CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
[Créations] Code Lyoko : Un live ce samedi !
[Code Lyoko] Nouveau dossier : Serial ...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu 201...
[Créations] Notre Communauté fait le plein d...
[Créations] Code lyoko Relight : Dans les co...
[LyokoRéseau] Emergence du MMORPG : Lyoko Online
 
 Derniers topics  
[HS] Spoters - Lance-toi et crée ton ...
[Jeu Multi] Lyoko Conquerors: The Onl...
[Fanfic] Faux Espoirs - CHAPITRE 11 !!
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
Questionnaire
[Fanfic] Projet Renaissance
Les couples de Code Lyoko
[Jeu Code Lyoko] IFSCL - 3.4.0
[Fanfic] Numéro 3 ~ Ruth
[Fanfic] Une vie plus légère
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Un exil forcé

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 5

Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Lhetho MessagePosté le: Mer 15 Juin 2016 20:02   Sujet du message: [Fanfic] Un exil forcé Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 10 Juil 2015
Messages: 70
Localisation: Une chose est sûre, c'est sur Terre !
Bonsoir à tous. Je vous présente le premier chapitre d'une fic que j'ai imaginé. Cette fic met en scène un conflit entre deux camps qui va pousser les Lyokoguerriers à bousculer leurs habitudes et c'est un euphémisme.
J'ai seulement écrit le premier chapitre car j'attend les retours pour continuer ou non (mon scénario est déjà pensé). Je tiens à préciser que j'accepte toutes les critiques, positives ou négatives, ainsi que le lock si nécessaire car c'est ainsi qu'on s'améliore.
Bonne lecture à ceux qui souhaitent la lire et à bientôt sur le forum.

Chapitre 1 : Suspicions


C’était un homme fatigué qui marchait dans les rues d’Oakland dans la baie de San Francisco ce soir-là. Un homme perdu dans ses pensées, qui réfléchissait car il savait que l’heure était venue. Cela faisait quelques semaines qu’il s’y préparait, seul, comme depuis ce fameux soir où la chance avait tourné, ce fameux soir où il était revenu dans ce monde par la force des choses et grâce à sa volonté inébranlable de ne pas sombrer après avoir définitivement mis fin à une dizaine d’années de combat contre sa propre création.
Oui, il le savait que le moment était venu de retrouver la seule personne au monde grâce à qui il pouvait encore tenir debout. Ce moment qu’il attendait depuis si longtemps.
Mais il savait également que ce retour si tardif selon lui nécessitait d’accomplir une dernière mission devant laquelle il ne tomberai pas même s’il savait parfaitement que son ennemi ne reculerait devant rien lui non plus : protéger sa fille et ses amis.

Un passant le bouscula sévèrement le faisant sortir de ses songes. Pour la première fois depuis bien longtemps, il sourit en pensant aux jours à venir. Il entra dans le bar le plus populaire de cette ville qu’il connaissait maintenant par cœur et commanda une bonne bière pour se détendre. Tout en buvant à petites gorgées, il sortit une photo de sa poche qu’il regardait tous les jours depuis qu’il avait repris son corps d’humain. Une fille, non, sa fille, sa fille aux cheveux roses-bonbon qui jouait avec Mister Puck, le doudou qu’il lui avait offert pour son anniversaire.

Franz Hopper ne tenait plus en place, dans une semaine il allait revoir sa fille en chair et en os pour la première fois depuis plus de dix ans.

*******
De l’autre côté des Etats-Unis, dans un lieu tenu secret depuis bien longtemps, tout le monde s’affairait sur son ordinateur à intercepter toute communication suspicieuse. Tous étaient dans une salle ronde tenue secrète par la CIA et la NSA depuis le début de la Guerre Froide à ceci près qu’elle était toujours utilisée alors qu’elle aurait dû être inoccupée depuis 1991, et ça la CIA et la NSA ne le savaient pas.
Cette salle était le siège de Carthage, un groupement qui devait réunir les meilleurs informaticiens et ingénieurs américains afin de mettre au point un projet visant à bloquer les communications ennemies durant le conflit entre les Etats-Unis et l’URSS.

Cependant, ce projet existait toujours, mené par la chef incontestable depuis le début, la très respectée Dido. Elle était assise devant son ordinateur et songeait à la catastrophe qui pouvait bientôt arriver. En effet, elle avait continué à développer Carthage même après avoir été remerciée pour son travail par le président des Etats-Unis en personne. Elle n’avait pas vraiment eu le choix puisque l’un de ses plus brillants scientifiques, Waldo Schaeffer, avait quitté le projet après avoir découvert le réel objectif du projet. Il avait donc construit un super calculateur et crée un virus pour détruire le travail de Carthage. Mais le virus s’était retourné contre lui et l’avait mis hors d’état de nuire en l’obligeant à éteindre la machine et par la même occasion, lui. Mais comme si cela ne suffisait pas, dix ans plus tard, un jeune garçon du nom de Jérémie Belpois avait rallumé l’horreur informatique. Et X.A.N.A, le programme imaginé par Waldo Schaeffer s’était réveillé. Dido se souvint alors de toutes les fois où elle avait surveillé cette machine et la longue lutte entre les cinq adolescents et le programme multi-agents. La victoire des Lyokoguerriers l’avait bien arrangée car il n’y avait désormais plus de menaces contre son projet.

Mais aujourd’hui la donne était différente. Si elle avait suivi de si près cette lutte acharnée, c’était parce qu’elle se battait depuis la fin de la Guerre Froide contre les derniers scientifiques du KGB, l’organisation de surveillance de l’URSS durant le conflit et qu’elle ne voulait en aucun cas risquer que son organisation soit découverte par un petit indésirable. En effet, les soviétiques n’avaient pas digéré la fin de l’URSS et s’étaient jurés de prendre leur revanche. Depuis dix ans, cela ne se limitait qu’à de simples attaques informatiques, mais ces dernières semaines, l’organisation avait franchi certaines limites.

Dido revoyait très bien la scène dans sa tête. C’était il y a trois semaines pendant une habituelle recherche sur l’activité de ses opposants que Dido avait mis la main sur une information qui avait fuité. Elle avait trouvé des plans d’un voyage en France programmé le mois prochain. Interloquée, elle avait récupéré le document et était tombée de sa chaise. Le KGB avait prévu d’aller à Sceaux, l’endroit où se trouvait et où se trouve toujours, bien qu’éteint depuis quelques mois le super calculateur quantique de Waldo Schaeffer.
A ce moment-là, tout un monde s’était écroulé. Elle avait été espionnée et son implication dans cette affaire par le biais d’un de ses anciens scientifiques avait sans doute permis au KGB de comprendre beaucoup de choses sur les activités américaines lors de la Guerre Froide. Elle avait également découvert les photos des adolescents ainsi que le mot « enlèvement ». C’était sans aucun doute dans le but de mettre la pression sur elle et Carthage en général car si cela devait arriver, elle savait pertinemment qu’elle allait devoir en référer à l’autorité suprême des Etats-Unis à savoir le président Bush et cela aurait des conséquences catastrophiques à tous points de vue.

- Commandant, vous allez bien ?, demanda alors un scientifique interloqué par la passivité de sa supérieure.

- Oh ! Oui ne t’en fais pas pour moi j’étais plongée dans mes pensées, retournons au travail, rétorqua Dido sur ce ton autoritaire qui la caractérisait depuis sa toute petite enfance.

Elle n’avait rien dit à ses scientifiques mais elle était très inquiète et avant de repartir au travail une dernière pensée lui vint à l’esprit. Cette pensée, elle l’enfouissait au plus profond d’elle-même depuis la découverte mais elle n’avait plus le choix devant l’ampleur de la situation car sa sécurité, celle de cinq enfants et de la coopération internationale notamment entre les Etats-Unis et la Russie dépendait désormais de ses choix. Elle n’avait donc plus d’autre alternative, elle allait devoir recontacter celui qui avait tout lâché il y a vingt ans et contre qui elle avait tout tenté afin de l’éliminer.

*******
C’était une journée détestable pour tous les élèves du collège Kadic. Ce 4 septembre 2007 marquait la date de la rentrée scolaire et donc de la tant redoutée reprise des cours.
En attendant le début du premier cours de l’année, tous les élèves étaient agglutinés dans la cour principale et notamment cinq personnes, installées autour du banc qu’il avaient l’habitude de réquisitionner :

- Super ! On est encore et toujours dans la même classe ! s’écria Odd Della Robbia, fou de joie.

- Ouais, on va pouvoir bien s’éclater en seconde maintenant qu’il n’y a plus d’exams, dit Ulrich Stern sur un ton aussi enjoué que celui de son camarade.

- Du calme, faudra quand même passer en première ! dit Jérémie Belpois, beaucoup plus réservé.

- Rooolala ! Tu plombe toujours l’ambiance Einstein ! dit Odd en passant sa main dans les cheveux de Jérémie pour son plus grand déplaisir.

- Dites ça pour vous, moi j’ai le bac de français à la fin de l’année ! dit Yumi Ishiyama, bien contente de revoir ses meilleurs amis après deux longs mois de vacances.

- Ne t’inquiète pas Yumi, j’ai totalement confiance en toi, rétorqua Aelita Stones, prenant enfin part à la conversation.
A ce moment-là, la sonnerie stridente tant détestée le premier jour et tant vénérée le dernier retentit.

