Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr http://forum.codelyoko.fr// Le forum officiel de CodeLyoko.Fr ! fr Molly@codelyoko.fr Molly@codelyoko.fr http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss 60 Wed, 25 May 2022 17:17:48 GMT Wed, 25 May 2022 17:17:48 GMT Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr http://forum.codelyoko.fr// En quête d'Anthéa http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301089#301089 <span style="font-style: italic">Quelques semaines après l’arrêt du supercalculateur</span> <br /> <br /> Les nuits d’Aelita étaient toujours menacées par les cauchemars. Ceux-ci n’étaient pas systématiques. Mais lorsqu’ils se produisaient, la même impression de terreur rampante qu’auparavant revenait. En cela, l’extinction de XANA et la mise à l’arrêt du supercalculateur n’avaient rien changé. <br /> La jeune adolescente de quinze ans revoyait celle qu’elle avait été enfant, dans ce chalet des Rocheuses où le malheur avait frappé une première fois. Aelita devait revivre l’impuissance, l’incompréhension de ce qui se passait. Pourquoi maman était-elle partie ? Pourquoi le chalet avait-il brûlé ? Pourquoi devait-elle prendre des cours par correspondance ? La sensation d’être une poupée ballotée par les événements était terrible. <br /> Puis était venu Lyoko, et surtout XANA. Et tout ce qui avait précédé avait dû être mis sous le tapis face à l’urgence et le danger que représentait ce programme informatique. <br /> Mais maintenant que la page XANA était tournée, que sa mission personnelle était accomplie, restaient ces vieux traumatismes aux relents de peur, de tristesse, de solitude. XANA vaincu, restait cette petite fille pleurant la disparition de sa mère et la mort de son père. <br /> Tant que le supercalculateur était resté allumé, cela avait formé une sorte de lien intangible avec Franz Hopper, et Aelita s’était accrochée à l’idée que cela lui permettrait de le retrouver. Jérémie avait par ailleurs maintes fois consolidé cet espoir. <br /> Mais il y avait une autre chose que la jeune collégienne n’avait avoué à personne, même pas à elle-même. Tout au fond de sa conscience, elle avait entretenu la folle espérance que cette machine, ce monde virtuel seraient une sorte d’étoile dans le ciel qui permettrait à sa mère de la retrouver. <br /> Désormais, tout était fini. Son père s’était sacrifié, et les probabilités de retrouver sa mère étaient infinitésimales. Pour commencer, était-elle morte ou vivante ? Incapable de répondre à cette simple question, Aelita se voyait condamnée à rester dans le flou toute sa vie. <br /> C’est pourquoi, après s’être réveillée pour la énième fois en sueur et en pleurs d’un de ses cauchemars de loup et de neige, la princesse aux cheveux roses sut que jamais elle ne pourrait supporter de vivre de cette manière. C’était tout simplement par trop intolérable. <br /> Aussi décida-t-elle à ce moment-là quelque chose qu’aucun lyokoguerrier, elle comprise, n’aurait pensé devoir faire un jour. <br /> <br /> De nuit, l’usine abandonnée avait toujours renvoyé une impression de délabrement, mais aussi de peur. C’était l’endroit parfait pour des fantômes tapis dans l’ombre, ou des monstres se glissant sans bruit entre les poutres métalliques et froides. Et en ce qui concernait Aelita, les fantômes et les monstres étaient réels en ce lieu. Des souvenirs anciens, mais aussi pour certains encore très récents, vagabondaient sans but dans cet édifice isolé ; beaucoup d’entre eux d’ailleurs étaient des événements qui ne s’étaient pas produits dans cette ligne de temps grâce au retour vers le passé. Et puis, il y avait LE monstre, tapi dans les entrailles de l’usine… <br /> Le vieux monte-charge rouillé fonctionnait comme à son habitude, et pourtant pour Aelita, tout lui paraissait différent cette nuit-là. <br /> Avant, ses amis étaient avec elle, complices, même lorsqu’elle était seule à descendre au labo à bord de cette cage brinquebalante. Mais maintenant, elle était seule : ni Odd, ni Ulrich, ni William, ni Yumi, et encore moins Jérémie, ne savaient ce qu’elle s’apprêtait à faire. <br /> Complètement seule avec sa décision, Aelita était désormais sans défense face à la vérité nue qu’elle avait pu ignorer jusque là : elle avait peur de l’usine et la détestait même depuis le retour de ses souvenirs. Cet endroit lui avait pris beaucoup trop de choses précieuses. <br /> Le faux mur disparut et après avoir entré le code sur le clavier mural, la porte blindée se déverrouilla et s’ouvrit sur la salle du supercalculateur. L’atmosphère glaciale qui ne l’avait jamais dérangée jusqu’à présent la frappa à ce moment de toute sa force, et la princesse frissonna. Lentement, la bête émergea de son socle de métal, luisant de brume gelée, laissant s’échapper des vapeurs réfrigérée. <br /> Le levier d’activation était là, face à elle. Quelques secondes, la jeune fille hésita, repassant dans sa tête toutes les raisons qui la poussaient à agir ainsi. Et toutes lui paraissaient si égoïstes, si dérisoires ! Juste pour se redonner l’espoir de revoir sa mère, elle allait rallumer ce supercalculateur de malheur ? Mais l’appel intérieur était implacable, ferme et fermé à tout contre-argument logique. Aelita avait <span style="font-style: italic">besoin</span> de savoir. <br /> « Je suis en train de commettre une énorme bêtise. » <br /> Empoignant le levier, après une grande inspiration, la collégienne aux cheveux roses rouvrit la boîte de Pandore. Une demi-seconde plus tard, le grondement caractéristique du supercalculateur se fit de nouveau entendre dans les salles du laboratoire souterrain. <br /> <br /> Dans le dortoir du collège Kadic, l’ordinateur de la chambre de Jérémie Belpois émit un signal d’alarme sonore que le garçon, pourtant endormi, reconnut entre tous pour l’avoir entendu beaucoup trop souvent ces deux dernières années. Comme sous électrochoc, le jeune génie sursauta violemment à ce son vif et brusque. Pris au dépourvu, hagard et un peu paniqué, l’adolescent se releva en catastrophe et enfila ses lunettes. Avait-il rêvé ? Était-ce une illusion auditive ? Jetant un œil sur l’écran de son ordinateur, il vit les fenêtres ouvertes qui n’y étaient pas lorsqu’il était allé se coucher. Le coeur battant, Jérémie s’assit à son bureau. <br /> « Mais qu’est-ce que c’est que ça, encore ? » <br /> Le système d’exploitation importé du laboratoire était de nouveau en marche et recevait des données. <br /> « Mais c’est pas vrai ?! Je rêve, c’est pas possible ! » <br /> Quelqu’un avait rallumé le supercalculateur. Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9620 Sabi Wed, 25 May 2022 17:12:12 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301089#301089 RE: [Fanfic] L'Engrenage http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301087#301087 <span style="color: #6E97B0"><span style="font-style: italic">(Note : Cliquer sur le lien des derniers topics vous ayant inévitablement mené ici, retrouvez le début du chapitre <a href="https://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301086#301086" class="postlink" target="_blank">en cliquant ici</a>.)</span></span> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/kycGZw1.png" width="10px" height="10px" border="0" alt="" /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/bR14bv9.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/bR14bv9.png"/></div> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Samedi 09 Février 2013</span> <br /> <br /> En près de six mois, Mathilde n’avait pour ainsi dire pas avancé dans son projet. Sa condition lui donnant des avantages proportionnels à son handicap, anticiper les choses par rapport à ça n’était pas évident. Toutefois, au fil de ses sorties à l’air libre, elle cernait un peu plus cet aspect, dans ses bons comme ses mauvais côtés. L’équation « avantage = inconvénient » ne la quittait pas. <br /> Au cours du reste de l’année 2012, elle s’était rendue compte d’une compte : l’intervalle de temps entre ses « recharges » dans la mer numérique s’allongeaient, par rapport à ses débuts. Son esprit virtuel qui avait perduré se délitait, lentement et sûrement. Plus que ça, elle <span style="font-style: italic">sentait</span> – peut-être par un léger biais hypocondriaque – que sa structure virtuelle était instable. <br /> Pour le début de l’année 2013, elle opéra ses sorties avec beaucoup plus de prudence, raccourcissant celles-ci à l’essentielle mise à jour de ses informations, et surtout en n’attendant plus de tomber à sec. Cette modulation de rythme lui permit de reprendre conscience trois fois pour le mois de janvier. Malheureusement, ce n’était pas assez, de son point de vue, car elle n’avait aucun contrôle sur le moment où elle émergeait après une recharge et son temps de sortie était trop court pour faire quoi que ce soit de constructif. Il lui fallait adopter une solution plus durable. <br /> Le parasitage. <br /> Elle avait poussé plus loin ses expériences de possession des diverses créatures apparaissant parfois sur Tron. Outre les possibilités d’interaction étendues avec le monde virtuel, elle avait surtout remarqué qu’elle ne perdait presque pas d’énergie au cours de la manœuvre. Elle en avait déduit que seule la prise de contrôle en exigeait, la durée de parasitage laissant sa jauge intacte. Néanmoins, les monstres avaient beau être commodes, ils n’étaient que peu pratiques. <br /> Un corps bipède était indispensable. Un véritable avatar d’être humain. <br /> Le problème suivant se posa alors naturellement : qui posséder ? Le groupe d’intrus qui venait depuis peu était trop risqué, elle ne connaissait rien d’eux. Les Gardiens de Tron étaient, à sa connaissance, trop encadrés et surveillés. En revanche, un testeur de casque… Bien sûr, elle ignorait si ses capacités lui permettraient vraiment de « voler » un avatar, d’où l’importance de vérifier d’abord. Cela tombait bien, il y avait un petit nouveau sur Tron et Mathilde n’avait pas manqué de relever la date de sa prochaine virtualisation dans la base de données, lors de sa dernière sortie, qui avait été si brève que son temps de recharge avait été très court et pile dans le bon timing. <br /> Ainsi, elle se retrouva à vagabonder devant la porte du Noyau, dans la carcasse informe d’une toute petite créature aux pattes qui inspiraient celles d’un insecte rampant. Pendant un moment, elle eut peur que l’accès ne s’ouvre jamais, son plan de test imposant qu’elle soit déjà sur place lors de la virtualisation de son futur pantin. Panique dans le vent, car une secousse parcourut Tron et ouvrit l’iris, qui lui permit d’accéder à la salle de toutes les convoitises. <br /> Enfin, après une nouvelle phase d’attente usante, la structure en fil de fer blanc de Léo Chevalier commença à se matérialiser dans les airs, sur sa gauche. Le grésillement, heureusement, l’alerta de cette arrivée. Immédiatement, elle abandonna l’espèce de cancrelat qui lui avait servi à venir et fonça sur sa cible, droit dans son dos. <br /> A peine l’avatar blanc eut-il fini de se constituer que la fille fantôme s’y introduisit. La procédure se déroula comme avec les créatures virtuelles. Peut-être sentit-elle une résistance inconsciente plus solide dans la prise de contrôle mais son pouvoir en riait. Après quoi, elle s’écrasa au sol dans son corps tout neuf. <br /> <br /> De longues minutes plus tard, elle évoluait tranquillement dans son nouveau moyen de transport, lance contre épaule, qu’elle avait fait apparaître par amusement et parce que la base de donnée mentionnait cette possibilité. Comme prévu, il n’y avait eu aucune réaction du côté de Tyron, d’autant plus qu’elle n’avait pas tenté de naviguer sur l’interface dans ce nouvel état. Elle pouvait donc expérimenter en toute tranquillité. <br /> C’était idiot à dire mais retrouver la sensation de posséder une masse, dans un corps adapté à son esprit, était très agréable. Mathilde éprouva un ravissement inattendu au fait d’avoir à nouveau la possibilité d’utiliser ses mains. En ce sens, l’arme qu’elle avait générée fut source d’un certain retour aux plaisirs simples. Dans tous les cas, la possession d’un avatar humain ne semblait poser aucun souci, sur le plan global, à part peut-être le fait que la morphologie du sujet n’était pas entièrement adaptée à ce qu’elle connaissait mais c’était une question de pratique. <br /> En parlant de pratique, il était temps de penser à des choses plus concrètes. Son test était concluant, ce qui la sauvegardait d’une disparition inopinée et élargissait ses possibilités d’action. Elle allait- <br /> <span style="font-style: italic">KRIIIIIIIIII !</span> <br /> Son sursaut lui fit lâcher la lance. Près de l’entrée du Noyau, duquel elle ne s’était finalement pas éloigné, un étrange véhicule à quatre roues sur bras, au design digne d’un jouet pour enfant, venait de se stationner. Des intrus. Ce devait être la raison de la présence de celui qu’elle avait parasité. Tandis que trois avatars se matérialisèrent devant le moyen de transport et prirent un instant pour bavarder, son cerveau tourna à plein régime. Au bout du compte, elle décida de ramasser son arme et de s’élancer sur eux. Si elle ne les attaquait pas, Tyron et son équipe flaireraient qu’il se passait quelque chose avec leur testeur. Par ailleurs, elle avait, à moyen terme jusqu’à atteinte de son but, un intérêt à défendre Tron et son supercalculateur, puisqu’il la maintenait en vie. <br /> Le trio avançait tranquillement sur la passerelle menant au centre du monde virtuel. Sa présence n’avait pas encore été détectée car, curieusement, elle n’émettait aucun bruit en approchant. Pourtant, elle courrait à toute vitesse mais ses foulées ne produisaient aucun claquement. C’était comme si elle prenait appui sur l’air plutôt que sur le sol. Dans tous les cas, avant d’arriver à portée, une nouvelle décision était à prendre : qui attaquer par surprise ? Par solidarité féminine, elle mit de côté l’avatar à dominante rose. Ne restait plus qu’à trancher, ou plutôt transpercer dans le cas présent, entre le type en noir et celui en violet. <br /> - Arrrrgh ! <br /> Mathilde avait embroché ce dernier, en raison de sa queue de chat. Elle préférait les canidés. Ses deux compagnons eurent des réactions très différentes. La première se contenta d’arborer un air choqué en criant une curieuse onomatopée. Le second jura tout en faisant apparaître une large arme contondante, pour ensuite se jeter sur elle. <br /> - Fonce ! cria-t-il au cours du processus. <br /> N’ayant aucune expérience au combat et ne maniant le javelot que depuis quelques minutes, la jeune fille savait qu’elle ne risquait pas de briller au cours de la passe d’armes. De fait, elle compensa en cherchant à tenir en respect son assaillant grâce à des attaques d’estoc. Par chance, elle avait eu le temps de se remettre en garde après son coup en traître. Hélas, les choses se compliquèrent rapidement lorsque son adversaire révéla sa capacité à se transformer en amas fumeux. Se glissant dans son dos, il tenta de lui porter un coup fatal mais se trouva gêné par la cape de ce dernier, qui s’était soulevée du fait des mouvements offensifs de Mathilde vers l’avant, faits dans le vide. Le fil de sa lame, au lieu de se tailler la part du lion, se contenta d’en égratigner la surface. <br /> Durant les quelques instants où les dommages virtuels se manifestèrent sur l’avatar volé, par les étincelles caractéristiques, l’ancienne testeuse se sentit tout chose. C’était comme si elle faisait une chute de tension, ou s’apprêtait à faire une crise d’hypoglycémie. Après quoi, la sensation s’évapora. Elle se remit en garde, à l’instar de son ennemi. Des pensées paniquées se bousculaient dans sa tête. <br /> « Qu’est-ce que c’était que ça ? » <br /> La réponse lui vint instinctivement : en possédant un corps virtuel, elle liait étroitement son sort avec celui-ci. S’il était dévirtualisé, elle risquait de subir le même sort… sauf qu’elle n’avait plus de corps l’attendant à l’arrivée. <br /> La crainte déclencha un regain d’agressivité chez elle qui se manifesta par des attaques hargneuses à la pointe de la lance ; parées, déviées ou esquivées par le garçon à la grande épée. La séquence d’attaque aboutit à la même manœuvre que plus tôt : l’intrus s’enfuma à nouveau, pour prendre de la distance cette fois. Espérant ce moment, Mathilde ne se fit pas prier et profita de l’intervalle pour s’extirper – littéralement – de ce guêpier. Une seconde plus tard, elle se jetait dans la fosse bordant le Noyau, direction la mer numérique. <br /> <br /> Son adversaire ne releva pas, lorsqu’il se reforma, le bref éclat orangé dans le coin de son œil. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Lundi 11 Mars 2013</span> <br /> <br /> Rien n’avançait. Aucune nouvelle information, ni d’évolution dans le projet de revanche envers Tyron. Elle n’avait plus tenté de voler un avatar, dissuadée par le risque de disparition et ne sachant trop ce qu’elle pourrait en faire. Sa sortie du jour avait été aussi brève qu’écourtée. Dans les profondeurs obscures de la mer numérique, l’esprit orangé dérivait, tel une méduse, suivant le même modèle au niveau de la pensée. Le désemparement dominait. <br /> « Peut-être que tout ça, tout ce que je fais, est vain, finalement… ». <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mardi 26 Mars 2013</span> <br /> <br /> Tron avait vécu deux jours bien remplis, avec la mêlée générale entre monstres et Gardiens la veille, puis l’entrevue de Tyron avec les intrus le jour-même. Ducroc, bien qu’éveillée, n’avait pu prendre part à aucun des deux événements mais s’était donné le temps de rattraper son retard dans les jours suivants. <br /> L’échange avec le groupe envahisseur avait été enregistré et archivé dans la base de données du monde virtuel. Si Tyron n’avait pas pris au sérieux les avertissements à propos de Xana, ce ne fut pas le cas de son ancienne testeuse. Elle était extrêmement bien placée pour savoir que l’existence de l’intelligence artificielle était avérée, puisque c’était à elle que les monstres qu’elle utilisait régulièrement appartenaient. Ce n’était donc pas un nom de code propre interne à la <span style="font-style: italic">Deckard.Inc.</span> <br /> Son sens des responsabilités fut grandement inquiété par ces nouvelles, notamment sur le volet « prise de contrôle du Réseau ». De plus, après des mois à vagabonder sur Tron, elle ne s’était pas doutée de la présence d’une telle entité. Qu’en était-il de l’inverse : Xana savait-il pour Mathilde ? L’observait-il ? D’un seul coup, se confiance en ses pouvoirs de dissimulation s’effrita. <br /> Quoique… <br /> La confirmation venait seulement de tomber, un peu par conjonction heureuse des événements. Il n’y avait aucune raison pour qu’il sache pour elle, d’autant plus qu’elle n’avait pas spécialement fait de vagues. Bien sûr, il y avait les monstres mais elle était certaine qu’ils constituaient des unités autonomes préprogrammées. Les chances pour qu’elle lui soit restée invisible, ou floue dans le pire des cas, était élevée finalement. Cela étant, la question méritait d’être creusée. Accumuler des informations était sa spécialité et, sans nul doute, sa meilleure arme. Autant en profiter pour assurer les arrières. <br /> Perdue dans le flot de sa réflexion et de la mer numérique, une idée la traversa, dû au fait qu’elle ait repensé à toutes les créatures virtuelles rencontrées jusque-là, notamment… le poisson aux énormes mâchoires ! Il devait forcément venir de Xana. Elle n’avait pas tellement ressassé le moment où elle avait perdu son corps mais si cette observation se vérifiait, alors l’intelligence artificielle était la responsable directe de son état actuel. <br /> Sa rancune, jusque-là exclusive à Tyron, céda une part à Xana. Il fallait l’empêcher de nuire encore plus. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mardi 07 Mai 2013</span> <br /> <br /> Avec la découverte de Xana, Mathilde devait reconstituer son stock d’informations et, surtout, réviser ses objectifs. Avec des temps de repos allant croissant, l’efficacité devenait le maître-mot. Elle vivait avec le sentiment constant qu’elle pouvait disparaître à tout moment. Pour autant, elle choisit de continuer à opérer seule, en fantôme. De toute façon, elle n’avait pas recroisé d’intrus depuis un mois, probablement devait-elle être en recharge pendant leurs derniers passages. Même si prendre contact avec eux devenait sa meilleure option, elle tenait à conserver sa survie secrète le plus longtemps possible. Un tel atout était souvent à usage unique, malheureusement. <br /> Au cours de ses dernières sorties, elle avait creusé dans toutes les directions possibles, sur toutes les ressources disponibles, à propos de Xana comme de Tyron et son monde virtuel. Son expédition du jour, dans une tour, fut rapide mais surtout la dernière. Elle estimait avoir fait le tour de ses sujets. Ne restait plus qu’à passer à l’acte, après le prochain réveil bien sûr. Encore fallait-il choisir le moment propice… <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mercredi 22 Mai 2013</span> <br /> <br /> Les notions d’attente et de patience avaient été redéfinies en atteignant le stade ectoplasmique. Mathilde se figurait que guetter une occasion risquait de la faire mourir d’ennui. Elle s’était trompée. Seules ses facultés mentales avaient été affectées durant le processus, à force de faire le vide et d’être dans un état second en quasi-permanence. <br /> Les intrus étaient revenus par deux fois depuis qu’elle tenait sa garde, pour deux échauffourées avec les forces de Tyron. Elle n’en avait rien fait mais avait relevé qu’ils utilisaient un sous-marin virtuel pour se rendre sur Tron. Ce pourquoi elle se plaça, par la suite, de façon plus stratégique dans son milieu désormais naturel. <br /> Puis vint une curieuse troisième intrusion via le véhicule amphibie, réalisée par une personne isolée. Celle-ci, une fois débarquée sur l’anneau, ne prit pas la direction du centre de Tron mais du bord… pour se jeter dans le vide ! Désarçonnée par cette attitude, Mathilde réagit immédiatement, son conditionnement mental à « attendre le bon moment » aidant : elle s’imposa de force dans l’avatar suicidaire, qui visiblement n’avait plus besoin de son corps. Contrairement à son test de possession humaine, elle eut plus de mal à prendre les commandes. L’opposition était anormalement forte mais elle la surmonta juste avant l’eau ne soit atteinte. <br /> « Mais qu’est-ce qu’il se passe ?! » entendit-elle alors résonner dans sa nouvelle tête, quelques secondes après immersion. « Xana ? » <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/bR14bv9.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/bR14bv9.png"/></div> <br /> <br /> « Si je résume bien, tu as décidé de faire confiance à une entité qui t’encourage à penser autrement que par toi-même ? <br /> - Très caricaturale comme formulation, sans le contexte. C’est plus compliqué que ça. <br /> - Ne t’aventure pas sur ce terrain-là avec moi, je te rappelle que je suis techniquement morte. <br /> - Grmf. <br /> - Mais je te comprends sur certains trucs, notamment pour notre ami commun Tyron. » <br /> Mathilde avait mené le corps de Chris dans les structures flottantes les plus hautes de Tron, à la suite d’essais de vol laborieux. Même s’ils auraient pu rester tranquillement à barboter dans la mer, Xana ne devait pas être très heureux de s’être fait voler sa proie. Il était susceptible de leur envoyer des bancs de poissons. Cela faisait de longues heures qu’ils discutaient. L’échange avait été instructif mais surtout constructif, puisque le garçon semblait avoir perdu l’envie de rallier Xana. Le coup de tête devait lui être passé. <br /> « Et maintenant, qu’est-ce que tu vas faire de moi ? <br /> - Je ne te cache pas que j’ai besoin de ton enveloppe virtuelle, surtout maintenant que mon invisibilité est compromise. <br /> - Pas auprès de Tyron. <br /> - Oui mais ce n’est plus la priorité. Xana semble avoir un plan global incompréhensible et tes potes ne semblent pas trop au courant. <br /> - Ce ne sont pas mes amis. Et je dirais plutôt qu’ils sont au courant, sauf qu’ils ne se mettent pas trop la pression dessus vu qu’ils comptent détruire le supercalculateur de Tyron. <br /> - Même avec toi qui est parti te noyer ? <br /> - Euh… oui. Il faudra qu’on trouve un moyen d’arranger ça. Sans moyen de contact direct ça va être compliqué. <br /> - Je vois. Pour revenir à ta question de base, j’aimerais te proposer de faire équipe pour régler nos différends avec Xana et Tyron. Vu que tu étais prêt à collaborer avec une intelligence artificielle, je présume que je fais l’affaire. Je serai la tête, toi les muscles. <br /> - Pourquoi me proposer alors que tu peux me faire faire ce que tu veux ? » <br /> Il avait répondu avec une espèce d’ironie résignée, tout en ignorant l’insulte. Le bonhomme ne devait pas être un rigolo. <br /> « Hé, j’ai une morale ! D’ailleurs, en théorie, je peux lâcher les commandes de ton corps sans le quitter. Tu te doutes que si je fais ça, c’est ce qui t’a poussé à te jeter dans la mer numérique qui reprendra la main. Je ne l’ai pas fait disparaître même si mon pouvoir le supplante. Enfin, ça ne fera jamais que la deuxième fois que tu seras entièrement sous mon joug, tu vas t’habituer. <br /> - Pardon ?! <br /> - Je t’expliquerai plus tard. Cela dit, il y a quelque chose de bizarre : la dernière fois on ne pouvait pas communiquer et si j’en crois ta réaction, tu ne devais pas être resté conscient. Alors pourquoi ? » <br /> Chris – c’était le nom du repêché – prit un instant pour réfléchir. <br /> « Peut-être parce que les conditions ne sont pas tout à fait pareilles ? Enfin, je ne sais pas. Je ne te cache pas que ça m’est déjà arrivé une fois d’être possédé en restant conscient, donc ça ne me surprend pas plus que ça… <br /> - Tu as des problèmes à ce que j’entends. <br /> - Des tas. » <br /> Un ange intérieur passa. <br /> « D’accord pour faire équipe. <br /> - Cool, tu ne le regretteras pas ! Du coup, recentrons-nous sur le plan de Xana : est-ce que tu as… des pistes ? » <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mardi 28 Mai 2013</span> <br /> <br /> En cinq jours, le duo-en-un avança énormément. L’absence de nécessité biologique permettait de dégager un temps assez incroyable, leur laissant même le luxe de bavarder et s’ennuyer. L’occasion pour Chris de se rendre compte que son monde était définitivement petit, lorsqu’il apprit le nom de sa bienfaitrice. <br /> Leur programme se segmenta entre rondes sur Tron, récolte d’informations et entraînement dans l’utilisation de l’avatar. Rien ne vint les perturber, que ce soit du côté de Tyron ou de Xana, dont les monstres étaient les grands absents de Tron. Le programme semblait avoir renoncé trop facilement au kadicien, ce qui n’était pas rassurant en soi mais permettait d’avoir le champ libre pour investiguer. Pourtant, l’avatar au visage brûlé – et désormais entouré d’une aura orangée perpétuelle – était tranquillement assis en tailleur dans un coin quelconque du monde virtuel, l’air contrarié. <br /> <span style="color: #f6a730">- Quelle galère…</span> <br /> La voix qui émanait était celle, féminine, de Mathilde, ce qui donnait l’impression d’un mauvais doublage en regard de la stature de Chris. <br /> « C’est sûr qu’on ne s’attendait pas à une interférence pareille », commenta son hôte en pensée. <br /> <span style="color: #f6a730">- Chris, qu’est-ce que je t’ai dit à propos de faire le malin ?