CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
[Fanfic] Mondes Alternés
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Opération "Remise"

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 3 sur 5

Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Abadjin Pieckoyt MessagePosté le: Dim 27 Sep 2009 20:44   Sujet du message: Répondre en citant  
Défenseur Galactique


Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 559
Localisation: Aux côtés du Catalyseur pour mettre fin à la menace des Moissonneurs...
OMG ! Odd avec Aelita... Si Kerian te tombe dessus je te souhaite une bonne éternité... ^^ Bon, une suite à la hauteur de mes attentes avec de nouveaux élèments et une tournure narrative psycho-sentimantale tout à fait bien menée... C'est du bonus ! Je me demande ce que tout ça va donner... Razz A suivre !
_________________
http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/05//120205103503633029399575.png

Tel un feu purificateur, nous rétablissons l'équilibre.
Le Catalyseur s'adressant au Commandant Shepard,
quelques secondes avant l'activation du Creuset et la fin des Moissonneurs.

Tiré de Mass Effect 3
Liens de mes Fics et Fans Fics
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Guill@um€ MessagePosté le: Sam 03 Oct 2009 13:55   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 118
Localisation: Là où finissent les univers et où commence le chaos ...
Voici le chapitre 10 que je viens de terminer à l'instant.
Bonne lecture !

Chapitre 10 : Piège

Ils attendaient le professeur qui accompagnait Odd avant de repartir. Ce dernier revint vers eux les yeux ronds et la bouche grande ouverte, abasourdi. Il leur parla pour la première fois de la journée :
- Eh ben ! Et moi qui croyait que ce serai bien long et bien chiant ! Et puis dire que je considérais Odd comme étant un des pires élèves que j'ai jamais eu !

Il croisa leur regard puis s'expliqua :
- Il avait amené son chien dans son sac, et quand l'agent de douane s'en est aperçu, il lui a demandé de le placer en soute. Eh bien Odd a pris sa défense ; et quel défense ! C'est un des plus beaux plaidoyers que j'ai jamais entendu ! Il a joué à la perfection sur les sentiments, il a su cerner la personnalité de l'agent, adapter ses arguments et ses exemples en fonction. Le pauvre en est resté bouche bée !

- Mais vous savez, répondit Jérémie, nullement surpris au même titre que ses amis, Odd peut-être très bon quand il veut. C'est seulement qu'il est ... comment dire ... extrêmement flemmard ...

- Oui mais quand même ... répliqua le professeur comme si cette phrase à elle seule pouvait changer l'opinion que les autres avaient d'Odd.

Et puis pendant qu'ils rentraient à l'internat, l'enseignant de français continua à marmonner dans sa barbe, comparant la prose d'Odd avec celles d'auteurs et de philosophes que même Jérémie ne semblait pas connaître.

Ils marchaient tous, côtes-à-côtes, leurs esprits semblaient avoir accompagné Odd dans son voyage, un sourire restait inscrit sur leurs visages ... sauf peut-être sur celui d'Aelita ...

Ce qu'elle avait découvert tout à l'heure, à savoir qu'Odd semblait tenir particulièrement à elle, l'avait profondément déroutée, et obnubilait ses pensées. Elle avait toujours considéré Odd comme son meilleur ami, son confident ; elle pensait d'ailleurs qu'il ressentait la même chose de son côté et qu'il avait compris que jusque là, elle était amoureuse de Jérémie. Mais apparemment, lui ne l'entendait pas comme ça, et il l'avait montré, le problème étant qu'Aelita n'y était pas insensible. Elle ne savait plus quel parti prendre. Certes, Jérémie l'avait aidée sur Lyoko, sauvée de ce monde virtuel et permis d'être humaine, mais Odd l'avait pris sous son aile dès son arrivée sur Terre, lui expliquant les mécanismes compliqués qui constituaient la vie d'un citoyen, l'aidant à contenir ses sentiments, et en un sens à se forger sa personnalité.

Si elle devait à Odd ce qu'elle était ici, sur Terre, c'est à Jérémie qu'elle devait le fait d'être une humaine à part entière. Elle n'arrivait plus à faire la distinction entre les sentiments qu'elle éprouvait pour l'un et pour l'autre, et qui dans les deux cas étaient réciproques (du moins le pensait-elle), et par conséquent, elle ne réussissait pas à faire de choix. Les deux garçons avaient pourtant des caractères bien différents, si bien que le cœur d'une humaine de longue date aurait su départager l'intello du tombeur, le gars sérieux du clown. Aelita chercha refuge dans l'une des dernières certitudes qui lui restaient : elle se persuada que si elle n'arrivait pas à faire ce choix, c'est qu'elle manquait d'expérience de la vie, et qu'elle devrait le remettre à plus tard. Elle se força donc à penser à autre chose.

C'est ce moment précis que l'ordinateur de Jérémie, qui ne quittait plus ce dernier, choisit pour se manifester sous la forme d'une alarme qu'ils n'avaient plus l'habitude d'entendre. Jérémie prit à peine le temps de trouver une excuse crédible, puis sans regarder ce qui provoquait l'affolement de son ordinateur, il se mit à courir, franchissant le portail du lycée à une vitesse qu'il n'avait jamais réussie à atteindre sur la piste, direction le passage du parc, ayant juste le temps de lancer :
- Je viens de me souvenir que j'ai un rendez-vous, j'y vais !

Aelita, Ulrich et Yumi étaient sur ses talons, et devant la tête surprise de leur professeur de français, il ajoutèrent :
- On l'accompagne !

Chacun d'eux connaissait le trajet par cœur, même s'il ne l'avait pas emprunté depuis un bout de temps. Un temps, en fait plus long qu'il n'en avait réellement l'air, ou tout du moins assez pour que nos héros s'étonnent de la présence des skateboard et trottinettes qui leurs permettaient de traverser les égouts.

Une fois arrivés à destination, un petit briefing d'urgence fut de mise, et pendant qu'il pianotait à une vitesse inimaginable sur son clavier, Jérémie dit à ses amis :
- Je crois avoir reconnu le signal d'une tour activée, mon scanner des données de Lyoko est en cours pour nous en dire plus.

- Ça veut dire quoi plus ? demanda Ulrich.

Aelita prit le relais :
- Ce programme va tenter de nous dire si la menace à laquelle nous sommes confrontés agit depuis l'intérieur de Lyoko ou l'extérieur.

Une fois les explications données, le silence s'installa, bientôt interrompu par un cri de Jérémie :
- Mais c'est dingue !

Il s'expliqua :
- Le scanner vient de localiser la tour activée à l'extrémité Sud du territoire des Montagnes, mais le programme que j'ai lancé, m'indique qu'aucune menace n'est présente dans Lyoko.

- Tu veux dire que notre nouvel ennemi arrive à activer des tours depuis l'extérieur de Lyoko ? demanda Aelita.

- Eh bien ... oui, ça paraît impossible mais oui. Je me demande vraiment comment il arrive à manipuler le flux d'électricité virtuelle en provenance du Cinquième Territoire sans avoir d'implants dans le code de Lyoko ... répondit Jérémie.

- Attend, fit Yumi, t'es sur que c'est pas plutôt ton programme de localisation qui bug ?

- Non, rétorqua Jérémie, je l'ai vérifié et re-vérifié, il est fonctionnel ! Bon, reprit-il, la tour est à l'extrême sud du territoire de la montagne, et le comité d'accueil est déjà là. Apparemment les mêmes montres bizarres que la dernière fois. Dommage qu'Odd ne soit pas là pour leur trouver un nom ...

- Moi je suis contente qu'Odd ne soit pas là, pensa Aelita.
Mais à haute voix, elle ajouta simplement :
- Oui ...

- Bon, allez, dit Jérémie, c'est pas le moment d'être nostalgique, on a une tour à désactiver !

Les lyokoguerriers descendirent en salle des scanners, et Jérémie lança la procédure de virtualisation.
Quand tout ce beau monde arriva sur l'univers virtuel, Jérémie prit la parole :
- Bon, c'est facile, direction plein sud et vous devriez trouver la tour bien gardée. Je vous envoie vos véhicules.

- Ok, on y va, annonça Yumi.

Elle sauta sur l'overwing tandis qu'Aelita montait derrière elle et qu'Ulrich enfourchait son Overbike. Ils se regardèrent, hochèrent la tête puis démarrèrent de concert. Malheureusement, cette version des véhicules, que Jérémie n'avait pas eu le temps de ré-améliorer, était bien plus lente que celle à laquelle ils étaient habituée, et ils avaient l'impression de ne pas avancer.
Ils arrivèrent tout de même à destination, mais, si la tour était belle et bien rouge, ils ne voyaient aucun monstre.

- Jérémie, on ne voit absolument aucun monstre, annonça Yumi. Ça doit-être une embuscade, tu peux nous guider ?

- Peut-être qu'ils ont un écran d'invisibilité, répondit Jérémie. La seule solution est que l'un de vous s'approche et se tienne près à réagir en cas d'attaque. Au pire, s'il est blessé ou dévirtualisé, les forces ne sont pas très nombreuse, et deux d'entre vous devraient suffire.

- J'y vais, lança Ulrich.

Il ne laissa même pas les autres approuver et enclencha son Supersprint. Aelita et Yumi le suivaient, plus doucement. Ils arrivèrent finalement tous aux pieds de la tour, il ne s'était rien passé.

- Je ne comprends rien, avoua Jérémie, selon ma map, ils vous ont laissé passé sans rien faire et ils regardent actuellement à l'exact opposé de votre position. Tu n'as qu'à aller désactiver la tour Aelita.

- Ok, répondit-elle.

A ce moment précis, l'aura de la tour activé ce mit à clignoter : blanc, rouge, blanc, rouge puis blanc. Et Jérémie comprit :
- Oh non, mais c'est pas possible !

- Jérémie qu'est-ce qu'il se passe ? demanda Aelita paniquée.

- Une nouvelle attaque sur le cœur de Lyoko !

Ainsi donc, cette pseudo-tour activée n'était qu'un piège sensé attirer nos amis à l'extrême sud d'un territoire compliqué à traverser alors que le transporteur pour le cinquième territoire était à l'exact opposé. Ce nouveau programme avait donc piraté le Supercalculateur, faisant croire au Super Scan qu'une tour était activée et à la map que des monstres campaient devant. Il avait même réussit à changer le couleur de l'aura de la tour. Et maintenant qu'il attaquait une nouvelle fois le cœur de Lyoko avec un temps d'avance et une armée conséquente, les Lyokoguerriers prirent conscience que l'univers virtuel allait un fois de plus sombrer dans le néant.

Et voilà !
Je m'attelle donc au chapitre 11 !
_________________
« Jim ! Tu es encore pire que les obscurantistes qui ont brûlé la grande bibliothèque d'Alexandrie !
- Ha ... Euh, merci Suzanne ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Abadjin Pieckoyt MessagePosté le: Dim 04 Oct 2009 11:17   Sujet du message: Répondre en citant  
Défenseur Galactique


Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 559
Localisation: Aux côtés du Catalyseur pour mettre fin à la menace des Moissonneurs...
On peut dire qu'ils sont du genre obstiné chez les nouveaux bad guys de ta fic... Une nouvelle tactique, une heure sombre qui attends les Lyokoguerriers... ça promet un onzième chapitre riche en action ! J'attends la suite !
_________________
http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/05//120205103503633029399575.png

Tel un feu purificateur, nous rétablissons l'équilibre.
Le Catalyseur s'adressant au Commandant Shepard,
quelques secondes avant l'activation du Creuset et la fin des Moissonneurs.

Tiré de Mass Effect 3
Liens de mes Fics et Fans Fics
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Guill@um€ MessagePosté le: Mer 07 Oct 2009 14:50   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 118
Localisation: Là où finissent les univers et où commence le chaos ...
Riche en action ? Oui, j'aurais essayé, mais aussi quelques révélations et surtout plein de nouvelles question existentielles ^^
Bonne lecture !

Chapitre 11 : L'appel du cœur

L'espoir. C'est le propre de l'espèce humaine : chercher à arranger la situation, tenter de s'en sortir par n'importe quel moyen même quand la situation est clairement en notre défaveur, même quand nous sommes condamnés à mourir ou à regarder quelqu'un que l'on aime souffrir sans ne rien pouvoir y faire. Forcément, l'homme se sent alors obliger de se battre, armé d'un détermination nouvelle puisée dans son espoir et ses convictions ou submergé par le devoir, l'obligation qui prend son origine dans l'honneur ... ou l'amour. Personne n'échappe à cette mécanique du cerveau, personne. Que l'on soit homme, femme ... ou intelligence artificielle.

