensé au coup du 52. Mais enfin, ce n’est pas bien grave puisque, je viens de vérifier, l’épisode va dans mon sens en montrant clairement un écran allumé alors qu’Aelita à éteint le supercalculateur Mr. Green.

Cependant, si tu veux tout savoir, j’ai décidé que le moniteur de contrôle et le supercalculateur était indépendant en me basant sur l’épisode 95. Effectivement, on y découvre que la première entrée du journal de Jérémie enregistré à la Hopper style, face caméra sur le fauteuil de l’opérateur, date de avant le rallumage du supercalculateur !
« Ce soir, malgré ma trouille, j’ai décidé de rallumé ce superordinateur. J’espère que tout ce passera bien… »
Dans mon petit multivers donc, Jérémie découvre le pupitre de l’usine, crack le code, est ébahit par ce qu’il découvre dans l’interface, se rend compte qu’il a à faire à un supercalculateur et décide, bien plus tard (après s’être familiariser avec les contrôles) de le rallumer. Parfaitement cohérent ^^

Zèphyr a écrit:
La fin du chapitre est un vilain cliffhanger.


T’as même pas idée à quel point Laughing.



Sinon, merci pour le relevé, je corrige ça de suite ^^
Cependant, pour les doubles guillemets c’est un code que j’ai mis en place dès la première introduction avec Dan pour signifier qu’un personnage/entité s’exprime de manière non « naturel » (écrit, com radio, télépathie ect…). J’en aurais probablement besoin plus tard donc je ne changerais pas.
Ma réponse pour tes appréciations de mes descriptions rejoint celle que j’ai faite à Silius. Si l’utilisation des technicités d’un lieux/chose vous plaît tant que ça dans mes descriptions j’essayerais d’en glisser plus à l’avenir Wink.

Zèphyr a écrit:
Niveau virtuel, sympathique également, on a un résultat plus dynamique, même si je trouve qu'on pouvait largement se passer des Mégatanks. D'autant plus qu'en envoyer 10 d'un coup sur un terrain aussi étriqué que la Montagne n'est pas très judicieux. Leurs lasers elliptiques, associés à l'étroitesse du terrain qu'ils occupent en nombre augmente grandement les chances qu'ils s'éliminent entre eux. Contre-exemple parfait avec Ulrich dans l'épisode 50.

En fait, pour être tout à fait honnête, ils sont juste là pour permettre à Aelita de faire autre chose que d’être jolie Mr. Green. Au début, je voulais en envoyer que deux mais cela n’aurais pas représenté une grande menace pour eux, alors j’ai décidé d’augmenté un peu le nombre.
Cependant, leur utilisation n’est pas dépourvue de tactique ici. Ayant une carapace impénétrable, ils sont les seuls à même d’atteindre la tour sans se faire descendre par les tirs des LGs et les seuls capable de passer outre la défense de William en l’écrasant. Leur but ici était de foncer sur la tour, écraser ses défenseurs ou les forcer à battre en retraite pour ensuite en bloquer l’accès à Aelita.


HS pyjama : Je dois le reconnaitre, sur un pur plan « esthétique » le dinosaure est supérieur Mr. Green. Il est juste plus complexe et mieux réalisé que le pyjama ours. Cependant, à mes yeux Lain-ours reste plus mignonne. Elle est FAITE pour porter ce pyjama.

*fuit dans les profondeurs les plus insondables du wired*




Pour air-raid :

Content que ça te plaise toujours autant.
Et oui, les unités Ares sont en partie inspirée du programme SPARTAN (et de tous les programmes de super-soldats en armure de la science-fiction militaire grand public en général).
C’est cependant loin d’être la seule source d’inspiration pour Joana Mr. Green. (Ceux qui connaisse mes goûts en cyberpunk sauront probablement de qui je parle ^^)
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Dim 16 Aoû 2015 23:03   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Note de service :
Spoiler

BLAM !
*De la poussière se met à voler dans le sujet*

https://fpishere.files.wordpress.com/2013/02/spiderman-meme-generator-wat-up-bitches-i-m-back-f21c44.jpg


Bonsoir à tous ^^

Et oui, presque 6 mois d'absence sur cette fanfic, voilà un record que j'aurais du mal à battre Mr. Green
Plusieurs facteur on joué à cette absence, une anomalie spatio-temporel provoquée par le champ gravitationnel de mon ego toujours grandissant notamment, mais pas que puisque ce chapitre m'a donné véritablement du fils à retordre. J'y ais tenté en effet de plonger dans la psychologie du "couple" Ulrich Yumi, et des LG en général, ce qui à été comme vous vous en doutez un casse-tête pour moi, aussi j’espère que le résultat final sera satisfaisant.
Mais sans plus attendre....

ha-ha-ha-HA-ha !

What the...

Spoiler


*Se réveil soudain de son trip*

Effectivement, il se pourrait donc que mon "réalisme absolue" est brisée l'une des lois les plus fondamentale de la physique au passage Mr. Green

Spoiler


Rien que je ne puisse corriger par contre. Suffit juste de rendre la protection du champ unidirectionnelle et d'imposer que l'objet qui absorbe l'énergie soit dans cette protection. (Oui faites-moi confiance, c'est comme ça que ça marche Mr. Green)

Mais désolé pour nos amis littéraire, j'ai trouvé plusieurs application intéressante en faisant mes recherches (dont l'anti-gravité dans une atmosphère, ce qui est incroyablement classe de mon point de vue). Aujourd'hui Jérémie nous causera donc technique pour les expliquer (essayaient juste de pas vous endormir Wink).


Notes :

¹:
Spoiler


²:
Spoiler


³:
Spoiler



Information war :

[Chapitre 9-1] Triple front :

In a contingent battlespace such as the universe, good contingency planning is the quintessence of efficient strategic planning.
Citation tirée de la doctrine militaire de la Fédération.


Extrait de l’article « Total Blackouts », tiré de la grande bibliothèque de Pandia.

Evénements marquant de la fin du XXIIIéme siècle, les « total blackouts » désignent des attaques cybernétiques quantiques massives menées par l’Union des Peuples Libres à l’encontre des installations et technologies de la Fédération de l’Espace Humain.

Considéré comme le marqueur du début de la guerre externe, le total blackout de 2283 est à ce jour la plus grave atteinte portée aux structures d’informations de la Fédération, paralysant les communications supraluminiques et rendant la plupart des technologies basées sur l’observation de l’infosphère ineptes. Les conséquences dévastatrices de l’attaque sur les capacités de la Federal Navy à s’informer et à s’organiser furent largement responsables de son inaptitude à prévenir la chute du système Saturnien dans les premières semaines du conflit, et lui aurait probablement couté le reste du système Jovien si elle ne s’était pas arrêtée brutalement pour des raisons inconnues.

Suite à la victoire de 2285, il a été pendant un moment cru par les autorités fédérales que la technologie ayant permise la cyberattaque avait été détruite lors de la destruction d’Hauméa. Cette croyance fut infirmée en 2289, quand, de façon spectaculaire, l’Union des Peuples Libres paralysa l’ensemble du supranet¹ depuis un univers parallèle pendant plusieurs minutes.
La réponse à cette nouvelle agression fut, notamment, la mise au point express du projet Everett qui aboutit en 2290 par l’envoi du premier fédéraux dans un univers parallèle.





Extrait des notes de Jérémie Belpois regardant la technologie fédérale.

Cette découverte est relativement importante, aussi voudrais-je m’assurer qu’un maximum de personnes puissent la comprendre : s’il est bien connu du public cultivé scientifiquement que la matière est principalement composée de vide, il est important pour la compréhension de ce qui va suivre que cette affirmation est techniquement fausse. Rien n’est « vide » dans l’univers, en particulier, l’espace qui existe entre les particules réelles de la matière est saturé de particules virtuelles². Et ce sont-elles (plus précisément les photons virtuels) qui interagissent avec vos propre atomes pour vous interdirent d’entrer dans le « vide » des atomes d’un mur.
Ce que font les boucliers à particules et sursolidificateurs fédéraux est essentiellement d’étendre cette interdiction non plus à l’atome lui-même, mais à un volume étendu via l’extension sélective du « mur » de particules (photons) virtuelles d’un matériau solide qui devient alors une barrière infranchissable. Là où cela devient intéressant, c’est que j’ai découvert en expérimentant sur les capacités du supercalculateur que le champ électromagnétique pixélisé du corps d’un spectre d’une tour est en réalité basé sur les mêmes procédés de contrôle des photons virtuels que ceux des technologies fédérales. Ce qui diffère entre les deux applications et que les tours le font à une résolution que le FRIC pensé jusqu’alors impossible.


_______________________________



Bunker fédéral FR001 (Kadic) salle de surveillance principale, samedi (troisième semaine).

Si elle pourrait sembler oppressante à d’autres, l’obscurité qui régnait dans la salle n’importunait pas Joana outre mesure. Elle était une cyborg, elle n’avait pas besoin de beaucoup de luminosité pour voir, et en bien des aspects, l’ombre était l’amie de l’unité Arès.
Seule la lueur des moniteurs venait se réfléchir sur les rétines artificielles du Lieutenant dans un constant flot de chiffres, de lettres et de symboles que son cerveau à moitié machine déchiffrait et analysait. Et ce qu’elle lisait ne lui plaisait guère.
La compilation terminée elle ferma ses paupières pour la première fois depuis une vingtaine de minutes.