- Allez ! Un premier cours avec Madame Hertz ça fait toujours plaisir ! dit Odd sur une pointe d’humour.
Tout le monde rejoignit donc sa classe pour le premier cours d’une longue année sauf Jérémie, qui marqua un temps d’arrêt. Depuis quelques jours il pressentait quelque chose de mauvais et de dangereux mais il ne savait toujours pas pourquoi. Cette inquiétude fut tout de suite remarquée par Aelita :

- Quelque chose te tracasse Jérémie ?

- Je ne sais pas. Depuis quelques temps je sens que quelque chose va nous tomber dessus cette année.

- Mais non ! Tu verras ce sera une année formidable et il faut en profiter car c’est la dernière sans examens. Allez viens ! dit-elle avant de l’embrasser et de se dépêcher afin de rejoindre la salle de cours.

Jérémie resta perplexe deux secondes. Il se prenait sans doute trop le chou et il avait promis à Aelita de vivre pleinement sa vie sans se prendre la tête depuis qu’ils s’étaient enfin mis ensemble officiellement au début des vacances d’été.

Il se rappelait de cette journée comme si c’était hier. Les grandes vacances avaient débuté et Yumi, Odd et Ulrich étaient partis avec leurs familles respectives. Seul avec Aelita à Kadic pour encore quelques jours car ils partiraient tous les deux avec ses parents, il avait pris la décision de lui avouer ses sentiments haut et fort un matin.
La boule au ventre, il s’était approché d’Aelita tout doucement :

- Aelita ?

- Oui Jérémie ? demanda Aelita qui avait remarqué les tremblements incessants de son ami.

- Il…il…faut que…je te dise…un…un truc, dit-il en tremblotant comme un enfant.

- Je sais ce que tu veux me dire Jérémie.

Et là sans aucune raison, elle l’avait embrassé passionnément. C’était l’un des plus beaux jours de sa courte vie. Mais il sortit de ses pensées et revint aux faits.
Oui, il se prenait la tête pour rien et il se dit en rejoignant sa copine, pour se rassurer, que cette année serait magnifique.

Après dix minutes passées à se présenter et à raconter sa vie, Madame Hertz, d’ordinaire très sérieuse, commença la distribution des emplois du temps. Après avoir reçu le sien, Odd ne put s’empêcher de retenir un cri de satisfaction :

- Ouais ! Il est trop cool notre emploi du temps ! A nous les sorties au ciné et les heures à dormir dans le parc !

- Odd ! Du calme ! Tu es en seconde et crois moi jeune garçon tu vas travailler avec moi je te l’assure ! rétorqua Madame Hertz.
Le professeur de SVT, devant la mine tout de suite plus renfrognée d’Odd, commença son discours de début d’année revenant particulièrement sur le travail demandé en fixant Odd d’un regard plein de malice.

Tous écoutaient, même Odd car Madame Hertz était bien connue pour distribuer quelques punitions. Tous, sauf un, plongé dans ses réflexions. Ulrich pensait à Yumi bien entendu. Sa situation avec elle stagnait et il se sentait de plus en plus frustré de ne pas arriver à lui exprimer clairement ses sentiments. En parlant de sentiments, son regard se posa sur une nouvelle. Elle s’était présentée au début du cours, elle se nommait Sarah.
Tout d’un coup elle se retourna et le fixa intensément. C’est à ce moment-là qu’il eut une réaction étrange. Il n’avait jamais ressenti ça auparavant et même avec Yumi. Il se sentait absorbé par ce regard si intense mais fut interrompu par Odd qui essayait de lui parler depuis deux minutes :

- Eh oh ! Ulrich ! Tu m’écoutes ou tu dors ?

- Hein ? répondit Ulrich se redressant sur sa table.

- Oh, toi ! Y a quelque chose qui va pas !

- Mais non laisse-moi tranquille et écoutes ! rétorqua-t-il sur ce ton qui le rendait si énervant à certains moments.

Odd ne répondit rien car il savait qu’il ne fallait pas le brusquer quand il était en colère et laissa tomber pour se reconcentrer sur le discours de l’enseignante.

De son côté, Yumi, coincée dans le même discours fastidieux que ses quatre amis pensaient à la même chose qu’Ulrich. Elle aussi en avait marre de devoir attendre et de devoir se disputer avec lui toutes les semaines avant de croire que le bon moment était venu. Elle avait depuis longtemps laissé tomber l’idée de sortir avec William qui avait lâché la bande de son plein gré ce qui l’avait pas mal étonné. Mais grâce à ce problème en moins, elle n’avait plus qu’à conclure avec Ulrich et toutes ces histoires d’enfants seraient terminées. Encore fallait-il conclure…

Jérémie, quant à lui et en élève modèle, suivait très attentivement le discours de son enseignante. Cependant, il songeait toujours à sa prémonition et ne parvenait pas, malgré tous ses efforts, à l’oublier. Peut-être que cela venait du fait que pendant trois ans, il avait développé ce sens de la paranoïa à cause de X.A.N.A. Il devait rapidement se reconcentrer sur les cours et arrêter son délire mais quelque chose l’en empêchait.

*******
M.Delmas était un homme travailleur qui, depuis un certain temps, restait jusque tard le soir dans son bureau. Après avoir fini de ranger les derniers papiers administratifs d’une journée épuisante comme à chaque rentrée scolaire, il alla faire un tour aux archives de Kadic, cet endroit où aucun élève n’était encore jamais entré. C’était son petit jardin secret et il s’en réjouissait. Il entendait souvent des rumeurs sortant des bouches des élèves, des rumeurs totalement stupides qui parlaient de documents top secrets. Il en rigolait souvent car beaucoup de personnes disent que la vérité sort de la bouche des enfants mais là quand même !

Alors qu’il passait devant les rangées, un détail surprenant lui apparut aux yeux. Lui qui d’habitude si maniaque avait oublié de refermer correctement un casier. Interdit, il l’ouvrit et se rendit compte que quelque chose clochait. A la lettre H, il manquait un dossier. Cela arrivait de temps en temps quand il oubliait de remettre à sa place un dossier. Mais quand il comprit celui qu’il manquait, son cœur s’emballa.
Ce dossier, il avait toujours voulu le cacher parce qu’il avait à plusieurs reprises failli lui apporter divers problèmes auprès du gouvernement français même s’il n’avait jamais compris pourquoi. Franz Hopper, ancien professeur de physique, disparu dans la nature il y a de cela presque quinze ans. Si ce dossier n’était plus là c’est que quelqu’un l’avait dérobé et cela ne faisait que renforcer l’inquiétude du proviseur. En revenant à son bureau, le téléphone sonna et une nouvelle fois interloqué par cet appel si tardif, il décrocha.

*******
Derrière son écran d’ordinateur, un homme ne put s’empêcher de sourire en voyant que tout était enfin prêt. Tout se passait comme prévu. Le voyage était prévu pour le lendemain et il avait désormais de nouvelles informations sur son opposant. Il allait enfin pouvoir prendre sa revanche et elle serait belle, oh oui qu’elle serait belle.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 15 Juin 2016 21:00   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1411
Localisation: Sûrement quelque part.
En premier lieu, bienvenue sur la section fanfic o/ (décidément on ramasse pas mal de nouveaux en ce moment c'est cool)
Je salue au passage ce que dit le préface sur le lock (c'est bien, tu as bien appris la Torah du pôle 8D) et sur le fait d'avoir son scénario prêt. Cependant, ne viens pas écrire seulement en fonction des retours, ce n'est pas parce qu'on te dit que c'est un peu pourri qu'il faut s'arrêter d'écrire et de persévérer.
Voilà pour le point attitude.

Franchement, c'est pas mal pour un premier texte. Déjà visuellement, on sent qu'il y a des trucs, et pas que des dialogues tout creux sans descriptions comme font pas mal de débutants. Déjà ça c'est bien.
Le début envoie du pâté aussi en termes de questions soulevés et d'implications. Visiblement tu t'attaques à la partie back-story/Carthage de CL, ce qui est tout à ton honneur parce que c'est trop bien.
Petit passage rapide sur FH, tu te doutes qu'à un moment il faudra nous expliquer ce qu'il fout à être vivant (aurait-il été tout connement dévirtualisé, lol?) mais ça peut venir plus tard dans le scénario. Il faut juste que ce soit bien foutu xD
Ensuite, ce qui fait bien plaisir c'est qu'on a affaire à une fic backstory qui mentionne les termes CIA, NSA, Guerre Froide (en donnant la date de fin en bonus), on sent qu'il y a ne serait-ce qu'un microchouïa de volonté de coller au fond historique. Et ça, c'est cool.
Tant qu'on y est, si Dido est chef depuis au moins plus de vingt ans, elle doit être pas mal vieille maintenant non?
D'ailleurs pour Dido, le choix de reprendre un perso des Chronicles se défend. J'attends de voir ce que tu en feras, c'est peut-être une option plus sûre que créer totalement un perso si tu débutes. On verra.
« Elle n’avait donc plus d’autre alternative » Référence volontaire?
J'aimerais juste demander comment ça se fait qu'elle envoie pas juste des agents sur place plutôt qu'un ancien ennemi du projet xD (on peut d'ailleurs noter que leurs intérêts convergent : Dido semble avoir un minimum de volonté de protéger les gamins)
Bref une première partie du texte qui me convainc assez. C'est pas mal.