C'est pourquoi, au fin fond du territoire montagne, nos trois héros pensaient la même chose : même si tout semblait fichu, il fallait tenter quelque chose. Il fallait essayer de sauver Lyoko. Aelita et Yumi remontèrent sur l'Overwing tandis qu'Ulrich enfourchaient son Overbike. Puis ils démarrèrent, mais restèrent à distance respectable : il n'était pas impossible que leur nouvel ennemi ait posté quelques gardes avant la salle du cœur. Mais il n'en était rien, et ils traversèrent la montagne sans faire un mauvaise rencontre. Était-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Avaient-ils affaire à un ennemi négligent, qui oubliaient d'assurer sa protection à chaque étape de son plan ? Ou avaient-ils un ennemi suprêmement intelligent, tellement prévoyant qu'il avait calculé chaque probabilité, anticipé chaque attaque et contre-attaque, évalué chaque riposte et chaque remise : un ennemi qui tenait compte de toutes les données, qui optimisait tous les moindres détails pour obtenir un plan parfait ?

C'est donc inquiets et silencieux qu'ils empruntèrent le transporteur, une fois arrivés au nord du territoire, et tandis que la première barrière cédait sous les assauts des monstres. Tous se demandaient ce qui les attendait à l'autre bout ... La victoire ou la dévirtualisation ? La réussite ... ou l'échec ? Une chose était sure, ils iraient jusqu'au bout pour défendre leur cause, avec une force qu'ils puisaient dans une détermination de fer. Une détermination que Jérémie ne semblait pas se préoccuper d'entretenir ...

- Je sens que ce maudit programme nous prépare quelque chose de gros, annonça-t-il tandis que ses amis arrivaient dans l'Arena.

- Et qu'est-ce qui te fais dire ça ? demanda Ulrich.

- Je vais essayer de ne pas trop être technique, répondit Jérémie, mais sache que la puissance de XANA était limitée par sa capacité de calcul, ou plutôt celle du supercalculateur, qui étant un ordinateur quantique, profitait des propriétés quantiques de la matière pour faire plusieurs calculs en même temps à une vitesse inimaginable. Notre nouvel ennemi n'est pas basé dans le supercalculateur, il doit donc transmettre ses données par le réseau, il est par conséquent limité par la taille de la bande passante, c'est-à-dire le volume de données qui peut transiter en même temps. Et je peux surveiller cette bande passante, en scrutant les données qui arrivent dans Lyoko. Et je peux te dire qu'il n'utilise que très peu de cette bande, ce qui me laisse penser qu'il vous attend avec une grosse surprise.

- Je comprends, fit Ulrich, ce qui ne manqua pas d'étonner tout le monde - y compris lui-même.

Alors que la seconde barrière de protection commençait a être endommagée sérieusement, les trois Lyokoguerriers sautèrent sur l'élévateur, et une fois celui-ci arrivé à destination, coururent vers la voûte céleste où les attendaient un Overwing et un Overboard. Quand ils furent bien installé, ils purent enfin démarrer, direction le sud du cinquième territoire ou salle du cœur de Lyoko. En arrivant, juste après avoir passé le sas, ils purent assister à un événement qu'une fois déjà, ils avaient pu voir : la destruction de la seconde barrière du cœur.

Mais à peine furent-ils rentrés, que les maigres forces en présence : un oiseau de feu et un tigre à dent de sabre, se dirigèrent vers eux pour engager le combat au lieu d'achever le cœur. Ils s'arrêtèrent sur la plateforme la plus proche, où les rejoignirent les monstres. Ils s'écartèrent afin de de ne pas se gêner dans leur mouvements, mais les deux monstres attaquèrent tous les deux Yumi qui fut rapidement dépassée par tous ces tirs avec un seul de ses éventails.

Au même moment, une distorsion se fit ressentir au centre de la plateforme, la même qui accompagnait normalement chacune de leur virtualisation, une perturbation qui s'expliquait par l'application soudaine des forces fondamentales de la physique sur un corps en train de d'apparaître. Et au centre de cette distorsion apparut un second Ulrich, quasiment identique en tout point au premier sauf qu'il possédait un teint nettement plus sombre. Tandis qu'Ulrich se dirigeait vers cette nouvelle menace, maudissant Jérémie d'avoir toujours raison, Aelita courut au secours de Yumi.

Elle produisit un champ de force, et en un tir parfaitement ajusté, toucha et anéantit l'oiseau de feu. Trop tard cependant, les deux monstres ayant eu raison de la plupart des points de vie de Yumi, le dernier tir du félin encore en vie dévirtualisa la Japonaise exténuée. Et pendant qu'Aelita se précipitait venger son amie dans un combat au rapport de force plus équilibré, Ulrich engagea le duel avec son double virtuel. Il se mit en position de garde, de profil, la lame de son sabre en tierce. Si le double du samouraï semblait avoir la même technique qu'Ulrich, il le surpassait en force et en vitesse, mais ne poussait pas ses avantages, comme s'il voulait voir de quel boit était fait son adversaire. Et ce dernier ne le déçut pas : il enchaîna toutes les parades et les feintes qu'il connaissait. Le double l'attaqua au ventre, et Ulrich le para d'une quarte parfaitement exécutée. Il aperçut alors une éventuelle faille dans le jeu de son adversaire. Il ne lui en fallut pas plus pour placer l'une de ses techniques préférées : il dégagea l'arme du second duelliste d'un battement de prime puis en une fente plaça une banderole née de son poignet et qui marqua son double d'une légère estafilade.

Ce dernier recula et ré-assura sa prise sur son sabre et toisa Ulrich avec un certaine froideur. Il poussa un cri sauvage puis chargea, para d'une quinte la contre-attaque du samouraï et profita de son léger déséquilibre pour lui porter un attaque en feinte flanc-ventre qui dévirtualisa le second lyokoguerrier.

Il se tourna alors vers Aelita, qui venait d'éliminer le second monstre. Et pendant qu'elle s'approchait de lui, il tendit la main vers elle, activant un pouvoir qui immobilisa la gardienne de Lyoko.

Apparemment satisfait, le double s'envola et s'arrêta près du cœur, qu'à la surprise général il ne détruisit pas mais effleura de son bras tout en le regardant intensément. Quand il eut fini son examen, il tourna sa tête vers Aelita, une expression de profond mépris sur le visage puis disparu.

Aussitôt, la princesse de Lyoko put retrouver le contrôle de ces membres. Elle demanda à Jérémie de retarder sa matérialisation afin d'aller voir ce que leur ennemi avait fait au cœur. Elle emprunta donc l'Overwing et monta jusqu'au cœur, où elle put constater que l'organe vital de Lyoko ne semblait pas être endommagé. Elle s'en approcha un petit peu plus, et aussitôt, une musique retentit, jaillissant de partout et nul part en même temps. Se succédaient des notes d'une magnifique pureté, mais sans ordre ni gamme particulière. La musique avec quand même quelque chose de beau, elle était triste et joyeuse à la fois, mélancolique et envoûtante. Sans savoir ce qu'elle faisait réellement, Aelita approcha sa main de ce qu'il restait du cœur jusqu'au contact. Alors se produisit un flash dans son esprit puis le volume sonore de la musique baissa jusqu'à ce qu'elle disparaisse comme elle était venue.

Jérémie rematérialisa Aelita, et quand elle fut dans le scanner elle remonta dans la salle des commandes où l'attendaient les autres, entourant Jérémie. Le temps des explications était venu.

- Bon, commença Jérémie, je pense avoir deviné un certain nombre de choses donc posez vos questions et je vais tenter d'y répondre.

Ce fut Ulrich qui commença :
- Comment, demanda-t-il, comment ce double de moi-même est-il apparu, et surtout pourquoi ? Et pourquoi n'a-t-il pas combattu jusqu'à ce que je le blesse ?

- Hum, répondit Jérémie. Je pense que XANA, pardon, notre nouvel ennemi ne nous connaît pas encore assez bien pour déterminer ce qui pourrait être efficace contre nous. Quand vous êtes arrivé, il a déterminé lequel, selon lui était le plus puissant, et a utilisé ce qui lui restait de bande passante pour l'imiter. Le double n'a pas combattu dans un premier temps car je pense qu'il voulait t'analyser, voir de quoi tu es capable.

- Et comment tu expliques qu'il ait pu immobiliser Aelita alors que comme tu l'as dit toi-même, il n'a pas le moindre pouvoir sur Lyoko ? questionna Yumi.

- Je crois, répondit Jérémie, qu'il a pu profiter de sa domination sur le cœur de Lyoko pour exercer une sorte de contrôle primitif sur le monde virtuel, mais j'avouerai que je n'en suis pas certain. Et malheureusement pour nous, ma compréhension des événements s'arrête ici, je ne sais pas pourquoi il n'a pas détruit le cœur de Lyoko ni ce qui s'est passé quand Aelita s'en est approché.

A son grand soulagement, les autres n'insistèrent pas, car en vérité, il devinait ces choses là, mais il ne pensait pas devoir les partager tant elles pourraient remettre en cause leur combat et jusqu'à leur amitié.

Ils rentrèrent au lycée, ouvert comme tous les ans pendant les grandes vacances pour les élèves orphelins notamment et plus généralement tous ceux qui souhaitaient rester. Et la journée passa sans événement important, si ce n'est un appel d'Odd à Jérémie. Ce dernier lui raconta ce qu'il avait manqué, et eut le temps de lui demander des noms pour leur deux nouvelles bestioles : le Korbau pour l'oiseau, et le Skorlion pour le félin.

La nuit arriva et tous se couchèrent, emportant avec leurs questions et leurs soucis et plongeant dans le monde des rêves et des cauchemars. Comme souvent depuis son "humanisation", Aelita passa une nuit agitée. Elle se revit devant le cœur, un visage non pas cette fois vaguement intéressé par ce qui s'y tramait mais exprimant une profonde stupeur. Car en scrutant le cœur ; ce qu'elle voyait à l'intérieur, c'était elle-même.

Voilà.
J'ai bien aimé écrire ce chapitre, car il est quasiment complet, il a un peu de tout, combat, révélations, nouvelles questions, il lui manque juste une touche sentimentale mais ça n'aurait pas collé dans l'ambiance et ça n'était pas prévu dans mon plan.
Je pense que je peux dire que le début de la fic s'achève, à savoir la mise en place décor / personnages / ambiance.
Je vais enfin commencer à vous dévoiler l'intrigue principale !

@+
_________________
« Jim ! Tu es encore pire que les obscurantistes qui ont brûlé la grande bibliothèque d'Alexandrie !
- Ha ... Euh, merci Suzanne ! »


Dernière édition par Guill@um€ le Sam 17 Oct 2009 11:09; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Vivi MessagePosté le: Jeu 15 Oct 2009 13:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Tarentule]


Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 491
Localisation: Nord de la France
J’ai lu ton histoire d’un trait et je dois dire qu’elle me plaît beaucoup. Le scénario est bien imaginé, il serait très bien pour une saison 5, et les nouveaux monstres sont pas mal du tout. Le retour de Pierre Nanquin qui serait impliqué dans la création d’un programme supérieur à XANA est intéressant, mais reste à savoir depuis quand il travaille sur ce programme et comment il connaît les héros (la seule fois où il les voit dans la série, il était xanatifié et donc il n’a normalement aucun souvenirs d’eux).

Dans la forme, les textes sont aérés et bien écrits, l’orthographe est correcte. Ce qui fait que l’histoire est agréable à lire.

Par contre il y a des incohérences dans les chapitres 10 et 11. Dans le chapitre 10, tu dis qu’ils sont virtualisés sur le territoire montagnes, et qu’Ulrich pilote l’Overbike. Et dans le 11 tu dis qu’ils traversent le désert et qu’Ulrich pilote l’Overboard.

Pour la suite, j’espère qu’ils vont retrouver leurs tenues virtuelles saison 4 sur Lyoko, car c’est celles que je préfère. Ça serait bien aussi que William retourne sur Lyoko pour les aider à combattre. Et il faudra qu’Aelita réfléchisse à son rêve pour savoir si c’était Jérémie ou Odd qui était dedans…ou peut-être même quelqu’un d’autre qui sait, on ne sait jamais. Mais avec cette histoire de Cœur de Lyoko, je pense qu’elle va mettre son rêve de côté quelques temps. Non ?

