CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
[IFSCL] IFSCL 3.5.0: Trailer
[Site] Le point sur les fangames!
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Sortie!
[Code Lyoko] Code Lyoko sur Youtube et...
[IFSCL] IFSCL 3.4.0: Trailer
[Code Lyoko] Un Youtubeur vous offre u...
[Code Lyoko] La Renaissance de l'île S...
[IFSCL] IFSCL : 7 ans déjà !
[IFSCL] IFSCL 3.3.0: trailer + voix offi...
 
 Derniers topics  
LCDS, un discord Code Lyoko
[Jeu PC] TRAILER IFSCL 3.5.0
[Fanfic] Oblitération
[Fanfic] Code Alpha 1.0 - 25 ans plus...
[Jeu VN] Travail d'équipe 0.5 - Bande...
Symétrie lyokoïque.
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Film] Adaptation CL Chronicles : LIVE
Ma galerie graphique
[Fanfic] Les Perles du Neith [Terminée]
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Site] Rédigez des Critiques d'épisodes

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Code Lyoko -> L'animé Code Lyoko


Page 9 sur 12

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Belgarel MessagePosté le: Sam 21 Juin 2014 22:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
Pour terminer cette soirée, un épisode très spécial.
Déjà, on pourrait le qualifier de demi-épisode.

#95 Souvenirs


La première fois que j'ai vu #95 Souvenirs, je l'ai détesté.
Parce que c'était la fin, bien sûr. À l'époque, on était tout triste. Il n'y aurait pas de énième résurrection de Franz Hopper, pas de saison 5, etc.
Mais en soi, ça m'allait que ça soit fini. Ce qui me foutait vraiment les boules, par contre, c'était l'extinction du Supercalculateur.

En effet, une de mes attentes les plus fortes vis-à-vis de la série – plus forte même que l'avènement des couples – avait été générée par le générique (ouaaah, ce jeu de mots !)
(…) Pour refaaaiire
Un monde sans dange-e-er,
Code Lyoko : tout reprogrammer
Code Lyoko : un monde sans danger
Et moi, comme un con, d'espérer qu'une fois XANA vaincu, le Supercalculateur – la plus grande aventure qui soit jamais arrivée à Jérémie et à Aelita – trouverait un usage absolument fantastique, merveilleux, un aboutissement fantasmagorique de cette épopée de science-fiction ! C'était d'autant plus évident qu'il était devenu totalement inutile d'éteindre la machine, puisque XANA était mort. La lutte était terminée, maintenant il s'agissait de lui donner du sens…

Voilà. On a tous notre petite histoire avec Souvenirs. Je vous ai raconté la mienne ; pour d'autres, ça sera la
non-love-story (Ulumi, surtout, car maintenant qu'on a grandi, on sait que Jérémie et Aelita n'ont pas besoin de conclusion) ; pour d'autres encore, ça sera la back-story.
Néanmoins, je m'intéresserai plus à l'extinction du Supercalculateur qu'à ces dimensions-là de l'épisode. Parce que le silence qui règne autour de la backstory est une problématique qu'on ne peut juger qu'à l'échelle de la série et qui n'a pas sa place dans cette critique (d'autant que l'épisode ne l'aborde absolument pas) ; pour Ulrich et Yumi, je parlerai du traitement de leur relation dans cet épisode final, mais je souligne qu'un baiser ou autre conclusion visible (mais…enfin, petits vicieux !…) était impossible à envisager car la saison 4 n'avait pas développé d'intrigue amoureuse – et là encore, cette critique n'est pas le lieu pour en débattre.


***

Comme l'intrigue de cet épisode tient dans un mouchoir de poche, on va d'abord éliminer les déchets.
N'en déplaise à Anneau, on reconnaît facilement lesdits déchets dans cet épisode à la couleur jaunâtre et à la luminosité dégueulasse dont ils sont affublés.
Ce n'est un secret pour personne : #95 Souvenirs est pollué de séquences d'interminables flash-backs imposées par la nécessité d'un nombre minimal de minutes par épisode où Lyoko doit être visible. Ces séquences coupent le rythme, tranchent odieusement avec l'ambiance de l'épisode en mettant l'accent sur des combats rythmés, dans un épisode calme et rétrospectif. La musique qui les accompagne tranche souvent sévèrement avec celle l'humeur de la scène de discussion censée introduire le flash-back
En plus, ils contiennent de petits fails ici et là. Ouais, des fails dans un montage, c'est possible…

Faisons un rapide inventaire.
    – 1° Yumi. Parce que Yumi a parlé. Alors on met Yumi qui fait des trucs de guerrière pendant 1m27. J'ai déjà dit à quel point ça collait pas à la situation ?

    – 2° 1m25 de résumé de l'intrigue virtuelle la série (sauf saison 3). Sérieusement ? L'amorce semblait être « Jérémie » car il était sur le point d'éteindre le Supercalculateur : il aurait été logique de nous faire comprendre pourquoi il tenait tant à Lyoko…en repiochant sa fascination de la Genèse, son amour pour Aelita dans la saison 1, que sais-je ? Mais nous expliquer ce qu'est XANA !
    Au passage, on a droit à des phrases que les comédiens n'avaient pas dit en situation, comme « On a réussi à vaincre XANA ! »

    – 3° Amitié, 15 secondes (2D). Parce que Jérémie a dit le mot « amitié » Là, pour une fois, ça colle. La scène est appropriée, elle justifie la phrase « Notre amitié est liée au Supercalculateur. »

    – 4° Odd, 1m10. Odd a dit « fun » donc on balance Odd qui fait le mariole sur Lyoko. Des « Youhou » sur Overboard et whoosh à exploser tous les quotas de whooshisme ; puis du rodéo sur Manta et des acrobaties en combat. Ça pourrait vaguement coller si le cours de gymnastique de Jim était un peu plus dynamique ; malheureusement, ce n'est pas le cas, et les cris de joie du flash-back se marient très mal avec les chuchotements d'Ulrich en cours de sport.
    À noter que, pour ce flash-back, nous avons droit à deux morceaux de musique différents. Comme pour le numéro 2°, au passage. Ça nous soulage de l'overdose du thème de William pendant le premier flash-back.

    – 5° Odd 2, 15 secondes (2D). Comme pour le flash-back 3°, on a ici une petite scène illustrant le propos de la conversation (à savoir : même en-deshors de Lyoko, Odd pourra toujours faire le mariole). Je trouve l'évocation un poil trop longue, mais après les enchaînements d'acrobaties et de scènes d'action dont on nous a gratifiés, ça nous reposerait presque.

    – 6° Odd 3, 27 secondes (2D). Thème : Odd est un dragueur. Sérieux, c'était nécessaire de nous rappeler toutes les scènes où Odd interagit directement avec une fille ? C'était nécessaire de justifier ce trait de caractère par un flash-back ? Laissez-moi devinez : le prochain flash-back, c'est « Odd 4 » et il porte sur le thème : « Je suis un ventre sur pattes » ?! J'aimerais comprendre : quel est l'intérêt de ce p****n de montage de m***e ?
    En plus, il contient une bourde monumentale : on y voit Yumi se recevant les baffes de Claire et Magali (affublées d'un nouveau doublage absolument dégueulasse) alors qu'elle est dans le corps d'Odd (épisode #42). Est-ce que les gens qui ont fait ce montage connaissaient la série ? Ou east-ce qu'un compllot d'exltra-teerrestresz franc-maçons a vvoulu foaire passer uun messsage aux Illfumianatiis en encrryptante des scènes qui n'afvaient rien à y foaire au milieuu de ces flash-backts ? En trout cas, c'est là quee la vraie nature de ces séquences nous apparaît : il ne s'agit pas de souvenirs qui traversent les pensées de nos personnages, mais de pur et simple remplissage. Une bonne grosse farce, quoi.

    – 7° Ulrich, 1m32. Fail notable : si vous voulez répertorier toutes les scènes où les animateurs ont repompé les mouvements classes d'Ulrich, regardez ce flash-back. C'est de la réutilisation d'image de réutilisation d'image.

    – 8° William, 8 secondes. William dit à Yumi que le Supercalculateur est dangereux, donc on montre la xanatification de William. On se trouve dans le même cadre que pour les flash-backs 3 et 5. Sauf que contrairement aux scènes rappelées dans ces deux flash-backs, il est question ici d'un des événements les plus importants de l'intrigue, qui a marqué toute la saison 4 : tout spectateur s'en rappelle paraitement dès qu'il est question de William. Ce flash-back est donc parfaitement inutile.

    – 9° et 10° Aelita, 2m50 (50 secondes + 2 minutes). Bon, là, question longueur, ils ont carrément fumé ! On commence par nous remixer les flash-back des épisodes #52, #57 et #82 sous prétexte qu'Aelita ne veut pas oublier son passé. Sachant que l'idée était que Lyoko était lié à ses origines, ce n'était pas nécessairement une mauvaise chose de faire un rapide petit montage, même si intégrer des éléments de la saison 1 (après tout, elle a passé un an à croire qu'elle n'était qu'un programme !) aurait peut-être mieux collé.
    Et après,on a droit au flash-back guerrier absolument inutile. Comme le flash-back prétend faire un résumé du personnage en s'intéressant non pas à son écriture, mais à ses aptitudes sur Lyoko, on a une longue séquence sur le pilotage du Skidbladnir avec du métal en fond (ça fait très « Aelita ») et on termine par une désactivation de tour brusquement coupée.

    – 11° Yumi et Ulrich, 55 secondes (30 secondes 3D + 25 secondes 2D). Yumi insiste pour expliquer à Ulrich ce qu'il doit penser quant à l'extinction du Supercalculateur. Au lieu de nous faire comprendre par des plans longs et silencieux le caractère odieux de ce chantage affectif, on enchaîne sur un flash-back de combat en coopération Ulrich-Yumi. Heu…ok, pourquoi ? Quel rapport avec la réplique de Yumi ? On pourrait peut-être estimer que l'idée, c'est de nous faire comprendre qu'Ulrich, derrière ses airs de « J'aimais bien être un héros », se met à penser que ce qu'il regrettera dans Lyoko, c'est le fait de se battre aux côtés de sa douce (ce qui serait une quenelle parfaitement WTF faite au personnage d'Ulrich et à ses motivations dans la lutte contre XANA) – mais de toute façon, la musique nous empêche de donner à ce montage plus de sens que « Combat, combat, combat, zombie aime combat »
    Après cet énième flash-back d'action qui nous montre deux compagnons d'armes, on change encore une fois complètement d'ambiance. Musique d'amour et de rêve (accords répétés au piano et haubois en MIDI, ça trompe pas), et scènes romantiques. OK…Donc, l'idée, c'est qu'ils se battaient côte à côte sur Lyoko, mais que maintenant, ils vont être amoureux sur Terre ? Mouais…même si je ne passais pas mon temps à me dire qu'ils utilisent les mauvaises scènes, ça ne marcherait pas.
    Car oui, ils montrent les pires scènes de romance possibles ! #78, où Ulrich offre un cadeau d'anniversaire à Yumi et où elle le remercie…sauf qu'elle a passé plusieurs jours à le bouder comme une pétasse pour un prétexte superficiel (cf. ma critique), et que c'est pas près de s'arrêter puisque le cadeau en question se révèlera avoir été acheté par Odd à l'intention de son chien ! La mention de la phrase « Copains et c'est tout », qui condense l'ensemble des tendances sado-masochistes de ce couple. Enfin, la semi-déclaration de l'épisode #92…qui repose sur un malentendu qu'Odd s'empressera d'éclaircir. Bon, la #92 passe encore, mais les autres, non.

    La seule chose qui fonctionne, dans ce flash-back, c'est le plan qui précède le RVLP, et nous montre (en couleurs !) le baiser pareillement interrompu de #22 Routine. Mais ça fonctionnerait encore mieux si on savait qu'Ulrich et Yumi sont sur le point de sortir de leur friendzone. Malheureusement, du côté de Yumi, c'est loin d'être une certitude, et sa promesse un peu vague de « supers moments » n'est pas une garantie suffisante…même si elle s'avance pour lui prendre les mains. À bien regarder la scène, ça tient à pas grand-chose pourtant…un léger rosissement des joues, un ton plus tendre pour la réplique finale, ça aurait fait l'affaire…Mais il n'est pas facile d'oublier les 73 épisodes de rien auxquels on a eu droit depuis la dernière fois qu'Ulrich et Yumi ont eu droit à cette musique !

    – 12° L'abomination, 13 secondes. Même si ce n'est pas un flash-back, je le range dans la même catégorie parce que ça n'a rien à foutre dans l'épisode. Je parle bien sûr du moment où on brise le quatrième mur en montrant nos héros qui font coucou à la caméra, la regardent sans rien faire ou…dégainent leurs lames inutilement ?
    Lyoko, c'est fini. Alors pourquoi nous balancer les avatars virtuels de nos héros ?! Qui est-ce qui conclut sa série par des personnages qui disent : « Merci de nous avoir regardés, on était pure fiction ! » Foutage de gueule.
87+85+15+70+15+27+92+8+170+55+13 = 637 = 10 minutes 37 secondes.
Le compte est bon. La moitié de l'épisode. La f***ing moitié de ce p****n d'"épisode" ! Avec des images qui ont rien à voir avec l'intrigue. Comme si on nous balançait deux pubs à chaque minutes !

Je hais ces flash-backs. Les bonnes idées comme le 3°, le 5° (si on veut), le 9° ou le 11° (2ème partie) sont noyées dans la masse jaunâtre de ces images insupportables et totalement gratuites ! C'est comme si, une fois XANA détruit, on n'avait plus assez de matière pour remplir un épisode !
On verra que ce « mini-épisode » contient assez de manques et de failles pour qu'on puisse dire que c'est faux.
Et les scénaristes ne peuvent même pas sortir l'excuse des images de Lyoko. Les flash-backs Odd 2 et Odd 3 n'étaient pas nécessaires (Odd 3 étant carrément inutile), et ils se passaient en 2D. Pareil : Aelita pouvait aisément grappiller des images de la saison 1 au lieu de s'attarder sur ses vieilles réminiscences (notamment #82).

Mais le pire du pire, c'est bien entendu les montages montrant nos combattants en action. Déjà, ils sont loooongs. Ensuite, ils sont inutiiiiles. En plus, ils ont la même musiiique (qui est très bien, soit dit en passant, mais ne colle pas du tout à l'épisode). Et puis, je sais pas trop ce qu'ils sont censés nous raconter. 11°, en théorie, semble avoir un thème, mais les autres ? C'est juste une compi de moments classes à effet bourratif, qui finit par nous ressortir par les trous de nez en même temps que le thème de William. En outre, elle cherche à explorer systématiquement tous les aspects de tout ce qu'a pu faire le personnage sur Lyoko. Véhicules, pouvoirs spéciaux (enfin, comme on est orientés saison 4, de petits « détails » comme la divination d'Odd et le Triplicata d'Ulrich passent à la trappe ; le don de synthétisation d'Aelita ou sa capacité à désactiver des tours n'ont d'ailleurs droit qu'à de rapides évocations : le plus important, ce qui définit Aelita, ce sont ses ailes et ses champs de force. Mais oui bien sûr…)
Sans tension, sans rythme, sans enjeu, un combat ne vaut rien. Alors enchaîner les séquences les plus classes de la saison 4, ça ne fait rien d'autre que de créer un effet ras-de-bol. Un peu à la Man of Steel : y'en a marre de l'action, quand est-ce qu'on va me laisser regarder mon épisode ?

***

Bon, maintenant qu'on a tiré la chasse, voyons ce qui reste de l'épisode lui-même. En faisant abstraction du fait qu'il est avant tout construit comme une série peu inspirée de dialogues censés introduire des montages, ce qu'il réussit fort peu à faire.
Nos heroes ont le blues. Parce que maintenant que l'aventure est terminée, ils hésitent à éteindre le Supercalculateur. Sauf que, comme le rappellent William et Yumi, le Supercalculateur est dangereux.
WTF ?!!! xragequitXXX ***** &Ð@/#!¥
Enfin, non ! Le Supercalculateur n'est pas dangereux et il ne l'a jamais été ! Et certainement pas tant qu'on ne va pas faire un tour dans la Mer Numérique ! Précisément, c'est à l'instant de la série où Lyoko est enfin devenu un monde sans danger qu'on nous sort cette énormité ?

Donc, nos héros n'ont aucune raison d'éteindre le Supercalculateur. Ils pourraient l'utiliser pour jouer les super-héros (surtout depuis #47 ou #78 ), pour le fun, pour vivre d'autres aventures…ou tout simplement parce qu'ils sont fascinés par les ordinateurs quantiques. Continuer à partager leur fantastique secret, la chose la plus énorme qui leur soit jamais arrivée !
Mais malheureusement pour eux, la main invisible des scénaristes en avait décidé autrement. Et je n'ai rien contre une fin fermée, ni même contre la « morale » de l'histoire (à savoir : en route pour la « vraie vie » et des « vacances bien méritées »…heureusement que Jim est là pour nous l'expliquer, car sans ça, la raison pour laquelle le Supercalculateur doit être éteint m'échappait complètement !) Enfin, si : je reprocherai à cette fin ses conséquences pour tous ceux qui ont voulu imaginer une suite à Code Lyoko : en effet, quasiment rien ne poussait jamais nos héros à rallumer le Supercalculateur et à en faire quelque chose de manière positive : il a toujours fallu qu'un ennemi virtuel les pousse à le faire, pour des raisons plus ou moins tordues (que ce soit XANA elle-même ou un nouvel ennemi…) Quand on voit ça, on se dit qu'il est heureux que
Code Lyoko n'ait pas eu de saison 5.

Toujours est-il que comme nos personnages n'ont pas vraiment de raison psychologique d'éteindre cette machine merveilleuse, ils hésitent. Encore, s'ils étaient dégoûtés par le combat qu'ils viennent de remporter et l'éteignaient pour tourner la page, ça se comprendrait : mais le fait qu'ils soient d'une certaine façon nostalgiques de cette époque d'héroïsme montre que leur attitude n'est en rien hostile au Supercalculateur en question.
Bon, on va juste oublier la justification selon laquelle le Supercalculateur serait dangereux, car elle nous pourrit la réflexion. Mettons-la sur le compte d'une maladresse de stagiaire.

En attendant, faute de nous montrer pourquoi ils l'éteignent de manière réaliste (mission impossible), l'épisode nous explique pourquoi ils ne veulent pas l'éteindre, et c'est bien fait. L'ambiance est correctement dépeinte, les discussions retranscrivent leurs doutes, leurs craintes et leurs espoirs, et dans l'ensemble, la réponse est toujours la même : espère la même chose – en mieux – du monde réel, aie confiance en l'avenir, notre amitié survivra.
Que ce soit Jérémie et son auto-analyse d'intello-tenant à ses amis, le goût du mâle héroïsme qu'affichent Odd et Ulrich, ou les inquiétudes d'Aelita face à la perspective de repartir de zéro une nouvelle fois, les discussions sont bien menées et résolues. Ah, on me signale une exception ?…Mais oui, Ulrich !

On passe de « J'aimais bien être un héros », soutenu par un flash-back suffisamment intense et, au cours de la série, assez de séquences de frime où Ulrich était l'homme de la situation, pour qu'Odd ne puisse pas y répondre, à…à « Lyoko, c'était des beaux moments. » En fait, le problème fondamental d'Ulrich – celui de l'héroïsme et des combats – n'est pas résolu. On ne peut que supposer que ce plaisir de l'héroïsme n'était qu'une carapace pour couvrir ce qui l'embêtait vraiment : la peur de ne pas sortir avec la fille.
Sans blague ? -_-” C'est censé être une évolution crédible ? Parce que si c'est ça, mon petit Ulrich, le mieux à faire, c'est d'adopter immédiatement son point de vue. Et en dépit d'une réputation ternie par d'odieuses médisances, tu n'es pas assez idiot pour ne pas le savoir.

