CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
Projet sérieux d'une saison 5 que j'a...
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Mondes Alternés

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 3 sur 7

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Zéphyr MessagePosté le: Mar 27 Mai 2014 10:34   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1052
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Pour revenir sur ta réponse au sujet de Milly et Tamiya, tu parles d'élimination, mais il est vrai que tu aurais pu choisir des figurants pour remplir ce rôle. Je pense notamment à Émilie Leduc ou Anaïs Fiquet (que Yumi connaît puisqu'étant dans sa classe). Pour le reste, je te renvoie au légendaire Trombinoscope (au cas où tu chercherais des personnages « connus » à placer Mr. Green).

En ce qui concerne la fin de ce flash-back :

The fear a écrit:
On peut penser qu'Hervé s'est fait tuer (si ça se trouve c'est pour le prochain chapitre :/), peut-être même par un des membres de la bande. 

Mouhahaha ! Anticipation powa *paf* !

Autrement, je ne vois pas quoi rajouter par rapport à mon dernier commentaire. Le moment d'héroïsme d'Hervé était bien amené (surtout qu'il a sonné Ulrich (smirk)). Sinon, côté morts, je m'attendait un peu à ce que le père Delmas y passe, mais Jim... Tu es un monstre !
*Sort*
Nan, plus sérieusement, on est pas vraiment certain de la mort du prof de sport, mais ça m'a l'air assez implicite. Et pour le côté « cimetière », ton chapitre fait encore pâle figure face au chapitre 25 de Bataille pour l'Espoir Mr. Green.
Mais comme pour tout texte, tuer des personnages ouvre une nouvelle dimension à une histoire : celle de la réalité, qui apporte un gain de maturité notamment. On observe surtout ceci chez Sissi, dont le développement au cours du flash-back est franchement bien foutu. D'ailleurs, je ne peux m'empêcher de faire le parallèle entre elle et les Lyokô-guerriers que l'on connaît actuellement : leurs choix ont mis en danger et/ou condamné le monde. Bref, il n'en reste pas moins que l'on comprend beaucoup mieux pourquoi elle est devenue la principale opposante au pouvoir dans ce monde. Je le redit, sa mise en avant est un très bon point ici.
Pour revenir sur la prise de pouvoir des Lyokô-guerriers de ce monde :

Citation:
Nous libérons la population des moyens de contrôle de l'armée. Bientôt, nous serons les seuls détenteurs de technologie, et avec XANA nous pourrons éviter qu'un tel manquement aux droits de l'Homme ne se reproduise...

Réplique assez ironique dans le fond puisque Yumi parle de « libérer », alors qu'il s'agit juste d'une passation de contrôle. Enfin, il faut bien trouver une excuse pour prendre le pouvoir o/.

Ayant la flemme de relever les fautes, je me contenterai juste de signaler ceci :

Citation:
Ishyama

Relevé cinq fois au total au court du chapitre Mr. Green. « Ishiyama » donc.

On se dit au prochain chapitre alors !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Quater MessagePosté le: Ven 30 Mai 2014 21:24   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 107
Localisation: Je ne saurais le dire...
Ah, des morts, du sang, des larmes… Voilà qui commençait à manquer dans cette fic !

On comprend enfin, même si on s’en doutait un peu, pourquoi « ils sont allés trop loin ». On retiendra surtout les morts d’Hervé, de Delmas et de Jim, assassinés de sang-froid. Et c’est là qu’on se dit que les LG ont vraiment perdu la boule, pour ordonner aussi froidement l’exécution de Jim et Delmas et pour mettre un râteau comme ça à Hervé. Assez surprenant d’ailleurs ce niveau de folie atteint. L’ivresse du pouvoir ?

Sinon, pas grand-chose à dire sur ce chapitre. Dans la même veine que les précédents flash-backs, avec une fois de plus une attention toute particulière portée aux questionnements d’Elisabeth. On pourrait dire aussi qu’il est un peu court, et qu’on en veut plus Wink

Zéphyr a écrit:
Et pour le côté « cimetière », ton chapitre fait encore pâle figure face au chapitre 25 de Bataille pour l'Espoir Mr. Green.
En même temps, génocider tout son bestiaire façon Pikamaniaque alors qu’on est sans doute qu’au milieux du récit n’est pas la façon la plus efficace pour avancer une fic Mr. Green

Je vais revenir brièvement sur notre petit débat sur les persos secondaires. Dernière réflexion, et après je te fous la paix sur ce sujet, promis !
Ton argument sur la sélection de Milliy et Tamiya par élimination est parfaitement logique. Et il aurait été recevable si ce n’était un détail : la mention n’est pas faite par des XANANTIS devant les Aelita et Yumi, mais par XANA à Jérémie. Et là, on perd ton effet perso connu/choc émotionnel, puisque Jérémie doit s’en foutre comme de sa première canine.
_________________
« La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. »
« Le difficile n'est pas de sortir de l'X mais de sortir de l'ordinaire. »
Charles de Gaulle

« Ce n'est pas un abruti comme les autres. C'est le fruit des plus grands esprits de son temps, unis dans le seul et unique but de produire le plus stupide des abrutis de l'univers. »
GLaDOS
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Dim 29 Juin 2014 15:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 83
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
*VioletBottle, encore sonnée suite aux Carpes et son level-up, arrive après la guerre* Eh ouais, sur un champ de bataille réel mon efficacité serait relative. Très relative. Mais pour ma défense j'ai eu des corrections à faire sur la fin du Monde 1 (qui approche vitesse grand V), et un ou deux OS à avancer. D'ailleurs il y en a un qui arrive presto!

Mais pour l'heure, voici la suite de Mondes Alternés, sur un chapitre plutôt pas actif mais qui, je l'espère, pose à plat tout ce qu'il reste à voir avant le final de Solar Building. J'espère aussi donc que cela répondra à quelques questions, ou au moins amènera quelques pistes sur la mission en général que se sont vus confier nos LG.

Pour Zéphyr et Quater, je vous remercie de vos commentaires o/. Mais hélas j'ai peu à ajouter, excusez donc l'absence de réponse personnalisée pour cette fois ^^'. Si ce n'est qu'effectivement, le pouvoir et les alters, ça fait pas bon ménage... Cependant le trio des morts auront au moins fini fièrement, et de toute façon aucun des trois ne me paraissaient être des lâches à proprement parler dans la série. Enfin, surtout Jim, qui aura eu bien plus d'occasions de faire ses preuves. Pauvre de lui.

Nous arrivons donc au chapitre 8 de Solar Building! Surtout explicatif - ou plus exactement centré sur les réflexions de Jérémie quant à la mission, parce qu'il était temps qu'il se pose deux secondes pour penser. Il aura été corrigé trois fois déjà sur FF.net (d'où le retard de publication ici x__x), mais je pense que ça y est, il ressort pas mal. Même si je ne pense pas un instant que ce soit le meilleur de mes chapitres. J'y ai passé trop de temps, sans doute. Mais je l'aime quand même, pour une ou deux pistes d'interprétations et un début de révélation (voire une révélation tout court) qui va, je l'espère, vous aider à y voir plus clair dans l'histoire! Bonne lecture à vous!

_____________

Monde 1 Solar Building
Chapitre 8
Someone like you



- Il n'y a eu officiellement aucun mort ce jour-là. Jim aurait été conduit à l'hôpital, mais nous n'avons jamais su lequel, alors... Quant à Hervé, sa famille a disparu avec lui. C'est comme ça qu'ils procèdent. Quand il faut faire taire quelqu'un, ils font en sorte que ses proches deviennent muets avec lui. Bien sûr, dans un premier temps, la population a cru pouvoir déjouer cette règle par la technologie. Les imbéciles. Ca les a rendus encore plus vulnérables, mais ils ne parvenaient pas à se défaire de leurs ordinateurs et portables. Ils voulaient sans cesse rester en contact avec leur amis pour s'assurer de leur survie. De toute façon, c'est maintenant un délit de se débarrasser de ces choses. Les gens ont fini par accepter, et voila toute l'histoire. Entre la risquée révolte et la confortable soumission, l'instinct de survie sait toujours choisir".

- Et vous?" Questionna Ulrich au bout d'un court silence.

- Moi et Nicolas avons eu la chance de tomber ce jour-là sur la maison d'un ancien scientifique. Du moins c'est ce qu'on croit. Elle était bourrée de notes et de livres sur l'électronique, la technologie, la physique... On les a étudiés à fond, au fil de notre fuite, et nous avons mis en place notre propre réseau. Ca n'a pas été facile, je dois le reconnaitre... Mais pas impossible. C'est ainsi que notre mouvement est né".

Une maison à l'écart, ayant abrité un scientifique... Cela sonnait comme une mélodie connue aux oreilles du groupe. Mais non. Ils n'avaient pas encore eu la preuve de l'existence d'Aelita dans ce monde. Alors lui... Ils tâchèrent de ne pas laisser transparaître leur trouble.

Odd tenta une diversion: "C'est pas notre Sissi qui aurait fait tout ça... Se révolter et devenir une espèce de Lara Croft..."

- Lara qui?" Demanda Nicolas avec une pointe d'intérêt.

- Oh, rien" Balaya Ulrich avec agacement. "Et vous pensez sérieusement avoir une chance contre eux? Parce qu'honnêtement, vous avez vu dans quel état vous avez mis le quartier où nous étions, rien que pour battre quelques monstres et un géant? Les gens ne doivent pas vous apprécier..."

- Les gens n'ont plus d'opinion depuis longtemps. Ou du moins pas d'opinion qui m'intéresse" Répliqua Elisabeth en haussant un sourcil. "Ne te méprends pas, Stern. Je sais très bien que si ces ordures n'avaient pas abattu mon père, Hervé ou même Jim, je n'aurais peut-être pas choisi cette voie. C'est en partie grâce à moi qu'ils sont morts. Je ne me voile pas la face à ce sujet. Je fais ce qu'il faut pour atteindre mon but, point barre".

Même Ulrich sentit un frisson glacial le traverser en entendant les froides paroles d'Elisabeth. Mais autour de lui, les réfugiés qui avaient écouté discrètement l'histoire des deux XANANTIS lançaient des regards d'approbation. Jérémie n'osa lever les yeux pour les affronter.

Il était resté obstinément silencieux durant le récit, de plus en plus mal à l'aise. Il repensait à cet instant quand, avant que cette mission ne commençât, il s'était demandé ce qu'aurait donné des Lyoko-Guerriers au service du mauvais camp... La réponse le frappait de plein fouet. C'était comme si ce monde réunissait ses pires craintes. Au fil du récit, il avait eu de plus en plus de mal à repousser la pire des conclusion. Il voulait encore se dire que son alter ne devait rien avoir en commun avec lui, mais comment ignorer que peut-être, ils étaient semblables? Les alters de ses amis, eux, n'avaient pas eu l'air différents, avant de basculer... Certains passages de leur vie étaient même identiques... Alors il était possible que... Il serra les paupières, s'interdisant de songer au pire. En aucun cas Jérémie Belpois ne pouvait être un dictateur psychopathe prêt à asservir le monde.

Tout de même, pourquoi cette mission le menait ici, pile quand le doute s'installait dans son esprit? Pourquoi tout cela avait-il trop de sens? Pourquoi tout cela tombait si bien?

- Jérémie, ça va?" Demanda doucement Aelita en lui secouant l'épaule. Il devait avoir l'air hébété, car elle le fixait avec inquiétude. Aelita... Elle qui était si confiante en lui, comment réagirait-elle en apprenant que sa conviction avait vacillé? Il ne put s'empêcher de prendre son questionnement passé pour de la trahison. Etait-ce sa situation et le stress qu'elle engendrait qu'il le rendait si émotif? Pourtant, il ne parvenait à oublier que leur situation était un drôle de hasard... Trop drôle pour être innocent. Il faudrait qu'il en parle à ses amis, et vite. Peut-être était-ce un indice sur leur mission... Peut-être cela leur apprendrait-il quel genre de XANA ils allaient affronter, et comment le battre... En tant que chef, il ne pourrait éviter cette mise au point. Dans le même temps, il redoutait les répercussions sur leur amitié. Il s'inquiétait déjà d'Ulrich, qui lui paraissait distant depuis la précédente bataille. Parler de ses doutes pourrait remuer le couteau dans la plaie... Compte tenu du fait qu'il ignorait l'origine dudit couteau, cela serait prendre le risque de désunir le groupe.

Non, décidément, il ne voyait pas quoi faire. Sans doute manquait-il d'informations et de calme pour pouvoir réfléchir. Oui, ça ne pouvait être que ça. En attendant, il se contenta de répondre à Aelita:

- Oui, oui, je dois juste être un peu... Secoué... Pas étonnant, ça fait beaucoup en une journée, hein?"

Il étira ses lèvres en un sourire qu'il espérait convaincant. Aelita le lui rendit avec moins d'assurance. Le silence tomba, lourd des réponses obtenues. Ulrich finit par toussoter et lança:

- D'accord, c'est bien joli tout ça, mais ça ne nous explique pas ce qu'on fait là... On sait juste ce qu'est XANA dans ce monde, mais où il se trouve et comment on doit le battre..."

- Pour la première question, on peut vous aider" Répondit Elisabeth. "Belpois a fait construire un immeuble pour abriter des scientifiques et des troupes. Il fallait qu'il soit assez grand pour matérialiser une armée de monstres et conserver toutes les informations sur chaque personne de ce monde, ainsi que les moyens de les surveiller. En clair, tout ici tourne autour de ce bâtiment. Il l'a modestement nommé le Solar Building. Vous ne l'avez peut-être pas encore vu, si vous n'êtes pas allés plus loin qu'entre notre QG et le collège. Belpois l'a bâti sur une sorte d'îlot proche de la ville, à la place d'une vieille usine. Il l'a voulue plutôt haute et dotée d'un laboratoire de recherches pour deux raisons: exhiber son pouvoir et s'assurer que nous ne chercherons jamais à l'attaquer, de peur de faire des victimes collatérales".

- Et il a raison?" Ironisa Ulrich. Il ne put toutefois soutenir le regard de la combattante quand elle se contenta de hausser les épaules et de reprendre:

- Solar Building est aussi un refuge pour XANA. Etant donné que Belpois n'a jamais été vu hors de ce bâtiment, on peut supposer que le centre de commandement est là-bas, avec le programme. Nous ne disposons pas de moyens nécessaires pour le pirater, ce qui serait pourtant la moins dangereuse des solutions pour tout le monde. Nous pourrions monter à l'assaut, mais nous n'avons en effet aucune preuve qu'abattre tous les monstres de la planète nous offrira la victoire, alors nous pensions attendre encore un peu, le temps de glaner quelques dernières informations. Cela dit, ce plan est totalement remis en question par votre présence, car si j'ai bien compris, vous en savez long sur eux".

- Quoi, vous pensez qu'on va vous donner des infos, comme ça?"

- Oh que oui, vous allez le faire. Pour plusieurs raisons: vous êtes désarmés, vous ne savez que peu de choses sur cette ville, et ne comptez pas sur un autre soutien que le notre, votre apparence ne jouera pas en votre faveur. Si vous tentez d'attaquer directement, vos chances seront nulles. Si vous tentez de pirater un système peut-être différent de ce dont vous avez l'habitude, vous prendrez un trop gros risque et en plus, vous perdrez du temps, chose non négligeable car vous ne pouvez vous permettre de rester trop longtemps éloignés de votre monde. Vous pourriez aussi envisager de vous allier à vos alters pour les convaincre de vous aider, mais on vous l'a dit, nous n'y croyons personnellement pas. Aussi, tentez si vous voulez, mais dès l'instant où vous vous dirigerez vers Solar Building sans nous, nous vous considérerons comme nos ennemis, et croyez-moi, vous ne tenez pas à l'être. Vous n'avez d'autre choix que de nous faire confiance. Maintenant, décidez en votre âme et conscience, mais préférez leur conservation".

Exposé ainsi, il était clair qu'une alliance s'imposait. Cela leur donnerait des moyens, des renseignements, voire une certaine protection s'ils distillaient leurs propres informations assez prudemment pour demeurer nécessaires le temps d'accomplir leur mission. Jérémie se tourna vers son équipe, à la recherche d'une approbation. Odd et Aelita hochèrent vigoureusement la tête, ainsi qu'Ulrich après quelques secondes d'hésitation. Mais Yumi s'abstint.

- Donc vous voulez qu'on vous aide à mettre ce régime à terre, c'est ça?"

Elisabeth leva un sourcil surpris. "Ca me semble évident".

- Et vous voulez vous débarrasser de nos alters, j'imagine".

- Si c'est inévitable".

- Mais il y a quelque chose d'étrange avec eux! Quand j'étais proche de la mienne, je me suis sentie mal, comme si j'avais un soudain malaise... On doit être liés avec nos doubles! Qui sait ce qui pourrait nous arriver s'il leur arrivait quelque chose..."

- Comment ça, un malaise?" Tiqua Jérémie, saisissant là une bonne occasion de se plonger dans ses réflexions.

- Oui, c'était comme si... Comme si ma tête ne me répondait plus..."

- J'ai eu beau l'appeler, on aurait dit qu'elle ne m'entendait plus" Ajouta Aelita.

Et tout ça en approchant son alter... L'idée d'un lien était inévitable, voire intéressante. Même si elle confirmait qu'ils furent liés... Ils se complèteraient, alors? Non, on parlait de multivers, il était impossible qu'il existât uniquement deux versions d'eux, de surcroît si manichéenne... Était-ce suffisant pour oublier cette théorie? Si elle était juste, ils risqueraient gros... Avant qu'il ne pût peser le pour et le contre, Odd le devança:

- On pourrait essayer de ne pas trop les blesser. Il n'est question que de XANA, non? Le reste, on n'est pas obligés de le détruire... Hein, Elisabeth?"

Elle se mordilla les lèvres, sérieusement plongée dans ses pensées. Elle hocha lentement la tête en redirigeant son attention vers le groupe. "J'ordonnerai que personne ne s'en prenne à eux tant que vous serez là... Et dans la mesure du possible. C'est le mieux que je puisse garantir".

Jérémie la remercia d'un sourire, tandis que Yumi marmonna en guise d'acceptation. En effet, cela semblait être la meilleure solution pour s'approcher de XANA rapidement. Et ensuite... Ils allaient improviser, comme d'habitude. Le génie devait juste paraître assez assuré pour ne pas perdre la confiance de ses amis. Il allait y arriver. Il devait simplement poser les bonnes questions et mesurer ses réponses. Mais surtout, il devait réfléchir.

La voix lui avait dit que XANA voulait les détruire en passant par d'autres mondes. La logique voulait donc que les Lyoko-Guerriers et leurs alters étaient liés, théorie rejointe par le sentiment étrange de Yumi. Mais quelque chose l'intriguait dans toute cette histoire. Ses protagonistes. Il avait beau essayer, il ne voyait pas son Ulrich et sa Yumi prononcer les paroles de leurs alters, ni même consentir à un tel massacre. Leurs passés n'étaient apparemment pas différents, alors quoi? Qu'est-ce qui les avait convaincus d'être dans le camp de XANA? Le fait qu'ils eurent rencontré le virus en premier? Ca aurait pu les faire marcher un moment, mais face à un tel monde, pourquoi être restés? Par peur? De ce que leur avait dit Elisabeth, elle les affrontaient depuis longtemps, et d'après ce que Yumi et Aelita avaient vu à l'ancien collège, difficile de les imaginer travailler sous la menace... Et si XANA les manipulait? Ce n'était, au fond, pas impossible... Le plan de XANA pouvait être d'essayer d'atteindre le monde des Lyoko-Guerriers en passant par leurs leurs alters, ce qui se tenait étant donné qu'il semblait y avoir un lien entre les deux versions des adolescents... Il ignorait encore comment ce fût possible, mais il ne voyait pas vraiment d'autres utilités à leurs autres, du moins du point de vue de XANA. Auquel cas il faudrait les libérer pour atteindre le virus. Cela se ferait sans doute une fois introduits dans Solar Building. Là-bas, ils pourraient tenter une petite adaptation de leurs missions classiques. Les Lyoko-Guerriers sur le champ de bataille, et lui tentant d'annuler l'emprise de XANA sur ce monde en trouvant le panneau de contrôle de son double. De plus, il y avait de fortes chances pour que le Supercalculateur se trouvât dans l'immeuble. Et comme ils étaient arrivés par les scanners, sans doute devraient-ils repartir par le même recours, alors il allait devoir l'examiner une fois le terrain libéré. Oui, il pourrait sans doute mieux réfléchir devant un écran.

Mais il y avait aussi Elisabeth et son étrange arme. Il avait un drôle de sentiment à ce sujet. D'accord, elle et ses hommes ont dû apprendre à se créer une technologie propre, mais en ignorant tout des monstres qu'ils allaient affronter, comment anticiper un moyen de reconnaissance thermique? Était-ce seulement possible? Il n'arrivait pas à croire que cet engin fût le fruit de leur travail... Il avait été inventé par quelqu'un d'autre? Quelqu'un qui avait envisagé son utilité? Comment, qui, pourquoi? Le commanditaire de leur mission, peut-être? Si oui, était-ce un indice sur son identité? Ou sur leur tâche? Il devait en avoir le cœur net. Il se redressa et soutint le regard d'Elisabeth, prêt à commencer leur collaboration.

- Bien, je réclame des informations dès à présent" Il pointa du doigt le fourreau de la jeune femme. "Tu nous as parlé de ton arme et de son pouvoir de détection... J'imagine qu'on ne peut trouver un tel outil au coin d'une rue. Était-ce aussi dans la maison où vous vous êtes cachés?"

La jeune femme sourit, faisant légèrement flancher le fébrile aplomb de Jérémie. S'y prenait-il trop violemment? Était-ce trop tôt? Était-ce...

Non. Rester calme. Donner l'impression de contrôler la situation. Il se força à ne pas baisser les yeux quand Elisabeth répondit avec amusement:

- Tu es concis, c'est une bonne chose. Ce pistolet, je l'ai trouvé en effet dans la maison. Déjà monté et chargé dans son étui, avec dans une boîte à part, une bonne réserve de munitions ainsi que sa notice, gribouillée et surmontée du titre "Weregun". Comme tu le sais, il peut reconnaitre grâce aux températures corporelles les êtres naturels des créatures artificielles. Dans le premier cas, un mécanisme bloque la sortie de la balle. Cependant, il est possible d'ôter ce mécanisme pour en faire un pistolet tout à fait normal. Dans notre environnement, c'est un système plutôt pratique, alors je ne le fais jamais. Je ne m'autorise que trois entorses à ce principe : pour prévenir mes ennemis de mes intentions, pour les punir et enfin pour absoudre leur monde. La première étape, je l'ai réalisée lors d'une bataille dans cette gare. J'ai touché Stern à l'épaule. Ca a officialisé ma position contre eux et sonné le début de la résistance".

- Quand tu as touché Ulrich, est-ce que ça a provoqué quelque chose?"

- Ils se sont repliés d'un coup pour l'évacuer et ne sont pas revenus, alors qu'ils pouvaient encore se battre. Depuis, ils n'apprécient pas de revenir ici. Le souvenir de leur défaire cuisante est sans doute un peu douloureux pour eux" Ajouta-t-elle dans un demi-sourire.

Donc ils craignaient qu'Ulrich fût abattu. Cela confirmait l'importance de les garder en vie. Sa mort aurait précipité le plan de XANA... Il avait donc raison! Il fallait libérer leurs alters, et ensuite détruire le virus! Mais si cette arme venait de la maison... Quelqu'un avait-il prévu l'avenir? Et qui d'autre que...

Non. Ca ne prouvait en rien qu'il les avait envoyés ici. Juste qu'il n'avait pas fait les choses de la même manière. Il était trop tôt pour tirer des conclusions. Jérémie devait se focaliser sur la future confrontation avec XANA, et rien d'autre.

Il remarqua les coups d'œil intrigués de ses camarades et s'empressa de partager ses idées sur leur mission, en omettant évidemment ses soupçons quant à ses doutes et leur concordance avec ce qui les entourait. Si Yumi et Ulrich parurent d'abord légèrement dubitatifs, ils finirent par rejoindre les vigoureux hochements de tête d'Odd et Aelita.

- Nous devons nous y prendre au plus vite" Conclut Yumi. "C'est vrai, nous n'avons aucune idée du temps dont nous disposons, n'en perdons pas au cas où".

- Laissez moi juste le temps de m'organiser. Je vous préviendrai quand j'aurais besoin de vous briefiez mes hommes. Si tout se passe bien, nous allons à Solar Building ce soir. Entre temps, faites ce que vous voulez, mais ne sortez pas de cette gare".

Sur ce, Elisabeth se releva et, suivie de Nicolas, partit à la recherche de son groupe. Une fois le duo à bonne distance, Odd se laissa tomber sur le dos et soupira.

- Eh bah... Ca va venir vite..."

- Moins vite que d'habitude" Objecta Aelita avec un petit sourire crispé.

- Tout de même, on se jette bien plus dans l'inconnu que d'habitude... On va vraiment mettre nos vies en jeu, si ça se trouve. On ne reviendra peut-être pas chez nous en cas de mort" Insista Ulrich, une pointe d'amertume dans la voix que Jérémie tâcha d'ignorer. Il devait rester concentré. Concentré.

Dans quelques heures, ils allaient se battre contre leur propre reflet, sans même savoir s'ils disposaient de points de vie.

Pour la première fois, l'homme devant son écran passait derrière.

___________________________________________________________


Héhé, Jérémie se pose de sacrées questions... Mais intéressantes au demeurant. En tout cas, le prochain chapitre verra le final de ce monde. Il se fera en deux parties et répondra à quelques questions! Ce sera aussi le retour des scènes d'actions, j'en stresse déjà étant donné la marge de progrès que j'avais devant moi il y a encore quelques chapitres x___x D'ailleurs, je retourne aux corrections de la suite (et de l'OS).

J'espère que ça vous a plu! Passez une bonne journée, à la prochaine!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 01 Juil 2014 14:03   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1052
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Très plaisant comme chapitre. Le plus intéressant étant le questionnement de Jérémie ainsi que ses pérégrinations psychologiques. Je trouve qu'il est vraiment le personnage idéal pour les phases de doutes et de remises en question. En somme, je suis assez fan des ce type de séquences avec Jérémie.
(Note : Non, ça ne ressemble pas à ce que j'ai dit sur le dernier OS d'Ikorih.)
(Note² : J'ai placé le mot « pérégrinations » ! *Applaudissements*)
Alors pour faire dans l'ordre.

