CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
[Galerie] Trucs, bidules, choses Made...
Code Lyoko Projet Saison 5
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Votre forme maléfique de Jérémie préf...
[Fanfic] Replika on the Web
Le Point : Quand le dessin animé vire...
[Fanfic] Le risque d'être soi
Parodie Audio - Code Lyok Ouille
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fiction] Les dix coeurs

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes


Page 2 sur 2

Aller à la page Précédente  1, 2





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Arya MessagePosté le: Mer 07 Fév 2007 14:56   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 1974
Localisation: Au pays imaginaire .
Et si elle les tue pas, qu'est-ce qu'elle fait, elle les embrasse XD ?
_________________
http://nsa26.casimages.com/img/2011/05/01/110501055954728454.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Lady in the ocean MessagePosté le: Mer 07 Fév 2007 17:36   Sujet du message: Répondre en citant  
[Krabe]


Inscrit le: 28 Juil 2006
Messages: 262
Localisation: kourou
Surement, le bizou, le bizou....
Je pense que j'ai trouve le denouement de l'histoire, mais j'dirais rien, meme sous la torture.
En tout cas, c'est vraiment super, continues, bravo, la suite est attendue impatiemment...
_________________
Fan de l'océan
Fan de la musique
Fan de la nature
Fan des pirates
Et puis surtout FAN DE CODE LYOKO !!!
Je suis une aventurière, une naviguatrice, une fille de l'océan...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lest MessagePosté le: Lun 26 Fév 2007 17:48   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
voila voila, le chapitre cinq est en cours d'écriture ( c'est dingue comment j'ai la flemme en ce moment Razz ) alors j'ai décidée de dessiner les personnages les + important en perm ! ( d'ou la pas très belle qualité parce que c'est sur papier quadrillé et pliée, désolée T-T )

Keili: ( combinaison qu'elle aura dans le chapitre 5 incluant griffes rétractables Mr. Green ) http://i11.photobucket.com/albums/a161/merryl59/LastScan.jpg

Melaan: ( bouuh, j'avais tout sauf de l'inspiration pour ses fringues, un peu beaucoup raté TT-TT ) http://i11.photobucket.com/albums/a161/merryl59/LastScan2-1.jpg

Shielva: ( a apparaitre dans le chapitre 5 ) http://i11.photobucket.com/albums/a161/merryl59/LastScan3.jpg


pour ceux qui veulent la première partie du chapitre cinq, tapez 1 ^^ sinon, vous l'aurez quand il sera fini et défautes d'orthographié

--Message edité par Saphira le 2007-02-26 17:49:35--

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Tifa MessagePosté le: Mer 28 Fév 2007 21:42   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 2896
Localisation: Ici et là.
Je tape 1 alors ! Mr. Green
Nan franchement ils sont supers tes dessins ! Melaan, je le trouve tout simplement bien fait !
Celui de Keili est trop mortel ! Mr. Green

Vivement la suite de ta fic ! ^^
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lest MessagePosté le: Mer 28 Fév 2007 21:58   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
mici ma tite soeur ^^ ( bon, ceci n'est que le début du chapitre ^^ )

Chapitre 5
La Clef du Destin dorée


    " Parce que c'est ainsi "

    Après avoir prononcé cette phrase, Keili s'effondra sur son cheval, une cicatrice de brûlure fraîche sur la poitrine. La nuit était tombée plus vite que prévue, sans lune, la plongeant dans un noir presque complet. De l'herbe craqua sur les sabots de son cheval, une herbe autrefois plus verte que le reste de la plaine. Une colline s'était dessinée en cachant les étoiles, les branches mortes d'un vieil arbre sans feuilles, planté dans la terre sèche. La jeune fille sortit son instrument dont elle ne distingua pas son bleu éclatant. Elle se mit à jouer sa mélopée pendant longtemps, assise sur la racine noire où elle était, il y a si longtemps avec l'ancien possesseur de son ocarina. Elle la trouvait toujours aussi belle. Les yeux fermés, les cheveux se balançant au rythme du vent, son cœur était emporté par la douce mélodie. Ses cinq sens étaient éveillés, elle percevait une vie qui renaissait, et quelqu'un qui pensait à elle. Elle le savait, son instinct lui disait. Alors elle reprenait sa musique de plus belle, fidèle à la dernière personne qui était ici avec elle. Une douce lumière vint éclairer son visage, puis, très lentement, s'intensifia. Quand elle ouvrit les yeux, elle fût aveuglée par les rayons d'un soleil qui perçait les montagnes au loin. Les lueurs rouges roses se reflétaient dans les yeux de la jeune fille. L'épaisse racine sur laquelle elle était assise n'était plus entièrement noire. Des veines marrons foncées la scindaient. Quand elle se retourna, des bourgeons aux éclats dorés avaient poussé sur les branches sèches. Des touffes d'herbe verdoyaient la butte. Des larmes apparurent et roulèrent lentement sur ses joues. Elle se trouvait dans son sanctuaire. Même si elle le quitterait pour toujours, elle ne devait l'oublier.
    Quand elle décida de reprendre sa route, elle se rendit compte qu'elle ne savais où aller. Elle n'avait pas encore était à la capital pour s'enregistrer pour pouvoir aller dans chaque villes. Quand elle se leva, son collier sortit de sa peau, les deux pierres fissurées attirèrent son attention. Elle se souvint des deux hommes qui agonisaient, il y a si longtemps, son cœur se serra douloureusement par le regret. Quand elle se concentra, elle vît un des deux allongé sur un lit, les anciennes blessures qui zébraient son torse avaient disparu. Elle eu un soupir de soulagement quand elle l'entendit grogner dans son sommeil. Mais elle n'arrivait pas à localiser l'autre, quelque chose lui en empêchait. Un mur de pierre infranchissable lui barrait la route, elle ne pouvait voir plus loin. Elle essaya de le contourner, de chercher une faille, mais en vain.
    Soudain, elle entendit une personne qui claquait des mains, la réveillant brusquement. Au pied de la colline elle vît une fille à peine plus âgée qu'elle. Elle en faisait partie. Une Valkyrie. Rien dans son allure ne laisser paraître le contraire. Keili avait lu beaucoup de chose sur elles, et depuis, elle avait toujours voulu en rencontrer une. Sa peau scintillait comme au clair de lune, ses cheveux dorés et parfaitement raides lui arrivaient aux hanches, deux mèches lui cachaient des yeux rouges, semblable à des braises. La lame rouge sanglante de la faux qu'elle avait à la main finissait de prouver qu'elle en faisait partie. Elle avait un doux sourire aux lèvres, qui la rendait encore plus belle. En quatre souples sauts, elle arriva à la hauteur de Keili. Quand elle lui parla, elle avait une voix si douce que la jeune fille était émerveillée.