Le seul personnage dont le traitement soit vraiment massacré…faut-il le dire ? c'est encore William. Dans l'épisode #94, on espérait une réaction, un débriefing…enfin, bref, il était parti sur Lyoko pour cinq minutes et se retrouve téléporté dans l'avenir ! Et je n'ai pas besoin d'être Présidente de la Ligue pour juger que le traitement de William dans l'épisode 94 était des plus frustrants. Mais l'épisode #95 est encore pire, car il valide que pour William, il ne s'est rien passé. Sa longue xanatification n'a laissé aucune séquelle ! Aucune conséquence sur sa vie ! Et son intégration ratée ? bah, on oublie, épisode suivant !
En cherchant bien, j'ai trouvé une interview de Bruno Regeste où le sujet est abordé en détails. Comment a été écrit le personnage de William, quand ont été prises telles et telles décisions. Il se trouve que l'écriture du personnage de William est en réalité moins chaotique, et donc, plus intéressante, que le bazar absolu qui en résulte ne pourrait le faire penser. Mais bien que les arguments de Bruno soient convaincants, le choix de ne pas développer William après son retour le relègue irrémédiablement et à jamais dans le monde des personnages secondaires. Pour l'en sortir, il ne faudrait rien moins qu'une cinquième saison qui, de manière complètement incohérente avec l'originale, le tirerait de la masse des personnages sans consistance dans laquelle les scénaristes l'ont enfoncé. Heureusement, cette cinquième saison n'a jamais vu le jour.

Signalons, dans le même temps, que le désespoir d'Aelita, qui vient de voir son père mourir sous ses yeux, est perceptible. Si, si. Vous ne vous rappelez pas la scène où elle pleure la nuit ? Celle où elle hurle en frappant le Supercalculateur ? Allez, au moins celle de la scarification, non ? Mr. Green

Enfin, l'intrigue principale de l'épisode. Pour conclure cette Belle Époque du Secret, on a droit à un dernier RVLP, un “tantinet” nostalgique…Et la raison est excellente : Sissi a découvert le secret des héros et elle va tout raconter à son père, paniquée par le fait qu'ils aient mis le monde en danger (ou qu'ils continuent de le faire, ce n'est pas très net, ni pour elle ni pour les héros visiblement). Sa progression vers l'usine, sa découverte du journal de Jérémie, sa réaction, tout est parfaitement traité et rythmé.
Pourquoi Sissi ? Pas seulement parce que c'est la fouineuse de service (n'est-ce pas Bruno ?) Mais aussi parce que ça fait un excellent écho à la Génèse ! En effet, Sissi a été définie, à ce moment-là, comme la Lyoko-guerrière ratée. Celle qui aurait eu droit à son avatar sur Lyoko si elle n'avait pas été du genre à tout raconter aux adultes au moindre pépin. Celle qui ne savait pas garder le secret.
Malheureusement, un point vient entacher ce joli tableau. C'est le traitement du personnage lui-même.

Le « Salut copine », on s'en souvient tous. Après le RVLP, l'attitude des héros envers Sissi a changé : ils affirment ne pas avoir de secret (ce qui devient la vérité, d'une certaine façon) et admettent qu'elle est leur amie, redéfinissant leurs rapports avec elle. C'est touchant, et l'émotion manifestée par Sissi fonctionne si bien qu'on en oublierait qu'il n'est pas crédible qu'elle marche aussi facilement simplement parce qu'Ulrich a prononcé le mot « amie » !
En attendant, comme elle ne peut plus être une peste envers ses nouveaux « amis » (sortis un peu du chapeau, il faut le dire), elle se comporte comme une peste envers ses larbins. Pourquoi ? Quelle raison a-t-elle d'être énervée ou de se montrer odieuse ? Ils n'ont pas « embêt[é] [s]es amis » ! La vérité, c'est qu'elle est censée rester une peste malgré tout. Alors que nous avons déjà eu l'occasion de voir que quand on se montrait sympa avec elle, Sissi avait bon fond. Je désapprouve formellement qu'un personnage comme elle se montre méchant quand il est content.
La réaction d'Hervé et Nicolas ? Ils se séparent de Sissi. Juste comme ça. On n'a jamais compris comment ce trio tenait de toute façon – mais on supposait que le charme de Sissi tenait lieu de pierre angulaire. Le fait qu'il se désintègre aussi rapidement, d'un simple coup de vent (kassdédi), ne colle pas avec sa mystérieuse solidité et sa longévité (qui a même fini par rapprocher Hervé de Nicolas, c'est dire !) Et n'allez pas me dire que le fait qu'ils la laissent s'en aller toute seule ne signifie pas que le trio s'est dissous : nous sommes dans le dernier épisode, la conclusion, tout est symbolique et à prendre au premier degré !
En gros…Cette conclusion fait un peu NeuNeu. Genre : nos héros, grandis et libérés de leurs obligations, trouvent enfin la possibilité de faire ce qu'ils savaient être la bonne chose…on a même une amorce de cette conclusion dans les épisodes précédents (la fin de #91 par exemple). Mais le revirement est trop brusque, pas assez appuyé au sein de l'épisode (bien qu'il soit hautement cohérent avec le renoncement à la double vie) ; le passé est balayé en un instant. Ça ne marche pas tout à fait comme ça devrait.

***

CONCLUSION

Avec ces ignobles AMV, ce sera un miracle si l'épisode s'en tire avec plus de 10.

L'Enfer est pavé de bonnes intentions. Parmi elles, l'extinction du Supercalculateur. Ça a le mérite d'être une vraie fin, chargée d'espoir et de beauté. Les personnages n'y sont certes pas amenés par une raison cohérente et vraisemblable, mais l'épisode fait vraiment l'effort de nous montrer les hésitations liées à toute prise de décision importante, les peurs, les angoisses, les désirs…Le « on passe tous par là » de Jim invite le spectateur à essayer de ressentir la conclusion de cette aventure de science-fiction comme un discours sur sa propre condition : pour moi, ça veut dire que même sans une grande aventure héroïque « rêvée », vous restez vous-mêmes et vous avez des proches – c'est ce qui est le plus important au fond.
L'intrigue avec Sissi a également ses points positifs, et elle n'est absolument pas tirée par les cheveux. Ce n'est d'ailleurs même pas la première fois qu'un personnage découvre par lui-même l'usine : on ne peut pas crier au « comme par hasard » flagrant.

Mais l'épisode est tout de même salement amoché. Quelques éléments ne sont pas abordés (le deuil d'Aelita, WILLIAM), d'autres laissent une impression de bâclé (Sissi), ou bien il manque un petit quelque chose qui fait que ça ne marche pas du tout (Ulumi). Pour de bonnes raisons, souvent – mais ça se voit pas nécessairement – ; mais aussi par manque de temps.

Les défauts que je reproche à cet épisode (hors AMVs) sont, pour certains, très ténus ; mais ils laissent un goût d'insatisfaction assez pénible. Toutefois, il faut reconnaître que le pari était ambitieux, et les intentions respectables.

À ce titre, j'accorde à cet épisode final de Code Lyoko la note de
8/20
Spoiler

_________________
http://nsm04.casimages.com/img/2010/10/30//101030031134926107021414.png
http://imageshack.us/a/img545/1418/n6uz.png
http://imageshack.us/a/img266/4029/ck80.png
Premier commandement : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
Troisième commandement : Tout individu a droit à la vie
Quatrième commandement : Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
kender MessagePosté le: Sam 21 Juin 2014 22:55   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 18 Fév 2013
Messages: 710
Localisation: Paris
#94 – Contre-attaque



Jérémie a écrit:
Aelita, nous avons gagné. XANA a été vaincu. Je te ramène à la maison…


This is the end ! C’est fini ! XANA, le programme qui voulait dominer le monde n’est plus. Les Lyoko-guerriers l’ont vaincu. Ils ont remporté l’ultime bataille de Lyoko au prix d’un grand sacrifice. Une victoire au goût salée des larmes. Voici l’épilogue de quatre longues saisons de combats sur Terre comme sur Lyoko, de rires et de souffrances, de peurs et d’espoirs, d’amitiés et d’amours. Une guerre terrible entre une puissante intelligence artificielle et cinq jeunes adolescents qui ont dû puiser dans leur courage et leur amitié pour traverser ensemble des épreuves terribles et venir au bout de l’ennemi.
C’était l’histoire des Lyoko-guerriers. Une nouvelle page commence pour eux.

Dans cet épisode, chacun s’est montré dans le domaine qu’il excelle le mieux depuis le début de la série.
Jérémie, principal adversaire de XANA avec Aelita, est celui qui a créé le programme multi-agent qui a provoqué la mort du programme démoniaque, au prix d’ailleurs d’indénombrables nuits blanches. Notre Einstein ne changera jamais, mais son travail a fini par payer. Chapeau !
Pour cela, il a été aidé par Waldo Schaeffer, plus connu sous le nom de Franz Hopper, créateur de Lyoko et de XANA, père d’Aelita et principal soutien des Lyoko-guerriers. Lorsque les choses tournent mal, c’est lui qui vient sauver la situation. Cette fois-ci, il a tout simplement permis à Jérémie de détruire XANA, même si sa vie était le prix à payer. Belle fin dans les honneurs !
Ulrich, le meilleur Lyoko-guerrier qui nous a habitués à des combats splendides contre William xanatifié, est celui qui a réussi à battre le plus puissant monstre de XANA, le Kolosse. Tout un symbole !
Odd reste dans son rôle de prédilection : protégez Aelita. Dans le monde virtuel, deux groupes de combattants s’étaient formés : Ulrich/Yumi et Aelita/Odd. Là encore, le félin n’a pas lâché d’une semelle la princesse de Lyoko et l’a protégé jusqu’au tir fatale d’une des mantas. Classique !
Yumi, par sa maturité et ses aptitudes au combat, n’a jamais vraiment brillé sur Lyoko. En revanche, elle a souvent assuré sur Terre. Là encore, elle résiste assez bien à William pour permettre à Jérémie et Franz Hopper de terminer leur travail. Heureusement qu'elle est là !
William justement, encore une fois xanatifié contre son gré et terminant dans le rôle qui sera ce qu’on a retenu au final de lui au fil des saisons : l’esclave guerrier de XANA et principal adversaire des Lyoko-guerriers. Nous reviendrons sur son cas plus tard.
Même Sissi a joué son rôle de peste jusqu’au bout. Cependant, l’épisode étant principalement centré sur la bataille finale, les scénaristes auront passé peu de temps sur son intervention qui a plutôt servi à l’introduction de William à l’usine.
Et au final, on a Aelita. Certes, elle n’a pas eu de tours à désactiver. Mais c’est elle qui donne le coup de grâce à XANA en lançant le programme multi-agent de Jérémie. Tout a commencé avec elle, tout a fini avec elle !


Retour sur le déroulement de l’épisode qui annonce la fin d’une série, celle de Code Lyoko (avec le #95 Souvenirs).

Encore un symbole, l’épisode commence par un cauchemar d’Aelita. On sait qu’elle rêve beaucoup de son passé. Mais maintenant, elle semble avoir la capacité de faire des rêves prémonitoires. La scène annonce tout de même un bouleversement dans l’épisode et probablement la présence de Franz Hopper, comme souvent à chaque cauchemar de ce genre d’Aelita. Le titre lui-même n’est pas anodin : « Contre-attaque ». Sachant que c’est l’avant-dernier épisode de la saison, on pouvait se demander qui allait contre-attaquer ? Est-ce les Lyoko-guerriers qui riposterait enfin contre les attaques de XANA ou c'est ce dernier qui se vengerait de la perte de son meilleur guerrier ? Le suspense restait entier...

Sur Terre, William a des difficultés à revenir à la vie de tous les jours. Le spectre programmé par Jérémie qui l’a remplacé a fait des ravages durant son absence. Difficile de paraître normal et de faire croire qu’il a, durant tous ce temps, joué la comédie, lorsqu’on a été emprisonné pendant des mois contre son gré par une entité virtuelle démoniaque. Son cœur crie vengeance de la perte de certains mois de sa vie. Il tente de se faire pardonner par ses libérateurs, les seuls qui savent vraiment ce qui s’est passé sur Lyoko et qui pourraient donc le comprendre. Hélas pour lui, les Lyoko-guerriers ne semblent pas vouloir lui accorder leur pardon, et encore moins le faire retourner dans la bande. Yumi, Ulrich et Odd s’opposent clairement à son retour, rappelant que c’est l’immaturité du jeune garçon qui a fait de lui l’un de leur plus grand adversaire qu’ils n’ont jamais affronté. Seule Aelita fait preuve de compassion et de compréhension pour le pauvre William. Après tout, c’est dur pour lui également. Après de telles épreuves, on a besoin de soutien, pas d’accusations. Aelita, gentille comme à son habitude, est la seule qui ait compris ce point. Jérémie, lui, semble s’en foutre royalement. Seul son programme l’intéresse. Que William soit de nouveau un Lyoko-guerrier ou non ne le dérange pas plus que ça. C’est d’ailleurs lui qui, en roi Salomon, propose une solution qui arrange les deux partis. Jusqu’au bout, il restera le leader et la tête pensante de l’équipe.

La mission a commencé avec l’appel de Franz Hopper à Jérémie. Réalité ou piège de XANA ? Cette fois-ci, Aelita a retenu la leçon (cf #82 Mémoire blanche) et est la première à se demander si ce n’était pas encore un coup de XANA. Mais Jérémie est confiant. Son argument est faible, mais acceptable. Et puis, c’est une occasion à ne pas rater. On sait que le programme multi-agent du jeune génie est presque terminé. L’intervention du créateur de Lyoko ne peut donc que concerner le programme. Les Lyoko-guerriers (sans William) se rendent donc sur Lyoko dans l’indétermination. Et à la grande joie de Jérémie, sous les yeux d’Aelita, Franz Hopper leur transmet des données qui complètent le programme multi-agent. Tout est en place pour battre XANA… Mais ce dernier le sait et contre-attaque.

Et devinez à qui XANA fait appel ?

Spoiler


Et ce n’est pas tout. C’est une véritable armada qui se trouve sur Lyoko. XANA n’a pas lésiné sur les moyens. Il sait que sa survie est en jeu. Pour la première fois, on voir le Kolosse sur Lyoko. Assisté par d’indénombrables mantas, la bataille finale sur le territoire de la banquise a de l’allure. Même si Ulrich se débrouille merveilleusement bien contre le Kolosse, les Lyoko-guerriers sont sous-pression.

Après quelques combats et la victoire un peu trop facile à mon goût d’Ulrich sur le Kolosse, c’est dans le Cinquième territoire que le combat se poursuit. Déjà, le téléspectateur se rappelle du rêve d’Aelita et est impatient de savoir si Franz Hopper va vraiment mourir ou pas. Surtout qu’Odd a été rapidement dévirtualisé par une manta, laissant l’ange de Lyoko seule avec les monstres de XANA et son père.

Mais laissons le meilleur pour la fin et regardons un peu du côté des deux amoureux et l’autre beau gosse qui traîne un peu trop autour de Yumi. William xanatifié est redoutable avec sa capacité de traverser les murs. Remarque, bien que William soit passé par la case scanner, XANA a réussi à le xanatifier, ce qui contredit l'hypothèse de l'immunisation contre la xanatification en passant par les scanners. L’explication la plus probable est qu’il a été tellement longtemps sous la coupe de XANA qu’une relation s’est établie entre ces deux-là. Si les Lyoko-guerriers sont immunisés contre les xanatification, William pourrait bien être immunisé contre l’immunisation contre les xanatifications (vous suivez ?)… Ou alors c’est juste à court terme. L’absence de xanatification dans Code Lyoko Évolution ne nous permettra pas de répondre à cette question.
Revenons sur l’épisode avec Ulrich et Yumi qui se prennent une raclée par William. Les pauvres, il ne retient pas ses coups. Après des chutes, des projections et des coups d’une violence inouïe, c’est un miracle qu’aucun des deux amoureux ne soient blessés.

Et enfin, on a la scène finale et le fameux sacrifice de Franz Hopper. Jérémie, insensible, mais raisonnable, a réussi à convaincre Aelita, faible dans ses attaques et visant trop mal pour pouvoir défendre son père, de continuer à lancer le programme. Apparemment, même XANA ne s’y attendait pas. Il s’est bêtement concentré sur Franz Hopper au lieu d’attaquer Aelita. Il n’aurait jamais pensé que la jeune fille sacrifierait son père. C’est un moment intense et triste qu’on a là. Dévastée par la mort de son père, Aelita exprime tout son chagrin dans les bras de Jérémie. Même Odd a versé des larmes. Une victoire au goût amer donc. Plus d’un enfant a pleuré devant cette triste scène. Une belle musique mélancolique accompagne ce beau et triste dénouement. La mort de XANA par la destruction de tous ses réplikas est symbolisée par le désespoir et le cri du spectre sortant du William xanatifié. C’est fini. XANA a été vaincu. Et Franz Hopper est mort sous les yeux de sa fille. Quoi rajouter de plus ? La musique et les larmes des Lyoko-guerriers parlent d’eux-mêmes...

Pour ce beau final d’un combat qui a duré quatre saisons et pour la mise en scène réussite de la mort de Franz Hopper, cet épisode mérite un félicitation et une attention particulière de notre part, non ?

...Non.

Note : 19/20

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/716747kender.png
Merci à la talentueuse Lénaelle pour ce pack criminel

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 19:31   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1440
Localisation: Sûrement quelque part.
Episode 93 : Retour




Partie terrestre : where’s William ?

On ouvre sur Odd qui charrie Aelita sur elle et Einstein. Blague de collégien, on sait à quoi s’attendre pour la suite, non ? (C’est aussi une façon bien lourde de nous rappeler les couples de la série, on est habitués)
Aelita soulève involontairement un point intéressant : elle a peur que Jérémie s’abîme la santé à bosser comme un dingue. Dans la série, on a jamais vu les héros se chopper une bonne vieille crève qui ne soit pas due à Xana. A part la cheville foulée de Jérémie pour l’arc 25/26, ils ne se font jamais mal. Dommage, ça leur aurait donné un caractère plus humain à ces polygones sur pattes.
S’ensuit une vanne de Jérémie digne de Pokémon Noir et Blanc (si, si). L’enfer est sur nous…quoique non en fait puisqu’il annonce avoir trouvé le moyen de vaincre Xana !
On poursuit avec la réplique de William qui, comme par hasard, se fait appeler par Jim pendant que les LG vont récupérer son original. Et là, catastrophe, les parents. Tout bon téléspectateur aura compris que c’est la grosse merde si les géniteurs de Willy se rendent compte d’un truc et en théorie, ils vont se rendre compte d’un truc. Surtout si monsieur le proviseur se met à ressortir les bobards que les LG lui ont insidieusement mis dans le crâne et, évidemment, c’est le cas. En plus, le clone joue son clone puissance dix avec plein de méga conneries. En même temps, il n’y a que maintenant pour placer les problèmes de la réplique : avant, les parents auraient tout grillé sans qu’on puisse leur coller leur vrai mioche dans les pattes pour démentir et après, bah le mioche en question est de retour. Alors oui, c’est une grooosse coïncidence qu’ils se pointent pile ce jour-là mais, c’est CL quoi.
L’humour est un peu douteux, on peut se demander ce que foutent les parents de William à la cantine avec lui. Ils auraient pas pu l’emmener au restau par exemple, fallait aller à la très cool cantine du lycée avec ses tartiflettes/choucroutes pour bouffer au milieu des adolescents ? Pas trop le style des parents en général.
Cette scène aura beau nous donner une superbe définition du clone (« Je ne suis pas un numéro, je suis un champ de force polymorphe généré digitalement et motivé par un programme comportemental basique non-évolutif »), elle n’en reste pas moins louche. Je sais pas si c’est la qualité de merde du streaming mais la mère de William avait l’air bleue quand elle l’écoutait dire ça. Epic. Enfin les parents ont quand même de l’imagination puisque au lieu de chercher un genre de traumatisme ou un truc qui se serait passé pour chambouler leur môme, ils foncent chez le proviseur et lui affirment « bon écoutez ce machin ressemble comme deux gouttes d’eau à mon fils mais c’est pas lui. ». Deux trois détails compromettants sont lâchés, des bourdes étalées…les parents commencent à sentir le gros bobard.
On ne les revoit pas avant la fin de l’épisode où Sissi leur affirme que la bande de Jérémie a quelque chose à voir avec l’état de légume de William, ce qui n’est pas vraiment faux…même si sa thèse d’utilisation des cow-boys pour des expériences scientifiques ne tient pas. Les parents, le proviseur, Jim et Sissi (que de monde) vont frapper à la porte de Jérémie pour exiger des explications. Le père s’énerve et menace d’appeler la police, ce qui est bien normal. Jérémie procède donc à la destruction du clone et il est subtilement remplacé par son original. Le seul à remarquer le stratagème est Jim mais personne ne le croit. William, ayant eu le temps de se changer, paraît donc…
Mention spéciale à l’excuse de merde sortie par William, et autre mention spéciale aux parents qui gobent tout et laissent tomber ces conneries de voyage et de grippe qui ne reviendront plus jamais sur le tapis alors qu’ils auraient dû trouver ça très louche.
Dernière mention spéciale aux LG.
« Moi je préférais la réplique. »
« Ne dis pas ça Odd, on a privé Xana d’une arme. »

Vous voyez de la morale là dedans ? Ouais, moi non plus. Ils ont réussi à ramener William mais c’était uniquement pour éviter les emmerdes. La seule à rattraper le coup c’est Aelita qui nous sort « Tu crois qu’il va retrouver une vie normale ? ».
Mais peu importe. On sait déjà que les LG n’ont aucune conscience.


