CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
 
 Derniers topics  
Questionnaire
[Jeu PC] Sortie IFSCL 3.5.0
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] Oblitération
Comment relancer CL a notre niveau
[Fanfic] Le plus puissant des liens
[Fanfic] Le futur nous appartient
[Fanfic] Trepalium, Familia, Patriam
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
[Fanfic] Bouffon du Roi
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] CharmingMagician.exe [Terminée].

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 2

Aller à la page 1, 2  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 15:43   Sujet du message: [Fanfic] CharmingMagician.exe [Terminée]. Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.


Cette fiction est un hommage à l'industrie du jeu vidéo. Il est au cœur de l'intrigue principale des récits que je mène actuellement. Son format, toutefois, ne se veut pas traditionnel, et la longueur des chapitres n'a pas vocation à être spécialement longue. C'est une série de courts événements, qui viennent en amont de la fiction principale.

La lecture de Bataille pour l’Espoir est fortement recommandée pour appréhender au mieux CharmingMagician.exe, bien que cela ne soit pas obligatoire, cette fiction pouvant se lire, jusqu’à un certain point, indépendamment de la première.
La lecture de Projet Renaissance est en revanche absolument essentielle pour comprendre en tant que tout, la partie présentée ce jour.

Synopsis : Après des siècles de guerre, l'Empire du Désert, emmené par Ulrich Stern, est arrivé à un accord de paix avec la Reine du Pays des Nuages, Yumi Ishiyama. Leur réconciliation, qui scelle un nouvel ère de paix au sein de Lyokô, est pourtant menacée. Des rumeurs courent sur la levée d'une nouvelle armée, rassemblant des forces séparatistes aux desseins bien sombres...

Liste des chapitres



_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.


Dernière édition par Pikamaniaque le Sam 05 Nov 2016 09:22; édité 8 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 15:44   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.
Je suis Dimensio, le Charmant Magicien !

Séquence 1ère : Battle of Okami.

    ?
    Il fait si sombre… Tout est flou… Je ne vois quasiment rien… Sauf cette petite étincelle, au loin. Elle est forte. Qu’est-ce que c’est … ? Je suis morte ?
    Au secours… S’il vous plaît… Je veux partir. Ce bruit, il est insupportable. Je vais mourir. J’ai mal à la tête. J’ai très mal à la tête. Pitié. Je ne sens plus mon corps. Je ne sens plus rien. C’est mouvant. De l’eau. Il s’approche. Non. Non. Non. Non. Pitié… Pas ça…
    « Il faut dormir, ma belle. »
    Je sens une aiguille. Ça fait mal. Ça fait… tellement… mal… Tout est… ah… Papa… Slimane…

    CharmingMagician.exe a écrit:
    UN COMBAT COMMENCE !
    Le Kaiser Oblivion ( PVs) et la Fée Anne ( PVs) vs. La Reine Yumi Ishiyama (1 000 000 PVs), L’Empereur Ulrich Stern (1 000 000 PVs), Christophe M’Bala (350 000 PVs) et le chef de la Garde Cristalline Akise Vessalius (140 000 PVs).

    « Nous nous rencontrons enfin ! » S’exclama un assaillant masqué, dans un costume renaissance aux parures dorées. « La paix, l’harmonie, l’ordre… Je réfute ce monde, et tout ce qu’il abrite. ». Une petite créature l’accompagnait, aux cheveux blonds, et dans un costume style gothique lolita. Ils avaient brisé la grande fresque du Temple des Montagnes pour pénétrer dans l’enceinte du sanctuaire, troublant vraisemblablement une cérémonie à laquelle ils n’avaient pas été conviés.
    En face d’eux, se dressaient un samouraï de style traditionnel, une geisha jaune-rouge-noir, ainsi que deux subalternes.

    « Rendez-vous, Majesté ! C’est trop dangereux. » Clama le jeune Akise Vessalius, se jetant aux devants de la Reine-Geisha pour la protéger.
    « Hors de question ! » Répliqua-t-elle. « Après d’innombrables années de guerres et de souffrances, le Royaume des Nuages et l’Empire du Désert ont enfin réalisé leur rêve de paix, et je ne permettrai pas que quiconque se mette en travers de notre chemin !
    — Vous voici bien belliqueuse, Reine Yumi. Mais, voyez-vous, vous n’êtes pas la seule à avoir un rêve. Le nôtre ? Réunir les deux plus grandes puissances de Lyokô, le jour de leur plus grand triomphe, et les broyer toutes les deux en même temps ! » Intervint la petite créature qui ressemblait à une fée.
    « C’est une déclaration de guerre ?! Alors qu’il en soit ainsi, vous l’aurez voulu ! Foi de Grand Samouraï du Désert, je vais vous anéantir. Christophe, avec moi ! » Vociféra l’Empereur Stern. Son acolyte opina du chef.

    Ulrich SternSouffle de lumière, dommages : 0. CIBLE : Le Kaiser Oblivion.
    Christophe M’BalaFléau Noir, dommages : 0. CIBLE : Le Kaiser Oblivion.

    « Ri… Ridicule… Fit Christophe, pantois.
    — Qui êtes-vous ? Ou plutôt, qu’êtes-vous, démon ? X.A.N.A ? Renâcla Stern.
    — Son Altesse se gaussera de ces pathétiques attaques. Vous ne semblez pas réaliser à qui vous avez affaire… Prosternez-vous devant celui qui va déclencher la Révolution ! Sa Majesté Impériale, le Kaiser Oblivion ! » La Fée Anne battit des ailes pour se rapprocher de son maître. Ces deux derniers échangèrent un regard.

    « Votre Majesté Ishiyama, venez à mes côtés prendre la place qui vous revient de droit. Grâce à votre pouvoir, nous allons pouvoir réfuter ce monde. Déclara calmement le Kaiser.
    — Jamais ! Au nom de la Garde Royale, je défendrai Sa Majesté jusqu’à mon dernier souffle ! Jura immédiatement le jeune Akise Vessalius.
    — En voilà un qui a plus de courage que de bon sens. Très bien, jeune chevalier… Je vais réfuter votre courage de ma propre main ! » Rétorqua l’assaillant, un brin amusé par la témérité du jeune homme.

    Le Kaiser OblivionAigle noble, résultat : Augmente toutes les attaques de 200% de puissance. CIBLE : Tout le monde.
    La Reine Yumi IshiyamaOffensive d’éventails d’aciers, dommages : 0. CIBLE : Le Kaiser Oblivion.
    Akise VessaliusAttaque simple, dommages : 0. CIBLE : Le Kaiser Oblivion.

    Le Kaiser se montra particulièrement ennuyé par ces nouvelles attaques, qui ne le désarçonnèrent pas. Tout au contraire.

    Le Kaiser OblivionContre-attaque, dommages : 99 999. CIBLE : Christophe M’Bala.
    Le Kaiser OblivionAérolithe, dommages : 699 999. CIBLE : Ulrich Stern.

    « Quelle puissance… Je… Akise, va-t’en ! Somma la geisha à son garde-du-corps.
    — Non, je ne le ferai pas… Je ne le peux pas ! J’ai fait le serment de vous protéger, votre Sainteté. Je préfère encore mourir plutôt que de m’enfuir. » Répondit-il en serrant les poings.

    Christophe M’Bala
    Frappe d’ébène (PV perdus – PV totaux / 99 999 – 350 000 = 250 001), dommages : 0. CIBLE : Le Kaiser Oblivion.
    Ulrich SternTriangulaire, résultats : 2 clones encerclant une cible. CIBLE : La Fée Anne.

    « Je vais te crever ! » Hurla l’Empereur.

    Quand les deux répliques d’Ulrich se mirent en travers de la Fée Anne, le Kaiser sembla alors considérer que ses adversaires étaient allés trop loin. Passablement lassé, il concentra sa main devant lui.

    Le Kaiser OblivionMétéores, dommages : 999 999. CIBLE : Tout le groupe adverse.

    La Reine Yumi s’était jetée sur Akise, pour le protéger des dégâts colossaux que provoqua la pluie de météorites sur la délégation de la paix. Christophe M’Bala était tombé à terre, mort, se dévirtualisant petit-à-petit. L’Empereur Stern convulsa et finit à son tour au tapis. Il ne restait qu’elle, et son garde. Elle n’avait plus qu’un misérable point de vie, alors qu’il en restait environ 30 000 à Akise. Mais quelle différence cela faisait-il, avec des attaques si puissantes ?

    « Il est… trop fort… » Fit remarquer, avec une pertinence évidente, le chevalier de la Garde Royale. Ishiyama serra le poing.
    « Alors je n’ai pas le choix ! ».

    Yumi Ishiyamautilise son pendentif pour envoyer une demande d’assistance à travers les mondes.

    « Votre Majesté, ce pendentif ! S’exclama la Fée Anne.
    — Oh que non ! »

    Le Kaiser Oblivion assena un violent coup d’épée dans le pendentif, qui s’éclata en un million d’éclats numériques. Yumi fut tellement surprise par la violence du choc qu’elle eut un cri d’effroi.

    « Le pouvoir de communiquer entre les mondes… un pouvoir que vous avez perdu désormais. Laissez-moi terminer cette charade, Votre Majesté. » Acheva tranquillement Oblivion.

    Le Kaiser OblivionLumière aveugle (dégâts = PV/2), dommages : . CIBLE : Le groupe adverse.

    Les deux dernières victimes du massacre s’effondrèrent à terre. La violence du choc avait été telle, que leur enveloppe virtuelle s’était scindée en deux. En train de se décomposer lentement, Akise releva péniblement la tête, dans un dernier effort de conscience, alors même que son assaillant s’était approché du corps de Yumi pour en ramasser une moitié.

    « A… Arrêtez… Je… je ne vous laisserai pas… L’emmener… » Racla le Garde Royal de ses dernières forces. Cela en surprit ses deux adversaires.
    « Je dois bien le reconnaître, votre détermination fait honneur aux chevaliers… Du moins, à moitié. Esquissa pour réponse le Kaiser, qui ne put réprimer un sourire aux lèvres.
    — Votre Majesté, il risque de nous attirer des ennuis. Ne vaudrait-il pas mieux l’achever ici et maintenant ? Interrogea la Fée Anne.
    — Évidemment. Vale, vaillant chevalier ! »

    Le Kaiser Oblivion
    Aspiration, résultat : Dissout les données des utilisateurs dans un vide abyssal. CIBLE : Akise Vessalius.

    LE GROUPE A ÉTÉ DÉCIMÉ…

_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Arzach02 MessagePosté le: Dim 25 Sep 2016 10:25   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 29 Juil 2016
Messages: 20
Localisation: Dormant dans R'lyeh
Je ne sais si on peut commenter ou si on doit attendre la fin mais je le fais quand même :

Citation:
un hommage à l'industrie du jeu vidéo

Ca promet d'être intéressant.

Citation:
Battle of Okami

Référence au jeu vidéo éponyme ?

Citation:
Renâcla Stern

Effet de style mais le terme " renâcler " s'applique aux chevaux, je pense.
Mais après tout , tu écris comme tu veux – et c'est bien pour ça que tes histoires sont géniales - alors fais ce que tu veux.

Citation:
Du moins, à moitié

J'apprecie cette note d'humour !

Je n'ai relevé aucune faute d'orthographe ( il y en a peut-être mais je ne les ai pas vues ). Les dialogues des personnages sont parfois grandiloquents mais c'est sûrement voulu ?
Le tiret cadrantin, ca fait vraiment plaisir de voir quelqu'un l'utiliser enfin...

C'est très court mais tu as dit que c'était normal alors pas de problème.
Question : ces nouvelles sont à prendre en compte dans la lecture de Projet Renaissance ou pas ?

_________________
"N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au long des siècles peut mourir même la Mort" Lovecraft, Call of Cthulhu
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Mar 27 Sep 2016 07:16   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2143
Localisation: Territoire banquise
LE JUGE ICER A ETE SAISI, le 23 septembre 2016, par le Pôle fanfiction dans les conditions prévues par le règlement des Fanfics, d'un commentaire prioritaire.

