CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Créations] JamFiction sur Code Lyoko par St...
[Créations] Le Covid-19 n'a pas tué nos talents
[Site] [Mise à jour] - Cartoon Fair - U...
[Code Lyoko] Interview de Julien Lamas...
[IFSCL] IFSCL - Bande annonce fangame 4.0.X
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
 
 Derniers topics  
Hypothèse des plans de X.A.N.A final ...
[Fanfic] White Mustang
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Film] Adaptation CL Chronicles : LIVE
Code Lyokô Nostalgia - À la recherche...
XANA, un bon méchant raté ?
Traduction d'un nouveau dossier
[Fanfic] Dix ans après [Terminée]
[Fanfic] New Code Maho
[Fanfic] Oblitération [Terminée]
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[One-Shot] Tout faire pour l'amour de sa vie...

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Julrose MessagePosté le: Dim 09 Aoû 2009 16:57   Sujet du message: [One-Shot] Tout faire pour l'amour de sa vie... Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 26 Juil 2007
Messages: 1863
Localisation: Saint Étienne (42)
Coucou =)

Me revoilà avec un nouveau one shot. C'est temps-ci, je suis vraiment à fond dans les one-shot Mr. Green en espérant que vous apprécierez ^^

Bonne lecture =)

Edit : Petite chanson qui va bien avec la fic je trouve et qui est chantée par une amie d'une de mes amies Mr. Green -> ici <-
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Pensées de Juliane]
Ce one-shot se passe quelques années après 2009...

Depuis 2 ans, j'habite maintenant avec l'amour de ma vie. Ça fait 5 ans que nous sommes ensembles et jamais la flamme qui est dans nos yeux ne se éteint encore. Et depuis quelques jours, je crois même qu'elle est devenue encore plus fort... Je m'appelle Juliane et laissez moi vous racontez ce qui c'est passer pour que cette flamme s'anime encore plus...

Nous sommes en décembre, dans les vacances de noël. Curieusement, il y a une délicate neige qui tombe au sol. C'est tout joli, ça nous met vraiment dans l'esprit de noël. Sur le chemin du retour de la maison, à pied, je ne peux pas m'empêcher de sourire, pensant à mon amour qui ne se doute pas de son magnifique cadeau de Noël... Je continue de marcher dans la neige, me rappelant les moments que j'avais passés avec ma famille étant plus jeune. Ah quel bonheur...

J'arrivais près de ma maison, voyant la voiture de mon amour garée devant la maison. Je souris, puis accéléra le pas pour aller au plus vite me réchauffer contre lui. Je montai les escaliers rapidement, puis arriva près de la porte que je vis entre ouverte... Bizarre... Habituellement, il ne la laissait jamais ouverte, surtout quand il y avait un peu de neige et quand il faisait froid... Je poussai doucement la porte, déposant le sac que j'avais près de l'entrée puis referma la porte. J’avançai dans la maison sans enlever mes bottes et mon manteau... J’arrivai près du salon et le vit dans un bordel pas possible : Les cadres des photos cassés, le pot de fleurs cassé aussi, les coussins du canapé déchirés... aucune trace d'Aurelio...

- "Nom de Dieu... qu'est-ce qui c'est passer ici...?", murmura-je faiblement, les larmes aux yeux.

Je montai à l'étage, fouillant toutes les pièces mais aucune trace de lui... Je reviens au salon, puis, prit une des photos donc le cadre fut cassé dans le massacre et m'effondrant, pleurant de toutes les larmes de mon corps : J'avais comprit qu'on avait enlevé l'amour de ma vie...

Continuant de pleurer, je ne vis pas arriver derrière moi les deux hommes. L'un d'eux me pris brusquement le bras gauche pendant que l'autre mit sa main devant ma bouche, moi hurlant pour espérer qu'un voisin entendre, puis, me mit un linge humide avec une substance qui me fit plonger dans un sommeil profond... La dernière chose que je me suis souvenu c'est le bruit de mon portable qui tomba sur le plancher et sa voix, hurlant mon prénom...