Partie virtuelle : William is on Earth !

Jérémie amorce la fin de la série (deux épisodes avant la fin de la S4, as usual) en annonçant qu’il a le moyen de vaincre Xana. Même si là, on fait référence à l’épisode 36…bien loin en arrière ! Manque d’idées ou piste ébauchée à l’origine, ça, mystère. Toujours est-il que les LG sont inquiets et ils ont bien raison au vu des déboires de la Marabounta…
« Je lancerai mon programme quand je serais sûr qu’il fonctionne, pas de panique… »
Ah parce que c’était pas le cas avec la Marabounta ?
On poursuit dans les références aux épisodes précédents et on en place une à…celui juste avant. Oui bon c’est CL et on venait de parler de l’épisode 36, faut pas trop en demander ! Enfin bref, on nous apprend (que d’avancée) que Xana a commis une erreur. L’Apocalypse est en marche et c’est une nouvelle preuve que Xana est vraiment très très con dans CL (il l’est plus encore dans CLE mais c’est une autre histoire).
La solution de Jérémie est un peu douteuse soit dit en passant, notamment le fait qu’Aelita doive se rendre dans le Réplika Banquise. La façon dont il le dit laisse penser que ça marche pas si c’est un autre Réplika, ce qui n’est certainement pas le cas. Je ne capte même pas non plus pourquoi ils ne peuvent pas le lancer depuis leur SC qui est sans doute plus puissant puisqu’il génère un monde plus complet que les Réplika. Sur ce, ni une ni deux, l’opération de sauvetage est lancée. Après tout, pourquoi traîner ?
Suite à quelques petites scènes décoratives, Odd et Aelita se font translater en Sibérie. La porte s’ouvre gentiment pour les laisser passer (facepalm soit dit en passant). Ils poursuivent leurs avancées et découvrent une grosse armée de robots figés qui n’attendent que l’ordre de Xana pour se bouger le cul et les démonter…mouahaha. Non en fait je pense que le plus diabolique c’est la métaphore du petit chaperon rose. Ça mérite un autre facepalm. On va faire un groupé avec la vanne du « hey y en a un qui a bougé lol mdr ». Sérieusement ? Il peut pas juste être sérieux, c’est de la mission technique là ! Ce qui est drôle c’est que c’est pas un qui bouge mais toute une colonne coordonnée, ce qui fait tomber à l’eau la réplique d’Odd. Plouf. Ça m’étonnerait que des robots si disciplinés qu’ils sont synchronisés par colonnes se mettent à bouger de façon indépendante, surtout à l’activation. Mais soit. La combinaison champ de force/bouclier pour les repousser se montre très efficace et d’ailleurs, l’effet visuel du bouclier est plus cool sur terre que dans la virtualité. Par contre, le nombre de tirs envoyés par les LG comparés à celui des robots…bof quoi. Mais ça doit être parce qu’ils visent. Les robots, eux, sont trop occupés à spammer les tirs et à mitrailler toute la zone dans les trente mètres autour des deux avatars histoire d’être sûrs de les rater.
Après une course poursuite tout aussi grotesque que le combat, les deux LG trouvent la bonne porte (comment ? mais le sens de l’orientation d’Odd voyons…*tousse*). Mais Jérémie n’a pas que ça à foutre de leur ouvrir, il a une urgence nommée Kolosse. Ce qu’il fait ? On en sait rien mais c’est plus important qu’ouvrir la porte (on apprend plus tard qu’il lance le programme multi-agents, ce qui semble un peu long à faire). On notera quand même que sur l’armée de robots, là, on en a cinq agglutinés dans un couloir à tirer trois pauvres lasers. J’avoue que niveau réalisme de la bagarre…
M’enfin le réalisme ne peut pas être là partout. Après une plombe à contrer sans effort les tirs de robots statiques et mous, quand Jérémie se consacre à la porte, elle s’ouvre en trois quarts de seconde. On notera que la porte précédente, en théorie moins protégée (celle-là est quand même celle de la salle du Supercalculateur bon sang !) s’était ouverte après un bon moment d’attente…
Odd passe à l’offensive et laisse Aelita se démerder ce qui est une foutue bonne idée. Sur un superbe thème musical, bonbon rose se carapate vers le terminal pour taper le programme de Jérémie. Alors c’est bien beau mais Odd ne tient pas longtemps puisque les robots ont dû réussir à brancher le système de visée et lui atomisent la gueule en un temps record. Comme quoi le réalisme ça se travaille…
Peu importe, le programme est prêt ! Certes, les robots viennent faire chier mais le champ de force étant plus efficace que la flèche laser, merci les dégâts de zone…eh bien elle tient très facilement et lance le système. Enfin, après elle passe en mode giga cruche, puisque ses deux champs de force dans les mains, elle encaisse bouche bée une salve qui la détranslate. Non mais sérieusement.

Sinon, Yumi et Ulrich bavardent tranquillement, règlent leurs problèmes de jalousie au sujet de William, bref, tout va bien, c’est beau c’est mignon qu’est-ce qu’on s’emmerde. Heureusement que le lieutenant de Xana arrive à dos de Manta pour calmer le jeu. Enfin une bonne bagarre. Surtout que Xana mobilise ses Réplikas…
La bataille aérienne se termine vite avec la destruction de la Manta Noire et le retour de William sur le plancher des vaches. Quelques passes d’armes légèrement recyclées et puis William bondit vers l’arrière, met son costume de fumée et plonge dans la mer numérique. Evidemment ça n’annonce rien de bon. Arrive alors le Kolosse (Jérémie est quand même super doué pour pas avoir capté que c’était lui que Xana invoquait avec l’énergie de ses Réplikas).
Autant les combats en Sibérie sont très chiants, autant là ça promet d’envoyer du lourd puisque Ulrich escalade le Kolosse. Ça, en théorie, c’est du bon, non ? Une bonne grosse bagarre avec un volcan vivant comme terrain, ça va envoyer ! Un petit plan discret sur la seconde cible du Kolosse nous indique qu’il va se passer un truc dans le crâne d’Ulrich, genre une réflexion, ce qui rend l’épisode très peu cohérent.
Yumi, en revanche, ne cogite pas et envoie un éventail en plein dans la cible. Sauf que troll ! ça ne suffit pas. Toute désappointée, elle fait part de son échec à Ulrich qui lui donne, lui, son observation dont il est si fier. Jérémie, lui, va balancer son programme pour tenter de ralentir le Kolosse. Ça risque quand même de mettre la puce à l’oreille à Xana, de dévoiler leur arme secrète comme ça. Mais comme Xana est con, cette révélation prématurée n’aura aucun impact. Même si ça aurait pu. Genre Xana aurait repéré le programme et eu le temps de se créer une défense contre lui d’ici le 94…non ? Mais il faut avouer que l’exécution du système est originale puisqu’elle piège le Kolosse dans la glace de la Banquise. Simple, efficace, Icerien. William illustre parfaitement la frustration de Xana en beuglant un bon coup, puis se lance ZE combat. William contre Ulrich sur le Kolosse. Duel mémorable, mais comme Ulrich se retient et que William n’a pas le droit (selon le scénario) de le défoncer comme il se devrait, eh bien…c’est plus mou que ce qui était attendu. Et de loin.
Le Kolosse finit par se dégager alors que l’affrontement touche à sa fin. Et puis la dévirtualisation de Yumi n’est pas sans rappeler les évènements de CLE, lors de l’exploration du Cortex où ses talents de conductrice mangeuse de murs sont devenus célèbres. Eh ben ça marche aussi avec les Kolosses.
Ulrich et William reprennent leur combat, finalement, avec une jolie chute contrôlée du Kolosse. Je qualifierai ça d’épique. William se fait vite défaire, Ulrich lui braque son sabre sur la gorge, serait-ce la fin ? Et bien non, puisque pour une fois dans la série le Supersmoke est utilisé correctement. William se tire avec une légendaire trollface. Ulrich se fait écraser sous la papatte du Kolosse avec une belle tête d’idiot désemparé. Xana a gagné cette manche. Jérémie crie derrière son écran, au bord du désespoir. Un sourire sadique s’affiche chez les plus cruels des spectateurs et sans doute chez William qui ricane ouvertement. Un « victoire » est déjà lancé, sans être digne du 82, il est pas mal…
Attendez, quoi ? Odd apparaît comme par magie derrière lui ? Quoi, il le dévirtualise d’une flèche laser ? Mais quand s’est-il réveillé ? Qui l’a débarqué ? Ouatzefeuuuuucke ?!
William émerge du scanner, tout à fait normal. Yumi et Ulrich vont jusqu’à lui faire un (hug). C’est ça. Et un nouveau facepalm ! Quand on voit ce que ça va donner dans les prochains épisodes, sérieusement, était-ce la peine ?
La défaite de Xana n’est pas totale, cependant, puisque le Kolosse arrive à changer le Skid en amas de pièces détachées. Jérémie panique derrière son écran et n’est pas assez malin pour ramener sa copine qui a bien de la chance que le Skid explose avant d’entrer dans la mer numérique...


Note

Cohérence/Réalisme : 2/5 Non sérieusement on s’est fait escroquer sur le final.
Personnages : 1/5 Ah on parle d’eux ? (Non et puis le (hug) signé Willy, non quoi)

Action : 2/5 On aurait vraiment pu faire mieux c’est dommage.

Originalité : 3/5 Bah c’est sûr que ça change, au moins.

Conclusion : Un épisode qui aurait clairement pu mieux faire. Le retour de William est torché, ponctué de rebonds scénaristiques incohérents et douteux. Plein d’éléments sont passés à la trappe, les combats virtuels ne suffisent même pas à rattraper ça malgré le potentiel.

8/20.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 19:32   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1440
Localisation: Sûrement quelque part.
Episode 91 : Mauvaises ondes


Mais si tu sais, mauvaises ondes, le remake de la nuit des morts-vivants…



Partie terrestre : mes parents sont gentils.

Ulrich, de retour de la douche, nous offre un élément fort comique puisqu’il est coincé dans le couloir à taper sur la porte pour que son colocataire le laisse rentrer. Visiblement, Odd a fermé la porte à clé pendant qu’il partait prendre sa douche, ce qui est assez fourbe. Jérémie se paye sa tête. Par contre, puisque Ulrich prend sa douche, on doit être tôt le matin. Donc expliquez-moi ce que fout Yumi dans le couloir, dans l’internat, dans l’établissement ? Oh mais ça commence bien tout ça. Einstein, prix Nobel de la diplomatie, arrive à convaincre Odd d’ouvrir. En même temps, c’est Odd.
Ils le trouvent assis sur son lit, grognon, et en mode artiste incompris (public ignare…). Toujours est-il qu’il nous annonce le thème de la partie terrestre de l’épisode : une histoire de court-métrage et de…parents. Là où c’est complètement ridicule c’est que Odd se plaint d’avoir des parents gentils. Il va même jusqu’à dire que c’est une anomalie qui le dérange. Je rêve, là. Se disputer avec ses parents n’a rien de cool (Ulrich lui fait remarquer) et ce n’est pas le cas de tout le monde, alors niveau motif pourri pour tirer la gueule, on repassera. Mais….c’est Odd quoi. Heureusement, ses amis se montrent moins con et lui répondent avec un sarcasme très perceptible que c’est vraiment dramatique.
On découvre donc les parents d’Odd. Leur look un poil improbable ne surprend carrément pas puisque ce sont les parents d’Odd. Mais le must c’est quand même la mère qui sort de nulle part un cadeau. Ok on peut admettre qui était dans son sac mais l’entrée dans le champ est juste incohérente avec cette idée. Pour continuer sur les parents, la scène mémorable où ils discutent avec le proviseur, tiens. Ils illustrent tellement le cliché des parents en adoration devant leur progéniture et qui ont réponse à tout sur ce point (on apprend que Delmas est féru de micro-électronique…ouais, enfin je pense qu’il préfère les pingouins). Le proviseur désespère vite de leur apprendre que Odd est un flemmard de la pire espèce et se contente d’un « ahin ». Suite à cette entrevue éreintante, le pingouin reprend ses droits sur le temps de Delmas…
En parlant de féru de micro-électronique, ça va servir puisque Sissi a pété son portable. Son père se propose donc de lui réparer. Il sort un tournevis de sa veste (oui oui) et éventre donc ledit portable avec une efficacité redoutable (digne de Tyker). RIP. En plus, la pauvre Sissi rappelle à Nicolas que Odd aime se foutre de sa gueule dans les films et le voilà qui rigole. En parlant d’Odd, il n’est pas encore arrivé et Ulrich va donc le chercher. Il le trouve assez facilement, en train de bouder dans les escaliers, et le ramène avec tout autant de simplicité. Commence ensuite la partie virtuelle.
Petit retour à la fin de l’épisode où Odd comprend qu’en fait, avoir des parents cools, c’est bien. Cet épisode suit vraiment le schéma classique d’un CL : problème terrestre, problème virtuel, désactivation, RVLP, résolution avec une morale. Youpi.
On a un aperçu du truc d’Odd qui est en fait plus une projection d’images avec commentaire de l’auteur parce que sans la phrase du blondinet, c’était pas drôle. Il fait de l’humour caricatural mais Sissi a quand même droit à une rédemption. Le clin d’œil qui lui lance renforce la thèse Odd/Sissi mais à donf.
Euh par contre. Comment il a fait pour filmer tout ça sans que les concernés le sachent ? Surtout vu l’angle où il filmait Sissi. ça fait genre caméra de surveillance.
Odd serait-il un vicieux pervers qui a foutu des caméras dans les chambres des filles ? Affaire à suivre.


Partie virtuelle : left to die

« Il faudrait vraiment être malchanceux pour que Xana attaque pendant un court-métrage de 3minutes… »
Mais, ta gueule Aelita…
Après un joli plan mouvant dans les montagnes, la tour activée se profile. Un spectre jaillit du disjoncteur de l’antenne téléphonique et se jette dans ladite antenne avec entrain. C’est ainsi que Xana s’en prend à tous les portables. Bon j’ai un peu de mal à voir comment il arrive à xanatifier tout le monde rien qu’avec un spectre dans l’antenne. Surtout que le spectre, par magie, se retrouve dans le portable. Et il n’a pas été prouvé que les spectres pouvaient voyager via les ondes…
J’admets que c’est une xanatification plus que chelou qui rend juste les gens très très agressifs. Va savoir pourquoi. Ça prend peut-être moins d’énergie, même si les ennemis (alias les zombies) en dépensent plus en disant des conneries. Bref, les portables se mettent tous à sonner et c’est la zombie walk qui commence…
Un petit passage comique où Jim confond Xana et sa mère. Son oreille se met à fumer ce qui est complètement incohérent, puisque le spectre ne ressort pas. On note que les zombies sont pas hyper réactifs parce que les 4 LG arrivent à foutre le camp. Okay, Odd reste coincé, mais les autres ont réussi à se tailler…
Ok non ces xanatifiés sont très cons. La façon dont Jim laisse filer Odd est juste déprimante. Xana devrait aller se cacher dans un trou après ça. Surtout qu’en plus il utilise tout le collège/lycée pour attraper UN Lyokoguerrier, et celui qui n’est pas à l’usine en plus. C’était trop demander d’en détourner une partie pour plus d’efficacité ? Mention spéciale à la tête blasée de Odd face à Mme Hertz, Milly et Tamiya Tu n’es pas du tout en danger de mort, idiot. En fait, les xanatifiés qu’on voit là sont beaucoup plus patauds et comiques que d’habitude. Peut-être que ça vient du fait qu’ils ont été xanatifiés d’une façon louche mais niveau xanatification de masse, Xana a déjà fait beaucoup mieux et là, l’impression de danger et de tension qu’on pouvait avoir lors des attaques bien foutues est complètement sabordée au profit du rire. Honnêtement, je n’approuve pas. Ça ne fait que rendre Xana ridicule et vu toutes les incohérences déjà faites, il en a pas besoin. Mention spéciale aux LGqui ne se sont même pas rendus compte qu’Odd n’était pas derrière eux en arrivant à l’usine.
En fait non, la mention spéciale reviendra à Odd qui au lieu de rester planqué décide de bouffer un couscous boulette. Quand je vous disais que les xanatifiés ne faisaient vraiment pas peur. Même Odd, qui est pourtant celui qui est dans la merde, n’est pas stressé. La scène avec Nicolas et Hervé qui tentent d’attraper Odd (sérieusement, Nicolas avec une pelle pour balayer ?...) termine de dynamiter la crédibilité de ce malheureux Xana.
La seule alliée du blondinet sera Sissi, ce qui est intéressant d’un point de vue psychologique. Le personnage de Sissi peut se montrer très sympa, c’est vrai, et on en aura encore la preuve. Pour le moment, son intervention est héroïque même si on se demande comment elle est arrivée là. Là encore, les pseudo-xanatifiés gardent une partie de leur ancienne identité (Delmas reconnaît Sissi comme sa fille par exemple). Xana, par la bouche du père d’Odd, exprime sa ferme opposition au laxisme. On ne peut que le plussoyer. Par contre, entendre Rouiller proposer du répit éternel, ça le fait moins. Et on a pas souvent vu le jardinier déconner, alors...Xana aurait-il un humour de merde ?
Mais bon, les deux se font finalement attraper (en même temps, ils étaient poursuivis par tout le collège. Un collège d’attardés, certes, mais un collège quand même). Et là, bien sûr, pour continuer dans le WTF, Xana décide de ne pas les buter tout de suite mais de bien prendre son temps en les jetant du toit. En fait, l’attaque du 55 vient peut-être d’être détrônée…
La transition humour noir avec la partie bagarre est sympa puisque quand Aelita affirme qu’Odd n’a pas peur du vide, il va se faire suicider. Epic non ? Surtout que les xanatifiés lui suggèrent gentiment de sauter, ils ne le jettent pas et ne le poussent pas. Enfin, ils se décident à le faire quand Aelita désactive la tour, quoi.