« On n’avait vraiment pas besoin de ça. » Pensa-t-elle en portant la main à son visage.

—Voilà bien des relevés pour le moins intriguant, j’en suis complétement désarmé ! Commença la voix de Dan. Je crains que mon esprit synthétique ne vous soit d’aucune aide ici Lieutenant. Et vous ? Votre cerveau humain infère-t-il une cause à ces aberrations ?

—Si seulement Dan, si seulement… Lui répondit-elle.

Se penchant sur les commandes de l’interface, d’une main, Joana commença à rédiger un message pour le FIS, tandis que de l’autre elle ouvrit une application sur l’ordinateur principal du bunker. Enfin elle établit une COM avec James sur un canal privé.

Cependant, Dan avait dû sentir une inflexion dans sa réponse car il lui demanda :

—Joana, y a-t-il un problème ?

—Rien que je ne puisse te dévoiler Dan, désolée.

Elle saisit la dernière commande du programme d’effacement mémoriel et appuya sur « entrée ».

—Qu’est ce qu…

Dan n’eut pas le temps de finir sa phrase que le virus pénétra dans sa mémoire, effaçant le souvenir de la conversation qu’il venait d’avoir. Quelques secondes plus tard, l’IA avait oublié l’existence même des données qu’ils venaient d’étudier.

<\\>FN.CO.AU. 65287-98303-SP.LTN-KALENSON<< C’est fait James. >>>

Il y avait certaine chose qui ne pouvait être accomplie dans la lumière.



_______________________________




TRANSMISSION


Code de cryptage : Personnalisé.

De : Joana Kalenson.

À : Amanda Levosky.

Objet : N/A .

Classification : N/A.


Retour des conditions hivernales, détails en pièce jointe.

Pièce jointe : sans nom.



_______________________________




Cour de Kadic, lundi (quatrième semaine).


Des multiples traits qui façonnaient la personnalité de Yumi, son côté de grande sœur protectrice était certainement celui qui avait le plus influencé la vie de la jeune fille. C’était en effet cette pulsion qui avait scellé son destin chez les lyoko-guerriers, car au-delà des questions, au-delà du goût pour l’aventure, ce qu’elle avait vu à la genèse de leur groupe était tout bêtement des élèves de cinquième à protéger. Elle s’était cependant rapidement liée d’amitié avec la petite bande, lui faisant réaliser par là même occasion qu’elle avait affaire à des êtres exceptionnels. Pas parfaits, loin s’en fallait, mais exceptionnels à leurs propres manières. Jérémie était un génie dont la dévotion à ses amis n’avait d’égale que son intelligence, Odd le plus jovial et attachant des imbéciles heureux qu’elle connaissait (son infantilisme lui rappelait son petit frère Hiroki), et Aelita était l’innocence incarnée. Puis il y avait Ulrich…
Bien que le premier d’entre eux qu’elle est connue, Ulrich fut celui qu’elle prit le plus de temps à cerner. Faute d’expressivité de sa part, elle avait dû juger de sa personnalité par ses actions plutôt que par ses mots, et ce qu’elle y trouva la marqua profondément. Le jeune homme était comme elle : un protecteur. C’était d’ailleurs pareillement par ce trait de personnalité qu’il avait rejoint l’aventure, en offrant sa protection à un Jérémie en danger. Ce qui lui avait tapé dans l’œil n’était cependant pas cet aspect du jeune homme mais plutôt comment il l’appliquait en action. En effet, être de nature protectrice n’immunisait pas contre la peur, parfois dans des situations d’urgence, Yumi s’était surprise plus d’une fois à se laisser envahir par la panique, pas lui, pas quand des vies étaient en jeu. C’était le genre de type capable de foncer dans un bâtiment en feu sans hésitation si ça pouvait sauver des gens. Certain pouvait trouver un tel comportement téméraire, voir même stupide dans certain cas, mais du point de vue de la japonaise une telle abnégation était tout simplement impressionnante.
Aussi ses sentiments pour lui étaient passés de l’amitié à l’admiration, puis de l’admiration à un profond attachement alors qu’ils devenaient progressivement frère et sœur d’arme et enfin en attirance. Elle l’aimait toujours d’ailleurs, mais à l’image de leur lutte contre XANA leur relation était devenue complexe au fil des années. Un joyeux méli-mélo de tentatives ratées menant à des contradictions que les deux parties avaient préférées laisser en plan de peur que le nœud du problème se resserre encore. Ce qui ne les empêchaient pas de passer le plus clair de leur temps ensemble, chacun appréciant la présence de l’autre plus qu’il n’oserait lui avouer.

Cet après-midi de début de semaine en donnait un exemple probant. Tous deux dans le même coin de la cour, Ulrich et Yumi attendaient patiemment la fin de la pause en compagnie de l’un l’autre. Ils ne discutaient même pas à proprement parler. Tout au plus échangeaient-ils une ou deux phrases de temps en temps, inconscients d’être observés par le second corps de Joana poussant des soupirs intérieurs depuis le banc où elle était assise.

« 2000 jours après la déclaration, toujours pas de changement… » Pensa-t-elle tout en laissant tomber sa tête en arrière d’exaspération.

Même la course des nuages lui semblait moins monotone que leur relation. Sa contemplation du ciel fut cependant brusquement interrompue par l’apparition d’un visage dans son champ de vision.

—Hey ! La forme ? Lui demanda William penché au-dessus d’elle. Ça vous dérange si je m’installe ?

Prenant le sourire amusé de Joana comme une invitation, l’intrus sauta par-dessus le banc pour s’asseoir à côté d’elle.

—Tiens, constata-t-il en se mettant à l’aise, ils sont encore entre eux ces deux-là ? J’comprendrais jamais pourquoi ils ne sont pas ensemble…

—C’est un peu compliqué, commença sa voisine. Pour faire court, disons que devant une relation ambiguë au possible, Yumi a eu la « brillante » idée d’essayer de faire réagir Ulrich en lui faisant le coup du « je préfère qu’on reste amis ». Le plan pour elle c’était qu’il s’oppose à cette idée et mette fin à l’ambiguïté dans leurs rapports. Le problème, c’est qu’Ulrich a respecté son choix à la lettre, et depuis, statut quo…

—La vache ! Réagit William d’un air décontenancé. Z’étes sacrément informée !

—Ça t’étonne ? On n’a pas fait que profiler Sissi pendant trois ans. La Féd à des dossiers psychologiques sur chacun d’entre vous…

—Et vous les partagez avec moi comme ça, pour le plaisir ?

—Well… C’est pas comme si je te révélais des secrets militaires, Lima-1 à largement les accréditations pour ce genre de document. Et je ne vois aucun contre à les partager.

L’intéressé prit un instant pour considérer cette information. Puis sa surprise apparemment passée, il se retourna vers son interlocutrice avec le sourire pour lui demander :

—Aelita et Jerem ?

—Alors eux en fait ils sortent déjà ensemble. Ils ont juste zéro expérience et compétence dans ce genre de truc. Perso je trouve ça plutôt mignon en fait.

—Et Odd ?

—Lui c’est un vrai punk en amour : No future. Il pense jamais aux conséquences de ses conquêtes.

William prit soudain un air malicieux.

—Et moi ?

—Toi, t’es un Roméo…

—Un romantique ?

—Na, un cinglé qui prend chaque fille qui lui plait pour l’amour de sa vie.

—Touché ! Concéda-t-il en riant de bon cœur.

Il y eut un moment de silence pendant lequel les deux interlocuteurs observaient Yumi et Ulrich au loin, toujours aussi immobiles. Ce fut William qui reprit finalement la parole.

—J’ y est foutu un sacré bordel, non ?

—Je te le fais pas dire, lui confirma Joana. Pour être honnête, j’ignore s’ils se seraient mis ensemble sans toi, mais ta présence n’a certainement pas aidée.

—Et si vous n’êtes pas déjà allée les voir, je suppose que vous n’avez pas l’intention d’intervenir, non ?

—Yup, leurs affaires sont clairement en dehors de ma juridiction d’officier. Tant que ça ne gêne pas leur efficacité au combat je n’ai rien à en redire.

—Je vois…

« De plus, la Fédération a déjà bien assez de contrôle sur leurs vies comme ça. J’aimerais éviter qu’on s’immisce jusque dans leurs relations amoureuses. » Pensa le Lieutenant pour elle-même.

—Mais si moi j’essayais. Continua William sans prêter attention à l’air pensif du Lieutenant.

—Hum ?

—Et si moi j’essayais de mettre fin au statut quo ?

Quelque peu surprise par sa déclaration, Joana mit quelques instants pour réagir. Puis comprenant qu’il était sérieux lui retourna l’expression bienveillante avec laquelle Lima-1 était si familière.

—Je suppose que je n’aurais plus qu’à me chercher des popcorns, lui répondit-elle.



_______________________________




Kadic, mardi (quatrième semaine).


