CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
[Créations] Code Lyoko : Un live ce samedi !
[Code Lyoko] Nouveau dossier : Serial ...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu 201...
[Créations] Notre Communauté fait le plein d...
[Créations] Code lyoko Relight : Dans les co...
 
 Derniers topics  
William est la marabounta
Map Minecraft de tout l'univers de la...
Map minecraft - [1.10] - Code lyoko -
New Aelita Renders/Recreations
[Jeu Code Lyoko] IFSCL - 3.4.0
[Divers] Usine Renault : construction...
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] Bouffon du Roi
[Fanfic] Projet Renaissance
Remake : Aelita aux pays merveilles
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Une vie plus légère

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 2

Aller à la page 1, 2  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Icejj MessagePosté le: Sam 04 Fév 2017 11:23   Sujet du message: [Fanfic] Une vie plus légère Répondre en citant  
Vé-Si


Inscrit le: 24 Nov 2014
Messages: 60
Localisation: Bangkok, Thaïlande
Coucou, ça fait longtemps, pas vrai ?

Revoir Le Péril Jeune me donne de la nostalgie pour les années 70 que je n'ai pas connu, et pour un type de lycée que je n'ai pas vécu... haha.

Ce texte vise à être léger. Pas de développement psychologique fulgurant, pas d'envolées lyriques, de gros pavés, ou de remise en question profonde liée à Lyoko... Ça viendra peut-être en revanche. o/

J'espère que les personnages sont bien incarnés, et que ce texte vous plaira !

(ALERTE INCOHÉRENCE : CETTE FIC SE SITUE DANS UN UNIVERS PARALLÈLE OÙ ULRICH STERN EST GAUCHER)

Nouvelle précision : par soucis de réalisme, j'ai choisi de placer cette fic en 2016. Paradoxal ? Oui et non. Je sais que CL se déroule plutôt en 2006-2007, mais je ne sais pas si les lycéens se servaient d'internet/quels groupes étaient à la mode/actualités mondiales mois par mois alors que pour 2016... je suis au courant de tout cela. Donc bond de dix ans dans le futur. Je ne pense pas que cela affectera l'histoire outre mesure : CL est assez atemporel.





[/color]
Spoiler

_________________
From Bangkok with love.


Dernière édition par Icejj le Mer 12 Avr 2017 06:54; édité 20 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 04 Fév 2017 12:38   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1413
Localisation: Sûrement quelque part.
Citation:
Après tout, Ulrich Stern était gaucher.


J'aimerais dénoncer une incohérence scandaleuse avec la série qui a immédiatement brisé mon immersion et m'empêche d'émettre un avis plus avancé :

Spoiler

_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icejj MessagePosté le: Sam 04 Fév 2017 12:48   Sujet du message: Répondre en citant  
Vé-Si


Inscrit le: 24 Nov 2014
Messages: 60
Localisation: Bangkok, Thaïlande
Et merde. XD

Bon, on va quand même garder, parce que la blague est un motif récurrent. Razz

_________________
From Bangkok with love.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
 
Minho MessagePosté le: Sam 04 Fév 2017 13:19   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 29 Jan 2016
Messages: 82
Citation:
Je ne sais pas comment labéliser ce texte, car c'est techniquement le début d'une fanfic mais je ne pense pas la continuer.


Seriously ? Sad Pour une fois que quelqu'un réussit une scène de baston dans l'enceinte de Kadic sans l'intervention de XANA, il faut que ce même auteur s'en tienne au premier chapitre de ce qui pourrait être une grande et belle aventure collective ? Enfin, tu es libre d'agir comme bon te semble et je vais donc commenter ce texte qui m'a beaucoup plu.

Citation:
J'espère que les personnages sont bien incarnés, et que ce texte vous plaira !


Selon moi, c'est un pari réussi ! J'ai légèrement eu peur en voyant quelques clichés (tout auteur en a au moins utilisé un, ça peut s'avérer être une bonne surprise au final), du genre le retour des vacances avec un élève en plus au sein de l'établissement, William et Yumi en L, le couple Jérémie et Aelita qui s'officialise,... Mais j'ai très vite compris que le style allait me plaîre, en particulier pour le côté réaliste apporté à l'ensemble. On s'imagine aisément les scènes (perso, je me replongeais au jour fatidique de ma rentrée en terminale) et les personnages sont décrits de manière conforme à l'animé. Après ma lecture, j'ai remarqué qu'il y en avait quatre qui sortaient du lot. C'est mon ressenti et il n'engage que moi mais l'exploitation de ce quatuor – qui n'en est pas vraiment un à proprement parler – a donné beaucoup de rythme au récit selon moi. Égalité parfaite, deux garçons et deux filles... qui ne sont pas en couple (et heureusement d'ailleurs).

Puisque je suis un gentleman, honneur aux dames. Dans ce cas-ci (ironie ?), ce sont bel et bien des garces à qui nous avons affaire. Élisabeth Delmas et Milly Solovieff. Cette dernière s'est révélée experte en harcèlement – même si on le savait déjà – mais cette vilaine manie est encore montée d'un cran. Plus provocante et emmerdeuse que son amie Tamiya, elle est immanquable dans le cadre de l'intrigue proposée. Si on devait résumer son rôle dans le récit en une phrase : c'est clairement elle qui a foutu le bordel. C'est d'ailleurs une raison pour laquelle je voudrais que le scénario s'étende sur d'autres chapitres, c'est rare que l'opportunisme et la vilenie de Milly soient exploités à ce point. Clairement, on peut la voir de deux façons : comme la petite innocente qui a peur de tout (cf. aux attaques de XANA) ou comme la "journaliste" sans scrupules prête à tout pour gratter un scoop. Tu as plutôt choisi la deuxième approche et je ne peux qu'approuver.