    " Salut..... J'ai adoré ce que tu as fais..... Waouh ! C'était Atmosphérique !
- Heu, merci... couina-t-elle
- Comment tu t'appelles ? T'es une humaine non ?
- Moi ? C'est Keili, oui je suis humaine.
- Très joli comme nom, moi c'est Schielva.
- Plutôt original.
- Chez moi, c'est assez courant, mais si je te parle des prénoms des Valkyrie, on en fini plus ! Par rapport à ceux des humains où des Liku, ils sont la plupart spéciaux et ils ont tous un sens particuliers.
- T'es une Valkyrie ? J'en était pas sure mais bon..
- Si je te le dis ! Bon, sinon, bien que c'était carrément lumineux ce que tu as fais, je suppose que t'es pas là pour remplacer Exyl ? Je me souviens encore de sa musique, c'est la même. Tu le connaissais ?
- Exyl..... ce mot faisait battre son cœur à la même force qu'à sa rencontre avec lui.
- Oui, le Liku qui venait toutes les nuits ici, il y a si longtemps. Il me manque terriblement. Mes nuits sont calmes depuis qu'il est mort, et... Bien qu'il n'avait pas de sentiment, rester avec lui, c'était théâtrale !
- Juste je l'ai aimé. Juste ça. Et en entendant son nom, les larmes me reviennent....."

    Elle lui raconta son histoire, toute son histoire, sans avoir à craindre les réactions de Schielva. Elle lui dit même que c'était elle qui avait tué Exyl.

    "Je vois la tristesse dans ton cœur, je vois les larmes qui ont déjà coulées de tes yeux, je te comprends et lui aussi doit te comprendre."

    Keili remarqua que maintenant la pierre qui brillait, incrusté dans la lame de la faux. Elle avait lu quelque part dans un livre que dans chacune de ces gemme, il y avait l'âme de la personne la plus aimé de la Valkyrie en question. Seulement si cet être était sur le point de mourir. Elle se demanda si ça pouvait être Exyl, mais non, il était bel et bien mort, pas à l'agonie. La jeune fille observa la pierre longuement et sortit précipitamment son collier. Une de ses breloques qui n'a jamais était allumée avait exactement la même forme. C'était une qui était presque brisé. Au relief prés, chaque détails a était reproduit avec perfection, formant une clef aux motifs multiples et complexes. Elle posa un doigt sur les deux gemmes et une lumière vive explosa, aveuglant les deux filles, se propageant comme une onde de choc. Lorsqu'elles ouvrirent leurs yeux, le collier de Keili vibrait si fort que les coups répétés lui faisait presque mal. Comme si cette personne la prenait dans ses bras, prés de son cœur. La clef était fissurée, mais les fossés se refermèrent peu à peu. C'était donc lui qu'elle avait vu mourir. Mais dans ce cas là, Shielva le connaissait, et a enfermé son âme avant qu'il ne s'échappe du corps d'origine. La jeune fille eu un frisson quand elle pensa que la Valkyrie l'avait allié à une pierre, corps étrangers au sien. Tout ça lui donnait mal à la tête, elle n'avait pas dormi de la nuit. Schielva lui dit alors:

    " C'était mon frère. Lui et son meilleur ami ont était grièvement blessés. Vu les marques profondes et leurs formes, je suis persuadée que c'est ce putois d'Eldin. Il est pire qu'un dictateur. Respecté, craint, personne ne s'opposait à lui. Depuis que j'ai appris la destruction d'Aida, sa ville natale, par lui-même, il me fais encore plus peur. Certains disent qu'il est mort, si c'est vrai, on à plus qu'a faire nos prière si son tueur est pas net.
- C'est moi. "

    Son interlocuteur n'ajouta plus rien, bouche bée. Les braises de ses yeux étaient un feu de joie, réchauffant Keili qui somnolait presque. Une joie intense irradia le cœur de Shielva, qui eu un grand éclat de rire cristallin, agitant ses cheveux d'or. Elle prit la jeune fille dans ses bras, la serrant fort, avant de se rendre compte qu'elle c'était endormi. Elle gisait sur ses épaules, un sourire aux lèvres. Quand elle se réveilla, elle était dans un lit douillet et confortable. Elle changea de position et essaya de se rendormir, elle était si bien ! Un autre lit attira son attention. Elle voyait dépasser des cheveux bruns, en broussaille, légèrement plus long que dans son souvenir. C'était lui ! C'était Melaan ! Elle sauta sur ses pieds, sans prêter attention à la courte nuisette qu'on lui avait enfilé, ni aux draps qui la suivait, accroché à ses bras. Elle sauta presque sur lui, en hurlant son nom. Le jeune homme se réveilla en sursaut, dégainant son petit couteau qu'il avait caché sous l'oreiller. Un grand sourire illumina son visage quand il l'a reconnue, il la prit dans ses bras, dans une longue étreinte, ponctuée d'embrassade. Ils étaient si heureux ! Rien ne pouvait retirer le bonheur de leur retrouvailles ! Enfin Keili dit d'une voix rauque:

    " Ne pars plus jamais comme ça, aussi longtemps ! C'était atroce de t'avoir loin de moi !
- Toi aussi, je voulais tellement te revoir ! Mais j'ai eu plusieurs empêchements.....
- Moi aussi, j'ai trop de choses à te dire ! Tu as vu Shielva ?
- C'est elle qui c'est portée volontaire quand on t'as entendu jouer de la musique. J'aurais voulu la suivre, mais en deux bonds, elle était déjà loin. Allez, commence ton histoire, moi je te raconterais la mienne juste après."