Alors qu’elle ouvrait les yeux, Aelita tenta de se remémorer le rêve qu’elle venait de faire, sans succès. Embrumé par une fatigue tenace, son esprit ne lui renvoyait que des images floues et incompréhensibles desquelles se détachaient à peine Mister Pück, s’en était au point qu’elle hésitait même avoir rêvé de la poupée.
Frustrée, elle puisa dans sa volonté pour focaliser son attention sur le radioréveil à ses côtés.
6h59, s’il y avait quelque chose qu’elle ne pouvait pas reprocher à ses soucis oniriques, c’était leur ponctualité. L’horloge biologique était décidément quelque chose de remarquable. Désactivant l’alarme avant même qu’elle se mette à sonner, elle se leva péniblement et attrapa ses affaires de toilette avant de se diriger vers les douches d’un pas nonchalant. L’eau chaude lui fit un bien fou, mais ne suffit pas à la réveiller complétement. Ce fut donc encore quelque peu ensommeillée qu’elle descendit les escaliers du dortoir, ne pouvant s’empêcher de lâcher un bâillement à s’en décrocher la mâchoire a mis chemin.

—Et ben ! Ça a pas l’air d’être la grande forme aujourd’hui non plus ! Commenta une voix familière depuis les dortoirs des garçons. T’as encore mal dormi ?

Se retournant, Aelita reconnut William qui s’apprêtait lui aussi à descendre.

—Faut croire, lui confirma-elle tout en s’étirant. Mais ça devrait aller, j’ai déjà connu pire.

—Ça je veux bien le croire.

C’est à ce moment que la jeune femme aperçut la bouteille thermos qu’il tenait dans la main.

—C’est du café, l’informa-t-il en voyant son air intrigué. Préparation maison, Jim m’a laissé utiliser son réchaud.

—Tu fais du café maison toi ?

—Spécialité par nécessité, disons que j’ai jamais été du genre à me coucher tôt.

—Ça se tient...

—Sinon t’en voudras ? lui proposa-t-il soudain. T’as l’air d’en avoir sérieusement besoin.

Aelita considéra l’offre pendant un bref instant avant de l’accepter avec gratitude. Un bon café lui ferait surement le plus grand bien. Arrivés au réfectoire ils retrouvèrent Odd déjà attablé et occupé par son bol de chocolat chaud.

—Et sinon, toujours partant ? Lui demanda William après l’avoir salué.

—Hey ! C’est à Odd le magnifique que tu parles là, lui répondit-on. Bien sûr que je suis toujours partant ! Et maintenant Aboule Raoul, j’ai faim !

Apparemment satisfait de cette réponse, il déposa son pain en chocolat dans le plateau du goinfre en guise paiement. Déjà habituée à voir ce genre de transaction entre les garçons, Aelita n’y prêta pas trop attention, préférant se concentrer sur le grand bol de café que William venait de lui servir. Ne sachant pas trop à quoi s’attendre d’une préparation maison, elle fut agréablement surprise de se délecter de sa première gorgée, sentiment renforcé par la très plaisante sensation d’éveil qui ne tarda pas à traverser son cerveau.
William avait probablement dû passer un nombre incalculable de nuit blanche pour perfectionner un tel mélange.

Joana fut la première à s’asseoir avec eux, au plus grand plaisir d’Odd qui hérita du plateau repas dont la cyborg n’avait pas besoin. Ulrich suivit de près, puis enfin Jérémie qui avait promis de passer les voir pour le petit déjeuner.

—Désolé pour le retard, j’avais un truc à finir. Leur expliqua le génie.

—Toi, t’as encore passé une presque nuit blanche, le réprimanda Aelita en constatant les cernes sous ses yeux.

Il haussa les épaules, se reconnaissant coupable mais souriant tout de même à la jeune femme qui ne put lui en vouloir. L’obsession presque maladive de Jérémie pour son devoir envers les autres faisait partie de son charme après tout.
Après avoir accepté volontiers une tasse de café de la part de William, le génie décida de passer le reste de la matinée avec ses amis pour se reposer.

Fortuitement pour lui, l’attaque eut lieu dans l’après-midi.




_______________________________





COV, mardi dans l’après-midi (quatrième semaine).


« Intangible Hazard », de toutes les dénominations militaires que la Federal Navy avait inventées pour désigner les attaques, c’était probablement la dernière à laquelle Lima-1 s’était attendue. Les « dangers intangibles » comme les appelaient leurs alliées étaient probablement l’utilisation la plus perverse des tours de Lyoko après la xanatification. Pas d’ennemi, rien qu’ils puissent affronter, juste l’environnement voir même carrément les lois de la physique qui voulaient soudainement leurs morts.
Le déplacement du supercalculateur vers un bunker isolé du spectre électromagnétique et de l’environnement s’était fait en grande partie pour éviter d’avoir affaire à ce genre de menace à l’avenir. Comment l’ennemi avait fait pour contourner ces défenses fut donc la question que tout le monde se posa en se dirigeant vers le COV.
Arrivé là-bas, ils retrouvèrent Joana et Jérémie en train de discuter calmement de la tactique à adopter.

Les voyants entrer, le Lieutenant se tourna vers eux pour leur demander:

—Je suppose que vous vous demandez comment un IH peut nous menacer ici, non ?

Ses amis hochant tous la tête unanimement, Jérémie qui était aux commandes leur ouvrit une time-laps holographique des relevés thermiques du bunker.

—Il n’y a rien qui vous choque ? Les questionna le génie.

—La chaleur, elle monte dans tout bunker. Constata William alors qu’il observait des tâches rouges grandir dans toute l’installation sur l’hologramme des 20 dernières minutes.

—Exact, lui confirma Jérémie. De ce que j’ai pu en étudier il semblerait que l’ennemi met à profit une sorte de paradoxe du démon de Maxwell³ par le biais du supercalculateur. La seconde loi de la thermodynamique s’est inversée de manière locale autour du bunker, et nous recevons maintenant constamment de l’entropie de notre entourage.

—Ce qu’il veut dire, traduisit Joana pour les autres. C’est que tout ce qui entoure le complexe nous transmet de la chaleur sans que nous puissions l’évacuer. D’après nos simulations, ils nous restent environ 12 heures avant que la température rende le supercalculateur inopérable.

—Oh alors ça va c’est tranquille on a le temps ! S’exclama Odd rassuré.

—Sauf que c’est pas le pire, l’informa Jérémie en affichant des images en provenance de la banquise.

Se situant par réflexe dans le monde virtuel, les lyoko-guerriers identifièrent l’une des zones les plus plates et désolées du territoire. Seule la tour activée, gardée de près par un unique monstre, se démarquait réellement dans le paysage.

—Ah ouais quand même ! Tu m’excuse Einstein mais là ton « armée » elle m’impressionne pas trop tu vois…

—Non Odd, ce qui est inquiétant c’est ce que ça implique, le rectifia Joana tandis que Jérémie zoomait sur la créature.

Maintenant capable de détailler ce qu’il allait devoir affronter, le tireur d’élite devait admettre qu’il n’était plus trop certain d’être au-devant d’une promenade de santé. Ce qu’il observait à travers l’écran avait tout l’air d’être le cousin virtuel sous stéroïdes d’un char quadripode. De plus de 3 mètres de haut pour un peu plus de 10 de long et de large, ce mastodonte gris sombre était équipé d’une tourelle principale plus que respectable complétée par deux imposants canons rotatifs à la place des bras. L’engin tout entier dégageait la froide et meurtrière efficacité des designs militaires que le jeune homme avait appris à craindre par-dessus tout pendant son entrainement.

—Nos ennemis sont loin d’être des amateurs. Le fait qu’ils n’aient envoyé qu’un seul monstre pour couvrir une attaque aussi lente ne peut vouloir dire qu’une seule chose : ils sont certains que ce truc va vous écraser.



_______________________________




—Odd en position, amplificateur armé, en attente des données télémétriques.

—Bien reçu, je commence mon approche, lui répondit Yumi en poussant la manette d’accélération du Virtual Rover.

Sa maniabilité mis à profit, le quadripode à roue entama un virage brusque pour se diriger vers l’ennemi. Modeste véhicule d’assaut léger concocté par les soins du FRIC et de Jérémie dans le cadre du projet Alsvinnr, le VR était un engin terrestre rapide parfait pour les grandes surfaces. C’était aussi l’un des rares véhicules à la disposition des lyoko-guerriers équipé d’une véritable tourelle laser. Cette dernière trônait fièrement au-dessus du cockpit individuel dans lequel la pilote était quasis allongée sur le dos, et été munie d’une portée assez conséquente pour Lyoko. Lima-1 n’avait cependant pas l’intention de s’en servir pour cette opération.
Le tir télémétrique était l’une de leurs meilleures tactiques, parfaite pour le territoire du désert et de la banquise, et avec un peu de chance il espérait pouvoir abattre leur adversaire avant qu’il ne comprenne ce qui lui arrivait.

—Télémètre enclenché, environs 200 mètres avant de pouvoir verrouiller la… hein ?

Son don de prédiction arrivant trop tard pour la sauver, l’avatar de la japonaise fut désintégré une fraction de seconde après qu’un projectile à gros calibre eut traversé le bouclier du Virtual Rover de part en part. Suivant le sort de sa pilote, le véhicule finit sa course dans une explosion de particule.

—Wow ! C’était quoi ça ? Demanda précipitamment Ulrich dont l’overbike suivait encore le VR il y avait à peine quelques instants.

