CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
[Créations] Code Lyoko : Un live ce samedi !
[Code Lyoko] Nouveau dossier : Serial ...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu 201...
 
 Derniers topics  
Position de la salle des machines
Symétrie lyokoïque.
Quelle est votre OST favorite ?
[Fanfic] Mémoire Fantôme [Terminée]
[Jeu PC Multijoueurs] Lyoko Conqueror...
Votre tome des Code Lyokô Chronicles ...
[Fanfic] Numéro 3 ~ Ruth
[Jeu PC] IFSCL 3.4.2 - Sortie!
[Jeu VN] Travail d'équipe - 1er Anniv...
Votre avis sur Tyron ?
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Du sang sur la neige [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 3 sur 5

Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Zéphyr MessagePosté le: Mer 16 Juil 2014 15:11   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1021
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Comme je te l'ai sûrement déjà dit, je suis pas passé pour le chapitre 5 puisque mon avis rejoignait globalement celui des autres. En plus, Ikorih a déjà bien déblayé le chapitre ici. On va donc essayer de broder autant que possible Mr. Green.

Niveau scénario, on commence avec Mathilda et Seth. D'abord, très beau raccourci, fallait y penser. Ça te permet en effet d'éviter certaines phases comme celles évoquées par Belgarel. Néanmoins, je ne suis pas d'accord avec Ikorih sur ce point :

Citation:
t'a permis d'esquiver nombre de désagréments et en plus, de façon crédible. N'en déplaise à Belgarel qui aurait adoré en lire plus.

Si le procédé t'as permis d'éviter les explications de chaque mot/expression, je ne pense pas que Seth en sache pour autant ce qu'est l'amour et autres notions que Mathilda ne sait pas appréhender elle-même. Je pense qu'ils vont avoir quelques séances de discussion sur ces questions. Peut-être même répondront-ils à ce genre de questions ensemble. Personnellement, j'imagine bien une question sur la violence/guerre/destruction arriver et sur le pourquoi les hommes usent des ces pratiques. Un beau nœud cérébral Mr. Green. Bref, j'espère quand même que cette évo... amélioration subite de Seth ne va pas couper court à l'éducation que Mathilda est censé lui prodigué (sinon ils vont se faire chier dans le monde virtuel).

Après, je suis assez d'accord avec Belgarel sur la véritable raison du choix de Mathilda pour cette tâche (t'as vu Belga, j'ai mis un accent circonflexe *paf*). L'éducation n'est qu'un prétexte. Si Seth peut assimiler les connaissances de quelqu'un aussi facilement, il aurait suffit pour cela de confier ce boulot à n'importe qui d'autre. Malgré tout, je pense que le fait d'avoir sélectionné Mathilda s'explique simplement par eux raisons : sa jeunesse et son manque relatif d'informations.
Le premier point permet à Seth, en assimilant les connaissances de la jeune fille, de rester dans son état d'esprit. Aussi intelligente soit-elle, il n'en reste pas moins que sa jeunesse fait d'elle quelqu'un de plus innocent et naïf que la moyenne. En éduquant Seth, les chances pour que ces traits se transmettent à lui sont fortes. Et qui dit innocent et naïf dit plus facilement manipulable et utilisable... Peut-être est-ce là la finalité du rôle de Mathilda : être le bras armé de la future exploitation de Seth.
Le deuxième point permet à Seth de ne pas trop en savoir sur lui et sur ce qu'on compte faire de lui surtout. Enfin, vu qu'il a fait le tri en pompant les connaissances, on peut penser que le choix de Mathilda n'était qu'une mesure de précaution. Parce que si Seth découvrait la vérité, qu'est-ce qui l'empêcherait de se libérer de ses chaînes, à l'instar du mythique Mewtwo ? Et vu son petit nom, pas sûr qu'il soit un gentil Kankrelat Mr. Green.
Il y a également une autre hypothèse que l'on peut émettre sur le sujet : utiliser quelqu'un qui n'est pas encore arrivé à maturité psychologiquement comme Mathilda permet aussi d'aider à une manipulation de Seth. En s'imprégnant de l'état d'esprit de son instructrice, à peine arrivée à l'adolescence, qu'est-ce qui empêchera les scientifiques de profiter de cela pour briser ses certitudes et les remplacer par de nouvelles, et ce par n'importe quel moyen ?
En somme, on se pose des questions là-dessus, et c'est cool, parce qu'on ne sait pas vraiment où cette histoire va aller. Je dois également avouer que les séquences Seth/Mathilda sont celles qui éveillent le plus mon intérêt par rapport à l'histoire.

Et maintenant la sœur de Seth, que le cliffhanger final nous révèle comme étant une connaissance de Mathilda. Instantanément, il pourrait nous venir à l'esprit le fait que ce soit Anthéa, puisqu'étant la seule fille que connaisse Mathilda si mes souvenirs sont bons. Mais le côté cliffhanger m'amène à douter de ce point. Ce serait beaucoup trop évident. Je pense plutôt que tu souhaites nous diriger vers une impasse. Après, c'est vrai qu'il n'y a pas 36 solutions, du coup j'ai pas de second choix à proposer, mais pourquoi pas un nouveau protagoniste ? Enfin, à voir quoi.

Puisqu'on est sur Anthéa, je vais faire vite pour son cas. Bon, Lyokô est bien le monde virtuel découvert, sans trop de surprise o/. Ensuite, je me demande vraiment comment tu comptes t'y prendre pour lui faire trouver un moyen d'infiltrer le monde virtuel. Parce que techniquement, avec le SC qui le génère éteint, on ne peut techniquement pas y pénétrer. En plus de ça, au vu du contexte temporel (2001), on peut penser que la mère d'Aelita va se louper, la machine n'étant rallumée que 3 ans plus tard. J'ai tendance à penser que cela va aboutir sur un échec (j'espère seulement que tu nous feras pas un truc à rallonge comme le chapitre éponyme d'Abysses Rolling Eyes). Par contre, je trouve le Docteur complètement con. Promettre un châtiment sur Anthéa me paraît bête, parce que s'il l'amoche trop, il prend le risque de se priver d'un très bon élément de son équipe scientifique. Par contre, s'il promet de se défouler sur Mathilda en cas d'incompétence, ça peut changer beaucoup de choses...
Bref, en ce qui concerne Lyokô, je ne pense pas qu'on aura droit à des séquences là-bas. Du moins, si tu as décidé de prendre en compte l'existence du DA.

On termine sur Serpent et sa compagnie. J'avoue que le personnage en lui-même n'attise pas ma curiosité plus que ça. Je ne déteste pas son côté calculateur, mais en contre-partie, je trouve qu'il est trop parfait, dans le sens où il n'a jamais vraiment échoué ou subi de fail. Surtout lorsqu'on apprend dans ce chapitre qu'il avait tout prévu depuis le(s) coup(s) du fouet.
À mes yeux, montrer qu'un personnage n'est pas infaillible est important (à titre d'exemple, dans ma propre fic, j'ai fait en sorte que Patrick perde contre Ulrich). Ça permet au lecteur de mieux les apprécier, voire de s'y identifier (enfin, je doute que quelqu'un s'identifie à Serpent dans le coin Mr. Green), mais surtout, de montrer que le personnage reste un être humain (peut-être pour ça que j'ai trouvé les tomes 6 et 7 d'Artemis Fowl aussi cool). Du coup, j'ai un peu peur que Serpent nous la joue mastermind durant la Death Battle et que cela renforce cette image de personnage implacable. Enfin, je me trompe peut-être.
J'ai apprécié que tu uses du point de vue de Renarde, ça donne un peu de diversité. La haine du sexe opposé dont elle fait preuve me semble tout à fait cohérente avec son passé. Et puis, la manière que tu as eu de jouer avec la tension durant la narration était assez sympa. Donner l'impression qu'elle maîtrise la situation pour au final aboutir sur un échec était bien joué, même si ça s'est joué au profit de Serpent. Pour ce qui est de la torture, la psychologique était assez sordide, ce qui m'a rappelé quelque peu le prologue (déjections humaines, toussa). La torture physique n'est pas trop mon trip, mais étrangement, j'ai trouvé qu'un ligne de description de sa souffrance n'aurait pas été superflue, peut-être même un parallèle avec son passé pour renforcer l'horreur. Enfin, je préfère la brièveté dans ce type de scène, ça empêche le lecteur de trop s'ennuyer et de lui laisser le temps d'entrer dans une phase d'indifférence.

J'imagine que le prochain chapitre s'éloignera un peu de Serpent pour se centrer sur Anthéa et Mathilda. On retrouvera probablement la petite troupe pour la Death Battle.

Petit relevé des fautes au passage :

Spoiler


*S'en va promptement sur ce commentaire désordonné supplémentaire*
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Tyker MessagePosté le: Mer 16 Juil 2014 17:43   Sujet du message: Répondre en citant  
Tyker Modérateur


Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 230
Localisation: Arkham Asylum
Bon allez, je me lance dans une longueeee réponse à tout les commentaires reçu. Ceux du chapitre 5 compris.

Commençons d'ailleurs par celui-ci.

Ikorih:

Si tu veux mon avis, Oddye devrait plus craindre pour ses jambes que pour son personnel Mr. Green. Le raccourcissement d'une naine n'est pas prévu dans la fic, mais la prochaine fois que je la croise (smirk).

Citation:
Et en parlant d’hypothèse, les quelques trolls efficaces lâchés par Serpent ne font que renforcer celle qui dit qu’il est minimum à 50% toi.


Je démens totalement cette hypothèse, à la place de Serpent je n'aurais jamais laissé un hôpital me retenir. Faut pas abuser non plus Mr. Green.

Citation:
N’empêche, la dernière phrase de la scène au réfectoire fait très seigneur Sith. Trop, presque. En plus les siths ont des sabres laser rouges (les plus jolis quoi Mr. Green). Rouge => Communisme => Russie => Dragunov. Tout est lié.


Tyker sent l'influence d'Icer traîner dans les parages.

Citation:
Tiens par contre, je me rend compte d'un truc. Au début, Seth demande à Mathilda ce qu'elle est, ce qui signifie qu'il ne met pas de mot sur elle. Elle ne répond pas à sa question puisqu'elle lui en pose une autre cash (donc il reste dans son état de ne pas savoir à quoi il parle). S'ensuit le petit blabla et ensuite la définition du mot "mère" donnée par Mathilda : femme + aimer (soit passer du temps avec). Si Seth lui demande ensuite si elle est sa mère, il en a déduit qu'elle correspondait aux deux éléments de la définition (autrement il lui aurait sorti "donc tu m'aimes?" ce qui aurait aussi entraîné une situation cocasse mais passons). D'où il a sorti que Mathilda = individu de sexe féminin? (a)


Allons allons, Seth ne sait même pas ce qu'est le sexe féminin (a).


Ellana:


Citation:
Le passage est court mais intéressant. Déjà, je n'imaginais pas Seth aussi doux et curieux (j'ai été influencée par l'image de Mewtoo je crois). Il a l'air assez attachant, fragile. Malgré sa description, on arrive plus à le voir comme un enfant que comme une éventuelle menace (mais j'arrive pas à me défaire du sentiment que ça va sans doute changer...).
On ne peut que se demander qui est sa fameuse soeur ! Etrange que Mathilda, qui a pourtant l'air de bien connaître le centre et ce qu'on y fait, n'ait pas la moindre idée sur la question...


Oh, crois moi, la réponse est presque trop évidente pour qu'on la voit (de mon point de vue Mr. Green)

Belgarel:

Citation:
La scène est définitivement trop courte, aussi.


Je ne vais quand même pas tout gâcher en un seul chapitre que Diable Mr. Green!

Au niveau de l'humour... Mis à part l'humour noir, c'est pas ma tasse de thé hélas, mais je vais tenter de faire des efforts.

Citation:
Pour Ikorih, ta remarque n'est pas valide. Seth semble avoir quelques données de base, ne serait-ce que sur la grammaire et une sorte de vocabulaire. Il sait également qu'il n'est pas lui-même humain. Bref, il y a une part de science précédant l'expérience, c'est-à-dire pré-programmée.
Cette particularité rend le personnage particulièrement difficile à manier. Bonne chance pour ce casse-tête, pello.


Mais où est-ce que tu es aller chercher ça? Oo
Seth ne sait pas du tout ce qu'est un humain, il n'y a aucune part de sciences en lui, simplement ce que lui a apprit sa soeur.

Citation:
Bon, pour Serpent, depuis cette histoire d'infirmière, il est évident que c'est un self-insert et je t'attends aux prochaines élections. Mr. Green D'ailleurs, tu as déjà commencé, çà mots couverts, par lancer une propagande contre tes futures contestataires de sexe féminin. Tu dirigeras les William avec une machette de fer.


N'importe quoi Mr. Green, ne confond pas la GDF et la section fanfic stp. Ca n'a rien à voir.

Citation:
En tous cas, une chose est sûre : Dragunov se fait mener par le bout du nez, on dirait un vrai gosse ! Voilà où ça mène, d'être fasciné par le morbide et les tueurs dérangés.


Je trouve ça facile pour toi qui connait les détails que Dragunov ignore, je doute franchement que qui que ce soit puisse anticiper ce que Serpent peut faire. Met toi un peu à sa place, Dragunov ignore bien trop de détails.

Citation:
Par contre, ça ne choque personne, cette histoire de pseudo-Battle Royale ? Autant les mômes sont pas vraiment libres, autant les adultes sont franchement barrés pour marcher dans ce genre de plan. Tu m'as sorti que le Docteur était pas fan des morts inutiles : il faudrait songer à l'informer que les chasseurs alpins s'entraînent au laser tag, et que ça marche très bien – quitte à éliminer les faibles en fin de game, ça vaut toujours mieux que de demander aux hommes de s'entre-tuer à la première opportunité ! Ou pire, de chasser en bande un groupe de marmots.


Hep hep hep, ne juge pas sans savoir ce qui va se produire hein Wink


Bien on peut passer au chapitre 6

Ikorih:

Citation:
franchement, mais comment fait ce gosse pour ne pas se suicider?


Il n'y pense pas tout simplement, le traitement psychologique que lui inflige Serpent sera précisé plus tard.

Citation:
Le pire est peut-être que t'as pas dû avoir besoin de chercher pour trouver ça x_x. C'est pas juuste.


Non non, en faites moi j'ai plutôt l'embarras du choix Mr. Green.

Zéphyr:

Alors avant toute chose, je salue tes hypothèses mûrement réfléchie sur certains points. Même si tu es encore loin de la vérité, tu es celui qui s'en rapproche le plus.

Citation:
Et maintenant la sœur de Seth, que le cliffhanger final nous révèle comme étant une connaissance de Mathilda. Instantanément, il pourrait nous venir à l'esprit le fait que ce soit Anthéa, puisqu'étant la seule fille que connaisse Mathilda si mes souvenirs sont bons. Mais le côté cliffhanger m'amène à douter de ce point. Ce serait beaucoup trop évident. Je pense plutôt que tu souhaites nous diriger vers une impasse. Après, c'est vrai qu'il n'y a pas 36 solutions, du coup j'ai pas de second choix à proposer, mais pourquoi pas un nouveau protagoniste ? Enfin, à voir quoi.


La soeur de Seth est en effet l'un des plus gros mystères, Et malheureusement:
Spoiler


Tout ce que je peux dire c'est que comme je l'ai dit plus haut, Seth ne sait pas ce qu'est le sexe féminin Mr. Green. Alors pourquoi l'avoir appellé "soeur" me diriez-vous? Je répondrais par:

Spoiler



Citation:
Puisqu'on est sur Anthéa, je vais faire vite pour son cas. Bon, Lyokô est bien le monde virtuel découvert, sans trop de surprise o/. Ensuite, je me demande vraiment comment tu comptes t'y prendre pour lui faire trouver un moyen d'infiltrer le monde virtuel. Parce que techniquement, avec le SC qui le génère éteint, on ne peut techniquement pas y pénétrer. En plus de ça, au vu du contexte temporel (2001), on peut penser que la mère d'Aelita va se louper, la machine n'étant rallumée que 3 ans plus tard. J'ai tendance à penser que cela va aboutir sur un échec (j'espère seulement que tu nous feras pas un truc à rallonge comme le chapitre éponyme d'Abysses Rolling Eyes). Par contre, je trouve le Docteur complètement con. Promettre un châtiment sur Anthéa me paraît bête, parce que s'il l'amoche trop, il prend le risque de se priver d'un très bon élément de son équipe scientifique. Par contre, s'il promet de se défouler sur Mathilda en cas d'incompétence, ça peut changer beaucoup de choses...
Bref, en ce qui concerne Lyokô, je ne pense pas qu'on aura droit à des séquences là-bas. Du moins, si tu as décidé de prendre en compte l'existence du DA.


Je vais commencer par le Docteur, comme tu le fais remarquer, sa menace est dénuée de sens. Et en effet, il peut paraître sacrément con sur le coup. Notre cher bon scientifique est pour le moment sur le banc de touche en train d'agoniser. Sa maladie ainsi que sa fâcheuse tendance à voir le contrôle de la situation lui échapper sans qu'il puisse rien faire personnellement ont tendances à le mettre hors de lui. Et une personne en colère commet des erreurs. On pourrait tout aussi bien dire qu'il devient sénile Mr. Green.

Le SC maintenant, en effet, Anthéa n'est pas sortit de l'auberge. Et sa tâche s'annonce bien compliquer. Maintenant, réussira? Réussira pas? Ca reste à voir, mais c'est mal partit Mr. Green.

Citation:
On termine sur Serpent et sa compagnie. J'avoue que le personnage en lui-même n'attise pas ma curiosité plus que ça. Je ne déteste pas son côté calculateur, mais en contre-partie, je trouve qu'il est trop parfait, dans le sens où il n'a jamais vraiment échoué ou subi de fail. Surtout lorsqu'on apprend dans ce chapitre qu'il avait tout prévu depuis le(s) coup(s) du fouet.


Attention, Serpent n'a pas mis tout son plan en place lorsqu'il a prit les coups de fouets Exclamation

Il a évidement protégé Chaton dans le but de ne pas être éliminé de la Death Battle. En revanche, il a commis la bêtise de se laisser envahir par sa colère en fonçant sur Dragunov qui l'a mis K.O..

Lorsequ'il s'est réveillé, il ignorait totalement comment il allait faire pour regagner l'estime de son chef. L'infirmière a simplement eu la mauvaise idée de lui raconter qu'il le connaissait, et qu'il la détestait elle et son petit ami. Il a alors vu une occasion en or, et il l'a saisi.

Bon, je vois d'ici Belgarel débarquer en disant: "Dragunov se fait mener en bateau comme un idiot ect..."

Ceci est tout à fait prévu. Mais une précision s'imposait pour éclairer la lanterne Wink

Voilà, c'est terminé. Et comme je ne trouve pas de conclusion, je vais dire une phrase aussi poétique que française:

Fuck conclusions

_________________

http://img15.hostingpics.net/pics/783022EF1966E6CFA896342625C364D045752E089F20F257FDB49AFCpimgpshfullsizedistr.png


"Introduce a little anarchy. Upset the established order and everything becomes... CHAOS"

-The Joker-
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ellana MessagePosté le: Lun 08 Sep 2014 21:34   Sujet du message: Répondre en citant  
X.A.N.Alloween 2013 (T)


Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 240
Localisation: Al-Jeit.
Alors alors… Quand j’ai vu que je n’avais manqué qu’un chapitre, je me suis dit que j’allais commencer par là ^^

Bon, on va dire que j’ai un peu moins aimé que les autres, sans doute parce que je n’avais plus très bien l’histoire en tête ^^ J’ai trouvé étrange le passage du début, je ne pensais pas qu’Anthéa avait si peur de son boss et qu’il la traitait si mal.

Citation:
Il y a également peu de chances pour qu'il eut été faire un tour près des chambres des autres unités, il n'aurait probablement pas été bien accueilli si on l'avait attrapé

Le début de la phrase a un problème avec la concordance de temps => « il y avait peut de chance pour qu’il ait été faire un tour… » sonne mieux

Citation:
Une fois arrivée devant la porte, elle colla son oreille contre le bois froid dont elle était composé (la porte, hein?).

Ça fait vraiment bizarre les petits commentaires entre parenthèses. ^^ Pour que la phrase soit davantage compréhensive, sans ledit commentaire, tu peux t’arrêter à « bois froid ».

Citation:
Un peu rassurée par l'arme qu'elle tenait en main, la jeune fille poussa doucement la porte des W.C..

Le « un peu » est très bienvenu : étant donné ce qu’elle décrit avant sur les gardes de nuit et autres joyeusetés sur lesquelles elle pourrait tomber, un couteau ne devrait pas être si rassurant que ça. Elle risque quand même de prendre cher si on la trouve ! ^^

Citation:
les garçons se doucheraient avant les filles., ces dernières étant un peu lentes à sortir des cabines.

Tsss cliché XD

Citation:
unerangée de trois cabines de W.C. en bon état était bien alignée.
Alors à vérifier, mais il me semble qu’une rangée est forcément alignée. Par conséquent, dans cette phrase, ce seraient plutôt les trois cabines de WC. Ça change donc la conjugaison du verbe et l’accord du participe passé. Mais ça rend la phrase bizarre, je le conçois ^^

Citation:
Elle était si agacé

Agaçée


Citation:
Pourquoi tu ne me les a pas transmis

As

Hum Serpent m’a un peu déçue dans cet extrait : ses répliques sont moins subtiles, il est plus exposé à l’état brut. Je l’ai trouvé un peu moins bien travaillé que dans les passages précédents.

Citation:
Dit moi

Dis

Bon et puis, te traiter de sadique te ferait trop plaisir, alors je te dis simplement que c’est euh… génial de nous laisser sur notre faim comme ça…
SADIQUE ! Razz
Je suis impatiente de voir le Death Battle. Quant à la soeur de Seth, je rejoins Zéphyr sur le fait qu'à ma connaissance, Mathilda ne connait personne d'autre que sa mère en femmes... Wait and see quoi.

En tout cas, tu as fait de gros efforts sur l'orthographe et c'est toujours agréable à lire, même si je commence à avoir vraiment du mal avec les tortures mises en place par Serpent, tortures qui n'en sont certainement qu'à 1%...

_________________

http://nsa33.casimages.com/img/2013/10/29/131029122057306801.png

Ma belle, douce lune sous un chant blanc d'étoiles, / Astre fatigué, vagabonde hors-la-loi / Toute pâle dans l'oeil noir de loups qui aboient, / Hisse les rêves, aux nuits où tu es seule voile. ♥
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Tyker MessagePosté le: Sam 13 Sep 2014 22:34   Sujet du message: Répondre en citant  
Tyker Modérateur


Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 230
Localisation: Arkham Asylum
Chapitre 7 : Coup d'envoi


26 mars 2001, 01h00

Pendant près de cinq secondes, Mathilda regarda son protégé avec des yeux ahuris. Elle avait un peu de mal à croire ce qu'il lui disait.

-Attends une seconde, marmonna la jeune fille en reprenant ses esprits, tu dis que je la connais ?
-Oui, répondit Seth qui ne comprenait pas pourquoi elle demandait confirmation.
-Et... qui est-ce ?
Le mutant haussa les épaules.
-Je ne sais pas.
-Comment ça ?

Mathilda sentait ses nerfs chauffer à nouveau, elle commençait à en avoir assez de cette discussion de fou. Elle se demandait si au final, il n'aurait pas mieux valu refuser cette fichue mission.

-Tu ne peux pas ne pas la connaître, reprit-elle d'une voix qui trahissait son calme forcé, tu m'as dit toi-même qu'elle t'avait appris à parler.
-C'est vrai, admit le mutant, mais je ne l'ai jamais rencontrée. J'ai simplement entendu sa voix dans ma tête.
-Mais enfin, ça n'a aucun sens, s'exclama la jeune fille en agitant les bras, comment peux-tu la considérer comme ta sœur dans ce cas ?
-Oh, et bien, c'est elle qui m'a dit qu'elle était ma sœur.

