CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
Code Lyoko : Scipio's Army
[MUSIQUE] Un monde sans danger - remix
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
[Fanfic] Le risque d'être soi
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] L'Engrenage
[Jeu VN] Travail d'équipe version 0.7...
LCDS, un discord Code Lyoko
[One-Shot] Soudain, la théière siffla.
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[One-Shot] Problème d'équilibre

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Willismine MessagePosté le: Jeu 17 Juil 2014 10:55   Sujet du message: [One-Shot] Problème d'équilibre Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 09 Avr 2014
Messages: 106
Localisation: Les deux mains dans le chocolat.
(J'avais envie d'écrire, hier. J'ai consulté ma liste d'idées sur CL et voilà.)

Petit texte qui ne devrait pas poser de soucis de scénario vu sa grande consistance. Si vous aimez le romantisme à l'ancienne, en quelques sortes (et le lyrisme excessif à certains endroits). Scènes choisies. Contient la Sam du dessin animé. Et si vous voyez des doubles-sens, il est possible que ce soit normal.

http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/soc14-11.png

xxx
Problème d’équilibre
xxx


Le soleil se couche sur le skate-park, et ce soir, il est bien parti pour la noyade. Le ciel saigne des larmes de rancœur, posé entre trois arbres au creux desquels il s’enfonce, entre les branches, comme un cœur arraché qui convulse et éructe ses derniers bouillons d’hémoglobine dans un lit de sérum physiologique. Le rouge se dilue dans l’eau, il s’estompe ; et les nuées s’en teintent telles des gazes. Et puis le cœur, le soleil – elle ne sait plus – sombre.

C’est ironique, parce que Sam n’a pas de cœur. Elle a conscience de son anormalité et elle s’en moque, ou plutôt, elle voudrait s’en moquer. Les papillons lui tournent autour comme autant de rêves dans un filet qu’elle écrase. Ça ne sert pas à grand-chose, de ressentir, lors d’un vol à l’étalage.

Personne n’a payé la facture d’électricité du mois dernier. Ce n’est pas très grave, puisqu’on est en été, et puis elle préfère partir, le soir, loin de l’espace confiné de sa chambre où de toute façon on ne la cherchera pas pour un autre motif que de choisir un témoin à son engueulade. Dehors, tout est calme pour les oreilles, et puis l’air est électrique. On la sent, la tension. La vie.

C’est un petit bout d’être libre puisque rien ne l’empêche d’aller ailleurs. Et pourtant elle reste, son skate sous les pieds.

Le vent qui siffle à ses oreilles et le délice d’un déséquilibre soudain que l’on rattrape de justesse. C’est bon, la pensée qu’une erreur lui aurait coûté une mauvaise chute… de la douleur et peut-être même une fracture. Elle roule sans protections, comme elle vit. C’est une armure qu’elle se réserve pour les grands jours.

Le danger. L’adrénaline. Le risque.

Et puis lorsqu’elle se retourne, une silhouette qui manque de lui faire perdre de sa maîtrise. Sauvant la mise après son faux mouvement, elle s’arrête en bas de la rampe et se laisse rouler vers lui. Il a le sourire des grands optimistes, mais il est assis seul sur un banc avec le menton posé sur ses poings et ça, ça ne trompe pas.

- Tiens, mais qui voilà ? Ce cher Dunbar…

Le garçon sursaute à son arrivée, à croire qu’il ne l’avait pas vue.

- On se connait ?

- T’es une star, tu sais… Renvoyé de Matheson pour avoir fait du zèle en amour, ça ne se voit pas tous les quatre matins.

Grimace du beau brun.

- Et tu es ?

- Samantha Knight, de la classe de quatrième B.

- Je suppose que ça jase dans les couloirs.

- Tout juste. T’es vraiment naïf, mon pauvre.

Il détourne les yeux, et puis il les lève vraiment vers elle. Ses pupilles se confondent avec les iris. C’est un peu bizarre, et ça ne la froisse pas lorsqu’il la dévisage comme s’il ne l’avait encore jamais regardée. Il a un regard tellement différent de ceux dont elle a l’habitude. Face au sien, froid et analytique, il est gonflé d’espoir.