—Un… tir supersonique ? Constata Jérémie encore choqué en observant les données.

« « Confirmé ! Vitesse du projectile estimée à mach 4. » » Analysa Dan.

—Ce truc est capable de calculer des solutions balistiques ! Ne le laissait pas vous verrouiller ou c’est terminé ! Leur ordonna Joana.

—Roger ! Lui répondirent à l’unisson Ulrich et William.

Constatant qu’il faisait une cible bien trop facile sur son véhicule, le samouraï s’éjecta promptement.

—Supersprint ! Triplicata !

Trois zigzags orangés se mirent à progresser vers la tour.

—Odd D&S ! S’exclama William alors qu’il commençait à faire tourbillonner son overcraft dans le ciel au-dessus d’Ulrich.

—Reçu !

Suivant la tactique « Divert & Shoot », le tireur d’élite quitta la protection du rebord de glace derrière lequel il s’était caché pour offrir une couverture à ses amis.

—Distance, 751 mètres, marmonna-t-il à lui-même alors qu’il enclenchait le zoom sur son monocle de visée.

Il fallait qu’il ajuste son tir à la gravité de Lyoko. S’il avait eu les données télémétriques du VR, il aurait pu se servir de la trajectoire parabolique de sa fléchette pour atteindre sa cible sans avoir à s’exposer. Mais avec Yumi hors-jeux, il n’avait d’autre choix que de viser directement.
Avec la plus grande confiance en ses instincts de sniper pour ce qui était de compenser les imprécisions sur la distance, il régla son angle de hausse et aligna la demi-sphère blanche située sous le canon de la tourelle qu’il pensait être l’optique. Conscient qu’il n’avait droit qu’à un tir, il dirigea sa volonté sur la fléchette et ouvrit le feu.

—Flèche Laser !

Accéléré par l’amplificateur, le projectile traversa la vaste étendue de glace en un instant dans une trajectoire parfaite qui fit siffler l’air là où l’optique avait été une fraction de seconde auparavant

—Quoi ?!

Alors qu’il observait la cible qu’il aurait dû détruire refaire surface sur le blindage du monstre dans lequel elle s’était retranchée à une vitesse surhumaine pour éviter la destruction, Odd eut la désagréable impression que la tourelle principale s’ajustait sur sa position.

—Il t’a verrouillé Odd, cours ! S’exclama Jérémie alors que le félin était déjà à quatre pattes la queue entre les jambes.

Ne se faisant pas attendre, la riposte ennemie éclata l’ancienne couverture du tireur en centaines de morceaux dans une explosion qui souffla ce dernier.

—T’as perdu 60 point de vie ! Entendis-t-il tandis qu’il était allongé sur le sol le corps entier parcourus d’arcs paralysants.

Devant le constat que ses deux (ou plutôt cinq) cibles restantes étaient trop rapides pour être verrouillées proprement, le mastodonte chargea ses canons rotatifs d’une énergie bleue avant de sélectionner la cible qui lui semblait la plus dangereuse et facile à éliminer.

—Ça doit pas être mon jour ! Constata William alors que l’ennemi se dressait sur ses pattes avant pour diriger ses armes dans sa direction.

Des tirs lasers emplissant chaque mètre cube du ciel dans lequel il manœuvrait, le pilote dû utiliser toute la maniabilité que lui offrait l’overcraft pour ne pas finir complétement troué. Fidèle à sa réputation, il parvient malgré tout à se frayer un chemin sous le feu adverse à grand coup d’acrobatie d’aérienne, fermement décidé à rendre la politesse avec son épée. Malheureusement, une autre mauvaise surprise l’attendait.

—Là c’est VRAIMENT pas mon jour ! S’exclama-t-il alors que les deux compartiments latéraux qui venaient de s’ouvrir sur la tourelle crachaient une pluie de missiles sol-airs dans sa direction.

Contraint d’abandonner son véhicule, l’épéiste jeta un rapide coup d’œil vers le sol pour voir où en étaient ses collègues samouraïs.

« Ils y sont presque, parfait. »

—Mode offensif ! Invoqua-t-il tout en tombant. Smoke !

—Fusion ! Super Impact !

Accéléré à une vitesse fulgurante par sa capacité spéciale, William percuta le monstre le zanbâto en avant à peu près au même instant que le katana d’Ulrich. L’impact combiné fut proprement colossal, au point que le Kolosse lui-même n’y aurait pas survécu, sauf que ce n’était pas un monstre de XANA.
Ulrich vit son sabre lui être arracher des mains par la violence de l’impact, lui faisant perdre l’équilibre et le blessant par la même occasion, mais moins grièvement que William dont l’épée n’avait fait qu’érafler le blindage de l’ennemi le forçant à prendre toute la force du choc (encore heureux qu’il soit moins sujet aux dégâts chute que les autres). L’assaut lourd de l’équipe finit ainsi par se vautrer pathétiquement auprès d’un samouraï désarmé tout aussi pathétique après avoir rebondit violement sur le corps métallique de leur écrasant némésis.
À peine eurent-ils le temps de se relever qu’ils se retrouvèrent nez à nez avec le canon de la bête.

—Ooooh merde, réagit Ulrich en constatant qu’il n’avait aucun moyen d’éviter l’explosion.

—Mode défensif ! Tenta par réflexe William interposant son bouclier entre leurs fins imminentes et eux

Littéralement soufflés, ils furent dévirtualisés avant même d’entendre l’explosion.

—Plus le choix, Odd occupe le ! Ordonna Aelita en activant ses boosters dans un plongeon vertigineux vers le sol.

De nouveaux sur pattes et près à en découdre, le félin attendit que sa princesse se redresse au dernier moment dans un splendide rase-motte pour acclamer :

—Téléportation Aelita !

Transporté à quelques centimètres de la glace en pleine vitesse, le protecteur mis à profit ses années d’expérience pour entamer une glissade contrôlée sur la glace qui lui donna la parfaite position pour attaquer.

—Mange ça ! S’exclama-t-il alors qu’il levait ses deux pattes pour offrir un feu nourri à son adversaire.

Cible de sa rage balistique, l’optique n’eut d’autre choix que de se cacher une nouvelle fois sous le blindage de son propriétaire. Alors aveugle mais pas désarmé pour autant, le mastodonte fit tonner son canon sur la dernière position d’Odd qu’il avait enregistrée. Le tir manqua le jeune homme de plusieurs mètres, cependant le souffle de l’explosion seule suffit à lui faire perdre le reste de ses points de vie. Projeté à plat ventre alors que son avatar s’effritait de toute part, il eut dans ses derniers instants virtuels le plaisir de constater que l’ennemi n’aurait pas le temps de cibler son amie. Un sentiment partagé par la concernée, jusqu’à ce que de multiples compartiments à l’arrière de la tourelle s’ouvrent pour éjecter de petites formes blanches entre elle et la tour.

« Mines » Ce fut tout ce qu’Aelita put penser avant que son élan ne la propulse dans une série d’explosions qui déchiquetèrent les pixels de son corps.

Lima-1 avait perdu.

Devant la gravité de la situation, Jérémie se contenta de remonter ses lunettes avant de déclarer :

—Je suppose que ça veut dire qu’on passe au plan B ?

—Plan B it is… Lui confirma Joana.

—Prêtes à être virtualisée Lieutenant ?

—You bet I am.

La question étant rhétorique, l’opérateur avait déjà commencé la procédure.

<\ARES CONTINGENCY ENABLED.

>> *LADYBUG* STAND-BY…


à suivre...

Edit : quelques corrections, merci à Zéphyr de supporter mon orthographe déplorable Razz
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png


Dernière édition par Robin2553 le Jeu 16 Mar 2017 00:40; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2015 18:11   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1032
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Yo' ! De manière un peu random, j'ai repris ma lecture des fics du coin par la tienne, même si une petite diagonale sur les chapitres précédents ne m'a pas fait de mal o/.

Comme prévu, la partie technique du préambule m'a perdu. Je trouve par ailleurs amusant que la note numéro ² perde plus qu'elle n'éclaire sur le sens du terme lié.

Va savoir si j'ai perdu la main, mais j'ai du mal à développer pour le reste du chapitre. Pour le côté « psychologie » des principaux qui t'a embêté, ça m'a paru sonner assez juste (bon, désobjectivement, je ne colle pas à l'étiquette « grande-sœur » appliquée à Yumi). À peu près le même constat pour le Ulumi. Après, faire intervenir William est un grand classique, même si ici, il y a plus de matière derrière pour conjecturer ses motivations (disons l'esprit d'équipe et la volonté d'aider des camarades o/). J'espère juste que la suite et résolution de ce point ne sera pas trop expédiée. Au pire, il restera les pop-corns.

En ce qui concerne la partie virtuelle, l'organisation et le déroulement des actions est resté égal à ce qu'on a vu dans les précédents chapitres, mais bon sang la finalité était tellement prévisible ! Dès cette phrase-là :

Citation:
ils ont certain que ce truc va vous écraser.


(Manque un -s en début de verbe conjugué au passage.)
On devine comment la bataille virtuelle va se terminer. Bien sûr, je suis certain que c'était parfaitement voulu de ta part et que ça fait partie de la constante de ta fic de faire simple pour mieux cacher la complexité, comme tu nous l'as avoué en interne Razz.