Je me réveillai quelques heures plus tard... peut-être une journée plus tard... j'avais perdu la notion du temps. J'avais un énorme mal de tête et avec la noirceur de la pièce, je ne pouvais pas me situer... je me relevai mais fut assommer par quelque chose au dessus de ma tête. Je retombai brusquement contre le coussin... mais qu'est-ce qui ce passait... Il faisait un noir pas possible dans cette pièce... je tendis mes mains pour toucher le plancher mais curieusement je ne touchai pas le plancher... ma main resta à la même hauteur que mon corps... je tendis mes mains puis me buta contre des murs assez près de moi... soudain un vague de panique et de peur m'envahi : On m'avait enterré vivante dans un cercueil!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Pensées d'Aurelio]

Pendant le massacre de la maison, je ne me trouvais pas dans la maison justement. je me trouvais dans le garage et je m'étais caché quand j'ai vu et entendu les hommes faire le massacre pour trouver quelque chose... ou quelqu'un...

Je n'étais pas sorti de sa cachette jusqu'au moment où je l'avais entendu hurler... À ce moment, je compris que c'était Juliane qu'ils cherchaient mais pour aucune raison apparente... J'ai hurlé son prénom juste avant que les hommes ne l'emportent. Je traversa la maison en courant et, au moment où je sortis de la maison, celle-ci explosa totalement, me faisant voler quelques mètres plus loin, en retombant sur le dos, puis le noir total...

Je revis à moi dès que j'entendis des voix autour de moi... Surment les pompiers, les ambulanciers et les policiers. J'ouvris les yeux péniblement et vit un ambulancier pencher sur moi.

- "Comment vous sentez-vous?", me demanda-t-il

- "Disons que j'ai eu des jours meilleurs...", répondis-je

Puis, soudainement, je me souviens que Juliane avait été enlevée par ces hommes...

- "Ma copine !!", cris-je, en me relevant brusquement, sentant tout tourner autour de moi

- "Du calme... il n'y avait personne d'autre dans la maison ni autour de la maison", dit l'homme en m'aidant en me recoucher

- "Non... non ce n’est pas ça... elle... elle a été enlevé juste avant l'explosion...", murmure-je en me couchant contre le sol, à contre cœur
Un policier passait par là et avait attendu la conversation, vient près de nous et s'accroupi près de moi.

- "Vous avez dit que votre copine a été enlevée ?", me demanda-t-il, en me regardant avec un air autoritaire mais rassurant en même temps

- "Oui... j'étais dans le garage quand deux hommes sont arrivés... je suis resté cacher mais elle est revenue de ses courses... et ils l'ont enlevés… elle croyait surment qu'ils m'avaient enlever aussi parce qu'ils ont foutu un bordel dans la maison... quand ils sont sortis, j'ai couru pour les rattraper… mais la maison a exploser dès que j'ai poser le pied dehors et après plus rien... je me suis réveillé ici...", explique-je, retenant mes larmes.

Le policier me regarda et sorti trois photos et me les montra.

- "Est-ce que les deux hommes ressemblaient à ceux-ci?" demanda-t-il

Je fis oui d'un signe de tête.

Il me montra la troisième photo et soudainement, je suis sûr que je suis devenu aussi blanc que la neige.

- "C'est elle, votre copine ?" me dit-il, surprit de me voir aussi pale

Ne trouvant pas ma voix, je lui fis signe que oui.

- "C'est bien ce que je pensais... on va enfin pouvoir prévenir les autres enlèvements..." dit le policier en se relevant

Il m'expliqua que début quelques temps, plusieurs femmes avaient disparut dans le quartier. Il y avait parmi ce groupe d'enleveurs, un agent double, qui informait les policiers des endroits où ils enlevaient les femmes et où ils les enterraient vivantes...

- "Enterrées Vivantes ?!", crie-je

Mon cœur fit un bond. Enterrées vivantes... une question me vient à l'esprit.

- "Combien... combien de ces femmes ont été sauvé...?" demande-je

Le policier me regarda tristement.

- "Aucune..., on arrivait toujours trop tard..."

Je cru que j'allais mourir à ce moment... non impossible... il ne fallait pas qu'on arrive trop tard pour Juliane... Pas elle...

La sonnerie d'un portable sonna et le policier répondit. Après quelques minutes de discutions avec la personne, le policier me regarda et cria à tous les autres policiers :
- "On a trouvé l'endroit où ils retiennent la fille! Près de la rivière, au parc au bout de la ville, espérons que nous n'arriverons pas trop tard!"