Stupide.

Elle a envie de se moquer. Mais elle a aussi un peu pitié. Juste un petit peu.

- Tu tiens comment, sur un skateboard ?

xxx
xxx


William remonte ses manches pour masquer ses écorchures.

- Tiens, tu es de retour ?

Il la salue comme si elle l’avait quitté il y a quelques heures. Ça fait nerveux et ça ne la trompe pas. Il est gêné d’avoir été surpris, à retourner ici alors que cela faisait bien des semaines qu’il n’y a pas mis les pieds. Elle était partie et il avait vite cessé de s’écorcher la tête et les coudes sur les rampes.

Le skate-park n’a pas changé d’un poil.

William… peut-être aussi.

- Je suis revenue, le déménagement a été un échec. Le futur mari numéro quatre a compris que ma mère n’avait pas un rond, alors…

Elle hausse les épaules.

- Tu es vraiment nul sur une planche. Je me demande ce qui te pousse à continuer.

Il lui adresse un clin d’œil insouciant. Il enfonce ses mains dans ses poches, les pouces en-dehors, et shoote dans les gravillons qui parsèment le chemin pour regarder ailleurs. Il a le même air optimiste que la dernière fois qu’elle l’a vu.

- Boarf, moi, tu sais…

- Comment elle s’appelle ?

Sourire crispé.

- Tu reviens à Matheson, je suppose ? botte-t-il en touche.

- Tu lui as offert des roses de la plate-bande en face, je suppose ? rétorque-t-elle sur le même ton. Il y a de nouvelles coupes bien nettes sur le massif de droite.

William soupire. Elle s’attarde sur sa veste ouverte et sur les mèches brunes qui viennent se lover dans le col. Est-ce qu’il faut toujours qu’il y ait des gens comme elle et lui, incapables d’aimer comme il se doit ? Il n’a pas perdu sa culture de l’excès et elle son indifférence qui la pousse à sourire devant les avances et à dire, de ce même petit ton enjoué et écrasant, « non », après un baiser piqué au coin des lèvres en plus du porte-monnaie.

Elle a encore pitié de lui et c’est presque avec mépris, mais il y a aussi autre chose, qui la pousse à ne pas le planter là. Et elle sait qu’il pense la même chose d’elle qui ne sait pas être clean.

- Yumi, il lâche, avec un petit rire.

Silence navré.

Une feuille décolle dans une bourrasque.

- C’est bizarre. Elle cache quelque chose, avec sa bande. C’est ça qui doit l’éloigner de moi.

Elle laisse rouler son skate un peu plus loin.

xxx
xxx


- Dunbar, hé, Dunbar !

Elle court dans le parc et le rattrape, essoufflée.

- Tu as encore la tête dans la lune ?!

Le garçon se retourne, et pendant un instant, elle se demande s’il est imaginable qu’elle se soit trompée de personne tant son regard est perdu. Et puis, l’égarement passé, il lui offre un grand sourire lumineux.

- Mais non, tu ne la vois pas ? dit-il en posant les deux mains sur son crâne. La lune est bien trop loin, et puis, comment je l’y aurais envoyée ?

- Ouhlà, t’as fumé la moquette, toi.

- Il y a des gens qui fument leur moquette ? Beurk. Ça doit avoir un goût bizarre.

Samantha le fixe de travers. Il se gratte la tête, embarrassé. Ça repousse ses épis et ça fait… ridicule. Son allure générale respire ce mot. Il ne se ressemble plus et soudain, Sam devine que son dernier pépin au cœur lui a fait dérailler l’esprit en prime.

- C‘est ton humour qui est devenu bizarre.

xxx
xxx


William enchaîne les tricks comme un dieu. Il ne transpire même pas, et elle ne le voit presque jamais s’entraîner. Quand elle tombe par hasard sur lui, c’est surnaturel. Ses muscles jouent sous le soleil qu’il ne prend pas, il ne halète pas non plus, et il semble qu’il soit dans l’incapacité de chuter.