    Alors elle lui parla d'Eldin, la fin sinistre d'Aida, de son pressentiment juste avant l'arrivée d'Eldin, la butte qui renaît, la chanson qu'elle a joué, tout ce qui lui passé par la tête, dans un ordre plutôt illogique en exagérant quelque peu sa victoire contre Eldin. Elle répétait son prénom sans cesse, Eldin, Eldin, Eldin. Elle voulait l'hurler, en même temps tout garder pour elle. Quand elle eut fini, sa respiration était saccadée, ses yeux se mouillaient. Melaan la prit dans ses bras pour la consoler, lui murmurer des paroles sans aucun sens, juste pour la rassurer. Un bon quart d'heure après, il commença son récit.

--Message edité par Saphira le 2007-02-28 22:00:54--
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Little MooN MessagePosté le: Ven 02 Mar 2007 20:40   Sujet du message: Répondre en citant  
Little Moon rang


Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 282
Localisation: Parmi les étoiles...
Oéééé, c'est triste xD
Ch'suis méchante Razz

En tout cas, j'aime beaucoup, t'as des idées vraiment... originales Mr. Green
Vivement la fin, te décourage pas ^^
_________________
Angain and again and again and again I see your face in every thing...

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoirs armes
Puisqu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Tifa MessagePosté le: Dim 04 Mar 2007 16:50   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 2896
Localisation: Ici et là.
Subliime chapitre ! Je n'ai rien a ajouté de plus à part : continue ! Continue à écrire de si beaux chapitres ! Smile
Je ne te demande pas de faire des nuits blanches comme moi ! xD

Vivement la suite !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Will 36 MessagePosté le: Jeu 15 Mar 2007 17:34   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 15 Juil 2006
Messages: 24
Localisation: ahah
C'est tout simplement G-E-N-I-A-L !!Tu as des supers idées et des supers scénarios smile/blob_box.gif
_________________
(^_^) + (°_°)=WITCH!!!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lest MessagePosté le: Sam 31 Mar 2007 19:42   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
fiouf ! j'ai enfin fais la suite ! Désolée si ça fait un mois, mais j'avais tout sauf de l'inspiration ^^'

Bon, depuis hier j'y bosse comme une dingue, mais ce chapitre n'est toujours pas fini ;P


Chapitre 5
La Clef du Destin dorée
( Suite )

  Certaines choses ne doivent jamais être révélées. Toutes ces choses se doivent de rester enfouies, dans les tréfonds de la mémoire. Les éclats de souvenir se reforment, et font si mal dans le cœur de chacun. Transformant les jours heureux en une sauce insipide. Après, plus rien ne compte. Juste une lourde balle de métal dans la gorge, un regard vide. Il faut juste enfoncer cette porte, voir la lumière qui est en soit. Dans chaque être, une once de beauté de la vie réside dans leur cœur. Certaines choses ne doivent jamais être révélées.
  Lorsque Melaan s'apprêta à raconter ce qu'il a vécu, une ombre apparu à la fenêtre, siffla cette phrase aspic. Puis elle disparu. Keili n'a pus apercevoir qu'un pendentif en forme de clef, accroché à son cou. En forme de clef. Melaan restait pétrifié. Il tremblait, si fort que la jeune fille ne pus rester là, à le regarder. Elle le prit longuement dans ses bras, lui murmurant des paroles sans fins, sans aucuns sens. Tout ce qui pouvait lui passer par la tête, mais dans sa tête, un éclat doré prenait toute la place parmi ses pensées. Il restait imprimé dans ses yeux. Pendant longtemps, ils restèrent ainsi, jusqu'a ce que Schielva déboula, un ballot de linge à la main. Quand elle les vit, elle paru hésitante, puis dit:

  "Heu, salut, j'vous dérange, non ?
- Non, entre, ça fait rien. Pourquoi t'es là ?
- Hum, j'ai un petit cadeau pour toi ma grande ! Tu vas être surprise, mais bien contente ! Allez viens, tu seras pas déçu !
- Et, qu'est-ce que c'est ?"

  Sur ce, la Valkyrie déploya le drap, et à l'intérieur, un tissu mauve était soigneusement plié. Elle le prit, le déroula sous les yeux de la concerné, qui était à présent bouche bée. C'était une magnifique combinaison unie, qui servait à combattre. Elle était à la fois souple et confortable. ce qui choqua Keili, c'était les longues griffes dures qui pendaient au bout de chaque doigt. Elle était déchirée au niveau du genou et des coudes, mais le reste était absolument impeccable.

