CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
[Créations] Code Lyoko : Un live ce samedi !
[Code Lyoko] Nouveau dossier : Serial ...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu 201...
 
 Derniers topics  
[One-Shot] Wormhole
Sissi-Ulrich, un amour impossible
L'argumentation dans l'épisode #95
A votre avis que veut dire X.A.N.A ?
[Fanfic] Numéro 3 ~ Ruth
[Fanfic] Pandémonium
[Fanfic] L'Engrenage
[Jeu Code Lyoko] IFSCL - 3.4.0
[Fanfic] L'Échiquier
[Fanfic] Mémoire Fantôme
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[One-shot] Mort cérébrale

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
BloodyDarkDay MessagePosté le: Lun 22 Aoû 2016 20:10   Sujet du message: [One-shot] Mort cérébrale Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 18 Aoû 2016
Messages: 27
Localisation: Great Inagua, 1716.

Bonjour, bonsoir,

Petite nouvelle dans cette partie du forum, je viens vous présenter ce one-shot, qui est l'un de mes premiers écrits.

Le résumé est simple: il s'agit de l'impact de la mort d'un des LG sur un autre. Bon voilà, pas vraiment original me direz-vous. Mais il faut bien commencer par quelque chose. Je vous laisse découvrir de quels personnages il s'agit dans le récit. L'ambiance n'est donc pas des plus rose et c'est la descente aux enfers psychologique pour l'un d'entre eux.

Une petite chose: vous verrez que la fin est en « spoiler », parce qu'à la base j'ai écrit ce shot jusque là mais je me suis rendue compte, en relisant, qu'elle n'était peut-être pas nécessaire tout compte fait. Elle sert plus à mettre les choses à plats et répondre aux interrogations qui pourraient encore planer. Je me suis dit que j'allais la mettre quand même, mais vous verrez qu'elle n'est pas absolument nécessaire. A vous de voir si vous souhaitez la lire.

N'hésitez pas avec les critiques constructives, je suis en grande partie là pour ça.

Sur ce, je laisse place au texte, en espérant que cela vous plaise (ou pas hein, c'est comme vous voulez).





Mort cérébrale



Le pire était arrivé, finalement. En prenant des chemins détournés. En prenant son temps. Mais il était bien là, à présent. Bien installé. Bien ancré. Dans la réalité.
Après tant d'efforts. De stratégies, de programmation, d'amélioration. Tant d'années, de mois, d'heures, de jours passés. C'était fini. En une fraction de seconde.
La fin de tout.
De l'avenir, de l'amour, de la paix. La fin proche de leurs jours, de leurs vies. Leurs courtes vies. La fin de leurs rires, de la légèreté, de la douceur, de l’insouciance. De l'espoir.
De la lutte.
Rien n'était plus possible. Tout maintenant était vain.
Ils avaient définitivement perdu, désormais. Tout perdu. Lui, plus que tout autre.

Il se sentait vide, désormais. Complètement drainé. De toute énergie, de toute émotion. Il ne ressentait rien. Le néant l'entourait. Presque oppressant. Un tourbillon blanc de lumière l'aspirait.
Il n'avait qu'une vague sensation de la pièce dans laquelle il se trouvait maintenant. Qu'une vague perception des bruits qui l'entouraient. Mais il avait entrevu, à son arrivée, un tas de personnes vêtues de blanc. Des anges, peut-être. Était-il finalement mort ? Non. On s'affairait autour de lui. On le ballottait, d'un côté, de l'autre. Il lui sembla qu'on lui parlait, aussi. Qu'on lui posait des questions, peut-être. Il n'avait pas trop su, enveloppé dans sa torpeur qui lui brouillait les sens.
Toute cette réalité lui semblait décousue. Seuls ses souvenirs étaient intacts. Clairs, comme du cristal. Sinistres, comme l'horreur.