Passons à la fille de ce cher Jean-Pierre qui se révèle moins peste que la reporter en herbe dans ce chapitre. Globalement j'ai apprécié la manière dont tu l'as exploitée. Même si on pourrait considérer l'approche comme classique dans le cadre d'une fanfic qui montre du post-Lyoko (l'ancienne rivale qui fait de son mieux pour s'intégrer à la bande), j'ai particulièrement savouré la réaction des membres du groupe vis-à-vis de celle qui s'incruste quelque peu. Les relations entre personnages sont bien maîtrisées selon moi et on voit un tantinet une sorte de rapport de force "égalitaire" qui se dessine avec un Jérémie qui n'a plus l'air aussi influent, j'avais l'impression que les ex Lyoko-guerriers traînaient ensemble tout en jouant cavaliers seuls, hormis le couple Einstein qui semble plus lié que jamais. Du moins, c'est comme ça que je l'ai interprété mais, sans le monde virtuel et ses tracas, on se rend compte qu'il est difficile de se trouver des points communs quand on a des caractères si opposés... Je me suis même demandé si la bande pourrait supporter très longtemps les sautes d'humeur d'Ulrich s'ils n'ont plus besoin de lui pour ses compétences de combattant, c'est une question intéressante... Pour en revenir à Sissi, on observe facilement qu'elle n'a rien perdu de sa superbe quand elle se retrouve en interview tout en se montrant plus docile face à ses nouveaux potes (god, c'est bizarre de dire ça), c'est une polarité assez fascinante.

Il est temps de parler un peu des mecs marquants, William et Ulrich évidemment. De ce côté-là, la guerre de "Qui a la plus grande ?" ne s'est pas calmée, bien au contraire. On retrouve tous les défauts du samouraï combinés en un texte (ça fera plaisir à ses détracteurs), chose positive : Yumi ne se lance pas dans une grande prise de bec avec lui, ça change. Que dire de plus sur lui ? Il peut se montrer pitoyable dans ses réactions mais, pour le coup (dans les deux sens du terme), j'aurais plutôt tendance à rejoindre Odd sur ce point : William l'a bien cherché. L'aspect le plus frappant – sans mauvais jeu de mots bien évidemment – est l'arrogance de Dunbar qui est, là aussi, caractéristique du personnage mais bien exacerbée ici, un peu à l'image de Milly. Ce qui permet de constater, une fois de plus, qu'il n'est pas parfait, comme le reste des protagonistes de Code Lyoko d'ailleurs. Pour terminer sur la nouvelle élève, un peu compliqué de donner un avis sur elle s'il n'y a pas de suite... Gros point noir, comme son look, qui aurait le mérite d'être éclairci avec une nouvelle publication Mr. Green
_________________
http://data.whicdn.com/images/89102907/large.jpg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Missanim MessagePosté le: Sam 04 Fév 2017 18:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 17 Aoû 2016
Messages: 58
Localisation: France
Super ! Enfin, une fanfiction qui me plaît bien ! C'est-à-dire facile à lire, sans "prise de tête" *mouais, tout dépend du point de vue...Wink* : avec (beaucoup) plus de dialogues que de "gros pavés" de narration Smile

Et ça "clashe", et ça bastonne...Elle commence bien cette nouvelle rentrée au lycée Kadic, dis donc ! Mr. Green

Comme l'a si bien dit Minho : franchement, pour le côté "réalisme" de ta fiction, ça se pose là ! J'avais l'impression de revenir quelques années en arrière lors de mes années au collège et où l'on n'était pas à l'abri de ce genre de "règlement de comptes" au bahut ! Mr. Green Ah les garçons, je vous jure...Wink

Cela ne me ressemble pas mais je dois avouer que je rejoins l'avis de Mme Hertz : mentalement, cela ne s'arrange pas pour nos jeunes lycéens Rolling Eyes Mais, il n'empêche qu'Ulrich Stern on l'a connu moins "agressif" avec autrui et puis, William Dunbar toujours aussi...Mad Bref ! *oui, évitons d'être grossières ! ^^* En plus, ça empire : c'est qu'il s'entoure le bougre ! è_é

Bon, quant aux autres personnages :
- Aelita et Jérémie : quoi, ils sortent ensemble ?! Extra ! Mr. Green
- Yumi : pas grand-chose...à part nous rapporter quelques différends familiaux...Sad
- Odd...fidèle à lui-même ! *soupir* Rolling Eyes
- Sissi : comment tu nous l'as "transformée"...ça doit sûrement cacher quelque chose ! *tu n'es pas un peu parano, toi des fois...? Laughing*
- Milly et Tamiya : nos journalistes en herbe qui sont au centre de la discorde (typique du journalisme, ça ! Shocked), Milly la première ! --' Mais bon, pour une fois qu'elles sont au centre de quelque chose et ce, depuis bien longtemps...on ne va pas s'en plaindre ! ^^
- Les professeurs (dont "G.I. Jim") et M. Delmas : rien à dire, toujours les mêmes ! Wink
- La nouvelle venue à Kadic : voilà le cas "classique" d'une nouvelle arrivée dans une école, un peu "bizarre" voire même quelque peu "étrange"...Razz

Bon allez, assez commenté comme cela ! Very Happy Que dire à part que ce serait bien qu'il y ait une suite car, sinon, on resterait sur un sentiment d' "inachevé", ce qui serait fort regrettable...Shocked

Spoiler

_________________
http://zupimages.net/up/16/33/as39.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Silius Italicus MessagePosté le: Lun 06 Fév 2017 17:00   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Fév 2015
Messages: 173
Localisation: à l'Est d'Eden
Bonsoir chère Icejj,
Sans guerre, plus de charges ?