En tout cas, quoi que tu mettes dans le prochain chapitre, je suis sûre qu’il sera aussi bien que les précédents.

Bon courage à toi.
_________________
http://i56.servimg.com/u/f56/11/73/16/89/test10.png

Fan des univers Code Lyoko, Buffy contre les vampires et Stargate.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Guill@um€ MessagePosté le: Sam 17 Oct 2009 11:00   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 118
Localisation: Là où finissent les univers et où commence le chaos ...
Merci beaucoup pour ton commentaire qui du coup me permettent de continuer (le système anti-double post du forum m'empêchait de poster la suite).
Concernant tes interrogations sur Pierre Nanquin, ce chapitre devrait y répondre partiellement.
Pour ce qui est des incohérences, elles sont dues à des erreurs d'inattention, je vais les corriger, merci de les avoir signalées.

Comme vous avez pu le remarquer, j'ai mis un peu de temps à écrire le chapitre. Eh oui, je ne suis qu'en première, mais ça bosse déjà dur ! Bon, pendant les vacances ça va se tasser, mais je dois en être à peine au quart (voir moins) de ce que j'ai prévu d'écrire donc il faudra être patient.

Voici le chapitre de 12. Bonne lecture !


Chapitre 12 : Troisième attaque

Pierre Nanquin, homme de main de l'organisation Carthage, et accessoirement ancien prisonnier évadé, parcourait le repère secret qu'ils avaient établis en direction de la salle où travaillait le chef. Le stress des derniers jours était retombé. En effet, le nouveau système multi-agent, SENI, venait tout juste d'entrer en action et essuyait déjà une défaite et un revers. Nanquin, qui avait été chargé de la surveillance des collégiens qui se donnaient le nom de Lyokoguerriers, était responsable du premier échec, car c'est eux qui avait déjoué leur attaque. SENI, alors programmé pour mettre en action son plan de domination de façon éclaire, n'avait mobilisé qu'un minimum d'énergie pour pouvoir utiliser ses réserves afin de passer aux étapes ultérieures en un temps minimal. Puis après cet échec et cette preuve que les Lyokoguerriers étaient toujours là, prêts à combattre, SENI avait du revoir le temps d'application de son plan à la hausse, et maintenant que les dernières infos étaient tombées, le fait que les Lyokoguerriers soient encore en contact avec le Supercalculateur – ou SC-01, comme ils l'appelaient ici – , était perçu comme une bénédiction.

Nanquin s'offrit même le luxe de sourire avant de pénétrer dans la pièce, avec les infos qu'il avait, il était sûr d'être bien accueillit ! Il poussa la porte et s'inclina très légèrement lorsque le chef tourna les yeux vers lui.

- Alors Nanquin, quelles sont les nouvelles ? demanda le vieil homme d'un ton énergique.

Décidément, la bonne humeur était contagieuse !

- J'ai récolté les informations que vous souhaitiez et je vous ai résumé les principales dans le ce rapport-ci.

Il lui tendit la paquet de feuilles. Tandis que le chef les parcourait, Nanquin jeta un œil vers la console informatique.

Plusieurs écrans lui étaient incompréhensibles, il y avait des codes compliqués, organisés dans une algorithmique qui lui était étrangère. Un rapport était également affiché sur l'un des écrans et présentait des mots bizarres comme "qubits", "superposition d'états quantiques", et ventait apparemment les performances en décryptages d'une machine quelconque en comparant des temps exponentiels et polynomiaux. Rien de bien intéressant pour un homme de main peu gradé et n'ayant suivi qu'une très brève initiation à l'informatique.

Un des écrans cependant, semblait être destiné à une conversation et à en juger les réponses compliquées et surtout instantanées de l'un des participants, Nanquin, qui connaissait le potentiel de SENI en déduisit que le chef discutait avec sa création. Par pur réflexe, il observa du coin de l'œil une discrète machine logée dans la partie droite de la pièce. Ce calculateur tancrique ou il ne savait quoi d'autre était apparemment le moyen pour SENI d'effectuer des calculs à une vitesse folle.

- Des trucs d'ingénieurs polytechniciens tout ça, se dit-il.

Un homme moyen comme lui ne pouvait pas prétendre y comprendre quoi que ce soit. Lui son dada c'était les armes et principalement les armes à feu même si il aimait aussi les armes blanches comme les katanas. Il fut interrompu par son chef qui se racla la gorge pour capter son attention :

- Bon, je finirai de lire tout ça à tête reposée, mais ça m'a l'air plutôt du bon travail. Vous pouvez disposer. Je vais commencer à utiliser ces informations.

Nanquin se courba imperceptiblement puis sortit, laissant le chef à ses occupations.


A quelques centaines de kilomètres de là, en milieu d'après-midi d'une belle journée de juillet, le danger se manifesta sous la forme d'une alarme émanant de l'ordinateur de Jérémie, une alarme maintes et maintes fois entendue. Ce dernier, qui travaillait à la collecte d'informations sur ce nouveau programme qui leur causait des misères, tentait en vain de décrypter son comportement pour le moins bizarre.

Quand il entendit cette sonnerie, il poussa un soupir :

- Allez, et encore l'autre qui nous fais des siennes, pensa-t-il, c'est quoi ? Attaque sur le cœur ? poursuivit-il tout en se concentrant sur l'écran.

Ben non, en fait c'était une bête tour activée, comme ils en avaient vues plein d'autres ... Jérémie inséra un CD dans son lecteur afin de comparer le code source de son Superscan avec celui de la version saine qu'il avait sur le CD.
Le même ! C'était donc une vraie tour activée. Jérémie prit son téléphone, appela Aelita, Yumi et Ulrich et leur demanda de le rejoindre à l'usine.

Et allez, c'était reparti. Il commençait réellement a en avoir marre de ce putain de programme à la con ... C'était bien la première fois que quelque chose lui résistait aussi longtemps, et ce nouvel ennemi protégeait remarquablement bien ses arrières. Il aurait aimé trouver ne serait-ce que son nom. Mais non, rien du tout ...

Jérémie se mit en route vers l'usine, et au fil du trajet, ses différentes interrogations se modifiaient, et le plus stressant, c'est qu'il ne parvenait à répondre correctement à aucune d'entre elle. S'était-il encore trompé ? Son Superscan avait-il encore été bugué ? Et si non, que visait cette attaque ?

Jérémie arriva le premier à l'usine et, bien décidé à agir, il s'installa devant son poste et se mit à pianoter sur le clavier, cherchant une éventuelle faille dans son système qui avait permis à ce programme d'y pénétrer aussi facilement et surtout sans laisser aucune trace. Mais une question le taraudait : il ne voyait pas absolument pas comment, étant donné que le Superscan ne buguait pas, comment ce programme avait pu activer une tour ... Il n'avait pas bien compris son attitude, pourquoi il n'avait pas détruit le cœur et pourquoi il avait regardé Aelita de cette manière, comme si il la connaissait, comme si il la détestait ... Quand il avait effleuré le cœur, il avait du voir quelque chose qui l'avait arrêté ... Et peut-être que ... Mais oui !

Jérémie ouvrit grand les yeux. Ça y est, il avait compris, il en était sur ! Mais avant il devait vérifier quelque chose, voir si la signification d'une des phrases du créateur de Lyoko ne lui avait pas échappée. Pour cela, il ouvrit le dernier journal de Franz Hopper, celui que le scientifique lui avait envoyé avant de ce sacrifier, celui qu'Aelita ne devait absolument pas voir.

Mais à ce moment, la porte du monte-charge s'ouvrit, et Aelita et Ulrich en sortirent. Jérémie ferma l'application qu'il était en train d'ouvrir en hâte.

- Qu'est-ce que tu fais ? demanda Aelita.

Je euh ... répondit Jérémie, je regarde quelle faille du système ce programme a-t-il mit a profit pour nous pirater. Yumi n'est pas avec vous ?

- Wah ! Quelle perspicacité ! se moqua Ulrich. Non, comme tu sais, elle est chez ses parents et elle doit trouver une excuse ou une occasion de s'éclipser en douce. Elle nous a téléphoné pour nous dire qu'elle arrivait, et elle m'a aussi dit ...

Ulrich rougit violemment.

- Elle m'a dit qu'elle faisait le plus vite possible, termina-t-il rapidement.

- Bon, interrompit Aelita, Jérémie, tu nous virtualise ?

- Oui, allez aux scanners.

Ulrich et Aelita descendirent et se mirent en position.

Jérémie vérifia les paramètres puis lança la procédure :
- Transfert Aelita ! Transfert Ulrich ! ... Scanner Aelita ! Scanner Ulrich ! ... Virtualisation !

Les deux avatars apparurent sur le territoire de la forêt où les attendaient sagement un overbike et un overwing.

- Très bien, dit Jérémie, la tour se trouve au sud de votre position et est bien gardée : deux Korbaux et deux Scorlions et faîtes attention, il n'est pas impossible que Dark-Ulrich fasse son come-back.

- Compris Einstein, on sera prudents, promit Ulrich.

Ils se mirent en route dans la direction que leur avait annoncée Jérémie.

Ce dernier relança le lecteur dans l'intention d'écouter le fameux journal.

Pendant ce temps, Ulrich et Aelita arrivèrent à la tour. Cette dernière était effectivement gardée par quelques bestioles, mais rien de suffisamment costaud pour faire peur à un Lyokoguerrier. La gardienne de Lyoko percevait également de petites pulsations, qui témoignaient de la faible puissance que leur ennemi parvenait à mobiliser pour garder la tour activée.

Ils engagèrent la combat, Ulrich se dirigea d'office vers l'un des Scorlions et l'entoura d'un triangulaire. Cependant, le monstre tirait vite et visait juste et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire il détruisit deux Ulrich.

Pendant ce temps, Aelita réussissait tant bien que mal à tirer quelques champs de forces mal ajusté en tentant d'éviter les deux Korbaux qui lui tiraient dessus.

Et tandis que d'un bond Ulrich détruisait le premier Scorlion et se dirigeait vers le deuxième qui avançait vers lui, Aelita se planta devant l'un des Korbaux et fit apparaître un champ de force dans chaque main pour créer son bouclier. Le monstre, doté d'un cerveau à la taille proportionnellement inverse à celle de ses gigantesques ailes, ne parut pas remarquer la manœuvre et tira en plein sur les champs de force, le tir fut stoppé, renvoyé vers son lanceur et le détruisit. Aelita eut alors tout juste le temps de se cacher derrière l'un des arbres pour échapper à un tir nourrit de la part du second Korbau.

Ulrich, quant à lui, se battait avec acharnement contre le second monstre, déviant chacun de ses tirs avec son sabre, puis, quand son ennemi voulut ajuster son angle de tir, il profita de ce moment de répit pour lui porter un coup fatal de la pointe. Le monstre explosa.

Ulrich tentait de rejoindre Aelita quand une distorsion déjà vue se fit ressentir. Comme l'avait prédit Jérémie, Dark-Ulrich venait leur rendre une petite visite et cela tombait bien car le vrai Ulrich avait une revanche à prendre.

- Cette fois tu ne m'auras pas, marmonna le samouraï rageur.

Et dans le même cri de guerre, les deux opposants chargèrent en Supersprint. Le combat faisait rage : les armes se croisaient puis s'éloignaient, les feintes, les parades et les ripostes se succédaient à une vitesse folle. Ulrich tenta un battement de quarte suivit d'une banderole, mais son adversaire, ayant perçu la manœuvre, bloqua sa lame en quarte et riposta à la tête. Ulrich l'arrêta de justesse, d'une quinte inverse faite à l'arrache. Mais il avait perdu, il l'avait su dès la parade de quarte de l'autre. Il avait été trop lent, son adversaire lui avait pris un temps, et en tentant vainement de le lui reprendre, Ulrich avait tenté une quinte trop rapide et n'avait pas eu le temps de bloquer sa parade ; en conséquence, son bras, trop haut, ne put pas redescendre assez vite pour parer le coup de pointe qui le dévirtualisa.

Jérémie mit le journal qu'il regardait sur pause et le fit disparaitre de l'écran : Ulrich revenait, et le son caractéristique du monte-charge lui indiquait que Yumi devait également être en train d'arriver. Elle ne s'arrêta pas dans la salle des commandes mais descendit directement aux scanners.

Sur Lyoko, Dark-Ulrich se tourna vers Aelita, d'une main dévirtualisa le dernier Korbau en piste et se dirigea vers elle.

SENI ne pouvait en effet plus maintenir ce monstre s'il voulait passait à la partie suivante de son plan et il n'en avait plus besoin.

