CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
[Fanfic] Mondes Alternés
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Imprévu [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 5 sur 15

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13, 14, 15  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Floramagic MessagePosté le: Mar 04 Déc 2012 18:01   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 66
Ah oui, pardon j'ai oublié, c'est vital en plus... Surprised
C'est ton subconscient alors ! Razz Il doit penser à moi en fait quand tu écris. :') -Meschevillesvontbiensmerci!-.
Et donc... Tu vas nous faire attendre, c'est ça ? t_t Mais, je boude.
Mwhaha, j'ai hâte de la lire, la chute, en tout cas. J'aime déjà, t'en fais pas ! x)
_________________
http://img255.imageshack.us/img255/2505/floramagiccodelyokofrsi.gif
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Mar 04 Déc 2012 21:08   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Totalement vital pour mes nerfs, en effet Mr. Green
Moui, c'est cela Razz
Cht, rassurez-vous, le brouillon du 15 il me reste genre 2scènes à caser Razz
Officiellement casée dans le chapitre 7 que je commence à corriger Smile
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Café Noir MessagePosté le: Mer 05 Déc 2012 06:53   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 27 Mar 2012
Messages: 1490
Localisation: Thugland
Après avoir tout lu dimanche soir entre 21h30 et 22h30 (avec des pauses), je me suis dit "P***** de m****, qu'est-ce qu'elle écrit bien !" (Oui, j'ai un esprit criique ultra devellopé qui, à mon avis, te sera fort utile dans l'écriture de ta fic...) et bien 3 jours plus tard, même réaction...

Tu as un style à toi, et franchement, je te l'envie. C'est assez déroutant de suivre les aventures de nos héros par l'intermédiaire de XANA parce que, forcément, la perception de chaque chose, de chaque personnage, est affectée. Je n'en dis pas beaucoup plus là-dessus sinon, je vais répeter ce que dit ton plus grand fan.

Niveau scénario, c'est très interessant aussi mais le manque (et quand je dis "manque", ce n'est pas un reproche, hein ?) d'excursions sur Lyokô ne me permet pas, encore ne fois, d'en dire davantage... Je préfère lire la suite avant de plus me prononcer...

Bref, ceette critique ne t'apportera rien si ce n'est mon soutien donc je l'arrête là. (J4ai un esprit critique vraiment à chier...)

Bonne chance et franchement BRAVO pour ton (incroyable) travail Mr. Green

_________________
Le $ang et la $ueur chapitre 12

« L'avenir, je vois comment qu'y sera... Ça sera comme
une partouze qui n'en finira plus... Et avec du cinéma
entre... Y a qu'à voir comment que c'est déjà... »
Céline, Voyage au bout de la nuitr
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 05 Déc 2012 22:51   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Wouw, que de lauriers....Tu sais que c'est pas bon pour ma grosse tête, ça?

Oui, c'est ça que j'aime beaucoup dans cette fic', c'est pouvoir tout commenter, sans exception et en me lâchant sur la méchanceté gratuite Mr. Green Y compris avec les persos que j'aime bien, ils y passent tous! Et mine de rien, me lancer dans de grandes réflexions, ça m'aide beaucoup à couvrir plus de pages (nyahaha, je triiche *O*) et je pense que ça peut être utile pour les sujets de réflexion en rédac' ^^

C'est déjà bien, le soutien Smile (Bahh, j'ai l'habitude, avec Floramagic Mr. Green héhéhé, noon pas taper Crying or Very sad)

*gonflement de tête* Et ben voilà, j'avais prévenu x)


Je passais poster également pour vous annoncer avec la plus grande joie que le chapitre 15 est bouclé (wah, que d'efficacitude, hein?Mr. Green) et que le 7 est commencé (1ère scène presque finie)
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Café Noir MessagePosté le: Jeu 06 Déc 2012 08:35   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 27 Mar 2012
Messages: 1490
Localisation: Thugland
Citation:
Et mine de rien, me lancer dans de grandes réflexions, ça m'aide beaucoup à couvrir plus de pages


J'ai remarqué xD
D'ailleurs j'ai l'impression que le but des ces graandes réflexions et de faire mariner le lecteur impatient (mwa par exemple) plus que de remplir des pages...

Bonne chance pour la suite !

_________________
Le $ang et la $ueur chapitre 12

« L'avenir, je vois comment qu'y sera... Ça sera comme
une partouze qui n'en finira plus... Et avec du cinéma
entre... Y a qu'à voir comment que c'est déjà... »
Céline, Voyage au bout de la nuitr
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Floramagic MessagePosté le: Jeu 06 Déc 2012 17:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 66
Ikorih a écrit:
Officiellement casée dans le chapitre 7 que je commence à corriger

Ah trop bien dis moi ! ** Ah mais je veux lirheu. Et sinon... Tu penses qu'on l'aura pour quand ce chapitre 7 ? Ce WE peut-être ..? x')

Ikorih a écrit:
Tu sais que c'est pas bon pour ma grosse tête, ça?

Noooonnn ! La laisse pas exploser ! S'il te plait ! Je veux la suite moi. :') -Jesors-

Ikorih a écrit:
Bahh, j'ai l'habitude, avec Floramagic Mr. Green

Il ne faut pas confondre soutien et harcèlement Ikorih... Rhololo, non mais je te jure. x)


Voilàà, j'ai fini ma petite incruste. Mr. Green
_________________
http://img255.imageshack.us/img255/2505/floramagiccodelyokofrsi.gif
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Autremonde MessagePosté le: Sam 08 Déc 2012 22:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 23 Avr 2012
Messages: 106
Localisation: Dans un autremonde ^^
Salut… kerps… encore deux chapitres… (c'est là que je me dis que j'aurai mieux fait de poster avant).

Arg… pourquoi et toujours cette pauvre forêt ? Explication : Déjà dans l'animé c'est le premier territoire à être détruit (parce qu'il était plus lourd à traiter que les autres). A croire que ce pauvre terrain ne peut pas tenir sur la durée… (même avec moi il a pas fait long feu).

L'histoire est super super lente… Mais c'est tellement bien fait que l'on oublie facilement cette longueur. D'ailleurs j'aimerais bien pouvoir décrire les choses comme toi surtout que du point de vue du personnage de XANA la chose doit être un peu plus compliqué.

Pour parler d'Ulrich c'est vrai qu'il ferait mieux de se taire celui-là… Mais pourquoi être si méchant avec lui ? Après tout malgré son côté grognon, incapable de comprendre Yumi (qui ne lui a pas vraiment facilité les choses dans la séries) n'est-il pas un bon héros ? Au contraire même ça le rend humain. Ah zut, je viens de m'apercevoir que ce n'est pas le sujet pour défendre ce personnage mais plutôt pour le défoncer…

Allons-y donc : mais quel boulet ! Pourquoi est-il obligé de parler pour se détruire ? C'est vrai quoi, ne peut-il pas utiliser sa parole pour calmer les choses plutôt que de les enfoncer. Dans ce registre nous pouvons en faire de même avec William qui n'a pas manqué son occasion pour créer un incendie encore plus important dans la maison lyokô-guerrier. tout ceci arrange bien sûr cette cher Xana qui peut en profiter pour placer quelques moqueries sur l'Homme en général (et surtout sur Franz).

Passons à l'autre boulet de l'histoire ou plutôt boulette rose. Comme le dit Xana : de quoi a-t-elle peur ? Que "son geek" (j'aime bien l'expression) la laisse tomber ? Mais c'est du délire puissance x (avec "délire" > 1 et x -> +∞, pour les matheux pur et dur bien entendu). Elle pense comment la petite ? Il y a bien un moment où elle se dira que c'est Xana qui est en face, non ? La chance est tellement infime quelle devient nulle (par passage à la limite). Dire qu'elle est censé avoir plus de 16 de moyenne… D'un côté Jérémie colle aussi trop bien à son personnage qu'il pourrait très bien agir comme ça… D'un autre côté elle peut en passer du temps avec lui. Les soirs ça m'étonnerais que Xana vienne dans la chambre de Jérémie où alors là je comprend mieux le problème d'Aelita.