Je me relevai doucement, étant plus déterminer à retrouver celle que j'aimais...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Pensées de Juliane]

Je ne sais pas depuis combien de temps j'étais dans ce cercueil, je ne sais pas si j'étais sous la terre mais je savais que je respirais de plus en plus mal... Je repensais à Aurelio... qu'est-ce qui lui était arrivé... plus je pensais à ça, plus je respirais mal, plus je sentais que j'allais m'évanouir, plus les larmes se faisaient sentir...

Je dus m'assoupir quelques secondes, parce que je ne sentis pas l'eau qui commençait à s'infiltré dans le cercueil... Je me réveillai soudainement, voyant l'eau entrée par un trou dans le couvercle de la grande boite de bois suivit de quelques parties de terre qui s'infiltraient... j'allais mourir étouffer par la terre ou noyer par l'eau...

Je décidai que mon sort était déjà tracé. Je me calmai totalement, m'installa confortablement même si l'eau rendait le bois humide et dégueu avec la terre dans le cercueil, puis je fermai les yeux et attendit que mon heure arrive...

Après quelques minutes, ce qui me parut des heures, l'eau commença a entrée de plus en plus rapidement puis, j'entendais des coups dans la terre... on dirait que quelqu'un essayait de me libéré... mais n'ayant plus de force pour crier, je fermai les yeux et m'évanouie...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Pensées d'Aurelio]

Je n'aurais jamais cru être aussi paniqué et stressé de toute ma vie. En moins de 5 minutes, on avait traversé la ville entière pour se retrouver de l'autre coté, près du parc. Tout le monde souhaitait que Juliane soit encore vivante, elle serait bien la seule depuis plus de 4 mois.

Je devançai les policiers et les personnes volontaires pour la retrouver. Je courrais presque pour me rendre à la rivière. La météo était contre nous maintenant : La neige s'était transformée en pluie et tombait tellement rapidement et en peu de temps, que je craignais que la rivière ne sort de son nid et vienne près de l'endroit où était enterrée vivante Juliane...

Ce que je craignais se confirma... La rivière avait monté de quelques mètres en à peine 1heure et l'endroit où Juliane était enterrée devait se trouvé sous l'eau maintenant. Je ne perdis pas espoir pour autant.

- "Comment fait-on pour reconnaitre l'endroit exacte où est enterrée la personne ?", demande-je au policier qui m'avait parlé de ces enlèvements.

- "Le seul moyen que nous avions trouvé, c'est que les deux hommes laissaient toujours un des coins du cercueil dépasser de la terre. Nous ne savons pas pourquoi, peut-être pour nous rendre la tâche plus facile pour les trouver... mortes...", répondit l'homme.

- "Elle n’est pas morte, je le sais", dis-je en enlevant mon manteau, mon t-shirt et mes chaussures et en prenant une pelle que les hommes avaient emmené.

Je me rapprochai de la rivière, mit un pied dans l'eau, puis l'autre, entra dans l'eau jusqu'à la taille, me tournant vers les policiers et les volontaires qui me regarda bizarrement

- "Vous n'allez pas plonger dans les eaux glacés... ?", me demanda une dame qui avait suivit la foule curieuse de savoir si Juliane était toujours vivante.

- "Oh que oui, peu importe le prix à payer, je ferais n'importe quoi pour elle, même si je dois mourir à sa place.", lui répondis-je, prenant mon courage à deux mains, plongeant dans l'eau, entrainé vers le fond de la rivière à cause du poids de la pelle.

Curieusement, je voyais assez bien sous l'eau, je nage, cherchant un truc ressemblant à un coin du cercueil. Je sentais mes poumons brulés parce que je n'avais plus de souffle. Je décidai de laisser la pelle au fond de la rivière, remontant vivement à la surface, sortant la tête de l'eau, respirant à fond, sous les yeux affolés des gens autour puis je replongeai de nouveau.