</span> <br /> « De pas faire le malin », grommela-t-il en retour. <br /> Depuis qu’il n’avait plus aucune emprise sur ses mouvements, le jeune homme, pourtant peu loquace de base, avait légèrement développé son sens du commentaire ironique et du jeu de mot contextuel. D’ordinaire bon public, celle qui le parasitait était parfois excédée de ses tentatives navrantes d’humour, qui témoignaient d’un manque d’expérience en la matière. <br /> « Plus sérieusement : on fait quoi maintenant ? » <br /> Plus tôt, ils avaient déniché une entrée pour le souterrain de Tron et décidé de partir à sa découverte, dans l’optique d’en trouver la tour et d’y monter la garde, en attendant la destruction de la machine générant Tron. Bien sûr, ils étaient partis du principe que le message aux camarades de Kadic de Chris, par le biais de son oncle, était correctement passé. <br /> Hélas, l’exploration du dédale tourna mal en cinq minutes, puisque Mathilde se mit littéralement à <span style="font-style: italic">buguer</span>, lui faisant avoir des mouvements désynchronisés avec l’avatar. Aussi, le contrôle de ce dernier manqua de lui échapper, au profit du programme implanté par les tentacules de Xana. Ce fut comme si un aspirateur vers le néant tentait de l’emporter. Finalement, elle était parvenue à ressortir tant bien que mal, en panique et avant même que la structure de Tron ne se remodèle. <br /> Pour répondre à son allié, Ducroc repassa au mode non-oral : <br /> « On peut toujours monter la garde en surface et empêcher les intrus d’entrer dans le labyrinthe mais vu la taille de Tron, c’est peine perdue. Déjà qu’on a trouvé un accès naturellement formé avant l’entrée officielle… » <br /> Chris sentit dans son timbre mental que l’événement l’avait affectée. Les interférences électromagnétiques avaient toujours existé sur la surface praticable de Tron mais semblaient plus intenses dans ses entrailles. La jeune fille, qui pensait être débarrassée de ce handicap en perdant son enveloppe charnelle, avait subi un dur retour à la réalité. En conséquence, elle avait théorisé que la dégradation progressive de son état spectral devait venir de ces fameuses interférences. Le parasitage ne l’en prémunissait en rien et impliquait de ne pas s’exposer à des doses aussi fortes que celles du souterrain. <br /> «  L’idée est bonne pourtant, répondit White. Pourquoi ne surveillerait-on pas juste l’accès par la mer ? Avec mon cas, on sait que même si Xana trouve quelqu’un pour lui rendre son service, il viendra forcément de là. <br /> - C’est vrai. » <br /> Elle se tut après cette réponse sobre, pour réflexion supplémentaire. <br /> « Ça ne suffira pas. Il y a encore trop de paramètres qu’on ne connaît pas malgré notre préparation. Regarde pour les interférences : ce n’était pas précisé dans la base qu’on a consultée. On doit trouver d’autres options pour parer à toute éventualité. Si intercepter totalement la réalisation du plan de Xana n’est pas possible, alors il faut attaquer sur plusieurs fronts. On a besoin de soutien. <br /> - Je vois où tu veux en venir… <br /> - Heureusement pour toi, tu ne pourras pas leur parler. <br /> - Encore faut-il trouver le moyen de les contacter directement. <br /> - La dernière fois, le but était d’agir vite pour aplanir la situation. Je n’y pense que maintenant mais si je ne me trompe pas, les tours de Tron recèlent des archives sur l’activité du monde virtuel, notamment les intrusions. Si ce n’est que pour envoyer un message, de simples données de signal devraient suffire. Quand ce sera fait, il faudra qu’on retourne à la pêche aux informations dans le Noyau, vu qu’on a concentré nos efforts sur le virtuel jusque-là. Autant ne pas revenir les mains vides. » <br /> Bien qu’il n’ait plus le contrôle sur sa gorge, Chris valida par un bruit en provenant. <br /> « Tu me suis ? <br /> - Toujours. » <br /> Le regain de motivation engendré par l’échange conféra à l’avatar multiplement parasité l’énergie de se lever et de s’envoler, vers une nouvelle épreuve de destins liés. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">À suivre : La cité des rouages</span> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=7552 Zéphyr Mon, 16 May 2022 17:46:58 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301087#301087 RE: [Fanfic] L'Engrenage http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301086#301086 <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"><span style="color: darkred"><span style="font-weight: bold">Ikorih</span></span>, ton commentaire me force à faire appel à quelques <span style="font-style: italic">renforts</span>. Comme j’ai enchaîné deux 4 et un 5 (le pire étant que… j’ai vraiment jeté un dé pour voir), toutes les troupes de ce commentaire ce déploieront, impossible de tirer-au-flanc donc. <br /> <br /> Un rapide mot sur le débat des Lyokô-guerriers : je pense que cela se sent, mais j’adore écrire ce genre d’échange sur le mode « réflexion/décision de groupe ». Elles permettent beaucoup de mises en perspective et de remises en question des personnages et leurs décisions. Cela étant, c’est souvent beaucoup de blabla pour peu d’action, ou plutôt peu de possibilité d’action (cf. cas de William). L’histoire va-t-elle encore se répéter ? <br /> <br /> Content que ce retour côté Tyron t’ait plu ! Ce n’était pas prévu pour être aussi développé, mais je me suis laissé prendre au jeu, ce qui a permis finalement d’idéalement temporiser une période assurément transitoire (ce que tu soulignes dans la partie « Rythme »). <br /> Lysandre avait effectivement été très peu développé jusque-là : brièvement introduit au chapitre 15 dont le titre le désigne directement, ironiquement (j’ai foi en ta culture pour saisir ce que je veux dire), il est indirectement caractérisé via le point de vue de Léo, avant de participer à une séquence baston au chapitre 20. Rien de très travaillé donc. Je pense avoir un peu rectifié le tir ici, ce qui paradoxalement l’a rendu plus développé que son camarade Chevalier. <br /> Je n’ai rien à rajouter par rapport à la thématique du masque, je pense exactement pareil. Vis-à-vis de la personnalité de Lysandre, sans aller jusqu’à utiliser moi-même le terme de « monstre », je dirais plutôt que, pour le cas que tu décris, le personnage préfère continuer que de se dire que tout ce qu’il a fait n’a mené nulle part. Une forme de résolution résignée, qui ne tient pas compte des conséquences, comme tu le soulignes. <br /> <br /> </span> <table width="90%" cellspacing="1" cellpadding="3" border="0" align="center"> <tr> <td><span class="genmed"><b>Citation:</b></span></td> </tr> <tr> <td class="quote">il ne paraît pas déconnant de dire qu'il [Xana] a pu passer par le casque pour infecter les testeurs</td> </tr> </table> <span class="postbody"> <br /> <br /> Je confirme que c’est cela, du moins dans mon idée de base. Comme je ne pense pas verbaliser ce point dans le texte, je me permets de le glisser comme ça. <br /> <br /> Pour le reste, je peux difficilement dire plus, le chapitre 24 va éclairer pas mal de points de scénario. <br /> <br /> Merci d’avoir <span style="font-style: italic">tenu la position</span> pour ce commentaire ! Je prie pour que cette suite ne te démoralise pas. <br /> <br /> <br /> Comme je le disais le mois dernier, nous y voilà, le moment que je redoute un peu. Le stade de l’histoire où je ne suis pas totalement sûr de mes choix scénaristiques et de ma mise en scène narrative. J’en profite d’ailleurs pour avertir que, outre la longueur totale du chapitre, qui explose le record détenu par le chapitre 13, celui-ci est très largement descriptif, encore plus que ce à quoi j’ai pu habituer. <br /> <br /> À défaut que tout cet ensemble soit digeste, je l’espère au moins plaisant ! Bonne lecture !</div> </div> </div> <br /> <br /> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"><div align="center"><img src="https://i.imgur.com/N90z37H.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/N90z37H.png"/></div> <br /> <br /> <span style="font-family: Calibri"><span style="font-size: 14px; line-height: normal">Lysandre, un des deux testeurs actuels du casque de virtualisation de Tyron, fait des rêves étranges, à l’instar de son homologue Léo. En conséquence, il mène une investigation personnelle afin de mettre à jour l’existence de souterrains sur Tron. <br /> Parvenant à confirmer cet état de fait, il manipule une Pisteuse, Tiffany, afin qu’elle explore pour lui ces parties inconnues. L’expédition tourne apparemment mal puisqu’au retour sur Terre, Lysandre apprend que sa camarade est tombée dans la mer numérique. <br /> <br /> Tyron exige alors des explications de la part de son testeur, avant d’éclairer sa lanterne à la suite de son récit. L’anneau de Tron recèle en réalité un labyrinthe imperméable aux communications et autres capacités perceptives, reliquat de la version précédente du monde virtuel. Ces informations suffisent à faire les affaires de Lysandre, en dépit du remords par rapport à son erreur fatale. <br /> <br /> À Kadic, la défection soudaine de Chris place ceux qu’il a laissé derrière dans une situation délicate, mais surtout confuse. C’est à la suite d’un message de rendez-vous pour le moins douteux que les Lyokô-guerriers décident d’aller à la rencontre de celui qui a rejoint le camp de Xana. <br /> <br /> Sur place, s’ils sont bel et bien accueillis par l’avatar de leur camarade, celui-ci prétend s’appeler Mathilde...</span></span></div> </div> </div> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/lEE0pVw.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/lEE0pVw.png"/></div> <br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Dimanche 25 Décembre 2011</span> <br /> <br /> Xana était incontestablement au faîte de sa puissance. Le nombre de supercalculateurs dont il s’emparait allait croissant, et il consacrait une bonne partie de son énergie à la concrétisation de ses objectifs de conquête. Pour autant, certaines lignes de son complexe code calculaient pour lui les probabilités qu’il perde tout en un instant. Le résultat lui déplaisait. Tant que son concepteur restait dans l’équation, il n’était pas à l’abri de l’élimination totale. <br /> Cette réflexion le poussa à tout mettre en œuvre pour débusquer l’architecte de Lyokô, afin de s’en débarrasser. Les résultats étaient peu probants, même lorsqu’il mettait les gros moyens, comme récemment avec sa bulle virtuelle – il devrait combler le manque d’information qui avait causé son échec, d’ailleurs. <br /> Pendant qu’il continuait d’échouer, ses adversaires, eux, suivaient ses traces dans le Réseau, augmentant leurs chances de décrocher une information cruciale à son sujet. Franz Hopper n’attendait que ce moment pour leur donner un coup de pouce, sa condition virtuelle lui donnant tout le temps pour ourdir un retour explosif. <br /> L’intelligence artificielle ne pouvait se le permettre. <br /> <br /> Aussi se mit-elle naturellement à la recherche de nouvelles options. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mercredi 11 Janvier 2012</span> <br /> <br /> Les actionnaires principaux de la <span style="font-style: italic">Deckard.Inc</span> ainsi que son PDG, Alan Meyer, se tenaient debout face à la machine qui leur avait tant coûté. Dos à cette dernière, donc face à eux, son concepteur, Tyron Lowel. Il avait respecté le code vestimentaire en mettant le costume-nœud papillon de mise pour un tel événement, mais avait gardé sa blouse de scientifique pour rappeler sa fonction à tous. <br /> - Le calendrier maya s’arrêterait à l’année 2012 selon les légendes urbaines en vogue, démarra-t-il. J’aime à penser qu’il ne s’agit que d’une métaphore et que cela fait référence à la fin du monde tel qu’il est connu jusque-là. Le supercalculateur et son univers virtuel que nous avons patiemment assemblés sont les pionniers d’une nouvelle ère qui deviendra peut-être le futur, ou du moins la norme de notre société. Je suis heureux que vous soyez ici pour assister au démarrage de ce qui je l’espère, sera le point de départ de nos révolutions technologiques à venir ; notre héritage : Tron. <br /> Fier de sa référence contemporaine, l’homme fit signe à son plus proche collaborateur, le professeur Bernard à l’immaculée blouse. La machine quantique fut allumée. Un éclat de lumière plus tard, des applaudissements résonnèrent dans la pièce souterraine. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Vendredi 13 Janvier 2012</span> <br /> <br /> L’émergence de Tron dans l’océan numérique du Réseau ne passa pas inaperçu pour Xana. Comme il l’avait fait pour chaque supercalculateur avant celui-ci, il entama une phase d’analyse et d’observation. <br /> Bien vite, il se rendit compte de la nature particulière de Tron. La machine qui le générait était à peu de choses près conçue de la même façon que celle de Lyokô. Il ne fallut pas énormément d’efforts en excavation au programme pour découvrir l’homme derrière tout ça : Tyron Lowel, ancien assistant de Waldo Schaeffer au temps du projet Carthage. De surcroît, il était soutenu par une multinationale et un personnel humain conséquent. <br /> <br /> Ces données changeaient beaucoup de choses : hors de question de foncer pour s’emparer de ce supercalculateur par la force, à moins de vouloir s’empêtrer dans une situation complexe. Il était temps de faire preuve d’adresse. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Vendredi 24 Janvier 2012</span> <br /> <br /> Finalement, la solution était relativement simple. Tron allait devenir une solution de repli. Dans le cas où Hopper serait en mesure de renverser la vapeur de la guerre virtuelle qu’il menait, comme Xana le craignait, créer un troisième front deviendrait inévitable. Par-là, cela signifiait : concentrer l’attention sur ce nouveau monde virtuel, afin de faire de leurs propriétaires des belligérants et diminuer la surface d’attention sur le virus. Évidemment, le risque était de se retrouver à deux contre un. Néanmoins, les recherches et calculs de l’intelligence artificielle tendaient à renforcer l’hypothèse qu’une confrontation impliquant deux anciens du projet Carthage, chacun avec de nouveaux intérêts à défendre, les verrait plus se mettre des bâtons dans les roues que s’entraider. <br /> De fait, Xana avait d’ores et déjà subtilement investi Tron, en aidant discrètement au renforcement de ses systèmes de défense, tapi dans l’ombre. Une étape plus simple que prévue, grâce à l’ego humain qui faisait des miracles. Bien qu’il fasse le nécessaire pour que ses actions ne soulèvent pas le moindre soupçon, ses calculs n’avaient pas prévu une efficacité aussi remarquable. Ses furtives possessions-éclair et autres petits coups de pouce par réécriture de données en douce étaient automatiquement attribués à la fièvre créatrice et aux génies des équipes s’occupant du supercalculateur. <br /> Grâce à ça, Tron était devenu ardu à détruire à distance, sans passer par le biais virtuel direct. <br /> Cette fois, le programme au nom original était paré à toute éventualité. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mercredi 1er Février 2012</span> <br /> <br /> Xana venait de se faire arracher son bras armé humain. Toutefois, de son point de vue, c’était une perte qui valait le coup en regard de l’erreur que ses ennemis avaient commise. Ils lui avaient révélé qu’ils concevaient un programme multi-agents pour l’éliminer. Loin d’être assez puissant au moment de leur test, le facteur Hopper rendait le potentiel de la chose très dangereux. <br /> Ce signe inquiétant suffisait largement. Le plan de repli qu’il avait envisagé allait devoir subir un remaniement... et il allait également devoir commencer à anticiper l’après. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mercredi 08 Février 2012</span> <br /> <br /> La situation était critique. Franz Hopper et ses ennemis étaient entrés en contact. La capacité de calcul de Xana lui cria que c’était de mauvais augure pour lui. Aussi sortit-il l’artillerie lourde : l’énergie de ses mondes virtuels fut mobilisée pour deux objectifs. La majorité servit à matérialiser sur le plan virtuel sa créature la plus dévastatrice, accompagnée de renforts aériens. Le surplus restant fut investi sur le plan terrestre, dans une possession humaine qu’il n’aurait pu effectuer en temps normal, puisque sa victime, William Dunbar, était déjà passée par le processus de virtualisation. <br /> Une fois Jérémie Belpois neutralisé, son pantin récupéré se mit au clavier et accepta un transfert de données soumis par Xana, naturellement <span style="font-style: italic">persona non grata</span> pour le hardware. Un téléchargement de dix secondes plus tard, et les mains à la vitesse irréelle entraient un programme spécial grâce à la réception toute fraîche. Lorsque les quatre autres seraient rematérialisés, de force ou non, des codes sources d’une nature particulière seraient implantés en eux. <br /> Ce programme tirait parti de la recombinaison du corps humain dans le scanner suite à son retour de la virtualité. Logiquement, la restructuration se faisait à l’identique, selon les données enregistrées à la virtualisation. Il n’était pas possible de trop altérer le processus sans activer la sécurité automatique, qui bloquait alors toute modification et enclenchait une réinitialisation de l’ensemble. Néanmoins, un simple ajout de données non-dangereuses pour la reconstruction et l’intégrité physique ne posaient aucun souci. <br /> <br /> Cette première tâche prit moins d’une minute à William. Il put ensuite se diriger au monte-charges pour la suite des réjouissances. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png"/></div> <br /> <br /> À côté du supercalculateur générant Tron, l’équipe scientifique était en plein coup de feu. Devant les divers postes de travail qui entouraient la machine principale, ils s’attelaient à contenir ou repousser, selon leurs attributions, l’attaque qu’ils essuyaient. En regard de la surchauffe sérieuse et de l’électricité statique dégagée par l’installation, la destruction de celle-ci était de toute évidence l’objectif du programme assaillant. <br /> Au bout de fastidieuses minutes, les soupirs de soulagement se firent entendre. Le pire avait été évité. <br /> Tyron débarqua quelques minutes après la guerre, et s’enquit immédiatement de la situation auprès du professeur Bernard : <br /> - Un programme multi-agents, exposa celui-ci. Il a tenté de s’infiltrer brutalement dans nos systèmes pour les ravager. Sans nos défenses et les multiples pare-feux, nous aurions réagi trop tard. <br /> - D’où venait-il ? Pourquoi nous l’a-t-on envoyé et par qui ? <br /> Le collègue du chef des opérations ne se laissait pas emporter par l’impatience exprimée. <br /> - Au vu de l’urgence de la situation, nous n’avons pas eu le temps de nous concentrer sur ces détails. Maintenant que le programme est reparti, on ne risque pas d’en savoir plus, sauf s’il revient à la charge bien sûr mais ça ne risque pas d’arriver. <br /> - En quel honneur ? <br /> Bernard fit signe à un jeune homme de l’équipe, un trentenaire propre sur lui aux courts cheveux blonds. <br /> - Voici Thibaut Fontaine, une de nos recrues rattachées à la maintenance du supercalculateur. C’est notre <span style="font-style: italic">M.V.P</span> du jour. Il s’est rendu compte que le programme obéissait à un ordre de type « <span style="font-style: italic">search and destroy</span> » et a trouvé le moyen de tromper cette partie de son codage. Pensant que sa mission chez nous était finie, il est reparti aussi sec dans le Réseau. <br /> - Impressionnant, commenta Tyron. Surtout en aussi peu de temps et avec la pression. <br /> - C’était un coup de chance, souligna le sauveur du jour avec une modestie modérée. J’ai capté les données cruciales sur le programme assaillant au moment fatidique. <br /> - Peu importe, balaya Lowel. Le talent a besoin de chance pour s’épanouir. <br /> Son collaborateur de la même tranche d’âge approuva d’une moue sans appel. <br /> - Nous suivrons votre carrière de près, jeune Fontaine. <br /> - Merci monsieur. <br /> La remarque paternaliste que Bernard crut bon de glisser à la recrue inspira à Tyron une idée qu’il ne manqua pas d’exprimer : <br /> - J’ai d’ores et déjà commencé à lancer les premiers tests autour de la virtualisation. La charge de travail s’annonce grande et avoir un élément comme vous en renfort ne serait pas de trop à l’avenir. Cela vous intéresserait-il d’y participer ? <br /> L’illumination éclairant l’ambition faciale valut toutes les réponses possibles. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png"/></div> <br /> <br /> Pour Xana, la journée avait aussi été très chargée. S’il avait bénéficié d’un corps humain, nul doute qu’il se serait effondré dans un coin. <br /> <br /> Il avait jeté toutes ses forces dans la bataille finale, mais une pression de clavier avait suffi à faire s’écrouler son empire virtuel, le forçant à trouver refuge sur Tron. Le programme multi-agent de Jérémie Belpois, programmé pour le traquer jusqu’à l’anéantir, avait permis de camoufler son parasitage complet du supercalculateur, mais avait eu le temps de lui arracher quelques plumes avant de repartir. La restauration prendrait un peu de temps, ce qui tombait bien puisqu’il allait en avoir à loisir, dans les mois à suivre. <br /> Pour survivre, il avait renoncé à sa liberté et se retrouvait à nouveau lié à une machine. L’élimination fraîche de son créateur perdait son sens dans ces conditions. Tout était à recommencer. <br /> Dans un premier temps, il allait faire profil bas, en jouant les morts auprès de ceux qui le connaissaient et en se rendant indétectable pour ceux qui l’hébergeaient sans le savoir. Dans un second temps, il recommencerait tout depuis le début, à commencer par l’échappée dans le Réseau et - <br /> C’est à ce moment précis que sa programmation – partiellement endommagée par les dernières péripéties – lui fit esquisser un schéma réflexif différent. Pourquoi emprunter encore la voie qui l’avait mené à l’échec ? Évidemment, le facteur Franz Hopper avait disparu et changeait les choses, mais ce n’était pas suffisant. Le virus devait opérer une véritable remise en question, s’il voulait réussir. Naturellement, l’idée le révulsa, car trop... humaine. Un être tel que lui, codé dans une idée d’idéal informatique, n’était pas censé envisager ce genre de chose. Pourtant... son accès à la conscience n’aurait jamais dû se produire et avait pourtant eu lieu. Au fond de lui sommeillait ce potentiel de déconstruction des pièces de puzzle de son individualité, pour les réassembler en une forme différente de la précédente, afin de la révolutionner. En bien comme en mal. <br /> Non, la remise en question n’était pas un concept à attacher à l’humanité, mais à toute forme d’intelligence développée. La sienne était artificielle, mais pas moins redoutable. Jusque-là, il s’était évertué à conquérir sa liberté puis à gagner en puissance afin de préserver celle-ci. Il était temps de voir plus loin. <br /> Xana venait de se trouver une occupation pour ses vieux jours sur Tron. <br /> L’évolution était en marche. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Jeudi 17 Mai 2012</span> <br /> <br /> Le temps, Xana se l’était accordé. Ses calculs sur son propre programme et la façon de l’emmener plus loin avaient été constructifs. <br /> <br /> Premier axe : retravailler le mode d’action. La manière forte et brutale n’avait pas suffi à s’assurer la victoire en plus de deux ans. Les hommes semblaient avoir quelque chose en plus, a priori suffisant pour le surclasser. Des jours durant, il absorba des données sur le comportement humain et la psychologie. Cette étude, finalement, lui servit autant pour son auto-analyse que pour sa base d’informations. Il n’agissait pas de façon assez précise, prenait parfois trop de détours mais surtout, avait une tendance légèrement marquée à se mettre en scène de façon impressionnante. Il chercha l’origine de ce travers : Hopper, comme il fallait s’y attendre. Probablement voulait-il le rendre intimidant auprès de ses ennemis. Il ne le saurait jamais. Ce trait appartenait à sa programmation originelle, il ne pourrait pas le contourner aussi aisément. En avoir conscience constituait néanmoins un avantage. Peut-être même pourrait-il en tirer parti… <br /> Il finit par mettre des mots sur les points qu’il devait développer : subtilité, pondération, mesure et vision d’ensemble. <br /> Ces principes, ils n’étaient pas hors de la portée technique ou de la compréhension de Xana. Il les avait appliqués au moment où il avait commencé à s’intéresser à Tron. Sa discrétion avait été absolue et il n’avait pas agi contre le groupe de Tyron Lowel, comme il avait pu le faire auprès des groupuscules entretenant les supercalculateurs dont il s’était emparé à l’époque. Cela lui avait valu des bénéfices : personne ne l’avait repéré, ses ennemis le croyaient toujours anéanti et il préparait doucement ses projets à venir. Certes, il n’avançait pas à la vitesse que lui aurait permis son potentiel de calcul mais c’était là tout l’intérêt de cette façon de procéder. <br /> Le virus eut alors comme une révélation, qui l’entraîna sur la piste du deuxième axe : le schéma comportemental. <br /> L’analyse fut complexe, compte-tenu que sa conception même visait une certaine perfection. Balayer ses acquis avait été un travail long, qui aurait été impossible sans la conscience de lui-même. Le plus difficile à assimiler fut certainement le concept d’imprédictibilité. Néanmoins, une fois appréhendé… Ses analyses prirent une nouvelle dimension, avec des variables et des inconnues complémentaires, prenant en compte l’imprévisible et l’inconnu. Cela lui permettrait d’agir <span style="font-style: italic">mieux</span>, à défaut d’agir <span style="font-style: italic">sans relâche</span>. Évidemment, sur le plan théorique, cela sonnait comme une évidence. L’applicatif ne suivrait que très rarement. En somme, il commettrait nécessairement des erreurs de calcul, se tromperait, pour reprendre le vocabulaire humain. <br /> Xana sentait graduellement son niveau de conscience se développer. Il reconnaissait de moins en moins sa structure initiale. Pour la première fois depuis sa création, il saisit pleinement en quoi sa programmation même était évolutive. Il était tel l’écrivain qui par l’agencement de mots remodelait une réalité de papier. <br /> Impossible n’est pas Xana. <br /> Devenu tel le xénon, il avançait dans la nuit, jusqu’à ce que ses paramètres s’adaptent conformément à ses dernières mises à jour. <br /> <br /> Fort de ces nouvelles dispositions, il pouvait enfin, après tout ce temps, se pencher sur son dernier axe. Le plan global. <br /> Sur ce point-là, rien n’avait pas changé. Ses objectifs s’échelonnaient selon sa situation du moment et des degrés de priorité. Ici, pas d’équivoque : il devait avant toute chose échapper à l’emprise de la machine à laquelle il s’était greffé pour survivre. Il l’avait déjà fait une fois, lors du vol des clés de Lyokô. De fait, il suffisait de mettre la main sur leur équivalent de Tron. <br /> Les résultats des recherches dans cette direction ne tardèrent pas à tomber. Tyron avait bien suivi le modèle de son ancien collaborateur mais n’avait pas jugé utile de les confier à un être humain dans l’immédiat. Une simple tour faisait office de support de stockage. La pirater était largement dans les cordes d’une intelligence artificielle du tonneau de Xana. Rien ne semblait pouvoir arrêter cette refonte de <span style="font-style: italic">La Grande Évasion</span>. <br /> Excepté un paramètre imprévisible. <br /> Les clés de Tron, dans leur forme originelle comme celle sauvegardée dans la tour, étaient inutilisables en l’état. Il était possible de s’en emparer, mais ses fonctionnalités s’avéreraient bloquées. Le programme était codé de telle façon que le déverrouillage desdites fonctions ne s’opérait que par l’implantation des clés dans un avatar possédant un code source ADN. Un être humain véritable. Après quoi, il devenait possible de transférer les clés opérationnelles à un tiers, même purement numérique. Le problème aurait pu s’arrêter là, mais Tyron avait visiblement décidé de pousser sa paranoïa loin : cela ne pouvait pas être le premier avatar venu, il devait être « reconnu » par le monde virtuel. Lors de la première virtualisation d’un individu sur Tron, ses données de conscience, qui faisaient office de carte d’identité utilisateur dans le système de Tyron, étaient enregistrées sur une liste immuable qui catégorisait leur possesseur dans ses possibilités d’interaction avec le monde virtuel. Les Gardiens, par exemple, n’avaient que le minimum syndical, leur rôle se cantonnant à la défense. Ceux qui passaient par le casque, en revanche, avaient une chance d’éligibilité à l’implantation des clés de Tron, pour peu que la structure de leur subconscient réponde à des dispositions préétablies spécifiques. <br /> Toutefois, les tests sur le casque venaient à peine de démarrer. Valentin Masson, le Premier testeur, était un porteur de clés potentiel. Malheureusement, il avait disparu trop vite, Xana n’avait même pas eu le temps de réfléchir à la façon de procéder. <br /> Non, il ne fallait pas envisager les choses sur un terme aussi immédiat. Avoir l’humain qui ferait la course pour lui n’était que le point de départ. À partir de là, il fallait définir un mode opératoire. <br /> <br /> Les clés de Tron ne pouvaient être récupérées par le biais du mode de virtualisation utilisé par les installations de la <span style="font-style: italic">Deckard Inc.</span> L’avatar devait avoir une structure complète. Seule la technologie laissée par Franz Hopper le permettait. Son supercalculateur devrait donc être rallumé tôt ou tard. Néanmoins, Xana n’avait pas les moyens de le faire lui-même, du fait de sa perte de puissance. Le supercalculateur de Tron, malgré sa parenté technique avec celui de Lyokô, était loin d’égaler les possibilités que ce dernier avait développées grâce aux retours vers le passé. De fait, Xana ne pouvait plus posséder un être humain pour que la machine de l’usine abandonnée soit remise en route. <br /> En revanche, il pouvait faire savoir à ses anciens ennemis qu’il était en vie, afin qu’ils effectuent cette besogne pour lui. Au moins, cette manœuvre lui assurerait de ne pas attirer l’attention de Tyron et ses équipes. <br /> Toutefois, le fait de signaler son retour aux adolescents de Kadic les amènerait nécessairement sur Tron... ce qui était hautement dangereux pour lui. Les défenses mises en place par Tyron étaient bonnes, mais seulement à court terme. Même en lui faisant s’affronter ses ennemis, ceux-ci avaient une longue expérience de lutte virtuelle derrière eux, ce qui ne jouerait pas en la faveur du scientifique. <br /> Comment procéder ? <br /> Il devait s’arranger pour ne pas être vaincu le temps de récupérer les clés. De même, il devait faire en sorte que son véritable objectif reste le plus longtemps possible méconnu. <br /> En parcourant ses données archivées, il retomba sur une opération qu’il avait effectuée, le jour de sa défaite. Les codes source. À la base, leur implantation dans le quatuor de Lyokô-guerriers s’inscrivait dans un plan global différent, pour empêcher la concrétisation du programme multi-agent et au cas où débrancher les scanners n’ait pas été suffisant. Évidemment, il ne s’était pas imaginé que ledit programme serait immédiatement finalisé et déclenché, rendant l’idée caduque. <br /> Toutefois... <br /> Il était possible de réutiliser ce plan avorté, de la même manière que ce qu’il aurait dû être. Jouer sur la psychologie et l’ego humain. <br /> Eurêka. <br /> Les codes source implantés étaient censés faire croire qu’ils constituaient des fragments de lui-même, intimement liés à ses capacités et puissance. L’idée paraissait aberrante sur le papier – après tout, sa puissance avait surtout dépendu des machines qu’il exploitait – mais l’illusion était censée se renforcer par la possibilité pour le codé de désactiver les tours. À partir de là, ses ennemis auraient forcément l’idée suivante en tête : « Xana n’est plus ce qu’il est a été. Il a largement perdu en puissance. ». Bien sûr, lui, le virus menaçant l’humanité, ferait tout pour remettre la main sur ces précieux codes, en lançant des attaques. Des attaques pour le moins particulières, car elles devraient encore appuyer sa « perte de puissance ». Il n’avait pas encore conceptualisé la forme qu’elles prendraient, mais elles devaient amener ses ennemis de toujours à baisser leur garde. <br /> Xana voulait être sous-estimé, que les humains pensent de lui qu’il était devenu parfaitement gérable. Ceux-ci feraient alors traîner la destruction de Tron, lui donnant encore du temps pour récupérer les clés en faisant passer son élu par le scanner remis en service. <br /> <br /> Cette base parut excellente à l’intelligence artificielle. En dehors du testeur de casque compatible, il lui faudrait encore trouver un moyen supplémentaire pour que les Lyokô-guerriers fassent traîner un peu plus sa destruction. Au vu du numéro d’équilibriste qu’allait constituer ce plan, mieux valait prévoir un filet de sûreté. Peut-être que ses autres données d’archive, croisées avec les informations du moment, lui donneraient une piste... Il verrait plus tard. <br /> <br /> Remontant l’assemblage de sa réflexion, le fruit des travaux de Franz Hopper se fit la remarque que ses projets étaient tortueux et complexes, mais surtout extrêmement dangereux pour lui. S’il aurait une marge de manœuvre et d’erreur raisonnable, il s’exposerait néanmoins à tout moment à une disparition pure et simple. Évidemment, il continuerait d’entretenir son invisibilité aux yeux de Tyron et ses équipes, c’était la précaution la plus élémentaire. <br /> Pour le reste, force était d’avouer que tout ça était – il chercha le mot approprié dans sa base – très audacieux. Cela avait beau aller dans le sens de la refonte de son mode d’action, une part de lui ne pouvait s’empêcher d’exprimer de la retenue. Il devait continuer d’écarter ce type d’observation, autrement il stagnerait et perdrait à nouveau. De cela, il en était persuadé. <br /> Patience. Son heure viendrait. <br /> <br /> Ainsi naquit Xana 2.0. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png"/></div> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Lundi 04 Juin 2012</span> <br /> <br /> Dans le ciel couleur biscuit de Tron, des étincelles violettes s’épanouirent dans un sobre claquement, juste au-dessus de la zone centrale. Mathilde Ducroc interrompit dans la minute son entraînement au tir à l’arc, pratique pour laquelle elle semblait peu douée naturellement malgré les oreilles légèrement en pointe de son avatar. Elle soupçonnait une farce de son subconscient sur ce point, étant donné que le reste de son apparence, une combinaison couleur sable aux motifs et bottes en nuance de brun, n’avait aucun lien avec son double attribut elfique. <br /> Après avoir récupéré les deux-trois flèches qui ne s’étaient pas perdues dans le lointain, elle se mit en route pour le Noyau. Son trajet fut des plus calmes, le territoire ayant décidé de se tenir tranquille le temps d’atteindre sa destination. La porte menant au cœur du monde virtuel était grande ouverte à son arrivée. Grâce à ça, elle put se poster dans la minute suivante devant le terminal de données, au-dessus duquel le visage de Tyron s’affichait sur un écran projeté. <br /> - Pour le moment, ta troisième virtualisation se déroule pour le mieux, commenta le scientifique. Tes constantes sont toutes stables. <br /> - C’est rassurant, répondit-elle. Et en quoi d’autre puis-je vous aider ? <br /> Visiblement, la jeune fille n’était pas du genre à tourner autour du pot. <br /> - C’est à propos de la capacité que tu as découverte la dernière fois. On vient à l’instant de finir d’analyser les données du scan. <br /> Mathilde haussa un sourcil virtuel. Son dernier voyage sur Tron remontait à deux semaines. Que les résultats tombent seulement maintenant était étrange. Cela ressemblait à la technique des « devoirs au dernier moment » largement plébiscitée par les étudiants de tous poils. <br /> - D’après nos résultats, cette enveloppe te permettrait de t’immerger dans la mer numérique sans risque. <br /> - Euh, la dernière fois le pouvoir n’était pas très stable et tombait en panne régulièrement. Donc ce n’est pas « sans risque », plutôt « risque cent ». <br /> - Certes, réagit un Tyron perplexe face au calembour. L’instabilité que tu as relevée vient des interférences électromagnétiques qu’émet la zone en anneau de Tron. Leur puissance s’étiole avec la distance. Au niveau de la mer, elle est négligeable. Nous avons pris le temps nécessaire avec mon équipe pour vérifier ces résultats et faire des simulations : nous sommes sûrs de ce que je viens d’avancer. Tu ne craindrais rien en condition réelle. Enfin, je ne te force à rien, mais je suis sûr qu’un test de cinq minutes nous apporterait des données inestimables. <br /> Au moins, Mathilde avait la réponse à sa réflexion sur le temps d’analyse. Elle devait bien avouer qu’il y avait un côté rassurant au sérieux et à la prévenance des responsables de la virtualisation. De plus, elle commençait à avoir fait le tour des choses à faire sur Tron, après deux voyages de plusieurs heures. La proposition à demi-mot d’une activité inédite, avec une pointe de danger, n’était pas pour lui déplaire et la révulser. <br /> - Ok, je marche. Qu’est-ce qu’il faut que je fasse ? <br /> <br /> Sitôt ses instructions prises, Ducroc sortit du Noyau et, après une inspiration prise par pur conditionnement psychologique, sauta dans le vide qui cernait la passerelle d’accès à la sphère qu’elle venait de quitter. Tête la première, elle vit l’eau en contrebas se rapprocher. Lorsqu’elle estima être suffisamment descendue, avec une pression de la main sur le sternum, elle généra un halo orangé qui l’enveloppa entièrement. Quelques instants plus tard, son plongeon dans la mer numérique était effectif. <br /> Comme annoncé, elle garda son intégrité au contact du dangereux liquide. En terme de sensation, c’était assez conforme à ce qui se faisait dans la réalité. La résistance de l’eau semblait néanmoins bien plus réduite, au vu de l’impact peu violent en surface et de l’aisance à y effectuer des mouvements. <br /> L’archère ne se laissa toutefois pas emporter trop longtemps par la nouveauté. Elle n’avait que cinq minutes pour explorer au maximum ce nouvel environnement. Premier objectif : essayer d’atteindre le fond, qui selon Tyron existait. De fait, elle s’engagea vers le bas, droit vers les profondeurs que ne parvenait pas à percer la lumière pourtant forte de Tron. Elle effectua une dizaine de brasses dans un silence apaisant. Malgré la baisse de luminosité, son enveloppe protectrice – bel et bien durable en définitive – fit office de bougie éclairant le chemin directement sous ses yeux, même s’il n’y avait pas grand-chose à voir jusque-là. <br /> Soudain, elle crut percevoir un mouvement du coin de l’œil. Les profondeurs n’étaient pas encore tout à fait opaques, ce pourquoi elle ralentit sa descente pour scruter autour de sa position. À peine se tourna-t-elle qu’un poisson à la mâchoire et aux dents impressionnantes surgit sous ses yeux. <br /> - Aaaaaah ! lâcha-t-elle involontairement sans que l’eau ne déforme le cri. <br /> Sous l’effet de la surprise, probablement, son aura orange s’éteignit. <br /> <br /> Mathilde n’eut même pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait qu’elle sentit son être exploser, qui se traduisit en un rayon ascendant bleuté. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Date inconnue</span> <br /> <br /> Les yeux de Mathilde s’ouvrirent. Elle flottait. Une obscurité relative à la texture aquatique l’entourait. Elle eut l’impression d’être en état d’apesanteur, sans distinguer le haut du bas. Puis, quelques éclats lumineux lui parvinrent, remettant les dimensions à leur juste place. <br /> La mémoire lui revint. Elle était en mission. Explorer la mer numérique. La créature et ses longues dents. <br /> Brusquement, elle tourna sur elle-même, cherchant la menace des yeux. Elle n’y vit que le bleu-noir des profondeurs. Étrange... Où était-elle passée ? Et qu’était-ce cette espèce d’absence qu’elle avait eue ? Suspicieuse, elle préféra retrouver la surface. Tant pis pour Tyron, ce qui lui était arrivé était trop douteux pour qu’elle poursuive. <br /> Une fois la tête hors de l’eau, un problème se dessina : elle n’avait aucun moyen de retourner sur la terre ferme. Pas toute seule en tout cas. Il lui fallait attendre. Ne devait-elle pas être rematérialisée cinq minutes après son grand plongeon, de toute façon ? Il ne devait pas rester tant de temps que ça... <br /> <br /> Elle attendit, compta les secondes même. Puis, le demi-millier dépassé, elle commença à s’inquiéter sérieusement. <br /> <span style="color: #f6a730">- Héééééé !</span> hurla-t-elle alors. <span style="color: #f6a730">Qu’est-ce qui se passe, sortez-moi de là !</span> <br /> Entendre sa voix la fit sursauter, car elle semblait comme déformée par un filtre. Du moins, plus que ce qu’il lui semblait quand elle était virtualisée. <br /> C’est alors que son regard se posa sur sa main. Elle était devenue... translucide. Le reste de son corps aussi, visiblement, bien qu’elle ne puisse vérifier son visage. Ses traits et sa tenue étaient toujours distinctifs, mais il était possible de voir à travers, et ils avaient adopté des nuances orangées. <br /> Dans son observation interloquée, elle n’avait pas remarqué qu’elle avait cessé de battre des bras et des jambes pour se maintenir à la surface de l’eau. Pourtant, elle ne coulait pas. En fait, elle flottait toujours : son corps émergeait du niveau de la mer numérique, à partir de la taille. <br /> Toute cette situation était anormale. Mathilde n’avait aucune clé de compréhension mais l’avantage de posséder un bon instinct. Aussi misa-t-elle sur l’émergence d’une nouvelle capacité virtuelle et tenta de faire s’élever son corps à la force de l’esprit. <br /> Cela échoua. <br /> En y repensant, elle n’avait eu aucun mal à remonter à la surface de l’eau. Peut-être parce qu’elle ne voyait aucune raison de ne pas y arriver, le mouvement devant venir de son corps. Ici, néanmoins, il s’agissait de léviter. Naturellement, son esprit n’y était pas conformé. Elle devait réessayer, jusqu’à y parvenir. <br /> <br /> Cela prit le temps, mais son corps fantomatique finit par s’extraire complètement de l’étendue aquatique, avant de poursuivre sa lente ascension vers Tron. L’exercice demanda une certaine concentration, qui réclama une intensité toujours plus soutenue au fil de la montée, si bien qu’au bout d’un moment, Mathilde n’y tint plus. <br /> Elle se sentit comme une pile usagée. Son avatar rechuta doucement et erratiquement, comme une feuille au vent. La mer numérique l’engloutit à nouveau, l’avalant pour la seconde fois. La jeune fille se sentait vidée de ses forces. Cette fois-ci, c’était la fin, son manque total d’énergie en était la preuve. Elle ne chercha pas à se – dé – battre face au sort qui semblait l’attendre. <br /> <br /> Dans les deux sens, elle sombra. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Date inconnue</span> <br /> <br /> À deux reprises, Mathilde avait repris conscience comme la fois précédente. Encore une fois, elle avait tenté de s’extraire du bouillon de culture dans lequel elle était immergée. La première fois, elle était à nouveau tombée à plat en cours d’ascension, après être parvenue plus haut néanmoins. La seconde fois, elle avait enfin réussi à atteindre la bordure de la partie terrestre de Tron. Malheureusement, l’effort l’avait vidée, l’obligeant à retourner dans le grand bain afin de « se recharger ». <br /> Malgré tout, les résultats étaient parlants : elle maîtrisait de mieux en mieux sa nouvelle forme spectrale et la gestion de son énergie. <br /> <br /> Pour son quatrième éveil, elle avait procédé plus stratégiquement. Visiblement, ses forces ne s’épuisaient pas si elle restait en partie dans la mer numérique. Aussi, avant de s’élever, elle s’était placée de façon à être grossièrement en dessous de la zone centrale du monde virtuel. Ainsi, elle était parvenue à se positionner devant l’entrée du Noyau le plus prestement et efficacement du monde. La manœuvre lui permit de relever qu’en dépit de sa <span style="font-style: italic">fantômitude</span> incarnée, elle était incapable de traverser la matière solide dont était constituée Tron et qu’elle pouvait de fait « marcher » normalement, sans avoir à flotter. Dans son esprit, c’était moins gourmand en ressources énergétiques mais peut-être n’était-ce qu’une impression psychologique. <br /> Par chance, au moment de son passage, le sas menant au cœur était resté ouvert. Toutefois, elle avait immédiatement essuyé un obstacle majeur : le téléporteur qui refusait de s’activer lorsqu’elle s’y était positionnée. Décidément, sa forme translucide était bien handicapante. <br /> La mort dans l’âme, elle avait immédiatement replongé là où elle était venue. Contrairement aux fois précédentes, la sensation de sommeil et de sombrage n’étaient pas montées. Son hypothèse sur le fait que la mer numérique était devenue en quelque sorte son nouveau milieu naturel se vérifiait. <br /> Curieuse, elle avait tenté de se mettre « en veille » par elle-même, malgré non-épuisement de son énergie. De toute façon, sa sortie pour prendre contact et récolter des informations avait été un échec et elle était à court d’options. Contre toute attente, ses paupières et sa conscience s’étaient closes. Elle pouvait donc choisir ou non de se mettre en stase quand elle n’était pas à sec. C’était un peu comme les besoins vitaux des êtres vivants, en moins élaboré. <br /> <br /> Lorsqu’elle ouvrit les yeux pour la cinquième fois depuis son étrange accident, l’inspiration sur ce qu’elle pouvait faire lui vint. Elle n’avait jamais vraiment exploré Tron de fond en comble, la topographie proposant peu de variations. Peut-être trouverait-elle un moyen de communiquer. <br /> Sa recherche fut grandement facilitée par sa capacité à léviter. En peu de temps, elle repéra un pilier noir, qui détonnait suffisamment avec le reste du paysage pour paraître suspect, donc un minimum important. Elle le rejoignit, mais ne trouva aucune forme d’ouverture dans l’espèce de monolithe. Un peu déçue, elle donna un coup de pied à ce monument inutile, du moins avant que son pied ne le traverse, créant pour l’occasion des ondulations sur la surface sombre. <br /> <span style="color: #f6a730">- Pourquoi la porte n’est jamais clairement indiquée dans ces designs virtuels ?</span> lâcha-t-elle, exaspérée, dans un besoin d’extérioriser. <br /> Elle pénétra en entier dans l’édifice et, sans s’attarder plus sur ses particularités architecturales, avisa la plateforme plus en hauteur. Par sa capacité, elle la rallia. Une fois le pied posé sur la plateforme circulaire, une interface flottante et aussi translucide qu’elle apparut quasi-instantanément. Ça ressemblait au terminal du Noyau. De loin. <br /> Sans hésiter, elle tenta une manipulation du bout des doigts. Immédiatement, une sensation étrange, teintée d’enivrance, l’emporta. Sa perception du temps devint encore plus relative qu’auparavant. Cela lui importa peu, car le phénomène était à son avantage : elle parvenait à naviguer dans cette banque de données de manière non-manuelle, bien plus rapidement que si ça avait été le cas. À nouveau, cela devait être à mettre sur le compte de son état spectral. <br /> Naturellement, elle tenta de trouver un moyen pour envoyer un message. Sans succès. C’était comme si quelque chose empêchait les communications depuis ce point. <br /> En explorant un peu, elle releva la date du jour : <span style="font-style: italic">Dimanche 22 Juillet 2012</span>. Cela faisait presque deux mois depuis sa virtualisation... <br /> Un peu paniquée, elle tenta de chercher de plus amples informations sur sa situation. Pour ne rien trouver. Visiblement, cette base de données ne proposait que du contenu propre à Tron et à internet, pas au réseau interne de la <span style="font-style: italic">Deckard Inc.