CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
[Créations] Code Lyoko : Un live ce samedi !
[Code Lyoko] Nouveau dossier : Serial ...
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Projet Renaissance
[One-Shot] Porcinet ne sourit plus
[Jeu PC] IFSCL 3.5.0
Remake : Aelita aux pays merveilles
[Fanfic] Ethereal World [Terminée]
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] Bouffon du Roi
[Fanfic] Mémoire Fantôme [Terminée]
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
[Projet] Code Lyoko Rewritten
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Information war

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 5

Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Robin2553 MessagePosté le: Ven 08 Nov 2013 00:34   Sujet du message: [Fanfic] Information war Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Message d’introduction original :

Spoiler





http://i.imgur.com/kR7R2q2.png


http://i.imgur.com/Y8jSez4.pnghttp://i19.servimg.com/u/f19/17/09/92/95/virtue10.png


[Introduction]Deus Ex Machina
[Introduction 2] Rapport d'une divergence
[Chapitre 1] Ares Unit
[Chapitre 2] Firefight
[Chapitre Bonus] Virtual Supercomputer
[Chapitre 3] End of the Beginning
[Chapitre 4] Boot Camp
[Chapitre 5-1] Retour aux affaires
[Chapitre 5-2] Retour aux affaires
[Chapitre Bonus] L'art de la guerre (d'information)
[Chapitre 6-1] Kataklysme
[Chapitre 6-2] Kataklysme
[Chapitre 7-1] When Johnny Comes Marching Home
[Chapitre 7-2] When Johnny Comes Marching Home
[Chapitre 8-1] La guerre des mondes
[Chapitre 8-2] La guerre des mondes
[Chapitre 9-1] Triple front
[Chapitre 9-2] Triple front
[Chapitre Bonus] Battlehyperspace
[Chapitre 10-1] Operation First Strike

Information war :

[Introduction]Deus Ex Machina :

(Situation de la scène : épisode 51 "Révélation")

— NON ! cria Odd alors que le spectre polymorphe fonçait vers lui.

Trop tard, celui-ci était déjà au corps à corps et d’un seul coup puissant assomma l’adolescent avant de rapidement prendre son apparence. Du point de vue d’un spectateur peu informé, la victoire de la créature semblait totale. Sauf que c’était le contraire, l’IA du tout nouvellement formé clone de Odd n’avait jamais eu l’intention d’assommer son modèle, le plan était de lui porter un coup assez puissant pour le maintenir à la limite de la conscience puis de tenter de lui torde le cou. À court de solution l’IA du spectre cessa alors de fonctionner pendant un bref instant, ce qui en langage humain pourrait se traduire par « oh merde ! ».
Et effectivement la punition ne se fit pas attendre, un morceau de métal de plusieurs centimètres volant juste en dessous de la vitesse du son vient arracher le bras du clone. On aurait dit que quelqu’un venait de lui tirer dessus avec une arme à feu de gros calibre, sauf qu’il n’y avait eu aucune détonation. Alors qu’il tentait péniblement de regagner son équilibre, son champ de vision lui révéla qu’une sorte distorsion dans l’air environnant avançait vers lui à une vitesse surhumaine. Nouvelle interruption de l’IA, le coup l’envoya faire un vol plané de cinq mètres.



Et c’est alors que son ennemi, désactivant son camouflage optique se dévoila devant ses yeux. L’IA ne connaissait que trop bien cette silhouette. On pourrait la prendre pour une androïde avec son corps humanoïde quasiment entièrement recouvert d’un épais blindage métallique peint en noir ne s’effaçant qu’au niveau des articulations au profit d’un préblindage souple et résistant. Son casque fait d’une seule pièce de métal sans visière renforçait cette impression. Cependant, d’infimes mouvements de la tête et des doigts révélaient la présence d’une humaine sous l’exosquelette. Mais le spectre n’avait que faire de ces détails, le plus important était le fusil d’assaut à accélération magnétique qu’elle tenait braquée sur lui. Cette arme, capable de tirer des projectiles à vitesse hypersonique pouvait sans problème représenter une sérieuse menace pour un blindé du XXIéme siècle. Et même s’il était pour l’instant bridé à des vitesses infra-soniques afin d’en faire une arme silencieuse, sa cadence de tir élevée et sa précision mortelle réduirait en lambeau le spectre avant qu’il ait eu le temps de faire plus d’un mètre.



Le message était clair, tout en régénérant son bras, le clone prit la fuite sans une seule seconde d’hésitation. Odd n’étant plus en danger, le Lieutenant prit le temps de l’examiner à travers les capteurs photoélectriques¹ de son casque. Il était sonné mais se réveillerait probablement dans quelques minutes, elle lui injecta donc un sédatif pour le maintenir en sommeil. Un spectre qui laisse un lyoko-guerrier sans autre dommage qu’à son ego aurait été trop suspect, même pour cette enfant naïf.

— Une idée, Dan ? Demanda-t-elle à travers son COM.

Une fenêtre affichant une version épurée d’un visage humain à l’expression espiègle s’afficha dans son HUD, le thème de James Bond se fit alors entendre dans le casque tandis que sa camarade IA lui montrait une représentation 3D de l'Ermitage en zoomant sur un collecteur d’eau et le robinet situé juste à côté.

— Un piège mortel comme dans les classiques de James Bond hein ? Je prends ! Dit-elle tout en soulevant l’adolescent et en le dépouillant de son téléphone portable pour le poser à terre bien en évidence.

Le corps d’Odd ayant le poids d’une plume pour les servomoteurs de son armure, il ne lui fallut que peu de temps pour arriver à l’Ermitage.

« C’est l’endroit le plus évident, si les autres viennent le chercher, ce sera surement l’une des premières localisations à laquelle ils penseront. » pensa-t-elle alors qu’elle dévissait la plaque du collecteur d’eau avec son uni-tool².

Une fois Odd placé dans une position telle qu’il ne se noie pas dès les premiers centimètres d’eau. Elle sortit du collecteur d'un bond et revissa la plaque en prenant soin de placer des micro-explosifs afin de la débloquer en cas d’urgence. Puis alluma le robinet avant de se trouver un bon point de vue et d’activer son camouflage. D’après ses calculs Odd devrait se réveiller avant que l’eau ne monte à ses cuisses. C’était un peu grossier comme mise en scène mais elle protégeait ses enfants depuis pas mal de temps maintenant, elle savait qu’ils étaient trop naïf pour pousser le questionnement à ce point.

_____________________________________________


Il fallut tout de même un certain temps à Yumi pour retrouver Odd, le collecteur était maintenant presque plein et ses programmes espions dans l’affichage du supercalculateur lui indiquaient que la situation se dégradait rapidement sur Lyoko. Yumi était la préférée du Lieutenant en matière naïveté et à la hauteur de sa réputation, celle-ci paniqua et tenta d’arracher la grille du collecteur à mains nues plutôt que de tout simplement couper le robinet d’eau. Mais la raison pour laquelle elle était au top dans le classement du Lieutenant c’est qu’elle ne se doutait absolument de rien, malgré les gigantesques boucliers électromagnétiques³ couvrant toute la largeur du ciel qu’elle avait dû déployer pour lui laisser à elle et à Odd le temps d’esquiver l’inesquivable, un rayon laser. Il n’y a pas plus rapide que la lumière, elle touche avant même qu’on est le temps de la voir, et pourtant Yumi avait vu un rayon laser s’arrêter juste devant ses yeux, une véritable aberration pour la physique du XXIéme siècle. Mais quoi que le Lieutenant puisse penser de leur naïveté, au fond d’elle, elle respectait ses enfants, leur courage et leur détermination face à l’adversité leur auraient valu plus d’une médaille chez elle. Mais cela restait des enfants, naïfs et ne connaissant rien de l’art de la guerre et encore moins de la guerre de l’information.

Ses ordres étaient clairs, récolter un maximum d’informations tout en minimisant les pertes humaines et en restant invisible aux yeux de la population, personne ne devait connaître sa présence et surtout pas ces enfants, ils n’étaient pas question de les impliquer plus qu’ils ne l’étaient déjà. Et c’était sur cette marge entre protection et discrétion que jouait XANA, testant constamment ce qui lui était autorisé ou pas pour assurer la sécurité des lyoko-guerriers. Et en temps normal, Dan était restreint à la protection de son propre réseaux contre les intrusions de XANA et à l’envoie d’instructions parasites à travers les multiples firewalls que l’IA ennemi mettait en place en activant des tours secondaires afin de protéger la principale. Mais trop visible, l’attaque et la prise de contrôle directes d’une tour étaient interdites. Pas aujourd’hui cependant, le Lieutenant avait reçu de nouvelles instructions, obtenir le journal de Franz Hopper alias Waldo Schaeffer avait été déclaré comme priorité absolue par les services de renseignements et seules les tours possédaient la clé de cryptage. Dan le savait, un visage épuré joyeux apparut dans le HUD.

« « Puis-je ? » » Lui demanda-t-il par message écris.

— Fais toi donc plaisir, lui répondit le Lieutenant.

Et Dan se lança de toutes ses forces dans le piratage de la tour, n’étant pas encore sous le contrôle de XANA aucun firewall ne la protégeait et l’IA s’y introduisit très facilement. Totalement pris au dépourvu l’ennemi ne put tenir que quelques secondes avant de devoir admettre sa défaite. Dan se permit même d’accélérer le décryptage et Jérémie n’y vu finalement qu’une intervention de Franz Hopper.

« C’est les gars du renseignement qui vont être contents » Pensa le Lieutenant, en faisant détoner les micro-explosifs de la grille du collecteur d’eau afin que Yumi en libère Odd.


Index technologique :
¹
Spoiler

²
Spoiler

³
Spoiler


Dernière édition par Robin2553 le Dim 06 Aoû 2017 19:39; édité 33 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Ven 08 Nov 2013 11:13   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1026
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Citation:
moi les incohérences dans un univers fictif j'aime pas, ça me casse mon immersion.


Citation:
Yumi était la préféré du Lieutenant en matière naïveté, et à la hauteur de sa réputation, celle-ci paniqua et tenta d’arracher la grille du collecteur à main nu plutôt que de tout simplement coupé le robinet d’eau.


Yumi coupe bel et bien le robinet avant de s'attaquer à la grille. Cette incohérence avec l'épisode a cassé mon immersion dans l'histoire.

C'est bien beau de vouloir expliquer les incohérences de la série. Encore faut-il ne pas en faire soi-même.


Pour le reste, étant donné la courte longueur du premier chapitre, difficile de juger ce que peut donner ton scénario. Wait and see comme on dit.
Cependant, je trouve que tes explications des incohérences sont un peu trop faciles par moments. Je m'explique.
Le fait que le spectre n'ait pas éliminé Odd parce que chassé par quelqu'un. Ok, ça se tient. Le seul problème, c'est que ces mystérieuses personnes sont un peu trop cheatées à mon goût. Pour preuve, elle semblent être supérieures à Xana, l'I.A parfaite, toussa. Sans parler de leur équipement (enfin, on est dans de la SF, passe encore). Il ne faudrait pas que cela créée des incohérences du fait du statut de Xana.