Alors que Yumi arrivait dans la salle des scanners et qu'Ulrich grimpait dans celle des commandes, un spectre apparut et prit possession d'Ulrich pour attaquer Jérémie. Yumi entendit le cri de détresse de son ami et remonta dans la salle des commandes pour l'aider. Elle engagea alors le combat contre le spectre qui avait possession de son amour, laissant Jérémie réfléchir.

Sur Lyoko, Dark-Ulrich s'approchait inexorablement d'Aelita, parant d'un geste négligeant les champs de force qu'elle lui lançait. Arrivé au près d'elle, il la saisit et la plaqua contre l'arbre d'une main. Il prit la tête de la princesse de Lyoko dans son autre main, ferma les yeux et se concentra.

Sur l'écran de Jérémie, une nouvelle fenêtre apparut. Jérémie ne comprit pas tout de suite, mais il remit en route le journal de Franz Hopper. Et là il comprit. Aelita allait se faire voler sa mémoire une fois de plus et il savait pourquoi. Odd était en voyage, Ulrich et Yumi se battait violemment. Il ne restait qu'une seule personne capable de les sortir de ce pétrin. Une personne qui avait été leur allié puis leur ennemi, une personne qui les avait aidé et qui avait cherché à les tuer. Une personne qu'il aurait voulu ne jamais rappeler sur Lyoko ...


Et voilà !
Vous savez tout (enfin tout ce que je voulais vous dire dans ce chapitre bien sûr ^^).
Vous l'aurez compris (enfin j'espère), Jérémie va appeler William à la rescousse, mais va-t-il accepter de revenir ? (Suspens ^^).
Et comme Jérémie est très secret, il ne veut pas encore que je vous dévoile pourquoi leur ennemi s'acharne ainsi sur Aelita. Et moi, pour ne pas perdre les droits d'écrire son aventure bah j'obéis. Prochain chapitre, enfin peut-être ...

Allez, @+ !
_________________
« Jim ! Tu es encore pire que les obscurantistes qui ont brûlé la grande bibliothèque d'Alexandrie !
- Ha ... Euh, merci Suzanne ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Vivi MessagePosté le: Lun 19 Oct 2009 15:04   Sujet du message: Répondre en citant  
[Tarentule]


Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 491
Localisation: Nord de la France
Un très bon chapitre bien écrit avec des combats et du suspens (et j’aime ça).

Le créateur de SENI me fait un peu penser à Waldo Schaeffer. Et tout comme le père d’Aelita, je pense qu’il devrait faire gaffe avec sa création. Car le fait que SENI discute avec son créateur me laisse supposer qu’il pense par lui-même. Et si SENI décide de faire comme XANA, le fait qu’il soit plus puissant pourrait créer de gros problème à son créateur.

Concernant la phase sur Lyoko, Le Dark Ulrich fait penser au double de celui-ci dans #51 Révélation, à part qu’il peut faire office de Méduse. SENI est capable de posséder (ou Senifier) un Lyoko-guerrier, ce qui prouve une fois de plus sa supériorité sur XANA. Ça promet des problèmes en plus pour les héros.

Et le retour probable de William sur Lyoko me fait vraiment plaisir. Personnellement je suis sûre qu’il va accepter. Car tout d’abord, sans son aide je ne vois pas comment ils vont s’en sortir. Et puis comme il doit s’en vouloir par rapport à tout ce qui s’est passé, il va se dire qu’en les aidants il pourra se racheter.

Bon courage pour la suite.
_________________
http://i56.servimg.com/u/f56/11/73/16/89/test10.png

Fan des univers Code Lyoko, Buffy contre les vampires et Stargate.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Guill@um€ MessagePosté le: Lun 19 Oct 2009 18:02   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 118
Localisation: Là où finissent les univers et où commence le chaos ...
Encore merci beaucoup pour ton commentaire.
Concernant la ressemblance entre le chef et Waldo Schaeffer, oui c'est vrai, et sous certains autres aspects cela se verra aussi, mais la rapport s'arrête là.
Ta remarque concernant SENI est très pertinente mais, bien qu'il ne soit pas permis de révéler ce qui vous attend, sache que SENI aurait, pour des raisons que je vous révèlerai plus tard, beaucoup de mal à s'émanciper. J'avoue que je vois ma fin de loin mais pas encore exactement comment elle sera, j'ai des idées globales, un fil conducteur, un plan, mais les détails viennent au fur et à mesure.

SENI est effectivement plus puissant que XANA, mais il ne peut pas (encore ?) prendre possession d'un Lyokoguerrier en pleine forme, sinon, il aurait certainement possédé Yumi pour être sûr d'éviter son intervention sur Lyoko.

Bon effectivement, tu l'as deviné, et je vais pas te laisser mariner, William va accepter, mais va-t-il revenir à temps ? Va-t-il réussir à empêcher Dark-Ulrich de pomper la mémoire d'Aelita ?

Vous le saurez ... tout de suite !

Chapitre 13 : Sixième Lyokoguerrier

Elle lui envoya un coup de pied dans le ventre, et elle souffrit avec lui en le voyant s'effondrer sur le sol. Décidément, ce nouvel ennemi n'était vraiment pas respectueux des sentiments des autres, voilà que Yumi se voyait obliger de frapper l'amour de sa vie, dont avait pris possession un spectre. Remarque, XANA n'était pas non plus très respectueux dans son genre, mais il n'avait jamais pris le contrôle de l'un des Lyokoguerriers ... D'ailleurs comment ce nouveau programme avait-il fait ? Comment avait-il pu soumettre Ulrich alors que théoriquement les combattants de Lyoko étaient immunisés ?

Trop de question encombraient la tête de Yumi, et en voulant s'en débarrasser, elle baissa sa garde, ce qui permis au spectre qui possédait Ulrich de lui porter un coup violent qui la fit tomber par terre. Elle fut stupéfaite. Ulrich l'avait frappée ! ... Non ! Ça n'était pas Ulrich ! Même si c'était son beau corps, elle devait frapper et encore frapper pour libérer son âme prisonnière. Ce spectre avait osé pénétrer dans son bien aimé, elle allait lui casser la gueule.

Elle se redressa. Jérémie parlait dans son micro, sans doute occupé à communiquer avec quelqu'un d'autre. Elle n'entendit que les mots "William" et "nous aider". Ainsi donc Jérémie voulait appeler William à la rescousse. Elle n'était pas contre enfin plutôt si ... Non, en fait elle ne savait pas, et surtout elle avait quelque chose de plus urgent à faire et elle faisait confiance à Jérémie, c'était lui le cerveau de l'équipe.

Ce dernier interrompit la communication puis scruta son écran, regardant impuissant la mémoire de son amour décroître et espérant à chaque instant que William arriverait et pas trop tard ...

En programmation (et aussi en mathématiques) il y a un concept absolument fondamental qu'il faut réussir à assimiler : ce sont les variables. Des petites bestioles bien utiles. Ce sont tout simplement des entités qui possèdent deux caractéristiques : un nom, et une valeur. Tandis que leur valeur change au fil du programme, leur nom reste le même et c'est lui qui est utilisé pour faire les calculs et les comparaisons. En mathématiques, souvent les variables sont des lettres, de l'alphabet latin ou grec : x par exemple représente l'inconnue d'une équation, tandis que pi est le rapport entre la circonférence d'un cercle et son diamètre. En programmation, les noms des variables sont en général plus complexes pour s'y retrouver plus facilement. Et qu'est-ce qu'une intelligence artificielle sinon un gigantesque méli-mélo de variables qui s'additionnent se multiplient et se comparent dans tous les sens ? Toutes les "IA" comme on les appelle font usage de ce concept fondamental, toutes ; les plus simples comme les plus complexes. Ainsi, SENI n'était pas excepté.

Et plus la mémoire d'Aelita fuyait sa propriétaire, plus la variable "passer à la partie suivante du plan" de la colossale IA approchait de 1, aussi appelé "état vrai". Mais malheureusement pour notre cher programme, aucun ordinateur, qu'il soit quantique ou pas n'est en mesure de prédire l'avenir. Et donc, quand la variable "problème" passa à 1, la variable "surprise" passa aussi à 1 et elles entrainèrent une réaction immédiate : Dark-Ulrich interrompit la connexion qui le reliait à Aelita et regarda le propriétaire de l'épée qui l'avait blessé.
C'était un jeune homme, de gris vêtu, l'allure un poil gothique et des cheveux noirs retombant sur son visage. Il tenait une épée énorme : un zanbato. William Dunbar était arrivé, et pas trop tard.

- Alors, fit-il, c'est toi le nouveau joujou de mégalomane qui embête mes amis ?

Il souleva son zanbato sans effort apparent et ajouta :
- Viens donc te mesurer à quelqu'un de ta taille !

Dark-Ulrich, un rictus haineux sur le visage, chargea, laissant Aelita évanouie sur le sol. Et les deux opposants engagèrent le combat. Cependant, la réplique d'Ulrich constata assez rapidement que l'épée de son adversaire, au-delà de sa taille remarquable permettait à son propriétaire de se protéger de manière efficace mais également d'attaquer. Ne disposant plus d'assez d'énergie pour changer d'apparence, il examina mentalement tous les paramètres et en conclut qu'il allait immanquablement vers une défaite. Dans un soucis d'économiser les maigres ressources qui lui restaient, il cessa le combat, baissa son arme et inclina la tête, signe qu'il acceptait son second échec. Puis il disparut.

William fronça les sourcils mais ne fut nullement surpris. Comme l'avait dit il ne savait plus qui : "Mieux vaut accepter sa défaite et économiser ses forces pour la revanche que s'user bêtement à tenter le tout pour le tout".

Aussitôt, la tour se désactiva et le spectre qui contrôlait Ulrich s'évanouit dans les airs. Et tandis que la samouraï de Lyoko tombait par terre, dans le monde virtuel Aelita se réveillait. Elle se redressa puis eut un mouvement de recul en voyant William avant de comprendre que cette fois-ci, il n'était pas leur ennemi et qu'elle lui devait la vie.

- Merci, marmonna-t-elle a bout de souffle.

Même s'il ne perçut pas les mots, le sixième Lyokoguerriers ressentit l'intention et inclina brièvement la tête.

- Ouf, et ben on peut dire qu'on l'a échappé belle ! s'exclama Jérémie dans son micro. Bon, allez tous les deux, je vous ramène au bercail.

Il matérialisa Aelita, et le temps qu'il vérifie son état à la sortie du scanner, un phénomène étrange se produisit sur Lyoko. Le sol du territoire de la forêt se mit à trembler fortement, et une gigantesque crevasse apparut. D'autres phénomènes d'ampleurs plus ou moins similaires se produisaient en même temps : des morceaux de sol disparaissaient, des plateformes se créaient et le sol ondulait sous l'effet de la secousse. On aurait dit que Lyoko buguait. Jérémie rematérialisa aussitôt William.

Aelita s'extrait du scanner, et monta à l'étage supérieur avec l'aimable aide de William. Tous se réunirent autour de Jérémie, c'était l'heure du traditionnel temps des explications.

Ulrich n'attendit pas que Jérémie prenne la parole, il attaqua de front :
- Qu'est-ce qu'il fait là lui ? demanda-t-il en pointant William du doigt.

Yumi voulut répondre mais l'interpellé ne lui en laissa pas le temps :
- Eh bien si lui n'avait pas été là tu serais toujours sous l'emprise d'un spectre, Aelita serait morte et vous auriez perdu la partie.

Ulrich se renfrogna.
- Perdu la partie, répéta-t-il, ainsi tu considères toujours Lyoko comme un de tes jeux vidéos débiles ?

William ouvrit la bouche pour répliquer mais Aelita le fit à sa place :
- Ça suffit vous deux ! Vous en avez pas marre de vous engueuler tout le temps ? Vous êtes des héros ! L'un comme l'autre ! Essayons plutôt de comprendre ce qui c'est passé au lieu de vouloir à tout pris nous chercher des poux.

- Bien dit Aelita, approuva Yumi.

Elle se tourna vers Jérémie.
- Comment expliques-tu que ce programme de malheur ait réussit à soumettre Ulrich ? demanda-t-elle.

Ulrich baissa la tête et rougit.

Jérémie s'éclaircit la gorge et prit la parole :
- Eh bien déjà, je pense que le fait qu'Ulrich ait combattu sur Lyoko avant d'être possédé a une influence. Il était fatigué et donc plus faible. Ce qui m'inquiète c'est que notre ennemi a réussit à anticiper quasiment toutes nos actions y compris cela. Ça veut dire qu'il est vraiment très intelligent, bien plus que notre regretté XANA.