Et lorsqu’il s’arrête, il ne laisse pas deviner le moindre signe de fatigue.

Par contre, il a toujours le même air halluciné et ses neurones ne montrent pas la moindre amélioration. Elle lui a parlé une autre fois, il ne la reconnaissait toujours pas. Il avait pris son skate parce qu’on lui avait dit de le faire. Un énième trait d’humour qu’il avait assimilé au premier degré.

On aurait cru à un jumeau retardé. Retardé, mais pas sur la rampe.

xxx
xxx


Sam s’arrête au milieu d’une figure. Elle se la casse. Encore une qu’elle ne partagera pas avec William avant qu’on ait réussi à le coller devant un neurochirurgien. Avec Odd, sûrement, mais il y a quelque chose de différent lorsqu’elle parle avec le petit blond. Une tension et cette admiration qu’elle cultive et qu’elle méprise, se contentant d’attendre un moyen de la mettre à profit.

Elle se casse la figure, donc, parce qu’il est là. Et qu’il n’a pas cet air de légume cuit à la vapeur qu’il se traîne depuis un petit bout de temps, pourtant. Au contraire, il a l’air perdu et abattu des jours de grande défaite.

Yumi lui a mis les points sur les i, elle se répète entre ses dents. Elle s’approche.

- Ce n’est pas ça, anticipe-t-il avant qu’elle ait pu ouvrir la bouche.

C’est bon signe. Le légume est fini. William a récupéré ses capacités cérébrales et elle son vieux chiot à couver de ses sarcasmes à mots couverts. En elle, ça tressaute de joie et elle ose s’avouer qu’il lui avait manquée. Un peu. Juste un peu.

Alors elle la joue plus fine qu’elle ne l’a fait depuis un bon mois. Il lui faut un bon quart d’heure de tentatives, tout de même, et pour finir c’est elle qui se retrouve à lui avouer, de dégoût, ses propres soucis en matière de cœur de pierre à faire sauter la massette de son sculpteur. Echec. Rôles inversés. Ça devenait trop étrange, d’embrasser un seul gars les yeux ouverts en attendant qu’il en ait marre. Elle se demande ce qu’il en a à foutre.

Et puis, par accident, elle lui arrache à demi-mots la nature de ses problèmes.

Il avoue. Pour Yumi, pour sa vie sociale détruite.

Qu’il n’est qu’une catastrophe.

Elle a envie de rire. L’amour attise l’indifférence et vice-versa. C’est sûrement la raison pour laquelle ils ne sont pas plus mal, tous les deux, à laisser échapper sous des euphémismes les loques de leur cage thoracique. Elle regarde la sienne, soulevée au gré de son souffle sous le moule d’un t-shirt trempé de sueur. Tiens, il transpire. Ça fait encore plus boucler ses mèches un peu ridicules, sur son front, sur son crâne, sur sa nuque. Il est redevenu entièrement normal, même sur ce point.

- Je ne la comprends pas. Copains et puis c’est tout, c’est synonyme de fuir et de faire comme si j’avais la peste ? …enfin si, je la comprends.

- Moi, oui. C’est une salope.

Il ouvre la bouche, comme pour nier, et puis la referme avant de dire, visage fermé :

- Tu le piges si vite parce que tu crois que tu lui ressembles ?

Oui, elle se dit sans se sentir blessée. Et non, surtout pas.

Elle trompe son copain pour quelques circuits électroniques et un bon revendeur d’or. Elle ne sait pas plus ce qu’elle veut que Yumi, mais elle, elle le fait bien. Et ça ne la dérange même pas qu’on le lui dise en face.

Le ciel a été rouge, ce soir. Sanglant de deux cœurs qui ont laissé un vide sous les côtes. L’un qui l’a toujours été et tente de le combler en y tissant sa toile d’araignée sauvage. L’autre qui se perce et y renfonce des aiguilles à tricoter en attendant la dernière balle. Et le sang s’est échappé, pour encroûter la voûte céleste de son ombre brune du crépuscule.