Ensuite, pour l'explication sur l'épisode « Satellite ». Pourquoi pas le bouclier ? Le truc, c'est que tu n'expliques pas véritablement comment ce bouclier a fait pour arrêter le rayon laser. C'est bien beau de dire qu'il est électromagnétique, mais perso, j'ai pas vu en quoi il pouvait arrêter la course de photons qui s'excitaient les uns après les autres (définition du laser si mes souvenirs sont bons).

(Pendant que j'y suis, j'ai repéré une petite dizaine de fautes dans ce chapitre, notamment au niveau des terminaisons. Par exemple : « s’affichât » qui s'écrit en fait « s'afficha ».)

Pour le coup, je ne peux que te donner le conseil suivant : attention à ne pas créer plus d'incohérences et d'interrogations en tentant d'expliquer celles de Code Lyokô.

Sur ce, bonne continuation.
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.


Dernière édition par Zéphyr le Ven 08 Nov 2013 11:17; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Quater MessagePosté le: Ven 08 Nov 2013 11:15   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 107
Localisation: Je ne saurais le dire...
Alors là, il y a de l’originalité, c’est indéniable.

L’idée de corriger les erreurs du DA est certes un concept récurrent dans les fanfics, qui amène son lot d’explications personnelles, de réécriture de l’Histoire et de trolls vengeurs. Dans ton cas, tu as choisi de les expliquer toutes, même les plus injustifiables, et ça c’est beaucoup plus rare.
Tu prends résolument le parti de traiter les incohérences de ce bon vieux CL par la science-fiction pure et dure, même si un tel choix n’est pas surprenant.

L’intervention d’une mystérieuse troisième faction, qui pour une raison quelconque se retrouve dotée d’un arsenal et d’une technologie très futuristes, vole au secours des LG dès qu’ils ont des difficultés. Ou dès qu’ils prennent des décisions idiotes, comme ça arrive dans 75% des cas. Comptes-tu aussi justifier les performances de XANA et de DarkWilliam qui sont toujours en dent de scie selon les épisodes ? Le plus dur maintenant va être pour toi de ne pas créer d’incohérences dans ton texte, ce serait un comble !

Au-delà de cette originalité bienvenue, et bien que le concept de cet « art » m’amuse beaucoup, je suis légèrement sceptique sur la forme de ton œuvre. Ce genre de délires s’inscrit très bien dans le cadre d’un one-shot, mais je me demande ce que ça peut donner sur des textes plus longs, avec des impératifs de construction bien plus stricts. Au final, j’ai un peu peur que ça finisse par lasser, comme tous les délires. Après, il ne tient qu’à toi de me prouver que j’ai tort et que tu géreras parfaitement ton texte sur la durée.

Il faut quand même que je revienne sur l’ombre au tableau : la maîtrise du français. Bien que ce ne soit pas le pire que j’ai jamais vu, il y en a quand même un paquet :
Spoiler

J’ai pas le temps d’aller plus long dans ma correction faute de temps, mais remarqueras que sur les deux premiers paragraphes il y déjà un paquet de fautes. Il faut donc soigner ça, la survie de ton texte pourrait en dépendre.

Bon courage pour la suite de ton œuvre. Tu veux corriger toutes les fautes de CL ? « Vaste programme », comme dirait un grand homme.
_________________
« La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. »
« Le difficile n'est pas de sortir de l'X mais de sortir de l'ordinaire. »
Charles de Gaulle

« Ce n'est pas un abruti comme les autres. C'est le fruit des plus grands esprits de son temps, unis dans le seul et unique but de produire le plus stupide des abrutis de l'univers. »
GLaDOS
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Ven 08 Nov 2013 12:17   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Réponse à Solal :
Ouais, une arme tellement peu crédible que l'US Navy a déjà décidé d'en équiper ses navires de guerres ^^

Réponse à Zéphyr :
Effectivement, mais cela même à une incohérence encore plus grave, le niveau de l'eau continue quand même à augmenter malgré que le robinet soit fermé, passant de juste en dessous de la grille à immergeant complètement le collecteur. Et ça j'ai beau me creuser la tête je vois pas comment le justifier. Une incohérence pour en régler une autre en somme (je sais c'est une pauvre excuse je ferais plus attention la prochaine fois.)
Et XANA reste redoutable en tant que IA, même pour cette troisième faction, la c'est juste que Dan était très clairement a son avantage, (pas de firewall + sabotage d'une prise de contrôle plutôt qu'une prise de contrôle, ce qui est beaucoup plus simple).
Pour le bouclier électromagnétique il s'agit d'une perturbation contrôlé du champ électromagnétique (la lumière n'est en réalité que des ondes dans le champ électromagnétique) qui permet de faire radicalement augmenter l'indice de réfraction du milieu dans lequel il est déployé, ralentissant ainsi fortement la lumière voir pouvant l’arrêter quasis totalement. Je pense que c'est assez crédible comme explication, je ne fais pas non plus de la Hard sci-fi et ne vais certainement pas révolutionner le monde de la physique pour une fanfiction. Et si ça ne suffit pas il a était aussi découvert que les champ magnétique de très forte intensité ont une influence infime sur la vitesse de la lumière, disons juste que le bouclier exploite ce phénomène de façons optimal.

Réponse à Quater : Je ne pense pas que je vais me taper absolument toute les incohérences du scénario, ça en deviendrais ennuyeux à la fin et n'apporterais rien de nouveaux. Là je pense plutôt a approfondir la Back Story en me servant d'élément tangible de la série afin de la rendre plus sérieuse (ça me permettra aussi d'expliquer le qui et le pourquoi de la troisième faction).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Ven 08 Nov 2013 21:25   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1438
Localisation: Sûrement quelque part.
Simple question, Dan a pris le contrôle de la tour, right? Elle a changé de couleur et est passée au blanc. Donc je ne vois pas pourquoi tu dis qu'il ne fait que saboter une prise de contrôle : il récupère la tour derrière, puisqu'il s'en sert pour accélérer le décryptage.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Ven 08 Nov 2013 22:51   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Ikorih a écrit:
Simple question, Dan a pris le contrôle de la tour, right? Elle a changé de couleur et est passée au blanc. Donc je ne vois pas pourquoi tu dis qu'il ne fait que saboter une prise de contrôle : il récupère la tour derrière, puisqu'il s'en sert pour accélérer le décryptage.


Il a bien cherché à saboter plutôt qu'a prendre le contrôle. Cependant c'est là que résidait son avantage. Le programme de décryptage était déjà en route et ce n'était qu'une question de temps avant que Jérémie puisse couper la connexion en emportant le journal décrypté. XANA étant bloqué par Dan elle ne pouvais rien y faire, et décida donc d'abandonner plutôt que de gaspiller de l'énergie inutilement. Ce qui permit a Dan d'avoir le contrôle.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Nyx MessagePosté le: Ven 08 Nov 2013 23:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 11 Aoû 2013
Messages: 305
Localisation: Lisieux, France
Bonsoir à toi Robin !

Intéressante cette fiction. Je ne vais pas m'attarder sur les différents points qu'on déjà soulevé plusieurs autres commentaires. L'histoire me parait originale; il y a comme l'a précisé Quater encore pas mal de fautes, mais ce n'est pas gênant! (BonPatron.com est ton ami Mr. Green)

J'aimerais juste savoir comment va s'organiser ta fiction. Tu vas à chaque fois prendre un épisode du DA et en corriger les incohérences grâce à tes super guerriers de la mort qui tue ?

En tout cas je vais suivre ça avec attention ^^

_________________
Tout ce qui plaît a une raison de plaire, et mépriser les attroupements de ceux qui s'égarent n'est pas le moyen de les ramener là où ils devraient être.
Charles Baudelaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Sam 09 Nov 2013 00:04   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Salut Nyx.

Non pas vraiment, comme je l'ai expliqué a Quater je pense que ça deviendrais ennuyeux a la fin si je devais faire ça avec toute les incohérence. Au bout d'un moment les stratégies commencerait à se répéter, et rien de nouveaux serait réellement apporté. Je pense donc que je vais plutôt m’intéressait à la Back Story et utiliser mon imagination pour tenter d'en faire quelque chose le plus solide possible en utilisant des éléments tangible de la série. Le prochain texte avec le début d'explication de la présence de la troisième faction est déjà en route, mais ça risque de prendre quelque temps, greffer un univers sur un autre de manière convaincante tout en améliorant la cohérence du premier demande pas mal de recherche.
Ah oui, et je crois que je vais uniquement me concentrer sur les 4 premières saisons, et exclure Code Lyoko Evolution pour des raisons évidentes (il y a des choses qui sont trop dure à rattraper)...
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Nyx MessagePosté le: Sam 09 Nov 2013 00:13   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 11 Aoû 2013
Messages: 305
Localisation: Lisieux, France
D'accord, en fait le prologue est là pour nous mettre l'eau à la bouche ! Wink
Je comprends parfaitement ton choix d'exclure CLE, il y a des limites à tout, et ça serait suicidaire que de tenter de rattraper cette "évolution"... Mr. Green

_________________
Tout ce qui plaît a une raison de plaire, et mépriser les attroupements de ceux qui s'égarent n'est pas le moyen de les ramener là où ils devraient être.
Charles Baudelaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Sam 09 Nov 2013 14:29   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Salut tout le monde, j'ai finis la deuxième partie et je dois dire que celle là ma demandé pas mal de recherche pour en faire quelque chose de cohérent, j'espère que je n'ai pas commis d'erreur parce que là ça m'en ficherais un coup. Enfin bref, comme promis l'explication de la présence de la troisième faction dans j'ai nommé :

Information war :

[Introduction 2] Rapport d'une divergence :

(situation de la scène : après l'épisode 54 "Lyoko moins un")

RavenLab : Synthèse du rapport du renseignement fédéral.

En 1963, dans l'idée de créer un système d'exploitation universel pour les ordinateurs de troisièmes générations tout juste naissant, Raven OS Enterprise est fondée. Adaptatif, compatible avec tous les langages informatiques existants et extrêmement innovateur dans sa conception, leur premier produit fut un succès retentissant. Rapidement adopté par les civils et militaires, il valut à la toute jeune entreprise une réputation d'excellence et d'efficacité. Car en plus d'être très performant, celui-ci avait pris un temps ridiculement court à être développé. Fort de cette réussite, Raven OS Enterprise décida d'étendre ses activités dans la recherche et le développement électronique en fondant Raven Semicondutor. En 1967, doublant Texas instrument sur son propre terrain, le groupe invente le premier microprocesseur et ne perd pas un instant pour développer et commercialiser en 1968 le premier ordinateur personnel, en l'équipant d'un système d'exploitation créé par leur soin. Le succès de ce dernier leur donnera le quasi-monopole du marché de l'informatique.


_______________________________


Collège et Lycée Kadic, nommé en hommage à l'écrivain Philip K. Dick. L'ironie qui se dégageait du nom de cet établissement avait toujours amusé le Lieutenant.

« Au moins dans cette version l'Europe n'est pas dominée par le nazisme. » Pensa-t-elle.

Il était tard dans la nuit et habituellement elle aurait rejoint les élèves de l'internat dans le monde du sommeil. Mais son système de surveillance avait repéré un intrus dans l'enceinte de Kadic. Un élève, le programme de reconnaissance faciale était catégorique.

