CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
 
 Derniers topics  
LCDS, un discord Code Lyoko
[Jeu PC] TRAILER IFSCL 3.5.0
[Fanfic] Oblitération
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
[Jeu VN] Travail d'équipe 0.5 - Bande...
Symétrie lyokoïque.
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Film] Adaptation CL Chronicles : LIVE
Ma galerie graphique
[Fanfic] Les Perles du Neith [Terminée]
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Site] Rédigez des Critiques d'épisodes

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Code Lyoko -> L'animé Code Lyoko


Page 6 sur 12

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Belgarel MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 15:50   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
Aujourd'hui, une critique bavarde.

#74 J'préfère pas en parler

http://img.codelyoko.fr/galeries/74_je_prefere_ne_pas_en_parler/bolGallery/thumbnail_Je_prefere_ne_pas_en_parler_101.jpg


La saison 4 de Code Lyoko est la plus riche en nouveautés, en évolutions et en retournements de situation. Tandis que les saisons 2 et 3 avaient conservé de la saison 1 un rythme de feuilleton, elle, en revanche, construit une intrigue suivie, chaque épisode révélant un nouvel élément, un objectif stratégique redéfini.

Ce n'est pas le cas de l'épisode 74.

Il fait partie de ces rares épisodes de pause et de retour aux sources qui ponctuent ce grand récit de la chasse aux Réplikas. Pas de Réseau, de Skid ou de Translation, pas de clone de William, pas de Franz Hopper : non, simplement la bonne vieille structure « Tranches de vie – Tour activée – Bataille sur Terre et sur Lyoko – Tour désactivée »


I. Un épisode classique


1. Intrigue terrestre bateau…

L'intrigue de cet épisode tourne principalement autour d'un objectif que se sont fixé les héros : s'entraîner physiquement pour augmenter leurs chances de survie dans leur lutte quotidienne contre XANA. Nous ne manquerons pas de souligner le caractère anecdotique et feuilletonesque de ce problème. En effet, aucun indice, dans les épisodes précédents, ne laissait entendre que nos héros manquaient d'entraînement.
Bref : exposition du problème, recherche d'une solution, constatation des améliorations au feu de l'action. Une structure qui ne casse pas trois pattes à un connard, mais qui se tient solidement. Nous regretterons tout de même que, selon la règle des trois unités, l'entraînement paramilitaire que GI-Jim impose aux héros porte ses fruits le jour même où il commence : cette entorse au réalisme donne à cet épisode un caractère cartoonesque et superficiel à toute l'affaire.

L'attaque elle-même débute par un plan au travelling compliqué avançant vers une tour quelconque, dont le halo devient rouge tandis que se déclenche la musique des cuivres étincelants. Une banalité qui annonce la couleur.
Les xanatifications d'animaux, au nombre d'une ou deux par saison, sont assez dispersées pour ne pas être lassantes ; toutefois, il se trouve que dans les faits, elles brillent par leur faiblesse. Peu inspirées, rarement intelligentes, elles laissent à désirer.
Si les spectres de XANA s'adaptent à la forme qu'ils revêtent, alors on peut dire qu'ils héritent pleinement du Q.I. des animaux dont ils prennent le contrôle. Doté d'objectifs stratégiques nuls, dénué de cibles prioritaires, distrait par de simples diversions et tout juste bon à tourner en rond pendant des heures en se demandant où sont passés les Lyokoguerriers : voilà notre terrifiant XANA-sanglier, Medames et Messieurs ! On pourrait difficilement imaginer pire, et pourtant, cela a eu lieu : il fut un temps où XANA attaquait au hasard des jardiniers avec des essaims d'abeilles.

Séparés de la tête du groupe, ses membres échappent à l'une des attaques les moins terrifiantes de XANA, tout en s'auto-congratulant de leurs formidables progrès. En effet, au lieu de regagner un sentier praticable, nos quatre clampins empruntent le parcours d'obstacles de Jim. Pour Ulrich, ça se justifie : il grimpe en hauteur pour échapper au sanglier, surmontant son vertige. Mais en ce qui concerne les trois autres, c'est juste pour la cohésion scénaristique. À noter que maintenant, courir jusqu'à l'usine sans s'arrêter devient un problème.
Par la force des choses, c'est donc le duo Jérémie-Jim qui se chargera du volet terrestre du Plan de XANA. Nous y reviendrons.

2. …et Routine sur Lyoko

À l'usine, la situation se révèle plus compliquée qu'une attaque basique type saison 1. XANA attaque le Cœur de Lyoko. C'est un cas unique au cours de la saison 4. Il est cohérent avec les objectifs de XANA dans la saison 3, mais complètement incompréhensible du point de vue de son but dans la saison 4, qui semble être de tuer Franz Hopper. D'autant plus que maintenant, nos héros sont capables de recréer Lyoko s'ils ont un Supercalculateur à leur disposition.
De toute façon, l'attaque du sanglier ne servait déjà à rien. Il est cohérent que l'attaque du Cœur ne soit pas plus justifiée.

C'est donc trois fils narratifs entre lesquels nous font naviguer maintenant les scènes : Jim et Jérémie dans la forêt, Yumi et Odd près du Cœur, Aelita et Ulrich dans la Forêt.
Et disons-le d'emblée : dans cet épisode, Lyoko est franchement pas terrible. Il y a tout un tas de petits détails qui dysfonctionnent. Par exemple, l'animation des visages. Entre l'œil gauche de Yumi qui va faire un tour à Hawaï pour voir si j'y suis, et l'habituel sourire avenant d'Ulrich, on croirait avoir tout vu : mais la médaille est emportée haut la main par Aelita, qui nous gratifie de plusieurs secondes en gros plan d'une expression (ou plutôt, d'une absence totale d'expression) tout simplement flippante.
http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/expressions.png
L'instant d'après, elle hurle à Ulrich que des Krabes les poursuivent ; sauf qu'encore une fois, les animateurs ont oublié de travailler le plan.

Commençons, justement par le duo Aelita-Ulrich. J'préférerais ne pas avoir à en parler, mais je suis du genre à engloutir le déplaisant tant que j'ai faim et à garder le meilleur pour la fin.
Signalons au passage aux défenseurs du couple Oddlita que la Gardienne de Lyoko monte derrière Ulrich en Overbike, et qu'elle lui pose les pains autour des hanches ! Si, si, il est temps de changer de camp.Mr. Green
Plus sérieusement, ces deux crétins tournent en rond avec à peu près autant d'intelligence que le sanglier qu'ils sont censés arrêter. Ils savent qu'ils sont aux bonnes coordonnées ; il y a deux Krabes qui les attendent de pied ferme, Ulrich en déduit même que la Tour est à proximité : que font-ils ?
Ils s'éloignent à toute vitesse pour chercher la Tour. Non, je ne blague pas. La Tour n'est pas visible, et ils ne sont pas fichus d'en déduire qu'elle est invisible ! C'est d'autant plus affligeant que, comme le dit Aelita : « XANA [leur] a déjà fait cette blague ! » (épisodes #40 et #47) : il s'agit là d'un bête recyclage. Ce n'est que par un incroyable hasard qu'un champ de force ratera sa cible pour atterrir sur la Tour, révélant ainsi le pot-aux-roses.

En ce qui concerne les combats, rien de bien brillant. Ulrich, occupé à conduire sa moto, se prend deux tirs de laser qui l'envoient manger les pissenlits par la racine avant qu'il ait pu faire quoi que ce soit. Quant à Aelita, elle élimine en tout trois Krabes pas très combatifs.
Mouais.

Côté Cœur, on a droit à un peu plus de piment. Bah, ça reste soft, mais ça passe plutôt bien. Deux Lyokoguerriers contre un William et quatre mantas, ça semble assez équilibré. On n'échappe cependant pas aux défauts habituels tels que : les forces de XANA en sous-effectif (la seule exception étant le #65, où elles étaient en sur-effectifs) envoyées combattre l'ennemi alors qu'elles seraient plus productives à simplement l'attendre en continuant la démolition des boucliers.

À part ça, Odd nous fait du rodéo sur une manta pour arriver plus rapidement en haut. Là-bas, il en profite pour…regarder Yumi pendant plusieurs secondes, en restant là, à découvert, sous le feu de l'ennemi. Sans rien faire. Dans les nuages. Une dévirtualisation encore plus stupide que la mort d'Ulrich, en somme.
La bêtise d'Odd laisse donc à Yumi toute la gloire : ses habiles lancers détruiront trois mantas et un William sans qu'elle soit touchée une seule fois. Pour les mantas, ça passe comme une lettre à la poste : à se demander si ces monstres sont vraiment menaçants. William rivalisera au passage de bêtise avec Odd en sautant de sa manta noire alors que vu sa position, il aurait été plus simple de la protéger avec son épée.

En fin de compte, la seule bonne chose dans ce combat, c'est le trop bref échange entre Yumi et William. Pas parce qu'il est logique, non. Il n'y a aucune raison pour que William rebondisse sur les pieds de Yumi. Mais parce qu'il est classe et que pour une fois, on a du girl power.
http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/aelita.gif
…Tout passionné qu'il puisse être…



Donc, de ce point de vue, #74 est un épisode profondément médiocre, avec un prétexte bidon et deux attaques de XANA comme on n'en fait plus dans la saison 4 : en carton mouillé. Nuançons toutefois cet état de fait catastrophique en rappelant que l'épisode constitue le début d'une petite pause au milieu d'une série d'innovations, un « retour aux sources » qui prend nécessairement en compte le plaisir de la répétition qui faisait tout le charme de la saison 1.
Heureusement, ceci dit : ce n'est pas ça qui est censé faire l'intérêt de l'épisode.


II. L'agent J


En vrai, on s'en fout de XANA et de Lyoko. Un tiers de l'épisode se déroule sans qu'il y ait une seule image du monde virtuel. Ce n'est pas un fait unique dans la série : dans #46, par exemple, la moitié de l'épisode était consacrée aux souvenirs d'Aelita. Mais c'est tout de même suffisamment significatif pour qu'on le mentionne.
Un gros morceau de tranches de vie, donc, consacré au « développement » d'un personnage secondaire – si l'on peut parler de développement pour un comic relief.


1. La geste de GI-Jim

Comme le titre de l'épisode l'indique, Jim est à l'honneur aujourd'hui. En tant que prof de sport un peu timbré (après tout, il oblige Jérémie à subir les conséquences de ses actes et à endurer le même entraînement que ses camarades), mais aussi en tant que potentiel mythomane qui préfère ne pas parler de sa vie passée.

La « séance de torture » est un vrai petit régal : honnêtement, prêtez une oreille attentive à la musique (ou ce qu'il en reste). On a droit à une petite fanfare militaire au piccolo comique et au trombone à coulisse (qui, on s'en souvient, est l'instrument fétiche de Jim : voir épisode #2) ! À noter que pour ces scènes d'épuisement, on nous gratifie d'une petite innovation graphique qui ne mange pas de pain : les joues des personnages sont barbouillées, comme salies et rougies par l'effort. Toujours agréable.
Pour ce qui est de Jim, il nous offre une très belle performance. Plein d'énergie, sautant dans tous les sens alors que nos héros tiennent à peine debout, et lançant des répliques colorées de grandiloquence ou d'autorité semi-boiteuse, il nous offre à foison tout ce que nous aimons chez lui. Le rythme des répliques et des scènes, trop soutenu pour qu'on se mette à réfléchir, ne nous laisse pas le temps de souffler et nous permet, à notre façon, de partager l'intensité du moment avec les héros.

Ensuite vient LA scène. Le moment privilégié d'intimité entre le professeur et ses élèves. Enfin, Jim va se confier, il va en parler et on saura ce qu'il en est…
Jim va raconter sa vie passée…

Ça m'a pris du temps de comprendre à quoi correspondaient vraiment les images qu'on nous montrait, alors je suppose qu'il ne sera pas inutile de l'expliquer avec un petit story-board bricolé vite-fait.
http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/storyboard.png
À gauche, Jim ; à droite, les enfants. Entre eux, des images non animées, illustrant ce qui se passe dans la tête du personnage que l'on vient de voir. Le parallélisme apparaît d'autant plus nettement que les styles graphiques clairement antithétiques des images de la vie passée de Jim soulignent la double interprétation qui est faite de son discours.
Il ne s'agit donc pas, comme on pourrait le croire, d'une simple opposition fantasme/réalité ! Nous avons d'un côté la vision de Jim, où il apparaît comme un héros improbable, une espèce de Forst Gump de l'impossible ; de l'autre, une caricature amusée d'un subalterne mythomane qui déguise la misère de sa vie délavée derrière de belles paroles.

Maintenant, la question qui brûle les lèvres de tous : dites-moi, où est la réalité ?
Bien sûr, la vérité, nous ne l'aurons pas, car le mystère fait partie du mythe (traduction : les scénaristes sont des trolls).
Ainsi la problématique est-elle abordée sur un ton léger et bon enfant. Ce qui importe avant tout, ce n'est pas la vérité de la vie de Jim : c'est la façon dont la relation prof-élève sous-tend l'évaluation de cette dernière. Le décalage entre la perception embellie qu'on a de soi-même, et la perception des autres – toutes deux étant par essence déformées et subjectives.
Je n'alourdirai pas cette critique d'une analyse détaillée de cette question passionnante. Toutefois, je signale que la fin de l'épisode me permet raisonnablement d'éliminer par analogie l'hypothèse selon laquelle Jim serait purement et simplement mythomane.

2. JéréJim : Un esprit sain, un corps sain et…

Jim est un des personnages secondaires les plus proches des héros, exception faite de ceux introduits par la saison 2 (Hiroki, William…) Mais le seul personnage avec lequel il partage vraiment un lien fort et spécifique est Jérémie. Il était donc naturel qu'un « épisode sur Jim » y revînt.
La dernière fois, lors de l'épisode 25, Jim atteignait le paroxysme du rôle d'antagoniste qui découlait de sa fonction de surveillant. La relation entre l'adulte et l'enfant servait à le faire passer d'opposant à adjuvant héroïque, et bien que le Retour Vers le Passé ait rendues ces scènes nulles et non avenues, le héros et le spectateur ne regardent plus le professeur du même œil.
Le parallèle avec #25 Code Terre est d'autant plus évident que la blessure que Jim se fait à la jambe en défendant Jérémie contre le sanglier rappelle celle qu'il lui avait involontairement infligée en poursuivant le gamin.

Ce qui a changé, depuis la saison 1, ce sont les motivations des personnages.
Jérémie, d'un côté, qui refuse de soutenir ses amis au labo afin de s'occuper de Jim. On pourra se demander pourquoi c'est Jérémie qui reste en arrière, alors qu'il pourrait se rendre utile dans son rôle de superviseur ; la réponse est simple. Il se sent naturellement coupable de l'état dans lequel se trouve Jim. Nous sommes très loin de ce qui se passait dans l'épisode 25, où Jérémie n'utilisait Jim que comme monture ou homme à tout faire quand cela l'arrangeait, au fond indifférent aux émotions de son ancien professeur de sport.
Pour ce qui est de Jim, trois choses le motivaient dans Code Terre : la culpabilité qu'il ressentait pour avoir blessé Jérémie, le désir de prouver qu'il avait raison, et l'intérêt personnel (c'est-à-dire retrouver son emploi). #26 Faux Départ faisait évoluer cette relation initiale vers la camaraderie et l'héroïsme pur et dur de « Jimbo » (en version anglaise), évacuant toute notion d'égoïsme. L'épisode 74 est l'occasion de réactiver cet acquis du Jim ami.

Par rapport à la fin de la saison 1, les situations sont globalement inversées : l'heure est venue pour Jérémie de payer sa dette. Et cette-fois, il faut trouver un terrain d'entente qui ne soit pas de l'ordre de la négociation économique. Jérémie ne sera pas le cerveau qui contrôle les jambes de Jim pour aller à l'usine.
Sortis de leurs rôles de prof et d'élève, de sportif et de cerveau, nos personnages sont prêts à vivre une épreuve formatrice d'égal à égal, « entre hommes ».

« Jeune fille, apprends que c'est dans l'adversité que l'homme forge sa valeur, et qu'il la frappe du Sceau de la Gloire. »

Immobilisé par un genou cassé, Jim ne se montre pas très actif, mais s'avère tout de même d'une aide précieuse. C'est son expérience de la ruse qui donnera à Jérémie l'idée d'un camouflage olfactif. Et surtout, c'est le cran dont il fait preuve à la fin, inspiré par Jérémie, qui achète les quelques secondes nécessaires à la désactivation de la Tour.
Mais le héros de l'histoire, c'est le blondinet. Autant il n'a pas grand chose à faire pour démontrer à Jim que son cerveau est utile, autant il a un sacré pas à faire pour admettre l'utilité d'un stage commando. Pourtant, en dernier recours, c'est bien à ça qu'il se livre : à l'instar de ses amis, qui avaient tous surmonté leur épreuve, Jérémie se lance à corps perdu dans la bataille et il parvient à s'y maintenir !

Un cerveau, des muscles…et surtout, du cran ! C'est l'ingrédient secret que Jim découvre caché au fond de notre Einstein. La valeur suprême qui pousse à prendre des risques et donner de sa personne – ce qui ne s'entraîne pas. Bref, le terrain d'entente entre nos deux hommes, sur lequel se fonde leur respect et leur admiration mutuels. C'est une belle solution.
Si Jim est donc apparu comme un mentor de Jérémie sur le plan physique, il est en revanche camarade et faire-valoir inspiré lorsqu'il s'agit de le glorifier quand il s'agit du courage et de l'âme !

http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/kid_you_ve_got_guts.png
Let me tell you something, kid : you've got guts !

L'épisode se clôt sur une image stupéfiante. Jérémie, portant en son for intérieur un regard rétrospectif sur les événements de l'épisode, brosse un portrait de l'incident dans le style héroïque des dessins de Jim. C'est sans doute « la fois où j'ai dû échapper à un sanglier meurtrier, en me cachant dans une grotte avec un homme blessé » qu'il racontera à ses petits-enfants.
Cet épisode d'enrichissement mutuel se termine donc par rien de moins qu'une Jimification de Jérémie ! Je vous laisse savourer l'humour, et tirer vos conclusions sur la vie passée de Jim ou sur le rapport entre valeur et vanité.


L'heure est venue de conclure cette analyse en notant l'épisode. Détails du barème en spoiler.


16,5/20

Spoiler


Dernière édition par Belgarel le Jeu 09 Juin 2016 20:44; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Belgarel MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 15:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
#78 Expérience


Cet épisode-phare de la saison 4 nous dévoile la grande nouveauté, l'aboutissement ultime de l'intrigue qui avait été construite jusque-là au cours des 11 épisodes précédents (en réalité, plutôt par les 7 premiers) : la Translation. Maintenant, les choses sérieuses commencent !

Malheureusement, il ne tourne pas uniquement autour de ça.

I. Une intrigue Ulumi débile

Tout le monde conviendra que c'est mauvais signe. Moins on en parle, mieux les couples de Code Lyoko se portent ; et pour leur plus grand malheur, Ulrich et Yumi se sont avoué leur amour à la fin de la saison 1. Vous concevez donc les représailles décidées par les producteurs !

Dans ma critique de l'épisode #74, j'avais qualifié la nécessité pour les Lyokoguerriers de s'entraîner pour combattre XANA de « prétexte bidon » ; mais à côté de ce dont nous écopons dans cet épisode, ça semble soudain une excellente idée.
C'est un topos inévitable des dessins animés pour enfants. Le genre de merde à laquelle on a invariablement droit quand les scénaristes, en manque sévère d'inspiration, doivent meubler un feuilleton. Pire que la phobie déraisonnable, pire que le triangle amoureux.
Je veux bien sûr parler de l'anniversaire.

L'intrigue tient sur un post-it : Yumi fait la gueule à Ulrich depuis trois jours, et ce dernier ne comprend pas pourquoi jusqu'à ce que Odd lui explique que c'est parce qu'il a oublié de lui souhaiter un bon anniversaire et que – première nouvelle – Yumi « est super à cheval sur ce genre de détails » La solution consiste à lui donner un cadeau à cinq euros en offrande.
Pour la prétendue « maturité » de Yumi, franchement, on repassera !

Sauf qu'Ulrich ne peut pas le faire ! Dans un flash-back un peu maladroit, on nous fait comprendre qu'il va passer l'après-midi à purger une peine de colle. Ainsi, au lieu d'attendre le lendemain pour acheter lui-même un cadeau, il envoie Odd le faire à sa place. Oui, Odd, vous savez, le pote le moins fiable sur Terre ?
À la fin de l'épisode, pendant que Yumi déballe chez elle son cadeau, Odd fait pareil dans la chambre d'internat : il déballe un cadeau à Kiwi. On pourrait trouver stupide d'emballer un cadeau pour un chien, mais bon, il s'agit de Odd, c'est normal que ça soit bizarre…Quoi qu'il en soit, Odd se retrouve avec dans les mains un petit collier pour fille, et Yumi…avec de grandes questions métaphysiques pour chien.

Vous savez, c'est frustrant à la fin. Dans #77 Torpilles Virtuelles, Ulrich s'était montré sympa. Vraiment cool. Plein de bonnes intentions. Et puis là, il fait un truc minable : offrir un cadeau choisi et acheté par quelqu'un d'autre ! Certes, il avait un empêchement, mais tout de même, c'est bien fait pour sa poire si cette décision stratégique le fout dans la merde en fin de compte.
Et pourtant, si triste que ce soit, il faut reconnaître qu'en comparaison avec Yumi et Odd, Ulrich a une attitude tout à fait respectable…
Bon, Yumi a le droit d'avoir ses petits défauts, comme d'accorder une importance ridicule à une date superficielle et aux rituels à la con qui y sont associés : mais qu'au moins elle le dise quand elle a un problème avec quelqu'un ! Au lieu de ça, elle se comporte comme la dernière des pestes rancunières et méprisantes pour une broutille !