La deuxième partie m'a fait un peu plus grincer des dents, je le dis tout de suite :/
Le fait de plier la romance des Einstein en cinq lignes était plutôt un bon signe d'ailleurs : on va pas s'emmerder avec ça pendant le texte mais on décrit un peu pour donner de la profondeur, pas juste balancer "Grémi é aellita sorté ansembl".
Cependant là où ça se casse la gueule c'est....
Déjà, Jérémie et ses pressentiments. Ok on peut axer la paranoïa, mais bon, ça fait un peu l'intuition en scénarium. Mais ça passe encore.
Mais ensuite on a la nouvelle sur laquelle Ulrich flashe en trois secondes alors même qu'il rêvasse à Yumi...! Annonciateur d'OC craqué qui se met en couple avec Ulrich? :s
Spoiler

Et en prime, Yumi qui se dit au même moment qu'il faut régler ça...ça veut dire qu'il va y avoir des embrouilles de couple? Crying or Very sad
Et pour terminer d'aggraver les choses, William qui s'est cassé. T-T
Les fics sans Willy c'est mal. Moi j'dis, vaut mieux qu'il revienne. C'est plus dark avec lui que sans :c

Et j'espère que le méchant à la fin c'est pas XANA. ça ferait trop de revenants Mr. Green

Bref en gros, une première partie prometteuse niveau backstory, ça peut donner un truc bien, par contre la deuxième pue les intrigues amoureuses sans fin et cet OC ne m'inspire pas confiance....j'espère que je ne verrai pas mes craintes réalisées pour cette dernière, ce serait dommage je pense...
Mais continue, y a du potentiel!
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lhetho MessagePosté le: Mer 15 Juin 2016 22:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 10 Juil 2015
Messages: 70
Localisation: Une chose est sûre, c'est sur Terre !
Merci tout d'abord pour ton commentaire Ikorih. En effet, j'adore la backstory de CL et je voulais axer ma fic dessus. L'explication sur le retour de FH arrivera plus tard dans la fic. Il est vrai que cette histoire avec Ulrich est peut-être un peu trop exagérée (je m'en suis rendu compte après ton post) mais je voulais un personnage qui foute le bordel parce que j'aime ça. Je vais devoir lui trouver une bonne place pas trop chiante par la suite. De plus, William, contrairement à ce que le texte peut laisser paraître, sera bien présent dans cette fic.
Bonne soirée.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Mophie MessagePosté le: Mer 15 Juin 2016 22:18   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 14 Juil 2015
Messages: 209
Localisation: Coincé dans le quelque part
*Réaction d'Ikorih qui lis Willy se casse* Pourquoi je ne suis pas surpris? Bon honnêtement moi aussi ça me rend tristre et dès que j'ai lus ça je me suis dit: hors de question que je lis la suite mais bon à cause de ça je me retrouve à faire un commentaire grace à Ikorih mais bon ce sera le 1er et le dernier. Donc cette fic se passe après la saison 4 (pourquoi je suis pas surpris) elle va sûrement faire des révélations sur Anthéa (comme d'hab quoi) mais bon je dois dire qu'un conflit entre 2 camps c'est qu'il y a de plus classique (fire emblem fates?). Bon en tout cas tu peux remercié Ikorih de m'avoir fait laissé ce commentaire et je te souhaite bonne chance pour la suite.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Ven 17 Juin 2016 09:32   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2099
Localisation: Territoire banquise
Oh. Oh oh.
Ikorih a fait le taff du Pôle mais quand même. On a pas de nouveaux auteurs prometteurs tous les jours. Rien que pour le travail de la back-story tu te dois de continuer cette fic Mr. Green

Cette première amorce peut se décliner en deux parties. La seconde, plus classique avec les séquences sur Terre, reste effectivement dans le quasi-cliché. Les relations amoureuses sont limites expédiées, entre l'Aelita/Jérémie (Mais j'ai fait exactement pareil que toi alors bon Mr. Green ...) et l'Ulrich/Yumi quasiment acquis par l'écartade de William. Mais il y a l'OC. Cette Sarah peut être la nouvelle Sissi, ou bien au contraire elle est liée à l'intrigue principale et n'est qu'un agent infiltré (Continue comme ça et dans quelques temps tu en seras à introduire quatre nouveaux élèves espions d'un coup huhu). Cela étant dit, ces deux causes pouvant entrainer le même effet... faut voir ce que ça va donner !

Mais l'introduction avec Franz putain ! Cela fait plaisir de voir quelqu'un qui replace correctement Carthage dans son contexte historique, soigneusement éludé dans Code Lyoko. Et la reprise de Dido, ben là encore ayant fait le même choix Mr. Green
Après reste à voir la justification du fait que Hopper se balade dans un pareil fuseau horaire mais je te fais confiance là-dessus !

Finalement j'ai quand même repéré une incohérence :

Citation:
[Odd] laissa tomber pour se reconcentrer sur le discours de l’enseignante.


Mr. Green

En tout cas cette première salve m'a emballé, continue comme ça, je t'encourage vivement, et je resterai attentif à ta progression Wink

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
wFABRAMS MessagePosté le: Sam 18 Juin 2016 01:19   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 06 Juin 2016
Messages: 42
Localisation: Alpes, Ligne Maginot
Que dire ...

Dès le début, on est prit dans l'histoire. La narration et l'emploi des temps sont bons, le retour à la back-story est une très bonne idée. Après, ce que je pense a déjà été décrit ci-dessus donc je m'attarderait pas dessus. Ensuite, Delmas qui risque des ennuis avec le gouvernement ... Hâte de savoir pourquoi et comment !

Juste pour te dire que je t'encourage et que j'attends vite la suite !

Ah, et j'ai vu que tu te rattachais un peu au contexte historique, étant passionné d'Histoire, J'AIME Mr. Green

_________________
Feu ! Ils ne doivent pas franchir le col !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lhetho MessagePosté le: Lun 20 Juin 2016 16:27   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 10 Juil 2015
Messages: 70
Localisation: Une chose est sûre, c'est sur Terre !
Bonjour à tous. Après cinq jours de travail (pratique quand on est en vacances) voici le chapitre 2 de cette fic.
Pour (re)répondre rapidement à Ikorih, William is coming soon, don't worry. Very Happy
Merci à toi tout de même sur ta réflexion par rapport à l'âge de Dido à laquelle je n'avais pas pensé. C'est donc rectifié dans ce chapitre.
Toutes critiques sont bonnes à prendre pour moi, positives comme négatives.
Bonne lecture Smile

PS: Tous les événements historiques relatés dans cette fic ne sont pas fictifs. Je tiens à le préciser tout de même.
De plus, il y a deux références aux épisodes 51 (Révélation) et 72 (Leçon de choses 13min45 pour ceux qui ne s'en rappelle plus) de Code Lyoko.

Chapitre 2 : Invité surprise


Il était cinq heures du matin à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Trois hommes vêtus de noir patientaient dans l’immense hall. Le voyage depuis la Russie s’était passé comme prévu et ils attendaient désormais l’ordre de leur supérieur afin de prendre la direction de Sceaux.

- Pfff ! Et dire qu’on est payé comme des chiens pour aller chercher cinq gosses et les ramener au patron, dit l’un des trois hommes.

- T’as pas entendu le boss hier soir ? On est payé comme des rats pour le voyage mais si on les ramène c’est jackpot pour nous ! rétorqua le deuxième.

- N’empêche que ça doit être vraiment important pour le boss s’il nous file une prime comme ça, dit le dernier tout en vérifiant sur son portable s’il n’avait pas reçu l’ordre tant attendu.

A ce moment-là, le téléphone du troisième protagoniste sonna, il décrocha mais ne parla pas car il savait que son supérieur détestait qu’on lui pose des questions :

- Un taxi vous attend à la sortie de l’aéroport, vous serez dans une heure à Sceaux à cause des bouchons. Vous utiliserez l’outil de piratage de portable mis à votre disposition pour ramener les gosses au niveau du parc devant l’entrée. Une fois que vous serez en face d’eux, vous utiliserez les tasers. Un fourgon vous attendra puis vous reviendrez à l’aéroport pour embarquer dans un jet privé et revenir au QG. C’est tout, n’échouez pas, sinon pas de prime.

- Ok les gars on perd pas de temps j’ai un bouquin de Karl Marx à finir en rentrant, dit un des hommes avant de prendre la grosse valise et de partir vers la sortie.

*******
Un autre homme aussi était sorti d’un avion à Roissy-Charles-de-Gaulle mais c’était un avion en provenance de New York que lui avait dû prendre afin de rallier la France. Lui aussi avait attendu dans le grand hall mais pas pour les mêmes raisons que les hommes en noir. Lui, il avait espionné, dans sa tenue classique de bon français histoire de passer inaperçu, et avait récolté quelques informations intéressantes à propos des objectifs de son opposant. Il savait ce que ces hommes venaient faire en France et il savait également qu’ils souhaitaient repartir le jour même conformément au plan qu’il n’avait malheureusement pas entendu entièrement.
Mais lui ne voyait pas les choses de cette façon. Lui, il ne voulait pas faire de mal aux enfants mais les aider et pour cela il fallait mettre tous les moyens en œuvre pour les protéger. Il avait donc pris soin de réserver six billets retour pour New York dans l’après-midi. Il avait tout préparé comme ses opposants mais contrairement à eux, lui était intelligent car il savait exactement à quoi s’en tenir. Mais il ne fallait pas tarder car il apercevait les hommes plus loin, presque au niveau du contrôle d’identité, le dernier obstacle avant la sortie.
Mais ils allaient devoir subir un léger contretemps. Il avait pris soin au contrôle d’identité d’échanger le plus discrètement possible, et pendant que les hommes passaient leur coup de fil devant le guichet, la pièce d’identité, bien entendu falsifiée, d’un des trois hommes avec une des sept fausses pièces qu’il avait en stock, réalisées juste pour l’occasion. Ils allaient donc rester coincés une bonne heure. Voilà pourquoi il était plus intelligent qu’eux.
Il savait que tout se passerai très vite aujourd’hui et il n’y avait plus une seconde à perdre, Franz Hopper se dirigea vers la sortie où l’attendait son taxi qui le conduirait à la même destination que les hommes en noir.

