CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
[Créations] Code Lyoko : Un live ce samedi !
[Code Lyoko] Nouveau dossier : Serial ...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu 201...
[Créations] Notre Communauté fait le plein d...
[Créations] Code lyoko Relight : Dans les co...
 
 Derniers topics  
XANA, inspiré par Sauron ?
[Fanfic] Bouffon du Roi
William est la marabounta
[Jeu Code Lyoko] IFSCL - 3.4.0
[Divers] Usine Renault : construction...
Remake : Aelita aux pays merveilles
Map Minecraft de tout l'univers de la...
Map minecraft - [1.10] - Code lyoko -
New Aelita Renders/Recreations
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[One-Shot] La danse du Serpent

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Klein Altricht MessagePosté le: Lun 29 Sep 2014 20:09   Sujet du message: [One-Shot] La danse du Serpent Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 26 Sep 2014
Messages: 13
Localisation: Arkham Asylum
La danse du Serpent


Alphonse entra dans la voiture, Dean accéléra de suite, fendant la Nuit. Elle les accueillis sans questions ni raisons. La bière coulait à flots entre les quatre portes. Un toast à la copine de Dean, une à celle d'Abel, et plusieurs pour celles à venir. Les kilomètres ponctués par des bouteilles, les trois amis arrivèrent au cirque juste quand il commençait.
Prenant trois tickets ils s'installèrent. Il n'eurent pas besoin du clown pour rire. En revanche ils apprécièrent tous Marie, la danseuse au trapèze, ses pas, ses mouvements, ses moindres souffles et regards. Des braises. Ils se sentaient au Paradis, confrontés à la perfection. Mais les applaudissements chassèrent Marie, et elle fût remplacé par un homme de leur âge. Dean et Abel observaient, Alphonse regardait. Fascination.

Le garçon. Klein. Il sortit d'un bocal empli de serpents. Il dansait, doucement, tournoyant. Un serpent autour du cou, deux autour des poignets. Quand il ouvrit la bouche un des reptiles s'en déroula, et cracha. Le public recula. Mais pas Alphonse. Alors Klein marcha vers lui, et lui fit signe de s'approcher. L'étrange charmeur se débarrassa des petits serpents et demanda à Alphonse d'ouvrir un coffre. «Pandora's Box» y était inscrit. Il s'exécuta. Un énorme reptile enroulé, ouvrit les yeux, et se dressa au point de surplomber le mètre 90 d'Alphonse. Klein lui mit une main sur l'épaule. Paisiblement. La peur disparu. La gueule s'approcha, ouverte, et Klein jeta un bout de viande qui disparut instantanément. «Merci». Souffla-t-il suavement au creux de son oreille. Ses yeux d'émeraude frôlèrent ceux d'Alphonse, et il lui prit la main. Il salua et ramena Alphonse à sa place sous les applaudissements et les cris d'admiration. Écho du succès, voix glorieuses. Un clin d’œil. Le noir. L'annonce d'un nouveau numéro.



Plusieurs nuits plus tard, ils étaient entrés dans le jardin d'arbres à fruit. «Résidence privée: Entrée Interdite.» Alphonse prit Marie par la main et ensembles, ils se dirigèrent vers un grand pommier, le plus grand de tous. Au loin la musique battait son plein, violemment, sensuellement. Alphonse planta son regard dans celui de son amie. Feu, jeunesse, jeux, et tendresse. Elle le saisi par le cou et ils s'embrassèrent. Longuement, doucement. Les mains glissaient vers le bas désormais, amoureusement. Un rire. Klein. Là, derrière le pommier.

«- Eh bien j’interromps quelque chose... Ne vous en faîtes pas, je vais bientôt partir. Je suis juste venu chercher une pomme. Mais... Pourquoi ne pas partager? Si vous le souhaitez seulement.» Marie regarde Alphonse, Alphonse regarde Klein. Il regarde ses cheveux noir se confondre dans la nuit, il regarde ses lèvres rouges croquer la pomme sans hésiter. Il regarde ses yeux qui se lèvent progressivement vers lui, des yeux verts majestueux. Il regarde le bras tendant la pomme, les doigts se déroulant tout autour du fruit pour lui laisser le plaisir de goûter, de se délecter. Fruit délicieux.
-Je n'aime pas les pommes, Klein.- Même pas celle-ci Marie? Elle est tout ce qu'il y a de plus sucré, si ceci est ce que tu aimes... -Non. Sans façon.»
Mais comme elle se détournait de son regard hypnotique, elle aperçu le reste de la scène du coin de l’œil. Le bras toujours tendu oscillait, avec une lenteur envoûtante. Sous le claire de lune, le fruit irradiait d'un rouge irrésistible, incandescent. Elle vît Alphonse se saisir de la pomme. Elle vît sa bouche s'ouvrir pour savourer la chose. Sa langue lécha même le jus coulant sur son menton. Klein souriait sauvagement tel un serpent, elle sentait le poison se sécrétant, s'emparant de son amant. Elle partit. Lui resta. Planté là, mangeant le fruit. Elle entendit le rire du crotale, et d'horribles images prirent racine dans son esprit. Klein au milieu d'une horde de reptiles, la gueule ouverte, dévoilant des crocs d'un blanc impeccable, la langue fendue en deux. Alphonse lui, regardait désormais son ami prendre un autre fruit et le mettre à la bouche. Opulence. Ce jardin pouvait subvenir aux plus petits besoins, comme aux rêves les plus fous.