Au vu des textes suivants :
- Bataille pour l'Espoir
- Projet Renaissance
- CharmingMagician.Exe
- Funeral (Mdr)
Au vu des pièces suivantes :
- L'intégralité des messages du membre Pikamaniaque, postés sur le forum codelyoko.fr.
- L'intégralité de l'historique des conversations Skype du dénommé code_my, obtenue suite à une perquisition administrative qui aurait été illégale si nous n'avions pas été en état d'urgence.
- Les observations présentées par l'administrateur Shaka, qui met clairement en doute les capacités intellectuelles de l'auteur.
- Les pièces produites et jointes au dossier ;

LE JUGE ICER S'EST FONDE SUR CE QUI SUIT :

1. La simple réputation du membre Pikamaniaque et de son équivalent Skype code_my sur laquelle s'accorde la plupart du peuple français, qui se caractérise notamment par les expressions « Branleur », « Homosexuel dépravé », « Ne tiens jamais ses délais », « On attend son cinquième retour ».

LE JUGE ICER DECIDE :

1. D'effectuer la déclaration suivante :

Spoiler


Rendu public le 27 septembre 2016.

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 30 Sep 2016 18:07   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.
Oui, les dialogues grandiloquents sont volontaires dans la partie "CharmingMagician.exe".
Je me permets de faire appel auprès de la cour administrative d'appel, Icer. Sad .

_____________________________________________________________
    Séquence 2 : Battle of Green Hill.


    Dinnington, South Yorkshire. 16 juin 1984.

    « C’est toi, Denys, non ? » Interrogea une voix dans un petit bar de la ville. Un garçon de dix-neuf ans était en train, dans une chemise rouge, de nettoyer le comptoir sur lequel la plupart des alcooliques avaient terminé de cuver leur vin la nuit d’avant. Il devait être aux alentours de de 5h du matin, et poussé par la fatigue, le jeune homme interrogé hocha les épaules. Son interlocuteur était quelqu’un qui semblait avoir le même âge que lui. Il avait les cheveux blonds, et les yeux bleus. Un visage d’enfant, presque, et quelque peu efféminé par ailleurs.
    Denys ne le connaissait absolument pas, alors même que pourtant, la petite ville de Dinnington dans le Yorkshire n’avait rien de très exotique. Elle était plutôt petite, et tout le monde se connaissait, avec moins de douze milles habitants.
    « Je peux vous aider… ? Répondit-il un peu hésitant.
    — Oui, vous pouvez. Je viens d’arriver en ville, mais je ne reste pas longtemps. Je suis un peu perdu pour tout avouer. Mais vous devez être fatigué, le bar est fermé ? » Interrogea l’inconnu, sur un ton doucereux. À nouveau, l’interlocuteur haussa les épaules. La personne qui lui faisait face lui adressa un sourire entendu.

    « C’est plutôt tendu par ici… Vous êtes barman ? Demanda-t-il.
    — Oh, non, pas du tout ! Je suis… euh… « femme » de ménage ? » Commenta Denys, particulièrement gêné. Son visage s’empourpra. « Mais, comment vous vous appelez, d’ailleurs ? Et comment vous me connaissez ?
    — Oh, je vous présente toutes mes excuses ! J’ai un peu brûlé les étapes, je crois. Je m’appelle Slimane. Et je viens d’ailleurs. Je voulais te parler, toi qui es comme moi… » Essaya l’intéressé. « Je viens de Londres, en fait. Et je cherchais… un endroit, où prendre des photos. Je suis photographe. J’aime l’art. La musique classique. Et je crois que cette ville est le terreau parfait quant à ce que je recherche. ».
    La fatigue dans les yeux, l’adolescent n’avait pas vraiment compris le discours de Slimane dans un premier temps, et il ne voyait toujours pas le rapport avec lui. L’étranger sembla le comprendre, et acheva une bonne fois pour toutes ces explications en conséquence.

    « La grève. C’est par ici que Mme Thatcher va jouer la suite de sa carrière politique. Quoi qu’il se passe dans les prochains jours, l’issue du conflit social qui est en train de se jouer va changer définitivement la donne en Grande-Bretagne pour des siècles à venir. Et je sais que ton père est mineur à Orgreave, comme le mien… Vu que vous êtes du coin, j’ai pensé avec peut-être un soupçon d’arrogance que vous voudriez bien me parler ? ».
    Denys sembla particulièrement gêné à l’idée d’entendre les raisons pour lesquelles ce parfait inconnu était venu l’aborder.
    « C’est-à-dire que, je ne parle plus avec mon père depuis des années… À cause… à cause du fait que. Bah, que. ». Il se tut. Slimane lui adressa un sourire, qui, sur le coup, eut l’air d’un sourire tant carnassier qu’affamé.
    « Oh, ne va pas plus loin. Je suppose que tu me trouves charmant. ». Le blond joignit ses mains. Incertain d’avoir compris, le technicien de surface croisa les bras, quelque peu sur la défensive.

    « Qui êtes-vous ?
    — Je te l’ai dit, je ne suis que Slimane Sheffield. Je suis photographe, et c’est toi que je veux pour mon portrait.
    — Mais… Comment, pourquoi vous avez su ?
    — Il y a écrit « fag » sur ta voiture, et il n’y en a qu’une. ». Extrêmement mal-à-l’aise, le garçonnet paraissait sans défenses en dépit de sa petite chemise rouge, qui n’était pas la tenue conventionnelle d’un vulgaire torche-cul de pub.
    « Vous êtes là pour me dire que je suis a wet ? Passez votre chemin, d’autres l’ont déjà fait. ».

    Sur la télévision du bar, un journal matinal commença sur la BBC, attirant l’attention des deux hommes.
    « La seule volonté de Thatcher est de briser le mouvement syndical. La grève générale du 18 juin va faire tomber la femme qui devait se comporter comme une mère, et qui pourtant, se comporte comme un monstre ! La Présidente doit se démettre immédiatement ! » Clama le leader du mouvement contestataire, Arthur Scargill, patron du syndicat des mineurs. Denys tourna la tête, et s’ancra dans le regard de son interlocuteur.
    « Je ne suis vraiment pas là pour ça. Je te laisse ma carte, tiens. » Il lui tendit un papier sur lequel était écrit un numéro de téléphone. « Tu n’auras qu’à m’appeler. Mais je suis sûr que nous nous reverrons. » Slimane frôla de la paume de sa main, la joue de Denys, et d’un regard charmeur, il détourna les talons.
    « Et maintenant, je vais à mon hôtel. Alors à bientôt, Denys Geneologia ! ».

    Il était parti si vite. Il avait été comme un mirage. Un peu penaud, le garçon se remit alors à frotter le comptoir. Venait-il de s’endormir ?

    À l’extérieur, Slimane Sheffield s’avança jusqu’à sa voiture. Une fois à l’intérieur, il ouvrit une sacoche à côté de lui. Elle contenait tout un tas de registres. Des noms, que la police conservait précieusement. Il s’agissait du fichage des homosexuels du Yorkshire. Sur le dossier de Denys Geneologia, fils d’immigré italien, il apposa un petit mot. « check », et rangea le dossier dans une autre chemise, laquelle ne contenait que des « check ».

    « Franchement, les gays, c’est les plus faciles à appâter. » Proclama-t-il à haute voix, comme si quelqu’un l’écoutait. Il se lécha les babines, et caressa un espèce d'objet en cuir.
    Il ne faudrait que quelques jours pour qu’il ait un nouvel objet dans sa collection.

    ***


    ?

    J’ai froid… J’ai vraiment très froid… J’ai peur aussi. J’ai vraiment peur. Je veux sortir, pitié, je veux sortir ! Je serai sage, je le promets. Mais par pitié me faites pas de mal. Je veux pas avoir mal. J’ai déjà trop mal. Je ferai tout ce qu’il faut pour ça. Je le promets. Je préfère mourir que rester ici… Je préfère me jeter contre la porte qu’attendre encore. Je les entends tous hurler. Et je l’ai vue… Elle. Rien qu’à m’en rappeler, j’ai encore envie de vomir… ça pue. Ça pue tellement ici. La pisse, la merde. Je suis sûr que… y’en a partout. Au secours… Maman…
    Je veux pas finir comme ça. Slimane, je t’en supplie… Sors-moi de là…
    Oh non.
    J’entends la porte.
    Il arrive. Oh non… Non… Non… J'arrive pas à pleurer... ? Je tremble. J’arrive plus à penser. Ça va être mon tour. Je veux pas. Faut que je me recule, faut que je sauve ma vie. Je sens plus mes jambes…
    La porte coulisse.


    « Oh… C’est tout bonnement fascinant ! Tu es vraiment à mon goût, comme ça. Tu es très beau, tu sais ? Oh ! Moi qui pensais m’ennuyer. Mais en fait, je commence à y prendre plaisir. » Le ton change radicalement. « Les anesthésiants… C’est tellement plus de ton niveau pour toi maintenant. Il faut que tu sois parfait, tu le sais.. ».

    CharmingMagician.exe a écrit:
    UN COMBAT COMMENCE !

    Le Kaiser Oblivion ( PVs) et la Fée Anne ( PVs) vs. Seigneur Odd Della Robbia (1 000 000 PVs), Kori Samantha (150 PVs), Kori Mélanie (150 PVs).

    « Je vous en conjure, Kaiser Oblivion, laissez-les tranquilles ! » S’exclama un homme en costume de félin. Deux femmes hybrides l’assistaient à ses côtés. Le Kaiser affichait une mine fermée, tandis que la Fée Anne, de sa petite taille, ravissait toujours un sourire de chienne mal baisée aux yeux du Seigneur de la Tribu des Bois Perdus.

    « Seigneur Della Robbia, voilà un bel honneur que je vous fais en vous appelant ainsi. » Commenta le Kaiser. « Mais, voyez-vous, je ne suis pas ici pour discuter. Nous avons une mission à accomplir. Comme vous le savez, la Cérémonie de Paix entre l’Empire du Désert et le Pays des Nuages a sonné le glas d’une nouvelle ère pour Lyokô, et nous comptons bien mener notre juste tâche à son terme. Alors, et je ne vous le répéterai pas, mettez vous hors de ma route. ». On pouvait apercevoir derrière les arbres de la plateforme végétale, une immense tour que protégeait la Tribu, ou plutôt ce qu’il en restait. Un amoncèlement de données s’enchevêtrait les unes aux autres. Tout était en train de disparaître.

    Kori SamanthaArcher héroïque, dommages : 0. CIBLE : La Fée Anne.

    « Comment oses-tu ?! S’exclama la petite créature volante.
    — Je ne vous laisserai pas vous en prendre à mon maître… » Geint-elle avec difficultés. Odd Della Robbia s’avança au niveau de Kori Samantha.

    Kori MélanieOraison funèbre, dommages : 0. CIBLE : Le Kaiser Oblivion.

    « Maître Della Robbia, que se passe-t-il enfin ?! Pourquoi nos attaques ne les affectent pas ?! » S’exclama Kori Mélanie, dont la petite voix aigüe jurait avec le gabarit qu’elle avait.
    « Seigneur Della Robbia, ceci est mon dernier avertissement. Laissez-nous passer instamment. » Hacha froidement et sans sourciller le Kaiser, cible d’attaques qui ne le faisait même pas trembler.

    « Non ! Je ne le veux pas ! Je ne le peux pas ! » S’exclama le garçon. « Au nom de toute la Tribu des Bois Perdus, mais aussi en tant qu’un des cinq Gardiens de Lyokô, je ne saurais jamais vous laisser passer, Kaiser Oblivion ! Vous avez déjà mis à mort la Reine du Pays des Nuages, et l’Empereur du Désert, cette fois c’est terminé ! » Il fit une pause, puis reprit. « Vous ne pouvez pas faire ça ; vous ne savez pas ce que vous êtes en train de réveiller ! Je vous en conjure, Kaiser, reculez, pour la paix, pour le bien de tous, cette guerre doit cesser ! ».

    Le Kaiser Oblivion soupira. La Fée Anne sembla particulièrement amusée.

    Le Kaiser OblivionAigle noble, résultat : Augmente toutes les attaques de 200% de puissance. CIBLE : Tout le monde.
    Seigneur Odd Della RobbiaQueue de fer, dommages : 0. CIBLE : Le Kaiser Oblivion.
    Le Kaiser OblivionMétéores, dommages : 999 999. CIBLE : Tout le groupe adverse.

    Les deux Kori s’effondrèrent à terre. Leur enveloppe numérique disparut.
    Seigneur Odd Della RobbiaBouclier, protection : 100%. CIBLE : Lui-même.

    Le Chef de la Tribu se tenait encore fièrement debout. Son bouclier avait aspiré toutes les météorites du Kaiser, démontrant par là le grand pouvoir qu’il possédait en tant que Gardien de Lyokô.

