CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
[Fanfic] Oblitération
[Fanfic] Le risque d'être soi
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Comment imagineriez votre véhicule da...
[Fanfic] Un exil forcé
ost de l'épisode 22
Code lyoko sur minecraft
Repentir.
Problème avec le Kolossus Launcher
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Le risque d'être soi

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Dakota Browning MessagePosté le: Mar 17 Juil 2018 22:34   Sujet du message: [Fanfic] Le risque d'être soi Répondre en citant  
[Tout juste inscrit]


Inscrit le: 17 Juil 2018
Messages: 1
Bonjour tout le monde, lectrice assidue sur ce forum mais jamais inscrite jusque maintenant je voulais vous proposer cette petite fanfiction écrite début d'année ! L'histoire part d'un constat simple : on en sait très peu sur la famille Schaeffer. J'ai voulu combler ce trou, en remontant en arrière. Attention, dans cette version, comme vous le comprendrez assez vite, Aelita ne rencontrera jamais la petite bande de l'animé. Son enfance est fauchée par un autre événement que la virtualisation forcée mais je vous laisse découvrir ça par vous-même, en espérant que certains lecteurs subsistent dans le coin. Je m'excuse d'avance pour le côté volontairement... narquois de la narratrice, ainsi que son "piètre" lexique, c'est voulu.
Bonne soirée et à bientôt pour le chapitre 1 si le staff me laisse continuer, il sera évidemment 3x plus long que ce court texte qui n'est, comme un traditionnel prologue, qu'une amorce à la suite des événements.


Prologue : Le fruit du désordre



Je m’appelle Dakota Browning. S’il vous plaît, ne m’appelez pas Dada. Sinon je saute. Ne croyez pas que je bluffe. C’est une chute de mille mètres et, bien que je sois grosse, je ne le suis pas assez pour rebondir. Je plongerai tête baissée vers les antiques affleurements granitiques de Whistlesbay, puis mon corps disloqué sera emporté par la mer. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi je fais du sport, vu que la prochaine personne qui me verra à poil c'est un médecin légiste. Bien sûr, si la marée ne va pas dans le bon sens, je resterai échouée sur les rochers en compagnie des mouettes qui me dévoreront les yeux. Je sais très bien qu’elles mangent n’importe quoi. Ce ne serait pas très malin de me suicider, mais tuer Aelita Schaeffer n’a pas non plus été très malin. Voilà quinze jours qu’on a découvert son corps, et dans l’ensemble je suis bien contente qu’elle ne soit plus là. Pourtant, même si c’est moi qui l’ai tuée, je n’arrive pas à croire qu’elle soit morte. Non. Exactement. J’ai tué Aelita sur ces mêmes falaises et je n’en reviens toujours pas que personne n’ait rien deviné. Quand on a repêché son cadavre, on a aussitôt conclu qu’elle était tombée par accident. Ah ah. (Sauf que je ne ris pas.) Pourquoi devrais-je m'excuser pour le monstre que je suis devenu ? Aucun de mes bourreaux ne s'est excusé quand ils m'ont transformé en monstre justement. Et puis, ceux qui se "préoccupent" de nous, c'est des couilles. Aussi simple que ça. Les amis, c’est comme les flocons de neige, quand on pisse dessus ils disparaissent.

Autre question. Lancinante. Pourquoi personne n’a-il deviné la vérité ? Les Allemands avaient raison, les habitants de cette île sont une bande de demeurés. En débarquant ici durant l’été 1940, ils ont dû croire qu’ils avaient déjà gagné la guerre. Ils ont baptisé Whistlesbay UN PETIT PARADIS. Excusez-moi, mais depuis quand une poignée de palmiers chétifs suffisent-ils à créer un paradis ? Et lorsqu’on découvrira mon crime, on ne fera plus semblant de prendre cette île pour le jardin d’Éden. Si vous voulez m’attraper, venez donc me chercher. Soyez sûrs de me trouver en pleine course sur Clarence Batterie, les mains tendues vers St Peter Port, toute prête à faire le grand saut. Si ces mots constituent mes dernières volontés et mon testament, par la présente je lègue à ma mère mes chèques-livres inutilisés obtenus à la distribution des prix de l’an dernier. Je crois qu’un regard clair nettoie la conscience comme un rayon de lumière purifie une eau infectée. Du coup, même si je suis coupable, j'espère que lumière sera faite à un moment ou un autre sur certains événements. Il est démontré scientifiquement que certains profils de personnalités, certains types d’individus, malgré l’emprisonnement ou l’internement sur une longue durée, conservent une dangerosité telle qu’il demeure trop risqué de leur permettre de revenir dans la société... le père Schaeffer est de ceux-là, lui aussi doit crever. C'est essentiel au Grand Dessein. Celui de Xana.