Commençons par la première phase d'interrogation de Jérémie, mêlée à des doutes. Comme dit en introduction, ça ouvre pas mal de pistes côté réflexion. D'une part, le téléscopage entre ses doutes concernant les alters et le monde dans lequel ils se sont trouvés pour ce premier voyage. Comme souligné, c'est un poil suspect en effet. On pourrait penser qu'une force invisible tire les ficelles des marionnettes que sont les Lyokô-guerriers et les emmène là où elle veut qu'ils aillent. Pour cette hypothèse, mon premier suspect serait naturellement la mystérieuse voix dont on a plus trop entendu parler depuis le Monde 0. Ma deuxième hypothèse concernant cette réflexion de Jérémie est un poil plus farfelu, mais rappelons un point : lors du transfert, un scanner analyse le subconscient de la personne qui va être virtualisée. Et si le scanner avait perçu les doutes de Jérémie et l'avait en conséquence envoyé dans le monde où ce cas de figure avait eu lieu ? Si ce fait se révélait avérer, ce serait déterminant pour la suite de l'aventure. Néanmoins, cette hypothèse peut être détruite par un point : le fait que Jérémie ait été le dernier à être virtualisé. Comment ses amis auraient-ils pu être envoyés au même endroit que lui si le scanner l'a envoyé dans un monde selon ses doutes du moment ? Et en me remémorant le début du Monde 1, les autres étaient déjà parvenus au scanner géant avant l'arrivée de Jérémie, donc ils ne sont pas arrivés en même temps et on ne peut plancher sur le fait qu'il aient atterri en même temps dans le Monde 1.
Bref, un joli sac de nœud très intéressant à analyser Mr. Green.

Deuxième point : le « lien » entre les héros et leurs alters. J'avoue ne pas m'y connaître énormément en multivers, mais ça ne me surprendrait pas que ce point soit inspiré d'une des théories là-dessus. Malgré tout :

Citation:
Mais il y a quelque chose d'étrange avec eux! Quand j'étais proche de la mienne, je me suis sentie mal, comme si j'avais un soudain malaise... 

Si mes souvenirs des chapitres précédents sont bons, seule la Yumi qu'on connaît a eu ce malaise, pas son alter. Sans dire que les deux Yumi sont identiques, on peut au moins les qualifier de similaires. À partir de là, on peut penser à une sorte de « résonnance » entre les deux, mais qui n'affecte que celle qui n'est pas issue de cet univers. On peut même se demander ce qu'il se passerait si Yumi ou un autre Lyokô-guerrier venait à toucher leur alter ? Le Lyokô-guerrier qui n'est pas issu du monde dans lequel ils se trouvent serait-il effacé, ou y-aurait-il une réaction plus violente ?
Bref, je ne vais pas creuser plus loin, mon manque de connaissances sur le sujet (et ma flemme de pousser plus loin mes recherches o/) me freinant quelque peu.

Pour rester sur cette histoire de lien et ce que Jérémie en pense par rapport à leur mission :

Citation:
La voix lui avait dit que XANA voulait les détruire en passant par d'autres mondes. La logique voulait donc que les Lyoko-Guerriers et leurs alters étaient liés, théorie rejointe par le sentiment étrange de Yumi. 

Comme dit plus haut, il ne me semble pas que l'alter de Yumi ait eu de réaction à l'approche de celle-ci. Et puis, qu'est-ce qui nous dit que tuer un Lyokô-guerrier dans un autre monde tuerait un de ceux que nous connaissons ? Peut-être la suite nous offrira-t-elle une réponse à cette question. D'ailleurs, le Xana du Monde 1 est allié avec les héros, presque aux ordres de Jérémie. S'il avait voulu les tuer, il en aurait eu l'occasion depuis longtemps je pense. Ce qui m'amène à penser que le Xana connu par les Lyokô-guerriers du Monde 0 n'est pas vraiment présent dans le Monde 1. À moins que le Xana de Solar Building cache extrêmement bien son jeu...
Du coup l'affirmation de la voix reste quelque peu étrange. De même, cette histoire repose sur ses affirmations, donc mon hypothèse sur la manipulation envoyée plus haut reste valide. Enfin, peut-être aura-t-on plus d'informations sur elle plus tard o/. À moins que la première phrase de la citation ci-dessus joue sur les mots. « Détruire en passant par d'autres mondes » ne signifie peut-être pas détruire les alters, mais simplement utiliser des forces venues d'autres mondes pour vaincre les héros.
Je pars un peu dans tous les sens, place à la suite, suite liée à ce que je viens de dire *paf*.
Une autre réflexion de Jérémie fait concernant les alters est que Xana les manipule pour qu'ils collaborent avec lui. Pourquoi pas, ça pourrait expliquer leur attitude si confiante dans les flash-backs. Néanmoins, la question est un peu plus trouble concernant le Jérémie de ce monde. Le fait qu'il soit évoqué dans l'introduction du premier chapitre de ce monde et les éléments évoqués par la narration du chapitre 5 me poussent à penser que son cas est encore à part. Et je pense que cela a un rapport avec la couleur rose (cf obsession dont je fais état dans mon commentaire dudit chapitre 5).

Dégageons-nous quelques instants de Jérémie pour nous tourner vers Sissi et sa sympathique arme. Le fait qu'il l'aient trouvé dans la maison d'un ancien scientifique nous évoque l'Ermitage, et donc inévitablement Franz Hopper. Les héros ne savent encore pas qu'Aelita existe dans ce monde (sous forme virtuelle), et ne peuvent donc pas se précipité quant à la possible existence du vieux fou. Du coup, ça casse un peu ce que je disais dans un précédent commentaire sur cette Aelita, qui serait cette fois 100% virtuelle. Au vu des similitudes des histoires des personnages de ce monde avec celui des héros que l'on connaît, négliger le fait que cette Aelita est peut-être aussi la fille biologique de Franz serait une erreur. Mais ce n'est pas pour ça que c'est forcément vrai x). En fait, peut-être même que parler de Hopper est aller trop vite en besogne. Après tout, on parle d'un « scientifique », il n'est pas le seul à porter ce titre, même si au vu de toutes les similitudes vues, on peut quand même bien s'avancer.
Le fait que Jérémie soupçonne FH de les avoir envoyés là (et d'être potentiellement la voix) me semble également précipité. Enfin, je vais t'épargner une autre hypothèse douteuse, il y en a déjà bien assez o/.

En ce qui concerne la mise au point avec le groupe que Jérémie compte faire, je ne pense pas qu'elle aura lieu maintenant, ou plutôt, pas dans cet univers. Je vois plus ce genre de conversation se faire dans le début de l'arc suivant, ce qui peut être l'idéal pour amorcer l'histoire sur des tensions plus marquées entre les membres de la bande (coucou Ulrich et Jérémie).

Juste une petite remarque sur l'orthographe, il y a quelques « Ça » majuscules sans cédille qui traînent ça et là.

Donc, plus que deux chapitres avant la fin de Solar Building ? Hé ben. J'ai l'impression que le départ des héros pour le monde suivant va se faire dans le feu de l'action. Enfin, un peu de vitesse n'a jamais fait de mal à personne o/.
Au final, ton chapitre est court, mais donne matière à réfléchir sur de nombreux points, et c'est plutôt cool. J'ai hâte de lire le suivant et de voir si tu as progressé côté action, sans te mettre la pression bien entendu Mr. Green.

P.S : Si tu as réussi à comprendre les divagations que j'ai pu émettre durant ce commentaire, je t'en félicite d'avance, parce que pour ma part, je ne me suis pas compris o/.
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Mer 02 Juil 2014 00:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 135
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Deux chapitres avant le dénouement de ce monde ? ça promet d'être intense Razz

Sinon pour le chapitre en lui-même on a le droit à une exposition du plan de bataille avec du développement de personnage en toile de fond. Classique mais efficace, j'en suis tout a fait satisfait.

Par contre j'ai repéré une faute de syntaxe vers la fin du texte :

VioletBottle a écrit:
Le plan de XANA pouvait être d'essayer d'atteindre le monde des Lyoko-Guerriers en passant par leurs leurs alters, ce qui se tenait étant donné qu'il semblait y avoir un lien entre les deux versions des adolescents...


Il y a répétition de leurs Wink


ça, c'était pour le commentaire "classique", passons en mode nitpick/scientifique maintenant Mr. Green :


Aaaaah ! Le bon vieux cliché du petit groupe de rebelles/adolescents plus efficace que l'armée et les puissances mondiales toute entières. Si c'est pas meugnon ça ! ^^
Oui, parce que comme Harry Potter/Death Note/Bobby Pendragon/Bataille pour l'Espoir. Ta fic souffre belle et bien d'une sous-estimation massives des capacité des armées modernes/services de renseignement au profit de nos héros/méchants bien moins armé et expérimenté qu'eux. Un très grand classique de la fiction. Et si je tenais à le signaler en tant que remarque personnelle, je suis cependant loin de te le reprocher. Comme expliqué plus haut, ce cliché est un peu partout, même dans les très bonnes œuvres. Et il a d’excellentes raisons d'exister.

Aussi serais-je le premier à te défendre si quelqu'un vient te le reprocher Wink

De toute façon, après tout le hype sur Bataille pour l’Espoir, je doute que qui que ce soit dans cette communauté puisse te faire sérieusement la reproche Mr. Green

Spoiler


Pour ce qui est de la science.

Zéphyr a écrit:
J'avoue ne pas m'y connaître énormément en multivers, mais ça ne me surprendrait pas que ce point soit inspiré d'une des théories là-dessus.


Il n’y a qu’une seule théorie décrivant un multivers comme celui de Monde Alternés : La théorie d’Everett sur la superposition des états quantiques, et un lien entre les alters la contredirait…
Tout comme le voyage inter-univers d’ailleurs mais chuuuuuut, il y a certain faits scientifiques qu’il vaut mieux garder au placard Mr. Green

Enfin, pour Quater :

C'est seulement maintenant que je voit ton edit. Il faut croire que le patch 2.6 de mon application "être omniscience" à des ratés...
Aussi je tiens à préciser que je n'ai jamais dit qu'une arme à feu normal était incapable de tirer une cartouche à blanc, juste qu'il était impossible de tirer une cartouche normal comme si c'était une cartouche à blanc (et réciproquement...). A moins de tenter de bloquer le projectile dans l'arme et ainsi bousiller le canon Mr. Green
Aussi l'arme proposé par VioletBottle est irréaliste, on ne peut tout simplement pas changer comme ça le type de munition à l'intérieur de la chambre de l'arme.
Après, bien sur qu'avec beaucoup de mécanique, un double système de chargement et un double canon on pourrait faire marcher le bousin. Mais par Lain que ce serait inefficace comme système.
Je maintiens donc ce que j'ai dit, se contenter de bloquer le percuteurs est une solution beaucoup plus simple et élégante qui permet entre autre d'économiser une charge propulsive. Ce qui n'est pas du luxe en situation de guérilla Wink

Note de Pikamaniaque : Presque un an après, ma fiction est toujours aussi populaire dans l'opinion publique ! <3.
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Quater MessagePosté le: Jeu 17 Juil 2014 22:51   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 31 Mar 2010
Messages: 107
Localisation: Je ne saurais le dire...
100 !
Bon, avec mon retard accoutumé, je viens commenter cet antépénultième chapitre du premier monde. Au menu, de introspection jérémiesque et conseil de guerre.
Avant de commencer ce post, cri du cœur : bon sang, c’est trop court ! J’en veux pluuusss !!! Hem. Navré, ça m’a échappé.

Donc point principal de ton développement ce coup-ci, les réflexions de Jérémie sur leur mission globale, sur cet univers et sur tout le reste. Plutôt utile, car je t’avoue qu’au bout d’un moment, je commençais à zapper le fait que ce n’était qu’une partie d’un tout plus grand, cette histoire sur ce monde. Comme à l’accoutumé, tu te débrouilles admirablement sur la gestion psychologique de Jérémie, qui passe son temps au bord de l’abîme d’un complexe d’infériorité. D’abord avec cette pensée horrifiant pour lui qu’il puisse être, même dans un autre univers, un evil mastermind. Puis les doutes, récurrents, sur le fait qu’il a envoyé ses amis dans l’inconnu sans trop savoir ce qu’il faisait.

Les réflexions et les discussions portent ensuite sur des choix stratégiques sur comment solder ce monde. Avec notamment la mention d’une maison dans la forêt remplie de notes sur la physique. De deux choses l’une pour ce point : soit c’est effectivement FH, soit tu as la ferme intention de nous le faire croire... Cependant, il semble que ce scientifique soit parmi les joueurs cette histoire, et qu’il ait quelques coups d’avance.

Et on a un début d’interrogation sur ce que compte faire XANA, pourquoi il semble être devenu le petit toutou servile de Jérémie alors que dans l’univers habituelle, il est beaucoup plus agressif. Au passage, je trouve assez louche cette théorie selon laquelle il pourrait tenter de frapper les LG par le biais de cet univers. Parce que visiblement, il appartient bien à cet univers, ce qui signifierait que les alter egos des autres univers, et qu’ils collaborent… Wait and see.

J’aime particulièrement le caractère… disons… pragmatique de cette Sissi :
VioletBottle a écrit:
- Les gens n'ont plus d'opinion depuis longtemps. Ou du moins pas d'opinion qui m'intéresse"

VioletBottle a écrit:
Quoi, vous pensez qu'on va vous donner des infos, comme ça?"
- Oh que oui, vous allez le faire. Pour plusieurs raisons :[…] mais préférez leur conservation".
Exposé ainsi, il était clair qu'une alliance s'imposait.

Spoiler


Quelques fautes & incorrections en vrac:
Spoiler


Fini pour le com en lui-même. Prochain chapitre, ça va bastonner !


@Robin2553
Citation:
Il faut croire que le patch 2.6 de mon application "être omniscience" à des ratés...
Sans doute un coup de XANA, ça… Gaffe, la prochaine fois, il s’en prendra à tes chevilles…

Pour ce qui est de l’arme, avec les histoires de munitions à blanc… Effectivement, comme je l’avais dit, ta solution est parfaitement valable, et a le mérite d’être simple. Après celle de VioletBottle l’est aussi, en partant sur des histoires de double approvisionnement avec extraction séparée,etc…
Cependant :

Spoiler
Merci monsieur le président, réflexion tout à fait pertinente.

Donc au final, la réponse aux questions "Est-ce que l’arme est absolument réaliste ?", "Est-ce que telle ou telle solution technologique est plus élégante ?", voire même "Est-ce que c’est du fer ou de l’acier ?", la réponse est la même et tient en quatre mots : on s’en fout.

Pourquoi ? Pas par rejet de la logique, de la cohérence ou du réalisme. Mais parce que dans le cas de cette fic, c’est totalement hors sujet. Cette fic ne traite pas de technologie, même pas en marge. Ce genre de réflexions scientistes est pertinent pour des fics comme par exemple la tienne, certains textes de Belgarel, le vieil OS de Kender sur le principe d'incertitude d'Heisenberg. Ces textes mettent la science au cœur de leur histoire, ou jouent sur des arguments scientifiques poussés.

Ici, ça pas vraiment l’air d’être la préoccupation principale de l’auteure, qui avait l’air d’avoir besoin d’une justification rapide pour son arme, employant le vieil abus de langage de la balle à blanc (ce qui m’a fait réagir en a lancé cet idiot débat, j’aurai mieux fait de me taire…). Quand on voit qu’elle n’a pas fait de distinction immédiate entre perceuse et clouteuse, je pense que l’auteure ne doit pas être férue de technologie (n’hésite pas à me corriger si je dis de la merde, VioletBottle, mais c’est le ressentit que j’en ai XD). Par conséquent, ce genre de réflexions que tu fais sur la science, ce n’est rien d’autre que de la sodomie de diptères.

Dernière remarque, plus légère, parce que je résiste pas :
Robin2553 a écrit:
Spoiler
L'apache est loin du sommet de la chaîne alimentaire... SATCP for the win!

Saleté de fonction Prévisualiser qui déconne...
_________________
« La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. »
« Le difficile n'est pas de sortir de l'X mais de sortir de l'ordinaire. »
Charles de Gaulle

« Ce n'est pas un abruti comme les autres. C'est le fruit des plus grands esprits de son temps, unis dans le seul et unique but de produire le plus stupide des abrutis de l'univers. »
GLaDOS
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Dim 03 Aoû 2014 22:03   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 83
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Bonjour bonsoir!

Je reviens vers vous en commençant par des excuses; encore une fois, ma notion de rapidité est décrédibilisée, mais la seconde partie de la bataille finale m'ayant donné du fil à retordre, j'ai pris plus de temps pour revenir ici. Ceux qui me suivent sur FF.net doivent avoir vu la première partie depuis un moment, mais si elle est déjà sortie, c'est par erreur. Je pensais vraiment ne pas avoir besoin de traîner sur la fin de Solar Building. Ladite fin nécessitera d'ailleurs un épilogue. Mais je ne désespère pas de venir à bout de cette première saison, comme je commence à l'appeler affectueusement, avant la rentrée. Quoi qu'il en soit, la fin de ces vacances d'été coïncideront sans doute avec celle du premier arc.
Second constat, pour tous ceux qui déploraient la petitesse de mes parties: aux dernières vérifications, la première partie est deux fois plus longue, la deuxième... trois fois. Je m'explique. Au début, quand je postais essentiellement sur FF.net, je me fixais le quota de 3000/3500 mots. Il s'avère que depuis deux ou trois chapitres, j'ai commencé à dépasser allégrement cette limite. Maintenant, j'ai du mal à y retourner, ce qui n'est pas plus mal. Les chapitres à venir seront sans doute plus longs que ce que j'ai fait jusqu'à présent. Le deuxième monde aura en tout cas besoin de plus de longueur, c'est un fait.

Mais trêve d'annonces, j'en viens aux réponses!

Zéphyr: (pérégrination, hein? J'appelle ma guitare Peregrïn. L'usage de ce mot par ta personne m'a donné une furieuse envie d'aller jouer avec elle. J'ai fini par improviser des airs pour Mondes Alternés. Excuse numéro deux pour ne pas avoir avancé plus vite, tiens).
Je suis sacrément sonnée (positivement s'entend) par ton commentaire. Tant de théories, toutes intéressantes ma foi! je peux déjà dire que tu étais sur la bonne piste à un moment. Lequel, hahaha! Mais ces suppositions sont tout ce qu'il y a de compréhensible, ne te sous-estime donc pas ainsi! Elle me font même plaisir, encore une fois! Promis, des réponses arrivent!
Du coup, je ne peux rien ajouter de plus sous peine de me spoiler, mais merci encore à toi de ton attention et appréciation!

Robin2553: Remarque pour reprendre ton avis sur les personnages-décors, comme j'aime à les appeler: ce serait en même temps impossible de les développer. Imagines-tu un univers de fiction dans lequel le moindre figurant a connu la même construction scénaristique que le reste des personnages? Ce serait invivable, incompréhensible, ingérable. Il faut toujours traiter en priorité le héros et son adversaire, autour desquels gravitent tous les personnages secondaires et qui leur servent à se développer. Parce que le but des histoires, c'est de montrer l'évolution d'un héros, et parfois de sa Némésis. Le reste mérite évidemment qu'on s'y penche, mais pas tout le reste. On ne peut décemment pas prêter aux figurants la même attention qu'à tout le reste, ce serait une perte de temps énorme. Alors oui, ils sont un peu "bas de Q.I", mais au-delà du fait que ça existe aussi dans la vraie vie, ces personnages sont aussi des décors. Globalement, ils servent à poser un monde non-vide, un peu moins carton que s'il n'y avait que les héros et son adversaire. Ce n'est pas en soi un cliché ou un défaut selon moi, c'est un nécessité de remplissage. Ca n'a pour but que de poser un monde peuplé.
Il y a aussi l'idée non-négligeable que, dans une fiction, ces personnages nous insupportent parce que nous sommes des spectateurs qui, bien à l'abri des dangers que traversent les héros et leurs amis, peuvent prendre le temps d'évaluer la situation. En général, on en sait plus que les personnages-décors (voire parfois que les personnages principaux), donc on peut se permettre de juger de la stupidité d'une réaction. Mais si nous étions dans leur situation, avec autant d'informations qu'eux et aussi peu de temps pour les exploiter au mieux, il n'est pas impossible que nous réagirions comme eux, au final...
(en fait, je réagis exclusivement à ton utilisation du terme "cliché". Un peu trop vite utilisé à mon goût, en ce moment).

Quater: Mais ouiii, c'est une alliance en bonne et due forme. Elisabeth ne le dit pas, mais au fond, elle ne menace pas vraiment les Lyoko-Guerriers. Au fond, elle est toute gentille et douce, et pleine d'amour <3 *VLAN*
Pareil que pour Zéphyr, je suis ravie que l'histoire stimule autant de théories! Je dois dire que je suis assez fan du concept de fausses pistes, donc c'est effectivement un point à garder en tête! (A moins que ce ne soit aussi une fausse piste que de dire ça... HAHAHA I'M EVIIIIIL *REVLAN*)
Jérémie a toujours eu, pour moi, le potentiel d'un evil mastermind. Il a le potentiel, le matériel, et son jeune âge, avec tous les idéalismes qui vont avec, auraient pu le corrompre. Ca me rappelle une citation que j'aime beaucoup: "I can open any door, anywhere with a few tiny lines of computer code. No such thing as a private bank account now. They're all mine. No such thing as secrecy. I OWN secrecy. Nuclear codes? I could blow up NATO in alphabetical order. In a world of locked rooms, the man with the key is king. And honey... you should see me in a crown..." (Flemme assez prononcée d'aller chercher la VF pour ça). C'est ce genre de citation que je vois bien sortir de la bouche de Jérémie.

_____________


Voila donc la première partie de la bataille finale! D'aucun me diront qu'il y a encore peu d'action, mais ne vous inquiétez pas, ce final en verra! Et surtout, surtout, peut-être une réponse au mystère entourant Solar Building... Bonne lecture à vous!

_____________



Monde 1 Solar Building
Chapitre 9.1
The Weregun



Solar Building se dressait de toute sa puissance devant les Lyoko-Guerriers, sa surface glacée gelant de son ombre ce qui l'environnait. Les vitres teintées de noir avaient l'aspect d'une muraille de ténèbres infranchissable, dérobant de sombres secrets à la face d'un monde ne demandant que l'ignorance. L'eau verdâtre isolant la tour semblait vouloir repousser ses assaillants... Car c'était bien ainsi que se sentait Jérémie: un chevalier à l'aventure s'apprêtant à passer dans le château-fort ennemi, dans un Autre Monde à conquérir... Plus il s'en approchait, plus il se sentait vaciller. Il se tourna vers ses camarades, tous aussi concentrés sur ce qui allait arriver, les yeux fixes sur le monstre immobile. Il tâcha de dissimuler ses mains tremblantes dans l'ample veste bleu nuit que Nicolas lui avait donnée, chargée de couteaux et de fumigènes. "Sers-t-en uniquement si tu penses pouvoir le faire, et ne rate pas ton coup". Il refusa de penser à cette éventualité. Comment pourrait-il frapper un homme, surtout si c'était lui...

Non. Non, ce n'était pas lui. Il ne devait pas raisonner ainsi. Il se défendrait si ça pouvait le sauver. Voila.

- Nous approchons" Annonça Elisabeth à ses jeunes troupes en posant sa main sur le Weregun accroché à sa ceinture. "Souvenez-vous, au mieux essayez de viser le symbole d'œil qui doit se trouver sur eux. Sur tous les monstres. A priori, nous ne les avons pas tous rencontrés, alors gardez ce détail en mémoire. Vous allez sans doute rencontrer des monstres humanoïdes, ou des êtres humains possédés. Ne vous arrêtez pas à ça. Tout ce qui vous menace est un ennemi. Notre but est de vider le bâtiment au maximum, mais si les lieutenants de Belpois se montrent, n'essayez pas de jouer les héros. Contentez-vous du menu fretin, ça aura au moins le mérite de nous laissez le champ libre".

Elle se tourna vers les Lyoko-Guerriers: "Quant à vous, vous nous aiderez, Nicolas et moi, à nous débarrasser de vos jumeaux maléfiques. Vous saurez sans doute vous y prendre avec eux... Mais faites en sorte que la réciproque, probablement vraie, ne vous handicape pas. Sachez que vous n'aurez sans doute pas la garde de Solar Building avec des outils de jardinage. Ceux que vous avez croisé, nous en savons au moins qu'ils sont programmés pour s'éteindre au moindre choc, histoire de sonner l'alerte auprès de soldats plus compétents... Qui nous attendent là où nous allons. Belpois va mettre le paquet, alors utilisez nos armes sans hésiter. Jérémie, on te laisse les négociations. Parlemente autant que tu veux, mais si la situation devient ingérable, je règle le problème. C'est compris?"

Le génie hocha gravement la tête, se gardant bien d'être fébrile. Tenter de négocier un arrêt des hostilités avec son alter paraissait être une bonne idée deux heures auparavant, mais... Mais comment faisait-on cela?

La camionnette s'arrêta à quelques mètres du pont reliant la tour insulaire à la ville. Les XANANTIS se redressèrent, s'échauffèrent une ultime fois, l'expression aussi tendue qu'à la veille d'un important examen. Les Lyoko-Guerriers les suivirent en tâtonnant leurs poches pleines de petites armes, ainsi que les fourreaux des pistolets qu'on leur avait prêté. "Vous apprendrez sur le tas, mais sachez au moins la tenir avec des muscles détendus, sinon ça va faire mal". Aelita en particulier n'était pas rassuré. En combat, elle avait toujours été plus magicienne que lutteuse... Jérémie le remarqua et passa une main protectrice sur la sienne.

- Ca va aller" Murmura-t-il doucement. Un petit sourire lui répondit. Bon. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il ne se trompait pas.

- Y a toute une légion de monstres à l'entrée" Soupira Nicolas en serrant son fusil. "C'était à prévoir, cela dit. Le lever de rideau va être sportif".

En effet, une vingtaine de Krabes allaient et venaient sur le pont, sondant avec une effroyable précision les rues alentours. Ils paraissaient bien plus redoutables que feu leurs amis gardiens de prison... Ce qui ne fut pas pour rassurer Jérémie. La première fois, ils s'en étaient sortis rapidement, sans trop de cérémonies ni de réflexion, mais là, le niveau montait. Etre moyens ne serait pas suffisant. Respire, Jérémie. Inspire, expire. Ils pouvaient le faire.

- Les fumigènes sont inefficaces sur eux" Rappela Ulrich, l'adrénaline montant crescendo. "S'ils sont comme chez nous, ce sont des machines, alors ce n'est pas la fumée qui les dérangera..."

- Donc il faut les tuer pour de bon" Compléta Elisabeth. "Il n'empêche que l'idéal serait de les avoir à distance. Ne donnons pas aux sbires de Belpois une bonne raison d'envoyer des renforts, et gardons nos forces pour le reste. Que tous ceux qui savent bien viser se mettent en joue. Et rappelez-vous, l'œil stylisé au mieux. Les autres, préparez vous à courir vers l'entrée et à tirer si nécessaire ".

Quelques jeunes XANANTIS, ainsi que Nicolas et Elisabeth, se mirent en place, l'arme solidement tenue et le regard concentré. Odd, habitué aux visées grâce à Lyoko, en fit autant. Il y avait, par chance, un homme pour un Krabe. Sauf raté, cela allait aller vite.

La main de la chef se leva. Le cœur de Jérémie s'accéléra. Ses jambes étaient à la fois raides et flageolantes. Il avait soudain peur de ne plus savoir comment courir...