    « Il en faudra plus me terrasser, Kaiser. Vous êtes le plus froid de tous les monstres froids... et je ne vous pardonnerai jamais d’avoir massacré, brisé, humilié tout ce en quoi je crois. Vous ne me laissez pas le choix ! » S’exclama le félin, les membres tremblant. « Je vais réveiller le pouvoir du Code Lyokô… ».

    Odd Della Robbiautilise sa queue pour envoyer une demande d’assistance à travers les mondes.

    « Oh que non ! » S’exclama le Kaiser, qui, d’un coup d’épée, castra la petite ossature de félin dont le Gardien se pourvoyait à l'arrière de son dos, envoyant Odd Della Robbia contre un arbre de la forêt. L’arbre se fissura. La Fée Anne se positionna derrière.
    Le Seigneur Della Robbia paraissait particulièrement fatigué.

    Seigneur Odd Della Robbia, chef de la Tribu des Bois Perdus — état : paralysé.

    « Et maintenant, Seigneur Della Robbia, vous allez assister à la fin de votre Tribu, et bientôt, à la fin de votre monde. Grâce à votre pouvoir, je vais enfin pouvoir réfuter ce monde. Nous allons tout recommencer depuis le début. Nous allons réfuter tout ce qui n’aurait jamais dû être fait, dont tous les crimes et toutes les horreurs que vous avez faites au nom de la paix.
    — Votre Majesté, il est temps. Le vortex est en train de croître ! » Clama Anne. Le Kaiser Oblivion se releva, dignement.

    « Certes. » Déclara-t-il simplement. Le blond tentait pourtant d’articuler quelque chose,
    « Vale, Seigneur Della Robbia. ».

    Le Kaiser OblivionLumière aveugle (dégâts = PV/2), dommages : . CIBLE : Odd Della Robbia.

    Le félin s’effondra à terre. Son corps, scindé en deux, commençait à lentement se dévirtualiser. Dans un dernier effort de conscience, il tenta pourtant de regagner la tour de passage, laquelle affichait un halo violet, symbole de son pouvoir. Il avait l’air d’un homme brisé, alors même que les assaillants le dépassèrent pour gagner l’entrée de la tour. Tout autour d’eux, un vaste champ de bataille, à présent décimé, laissait entrevoir la violence d’un combat qui avait nourri de manière inexorable… un vortex dans le ciel.

    LE GROUPE A ÉTÉ DÉCIMÉ…


    ...Code D.I.M.E.N.S.I.O.


_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.


Dernière édition par Pikamaniaque le Ven 14 Oct 2016 14:52; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Arzach02 MessagePosté le: Dim 02 Oct 2016 06:51   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 29 Juil 2016
Messages: 20
Localisation: Dormant dans R'lyeh
C'est chiant le lycée...

Le passage dans le monde réel est bien raconté et le contexte politique aura peut-être son importance.
Slimane serait un chasseur de gay ?
La Dame de fer brisera-t-elle le mouvement ?

Les paragraphes en première personne sont toujours aussi intriguants mais on apprend que Slimane aurait un rapport avec cet affaire et je commence don à me douter de l'identité de la personne prisonnière.

Le virtuel ( enfin, on n'est pas sûr ) est comme d'habitude, le kaiser est vraiment craqué , les groupes se font tout le temps décimer * rires *

Citation:
Les bois perdus

NON !! J'ai trop de mauvais souvenirs les concernant !

Je ne comprends pas le délire entre Icer et toi mais bon...

_________________
"N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au long des siècles peut mourir même la Mort" Lovecraft, Call of Cthulhu
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 02 Oct 2016 13:00   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1442
Localisation: Sûrement quelque part.
Citation:
le Kaiser, cible d’attaques qui ne le faisait même pas trembler.

En ce jour, Pikamaniaque perd le droit de tacler Icer sur ses accords de verbe. (a)

Je mets un com' pour faire genre mais globalement nous avons confirmation que nous sommes dans une fic de Pikamaniaque.
On parle de la queue d'Odd, de gays, de Thatcher.
Sur ce commentaire retentissant...à la prochaine (a)
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 07 Oct 2016 20:32   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.
Arzach02 : Merci pour ton commentaire ! Je ne peux que t'enjoindre à continuer de lire les prochaines séquences pour comprendre de quoi il en ressort. Smile.

Ikorih : Tu as tout compris.
_____________________________________________________________

Séquence 3 : Battle of Upheaval.


    ?

    « Tu es vraiment beau, mais vraiment. Mais si tu savais à quel point… Tu es à moi, Denys ! Tu es ma Galatée, le garçon pour quoi j’ai décidé de tout donner. Je t’ai façonné à ma façon ! Ahah, belle la répétition, hein ? Tu y crois vraiment ? » Le blond aux yeux bleus lui donna une pichenette, avec un sourire non dissimulé sur le coin des lèvres. Le corps suspendu dudit garçon se mit à tournoyer d’avant en arrière, dans un crissement insupportable de rouages métalliques.
    « Ben alors, qu’est-ce qu’il y a ? Tu ne peux plus parler ? » Rajouta-t-il en s’approchant de lui au niveau de la tête comme pour l’examiner. « Tu sers vraiment à rien. Tu es tellement drogué que tu ne réalises même pas que cela fait plus de deux mois que tu es ici. Mais en même temps, tu hurlais comme une chèvre qu’on égorge quand j’ai dû… Oh. Te couper les cordes vocales ? Te couper les jambes ? Ahah ! » Un nouveau rire s’éprit du jeune homme, tandis que la chose à côté de lui commençait seulement à comprendre. Elle essayait de bouger, sans y parvenir, avec toutes les difficultés du monde. Une forme d’angoisse se lisait sur ses traits, parce qu’il avait réalisé qu’il ne pouvait plus parler, qu’il ne pouvait même plus observer. Tant et si bien qu’il aurait voulût hurler, mais l’impitoyable sadisme de son bourreau n’avait aucune limite. Seule une raclure gutturale put sortir de sa bouche quand l’aryen mit la main dans sa cavité buccale comme pour l’empêcher de crier.
    Denys eut alors l’impétueuse envie de le mordre, de manifester une ultime fois sa résistance pour s’assurer que tout n’était pas perdu, et qu’il restait un espoir. Il serra alors de toutes ses forces, de toute son énergie. Un mal irrépressible envahit alors ses gencives.

    « Oups, je crois bien que tu n’as plus de dents… » Annonça, clinquante, cette voix doucereuse qui persiflait à ses oreilles. Le morceau de viande s’immobilisa immédiatement, comme pris de court par la nouvelle. Un grand froid passait maintenant à travers son tronc dénudé, à l’image d’un long frisson lui parcourant le dos, et s’imposait comme le vecteur d’une angoisse et d’une nausée indescriptible tant elle était horrible. Sa peau, déjà très pâle, put même se confondre au drap blanc posé un peu plus au loin. Une crise de tétanie le guettait.
    Le blond ne put alors réprimer une moue victorieuse, une fierté explicite et impérieuse, dont se dégageait une stature d’empereur, voire de créateur. Lui était à l’origine de ça, personne ne pouvait prétendre à avoir travaillé à sa place.
    « Si seulement tu pouvais voir… Bon, certes, tu n’as pas de bandeau, mais je suppose que tu comprends pourquoi… » L’émotion fit chuter sa voix dans les aigües, alors qu’il s’approcha de sa pièce-montée pour passer sa main sur sa joue, remontant délicatement jusqu’aux orbites creuses de son visage.

    « Tu es à moi. Les marques que je suis en train de te laisser, dans ton corps comme dans ta tête, tu ne pourras jamais t’en débarrasser. Parce que t’es faible. Parce que t’aimes ça. » Une alarme sonna dans le complexe.
    Le bourreau se recula alors pour contempler une ultime fois son œuvre avant de repartir vaquer à ses occupations, c’était qu’il avait un emploi du temps chargé. Ses yeux s’arrêtèrent toutefois avec bienveillance sur le flanc droit du torse de Denys, tandis que ce dernier fit dégouliner un liquide verdâtre de sa bouche. Il n’y fit même pas attention, submergé par les émotions positives et l’excitation de lire, tatoué jusque dans la chaire de sa victime : « Propriété exclusive de Slimane. ».

    ***


    CharmingMagician.exe a écrit:
    UN COMBAT COMMENCE !

    Le Kaiser Oblivion ( PVs) et la Fée Anne ( PVs) vs. La Papesse Aelita Schaeffer (1 000 000 PVs).

    Palais des Glaces. Siège de la Tour du Passage.


    « Je vous attendais, Kaiser Oblivion. » Commenta une voix féminine froide et pas particulièrement chaleureuse. Dans un costume rose, et face à une tour du halo de la même couleur, la mine glaciale de la jeune femme démontrait une assurance hors du commun.
    « Ma réputation a dépassé les frontières à ce que je vois. Répliqua-t-il, le sourire aux lèvres derrière son masque.
    — En effet. Que peut-on ignorer, Kaiser, d’un homme qui a brisé des milliards de vie partout au sein de ce monde ? Vous avez répandu la violence la plus extrême, la haine la plus absolue et la souffrance la plus indicible, partout où vous passiez. Rien ne vous a échappés, et vous vous attaquez maintenant à mon pays. Vos desseins ne me font pas peur, Kaiser. Il vous faut cette tour pour pénétrer au sein de la capitale de Lyokô. L’épicentre, où tout a commencé, et où rien ne prendra fin, alors en garde ! »

    La Papesse passa la main sur son bracelet, et se mit à voler. Le Kaiser dégaina son épée, tandis que la Fée Anne restait à observer, un sourire non dissimulé sur son visage. Partout dans le ciel de la banquise, des particules virtuelles se disséminaient vers le vortex.

    La Papesse Aelita SchaefferChamp de force, dommages : 0. CIBLE : Kaiser Oblivion.

    « Je me gausse de ces pathétiques attaques, Papesse Schaeffer. Nous allons réfuter ce monde, et vous ne pourrez pas nous en empêcher. ».

    Le Kaiser OblivionAérolithe, dommages : 0. CIBLE : Aelita Schaeffer.
    Cela n’affecte pas la Papesse Schaeffer.

    « Tiens, voilà qui est intéressante, Votre Sainteté. » Commenta le Kaiser, surpris. Aelita battit plusieurs fois des ailes, le regard de haut.
    « Vous êtes au sein de la plus grande puissance spirituelle de Lyokô. La seconde économie mondiale. Je suis la Gardienne la plus ancienne. Le vestige des traditions d’un temps que vous n’avez jamais connu, que quand vous étiez un minable Kankrelat. À quoi vous attendiez-vous ? ».

    La Papesse Aelita SchaefferSidéral, dommages : 18. CIBLE : Kaiser Oblivion.

    Une virulente explosion d’énergie blanche fit vaciller le Kaiser contre une paroi fragile du Palais des Glaces. Ce dernier s’en releva immédiatement, s’appuyant sur son épée pour cela. La Fée Anne perdit instantanément son sourire.

    « Je dois bien le reconnaître, votre pouvoir est le seul que je n’ai jamais sous-estimé. Mais que pensez-vous, votre Sainteté ? Mes points de vie sont infinis. Vous réussissez à me blesser, mais combien de temps tiendrez-vous du haut de votre superbe ? »
    La Papesse Schaeffer ne sembla pas se décourager, alors même que la petite créature s’était figée, et n’exprimait plus rien sur son visage.

    Le Kaiser OblivionAigle noble, résultat : Augmente toutes les attaques de 200% de puissance. CIBLE : Tout le monde.

    « Allez, vous m’avez fait perdre du temps. » Fit l’homme, de son costume de renaissance aux parures dorées.

    Le Kaiser OblivionLumière aveugle (dégâts = PV/2), dommages : . CIBLE : Aelita Schaeffer.

    « Non ! » S’exclama la Fée Anne, alors que la vague de lumière partit vers la Aelita.

    La Papesse Aelita SchaefferMiroir (résultat : renvoi les effets du sort lancé), dommages : 999 999 999. CIBLE : Le groupe adverse.

    Pris de convulsion, le Kaiser s’effondra au sol. Il fit tomber son épée par terre, et semblait souffrir mille martyrs. 999 999 999 PVs de dégâts représentent l’attaque la plus puissante qu’il est possible de lancer au sein de Lyokô. La Papesse Schaeffer redescendit au sol.

    « Vous êtes peut-être immortel, Kaiser, mais vous n’êtes pas invincible. Au nom de la République des Neiges, vous êtes en état d’arrestation ! » La Gardienne de Lyokô leva son bras.