Et enfin finissons avec le "Magnifique"… (pas Belmondo, Odd) Il porte bien son nom lui. Toujours au service de Xana. Toujours pas de révélation à quelqu'un tout simplement magnifique (oui j'avoue elle était facile celle là)

Voili voilou c'est à peu près tout ce que j'avais à dire même si j'ai sans doute oublier des trucs mais tant pis. Et comme toujours, bonne continuation =)

_________________
http://img140.imageshack.us/img140/3249/userbarfan.png

"Je ne dois pas laisser intervenir mes sentiments. Tous les imbéciles échouent à cause de ça." Light Yagami - Death Note

"Et je veux montrer à ceux qui ici risquent leur vie… qu'à la fin c'est toujours le bien qui l'emporte." L - Death Note
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 09 Déc 2012 10:49   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Spoiler



Chapitre 7 : Décharge Electrique


Il était dans les alentours de treize heures, soit dans l’horaire de pause déjeuner, bien que la majorité des élèves aient déjà terminé leur repas et en soient maintenant réduis à déambuler dans l’établissement en attendant que la cloche de la reprise les rappelle à leurs obligations. J’étais dans ce cas. Les Lyokoguerriers autoproclamés étaient dispersés un peu partout, Odd raclant le fond des gamelles de Rosa (mais si, vous savez très bien, bande de poissons rouges, la cantinière), Jérémie en train de cliqueter sur son clavier…
D’ailleurs, en parlant de Jérémie, Yumi était passée le voir et sortait tout juste de sa chambre. C’était une des rares personnes à suivre avec intérêt les travaux du petit génie, mais, il fallait lui reconnaître ça, c’était sûrement celle qui s’y connaissait le moins. Les seuls à s’intéresser concrètement et spontanément aux projets de Jérémie étaient Aelita, moi et Yumi, bien entendu. Elle, au moins, trouvait le temps de s’intéresser à un domaine qu’elle ne maîtrisait pas très bien, ou en tout cas, pas à ce niveau aussi élevé.
Démarche de curiosité, encore un point que j’aimais bien chez elle. On se ressemblait, en fait.
Que les choses soient claires : Nous avions des points communs. Mais nous avions aussi de sévères divergences de caractère. J’aurais de nombreux exemples à donner….
Le fait qu’elle soit reliée à l’ambiance de groupe et très facilement affectée par des changements négatifs dans cette dernière. Moi, je m’en fichais complètement, à la limite, ça me faisait marrer de les voir se jeter des commentaires blessants à la figure. Quelle belle chose que l’amitié…
Ou encore, sa tendance qu’elle avait à être terriblement gênée pour un petit rien. Une allusion d’Odd sur sa relation avec Ulrich ? Paf, pivoine. Un commentaire un peu appuyé de William ? Paf, coquelicot. C’était d’un ridicule monstrueux.
D’ailleurs, en parlant de ça, la scène qui allait suivre promettait d’en fournir plein, du ridicule.
Yumi n’était visiblement pas au courant qu’il était déconseillé de rêvasser en descendant un escalier. C’était toujours risqué…on pouvait très bien…rater une marche, par exemple…hein, Yumi ?
Et donc, toute plongée dans ses pensées impénétrables qu’elle était, elle rata la marche. Toutefois, elle eut quand même de la chance, il aurait pu en découler plein d’atroces conséquences…se fracasser le crâne ou d’autres os importants, ou bien tomber sur Hervé et ses boutons…
Oui, il aurait pu en découler plein de choses toutes plus gores ou stupides les unes que les autres…
Au lieu de ça, j’eus tout de même le droit à une petite scène des plus amusantes, puisque Yumi s’était cassé la figure…en plein sur William. D’ailleurs, il était lui aussi tombé, du coup, et ils étaient donc étalés par terre, en bas de ce même escalier (indemnes, malheureusement…), les yeux dans les yeux, et diablement proches. Yumi avait eu l’air de le remarquer assez rapidement et avait viré au rouge (quand je vous disais qu’elle rougissait pour un rien, cette cruche). Ça m’aurait étonnée que William ne s’en rende pas compte, mais s’il était gêné, il le cachait beaucoup mieux, lui. Pas la moindre trace de rouge sur ses joues.
Yumi, qui était toujours atrocement gênée, parvint à s’emmêler les pinceaux dans de misérables excuses et avait du mal à reprendre contenance. Elle trouva quand même la présence d’esprit de se relever pour que William puisse le faire. Peut-être, d’ailleurs, qu’il aurait préféré rester comme ça. Il n’avait pas souvent une telle proximité avec la jeune fille et ça n’avait pas dû lui déplaire.
Une fois les deux debout, je commençais à me demander pourquoi il n’avait pas encore lâché un commentaire plus ou moins déplacé. Mais mes « inquiétudes » furent vite remplacées par une pure et simple envie de me frapper la tête contre le mur.
-Marrant, t’étais pas aussi rouge la dernière fois que je t’ai croisée dans un couloir…
Bien entendu, ça n’a pas raté, je ne pensais pas que c’était possible d’accentuer la couleur des joues de Yumi, mais William avait l’air de savoir comment faire. Il était réellement incorrigible. Bah, après tout, bien fait pour elle, elle avait qu’à regarder où elle allait en descendant un escalier, cette gourde. Je ne veux même pas savoir à quoi elle pouvait penser.
Avec un soupir, je m’éloignai, commençant à en avoir marre de voir la « froide » Yumi rougir à tout bouts de champ. C’était pénible et répétitif, et ça n’amusait que William.