Comme à mon habitude, j'ai gardé le meilleur pour la fin : Odd.
Vous vous rappelez qu'Ulrich a été collé. Lors d'un flash-back maladroit, on nous montre que Jim l'a accusé et condamné à 2 heures de colle parce qu'en passant sous la fenêtre du réfectoire, il s'est reçu un poisson volant sur la raie. Personnellement, vu le ton peu convaincu et l'expression de mauvais menteur d'Ulrich lors de ses protestations, moi aussi j'aurais cru à sa culpabilité et doublé la peine : on ne peut pas en vouloir à Jim d'avoir fait une erreur judiciaire, ça fait partie des aléas du rôle de despote.
Mais là où on nage en plein rêve, c'est quand Odd avoue, la bouche en cœur, que c'était lui qui avait lancé la sole volante, et qu'il n'a rien dit à Jim parce que ça le faisait marrer de voir son pote se faire engueuler à sa place !

Comprenez-moi bien : je ne reproche pas à Odd sa lâcheté. Tout le monde peut avoir peur. Trouver la situation cocasse, ça peut aussi arriver. Mais ne pas ressentir la moindre once de culpabilité, au point de ne pas voir où était le mal dans ce comportement, ça fait de Odd le plus grand des connards que la terre ait jamais porté ! Une telle légèreté, c'est au-delà de son caractère de type peu fiable : il s'agit d'une petite erreur d'écriture aux conséquences monumentales..
Dans cet épisode, Odd mérite la mort. À petit feu.

Ulumi est désormais, officiellement et à jamais, un couple qui réussit à rendre merdique n'importe quel sujet qu'il aborde. Tout devient prétexte à des disputes infantiles et abrutissantes. Odd, quant à lui, ne mérite pas d'être appelé un « ami »
Devinez : qui sauve l'épisode ?
Sur la question de l'anniversaire, Jérémie et Aelita…brillent de mille feux par contraste avec la bêtise de Yumi et d'Ulrich. En même temps, à côté de ces deux-là, tout brille de mille feux.
Je ne veux pas avoir l'air de faire de la propagande pour l'Alliance Einstein, mais jugez par vous-même d'après la touche Jerlita à la fin de l'épisode:
Citation:
Jérémie : Tu penses à ton anniversaire, c'est ça ?
Aelita : C'est que…c'est une des choses dont je me souviens toujours pas. (…)
Jérémie : Si ce n'est que ça…tu peux très bien choisir ta date d'anniversaire.
Aelita (taquine) : Si tu décidais à ma place ?
Jérémie : D'accord.
Aelita : Alors ? C'est quand ?
Jérémie : Ah non, je te le dis pas, c'est une surprise!
Yumi et Ulrich ont problématisé le sujet de l'épisode en créant une dispute autour d'un événement. La résolution et la leçon qu'il faut tirer de cette aventure, n'allez pas croire qu'ils sont capables de les trouver eux-mêmes ! Si ces personnages étaient assez intelligents pour s'adapter et évoluer, Ulumi ressemblerait à ce que nous avait promis la saison 1.
La leçon de l'épisode, c'est Jerlita qui nous la montre. Au lieu de se prendre le chou sur des bêtises, prenons l'anniversaire comme il est : un choix arbitraire qui doit avant tout servir à faire plaisir à l'autre. Un jeu sans importance, qui n'est qu'un moyen de faire des cadeaux, et non une obligation !

Dernière remarque : les dialogues ont été écrits avec les pieds par un cul-de jatte. Je n'ose imaginer ce qu'aurait dit Pikamaniaque si l'auteur avait posté son script dans le forum des fanfictions !
Blagues ratées…
Citation:
Odd : Oh, ça va, ça va, on n'est pas à l'usine !
Ulrich : Ben si, justement !
Progression boîteuse…
Citation:
Odd : Arrête un peu de me faire la tête ! Tiens, voilà de quoi te réconcilier avec ta copine-et-c'est-tout !
Ulrich (avec un grand sourire) : Bon, ben, merci ! Qu'est-ce que c'est ?
(…)
Odd  : Réplika, nous voilà !
Ulrich  : Par pitié, faites-le taire…
(Au passage, on ne saura jamais ce qu'Ulrich voulait demander à Yumi au début de l'épisode.)
Incohérences aberrantes…
Citation:
Yumi (tournant le dos à Ulrich) : Comment t'as trouvé le cours d'histoire ?
Aelita : Pas mal et toi ?
Pour faire justice à l'épisode, nous ferons remarquer que l'humour n'est pas mauvais, mais que le rythme des répliques tel qu'il apparaît après réalisation fait qu'il passe partiellement inaperçu. Exemple :
Citation:
Odd : T'as trouvé comment te muscler sans faire de sport ?
Jérémie : Très drôle. Je sais comment vous envoyer sur Terre à partir du Réseau. En fait, c'est archi-simple. J'ai appliqué le principe de la synchronicité à la technologie du (…) En d'autres termes…
Odd : Et en français, ça veut dire que tu sais comment nous envoyer sur Terre directement depuis le Réseau ?
Jérémie : C'est exact.
Ulrich : T'as pigé le charabia d'Einstein ?
Odd : Ben ouais ! Après tout ce temps, j'commence à bien maîtriser la physique crampique !


II. Heureusement, il y a Lyoko!

Nous arrivons au véritable sujet de l'épisode. Brièvement exposé lors d'une scène de petit déjeuner assaisonnée de blagues, mais un peu plate, il s'agit de la plus grande nouveauté de la saison 4 : la Translation.
Je sais pas pour vous, mais moi j'aurais aimé en voir plus. Plus de Supercalculateurs, plus de scènes et de situations tournant autour de la Translation, plus de développements. On a eu 77 épisodes pour explorer ce que ça donnait quand les LG étaient sur la défensive : il est dommage qu'on en ait eu si peu pour multiplier les possibilités autour de l'offensive.
Ainsi, cet épisode sera le seul où le schéma de désactivation de la Tour sera parfaitement inversé, avec William dans le rôle d'Aelita, Jérémie dans le rôle de XANA, et le tandem Odd-Aelita dans celui de la menace envoyée sur Terre, qui se trouve arrêtée au dernier moment. Même la musique souligne ce parallélisme, reprenant les percussions du célèbre thème du climax. C'est une idée géniale, et malheureusement, limitée à cet unique épisode.

1. Hors-translation : préquelles et garde du Skid

Sur Lyoko, la procédure est détaillée étape par étape : embarquement à bord du Skid, décollage, sortie du Cinquième Territoire, babillage technique d'Aelita, plongée dans la Mer Numérique, utilisation du hub, ouverture du Réplika, arrimage du Skid à la Tour…Après tout, ce n'est que la quatrième utilisation du Skid, il n'est pas mauvais de faire un petit rappel au cas où on aurait manqué deux ou trois des épisodes précédents. Un poil long, tout de même.
L'atmosphère est efficacement meublée par les blagues d'Odd, qui chambre Ulumi et Jerlita. Ça va sans dire, Ulumi réagit à la critique de manière hostile et antipathique, tandis que Jérémie s'empresse de présenter ses excuses à Aelita. En outre, nous avons de nouveau droit à la petite valse de l'épisode #71 Smile

Seuls Odd et Aelita sont envoyés dans le monde réel ; à cette occasion, une petite blague nous est faite, et il faut admettre que la mise en scène fait qu'elle marche bien. Cela nous empêche tout de même de nous demander pourquoi Jérémie s'est précisément arrangé pour laisser ensemble deux tourtereaux visiblement en froid. Ou pourquoi il n'a pas demandé qui voulait profiter du voyage. Ou même informé préalablement ses équipiers de ce qu'il comptait faire.
Bref, sur le plan social, Jérémie est une banane flambée, et c'est pour ça qu'on l'aime. ♥

Pour notre malheur, Yumi et Ulrich se disputent encore sur cette histoire d'anniversaire sans se rendre compte à quel point c'est ridicule, inutile et peu inspiré sur le plan de l'écriture. Seul détail intéressant de la scène : Ulrich n'a pas l'air d'avoir la même distance que moi vis-à-vis du comportement de sa copine. Rien, dans son expression, ne montre qu'il comprend à quel point elle est immature et stupide ; il ne lui vient aucun argument pour débloquer la situation. Il culpabilise sincèrement !
Si cela éveille la sympathie du spectateur pour ce pauvre Ulrich, Yumi, qui se complaît dans son rôle d'agaçante Belle Dame sans merci, n'en est que plus détestable.

Heureusement, cette poursuite de la minable intrigue terrestre est rapidement interrompue par l'arrivée prévue des sbires de XANA, et les Lyokoguerriers, forcés de se taire, se mettent à faire leur boulot, à savoir : défendre le Skid pendant la mission de destruction du Réplika.

Bien qu'ils finissent par perdre, nos deux héros mettent en place une défense honorable, nous offrant de belles scènes d'action. Ulrich réussit un beau lancer de sabre pour éliminer la Tarentule que chevauchait l'ardent William, et Yumi en élimine deux autres après avoir esquivé une quantité raisonnable de lasers par un habile exercice de pilotage d'Overwing.

Bien qu'il perde comme un « idiot », selon son propre avis, Ulrich ne doit pas être blâmé d'avoir tardé à pousser son avantage. Lorsqu'il avait détruit de son Overbike, William en avait fait autant ; idem pour une tarentule qui s'était arrêtée de tirer sans raison quand Yumi avait quitté l'Overwing et lancé ses éventails.
Quant à Yumi, elle fait ce qu'elle peut pour tenir le temps que Jérémie remplace ses éventails, détruits par William. À noter que c'est la première fois qu'elle a besoin qu'il les reprogramme et, si je ne m'abuse, qu'une main autre que celle de Yumi les rattrape (excepté le #42). Nous saluerons cette originalité, tout en nous demandant pourquoi le XANA-guerrier prend le temps d'affronter une japonaise désormais inoffensive au lieu de foncer vers la Tour après l'avoir désarmée.

En parlant de la désactivation de la Tour…nous avions vu dans #51 les conséquences terribles que pouvait avoir la prise de contrôle par XANA d'une Tour activée par Jérémie ; comment se fait-il, dans ce cas, que lorsque XANA récupère la Tour, Odd et Aelita soient revirtualisés sur Lyoko ? Pourquoi le programme n'a-t-il pas la possibilité de trifouiller dans leurs consciences avec la même insouciance qu'un enfant de cinq ans dans les fichiers de configuration de Windows ? Nous excuserons ces règles incohérentes mais après tout justifiables, parce que la scène du dernier Code XANA le vaut bien et que, comme je l'ai dit, il est regrettable que nous n'en ayons pas eu d'autres.

2. La technique ultime : Translation !


Translation…HAAAA!


De beaux décors, de nouveaux chara-designs, de magnifiques Super-Pouvoirs, une musique qui sent bon le changement d'air sur fond de tambours militaires, une musique d'ambiance jazzy mêlant les percussions étouffées et la basse feutrée des films d'espionnage aux violons stressés et classy à la fois, aaaah, ahaaah aaaahahahahahaaa aaaaaarrrrrfgggghgrhaaaagagaaahh
** Belgarel s'écroule par terre, se met à convulser, une épaisse mousse blanche jaillit de sa bouche et éclabousse le sol et les murs. **

Vous savez, la première fois que j'ai vu la Translation, ce renouvellement du concept m'a fait dire : « N'importe quoi. » ! Mais jusqu'à Évolution, je me méfiais comme de la peste de l'attitude du « C'était mieux avant. », ce qui fait que je me suis réfugiée dans une prudence sceptique vis-à-vis de cette nouveauté, sans tomber dans la rage du fanboy de la saison 1 que j'étais à l'époque.
Et j'ai eu raison. En fin de compte, il se trouve que c'est une des meilleures choses que nous ait offert la série ! En outre, c'est une évolution cohérente du concept de #26 Faux Départ et #39 Fausse Conduite, où des créatures virtuelles étaient matérialisées ; mentionnons également #47 Au Meilleur de sa Forme, où Jérémie donnait à Odd la puissance d'un spectre.
Après, le seul reproche que je puisse faire au rendu, c'est que le style d'animation des personnages de Code Lyoko, assez haché, s'accommode mal des effets spéciaux détaillés qui tiennent lieu de pouvoirs à nos héros translatés. Dommage.

Tout commence par un petit silence pendant lequel nous nous demandons si Odd et Aelita ont survécu à la procédure. Jérémie serre anxieusement sa canette de soda (rouge, demandez la marque à Gummy Mr. Green) et une petite musique angoissante se lance, suivie d'une page de pub.
De retour à l'épisode, la peur est désamorcée immédiatement : tout va bien, le silence était causé par…ah ben, on le saura jamais en fait…
C'était l'instant inutile et inexpliqué. Merci, Code Lyoko, on s'en serait bien passés !

Comme dans les jeux vidéos, l'exploration, y'a que ça de vrai ! Nous suivons donc nos deux héros à travers un nouvel environnement qui enrichit un peu l'univers de la série : un complexe scientifique en Amazonie. Sombre, mystérieux, menaçant, intéressant, il nous confirme dans l'hypothèse que XANA cherchait à conquérir le monde. Dommage, j'aurais bien aimé que XANA soit un personnage, pas juste un antagoniste invisible à la Sauron.

En attendant, ce petit voyage à XANA-land nous montre des plans mystérieux et un peu glauques, des combats 2D qui déchirent (d'après les standards de la 2D dans Code Lyoko), un beau petit exemple de stratégie face au Supercalculateur que protège un champ de force…
Juste quelques questions : quel intérêt y a-t-il à mettre un champ de force devant un Supercalculateur si on ne s'attend pas à être attaqué ? Et dans le cas contraire, pourquoi prévoir un bouton de désactivation et le placer à portée de spectre ? Pire : pourquoi ne pas le planquer à l'autre bout de la base ? Ces questions demeurent secondaires, mais j'aime avoir l'air intelligent Mr. Green

On a déjà souligné le lien ménagé par les scénaristes entre le Territoire du Réplika et l'environnement dans lequel se trouve le Supercalculateur chargé de le générer. Dans cet épisode, les parallèles entre les combats des Lyokoguerriers transaltés et ceux qui sont restés sur le Réplika sont mis en évidence par le montage et renforcent la cohérence de l'épisode et l'intensité des scènes présentées. En voici quelques-uns :
Citation:
Jérémie : Aelita, Odd dépêchez-vous de trouver le Supercalculateur. Yumi et Ulrich doivent faire face aux Tarentules !
Odd : Ben c'est tout comme nous.
http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/parallc3a8lecombat.png
Deux bras de fer en parallèle. En plus, ils font tous les deux plein de lumière.
En somme, donc, une bonne réalisation vient compléter ce bon épisode.


L'heure est venue de conclure cette analyse en notant l'épisode. Détails du barème en spoiler.


11/20

Spoiler


Dernière édition par Belgarel le Dim 11 Mai 2014 17:03; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Belgarel MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 15:53   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
#38 Tentation
http://a142.idata.over-blog.com/2/57/58/71/image-blog-suite/twilight-tentation.jpg


S'il y a un épisode qui va au bout du caractère de Jérémie, c'est #38 Tentation. Sa fascination pour le monde intellectuel et les inventions de Hopper ; son obstination, le fait qu'il est prêt à poursuivre sa folie sans hésitation, simplement pour sauver guère plus qu'une intelligence artificielle – du moins le croit-on jusqu'à #51 Révélation.
Mr. Green
Et pourtant, paradoxalement, cet épisode totalement consacré au développement de Jérémie est celui où Jérémie n'est plus lui-même. À force d'être trop Jérémie, il perd son humanité, son intelligence et devient simplement le jouet de XANA. Car l'orgueil obsessionnel et le rejet de l'amitié, c'est le Maaaaaal. (Hé, pêché capital quoi Cool )

L'intrigue, nous nous en souvenons tous, car elle est puissante : mis sur la voie par XANA, Jérémie a trouvé le moyen d'utiliser une invention de Hopper pour accroître son intellect.
Pourquoi serait-il nécessaire de faire des Retours vers le Passé pour l'utiliser ? Comment se servait-il du casque qu'il avait construit si ce dernier se trouvait dans sa chambre à l'internat ? Si Jérémie est-il guéri brusquement à la fin de l'épisode, faut-il en conclure qu'il transportait le casque sur lui pour éviter de repartir de zéro lors d'une attaque de XANA où il ne l'aurait pas ? Autant de questions dont les réponses sont floues ou inexistantes – mais ce n'est pas ce qui est important.

Ce qui importe, c'est le fait que Jérémie est prêt à se sacrifier pour atteindre son but – à savoir, sauver Aelita et nous délivrer de XANA.
http://fr.topic-topos.com/image-bd/france/92/tableau-du-christ-en-croix-datant-du-xviie-siecle-vaucresson.jpg
Une allusion ? Où ça ? Je vois rien, moi…
Certes, c'est une décision qu'il prend à un moment où ses capacités de réflexion ont déjà été altérées par le casque, et on peut supposer que ce dernier, bouleversant la chimie du cerveau, agit probablement comme une espèce de drogue (en cela, cet épisode est bien plus fin que ceux consacrés au sujet dans d'autres séries :3).
Ce que Jérémie sacrifie ici, c'est son humanité. Son ton de voix est monocorde, il se montre désagréable, joue les petits chefs têtus en se repliant dans sa Tour d'Ivoire…Et pourtant, même après avoir touché le fond, il est prêt à se confier à Aelita quand elle lui explique qu'elle est inquiète de le voir souffrir, plus encore que de l'idée que XANA gagne. Il allait le faire…quand, comme par hasard, XANA passe à l'attaque (à croire que Jérém…euh, « Dieu » n'est pas le seul être omniscient du coin).

Et tous ces sacrifices pour quoi ? Pour rien. Parce que XANA avait tout prévu : il avait mis Jérémie sur la voie, il l'avait tenté et Jérémie avait cédé à la soif du Pouvoir et de la Connaissance.
Sauf qu'il ne faut attendre aucune Vérité du Tentateur. Les calculs de Jérémie sont faux. Ses progrès illusoires. En fin de compte, il a offert gratuitement à XANA un gain de puissance en lançant des RVLP superflus. Héhé, il ne faut jamais faire de pacte à la Docteur Shrank…euh, je veux dire, à la Faust !
Cette résolution, on pouvait s'en douter : deux indices nous mettaient sur cette voie.

Le premier indice est le cours de maths de Mme Meyer. Un destin pire que la mort, d'après Odd…voyons donc voir ces terribles mathématiques qu'elle enseigne ?
À première vue, ça n'a pas l'air bien méchant. Elle trace au tableau un triangle équilatéral pour nous parler de Thalès. Sauf que si on tend l'oreille (ou du moins ce qu'il en reste)…
Citation:
Par exemple, considérons le triangle ABC pour lequel (RS)//(BC). Nous allons d'abord calculer x. Puis SC par hypothèse. ABC est un triangle, R est un point de [AB] et N un point de [AC], comme nous l'avons dit. (…)
x = 56 et SC = 8 – 5,6 = 2,4. Et voilà, c'est somme toute assez simple, n'est-ce pas ?
Après ce calcul étrange, où le point S se transforme en N, qui fait intervenir une inconnue dont on ne sait pas à quoi elle correspond (pour des élèves de quatrième !) et dont l'absence de fractions / de produits en croix nous pousse à nous demander quel est le rapport avec Thalès (Rq. : pas dans le script), on pourrait espérer que le tableau nous éclaire un petit peu !
Jugez par vous-même.
http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/mathsmeyer.png
Jusqu'à ce pauvre triangle a réussi à changer de forme !
Et x n'est pas égal à 56 Razz
Si vous êtes bon⋅ne en maths, vous aurez bien compris où je veux en venir. Si vous êtes mauvais⋅e, vous aurez encore mieux compris Mr. Green
Il ne s'agit pas d'erreurs. Les trolls ne se trompent jamais.

Pendant ce cauchemar comique qu'est le cours de maths de Mme Meyer, Jérémie fait lui aussi une sorte de rêve, qui constitue à sa manière un deuxième indice du fait que ses calculs sont inutiles. En effet, on le voit plongé dans ses pensées : croyez-vous que son cerveau remue formules mathématiques et lignes de code ? Pas du tout ! Jérémie court, dans une atmosphère angoissante, oppressante, cherchant à fuir des ombres qui se referment autour de lui dans une espèce de tunnel carré, le rattrapent et le devancent…
Bon, recourir à l'expédient du rêve ou du cauchemar pour montrer les angoisses et problèmes d'un personnage est un lieu commun des plus éculés…usé jusqu'à la corde avec laquelle on voudrait se pendre. Mais il y a des fois où c'est bien fait, et c'est le cas dans cet épisode.
Parce que ce rêve ne communique pas clairement. Nous n'avons pas droit à une aventure onirique type Alice au Pays des Merveilles, où l'on court de PNJ en PNJ. Nous n'avons pas droit à du symbolisme lourd et clair. Même à la fin de l'épisode, on ne peut que hasarder des hypothèses pour expliquer ce que nous voyons à l'écran : « les bandes noires, c'était XANA. Sa peur de perdre le combat : alors il se ruait vers la lumière, il utilisait le casque neuronal sans se retourner, jusqu'à ce que toute perspective de gagner soit perdue et qu'il le fasse, et là il retrouve la lumière et quitte la voie mortifère qu'il avait… »
En un mot : ce rêve joue avec nos émotions plus qu'avec notre logique. C'est une atmosphère, pas un symbole. Et ça, c'est bien !