*******
Jean-Pierre Delmas décrocha malgré son appréhension. Son pauvre cœur s’emballa une nouvelle fois car il reconnut tout de suite cette voix qu’il n’avait pas entendu depuis dix ans :

- Jean-Pierre ?

- Franz ? Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Tu me dois des expli…

- Plus tard Jean-Pierre. Je te les fournirai en temps voulu tu as ma parole mais pour l’instant écoutes moi bien. Tu veux que ton établissement n’ait aucun problème ?

- Oui bien sûr mais je ne compr…

- Alors tu vas envoyer un mail au rectorat de Paris pas plus tard que maintenant en précisant que Jérémie Belpois, Aelita Stones, Yumi Ishiyama, Ulrich Stern et Odd Della Robbia pourront quitter l’établissement demain matin à neuf heures et cela pour une durée indéterminée en faisant de moi leur tuteur légal durant cette période avec l’accord fictif des parents.

- Mais je ne peux pas faire ç…

- Jean-Pierre ! C’est la vie de ton établissement qui est en jeu. Si tu veux te retrouver avec des enlèvements sur le dos tu me le dis directement. Je t’expliquerai la situation rapidement à mon arrivée demain matin vers six heures. Rends-moi ce dernier service en échange des années durant lesquelles j’ai enseigné à Kadic.

- Mais…Bon très bien mais j’attends des explications claires !

- Très bien à demain.

Après avoir raccroché, M.Delmas s’affala de tout son long sur son siège. Il avait cédé parce qu’il ne comprenait plus rien. Pourquoi Hopper réapparaissait, pourquoi voulait-il récupérer les cinq élèves et pourquoi ces enlèvements ? Il se mit donc à rédiger son mail au rectorat comme l’avait signifié Hopper et parti se coucher en prenant deux cachets d’aspirine. Il allait passer une très mauvaise nuit.

*******
Sept heures du matin. L’heure de se lever pour les élèves du collège-lycée Kadic. La vie monotone reprenait son cours désormais pour tous les élèves en ce deuxième jour de cours. Les quatre ex-Lyokoguerriers, sans Yumi car externe, se retrouvèrent donc au réfectoire pour le petit-déjeuner.

- Allez c’est reparti pour une journée de cours ! dit Odd avec beaucoup de pessimisme en entrant dans ce qu’il appelait le « temple ».
- En plus pour la deuxième journée on se tape la pire de toute la semaine ! rajouta Ulrich avec le même entrain.

Tout en finissant de manger dans une bonne humeur retrouvée, les quatre amis discutèrent de leurs vacances respectives puisqu’ils n’avaient pas eu trop le temps d’en parler avant. Mais cette discussion prit court car Jim Moralès, qui reprenait du service pour une année supplémentaire en tant que surveillant, vint à leur rencontre.

- Bien le bonjour Stern, Della Robbia, Stones et Belpois ! Le proviseur aimerait vous parler tout de suite dans son bureau.

- On peut pas attendre la fin du petit-dèj monsieur ? rétorqua Odd entre deux bouchées de son pauvre croissant déchiqueté.

- Exécution Della Robbia !

Les quatre adolescents, après avoir émis un petit grognement de protestation, partirent donc vers le bureau de l’autorité suprême de l’établissement.

- A mon avis ça sent pas bon ! dit Jérémie, inquiet.

- Mais non c’est juste un petit problème de rien du tout ! dit Odd comme pour apaiser Jérémie et par la même occasion tout le petit groupe qui s’étonnait d’être convoqué le deuxième jour seulement.

En entrant dans le bureau du proviseur, les quatre amis se retrouvèrent nez-à-nez avec un homme qui paraissait âgé à cause de sa barbe grise. Interloqués, ils le fixèrent, mais il leur fallut environ deux secondes pour comprendre. Plus un mot ne sortait. Aelita était sous le choc et rassemblait à une statue. Ils étaient face à Franz Hopper.
Malgré la stupéfaction des adolescents qu’il avait anticipée, le créateur de X.A.N.A prit la parole :

- Bonjour les enfants, pardonnez ma visite brutale mais nous n’avons pas beaucoup de temps devant nous je vous expliquerai tout plus tard c’est promis.
Soudain, Aelita fondit en larmes et se jeta dans les bras de son père. L’un comme l’autre attendaient ce moment depuis si longtemps que l’étreinte dura plus d’une minute, devant les regards ébahis des ex-Lyokoguerriers et celui suspicieux de Jérémie. Puis Hopper rajouta :

- Les questions viendront plus tard, j’ai tout expliqué à Monsieur Delmas ici présent pendant une heure. Rassemblez vos affaires et venez avec moi, il faut partir pour le bien de votre sécurité.

- Mais papa… pourquoi ? demanda Aelita, toujours en état de choc.

- Plus tard j’ai dit chérie, ils vont bientôt arriver. C’est déjà un miracle qu’ils ne soient pas encore là.

- Mais qui ? demanda Ulrich qui n’y comprenait vraiment plus rien non plus.

Mais soudain, Jérémie coupa la parole à tout le monde, lui qui avait certainement eu raison d’être paranoïaque :

- Moi je vous suis à une seule condition. Je dois vous tester. J’ai donc une seule question à vous poser. Vous aviez accès à la partie sécurisée du supercalculateur notamment lors du fameux décryptage de votre journal. Si vous êtes bien le vrai Franz Hopper, dites-moi quel était le nom de code affiché sur la fenêtre qui permettait de programmer la virtualisation différée sur le territoire montagne ?

Jérémie était assez fier de sa question car elle était vraiment complexe mais il savait que le vrai Franz Hopper connaissait la réponse. Franz Hopper ne put s’empêcher de sourire, il l’avait déjà vu en effet, quand il avait eu pendant quelques minutes l’accès à la partie sécurisée de la machine lors du décryptage de son journal et, sans hésitation, et sous l’air ébahit de M.Delmas, il répondit :

- Gros caramel mou.

Jérémie, lui aussi, ne put s’empêcher de sourire. C’était sa « private joke » préférée parce qu’il l’avait trouvée avec Aelita.

- Ok, Ulrich appelle Yumi et dis-lui de nous rejoindre en expliquant bien tout ce qui s’est passé. Je lui fais confiance. Rassemblez tout ce qu’il faut pour partir. Mais au fait Franz, on va où ?

- Tu le sauras à l’aéroport, allez plus une minute à perdre. Et prenez vos papiers d’identité.

Et tout le monde partit en quatrième vitesse chercher ses affaires. Les quatre amis ne comprenaient pas grand-chose. Tout ce qu’ils savaient, c’était que Franz Hopper était de retour, qu’ils allaient partir pendant plusieurs mois très certainement parce que des personnes étaient sur le point d’arriver pour probablement leur vouloir du mal. C’était la seule hypothèse plausible pour l’instant.

Mais Franz Hopper et M.Delmas discutaient toujours ensembles :

- Quelle histoire ! C’est incroyable Franz, tu as pris tellement de risques ! Et tout le monde qui te croyait mort pendant dix ans ! dit Delmas au bord de la rupture.

- Je sais mais là c’est la sécurité des petits et de ton établissement qui est en jeu. Si jamais on les enlève, je ne me le pardonnerai jamais. Mais merci pour tout Jean-Pierre. Je te promets qu’une fois cette histoire terminée, je te les ramène et à ce moment-là on prendra un bon café ensemble.

- Très bien Franz, bon courage.

Le directeur et l’ancien enseignant se serrèrent la main et s’étreignirent. Pour M.Delmas, il fallait continuer de vivre comme si de rien n’était, pour Hopper il était temps de partir loin, très loin, en sécurité.

*******
Au même moment à cents mètres de là, trois hommes sur les nerfs sortirent de leur taxi.

- Fais chier ! Comment on a pu perdre ce putain de passeport ! s’écria l’un des hommes, fou de rage.

- Bon allez on les trouve et on les ramène. On a plus beaucoup de temps.

Les trois hommes sortirent l’appareil de piratage prêté par l’organisation mais il ne semblait pas bien fonctionner. Mais au bout d’une minute, un des hommes remarqua qu’ils n’avaient pas bien réglé l’appareil, et également que celui-ci affichait « batterie faible » et bien sûr il n’y avait pas de recharge à disposition. La tension était palpable entre les trois personnes désormais car ils savaient que trois mois de salaire en plus sur une mission se jouaient maintenant et que s’ils repartaient bredouille, leur supérieur piquerait une crise :

- Mais c’est pas vrai ! On est trop con ! Ils sont où ces morveux ? Notre avion repart dans deux heures et on a toujours rien trouvé ! Le boss va nous tuer ! Et après on va devoir récurer les chiottes pendant une semaine !

Les deux autres frissonnèrent rien qu’en pensant à cette idée. C’était le sort réservé à ceux qui échouaient devant une mission imposée par le patron en personne, qui n’avait aucune pitié pour les « bons à rien » comme il s’amusait à les appeler.
C’est alors que l’un d’eux aperçut M.Delmas. Les trois hommes eurent donc l’idée somme toute assez logique d’aller lui demander où étaient les cinq gamins.