C’est un texte intéressant, comme vous l’avez précisé il est assez différent de ce que vous aviez précédemment publié, ne serait-ce que par sa longueur. Dans le même ordre d’idée, ce n’est pas un texte intimiste, ni un texte de guerre.

Mais foin de caractérisation négative. Le changement le plus marquant se trouve sans doute au niveau du style avec l’usage d’un narrateur omniscient, et surtout hautement ironique. D’où l’usage de nombreuses incises, le tiret d’incise étant la marque d’une prise de distance ironique de la part du narrateur.
Cette distanciation se marque aussi dans la structure du récit. Celui-ci est séparé en différente partie, telle que « un mot sur William » ou « La première L ». C’est en-tête sont eux-mêmes des mises à l’écart.
Il en résulte un récit qui n’est pas intimiste, tout en développant ce qui va et vient dans la tête des personnages.
À cela s’ajoute une narration à l’image du titre, légère et vive, pour un récit plein d’humour.

Pour autant, les personnages et le décor ne sont pas délaissés au profit de ces interventions du narrateur. Bien au contraire, ils sont mis en valeur, ou, pour être plus exact, ces interventions leur font gagner en profondeur. En effet celle-là n’ont autre but que de révéler, sur un ton badin, la vérité plus ou moins insoupçonnée et surtout dissimulée derrière paroles et actions. À ce titre, le paragraphe d’introduction est symptomatique, emblématique du reste de ce récit (ou chapitre, l’avenir tranchera). Ce passage se paye en plus le luxe d’en remontrer au thème bien trop d’actualité du complotisme. Car ce qui est dénonccé, c’est bien l’un des plus vieux complots, l’une des plus anciennes supercherie au monde. Supercherie qui éloigne garçons et filles, et rend difficiles des relations, entremêlées de désir, déjà délicate par ailleurs. Il est d’ailleurs étrange qu’un thème si bien amené ne soit pas réutilisé par la suite. En effet, sur l’ensemble de la bande, William compris, les situations telles qu’on les connaît sont les suivantes : un couple affirmé, deux célibattants, et deux hésitants. Ces deux hésitants, Ulrich et Yumi, ne semblent pas victime du complot ou de ses effets. Du moins ce n’est pas ça qui est mis en avant ici. Cela l’a peut-être été dans l’intervalle entre ce récit et la fin du dessin animé, cela le sera peut-être dans la suite, si tant est qu’elle vienne à exister. Mais pour l’instant ce n’est pas le cas. Du coup, ce paragraphe introductif de grande qualité semble un peu perdu.

Car, quel est le cœur de cette intrigue ? Le cœur, c’est Ulrich dans sa relation à William. Ce qui ne veut pas dire que les autres personnages soient délaissés ou absent, loin de là. L’ironie, c’est que ce qui provoque la bagarre entre ces deux garçons, ce n’est pas Yumi, ce n’est pas la rivalité amoureuse. En fait, il n’y a plus vraiment de raison à leur animosité, si ce n’est qu’ils sont incapables de s’arrêter. Contrairement à ce qu’il laisse entendre, Ulrich ne sait pas se retenir face à William, et ce dernier ne sait arrêter de l’asticoter. On notera au passage que le geste d’Ulrich a été complètement contre-productif dans la mesure où il n’est sans doute pas pour rien dans le fait que William vienne s’accaparer la place voisine à celle de Yumi en cours.

Ce qui est frappant, c’est la vision très personnelle, mûri et réfléchi que vous avez des personnages. Enfin, plus particulièrement de Yumi et Ulrich. Les rapports d’Ulrich à ces parents et aux études sont poussés et pris en compte jusqu’au bout. La série avait insisté sur une mauvaise relation avec ses géniteurs du fait de ses résultats médiocres. Ici, il est donné une raison à ces résultats médiocres, à savoir le fait qu’Ulrich n’est pas un parangon d’intelligence, et qu’il le sait. Cet aveu est poignant : « Le seconde maîtrisait mal les mots, il les maîtrisait mal depuis petit ». Cela explique bien des choses, tant du point de vue académique que du point de vue social. C’est un écart par rapport au dessin animé, où rien ne laissait penser, du moins directement, à ce genre de difficultés, mais c’est un écart fertile, qui renouvelle le personnage. C’est un trait de caractère qui vient nourrir la deuxième grande nouveauté que vous donnez à ce personnage, à savoir le manque de confiance en soi. Là encore, le dessin animé ne laissait pas à penser l’existence de ce défaut.
Le portrait qui se dégage de cet Ulrich est poignant. Il est par ailleurs tout à fait cohérent. Mais surtout il donne une vraie profondeur à ce personnage, à ses errements et ses renoncements. Il crée une véritable envie de le voir vivre et évoluer.