Que conclure de cette scène du cours de maths ? Que Jérémie atteignait un point de complexification des boyaux de la tête tel qu'il surchauffait de la cafetière. En fin de compte, il se retrouvait à se tromper de voie, et c'était déjà évident à ce moment-là. D'autant plus que ses amis s'inquiètent pour lui, et que la majorité, quand elle est motivée par de bons sentiments, a toujours raison. Heureusement…
Le livre de Jérémie (VIII, 3) a écrit:
Dis-leur : Ainsi parle Yahweh : « Est-ce que ceux qui tombent ne se relèvent pas ? Et celui qui s’égare ne revient-il pas dans le chemin ? »
Ainsi, Jérémie finit par revenir de cet état mortifère et dangereux, pour notre plus grand soulagement. C'est Yumi qui le rappelle, et on pourrait trouver la scène un peu rapide si la discussion avec Aelita n'avait pas eu lieu, pendant laquelle le point de vue de Jérémie sur le casque neuronal est chamboulé en silence.
À la fin de l'épisode, le casque neuronal est détruit, Odd balance des vannes sur Ulrich et toute l'affaire se conclut dans un rire général. Dessin animé des années 90/2000, quoi…

Ce qu'il nous révèle sur Jérémie ? Ses tendances, bien sûr – mais aussi le fait que Jérémie n'est pas que cela. Qu'il est avant tout humain, capable de se reposer, ayant besoin de ses amis. Bon, comparé à d'autres séries, c'est peut-être pas la meilleure des morales ; mais il se trouve que ça veut aussi dire qu'il ne faut jamais vous tuer au travail, les enfants. Mourir pour des idées, d'accord : mais de mort lente, d'accord : mais de mort lente…

***


Bien sûr, il se trouve qu'autour de cette intrigue originale et puissante, profondément enracinée dans les mythes fondateurs de notre culture (et encore, j'ai pas casé Icare !), de nombreux événements ont lieu et que nous ne sommes pas en reste du point de vue de l'action sur Lyoko !

En effet, il n'y a pas moins de trois attaques de XANA dans ces 23 minutes d'épisode ! Conséquence directe ? Un tantinet bâclées.
La première, sur laquelle commence l'épisode, n'a même pas de versant terrestre ; quant à la seconde, elle ne nous présente qu'une banale xanatification de personnage secondaire qui passe aussi inaperçue qu'une lettre à la poste. On s'étendra pas sur la prise de possession de l'ambulance dans laquelle se trouve Jérémie, remixée de l'épisode #4. On pourrait râler sur deux ou trois décors répétitifs et se demander comment une ado à vélo peut rattraper un véhicule à moteur, prévoir sa direction de manière à emprunter un raccourci efficace, comment elle fait pour ne pas rebondir sur la bordure de la route dans ce décor ou pourquoi elle met sa ceinture une fois au volant, mais ce serait chercher la petite bête. En fait, les scènes sont intenses et nos personnages réfléchis, et sur le plan du rythme ça fonctionne comme il faut.

Seul fail notable : après le visionnage du journal de Jérémie, une tour s'active, lançant la troisième attaque. Dans le script (p.20). Car dans l'épisode, cette scène a été remaniée : nos héros savent que XANA attaque (Yumi déclare vouloir s'assurer que l'attaque ne vise pas notre Jérémie inconscient), mais nous ne voyons pas quand ils l'apprennent. Un bon point de cohérence gaspillé pour des raisons d'économie.

Lors de ces trois attaques, une armada de 34 monstres (1 Méduse, 10/11 Frôlions – faites pas confiance au guide : 7, c'est le nombre ayant été détruit –, 18 Kankrelats, 5 Tarentules) font face à nos héros, dont 18 sont vaincus : seulement quatre tirs atteignent leur but, dévirtualisant un Overboard et deux Lyokoguerriers (un tir de Tarentule chacun, vive les points de vie flexibles Rolling Eyes ). Sur trois attaques, c'est un joli score !
Heureusement, ce côté expéditif de nos Lyokoguerriers plus « pro » que nature est compensé par une remarquable inventivité lors de ces trois attaques ! Il le fallait bien : sans ça, l'épisode aurait été ennuyeux et répétitif au possible.
Donc, première attaque : scènes classes avec les véhicules (pilotage expert d'Overboard, qui inspirera la « mauvaise conduite » Aelita dans l'épisode suivant ; attaque badass d'Ulrich sur son Overbike, digne de celle de l'épisode #28 ) ; armée en rangs de Kankrelats, détruite par un bon usage de la Télékinésie (pouvoir trop rarement utilisé) ; destruction astucieuse de la Banquise, revenant à un excellent usage du terrain, pour mettre en déroute des tarentules qui ont du mal à s'accrocher aux parois verticales.

Fait amusant pour conclure l'épisode : Ulrich ne sait pas trouver la touche « entrée » (ou le « bouton », comme il l'appelle) sur un clavier. Je veux bien que Jérémie soit le plus calé en informatique du groupe, mais faut pas abuser avec la réutilisation d'images, les gars : ça donne des situations ridicules ! :3

***


L'heure est venue de conclure cette analyse en notant l'épisode. Sachez, que d'expérience, je pense donner facilement des points. Détails du barème en spoiler.


18/20

Spoiler

_________________
http://nsm04.casimages.com/img/2010/10/30//101030031134926107021414.png
http://imageshack.us/a/img545/1418/n6uz.png
http://imageshack.us/a/img266/4029/ck80.png
Premier commandement : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
Troisième commandement : Tout individu a droit à la vie
Quatrième commandement : Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Belgarel MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 15:54   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
#67 Mauvaise Réplique


Deuxième partie de l'ouverture de la saison 4. La situation de nos héros étant encore instable, nous obtenons encore un épisode au rythme atypique, pour ne pas dire bordélique, mêlant intrigues en tous genres et brassant les bases de cette dernière saison de Code Lyoko.
On continue la recréation de Lyoko, on introduit les premières nouveautés virtuelles (tenues de combat et super-pouvoirs – un petit côté #27 Nouvelle Donne, tout ça), on reprend les problèmes de surmenage et de conciliation entre vie secrète et vie officielle (cf. #64), on se débat avec un spectre créé par Jérémie (l'écran-titre de l'épisode nous montre une tour verte, ce qu'on n'avait pas vu depuis l'épisode #51), et surtout, on traite le problème de William. Enfin, je veux dire : on ne s'occupe pas du fait que William est un problème, mais du fait que son absence, à court terme ou à long terme, risque d'être remarquée.

OK. Ça fait un peu fouillis, tout ça, non ?

I. Faire le mur, à l'aide d'un Supercalculateur

Jérémie est surchargé de travail. Entre Lyoko à recréer, William à couvrir et récupérer, la recherche d'un moyen d'aller sur le Réseau…
En fait, une question simple se pose : pourquoi Jérémie travaille-t-il sur autant de projets en même temps ? Quelle utilité y a-t-il à recréer les Territoires de Surface maintenant qu'on sait se matérialiser directement dans Carthage, si ce n'est fournir à XANA l'occasion d'attaquer des Tours ? Et est-ce vraiment le moment pour bricoler les avatars virtuels de nos héros?
Citation:
Jérémie : C'est juste un petit truc que j'ai bricolé à mes temps perdus.
Aelita : Jérémie, t'es vraiment un garçon qui me donne…des ailes !
La seule réponse logique à toutes ces questions est que Jérémie est conscient que nous sommes au début de la saison 4, et qu'il est temps de changer de rythme par rapport à la saison 3. Je vous laisse apprécier vous-même la valeur diégétique de cet argument.

Mais admettons. Même sans ces manquements au réalisme qui justifient la continuité avec la saison 1 (le fait que Lyoko existe encore et que XANA puisse activer des tours) et le nouveau design des persos – même sans cela, un scénario où Jérémie bosse nuit et jour tient la route.

À noter que le problème de l'épisode #38 (à savoir : se ruiner la santé au travail) ne revient pas sur le tapis. Jérémie ne dort pas pendant plusieurs jours, se prive de nourriture, et râle un peu quand ses amis viennent l'emmerder dans sa chambre en bavardant de tout et de rien ? Tout va bien : tant qu'il n'utilise pas le casque neuronal, c'est pas grave !
Je vais pas le reprocher à l'épisode. Il a assez de choses à faire comme ça, et Jérémie a raison de demander à Odd de se la fermer en début d'épisode, vu les conneries qu'il nous assène de sa voix criarde.

Le premier problème qui se pose dans l'épisode est donc : comment impunément sécher les cours en masse pour récupérer William dans la journée ?
Oui, vous avez bien lu. Sécher les cours. Nous sommes dans une série pour enfants, pour rappel.
C'est une chose que j'aime bien avec Code Lyoko : la fibre morale est merveilleusement flexible. Mais on leur pardonne : ils « sauvent le monde »…après avoir ouvert la boîte de Pandore Razz

La solution imaginée par Jérémie est de créer un clone polymorphe à son image, de lui prendre la côte et de façonner…ah bon, c'est pas ça ?
Bref : un clone numérique. Son apparition sera d'abord l'objet d'un quiproquo amusant et inquiétant à la fois (Jérémie agissant de manière si imprévue que nos héros penseront qu'il y a XANA sous roche) causé par les « propriétés émergentes apparues de façon imprévisible » : nous avons ici une annonce de l'épisode #81, cher à mon cœur. Cependant, il est dommage de ne pas voir Jérémie plus alarmé que ça qu'un programme qu'il a lui-même créé se comporte de manière « imprévisible » : au mieux on appelle ça un bug, au pire une âme. En outre, on peut se demander pourquoi les « propriétés émergeantes » du clone de Jérémie (dragueur et vantard) ne sont pas les mêmes que celles du clone de William, auquel elles auraient pourtant parfaitement convenu (ou du moins, pour ne fâcher personne, mieux que sa bêtise).
XANA sous roche, disions-nous…justement, l'épisode sera plus centré sur le fait que XANA cherche à s'emparer du clone de Jérémie. Prélude à l'autre épisode sur le clone du William, #69 – très similaire à celui qui nous occupe, en somme.

Concrètement, tout commence avec un bon vieux cours de sports de Jim, où pour se venger de ses nombreuses absences, le professeur entend ridiculiser notre intello. Ça donne un cours plutôt étrange, comme seul Jim sait en faire : un élève qui fait du sport, vingt autres qui regardent. Enfin, le cours de Mme Hertz auquel assiste Yumi n'a pas l'air beaucoup plus dynamique : une vingtaine de mannequins en plastique qui ne bougent pas, ne parlent pas, ne respirent pas, tandis que la prof farfouille sous le bureau à la recherche de morceaux de télescope.
Sauf que ridiculiser un spectre polymorphe, c'est pas si facile que ça. S'ensuivent des scènes au comique un peu mollasson et cartoon, où "Jérémie" explose tous les records – heureusement que les répliques de Jim dynamisent le tout (on assiste par exemple à un « lancer de Bel-poids », ou à un « en piste sur la piste »). Rappel de JéréJim : entre l'épisode 25 et l'épisode 74, c'est surtout l'intérêt personnel qui définit la relation privilégiée de ces deux personnages. Aussi Jim s'improvise-t-il avec enthousiasme coach de sa future star interplanétaire. C'est, il faut dire, légèrement déplacé et un peu flippant au sein d'un cours de sport.

À partir du moment où XANA tente de prendre le contrôle de la tour activée, ces scènes comiques se teintent d'une dimension dramatique inquiétante : le chouchou du prof se mue en bombe à retardement. Entre-deux sympathique et inhabituel. Après cette courte période pendant laquelle les élèves doivent composer avec une menace à moitié comique, nous retombons dans l'attaque de XANA classique : partir à l'infirmerie, foncer à l'usine, retenir le spectre…

Classique, à une seule exception : les capacités du spectre sont supérieures à d'habitude. Il court très vite, notamment ; et il a le sens de l'élégance : pas question de tuer avant de s'être recoiffé ! Là encore, on est en droit de se demander pourquoi le spectre de Jérémie est plus dangereux que ceux de XANA, alors qu'il ne devait servir que de doublure.
Résultat : c'est à Jérémie que revient la tâche de retarder le spectre (situation similaire à ce qu'on verra dans #73 Réplika), et la majorité de la bataille, assez courte, a lieu dans la salle des commandes. Le tout donne une attaque d'abord hésitante, puis rapidement trop puissante : la balance penche bien trop en faveur de XANA, plus rien ne résiste au faux Jérémie, qu'il s'agisse de portes blindées de six pouces d'épaisseur ou d'Odd, qui se fait derechef balayer. Quant à Ulrich, il semble qu'il lui faille cinq minutes pour monter une échelle, ce qui fait qu'il manque la bataille sur Terre.

II. Vrai ou Faux : de Jérémie à William

Le deuxième problème de l'épisode est que l'absence de William devient de plus en plus difficile à justifier à l'entourage. Ce problème est cohérent avec le précédent, dans la mesure où il rentre dans la même problématique du secret et de l'entourage, et où l'aspect moral est encore plus incertain que pour Jérémie (où il ne s'agit que de sécher des cours).

Le premier fil rouge ayant été exposé dans la première scène, le second l'est, logiquement, dans la deuxième. Delmas reçoit deux coups de fil du père de William : le premier justifie son absence, le deuxième s'en inquiète. Dans les deux cas, il y a comique : tout d'abord, la gestion de l'établissement, qui retient son attention pendant le premier coup de fil et cause un certain nombre de lapsus ; ensuite, le quiproquo dont il est victime, qui le pousse à se moquer méchamment de M. Dunbar ; enfin, les conseils avisés de Nicole, qui lui apporte son expertise en matière d'informatique et de coups de téléphone, et se voit récompensée en conséquence.
http://img689.imageshack.us/img689/9334/dlpu.png
Jean-Pierre a écrit:
Au fait, Nicole, vous n'avez pas du travail en retard?
Comme pour ce qui se passe dans la chambre de Jérémie, ce comique empêche le spectateur de se concentrer sur les événements auquel il assiste en soupesant exactement leur importance dramatique : ainsi, il sera surpris lorsque plus loin, Delmas exigera de savoir où se trouve William. Remarquez que ça ne prend pas avec des adultes, tout en rendant la série intéressante et divertissante pour son public cible. Vraiment bien foutu – quoique nous puissions maintenant estimer que la tension éthique inhérente à la saison 4 s'accommode mal de ce « trop d'humour »

Le but de nos héros, dans cet épisode, n'est pas encore de ramener William. Il faudra pour cela attendre le #69, et le #93. Oui, ça reste assez…ponctuel, comme préoccupation. Pour le moment, ils sont, par la force des choses, dans une logique du rafistolage, du provisoire.
En fait, lorsque le duo comique Delmas-Morales annonce aux Lyokoguerriers que quelque chose leur fait penser qu'ils savent quelque chose du quelque part où se trouve William, Jérémie décide de faire encore plus d'heures sup' pour récupérer William dans la journée. Objectif dont on n'entendra plus parler de tout l'épisode : il faut croire que ce n'était pas si important que ça, et que l'attaque de XANA contre la tour du clone de Jérémie ne lui a pas fait comprendre que quel que soit le quelque chose qu'ils risquaient en n'utilisant pas de spectre polymorphe pour faire semblant d'avoir un Lyokoguerrier en cours, quelque part cela valait toujours mieux que le quelque chose qu'ils risquaient en le faisant. N'est-ce pas, épisode 69 ?

Pour parler plus clairement : non, la solution de l'épisode n'est pas satisfaisante. Nos héros ont justement appris qu'il était dangereux d'activer une tour pour créer un clone, car ce dernier pouvait être contrôlé par XANA n'importe quand. Cette donnée – qui résume tout le développement de l'intrigue de l'épisode ! – n'est pas compatible avec le dénouement. À la rigueur, ça l'aurait été si l'épisode avait pris la peine de montrer Jérémie en train de tenter de ramener William : vous savez, comme il était censé le faire au départ ? Sauf que là, c'est annoncé par Jérémie après le RVLP comme si c'était une donnée inchangeable, sans avoir été appuyé par rien ! C'est qu'en fait, un William méchant sur Lyoko, on y tenait !
Pourquoi ? Pour avoir un avatar de XANA humanisé (vieille exigence des producteurs, qui ne comprenaient rien à la puissance sauronesque d'un Mal non-incarné) ? Par peur de faire revenir le bonhomme et de devoir imaginer une réaction plus fouillée que l'absence de réaction du #95 ou la séance de boude superficielle du #94 ?
Je reconnais que se débarrasser du personnage fouille-fange de William est un des points forts de la saison 4, comparée aux deux précédentes : mais créer un clone de William vulnérable à XANA et ne pas permettre qu'il devienne l'arme favorite du programme malfaisant sur Terre, à l'échelle de l'épisode, c'est une incohérence, un point c'est tout.

Revenons-y, à l'épisode. Pour la deuxième fois, nous retrouvons Dark William sur Lyoko. Enfin, après une petite scène où on découvre le nouveau design des héros (sauf d'Odd) – lequel design a son intérêt, chose bien comprise aujourd'hui, mais assez mal acceptée dans le temps, par les nostalgiques de tous poils. Leurs réactions :
    ⋅ Ulrich manifeste son contentement d'avoir 2 lames et fait une allusion au rituel matinal du rasage ;
    ⋅ Aelita et Yumi s'échangent des compliments sur leurs petites jupettes et leurs épaulettes trop mignonnes.
Ayant horreur du sexisme non nécessaire, je ne relèverai pas qu'alors qu'il y en a un qui s'intéresse à ses armes et à la puissance de son double symbole phallique, insistant sur la pilosité précoce de son corps pubère, les deux autres bécasses sont en train de socialiser (parce que les filles sont plus sociales) en gloussant autour d'accessoires de mode ornés de petites fleurs.
Donc, après ces conneries, place à la baston.

Première remarque : on peut se demander si William est vraiment du côté de XANA. Parce que bon, entre le début du combat où il quitte exprès et inutilement le mode Supersmoke juste pour envoyer rebondir un Overbike vide sur une Tarentule qui manque d'un cheveu de tomber dans la mer numérique, et la fin où il dévie un champ de force d'Aelita vers une autre Tarentule, il ne fait pas grand-chose. En fait, il élimine à peu près autant d'ennemis que la Gardienne de Lyoko.
Bon, ne soyons pas injustes : il rend obsolète le puissant Triplicata d'Ulrich, prouvant que grâce à lui, ce vieux truc ne peut plus tromper XANA. La scène est tendue et solennelle et s'achève par la dévirtualisation par derrière du samouraï, d'un bon coup de symbole phallique dans l'abdomen.

Les combats sont dynamiques et pleins de petits jeux ou rebondissements : rebond du champ de force d'Aelita sur l'épée de William, partie de cache-cache avec une araignée sous la plate-forme de la Tour, trajectoires d'éventails tout simplement improbables (à moins que ledit éventail ait été lancé par Aelita, ce qui n'est pas très clair)…Mais on observera que tous ces combats ne sont possibles que parce que, une fois encore,
Aelita a activé son fameux Mode Cruche !
Elle a des ailes, elle virevolte autour de la Tour, et que fait-elle ? Voler directement jusqu'à la plate-forme de l'interface ? Profiter de sa vitesse pour distancer les forces de l'ennemi, mal positionnées ? Non : elle part à la chasse au montre, hihi ! Et pendant ce temps, Jérémie et Odd manquent de se faire rôtir par un spectre.

Revenons à William.
Après la désactivation de la Tour, il est resté seul avec Yumi. Et on cite souvent #76 Le Lac pour rappeler qu'il se bat toujours aux côtés des Lyokoguerriers de l'intérieur de son avatar virtuel ; mais on oublie cet étrange mouvement qu'il fait dans l'épisode #67, déplacé, un peu creepy, qui prouve qu'un cœur humain bat encore sous le joug de XANA :

Tout parallèle avec le baiser volé (dans le script) de #39 est purement fortuit, bien sûr.
Bien entendu, je pourrais me contenter d'insister sur le fait que la tendresse que montre William ne le retient pas de jeter la japonaise de son cœur dans la mer numérique une seconde après, mais ce n'est pas mon propos. En toute honnêteté, on n'a rien à reprocher au vrai William dans cette scène, et son statut est celui d'une victime : cette marque d'humanité ambiguë m'inspire plutôt de l'empathie pour l'homme et de la colère contre XANA.
Mon propos est de montrer que ce développement du combat intérieur, qui est malheureusement cantonné à l'épisode #76, est déjà amorcé dès cet épisode. Ce petit geste, c'est un signe que quelque chose de l'hôte est préservé. Un indice élégamment implanté dans ce deuxième épisode de ce qui se passera plus loin dans la saison. Même si, en fin de compte, l'intrigue en question reste sous-exploitée, il s'agit là d'une marque d'écriture intelligente.

Malheureusement, cette scène est gâchée par une série de problèmes. Au lieu de dévirtualiser Yumi in extremis ou de lancer un retour vers le passé, on envoie Odd sur son Overboard pour la rattraper en pleine chute. Outre le timing qui ne colle pas du tout, on notera que le prétexte invoqué pour ne pas recourir aux solutions évidentes – à savoir, que le terminal du Supercalculateur a été cassé par le spectre – ne semble pas gêner les procédures de virtualisation ou de matérialisation de véhicules, ni même, en fin de compte…de RVLP !
Bref, ce dernier bouquet d'invraisemblances et d'incohérences est le prix à payer pour l'apparition totalement inutile du nouvel avatar d'Odd, qui reçoit autant de commentaires qu'il en mérite : c'est-à-dire un « Heu… » sceptique.