Puis la main s'abattit.

Les coups de feu partirent dans un concert chaotique et assourdissant. Les Krabes tombèrent brutalement, rejetant pour toute âme des éclairs funèbres. La troupe fonça devant elle, évitant les cadavres électroniques et leurs derniers sursauts de vie. Les genoux de Jérémie se pliaient d'eux-même, ses pieds le réceptionnaient sans qu'il n'y pensât. Son esprit ne répondait plus, il n'était que réflexes. A côté de lui, ses amis le dépassaient en regardant frénétiquement autour d'eux. Mais ils étaient bien entourés, des XANANTIS prêts à tuer ce qui se présenterait.

Finalement, ils parvinrent à l'entrée de Solar Building. Tous cherchèrent la proximité du mur en reprenant leur souffle.

- Ca s'est bien passé..." Murmura Odd sans chercher à dissimuler une certaine fierté.

- Te laisse pas berner. Ils nous ont probablement vus arriver. Ils veulent juste nous attirer à l'intérieur, où ils cachent leurs vrais guerriers. Ou pire, eux" Objecta Nicolas. "Y a une revanche qu'ils désirent prendre, personnellement".

- Cela m'attristerait de leur arracher ce plaisir." Ironisa Elisabeth en crispant ses doits sur le Weregun. "Mais ne bavardons pas. Jérémie, tu seras escorté jusqu'à ce qu'on trouve Belpois, ou au moins son bureau. Ne te mets pas en danger, tu ne seras jamais seul. Les autres, c'est parti!"

Sans attendre d'accord, Elisabeth compléta son ordre d'un signe vers un jeune homme armé d'un bazooka. Il se plaça devant l'immense porte en acier et tira plusieurs coups. La porte finit par céder, invitant dans un grincement infernal les rebelles sur le champ de bataille. Un hall spectaculaire se présentait à eux, faits de murs d'acier noir mais aveuglant de lumière grâce à de nombreux spots immaculés. Le dallage, également blanc, était d'un lisse parfait et d'une propreté absolue, il était même possible de s'y mirer. Au fond, deux grands escaliers tout autant impersonnels menaient vers un étage sombre, échappant à la vue des arrivants par des portes aussi accueillantes que la gueule d'un monstre de légende. Au centre, un imposant ascenseur avait desserré ses lèvres glaciales.

Des colonnes de Kankrelats s'en échappaient, rangés dans une discipline militaire. Leur œil stylisé brillait d'un éclat de menace que n'eurent le temps de parer les XANANTIS. D'un coup, plusieurs tirs fusèrent, touchant deux jeunes rebelles qui allèrent heurter le mur dans un effroyable bruit de cassure. Les autres se jetèrent où ils purent, les yeux rivés sur leurs adversaires et les canons prêts à tonner. Un vacarme assourdissant emplit aussitôt le hall, déboussolant totalement Jérémie qui essaya tant bien que mal de se raccrocher à ses amis, à peine plus à l'aise. Odd se mouvait aussi vite qu'il le pouvait, sautant à gauche et à droite, accroupi, debout, tirant occasionnellement et touchant au hasard de ce qui passait sous son nez. Rapidement, l'affrontement tourna à la mêlée et les humains durent utiliser leurs crosses, rendant la lutte plus accessible à un Ulrich de plus en plus déchaîné. Des cris éclatèrent partout dans le hall, se fracassant contre les murs aussi violemment que les monstres au sol, volant, s'effondrant, dans des éclairs et des râles déchirant l'espace. Les surfaces tremblaient sous les balles perdues et les tirs malavisés, les griffes des Kankrelats crissaient au sol et laissaient des plaies superficielles mais effrayantes sur la surface. L'étourdissement gagna Jérémie. Il évita tant bien que mal quelques tirs frôlant sa nuque, son oreille, son nez, son torse, mais les morsures fantômes s'immisçaient en lui alors qu'il tentait de réfléchir. Il avait sorti un couteau de sa veste, mais son bras pendait lourdement à ses côtés, entêté à ne pas participer. Il devait penser avant de frapper. Seule une voix dans sa tête répétait en boucle la même chose, en tentant de couvrir le chaotique concert qui lui pulvérisait les oreilles.

Est-ce bien le moment pour une telle chose, génie? Ne reste pas là alors que tu es en pleine guerre! Réagis!

Soudain, il sentit une pression derrière lui. Il se retourna et fit face à un Kankrelat, qui remarqua également sa présence. Aussitôt, l'œil brilla d'une lueur malsaine et l'énergie s'accumula en lui. Le cerveau de Jérémie frisa. Le monde arrêta son concert infernal et sa danse mortelle. Il n'y avait plus rien dans son esprit, juste la voix lui hurlant de lever sa foutue arme et de frapper. Sans trop en être conscient, sa main se dressa entre lui et la menace, serrant le couteau avec une force qu'il ne se connaissait pas, et s'abattit à une vitesse folle sur la pupille étincelante. Ses muscles étaient soudain devenus légers, naturellement attirés vers la cible. Seul l'instinct réfléchissait, le cerveau ne tournait que pour activer les mouvements de Jérémie. Un cri incontrôlé de libération lui cassa la gorge alors que le monstre fauché grogna et s'effondra à ses pieds. La chute sembla se passer au ralenti alors que la vague d'énergie qui avait si brutalement parcouru le jeune homme s'apaisa. Il resta immobile moins d'une seconde, durant laquelle il réalisa ce qu'il avait fait. Il se battait vraiment. De tout son être, sans se soucier de savoir si un retour vers le passé le sauverait d'une maladresse. Il avait senti sa vie en danger plus que jamais. Une décharge d'adrénaline circula dans ses veines et le secoua. Était-ce donc cela que l'on ressentait quand on combattait? Aussitôt, il récupéra son arme et se tourna vers un autre Kankrelat, prêt à lui tirer dessus, et il l'acheva avec plus d'assurance. Pris dans le feu de l'action, il n'entendait et ne voyait même plus le chaos. Tout lui était normal.

Il continua jusqu'à ne plus percevoir autour de lui que des bruits de bottes et de respirations saccadées. Son propre souffle était si puissant qu'il lui bouchait les oreilles. Il cligna des yeux en tentant de calmer son cœur survolté. Autour de lui, les cadavres des monstres jonchaient le sol, pattes en l'air et tripes électroniques perçant la peau artificielle. Parfois, le corps d'un XANANTI se perdait entre eux. Quatre avaient les yeux fermés, ou vides, et une petite auréole rouge comme décoration. La réalité de la chose heurta Jérémie, et il vacilla vers eux. Ils n'étaient pas... Nicolas l'arrêta alors qu'il allait s'accroupir devant une jeune femme, cheveux à la garçonne et bruns, un petit visage rond et tranquille, les doigts encore emmêlés contre la détente de son arme.

- Il n'y a rien à faire" Affirma le XANANTI en posant deux doigts contre sa gorge. Nous n'avons pas le temps. Il faut monter avant qu'une autre légion n'arrive. On ne peut se permettre de faire du sur-place"

Jérémie se vit hocher lentement la tête, puis se releva. Ne pas y penser, ne pas y penser.

Les troupes alliées se fendirent un chemin entre les Kankrelats à terre. Les Lyoko-Guerriers les suivirent jusqu'à l'escalier. Ils parvinrent à la grande porte les séparant du premier niveau. Nicolas la défonça sans difficulté et ouvrit la voie vers une immense cage d'escalier. Sur le côté, une porte frémissante menaçait de sauter de ses gonds. Le groupe s'était à peine mis sur ses gardes que la patte d'un Kankrelat entrouvrit la porte. Le sang des XANANTIS ne fit qu'un tour. Les Lyoko-Guerriers se préparèrent à la rencontre, mais Elisabeth s'interposa.

- Je veux cinq hommes prêts à assurer nos arrières! Les autres, on continue à monter! Inutile de nous épuiser à chaque étage!"

Aussitôt, une poignée de soldats mirent leurs armes en joue et tâchèrent d'occuper tout l'escalier. Ulrich sembla cependant hésiter.

- On ne va pas les laisser..."

Elisabeth lui serra le bras avec force, ses pupilles fixées dans les siennes dans une expression dure: "Ils ont l'habitude, mais vous nettement moins. Vous devez rester en vie, alors on limite vos affrontements. Vous voulez arriver jusqu'au centre de commandement oui ou non?"

Le jeune homme resta quelques instants sonné par la réponse intraitable de la combattante, puis approuva. Il la laissa même le pousser en avant et retrouva ses camarades, déjà à l'étage suivant. A nouveau, un groupe d'ennemis allait foncer sur eux, et à nouveau quelques XANANTIS restèrent sur place pour gérer la situation. Les nouveaux tirs et cris se joignirent à ceux, plus faibles, de l'étage inférieur, couvrant presque le bruit de la course ascensionnelle.

La progression devint interminable, constituée d'une succession d'escaliers indissociables et épuisants, jusqu'au sixième niveau. Le sommet des marches menait à une porte d'acier coulissante, impressionnante par le silence qu'elle dégageait. L'insonorisation était si performante qu'on ne pouvait deviner ce qui se passait de l'autre côté. Petit à petit, les combats qu'ils avaient délaissés s'étaient faits moins enragé, et Jérémie put apprécier le calme écrasant qui l'étouffa soudain. Un saut vers l'inconnu... Encore un. Il se tourna vers Elisabeth, surpris qu'elle n'ait pas déjà donné l'ordre d'avancer. Il l'aperçut manipuler subrepticement le Weregun et en ôter quelque chose. Le détecteur de chaleur corporelle... Le génie se sentit de moins en moins à l'aise, mais ne dit rien. La troupe se tendit en l'attendant.

- Quelque chose m'inquiète... Nous n'avons pas encore croisé vos alters. Les étages que nous avons passé sont certes ceux de la scientifique, mais je m'attendais à au moins l'un d'eux..."

- Tu penses qu'ils sont derrière?" Murmura Yumi, la voix un peu trop aigu pour paraitre détachée.

Elisabeth ne répondit rien. Son regard acéré par la tension et l'impatience se suffisaient à eux seuls. "Quoi qu'il en soit, Jérémie, continue à monter si tu le peux. Nous ne sommes clairement pas au sommet. Mais si nous devons rester sur place et que tu es seul, ne t'arrête pas tant que tu n'as pas Belpois en face de toi. On finira par te rejoindre".

Jérémie approuva sans trop y croire. Progresser seul? Un programme des moins rassurants... Surtout que c'était un total changement de programme. Quelle idée se baladait dans la tête d'Elisabeth...?

Il déglutit, les jambes douloureuses, les poumons brûlants, le cœur au bord du vide. Il serra encore son poignard jusqu'à ne plus sentir ses doigts. Son autre main chercha machinalement les autres armes qu'il portait. Jamais la sensation de porter sur lui des objets dangereux n'avait été aussi douce.

Un XANANTI brandit son énorme bazooka et pointa la porte. Le groupe se pencha en avant, comme avant de se jeter dans le vide. Le coup partit, aussi retentissant une boulet de canon. Les murs s'ébranlèrent en même temps que les muscles de chacun. Ils foncèrent vers ce qui les attendait.

Une salle immense, constituée d'escaliers en fer suspendus montant à gauche, à droite, dans un tourbillon immobile et glacial de gris. Des câbles pendaient ça et là, grinçant en solitaires et s'élevant vers un plafond à peine visible. Au fond de la pièce, un ascenseur doté d'un immense boitier vocal, d'une tablette sur laquelle la forme d'une main avait été creusée et de plusieurs touches numériques. Il régnait dans l'air un froid de mort, comme si nul corps n'était jamais venu réchauffer ce lieu. Jérémie se sentit comme sous terre, dans les entrailles du monde, et l'ascenseur était le seul moyen de remonter à la surface... Mais tout ce système de sécurité... Il songea sans y réfléchir que les boitiers devaient répondre à son alter, sans doute. Il les observa, troublé, quand soudain des pas se firent entendre au-dessus d'eux. Des pas humains. Puis une voix aigue, qu'il connaissait trop bien.

- En voila des manières d'entrer chez les gens! Au moins on ne vous rate pas!"

Une silhouette fine, petite, adolescente. Des cheveux blonds frôlant de maigres épaules, rendues plus carrées par un large manteau violet. Des yeux arrogants et pétillants. Jérémie sentit Odd retenir son souffle près de lui et manquer de vaciller en devenant dangereusement pâle.

L'alter Odd Della Robia était au sommet d'un des escaliers suspendus, les coudes posés nonchalamment sur la rambarde et les jambes croisés dans une attitude décontractée. Il tenait entre ses doigts une laisse, au bout de laquelle s'excitait un gigantesque chat violet, réplique exacte du monstre qu'Ulrich et Elisabeth avaient affronté devant le collège... Si ce n'était ses crocs bien plus aiguisés, ses pattes bien plus imposantes, et une aura de destruction bien plus évidente. L'alter remarqua l'attention portée à son "chat" et rit.

- Vous l'aimez? C'est la dernière version, tout juste sortie par les scientifiques... Une chance qu'ils ne s'arrêtent jamais de plancher sur nos Favoris. S'il avait fallu tout recommencer, il y en aurait eu pour des jours. N'empêche, ce n'était pas très gentil, ce que vous avez fait à mon bébé...Vous conviendrez avec moi qu'il est normal que son petit frère réclame justice, n'est ce pas?"

Nicolas bondit, comme piqué par les paroles du jeune homme. "Ne parle pas de justice quand tu t'entoures d'assassins! La prochaine que tu croiseras te condamnera, oui!"

Il allait attaquer, mais Jérémie l'arrêta. "Non!"

Le combattant se tourna vers lui, surpris. Le génie s'expliqua en voyant une inquiétante pointe de méfiance grandir dans ses yeux. "Je n'essaie pas de le défendre, mais... Mais rappelez-vous, il est peut-être manipulé! C'est peut-être XANA qui parle par sa bouche, alors ne lui faites rien!"

Il vit Odd - son ami- garder les pupilles rivées sur son double, à la fois désarçonné et curieux. Ses poings faiblement crispés tremblaient, et ses jambes semblaient hésiter entre le lâcher ou l'emmener vers l'alter. Ce dernier parut un peu étonné par le discours de Jérémie, mais se reprit vite et lui sourit doucement. "Alors, t'es aussi le chef, chez toi... Ca ne m'étonne pas que le patron veuille te voir. Pour sûr, tu lui ressembles... Au fait, ravi de faire ta connaissance, autre-moi!" Il salua son double d'un geste enjoué de la main. Tellement Odd. Et ça ne facilitait pas les choses. Cependant Jérémie eut une idée. Il avait sans doute devant lui le plus enclin à discuter, s'il était un tant soit peu similaire au Odd qu'il connaissait, il fallait donc en profiter. Il s'avança et essaya de paraître le plus ferme et calme possible.

- Je désire une entrevue avec ton chef. Nous ne vous ferons rien, et si le vrai Odd peut m'entendre, qu'il sache que nous allons le libérer!"

Un silence régna, durant lequel l'alter Odd dévisagea Jérémie, comme s'il ne comprenait pas vraiment. Puis il lui adressa un petit rire étincelant, et pointa l'ascenseur du pouce.

- Le boss t'attend aussi. Tu y vas, mais seul. Moi, je vous garde ici. Inutile de vous dire que toute tentative d'assaut est vouée d'avance à l'échec, hum..." Il caressa son Favori avec tendresse. "Oh, et t'inquiète pour tes amis, ils vont rester entiers. On a pour ordre de ne pas abîmer la miss aux cheveux roses, et ça me ferait bizarre de me battre contre moi-même, alors..."

Il adressa un clin d'œil à Aelita, qui fut autant troublée que les autres par la déclaration du jeune homme. Elle, en particulier, devait être protégée? Quels projets nourrissait Belpois? Jérémie attendit une éventuelle suite aux paroles de l'alter, mais rien ne vint d'autre que des coups d'œil invitants. Le génie déglutit, serra et desserra les poings plusieurs fois, puis jaugea ses camarades. Yumi leva le menton vers l'autre Odd.

- On ne le laisse pas seul, à la merci de XANA!"

- XANA? Ce virus immatériel? Vous avez un curieux sens des priorité... Qu'importe, vous ne venez pas, point barre. Et si vous refusez d'entendre raison, vous resterez par la force".

- Essaie donc pour voir!" Rugirent Nicolas et Ulrich d'une même voix. Une fois encore, ce fut Jérémie qui les arrêta.

"Restez ici, et essayez de me rejoindre par les escaliers à la première occasion... Autant éviter d'affronter ce monstre-là. De plus, on ne sait pas où sont les autres, mais ils ne doivent pas être bien loin. Je survivrai en vous attendant, ne vous en faites pas".

Yumi secoua la tête. "Pas question, Jérémie. Et s'il y avait un truc trop puissant pour toi là-haut?"

Le chef sourit. "Je ne vais que rencontrer un double hanté par XANA. Ca s'est déjà vu, je pense pouvoir m'en sortir". Il ajouta une petite tape, qu'il espéra rassurante et ferme, jeta un dernier regard vers l'alter Odd tout occupé à observer la scène comme s'il s'agissait d'une pièce de théâtre intéressante, et enfin se dirigea vers l'ascenseur. Il sentit tout le poids du monde sur ses épaules et se crut sur le point de défaillir à chaque pas le rapprochant de l'inéluctable, mais enfin la lourde porte était à sa portée. Ses yeux dansèrent entre la paume gravée dans le boitier et la sienne. Doucement, il les fit s'emboîter. Le contact froid de l'objet contre sa peau le fit frémir. Il fut pris par une soudaine peur, aussi irrationnelle que poignante, qu'il ne pourrait jamais se décoller du mécanisme. Il se sentait englouti. Seul un petit "bip!" et le boitier virant au vert le sauva de ses pensées. Bon, première étape réussie. Il se concentra ensuite sur les touches numériques.

- J'ignore quel code utiliser..." Lança-t-il à l'alter Odd, sursautant un peu bêtement quand le boitier de reconnaissance vocale réagit à son tour. L'alter rit de bon cœur et sortit un papier de sa poche, dont il dicta le contenu:

- 1974-01100100-01101111-01110111-01101110... Il s'est quand même sacrément compliqué la tâche... Le lot des génies, j'imagine".

Jérémie suivit avec peine le rythme pourtant lent de l'alter, redoutant de confondre un 1 et un 0 dans la course, mais finalement le boitier vira au vert et termina de déverrouiller la porte. l'ascenseur ouvrit sa gueule dans un bruit de lourde machine et acheva son râle dans un fracas retentissant. A moins que ce ne soit l'esprit de Jérémie qui n'entendait plus que cela. Il respira à plein poumons, tâcha d'apaiser son cerveau bouillonnant torturant ses tempes, et entra. La voix aigue de l'alter lui parvint depuis l'extérieur:

- Oh, et appuie sur la touche -2!"

- Le bureau de Belpois n'est pas au sommet?" S'étonna Elisabeth avec méfiance.

- Bien sûr que si, mais le niveau 1 est le sommet, miss... Ce n'est pas là qu'il garde XANA, ce serait trop facile..." Le ricanement qui acheva la phrase secoua le génie, mais il n'en laissa rien paraître. Il fit un signe à ses camarades.

- Fais bien attention à toi!" S'exclama Aelita en lui rendant son salut. Le cœur de Jérémie s'allégea un peu, juste assez pour lui donner le courage d'appuyer sur la touche. La gueule se referma sur lui sans attendre. Il ne s'était jamais vraiment demandé ce que ça faisait d'être avalé par un dragon, mais cela devait ressembler à ça.

L'ascenseur s'ébranla et entraîna son passager vers le haut. Le ronronnement sinistre du monstre replongea Jérémie dans ses pensées. Qu'allait-il rencontrer? Lui? Un autre? La question ne le quittait pas depuis son arrivée dans ce monde, mais elle lui avait rarement semblé aussi importante avant. Comment parlait-on à soi-même? Comment convainquait-on son propre reflet de s'écouter? Tout était tellement étrange, et plus il s'approchait du ciel, moins il se sentait prêt. Il avait l'impression que tout son être frissonnait, pourtant il ne faisait pas froid... Le surmenage, sans doute. Il n'avait pas l'habitude. Et quoi qu'il en fût, un signal sonore le prévenant de l'interruption de l'ascenseur le coupa dans ses idées. Il n'avait plus le temps de réfléchir. Il allait juste devoir faire de son mieux. Il leva le menton en réprimant un vertige alors qu'il pénétra dans le bureau de Solar Building.

Par bien des aspects, c'était une pièce comme il aurait pu en concevoir. Pas de fenêtres, juste des néons en guise de lumière. Du blanc, neutre, simple, efficace. Des écrans par dizaines, tous de tailles différentes, agressant les pupilles sans ménagement tout en affichant des images de l'intérieur du bâtiment, des rues environnantes et des quartiers plus lointains. Il remarqua particulièrement le plus gros des ordinateurs, l'œil stylisé de XANA l'occupant fièrement. Il ne s'était jamais senti autant en danger en le voyant.

Mais le pire était ce siège en cuir brun, juste devant l'œil, d'où dépassaient deux bras installés sur les accoudoirs. Deux manches noires, patiemment posées, ne chassant ni n'invitant. Son double...? Rien qu'en étant près de lui, il ressentit les même symptômes que Yumi. Sa vision s'embruma, son crâne se durcit, son cœur rata quelques battements. Jérémie prit sur lui pour se calmer, ignora le malaise qui crispait ses muscles. Il se surprit à trouver en lui suffisamment de maîtrise pour y parvenir. Une fois assez convaincu du résultat, il passa ses mains derrière son dos dans l'espoir de paraître détendu et contrôlé. Il s'avança sans quitter des yeux les écrans et s'arrêta à côté du siège, luttant pour ne pas dévisager l'homme. Malgré tout, il perçut que l'autre non plus ne le regardait pas, concentré sur les images de surveillances. Un silence s'installa pendant quelques secondes, puis Jérémie entendit une voix - sa voix- commencer la partie.

- C'est si ennuyeux de devoir parler aux autres".

Finalement, Jérémie se tourna vers son interlocuteur. Il fut finalement assez heureux d'avoir été habitué aux doubles qu'il croisait depuis le début, car il ne fut pas aussi choqué qu'il ne s'y était préparé en reconnaissant ses traits dans ceux de l'autre. A peine avait-il le visage plus tiré, plus dur. La seule différence notable était sa tenue: un costume noir composé d'un simple pantalon, d'une chemise immaculée, d'une cravate noire et d'une veste noire. Le tout lui donnait bien quelques années de plus. Définitivement comme cela que Jérémie s'imaginait, quand il était enfant et seul avec son intelligence et ses espoirs. Il cilla un peu. L'autre le découvrit à son tour. Le génie fit de son mieux pour ne pas rougir tandis que les pupilles de l'alter le sondait dans les moindres détails, questionnant, marquant, commentant. Au bout d'un moment, il éclata de rire et se leva pour faire face à Jérémie, qui rougit pour de bon.

- Alors c'est ça, le poids des autres... Un petit garçon sage, timide, tout juste bon à lever la main quand on lui demande, et à parler quand on le lui a autorisé... C'est ça, d'être quelqu'un parmi tous?"

Jérémie se mordit la lèvre, poignardé par ce qu'il entendait. XANA. C'était XANA. Ca ne pouvait, ça ne pouvait...

- Je t'ai entendu parler à mon subalterne, tout à l'heure... Moi, sous le contrôle de XANA?" L'alter tourna autour de Jérémie, scrutant la moindre de ses réactions. "Un vrai garçonnet, bercé d'illusions... J'étais comme ça, quand j'étais petit. Je me répétais sans cesse qu'il est logiquement impossible qu'un monstre se trouve sous mon lit, alors que la fenêtre et la porte sont fermées, que je n'ai entendu aucun bruit et que j'ai vérifié sous le lit avant d'y monter... Je me répétais qu'il était physiquement impossible que l'ombre au mur soit celle d'une sorcière, car on ne peut faire voler un balai, et quand bien même le poids d'une femme l'empêcherait de décoller... Bref, j'ai passé mon enfance à me répéter que les monstres n'existaient pas. Comme toi maintenant, n'est ce pas?"

Jérémie tâcha d'ignorer le fait qu'il venait de se faire détailler son enfance par son propre reflet et articula du mieux qu'il pût:

- Je sais que tu n'es pas moi. Je sais que tu n'es pas toi. Tu es contrôlé, et si tu m'entends, tiens bon, je peux essayer de te sortir de là..."

L'alter fondit sur lui sans préavis. Il se pencha sur le jeune homme en exorbitant exagérément ses yeux, un sourire narquois aux lèvres.

- Regarde-moi!"

Jérémie recula, mais s'exécuta. Il plongea dans les orbes bleues, les siennes en moins enfantines. Il chercha quelque chose, n'importe quoi, qui lui permettrait de déceler l'ombre de XANA. Mais rien. C'était des yeux irrémédiablement, désespérément, définitivement humains. L'air se bloqua dans sa gorge. Comment XANA pouvait-il posséder quelqu'un sans laisser sa trace? Jamais il n'avait vu ça...

L'alter avait dû remarquer son trouble, car il se rapprocha encore. "Non, non. Ne cherche pas une jolie fable à te raconter. Vois les faits. Regarde-les en face, alors qu'ils t'écrasent, alors qu'ils t'enserrent. Sens-les te dominer, sens-les te gagner, car eux ne peuvent changer. Ils n'ont pas besoin d'être raisonnés. Ils sont, quoi qu'il arrive".

Le génie fut comme hypnotisé par ces paroles. Si directes, si mesquines, si réelles. Ses sourcils vibrèrent, ses muscles se tendirent alors que l'autre ne le quittait pas du regard.

Non. Non. Il était possédé. L'autre était possédé. Il ne pouvait pas être humain! Il ne pouvait être comme lui! Il ne pouvait pas coller à ce point à ses craintes...

Au bout d'une éternité, l'alter s'écarta, un sourire satisfait collé au visage. Jérémie revint à lui d'un coup sec. Il souffla profondément, comme après une trop longue apnée. Il finit par reprendre le contrôle de ses pensées. Quoi que fut cet autre... Peu importait. Il devait lui parler, le convaincre d'arrêter, de le laisser annihiler XANA. Mais à nouveau, l'alter prit les devants.

- Tu viens négocier, n'est-ce pas? Tu viens me dire que ce que je fais n'est pas bien, qu'il faudrait que je renonce, que je fais du mal aux gens... Mais n'as-tu donc rien observé? Tout est calme, tout est tranquille, tout est grand, plus grand que la plus grande ambition! J'en ai rêvé, de ce monde, et je sais que toi aussi. J'ai juste eu le cran de faire ce que je voulais faire. Imposer ma marque au monde, lui montrer ce que c'est que la vraie intelligence, celle qui saisit dans une main de fer les ignorants et les tient à l'écart d'un monde qu'ils ne devraient même pas fouler! Ils ne savent rien, ils se complaisent dans leur dangereuse imbécilité, ils encrassent le monde et s'engraissent sans réfléchir! Ils sont tout juste bons à rester entre quatre murs, à avoir peur, à être victimes de leur bêtise! Quelle folie leur a donné la vie, hein? Nous deux, on en sait plus... Nous deux, on a tellement plus qu'eux, tellement plus à offrir... C'est ce que j'ai fait. Toi, tu en as rêvé, la nuit, après une autre journée d'école passée la tête dans la cuvette des toilettes, le slip tiré en arrière ou la table d'écolier raturée de dessins insultants... Tu as aussi voulu leur faire payer, n'est ce pas?"