    La Papesse Aelita SchaefferGlaciation, résultat : emprisonne dans un bloc de glaces. CIBLE : Kaiser Oblivion.

    Aucun effet immédiat ne se produisit. La matière synthétique ne sortit pas de terre. L’énergie blanche sembla contenue au sein du corps d’Aelita. Cette dernière se retourna, surprise et hébétée.

    La Fée AnneNeutralisation, résultat : annule tous les pouvoirs. CIBLE : Aelita Schaeffer.

    La petite fée scintillait dans l’obscurité du Palais. Elle semblait contrariée, mais n’exprimait toujours aucune émotion particulière outre les traits plissés. La Papesse tenta de se remettre à voler.

    La Fée AnneAnnihilation, dommages : ??? CIBLE : Aelita Schaeffer.

    Les ailes d’Aelita s’arrachèrent. La Gardienne tomba à terre. Elle frappa contre le sol, furieuse contre elle-même.

    La Fée AnneExtermination, dommages : . CIBLE : Aelita Schaeffer.

    Le corps de la Gardienne de Lyokô commença peu à peu à se disloquer. Les morceaux virtuels se détachèrent du corps. Cette fois, c’était bel et bien fini. Le Kaiser commençait à se relever difficilement, le visage triomphant.

    ** ELFE PUCK A REJOINT LE GROUPE **.

    Elfe Puck (? PVs).

    « Il ne faut jamais abandonner, Aelita. » Commenta une voix, qui semblait résonner dans toute la banquise. La jeune femme releva la tête.

    Elfe PuckRégénération, bénéfices : 1 000 000. CIBLE : Aelita Schaeffer.

    « Qu’est-ce que… » Grommela le Kaiser, tandis que la Papesse se releva péniblement, dotée d’une énergie nouvelle. « Nous allons réfuter ce monde… et nous n’allons pas abandonner… Pas maintenant… ».
    La Fée Anne devint encore plus sombre. Des veines apparaissaient sur son avatar virtuel.

    « Aelita… Nous ne gagnerons pas ce combat… » Commenta un petit elfe qui était apparu devant elle. « Je vais te faire gagner du temps. Regagne la tour de passage, et n’en sors sous aucun prétexte ! - Aelita porta la main à son cœur. Cela lui rappelait de bien mauvais souvenirs.
    — Non ! Je ne le veux pas, je ne le peux pas ! Je suis la Gardienne de Lyokô… Toi aussi. Je ne veux pas que tu disparaisses !
    — Aelita, ce ne sera pas notre mission. Regagne la tour de passage, tu dois utiliser ton pendentif pour communiquer à travers les mondes et demander de l’aide. Je t’en prie, fais-le. Il doit venir nous aider, ou nous mourrons tous. » Continua l’elfe qui parlait. La Papesse Schaeffer ne bougea pas. « Tous ces combats que nous avons menés les uns contre les autres, alors que nous ne nous comprenions pas. Maintenant c'est différent, et je dois t'aider ! ».
    « Tais-toi ! » Fit l’être en se retournant. Ses pupilles affichèrent le symbole de X.A.N.A, marqué également au fer sur le front.

    Aelita fut projetée à l’intérieur de la tour. Le halo passa au rouge. L’elfe se retourna.

    La Fée Anne – Chaos, résultat : Dissout toutes les données utilisateurs dans le vortex. CIBLE : Elfe Puck (X.A.N.A).
    Elfe Puck (X.A.N.A) – Programme multi-agents, résultat : Vérole la cible. CIBLE : La Fée Anne.

    Elfe Puck disparut, ainsi que la totalité du territoire banquise, à l’exception de la tour de passage qui flottait dans le néant. Elle perdit son halo rouge, ainsi que son halo rose. Elle n’avait plus aucune protection. Toutefois, la Fée Anne s’était effondrée, inconsciente. Le Kaiser, qui flottait dans les airs, récupéra la petite créature dans ses bras, dont le sigle de X.A.N.A apparaissait dans les pupilles, l'enveloppe virtuelle parcourue par les bogues.

    Aelita Schaefferutilise son pendentif pour envoyer une demande d’assistance à travers les mondes.

    Un important champ de protection apparut autour de la Tour. (PVs : 999 999 999).

    « Nous rentrons, Anne… L’avant-dernier Gardien est mort. Cette fois, ils ont gagné. ».

    LE GROUPE PREND LA FUITE…


_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Arzach02 MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 12:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 29 Juil 2016
Messages: 20
Localisation: Dormant dans R'lyeh
je vais suivre ton conseil !

On apprend que le prisonnier ( enfin ce qu'il en reste ... ) est Denys et qu'il est resté très longtemps dans les mains de Slimane. Ca implique peut-être des nouvelles questions. Le passage en première personne est excellent mais un poil glauque et dérangeant avec denys réduit à un tronc, un crâne et éventuellement des bras.

Citation:
l'aryen

Heu... un nazi ?

virtuel : le kaiser se décide à attaquer l'église, d"accord. Aelita est beaucoup plus forte que les autres gardiens mais les lois du JRPG ont fait revenir la situation à la normale.

Citation:
miroir

Aïe...ce sort est chiant !

Citation:
Elfe pück a rejoint le groupe

oh Dragon Quest !

Citation:
Rien ne vous a échappés

je crois qu'il n'y a pas de s.

bref, continue, c'est génial !
Sur ce , je retourne en cours...

_________________
"N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au long des siècles peut mourir même la Mort" Lovecraft, Call of Cthulhu
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 14 Oct 2016 14:43   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.
Arzach02 : Excellent, je te remercie pour ce commentaire. Tu as raison concernant Dragon Quest, et je sens que tu fais partie des traumatisés du sort Miroir. Je parle aussi des vieux Final Fantasy, et des Bravely Default aussi. En fait c'est surtout un hommage à Square Enix du coup, j'avoue. Mais effectivement tes observations sont pertinentes, et merci pour la faute. Mr. Green.

Pour les néophytes, mutisme = ne pas pouvoir lancer d'attaques dans un J-RPG. C'est une affectation d'état comme la paralysie.
_____________________________________________________________

Séquence 4 : Battle of Ordeal.


    Middlewood Hospital, South Yorkshire. 12 octobre 1984.

    « Elle est ici. » Indiqua une infirmière à un jeune garçon qui ne devait pas avoir plus de vingt ans. Au loin, dans un pyjama blanc, une adolescente était assise sur un lit auquel des sangles avaient été fixées.
    « Depuis trois ans maintenant, et cela ne s’améliore pas. On ne sait pas comment faire… Nous ignorions qu’elle avait encore de la famille. » Rajouta-t-elle à l’égard du visiteur. Ce dernier hocha la tête, et se contenta d’entrer.
    « Je vous ai fait une copie de son dossier médical, en tous cas. Tenez. » Acheva l’officier de santé, en tendant un portfolio à son interlocuteur. Ce dernier le récupéra, et la remercia, avant qu’elle ne prenne congé, le laissant seul avec la patiente au regard vide, qui n’avait même pas remarqué sa présence.

    « Bonjour ? » Tenta, indécis, l’étranger à cet hôpital psychiatrique. Il ne reçut aucune réponse. Posant le dossier sur un bureau fixé au mur, aux bords arrondis et en plastique, il prit alors le temps de s’asseoir, et d’ouvrir ce qu’on venait de lui donner.
    Anne Lockhart. 16 ans. Orpheline sans moyens. Délire schizophrénique. Symptômes hallucinatoires. Trouble de la personnalité paranoïaque. Accès de violences. Niveau sécurité : 3. Le jeune garçon se recula, et croisa les bras. C’était bien ce qu’il redoutait ; et c’était bien le sens probable du message qu’il avait reçu. Refermant le dossier, il chercha de nouveau à attirer l’attention de l’internée.
    « Je peux t’aider, Anne. Moi, je te crois. » Osa-t-il de nouveau. Cette fois fut la bonne. Ladite Anne tourna la tête, fascinée par ce qu’elle voyait.

    « Pourquoi, qui êtes-vous ? Le visiteur serra ses gants en cuir face à cette question.
    — Quelqu’un qui veut t’aider. » Commenta son interlocuteur, hésitant. L’adolescente se leva brutalement et s’approcha de la personne qui se trouvait dans sa chambre, la dévisageant comme pour y déceler des intentions masquées, voire malveillantes.
    « Vous mentez. Vous mentez. Vous mentez. Vous mentez. Vous mentez. Vous mentez. Vous mentez ! » La fillette s’était montrée belliqueuse, frappant du poing contre son lit, et son interlocuteur ne sut absolument pas comment réagir sur le coup. Elle rajouta : « En plus, il n’y a rien en vous. Vous êtes un étranger. Vous ne devriez même pas être là. Vous n’avez pas d’identité. Vous n’avez pas de vie ici. ».
    Anne Lockhart se mit à rire. Un rire dément, typique de ce qu’on pouvait voir dans ce ce genre d’endroits. À cette occasion, le jeune homme put remarquer le bandage qui entourait son avant-bras gauche, mettant en évidence le fait qu’elle n’avait plus qu’une main. Son regard s’assombrit un peu plus en constatant que des dents lui manquaient, et que des cicatrices encore vives occupaient le peu de peau qu’il voyait.
    « Raconte-moi ce qu’il t’est arrivé. » Objecta-t-il simplement, avec le flegme légendaire des britanniques.

    La blonde resta alors la bouche bée. Elle semblait perturbée par la question. Alors elle frappa du pied contre le carrelage froid de la chambre d’asile. « Je présume que l’on ne t’a jamais demandé cela ; que personne ne s’y est intéressé. » Continua-t-il, d’une voix monotone, mais pas particulièrement nonchalante. La patiente porta le bandage à sa bouche, et se mit à le mordre. Sa respiration sembla s’accélérer.
    Le visiteur posa sa main gantée sur son bras. Elle tenta de s’en dégager, mais ce dernier le tint avec une assurance marquée. Elle voulut crier, mais l’autre main alla plaquer la fillette sur le lit. Elle se calma alors instantanément et enserra ses jambes contre les hanches du brun. Ce dernier sembla surpris, et dégagea sa paume de ses lèvres.

    « Anne, elle a fugué un jour. Anne, près de Westbury, elle est tombée. Anne dans une forêt, elle a cru qu’elle n’en sortirait jamais. Anne, elle était coincée pour toujours… Mais Anne, elle a rencontré un beau jeune homme ! Anne elle a rencontré son sauveur. Anne, personne ne l’a jamais aimée. Anne, elle était seule, et Anne, elle l’a vue. Un beau jeune homme blond, il lui a parlé, alors Anne elle l’a suivie… Mais Anne elle ne savait pas… ». Ses yeux s’embuèrent. L’étranger continua de la considérer. « Slimane, il disait s’appeler. Slimane, il m’a violé. Slimane, il voulait que je sois son jouet. Slimane, il m’a forcé à manger des petits cailloux. Slimane voulait tout me couper. Alors Anne a hurlé, Anne a hurlé… Anne elle s’est réveillée… Là… Dans Dinnington… Pleine de sang… ». Acheva l’internée, la voix illuminée. Le garçon se leva immédiatement. Comme par automatisme, l’adolescente chercha à s’agripper à lui. Elle le serra de toutes ses forces, les yeux larmoyants.
    « Non, non, non, ne partez pas, non, ne m’abandonnez pas ! ». Stoïque, le jeune homme brun à la veste de marin n’esquissa pas un mouvement quand elle le saisit. Il garda les bras le long de son corps alors qu’elle l’étreignait.

    « Je suis désolé, Anne, je suis tellement désolé. ». Commenta-t-il, la tristesse particulièrement perceptible au ton de sa voix. « Personne ne devrait vivre quelque chose d’aussi horrible. Ce n’est pas ça, l’équilibre des forces. » Continua-t-il, parlant plus à lui-même qu’à son interlocutrice. Celle-ci ne comprit d’ailleurs, et le regarda, hébétée.
    « Qu’est-ce que vous êtes ? ». Le visiteur esquissa un sourire. Un sourire simple, sans fioritures, et avec une forme de douceur sur le visage, ainsi qu’une solennité compte-tenu de la gravité de la situation.
    « Je suis le Gardien. Je réponds à un appel qui m’est venu de très loin. Et pour toi, je vais t’aider, comme je te l’ai promis… Tu ne méritais pas cela. » Anne se recula, et le regarda, un peu surprise. Il venait de retirer son gant. Une main brûlée au troisième degré apparut. Pour une raison impossible à définir, Lockhart n’eut pas peur. Par un éclair de conscience, elle semblait avoir compris ce qui allait se passer. Un sourire s’afficha sur ses lèvres ; Dans cette chambre aux bords arrondis, avec des couvertures de papier, il n’y avait aucune échappatoire.