En replongeant, je vis le coin du cercueil comme l'avait dit le policier! J’allai récupérer la pelle, puis commença à enlever la terre qui était bien lourde sous l'eau. Je dus remonter à la surface de nouveau puis replonger de nouveau. Je dus répéter ce manège une quinzaine de fois. Je parviens à dégager la boite de bois assez pour que je puisse sortir Juliane de là. J'espérais seulement qu'elle respirait encore sous cette eau et cette terre quelques minutes plus tôt.

C'est alors que je vis avec horreur que le bois du cercueil avait été défoncé un peu, sûrement à cause du poids de la terre mouillée par l'eau. Je remontai de nouveau à la surface pour reprendre mon souffle, emportant la pelle qui ne me servirait plus à rien à présent. Je restai quelques secondes à la surface, reprenant mon souffle pour que jamais et je commençais à avoir hyper froid, je ne sentais déjà plus le bout de mes pieds et de mes mains... mais je devais encore LA sauver.

Le policier qui m'avait parlé des enlèvements s'approcha de moi et me regarda, puis enleva son manteau, son t-shirt et ses chaussures puis vient se planter au coté de moi dans l'eau.

- "Je ne vais pas vous laissez y retourner seul, c'est trop dangereux, je sais que même si je vous dis d'aller vous réchauffez vous n'irez pas, parce que vous voulez vraiment tout faire pour elle. J'ai jamais vu un amour envers une autre personne aussi fort que le votre alors je vais vous aidez." me dit-il

J’approuvai et reprit mon souffle et plongeant de nouveau dans les eaux glacés suivit du policier. Tous les deux on vit avec plus d'horreur que moi tout à l'heure, que le cercueil était à présent complètement défoncé et que le corps de Juliane flottait doucement dans l'eau, ses jambes étant encore coincées dans la boite de bois...

À la vitesse de l'éclair, le policier et moi, on sorti Juliane de là, moi la tenant dans mes bras pendant que le policier défonça le reste du couvercle du cercueil puis vivement, nous remontons à la surface, pour reprendre nos souffles et espérer que Juliane soit encore en vie...

Quand nous arrivons sur la rive, les ambulanciers sur plaçaient tous autour de nous trois. On posa une couverture autour de moi pour me réchauffer, j'étais sur le bord de l'évanouissement, mais je me retenais, je voulais être le premier à la voir ouvrir ses yeux!

Les ambulanciers se plaçaient ensuite tous autour de Juliane... Elle était aussi blanche que la neige qu'il y avait quelques heures plus tôt. Ses lèvres étaient bleues, elle était froide et semblait tout simplement dormir... un des ambulanciers se retournant vers moi avec une tête d'enterrement... Non... Elle ne pouvait pas...

Je me rapprochai vivement d'elle, laissant tomber la couverture puis tomba à ses cotés. Je sentis les larmes venir en la voyant ainsi... Malgré tout, je décidai de me pencher vers elle et de déposer un baiser sur ses lèvres bleues et froides, espérant qu'elle ne respirait que très faiblement... mes larmes coulèrent sur son visage, aucun souffle ne sortait de sa bouche... Je sentis une immense tristesse m'envahir, je voulais hurler de toutes mes forces mais je n'y arrivais pas. La main du policier qui m'avait aidé vient se poser contre mon épaule et il me fit reculer de quelques pas pour que les ambulanciers finissent leur travail...

Soudainement, le son de quelqu'un qui s'étouffait, essayant de reprendre son souffle avec énormément d'eau dans ses poumons, se fit entendre. Tout le monde se retourna vers Juliane. Elle bougeait péniblement, essayant de cracher toute l'eau qu'elle avait en elle. Les ambulanciers se précipita sur elle, l'aida à cracher toute l'eau. Après quelques minutes d'agonie, elle ouvra les yeux doucement...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Pensées de Juliane]

Horrible sensation de froid, de vite... Non, je ne pouvais pas mourir maintenant...

Je sentis quelque chose de froid contre mes lèvres avant que je ne me réveille complètement. Ces lèvres si douces malgré la froideur de mes lèvres, la sensation de bien-être... Je sentis des larmes contre mon visage aussi... Aurelio... décidé que ce n'était pas mon tour pour mourir, je pris toute la force, tout l'espoir qu'il restait en moi pour rester en vie justement.