- Je... Non, je ne..."

- Oh si, tu l'as voulu. C'est le lot des génies. C'est le sort qui nous a été jeté, notre malédiction. Mais comme les choses sont bien faites... La naissance nous donne une intelligence capable de tous les écraser et le temps des raisons de le faire. C'est beau, n'est ce pas, la nature? Elle a tout fait pour que mon monde existe. Elle a érigé la haine pour armer les êtres supérieurs. Toi aussi, tu l'as pensé. Je sens en toi le même potentiel que le mien".

L'alter ferma les yeux et leva la tête. Il semblait parti dans une autre dimension, bien loin de tout cauchemar. Il respirait la félicité. Jérémie lutta pour ne pas s'évanouir. Cette chose, devant lui... Non, elle avait tort.

Tu crois?

Oui.

Menteur.

Il fallait abréger cette discussion. Elle allait le rendre fou.

- Ecoute, peut-être, peut-être qu'une fois, il y a longtemps, j'y ai pensé... Mais à qui n'est-ce arrivé? Tu dois comprendre, ce que tu as fait... C'est trop. Tu peux n'avoir aucune estime pour l'humanité, mais reconnais que personne ne mérite de vivre dans un tel monde. Tu dois stopper cette folie maintenant".

Belpois rouvrit les yeux doucement. Puis, calmement, comme s'il expliquait la mort à un petit enfant, il parla.

- On dit que voir son double est un mauvais présage. Ceux qui croisent leur reflet au coin d'une rue peuvent être sûrs qu'un mal s'abattra sur eux. Ils ne peuvent échapper à la fatalité qui a pris leur forme. Car cet autre, c'est eux; et aussi sûrement qu'on ne peut se fuir, on ne peut fuir ce qui doit être. Mais qui peut dire ce qu'il est, du pauvre homme condamné à l'ombre menaçante?"

La respiration de Jérémie s'affola à nouveau. Non. Rester calme. "C'est évident. Regarde autour de toi, il n'y a que destruction et désolation! Je doute que c'est ce que tu aie voulu..."

Belpois rit. "Serait-il possible que tu te connaisses si peu? Oh, non, je ne le crois pas".

- Je ne suis pas toi! Je n'ai rien à voir avec une telle... Folie!" Jérémie perdait pied. Mais il commençait à s'en fiche. IL N'ETAIT PAS CA!

- Oh? Moi, ce que je vois, c'est ce que j'aurais pu être. Oui... Je reconnais là tout l'idéal du monde, l'envie de faire la juste chose... Tu es moi avant que je ne comprenne que tout ça ne sert à rien, que les gens ne se feront jamais une raison... Tu es moi. Le petit Saint de mon esprit. Et je suis toi. Le Diable qui viendra un jour tout ravager".

___________________________________________________________


Et voila pour cette première partie et cette première révélation! J'espère encore une fois que vous avez aimé, je vais cesser de promettre de rapides délais pour les suites, vu que visiblement ça ne marche pas, mais j'espère vous revoir très vite pour la bataille finale à proprement parler! Bonne journée/soirée à vous!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Lun 04 Aoû 2014 08:57   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Hey hey, je ne me souviens plus être passée depuis un petit moment, ici...mais là j'ai un créneau de libre, un chapitre sous le nez et...ah ben non, pas de métal en fond sonore. *arrange ça de quelques clics*
Donc, go. Mais je ne promets pas de faire aussi long que l'ami Zéphyr. Mr. Green

Premièrement, on a quelques tournures plus ou moins jolies. J'en ai notée une comparant les éclairs à l'âme des Krabes, qui était franchement pas mal et m'a fait le même effet que dire "passe-monde" pour scanner. Tu gères niveau métaphores. Pas autant que Shaka, bien entendu, mais continue à nous placer des petits trucs comme ça, j'adore.
Par contre y a des trucs un peu moins jolis. Genre "le cerveau de Jérémie frisa". Si tu veux dire qu'il bloque, qu'il gèle, on dit "freeza", genre comme le Dr Freeze. Sinon, ça veut dire qu'il a des bouclettes écrit comme ça. J'ai imaginé, c'était drôle 8D. J'ai aussi vu une petite répétition par là "Un programme des moins rassurants... Surtout que c'était un total changement de programme. " mais je t'avoue que je n'ai pas cherché spécifiquement à traquer toutes tes petites fautes. La flemme/pas le temps. Mr. Green

Pour revenir sur la globalité du chapitre en lui-même, je dois dire que l'allongement n'est pas plus mal. Il est approuvé par le pôle, Zéphyr en particulier, et par tout auteur qui se respecte. ça permet de mieux développer, de bien s'attarder sur les petits détails. Et ces petits détails font qu'on a pas l'impression de nager dans un grand flou avec de vagues formes, donc c'est trop bien.
D'ailleurs je trouve que les scènes d'action ont bien bénéficié de cet upgrade. En tout cas, c'est beaucoup mieux que ce qu'on a vu dernièrement. On sent moins que tu n'es pas trop à l'aise, et c'est bien. On peut faire mieux (kassdédi échiquier) mais c'est déjà à un niveau tout à fait acceptable. Donc c'est bien, il te reste une marge de progression Mr. Green

Pour le reste, on a un peu de psychologie. Ou beaucoup. Et il semblerait bien que Xana ne soit pas si important que ça, ou pire, que les alters soient de gros glands intersidéraux que le programme roule allègrement dans la farine. Après tout, c'est ce qu'il a fait au début...et puis j'ai du mal à croire qu'un programme aussi malin, aussi évolué, aussi...génial se laisse asservir par un Jérémie haineux et bouffi d'orgueil. J'aime bien la mentalité de ces clones démoniaques parce que effectivement, les LG auraient pu être comme ça. Et du coup, j'adore les répercussions lorsque les LG comprennent que effectivement, ils auraient pu tourner très très mal. Pour le moment on ne voit ça que sur Jérémie, mais le tour des autres devrait venir, au moins un ou deux....et au fond, ce sont tout les traits qu'ils ont en commun qui sont les plus déroutants pour les héros. Les points communs du bien et du mal sont toujours les plus intéressants (a).

Bien, mon com' touche à sa fin. Bonne continuation, le devoir m'appelle ailleurs o/
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Jeu 28 Aoû 2014 20:28   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 83
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Bonjour et bonsoir!

En ces temps où la rentrée nous guette (et moi par la même occasion), je viens poster la suite de cette bataille finale pour Solar Building! Encore une fois, je suis en retard par rapport à d'autres plateformes, pour la simple raison que, pour une fois, je prend de l'avance en coulisses (saison 2 quasi bouclée, je respire avec force sourires diaboliques, hinhinhin).

Sans perdre de temps, réponse à Ikorih: (Merci pour la remarque sur "friser", j'ai ri très fort et j'aurais quelque chose à ce sujet prochainement). Du reste, le monde concernant surtout Jérémie, c'est surtout sur lui que je me concentre quant aux réactions psychologiques, mais les autres auront leur part plus tard! (bien qu'ils soient déjà chamboulés. Dommage, j'aurais tenté une alliance, moi. Question de curiosité).

_____________


Voici donc pour la suite et fin! Plus de bagarre (j'espère), et surtout plus d'Elisabeth! Bonne lecture à vous!

_____________



Monde 1 Solar Building
Chapitre 9.2
The Weregun



L'ascenseur se referma tel un couperet sur la silhouette de Jérémie. Le son des deux pans de la porte se heurtant était brutal, définitif, inquiétant. Yumi observa Aelita, qui gardait sa main levée depuis quelques secondes, incapable de détourner son regard. Qu'est ce qui pouvait bien attendre Jérémie, là où cette boîte grise et froide le conduisait? L'ignorance la glaça d'un coup et la peur se changea en une brise doucereuse et coupante contre sa peau. Elle lut dans les yeux de sa princesse la peur, l'incertitude de ce qu'ils allaient faire s'il arrivait quelque chose à son ami... Et il était vrai que les choses avaient toujours maintenu la fille en rose loin de ce genre de considération. Elle était là pour se battre, pour le protéger, pour taper le Code Lyoko avant que l'attaque ne pût atteindre Jérémie. Là, c'était différent, Yumi le savait. Et ça rendait son cœur nauséeux. Elle n'avait décidément jamais apprécié l'inconnu, bien trop susceptible de tout ravager.

Soudain, son souffle se perdit dans sa gorge tandis que sa conscience se brouilla. Pas encore...

- Ca alors, encore plus ressemblante que sur les images!"

Yumi se retourna vivement, ignorant les protestations énergiques de ses poumons à vif. Elle tenta de ne pas ciller en se trouvant face à son reflet, à un sourire narquois de différence. L'alter Yumi portait la même veste rouge qu'à leur première "rencontre", volant autour d'elle comme une aura de sang alors qu'elle descendait des escaliers marche après marche, à pas mesurés. Sa mèche ébène masquait une partie de son visage, mettant l'accent sur la brillante pupille noire qui balayait la scène avec sagacité. Yumi n'aurait jamais cru se voir si inquiétante un jour. Pourtant, à bien y regarder, elle trouvait les même traits de jeune fille, encore en âge de demander la permission de minuit pour retrouver un petit-ami. La juvénilité sous ce sourire suffisant, greffé qui plus est sur son identique reflet, rendit la japonaise malade de colère. Comment XANA pouvait se comporter de la sorte, avec SA jumelle? Elle entendit Elisabeth bouger à ses côtés et entrevit la combattante serrer le Weregun d'une main tremblante, comme retenue par une force invisible. La respiration qu'elle percevait, saccadée et lourde, semblait prouver cette idée... D'un coup, Yumi eut peur. Elle n'était plus certaine de pouvoir faire confiance à la promesse d'Elisabeth... Mais il était trop tard pour douter.

Juste derrière Ishiyama, un jeune homme brun fixait Ulrich tranquillement, la main posée sur son épaisse ceinture ornée de fourreaux. Il écarta d'un mouvement de tête une mèche rebelle, exactement comme le samouraï l'aurait fait. Les deux versions se toisèrent intensément, l'indignation commençant à poindre dans leurs traits.

- C'est pas possible, je peux pas être comme ça, même dans un autre monde!" Clamèrent-ils en même temps, provoquant un petit sourire crispé de la part d'Odd et une crise d'hilarité chez son alter. Les deux versions d'Ulrich se dévisagèrent, aussi sonnés qu'après un violent coup de poing au visage. "Qu'est-ce que tu insinues?" Reprirent-ils, à nouveau d'une même voix. L'agacement se lut dans leurs traits, et après un instant de silence défiant, Ulrich répondit:

- Regarde-toi, tu es d'une... Prétention, bon sang! Je peux pas ressembler à ça..."

- Vous clamez depuis tout à l'heure qu'on a rien à voir avec vous, alors à quoi il ressemble, qu'est-ce que ça peut te faire?" L'interrompit Odd en éloignant une larme de rire de ses pommettes. Ulrich ne sut ce qui le surprit le plus, la pertinence de la remarque ou la réalisation qu'en effet, sa réaction était stupide. Celui qu'il avait en face de lui était possédé, il n'agissait pas ainsi volontairement, alors sa critique n'avait pas lieu d'être. N'empêche, il ne s'ôtait pas de la tête que c'était lui qui se tenait dans cette pièce, à le regarder comme un alien... Un toussotement l'empêcha d'approfondir sa réflexion.

- Bon, maintenant que les présentations sont faites, nous allons pouvoir commencer..." L'alter Yumi sortit deux pistolets de sous sa veste. Le groupe recula dans un même ensemble, quelques pistolets cliquèrent. L'air devint électrique, saturé de défiance.

- Vous êtes ici dans l'aile Est. Les murs sont insonorisés, aucun réseau ne peut passer et nous sommes assez loin des habitations pour limiter les dommages collatéraux. Nous pouvons donc nous battre sans problème" Reprit Ishiyama tranquillement, comme si ses adversaires n'étaient pas à deux doigts de lui sauter dessus, comme si ses paroles n'avaient provoqué aucune tension.

- Mais nous voulons tout de même l'éviter" Rappela Della Robia alors que son Favori trépignait, ses griffes rayant les marches avec impatience. Ishiyama lui jeta tout juste un bref coup d'œil de confirmation et reprit.

- Nous avons pour ordre de garder nos... Doubles en vie, jusqu'à ce que le chef consente à les voir. Les autres, cependant, n'auront pas le droit à cette grâce. Depuis le temps que nous attendons de régler nos comptes, je crois qu'il ne se présentera pas meilleure occasion, n'est ce pas, Sissi?"

Elisabeth brandit son arme et se mit en joue, le corps tremblant de colère et l'expression d'un dragon enragé sur son visage. "Mon nom est Elisabeth. Ne me donne pas d'autres bonnes raisons de te coller une balle entre les deux yeux".

- Non, tu as promis!" S'exclama Yumi en se plaçant entre son alter et la combattante. Aelita laissa échapper un souffle de crainte, ses pupilles se baladant d'un camp à l'autre sans savoir quoi faire ou quoi dire. Les deux combattantes dévisagèrent la japonaise, à la fois surprises et courroucées.

- Ne me force pas à te blesser" Siffla Ishiyama en s'approchant, plus menaçante que jamais. "J'ignore de quelle promesse tu parles, mais la mienne consiste à abattre la chef des rebelles. Je doute qu'elle se laissera faire..."

Yumi se retourna vers Elisabeth. Tout en gardant son attention rivée sur son ennemie, la combattante s'adressa à la jeune japonaise, les yeux meurtriers et les pupilles grossies par la colère: "Ecarte-toi. Je ferai mon possible pour ne pas la tuer. Rien d'autre. Et je te rappelle que j'ai bien moins intérêt à vous garder en vie à présent, alors si je dois m'en prendre à toi pour t'écarter de mon chemin, je n'hésiterai pas une seconde".

Derrière elle, les XANANTIS se préparèrent au combat, les poings solidement greffés sur leurs armes et le corps alerte. La situation dégénérait, malgré le calme persistant. Odd se rapprocha d'instinct d'Aelita en surveillant son alter, immobile mais le sourire soudain attristé, presque désolé. Quant à Ulrich, il courba les genoux, comme avant chaque lutte sur Lyoko. L'habitude sans doute... Tout comme cette salve d'adrénaline que lui envoya le cerveau et qui fit tressaillir ses muscles et bouillir son sang.

- Vous, vous vous occupez du Favori" Ordonna Nicolas à ses hommes. L'alter Ulrich rit.

- Oh, vous allez envoyer vos petits à l'abattoir? Non, parce que nous sommes aussi venus avec nos animaux, alors trois monstres contre une poignée de gamins..."

Il claqua des doigts. Aussitôt, un bruit assourdissant envahit la pièce, suivi par un tremblement. Le Favori de Della Robia s'excita avec joie et leva le museau vers les escaliers les plus hauts. Deux immenses ombres ressortaient de la pénombre. Le groupe dut s'écarter pour mieux voir. Aelita poussa un cri. Un énorme sanglier doté d'éblouissantes cornes dorées et d'yeux en verre noirs se détachait peu à peu des ténèbres. Deux longues queues, argentées et fines comme des lames, se balançaient derrière lui comme pour trancher l'air alors qu'il frappait le sol en ferraille de ses sabots ébènes et brillants. Sa peau semblait parée d'une armure d'acier fauve, frémissante sous l'effet des grognements du Favori. A ses côtés, une tortue à la carapace noire et rouge et au bec blanc acéré se balançait d'une patte à l'autre, causant le séisme qui secouait les murs. Elle soufflait avec force en observant les hommes, rendant l'air glacial et électrique à la fois. Les éclairs ambiants firent frissonner Yumi, sentant l'expectation de la bataille à venir provoquer une vague d'énergie le long des muscles. Elle passa sa main sur son pistolet et observa le plus calmement qu'elle pût ses adversaires, comme elle avait coutume de le faire sur Lyoko. La peur se changea en tambours envahissant son esprit. L'anticipation sciait ses nerfs. Autour d'elle, ses camarades et les XANANTIS se tendirent.

- Ca ne change rien au plan", annonça Elisabeth en s'avançant. "Vous prenez ces monstres. Et tâchez de ne pas mourir".

Soudain, un bourdonnement se fit entendre. Le groupe releva la tête d'un même mouvement. La Tortue avait la gueule ouverte, dévoilant un canon éclatant, une lumière rouge dirigée vers eux. La scène était trop familière aux Lyoko-Guerriers. L'attaque allait commencer.

- Attention!" S'écria Aelita. Tous eurent le temps de s'écarter avant que le tir n'heurtât le sol. Il laissa de son passage une marque béante et fumante. Elisabeth et Yumi restèrent la regarder un instant, puis retournèrent leur attention vers les monstres. Une secousse ébranlant l'étage suffit à leur indiquer qu'ils étaient descendus.

- Maintenant!" Le cri d'Elisabeth lança la bataille. Des coups de feu sonnèrent comme un concert chaotique, les tirs formèrent des coupures lumineuses dans l'espace, ricochant sur la surface des Favoris. Les pattes géantes de ceux-ci battaient l'air en tentant de toucher les moucherons qui les attaquaient. Il fallut aux combattants toute leur énergie pour garder leur équilibre alors que chaque assaut des géants manquaient de les faire trébucher. Des vitres éclatèrent ça et là en répandant leurs débris avec fracas.

Yumi se trouva prise de court par la soudaineté de l'action. Elle chercha à se mettre à l'abri tout en balayant la scène du regard, en quête de son alter. Deux pas plus tard, elle vit celui d'Ulrich lui foncer dessus en évitant des tirs croisés. Elle arrêta l'assaut rapide d'un bras armé, pile avant qu'il ne rencontrât ses tempes. Son cœur rata quelques battements alors que les regards se croisèrent.

- Voyons si tu es aussi performante que la mienne" Susurra l'alter avant de se dégager, le sourire aux lèvres.

Il leva son pied et le fit filer vers les côtes de la Lyoko-Guerrière. Yumi chercha à l'éviter, mais un sursaut terrestre la fit quitter le sol. Ses pieds retombèrent trop droits et lui envoyèrent une pulsation de douleur le long des mollets. Elle tâcha de l'ignorer et se précipita sur le torse qui se présentait devant elle. Elle l'enserra du mieux qu'elle put et laissa un deuxième sursaut les entraîner tous deux par terre. La vue brouillée par le choc et la vitesse, la japonaise asséna à son ennemi un coup de pistolet sans savoir exactement où. Un second coup allait partir, mais un genou replié l'envoya voler dans les airs. Elle poussa un cri de douleur et de surprise alors que son dos se crispa en cognant la surface de fer. Sa peau glissant au sol se râpa à travers la veste, le son du tissu crissant en amplifié dans ses tympans. Un sifflement brutal frôla son lobe et la brûla au passage, suivi d'un effroyable bruit d'impact. Elle surmonta ses membres endoloris et son équilibre malmené pour se relever. L'une des queues du Sanglier avait arrêté sa course. Elle se redressa et remarqua aussitôt les trop nombreux tirs qui la frôlaient. Elle ne devait pas rester là!

Dopées par le chœur bien trop proche des balles, ses jambes battirent désespérément dans le vide, jusqu'à ce qu'enfin les semelles des chaussures adhérèrent au sol. Encore accroupie, Yumi courut sans savoir où, mais malheureusement arriva trop près du Sanglier. Le mouvement de retour d'une des queues la faucha en plein élan. La vitesse l'immobilisa, lui coupant le souffle. Les images dansèrent à une vitesse insoutenable devant ses yeux alors qu'elle entraperçut la tignasse blonde d'Odd aux prises avec son alter. A moins que ce ne fut l'inverse. Essayer de le deviner la rendait malade. La nausée la prit à mi-parcours, son cerveau incapable de remettre en place ce qu'elle percevait, son corps insensible à tout ce qui n'était pas douleur. Finalement, la gravité reprit ses droits et la fit choir de son manège infernal. La chute parut à la fois trop longue et trop courte. La jeune femme retomba lourdement sur son bras droit, son épaule lâcha un cri d'agonie sous la forme d'un craquement fracassant. Une exclamation de souffrance tenta de passer la barrière des lèvres, mais la gorge la bloqua douloureusement. Les organes dansèrent dans son corps, en suivant un rythme si incontrôlé que leur porteuse laissa passer du temps avant d'oser ouvrir les yeux. La violence du choc la maintint sonnée quelques instants. Ses perceptions ne renvoyèrent que l'inquiétant engourdissement à l'épaule et un étrange goût métallique dans la bouche. Soudain, le sol bougea et commença à la faire glisser vers un vide imprévu. Elle se força à reprendre conscience. Des reflets dorés dansaient comme des flammes sous et devant elle. De temps à autre, un éclat la manqua, laissant de petites fêlures au point d'impact. Mais qu'importait le point d'appui que sa vision choisissait, il disparaissait automatiquement de gauche à droite dans une valse maladive. Les combattants quant à eux étaient devenus tout petits et tassés, courant comme des fourmis à une distance incroyablement haute. C'est ce qui lui fit comprendre. Elle était sur le Sanglier!

Elle eut tout juste le temps de s'accorder à cette idée que Stern atterrit derrière elle. Dans un second élan de panique, Yumi se releva à l'aide de son bras gauche. Le pistolet, que sa main serrait toujours obstinément, s'enfonça dans la paume. Elle massa son épaule blessée, mais n'obtint d'elle aucun résultat. Ca, plus son équilibre assez précaire, elle n'était plus vraiment confiante... D'autant que la moindre chute risquait de la tuer... Elle se sentit fébrile, mais paradoxalement, toute son énergie conflua dans chaque partie de son corps, l'élan de la bataille l'assourdissant et la changeant en bête de survie. Il n'y avait plus rien d'autre qu'elle, son adversaire, et ce terrain dangereux. Tant de paramètres à prendre en compte... Et tout ce que son cerveau lui ordonnait avait un rapport avec le fait de foncer tête baissée. Jamais telle motivation ne l'avait traversée auparavant. Était-ce la proximité de la mort qui rendait les choses si intenses...?

Encouragée par ce soudain élan, elle se précipita vers son ennemi. Elle pointa son pistolet vers lui et tira. La balle alla se ficher quelque part au loin, mais l'alter dut se pencher pour l'éviter. Yumi sourit en sentant son rythme cardiaque accélérer d'excitation. Elle avait l'ouverture qu'il lui fallait. Elle profita du corps à découvert de Stern et envoya son bras gauche aussi puissamment qu'elle le put. Elle sentit la solidité de la cage thoracique contre son radius, ainsi que la respiration tranchée s'échappant de son ennemi et venant attaquer son front. Le courant d'air chaud lui envoya un sentiment de victoire soulagé. Mais l'instant d'après, il se transforma en une vague d'horreur alors qu'une main vint saisir son poignet. Tout juste le temps de cligner des yeux que, déjà, une autre main se cala contre son épaule et la propulsa tout entière en avant. Yumi parvint à ramener ses jambes contre elle et à retomber accroupie, redoutant à chaque seconde de glisser par maladresse. Une raideur dans ses cuisses la fit vaciller, mais si son estomac semblait déjà en chute libre, elle retrouva fébrilement l'équilibre. Aussitôt rassurée, un soubresaut du monstre la renvoya contre Stern. Elle s'affala sur lui et, sans réfléchir, pesa de toute sa masse sur son adversaire. Elle résista à ses tentatives de la renverser, déterminée à ne pas perdre le dessus. Tout en confiant son poids à l'adhérence de ses chaussures, elle se risqua à lever son poing et frappa, frappa, frappa, n'importe où, autant que possible. Prise dans sa furie, elle ne sut combien de coups elle avait pu asséner quand ce Stern finit par lui serrer la main et la repoussa. Le dos de Yumi heurta à nouveau la rude surface et projeta une vague de douleur dans tout son être. Elle se laissa glisser sur le côté, tendant plus que de raison sa colonne courbaturée. Ses dents serrées l'empêchèrent de gémir alors que son corps, cassé, suppliait pour une pause. Le mouvement permanent rendait son monde incertain, elle n'avait plus rien sur lequel se raccrocher, rien d'autre que les crampes l'attaquant et l'adrénaline lui vrillant les tempes.

Une étrange bourrasque froide balaya ses cheveux trempés de sueur. Elle se retourna. Les deux queues fouettait à nouveau l'air, et perchée sur chacune d'elles, Elisabeth et Ishiyama. Yumi admira la première s'accrocher puis lâcher prise en plein vol, pour retomber gracieusement près d'emme. Elle avait le Weregun dans une main, et de l'autre un pistolet ordinaire ressemblant furieusement à l'un de ceux que possédait Ishiyama. Malgré quelques routes de sang barrant ses bras, ses jambes et ses joues, elle rayonnait de force et de combativité. Ses cheveux noirs collait à son visage, s'y détachant seulement quand des soupirs erratiques les y forçaient. Elle baissa vers Yumi un regard interrogateur:

- Est-ce que tout va bien?"

- Euh, oui, je... J'ai dû me déboiter l'épaule ou un truc du genre, mais... Mais ça va..."

Elles se retournèrent tous les deux vers Stern, qui commençait à se remettre de ses multiples coups de poings. Il se redressait avec raideur, soutenu de mauvaise grâce par son alliée, du sang s'échappant de son nez et de sa bouche. Il s'en débarrassa vivement en se voyant observé. La colère perçait son regard avec une transcendance implacable. Il irradiait d'une colère et d'une vexation que Yumi n'aurait jamais cru percevoir en Ulrich.

Elle s'étonna en remarquant qu'elle ne pensait pas avoir XANA en face d'elle. Le reflet paraissait étrangement naturel. Humain.

- Qu'est ce que vous avez à me regarder comme ça, hein?" Cracha-t-il en se dégageant d'Ishiyama. "Tu crois m'avoir vaincu, peut-être? Mais tu n'es qu'une gamine! Et toi, là, tu te crois à notre hauteur, fille à papa?"

La phrase sembla électrifier Elisabeth tout entière. En un souffle, elle brandit le pistolet simple. "Ne t'avise pas de penser à lui, assassin! Tu ne mérites même pas la plus injuste des justices!"

- Oh, et toi, qui crois-tu être?" S'exclama l'alter japonaise en riant. "Si tu n'avais pas décidé de te mettre en travers de notre chemin, crois-tu que ton père aurait eu à te protéger? Tu peux bien te faire passer pour une révoltée ou une justicière, mais il est mort par ta faute!"