Quant à la fin, je dirais juste qu'il faut bien exploiter Joana Mr. Green. Plus sérieusement, j'ai du mal avec ce personnage. Dans le milieu, on peut la qualifier de BADASS, et j'ai peur que dans toute sa badasserie, elle finisse par lasser. Par exemple, en l'état de la fin de ce chapitre, je vois une suite dans laquelle au cours d'une bataille disputée, Joana finisse par poutrer le monstre de manière impressionnante. Et ma crainte est qu'un schéma de ce type se répète plusieurs fois avec elle. Ajoute à ça les petits secrets qu'elle cache manifestement, comme l'indique subtilement le début du chapitre, et on obtient un perso trop BADASS, qui finit par ne plus éveiller l'intérêt du lecteur.

En fait, Joana n'est qu'un tremplin par rapport à une opinion que j'ai de ton texte. Ton « réalisme absolu » est certes intéressant, mais a pour effet de détruire toute notion de surprise, et même de limite j'ai envie de dire. Peu importe ce que l'on verra par la suite, peu importe sa hauteur, sa force ou sa puissance de feu, j'ai l'impression que du côté purement technique, on ne pourra pas être surpris (peut-être les explications poussées dans les chapitres collaborent aussi à cette impression). Et à mon sens, ça brise légèrement le côté « science-fiction » et qui permet de s'émerveiller, de rêver sur une chose qui n'existe que sur de la théorie, et sur laquelle on ne peut poser d'explications (ce que ton texte fait en détaillant les points techniques).

Du coup, de mon point de vue personnel, j'attends d'être surpris ailleurs que sur les plans liés à la technologie et aux combats.

Pour l'écriture, j'ai choisi de ne pas me casser la tête et d'appliquer ta doctrine : tant qu'on comprend ce qui est exprimé, osef des fautes o/. Une seule phrase ne remplit pas ces critères :

Citation:
Les voyants entrés la première le Lieutenant se tourna vers eux


C'est fou ce qu'une lettre en trop, une faute et l'absence de virgule peuvent faire niveau altération du sens. « Les voyant entrer la première, le Lieutenant se tourna vers eux ».

Parfait, j'ai pu me refaire la main en commentant ton texte. Mission accomplie. Dans tous les cas, j'attends la suite, parce que malgré une constance du côté action de la chose, les développements au niveau relationnels et psychologiques restent louables, en particulier quand on sait que c'était un point qui t'avais été reproché dans le passé. Cela montre une volonté d'expérimentation (oserais-je dire d'amélioration ?), ce qui est cool.
Bref, bon courage !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2015 23:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Toujours un plaisir de te retrouver ici Zéphyr ^^

Et tout d’abord, effectivement, désolé pour les parties techniques mais je me devais d’introduire une explication pour l’anti-gravité, c’était juste trop tentant Mr. Green.

Zéphyr a écrit:
Je trouve par ailleurs amusant que la note numéro ² perde plus qu'elle n'éclaire sur le sens du terme lié.


La physique quantique est particulièrement notable pour perdre le cerveau humain en effet. Mais pour être tout à fait honnête, je pense que pour ce qui est de ma fiction résumer les particules virtuelles à « c’est magique » est parfaitement suffisant Mr. Green.

Zéphyr a écrit:
J'espère juste que la suite et résolution de ce point ne sera pas trop expédiée. Au pire, il restera les pop-corns.


Meh, tout dépend de ce que tu entends par « expédier ». Sans spoiler, disons que j’ai pas l’intention de faire éterniser l’affaire et que je ne porte pas à cette romance une grande importance scénaristique (j’ai déjà bien assez à faire avec le reste de l’univers que je n’ai pas encore révélé Razz). Aussi ce sera traité comme une sous-intrigue mineur, de la même manière que les « problèmes » Sissi dans le chapitre 8, avec un dénouement rapide mais travaillé.

Zéphyr a écrit:
Quant à la fin, je dirais juste qu'il faut bien exploiter Joana Mr. Green. Plus sérieusement, j'ai du mal avec ce personnage. Dans le milieu, on peut la qualifier de BADASS, et j'ai peur que dans toute sa badasserie, elle finisse par lasser. Par exemple, en l'état de la fin de ce chapitre, je vois une suite dans laquelle au cours d'une bataille disputée, Joana finisse par poutrer le monstre de manière impressionnante. Et ma crainte est qu'un schéma de ce type se répète plusieurs fois avec elle. Ajoute à ça les petits secrets qu'elle cache manifestement, comme l'indique subtilement le début du chapitre, et on obtient un perso trop BADASS, qui finit par ne plus éveiller l'intérêt du lecteur.

En fait, Joana n'est qu'un tremplin par rapport à une opinion que j'ai de ton texte. Ton « réalisme absolu » est certes intéressant, mais a pour effet de détruire toute notion de surprise, et même de limite j'ai envie de dire. Peu importe ce que l'on verra par la suite, peu importe sa hauteur, sa force ou sa puissance de feu, j'ai l'impression que du côté purement technique, on ne pourra pas être surpris (peut-être les explications poussées dans les chapitres collaborent aussi à cette impression). Et à mon sens, ça brise légèrement le côté « science-fiction » et qui permet de s'émerveiller, de rêver sur une chose qui n'existe que sur de la théorie, et sur laquelle on ne peut poser d'explications (ce que ton texte fait en détaillant les points techniques).


Hehehe…
Spoiler

_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Lun 21 Déc 2015 17:04   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Yup, de retour après 4 mois de vide eux même déjà précédé d'une longue absence de 6 mois. Je vous l'avez pas dit ? Je fait concurrence avec le T-800 Laughing

I'M BACK ! again bitches


Et comme vous l'aurez constaté, je suis juste à l'heure pour faire chier tout le monde aux dernières carpes d'argent. Me remerciez pas, celle là c'est cadeau Wink
Prenez le comme mon "don" à la cérémonie Mr. Green


Bonsoir à tous et à toute donc et bienvenu en cette période de Noël marquée par le réchauffement climatique pour mon nouveau chapitre. Pour les fêtes, je vous offre de la neige imaginaire et double portions de "rapport" inutilement complexe et travaillé qui ne servent que de background à l'histoire globale.
Enjoy Very Happy

Notes :

¹:
Spoiler


²:
Spoiler


³ :
Spoiler


Information war :

[Chapitre 9-2] Triple front :

Extrait des archives des Black Knights : Le Projet Mjöllnir

L’eau lourde produite à la centrale de Vemock en Norvège joua un rôle crucial dans la course à la bombe atomique qui opposa les alliés et l’axe durant la seconde guerre mondiale. Cependant, cette histoire est loin de se résumer à ce qu’en disent les livres d’histoire. En effet, sous couvert du secret défense, les Norvégiens avaient déjà découvert la fission atomique en 1937 en reproduisant les expériences d’Enrico Fermi¹ avec leur eau lourde et ouvert leur propre programme nucléaire : le projet Mjöllnir.
Dans un souci de discrétion, les recherches furent menées dans la « Mine ». Un centre de recherche en armement créé dans une exploitation minière réaménagée près de Drammen dédié aux « armes spéciales » (bactériologiques et chimiques principalement), ou le projet fut confié des quantités massives d’eau lourde achetées en secret à Norsk Hydro et un investissement conséquent en matériel. Ainsi plus que bien financé, celui-ci donna assez rapidement des résultats prometteurs aboutissant à la création de premiers prototypes expérimentaux de réacteurs en début 1940. Optimiste, l’armée Norvégienne espérait apparemment voir les premières applications concrètes d’ici un ou deux ans, c’était cependant sans compter sur l’invasion allemande qui eut lieu en avril de la même année.

La rapide perte du sud et du centre du pays à l’envahisseur forcèrent les autorités militaires à faire évacuer les lieux. Cependant, l’espoir de contenir l’invasion ayant subsisté jusqu’à assez tardivement dans l’état-major, ce n’est qu’en fin mai que la décision fut prise de détruire la Mine afin d’éviter que les allemands ne s’emparent de son contenu. Cette mission fut confiée en secret à un petit détachement de sapeurs qui, mal préparés pour ce genre d’infiltration derrière les lignes ennemis, fut intercepté et fait prisonnier par la Wehrmacht qui les identifièrent comme un groupe de saboteurs venus attaquer leurs lignes de ravitaillement.
Les Norvégiens mis hors du tableau, le groupe Cortana² mené par le Patronus Volontarius en personne fut déployé en Norvège afin d’assurer la destruction de la Mine avant que les nazis ne la découvre. Débarqués début juin à Narvik avec les navires d’évacuation de la flotte Britannique ils n’étaient pourtant pas les seuls sur l’affaire. […]


____________________________________



Début Juin 1940, Narvik.