« Ce n'est très probablement rien, mais s'il approche à moins de 50 mètres des bâtiments principaux, je sors me préparer à l'intercepter. Pas question de reproduire l'incident de la St Valentin, surtout pas maintenant. »

En effet, lors d'une attaque précédente, XANA avait réussi à tromper sa surveillance en possédant un livreur au minimum des capacités que lui permettait la tour. Ce qui lui avait permis de dissimuler l'activation de cette dernière aux yeux de Dan, en régulant le flux de données sortant et de déposer un cadeau empoisonné devant la porte de la chambre d’Aelita. Le temps qu'elle et Dan comprennent qu'il se passait quelque chose le paquet était déjà entre les mains de la petite. Les condamnant à la regarder passivement se faire posséder et de prier pour que ses amis parviennent à la maîtriser sur Lyoko.

« Heureusement qu'ils sont meilleurs combattants virtuels qu'analystes »

Dan avait déjà vérifié les flux de données sortant de l'intégralité des tours trois fois en guettant la moindre anomalie sans rien trouver. Mais elle préférait être prudente, avec le fiasco de la perte d'un territoire de Lyoko, elle ne pouvait prendre le risque de voir Aelita tomber aux mains de XANA. Finalement, ce fut dans le parc, au détour d'un tronc d'arbre que l'élève trouva ce qu'il était venu chercher. Un sac qu'il avait oublié là. Le Lieutenant ne se détendit que quand celui-ci fut à 100 mètres de l'enceinte du collège.

_______________________________



Ayant accumulé d'énorme quantité d'argents grâce à leur quasi-monopole du très rentable marché de l'informatique, le groupe Raven décida en 1970 de fonder RavenLab. Afin de concentrer une grande partie de ses efforts sur ce qui a fait son succès : la recherche et le développement. Et c'est sans surprise que RavenLab enchaîne innovation sur innovation et brevet sur brevet. Devenant très vite l'une des plus grosses multinationales de la planète, afin de pouvoir profiter de ses brevets, celle-ci se mit à acquérir un bon nombre de sites industriels dans le monde pour les reconvertir dans la production de hautes technologies. En France, plusieurs sites industriels Renault seront ainsi achetés. Possédant le savoir technologique et les moyens de production, RavenLab put alors se lancer notamment dans la construction de systèmes d'armements. Dont celle de U4 66 l'un des premiers satellites armés dans l'espace, commandé par la défense nationale. Il va sans dire que le canon laser de destruction est une technologie RavenLab. Le plus surprenant cependant avec le groupe Raven n'est pas ses technologies mais son incroyable maîtrise de l'information. En dépit de nos meilleurs efforts toute tentative d'enquête approfondie a échouée. Il fut finalement plus facile de dérober les informations récoltées par les agences de renseignement des grandes puissances mondiales. Si aucune d'elles n'ont pu obtenir de détails sur les technologies RavenLab, toutes s'accordent sur le fait que le financement ayant permis la création de Raven OS Enterprise et son développement est très suspicieux. Celui-ci viendrait en effet de placements risqués en bourse avec un taux de réussite de 100%.


_______________________________



Une fois la fausse alerte passée, plus détendue, le Lieutenant se tourna vers l'interface de Dan. L'IA procédait à une analyse poussée de l'actualité mondiale.

— Rien de nouveaux ? Demanda-t-elle

« « Rien d'inhabituel non, la divergence continue d'augmenter à un rythme constant » » Lui afficha-t-il sur l'écran. Et il rajouta « « L'humanité du XXIéme siècle est réellement fascinante, tellement idéaliste et créative dans son idéologie, et pourtant tellement individualiste dans son économie et sa politique. » »

Elle acquiesça, l'âge de l'information avait toujours été sa période préférée pour son explosion culturelle et technologique.


_______________________________




Récemment, l'unité Ares déployée sur le théâtre des opérations a réussi à nous faire parvenir un document de première importance : le journal de Franz Hopper alias Waldo Shaeffer, notre seule piste à ce jour. La technologie de son supercalculateur étant selon toute estimation, beaucoup trop complexe pour qu'il soit sa seule œuvre et surtout trop révolutionnaire pour ne pas être une divergence. Nous avions estimé en première instance avoir affaire à un renégat de RavenLab, ce que son journal confirme. Waldo Shaeffer a participé à un projet confidentiel de RavenLab dénommé « projet Carthage » visant selon lui à « bloquer les communications ennemis ». C'est tout ce que nous avons pour le moment. Analyses et conjectures dans le dossier principal.

Annexe : Logo de RavenLab.


Spoiler



_______________________________



— Et RavenLab ?

« « Ils viennent de finaliser leur contrat avec l'US navy pour des canons à accélération magnétique, c'est plusieurs années en avances de ce qui était prévu » »

Le Lieutenant afficha le logo de RavenLab sur son écran.

— Carthage, la cité qui défia la toute puissante Rome... Pensa-t-elle à voix haute tout en affichant à côté du corbeau aux ailes déployées, la figure familière de la bannière aux huit étoiles.

Une étoile pour chacune des civilisations formant l'humanité. En dessous desquelles en guise de légende trônait fièrement une devise en latin « Pax Universalis ».

« « Le mal du pays ? » » Lui demanda Dan.

— Non, je me demandais juste si Universalis avait un pluriel en Latin.

« « Ce serait plus que souhaitable en effet. » »


Edit : quelque correction et reformulation


Dernière édition par Robin2553 le Mer 15 Mar 2017 23:51; édité 11 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013 16:56   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Posté le: Mar 12 Nov 2013 20:23
A défaut de pouvoir vous fournir la suite immédiatement, j'ai décidé de vous annoncer la suite des festivités ^^
Tout d'abord conscient d'avoir encore quelque progrès à faire et dans un souci toujours plus grand de cohérence, j'ai décidé de ralentir le rythme d'écriture pour me donner le temps de revisionner une fois code lyoko (ce que j’avais de toute façon l'intention de faire ayant découvert que ce bon vieux CL est encore un enfant inavoué de Serial Experiments Lain). Et ceci afin d'éviter les incohérences bien sûr, mais aussi afin de trouver des éléments de scénario susceptible d'appuyer ma Back Story afin de la greffer le plus possible a l'univers de Lyoko.

Enfin, j'annonce que le terrain et les idées me paraissant propice pour (et parce que Code Lyoko Evolution a était pour moi une déception), le prochain chapitre (que j’espère fournir dans moins de deux semaines) introduira une version alternative de la saison 5 qui si tout se passe bien et que les erreurs du DA reste logique dans leur incohérence, transformera les incohérences des saisons précédente et les trous laissé dans la Back-Story en élément d'intrigue pour mon scénario, afin de vous fournir un univers de code lyoko cohérent dans la science fiction (ou peu s'en faut...)






Voilà pour contourner les mesures anti-Flood. Maintenant le message du jour : J'ai finalement bouclé ce chapitre plus tôt que prévus, par contre le revisionnage risque de prendre un peu plus de temps que prévus puisque je me suis décidé à justifier toute les incohérences au passage, il risquera donc d'y avoir une plus longue pause à un moment ou un autre.

Sinon afin de faciliter la lecture (et l'écriture aussi en partie) j'ai décidé de désormais faire un index technologique en haut de chapitre. Si vous voulez comprendre le principe de fonctionnement d'une des technologie futuristique que j'utilise, remontez juste en haut de page quand vous voyez une astérisque et révélez le spoiler. C'est partie ^^

Index technologique :
¹
Spoiler

²
Spoiler


Information war :

[Chapitre 1] Ares Unit :


Officiellement, il n’y avait rien sur cette île. Cependant le Lieutenant avait appris depuis longtemps que « officiellement » était un mot quasi-totalement vide de sens au XXIéme siècle. Et cette île ne faisait que le confirmer. Outre le fait qu’elle avait repéré une demi-douzaine de radars passifs très longue portée (une technologie qui n’avait évidemment pas sa place à cette époque), elle avait capté continument depuis son arrivée des transmissions cryptées dont la source semblait être l’espace.

« Définitivement un satellite de com furtif en orbite géostationnaire. Sans doute le moyen de communication principal de la base. Efficace et indétectable, parfait pour un endroit complétement isolé comme celui-ci. »

Et en effet, s’il y avait bien quelque chose d’autre de remarquable avec cette île c’était son isolement. Au milieu de l’océan pacifique, à l’ouest des côtes sud-américaines, celle-ci était à plus de mille kilomètres du plus proche couloir aérien et hors de portée des réseaux radar mondiaux. Même la gigantesque couverture radar du Norad qui s’étendait de la côte ouest des Etats-Unis jusqu’au Japon n’allait pas si loin au sud. Et au vu de l’inexistence de tout intérêt géostratégique dans cette partie du monde, ce n’était certainement un satellite espion qui allait rompre cet isolement. Surtout pas quand l’ensemble des installations et équipements étaient camouflés contre la surveillance satellitaire.

« L’endroit idéal pour mener des recherches illégales en toute discrétion. »

Tout du moins si l’on possédait un moyen pour se ravitailler sans attirer l’attention des services de renseignements sur l’exportation de denrées et de marchandises high-tech au beau milieu de nulle part. Comme en utilisant l’aéronef de transport furtif qu’elle avait vu décoller depuis un hangar camouflé dans les falaises volcaniques par exemple.

« Cet engin était même équipé de réacteurs pour le vol suborbital. »

Tout le complexe avait été pensé pour être autonome et quasi-indétectable, même pour les technologies fédérales. Avec ses capacités restreintes dans cet univers uchronique, la fédération ne l’aurait certainement jamais trouvé sans les données que Waldo Shaeffer avait livrées avant de disparaître dans la mer numérique. Et ce que voyait le Lieutenant sur cette île confirmait leur fiabilité, ce lieu était plus que certainement l’endroit où avait été développé le projet de Carthage dans les années 70.

Elle fut interrompue dans ses pensées par un message de Dan.

« « Cela ne devrait plus tarder maintenant, comme tu peux le voir j’ai ouvert le canal de transmission. Et je te préviens on a du beau monde de l’autre côté, les huiles suivent l’opération de très près. » »

L’île étant trop isolée pour permettre une communication par ondes classiques, il avait été décidé que le maintien du contact entre elle et Dan se ferait par le biais du centre de contrôle des opérations spéciales de la Federal Navy. Ce mode opératoire avait un inconvénient et un avantage. L’inconvénient, c’était qu’il nécessitait le maintien d’un pont quantique constant entre cet univers et celui de la fédération, au prix d’une dépense d’énergie colossale. Rien que d’imaginer le coût de la facture la rendait légèrement mal à l’aise. L’avantage cependant…

— Unité Ares, ici le centre de commandement, me recevez-vous, à vous.

— Reçu cinq sur cinq, centre de commandement contente de vous entendre.

— Bien reçu unité Ares, confirmons que le canal de transmission a été établi.

Une autre voix à la fois familière et autoritaire résonna alors dans son casque.

— Lieutenant, ici votre Amiral de la Federal Navy, au vu de l’importance de cette mission j’ai décidé d’en prendre personnellement les commandes. Et la directrice du renseignement fédéral est actuellement à mes côtés pour m’assister. Cependant si tout se passe comme nous l’espérons je doute d’avoir à intervenir. Alors veuillez nous considérer plus comme des spectateurs que vos responsables de mission pour le moment.

— Bien mon amiral. « Du beau monde effectivement… »

« « Ok, tout est en place, temps restant estimé : environ 5 minutes » »

— Bien reçu Dan je commence l’opération.