Soudain, une secousse interrompit l'invective. Le Sanglier se plia et leva la tête, un cri d'agonie s'échappant de sa gueule comme une tornade apocalyptique. Un tremblement de terre secoua la pièce, suivi d'un second. Le sol en ferraille sonna d'un son strident qui pulvérisa les tympans de Yumi. Elle se laissa tomber en avant dans l'espoir de ne pas chuter du Favori et sonda la pièce du regard, ignorant les tambours qui fracassaient son crâne. Le Chat était effondré, de faibles sursauts animant encore ses membres criblés de trous fumants et électriques. Des éclairs valsaient autour de lui en crépitant. Sa gueule béante était sombre, dénuée de toute lueur menaçante et ses yeux étaient des billes noires sans vie. De l'autre côté de la pièce, la Tortue reposait sur le dos, le ventre déchiré et grésillant comme une machine sur sa fin. Ses pattes se désarticulèrent et allèrent s'écraser au sol dans un sourd vacarme. La seconde suivante, les deux Favoris rendaient leur dernier souffle. Le cri de victoire d'Odd vint confirmer l'évidence: il ne restait plus que le Sanglier. Le quatuor se dévisagea une courte seconde, l'univers suspendu autour d'eux, capables en un clin d'œil de lire en l'autre.

Les choses s'accélérèrent d'un coup. Yumi serra son pistolet et courut vers la tête du Favori, mais Stern se cala devant elle et la plaqua. L'adolescente ignora ses poumons choqués, dopée par l'urgence de la situation, et asséna un coup de coude à son adversaire. Elle commença à ramper pour se relever et reprendre sa course, mais fut aussitôt rattrapée. Elle agita ses pieds frénétiquement dans une farouche tentative de se dégager. Elle y parvint presque quand elle entendit des pas rapides marteler le dos du Sanglier. L'instant d'après, Elisabeth passait à toute vitesse à côté d'elle, poursuivie par Ishiyama. La rebelle était rapide, mais sa poursuivante arrivait à son niveau... Les yeux de Yumi passèrent de son pistolet aux deux femmes. Son sang ne fit qu'un tour. Du plus vite qu'elle put pour tromper l'alter, elle leva la main, pointa son arme vers son alter, et tira. La balle ne la toucha pas, mais fila devant elle et la ralentit. Ce fut juste assez de temps pour Elisabeth, qui bondit sur une des défenses du monstre.

Un coup de canon déchira l'air. Le Sanglier poussa un grognement de mourant. L'onde de choc du son poussa Yumi en arrière. Elle crut que sa boîte crânienne allait exploser. Elle se recroquevilla autant que possible. Ses jambes tremblaient, son dos hurlait. Pour un peu pouvait-elle voir l'air onduler avec le cri derrière ses paupières closes.

Yumi sentit le poids de son assaillant s'éloigner, laissant un courant d'air frais attaquer sa peau moite. Le Favori entamait sa chute à une vitesse magiquement lente. La réalisation, freinée par la conscience secouée de la japonaise, ne lui parvint qu'au ralenti. Elle resta un instant hébétée, figée par le sol de plus en plus proche, quand soudain un main l'agrippa et la força à se relever. Une tornade rose et noire la souleva et l'entraîna vers le bas. Un cri de terreur lui parvint sur sa droite. Elle remarqua Stern, en train d'agiter les mains en tentant désespérément de prendre appui sur quelque chose alors que la gravité le faisait descendre sans pitié de son support. Les images tournoyèrent devant les yeux de la Lyoko-Guerrière, son attention ne parvenait à se fixer où que ce fût. Enfin, elle sentit quelque chose de solide sous ses pieds. Ses genoux se courbèrent d'instinct, mais l'impact du Favori avec le sol envoya une autre vibration et la fit trébucher. Le bras d'Elisabeth se posa sur son dos comme une barrière protectrice. Elles attendirent toute les deux, couchées étrangement l'une contre l'autre, attendant que leur monde consentît à retrouver sa stabilité. Le temps continua à marcher au ralenti, un silence pesant d'appréhension écrasa les deux jeunes combattantes.

Elisabeth leva les yeux sans oser bouger sa tête. Son souffle erratique incendiait ses poumons tandis que son cœur bataillait pour retrouver un rythme normal. Elle plia et déplia sa main gauche, constatant qu'elle avait perdu son pistolet dans la panique. Cependant son Weregun était toujours là, greffé sur son autre paume, luisant comme une lanterne dans le paisible chaos. Elle se redressa et tapota l'épaule de sa protégée. Ses pupilles sondèrent la pièce dans un réflexe d'évaluation. Elle remarqua Nicolas, essoufflé mais relativement intact, tenant en joue Della Robia. A côté de lui, Odd se massait la nuque. Ses cheveux blonds en désordre arboraient des mèches rouges foncées, mais il s'en sortait visiblement bien. Dans un coin, Ulrich et Aelita aidaient un XANANTI perdu à reprendre conscience. Sa jambe avait pris un angle étrange. Cependant, il parut être le seul survivant de son équipe. Deux cadavres sanguinolents étaient collés au mur, l'un d'eux avait même laissé une traînée de sang sur la paroi. Ca et là, la chef des rebelles repéra un bras dépassant de sous la carcasse d'un Favori. Peu de chances qu'ils fussent encore en vie. Le poids de la bataille se retira des épaules d'Elisabeth en constatant que, malgré tout, ils étaient victorieux. Ils avaient réussi.

Soudain, un cri de colère la surprit. Elle eut tout juste le temps de se retourner pour faire face à une Ishiyama rouge de rage, pantelante de haine, la jambe dressée filant vers la combattante.

- Tu vas payer ça!"

Le coup de pied fracassa le ventre d'Elisabeth. Elle heurta violemment le sol, son dos dérapant contre la ferraille, pulvérisant sa colonne. Elle tenta de se ralentir en posant ses semelles sur le sol, ses mollets entraînés par le mouvement parurent se déchirer, mais elle tint bon. Elle s'arrêta juste à temps pour ne pas toucher la vitre derrière elle, le froid agressant sa nuque alors qu'elle reprenait ses esprits. Elle n'en eut guère le temps que, déjà, Ishiyama prit appui sur le cadavre de son Favori et bondit sur la combattante, un débris tranchant d'une des carcasses dressé, ses yeux incendiaires, son expression enragée.

Elisabeth ne réfléchit pas. Tout s'enchaîna sans qu'elle ne l'anticipât vraiment. D'un seul coup, elle leva son Weregun, plaça ses doigts contre la détente... Son ennemie fondait sur elle, elle était juste au-dessus... Elisabeth replia les jambes, il fallait qu'elle se protégeât... Elle visa de son arme, elle ne savait pas où, n'importe où... Ses jambes crispées se bloquèrent encore alors que le corps touchait les pieds... Son expression se durcit, la seule idée que son cerveau renvoyait était "Défends-toi, défends-toi, elle est à ta portée alors DEFENDS-TOI"...

Elle tira. Elle entendit tout juste la détonation. Elle sentit à peine le tremblement de l'arme. Un peu de sang lui tomba dessus. Prise dans son mouvement, elle bascula en arrière, entraînant son ennemie touchée vers la vitre. Un bruit suraigu de verre explosé lui transperça les oreilles. Alors qu'elle roulait en arrière, la gravité voulut la remettre debout. L'amplitude du mouvement l'amena tout droit vers les restes de la surface brisée. Elle crut tomber...

Une main agrippa la sienne et la tira en avant. Elle tomba brutalement au sol, la chaleur d'un corps la couvrant. Ses paumes pressèrent le sol alors qu'elle se pencha et tenta de reprendre le contrôle de son souffle erratique. Un cri attira son attention dévastée. Deux voix, ensemble, différentes, mais déchirantes.

Elle leva les yeux et reconnut à ses côtés Ulrich, son regard passant de la vitre brisée à Elisabeth. Il était autant inquiet que choqué. Devant elle, Stern et Della Robia la dévisageaient. On aurait dit que le ciel venait de leur tomber sur la tête. Mais le pire était Yumi, figée comme une statue, le cri qu'elle avait poussé dessinant encore ses lèvres grandes ouvertes. Elisabeth vit les genoux de la japonaise trembler, se courber, entraîner le corps vers le sol. Un instant plus tard, elle était à terre.

_____________________________________________________________


Le bureau de Belpois trembla alors que Jérémie fixait son alter. Ses mots avaient bien atteints son cerveau, mais pour une raison qu'il ne s'expliquait pas, il ne les comprenait pas. Ce garçon, en face de lui... Pareil à lui? Sa face sombre? C'était impossible, ça ne pouvait être cette solution, ça ne pouvait...

Mais ces murs, cette pièce, tout cela lui ressemblait... Ce monde était trop commun à ses doutes, trop comme lui. Sans fantaisie, juste concret, juste informatique, mathématique... Juste lui. Il n'arrivait pas y croire, mais aussi fort qu'il essayait, l'idée s'imposait malgré lui.

Ce monde, c'était lui et pas XANA. Il avait créé ce monstre qui le dévisageait d'un rictus infernal.

"Ils ne sont pas vraiment "vous", mais plutôt ce qui aurait pu vous arriver" C'était évident. Depuis le début, il avait sa réponse. Belpois était sa peur. Belpois était le "et si..." qui le hantait.

Il ignorait encore comment, mais c'était bien Jérémie qui avait donné naissance à cette folie. Pas son double.

Il sentit ses yeux le brûler et sa tête lui tourner. Il détourna le regard, le ventre serré, pensant à Aelita. Pensant aux autres. Il les avait envoyé tout droit dans un enfer... Qui était le sien. Dans un danger pire qu'un XANA assaillant Lyoko. Et il n'avait aucune idée de comment les en sortir. Il n'était pas sûr que sa mort pourrait effacer ce monde. Il n'était pas sûr qu'un retour dans le passé pouvait changer quoi que ce fût, à ce stade. Il n'avait aucun plan. Quel chef partait en mission sans plan, hein? Quel genre de guide était-il? Comment pouvait-il prétendre comprendre la situation, et Lyoko...

Lyoko. Le nom le frappa aussi violemment qu'une gifle alors que ses pupilles s'arrêtèrent sur les ordinateurs hantant le bureau.

Lyoko n'apparaissait nulle part. Pourtant, avec autant de moyens, il devrait y avoir au moins un écran consacré au monde virtuel... Lyoko n'existait pas dans ce monde? Ou tout du moins son alter ne l'avait pas découvert? Alors n'avait-il jamais parlé à Aelita? D'après ce qu'il savait de Belpois, il avait rencontré XANA, mais la jeune princesse du monde virtuel, elle...

Il comprit alors. Il comprit la différence. Ce qui avait fait que lui, Jérémie, n'était pas le monstre destructeur qu'il craignait de devenir. La réponse était là aussi depuis le début, mais cette fois-ci l'évidence ne blessa pas le génie. Elle le secoua. Il devait se reprendre à tout prix! Lui aussi avait une bataille à mener, ce n'était pas le moment de se laisser décontenancer! Il était loin d'avoir perdu... Il ne devait juste pas se tromper. Surtout pas.

Doucement, Jérémie releva la tête vers son alter, plus sûr de lui que jamais bien que ses mains tremblaient. Il s'approcha, s'autorisant à détailler l'adversaire: ses yeux fixes et arrogants, son rictus sûr de lui, ses muscles tendus comme une statue... Comment avait-il pu se croire vaincu?

- Tu sais, avant d'arriver ici, j'en étais à douter de la noblesse de mes actions. Je me demandais ce que j'aurais pu être, si mes choix avaient été différents. Peut-être qu'au fond, je n'étais pas aussi bon qu'il ne m'arrangeait de le croire... Alors, quand on m'a parlé de toi, j'ai redouté de conclure que nous sommes pareils, même si ça me semblait évident, au fond. Mais maintenant que j'ai vu le désastre que tu as provoqué, aussi bien pour toi que pour les autres, tu ne me fais plus peur. Oui, ta solitude a été la mienne. Oui, tes craintes sont communes aux miennes. Mais que nous soyons identiques? Non".

L'alter leva un sourcil, intrigué par le discours de Jérémie. Il s'approcha à son tour, chercha le doute ou la peur dans l'expression de Jérémie. Celui-ci fit de son mieux pour ne pas broncher. Il pouvait l'avoir s'il gardait son calme. Il pouvait avoir le dessus. Il garda ses yeux rivés dans ceux de son alter, même alors qu'il fût assez proche pour que leurs souffles se mêlassent. Belpois siffla avec lenteur:

- Pourquoi es-tu là, alors? Pour régler des comptes avec toi-même? T'assurer naïvement que tu es meilleur que moi?"

- Je suis là pour tenter tout de même de t'arrêter. Ton allié n'est pas le bon. Ton combat ne mènera nulle part. Ca, même si nous sommes différents, tu peux le comprendre".

L'alter éclata de rire. Froidement, sans amusement. Juste un rire sorti de nulle part, mais terriblement glaçant.

- Mon combat, dis-tu... Commment peux-tu l'affirmer, puisque tu n'y as pas pris part? Tu ne sais rien. Rien. Et dire que tu penses pouvoir m'apprendre quelque chose!"

Jérémie eut le temps de voir le poing de son alter foncer sur lui, mais ne put l'anticiper. Il heurta son estomac à toute vitesse, envoyant un spasme de douleur dans son estomac, l'étourdissant un moment. Deux mains agrippèrent sa veste et l'envoyèrent voler à travers la pièce. Son dos fut arrêté par un mur qui ne manqua pas de lui fracasser la colonne vertébrale. Il retomba lourdement sur son bras gauche et réprima un gémissement, les yeux fermé dans un effort de concentration. Il eut à peine le temps de se redresser que déjà, son alter était au-dessus de lui. Il inclina son corps raide dans un angle droit et observa Jérémie se tordre pour se relever. Il n'y avait plus aucune trace d'amusement dans ses traits. Au contraire, il était devenu plus glacial que les murs de Solar Building.

- J'ai essayé d'être gentil. On en a profité. J'ai essayé d'être cool. On y a pas cru. J'ai essayé d'être intelligent. On s'en foutait. J'ai essayé d'être indifférent. On m'en empêchait. Les autres n'en savent pas plus que toi. Tu es comme eux, comme tous ceux à qui j'ai fait payer. Après tout, plonger quelqu'un dans un tel désespoir qu'il n'a plus rien à perdre, c'est criminel, n'est ce pas, monsieur le Justicier? Quelle peine on donne, à ceux qui écartent de leurs jeux un pauvre enfant à grands coups de pieds? Ah, ils voulaient être "les autres" par rapport à moi? Ah, ils voulaient de la distance? Aujourd'hui, ils ne sont rien de plus que ça, les autres, les minables, les méprisables, les détestables autres. Anonymes, au mieux. Rien, en général. Elle est belle, la justice, hein, Saint-Jérémie?"

L'alter saisit à nouveau le col du génie. Ses mains tremblaient en serrant le tissu. Les regards s'encastrèrent l'un dans l'autre, avec une violence indicible.

- J'ai rêvé que ce jour vienne. Et ça y est. Je suis dans ce rêve. Sauf que le jour ne se lèvera plus jamais. Mais ça, tu ne peux pas comprendre, parce que tu es... Commun. Comme eux. C'est terrible, d'être comme eux".

Il ria à nouveau, sans décrocher son regard. Mais Jérémie n'eut pas même un frisson. Il avait compris. Il savait comment l'avoir.

- Ose m'arrêter. Ose être leur soleil. Tu brûleras avant..."

- Moi aussi, j'ai essayé"

L'interruption surprit l'alter, qui resta la bouche ouverte et les sourcils froncé, trop pris de court pour réagir. Jérémie enfonça encore son regard dans les orbes troubles qui lui faisait face, et parla lentement, détachant chaque syllabe avec un calme si naturel, si libérateur.

- J'ai essayé. J'ai fait tout ce que je pouvais. J'allais renoncer, moi aussi. Puis je l'ai vue. Elle, cette fille aux cheveux roses".

Les yeux de Belpois s'agrandirent brutalement, comme s'il avait été frappé par la foudre. Il lâcha un peu le col, ses muscles délaissés par le cerveau surpris. Jérémie crut l'avoir assommé par la force de ses mots. Mais il n'en avait que faire. Il avait compris ce monde, ces alters, cet autre, tout. Il avait compris.

- XANA t'en a parlé, n'Est-ce pas? Cette fille aux cheveux roses, cet avatar parfait, cette Belle au Bois Dormant à un code près de la renaissance? C'est pour elle que tu n'as pas encore trahi XANA, n'est ce pas? Tu pourrais t'emparer de son savoir. Tu pourrais ne plus dépendre de lui. Mais tu ne l'as pas fait. Parce qu'il t'as parlé d'elle".

Les pupilles de son alter s'assombrirent brusquement, ses traits se crispèrent en une moue menaçante, ses doigts retrouvèrent leur vigueur. Il ressemblait à un dragon proche d'incendier une région entière. Ca ne suffisait plus pour avoir Jérémie.

- Ne viens pas me parler de ton désespoir. Tu n'as pas la moindre idée de ce que c'est vraiment, sinon tu ne serais pas là, à tenter de la mener à toi. Tu n'es pas un justicier, tu n'es qu'un gamin apeuré qui veut un ami à serrer dans ses bras le soir, quand les monstres sortent des ombres. Tu n'es pas un génie du mal, tu es un doute né de mon esprit, et si je te retire le pouvoir de m'effrayer, alors tu n'es plus un danger pour moi, pas même un ennemi!"

Il conclut sa phrase d'un coup de pied dans le tibia de son alter. Sa jambe partit avec une force qu'il n'aurait jamais soupçonnée et atteignit sèchement son but, provoquant un cri de douleur. Belpois se courba davantage, emporté dans un mouvement de recul. Jérémie sauta sur l'occasion et se redressa aussi vite que possible. Il replia son bras et envoya son poing dans le ventre de son adversaire. Il sentit ses phalanges heurter le corps et s'enfoncer dans la chair, expulsant un souffle coupé hors des poumons de l'alter. Profitant de l'effet de surprise, Jérémie écarta sans ménagement son double de son chemin et lui asséna un dernier coup de pied. Une fois assuré que l'alter était assommé, il se précipita vers les ordinateurs. Il souleva la chaise de bureau et, de toutes ses forces, la jeta contre l'armée d'écrans en face de lui. Trois ordinateurs volèrent au sol et s'y fracassèrent dans un crépitement de cassure. Jérémie reprit son massacre et brisa d'autres machines, encore et encore, la gorge brûlante sous le cri que lui arrachèrent ses membres endoloris, l'adrénaline annihilant toute pensée. Le front en sueur, le souffle coupé et le dos plié, il laissa ses bras reposer son "arme" au sol. Il n'avait plus en face de lui qu'un immense écran, celui de XANA. Il dut le regarder un peu trop longtemps, car Belpois rappela sa présence derrière lui:

- Non! Surtout ne le brise pas!"

Jérémie tourna lentement son attention vers son alter, son souffle faisant voleter quelques mèches folles. Il le dévisagea, à la fois sonné et fier du déchainement d'énergie qui venait de le secouer. Si on lui avait dit un jour qu'il massacrerait volontiers tout un tas d'ordinateurs! Même Belpois semblait ne pas en revenir. Son regard, toujours venimeux, dégageait aussi une certaine appréhension. Ses pupilles volaient entre les mains de Jérémie, crispées sur le siège, et l'écran de XANA, où brillait l'œil stylisé. Il ne semblait s'accorder aucun mouvement, comme si le moindre tremblement risquait de faire s'effondrer Solar Building... Ses membres étaient tendus, prêts à bondir mais retenus avec autorité. Le génie pouvait voir en Belpois l'instinct batailler avec la raison. Il sentit une vague de soulagement l'envahir. Il avait réussi... Il avait l'avantage! Il fallait qu'il gardât son calme, qu'il restât concentré sur l'objectif de la mission...

Doucement, en s'assurant que son alter comprit la menace, il souleva la chaise et s'approcha de l'écran rescapé. Le chef de Solar Building écarquilla les yeux et ne put s'empêcher de s'avancer.

- Je te dis de ne pas le briser!"

- Dis-moi où se trouve le Supercalculateur, et mène-moi à lui. Je laisserai cet écran en paix à cette condition".

- Ne te moque pas de moi! Tu voudras l'éteindre! A ce prix, tu peux bien faire pareille promesse!"

- C'est toi qui vois. Tu coopères, où tu perds toute chance de trouver la fille en rose un jour. Sans communication directe avec XANA, il serait compliqué d'arriver à tes fins, n'est-ce pas? De plus, je sais que tu as sur cet ordinateur des fichiers dédiés à elle. Si je brise cette machine, tu peux les oublier. Au moins garderas-tu cela, si tu m'obéis".

Belpois jaugea Jérémie un temps, hésitant, incapable de se décider. Les bras de l'adolescent commençaient à crier de douleur, ils ne parviendraient pas à porter cette chaise davantage, et pourtant la savoir prête à reprendre son carnage rassura le génie. Il serra les dents et patienta. Belpois quant à lui faisait danser son regard entre le dernier ordinateur et son adversaire, semblant à la fois hésitant et concentré. Finalement, il baissa la tête et murmura simplement, la voix étrangement tremblante:

- Très bien, très bien. Suis-moi, nous allons devoir redescendre..."

Le cœur du jeune homme ne put déterminer s'il pouvait cesser sa course effrénée ou non. C'était une demi-victoire, mais... Jérémie ne se sentirait vainqueur qu'une fois assuré que le Supercalculateur était neutralisé. La sensation lui rappela ces instants, où lorsqu'Aelita tapait le code Lyoko, il repassait mentalement chaque élément et priait pour n'avoir rien omis... La seule donnée qu'il ne possédait pas était l'état de ses alliés. Pourvu que la bataille se passât bien...

Vivement, Jérémie sortit son poignard et le pointa vers Belpois à bout de bras. Il passa sa langue sur ses lèvres dans une ferme tentative de garder son calme et redressa ses lunettes sur son nez. Son alter le regarda mi-agacé mi-perplexe en se relevant. Une fois debout, il s'autorisa un sourire et siffla:

- J'espère pour toi que tes amis ne sont pas en miettes... Réalises-tu que s'ils ont cédé, tu ne pourras te défendre?"

- Je leur fais confiance" Répondit gravement Jérémie en faisant de son mieux pour y croire. Son intelligence cependant ne cessait de répéter qu'il ne pouvait ignorer la pire possibilité...

Les deux jeunes hommes montèrent dans l'ascenseur, le poignard toujours pointé vers le chef de Solar Building, tremblant un peu plus à chaque seconde les rapprochant du champ de bataille. Ils ne se quittèrent pas un instant des yeux, s'appréciant comme deux bêtes avant l'assaut.

La porte du cercueil de fer s'ouvrit finalement, mettant fin à l'affrontement muet. Jérémie ne reconnut qu'à grand peine l'endroit d'où il venait. La pièce était occupée par le cadavre de trois immenses créatures, dont le Favori de Della Robia. Sans doute les deux autres étaient-elles ses camarades... A sa droite, une partie de la vitre était en morceaux. Le sol était barré de griffures et occupés par quelques corps ou parties parfois désarticulés, parfois sanguinolents. Mais le plus impressionnant était Elisabeth, à terre et se précipitant vers une Yumi papillonnant comme au retour d'un évanouissement. Les alters des Lyoko-Guerriers étaient immobiles tels des statues, seule la rage jaillissant de leurs traits rappelaient leur condition vivante. Jérémie nota aussitôt que parmi eux manquait Ishiyama. Cela ne devait pas être normal, car Belpois s'agita à ses côtés.

- Que s'est-il passé, qu'avez-vous fait?!"

Les combattants se tournèrent d'un même vif mouvement vers les deux génies, frappés par le cri. Les expressions varièrent de l'étonnement pur à la crainte en passant par l'espoir et l'interrogation. Jérémie ne sut pourquoi, mais il sentit qu'il dût clarifier les choses au plus vite. Il mit son poignard en évidence contre la joue de son alter et se colla à lui en balayant du regard l'assistance.

- Votre chef s'est rendu, nous nous rendons au Supercalculateur. Je vous conseille de suivre sa décision, ou je l'abats!"

La perplexité domina d'un seul coup toutes les autres réactions. Même le jeune homme se sentit intrigué par ses propres paroles. S'en prendre à la seule personne qui pût le mener à son but? Stupide, affreusement stupide, cela ne convaincra personne...

- Faites ce qu'il vous dit. Nous allons au Supercalculateur".

Jérémie ne sut comment prendre le soutien de son ennemi. Il lui jeta un coup d'œil, mais ne lut en lui qu'un calme assuré et autoritaire. Il y eut une seconde de flottement durant lesquelles chacun chercha à analyser la situation, mais elle fut vite interrompue par l'ordre coupant de Belpois:

- Obéissez. Maintenant".

Della Robia et Stern se regardèrent vivement. Une lueur d'appréhension brilla dans leurs yeux, mais ils consentirent à se diriger vers la grande porte. Jérémie intima à son alter de reprendre sa marche. Abasourdis, ses camarades le rejoignirent sans piper mot. Une ambiance lourde de méfiance électrifia l'air. Une poignée de monstres les aperçurent et se dirigèrent vers eux, mais Stern claqua des doigts et lança un regard menaçant vers les survivants. Aucun d'entre eux n'étaient humains... Les machines se plaquèrent aussitôt contre les murs et se maintinrent immobiles. Jérémie fit de son mieux pour ne pas se tourner vers eux. Il n'était pas sûr de pouvoir rester impassible s'il voyait leur symbole stylisé étinceler sur son passage...

La descente se fit dans le même calme étrange et pesant, les pas s'alourdissant à chaque marche. Jérémie crut à plusieurs reprises tomber en avant alors que son équilibre devenait précaire. Il inspira le plus discrètement possible par le nez et tenta de capter l'attention d'Aelita. Il eut l'agréable surprise de remarquer qu'elle en faisait autant. Ils se sourirent, peu rassurés.

Finalement, le groupe atteignit le rez-de-chaussée. Le sol était encore jonché de cadavres de monstres ou de XANANTIS, comme écrasés par le silence de mort. Jérémie retint son souffle devant ce spectacle. Personne ne s'autorisa un mouvement alors que Nicolas alla dégager l'ascenseur central de la pile de monstres qui le bouchait. Jérémie garda un œil sur son double, qui lui-même fixait les corps d'un air fier, récoltant des coups d'œil méprisant de la part d'Elisabeth. Il se passa quelques secondes lourdes, durant lesquelles il semblait que le moindre souffle pouvait tout faire basculer. Belpois lui-même parut à peu de choses de narguer ses adversaires, tandis que la chef des défunts combattants gardait la main crispée sur son arme, prête à lui faire ravaler le moindre sourire. Puis, enfin, Nicolas déclara la voie libre. Un dernier sourire mesquin de la part de Belpois et la troupe entra dans l'élévateur. Jérémie s'interdit le moindre regard supplémentaire aux combattants étendus devant lui. Il n'était pas sûr de pouvoir le supporter. Son alter posa sa main sur un boitier, tapa un code affreusement long et s'annonça dans un petit micro avec de mécaniques réflexes. Aussitôt, les portes se refermèrent, emprisonnant derrière elle des cœurs battants et des souffles impatients tout juste contenus.