  " C'est du travail de Valkyrie ça ! Pendant 72 heures, elles étaient à cinq à travailler dessus. C'est pas de la rigolade cette combinaison ! T'as tout inclue ! Elle pourrait presque te servir le café ! Mais quand tu l’auras essayé, tu galoperas comme un petit lapin !
- Et, les griffes ?
- C'est le meilleur. Des griffes rétractables à volonté. Les dix doigts de la main. Et je te parle pas de la vitesse... Tu les vois même pas quand tu dégaine ! Ah si, finalement, je t'en ai parlé. Allez ! Mets-la ! Elle peut même te protéger contre des certains chocs, si ils sont pas trop forts. "

  Melaan partit de la pièce, la laissant enfilé son délicat habit. La matière était très résistante, mais elle resté aussi souple que du satin, aussi doux que de la soie. Il lui allait parfaitement, comme si c'était une seconde peau. Il était si léger que Keili avait l'impression de ne rien porter. Avec la pression de Shielva, elle leva sa main, pointant devant elle son index, les autres doigts tombant gracieusement. Elle pensa juste au mur devant elle, juste au bord, et la surprise la fit trébucher : une pression c'était exercé sur son index, puis plus rien. Melaan, qui était à peine rentré dans la pièce, ne faisait plus un geste. Juste à côté de lui, un trou fin de quelques centimètres de profondeur était dans le mur. La jeune fille se tourna vers la Valkyrie, le visage figé, dans une expression qu'elle trouve hilarante. Son rire était frais et pure, et plus communicatif que n'importe quoi. Bientôt, une bonne humeur imbibait la pièce et les personnes qui passaient devant. Certaines avaient les yeux rouges de Schielva, les mêmes cheveux dorés. Puis, les cinq Valkyries qui avaient travaillé sur l'habit de Keili c'étaient rassemblé dehors, avant de disparaitre avec un léger crépitement, dans une volute de fumée blanche comme la neige.La nuit était déjà tombée, mais personne n'était fatigué. Shielva apprit plusieurs divertissements appartenant aux humains, et elle leurs montrait les siens. Jusqu'à une heure avancée du matin, ils continuèrent, en pouffant comme des enfants. Mais Keili avait remarqué le voile qui obscurcissait de temps en temps le regard de Melaan, avant qu'il ne se remette à pétiller de malice, comme à son habitude. Enfin, tous s'écroulèrent sur les matelas, posés sur le sol en désordre.
  Quand Keili ouvrit les yeux, il était encore tôt. Mais un chant l'avait tirée de son sommeil. Une douce musique. Elle reconnu la voix de Schielva. Elle se leva, sortit, et suivit la douce mélodie. Elle était sur le coin de paradis de la chanteuse. Un petit lagon de sable blanc, isolé du reste du monde. Des palmiers surplombé majestueusement l'endroit. Ses cheveux se balançant au rythme du vent, les mains croisées au niveau de son cœur, entre deux arbres ayant des feuilles qui tombaient magnifiquement, Schielva se tenait là, les yeux fermés. Elle n'avait pas encore remarqué la jeune fille qui l'écoutait avec régal. Elle restait cachée, derrière un rocher, car elle ne voulait la déranger. Lorsqu'elle eut fini, l'autre partit silencieusement, pour ne pas attirer l'attention. Elle se glissa dans ses draps, avec un Melaan qui sommeillait encore paresseusement. Sans trouver le sommeil. Elle ressasser encore les images de la veuille. Celle de cet homme en noir, qui avait pus écraser Melaan en une seule phrase, lui qui était d'habitude si fier. Cette clef avait-elle un rapport avec celle que formait la perle sur son collier ? Elle voulu questionner le questionner, mais elle savait qu'il ne dirait rien.
  Maintenant que Keili était partit, Schielva put enfin quitter cet endroit, pour aller chercher ce qu'elle attendait. Maintenant qu'elle avait le pouvoir de le faire, elle ne devait perdre plus de temps. Plus elle attendait, plus ces souvenirs venaient la hanter. Son regard se durcit, puis elle devint blanche en pensant à ce qu'elle allait faire. Ca allait être si dur pour elle. Mais elle devait se montrer forte, et passer à l'acte. Combien lui il attendait ? Dans sa prison de granit, si étroite ? Mais elle ne voulait regretter son geste. Quand elle apprendra ce qu'elle s'apprête à faire, quel sera la réaction de Keili ? Ca aussi, Shielva le craignait.
  Quand Melaan se réveilla, il était seul. A côté de lui, un petit était glissé entre les draps:

   Mon gros dormeur, je suis partie ce matin. Je ne fais que visiter les bois à côté, Shielva m'a prévenu que je pourrais voir des villes Valkyrie. ( c'est d'ailleurs pour ça que ça maison et juste ici) Je ne sais pas où elle est, mais ton petit déjeuner est posé sur la table. Ensuite, j'ai bien envie d'aller me baigner, la mer est juste à côté, je reviendrais vers midi. Bisous, Keili.