Mais n'en disons pas trop tout de suite, ça serait gâcher le plaisir. J’aimerais avant tout dissiper un éventuel malentendu : si ma disparition de ce misérable rocher coïncide avec Noël, elle n’a strictement rien à voir avec la nouvelle recette de dinde à la mexicaine qu’adore ma mère. Elle sera bien sûr bouleversée. Je devais être la première dans la famille à entrer à l’université. Mais j’aurai au moins atteint la une des journaux (enfin, presque…). Quatre jours d’affilée, la mort de la nunuche a fait les choux gras du Guernsey Evening Press et ils ont même utilisé l’une des photos que j’ai prises d’elle – à Candie Gardens, où on la voit adossée à un arbre, ses cheveux monstrueux étalés sur l’épaule. Ai-je dit qu’elle était belle ? Elle a eu droit à toute une page à cause de sa beauté. Quand on voyait son visage parfait, on avait du mal à croire qu’elle pouvait être une telle peste. Pourtant, c’était bel et bien une sacrée peste. Ma soi-disant meilleure amie était une menteuse et une traîtresse qui a mérité tout ce qu’il lui est arrivé. Je ne vais pas entrer dans les détails pour expliquer comment je le sais, mais c’est moi qui ai remporté le tournoi junior de Mastermind inter-îles, alors vous pouvez me faire confiance : je me trompe rarement.
Aelita Louise Schaeffer devait mourir. Comme tout le monde, mais elle en priorité. D’où la réplique cinglante à laquelle elle avait bien évidemment bronché : « A moins que tu ne sois une pizza, la réponse est : oui, je peux vivre sans toi. » Je comprends maintenant que nous n’aurions jamais dû devenir amies, même si certaines choses relèvent du destin, comme Shakespeare et ses tragédies. Quand elle m’a surprise ce soir-là, sur ces mêmes falaises, j’ai su qu’elle avait des intentions mortellement létales. N’allez surtout pas vous imaginer que je sois une fille violente. C’est pas parce que j’aime regarder des scènes d’une cruauté insensée à la télévision que je meurs d’envie de me balader en tranchant des gorges à tout va (je ne sais même pas comment on fait). Terrifiée, j’ai paniqué – qui me le reprocherait ? Il faisait nuit noire, il pleuvait tant que j’arrivais à peine à ouvrir les yeux. Quand elle a jailli des ténèbres vers moi, j’ai cru que c’était mon pire cauchemar qui me fonçait dessus. J’ai hurlé, mais le vent a emporté mon cri, et il n’y avait personne là-bas pour m’aider, le genre de situation qu’elle aimait particulièrement. On s’est battues, avec les mains et les pieds. Elle m’a tiré les cheveux, mais moi aussi je la tenais par les cheveux, parce que je suis loin d’être idiote. C’était comme dans Vendredi 13 (le premier ou deuxième épisode). Si seulement j’avais pu lui arracher la tête et faire jaillir un geyser de faux sang ! Mais bien sûr, rien ne se passe jamais ainsi. Je me suis contentée de la bousculer. Sincère. Et ça a suffi.
Une bonne poussée et elle a disparu.
Disparue...