Et sans perdre un instant le Lieutenant sauta dans la sortie de maintenance de l’un des radars passifs. Cela devait faire une bonne heure qu’elle restait en attente en attendant le signal de Dan, et elle devait avouer qu’enfin peu d’action n’était pas pour lui déplaire. Après une chute d’environ quatre mètres, elle fit un atterrissage parfaitement silencieux dans un des couloirs du bunker, camouflage allumé.

— Tenez votre position quelques instants, le temps que l’on vous situe dans le bunker. Ordonna le centre de contrôle, avant de lui répondre quelques secondes plus tard.

— Ok, prenez la première à droite et suivez la ligne verte, nous afficherons le reste de l’itinéraire dans votre HUD.

— Ok contrôle, heureuse de vous avoir avec moi sur ce coup.

N’ayant pas de temps à perdre, le Lieutenant opta pour une progression en foulées bonds assistée par ses servomoteurs ne s’arrêtant qu’aux intersections pour vérifier si la voie était libre. Son camouflage était extrêmement performant, mais avait tendance à distordre l’air si elle avançait trop vite, elle prit donc soin de ralentir pour croiser les rares personnels circulant dans les couloirs à cette heure de la nuit. L’île n’étant pas censée pouvoir être repérée, la sécurité interne était en conséquence très laxiste et le Lieutenant n’eut aucun mal à atteindre la salle du serveur principal sans se faire repérer.

— Configuration de la salle ?

— Quatre rangées de processeurs perpendiculaires à la porte, la console de commande se trouve sur la deuxième rangée en partant droite. Lui répondit le contrôle.

— Roger.

Toujours camouflée le Lieutenant activa la porte automatique.

« Deux techniciens de garde » Pensa-t-elle alors que l’intérieur se révélait à elle.

— Oui ? Qui va là ? Demanda l’un d’entre eux voyant la porte s’ouvrir.

En l’absence de réponse celui commença à perdre son sang-froid.

— Hey qui que vous soyez ce n’est pas marrant, on est dans une infrastructure militaire, pas un jardin d’enfance. Vociféra-t-il tout en s’approchant de la porte pour la refermer.

Le Lieutenant attendit que celui-ci soit assez près pour l’attraper par le col et tout en l’empêchant de hurler, lui administra un anesthésiant fulgurant.

— Qu’est-ce que t’as, ça va ? S’enquit son collègue en voyant que ses jambes le lâcher.

La seconde d’après une fléchette anesthésiante lui perça son bleu de travail. Et il s’écroula sur le sol inconscient. Le Lieutenant transporta le corps du premier technicien à l’intérieur de la pièce avant de refermer la porte. Puis accéda à la console de commande du serveur pour y brancher un communicateur quantique.

— Contrôle, vous recevez les données ?

— Données bien reçues unité Ares, suivez les instructions de votre HUD pour atteindre votre prochain objectif.

« « Il reste environ 1min 30s, ce sera juste mais ça me semble jouable, c’est juste à côté » »

Après s’être assurée que la voie était libre grâce à une micro-caméra qu’elle avait installé dans le couloir avant d’entrer dans la salle du serveur, le Lieutenant fonça vers son prochain objectif.

— Unité Ares, je ne sais pas encore ce que vous nous avez rapporté comme données mais ça à l’air d’être du lourd. Vous devriez voir les gars du renseignement, on dirait des gamins en train de déballer leurs cadeaux sous le sapin de Noël.

Ce commentaire semblait être anodin, mais il réussit à tirer un sourire au Lieutenant. Les interactions avec ses camarades de la Federal Navy étaient une des choses qui lui manquait le plus dans cette uchronie.

« « Il reste environ 30s » »

Le Lieutenant pénétra alors dans ce qui était censé être les quartiers de détention d’Anthéa Hopper, mais la pièce était vide. Alors qu’elle ouvrait la porte, deux boucliers à particules¹ s’activèrent des deux côtés du couloir, bloquant sa retraite. L’hologramme d’un homme en costard noir apparut dans la pièce.

— Et bien, je dois avouer que je suis assez surpris, commença-t-il, ce piège était prévu à l’origine pour capturer un certain Waldo Shaeffer, mais il n’est jamais revenu en vingt ans. J’avais franchement perdu espoir de le voir s’activer un jour et regardez qui voilà. Une unité Ares, la fierté de la Federal Navy. Il semblerait que vous nous ayez retrouvés finalement mais sur ce coup vous avez été magnifiquement pathétique, surtout pour une unité Ares.

— Vous oubliez quelque chose, une unité Ares assure toujours ses arrières.

— Ah oui ? Je suis curieux de voir comment vous allez vous échapper.

— C’est là la meilleure partie, vous ne le saurez jamais.

— Comment ?

« « Ce n’est plus qu’une question de secondes maintenant » »

« Si ça ce n’est pas du timing… » Pensa le lieutenant.

— Au fait le corbac, est ce que t’as la moindre idée de combien ça coûte un GPS portatif et son traqueur ?

L’homme de l’hologramme eut alors une expression perplexe.


___________________________



(Situation de la scène : épisode 95 « Souvenirs »)

Afin d’effacer la mémoire de Sissi, Jérémie lança ce qu’il pensait être le dernier retour vers le passé. Ce qui eut pour effet de renvoyer le Lieutenant et tout son matériel instantanément à Paris. Dans cet univers, l’opération n’avait désormais jamais eu lieu et n’était plus qu’un souvenir dans le cerveau du Lieutenant. L’idée d’utiliser la curiosité de Sissi pour forcer Jérémie à envoyer un retour vers le passé c’était finalement avérée plus qu’efficace. Si les lyoko-guerriers avaient été assez naïfs pour ne pas voir ses interventions, ce n’était certainement pas la petite princesse un peu nunuche qui allait se poser des questions sur la nature étrange de son gain, ni sur le fait qu’elle n’avait jamais participé à une loterie proposant des GPS traqueurs portatifs. Cependant du côté de la fédération, l’histoire était tout autre. Etant dans un univers différent, le retour dans le passé ne les avait absolument pas affectés, toute la mission et les données qu’elle avait tirées du serveur principal étaient maintenant enregistrées dans les banques de données du renseignement fédéral. C’est l’amiral de la Federal Navy qui fut le premier à parler après le retour vers le passé.

— Bien jouée Lieutenant, c’était de l’excellent travail. Si j’en crois ma collègue du renseignement vous venez d’accomplir quelque chose de décisif.

Une voix féminine compléta.

— Ici la directrice du renseignement, je confirme. Vous nous avez rapporté de l’or en octets Lieutenant, nous ne manquerons pas de vous recontacter dès que nous aurons finis d’analyser ces données. Mais à première vue je dirais que vous avez réussi à récolter plus de renseignements en une mission que pendant toute notre présence dans cette uchronie.

— Ici l’opérateur, les techniciens m’informent que la facture commence à devenir vraiment salée, nous allons devoir couper. Nous vous recontacterons unité Ares, prenez donc un peu repos en attendant.

___________________________


Le Lieutenant se reposait depuis environ une heure et demi quand elle fut réveillée par un message de son communicateur quantique persistant².

« « La directrice du renseignement fédéral demande une communication, on dirait qu’elle a trouvé quelque chose d’important » » l’avertit Dan.

Le Lieutenant se leva et accepta la communication, un hologramme de la directrice apparut alors devant elle. Et comme l’exigeait le protocole militaire, elle se mit au garde à vous avant de la saluer.

— Madame la directrice.

— Repos Lieutenant, repos. Vous avez la permission de parler librement.

« La permission de parler librement ? Quoi qu’elle aille pour moi, elle veut mes impressions sincères dessus, ça ne me dit rien de bon… »

— Tout d’abord la bonne nouvelle, la tête qu’a tirée le corbac juste avant le retour dans le passé fait déjà le buzz dans la Federal Navy. Il semblerait que cette mission ait été bénéfique sur tous les plans, même pour le moral.

— S’il y a une bonne nouvelle, je suppose que vous en avez aussi une mauvaise ?

— Pas mauvaise non, désastreuse, regardez ce que nous avons trouvé en épluchant les documents que vous nous avez rapportés.

Un rapport d’incident de RavenLab s’afficha, le Lieutenant prit le temps de le lire puis comprenant de quoi il était question ne put s’empêcher de laisser échapper :

— Et merde ! On n’avait vraiment pas besoin de ça.

— En effet, c’est le pire des scénarios possibles.

Le Lieutenant poussa un profond soupir.

— Je suppose que tout ce que j’ai fait ces dernières années l’a été pour rien maintenant.

— Effectivement, nous n’avons plus le choix, vous allez devoir prendre contact. La Federal Navy vous fera parvenir le matériel nécessaire au point habituel.

« Au moins maintenant nous pouvons nous préparer pour. » Essaya-t-elle de positiver.


Dernière édition par Robin2553 le Mer 15 Mar 2017 23:57; édité 8 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
solal MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013 17:18   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 22 Sep 2013
Messages: 369
A

Dernière édition par solal le Ven 19 Juin 2015 06:32; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013 19:55   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Ah, bien vu pour Sissi, je ferais plus attention la prochaine fois et tant qu'au satellite cartographe, il sont fait pour cartographier, pas espionner. Ils peuvent mettre en évidence une ville, un village mais n'on certainement pas la résolution pour détecter un bunker et ses installations externes. Installations externes camouflé qui plus est ^^.

Pour l'intérêt de la Federal Navy pour l'univers de Lyoko et la nature de cette organisation je pense avoir laissé assez d'indice pour que l'on puisse deviner à peu près qui ils sont et pourquoi ils sont venus dans un autre univers.
Tout sera expliquer dans le chapitre suivant je pense, mais sinon pour ceux qui se demanderais voici un recap et une analyse des indices que j'ai laissé.

Spoiler
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Quater MessagePosté le: Sam 23 Nov 2013 17:34   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 107
Localisation: Je ne saurais le dire...
Okay, je m’étais lourdé sur l’interprétation de ton intro. Ce n’est pas vraiment dans tes objectifs de corriger les incohérences, mais seulement de t’appuyer dessus pour développer un récit de pure SF. Ça reste pour moi suffisamment crédible et recherché, pour le moment. J’apprécie surtout l’effort fait sur l’utilisation du high-tech et sa justification. Vu comme ça s’annonce, dans le fond comme dans ta manière de raconter, c’est un texte sur lequel je pourrais vraiment accrocher.

Mais bon sang, fais attention à ton orthographe ! La manière avec laquelle tu t’exprimes est bonne (tournures, vocabulaire,...) même si il reste une marge de progression, principalement dans le domaine de la ponctuation.
Mais tu fais vraiment beaucoup de fautes. Des confusions notables avec les é/ez/ais/ait, des genres et nombres non accordés un peu partout, essentiellement. Des erreurs que l’on trouve usuellement chez les débutants. C’est assez violent de voir ça, alors que l’expression en elle-même est bonne. Ce qui fait que ton texte souffle le chaud et le froid, ruinant le confort de lecture.