La descente se fit pesante et interminable, comme si les effets de la gravité s'était abattue sur chacun avec une force décuplée. L'attention de Jérémie s'accrochait au plafond, espérant peut-être accélérer le temps. Ou le ralentir. Il ne savait plus, l'excitation brouillant tous ses sens. Il n'entendait plus que son organe vital, suspendu à un fil au-dessus du vide. Il n'avait aucune idée de ce qui allait arriver, mais cela allait être la conclusion de cette étape. Et il n'était pas certain d'être prêt pour ce qui fonçait sur lui à toute vitesse. Maintenant qu'il connaissait l'origine de ce monde... Quel genre d'épreuve finale l'attendait au bout des chemins sinueux de son esprit?

Les lourdes portes d'acier mirent un terme à ses questions. Ses yeux se posèrent sur la salle du Supercalculateur et il se surprit à n'être étonné de rien. Sans doute parce qu'aucune attente n'avait eu le temps de naître de son imagination.

La pièce était immense et circulaire, du gris sombre de l'acier. Des tuyaux, imposants, couraient le long des murs comme des racines artificielles. Des lumières vacillantes et poussiéreuses marquaient le tour du plafond en grésillant tel des violons torturés. Des particules volaient dans l'air et le rendait irritant. Sur le côté, une sorte de cylindre géant ouvrait la gueule, laissant apparaitre son palais sinistre nuancé par une légère teinte de bleu métallique. C'était un scanner, prêt à envoyer des volontaires vers une destination inconnue. Il faisait face au flanc de l'élément central, le Supercalculateur. Il était quasiment identique à celui dont les Lyoko-Guerriers avaient l'habitude, si ce n'était ses détails d'ordinaire dorés, devenus rouges. Sans doute n'était-ce que le terrible contexte, mais il sembla à Jérémie que le Supercalculateur était aussi agrandi... Jamais il n'avait autant pris l'apparence d'un monstre prêt à le détruire. Mais surtout, il était pour le génie comme une ligne d'arrivée, le dernier obstacle à franchir pour en finir avec Solar Building... Le cœur même de ses doutes. Dans un monde comme dans l'autre.

Il respira un grand coup, essayant de calmer le bourdonnement infernal qui troublait ses pensées. Dans un même élan avec le groupe, il s'avança vers le bouton de la machine. Sans trop comprendre pourquoi, le jour où il l'avait pressé pour la première fois lui revint en mémoire. La curiosité mêlée à l'excitation, les questions envoyant sa main en quête de réponse, sa peau frôlant la surface froide puis la pressant sans plus de réflexion... Tout dans cette réminiscence respirait l'attirance. Il avait été attiré par ce simple cercle. Il l'avait appelé, le bout de ses doigts frissonnant en imaginant les théories les plus folles...Et ce pouvoir... Celui de découvrir un secret. D'être le seul, face à tous ceux qui ne savaient pas... Cela avait été grisant. Était-ce ainsi que son alter l'avait vécu? Sans doute. Il n'y avait qu'à voir l'air de pure nostalgie qui voilait ses yeux, comme ce sourire attendri, rajeuni. La différence n'avait pas dû se situer là. Au moment de plonger dans le vide, ils avaient dû penser les mêmes choses, être du même côté pour la dernière fois.

Jérémie secoua la tête. Comment pourra-t-il jamais s'empêcher de songer à cela dans les moments les moins propices? Il devait se concentrer pour venir à bout de sa tâche. Le reste... Le reste viendrait après. Peut-être.

Il se décida à reprendre les choses où elles en étaient rendues et passa son poignard contre la peau de son otage. Le moment décisif était venu.

- Maintenant. Lance la désactivation. Arrête tout".

Belpois se tourna vers Aelita, l'air rêveur. Il s'approcha et frôla une mèche de cheveux rose du bout des doigts, semblant ignorer les tremblements secouant la jeune fille. Jérémie pressa un peu plus le poignard sur la gorge de son double. Il n'avait pas envie de tuer, mais que cet autre approchât sa princesse, pour voir, et il saurait faire taire la voix de sa raison. Il ne laisserait pas une version maléfique de sa personne blesser Aelita.

Pourtant, Belpois ne fit rien de plus. Il se contenta d'observer. Doucement, il éloigna sa main. Un cheveu se logea entre ses doigts. Il le regarda encore un instant, puis s'en débarrassa vers le scanner. Le fil rose retomba gracieusement dans la machine avec un calme hypnotique, surnaturel. Puis, comme sorti de nulle part, Belpois rit. Un rire explosif, hystérique, vainqueur. Jérémie put sentir sa puissance pulser contre sa lame. Il ne broncha pas, incertain mais prêt à tout.

- Je n'ai jamais su accepter la défaite, de toute façon..." Souffla l'alter.

D'un seul coup, il se propulsa vers le Supercalculateur et se cala entre le bouton et les XANANTIS. Jérémie n'eut le temps de rien anticiper. Il vit un éclair argenté foncer sur lui. Il l'évita de justesse, serrant les dents alors qu'il sentit la froideur d'une arme à feu frôler ses tempes, et se précipita vers Aelita dans une rapide tentative de la couvrir. Un coup de feu partit derrière lui tandis que quelque chose se planta dans le mur. Une balle.

- Nicolas!"

Jérémie se tourna vers l'origine du cri. Le combattant était à terre, un point rouge affreusement déplacé fiché entre ses deux yeux. En face de lui, Stern tendait une arme, son expression calme et dure. Alors que la génie luttait pour comprendre ce qui se passait, Yumi et Elisabeth furent frappées d'un coup de crosse surpuissant asséné par Della Robia et s'effondrèrent, inconscientes.

Les oreilles du génie sifflèrent de surprise et de panique alors que son cerveau partait dans toutes les directions. Ses yeux se baladèrent partout et nulle part, obéissant aux ordres incompréhensibles de l'esprit. Ils s'accrochèrent au regard effrayé de la princesse, puis au rose qui l'entourait comme une auréole incongrue dans cette scène de bataille.

Le rose. Belpois. Il devait le retrouver!

Tout juste eut-il le temps d'y songer qu'un coup de pied le frappa au ventre et le sépara de sa protégée. Le souffle coupé, il se rattrapa de justesse sur ses coudes. La rudesse du choc envoya un spasme douloureux dans ses avant-bras. Mais son ventre ne n'avait pas heurté le sol que le corps tout entier fut soulevé par derrière et quitta le sol pour être rejeté en arrière sans ménagement. Il retomba lourdement contre une surface inégale. Le moindre rebord s'enfonça dans sa peau, fracassa ses os. Les yeux crispés dans un vain espoir d'échapper à la douleur, Jérémie se redressa. Une main vint enserrer son cou et, à nouveau, il n'avait plus pied. Ses paupières s'écartèrent alors que ses mains, dangereusement raides, serrèrent celles qui le retenait prisonnier. Le monde devant lui se résuma à des orbes bleues identiques aux siennes, électriques et folles. Elles envahirent l'esprit du génie, jusqu'à ce qu'il ne pût penser à rien d'autre.


Yumi se redressa, lourdement appuyée contre le mur, sa tête tournant douloureusement. Une agaçante faiblesse s'acharnait à la ramener au sol. Ses muscles étaient engourdis, ses tympans explosés, sa vision confuse. Elle sentit la chaleur ferrailleuse d'un liquide contre sa tempe et y passa sa main. Ses doigts se rougirent, mais son esprit sonné ne put mettre des mots sur ce qu'elle vit. Elle resta affalée contre la surface froide, incapable d'amorcer le moindre mouvement.

Finalement, ses sens revinrent, sifflants et laborieux, mais suffisants pour lui dévoiler la scène. Odd tâchait de défendre Aelita contre son alter tandis qu'Elisabeth portait maladroitement secours à Ulrich, acculé par Stern. Ce dernier saisit la combattante par le bras et, d'un geste terrible et imparable, la retourna et plaqua son pied dans son dos. L'instant d'après, un bruit glaçant de craquement, suivit d'un cri strident et du son d'un objet retombant au sol achevèrent d'éveiller Yumi. Elle évita la scène du regard et repéra Jérémie, face à son alter. Il tentait tant bien que mal de se défaire d'une prise enserrant son cou, renversant sa tête en arrière, menaçant de le briser en deux... La japonaise approcha, titubante, incertaine. Mais quelque chose au sol la fit trébucher. Sa paume s'écrasa sans grâce sur un objet cylindrique, dur, froid...

Le Weregun. Il brillait, appelant, envoûtant, étrangement doux et tentateur, mais surtout naturel. Du bout de ses doigts, la jeune femme caressa la crosse, puis passa à la détente. Elle n'eut pas même besoin de songer à ce qu'elle faisait. Une impression inédite, inévitable mais chaleureuse l'envahit comme une vague puissante et protectrice. Jamais elle n'avait été aussi certaine de ce qu'elle devait faire. Qu'importait qu'elle n'en avait aucune idée.

Elle saisit le Weregun, parfaitement encastré dans les plis de sa main, comme si on l'avait taillé pour elle. Dans un mouvement qui lui parut éternel, elle leva le bras, visa Belpois. Elle ne chercha pas à garder sa trajectoire, seule sa main agissait...

La détonation la propulsa en arrière, le choc du tir envoya une salve de douleur dans son bras fatigué. Mais ses yeux, eux demeurèrent ouverts. Elle vit la balle traverser Belpois et laisser une petite pointe rouge dans son abdomen. Derrière lui, le bouton d'activation du Supercalculateur éclata, pulvérisé.

Soudain, tout s'arrêta. Les alters cessèrent de bouger, comme si ce fut eux que le tir avait fauchés. Jérémie recula en hoquetant. Il se débarrassa de la prise meurtrière de son double et passa sa main sur sa gorge en la massant maladroitement. Ses pupilles balayant la scène du regard ne parvenaient à déterminer quel élément devait retenir son attention. Puis enfin, Yumi vit Elisabeth la dévisager, étonnée et pâlissante. Son épaule blessée la maintenait effondrée et ses cheveux barraient son visage tordu de crispation, mais elle tenta de se relever, vite soutenue par Ulrich. Au même moment, une poigne força Yumi à se dresser. Odd et Aelita étaient à ses côtés et fixaient la chef des XANANTIS. Un ordre muet passait entre eux. Il fit tout comprendre à la japonaise.

Elle avait tué Belpois. Elle tenait l'arme qui venait d'abattre le chef de Solar Building. Elle avait tué un homme.

Elle trembla alors que les mots la frappaient sans ménagement. Elle n'entendit plus qu'un vague acouphène, elle crut flotter alors que le temps s'interrompait sur ce détail...

Puis une voix lui parvint, comme une bouée de sauvetage venue la tirer hors de son océan de confusion. Son corps resta engourdi, alourdi par l'eau fantôme qui l'entourait alors que les évènements s'accélérèrent.

- Tout le monde dans l'ascenseur MAINTENANT!"

D'un seul élan, le groupe se précipita dans l'élévateur. Chaque étape parvint à Yumi en saccadé, à la fois rapides et détachées de sa personne. Elle fut entraînée par ses deux amis vers l'ascenseur. Elisabeth, première arrivée avec Ulrich, n'attendit pas les autres pour enfoncer le bouton de montée. Le reste des Lyoko-Guerriers sautèrent à ses côtés avant que les lourdes portes ne se refermassent sur eux. La combattante eut juste le temps de lancer un fumigène dans la salle, ainsi qu'une petite bombe. La dernière image qui s'offrit aux Lyoko-Guerriers avant que les deux lèvres d'acier ne se rejoignissent fut celle des deux derniers alters, étrangement calmes et souriants, presque sereins...

La montée parut affreusement lente, mais enfin la gueule de l'ascenseur se rouvrit. Accrochés les uns aux autres, le cœur battant, les jambes légères et le cerveau perdu, tous se retrouvèrent dans le hall où les corps des XANANTIS et des monstres reposaient encore. Ils coururent devant eux, incapables de voir autre chose que le monde extérieur. La sortie annonça la délivrance alors qu'une déflagration engloutit l'espace. Le sol trembla, fissurant la surface sous les pieds incertains. Jérémie finit plaqué face contre terre, le front heurtant un peu trop violemment le chemin. Les images dansèrent devant ses yeux comme des flashes éblouissants, trop vifs. Les lumières de la ville s'éteignaient autour de lui tandis qu'un grondement sourd envahit l'esprit du jeune homme. Il ne voulait même plus se retourner pour voir ce qu'il se passait derrière lui. Les ténèbres étaient trop fortes, son ventre hurlait d'agonie et lui n'en pouvait plus... Il ne chercha pas à résister et laissa sa conscience s'éloigner.

___________________________________________________________


Voila donc pour la conclusion du règne de Belpois sur Solar Building! J'espère que ça vous aura plu!
La prochaine fois, nous aurons donc l'épilogue de la saison 1, avec quelques révélations finales! Je posterai cette fois-ci rapidement, pour ne pas me faire avoir par la rentrée, donc je vous dis à très vite! Bonne fin de vacances et à bientôt!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Jeu 28 Aoû 2014 22:58   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Preum's, moi, moi, moii o/
WHEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE (non cherche pas o/)

On va attaquer sur la forme tiens. C'est toujours joli, un brin lyrique et bien descriptif.
Dès la toute première phrase, comparaison ascenseur couperet, comme dirait Links, ça envoie de la pizza aux moineaux! ça, ça annonce une bonne fin étoo.
Mais, que vois-je? Elles se profilent dans le lointain, avec leurs faces grimaçantes et diablement identiques..oui...ce sont...les répétitions! Jérémie et peur, dans le premier paragraphe. Du coup ça casse un peu ce superbe début à la première phrase grandiloquente, t'as pas hoooonte?
Une autre répétition revient plus tard : "Il heurta son estomac à toute vitesse, envoyant un spasme de douleur dans son estomac". Trop d'estomacs donne une indigestion...

Par ailleurs tu as un souci avec quelques structure. J'ai vu un "tandis que + se brouilla", "alors que son dos se crispa" et un "de temps à autre, un éclat la manqua". Point commun de ces trois bouts? Il faudrait un imparfait.

Mais osef, une seule phrase a suffi à effacer ces défauts (enfin, deux expressions) à mes yeux : "vers un vide imprévu" et "Des reflets dorés dansaient comme des flammes sous et devant elle". C'est joli ça. Mr. Green
"luisant comme une lanterne dans le paisible chaos" Ceybow aussi ça. Chaos. (y)

Voilààà, ça c'est faiit.
Passons aux remarques trollesques! (o/)
En vrac :
-"Il écarta d'un mouvement de tête une mèche rebelle, exactement comme le samouraï l'aurait fait." Genre...Ulrich en fait...il remet sa mèche...comme Justin Bieber?
-"Il irradiait d'une colère et d'une vexation que Yumi n'aurait jamais cru percevoir en Ulrich" Ulrich n'est-il pas l'archétype de la vexation, justement?
-La dernière, mais pas la moindre. Belpois éclate d'un rire maléfique un peu inattendu à un moment...devinez à qui j'ai pensé?

Spoiler


Et enfin, un point sur les évènements.
La grosse baston finale où ça chie. Tu t'es d'ailleurs très bien démerdée pour la description du combat, mieux que le chapitre d'avant encore. On sent que les persos souffrent et ça, c'est trop coool. Mr. Green Mais ce n'est pas seulement mon avis de sadique, hein.
Toujours dans cette baston bien décrite, les Favoris. Pourquoi une tortue pour Yumi et un sanglier pour Ulrich? Y a une raison spéciale?
Je sais pas si tu le faisais avant mais j'ai noté la distinction noms de familles/prénoms pour les alters et les originaux, ce qui implique entre autres que le nom de famille fait plus froid et colle mieux. Donc ça c'est bien trouvé.
Suite à la grosse baston de la mort, l'alter de Yumi y passe. On espérait des conséquences plus élevées que ça sur le perso, elle semble s'en remettre très bien. Mais on ne le découvre que quand les deux Jérémies redescendent à cause de cette coupure bien placée.
Les Jérémies, eux, dévoilent enfin toute la vérité sur le monde et Jérémie numéro 1 invoque comme raison à tout ça Aelita. Ou plutôt, c'est son absence qui a fait que Solar Building a existé. Comme quoi Aelita devient le Graal, la lumière, etc. La prise en main de la situation par l'original est bien foutue, on retrouve le personnage, mais l'interaction brève entre l'alter et bonbon rose est pleine de sens. C'est boow.
Xana n'était donc au final qu'une sous-merde inutile. Le pauvre. Dire que c'était lui qui voulait les scalper dans les autres mondes!
Le petit retournement à la fin empêche tout ceci de terminer trop simplement. Un peu de sang, Nicolas qui meurt (pourkwaaa?)...et un peu de souffrance en passant. Ouais ok, ça me va. Quoique, le fait que Yumi sauve tout le monde..(a)

On se retrouve pour l'épilogue? Mr. Green
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Ven 05 Sep 2014 15:53   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1052
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
VioletBottle a écrit:
J'appelle ma guitare Peregrïn. L'usage de ce mot par ta personne m'a donné une furieuse envie d'aller jouer avec elle. J'ai fini par improviser des airs pour Mondes Alternés. Excuse numéro deux pour ne pas avoir avancé plus vite, tiens


Du coup, indirectement, je suis en partie fautif du manque de vitesse ? Bon, j'éviterai l'usage de mots exotiques la prochaine fois. Nan c'est pas grave honnêtement, je m'y connaît en avancement lent *Vlan*.
Peregrin hein ? Bref, placement pokémonesque à part (un autre viendra dans ce commentaire), j'ai à dire sur « The Weregun ».

On va passer en coup de vent sur la première partie, principalement parce que j'ai rien à en dire, qu'elle se lit toute seule, que l'ambiance est excellente (renforcée par le point de vue de Jérémie) et que je valide entièrement ce qu'Ikorih en a dit. J'ai eu un petit coup de cœur pour la confrontation entre Jérémie et son alter, principalement parce que le personnage ne m'a absolument pas laissé indifférent. Je l'ai adoré tout simplement. Et puis, le parallèle Saint/Diable à la fin de la première partie m'a évoqué un certain duo :



Qui est qui me direz-vous ? Mais dans le fond (ou en VO), Mew est un petit enfoiré tout comme Mewtwo peut être le grand méchant (d'un certain point de vue o/).
Donc qu'importe la transposition de Jérémie et son Alter sur ces deux-là.


Deuxième partie. Longueur idéale, batailles disputées d'un côté, échanges jérémiesques de l'autre. Je trouve que tu as très bien géré tout ça. Et en effet, niveau action, c'est très bien, même si on peut toujours faire mieux o/. Et même des morts, ce qui était prévisible (RIP Nicolas =( ). J'ai hâte de voir les ramifications psychologiques quant au geste effectué par Yumi en fin de chapitre. D'autant plus que c'est probablement le personnage qui se prête le mieux à ce type de tourments.

Vient maintenant la partie où je pointe du doigt des points qui m'ont fait sourciller.

C'est assez étrange qu'après la bataille contre les Familiers, aucun Xanantis autre que Sissi et Nicolas ne survive, surtout quand on voit qu'Aelita, Odd et Ulrich s'en tirent limite sans une égratignure. D'accord, les Alters souhaitaient les garder en vie, mais quand même...
J'ai trouvé assez douteux le fait que Jérémie parvienne à assommer son Alter. En un coup de pied plus un coup de poing, c'est surprenant. Dans le contexte, faire s'assommer l'Alter par accident aurait pu se révéler plus judicieux, contre un coin de table par exemple (Note : les coins de table, c'est le mal).
Ensuite, c'est très étrange que Belpois se laisse faire comme ça. Autant dans son bureau, je peux comprendre que la menace de destruction du dernier ordinateur le pousse à coopérer, autant une fois sorti de la pièce, je ne vois pas pourquoi il continue de se laisser faire. Étant donné qu'il était probablement le seul à pouvoir les mener au supercalculateur, il aurait pu feinter pour tenter de retourner la situation (en refusant de les mener à la machine, puisque plus aucun moyen de pression alentour n'était présent).
Le tentative de retournement de Jérémie dans la salle du SC m'a parue assez clichée, notamment avec cette réplique : « Je n'ai jamais su accepter la défaite, de toute façon... ». Enfin, il devait se douter que c'était risqué d'agir de cette manière et que ses chances d'y passer augmenteraient (puisqu'en théorie, les « héros » n'ont plus besoin de lui pour les mener au supercalculateur). Et ce Jérémie-là, je le voyais plus faire passer sa survie en priorité.
Dans le même style, le coup de «  La combattante eut juste le temps de lancer un fumigène dans la salle, ainsi qu'une petite bombe.  » avec explosion finale, ça rentre aussi dans la case du cliché je trouve. Enfin, ce n'est pas un reproche à proprement parler, puisqu'un final se veut explosif généralement.
Quant à Xana, ben, comme l'a dit Ikorih, il n'était qu'un programme soumis. Néanmoins, je me serais attendu à ce qu'il aide Belpois, parce qu'il peut toujours « contrôler l'énergie électrique » via les tours non ? J'ai même pensé que c'était pour ça que l'Alter de Jérémie les menait tranquillement à la salle du supercalculateur. Enfin, je comprends très bien que tu ais préféré mettre l'accent plutôt sur Jérémie que sur Xana ici. Tu auras largement l'occasion de creuser un peu plus l'IA par la suite.

En remarque générale, j'ai l'impression que tu n'aimes pas les colonnes vertébrales, puisqu'elles se font souvent fracasser au cours du chapitre Mr. Green.

Citation:
 pour retomber gracieusement près d'emme.

Très belle faute de frappe *paf*.

Puisqu'on est sur la fin du chapitre, cette phrase m'a intrigué : «  La dernière image qui s'offrit aux Lyoko-Guerriers avant que les deux lèvres d'acier ne se rejoignissent fut celle des deux derniers alters, étrangement calmes et souriants, presque sereins... ». On pourrait presque croire que finalement, les autres Alters étaient bien sous contrôle. À moins qu'ils ne soient simplement instables psychologiquement. Ou mieux, qu'ils aient un plan de secours et qu'ils viennent refaire coucou dans l'épilogue (même si j'en doute, puisqu'explosion il y a eu).

Dans tous les cas, l'épilogue va mettre un point final au Building ensoleillé. On se revoit donc là-bas !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
VioletBottle MessagePosté le: Dim 28 Sep 2014 17:01   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 83
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Coucou!
Après un temps un trop long, me semble-t-il (à vrai dire, j'ai quelque peu perdu la notion du temps dernièrement), je vous reviens avec l'épilogue de la saison 1!


Ikorih: Diantre, j'ai dû passer deux heures à cherches mes sources pour les Favoris, mais non, leur choix n'est pas innocent. Ainsi, dans la culture japonaise, le sanglier symbole de courage et de témérité; de plus, si mes souvenirs sont exacts, c'est aussi la monture du Dieu de la Guerre. Mais dans d'autres cultures, notamment la chrétienne ou française, il est davantage l'image de l'impétuosité, à la limite de la personnification du démon. J'aimais bien cette sorte de dualité, d'un côté il y a la culture asiatique où il a une image positive (influence de Yumi, allez savoir), et de l'autre le côté plus bestial et bagarreur. Et c'est valable pour les deux versions, en plus. En ce qui concerne la Tortue de Yumi, c'est évidemment le symbole de la longévité (oui, c'est clairement trollesque), mais c'est aussi l'attachement à la terre dans l'art du sabre nommé Ïaîdo. J'ai toujours vu Yumi comme quelqu'un de très attaché à ses origines et à sa famille, par extension à son groupe d'amis aussi. Elle est une figure de loyauté, de ce point de vue là. (Et, vu sa mort, l'aspect "attachement à la terre" est assez ironique aussi, maintenant que j'y pense...). Oh, et puis, tant que j'y songe, mais la carapace qui repose sur le dos de la tortue peut être vu comme un poids... Le poids que porte Yumi face au meurtre de Belpois... Ca se médite, en tout cas.

Parlant troll:
- Ulrich a eu la coupe de Justin Bieber avant l'heure, si on y réfléchit bien. Ca casse tout éventuel charisme, n'Est-ce pas?
- Justement, si Ulrich est déjà l'archétype de la vexation, imagine donc à quel point il était colère, son alter.
- Jérémie en Joker? Pourquoi n'y ai-je songé plus tôt? Je l'aurais appelé Jokérémie. Son capital evil mastermind aurait connu une ascension fulgurante.

Zéphyr: Oh, mais Belpois ne s'est pas laissé avoir, pas tout à fait... Le fait que tout t'ait paru assez cliché me plait, cela veut dire que j'ai encore un bon champ libre devant moi! Pareil pour XANA, il reste encore des révélations pour les saisons suivantes, en ce qui le concerne. Enfin, comme auparavant, je vais éviter d'en dire encore trop, mais tout ceci aura un sens plus tard, nulle inquiétude! (Cela met une assez grande pression sur les suites, de fait... Surtout ma prochaine saison, que j'aime tellement fort déjà *ego level up*)

_____________


Voici donc l'épilogue! Instants de calme après le chaos de la bataille... Ou pas?

_____________


Monde 1 Solar Building
Chapitre 10
Future Ruins


Une vive lumière vint agresser Jérémie et l'extirpa des ténèbres rassurantes dans lesquelles il reposait. Son corps répondit par une douleur sourde, son cœur s'emballa, ses membres s'ébranlèrent. Ils envoyèrent tous ensemble une salve de crispation qui maintint leur porteur dans une stupéfaite immobilité, comme si chaque muscle avait perdu conscience de leur fonction. La tête, trop lourde, enfonçait Jérémie, telle une ancre, dans la surface le soutenant. Il eut la terrifiante impression d'être écrasé par sa propre peau... Dans sa panique physique, il essaya du mieux qu'il put de retrouver un peu de raison. Il laissa son cerveau prendre le contrôle et ordonner le réveil. Ses sens revinrent doucement, sauf sa vue. Il ne se sentait pas prêt à ouvrir les paupières. Sa mémoire chaotique ne lui donnait pas de quoi se sentir rassuré. Où était-il, qu'y faisait-il? L'odeur d'incendie l'entourant lui envoya des flashes d'explosion, de rayons lumineux, de fer rougi. Puis, enfin, des sons mêlés et lointains achevèrent de rendre le monde réel. Mais pas plus compréhensible.

- De retour, Belle aux Ruines Dormantes?"

Jérémie ne comprit pas tout de suite la référence, mais s'en inquiéta fort peu. Il lui sembla que quelque chose d'autre devait attirer son attention... La voix, peut-être? Pourquoi une voix? A qui appartenait-elle? Que lui voulait-elle? Sans doute du mal, à en juger par les vagues de migraine qu'elle lui faisait subir à chaque intonation. Il tenta de se redresser et constata avec surprise qu'il reposait sur une surface molle et douce. Un matelas? Une chambre? Non... Il sentait un courant d'air caresser sa peau et un léger froid l'étreindre. Il n'était pas en intérieur, donc. Il essaya d'happer un peu d'air dans un réflexe de survie, mais sa gorge le lança. C'était comme revenir d'une violente angine... La douleur aigue lui arracha quelques larmes. Pour ne rien arranger, une crise de toux incontrôlable le secoua. Il ferma les yeux le plus fermement possible, priant pour que le propriétaire de la voix, qu'importait son identité, consentît à lui venir en aide.