  Il avala ce qu'elle lui avait laissé, puis lui aussi décida d'aller se rafraichir à la mer. Quand il entra dans l'eau, elle était tiède, réchauffée par les rayons du soleil. Il flottait paresseusement, mais les vagues étaient fortes, malgré l'absence de vent. Il était balloté, mais il se laissa glisser jusqu'au bord. Là, les flots déjà fatigués s'écrasés mollement sur lui, et de l'écume lui rentrait dans les oreilles. Il aurait bien fait une sieste, mais un bruit attira son attention, le mettant sur ses gardes. Il venait du cimetière à la lisière de la forêt, mais il ne les apercevait pas d'ici. Quand il s'approcha, il tomba sur une Keili en surchauffe, totalement excitée. Elle sautillait partout, en racontant à tort et à travers ce qu'elle avait pus voir dans la forêt. Il ne s'inquiétait plus, mais son répit fut de courtes durées. Le même son qu'il avait entendu tout à l'heure jaillit, mais plus fort. Il en était certains, ça venait bien du cimetière. Une silhouette en sortait justement, tenant quelque chose dans les bras. Une boîte de la taille de son avant-bras. Elle avait l'air déboussolée, balançant de gauche à droite à chaque pas. Quand Melaan et Keili coururent vers cette personne, avant qu'ils nument le temps du bien la voir, elle tourna son visage vers eux, puis se volatilisa dans une volute de fumée blanche. Juste des traces de sang étaient restées sur ces lieux. Ca, et un cheveu couleur or, qu’ils ne nuent aucun mal à identifier. Leurs yeux se croisèrent, et intérieurement, ils hurlèrent le nom de la jeune Valkyrie en même temps. Ils courraient vers son domicile, sans prêter attention aux écorchures que les cailloux faisaient à la plante de leurs pieds. Souvent, ils trébuchaient, mais ils se relevaient toujours, et reprenaient de plus belle. Arrivés chez Schielva, Melaan défonça la porte, se rua vers une pièce vaste. La lumière était tamisée, mais une aura violette enrobée l'endroit. Au centre, elle était là. Mais évanouie. Ses habits, son visage, ses cheveux étaient maculés de boue, de sang. Elle avait juste l'air de dormir, mais ce n'était pas le cas. Elle avait du mal à respirer, son cœur battait trop vite. D'un coup, elle ouvrit les yeux en poussant un grand cri. Elle avait l'air exténuée. A ce moment, Keili remarqua un dessin tracé sur le sol, à la craie. Il était irrégulier, mais il avait une certaine beauté. Le centre était dissimulé par un bloc de fumée. Schielva l'observait, sans ciller. Ses yeux étaient rivés dessus, rien ne pourrait l'empêcher de lever son regard. Elle n'avait même pas prit sa faux, jetée sur le côté. Jamais une Valkyrie ne devait se séparer de son arme. Un visage plein d'espoir se dessina sur son visage, un large sourire, un éclair dans ses yeux. Mais bientôt remplacée par une mine d'horreur.
  Car au centre de la pièce, le brouillard c'était levé, laissant place à quelque chose qui n'était pas humain. Allongée à terre, sur le dos, elle avait relevait sa tête vers le groupe, mais si fort que son cou aurait dut être brisé. Son dos ne touchait pas le sol, mais des coudes pointus la soutenaient. Son pied gauche aussi, avec son genou droit. Le reste de la jambe pendait en l'air, comme si elle était aussi mobile que la tête sur le cou. Sa peau était entièrement violette, terne, contrastant avec ses orbites vidés, mais raillant d'un éclat jaune sale. La peau sur son torse était complètement déchirée, laissant apparaitre ses côtés, qui sortaient de plusieurs dizaines de centimètres, aussi violette, cassées, aucune n'étaient à la même hauteur qu'une autre. Mais des lambeaux de chairs en décomposition y restaient accrochés.
  Cette chose bougeait, mais juste, elle tremblait, irrégulièrement. De nombreuses saccades la faisaient vibrer.
  Cette chose était ce que Schielva avait créé.

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Little MooN MessagePosté le: Dim 01 Avr 2007 19:10   Sujet du message: Répondre en citant  
Little Moon rang


Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 282
Localisation: Parmi les étoiles...
Tu as de bonnes idées !
Mais fait attention, à certains passages, on n'est pas assez dans l'action, on ne sent pas se qui se passe images/smiley/bof.gif
Mais à par ça, continue à perséver;)

--Message edité par Little MooN le 2007-04-01 20:10:54--
_________________
Angain and again and again and again I see your face in every thing...

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoirs armes
Puisqu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Tifa MessagePosté le: Ven 13 Avr 2007 21:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 2896
Localisation: Ici et là.
Très beau chapitre ! C'est très bien écrit ! ^^
Continue à écrire comme ça ! Tu as de très bonnes idées.Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lest MessagePosté le: Dim 15 Avr 2007 19:09   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
Chapitre 5
La Clef du destin Dorée


La mort n'est que la fin de tout. La vie n'est qu'un cycle. Un est tout, tout est un. Vivre, mourir, ce qui se passe entre ces deux étapes ne dépend que de chaque être. Ils sont tous condamné à mourir, dés le premiers battement de cœur. Et personne ne doit les ramener. Car même si le temps n'altère pas le souvenir, il apaise les douleurs. Et la vie reprend son cour. Pour ensuite s'éteindre et laisser place à la génération prochaine.
  Schielva l'avait fait. A l'encontre de ce cycle infini. Elle ne disait rien. La sueur perlait son front, plaquant ses mèches de cheveux sur un visage d'une extrême pâleur. La respiration saccadée, elle n'avait pourtant aucunes réactions. Son menton tremblait violemment, mais elle ne pouvait retenir les deux larmes qui coulèrent en même temps, roulant sur ses joues, puis s'écrasant sur ses bras. La chose bougeait toujours. Brusquement, Schielva rompit le silence de mort, pesant sur la pièce, abattant ses poings sur le sol. Un liquide épais, sombre coula. Puis une flaque se forma, et s'étala. Ses mains s'ouvrirent lentement, découvrant qu'elle avait si serré ses mains, que ses paumes étaient blessées à sang. Quatre demi-lunes pourpres se dessinaient. Keili et Melaan avaient des millions de questions qui bourdonnaient dans leurs têtes. Enfin, la jeune fille laissa s'échapper un mot:

  "... Pourquoi...?

  Puis la jeune Valkyrie se mit à défoncer le sol, l'éclaboussant de sueur et de sang. Elle ne faisait que répéter ce que Keili avait dit.

- Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? ....."

  Melaan fit un pas, s'agenouilla, serra à son tour son poing, puis la gifla. Elle tomba à terre, sans protester, sans aucunes réactions apparentes. Keili s'approcha, s'accroupit à côté de lui, et lui parla doucement.

- Allez, calme toi, raconte nous. Que c'est-il passé ici ? Quel est cette chose ? Et ce dessin à terre... Que représente-il ?
- Il était tout pour moi ! Il représentait tout ! Je devais le faire !
- Calme-toi ! répéta-t-elle. D'abord, d'ou vient ce sang et cette boue ? C'était toi au cimetière ?
- Tu ne comprends pas... Tu ne sais pas...
- Schielva !

  Elle leva des yeux vers elle. Ils étaient voilés de tristesses. Mais elle ne pouvait soutenir son regard, si perçant, si dure. Mais elle ne savait pas.