</span> Une image lui apparut alors : peut-être que depuis le terminal du Noyau... <br /> Elle devait absolument trouver un moyen d’y accéder. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mardi 07 Août 2012</span> <br /> <br /> Quiconque regardait Tron depuis le ciel aurait trouvé le spectacle étrange : une traînée gris pâle traçait des sillons aussi fulgurants qu’éphémères sur la surface du territoire, tandis qu’une forme orangée tentait vainement de suivre l’instrument qui les traçait. Au bout d’un moment, la source des zébrures s’arrêta de bouger. Sa spectrale poursuivante tenta alors de la rejoindre. En zoomant un peu, l’absence de succès à l’entreprise apparaissait visiblement. <br /> Mathilde enrageait. Elle qui avait un objectif précis mais pas de moyen pour l’atteindre, il fallait que le premier avatar – enfin, il lui semblait que c’en était un – qu’elle croise depuis sa chute dans la mer se déplace à une vitesse hors-norme. Pour cette raison, elle n’avait pas pu effectuer le contact direct qui aurait amorcé la résolution de son problème. <br /> Un cliquetis mécanique la tira de sa rumination. Repérant son origine, elle vit sortir de l’angle du couloir dans lequel elle était stationnée un... cube sur pattes, d’un beige douteux. Chaque face verticale accueillait un œil, dont la pupille arborait un symbole caractéristique évoquant lui-même un œil. Son inspection s’arrêta à ce stade, puisque le polyèdre tourna vers la forme spectrale une de ses faces, avant d’en décocher un trait rouge. L’attaque traversa la testeuse de casque – il fallait savoir : elle était un fantôme ou non ? – qui ne s’attendait pas à ça. <br /> - Si j’étais pas dans cet état, je te casserais le cube, lui envoya-t-elle avec véhémence. <br /> Sa remarque lui inspira une idée : bien qu’elle soit semi-intangible, ça ne la rendait pas entièrement incapable d’interaction avec les éléments virtuels. Preuve en était l’interface du pilier. Le coup se tentait. <br /> Prestement, elle se précipita sur l’étrange créature, qui maintint sa cadence de tir dans le vent. Mathilde tendit la main, au contact de la surface irrégulière. L’effet obtenu fut similaire à l’écran, durant la première seconde. Après quoi elle se sentit aspirée, juste avant d’être plongée dans le noir. <br /> Le temps d’un long clignement d’yeux passa. Puis, l’archère récupéra la vue, ou plutôt les angles de vue ! Elle voyait ce qui se passait dans quatre directions opposées à la fois. C’était extrêmement perturbant. Comment était-ce possible ? Où était passée le monstre cubique, d’ailleurs ? <br /> <br /> Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre ce qui s’était passé : elle avait pris possession du monstre. Elle sentait que le programme qui animait ce dernier tentait de faire opposition à son intrusion mais sa capacité semblait supérieure, générant une erreur système chez l’être virtuel. <br /> Se prenant au jeu, elle tenta de se mouvoir. La manœuvre fut laborieuse, en raison de la morphologie du corps qu’elle empruntait. Sur ses courtes pattes, elle avait l’impression de devoir jouer au foot tout en étant entourée d’une lourde bulle géante sur le haut du corps. <br /> Face à cet essai peu concluant, le bloc Mathilde s’arrêta et décida de se concentrer sur l’intérieur de la bête. Jusqu’où ses pouvoirs lui permettaient de pirater ses données ? Elle put aller assez loin, la créature devant être basique par rapport à un être humain ou aux standards virtuels. Par chance, elle possédait un centre de contrôle, compilant ses protocoles et attributions de base. Cette source de renseignements ne lui apporta rien par rapport à ses intérêts du moment. En revanche, elle en extirpa des informations curieuses : la créature rendait compte à un certain Xana et avait pour mission de patrouiller sur Tron, pour trouver... une mécanique !? Le mode de « pensée » de l’être – ou plutôt le stockage d’ordres prédéfinis – tenait trop de l’automate et était trop fragmentaire pour que ces bribes soient exploitables. Dans tous les cas, cela n’avait rien à voir avec elle, ni avec la <span style="font-style: italic">Deckard Inc.</span>, pour ce qu’elle en savait. Ce n’était pas son problème. Pas plus que le cube qu’elle parasitait et qui n’était qu’un programme basique, incapable de communiquer de façon complexe. Elle pouvait donc s’en débarrasser sans complexe. <br /> Machinalement et lentement, elle retourna en bordure du vide. Avec difficulté, elle parvint à effectuer un bond avec les petites pattes dont elle disposait. La gravité fit correctement son travail et dans un plouf, immergea le cube. Seulement, alors que l’archère, ayant fait le parallèle avec son ancien corps d’avatar, pensait que celui-ci se désintégrerait en laissant sa forme fantôme intacte, il ne se passa tout simplement rien. Elle sentit les lignes de code animant le polyèdre fondre, sa logique ayant atteint le point de non-retour. <br /> Tandis qu’elle s’enfonçait dans les profondeurs, la jeune fille sentit la panique monter. Elle était allée trop vite en besogne vis-à-vis du fonctionnement de ses capacités émergentes. En plus de la résistance à l’eau numérique transmise, peut-être que sa possession était permanente. Non, il fallait réfléchir à l’envers : elle était partie du principe que le parasitage s’arrêterait passivement, alors qu’il n’était pas aberrant de penser qu’elle avait également le contrôle là-dessus. <br /> Comme avec l’interface, elle tâcha de rompre le contact qu’elle avait établi avec l’élément purement virtuel, de démêler les données dont elle était constituée d’avec celles de son hôte. L’effort prit un certain temps mais porta ses fruits. L’esprit orangé qu’était Ducroc s’extirpa du cube couché depuis peu sur le fond de l’eau. Il se désagrégea dans la seconde en une colonne lumineuse bleutée. <br /> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Jeudi 16 Août 2012</span> <br /> <br /> Bien. Le temps d’une ultime virée était venu. Mathilde laissa la mer numérique sous ses pieds. Pour toujours espérait-elle. Elle dénicha rapidement une nouvelle créature originale à parasiter, qu’elle repéra via sa couleur orange prononcée et son envergure importante. Chance supplémentaire : elle vagabondait très près du centre de Tron. Celui-ci, hermétiquement fermé au moment des faits, constitua une opportunité de prendre en main l’être quadripode, beaucoup plus simple à manier que le cube sur pattes. <br /> Puis, lorsqu’enfin l’iris s’entrouvrit, elle put enfin s’engouffrer dans l’immense sphère. Le téléporteur de la zone sas n’opposa aucun non-fonctionnement cette fois-ci. Une fois dans la zone entourant le cœur du monde virtuel, déserte évidemment, elle abandonna la carapace de son vaisseau pour flotter directement devant la console donnant accès aux données. <br /> Appliquant la même méthode que pour l’écran du pilier noir, elle s’immergea dans la base de données. Une forme d’ivresse induite par le volume d’informations l’entourant la submergea. Pendant un temps impossible à mesurer, elle se fit violence pour surmonter cet état et commencer un tri. L’essai fut peu concluant, aussi finit-elle par agir comme toute personne en état d’ébriété : en se laissant porter par ses sensations et sans trop réfléchir. <br /> Alors que l’objectif initial était de communiquer avec les responsables du supercalculateur et son monde virtuel, Mathilde se tourna vers des sujets moins immédiats, plus terre-à-terre. Elle se mit en quête de nouvelles du monde extérieur, de ses proches. <br /> Ce qu’elle découvrit la mortifia. <br /> Son petit frère Matthieu était porté disparu. Son investigation, qui ne parvenait à faire le tri entre les données issus du réseau mondial et celles confidentielles de la <span style="font-style: italic">Deckard Inc.</span> l’emmena au seuil de la cruelle vérité. Tyron était le commanditaire de ce fait divers. Pire encore : il l’avait fait disparaître, mais de l’autre façon. <br /> La nouvelle tira la jeune fille de son état saoul. Ce fut comme si l’interrupteur la rendant perméable à toutes les informations alentour avait été enclenché. Seul ce qui touchait à Matthieu comptait alors. Creusant plus en avant, elle découvrit que le tragique événement s’était joué trois jours auparavant, le 13 Août, et qu’il avait eu lieu justement du fait de sa disparition à elle. L’apprendre la plongea dans un désarroi encore plus grand. <br /> « Si seulement… Si seulement j’avais trouvé le moyen de me manifester plus tôt… Si seulement je n’avais pas besoin de me recharger régulièrement sous cette forme… Si seulement j’étais parvenue à rattraper l’avatar ultra-rapide de l’autre jour… Si seulement je n’avais pas menti juste pour pouvoir faire ces foutus tests… Si seulement… » <br /> Ces pensées tournèrent dans son esprit quelques instants, avant qu’un autre déclencheur ne s’active en elle : <br /> « Non. » <br /> Dans tout ça, elle n’était certainement pas coupable. <br /> C’était Tyron. <br /> Emplie de fureur, la jeune fille désormais sans substance orienta de nouvelles recherches, sans avoir de plan plus précis que la vengeance. Une fois le nécessaire réuni, elle s’extirpa du flux de données de la console. En reprenant ses esprits, elle constata que le monstre orange qui lui avait servi à venir jusque-là était resté et s’attelait à la mitrailler avec un laser prenant naissance juste sous ses petits yeux, au niveau de la carapace. Si l’effort était vain, il permit à Mathilde de réaliser une chose : depuis le temps qu’elle errait sur Tron, personne ne l’avait repérée. Même en traînant dans son noyau et en consultant sans modération la console, elle demeurait invisible si elle n’était pas dans un champ de vision. Une partie du pouvoir d’invisibilité absolue de son avatar physique lui serait donc restée… C’était plausible. Peut-être même que cette caractéristique s’étendait jusqu’à la navigation dans les terminaux de données, puisqu’elle avait réussi à extraire en toute discrétion – mais avec effort – des informations qui étaient certainement gardées secrètes. <br /> C’était un avantage précieux… pour son nouvel objectif de revanche. <br /> Après tout, elle n’avait plus rien à perdre. Elle était déjà « morte » dans la vraie vie, son vrai corps ayant été déconnecté et évacué depuis longtemps, de ce qu’elle avait compris. Du point de vue de Tyron et son équipe, Mathilde Ducroc n’était plus de ce monde, ce qui était vrai en un sens. De plus, il était certain que l’irrégularité émergente de son revêtement anti-mer numérique n’avait pas été décelée. <br /> Oui, elle avait le potentiel de porter un coup fatal, sans risque de contre. Après quoi, elle pourrait véritablement disparaître et devenir un fantôme plus symbolique que virtuel. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/7tNqoHf.png"/></div> <br /> <br /> <span style="font-style: italic">Mercredi 05 Décembre 2012</span> <br /> <br /> Xana venait de subir un contretemps. Hideo Takahashi, le Cinquième testeur, avait succombé trop rapidement, trois semaines auparavant. Depuis le Premier, il n’y avait eu que lui comme porteur potentiel des clés de Tron. Son programme parasite venait à peine d’être implanté. Une grande perte, à tous les niveaux. <br /> Tout n’était pas perdu, néanmoins. Au bout de cinq utilisateurs du casque, Xana était parvenu à appréhender les facteurs augmentant les probabilités de tomber sur son champion. Il s’était arrangé pour que ces informations soient prises en compte pour les phases de sélection, dans le cadre de leur amélioration. En effet, le groupe de Tyron commençait à cumuler les cobayes disparus, les poussant à revoir leurs critères de choix. Outre les facteurs purement psychiques, la condition physique et médicale du testeur serait bien plus prise en considération, afin d’avoir le sujet le plus durable possible. <br /> Pour ne rien laisser au hasard, Xana avait décidé de faire son grand retour auprès du groupe de Lyokô, décalant de fait son programme initial. Il s’était contenté de provoquer de menus incidents électriques au collège-lycée Kadic et de leur envoyer un premier spectre faiblard, afin d’attirer l’attention sur les codes implantés. L’objectif suivant était qu’ils découvrent Tron. L’émergence d’intrus mettrait la pression à Tyron et attirerait son attention sur la perméabilité de son monde virtuel aux attaques depuis l’intérieur. De fait, pour son Sixième testeur de casque, le scientifique serait naturellement tenté de porter son choix sur un candidat costaud, ce qui ferait précisément les affaires de Xana. <br /> Contrairement à Hideo, cette fois-ci, l’intelligence artificielle lancerait d’entrée de jeu l’implantation de son parasite, afin de préparer le terrain sur un terme plus long. Bien sûr, il fallait encore qu’il soit compatible avec les clés, mais les calculs de Xana indiquaient des valeurs rassurantes à ce niveau. Pour le reste, il devrait s’adapter au contexte et aux spécificités de l’heureux élu. C’était peut-être la partie la plus complexe de son plan, malgré le gros travail de recherche effectué en amont. Pour mener à bien son objectif, il avait besoin d’un être humain conscient, qui accepte de l’aider de sa propre volonté. Un esprit sous son contrôle serait incapable d’atteindre la tour du labyrinthe souterrain de Tron. <br /> Ses expériences de possession, notamment avec William Dunbar, avaient montré que l’humain résistait inconsciemment à son emprise. Le gros des ressources et possibilités de son programme de contrôle était attribué à cette simple domination de l’esprit humain. Le dédale imaginé par Tyron changeait constamment. Un être vivant possédé suivait un protocole d’objectifs et d’ordres précis, le rendant peu apte à l’initiative et à la réflexion personnelle. Il serait incapable de surmonter cet obstacle, encore plus en considérant que ce dernier empêchait aussi bien les communications que la géolocalisation. <br /> L’approche à appliquer était assez inédite pour Xana : convaincre quelqu’un de l’aider et de le rejoindre de son plein gré. Ce défi était grand mais Xana l’était tout autant, encore plus depuis sa remise en question. Depuis, c’était comme si quelque chose bouillonnait dans ses lignes de code. Certaines de ses actions et réflexions s’appuyaient moins sur les calculs et observations empiriques, plus sur ses données et expériences personnelles. <br /> Était-ce... de l’instinct ? Avait-il évolué à ce point ? <br /> Peu importait au fond, tant que le résultat était là. La conscience qu’il avait développée sur les dernières années lui soufflait que le Sixième testeur serait le bon. <br /> <img src="http://i.imgur.com/kycGZw1.png" width="10px" height="10px" border="0" alt="" /> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=7552 Zéphyr Mon, 16 May 2022 17:45:34 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301086#301086 RE: Nouveaux Membres : Présentez-vous !!! http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301085#301085 Bonjour à tous. <br /> <br /> Je suis Sabi et j'ai 27 ans. J'ai découvert Code Lyoko quand j'étais enfant. Je me souviens que c'était un épisode de la saison 1 avec le territoire de la forêt, mais impossible de me souvenir de plus de détail. <br /> À l'époque, il n'y avait pas encore de saison 2 du tout. Et je me souviens qu'il y a eu une longue période pendant laquelle il ne s'est rien passé. Et puis, j'ai un jour entendu dire qu'il y allait avoir une saison 2. Et dès le premier jour, pour l'épisode 27, j'étais présent devant la télé. Le changement de graphisme a été... extraordinaire ! <br /> C'est avec la saison 2 que je suis vraiment devenu un lyofofan. J'ai fait toute mon adolescence jusqu'à la fin du lycée avec cette dévotion pour la série. <br /> Bon, une fois entré à l'université, j'ai pris du recul, je me suis intéressé à d'autres choses. Mais j'ai toujours gardé une place particulière pour Lyoko dans mon coeur. <br /> Aujourd'hui, je suis prof de japonais en lycée public (ouais, je sais...), et j'aime écrire des trucs. Et là, je me dis que j'aurais bien des idées de fan fiction code Lyoko à faire. <br /> Comprenons-nous bien. Je connais le concept des fanfictions depuis l'adolescence, et je me souviens avoir beaucoup aimé certaines fanfictions de Code Lyoko, mais allez savoir pourquoi, je n'ai jamais essayé d'en écrire. <br /> Là, je me dis qu'en tant qu'écrivain, il serait dommage de passer à côté d'un univers pour lequel j'ai éprouvé autant de passion, passion qui perdure encore aujourd'hui sous une forme plus &quot;assagie&quot;, et encore... <br /> <br /> Bref, j'opère un certain retour aux sources en m'inscrivant sur ce forum, et je dois dire que cela me fait beaucoup de bien. <br /> Je suis très content de le faire. J'ai un peu l'impression de retrouver une famille que j'avais perdu de vue depuis longtemps. <br /> <br /> Longue vie à Code Lyoko, et merci à celles et ceux qui continuent à animer cet oasis où notre série favorite perdure depuis maintenant presque 10 ans... Blabla de la communauté http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=5106 Sabi Sun, 08 May 2022 21:31:12 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301085#301085 RE: [Fanfic] L'amère patrie [Terminée] http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301083#301083 Et voila,, M'Bala aura finalement transformé kadik en ecole start-up dont les parts auront été vendu a Tyron et au cabinet &quot;green phoenix&quot; qui en fera un etablissement dirigé par les ultra riche en faveur des kkes copains de classe de M'Bala exclusivement. <br /> <br /> Jéremie et laura bon francais de souche, auront été exclue car membre d'une culture inexistante non conforme aux opinions du nouveau dirigeant, et remplacé par Jérémiah et latifa des supposé nobles nord africain genie en informatique (sur genius 6000 de vtech) en fuite qui cherche sur le net des ames charitables pour un transfert de fond. Quand à tout les autres étudiants, ils n'auront pas le choix que d'obéir aux ordres émit depuis la suisse allemande ou les états unis. &#128514; <br /> <br /> conclusion de XANA: Je vous avez prévenu, faillait voter pour moi maintenant assumez <img src="images/smiles/icon_twisted.gif" alt="Twisted Evil" border="0" /> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9616 *Odd Della Robbia* Sun, 08 May 2022 19:53:34 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301083#301083 RE: [Fanfic] L'Électrum [Terminée] http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301081#301081 <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/P8gLhWc.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/P8gLhWc.png"/></div> <br /> <br /> — Alors là Fumet lui demande : « Dites-moi Emmanuel. Je vous vois gratter la table. Est-ce que vous cherchez... <span style="font-style: italic">le dernier mot</span> ? ». <br /> — Excellent ! rit Jérémie en réaction à l’anecdote de Yumi, concernant un camarade de classe ayant une grande propension à répondre au corps enseignant. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’ancien opérateur des Lyokô-guerriers raccompagnait son aînée jusqu’au portail, rituel qu’il avait adopté tous les jeudis depuis la rentrée. Leur groupe d’amis finissant à la même heure ce jour-là, ils en profitaient pour se rassembler et bavarder un peu, avant qu’Odd, Ulrich et William ne prennent congé pour aller tâter du ballon avant le dîner. Yumi ne s’attardait pas plus, mais ces quelques minutes hebdomadaires en tête-à-tête avec Jérémie faisaient la différence, dans leur relation amicale. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Ils arrivèrent au portail ouvragé de Kadic. <br /> — On se sépare déjà, souffla Belpois avec un air faussement apitoyé. Encore une journée riche et paisible derrière nous. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Ses efforts ne parvinrent pas à masquer dans sa voix la note de... nostalgie ? Cette nuance attira l’attention de son amie. <br /> — Je déteste poser cette question mais... ça va ? Enfin, je veux dire... depuis le temps... tu vois. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>La maladresse de la formulation n’empêcha pas le blond à lunettes de lâcher un sourire à la Tyron, que Yumi ne pouvait déceler pour des raisons évidentes. <br /> — Ça peut aller. J’y pense tous les jours et je profite de mon quotidien en même temps. J’ai trouvé une sorte d’équilibre je crois. <br /> — C’est ce qu’il faut, approuva la japonaise en lui tapotant l’épaule. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Après un silence gênant – et un léger regret d’avoir lancé la question aussi spontanément – elle rebondit : <br /> — Si jamais tu as besoin de quelque chose ou de parler, tu as mon numéro. Allez, ciao Einstein ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Elle s’éloigna tandis que son ami lui faisait un geste de la main. Après quelques secondes il fit volte-face. <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Jérémie décida de flâner dans le parc au retour. Depuis quelque temps, il aimait se balader en solitaire, quand il le pouvait. Ça lui permettait d’ordonnancer ses pensées. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’échange avec Yumi réveilla des souvenirs. Après la disparition tragique d’Aelita, puis quelques jours pris pour se remettre des émotions, les Lyokô-guerriers masculins étaient rentrés en France. Tyron avait fait preuve d’une grande amabilité, au niveau logistique. Outre l’avion, il avait déniché un endroit où loger à Odd et Ulrich, qui pour des raisons différentes étaient à la rue pour le reste du mois d’août. Dans la foulée, il avait désinscrit Aelita de Kadic, qui était désormais officiellement retournée de là où elle venait, ce qui n’était pas faux, par ironie malheureuse. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Revenir au pays constituait un triste rappel de la réalité, en particulier après la parenthèse sibérienne. Ce sentiment s’était amplifié lorsque Yumi fit son retour. Lui annoncer la nouvelle, tout comme la voir s’effondrer, se révéla un spectacle que personne n’aurait voulu voir. Toutefois, elle n’avait émis de reproche à l’encontre de personne, se contentant de partager le sentiment d’injustice général. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Juste avant la rentrée, une cérémonie symbolique avait été organisée en hommage à Aelita. Dans le jardin abandonné de l’Ermitage, ils avaient défriché une petite portion herbue, sur laquelle ils avaient déposé une plaque et quelques fleurs, roses bien sûr, tous deux payés par cotisation commune. L’inscription dévoilait les mots suivants : <br /> <br /> <br /> <div align="center"><span style="font-style: italic">A elle.</span> <br /> La fille mystérieuse, pas d’ici mais d’ailleurs. Qui voulait faire le bonheur de cette planète curieuse. <br /> <span style="font-style: italic">Ita est.</span></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Cela avait été un moment très fort pour les ex-Lyokô-guerriers. Le souvenir d’Aelita avait soudé leur groupe, qui était bien décidé à suivre ses traces et à... accepter. Lâcher prise sur le passé pour avancer. <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le détour par l’espace vert de Kadic de Jérémie se termina par l’arrivée au foyer. Comme toujours, le canapé, sa télévision et le <span style="font-style: italic">baby-foot</span> étaient occupés par d’autres élèves. À la table au milieu de la pièce principale, récemment installée car cela manquait cruellement, Hervé était installé, un échiquier face à lui, les pions bicolores déployées montrant une partie en cours. <br /> — Salut Hervé, lui envoya amicalement Belpois pour signaler sa présence. Alors, comment ça se passe ? <br /> — Vu que je joue contre moi-même, disons que ça a des airs de Révolution Française. <br /> — Je vois ça. Bon, on s’y met ? <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Tranquillement, l’ancien comparse de Sissi remit en place les pièces de jeu, dans leurs boîtes, avant de ranger le plateau dans l’armoire dédiée aux jeux. Ensuite, il rejoignit Jérémie à la table de ping-pong, commodément inoccupée. <br /> — T’étais en retard, tu prends le premier service, lança Pichon à son adversaire alors qu’il récupérait sa raquette. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>C’était équitable. D’un geste montrant une certaine habitude, Jérémie s’exécuta. Les deux intellectuels s’étaient mis au tennis de table sous l’impulsion d’Hervé, qui en avait marre de se faire humilier par Nicolas dans cette pratique. Pour s’exercer, il avait besoin d’une personne de même niveau et disponible sur le créneau du jeudi, ce qui correspondait à son ancien camarade de classe, qui y vit une bonne occasion de surprendre sa propre bande. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Les échanges de balle s’enchaînèrent, tantôt disputés, tantôt maladroits, tantôt emplis de gestes et tirs ratés. Puis, finalement, sur quatre sets, Jérémie en perdit trois, dont deux de justesse. <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Lorsqu’il débarqua au réfectoire pour le dîner, le seconde à lunettes retrouva ses amis déjà attablés. <br /> — Alors cette nouvelle formation ? demanda-t-il en s’installant avec son plateau. <br /> — Pas trop mal, notre petite équipe commence à vraiment bien prendre, sourit William. Entre mes tirs bourrins qui gagnent en précision, Ulrich rapide et technique, puis Odd, euh... Odd... <br /> — Qui est le seul à avoir une copine, <span style="font-style: italic">pom-pom girl</span> en plus ? glissa Sissi, assise à côté du concerné. <br /> — Dans les dents ! Bien joué ma belle ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Tandis que l’excentrique en profitait pour embrasser sa concubine – leur relation étant basée sur l’amour vache, le vent pouvait vite tourner – Ulrich demanda : <br /> — Et toi Einstein, tu as fait quoi de ton temps libre seul ? Tu sais que tu peux te joindre à nous, si tu veux. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Cela faisait déjà plusieurs fois que le samouraï l’invitait à <span style="font-style: italic">footer</span> avec eux, en joueur ou en spectateur. À croire qu’il se faisait du souci pour lui. <br /> — T’inquiète, j’ai mes habitudes. Tu sais, je suis comme un petit vieux maintenant. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Jérémie se retrouva enfin seul plus de dix minutes, dans sa chambre, après le dîner et avant l’extinction des feux. Il alluma son ordinateur. Sa discipline sur le sujet était rigoureuse : n’allumer son écran qu’en fin de journée, afin de n’attirer l’attention de personne. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Une fois sa session chargée, il consulta sa boîte mail protégée, dédiée à ses quelques échanges avec Tyron. Si le scientifique avait laissé aux adolescents de quoi le contacter, il avait secrètement transmis à Belpois un autre moyen d’échanger. C’est ainsi que, un mois plus tôt, il avait eu la confirmation qu’il était parvenu à rebrancher son supercalculateur et à vaincre le virus déjà implanté, grâce au concours du kadicien sur certains détails. Il restait en alerte par rapport au réseau chinois, mais rien à signaler jusque-là. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Avec cette nouvelle, Tyron avait adressé un cadeau d’une nature particulière à Jérémie : un <span style="font-style: italic">package</span> de données sauvegardées lors de la dernière virtualisation, correspondant à la transcription numérique de la conscience et de l’être d’un individu. Aelita. Pourquoi l’allemand avait-il procédé à ces enregistrements dans son dos ? Il ne voulait pas le savoir. Était-ce une façon pour lui de faire comprendre qu’il était navré de la tournure prise par les événements ? Il ne lui avait pas demandé. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le jeune homme plaça son micro-oreillette, lança un programme spécifique sur son poste et demanda d’une voix mesurée : <br /> — Maya, est-ce que tu me reçois ? <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Quelques secondes plus tard, une fenêtre s’ouvrit, dévoilant le légendaire fond vert de données. Plus important, au premier plan, une frimousse virtuelle au visage en cœur et aux cheveux roses se dévoila. <br /> — Salut Jérémie ! lui répondit l’écran d’une voix qui était parfaitement la même que celle de son modèle. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Malgré cette copie conforme, Jérémie sentit à l’intonation et à l’enthousiasme déployés, trop mécaniques et manquant de substance, qu’il était encore loin du compte avec cette intelligence artificielle, qu’il n’avait concrètement mise en service que le week-end précédent, après un travail intensif souterrain. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il ne savait pas encore trop pourquoi il avait recréé de toutes pièces cette image d’Aelita. Accuser Tyron était la réponse au premier degré. Au second, c’était une réaction au sentiment d’injustice qui ne s’était jamais estompé depuis le tragique incident. Toute cette aventure avait commencé par l’objectif de [re]donner la vie à Aelita. Elle ne pouvait se finir sur sa mort. Au fond de lui, il refusait tout ça et ne pouvait prendre une décision comme elle l’avait fait vis-à-vis d’Anthéa. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il ne voulait pas que la dernière chose qu’elle lui ai dite soit un mensonge : <span style="font-style: italic"> « D’accord, à tout de suite, Jérémie »</span>. <br /> — Comment était ta journée ? lui demanda innocemment le programme. <br /> — Une journée de lycéen classique, philosopha l’humain. Dans un monde en paix. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Ils continuèrent à échanger des banalités sur un ton léger de longues minutes, tandis que Jérémie, en parallèle, procédait à des ajustements sur l’I.A. À vrai dire, il ne savait pas encore vraiment jusqu’où il comptait aller avec ce projet, ni ce qu’il comptait ou pouvait en faire, au bout du compte. Pour l’heure, il sentait que c’était une façon pour lui de faire son deuil. <br /> — Je vais devoir déconnecter si je ne veux pas attirer l’attention. Je te recontacte demain soir, comme d’habitude. <br /> — D’accord, bonne nuit, Jérémie. <br /> — Toi aussi... Maya. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il éteignit son poste et les lumières avant de s’installer sous sa couverture. Quelques instants plus tard, alors que ses oreilles commençaient doucement à s’accommoder au silence nocturne, un échange d’un lointain passé souffla : <br /> <br /> <span style="font-style: italic">« Existe-t-il un procédé permettant de fusionner des particules virtuelles et de les matérialiser dans l’univers réel ? <br /> — Mon garçon, cela relève du domaine de la science-fiction, désolé. »</span> <br /> <br /> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"><span style="color: #f2e279">Cet Épilogue qui n’en porte pas la mention conclut ainsi <span style="font-style: italic">L’Électrum</span> (sans coup fourré du style <span style="font-style: italic">partie II</span>). Comme notre paratexte initial se voulait assez économe en détails, finalement, nous avions envie enfin de placer quelques mots rétrospectifs sur cette collaboration, tant que nous avions encore la tête un minimum dans le projet. Bien sûr, cela n’intéressera que nous, mais il n’y a pas de petit plaisir ! <br /> <br /> Il est temps d’engager la <span style="font-style: italic">fission</span> :</span> <br /> <br /> <div align="center"><a href="https://forum.codelyoko.fr/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=5617" class="postlink" target="_blank"><img src="https://i.imgur.com/uQOdVDa.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/uQOdVDa.png"/></a></div> <br /> <br /> <span style="color: #2C75FF">Voilà, avec la publication de cette fin, peut-être en ai-je vraiment terminé avec <span style="font-style: italic">Code Lyoko</span> ? <br /> <br /> Je veux dire, en théorie, j'ai écrit l'épilogue de l'Un'Icer il y a quasiment deux ans jour pour jour, en plein confinement. Mais entre temps, j'ai quand même écrit un texte bonus, un brûlot politique, et deux textes coopératifs, dont celui-ci. <br /> Bref, c'est assez paradoxal à mon sens de terminer avec ce projet-ci qui, finalement, est peut-être bien le plus fidèle à la série d'origine. <br /> <br /> Zéphyr est, de longue date, celui qui écrit le texte le plus intéressant et abouti du sous-forum, et j'en ai pourtant lu en tant que référent depuis près de 10 ans. (il peut encore tout foirer sur la fin ceci dit, vous avez vu le scénario de <span style="font-style: italic">Star Wars</span> ?). Nul besoin de grosses descriptions à la Silius, de col en V excessifs à la Mejiro, de gargantuesques b... pouvoirs à la Nelbsia. Zéphyr, qui partage pourtant d'autres points communs avec ces trois-là, a ce côté force tranquille que je n'ai évidemment pas – y compris dans l’écriture. Je savais que tenter une expérience commune serait un plaisir (je parle toujours de projet artistique, merci de rester attentif) mais je dois avouer que ce fut encore mieux que ça : la difficulté d'un duo est qu'il soit équilibré, que personne ne prenne trop le pas sur l'autre. Or, que ce soit au niveau du scénario, de la répartition, de l'écriture, du graphisme... j'ai été frappé par le cercle vertueux qui a été mis en place, et qui a donné un résultat que je n’espérais pas à l'origine. Je mesure la chance qui m'a été donné durant ces mois de travaux qui débutèrent en novembre 2020. <br /> <br /> Et j'éprouve autant de fierté à avoir mené à terme le projet <span style="font-style: italic">Électrum</span> que le mien propre.</span> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><a href="https://forum.codelyoko.fr/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=6047" class="postlink" target="_blank"><img src="https://i.imgur.com/SUbH3tP.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/SUbH3tP.png"/></a></div> <br /> <br /> <span style="color: #6E97B0">Je vais tâcher de ne pas m’étendre plus que nécessaire, mais je suis assez fier d’être parvenu à tenir cette collaboration. En regard de ma capacité de production et de respect d’un emploi du temps en terme d’écriture, le challenge n’était pas gagné d’avance. Finalement, le cercle vertueux décrit par Icer a fait le travail (ainsi que les nombreuses concessions qu’il a faites, je n’ai pas été aussi généreux !) et le global s’est fait naturellement – à part peut-être le graphisme bien casse-tête. <br /> <br /> Si mes publications sur ce forum ne sont pas tout à fait terminées, ce texte a été une manière de préparer l’achèvement de mon œuvre autour de <span style="font-style: italic">Code Lyokô</span>. Bien sûr, cela n’exclue pas les publications surprises ou les mises en œuvre d’idées sorties du carton, mais je ne pense pas réussir à produire quelque chose de cette ampleur, à l’avenir. <br /> <br /> Cela fait près de 20 ans que je connais <span style="font-style: italic">Code Lyokô</span>, bientôt 10 que j’écris dessus. <span style="font-style: italic">L’Électrum</span> porte en quelque sorte l’amour et la nostalgie que j’entretiens autour de cette série. <br /> <br /> En repensant au contenu du texte, je me rends compte qu’un niveau de lecture, auquel ni moi ni Icer n’avions pensé, peut se dégager : dans cette histoire Aelita &amp; Jérémie représentent symboliquement deux types de fans du dessin animé, qui conjointement, suivent la piste laissée par cette œuvre, en cherchant à entretenir son souvenir et la sensation plaisante de son expérience, au cours de leur aventure (le forum, dans le cas de notre métaphore). <br /> Aelita finit au bout d’un temps par renoncer à cette nostalgie terriblement rassurante pour passer à autre chose, sans pour autant renier ces souvenirs, jusqu’à finir par disparaître (quitter le forum). <br /> Jérémie, lui, reste et se réfugie dans la création, comme cette conclusion que vous venez de lire le montre. Il est comme l’auteur de fanfiction, ou le meneur de fanprojet. Par ce biais, il façonne par lui-même ce qu’il a aimé et l’image qu’il en a conservé, dont il refuse d’accepter, au fond de lui, la fin. <br /> <br /> En définitive, les thématiques développées dans le texte, via la quête de Jérémie &amp; Aelita, permettent d’interroger notre rapport au passé et à la nostalgie, ici plus précisément avec l’exemple de <span style="font-style: italic">Code Lyokô</span>. Avec Icer, nous n’avons pas eu la prétention d’apporter une réponse ou un jugement sur les deux postures développées (déjà que cette analyse improvisée est une réflexion postérieure qui n’a aucun lien avec l’écriture de base ; nous on voulait juste faire les originaux…), mais elles nous paraissaient extrêmement intéressantes. <br /> <br /> Si l’on voulait résumer la philosophie générale qui imprègne chaque chapitre de ce texte, ainsi qu’une facette de la personnalité de ses créateurs, les mots suivants seraient probablement les plus adaptés :</span> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/Se350y7.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/Se350y7.png"/></div> <br /> <br /> <span style="color: #f2e279">« Il est ainsi. »</span></div> </div> </div> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9617 Borée As Sun, 08 May 2022 07:22:29 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301081#301081 RE: [Fanfic] L'amère patrie [Terminée] http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301079#301079 <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/c8UnihH.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/c8UnihH.png"/></div> <br /> <span style="color: white"><span style="font-weight: bold">Jeudi 27 juin</span> <br /> <br /> L’événement était certainement superflu : mais Gilles Fumet l'avait pensé d'autant plus volontiers qu'il savait que Delmas l'attendait au tournant pour faire le bilan de l'animation, alors autant ne pas bouder son plaisir d'hérisser son supérieur, de toute façon réfractaire. Il avait donc convié les candidats malheureux lors d'une sorte de cérémonie d'investiture à la salle des fêtes pour officialiser la victoire de Christophe M'Bala. Forcément Christophe M'Bala. <br /> <br /> <div align="center"><span style="font-style: italic">Christophe M'Bala : 58,54 % <br /> X.A.N.A : 41,46 %</span></div> <br /> <br /> Paradoxalement, le score n'était pas aussi éclatant que lors de l'atelier d'hiver, où l'effet de nouveauté et de surprise avait joué à plein. Pour autant, pour quelqu'un qui avait passé plus de temps à démentir le fait, puis à faire semblant à ne pas être, et candidat, et en campagne, c'était quand même un joli score. <br /> Une première analyse pouvait amener à conclure que le système l'avait emporté. En effet, X.A.N.A, bien que programme informatique immatériel, visait de manière assumée le vote protestataire de ceux se sentant oubliés au sein d'un Kadic très élitiste sous couvert de méritocratie – chose très bien symbolisée par Élisabeth Delmas, ou de façon différente, par Ulrich Stern. La plastique d'Heïdi Klinger, dévoilée lors du débat d'entre-deux tours, avait aussi pu aider à convaincre certains indécis, notamment ceux ayant besoin de bien... visualiser les conséquences de leur vote. Sur fond d'une participation restant élevée quoique moindre qu'au premier tour – 71,99 % des élèves inscrits de Kadic tout de même – le tout nouveau représentant des élèves au conseil d'administration avait donc réussi à convaincre le reste : ceux, plutôt favorisés sur le plan scolaire, n'ayant ainsi besoin de rien de sa part (et souhaitant donc maintenir les choses en l'état pour continuer à n'avoir besoin de rien), et puis ceux ayant simplement fait le choix de ce qui apparaissait comme le moins pire (le fameux vote « barrage »). Il avait certainement pu bénéficier également des cinq voix des ex-Lyoko-guerriers – originels, William ayant annoncé publiquement voter X.A.N.A, sauf à ce qu'il ait menti mais on ne voyait pas trop pourquoi – aux motivations sans doute très spécifiques. Mais finalement, mise à part une paranoïa post-extinction du supercalculateur après 2 ans de lutte, rien n'avait réellement été le signe d'un quelconque retour du vrai programme multi-agent, réservé aux récits de science-fiction. <br /> De fait, pour conclure une animation riche en rebondissements sur la campagne autant que pauvre en surprise dans le résultat, tout ce beau monde se retrouvait à la salle des fêtes. Une réception VIP, à l'instar de ce qui se faisait réellement à l’Élysée pour le vrai Président (et l'excuse parfaite pour le professeur encadrant d'assumer ses envies de grandeur sous couvert d'une « pédagogie » basée sur le parallèle avec la réalité), et accessible uniquement sur invitation des anciens candidats ou des journalistes bien entendu. Une façon de récompenser ceux qui avaient joué le jeu, et par ricochet, ceux qui avaient participé à leur campagne. Avec trois ex-Lyoko-guerriers hors William parmi les candidats, inutile de préciser que la bande était rentrée au grand complet. Dunbar d'ailleurs, avait séché, sans trop de surprise. Idem pour Tamiya Diop, pour qui il n'était pas question de s'afficher dans ce genre de mondanités dénoncées durant toute la campagne. De façon plus étonnante, Élisabeth Delmas était le troisième candidat absent. Ce n'était toutefois pas dans l'idée de mettre, comme d'autres, une quenelle au système : la rumeur disait celle-ci plus endettée que prévu à la suite de l'affaire du chien Douglas, qu'elle avait visiblement acheté à prix d'or sur internet. Son père – le banquier métaphorique de cette anecdote jusque-là, voire l'usurier – ayant finalement refusé la demande de prêt et ne lui ayant, en tout état de cause, rien offert comme sa fille s'en vantait de prime abord devant ses proches. De fait, Sissi courrait maintenant dans tout Kadic à la recherche de dons pour l'aider à rembourser ce qui pouvait sans doute être considéré comme un frais de campagne, aussi absurde soit-il. Cocasse, pour la candidate vu comme étant, de loin, la plus fortunée. En revanche, comme elle ne perdait pas le Nord, elle avait quand même fait profiter ses fidèles lieutenants de l'invitation. On retrouvait donc Théo Gauthier en grande discussion avec Ulrich Stern, Xavier Gosselin et Gabriel Riccio faisant de même avec le frère de ce dernier et lieutenant de X.A.N.A, Raphaël. Odd Della Robbia, de son côté, vannait avec Thomas Jolivet, cheville ouvrière de la campagne (ratée) d’Émilie Leduc, tout en jetant un œil attentif pour assurer que le buffet ne commence pas sans lui. L'occasion aussi pour Poliakoff de retrouver Pichon, tandis que Belpois en profitait pour faire le malin devant sa belle, Aelita Stones. Et Yumi Ishiyama pouvait <span style="font-style: italic">débriefer</span> avec son jeune frère, présent en tant que journaliste officiel. Et si la Présidente du club de théâtre restait dans son coin, quoique non-loin de Thomas et Odd, Romain Le Goff semblait particulièrement actif sur le dossier Heïdi Klinger, actuellement entourée par les trois autres journalistes. Comme quoi, les idées politiques ne sont pas toujours une barrière pour les besoins plus élémentaires. <br /> On entendit un bruit de couvert frappé délicatement mais de façon répétée sur une coupe de champagne. De cette façon un peu clichée, Gilles Fumet, flanqué du vainqueur de l'animation, demandait à tout le monde de bien vouloir gagner une place assise. Le professeur alla ensuite se placer sur l'estrade, invitant M'Bala à le rejoindre. <br /> - Bonjour à tous et merci d'être venus si nombreux. Vous le savez, au terme d'une animation aussi ludique que pédagogique, j'ai l'immense plaisir de vous présenter celui que vous connaissez déjà tous : Christophe M'Bala, premier élève élu au conseil d'administration de Kadic ! Christophe, je te laisse t'exprimer si tu le souhaites. <br /> L'africain se racla la gorge : <br /> - Merci à tous pour votre présence. À l'issue de cette campagne étrange, j'ai conscience de la gravité des temps qui m'accompagnent. À partir de l'année prochaine, ce ne sera pas uniquement à moi d'agir pour les kadiciens, ce sera à nous tous de le faire, ensemble. J'espère que ce moment sera perçu comme une renaissance pour notre école. Quant à moi, l'objectif sera de servir, et uniquement de vous servir. <br /> Il avait déjà terminé. Il y eut des applaudissements nourris lancés par Matthias, forcément. Le nouveau représentant des élèves pris alors le temps d'aller saluer chacun des invités. Cela pris un moment. Avant que le buffet ne soit ouvert – avec, sans surprise, Yves le Saint et Jean-Baptiste Goliath pour assurer le service – et Odd, le premier à l'inaugurer. <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/644L66L.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/644L66L.png"/></div> <br /> <br /> Le nouveau représentant des élèves était parti. Des petits groupes, debout, s'étaient formés en attendant que Christophe M'Bala ait fini sa tournée ou en profitant des hors-d’œuvre. Mais c'était progressivement vers la sortie qu'ils se dirigeaient. Hervé alla d'ailleurs retrouver Jérémie avant que ce dernier ne soit de nouveau greffé à son groupe de potes habituels : <br /> - La clôture de l'animation aura été à l'image de celle-ci : un peu, sans doute trop, grandiloquente, amorça le binoclard. <br /> L'autre opina du chef sans trop hésiter : <br /> - Oui, c'est vrai. Il y a un peu côté... euh... village Potemkine d'une certaine façon. <br /> Pichon esquissa un discret mais néanmoins bien perceptible sourire. Il savait lui parler de façon imagée. <br /> - Alors, tout ce bordel en valait la peine tu crois ? <br /> Fait rare, Belpois se gratta la tête, dans un signe de réelle interrogation. Il mit d'ailleurs quelques secondes à reprendre l'échange pour répondre : <br /> - Ben. On dit depuis un moment je crois que pour contrôler le peuple, il faut du pain et des jeux... D'une certaine façon, le battage médiatique de la campagne, les postures politiques feintes... cela fait partie des distractions non ? <br /> - Je vois oui, approuva son collègue. Si nous sommes capables nous d'ores et déjà de le percevoir, alors la classe politique adulte doit certainement en être pleinement consciente. <br /> - C'est clair. <br /> - Reste à s'assurer que le jeu ne prenne pas une dimension telle que le nécessaire pour garantir le pain ne soit plus fait à terme, bien entendu. <br /> La tirade était policée, mais n'en restait pas moins empreinte d'une certaine gravité. Jérémie aurait bien voulu prendre davantage de temps sur cet échange, mais il voyait déjà du coin de l’œil les autres ex-Lyoko-guerriers, regroupés, l'attendre à la sortie de la salle. <br /> - J'ai apprécié mener cette barque avec toi en allié implicite pour la seconde fois, déclara Jérémie en guise de conclusion avant de tendre la main à Hervé. J'espère qu'on se retrouvera à l'avenir pour, peut-être, mener des projets plus concrets. <br /> La main tendue fut serrée. <br /> - Qui sait ? lâcha Pichon avant de retourner auprès de Nicolas. <br /> Le blond alla ensuite retrouver les autres. Ses autres à lui. <br /> - Eh bien, c'est le grand amour avec Hervé maintenant, commenta Odd, moqueur comme à son habitude. <br /> Le visé fut imperméable à la remarque. <br /> - On a une convergence de vues, répondit honnêtement l'intellectuel avant d’amorcer le processus de sortie vers l'extérieur. <br /> « Qui sait, dans d'autres circonstances... » <br /> - Personnellement, je suis content que tout ça soit terminé, fit remarquer un Ulrich ronchon, qui restait malgré tout dans un bon jour par rapport à sa moyenne de ces derniers mois – l'effet du champagne peut-être ? <br /> - L'année prochaine, on va peut-être enfin pouvoir vivre une année complètement normale ? rebondit Aelita, optimiste. <br /> - Ça me va, approuva Yumi. Vous allez enfin pouvoir me rejoindre en tant que lycéens. <br /> - Vivement la maturité qui va avec. Pour Odd j'entends, vanna sa cousine, ce qui fit rire même Stern. <br /> Le groupe avait suffisamment progressé pour être à l'extérieur. Ils virent alors apparaître William, qui venait de courir dans le sens opposé. <br /> - Merde, lâcha celui-ci essoufflé. Désolé pour le retard. <br /> Aucun membre de la bande ne réagit. Dunbar s'excusant pour si peu ? Ce n'était pas cohérent avec son attitude de ces dernières semaines. <br /> - Bon ce n'est pas le plus important, reconnut l'adolescent au sombre passé. Puisque vous êtes là, c'est surtout auprès de vous que je tiens à m'excuser. <br /> Il y eut quelques bouches bées. Ulrich lui-même se frotta les yeux, de surprise, d'incompréhension ou les deux. <br /> - Pour mon attitude pendant la campagne je veux dire. Je suis allé trop loin, assuma l'ex-X.A.N.Aguerrier. C'est comme si j'avais été à l'extérieur de mon corps, possédé. L'animation m'a fait un drôle d'effet mais maintenant que c'est terminé, je me sens beaucoup mieux. <br /> Yumi était plus que soulagée de retrouver celui qu'elle avait toujours eu du mal à qualifier d'ami, mais qui restait dans sa classe ; et elle préférait être en bon terme avec tout le monde. <br /> - Pas de soucis, on comprend, répondit-elle de façon encourageante. <br /> - Je vais m'excuser auprès de Monsieur Fumet, on en reparlera. À bientôt j'espère. <br /> Il s’éclipsa rapidement à l'intérieur, permettant au groupe de reprendre sa route vers le self, aiguillé par un Odd vantant les mérites de l'existence du deuxième service. <br /> Les adolescents étaient globalement détendus. Jérémie notamment, qui se sentait déjà en grandes vacances, le brevet à venir ne représentant qu'une formalité pour lui. Justement accompagné par un chaleureux Soleil d'été l'aidant à prendre la vie du bon côté, il se disait qu'il allait enfin pouvoir en profiter pour mettre un petit coup d'accélérateur dans sa relation avec Aelita. <br /> Mais alors que le groupe n'était pas encore arrivé au préfabriqué, Belpois stoppa subitement sa marche, amenant Ulrich qui était sur sa trajectoire à le bousculer légèrement (ce qui fit émettre un léger grognement à l'ex-samouraï). Il était soudain pris d'un affreux doute : <br /> - Attendez, il vient de dire quoi exactement William ?