    Le Gardien abattit sa main sur sa bouche et sur son nez, et comprima. Cela dura une bonne trentaine de secondes, pendant lequel la jeune fille, poussée par son instinct, avait tenté de se libérer. Le garçon s’en releva, et déposa avec prudence le cadavre d’Anne Lockhart sur son lit. Il le recouvrit de la couverture, et ferma ses paupières. Intérieurement, quelque chose sembla le dégoûter de lui-même.
    Il se releva, et récupéra le dossier qu’il mit sous son bras. Frappant plusieurs fois à la porte, l’infirmière revint le voir.

    « Avez-vous terminé, M. Schwartz ? » Interrogea-t-elle. Le jeune homme hocha la tête.
    « Elle s’est endormie, ou elle fait semblant, mais je préfère la laisser tranquille pour le moment. ». Le Gardien posa alors la main sans gant contre la joue de l’officier de santé.
    « Rappelez-moi où vous l’avez trouvée. Fit-il comme un ordre sans appel.
    — Près de l’usine de métallurgie de Dinnington, là où il y a eu les violents affrontement contre Margaret Thatcher… ». Il retira immédiatement sa main après cette réponse, concise et exprimée avec une honnêteté qui avait dépassé l’infirmière. En fait, elle ne semblait même pas se souvenir avoir répondu à la question, ou avoir observé la main d’Alexandre Schwartz.

    « Bonne journée, madame. ». Conclut poliment ce dernier en se retirant. Celle-ci lui rendit sa politesse.

    En sortant, le garçon ne put que fixer son attention sur la télévision qui diffusait en continu les images en ruine de l’hôtel de Brighton, là où siégeait le Cabinet Thatcher pour le congrès conservateur. Le présentateur du journal revint alors à l’antenne. Bien que loin, il parla distinctement.
    « C'est par un communiqué laconique du 10, Downing Street, que le décès de Margaret Thatcher vient d'être officiellement confirmé. Les rumeurs de sa mort à la suite de l’attentat de Brighton avaient enflé toute la matinée, mais elles sont désormais confirmées. William Whitelaw a immédiatement été appelé à prendre l’intérim de Mme Thatcher. L’I.R.A a revendiqué l’attentat, et s’est félicité d’une victoire majeure qui rend hommage à Bobby Sands. Le Cabinet Whitelaw a d’ores et déjà appelé au calme. C'est un jour noir pour notre nation. ».

    CharmingMagician.exe a écrit:
    UN COMBAT COMMENCE !

    Le Kaiser Oblivion ( PVs) et la Fée Anne ( PVs [Mutisme X.A.N.A]) vs. La Papesse Aelita Schaeffer (1 000 000 PVs).

    « La paix, l’harmonie, l’ordre. Je réfute ce monde et tout ce qu’il y a à l’intérieur, et cette fois, Papesse Schaeffer, vous ne parviendrez pas à nous arrêter. »
    Dans son costume Renaissance aux parures dorées, le Kaiser s’avança, épée à la main, flottant face à la tour de passage du territoire de la banquise, protégée par la dernière Gardienne de Lyokô.
    « Nous voici à nouveau face à face, Kaiser, et cette fois-ci, vous ne vous en tirerez pas comme ça ! Quelqu’un qui renie le passé n’a pas le droit de façonner l’avenir. Le futur sera forgé par ceux qui acceptent leur monde, mais qui se battent quand même pour le changer ! ». Commenta Aelita Schaeffer. « Je ferai ce que je dois faire. ».

    La Papesse Aelita SchaefferSidéral, dommages : 0. CIBLE : Kaiser Oblivion.

    La femme aux cheveux roses se mordit les lèvres, et renâcla.

    Le Kaiser OblivionMétéores, dommages : 999 999. CIBLE : Aelita Schaeffer.
    La Papesse Aelita SchaefferRégénération, bénéfices : 1 000 000. CIBLE : Elle-même.

    La Fée Anne se rapprocha de son maître. « Pff, c’est une mage blanche. Votre Majesté, nous avons assez perdu de temps comme cela maintenant. Nous devons en finir ici et maintenant. ».
    La Papesse Aelita donna un nouveau coup d’ailes, pour remonter.

    « Mais arrêtez de l’écouter, vous ne voyez pas qu’elle vous manipule depuis le début ? Le monde que vous croyez sauver, le monde que vous voulez effacer, ils ne laisseront pas place à un avenir meilleur. Ils n’enfermeront ce monde que dans la souffrance éternelle, et personne ne mérite cela ! » Proclama de sa voix solennelle, la Gardienne de Lyokô. Son assaillant sembla perturbé le temps d’une petite seconde, mais retrouva bientôt sa contenance.
    « Votre Majesté, terminons-en, pesta la petite fée.
    — Savez-vous au moins ce à quoi renvoie le Vortex dans le ciel ? Savez-vous au moins ce que son existence signifie ?! Savez-vous au moins ce que vous êtes vraiment, Kaiser Oblivion ?! ».

    « … ».

    Le Kaiser OblivionLumière aveugle (dégâts = PV/2), dommages : . CIBLE : Aelita Schaeffer.

    Le corps d’Aelita, scindé en deux, commença à être aspiré par le Vortex qui occupait maintenant la quasi-totalité du ciel de Lyokô. Le Kaiser Oblivion se retourna vers l’immense trou noir violet. Il observa les données le faire croître inexorablement. Chaque Gardien qu’aspirait le vortex le rendait plus puissant. Sans attendre la fin du processus, il rentra à l’intérieur de la Tour de Passage au halo rose.

    « Code D.I.M.E.N.S.I.O ».


    Le halo de la tour devint bleu. À l’extérieur, toutefois, lorsque le Kaiser Oblivion ressortit, il fut surpris de constater, aux côtés de la Fée Anne, qu’une boule orange et scintillante occupait le ciel du territoire banquise, en lieu et place de la carcasse virtuelle d’Aelita.
    Cette boule d’énergie était énorme, et lumineuse. Plus loin ; le Transporteur les attendait enfin. Si le Kaiser ne semblait pas comprendre ce que cela signifiait, Anne, elle, était contrariée. Tous les Gardiens étaient morts, mais c’était loin d’être fini.

    LE GROUPE A ÉTÉ DÉCIMÉ…

_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Arzach02 MessagePosté le: Ven 14 Oct 2016 19:29   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 29 Juil 2016
Messages: 20
Localisation: Dormant dans R'lyeh
Une suite, génial !

Citation:
traumatisés du sort Miroir

Ne m'en parle pas, je fais encore des cauchemars sur le retour d'un GigaBang sur mon sage...la version critique, en plus...

La partie réelle est beaucoup plus longue, moins glauque et mettant en scène une victime survivante de Slimane, ca ouvre de nouvelles pistes.
À ce propos, la psyché d'Anne est bien racontée, on sent vraiment le traumatisme et son refus de la réalité.


Citation:
Les rumeurs de sa mort à la suite de l'attentat de Brighton avaient enflé

Tatcher est vraiment morte comme ça ? Sinon, je pense qu'il y a es à enflé.

Virtuel : Tous les gardiens se sont faits tuer mais il reste sûrement d'autres défenses contre le Kaiser ( lien avec Slimane vu que kaiser=empereur en allemand ? ). Concernant ce dernier, il n'a pas l'air de savoir comment maîtriser le vortex, à voir.


Citation:
mage blanche

Haha !! Rien ne vaut Peur couplé à Mégakill !

J'ai repéré d'autres références mais j'editerais mon commentaire pour avoir le temps de toute les relever.

Bref, c'est toujours aussi bien, continue !

_________________
"N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au long des siècles peut mourir même la Mort" Lovecraft, Call of Cthulhu
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 17 Oct 2016 10:38   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2143
Localisation: Territoire banquise
Citation:
Je me permets de faire appel auprès de la cour administrative d'appel, Icer.


Extrait du livre récemment paru Un administrateur-référent devrait dire ça :

« Parce que c'est quand même ça, les juristes, on se planque, on joue les vertueux... On n'aime pas la science politique car il faut réfléchir sur de vrais problèmes, avoir l'intelligence de la vie. »
.

Du coup, ça ne va pas être possible Razz

Bon tu m'as parlé de subtilité politique et tout mais j'ai du mal à capter (Sauf Slimane !!!), enfin mis à part l'odieux recyclage de thèmes déjà vus dans BpE et PR comme Dimensio, Thatcher, la perversion sexuelle, la sexualité entre hommes (À venir sans doute), etc...
En revanche un point de méthodologie : Sur Lyoko, Aelita est la plus nulle des Lyoko-guerrières et non la meilleure, je pense qu'il y a eu erreur dans le script et cela risque de briser certaines immersions. Je m'inscris donc en porte-à-faux vis-à-vis des deux dernières séquences en citation.

Heureusement que cette fic est courte pas vrai ? Mr. Green

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttp://download.codelyoko.fr/forum/avataricer.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« - J'viens de voir les parents de William se diriger vers le bâtiment administratif.
- Quoi !? Mais comment tu peux savoir que c'est eux ?
- Bah après la disparition du X.A.N.Aguerrier je me suis quand même renseigné un minimum sur sa vie pour programmer sa réplique. Cela étant dit, c'est bien la réplique le problème, elle n'est pas au point et va faire foirer toute notre couverture à mon avis.
- Mais Jérémie, et les données récupérées à X.A.N.A lors de la translation de William ? Elles ne t'ont pas servies à avoir de quoi le libérer ?
- J'ai commencé à y travailler quand tu es partie mais je n'ai pas fini... »


Paru.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 21 Oct 2016 15:52   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.
Arzach02 > Merci pour ton commentaire. Non, Thatcher n'est pas morte dans l'attentat de Brighton justement. C'est ce qui est étrange. Tes pistes de réflexion sont pertinentes. Je suis d'accord pour Peur et Mégakill. Enfin, je suis + Bravely Default justement, comme on l'a remarqué Smile.

Icer > Justement, Thatcher n'était pas censée mourir. Donc visiblement il y a des choses qui s'inversent, Aelita comprise... Je me pourvoi donc au Conseil d'État. D'autant que tout finira par prendre son sens. Il faut juste ne pas s'arrêter à ce qui pose le décor, pour voir ce qui crée les liens. Razz .
Le référent du fond devrait le voir non ?! Mais bon, comme tu le vois j'ai honoré Slimane.
_____________________________________________________________

Séquence 5 : Battle of Principle.


    Dans une étroite caravane connectée à de multiples écrans, un jeune homme à la veste de marin tenait dans sa main gantée un talkie-walkie. Après de multiples hésitations, il porta son regard au patchwork présent tout autour de lui. Il y avait une photographie d’Anne Lockhart, reliée par des flèches incompréhensibles, tant aux événements comme la mort de la Présidente Thatcher, ou les violentes émeutes de juin 84, qui ont conduit le Premier ministre Whittelaw à faire abandonner la fermeture des mines de charbon non rentable. Enfin, une grande carte de l’Europe formait un cercle concentrique autour du Royaume-Uni, et une partie de la France et de la Belgique sans aucun lien concret et décelable à première vue pour l’œil affûté du coin.

    « Alexander. Tu me reçois, Damon ? » Interrogea le garçon de sa voix placide. Il reçut une réponse affirmative, mais un peu déformée par quelques interférences. Nous étions au beau milieu de la nuit, dans une forêt du South Yorkshire. Une nuit glaciale de novembre 1984, comme le Royaume-Uni savait si bien en faire, à l’exception que dans cette zone, un pic de sécheresse était enregistré par les météorologues depuis plusieurs mois.
    « Damon. Je. Je ne suis pas sûr que c’était une bonne idée. Avec les légendes qui trainent et tout…
    — Ne t’inquiètes pas Damon, il ne s’agit que de voir ce qu’il y a dans le souterrain du bunker abandonné par les nazis.
    — Maudite opération Sealion ! Jamais le Royaume-Uni ne s’était effondré si vite. » À cette remarque, le Gardien ne répondit rien, et manipula, pensif, l’objet qu’il tenait entre les mains ; gros et volumineux. Il jeta un regard derrière lui. Il n’y avait rien du tout, aucune autre lumière que celle des écrans, et les rideaux étaient tirés.