Je me mis à tousser, tousser, essayant de me retourner sur moi-même pour cracher toute l'eau que j'avais dans les poumons... Pendant plusieurs minutes, ce qui me paru de plusieurs années, je cracha toute l'eau, respirant difficilement à chaque fois... Puis après, je respirais un peu mieux, mais les ambulanciers avaient du me mettre un masque à oxygène pour m'aider à me réadapter à respirer. Je n'avais pas ouvert les yeux depuis le moment où j'avais commencé à cracher l'eau... Je les ouvris doucement puis me retournant vers la foule de personnes, cherchant des yeux, celui qui j'aimais plus que tout. Je ne le trouvai pas, puis soudainement, je me demandais s'il n'était pas encore prisonnier... Des larmes coulèrent sur mes joues, je refermai mes yeux puis sentit les mains froides de quelqu'un se poser contre mes joues et, à l'aide de ses pouces, essuyer les larmes. Je reconnaissais ce geste... J'ouvris de nouveau les yeux et le vit au dessus de moi. Mon cœur ne fit qu'un bond dans mon corps. Il était vivant! J'étais toujours sur le sol, il vient s'allonger près de moi sous les regards soulagés des ambulanciers, policiers et des volontaires.

Aurelio passa doucement sa main contre ma joue et je m’efforçai de sourire légèrement.
- "Tu sais que tu m'a fais peur toi?", murmura-t-il en me souriant

Ne pouvant pas parler à cause du masque devant ma bouche, je le regardai dans les yeux.

- "Je n'étais pas dans la maison quand ils ont fait le carnage. J'étais dans le garage, je m'étais cacher pour voir ce qu'ils voulaient ces deux hommes. Puis je t'ai vu entrer, mais je n'ai pas eu le temps de t'avertir... Puis quand ils sont partis, je suis sorti précipitamment de la maison et celle-ci a exploser... Plus de maison...", m'expliqua-t-il

On entendit soudainement de l'agitation près de nous. Aurelio m'aida à m'assoir, mais je n'avais pas encore la force de tenir toute seule, donc, il me garda dans ses bras. On vit des policiers contre deux hommes dans la foule. Ils les approchèrent de nous, puis je reconnue les deux hommes, les deux kidnappeurs... je me collai vivement contre Aurelio.

- "Nous avons enfin attrapés ces deux là. Ils ne feront plus de mal pour l'instant. Ils croyaient que vous étiez morte.", me dit un des policiers.
Je retirai le masque, puis regarda les deux hommes.

- "Malheureusement pour vous, je suis toujours vivante. Vous savez, il y a une force indescriptible qui m'a permis de surmonté la mort. L'amour. Mon amour envers mon ange est telle que même la mort n'y peut rien. Je crois que ça, vous le serez pour les autres fois... si on vous laisse sortir de prison." dis-je, en me tournant ensuite vers Aurelio et le regardant en souriant.

- "Hum... Je ne sais pas si c'est vraiment le moment pour ça... mais..." murmura Aurelio en glissant sa main dans la poche de son manteau.

Il en sorti une petite boite et l'ouvrit doucement. Avant même qu'il ne prononce quoi que ce soit, je me jetai vivement sur lui, le faisant tomber contre le sol et l'embrassa passionnément.

- "Oui, je veux passer le restant de mes jours avec toi Aurelio, parce que je sais que ton amour pour moi, ne s'éteindra jamais et que le mien pour toi non plus... Je t'aime", dis-je, en prenant la bague dans la petite boite et la passant à mon doigt.

C'est sous un soleil radieux, sous les cris des policiers, ambulanciers et de la foule en folie que j'unis ma vie à celui que j'aimais plus que tout au monde et qui avait tout fait pour moi.

Fin.


Dernière édition par Julrose le Mer 12 Aoû 2009 00:58; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Aurelio42
MessagePosté le: Dim 09 Aoû 2009 17:30   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 12 Oct 2007
Messages: 149
Wow...

Je sais tellement pas quoi dire devant ce merveilleux texte... C'est si beau ce qu'on vie tout les deux...
Encore sous l'émotion que me procure ton One Shot, je ne serais quoi te dire là, si ce n'est que mon amour pour toi grandi de jour en jour, que tu me fais tellement rêver...