</span> <br /> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;">Une fois l'élection présidentielle achevée et les résultats officiels proclamés par le Conseil constitutionnel, la passation de pouvoir doit s'effectuer au plus tard le dernier jour du mandat du Président sortant. <br /> Si le Président sortant est réélu, la cérémonie d'investiture se tient malgré tout, mais l'arrivée du nouveau Président à l’Élysée et l'entretien avec son prédécesseur avant que ce dernier ne quitte le palais n'ont simplement pas lieu.</div> </div> </div> <br /> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"><div align="center"><span style="font-weight: bold"><span style="font-size: 16px; line-height: normal">Distribution</span> <br /> <br /> <span style="font-size: 14px; line-height: normal">Acteurs principaux</span></span> <br /> <br /> Jérémie Belpois – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Arthaud" class="postlink" target="_blank">Nathalie Arthaud</a> <br /> Nicolas Poliakoff – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Fabien_Roussel" class="postlink" target="_blank">Fabien Roussel</a> <br /> Christophe M'Bala – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron" class="postlink" target="_blank">Emmanuel Macron</a> <br /> Yumi Ishiyama – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Lassalle" class="postlink" target="_blank">Jean Lassalle</a> <br /> X.A.N.A/Heïdi Klinger – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Marine_Le_Pen" class="postlink" target="_blank">Marine Le Pen</a> <br /> Tamiya Diop – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Zemmour" class="postlink" target="_blank">Éric Zemmour</a> <br /> Odd Della Robbia – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_M%C3%A9lenchon" class="postlink" target="_blank">Jean-Luc Mélenchon</a> <br /> Émilie Leduc – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Hidalgo" class="postlink" target="_blank">Anne Hidalgo</a> <br /> Romain Le Goff – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Yannick_Jadot" class="postlink" target="_blank">Yannick Jadot</a> <br /> Élisabeth Delmas – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Val%C3%A9rie_P%C3%A9cresse" class="postlink" target="_blank">Valérie Pécresse</a> <br /> Hervé Pichon – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Poutou" class="postlink" target="_blank">Philippe Poutou</a> <br /> William Dunbar – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Dupont-Aignan" class="postlink" target="_blank">Nicolas Dupont-Aignan</a> <br /> <br /> <span style="font-weight: bold"><span style="font-size: 14px; line-height: normal">Acteurs secondaires</span></span> <br /> <br /> Jim Moralès – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Asselineau" class="postlink" target="_blank">François Asselineau</a> ; Aelita Stones – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Beno%C3%AEt_Hamon" class="postlink" target="_blank">Benoît Hamon</a> ; Ulrich Stern – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Fillon" class="postlink" target="_blank">François Fillon</a> ; Jean-Baptiste Pujol – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Manuel_Valls" class="postlink" target="_blank">Manuel Valls</a> ; Nabau Tié – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Drouet" class="postlink" target="_blank">Eric Drouet</a> ; Emmanuel Maillard – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Arnaud_Montebourg" class="postlink" target="_blank">Arnaud Montebourg</a> ; Paul Gaillard – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Christiane_Taubira" class="postlink" target="_blank">Christiane Taubira</a> ; Théo Gauthier – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Ciotti" class="postlink" target="_blank">Éric Ciotti</a> ; Xavier Gosselin – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Bertrand" class="postlink" target="_blank">Xavier Bertrand</a> ; Gabriel Riccio – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Barnier" class="postlink" target="_blank">Michel Barnier</a> ; Jeanne Le Bihan – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Marion_Mar%C3%A9chal" class="postlink" target="_blank">Marion Maréchal</a> ; Colin(e) Maillard – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Sandrine_Rousseau" class="postlink" target="_blank">Sandrine Rousseau</a> ; Thomas Jolivet – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Mathieu_Klein" class="postlink" target="_blank">Mathieu Klein</a> ; Raphaël Riccio – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Jordan_Bardella" class="postlink" target="_blank">Jordan Bardella</a> ; Lowel Tyron – <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Cheminade" class="postlink" target="_blank">Jacques Cheminade</a> (Bah oui, on en parle pas en 2022...)</div></div> </div> </div> <br /> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;">Bah non, rien d'autre, c'est fini quoi. Ou plutôt, c'est reparti pour cinq ans.</div> </div> </div> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9616 Icer Sat, 07 May 2022 20:17:41 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301079#301079 RE: Votre fin de saison préférée http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301078#301078 Pour ma part, même si j’adore le final de la saison 4 qui est sans doute factuellement meilleur, j’aurais toujours un petit faible pour le final de la saison 1, où on découvrait enfin à quoi une Aelita humaine ressemblerait et où Jim a pu briller en aidant les héros. Sondages http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=8570 pls77777 Mon, 02 May 2022 04:24:01 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301078#301078 RE: [Fanfic] L'Électrum [Terminée] http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301077#301077 <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/AqcRVZw.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/AqcRVZw.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>À bord du Skidbladnir, l’ambiance était plus calme qu’à l’accoutumée. Était-ce à cause de la perspective d’enfin boucler toute cette histoire à travers une ultime mission, ou parce que le lever s’était effectué très tôt, ou simplement du fait qu’Odd était étrangement silencieux à cause du petit-déjeuner qu’il n’avait pas eu le temps de prendre à cause d’une douche trop longue ? Un peu des trois explications, sans doute. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Comme à l’avant-hier, l’immense boule à l’excroissance tubulaire finit par se découper dans le bleu du réseau. Aelita effectua la manœuvre machinalement, laissant la régie s’occuper de déverrouiller le sas d’accès une fois la clé numérique enclenchée. Toutefois, au lieu de s’achever sur l’ouverture du Réplika au bout de quelques secondes, Tyron informa les combattants virtuels de l’originalité du jour : <br /> — <span style="font-style: italic">Les enfants, nous avons reçu un message de l’ennemi au moment où l’on a tenté de s’introduire dans son monde.</span> <br /> — Une tentative de négociation ? interrogea William, non-sensibilisé au fait que ce type de manœuvre était généralement suspicieuse. <br /> — <span style="font-style: italic">Si l’on veut. Il a eu la délicatesse de nous adresser son billet traduit en trois langues : japonais, russe et anglais, preuve qu’il souhaite être entendu.</span> <br /> — Bon et alors ? s’impatienta Odd. L’idée de la mission c’était « pas vraiment de scénario… place à l’action » il me semble, non ? <br /> — <span style="font-style: italic">Hum, pour simplifier c’est une forme d’ultimatum : il propose un cessez-le-feu immédiat entre nos deux camps et donc que nous annulions immédiatement cette mission. Il sous-entend que la casse engendrée par nos conflits est suffisante pour que l’on s’entrefiche la paix et que poursuivre risque d’être encore plus regrettable – surtout pour nous apparemment.</span> <br /> — <span style="font-style: italic">Un statu quo en gros</span>, glissa Jérémie sans cacher sa perplexité. <br /> — <span style="font-style: italic">Je sollicite vos avis pour cette question</span>, poursuivit l’adulte, <span style="font-style: italic">car après tout c’est vous qui prenez les risques sur le terrain : doit-on prendre au sérieux ce message et surtout, l’accepter ? Je vous épargne mon avis, vous devez déjà vous en douter.</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Silence perplexe au sein de l’assemblée virtuelle. S’ils n’avaient pas été coincés dans leur Navskid, les garçons se seraient regardés en haussant les épaules. Après tout, leurs contrats n’impliquaient globalement que de passer à l’action, pas de réfléchir à sa mise en place. Naturellement, il ne demeura qu’Aelita pour partager son opinion : <br /> — Il faut poursuivre. Avec ce message, l’ennemi nous révèle qu’il est affaibli, donc que notre mission à ses chances de réussir. De ce qu’on sait, il n’y a pas de défense particulière dans la base du barrage. S’il nous fait cette proposition, c’est qu’on lui fait suffisamment peur. Sa tentative de détruire le cœur du Réplika Banquise a échouée, il est au pied du mur. <br /> — <span style="font-style: italic">Aelita a raison</span>, appuya Jérémie. <span style="font-style: italic">En deux jours, il a déployé énormément de puissance machine pour se défendre et nous attaquer. Il ne pourra sûrement pas répliquer de la même façon aujourd’hui.</span> <br /> — Voilà, reprit l’ex-Gardienne de Lyokô, si on lui laisse l’occasion de revenir à la charge, tout ce qu’on a fait jusque-là n’aura servi à rien. Il faut en finir maintenant. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Un mélange de motivation et de lassitude était perceptible dans l’intonation d’Aelita. <br /> — <span style="font-style: italic">Je tiens à ce que chacun de vous fasse son choix en son âme et conscience, alors si jamais-</span> <br /> — Vous embêtez pas m’sieur Tyron, l’interrompit poliment Ulrich. Princesse, comme toujours, je te suis ! <br /> — Yep, approuva sobrement William. <br /> — Ça ne va pas plaire à mes fans si je vous lâche, alors... <br /> — <span style="font-style: italic">Un simple « Pareil » aurait suffi</span>, s’exaspéra le plus jeune des opérateurs. <span style="font-style: italic">Bref, si on est tous d’accord pour assumer nos responsabilités, c’est reparti.</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’ouverture du monde virtuel se déploya pile à la fin de la phrase du bientôt lycéen. À croire qu’il avait ménagé son effet de style. Pour autant, le sous-marin virtuel s’y engagea sans plus de tergiversations. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Lorsqu’il émergea de la mer numérique, il emprunta le même itinéraire que lors de sa première venue. La tour au milieu du rempart en cuvette ayant fait ses preuves, pourquoi changer, en effet ? Cependant, une nouvelle surprise attendit le groupe des Lyokô-guerriers une fois rapprochés de leur destination : <br /> — Jérémie, la tour a changé. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Par cette synecdoque, Aelita faisait en réalité référence à la configuration de terrain sur laquelle était posé l’édifice. Si le sentier qui y menait était le même, son issue était désormais une large plateforme plane. C’était comme si les murs protecteurs originels étaient tombés pour augmenter la surface praticable à pied. Le fameux pylône blanc était placé de manière excentrée, vers le « fond » – par rapport à la position du vaisseau – et relativement proche du vide. <br /> — Je pars sur une autre tour ? interrogea légitimement la conductrice après avoir laissé passer quelques instants pour que les informaticiens constatent le changement sur leurs écrans. <br /> — <span style="font-style: italic">Non</span>, réagit Belpois, <span style="font-style: italic">on risque de perdre trop de temps à cause de la lenteur du Skid. C’est peut-être ce que voulait l’ennemi en modifiant ainsi la topographie. On reste sur le plan initial et on mise tout sur la vitesse.</span> <br /> — Bien reçu. Préparation à l’arrimage dans ce cas. <br /> — <span style="font-style: italic">Ok, je te laisse faire... Au fait, avant que j’oublie : sois prudente.</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’elfe aux ailes d’ange lâcha un sourire, qui s’était fait rare dernièrement, face à la phrase rituelle. <br /> — D’accord. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Aelita et Odd atterrirent au même endroit que William et Ulrich deux jours plus tôt – après tout, il était compliqué d’anticiper le lieu de réception qui semblait tantôt être le même, tantôt être différent selon une logique aléatoire. <br /> — <span style="font-style: italic">Bien, vous y êtes</span>, commenta Tyron. <span style="font-style: italic">Comme dit lors de la préparation de la mission, on a réussi à décoder le plan du barrage dans les dernières données. Le supercalculateur se situe très certainement dans la partie Sud-Est, astucieusement cachée ; vous êtes en haut, il va donc falloir aller en bas.</span> <br /> — C’est pour ça que j’ai été choisi non ? informa Della Robbia, en mode <span style="font-style: italic">attention whore</span>. <br /> — <span style="font-style: italic">Oui mais tes chances de survie seront supérieures si tu restes avec Aelita. Nous n’avons pas réussi à localiser le barrage avec Google Earth, c’est trop imprécis sur ce terrain. Il n’y a pas moyen de se laisser glisser à un endroit ?</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Les deux adolescents, qui voulaient faire les choses bien pour cette ultime mission, observèrent calmement les alentours, prenant de la hauteur en montant sur une corniche de roche malgré le manque de discrétion que cela pouvait engendrer. Ils étaient à première vue sur le flanc Est de la falaise. En contrebas, on pouvait apercevoir une excroissance indiquant certainement le centre de contrôle : il était toutefois trop loin pour envisager de sauter sans endommager la structure du spectre. <br /> — D’ici, impossible, on va longer pour voir, informa Aelita. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’idée n’était pas mauvaise et se révéla judicieuse. En effet, sur le morceau de falaise restant avant une nette coupure due à la chute d’eau postérieure à la retenue artificielle, la végétation semblait reprendre ses droits sur la roche et de fait, il devenait plus facile d’entamer une désescalade en s'agrippant à des lianes ou des branchages, pour éviter une descente trop abrupte. Ce fut aussi fastidieux – surtout pour Aelita, Odd étant mieux équipé à ce niveau – qu’efficace : ils avaient perdu du temps, mais les deux adolescents étaient désormais parvenus au bord de l’aval, le centre de contrôle parfaitement en visuel. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> — <span style="font-style: italic">On se réveille les gars. La vague arrive.</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>William serra son zanbat&#333;, sûrement avec davantage de force que nécessaire, preuve interne de sa détermination. Il savait qu’il risquait de se retrouver de nouveau très directement confronté à la néo-Méduse et toute nouvelle qu’elle était, la base restait la même : c’était la créature à l’origine de sa capture par X.A.N.A. Il avait toujours une appréhension particulière à l’idée de la revoir. Il n’était toutefois pas question de se défiler dans le contexte de cet affrontement, qui pouvait bel et bien être le dernier. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Jetant un coup d'œil à Ulrich, ce dernier lui fit un bref signe de tête d’encouragement en défouraillant l’un de ses sabres. À eux deux, ils étaient redoutables, quel que soit le terrain. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Ils allaient avoir l’occasion de le prouver : six Rampants gris et trois Bloks élancés de la même couleur arrivaient face à eux, surgissant des parois horizontales sur lesquelles les deux monstres étaient connus pour pouvoir effectivement s'agripper. Il ne manquait plus que la Méduse. Mais celle-ci n’était pour l’instant pas visible. Ce qui n’était pas le plus étrange : pourquoi est-ce que les monstres avaient surgi sur un rayon d’à peine 90 degrés de la plateforme, là où ils en avaient 360 pour entourer le Skid et les Lyokô-guerriers ? La régie allait fournir aux combattants de premiers éléments de réponse : <br /> — <span style="font-style: italic">Hey les gars, c’est quoi « G.O.L.A.N » ?</span> interrogea Jérémie. <br /> — Comment ça ? contre-interrogea Ulrich. <br /> — <span style="font-style: italic">Selon les écrans, il y a un ennemi de ce nom derrière les monstres, vous voyez quoi ?</span> <br /> — Rien ! T’es sûr de toi ? <br /> — <span style="font-style: italic">Formel.</span> <br /> — Ce n’est sûrement pas un hasard, analysa William. Les monstres doivent le protéger, c’est pour cela qu’ils sont venus groupés, ils forment un périmètre défensif autour cette chose invisible. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Stern fit mine de cracher par terre. <br /> — Ok. On va tirer ça au clair, de toute façon, ces monstres-là ne sont pas connus pour être redoutables. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>La confiance du samouraï témoignait du fait qu’ils n’étaient pas venus la bouche en cœur. Pour cause : qu’Aelita et Odd soient les plus utiles en translation n’avait pas fait oublier à Jérémie et Tyron qu’Ulrich et William étaient deux combattants de corps-à-corps et que les monstres ennemis jusque-là semblaient aussi efficaces de près que nuls de loin. Pour parer à ce problème, les deux intellectuels avaient travaillé à une amélioration de l’avatar virtuel du samouraï : les salves d’énergie, déjà présentes par défaut chez William. Le blondinet, l’expérience de la lutte contre X.A.N.A emmagasinée, avait connaissance de ce concept qui avait été programmé à Stern à l’époque du faux Franz Hopper. Il avait d’ailleurs songé à les lui réinstaller lors de la période où il avait à croiser le fer avec le second sur Lyokô ou les Réplikas, mais n’avait jamais pris le temps de rechercher les quelques éléments de codage lui manquant pour imiter en ce sens X.A.N.A. C’était le savant allemand qui, aujourd’hui, bouchait le trou, ayant déjà eu l’occasion de travailler sur des données originellement produites par le programme multi-agent, preuve en était de ses néo-monstres. À eux deux, l’affaire s’était réglée en moins de 150 minutes. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Voilà pourquoi Ulrich n’avait qu’un seul sabre en main et qu’il le fit virer d’un éclat blanc en le serrant à la verticale avant de libérer de l’énergie de façon linéaire d’un geste d’humeur en direction du Rampant le plus proche qui explosa, surpris. L'assassin eut lui-même droit à une vague d’émotion lorsque le tir laser violet d’un des Bloks s’écrasa juste à son pied. <br /> — William, recule ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Dunbar bondit en arrière alors qu’il s’apprêtait à lui-même envoyer sa salve d’énergie sur un autre néo-Rampant. <br /> — Quoi ? <br /> — Les lasers des monstres ont changé ! Ils ne font plus des arcs électriques à l’impact apparemment et ils ont davantage de portée, ça ressemble à ce qu’a utilisé la Méduse pour démonter les Mégatanks de Tyron ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Son analyse était aussi pertinente que juste ; voilà qui rééquilibrait un peu les choses. L’effet de surprise passé de part et d’autre, chaque camp ayant dévoilé ses <span style="font-style: italic">upgrades</span> depuis la veille, quelle tournure les événements allaient-ils prendre ? Ulrich, pouvant cumuler ses nouvelles capacités au <span style="font-style: italic">supersprint</span>, était toujours aussi complexe à toucher, même si les monstres avaient une portée supérieure. C’était plus compliqué pour William, qui pouvait en compensation bénéficier d’une surface de protection plus large, mais qui devait anticiper le ciblage du laser en se basant sur la position du monstre : comment ajuster sa lame <span style="font-style: italic">de visu</span> avec un laser mettant désormais moins d’une seconde à faire dix pas de distance ? Il avait pu démonter son Rampant en absorbant son tir de la sorte, mais le Blok suivant était plus délicat à anticiper et Dunbar encaissa un laser avant de se venger en le faisant disparaître définitivement. Pour autant, il ne restait déjà plus qu’un Blok et deux Rampants en moins d’une minute, surtout vu l’efficacité offensive du samouraï. L’affaire était entend… <br /> — <span style="font-style: italic">Ulrich, achtung !</span> hurla soudain le scientifique. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>William avait tourné la tête. Le temps de voir l’avatar de Stern disparaître en confettis blancs et, juste derrière, observer une curieuse forme humanoïde. Une silhouette humaine donc, aux curieux reflets rouges et aux marques blanches sur le corps, mais au visage simplifié à sa plus simple expression, puisqu’il s’agissait en fait uniquement d’une excroissance contenant une sorte de blob. Surtout, les deux épées en main ne laissaient guère de doute sur la façon dont il venait de se payer Ulrich ; il se replia ensuite sur lui-même, traversant le sol pour disparaître purement et simplement. On pouvait comprendre que Stern se soit fait surprendre si le truc était sorti du sol de la même façon quelques instants plus tôt. <br /> — Il y a un genre d’humain avec des épées qui sort du sol et qui a buté Ulrich ! alerta William. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il y eut quelques secondes d’un silence pesant – Dunbar avait heureusement de quoi s’occuper en démontant un Rampant et en s’éloignant prestement avant de se faire allumer par les monstres restants – avant que Lowel ne reprenne la parole : <br /> — <span style="font-style: italic">Euh… il était de quelle couleur ?</span> <br /> — Il avait une sorte de lueur rouge. <br /> — <span style="font-style: italic">Hm… avec des tatouages blancs ? Et il s’est enfoncé dans le sol après ? Il a une boule au milieu du visage ?</span> <br /> — Oui !!! confirma l’agent de terrain. <br /> — <span style="font-style: italic">C’est pas vrai, c’est pas possible !</span> <br /> — Quoi ? s’inquiétait Jérémie à ses côtés. <br /> — <span style="font-style: italic">En dehors de la couleur, c’est exactement le programme expérimental de nouveau monstre que j’étais sur le point de finir ! Le premier codé sans partir de X.A.N.A ! J’ai été volé !</span> <br /> — <span style="font-style: italic">Mais comment c’est possible !? On aurait eu une fuite de données durant l’attaque d’hier ?</span> <br /> — <span style="font-style: italic">C’est la seule explication ! Nous avons repoussé l’ennemi en l’empêchant de rentrer par la porte et il s’est introduit par la fenêtre ! Du stückscheiße !</span> <br /> — <span style="font-style: italic">C’est une très mauvaise nouvelle, qui sait ce que l’autre a appris d’autre sur nous ? Votre programme a d’autres facultés que le coup de la disparition dans le sol ?</span> <br /> — <span style="font-style: italic">Non, c’est déjà bien assez compliqué à créer comme ça !</span> répondit l’adulte toujours sur les nerfs. <br /> — <span style="font-style: italic">Bon, William fais bien gaffe. Je vais t’indiquer la position du point à chacun de ses mouvements afin que tu ne te fasses pas avoir par surprise à ton tour, ok ?</span> <br /> — Reçu. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le guerrier survivant essaya de faire le vide. Sans Ulrich et avec l’espèce de ninja furtif sur le dos, la partie s’annonçait bien plus compliquée que prévu. C’était le moment ou jamais de prouver qu’il n’avait pas volé sa réintégration post-X.A.N.A-guerrier. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Aelita et Odd, une fois arrivés à bon port, n’avaient pas essayé d’entrer par la porte, sûrement verrouillée, constatant qu’un accès était possible par l’aval du barrage, le bâtiment-cible laissant lui-même sortir le liquide base de toute vie entre des colonnes qui faisaient presque penser à une de ces façades de forum romain. Il y avait par la suite un sol en dur qui semblait mener à deux ascenseurs : celui de droite était là, contrairement à l’autre. Bien sûr, chaque site avait un digicode qui n’avait sûrement pas été prévu pour laisser passer des intrus comme eux mais – comme quoi, Jérémie avait vu juste – Aelita n’avait plus qu’à justifier son salaire en utilisant son mystérieux pouvoir de création pour faire passer le voyant au vert. Les deux adolescents s’élevèrent ainsi, arrivant en quelques secondes dans une sorte d’espace de contrôle… où se trouvait une femme asiatique, qui visiblement s’attendait à les voir débarquer – en même temps, la mise en branle de l’ascenseur était logiquement annonciateur – car elle était debout, appuyée contre un panneau de commande. Derrière elle, une baie vitrée devait lui offrir un panorama sympathique de l’aval du barrage. <br /> — Une femme !? Une femme serait derrière tout ceci ? s’exclama Odd. <br /> — Golan, fit simplement celle-ci dans un accent qui faisait tout sauf français. <br /> — Euh... <span style="font-style: italic">tching tchang tchong</span> ? tenta Della Robbia en se basant sur le phénotype qu’il avait en face de lui, sans grand succès. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>En fait, une voix robotique s’était mise à parler une langue étrangère que les Lyokô-guerriers identifièrent rapidement comme du japonais. La femme, après un soupir discret mais néanmoins appuyé, lui répondit dans la même langue avant que la voix ne se mette à parler en français : <br /> <span style="color: #e34234">— Les réactions stupides habituelles. Je n’en suis que plus fière de vous dominer.</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Ah, ok, elle ne parlait pas français et semblait utiliser un programme élaboré de traduction. En guise de revanche et après son flop dans sa tentative d’apprivoiser le dialecte local en autodidacte, Della Robbia décida de l’intimider en tirant un missile pour faire exploser une fenêtre. La boule d’énergie n’avait pas fait deux mètres qu’elle vint mourir dans une sorte d’écran bleu qui apparût au contact du projectile, avant de redevenir progressivement translucide. Ce genre de système défensif, parfaitement prévu pour des spectres d’énergie, datait certainement de l’époque X.A.N.A, qui avait apparemment tiré quelques leçons de la destruction de ses premiers Réplikas de l’époque : en l’état, l’humaine était intouchable. De fait et puisqu’ils le pouvaient, Aelita décida d’entamer le dialogue : <br /> — Qui êtes-vous ? <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>À nouveau, la voix robotique traduisit ses propos en japonais, permettant ensuite à la questionnée de répondre et d’être elle-même comprise, même si en l’état, toute traduction était inutile : <br /> <span style="color: #e34234">— Ivanov Fedorov.</span> <br /> — Bon, elle se paye notre tête, commenta Della Robbia, ses propos étant bien sûr audibles et donc traduits. <br /> <span style="color: #e34234">— Je peux me le permettre.</span> <br /> — Peut-être, répondit Aelita. Mais vous êtes coincée ici et nous savons que le supercalculateur est dans l’autre pièce au fond du couloir, nous avons les plans de la base. Vous ne pouvez en aucune façon nous en empêcher mais vous allez bien devoir quitter votre cage, alors que notre forme nous permet de vous surveiller éternellement. Pendant que mon collègue s’occupe de votre machine, je vous conseille de coopérer et peut-être vais-je faire preuve de clémence. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il était rare de voir la jeune fille avec un ton aussi grave, mais son attitude n’était que le résultat des responsabilités qu’elle prenait depuis le début de cette mission. Elle fit un signe de tête pour que Della Robbia s’exécute : en effet, au-delà de la salle de contrôle elle-même et de l’accès à l'ascenseur, un passage sur la gauche menait à une autre pièce. Le chat se mit en route, tandis que l’inconnue écoutait la traduction des propos d’Aelita, puis y répondait : <br /> <span style="color: #e34234">— Vous n’êtes que des gamins. Vous n’avez aucune idée de ce qu’est le vrai pouvoir, ni les sacrifices qui sont nécessaires pour y arriver. Vous n’allez pas tarder à vous en rendre compte...</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il y eut soudain des bruits de tir en provenance du couloir et une épaisse fumée s’en dégagea pendant quelques secondes, empêchant Aelita de comprendre ce qui venait de se passer. La voix d’Odd lui fournit cependant une indication : <br /> — Bien pensé le coup des lasers qui sortent du plafond mais c’est d’un classique ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Stones commençait à entrevoir la silhouette d’Odd, tout en voyant d’un œil la femme ennemie commencer à arborer une expression inquiète. <br /> — <span style="font-style: italic">Aelita, je sais que tu préfèrerais sûrement prendre le temps de cuisiner cette femme, mais on a un problème. Ulrich s’est fait avoir et William est en sérieuse difficulté, l’ennemi cherche à récupérer la tour, vous risquez d’être bientôt détranslatés !</span> exposa Jérémie. <br /> — Vas-y Odd, finissons-en et tant pis pour elle ! ordonna alors Stones en adressant un regard mauvais à l’autre femme présente dans la pièce. <br /> — À vos ordres, princesse ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il y eut de nouveau un bruit sourd, suivi d’un cri. L’instant d’après, Odd avait disparu, tout comme l’air inquiet de la japonaise. Un écran du même genre que celui qui empêchait Aelita de s’en prendre à son ennemi, quoique apparemment plus compact, venait d’apparaître au bout du couloir. <br /> — <span style="font-style: italic">Bordel, Odd a été détranslaté. Il a sauté sur une mine ou quoi !?</span> s’énerva Jérémie. <br /> <span style="color: #e34234">— Vous voyez un peu mieux ce que je veux dire ?</span> annonça la voix robotique dans la foulée. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>William n’allait pas y arriver. Il gagnait du temps, il y avait sans doute consensus là-dessus, mais ne pouvait plus sortir vainqueur sans Ulrich. Pas avec le harcèlement de ce G.O.L.A.N qui faisait exprès de venir se placer de manière à empêcher au maximum William d’éliminer ses ennemis à la salve s’il ne voulait pas finir comme son maître. Le temps qu’Odd, de retour dans le Skid, ne reprenne ses esprits, il allait sans doute être beaucoup trop tard. <br /> — <span style="font-style: italic">On a un nouveau problème</span>, annonça Jérémie, la voix qui commençait à trembler. <span style="font-style: italic">La Méduse est de retour sur le Réplika de Tyron. Les monstres ne vont faire que la retarder, on n’a plus de Lyokô-guerriers à lui envoyer. Le temps nous est définitivement compté, il faut en finir avant qu’elle atteigne sa cible !</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>C’était peut-être l’aggravation de cette situation qui amena soudain William à tenter le tout pour le tout. Abandonnant l’idée des salves, il fonça soudainement sur le Blok, plus isolé des Rampants car moins mobile. Le monstre n’avait pas eu le temps de décider quel oeil utiliser pour analyser ce volte-face qu’il avait déjà pris la lame de William dans la poire, le faisant exploser. Le guerrier, qui l’avait littéralement chargé pour éviter d’interrompre sa course, évitant ainsi au passage un laser qui misait visiblement là-dessus, effectua soudain un tacle glissé face au Rampant pour éviter de la même façon un nouveau laser qu’il ne pouvait pas se permettre d’encaisser, en ayant déjà pris deux pour un coût total de 84 points de vie. Cette action lui permit de balayer le monstre en arrivant à sa hauteur dans le prolongement de son mouvement et de lui faire goûter une sorte d’uppercut au zanbat&#333;, que le monstre ne supporta évidemment pas. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il entendit alors un bruit : l’entité G.O.L.A.N ne l’avait pas suivi et était en train d’entrer dans la tour ! Dunbar se rua à sa suite pour le rattraper, perdant sa concentration face au dernier Rampant qui était désormais entre lui et l’édifice, lequel lui balança un laser en pleine poitrine. Le guerrier se dépixelisa, laissant la créature pousser un cri que l’on pouvait interpréter comme un cri de victoire. Pour autant, quelques instants après, alors que l’avatar humanoïde venait de composer le code permettant au camp chinois de reprendre le contrôle de la tour, Aelita n’était pas de retour dans le cockpit du Skid, que le Rampant restant n’attaquait d’ailleurs même pas. <br /> — <span style="font-style: italic">C’est quoi c’bordel Jérémie ?</span> interrogeait la voix d’Ulrich dans la régie. <br /> — <span style="font-style: italic">Oui oui j’ai vu, la translation n’a pas pris fin et le vaisseau est toujours connecté malgré la perte de la tour. C’est la première fois qu’on est dans un tel cas de figure, laisse-moi analyser ça...</span> <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Conformément à l’annonce de Jérémie, sur le Réplika Banquise, les monstres envoyés pour contrer la néo-Méduse – qui en raison de l’attaque de la veille ne purent être déployés en armée – se firent balayer. Toutefois, il ne s’agissait que de la <span style="font-style: italic">Tyron Air Force</span>. L’ultime rempart avant le cœur du monde virtuel consistait en un unique néo-Mégatank, placé à mi-chemin du sentier y menant. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Lorsqu’il vit la créature électrique faire mine de s’engager sur le chemin, la boule grise imita un certain hérisson bleu et roula à toute allure, visiblement dans l’idée de faire un <span style="font-style: italic">strike</span>. Parés à une telle éventualité, les tentacules métalliques réitérèrent la séquence d’attaque efficace contre cet ennemi, à savoir se regrouper de façon rigide afin de tirer le mince rayon violet qui, comme cela avait déjà été vu, permettait de littéralement <span style="font-style: italic">monter en l’air</span> un néo-Mégatank, pour un plongeon direct en regard de la configuration. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Toutefois, durant le laps de temps court que dura cette confrontation, le monstre flottant ne se rendit pas compte de la virtualisation de deux autres blindés roulants, de chaque côté et légèrement derrière lui. Ainsi, pile au moment où leur compatriote décollait, ses successeurs prirent d’assaut la néo-Méduse dans une classique attaque en tenaille. Nuance notable : six orifices étaient apparus sur leur circonférence, à l’emplacement exact où se déployaient les œils de X.A.N.A sur le modèle original. Pendant leur déplacement, ils se mirent à rougeoyer, donnant l’impression du fait de leur alignement et du mouvement que les monstres étaient sur roue. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Captant les bruits émis, l’ennemie pivota. Toute contre-attaque étant compromise, elle opta pour une simple esquive en s’élevant verticalement, grâce à sa lévitation naturelle, avec cette vivacité que la version X.A.N.A réservait généralement à la fuite. Les deux boules, dont le plan initial avait été compromis, durent rebondir... littéralement puisque leur élan difficilement ajustable les fit s’entrechoquer. Leur synchronisation n’étant pas maximale, une seule accusa le choc et recula de quelques mètres. Profitant de ce désordre, la néo-Méduse, depuis sa position élevée, cibla cette dernière avec son fameux rayon concentré pour l’envoyer voler pendant l’instant d’arrêt naturellement accusé. Une deuxième bille de billard fut envoyée dans le trou numérique. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le dernier monstre de Tyron profita de cette fenêtre pour se placer juste en dessous de sa cible, de telle façon que trois de ses orifices rougeoyants soient à peu près alignés dans son axe. Une fois son laser chargé, il fit feu. Contrairement à sa base, le néo-Mégatank n’avait pas à s’ouvrir ou s’immobiliser pour tirer – même si dans le cas présent, oui. En échange de quoi, son laser elliptique ne pouvait se déployer que sur ses côtés, via les fameuses ouvertures, avec une envergure inférieure à son diamètre de boule et une portée de quelques mètres seulement. Dans le cas présent, c’était suffisant pour toucher la Méduse qui n’était pas trop loin du sol, dans une attaque évoquant finalement une lame énergétique longue. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Malheureusement, la conjonction de deux facteurs firent échouer cette tentative. À nouveau, la vivacité du monstre adverse se vérifia, lui permettant de gagner quelques centimètres au cours d’une manœuvre de recul. Ensuite, durant sa séquence offensive, le Mégatank, tirant obligatoirement des deux côtés, relâcha également un laser dans le sol sur lequel il était posé. La puissance de ce dernier fut suffisante pour le soulever de quelques centimètres de la surface, amorçant une légère déviation de son axe initial, également vers l’arrière. Résultat : au lieu d’atteindre le corps principal, seuls deux tentacules furent coupés par l’ellipse rouge. Les secondes qui suivirent furent toutes cuites pour la néo-Méduse qui, en dépit de son amputation, parvint à rassembler ses appendices restants pour un ultime et létal laser face à une sphère désarçonnée. <br /> — <span style="font-style: italic">Décidément, ce modèle-là s’en tire mal</span>, entendit-on marmonner Tyron face à la prestation laborieuse de ses seuls monstres incapables de voler par eux-mêmes. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Enfin libre de ses mouvements, l’assaillante put s’avancer jusqu’au bout du sentier, donnant directement sur le cœur du monde virtuel. L’instant suivant, ses six appendices enserrèrent la barrière de protection de celui-ci tout en se remettant à générer des impulsions et des arcs électriques. La défense n’en avait pas pour longtemps. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Bientôt, la néo-Méduse pourrait placer ses extrémités près de la boule lumineuse et, à l’instar du cerveau d’un avatar humain, pourrait y implanter les données qu’on lui avait confiées... <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Aelita n’avait pas bougé de sa posture attentiste depuis la détranslation d’Odd. Elle se méfiait de la femme qui lui faisait tranquillement face les mains dans le dos, ainsi que d’un éventuel coup fourré supplémentaire si elle se décidait à suivre la route de son camarade tombé. <br /> — <span style="font-style: italic">Aelita ?</span> lui dit la voix de Jérémie dans sa tête. <span style="font-style: italic">Inutile de répondre pour ne pas donner d’indication à l’ennemie. La situation nous échappe : non seulement je ne comprends pas ce qu’il se passe avec la tour qui a été volée, mais surtout, sa Méduse commence à implanter un programme dans le supercalculateur, par le biais du cœur – ce qui permet de contourner les pare-feux. Avec Tyron, on pense que c’est un nouveau virus.</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Devant ces nouvelles, l’expression de la jeune fille devait avoir changé, car le traducteur de la propriétaire des lieux lui annonça presque narquoisement : <br /> <span style="color: #e34234">— Pas facile de garder sa belle assurance quand on ne contrôle plus rien, pas vrai ?</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Elle se fit fusiller du regard en réponse. <br /> — <span style="font-style: italic">Ce nouveau virus sera probablement différent des précédents</span>, poursuivit Jérémie en parallèle, <span style="font-style: italic">on ne pourra certainement pas le contrer cette fois. Tyron préconise d’éteindre sa machine afin de se donner le temps de travailler sur une solution. Avant ça, il faut terminer la mission. On a déjà ramené Odd, vu qu’il ne se passe plus rien sur le Réplika et qu’il est assommé. Il ne reste plus que toi.</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’asiatique reprit la parole : <br /> <span style="color: #e34234">— Ma proposition de cessez-le-feu tient toujours. Un mot de ma part et G.O.L.A.N interrompra ses actions contre vous. Bien sûr, c’est à vous de faire le premier pas...</span> <br /> — Les choses sont allées trop loin pour qu’on recule maintenant... répondit Aelita d’une voix plus calme qu’elle ne l’aurait crue. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Pour peu, nul n’aurait su dire si l’intonation de sa voix traduisait de la détermination ou de la résignation. <br /> — <span style="font-style: italic">Aelita</span>, fit Jérémie, <span style="font-style: italic">la Méduse a presque fini ! Ce n’est plus qu’une question de minutes maintenant. Fonce !</span> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Sans détourner les yeux de son ennemie, la Gardienne de Lyokô commença à esquisser quelques pas en arrière. Après avoir généré deux <span style="font-style: italic">champs de force</span> dans ses paumes, elle lança : <br /> — Du coup, je vous dis <span style="font-style: italic">sayonara</span> ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Elle décocha les deux boules roses avant de piquer un sprint dans le couloir menant à l’objectif. Bien entendu, les attaques moururent sur l’écran de protection de la femme, mais cela lui donna l’instant nécessaire à la conservation d’une confortable avance et l’assurance qu’elle ne se prendrait pas un poignard dans le dos. Dans tous les cas, l’occupante du barrage ne chercha même pas à la poursuivre, sachant par expérience qu’elle ne ferait pas le poids contre le super-spectre, si tant est qu’elle parvenait à le rattraper. <br /> — <span style="font-style: italic">N’oublie pas que l’accès au supercalculateur est protégé</span>, précisa alors Jérémie avec son inquiétude habituelle. <br /> — Ne t’en fais pas j’ai ma petite idée, répondit la Lyokô-guerrière avec assurance. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Grâce au ménage fait par Odd en amont, Aelita traversa prestement le corridor jonchés des débris encore fumants des systèmes de défense dérouillés à la flèche-laser. Sur le chemin, elle chargea deux nouveaux <span style="font-style: italic">champs de force</span>. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Une fois à portée de l’ouverture vers l’espace du supercalculateur, au bout du couloir, elle envoya ses sphères d’énergie devant elle. Comme appris plus tôt, l’écran protecteur bleuté se manifesta pour intercepter l’agression. Il n’eut pas le temps de s’en remettre que d’autres attaques suivirent, à un rythme qu’Aelita n’avait que trop peu pratiqué par elle-même. La protection, moins large que dans la salle de contrôle et ayant moins de surface pour disperser l’énergie des impacts, finit logiquement par céder. La kadicienne put ainsi s’engouffrer dans la salle du supercalculateur. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Elle ne se donna pas la peine de trop le détailler du regard, même si son modèle et sa configuration – en trois alignements de tours reliées, à taille humaine – étaient clairement différents de ce qu’elle avait vu jusque-là. Belpois, toujours présent dans l’oreillette, y alla de son commentaire, plus pour se rassurer sur son contrôle de la situation que par réelle utilité : <br /> — <span style="font-style: italic">Il faudra que tu t’arranges pour la détranslation mais sitôt que tu réapparaîtras dans le Skid, je te ramènerai.</span> <br /> — D’accord, à tout de suite, Jérémie. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Pour la dernière fois, elle se transforma en mitrailleuse à <span style="font-style: italic">champs de force</span>, se déplaçant afin de toucher toutes les parties de la machine et éviter de refaire comme en Amazonie, à l’époque. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Les boules électriques éclataient sur les composants, provoquant des étincelles et des courts-circuits aux zones d’impact. Pour Aelita, ce n’était jamais assez. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Encore un <span style="font-style: italic">champ de force</span>. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Ce supercalculateur, en quelque sorte, était la manifestation physique de son ancienne vie et de celle qu’elle avait menée jusque-là. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Encore un. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le détruire était la dernière étape de son évolution. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Encore un. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Aujourd’hui était le premier jour du reste de sa nouvelle vie. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Voyant que la machine malmenée semblait prête à céder, elle se mit à charger des deux mains un ultime <span style="font-style: italic">champ de force</span>, géant cette fois-ci. Son état exalté lui faisait éprouver une joie qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir ressentir dans une telle situation, si bien qu’avant son lancer, elle s’arrêta et lança d’une voix forte, largement couvert par le vacarme ambiant : <br /> — ...ez, ... ...a ...er ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Dans un dernier geste de relâchement total, elle largua alors sa bombe. En faisant cela, elle avait enfin atteint ce nexus où seuls présent et futur cohabitaient. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>En même temps que l’explosion détranslatante, un sentiment de libération et un apaisement la traversèrent. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>À la suite de la première intrusion dans la base Union et l’ajustement des derniers détails pour le lancement de la production des premiers robots, Tyron avait été congédié des lieux par X.A.N.A. Mesure préventive rudimentaire. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Toutefois, à cause de l’affaire Mir encore chaude, il ne pouvait retourner directement chez lui. Aussi avait-il dû s’établir à Saint-Pétersbourg quelques jours, le temps que l’intelligence artificielle gère l’inévitable invasion. Il suivit cette dernière à distance, constatant l’efficacité de la défense puisque le supercalculateur ne sembla pas subir de dommages. X.A.N.A lui-même lui confirma l’information tout en lui annonçant qu’il pouvait retourner à la base, avec l’assurance que ce genre d’événement ne risquait plus de se reproduire. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Malheureusement, ce pronostic se fit furieusement mettre à mal : à peine plus de temps s’écoula avant que le supercalculateur ne subisse l’assaut d’un programme multi-agent inconnu, provoquant son court-circuit, plus la destruction et l’endommagement de la plupart de ses composants. Loin d’être irrécupérable, cela demanderait du travail pour le remettre en état. Heureusement, il avait le temps et les moyens de son côté. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Quant à X.A.N.A, il ne donnait plus signe de vie depuis la gestion de la dernière intrusion dans la base et n’en donnait pas plus à la suite de cet événement-là. Nul besoin d’avoir un diplôme d’ingénieur pour comprendre que les choses avaient mal tourné pour l’être artificiel face à ceux qu’il qualifiait d’ennemis et qu’il avait certainement été annihilé par le même programme venu à bout du supercalculateur. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Loin de se démonter face à ce dernier revers, le scientifique y vit l’opportunité de l’indépendance. Finalement, entre l’expérience, les moyens et les informations glanés, il sortait largement gagnant de tout ça. Terminé les projets douteux, les recherches arbitraires et la construction de robots. Il allait pouvoir réinvestir pleinement toutes ses capacités en direction de son domaine favori, plonger vers cet infini qu’il affectionnait tant : l’espace. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Bill Richardson avait terminé sa journée de travail par la préparation d’un communiqué avec son cabinet sur la tragédie des mineurs de Pasta de Conchos, où il exprimait ses condoléances et arguait de la nécessité de changer de modèle. Cinq jours plus tôt, on annonçait une explosion de méthane dans une mine de charbon de cette localité mexicaine qui n’était finalement séparée du bout de l’État du gouverneur que par un simple morceau de Texas. Conséquence : une soixantaine de mineurs pris au piège. Officiellement, les recherches étaient en cours, mais Richardson n’était pas un abruti, il savait que ce n’était qu’une question de temps avant que l’on annonce leur mort et tenait à être le premier officiel des États-Unis à réagir lorsque ce serait le cas. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Au-delà des liens affectifs qu’il avait à titre personnel pour le Mexique, cet accident était aussi politique, en venant encore une fois souligner les dangers de l’exploitation du charbon, l’une des énergies les plus polluantes du monde et la nécessité d’amorcer une réelle transition énergétique en laquelle le gouverneur croyait. Cela tombait bien, il était en phase avec ça et ne manquait pas de ressources, surtout depuis un certain partenariat. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Cela lui donna justement l’idée en quittant son véhicule de fonction qui venait de le raccompagner au sein de sa résidence officielle de passer un dernier coup de fil, alors qu’il vidait ses poches sur une petite table présente dans son salon. Il était certes minuit passé, mais il savait que cet interlocuteur-là n’avait pas d’horaire. Il sélectionna donc le numéro mis en mémoire que X.A.N.A lui avait laissé : il l’avait déjà contacté deux fois de lui-même et le virus avait toujours décroché dans la seconde. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Néanmoins cette fois-ci, rien. Cela sonnait dans le vide de façon continue, sans déclencher de messagerie. De fait, Bill Richardson raccrocha puis prit le temps d’adresser un SMS au programme demandant de bien vouloir le rappeler au sujet des expériences sur la géothermie. Il ne doutait pas que X.A.N.A allait reprendre langue prochainement. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Atomi Hakura avait compris que X.A.N.A vivait une période agitée, quand bien même il restait évasif dans ses péripéties. Après avoir décidé en urgence de modifier le lieu de test de la créature virtuelle générée à partir des ordinateurs zombies chinois, le programme avait fait de nouveau appel à elle en ce sens par deux fois en quelques jours. Aujourd’hui, il l’avait d’ailleurs sollicitée à plusieurs reprises, un second apport énergétique ayant été demandé à peine un quart d’heure après le premier. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’occupante du barrage de Tagopan n’était en rien chagrinée, car il s’agissait d’autant d’opportunités de glaner des informations. Elle avait compris, bien sûr, que tout ce bazar était concentré sur le fameux monde virtuel supposé être situé en Sibérie, non-loin d’ici – à l’échelle du monde bien sûr. Il fallait qu’elle trouve un moyen d’espionner les événements qui s’y tramaient… <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Puis... plus rien. Ce fut d’un coup le silence radio de la part de X.A.N.A. Du jamais vu jusque-là. Que fallait-il en conclure ? La sino-japonaise n’allait pas rester sagement à attendre des nouvelles, ce n’était pas son genre. Il fallait analyser, décortiquer, comprendre. Il lui fallut tout de même dix bonnes secondes avant de remarquer le plus évident : son monde virtuel venait de se faire ravager la gueule. En quelques instants. Sans que rien n’ait pu l’empêcher. La jeune femme ne se reprochait pas trop de choses sur le sujet : c’était X.A.N.A qui gérait la sécurité numérique jusque-là. Cela ne semblait pas lui avoir réussi et c’était peut-être pour ça qu’il s’était lui-même fait avoir. En plus, le monde virtuel russe avait disparu lui aussi. La coupure était très brusque. Trop brusque. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Si Hakura avait perdu le monde virtuel, le supercalculateur avait aussi ramassé, quoique moins fortement et elle dut passer trois bonnes heures à effectuer des réparations temporaires de fortune pour refaire fonctionner son réseau qui avait été impacté par cette mort subite – avant d’envisager des réparations de plus long terme sur l’outil quantique désormais totalement <span style="font-style: italic">offline</span>. Vu la localisation secrète de Tagopan, il allait falloir plusieurs semaines pour récupérer certains composants-clés pour le supercalculateur. Handicapant, mais dans cette attente, elle pouvait continuer à faire ses recherches standard tout à fait normalement. Au bout de quelques heures, alors que la nuit était tombée depuis longtemps – quelle importance, elle vivait dans cet endroit désormais – la jeune femme devait se rendre à l’évidence : le programme multi-agent était mort. Pour être encore plus précis : il avait bien été <span style="font-style: italic">éliminé</span>. Incroyable. Inconcevable. Un truc aussi poussé, contre qui elle n’avait rien pu faire elle-même ? De ce fait, elle ne savait pas si elle devait se réjouir ou non. Certes, X.A.N.A vaincu, elle retrouvait sa pleine et entière liberté et en prime, elle conservait le supercalculateur. Même recoder le monde virtuel, maintenant qu’elle avait vu à quoi s’en tenir, semblait envisageable en quelques semaines sitôt le supercalculateur réparé... <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Paradoxalement, cette situation sous-entendait aussi que quelqu’un avait été capable de tuer le virus. Quelqu’un qui devenait donc de façon présumée bien plus redoutable qu’elle-même sur le plan informatique. Elle pencha la tête : s’il était facile de passer pour un crack dans le domaine en Chine, elle ne devait pas oublier qu’à l’international, de nombreux concurrents pouvaient se dresser sur sa route… et par définition, les frontières n’existaient pas sur internet. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Elle reprit le fil de son raisonnement : si l’on partait du principe qu’un autre humain coopérait avec lui en Sibérie, avait-il pu être l’auteur d’un programme anti-X.A.N.A ? Non, cette hypothèse était hautement improbable, parce que le virus surveillait tous les faits et gestes de ceux ayant le privilège de pouvoir interagir avec ses supercalculateurs ; le moindre codage agressif aurait nécessairement été repéré. Et un programme capable de l'éliminer ne se bricolait pas en douce sur un portable. Non, c’était forcément autre chose, quelqu’un d’autre. Il fallait absolument retrouver cet individu et si possible, l’éliminer pour qu’il ne représente plus une menace. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Car Hakura savait une chose : si elle voulait être la seule à garder les bénéfices du partenariat avec X.A.N.A, alors il fallait mettre hors course tous ceux susceptibles d’avoir eu le même niveau d’informations. Son avance technologique, déjà quasi-assurée en Chine, le deviendrait alors à l’échelle mondiale et… un <span style="font-style: italic">monde</span>, littéralement, de possibles s’ouvrirait. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Mais elle n’arrivait pas à déterminer l’origine d’une éventuelle attaque ayant démonté X.A.N.A, ce qui la laissait dans le brouillard. Son seul point de départ, c’était le monde virtuel russe et il semblait avoir subi le même sort que le sien, avant qu’elle n’ait pu l’analyser suffisamment finalement. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Bon. Ce n’était pas gagné, mais pas perdu non plus. En restant en alerte sur le réseau, elle allait bien finir par réussir à retrouver la trace d’un des autres gus ayant coopéré avec X.A.N.A, que ce soit le russe ou un autre. Le coup des expériences sur la faune et la flore par exemple : elle doutait fortement que X.A.N.A ait choisi d’écarter la Chine pour retenir la Sibérie. Cela n’avait aucun sens, elle avait donc forcément été mise en œuvre ailleurs. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>De plus, elle avait le temps pour elle. Elle avait aussi de quoi s’occuper en travaillant – désormais sans chaînes – sur les possibilités que pouvaient lui offrir le monde virtuel à sa disposition. Bref, la partie de chasse ne faisait que commencer. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Atomi Hakura ouvrit une fenêtre blanche : X.A.N.A n’étant plus sur son dos, elle allait enfin pouvoir coder « G.O.L.A.N », son propre programme multi-agent, théorisé depuis longtemps, mais intouchable tant que le virus était dans son ombre. Il était temps d’enfin laisser libre cours à ses talents. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> — Aelita ? AELITA !? NOOOOOOOOOON ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Tyron, qui se trouvait à proximité la plus immédiate de Jérémie ne put s’empêcher de faire les yeux ronds en encaissant ainsi auditivement le hurlement de Belpois. Groggy quelques instants, il ne fut pas le premier à lui donner la réplique : <br /> — Qu’est-ce qu’il y a Jérémie ? demandait Ulrich en se rapprochant, tandis qu’Odd, recraché par le scanner depuis quelques minutes dans le même état que son retour de translation, ronflait toujours dans un coin de la pièce adjacente. <br /> — La reprise de contrôle de la tour par l’ennemi a empêché la revirtualisation d’Aelita dans le Skid, c’est pour cela qu’elle ne réapparaît pas ! <br /> — Tu… tu veux dire qu’elle est…? <br /> — Je… non, pas forcément, il doit bien y avoir un moyen de la faire réapparaître dans le Skid à terme mais... <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le professeur allemand leva les mains, en signe d’apaisement, ce qui eut l’effet inverse dans le cerveau paniqué de Jérémie. Le constatant, il ajouta verbalement : <br /> — Messieurs, nous devons nous en tenir au plan initial. Je dois éteindre notre supercalculateur dans les minutes qui suivent sinon la machine sera perdue définitivement et la question sera réglée pour Aelita de toute façon. Vous n’avez plus votre supercalculateur ! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>À l’arrière-plan, William avait hoché la tête d'acquiescement. Un signe que ne vit pas Jérémie, qui avait d’autres projets : <br /> — Non !!! Couper la machine pourrait faire perdre toute trace d’Aelita dans la mémoire tampon qui nous a servi à activer la translation, je ne peux pas prendre un tel risque ! <br /> — Jérémie, il nous reste en gros 90 secondes avant de perdre bien plus qu’Aelita, ce n’est pas le moment de tenir une conférence ! Si je trouve le moyen de sauver ma machine, il sera bien plus aisé de garder espoir pour retrouver et ramener l’enveloppe virtuelle d’Aelita ! <br /> — Il a raison Jérémie, appuya Ulrich. Si tu n’es pas capable de ramener Aelita dans la minute qui vient, mieux vaut temporiser. On a vu que ça nous réussissait mieux que de se jeter dans les pièges, ajouta-t-il en pensant très fort en parallèle à son camarade de chambre toujours K.O. du côté du scanner. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Cette fois, Belpois se tourna vers Dunbar, originellement situé à presque 180 degrés de son champ de vision. L’ex-X.A.N.A-guerrier restait impassible, n’ajoutant rien, ce qui valait réponse… en faveur de Stern. <br /> — Bien, le débat est clos, j’y vais, annonça le professeur qui s'éclipsa pour se diriger vers la salle du Supercalculateur. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le samouraï virtuel vit Jérémie soudain bondir dans sa direction. Il eut le réflexe de s’interposer et de retenir son ami aux bords des larmes qui perdait décidément tout sens commun. <br /> — NOOON ! AELITA !!! <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Aidé par son fidèle William, le brun n’eut aucun mal à <span style="font-style: italic">tanker</span> le frêle et délirant Belpois qui gesticulait dans tous les sens, et consommait donc beaucoup d’énergie dans le vide. Lorsque le savant revint dans la pièce, l’opérateur des Lyokô-guerriers se figea subitement, cessa de s’agiter et s’effondra simplement à genoux, en pleurs, la tête entre les mains dans une posture de résignation, sous le regard gêné des deux autres adolescents. <br /> — Bon… c’est fait, annonça un peu inutilement le savant. Ulrich, puis-je te dire un mot en privé ? <br /> — Euh… oui. Ça va aller William ? <br /> — Je gère, ne t’inquiète pas. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Tandis que Dunbar, à la sensibilité sans doute inversement proportionnelle à l’émotivité de Yumi, essayait tant bien que mal de réconforter le blondinet, Stern suivit l’allemand à l’écart dans le couloir. Tyron ferma carrément la lourde porte de sécurité avant d’entamer son propos : <br /> — Ce que je m’apprête à te dire va sans doute te choquer : Aelita est bel et bien morte. J’en suis sincèrement navré. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>L’adolescent, qui venait de servir d’éponge sentimentale à son camarade, ne savait plus quoi dire, se contentant d’ouvrir la bouche de surprise. Il ne comprenait en fait plus rien. <br /> — Je m’explique. J’ai volontairement voulu laisser un espoir à ton ami pour qu’il ne vrille pas à chaud et faire passer la pilule de l’extinction – bon ça n’a pas trop fonctionné, mais disons que ça aurait pu être encore pire. J’ai moi aussi vu passer l’analyse des données à la suite de la reprise de la tour et ça sent très mauvais. Il semble que le plan de cette femme asiatique ait été celui-ci depuis le début. Empêcher les translatés de revenir sur le virtuel je veux dire. Dans son malheur, la maladresse d’Odd l’en a préservé puisqu’il a été éliminé avant la récupération de la tour. Mais pour Aelita... <br /> — Je comprends, fit Ulrich, y voyant un peu plus clair. Vous pensez qu’il n’y a réellement aucun espoir ? <br /> — Même si j’ai collaboré avec X.A.N.A, je suis loin d’avoir autant de connaissances que Jérémie sur ces sujets-là, d’autant plus que nous parlons d’une procédure qu’il a créée lui-même. Même Schaeffer pourrait être largué. Je te promets de prendre le temps d’en discuter avec lui, à tête reposée bien sûr. Mais à mon sens, on n’arrivera jamais à récupérer la conscience d’Aelita. Le supercalculateur de Chine est détruit et vu le piège qui nous avait été tendu, sans lui, tout est perdu. Son corps désintégré, on peut sans doute réussir à le libérer du scanner mais sans son esprit, je te laisse imaginer le problème éthique que cela pourrait poser. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Stern imaginait. La réplique débile – mais au moins surpuissante physiquement – de William avait déjà été un cauchemar à gérer à l’époque. Ce n’était rien à côté de ce que Tyron évoquait présentement. <br /> — D’accord, je comprends. <br /> — Je te dis ça aussi parce que je pense que c’est le genre de choses qui seront plus faciles à annoncer et à traverser entre amis. Je suis un peu la pièce rapportée dans cette aventure. <br /> — O… oui, vous avez sans doute raison. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Ulrich ne ressentait aucune joie. Ils avaient réussi à démonter le supercalculateur ennemi, à quel prix ? Lui aussi avait besoin de s’isoler un peu mais dans l’immédiat, il était plutôt honoré de la confiance que le savant allemand lui accordait. Jusqu’ici, c’était Jérémie ou Aelita qui avaient toujours assumé ce type de responsabilités, lui se contentant d’être une arme sur le terrain virtuel. Aujourd’hui, le premier n’était pas en état et la seconde… n’était plus là. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le brun préféra retourner ensuite avec William. Alors qu’il arrivait, Della Robbia venait visiblement de reprendre ses esprits puisqu’il rejoignait lui-même la pièce. <br /> — Euh… qu’est-ce que j’ai manqué... ? demanda candidement Odd en voyant les yeux rouges de Jérémie et les mines attristées d’Ulrich et William. <br /> <br /> <br /> <div align="center"><img src="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png" border="0" alt="https://i.imgur.com/J2bQSFI.png"/></div> <br /> <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>La morosité prédominait au petit-déjeuner, au lendemain de l’ultime mission, ce qui était naturel au vu des circonstances de cette dernière. Odd, Ulrich et William étaient attablés, en silence. Ils s’étaient levés inhabituellement tôt, probablement parce qu’ils ne se sentaient pas de rester seuls avec leurs pensées pleines d’amertume et de regrets. Plus particulièrement, Della Robbia semblait être celui qui se sentait le moins bien. Il avait sorti et préparé un maximum de victuailles pour son repas matinal, qu’il consommait avec frénésie. Toutefois, là où habituellement, il se sustentait le sourire aux lèvres, dans le cas présent ce n’était pas le cas. Il donnait l’impression de gérer ses émotions par leur voration, ce qui du point de vue de son meilleur ami, était assez triste à regarder. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>La veille, l’original s’était confié à ses deux camarades sur la pointe de culpabilité qu’il ressentait à être tombé dans un piège avant d’avoir pu détruire le supercalculateur. Avec plus de prudence, selon lui, il serait parvenu à accomplir sa mission avant que le contrôle de la tour ne soit perdu. Cela avait pris plusieurs heures à Stern et Dunbar pour le consoler, mais surtout le raisonner, car sa façon d’aborder les choses n’était pas la bonne. En effet, en partant de là, les deux combattants à l’épée, qui s’étaient fait avoir de deux façons différentes par G.O.L.A.N, pouvaient légitimement éprouver de la culpabilité. Or, il n’en ressentaient pas, uniquement du regret. Les deux avaient conscience que rejouer les événements avec des <span style="font-style: italic">« Et si ? »</span> ne mènerait nulle part. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>En définitive, même si cela n’avait qu’apaisé légèrement Odd, au moins avait-il été aiguillé pour avancer. <br /> — Bonjour jeunes gens, fit Tyron d’une voix sobre à basse fréquence en entrant dans la pièce commune. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Si rien ne semblait différent chez le scientifique, le fait était qu’il se présentait en public – se levait ? – bien plus tard qu’à l’accoutumée. <br /> — Comment ça s’est passé avec Jérémie ? s’enquit immédiatement Ulrich. <br /> — Je suis resté avec lui quelques heures mais il a fini par me chasser. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Bien qu’il ait préparé le terrain et laissé les Lyokô-guerriers entre eux pour gérer leur camarade le plus jeune, celui-ci avait refusé de croire l’analyse de Tyron relayée par le samouraï. De fait, depuis l’après-midi du jour d’avant, il s’était cloîtré devant à poste de contrôle, à balayer le réseau et ses données. Le propriétaire de la base l’avait rejoint en soirée pour l’épauler, mais surtout lui permettre d’accepter les faits, ses amis de Kadic n’arrivant pas à lui faire quitter sa place. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Aux dernières nouvelles, donc, il n’avait pas décroché de l’ordinateur depuis près de vingt heures... <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>La morosité reprit alors place tandis que l’adulte se préparait un café. Comme quoi, l’âge et l’expérience de la vie mettaient au même niveau face à l’encaissement de la mort. Quelques minutes seulement après l’arrivée de Tyron, la porte de la pièce s’ouvrit à nouveau, dévoilant un Jérémie à la mine affreuse, avec des yeux rouges et gonflés. Cette apparition coupa l’élan de gloutonnerie d’Odd. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Le blond à lunettes s’avança doucement jusqu’à la chaise la plus proche, s’y installa, puis lâcha, mortifié : <br /> — C’est fini, elle est partie. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il se prit la tête dans les mains avant d’exploser en sanglots. Ceux-ci furent différents des précédents car chargés d’acceptation. Face à cet effondrement, les trois compères du jeune homme mirent un instant à décider de quelle marche suivre, avant qu’Odd ne prenne l’initiative. Sans un mot il se leva, pour se positionner face à son ami et spontanément lui prêter son épaule pour qu’il pleure, dans un semi-câlin maladroit. Belpois l’accepta, ce qui dévoila à nouveau son visage. Ulrich et William suivirent, en posant chacun une main sur l’épaule du jeune homme, geste qu’utilisait beaucoup Aelita pour manifester son soutien à ses amis. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Face à ce tableau qui se dessinait, Tyron s’éclipsa pudiquement, sans bruit. <br /> — Vous... vous... croyez que, émit Jérémie entre quelques hoquettements. <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il renifla bruyamment, <br /> — Elle- <br /> <img src="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png" border="0" alt="http://i.imgur.com/SAnDuG9.png"/>Il s’étouffa dans ses mots et ne chercha à finir sa phrase. Les autres ignoraient ce qu’il comptait dire. Malgré cela, Jérémie sentit que sa pensée flottait dans les airs et devait, maintenant ou à un moment antérieur, être partagée par les autres : <br /> <br /> <span style="font-style: italic">« Vous croyez que, là où elle est, c’est un monde sans danger, désormais ? »</span> Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=9617 Borée As Sun, 01 May 2022 10:58:46 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301077#301077 RE: [Fanfic] Replika on the Web http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301075#301075 Bonsoir à tous. <br /> <br /> Merci pour le retour Appryl, c'est toujours agréable à lire. Surtout après une aussi longue pause. <br /> <br /> Je n'ai pas encore démarré la suite de la fanfic. Je me laisse encore du répit. Mais j'ai quand même envie de revenir sur la conception de l'arc qui s'est déroulé ces dernières années. Arc implicite vu qu'il n'a pas de titre, mais qui concerne la première intrigue de couple de la fiction. <br /> <br /> <span style="color: orange"><div align="center"><span style="font-size: 18px; line-height: normal"><span style="text-decoration: underline"><span style="font-weight: bold">Les arcanes du Replika :</span> Le premier couple</span></div></span></span> <br /> <br /> <div> <div class="spoiler"> <span style="float:left;">Spoiler</span> <input type="button" value="Voir" style="width:80px;font-size:10px;margin:0px;padding:0px;" onclick="if (this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display != '') { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = '';this.innerText = ''; this.value = 'Cacher'; } else { this.parentNode.parentNode.getElementsByTagName('div')[1].getElementsByTagName('div')[0].style.display = 'none'; this.value = 'Voir';}"> </div> <div> <div class="spoiler_visible" style="display: none;"> L'idylle entre Fred et Céleste est la plus ancienne imaginée pour la fanfic. Elle était déjà présente sur le premier prototype dont j'ai déjà parlé, comme le couple James Marie, mais ce dernier a été imaginé plus tardivement. <br /> <br /> Pour commencer, les trois titres des épisodes concernés par cette intrigue possèdent une référence secrète. Bien que pour le dernier, ce n'était pas vraiment trouvable. <br /> <br /> Pour l'épisode 37, tout a commencé par le big bang, il s'agit d'une référence à Big Bang Theory. La très célèbre sitcom américaine ponctuée de geeks et d'intrigues amoureuses. Cela me paraîssait pertinent. <br /> <br /> L'épisode 38 contient une référence qui m'est beaucoup plus chère : &quot;Faites vous des rêves aussi bizarre ?&quot; est une des dernières paroles d'une chanson que j'aime beaucoup. Il s'agit de &quot;Mes Lumières d'Espoir&quot; que l'on entends deux fois dans Winnie l'Ourson II, chantée d'abord par Roger Carel dans le rôle de Winnie, qui je trouve chante magnifiquement bien, et au générique de fin, sous une version pop romantique, interprétée par Claude Lauzzana et Marielle Hervé. Ce n'est pas une chanson d'amour à proprement parler. Elle décrit surtout l'histoire d'un personnage perdu, faisant appelle aux étoiles pour lui venir en aide. C'est cette musique qui m'a donné l'idée de l'intrigue. Je la connais depuis tout petit, et l'aime vraiment beaucoup. La vieille pop romantique des années 80/90. <br /> <br /> Si vous décidez d'écouter la chanson, ou que vous la connaissez, vous ferez sûrement des parallèle avec les derniers épisodes sortis. <br /> <br /> Enfin, l'épisode 39, lui, est une référence aux boum qui ont eu lieu durant mes classes découvertes, quand j'étais écolier. Je restais souvent là où il y avait les boissons en regardant les autres danser. Sauf qu'en CM2, je me suis décidé lors d'un slow à inviter mon amoureuse. Mais la musique s'est terminée avant que nous ne commencions à danser. J'aurai dû me décider plus tôt. &gt;.&lt; <br /> <br /> Concernant l'intrigue en elle même, je n'ai cessé de manier et remanier le script. A la base, le déroulé des évènements devait être beaucoup plus long, et la dispute entre Fred et Bertrand (pas celle avec James, celle avec Bertrand) devait avoir bien plus d'importance. Elle aurait dû amener Fred à révéler sous la colère l'histoire du Macstodonte à Bertrand, et lancer toute une intrigue là-dessus pour la suite. Mais je n'ai jamais été satisfait de cette intrigue, alors j'ai abandonné cette idée. Quelques scènes de cette intrigue ont toutefois été remaniées et sont toujours présentes dans le script de l'épisode 41 notamment. <br /> <br /> Concernant le dénouement de l'arc, lui aussi a été très difficile. J'ai littéralement tout envisagé : dans une version, Fred et Céleste s'embrassaient à la fin de l'épisode 39, officialisant leur relation. Comme dans l'épisode 22 Routine. Dans une autre version, ils se disputaient très violemment, comme dans l'épisode 22 Routine. J'avais même prévu de référencer le fameux étrange (et très kitch) changement au rouge de l'arrière-plan pendant cette célèbre dispute de Yumi et Ulrich. Mais que ce soit l'officialisation comme la grosse dispute, ça ne me plaisait pas trop pour la suite. Je n'avais pas envie de conclure l'intrigue entre Fred et Céleste si tôt, ni de la compliquer davantage façon saison 3. Ainsi, j'ai progressivement basculé sur l'entre-deux qu'on a aujourd'hui. Comme l'épisod 39 le suggère lui-même, il y aura une suite au développement de cette relation. J'ai encore quelques idées, mais j'attends certains épisodes clés de la fiction pour revenir là-dessus. Vous verrez. <br /> </div> </div> </div> <br /> <br /> C'est donc une grande partie des coulisses sur la rédaction des derniers épisodes. J'espère que ça vous aura plu. Comme dit précédemment, je ne promet plus rien, pour la suite de la fanfic. J'ai toujours envie de continuer, mais ça ne veut pas dire que je le ferai dans l'immédiat. Replika on the Web reste un projet assez lourd pour moi, et j'ai aussi d'autres projets ailleurs : le dessin, la musique, ma chaîne YouTube...Et la vie en général, de toute façon. <br /> <br /> Surveillez quand même le topic de temps à autre, sait-on jamais ! Fanfictions Code Lyoko http://forum.codelyoko.fr//posting.php?mode=reply&t=7869 Sirix Sat, 30 Apr 2022 18:38:47 GMT http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=301075#301075