Le soir, j’avais à nouveau rendez-vous avec Odd sur le pont, soit une semaine environ après notre dernière plongée. J’étais encore une fois en avance, à côté de l’entrée de l’usine. Il n’était que neuf heures moins le quart, comme l’autre soir, mais je n’aimais pas arriver juste à l’heure. Comme déjà dit, j’aimais avoir de l’avance sur mes ennemis…même s’ils n’étaient que potentiels.
L’automne se faisait sentir. Il y avait une brise fraîche et nocturne que je ne ressentais que trop bien. Une sensation bizarre sur ma peau me laissa perplexe, avant que je ne comprenne que j’avais froid. Le ciel était assez dégagé et on pouvait apercevoir quelques étoiles, malgré les lumières de la ville. Une pensée me vint à l’esprit, assez déplacée en ces circonstances, mais bien présente : C’était beau.
Cette pensée m’intrigua. Je ne l’avais jamais vraiment eue auparavant, elle m’était très étrangère : Ce n’était pas le genre de pensée d’un programme. Non, en fait….damned, quelle horreur. C’était une pensée d’humain, ça ! Pas bon du tout, mais pas du tout… Cette humanité grandissante m’effrayait. Je m’éloignais de ce que j’étais, à la dérive.
Mon but, que je ne perdais pas de vue, était de détruire les humains ! Pas de leur ressembler ! J’avais certes la capacité de ressentir certains sentiments, mais la plupart étaient négatifs : Haine, colère, assurance… Ceux-là m’étaient très familiers. Plus simples à comprendre, par conséquent. Les autres, je n’aimais pas ne pas pouvoir les identifier.
Et pourtant, dans cette aventure, j’en avais éprouvés un éventail beaucoup plus varié en quelques jours qu’en plusieurs années sous la forme de programme. Jusqu’où cela irait-il ?
Pourrais-je revenir en arrière ? Les choses seraient-elles jamais comme avant ? Si je laissais ma part d’humanité grandir, serais-je encore un programme ? Serais-je encore capable de mener froidement mes projets jusqu’au bout ?
Toutes ces questions me déstabilisaient encore un peu. Je devais à tout prix me reprendre. Il en allait de mon image, rapport à moi et rapport à eux. J’étais XANA. L’antagoniste implacable de tout ce temps de combat, méthodique et froid comme la glace. Ça, c’était moi. Je n’étais pas une petite créature insignifiante soumise à ce qu’elle ressentait comme eux. Non, ça ne pouvait pas arriver.
J’eus l’impression qu’une ombre me planait sur le cœur, que les choses me dépassaient. Encore des émotions humaines. Qui m’étaient très inconnues…
La peur. La tristesse.
Je devais tenir le coup, pourtant. Sinon je perdrais à tout jamais ma nature de système sans âme. Tenir ces émotions à distance, rester froide et distante. Je devais y arriver. Sinon, il était probable que jamais je ne puisse repartir en arrière, jamais refermer cette parenthèse et la laisser loin derrière moi pour reprendre mes projets que j’avais toujours eus.
Le bruit de la bouche d’égout me fit sursauter et je tournai la tête vers le trou d’où Odd s’extirpait. Me reconcentrant pour évacuer toutes ces pulsions humaines, j’attendis qu’il s’approche de moi. Une fois à portée de voix, et basse, la voix, je demandai, comme l’autre soir
-Personne t’a vu ? Personne n’est au courant ?
Il me fixa dans les yeux et hocha simplement la tête, appuyant sa réponse par un mot.
-Personne.
Un peu comme un miroir, je lui renvoyai un hochement de tête appuyé par une courte phrase.
-Très bien.
Nous entrâmes dans l’usine, avalés par les ténèbres de la salle-cathédrale. Dans le monte-charge, Odd demanda, plus calme que la fois précédente.
-Je peux avoir le programme de la soirée?
Après tout, pourquoi pas. Il ne m’avait pas fait défaut la fois précédente, il avait le droit de savoir ce qu’on allait faire.
-D’abord, je te scanne. Ensuite, on va devoir exploiter la tour du 5ème Territoire
Penchant la tête sur le côté, il se gratta l’arrière de crâne, pensif
-Tu veux dire…L’activer ?
Il avait bien compris. Je pouvais bien lui remettre quelques informations supplémentaires, non ? Juste ce qui fallait.
-Oui. Elle, et une tour du territoire de la Forêt. Ne t’en fais pas, Jérémie ne risque pas d’être au courant, je me suis arrangée pour désactiver le Superscan, seulement pour cette soirée. J’ai eu le temps d’améliorer le programme que je t’implante, et désormais, tu n’auras plus besoin de ton Overboard.
J’en avait profité pour détourner la conversation loin de mes projets et plutôt vers ses aptitudes à lui.
-Ah ! C’est le fameux véhicule à commande vocale et armé ?
Il exultait, ça se voyait. Hâte de voir ce que je lui réservais encore comme petite surprise…
-Oui. Tu feras bien vite connaissance avec. Mais avant, je dois te scanner, comme annoncé. Va dans un caisson.
Ordonnai-je en quittant le monte-charge à l’étage inférieur. Odd réenclencha le mécanisme pendant que je réveillais le Supercalculateur et préparais le programme du Lyokoguerrier. J’y avais incorporé le code-puce que j’avais fini par retrouver, mais en dehors de ça, rien de nouveau. Cependant, j’avais élaboré un programme d’analyse universel qui risquait de se révéler très utile pour cerner Wolfy. J’allais devoir le faire passer par Odd pour l’utiliser depuis les tours afin de décupler sa puissance, mais ce n’était pas grave. J’avais ajouté au programme d’Odd un petit code de rien du tout, qui servait de relais, en quelque sorte, pour faire passer les programmes à travers lui.
Mais tout ça, il ne le savait pas. Il ne saurait que le strict minimum.
Il m’avertit qu’il était en place, alors je lançai le scan pour détecter la moindre trace de la présence de Wolfy. Je restai très calme alors que les résultats s’affichaient au fur et à mesure sur l’écran. C’était un peu long. Je décryptais les informations au fil de leur apparition, de mon œil expert et de mon esprit vif.
Et ce jusqu’à ce qu’un petit + vert clignote sur l’écran : Rien à signaler. Parfait. Je lançais dans la foulée le programme de virtualisation dans le 5ème Territoire et branchai le visuel.
Odd atterrit dans l’Arena sans aucun problème, dans sa combinaison noire de la dernière fois. Alors que la fissure s’ouvrait, je l’informai de l’itinéraire qu’il aurait à suivre pour trouver la tour. Il ne saurait que le strict minimum, comme déjà dit. En général, les instruments n’ont pas à savoir ce pourquoi ils agissent. Ils agissent, et c’est tout. Pas besoin d’en faire une tartine, de toute façon, il n’aurait pas compris.
Je comptais analyser grâce à mon programme l’action de la corruption de Wolfy, pour savoir comment s’en protéger et ainsi créer l’antivirus (car je le considérais comme un virus). Une fois ça fait, je pourrais en parler à Jérémie pour qu’il bosse sur le Réplika, et pour gagner un peu plus sa confiance afin de pouvoir travailler dans l’ombre sur mes propres affaires. C’était de la manipulation, oui, et oui, c’était mal. Mais plus prudent. Et le bien et le mal n’étaient que très relatifs…les humains eux-mêmes étaient d’accord pour le dire. Tout dépendait du pourquoi, et là, c’était « pour avoir la paix ». Donc à mon avantage, donc c’était bien.
Je commençai d’ailleurs les vérifications de mon petit programme quand Odd m’appela
-XANA ? Euh c’est pas pour être dérangeant ni rien, mais t’es sûre que ton plan est correct ?
Qu’est-ce qu’il racontait, encore, cet attardé ? Je ne faisais jamais d’erreurs, moi.
-Pourquoi ?
Et encore, j’avais failli lui ajouter quelques petits mots désagréables, comme « crétin », et tous ses synonymes. J’aurais peut-être dû, au vu de sa stupide tentative d’humour.
-Ben…Disons qu’on fonce dans le mur, si tu vois ce que je veux dire.
Je jetai un œil au visuel : Là où mon plan m’indiquait une ouverture, il n’y avait qu’un cul de sac. Quoi ? Y délirait, l’ordi, ou quoi ? C’était n’importe quoi…
Mais je devais rester calme. Mon image, tout ça.
-Je vois. Je ne sais pas ce que ce mur fiche ici, mais essaie déjà de voir s’il n’y a pas une ouverture ou quelque chose, c’est peut-être une simple illusion numérique. En tout cas, il n’apparaît pas sur l’Holosphère, c’est louche. De plus, je ne sais pas à quoi il peut être dû, j’ai plusieurs pistes : Soit l’Holosphère a un problème, soit c’est une illusion ou un vrai mur créé par une autre force…Probablement Wolfy. Mais je ne sais pas comment il a réussi à faire ça, à moins d’avoir réussi à craquer les codes de mes données…Odd, une fois les deux tours activées, on aura du temps libre, ce que j’ai prévu prendra un peu de temps. Alors pendant ce temps libre, tu devras retourner à l’interface pour que je puisse mettre en place un meilleur système de protection sur mes affaires. Je préfère prendre trop de précautions plutôt que pas assez.
Ce long bavardage devait l’avoir un peu assommé. Il réussit toutefois l’exploit de me répondre !
-Euh…Ok.
Odd commença à chercher, tâtant le mur de ses grosses pattes de chat, en vain. Je réfléchis un peu avant de conclure que ce truc était peut-être bien le moyen de tester mon programme d’analyse… Héhé. Je préparai donc ce dernier, et donnai mes instructions à Odd
-J’ai peut-être le moyen de savoir ce que c’est ! Pose tes mains à plat sur le mur. Tu vas servir de relais. Normalement, c’est pas douloureux…Enfin…Disons qu’un flux d’énergie va traverser ton corps pour se propager dans le mur, afin que je sache ce que c’est. Et normalement, ça ne fait pas mal, sur Lyoko, on ne ressent pas la douleur…
Je terminai mentalement « enfin, ça à l’air d’avoir changé, depuis pas longtemps ». Odd, visiblement peu rassuré par mes explications, s’indigna
-Comment ça, « normalement c’est pas douloureux » ?!
Il posa tout de même ses mains sur la surface bleue. Au moins, il obéissant, l’inconscient. C’était à présent l’heure de vérité…
J’appuyai sur la touche de lancement du programme.
J’ignorais ce que ressentait Odd, mais l’image trembla un peu, des étincelles rougeâtres passèrent devant les yeux du garçon, quand à ses mains, elles dégageaient des éclairs de la même couleur. Il me sembla l’entendre grogner, mais je n’étais pas sûre. La décharge passa dans le mur, et il vacilla. Il avait l’air un peu secoué…peut-être même beaucoup.
Malheureusement, il ne semblait pas avoir perdu ses cordes vocales
-Pas douloureux, mon œil ! C’était du 2000Volts, minimum, ça !
Il aurait continué à se plaindre si je ne l’avais pas coupé en plein élan, fatiguée de ses bavardages incessants. Et moi qui le trouvait calme…
-Si je trouve le temps, je verrais comment atténuer le choc de la décharge. Mais y a plus urgent. Autant te prévenir tout de suite, tu devras lancer ce programme dans les deux tours qui serviront d’antennes…Alors prépare-toi, si c’est si atroce.
Il grogna de dépit. Rien à fiche, il n’avait pas dit qu’il arrêtait de bosser avec moi…
Les résultats de l’analyse s’affichèrent sur mes écrans. Des tas de codes auquel le commun des mortels ne comprenaient rien, bien sûr, mais pour moi, c’était très clair. Oui, très, très clair, même. Je dirais même plus : ça ne voulait dire qu’une seule chose…
-Odd ! J’ai les résultats. Ce mur est un mur artificiel créé vraisemblablement par Wolfy ! Tu vas devoir faire un détour, car je n’ai pas de programme qui te permette de le bousiller. Prends à gauche.