    « Pourquoi tu n’es pas venu avec moi, Alexander ? J’ai un peu peur tout seul.
    — Je pense que ce ne serait pas une bonne idée qu’on soit tous les deux au même endroit, si l’un de nous se trouvait bloqués, l’autre doit pouvoir venir l’aider.
    — … ». Il y eut un bruit d’interférences désagréables, alors que visiblement, son interlocuteur continuait de s’immiscer au travers le bunker.
    « Tu trouves quelque chose ? » Demanda Schwartz, après plusieurs minutes de silence pesant. Il leva les yeux vers le patchwork et serra ses mâchoires. Les cheveux noirs de jais, la mine fine et athlétique, son regard s’arrêta sur une des photos présentes aux côtés d’Anne Lockhart. Damon était écrit en-dessous.
    Par rapport à sa demande, il avait dû s’écouler deux ou trois minutes. Il regarda l’heure pour confirmer.
    « Xander ?!
    — Damon ?
    — Oh, doux jésus. Cela fait dix minutes que j’essaie de te joindre. Pourquoi tu ne répondais pas ?! Ça m’a foutu une de ces trouilles. Puis, je crois que je vais sortir maintenant. » Son interlocuteur observa de nouveau un silence confus. Il prit le temps, sur un papier, de noter quelques observations.
    « Oui, tu as raison, tu devrais sortir. De toute manière, je crois qu’il n’y a…
    — Euh. Euh. Euh. Alexander… Tu sais, la médecine avec toi, c’est cool de l’étudier. Euh. Mais je crois que je viens de trouver des… et c’pas drôle… Oh, mon dieu, mais qu’est-ce que c’est que ça ?? ».

    Le Gardien n’exprima plus rien, et ne souhaita pas répondre à Damon. Il déposa le talkie-walkie près de lui, et porta son gant en cuir à sa bouche. Cela faisait plusieurs mois maintenant qu’il se faisait passer pour un freshman de la faculté de médecine, et c’était à cette occasion qu’il avait rencontré Damon Everfield. Ils avaient vite sympathisé, et s’étaient fréquentés de plus en plus, jusqu’à ce soir.
    « Bordel de merde, Xander, Xander, à l’aide ! Il y a quelque chose là ! … Maman, où est ma maman ? … Putain. Non. Ça s’est refermé. Xander je t’en prie. Viens me sauver, putain y’a des gosses. C’est quoi ça ? des masques à gaz… » Or, c’était trop tard maintenant. Le garçon, pris de quelques tremblements, hésita dès lors sur la marche à suivre, et au terme de quelques suppliques supplémentaires, il prit la décision de se saisir du talkie-walkie. Il le regarda, en le serrant un peu fort. Appuyant sur le bouton, le Gardien porta le combiné à ses lèvres.

    « Je suis désolé, Damon. Je suis tellement désolé. Personne ne devrait vivre ce que tu vis. Je suis désolé. Je n’avais pas le choix, j’espère que tu me pardonneras. ». Immédiatement, il passa ses mains sur son visage. Il retira un de ses gants en cuir, et posa sa paume brûlée sur le talkie-walkie. Alors que Damon hurlait à la mort, en ne comprenant pas, en ayant peur, en souhaitant que quelqu’un vienne le sauver, il commença à délirer sur sa mère. Pour le jeune homme, c’en était trop, et il comprima un peu plus l’objet, qui finit par griller. Il le lâcha immédiatement.

    Un sentiment de culpabilité l’envahit. Il se saisit de nouveau d’un stylo, et nota plusieurs observations dans son carnet.
    « Lui a été formellement localisé. Le test a été un succès, grâce à Mr. Damon Everfield. ». Mais il fallait encore déterminer si c’était le bon endroit, et pas une de ses fourmilières fantômes.
    Alexandre se posa alors devant l’écran. Il l’observa avec beaucoup d’attention, passant une main dans ses cheveux de temps à autres. Il ferma les yeux pour mieux se concentrer. Cela sembla durer une éternité. De longues heures passaient, avec des bribes et des interférences parvenant de temps à autre sur l’écran du centre de contrôle. Ce ne fut que bien plus tard dans la nuit que les choses devinrent limpides, et que l’image, qui était de plus en plus floue, se forma enfin, sur un garçon au tronc démembré, qui n’avait plus rien d’humain que la peau sur lui. Un coup d’œil rapide sur le patchwork permit d’identifier Denys Geneologia.
    On aurait dit, de loin, que le Gardien voyait à travers les yeux de Damon, ce qui se reflétait sur la télévision de la caravane.

    « Maman, où est ma maman ? ». Interrogea de nouveau une voix enfantine. Le bout du masque à gaz pouvait s’apercevoir à la périphérie de l’écran.
    Face à lui, quelque chose portant un masque de la Commedia Dell’arte, se retourna alors. On ne pouvait distinguer que ses cheveux, d’un blond doré.
    « Oh, mais que me ramenez-vous là mes petits bébés ? » La seconde d’après, le signal fut perdu. L’écran surchauffa, et tous les appareils électriques s’éteignirent brutalement. Alexandre lui-même, s’effondra par terre. Du sang coulait de ses narines. Un mal de tête intense lui siphonna l’esprit. Il respira plutôt longuement, prenant de grandes bouffées d’air.

    Il l’avait enfin trouvé. Du peu de forces qui lui restaient, il se saisit d’un ordinateur, et commença à pianoter sur le clavier. Il fallait faire le maximum à présent.

    CharmingMagician.exe a écrit:
    UN COMBAT COMMENCE !

    Le Kaiser Oblivion ( PVs) et la Fée Anne ( PVs [Mutisme X.A.N.A]) vs. Maître William Dunbar (999 999 PVs) et la Méduse (? PVs).

    « Alors c’est vous, William. Celui qui a tant de fois essayé d’être calife, à la place du calife. Celui qui enviait les Gardiens, celui qui les épaulait dans toutes leurs tâches, et qui n’a pourtant jamais reçu la mesure de sa dévotion depuis tant d’années. Je dois bien le reconnaître, je suis surpris de vous voir protéger cette tour. J’aurais pensé que vous voudriez assister au triomphe de ceux qui vous auraient donné votre juste place. J’ai toujours été prêt à le faire, Maître Dunbar, et je le suis encore aujourd’hui. » Commenta le Kaiser Oblivion, alors qu’il se trouvait sur le bloc métallique faisant la liaison entre le cortex et la plateforme de la tour du 5ème territoire. Il considéra face à lui un jeune homme aux cheveux bruns, dans un costume sombre, lequel représentait le symbole de X.A.N.A.

    « Ce n’est pas acceptable ! » S’exclama le soldat de Lyokô. « Vous n’avez jamais rien compris, Kaiser Oblivion. Cela fait des semaines maintenant que vous avez levé votre armée, et que vous menez une guerre impitoyable dans le monde entier. Vous avez fait sombrer des siècles de civilisation, pour ne pas dire des millénaires ! et aujourd’hui, vous vous dressez devant moi, comme un dernier rempart à une fin du monde que vous avez vous-même provoqué ?! Cela n’a aucune logique, et vous êtes à mille lieux de comprendre ce qui se trame ici ! Vous êtes instrumentalisé, par des forces qui vous dépassent.
    — C’est un joli conte, Maître Dunbar. Mais vous, vous n’êtes aucunement en position de me donner une leçon. Pas seulement parce que vous allez perdre, et que votre sort en est jeté dorénavant, mais parce que votre fanatisme dévot envers Lyokô et ses Gardiens, oblitère avec beaucoup de style des siècles de guerres et de souffrances. – Répliqua le Kaiser Oblivion, la petite Fée Anne à ses côtés.
    — Vous ne savez plus ce que vous dites. Lyokô a retrouvé la paix lorsque nous avons enfin compris le rôle que nous jouions à l’intérieur. Nous avons voulu protéger ce monde, et ce qui le constitue, dans les cieux comme sur terre, d’un mal initial qui avait vocation à se réveiller un jour. Nous avons été les Gardiens du Temple, nous avons veillé, parce que nous étions les seuls à pouvoir le faire, et nous avons protégé des centaines de milliers de personnes par notre action… Rien de ce que vous dites n’est vrai… Il fallait LE protéger de LUI. »

    Le Kaiser dégaina son épée.
    « Quelle naïveté, jeune garçon. Vous rationalisez l’indécent, et vous rendez acceptable l’obscène. De quoi pouvais-je m’attendre, alors même que vous avez pactisé avec un programme multi-agents qui a traduit en servitude des milliers d'individus pendant si longtemps quand il ne les a pas massacrés… Vous avez brisé tellement de vies, tellement d’espoirs, et tellement de personnes, pour la réalisation d’un rêve fabriqué qui n’a jamais existé que dans les profondeurs marécageuses de vos synapses virtuelles. Je vais ainsi mettre fin à la charade qui vous tiraille, Maître Dunbar. ».

    Le Kaiser OblivionAigle noble, résultat : Augmente toutes les attaques de 200% de puissance. CIBLE : Tout le monde.
    Maître William DunbarOndes de choc, dommages : 0. CIBLE : Kaiser Oblivion.

    L’attaque ne provoqua aucun dégât particulier, mais l’assaillant avait été coincé par l’onde de choc, comme si elle bénéficiait d’un effet paralysant.

    « Alors vous avez fini par comprendre où se situait les failles… J’ai dû mettre à mort tous les Gardiens de Lyokô, avant que vous ne le réalisiez !
    — Sans vouloir me vanter, j’ai toujours estimé que j’étais celui qui réfléchissait le plus, et que leur titre ne signifiait pas grand chose.
    — Votre histoire ressemble tellement à la mienne, Maître Dunbar. Vous gagneriez tellement plus à nous rejoindre. Ensemble, nous pourrions réfuter ce monde !
    — C’est là tout ce qu’il vous reste de superbe, Kaiser Oblivion ? Vous avez compris que la Fée Anne n’avait plus ses pouvoirs maintenant que X.A.N.A lui avait implanté un virus, et vous me suppliez de vous rejoindre ? Vous n’êtes pourtant pas en position de négocier dorénavant ! »

    Maître William DunbarLieutenant de X.A.N.A, résultat : invocation de monstres de X.A.N.A. CIBLE : Tout le monde.

    Un bruit de gélatine confirma l’assertion de William, tandis que cinq Manta apparurent. Une méduse se trouvait à proximité du Kaiser.

    « C’en est fini pour vous, Kaiser Oblivion. Vous êtes peut-être immortel, mais cela importe peu si vous êtes inoffensif.
    — Vous allez trop loin, maintenant. Je vous somme d’arrêter. » Déclara au loin la Fée Anne, qui était encerclée par les Mantas. William matérialisa son hachoir. La méduse attrapa le Kaiser, qui resta parfaitement conscient.

    MéduseCheval de Troie, résultat : inconnu. CIBLE : Kaiser Oblivion.
    Temps requis : 5 min.

    « Que voulez-vous dire, Anne ? Privée de vos pouvoirs, vous ne pouvez rien, non ?
    — C’est mon dernier avertissement, William Dunbar. » Clama-t-elle avec beaucoup d’agressivité, tandis que la méduse vidait lentement les données du cortex cérébral du Kaiser.
    Maître William Dunbar ne réagit pas.

    La Fée AnneAnnihilation, dommages : ??? CIBLE : La Méduse.
    Maître William DunbarSuper Smoke, résultat : vitesse multipliée.

    Le guerrier de Lyokô absorba l’attaque de la Fée Anne, au travers son hachoir, qui se disloqua juste après, en même temps que les mantas présentes. Il était désarmé, mais un sourire victorieux étirait ses joues. Le Kaiser Oblivion, de là où il était, observait tout.

    « Allons bon, Anne, vous n’étiez pas si malade que cela. Vous avez donc menti. Qu’importe que vous me tuiez, les mystifications qui vous entourent prennent fin ici et maintenant. La perverse que vous êtes a provoqué tout ce chaos, vous êtes responsable de tout ! Vous mentez, et ce mensonge n’est que la face émergée de l’iceberg, et vous n’avez pas encore gagné ! »

    La Fée AnneExtermination, dommages : . CIBLE : William Dunbar.

    William implosa de toute part, comme des confettis d’énergie virtuelle. La vague d’énergie renversa également la méduse, qui disparut dans le vide numérique. Un trou béant se forma dans le cortex du 5ème territoire. Il n’y avait quasiment plus de données perceptibles au-delà du noyau, et le vortex violâtre l’avait remplacé. Le Kaiser Oblivion, à terre, se releva. La tour lui faisait face.