Tu parlais de prendre ton temps pour peaufiner ton texte. Je ne peux que te conseiller de t’y tenir, et d’en profiter pour améliorer significativement tes relectures afin de déceler ces erreurs grossières. Un correcteur d’orthographe de traitement pourrait en éliminer certaines, quoiqu’un outil plus puissant (comme le site bonpatron.com) me semble plus adapté vu la nature des fautes. Comme outil puisant, je ne saurais trop te conseiller une (ou plusieurs) relecture attentive, qui reste le meilleur moyen de se débarrasser des fautes. N’hésite pas non plus à demander un regard extérieur, qui sera en général bien plus critique que toi puisqu’il n’aura pas baigné dans ton texte pendant son écriture.

Je continue de penser que ton œuvre a du potentiel. A toi de décider de la suite.
_________________
« La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. »
« Le difficile n'est pas de sortir de l'X mais de sortir de l'ordinaire. »
Charles de Gaulle

« Ce n'est pas un abruti comme les autres. C'est le fruit des plus grands esprits de son temps, unis dans le seul et unique but de produire le plus stupide des abrutis de l'univers. »
GLaDOS
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Jeu 28 Nov 2013 22:23   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 128
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Note de service :
Spoiler


Salut à tous, et tout d'abord merci pour ton commentaire Quater. C'est donc après d'interminable corrections orthographiques (qui je l'espère ont été efficace sinon je vais me cogner la tête contre un mur en pleurant sur ma nullité orthographique) que je vous propose le nouveaux chapitre d'information war : Firefight.

Et put... sacrebleu que le machin est long ! (tout du moins du point de vue de l'écrivain amateur que je suis). Et c'est du au fait que pour fêter la réintroduction du supercalculateur, j'ai écrit un rapport de 4 pages word détaillant son fonctionnement dans l'univers de ma fanfic. J'en ai profiter pour corriger les incohérences laissées par la DA sur son fonctionnement. (Retour dans le passé, virus informatique qui créer des nournours géants toussa toussa...). Et ceux en plus du chapitre en lui même qui est le plus long que j'ai fait jusqu'à présent. Les deux choses étant relativement indépendant je vous laisse le choix dans l'ordre de la lecture.

Edit : pour ceux qui se demanderais oui le "Kadic, vendredis matin :" qui se balade un peu partout est un bug, normalement il devrait se situé entre le rapport et le chapitre en lui même...

Enfin bref, voilà le pavé :

Index technologique :

¹
Spoiler


²
Spoiler


Information war :

[Chapitre 2] Firefight :


Kadic, vendredi matin :


Concentré, calme Odd s’apprêtait à tirer. Il avait déjà fait ça une centaine de fois mais ce tir promettait d’être difficile. En effet le timing était particulièrement serré et il n‘avait pas le droit à l’erreur, mais la cible était elle aussi particulièrement dure à atteindre. Il guettait le moment idéal, rejugea la trajectoire qu’il avait choisie.

« Maintenant ! »

Cela se présentait bien, la trajectoire semblait parfaite, le timing était à première vue correct. Restait à voir ou ça allait atterrir.

« Headshot ! »

Hervé se frotta l’arrière du crâne agacé avant de se tourner vers la direction de Odd, mais celui-ci jouait déjà l’innocent. Une comédie qui ne trompait personne, surtout avec le rire à peine masqué d’Ulrich assis juste à côté de lui.
Depuis l’extinction du supercalculateur, les habilités de tireur d’élite d’Odd avait surtout brillé dans le lancer de bouts de gommes et de petites boulettes de papier. C’était certes beaucoup moins excitant que d’envoyer des volées de fléchettes laser sur des ennemis armés. Mais il était tout de même satisfait de sa reconversion.
L’attention des élèves se porta subitement sur l’entrée de la salle de cour. Mme Meyer venait de faire son entrée, mais ce qui piqua la curiosité de la classe était l’adolescente qui l’accompagnait. Celle-ci avait des cheveux sombres coupés court et un accoutrement qui consistait en un pantalon bouffant et un T-shirt par-dessus lequel était porté une veste volontairement laissée ouverte, les manches retroussées jusqu’au niveau des coudes.

—Bonjour à tous, commença la professeur, comme vous l’avez certainement constaté nous avons une nouvelle élève. Son nom est Joana Kalenson, tachez de vous en souvenir et veilliez à lui faire bon accueil.

Alors que Joana se trouvait une place et que Mme Meyer commençait l’appelle. Ulrich fit du coude à Odd.

—Alors Don Juan, comment tu la trouves la nouvelle ?

—Pas mal du tout, mais manque un peu de féminité à mon goût quand même.

—Je suppose que c’est pas ce genre de détail qui va t’arrêter.

—Bah ouais qu’est ce tu crois ? J’ai une réputation à tenir moi. Et t’as entendu Meyer, faut lui faire bon accueil.

—Mouais, j’suis pas sûr qu’on ait la même définition du mot « accueil » sur ce coup…

Pendant l’heure qui suivit Odd réussit huit nouveaux tirs. Deux avec des bouts de gomme et six avec de petites boulettes de papier. Toute la difficulté étant de faire en sorte que Mme Meyer ne remarque rien. Le tout sous le regard amusé d’Ulrich et occasionnellement de Jérémie ou d’Aelita.
Une fois le cours terminé, alors que les élèves sortaient dans le couloir pour rejoindre leur prochain cours. Odd, fidèle à ses paroles se mit en travers du chemin de Joana grâce à un dérapage en chaussure dont il avait le secret.

—Hey salut ! Moi c’est Odd, Odd Della Robbia. Bienvenue à Kadic ! C’était juste pour te dire que si tu as le moindre problème tu peux me demander. Je suis interne ici alors je connais le bahut comme ma poche.

Ulrich ne put s’empêcher d’intervenir.

—Et n’oublie pas de lui préciser qu’en théorie les chambres des garçons sont interdites aux filles.

—En théorie seulement oui, et tu sais tout comme moi que c’est pas le fort de Jim.

— Ça je peux pas vraiment dire le contraire.

—Joana, je te présente Ulrich mon camarade de chambre et mes potes Jérémie et Aelita. Tu vas voir, c’est sympa Kadic une fois qu’on connait.

—Et le lancer de projectiles en classe, c’est une matière optionnelle ? Demanda la nouvelle.

—Je vois que mes talents de tireur d’élite ne sont pas passés inaperçus…

Aelita intervient alors.

—A ta place j’éviterais de l’encourager Joana, à moins que tu ne veuilles que ton nom soit lié à une technique improbable de lancer de boulettes.

—Bah quoi ? Il est pourtant stylé le lancer « Aelita ». Répliqua Odd

—Plutôt absurdement compliqué et inefficace tu veux dire. Le taquina Jérémie

Mais Joana ne faisait plus attention à eux. Inexpressive, elle semblait fixer quelque chose au loin qu’elle seule voyait.

—Il y a un problème Joana ? S’enquit Odd.

—Non rien je vérifie juste quelque… Aaaaah shit, they’re here !

—Euh, quoi ? Mais qu’est-ce que !?

Joana venait de sortir un imposant baladeur CD de son sac et à la grande surprise de l’assemblée, entreprit de le déplier pour révéler une arme de poing habilement camouflée.

—Bien, maintenant que j’ai votre attention vous allez m’écouter bien attentivement. Je n’ai pas le temps de vous expliquer qui je suis ni de répondre à vos questions. Deux agents de Carthage viennent de franchir le portail d’entrée. Ils viennent certainement juste pour chercher Aelita Shaeffer, mais pourraient tout aussi bien connaître chacun d’entre vous et ce que vous avez fait. Alors dans le doute allez-vous réfugier à l’usine avec elle en passant par la chaufferie.

Tous se retournèrent vers Aelita abasourdis, personne n’était préparé à ce qu’une inconnue connaisse son véritable nom. Joana elle, se tourna vers Jérémie.

—Nous avons besoin de gagner du temps, alors je compte sur toi pour réactiver le supercalculateur et envoyer un retour vers le passé Einstein, moi je vais faire diversion. Dit-elle tout en dissimulant son arme sous sa veste.

En réaction, celui-ci sera les poings, visiblement contrarié. Juste quand il pensait en avoir fini avec Lyoko et le supercalculateur... une colère sourde contre le destin monta en lui. Néanmoins, les batailles contre XANA lui avaient appris à évaluer rapidement une situation à risques. Au-delà de la surprise, la situation était plus qu’inquiétante, il devait réagir et vite. Et si c’était un piège pour le forcer à réactiver le supercalculateur ? Non impossible, si Joana savait pour l’usine et le retour vers le passé alors elle n’avait certainement pas besoin de lui ni de cette mise en scène pour simplement activer le supercalculateur. Il était donc plus que probable qu’elle leur dise la vérité. Dans tous les cas, ils avaient besoin de plus de temps pour comprendre ce qu’il se passait.

—Très bien, je suppose que nous n’avons pas d’autre choix. Se résigna-t-il la rage au ventre.

A ces mots la bande regagna très vite ses esprits, une situation d’urgence venait de se déclarer. Ils avaient déjà connu ce genre de choses des dizaines et des dizaines de fois, les gestes en étaient presque automatiques.

—J’appelle Yumi. Réagit immédiatement Ulrich.

—Promis, je vous expliquerais tout une fois que l’on aura désamorcé cette situation. Ajouta Joana alors que le groupe commençait à se diriger au pas de course vers la chaufferie.

—T’y crois pas ! Un agent secret comme dans Babylon Ninja Fighter 5 ! S’exclama Odd avant de disparaître au bout du couloir.

Affichant un sourire défiant le Lieutenant se dirigea alors vers la cour.

« Finis de jouer au ninja, ça va être la guerre. »



____________________________________________________




Les deux agents de RavenLab étaient presque sortis du parc quand ils croisèrent Joana.

—Wah ! Trop stylés les costards noirs, je parie que vous êtes de la CIA ou un truc du genre, dites, vous avez tué combien de personnes ?

—Hors de mon chemin gamine ! Dit l’un d’entre eux en tendant le bras pour la repousser.

Aux arts martiaux modernes, une des règles fondamentales est de respecter son adversaire. Il en va cependant totalement différemment dans les styles de combat militaire. Quand votre vie est en jeux, vous n’avez que peu de considération pour celui qui tente de vous tuer. De ce fait, oublier la notion de Fair-Play était une des premières choses que l’on apprenait à l’entrainement au corps à corps. Et ayant reçu le meilleur entrainement militaire qui soit, c’est sans hésiter que le Lieutenant visa immédiatement les parties génitales de son adversaire avec un coup de pied rapide et précis. Puis profita qu’il se tordait de douleur pour l’achever avec un direct du droit. Ce qui énerva visiblement son collègue.

—Espèce de petite… S’exclama-t-il en abattant son avant-bras à une vitesse surhumaine sûr Joana.

Elle leva ses deux bras pour se protéger. Le choc fut violent.

« Son bras est cybernétique » Pensa le Lieutenant.

Ses chaussures s’enfoncèrent de plusieurs millimètres dans le sol sous la puissance de l’impact, mais à la plus grande surprises de l’agent, ses membres tinrent bon.

—Amateur. Se moqua Joana.

—Une cyborg ? Mais comment…

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. D’un puissant coup à la jambe, Joana lui fit perdre son équilibre avant de le plaquer au sol. Puis le maintenant allongé avec un pied, elle sortit son arme et tira sur chacune des articulations de l’agent afin de l’immobiliser. Comme elle s’en doutait, celui-ci se révéla être entièrement cybernétisé. Elle ouvrit les systèmes de communication interne de son propre corps cybernétique.