Il y en a qui disent que les couchers de soleil pourpres annoncent un grand vent pour le lendemain. Il y en a d’autres qui ne croient plus grand-chose pour leur futur sinon un autre recommencement. Sam regarde les yeux noirs, les yeux qui font un clin d’œil aux étoiles sans que ne batte un cil lorsqu’enfin la vague d’optimisme y déferle de nouveau derrière une insulte. C’est un optimisme amer, cette fois. Le sang a séché et y a laissé ses coulées invisibles dans l’obscurité.

Sam lâche son skate et se dit qu’elle ne devrait pas avoir à remplir du vide. Elle se dit aussi qu’elle ne devrait pas se soucier d’être comme ces gens qui ressentent l’amour à sa juste dose, quelle qu’elle soit, parce que les autres aussi se mentent, et échouent, et se trompent en croyant saisir les étoiles. Elle se dit qu’elle n’a pas besoin d’être normale. Qu’elle peut se contenter d’être un échec, de n’aimer personne sinon elle-même, et d’en être satisfaite. Au moins, elle ne sera jamais blessée que par elle-même, au contraire de Dunbar.

Mais quand même. Elle aimerait bien savoir ce que cela fait, de ressentir si fort. Comme lui. Alors que lui voudrait plus que tout arrêter, et rien que pour une minute, lui ressembler.

William et elle, ils sont toujours les deux côtés de la balance. Impossible de trouver leur contrepoids.

Alors soudain, elle a une idée. Elle s’appuie d’une main sur le rebord du banc où ils sont assis, pose l’autre sur l’épaule de son compagnon ; puis se redresse, tendue sur la pointe des pieds, vers lui, et lui pose un baiser sur les lèvres qu’elle renouvelle aussitôt. Et elle y plonge, plonge, plonge avec la langue, goulûment, et part y puiser tout le poids qu’il possède et qui lui manque à elle.

Pour rétablir l’équilibre.

Et lorsqu’elle se glisse devant lui et qu’il lui répond, puis qu’ils se séparent, elle réalise.

- Ça n’est pas plus mal finalement, murmure l’une de leurs deux voix sans qu’ils ne sachent laquelle.

Et c’est tellement normal.

- Fais gaffe, se moque-t-elle lorsque le silence prend de l’envergure, tu risquerais de tomber amoureux.

Les deux idiots s’esclaffent.
_________________
Willismine : nom égoïste. Vieux psychotrope interdit à la vente.
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png

Ma fiction : Les Voyageurs
Avatar made in Dyssery.

Lé siniaturre sé tro ouffe.


Dernière édition par Willismine le Lun 06 Oct 2014 17:43; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Ikorih MessagePosté le: Jeu 17 Juil 2014 13:40   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1491
Localisation: Sûrement quelque part.
Oh, te revoilà déjà?

Alors, voyons un peu tout ça. De la romance tu dis? ...c'est pas mon genre préféré, et de loin pas. Mais je vais quand même commenter. Mr. Green
Déjà, c'est assez éloigné du côté niais de certains textes de romance. Limite, ça aurait pu ne pas tout à fait en être jusqu'à la fin. Et même la fin, bon, ça passe quoi.
Au niveau du scénario, y a rien de compliqué, c'est un OS quoi. Et honnêtement, la forme a l'air de plus te convenir pour le moment. Y a de la place pour tes sympathiques envolées lyriques (une métaphore filée du sang? **). On a jamais trop d'envolées lyriques. Comme le suggère ma parenthèse, j'aime beaucoup les passages où tu relies le soleil et le sang. C'est une petite métaphore qui reviens assez régulièrement et donne un fil conducteur au texte. D'où la métaphore FILée ahaha.
On se représente assez bien la scène, et puis j'accroche beaucoup à l'ambiance, qui au final, correspond bien à un coucher de soleil. Ni vraiment le jour (les problèmes de Sam et son mauvais comportement, par exemple), ni vraiment la nuit (elle arrive quand même à être heureuse). Et si ça c'est pas de l'exploitation de l'environnement pour renforcer une ambiance....sans déconner c'est bien foutu.