- Et comment a-t-il réussit à activer cette tour ? demanda Ulrich. Comment a-t-il fait ça alors que tu nous a dit toi-même qu'il n'avait pas de morceau de code dans Lyoko ?

- Je pense qu'il a réussi à injecter une passerelle dans le cœur, c'est-à-dire un bout de code qui lui permet de contrôler quelques aspects de Lyoko comme les tours.

Jérémie s'arrêta là, sa phrase n'était pas finie, comme en suspens avant la fin.
Aelita interrompit le silence :
- Mais tu le sais Jérémie, n'est-ce pas ? Tu sais pourquoi ce programme a agit comme ça et pourquoi il a voulu me voler ma mémoire. Et tu sais aussi pourquoi Lyoko a bugué. Pourquoi ne veux-tu pas nous le dire ?

Jérémie poussa un soupir.
- Oui, admit-il, je le sais. Simplement, c'est peut-être quelque chose de trop cruel, et je ne voulais pas que par ma faute tu fasses une bêtise ou que tu haïsses ton père par exemple ...

- Haïr mon père ? fit Aelita incrédule. Mais pourquoi ? Il s'est sacrifié pour nous sauver et il me manque à chaque seconde de vie dont je profite pleinement grâce à lui.

- Il est temps que tu saches la vérité Aelita.

Il prit une profonde inspiration et commença son explication :
- Quand ton père a créé Lyoko, il a permis à trois entités de le contrôler : lui-même, XANA et toi Aelita. Lyoko avait besoin d'une présence, et XANA qui y était en permanence ou tout du moins lorsque qu'il s'est évadé suffisamment pour que le monde virtuel soit stable. Seulement, ton père est décédé et XANA a été détruit. Ainsi, quand tu t'es présentée au cœur, Lyoko a vu un nouveau maître en toi, le seul qui lui restait. Et vu que tu y es très rarement, quand tu n'es pas là, Lyoko devient instable. C'est ce qui s'est produit avec William.

- Tu veux dire, fit Aelita horrifiée, que je vais être obligée d'y rester tant que ce nouvel ennemi sera en vie ?

- Non, la rassura Jérémie, ce que je veux dire, c'est que nous ne pourront plus aller sur Lyoko sans toi, sinon nous serions en danger. Ça veut aussi dire que tu devras être la première virtualisée et la dernière rematérialisée.

Yumi regarda Aelita du coin de l'œil. Même si cette nouvelle la rassurait un peu, elle restait blanc comme un linge. Elle décida de changer de sujet :
- Et pourquoi donc ce programme veut-il avoir accès à sa mémoire ?

Elle ne se doutait certainement pas que cette révélation serait pour Aelita la pire de toute.
Jérémie hésita, mais il savait qu'il devait la vérité à Aelita.
- Eh bien, commença-t-il, en informatique, il existe ce que nous appelons des liens. Ce sont des pointeurs à vrai dire, c'est-à-dire des chemins informatiques qui pointent vers une autre partie de la mémoire et qui s'y réfèrent quand ils sont sollicités. Quand Franz Hopper a créé XANA il n'a pas voulu qu'il ait accès au code source de Lyoko. Il a donc mis un lien dans le cœur qui pointerait vers le réel emplacement des codes. Et il a caché ces codes dans la seule personne, la seule humaine ...

Jérémie tressaillit en prononçant ce dernier mot mais continua :
- ... qu'il jugeait être capable de porter ce secret. Quelqu'un de pur et de remarquablement désintéressé. Toi Aelita. En fait, tu es la plus puissante des trois entités qui contrôlent Lyoko, tu peux en modifier le code comme tu veux puisqu'il est inscrit dans ta mémoire. Et donc, si XANA a voulu te voler ta mémoire, ce n'est pas que pour les clés de Lyoko, c'est aussi pour le code du monde virtuel, pour pouvoir créer des réplikas. Et je crois que c'est aussi ce que veut notre nouvel ennemi.


Et voilà. Que de révélations !
Vous entrapercevez ainsi la prochaine étape du plan de notre cher SENI, mais pour l'instant la suite reste (et restera pendant encore un petit moment) floue.
Encore un chapitre que je me suis bien amusé à écrire, et que j'ai réussi à écrire rapidement (en une seule journée).
J'ai peur par contre que pour la suite il faille attendre un petit peu plus, disons que cette semaine c'est ma semaine contrôle (je vais pas raconter ma vie mais en gros deux gros contrôles bilans par jour) et je risque d'être occupé.
Bref, vous pourrez certainement crier au miracle si j'arrive à pondre la suite avant ce week-end.

@+ (pour de nouvelles aventures !).
_________________
« Jim ! Tu es encore pire que les obscurantistes qui ont brûlé la grande bibliothèque d'Alexandrie !
- Ha ... Euh, merci Suzanne ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Vivi MessagePosté le: Mer 21 Oct 2009 14:27   Sujet du message: Répondre en citant  
[Tarentule]


Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 491
Localisation: Nord de la France
Désolée mais je vais commencer par du négatif.
Je trouve que ce chapitre est moins bien que le précédent. Mise à part les révélations sur Aelita et SENI, il ne se passe pas grand-chose dedans. Tout d’abord il y a le passage sur les variables auquel je n’ai rien compris, ensuite les combats sont très brefs.

Pour le positif, le texte est toujours aussi bien écrit. On découvre enfin ce que SENI a fait au Cœur de Lyoko, et pourquoi il s’acharne sur Aelita. Il veut soit s’emparer de Lyoko, soit créer des Réplikas ou même un autre Lyoko qui sait.

Quant à Aelita, on apprend enfin pourquoi elle se voyait dans le Cœur, c’est parce qu’il la considère comme le nouveau Maître de Lyoko. Ce qui, selon moi, la rend encore plus importante qu’avant et va probablement lui donner de nouvelles responsabilités. Et dans cette histoire, j’ai perçut une petite ironie. Au début c’est Aelita qui ne pouvait pas vivre sans Lyoko (dû moins elle ne pouvait pas vivre si le Supercalculateur était éteint), et maintenant c’est Lyoko qui ne peut limite pas vivre sans Aelita.

En tout cas, tu as de très bonnes idées, et je me demande si le retour de William sur Lyoko ne va pas donner l’idée à SENI de remplacer son Dark-Ulrich par un Dark-William (s’il a assez d’énergie pour ça).

Ne te décourage pas et prends le temps qu’il te faudra pour écrire la suite.
_________________
http://i56.servimg.com/u/f56/11/73/16/89/test10.png

Fan des univers Code Lyoko, Buffy contre les vampires et Stargate.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Guill@um€ MessagePosté le: Lun 26 Oct 2009 12:06   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 118
Localisation: Là où finissent les univers et où commence le chaos ...
Merci encore pour ton commentaire.
Les vais négatifs mais constructifs sont tout aussi bienvenus que les positifs, c'est avec ça que je m'améliore.
Mais là, désolé de te décevoir, c'est parfaitement voulu, j'en suis à une phase de transition, de préparation de la suite. Et dans le chapitre que je viens de finir d'écrire, il ne se passera pas grand-chose non plus.
Pour le passage qui parle des variables, je voulais faire une très brève introduction au fonctionnement d'une intelligence artificielle. J'aurai le loisir d'en reparler plus tard dans mon récit.

Concernant l'ironie que tu as perçue, elle est exact, mais tu verras qu'il n'est pas impossible qu'Aelita ait encore besoin de Lyoko. Je n'en dirai pas plus.

Voici le nouveau chapitre. Bonne lecture !

Chapitre 14 : Avertissement

Dans l'organisation Carthage, le moral, c'était un peu comme la météo en mars : ça s'améliorait puis ça se dégradait successivement dans des intervalles très courts. Et après l'échec de la troisième attaque de leur cher programme, c'était plutôt dans la période "dépression". Le chef était par conséquent de très très mauvaise humeur et passait sa colère sur tous les employés qui osaient lui apporter la moindre petite mauvaise nouvelle, que ce soit leur faute ou non.

Aussi, tout naturellement, lorsque Nanquin fut convoqué dans le bureau dudit chef, c'est la peur au ventre qu'il s'y rendit. Il frappa puis après avoir eu la permission d'entrer, il pénétra à l'intérieur de la pièce. Comme toutes les fois où il rentrait dans ce bureau, il frissonna. Normal, le chef considérait que le froid était bon pour son intellect et l'obligeait à s'activer, en conséquence, la température ne dépassait pas les treize degrés (Celsius).

Il se mit au garde-à-vous et attendit que le vieil homme daigne lui adresser la parole.

- Ah, Nanquin, fit-il d'un ton glacial. Je pensais qu'après votre nouvel échec vous n'auriez pas le courage de vous montrer. Vous avez au moins le mérite de ne pas être aussi lâche que je le pensais.

Nanquin soupira intérieurement. C'était toujours ça les chefs, vouloir rejeter la fauter sur leurs subordonnés. Il est vrai qu'il avait fait une erreur : alors qu'il était en charge de la surveillance des "gamins de Lyoko" comme il les appelait, il avait omis l'un des membres de leur bande : William Dunbar. Tout simplement parce que celui-ci avait été mis à part par les cinq autres avant qu'il arrive à s'évader de prison. Mais quand même, cela n'expliquait pas entièrement la défaite de SENI, il y avait autre chose. Le programme avait attaqué alors de façon irréfléchie, dès qu'il s'était aperçu du départ de l'un des Lyokoguerriers. Et ça, ça ne pouvait pas être imputé à Nanquin.

Le chef se mit à murmurer dans sa barbe :
- Hmm ... Encore une défaite ... Il ne va pas être content ... Je vais devoir faire un rapport ...

Nanquin ne put retenir un hoquet de surprise. Ainsi donc le chef n'était pas le plus haut gradé, il y avait plus haut que lui ! Cela expliquait pourquoi il s'acharnait à se décharger des erreurs de son programme.

Le vieil homme releva les yeux et regarda Nanquin. Il éclata alors d'un rire sonore.
- Mon cher N, croyiez-vous vraiment que je pouvais être seul sur un coup aussi énorme ? Pensez-vous que mon maigre salaire de chercheur en physique aurait suffit à financer tout cela ? Non ! Il y a des gens puissants qui m'appuient. Bien plus puissants que vous ne pouvez l'imaginer et qui n'hésiteraient pas une seconde à tous nous tuer si l'opinion découvrait ce qu'ils trament.

Nanquin eut un frisson, et qui n'avait rien avoir avec la fraîcheur ambiante. Il se décida alors à parler :
- Vous vouliez me voir monsieur ?

- Oui effectivement. Je n'ai pas l'habitude de consulter mes subordonnés pour des questions de stratégie, mais vous êtes le mieux placé pour répondre à ma question.

Il s'interrompit afin de formuler mentalement ce qu'il allait dire.

- Voilà, Comme vous avez pu le constater, nous essuyons depuis le début échec sur échec. En conséquence, je pense qu'il est peut-être temps de revoir notre stratégie. Je pense déclencher une série d'attaques plus ou moins subtiles mais surtout rapprochées dans le temps afin que les "Lyokoguerriers", il prononça ce mot avec dédain, se sentent écrasé par toutes ces attaques et comprennent enfin que nous ne rigolons pas. Et enfin, après, nous utiliseront ce dont nous avions parlé. Qu'en pensez-vous, vous qui êtes le mieux placé pour juger des réactions des ces gamins ?

- Je ne suis pas sûr que la "rafale d'attaques" dont vous parlez fasse grandement avancer les choses. Il ne faut pas oublier que pendant deux ans ils ont été sous pression constante de XANA, qui leur a mené la vie dure ...

- Qu'est-ce que ça veut dire ? coupa le chef menaçant. Vous êtes en train de m'expliquer que nous n'avons pas les moyens d'écrabouiller six malheureux gamins ?

Nanquin ne broncha pas face à cette tentative de lui faire perdre ses moyens :
- Ce n'est pas ce que j'ai dit. Je vous exhorte simplement à ne pas les sous-estimer, ce que, sauf votre respect, vous faîtes depuis le début de l'opération. Pour en revenir à votre plan, plutôt que de chercher à leur imposer un rythme d'enfer, qu'ils n'auront aucun mal à suivre avec le retour vers le passé, je pense plutôt qu'il faut lancer des attaques mettant en danger une grosse partie de la population, pour qu'ils se sentent non pas écrasés par le rythme mais par l'enjeu. Nous arriverons au minimum à leur montrer que nous ne rigolons pas, et peut-être se diviseront-ils, et notre cible principale étant la plus réceptive aux malheurs impliquant des innocents, elle viendra dans nos bras, et nous récupèrerons ce que nous souhaitons obtenir. Au pire, si cette tactique s'avère ne pas mener jusqu'où nous le souhaitons, nous pouvons en effet utiliser ce que vous suggérer et je puis alors vous assurer qu'elle viendra et se pliera à nos instructions.