L'heure est venue de conclure cette analyse en notant l'épisode.
En somme…énormément de choses à faire dans cette deuxième partie de l'ouverture de la saison. L'unité de l'épisode est assurée par l'idée de clone spectral de nos Lyokoguerriers, et le passage de faux Jérémie à faux William fonctionne plutôt bien. L'épisode contient en germe des éléments qui seront repris tout au long de la saison, tout en maintenant dans l'ombre et le mystère ce qui touche à l'exploration du Réseau : c'est du beau boulot.
Le souci, c'est les multiples incohérences qu'il contient. Les leçons tirées de cette mauvaise expérience avec le spectre ne sont pas appliquées ou rectifiées, tant en termes de personnalité émergente qu'en termes de sécurité. La partie sur Lyoko est aussi un mélange de bonnes idées et de maladresses grosses comme une maison.
Pour résumer, nos héros sont forcés de bricoler des solutions sous-optimales : ce n'est pas une mauvaise chose en soi, mais les raisons pour lesquelles ils ne peuvent pas atteindre leurs objectifs ne sont pas montrées ni suffisamment développées ! Et ça, c'est un gros défaut : car cela rend clairement visible le fait que l'intrigue est plus menée par la volonté du scénariste que par la logique du récit – ce qui est précisément ce qu'une bonne écriture se doit de nous faire oublier. Et non, nous distraire avec des blagues ne suffit pas à effacer le manque de cohérence du scénario – pas quand on a plus de vingt ans.
Un bilan mitigé, donc. À ce titre, je lui accorde la note de…

12/20


Dernière édition par Belgarel le Mar 13 Mai 2014 10:20; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Nelbsia MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 20:38   Sujet du message: Répondre en citant  
Pokémon Master


Inscrit le: 26 Mai 2010
Messages: 207
Localisation: Dans les bras de la Mort
Première critique pour l'animation obligatoire (épisode 63) :


#63 : "Triple sot"

Un épisode en trois parties.


Tout commence sur Lyoko avec un Odd en petite forme, contrairement à ses camarades qui déchaînent leurs pouvoirs (Triplicata, Télékinésie, ...), et la frustration du félin se fait ressentir quand vient l'heure de compter les monstres détruits.
Voila qui nous rappelle les interminables débats entre les fans des différents Lyoko-guerriers : "Qui est le plus fort ?", "- oui mais il a plus de pouvoirs", "- justement malgré ses pouvoirs...", etc.
Lorsqu'Odd se plaint de son désavantage, il mentionne la disparition de son don d'anticipation à cause de Jeremy (une petite explication vaut mieux qu'un silence, et au passage, ce détail constituera le seul élément à rattacher à l'intrigue globale de la série).
Bien installé devant ce savoureux début d'épisode ou l'on fait l'étalage des pouvoirs des différents Lyoko-guerriers, le spectateur espère assister à l'arrivée de nouveaux pouvoirs, grand moment quasi-historique des séries pour enfants.
C'est alors que Jeremy offre la Téléportation à Odd ! La Téléportation ! Rien que ça !
On se dit "Waouh ! Mais c'est complètement abusé ! Odd va tout déchirer avec un tel pouvoir !"
Bonne idée pour désamorcer ce déséquilibre potentiel : la Téléportation est défectueuse puisqu'elle clone Odd, qui après deux Téléportations se retrouve en trois exemplaires.
Ainsi, l'avantage excessif d'Odd n'aura pas lieu, mais on obtient tout de même une situation intéressante : trois Odds indépendants.

Après cette captivante situation initiale et cet alléchant élément déclencheur, l'épisode entre dans son vrai contenu, dont la première moitié fait malheureusement mal à la tête.
Les héros n'étaient pas préparés à faire face à une telle situation, les trois Odds n'arrivent pas à s'entendre, et leurs voix qui se répètent et se contredisent pèsent rapidement sur les oreilles du spectateur.
Même en étant fan d'Odd jusqu'à sa voix suraiguë, la partie "sur terre" de l'épisode Triple Sot constitue une overdose d'Odd, alors que ça partait d'une bonne idée et qu'il y avait tant de possibilités à exploiter.
Par exemple, on a choisi de nous montrer que les trois Odds sont bien embêtés au moment de manger tous les trois à la cantine, qu'ils doivent donc y aller chacun leur tour, mais que seul le premier obtient assez de nourriture car Rosa refuse de "le" servir trois fois de suite, ...
...alors qu'on aurait pu nous présenter trois Odds courtisant trois filles différentes et tout le chaos qui suivrait.
Un bon point tout de même dans cette partie assez pénible : les répliques de Jim.

Il faut attendre la moitié de l'épisode pour que Xana vienne enfin sauver Triple Sot avec une attaque plutôt intéressante : un nuage de fumée rampante qui pétrifie les humains qu'elle touche.
Le rythme de l'épisode devient soutenu, avec une bonne alternance de l'action simultanée Terre/Lyoko (un élément fort de la série).
Pendant qu'Ulrich, Yumi et Aelita offrent un beau spectacle sur Lyoko face à des Megatanks sur un chemin étroit du territoire montagne (Aelita entre les faisceaux, Ulrich qui court à l'horizontale contre un mur, ...), les Odds sur terre unissent enfin leurs forces et s'échappent de Kadic en passant par le toit (de manière complètement folle mais géniale à regarder).
Pour finir, sans surprise mais avec plaisir, Odd l'unique est de retour sur Lyoko pour terminer la mission, puis sur Terre pour se la raconter en affirmant qu'il est déjà trop doué et qu'il peut donc se passer de pouvoirs supplémentaires, tandis que ses amis apprécient sa modestie tout en étant bien content de ne plus en avoir trois sur les bras.

En conclusion :
- une partie initiale qui donne envie (mais malheureusement cet épisode n'implémentera pas de nouveaux pouvoirs pour la suite de la série)
- une première moitié mal exploitée et stridente (à l'exception de la prestation de Jim)
- une deuxième moitié excellente (assez classique, mais rythmée et spectaculaire)

S'il fallait noter les trois parties séparément, je leur donnerais :
7/10, 3/10, 8/10

En appréciant l'épisode dans son ensemble, je lui donne 13/20.
_________________
http://imageshack.us/a/img854/4638/pshs.pngMa galerie Code Lyoko
http://img411.imageshack.us/img411/4929/kssign02.jpg


Dernière édition par Nelbsia le Dim 11 Mai 2014 21:51; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 21:24   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1032
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
#4 Mme Einstein (Évolution)

http://nsa33.casimages.com/img/2014/04/01/140401033510202158.jpg


Après avoir posé les bases sur le retour de Xana, le nouveau territoire et les codes-source, la série passe à l'étape suivante : l'introduction du nouveau personnage principal, Laura Gauthier.

Tournons-nous donc sur cette nouvelle protagoniste. Il s'avère ici que le mot « nouveau » (entendu dès le preview) est parfaitement adapté puisque la jeune fille en question est une élève arrivée il y a peu dans la classe de Jérémie, Odd, Ulrich et Aelita. La première hypothèse serait de penser qu'elle est arrivée à Kadic entre « Xana 2.0 » et cet épisode-ci puisqu'on ne l'aperçoit pas dans le cours de sport informatique de l'épisode 1. Néanmoins, la reste de la série montrera que Laura est absente à tous les cours de sport, pour une raison des plus obscures. La seconde hypothèse pourrait être celle de l'arrivée le jour-même à Kadic. Mais le fait qu'elle connaisse déjà le prénom de William, un élève d'une autre classe, joue contre cela (même si elle aurait tout à fait pu glaner ce renseignement). Le mystère de son arrivée reste donc entier.

Donc, elle est nouvelle dans le coin. Quoi d'autre ? Elle à l'air d'être intelligente. Je dis bien à l'air parce que résoudre un calcul au tableau ne prouve rien (le fait que Jérémie coince étant assez douteux). Du moins, jusqu'à ce qu'Ulrich use du qualificatif « surdouée » pour la définir, ce qui la place cash au rang de rivale scolaire de Jérémie (la petite scène de l'exercice ne constituant qu'une esquisse). Quelques minutes plus tard, la blondinette nous apprend qu'elle a des compétences en informatique. Aurions-nous trouvé Jérémie version fille ? À ce stade de l'épisode, c'est à confirmer.

Petite remarque : avant même que Laura n'arrive « officiellement » (soit n'entame la discussion avec les Lyokô-guerriers), l'impression qu'elle provoque chez les héros n'est pas très bonne. Il suffit pour ça de voir la tête que fait le Couple Einstein après le cours de Mme Hertz.
Et malheureusement pour Laura, cette impression va continuer de descendre après le premier échange avec le groupe, enfin, avec Jérémie plutôt. Ulrich, Odd et Aelita sont aussi invisibles que les points positifs de la présidence de Hollande aux yeux de Laura dans cette scène. Par ailleurs, cette scène nous amène à nous interroger sur les capacités que les héros ont à garder un secret. Laura a réussi en moins de treize secondes à découvrir qu'ils cachent quelque chose. On saluera la belle excuse qui lui est donnée pour justifier ce qu'elle a entendu. Hélas il est déjà trop tard.

*L'épisode 4 utilise Requiem ! Plus que 4 scènes avant que Laura ne découvre le laboratoire !*

En effet, il résulte de « Mme Einstein » un point très important sur la personnalité de Laura : elle a une curiosité supra-nucléaire (terme officiel approuvé par les PPPL). Quand elle veut savoir quelque chose, elle ne lâche pas le morceau, quitte à user de méthode contestées par beaucoup. Ici, elle va se contenter d'interroger William sur le fameux « jeu vidéo », pour ensuite le suivre. Rien de bien méchant pour le moment, juste une avide curiosité.
La petite scène entre Laura et William reflète d'ailleurs un point très important : les Lyokô-guerriers payent cher le fait d'avoir mis le ténébreux de côté et de ne pas avoir résolu la question de sa réintégration depuis #2 Cortex (alors que Jérémie prétendait le contraire). Résultat : William part à l'usine demander des comptes, ce qui permet à Laura de la découvrir dans la foulée.
L'usage de William reste habile ici, car il est clairement signifié au spectateur au travers de la petite scène entre lui et Jérémie que son affaire va revenir sur la table très prochainement (dans l'épisode suivant en fait).

*Hors-Piste*

Ill est très intéressant de faire le parallèle entre William et Laura pour cet épisode et #59 Le secret de Code Lyokô. Tous deux ont découvert l'usine et le labo en suivant un membre du groupe (même si William est encore exclu ici). Tous deux ont proposé leur aide aux Lyokô-guerriers lorsque celle-ci était nécessaire (en rapport avec Yumi à chaque fois, point amusant à noter). Bien entendu, William sera allé plus loin dans son aide aux héros que Laura (puisque désamorçant une bombe). Et on arrive à un résultat final identique : effacement de mémoire par retour vers le passé, suite à un vote/proposition de vote pour intégration dans le groupe.
De tout cela, il en résulte que ces deux personnages ont quelques points communs qui aboutiront à un épisode tel que Mutinerie (même si ce dernier est loupé, comme le vent le précise).

*Fin du hors-piste*

Suite à cet intermède, nous pouvons passer directement à la partie où Laura arrive à l'usine. Il ne se passe pas grand-chose en réalité, la partie virtuelle étant prépondérante à ce moment-là. Par chance, Jérémie n'a pas encore fait le choix de se faire greffer des tentacules mécaniques dans le dos, ce qui permet à Laura de lui donner un coup de main avec son bug, et par extension, de montrer ses compétences. Elle gère très bien le truc, même si vu ainsi, ça n'a pas l'air très impressionnant. Il faudra donc attendre d'autres épisodes pour voir ce dont elle réellement capable.
Point positif : Laura a permis à Yumi de ne pas boire la tasse. C'est un très bon point pour la jeune Gauthier, qui régénère sa jauge de confiance auprès de la bande. Ce point-là est montré Jérémie propose de l'intégrer au groupe et que Yumi propose un vote.
*Stop ! Arrêt sur image.*
C'est assez déplacé de la part des héros de « recruter » un nouveau membre alors que le cas William n'est pas encore résolu. À ce moment-là, l'idée même de vote n'aurait pas dû les effleurer et un retour vers le passé envoyé sans poser de question, quand bien même Laura leur a apporté son aide. Elle n'est pas la première dans ce cas de surcroit (Jim, Hiroki, Sissi et autres...).

Donc, en un sens, Aelita a tout à fait eu raison d'utiliser le programme temporel. Malheureusement, ce sont ses raisons qui sont douteuses. On remarquera qu'elle fait ça de son propre chef, sans même faire la suggestion aux autres. La raison étant exposée juste après :

« C'est juste qu'il ne peut y avoir qu'une seule Madame Einstein. »


La jalousie adolescente.
En un sens, cela tend à rendre le personnage plus humain, mais de l'autre, elle perd toute cette empathie qui la caractérisait et qui faisait qu'une bonne partie des fans l'aimaient (le vent n'étant pas inclus dans cette catégorie).

Parlons-en d'ailleurs du conflit Aelita/Laura. Qu'avons-nous ? Tout d'abord, la réplique de Laura tout à fait assassine envers la Gardienne de Lyokô :

« Pense un peu aux autres Aelita. »


À ce stade, la majorité des spectateurs en serait à traiter Laura de charmants noms d'oiseaux, parce qu'en prenant en compte Code Lyokô, sa réplique est invalidée. Néanmoins, on peut noter deux choses.
Premièrement, Laura est quelqu'un de subtil. Elle a parfaitement bien choisi quoi dire à Aelita. Elle a trouvé la phrase qui la ferait enrager le plus (preuve en est la tête que fait l'actrice, qui vaut son pesant d'or). Deuxièmement, cette phrase si bien choisie est tout à fait justifiée si l'on prend en compte ce que Laura a observé d'Aelita au cours de l'épisode. Déjà un point très important : Aelita ne fait même pas semblant de ne pas faire la gueule au cours de l'épisode. Laura a obligatoirement remarqué ce détail. Ensuite, quand Aelita se « propose » de remplacer Laura à son poste, elle ne se montre pas douce. J'entends par là qu'elle tente carrément de la déloger en la tirant en arrière alors qu'il n'y avait pas de raisons que la blondinette bouge (ce que Jérémie confirme deux secondes trop tard). Enfin, au retour du Cortex, Aelita montre un certain empressement à retourner là-bas, alors que l'accident de route de Yumi aurait dû la refroidir quelque peu.
Avec ces éléments en main, la réplique de Laura se justifie facilement.

Un point plus discutable sur les deux jeunes filles est le fameux sourire que Laura adresse à Aelita (cf image ci-dessus). Fierté d'avoir sauvé Yumi ou narguage dans les règles d'Aelita ? C'est au spectateur d'interpréter (vous vous doutez de l'avis du rédacteur de cette critique). Toujours est-il qu'Aelita ne le prend pas avec le sourire, elle.

Concluons sur Laura, même si parler d'elle sur plusieurs pages serait simple. Tout d'abord, on est assez mitigé sur elle. D'une part, ses premières répliques et apparitions n'offrent pas une belle impression sur elle, mais de l'autre, ses compétences peuvent se révéler utiles aux Lyokô-guerriers. Elle peut donc se révéler aussi utile que gênante pour les héros, ce qui ouvre plusieurs voies scénaristiques exploitables. Rendez-vous dans les prochains épisodes.


Le second axe de cet épisode se trouve être la partie virtuelle, partie qui est également divisée en deux phases : exploration et combat.

Il s'agit de la seconde visite du mystérieux Cortex, avec une petite nouveauté en prime : le Mégapod. Il s'agit donc ici de tester la bête et de voir si elle permet vraiment d'éviter les aléas du monde virtuel. Pour bien rester dans les clichés, ces messieurs voudront immédiatement vouloir tester l'engin (pour bien montrer que ce sont des mââââââââles). On sourcillera légèrement de voir Ulrich, qui ne se prête d'ordinaire pas à ce type de spectacle, avoir la même réaction que Odd. Bref, tout est donc là pour donner les commandes à Yumi. D'ailleurs, l'argument de Jérémie sur ce choix est assez bancal : « C'est la seule qui n'a pas réclamé ». Aelita non plus à ce que l'on sait. Et de surcroit, celle-ci est plus à même de maîtriser rapidement le Mégapod, vu qu'elle pilote déjà parfaitement le Skid.
Résultat, on pressent d'avance qu'il va y avoir un imprévu durant la petite expédition.

Après une prise en main du Mégapod discutable, Yumi parvient à coincer une roue dans un des interstices du sol. Yumi n'est donc pas encore prête à passer le permis. Xana étant un petit opportuniste, ses monstres vont arriver en moins de dix secondes (retrouverait-on de l'efficacité chez lui ?). Encore mieux, le véhicule va se retrouver bugué, empêchant la japonaise de sortir. C'est donc tout naturellement que le Cortex va vouloir changer de configuration, histoire que la situation empire un peu. On peut ici applaudir la bonne utilisation et maîtrise du terrain virtuel.
Que disions-nous déjà ?
Au passage, on note que le monde entier semble vouloir que Yumi plonge dans la mer numérique (Moonscoop, Xana, les auteurs de fanfictions, Oddye en particulier).
Vous l'aurez un jour les gars, vous l'aurez.
De ces événements désastreux qui tombent en masse sur Yumi, il en ressort une morale :

« Femme au volant, mer numérique au tournant. »


Du côté de Xana, on s'aperçoit qu'il s'agit de la quatrième apparition des Krabes. Si le manque de diversité peut être pointé du doigt ici, on ne peut nier que leur choix pour cette configuration de combat est judicieuse (même si des monstres aériens auraient été appropriés aussi). On notera deux choses avec ces Krabes « évolués ». Tout d'abord, leurs pattes ultra adhérentes. Alors que dans le dessin animé, ils avaient besoin de planter leurs membres dans la surface pour s'y accrocher, il n'en semble rien ici. Outre ce détail, on voit également que leurs lasers n'ont plus rien à envier à ceux des Mégatanks en terme de puissance, puisque chaque Lyokô-guerrier touché une seule fois se fera dévirtualiser. À partir de là, on commence à voir un tout petit peu le pourquoi du « évolution » dans le nom de la série.

Outre la nature des monstres, on remarque rapidement que Xana ne lésine pas sur les moyens. Là où #2 Cortex se contentait de deux-trois malheureux crustacés, c'est toute une horde qui vient à l'assaut des Lyokô-guerriers et du Mégapod. Xana est donc bien décidé à détruire le nouveau véhicule virtuel et son occupante (Xana n'aimerait-il/elle pas le jaune ?).
Et l'attaque massive porte ses fruits puisque un par un, les héros se font avoir. À titre de comparaison, l'exploitation du nombre de Krabes est beaucoup mieux menée ici que dans #35 Les jeux sont faits de Code Lyokô.
Sans exagération aucune, on peut dire que Xana a remporté une victoire, ou plutôt, qu'il est parvenu à repousser l'envahisseur. C'est agréable de voir les personnages d'une série échouer de temps à autres (même si #52 Réminiscences restera la meilleure référence sur ce point). D'ailleurs, il est très amusant de souligner que dans cette nouvelle situation qu'instaure Évolution, les rôles se sont un peu inversés entre l'I.A et les Lyokô-guerriers. Le premier doit se défendre plus souvent (même si ça ne l'empêche d'user de terribles attaques sur le réseau de Kadic) tandis que les seconds ont plus de possibilité d'offensive à présent.

Parlons de nos héros à présent. Quoiqu'on puisse douter largement de l'usage de ce qualificatif pour deux tiers des combattants.
L'épisode marque une des meilleures performances virtuelles d'Aelita pour toute la saison (elle sera même « meilleur Lyokô-guerrier » de l'épisode dans les Lyokôstats). Usage des ailes pour l'esquive et quelques monstres vaincus à son actif. Un moment à savourer car il faudra patienter jusqu'à #20 Espionnage pour la voir à nouveau vaincre plusieurs adversaires (et sans se faire trouer !). Par contre, on s'interrogera vraiment sur l'utilité de s'éclipser dès le début du combat. Sa meilleure amie est dans le Nutella jusqu'au cou et elle choisit quand même d'aller au Noyau (personne ne lui a demandé de surcroit). Pas la meilleure preuve d'amitié ça. De même, son renvoi sur terre est ridicule. Avait-elle besoin de désactiver son bouclier pour enrager face à la remarque d'Odd ? Non. Dans tous les cas, preuve est faite que les blagues d'Odd sont mortelles.
Par chance, l'échec de la Gardienne de Lyokô est vite oublié car supplanté par l'epic fail d'Ulrich, probablement un de ses plus beau. Sa réplique : « Je te laisserais pas tomber ! », envoyée à Yumi une seconde avant retour dans le scanner, apporte un poids conséquent à sa défaite.
Au final, seul Odd a su garder sa dignité au cours de ce combat, combat qui dans l'ensemble, était dynamique et agréable à regarder.


Conclusion : Un épisode à double-intérêt. L'arrivée du nouveau véhicule virtuel, le Mégapod, d'une part, qui élargit les possibilités d'exploration du nouveau territoire (enfin, si l'on considère qu'à ce moment-là, il y a quelque chose à explorer). La présentation de Laura d'autre part, personnage qui, bien que ne donnant pas la meilleure impression au premier abord, ouvre de nouveaux horizons scénaristiques.
Pour le reste, la partie virtuelle était franchement sympa à voir, malgré deux dévirtualisations des plus ridicules. De même, les prémices d'un retour du cas William viennent d'être posées, justifiant ainsi l'épisode suivant.

14,5/20


Dernière édition par Zéphyr le Dim 11 Mai 2014 21:56; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Nelbsia MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 21:52   Sujet du message: Répondre en citant  
Pokémon Master


Inscrit le: 26 Mai 2010
Messages: 207
Localisation: Dans les bras de la Mort
Deuxième critique pour l'animation obligatoire (épisode 85) :


#85 : "La belle de Kadic"

Elle répondait au nom de Bringa.