*******
Elle n’avait toujours pas compris pourquoi elle devait suivre cet homme que les ex-Lyokoguerriers avaient cherché pendant si longtemps, mais une chose est sure, elle faisait confiance à Jérémie, qui avait obtenu la preuve que c’était bien le vrai et non une fausse identité comme avait pu le faire X.A.N.A par le passé. Elle avait tout préparé en l’espace de cinq minutes après avoir reçu l’appel d’Ulrich.
Partir… Ses parents n’apprécieraient gère même si heureusement pour elle ils n’étaient pas là ce matin. Elle avait pris soin de laisser un mot dans lequel elle avait annoncé son départ en expliquant brièvement la situation depuis trois ans et en prenant soin de le placer dans un endroit que ses parents fouilleraient avec certitude.
Avant de descendre l’escalier, elle ouvrit discrètement la porte de la chambre de son petit frère Hiroki, qui dormait encore car il n’avait pas cours aujourd’hui selon son emploi du temps. Elle sourit et déposa un léger baiser sur le front de son petit frère qu’elle ne reverrait plus avant un certain temps. Elle descendit et ferma la porte derrière elle. Non, les aventures n’étaient toujours pas terminées.

*******
Il était quatre heures du matin et Dido réfléchissait. Elle n’arrivait toujours pas à trouver le sommeil même si elle savait que c’était mauvais pour son âge. En effet, elle avait vraiment vieilli depuis le tout début du projet.
Elle s’en rappelait bien sûr. C’était en 1974. Le projet avait été créé suite au scandale du Watergate aux Etats-Unis en 1972, où des espions sans aucun doute en lien avec le président Nixon à l’époque s’étaient déguisés en cambrioleurs et avaient implanté des mouchards dans tout le bâtiment. Mais cette tentative d’espionnage avait échoué et s’était soldée par la démission du président Nixon après une enquête du FBI, et l’élection de Gérald R. Ford. Le nouveau président avait alors ordonné la création du programme qu’elle avait dirigé de 1974 à 1991 mais qu’elle continuait, dans la plus grande discrétion, de superviser. Tout avait parfaitement fonctionné jusqu’au dérapage de Waldo Schaeffer, alias Franz Hopper.

Cet homme-là, elle allait devoir lui reparler bientôt et elle savait que ce serait dur parce qu’elle l’avait traqué pendant des années. D’ailleurs, en sortant de ses tourments, elle consulta son portable. Elle avait déjà essayé de l’appeler deux fois mais il ne répondait pas. Elle avait pourtant réussi à se procurer via ses réseaux le bon numéro de téléphone du scientifique qui résidait maintenant aux Etats-Unis mais elle n’avait reçu aucune réponse. S’il ne répondait pas, c’était qu’il préparait quelque chose et à chaque fois que Franz Hopper avait tenté quelque chose, Dido s’était toujours inquiétée. Il n’y avait pas de raisons que ça change après toutes ces années, malgré sa volonté de coopérer avec lui pour le bien de son organisation et de la sécurité internationale.

- Mais pourquoi est-il allé à San Francisco après être revenu ? Il n’y avait aucune raison ! dit-elle à haute voix pour elle-même afin de réfléchir à cette zone d’ombre sur laquelle elle se concentrait depuis plus de deux heures.

Deux minutes plus tard, dégoulinante de sueur, elle faillit tomber dans les vapes. Elle savait. Elle savait pourquoi et comment il était réapparu à San Francisco. Elle s’en était doutée mais elle n’était pas sure. Désormais c’était clair comme de l’eau de roche. Une catastrophe...



NB: Je peux comprendre tout à fait que les événements s'enchaînent très rapidement mais ceci est réfléchi depuis le départ. En effet, je n'avais pas envie de m'attarder sur ce qui n'est pas le coeur de la fic sinon on allait se retrouver avec trois chapitres en plus pour tourner autour du pot.
_________________
"La politique est un art, l'art de faire le bien quand c'est possible et de faire le mal quand c'est nécessaire" Machiavel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Mophie MessagePosté le: Lun 20 Juin 2016 16:59   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 14 Juil 2015
Messages: 209
Localisation: Coincé dans le quelque part
William qui va quand même faire une apparition et pourtant les lg n'en veulent? J'en connais qui vont être contents et la référence gros caramel mou c'est 13:25 (faute qu'on s'en fiche un peu). Franchement je m'attendait à tous sauf à ça: Franz Hopper de retour... non je suis pas surpris parce que il est vivant mais plutôt qu'il se montre comme ça et si les lg s'en vont loin de Kadic ça veut dire plus d'accès au SC mais je pense que tu vas peut être utilisé comme relais pour les lg qui sait. Bon ben bonne chance pour la suite. (Je commente parce qu'il y a pas beaucoup de fic dans le coin )
Edit: ma chère Ikorih je te signale que je n'aurai jamais dis ça AVANT d'avoir lu les autres textes alors je te signale que je ne m'étais peut-être jamais inscrit auparavant mais les autres textes je les ais lu et je ne m'appuyais UNIQUEMENT que sur le côté fanfic sur ce je t'interdit de penser à ma place. Je n'ai pas besoin de refaire un com moi au moins j'edit.


Dernière édition par Mophie le Lun 20 Juin 2016 23:16; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Lun 20 Juin 2016 17:59   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1411
Localisation: Sûrement quelque part.
Mon premier mot sera pour Mophie. :')
Citation:
(Je commente parce qu'il y a pas beaucoup de fic dans le coin )

1) Toi t'as pas les yeux en face des trous parce que la section regorge de textes...
2) Si t'as envie de commenter tu le fais, si t'as pas envie tu le fais pas. Personne t'y forces, alors te fendre d'un "Pfffff, je commente parce qu'il y a vraiment rien d'autre à foutre sur ce forum vide j'ai rien à lire alors je vais tuer le temps en te mettant un com' mais crois pas que j'en aie vraiment envie" c'est pas exactement l'attitude. Crois-moi, on peut parfaitement se passer de tes commentaires de 4 lignes, ne te sens pas obligé de nous les offrir si tu ne veux pas les faire!
Et ne te sens pas obligé non plus de refaire un com' pour me répondre (même s'il n'y a pas beaucoup de fics dans le coin), la fic de Lletho n'est pas là pour ça.


Ce petit point fixé, revenons au texte.
Tu as visiblement conscience du fait que tout ça s'enchaîne un peu vite. Prendre le temps de poser un peu mieux le cadre (ça n'avait été fait que rapidement au début de la fic), comment se sentent les héros après XANA, etc, c'est pas plus mal. Commencer à déraciner les LG dès le second chapitre c'est peut-être un peu rapide. Vouloir se concentrer sur le coeur de la fic est louable cependant le reste mérite un peu de fignolage aussi. Le pôle te soupçonne de t'être un peu précipité pour le coup.
Surtout que à mon sens le scénario de ce second chapitre n'est pas extrêmement bien ficelé. Ok tu nous sors Nixon et le Watergate pour faire plaisir aux amateurs d'histoire et de background historique bien intégré, pourquoi pas. Mais faut faire gaffe au reste!
Dans les détails :
"vous serez dans une heure à Sceaux à cause des bouchons" Je sais qu'on est à Paris mais il est 5h du mat' quand même oO
Dido qui...manque de tomber dans les pommes et qui transpire simplement parce qu'elle vient de capter un truc. Aussi dramatique soit cette information, ça me semble exagéré oO
Récurer les toilettes. Ok cool, si c'est ça la grande menace ultime du méchant. x)

Dans les points un peu plus importants :
Les agents russes les perdent parce qu'ils n'ont plus de batterie sur leur appareil. Pardon? o.o Au vu de l'importance de la mission (et surtout vu que ça a l'air d'être un gadget filé par le boss) il est fort probable que les batteries aient été chargées à bloc....ça sent tellement la vieille excuse en scénarium oO
Dans la même veine, le plan de Jérémie est dramatiquement effarant : "HAHAH Franz Hopper si c'est vous, vous souvenez vous de ce truc marqué en tout petit en haut à droite de la virtualisation différée qui s'affichait dans un coin pendant que vous faisiez autre chose genre nous livrer votre journal en luttant contre XANA?
-Oh mon dieu je n'en sais rien....j'ai pas que ça à foutre de lire ça Jérémie o.o
-C'EST UN FAUX NE LE SUIVEZ PAS XANA ARRIÈRE D8"
De même, il est très risqué de la part de Yumi de faire un bisou à son frère. S'il s'était réveillé, il aurait été capable de la séquestrer dans la maison comme il le fait si bien. #65.

Sinon, le russe qui lit Marx ressemble à un genre de cliché raciste qui pourrait traîner dans une fiction en noir et blanc. Je ne sais pas vraiment si c'est voulu. x)

Bref pour la suite je hausse un sourcil, j'attends de voir. Franz Hopper a probablement un Supercalculateur planqué quelque part pour le bien de la partie virtuelle et pour défoncer les russes, et a sans doute prévu de disparaître dans la nature avec eux. Et Dido vient de réaliser l'embrouille.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
wFABRAMS MessagePosté le: Lun 20 Juin 2016 23:01   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 06 Juin 2016
Messages: 42
Localisation: Alpes, Ligne Maginot
Aie ...

Je me suis pas perdu dans l'histoire mais c'est pas loin 0_0

Donc pour le texte : comme tu l'as souligné, tout s'enchaîne très vite, trop vite. Et comme l'a cité Ikorih, se concentrer sur le cœur de la fic, ça fera du bon boulot, mais derrière, le décor, etc... On a rien et c'est dommage, car on ne peut pas s'imaginer assez correctement les scènes. (bon, après j'ai pas trop de conseils à donner, me suis déjà fait lock 3 fois *_* XD)

Bon, après tu colles toujours avec l'Histoire donc je pardonne Mr. Green

Hâte de voir la suite, mais essayes quand même de détailler un peu plus ! Bon courage !