Mathilda enfouit sa tête dans ses mains, mais qu'est-ce que ça voulait dire ? Qui était cette gonzesse qui prétendait être la sœur d'une créature qui n'était même pas humaine ? Cette histoire devenait de plus en plus saugrenue, elle devait arrêter de chasser les ombres. De toute façon, ce n'était même pas son rôle. Elle ne devait pas se préoccuper de ça, néanmoins, elle se promit d'en toucher quelques mots à Tanner dès son retour. D'ailleurs, elle remarqua que celui-ci n'avait plus donné signe de vie depuis qu'elle avait commencé sa conversation avec Seth. Elle se remémora ce qu'il avait dit : « Tu es priée de nous faire un rapport tous les jours ». La belle affaire, avant de faire un rapport, il faudrait d'abord un destinataire. Mais il n'y avait personne d'autre à part eux ici, et cela commençait à l'inquiéter un peu. Elle se demandait si on était toujours en train de les observer.

-Je t'ai vexée ? Demanda Seth un peu soucieux de son silence.
-Quoi ? S'écria-t-elle en sortant brutalement de ses rêveries. Heu... non, bien sûr que non. J'étais dans la Lune.
Le mutant jeta quelques coups d’œil autour de lui.
-Ah, et où est la Lune ? Demanda-t-il sans comprendre.
-Heu...Ben..., bredouilla la jeune fille tout en cherchant un moyen de lui faire comprendre, lorsque quelqu'un te dit qu'il est dans la Lune, cela veut dire qu'il est distrait.
-Oh je vois, c'est une métaphore ?
-C'est ça. Acquiesça-t-elle soulagée qu'il sache déjà ce mot.
-Et pourquoi t'es-tu servie d'une métaphore ?
-Je te demande pardon ?
-Pourquoi m'avoir dit que tu étais dans la Lune plutôt que de me dire simplement que tu étais distraite ?

Mathilda se gratta la tête, elle avait l'impression qu'on lui faisait une blague beaucoup trop longue à son goût. Seth avait vraiment l'art de lui poser des colles.

-Et bien..., commença-t-elle pas très sûr d'elle-même, je ne sais pas trop. Tout le monde fait des expressions, c'est humain d'en faire.

Le mutant fronça les sourcils, et cela ne plut pas du tout à la jeune fille qui se demandait quelle serait le nouveau casse-tête auquel elle aurait droit cette fois. Mais à sa grande surprise, son interlocuteur semblait hésiter, comme s'il avait peur de poser sa question. Quelques parts, la perspective d'échapper à une nouvelle migraine l'enchantait. Malheureusement, elle savait que c'était son rôle de l'encourager à s'exprimer. Après tout, elle était sa « mère ».

-Tu veux me demander quelque chose ? Dit-elle d'une voix qui se voulait encourageante.
Le cobaye hésita quelques secondes avant de répondre :
-Je n'ai jamais fait de métaphore.
-Ah ?
-Pourtant, toi et moi nous parlons la même langue.
-Heu..., oui en effet. Répondit la jeune fille à qui ça faisait une belle jambe.
Seth semblait perdu, il réfléchit quelques secondes, puis il demanda :
-Est-ce que je suis humain ?



26 mars 2001, 09h12

Serpent se saisit d'une lame,la soupesa, vérifia son tranchant, et effectua quelques manœuvres du poignet afin de s'assurer de son équilibre.
L'atelier de Fredmol ressemblait plus à un grenier qu'à une véritable armurerie. La pièce était étonnamment petite, et l'unité de Dragunov se bousculait sans arrêt depuis qu'ils avaient fait leur entrée. Les murs étaient couverts de longues rangées de lames de toutes les tailles et de toutes les formes. Les étagères étaient remplies d'armes à feu classées par pays d'origine.

Fredmol, quant à lui, était avachi dans son canapé au fond de la pièce avec une manette de Super NES dans les mains. C'était un homme d'une trentaine d'années qui possédait un embonpoint assez imposant, et une barbe qui avait été grossièrement taillée en bouc. Serpent comprenait maintenant pourquoi il avait été surnommé « le comique » par les employés du réfectoire. Même le sérieux de son uniforme militaire avait été réduit à néant par ses drôles de sandales et ses chaussettes blanches toutes sales. Certains auraient pu supposer que son comportement était sans doute au delà de son apparence. Ils seraient probablement les plus déçus après l'avoir vu insulter sans arrêt son écran.

-Saloperie de plombier à la con, cracha l'armurier en envoyant voler sa manette contre le mur faisant tomber une lame au passage, c'est la dernière fois que je joue à un jeu de plate-forme.
En rage, il se leva pour s'occuper de sa clientèle.
-Alors, bougonna-t-il visiblement sur les nerfs, vous avez déjà une idée de ce que vous cherchez ? Dégainant un carnet muni d'un crayon, il nota à la lettre près les indications que lui donnait Serpent. En effet, celui-ci avait déjà recueilli ces informations auprès de son équipe afin d'éviter de perdre trop de temps sur le créneau précis qui leur avait été attribué.
-Bon bah ça pas l'air d'être trop difficile tout ça, marmonna l'armurier, au niveau des lames, tu as une préférence sur la forme ?

Sur ces mots, il décrocha une longue dague de fabrication écossaise. L'allemand commença à l'examiner, tandis que le reste de l'équipe se dispersait malgré eux pour observer les rayons qui les intéressaient. Mais au moment ou Renarde allait jeter un œil aux armes à feu américaines, elle fut brutalement retenu par la manche. Un bras vint entourer fermement son cou, et une lame brillante se mit à danser devant ses yeux.
Serpent prenait un malin plaisir à tourmenter l'indienne, celle-ci ne tenta même pas de se débattre. Une peur sourde avait envahie son estomac, et ses yeux trahissaient une lueur de panique.

-Tu ne devrais pas prendre ces foutus flingues, murmura le psychopathe à son oreille, ils sont lourds et bruyants. Rien ne vaut un bon vieux couteau à l'ancienne, ça ça troue vraiment le cul.



26 mars 2001, 01h10


Mathilda se sentait coincer, Seth venait de poser la question à laquelle elle aurait pu s'attendre, mais elle ne pensait pas qu'elle viendrait en de telles circonstances, pas si vite. La jeune fille rassembla ses idées, elle ne devait surtout pas faire de gaffe sur ce sujet. Elle savait que les émotions de son élève étaient instables, si jamais elles étaient trop violentes, il pouvait faire une crise de panique. Il fallait faire preuve de prudence.

-Pourquoi tu as hésité à me poser ta question ? Demanda-t-elle intriguée par ce détail.
Ce fut au tour du mutant de se sentir coincé, il réfléchit quelques secondes avant de répondre :
-Ma sœur m'a dit que nous étions différents des humains. Elle m'a dit que nous étions plus intelligents, plus forts, meilleurs qu'eux.
La brune fronça les sourcils, qu'est-ce que ça voulait dire encore ?
-Pourtant, continua Seth, en examinant ton cerveau, je me suis rendu compte qu'elle avait tort. Ils ne sont pas aussi mauvais qu'elle le prétend, ils savent tellement de choses que j'ignore, tu sais tellement de choses que j'ignore.
Mathilda se rapprocha du cobaye, et lui prit la main. Ce geste assez tendre était le premier de sa jeune vie, un sourire vint éclairer son visage.
-Je ne sais plus si je dois la croire ou pas, avoua-t-il en baissant la tête. J'aimerais tellement être un humain, j'aimerais tellement...

Le récit de Seth eu un effet bien étrange sur son éducatrice, celle-ci éprouvait à présent un sentiment de surprise mêlé à une tristesse qu'elle ne se connaissait pas. Depuis le début de cet entretien, elle n'avait cessé de se plaindre intérieurement de l'ennui que lui procurait cette mission. Mais depuis quelques temps, la pitié ainsi que la compassion étaient venues envahir son esprit. La personne qui était en face d'elle avait été traînée de force dans ce monde pour un but qui demeurait pour l'instant un mystère. Quelques parts, ce n'était qu'un enfant qui ne faisait que chercher des réponses à sa curiosité maladive. Elle se devait de l'aider, non pas parce que c'était sa mission, mais parce que maintenant, elle avait une responsabilité envers lui.

-Mais tu es humain Seth.
La phrase était sortie toute seule, et la jeune fille la regrettait déjà, elle se maudit intérieurement. Bien sûr que la créature en face d'elle n'était pas humaine ! Il suffisait de jeter un coup d'oeil à son visage trop coloré et ses yeux dépourvus de pupilles pour en être sûr. Cependant, elle lut la joie dans son regard et décida de garder ses pensées pour elle. Il fallait seulement prendre le problème différemment.

-Tu sais, commença-t-elle d'une voix calme afin d'apaiser les émotions du mutant, être humain ça ne veut pas dire ressembler aux autres humains et savoir le plus de chose possible. Être humain cela veut dire être en mesure de faire des choix parfois cruciaux qui te permettront de devenir quelqu'un. Car ce sont ces choix qui te feront découvrir par toi-même qui tu veux être.

Jamais, au grand jamais, la fille d'Anthéa ne s'était montrée aussi poétique. Elle avait même un petit doute sur le bien-fondé de cette théorie, mais Seth semblait l'accepter avec un plaisir non dissimulé et pour le moment, c'était le plus important. En revanche, certains détails à propos, de sa sœur la chiffonnaient. Elle non plus n'était pas humaine, et pourtant, elle savait déjà beaucoup de choses contrairement au mutant. Était-elle comme lui ? Que lui voulait-elle exactement ? Beaucoup de questions importantes qui demeuraient sans réponses, trop de questions.

-Tu es encore « dans la Lune » ? Demanda son élève en l'extirpant à nouveau de ses pensées.
-Hein ? Ah excuse-moi, bredouilla Mathilda en se reprenant. Je vois que tu as compris la métaphore en tout cas.
-Oui, répondit Seth tout fier, par contre j'aurais une autre question à te poser.
-Je t'écoute.
-C'est quoi la Lune ?



26 mars 2001, 10h30

Marchant d'un pas rageur dans les couloirs du centre, Renarde était d'une humeur massacrante. Elle jeta un coup d'oeil à travers une fenêtre, c'était comme si le monde entier l'avait offensée, et les petites douleurs qui lui démangeaient le dos ne faisaient que la rendre encore plus furieuse. Lorsqu'elle était une prostituée, elle était soumise à tous ces gros porcs de mâles qui se considéraient comme étant ses « maîtres ». Au moment où sa vie avait changé, elle s'était jurée de ne plus jamais se laisser dominer par un homme.

Mais tout avait volé en éclat depuis la nuit dernière, et elle était à nouveau devenue la victime d'un être du sexe opposé. Son anus lui causait des douleurs difficilement supportables à chacun de ses pas, comme pour lui rappeler avec un malin plaisir l'humiliation qu'elle avait subie. L'indienne se retenait de toutes ses forces de ne pas s'en prendre à son chef d'unité, ce serait jouer son jeu, et elle en souffrirait encore. Elle ne doutait pas de l'intelligence et de la perversité de Serpent, et malgré son égo, elle se refusait à subir une nouvelle leçon de ce type. Une fois de plus, elle était dans l'incapacité d'agir. Elle était complètement impuissante. Ne pouvant se retenir, elle ouvrit la porte des escaliers d'un violent coup de pied, et s'y engagea, dans le but de sortir profiter de l'air frais britannique. Avec un peu de chance, cela calmerait ses démangeaisons.

En effet, après avoir été équipés à l'atelier, les membres de l'unité sont allés rendre visite à Antoine, le tatoueur du centre. C'était une procédure dont on les avait informés dès le moment où ils avaient posé le pied sur le territoire. Une étape nécessaire dans le but de prouver qu'ils appartenaient corps et âme à l'organisation, et en tant que tels, ils devaient être marqués pour être reconnus. Renarde avait haï ce moment, elle avait l'impression d'avoir été marquée au fer rouge comme une vache. Et bien qu'Antoine se soit montré extrêmement poli et bienveillant avec elle, elle n'avait que difficilement supporté le fait qu'un autre homme ait touché son corps. Elle avait maintenant un grand renard tatoué dans le dos, et elle se promit qu'un jour, elle s'en débarrasserait.

C'est alors qu'une odeur inconnue lui monta aux narines, et qu'elle entendit des pas monter. Intriguée, elle descendit prudemment tout en gardant une main près de la crosse de l'un de ses Browning 9mm. C'était la meilleure tireuse de l'équipe au pistolet, lorsqu'elle en avait au moins un avec elle, elle savait qu'elle se débrouillerait bien mieux qu'avec un couteau. C'est alors qu'elle le vit : Plutôt jeune, un peu plus grand qu'elle, des cheveux mi-brun mi-châtain, une tenue étonnamment soignée avec une chemise blanche comme neige, et un élégant jean Lewis tenu par une ceinture noir d'ébène. Mais le plus intriguant était les objets qu'il transportait. L'un d'eux, était une splendide rapière d'une couleur argentée étincelante qu'il portait attachée à sa ceinture du côté droit du corps. L'autre était un sac en plastique tout ce qu'il y avait de plus banal. Cependant, le sac n'était pas vide, il contenait un objet assez gros et qui semblait flasque de par sa forme. La jeune indienne descendit prudemment sans desserrer la mâchoire. Il avait beau ne lui avoir rien fait, il restait un homme. Et désormais, elle se refusait de baisser sa garde.

Mais le garçon ne lui accorda rien, pas même un regard. Il se contenta de poursuivre son chemin comme si de rien était. C'est au moment ou ils se croisèrent que Renarde sentit son souffle, son haleine avait une odeur peu commune : elle empestait le sang.
L'indienne resta pétrifiée, tandis que le jeune homme passa la porte du couloir. Mais la recrue ne bougea pas d'un pouce, toujours immobilisée par la terreur qu'elle avait ressentie. Ce gars-là n'avait rien d'ordinaire, il marchait d'un pas précipité, comme si quelques choses le pressait. Sa respiration était tout sauf humaine, on aurait plutôt dit qu'il s'agirait d'un loup affamé. Pendant les deux minutes qui suivirent, la jeune fille ne bougea toujours pas, paralysée par l'aura meurtrière qu'il dégageait.



27 mars 2001, 14h 42

Pour la énième fois, Anthéa observa son écran d'un regard vaincu. Elle avait encore échoué à rallumer le supercalculateur et ce malgré le délai supplémentaire accordé par le Docteur, pourtant, elle avait tout essayé. Elle avait d'abord commencé par tenter de pirater les commandes qui le géraient, mais elle s'était bien vite rendue compte qu'elles étaient liée à la machine contrairement au leur. En d'autres mots, si la machine était éteinte, tout le reste l'était également. La femme aux cheveux roses n'avait presque pas dormi depuis près de quarante heures, ses yeux brûlaient dans ses orbites.

Elle avait atteint la limite, sa limite. Elle n'avait même plus assez de force pour craindre la punition que le Docteur allait lui faire subir. On était mardi, le Death Battle était ce soir, elle avait lamentablement échoué. Épuisée, elle plongea la tête dans ses mains, et ses pensées se mirent à voguer loin du travail et des mondes virtuels. Pour une raison qui lui échappa, la jeune femme pensa à sa fille. Elle n'avait pas vu Mathilda depuis des jours, et elle ignorait complètement ce qu'elle faisait. Anthéa était un peu inquiète à son sujet, la jeune fille ne lui avait pas beaucoup parlé ces derniers mois, enfin, encore moins que d'habitude. Elle laissait libre cours à ses pensées et à sa soif d'apprendre tout ce qu'elle pouvait, elle était assez dure à maîtriser. La mère n'aimait pas tellement la façon de vivre de sa fille, elle négligeait toute forme de savoir-vivre, seules les sciences et les langues l'intéressaient. La femme aux cheveux roses se promit de passer plus de temps avec sa fille dès la fin de cette maudite mission.

-YES !!

Complètement absorbées par ses pensées, Anthéa sursauta violemment en réponse à ce cri de joie aussi puissant qu'agaçant.
La scientifique mit quelques secondes à reprendre ses esprits, avant de lancer un regard foudroyant sur Tanner qui exultait sur sa chaise comme un enfant de dix ans à qui on avait offert le dernier vélo à la mode.
L'écossais releva la tête, un sourire éblouissant s'était dessiné sur son visage.

-J'ai trouvé, susurra-t-il tout fier.
Sa collègue ouvrit des yeux ronds, d'un seul coup, toute sa fatigue, toutes ses pensées, tout s'envola.
Elle se précipita derrière son collègue, et observa son écran avec une attention non dissimulé.
L'écran du rouquin affichait une vidéo étrange, à l'intérieur de laquelle, deux pinces de métal s'approchaient d'une énorme machine de forme cylindrique. Le tout semblait éclairé par une petite lampe situé au-dessus de la caméra. Anthéa croisa le regard de son collègue, et ce dernier vit bien qu'elle ne comprenait rien.

-Je vous présente le supercalculateur que nous recherchons, annonça l'écossais.
Les yeux de la jeune femme jaillir de leurs orbites.
-Attendez une minute, qu'est-ce que vous... Comment avez-vous fait ?
Le scientifique, lui lança un regards un peu trop crâneur à son goût tout en portant sa tasse de café à ses lèvres. Puis il se mit à raconter :
-A vrai dire, j'ai eu un peu de chance. J'avais fais le tour des systèmes, et ils étaient tous éteints sauf ceux qui fonctionnait directement sur le réseau électrique (qui était pour la plupart sans importance). J'ai eu accès à l'éclairage, quelques machines de construction automobile sans intérêt, et même un monte-charge. Mais rien qui ne soit relié aux supercalculateur, mis à part ceci.

D'un geste, il désigna la vidéo de son écran. Mais Anthéa n'était pas plus avancée que cela, Tanner se vit donc contraint de continuer son récit :
-Au départ, je n'ai pas trop comprit de quoi il s'agissait. Mais lorsque j'ai vu cette belle machine, j'en ai déduit automatiquement qu'il devait s'agir de ce que nous recherchions. Malheureusement, je n'ai rien vu qui me permettait de le rallumer à partir de cette vieille caméra, mais c'était le premier pas en avant que j'avais fais depuis le début et il était hors de question que j'abandonne. C'est à ce moment que je me suis rendu compte que je pouvais manipuler ces deux petites bêtes.

L'écossais effectua quelques manipulations sur son clavier, et l'une des pinces métalliques bougea.

-Je crois qu'il doit s'agir d'une chambre de refroidissement, dit-il d'une voix sérieuse tout d'un coup, c'est probablement pour le cas où le supercalculateur se mette à surchauffer. C'est un peu comme un ventilo pour refroidir les circuits des ordinateurs. On devrait penser à en faire une nous aussi plutôt que de garder la salle à très basse température. Ces pinces sont probablement là pour remplacer les parties endommagés au cas où le faire à la main serait trop dangereux pour le corps humain.
-Je vois, répondit Anthéa qui ne savait plus trop quoi en penser, et donc vous comptez le rallumer comment ?
-De la façon la plus simple qui soit ma chère, sourit Tanner en pianotant sur son clavier.

La femme aux cheveux roses fixait à présent l'écran avec une attention non dissimulée, ses yeux suivaient lentement le chemin de la caméra, jusqu'à arriver face à une sorte de petit boitier directement incrusté dans la machine. Un détail capta l'attention des scientifiques, un étrange symbole avait été peint sur le boitier. Un symbole qu'aucun d'eux ne connaissait. Il s'agissait une sorte d'oeil, avec trois petites barres peintes sur le bas et une un peu plus grande sur le haut. Cependant, malgré la curiosité qu'ils leur inspiraient, ils ne s'attardèrent pas sur lui. Tanner approcha l'une de ses pinces du boitié qui s'ouvrit presque instantanément, dévoilant un drôle de levier. Les deux collègues échangèrent un regard, c'était le moment. Le bras de métal se saisit de la manette, et la releva délicatement. Aussitôt, la caméra recula vivement, et un léger tremblement la secoua. Devant les spectateurs, le supercalculateur fut parcouru d'une étrange lumière jaune, et s'éleva lentement hors de sa chambre de refroidissement. L'espace d'un instant,

Anthéa sentit un filet de sueur froide couler le long de son dos. Elle était excitée comme une puce, mais un mauvais pressentiment vint soudain la saisir. Au final, elle se demandait s'ils n'avaient pas commis une énorme bêtise. Mais Tanner ne s'en souciait pas, pour lui, c'était le début d'une nouvelle ère qui s'annonçait là.

-Et bien, dit-il fièrement, je pense qu'il serait assez judicieux d'aller avertir notre bon Docteur que la mission est un succès.



27 mars 2001, 20h 17

Tous les membres du personnel militaire et scientifiques de Silver Wings avaient été convoqué au quatorzième sous-sol du complexe. Ils se tenaient tous en rang dans un hall étonnamment grand pour se trouver à près de cent-vingt mètres sous la surface, personne cependant n'ignorait le pourquoi de cette réunion à grande échelle. C'était bientôt l'heure du « Death Battle », l’événement préféré de bon nombre de membres haut-placés dans l'organisation. Celui qui consistait à organiser une lutte à mort entre les différents membres de chacune des nouvelles unités. Un bon moyen selon eux de décider qui serait utile à l'organisation et qui était bon à jeter, mais pour le Docteur, il s'agissait de la chose la plus stupide qui soit. Le sexagénaire avait toujours détesté avoir des morts inutiles, et cette boucherie que l'on organisait était l'exemple parfait de ce qu'il n'appréciait pas, il s'était d'ailleurs promis de mettre rapidement un terme définitif à cette farce.

Malheureusement, depuis sa maladie, le scientifique avait perdu son emprise sur le conseil de l'organisation. Et il soupçonnait certains d'entre eux (à juste titre) d'en vouloir à sa place. Ils étaient cinq au total, lui y compris. Et lorsqu'ils firent leur entrée, le Docteur ne pouvait s'empêcher de se sentir misérablement impuissant dans cette ridicule chaise roulante.

Le premier d'entre eux était un homme d'une cinquantaine d'années, comme toujours, il était habillé de l'un de ses somptueux costumes italiens. Ses longs cheveux gris étaient impeccablement coiffés, et sa stature était pour le moins imposante. Adam Warren l'américain était le plus vieil associé du Docteur, pourtant, malgré des années de coopération et de réussite, les deux hommes n'étaient jamais devenu amis. Il était suivit par une femme étonnamment jeune, sa belle peau bronzée semblait faire de l'effet à certains soldats. Penelope Nemia était originaire d'Argentine, et malgré les apparences, c'était une véritable vipère sans scrupule qui n'hésitait pas à éliminer quiconque se dressait sur son chemin. Le Docteur avait toujours été un trop gros poisson pour elle, jusqu'à maintenant. Drapée dans sa belle robe noire, elle lançait autour d'elle un regard un peu trop confiant aux yeux du scientifiques.

Puis vint le chinois, Jet Yu était connu pour avoir à sa botte les plus grands dirigeant politiques de son gouvernement. Il contrôlait la plupart des organisations criminelles d'Asie du Sud-Est. Il était à peu près du même âge que le malade, mais lui était dans une forme olympique.
Et enfin, Adama Viero compléta le conseil. C'était un immense noir avec une stature digne d'un joueur de rugby. Originaire du Nigéria, il était recherché dans plus d'une vingtaine de pays, et par onze services de renseignements. Tout comme Yu, il portait un épais manteau noir, afin de dissimuler ses nombreuses armes. Le Docteur les examina tous, les uns après les autres, et dans chacun d'eux, il lut du mépris.

-"Riez donc, gronda le scientifique dans sa tête, nous verrons qui rira au moment ou vous découvrirez l'importance réelle que j'ai dans cette organisation, ainsi bien sûr que la nouvelle vie qui m'attend."



Même jour, même heure

L'unité de Dragunov avait été placée dans un espèce de container carré, on leur avait dit qu'ils devraient attendre dix minutes avant le coup d'envoi. Tandis que l'équipe s'affairait à vérifier son matériel, Serpent réfléchissait. Non pas à la stratégie à employer face à l'ennemi, ses réflexions là-dessus étaient terminées depuis leur voyage en avion. Non, il réfléchissait à la dernière information qu'on lui avait donnée. Et bien qu'elle parut anodine, il ne put s'empêcher d'y penser. Un détail ne collait pas, mais alors pas du tout avec ce qu'il savait déjà. Mais c'était absurde, ça n'avait aucun sens. Pourquoi Dragunov qui était si bavard ne leur en avait jamais parlé au cours d'un repas ? Lui qui aimait tellement faire la conversation, pourquoi leur aurait-il menti sur un si petit détail ?