Mais rien ne vint, et la brûlure qui lui massacrait la gorge s'accentua pendant encore une poignée de secondes. Il se replia sur le côté et maintint sa bouche close en espérant pouvoir contenir le flux de toussotements. Il déglutit à la chaîne, encore et encore, jusqu'à ne plus avoir de salive. Soudain, il sentit deux mains le toucher. Frôler sa gorge. La serrer un peu plus. L'air lui manquait. Ses lèvres s'entrouvrirent dans une tentative désespérée d'avaler un peu d'air. Juste un peu, juste de quoi tenir, de quoi se défendre...

Un éclat bleu électrique apparut devant ses yeux. Ni menaçant, ni rassurant. Juste une présence placide et ferme. Le sang lui montait à la tête, la pression devenait insupportable...

Le temps d'un battement de cils, il revit son double l'étrangler.

Tranquillement, sans ressentiment ni joie. Il n'y avait que ses mains le serrant, sans rien d'autre au monde, comme si tout ce qui leur tournait autour était inintéressant. Inexistant.

- Hé, arrête ça!"

Une claque imaginaire lui retourna le visage. Il eut l'impression de rouler sur lui-même pendant encore quelques secondes, puis son corps retrouva sa position initiale, couché sur le flanc. Il ouvrit les yeux comme au sortir d'un cauchemar. Mais les mains étaient toujours contre sa gorge. Il voulut tendre les siennes pour se libérer, puis constata que ses doigts glissaient le long de sa nuque dans le mouvement.

Il les leva devant lui. La pression disparut. Sa menace n'était autre que lui-même.

- Tu vas bien?"

Jérémie abandonna l'observation hébétée de ses paumes pour se tourner vers la voix. Sa vision floue ne parvint qu'à lui renvoyer une forme vaguement claire. Ulrich était assis à côté de lui, un genou replié servant de support à son bras gauche. Il le regardait, un sourcil interrogatif levé. Pourtant, il ne paraissait pas aussi inquiet que d'accoutumée, lorsque le génie avait été exposé d'un peu trop près au danger. Il semblait juste attendre quelque chose.

Le blond se redressa maladroitement et passa son corps en revue. Des courbatures, son élancement à la gorge, une migraine de tous les diables... Mais rien d'autre. En quelques flashes, il se repassa les récents évènements. Compte tenu de ses aptitudes à la bagarre, il pouvait s'estimer heureux de n'être pas plus blessé. Il balaya une mèche de cheveux qui lui tombait sur le front et hocha la tête en guise de réponse pour Ulrich. Ce dernier ne répondit rien et se contenta de saisir la paire de lunettes du génie, patiemment posées au sol, pour les lui rendre. Jérémie fixa la main de son ami. Etrangement lointaine, détachée. Froide. Quelque chose clochait.

Une fois les verres correcteurs sur le nez, Jérémie put mieux voir les alentours. Il était sur un lit de fortune composé de couvertures superposées et rapiécées, sans doute dénichées à droite à gauche. Derrière lui se dressait le petit muret de ce qui fut autrefois un jardin. La maison à laquelle il appartenait avait quasiment disparu. Il n'en restait que quelques pans de mur blancs à la peinture craquelée. Les herbes étaient jaunes de sécheresse et rouges de la lumière d'un soleil levant. En se retournant, Jérémie remarqua au loin des restes d'immeubles, tranchés en leur centre ou à deux doigts de voir un étage s'effondrer. Le calme n'était interrompu que par la chute de morceaux de ferraille et des voix étouffées. Beaucoup de voix. De ci de là, des jeunes hommes et femmes affairés couraient, les bras chargés de cartons ou de couvertures en jetant aux deux garçons des coups d'œil étranges. Pour la première fois, Jérémie eut l'impression que des vies grouillaient dans la cité de fer. La désolation courant dans l'air parut à Jérémie plus humaine que le silence qui l'avait écrasé à son arrivée, mais il ne sut que faire de cette impression. Il se sentait incroyablement léger et lourd à la fois, et réfléchir s'apparentait à de la torture dans son état.
Soudain, il remarqua l'absence de quelque chose: ses amis. Où étaient-ils?

Comme si Ulrich avait lu la question dans ses yeux, il annonça en se détournant: "Odd et Yumi se reposent dans les restes de la maison. Aelita était morte d'inquiétude, mais quand un docteur XANANTI lui a garanti que tu allais t'en sortir, elle a accepté d'aller aider au secours des victimes"

- Tu étais réveillé avec elle?"

- Je ne me suis pas évanoui. Mon alter a survécu à l'explosion de Solar Building, mais je ne sais pas ce que les rebelles font de lui. Sans doute rien, puisque je suis encore conscient".

- Qu'est ce que tu veux dire?"

Cette fois-ci, Ulrich se tourna vers Jérémie, le regard plus polaire que jamais. La désolation ambiante était loin d'être aussi inquiétante que le trouble qui secoua le ventre du génie.

- Pendant que tu discutais avec l'autre dictateur, Elisabeth a tué l'alter de Yumi, qui s'est effondrée peu après. Ensuite, quand on est sortis du bâtiment, il y a eu deux évanouissements, toi et Odd. Vos deux doubles sont morts dans l'immeuble. Félicitations, Einstein, t'avais raison".

Il y avait comme une intonation de reproches malgré le compliment. Jérémie ne saisit qu'au bout d'un instant l'ironie de la remarque. Et si Ulrich avait compris...

- Et... Alors? C'est plutôt une bonne nouvelle, non?"

- Ca l'aurait été si tu l'avais deviné avant! Tu te rends compte du désastre dans lequel on s'est jeté à pieds joints?"

Jérémie dévisagea Ulrich, le soulagement à l'idée que le combattant n'avait en fait rien compris éclipsé par l'explosion de colère qui le frappa de plein fouet. Son souffle fut coupé par le regard purement trahi qui lui parvint. Son propriétaire parut réprimer une forte envie de couper le génie en rondelles alors qu'il reprit: "Yumi a une épaule déboitée et de multiples contusions. Odd n'est toujours pas réveillé. A ce qu'il parait, il a échappé de peu à un traumatisme crânien. Maintenant, on a la certitude qu'il y avait un lien entre nous et nos alters. Ils n'étaient pas sensés mourir, on a fait confiance à Elisabeth pour ça, et regarde le résultat!" Ulrich se rapprocha, la rage augmentant à chaque seconde. "Mais au-delà de ça, sais-tu pourquoi il n'y a que des ruines autour de toi? Nous non plus, personne ne le sait! Nous aurions pu y rester, Jérémie. Nous n'avions aucune idée de la portée de notre descente à Solar Building. Nous ignorions que détruire le Supercalculateur revenait à faire de la ville une épave! A quelques secondes près, nous étions pris dans l'explosion! Nous pouvons nous estimer heureux que la mort de nos doubles ne nous ait pas plus atteints que ça, ou même simplement qu'on ne soit pas lents!".

- Et pourquoi tu me dis ça? Tu crois que je ne le sais pas? J'en ai souffert aussi, figure-toi!" S'écria Jérémie, un peu agacé par les reproches sous-entendus d'Ulrich, mais surtout blessé. C'était vrai, qu'est-ce qu'il aurait dû faire? Il ne pouvait pas savoir, et le temps de se renseigner, il leur aurait fallu des jours! Et non, réfléchir n'aurait jamais pu le mener à de telles prévisions! Facile de les trouver évidentes maintenant qu'elles ont eu lieu! Il éluda le fait que, peut-être, son malaise avait provoqué la petite Apocalypse de Solar Building, certain que ce n'était pas le moment d'en rajouter. Ulrich ne fut pas de cet avis et cracha:

- Nous étions encore tous les deux sur Terre. Nous aurions peut-être pu tenter quelque chose pour éviter tout ça. Mais tu as préféré écouter une voix sortie de nulle part. C'est toi qui nous a mené ici, sans réfléchir aux conséquences, alors que ça, c'est ton rôle. Depuis le début, tu n'acceptes que les plans dont tu ne sais rien. S'il devait arriver quelque chose à un de mes amis, je t'en tiendrai responsable".

Sur ce, le samouraï se releva et planta là le génie, assommé par ce qu'il venait d'entendre. Lui... Responsable? C'était sans doute vrai, mais... Mais lui non plus ne voulait pas perdre ses camarades! Il n'était pas Belpois, il n'allait pas sacrifier quoi que ce fût pour la victoire! S'il trouvait effectivement une part de vérité dans les paroles d'Ulrich, il ne les trouvaient pas franchement juste... Sans doute était-il aussi fatigué.

- Un problème avec tes troupes?"

La voix d'Elisabeth ne lui avait jamais paru aussi amicale.

Il se retourna vers elle. Son bras cassé était soutenu par une écharpe noire étroitement bandée. Sa joue était protégée par un pansement et quelques points de suture ornaient sa tempe gauche. Elle avait dégagé son visage, sa masse de cheveux noirs retenus en arrière par une haute queue-de-cheval aux reflets violines. Mais le plus surprenant était sa nouvelle tenue: elle avait troqué son ensemble de combattante contre un simple jean légèrement poussiéreux et un fin T-shirt noir. Ses épaules étaient couvertes par une chemise à carreaux mauve . Jérémie ne put s'empêcher de sourire. C'était la première fois qu'il avait l'impression de voir une adolescente en Elisabeth. Certes, ce n'était pas sa Sissi, mais tout de même... A une différence près, le fourreau du Weregun était toujours accroché à sa ceinture, occupé par le mystérieux pistolet. Curieusement, cette vision n'effraya plus autant l'adolescent. Il avait vu suffisamment d'armes à feu dernièrement pour ne plus trembler. Cependant, impossible de dire s'il s'agît d'une bonne chose ou non.

Elisabeth se laissa glisser contre le muret et ramena ses jambes contre son torse pour y déposer son bras blessé. Jérémie soupira.

- Rien, un petit désaccord... Le choc de l'après-bataille, j'imagine".

La jeune femme eut une petite moue entendue. Sans doute avait-elle déjà eu à faire face à ce genre de contrariété...

- Comment vas-tu? Soulagée par la victoire?" Tenta Jérémie sans vraiment réfléchir. Il craignit un instant de se faire rejeter, mais Elisabeth répondit sur le ton de la conversation:

- Ce n'est pas réellement fini... Nous avons coupé la tête du monstre, maintenant il faut nous débarrasser de sa carcasse. Les gens ont encore peur, mais demain ils sortiront et exigeront des comptes. Il faudra décider de ce qu'il adviendra du monde. Un trône ne peut rester sans Roi bien longtemps..."

- Et tu l'occuperas?"

La jeune femme leva un sourcil incrédule, comme si Jérémie venait de lui annoncer que le Père Noël existait. "Regarde autour de toi. Des quartiers détruits, des familles dévastées... La liberté aura coûté cher. Dans l'esprit de tous ceux qui ont perdu quelque chose sans forcément le vouloir, et crois-moi ils sont nombreux, je suis responsable. Il va y avoir de la colère à gérer, des craintes à rassurer. Je ne suis pas la mieux placée pour le faire. Au pire, on ne me trouvera jamais assez légitime, au mieux on me demandera plus que je ne pourrai donner".

- Mais tu ne veux pas faire les choses jusqu'au bout? Je veux dire, tu as devant toi ce que tu as toujours voulu, non?"

Elle secoua la tête en posant son crâne contre les pierres. Son regard se perdit dans l'horizon dévasté. "Je t'ai déjà dit de ne pas te méprendre. Si la mort ne m'avait pas touchée de près, je ne pense pas que je me serais engagée dans la résistance. Je n'ai pas agi par idéologie, mais par colère. Si mon but a coïncidé avec la justice, ça n'a été qu'un hasard. Bien sûr, je ne suis pas contre tout cela, mais ce n'était pas mon premier intérêt. Je ne me fais pas d'illusion, j'ai été guidée par la vengeance. Et toi et moi savons quel genre de chef naît de ce genre de ressentiment, nous l'avons eu devant les yeux".

Jérémie hocha la tête, pensif et admiratif. Lui n'était pas sûr d'avoir le courage de refuser le pouvoir quand il se présentait aussi ouvertement. Ni lui ni sa version maléfique ne l'avaient eu, au fond.

Soudain, Elisabeth claqua des doigts, les yeux illuminés. "Oh, j'oubliais! Des hommes m'ont ramené vos effets personnels. Ils étaient encore intacts, cachés dans la gare".

Elle sortit le petit cellulaire de sa poche et le tendit à Jérémie. Il resta fixe à le regarder, un peu étonné. Il était purement émerveillé par le commun de l'impeccable objet. Quelque chose de parfaitement normal dans un cadre extraordinaire. Les nerfs du jeune homme étaient décidément mis à rude épreuve... Il rit de bon cœur en récupérant son téléphone. Elisabeth eut la bonté de ne pas relever. A la place, elle attendit que Jérémie retrouvât ses esprit et retourna à l'observation des ruines.

- Qu'est-ce que vous allez faire, maintenant?"

Le génie se figea, pris de court autant par la question que par l'absence de réponse. Jusque là, il n'avait pas eu à y songer, Solar Building requérait toute son attention... Mais maintenant que le bâtiment était bien détruit avec tous ses secrets, qu'avait-il à faire? Retourner aux scanners? Ne serait-ce pas inutile, maintenant que l'attirail informatique de Belpois n'était plus qu'un tas de cendre? Une sourde horreur le saisit. Dans leur hâte, les Lyoko-Guerriers avaient détruit leur chance de sortie... Ou tout du moins la seule qu'il devinait. La voix pourrait-elle seulement les contacter?

Etaient-ils bloqués?

BIP. BIP. BIP

Jérémie sursauta. La petite machine, lovée au creux de sa paume, vibrait en chantonnant doucement, tel un oiseau messager. Fatigué de devoir tout anticiper, l'adolescent se laissa porter par l'appel et décrocha. Le cellulaire contre son oreille était encore chaud, et presque doux.

- Allô?"

- Tu es toujours vivant. A vrai dire, je n'aurai pas parié mon existence là-dessus. Félicitations".

La voix. Juste quand il se demandait comment continuer leur mission. La coïncidence ne le surprit même plus. Au contraire, le seul sentiment qui le frappa était la colère.

- Vous nous avez envoyé dans une mission que vous saviez aussi périlleuse!" Accusa le jeune homme en se redressant. "Vous saviez ce qui nous attendait!"

- Pas tout à fait. Qui sait ce qui se cache dans l'esprit des autres, hm?"

Jérémie se radoucit, la culpabilité d'avoir pu créer un monde aussi chaotique le reprenant. "Alors, c'est... C'est vraiment moi? Tout ça?"

- Pas totalement, si cela peut te rassurer. Ce n'est qu'une part de toi. Ce sont tes doutes. Mais tu t'en es bien sorti, encore une fois".

- Comment est-ce possible? Vous avez lu mon esprit?"

- Pas moi. En fait, je crois que je vis au milieu de données vous concernant tous les cinq. Quand j'ai ouvert pour la première fois les yeux, j'ai vu autour de moi tout ce qu'il y avait à savoir sur vous. Vos doutes, vos amours, vos peurs, vos joies, tout m'a envahi à une vitesse que je n'ai pu contrôler. D'abord, j'ai été trop submergé pour me demander pourquoi. Il m'a fallu du temps pour apprendre à maîtriser le flux continu et changeant d'information. Puis j'ai vu ces données se modéliser, prendre un visage, un corps, parler, sentir, respirer, penser. J'ai vu ces êtres naître alors qu'un sol se créait sous leurs pieds, qu'un ciel s'étendait au-dessus de leur tête. J'ai vu des univers se créer devant moi. Quand une nouvelle information sur vous arrivait, soit elle s'ajoutait pour compléter le monde en construction, soit elle dynamitait le chantier en cas d'incompatibilité".

- Vous avez vu les prémices de Solar Building?"

- Oui, ainsi que d'autres mondes. Je n'ai pu ni empêcher, ni améliorer leur évolution. Je ne pouvais qu'être un lointain et muet témoin. Puis, enfin, quand un monde semblait mûr, je voyais une force s'y nicher, puissante, inquiétante. Elle glissait partout, s'insinuait dans l'air, l'eau, la terre, les corps, et d'un coup elle donnait vie à tout. Chaque humain, chaque animal se mettait d'un coup en mouvement, comme s'ils n'avait jamais été interrompus, comme si quelque chose s'était passé avant, inconscients qu'un instant auparavant, ils n'étaient que des coquilles vides"

- Cette force... C'était XANA?"

- Oui. Je pense également qu'il est l'artisan derrière ces mondes. Il les a créés à partir de vos doutes. Ce sont des royaumes qu'il n'espérait pas vous voir parcourir. Vous n'auriez jamais pu le détruire sur Terre s'il subsistait ailleurs, alors il s'est fondé un monde où il pouvait se réfugier pour reprendre des forces et étudier l'humanité. Mais visiblement, ça n'a pas dû lui suffire, car il a ajouté d'autres univers, dans lesquels il ne pensait pas vous trouver un jour. C'est pourquoi j'ai décidé de vous y emmener. Vous n'arriverez jamais à rien si vous ne libérez pas ces mondes de sa présence. Je vous y guiderai à chaque fois, mais faites attention. Le pire ennemi de l'homme, c'est lui-même. Ce que vous allez trouver pourrait être plus dangereux que vous ne le pensez"

- Et quand nous aurons tous passé notre épreuve..."

- Je vous mènerai à moi. Dans mon monde, celui de XANA. De là, vous le détruirez, et ensuite vous irez sur Terre terminer le travail. Définitivement. Totalement".

Définitivement. Totalement. Ces mots prirent Jérémie de court. Il avait toujours souhaité venir à bout de son ennemi, mais entendre d'un coup que la conclusion était si proche... Tout allait trop vite. Il passa sa main sur sa tempe en essayant de canaliser la tempête de pensées et de questions qui l'assaillit.

- Pourquoi ne pas me l'avoir dit dès le début?"

- Le temps manquait. Je ne pouvais laisser tes amis dans l'inconscience trop longtemps. Il fallait que tu les rejoignes rapidement pour que je puisse vous diriger ici. De plus... Je me figurais qu'il valait mieux que tu comprennes par toi-même. Je te l'ai dit, je ne peux que vous aiguiller. Le reste, c'est votre travail. Et il faudra que vous tiriez des leçons de chaque épreuve. Crois-moi, vous aurez besoin de devenir plus forts. Les faiblesses et les divisions n'ont pas de place dans une lutte contre soi-même. Ne vous perdez pas en chemin, peu importe ce qui vous attend".

Jérémie eut un rire jaune. Se perdre... Il soupçonnait que le choc de la bataille finale eut éloigné Ulrich. Et ses amis n'étaient pas stupides, ils allaient comprendre... Cette certitude l'effraya. Comment allait-il gérer une équipe qui risquait à tout moment d'exploser?

- Tu es du bon côté de la barrière, Jérémie" Osa la voix d'un ton légèrement trop compatissant pour une entité insensible. Le génie sourit, mi-rassuré, mi-amusé. "Tes pensées me sont parvenues?"

Un petit rire triste tint lieu d'unique réponse. "N'oublie pas ce que je viens de te dire. Il te faudra au moins ça".

Jérémie se sentit un peu mal à l'aise. Il ne savait pas trop pourquoi. Par réflexe, il se hâta de changer de conversation: "Comment allons-nous battre XANA, à la fin? Je veux dire... Tu n'as pas l'air d'être sur Lyoko, alors ce ne sera pas comme d'habitude, n'est-ce pas?"

- Pas exactement, en effet. Je ne suis pas certain d'avoir tout compris à ce sujet, mais quand XANA infestait un monde, il se matérialisait également par le biais de quelque chose, un objet unique dans l'univers. C'est comme un aimant ou un phare, tant que cette chose demeure dans un monde, XANA pourra toujours s'y rendre sans encombre. Il semblerait que pour ton petit jardin secret, ce soit le Weregun. Il te faudra partir d'où tu es avec cette arme, je la récupérerai en vous envoyant à votre prochaine étape. Une partie de votre bataille finale consistera à détruire chaque part de XANA avec la relique récupérée. Ce serait encore un peu long à expliquer, donc ne t'inquiète pas encore de cela. Une fois de retour sur Terre, vous n'aurez plus qu'à vous occuper de votre virus. Pour ce faire, vous effacerez toutes les données sur le projet Hopper. Sans exception. Pas de copies. Rien ne doit rester. Ensuite, vous éteindrez le Supercalculateur et lancerez un Retour vers le Passé. Tout sur XANA et Lyoko sera perdu, et vous aurez gagné".

- La Terre!" Se souvint soudain Jérémie. "Notre absence... Elle a dû être remarquée..."

- Non. J'ai figé le temps là-bas. Votre planète est en pause, comme le sera chaque monde après votre passage. Cela permettra d'éviter que XANA puisse s'y intégrer de nouveau à la faveur d'une inattention. Il ne peut agir que si quelqu'un l'active, alors il ne pourra survivre dans un milieu immobile. Vos proches sont à l'abri... Pour le moment. Si vous ne revenez jamais, le cours des choses ne reprendra jamais sur Terre. Pour ma part, je peux seulement geler le temps. Je n'en sais pas assez pour le manipuler de façon plus complexe. Le seul moyen de faire repartir le temps est un Retour, alors ne traînez pas trop en chemin".

Jérémie hocha lentement la tête, effrayé par l'éventualité que, peut-être, leur monde resterait figé pour toujours. Certes, ils avaient toujours plus ou moins risqué sa survie à chaque mission, mais... Mais l'idée des rues qu'il avait si souvent arpentées bloquées sur le moment de leur départ pour Solar Building était glaçante. C'était pourquoi ils devaient gagner. Ils allaient devoir venir à bout de XANA, une fois pour toutes. Le retour en arrière n'était clairement plus envisageable. Ils étaient les seuls à pouvoir...
Les seuls. Une minute...

- Tu as dit qu'il faudrait effacer toutes les données sur XANA et Lyoko... Mais notre mémoire, ce sont aussi des données là-dessus!"

- C'est hélas la contrepartie. En effet, détruire XANA dans un monde infesté équivaut à pointer un pistolet chargé vers vos souvenirs. Cependant, le tir ne partira vraiment qu'une fois le Retour vers le Passé déclenché. Après, vous ne vous souviendrez de rien".

Le génie eut le souffle coupé un instant. Son cœur rata quelques battements. "Aelita..."

- Elle sera toujours sur Terre, mais tu ne sauras plus d'où elle vient. Vos instants passés à parler de sa vie sur Lyoko disparaitront de vos deux mémoires, et comme ce sont les fondements de votre relation, ils entraîneront votre amitié dans l'oubli. Il en va de même avec tes amis, la genèse de votre groupe n'aura plus lieu d'être. Ce sera à vous de renouer les liens perdus, si vous y parvenez. J'en suis navré, mais il n'y a aucune autre alternative".

Il serra le bord de sa manche au creux de son poing. Perdre Aelita... Recevoir mille coups de couteaux aurait été moins cruel. Les larmes vinrent lui brûler les yeux. Il ne pouvait le permettre... Il ne pouvait laisser cela arriver! Pas sa princesse... Il allait envoyer leur relation dans un mur, et rien ne pouvait l'éviter... Ses idées prirent la forme de la jeune femme aux cheveux roses, mais pour la première fois, cette pensée ne le réjouit pas. L'inéluctable s'imposa dans son esprit et lui tordit le ventre de détresse.

- Jérémie, il faut que j'y aille"

Il ne pouvait pas davantage se désintéresser de la voix qu'en cet instant. Pourtant, il se força à se concentrer et essuya une larme vagabonde. Il était le chef. Il avait emmené ses amis dans ce bourbier. Il allait assumer. Le reste... Le reste viendrait en temps et en heure. S'il arrivait à s'en convaincre.

- Comment fait-on, maintenant?"

- Allez à la salle des Scanners d'où vous êtes venus. Je me charge du reste. N'oublie pas le Weregun, surtout".

Un bip conclut la phrase. Jérémie garda toutefois la machine contre son oreille quelques instants. Le son répété lui parut lointain alors que ses pensées devenaient lourdes, trop lourdes. Il se sentait comme dans un train lancé à pleine vitesse vers un précipice, toutes commandes bloquées, toutes issues fermées. Les paysages filaient trop vite autour de lui, il était nauséeux, migraineux, engourdi et surtout, surtout, impuissant.

- Est-ce que tout va bien?"

La voix d'Elisabeth le ramena à la réalité pour la deuxième fois. Il avait oublié qu'elle était là. Un peu confus, il balbutia de vagues mots d'excuse et baissa le téléphone. Mais aussitôt posé sur ses genoux, l'objet attira à nouveau toute son attention. Jamais il n'avait remarqué le pouvoir hypnotisant de cette machine...

- De mauvaises nouvelles?"

Jérémie leva les yeux vers la combattante. Elle avait la tête penchée sur le côté, sa haute queue-de-cheval dansant contre ses joues. Des cernes noires vieillissait son visage. Ses yeux arboraient une légère teinte de rouge. La culpabilité pointa à nouveau son nez dans l'esprit du jeune homme. Toutes les horreurs qu'Elisabeth avait dû traverser étaient, quelque part, de sa faute.

- Ho hé?"

Ah oui. Répondre.

- Un peu... Je crains de devoir perdre mes amis durant mon voyage, de bien des manières, et aucune n'est réellement évitable".

Elisabeth eut un petit regard désolé. "Je me suis dit la même chose, au début. Qu'à laisser Nicolas m'accompagner, ça allait mal finir... Et tu vois, je n'avais pas tort. Enfin, pour lui".

Jérémie hésita un instant, incertain de la façon dont il devait traiter cette confidence. Il tritura un peu ses doigts, puis osa enfin poser la question qui lui brûlait les lèvres.

- Et comment as-tu surmonté cette peur, finalement?"

La jeune femme eut un étrange sourire. Elle leva les yeux vers les ruines environnantes et, pendant un instant, eut une expression d'attendrissement.

- Je ne l'ai jamais surmontée. Mais il y avait des indices. Dans ses gestes, ses paroles. Il me disait sans un mot qu'il ne permettrait jamais que je cesse ma quête pour le protéger. Nous voulions la justice, et si j'étais prête à tout, lui aussi. Il aurait été insultant que je refuse son sacrifice, puisqu'il me le donnait de son plein gré".

Sa voix se perdit dans les aigus. Elle toussa vigoureusement. "Tu ne sais pas encore grand-chose de la perte, Jérémie Belpois. Mais une fois l'heure venue, ne détourne pas tes yeux de tes alliés. S'ils le sont vraiment, et qu'ils partent assurés que tu ne rendras pas leur mort vaine en abandonnant, alors ce sera plus facile".