Souvenez-vous, l'été dernier, Maître Gims nous cassait les oreilles avec ce sujet très exploité dans les chansons, les romans, les films et autres séries : l'arrivée d'une fille incroyablement magnifique, se servant de sa beauté extrême pour semer la zizanie.
Code Lyoko utilise à son tour ce concept en nous présentant Bringa, somptueuse islandaise aux cheveux d'or.
Rapidement, le spectateur est partagé : d'un côté, on l'adore pour son grand pouvoir et parce qu'elle est dépeinte comme ayant une apparence largement supérieure à celles de toutes les autres filles de Kadic, y compris Sissi qui devient jalouse de sa correspondante.
De l'autre, on la déteste car elle ne profite de sa beauté que pour être au centre de l'attention, et rend tous nos héros détestables : les filles piquent des crises de jalousie tandis que les garçons se transforment en larves.
Odd en particulier, on avait pourtant l'habitude de le voir faire n'importe quoi pour des jolies filles, mais Bringa est si belle que le félin va jusqu'à lui montrer le super-calculateur, trahissant ses amis (alors qu'ils l'avaient mis en garde).
Odd est alors exclu du groupe (!), ce qui serait un élément terrible de la série si on y croyait une seule seconde (concrètement, lorsqu'Ulrich et Yumi viennent annoncer à Odd qu'il est exclu du groupe pour haute trahison, deux secondes plus tard ils espèrent ouvertement qu'Odd préfère venir avec eux plutôt que d'accompagner Bringa à la piscine...)
Bref, toute cette partie sur terre reprend des procédés assez classiques et pas forcément plaisants vis-à-vis des personnages, mais comme prévu, ce genre d'intrigue nous accroche facilement et nous donne envie de voir la suite.

Et la suite en vaut la peine.
Durant toute la partie sur Lyoko, la situation ne cesse de se retourner, notamment par des imprévus causés par les manipulations de Bringa sur l'ordinateur :
- d'abord Aelita n'arrive pas sur le bon territoire (ça commence bien)
- elle finit par s'y rendre, mais des monstres viennent l'attaquer (le contraire aurait été surprenant voire suspect)
- ils la mettent à terre, mais William leur ordonne d'arrêter de tirer car il doit la capturer (sans ça, elle se serait fait dévirtualiser une bonne centaine de fois)
- Yumi et Ulrich n'arrivent pas non plus sur le bon territoire (accumulation de retard pour l'équipe des Lyoko-Guerriers)
- Aelita se bat seule contre William et s'efforce de gagner du temps (quelques jolis coups, beaucoup de maladresse)
- Aelita tombe entre les mains de William, mais Yumi et Ulrich arrivent enfin, juste à temps pour libérer Aelita (dans Code Lyoko on est habitués aux "juste à temps", mais c'est toujours sympa)
- ils commencent à se battre (U+Y+A vs W+monstres), quand soudain Jeremy informe ses troupes qu'ils ne doivent surtout pas être dévirtualisés le temps qu'il répare les dégâts de Bringa (grosse pression sur les épaules des Lyoko-Guerriers, habitués à perdre leurs points de vie bêtement)
- Odd laisse enfin tomber Bringa pour rejoindre ses amis, Jeremy commence par refuser, Odd impose son aide, Jeremy l'informe qu'il n'est pas sûr de ses réparations, Odd prend le risque car il doit se faire pardonner (mais il y serait allé de toute façon non ?)
- Ulrich se fait planter par William, Yumi se fait avoir par les monstres, Aelita se retrouve à nouveau à la merci de William (c'est sa façon à elle d'être toujours au centre de l'attention, dans cet épisode c'est donc assez pertinent)
- Jeremy espère que son programme est correctement réparé, bingo : Odd arrive directement sur le bon territoire juste à temps pour secourir Aelita (deuxième "juste à temps")
- William commence à en avoir marre et projette donc brutalement Aelita dans le vide pour qu'elle tombe dans la mer numérique (apparemment il n'y est pas allé de main morte, car elle est trop sonnée pour activer elle-même ses ailes)
- Odd se jette à son tour dans le vide (là encore, on se demande si c'est pour se faire pardonner ou si c'est son attitude suicidaire habituelle) et tire une flèche-laser dans le bracelet d'Aelita pour qu'elle déploie ses ailes, avant de rattraper le félin et d'aller désactiver la tour.
Voila une partie Lyoko sans originalité majeure mais vraiment bien remplie, riche en rebondissements, et presque pas interrompue par des actions sur terre.

Pour finir, les sincères excuses d'Odd, (trop?) facilement acceptées par le reste du groupe, suivies d'une bonne scène comique lorsque Bringa s'en va : Sissi est satisfaite d'être redevenue la plus jolie fille de Kadic, et Odd se met donc à lui courir après.

En conclusion :
Hormis le comportement détestable des personnages déclenché par l'arrivée de la "Belle", et le manque de crédibilité des menaces d'exclusion à l'encontre d'Odd, cet épisode est très agréable à regarder, et le personnage de Bringa fait son effet (c'est l'un des personnages "mono-épisode" de la série qu'on retiendra facilement).

15/20
_________________
http://imageshack.us/a/img854/4638/pshs.pngMa galerie Code Lyoko
http://img411.imageshack.us/img411/4929/kssign02.jpg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ellana MessagePosté le: Lun 12 Mai 2014 19:41   Sujet du message: Répondre en citant  
X.A.N.Alloween 2013 (T)


Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 240
Localisation: Al-Jeit.
#4 : Madame Einstein (Evolution)


Beaucoup de nouveautés dans cet épisode, allant de l'introduction d'un nouveau personnage à l'utilisation du retour vers le passé et un nouveau véhicule.

L'épisode commence avec un petit « WTF ?! ». D'accord, CLE ne se calque pas à 100 % sur Code Lyoko, ça on s'en est déjà bien rendu compte. Par contre, il faudra que Madame Herz nous dise quel anti-rides elle utilise. Jack Sparrow n'a qu'à bien se tenir, la Fontaine de Jouvence a été découverte par quelqu'un d'autre ! On pourrait penser au début que c'est à la rigueur Madame Meyer, notamment quand on voit la salle de classe normale mais la question de fin d'épisode indique clairement qu'il s'agit de physique-chimie. Exit donc le labo des sciences et son décor avec les traditionnelles paillasses. RIP.

Etant donné mes connaissances scientifiques, je serais partisane de croire que Jérémie a réellement eu un trou de mémoire. C'est vrai, s'il a réussi à programmer le Mégapod en une semaine, on comprend qu'il ait d'autres choses en tête que de banales équations (qui me semblent personnellement complexes pour des Secondes). Par contre, cette petite scène en apparence anodine nous permet d'introduire directement Laura dans son domaine de prédilection. On sait d'emblée (même si le titre nous l'indiquait déjà) que si elle intègre l'équipe, ce sera vraisemblablement davantage comme bras droit de Jérémie que comme guerrière. Surtout que cela permet de renforcer un nouveau triangle amoureux.
Donc, nous avons une nouvelle surdouée. Un peu exaspérante. C'est vrai, si dans votre classe, une fille lève la main alors que même la prof n'a rien demandé, vous ne trouvez pas ça exaspérant ? En primaire passe encore, au collège ça devient limite mais au lycée... On a l'impression de voir une petite Hermione Granger (sauf que l'Hermione Granger en question avait 11 ans lors de cette attitude similaire, cf 1er cours de potions, 1ère année).


Spoiler


Passons. Alors que Jérémie a manifestement tracé pour se retrouver seul sur un banc après son échec, Laura revient à la charge avec un monologue qui se résume magnifiquement dans la question finale d'Aelita « Pour qui elle se prend elle ? ». Pour une nouvelle dans la classe, Miss Gauthier a une drôle de façon de se faire des amis... Elle enfonce encore un peu plus Jérémie dans sa vexation et montre que malgré la finesse de son esprit, ses chevilles surpassent celles de Sissi. Et surtout, surtout, elle nous offre la deuxième réplique culte de CLE après le « On dirait une sorte de Cortex » :

Citation:
Je suis super bonne... en informatique.

Spoiler

Ah la la, le temps d'arrêt entre les deux couverts par le regard «:^)» d'Aelita et la petite gêne de Laura après. C'est définitif, Code Lyoko sombre dans la débauche !

Enfin bref. L'épisode se scinde ensuite en deux parties. Laura se fait proprement rembarré par Jérémie pendant que les Lyoko-Guerriers filent à l'usine. En ce qui concerne la partie sur Terre, on assiste à la première rencontre entre Laura et William, rencontre qui n'a bien sûr absolument pas été amenée d'une façon foireuse : en effet, on rappellera que Laura est nouvelle et que William, bien que soi-disant réintégré dans le groupe, n'est pas apparu dans l'épisode précédent et ne traîne donc, a priori, qu'avec Yumi, qui elle-même n'est pas dans la classe de Jérémie et des autres. Donc, comment Laura, tout génie qu'elle est, arrive à faire si facilement un rapprochement entre eux ?
Notons aussi que William apparaît non pas seulement comme un bouche-trou mais aussi comme un boulet. C'est lui qui va guider la nouvelle dont on ne sait pas réellement si elle est amie ou ennemie jusqu'au Super-Calculateur. D'ailleurs, si les LGs ne veulent pas d'elle, on pourra toujours recommander Laura aux forces spéciales : elle arrive à suivre William discrètement jusqu'au bunker, à entrer dans ledit bunker sans que la lumière se glissant par l'ouverture dans le souterrain ne la trahisse, à rester assez près de William pour savoir quel chemin emprunter et à ne faire aucun bruit en marchant dans l'usine vide et donc silencieuse. Pas mal. Pour ceux qui diraient qu'ils ont pu passer par l'extérieur de l'usine : OK mais étant donné le peu de distance entre les deux quand ils arrivent devant le monte-charges, il faudra m'expliquer comment elle passe le pont sans se faire remarquer.
On peut ajouter à la liste de ses talents d'espionne son sixième sens. En effet, elle trouve comment accéder au code du monte-charges et connait même ledit code ! Badass.

Pendant ce temps, sur Lyoko, on découvre le nouveau joujou de Jérémie : le Mega Véhicule Multipod Roulant Articulé Sphéroïque Tectocompatible Cortexien. On suivra Odd en l'appelant seulement Megapod.
Donc on a affaire à un véhicule flambant neuf. Et que fait Jérémie ? Il confie les commandes à Yumi. Alors, on peut apprécier que, contrairement au Skid, le Megapod n'ait pas de conducteur attitré. Mais le confier à YUMI ! Yumi qui, rappelons le, à quand même bousiller deux fois son overwing en trois épisodes. On pouvait donc sentir arriver l'inévitable : elle le conduit à sa manière, soit mal, malgré le fait qu'il est censé s'adapter aux mouvements des reins (on ne répetera jamais assez que Code Lyoko est tombé dans la débauche...).
La scène de combat qui en découle est très moyenne, sans vraiment beaucoup d'action. On devine que l'intérêt est surtout centré sur le labo pour une fois, avec le rôle que doit ou non adopter Laura. Mais on notera quand même la virtualisation des gants de Odd et le fait qu'Aelita a toujours du mal à s'en sortir avec les Krabes : elle atterrit sur le dos du premier qu'elle affronte et si agrippe, sans penser à lui tirer immédiatement dessus. Puis elle s'en va pour ensuite revenir et là, on a envie de dire LOL : depuis quand c'est Aelita qui sauve la situation en se battant mieux que les autres ? Si elle est la première à être dévirtualisée, elle le doit à la remarque d'Odd et pas à sa propre inefficacité pour une fois.
Bon, histoire de faire croire que Ulrich n'est pas tout à fait absent de cet épisode, on peut souligner un moment que je qualifierai de comique.
Citation:
Je te laisserai pas tomber !

Spoiler

Et une fois que Yumi revient sur Terre, il se contente d'un sourire. Mais bon sang, c'est la fille dont tu es censé être amoureux, elle vient de risquer sa peau, la prendre dans tes bras, c'est vraiment trop difficile ? Il est loin, tellement loin, le #95 !

Heureusement que le final vient sauver l'épisode. La tendance de l'épisode et du début de saison est confirmée : Aelita a changé. Elle a désormais ce qu'on peut appeler un vrai caractère. On la voit agacée, presque énervée (bon ça reste Aelita et niveau crise de jalousie stupide, elle n'est qu'à 2 sur l'échelle d'Ulumi), puis capable d'initiatives et même mieux, d'initiatives sans attendre l'avis des autres et notamment de Jérémie. La manière dont elle déclenche le RVLP, avec détermination et sans se soucier de ce que peuvent en penser ses amis, j'ai trouvé ça bien. Donc, OK, Laura a raison de dire « Pense un peu aux autres Aelita ». Sauf qu'en l'occurrence, elle agit égoïstement et sans que ça lui ressemble vraiment, cela ouvre un pan entier et nouveau de sa personnalité.

Conclusion : Un épisode qui fait intervenir un nouveau personnage qu'on devine important. Alors que les relations amoureuses étaient auparavant tournées vers Ulumi / William et les multiples conquêtes d'Odd, on nous rappelle que Jérémie et Aelita aussi sont censés être en couple. Bien que l'on n'ait pas de nouvelles informations sur l'intrigue concernant le Cortex, l'arrivée du Megapod montre que les recherches de ce côté ne seront pas abandonnées. Et surtout, surtout, le personnage d'Aelita évolue et ça fait du bien ! Dommage que les combats sur Lyoko soient encore si décevants.

Note : 13/20

_________________

http://nsa33.casimages.com/img/2013/10/29/131029122057306801.png

Ma belle, douce lune sous un chant blanc d'étoiles, / Astre fatigué, vagabonde hors-la-loi / Toute pâle dans l'oeil noir de loups qui aboient, / Hisse les rêves, aux nuits où tu es seule voile. ♥


Dernière édition par Ellana le Lun 12 Mai 2014 20:29; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Dyssery MessagePosté le: Lun 12 Mai 2014 19:50   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 03 Mar 2014
Messages: 71
Épisode 83 : Superstition



L’épisode commence avec l’éternelle blague des scénaristes de ces dessins animés où les personnages ne changent jamais de vêtements : Odd retourne sa penderie pour trouver…le pantalon qu’il porte tous les jours. Et sur ce, monsieur annonce le fil rouge de l’épisode en cassant un miroir qui trainait là. Le blondinet n’en fait pas grand cas, comme devrait le faire tout un chacun, mais on découvre que les autres Lyoko-guerriers sont tous plus ou moins superstitieux, à commencer par Ulrich qui lui prévoit d’emblée sept ans de malheur. Par ce biais cet épisode s’annonce presque culturel puisque nous avons droit à un petit récapitulatif des différents moyens qui s’offrent à nous d’être frappé de malchance, avec en prime le chiffre 4 japonais.

Evidemment, une journée cauchemardesque démarre pour Odd qui n’a même plus de croissant au petit déj’ pour se consoler. On notera tout de même que plus qu’une histoire de chance ses mésaventures pourraient être mise sur le compte du karma : déjà mettre du fromage de chèvre dans les chaussures d’un surveillant aussi sympathique que Jim est loin d’être un acte qui mérite des félicitations, mais immédiatement dénoncer ceux qui l’ont fait – sous ses directives s’il vous plaît – c’est vraiment se conduire comme un égoïste hypocrite et sans scrupule.



Passé Kadic, rendons-nous sur Lyoko. Il s’agit cette fois-ci de retourner dans la base du désert déjà vu dans l’épisode 81 : Œil pour œil. On a droit à la reflexion de Jérémie : « Ça devrait pas être trop compliqué. Enfin sauf si XANA nous concocte un de ces plans en douce. » Pourquoi se sentir obligé de sortir ce genre de balourdise ? On sait tous que ce ne sera pas facile, sinon l’épisode manquerait d’intérêt. Et après tout ce qu’ils ont traversé jusque-là, comment les Lyoko-guerriers peuvent-ils sérieusement supposer que ça le sera ?

Nous voici donc à bord du Skid, bien arrimé à une tour, où la malchance d’Odd le poursuit toujours. Puisque la translation refuse de fonctionner sur lui, c’est notre samouraï qui partira régler le problème Replika au côté de Yumi. Ceux-ci trouvent tout de suite comment entrer dans la base : par un monte-charge qui donne directement sur l’extérieur et qui s’ouvre dès que l’on appuie sur le bouton d’appel. Sérieusement ? Une base scientifique dirigée par une identité artificielle au comportement censé être d’une logique imparable, qui sait que ses ennemis finiront tôt ou tard par tenter de la détruire, et il n’y a même pas un code pour ouvrir la porte d’entrée ?
Mais voilà que XANA active une tour et envoie des Kankrelats. A l’occasion de leur translation nous avons d’ailleurs eu le droit à un dialogue un peu poussif sur les monstres les plus détestés par Ulrich et Yumi, ce dans le seul but d’ajouter une vague touche d’humour qui tombe un peu à plat.



Saison 4 oblige, les combats sont constitués de scènes Lyoko/base scientifique entrecroisées. Sur Lyoko ce sont des Frelions qui attaquent Odd et Aelita. Le premier commence fort en détruisant un monstre au milieu d’un looping. Mais ses exploits ne durent guère longtemps puisque le bug qui l’assaille immobilisera vite sont avatar jusqu’à le faire tomber lamentablement de l’overboard et être dévirtualisé sans avoir eu l’occasion de se relever. Qui a dit que les chats retombaient toujours sur leurs pattes ? Heureusement Aelita rattrape un peu les choses, et l’on peut noter une bonne utilisation des reliefs du désert : elle parvient à égarer les Frelions entre les piliers dans une course poursuite plutôt bien menée avant d’être également touchée par le « bug d’Odd » et de se crasher à son tour contre un pilier et…de passer en mode cruche. Ou plutôt en mode mouton. Vous savez, les moutons, qui courent tout droit devant les voitures. Et bien là c’est pareil : pourquoi se cacher derrière un pilier et attendre un angle de tir, mieux vaut courir à découvert. Heureusement que les créatures de XANA tirent presque aussi bien qu’un stormtrooper. Seulement ce n’est d’aucune aide puisque le bug est bien plus mortel que toutes les créatures de XANA réunies apparemment.
Dans le Replika, c’est Ulrich qui commence fort, en détruisant un Kankrelat avec un éventail égaré par sa chère et tendre. Action intéressante en elle-même, mais bien que de voir des Lyoko-guerriers dans le monde réel soit plutôt cool, les combats restent beaucoup plus lents et saccadés qu’en image de synthèse et c’est dommage. Pas d’autres actions bien notables, à part peut-être la facilité déconcertante qu’a Yumi de récupérer des informations dans un terminal qui traîne.

Et soudain voilà William. Pour éviter une destruction du Skid, sa chère japonaise est renvoyée du côté des images de synthèse. Etonnant qu’Ulrich accepte de les laisser seuls et n’insiste pas pour y aller. Et il fait bien puisqu’elle est magistrale. Ou est-ce William qui est vraiment en petite forme ? Donc de belles actions de Yumi, et un finish bien réussi, quoiqu’on puisse regretter le fait qu’une fois de plus le personnage qui va se prendre un obstacle en long dessus n’est pas l’idée de l’esquiver par le côté. Du beau cliché en somme mais un impact visuel sympathique.
Pour finir, puisque le bug avait pour seule but de mettre en scène du seul contre tous, Ulrich est le Lyoko-guerrier le plus sensationnel de cet épisode (ce sont les autres qui le disent, pas moi : « T’y crois pas, il vient d’en avoir 3 d’un coup ! – Comment il a fait ? Il n’a que deux sabres ! ») mais les dessinateurs ont choisi la facilité et nous laisse le soin d’imaginer ses performances.



Petit retour rapide du côté réel pour signaler ceci : la blague du portable qui n’est pas à la fille convoitée par Odd mais à Jim, pourquoi pas. Le portable rose…à la rigueur. Les cœurs et autres étoiles, définitivement too much, même pour une collégienne. Mais surtout, pourquoi le portable de Jim est sur la chaise d’Azra quand elle se lève ? N’encourageons pas les vannes pour les vannes, quand elles sont mal amenées elles ratent leur effet. D’autant qu’à chaque autre scène où l’on verra le portable de Jim par la suite, il sera tout-à-fait normal.



Donc en résumé :
Un fil rouge amusant et plutôt bien exploité avec des mignons coups de gueule de la part d’Odd
Une séquence sur Lyoko moyenne vu que les dévirtualisations ont toutes été causées par le bug
Une séquence Réplika avec des coups d’éclats agréables mais un peu vide à côté
Odd trainé dans la boue
Yumi qui maitrise William joliment mais un peu trop facilement
Ulrich dans toute sa splendeur ^^
Un bug qui apparaît, qu’on ne sait pas comment régler, qui n’affole pas plus que ça malgré le handicap considérable qu’il représente, et dont on n’entendra plus jamais parler après l’épisode. Fainéants de scénaristes !


Pour la note :
Avec plusieurs dialogues bien sentis et malgré quelques facilités, cet épisode reste bien agréable à regarder et a le mérite de bien finir pour la fan inconditionnelle de happy ends que je suis. Et mention spécial au « Salut les poux… » de Ulrich qui me fait rire à chaque fois (oui je suis un public facile, mais je salue le doublage sur cette phrase).

15/20

_________________
http://i.imgur.com/QN5k9ezl.jpg


http://imageshack.us/a/img834/3130/ngim.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ellana MessagePosté le: Lun 12 Mai 2014 19:51   Sujet du message: Répondre en citant  
X.A.N.Alloween 2013 (T)


Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 240
Localisation: Al-Jeit.
#5 : Rivalité (Evolution)


Alors que CLE cherche à se démarquer un peu de CL, on tombe dans un phénomène récurrent des saisons précédentes : la monotonie des attaques. On a l'impression de se retrouver en pleine saison 2, où quasiment tout était prétexte à amener Aelita vers la méduse. Ici, on désespère de voir autre chose que des spectres... Aucune allusion ni au Cortex, ni à Laura.

L'épisode commence avec Odd qui, contrairement à la fin de l'épisode 63 « Triple Sot », se plaint de ne pas avoir de super-gadget sur Lyoko. On le retrouve assez vite tel qu'on le connait, encore sur un nouveau plan avec une fille, mais son amourette (vouée à l'échec) est éclipsée par le retour du trio Ulumi + William. Après Aelita dans l'épisode précédent, c'est encore à Ulrich de jouer les jaloux. On retrouve dans cet épisode le même Ulrich que dans, entre autres, le 36 « Marabounta » : boudeur, excessivement jaloux, au point de mettre les autres en danger. On se situe donc logiquement dans la poursuite du massacre d'Ulrich orchestrée depuis le début de CLE puisqu'on insiste particulièrement dans cet épisode sur ses mauvais côtés, au profit de William qui réintègre la bande avec d'autant plus de maestria.