- Schielva... Tu viens de subir un choc... Mais ne reste pas dans le silence ! la voix de Melaan était si douce ! Mais la gifle, bien qu'elle brulait encore sa joue, avait fait son effet.
- Il... Il se passe qu'il est mort. Ou presque. Eldin... Oui, lui... Je ne me souviens plus... Mort, il allait être mort... Je n’allais pas le laisser... J'ai voulu... Voulu le ramener... Pour qu'il soit là, encore à côté de moi... Je ne sais pas... Je ne sais plus... Je suis perdue... Je n'ai jamais su..."

  Elle refusa de dire un mot de plus. Un râle terrible émana de la chose. C'était grave, rauque, effrayant. Les trois devaient quitter cette pièce. Melaan souleva Shielva, tendrement, puis partie, Keili sur les talons. Mais elle était irrésistiblement attirée par ça. C'est enfin qu'elle le remarqua. Son collier vibrait. Plus elle se rapprochée de ça, plus pulsations se faisaient fortes. La mine horrifiée, elle comprit. Elle prit la faux de la Valkyrie. La pierre était brisée. Des éclats entiers avaient disparus. On ne reconnaissait plus la clef, qui, identiques à celle qui s'animée sur son cou, avait fait un léger cratère. Le squelette, qui n'avait pas bougé du milieu de la pièce, le fixait d'un regard intense. Ses orbites vides et jaunes ne lâchaient pas prise. C'était presque un défi pour la jeune fille. Mais ses yeux n'étaient pas entièrement vides, sans émotions. Ils... imploraient ? Non, ça ne pouvait être possible. Son imagination devait lui jouer des tours. Mais son collier ne pouvait mentir. Les lambeaux de chair suspendus aux côtes écartelées rendaient l’air suffocant. Une odeur lourde enveloppait la pièce, tel un linceul. Ce n’est qu’en s’approchant de ça qu’elle remarqua la touffe brune, sèche, qui pendait du crâne. Assez long pour toucher le sol, pas assez pour être féminin. Mâchoire pointue, jambes légèrement  longues, sa silhouette lui était familière. Puis, tout devint limpide pour Keili. La clef accrochée à son cou, vibrait furieusement à son approche, fut la dernière pièce qu’il manquait. Elle la regardait, sans bouger, un calme plat écrasait sa poitrine, lui enserrant le cœur, les poumons. La lueur qui brillait dans ses yeux la glaçait, tel une douche froide. Mais ils n’étaient pas dénués d’expression, comme elle croyait. Toujours cette lancinante supplication. Et cette étrange  impression d’être disséquée qui la clouait au sol. Elle réussi enfin à détourner son regard, se lever mais elle ne pus s’empêcher de tressaillir quand elle reprit son râle, de plus belle. Mais à présent, pouvait-elle encore la qualifier de chose ?
  La voix de Melaan se fit entendre, lointaine, puis plus proche. La jeune fille quitta donc la pièce, lentement, puis avec plus d’entrain. Mais bizarrement, mon moral chuta au plus bas de l’échelle. Un voile de nostalgie embrumait son esprit, son regard, et étrangement, se transforma peu à peu en colère vive. Plus elle avançait, plus elle se sentait frustrée. Les maisons des Valkyries n’étaient qu’un long couloir, où, tout le long, étaient plantées diverses portes, menant à diverses pièce. A travers celle-ci – ce n’était que de magnifiques rideaux de perles translucides – elle n’apercevait absolument personne. Dans aucunes pièces. Schielva voulais surement être seule pour faire ça. Une boule de plombs enflait dans sa gorge. Puis explosa quand elle entra dans la chambre. Melaan la berçait doucement dans ses bras. Sa tête était posée sur son torse protecteur, qu’elle enserrait dans ses bras d’une blancheur inhabituelle. Etait-ce de la jalousie ? Sûrement. Jamais il adressait ce regard si réconfortant à quelqu’un d’autre qu’à elle. Jamais il n’avait il n’avait laissé une personne s’assoir sur ses genou, sauf elle. Jamais il prit quelqu’un dans ses bras en dehors d’elle. Oui, elle était jalouse. Jalouse d’une amie. Elle tremblait de la tête aux pieds, serrait ses poings, voulait quitter cette maison, pour les laisser à deux, vu qu’ils avaient l’air très bien à deux. Mais elle ne dit rien, juste une frustration persistante, qui se lisait dans ses traits, ses gestes, sa voix qui devait sûrement froide, cassante, indifférente. D’un pas raide, elle s’approcha d’eux, mais s’asseya, droite, à l’autre bout du lit. Melaan lui adressa un léger regard, sans se sentir gêné, malgré que Schielva se blottissait contre lui, comme une enfant dans les bras de son père. Il dit doucement :

  « Elle n’a pas dit un seul mot, mais beaucoup de larmes ont coulées en peu de temps. Elle a utilisé beaucoup d’énergie pour faire je ne sais quoi.
- Il faut vraiment être stupide et borné pour ne pas avoir compris.
  Et il ne comprenait pas. Keili lui craché son venin. A mort.