Les pieds enfin sur la terre ferme, Francis se laissa tout entier enrober dans la douce fraicheur du grand nord. L’air était particulièrement revigorant à respirer, aussi l’ex chasseur alpin ne se priva pas de se remplir les poumons d’une seule grande inspiration avant de pousser un long soupir satisfait. Le froid était son élément, il était à l’aise dans ce genre climat. Pas sûr par contre qu’il puisse dire la même chose de l’atmosphère glaciale qui régnait sur la ville portuaire.
Le calme était trompeur, tout autour criaient qu’il était dans une zone de guerre : Des rues désertées par les civils aux bâtiments marqués par les combats en passant par les installations du port sabotées à l’explosif, où que son regard pouvait se porter la réalité du conflit lui sautait aux yeux. Et l’air morose des quelques soldats qu’il pouvait parfois croiser ne faisait qu’ajouter à l’épaisseur de la chose. Fallait comprendre les gars en même temps, tout juste victorieux qu’on leur ordonnait d’évacuer et de laisser la ville aux allemands. L’état-major avait ses raisons mais ça en devait pas moins rester frustrant…
Raison de plus pour réussir sa mission, et faire en sorte que toute la campagne Norvégienne n’est pas été pour des broutilles.

Refocalisé, l’agent du deuxième bureau trouva un bon coin pour attacher son cheval³ avant d’aller faire du repérage à la sortie de la ville. L’ennemi occupait encore très probablement la montagne qui reliait la presque île de Narvik au reste du continent, aussi pas question de partir en plein jour. Il devrait se glisser en Norvège occupée de nuit. Venu évidemment préparé, il avait déjà imaginé et mémorisé plusieurs voies de sortie à l’aide de cartes topographiques de la région, mais rien ne valait une bonne veille reco sur le terrain. La petite balade à laquelle il s’adonna ainsi lui permit aussi de se faire un résumé de la situation :
Les services français avait eu vent de l’existence du projet Mjöllnir de la bouche de haut-responsables de l’administration militaire norvégienne assez désespérés pour lever le secret défense avec les alliés afin d’éviter le pire des scénarios. À court d’options, ils avaient décidé de faire appel à un pays avec une plus grande expérience qu’eux en opération extérieure pour régler cette affaire délicate. Et puisque la France avait déjà montré son intérêt en évacuant le stock civil d’eau lourde du pays avant l’invasion c’était sur eux que c’était tombé.
Ils n’avaient pas jugé bon d’avertir les Britanniques, trop risqué, des infos avaient déjà fuitées à l’Abwehr lors de la précédente mission, et ils ne pouvaient se permettre le moindre soupçon de la part des allemands sur ce coup. D’où la non officialité de la mission et la décision de l’envoyer solo. Personne si ce n’était ses supérieurs directs ne devait savoir qu’il était là.
Evidemment, ça incluait aussi les hommes stationnés à Narvik, un officier du renseignement en uniforme n’était pas la présence la plus discrète qu’il soit. Aussi avait-il troqué ses galons de capitaine contre de bien moins remarquables chevrons de sergent. Ni trop haut dans la hiérarchie pour se faire immédiatement remarquer, ni trop bas pour donner l’envie aux autres officiers de questionner ses déplacements, le grade parfait pour qui voulait être discret au milieu de la force alliée.

Son repérage terminé, l’agent se contenta d’un petit muret aux abords de la ville avec une bonne vue sur la montagne pour s’asseoir et attendre la nuit. Pour l’instant l’opération se déroulait sans le moindre accr…

—Hey mate! How it’s going over here? L’interpela soudain une voix enjouée derrière lui.

Francis sursauta légèrement, se retournant par réflexe il reconnut un homme en uniforme britannique lui adressant un sourire radieux.

—Looks like you found yourself a nifty little seat, mind if I join?

La surprise passée il prit quelques secondes pour détailler l’intrus, c’était un type brun de taille moyenne dans la force de l’âge, sergent de la british army d’après son uniforme.

«Je croise un seul sous-officier qui tire pas la gueule dans toute cette putain de ville et il faut qu’il ait envie de faire ma connaissance, génial… »

La simple rumeur de la présence d’un sous-officier non affecté au reste de la force expéditionnaire pouvait mettre la puce à l’oreille de l’Abwehr. Pas question de sociabiliser donc.

—No parler anglais. Répondit l’agent de la voix la plus bourrue qu’il put dans l’espoir de décourager le luron.

—Si ce n’est que ça l’ami ! Lui rétorqua-t-il dans un français parfait tout en se balançant par-dessus le muret pour s’y asseoir.

L’officier ragea intérieurement, c’était à croire qu’il était maudit. Alors qu’il cherchait la manière la plus efficace de demander à son « ami » d’aller gentiment se faire foutre l’autre commença à parler.

—N’empêche c’est vraiment pas mal comme pays si on retire les Krauts. Parfait pour une randonnée à cheval. Paraît aussi qu’ils ont un très joli lac près de Drammen, mais ils recommandent pas de s’y baigner. L’eau y serait « lourde », un résidu des « exploitations minières » si tu vois ce que je veux dire.

Le fil des pensées de Francis s’arrêta net, il savait. Puisant dans son mental pour rester parfaitement calme, l’agent pesa soigneusement chacun des mots qu’il prononça ensuite.

—You’re not really a sarge, are you mister… ?

—Hopper, répondit le chevalier en regardant le grand blond droit dans les yeux. And I guess that make us two, Captain Belpois.





Extrait des notes de Jérémie Belpois regardant les tours.

Si l’aspect technique des tours de Lyoko est tout un sujet en lui-même, le plus gros de notre intérêt est ici tourné vers l’aspect pratique pour des raisons évidentes. En effet, la connaissance des propriétés de ces dernières est tout simplement cruciale tant sur le plan stratégique que tactique, ce qui m’amène à faire ce récapitulatif :

S’il est tentant de définir cet objet virtuel par la partie visible sur les territoires, la réalité est que ce n’est là que la partie émergée de l’iceberg. De façon rigoureuse, les tours ne sont pas tant des entités individuelles qu’un gigantesque et complexe réseau de transport d’informations s’étendant dans une quatrième dimension spatiale entre les territoires de surfaces. Ce que voient les avatars et ce que nous appelons « tours » par abus de langage n’étant en réalité que les nœuds de ce réseau.
De manière concrète, ce réseau est matérialisé en partie par les « racines » parcourant Lyoko. Et une manière simple d’illustrer son existence est encore pour un avatar de plonger dans l’abîme d’une « tour », alors transporté avec l’information, celui-ci réapparaitra tout simplement au prochain nœud « physique » du réseau (une autre tour quoi). Il s’agit d’ailleurs de la seule manière naturelle de voyager de territoire en territoire sur Lyoko, bien que de par le fait que le réseau se reconfigure constamment pour répondre aux besoins ce ne soit pas très fiable pour aller à la destination voulue. Une exception notable à cette règle étant un groupe de quatre tours (surnommées « tours de passage ») directement liées au cinquième territoire et distribuant la puissance virtuelle en provenance du cœur à travers un circuit spécial qui relie les quatre territoires de surface.
Le rôle du réseau est loin de se limiter là cependant, comme vous l’aurez deviné celui-ci joue un rôle central dans l’activation des tours. Quand une demande est faite de puissance virtuelle en vue d’une action, celle-ci est mobilisée par défaut à travers les réseaux via une ligne direct et très facile d’accès. Si rien n’est fait à ce stade, n’importe qui avec un minimum d’accréditation sur Lyoko peut se servir de cette ligne pour commencer à hacker la tour infectée, aussi ce n’est que rarement ce qu’un attaquant compétent fera. Le mode opératoire préférable pour maintenir une tour activée est de changer la configuration direct en faveur d’une plus fragmentée, favorisant la présence de nœuds (tours) intermédiaires qui peuvent alors être mobilisés en tant que pare-feu pour sécuriser la ligne. Le sous-réseau ainsi créé, bien que théoriquement pas infranchissable, est très difficile à craquer en considérant le temps limité usuellement offert par une attaque.


____________________________________



Lyoko, Ares Contingency T+0h02

Transfert, scanner, virtualisation !

La gravité était la première chose à vous accueillir sur Lyoko. Joana l’avait entendu un bon nombre de fois de la bouche des gamins, mais il fallait le vivre pour pleinement le comprendre. L’avatar chutait avant même de pouvoir voir et entendre une fois virtualisé, un état de fait qui rendait la réception délicate sans préparation préalable.
L’unité Arès était cependant pleinement préparée, aussi se reçut-elle sans encombre sur un chemin tortueux du territoire de la forêt. Une fois ses sens pleinement actifs, l’officier passa rapidement en revue son équipement par simple habitude professionnelle. Son avatar était armé d’une imitation virtuelle d’une carabine polyvalente fédérale sécurisée sur sa poitrine par un harnais militaire, d’une arme de poing dans un holster accroché à sa cuisse et d’un couteau de combat fixé dans le creux de sa colonne vertébrale. Rien de bien étonnant jusqu’ici, elle avait passé sa carrière à manier ses armes après tout. Ce qui avait surpris les lyoko-guerriers la première fois qu’ils l’avaient vu sur Lyoko en revanche, fut l’accoutrement que lui avait choisi sa psyché. Pas que le fait qu’elle ne porte pas de casque soit inhabituel en soit (cela semblait standard pour les avatars de ne pas en avoir), mais là où ils s’étaient plutôt attendus à une armure lourde similaire à ce qu’elle portait dans la réalité, l’identité profonde de Joana avait préféré se refléter dans une armure de reconnaissance standard, une combinaison légère et optimisée pour la mobilité qu’ils avaient été intrigués de la voir porter. Jusqu’à ce qu’elle se déplace avec.