En regard, Yumi aussi a droit à un renouveau certain, même si c’est moins visible et exploité. Ici ce qui est mis en avant, c’est la figure de la bonne fille. Ce thème était déjà présenté dans le dessin animé, mais de manière moins aboutie. Ce n’était pas le sujet. Yumi est caractérisée de deux manière ici. Indirectement, elle est associé à un certain conservatisme, dans le deuxième paragraphe, et au travers de son rapport à l’harmonie familiale. De fait, avant même de voir sa classe, elle se disait qu’elle aurait dû suivre la voie voulue par son père, afin de préserver la paix des foyers. C’est son regard sur sa classe de première L qui amène un deuxième trait de caractère. Ce qu’elle juge, ce n’est pas de savoir si l’ambiance sera bonne, si elle connaît et apprécie, ou non, ses camarades, mais leur niveau scolaire. Car ce qui compte, ce sont les notes, le futur. Ce qu’elle voit la renforce dans l’avis paternel. Ces deux traits, la préférence pour les études et le respect filial (distordu), composent un caractère de bonne fille (ou d’enfant dévouée) : Ymi est diligente. C’est une vision qui n’est pas si originale, si ce n’est qu’elle est poussée au bout et explicitée.
Reste la discussion qu’elle a eu l’occasion d’engager avec Claire Zaïmi. Ce pourrait être le début d’une relation plus choisie avec une amie. En effet, son amitié avec le reste de la bande est initialement contrainte par leur secret. Cette relation s’annonce comme source potentielle d’une évolution de Yumi hors du modèle du dévouement. Reste à voir, ce qu’il en est.

À ce stade, la difficulté que représente une relation entre Yumi et Ulrich est bien plus compréhensible, de même que leurs multiples revirement. Yumi est prise dans sa piété filiale, et Ulrich dans ce qu’il pense être ses insuffisances. Paradoxalement, il n’en continue pas moins à penser que Yumi, construire une relation avec elle, est la seule chose en son pouvoir. Ce qui est pour le moins discutable.

On notera que Jim, Yolande et Delmas sont solidement campés.

Au vu du traitement accordé aux personnages centraux, il serait plaisant de voir plus longuement les autres personnages.

Il reste le cas de la fin, qui est pour le moins ouverte. Certes, on pourrait s’arrêter là, après tout c’était un joli instantané d’un futur très probable des héros. Pourtant, il y a dans ce récit un potentiel et de la matière pour dire plus de choses, et offrir encore plus de profondeur.
_________________
AMDG

Prophète repenti de Kane, vassal d'Anomander Rake, je m'en viens émigrer et m'installer en Lyoko.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Mar 07 Fév 2017 14:52   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2103
Localisation: Territoire banquise
Citation:
l’idée insensée que les filles ne veulent pas baiser—et les jeter comme des chaussettes après l’acte—mais souhaitent les piéger dans une relation à durée indéterminée.


Citation:
— [...] on est donc « officiels » ?

Cette réplique eut le don d’étonner Jérémie, qui balbutia


J'ai quand même l'impression que cette tirade supprime l'effet bœuf que tu as voulu instaurer dans l'introduction Razz

Citation:
— Guttentag, mein führer ! s’écria Odd dès son arrivée, se dressant en un salut nazi.


Okay cette fic est meilleure que prévu.

Citation:
— Mais… il est gaucher. Pour lui ça devrait être le pied droit.


Citation:
J'aimerais dénoncer une incohérence scandaleuse avec la série qui a immédiatement brisé mon immersion et m'empêche d'émettre un avis plus avancé


On peut être droitier de la main et gaucher du pied (C'est mon cas dans le sens inverse). Or l'épisode 21 est tellement mal foutu qu'on le voit tirer des deux pieds. Donc Ikorih est hors sujet, mais toi aussi en voulant t'appuyer sur cette prétendue incohérence pour faire ta trve rebel Wink
Ah ouais? Et quand elle dit qu'Ulrich met pas une droite à William mais une gauche, c'est parce qu'il est gaucher du pied aussi?
Détail technique plus objectif sinon, Solovief prend deux f !

Citation:
Seule Odd resta


Quelque chose à nous avouer ? Mr. Green

En tout cas, ce qui me semble très pertinent et qui n'est pas si fréquent, c'est que tu as choisi d'utiliser comme il se doit les élèves de Kadic, et évidemment vu de ma fenêtre, j'aime beaucoup. Il y a matière à faire des choses excellentes, d'autant que ton histoire semble s’insérer dans le courant du léanisme, avec des embrouilles gratuites à la clé, ce qui est heureux depuis la disparition de sa fondatrice. Du coup, je pense que tu vas...


Citation:
Je ne sais pas comment labéliser ce texte, car c'est techniquement le début d'une fanfic mais je ne pense pas la continuer.


Ah, tout ça pour ça ? Il serait navrant que ce soit vrai car en l'absence de suite, ce texte perd beaucoup de son intérêt. Je t'encourage donc vivement à la poursuivre puisqu'il y a du très bon potentiel !

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icejj MessagePosté le: Mer 08 Fév 2017 09:40   Sujet du message: Répondre en citant  
Vé-Si


Inscrit le: 24 Nov 2014
Messages: 60
Localisation: Bangkok, Thaïlande
Bon, les gars, ce serait gauche de continuer le débat. o/

Je choisis de continuer la fanfic et donc je m'engage à la mener à son terme. Ou, en d'autres termes, la salope en redemande.

Sachez que je vais corriger toutes les erreurs qu'on m'a signalée dans le premier chapitre.