Du côté des combats, les LG sont face à une plateforme très très haute. Aelita aurait pu monter désactiver la tour en volant avant l’arrivée des monstres (le terrain est dégagé, pour le moment), avec l’aide de Jérémie pour les détecter, non ? Bah non, sinon l’épisode se termine à la moitié du chrono, c’est con hein ?
On envoie donc l’Overwing, Yumi en profite pour jouer les pétasses qui draguent (ouais ça m’a fait bizarre à moi aussi) et les premières Manta se pointent. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles sont efficaces : deux chutes en quelques secondes de combat ! Ulrich rattrape Yumi (fait digne d’un auteur de fanfic lambda) et elle n’a pas l’idée de tirer un éventail pour allumer les Mantas. C’est Aelita qui doit se charger de l’offensive avec le champ de force.
La situation ne s’arrange pas, la seconde Manta est coriace même si, bien que pas verte, elle tire à côté. Ulrich et Yumi ont du pot, mais pour combien de temps ? La japonaise se réveille et tire enfin sa fichue arme, mais Aelita la grille en démolissant la Manta et vient leur faire une jolie plateforme, comme par hasard au moment où Ulrich se met soudainement à glisser.
D’ailleurs je me permet de faire remarquer qu’on a une animation inhabituelle quand Aelita utilise son don de création. On voit une lumière rose apparaître dans sa paume tendue. C’est peut-être la seule apparition d’un effet visuel pour le don de création et dommage, parce que c’est joli. Là-dessus, elle va leur faire la discussion au lieu de foncer désactiver la tour. C’est vrai que vu ce que Odd affronte, y a pas à se presser. On note que le vertige d’Ulrich est aussi effectif sur Lyoko. Alors que Yumi commence à le charrier là-dessus, un Krabe décide de mettre un peu de sérieux dans cette histoire et on ne peut que l’en remercier.
La japonaise réussit quand même un de ses plus jolis tirs à longue portée. Pour une fois qu’elle sert à quelque chose…enfin, ça ne dure pas. « Je vais faire mon possible pour pas prendre un nouveau tir » dit-elle avant de se faire dévirtualiser par un petit Kankrelat à l’esprit trollesque. Aelita ne profite toujours pas de ce que les deux monstres soient focalisés sur Ulrich… mais qu’est-ce que tu attends pauvre folle ?
« Jérémie, on arrive à rien là ! »
J’ai envie de dire, évidemment, si vous êtes trop cons pour voir que le chemin vers la tour est juste méga dégagé…
On a droit aux premiers essais d’Ulrich sur l’Overboard, ce qui est assez rare pour être mentionné même si l’excuse pour le « on a qu’un véhicule » est très bidon : un virus de Xana alors que les véhicules dépendent de la partie protégée ? Mais genre.
Aelita et Ulrich s’acharnent toujours sur le même Krabe, visiblement très en forme. La tour, vraiment, c’est surfait. On l’envoie se crasher à deux mètres d’ailleurs. Le Krabe manque de la tuer, descend Ulrich mais récupère un sabre dans la carapace en prime. Aelita va-t-elle aller dégommer le Kankrelat sur le sentier tout en bas, des fois qu’il l’empêche de désactiver la tour ? *ironie*
« Aelita dépêche toi la voie est libre ! »
Elle l’était depuis le début de l’épisode…



Note

Cohérence/Réalisme : 1/5 Très très limite. Vraiment.
Personnages : 1,5/5 Pour les parents d’Odd, on va dire ?
Action : 2/5 Ah vous voulez dire le truc mou et sans sens ?
Originalité : 2/5 Deux trois éléments sympa en virtuel mais…
Conclusion : un épisode bien classé dans les épisodes WTF, honnêtement. Sans arriver au niveau du 81, légendaire, il se vautre bien (et si le 81 a la même note c’est parce que William rattrape). Les combats n’ont pas de raison d’être, les xanatifiés ne font pas peur du tout, et ne sont pas drôles non plus. Quel drame. Mais il reste équilibré dans sa déchéance.
Note finale : 6,5/20 du coup.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Jeu 10 Juil 2014 10:55; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 19:33   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1440
Localisation: Sûrement quelque part.
Episode 90 : Médusée




Partie terrestre : la photo qui résoudra le problème du harcèlement scolaire et des inégalités

Tout commence à l’Ermitage. Pourquoi l’Ermitage ? Parce que, comme le dit si bien Aelita, Jérémie est désespéré. En cas de désespoir, il se tourne vers Franz Hopper…logique. Donc, une virée chez le vieux en espérant trouver de nouvelles infos. Il a cru au Père Jirachi. Ses excuses un peu bancales ne dupent personne. Le thème inquiétant et mystérieux de l’Ermitage revient mais sans raison, juste peut-être pour nous faire espérer une découverte fantastique. On est à la fin de la saison, ce serait normal…
Aelita a quelques souvenirs. L’ambiance de cette première scène est franchement sympa, et vient l’élément important de notre épisode : la photo repêchée par Aelita d’elle et FH. Jérémie se montre chaleureusement enthousiaste, tout ceci rappelle la petite complicité des deux têtes pensantes. Mais on ne s’attardera pas trop dessus, les groupies vont crier sinon. Là où c’est louche, c’est que Jérémie trouve des trucs dans les formules écrites au tableau. Alors je suis une profane mais ça ressemble plus à une formule de maths (y a même une figure géométrique dans un coin) qu’à des codes informatiques. Sauf si on utilise autant de lettres grecques en info’. Mais bon, Jérémie admet être désespéré du coup…
Non sérieusement si on fait arrêt sur image on lit f(9) = { alpha ; bêta } (non mon clavier ne sait pas lire les lettres grecques). Ça, vraiment, j’y connais rien mais ça me fait juste penser à des maths. Je sais que c’est lié mais…enfin passons.
On se téléporte au réfectoire où Odd mange peu. Ça alors, on l’a jamais vu arrêter de bouffer pour une fille. Car oui, c’est Anaïs Fiquet qui hante les pensées de notre blond pour cet épisode, cette fille qui a choppé une incroyable réputation de pétasse auprès des auteurs de fics (kassdédi Engrenage)…mais je m’égare. Le troll d’Ulrich agace tellement Odd qu’il est prêt à sacrifier sa nourriture pour lui jeter à la figure, c’est quand même dingue ! Après quelques répliques, il trouve une idée plutôt douteuse pour se faire remarquer par Anaïs et décide de la mettre en pratique. Soit, soit.
Par contre, euh, je connais des quiches en informatique (dont moi) qui ignorent par exemple comment faire un screen, mais être assez con pour se planter de destinataire ET de photo dans le même mail, j’avoue que c’est d’un niveau supérieur. Mais Sissi reconnaît FH et va voir son père…
« Je suis Médusé ! »
Merci à Delmas pour le titre de l’épisode. Mais en tout cas, les LG ont désormais un petit problème d’identité à justifier. Par contre, je ne capte pas un truc. Comment se fait-il que Delmas en ait quelque chose à cirer de savoir que des LG ont un lien de parenté avec FH ? C’est pas dramatique, c’est pas un crime, pourquoi il a l’air aussi en colère quand il dit qu’il va les convoquer pour une explication ? N’importe quoi…
« Tu n’es pas en cours à cette heure-ci ? »
Non, Odd a envoyé le mail pendant la pause déjeuner…en parlant du chat, il est en train de faire avaler discrètement la pilule à Einstein. Enfin, discrètement, tout est relatif. Quand Jim débarque et décide d’emmener toute la bande en plus d’Odd et Aelita, c’est de plus en plus douteux. Enfin, Delmas calme un peu le jeu en affirmant qu’il n’y a rien de grave. Jérémie et Aelita arrivent à se contredire, Aelita en admettant qu’elle est la fille de FH, oui c’est bien elle, et Jérémie en disant que ce ne peut pas être elle sur la photo, sinon elle aurait une vingtaine d’années. D’ailleurs petit fail de Jérémie, AElita n’a pas 13 ans, elle est en 3ème…
Et alors ensuite, cerise sur le gâteau, Delmas consigne TOUTE la bande, une fois encore, dans la bibliothèque pour une aprèm’ parce qu’il vérifie l’identité d’UNE élève. Mais, gg. Il ne tarde pas à découvrir qu’il n’y a pas d’Aelita Stones.
Enfin, ça c’est avant de se faire interrompre. A la fin de l’épisode, tout est arrangé et il n’y aura pas de suites sur les faux papiers d’Aelita. Enfin, Odd qui se met à gueuler le vrai nom de famille d’Aelita dans la cour c’est pas mal aussi. Très Odd.
Dernière image : des gens qui bougent sur les photos (comme HP) et des rires d’enfants façon film d’horreur. Intéressant cross-over.


Partie virtuelle : when I was a child, I was a jedi…

Arrive le moment tant attendu : tour activée. Xana, visiblement peu fan du proviseur et de ses découvertes, va le xanatifier et l’envoyer réquisitionner Aelita. On applaudit la subtilité dont Xana fait preuve, puisqu’il ne rentre pas en défonçant la porte et demande juste à la jeune fille de le suivre, avec calme. Ah pardon, Xana commet l’erreur de se retourner vers Jérémie avec un regard maléfique. Et là forcément, ça déclenche une réaction agressive des LG qui arrivent à passer Jim grâce au stage commando (enfin c’est ce qui se dit).
Aelita commence à capter qu’un truc ne va pas quand Delmas la trimballe au milieu du parc. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle est réactive *tousse*. Bref, elle se prend un Coup d’Jus (Aelita sauvage est paralysée) et Delmas va donc marcher paisiblement vers l’usine avec elle sur l’épaule. C’est vrai, pourquoi se presser ? Mais bon, bonbon rose finit par se faire virtualiser, à la merci de la Méduse. Le fait qu’elle ne reprenne pas conscience sur Lyoko est bizarre, en général c’est ce qui se passe. Rien n’a été clairement établi (sauf par CLE qui fait disparaître les troubles mais CLE…bon bah voilà quoi) du coup on laisse le bénéfice du doute. Mais c’est très louche tout ça.
Les LG, une fois arrivés à l’usine, tombent nez à nez avec Delmas. Ça se conçoit. Par contre, qu’Odd l’affronte tout seul sans que personne ne se propose de rester à côté, je conçois moins. Toujours est-il qu’il s’en sort pas trop mal pour retenir le proviseur malgré les prises de la mort que ce dernier arrive à faire…enfin, ça dépend des fois quoi. Certains coups sont impressionnants, d’autres un peu moins. On note que Odd fait parfois des sauts un peu trop grands pour être honnêtes, des restes de l’épisode 47 peut-être ? Enfin c’est compensé par sa torsion de la cheville sur terrain plat alors qu’il courrait normalement. Ouais, bon, il est vraiment pas doué aujourd’hui. Faut dire que son affrontement avec Delmas n’est pas le plus palpitant qu’on ait vu. D’ailleurs, la scène coupe au moment où Odd va se prendre une tôle dans la gueule mais on en entend plus parler après…on voit juste Odd, encore un peu plus loin après, avec Delmas qui a une poutre dans les mains cette fois. Epic. Ou alors c’est une boîte en carton, je sais pas trop.

Et pendant ce temps, sur Lyoko, Aelita émerge et Ulrich et Yumi plongent. Ah et la Méduse fait coucou. Une fois encore, Aelita se montre conne et n’a pas le réflexe de s’envoler hors de portée, par exemple. Au moins s’enfuit-elle, et pas en direction de la mer numérique…
Pour une fois, les LG sont virtualisés pas trop loin du lieu de crise mais deux Krabes sont envoyés en urgence pour leur barrer la route. On notera que eux aussi sont virtualisés là où il faut et ils ne déboulent pas, en retard, d’un quelconque sentier, mais c’est pas ça qui va les empêcher d’être dégommés fissa. Enfin du moins pour le premier, l’autre semble être plus compliqué. C’est à se demander pourquoi on le laisse pas à Yumi, avec Ulrich qui fonce pour découper la Méduse. Ce serait plus malin, m’enfin on parle d’Ulrich et Yumi…
Aelita finit par être rattrapée et de ce fait elle va tenter de se battre avec brio. C’est tout à son honneur enfin la Méduse est douée pour esquiver les champs de force…et comme d’habitude, les LG arrivent trop tard. La combinaison Aelita/Tarentules est assez violente de prime abord, mais en fait Aelita n’a pas envie de se battre et va se jeter dans la mer numérique, ayant enfin compris (avec l’aide de Xana) que son existence est dénuée de tout intérêt.
Jérémie est quand même en train de suggérer de la dévirtualiser sans penser à la tour, au début. Il est quand même super doué. Mais Ulrich a eu la même idée et d’ailleurs il va s’asseoir derrière un arbre. Oui, il s’assied, et en plein combat. Un problème ? Enfin, l’instant d’après il est debout et tente de massacrer Aelita qui lui vole avec adresse son sabre. Le changement de couleur annonce déjà un duel à la Star Wars, et ça s’annonce badass. Par contre, le thème de William fait un peu tâche ici, on aurait préféré, peut-être, un thème uniquement pour Xanaelita, ç’aurait été super cool ! Et ça aurait contribué à faire figurer ce duel dans les mémoires….mais ne rêvons pas trop. A partir de là, les combats deviennent franchement dynamiques puisque Yumi, malgré son inutilité légendaire, doit arriver à gérer deux Tarentules enragées en solo.
Jérémie finit quand même par réaliser qu’il disait de la merde en voulant faire dévirtualiser Aelita, et se met à chercher un moyen de lui rendre son état normal sur fond de passes d’armes monstrueusement épiques. Il trouve assez vite en utilisant le programme de reboot. Je suis un tout petit peu sceptique sur l’utilité d’un programme de reboot du SC contre une xanatification (après tout, si ça marchait comme ça, on aurait eu la solution pour William dès maintenant)…mais soit, passons. Autant que ça serve un peu.
Yumi arrive ENFIN à tuer une Tarentule, mais du côté d’Ulrich, c’est la dèche, Aelita l’a désarmé et envoyé au tapis. Le reboot est lancé alors qu’elle s’apprête à le finir, d’ailleurs l’effet visuel du programme est plutôt joli, on dirait qu’une sorte de vague submerge le territoire. Ça fait partie de ces phénomènes virtuels Imprévus qui sillonnent divers épisodes et qu’on ne revoit jamais…une minute de silence pour eux.
Bonbon rose est à moitié KO suite à ce courant d’eau bleue et Ulrich doit la soutenir jusqu’à l’Overbike (qui, non, ne pouvait pas apparaître à côté). On notera que Yumi, s’étant interrompue deux secondes pour mater Ulrich, prouve une fois encore qu’elle ne sert à rien en se faisant dégommer par la Tarentule qui va ensuite foncer à la suite des deux restants et les mettre en joue alors qu’Aelita tente d’atteindre la tour, toujours ramenée à son état végétatif naturel. Cette Tarentule est quand même une tueuse. Ulrich s’interrompt pour la troller et lui dire qu’elle a échoué, elle a un quart de seconde de réflexion et SBAF, un laser dans le ventre. Très efficace.
Formulé autrement ça donne…

Ulrich utilise Provoc !
Tarentule utilise Coup Double ! C’est super efficace ! Ulrich est KO !


Et nous fermons là-dessus cet épisode.


Note

Cohérence/Réalisme : 2,5/5 Quelques fails moyens ponctuent l’épisode.
Personnages : 3/5 La scène du début est très chouette et on a un peu de back-story.
Action : 4,5/5 Ai-je besoin de développer ?
Originalité : 3/5 Même si xanatifier Aelita a déjà été vu…l’idée était bien.
Note finale : 13/20 Un épisode franchement sympathique à voir avec de bonnes scènes d’action et un peu de back-story.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Raymentase MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 19:34   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Raymentase)


Inscrit le: 13 Mar 2013
Messages: 309
Localisation: Rennes
Episode 54 : Lyoko Moins Un


Désolée la meute, mais je pouvais pas mettre Ulrich en en-tête


On se souvient tous de l'intrigue de Lyoko moins un, en tout cas la virtuelle, c'est le deuxième épisode de la courte saison trois, et surtout le premier épisode où un territoire est perdu. Grand changement. Mais avant de nous intéresser à la partie virtuelle, commençons par ce qui se passe sur Terre.



Partie Terrestre :

Et là, première scène, premier fail. Ou alors Kadic est vraiment étrange. En effet, à la première seconde de l'épisode, on voit qu'il est sept heure. L'heure à laquelle les élèves se réveillent en douceur, sortent difficilement de leur mode comateux, peuvent enfin allumer la lumière après avoir passé les deux dernières heures à lire à la lueur de leur portable … Oui, sept heure, l'heure du réveil. Mais, cette fois, Odd n'est pas là. Et où est-il ?
http://media.codelyoko.fr/download/rub/personnages/trombinoscope/personnel_weber_nicole.jpg
Chez Nicole Weber, la secrétaire du proviseur

Et là, je me demande vraiment si c'est pas de l'exploitation. Déjà, elle est là à sept heure, mais surtout elle fait des photocopies à un élève ? A l'heure où il est censé se réveiller ? Mais … que fait-elle ? Et qu'a fait Jim ? 31 copies ça ne se fait pas en une minute. Nicole se fait vraiment exploiter. Mais cette scène a au moins le mérite de nous faire nous poser des questions : "Que sont ces photocopies ?" Et bien, elles sont la clef de l'intrigue terrestre.
De retour du côté d'Ulrich (Sad), on le voit entrer dans la chambre de Jérémie. Le pauvre informaticien du groupe s'est (encore) endormi sur son clavier parce qu'il tentait d'envoyer les Lyoko-guerriers dans le réseau (ce qui sera l'intrigue de la saison quatre, rappelons-le). Mais ensuite, c'est des délégués de classe dont nous parle Ulrich. Les élections ont lieu le jour-même et Jérémie est candidat. Et il est sûrement l'un des seuls collégiens à avoir un programme , et pas à juste dire "Votez pour moi Mr. Green". Mais, selon Ulrich, vu son adversaire il n'a rien à craindre.
Tout simplement parce que son adversaire est une courgette. Ah non, on me dit dans l'oreillette qu'il s'agit d'Hervé, autant pour moi. Hervé coaché par Sissi. Cette dernière ne pourrait pas se présenter à l'élection à cause de son lien de parenté avec le proviseur. Vraisemblablement, il s'agit simplement d'une faveur que lui a demandée son petit papa pour qu'il ne soit pas gêné. Soit, c'est totalement logique.
Mais, attention surprise ! Les photocopies qu'a demandées Odd sont en fait son programme . Encore un, Kadic est visiblement un lycée exceptionnel. Aelita rigole un bon coup, mais les deux autres sont juste scotchés de voir Odd se présenter à l'élection. L'effet de surprise …
Pendant ce temps-là, Yumi est en sortie scolaire avec Jim et Mme Hertz. Aïe, sortie scolaire, soit loin de Lyoko. William lui est resté en étude à cause d'une heure de colle, en tout cas, c'est ce qu'on déduit des paroles de Jim qui reste cois en entendant que la pollution pourrait nuire aux forêts et au "petit lapinou".
Et hop, de retour aux élections. Odd est le premier à parler et on peut le voir … entrain de dégrader Jérémie ? Bon esprit de compétition on va dire. Et on a un Ulrich qui change de camp et incitant les "mauvais élèves" à se réveiller. Déjà qu'ils se font traiter de mauvais, on sous-entend qu'ils dorment ou pire se font endoctriner par les premiers, sympathique tout ça. Et toute la classe applaudit bien fort. Toute la classe est donc composée de "mauvais élèves" ? Ou ils se laissent juste porter par l'hystérie collective ? Mais ! Oh, XANA ! Quel timing impeccable, il a même attendu la fin du mini speech d'Ulrich.
En fait, il a pris ce temps pour peaufiner son plan. XANAtifier toutes les personnes présentes dans le bus de Yumi, c'est intelligent. Il aurait juste dû penser à électifier les fenêtres comme dans la cantine dans l'épisode 16. De cette manière Yumi ne se serait pas échappée du bus en sautant à travers la fenêtre et en atterrissant par terre sans dommage.
Par contre, celui qui s'en sortira pas sans dommage c'est Hervé qui a lui aussi un programme ! Kadic est impressionnant. Mais on ne peut pas dire la même chose des idées de l'ami de Sissi. Mais ses paroles importent peu, à l'inverse de la conversation "discrète" d'Odd et Jérémie. Le premier fait une crise parce que Jérémie ne le croit pas capable de tenir le rôle de délégué et le second s'énerve parce qu'il ne pense pas qu'Odd soit capable de tenir ce rôle. Selon lui, le délégué de classe a une grande responsabilité. Une responsabilité plus importante que se retenir de bailler trois fois dans l'année. Mais soit, Jérémie a peut-être une vision magnifique de cette fonction. Mais dans ce cas-là ça pose un petit problème. Jérémie délégué. Vous ne voyez pas ? Jérémie qui prend la responsabilité de délégué. Toujours pas ? Oh voyons, on a déjà dit que Jérémie passait ses nuits sur l'ordinateur. Et que XANA attaquait en cours. Alors comment Jérémie aurait-il le temps de s'investir dans ce rôle qu'il estime très important. Ou alors il se croit invulnérable et omniscient. Ca l'aiderait beaucoup, mais personne ne l'est, Jérémie n'avait juste pas pensé à ça après toute ses nuits blanches. En tout cas, c'est la raison que nous avancerons.
Par contre, pour le calme de M. Fumet, je n'ai aucune explication. Répondre à un appel quand on se prépare à exposer son programme électoral, ça devrait au moins entrainer la confiscation du portable. Surtout que cette fois, le prof le voit ! Et il est quand même gentil et prévenant avec Jérémie, bien que ferme. Kadic est merveilleux. Sauf quand des élèves XANAtifiés vous courent après. Ce qui est exactement ce qui arrive à Yumi quand elle appelle Jérémie. Prenant son courage à deux mains, Jérémie sort de la salle en… prétextant avoir oublié son discours. Enfin, on a vu pire. Et les autres LG les suivent histoire de s'assurer qu'ils ne leur arrivent rien, qu'ils ne se battent pas, qu'ils ne se fassent pas enlever par des poneys arc-en-ciels … à ce niveau-là, tout est possible.
Mais ils ne vont pas très loin, les quatre collégiens s'arrêtent sur un banc pour vérifier l'activité de XANA, comme si Yumi ne savait pas reconnaître un XANAtifié quand il lui court après pour la tuer. Ulrich apelle donc cette dernière, qui s'est arrêtée en pleine course-poursuite, pour vérifier son état, tout ça sous le regard de William, preuve que les LG ne sont pas discrets du tout. Mais c'est décidé, Ulrich va s'occuper de sa belle et les trois autres de la tour. Heureusement que William décide de suivre le samouraï. Nous arrêterons donc ici de suivre Odd, Aelita et Jérémie.
Alors, retrouvons Yumi qui s'est remise à courir. Elle tombe, échappe au très intelligent XANAtifié et se fait attraper par Jim qui va ensuite lui envoyer plusieurs décharges censée être mortelles.
Pendant ce temps, Ulrich tente encore une fois de l'appeler mais se résigne finalement, pour découvrir que "Oh qui voilà ! William". Ulrich est d'abord grincheux, alors que le nouvel arrivant ne souhaite que l'aider à retrouver Yumi. Mais sa tentative d'indifférence échoue lorsqu'un cri, de Yumi, retentit dans la forêt. Les deux garçons sont quand même remarquablement calmes quand on sait que la fille qu'ils aiment cri à s'en briser la voix. Mais finalement ils coopèrent sous la direction d'Ulrich (ça fait mal) pour la sauver. Ce dernier fait diversion en éloignant les XANAtifié, qui laissent Yumi la croyant morte, pendant que William la récupère et la remet sur pied. C'est un plan sensé puisque XANA ne pouvait pas se douter de la présence de William et penserait laisser Yumi seule. Mais ce plan a un point faible. Vous le voyez cette fois ? Ulrich est seul avec quinze XANAtifiés. Yumi, qui va beaucoup mieux, propose donc à William de se battre avec son bâton. Et avouons-le, il est très efficace. Voler autour de son bâton pour avoir quatre élèves d'un coup c'est cool. Et XANA s'en rend compte, peut-être est-ce là une des raisons pour laquelle avoir William sous son commandement l'intéresse autant. Il envoie alors tous ses combattants vers William sauf Jim, son représentant dans cet épisode, qui reste près d'Ulrich, sûrement qu'il a retenu la leçon. Yumi en profite donc pour lui sauter dessus. Pendant ce temps, William a mis KO neuf lycéens et fait face à Mme Hertz, le second boss après Jim. Il est vite mis hors d'état de nuire après s'être vu envoyer valdinguer contre un arbre. Et c'est ainsi qu'on arrive à la conclusion de l'attaque, Ulrich et Yumi suspendus en l'air par l'électricité de l'attaque des deux boss, entrain de mourir … avant que la tour soit supprimée
Car c'est bien l'intérêt de la partie virtuelle, la destruction du territoire qui entraine, la destruction de la tour. Mais, repassons-nous toute l'attaque.