Il obéit instantanément et s’enfonça dans un couloir. Au moins, il avait arrêté de râler. Par contre, il avait commencé à avancer à quatre pattes, et ça secouait encore plus que debout. Pourquoi moi ?
Je le guidai rapidement pour contourner la difficulté de ce fichu mur, et il parvint à la tour sans aucun autre problème. Après un joli saut (car comme chacun sait, cette tour flotte dans le vide), il se retrouva à l’intérieur. Passant à l’étage au-dessus grâce à la force de sa pensée, il s’approcha de l’interface de la tour qui s’affichait.
Puis, perdu, il demanda
-Et là ?
Un petit sourire se dessina sur mon visage. Heureusement qu’il ne me voyait pas, hein…il n’allait pas aimer, de toute façon.
-Là, on fait pareil que devant le mur. Tu es prêt ?
-Pff, si on peut être prêt pour un truc pareil, oui…
Soupira Odd en posant les deux mains sur l’interface. J’appuyai sur le bouton d’activation du programme.
Mêmes étincelles, mêmes tremblements, mais Odd n’a pas retiré ses mains. Je ne savais même pas s’il pouvait le faire, d’ailleurs…comme quand on se brûle et qu’on ne peut pas enlever sa main, un peu le même principe.
Quand l’énergie fut passée, il recula d’un pas et demanda, soucieux de savoir le pourquoi de ces électrochocs
-Alors, à quoi ça va servir ?
Patate. Je décidai de ne pas lui en révéler trop. C’était un instrument. Pas un penseur…
-Je vais établir un comparatif de l’activité de Wolfy sur le Cinquième Territoire avec celle sur le Territoire de la Forêt. Ça va m’être utile.
Après cette brillante conclusion qui lui coupa le sifflet, je notai qu’il n’avait pas l’air de saisir grand-chose. Je lui commandai de sortir de la tour, ce qu’il fit, avant de se diriger vers l’élévateur. La sortie avait été un peu rude, d’ailleurs : descendre de la plateforme, prise d’élan dans la tour et bond juste avant d’en sortir, sans savoir où on allait atterrir…
Cette fois, je fermai les yeux dans l’ascenseur et ne fut pas tentée de dégobiller sur le clavier. Mais je maudissais tout de même Franz Hopper pour ses idées tordues. Il le savait, ce vieux malade, il le savait, je sais pas comment mais il savait que j’allais un jour manquer de vomir devant son invention de génie dérangé !
Voilà que je devenais aussi parano’ que William…
Une fois à la Voûte Céleste, Odd me demanda, un peu impatient, les mains sur les hanches.
-Alors ? J’y vais à pied, au territoire de la Forêt ?
Quel crétin. Je répondis d’un ton froid et assez blasé
-Non. Ton moyen de transport est prêt, tu n’as qu’à l’appeler.
Je lui donnai le code vocal à utiliser pour faire venir son taxi et il l’utilisa sans hésiter, trop curieux de voir ça. De toute façon, ça aurait dû lui mettre la puce à l’oreille que je lui fasse dire « Manta »…
Un cri se fit entendre, un cri de monstre, qui semblait lui répondre. Odd arma une fléchette et me demanda, sur ses gardes, prêt à tirer
-C’est normal, ce bruit ?
Mon sourire revint, plus large qu’avant. Odd, nerveux ? Que de changements. Il devenait enfin raisonnable.
-Oh, oui, tout à fait, Odd. Dit bonjour à ta nouvelle copine…
Les cris reprirent, provenant de dessous la plateforme. Il s’approcha du bord et se pencha, toujours prêt à décocher une flèche laser, et ouvrit de grands yeux.
Une Manta était en vol stationnaire sur le côté, présentant obligeamment son dos à son nouveau cavalier. La principale particularité de cette Manta était sa couleur…Noire !
Et Odd semblait reconnaître cette créature.
-Je rêve, là, c’est ça ton véhicule armé et autonome ?!
Je lui répondis avec assurance, toujours le sourire aux lèvres
-Je ne vois pas où est le problème, la Manta Noire a d’excellents états de services et n’a jamais fait défaut à William lors de sa xanatification. Il me semble que tu es déjà monté dessus, alors de quoi t’as peur ?
Il eut l’air de considérer un instant ma provocation, avant de bondir sur le dos de la bestiole. Le choc secoua un peu, mais la créature n’eut pas l’air d’être affectée par le poids de son cavalier. Ce dernier, cherchant comment se tenir, planta rapidement ses griffes dans le dos blanc du monstre, y laissant des sillons jaunâtres brillants.
Je lui ouvris le portail rapidement et la Manta réagit de même, plongeant dedans avec comme fond sonore les cris de joie d’Odd. Au moins, il était content. Même s’il faisait plus de bruit que sa monture, désormais. Mes pauvres petits tympans…
Ils débouchèrent dans le Territoire de la Forêt, triste et gris. Je transmis sans m’émouvoir les coordonnées de la tour la plus proche à Odd, qui fit virer la Manta pour s’y diriger. Du coin de l’œil, je surveillais les analyses en cours du 5ème Territoire, pour m’assurer que mon programme tourne correctement. C’était le cas. Logique, puisque c’était mon programme.
La Manta se déplaçait vite et assez habilement entre les arbres, en dépit de sa taille. Odd semblait conserver son équilibre correctement, malgré sa position inhabituelle : Il était couché sur le dos du monstre, ses pattes griffues plantées dans la marque, et balloté par les mouvements du dos de la créature.
Et il arrivait à rire. Ça, ça me sidérait
Il riait, dans cet univers à présent désolé, alors que sa vie reposait entre les mains d’un programme psychopathe sous forme humaine qui pouvait le coincer sur Lyoko, ou s’assurer qu’il ne survive pas au retour…Il riait alors qu’il ignorait la moitié de mes plans, alors qu’il m’aidait sans savoir ce qu’il y gagnait…
Je ne comprenais pas, ça, d’ailleurs. Pourquoi m’aidait-il ? Juste pour le fun ? Sacrifier une partie de son sommeil, cacher des choses à ses amis, et pour qui ? Pour son ennemie jurée.
Comment faisait-il pour tenir moralement le coup ?
Il était certes en froid avec Ulrich, mais ça ne changerait jamais rien à l’amitié qui unissait le groupe. En un sens, il trahissait cette amitié, tout ce temps passé ensembles, unis par le secret qui menaçait la terre entière. Il la trahissait, et pour rien.
Quelles étaient ses motivations ? Est-ce qu’il attendait un truc de ma part en échange ? Qu’est-ce qu’il espérait ? Je ne croyais pas à l’aide désintéressée. L’être humain est trop perfide pour ça. Comme moi. On avait de nombreux points communs, et pour commencer, l’habitude de tout compter, calculer, les dettes de part et d’autres, de rendre service pour avoir un avantage après…
Odd ne pouvait pas être si différent de ses congénères. C’était purement et simplement impossible
-Hey, XANA ! J’suis à la tour !
Il m’avait littéralement arrachée à mes pensées. Je répondis simplement
-Bon. Descend et rentre là-dedans, on va lancer le programme une dernière fois. Tu es prêt ?
Son ton me surprit. Il était très calme, froid, presque dénué d’émotions, un peu comme moi. Déterminé et prêt à aller jusqu’au bout.
-Oui.
Odd s’immergea dans la tour et lévita jusqu’à la plateforme supérieure. Là, il marcha vers le panneau de commandes, inspira un grand coup et posa ses pattes avant sur le tableau de bord.
-Va-y, je suis prêt.
Encore ce ton froid et déterminé. Ça contrastait énormément avec son rire d’avant. J’enfonçai la touche, décidée à en finir.
Pour cette troisième fois, il cria. Peut-être était-il fragilisé par les deux autres, ou celle-là était-elle plus puissante, je ne savais pas. Mais Odd cria.
C’était un cri très marquant, qui traduisait la souffrance qu’il devait ressentir, tout comme sa détermination, il ne lâcherait rien. Un cri plein d’émotions, qui parlait plus que des longues phrases. Qui en révélait beaucoup sur Odd…un peu trop, même. Si on écartait un peu la couche superficielle du nabot rigolant de tout et incapable d’être sérieux, on tombait sur cet Odd-là, plus adulte.
Quand la décharge quitta son corps, Odd tomba à genoux par terre, mais n’y resta pas longtemps, se relevant dès qu’il s’en sentit capable.
-Voilà…C’est fait.
Il avait parlé d’un ton dur de volonté, de sérieux, de force mentale. Oui, toujours ce ton, qui ne semblait plus le quitter. C’était pas de la schizophrénie, mais c’était déstabilisant…
Je l’interrogeais, pour une fois soucieuse de l’état de mon matériel
-Tu vas bien ?
Il refusa de s’attarder en pleurnicheries et répondit
-Oui. Je repars pour le Cinquième Territoire ?
Bien, bien, j’aimais cette attitude naissante chez lui…
-Oui.
Il sortit de la tour et remonta sur la Manta, se dirigeant vers l’extrémité du Territoire. Le trajet fut rapide et sans encombres, j’entrai le code Scipio pour lui permettre de prendre le transporteur, et ainsi d’arriver au Cinquième Territoire. La boule blanche marquée de mon sigle en bleu foncé le déposa dans l’Arena, retour au point de départ. L’itinéraire à suivre différa un peu du précédent, mais fut assez rapide. Une fois sur l’interface, je guidai les gestes d’Odd pour accéder à la protection de mes dossiers, et les cryptai du mieux possible. C’était mieux que rien. Wolfy y avait effectivement traficoté, mais à peine, juste pour faire son mur tout pourri et débile.
Le garçon chat s’assit par terre pendant que j’étudiais les résultats que me donnaient les deux tours. Je commençai à réfléchir à voix haute
-Mh…J’ai l’impression que la corruption de Wolfy agit comme une sorte de pourriture. Elle contamine particule par particule, en drainant les charges électriques positives et négatives…C’est ça qui fait perdre toute l’énergie ! Mais c’est pas le seul problème. Pour ce qui s’est passé tout à l’heure, quand William et Yumi ont failli tomber dans les pommes, on dirait que Wolfy avait réussi à tricher sur les paramètres, un peu comme quand je décidais de débrancher les scanners pour rendre la matérialisation impossible… Bon, ça va, c’est réparable.
Le ton redevenu normal d’Odd (son habituelle dérision de toute chose), ironisa
-Ahin, ouais j’ai tout compris !
Mais je continuais mes explications, de toute façon il ne pigeait rien, alors…
-Pour trouver l’antivirus, il faut trouver comment recharger ces particules…Bon sang, c’est du coriace ! Odd, tu rentres, on en a assez fait pour aujourd’hui. Je vais utiliser la procédure habituelle pour effacer nos traces, en plus d’insérer une protection pour empêcher Wolfy de traficoter dans les paramètres de Lyoko.
Je tins parole après avoir lancé la dévirtualisation d’Odd.
Il ne me fallut pas longtemps pour installer un firewall pour bloquer l’accès aux données de Lyoko, afin que Wolfy ne s’y infiltre plus. C’était un jeu d’enfant, il me fallait maintenant espérer qu’il soit concentré sur autre chose, car je n’étais pas totalement sûre que cette protection de fortune tienne le coup.
Il ne tarda pas à me rejoindre et après avoir effacé les vidéos, historiques numériques, et autres réactivations de Superscan, nous reprîmes le chemin de l’internat.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 01 Aoû 2017 14:21; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Dim 09 Déc 2012 18:22   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
On voit bien l'humanisation de XANA, elle est de plus en plus troublé par Odd qui accepte de souffrir sans rechigner pour l'aider, et contrairement à ce qu'elle pense à ce moment, je crois que XANA va bientot comprendre qu'Odd n'attend vraiment rien en retour et ne fait que rendre service pour se faire pardonner d'une gaffe.