Le vieil considéra l'idée que lui suggérait l'agent N. Plus il y pensait et plus il s'accordait à dire qu'elle était bonne. Finalement, il approuva :
- Oui, c'est une bonne idée, je crois que nous allons appliquer ce que vous préconisez. Merci. Vous pouvez vous retirer.

Nanquin s'inclina brièvement puis disparut.


A quelques 350 km de là, nos six Lyokoguerriers rentraient, soit à l'internat soit chez eux. Aelita et Jérémie était en tête, mais la princesse de Lyoko avait refusé la main de son premier prince charmant, et marchait, une profonde inquiétude inscrite sur son visage. Jérémie n'avait pas été peiné de voir qu'Aelita refusait le réconfort qu'il lui offrait. Il la connaissait et pensait la comprendre, elle devait encore se poser des questions existentielles sur ses raisons d'être, son père et plein d'autres sujets. S'il avait su combien il se trompait ...

Derrière, Yumi souriait. Décidément, les tentatives de drague à deux balles de William lui avait manquées, la mine renfrognée d'Ulrich qui les suivait, exprimant une jalousie non dissimulée ne faisait qu'ajouter à sa gaité. Même si elle s'inquiétait pour Aelita, qu'elle savait fragile, elle avait l'impression d'enfin retrouver sa place dans l'univers, de compter pour quelqu'un même si pour cela elle devait faire souffrir le seul homme qu'elle aimait.

Puis le reste de la journée passa sans événement notable. Ulrich s'ennuyait ferme sans le boulet qu'était son camarade de chambre. Il faut dire que pour remonter le morale après des peines amoureuses, Odd était le meilleur.

A la fin de la soirée, après le repas, chacun remonta dans sa chambre. Aelita était en train de ruminer quand elle entendit un timide toc à sa porte. Elle se leva et ouvrit. Comme elle s'y attendait, c'est Jérémie qui patientait derrière. Elle se figea.

Le petit génie prit la parole :
- Je heu ... je peux entrer ? demanda-t-il hésitant.

Aelita ne bougea pas, puis, elle s'écarta puis le laisser rentrer dans sa chambre. Jérémie pénétra dans la pièce, et fut frappé par son apparence bordélique. Il avait connu en Aelita une personne extrêmement organisée. Le rangement n'avait pas du être sa préoccupation principale depuis quelques temps. Il s'assit sur le lit, et attendit qu'Aelita l'imite. Elle le fit, mais resta à distance, comme si elle le craignait. Jérémie respectait parfaitement le rythme qu'Aelita voulait imposer à leur relation, mais ce soudain revirement lui brisait le cœur, même s'il pensait comprendre ce qui la taraudait, il n'imaginait certainement pas que c'est cette relation qui était au centre de tous ses tourments.

Comme Aelita ne disait rien, il prit la parole :
- Je suis désolé d'avoir du t'annoncer d'une manière si brutale, mais je pensais que tu devais savoir qui tu étais et ce que tu représentais. Sache que euh ... si ça peut te remonter le moral, ça ne change pas la manière dont nous te voyons, et nous t'acceptons tel que tu es ...

Il rougit légèrement.
- Et je euh ... je voudrais que tu saches que je suis toujours prêt à tout pour toi ...

Elle releva légèrement la tête et plongea les yeux dans les siens. Elle y lisait une sincérité profonde, et crut ce qu'il lui disait. De son côté, Jérémie vit dans le regard d'Aelita une tristesse infinie, et il devinait sans mal qu'elle ne venait pas de son annonce. C'était quelques chose de plus profond, un sentiment qui émanait de son cœur, et qu'elle n'arrivait ni à contrôler ni à partager. De son regard émanait également un espèce d'appel à l'aide, une tentative de lui faire passer un message. Un message qu'il ne comprenait pas. Aussi, il baissa la tête pour pouvoir se re-concentrer, et chercha ses mots afin d'élaborer la phrase qui annoncerait la vraie raison de sa venue.

- Bon, je ne suis pas venu que pour ça ... commença-t-il. En fait, j'ai bien réfléchi et je pense que nous devrions partir en vacances.

Une expression de surprise passa sur le visage d'Aelita et il la comprit. Lui-même, quand il en était arrivé à cette conclusion, il n'y avait pas cru, mais plus il y réfléchissait et plus cela lui paraissait logique.

- Comme tu as pu la remarquer, s'expliqua Jérémie, cette saloperie de programme compte sur toi pour lui fournir des informations dont il a besoin. Or je pense qu'il nous surveille de façon étroite puisqu'il à décidé d'attaquer pile après le départ d'Odd pensant que nous serions affaiblis. Et donc, forcément, si tu n'es plus là, il ne pourra plus t'attirer sur Lyoko pour te voler ta mémoire, tu comprends ?

Aelita ferma les yeux puis acquiesça. Jérémie conclut :
- On partira avec mes parents, je les ai prévenu. On s'en va demain, on ira quelque part en mer Méditerranée, au sud de Perpignan, dans une ville qui s'appelle Argelès sur Mer. Ça te va ?

Aelita acquiesça à nouveau et la silence s'installa dans la pièce. Alors, lentement, calculant la moindre de ses avancées, Jérémie prit la main d'Aelita dans la sienne. En temps normal, il n'aurait pas tant hésité, mais là, c'était tout sauf normal. Elle ne retira pas sa main, et, ils purent profiter de ce contact. Sous sa main fine, celle d'Aelita était petite, douce, chaude.

Finalement, sans avoir échangé d'autres paroles ou d'autres gestes que ce petit contact, Jérémie comprit qu'il était venu pour lui le temps de s'en aller et de laisser sa bien-aimée se reposer. Il se leva, marmonna un bref "bonne nuit" et quitta la pièce afin de rentrer dans sa chambre à lui.

Il rencontra Ulrich en chemin, qui se promenait discrètement dans l'étage, à la recherche d'une distraction ou d'un coin pour méditer.

- Alors, elle va mieux ? demanda ce dernier.

- Bof, pas tellement, elle est hyper secouée, et ça peut se comprendre, mais si je ne pensais pas que ça serait à ce point ...

Il hésita avant de continuer.

- ... Je pense qu'il y a autre chose, mais je ne vois vraiment pas quoi ...

- Eh oui, fit Ulrich, l'amour c'est compliqué ...

- A qui le dis-tu, répondit Jérémie.

- Ben à toi, plaisanta Ulrich.

Cette répartie ne fit pas rire Jérémie, et il entra dans sa chambre pour travailler sur les dernières informations qu'il avait dégoté.

Aelita se coucha et se maudit. Finalement, elle n'arrivait vraiment à rien ... Elle venait de faire souffrir la personne qui lui avait permis d'être humaine alors qu'elle ne pensait qu'à l'aider. Elle était à la fois impatiente de partir en vacance avec lui, pour se faire pardonner mais elle avait aussi un peu peur ; elle n'arrivait toujours pas à savoir lequel de Jérémie ou de Odd elle aimait le plus.

Le lendemain elle se leva tôt. Elle ne voulait pas croiser Jérémie. Elle avait réellement l'impression d'être égoïste et égocentrique, mais c'était plus fort qu'elle. Elle savait qu'il devait être en train de bosser dans sa chambre et qu'il n'irait que tard au petit déjeuner. Elle prit un chocolat chaud, deux croissants puis s'assit à sa table habituelle, seule. Le self était quasiment vide.

Pendant ce temps, Jérémie était dans sa chambre, en train de travailler sur un programme ayant pour but de localiser la source du signal de leur ennemi sur la carte mondiale. Il était cependant confrontés à plusieurs problèmes majeurs. Les protocoles de communication était cryptés en asymétrique et il ne pouvait pas retourner à l'usine pour craquer les codes, et de plus, le signal transitait par plusieurs serveurs proxy et la source du protocole d'origine n'était pas identifiable.

Jérémie jura. Mais intérieurement, il gardait espoir, il finirait bien par y arriver. Il lança un scanner pour vérifier la contenu du cœur de Lyoko et tenter de repérer une séquence qui lui permettrait d'obtenir plus d'informations sur le programme. Pendant que l'algorithme tournait, il décida de rattraper les quelques heures de sommeil qui lui manquaient.

Quand il se réveilla, Jérémie regarda sa montre. 10H00. Il fallait qu'il se dépêche, ses parents n'allait pas tarder à arriver. Il se leva et ferma son ordinateur portable en train d'exécuter le programme qu'il lui avait lancé quelques heures auparavant. Il n'aurait pas le temps d'aller prendre un petit déjeuner. Tant pis. Ça n'était pas la première fois qu'il se privait de quelque chose pour assurer leur combat. Il descendit, traversa la cour pour se rendre au portail afin d'attendre ses parents. Aelita l'attendait déjà. Quand elle le vit arriver, elle lui adressa un petit sourire, un sourire triste, certes, mais un sourire tout de même. Il le lui rendit et s'installa à côté d'elle. Aucun des deux ne parlait, savourant simplement ce moment de proximité et de complicité.

La voiture des parents de Jérémie arriva. Les deux adolescents montèrent à l'intérieur et dirent bonjour au père et à la mère de Jérémie. Ceux-ci étaient toujours un petit peu étonnés quand ils voyaient Aelita. Quand leur fils leur avait demandé de l'emmener, ils avaient accepté, il était évident qu'il en était amoureux. Mais Aelita, au delà de son aspect un peu fragile, avait l'air continuellement triste, comme si elle était la source de malheurs permanents.

Le père de Jérémie démarra, et sans un mot, ils commencèrent les huit heures de route qui les attendaient.

Ils avaient pris trois semaines, en location dans un camping haut de gamme nommé "La Sirène", à Argelès sur Mer. Cette petite ville, tranquille, et qui abritait à peine dix mille habitants en hiver devenait en été une véritable station balnéaire de cent cinquante mille habitants. Malgré l'abondance de vacancier, le peu d'espace qu'ils avaient sur la plage, les trois semaines passèrent dans une ambiance joyeuse et conviviale. Aelita retrouvait progressivement le sourire. Elle adorait les longues balades sur la plage, le soir avec Jérémie ou aller dans les jeux gonflables, installés sur la sable, même s'ils avaient un peu passé l'âge.

Un soir, où ils étaient assis sur les roches, au port, Aelita décida de s'ouvrir :
- Jérémie, commença-t-elle, tu sais, je suis désolée de t'avoir fait souffrir pendant ses dernières semaines. J'ai quelques problèmes internes et je n'arrive pas vraiment à m'en sortir.

- C'est pas grave, répondit Jérémie. Mais, tu sais que si tu as des problèmes, tu peux m'en parler.

- Je sais, reprit Aelita, mais là il s'agit de problèmes personnels que je dois résoudre toute seule. Tu ne pourrais pas comprendre.

Jérémie acquiesça mais sans conviction. Alors, pour lui prouver sa bonne fois, Aelita l'embrassa sur la joue.

Malheureusement, la principale caractéristique des moments de bonheurs, c'est qu'ils sont éphémères, et en conséquence, le jour de rentrer à Paris arriva rapidement, et c'est heureux et reposés que la famille Belpois et Aelita reprirent la route.

Ils jouaient à un jeu appelé petit bac, où le but était de choisir une lettre puis de trouver des mots appartenant à diverses catégories commençant par cette lettre. Pendant ce temps, Mr Belpois, investisseur, écoutait BFM radio, la radio de l'économie. Le sujet du jour était de savoir si le nouveau produit de Microsoft, Windows 7 était viable économiquement.

Mais le sujet du jour, fortement intéressant (mais seulement d'un point de vue économique) fut interrompu par un flash spécial :
- Ici Xavier BRUNO, pour BFM radio, nous venons que l'avion qui assurait la liaison Lourdes - Paris s'est crashé un peu plus tôt dans la journée aux environs de Limoges. Nous ne connaissons pas encore les raisons de l'accident, mais nous ferons tout pour vous tenir informés.

- Mais c'est horrible, fit Aelita.