Alphonse s'écroula net. Mort.
«-Ah... Mon beau. Comme la lune et la nuit sont belles ce soir. Sens-tu le vent et son parfum nocturne? Non, bien sûr que non. Tu ne l'as jamais senti. Jamais tu n'as questionné les anneaux du serpent, jamais tu ne t'es méfié de la peau brillante, de la douce langue. Que veux-tu, les souris ont une terrible vision... Vois désormais, vois comme la vie continue, comme la Terre tourne encore. Mon pauvre. Je t'ai aimé, oh oui, tout de suite. Au numéro. Tu étais le seul à ne pas être effrayé, terrifié, devant la beauté. Fatale Attraction. Ils craignaient tous de s'approcher, mais pas toi, tu es venu, et tu as vu. L'intérieur de la gueule, l'extérieur venimeux. Mais jamais tu n'as semblé t'en souvenir. Comme j'ai regretté. Regretté l'absence de peur, le garçon qui avait su faire face, en résistant. Comme j'ai haïs. Haïs le garçon qui mangea sans questionner, celui qui embrassa sans se soucier. Ton châtiment le voici. Tu t'empoisonnes. Pitoyable mort, amour chancelant. J'aimais ta violence, le baiser comme un poing, la passion comme un fouet, mais tu regrettais à chaque fois. Tu me soignais toujours. Tu pleurais parfois. Crois-tu que c'est là ce qui était attendu de toi? Lorsque j'entendais tes hurlements, la brisure du verre, le déchirement du silence, là résidait mon bonheur. Lorsque le feu se répandait et l'essence suivait, lorsque la violence pleuvait. J'en redemandais. Et toi tu t'apitoyais sur l'immoralité de la chose. Ne sais-tu pas que l'amour n'a pas de lois? Qu'il est pour chacun différent? Pour moi c'était toi, tes muscles, ta force, ta brutalité et tes baisers. L'amour sur un tas de miroirs fracassés, l'amour dans un air électrifié. Pourquoi ne l'as-tu jamais compris? Ta mort n'arrange rien. Le poison ne t'a pas chassé de mon esprit. Ton fantôme restera à jamais ici, à mes côtés. Le spectre des nuits passées dormira sur ton oreiller. Alors je te le dit aujourd'hui; je t'aimais, malgré les faiblesses, malgré les silences et les réminiscences. Puisses-tu enfin trouver la paix, et je n'aurais pour seul amant que l'absence. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Mar 07 Oct 2014 19:28   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2103
Localisation: Territoire banquise
Salut !

J'ai lu ton texte rapidement entre deux cours - il faut savoir rationaliser son temps o/
Autant être honnête car on se connait peu et donc tu ne peux le savoir : Je ne suis pas fan de ce genre de texte. Je n'aime ni les écrits courts, ni ce qui est hors-CL (Ce dernier état de fait est subjectif, c'est à dire que y a juste déjà tellement de bons trucs coté Code Lyoko à lire que voilà XD).
Pour autant je sais reconnaître un texte de haut niveau et je crois bien en tenir un. J'ai cru percevoir bon nombre de références au jardin d'Éden et au passif qui s'en suit. C'était très bien amené. J'aurais du mal à m'étendre davantage car ça va - et ça termine - très vite.
Sur un forum d'une série terminée, tu aura malheureusement du mal à trouver son bonheur sur les textes hors-CL. Mais il est évident que cet aperçu suffit à voir que tu as du talent. Et de fait je ne peux qu’espérer que tu rejoignes notre petite groupe d'auteurs de la section fanfic.

Dans tous les cas bravo.

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Klein Altricht MessagePosté le: Mar 07 Oct 2014 20:29   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 26 Sep 2014
Messages: 13
Localisation: Arkham Asylum
Hé bien, que dire.

Tout d'abord, je suis heureux que tu ais pris le temps de lire ce texte. Je dois avouer que j'ai pondu ceci juste pour montrer au forum que je suis là pour écrire. Je confesse aussi que je prépare une fanfic de C.L. mais comme elle sera un peu -beaucoup- plus longue que ce texte, ça prend du temps, et en l’occurrence mon temps est toujours dévoré par mes cours. De plus je me replonge dans la série afin de ne commettre aucune hérésie envers les lecteurs. Donc... Bientôt!

PS: Content (vraiment vraiment vraiment, beaucoup) que le texte t'ai été plaisant à lire!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0649s (PHP: 53% - SQL: 47%) - Requêtes SQL effectuées : 18