Je t'aime Juliane <3
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur
 
Abadjin Pieckoyt MessagePosté le: Dim 09 Aoû 2009 17:30   Sujet du message: Répondre en citant  
Défenseur Galactique


Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 559
Localisation: Aux côtés du Catalyseur pour mettre fin à la menace des Moissonneurs...
Le sentimental que je suis a été comblé dans sa lecture... De belles scénes amoureuses sans verser dans le superflu... J'adore !!! Quelques fautes mais elles ne gênent pas la lecture. Wink

A plus...

_________________
http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/05//120205103503633029399575.png

Tel un feu purificateur, nous rétablissons l'équilibre.
Le Catalyseur s'adressant au Commandant Shepard,
quelques secondes avant l'activation du Creuset et la fin des Moissonneurs.

Tiré de Mass Effect 3
Liens de mes Fics et Fans Fics
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Elwing MessagePosté le: Dim 09 Aoû 2009 18:39   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1393
Localisation: Dans ses bras <3
J'ai remarqué beaucoup de fautes d'orthographes :

" Ça fait 5 ans que nous sommes ensembles et jamais la flamme qui est dans nos yeux ne se éteint encore. " : cinq (c'est mieux d'écrire les nombres en lettres ^^ ) ne s'éteint

" murmura-je faiblement, les larmes aux yeux. " murmurai-je

" J'avais comprit qu'on avait enlevé l'amour de ma vie..." compris

" Surment les pompiers, les ambulanciers et les policiers " Surement

" quand ils sont sortis, j'ai couru pour les rattraper… mais la maison a exploser dès que j'ai poser le pied dehors et après plus rien... " explosé posé

" - "C'est elle, votre copine ?" me dit-il, surprit de me voir aussi pale " pâle

" Après quelques minutes, ce qui me parut des heures, l'eau commença a entrée "

" En moins de 5 minutes, on avait traversé la ville entière pour se retrouver de l'autre coté, près du parc. Tout le monde souhaitait que Juliane soit encore vivante, elle serait bien la seule depuis plus de 4 mois."
cinq côtéquatre


" La rivière avait monté de quelques mètres en à peine 1heure et l'endroit où Juliane était enterrée devait se trouvé " une heure se trouver

" dis-je en enlevant mon manteau, mon t-shirt " tee-shirt

" Je me rapprochai de la rivière, mit un pied dans l'eau, puis l'autre, entra dans l'eau jusqu'à la taille " mis entrai

" Je sentais mes poumons brulés parce que je n'avais plus de souffle. " brûler

" Le policier qui m'avait parlé des enlèvements s'approcha de moi et me regarda, puis enleva son manteau, son t-shirt " tee-shirt

" - "Je ne vais pas vous laissez y retourner seul, c'est trop dangereux, je sais que même si je vous dis d'aller vous réchauffez vous n'irez pas, " laisser réchauffer

" J’approuvai et reprit mon souffle et plongeant de nouveau dans les eaux glacés suivit du policier. " repris

" Quand nous arrivons sur la rive, les ambulanciers sur plaçaient tous autour de nous trois. " se plaçaient

" Je me rapprochai vivement d'elle, laissant tomber la couverture puis tomba à ses cotés. " tombai

" Pendant plusieurs minutes, ce qui me paru de plusieurs années, je cracha toute l'eau, " crachai

" - "Tu sais que tu m'a fais peur toi?", murmura-t-il en me souriant " m'as

" J'étais dans le garage, je m'étais cacher pour voir ce qu'ils voulaient ces deux hommes. " caché ce que voulaient

" Puis quand ils sont partis, je suis sorti précipitamment de la maison et celle-ci a exploser... " a explosé

" Avant même qu'il ne prononce quoi que ce soit, je me jetai vivement sur lui, le faisant tomber contre le sol et l'embrassa passionnément. " l'embrassai

Ensuite je trouve que ta façon de faire le dialogue est bizarre. Soit tu mets :
- Tu sais que... ou alors : " tu sais que..." (mais pas les deux )

Ensuite, j'ai remarqué que tu as écrit ton récit au présent et au passé. Je trouve que ça fait bizarre de faire les deux... Donc soit tu le mets au présent, soit au passé.
Et tout les verbes tel que " murmure-je ", il faut mettre l'accent au présent : murmuré-je