Soudain une violente sirène vint déchirer les tympans de l'unité, et l'allemand s'extirpa de ses pensées. C'était enfin l'heure de tuer, et il se devait de se donner à cent pour cent s'il voulait profiter un maximum de cette chasse à l'homme. Les portes s’ouvrirent, et un petit rayon de lumière vint à la rencontre de ses yeux, éclairant la lueur de folie qui animait son regard.

_________________

http://img15.hostingpics.net/pics/783022EF1966E6CFA896342625C364D045752E089F20F257FDB49AFCpimgpshfullsizedistr.png


"Introduce a little anarchy. Upset the established order and everything becomes... CHAOS"

-The Joker-


Dernière édition par Tyker le Sam 21 Mar 2015 00:04; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 14 Sep 2014 08:42   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1431
Localisation: Sûrement quelque part.
http://33.media.tumblr.com/601a40b4d5905349f4971147c6d3c626/tumblr_mlh74t1pp71s2i16to1_1280.jpg
Ouais j'avais pas envie de faire une intro cette fois.



Bon. Malgré cette image d'ouverture, je ne me lancerai pas dans un commentaire pokémonesque, j'en ai déjà fait un hier et ce serait un brin répétitif...
...
*cherche une idée*
...
Oh et puis merde on va rester dans le commentaire standard. Une partie disage de merde, une annexe à la partie disage de merde, un parallèle douteux, des BDM, des transitions tout aussi DM (surtout vers la fin), un étalage de science linguistique, et puis une partie rajoutée à l'arrache qui se rattachait pas à mon enchaînement.

Ma liste de points plus ou moins ordonnée me met la sœur de Seth en premier. Alors soit. La réincarnation de Mewtwo lâche quelques infos, mais ça ne précise foutrement rien. J'ai toutefois tendance à penser que ce n'est absolument pas une mutante comme lui mais plutôt un humain tentant de le manipuler pour X ou Y raison de vieux comptes à régler. En plus, le nombre de persos féminins n'étant pas excessivement élevé, on a pas des masses de solutions. Je pense que la seule à avoir éventuellement accès à Seth serait Anthéa, mais c'est absolument pas son style de manipuler les gens, trop Aelitesque pour ça. La couleur de cheveux j'imagine...à l'inverse, dans les gens qui auraient une bonne raison de vouloir retourner Seth contre Carthage, on a Corbeau dont on entend assez peu parler, si elle venait à apprendre qu'on lui a menti au sujet de son père. Mais encore faudrait-il qu'elle le sache...et ça m'étonnerait bien qu'elle ait les moyens d'entrer en communication avec Seth. Troisième hypothèse, peut-être la plus foireuse des trois, étant donné que Seth est un peu con et qu'il n'a jamais vu sa "sœur", ça pourrait être un garçon aussi (Belgarel coucou) qui brouille les pistes comme ça. Dernière hypothèse : la sœur de Seth est en fait...
Voilààà, l'instant disage de merde me semble terminé. Mr. Green

Transition logique, de la sœur de Seth on passe à Seth lui-même.
Déjà, il était évident que Mathilda allait se vautrer en employant l'expression "c'est humain". Mais elle a quand même réussi à se rattraper de façon acceptable et à contenir la crise existentielle du mutant (Mr. Green). Il est déjà évident que c'est sa présence qui empêche Seth de tout péter en créant des liens avec lui. J'utilise donc mes capacités de projection pour imaginer le moment où Mathilda ne sera plus là. Seth serait très très triste...et imaginons que sa sœur le manipule, elle peut tout à fait exploiter le départ en mode "ouais elle t'a abandonné c'est une méchante elle aussi les humains sont des connards pète tout". Et ça a de fortes chances de marcher...

"-Tu es encore « dans la Lune » ? Demanda son élève en l'extirpant à nouveau de ses pensées.
-Hein ? Ah excuse-moi, bredouilla Mathilda en se reprenant. Je vois que tu as compris la métaphore en tout cas.
-Oui, répondit Seth tout fier"
Tu le sais déjà, mais je le remets pour la postérité, je n'ai pas exactement imaginé la même scène...
Un jour dans SLG...
-C'était du sarcasme?
-Oui, j'apprends vite! Mr. Green
-....Frappez-le.
-*SBAF* Crying or Very sad


Je me ménage ainsi une magnifique transition. Oh que si. Parce que SLG n'est pas le seul podcast présent dans ce chapitre...
Pas vrai Fredmol?
Eh oui. De Fredmol (très bien imité, avec l'armurerie-grenier Mr. Green) je passe à Serpent. Oh certes il n'y avait pas grand chose à en dire, mis à part que sa première et dernière réplique trouait le cul (AHAHA suis-je drôle....). Ah si, on a le passage à la fin avec la dernière information qu'il a obtenue, qu'on ne sait pas parce que tu es chiant, et qui le perturbe. Soit c'est une omission de Dragunov, soit il était vraiment pas au courant, dans les deux cas ça peut signifier la merde.

Je me ménage une autre transition en disant que quand même, Serpent était encore moins présent qu'Anthéa....
Anthéa, donc. Ben elle, y a pas de grosse surprise, on se doutait qu'elle allait réussir. Quelques petites réflexions sur sa relation mère/fille permettent d'avoir son point de vue sur la question, déjà observée depuis Mathilda. Etant donné que tu annonces que ça va chier dans les prochains chapitres, je suis sceptique quant au fait qu'elle aura vraiment le temps d'en passer avec sa môme...
Concernant l'explication de Tanner, rien à redire. Moi ça me semble correct, mais je m'appelle pas Icer...(a)
"Au final, elle se demandait s'ils n'avaient pas commis une énorme bêtise » " Par contre on va renommer Anthéa "Jérémie".

Jérémie => Science => Docteur (mh, mes transitions empirent, non?)
Donc vite fait un point sur la scène pré-finale. Le point de vue du Doc' est intéressant à lire de part le fait qu'il se démarque de celui des autres et surtout, il pense rationnel et donc là il voit la boucherie et il se dit "c'est du gâchis, z'êtes cons". Ok soit. Je note que le nom du chinois a changé depuis que j'ai pointé que ça faisait pas chinois, mais "Jet" ne sonne pas plus chinois (putain je dis trop "chinois" dans cette phrase). Si tu es vraiment soucieux de ce point, sache qu'un son chinois (...x_x) se compose d'une consonne (z, zh, ch, t, k, l, etc,) et d'une voyelle (la voyelle pouvant être un truc en "ang"/"ong" etc). Bref, ça c'était la partie étalage de science.

Bon voilà j'ai fait le tour non? Mr. Green
...
Ah non il reste Renarde.
*cherche une transition*
....

http://auto.img.v4.skyrock.net/9729/74579729/pics/3111081767_1_3_649ghQCm.jpg
Et puis merde.


Je disais donc, Renarde, qui s'insère pas bien dans mon plan.
Alors elle, soit elle en aura marre d'être la victime de Serpent et va tenter de le buter (et elle prendra donc cher) soit elle va se laisser déprimer et se défenestrer. Ouaip, je dis des trucs super intelligents. Le véritable intérêt de la partie avec Renarde c'est d'introduire ton perso, surnommé "Le mec avec le sachet en plastique" jusqu'à ce que tu nous révèles son nom (même si j'ai ptête une idée sur la question, si c'est le perso auquel je pense). Globalement, on sait quoi? Qu'il transporte un truc louche et qu'il a une rapière (putain mais qui utilise une rapière, c'est de la merde cette arme). Ah et il fait peur. Mouais, okay. Au vu du contenu absolument nébuleux et énigmatique de cette partie, j'ai même pas de quoi faire une hypothèse (ce qui n'est pas plus mal au vu du niveau des précédentes....).

Du coup, faut quand même une conclusion à ce commentaire.
...
Allez, puisque ce truc n'a aucune cohérence :

http://static.api3.studiobebop.net/ygo_data/card_images/Jurrac_Impact.jpg

_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Tyker MessagePosté le: Mar 16 Sep 2014 22:30   Sujet du message: Répondre en citant  
Tyker Modérateur


Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 230
Localisation: Arkham Asylum
Chapitre 8: Imprévu (1ère partie)




27 mars 2001, 20h 35


-Ralentissez un peu, prévint Anthéa, on ne vous a pas envoyés en mission d’exploration pour mettre l’Octobre Rouge en pièces.

Assise devant son écran, la femme Schaeffer observait avec un agacement certain la progression de la première équipe virtuelle. Elle se souvint en effet qu’ils n’avaient pas l’air ravis lorsqu’elle leur avait annoncé que le Docteur leur avait confié une mission classée prioritaire en plein milieu du « Death Battle ». Mais ils savaient tous qu’il valait mieux ne jamais contrarier le sexagénaire, et encore moins par les temps qui couraient. Tous avaient dû répondre présent, y compris tous les meilleurs membres de l’équipe technique. Même Tanner avait été contraint de faire une croix sur son spectacle afin de venir filer un coup de main. Mais concernant ce dernier, partir explorer le monde virtuel était nettement plus intéressant que de voir un gros tas de brutes ignares s'entre-tuer.

Quoique, il aurait tout de même bien aimé voir l’équipe « junior » de Dragunov en pleine action. Le russe lui en avait touché deux ou trois mots qui lui avaient mis la puce à l’oreille, mais cela attendrait bien qu’il finisse la première expérience intéressante depuis de nombreux mois. Les trois autres membres de l’équipe technique étaient présents, ils s’agissaient des mêmes personnes qui avaient aidé Mathilda à s’équiper avant de partir rejoindre Seth.

Il y avait tout d’abord les jumelles Amanda et Flora Adams, deux jeunes rousses d’une trentaine d’années originaires d’Australie. Et il y avait également un des meilleurs docteurs en physique quantique de tout le complexe, il n’était en revanche pas très réputé pour son physique et ses capacités sportives. Le Professeur Belpois était un homme châtain de corpulence plutôt moyenne, tout comme son neveu, il portait des lunettes rondes qui lui agrandissaient les yeux. Ce scientifique-là était un véritable amoureux de son travail, l’organisation n’avait pas eu beaucoup à forcer pour qu’il rejoigne leurs rangs, tant les possibilités de découvertes étaient innombrables. Il espérait cependant avoir la permission de prendre un congé exceptionnel de deux jours lorsque viendrait l’anniversaire de son neveu, sa sœur lui ayant enfin permis de le revoir après une vieille dispute. Il fallait dire que le jeune garçon avait beaucoup insisté, pour lui, son oncle était un héros.

-Vous m’avez compris ? Répéta la mère de Mathilda en haussant le ton, si vous l’endommagez c’est devant le Docteur qu’il faudra vous expliquer.

Pour toute réponse, un grognement mécontent lui résonna dans les oreilles. Mais le sous-marin virtuel continua sa route plus prudemment cette fois. Satisfaite, Anthéa se passa la main dans les cheveux. Heureusement que le Docteur lui avait accordé huit heures de repos avant le début de l’opération, sinon elle se serait écroulée comme une masse depuis belle lurette. Toutefois, elle avait eu un peu de mal à s'endormir. Une peur sourde s'était emparée d'elle, la peur d'être forcée à combattre son mari. Elle n'en avait jamais voulu à Waldo pour ce qui lui était arrivé, elle se demandait comment elle réagirait si jamais elle devait se retrouver face à face avec lui.

Allait-elle se ranger de son côté ? Ou alors allait-elle le sacrifier dans le but d'éviter une nouvelle torture abominable de la part du Docteur qui conduirait sans doute à une mort atroce ? Mais Waldo n'était pas la seule personne qui tracassait la femme aux cheveux roses, en effet, il y avait Aelita aussi. Durant quelques secondes, elle nourrit l'espoir fou qu'un jour, ils pourraient à nouveau vivre tous ensemble. Waldo, Aelita, elle, et... Mathilda. Elle les voyait très bien installés dans leur chalet à la montagne, les deux époux enlacés sous la chaleur douillette d’une couette et d'un bon feu de cheminée, tandis que les deux sœurs discuteraient des garçons qu'elles avaient croisés à l'école : un vrai petit paradis, mais un paradis inaccessible. Anthéa se sentit soudain noyée dans le désespoir, comment pouvait-elle espérer vivre aussi parfaitement ? Elle savait que jamais elle ne pourrait quitter cet endroit, si ce n'était sous l'état de cendre. Elle était condamnée depuis le jour où elle avait accepté de rejoindre l'organisation, tôt ou tard, le Docteur n'aurait plus besoin d'elle. Et ce jour-là, il ne raterait pas son coup, il ne l'avait jamais raté.

-On est arrivés, lança une voix à travers le casque d'écoute, la sphère est bien plus lumineuse que la dernière fois.
La mère de Mathilda essuya les quelques larmes qui perlaient sur le coin de ses yeux, elle devait à tout prix se concentrer sur la mission. Le mot « échec » ne faisait pas partie du langage de son employeur, pas plus que le mot « excuse ».
-Ecoutez-moi bien Lupin, dit-elle avec assurance, il devrait y avoir un sas d'ouverture comme pour Olympia. Est-ce que vous le voyez?
-Affirmatif.
-Rapprochez-vous le plus possible de lui, on doit craquer le code afin que vous puissiez rentrer.
-Ca marche, on va faire une petite perquisition illégale, comme au bon vieux temps.

Lentement, l'énorme sous-marin virtuel (plus proche d'un vieil engin soviétique que d'une véritable machine futuriste) se dirigea vers l'hémisphère sud de la sphère qui renfermait le monde à explorer. Une fois arrivé à une distance raisonnable, une petite lumière se projeta depuis le périscope du submersible et alla frapper l'étrange symbole qui ornait le portail, le même qui était sur le boitier du supercalculateur. Dans la salle de contrôle, Tanner fit craquer ses doigts, on allait enfin passer à sa partie préférée. Cependant, cela ne semblait pas aussi facile qu'il le supposait. Et durant plusieurs minutes, il eut le droit de se faire chambrer quatre ou cinq fois par les membres de l'unité virtuelle qui se plaignaient de trouver le temps long. Mais finalement, le signal vert apparut enfin sur l'écran, et le sas s'ouvrit.

-J'ai mis presque cinq minutes pour craquer ce code, murmura l'écossait impressionné, celui qui a conçu ce système a fait du beau boulot.
Anthéa ne l'écoutait pas, son rythme cardiaque avait subitement augmenté tout à coup. Les soldats numériques firent leur entrée dans le monde, elle retint son souffle.



27 mars 2001, 20h 20


Si l'unité de Dragunov savait depuis le début où elle allait atterrir, elle ne savait pas qu’elle aurait droit à une telle tempête. En effet, ils venaient de déboucher dans un immense dôme dont ils ne voyaient même pas le plafond, et pour cause, un véritable blizzard s'abattait sur eux. Serpent mit quelques secondes à se rendre compte de la situation, comme leur mentor l'avait dit, ils se trouvaient dans une immense forêt souterraine. Des canons à neige arrosaient constamment le terrain, et la tempête empêchait de voir à plus de dix mètres devant soi. Il faisait un froid du Diable, même les combinaisons militaires dont on les avait pourvus ne suffisaient pas à bien s'en protéger. D'un geste de la main, le chef de l'unité ordonna à celle-ci d'avancer. C'était l'une des premières choses qu'il leur avait dites dans l'avion : on ne parle pas, ou alors à voix basse. Interdiction formelle de crier même si un danger arrive, les mouvements de bras étaient leur moyen de communication privilégié.

Chaque équipe avait reçu un équipement qui lui serait propre, eux avaient eu droit à des grenades. Mais l'allemand n'était guère fan de ces explosifs, il avait donc confié la sienne à son petit frère. Celui-ci était semblable à un fantôme depuis leur arrivée en Allemagne, et cela n'avait échappé à personne, surtout pas à Renarde.

Le petit groupe avançait prudemment, mais Serpent voulait à tout prix quitter cet endroit. La zone était bien trop à découvert, et il était impossible de voir si des équipes adverses arrivaient dans leur direction. Il valait mieux se mettre à la recherche d'un endroit un peu plus en hauteur afin de bénéficier de la tempête. Le chef de l'unité marqua une halte, et désigna Corbeau du doigt, avant de montrer un grand sapin. L'américaine reçu le message cinq sur cinq, et commença rapidement son ascension. Une fois qu'elle eut trouvé un bon point d'équilibre, elle s'installa, et colla son œil dans le viseur de son fusil. Elle avait choisi un Ruger 22 K10/22-T automatique. Une arme peu rapide et moins mortelle qu'un grand nombre d'autres de la même famille, mais celle-ci possédait deux atouts très importants. Elle était légère et compacte, en ôtant deux vis, on pouvait séparer le canon et la gâchette de la crosse. Très pratique lorsqu'il s'agissait de transporter l'arme dans des endroits peuplés sans éveiller l'attention (même si ce n'est pas le but aujourd'hui). Mais surtout, elle était parfaitement adaptée à sa corpulence. Et pour un tireur, c'était indispensable. Corbeau cala son œil dans la lunette de visée Leupold 14x50 Side Focus, et commença à scruter la zone. Les recrues n'étaient autorisées à emporter qu'un seul genre d'arme avec eux, mais celle-ci était passée entre les doigts de Fredmol. L'armurier avait rajouté la possibilité de passer le viseur en infrarouge, un avantage non-négligeable lorsque l'on ne pouvait voir devant soi. L'américaine balaya son champs de vision, ce qui lui permit de voir que le terrain semblait encore plus grand qu'ils ne le pensaient.

Elle ne put s'empêcher de se demander comment ils avaient réussi à placer un si grand endroit sous terre, d'autant plus que cela demandait de l'entretien. C'est alors qu'une énorme tâche fluo apparut dans son viseur, et elle n'était pas la seule. Bientôt, elle put apercevoir cinq bonnes formes bizarres qui semblaient cachées. C'est alors que l'une d'elle fit un mouvement, et la jeune fille comprit d'un seul coup ce qu'elle tentait de faire.

-Attention! Cria-t-elle, une seconde avant que le crépitement de la mitraillette ne vienne déchirer le blizzard.



27 mars 2001, 20h 38


-Alors? Demanda Anthéa qui brûlait d'impatience, qu'est-ce que vous voyez?
-Des plateformes.
-Pardon ?
-On a émergé sous des plateformes, répéta le capitaine de l'équipe visiblement agacé.
-Et vous ne pouvez pas y accéder ?
-Non, elles sont au moins à une cinquantaine de mètres au-dessus de nous.

La femme aux cheveux roses laissa échapper un soupir, sans savoir si elle éprouvait du soulagement ou de l'agacement. Elle jeta un regard interrogateur à Tanner, celui-ci ne se fit pas prier. Ni une ni deux, il enclencha la procédure de débarquement. C'est ainsi que le lieutenant de l'équipage fit ses premiers pas sur le nouveau monde virtuel, mais il n'avait pas tellement vu les choses dans ce sens-là.

-Hé dites-donc, lança-t-il, comment vous avez fait pour me téléporter là-dessus ?
-Je ne t'ai pas téléporté, répondit l'écossais, je t'ai juste débarqué.
-Quoi ?! Hurla-t-il stupéfait, et comment vous saviez que j'allais atterrir ici ?
-Je ne le savais pas, rétorqua le rouquin sans laisser paraître la moindre émotion, maintenant dit-nous un peu ce que tu vois au lieu de compter fleurette.

Son interlocuteur marmonna dans sa barbe, puis il inspecta les environs. Tout comme Mathilda, il était vêtu d'une combinaison noire portant le blason de Silver Wings sur la poitrine et dans le dos, mais il était nettement mieux équipé. Il portait un genre de revolver à la ceinture, ainsi que des petits lance-grappin accrochés sur chacun des poignets. Dans son dos était accroché un genre de mini disque, mais une fois déployé, il était semblable à un bouclier anti-émeute.
Il s'appelait Lloyd, et il était réputé pour être un râleur de première classe.
Tranquillement, il admira avec attention l'endroit où il se trouvait, mais c'était loin d'être aussi simple qu'il le pensait.

-Heu commença-t-il pas très sûr de lui, je suis dans un genre de forêt un peu bizarre.
-Tu pourrais être plus précis, s'impatienta le rouquin.
-Bin, il y a des genre d'arbres, mais ils sont gigantesques, on ne voit pas leur sommet.
-Comment est le terrain ?
-On dirait qu'il est assez grand, il y a plein de plateformes comme celle-ci. Elles sont reliées entre elles par de petits chemins.
-Et tu ne vois personne à part toi ?
-Non, tout est calme.
-On t'envoie le reste de l'équipage.
-Attendez !

L'équipe toute entière se figea sur place suite à cet avertissement, redoutant le pire.
-Il y a une bestiole, dit l'agent d'une voix bien plus posée, là, devant moi.

En effet, une sorte de gros insecte mécanique de la taille d'un ballon de foot venait dans la direction du soldat. Celui-ci dégaina son arme par réflexe, mais n'étant pas sûr que cette créature représente une réelle menace, il se contenta de garder le revolver au poing.

-Décrivez-nous cette créature, demanda la femme aux cheveux roses.
-Heu... C'est une sorte d'énorme pou, il a le même symbole que celui du portail sur sa carapace.

Tanner et Anthéa échangèrent un regard, ils en étaient venus à la même conclusion.

-Essayez de lui parler, proposa l'écossais, dites lui qu'on ne lui veut pas de mal.
-Vous voulez que je parle à ce truc ? Répéta l'agent en faisant la grimace, vous avez vu sa tête ?
-Lloyd ! Explosa le second du Docteur, je commence à en avoir assez de vous entendre vous plaindre ! Nous vous avons donné un ordre, exécutez-le, ou je me ferai un plaisir de vous faire muter dans notre centre de recherche au Groënland ! Vous m'avez compris.
-Ouais, ouais. Maugréa le soldat. J'ai pigé.

Là-dessus, il s'approcha de la bestiole. Celle-ci n'avait pas bougé d'un pouce, elle restait là à le regarder. L'homme s'accroupit, puis, tenta une approche plus ou moins amicale.

-Heu... Salut petite bête, moi c'est Lloyd, et je suis un ami. Tu saurais pas où je pourrais trouver le mec qui a fabriqué cet endroit ?
Pour toute réponse, la « petite bête » lui envoya un laser rouge en pleine poitrine. Lloyd fut violemment projeté à plus de trois mètres vers l'arrière, avant de retomber comme une masse.
Les chiffres sur les ordinateurs de l'équipe scientifique s'affolèrent.
-Saloperie ! Cracha le soldat en levant son arme.
Il ne lui avait fallu qu'un seul tir pour voir son agresseur exploser dans une volée de pixels, une fois la menace neutralisée, il se releva.

-Bon sang de bonsoir ! S'exclama Anthéa, qu'est-ce qui s'est passé ? Votre barre d'énergie a chuté tout d'un coup.
-Il se passe que cette fichue bestiole vient de m'envoyer un sale coup de pied au cul, je vous en foutrai des « parlez-lui ».
-Cessez de chouiner, grinça Tanner, on a fini par obtenir une carte du monde virtuel. Vous avez d'autres monstres qui affluent dans votre direction. Le reste de l'équipage va venir vous rejoindre, restez sur vos gardes.
-Vais essayer.

Cinq secondes plus tard, ce fut une dizaine de soldats apparurent autour de lui. L'effectif de l'équipage était de dix personnes, Lloyd compris. Sept hommes et trois femmes, le capitaine était un quarantenaire qui répondait au nom de Galdric. Tanner se mit à dicter ses instructions :

-Placez-vous en bloc défensif sur le sentier afin de repousser l'assaut, je ne veux voir aucune de ces bestioles abîmer l'Octobre Rouge.
-Roger, répondit le capitaine, on va s'occuper d'elles.