Partie Virtuelle :

Déjà, on a une virtualisation d'Odd et Aelita. Une virtualisation à deux. Ca pose problème souvent, notamment dans le 65 (a) Mais visiblement, aucun problème du côté Jérémie, vu comment il a commencé cet épisode, c'est pas plus étrange qu'un Ptera avec une attaque sol. Par contre, il a bien géré. Les deux Lyoko-guerriers ne sont pas loin du tout de la tour. Mais vraiment pas loin. Tout le monde peut la voir, et facilement, on était plus habitués au tour lointaine, cachée, etc. Et en plus, ils prennent l'overboard, ça doit être rapide. Mais, au vu de l'épisode, on se rend compte que cette tour n'est pas assez proche du tout. Ou trop, ça dépend le point de vue. En tout cas, XANA lui est prêt. Quatre tarentules qui n'inquiètent personne même pas Jérémie. En fait, c'est pas un problème de tour Rolling Eyes
Odd arrive à détruire une tarentule, mais Aelita tombe de l'overboard. Heureusement, Odd saute avec elle. Ce qui est totalement stupide puisqu'il ne la protégera pas mieux d'en bas où il n'a pas accès aux ciblex des tarentules que d'en haut où elles sont faciles à toucher. Néanmoins, dans le feu de l'action il ne réfléchit pas, ce qui fait que lui et Aelita se mettent à courir vers la tour … pour se cacher seulement en arrivant devant. Elle est trop proche, ils sont pas habitués. Odd fonce dans le tas pour détourner leur attention et prouver que la visée des tarentules est nulle. Il en tue d'ailleurs une autre pendant qu'Aelita ne sort pas, la tour s'étant éloignée (On me dit que les scénaristes se seraient rendus compte de la facilité de cette désactivation mais pas qu'ils avaient déjà produit certaines scènes) Mais quand elle se décidé à y aller "Dadaa, la tour s'est re-rapprochée, c'est tellement beau la vie". Malheureusement pour nos héros, si les tarentules n'ont pas vu le manège des Lyoko-guerriers, la méduse, elle, l'a bien compris. Elle se positionne donc entre la tour et le bonbon, prête à …faire ce qu'elle fait. Mais qu'a-t-elle à faire ? Comme le fait judicieusement remarquer Aelita, XANA a déjà toutes les informations dont il pouvait avoir besoin. À quoi donc peut lui servir la méduse ? Cela ne change rien au fait qu'Aelita pourrait très bien fuir en la contournant, ce monstre n'étant pas le plus rapide. Mais elle agit comme dans la saison 1, en nunuche se cachant et faisant marche arrière. Techniquement, un retrait à l'arrière n'est pas moins dangeureux qu'une sortie sur le côté, surtout quand on compte les tarentules. Elle fait la même chose avec ses champs de force pas vraiment bien envoyés, mais là elle a au moins l'excuse de l'inéxpérience. Depuis le début, Aelita est le membre faible, celle à protéger. Maintenant qu'elle est dévirtualisable, qu'elle a une arme, on aurait pu imaginer mieux qu'un retrait après deux champs de force ratés. Au moins de la réaction, de la niaque, de l'envie, d'autre attaques même. Personne ne veut voir un bonbon rose avec la bouche ouverte en mode "Qu'est-ce qui m'arrive, je dois reculer" Mais c'est exactement ce à quoi on a le droit. Au moins, elle recule en courant, c'est déjà ça. Vers le bord, mais elle court. Evidemment, elle appelle à l'aide, et la seul aide qu'elle obtient est"Utilise tes champs de force" Conseil qui peut sembler superflu mais c'est parce qu'on a surestimé les capacités du pol…de la potiche rose. Elle envoie un champ de force qui sera dévié par la Méduse avant de se faire attraper entre ses tentacules.
Odd a réussi à éliminer une tarentule de son côté, mais en a toujours une autre sur les pattes. Mais un élément du décor, un caillou, lui permettra de passer outre son monstre. On notera l'intelligence remarquable dudit monstre, pourtant tarentulesque. Mais cela permet à Odd de se rapprocher d'Aelita pendant que l'informaticien de service voit qu'on implante quelque chose à la jeune fille. Il dit implanter, mais l'écran déjà utilisé dans la saison deux montre que le taux de … que le chiffre qui s'affiche descend. Peut-être qu'il considère Aelita comme une clé USB auquel cas c'est l'espace de stockage libre qui diminue, mais c'est plus vraisemblablement la flemme ou l'inattention de Moonscoop qui n'a pas inversé les images qui pose problème. En tout cas, Aelita est relâchée avant même qu'Odd ait pu envoyer sa flèche laser (qu'il aurait dû envoyer quand même, histoire qu'ils ne soient pas deux). Et quand le félin s'approche d'elle, on peut voir le sigle de XANA dans ses yeux.
C'est la première XANAtification sur Lyoko à laquelle on assite, les héros aussi. Ils ne comprennent pas tout de suite, nous si. Aelita est de leur côté car XANA lui a implanté quelque chose, une sorte de virus. On ne comprend pas tout de suite les plans de XANA, mais on peut déjà savoir que la tour ne sera pas désactivée, et que donc il pourrait tuer Ulrich et Yumi. En fait, pour ça il aurait suffi que XANA ait un peu de jugeotte. Odd est abasourdi, et Aelita l'éloigne d'un coup de bras. Ensuite, il n'y a plus qu'à jeter Aelita dans la mer numérique comme dans la saison quatre. Et hop, plus de désactivation de tour. Voilà qui aurait été embêtant et aurait donné la victoire à XANA.
Mais comme les gentils doivent gagner, XANA choisit la méthode longue. Mais le trajet le plus court. Il utilise une tarentule pour transporter Aelita. Cela n'est pas sans ressemblance avec la manta noire de William de la saison quatre (on a beaucoup de référence à la saison quatre dans cet épisode). Et c'est donc très rapidement qu'Aelita s'éloigne de la tour (qui a encore reculé) pour en rejoindre une autre. Sur son overboard Odd la suit, mais dès que sa tarentule de compagnie la lâche, cette dernière attaque Odd sauvagement, le temps pour Aelita d'entrer dans la tour. Odd est impuissant, quoi qu'il fasse, ça finira mal, il le sait, mais il se bat contre la tarentule quand même. Alors qu'au même moment, on retrouve la lenteur d'Aelita dans la tour quand elle entre ce fameux code sous les yeux éberlués et catastrophés de Jérémie.

http://img.codelyoko.fr/code_xana.jpg


Le code XANA. Le code qui détruit les territoires. Ça commence par la tour qui se désintègre et disparait sous le regard plein d'incompréhension d'Odd. Aelita en tombe et redevient normale. On ne sait pas comment ni pourquoi, mais elle redevient normale. Les deux amis courent pour échapper à la chute dans la mer numérique qui, elle, ne disparait pas. Jérémie les dévirtualise au plus vite pour leur éviter de prendre des risques inutiles.



De retour sur Terre, Jérémie mesure les conséquences de cette attaque. Le territoire de la forêt a définitivement disparu, détruit par XANA. C'est ainsi que commence la croisade du programme contre les territoires. Jérémie comprend que c'est pour empêcher les Lyoko-guerriers d'accéder à Carthage. XANA pourra donc détruire le cœur de Lyoko sans rencontrer aucune gêne. Les cinq amis doivent empêcher ça. Jérémie doit donc trouver le moyen de virtualiser les Lyoko-guerriers directement dans Carthage où ils pourront défendre le cœur. Et il se rend compte qu'il tient à Odd/se prendra la honte en s'endormant au conseil de classe/doit plus protéger le monde que sa classe/autre et fera en sorte qu'Odd soit élu entant que délégué de classe. Enfin une remarque intelligente dans cet épisode où tous les Lyoko-guerriers ont eu leur lot de stupidité. Jérémie est peut-être celui qui est le plus épargné mais son intervention est moins importante que dans beaucoup d'épisodes, il ne sert que de narrateur non-omniscient et stressé, soit pas objectif. C'est, avec de nombreuse autres, une des raisons pour laquelle j'attribue à cet épisode la note de :

11/20


La partie terrestre consiste en une compétition stupide et une bataille, alors que la partie virtuelle est chiante sans la XANAtification d'Aelita. Mais ce dernier élément est original et dynamise la partie virtuelle, en faisant remonter le niveau de l'épisode.
_________________

http://img11.hostingpics.net/pics/929402SignRaymentase.png
Merci pour ce beau pack Abby !

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba12.png


Dernière édition par Raymentase le Lun 23 Juin 2014 21:24; édité 7 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 19:35   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1440
Localisation: Sûrement quelque part.
Episode 89 : Il est sensé d’être insensé




Partie terrestre : le concert des enfoirés ?

Nous entamons ce gai (et non pas gay) épisode par une leçon de Mme Hertz. Un grand classique des intros d’épisode, mais ne soyons pas mauvaises langue et arrêtons-nous un peu pour détailler. On observe déjà cash que Mme Hertz débite un cours sur la charge électrique (quelle observation fine et pertinente je fais). Oui, ok. Mais là où ça devient rigolo c’est de voir les formules semi-développées, comme par exemple celle du C4H10O, molécule du groupe des alcools mais je m’égare, il n’y a pas lieu de réviser sa physique ici. En fait, elle dessine ses jolies molécules en causant de charge électrique donc déjà bonjour la cohérence du sujet. Mais rappelons surtout qu’elle s’adresse à des 3ème, or, en ce qui me concerne, les jolis dessins du tableau, je n’ai vu ça qu’en seconde…
C’était passionnant, mais Odd ne semble pas du même avis que moi et préfère se plaindre du manque de billet pour le concert des Subdigitals. En même temps, on achète pas un billet le jour du concert, surtout quand c’est des stars comme les Sub’. Les billets sont vendus à toute vitesse. On apprend ensuite que Odd a un nouveau plan c…une nouvelle copine et qu’il a prévu de l’emmener au concert. Donc le billet fourni par Aelita ne suffira sans doute pas. Mme Hertz, n’appréciant pas que l’on perturbe son cours, lui cloue le bec avec sévérité. La fin de la scène introduit le coup de stress d’Aelita, et la cloche sonne. D’ailleurs, elle se fait lâcher par Odd et Jérémie qui ont tous les deux des trucs à faire. Plus que le déjeuner, de la part d’Odd ça surprend (alors qu’il n’est pas prêt à céder des croissants pour celle qu’il aimeuh, Cf épisode 43)…en parlant d’Odd, son échange avec Matthias Burrel apporte une pointe de comique et d’ailleurs le nom du groupe cité par le binoclard me rappelle trèès étrangement Aerosmith, vous savez, les métalleux (alors qu’il est de notoriété publique que le métalleux est Emmanuel Maillard) ? Référence ? L’enquête est ouverte…
On revient sur Aelita avec son trac, justement. Milly et Tamiya semblent déjà sur le coup puisqu’elles prévoient un entretien avec Aelita pour leur prochain numéro. Visiblement, le journalisme est un truc sérieux. Bonbon rose, un peu sous tension, décide d’aller voir son n’amûreux pour se changer les idées alors que Odd se met à courir après Hiroki (ce requin) en lâchant un ultime troll à Yumi et Ulrich.
*réflexion brève mais intense*
Icer semble avoir plus en commun avec Odd que prévu…

Reprenons. Aelita arrive donc devant la porte de Jérémie mais croise Nicolas et Hervé qui lui demandent un autographe, comme quoi elle a des fans partout. Sauf peut-être Sissi qui n’aime pas se faire piquer ses disciples et qui se met donc à dire des méchancetés (habituel chez elle). Là où c’est moins habituel, c’est quand elle se fait remballer par Nicolas. Et après on essaie de nous sortir que Nicolas/Aelita c’est des conneries ? Mais cette scène est un bijou !
Hum reprenons². La chose rose, toute timidounette (néologiiiisme) va donc voir son Jérémie adoré pour lui donner sa place de concert et avoir un moment en tête à tête. Sauf que ses plans vont être un peu perturbés par…ben Jérémie. Qui bosse. Et qui se rate un peu dans la méthode « je te réconforte ma chérie ». Bon, elle se met à piquer sa petite crise, je trouve ça un peu exagéré : après tout, Jérémie bosse pour vaincre Xana là. Même si annoncer « Euh oui je vais être à la bourre » avec un énorme sourire sur la tronche…bof bof quoi. Derrière la porte fraichement (Icer approuve ceci) claquée, Aelita manque de chialer. Mais c’est pas la peine de t’en faire pour ça, bonbon, Nicolas sera dans le public ! *PAF*
On retrouve Odd qui vient de perdre un marchandage face à Hiroki (ouais il avait aucune chance quoi) et se retrouve donc à supplier Sissi (réconciliée avec Nicolas et Hervé). Par contre je ne vois pas en quoi le père proviseur de Sissi sert dans un achat de billets de concert…à moins que…les aurait-on confisqués ?! OMG, quelle cruauté. La négociation avec la pimbêche débouche sur un accord encore plus salaud qu’Hiroki, et très incertain pour elle. M’enfin, elle est un peu conne…et Odd part se vanter de sa prise auprès de ses potes. Le ton de voix d’Aelita quand elle arrive à son tour laisse penser qu’elle va se suicider. En tant que sadique, j’approuve cette décision.

Légère coupure, go le soir du concert, les LG se pointent dans la loge d’Aelita. Euh ouais, ok, du public dans la loge. J’ai jamais vu ça moi perso et j’ai déjà eu quelques expériences de la scène. Mais soit. Heureusement qu’on les fait vite sortir…
« T’es super jolie tu vas assurer ! »
Oui Yumi, si tu veux, je ne vois aucun lien entre les deux parties de la phrase, l’aspect physique n’influence en rien la musique mais bon…
Odd retrouve très vite Kelly, son pla…sa copine, mais Sissi lui met le grappin dessus et fait tout foirer. Honnêtement ? Cette histoire devait mal finir, vu que ça concernait une histoire de c…cœur d’Odd. Surtout que Odd est très malin de laisser traîner les billets sous le nez de Sissi alors qu’elle est en pétard. Résultat, elle lui choure et il se retrouve tout seul. Tout seul, c’est aussi un peu le cas de Jérémie qui a zappé le concert, doué comme il est.
Mais c’est pas grave parce que à la fin de l’épisode, après le RVLP qui remet tout à zéro, Jérémie peut venir au concert. Il vient même la voir dans sa loge, c’est meuugnon. Tout va mieux, tout est bien…Jérémie cite le titre de l’épisode…cette fois, Aelita a une table de mixage et pas une batterie pour jouer (cf partie virtuelle)…


Partie virtuelle : tous en chanson !

AH, enfin. Parce que la partie terrestre occupe un bon gros morceau de l’épisode avant. A plus de 8 minutes, on a enfin le bout du nez d’une tour activée suite à de jolis plans aériens comme toujours dans la Montagne et Aelita se fait kidnapper. Notons les Subdigitals, apprenant qu’Aelita a « eu un malaise »
« Bon tant pis on fonce ! »
Oui oui. De toute façon, sur la scène, y avait même pas de table de mixage préparée pour qu’Aelita puisse mixer alors…mais tout le monde s’en fout d’Aelita, les gens sont déjà à fond ! La musique démarre et on va avoir une jolie particularité de l’épisode : la musique. Elle crée un effet très spécial, à la fois elle fait rêver et à la fois elle permet de prendre de la distance avec la scène en faisant comme un écran, dans le cas où Jérémie court dans la forêt. Ça garde une continuité dans l’ambiance, cette espèce de voile. L’épisode n’a pas pour vocation d’être flippant, il veut nous propulser dans une suite d’aventures et la musique des Sub’ permet d’appuyer cette ambiance et souligner le côté épique qu’on veut donner et de les garder sur de longues séquences. Bon après là c’est qu’un avant-goût, ça reviendra plus tard dans l’épisode.
Les LG ont trois xanatifiés sur le dos : Sophie, Milly et Tamyia. Ulrich reste pour gérer les naines, les deux autres se cassent pour retrouver Aelita, tout comme Jérémie. Ah, oui, Jérémie…
« Je vais essayer de l’intercepter ! »
Oui Jérémie, bien sûr, avec ton gabarit ? Einstein KO en trois secondes. Très glorieux. S’ensuit l’habituelle virtualisation d’Aelita sur Lyoko (toujours sur le territoire de la tour activée) avec un Blok, un Kankrelat et une Manta pour la garder au frais. Oui, un Kankrelat qui va se faire passer quand Aelita lui sautera dessus mais détaail. Elle tente de s’enfuir mais la Manta la prend en traître et la coince en attendant William. Pourquoi n’est-il pas déjà sur place ? Euhh….bonne question ! Toujours est-il qu’Aelita repart vers la tour et que la Manta la loupe, détruisant le pauvre Kankrelat. Jérémie s’apprête à faire ses excuses pour le concert mais c’est pas le moment. La résolution est toutefois bien amorcée.
William, à dos de Manta, décide que non, ça a assez duré les conneries et il est temps de jeter des bonbons roses dans l’eau. Enfin il espère, mais Odd et Yumi arrivent sur une tout autre plateforme, très très loin. Mais vu que ce ne sont pas des Ulrich (ils attaquent à distance du coup), ils sont dangereux. La Manta méga collante continue à stalker Aelita avec entrain, échappant à tous les champs de force. Du côté des deux tireurs, Yumi s’occupe de William et Odd défie les deux très coriaces Kankrelats qui s’avancent, enfin, jusqu’à ce que les véhicules arrivent. Là, ils se carapatent puissance dix, et les Kankrelats se font éclater la gueule de manière acrobatique. Les acrobaties, elles continuent dans le duel aérien Yumi William qui est pas trop mal fichu même si c’est pas le meilleur. La manœuvre de piège tendue par Yumi à la sortie du tunnel est magnifiquement désamorcée, bref, William gère.
Par la suite, on recycle l’action combinée exécutée sur Terre précédemment et on doit accomplir un atterrissage en catastrophe parce que les véhicules se barrent. Pour couronner le tout, William, en théorie KO, revient glorieusement les mitrailler. Non, plus exactement, il utilise la redoutable technique du rase-motte. Et ça marche, Yumi se fait balancer par terre.
En parlant de balancer par terre, Aelita (toujours avec sa Manta, oui oui) manque de tomber dans un trou suite à un laser traître.
William est mis KO par la jolie manœuvre finale d’Odd et Yumi, le tremplin-toupie. Certes, Yumi y passera aussi, mais peu importe, Odd récupère la Manta noire et part sauver Aelita avec. Les scènes de rodéo sont assez sympa, même si là, la créature est trop docile (pourquoi ne pas tirer sur Aelita ou tenter un peu plus de désarçonner Odd ?)