Bondissant littéralement en avant, le Lieutenant s’élança à une vitesse prodigieuse à travers la verdure de la forêt. Si la virtualisation ne lui avait pas donnée de pouvoir particulier, son avatar ne diminuait en rien les capacités de son corps réel. Ce fut donc avec une certaine facilité que le super-soldat survolait littéralement le terrain par bonds successifs de plusieurs mètres entre les chemins suspendus.

—L’ennemi a repéré la virtualisation, lui annonça Jérémie. Je capte des monstres sur un vecteur d’interception, quelque Krabes, rien de bien sérieux.

« Parfait, ils n’ont plus assez de puissance pour utiliser leurs propres designs. »

A la vitesse où elle allait, il ne lui fallut que quelques secondes pour avoir les crustacés en vue. Au nombre de trois, ils occupaient toute la largeur de l’unique chemin praticable vers son objectif avec la ferme intention de la forcer à se battre pour gagner son droit de passage. Cependant, leurs efforts étaient futiles. Se jetant littéralement sur le premier tronc à sa disposition dans un salto parfait, l’unité Ares se mit à bondir d’arbres en arbres dans une série d’acrobaties fluides qui la conduisirent haut dans le ciel de la forêt.
Alors qu’elle passait à 30 mètres au-dessus des monstres la tête en bas dans un moment de grâce, Joana se surprit à ressentir une pointe d’euphorie. Elle adorait utiliser son corps cybernétique au plein potentiel de sa mobilité. D’ailleurs, l’armure de reconnaissance que sa psyché avait choisie était du même modèle que celle avec laquelle elle avait dévoré les parcours d’obstacles du centre d’entrainement de son temps à l’académie, ça ne pouvait pas être une coïncidence.
Après un dernier salto, elle se posa finalement sur un autre chemin à une bonne centaine de mètres derrière les Krabes pour rebondir aussi sec vers son objectif. Elle pouvait presque entendre les gémissements d’impuissance de ses poursuivants qui tentaient tant bien que mal de faire demi-tour pour essayer de la suivre. À peine eurent-ils le temps de poser une patte dans la bonne direction qu’elle était cependant déjà loin.

—Nouveaux ennemis, l’informa alors Jérémie, huit frôlions cette fois, ils arrivent vite. Mes sondes de reconnaissances ont aussi repéré de l’activité près de l’objectif, il semblerait qu’ils essayent de gagner du temps pour masser des troupes.

De tous les monstres de XANA, les frôlions étaient probablement les plus délicats à semer pour le Lieutenant. Difficile en effet de battre les créatures volantes les plus rapides de Lyoko sur leur propre terrain, mais les compromis étant bien fait, leur inaptitude à prendre des coups était tout aussi mythique. La légende voulait même qu’Odd à court de fléchette en aurait détruit un d’une seule beigne bien placée.
Sachant cela, l’officier opta sans hésiter pour une embuscade et se plaqua dos sur un tronc avant d’agripper sa carabine. Les lois qui régnaient sur Lyoko étaient trop éloignées de la physique classique pour permettre à un simple avatar de reproduire quelque chose d’aussi spécifique, complexe et puissant qu’une arme à feu ou à accélération magnétique. Aussi devait-elle se contenter de projectiles allant « seulement » à 200m/s. Cela faisait plus fusil d’airsoft glorifié qu’autre chose si on lui demandait son avis (ça émettait même des « pew pew » en tirant), mais c’était plus que suffisant pour les engagements à courte et moyenne portée, surtout avec ses systèmes de visée pour compenser les écarts de trajectoires. Par chance, ses yeux bioniques avaient aussi été conservés par la virtualisation.

À peine eut-t-elle le temps de vérifier que la carabine était bien armée qu’elle entendait déjà les petits enfoirés fondre vers elle dans une cacophonie de bourdonnements de plus en plus aigus. Une fois qu’elle jugea qu’ils furent assez près, l’unité Arès surgit de derrière sa couverture comme un diable à ressort pour leur offrir une pleine salve de tirs automatiques. Ce qu’il y avait de bien avec la plupart des ennemis rapides, c’était que leur inertie rendait leurs trajectoires prédictibles. De cacophonie ambulante, les frôlions pris par surprise se transformèrent en un bien plus mélodieux canon de huit explosions successives. Joana avait été rarement aussi satisfaite de ses performances en balistique.
Les insectes éliminés, il ne lui fallut qu’une petite minute pour finalement apercevoir le halo rouge de son objectif. Comme on pouvait s’y attendre, la tour pare-feu était gardée de près.

—Deux mégatanks, une tarentule lui confirma Jérémie. Aucun autre ennemi sur mes écrans. C’est léger pour leur standard, il semblerait que vous ayez réussi à les prendre de vitesse.

À défaut d’avoir pu masser les unités autour de l’objectif, l’adversaire avait tenté de positionner le peu qu’il avait de la manière la plus efficace possible. Les deux mégatanks se tenaient sur les côtés, prêts à casser son élan de leur barrage circulaire pour faciliter la visée à la tarentule qui bloquait l’accès à la tour de son corps. Une tactique louable, mais très insuffisante.
La tarentule ouvrit le feu dès qu’elle fut à portée, le tir était nourri mais rien de bien inquiétant pour l’officier qui se contenta d’esquiver en jouant sur la prédictibilité de l’IA du monstre. Cependant, comme elle s’en doutait, alors qu’elle approchait, le mégatank à sa gauche commença à charger son tir tout en traquant un point situé largement devant elle.

« C’est là que ça va devenir intéressant » Pensa le Lieutenant alors que le monstre relâchait son attaque.

Elle s’apprêtait à faire ce que ses instructeurs appelaient un « arrêt dynamique ». Alors que l’espace devant-elle se transformait soudain en un mur mortel rouge vif, l’unité Ares prit appuie sur ses deux jambes et se jeta de toutes ses forces en arrière afin de tuer son inertie. Son salto amorcé, elle se recroquevilla pour réduire son moment d’inertie et accélérer sa vitesse de rotation avant de redéployer ses jambes au dernière instant pour se réceptionner presque parfaitement immobile sur le sol de la forêt, prête à bondir. Toute l’action n’avait durée qu’une fraction de seconde.
A peine la voie fut-elle de nouveau dégagée qu’elle avait déjà disparu, le second mégatank fut tellement surpris de la fulgurance avec laquelle elle était repartie que le tir qu’il lui réservait passa à plusieurs mètres derrière elle. La tarentule étant toujours impuissante à prévoir ses déplacements, il ne fallut que quelques enjambées au Lieutenant pour se rapprocher dangereusement de la tour. Maintenant assez proche pour laisser sa seule inertie l’entrainer pour le reste du trajet, Joana entama finalement une glissade en se laissant tomber délicatement à pleine vitesse sur son avant-bras gauche tandis qu’elle dégainait son arme de poing de la main droite.
Les trois balles qu’elle assena dans la tête du monstre passèrent presque inaperçues au milieu du crépitement des lasers à haute énergie en rafale. Toujours était-il que le feu ennemi cessa dans une explosion dont le doux bruit résonna à ses oreilles alors qu’elle glissait dans la tour pare-feu.

—Unité Arès en position, se contenta-t-elle d’annoncer alors qu’elle se relevait et rangeait son arme.

—Bien joué Lieutenant ! La félicita Jérémie. Je vous l’envoie immédiatement.

>> *LADY BUG* TRANSFERT…


Un petit bloc rectangulaire pas beaucoup plus gros qu’une clé USB se virtualisa alors au-dessus de la paume tendue de sa main droite.

>> *LADY BUG* READY…

L’interface transparente qui flottait devant Joana était pleine à craquer de fenêtres donnant un aperçu des procédées complexes que suivaient la tour afin de remplir sa fonction de pare-feu. Contrairement à Aelita, Joana n’avait aucun pouvoir sur ce genre de processus, cependant…

—J’insère le virus, déclara-t-elle en présentant le boitier de Lady Bug à l’interface.

A son immense satisfaction à peine l’objet commença-t-il à être absorbé à travers l’écran que des messages d’erreurs en cascade suivis de points d’exclamation rouge toujours plus nombreux envahirent l’affichage.

—Pare-feu neutralisé ! S’exclama Jérémie en commençant à taper sur son clavier. Tour ennemie vulnérable, Dan et moi commençons le piratage.

« « Affirmatif » » confirma l’IA.

Sur le territoire de la banquise, la tour gardée par le mastodonte quadripode commença à virer au vert. Dans un geste marqué d’impuissance le monstrueux gardien tourna son canon vers une racine qui dépassait de la glace au loin avant d’ouvrir le feu.

« « Flux de données vers cible diminué de 15%, mise en place de voies de déviation par les sous-programmes de Lyoko. Régénération du conduit détruit en cours, temps estimé avant la fin des réparations : 3 minutes. Risque pour la mission : nulle. » »

Le territoire de la banquise n’eut même pas le temps faire repousser complétement sa racine détruite que le contrôle de la tour avait déjà changé de main. Désormais complétement inutile, celui qui avait pourtant vaincu Lima-1 fut poussé au suicide par ses maîtres, scellant ainsi la victoire de ceux qu’il avait défaits. Au milieu des diverses autocongratulations qui ne manquèrent pas de se faire retentissantes devant cette nouvelle victoire, Jérémie s’accorda quelques instants pour analyser leur situation :
Ils étaient victorieux, certes, mais Ares Contingency était une carte qu’ils ne pouvaient utiliser qu’une fois. Il ne faudrait probablement que quelques jours à l’ennemi pour développer un anti-virus efficace contre Lady Bug. Ils n’auraient alors probablement d’autre choix que d’affronter directement ce nouveau monstre à la prochaine attaque, voire peut-être même une force encore plus importante. Le fait est qu’il doutait que l’ennemi laisse la moindre chance à Aelita d’entrer intact dans la tour.