    « Anne, vous disposez encore de tous vos pouvoirs…
    — Votre Majesté, il fallait bien les leurrer au cas où il tentait de nous attaquer. Maintenant, nous ne pouvons plus perdre de temps. Rentrez dans la tour, obtenons la dernière clef pour ouvrir la salle du cœur de Lyokô, et accomplissons le rêve que vous aviez depuis tant de millénaires. Du petit Kankrelat que vous étiez, au grand Seigneur que vous êtes devenus !
    — … ».

    Avec une certaine lenteur, et une forme d’hésitation, le Kaiser Oblivion rentra dans la tour. Au second niveau, lorsque l’interface s’ouvrit, il y avait une image. Un garçon démembré, aux cicatrices nombreuses, les yeux crevés, la langue et la mandibule arrachée, dans un format qui ne faisait pas penser aux pixels de son monde. Un style de dessin qui le mit particulièrement mal-à-l’aise, d’autant qu’en-dessous, il était écrit : « Denys Généologia ».
    Il fut troublé un long moment, mais il ferma au final l’image. Une nouvelle fenêtre s’ouvrit, intempestive. « ANNE MENT ». Mais le Kaiser Oblivion, par loyauté, peut-être, par faiblesse, sûrement, ignora à nouveau la mise en garde. Il s’identifia à l’interface, qui le reconnut de nouveau en affichant le véritable nom derrière son pseudonyme de Kaiser.

    DENYS GÉNÉOLOGIA…
    CODE D.I.M.E.N.S.I.O.


    Le halo blanc de la tour disparut, remplacé par le halo bleu.

    LE GROUPE A ÉTÉ DÉCIMÉ…

_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Arzach02 MessagePosté le: Lun 24 Oct 2016 08:42   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 29 Juil 2016
Messages: 20
Localisation: Dormant dans R'lyeh
Désolé du retard, internet m'avait lâché.

Citation:
bravely default

Malheureusement, je n'ai jamais pu y jouer par manque d'argent. Dommage...

Sur la partie réel, on en apprend plus " l'organisation " des néo-nazis qui semblent s'intéresser aux bunkers nazis et qui veulent apparemment relancer les usines à gaz. C'est de plus en plus intriguant et j'attends de voir comment tu vas faire rejoindre cette partie avec lyoko.

Virtuel : William arrive enfin mais il n'a pas le statut de gardien, simplement celui de soldat d'élite et malgré ça, il n'a pas trahi son camp, c'est intriguant...mais bon comme il esr mort, le problème est résolu ( sauf si tu fais le coup de la résurrection ).

Citation:
êtré calife à la place du calife

... Je m'incline devant cette référence.

Citation:
sans vouloir me vanter

Le contraire serait étonnant...

La fée Anne a apparemment des secrets vis-à-vis du Kaiser mais celui-là est un peu naïf, ca me décoit venant de lui .

Denys GENEOLOGIA est en rapport avec lyoko et le code D.I.M.E.N.S.I.O, j'essaie de trouver un anagramme dans son nom mais ca ne donne rien pour l'instant.

Bref, continue de faire ces histoires sur deux plans, elles finiront bein par se rejoindre à un moment donné !

_________________
"N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au long des siècles peut mourir même la Mort" Lovecraft, Call of Cthulhu
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 28 Oct 2016 10:04   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.
Arzach02 > Autant tes commentaires ont dit des choses pertinentes jusque-là, autant là tu n'as pas du tout compris la séquence 5. Je t'invite à la relire avec bien plus d'attention parce qu'il n'y a aucune organisation néo-nazie, etc.

_____________________________________________________________

Séquence 6 : Battle of Oblivion.



    South Yorkshire. 7 décembre 1984.

    Une tâche de sang séchée sur les narines, Alexandre Schwartz tira la porte de la caravane. Il rehaussa son gant en cuir sur sa main droite, et réajusta sa veste de marin. Il jeta un regard au ciel, dans lequel brillait la pleine lune. Le garçon sembla toutefois déçu de ce qu’il voyait, comme s’il manquait quelque chose au paysage. Il soupira alors, se demandant à nouveau comment il pourrait empêcher les étoiles de s’éteindre, et surtout s’il y pouvait encore quelque chose. En effet, à part la lune, il n’y avait plus rien dans la voûte céleste. Elle était cruellement vide, comme si toute la vie de l’univers s’était éteinte à l’exception de la terre.
    Dépité, il commença dès lors à s’enfoncer dans les bois, selon une carte qu’il tenait et qui lui indiquait le chemin à suivre. Il n’avait même pas besoin de quelconque lampe pour illuminer son trajet, tant tout devenait limpide à ce stade.

    Au croisement d’un petit chemin de terre, un bruit attira son attention, et le mit sur le qui-vive. Un adolescent, qui devait avoir quinze ans, apparut derrière un gros buisson. Un masque à gaz était greffé à sa peau. Le Gardien le reconnut sans difficultés, parce qu’il s’agissait de Damon, le garçon qu’il avait laissé tomber il y a moins de quelques heures.

    « Viens voir maman. » Fit simplement le mort, d’une voix enfantine. Comme tous les Enfants Perdus qu’il avait rencontrés, le jeune homme ressentait un mélange de tristesse et de culpabilité. Toutefois, à la différence des autres, celui-ci ne cherchait pas sa mère. Il l’avait trouvée, et il voulait mener l’étranger à elle.
    « Damon… » Répondit-il alors. « Je vais te suivre. Conduis-moi à elle. ».
    La petite créature s’avança alors jusqu’à lui, très lentement, le pas oppressif. Schwartz n’esquissa pas un mouvement. Il ne recula pas, il n’avança pas. Il resta calme, jusqu’à ce que le monstre soit en face de lui.
    « Il sait que je suis là, n’est-ce pas ? Il est donc trop tard pour agir. » Asséna froidement Alexandre.

    Pour seule réponse, l’Enfant Perdu lui tendit sa main. Au bout d’une dizaine de secondes, une main en cuir vint donc saisir celle du défunt. À l’image d’un adulte accompagnant un enfant, ce dernier se mit à marcher dans les méandres marécageux du South Yorkshire, là où le gel d’hiver semblait avoir ôté toute vie à la forêt.
    Il le guidait vers Lui, mais alors qu’ils se rapprochaient de plus en plus de l’entrée du vieux bunker nazi, le Gardien se rendit compte qu’il devait probablement être déjà trop tard.


    CharmingMagician.exe a écrit:
    UN COMBAT COMMENCE !

    Le Kaiser Oblivion ( PVs) et la Fée Anne ( PVs) vs. ??? (? PVs).
    CŒUR DE LYOKÔ : 10 PVs.
    Bouclier 1 : 999 999 999 PVs.
    Bouclier 2 : 999 999 999 PVs.

    Le Kaiser Oblivion et la Fée Anne se trouvaient au-devant des boucliers du Cœur de Lyokô. Leur armée restait dans la voûte céleste, à combattre les derniers sursauts de résistance, de la capitale à feu et à sang du monde de Lyokô. En face d’eux se trouvait une boule d’énergie blanche, scintillante en des tons roses et bleus. Lorsqu’elle prit la parole, sa voix résonna dans toute la salle, peut-être même dans tout Lyokô.

    « Vous avez réussi à venir jusqu’ici… » Commenta-t-elle simplement. « Alors cela est vraiment arrivé. Ce que nous redoutions depuis tant d’années. La force qui serait capable d’anéantir la lignée des Gardiens, et qui mettrait un terme au règne de Lyokô. Je ne voulais y croire, et pourtant… Vous êtes devant moi. Denys Généologia, je sais ce que vous voulez faire, mais ne souhaitez-vous pas connaître, avant de le faire, la vérité ? » Interrogea la boule scintillante au Kaiser. Ce dernier, l’épée à la main, l’observa avec une placidité.
    « Votre Majesté, nous n’avons pas le temps. Détruisez-le une bonne fois pour toute. » Commenta Anne. Cela motiva Denys à relever la tête vers la force d’énergie.
    « Qu’avez-vous à me dire, Jérémie ? Répondit-il prosaïquement. La Fée sembla rugir intérieurement.
    — Votre Majesté, détruisez le cœur de Lyokô. Maintenant ! Ceci est ma dernière sommation ! » Hurla-t-elle assez durement.

    Surpris de ce bellicisme, le Kaiser se retourna. Sauf qu’il n’était plus dans la Salle du Cœur de Lyokô.


    --

    « Où suis-je ? » Interrogea-t-il. Sous les traits d’un garçon de dix-huit ans, et portant une chemise rouge, le jeune homme se trouvait dans une maison de campagne, près d’un piano. Non loin de là, et parmi les décombres de la bâtisse, se trouvait un garçon au pull bleu, qui l’attendait en lisant un livre.
    « Bonjour Denys. Je m’excuse par avance de t’avoir fait venir ici, ahah ! » L’adolescent se leva. Il portait des lunettes noires. « Je suis Jérémie Belpois, et je nous ai… créés un petit endroit tranquille, au sein duquel nous allons discuter. Une espèce de monde parallèle, si tu préfères… Je n’ai pas la prétention de dire que cela durera longtemps. À l’extérieur de celui-ci, une folle est en train de tout faire pour le détruire. Mais nous aurons assez de temps. » Poursuivit son interlocuteur. L’assaillant, d’habitude si fier d’arborer son masque, se sentit soudain un peu nu. Il sentait que quelque chose n’allait pas avec son corps, que ses décors, ce monde, avait quelque chose d’onirique, et de plus vrai que celui dans lequel il vivait depuis tant de temps.

    « Je comprends le combat que tu mènes, Denys. Ou Kaiser Oblivion, si tu préfères. Je sais que tu étais un Kankrelat de X.A.N.A, et que tu as existé dès le début des guerres primitives. Celles pendant lesquelles nous luttions entre Gardiens. Je sais aussi le peu de cas que nous avons fait pendant toutes ces années, des « monstres » comme on vous appelait pendant longtemps. J’ignorais… J’ignorais tout ce à quoi cela renvoyait. Maintenant je le sais, mais, que crois-tu qu’il va se passer lorsque tu auras détruit le cœur de Lyokô ? » Interrogea Jérémie. Denys s’avança de lui, près du canapé. Il était hésitant, et il avait aussi un peu peur.
    « Je veux réfuter ce monde. De toutes les horreurs que vous y avez faites. C’est pour cela que je me bats. La Fée Anne m’a promis que c’était possible, et que la quantité d’énergie dégagée par l’explosion du cœur nous permettrait de lancer un vaste retour dans le passé. » L’adolescent aux cheveux blancs lança un rire franc, avant de redevenir sérieux.

    « La Fée Anne t’a menti, Denys. Quand je disais tout-à-l ‘heure que la force primitive s’était réveillée, je ne parlais pas de toi, en dépit de tout le respect que je te dois. Je parlais bien d’elle. Il y a encore tellement de choses que tu ignores, et j’ai si peu de temps pour te les dire… » Il marqua une pause. « Ecoute-moi bien. Rien de tout cela n’est réel. Rien de ce que tu vis n’est de ton propre fait. Nous avons tous essayé de lui échapper, et des millénaires de protections n’auront pas suffi. Les dés sont pipés depuis le début, et toi, Denys Généologia, tu n’es qu’une marionnette censée appliquer la volonté d’Anne, qui n’est elle-même que la servante de quelque chose de beaucoup plus puissant, qui dépasse de loin tout ce que tu peux imaginer !». Le Kaiser Oblivion marqua un recul. « Même moi je ne sais pas très exactement ce que c’est, mais c’est sans aucun doute le monstre le plus froid de tous les monstres froids… » Son interlocuteur resta penaud, ne sachant pas comment réagir.
    « Certains disent qu’il est capable de transcender le temps et l’espace, qu’il a gravement altéré la réalité. Honnêtement, je ne sais pas où est le vrai du faux, mais je sais que tout ce monde, c’est lui qui l’a créé, que c’est lui qui a fait ce code source. Ce monde n’est pas la réalité, c’est un monde virtuel. ».