Sur terre, Odd et Yumi exécutent une belle action combinée et rétament la xanatifiée. Il ne se passe pas grand-chose jusqu’au moment où on retrouve Ulrich, qui, admirant secrètement William, lui repique son méga coup spécial du 54.
Un autre gros blanc (faut dire que tout est passé dans le combat sur Lyoko) et la xanatifiée se libère de ses cordes en un tour de main. Du coup, elle risque d’avoir envie de câliner Jérémie (quand je vous dis que les câlins sont un fléau). Ça se passe hors écran mais bientôt, le génie est HS et les véhicules vont être déprogrammés…
Revenons à Ulrich. Il se fait dégommer par Milly et Tamyia mais trouve le temps de se regarder dans le miroir, ou plutôt de s’en servir pour leur renvoyer leurs éclairs. Intelligent, ce qui est rare chez Ulrich.
Un autre éclair passe dans la salle de concert mais se confond habilement avec les effets spéciaux, ce qui file l’occasion de placer une chanson pour la fin de l’épisode. Ça manquait déjà. La musique conclut la partie virtuelle avec la désactivation de la tour.
Ah oui tiens, Jérémie, c’est étonnant qu’il soit encore vivant, vu qu’il est resté seul avec la xanatifiée tout ce temps…


Note

Cohérence/Réalisme : 4/5 Celui-là s’en sort remarquablement mieux que les autres dans CL, pas mal. Pas de fail majeur à dénoter (quoique, Mme Hertz, pourriez-vous nous reparler du C4H10O ?)
Personnages : 3,5/5 Honnêtement on a du bon avec Jérémie et Aelita, là.
Action : 3,5/5 de bons combats boostés par la musique sur la fin donnent un bon rythme à l’épisode.
Originalité : 2/5 Bon par contre on va xanatifier une personne pour virtualiser Aelita et la jeter à la mer, là…Euh…
Note finale : 13/20 Un épisode chouette à regarder, et bien équilibré (un peu comme Mauvaises Ondes mais pas pareil (a))
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 19:39   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1032
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
#14 Intrusion (Évolution)




Avant-propos : Cette critique est sponsorisée par Infiltrés. L'auteur assume son auto-promotion, même si lui-même la trouve honteuse.

Arrivé à la moitié de sa saison, il ressort un constat en demi-teinte de Code Lyokô Évolution et ses épisodes, capables du pire comme du pas trop horrible pour les yeux. Les deux derniers épisodes se classant facilement parmi les moins bons de la série, l'espoir pour le quatorzième commence une descente dans d'obscures abysses.
Cependant, l'« Intrusion » parviendra à insuffler un nouveau souffle à l'histoire, notamment grâce à sa fin.


Mais avant cela, parlons d'abord du début, chose que la logique approuve. Nous allons donc nous attaquer tout d'abord à la partie terrestre, composée principalement de séquences concernant Ulrich et Yumi. De quoi ravir leurs plus grands fans en somme. Mais concrètement, qu'est-ce qui nous est présenté à l'écran ?
Pour commencer, Ulrich oublie complètement d'aller aider Yumi à distribuer des tracts, alors que celle-ci bénéficiait déjà de l'aide d'une camarade. En plus de ça, les deux filles sont postées au même endroit pour faire leur distribution. L'aide d'une troisième personne semble donc superflue. Enfin, il fallait bien une raison pour que la japonaise en veuille à son samouraï. Avant de continuer sur ces deux-là, tournons-nous sur les fameux tracts que distribue Yumi. À cela, elle ajoute un slogan :


« Une heure dans le noir, c'est des années d'espoir ! »


Après la récolte de fonds sous couvert d'une fête pour aider à une reconstruction, Yumi se lance dans la protection de l'environnement, nous confortant dans sa position de personne cherchant à aider la veuve et l'orphelin. Par rapport à la Yumi du dessin animé, on pourrait presque qualifier ce point d'Évolution positive, puisqu'elle semble être moins nombriliste sur le fond. De même, fait extrêmement étonnant, ce n'est même pas elle qui va faire la gueule à Ulrich, mais l'inverse. La Yumi du dessin animé n'aurait jamais laissé le vent pour les tracts (remember #78 Expérience ?). Celle d'Évolution ne remet cet élément sur la table qu'au dernier moment. À moins que les événements de #6 Soupçons ne l'aient rendu moins chiante.
(Nan en fait. Il suffit de voir la suite de cette critique et l'épisode suivant pour voir qu'elle n'a pas changé Mr. Green)

Néanmoins, le drame arrive bien vite, se manifestant sous la forme d'une innocente copie de français. Avant de nous plonger dans le fond, parlons un peu de sa forme. La copie a écopé d'un très beau 18/20, point qui sera utilisé par certains fans pour la cataloguer comme élève suivant un cursus Littéraire, ou du moins, en ayant les capacités (auteurs de fanfictions, coucou). Malheureusement, la première hypothèse tombe à l'eau dans #16 Confusion, puisque ladite Yumi fera un contrôle avec Mme Hertz, prof de physique-chimie de son état. Et on peut tout à fait exceller en français sans pour autant être en L (coucou Ikorih, kassdédi moi).
Mais qu'a bien pu écrire Yumi pour obtenir cette note ? Elle n'est pas allée chercher d'Ouest en Est et s'est inspirée de sa propre vie pour dresser un portrait extrêmement fidèle d'Ulrich, subtilement renommé Éric pour l'occasion, brossant aussi bien ses qualités que ses défauts.

Bien entendu, pour qui a vu #36 Marabounta, la réaction d'Ulrich dans les égouts n'est même pas étonnante : il fait la gueule et plante les autres en pleine mission. Cela reste malgré tout décevant comme réaction, sachant que le Ulrich de saison 4 était beaucoup moins gamin que celui montré dans « Marabounta ». Dommage pour le samouraï, mais il fallait une personne chiante dans cette dispute, et c'est tombé sur lui.
Mais, notons une chose. Cette broutille inutile et chronophage aurait pu être évitée si Yumi n'avait pas, comme toujours, caché son opinion sur Ulrich. Et ne parlons même pas de sentiments amoureux, mais juste d'amitié. Un vrai ami n'hésite pas à dire à l'autre que son comportement fait de lui un égoïste, ou pour aller plus loin, un connard. Et on en arrive donc à un point qui n'a toujours pas changé depuis Code Lyokô : les membres du groupe des héros n'osent pas se parler franchement pour ne pas fracturer leur union, remettant ainsi l'inévitable affrontement au mauvais moment. D'ailleurs, la copie de Yumi prouve que son silence n'était pas la bonne solution puisque la fin de son histoire relate la fin de l'amitié entre Éric et Mia. Apparemment, Mia n'a pas compris que si elle voulait que les choses changent, elle allait devoir se mouiller un peu plus, un peu comme pour récolter des fonds pour aider une région sinistrée ou distribuer des tracts sur l'économie d'énergie.

On pourrait presque voir la position de Yumi comme « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais. ». Pas d'évolution chez elle en fait.

On en arrive donc au final de cette histoire, parce que scénaristiquement, ils n'ont que deux minutes d'écran maximum pour se rabibocher, c'est un peu juste. Tout devra se régler dans le parc dans un échange final. Ulrich remet sur le tapis les mots négatifs que Yumi a utilisé pour le décrire, même si elle lui fait remarquer qu'il y avait aussi du positif. Arrêt sur image. On voit clairement que la japonaise n'y connaît rien aux hommes. Je vais même plus loin en disant qu'elle n'a pas l'air de connaître Ulrich. Blesser l'orgueil d'une personne de sexe masculin n'est pas la meilleure solution pour s'attirer un sourire de sa part ou des mots doux. Et on sait à quel point l'orgueil d'Ulrich est fragile, celui-là même que Yumi critiquait dans #36 Marabounta. Vraiment n'importe quoi.
Par ailleurs, Yumi reproche à Ulrich son égoïsme, mais ne peut-on pas en dire autant pour elle ? Abandonner la mission sur le Cortex pour régler ses soucis personnels n'est pas considéré comme un modèle d'altruisme. Le troll d'Odd à ce propos se trouvera par ailleurs bien senti.

Malheureusement, le temps imparti étant presque écoulé, les mots ne suffiront pas pour procéder à la réconciliation. Un élément extérieur va être obligé d'agir :

*Un Soporifik sauvage apparaît !*

*Soporifik utilise Végé-Attak ! Une racine se met sur la route d'Ulrich et le fait trébucher ! C'est super efficace : Ulrich et Yumi se rabibochent.*

Pour les allergiques aux Pokémon, sachez que Soporifik ne peut en aucun cas apprendre Végé-Attak. Cette mise en parallèle a pour unique but de montrer que cette séquence est un pur foutage de tronche. Réconciliés par une racine, on aura tout vu. Quoique, venant de Yumi, c'est pas très surprenant...
D'ailleurs, cet extrait du résumé détaillé de l'épisode résume bien l'affaire :

Citation:
A Kadic, Yumi et Ulrich ont une explication au cours de laquelle la jeune japonaise lui renvoie son oubli du matin dans la figure. Ulrich réalise son mauvais comportement et s’excuse. Réconciliation des amoureux.


En somme, c'est un passage bateau entre Ulrich et Yumi partant de rien pour déboucher... nulle part. Allez, pour que les fans du couple ne déclenchent pas d'émeute, on peut accorder leur double réplique sur l'importance que chacun a pour l'autre, mais on était un peu au courant depuis #22 Routine, donc on en revient à rien du coup.
Finalité du Ulumi de cet épisode, composante majeure de la partie terrestre : néant.

Outre ce point... raté, on obtient une nouvelle information concernant l'intrigue Tyron/Franz Hopper. La date de renvoi de ce premier, renvoi relaté par la fameuse vidéo de #7 Compte-à-rebours :


Spoiler


Si l'on prend en compte les éléments donnés par Code Lyokô, c'est un échec pur et simple. La temporalité de la série originelle n'aura pas été justifiée. Néanmoins, on peut comprendre de choix de massacre. Évolution s'adressant à un jeune public, est-ce que le fait de voir des téléphones portables qu'il qualifierait de « cabines téléphoniques » et des écrans d'ordinateurs de taille imposante au lieu de portables modernes et autres tablettes tactiles – qu'ils connaissent probablement très bien – auraient eu un impact sur eux, du point de vue identification ? La réponse est non. Du coup, afin de justifier la présence des gadgets technologiques dans l'air du temps des héros, une solution : décaler la ligne temporelle. À ce sujet, on peut tout à fait extrapoler sur le fait que la série se déroule en 2013, soit l'année de diffusion de la série à la télévision.

Sur ce bref hors-sujet, passons au plat, bien plus consistant que cette entrée constituée principalement de vent.


La partie virtuelle à présent, rouage principal de l'engrenage constituant l'épisode. On peut le diviser en trois axes.

*Première partie : Comment se faire gruger en pensant gérer des patates ?*

Les Lyokô-guerriers sont à nouveau partis pour Tr... Cortex, afin de pénétrer le système du supercalculateur adverse et le localiser. Durant l'opération, un combat de mise en bouche nous est offert. Dynamique, et avec une finalité toute justifiée, ce qui permet de comprendre l'inhabituelle efficacité des flèches lasers d'Odd. Mais par-dessus tout, ce combat nous montre un point qui est extrêmement rare dans le dessin animé : le combat en équipe. Ici, Odd et William font vraiment un très bon duo et se permettent même une petite combinaison de combat. Même si la victoire était programmée par Tyron, c'était un avant-goût du combat futur tout à fait sympathique.
On obtient donc une mission accomplie avec brio, enfin, c'est ce qu'on croit...

*Deuxième partie : (Gre)Ninja rules.*

L'épisode passe la troisième à partir de là, puisque l'on se rend compte que les Lyokô-guerriers se font suivre par un Ninja qui s'était bien gardé d'apparaître, et que Jérémie n'avait pas détecté de surcroit. Bien que courte, la course-poursuite nous a enfin permis de voir d'autres pouvoirs virtuels que le Supersmoke. Enfin, si on considère un Supersprint vert comme une nouveauté...
Toujours est-il qu'un peu de changement, c'est bien aussi de temps en temps. D'ailleurs, le fait que le spectateur voit le Ninja donne une autre dimension à la séquence. Il sait que les héros se sont fait avoir par Tyron, et ne peut que se demander jusqu'où cela va aller et quand est-ce que le poursuivant sera spotted. Ces même question se voient exacerbées lors du bug du champ d'invisibilité, qui instaure un suspens honorable sans être exceptionnel, mais qui nous permet de voir une faille dans ce nouveau pouvoir. Au passage, on se demandera pourquoi Jérémie ne détecte plus le Ninja lorsqu'il rentre dans le sol pour se placer en-dessous de celui-ci. Pourtant, le pouvoir d'invisibilité n'était plus actif, et l'épisode #8 Virus a prouvé que Jérémie pouvait plus ou moins détecter « les présences » dans le sol. Mais au final, il ne se passe rien et le Ninja se paye même le luxe de finir le voyage en Mégapod, puis de plonger dans la mer numérique aussi simplement que ça. Une chose est sûre, cet avatar est extrêmement bien loti côté pouvoirs. Il est d'autant plus singulier qu'on ne reverra plus jamais l'invisibilité et le Supersprint Ninja par la suite.
On constate qu'il a parfaitement géré sa filature. Badass.

Pour finir, on soulignera l'epic fail par rapport à la présence de Yumi à l'embarquement du retour sur Lyokô, assez flagrant pour être mentionné.

*Troisième partie : Mince on s'est fait rouler. Baston !*

Parce que c'était inévitable, Jérémie s'aperçoit que Tyron l'a bien entubé et que mieux encore, un de ses hommes était infiltré sur son monde virtuel. Dur d'accuser Laura de la négligence de Jérémie cette fois, n'est-ce pas ?

Il n'en reste pas moins qu'il faut gérer cet imprévu et donc, le renvoyer d'où il vient. Ce qui implique une nouvelle bagarre. C'est là qu'on voit que William et Odd, qui semblaient en très bonne forme quelques minutes plus tôt, se font littéralement détruire. On pourrait penser qu'avec la princesse rose éliminée d'entrée de jeu, le combat avait des chances de tourner en la faveur des Lyokô-guerriers, mais que nenni ! Les erreurs s'enchaînent pour le félin et le ténébreux.
Le premier part attaquer le Ninja au corps-à-corps alors que ses armes ne sont clairement pas adaptées pour ce type d'affrontement. Cerise sur le gâteau : il se fait dévirtualiser cash en un coup de pied, nous confirmant ainsi que les attaques physiques endommagent les avatars à présent.
William se révèle plus coriace, puisque son style de combat est plus adapté. Mais au final, on constate qu'il n'utilise la Supersmoke qu'une seule fois, pour s'éloigner qui plus est. Il ne s'en sert même pas quand son adversaire attrape son poignet. Un sacré contraste avec l'épisode « Comment tromper Xana ? ». Et si les défaites d'Aelita et Odd peuvent être mises sur le compte de la surprise, William se fait avoir un poil facilement par rapport à ses performances habituelles.
Mais on comprend rapidement que tout cela n'a pour but qu'un retour héroïque d'Ulrich, qui pour marquer le coup, nous offre un joli Triplicata qui lui permet de prendre le dessus sur le Ninja. On note une fois encore qu'un bon vieux coup de savate est bien plus efficace qu'un coup d'épée. Pourquoi s'encombrent-ils d'armes ? On se le demande. Ulrich finit tout de même positivement, même si cela est voulu par le scénario de l'épisode, afin que ses performances virtuelles puissent enfin retrouver un semblant d'honneur.

Mais le point le plus intéressant de cette partie est bel et bien le dispositif placé par le niveau sous la chemin du cinquième territoire, créant ainsi un joli cliffhanger, chose plus que surprenante pour une série que l'on aurait pu croire non-feuilletonnaire. C'est un pari risqué que les scénaristes ont fait pour cet épisode, mais on peut sans exagéré dire qu'il a payé puisqu'Évolution gagne un regain d'intérêt auprès des fans ainsi qu'un second souffle dans son histoire.
Ne reste plus qu'à voir à quoi sert l'appareil placé par le Ninja. Réponse dans trois épisodes.

Finalité de la partie virtuelle : honnêtement, elle avait bien commencée. Un combat d'introduction plus que correct, un adversaire complètement cheaté qui s'infitre sur Lyokô. La baston finale est discutable sur quelques points, mais nécessaire afin d'introduire le cliffhanger final, qui rattrape ce point à lui seul.


Pour achever cette critique, nous allons parler plus en détail de ce fameux Ninja intrus et de la palette de pouvoirs qu'il aura déployée au cours de la partie virtuelle.

Première chose : le Supersprint. Rien de bien choquant, car c'est connu, un ninja est rapide dans l'imaginaire commun. On note tout de même que ce Supersprint permet au Ninja de suivre le Mégapod sans problème, ce qui implique une vitesse non-négligeable (peut-être même est-il plus rapide que le Supersprint Ulrichien).

Deuxième pouvoir : l'invisibilité. À ce jour, les seuls endroits où l'on ait pu voir ce pouvoir se trouvent être le jeu Wii « Plongez vers l'infini », ainsi que Xana, que ce soit sur le décor (#40 Contagion, #74 Je préfère, ne pas en parler) ou ses monstres (#5 Rivalité).
Néanmoins, le forme du pouvoir de l'avatar humanoïde est différente de ce que l'on a pu voir car se trouvant être une « aura » verdâtre. De même, il n'est pas aussi infaillible que ce que Xana a pu faire car montrant des ratés, ce qui équilibre quelque peu le côté cheat de la capacité. D'ailleurs, cela peut aussi expliquer pourquoi ce pouvoir ne sera pas revu. Peut-être les Ninjas (et Tyron) estiment-ils qu'un pouvoir pouvant se désactiver seul n'est pas fiable.
Néanmoins, le terme d'invisibilité reste assez ambigu à mes yeux, car il n'est pas dit explicitement dans la série, et ne sera jamais revu. Est-ce que ladite invisibilité ne s'applique qu'aux systèmes de détection, ou bien s'étend-elle aussi au corps physique de l'utilisateur ? La question mérite d'être posée et peut trouver un début de réponse lors de l'activation par le Ninja. Si celui-ci avait effectivement été invisible aux yeux des avatars sur place, pourquoi attendre qu'ils quittent le Noyau pour monter sur le Mégapod ? Pour se la péter avec son Supersprint vert ? Je ne crois pas. Donc, les chances pour que le fameux pouvoir d'invisibilité ne s'applique qu'aux radars est plus forte que l'invisibilité au sens physique.
Par ailleurs, le fait même que le spectateur puisse le voir prouve qu'il y a des chances que son invisibilité ne s'applique pas à son corps. Je m'explique. Dans #5 Rivalité, la Tarentule était non seulement invisible pour Odd/Aelita, mais également pour nos yeux. Pourquoi verrait-on ce Ninja s'il était véritablement invisible ? Tout cela reste très ambigu.

Le dernier point sur lequel ce Ninja nous fait nous interroger est la fameuse plongée dans la mer numérique. Est-ce une autre propriété du champ de force qui l'enveloppait, ou alors une capacité naturellement présente en l'avatar (le corps d'un Ninja n'étant visiblement pas virtualisé), faisant de lui un être virtuel hybride, à l'instar des Mantas qui apparaîtront plus tard ?
Autre chose : est-ce que le panel de pouvoirs découverts sur ce Ninja est également inclus dans le moveset de ses compatriotes, ou n'est-il qu'un cas atypique ? Dans le premier cas, cela signifierait que les nouveaux adversaires ne sont pas correctement exploités car le couplage invisibilité + pénétration dans les éléments de décor leur permettrait de se débarrasser des Lyokô-guerriers aussi furtivement qu'un courant d'air lors des Infiltrations sur leur territoire. Dans l'intérêt des scénaristes, mieux vaut penser que c'est la seconde option. Après, reste à savoir pourquoi ce Ninja particulier n'est plus vu à l'écran. Mon rôle de questionnement s'arrêtant là, je laisse l'imagination des lecteurs de cette critique se charger du reste.