«Parfait ! » Pensa le génie en programmant le retour vers le passé.

Il ne pouvait honnêtement pas penser à meilleur situation pour eux.


____________________________________



Gymnase de Kadic, mardi tard le soir (quatrième semaine).



À pas de loup, Ulrich traversa le vestiaire plongé dans l’obscurité. Il y avait bien longtemps qu’il n’avait pas dû s’abaisser à espionner Yumi, mais les circonstances étaient exceptionnelles. Plus tôt pendant l’après-midi, il avait surpris Odd en pleine conversation avec Hiroki. Et bien qu’il n’ait pu avoir qu’une partie de la discussion, ce qu’il avait entendu était on ne peut plus clair :
Yumi avait un rendez-vous avec Odd au gymnase ce soir, et ils avaient tout fait pour le mettre à l’écart de leur petite escapade nocturne.
De son avis c’était complétement surréaliste, mais toujours était-il qu’il se sentait blessé rien que d’envisager une telle possibilité. Il devait savoir, son esprit ne serait pas tranquille tant qu’il ne saurait pas. Aussi avait-il décidé de discrètement se glisser dans le gymnase par la chaufferie à l’heure du supposé rendez-vous pour voir de quoi il retournait vraiment.
Une première inspection rapide de la porte qui menait au gymnase lui indiqua que la grande salle était plongée dans le noir. Pas la moindre raie de lumière ne filtrait ni de la serrure ni du dessous de celle-ci, un fait rendu encore plus évident par la vision nocturne de ses lentilles augmentées. Par ailleurs, les lieux étaient incroyablement calme, par un bruit ne trahissait de présence autre que la sienne. Était-ce finalement une fausse alerte ? Il l’espérait…
Désirant être absolument sûr, il colla son œil contre la serrure avant de demander à son PTS de scanner le spectre thermique. Rien, le capteur avancé ne détectait aucun être vivant dans son champ de vision. Un peu plus sûr de lui il entreprit pousser doucement la porte tout en continuant d’observer attentivement son environnement. Toujours rien, le terrain de basket était vide.
Maintenant confiant il fit un pas dans la salle pour définitivement mettre fin à ses soupçons. Mais alors qu’il quittait l’encadrure de la porte celle-ci se claqua brutalement dans son dos pour révéler une Yumi à l’air furax et au regard accusateur dont la vision désarçonna Ulrich pendant quelques instants.

—Alors, on n’est pas avec William ? Lui demanda-t-elle d’un ton acide.

—Quoi ?!

—Fait pas l’innocent !

Ils étaient tous deux tellement pris dans cet échange incongru qu’ils ne se virent pas qu’une troisième personne venait de les rejoindre dans le gymnase par la porte d’entrée. Ce fut seulement quand les lumières de la salle s’allumèrent qu’ils se rendirent compte qu’ils n’étaient plus seuls.

—Dirait bien qu’en voilà deux à qui les cours d’art martiaux manquent ! Leur lança Jim un sourire amusé jusqu’aux oreilles.

Tous deux estomaqués, ses interlocuteurs le regardèrent sans savoir quoi répondre.

—Vous tombez bien. Y’se trouve que j’ai une leçon toute prête sous la main justement : Comment se connaitre soit et son adversaire. Tiens Ulrich, c’est pour toi sacré veinard !

Et sur ces mots le prof de sport envoya quelque chose à travers la salle droit sur lui. C’est seulement après avoir rattrapé l’objet qu’il se rendit compte de ce que c’était : Un émetteur-récepteur crypté déguisé en talkie-walkie, le même modèle que celui qu’ils avaient confié à Sissi pour les avertir de quoi que ce soit de louche. Il s’apprêtait à questionner Jim mais ce dernier avait déjà un pied dans la sortie tandis qu’il se marrait comme une baleine.

—Oh boy! Didn’t expect those two greenhorn would both fell for it! Man, what a treat!

Ils s’étaient de nouveau seuls. Visiblement très embarrassée, Yumi s’était mise à bégayer quelque chose d’inintelligible à propos d’un truc entre lui et William et d’une conversation entre Odd et ce dernier. C’était certainement pas elle qui allait l’aider à comprendre ce qui se passait…
C’est là qu’on appela.

<\ COM REQUEST : [FN.SO.L-1.01283-94321-KQ.PO3-DUNBAR]

>>RECEIVER : [FN.SO.L-1. 95984-78393-TG.PO3-ISHIYAMA]
>>RECEIVER : [FN.SO.L-1. 83920-91083-GT.PO3-STERN]


<\\> FN.SO.L-1.01283-94321-KQ.PO3-DUNBAR <<Honnêtement vous me surprenez, ce plan était juste un essai pour vous faire réagir, il n’était même pas censé marcher. Mais bon, puisque vous êtes ici, je suppose que le plan A fera l’affaire… >>>

—William ? Demanda Ulrich. Quel plan ? Pour quoi faire ?

<\\> FN.SO.L-1.01283-94321-KQ.PO3-DUNBAR <<Toujours dans le déni, hein ? >>>

C’est à ce moment que le récepteur que Jim lui avait donné se mit à réagir.

« « Qu’est-ce que t’attends Ulrich ? Embrasse-là ! Elle est dingue de toi, elle n’attend que ça ! » » C’était la voix d’Hiroki.

Yumi déjà bien embarrassée ne put s’empêcher de rougir encore plus en entendant ces mots.

<\\> FN.SO.L-1.01283-94321-KQ.PO3-DUNBAR <<C’est comme le dit le gamin Stern ! >>>

Un silence lourd s’abattit sur le gymnase, ils avaient tous deux compris de quoi il retournait et étaient maintenant paralysés à l’idée de faire le moindre faux pas de plus. S’en était au point qu’ils évitaient même se regarder.
Ils purent sentir William soupirer à travers la COM.

<\\> FN.SO.L-1.01283-94321-KQ.PO3-DUNBAR <<C’est donc tabou à ce point ? Et dire que vous avez failli échanger un baiser torride sur Lyoko pendant le collège, c’est rageant… >>>

Cette déclaration eut l’effet d’un électrochoc.

—uh ?! S’exclama Ulrich

Même la fédération avait dû se contenter du point de vue de Jérémie, comment...

<\\> FN.SO.L-1.01283-94321-KQ.PO3-DUNBAR <<Et oui ! J’ai tout vu ! Ou plutôt XANA m’a montré. Vous l’aviez rendu complétement fou à lier avec vos histoires, vous savez. «Pas logique, ce n’est pas logique !». Il espérait que je puisse comprendre, mais j’avais pas la moindre idée. Aucun de nous deux n’aurez pu deviner… >>>

En parallèle de la conversation avec William, une vidéo s’afficha sur leurs interfaces. Ulrich et Yumi reconnurent tout deux le parc un certain jour de la rentrée. Ils connaissaient cette scène, ce qui était nouveau par contre était l’analyseur psychophysiologique du FIS.

« « …On est ensemble, et puis, on est plus ensemble, et puis, t’es jaloux, et puis c’est mon tour, alors franchement, moi je préfère que ce soit clair et net. On est copains et puis c’est tout. » »

>>ANALYSE RESULT: "Subject Yumi Ishiyama is probably lying (83% chance)"
>>TRANSFR :"Le sujet Yumi Ishiyama ment probablement (83% de chance)"


<\\> FN.SO.L-1.01283-94321-KQ.PO3-DUNBAR <<J’ai jamais eu la moindre chance, pas vrais ?>>>

« « C’était donc ça… » Ulrich comprenait tout à présent, la réponse lui était venue depuis un certain temps déjà mais il avait toujours refusé de la voir en face.

Fort de sa redécouverte, il regarda Yumi droit dans les yeux. Sentant qu’elle ne pourrait y échapper, la Japonaise se rendit finalement en lui retournant son regard accompagné d’un sourire gêné qui laissait paraître sa culpabilité.
Il lui prit les deux mains.

—Tu aurais pu simplement me le dire tu sais ?

Elle était pardonnée.


______________________________________________



Dans sa chambre, William exultait. Un plan qui se déroule mieux que prévu était un événement à fêter, surtout par les temps qui courraient. Après avoir averti Hiroki et Odd de leur réussite et invité ce dernier à le rejoindre dans le bunker pour prendre un verre avec Jim, le faux Roméo se mit à siffloter le Libiamo ne' lieti calici de La traviata tout en marchant d’un pas léger.



À suivre dans le chapitre 10 : Opération First Strike.

"De harvest à la quatrième dimension de l'espace en passant par Vanaheimr"

_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png


Dernière édition par Robin2553 le Jeu 16 Mar 2017 14:46; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 4 sur 5
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.5328s (PHP: 55% - SQL: 45%) - Requêtes SQL effectuées : 25