Sinon je pense que le programme de relais et les autres trucs installé par XANA vont être problématique pour Odd.
Je sens d'ici, wolfy exploiter le relai a son avantage pour attaquer Odd de l’intérieur (altération de son adn numérique, virus, etc)

J'ai vraiment hâte qu'Odd se trouve en grave danger, juste pour voir la réaction de XANA

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Floramagic MessagePosté le: Lun 10 Déc 2012 20:57   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 66
Maaa chuuutee ! C'était... Niaha. ** /Vocabulaire : off./
Ah non mais du point de vue de XANA, c'était encore plus excellent. x) Et ton 'tomber sur Hervé et ses boutons'... Magnifique aussi. Ah, c'était la meilleure partie de ton chapitre. :')

Sinon... Et ben comme d'hab' avec ta fiction, très grande flemmarde que je suis, je regarde la longueur du chapitre. Je me dis : "Ah ouais, quand même." et puis comme à chaque fois ça passe tout seul... Tu écris a un rythme qui fait qu'on ne s'ennuie pas, qu'on lit tout -Qui n'a jamais sauté quelques pavés ? Personne ? Ah. Ok. x)- et qu'on est bien plongé dans l'histoire !
Bref, Bravo, rien que pour ça !

Ensuite, côté histoire... Vraiment intéressant ce XANA humain. Mwhaha. J'ai hâte de continuer de voir l'évolution du personnage... Parce que je sens que ça promet assez. ^^

Côté Wolfy... Bwa, je vais le taper ! Il a pas à détruire notre Lyoko. t__t M'enfin, ça va être drôle de voir XANA essayer de le détruire... Mwhaha.
Et Odd... Bha ! Je sais pas encore quoi penser de son comportement vis à vis des autres Lyoko-guerriers i tout i tout... Mr. Green

Tu me postes un autre chapitre le plus vite possible, histoire que je me fasse plus une ptite idée ? héhé.

- Note que je m'améliore, côté je commente. :') Faut dire, ton chapitre, il m'a inspiré. ** -
_________________
http://img255.imageshack.us/img255/2505/floramagiccodelyokofrsi.gif
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 12 Déc 2012 23:16   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Spoiler


Chapitre 8 : Confidence pour confidence



-Caméra de surveillance de l’usine ; pont ; -
Une jeune fille, typée asiatique, était debout sur le pont de l’usine, les deux mains sur la rambarde, le regard plongé dans l’eau qui coulait en dessous. Elle était habillée tout en noir, et semblait songeuse, bien que son visage ne laisse pas passer beaucoup de signes. Son air renfermé trahissait l’habitude qu’elle avait de ne pas se dévoiler et expliquait donc le fait qu’il faille bien la connaître pour comprendre qu’elle était tracassée par quelque chose.
Un bruit de pas lui fit lever la tête, et son regard tomba sur un adolescent qui s’approchait. Il avait les cheveux noirs, et sa combinaison un peu spéciale d’un T-shirt à manches courtes noir sur un à manches longue rouge le rendait très facilement identifiable. Si jamais ça ne suffisait pas, ses cheveux noirs ébouriffés et son air un peu renfrogné aidaient à définir son identité. Il était assez inimitable.
Il parla le premier, visiblement surpris de la voir. Sans doute était-il venu réfléchir loin du reste du monde, mais il n’avait pas prévu que quelqu’un ait pu avoir la même idée.
-Qu’est-ce que tu fais là ?
-Et toi, alors ?
Elle avait répondu sans se démonter, presque sur la défensive. Un peu comme s’il venait perturber ses réflexions, ce qui pouvait bien être le cas. Sur quoi pouvait-elle bien réfléchir ? Mystère. Mais probablement qu’elle n’aimait pas être surprise dans une telle situation.
La réponse du jeune homme fut assez détachée, il s’était arrêté à quelques mètres d’elle et la fixait de son regard sombre
-Pour être honnête, j’en sais rien. Ptête que j’avais besoin de prendre un peu l’air.
Elle sembla se détendre un peu. Ils étaient donc là dans un même but, sans le savoir : faire le point. Sur un peu tout ce qui leur arrivait, en ce moment, probablement. Cette détente amena la jeune fille à répondre plus gentiment que la première fois.
-Pareil…Je sais pas, j’avais besoin de m’éloigner des autres. L’ambiance, en ce moment…
Une sorte de demi-grimace passa rapidement sur le visage du jeune homme, qui sentait visiblement à quoi elle faisait allusion. D’un hochement presque imperceptible, il appuya sa réponse
-Ouais, je vois très bien. Ça me fait le même effet.
Sur cette constatation, il vint à côté d’elle, en lui laissant tout de même la distance vitale qu’elle tenait souvent à maintenir, détestant qu’on empiète dans son espace. Elle avait recommencé à fixer l’eau, avec comme une ombre dans le regard.
Et puis curieusement, elle commença à parler. Elle qui ne se confiait pas beaucoup d’ordinaire, elle était en train d’exposer ses problèmes à un type qu’elle avait snobé pendant des mois.
-Moi, ça me fait peur. J’ai l’impression que le groupe est en train de se fragmenter, de se disloquer, qu’on s’éloigne les uns des autres. Et c’était jamais arrivé avant…
Curieux, il chercha à en savoir plus. Peut-être sentait-il que c’était une ouverture inespérée et très rare dans la carapace froide de la japonaise. Peut-être aussi sentait-il que c’était une de ses rares chances pour prendre plus d’importance dans sa tête.
-Jamais à ce point ?
Elle secoua la tête et continua à parler, soit elle avait conscience de ce qui se passait et se lâchait délibérément, soit elle ne percevait pas toute l’ampleur de ce dialogue.
-Non, jamais. Je m’étais déjà disputée avec Ulrich, souvent même, mais ça s’était toujours arrangé…Même la première dispute d’Odd et Aelita était passée. Ulrich et Odd s’engueulaient aussi, ça finissait par s’arrêter. Et là…ça s’aggrave. Même le premier clone polymorphe de XANA n’avait pas été aussi destructeur.
Un silence passa, durant lequel son interlocuteur assimila tranquillement ce qu’elle venait de lui raconter. Une question lui traversa alors l’esprit, tandis qu’il réalisait quelque chose d’assez intéressant pour lui sur les schémas des disputes
-Et nous ? Tu crois qu’on va aussi finir par se disputer comme ça, à la longue ?
Cette question la prit au dépourvu. Elle réfléchit un peu, tandis qu’il la fixait en silence, attendant sa réponse. C’était une question délicate, ils étaient d’accord là-dessus. Et elle méritait une réponse autant que toute autre.
-J’aimerais mieux pas. On doit être les seuls à vraiment rester amis…Jérémie reste à peu près neutre, mais Aelita lui en veut. On a tous quelqu’un qui nous énerve et quelqu’un qu’on énerve, dans cette situation. Parfois, c’est la même personne. Mais j’ai pas envie que le groupe se détruise comme ça.
Finit-elle par déclarer, après avoir mûrement soupesé la question. On sentait qu’elle avait réfléchi aux problèmes du groupe depuis un moment. Et si elle sentait que c’était grave…
Son interlocuteur était cependant caractérisé par un certain optimisme, aussi lui posa-t-il la main sur l’épaule et répondit-il
-Faut s’accrocher, et attendre de voir. Ça peut pas finir comme ça.
Il y eut un silence, presque un silence gêné, d’ailleurs. Peut-être était-elle prise au dépourvu par la réaction du jeune homme, mais c’était peu probable, elle le connaissait assez pour la prévoir. Et puis elle reprit la parole, un ton plus bas, avec une note de tristesse dans la voix, racontant un épisode plus secret de son passé, dont elle ne parlait pas souvent.
-Tu sais, avant Lyoko, j’avais pas d’amis. Je suis arrivée dans le groupe par hasard. Mais maintenant, si ça s’arrêtait là, comme ça….
Elle faillit arrêter sa phrase, faute de mot suffisant pour décrire sa réaction. Mais elle parlait avec quelqu’un plein de ressource qui lui suggéra une fin de phrase adéquate
-Tu tiendrais pas le choc ?
Il semblait un peu surpris, probablement parce qu’elle ne sortait pas souvent de sa carapace comme ça…D’ailleurs, elle ne tarda pas à s’y replonger, peut-être qu’elle venait de comprendre qu’elle s’était un peu trop étalée sur ses propres sentiments et émotions.
-Possible. J’ai pas envie d’imaginer. Mais merci d’être là.
Le message implicite était clair, et il repensa amèrement à une phrase qu’elle lui avait dite, un autre jour, si lointain maintenant. Retirant sa main, il déclara, un peu plus froidement qu’avant.
-On est tous dans la même situation. Y en a qui sont même tout seuls.
Avait-elle senti qu’elle l’avait blessé ? Peut-être. Elle eut l’air de chercher à se rattraper.
-Pas nous. On se serre les coudes, j’ai l’impression qu’à mesure que tout ça avance, on a de plus en plus besoin de se soutenir.
Là encore, elle avait surpris son interlocuteur par cette phrase, qui scellait presque une sorte d’alliance face à la dislocation du groupe. Il tint à être sûr d’avoir bien compris. Quitte à lui faire répéter deux fois la même chose, il s’en fichait un peu : il tenait réellement à s’assurer que c’était bien ce qu’il pensait.
-Tu veux dire que si on se dispute pas comme les autres, c’est parce qu’on a besoin de rester ensemble pour pas craquer ?
Un autre silence passa, lourd de suspens et de conséquences, comme s’il attendait la sentence qu’elle seule avait le pouvoir de prononcer et de valider, pour préserver, peut-être, les espoirs du garçon en face d’elle. Lui qui voyait enfin une possibilité concrète pour plus qu’une simple amitié…
-Peut-être, oui.
Il garda le silence, mais appréciait visiblement cette réponse.