Il avait fallu ramener son corps. Pour au moins avoir un semblant d'histoire. Un dernier mensonge à raconter. Pas que cela changea quoi que ce soit.
Un retour vers le passé, et ils étaient revenus. Revenus à ce qui semblait être une réalité normale. Le calme, avant la tempête.
Il avait foncé, jusqu'à sa chambre. Plus vite qu'il ne l'avait encore jamais fait. S'accrochant à une dernière once d'espoir. Il avait été naïf. Lui, plus que tout autre savait, pourtant.
Il avait ouvert la porte. Dans un vacarme faisant trembler les murs. Elle était sur son lit, comme encore endormie.

Il n'avait même pas peur. C'eût pourtant été un sentiment fort adéquat en cette situation dramatique. Ils avaient perdu la lutte. Définitivement. Leur ennemi était maintenant libre. D'aller et venir à sa guise. De manigancer autant de plans machiavéliques qu'il lui plairait pour achever son but ultime.
Il s'en fichait.
Ils allaient probablement tous mourir, lui, eux, et tous les autres autour, proches, comme à des kilomètres. La fin approchait. À pas de loups, à pas feutrés. Doucement. Sûrement. La fin comme encore personne ne l'avait imaginée. Pas même dans les calendriers maya, ou dans les textes bibliques.

Maya. Doux souvenir parmi le chaos.

Ils allaient probablement souffrir. Eux, plus que tous les autres. Ils ont été, pendant ces années, l'ennemi juré de celui qui prendra tôt, ou moins tôt, le contrôle de la planète entière. Il prendrai certainement son temps avec eux. Éprouvant sûrement un plaisir sans fin à les torturer de quelques manières cruelles. Il avait déjà sans aucun doute un tas d'idées.
Il n'en avait que faire.
Aucune torture ne pourrait lui infliger douleur pareille à celle qui faisait rage dans son cœur et tout son être en ce moment même. Irradiant comme un soleil. Et déchirant comme la mort.
La mort.
Elle l'enveloppait. Elle était omniprésente. Son âme, elle-même, l'était déjà presque.

Aelita.

Il s'était jeté sur elle. Il avait crié. Il avait hurlé. Son nom. Déjà, devant son pupitre de commande. Dans sa chambre, maintenant. Les cris de ses plaintes vaines y raisonnent encore. Il l'avait appelée. Encore. Et encore. Un appel incessant. Auquel aucune réponse ne pouvait désormais parvenir. Seul le silence laissé vide de ses cris. Ce silence qui émanait d'elle. Qui lui hurlait la vérité. La vérité vraie, qu'il n'avait pas voulu croire. La vérité déchirante, éreintante, écrasante.
Ils étaient là, eux aussi. Il ne savait pas exactement à quel moment ils étaient apparus à ses côtés. Des larmes étalées sur leurs joues. Des plaintes, bien moins sonores que les siennes, évadées de leurs bouches.
Ils étaient restés là, un moment. Tous ensemble. Une dernière fois. Effondrés sur le sol. Laissant aller leurs sanglots. Lui était cramponné à elle. Comme si cette étreinte allait la ramener. Il ne pouvait se résoudre à la lâcher. À la regarder de nouveau. Pâle et froide. Il n'en avait pas le courage.
Malgré ce moment longuement figé, le temps avait continué à passer. Puis quelqu'un s'était finalement levé. Ils l'avaient raccompagnés jusqu'à sa chambre. Il ne voulait pas la laisser. Il ne voulait pas lui dire adieu. Mais il ne se sentait pas la force de résister.

Aelita.

Ce nom lui déchirait désormais le cœur.
S'agrippant au vide, au néant, son corps convulsait, se tordant sous les pleurs, les hurlements.
Il avait fini par s'écrouler. Sous les sanglots. Sous l'épuisement. Puis se traîner, jusqu'à son lit. Son corps ne formait maintenant plus qu'une infirme petite boule. Ballottée. Il avait de nouveau pleuré. Il avait de nouveau hurlé. De toute son âme, de tout son être. Jusqu'à s'en rompre les cordes vocales. Sa douleur. Il l'avait placé dans chacun de ses profonds sanglots, dans chacun de ses assourdissants hurlements. La douleur. Elle était désormais partie, au gré de ces flots. Ne laissant rien. Emportant tout.