Et tandis que Mr et Mme Belpois entamait une conversation sur les possibles raisons du crash et les risques inhérents à voler en avion, Jérémie sanglotait.

- Mais qu'est-ce que tu as Jérémie ? chuchota Aelita.

Celui-ci essuya une larme.

- Notre nouvel ennemi nous a envoyé un message il y a peu. Je n'ai pas voulu t'en parler pour ne pas t'affoler, mais il a dit que si tu ne te rendais pas, il organiserait un attentat tuant des civils. Et une tour a été activée puis désactivée il y a peu ...

- Mais alors ... c'est ma faute ?

- Non, bien sûr que non, s'emporta Jérémie.

- Mais alors qu'est-ce qui te fais pleurer comme ça ?

Jérémie hésita, puis il inclina la tête et répondit avec tout la tact dont il était capable :
- Eh bien la grand-mère d'Odd habite à Lourdes ... Et il devait prendre l'avion de là-bas pour revenir à Paris ... aujourd'hui.

Et tout l'univers d'Aelita s'effondra.


Voilà.
Bon je ne commenterai pas ce chapitre, je vous laisse sur vos impressions (en fait je suis pressé).
J'essayerai d'écrire le prochain dans des temps brefs, mais c'est pas gagné, parce que j'ai un stage, je pars en vacances et en plus j'ai un max de devoirs.

@+
_________________
« Jim ! Tu es encore pire que les obscurantistes qui ont brûlé la grande bibliothèque d'Alexandrie !
- Ha ... Euh, merci Suzanne ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Lun 26 Oct 2009 20:54   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
Franchement, je croyais que nanquin avait décidé de se joindre aux lyoko guerriers et je me trompais, c'est un vrai sal*pard.

Et pauvre aelita qui se tourmente encore.

Sinon je voulais justement critiquer l'absence d'Odd qui a mon gout durait trop longtemps, et voila que tu a l'air d'avoir décidé de t'en débarasser.

J'espere franchement qu'il était pas dans cet avion et que tu va le faire vite revenir au combat.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Vivi MessagePosté le: Mar 27 Oct 2009 14:15   Sujet du message: Répondre en citant  
[Tarentule]


Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 491
Localisation: Nord de la France
Alors le chef de SENI n’est pas le grand patron ? C’est inattendu. Mais qui est au dessus de lui alors ? L’armée ? Le gouvernement ? Quelqu’un d’autre ?

Pauvre Aelita. Déjà qu’elle était sous le choc suite aux révélations de Jérémie, voilà qu’il y a ce crash d’avion avec la possibilité qu’Odd soit dedans. En plus de se sentir responsable, elle pense qu’Odd est peut-être mort. Ça doit être dur à vivre pour elle.

Cette organisation…ils sont vraiment odieux là-dedans ! Je pense que même XANA n’était pas aussi cruel.

Et cette phrase "Au pire, si cette tactique s'avère ne pas mener jusqu'où nous le souhaitons, nous pouvons en effet utiliser ce que vous suggérer et je puis alors vous assurer qu'elle viendra et se pliera à nos instructions" me fait assez peur. Je suppose qu’elle c’est Aelita, mais le mystère reste entier avec le ce que vous suggérer.

Sinon tu ne me déçois pas, je te rassure. C’est vrai que j’aime quand il y a des combats, mais si c’est nécessaire pour les prochains chapitres de ne pas en mettre, alors il n’y a pas de souci (c’est toi l’auteur après tout).

En tout cas, je trouve ce chapitre mieux que le précédent. Il contient plus de choses à mon sens, ce qui fait qu’une scène de combat aurait été inutile ici.

Bon courage pour la suite.
_________________
http://i56.servimg.com/u/f56/11/73/16/89/test10.png

Fan des univers Code Lyoko, Buffy contre les vampires et Stargate.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Guill@um€ MessagePosté le: Jeu 05 Nov 2009 18:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 118
Localisation: Là où finissent les univers et où commence le chaos ...
Merci à vous deux pour vos réponses.

*Odd Della Robbia* : Tu vas avoir les réponses à tes questions dans ce chapitre ... mais après, vont-elles te plaire ?


vivi59155 : Je te remercie pour tes encouragements. Je suis content de voir que tu apprécies.

Effectivement, Aelita est assez troublée, et dans ce chapitre, ça se verra.

XANA est un programme, donc est-il vraiment cruel ? Il est programmé pour une tâche et l'exécute sans états d'âmes. Mais je comprends ton point de vue, même si je ne le partage pas. Pour moi, XANA, s'il est cruel, l'est tout autant que Carthage, vu le nombre de fois où il tente de tuer les Lyokoguerriers. Il n'a juste pas la chance de réussir.

Oui, elle, c'est bien Aelita ce "elle", mais ils ne veulent pas prononcer son nom, ça donne l'impression qu'elle n'est qu'un objet, un jouet entre leur main, et avec ça j'essaye de dépeindre la façon dont ils considèrent l'humanité. Plus de détails dans les chapitres suivants, quand la suite du plan vous sera révélée.

Concernant les combats, il y en aura un peu dans ce chapitre-ci. Ne t'étonne pas si je décris essentiellement les combats d'Ulrich, mais c'est mon personnage préféré et je trouve que les duels au sabre sont d'un plus grand intérêt descriptif que les échanges de tirs que font les autres avec les montres.
Effectivement, c'est moi l'auteur, mais un auteur qui ne tient pas compte des avis de ses lecteurs ne peut pas s'améliorer.


Allez, voici la suite.
Bonne lecture !


Chapitre 15 : Vengeance Explosive !

Ulrich s'ennuyait ferme. Aelita et Jérémie étaient partis en vacances tous les deux, Yumi était chez elle, avec sa famille, et Odd était parti voir sa grand-mère. Tous l'avaient laissé tout seul, dans sa chambre, à se tourner les pouces ; et seul il se sentait un peu malheureux.

Il ne leur en voulait pas, bien entendu. Après tout c'était sa faute si ses parents ne voulaient plus partir avec lui. C'était à cause de son ego démesuré. Sa fierté qui lui interdisait de reconnaître ses erreurs et de les assumer ; de demander pardon, de laisser quelqu'un l'aider ou le prendre en pitié.

Il s'allongea sur son lit. Il était impatient que son camarade de chambre revienne. En effet, Odd devait prendre l'avion aujourd'hui pour revenir au collège / lycée Kadic. D'ailleurs il était déjà en retard, mais Ulrich ne s'inquiétait pas plus que ça. Un avion qui n'était pas en retard n'était plus un avion mais un miracle. S'il s'était inquiété un tant soi peu, s'il était allé vérifié la cause du retard de l'avion de son ami sur le Web, alors peut-être aurait-il été réellement malheureux ...


Chez Yumi, c'était l'heure de repas. La table était mise, le dîner prêt ; ne restait plus qu'à s'installer et profiter d'une soirée familiale devant la télévision.

Mr Ishiyama était assis sur le canapé en compagnie de son fils tandis que les deux femmes de la maison achevaient de préparer le repas. Il aimait bien regarder le Journal Télévisé, qui lui permettait de se tenir au courant de l'actualité nationale et mondiale. Ce soir, les gros titres était concentrés sur le crash suspect d'un avion.

- Un acte terroriste, se dit-il avant de regarder en détail de quel vol il s'agissait.

Il se figea alors de stupeur, sentant une peur incontrôlée naître en lui.

- Yumi ? appela-t-il.

- Oui ? répondit l'intéressée.

- Heu ... ton ami ... heu .. Odd, c'est ça ? Il est allé où en vacances déjà ?

- Je te l'ai déjà dit papa, se moqua Yumi. Il est chez se grand-mère, à Lourdes.

- Ah, fit le père qui transpirait de plus en plus. Et il devait revenir aujourd'hui ?

- Oui, il me semble, pourquoi ?

Mr Ishiyama se glaça alors d'effroi et hésita longuement avant de répondre :
- Tu heu ... devrais venir voir ...

Et quelque chose indiqua à Yumi que ça n'était certainement pas une bonne nouvelle ...


Quelqu'un frappa à la porte d'Ulrich.

- Entrez ! répondit-il.

Lentement, obéissant à son injonction, la porte s'ouvrit, et Sissi, la fille du proviseur pénétra à l'intérieur de la pièce, habillée d'un visage montrant une profonde tristesse.

- Qu'est-ce qu'il y a encore ? demanda Ulrich. T'as paumé ton rouge à lèvre ?

Sissi n'eut aucune réaction.

- Sissi, ça va ? demanda Ulrich inquiet.

Et lentement, l'interpellée leva le visage vers Ulrich et se décida à parler :
- Ulrich heu ... tu sais l'avion que Odd devait prendre pour revenir aujourd'hui ?

- Oui, et alors, il n'a pas pu décoller ?

- Si ... mais ... voilà, il s'est crashé et ... il n'y a aucun survivant ... Oh Ulrich, je suis si désolée pour toi !

Sissi fondit en larmes et prit Ulrich dans ses bras.

Ce dernier n'eut aucune réaction. Il n'arrivait pas y croire ... Jamais il ne pourrait se faire à l'idée que son meilleur ami puisse être mort ...


A la fin du premier titre du journal, tous étaient calmes chez les Ishiyama. Yumi se laissa tomber sur le canapé et quelques larmes coulèrent de ses yeux. Elle n'avait guère l'habitude de se laisser aller à des manifestations d'émotions, un enseignement qu'elle tirait de sa culture japonaise qui lui ordonnait de rester humble et impassible en toute circonstance, afin de ne pas attirer l'attention sur soi. Mais là c'était trop. Malgré ses très nombreuses erreurs, ces plans flemmard pourris, elle appréciait beaucoup Odd. Ses amis se comptaient sur les doigts d'une main et elle venait d'en perdre un ...


Il faisait nuit, et le ciel était d'une beauté sans pareil quand Aelita et Jérémie descendirent de la voiture des parents Belpois pour retourner à l'internat. La commune avait décidé de baisser l'éclairage de cette partie de la ville la nuit afin de lutter contre deux phénomènes qui tendaient à s'augmenter : la pollution lumineuse et le gaspillage d'énergie électrique.

La lune luisait d'un magnifique éclat argenté, et les étoiles que l'on pouvait percevoir depuis la métropole, gardiennes d'un monde de plusieurs milliards d'années venaient compléter cette œuvre de leur lumière éloignée. Aelita appréciait beaucoup ce spectacle et il lui arrivait fréquemment de perdre son regard dans ces immensités lointaines, et de s'abîmer à la contemplation de ce que la nature leur offrait de plus beau. Aujourd'hui, les astres de la nuit prenaient pour la princesse de Lyoko un tout autre sens. Comme si ces tâches de lumières éparses dans le ciel veillaient sur elle de leur regard impénétrable.

Aelita n'avait jamais été à l'église. Elle respectait ce qu'elle considérait comme étant un moyen de former une communauté et de se rapprocher les uns des autres. Cependant, elle n'avait jamais pu croire qu'une entité supérieure puisse surveiller les hommes et les juger à la fin de leur vie. L'idée que la vie puisse-t-être un test, visant à repérer les âmes pures l'écœurait. Elle avait toujours vu le tout-puissant en un phénomène qui avait créé l'univers. Une soudaine apparition d'énergie incontrôlable et au comportement chaotique qui avait engendré le commencement. Ce phénomène les avait mis au monde et les guidait : il avait conçu l'homme et modelé sa soif de connaissance, une quête qui poussait l'humanité à s'allier et à s'entraider. Une quête que tous menaient à leur niveau et selon leurs propres moyens. Comment l'homme aurait-il pu fonder une société stable s'il n'avait pas eu un but ? Comprendre les mystères de l'univers, les circonstances de la création ... et surtout les raisons de son existence ...

Aelita, malgré les longues heures qu'elle avait passé à se demander ce qu'elle faisait sur Terre, se surprit à espérer que le paradis puisse exister et qu'un jour elle pourrait y retrouver l'être qu'elle venait de perdre, la personne qu'elle aimait plus que tout au monde, à l'égal de Jérémie.