En ce qui concerne la partie terrestre, on est donc centré sur Ulrich et plus particulièrement, sur ses sentiments pour Yumi et envers William. On peut d'ailleurs suggérer à XANA de prendre plus souvent l'apparence de Willy, étant donné qu'un simple câlin à Yumi déclenche chez Ulrich des pulsions de meurtre (il en balance même violemment son sac : pour plus d'informations, se référer à l'article de Zéphyr, page 30).
On a donc un Ulrich dans son côté le plus immature. On peut dénoter une certaine forme d'injustice : alors qu'Aelita jalouse passe pour plus agréable, un Ulrich jaloux devient très vite agaçant. Et faiblard : en effet, lorsque le spectre le suit, il court comme un dératé alors que le faux William se presse à peine. Ce n'est pas comme s'il était sportif à la base, notre Ulrich... Bon, à sa décharge, on peut dire qu'on retrouve un peu des vrais spectres. Même si celui-là ne se presse pas, il se rappelle qu'il peut faire exploser une porte, donc on peut comprendre l'empressement d'Ulrich à le fuir. Mais quand même, il passe pour un idiot. Enfin, William aussi puisque dans le gymnase, ils sont incapables de faire autre chose que reculer vers LE MUR tout en fixant stupidement le spectre...
Pour continuer dans la partie terrestre, on découvre que Jérémie a besoin de son portable pour entrer en contact avec les autres. Finis les discussions portables / Super-Calculateur... On découvre également qu'il faut attendre douze heures entre chaque virtualisation et surtout, on a une scène avec Jim qui comme d'habitude est courte mais efficace.
Ah oui, la deuxième attaque de XANA : pirater le réseau de portable d'accord. Mais le réseau étant normalement indépendant du téléphone, il est étrange que ces derniers soient parcourus d'électricité. Et encore plus étrange qu'à la fin de l'épisode, Odd puisse réutiliser le sien qui aurait normalement dû griller...


Sur Lyoko, on peut dire que quelqu'un subit une série noire... L'overwing ! Allez, coco, on y croit, tu finiras par durer plus de deux minutes un jour...
Il semblerait également que la faiblesse d'Ulrich touche Yumi. Celle-ci se fait dévirtualiser par un coup quasi direct, avant même d'avoir commencé à vraiment combattre. Quant à Aelita, elle se démarque par une incroyable perspicacité :

Aelita a écrit:
Odd, le troisième monstre... Il est invisible.

Spoiler

En tout cas, on remarquera que malgré l'avantage que confère à XANA ces monstres invisibles, il ne s'en servira pas beaucoup plus tard... Pourquoi ? Bonne question.

Mais passons au vrai point important, le point qui donne son titre à l'épisode. Ulrich qui nous la joue perso, faisant, comme le souligne Aelita toujours très perspicace, ce qu'il reproche à William. Partir seul sur Lyoko est impulsif et irréfléchi. Dommage de réussir à lancer une matérialisation différée pour en faire un si mauvais usage... On a l'impression de revoir le William de l'épisode 65 « Dernier Round » tandis qu'à l'inverse, William joue le bon camarade en allant aider quelqu'un qu'il n'apprécie pas et qui le déteste. D'ailleurs :
William a écrit:
Pourquoi je dirais oui ?

Yumi a écrit:
Parce qu'Ulrich est tout seul et qu'il est en danger.

Argument pertinent s'il en est. Bah oui, chérie, demande-moi d'aller sauver le gars qui te plait, plutôt que de me faire miroiter ta reconnaissance... Yumi a une drôle de façon de présenter les choses mais on peut en retenir deux éléments : le premier, c'est que William apparaît comme d'autant plus altruiste. Le second, plus subtil, c'est que Yumi indique ici avec son inquiétude perceptible que les sentiments d'Ulrich sont certainement réciproques. Une touche légère pour rappeler Ulumi.
Bref. William va sur Lyoko et là où on se console un peu, c'est qu'il ne fait pas preuve d'une grande maturité. Utiliser l'overbike plutôt que son Supersmoke, c'est carrément de la grosse provoc' inutile, surtout en considérant le côté urgent de la chose. On est rassuré, Ulrich n'est pas la seule tête à claques de l'épisode au final.
Heureusement, avoir un rival permet à notre samouraï de se secouer un peu les puces ! Il commence par renvoyer quelques tirs de Krabes (Krabes d'ailleurs doués d'un grand sens de la politesse puisqu'ils prennent soin de ne pas attaquer pendant que William et Ulrich se prennent la tête : ils attendent patiemment la fin de leur petite discussion). On notera l'utilisation du Supersprint (même si comme pour le Supersmoke, le nom n'est plus prononcé) et on se dit : enfin ! Enfin Ulrich se rappelle qu'il sait se battre ! Dommage qu'en suite un simple pauvre petit tir de Blok lui fasse faire une roulade digne des plus grandes simulations de Christiano Ronaldo. Tout cela sous l'oeil, certes presque inquiet de William, qui ne bouge pourtant pas, attendant bien de voir qu'Ulrich est à l'extrême bord du territoire avant de réagir. A se demander qui est le plus gogo : William qui laisse le suspense jusqu'au bout ou Ulrich qui oublie qu'il a une deuxième main avec laquelle s'accrocher.
Spoiler

Heureusement que les monstres sont toujours aussi polis et patients ! D'ailleurs, patients, nous le sommes aussi. Ulrich désactive la tour sans que son entrée / ascension / désactivation soient interrompues par une autre scène comme c'est habituellement le cas. Toujours la même lenteur associée au personnage... Pour nous achever, ils auraient au moins pu montrer William détruisant le Blok.

Et enfin, avant de conclure en disant que la scène finale est grosso modo un remake de l'épisode 2 « Cortex », on ne peut pas passer à côté du
Yumi a écrit:
A quoi ils jouent là ?

Odd a écrit:
A mon avis, c'est à qui a la plus grosse épée.

Débauche un jour, débauche toujours !


Conclusion : Une partie terrestre décevante, avec une attaque de spectre répétitive puis une seconde attaque sans grande envergure. La partie virtuelle s'améliore en ce qui concerne les combats avec les monstres mais c'est pas encore ça. Et surtout, on continue à se demander où est passé l'ancien Ulrich, celui qui savait se battre... Le gros bonus qu'on peut attribuer, c'est pour la subtilité de Yumi en ce qui concerne ses sentiments, ça nous change des crises de jalousie réciproques !


Note : 10/20.

_________________

http://nsa33.casimages.com/img/2013/10/29/131029122057306801.png

Ma belle, douce lune sous un chant blanc d'étoiles, / Astre fatigué, vagabonde hors-la-loi / Toute pâle dans l'oeil noir de loups qui aboient, / Hisse les rêves, aux nuits où tu es seule voile. ♥
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 13 Mai 2014 18:50   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1032
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
#12 Chaos à Kadic (Évolution)

http://nsa33.casimages.com/img/2014/05/12/140512042819256626.png


Le douzième épisode d'Évolution s'inscrit dans un contexte d'alternance entre attaques de Xana et récolte d'informations/tentatives de destruction/exploration du Cortex. « Chaos à Kadic » offre ainsi un mélange des deux.

Tout part de la distribution des bulletins, qui se résume en trois mots (trois coeurs ?) : What the Fuck ? Attention néanmoins à ne pas se méprendre. L'expression ne s'applique pas au classement suspects de Laura et des autres, mais à la réaction qu'a Mme Hertz. Elle est beaucoup trop surprise par les modifications des bulletins pour que cela soit crédible. En tant que professeur principal, elle est plus au moins au courant du niveau global de chacun de ses élèves. En somme, elle aurait évoquer le fait qu'il y avait obligatoirement un souci pour que Odd se retrouve en haut du classement. Il faudra donc attendre l'arrivée de providentielle de Jean-Pierre pour avoir confirmation de l'évidence même : les bulletins ont été faussés par un bug général du réseau de Kadic.

Cette attaque met en lumière une des caractéristiques de Xana 2.0 : celui-ci n'a aucune subtilité. À côté, même le Xana de la saison 1 de Code Lyokô, qui pourtant était plus bourrin que 12 Ulrich et un Kolosse, se montrait plus fin. Le Xana présenté ici n'a aucune notion de stratégie. Lorsque l'on veut avoir ses ennemis, deux solutions possible : frapper vite et fort en bénéficiant d'un effet de surprise, ou être subtil et préparer un gros coup en essayant de ne pas se faire repérer.
Xana fait fort en effet : Kadic peut désormais ouvrir une écurie grâce à une livraison toute fraîche de foin et s'aérer les doigts de pied grâce à leur cargaison de tongs roses qui feront le bonheur des fashionistas les plus avertis. La prochaine fois dans Code Lyokô Évolution, Xana vous apprendra à tricher aux jeux de hasard. Nan, ils oseraient pas aller jusque-là quand même...
Et merde.

Que résulte-t-il de cela ? Xana se fait spotted en moins de deux minutes. Aucune enquête n'aura besoin d'être menée par les Lyokô-guerriers. À ce stade de l'épisode, le spectateur tire la même tête que Jim sur la photo ci-dessus : partage entre perplexité et questionnement interne sur les raisons de sa présence en un lieu pareil.


Outre cette attaque des plus terrifiantes, l'épisode va se centrer plus spécifiquement sur l'un des personnages : Laura.
Tout d'abord, un point important à noter en début d'épisode : elle discute avec Jérémie et Aelita sans que cela ne provoque d'étincelles. Cela démontre que les événements de l'épisode précédent ont fait gagner des points confiance à la blondinette. Reste à voir si ça va se stabiliser, s'améliorer, ou bien le contraire. En lien avec cet élément, on constate que Laura n'aura pas besoin d'écouter aux portes ou de jouer les espionnes pour aller au laboratoire.
Deuxième chose : son coup de main se révèlera à nouveau utile face à cette attaque de Xana. Elle décèlera la localisation de la tour activée avant Jérémie. Arrêtons-nous sur ce point. Beaucoup pensent qu'un élément comme celui-là a contribué à rendre Belpois « moins intelligent ». Mais il y a une autre manière de voir la chose. Jérémie est un génie, c'est indiscutable (pour plus d'impact, dites fucking genius). Mais tout génie qu'il est, il a ses habitudes avec Xana et Lyokô, une manière de voir ces éléments. Il est tout à fait crédible de penser qu'il n'ait pas envisagé le fait que Xana puisse les attaquer depuis le Cortex (on imagine qu'il a quand même soupçonné la présence de tours sur ledit territoire), l'IA n'ayant jamais attaqué les alentours de Kadic depuis un autre monde virtuel que Lyokô (dessin animé inclus). Quant à Laura, elle est fraîchement arrivée dans l'aventure. Elle ne connaît encore que très peu le terrain. Du coup, elle aborde un problème d'un œil différent, un peu plus neuf. C'est ça qui lui permet de prendre Jérémie de vitesse (parce qu'on se doute bien que le blondinet aurait fini par trouver).
Suite à cette jolie performance, voici ce à quoi on a droit :

http://media.codelyoko.fr/download/rub/quote/cle/laura_cle_good_gauche.png
« En tout cas, ce qui est sûr c'est que si j'avais pas été là, on serait encore en train de chercher. »


Gros facepalm.
La réplique est tout simplement mauvaise, et incohérente avec l'épisode précédent de surcroit. Dans #11 Rendez-vous, Laura est partie sans rien dire, ni rien demander. Alors certes, ça se lisait clairement sur son visage qu'elle était dégoûtée d'être snobée ainsi, mais quémander des compliments, ça colle pas avec Laura. On rappellera que la subtilité est un de ses traits de caractère, tout le contraire de cette réplique. Étrangement, seule Aelita semble relever (Odd étant comme toujours un cas à part) et s'énerver par-dessus le marché, en soulignant le « danger » que représente Xana.
*Toussotements dans la pièce*
On comprend ainsi le pourquoi de la réplique de Laura : il fallait meubler quelques instants d'épisode (le Skid ne pouvant malheureusement pas toujours assumer ce rôle), quitte à déformer son caractère.
Heureusement, on oublie vite l'incident pour se concentrer sur plus intéressant : le père de Laura, arrivé en urgence à Kadic. Tout d'abord, on pousse un gros WTF sur la quasi-téléportation qu'il a opéré pour arriver au collège-lycée. On peut penser qu'il a reçu le bulletin de sa fille via mail (la technologie, plus rapide que la lumière !) et qu'il ne devait pas vivre bien loin de l'établissement pour s'y être rendu aussi vite. Ensuite, on est surpris de ne pas voir sa mère. Mystherbe.
Bref, ne nous appesantissons pas plus sur ces points et concentrons-nous sur ses paroles, riches en informations sur le pourquoi du comportement à tendance compétitive de Laura. Une éducation assez élitiste, que l'on devine motivée par le parcours professionnel du paternel, qui explique en partie pourquoi la blondinette se révèle hautaine dans certains cas, mais aussi pourquoi elle ignore superbement Aelita, Odd et Ulrich dans #4 Mme Einstein.

Puis, tout s'accélère pour elle : son père décide de la retirer, sous un prétexte des plus légers. Kadic étant incapable d'empêcher son réseau de buguer et de gérer son problème informatique, celui-ci ne se révèle pas à la hauteur de Laura. Extrême comme argument.
Mais là n'est pas la question. Le nouveau personnage se retrouve face à un problème grave : elle va quitter définitivement Kadic. Et inutile de compter sur les Lyokô-guerriers, qui ont prouvé dans #8 Virus qu'ils n'hésiteraient pas une seconde à l'évincer (D'accord, c'est pas objectif de dire ça, disons plutôt que les chances que les héros lui prêtent assistance n'étaient pas élevées Razz). Seule solution pour se tirer de ce mauvais pas : le retour vers le passé. Problème² : la résolution de l'attaque de Xana n'aboutira sûrement pas au lancement du programme. Laura doit donc agir vite et improviser, tout en se coltinant son père aux basques. L'idée qui en résultera sera véritablement efficace : emmener son père à l'usine. C'était le seul moyen qu'elle avait sous la main pour faire enclencher un retour vers le passé. Et ça fonctionne. On peut donc saluer sa capacité à monter un plan rapidement, quitte à perdre des plumes au passage.

En ce qui concerne l'après-retour vers le passé, la sanction des Lyokô-guerriers envers Laura est (objectivement, as usual Cool ) exagérée. Et encore, selon Aelita, il aurait fallu l'exclure du groupe. On rappellera juste que le bond temporel que Laura à forcé à lancer n'a eu aucune conséquence dramatique, contrairement à celui lancé par Ulrich dans #35 Les jeux sont faits de Code Lyokô. Et la blondinette n'est pas la première à ramener quelqu'un au laboratoire : Odd avait emmené Bringa par le passé, Jérémie Jim, ou encore Sissi. Donc, le prétexte invoqué pour exclure Laura, je le définis personnellement comme étant bidon Mr. Green. Ils saisissent juste la première occasion pour la pousser vers la porte de sortie, sans lui laisser une chance de s'expliquer.
Le pire dans tout cela étant qu'aucun membre du groupe n'ira prendre sa défense. Odd, William, ou les deux, auraient été parfaits dans ce rôle. Malheureusement, cela n'arrivera jamais dans la série, alors qu'il aurait été vraiment intéressant de voir un conflit interne dans le groupe pour une question de ce type.

Pour finir sur les Gauthier, on revient quelques instants sur la brillante idée d'Aelita de les enfermer les Gauthier dans la salle du supercalculateur. C'était... inutile ? Le père et la fille ne représentaient pas une menace. Et puis, vous avez vu la mollesse de M. Gauthier franchement ? Même Jérémie arriverait à la maîtriser. L'idée d'Aelita ne consistait donc qu'à meubler une fois de plus l'épisode, alors qu'il aurait été tellement mieux de réinvestir ce temps ailleurs...


Dans l'intrigue virtuelle par exemple.

Elle se divise en deux parties : Lyokô et Cortex. Phase purement explorative pour la première, qui n'offre pas grand intérêt mis à part la petite nouveauté qu'est le scan portatif. Avouons-le, ces petits appareils auraient été bien utiles aux héros dans le dessin animé dans des épisodes tels que #9 Satellite ou #48 Esprit Frappeur (à la limite, on peut mettre le #74 Je préfère ne pas en parler dans le lot). Dans tous les cas, l'arrivée de ces gadgets signifie une chose : plus d'excuses pour ne pas trouver une tour activée à présent, et ce même en cas de panne/bug du Superscan.
Heureusement pour l'épisode, l'arrivée sur le Cortex offre un peu plus de mouvement. Enfin, plus ou moins. Premier point à noter, c'est que Yumi, Ulrich et William ont une utilité très limitée au cours de cette mission, Aelita préférant implorer grâce auprès de sa meilleure amie d'entrée de jeu. C'est alors qu'apparaissent sous nos yeux ébahis des Kr... OMG ! Des Mégatanks ! Enfin de la diversité dans le choix des monstres. Peut-être que l'épisode va se rattraper. Peut-être pas.

Premier point à noter : les Lyokô-guerriers préfèrent se refugier dans le Mégapod plutôt que d'éliminer d'abord les monstres. D'autant plus que le temps n'était pas pressé. Bref, mettons ça sur le compte du feu de l'action. Mais pourquoi, après avoir vu l'inefficacité totale de la tourelle de tir, n'ont-ils pas opté pour une offensive à terre. Car s'il y a un point à retenir de #22 Mutinerie, c'est qu'il est possible d'être téléporté hors du Mégapod lorsque celui-ci est en mouvement. William aurait tout à fait pu sortir et tenter de repousser les bouboules, son Supersmoke pouvant tout à fait suivre le rythme.
Néanmoins, la petite course-poursuite Mégatanks/Mégapod était assez agréable visuellement, mais n'était clairement pas palpitante (les enjeux n'étant pas énormes non plus, ce qui n'ajoutait aucune tension). Si l'on compare avec un épisode où le mode d'élimination des monstres (en usant d'aucune arme et uniquement du véhicule) est le même, #39 Mauvaise conduite, on se dit qu'il y a encore un gouffre entre Code Lyokô et Évolution. Belle tentative tout de même. En parlant de Mauvaise conduite, on remarquera que ce n'est pas le cas pour Odd, qui est par extension le seul personnage ayant eu un semblant d'utilité dans la virtualité.


Conclusion : Une attaque qui se classe directement en seconde position des attaques de Xana les plus débiles, juste après « Raz-de-marée » de Code Lyokô. La partie virtuelle ne viendra malheureusement pas relever le niveau, malgré la tentative d'innovation avec la course-poursuite.
Quant à Laura, l'épisode gagne en intérêt de par les informations délivrées sur ce personnage, mais en perd pour l'excessivité du châtiment des Lyokô-guerriers pour avoir amené son père au laboratoire.
L'épisode décroche une note à son image, chaotique.


6,5/20
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Belgarel MessagePosté le: Mer 14 Mai 2014 01:31   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
#43 Mon Meilleur Ennemi


Contexte : Dans la saison 2, les producteurs ne voulaient pas que Code Lyoko se mette à ressembler aux Feux de l'Amour.
C'est pourquoi Ulumi n'a jamais eu le droit de se développer proprement et s'est mis à tourner autour du pot de manière insupportable.
C'est pourquoi on a écopé de William. Par jalousie, Ulrich a été obligé de devenir un boulet.
C'est pourquoi on a eu #43 Mon Meilleur Ennemi.
http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/ancient_alien_meme_explanation.jpg


I. Amour

S'il y a une chose qui est bien quand on veut faire une review d'un épisode d'Amour, Gloire et Beauté, c'est d'aborder le scénario de façon chronologique. Pour résumer 10 longues minutes d'attaque de XANA : A embrasse C alors qu'il est censé (par les Lois du Scénario Invisible) être avec B, B l'apprend éventuellement en compagnie de truc et muche, on bat les cartes et on recommence jusqu'à ce que les héros comprennent. Qui pro quos, coups de gueule, humiliations et disputes, le tout orchestré au petit bonheur par XANA…On connaît tous le résultat espéré.
Yumi a écrit:
Semer la zizanie. Diviser pour mieux régner.

C'est un peu faible. D'ailleurs, XANA ne s'y risquera plus : apprenant que qui s'y frotte s'y pique, il ne touchera plus aux love story de Code Lyoko, qui ne s'en porteront que mieux. Donc, un beau fail pour XANA : nos héros sortent plus unis que jamais de cette épreuve, car ils ont compris qu'ils s'étaient tous montrés stupides.

L'ouverture de l'épisode parle d'amour sur un ton léger, et sans XANA tout semble aller de manière normale : Odd collectionne les relations sans souffrir de ses échecs (ni faire souffrir, semble-t-il) et prétend chercher l'amour (ce qui ne serait absolument pas crédible s'il n'y avait pas eu Sam). À ce moment, il tombe sur Sissi (sans se rendre compte de ce que ça devrait signifier), et on assiste à deux râteaux : Ulrich rejette Sissi, et Sissi rejette Hervé. Quant à Hervé, pour se venger, il casse la figure d'un lavabo.
http://belgland.files.wordpress.com/2014/05/hervc3a9.gif

Ça n'a pas l'air très intéressant, mais notons une chose : tout le mal qui arrivera à nos héros dans cet épisode, ils le font déjà subir à d'autres au quotidien. Râteaux, ruptures, adultères, jalousies, humiliations, BDSM…
Ça y est, Belgarel se met à raconter n'importe quoi…
Attendez, j'vous ai pas parlé de l'épisode 42 !…Ça me rappelait Trans Sisters de Saimon…
Sans jouer les moralisateurs envers nos héros, cela montre que l'attaque de XANA ne consiste pas tant, pour une fois, à « faire le mal » (comme : en tuant plein d'innocents au hasard) qu'à s'immiscer dans le quotidien pour redistribuer les cartes de manière à ce que nos héros écopent des tuiles.