Ce matin, dans la cour, Yumi discutait avec Odd et Aelita, et Jérémie discourait sur les raisons de l’épuisement subit des deux plus âgés de la bande. William, quand à lui, terminait en urgence un exercice de maths qu’il avait oublié de noter et se rappelait à l’instant.
Ulrich, lui, restait un peu à l’écart, on se demandait bien pourquoi. C’était tellement dur à comprendre…et moi, j’écoutais les conclusions de Jérémie. Non pas parce que j’avais peur de m’être trompée, mais bien pour savoir s’il était réellement compétent ou si c’était juste un péquenaud pas plus malin qu’Hervé.
-En fait, c’était une intrusion dans le système du supercalculateur provoquée par Wolfy ! J’ai installé une protection pour éviter qu’il ne recommence, tout est arrangé. En plus, ses modifications ne devaient être que temporaires, elles ont disparues d’elle-même…
Bon, alors Jérémie était parvenu aux mêmes conclusions que moi. Tant mieux, deux protections valaient mieux qu’une. Wolfy ne viendrait plus mettre son nez virtuel dans notre ordinateur. Mais le petit génie n’avait toujours pas compris que je me servais de son joujou dans son dos. Tant mieux. C’était un abruti profond.
Si je regardais autour de moi dans la cour, j’avais un bon aperçu de la gente adolescente.
Je voyais Sissi gifler Hervé sous les rires bêtes et gras de Nicolas, par exemple. Hervé était un crétin moins profond que Sissi et n’avait en fait rien à envier à Jérémie, même s’il avait un caractère de cochon et s’était entiché d’une fille aussi intéressante qu’une traînée de bave de limace sur le coin d’une poubelle. Nicolas, en revanche, était un débile d’une profondeur insondable. Probablement dû à son trou noir dans le crâne où toutes les sondes s’étaient perdues. Des nano-sondes, bien entendu : pas la place pour plus dans sa p’tite tête.
Autre forme de bêtise humaine…ah ! Milly et Tamya furetaient à la recherche d’un scoop. Deux sales petites fouines pas foutues de se mêler à leurs affaires ! Rancunière ? Pas du tout… Leur feuille de chou n’avait pas le moindre intérêt puisque personne ne la lisait, leurs interviews étaient composées de questions à faire ronfler un enfant hyperactif du style « tu manges quoi le matin ? », et leurs commentaires de foot ne volaient pas au-dessus du niveau de la pelouse. Et leur curiosité maladive avait déjà causé de gros ennuis à plein de gens. Principalement les « héros ».
On avait aussi deux personnes bizarres, un grand type et une autre, plus petite, qui l’écoutait avec attention. Le grand avait l’air de râler sur quelque chose et sa camarade hochait la tête avec approbation. Je saisis malgré moi quelques extraits
-Mais vraiment, c’est n’importe quoi, ça ne tient pas debout comme scénario… Franchement, les Skybreakers auraient dû s’arrêter avant d’avoir commencé. C’est bourré d’incohérences totales et les personnages sont des abrutis. A la limite, y en a bien un de marrant mais vu qu’il se fait pratiquement virer… Et de toute façon, le titre veut tout dire : comment tu veux pouvoir casser le ciel, toi ?
-T’as raison, Simon. Personnellement, je dirais que c’est plus simple de mettre du sel sur la queue d’un oiseau… En plus, le coup de pseudo-suspens à la fin, c’était tellement prévisible que j’ai failli m’endormir.
-Moi, ça m’a carrément laissé de glace, même plus une question de dormir ou pas…
-Dire qu’Hiroki m’avait prévenue de pas y aller… j’ai gâché une soirée de ma vie pour ce truc.
Ok. Deux illuminés qui cogitaient sur des scénarios pourris inventés par leur espèce et arrivaient encore à s’indigner alors qu’on avait vu des tonnes de trucs plus mauvais les uns que les autres naître depuis l’invention de l’humain.
Ça alors, mais le petit brun avec ses cheveux sur les yeux et son air joyeux et…et débile, oui. Le copain du petit frère de Yumi, machin. J’avais même oublié son nom. Il n’avait pas une personnalité très charismatique. Y s’affirmait pas et il écoutait les conseils pourraves d’un petit teigneux ronchon jaloux, le tout pour séduire une fille qui risquait fort de ne jamais s’intéresser à lui, ayant deux prétendants bien plus sérieux à ses pieds. Pour les débiles incapables de s’en rappeler, William et Ulrich. Même eux avaient plus de charisme que cette espèce de limace sans volonté ni espoirs plausibles.
Et…sans blague.
Le petit frère sus-évoqué, Hiroki, qui se dirigeait vers le groupe. Plus précisément, vers le triangle Yumi/Odd/Aelita. Et encore plus précisément vers sa sœur. Qu’est-ce qu’il foutait là ?
Je le soupçonnai tout d’abord de vouloir l’embêter, mais il n’avait pas l’air malicieux et perfide qu’il prenait dans ces cas-là. Non, il semblait plutôt gêné et intimidé, comme s’il n’osait pas lui parler de quelque chose. Il y avait anguille sous roche. Ou alors ce môme bluffait merveilleusement bien, mais j’en doutais fort. Très fort…
Il tira la manche de son aînée, qui baissa le regard et demanda, surprise
-Hiroki ? Qu’est-ce que tu me veux, pourquoi t’es là ?
Mal à l’aise, il faisait presque des nœuds avec ses doigts en réfléchissant. Enfin non, en flippant. Qu’est-ce qu’il avait, encore ? Problèmes de crise d’adolescence ? Pas un peu jeune pour ça ?
-Ben…J’voudrais te parler, c’est important.
Avec un roulement d’yeux, Yumi se laissa traîner un peu à l’écart par l’enfant, je tendis l’oreille pour saisir leurs propos, et j’avais l’ouïe fine, ce qui m’était très utile. Oui, cette ouïe fine et solide qui avait survécu à une boum et aux hurlements d’Odd. Et qui me fit entendre toute la conversation, à commencer par le soupir agacé de Yumi
-Bon, ben va-y, raconte, qu’est-ce que tu as ?
Toujours aussi gêné, il se gratta la tête, visiblement bien embarrassé par son problème, quel qu’il soit.
-Euh…En fait, j’sais pas trop comment t’expliquer ça…
-Essaie avec des mots.
Suggéra sa sœur pour le piquer au vif, avec un petit sourire moqueur. Il croisa les bras, une lueur agacée passa dans son regard et il râla
-C’est pas drôle…Bon, voilà, en fait je vois des trucs bizarres.
Suite à cet aveu des plus inquiétants, Yumi cligna des yeux comme une quiche et demanda, probablement effrayée par l’idée que son petit frère puisse être déglingué du cerveau
-Comment ça ? T’as des hallucinations ?
Il secoua la tête et chercha à expliquer plus clairement ce qu’il voyait.
-Non, pas vraiment. En fait, parfois, j’ai très mal à la tête, et tout d’un coup, je vois des scènes comme si c’était dans un jeu vidéo, en plus c’est totalement bizarre la plupart du temps…les personnages sont bizarres, y a des bestioles bizarres, des décors irréalistes…
Yumi blêmit un peu, mais chercha à être sûre, encore une fois, de ce que son petit frère voyait. J’aurais peut-être bien fait pareil à sa place.
-Tu as un exemple à me donner, pour voir ?
Il réfléchit, voulant donner un exemple bien précis et pas un vieux truc bancal qui la ferait éclater de rire.
-Euh…La dernière que j’ai eue. Y avait une sorte de banquise grise, mais vraiment toute grise, y avait plus de couleur, et pareil pour le ciel, il était gris sombre ! Et y avait des gens dessus.
Sa sœur blêmit encore, comme si elle était en train de comprendre brutalement. J’avais moi aussi mis le doigt sur le problème, en dehors du fait que le mioche ait des visions. Et ce problème n’annonçait rien de bon. Que du très mauvais, du fait de son anormalité.
Dans une tentative désespérée pour écarter les soupçons qu’elle avait et qui devenaient des certitudes à chaque mot supplémentaire de son frère, Yumi l’interrogea
-Tu peux me les décrire, les gens ?
Hiroki se concentra, cherchant à visualiser précisément.
-Euh…Un garçon habillé en chat violet, avec exactement la même coupe qu’Odd ! Et deux épaulettes, une avec un chien et une avec un chat. Il était bizarre…
Et une fille aux cheveux roses qui ressemblait à Aelita, mais avec un genre de combinaison…ben rose, avec une petite jupe et un bracelet avec une étoile.
Surtout, y avait Ulrich et toi, avec des genres de combis, aussi, lui il avait deux sabres dans le dos, et toi t’avais deux éventails dans les mains ! Il était en jaune et brun, et toi t’étais plus en violet et rose…j’sais, ça paraît dingue de te voir avec ces couleurs, même sombres. Y avait aussi un garçon tout en rouge et gris avec une épée presque aussi grande que lui sur l’épaule, mais je vois pas qui ça pourrait être.
Elle tenta de reprendre contenance, plus ou moins bien. Plongé dans ses inquiétudes, Hiroki n’avait pas l’air de remarquer qu’elle s’inquiétait de plus en plus. La description avait fini de la plonger dans un effroi du genre de ceux qu’on ressentait face à quelque chose d’impossible.
-Sans blague ?!
Il hocha la tête frénétiquement, se méprenant sur la raison de sa question
-Jte jure, c’était vraiment zarbi !...Tu crois que j’ai un problème là-dedans ?
Demanda-t-il en pointant sa tempe du doigt.
Et cette fois, il faisait plus attention à sa sœur, pour juger de sa réaction. Heureusement, elle l’avait compris et avait réussi à se reprendre. Yumi lui tapota l’épaule et sourit d’un air rassurant
-Mais non, t’as juste beaucoup d’imagination et besoin d’une petite aspirine, Hiroki…C’est rien de grave, t’inquiète.
Le poussant gentiment dans le dos, elle l’incita à rejoindre Johnny qui traînait plus loin dans la cour. J’en ai déjà parlé, de Johnny. Il fallait suivre un peu.