@Minho

Spoiler


@Missanim

Spoiler


@Icer

Spoiler


Merci à tous pour les encouragements. Je m'engage dès à présent à terminer cette fic.
Ce prochaine épisode est le plus... "sitcom-y" de ma vie. Sérieux par moment on dirait un drama thaïlandais o/ (bon quand même pas à ce point mais... du social ! du social ! o/).
Sans plus attendre:
Chapitre 2 : Les Échos... de la vie à Kadic
Starring: souvenirs de Sissi, dilemme d'Aelita, and the wizard of Odd
Corrigé, merci l'OEil


Spoiler

_________________
From Bangkok with love.


Dernière édition par Icejj le Mer 12 Avr 2017 07:25; édité 30 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
 
a8s MessagePosté le: Mer 08 Fév 2017 20:39   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 02 Jan 2013
Messages: 83
/!\ Alerte emmerdeuse /!\
(En l'occurrence, ici : "Je ramène ma science")
(Ou encore : "Déformation professionnelle")


Au vu de ce qui précède, j'imagine que tu as compris que je n'étais pas là pour venir dire des choses du genre "ta fic est originale et a du potentiel", d'autant que cela a déjà été dit.

Je suis juste venue chipoter ! Mr. Green


Citation:
Il fit couler 126 millilitres d’eau dans ledit erlenmeyer.

J'ai du mal à saisir, pourquoi 126mL ? C'est assez embêtant à mesurer précisément ça. 100mL aurait été plus simple et plus réaliste.
Et puis, le volume d'eau n'est pas très important ici, étant donné que de toute façon tu ne précises pas les quantités des autres réactifs.

Citation:
doser prudemment le bleu de méthylène avec une pipette

Aïe-aïe-aïa ! Cette phrase n'a pas de sens !
Dans le cas de l'expérience que tu nous présentes ici, il faut ajouter quelques gouttes de bleu de méthylène. On utilise généralement un compte-gouttes pour cela.
De plus, dire "une pipette" n'est clairement pas précis. Dans l'expérience décrite ici, on peut à la limite utiliser une pipette Pasteur en plastique. Mais il existe beaucoup de sorte de pipette (graduée, jaugée,...), du coup c'est extrêmement vague écrit comme tu l'as fait
Et puis surtout, "doser" ne se dit absolument pas dans ce cas ! On dit que l'on dose 'quelque chose' (typiquement des ions contenus dans une 'solution') lorsque l'on cherche à déterminer la concentration de cette 'chose' contenu dans une 'solution'. Tu comprends bien que ça n'a rien à voir avec l'expérience que tu nous décris ici.

Citation:
— Bonjour mesdames, sourit Gilles Fumet.
— Je ne suis pas assez vieille pour qu’on m’appelle madame ! s’indigna tout de suite Anaïs Fiquet.
— Mais c’est la loi, répondit le professeur, paraissant choqué.

Sauf erreur de ma part, ce n'est pas exactement la loi. C'est l'extrapolation d'une loi. En effet, la loi interdit l'emploi du terme "Mademoiselle", dans l'administration publique seulement.

Ah et tant que j'y suis :

«dans la queue pour les touches»
Dans le contexte j'ai trouvé ça marrant. Volontaire ou lapsus révélateur ? XD

_________________

http://img15.hostingpics.net/pics/182856a8ssigndark.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icejj MessagePosté le: Jeu 09 Fév 2017 00:40   Sujet du message: Répondre en citant  
Vé-Si


Inscrit le: 24 Nov 2014
Messages: 60
Localisation: Bangkok, Thaïlande
Waouhh ça fait clairement trop longtemps depuis mes TP de seconde ! Razz
J'ai mis 126 mL car j'ai cherché l'expérience dite "des schtroumpfs" sur internet et c'était la dose marquée.
Pour les instruments, je reconnais que je n'en ai strictement aucune idée. Ou plutôt j'en avais il y a deux ans, mais entre temps...!
Je passe remplacer la pipette par un compte-goutte dès que j'ai le temps.
Pour ce qui est de "doser"... est-ce que je peux utiliser "mesurer" à la place ?

Pour le coup de "mesdames"/"mesdemoiselles", j'y tiens à cause de ce même conflit répété sans arrêt avec un de mes professeurs. Je suis du côté du "mesdames", mademoiselle n'existe plus et mérite d'être oublié à jamais mouahaha Razz

Et puis je vais l'écrire assez benêt, ce Gilles Fumet, donc "Mais c'est la loi !" me paraissait une réplique assez exagérée pour faire sourire.

AHaaa tu as repéré mon indice, les filles de ce bahut sont toutes des dalleuses en queue pour des touches !
... Non je rigole, je vais vite passer corriger ça.