—Dan, prend le contrôle de l’androïde, si je dois affronter des escouades entières d’autres cyborgs il va me falloir mon corps réel et mon armure.

« « Bien compris, il semble donc que l’on soit vraiment en guerre finalement… » »

—Active aussi le système de défense d’urgence.

S’exécutant immédiatement, Dan alluma le réseau de boucliers à particules qu’elle avait installé sur le collège Kadic. Les bâtiments étaient maintenant protégés par des centaines de petits boucliers indépendants chargés de stopper toute balle perdue. Par mesure de précaution supplémentaire, un autre réseau d’appareils sursolidifia* entièrement les façades et fenêtres.



____________________________________________________




Yumi et William rejoignirent le reste du groupe devant le passage de la chaufferie.

—J’ai emmené William avec moi, quelqu’un pourrait m’expliquer clairement ce qui se passe ? Ulrich m’a parlé de nouvelle agent secret armée, mais j’ai rien pigée.

—On est deux dans ce cas... Lui répondis Jérémie.

Des coups de feu se firent alors entendre.

—C’était quoi ça ? Demanda William.

—Probablement la nouvelle agent secret dont j’ai parlé à Yumi. Et si vous voulez mon avis c’était pas des pétards. Constata Ulrich d’une voix posée.

—Dans tous les cas faut pas rester ici. Les interrompit Jérémie. Allons à l’usine et déclenchons le retour vers le passé. Au vu de la situation je ne vois pas d’autre option viable.

Approuvant tous silencieusement, les lyoko-guerriers s’enfoncèrent dans les égouts une fois de plus.



____________________________________________________




Le système de surveillance du Lieutenant avait repéré plusieurs escouades de ce qui semblait au vu de leurs déplacements être des agents lourdement cybernétisés.

« Certainement les unités dispatchées afin de trouver le supercalculateur de l’usine. Au moins maintenant je suis sûr que les gamins ne feront pas de mauvaise rencontre en chemin ».

Dan lui envoya un message.

« « Toutes les lignes de communication de la ville viennent d’être attaquées et détruites par une cyberattaque d’origine inconnue. Les autorités sont actuellement en déroute. » »

« Ils veulent isoler cet endroit pour pouvoir attaquer tranquillement et se forger une couverture une fois qu’ils en auront fini »

Elle les attendait de pied ferme. Se servant des arbres du parc comme couverture elle ouvrit le feu sur un premier groupe de quatre agents avec son fusil d’assaut à accélération magnétique. Pas au maximum de ses capacités cependant, une balle hypersonique était extrêmement pénétrante et elle se battait dans une ville remplie de bâtiments civils. Néanmoins, même à vitesse réduite, les projectiles arrivaient à déchiqueter les corps cybernétiques des agents de RavenLab. Et avec ses systèmes de visée, le Lieutenant était extrêmement précise dans ses tirs. Le premier groupe fut anéanti en quelque instant.

« Pas de bouclier à particules, ils ne doivent pas encore maîtriser la version portative de cette technologie. Bien, ce sont des cyborgs, tant que je ne détruis pas la boîte crânienne il devrait s’en sortir vivants ».

Le deuxième groupe se dispersa et tenta de trouver refuge derrière les arbres, mais les troncs n’offraient qu’une pauvre protection contre une arme à accélération magnétique. Le Lieutenant eut vite fait d’en neutraliser deux. Cependant elle était maintenant repérée, l’ennemi s’était regroupé, une vingtaine d’agents essayaient de la contourner pour la prendre à revers. Elle s’enfonça plus profondément dans la forêt du parc pour trouver une meilleure couverture. Son choix se dévolu finalement sur un tronc d’arbre auquel elle appliqua une sursolidification afin de lui donner une résistance convenable. L’ennemi entreprit alors un tir de couverture afin de la dissuader de sortir de sa cachette pendant que d’autres tentaient de la contourner par plusieurs cotés à la fois.

« Des armes à feu conventionnelles, certainement améliorées dans leur conception par rapport aux standards de l’époque mais ça reste des armes à feu. »

Sur n’importe quel combattant du XXIéme siècle, cette stratégie aurait été efficace. Cependant le Lieutenant avait une amélioration technologique décisive : ses protections.
Elle sortit de sa couverture et ouvrit le feu sur les ennemis tentant de la contourner. Elle réussit à les neutraliser, cependant les tirs de couverture ne se firent pas attendre. Son bouclier à particules dut arrêter plusieurs rafales de balles bien placées, son module de refroidissement passa du presque zéro absolu à une petite dizaine de degrés Kelvin, mais ce n’était pas grand-chose.
Voyant leur stratégie de contournement inefficace l’ennemi décida d’opter pour le passage en force. Des roquettes et des grenades de 40mm commencèrent à exploser autour de la couverture du Lieutenant, augmentant la température de son module de refroidissement d’encore quelques degrés.

« Ils ont même pensé à ramener de l’artillerie. S’ils veulent jouer à ça, moi je vais y aller tactique. »

Après avoir rapidement analysée la disposition du terrain autour d’elle, elle lança une SNG**. Quasi-instantanément, les couleurs et les sons se transformèrent en un amalgame indiscernable de lumières et de bruits. Même aveugle et sourd l’ennemi s’obstinait pourtant à tirer, en vain cependant. Le Lieutenant avait déjà quitté sa couverture.

—On l’a perdu. Constata l’un des agents.

—Par où est ce qu’il est passé ? Demanda un deuxième.

Il eut sa réponse presque immédiatement alors qu’une rafale de tir venant de derrière lui détruisit ses membres cybernétiques. En camouflage actif, le Lieutenant faisait un massacre en leur tirant dans le dos. Paniqués, les survivants essayèrent tant bien que mal de se mettre à couvert. Mais maintenant que leur nombre était trop réduit pour que leur puissance de feu soit une menace sérieuse, elle eut vite fait de les traquer et de les neutraliser.

« Ils doivent avoir rallumés le supercalculateur maintenant, plus qu’à attendre qu’ils envoient le retour vers le passé. »



____________________________________________________




—Qu’est-ce qu’on attend pour envoyer le retour vers le passé ? Demanda Yumi.

—Ce n’est pas aussi simple que ça, répondu Jérémie, d’habitude les coordonnées de retour sont calculées en tâche de fond automatiquement. Mais en procédure d’extinction, seuls les programmes vitaux permettant le maintien de la cohésion de Lyoko dans le monde virtuel sont laissés actifs.

—Et en français ? Questionna Odd par automatisme.

—Et bien la bécane doit d’abord chauffer.



____________________________________________________




« « Joana je crois que tu devrais regarder ça » »

Ce n’était pas bon signe, Dan ne l’appelait jamais par son nom en opération. À part pour signifier son inquiétude. Une vidéo-surveillance des alentours de portail de Kadic s’afficha dans son casque, un camion imposant venait de s’arrêter en double file devant le collège.

—J’espère que ce n’est pas ce que tu crains Dan.

Mais ce qu’ils redoutaient fut rapidement confirmé alors que de la semi-remorque sortit une machine de guerre lourdement blindée et montée sur quatre pattes. Une tourelle armée d’un imposant canon avait été assemblée sur la partie supérieure de celle-ci.

—Génial un char quadripode, juste ce dont nous avions besoin.

D’un seul bond, le véhicule sauta par-dessus la grille délimitant le domaine du collège Kadic pour atterrir lourdement de l’autre côté. Puis déployant des roues accrochées à ses pattes, le char accéléra pour suivre le chemin principal en direction des bâtiments. Appliquant la même stratégie que pour les premières escouades de cyborgs, le Lieutenant l’attendit en embuscade derrière un arbre qu’elle avait pris soin de sursolidifier. Au vu de la puissance de feu potentiel de l’ennemi c’était une protection élémentaire, même si elle entravait sa discrétion.
Finis les demi-mesures, cette machine était plus que certainement équipée d’un bouclier à particules lourd. Quand le char fut à une distance convenable pour l’embuscade, elle sortit de sa couverture et ouvrit le feu à puissance maximale. Les booms supersoniques de ses balles firent frémir le feuillage environnant, mais les boucliers du véhicule ennemi tinrent bon. Le canon se tourna vers elle. Des avertissements résonnèrent alors dans son casque, le système interne venait de repérer une signature électromagnétique particulièrement inquiétante.

« Un railgun ! »

Elle eut juste le temps de bondir le plus loin possible de sa couverture avant qu’un obus hypersonique de plusieurs dizaines de kilos ne transforme l’arbre sursolidifié en une flaque de plasma. Le Lieutenant dut ensuite lutter pour garder son équilibre dans l’onde de choc de l’explosion. Le char en profita pour ouvrir le feu avec sa mitrailleuse coaxiale. Durement touché, le module de refroidissement du bouclier à particules de l’unité Ares chauffa de plusieurs dizaines de degrés Kelvin.
Devant gagner du temps, le Lieutenant activa son camouflage pour tenter de semer le char. En réponse celui-ci tira un nouvel obus hypersonique sur la dernière position qu’il lui connaissait. L’explosion déracina plusieurs arbres et l’onde de choc lui fit faire un court vol plané tout en désactivant son camouflage. Regagnant son équilibre et se mettant à couvert derrière un arbre pour se protéger des tirs de mitrailleuse, elle envoya un message à travers son système COM.

—Dan !

« « Ici ! » »

Lui répondit l’IA en lui envoyant une localisation près d’elle. Le Lieutenant lança une nouvelle SNG, et se servant d’une représentation 3D des environs pour s’orienter dans le brouillard électromagnétique, elle rejoignit Dan. L’IA était aux commandes du modèle cybernétique d’adolescente qu’elle avait utilisée plus tôt pour prendre contact avec les lyoko-guerriers. Il transportait une arme anti-véhicule lourde qu’il était allé lui chercher.

« Ok mon grand, t’es plus le seul à avoir un gros canon maintenant. »

Sur un genou afin de pouvoir tirer légèrement en hauteur, le Lieutenant s’assura qu’aucun bâtiment n’était dans la trajectoire qu’elle avait choisie. Elle faisait face au flan du char ennemi et celui-ci la repérant rapidement tourna sa tourelle dans sa direction. Trop tard, fermement campée sur ses appuis pour compenser le recul, le canon anti-véhicule à l’épaule, le Lieutenant ouvrit le feu. Le mini-obus hypersonique brisa le bouclier à particules du tank avant de traverser sa tourelle de part en part. La violence du choc envoya le véhicule dans les airs où il se retourna avant de percuter un arbre qu’il déracina pour finir sur les restes de sa tourelle.

—Dan, au prochain contact, demande des fusils anti-char à la fereral Navy.

« « C’est noté » ».

Quelques minutes plus tard le supercalculateur fini de calculer les coordonnées précises de chaques changements spatio-temporels causés par lui pendant les derniers jours. Une fois ce travail terminé, il lança automatiquement la procédure de retour dans le passé, comme Jérémie l’avait programmé.