L'ensemble du corps enseignant fût prévenu. Ses plus proches parents, eux aussi. Ceux-ci, bien sûr, n'avait pas connaissance de cette jeune fille. On commença à poser des questions. Ses amis ne savaient plus que faire. Ce n'était pas grave. Cela ne lui importait plus. Il n'était même plus vraiment là. Il n'était plus que l'ombre de lui-même. Le vide l'emplissait désormais. Il était telle une coquille vide. Recroquevillé. Desséché. Hoquetant. Les larmes ne coulaient certes plus. Il pleurait tout autant, cependant.
Il n'avait pas quitté sa chambre. Mais il ne répondait plus. Ses amis étaient bien entrés, le proviseur, et Jim, avaient bien tambourinés, l'infirmière, Yolande, était passée. Elle s'était affolée. Elle avait presque, elle aussi, hurlé. Hurlé quelque chose au proviseur, qui s'était approché. Qui était repartit, avec effroi. Il revoyait ses amis, dans un coin de la pièce, les visages défaits, déformés par l'inquiétude et la peur mêlées.



Ils étaient là, d'ailleurs, aujourd'hui. Il le sentait. Il n'était maintenant plus capable d'ouvrir les yeux. C'était tant mieux. Il ne voulait plus voir. Le tourbillon blanc de la lumière des néons. Les murs blancs oppressants. Leurs visages ravagés par la tristesse. Il entendait encore cependant. Discernant les sons. Les paroles échangées, ça et là. Il comprenait que la présence étrangère qui venait d'arriver dans la pièce s’adressait à lui. Sa voix douce parvenait encore jusqu'à ses tympans. L'information qu'elle délivrait cependant, se perdait au gré des réseaux d'axones et de neurones. Elle ne parvenait plus à destination.
Les paroles qu'ils échangeaient étaient inquiètes. Il pouvait le percevoir au son de leurs voix. À la façon dont celle-ci ondulait jusqu'à lui. Il aurait voulu qu'ils ne s'en fassent plus pour lui. Qu'ils se préparent à ce qui allait venir. Qu'ils restent unis, malgré tout. Mais qu'importe. Il ne serait plus là pour voir le résultat de leur échec.
La présence étrangère était repartie. Ils s'étaient approchés. Il le sentait à la façon dont leur chaleur se faisait plus présente auprès de lui. Ils restèrent un moment ainsi, sans mouvement aucun. Il lui sembla que l'on parlait, au loin. Ou peut-être plus près. Il ne savait pas vraiment.

Il eut un sursaut. Comme s'il venait de s'éveiller d'un cauchemar. S'était-il endormi ? Peut-être. Ils étaient encore là, en tout cas. Mais il ne les voyait pas. Ne les entendait déjà presque plus. Peut-être s'éloignaient-ils ? Non. Un contact. Doux. Sur sa main. Ou son épaule. Ou peut-être son visage. Il ne sait plus.
Tout semble soudain s'embrouiller. Mélangé. Alors il se laisse glisser. Il éprouve enfin comme une sensation agréable. Il se sent léger. Comme s'il avait quitté son propre corps. Peut-être était-ce le cas ? Il ne savait pas vraiment. Il se sentait glisser, encore. Glisser dans l'absence.

Au fond, il était déjà parti. Parti la rejoindre. Depuis bien longtemps. Il n'attend plus que la petite lumière de sa conscience ne s'éteigne. Que l'ombre l'emplisse. Que la mort le délivre. La fin serait sans doute une douce délivrance.

Il se souvient, une dernière fois. Le génie qu'il était avait failli. Failli à protéger ses amis. Failli à protéger le monde d'une menace inconnue. Failli à éradiquer le programme. Au fond, il était loin d'en savoir autant qu'il le prétendait.
Mais tout cela n'était plus important. Il n'y avait plus rien à faire. Même s'il l'avait voulu. Plus maintenant.