J’arrive toujours pas à y croire. La voilà partie dans l’obscurité, et puis les vagues l’ont avalée. C’est pas cool, ça ? Heureusement qu’une partie de moi-même se réjouit. Les choses sont très bien comme ça. J’ai rendu un grand service au monde (ou du moins à Whistlesbay). Les sales petites pestes méritent d’être punies, pas vrai ? Elles ressemblent aux nazis, elles s’en prennent aux pauvres gens isolés pour les réduire en charpie. Ce que j’ai fait n’est pas une abomination (mot formidable). Je devrais même me sentir un tout petit peu heureuse et fière de moi. Alors pourquoi ai-je l’impression de m’être fait arnaquer ? Aelita est morte en me laissant cette culpabilité, et je sais que je devrais mourir moi aussi. Ensuite, quelqu’un d’autre sur cette saleté de rocher pourra se sentir coupable à ma place. Mais ne croyez surtout pas que je compte disparaître en silence. D’abord je vais écrire cette histoire pour que tout le monde la connaisse. C’est une histoire si palpitante que je pourrais en faire un livre, et peut-être qu’elle n’aura pas l’air si moche une fois que je l’aurai mise noir sur blanc. Après tout, le fait de tuer quelqu’un ne casse pas trois pattes à un canard sur cet îlot. Nous sommes à Whistlesbay, ne l’oubliez pas, un endroit bourré de secrets dont personne n’est censé parler.
Ici, on est comme des radiateurs au mois de janvier : très chauds, que ce soit en caractère ou en relations extraconjugales. Si vous êtes citoyen britannique, vous savez que nous autres habitants de Whistlesbay avons été accusés de toutes sortes de maux. D’habitude, nous faisons porter le chapeau aux Allemands. Et moi ? Moi, je fais porter le chapeau à papa . Les problèmes ont commencé après sa mort. Non, je ne l’ai pas tué, même si je reconnais y avoir pensé. Papa était un expert sur le Passé Coupable de Whistlesbay – il gardait des boîtes remplies à ras bord de documents sur ce sujet très précis. C’est lui qui m’a dit le premier que l’histoire avait la mauvaise habitude de se répéter, et lui-même avait la mauvaise habitude d’avoir toujours raison. Maman, en revanche, ne s’y est jamais intéressée, ce qui était/est un peu un problème. Maman ne fait pas grand cas des événements de la vie réelle, elle répète que les journaux sont beaucoup trop déprimants. Elle préfère ses romans policiers, qu’on brade au mètre linéaire à la vente de charité organisée par la paroisse. C’est drôle, parce qu’elle est prude comme pas deux, elle ne dit jamais de gros mots, mais elle est prête à patauger dans l’hémoglobine et les meurtres sordides pourvu qu’ils ne soient pas réels. Pour lui faire plaisir, j’aimerais bien faire comme si rien de tout ceci n’était réel. Ma pauvre maman ! Comment vais-je m’y prendre pour lui raconter ce que j’ai fait et pourquoi ?

Si papa était toujours de ce monde, il saurait comment réagir. Il commencerait par dire qu’il faut remonter très loin dans le passé. Peut-être que si maman l’avait fait plus tôt, elle aurait vu ce qui se profilait à l’horizon. Quant à moi, si j’écris ceci pour quelqu’un, je suppose que c’est pour elle. Elle sait ce qui est arrivé à papa, et ce qui est arrivé à papa est absolument lié à ce qui est arrivé au clan Schaeffer. Tout est lié, c’est vraiment incroyable. Mais à quoi d’autre pourrait-on s’attendre sur une île aussi minuscule ? Tout le monde se connaît. Pire, tout le monde est parent avec tout le monde. Nous parlons beaucoup de partir en voyage pour découvrir le monde, mais personne ne passe jamais à l’acte. Nous restons ici et commettons de nouveau les mêmes erreurs, encore et encore. Je suis une meurtrière, mais tout n’est pas de ma faute. Je peux m’en prendre aux Allemands, je peux m’en prendre à mes parents, je peux m’en prendre aux parents de mes parents. Vous ne comprenez donc pas ? Dès qu’on connaît son histoire, elle explique tout. Il se trouve que j’étais une meurtrière avant même ma naissance.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0529s (PHP: 53% - SQL: 47%) - Requêtes SQL effectuées : 18