_________________
Feu ! Ils ne doivent pas franchir le col !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lhetho MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2016 23:28   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 10 Juil 2015
Messages: 70
Localisation: Une chose est sûre, c'est sur Terre !
Bonsoir à tous, ayant terminé le chapitre 3, voici donc la suite de cette fic.
Avant d'insérer la chapitre 3 dans ce post, j'en profite pour répondre aux commentaires.
Tout d'abord Ikorih. Ton commentaire était très juste sur le chapitre 2. Il est vrai que tout est allé très vite (même si je m'attendais à cette remarque étant donné que je l'avais précisé en N.B). Tes remarques concernant le scénario de ce chapitre sont pertinentes mais je pense que je peux en expliquer certaines. En premier lieu, concernant l'appareil qui n'a plus de batterie, il n'y aura aucune excuse en scénarium juste une explication sur ce choix. Le texte ne précise jamais que l'appareil a été donné par le boss en personne. En gros, le texte pour moi respecte l'organigramme d'une organisation quelconque, à savoir le boss donne les informations et dirige l'opération et les subordonnés l'applique en recevant du matériel donné par ceux qui sont chargés de le donner. Voilà, après au niveau du plan de Jérémie, je trouvais cela un brun cohérent dans le fait que Franz Hopper était un programme et qu'un programme avec une conscience sait faire plusieurs choses en même temps mais ta remarque a du sens. Enfin, pour Hiroki, je pense qu'un adolescent qui est en train de dormir et qui n'a pas cours le jour même, ne vas pas s'emmerder à séquestrer sa soeur parce qu'elle lui a fait un bisou Very Happy . Le temps qu'il se réveille...
Après pour wFABRAMS, ton post est juste comme celui d'Ikorih, et merci quand même d'avoir pris le temps de lire le début de cette fic.
Mais trêve de circonvolutions inopportunes, de digressions et d'échappées belles (pour citer un sketch que j'adore), place au chapitre 3.
Tout commentaire constructif est bon à prendre, bonne journée/soirée.

Chapitre 3 : Quand le temps presse


Franz Hopper déambulait dans les couloirs désormais. Il les avait aperçus, par une des fenêtres du bâtiment administratif. Il s’était donc mis à la recherche des ex-Lyokoguerriers en mettant au préalable en garde M.Delmas qui lui avait indiqué les numéros des chambres de ses protégés. En arrivant devant la chambre d’Odd et Ulrich, il tomba nez-à-nez avec Jérémie et Aelita qui avaient déjà fini de se préparer. Jérémie demanda alors :

- Un problème ? Vous nous aviez demandé de vous retrouver en bas.

- Je sais mais ils sont arrivés. M.Delmas va tout faire pour les retarder mais il faut s’en aller tout de suite.

Il ouvrit la porte et expliqua la situation aux deux intéressés qui accélérèrent tout à coup l’allure. Son cerveau était en ébullition. Il fallait qu’il pense à tout et ne surtout pas commettre la moindre erreur. Il restait Yumi qui allait sans aucun doute arriver par l’entrée principale.
Après dix secondes d’intense réflexion, il expliqua son plan :

- Très bien, j’ai peur que M.Delmas ne tienne pas bien longtemps, c’est pourquoi nous allons emprunter un autre chemin.

- La chaufferie ? tenta Odd en sortant de sa chambre avec Ulrich.

- Exact, nous allons descendre dans les égouts et remonter par la bouche qui donne sur le parc, que vous connaissez très bien.

- Et pour Yumi ? questionna Aelita.

- Le fait qu’elle soit externe est un réel handicap en effet. Mais comme nous avons très peu de temps devant nous, dites-lui de rester dans sa rue. Nous ferons un détour mais il ne faut pas qu’elle approche de l’entrée principale.

- Mais, une question fondamentale me vient tout à coup, comment on y va à l’aéroport ? demanda Ulrich.

- Il y a un taxi à l’entrée de l’établissement qui nous prendra en charge.

Sur ces dernières paroles, le petit groupe descendit les escaliers puis fit le tour du bâtiment principal tout en évitant le bâtiment administratif. Arrivé à hauteur de la chaufferie, il fallut environ dix secondes à Ulrich et Odd pour enfoncer la porte qui n’avait pas été entretenue depuis l’année dernière. La traversée des égouts fit rejaillir quelques pensées nostalgiques mais également sombres dans les esprits des ex-Lyokoguerriers, notamment Jérémie qui avait quelques fois envie de revivre juste une fois l’aventure qui avait été la sienne durant trois ans, au mépris de toute rationalité. Il régnait un silence de mort, personne n’osait parler et l’arrivée devant la sortie des égouts ne fit qu’accentuer ce climat froid et tendu.
Hopper prit les devants afin de jeter un œil, histoire de s’assurer que personne n’était là au mauvais endroit au mauvais moment.

*******
M.Delmas n’arrivait presque plus à respirer à cause de la pression effectuée par la main de son agresseur sur son cou. Il était totalement impuissant.

- Bon écoutes le vieux crouton. C’est la dernière fois que je te le demande. Où sont les gamins ? s’écria un des hommes qui perdait le contrôle de ses nerfs.

Ils étaient rentrés dans son bureau quelques minutes auparavant et s’étaient tout de suite aperçus que quelque chose clochait chez leur interlocuteur.

- Mais je vous dis que je ne sais pas, articula M.Delmas comme il le pouvait.

- Oh ! C’est bon calmes-toi ! Tu vois bien qu’il ne peut plus respirer ! dit un des deux autres à l’homme qui tenait fermement le directeur.

- Mais non bordel ! On nous envoie comme des larbins à 2500 kilomètres de chez nous, l’organisation nous file du mauvais matos et pour couronner le tout, on n’arrive même pas à trouver ces gosses !

- Ce n’est pas le sujet. Mais puisque monsieur ne veux pas nous répondre, on va gentiment le laisser dormir et chercher nous-même.

Il était beaucoup plus calme que son compère et sortit soudainement le taser qu’il avait sur lui. Avec sang-froid, il ne laissa aucune chance au pauvre directeur, qui s’affaissa dans un cri de désespoir après le contact entre l’objet et son pauvre corps.

- Bon, maintenant que ça, c’est fait, je propose qu’on retourne devant l’entrée histoire d’avoir ne serait-ce que l’infime chance de les coincer.
Et les trois hommes sortirent donc rapidement du bureau afin de ne pas être remarqués.

*******
Caché derrière une fenêtre, lui, avait tout vu. Il avait même tout entendu, grâce à l’absence étonnante de double-vitrage dans cette partie de l’établissement. Il devait maintenant tirer toutes les conclusions de cette interrogation menée contre son directeur. Mais une chose était certaine, il fallait aider les « gamins », terme employé par le plus énervé au cours de l’interrogatoire.

Au départ, il devait juste aller voir le directeur parce qu’il s’était dès le premier jour, payé la tête de son surveillant, qui l’avait donc convoqué chez M.Delmas. Mais désormais, il se trouvait une nouvelle fois lié à des affaires qui à l’origine ne le regardait pas, comme par le passé, comme si c’était un don que Mère Nature lui avait donné. Mais il fallait maintenant agir, comme il avait pu le faire par le passé, et c’est ainsi qu’il se mit à suivre en catimini ces hommes vraiment étranges.
*******
Après avoir vérifié au moins trois fois si personne n’était présent dans les parages, Franz Hopper donna son feu vert et tout le monde se retrouva dehors. Le plus dur était à venir maintenant. Il fallait rejoindre le taxi situé dans la rue adjacente à celle où se trouvait l’entrée principale sans se faire remarquer par leurs poursuivants. Le groupe de cinq entama donc sa traversée du parc afin de rejoindre le plus discrètement possible l’entrée. Ils longèrent alors les hauts murs qui délimitaient le collège-lycée Kadic jusqu’à parvenir tout près de l’allée principale. Hopper vérifia une fois de plus aux alentours la probabilité d’un éventuel danger puis donna le feu vert à toute la bande.
Ils traversèrent la rue puis pénétrèrent dans le taxi, après avoir placé leurs petites valises dans le coffre. Après plusieurs minutes de silence, Odd relança la discussion :

- Bon bah voilà c’était pas si compliqué au final ! dit-il avec une confiance un peu trop exagérée.

- Oh non Odd, ce sera compliqué jusqu’au bout. Chauffeur démarrez rapidement s’il vous plaît ! dit Franz Hopper, contrarié.

Et il y avait de quoi l’être puisque tout le monde regarda vers l’arrière. Trois hommes habillés en noir couraient dans leur direction.

*******

- Bon, j’appelle le fourgon, on va attendre un peu pour analyser la situation et on va appeler le boss, dit l’un des trois hommes en revenant vers l’entrée principale.

- Tu es fou ou tu veux mourir ? Si jamais on le contacte pour lui dire ce qui s’est passé, on va se faire déboiter ! s’exclama le deuxième.

- Il n’a pas tort mais on a pas le ch… Attends, je rêve là ou c’est les morveux et Frankenstein devant ?

Les trois hommes avaient reconnu le groupe qu’ils avaient pris pour cible depuis ce matin. Ils n’avaient malheureusement pas été assez discrets malgré les précautions du scientifique.