Ni une, ni deux, les soldats se mirent en position afin d'accueillir leurs invités. Le « bloc défensif » comme l'avait appelé Tanner consistait à placer cinq soldats en première ligne équipés de leurs boucliers, et les cinq autres derrière pour arroser les ennemis. C'est au moment où le dernier des agents prit position que les premières créatures arrivèrent, elles étaient en tout point identiques à la première. Mais cette fois, elles étaient une bonne vingtaine, et ce fut véritable déluge de lasers qui vint s'abattre sur les protections. Les soldats attendirent cependant quelques coups histoire de voir comment ces bestioles attaquaient, afin d'obtenir le meilleur timing possible sans se faire toucher. Elles étaient composés de trois lignes de sept, chaque fois que la première ligne tirait, les deux autres la dépassait afin que la deuxième puisse tirer à son tour.

Puis, la troisième prit sa place, puis encore la première. Leur stratégie était assez simple, avancer tout en acculant l'adversaire à coups de laser. Mais les agents n'étaient cependant pas prêt à se laisser faire, et malgré le nombre très inférieur de tireurs, ils visaient bien mieux, et avaient la possibilité de faire feu plusieurs fois d'affilée. Ce ne fut qu'au moment où la troisième ligne avançait pour se remettre en place une deuxième fois qu'ils finirent par réagir.

Une série de coups de feu vint à son tour déchirer l'air virtuel, détruisant tous ceux qui allaient tirer, et une grande partie de ceux qui se trouvaient juste derrière. Les soldats avaient passé la moitié de leur vie à manipuler des armes à feu, les bestioles qui se trouvaient à moins de vingt mètres d'eux représentaient des cibles faciles. Lorsqu'ils estimèrent le carton suffisamment plein, ils se remirent à l'abri afin d'éviter les nouvelles volées de lasers. Mais cette fois, elle n'avait plus rien de coordonné. En effet, les créatures n'avaient à présent plus aucun point de repère ni de stratégie à employer. Elles se contentaient simplement de tirer, sans doute la seule chose qu'elles savaient faire par instinct, une nouvelle attaque des guerriers virtuels en vint facilement à bout. Galdric observa son travail avec un air satisfait.

-Zone sécurisée Monsieur.
-Parfait, susurra Tanner, nous allons pouvoir commencer l'exploration. Je veux que trois de vos hommes aillent inspecter plusieurs les différents coins de ce monde, le reste devra rester ici dans le but de protéger l'Octobre Rouge d'une nouvelle attaque.
-Très bien Monsieur, Ramirez, Antoine et moi irons en exploration. Je laisse à Lloyd le soin de protéger le vaisseau avec les autres.
-Super, grommela ce dernier, j'ai toujours eu le pire des rôles.



27 mars 2001, 20h 24


Un à un, une demi-dizaine de soldats sortit de sa cachette. Lâchés dans la forêt dix minutes avant les autres, ils avaient eu le temps de prendre un bonne position d'observation et d'attendre que les poissons se jettent dans le filet. Mais leur plan n'avait pas vraiment marché comme ils l'espéraient. En effet, afin de bien profiter de l'avantage que leur offraient les lunettes infrarouge qu'ils avaient reçues, ils avaient décidé de s'embusquer derrière un arbre abattu avec deux soldats qui surveillaient leurs arrières. Cependant, les « juniors » étaient apparus sur le côté droit, côté qui était sous la responsabilité de Diego. Ce dernier n'était pas un mauvais soldat, mais il était réputé pour être un excité de la gâchette. Dès qu'il avait aperçu les enfants, il avait lâché une rafale sans prendre le temps de bien viser. Il avait tiré sans crier gare surprenant jusqu'à ses coéquipiers.

-Je les ai eus ! Lança-t-il fièrement en levant le bras victorieusement.
Son chef d'unité lui administra un soufflet à l'arrière du crâne en guise de félicitation.
-Espèce d'imbécile, gronda-t-il, j'avais dit de prévenir si jamais on voyait quelque chose.
-Mais je te dis que je les ai eus ! Insista le mitrailleur.
-Non pas tous, rétorqua une femme, je n'ai entendu que peu de cris différents.
-On pourrait avancer maintenant ? Suggéra un autre homme, ils ne voient rien, nous si.
-D'accords, acquiesça leur leader, mais on se met en formation « étoile », et pas d'imprudence.

A pas assez lents, les cinq soldats s'approchèrent de leurs victimes. La position particulière qu'ils avaient prise consistait à se déployer sur cinq côtés différents afin de couvrir le plus de champ de vision possible. Le chef de l'unité se trouvait en pointe, il observait l'endroit que Diego avait arrosé.
Il y avait trois corps, les autres avaient disparu.

-Pauvres gosses, soupira la jeune femme à l'arrière, pourquoi est-ce qu'on les a entraînés dans cette galère ?
-Ils ont fait eux-mêmes le choix de venir ici, grogna le mitrailleur, ils avaient qu'à rester où ils étaient.
-Vos gueules ! Lança le chef, les autres sont peut-être encore dans le coin.
-Et alors, renifla celui qui surveillait l'autre côté de l'arrière-garde, ils peuvent pas nous voir.

Soudain, il eut une vision d'horreur. Un être fantomatique au sourire carnassier recouvert de neige venait de surgir devant lui. Il ne savait pas d'où il venait ni ce qu'il était, mais il tenta de réagir vite en levant son arme. C'est alors qu'il aperçut un reflet argenté décrire un arc de cercle, avant de se planter dans sa gorge. Il s'écroula lourdement sur le sol, tout en lâchant un cri étranglé. La blonde n'eut pas le temps d'effectuer le moindre geste, un autre reflet d'argent vint lui transpercer la poitrine. Alerté par le cri de la première victime, Diego et l'autre homme de l'avant se retournèrent à la vitesse de la lumière. Ils furent respectivement abattu par une flèche et une balle, et s'écroulèrent à leur tour. Il ne restait plus que le chef de l'unité, celui-ci était resté estomaqué, comme s'il avait du mal à croire ce qui venait de se passer. Il restait là, immobile, semblant accepter son sort. Dragonne se résolut à l'achever d'une flèche dans le crâne. Serpent observa avec un plaisir évident les cadavres autour de lui, il se sentait merveilleusement bien. Il l'avait enfin retrouvée, cette sensation, ce plaisir, ce goût du sang. Il fut littéralement aux anges au moment où il dut sortir sa lame de la gorge de la première victime. Comme il l'avait supposé, tuer au couteau lui faisait un bien fou. Une bonne lame valait bien une bombe nucléaire, quoique, elle permettait de profiter du moment elle. Tandis qu'il récupérait sa deuxième arme, Lion, Chaton et Renarde se relevèrent. Jouer les morts n'avaient plu à personne, mais ils savaient tous qu'on ne désobéissait pas au chef d'unité.

-Tu veux que je te dise Renarde ? Lança l'allemand en remuant son couteau dans la plaie de la femme. J'ai adoré ça.


27 mars 2001, 20h 55


A travers son écran, Anthéa explorait minutieusement chaque recoin de la carte. Non pas seulement dans le but de diriger les soldats qui s'occupaient de fouiller le monde, mais également dans l'espoir fou de découvrir Waldo ou Aelita. Ils étaient là, elle le sentait. A la fois si proches, et pourtant si loin d'elle. Cet espoir s'était rapidement métamorphosé en obsession, et elle pianotait sur son clavier aussi vite qu'elle en était capable. Mais malgré ses efforts, elle ne voyait toujours rien. C'est au moment où elle commençait à fatiguer qu'une petite alarme résonna dans la salle, et elle comprit rapidement de quoi il s'agissait.

-Attention Lloyd, prévint Tanner, vous avez un autre monstre en approche.
-Un seul ? S'étonna le lieutenant. Ce job commence vraiment à devenir emmerdant.
-Concentrez-vous au lieu de racontez n'importe quoi, il n'est pas comme les autres !
-A vos ordres Monsieur le scottish, on se tient prêts.

Une nouvelle fois, l'unité se mit en place. Privée des soldats d'exploration, ils constituèrent un bloc de trois défenseurs, et de quatre tireurs. Les agents se tinrent prêt au combat, mais ils ne s'attendaient sûrement pas à voir une chose pareille.
Le monstre qui s'était engagé sur le sentier n'avait pas d'orifice pour tirer des lasers, pas plus qu'il n'avait de tête. Il s'agissait d'une énorme sphère de métal noir qui s'approchait dangereusement vite de leur position, les hommes de l'organisation n'en croyaient pas leurs yeux.

-C'est quoi... ça ? Murmura Lloyd qui n'en revenait pas.
-Lieutenant ! Appela un soldat qui tentait de conserver son calme. Que fait-on ?
-Quelle question, tirez bon sang.

A nouveau, les coups de feu déchirèrent l'air virtuel, et des volées de balles vinrent s'abattre sur la créature. Malheureusement, le blindage de celle-ci la rendait insensible à toute forme d'attaque.
Les agents eurent beau faire feu à volonté, rien n'y fit, et le monstre continuait sa course, il était de plus en plus près.

-A vos boucliers, gronda l'officier, ne laissez pas passer ce truc.

Hélas, les protections qui avaient été si efficaces face aux premières bestioles se brisèrent comme du verre face à celle-ci.
Ce fut une véritable débâcle, quatre hommes furent écrasés au moment où elle les percuta de plein fouet. D'autres tentèrent en vain de l'éviter, mais dans la bousculade générale, deux d'entre-eux quittèrent le sentier, et finir leur course dans la Mer numérique. Le lieutenant était le seul à avoir échappé au massacre, il contemplait d'un air ébahi la scène à laquelle il venait d'assister.
Depuis son écran, Tanner avait été témoin de la défaite cuisante de son équipe. En rage, il se tourna vers les sœurs Adams.

-Contactez les deux autres équipes virtuelles, rugit-il, je refuse de devoir abandonner cette mission.

C'est alors qu'une nouvelle alarme sonna, mais celle-ci ne provenait que d'un seul ordinateur, et son utilisateur en restait pantois.

-Monsieur, bredouilla Belpois qui semblait sur le point de s'évanouir, il... il y a quelqu'un.

Tous les regards étaient à présent tournés vers le scientifique aux cheveux châtains, en particulier celui d'une femme aux cheveux roses.

-Qu'est-ce que vous venez de dire ? Demanda Tanner qui semblait aussi stupéfait que les autres.
-Il... il y a quelqu'un, répéta-t-il en pointant son écran du doigt, il y a quelqu'un dans le monde virtuel.

_________________

http://img15.hostingpics.net/pics/783022EF1966E6CFA896342625C364D045752E089F20F257FDB49AFCpimgpshfullsizedistr.png


"Introduce a little anarchy. Upset the established order and everything becomes... CHAOS"

-The Joker-


Dernière édition par Tyker le Sam 21 Mar 2015 00:08; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 17 Sep 2014 20:17   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1431
Localisation: Sûrement quelque part.
Je tiens déjà à signaler que ce commentaire a été précipité en raison d'un honteux chantage sur le titre de ce chapitre. Déjà qu'on me répond même pas en début de post, en bref, je suis profondément choquée.

Tu vas hériter de mon courous mec, ton chapitre va trop prendre cher.
...Mais, qu'est-ce que tu fous là toi? OO
TG petite, ça te regarde pas. Je suis de retour après avoir longuement réfléchi sur moi-même.

....Bon eh bien si mon dernier com' manquait un peu de la touche perso, je crois que tu es servi...(a)
Allez l'OM, sinon.
Ta gueule.

Alors, on a quoi dans ce chapitre?
De la merde.
Très intéressante analyse, mais non.
On a deux parties (semblerait que mon caméo sache pas compter jusqu'à deux, c'est malheureux pour lui m'enfin bon). Déjà, la plus courte en termes de contenu : le Death Battle. Ouaiis c'est que le début, ouaiis ils sont là que depuis 15 minutes, mais rien à foutre, j'exprime mon ressenti.
Ils vont faire une course aux étoiles?
Toi t'es pas une lumière.
Les courtes performances de l'équipe de Serpent suffisent néanmoins à apprécier la tactique globale (et prévisible, ce que le titre du chapitre n'approuve pas) que l'unité adoptera : la ruse, la traîtrise, les coups de salopard, la voix de leur conscience...non j'ai rien dit, aucune conscience. On parle de Serpent quand même. Pour meubler mon commentaire, j'amorce une transition sur "pourquoi c'était prévisible qu'ils se la jouent fourbe". Déjà, parce que Serpent est fourbe. Ensuite parce que c'est leur seul atout, vu qu'ils sont les plus jeunes du tas...Ben ouais, tenter de les battre frontalement c'était mort (oui je dis des trucs intelligents parfois).
Bon, autre avantage de la scène, on précise un poil les armes de prédilection de chacun (Dragonne serait fan de Hunger Games?). Je suggère maintenant que Serpent laisse ressortir son côté Drake Merwin et s'empare de la mitrailleuse ennemie. Mr. Green
Ah et sinon, j'ai un peu l'impression de chercher la petite bête mais entre Anthéa qui voit ses filles discuter des mecs et la blonde de la défunte équipe qui fait du sentimentalisme envers les enfants (et est la seule) je crois que tu as pas mal de connasses en termes de persos féminins. Déjà qu'ils sont pas nombreux....(a)

Maintenant, la plus grosse partie, en espérant que j'aurais plus à dire : les mecs avec les ordinateurs et l'équipe communiste (tu manques tellement de commentateurs pour te sentir obligé d'attirer Gummy par ces procédés basiques? Surprised).
On a l'apparition d'un énième OC (si Mentase voyait ça...), dont on ne sait pas s'il aura de l'importance ou pas, pour le moment (même si ça se pourrait, vu qu'il meurt pas écrasé sous le Mégatank) : Lloyd, râleur en chef. Contrairement à ce que suggère ce lien, je l'aime bien (identification, peut-être? Mr. Green). Je le suivrai donc avec un peu plus d'intérêt qu'Anthéa et ta bande de roux scientifiques...
Concernant la bagarre virtuelle. Je pense que c'est important de faire un point là-dessus, surtout au vu de ton ressenti à ce propos.
Ta scène est aussi merdique que le talent d'Ikorih pour le foot.
Comme dit, on a observé majoritairement deux écoles dans le cadre de la bagarre virtuelle. L'école Icerienne, pleine d'avatars virtuels différents et avec des pouvoirs variés utilisés de façon bien précise et efficace dans un gros bordel général, et l'école Robinienne, pleine de rigueur militaire, de stratégie, et qui ressemble en fait à un combat d'armée terrestre. Là, au vu du contexte, tu as dû opter pour la deuxième, et c'est pour ça que Xana a gagné. Les paramètres étaient beaucoup plus réduits, ce qui a impliqué qu'après avoir envoyé ses Kankelats en guise de test et de mise en confiance, il a pu sortir l'outil adapté, à savoir le merveilleux Mégatank.
On a donc au final un Lloyd tout seul sur Lyoko avec les trois explorateurs cassés au loin et quelqu'un qui se manifeste sur le monde virtuel. Ahiiin. Evidemment c'est le moment que tu choisis pour couper.
C'est parce que c'est un connard. Sale type.
T'essaie de faire quoi là? oO
Je me venge de tout ce que vous m'avez fait subir.
Mais, genre, t'es dans mon post.
Euh?
Ben, ça veut dire que je peux décider librement de ton sort...
???
Et là, ce commentaire est fini. Ton utilité en tant que caméo (très relative par ailleurs) fait donc de même.
Et? Je suis revenu, j'ai médité sur moi-même. J'ai le droit de rester, non?
*incinération*

...Wesh salut moi c'est Iratekillah, quelqu'un veut écouter du rap?
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Sam 20 Sep 2014 23:00   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1021
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Soyons honnête, je suis complètement rouillé niveau commentaire dernièrement. Je ne promets pas quelque chose de mirobolant o/. On y va point par point pour ces deux chapitres-là :

Les passages de Seth et Mathilda me séduisent toujours dans leur idée, même si l'utilité de cette dernière commence vraiment à se demander, ce qui nous évoquera inévitablement sa sœur Mr. Green. Néanmoins, la complicité qu'on voit se nouer entre les deux me fait m'interroger sur ce qut tu compte faire par la suite. Parce que je doute que ça reste figé comme ça avec toi. Du sang, de la sueur et des larmes seront forcément de mise o/. Par contre, la définition de « être humain » par Mathilda ne me semble pas trop maladroite pour une fois, ce qui est positif pour le personnage.
Quant à la sœur de Seth :

Citation:
- Ma sœur m'a dit que nous étions différents des humains. Elle m'a dit que nous étions plus intelligents, plus forts, meilleurs qu'eux.

Il semble qu'elle ne soit pas humaine, donc potentiellement de même nature que Seth. Donc Anthéa passe à la trappe ici. Ne reste pour moi plus que deux options. Soit la sœur de Seth est une entité qui nous est inconnue, soit il s'agit de quelqu'un que l'on connaît. Et pour appliquer le féminin, quoi de mieux qu'une I.A ou une fille. Xana ou Aelita en somme. Néanmoins, Mathilda étant censé « connaître » la sœur, je miserais sur Aelita. Le seul soucis, c'est que bonbon rose n'est pas du genre à tenir ce type de discours. Dark-Aelita ?
Du coup, je plancherais plus pour une inconnue o/.

Côté Anthéa et virtualité, ça s'affirme un peu plus. J'ai bien aimé l'astuce de Tanner pour rallumer le SC parisien. Par contre, je serais curieux de savoir où se cachaient lesdites pinces dans la salle de la bête.
Je m'interroge un peu plus sur le rôle qu'aura le professeur Belpois ici. Au premier abord, il pourrait constituer un pont entre les personnages principaux que l'on connaît déjà (ou du moins une partie) avec Anthéa and co, mais sa présence n'est clairement pas un Délire.
Tu voulais un avis sur le virtuel me semble-t-il. Hé bien, comme l'a si judicieusement dit Ikorih, on était dans la stratégie militaire ici, donc dans de l'ordonné, du net et du précis. La gestion m'a parue bien menée que ce soit pour le camp de Xana ou bien du côté Anthéa and co. Bien sûr, je ne pense pas que tu vas te contenter de cette unique possibilité pour les combats. C'est là que je mets en lien avec Serpent et ses petits camarades, qui pourraient bien se révéler être de futurs aventuriers/combattants virtuels, qui te permettraient de mettre un peu plus de désordre dans ces combats ordonnés Mr. Green. Mais clairement, je pense qu'on peut avoir quelque chose de plus palpitant.
Quant à l'Imprévu de fin de chapitre, il semble clair que nous allons prochainement (re)voir le bonbon rose numéro 3, ce qui va se révéler intéressant au niveau d'Anthéa, qui a nous montrer la cristallisation de ses réflexions de début de chapitre. L'instinct maternel va-t-il reprendre le dessus, ou The Fear ? Je mise sur le second *paf*. Sans parler de ce que ça pourrait impliquer avec Mathilda. Bref, on va pas s'ennuyer je pense, et c'est cet aspect-là de ta fanfic qui me séduit le plus pour l'instinct, le tiraillement entre deux camps ou deux causes o/.

Il me reste plus que la question de Serpent et sa troupe coincée dans l'arène des Jeux de la Fai… de la Mort. Je plussoie Iko' pour le côté prévisible de la ruse de Serpent Mr. Green. Enfin, je pense pas que ses plans vont se dérouler exactement comme prévu, sinon ce serait pas drôle (kassdédi Artémis Fowl). La seconde partie devrait être plus sanglante de ce côté-là. Mais d'un point de vue personnel, c'est pas la partie qui a le plus piqué ma curiosité (d'où la longueur de commentaire concernant le passage o/).

Je finis en coup de vent sur le Docteur. Même si jusqu'à présent, on a plus une image de salaud de sa part, il se pourrait qu'il soit le moins pire de l'organisation en fait. Sa désapprobation envers les Death Games le montre. En fait, j'ai l'impression qu'il va se révéler pour la suite plus une aide qu'une gêne pour les principaux protagonistes.

Voilà, voilà. Pile poil à l'heure Cool.
Mais pas dans ma moyenne de longueur =/.
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Oddye MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 20:32   Sujet du message: Répondre en citant  
Fleur immonde


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 2017
Localisation: Dans un autre horizon
Well, it's about time !

Et enfin, il est venu le temps,
Que ce commentaire soit posté,
Tu as été patient.
Et cette patience a été récompensée.

Et je retourne dans ma lampe, tel le Génie,
Qui une fois sa magique tâche accomplie,
Retournant dans sa lampe dorée,
Patiente jusqu'au prochain souhait.


~Prologue~


Bon, c'est pas la joie dans cette cellule.

Citation:
-Petite cochonne, lança le garde en apercevant son tas de déjections, et dire que ma femme me répète sans arrêt que les hommes sont des porcs.

(y) => La phrase de l'homme qui vient lui donner de la nourriture.
D'une part, parce que c'est assez drôle.
D'autre part, parce qu'on apprend qu'il a une femme.

Du coup, on se dit qu'il y a un parallèle. Entre sa vie "stéréotypée". Il a une femme, des enfants peut-être. Qui doivent sûrement ne se douter de rien. Il fait l'homme lambda.
Mais à côté de ça, il fait quelque chose de dégoûtant.

Bref, le gars est un enfoiré de pervers. Il l'insulte mais ne se gêne pas pour regarder.
Citation:
-Hé bin c’est pas trop tôt, souffla le garde en posant son regard sur le décolleté de la jeune femme, le docteur n’aime pas qu’on le fasse attendre.

P’tit con !

"Etes-vous enceinte?" => XD La femme vient de passer des semaines horribles, et PAF dans ta gueule la question de fou !

Alors, c'est pas mal, mais le style d'écriture est à perfectionner. Tu utilises des phrases comme "le trou du cul du monde", "la pire des merdes", dans la narration. Je ne trouve pas que ce soit une bonne idée. Que tu mettes "j'ai été traitée comme la pire des merdes, pensa-t-elle" oui, ça, c'est bien. Mais passer du style familier à courant dans la narration, c'est moyen. Attention aussi à la concordance des temps, les fautes.

~Le Docteur~
Implacable ce Docteur. Faut pas échouer quand on est sous son commandement. Impassible. Rigide. Et finalement non. Sa colère prend le dessus sur sa raison (cf quand il a balancé ses documents). Et je trouve ça cool de voir deux facettes de sa personnalité dans un même chapitre.

D'ailleurs, super idée le coup du transistor en interférence avec le micro. Au départ, on peut se dire que le transistor qui grésille est là pour placer une scène où le Docteur se met en colère, et qu'il est donc moins impassible qu'il n'y paraît Et puis finalement, on se rend compte qu'il y a vraiment quelque chose qui cloche.

"Elle salua poliment ses gardes du corps, mais aucun d’entre eux ne le lui rendit." => VEEEEENT ! Ca devrait plaire à Zéphyr ça ! ^^
"Il s’écroula dans la neige, avec un trou béant à l’arrière du crâne. " => Du sang sur la neige ! (y)

Pire accouchement EVER => Au milieu des balles.

"Le crépitement d’une mitrailleuse déchira le silence qui s’était installé (cris d’Anthéa non-compris)" => J'ai ri. Le "cri d'Anthéa non-compris", ça m'a pliée.

Condamnée à vivre. On sait pourquoi maintenant.

~Chapitre II~


J’aime bien ces petits détails donnés sur le Docteur. Ça lui donne un côté très « je suis méticuleux, pointilleux, fabuleux, gloire aux « eux » ».
*sors*

Oh putain, les 5 têtes ! Ça m'a soufflée ça. Je m'y attendais pas, et c'était vraiment un tour de force. Il a mis le paquet.

Citation:
"-Intelligence? Tu sais ou est parti Mathilda?
-Bonjour. Répondit le panneau d’une voix qui faisait penser à celle d’un GPS. Je m’appelle « Intelligence », une I.A. conçu afin de veiller à la sécurité du bâtiment…"


XDD, merci captain obvious !

Bon, si Odd avait vu ça, il aurait sûrement parler de Frankestein, parce que le sujet vivant, c'est sûrement pas pour faire un truc bien. Du coup, on se demande ce qui peut se bien passer, et quel est le but, le dessein, derrière la création de ce sujet. Peut-être une armée perfectionnée ? Après tout, Carthage n’est pas réputé pour être une organisation gentille et charitable.

~Chapitre III~


On commence le chapitre par l’évolution de Mathilda. Malgré son jeune âge, on comprend très vite qu’elle n’a rien d’une enfant insouciante.
Citation:
Ces dernières années, elle avait appris l’anglais et l’allemand auprès de professeurs particuliers. Bien sûr, tout ses cours se faisait par téléphone.