Puis le vide en lui s'anima. L'emplissant presque de calme. Un bout de sérénité. Il grignote, ce vide, et se nourrit de tout ce qu'il reste en lui. Jusqu'à son dernier morceau d'âme, sa dernière parcelle de conscience, de laquelle il entrevoit une brève lumière, avant que le vide ne le prenne complètement. Il lui sourit. C'est elle. Elle l'attend.

Et il part la rejoindre.

« Aelita...
- Jérémy ? »


Spoiler

_________________

http://img4.hostingpics.net/pics/711830AssassinsCreedIVBlackFlagTheMovie1528251530103.gif
- Your name is not 'James', is it.
- Not most days.

-AC IV-


Dernière édition par BloodyDarkDay le Mar 23 Aoû 2016 23:48; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Idris2000 MessagePosté le: Lun 22 Aoû 2016 20:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 15 Juin 2016
Messages: 138
Localisation: Dans une ville, dans un pays, dans un continent, sur une planète, dans l'univers...
Bonsoir à toi.

Pour ton premier écrit, tu frappes fort.

Je peux résumer ton OS en quelques mots: Court, mais efficace.

J'aime beaucoup ton style d'écriture. Tu décris tout de manière claire.

C'était court, mais quelque part, ça me paraissait long.

La descente aux enfers de Jérémie est très bien écrite, bien qu'un peu rapide à mon goût. Après, c'est mon avis et c'est ta fic.

Cela n'est cependant pas parfait. Je trouve que l'OS n'est pas très original, mais comme tu l'as cité toi-même...

BloodyDarkDay a écrit:
Le résumé est simple: il s'agit de l'impact de la mort d'un des LG sur un autre. Bon voilà, pas vraiment original me direz-vous.


...Je pardonne ce point négatif.

Pour le seul dialogue du texte, tu as utilisé des guillemets français. Ca me fait plaisir et fera plaisir à quelqu'un.

En conclusion: Un OS court, simple et sans prétention ni réelle ambition, mais efficace à mes yeux. Smile

À bientôt sur le forum!

_________________
Je suis quelqu'un d'observateur. L'avis des autres m'intrigue et m'intéresse.

http://img4.hostingpics.net/pics/884866Idris2000Signature.png

Je suis un Pro-Laura et Pro-CLE.

http://img11.hostingpics.net/pics/332610QoljZzb.png

http://www.auplod.com/u/duploa8649c.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
wFABRAMS MessagePosté le: Lun 22 Aoû 2016 21:12   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 06 Juin 2016
Messages: 42
Localisation: Alpes, Ligne Maginot
ALERTE ALERTE ! SPOIL DANS CE COMMENTAIRE, NE PAS LIRE AVANT D'AVOIR LU LE TEXTE !!!


Je rejoins l'avis de Idris ci-dessus, la construction est parfaite, on se croirait dans un roman. Et je pense avoir une idée à propos de cet OS. Tu n'aurais pas pris la mort d'Aelita dans la saison 2 pour ton récit ? Car X.A.N.A est libre, Aelita est morte. Voilà, j'dis ça, j'dis rien Mr. Green

En tout cas, hâte de voir d'autres de tes écrits sur le forum !

_________________
Feu ! Ils ne doivent pas franchir le col !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Lun 22 Aoû 2016 21:55   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1425
Localisation: Sûrement quelque part.
Une question me traverse l'esprit : pourquoi un point dans le titre de l'OS à l'intérieur du topic et pas dans le titre du topic? Mr. Green