- Mais… Oh merde ils se barrent ! Grouillez-vous j’appelle le chauffeur du fourgon !

Et ils se mirent à courir, se disant que la chance avait peut-être tourné.

*******
Le taxi traversa la ville pendant cinq minutes et s’arrêta devant la maison des Ishiyama. Tout le monde sortit et retrouva Yumi, qui salua froidement Hopper, qui se sentit tout à coup gêné et surpris par cet accueil si glacial. Mais tandis que Jérémie réexpliquait du mieux qu’il pouvait la situation à Yumi, Aelita posa alors une question qui méritait une réponse rapide de la part du scientifique.

- Mais papa, comment on fait du coup pour aller à l’aéroport ? Il n’y a plus de taxi.

- Eh bien, je ne sais pas. C’est la seule chose qui relevait du hasard dans ma préparation car je n’avais pas de voiture à disposition, répondit Hopper, embarrassé.

- Attendez, vous êtes l’un des hommes les plus intelligents de notre pays et vous croyez encore au hasard ? demanda Yumi, toujours avec ce ton cassant étrangement inexplicable.

- Et vous ne pouviez pas le dire avant ? rajouta Odd.

- Qu’est-ce ça aurait changé que je vous le dise maintenant ou dès mon arrivée ? répondit Hopper tout en ignorant Yumi.

Le petit groupe se regarda. En effet, les internes, pris par l’action, n’avaient pas pensé de leur côté à ce détail légèrement contraignant.

- Attendez ! Moi j’ai un plan, dit Jérémie.

*******
Cinq minutes s’étaient écoulées et enfin le fourgon noir apparaissait au coin de la rue. Pris par le temps, les trois hommes montèrent rapidement à l’intérieur. L’un prit son portable et composa le numéro de son supérieur. Les deux autres activèrent le traçage de portable disponible sur l’ordinateur du fourgon. Au bout de quelques secondes, la géolocalisation affichait l’endroit exact où se trouvait le petit groupe. En consultant le dossier qu’ils avaient préparé il y avait de cela presque un mois, ils découvrirent qu’ils étaient devant la maison de Yumi Ishiyama. Ils y seraient dans moins d’une minute.

De son côté l’homme qui tentait d’établir une communication avec son supérieur, se tendit quand son patron décrocha, apparemment énervé, même s’il l’était dans quasiment toutes les circonstances.

- Oui ??

- Euh, boss. C’est l’agent 075 à l’appareil.

- Ah intéressant. Comme te dire que j’en ai rien à foutre de ton numéro à la noix. C’est ton prénom que je connais le mieux donc c’est qui ?

- Désolé boss. C’est Alexsandr a l’appareil.

L’agent sentit tout de suite un regain d’intérêt important de la part de son supérieur.

- Ah… La mission s’est déroulée comme prévu ?

- Bah, pas tout à fait monsieur, l’appareil de l’organisation était déchargé donc on n’a pas pu l’utiliser et du coup on est à leur trousses.

- Dis-moi que tu te fous de ma gueule Alexsandr. Tu te payes ma tronche c’est ça ? Je vous confie une mission capitale et vous êtes même pas foutus de vérifier le matériel bande d’incapables ?

- Mais patron, on ne pouvait pas vérifier mais on est tout proche de là où ils sont. On va les récupérer, restez en ligne deux minutes.

Il prit le téléphone dans sa poche et n’entendit pas les injures de son supérieur. Ils étaient arrivés mais ne voyait personne alors que le signal du traceur s’arrêtait juste devant eux.

-Mais ils sont où bordel ?

- Bon allez, on descend, dit le deuxième prudemment.

- Je peux aller fumer une clope ? dit le chauffeur d’un air niais.

- Oui vas-y mais reste près de nous, on va fouiller autour.

Ils descendirent, rentrèrent discrètement dans la maison des Ishiyama et firent rapidement le tour. Ils ne voyaient absolument rien. Le groupe s’était comme volatilisé et ils hésitaient à rentrer de peur de se faire piéger. Mais tout à coup les trois hommes entendirent le fourgon démarrer. Interdits, ils revinrent près de la route et virent seulement le chauffeur.
- Mais où est le fourgon ?

- Et bien, j’étais en train de fumer quand des personnes sont rentrées dedans et sont parties avec avant que je n’aie pu tenter quelque chose.

Les trois hommes se regardèrent avec effroi. Comment avaient-ils réussi ? Mais tout à coup le téléphone resté allumé vibra dans la poche d’Alexsandr. Les mains tremblotantes, il porta le téléphone à son oreille :
- Patron ? dit-il d’un ton peu rassuré.

- Tu te fous vraiment de moi ? J’attends depuis cinq minutes ! J’espère pour toi que tu les as chopés.

- Euh, et bien c’est-à-dire qu’on a un léger problème.

- Et quel genre de problème ? dit son supérieur beaucoup plus contrarié.

- Bien…Il…il va falloir réinvestir dans un nouveau… fourgon.

Il se préparait maintenant à subir la colère de son patron :

- Hein ? Répète ça pour voir ? Je nage en plein délire là ? Vous vous êtes fait piquer le fourgon par un scientifique et cinq ados pré pubères ? Mais c’est pas possible ! Pourquoi je vous ai pris bordel ! Vous savez combien ça coûte ces machins-là ? Maintenant je vais être obligé de vous en amener un autre pour vous rapatrier bande d’imbéciles heureux !

- Mais c’est pas notre faute monsi…

- Silence ! Vous n’avez plus le droit de parler ! Vous attendez devant le collège, je vous renvoie un fourgon de l’entrepôt français. Il arrivera dans une heure. Et je m’en fous que vous soyez obligés d’attendre, vous l’avez mérité ! Attendez-vous à un sort funeste mes chers bons à rien. A partir de maintenant et jusqu’à ce que vous rentriez, je reprends toutes les manettes puisqu’il n’y a que moi qui sais faire un truc utile dans cette organisation !

Et il coupa soudainement le cellulaire. Les trois hommes ne savaient pas ce que leur réservait leur patron mais cela les inquiétait au plus haut point. Quand leur patron était énervé comme ça, il pouvait faire n’importe quoi.

*******
Dans le fourgon, Ulrich tapa la main de son ami Odd. Le plan de Jérémie avait marché à la perfection. En utilisant du papier aluminium discrètement récupéré par Ulrich chez Yumi et en mettant leurs portables à l’intérieur, ils avaient créé un système de brouillage artificiel qui avait déréglé leurs cellulaires. Jérémie connaissait cette technique depuis bien longtemps car elle était connue de tous les férus de technologies. Cela lui était venu sur le coup même s’il savait que cette technique pouvait très bien se solder sur un échec si l’aluminium n’était pas de bonne qualité et si le téléphone était mal entouré par celui-ci.
Mais comme le seul moyen pour les hommes en noir de les retrouver était de tracer leurs portables, cette technique était tombée à point nommé. Ils n’avaient alors plus qu’à se dissimuler dans le jardin des voisins, qui étaient partis travailler, et à attendre que les hommes cherchent autour de la maison de Yumi pour monter à l’intérieur du fourgon. Cela avait été même encore plus facile que prévu car le chauffeur avait soudainement eu envie de se griller une cigarette pendant que ses collègues les cherchaient.

Fier de cette réussite, le groupe prit la direction de l’aéroport.

*******
Toutes ses affaires étaient désormais par terre. Il avait tout jeté dans un élan de colère après le rapport de ses empotés de subordonnés. Ils avaient échoué et donc il avait échoué. Mais les morveux n’avaient pas encore quitté la France. Il se doutait que leur objectif était de s’en aller à l’étranger histoire de lui échapper. Il fallait donc réagir. Il fallait réagir froidement afin de leur mettre la pression. Et il avait trouvé la solution. Il n’avait pas envie d’en mesurer les conséquences. Il était énervé. Il allait frapper.
_________________
"La politique est un art, l'art de faire le bien quand c'est possible et de faire le mal quand c'est nécessaire" Machiavel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Mophie MessagePosté le: Ven 01 Juil 2016 00:23   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 14 Juil 2015
Messages: 209
Localisation: Coincé dans le quelque part
*Vérifie les environs*1er servi 1er pris c'est comme ça dans la vie. J'aime quand tu "lui" donne un suspense j'espère vraiment que c'est William maintenant qu'il est le seul de la bande à rester au lycée il aura le labo à lui tout seul (Bon après il va bien avoir besoin d'aide) mais bon ne tirons pas de conclusion et commentons la suite... pourquoi le vieux crout...euh... je veux dire Mr Delmas doit mourir il a encore un enfant (oui on sait c'est une peste qui ne le mérite pas). Enfin bref je dois dire sur le texte que je le trouve bien plus mieux que les autres cette fois il est un peu plus long, tu as sensibilisé yumi plus en douceur et tu as fait des lg des voleurs sur ce je laisse les modérateurs commenté. (Zéphyr, Icer, Ikorih (oui on ne t'oublie pas d'ailleurs c'est plutôt dur) et si dans les parages Pikamaniaque) Bonne chance pour la suite.😆
_________________
Nous portons tous un masque, sur le visage ou sur le cœur.
-Godot
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Minho MessagePosté le: Ven 01 Juil 2016 07:30   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 29 Jan 2016
Messages: 81
Mophie a écrit:
sur ce je laisse les modérateurs commenté. (Zéphyr, Icer, Ikorih (oui on ne t'oublie pas d'ailleurs c'est plutôt dur) et si dans les parages Pikamaniaque) Bonne chance pour la suite.