Tu aurais peut-être dû dire « vidéo », parce que téléphone, je trouve ça étonnant.

Première info sur Alex : il est roux ! OWI ! J'aime !

Cet instant de folie passé, reprenons la lecture.

En lisant que Mathilda semble avoir soif de reconnaissance, je ne peux m’empêcher de penser à Laura.

On découvre alors Seth. Seth, l’être parfait, censé apporter des améliorations à la race humaine.

Alors, comme ça, Mathilde va jouer la babysitter. Hum, tout ça cache forcément quelque chose. La question est : quoi ?

Citation:
Mais ce n’était pas vraiment cela qui allait empêcher l’instructeur de former ses petits soldats. Et le fait que ce soient des enfants ne lui fournissait que plus de plaisir à faire son travail.

Le mot « connard » me vient à l’esprit. Et si on l’étouffait avec les briques ? Allez, on va l’appeler M.Connard-Enfoiré-De-Sadique.

Citation:
Une jeune brune de dix-sept ans avait été condamnée à effectuer cinq kilomètres de plus que les autres pour avoir réveillé l’un des gardes de nuit en tirant la chasse d’eau. Sa partenaire avait dû faire de même.

Hard ! Surprised

On a donc une liste d’enfants-soldats en devenir. Avec chacun un surnom. Mais mention spéciale pour Chaton. Chaton, sérieusement ? Chute de crédibilité, mais d’une force !
Par contre, la relation fraternelle entre Chaton et Serpent m’intéresse. Il semble que leurs personnalités soient totalement opposés, c’est donc intéressant de voir comment ils s’entendent, surtout que Serpent ne voulait pas qu’ils soient séparés. A voir si tu as développé ce point !

Oh non, pas le fouet -_-

Eh bien, il semblerait que Serpent soit très attaché à son frère. Il prend les coups pour Chaton. Je sens déjà que je vais les adorer, ces deux-là. Les autres m’ont moins marqués, dans le même temps, c’est vrai que tu as développé un peu plus leur psychologie que pour les autres.

Bon, par contre, foncer pour taper M.Connard-Enfoiré-De-Sadique n’était pas la meilleure idée possible, surtout quand on s’est fait lacéré à coup de fouet ! La fin du chapitre pourrait signifier la mort de Serpent, mais j’en doute. Tu viens juste de l’introduire, ça m’étonnerait qu’il soit direct tué.

Je m’en vais de ce pas lire le prochain chapitre, et je te dis à bientôt pour la suite de mes impressions.
_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/155549Ravensignaturecoinsarrondis.png

Je n'étais pas anciennement odd-4-ever.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Tyker MessagePosté le: Dim 05 Oct 2014 16:57   Sujet du message: Répondre en citant  
Tyker Modérateur


Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 230
Localisation: Arkham Asylum
Yo

Etant donné que j'ai rien à faire en ce moment, je m'en vais répondre à vos commentaires. Et ne me demandez pas quand sort le prochain chapitre, je n'en ai moi-même aucune idée.

Ikor... Oups pardon. MussolinIkorih:

Citation:
On a deux parties (semblerait que mon caméo sache pas compter jusqu'à deux, c'est malheureux pour lui m'enfin bon). Déjà, la plus courte en termes de contenu : le Death Battle. Ouaiis c'est que le début, ouaiis ils sont là que depuis 15 minutes, mais rien à foutre, j'exprime mon ressenti.


Allons allons, un peu de patience, on n'a même pas encore commencé à s'amuser (smirk).

Citation:
Les courtes performances de l'équipe de Serpent suffisent néanmoins à apprécier la tactique globale (et prévisible, ce que le titre du chapitre n'approuve pas) que l'unité adoptera : la ruse, la traîtrise, les coups de salopard, la voix de leur conscience...non j'ai rien dit, aucune conscience. On parle de Serpent quand même. Pour meubler mon commentaire, j'amorce une transition sur "pourquoi c'était prévisible qu'ils se la jouent fourbe". Déjà, parce que Serpent est fourbe. Ensuite parce que c'est leur seul atout, vu qu'ils sont les plus jeunes du tas...Ben ouais, tenter de les battre frontalement c'était mort (oui je dis des trucs intelligents parfois).
Bon, autre avantage de la scène, on précise un poil les armes de prédilection de chacun (Dragonne serait fan de Hunger Games?). Je suggère maintenant que Serpent laisse ressortir son côté Drake Merwin et s'empare de la mitrailleuse ennemie. Mr. Green
Ah et sinon, j'ai un peu l'impression de chercher la petite bête mais entre Anthéa qui voit ses filles discuter des mecs et la blonde de la défunte équipe qui fait du sentimentalisme envers les enfants (et est la seule) je crois que tu as pas mal de connasses en termes de persos féminins. Déjà qu'ils sont pas nombreux....(a)


Tu as raison, la fourberie de Serpent était prévisible. Mais tu comprendra l'utilité de cette scène dans le prochain chapitre désolé (a).
Ah tu ne va pas t'y mettre toi aussi? Ne fait pas ta pro-féministe s'il te plait. Tu n'as pas encore tout vu.




Zéphyr:

Citation:
Les passages de Seth et Mathilda me séduisent toujours dans leur idée, même si l'utilité de cette dernière commence vraiment à se demander, ce qui nous évoquera inévitablement sa sœur Mr. Green. Néanmoins, la complicité qu'on voit se nouer entre les deux me fait m'interroger sur ce qut tu compte faire par la suite. Parce que je doute que ça reste figé comme ça avec toi. Du sang, de la sueur et des larmes seront forcément de mise o/. Par contre, la définition de « être humain » par Mathilda ne me semble pas trop maladroite pour une fois, ce qui est positif pour le personnage.


En effet, Mathilda change petit à petit, ces conversations avec Seth la force à remettre en question beaucoup de choses. Il fallait bien qu'elle grandisse cette gamine Mr. Green.

Citation:
Il semble qu'elle ne soit pas humaine, donc potentiellement de même nature que Seth. Donc Anthéa passe à la trappe ici. Ne reste pour moi plus que deux options. Soit la sœur de Seth est une entité qui nous est inconnue, soit il s'agit de quelqu'un que l'on connaît. Et pour appliquer le féminin, quoi de mieux qu'une I.A ou une fille. Xana ou Aelita en somme. Néanmoins, Mathilda étant censé « connaître » la sœur, je miserais sur Aelita. Le seul soucis, c'est que bonbon rose n'est pas du genre à tenir ce type de discours. Dark-Aelita ?
Du coup, je plancherais plus pour une inconnue o/.


Hé bah putain, la soeur de Seth t'obsède à ce point?
La réponse est pourtant pas si difficile a trouver Mr. Green, mais ce n'est toujours pas d'actualité pour le moment (a).

Citation:
Par contre, je serais curieux de savoir où se cachaient lesdites pinces dans la salle de la bête.


Attention, il ne s'agit pas de cette salle là Exclamation

Il s'agit de celle qui est juste derrière cette porte:

Spoiler


Citation:
Je m'interroge un peu plus sur le rôle qu'aura le professeur Belpois ici. Au premier abord, il pourrait constituer un pont entre les personnages principaux que l'on connaît déjà (ou du moins une partie) avec Anthéa and co, mais sa présence n'est clairement pas un Délire.


Le professeur Belpois n'a pour l'instant pas de rôle majeur dans la fiction. Sa véritable importance ne viendra que (bien) plus tard.

Pour ce qui est de tes hypothèses, bin tu verras dans le prochain chapitre Mr. Green. Et merci pour ton avis sur le virtuel Wink.

Et pour le Docteur, il n'est pas vraiment le moins cruel du conseil, c'est plutôt celui qui est le plus intelligent de tous. Mais sa place à lui est en péril, et il a ses propres plans. Il ne sera ni une gêne ni une aide si tu veux tout savoir Mr. Green.



Et Oddye... Oh mais attendez.

Elle m'a interdit de répondre à son commentaire Idea la moindre des politesse serait d'accèder à sa requête


Spoiler

_________________

http://img15.hostingpics.net/pics/783022EF1966E6CFA896342625C364D045752E089F20F257FDB49AFCpimgpshfullsizedistr.png


"Introduce a little anarchy. Upset the established order and everything becomes... CHAOS"

-The Joker-
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Tyker MessagePosté le: Dim 12 Oct 2014 13:36   Sujet du message: Répondre en citant  
Tyker Modérateur


Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 230
Localisation: Arkham Asylum
Et bien et bien, on y go.

Le chapitre 9 de Du sang sur la neige est à vous:

Chapitre 9: Imprévu (2ème partie)


27 mars 2001, 13h 21

Ils volaient à plus de trente mille pieds au-dessus de la Belgique, direction le Sud-Ouest de l'Allemagne. L'avion dans lequel ils voyageaient n'était qu'à demi rempli. L'unité de Dragunov disposait d'une rangée entière pour elle seule, tout au fond, à l'abri des oreilles indiscrètes. La moitié de l'équipe avait décidé de profiter de ce court voyage pour récupérer un peu du sommeil volé lors de l’entraînement. Seuls deux d'entre eux étaient restés éveillés, il s'agissait de Dragonne et de Serpent.

Mais cela était assez normal, la coréenne avait rarement décroché le moindre mot depuis qu'elle avait rejoint l'unité. Elle était de nature solitaire, ne laissant transparaître qu'un regard vide, dépourvu de la moindre étincelle de vie. Personne ne faisait plus réellement attention à elle, pas même son chef. Celui-ci avait hérité de la place situé près du hublot, il n'avait cessé de le fixer depuis le début du vol. Non pas que le paysage l'attirait particulièrement, mais c'était son moyen à lui de fuir dans ses pensées stratégiques. En réalité, ce n'était pas les beaux paysages flamands qui s'étendaient devant ses yeux, mais plutôt les montagnes de cadavres éventrés qu'il allait ramener de sa petite chasse à l'homme.

Il les voyait tous, les yeux et la bouches béants, le torse déchiré, des flots de sang s'échappaient de chacune des multiples entailles infligés à leur corps. Ils les entendaient presque pleurer, gémir, implorer pitié. Si pathétique, si misérable, si amusant. Serpent laissa échapper un sourire carnassier, il tremblait, non pas de peur, mais d'excitation. Il avait tellement attendu ce moment, au moins autant qu'un enfant qui savait proche sa date d'anniversaire. Et même s'il était lui-même un enfant, c'était bien d'autres idées de cadeaux qui lui trottaient dans la tête.

Enfin, il finit par décrocher son regard du hublot, et consulta sa montre. 13h 25. Il ne devait pas rester plus d'une heure avant d'arriver, il était peut-être temps de se dégourdir un peu les jambes. Il se leva, passa devant Dragonne, et entreprit de faire une petite marche à travers l'avion qui était plus large que nécessaire. Au fur et à mesure qu'il avançait, il essuya de nombreux regards tous aussi nauséeux les uns que les autres. Certains semblaient désintéressés, d'autres compatissants, il en vit même deux ou trois qui avaient l'air d'avoir pitié de lui. Et bien sûr, il y avait ceux qui le méprisaient purement et simplement. Ceux-ci étaient du genre ambitieux, travailleur, très musclé, et arrogant. La race des vainqueurs, comme ils aimaient s'appeler, la race qui ne supportait pas de voir des enfants qui suivaient le même programme qu'eux. Pour eux c'était pire qu'une insulte, c'était un véritable outrage!

Ils avaient chacun à leur tour plaqué leur vie passé dans le seul but de rejoindre l'endroit qui les rendrait plus riches qu'ils ne l'avaient jamais été. Et pourtant, malgré tout le travail qu'ils avaient accompli pour en arriver là, on leur offrait des enfants comme adversaires, et tant qu'ils n'étaient pas plus haut gradés, ils devaient les considérer comme leurs égaux. Ridicule, aucun enfant ne méritait d'être à leur place, et surtout pas Serpent. Tout le monde dans le centre était au courant de ce qu'avait fait l'allemand à ses parents, mais celui-ci se moquait éperdument de ce que pouvaient penser les autres. Chacune des insultes qu'il avait reçues avait été ignorée comme si c'était de la brise, peu importe ce qu'on pouvait dire, il était le seul à savoir ce qu'il valait réellement. C'est alors qu'une chanson digne d'un irlandais tout juste sortit d'un pub éclata à travers l'appareil :

-Elle était si joliiiie, sous le soleil d'avril, que j'lai mise dans mon lit et puis j'ai mis dans le mille. Elle s'est foutue en rogne, cette sale mégère, alors fallait que j'la cogne, pour qu'elle se laisse faire.

L'allemand avait laissé échapper une grimace de dégoût face à ce qu'il décrirait comme étant du viol auditif, il n'eut cependant pas réellement besoin de chercher d'où venait cette horreur car le fautif s'était mis à danser comme une outre trop pleine.

-Rassieds-toi Diego, gronda son supérieur en lui tirant la manche visiblement gêné par la prestation pitoyable de son soldat, tu nous fais honte.
-Du calme Captaine, répliqua l'ivrogne en se libérant, c'est ptête la dernière fois que je me bourre la gueule. Tu peux pas me refuser un dernier pot.
-Si tu continues à boire tu peux être sûr que ce sera ton dernier, lança une femme blonde qui patientait près des toilettes.
-Allez tous vous faire voir ! S'écria Diego en s'asseyant brutalement. Moi j'ai bien survécu à cette saloperie de Death Battle en étant complètement pété l'année dernière, je peux toujours le refaire.

A ses mots, son chef lui administra un soufflet à l'arrière du crâne dans le but de réussir à le calmer un peu.

-Arrête un peu de frimer, tu ne t'en es sortit que parce que tu t'étais planqué dans une grotte, tout le monde est au courant. C'est pour ça qu'on a refusé que tu sois intégré à l'organisation.

L'ivrogne s'arrêta soudain de parler, et se renfrogna, visiblement vexé par les paroles de son supérieur. Serpent était amusé par le comportement du soldat. On pouvait difficilement trouver plus ridicule, encore plus au sein d'unités comme les leurs. Et pourtant, quelque chose avait attiré son attention. Il alla récupérer un café auprès du personnel de bord, puis vint s'asseoir à côté du soldat.

-Tenez, dit-il timidement en lui tendant la tasse brûlante qu'il avait dans les mains, ça vous aidera à vous remettre les idées en place.

L'homme d'une trentaine d'années observa pendant quelques secondes la boisson que lui tendait le jeune allemand, puis il la prit d'une main maladroite, et l'avala d'une seule traite. En voilà un qui n'avait pas peur de se brûler, ou qui était trop ivre pour s'en rendre compte. Une fois sa tasse reposé, il lui adressa une bonne tape dans le dos en guise de remerciement.

-Toi t'es un bon, lâcha-t-il encore confus, si je peux faire un truc pour toi tu n'as qu'à demander.
Serpent regarda autour de lui, plus personnes ne faisait attention à eux, c'était le moment idéal.
-Et bien, commença-t-il d'une voix pas très sûr, vous pouvez me raconter ce que vous avez vu l'année dernière ? Je veux dire, vous étiez au dernier Death Battle non ?
-Pour sûr que j'y étais, une vraie boucherie ce truc, je suis bien content de m'en être sorti vivant.
-Et alors, qu'est-ce que vous avez vu ?

Le trentenaire se gratta la barbe, sans doute à la recherche de souvenir, mais l'alcool ne l'aidait pas.
Finalement, il haussa les épaules :
-J'ai pas vu tant de choses pour être franc, mais en tout cas je peux te dire que ceux qui ont gagné ne l'avaient pas fait pour être intégrés à l'organisation, ils y ont pris du plaisir.

Intéressant, très intéressant, mais un peu hors-sujet.
-Comment il était ?
-Pardon ?
-Le terrain, sur quel terrain étiez-vous ?
-Une forêt, répondit-il en regardant le plafond de l'appareil, une petite forêt recouverte de neige.

Le soldat aperçut soudain une bière à demi consommée, visiblement laissée de côté par un autre combattant. Il s'en saisit avidement, et la termina vite avant de la remettre en place comme si de rien n'était.
-Un sale endroit, reprit-il plus saoul que jamais, des gens sont morts de la mauvaise manière là-bas.
Je sais de quoi je parle, je les ai vus.
-Qu'avez-vous vu ?
-Des enfants.

Serpent haussa un sourcil, voilà bien une information à laquelle il ne s'attendait pas.
-Formé par Dragunov, ajouta l'ivrogne en se trémoussant sur son siège, la première unité junior de l'organisation.
Le deuxième sourcil de l'allemand se haussa à son tour, il ne comprenait pas, le russe avait affirmé dès le premier jour qu'ils étaient la première unité d'enfants qu'il ait jamais formé. Mentir à ce sujet n'aurait eu aucun réel intérêt, alors pourquoi l'avait-il fait ? Ça n'avait aucun sens.

Mais tandis qu'il se perdait dans ses réflexions, Diego reprit la parole :
-Ils avaient fait un véritable carnage, j'avais rarement vu autant de sang dans ma vie. Les « cinq salopards » comme on les appelait.
-Comment ont-ils fait ? Demanda Serpent sans prendre la peine de parler d'un ton enfantin. Comment ont-ils fait pour gagner ?
-Ils ont tué tout le monde, lâcha le soldat d'une voix grave, je suis le seul survivant à ce massacre et on ne me donne même pas de promotion. C'est franchement scandaleux.
-Étaient-ils tous en vie à la fin de l'exercice ? Pressa l'allemand en ignorant les plaintes de son interlocuteur.

Ce dernier plissa les yeux, comme s'il devait faire preuve de précision pour retrouver cette information dans son cerveau embrumé. Finalement, il se tourna vers le pré-adolescent.
-Non, ils n'étaient plus que deux. L'un d'entre eux est mort sous les assauts ennemis vers la fin de l'exercice, les quatre restants se sont entre tués. Le Docteur était dans une colère noire, déjà qu'ils n'y avait presque plus de soldats aptes à rejoindre l'organisation. En revanche, Warren semblait très content de lui, ce qui est un peu normal quand on connaît leur relation.

Serpent enregistrait chaque information lâché par l'ivrogne, bien que certaines n'aient pas grand choses à voir avec le Death Battle de ce soir, il y avait un casse-tête qu'il n'arrivait pas à résoudre. Et bien qu'il le savait sans importance réel, il ne parvenait pas à comprendre pourquoi Dragunov leur avait menti au début de l’entraînement. Peut-être était-ce un moyen de pression, ou une façon de les encourager à se montrer digne. Mais c'était pas le genre du russe. L'allemand jeta un coup d'œil vers le hublot le plus proche, quelque chose puait dans les alentours, et pour la première fois de sa vie, il ne parvenait pas à trouver de réponse logique.



27 mars 2001, 21h 32


Corbeau ignorait quelle était la sensation qui lui tenaillait le ventre, mais elle en avait quand même une petite idée. Elle était perchée sur un sapin depuis maintenant vingt minutes, et cela en faisait quinze qu'elle observait le festin. A cinquante mètres d'elle, deux créatures à la forme de chien étaient en train de savourer un repas digne d'un rapace. En effet, il y avait largement assez de cadavres pour les rassasier pendant trois jours. Les restes d'une unité qui a été moins chanceuse que les autres. L'américaine ne savait pas quelle décision prendre, pendant quelques secondes, elle avait caressé l'idée d'abattre les animaux, mais elle s'était ravisée. Si jamais une autre personne était dans le coin, caché de sa vision infrarouge, elle pouvait être la repérer. Cependant, le fait qu'il y ait des chiens dans la forêt l'avait surprise, elle n'en voyait pas vraiment l'utilité, à moins qu'ils ne soient aussi dangereux pour les vivants. Il n'y avait que cette seule et unique possibilité.

Soudain, une se plaqua contre sa bouche, et elle sentit le contact froid du métal pressé contre sa gorge. Son cœur fit un bond dans sa poitrine.
-Il me semblait t'avoir dit de faire attention, murmura Serpent à son oreille, tu ne m'as même pas entendu grimper à l'arbre.
Corbeau poussa un soupir d'agacement, et son chef d'unité la relâcha. Il portait une paire de lunettes à infrarouge dérobé sur le corps de sa première victime. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour la repérer.

-Alors, demanda-t-il à voix basse en rangeant son couteau, la vue te convient-elle ?
-Tiens, répliqua l'américaine en lui tendant son arme, vois par toi-même.
L'allemand remonta ses lunettes sur son front, et jeta un coup d'oeil dans le viseur. Il ne lui fallut pas longtemps avant de repérer les canidés, un sourire se dessina sur le coin de son visage.
-Je vois que tu essaies de te mettre en appétit.
-Très drôle, railla la jeune fille, ça fait quinze minutes qu'ils bouffent sans s'arrêter. A croire qu'ils n'ont pas mangé depuis plusieurs jours.
-C'est sûrement le cas, répondit Serpent sans cesser de regarder dans le viseur, on les a probablement affamés dans ce but.

A ses mots, la recrue ne put s'empêcher de frissonner, voilà bien une mort dont elle se passerait volontiers. Il l'ignora, et continua son observation. C'est alors qu'une chose étrange se produisit, une chose qui attisa la méfiance de l'allemand. Sans aucune raison apparente, les chiens cessèrent de manger, et relevèrent la tête comme s'ils reniflaient quelque chose. Puis ils partirent à toute vitesse, laissant leur repas à demi achevé.

-Ils sont partis, lâcha le chef d'unité en rendant son arme à la jeune fille.
-Et ben c'est parfait, soupira cette dernière, on a plus qu'à filer.
-Certainement pas, répliqua Serpent, allons plutôt voir ce qu'on peut trouver sur les cadavres.
Son équipière ouvrit de grands yeux ronds, elle avait l'impression d'avoir mal entendu.
-Bouge-toi, reprit-t-il sans lui laisser le temps de répondre, tu n'imagines pas les choses qu'un mort peut te dire.
-Serpent ? Demanda-t-elle en le fixant d'un regard pas très sûr. On t'a déjà dit que tu devais te faire soigner ?
-Souvent, et tu sais ce que j'ai répondu ?
L'américaine fit non de la tête.
-Un médecin est un taré comme les autres, la seule différence entre lui et ses patients c'est qu'il porte une blouse blanche.
Là-dessus, ils descendirent, et après avoir prudemment vérifié qu'ils étaient seuls, ils s’approchèrent des cadavres.

Le spectacle valait la peine d'être vu.
La plupart d'entre eux avait le visage et la gorge déchirés à coup de dents, un seul avait été épargné par les canidés. Un trou béant dans la poitrine se trouvait à l'exacte place normalement occupée par son cœur, il n'y avait nulle trace de l’organe. Une puanteur ignoble vint se nicher dans les narines des enfants soldats, Corbeau fut prise de nausées et se couvrit le nez, mais Serpent alla inspecter chacun des corps de la même façon qu'il vérifierait l'état de sa plomberie. La jeune fille sentait qu'elle ne parviendrait pas à se retenir de vomir bien longtemps.

-C'est bizarre, lâcha le chef d'unité.
-Ah tu trouves ?
-Oui, chacun de ses types a eu la gorge déchirée. C'est probablement ça qui les a tués.
-Brillante déduction, ironisa l'américaine, doit-on en déduire également que ce sont les chiens qui les ont tués ?
-Les chiens n'étaient pas seuls.
-Pardon ?
-Regarde, ces trois-là sont morts la gorge déchiquetée, mais celui-là est mort d'une autre façon.

Du bout de son doigt, il pointa l'homme dont le cœur était manquant.
-Sa gorge a également été sectionnée, mais elle a été tranchée proprement avec une lame fine. Les chiens avaient un maître.
-Ce ne sont pas des chiens.

Serpent releva la tête, son équipière bien que profondément dégoûtée s'était accroupie elle aussi, observant les empreintes laissées par les animaux que la neige n'avait pas encore recouvertes.
-C'est toi l'experte zoologique, sourit Serpent, à toi d'éclairer ma lanterne.
-Et bien, je ne suis pas sûr de quelles races il s'agît, mais je peux d'ors et déjà t'assurer que c'était des loups.