____________________________________________________




Une matinée normale à Kadic, le temps était plutôt agréable et l’approche du week end avait un effet relaxant sur les élèves et leurs professeurs. Cependant, un événement inhabituel se déroulait devant le portail. Sortant de leur voiture, les deux agents de RavenLab n’avaient que faire de la tranquillité de cette journée. Leur enquête dans les alentours avait révélé la présence d’une personne qui pourrait fort bien être leur cible prioritaire. C’à quoi ils ne s’attendaient pas par contre, étaient de la voir marcher tranquillement devant eux. L’adolescente aux cheveux roses tourna la tête dans leur direction et constatant leur présence, s’engouffra aussi vite qu’elle put dans une voiture qui démarra en quatrième vitesse. Les hommes en noir s’empressèrent de regagner leur propre véhicule avant d’engager une course poursuite. Seulement, après quelques tournants, ayant visiblement fait une erreur de trajectoire, le conducteur de la première voiture sortit de la voie pour aller s’écraser à pleine vitesse dans la forêt située à proximité du collège. Le véhicule s’enflamma et son intérieur rapidement consommé par une boule de feu qui fit exploser ce qu’il restait du pare-brise. Pour les agents et les quelques témoins de la scène, le conducteur semblait avoir joué de malchances.

—Personne ne peut survivre à ça, elle doit être morte maintenant.

—Dégageons d’ici, les autorités ne vont certainement pas tarder. Notre voiture a été vue dans la course poursuite, il va falloir la détruire.

Ayant surveillé toute la course poursuite, Dan envoya un SMS aux lyoko-guerriers et une transmission COM à Joana. L’utilisation d’une réplique d’Aelita pour tromper l’ennemi avait été un succès.

« « Le leurre a fonctionné, rendez-vous dans le parc après les cours. » »

C’est donc après les cours, dans le parc du collège que Joana commença les explications devant toute la bande.
—Tout d’abord, je m’appelle bel et bien Joana Kalenson. Je n’ai pas vraiment d’existence juridique, un faux nom m’est donc inutile. Pour faire simple, je suis un agent gouvernemental chargé de la traque du projet Carthage. L’enquête menée par nos services de renseignement nous a conduits à découvrir les activités de Waldo Schaeffer et de son supercalculateur. Face à cela, mon gouvernement a décidé de prendre part dans la lutte contre XANA. Ma mission était notamment de vous protéger et de vous assister autant que faire se pouvait. Vous ne l’apprenez que maintenant car révéler notre présence était jugé contre-productif. Jusqu’à aujourd’hui tout du moins…

—Mouais, réagit Yumi d’un ton dubitatif. Le coup du « j’étais là mais vous m’avez pas vu » j’ai déjà essayé c’est pas spécialement crédible comme excuse. Surtout que je vois pas trop en quoi jouer au shinobi servait à quelque chose.

Joana eu un sourire amusé.

—Carthage est une menace autrement plus dangereuse et mieux renseignée que XANA. Attirer son attention aurait été le pire des scénarios autant pour votre vieil ennemi que pour nous. Afin d’éviter cela, nous avions conclu l’accord tacite avec lui que dissimuler nos activités prenait précédence sur le conflit. Vous maintenir dans l’ignorance nous permettait de plus facilement empêcher des infos compromettantes d’arriver dans les mauvaises oreilles. Mais comme vous avez pu le voir, ça n’a plus d’importance maintenant.

William intervient alors dans la conversation.

—Moi il y a un truc qui me dérange. Désolé de le dire si brutalement, mais maintenant que je t’ai en face de moi Joana, je trouve que t’as pas vraiment la tête de l’emploi. Pas plus que nous en tout cas…

—J’en ai conscience, c’est d’ailleurs voulu, s’appliqua-t-elle à expliquer. Je pourrais vous expliquer exactement pourquoi ici même mais je doute que vous compreniez aussi facilement qu’en vous montrant exactement qui nous sommes. Or il se trouve que nous avons une base opérationnelle ici même, à Kadic. Si vous voulez bien me suivre, nous pourrons avoir des présentations dans les règles de l’art.

Toujours très dubitatifs mais sans réelle raison de refuser, les adolescents la suivirent un peu plus profondément dans le parc pour s’arrêter devant un coin d’herbe tout à fait banale qui les laissa encore plus perplexe.

—Dan, ouvre la porte.

Les plus attentifs sentirent un léger courant d’air qui fit frémir les touffes alentour mais sinon, rien ne changea.

—Et désactive l’hologramme.

Une ouverture rectangulaire assez grande pour accueillir une personne semblât se matérialiser dans la verdure.

—C’est bien plus avancée que la technologie de l’holomap. Inféra immédiatement Jérémie d’un seul regard.

—Et il y en a plus de là où ça vient Einstein ! Commenta Joana tout en les invitant à la suivre sur une échelle.

Le puit d’accès aboutissait dans un couloir blanc bien éclairé qui s’enfonçait lui-même vers une imposante salle dissimulée à une dizaine de mètres de profondeur. En entrant, la première chose qui attira leur attention au centre de la pièce fut une carte holographique 3D hyper détaillée affichant en temps réel l’état du quartier. À la périphérie, l’un des murs était couvert de moniteurs et de consoles d’apparence high tech. Pour la plupart, les écrans qui semblaient flotter sans support affichaient Kadic et ses alentours, tandis que d’autre montrait des données techniques incompréhensibles ou les journaux télévisés de chaînes françaises et étrangères.
Les réactions chez les adolescents s’étalaient de la curiosité mêlée à une pointe de crainte pour Jérémie à l’incrédulité pour Ulrich. Odd quant à lui était émerveillé.

—T’y crois pas ! S’exclama-t-il en se précipitant dans l’espace high-tech en direction du seul mouvement non numérique qui y résidait.

À côté de l’un des affichages techniques, une arche articulée parcourue de bras robotisés s’affairait sur une imposante armure noire sortie tout droit d’un jeu vidéo. Ou tout du moins c’est que pensait l’adolescent en admiration devant elle.

—Ze tenue du grand inquisitor Dark Vormort ! T’es fan de Galactic Battle Joana ? Demanda-t-il en se tournant vers sa nouvelle camarade de classe parfaitement immobile au milieu du groupe.

—Pas vraiment non, je suis plus simulation que classic scroller. Lui-répondit une voix déformée dans son dos.

L’armure venait de parler. Pris par surprise, Odd sursauta, ce qui contribua à rendre le reste de ses amis légèrement nerveux. Parfaitement consciente de cet état de fait, le Lieutenant s’empressa de corriger le malentendu.

—Oups ! Désolée pour la frayeur, s’excusa Joana en se plaçant à son tour au côté la machine de maintenance qui se repliait désormais dans le plafond.

D’un geste délibérément lent le Lieutenant entreprit de retirer le casque sans visière de son armure pour révéler son véritable visage. Les lyoko-guerriers se retrouvèrent quelque peu confus devant une version adulte de l’élève dont il venait de faire la connaissance quelques heures plus tôt.

—Avant toute chose, commença-t-elle d’une voix chaleureuse. Je tiens à dire que c’est un plaisir de pouvoir enfin vous parler en face à face, même si j’avais espéré que ce soit en de meilleures circonstances.

Familier avec les notions classiques du transhumanisme, Jérémie fut le premier à comprendre.

—Un corps artificiel piloté à distance ! Déclama-t-il en claquant des doigts. Tout s’explique !

Habitué à rapidement évaluer les situations les plus étranges dans lesquelles pouvait les mettre XANA. Le cerveau des adolescents tiltérent aux paroles du jeune génie, comprenant d’un coup le pourquoi et en déduisant les conséquences les plus évidentes.

—Ben ça, c’est pas banale comme style pour un agent secret, commenta Ulrich en inspectant l’attirail du Lieutenant.

—Tout juste ! Raison de plus pour faire les présentations proprement : je suis un officier de la marine, Lieutenant dans les forces spéciales pour être précise. Mon rôle est celui d’un soldat pas d’une espionne. Les renseignements stratégiques, je laisse ça à mon collégue…

Comme s’ils réagissaient à ses mots, les moniteurs holographiques qui jusque-là diffusaient diverses chaines d’infos en continu se combinèrent. On pouvait désormais y voir une représentation minimaliste d’un visage immédiatement suivi d’un message qui défila clairement lisible.

« « Bonjour, et bienvenue ! » » Afficha Dan en adoptant une expression joyeuse.

—Et je vous présente Dan, continua le Lieutenant en se plaçant à côté des écrans. Le système IA en charge de notre réseau de surveillance. Vous pouvez lui faire confiance, XANA a rapidement appris que tenter de vous attaquer dans votre sommeil était futile tant qu’il veillait sur vous.

« « Pour vous servir. J’ai apprécié chaque minute à observer vos exploits. La ténacité dont vous avez fait preuve était véritablement quelque chose d’extraordinaire.» »

Sur ces paroles, les écrans se mirent à illustrer ses propos à travers les enregistrements des divers actes d’héroïsme des lyoko-guerriers. Cependant, mise à part Odd, ce qui marqua les adolescents ne fut pas de voir leur gloire passée mais le fait que la plupart de ses vidéos montraient des actes qui auraient dû rester à jamais effacé par le retour vers le passé. Pire, l’on pouvait voir sur certaine les d’habitude redoutables xanatifiés se faire allumer avec presque désinvolture par un mastodonte noir qu’il ne pouvait qu’assumer être le Lieutenant. Il ne faisait maintenant plus de doute que qui qu’elle soit, Joana était à prendre au sérieux.
Moins affecté que ses camarades par les tenants et les aboutissants de cette révélation, William fut le premier à détourner ses yeux des écrans vers le Lieutenant Kalenson.

—Laissez-moi deviner, vous êtes les Américain pas vrais ?

—Not a bad guess, mais non. Lui répondit-elle sur le ton de la taquinerie. Personnellement, je suis martienne de naissance.

—… martienne ? Réussit à formuler Jérémie encore ébahi par toutes les informations qu’il recevait d’un coup.

Un léger bip sonore se fit entendre.

« « Liaison établit, nos invités sont en ligne Lieutenant. » » Annonça Dan.

— Pile à l’heure, branche-les sur l’holo.

« « Ouverture de la communication » ».

L’hologramme central fut remplacé par celui de deux personnes dominant la salle. La première était un homme âgé au visage serein vêtu d’un uniforme militaire bleu marine légèrement futuristique aux dorures élaborées. Le personnage tout entier dégageait une aura d’autorité. À sa gauche, se tenait une femme en costume d’affaire légèrement moins âgé que lui. Si sa présence n’était pas aussi imposante que celle de son voisin, l’on pouvait lire dans ses yeux une profonde intelligence presque désarmante.

—Mon Amiral, madame la Directrice.

—Repos Lieutenant, commanda l’homme d’une voix calme et posée avant de se tourner vers les adolescents. En premier lieu permettez-moi d’exprimer mon admiration devant vos actes, peu d’entre nous peuvent se vanter d’avoir fait preuve d’un tel héroïsme, encore moins à un aussi jeune âge. Sachez qu’il est de ma volonté de faire en sorte que vos efforts ne soient pas en vain.

—Je seconde cette motion, compléta la femme d’un ton déterminé, ce qui lui valut un regard approbateur de son voisin.

—Avant de répondre à vos interrogations cependant, continua-t-il. J’aimerais commencer par nous présenter : Je suis l’Amiral de flotte Lawrence Woods, chef des opérations spatiales de la Fédération de l’espace humain. Et la dame à côté de moi est Amanda Levosky, Directrice du service des renseignements fédéraux. Pour simplifier, ce que nous appelons la Fédération est un gouvernement supraplanétaire formé en réponse aux défis posés par la vague de colonisation spatiale du 22éme siècle.