    « Tout cela est très surprenant, Jérémie Belpois. Je ne comprends pas. Quel est ce monde, qu’est-ce que ces images et ces sensations ? De qui vous parlez ? Je sais très bien qui je suis. Je n’étais qu’un monstre de X.A.N.A. Un soldat que vous n’hésitiez pas à massacrer. Puis j’ai rencontré Anne, elle m’a donné une chance de tout recommencer, alors même que vous vous alliez avec mon maître. Vous m’avez tous abandonné. Moi, et les autres. Pourquoi avez-vous fait cela ? Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi ai-je l’impression que tout le monde me ment ?!
    — Denys, je n’ai pas le temps de t’expliquer. La menace est extrêmement sérieuse. » Jérémie se leva. « Anne a désactivé chacune des tours de Lyokô en vue de faire tomber les défenses du 5ème territoire. Elle a alimenté en détruisant les autres Gardiens, un immense vortex de données, une myriade d’informations qui représente des milliards et des milliards de codes virtuels. Elle va à présent détruire le cœur de ce monde, et faire périr tous les gens qui s’y trouvent, afin de créer un trou noir censé fusionner avec le vortex. Je ne sais pas ce que cela provoquer, mais ce ne sera pas un retour dans le temps comme tu imagines. Ce sera pour son Maître. ».
    Denys resta extrêmement dubitatif, et sembla prendre Jérémie pour un dingue, un fou prêt à tout pour l’arrêter dans sa quête. Après tout, tout cela n’était que sa parole contre la sienne.
    « As-tu une preuve de tout ce que tu avances, Jérémie Belpois ? »

    Le blond, piqué au vif, regarda alors attentivement Denys. Il le scruta, le dévisagea, et se rapprocha de lui.
    « Oui. Oui, je crois que je peux t’en fournir une seule. Tu es différent des autres. Il ne t’a pas fait de la même manière. ». L’adolescent marqua une pause. « Cela va consumer le peu d’énergie qu’il me reste, alors je prie pour que cela te convainque. Après quoi, je disparaîtrai Denys. Et il ne restera plus que toi. Je t’en prie, souviens-toi de tout ça. Souviens-toi de ta vie d’avant. Rien de tout ce que tu vis n’est réel. Je vais essayer, pour la première fois de ta vie, de t’en faire prendre conscience. ». Il alla poser ses doigts sur le front de son hôte. Ce dernier tenta d’y échapper, mais se surprit à ne pas bouger. « Je vais faire en sorte que tu ouvres les yeux, au sens propre du terme. ».
    Peut-être voulait-il savoir ? Lorsque la main de Jérémie se posa son crâne, ce fut alors la sensation la plus douloureuse de toute son existence.

    ***


    À l’intérieur d’un caisson, quelque chose prit vit. Il ne sentait ni bras, ni jambes. Il ne sentait ni cordes vocales, ni langues, ni dents. Une douleur énorme s’instilla dans chaque pore de sa peau, tandis que des câbles le reliaient de part et d’autres à une structure qu’il imaginait complexe, et qui semblait s’insinuer dans chacune de ces veines. Soudain, il lui sembla alors qu’il distinguait des formes sinusoïdales, alors qu’il ne sentait ni pupilles, ni paupières, et il distingua une forme, filiforme, jaune et blanche. Il voyait mal, mais il sentait. Il sentit. La capsule s’ouvrit, et une main se posa sur son crâne chauve. Elle le caressa, et il en frémit.
    « Je suis vraiment désolé Denys… Tu n’aurais jamais dû voir cela. Mais bon, c’est le jeu, et j’admets que ces personnages peuvent être vraiment très surprenant. » Le garçon sentit un baiser sur son front. Une vague de panique monta à lui, alors que la capsule se refermait.
    « Ne t’inquiètes pas, tout est bientôt fini. Que le spectacle continue ! ».

    ***


    CharmingMagician.exe a écrit:
    UN COMBAT COMMENCE !

    Le monde parallèle vola en éclat. La boule scintillante implosa, emportant avec elle les deux boucliers du cœur de Lyokô. Denys, quant à lui, était au sol, tenant sur ses bras endoloris. Il se souvenait de tout à présent. L’horreur lui monta à la gorge, et pourtant, il ne sentait ici, ni douleur, ni tristesse. Il savait pourtant que depuis des mois maintenant, il avait été kidnappé par un garçon qui revendiquait le nom de Slimane. Un homme aussi sadique qu’impitoyable, fanatique de la douleur et de la torture mentale. Tous ses souvenirs remontaient les uns après les autres, d’une relation malsaine au sein de laquelle, il servait de jouet préféré à un homme qui ne lui laissait, ni libre-arbitre, ni volonté propre. Un jouet parmi d’autres, qui s’était distingué pour des raisons qu’il appréhendait mal encore, mais dont il ne sous-estimait pas le danger. Il n’était qu’un vulgaire adolescent du South Yorkshire, un peu paumé dans sa peau, et mal dans ses baskets, et il prenait conscience maintenant d’être au centre d’un engrenage pour lequel il était à la fois la victime passive et l’acteur actif.
    Il pouvait encore y faire quelque chose, parce qu’il faisait partie du jeu. Il était réel, et il avait sa volonté. Elle transcenderait tous les obstacles.

    Si tout se devait pourtant d’être écrit, et si faible pouvait être sa marge de manœuvre, alors il était encore temps de tout arrêter, parce que si son bourreau l’avait choisi lui, c’était qu’il avait besoin de lui, et c’était qu’il pouvait encore y faire quelque chose, après que ce logiciel virtuel l’ait doté de l’immortalité afin de triompher des virus à l’intérieur, dont il n’arrivait visiblement pas à se débarrasser.
    Ainsi, si Slimane l’avait conçu comme un antivirus, il était temps que lui, Denys Généologia, vérole à son tour la machine dans le peu de temps qui lui restait.

    À présent relevé, le jeune homme faisait donc face à la Fée Anne, dont la forme avait changé. De petite créature volante, elle avait maintenant pris un volume surdimensionné.

    « On s’est rencontrés au sommet du précipice surplombant le cratère de l’Empire du Désert… Tu sortais de la faille… Et tu venais déjà de massacrer tellement d’autres gens. Leur sang n’avait même pas séché…  Grommela Denys.
    — Il faut du courage pour désobéir, mais aucun n’avait la même volonté que j’ai retrouvé chez toi. » Commenta alors la Fée Anne, d’une voix qui n’avait plus rien à voir. « D’une docilité extrême, et jamais dans la rébellion. Jusqu’à aujourd’hui, mais qu’importe. Comment peux-tu m’arrêter maintenant ?
    — Ils ont tous tenté à leur manière de me prévenir contre toi, et je ne les ai pas écoutés. Je me rends compte d’à quel point j’ai été stupide…
    — Prodigieux, il en va sans dire ! Mais toujours à t’accrocher à ce pathétique désir de seconde chance… C’était la chose qui me dégoûtait sans doute le plus chez toi. Vouloir « réfuter » le monde, quel orgueil !
    — Tant de sang versé, tant de souffrances provoquées, et cela pour quoi, Anne ?! Pourquoi m’as-tu fait faire tout cela ?!
    — La volonté de mon Maître surpasse tout ce que ton petit esprit humain peut imaginer. Tu serais à mille lieux de comprendre ce qui se trame, tant tu n’es qu’une fourmi à l’échelle de ce qui se prépare. Dans d’autres endroits, dans d’autres lieux, dans d’autres époques, des chemins se tracent et se lient entre eux. Mon Maître est maintenant prêt, et quelque part dans le ciel, il s’est passé quelque chose qui lui a donné l’occasion de se réveiller il y a des millénaires de cela. Ma mission à moi, maintenant, est de m’assurer que rien ne vienne se mettre sur son chemin. Alors Denys, ôte-toi de son chemin instamment ! ».
    Le Kaiser Oblivion fit dès lors tomber son masque. Il serra son épée.

    « Pas cette fois, Anne. »

    La Fée Anne ( PVs) vs. Denys Généologia ( PVs).


    « Et comment comptes-tu faire, Denys ? De qui crois-tu tenir tes pouvoirs ? Crois-tu que je te permettrai de t’en prendre à moi ? ».

    La Fée AnneNeutralisation, résultat : annule tous les pouvoirs. CIBLE : Denys Généologia.
    Cela n’affecte pas Denys Généologia.

    Denys GénéologiaMétéores, dommages : 999 999. CIBLE : la Fée Anne.

    La pluie de météorites ne perturba pas plus que cela la créature volante.
    « Je me gausse de ces pathétiques attaques. Nous étions si proches tous les deux, pourquoi notre amitié a-t-elle été réduite à néant ? Pourquoi ne me laisses-tu pas finir mon travail ? Est-ce trop te demander que de garder la même conviction plus d'un mois ? ».

    La Fée AnneAnnihilation, dommages : ??? CIBLE : Denys Généologia.
    Denys GénéologiaAspiration, résultat : Dissout les données des utilisateurs dans un vide abyssal. CIBLE : La Fée Anne.

    L’attaque d’Anne s’évapora dans le vortex, qui occupait à présent toute la voûte céleste.

    La Fée AnneMandat céleste, résultat : contraint la cible à réaliser une action donnée. CIBLE : Denys Généologia.

    Des liens virtuels apparurent, liant le feu Kaiser Oblivion, à la Fée Anne. Elle le contrôlait à présent comme une marionnette, alors même qu’il était à présent incapable de bouger.

    « Voilà quelle est ta juste place, Denys. Voilà, concrètement, ce que tu as toujours été depuis le début de cette aventure. Je vais maintenant te remettre à ta place. ».

    Denys GénéologiaCélérité, résultat : augmente sa vitesse de 200%. CIBLE : lui-même.
    Denys GénéologiaAérolithe, dommages : 699 999. CIBLE : lui-même.

    « Oh que non ! ».
    Ses liens disparurent, mais la blessure provoquée par sa propre attaque le rendait incapable de répliquer.

    La Fée AnneGénocide (sacrifie 999 999 999 PVs et rend l’attaque impossible à esquiver), dommages : 999 999 999. CIBLE : Denys Généologia.

    À terre, le jeune homme de vingt ans sentait la puissante magie d’Anne se répandre à travers chaque pixel de sa carcasse virtuelle.

    « Alors je n’ai pas le choix… » Lâcha-t-il, épuisé.

    Denys GénéologiaLumière aveugle (dégâts = PV/2), dommages : . CIBLE : La Fée Anne.
    La Fée AnneChaos, résultat : Dissout toutes les données utilisateurs dans le vortex. CIBLE : Denys Généologia.

    L’attaque la plus puissante du Kaiser, mais en même temps l’attaque la plus coûteuse en énergie ; en PP, disparut avant d’atteindre sa cible, et son infinie énergie rejoint les cieux du vortex. C’en était fini. Il sembla d'ailleurs que lorsque la puissance de l'attaque vint nourrir la masse d'énergie violette, elle débloqua des compétences à la petite créature volante, affichant un regard victorieux et un sourire carnassier.

    La Fée AnneInquisition, résultat : crée une faille dans l’immortalité d’une cible. CIBLE : Denys Généologia.

    DENYS GÉNÉOLOGIA : 999 999 999 PVs.


    « Anne ! Notre amitié n’était-elle vraiment que factice ?! Tout cela était-il véritablement faux, n’y avait-il rien d’honnête au plus profond de toi ? Tu ne m’aimais vraiment pas ?! » Tenta l’homme dans un dernier espoir. La Fée Anne s’arrêta.
    « Denys… Peut-être bien que… » Commenta-t-elle alors d’une voix qui se faisait extrêmement douce. « Peut-être bien que je n’ai pas envie de te faire mal… Peut-être… ». Une nouvelle pause.
    « Que j’ai juste envie de t’exterminer. 
    — … ».

    La Fée Anne – Oblivion (explosion atomique), dommages : 999 999 999 PVs. CIBLE : Denys Généologia.

    L’enveloppe virtuelle du Kaiser commença à se disloquer, lentement, sûrement. Quand une attaqueôtait exactement le nombre de point de vies nécessaires, l’agonie était particulièrement longue, et sur le sol de la salle du cœur de Lyokô, il vit la Fée Anne prendre son ascension jusqu’au cœur de Lyokô. Il n’y avait plus rien ni personne qui puisse l’arrêter.

    La Fée Anne – Attaque simple, dommages : 1 000 PVs. CIBLE : Cœur de Lyokô.

    Le cœur se fissura. Le cœur se brisa. Tout-à-coup, il y eut un énorme tremblement. Les lumières du monde virtuel s’éteignirent. Partout. Seule une volumineuse boule d’énergie orange subsistait au bas de la pièce, celle qui était apparue sur la Banquise, seule source de lumière dans le chaos.

    LE GROUPE A ÉTÉ DÉCIMÉ…

_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1257s (PHP: 81% - SQL: 19%) - Requêtes SQL effectuées : 21