L'allemand enregistra l'information, puis il se retourna vers l'un de ceux qui avait été dévoré et qui était allongé sur le ventre. Lentement, il retourna le corps. Lui aussi, il avait une cavité à la place du cœur, mais à la différence du premier, l'organe était toujours là, par terre. Le chef d'unité plissa les yeux vers cette énorme masse rouge, et ce qu'il vit l'intrigua. Sur le ventricule droit, on pouvait parfaitement voir une trace de morsure humaine, mais le bout qui avait été pris à coups de dents avait été recraché. Serpent tenta de reconstitué mentalement la scène dans sa tête, il retourna à nouveau le cadavre.

Prit d'une pulsion soudaine, il passa délicatement sa main dans la poitrine trouée du malheureux, elle avait été découpé d'une main experte. Corbeau l'observait avec une répulsion certaine.

-Tu crois que celui qui a fait ça voulait un genre de trophée ?
Serpent leva la tête, un frisson d'excitation vint le traverser, il venait de comprendre.
Non, ce n'était pas un trophée que cette personne cherchait.
C'était un en-cas.



27 mars 2001, 21h 20

Lloyd en avait plus qu'assez, depuis dix minutes déjà, il évitait le laser circulaire envoyé par le monstre qui avait écrasé toute son équipe. Son arme était vide, et Tanner tardait à le recharger. De plus, il avait appris que malgré la situation à laquelle il était exposé, les renforts ne viendraient pas. Apparemment, personne ne voulait être dérangé durant le Death Battle. Toutes les communications avaient été coupées. Anthéa avait alors envoyée l’aînée des sœurs Adams prévenir les équipes virtuelles, mais elle savait que le chemin à parcourir était long, et qu'elle arriverait sans doute trop tard. Et la situation n'était pas prête de s'améliorer, surtout avec le beuglement de Tanner :

-Lloyd ! Faites attention, il y a une créature qui s'en prend à l'Octobre Rouge.
-Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, gronda le lieutenant en évitant un nouveau tir, j'ai une saloperie qui me colle au cul.
-Le monstre qui s'en prend au sous-marin est votre priorité, répliqua le rouquin visiblement hors de lui, si jamais il lui arrive quoi que ce soit vous le paierez de votre vie ! J'ai été clair ?
-Je sais pas si vous êtes au courant, mais je vous ai demandé il y a cinq bonnes minutes de me recharger. Est-ce que ça vous dit quelques choses ?

A bout de nerfs, le professeur pianota comme un forcené sur son clavier afin de faire le plein de munitions à son agent. Mais la voix alarmante de Belpois vint soudain s'élever dans la pièce.

-Le monstre, dit-il en claquant des dents, il est en train de s'introduire dans le système de l'appareil.
-Mais c'est pas vrai ! Rugit Tanner. Est-ce que c'est possible d'avoir autres choses que des mauvaises nouvelles ?!
-Si tu finissais de me recharger je pourrais peut-être t'en donner une de bonne ! Lança Lloyd depuis le monde virtuel.
-C'est bon, cracha l'écossais, je ne veux plus entendre d'excuse maintenant.
-Moi aussi je t'aime ma princesse, répliqua le lieutenant avant d'esquiver un nouveau tir en se jetant sur le côté.

Anthéa restait silencieuse depuis un moment, elle ne suivait que la progression de l'équipe d'exploration qu'elle avait envoyée dans la direction de la personne qu'ils avaient détectée il y a moins de vingt minutes. Le reste la laissait totalement indifférente, rien ne comptait plus que son espoir. L'espoir de pouvoir serrer à nouveau sa famille dans ses bras.

-Cible en vue, lâcha la voix de Galdric à travers les enceintes, je répète : Cible en vue.

A peine eut-elle entendu ces mots que la femme aux cheveux roses se saisit de son micro, incapable de contrôler la charge d'émotions qui l'envahissait.

-Décrivez-la, cria-t-elle presque à son micro, à quoi ressemble-t-elle ?!

Ce coup de sang n'avait échappé à personne dans la salle, et surtout pas à Tanner qui s'était mis à observer sa collègue d'un œil méfiant. Et la réponse du Capitaine ne fit que confirmer ses soupçons :

-Pas très âgés, dans les 12-14 ans. Une tenue bizarre difficilement descriptible, et elle a des cheveux roses, comme vous.

Anthéa avait du mal à respirer, son cœur battait comme il n'avait jamais battu dans sa vie. Elle était à deux doigts de s'évanouir, mais elle se força à rester consciente. Quelle émotion, c'était comme si une bête féroce criait victoire à l'intérieur de son corps. Voyant qu'elle n'était pas en état de donner des ordres, le rouquin s'en occupa.

-Ramenez-la, de gré ou de force je m'en moque, mais je la veux. C'est bien clair ?
-Très clair professeur, on vous l'apporte.
-Hé Princesse, s'exclama la voix de Lloyd, il se passe un truc bizarre.
Tanner fronça les sourcils.
-Il a raison Monsieur, intervint Belpois, la créature qui s'en prenait à l'Octobre Rouge vient tout juste de l'abandonner.

En effet, debout sur le monde virtuel, Lloyd observait avec méfiance l'énorme méduse volante qui s'éloignait du vaisseau. La grosse sphère de métal qui avait passé les quinze dernières minutes à essayer de l'envoyer dans l'autre monde repartait comme si rien de c'était produit. C'était trop beau pour être vrai.

-Belpois, intervint l'écossais qui n'était pas dupe, faites-moi un scan rapide du sous-marin. Est-il endommagé ?
-Non Monsieur, répondit ledit Belpois qui avait déjà pris cette initiative, il est intact.

Personne dans la pièce n'y comprenait quoique ce soit, quel que soit leur ennemi, il avait le dessus, il aurait pu les vaincre. Mais il les laissait partir, et cela était complètement illogique. Le chef de l'équipe se passa une main sur dans les cheveux, il n'avait plus la force de réfléchir. Il se pencha vers son micro afin donner ses instructions finales :

-Rentrez sur Olympia pour le moment, et traitez bien la fillette. Je vais aller informer le Docteur du résultat de notre mission. Une fois que vous serez rentrés, vous aurez quartier libre.
-Et la fillette ? On ne peut pas la ramener à la base.
-Le Professeur Schaeffer s'en occupera, ce sera tout pour ce soir.
Anthéa croisa le regard de son collègue, ce dernier pu y lire tout un tas de remerciements à travers ses beaux yeux verts. Mais il n'en avait cure, pour le moment, tout ce qui lui importait c'était de faire son rapport à son patron, et d'aller dormir pendant les deux prochains jours.



27 mars 2001, 13h 37

Il y avait une phrase, une phrase dans le genre de celles que certaines personnes âgées ne peuvent s'empêcher de répéter à leurs petits enfants dans le but de se donner un côté philosophe. Mais dans le cas précis, cette phrase sonnait plus vrai que toutes les autres:
« Le miroir ne reflète que la vérité ».
Tels furent les mots que les grands-parents de Chaton lui avaient longuement répétés tout au long de son enfance. Le petit frère de Serpent releva la tête, cette citation lui semblait beaucoup moins stupide qu'à l'époque où son grand-père lui apprenait à bricoler, et où sa grand-mère le gavait de nounours aux chocolats. Et la vérité lui faisait si mal, qu'il avait l'impression qu'elle venait de le gifler.

Le cadet de l'unité se trouvait debout dans les toilettes de l'avion qui le conduisait à « Silver Wings », enfermé dans la cabine depuis près d'une demi-heure, il n'avait pas cessé de se fixer dans le miroir de la pièce minuscule. Depuis le début de l’entraînement, il avait perdu un poids considérable. Mais malgré tous les efforts qu'il avait fournis, il était encore loin d'être dans la même condition que le reste de l'équipe. Ses joues toujours boudinées couplées à tous ses bleus et blessures le rendaient laid à faire fuir un rat, certains diraient que l'apparence physique n'était rien face à ce qu'on pouvait cacher à l'intérieur de soi. Mais voilà le problème, Chaton n'avait plus rien à l'intérieur de lui, si ce n'est le souvenir des mille et une tortures infligées par son aîné. Celui-ci avait parfaitement réussi son coup, il avait transformé un enfant faible et innocent en monstre dépourvu de bon sens et de qualités. Le jeune allemand n'avait plus rien désormais, Serpent lui avait tous pris. Ne lui laissant que la chose à laquelle il tenait le moins aujourd'hui : la vie.

Alors pourquoi continuer ? Pourquoi subir chaque jour encore les nouveaux sévices de son frère ? Pourquoi ne pas en finir tout de suite ?
Lentement, il glissa sa main dans sa poche, et en sortit un petit couteau de cuisine qu'on lui avait donné avec l'excellent repas de « condamné » comme il l'appelait qu'on lui avait servi il y avait moins d'une heure.
Il pouvait en finir, là maintenant. Il n'avait besoin que de s'ouvrir les veines, une petite douleur comparé à l'imagination cruelle et sans limite de son frère. Il avait pris sa décision, il n'avait plus que cinq centimètres à parcourir. Quatre, trois, deux...

-J'espère que je ne te dérange pas ?
Chaton se figea sur place, il ne pouvait même pas se retourner pour découvrir à qui appartenait cette voix qu'il n'osait reconnaître.

Une main puissante vint tordre son poignet, sous le coup de la surprise et de la douleur, il lâcha son couteau. Il sentit alors un puissant coup de poing s'abattre sur sa tempe droite, sa vue se brouilla, mais il n'avait pas besoin de voir pour savoir qui était son agresseur.
Serpent s'engouffra dans la petite cabine et referma la porte, il observait son cadet d'un air de mépris. Comme s'il était déçu de le voir tenter un acte aussi stupide. Chaton, de son côté, observait son aîné de bas en haut. Lui aussi avait beaucoup changé ces derniers mois, il avait grandi, ses cheveux avaient poussés laissant quelques mèches lui tomber devant l'œil gauche. Son visage était parsemé de longues cicatrices, Dragunov ne l'avait pas raté avec son fouet. Il se baissa pour ramasser la petite lame, puis se remit à le fixer.

-Tu sais que tu commences vraiment à me taper sur les nerfs avec tes réactions d’attardé ? Soupira-t-il d'une voix lasse.
Son frère baissa la tête, comme un enfant qu'on avait pris la main dans la boite de cookies.
-Tu as de la chance, reprit le chef d'unité, je n'ai pas vraiment le temps de te punir, et de toute façon, il faut que tu sois en un seul morceau pour ce soir.
Chaton releva la tête, une lueur de soulagement se lisait dans ses yeux. Son aîné lui sourit, puis s'accroupit.
-On va quand même mettre les choses aux clairs tous les deux. Tu n'as pas le droit de mourir, à moins bien sûr que je ne t'en donne la permission. J'espère que c'est bien clair pour toi ?
-Ou-oui.
-A la bonne heure, sourit l'allemand en se relevant, maintenant retourne à ta place. Nous n'allons pas tarder à nous poser.
Le cadet acquiesça, mais alors qu'il s'apprêtait à sortir, le bras de son frère vint se placer entre lui et la porte.
-Une dernière chose, dit ce dernier en décrochant l'une des grenades qui était attachée à la ceinture du plus jeune, lorsque je te donnerais la permission de mourir, ce sera avec ça que tu devras te tuer. Une mort rapide et spectaculaire que tu ne mérites pas mais que je t'accorde. Pigé ?
-Oui, lâcha Chaton qui avait l'air d'avoir trouvé le ticket gagnant de l’euro million, merci !

Serpent laissa échapper un sourire de satisfaction, il avait bien travaillé.
-« Brave pantin », songea-t-il en regardant son frère s'éloigner, « tu vas enfin m'être utile ».



27 mars 2001, 21h 45

Aelita Schaeffer ne savait pas quoi penser de tout ce qui venait de lui arriver, lorsqu'elle s'était réveillée à l'intérieur de cette étrange tour, elle n'avait pu s'empêcher de sortir pour aller voir au-dehors de ce monde créé par son père. Dans l'espoir de retrouver celui-ci, afin qu'il réponde aux questions qu'il avait ignorées avant que tout ne devienne noir. Malheureusement pour elle, ce ne fut pas Waldo qu'elle croisa, mais des espèces d'énormes frelons avec un signe bizarre sur le front qui s'était mis à la canarder à coup de laser. Elle aurait pu y rester si les trois hommes avec qui elle voyage en ce moment même n'étaient pas intervenu pour détruire les monstres. Elle avait un peu hésité lorsqu'ils lui avaient proposé de les suivre, mais l'arrivé d'un autre insecte volant avait fait pencher la balance. Maintenant, elle était à l'intérieur d'un étrange sous-marin, dans un océan qui, lui, était encore plus étrange, et selon ses protecteurs, ils voguaient vers un endroit où elle serait en sécurité.

Elle avait bien entendu demandé plusieurs fois des nouvelles de son père, mais à chaque fois, elle eut droit à la même réponse : « Nous ignorons où il se trouve, mais nous ferons notre possible pour le ramener chez nous, où il sera en sécurité avec toi. »
Aelita ne savait pas vraiment comment elle devait réagir, elle n'avait pas peur, mais elle n'était pas complètement rassurée non plus. Elle se posait une foule de questions, mais l'équipage de bord était bien trop occupé à manœuvrer l'engin pour lui répondre. Et bien qu'elle leur soit reconnaissante de lui avoir sauvé la vie, elle ne leur faisait pas entièrement confiance. C'est alors qu'une main vint se poser sur son épaule, surprise, elle fit un bond pour se dégager de ce contact qui n'était pas tellement désiré.

-Hé du calme fillette, s'exclama Lloyd en levant les mains, je ne vais pas te bouffer.
-Alors qu'est-ce que vous voulez ? Répondit la jeune fille sur la défensive.
Un peu étonné par le ton agressif qu'employait sa passagère, le soldat tenta de se radoucir.
-Pour être franc, je sais pas. C'est notre supérieur qui a insisté pour qu'on te ramène, apparemment, il y a quelqu'un qui meurt d'envie de te voir chez nous.
-Qui ça ?
-Mais je n'en sais rien, dit-il en agitant les bras.
La jeune fille ne put s'empêcher de rigoler à la vue du soldat en train de faire le pitre, il lui rappelait ses jeux d'enfants avec son père.
Satisfait de son résultat, Lloyd lui tendit la main.
-Moi c'est Lloyd, Lloyd Tupin.
-Aelita, Aelita Schaeffer.
A ses mots, le soldat écarta ses yeux. Il comprenait maintenant pourquoi Tanner et Anthéa tenaient tant à la voir, cette petite allait avoir une sacré surprise.

C'est alors qu'une secousse vint ébranler le submersible, surprise, Aelita se vautra sur le sol sous le regard amusé du lieutenant.
-Allez debout crevette, ricana-t-il en l'aidant à se relever, on est arrivés.
La jeune fille était vexée, mais accepta son aide. Elle fut tout à coup téléporté hors de l'Octobre Rouge, mais cela ne l'avait pas tellement étonnée, on lui avait fait le même coup lorsqu'elle était rentrée dans le sous-marin.

Elle profita donc de la nouvelle vue qui s'offrait à elle, et le moins que l'on puisse dire, c'est ça en valait la peine.
Olympia était un immense plateau couvert d'un sol de pierres et de colonnes blanches, au loin, une énorme montagne de la même couleur se dressait devant eux. Au sommet de la montagne, se trouvait une tour au halo bleu identique à celles qu'elle avait vues sur le monde virtuel de son père. C'était magnifique.

-Si jamais ça ça te plaît, lui souffla Lloyd à l'oreille, j'ai quelque chose d'encore mieux à te proposer.
Il posa ses mains de chaque côté de la tête de sa protégée, et la tourna vers la gauche. Bien qu'un peu agacé qu'on la manipule comme un pantin, Aelita oublia toutes ses plaintes au moment où elle vit ce que le soldat voulait lui montrer.

A une vingtaine de mètres, une femme vêtue de l'uniforme de « Silver Wings ». Cette femme l'observait avec des yeux qui semblaient contenir une explosion de sentiments, cette femme avait de magnifiques cheveux roses qui lui tombaient jusqu'au milieu du dos. Cette femme... était sa mère.
Aucune des deux ne dit quoi que ce soit, elles se contentaient simplement de se fixer, la bouche grande ouverte, les jambes paralysées par l'émotion. Soudain, Aelita se mit à courir vers sa génitrice, ce mouvement fut le déclic pour cette dernière qui l'imita. La mère et la fille parcoururent en un temps record la courte distance qui les séparait avant de se tomber dans les bras. Anthéa ne dit pas un mot, pas plus que son enfant, elles se contentaient de se serrer l'une contre l'autre le plus fort qu'elles pouvaient, comme pour rattraper le temps qu'elles avaient perdu.

Cependant, alors que les quatre soldats restants regardaient en souriant cette scène émouvante, personne ne fit attention à la tour nichée au sommet de la montagne. Ni au halo bleu qui était subitement devenu rouge.


27 mars 2001, 21h 55


-C'est parfait, applaudit Mathilda, tes pouvoirs sont impressionnants.
Seth adorait quand son éducatrice le complimentait, pourtant, cela avait été si simple pour lui qu'il ne voyait pas en quoi c'était exceptionnel.
Depuis quelques heures déjà, la fille cadette d'Anthéa avait renoncé à lui apprendre tout ce qu'elle savait. De toute façon le mutant pouvait tout transférer en moins de temps qu'il n’en fallait pour le dire. A la place, elle avait décidé de lui apprendre à mieux contrôler les nombreux pouvoirs qu'il possédait. En effet, la créature s'était découvert depuis peu un tout nouveau don. Un don de création. Il avait failli dévirtualiser son éducatrice en faisant apparaître un énorme camion, comme ça, en y ayant simplement pensé.
Mathilda avait reconnu sans trop de mal la machine, celle-ci avait failli l'écraser quand elle était plus petite. Du coup, elle se demandait si le cobaye ne lui avait pas menti en affirmant qu'il n'avait pas touché à ses souvenirs. Mais dès lors, elle avait décidé que ce pouvoir leur serait très utile pour qu'il apprenne à visualiser ce qu'il pouvait trouver dans le monde réel une fois qu'il serait totalement « terminé ».

Il suffisait que la jeune fille pense très fort à quelque chose en particulier, et Seth le transférait vite fait dans son esprit pour le recréer quelques secondes plus tard. Le mutant était en train d'observer le premier arbre fait de ses mains.

Mais déjà son éducatrice cherchait autre chose à créer pour son élève :
-Bon... Euh... Qu'est-ce que tu voudrais voir maintenant ?
-La Lune, s'exclama la créature joyeuse comme un enfant, je voudrais voir la Lune !
-D'accord, répondit Mathilda en souriant, mais ne la fait pas trop grosse quand même.

Là-dessus, la jeune brune s'approcha à nouveau de Seth afin de refaire un transfert d'image, mais c'est au moment où ce dernier allait commencer qu'elle fut prise d'une douleur atroce. Elle plongea sa tête dans ses mains, elle avait l'impression qu'un coup de tonnerre venait d'éclater dans son crâne.
La douleur s'intensifia, et elle tomba à genou. Elle poussa un cri si effroyable que son élève fit un pas en arrière, effrayé par ce qui se passait. Mathilda se roulait sur le sol tant elle souffrait, jamais dans toute sa vie, elle n'avait ressentie une telle douleur.

C'est alors qu'elle vit ses jambes se dépixéliser, puis ses mains, puis elle cessa tout simplement de voir.
Seth restait là, seul, ne sachant quoi faire.
-Mère, appela-t-il désespérer, ne me laisse pas tout seul ! J'ai peur !
Autour de lui, une multitude de choses se créait sans qu'il en ait donné l'ordre. Toutes ces choses que son éducatrice lui avait proposé de créer. Il perdait totalement le contrôle de son pouvoir.
-Mère !!

Mais elle ne l'entendait pas, elle ne pouvait plus l'entendre. Dans le département scientifique du quinzième sous-sol, le couvercle du sarcophage dans lequel elle gisait fut projeté si violemment qu'il alla s'encastrer dans le plafond. Mathilda arracha les câbles qui parsemaient sa tête, puis elle se redressa hors de l'eau froide, un symbole bien connu de l'équipe virtuelle avait remplacé ses belles pupilles vertes.


Dernière édition par Tyker le Sam 21 Mar 2015 00:15; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Dim 12 Oct 2014 15:09   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1021
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Citation:
Hé bah putain, la soeur de Seth t'obsède à ce point? 

Disons que la partie Serpent et Death Battle m'intéresse moins, donc je me concentre sur le reste Mr. Green.

Tiens, parlons d'eux pour commencer. J'avoue ne pas être très inspiré de ce côté, mais je valide le Chaton placé comme kamikaze. Reste à savoir si cette carte aura l'occasion d'être joué durant le Death Battle. On pourrait croire que oui avec la dernière pensée de Serpent, mais j'ai envie de penser non. Fuck logic.
Plus intéressant, on a apparemment un cannibale lâché dans l'arène. Ce point me fait rire dans la mesure où au moment où je rédige ces lignes, tu parles d'Hannibal Lecter en parallèle sur Skype. D'ailleurs, je n'ai pu m'empêcher de penser que cette boucherie est l’œuvre d'enfants, va savoir pourquoi. Peut-être même ceux évoqués dans l'avion par Diego. Son récit laissait entendre que ces enfants n'étaient pas des plus contrôlables. Peut-être ont-ils été intégrés à ce nouveau Death par leurs supérieurs dans l'espoir qu'ils en soient débarrassés par un tiers et ajouter une difficulté supplémentaire au passage.

J'en ai pas fait mention lors de mon dernier passage, mais j'aime bien Lloyd. Il a beau râler, il fait quand même ce qu'on lui demande. Ça me rappelle moi *paf*.
Un peu plus pour la présence de la Méduse. Elle me semblait vraiment exclusive à la saison 2, donc une existence antérieure… Enfin, vu ton point de départ, ça passe très bien quand même. Et puis, je suis mal placé pour critiquer vu mon dernier One-Shot o/.
Pour ce que Xana a fait à l'Octobre Rouge, j'imagine que c'est un moyen pour lui d'activer la tour sur Olympia, quelque chose qui sert d'intermédiaire. Un virus ou un truc du même goût. C'est ce qui me semble le plus logique en tout cas.
Par contre, je me demande pourquoi Xana n'a pas profité de la présence d'Aelita hors d'une tour et de sa Méduse pour lui pomper les clés de Lyokô, si tant est que tu les lui as implantées ? À mon sens, ça aurait été plus pertinent de la part de l'IA que de faire chier Anthéa and co.
Pour rester sur Aelita, ben, rien à dire. On a eu quelques lignes d'émotion, j'aurais jamais cru lire ça ici. Enfin, on va quand même briser ça j'imagine. Et puis, la présence d'Aelita donne un moyen de pression supplémentaire sur Anthéa. Elle est toujours plus dans le Nutella.

En xanatifiant Mathilda, il est évident que Xana va mettre un bordel monstre au sein de Silver Wings (peut-être dégommer leur SC pourquoi pas o/). Heureusement qu'ils ont eu la bonne idée d'embarquer bonbon rose qui pourra leur désactiver la tour Mr. Green. Encore faudrait-il qu'il sache qu'elle en est capable. Par contre, il n'est pas impossible que l'absence de Mathilda « détraque » Seth. À suivre donc.

A plus pour la suite !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 12 Oct 2014 15:13   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1431
Localisation: Sûrement quelque part.
Apparemment, faudrait que je te fasse un com'.

Ikorih remet son album de Dragonforce au début.