Bref merci pour le commentaire, à la prochaine j'espère Razz

_________________
From Bangkok with love.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
 
TheGeekno72 MessagePosté le: Ven 10 Fév 2017 01:28   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 10 Fév 2017
Messages: 7
Localisation: Dans ma station spatiale vituelle, en orbite du Deep Web
Bonsoir ! D'habitude, je lis fanfic et mode touriste mais cette fanfic étant excellente au point de me faire gauler par.mon père à 2h du mat', plié en deux, m'a poussé à finalement ouvrir pour la einième fois un compte de forum pour te dire "PUTAIN DE MERDE DE.BORDEL DE DIEU C'EST UN CHEF D'OEUVRE (juste derrière les 4 tomes de CL chronicles et les 1116 ps de New_Waves_) MAIS C'EST QUOI CE BINZ'S AVEC LES.CACHOTERIES DE NOS GÉNIE (Chapitre 3 : Test grossesse d'Aelita positif ou quoi ?) Je me suis rarement autant marré devant une fanfic de CL merci à toi !
_________________
"Deux choses sont infinies ; l'univers et la betise humaine. Mais concernant la première, je n'ai aucune certitude."
Albert Einstein 19XX
"Mise à feu du prototype 10-4, échantillon-test réacteur fusée artisanal"
Numéro 72, 2017
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Theoph69 MessagePosté le: Ven 10 Fév 2017 16:40   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Avr 2016
Messages: 99
Localisation: Sûrement devant mon pc, à tuer du kevin !
Salut Icejj !
Je t'avais déja croisé il y a maintenant quelques années (oui j'ai créé mon compte en 2016 mais je lis des fanfics depuis pas mal de temps, si bien que j'ai finis par retenir quelques noms récurrents. Et j'avoue que ça a été une (bonne) surprise de revoir apparaître ton pseudo sur une fanfic Smile
Il faut avouer que celle-ci est sacrément cool. Tu as sus reprendre le scénario classique des : "[Fanfik] kod liokau céson cink" avec le retour des vacances des héros, le passages en terminal de Yumi et William qui sont dans la même classe, les héros qui sont eux aussi tous dans la même classe etc.. sauf que tu n'as pas inclut (immediatement en tout cas) le retour de XANA. Dans les premiers chapitres, on a l'impression que l'ennemi, c'est milly et tamia ! C'est vraiment cool franchement une belle innovation. Mais ce qui me plait le plus dans ta fanfic, c'est le type de vocabulaire utilisé. Certain penseront que je suis immature (je m'en branle au passage) mais j'ai éclater de rire quand Jérémie a lâché le "J'aime la sodomie" xD. c'est tellement décalé par rapport à la série d'origine que ça en relève presque du génie. En plus, le tout est très facile à lire et surtout très agréable.
Je ne peux que t'encourager à poursuivre dans cette direction !
On se demande quand même si tu vas inclure "LE RETOUR DE XANA MOUHAHA" dans ta fic, ou si les lignes de code de la salle de bain ne sont qu'une hallucination de cette pauvre Aelita (qui n'a pas l'air d'être si innocente que ça avec Jérémie au passage Cool )

Bref on se retrouve pour le chapitre 3 !
(et 4)
(et puis le 5 aussi)
( et... *paf*)

EDIT : je suppose que le titre de la fanfic est ironique :s

_________________
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Pour discuter entre lyokofans Librement dans un endroit actif https://discord.gg/btXEKab

Parce-que le RP Code Lyoko c'est mieux à plusieurs https://discord.gg/pGHKbZ9
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Silius Italicus MessagePosté le: Ven 10 Fév 2017 18:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Fév 2015
Messages: 173
Localisation: à l'Est d'Eden
Bonsoir chère Icejj,
De scandale en affaire, au lycée comme en politique ?

Tout d'abord, un retour sur le titre : Une vie plus légère. Il ne s'agit pas d'un toast ou d'une célébration comme le laisserait entendre un titre tel que « À une vie plus légère ». Que veut dire ce titre ? Que les héros sont désormais inscrit, vivent une vie plus légère. Ils n'ont plus le poids du monde et de son sauvetage sur les épaules. Mais « plus légère » ne veut pas dire sans soucis ou problèmes. En fait on peut même arguer que les embarras du quotidien prennent plus d'importance, et que les héros font plus de gaffes. Ils n'ont plus l'obligation d'être et discret et sur leurs gardes. Une vie plus légère, c'est aussi une vie où l'on peu avancer, évoluer et changer. Alors que la guerre condamnait à la passivité, à la résilience, il peuvent désormais voguer hors de son domaine. Même si son ombre reste sur eux, comme le montre ce chapitre.


Cependant ce chapitre laisse perplexe, en outre, il y a comme un manque, même s’il est difficile de dire si c’est une chose négative ou positive. La structure du texte est révélatrice de ce point de vue : Yumi fait l’ouverture, Aelita la conclusion. Entre les deux, le cœur d’intrigue glisse, le long d’une journée et d’une nuit, des problèmes de Yumi à celui d’Aelita. De fait, c’est un chapitre qui se décline selon des voix féminines. Non que les garçons soient absents, mais ils sont au second plan : ils sont personnages secondaires. Jérémie est presque le faire-valoir d’Aelita, Odd sert de conseiller et de ressort humoristique. William a quatre apparitions, deux fois une ligne, une réaction et un dialogue. Autrement dit, deux apparitions qui font de lui un personnage fantôme mais particulièrement bien posé — ne jamais sous-estimer le potentiel d’un allumage de cigarette —, ce qui n’est jamais qu’un retour à sa situation de jeune premier charismatique. Reste sa scène de dialogue, sans doute la plus profonde du chapitre par l’évocation puissante qu’elle fait de Xana est de ce qui est un des thèmes sous-jacent de ce texte, peut-être même de tout le récit. Car l’intelligence artificielle laisse traîner son ombre. Que ce soit au travers d’un possible usage du retour vers le passé, ou au travers des rappels de guerre (coup de téléphone en milieu de nuits, évocations d’attaque…). Cette ombre, et les deux conversations où elle est évoquée ont deux intérêts. D’abord, expliquer pourquoi les héros n’utiliseront pas leur baguette magique pour se sortir de ce bourbier. Ensuite, cela enrichit le contexte du récit en rapellant ce que leur rapport à la vie normale et réelle peut avoir de particulier.