Bref, après une découverte de bug exploit sur Darksiders, lire un OS de BloodyDarkDay semble une suite logique, en termes d'ambiance!
Bon globalement c'est un truc qui se lit assez vite sans se casser la tête, il en faut, et c'est ton premier, donc c'est un bon moyen de se faire la main et de montrer ce que tu vaux dans la section. Exit la question du scénario, des cohérences chronologiques et autres difficultés : l'OS a un postulat, qui n'est pas clairement expliqué (et pourquoi pas, ça renforce ce côté flou et brumeux qui plane dans la tête de Jérémie), et part de là pour dépeindre comment Jérémie vit ce postulat.
C'est pas dégueulasse comme lecture, y a une ambiance, comme je l'ai dit, on ne se casse pas la tête. Ton style s'est bien adapté au texte, visiblement tu aimes bien les accumulations. Le fait d'avoir ta propre façon d'écrire est déjà un bon point à ce stade de ton séjour parmi nous o/
En ce qui concerne la fin en spoil, effectivement, elle n'est pas forcément nécessaire. Elle met de froids mots médicaux sur ces moments brumeux vus depuis Jérémie, et s'inscrit dans une toute autre ambiance. On peut la considérer comme une sorte d'épilogue, mais sur un texte de cette taille, je doute que le mot soit pertinent xD Après, on peut aimer cette cassure au niveau de l'ambiance pour rationaliser tout le truc et, en quelque sorte, accentuer le côté abrupt et "violent" de l'OS.

A mon sens c'est sympa comme galop d'essai, mais j'attends de voir ce que tu vaux avec un texte qui fournirait un scénario plus développé et plus central que juste un OS de description psychologique. Je t'encourage donc à repasser parmi nous pour nous présenter d'autres écrits!
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lhetho MessagePosté le: Mar 23 Aoû 2016 08:49   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 10 Juil 2015
Messages: 70
Localisation: Une chose est sûre, c'est sur Terre !
Yop. Je te souhaite en premier lieu la bienvenue dans le pôle fanfiction, en espérant que tu continues tes écrits.
Note optimiste dans la phrase d'introduction ? Eh bien oui. J'ai apprécié cet OS qui est tout de même court. Au début, j'avais peur qu'il n'y ai pas de contenu mais j'ai vite changé d'avis en lisant ton texte. On est plongé dans l'histoire dès le début. Comme a pu le dire Ikorih, il y a une certaine atmosphère un peu macabre (voire même totalement ^^) qui se dégage et on suit un rythme chronologique qui débute après la mort d'Aelita et qui raconte au fur et à mesure du récit la résignation de Jérémie devant la tragédie. Tu es allée au bout de ton idée en le faisant mourir. Ceci est assez classique mais comme tu l'as dit, c'est ton premier écrit alors ça passe. Smile
De plus, c'est tout à fait dans la nature un peu égocentrique de Jérémie de mourir avec sa belle et de laisser tout derrière, parce que bon là, il oublie un peu les autres qui sont là à attendre comme des cons. Même si la mort est proche pour les autres, deux décès, c'est encore pire à supporter donc ils sont encore plus détruits de l'intérieur.

En conclusion, un OS qui se veut très court mais agréable à lire malgré un thème récurrent.
Je t'encourage une fois de plus à continuer d'écrire et à nous faire partager tes inventions. Salutations et bonne journée.
_________________
"La politique est un art, l'art de faire le bien quand c'est possible et de faire le mal quand c'est nécessaire" Machiavel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
BloodyDarkDay MessagePosté le: Mar 23 Aoû 2016 21:48   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 18 Aoû 2016
Messages: 27
Localisation: Great Inagua, 1716.
Bonsoir à tous,

Dans un premier temps, je vous remercie tous pour vos commentaires, sachez qu'ils ont été très appréciés.
Je vais maintenant y répondre, comme il est coutume.



Spoiler

_________________

http://img4.hostingpics.net/pics/711830AssassinsCreedIVBlackFlagTheMovie1528251530103.gif
- Your name is not 'James', is it.
- Not most days.