Je sais pas trop si du Dragonforce est bien adapté. Mais je m'en fous, c'est mon album tout neuf, et c'est avec ça que j'ai lu. Du coup c'est avec ça que je commenterai. o/

On a un flash-back sur le truc qui dérangeait Serpent dernièrement m'en fout je savais avant de lire le chapitre. Pour le moment, on attend de voir l'utilité et l'impact sur l'histoire. Allez savoir, le mec chelou croisé par Renarde est peut-être un des deux gagnants du Death Battle précédent. *hypothèse lancée au hasard en l'air*
Through the fire and the flames we carry on!
Ah oui, c'est vrai que le métal te court sur le haricot. Tant pis.
Du coup, toujours dans les flash-back, Chaton veut se suicider (je l'avais pas mentionné dans un précédent com'? Mastermind). Heureusement, Serpent qui a un putain de sixième sens pour se pointer au bon moment. Il arrive quand même à le convaincre de la jouer kamikaze quand il le faudra....Chaton est putain de con, ma parole.
Flying over darkened skies the battle will call
Ah oui ça bastonne du côté du Death Battle. Du coup...
Bah on a un python arboricole (qui a l'air vachement blasé d'ailleurs) qui discute avec Maître Corbeau sur un arbre perché. Maître Corbeau, qui n'a pas l'air d'être le plus mal loti de l'unité, se fait à peine engueuler et se rend même utile. C'est un bilan un peu meilleur que celui de Chaton, nan? Mr. Green
Bon, ensuite Maître Corbeau et son ami le python découvrent la présence de la meute d'Ulrich dans les parages, après l'avoir confondue avec la bande de Pluto. Je crois que pour un loup, plutôt crever qu'être confondu avec un chien.
...
...
Ohh la belle vanne. **
Fight for the truth and the freedom, gloria!
Reprenons en laissant de côté cette histoire de cleps.

Ensuite, on a un bébé bonbon rose et sa maman. Mais commençons par le début.
Lloyd, que j'apprécie toujours autant que précédemment voir plus (putain, ce troll qu'il envoie à Princesse. Il ira loin), survit difficilement à un Mégatank tandis que l'Octobre Rouge se fait virusser par la Méduse. Pendant ce temps, Aelita se fait enlever (Son papa lui a jamais dit qu'on suivait pas les inconnus? *sort*) et ramener à la base. On peut déjà imaginer qu'elle va être remmenée sur Lyoko et amnésique qui plus est. On peut aussi imaginer qu'Anthéa ne va pas être trop d'accord et à moins d'avoir été butée entre-temps...x)
Du coup, Lloyd sert de baby-sitter à Aelita le temps de la ramener à sa môman (putain un perso humain dans une fic de Tyker, on aura tout vu), et personne ne voit la tour que Xana a activée grâce au virus capitaliste implanté dans l'Octobre Rouge. o/
Blackened by the burning fire held deep inside my mind!
Du coup il xanatifie Mathilda. D'ailleurs on note que le procédé de virtualisation qu'elle utilise est la raison pour laquelle elle n'est pas protégée : son corps étant toujours existant, il peut être atteint par le spectre. (smirk)
Sinon, Seth se retrouve tout seul, et il est triste et malheureux. Du coup, il va se mettre à tout péter et va faire tomber des camions partouuut.
Mewtwo like?
"No, it is not Mewtwo"

Je vais laisser mon album de Dragonforce conclure pour moi, d'ailleurs.

In my heart, in my soul, I am out of control
Fly across the mountains and towards the distant sun
Tears evermore we cry like before

_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Tyker MessagePosté le: Jeu 30 Oct 2014 19:49   Sujet du message: Répondre en citant  
Tyker Modérateur


Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 230
Localisation: Arkham Asylum
Spoiler


Chapitre 10: Imprévu (3ème partie)


27 mars 2001, 21h 58

Les cris et les plaintes qui résonnaient aux oreilles du Docteur n'étaient pas vraiment à son goût. Le son était d'ailleurs un peu trop bon lui aussi car il entendait parfaitement la chair se déchirer, et les loups mâcher. Il se trouvait dans le neuvième sous-sol de son complexe scientifique, celui-ci était à lui tout seul une immense salle de cinéma.

Non pas que le sexagénaire s'offrît le luxe de visionner quelques films, mais cet endroit était parfait pour mettre au point un plan devant une foule de membres de l'organisation, et accessoirement, elle permettait d’observer tranquillement le Death Battle.
Et tandis que le Docteur s'agaçait de voir des soldats qui avaient mis un temps certain à finir leur session d’entraînement ( et qui avaient coûté une somme d'argent non-négligeable) se faire massacrer, Adam Warren assis à ses côtés jubilait comme un enfant, on aurait presque pu dire que tout se passait comme il l'avait prévu.

Le sexagénaire se pencha près de son associé :
-Est-ce que je peux savoir pourquoi vous l'avez introduit dans le Death Battle ? Demanda-t-il de sa voix éraillée.
-La réponse est pourtant évidente, répondit celui-ci d'une voix qui frôlait la moquerie, tous les soldats présents ici ont été entraînés par votre service. Il n'y a que lui qui vienne du mien, et on constate avec aisance la différence de niveau.
-De deux choses l'une, répliqua le Docteur, d'une part, je tiens à vous rappeler que c'est au sein de notre division qu'il a été entraîné. Alors ne vous octroyez pas un mérite qui ne vous revient pas. D'autre part, laissez-moi vous dire que cette décision est à double tranchant. Que se passera-t-il si jamais il échoue et se fait tuer ?

Warren balaya cette remarque d'un geste de main.
-Cela n'arrivera pas, je doute sincèrement que notre cher Dragunov ait pu trouver quelqu'un de son niveau.
-Vous semblez bien sûr de vous, intervint ledit Dragunov qui était assis sur la gauche du Docteur, mais il était cependant convenu que je lui fournisse de bons équipiers, pas qu'il les massacre. Alors en quoi est-ce une bonne idée ?
Il fallait être sourd pour ne pas avoir détecté l'insolence dans la voix du russe, et Warren était loin de l'être:
-Qui vous a autorisé à me parler sur ce ton ?!
-Moi je l'y autorise, cracha le Docteur comme on crache au visage d'un homme, répondez à sa question si vous ne voulez pas passer pour un idiot.
L'américain semblait furieux, mais il se radoucit rapidement, et répondit avec un sourire poli :
-Il a lui-même insisté pour tester ses « coéquipiers » comme vous dites. Il ne faisait pas vraiment confiance au jugement de son autre équipier, il veut donc vérifier comment il réagirait face à lui...

Un hurlement atroce jaillit soudain des enceintes, coupant la parole à Warren. Toutes les paires d'yeux se tournèrent alors vers l'écran géant, où un spectacle des plus macabres se projetait en format haute définition.



27 mars 2001, quelques minutes plus tôt


Courir, courir sans s'arrêter, courir ou... mourir.
Tels étaient les mots qui résonnaient dans la tête de l'homme qui filait à travers la neige à s'en cracher les poumons, et même s'il ignorait dans quelle direction il devait se rendre, il ne pouvait s'empêcher de penser à autre chose qu'à sa survie. Mais une douleur fulgurante vint foudroyer son genou, emporté par son élan, il se vautra sur le sol. Une tache rouge et humide vint grandir de seconde en seconde au niveau de la plaie causée par la flèche qui l'avait transpersé.

-Ne cours pas si vite mon lapin, ricana Serpent en sortant de sa cachette, on a une carotte pour toi.
Surgit des ténèbres, Lion, Renarde et Chaton accompagnaient le leader de l'unité. Le blessé tenta vainement un mouvement vers son arme, mais une nouvelle flèche venue de l'ombre vint se loger dans son bras, lui arrachant un cri de douleur.

L'allemand vint s'accroupir près de sa proie, sa lame étincelante à la main.
-Dis-moi un peu, qu'est-ce que tu fuis ?
-Va te faire voir, articula le soldat, si je balance une info quelconque c'est la mort pour moi.
-Tu as tout à fait raison, répondit Serpent avec un sourire carnassier, mais je vais te montrer ce qui se passe dans le cas échéant.
Le préadolescent examina le corps de sa victime, puis, une fois qu'il eut choisi le bon endroit, il y planta sa lame. Et les premiers hurlements de douleurs vinrent résonner aux oreilles des spectateurs.



27 mars 2001, 22h 15

Posté à l'entrée de la grotte que lui et son équipe s'étaient dénichée, Serpent ne pouvait pas s'empêcher de penser aux informations que lui avait laissées Dick (le nom de sa victime).
Bien que lui trancher les jambes eut été divertissant, ce qu'il avait révélé l'avait plongé dans un abysse de perplexité. En particulier lorsqu'il avait parlé de la façon dont son unité s'était faite avoir. Selon ses dires, les quatre autres membres avaient été pris par surprise alors qu'ils avaient érigés une défense presque imprenable aux yeux de l'allemand. Et ce type n'avait que ses loups comme coéquipiers, mis à part eux, il était seul.

C'était à la fois excitant et dangereux : jamais encore il n'avait rencontré quelqu'un comme ce type. Mais il n'arrivait pas à mettre en place une stratégie suffisamment sûre pour un cas pareil, et cette fois-là, il savait qu'il n'aurait aucune chance de se rattraper. Serpent réfléchissait à cent à l'heure, la grotte dans laquelle ils avaient élu domicile était située en haut d'une pente un peu raide, donc les loups auraient du mal à grimper. Mais il ne pouvait écarter l'hypothèse qu'ils avaient été dressés pour faire face à ce genre de situation, de plus, il ignorait de quelles armes cet adversaire-là disposait. Il devait probablement posséder une lame quelconque, mais s'il savait manier une mitraillette, ils étaient fichus. Il allait falloir faire preuve d'improvisation, et il avait horreur de ça.

Surtout lorsqu'il y avait de tels enjeux sur la table.
C'est alors qu'une odeur à la fois exquise et alarmante vint se frotter contre ses narines, il e retourna.
Assis autour d'un feu de camp, l'unité de Dragunov faisait cuire les saucisses qui leur avaient été données dans leur pack de survie.

-Tu en veux ? Demanda Corbeau en lui tendant une assiette, Dragonne nous l'a allumé pour rendre notre repas plus agréable.
Furieux, l'allemand bondit devant ses hommes pour piétiner les flammes.
-Hé, se plaignit Lion dont la part avait été renversée, j'ai faim !
-Éteignez ce feu tas de crétins, beugla le leader en redoublant de coups de talons.
Malheureusement, un hululement vint lui faire comprendre que c'était trop tard, et il s'efforça de contenir sa colère.
-Ils arrivent, gronda-t-il en sortant ses lames. Prenez vite vos positions, nous allons avoir des invités pour le dîner.
Lion tenta d'émettre une nouvelle plainte, mais Serpent le fit taire d'un soufflet à l'arrière du crâne.
-Plus vite ! Cracha-t-il. On a pas beaucoup de temps.

En moins de temps qu'il ne fallut pour le dire, les soldats dégainèrent leurs armes, et se placèrent là où leur chef leur avait dit de se placer en cas d'attaque, mais l'ukrainien dans son empressement se trompa. Son chef lui envoya un splendide coup de pied dans le postérieur et lui indiqua sa véritable place.

-A vos lunettes infra-rouge, ordonna-t-il en enfilant les siennes, si quelque chose approche, butez-le.

Serpent vérifia rapidement la formation de son unité, Lion était en première ligne au cas où certains monteraient trop haut. Sur le côté gauche de l'entrée, Corbeau surveillait les alentours grâce à la lunette de son fusil. A droite, Dragonne et ses flèches pouvaient voir et tuer d'assez loin. Derrière Lion, il y avait Renarde pour l'épauler au cas où le fusil à pompe de l'ukrainien se vide trop vite. Serpent s'était placé à côté de Corbeau, afin que celle-ci le tienne au courant de la situation. Chaton était debout derrière eux, si jamais il y avait besoin de jeter une grenade. Les membres de l'unité placés en première ligne étaient protégés par de petits tas de roches, il ne restait plus qu'à attendre l'assaut, et celui-ci ne se fit pas prier.

Lentement, quatre silhouettes menaçantes sortirent de la forêt. Ils étaient apparus de nulle part, comme des spectres. Les enfants soldats sentirent leurs doigts se crisper sur leurs armes, et cela ne plut pas du tout à leur leader. C'était l'objectif des animaux de se montrer avant l'attaque : instaurer la peur chez la proie. Les bêtes semblèrent prêtes à passer à l'assaut, Corbeau et Dragonne en avait chacune une dans leur ligne de mire respective. Pendant de longues minutes, ils attendirent. Mais au bout du compte, le même phénomène que la dernière fois se produisit. Sans aucune raison apparente, les chiens relevèrent la tête, puis, sous le regard étonné de leurs proies, ils s'en allèrent tranquillement. Personne au sein de l'unité n'avait compris ce qui s'était passé, mais Lion laissa éclater sa joie.

-Alors ?! Qui plus fort ?!

Serpent se retint de le frapper cette fois, il était trop occupé à penser. Mais il eut beau se creuser la tête, il ne savait pas pourquoi les loups avaient fait demi-tour. Quoique, si, il savait que leur maître les avait rappelé, mais il ignorait le pourquoi de la chose. Il avait déjà balayé l'hypothèse que leur défense était trop solide pour passer sans risquer des pertes. La précédente unité qu'il avait attaqué avait des grenades (comme il avait pu le constater avec Dick), il aurait suffi qu'il en envoie une pour tous les faire sortir. Soudain, il comprit. Une tentative à l'explosif risquait d'abîmer leurs cœurs, et visiblement, c'était la seule chose qui intéressait ce chasseur. L'allemand laissa échapper un soupir, tant qu'ils étaient ici, il n'y avait rien à craindre.

Cependant, il n'appréciait pas vraiment de voir Lion s'octroyer tout l'honneur de leur survie.
Ce dernier levait son fusil à pompes au-dessus de sa tête en signe de victoire, tout en chantant quelque chose en russe.
-Pitoyable.

A peine ces mots furent-ils prononcé qu'une fine lame vint transpercer la gorge du fêtard, celui-ci qui n'avait rien vu venir laissa échapper un gargouillement désarticulé avant de dévaler la pente comme un vulgaire sac de patates.
Aucun des membres de l'unité ne comprit ce qui venait de se passer, mis à part Serpent.

-Retirez vos lunettes, hurla celui-ci tout en sachant qu'il serait la prochaine cible avec pareil avertissement, il est là !
Le chef de l'unité suivit son instinct, et fit un bond en arrière. S'il était resté debout, c'était sa tête qui aurait roulé. Mais il avait mal calculé son coup, et il tomba sur le dos. Ignorant la faible douleur qui irradiait, il se jeta sur le côté pour éviter un nouveau coup tout en retirant ses lunettes, et c'est là qu'il le vit. La raclure qui les avait attaqué portait une étrange combinaison blanche qui lui recouvrait l'intégralité du corps, seuls ses yeux n'étaient pas prisonniers de cet étrange vêtement, mais ils étaient cachés par des verres infrarouges.

-Tout le monde dehors ! Rugit-il tout en sachant que les loups devaient les attendre en bas.
Il se jeta hors de la caverne, dégoupilla une grenade, et la lança dans les bois. Une explosion meurtrière s'éleva dans les airs, et il profita de la soudaine clarté pour voir les animaux s'échapper à la vue des flammes. L'allemand reprit pied en bas de la pente, et se saisit de ses lames. Il s'était fait avoir, la combinaison que portait leur agresseur devait probablement isoler la température de son corps et le rendre invisible à l'infra-rouge. Mais il était impressionné par l'adresse dont celui-ci avait fait preuve, malgré la pente, il avait réussi à se hisser jusque dans la grotte sans faire le moindre bruit. A sa connaissance, personne n'était aussi silencieux.
Les loups n'avaient servi que de diversion tandis qu'il grimpait, le stratagème était parfait.

Mais Serpent n'était pas là pour admirer un adversaire, une fois qu'il fut sûr que les bêtes s'étaient suffisamment éloignées, il releva la tête. Renarde qui avait eu le temps de dégager dévalait la pente à son tour, mais Corbeau n'avait pas eu autant de chance. Le corps de l'américaine semblait imiter parfaitement la descente de celui de Lion quelques secondes plus tôt. Les seules différences furent qu'elle respirait encore, et que c'était une flèche dans l'épaule qui l'avait eu.

A cette vue, Serpent releva la tête. Bien debout à l'entrée de la caverne, le chasseur les observait avec un calme olympien. Mais il n'était pas seul, car Dragonne se tenait à côté de lui.
Évidemment.
L'allemand pesta contre lui-même, il ne l'avait pas remarqué, personne ne l'avait remarqué. Et pourtant c'était tellement évident. Toutes les unités qu'ils avaient rencontrées jusque-là étaient composée de cinq membres, pourtant, eux étaient six. Il y en avait donc une de trop, celle qui était si discrète que personne ne faisait attention à elle. Voilà donc la raison pour laquelle Dragunov ne leur avait pas parlé de sa précédente unité, parce que même si les chances étaient minces, il n'avait laissé aucune piste qui permettent de remonter jusqu'à la coréenne. De plus, c'était elle qui avait allumé le feu, signalant ainsi leur position. Quand il y avait un traître dans l'unité, c'était souvent au pire des moments qu'on le découvrait. Visiblement, on leur avait rajouté une difficulté supplémentaire.

De son côté, Dragonne échangeait quelques mots avec son partenaire :
-Mis à part la loque dans notre dos, les trois-là sont parfaits pour nous. En particulier le brun.
Le chasseur observa Serpent quelques secondes.
-Il est malin, avoua-t-il, il a réussi à m'échapper et il a fait fuir nos chers camarades.
-Alors c'est bon ? Tu es satisfait ?
-Non.
La coréenne haussa un sourcil, elle sentit qu'elle n'allait pas aimer la suite.
-J'avoue qu'il m'a impressionné, mais j'aimerais tester ses compétences au combat par moi-même.
-Et j'imagine que tu vas également t'en prendre aux autres ? Soupira son acolyte.
-Pas du tout, les autres ne m'intéressent pas. Je te laisse les mettre au courant de la situation, je me fie à ton jugement concernant ces deux filles.
Dragonne observa un instant son partenaire, elle avait un très mauvais pressentiment.
-Avoue-le Peter, reprit-t-elle d'une voix étrange, si tu l'affrontes c'est pour avoir la place de chef pour toi tout seul. Pas vrai ?

Ledit Peter ne répondit pas, son attention était déjà concentrée sur sa proie.
Sans crier gare, il dévala la pente à une vitesse fulgurante, pour finalement s'arrêter à moins de deux mètres de Serpent. Celui-ci n'avait pas perdu son sang-froid, et examinait avec attention la splendide rapière que tenait son rival. Il disposait d'une allonge bien supérieure à la sienne, et de plus, il était d'une rapidité monumentale. L'allemand savait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur, d'autant plus que Renarde avait réussi à perdre ses armes en s'enfuyant. Il était seul, et ça lui allait très bien. Peter n'attendit pas longtemps, sa lame à la main, il exécuta une série de coups mortels en visant les points vitaux de son adversaire avec une précision chirurgicale. Serpent n'avait d'autre choix que de parer ou d'esquiver, le chasseur était bien trop vif pour lui laisser une ouverture. L'allemand eut beau faire preuve de toute son adresse, de tout son talent, il dût admettre bien vite qu'il avait affaire à plus fort que lui. Et ce n'étaient pas ses coéquipiers qui allaient lui venir en aide. Renarde et Corbeau semblaient avoir été briefées par Dragonne, et quoi qu'elle ait pu leur dire, ça les avait convaincues de ne pas se mêler de ce combat. Chaton était lui aussi descendu de la grotte, observant le duel d'un regard vide. Ce n'était même pas la peine de songer à son aide, il était seul, mais il était Serpent.

Et tandis que son adversaire délivrait un nouvel assaut, il lui cracha au visage.
Littéralement.
Surpris, Peter recula, découvrant alors le long filet de salive blanc qui coulait le long de son nez.

-T'as rien de mieux ? Nargua l'allemand en profitant de cette courte pause pour souffler un peu.
Son adversaire ne répondit pas, il ramassa un peu de neige pour s'essuyer le visage. Puis il redoubla de violence, et une avalanche de coups parfaitement ajustés vint s'abattre sur Serpent.
Celui-ci qui avait déjà du mal à dévier les attaques de son rival en croisant ses deux lames, dut vite se résoudre à changer de méthode. Peter s'était rapproché, et la pointe de sa rapière écorcha à plusieurs reprises le visage et le torse de l'allemand. Ce dernier tenta alors une contre-attaque audacieuse, il esquiva de peu un coup perçant du chasseur en décalant sa tête, puis il attrapa le poignet armé dans le but de l'égorger sans que la rapière ne vienne parer l'attaque. Mais un puissant crochet en pleine mâchoire brisa son assaut et l'envoya rouler dans la neige. L'allemand n'eut même pas le temps de reprendre ses esprits qu'un nouvel assaut le força à bondir sur le côté, mais la pointe de la lame perça cruellement son mollet gauche. Serpent, malgré sa douleur, voulu en profiter pour le désarmer mais un violent coup de talon dans le plexus le renvoya dans la neige maculée de son sang. Il refusa de s'avouer vaincu, lorsque le chasseur eut retiré sa lame de sa jambe, il fit une roulade arrière afin de se tenir debout, prêt au prochain assaut. Cependant, la balance avait lourdement penché, et tandis que Peter restait sans blessure,
Serpent avait la jambe et le visage saignants, ses chances de victoire quasiment nulles. Et pourtant, la défaite n'avait jamais été une option pour lui, pas plus que l'abandon.

-Je suis toujours en vie, provoqua-t-il en lâchant un sourire carnassier, ton arme est vraiment à chier tu sais ?

Le chasseur l'observa d'un regard lassant, puis sa rapière fendit l'air afin de délivrer le coup fatal. Serpent réagit avec la rapidité d'un cobra, il leva sa main gauche, et la lame vint la transpercer. L'allemand attendit que le manche de l'arme vienne toucher sa paume pour le saisir afin de bloquer l'épée, puis il leva le couteau de sa main droite, et le planta dans le poignet gauche de Peter qui s'apprêtait à riposter par un nouveau coup de poing.
Exactement comme il l'avait prévu.
Une fois les deux mains de son adversaire neutralisées, Serpent dégaina sa deuxième lame qu'il avait rangée avant l'assaut, et égorgea le chasseur.

Enfin, c'est ce qu'il aurait voulu faire, car ce dernier réagit avant que le couteau ne vienne taillader sa gorge. Il envoya un coup de boule contre le nez de l'allemand qui émit un craquement sinistre.
Et tandis que celui-ci reculait sous le choc, le chasseur libéra sa rapière avant de lui percer l'épaule droite. Cependant, le résultat ne l'avait pas satisfait, il balaya les jambes de son rival et planta son talon contre son torse. Puis, il posa la pointe de sa lame contre la pomme d’Adam de sa proie.
Serpent avait perdu.
L'allemand n'avait plus aucune chance de reprendre le dessus, il était à la merci du garçon en combinaison. Celui-ci le gratifia d'un regard affamé, et il sut dès lors que son cœur allait lui servir de repas.

-C'est bon t'as gagné, lança Dragonne d'une voix énervée, tu pourrais peut-être le lâcher avant qu'il ne se vide de son sang ?
Peter haussa les sourcils, comme s'il avait oublié qu'il devait le laisser en vie. Pourtant, il ne retira pas sa lame tout de suite.
Le chef de l'unité de Dragunov tourna la tête, Chaton n'avait pas bougé, toujours là à regarder l'état pitoyable dans lequel se trouvait son frère.
Profitant ainsi de l’inattention du chasseur, Serpent fit discrètement signe à son cadet de s'approcher.
-Tu as le droit de mourir, articula-t-il en allemand.

Alerté, Peter se retourna vers sa victime. Celui-ci le gratifiait d'un rictus abominable, au moment même où « Boulard » dégoupillait la grenade qui lui avait été confiée.
A cette vue, toutes les personnes présentent filèrent se mettre à l'abri. Alors que le plus jeune laissa échapper son engin meurtrier qui vint tomber à ses pieds, il releva la tête une seconde afin de remercier son aîné, mais celui-ci avait disparu.
Enfin, la grenade explosa, avant même que le jeune garçon n'eut compris où était son frère. Il fut emporté dans une colonne de fumée et de flammes, son sang ainsi que sa chair brûlée giclèrent un peu partout autour de la zone. Le souffle de l'explosion obligea Peter à fermer les yeux pour éviter de recevoir des saloperies dans les globes oculaires, et c'est à ce moment-là que Serpent surgit des ténèbres. L'allemand ignorait totalement sa douleur, il se jeta contre le chasseur afin que celui-ci bascule. Puis, après avoir bloqué les bras avec ses genoux, il déchaîna un véritable déluge de coup de poings sur le visage de son rival. Il venait d'abattre sa dernière carte :
La sauvagerie.