Signalons un sympathique petit jeu, qui a lieu quand Aelita, Odd et Ulrich croient que Jérémie a embrassé Heïdi (la proie d'Odd) et que Yumi a embrassé machin. Ça s'appelle : « Où est le croissant ? »
⋅ Tout tourne autour de ce petit croissant que Jérémie espérait donner à Aelita en gage – et symbole – de son amour. (C'est par l'estomac qu'on les tient !)
⋅ Quand Jérémie arrive au self pour le petit-déjeuner, tout le monde se met à le bouder à cause de l'attaque de XANA. Un peu vite, d'ailleurs. En attendant, pour illustrer le fait que Jérémie perd amour et amitié, Ulrich lui raquette son croissant. (Certaines mauvaises langues diront qu'Ulrich n'attendait que ça. À noter que Jérémie n'a pas prévu d'autre déjeuner que ce croissant qu'il comptait de toute façon partager.)
⋅ À l'instant où Ulrich s'apprêtait à mordre dans le Fruit Défendu, il apprend par William que son petit cœur a de quoi être brisé. À l'instar de son âme, Yumi lui arrache son croissant.
⋅ Mauvais marché pour Yumi, que ce Croissant de l'Amour Perdu. Tu m'étonnes que ni Jérémie ni elle n'aient envie d'en manger !
http://img.codelyoko.fr/galeries/43_mon_meilleur_ennemi/bolGallery/thumbnail_Mon_meilleur_ennemi_031.jpg http://img.codelyoko.fr/galeries/43_mon_meilleur_ennemi/bolGallery/thumbnail_Mon_meilleur_ennemi_067.jpg http://img.codelyoko.fr/galeries/43_mon_meilleur_ennemi/bolGallery/thumbnail_Mon_meilleur_ennemi_074.jpg http://img.codelyoko.fr/galeries/43_mon_meilleur_ennemi/bolGallery/thumbnail_Mon_meilleur_ennemi_079.jpg
Nous avons ici affaire à un exemple typique de métaphore cinématographique. Un élément de la scène, un objet quelconque, devient un symbole de ce qui se passe à l'écran. C'est intelligent, c'est distrayant : bref, ce croissant est délicieux.

En fait, tout aurait été parfait si on s'était arrêté là. En deux baisers, l'objectif de XANA a été atteint, le groupe est divisé et ne sera pas facile à rafistoler, sans mentionner que leurs vies sont un peu foutues en l'air.
Le problème de XANA, c'est qu'il ne sait pas quand s'arrêter. À croire qu'il s'est transformé en petite vieille collée devant Sous le Soleil à longueur de journée.
Bref, il révèle au spectateur la solution des énigmes avant qu'elles soient trop nombreuses pour qu'il commence à se sentir perdu. Par la même occasion, il se met à gâcher son plan : Ulrich embrasse Sissi, Aelita embrasse Nicolas et Yolande embrasse Jim. Autrement dit, à force de multiplier les casus belli en public, XANA transforme tout le groupe en une bande de victimes : chacun étant persuadé de son innocence, ce n'est plus qu'une question de temps avant qu'ils ne mutualisent leurs informations et restaurent leur confiance autour d'une hypothèse qui arrange tout le monde : XANA.

En fait non. Même pas besoin. Trop intelligent. Après un climax où Jérémie se montre méchant envers Aelita (carrément !), le SuperScan détecte une Tour et Jérémie comprend tout seul ce qui s'est passé.
Dommage, voir les Lyokoguerriers réfléchir ensemble et restaurer leur amitié péniblement, ça aurait été très intéressant.

– Et pourquoi le SuperScan ne s'est-il pas déclenché deux heures plus tôt, quand le spectre est apparu?
Tiens ? Très juste, l'Objectivateur. Il y a deux hypothèses : hypothèse numéro 1 (kasdédi Oddye), et hypothèse numéro 2 (kasdédi moi).

Et puis merde, j'en ai marre de cette partie. J'me tire.

II. Gloire

Passons à l'action et aux combats.

En ce qui concerne la nouveauté de l'épisode, le spectre polymorphe, ça va. Un peu trop polymorphe à mon goût, mais ça passe parce que c'était le premier. Il en profitait pour explorer deux ou trois options intéressantes : la recherche d'un calibre optimal (Jérémie < Suzanne < Jim), Odd vs Odd (preuve qu'il s'y connaît en ironie du sort) et prise de visage d'un allié (après le faux Jérémie, on a droit à la fausse Yumi pour réconcilier Odd et la japonaise).
On a donc droit à de la jolie baston bien animée, bien réfléchie, et à quelques comportements intelligents de XANA.

Par contre, sur Lyoko…
Déjà, la musique. Question de goût, mais je trouve qu'on a droit aux plus laides.

Ensuite, la particularité de cette attaque de XANA est d'isoler Aelita sur une plate-forme en détruisant un pont. Comme à chaque fois qu'on tombe sur des morceaux aussi pratiques qu'inventifs, des questions se posent d'elles-mêmes :
Si XANA peut détruire des morceaux de Lyoko, pourquoi ne le fait-il pas plus souvent ? S'il avait créé ce pont au préalable, pourquoi Aelita, qui connaît Lyoko comme sa poche, ne s'en rend-elle pas compte ? D'ailleurs, depuis quand XANA disposerait-il du don de synthétisation ? Dernière chose : pourquoi ne pas avoir attendu qu'Ulrich et Yumi tentent de traverser le pont avant de le détruire ? Il paraît que les samouraïs et guerrières Kyoshi aiment bien prendre un bain.
Enfin, finalement ça se révèle pas très efficace : le vide pouvait être aisément franchi par véhicule, ou par un Supersaut en Supersprint de notre cher Ulrich…après, je ne donnais pas cher de la membrane de la Méduse !

Donc, pour faire fonctionner ce petit morceau de stratégie basique mais pas très intéressant, on a les monstres.
Et là, le combat est clairement frustrant ! Il se compose à 93,43% de tirs esquivés ou bloqués. À répétition. Encore et encore.
À un moment, Yumi et Ulrich « échangent de monstre ». La décision est justifiée stratégiquement (Ulrich n'étant pas le mieux armé face aux Frôlions) mais pas scénaristiquement (Yumi se contente de le suggérer comme si elle proposait une belote).
À un autre moment, l'Overwing de Yumi part en vrille, l'éjecte sur le côté, elle retombe par le dessus.
À un moment, Ulrich joue à cache-cache dans le dos d'une Tarentule. Il n'en profite pas pour l'attaquer, et on ne saura jamais pourquoi.

En quatre mots comme en quarante-trois…
On se fait chier.

Et puis là, magie ! Yumi détruit ses quatre Frôlions d'un seul coup d'éventail. Ouaip, juste comme ça !
Sauf qu'y en a encore.
Pareil, dès qu'il apparaît qu'au lieu de s'occuper de monstres, Ulrich et Yumi auraient dû protéger Aelita, semer les créatures de XANA qui ont survécu à la bataille n'est pas un problème pour Ulrich. Pour la Tarentule, ça se comprend : elle est bloquée sur la mauvaise plate-forme…mais pour le Frôlion ?

En somme : de longues minutes d'un combat clairement pas passionnant, sur une musique qui ne peut fonctionner que quand l'action est intense. L'action est mal équilibrée, le status quo est trop long et la victoire trop rapide et bâclée. Autant de minutes perdues ne sont pas pardonnables dans un épisode qui comporte autant de failles d'écriture.

III. Et Amour encore…

Parce qu'il n'y a pas vraiment de « beauté » dans cet épisode, on conclura sur ce qu'il nous montre des Couples.

Odd ? néant. Si ce n'est qu'il est capable de faire la gueule à ses amis à cause de ses histoires de conquêtes amoureuses. Sam, surtout, reviens pas : le zigoto n'a rien appris de l'épisode #23 !
Jim ? Pour une fois c'est pas Suzanne, alors on n'est pas vraiment dans la continuité…
Hervé ? Bah, à part jouer les Pokémon dans une salle de bains…

Ulumi, William, Sissi ?
Ah là là, ces deux-là sont tellement enclins à se foutre sur la tronche que William n'a qu'a dire la vérité pour les faire casser. En fait, Ulrich est tellement pressé de faire la gueule qu'il est plus prompt à faire confiance à un ennemi déclaré – pardon : rival – qu'à une élue de son cœur, rayonnante d'innocence.
Mais bon, Ulumi est un couple fragile par la Sainte Volonté des Producteurs, on le sait.
Ce qui me dérange plus, dans cet épisode, c'est qu'il n'y a absolument aucune résolution de l'affaire Ulumi. Pas d'excuses, pas de réconciliation. Pas de conséquences sur la relation entre Yumi et William. Pas de suites du baiser avec Matthias (mais après tout, c'est comme Heïdi : on s'en tape des persos secondaires) ni avec Sissi (et là, c'est plus grave) !
Cette absence totale de soin à l'égard des personnages secondaires (en particulier William et Sissi) fait tomber cet épisode d'Alerte à Kadic au fin fond des anales (sic) du feuilleton de merde à l'eau de rose jusqu'à l'os !

Quant à Ulumi…Vous savez pourquoi Ulumi est un couple mal écrit ? Parce que c'est un couple qui n'est écrit qu'à moitié. Et voilà tout !
Bon, je sais déjà ce que vont dire certains…
M./Mme Certains a écrit:
Gna gna gna gna gna gna gna gna gna gnaaaaaaaaa naga
En effet, on peut admettre que leur intrigue est résolue quand, suite à la faillite du plan de XANA, le groupe de rend compte que personne n'a rien fait de mal. Et en effet, à ce moment-là, les tensions disparaissent. Voire même : quand ils doivent se battre dos à dos sur Lyoko.
Mais le fait qu'il n'y ait pas un seul regard entre nos deux protagonistes demeure problématique. Je veux dire : ils font les choses qu'ils sont censées faire, ils agissent comme ils le doivent (par exemple : quand ils échangent de monstres), mais on ne voit pas leur relation se restaurer. Cela signifie au mieux que leurs problèmes de couple sont résolus au sein d'une matrice d'Amitié, pas d'Amour. Ce qui refoule déjà le bon gros « Copains et pis c'est tout »…
(Bon, y'a bien la tristesse exagérée d'Ulrich lorsqu'il ne parvient pas à sauver Yumi de la dévirtualisation, mais c'est tardif, pas préparé en amont, de sorte qu'en contexte de combat, ça marche juste pas.)

Passons à Jerlita.
À la récréation, donc, Jérémie fait un gentil coucou à une Aelita qui est en fait le clone de XANA. La vraie Aelita s'est heureusement volatilisée en quittant la salle de classe, de sorte que personne ne puisse être étonné de voir deux Aelita au même endroit. Nous enquêtons actuellement pour la retrouver.
Signe d'une progression ratée, la véritable Aelita aborde Jérémie dans les dortoirs en lui demandant affablement de quoi il voulait parler en début de cours, et se comporte tout au long de la discussion comme si elle n'avait pas de raison de lui faire la tête. Il y a une différence entre ne pas être rancunière et avoir la mémoire d'un poisson rouge.
Après une belle dispute où notre génie, en tort, débite un certain nombre d'idioties typiques de ces discussions (ce qui veut dire que la scène est réaliste et bien écrite en fait Razz), Aelita fonce pleurer à l'Ermitage. Franchement, pas besoin d'être Einstein pour le deviner. C'qu'elle peut être prévisible…

Ensuite, il y a la scène où Jérémie explique, seul, la situation à Aelita, se réconcilie avec elle et lui fait un bisou avant de s'enfuir avec elle, main dans la main. Arrive le reste de la bande, au sein de laquelle on retrouve un autre Jérémie qui a lui aussi tout compris. Quel est le vrai Jérémie ? Remake de l'épisode #24 en version Île de la Tentation pour Aelita…
Pour le spectateur adulte et attentif, la réponse est connue et certaine à 99,43%. Mais quand j'étais môme, y'avait vraiment du suspense ! Le fait que le clone cherche à prouver son identité en mettant en avant une preuve d'amour qui est plutôt une preuve d'absence de pudeur et de timidité – l'essence, faut-il le rappeler, du Jerlita – fonctionne bien, de la part d'un programme qui a du mal à saisir les émotions humaines (#24 revient nous hanter).
Malheureusement, la VO me réservait une mauvaise surprise par rapport à la version anglophone. La scène de l'Ermitage, où le faux Jérémie embrasse Aelita, a été doublée en français selon des directives différentes : le clone polymorphe de Jérémie parle avec une voix mécanique, vide d'émotions. Ça bousille tout le suspense de la scène, bande de tomates de chevet !

Bref : Jérémie et Aelita ont droit à un développement correct de leur dispute et de leur réconciliation (si on oublie qu'Aelita est censée faire la tête à Jérémie). On repompe sur #24, mais vu le sujet c'était une bonne idée.
Par contre, à l'instar de Matthias, Jim et Sissi, Heïdi et Nicolas peuvent aussi aller se faire manger les oreilles. Au lieu de conclure ces histoires, on fait un gag avec Jim et un gag avec Jerlita.
http://download.codelyoko.fr/rub/guideep/43.jpg
À propos de cet unique baiser de Code Lyoko…On pourra ergoter longtemps sur la psychologie d'Aelita – espiègle ou, contrairement à ce que je crois, naïve. Mais ça n'en reste pas moins un gag OOC – très drôle, certes, mais d'un intérêt faible à côté des failles de la construction de cet épisode, et sans conséquence sur la relation Jerlita, qui demeure bâtie sur la timidité et la retenue pendant le reste de la série.
Ce baiser n'est pas cohérent avec le reste de la série. On peut même se demander s'il est canon.


L'heure est venue de conclure cette analyse en notant l'épisode. D'expérience, je donne facilement des points. Détails du barème en spoiler.


6/20

Spoiler
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 14 Mai 2014 14:39   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1440
Localisation: Sûrement quelque part.
Episode 64 : Surmenage


Intrigue terrestre : le fourre-tout de ce qui ne compte pas dans l'attaque de Xana

Parce que oui, parler d'intrigue "terrestre" est maladroit, vu que been, ça reste à 100% en lien avec Lyoko...
La première scène où Fumet rend les copies est mythique. Ulrich, désespéré, se met à prier sous les quolibets méchants de Jérémie, lui-même doublé par Hervé (stupeur!). Odd est très lucide sur le fait que son pote va se faire troller puissance dix par le prof. Et bon sang, ce qu'il a raison...un tel déluge de remarques méchantes, rabaissantes, humiliantes! Mais, serais-je au paradis, cet épisode est génial!
On continue, puisque Yumi se fait à son tour flinguer par le proviseur d'un ton très ironique! De l'ironie, de la méchanceté?
Ikorih aime ça.
Plus sérieusement, ces deux scènes servent à mettre en relief des héros débordés, surmenés (aaah c'est pour ça le titre), bref, qui n'arrivent pas à mener leur double vie.
Arrive ensuite la première incohérence de l'épisode. Jean-Pierre menace Yumi d'être renvoyée...du collège. Rappelons qu'on a passé l'épisode 53 : Yumi est en seconde. Petit fail de Delmas, mais après tout, on est dans CL!
La menace pèse toutefois, lourde de sens...

Tiens, encore un truc louche, les LG se retrouvent à l'usine le soir et discutent de leur surmenage terriible. Il est étrange qu'ils n'aient pas abordé le sujet dans la journée, alors que c'était frais et qu'ils étaient tous en cours. Jérémie nous rappelle la problématique de cet épisode : "on a trop de bouloooot Crying or Very sad" (purée je croirais entendre mes camarades de classe lorsque la prof de physique annonce un contrôle). En tout cas, cette problématique ne sera pas resservie à la sauce S4, et encore heureux puisque la situation aurait été encore plus grave! (enfin, on aurait pu voir Ulrich redoubler!)
Aelita répond à la problématique : "c'est simple, recrutons!". A peine cite-t-elle Le Nom que Yumi se met à grogner (non en fait non elle grogne même avant).
"Alors ça jamais, c'est une tête brûlée, on ne peut pas lui faire confiance!"
Mhh...
Tête brûlée?
"La ruse? Connaît pas."
Indigne de confiance?
Episode 35...
Attendez...

Spoiler


Ensuite Jérémie en mode "faites ce que je dis mais pas ce que je fais" : "allez dormir, profitez du répit offert par Xana. Moi, je reste bosser." Narmol...Aelita tente de le convaincre, en vain, et il reste seul avec une musique triste (pourquoi triste d'ailleurs?) au labo jusqu'au matin...
Quand soudain....
***Intrigue virtuelle coucou!***


Le passage sur William et Yumi. Alors déjà on se demande ce qu'est cet atelier photo. Il semble obligatoire et assuré par Jim (ce qui est un peu louche), mais ce n'est jamais clairement précisé. On en saura jamais plus sans doute...mais ça ne semble pas en lien avec le cours de sport.
Le plus louche étant le rêve qu'il raconte cash à Yumi, et qui est récurrent.

Spoiler


Ce rêve sent un peu l'escroquerie scénaristique parce que William est le seul à avoir gardé des souvenirs dans son inconscient d'évènements avant le RVLP. Certes, il est exceptionnel, mais ça pue. Enfin, ça fait le lien avec un autre épisode ce qui est très positif dans le cas d'une série comme CL..
Le téléphone de Yumi sonne, elle discute avec Jérémie et William laisse traîner une oreille providentielle. Ni une ni deux, il se porte volontaire pour la couvrir et lui indique un moyen de filer, sans même savoir de quoi il retourne. Quelle grandeur d'âme.
Mention spéciale aux moments avec l'éclairage rouge. **
Par contre, l'imitation bancale de la voix de Yumi me fait tousser...le pire, c'est que Jim tombe dans le panneau.

Fin de l'épisode : Jérémie trouve enfin la solution à ses problèmes (ça valait mieux quand même) de 5ème Territoire, et William est intégré...enfin...il gobe très facilement l'histoire de Yumi, ça a pas l'air de le choquer.
La porte au 65 est ouverte...la preuve, Ulrich affirme que "le combat continue". Les connaisseurs savent que ces trois mots sont synonyme de girouette bipolaire qui change brusquement de copain. Du coup, on peut déjà prévoir que William va changer de personnalité (voire laisser les commandes de son corps à un autre, Drake Merwin et Britney n'approuvant pas cette idée)...


Intrigue virtuelle : l'Apocalypse est en marche

Jérémie, telle la Belle au Bois Dormant (mwahaha), est réveillé par une alerte à la tour activé. Rapidement, on a pas le temps de comprendre ce qui se passe, mais une ombre noire s'étend sur lui!
La musique combinée aux plans sur des endroits vides de vie dans le lycée contribue à faire monter la tension. Soudain, Jérémie se pointe chez Aelita avec un prétexte de la mort : "Ouais, on va se virtualiser dans le 5ème Territoire, viens voir chérie <3". La brave fille a le réflexe de défendre le contrôle de physique, ce qui est tout à son honneur. Toutefois, le ton de voix, l'attitude de Jérémie ne collent pas et elle est bien conne de pas l'avoir remarqué (bon, la scène précédente aidant à s'en rendre compte).
Jérémie ne la kidnappe pas (pourquoi donc au fait) et préfère attendre sagement que le groupe quitte le contrôle de physique pour agir. C'est pas super futé de la part de Xana, même si le mimétisme est parfait, les autres n'y voient que du feu (pas moi, c'est dommage, j'aurais bien aimé voir du feu Crying or Very sad)
Jérémie, le vrai, ressort de l'eau en glougloutant, tout trempé. Enfin un élément réaliste, son portable a grillé et il doit donc aller utiliser le Supercalculateur pour passer son appel.

Jérémie² fait passer ses messages par Odd, lequel se fait pincer par Mme Hertz. C'est pas super cool pour lui, surtout que c'est pas de sa faute, il ne faisait que faire la navette. Tiens oui on ne considère jamais assez les gens qui font la navette. Personnellement un jour j'ai permis à un type presque sans réseau d'avoir ses infos sur un certain jeu de stratégie et il s'est contenté de dire « Ouais merci facteur, on verra pour le pourboire ! ». Ahlala, quand je lui tomberai dessus...

Stoppons là cette digression. Odd se retrouve coincé avec le spectre, toujours aussi mesquin et adoraable (comme le Jérémie du début de l'épisode en fait, la cohérence est parfaite), et n'est pas fichu de capter que ça coince. Enfin, ça, c'est jusqu'à ce que le vrai l'appelle, le mettant dans une position des plus gênantes. Heureusement, Jérémie arrive à capter assez vite le problème, ce qui n'empêche pas Odd de se faire griller (au sens propre (smirk)). Ledit Odd ne crie d'ailleurs pas assez (ouais je suis en mode sadique aujourd'hui). J'adore l'attitude du spectre : "Tu ne fais rien, tu ne peux rien faire."

***Intrigue terrestre coucou***


Le double est en chemin sur le pont, prêt à aller se casser la gueule à lui-même. Yumi, récemment échappée, ramasse Odd à la petite cuillère.
On assiste ensuite à un chouette dialogue Jérémien, qui permet de montrer que le spectre a sa personnalité à lui ("Je suis presque fier d'être à ton image", ça ne renvoie pas à Xana, ou alors on a une piste de fou sur le fait que Xana est inspiré de Jérémie. Des inspirés pour une fanfic?). Enfin, la façon dont Jérémie rebondit sur le sol me fait penser aux balles rebondissantes affectionnées par les enfants, ce qui n'est pas réaliste de la part de quelqu'un qui a mangé une décharge électrique...

Sinon, Mme Hertz doit avoir une parenté avec Raymentase : aveugle et sourde à la fois, elle ne voit ni n'entend Ulrich et Aelita, de part et d'autre d'elle, à moins d'un mètre, qui sortent leur portable pour discuter entre eux.
Pour étayer cette thèse, on essaie de retrouver du cidre dans l'enceinte de Kadic, si vous avez des renseignements, contactez-nous.
Et puis Jérémie se fait jeter dans le puits.