Une fois le gamin parti, elle rejoignit le groupe, avec un air préoccupé. Rien d’étonnant à cela, apprendre que son petit frère avait des visions d’un monde virtuel top secret où elle risquait sa peau…C’était perturbant. William, qui avait terminé son exercice en retard et avait rangé son cahier bien au fond de sa besace, probablement dans l’envie de ne plus jamais le revoir, remarqua l’expression de la jeune fille et s’enquit avec cette saleté de curiosité maladive que je détestais chez les humains
-Y a un problème ?
Yumi, en remettant une de ses mèches derrière son oreille (je vous le jure ! ça n’a strictement rien à voir avec ce qui se passe autour d’elle, et elle se recoiffe. Quelle cruche)
-Ben…Ouais, un peu, genre totalement. Hiroki m’inquiète.
Cette fois, ce fut Odd qui poussa la japonaise à en dire plus, la curiosité était contagieuse. Saloperie. Pire que n’importe quel virus informatique.
-Comment ça ? Il ressemble aux zombies de l’épisode 40 d’Horreur aux urgences ?
Cette conversation devenait de plus en plus débile. Non seulement je savais déjà tout ce que Yumi savait et que les autres ne savaient pas, mais en plus, on tombait dans les références culturelles plus que douteuses de ce pauvre Odd qui n’avait jamais appris ce qu’était une bonne série. Crétin. Et que venaient faire ici les zombies de ce pseudo épisode de cette pseudo série ?
Si Yumi était agacée, elle le montrait moins que je ne le pensais moi.
-Mais non, andouille. C’est ce qu’il vient de me dire qui est louche.
-On peut savoir ?
Demanda poliment Aelita, intéressée. Au moins, elle ne citait pas des séries à vomir que personne ne regardait et ne manifestait pas une envie maladive de s’infiltrer dans les petits secrets louches.
-ça va paraître complètement dingue et impossible, mais… Il a des genres de visions. Mais c’est pas des hallucinations comme les autres. Il m’en a raconté une et… Il décrivait une scène qui se passait sur Lyoko. Sur la banquise, qui était atteinte par Wolfy. Et je suis sûre qu’il peut pas avoir inventé ça tout seul, les descriptions qu’il a faites des personnages (nous) étaient trop précises. Il nous a tous identifiés, sauf William qu’il ne connait que de loin. C’est vraiment louche… Jérémie, t’aurais pas un avis sur la question ?
Le petit génie, encore muet depuis un moment, répondit à la sollicitation de Yumi
-Mh…Franchement Yumi, je ne comprends pas plus que toi. J’aurais bien quelque chose à proposer, mais…
Elle fronça ses fins sourcils noirs, méfiante. Les plans de Jérémie n’étaient pas toujours les meilleurs
-Quoi ?
Il expliqua, en s’efforçant de rester calme
-Pour vraiment connaître le problème, il faudrait que je le scanne. Mais ça enregistrerait son image virtuelle dans le Supercalculateur, et…
Yumi comprit parfaitement et blêmit. C’était une manie chez elle, mais parfaitement justifiée en ce moment. Presque un peu trop justifiée, même.
-Les retours dans le passé ne l’affecteront plus…Lui faire ça, c’est l’intégrer dans la bande.
Elle venait d’exprimer ce que tout le monde pensait. C’était aussi une manie chez elle. Jérémie hocha la tête, gravement et inutilement, pour confirmer cette réflexion inutile qui ne servait à rien puisqu’elle disait ce que tout le monde savait déjà. Je déteste l’inutile, je l’ai déjà dit. Parce que ça ne sert à rien, principalement.
Toutefois, quel beau silence. Un peu à l’image de ce silence merveilleux et parfait allègrement piétiné par Sissi, l’autre jour. Il fallait savoir apprécier ça, en ces temps difficiles où on vous traînait aux boums pour vous hurler dans les oreilles. Quoique, sans oreilles, plus de bruits qu’on pouvait percevoir, à part les vibrations. On était tranquille.
Et puis le silence vola en éclats, alors qu’ils parlaient tous en même temps.
Ça ne vous tente pas de faire une minute de silence pour ce beau moment sans aucun bruit qui vient d’être lapidé avec des phrases ?
-C’est beaucoup trop dangereux !
-Tu te rends compte, Jérémie ?!
-Bah il peut être utile…
-Il va tout balancer.
-Y a pas moyen d’effacer son image virtuelle ?
Je m’efforçai de relier chaque phrase à un Lyokoguerrier. Celle d’Odd était facile à retrouver, c’était « Bah il peut être utile ». Voix aigüe, ton enjoué…Très reconnaissable et caractéristique. Et en plus, il était irresponsable, cette andouille.
Ensuite, William avait parlé bien fort, il avait à coup sûr dit « C’est beaucoup trop dangereux ». Roh, il en gardait vraiment des séquelles de sa xanatification…Vraiment, il était très rancunier, quel emmerdeur…
Le ton blasé m’avait fait identifier Ulrich. « Il va tout balancer »…On sentait un peu qu’il était en froid avec Yumi. Même si Hiroki n’avait rien fait pour l’embêter, il cherchait sans doute à faire suer le monde, comme souvent en ce moment.
Quant aux deux filles…C’était Aelita qui avait dû poser la question scientifique et Yumi qui s’était indignée.
C’était compréhensible. On proposait tout de même d’intégrer son petit frère de douze ans dans une aventure dangereuse et top secrète. Je devinais déjà les arguments du débat…
Dans la colonne pour, pas énormément : Peut-être simplement le fait qu’ils ne pouvaient pas le laisser avec ces visions alors qu’il ne comprenait pas ce qu’il voyait et pouvait en souffrir.
Dans les contre, en revanche… Hiroki n’était pas fiable niveau secret, il était très jeune et risquait donc de devenir la cible privilégiée d’éventuelles attaques, terrestres ou pas. Et par conséquent, il mettrait en danger ceux qui voudraient l’aider. Ça impliquait aussi qu’il pouvait mourir ou être blessé, et on le jetterait dans cette situation sans qu’il ait réellement le choix, à cause de ses visions.
Ils étaient trop prévisibles.
Je fus toutefois très satisfaite de constater que je ne ressentais pas de la pitié pour le gamin. Pas d’émotions comme ça. Tant mieux…Mon humanisation n’était pas si rapide que ce que je craignais. Ou alors je développais plus facilement des sentiments et émotions à l’égard de personnes que je connaissais mieux pour les avoir combattues des plombes à l’insu de tous. Ouais, probable.
La cloche sonna, tuant le débat dans l’œuf, à mon grand dépit. J’aurais bien aimé voir les humains s’entre-disputer… C’était pas juste, pourquoi j’avais pas le droit de me moquer un peu d’eux aussi ?
Ulrich s’éloigna, lâchant juste une petite phrase pour faire enrager Yumi
-J’vous laisse. J’ai promis à Sissi de m’asseoir à côté d’elle.
-Oh mon dieu ! Ulrich a flashé sur un thon !
Se moqua Odd, hilare. Le jeune homme lui renvoya un regard noir, frustré que sa petite phrase se retourne comme ça contre lui
-J’préfère flasher sur un thon que vivre avec tes pieds qui puent. Je sais pas ce qui me retient de changer de chambre.
Répondit vertement Ulrich en s’en allant, espérait-il, pour de bon. Il eut toutefois une nouvelle moquerie à essuyer, celle de William qui n’en ratait pas une pour s’en prendre à lui.
-On devrait te condamner pour faute de goût, parce qu’Odd, lui, il est marrant.
-Laisse tomber, l’amour est aveugle. Et puis d’abord, Sissi est super drôle quand elle dit une connerie !
Rit le concerné, communiquant son rire aux membres du groupe (sauf moi ou presque, encore une fois). Je songeais ironiquement « ça sent le vécu… » mais ne le formulai pas à voix haute. Aelita intervint alors, le regard sévère, pas très contente qu’on s’en prenne à son chevalier servant de l’autre jour
-Non mais vraiment ! Vous entendez comment vous parlez de lui ? C’est pas sympa du tout.
-Bah il l’a cherché.
Se justifia Odd, coupant l’herbe sous le pied de William, qui eut l’air déçu de pas avoir pu le faire en enfonçant un peu plus son rival. Froide comme sa Banquise adorée, Aelita trancha
-C’est pas une raison.
Et sur ce, elles’éloigna à la suite d’Ulrich, sous l’œil désespéré de Jérémie. Odd traîna l’autre blondinet derrière lui, vers les salles de cours et le dur labeur de la matinée. Il y eut un silence, puis Yumi suggéra
-Bon, on devrait ptête y aller, G.I. Jim va nous scalper si on arrive en retard…
Zut, cours de sport. J’avais oublié ce léger détail…Ou ce léger cauchemar. Mais mon vœu avait été exaucé, je les avais vu s’entre disputer. D’accord, c’était plus une coalition de William et Odd pour ridiculiser Ulrich, mais c’était fun tout de même.
Mais le cours de sport se profilait à l’horizon, me gâchant toute ma bonne humeur de l’instant. La scène flotta dans mon esprit, à peu près aussi atroce que celle de la boum, et une sueur froide me coula sur la tempe
Ça s’annonçait mal.
Ce mauvais pressentiment se vérifia atrocement quand je croisais le regard de William, qui avait la figure barrée d’un large sourire des plus sadiques. Je me doutais qu’il imaginait un peu la même chose que moi.
Connard.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 01 Aoû 2017 14:24; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Jeu 13 Déc 2012 01:21   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
On dirait un jour de pause pour les LG, avec ses confidences, chamailleries et blagues.
Mais je vois pas comment hiroki a pu chopper des visions de lyoko (plutot incohérent), c'est pour ainsi dire le seul perso secondaire a n'avoir jamais mis les pieds près de l'usine (contrairement à sissi, ses 2 chiens, delmas, jim, milly, tamia ou yolande qui s'y sont rendu en certaines occasions)