Dans chacun de ses coups, il déversa sa douleur, sa violence, sa colère et sa folie.
Malheureusement, ses forces étaient au plus bas, et Peter ne mit pas longtemps à le repousser. Furieux, le chasseur voulut se saisir de son arme, mais c'était son adversaire qui s'en était emparé. D'un ultime geste de rage, Serpent abattit la rapière contre sa victime, mais sa douleur ainsi que son expérience quasi nulle de ce genre d'arme l'empêchèrent de porter un coup mortel. Il eut cependant la satisfaction de voir la joue de son rival voler en lambeaux, poussé par l'adrénaline, il tenta de porter le coup final. Mais une flèche de Dragonne vint lui transpercer les poignets, et il tomba à genoux, la douleur l'avait vaincu. La coréenne semblait assez furieuse de ce que Serpent avait fait subir à Peter. Tellement furieuse qu'elle avait déjà encoché une autre flèche, elle s'approcha d'un air menaçant, et se mit en position de tir.

-Votre attention s'il vous plaît !!
La voix qui venait de déchirer le silence meurtrier fit sursauter Dragonne, à tel point que son projectile alla se planter dans un arbre bien au-dessus de la tête de l'allemand.
-Le complexe de Silver Wings subit en ce moment même une attaque extérieure, reprit la voix d'Intelligence, en conséquence, le Death Battle est suspendu jusqu'à nouvel ordre. Toute recrue qui tentera d'en éliminer une autre sera condamnée à mort, une équipe de secours viendra vous évacuer de la salle, merci pour votre attention.

Corbeau ouvrit des yeux ébahis, elle n'arrivait pas à croire que Serpent allait s'en tirer à si bon compte. Ce dernier lui adressa le regard le plus triomphant et le plus moqueur qu'elle eut jamais vu. Puis il éclata d'un rire maléfique, qui résonna dans presque toute la forêt. Sans doute était-ce sa façon à lui de fêter sa victoire.


27 mars 2001, 22h 15

Le garde posté à l'entrée du département biologique renifla bruyamment, il n'était pas vraiment de bonne humeur, et il y avait de quoi. Plus tôt dans la journée, Tanner avait annoncé qu'il avait besoin qu'une personne reste devant la porte de la salle où Mathilda et Seth étaient virtualisés. Il avait évidemment tout fait pour ne pas être sélectionné, malheureusement, personne ne voulait être de garde le soir du Death Battle. Tout le monde pariait sur les survivants, et il avait bien entendu mis en place ses propres paris. Par contre, les enjeux changeaient à chaque unité décédée, et si jamais celle sur laquelle il avait pariée finissait dans la tombe, il ne pourrait pas parier à nouveau pour compenser ses pertes.

L'image de tout cet argent lui glissant entre les doigts hantait son esprit, il était tellement absorbé qu'il n'avait même pas remarqué l'image complètement tordue et difforme d'une jeune fille en sous-vêtement qui tentait de passer à travers les minces fentes de la lourde porte en métal. Mais le garde était trop occupé à souhaiter l'expulsion des images de sa tête. Et bien son vœu fut exaucé, mais probablement pas de la manière dont il l'avait imaginé. En effet, un direct fulgurant vint pulvériser sa boite crânienne, tout ce qu'elle contenait, matière cérébrale, sang, os et dents valdinguèrent à travers le couloir. Ne laissant à la place qu'un trou béant, dans le quel coulait encore de l’hémoglobine. Cependant, malgré l'atrocité de l'acte qu'elle avait commis, Mathilda ne prêta pas plus d'attention à sa victime que si elle avait marchée sur une fourmi. Elle se contenta d'avancer comme un automate jusqu'à l'ascenseur, et de se glisser comme un spectre à l'intérieur.



Même moment

Lloyd n'avait aucune idée de comment la situation avait pu passer d'une émouvante scène de retrouvaille à un champ de bataille digne d'un film de science-fiction américain. Il y avait à peine dix minutes, il observait avec un attendrissement qu'il ne se connaissait pas le long câlin que s'offraient Anthéa et sa fille. Mais l'apparition d'une dizaine de créatures mécaniques rouges ressemblant à des crustacés géants à quatre pattes les avaient forcés à se mettre à couvert. Et une nouvelle fusillade avait éclatée, seulement cette fois, elle était bien plus inégale.

En effet, les soldats n'étaient que quatre, sans compter leur protégée et sa mère. Les monstres les avaient forcés à se cacher derrière plusieurs colonnes de pierres, et produisaient un feu nourri incessant depuis le départ.
-Hé Belpois ?! Appela le lieutenant malgré le boucan que faisaient les tirs. Tu peux nous expliquer ce qui se passe ?
-Je... Je l'ignore. Tout ce que je sais, c'est que votre ennemi a piraté le système de l'Octobre Rouge et s'en sert comme d'une passerelle pour envoyer ses... créatures.
-Génial, et tu n'aurais pas une brillante idée pour nous sortir de là ?
-Les autres équipes virtuelles ont été envoyées vers leur salle de virtualisation respective, vous ne devriez pas tarder à recevoir des renforts.
-Ça c'est bien, autre chose ?
-Le Professeur Tanner a été rappelé en urgence, il nous rejoindra d'ici peu.
-Ça... c'est moins bien.
-Vous pourriez faire un effort quand même, soupira le scientifique.

Mais le lieutenant ne l'écoutait déjà plus, car une vingtaine de combattants venait d'apparaître à l'ouest de leur position. Lloyd leva les bras comme pour remercier le Seigneur d'avoir exaucé ses prières.
Le moment était venu de rendre la monnaie de leur pièce à ces foutus crustacés.


27 mars 2001, 22h 30

Mathilda ignorait totalement ce qui lui arrivait, elle se demandait même si elle ne rêvait pas.
La première chose qui la scandalisait était sa tenue, qu'est-ce qu'elle fichait en sous-vêtement ? Est-ce qu'on lui faisait une mauvaise blague ?
Elle savait que Tanner n'était pas assez tordu pour lui faire un coup pareil, et elle doutait que les autres scientifiques présents dans la pièce avec elle n'aient que ça à foutre. Mais lorsqu'elle avait réalisé que son corps bougeait tout seul, sa tenue était devenu le dernier de ses soucis. Encore plus lorsqu'elle avait trucidé le pauvre type qui gardait la porte. Elle ne comprenait rien, rien du tout. Chose étrange, elle n'avait pas ressenti le moindre dégoût pour la vie qu'elle avait prise de façon atroce. Comme si son cerveau croyait lui aussi qu'elle était dans un rêve, et pourtant, elle avait fini par être sûre du contraire au moment même où elle était sortie de l'ascenseur. Et même si elle ignorait à quel étage elle se trouvait, un banal panneau « attention, ça glisse » laissé par une équipe de nettoyage suffisait à la convaincre que tout ceci était bien réel. Car il était impossible de lire dans un rêve. La faculté de lire était stimulée par la partie gauche du cerveau humain, alors que celle de rêver l'était par la droite. Conclusion : Elle était bien éveillée, et le phénomène dont elle était victime était inexplicable.

De même que le but inconnu qu'elle poursuivait, en effet, alors qu'elle fonçait avec une vitesse qu'elle ne se connaissait pas à travers les couloirs, elle avait massacré plus de cinq personnes. Uniquement de vieux gardes, les pauvres avaient eu le malheur de s'être trouvés sur son chemin, et elle les avait décapités d'un simple coup, comme on décapsule une bouteille de Perrier. La jeune fille, bien que dépourvue de certaines émotions à cause de sa nouvelle condition ne pouvait s'empêcher d'être horrifiée par la cruauté de ses actes.

Mais elle se força à maîtriser ses sentiments, elle devait réfléchir. Elle devait comprendre ce qui se passait. Jusqu'à présent, elle avait vu une quinzaine de personnes, et pourtant, elle n'avait fait que cinq victimes, les autres avaient été assommées. Or, ceux-là ne représentaient pas tous une menace, alors pourquoi les avoir massacrés ? Ses réflexions furent soudainement interrompues par l'apparition d'une femme au croisement d'un couloir, celle-ci resta immobile pendant deux secondes. Puis elle ouvrit la bouche pour crier, mais elle fut stoppée net par un éclair violet tout droit sorti de la main de la jeune fille. La foudroyée fut projetée à l'autre bout du couloir, inconsciente.

-« Classe. », pensa la fille Schaeffer avant de reprendre sa course à fond les manettes. Elle eut cependant le temps de reconnaître celle qu'elle avait mis K.O.. Il s'agissait d'une des meilleurs scientifiques du complexe en matière de chimie. Soudain, elle comprit. L'entité qui la possédait devait être au courant pour le système de sécurité d'Intelligence. Le rythme cardiaque de chacune des personnes travaillant à « Silver Wings » était surveillé de près par l'IA, si jamais l'un des cœurs s'arrêtait de battre, l'alerte ait donnée. Les gardes qu'elle avait tués ne faisaient pas partie du complexe eux-mêmes, car personne n'avait confiance en eux. Quant aux caméras de surveillance... Fallait pas déconner ! Si la chose qui la possèdait avait eu accès à la base de données d'Intelligence, il lui avait sans doute été facile de désactiver le système.

L'alerte n'allait pas être donnée de sitôt.
Tout à coup, alors qu'elle allait s'engager dans un nouveau couloir, elle s'arrêta.
Un peu étonnée par ce coup de frein imprévu, elle tenta d'identifier la personne qui se trouvait à une vingtaine de mètres d'elle.
C'était Tanner.
Celui-ci venait d'ouvrir une porte blindée, et s'apprêtait à rentrer dans la salle qu'elle renfermait, mais il aperçut la jeune fille, et se figea sur place. Mathilda trouvait la situation particulièrement ridicule, et elle espérait que son mentor aurait peut-être une solution à son problème. Mais l'entité qui la contrôlait n'en avait visiblement que faire de leurs histoires, et elle se mit à courir droit sur l'écossais.

Cependant, celui-ci réagit très vite. Il rentra dans la salle, et actionna la fermeture de la porte. Celle-ci se referma si brutalement que la fille d'Anthéa n'eut pas le temps de s'arrêter, et la percuta de plein fouet, la cabossant sur le coup.
-« Mais bon sang », pensa Mathilda, « Qu'est-ce que je suis en train de foutre ?! Il n'y a personne ici qui pourrait me filer un coup de main ? »


Même moment

Personne dans la pièce n'avait pu ignorer l'entrée « fracassante » de Tanner, celui-ci fixa un moment la grosse bosse qui était apparu sur la porte une seconde après sa fermeture. Puis, comme prit d'une impulsion soudaine, il se rua sur la console de sécurité accrochée au mur.

-Intelligence ? Appela-t-il en panique. Qu'est-ce qui se passe ?
Pas de réponse, les communications de L'IA avait dû être coupées. Mais le rouquin était loin d'avoir dit son dernier mot, il se rua sur son ordinateur, et démarra le système d'urgence.

-Bonjour, lança une voix robotique à travers la console, je suis...
-Je sais, coupa l'écossais visiblement excédé, fais nous un rapport rapide de la situation.
-Impossible. La situation actuelle n'est pas inclue dans mon programme.
Tanner fit un facepalm.
-Sonne l'alarme ! Rugit-il. Nous sommes en état d'alerte de niveau 4 au moins, évacue le personnel et amène nous la sécurité.
-Très bien.

Le scientifique peinait à reprendre son souffle, il ne comprenait pas comment la situation avait pu dégénérer à ce point. D'abord les monstres, puis Aelita Schaeffer, ensuite encore des monstres mais carrément sûr Olympia, et pour finir, Mathilda.
Tanner tenta de reprendre ses esprits, s'il ne faisait rien, les choses allaient empirer, il fallait réagir maintenant.
Un nouveau coup contre la porte le poussa à passer à l'action, il brancha son micro.

-Lloyd ? Appela-t-il, vous me recevez ?
-Je peux vous rappeler plus tard ? Répondit le soldat en tirant deux coups de pistolet, je suis occupé, mais vous pouvez me laisser un message.
-Épargnez-moi votre minable trait d'humour, vociféra son supérieur, quelle est la situation ?
-On a réussi à se débarrasser de quelques monstres rouges, mais on a maintenant un véritable essaim à nos trousses.
-Pardon ?
-On a des espèces d'énormes moustiques qui ont débarqué, ils sont une bonne douzaine.
-Vous êtes combien en tout ?
-Je crois qu'il doit rester une vingtaine de nos gars, pourquoi ?
-Essayer d'attirer ces insectes volants vers les colonnes de pierres, vous aurez un avantage certains sur ce terrain dût à votre expérience et à vos grappins. Débarrassez-vous de ceux-ci en priorité.
-Roger, et pour les autres ?
-Laissez au moins huit hommes pour les distraire, le reste s'occupe des moustiques.
-Ça marche ! Vous avez entendu vous autres ?

Les hommes acquiescèrent, et une volée de grappins se projeta contre les colonnes. Les soldats s'élevèrent tout en tirant sur les insectes afin d'attirer leur attention, ceux-ci mordirent à l'hameçon, et partir à la poursuite de l'escouade.
L'un des combattants fit le tour de l'édifice de pierre auquel il s'était accroché pour se retrouver face à face avec l'essaim. Il parvint à détruire l'un d'eux d'un tir bien placé, mais l'un des monstres le percuta de plein fouet, le plaquant ainsi contre la colonne. Deux autres monstres l'achevèrent à coups de lasers.

Lloyd alla se poster au sommet de l'un des piliers afin de bénéficier d'une bonne ligne de tir, mais un jet de venin le força à faire une roulade avant. Il en profita cependant pour renvoyer la créature d'où elle venait. Le lieutenant leva ensuite les yeux, et vit que l'une des bestioles lui tournait le dos. Il tira, non pas avec son arme, mais avec son grappin. Surpris, le moustique marqua un temps d'arrêt avant de comprendre ce qui lui arrivait. Mais c'était déjà trop tard, car l'officier l'avait envoyé contre l'un de ses congénères en tirant de toutes ses forces. Le choc entre les deux monstres les détruisit sur le coup, plus que huit. Lloyd n'eut cependant pas le temps de fêter son carton, car une autre bestiole le toucha à la hanche. Il vacilla, et manqua de tomber dans la mare de venin laissée par sa première victime.

-Attention ! Prévint Tanner, encore deux tirs et vous êtes cuit.
Le lieutenant enregistra l'information, et releva la tête. Le moustique qui l'avait pris pour cible s'apprêtait à lâcher un nouveau laser. Malheureusement pour lui, l'un des soldats lui tomba dessus équipé de son bouclier et l'écrasa sur le sol. Mais le jeune homme n'eut pas la chance de pouvoir se relever car une vague de venin le renvoya sur Terre.
Au loin, trois autres monstres dévirtualisèrent un autre soldat d'un triple tir. Et une femme fut touchée dans le dos alors qu'elle se balançait à l'aide de ses grappins, emportée par son élan, elle fut propulsée jusqu'au bord du plateau, et finit sa course dans la mer numérique.

-Vous perdez trop d'hommes, alerta l'écossais, ils sont encore sept, et vous aussi. Finissez-les, vite !
-Plus facile à dire qu'à faire, répliqua le combattant en fonçant au secours du
Capitaine Galdric, ils sont très tenaces quand ils s'y mettent.

Un nouveau tir vint sectionner son câble, mais il eut le temps d'en tirer un autre avant de tomber. Deux des crustacés rouges s'étaient joint à la fête, et l'avaient pris pour cible.
Bien mal leur en prit, car l'un des soldats postés sur une colonne les détruisit en deux coups de revolvers, avant d'être à son tour dévirtualisé par d'autres créatures volantes.

-Quel bordel, grommela Lloyd en tirant sur le moustique qui s'en prenait au capitaine, on va jamais s'en tirer.
Comme pour lui donner raison, quatre nouveaux monstres rouges identiques aux premiers apparurent de nulle part et dévirtualisèrent deux soldats par surprise.
-Et merde !

Galdric ne s'avouait pas vaincu, avec l'aide de ses derniers combattants, il arrosa la base du pilier situé près des nouveaux arrivants. Celui-ci s'écroula, et détruisit les créatures aussi vite qu'elles étaient apparues.
Lloyd lâcha un sifflement admiratif.
-Joli coup.
Cette seconde d'inattention fut fatale pour le lieutenant qui reçut un nouveau tir dans l'épaule, heureusement pour lui, c'est contre le sol qu'il fut propulsé. L'officier s'étala comme une crêpe au milieu des troupes restantes, ceux-ci déployèrent leur bouclier pour l'empêcher d'être dévirtualisé.

-Tanner ?! Appela Galdric. Nous sommes acculés, on ne peut plus rien faire.
-L'échec n'a jamais été une option Capitaine, rétorqua le rouquin, débarrassez-vous de ces choses ou c'est moi qui me débarrasserai de vous.

Cependant, l'écossais dut admettre que la situation était critique. Les monstres rouges avaient presque démoli les soldats qui étaient restés en retrait pour protéger Anthéa et sa fille. Et les combattants chargés de se débarrasser des moustiques n'étaient plus que quatre, il faudrait un miracle pour les tirer de là.

C'est alors que sans aucune raison apparente, et à la grande surprise des soldats, tous les monstres s'arrêtèrent de tirer. Puis, ils les snobèrent en se dirigeant vers le Nord. Bien que Lloyd fut soulagé de pouvoir respirer un peu, il n'avait pas plus comprit ce qui s'était passé que les autres.
Soudain, une explosion semblable à un coup de canon vint résonner dans leurs oreilles, et toutes les créatures qui s'étaient rejointes au même endroit furent propulsées dans les airs, et finirent leur course dans la mer numérique.

-Oh putain de bordel de merde, lâcha le lieutenant en observant le vol plané d'un crustacé, mais c'est quoi ça ?
-Nom d'un chien, beugla Tanner en bondissant sur son siège, mais qu'est-ce qu'il fait ici ?!
-Qui fait quoi ici ? Demanda Lloyd en se massant les oreilles, t'as pris quoi ce matin pour être dans cet état princesse ?
Tout à coup, il vit la personne dont parlait l'écossais. Enfin, il avait du mal à appeler ça une « personne ».

En effet, la chose avait beau avoir une apparence vaguement humaine, il était évident qu'elle ne l'était pas. Mais le lieutenant n'eut pas vraiment le temps de l'observer, car elle passa au-dessus de lui en lévitant. D'après la direction qu'elle prenait, elle allait jusqu'à la tour.

-Seth..., murmura Tanner qui n'arrivait pas à y croire, mais qu'est-ce que tu fais là ?
Le mutant n'avait pas répondu, il se contenta de pénétrer dans la l'édifice au halo rouge. De là, il s'éleva sur la plate-forme la plus élevée qu'elle contenait. Une interface holographique l'attendait, il posa ses grandes mains dessus.
-Tu as été très méchant avec ma sœur et ma mère, dit le cobaye d'un ton neutre tout en pianotant sur l'hologramme, voici ta punition.
Les mots « Début du téléchargement » apparurent dès qu'il eut finit de taper sur l'interface.


Tanner avait tellement été déboussolé par l'apparition de Seth qu'il en avait complètement oublié Mathilda, la jeune fille était parvenue à suffisamment massacrer la plaque de métal qui servait de porte pour pouvoir passer sous la même forme qu'au moment de sa fuite du département biologique. Lentement, elle saisit l'écossais par la gorge, mais elle le lâcha brutalement, et poussa un cri désarticulé. La fille d'Anthéa s'écroula sur le sol, et une énorme masse noire s'échappa de sa bouche. Horrifiée, l'une des sœurs Adams s'évanouit, et lorsque l'espèce de spectre se mit lui aussi à hurler, sa jumelle la rejoignit dans les pommes. Tanner et Belpois restaient là à contempler l'abomination qui grossissait à vue d’œil. C'est alors que la chose alla se réfugier dans le corps de la première scientifique à s'être évanouie, laissant le soin à ses collègues d'observer avec dégoût l'état de décomposition dans lequel entrait le corps de la jeune femme. Comme si l'immondice en elle la rongeait de l'intérieur.

Sur l'interface, les mots « Téléchargement incomplet » venaient d'apparaître.



Anthéa risqua un coup d’œil rapide hors de sa cachette, tout semblait être redevenu calme.
La femme aux cheveux roses laissa échapper un soupir de soulagement, elle avait eu tellement peur que sa fille soit prise dans la bataille. Elle avait tant paniqué.

Lentement, elle se retourna pour rassurer Aelita, mais elle se retrouva tout à coup nez à nez avec une énorme boule de lumière. Elle lâcha un cri de stupeur ridicule, avant de tomber sur les fesses. Mais contre toute attente, la sphère s'éloigna vers le bord de la plate-forme. Prit d'un pressentiment atroce, Anthéa jeta plusieurs coups d’œil autour d'elle.
Elle n'était plus là !
Elle avait disparu !
La jeune bondit sur ses pieds, et courut à la poursuite de la chose qui enlevait son enfant.
-Aelita ! Hurla-t-elle. Aelita !

Mais c'était déjà trop tard, la sphère se trouvait déjà au-dessus de la mer numérique. Et sans attendre un nouvel appel de la furie qui la poursuivait, elle plongea dans l'eau virtuelle.
Anthéa restait là, au bord de la plate-forme, au bord du gouffre.
Elle était paralysée, ses yeux étaient ébahis, sa bouche ouverte. Puis elle poussa un cri, un cri digne d'un animal, un cri de détresse.
Pour la deuxième fois, on lui avait enlevé sa fille.
Et plus jamais, elle ne la reverrait.

_________________

http://img15.hostingpics.net/pics/783022EF1966E6CFA896342625C364D045752E089F20F257FDB49AFCpimgpshfullsizedistr.png


"Introduce a little anarchy. Upset the established order and everything becomes... CHAOS"

-The Joker-


Dernière édition par Tyker le Sam 21 Mar 2015 00:23; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Ven 31 Oct 2014 12:41   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1431
Localisation: Sûrement quelque part.
http://fc09.deviantart.net/fs71/i/2013/202/b/8/no__228___houndour_by_pokemonfromhell-d6ehy5q.png


Si je fais une volée de commentaires un jour d'Halloween, je crois que passer par ta fic s'impose. Mr. Green

T'as vu cette image super adaptée, aussi? Les malosses pour les loups, et le feu pour..pour cette utilisation...douteuse de l'élément? :trollface:
Eh oui, je ne te lâcherai pas avec ça. Même si c'est Dragonne, en tant que biatch officielle, qui l'a allumé, les autres ont suivi un entrainement et sont normalement pas assez cons pour laisser passer ça. Donc bon.
On retrouve sans trop de surprise Peter, alias "meccheloualarapière(quiestunearmedemerdenepassant)". Même Serpent est d'accord avec moi, c'est dire...
L'affrontement entre les deux était prenant, et ça fait du bien de voir Serpent qui n'a pas le dessus, ou du moins pas tout le temps. Autrement, on a eu une belle hécatombe dans l'unité, entre Lion et Chaton....("Tu as le droit de mourir" cette phrase était bien épique aussi (y))
(Pas mal la référence à Dick (smirk) Y en a une qui va pas aimer)
Du coup on découvre, entre autres, que Dragonne était une des anciennes de la première team de Dragunov. Je me contenterai de replacer une citation de quelqu'un que j'aime bien, à son sujet : "La salooooope".

L'arrêt du Death Battle tombe un peu à point nommé. (Et le Docteur aime ça) En fait, XANA est secrètement fan de Serpent et voulait lui filer un coup de pouce maintenant, hein? Avoue. Mr. Green Bon, à part que Mathilda-xana pète tout, qu'est-ce qui se passe? Ben des Frelions et des Krabes (dirigés par Thomas Jolivet et Matthias Burrel?) qui attaquent, un Lloyd qui trolle (Lloyd est un perso exceptionnel) et un FH qui kidnappe sa propre gamine. On dirait un remake classique de deux parents divorcés qui se disputent la garde, là. XD
La baston virtuelle, y a encore du progrès à faire, c'est sûr. Mais c'est lisible et on se fait pas trop chier donc c'est déjà viable o/

Bref. Mot final :
On déconne pas avec le feu.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 3 sur 5
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1694s (PHP: 81% - SQL: 19%) - Requêtes SQL effectuées : 22