Jérémie aurait tant voulu la croire, mais il ne savait pas comment faire. Elle avait peut-être raison. Peut-être ne savait-il encore rien.

- Belpois, lui, n'a pas voulu abandonner. Il était plus courageux que moi".

Il se rendit compte trop tard qu'il n'avait pas seulement pensé cette phrase et se maudit. Mais Elisabeth se contenta d'hausser les épaules.

- Il n'a pas agi avec intelligence, tu veux dire. Accepter de reporter la bataille finale dans le lieu le plus important de son règne... Je ne pense pas qu'il avait prévu de se défendre à la fin. Sans doute a-t-il juste eu une charge d'adrénaline à la dernière minute..."

Il était vrai que sa dernière phrase avait sonné bizarre... Comme si finalement, la reddition ne lui paraissait plus acceptable... Mais non. Il était Belpois, l'ancien aître de Solar Building, il avait prouvé son intelligence par le passé. Quand ils étaient encore dans le bureau, il avait eu tout le temps de réfléchir à un plan de secours bien moins risqué, alors pourquoi? A moins qu'on ne lui avait ordonné de se rendre, et qu'une fois face au Supercalculateur, il avait préféré la rébellion... Et s'il avait vraiment été contrôlé par XANA?

- Jérémie!"

Le génie n'eut pas le temps de comprendre qu'une tornade rose se jeta sur lui. Il reconnut aussitôt la tignasse rose d'Aelita, chatouillant allégrement son nez. Mais il ne s'en offusqua pas, submergé par une vague de soulagement. Sa princesse allait bien... Il lui rendit son étreinte.

- Ulrich m'a dit que tu t'étais réveillé, je suis si heureuse, j'étais si inquiète, je..."

- Eh là, eh là, laisse-moi respirer!" Répondit-il en riant. A vrai dire, il se sentait largement capable d'endurer sa brûlure à la gorge, si cela lui permettait de garder Aelita contre lui un petit moment. Il repensa à ce que lui avait dit la voix. Perdre sa princesse... Quel genre de chevalier pouvait-il bien être, pour oser ne serait-ce qu'y songer? Ce ne pouvait être la seule possibilité! Cette voix ne savait pas tout, elle l'avait déjà plus ou moins dit... Peut-être ignorait-elle tout simplement la solution qui lui permettrait de conserver sa protégée! En tout cas, il ne se sentait pas prêt à se séparer d'elle. Et qu'on lui vînt en aide, car il ne le pourrait sans doute jamais.
Il se sépara d'Aelita doucement, encore hilare. La jeune fille partageait son rire, mais s'interrompit aussitôt en fixant sa gorge. "Ce qu'elle est rouge..."
Jérémie eut un moment de flottement. Il ne pouvait tout de même pas dire à son amie qu'à son réveil, son premier réflexe avait été d'essayer de s'étrangler! Mais Elisabeth choisit ce moment pour intervenir, au grand soulagement du garçon:

- Belpois s'est acharné sur lui, ce sera encore un peu irrité pendant quelques temps. Il faudra faire attention" La fin de sa phrase se fit sur un ton entendu. Jérémie rougit sans trop savoir pourquoi tandis qu'Aelita gloussa doucement en approuvant d'un signe de tête. Elle se cala sur ses genoux et annonça, toute joyeuse:

- Odd s'est réveillé il y a quelques minutes. Vous étiez les derniers dormeurs. Je suis si contente que tout se finisse bien!" D'un coup, elle parut gênée. Elle joua un peu avec ses doigts avant de reprendre:

- Mais... Mais tu sais ce qu'on va faire, maintenant? N'est-ce pas?"

Jérémie remercia intérieurement l'excellent timing de l'appel de la voix et adressa un sourire rassurant à Aelita. "Oui. Nous retournons à notre point de départ. La prochaine étape nous attend. Il faut prévenir les autres, je vous explique tout en route!"

_____________________________________________________________


- Alors comme ça, on va aller à une sorte de... Chasse au trésor?" Résuma un Odd encore un peu chancelant, mais nettement plus coloré qu'à son réveil. Il aurait de toute façon été difficile d'être plus blanc que le plâtre de la maison en ruines. Il se laissa tomber contre la paroi d'un scanner en soupirant. Les Lyoko-Guerriers avaient constaté avec bonheur que le passe-monde était intact et grand ouvert, une lumière bleue invitant les adolescents à entrer. Toutefois, une réunion au sommet s'était naturellement imposée.

Ulrich n'avait pas décroché un mot de toute l'explication, se contentant de quelques regards désapprobateurs, tandis que Yumi gardait la tête baissée, plongée dans ses pensées. Jérémie avait tâché de tout expliquer le plus clairement possible, conscient que la fatigue commençait à attaquer ses troupes. Il avait seulement omis de leur expliquer l'origine de ce monde... Et sans doute de ceux à venir. Il n'avait pas la moindre idée de la façon dont on abordait un tel détail. Un ami contre lui, c'était déjà suffisant. Sans doute que le samouraï le tuerait pour de bon s'il apprenait. Il valait mieux repousser l'échéance... Autant que possible.

- Oui, c'est à peu près ça" Répondit-il en hochant la tête. "Un objet par monde, qu'on retournera contre notre ennemi à la fin".

- Alors botter les fesses de XANA n'est pas suffisant?" Nota Aelita, songeuse. "Que peuvent représenter ces objets, si l'issue de cette mission en dépend?"

- Je ne sais pas" Répondit le chef. "Mais je suppose qu'on finira par le découvrir. Sans doute que le Weregun n'aurait pas eu à exister si XANA n'était pas venu hanter ce monde, et comme il faut effacer toute trace de lui... Peut-être qu'on ne pourra détruire l'unique lien entre le virus et un univers qu'une fois avec la voix..."

Le groupe approuva, à la fois confus et passif. Personne ne semblait avoir ni de meilleure théorie, ni de motivation pour en monter une. Alors qu'importait. Cela attendrait.

Un silence songeur se posa dans la pièce. Jérémie scruta avec anxiété chaque visage, chaque ride, s'attendant à ce que l'un d'eux finît par comprendre. Son cœur se serra alors qu'Aelita lui tint la main avec force, dévisageant le scanner d'un air inquiet.

Finalement, ce fut Odd qui coupa le silence par un petit rire. "Mais dites, pourquoi on fait des têtes pareilles? On s'est débrouillés comme des boss, non? On a affronté des monstres géants et nos doubles! On a gagné!"

- Ca ne va peut-être pas continuer" Répliqua Ulrich en haussant un sourcil. Mais le plus jeune n'en eut que faire.

- Peut-être que si. Sérieux, vieux, je ne te connaissais pas si rabat-joie! Ce n'est pas parce qu'on met plus en jeu cette fois que..."

- Si, justement, si!" S'exclama Ulrich d'un coup. Il sembla réaliser l'ampleur de sa réaction et se massa les tempes dans une faible tentative de se calmer. "De toute façon, on a pas le choix, hein Einstein? Alors allons-y. Plus on discute, plus on prend le risque de bloquer la Terre pour de bon".
Le chef hocha à nouveau la tête. Il réfréna un réflexe pour se racler la gorge et se tourna vers Elisabeth. La jeune femme les avaient accompagnés jusqu'à la salle des scanners et les attendaient, adossée à l'entrée. Ils se regardèrent un instant, un éclair de compréhension passant dans leurs yeux.

- Bon, eh bien... C'est le moment..." Lança-t-il, incertain. Il pensa au Weregun, mais la jeune femme le devança. Elle défit son fourreau et le tendit au génie.

- Tu en auras peut-être plus besoin que moi" S'expliqua-t-elle avec un petit sourire. Cependant, alors que le jeune homme posa sa main sur l'arme, elle reprit à voix basse: "Ca aussi, la notice du Weregun me l'a dit. Je ne sais toujours pas qui tu es vraiment, mais tu devais venir nous aider".

Il devait venir... Ou voulait-il venir? Si ce monde était le fruit de son esprit, il ne serait pas étonnant qu'il eut été conçu pour sa convenance... A moins que cette arme était l'œuvre de la voix... Elle n'avait pas pu contribuer à la création de ce monde alterné, mais elle était peut-être le scientifique créateur du Weregun...

Il soupira, amusé par lui-même. Il ne pouvait donc s'empêcher de penser...
Il saisit l'objet et le tendit à Yumi. "Garde-le. La voix m'a dit qu'il était tien parce que tu l'as utilisé".

La japonaise hésita un instant avant de prendre son cadeau. Elle le fit tourner entre ses doigts, mi-fascinée mi-effrayée. Jérémie pouvait aisément deviner pourquoi. Belpois ne quittait pas non plus son esprit. Finalement, Yumi remercia Elisabeth d'une petite moue et accrocha le fourreau à sa ceinture. L'ex rebelle se redressa et tendit sa main vers Jérémie d'un geste solennel.

- Bon voyage à vous". Le génie accepta sa main, heureux qu'il n'y eut pas plus d'effusion. Il attendit que chacun de ses amis eurent salué Elisabeth, puis ils entrèrent tous les cinq dans le scanner. Aussitôt au complet à l'intérieur, les portes entamèrent leur fermeture. La combattante ne les quitta pas des yeux jusqu'à ce que la tombe se fût clôturée. Jérémie eut un étrange sentiment alors que la lumière bleue le caressa. Il ferma les yeux, concentrant toute son énergie sur la main d'Aelita toujours fichée dans la sienne. Une peau si douce qui, sans qu'il ne comprît pourquoi, parvenait toujours à le calmer.

Pourtant, à la dernière minute, juste avant que son esprit ne retournât en plein brouillard, il revit son visage angélique, ses boucles roses, son sourire chaleureux. Mais, pour la seconde fois en peu de temps, le sentiment qui leur était associé n'avait rien d'agréable. Il se sentait comme perdu dans un paysage à la fois naturel et artificiel, beau et inatteignable, réel et imaginaire.

Ces images ne lui inspirèrent que de la pure solitude.

___________________________________________________________


C'est sur ce quasi-cliffhanger que se conclut la saison 1! J'en profite pour vous remercier de votre intérêt et de votre suivi, cela est extrêmement motivant et gratifiant! J'ai hâte de pouvoir lancer prochainement (on y croit tous très fort), la saison 2! Sauriez-vous deviner qui en sera la principale victime?
A très bientôt, et passez un bon début d'automne!
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 28 Sep 2014 17:44   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Bien, c'est ton tour de recevoir ton comalarrache, aussi nommé "commentaire à la Icer" parce que j'ai envie de retourner travailler sur mes propres écrits. Mr. Green

On commence donc avec Jérémie qui veut se suicider, ahaha. On peut voir ça comme une toute petite part de Belpois qui subsiste en lui, si on a le sens de la métaphore, sinon on se fout de sa gueule.
Ensuite, Jérémie se prend un Ulrich sauvage dans la poire. C'est moche. Ulrich est vraiment un connard, dans ce monde comme dans les autres, gnihihihi. Voir Jérémie dire à Elisabeth "c'est ce que tu as toujours voulu" alors qu'ils sont dans un champ de ruines m'a tiré un sourire.

J'aime toujours autant ton style descriptif, qui s'est cette fois retrouvé dans la Voix et sa description de comment les mondes naissaient et étaient pervertis par XANA. Eh oui, la Voix sera le principal sujet traité par ce com-éclair...donc déjà, on sait que ce n'est pas XANA, et ça ne semble pas non plus être FH. Alors du coup, c'est probablement une entité inconnue. Qui a le pouvoir d'apparaître quand on parle d'elle (not bad) et surtout, qui nous montre qu'elle est puissante, étant donné qu'elle est capable de stopper le temps. Carrément. Ah et sinon elle semble craindre un peu XANA puisqu'elle parle de "Sa survie". Sous-entendu, elle peut mourir, donc quelque chose peut la tuer, et le méchant c'est XANA non? (a)
Et on en vient au mode de destruction de XANA. C'est original, ça me rappelle la fin de A&O : le méga RVLP qui gomme tout. Evidemment, il implique qu'il y ait un prix à payer, c'est à dire plus de bande. Okay soit. Mais un point me turlupine. La Voix ne l'a pas dit explicitement mais elle semblait sous-entendre que Aelita aurait leur âge. En tout cas, elle ne précisait pas que sans Lyoko, Aelita aurait une vingtaine d'années, puisqu'elle a pas passé une partie de sa vie au stade de programme...
En conclusion tout aussi à l'arrache : Jérémie est marrant à penser déjà à un plan B alors que le plan A n'est pas près de se réaliser...
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Robin2553 MessagePosté le: Lun 13 Oct 2014 22:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 135
Localisation: Sur une hyper-surface que l'on appelle présent.
Comment, cela fait plus de 4 mois que je ne suis pas venu commenter ici ? Intolérable ! Je régule ça de ce pas. Surtout qu’on ne peut pas dire que tu ais chômé (contrairement à moi ^^) j’ai donc pas mal de truc à dire.


En premier lieu, je voudrais régler ce petit malentendu sur mon dernier commentaire. Je ne critiquais en rien le développement des personnages secondaires qui me satisfait d’ailleurs tout à fait. Non, je ne faisais que remarquer la présence du bon vieux cliché qui consiste à rendre les fameux « militaires » pourtant si menaçant complètement useless face aux méchants (on pouvait supposer qu’ils s’étaient fait atomiser par les alters) tandis que les rebelles arrive très bien à s’en sortir avec 10 fois moins d’entrainement 100 fois moins d’effectif, et 1000 fois moins de matos. Mais, comme je l’ai déjà dit, je ne te le reproche absolument pas. D’une parce que cette « écart » à la réalité était nécessaire pour la construction de l’excellent univers de Solar Building, de deux parce que comme le dit si bien Quater à ce niveaux de détail c’est du chipotage qui n’a pas lieu d’être dans une fiction comme la tienne, et de trois parce qu’en fait t’as réussi à me prendre à mon propre jeux et à rendre de tels clichés parfaitement logique dans le contexte de ta fiction (j’y reviendrais).



Ceci réglé, passons aux commentaires des nouveaux chapitres :

Bon, déjà aux niveaux du style en lui-même je passe très rapidement parce que de mon point de vue de novice dans la langue française il reste excellent, même encore mieux : adapté au contexte. En effet, balancer 36 métaphores à la seconde décrivant différent sentiment chez nos héros ou la manière imagé dont il perçoit leur environnement appuis le sentiment de perdition face à des événements/choses qui les dépassent tout en mettant du rythme dans le récit sans pour autant le rendre trop lourd. Il en résulte que l’histoire est ainsi plus prenante et intéressante à lire et surtout que nous avons une bonne part de psychologie intimiste qui n’est pas pour me déplaire.

Ce qui m’a particulièrement plus par contre (et tu t’en doute certainement ^^) sont les explications sur les origines de la voix et des mondes alternées. Comme on pouvait s’en douté, tu as délaissé ce bon Everett et ses état quantiques superposée pour quelque chose de plus attirant du point de vue de la fiction. Avec des lois cadrées pour les confrontations qui font le cœur du récit et même ses petits MacGuffin personnalisés. Mais encore mieux : comme je le disais plus tôt tu m’as eu à mon propre jeux. Effectivement, les univers ainsi créé ne sont justement pas la réalité mais la réalité telle qu’elle est perçut par des adolescents, c’est leur monde à eux, pas le nôtre aussi toute comparaison avec notre propre civilisation dans toute sa complexité n’a pas lieux d’être. A bas les armes capables d’exploser une cible depuis derrière l’horizon, la supériorité inhérente de notre armement face aux monstres enfantins de XANA, ou le bordel international qui aurait suivi la prise de contrôle d’une puissance nucléaire par un binoclard mégalo, tout ça n’existe pas dans les mondes alternées.
La « guerre » y est ici vécut comme l’imagine les adolescents, d’homme à homme, ce qui est aussi la forme la plus facile à exécuter efficacement dans un récit Cool. Et qu’un cadre de ce type réussisse ainsi à justifier de manière cohérente ses propres clichés normalement inévitable, pour moi c’est une première. Le seul bémol que je pourrais trouver ici est que rétrospectivement, la voix était bien trop dure avec Jérémie dans les premiers chapitres. En effet, si on en croit les explications qu’elle a données, les Lyokoguerrier n’y été finalement pour rien, et n’avait aucun moyen de savoir. Le personnage en lui-même par contre à su captiver mon intérêt pour ses origines. En espérant en voir un peu plus dans les prochains chapitres.

Aussi, comme tout le monde ici, je note que les combats se sont considérablement améliorés. Bon, il y a encore un ou deux mouvements qui ne serait pas très logique si porté sur un support visuel, mais à ce stade c’est réellement du chipotage. Le fait étant qu’on voit bien l’action, et qu’il y a une logique globale à celle-ci, ce qui en complément avec ton style n’est pas désagréable à lire.

En revanche, tout comme Zéphyr, j’aurais quelque remarque sur le dénouement en lui-même. Tout d’abords, pourquoi être si protectif envers un simple écran ? Je veux dire, au mieux c’est un simple terminal qui déchiffre des informations en temps réel, au pire une simple pièce de hardware comme l’écran sur lequel j’écris ses lignes. Au final donc, rien d’irremplaçable, surtout pour un type qui aurait tout un pays à sa botte et bâtit une cité entière. Le supercalculateur quantique générant le monde dans lequel se trouve l’alter d’Aelita par contre c’est une autre paire de manche. Le fait de simplement abîmer la machine pourrait tuer la belle aux bois dormants de l’alter Jérémie, et pourtant, il les conduit quand même là-bas alors qu’ils ont la claire intention de le détruire ? J’ai peut-être manqué un truc mais pour moi là ça n’a pas de sens. Et aussi :

HOLY SHIT !!! Ils l’ont tué, ils ont tué l’alter d’Aelita parfaitement innocente en détruisant le supercalculateur ennemi. Paye ton héroïsme Mr. Green. Mais je constate que la vraie Aelita n’a pas flanchée, subtilités du scénario ou oublis de ta part ? Dans tous les cas, que cela est été prévu ou non, il y a des pépins dans la semoule de ce dénouement…
Pour ta défense cependant, à défaut d'être logique du point de vue de la fonction du matos informatique (dans un monde généré par l'esprit de Jérémie, quand même Mr. Green), ce retournement de situation était parfait d'un point de vue dramaturgique, ce qui après tout est l’essentiel dans un récit.





‘fin bref.

VioletBottle a écrit:
Oh, mais Belpois ne s'est pas laissé avoir, pas tout à fait... Le fait que tout t'ait paru assez cliché me plait, cela veut dire que j'ai encore un bon champ libre devant moi! Pareil pour XANA, il reste encore des révélations pour les saisons suivantes


*extrapolation mode on*

Hmmmm, perso je ne la sens pas cette « tentative » de suicide. Au-delà de la métaphore, dans les faits les Alters étaient des bouts de la personnalité des Lyokoguerrier à l’origine. Et je ne pense pas que le fait qu’ils s’évanouissent quand leur double est tué soit si anodin que ça. Affaire à suivre donc. L’on se retrouve pour le prochain chapitre (Si je ne me remets pas à jouer les flemmards Laughing)
_________________
"In memory of those fallen in the defense of Earth and her colonies. March 3, 2553"
http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/26/161026090536867351.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Belgarel MessagePosté le: Lun 20 Oct 2014 20:34   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
Robin2553 a écrit:
Comment, cela fait plus de 4 mois que je ne suis pas venu commenter ici ?
Non, seulement plus de 3 mois.
Moi, par contre…Belgaflemme (a)

De retour, donc, vers ce projet absolument colossal. Hé oui, je lis par à-coups, mais je ne me laisse pas distancer si facilement ^^"


Dans le chapitre 9, j'ai trouvé étonnante que les héros soient attaqués par les monstres. Et surtout, que Jérémie ne tire pas les conclusions nécessaires sur le déséquilibre des objectifs que cela impliquait dans la bataille. Étrange, vu que l'objectif d'alter-Jérémie était précisément de rencontrer son double, son égal.
À propos de ladite rencontre : https://www.youtube.com/watch?v=kDOlmcDIjMo
Bon, la solution de cet éventuel dilemme propre à remettre en question nos notions primitives de Bien et de Mal, c'est que Jérémie n'a pas rencontré Aelita, qui aurait addouci une nature trop carrée, mathématique, de génie maléfique. Ça colle pas trop au Jérémie que je connais, ni même à ce que je peux attendre d'un petit surdoué victime de harcèlement (à l'exception d'un Docteur Lenfer Razz ), mais c'est pas grave : ça passe. Bien que ça reste assez "cliché" et manichéen.

Les scènes d'action sont toujours dans le même style (avec le même genre de mêlées ou de gros gros monstres), mais bien plus détaillées. Du coup, en dépit du pdv interne qui ne permet pas d'avoir un point de vue global de la bataille, de savoir qui est où, fait quoi et comment ça se passe, au moins on vit bien la scène à l'échelle du personnage focal. Comme disait Ikorih, y'a du progrès ; mais le style et les objectifs différant de ceux d'Icer, il n'est peut-être pas pertinent de comparer.
Après, les scènes d'action, ça me passionne pas. Limite, dans le 9.2 j'avais envie de la sauter pour aller voir comment ça discutait entre Jérémie et Jérémie. Mais bon, conscience est mère de vanité Razz



Le chapitre 10, très riche en révélations sur la trame générale, mérite qu'on s'y attarde. Pour une raison en particulier : parce que j'avais absolument pas vu venir ces explications. Faut dire, pour moi "informatique" a un sens assez restreint, et l'idée que XANA puisse créer un multivers à volonté…quoique, je devrais me taire, j'ai écrit Code Univers Mr. Green
Citation:
En fait, je crois que je vis au milieu de données vous concernant tous les cinq. Quand j'ai ouvert pour la première fois les yeux, j'ai vu autour de moi tout ce qu'il y avait à savoir sur vous. Vos doutes, vos amours, vos peurs, vos joies, tout m'a envahi à une vitesse que je n'ai pu contrôler. D'abord, j'ai été trop submergé pour me demander pourquoi. Il m'a fallu du temps pour apprendre à maîtriser le flux continu et changeant d'information. Puis j'ai vu ces données se modéliser, prendre un visage, un corps, parler, sentir, respirer, penser. J'ai vu ces êtres naître alors qu'un sol se créait sous leurs pieds, qu'un ciel s'étendait au-dessus de leur tête. J'ai vu des univers se créer devant moi. Quand une nouvelle information sur vous arrivait, soit elle s'ajoutait pour compléter le monde en construction, soit elle dynamitait le chantier en cas d'incompatibilité
Niveau de MÉTA : 90%
Belgarel seal of approval.

Bon, la « bataille finale » contre XANA est annoncée un peu à la manière d'un jeu vidéo. À coups de récupération d'objets de quête notamment (aussi appelés McGuffins par Robin2553 Mr. Green ). Mais y'a un truc qui m'a fait tiquer :
Citation:
Ensuite, vous éteindrez le Supercalculateur et lancerez un Retour vers le Passé.
Heeuuuuuuu…Comment ? Si le SC est éteint…
Enfin, quoi qu'il en soit, l'idée de l'effacement de mémoire est géniale. Le thème, jamais exploité (en-dehors de CLÉ 24, ou d'autres Dysseriades), s'adapte parfaitement à nos héros et aux problématiques de l'épisode 95.

En dépit des révélations que contiennent ce chapitre, le statut de ton multivers est étonnamment flou, et et ça m'étonne de Jérémie qu'il ne se balance pas à lui-même un charabia d'hypothèses plus clair qu'un sybillin "l'origine de ces mondes"
Je m'explique : ces mondes sont-ils compris dans le Supercalculateur, ou un quelconque système informatique ? Cela expliquerait pourquoi XANA a pu les influencer. Pareil s'ils sont présents directement dans le cerveau / l'esprit de nos protagonistes. Mais si on suppose que le temps est "freezé" sur Terre, cela signifie qu'on se trouve dans un autre univers qui n'en est pas dépendant – généré comment ? Avec des tours ? Comment XANA y a-t-il eu accès ? Faut-il reprendre cette histoire de théorie des cordes en supposant que XANA s'est tapé des petits sauts dans le temps à la mode Steins;Gate ?
Je ne demande pas nécessairement de créer une explication vraisemblable ; mais que Jérémie ne se pose pas la question, et qu'il accepte tout simplement que XANA ait pu faire ça comme en claquant des doigts, c'est quand même un peu gros…

Et Robin est également plussoyable sur son "HOLY SHIT !!!" en réaction à la mort d'Aelita. Ceci dit, entre Yumi qui tire sur Belpois, Sissi qui perd tous ses Xanantis et les doubles maléfiques qui trouvent marrant de tuer des gens sans plus de prédispositions personnelles au massacre que ce que Belpois a pu lui-même engendrer, on n'est plus à ça près Razz






Petit Œil. Pas dit que tu le lises (vu le % de fautes signalées que tu corriges, j'y crois vraiment peu Mr. Green ), mais ça m'aide à avancer.
Spoiler


Hein ? Comment ? On me signale que ce commentaire n'est pas terminé ?
Monde 2, chapitre 1, donc.

TU ES MA DÉESSE !
L'Épilogue de Dix Ans Après (ma première fix) se terminait sur cette idée de monde/société dans un SuperCalculateur, et ça me tenait à cœur : alors, imagine ! reprise par VioletBottle, cette idée ne peut me donner que de la joie !
Toponymes, rituels, conseils des Anciens en mode heroïc fantasy…OUI ! Very Happy OUIII !!
Bon, par contre "évoluer", ça fait un peu Pokémon Razz

Sans blague, quelle meilleur monde pour notre petite elfe, la Gardienne de Lyoko ! ^_^
D'ailleurs, si un graphiste passe par là, on veut un fanart d'Aelita (Note : Ah ^^). Merde, quoi, y'a le mot "céruléen" dans la description, ça pète la classe !

Ensuite, rencontre tendue avec les autochtones. Ça fait toujours plaisir, surtout quand on n'a pas un TARDIS cheaté pour anihilier les différences de langage et de culture, qui sont le principal intérêt de ce genre de rencontres du bitième type.
La fin est juste un grand éclaircissement. Lyoko achevée, possiblement dans le futur, possiblement peuplée de formes de vie artificielles (même si tu suggères une forme de conception sexuéequi colle moins à l'hypothèse).
Oh, je sais ! Jérémie n'a jamais matérialisé Aelita, il l'a rejointe ! Et Yumi aussi ? Qu'en est-il des garçons, existent-ils seulement dans ce monde ?

Bref, c'est reparti, et tout ça est très excitant ! Smile


Spoiler

_________________
http://nsm04.casimages.com/img/2010/10/30//101030031134926107021414.png
http://imageshack.us/a/img545/1418/n6uz.png
http://imageshack.us/a/img266/4029/ck80.png
Premier commandement : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
Troisième commandement : Tout individu a droit à la vie
Quatrième commandement : Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 3 sur 7
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1807s (PHP: 77% - SQL: 23%) - Requêtes SQL effectuées : 21