Tu as même réussi à donner une profondeur à un personnage caméo qui a fait deux apparitions de merde dans l'anime. C'est bien. En plus, l'idée de la relier à William via leur (ancien) collège est bien trouvée. En tout cas, Sam étant le cœur de ton OS, elle donne l'ambiance du texte et cette ambiance d'entre-deux souligne cette profondeur donnée au perso.

Chronologiquement, on se situe un peu partout, on couvre toute la série (sauf CLE ce qui est bien aussi), de l'arrivée de William à Kadic jusqu'à du post épisode 95 avec le moral dans les pompes. Du coup, ça permet de traiter l'évolution de William sous un regard étranger. Parce que Sam sert aussi d'œil au lecteur et lui dépeint ce qu'elle voit. Et elle, par exemple, elle ne voit pas la patte de Xana sur lui et ça lui permet tout de suite de le voir de façon un peu plus positive. Contrairement à la bande. Et puis tfaçon, la bande est un tas de cons donc c'est pas compliqué de faire mieux qu'eux.

Mais n'empêche que ça doit être un des meilleurs textes sur Sam (pour le peu qui existent quoi (a)). On a du mal à se décider pour savoir sur qui c'est centré, d'ailleurs, parce que c'est à la fois un portrait des sentiments et de la vie de Sam, évoquée à demi-mots, mais aussi une rétrospective de Willy. Mais au final, on s'intéresse moins au ressenti de Willy et à ses émotions à lui, qui sont pas décrites parce qu'il a pas le point de vue interne, lui.
Wala. Si je devais comparer à ta fic, je dirai que tu as laissé plus de place à tes descriptions psychologiques et donc à ton style, qui s'exprime plus facilement là. Et cette fois, pas de boulet du scénario au pied parce que dans un OS c'est plus secondaire et puis là tu as quelque chose de simple et original, globalement. Du coup, je trouve qu'on voit mieux ton potentiel là-dedans.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
nchartier MessagePosté le: Jeu 17 Juil 2014 19:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 329
J'apprécie cette fiction, car elle expose l'évolution de William, de son arrivé à Kadic (voir même avant), jusqu'à l'après saison 4.

De plus, Samantha, n'est pas non plus oublié.

Ce portrait croisé de 2 personnes vivant des temps difficiles, renforce le côté positif de ces 2 personnages.

Cette fiction montre qu'il pourrait manquer un petit quelques chose à la série Code Lyoko. Il s'agirait, d'épisode hors histoire principal centrée sur les personnages afin de mieux les comprendre.

Cette fiction donne un côté plus humain à William.
_________________
http://imageshack.us/a/img89/4558/4saz.png http://imageshack.us/a/img163/1125/ksmc.png


Mon projet cosplay en cours : http://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?p=286323#286323
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Willismine MessagePosté le: Jeu 17 Juil 2014 20:50   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 09 Avr 2014
Messages: 106
Localisation: Les deux mains dans le chocolat.
Voui, pas d'intrigue, pas de technologie *sbaf !*. A côté, j'essaye de lire Imprévu et la différence m'écrase et me fait me tasser dans un coin (sauf qu'on me refuse l'accès à la page 7 O.o).

Au fait, la métaphore, c'était carrément une greffe cardiaque pour bien coller au sujet. Et puis, je suis contente que l'effet soit correct.
_________________
Willismine : nom égoïste. Vieux psychotrope interdit à la vente.
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png

Ma fiction : Les Voyageurs
Avatar made in Dyssery.

Lé siniaturre sé tro ouffe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Zéphyr MessagePosté le: Sam 20 Déc 2014 14:18   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1047
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Je l'avoue non sans honte, mais j'avais oublié de lire ce One-Shot. Vous me direz qu'étant un texte Carpé, je me devais de l'avoir lu. On va donc dire que c'est là que le rôle d'Ikorih prend tout son intérêt au sein du Pôle Mr. Green.