  -… Quelque chose ne va pas ? »

  Schielva choisi ce moment précis pour manifester un signe de vie. Elle soupira, leva la tête vers lui, sourit et s’enfonça de plus belle, se roulant en boule. Poussant un autre soupir, elle décida de s’endormir. Keili explosa, quitta la pièce en courant, sans tenir compte de Melaan qui l’appelait. Il posa la Valkyrie sur le lit, puis la rattrapa à quelque mètre de la maison. Elle courait droit, mais en fermant les yeux, baissant la tête, comme si elle voulait s’enfuir, quitter cette terre pour s’envoler et retourner chez elle. Son élan se stoppa quand elle trébucha, s’écorchant le visage sur les gravillons. La main bronzée de Melaan apparut dans son champ de vision. Elle aurait pus se calmer, mais quand elle aperçut un éclat fin et doré, une flamme brûla en elle, se propageant dans son corps tel un feu follet. Elle repoussa violemment sa main, reprit sa course contre un chagrin qui subsistait en elle. Mais il la retenait, l’empêchant de repartir. Il soupira, puis la lâcha. Keili remarqua qu’elle avait encore la faux à lame rouge. Elle la regarda, leva les yeux vers Melaan puis les rabaissa. Elle tendit le bras, le défiant à présent du regard. Il ne cilla même pas. Sa main tremblait, mais elle se ressaisit et l’abattit avec force… sur le sol sec. La lame pourfendit la terre, s’enfonça de plusieurs centimètres. Elle baissa la tête, et dit d’une voix pleine de larmes :

  «  Pourquoi tu m’as suivie ? Pourquoi tu as fais ça ?
- Et moi, je te demande pourquoi tu es comme ça ?
- Tu aurais dut rester avec ta pouf de blondasse. elle continuait sans tenir compte de son intervention.
- Keili, c’est Shielva . Schielva ! Pas une inconnue !
- Pars, cours, vas-t-en la rejoindre…
- C’est toi que j’aime. Tu le sais. Elle avait besoin de réconfort, mais c’est toujours à toi que je le fais.  Essaie de comprendre.

  Il essaya de la prendre dans ses bras, mais d’un bond, elle se mit hors de porté. Les bras croisés, elle gardait un air buté, mais les larmes persistantes, rougissant ses yeux, la trahissaient.

- Si tu veux jouer à ce jeu, c’est vraiment que tu ne veux plus me voir. Tu es la plus forte. Je suis pas assez têtu. Donc, je vais partir directement. C’est ça que tu veux ?
- Non ! Enfin, je ne sais pas… Et arrêtes de jouer sur les mots !
- Je ne fais que dire la vérité. Tu veux vraiment que je te quitte ? On est pas marié…
- Melaan, tu sais que je n’aime pas quand tu dis ça.
- Tu veux que je reste alors ?
- Oui… oui !

  Il avait enfin réussi à faire fondre la glace. Petit sourire de la part de Keili, avouée vaincue.

- C’est quoi ce petit air mesquin là ? Je te vois arriver, là, avec tes plans de vengeance diabolique.
- Tu crois ça ? Et qu’est-ce qui te dit que je n’est pas comploté dans ton dos ?
- La folie ? »

  Sur cette parole, il s’avança vers elle, la prit dans ses bras . D’abord, il les ouvrit lentement, puis avec plus de conviction. Il comprenait ce que la jeune fille a dut éprouver. Lui aussi, un jour, ça lui ai arrivé… Tant de souvenirs éloignés, il les avait enterrés, pourtant. Ils ne devaient refaire surface. Mais c’était comme une radio, un coup ça venait, un coup ça partait, avant de lui exploser à la figure. Il entendait ce qu’il avait entendu. Il voyait ce qu’il avait vu. Il sentait ce qu’il avait senti. Les larmes. Fatidiques. Elles lui picotèrent les narines, fit trembler son menton puis coulèrent lentement, avec peu d’entrain. Pour finir leur course dans la chevelure flamboyante de Keili. L’histoire se répétait. Il attendit que ses nouvelles crises reviennent, comment à chaque fois qu’il se met à pleurer. Mais elle ne vint pas. Ca le fit se sentir mal. Peut-être qu’au fond de lui, il en avait finalement envie… De revoir, même par souvenir, X…
Ils avaient enfin finis de pêcher.
Les prises étaient bonnes dans ce coin, et ils s’apprêtaient à repartir.
Mais les pierres lisses au bord d’une rivière étaient toujours glissantes.
Melaan, inconscient – il était si jeune – faisait la course, les seaux se balançant dans ses mains.
Ces pierres lisses, humides, étaient mortelles.
L’autre suivait la cadence avec quelque difficulté, mais il sautillait joyeusement sur les cailloux, laissant l’eau fraiche lécher ses pieds.
Son petit poisson, encore vivant, barbotait dans le récipient qu’il tenait.
Il le regarda distraitement, une petite seconde.
Celle de trop.


  A son réveil, Melaan était allongé. Pâle d’inquiétude, Keili lui passait de l’eau fraiche sur le visage. Ils étaient de nouveau chez Schielva. La jeune fille l’avait porté jusque là. Elle lui avait dit qu’il avait eut une crise bizarre, il s’était mis à trembler, crier, avoir des spasmes, il l’avait même serrée si fort qu’elle en avait eut mal. Peu avant de s’éveiller, il s’était mis à délirer.
  Mais il ne lui en avait pas parlé. Mais si il le faisait, il avait peur que ça ne lui reviennent. Il attendra que ça passera, et il l’oubliera. Mais la suite de ces évènements le terrifiait plus que tout. Il en avait honte. C’était entièrement de sa faute. Ca l’obsédait de se sentir coupable, car il l’était. La petite voix de Keili le tira doucement de ses songes. Il la rassura, puis se leva, malgré les multiples protestations de la jeune fille.
  Schielva c’est enfin réveillée. Elle semblait être complètement revigorée, prête à raconter le B.A.BA de l’histoire, de la chose encore abandonnée dans l’autre pièce. Tous les trois, ils étaient dans sa chambre, assis sur les multiples matelas éparpillés à même le sol.