-AC IV-
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Minho MessagePosté le: Ven 26 Aoû 2016 11:12   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 29 Jan 2016
Messages: 87
Nouvel auteur qui présente son premier texte doté d'un titre fort sympathique qui amorce bien l'intrigue... morbide de l'OS. Malgré le thème évoqué, tu n'en fais pas de trop et c'est pour ça que je valide la taille du récit. Cela aurait été désuet de vouloir tirer en longueur une intrigue qui peut se résumer en une phrase : Jérémie va suivre sa belle dans l'au-delà. Je déplore d'ailleurs le choix de personnages exploités car leur relation fusionnelle – et heureuse bien entendu – a déjà fait couler beaucoup d'encre dans les recoins de la section fanfic. C'est souvent un choix "basique" (mais qui peut porter ses fruits) d'exploiter une des relations amoureuses mises en avant dans le dessin animé. Un twist qui m'aurait bien plu, ça aurait été la suprise de la victime.

La thématique de l'amitié aurait pu être exploitée pour surprendre le lectorat, comme par exemple : Ulrich qui vient de perdre Odd, son meilleur ami, mais le lecteur pense tout le long qu'il éprouve cet immense chagrin suite au décès de... Yumi évidemment. Tu vas me rétorquer que ce n'est pas les personnages que tu as utilisés mais si on garde Einstein en protagoniste principal, je suis persuadé qu'il aurait été profondément dévasté par la mort de n'importe quel membre de la bande, dans le sens qu'il se sentirait sûrement responsable... Eh oui, c'est bel et bien à cause de lui que tout a commencé. Évidemment, avec un autre Lyoko-guerrier pour remplacer le destin tragique d'Aelita, on perd tout le côté romantique de la chute... Mais ça aurait eu le mérite de briser le cliché du couple "à la vie, à la mort" qui est assez classique.

Hormis cet élément, j'ai beaucoup apprécié l'aspect psychologique et j'ai envie de crier dans tout le forum : POTENTIEL ! Tu as déjà le souci du détail, un style agréable et précis, une maitrise de la tension qui crée cette ambiance si particulière,... On ressent réellement une volonté de plonger le lecteur dans l'histoire que tu nous proposes et j'ai hâte d'en voir plus ! J'attends ton prochain OC et ta fanfic de pied ferme Mr. Green
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
BloodyDarkDay MessagePosté le: Sam 27 Aoû 2016 18:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 18 Aoû 2016
Messages: 27
Localisation: Great Inagua, 1716.
Je te remercie pour tout tes commentaires positifs et très motivant.

Bien sûr je reconnais que mon choix de personnage est un basique des basiques mais voici pourquoi je l'ai tout de même maintenu.
Il était important que la victime soit Aelita pour le simple fait que, sans elle, la lutte n'est plus possible car il n'y a plus personne pour désactiver les tours. Ce qui ajoute au fait que, quoi qu'ils fassent, ils sont désormais impuissants, et c'est pour cela que Jérémy se laisse aussi facilement aller face à sa mort.
Ensuite, pour moi Jérémy était le personnage le plus facile à mettre en scène dans cette descente aux enfers. J'ai le sentiment que, de tout les LG, il est l'un des plus fragiles psychologiquement. De plus je ne voyais pas un autre LG se laisser aller à ce point face à la mort d'Aelita.
A vrai dire, quand j'ai commencé à écrire, j'ai laissé aller mes doigts sur le clavier et la question des personnages ne s'est pas vraiment posée plus que ça. A mesure que le récit prenait forme, l'idée que les protagonistes seraient Jérémy et Aelita est apparue.
Je dois bien avouer que la fin "romantique toute mignonne" ajoute un plus mais ça n'était pas le but principal de l'OS, quoiqu'en y réfléchissant ça donne un touche « heureuse » à cette ambiance, comme tu l'as décrite, morbide.

Mon OS arrivera sûrement d'ici le week-end prochain, et ma fic, euh…. Dans plus longtemps Mr. Green

_________________

http://img4.hostingpics.net/pics/711830AssassinsCreedIVBlackFlagTheMovie1528251530103.gif
- Your name is not 'James', is it.
- Not most days.

-AC IV-
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0723s (PHP: 63% - SQL: 37%) - Requêtes SQL effectuées : 20