Point étrange, les héros sont devenus des stars, au centre de toutes les discussions, reconnus dans la cour, à défaut de la rue. Sauver le monde ne leur avait pas apportés cette publicité : Sic transit gloria mundi.

Le fil conducteur, ce sont les deux journalistes. Encore qu’elles aient ici définitivement prouvés qu’elles ne sont guère plus que des amatrices de potins avec un peu de renommée et de large moyens de diffusions.

Ce qui laisse perplexe, c’est le délitement de l’intensité. Le texte s’ouvre avec l’annonce, dramatique et bien rendue de la séparation des parents de Yumi. C’est avec ce souci, avec le poids de ce qui reste de sa famille que Yumi part en cours. Pourtant ce souci est occulté, si ce n’est dans l’esprit de la principale concernée, par l’article sur Aelita. Il est étrange de laisser partir, de voir se dilapider autant de puissance.

Il ne s’agit même pas d’un échec stylistique, d’une faille dans la structure narrative. Au contraire, l’entrelacement des différents points de vue et d’intrigue, en une alternance rapide était extrêmement bien vu. Il permettait d’exploiter le passage de temps. On percevait le poids des minutes s’étirant, des esprits ratiocinant par l’alternance des paragraphes. Une chose est de dire que du temps a passé, une autre de le faire sentir au lecteur en lui faisant lire une section de texte relative à un autre lieu de l’intrigue. Là il y avait une exploitation très réussie du fait d’avoir plusieurs trames et personnages. En fait, cela contribuait à faire remonter la tension : loin d’être oubliée, la situation familiale de Yumi reste un souci constant à l’arrière-plan de l’esprit du lecteur. D’où cette perplexité à voir cette situation irrésolue. D’autant qu’il y a un saut temporel important entre l’antépénultième scène située au plus tard à la fin des cours, la pénultième qui n’est pas située temporellement, mais a lieu au plus tard dans la soirée, et la dernière scène, le lendemain. Il semble manquer une scène entre-deux qui développerait la situation familiale de Yumi : deviendra-t-elle soutien de famille ?

À côté, la chute du chapitre, chute pourtant particulièrement inattendue, même si préparée par des rappels au sujet du passé, de la guerre et de Xana, fait un peu fade. Non que ce ne soit une bonne surprise, ou un stimulant pour lire la suite, mais ce n’est pas la-dessus que le récit avait concentré l’attention semi-consciente du lecteur.

Trois hypothèses peuvent être avancé quant à ce que voit Aelita — enfin il y en a plus, mais autant rester et mesuré et dans le vraisemblable. Tout d’abord, l’hypothèse du rêve. Elle ferait un cauchemar. Après tout, elle y a été sujette.
Deuxième hypothèse, un réel retour de Xana. Ce serait étonnant au vu du titre du récit et de la manière dont il a été écrit. Ces deux éléments vont mal avec l’idée d’un retour à la guerre. Même si cela n’a rien d’impossible. Si c’est le cas, alors le fait d’avoir tenu deux chapitres sans laisser apercevoir cela est une action digne d’être remarquée.
Enfin, la troisième hypothèse, c’est qu’il s’agit d’un coup des garçons de la bande pour donner du grain à moudre — en vain — aux échos et à tout l’établissement, afin que les affaires actuelles se tassent dans les esprits. Il ne paraît pas incongru de voir ou William ou plus sûrement Odd avoir une telle idée, et venir requérir Jérémie pour son accomplissement.

Au niveau du style, il y a des constantes et des variations. La plume s’est faite un peu plus lyrique et poétique, et les dévoilements — induits par des tirets, parenthèses et autres — se sont fait un peu plus rares. Néanmoins, cela reste très bon et très léger. Il s’agit évidemment, et toujours, plus de poser une ambiance, de dépeindre avec l’extrême pointe du stylet, à l’image des variations de gris au réveil de Yumi, que de décrire en tant que tel. Il n’en reste pas moins que c’est efficace. De fait, cette technique d’esquisse se ressent tout particulièrement dans le cas des personnages peu présent ce chapitre durant : Jérémie, Ulrich… Le manque de confiance en lui de ce dernier, et subséquemment le peu de cas qu’il fait de sa valeur, est mis en valeur en à peine trois ligne.

Au niveau de l’ambiance, on baigne dans le lycée : rumeurs, réputations, bandes, et hormones. Ainsi de l’intérêt très détaillé, et nourri de multiple variante, de Milly pour la chose.
Il est regrettable de ce point de vue que le côté humoristique tende trop à l’emporter dans la scène entre Aelita et Odd. Le poids, gêne et honte, qui pèse sur Aelita c’est trop peu ressenti en face de la dimension amusante de la scène. Étai-ce intentionnel ?

S’il fallait, dans une conclusion, mettre des mots sur ce chapitre, il faudrait dire qu’il laisse le lecteur sur sa faim. Non que les intrigues ne soient pas bien incarnées, que le style soit insuffisants ou les personnages peu animés, mais bien plutôt le réel sentiment qu’il y a un manque indéfini, que quelque chose n’y est pas, sans trop savoir quoi. Du coup, c’est une bonne lecture, on passe un bon moment, mais l’on n’est pas rassasié. Et il ne s’agit pas non plus de dire « c’est bien, mais peut mieux faire ». Curieux état d’âme.