Mais finalement, on constate une chose : les Ninjas sont monstrueusement efficaces... quand le scénario le veut bien. Le reste du temps, on obtient Espionnage ou encore Paradoxe Temporel.




Conclusion : Un bilan assez déconcertant. D'un côté, une partie terrestre ne présentant aucun intérêt avec une réconciliation Ulrich/Yumi extrêmement douteuse, et une fois encore, Routinière.
De l'autre, une partie virtuelle globalement pas mauvaise, malgré les quelques grincements de dents que l'on peut avoir. Les capacités du Ninja de l'épisode et leur singularité dans la série méritent également quelques points supplémentaires.
Néanmoins, tout l'intérêt d' « Intrusion » se porte sur le cliffhanger final, donnant certainement pour la première fois à une partie des spectateurs l'envie de voir la suite.


13/20


Dernière édition par Zéphyr le Sam 23 Avr 2016 12:42; édité 5 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Oddye MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 19:54   Sujet du message: Répondre en citant  
Fleur immonde


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 2017
Localisation: Dans un autre horizon
Code Lyoko Evolution #10 - Le réveil du guerrier


~Dualité des obligations

Ce dixième épisode se voit être centré sur Ulrich, et sonne comme un rappel des obligations terrestres qu'Ulrich a, en-dehors de Lyoko, qu'on avait déjà pu voir dans l'épisode #21 Gravité Zéro, où le samouraï virtuel avait un match de foot. L'aspect psychologique est ici suggéré, voire montré, notamment avec le cauchemar en guise d'introduction. On voit qu'il a été marqué par les ninjas et leur affrontement catastrophique, là où il s'était fait embroché. Et pour le guerrier qu'est Ulrich, c'est forcément un coup dur.
Cet épisode permet de montrer, d'une certaine manière, que malgré la prépondérance de leur mission dans leur vie, la place qu'elle occupe, leurs obligations réelles, terrestres, n'ont pas disparu, et peuvent parfois entrer en contradiction avec leurs obligations virtuelles. Cette distinction donne un côté très intéressant, et ressort le côté difficile de ce secret à porter. Car c'est un dilemme qui se pose à Ulrich. Un dilemme où, comme l'a souligné Odd, l'un des deux groupes dans lesquels il a ses obligations, se verra être repoussé et laissé sur le carreau. Le choix d'Ulrich de se rendre à sa compétition, de privilégier la partie terrestre, montre qu'il a aussi une vie en-dehors de Lyoko.
Malgré le fait que cette compétition donne lieu à un dilemme très intéressant, la chose semble disproportionnée. Certes, Tyron semble se montrer dangereux, et les LG ont besoin d'informations pour mener à bien leur mission. Mais ils donnent l'impression de voir le choix d'Ulrich comme une trahison, alors qu'ils pourraient repousser la plongée de seulement une heure ou deux (visiblement la compèt ne durait pas des heures, vu qu'il a réussi à retourner au labo alors que Yumi était encore sur le Cortex). Et comme ça, ils pourraient y aller tous ensemble, et les LG pourraient aller soutenir leur ami pendant sa compétition. De toute manière, Jérémie ne souligne-t-il pas souvent qu'il n'y a que 4 places dans le Megapod? Cette exaspération pourrait alors être justifiée par le fait que pour les LG, les obligations virtuelles d'Ulrich doivent supplanter ses obligations terrestres.

~La compétition

Occupons-nous rapidement du mot qui a fait crier au fail et à l'incohérence bon nombre de fans. La compétition de karaté.Oui, Ulrich fait du penchak-silat. Malgré tout, ça reste un détail, et rien ne nous dit qu'Ulrich ne fait pas également du karaté en plus du penchak-silat, ou qu'il s'est reconverti.
Ceci étant dit, rentrons davantage dans le vif du sujet. La compétition en elle-même. On assiste à une petite séance d'entraînement (ce qui est intéressant, car ils auraient pu passer directement à la compétition). C'est une courte séance, mais pas dénuée d'intérêt. Tout d'abord, il y a un côté très "mais qu'est-ce que je fous là" qui se dégage de cette scène. En effet, Jim donne à ses poulains ses préceptes de sagesse. Mais nous parlons de Jim, donc c'est forcément dit d'une manière un peu maladroite (ce qui rend le tout assez sympathique et humoristique), du coup, les trois coéquipiers ont tous une tête "euh est-ce que je viens bien d'entendre ce que je crois qu'il vient de dire ?", rendant la scène assez légère et sympathique. Ajoutons qu'on a le droit à la citation célèbre de Jim Moralès, mais qui est, de mon point de vue, mal amenée. Elle tombe un peu comme ça, comme si c'était une manière de dire "z'avez vu? On l'a placée!". Peut-être aurait-il été préférable de la lui faire dire après qu'il ait cité son anecdote. Ici, il dit "je vous en parlerai pas" avant son anecdote.
Continuons sur l'entraînement. Nous voyons Ulrich s'entraîner avec l'un de ses coéquipiers. Car ils sont trois. Trois à participer. Et ce que je trouve fortement dommage, c'est qu'on nous montre comme Ulrich était le seul homme de la situation, que la victoire repose uniquement sur ses épaules (comme pour le match de foot dans la saison 1). Et c'est dommage dans le sens qu'ils auraient pu nous montrer une collaboration avec ses deux équipiers (ils doivent certainement souvent s'entraîner, ils ont tous un bon niveau s'ils sont tous arrivés jusque là). Pourtant, toute l'équipe semble se reposer sur les épaules d'Ulrich, comme s'ils ne savaient rien faire sans lui, comme s'ils n'étaient pas capables de gagner sans lui. Une collaboration, et non pas une mise en avant exacerbée d'Ulrich aurait été plus intéressante, car elle aurait montré qu'Ulrich a d'autres coéquipiers, d'autres compagnons, que les habituels LGs.
Passons à la compétition en elle-même. On ne voit donc uniquement que les passages d'Ulrich. Et les deux combats montrés sont ponctués par des ralentis. Et en toute honnêteté, ces ralentis cassent gravement le rythme de la scène. Je pense qu'ils ont voulu alourdir la scène pour accentuer sur la réflexion d'Ulrich qui cherche à finir rapidement son combat -le gagner, bien sûr- et ensuite se rendre à sa deuxième mission, virtuelle cette fois-ci. Car Ulrich en lui-même est d'une certaine manière, alourdie, tiré vers le bas à cause du dilemme. Mais je pense qu'il y a trop de ralentis, et que les coups auraient dû être montrés à vitesse réelle. La réflexion, le moment de latence avant le coup au ralenti, et le coup à vitesse réelle, auraient peut-être donné à la scène un meilleur panache. Parce que là, la scène, qui aurait pu être très rythmée et intense, a un certain côté mou.
Enfin, cette compétition permet, d'une certaine manière, d'entrer dans le monde Jim Moralès, puisqu'on voit l'intérieur de sa loge à deux reprises (donnant d'ailleurs lieu à un gag de répétition), sa façon de vivre quand il est tout seul, vautré dans son canapé la main dans un bol de cacahuètes, et faisant des miettes partout. Et surtout, surtout, les trophées qu'il garde dans une vitrine ! On ne sait pas pourquoi ni comment il a reçu tous ces trophées, mais on se rend compte que derrière ces airs un peu maladroit et un peu idiots se cache peut-être un homme beaucoup plus fort et plus rusé qu'on ne le pense. Pour terminer sur cette partie, on voit que cette compétition permet de montrer l'affection et la proximité qu'entretient Jim envers les élèves (et ici Ulrich en particulier). Il montre de l'émotion quand le Lyokoguerrier lui donne le trophée qu'il vient de gagner pour sa victoire (d'ailleurs Jim semble se demander où le mettre, vu qu'il n'y a plus de place dans sa grande vitrine déjà bien remplie).

~Imprévisible tu seras. Gagner tu pourras.

Dans de nombreux DA/films/séries, etc... il arrive que dans certains épisodes, le héros fait quelque chose (ou ne fait pas ce quelque chose), et que ses acolytes le lui reprochent, puis le héros revient, sauve la situation, stabilise sa position mise à mal, et apporte même parfois quelque chose de nouveau. Nous sommes ici dans ce cas de figure (et nous le retrouvons à plusieurs reprises dans le DA, comme Les jeux sont faits (#35), ou La Belle de Kadic (#80). En effet, cette compétition, à priori banale, aide finalement Ulrich dans la compréhension des ninjas, nouveaux ennemis fraîchement apparus et très coriaces. Jim apparaît ici en sage qui donne des conseils à foison (bien qu'on peut légitimement se demander si Jim ne donne pas ses conseils un peu à la tout va, sans réelle réflexion derrière, vu qu'il donne exactement les mêmes conseils à un insecte dans un documentaire!). Mais peut-être avons-nous là une nouvelle citation de ce personnage:

"Sois imprévisible!" - Jim Moralès, épisode 10, Code Lyoko Evolution.

Ulrich, avec cette toute nouvelle approche de la situation, revient donc en héros, guerrier et sage, comprend que les ninjas ne sont pas des robots, des IA, mais des humains; comme eux. Il permet alors à Yumi et William (mais surtout Yumi vu qu'elle sera seule à la fin pour affronter deux ninjas) de revoir leurs méthodes d'attaques, et de les prendre par surprise. L'idée de lancer les éventails à travers la supersmoke est d'ailleurs une idée absolument géniale, et les ninjas ne sont sûrement pas les seuls à en avoir été surpris. Ce qui me permet de rebondir sur la partie virtuelle en générale sur le Cortex. La partie virtuelle est clairement une réussite, puisque les musiques sont entraînantes; et la séance de bowling orchestrée par Odd pour venir à bout des tarentules alors que le Mégapod est coincé sur une plateforme en hauteur est réellement très bonne, rythmée. Bon, comme d'habitude, Aelita se fait dévirtualiser en deux, deux. Elle perd clairement son statut de gardienne de Lyoko, mais elle gagne davantage d'importance sur Terre. Pour clore cette partie, je reviendrai sur deux points qui sont clairement dommage, et un autre point qui révolutionne le monde.
Odd, qui est d'habitude, un tireur d'élite, se met en mode "je suis un nain et je fonce dans le tas" et attaque au corps-à-corps et à bourriner. J'aime bien le bourrinage, mais son côté "je vise comme un Dieu, mes flèches lasers sont hyper bien placées" était génial.
Et enfin, le bâton de Yumi apparaît. Sans explication, sans raison. Yumi ne semble même pas surprise. L'idée d'une nouvelle arme est toujours intéressante, mais cette idée est amenée trop vite, et tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Malgré tout, c'est quand même sympathique de voir la japonaise attaquer d'une autre manière.
Et pour terminer sur cette partie, le point qui révolutionne quelque chose : Yumi a enfin servi à quelque chose ! Grâce aux conseils d'Ulrich tout de même, elle a réussi à se débarrasser de trois ninjas, et revient victorieuse sur Terre ! C'est une révolution, et c'est suffisamment rare pour être souligné !

Mais je m'égare.

~Les liens entre les membres du groupe

La compétition d'Ulrich fait clairement poser des questions sur les liens entretenus par tout ce groupe. On voit le choix d'Ulrich comme un choix ferme et sans appel, à la limite de la trahison, à la limite du grotesque ! Comment le samouraï virtuel peut-il oser choisir de respecter l'engagement envers ses coéquipiers de karaté et Jim Moralès, avant celui qu'il a envers les LGs, je vous le demande ? (ironie inside)
William apparaît clairement moqueur, Aelita insensible, et Yumi silencieuse. Le silence de Yumi montre à quel point elle se sent touchée; Aelita ressent de la colère, et William affirme qu'à la place du samouraï, il aurait choisi le Cortex. Cette situation nous permet d'avoir tout type de point de vue.
Jérémie reste quant à lui, plutôt indifférent.
Et, parmi toutes ces réactions, seul Odd montre de la compréhension et de la compassion. Cet épisode, bien que centré sur Ulrich, témoigne également à quel point les liens entre Odd et Ulrich sont forts, il montre leur amitié, et surtout la fidélité du félin envers son meilleur ami. Seul lui comprend que Ulrich était de toute manière coincé, seul lui témoigne envers son ami son soutien, et il le témoigne également devant les autres LGs.
Néanmoins, et cela fait plaisir à voir, les lyokoguerriers se font souvent des checks dans l'épisode, témoignages simples mais efficaces de leur proximité, et de la reconnaissance qu'ils éprouvent chacun l'un envers l'autre (Yumi qui reçoit des éloges pour sa performance face aux ninjas, Ulrich dont on souligne sa réflexion pertinente, Aelita qui checke William, les compliments donnés à Jérémie pour la réussite de son programme...).


Pour conclure, l'épisode 10, le Réveil du Guerrier, porte bien son titre puisqu'il montre les talents de guerrier d'Ulrich. Ce dernier ne se bat pas sur le Cortex, ce n'est pas lui affronte les ninjas, ce n'est pas lui qui les bat. Mais c'est bien lui qui découvre la clé pour les vaincre, c'est lui qui montre qu'il ne suffit pas de se battre pour être un guerrier, mais qu'il faut aussi savoir utiliser les préceptes enseignés par la vie (ici, matérialisée par Jim), et surtout les utiliser correctement. Ce que fait Ulrich, et cette idée de montrer son côté guerrier sans même le faire combattre est excellente. On aurait pu s'attendre à ce qu'il allait tout déchirer sur le Cortex, mais il s'efface derrière Yumi, et la guide pour faire ce qu'il aurait pu faire également. On connaît le talent d'Ulrich sur Lyoko, on le sait bon combattant, mais l'épisode 10 montre qu'il ne se résume pas que à cela.
Cet épisode permet donc de mettre en avant Ulrich (qui s'était plutôt fondu dans la masse des LGs jusqu'alors), Jim également, et enfin les ninjas de l'autre, étant donné qu'ils représentaient alors une grande interrogation et une source d'inquiétude.
Enfin, l'épisode permet de mettre Tyron au même rang que XANA (cf la citation de Jérémie à ce sujet), montrant qu'une bataille est remportée; mais pas la guerre.

Pour toutes ces raisons, je donne donc à l'épisode #10, Le réveil du guerrier, un 15/20.
_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/155549Ravensignaturecoinsarrondis.png

Je n'étais pas anciennement odd-4-ever.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Lun 23 Juin 2014 12:07   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1440
Localisation: Sûrement quelque part.
Episode 77 : Torpilles Virtuelles



Partie terrestre : Fukushima est sur nous...

La bande se rassemble sous les arcades, sauf Yumi qui est absente. Vous voyez, la prédestination existe : elle était déjà pas là au début ! Quand on sait ce qui va se passer dans la suite de l’épisode…mais nous y reviendrons plus tard, il y a plus important, comme Jérémie qui arrive à la bourre, une marque de clavier sur le front ce qui confirme la théorie qu’on soit le matin, avant le début des cours. Ça explique l’absence de Yumi, tout va bien ! Oh vous pouvez toujours dire que mes déductions sont très bêtes m’enfin je fais déjà mieux qu’Odd qui parade parce qu’il a deviné où Jérémie avait pioncé à la marque du clavier. Alors bon.
Arrive Yckhory (mais oui c’est Ikorih en bleu...), euh non, Hiroki (zut). Et, pour changer, il veut voir Ulrich. J’adore personnellement la façon dont il s’approche d’eux dans le dos. Il aurait pu les planter sans problème. Dommage qu’il ne l’ait pas fait pour Ulrich…mais je m’égare. Voyons plutôt ce qu’il lui veut. Et on comprend très vite à la petite voix timide du frère de Yumi que ça va être un point important de l’intrigue terrestre.
« Euh bon bah voilà, tout le monde dit qu’avec les filles t’as un max de succès… »
Je reste sceptique. Je veux dire, ok, soit, Ulrich est peut-être (et je dis bien peut-être) le beau gosse populaire officiel du collège qui fait craquer tout le monde même les sixièmes prépubères (coucou Milly). Donc ouais en ce sens, ça marche. Mais si on se penche sur Ulrich et Yumi, vu comme ça piétine, on peut se poser des questions…(a). Les fans vont me dire que oui, c’est normal c’est parce qu’ils sont timides mais ils s’aiment très très fort et puis tfaçon c’est Ulrich et Yumi donc ils sont géniaux, enfin que sais-je. Les fans en questions ne pouvant pas s’inviter dans ma critique sans permission, je…
Léana : Arrête de dire n’importe quoi Ikorih, Ulrich et Yumi ils s’aiment autant que moi et…
Ellana : T’es juste jalouse des vrais couples <3<3<3 (je t’aime mon rouge chéri)
*Ikorih envoie un Heatran pour évacuer les éléments perturbateurs*

Continuons l’épisode avant que les groupies reviennent. Quand Ulrich lui dit que ça dépend de la fille, Hiroki trouve le moyen de lui sortir « bah disons ma sœur ». Ouais, il cite bien sa copine et c’est tout, preuve que cette excuse de résidus digestifs évacués au travers de l’orifice anal (disons de la merde pour les moins cultivés) ne trompe personne. La façon dont Ulrich la brandit avec désespoir face au terrible petit frère en est une autre. Hiroki finit par effacer sa grinçante trollface qu’il arbore quand on parle des problèmes de couple de sa sœur et Ulrich, pour prendre un air plus discret et enfin sortir LE sujet important. Et c’est Milly. Le drame, pour Hiroki, étant de ne pas trouver de sujet de conversation à sortir à sa belle.
Alors j’admets que dans sa tête ça paraît logique de venir voir Ulrich. Mais pour nous, comment dire, il a été prouvé qu’Ulrich n’était pas le meilleur pour faire la conversation. C’est quelqu’un de grincheux et solitaire. Alors en plus quand il s’agit de bavarder avec Yumi…
Sauf que là, on ne parle pas de Yumi mais de Milly. Du coup Ulrich a plein d’idée, dont l’idée très évidente et originale de causer de journalisme. Mais c’est Ulrich, faut pas trop lui en demander…par contre, Hiroki, lui, déborde déjà d’idées. Il tilte immédiatement qu’il lui faut un scoop. Et ce scoop, en tant que petit frère Ishiyama et donc très bien placé, il va le récupérer chez Yumi…mais nous ne le savons pas encore alors patience.
La conversation du petit déjeuner des LG porte logiquement sur lui.
Oddye : Petit déjeuner ? **
Ikorih : Dehors !
Reprenons. Comme les LG sont en fait de grosses commères, ils se mettent à ragoter sur Hiroki, savoir s’il est trop jeune ou pas pour draguer, tout ça. Aelita, qui semble très bien renseignée, affirme qu’en plus il a un an d’avance et qu’il fait petit pour son âge. Comment elle le sait ? Très bonne question. Demandons à un fan.
Thankus : Elle est tellement intelligente, tellement gentille, c’est évident…toujours prête à aider les autres…mais elle ne me voit pas…
Mh. Je ne suis pas certaine qu’il parlait d’Aelita mais peu importe, continuons l’épisode.