Et alors, naquit en elle un sentiment nouveau. Une colère sourde s'emparait de son corps et prenait possession de son esprit, et elle comprit que si la science guidait les hommes, elle était aussi capable de tuer. Le catholicisme lui semblait alors un refuge : l'idée que des hommes comme ceux qui avaient créé le programme qui avait tué son ami pouvaient souffrir pendant l'éternité dans les flammes de l'enfer lui paraissait réconfortante. Mais ça aurait été trop facile. Si la nature nous a créé, ce n'est pas à elle de réparer nos erreurs. Il fallait agir, et après tout c'était leur rôle, ils devaient protéger l'humanité d'un programme duquel ils ignoraient jusqu'à l'identité ou les motivations même s'ils pouvaient émettre quelques suggestions. Des monstres capables de sacrifier des gens au nom de quelque chose d'aussi abstrait et d'aussi futile qu'un idéal à atteindre ne méritaient pas de gagner. Ils se battraient comme ils l'avaient toujours fait, pour protéger tous les hommes, mais aussi pour ré-affirmer le droit de chacun à exister.

Alors, la sonnerie de l'ordinateur de Jérémie retentit. Une attaque ... Encore une ...

Les deux adolescents se levèrent, armés d'une détermination nouvelle. Jérémie prévint Ulrich et William d'un SMS, tandis qu'Aelita informait Yumi de la situation. Rendez-vous à l'usine.

Le trajet jusqu'à leur repère se fit dans un silence irréel. Comme s'ils étaient hors du monde, poursuivis par le mal en personne ...

Lorsqu'ils émergèrent de l'ascenseur, Jérémie fonça devant son écran afin de localiser la menace, tandis qu'arrivaient les renforts : William, Ulrich et Yumi. Aucun d'entre eux ne semblaient vouloir briser le silence qui enveloppait la pièce. Mais Yumi ne tint pas :
- Vous ... vous avez vu les infos ?

Tous acquiescèrent, sauf William qui demanda :
- Ah ! Bah c'est pour ça que vous faites des têtes d'enterrement ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

Personne ne semblait avoir le cœur ou tout du moins la volonté de le lui annoncer ...
- Bah quoi ? Pourquoi vous voulez pas me le dire ? Moi aussi je suis un Lyokoguerriers ! J'ai mérité votre confiance ! J'ai le droit de savoir.

- Odd est mort dans un crash aérien, voilà ce qu'il y a ! répondit Ulrich plus violemment qu'il ne l'aurait voulu.

William en resta abasourdi. Ulrich se reprit aussitôt :
- Désolé ... fit-il penaud. Je ne voulais pas te parler comme ça, mais c'est sortit tout seul.

Ça n'était guère dans son caractère de s'excuser, mais il savait que pour venger leur ami, il leur faudrait être unis, et la colère avait toujours été bien plus forte que l'ego.

- Ça n'est pas grave, assura William, je comprends ...

- Bon, interrompit Jérémie. J'ai localisé la tour activée. Territoire de la forêt. Ça ira ?

Pour toutes réponses, les quatre Lyokoguerriers descendirent en salle des scanners. Yumi et Aelita furent virtualisées les premières suivies de près par William et Ulrich. Tous les quatre se retrouvèrent dans la chaleur infernale du territoire aux arbres gigantesques.

- La tour est au sud / sud-ouest, annonça la voix off de Jérémie. Vos véhicules vous attendent.

Aelita et Yumi montèrent sur l'Overwing tandis que William enfourchait l'Overbike derrière Ulrich. Une fois arrivés à la tour, ils ne purent que constater que les attendaient un Skorlion, un Kobau et Dark-Ulrich.

Pour la première fois, celui-ci leur parla avec une voix qui présentait des similitudes avec celle d'un xanatifié :
- Ainsi donc vous êtes revenus ... Vous avez réussi à surmonter la mort de votre "ami".

Il prononça ce mot avec un dégoût visible, et pour accentuer leur fureur prit l'apparence du chat violet puis se re-métamorphosa en Ulrich.

- C'est mieux comme cela, poursuivit-il, puisqu'après tout vous avez quelque chose que je veux ...

- Et qu'est-ce que tu veux espèce de saloperie ? cracha Ulrich.

La fausse réplique esquissa un sourire ; l'amusement se lisait dans son regard et se devinait dans ses propos :
- Je crois que vous les savez déjà. Mais peut-être est-il trop tôt pour que vous puissiez comprendre que d'une manière ou d'une autre je l'aurai. Cette petite guerre entre nous ne pourra se terminer que lorsque j'aurai gagné, et alors l'intrigue prendra une ampleur démesurée et sera plus ... intéressante !

Puis, sans prévenir, à une vitesse hallucinante, il lança son sabre en direction de William. Ce dernier, surpris, n'eut pas le temps d'esquiver et fut instantanément dévirtualisé.

Ulrich voulut profité du désarmement de son adversaire, mais celui-ci, ayant perçut l'intention, fit voler l'arme vers lui d'un mouvement de main.

Chacun prit un monstre. Yumi fonça sur le Skorlion, éventail en avant, parant les lasers du monstre en attendant une occasion d'attaquer. Aelita dit de même avec ses champs de force en direction du Korbau ; et Ulrich s'avança vers son double pour entamer un duel.

Cette fois il ne se laisserai pas avoir par des artifices de débutants : la technique l'emportera sur la force et la vitesse.

S'en suivirent des coups d'une violence phénoménale. Cette fois l'ombre du samouraï ne cherchait pas à tester mais bien à tuer (enfin à dévirtualiser).

Dans le labo, derrière son ordinateur, Jérémie prit alors conscience de l'attaque quand la barre de température du supercalculateur se à monter à un rythme plus qu'anormal.
- Il veut faire exploser le supercalculateur ! comprit Jérémie
Pendant ce temps, sur l'écran de la map, William scrutait anxieusement les mouvements qui témoignaient du combat acharné que menait son rival en amour contre son double.

Ulrich fit un battement de quarte puis tenta une attaque en dégagé-flanc, mais fut stoppé par une quarte parfaitement exécutée. La second duelliste contre-attaqua d'une feinte flanc-banderole, et Ulrich se baissa au dernier moment, un peu comme Neo dans Matrix. Dark-Ulrich ramena son arme vers lui et fit une attaque de front qu'Ulrich réussit à parer de justesse. Mais sous la violence du choc, il tomba sur les fesses et sentit son sabre glisser de ses doigts pour aller se planter dans un arbre plus loin. L'autre le dévisagea, savourant sa victoire. Puis il empoigna son arme à deux mains pour transpercer le Lyokoguerriers. Il n'en eut cependant pas le loisir : un éventail tranchant le blessa dans le dos. Avant de disparaître, il adressa un signe de tête au possesseur de l'arme qui l'avait blessé ; un geste qui pouvait signifier deux choses : bien joué et je reviendrai.

- Champ de force !

Le cri puis l'explosion du dernier monstre en lice résonnèrent dans le territoire quasiment désert.

- Aelita, dépêche-toi ! cria Jérémie. Le supercalculateur est a deux doigts d'exploser !

Aelita entra dans la tour, marcha jusqu'au centre, puis, lentement, entama son ascension vers l'étage supérieur. C'était un des rares moments de paix dont elle pouvait profiter lorsqu'elle était virtualisée sur Lyoko. Une fois arrivée sur la plateforme du haut, elle entra le code Lyoko.

Aussitôt, la température du supercalculateur se mit à baisser, sans avoir atteint le seuil critique : les bugs des programmes, puis l'explosion.

Jérémie re-matérialisa ses amis, sans lancer de retour vers le passé. Personne ne se sentait de revivre le crash de l'avion une seconde fois ...

Quand tous furent réunis, Aelita prit la parole :
- Alors, c'était quoi son plan cette fois ? demanda-t-elle.

Jérémie s'éclaircit la gorge puis répondit :
- Faire exploser le supercalculateur en le faisant surchauffer. En fait, sous l'action de la chaleur, les particules ont tendance à s'agiter de plus en plus et à se désassembler, ce qui aurait ici provoqué une explosion. L'interaction forte qui maintient la cohésion de la matière aurait disparu soudainement et aurait libéré une quantité phénoménale d'énergie. Ajoutez à cela le courant électrique qui circule à l'intérieur de la machine, et donc les électrons qui se seraient repoussés à cause de l'interaction électromagnétique, et vous obtenez une énorme détonation et une réaction en chaîne.

Bien évidemment, à part Aelita, personne n'avait compris ce que venait de raconter Jérémie, mais tous firent comme s'il n'en était rien.

Soudain, le téléphone d'Aelita sonna. Elle venait de recevoir un SMS. Elle le consulta, fronçant les sourcils et se demandant qui pouvait bien lui écrire à une heure pareille. Puis elle poussa un cri de surprise, et annonça à ses amis qui la regardaient d'un air vaguement intéressés, laissant exploser toute la joie qu'elle avait en elle :
- C'est Odd !


Et voilà !
Commençons par enfoncer les portes ouvertes : non Aelita ne rêve pas, c'est pas son imagination, Odd est bel et bien vivant et vous comprendrez pourquoi plus tard.
J'ai essayé de mettre un peu de tout, description de l'environnement familial (ou de l'internat), réaction face à la perte d'un proche, un peu de Lyoko avec du combat, et j'ai essayé de m'axer sur les sentiments et principalement sur ceux d'Aelita, car après tout c'est un personnage clé de l'histoire.
J'essaye également petit à petit d'expliquer comment fonctionne réellement un calculateur quantique. J'aurai le loisir d'en reparler, mais sachez que si ça vous intéresse normalement vous devriez en savoir autant que moi à la fin.
Bon, allez, @+ !!
_________________
« Jim ! Tu es encore pire que les obscurantistes qui ont brûlé la grande bibliothèque d'Alexandrie !
- Ha ... Euh, merci Suzanne ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Jeu 05 Nov 2009 19:09   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
mes théories:
Odd a été retrouvé vivant.
On ne sait comment, Odd a réussi a se téléporter
XANA l'a sauvé
Odd n'était pas dans l'avion (retard, prévenu anonymement par XANA,prémonition)

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Vivi MessagePosté le: Ven 06 Nov 2009 14:06   Sujet du message: Répondre en citant  
[Tarentule]


Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 491
Localisation: Nord de la France
Aelita qui ne croit pas en un Dieu, ça ne me surprend pas. Après tout, en tant que scientifique, elle serait plus en accord avec la théorie du « Big Bang ». Et ce passage où elle réfléchit à l’humanité et au comportement des humains m’a touché. (Mais je préfère ne pas m’étendre sur le sujet).

Sinon, je trouve que William s’est fait avoir très vite sur Lyoko. Mais c’était voulu de la part de Dark-Ulrich. Il voulait se débarrasser en priorité de celui qui lui avait tenu tête facilement la dernière fois.

Encore des explications scientifiques, mais cette fois j’ai compris ce que tu voulais dire. C’est un peu comme la Porte des Étoiles dans "Stargate". Elle peut stocker en elle de l’énergie mais explose si elle en a trop (comme une surchauffe). Et un matériau qui la constitue, le Naquadah, est capable d’amplifier l’explosion (en l’occurrence pour le Supercalculateur, le courant électrique). Même si ce n’est pas exactement pareil, je trouve qu’il y a des similitudes.

Et Odd qui est toujours vivant, c’est une bonne nouvelle. Au début, j’avais pensé que ça aurait pu être un faux SMS envoyé par quelqu’un de SENI par exemple, mais comme tu dis après qu’Odd est en vie, ça ne peut pas être ça. (À moins que…)

Si ça se trouve, l’explication est toute bête. Ce fainéant d’Odd s’est pas levé à l’heure et il a raté son avion (venant de lui ça ne m’étonnerais pas). Et c’est ce qui lui a sauvé la vie.

Bref, un chapitre assez complet qui contient diverses choses, et toujours aussi bien écrit.

PS : Il y a une question que j’oublie tout le temps de te poser, mais cette fois j’y pense en rédigeant ce commentaire. Si tu ne veux pas y répondre, je comprendrai.

Pourquoi avoir fait de Nanquin un personnage phare ?
Je veux dire, dans la série il n’apparaît que dans un seul épisode, et à mes yeux il n’a pas plus d’importance que n’importe quel autre xanatifié qu’on ne revoie plus jamais (par exemple l’ouvrier aux explosifs de #59 Le secret). Donc je trouve que c’est un personnage qu’on n’a pas la possibilité de découvrir d’avantage, et donc un personnage auquel on ne s’attache pas vraiment. Peut-être que c’est différent pour toi, mais comme je ne sais pas justement, je demande. Simple curiosité en fait.

Bon courage pour la suite.
_________________
http://i56.servimg.com/u/f56/11/73/16/89/test10.png

Fan des univers Code Lyoko, Buffy contre les vampires et Stargate.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 3 sur 5
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0927s (PHP: 74% - SQL: 26%) - Requêtes SQL effectuées : 17