Au plaisir de vous retrouver au détour d'un article de journal.
_________________
AMDG

Prophète repenti de Kane, vassal d'Anomander Rake, je m'en viens émigrer et m'installer en Lyoko.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sirix MessagePosté le: Lun 13 Fév 2017 18:07   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 27 Aoû 2013
Messages: 363
Localisation: Entre une chaise et un PowerMac G5
Bonjour Icejj, ça fait une paie, alors, ce nouveau texte…

Commençons par les mauvaises nouvelles, actuellement, je n’en suis pas venu à bout, je me suis lâchement écroulé au milieu du premier chapitre. J’ai tenté d’être insistant et et de me forcer un peu, mais je n’accroche pas à ta fiction, cela-dit, j’ai bien pris la peine de bien y réfléchir à ce qui n’allait pas.

Je vais donc découper mon commentaire en deux points : ce qui me semble objectif, et ce qui est pûrement subjectif.

Pour ce qui est de l’objectifité, et bien, le texte se lit bien. Il n’a pas de tournures alambiqués, est plutôt bien tourné, reste simple, conçis, très fluide et permet une bonne immersion. Les personnages sont réalistes et cohérents, quoi que parfois un peu clichés, mais c’est blamer la série d’origine, donc bon. L’univers est également cohérent. Le réalisme qui s’en dégage est saisissant et irréprochable je pense. On s’imagine bien l’action sans soucis.

Voilà ce que j’ai à dire du point de vu de ce qui me semble bon dans ce texte, passons maintenant à ce qui m’a donner, à moi, et je précise bien, à moi, du fil à retordre.

Tout d’abord, le parti-pris de l’époque. Code Lyoko, bien qu’on ne soit guère sûr officiellement parlant, se déroule au début des années 2000, tu as choisi de retranscrire la série en 2016. C’est un choix qui se tient, ça te permet d’être plus réaliste et d’introduire des intrigues différentes plus liés au logiques actuelles, pourquoi pas, mais en ce qui me concerne, j’ai du mal avec cette idée, car, justement, les années 2000 sont mon enfance, beaucoup de mes souvenirs, et justement l’époque où je regardais Code Lyoko, pour moi, cette époque fait partie du charme de la série et ça casse un peu les choses que de changer le contexte de temps.

Ensuite, le démarrage du texte me semble un peu lourd, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. Sans doute parce que ça me parlait peu. Non pas que j’attende toujours un départ in medias res, mais…J’ai trouvé l’introduction peut-être un peu trop philosophique à mon goût. Si j’aime bien ce genre de passage au milieu d’un texte, au démarrage d’un chapitre par exemple, j’ai du mal à l’accepter dans l’introduction d’un univers.

Ça enchaîne très vite sur la relation amoureuse d’Aelita et Jérémie, nouveau mauvais point pour moi. Vu que ça officialise un couple, et…C’est bête, mais je suis de ceux qui n’aiment guère les couples qui s’officialisent dans les fictions. J’aime voir les couples se construire et évoluer doucement en officieux, pour se concrétiser à la fin de l’œuvre, dans un bel happy end bien dégoulinant qui ferait gerber la moitié des membres du pôle. Concrétiser une relation amoureuse dés le départ, bah…ça induit qu’elle va nuire à l’aventure et laisser place au drama, ce qui me rebute assez vite dans mon appréciation du couple voir des personnages…

Et justement, parlons des personnages, comme à ton habitude, tu te les aies appropriés quelque peu, remaniés à tes envies/besoins. Et bien, si je comprend tes choix, je ne les apprécie guère, car je les trouve bah…Très réalistes. Trop réalistes. Ce qui, pour moi, les rends moins attachant, car ils en deviennent moins emblématiques. Cela s’observe surtout chez Odd, qui me rend malade tellement c’est devenu un simple wesh sans intérêt. En fait, toute l’innocence enfantine et bête de la série s’évapore ici. Je conçois que c’est un choix, je ne le reproche pas, mais je n’adhère pas. Cela-dit, je reconnais que le cynisme de Yumi et l’aspect monotone d’Ulrich que j’aime dans la série sont bien retranscrits ici. J’ai par contre trouvé Jérémie un peu trop agressif avec les deux journalistes.

Voilà, donc, ce que je pense du peu que j’ai lu, qu’on soit bien clair, ton texte semble bon. Très bon. Et je ne lui reproche que très peu, mais il fait des choix qui d’ordinaire ne me plaisent pas, comme tu n’as jamais réussi à lire le mien de part mes partis pris, cela-dit, peut-être que je retrouverai le courage de continuer ma lecture, sait-on jamais. En tout cas, je te souhaite bon courage et bonne continuation !

_________________
http://arnaud.maurin.perso.neuf.fr/images/Sirixsign.png

Auteur de la fic Replika on the Web.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icejj MessagePosté le: Mar 14 Fév 2017 05:42   Sujet du message: Répondre en citant  
Vé-Si


Inscrit le: 24 Nov 2014
Messages: 60
Localisation: Bangkok, Thaïlande
@TheGeekno72

Spoiler


@Theoph69

Spoiler


@ Sinus

Spoiler


@Sire X

Spoiler


Chapitre 3 : Diamonds and rust
Starring: souvenirs de William [en cours d'écriture], problèmes de Yumi, égo d'Ulrich


Spoiler

_________________
From Bangkok with love.


Dernière édition par Icejj le Mer 12 Avr 2017 07:24; édité 6 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.4283s (PHP: 93% - SQL: 7%) - Requêtes SQL effectuées : 25