En ce qui concerne l'histoire :
Julrose16, ton one shot est vraiment magnifique.
Tu décris bien tes sentiments ainsi que ceux de Aurelio42. Ton histoire m'a captivé (ah que j'aime les histoires d'amour ^^ ).
Et puis j'ai beaucoup aimé la fin ^^

Bonne continuation pour tes futurs one-shot ou fic (que je me ferais un plaisir de lire ) Wink

Edit :
Un MP ? Okey, j'y penserais la prochaine fois Mr. Green

_________________
http://nsa29.casimages.com/img/2012/05/23/120523095015101622.png


Dernière édition par Elwing le Dim 09 Aoû 2009 18:56; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Julrose MessagePosté le: Dim 09 Aoû 2009 18:42   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 26 Juil 2007
Messages: 1863
Localisation: Saint Étienne (42)
@Merenwen : Je sais pour les fautes merci. Seulement, ce n'est pas facile de passer correctement d'un français plus ou moins "québécois" à un français "français" mais je fais mon maximum pour essayer de ne pas confondre... Pas obliger de corriger toutes mes fautes non plus, un mp aurait fait la même chose... Wink

Merci pour les autres commentaires, ça fait plaisir ^^
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
ashka MessagePosté le: Dim 09 Aoû 2009 19:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Mégatank]


Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 824
Localisation: Sur son xigmatek monté. (L)
Très bon Oneshot, à part les quelques fautes mais comme l'a dit Pieckoyt qui ne gênent pas la lecture. ^^

Note de Shaka : J'veux pas être chiant, mais en quoi c'est un très bon One-Shot. No argumentation ? Une petite édition ne serait pas de trop...

_________________
http://sournoishack.com/uploads/2136045583forum_signature.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Anthea MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2009 00:31   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 36
Localisation: Parmis des livres avec mon I Pod
Ton One Shot est vraiment sublime, l'histoire est tout à fais plausible et les émotions sont vraiment bien d'écrites. Franchement j'aimerais moi aussi qu'on m'écrive un One Shot du genre.

PS : Tu connais Véronique Bilodeau ! Je me sens moins seule tout à coup.
_________________
~


http://nsa15.casimages.com/img/2010/03/20//100320124059448988.jpg


Spoiler



~
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Weyling MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2009 11:05   Sujet du message: Répondre en citant  
Transformers Knight


Inscrit le: 02 Nov 2007
Messages: 1094
Je n'ai rien d'autre à dire que : Wow O_O ! ( non pas le jeu des no - life xD ) .

Ton OS était vraiment sublime, l'histoire était vraiment belle et les sentiments des deux tourteraux sont vraiment bien décrit ^^.

En tout cas, c'est ce qu'on peut appeler un véritable Amour ^_^.

Félicitations à toi et bonne continuation si tu en a l'intention d'en faire d'autres Wink
Je les lirais avec plaisir Mr. Green .

_________________
http://img715.imageshack.us/img715/5674/housej.jpg

"Peut Importe ce que La Vie me réservera ... Ce que Le Diable me plantera ... L'Amour que je te réserve n'en sera qu'Immortel ..."

"Mon coeur est peut être libre ... Mais mon âme elle, à été entièrement conquise ..."

" Tes yeux sont le reflet du bonheur éternel ..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
quaddu13 MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2009 14:46   Sujet du message: Répondre en citant  
Mon arme est la sagesse...


Inscrit le: 11 Jan 2009
Messages: 737
Localisation: Sur le toit du monde seul a penser a sa vie..
Magnifique ce One-shot Julrose16 Smile La fin est tout simplement émouvante et joyeuse et tu as tout décris dans ton texte (les sentiments, les lieux, les gestes ect..)

Personnellement j'ai adorer certes il a des fautes assez apparente je dois dire mais l'histoire est tellement bien imaginer et la fin est tellement belle que sa comble tes erreurs Laughing

Franchement bravo Mr. Green
_________________
http://img44.imageshack.us/img44/2226/commandequaddu13.jpg

Merci a Yumissia pour ce pack Mr. Green

Qui te craint en ta présence , te nuit en ton absence.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0535s (PHP: 62% - SQL: 38%) - Requêtes SQL effectuées : 19