Yumi sort une superbe réplique très intelligente du style "il ressemble à quoi le faux Jérémie?". A part Odd, aucun n'a le réflexe de se dire "tiens, est-ce vraiment Jérémie?", donc bon, il semblerait que Ulrich, même en étant absent, déteigne sur ses condisciples...
Le faux Jérémie fait une seconde erreur : il virtualise aussi Odd et Yumi, alors qu'il aurait pu les désintégrer en annulant la partie "arrivée sur Lyoko", non? Comme ça, Aelita en cadeau à la Méduse, et hop.

Bon alors par contre, j'ai été gentille sur les précédentes incohérences mais ça...
Jérémie, vivant et visiblement en pleine forme qui remonte l'échelle du monte-charge? Mais, il est tombé super profond, il aurait dû mourir! Se casser un truc, au moins!
Il est dit que le scénariste de l'épisode est porté disparu, un certain Drake Merwin étant fort courroucé de s'être fait piquer un de ses coups d'éclats par un "attardé de blondinet" en très mauvaise condition physique.
Moralité : quand il y a deux étages, ça va, c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes.

Le clone répare son fail en buggant les avatars de Odd et Yumi. C'est déjà mieux. Le bug est éminemment sadique : Odd et Yumi sont réduits à l'impuissance, spectateurs de la capture de leur amie par la Méduse.
Ikorih aime ça.
Les deux font quand même quelques sympathiques acrobaties qui donnent du punch au virtuel de cet épisode. Aelita active son mode cruche, comme souvent : "Tiens, je vais marcher à reculons tout doucement alors que la Méduse me charge!". Il faudra que Yumi lui gueule dessus pour qu'elle se réveille et courre...jusqu'au bord de la plateforme. (Nice try)
Bref, elle se fait attraper. Logiquement. C'est gravement la merde pour le moment.

Mais c'est pas grave, Jérémie, fraichement arrivé dans la salle des scanners va...attendez, quoi, on compte sur Jérémie?

Xana a décidé de se ménager. Pas trop utiliser son cerveau virtuel, ce serait douloureux. Laissons donc Aelita courir. Après tout, les Mantas sur les territoires de surface ne datent que de l'épisode 45, ce serait bête de les réutiliser...ça irait trop vite...

Ulrich débarque à l'usine, ce qui est déjà mieux que Jérémie (enfin, ils sont complémentaires...quoique, Jérémie qui revient au labo sans rien pour se battre est très con), qu'il sauve. Une vanne douteuse de la chose verte et marron, et Jérémie lance la résolution des bugs.
Son clone se montre à cet égard très poli puisqu'il tabasse Ulrich dans le fond et le laisse travailler. Du coup, les deux LG sont en pleine forme et peuvent pourchasser Aelita, récemment aperçue à dix mètres de la tour. Alors ouais, on croirait qu'ils n'ont aucune chance, mais c'est sans compter le fait que les personnages ne bougent que quand ils sont à l'écran.
Odd charge les Kankrelats et se fait OS (bah il était full PV, sauf si il a pris un coup hors écran)...bon, la charge était jolie on va dire?
La course poursuite est lourde et pénible. Plusieurs fois, la position des persos ne correspond pas à ce qu'elle devrait être si ils avaient continué à avancer hors champ.
Mention spéciale pour la scène avec Ulrich qui se fait électrocuter et qui gueule <3

Xanaelita étant Aelita, elle a le même problème que cette dernière. Au lieu de foncer dans la tour en voyant Yumi, elle se fige devant, médusée (ahaha). Le mode cruche touche tout le monde de son doigt vengeur...enfin, Yumi ne pense pas à lui tomber dessus dans la tour (on se croirait dans CL tiens). Là comme ça, ça ressemble à un bel épisode sadique : plus de territoires de surfaces, Ulrich qui fume sur le sol, le clone qui affiche un sourire digne de celui du Joker (kassdédi)...mais, c'est trop bien!

On va passer vite fait sur le fait que Yumi et Aelita savent pas se dévirtualiser seules pour se concentrer sur Odd. Depuis sa dévirtualisation, Odd est resté dans son scanner. On le retrouve assis dedans, à lever le pouce quand les filles reviennent. Aurait-il oublié que son pote Ulrich se faisait griller (**) par un spectre à l'étage du dessus? Parce que Jérémie l'avait un peu dit qu'il était revenu ("oh, on va avoir un peu de retard")...Si oui, Odd, tu es un salaud amnésique, sinon, tu es le pire des connards.

Pour conclure, le spectre était presque une allégorie de l'élitisme, vu ses propos. Donc du sadisme, de l'élitisme...waaaouw quoi!
Mais je n'ai pas de critère pour ça dans ma notation...


Note

Cohérence/réalisme : 2/5, épisode peu cohérent, ralentissements (Odd…), dommage, l’attaque partait bien

Originalité : 3/5, attaque peu originale mais assez finement menée par rapport à la moyenne

Action : 4/5 c’est dynamique (sauf les courses poursuites) et les combats sont pas trop mal fichus…

Personnages : 3/5 Y a pas de grand développement mais le spectre est sympa…ah si, intégration de Willy, ça rajoute des points.

Note finale : 12/20
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Jeu 15 Mai 2014 22:00; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
tiny_linux MessagePosté le: Mer 14 Mai 2014 16:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 93
Épisode 92 : Sueurs froides

http://download.codelyoko.fr/rub/guideep/92.jpg


Introduction :
Cet épisode nommé : "Sueurs froides" est un des épisode qui fera avancer l'intrigue de la saison 4 et celle de la série.

1. Le 1er fil conducteur de l'épisode : le couple Okam...Ulumi :


- Pourquoi "fil conducteur" ? C'est juste une dispute !

"Sueurs froides" défini bien l'état dans lequel est le couple durant l'épisode. De plus, on en parle à tous les moments de l'épisode sauf lors des combats d'Ulrich.

Tiens parlons d'Ulrich, que s'est-il passé dans sa tête pour accepter cette promesse d'Odd ? Déjà que c'est la pire bêtise qu'Odd a fait à Yumi (juste avant le devoir dans la chaudière).

On va revenir en arrière et mettre en évidence les passages où en parle.

Dans le foyer, qui a inventé les noms des équipe pendant la partie de Baby-Foot ? Parce que :

http://media.codelyoko.fr/download/rub/quote/oddterres4gauche.png
"les nougats de Montélimar contre les saucisses de Toulouse !"


Sans commentaire. Ne pas vraiment savoir pourquoi on a donné la photo aux journalistes, je pense que cela est une preuve qui montre que ce n'est pas Ulrich qui a donné la photo. Mais Yumi croit que ce qu'elle entend.

Sur Lyoko et en Sibérie, nous pouvons insister sur le comportement curieux et lourd de Yumi. Elle refuse catégoriquement de faire la mission avec Ulrich, l'occasion de s'expliquer mais elle accepte de le faire avec Odd, l'auteur de la conn...bêtise.

- Mais attend, pourquoi les scénaristes ont mis Odd au lieu d'Ulrich ?

Je ne suis pas eux mais je suppose pour faire parler Odd et de donner de fausses pistes à Yumi en lui disant implicitement qu'il est amoureux d'elle bien que nous le savons dans l'épisode #22 Routine et dans l'épisode #95 Souvenirs.

Chez Ulrich, nous pouvons voir qu'il est prêt à tout pour dévoiler la vérité à Yumi bien que Yumi prend la parole en première et prend en compte les paroles d'Odd (comme des paroles sincères au lieu de ragots). Celui-ci donc ne réagit pas : il préfère largement ne rien dire et se souvenir de ce smack. Ce qui ressemble à la génération de maintenant. Ah, les jeunes !
Et le tout se finit sur les aveux d'Odd rendant furieuse Yumi. A sa place, je comprendrais, ça me plairait pas du tout qu'on se fout de moi.

Nous notons aussi la course finale entre Ulrich & Odd pour un QuiProQuo qui a mal fini sur une photo privée dévoilé au journal du collège pour montrer le côté Grognon d'Ulrich (dévoilé dans l'épisode #38 : Tentation). Avec cette réplique :


http://media.codelyoko.fr/download/rub/quote/ulrichterres1gauche.png
"Je vais te tuer !"



2. Des détails :

On remarque dès le début de l'épisode des personnages secondaires remplir le décor de cet épisode et font avancer l'intrigue de l'épisode :
- Hiroki, le frère qui pose des questions et des questions à sa sœur et qui, sans le savoir, nous indique le 1er fil conducteur de l'épisode, nous pouvons noter aussi la période de pré-adolescence que traverse ce japonais via les questions qu'il pose.
- Milly & Tamiya, nos deux journalistes, ne manque aucune occasion de publier un scoop dans leur journal en intégrant bien évidemment des articles et des articles inutiles. Sérieusement, fabriquer un ampèremètre avec un baladeur MP3, qui ,à part Hervé & Jérémie, serait intéressé par cet article (dans la série). Et bien évidemment, Caf.. je veux dire Milly & Tamiya implante le 1er fil conducteur de l'épisode.
- Sissi, nous savons qu'il y aura très prochainement une bagarre entre ces deux filles. A savoir, la réplique de Yumi :


http://media.codelyoko.fr/download/rub/quote/yumiterres1gauche.png
"Ma couleur c'est le noir ! ça va être aussi la couleur de ton œil si tu me lâches pas !"


- Hervé & Nicolas, on remarque un petit détail : ils sont très proches l'un de l'autre bien qu'ils ont des caractéristiques physiques et mentaux très différents, ce qui nous montre le dos des ceux-ci ainsi que la blague de Nicolas (avec les lunettes !).

Bon ça c'est les personnages secondaires !

On a aussi le caractère des camarades de Yumi qui se moquent d'elle (quelle maturité en Seconde !) pour bien insister sur le ridicule de celle-ci. Ainsi que ses amis (Jérémie & Aelita) qui font comme s'ils n'avaient rien vu et notre intello profite pour draguer sa collègue.

3. 2e fil conducteur : Les réplikas, William & le Kolosse

Bien que l'épisode est rempli de répliques sur la photo, l'épisode a une très bonne intrigue au niveau de XANA & cie.
Commençons par le réplika banquise, hébergé en Sibérie, tiens quelle coïncidence !


- Et c'est maintenant que tu le remarques !


C'était juste pour amorcer la chose.

J'ai fait une petite équation qui parle d'elle-même Mr. Green :
XANA -> Réplika Banquise = Mal en Sibérie = Mal en Russie = Mal sur l'ex-URSS = propagande anti-URSS

Bref, l'épisode distingue 4 parties virtuels qu'on va traiter une par une.
- Sibérie - Désactivation de la tour - Lutte anti-Code XANA - Le Kolosse

3.1 : Sibérie :

Près du SuperCalculateur de la Sibérie, XANA a réussi à translater William, nous rappelons donc que cette technique était déjà utilisé par XANA pour des Kankrelats dans l'épisode #83 Superstition cela montre un peu le développement de XANA.
On assiste à un combat un petit peu rapide mais bien précis avec de bonnes attaques. Nous notons l'effacement de William quand Odd lui tire les flèches laser avant de passer la porte.
Après ce combat, nous découvrons des cervaux (allusion aux films d'horreur) peut-être pour les intégrer aux robots de l'épisode #93 Retour.


http://media.codelyoko.fr/download/rub/quote/oddterres4gauche.png
"On dirait de la soupe... avec une cervelle dedans ! (Dégoûté)"


Je te ne le fais pas dire !
Nous pouvons saluer la bêtise des héros de ne pas avoir détruit le supercalculateur pour pouvoir se débarrasser du Kolosse et du réplika.

3.2 : Désactivation de la tour

Ce combat n'était pas long mais elle est bien menée avec une petite stratégie qui marche et une allusion à l'épisode #91 Mauvaises Ondes avec Ulrich qui maîtrise l'OverBoard.
Pendant 25 épisodes, les geeks (Jérémie & Aelita) ont cherché à libérer William et voila XANA qui fait la boulette laissant grande ouverte l’accès aux données pour pouvoir concocter un programme pour le libérer.

3.3 : Lutte anti-Code XANA

Bien que William fut dé-translater via le code Lyoko, il fonce comme un malade vers le Skid mais attend 1000 ans pour entrer dans la tour et se fait .... défoncer. Bien qu'on ait vu que le début et la fin du combat, il était bien mené aussi. Cet épisode est très bien au niveau combat.

3.4 : Le Kolosse

C'est officiel ! XANA a infecté beaucoup de SuperCalculateurs et c'est bien grâce à eux qu'il monte en puissance notamment en créant un monstre énorme : le premier sur Lyoko ! Et celui-ci a pour but de détruire les LG facilement ainsi que le Skid. Bien évidemment l'idiotie qu'ont fait Aelita & Ulrich : lancer les épées et les champs de force ne marchent pas, reste mémorable.

Les LG restants se retirent du réplika pour éviter une dé-virtualisation complète (sans matérialisation). Et Odd le baptise, comme à l'épisode #27 Nouvelle Donne en faisant la plus grosse faute d'Orthographe.


http://media.codelyoko.fr/download/rub/quote/oddterres1gauche.png
"Avec un K comme dans Costaud !"


Et nous concluons donc avec cette phrase bien dite :

http://media.codelyoko.fr/download/rub/quote/jeremiesacgauche.png
"Il faut changer de tactique ! Maintenant on sait; XANA contrôle des centaines de réplika ..."


Bref, en conclusion : avec des héros auxquels, on a réduit l'intelligence et la solidarité; avec une intrigue virtuelle très intéressante mais un peu miraculeuse et par hasard (allusion à la libération de William), une histoire amoureuse mal mené et un décor bien planté cet épisode a une note de :

17/20


Voici le barème :
Spoiler

_________________


http://imageshack.us/a/img18/3926/ddqo.pnghttp://img197.imageshack.us/img197/6858/181n.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ambre Laele MessagePosté le: Jeu 15 Mai 2014 17:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 02 Déc 2012
Messages: 20
Episode 41 – Ultimatum


L’épisode commence dans l’usine, toute la bande étant réunie autour de Jérémie qui leur présente son nouveau jouet : un engin qui peut, selon lui, anéantir une personne contrôlée par Xana. L’idée en elle-même est pratique, mais il reste un problème : il n’y a pas de version de poche, et d’ailleurs, on se demandera comment Jérémie a récupéré tous les matériaux pour produire une machine capable d’interférer avec toutes les choses un tant soit peu électroniques...

Machine ou pas, cela n’empêche pas Xana d’activer une tour alors que les cours vont reprendre en ce début d’après-midi. Rien ne sort jusque-là de l’habituel : Sissi est rabrouée par Ulrich, qui ne semble pour une fois n’en avoir rien à faire que Yumi sot avec William. Autre événement routinier : la découverte de la tour activée, même si cette fois, les héros sont retenus par Jim et sont donc contraints d’aller en cours de musique. On passe alors à Yumi et Odd, et on comprend sans mal que le proviseur est contrôlé par Xana.

Deux fails se suivent alors très rapidement. Le premier est simple : pourquoi Xana n’a-t-il pas contrôlé un simple adolescent du lycée à la place du proviseur ? Ce dernier est peut-être plus costaud, mais avec les pouvoirs que Xana confère à ses « hôtes », leur état physique n’a aucune importance : preuve en est avec la xanatification de Jérémie, ayant profondément enfoncé la plaque des égouts dans un arbre. Xana aurait ainsi moins fait de bruit, car aurait-on vraiment cru William s’il avait affirmé qu’un élève avait kidnappé deux autres étudiants, dont une certainement plus grande que lui ? À voir. Sans compter que le futur lyoko-guerrier n’est pas très doué en allant avertir des élèves avant des professeurs. Lol. Tu crois vraiment qu’ils vont te prendre au sérieux mon gars ? Va plutôt dans la salle des profs avant tout chose hein...

Jérémie, Ulrich et Aelita sont en tout cas vite mis au courant de la situation, et l’attaque de Xana est confirmée par un message de leur cher ennemi, réclamant qu’ils livrent Aelita à la méduse, sous peine de quoi Yumi et Odd seront exécutés. Ces derniers sont retenus dans une chambre réfrigérée, sous la garde du proviseur, qui ne cherche cependant pas à les tuer. Ils ne sont malgré tout pas sortis d’affaire puisque Jérémie, Aelita et Ulrich sont eux-mêmes retenus par les policiers désormais sur place : seul notre samouraï parvient à s’échapper, et à recevoir un coup de fil de Yumi. On peut cependant noter un fail parce que la Japonaise n’est pas très discrète en mettant le manteau sur sa tête : Odd aurait plutôt mieux fait de se poster devant elle afin de tromper Xana. En outre, pourquoi le proviseur s’empare de deux portables, alors qu’Odd venait de dire que Xana s’en était emparé un peu plus tôt ? Nouvelle erreur, donc, même si Yumi sait dire à Ulrich où ils sont détenus.

Au collège, les choses restent au statu quo jusqu’à l’entretien de Sissi avec le commissaire de police. Celle-ci sait désormais un peu près tout sur Lyoko et accepte de les aider. Elle dupe d’ailleurs le policier, faisant croire qu’il y a des détonateurs dans le collège, afin d’évacuer les élèves. Mais arrêtons-nous un instant : mon vieux, où est-ce que tu trouves un lien entre un enlèvement et l’explosion d’un collège ? Non parce que faut m’expliquer hein. Si Delmas voulait vraiment faire sauter le pensionnat, il n’aurait pas perdu son temps à kidnapper deux de ses étudiants...

Cela libère en tout cas Jérémie et Aelita qui vont à l’usine en compagnie de Sissi, bien décidée à voir le supercalculateur. Ulrich, pour sa part, est parti à la recherche d’Odd et Yumi et les trouve finalement suite à la fin du compte à rebours de Xana. L’ultimatum est en effet passé, et Aelita ne s’étant pas livrée, il a en effet bien l’intention d’en finir avec ses deux prisonniers. Ulrich met fin à son attaque, permettant ainsi à ses amis de s’enfuir.

Notons un fail venant d’Aelita, qui regrette de ne pas s’être livrée. Après tout ce temps, elle ne semble pas comprendre que livrée ou pas, Xana comptait bien tuer ses amis d’une manière ou d’une autre. Et honnêtement, même si elle s’était donnée à la méduse, Xana aurait-il tenu parole ? À moins d’être stupide, il ne serait pas privé de tuer Yumi et Odd : c’était faire d’une pierre trois coups. Alors non, se livrer, ce n’était pas une bonne idée, ma fille. Même si bien sûr, cela ne l’empêchera pas d’aller sur Lyoko, et de se faire coincer par sa copine la méduse, puisque courir et utiliser son don de création ne semblait pas une option envisageable... Mais soit. Qu’on soit dans la saison un ou la saison deux, son côté cruche restera imbattable. Notons quand même les kankrelats très doués pour se détruire eux-mêmes : sur ce point-là, ils ont battu leurs records, donnant par la même occasion une petite scène agréable sur Lyoko.

Jérémie se réveille peu de temps avant que Yumi et Odd n’arrivent tous les deux : ils sont aussitôt envoyés sur Lyoko à cause de la méduse. En faisant attention, on peut voir une erreur scénaristique : en effet, la mémoire d’Aelita est presque à sec quand Jérémie se réveille, alors que moins d’une minute plus tard, elle est proche des « 900 » et est donc loin d’avoir tout perdu. Et puis, vu la vitesse où la méduse s’empare de ses données, Aelita aurait dû être morte bien avant que Yumi et Odd n’arrivent sur les lieux...

Quoi qu’il en soit, Aelita délivrée, il n’y a plus qu’à désactiver la tour. Un combat non des plus impressionnants commence alors entre les trois tarentules et les lyoko-guerriers tandis que Sissi rejoint Ulrich sur le pont. Et si elle réussit à neutraliser son père un instant, elle n’est pour le reste pas très efficace. Même quand il se met à avoir de l’électricité dans les mains, elle continue à lui dire « Non, Papa ». Mais tu sais, avoir de l’électricité dans les mains, ça devrait te terroriser, hein, et au moins te dire que ton père n’est pas en mode « bisounours »... Aelita réussit en tout cas à atteindre la tour, en sautant de nouveau dans un tunnel (les toboggans doivent l’aimer... ou l’inverse). S’ensuit alors un passage Ulrich Sissi.

Première inquiétude de la jeune fille : l’état de son père, par rapport auquel Ulrich la rassure en disant qu’il va tout oublier et pas lui. Détail qu’il aurait peut-être dû taire vu la décision de la jeune fille... qui l’embrasse sous les yeux ébahis d’Odd et Jérémie. Heureusement pour lui, le retour du passé est lancé avant que Yumi n’en sache davantage. Ca n’empêchera pas cependant pas les questions de la Japonaise, mais elle n’obtiendra jamais satisfaction, puisque selon les garçons, « il ne s’est passé rien du tout sur le pont, bien sûr ». En attendant, Ulrich est plus sympa avec Sissi et cela n’a pas l’air de plaire à Yumi, malgré sa prochaine décision sur le « copain et puis c’est tout ».

Pour conclure, le scénario en lui-même est bien trouvé : l’ultimatum lancé par Xana est nouveau, et qui plus est, on voit Sissi sous un autre jour que comme la « peste pourrissant la vie aux héros ». Ceci dit, le combat sur Lyoko aurait pu être amélioré ; même chose pour certains détails de l’épisode qui auraient pu être mieux utilisés. Vient enfin le baiser de Sissi, le second dans l’histoire de Code Lyoko qui mérite quand même d’être marqué dans les annales.

14/20.

_________________

http://imageshack.us/a/img5/6674/avpz.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Code Lyoko -> L'animé Code Lyoko Page 6 sur 12
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1798s (PHP: 81% - SQL: 19%) - Requêtes SQL effectuées : 25