  «  Je suppose que je vous doit des explications. elle soupira. Mais promettez-moi, s’il vous plait, de me comprendre, de vous mettre à ma place. Je veux que vous sachiez, sa voix était coupée de sanglots, que quoi que j’ai pus faire, quoi que je ferai, vous serez pour toujours les seuls amis que j’ai jamais eu. Humains en tout cas. Qu’importe mes idéologies, je vous aimerai jusqu’à la fin de ma vie. Sachez-le.
  J’aimerai commencer par le début. Les Valkyries sont toutes de guerrières redoutable. Nous avons plusieurs pouvoirs et les humains, par crainte, nous on chassées, torturées, kidnappées, violées, égorgées dans notre sommeil… Ce fut un vrai génocide. Ces guerres ont arrachées tant d’âmes… Dans la diagonale Nord-est jusque Sud-ouest, le sang a coulé. Pour y rester. Là où vous trouverais de la terre rouge, un humain et une Valkyrie se sont rencontrés.
  Comme nous ne sommes que des femmes, chaque âme d’un défunt est enfermée dans une breloque. Une matière ressemblant à de la perle, du même blanc nacré. Là, chaque souvenirs, émotions, codes génétiques, tout, est effacé pour en créer d’autre. Puis un corps se forme à partir d’un arbre et de cette perle. En fonction de l’arbre, les pouvoirs attribués sont plus ou moins puissants. Chacune peut prévoir l’issue d’une bataille – si elle n’en fait pas partie – et qui va mourir. Trois d’entre nous, Guna, Rota et Skuld, ne se battent jamais et parcourent à cheval les lieux où l’on s’affronte et marquent tous ceux qui doivent périr.
  Un jour, je rencontrai un humain. Il s’appelait Ethymé. Nous étions jeunes, innocents, inconscient et une amitié pure se forma. Nous avons grandi ensemble. L’un sans l’autre, ça n’existait pas. Amour ? Peut-être. Ma famille a apprit à avoir confiance en lui, mais la sienne ne me connaissait pas. Avec mes yeux rouges et mes cheveux blonds dorés, ils auraient tout de suite compris. Un jour, il fugua . Pour venir chez moi. Nous l’avons donc recueilli.
  Mais cette terrible nuit, il fut marqué. Il était parti, à la recherche de quelqu’un. Je ne sais qui ça pouvais être. Lui et son meilleur ami pour les même raisons inconnues. Mais, ils ont rencontrés Eldin. Moi, j’étais parti à leur recherche, et j’avais pus les voir, tous les trois. Un éclair de lumière, un plume tomba devant chacun d’eux. Le temps c’est figé, et l’instant d’après, Eldin avait frappé, puis disparu. Du sang… Encore… Ethymé était en train d’agoniser. Irion – celui qui l’accompagnait – a été plus gravement touché. Je n’ai rien pus faire.

  A ce moment, Keili eut le souffle coupé. Une main au cœur, elle n’arrivait plus à respirer. Soudain, son collier sortit de sa peau, puis la dernière pierre déjà fissurée se craquela, se démantela avant qu’elle ne pus apercevoir sa forme. Puis de la poussière tomba. Quatre. Quatre encoches vides. Ils n’en restaient plus que six.

  - Reprends ton récit, reprends. sa voix était faible.

  Melaan et Schielva l’observait. Puis elle reprit avec une hésitation dans la voix, mais qui reprit bien vite de l’entrain.

  - Do… Donc voila. Pour Ethymé, ce n’était pas encore mort, mais les blessures entraineraient une mort certaine. Alors je fis ce que toute les Valkyrie font : j’ai enfermé son âme dans ma faux et son corps a été enterré. Ce n’est pas barbare, il a juste l’impression d’être dans un profond sommeil.

  Là, Schielva s’arrêta net. Elle eut un haut-le-cœur. Elle porta une main à sa bouche, puis toussa. Une boule de sang gicla, glissa entre ses doigts devenus écarlates. Elle releva la tête, sourie et voulu reprendre. Mais une seconde boule jaillit d’entre ses lèvres. Keili et Melaan  se précipitèrent sur elle. Elle dit avec un petit rire que c’était bon, que ce n’était pas grave.

  - Attendez, je vais reprendre. J’étais à présent seule. En rentrant, j’ai dut essuyer en plus la mort d’Exyl. J’ai pleuré pendant plusieurs nuits. A chaque fois, un arbre mourrait, à la lisière de la forêt, accompagnant mes plaintes nocturnes. Puis, j’ai eu une idée. Folle, inimaginable, mais depuis, je n’arrêtais plus d’y penser. J’avais tout. Le corps et l’esprit. Mais je n’ai jamais osé. Jusqu’à aujourd’hui.
  Dans son ancienne chambre, à présent vide, j’ai gravé le cercle. Chaque fois qu’une Valkyrie use de ses pouvoirs, elle trace sur son corps ce cercle, souvent sur la paume de la main. Il représente le cycle de la vie, c’est pour ça qu’il est bien rond. Puis les dessins géométriques sont des équivalents de la demande. C’est complexe je sais. Mais comme ce que j’allais faire était un très gros morceau, j’ai dut le tracer sur le sol. Il n’est pas rond car le cycle est rompu.
  J’ai essayé de ramener Ethymé. »


_________________________________________________________________________


Ouf, j'ai enfin fini ^^ recopiage avec du Prérusse, un peu peinard ^^ nan franchement, j'sais pas combien de temps j'y suis passée ^^ plutôt contente de celui-là ^^

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Tifa MessagePosté le: Lun 07 Mai 2007 17:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 2896
Localisation: Ici et là.
Bon bon bon (Géant Vert xD)... J'ai tout bien lu et je te félicite pour ce très zouli chapitre qui mérite des tonnes d'applaudissements ! ^^
Suspens, tristesse et autres font tout pour rendre ce chapitre excellent !
Je te félicite, mis à part quelques petites fautes par-ci par-là que j'ai repéré... Mr. Green

Bref ! Encore bravo !Wink

EDIT : Ne me dis pas que tu t'es encore droguée l'esprit avec "Mon cochon-d'Inde" ?! xD

--Message edité par Tifa le 2007-05-07 18:17:38--
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes Page 2 sur 2
Aller à la page Précédente  1, 2

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0808s (PHP: 62% - SQL: 38%) - Requêtes SQL effectuées : 17