Pour ma part, comme la majorité des LG, j'ai pas trop envie qu'hiroki fasse parti des LG (il y en a bien assez)

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Jeu 13 Déc 2012 17:38   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Oh, ça, l'histoire d'Hiroki sera expliquée plus loin, mais il faudra beaucoup de patience parce que ce ne sera pas la priorité des LG.
Et oui, justement, c'est bien pour ça que j'entend le mettre plus en valeur dans mon histoire..
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Café Noir MessagePosté le: Jeu 13 Déc 2012 19:36   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 27 Mar 2012
Messages: 1490
Localisation: Thugland
Génial ces derniers chapitres. Super que Icer t'aide. Vous faîtes une super équipe ^^.
J'attends la suite mais bravo pour ces chapitres captivants.

Note d'Icer : 'Tention elle a jamais parlé d'aide. C'pas comme si elle en avait besoin Smile

_________________
Le $ang et la $ueur chapitre 12

« L'avenir, je vois comment qu'y sera... Ça sera comme
une partouze qui n'en finira plus... Et avec du cinéma
entre... Y a qu'à voir comment que c'est déjà... »
Céline, Voyage au bout de la nuitr
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Autremonde MessagePosté le: Sam 22 Déc 2012 09:33   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 23 Avr 2012
Messages: 106
Localisation: Dans un autremonde ^^
Pourquoi j'arrive toujours à poster quand il y déjà deux chapitres d'écrits ? (en plus c'est toujours des pavés ses chapitres…)

Bref, passons…

XANA est toujours aussi perfide dans ses remarques : parfait (niark niark).

Odd obtient la manta de l'ex-soldat. Au moins ça lui permet d'avoir un tir en plus. Par contre il est toujours aussi naïf. Enfin bon c'est vrai que pour l'instant XANA n'a pas été "méchante". D'un autre côté encaisser des charges électriques en sachant que Jérémie n'a jamais utilisé ce procédé.

Au début du nouveau chapitre j'ai cru que tout les machines auraient une conscience selon toi. Enfin bref on arrive petit à petit à un idéal version Icer-Ikorih : Yumi/William. Au moins ça a le mérite d'être construit correctement et pas balancé à la va vite (je ne serais jamais avec vous de ce côté là désolé ^^' ). D'un autre côté Ulrich ne fait vraiment rien pour sauver la situation donc bon il n'y a pas de vrai match (et donc pas de gloire, ok j'arrête de te titiller même si j'ai bien envie de citer le dernier mot de Xana ^^).

Passons aux visions de ce cher Ikorih euh… pardon Hiroki (trop facile pardon). Comme le dit Xana ce petit personnage possède beaucoup de "contre" et aucun "pour". En gros c'est un problème très gênant qui n'a pour l'instant aucun moyen d'être utile. Enfin tant qu'il a juste des visions de Lyokô c'est pas trop dérangeant. Ca le deviendrait réellement si jamais il les verrait en train d'aller à l'usine et vers les scanners à travers ses visions.

Voili voilou c'est maintenant que l'histoire va devenir encore plus intéressante puisqu'il va falloir expliquer les visions de ce pauvre Hiroki tout en étant crédible (niark niark). J'espère que tu y arriveras sans problème.

Au plaisir de lire la suite.

H.S. Est-ce une autobiographie ? (ok je sors)

_________________
http://img140.imageshack.us/img140/3249/userbarfan.png

"Je ne dois pas laisser intervenir mes sentiments. Tous les imbéciles échouent à cause de ça." Light Yagami - Death Note

"Et je veux montrer à ceux qui ici risquent leur vie… qu'à la fin c'est toujours le bien qui l'emporte." L - Death Note
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 5 sur 15
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13, 14, 15  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0807s (PHP: 74% - SQL: 26%) - Requêtes SQL effectuées : 19