Et les autres membres du forum ne peuvent pas commenter ? Sad J'ai pourtant des choses à dire moi ! Bon, même si je ne suis pas désiré (Calimero is back), je m'incruste pour donner mon avis... qui va te démolir.

Maintenant que ton cœur vient de louper un battement (omg, on passe dans le dramatique), je précise que c'était juste une mauvaise plaisanterie. J'ai accroché directement à cette fic et je vais tenter de résumer les raisons qui ont rendu ma lecture agréable. Après, il y un aspect de ton écriture qui m'a vraiment fait tiquer mais j'ai aussi du positif à dire.

Premièrement, j'apprécie ton style. Cet élément est subjectif et, généralement, ça passe ou ça casse. Pour ce qui est du tien, j'adhère parce que c'est fluide, les dialogues sont bien intégrés, tu décris le tout de manière relativement simple mais efficace, language soigné sans être pompeux,... Pour ce qui est des temps de conjugaison utilisés, tu fais dans le classique avec une combinaison passé simple/imparfait. Typique de la section et de beaucoup d'histoires en général, on ne change pas une équipe qui gagne tu vas me dire. Je dois être le seul alien qui écrit au présent.

Autre point fort, le suspense est bien dosé. Tu donnes envie aux lecteurs de découvrir la suite et c'est toujours essentiel quand on commence l'histoire. Avec ces trois chapitres, tu as déjà prouvé que l'ambiance générale allait être plus sombre que celle de l'animé (coucou Delmas qui se fait défoncer) et ça me plait évidemment !

Citation:
je voulais un personnage qui foute le bordel parce que j'aime ça.


Impatient de voir Sarah en action, il y a moyen de s'amuser avec les OC Mr. Green

Bon, passons à ce qui manque selon moi : la psychologie. Ouais, je vais faire chier avec ça. Je sens que tu vas te défendre en mode "c'est une fic d'action blablabla" mais, si tu n'essayes pas de donner un minimum de profondeur aux personnages, ça va très vite devenir une suite d'événements qui n'apportent pas d'impact réel aux protagonistes de ton récit. Par exemple, les retrouvailles entre Aelita et son père sont bouclées en deux lignes et, sans tomber dans la niaiserie, il y avait quand même moyen de développer un peu plus. Et la bande suit beaucoup trop facilement Hopper ! Le mec débarque et on a juste droit à un "on se barre, j'explique tout après." Ils avaient beau être en situation d'urgence, ça aurait très bien pu être un piège et d'habitude les Lyoko-guerriers (sauf bonbon rose mais c'est un cas désespéré) ont plus de recul ! Foncer comme ça alors qu'ils pouvaient avoir affaire à n'importe quel spectre ou autre joyeuseté, c'est de la folie ! La private joke du caramel mou avec un Xana omniscient, ce n'est clairement pas le meilleur moyen pour vérifier l'identité du nouvel arrivant.

Citation:
Elle n’avait toujours pas compris pourquoi elle devait suivre cet homme que les ex-Lyokoguerriers avaient cherché pendant si longtemps, mais une chose est sure, elle faisait confiance à Jérémie, qui avait obtenu la preuve que c’était bien le vrai et non une fausse identité comme avait pu le faire X.A.N.A par le passé. Elle avait tout préparé en l’espace de cinq minutes après avoir reçu l’appel d’Ulrich.


Pour continuer dans cette optique, Yumi est LE personnage par excellence qui va perpétuellement tout remettre en question (même dans la relation qu'elle entretient avec les mâles qui lui tournent autour). Et là, elle est prête à quitter sa famille (à qui elle tient énormément) en deux secondes juste sur base du "je fais confiance à Einstein" alors qu'elle n'a même pas encore rencontré le type en question ? La connaissant, elle aurait sûrement voulu juger la situation avant de foncer tête baissée. La méfiance maladive qui l'habite a pu être utile/handicapante selon les cas mais, si tu lui enlèves cette particularité, c'est l'essence même de la japonaise qui part en fumée.

Pour conclure, tu es bien parti pour devenir incontournable dans le dark. La scénario a vraiment l'air élaboré, j'ai hâte que tu nous surprennes avec des twists à couper le souffle mais n'oublie pas ceux qui donnent vie à ton texte. Sans eux, pas d'histoire !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
wFABRAMS MessagePosté le: Ven 01 Juil 2016 08:44   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 06 Juin 2016
Messages: 42
Localisation: Alpes, Ligne Maginot
Alors on continue sur une bonne lancée ? On dirait Mr. Green
Un perso secondaire qui se fait démolir pour permettre à la bande de se tailler en ayant plus de temps c'est bien trouvé, mais par contre, je trouve que Delmas a trop vite fait confiance à Hopper. Il a disparu depuis des années, il revient et il lui dit de faire ci ça et il accepte. Bon passons. Le boss de l'organisation me fait toujours lâcher un sourire. Il rage comme un kikoo Call Of (me tapez pas Sad ), et à chaque fois que tu décris le moment où il sort des jurons, c'est toujours fun.
Ensuite Minho l'a décrit, Yumi, qui est celle avec le plus de recul, fait trop vite confiance à Hopper car Jérémie lui fait confiance. Mais bon ça peut passer.
Ensuite, quand il y a eu ce quelqu'un qui avait rendez-vous dans le bureau de Delmas, je croyais que c'était Jim, mais après avoir lu la suite, je pense plutôt pour William, on verra bien. Et pas mal le coup des agents qui se font chourrer le fourgon XD

Par contre, réponse à Mophie, Delmas ne meurt pas hein. Il se prend un coup de taser, ça envoie une petite décharge électrique qui te fais tomber dans les vappes un moment, c'est tout, il est pas mort Wink

Bref, hâte de voir la suite, et peut-être William ( ça ferait plaisir à Ikhori Mr. Green )

_________________
Feu ! Ils ne doivent pas franchir le col !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Ven 01 Juil 2016 09:22   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1411
Localisation: Sûrement quelque part.
Citation:
sur ce je laisse les modérateurs commenté

Quand je pense qu'on est même pas modérateurs. Je rappelle d'ailleurs à certains que mon pseudo s'orthographie Ikorih et pas Ikhori, c'est pas compliqué pourtant :/

Je ne reviendrai pas sur le côté manque de psychologie etc parce que les grouillots autres membres du forum ont déjà bien brodé là-dessus.
Je dois dire que le début de chapitre m'a surprise parce que je m'attendais à ce qu'on ait déjà rappatrié les mômes (la fin du précédent comportait l'expression "Pourquoi était il allé à San Francisco après être revenu", un truc du genre, donc pour moi c'était "revenu de France avec les gamins"). Mais soit.
D'ailleurs Minho soulève un point intéressant : Sarah. Franchement, je l'avais déjà oubliée, du coup je suis pas sûre que l'introduire aussi tôt dans l'histoire soit un choix très pertinent vu que après on en a plus rien à foutre jusqu'au chapitre où elle sera utile x)

Le niveau de non professionnalisme de tes personnages ne cessera jamais de m'étonner et j'admets que ça fait pas mal perdre en crédibilité à tout le monde.
Prenons l'exemple de FH, génie officiel de CL : "Ah oui lol tiens j'avais pas pensé à ce détail" alors qu'il suffisait de dire au taxi de les attendre ou une connerie comme ça...je me demande comment les Lyokoguerriers font pour le prendre encore au sérieux, même si les premières critiques ont fusé. C'est une démarche dans laquelle il faut poursuivre, parce que à la place des LG je serais en mode "C'est qui ce boloss putain oO"...
Mais heureusement pour lui, FH affronte des gars à peu près de son niveau. Les agents sont 100% incompétents (se faire voler la voiture sérieux...), le coup de "On pouvait pas vérifier le matériel" m'a tuée. Ils pouvaient pas vérifier parce queee?
Quant au boss...zéro crédibilité. L'abus de grossièretés (notamment le verbe "foutre") contribue à donner l'impression qu'il a cinq ans : les chefs badass d'organisation sont rarement grossiers, ils utilisent plutôt des tournures de phrases un peu classes histoire de montrer qu'ils sont plus intelligents que leurs troupes...d'ailleurs tu sembles en avoir conscience puisqu'il utilise à un moment le mot "funeste" qui rentre dans la catégorie des tournures un peu classes mais qui du coup ne passe pas bien du tout parce qu'il est mis à côté d'un niveau de langage vulgaire. Du coup je conseille une uniformisation du niveau de langage pour que le personnage soit plus cohérent. Le côté gosse est totalement corroboré par le fait qu'il jette ses affaires par terre.
On applaudira enfin le caméo de William qui n'a finalement aucune utilité dans le chapitre alors qu'il avait l'intention de venir en aide aux LG (clap).

Maintenant c'est l'heure de la minute chipotage :
« Alexsandr » Voilà la raison pour laquelle il faut dire non aux parents qui bricolent trop l'orthographe des prénoms pour se donner l'air original...
« ados pré pubères » Sachant que l'entrée dans la puberté définit l'entrée dans l'adolescence, comment dire que cette expression est légèrement contradictoire?
Enfin je me dois de te dire que l'aluminium ne "dérègle" pas les téléphones des LG : il se contente de bloquer les ondes émises par ces derniers donc si les ondes des téléphones ne sont plus émises...l'appareil des hommes en noir ne devrait rien capter et donc ne rien afficher, plutôt qu'afficher une position erronée.
Magie de la science Razz
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 5
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0925s (PHP: 67% - SQL: 33%) - Requêtes SQL effectuées : 20