Je vais éviter de faire ce up pour paraphraser le membre du Pôle déjà passé, donc on va creuser certaines pistes.
Le titre déjà. Va savoir pourquoi, mais je me suis dit qu'il désignait un problème de motricité d'un personnage, mais il s'est avéré que non. Ça s'est avéré beaucoup mieux puisque l'équilibre désigné est celui au sens symbolique/autre. C'est une notion dans laquelle je me reconnais et qui me plaît énormément. C'est ainsi que je vois les personnages dans une histoire. Chacun tente d'atteindre un équilibre, où que ce soit, et sont amenés à vaciller de tous côtés afin de l'atteindre. C'est d'ailleurs ce que cherche à faire Sam à la fin, et ça, je ne peux que valider.
Mais ce n'est pas le sujet, et finalement, c'est un titre bien associé à l'histoire.

Côté personnages, on entre directement dans du lourd puisqu'on a droit à Samantha. Son cas à elle est assez particulier, puisqu'elle est censée être partie loin depuis l'épisode 65. Du coup, on peut se demander ce qu'elle fait dans la région parisienne au cours de la saison 4. Néanmoins, on peut penser qu'il y a eu nouvel échec de déménagement qui l'a fait revenir.
En général, quand Sam est vue dans une fanfiction, c'est quasi tout le temps dans des post-saison 4, où elle débarque miraculeusement à Kadic pour se mettre en couple avec Odd. Mon exemple préféré : Red Breath Mr. Green.
Heureusement, ce n'est absolument pas le cas ici. On a une petite mention du petit blond, mais sans plus. Et ce n'est pas plus mal parce que l'on voit rarement Samantha sans Odd, et c'est un peu dommage de la réduire à ça – dit celui qui n'a fait que ça pour l'instant *Tranch'Air*.
Pour la lier à un autre personnage comme tu l'as fait, il faut bien sûr trouver un point à mettre en commun. Tu t'en es tirée pas mal ici avec le coup de Matheson. Donc originalité bien présente, avec le mélange de deux personnages que l'on aurait pas forcément mis ensemble. Le coup du William nul en skate-board est assez sympathique également, puisque concrètement, on ne voit celui-ci en faire que dans l'épisode 59, ce qui colle à peu près avec ce qu'on a ici.

Pour finir sur Samantha, je l'ai beaucoup aimée dans ce texte, et me suis retrouvé en elle sur quelques points – pas la kleptomanie as usual. J'ai surtout retenu ce passage pour ça : « Mais quand même. Elle aimerait bien savoir ce que cela fait, de ressentir si fort. ». Elle a ici une espèce de détachement envers sa vie et ce qui s'y attache qui est assez singulier. Moi ça me plaît o/.

Je passe vite fait sur l'écriture, qui est vraiment cool ici. L'ambiance crépusculaire est bien posée, sans trop dégouliner, avec la très belle métaphore filée. En plus, j'interprète ce moment de la journée comme un équilibre, une frontière entre le jour et la nuit, ce qui est un joli rappel du titre. Le côté sanglant sans présence de blessure est amusant également, en plus de souligner un peu plus les meurtrissures de l'âme des personnages. Très bien tout ça.

Côté histoire, le texte étant assez court dans le fond, il n'y a pas matière à trop s'étendre, mais juste quelques remarques.
Comme dit plus haut, la question du retour de Sam en cours de saison 4 aurait pu être précisée, malgré une hypothèse faisable à partir de la réplique de celle-ci au cours de la seconde scène.
Suivre l'évolution de William à partir d'un point de vue extérieur à Kadic, qui n'a véritablement aucune piste, est très intéressant. L'aspect romance final m'a moins convaincu. Je pense que le baiser entre les deux aurait bien mérité une autre scène avant, histoire d'amener ça de manière moins brutale, même si en y réfléchissant, c'est cette « brutalité » dans le retour du vrai William qui donne envie à Sam de se lancer. Bon, j'avoue ne pas être objectif en tant que partisan de la longueur.
Les petites envolées psychologiques de Sam m'ont parues justes, même si elles ne constituaient clairement pas le cœur de ce One-Shot, comparé à l'aspect relation inter-personnages et plus secondairement, romance.

Merci pour cette balade au clair du crépuscule !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.065s (PHP: 56% - SQL: 44%) - Requêtes SQL effectuées : 17