—… Ok, je crois que je commence à comprendre, tenta Jérémie après de longues secondes à digérer. En fait, vous venez du futur.

—Sérieux ? Waaa ! Trop cool ! Réagit Odd avant que quiconque est le temps de répondre.

—Oui et non, répondit l’Amiral en laissant paraître un léger amusement envers Odd. Je suppose que vous n’êtes pas étranger au concept d’uchronie Monsieur Belpois.

—hein ? Uchroquoi ? S’enfonça Odd.

Tous se tournèrent alors vers Jérémie.

—Uchronie, un univers fictif dans lequel des points clés de l’histoire ont été modifiés, expliqua le jeune génie, conduisant à des changements dans le présent. Comme dans le Maître du haut château, le fameux roman de Philip K. Dick où les nazis ont gagné la guerre. Quoi ? Vous n’ignorez tout de même pas d’où vient le nom du collège ?

—Tu veux dire que quelqu’un s’est vraiment appelé Kadic ? Lui lança Ulrich.

Jérémie fit semblant de ne pas l’avoir entendu.

—Mais si c’est une uchronie, ça veut dire qu’il y a un point de divergence non ?

—En effet, lui confirma la directrice. Et malheureusement, nous en sommes partiellement responsables.

—Voyez-vous, continua Woods. Il se trouve que l’organisation qui traque actuellement la jeune Schaeffer n’aurait jamais dû exister. Plus précisément, c’à quoi vous avez affaire est bien plus dangereux qu’un simple groupe criminel ou une agence gouvernementale sans scrupules. Il s’agit en réalité d’une force paramilitaire originaire de notre univers. Elle est extrêmement violente, capable de guerre à très grande échelle et est intolérante envers toute forme d’opposition, même pacifique.

—Vous… vous voulez dire que les hommes qui m’ont poursuivi moi et ma famille, viennent de votre univers ? Demanda Aelita.

—En effet, lui confirma Levosky. Pour simplifier, il s’agit des descendants radicalisés de populations ayant choisi de vivre à la marge de l’espace humain, hors de la juridiction de la Fédération. Nous ne les considérions pas comme une menace, jusqu’à ce qu’il lance une attaque militaire de grande ampleur contre les colonies depuis le système solaire externe sous prétexte de « libérer les peuples de l’oligarchie».

—C’était il y a trois décennies pour nous. J’ai personnellement participé cette guerre, l’effet de surprise estompé, la victoire fut rapide. Notre supériorité militaire et technologique était tout simplement écrasante. À l’époque, nous pensions qu’avoir balayé leur base dans notre système solaire avait suffi. Nous n’avions pas réalisé qu’ils avaient aussi envahi votre planète.

—Envahi ? S’étonna Jérémie sceptique.

—Peut être que le mot est un peu fort oui, lui concéda la Directrice. Contrairement à XANA, ils ne sont pas du genre à vouloir à tout prix tout contrôler pour le plaisir. Leurs méthodes sont bien plus subtiles qu’une armée de robots tueurs. S’ils peuvent se permettre d’aller kidnapper une adolescente en plein jour dans son collège, c’est qu’ils ont établi un réseau d’influence leur donnant des pouvoirs virtuellement illimités. Ils ne dirigent peut être pas directement votre gouvernement, mais en restant dans l’ombre et en contrôlant l’information, ils peuvent se placer au-dessus des lois et faire comme bon leur semble. Il n’a pas été très dur pour nous de retrouver leur trace cependant, la mégacorporation qu’ils ont fondée pour gérer leurs actifs dans le public est une uchronie difficile à manquer. Je suppose que vous connaissez tous le super conglomérat RavenLab ? Et bien il est inconnu au bataillon dans notre Histoire…

Ne laissant pas le temps aux autres de formuler une pensée Odd fut le premier à réagir.

—RavenLab ! z’étes sérieux ? On peut pas être les types qui ont détruit l’enfance d’Aelita quand on a créé quelque chose d’aussi génial que les jeux vidéo. C’est pas possible dites-moi que c’est un cauchemar !

—… virtuellement la totalité du matos que j’utilise est de RavenLab. Constata Jérémie visiblement révolté.

—Aucune de ses technologies ne sont véritablement leur création, les rassura Amanda. Ils les ont juste présentées comme étant les leurs avant que leurs créateurs légitimes ne se manifestent. Les seules recherches que mènent véritablement RavenLab sont des projets militaires dirigés contre la Fédération et ses infrastructures.

—Le projet Carthage, devina immédiatement Jérémie.

—Précisément, nous savons que dans les années 70 certain des plus grands esprits de la planète ont été conviés en secret par RavenLab pour travailler sur des technologies expérimentales visant à « révolutionner l’avenir de l’humanité ». Les dates coïncident notamment avec une vague de disparitions inexpliquées de cerveaux dans les blocs soviétique et occidentale que les deux côtés ont attribués à des opérations clandestines de l’autre. Aucun des disparus n’a jamais refait surface, la seule exception étant…

—Mon père… Compléta Aelita.

—Waldo Schaeffer oui, votre père a visiblement réussit à priver RavenLab d’au moins une bonne partie de ses recherches dans sa fuite. Pour autant que nous sachions, il est le seul à avoir jamais possédé la technologie de Lyoko. Et pour être tout à fait franche, ses accomplissements nous sidèrent même dans notre 24éme siécle.

—Nous craignons cependant que ce ne soit qu’une question de temps avant que l’ennemi ne tente de s’emparer de son œuvre en force, révéla Lawrence. Notre diversion ne les éloignera au mieux que temporairement de son supercalculateur. Lieutenant, veuillez leur expliquer ce que vous avez découvert.

—Yes sir, lui répondit-on alors que les pages d’un document holographique se déployaient devant le groupe. J’ai récupéré ce rapport d’incident en infiltrant le serveur principal de leur hub de communication terrestre.

Les technicités du rapport qui se mit à flotter devant eux échappèrent complètement aux lyoko-guerriers. Tous en revanche, étaient obnubilés par un symbole familier qui apparaissait sur les photos des écrans affectés par l’incident en question : l’œil de XANA.

—De ce que nous avons pu en déduire, quand Jérémie a activé le programme tueur, XANA a paniqué au point de tenter le tout pour le tout en allant se réfugier dans un des complexes informatiques de RavenLab. Leurs défenses n’ont pas suffi à le sauver, cependant il semblerait que l’ennemi est pu récupérer assez de morceaux pour remettre opérationnel une bonne partie de ses agents, assez pour qu’il retrouve sa conscience et sa mémoire. Et quand cela sera fait il est probable qu’il leur dira tout ce qu’il sait.

—Vraiment ? C’est drôle, ironisa William. Mais j’ai pas l’impression que XANA soit du genre à coopérer avec qui que ce soit.

—Ça, c’était vrai seulement dans l’état où vous l’avez connu. Cependant, il faut que vous compreniez que son agressivité n’avait rien de naturelle. C’était un comportement hautement irrationnel provoqué par un défaut dans la programmation de sa matrice comportementale. Nous le savons car nous avons eu le même problème avec nos premiers prototypes d’IA, et ce problème se corrige, facilement même. Quand leurs techniciens en auront fini avec lui, il aura probablement la soif de domination d’une machine à café. Lyoko, la localisation de l’usine, les mesures de défense du supercalculateur, vos noms adresses et numéros de téléphone, l’intégralité des SMS qu’il a interceptés pour vous étudier, chaque détail de l’attaque du gymnase et de la piscine, ce n’est qu’une question temps avant que RavenLab dispose de virtuellement tout sur vous et le supercalculateur. Si nous avons pris contact, c’est pour vous avertir qu’aucun d’entre vous n’est en sécurité maintenant, ils vous traqueront, ou que vous alliez, Aelita la première.

Un silence pesant s’abattit dans la salle alors que les fédéraux laissés les enfants mesurés pleinement la gravité de leur situation.

—Mais vous pouvez les vaincre non ? S’enquit Yumi visiblement inquiète. Vous l’avez déjà fait non ? S’ils sont si dangereux que ça, pourquoi vous n’aidez simplement pas l’armée et la police à les arrêter. Ça réglerait tout non ?

—Dans l’idéal, c’est que nous aimerions faire, lui concéda l’Amiral Woods. Seulement, je crains que vous ne réalisiez pas à quel point RavenLab est dangereux. Ce n’est pas une simple multinationale dont on peut faire comparer les représentants en justice. C’est une puissance interplanétaire mieux armée que n’importe laquelle de vos nations. Je préfère honnêtement ne pas imaginer ce qui arriverait à ce pays ou cette planète s’ils devaient considérer vos institutions comme menace. Aussi, nous nous devons de mener cette bataille sans leur aide.

—Je vais être franche avec vous, repris Joana. Nous aimerions vous protéger, mais notre situation dans votre univers est précaire au mieux. Nous n’avons simplement pas l’implantation pour mener une guerre clandestine à grande échelle ici, et maintenant que l’ennemi va bientôt apprendre que nous sommes à leur porte grâce à XANA, c’est l’ensemble de notre réseau qui est compromis. Nous ne pouvons simplement pas garantir votre sureté et liberté sur le long terme. Pas sans l’aide d’une machine à miracle capable de remonter le temps en tout cas…

—Mouais, en gros vous voulez utiliser le supercalculateur pour leur mettre la pression. Déduisit Ulrich.

—Tout juste ! Et pour ça, nous aurions besoin que vous repreniez du service. Vu qu’ils ont XANA, sans Aelita nous serions à la merci des tours infectées. Et l’on aura besoin de personnes déterminées et expérimentées pour la protéger là-bas. Si tout se passe comme prévu, pouvoir utiliser le retour vers le passé devrait faire basculer le conflit en notre faveur.

Ulrich jeta un coup d’œil à ses amis. Yumi semblait morte d’inquiétude alors qu’Aelita donnait l’impression d’être à deux doigts de craquer émotionnellement. Odd lui, avait la même tronche qu’il tirait quand il n’y avait plus frite à la cantine.

—Si c’est comme ça, comptez sur moi, finit-il par répondre en faisant claquer son poing sur sa paume. J’ai pas l’intention de les laisser me pourrir la vie sans leur renvoyer l’ascenseur.

—Ouais ! Bien dit vieux frère ! L’approuva son camarade de chambre. Tu pourras compter sur Odd le magnifique le meilleur tireur de boulette de gomme de l’univers pour te couvrir.

Le regard de Yumi croisa celui déterminé d’Ulrich. Puissant dans la confidence du jeune homme, la japonaise hocha la tête en réponse au message silencieux qu’elle pouvait lire dans ses yeux avant de se tourner vers les Fédéraux.

—C’est d’accord pour moi aussi, je ne les laisserai pas menacer Aelita.

—On te suivra où que tu ailles princesse, fit Odd à cette dernière. À toi de décider.

—Si c’est pour vous et la Terre, alors je me battrais. Déclara-t-elle revigorée par la conviction de ses amis.

—C’est donc décidé, conclu Jérémie. Nous nous battrons.
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png


Dernière édition par Robin2553 le Jeu 16 Mar 2017 00:02; édité 10 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 5
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1174s (PHP: 71% - SQL: 29%) - Requêtes SQL effectuées : 24