Hiroki, vif et agile comme le vent du pays du soleil levant (mais oui, vu les cyclones qu’ils se bouffent là-bas…quoi, comment ça c'est des typhons?), se faufile jusqu’au sac de sa sœur partie se prendre un chocolat et en tire un carnet qu’il regarde d’un air satisfait. Il perd quelques précieuses secondes qui le font repérer et s’engage alors une course-poursuite très très épique. On notera que le numéro des Echos de Kadic, une fois lâché par Yumi, se désagrège en trois feuilles séparées qui tombent tristement dans le chocolat chaud répandu par terre.
Oddye : NOOOOOONNNNN :’(
Zéphyr : On notera que les feuilles volent au vent avant de retomber Mr. Green
Merci pour cette passionnante intervention. Les deux japonais bousculent Odd et Ulrich, la plus grande étant décidée à faire la peau du plus petit.
Nono : Mais non, il faut pas faire de mal aux nains !
*Heatran utilise Vortex Magma*

Plus sérieusement, Odd et Ulrich découvrent qu’Hiroki a perdu un cahier qui se trouve être la chose que sa sœur veut lui reprendre à tout prix. Elle finit par l’attraper (Hiroki, pas le cahier) dans le parc, le soulevant par le col comme si elle allait le racketter. Elle le laisse ensuite tomber sans ménagement quand elle apprend qu’il n’a plus ce qu’elle cherche.
En parlant de l’objet (non Ellana, pas du loup, tu peux repartir), Ulrich est en train de le feuilleter, tombant sur des photos de lui et d’autres trucs du genre. Forcément, là, il a plus trop envie de le montrer à Odd. Il n’a plus envie de le feuilleter non plus…il se la joue droit et intègre genre « ça ne me regarde pas ! ».
Après les cours, le duo retrouve Yumi, visiblement en pétard à en grincer des dents. Comme on s’y attendait, c’est à cause d’Hiroki.
Icer : J’aurais une autre explication à donner…
Non merci, caméo d’Icer. Ulrich s’apprêtait à rendre le journal à Yumi sauf que Jérémie a débarqué en trouble-fête avec sa copine pour relancer l’intrigue virtuelle…
Vient ensuite Hiroki. Il fait preuve d’un courage certain : venir interrompre une discussion de sa sœur avec sa bande d’amis pour lui formuler ses plus plates excuses. Ça sonne très sincère et c’est mignon, on se dit que Yumi va se laisser attendrir…elle lui sort juste un froid « Tu l’as retrouvé ? ». Alors là.
Oddye : Elle a pas d’cœur !
Nono : Dis pas ça ma poulette, Yumi elle est bien !
Oddye : Mon poulet ! <3
Oh non mais s’il vous plaît faites ça ailleurs…*vire les nains à coup de balais*
Je disais donc que effectivement, Yumi se montre mesquine avec son frère. Il a fait une connerie, il est jeune. Certes elle est en pétard mais elle réagit de façon excessive (puis des photos d’Ulrich c’est pas une grande perte). Et attendez, j’ai encore mieux !
« Dis toi que tant que tu ne l’as pas retrouvé, tu n’as plus de sœur. »
…oui, il lui a juste égaré son journal par accident parce qu’il était amoureux. Nous avons donc une preuve de plus que Yumi peut se comporter comme la pire des pestes (pour rester polie)…
Ulrich et Odd, pleins d’imagination et de bonne volonté (plus que Yumi en tout cas) montent un plan pour que Hiroki se rabiboche avec sa sœur. Au début le plan se passe pas trop mal : faire retrouver le journal à Hiroki pour qu’il le rende, en le planquant dans les tas de feuilles mortes. Enfin, ça aurait peut-être été plus intelligent de le donner en main propre à Hiroki du genre « oui alors il est tombé quand tu m’as bousculé tiens rends-lui Wink ». Mais c’est un plan d’Ulrich, n’en demandons pas trop !
Le pépin arrive quand Hiroki ramène, triomphant…la couverture du journal sans ses pages. On apprendra plus tard que c’est Kiwi qui a éventré l’objet avec violence, mais pour le moment, c’est le drame. La japonaise, giga furax, s’en va en jurant qu’elle ne le pardonnera jamais à son frère. Oh hell…mais c’est de la folie furieuse, à ce stade !
Tyker : Ah non, absolument pas, et je m’y connais.
…je me disais bien que ça faisait longtemps que j’avais pas croisé de caméo dans ma critique…

L’intrigue terrestre se boucle grâce à l’intrigue virtuelle (qui n’aura servi qu’à ça). Ulrich recolle les bouts du journal de Yumi massacré par Kiwi et Yumi recolle les bouts de sa relation avec Hiroki, quelle superbe parallèle je viens de placer !


Partie virtuelle : méditations japonaises, gloire au yoga

« J’ai ptête trouvé comment ramener William ! »
Là, Jérémie, laisse-moi avoir des doutes. On est au milieu de la saison, toute avancée du genre récupération de William est inenvisageable. Du coup, on sait déjà que ta méthode va foirer. Mais soit, soit, essaie, ça donnera peut-être une intrigue virtuelle marrante et originale à l’épisode, non ?
L’idée est explicitée autour d’une flaque de chocolat versée par Odd sur la table. Une histoire de trace numérique, équivalent de l’odeur, qu’on laisse sur Lyoko. J’aimerais savoir pourquoi ça n’arrive sur le tapis que maintenant, ça sent l’invention d’un épisode. Mais apparemment on peut installer un truc comme ça sur le Skid pour qu’il renifle la trace de William. Ok, pourquoi pas, ça a l’air sympa. Mais comme on est en milieu de saison, l’idée de Jérémie va forcément foirer…
Kender : absolument pas ! Jérémie est notre dieu et il vous vaincra tous aux cartes !
Cette critique est blindée de caméos…

« Et comme on a pas cours cette après-midi… »
Icer : Les collégiens ne foutent rien, c’est connu.
T’es pas déjà passé toi ?
Bref une fois Yumi mise au courant, les LG se ruent aux scanners avec les habituelles séquences de virtualisation et d’embarquement dans le Skid etc, etc. Les séquences durent de 7 :30 à 12 :20, le lancement du programme. Oui, ça fait presque CINQ MINUTES d’épisode recyclé. Oui c’est énorme, surtout sur un épisode comme ça.
Jérémie installe son programme sur le Skid, mais, pépin, il se met à bloquer d’autres fonctionnalités. Vu la vitesse à laquelle il comprend ce qui se passe, on peut penser qu’il avait prévu l’éventualité…enfin bon, le Skid décide de rentrer pour éviter les Imprévus. C’est vrai que sans sonar, c’est risqué. Bon, évidemment, ce ne serait pas aussi drôle si Xana ne s’en mêlait pas et la mer numérique prend une superbe couleur rouge…
GummyBear : Oh c’est beau <3
*Ikorih envoie un Cresselia pour faire fuir GummyBear*
Donc, les Kongres engagent le combat et le perdent, c’est logique. On se focalise sur Ulrich et Odd pendant la majeure partie de la bagarre, puis on se raccroche au Skid et là…Yumi a disparu. Y a des rôles comme ça qu’on garde ad vitam eternam et Yumi, bah c’est la victime. L’état de choc de Odd et Ulrich est bien réalisé, tout ça me rappelle le bel épisode 62…Jérémie, le seul à garder la tête froide, comme toujours…
Kender : Oui, il ne panique pas et du coup personne ne peut lire ses cartes.
DEHORS !
Donc, Jérémie, le seul à être calme, veut faire réparer le Skid avant de lancer la mission de récupération de Yumi ce qui est tout à fait normal. A contrario, Ulrich s’énerve quelques instants et Odd, on s’en fout, on se focalise pas sur ses réactions. Comme quoi c’est bien un épisode Ulrich/Yumi.
Zéphyr : Oh nooon.
Par contre, on notera que Jérémie est un peu con de dévirtualiser les LG si c’est juste le temps de réparer le Skid, ils devraient rester sur Lyoko parce que là, si Xana attaque ou si il y a besoin de replonger rapidement, ils ne peuvent pas, ou avec difficulté.
Et on retrouve Yumi qui coule. Les propulseurs de son navskid ont l’air d’avoir lâché. Vu comme la mer numérique est profonde, elle peut couler loin…et ce petit passage nous le rappelle. Il permet également de nous éclaircir un peu sur ce qui lui est arrivé. Une petite scène avec Odd et Ulrich montre que si Ulrich est au bord du gouffre, complètement écroulé, Odd positive et tente de lui communiquer son enthousiasme.
Toujours du côté de Yumi, on a de la psychologie. Elle est seule. Et ça, c’est un peu un écho à la scène avec Hiroki. Après tout, s’il n’a plus de sœur, elle n’a plus de frère, logiquement. Et donc elle est toute seule. Elle regrette d’avoir été méchante avec lui et elle pense à sa famille (avec quelques flash-back émûvannnts), elle se dit qu’elle va peut-être crever là, toute seule, oubliée au fond du Réseau. De chouettes pensées bucoliques et joyeuses, donc. Elle prend le temps d’affronter un Kongre de passage, au prix de son bouclier. On notera que la mer numérique reste rouge en permanence là où elle est.
GummyBear : C’est l’URSS du réseau quoi.
*soupir*
Par contre, je veux bien qu’Odd soit positif mais quand même. Arriver à faire la sieste alors que son amie est en danger de mort et qu’on ne sait pas où elle est ? Est-ce que c’est bien moral ? Il est quand même censé y accorder un peu d’importance, non ? Il a la conscience tranquille…
Oddye : Tranquille-4-ever. Mais on notera qu’il était réveillé et prêt à partir très vite, abandonnant même Kiwi !
*Ikorih envoie un Tyranocif pour faire dégager Oddye*
Ouais, abandonner Kiwi seul dans le parc c’est malin tiens.
Oddye : Mais tu comprends pas ça montre qu’il est prêt à abandonner Kiwi pour sauver cette…enflure de Yumi !
*Tyranocif utilise Ecrasement. Pour les poképhobes, c’est une attaque plus efficace si l’ennemi a utilisé l’attaque Lilliput qui consiste à rétrécir*
Ah non tiens Kiwi sera dans le labo peu après.

Yumi termine sa prise de conscience en constatant qu’elle était une…
Nono : Jaune !
Elle est japonaise idiot >< et puis dehors aussi !
*Tyranocif utilise Ecrasement*
Bref, elle est aussi localisée par Jérémie grâce à l’explosion de sa torpille. Du coup, les LG peuvent foncer, même sans sonar, pour la sauver. Et juste à temps parce que bien sûr, William vient d’arriver. Il pouvait pas venir avant…et bien sûr, bien sûr, le Skid surgit miraculeusement (alors que Yumi a dû s’éloigner de son point d’arrivée) pour intercepter la torpille qui allait toucher le navskid de Yumi, met la pâtée à William et on fout le camp.
Comme quoi cette partie virtuelle était courte et servait surtout à l’intrigue terrestre…un genre de révélation pour Yumi quoi. D’un seul coup, elle y a vu clair sur son comportement…
Raymentase : Quelle chance elle a !
Rah, mais encore un caméo ? Je n’arriverai donc jamais à boucler cette critique en paix ?


Note

Personnages : 3/5 Honnêtement, sur la disparition de Yumi, y avait des trucs à exploiter et ça manque. C’est franchement dommage parce qu’il y avait du potentiel.

Action : 2/5 Bon sang, ça c’est mou…

Cohérence/Réalisme : 4/5 Je n’ai pas repéré de point vraiment extrêmement douteux, sauf éventuellement sur la fin avec l’arrivée du Skid.

Originalité : 3,5/5 Le recyclage de scène met du plomb dans l’aile à l’épisode mais l’idée de base est bonne.

Note finale : 12,5/20
Torpilles virtuelles s’en tire bien. La plupart de son potentiel reste à mûrir mais ça reste un bon épisode de CL.
Yckhory : Et en plus, c’est pas le schéma habituel de attaque/désactivation/RVLP donc c’est trop bien !
Oh, un caméo de moi-même <3 !
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Brume MessagePosté le: Lun 23 Juin 2014 14:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 84
Localisation: Entre les ombres.
Fucking shit, Hikori m'a devancée, bon ben ça va jouer plagiat à fond mais c'est pas grave, j'allais pas tout supprimer Mr. Green

Critique: épisode 77

Torpilles virtuelles



Intrigue terrestre: C'est l'histoire d'un journal...

L'épisode s'ouvre une scène banale de la vie de collégiens, avec une petite nouvelle de la part de Jérémie qui nous annonce un truc important: Il a peut-être trouvé le moyen de ramener William.

C'est une bonne nouvelle, mais on s'en contrefout sévèrement puisque Hiroki ramène sa petite bouille pour parler en privé à Ulrich, comme on savait déjà de toute façon que le plan que Jérémie a trouvé cette nuit ne marcherait pas, on se focalise pleinement sur les deux garçon, comme on sait qu'Ulrich et Hiroki sont les deux personnes pour qui Yumi a le plus d'affection, on peut déjà parier qu'il va se passer un truc pour L'Ulumi dans cet épisode.
Et là, grosse surprise, on s'attendait à Hiroki révelant un truc sur sa soeur pour aider le brun, mais pas du tout, le petit nippon craque sur Milly! C'est t'y pas mignon tout ça?

Outre le fait que je trouve cette nouvelle "romance" absolument craquante, on peut définitivement affirmer que Hiroki semble parti pour suivre un chemin à peu près similaire à Ulrich en terme de relation amoureuse, c'est à dire:

-Tomber amoureux d'une fille ayant un an de plus que lui.
-Mettre en scène des plans foireux pour passer du temps avec la fille qu'ils convoitent (Lui parler d'un scoop pour l'attirer au gymnase c'est tendre un morceau de bifteck à un chien, il est bon, très bon...)
-Et se mettre à rougir et à bégayer dès que la fille dont ils sont amoureux se montre un peu proche d'eux ou même que le sujet de cette fille en question soit mis sur le tapis!

Conclusion: Et deux blaireaux, deux!

Non, plus sérieusement, Hiroki est très attachant à demander des conseils à Ulrich, même si franchement, le samouraï est sans doute la dernière personne à aller voir en terme de relation amoureuse!

D'après Hiroki, Ulrich a un max de succès auprès des filles, mais Ulrich balaye tous les espoirs de bons conseils d'Hiroki avec cette réplique:

Ulrich: Ah ça dépends de la fille!

Cette réponse nous montre que malgré le fait qu'il ai du succès auprès des filles (ce qu'on ne verra jamais clairement dans la série d'ailleurs, Yumi et Sissi semblant être les seules à être amoureuses du brun, il y avait bien émilie mais... Non en fait, c'était juste un bouche-trou, autant pour les scénaristes que pour Ulrich dans l'épisode 22, c'est assez dommage, parce que sous prétexte qu'Ulrich est "déjà pris", aucune fille ne tombera amoureuse de lui, à l'exception de Sissi parce qu'il faut bien une chieuse, neuneu et amoureuse, c'est un code...).
Et bien malgré ce sois-disant succès méconnu, Ulrich ne semble pas en avoir auprès de la seule personne qui fasse réellement battre son coeur, c'est triste quand même dans un sens, le ton qu'il emploie pour le dire montre sa gêne face au sujet, et surtout: Le fait qu'il se braque dès que Hiroki mentionne Yumi nous fait comprendre que non seulement il à encore cette pseudo-amitié en travers de la gorge, mais qu'en plus, il s'en veut à mort de ne pas être capable d'exprimer ou même de recevoir cet amour presque "fou" qu'il porte à la japonaise, se cachant encore et toujours derrière ce masque: Copain et puis c'est tout, qu'il enfile dès qu'on lui parle de sa relation avec Yumi pour éviter de se rappeler qu'il l'aime comme un fou mais qu'elle ne semble pas partager cet amour depuis ce fameux jour où tout a basculé...



Enfin bon...
Malgré toutes les boulettes qu'il a pu faire avec Yumi, Ulrich donne un bon conseil à Hiroki, qui bien entendu, au lieu de se creuser la tête pour chercher des informations intéressantes, va plutôt piquer le journal intime de sa soeur, les échos de Kadic portant très bien leur nom de "feuille de choux" puisqu'on verra par la suite que ce n'est en fait qu'un magasine people version collège, on avait déjà eu la preuve avec l'épisode 59:

Odd : Ben Judith Nevers et Ronaud Limousin sortent ensemble...
Ulrich : Sans blague ? Et c’est qui ça Judith et Machin...?
Odd : Ça j’en sais rien, en tout cas, ils sortent ensemble !

Tout est dit... ^^

Hiroki part donc piquer le journal intime de Yumi, qui étant d'une discrétion légendaire, se fait prendre, ce qui nous donnes une course poursuite que seuls deux frères et soeur pouvaient faire à travers le collège.

On retrouve Odd et Ulrich, ce dernier ressassant malgré lui la petite remarque d'Hiroki concernant sa soeur, puis finissent par récupérer le journal, on découvre d'ailleurs une magnifique photo d'Ulrich dans toute sa splendeur, allé les paris sont ouverts: Pourquoi Ulrich tire-t-il cette tronche? On en avait vu des belles mais celle-là elle est limite collector, je suis sûre que les dessinateurs se sont éclatés à dessiner le brun en train de faire la tronche comme on l'avait rarement vu, je me demande quand même ce qu'à pu écrire Yumi sur cette photo, et on observe d'ailleurs un changement radical:

Là où Sissi avait prit une photo d'Ulrich souriant et où elle avait dessiné des petits coeurs partout (ce qui ne laissait planer aucun doute sur le pourquoi de cette photo dans son journal, mon esprit tordu s'imaginant tout un tas de pensées pouvant traverser la tête de la petite peste, m'enfin, c'est son intimité Mr. Green)
Yumi, préfère conserver une photo où Ulrich fait la tronche comme il l'a rarement fait, déjà, on se demande ce qu'elle foutait à prendre le brun en photo sous cet angle, s'est-elle réellement planquée derrière un arbre ou je ne sais quoi pour le prendre en photo? Et après elle râle parce qu'il a fait la même chose dans l'épisode 27... Nanméo... ^^

Enfin bon, malgré son orgueil, Ulrich décide de ne pas en savoir plus sur la photo ou le commentaire que Yumi en a fait (qui doit être très constructif nous le savons), ce qui, nous devons l'avouer, nous fait dire WTF devant notre écran, mais dans le bon sens.

Dans la saison 2 (ben oui c'est surtout elle qui a marqué la descente aux enfers du samouraï), on peut affirmer sans hésiter qu'il aurait regardé à l'intérieur du journal intime de Yumi, rien que pour savoir si elle avait marqué des trucs concernant des sentiments (inexistants...) pour William.
Et là on est agréablement surpris, Ulrich a prit en maturité et est catégorique sur le fait que la vie privée de Yumi ne concerne personne, et surtout pas lui d'après ses dires, on y croyait plus, et pourtant c'est arrivé, Ulrich a réussi, on l'applaudit bien fort, et pour moi qui était très fortement déçue de lui dans les saison 2 et 3, je ne peux qu'en être satisfaite.
Odd, en bon meilleur ami (pour une fois) fait comprendre à son pote qu'il se voile la face et se ment à lui-même concernant ses sentiments pour la japonaise, et encore plus dingue: Ulrich l'approuve! Du jamais vu, jamais plus revu (du moins aussi clairement).

Bien évidemment, le fait qu'il trouve le journal est un peu cliché, mais il n'aurait pas pu en être autrement, parce que Yumi avait fait la même chose par le passé pour son amoureux, pourtant, la manière de le rendre sera très différente, mais j'en parlerais plus bas.


On retrouve Yumi qui gueule sévèrement sur Hiroki à cause de la perte de son journal, et franchement je la trouve dure, très dure même.
Déjà, quelle idée d'amener son journal intime au lycée, on connait tous les blagues connes des collégiens du style: "Je t'ai piqué tes lunettes! Trololo..."
Donc franchement, je ne vois pas ce qu'elle fout avec son journal intime dans son sac de cours, surtout que son petit frère semblait parfaitement le savoir, il n'y a pas plus suicidaire que faire ça quand on tiens un journal intime, parce qu'il y a toujours un bouffon qui va regarder partout dans les affaires autres pour trouver le moindre truc (généralement les cahiers un peu inutiles en cours ou les agendas).
De plus, connaissant les trolls de son petit frère, elle ne m'a pas l'air si réfléchie que ça.
Et puis franchement, je trouve son insensibilité pour lui à la limite du choquant, il s'excuse sincèrement pour son attitude (fait rarissime encore une fois, décidément ils sont en forme aujourd'hui!) et lui demande pardon, et elle lui annonce comme ça froidement:

-Tant que tu l'auras pas retrouvé dis-toi que tu n'as pas de soeur...

C'est normal pour vous une attitude pareille? Et après, le premier qualificatif qu'on attribue à Yumi c'est sa maturité, qu'on me laisse rire cinq minutes!

Enfin bref, si l'intention d'Ulrich est très bonne, on pousse un WTF (cette fois-ci négatif) sur la méthode qu'il a trouvé pour le faire: Planquer le journal pour qu'Hiroki le retrouve lui-même... WHAT THE...?!
Franchement, on connaissait Ulirch et ses plans foireux, mais là on touche le fond, sérieusement, il ne pouvait pas simplement le donner à Hiroki et lui dire d'aller le rendre à Yumi en affirmant que c'était lui qui l'avait trouvé? --'

Et ben non, résultat, il le confie à Odd (idée géniale au passage) pour que ce dernier le planque dans les feuilles morte, pendant que lui va parler au petit nippon avec un air innocent qui pue le coup fourré mais passons...
On passera sur Odd qui laisse Kiwi gambader où il le veut dans le parc, qui a dit que les chiens étaient interdits à Kadic?

Et là, c'est le drame, Hiroki ne retrouve que la couverture, c'est d'ailleurs le moment que choisi Yumi pour se pointer et s'illustrer une fois encore dans sa connerie: Elle n'avait qu'à pas l'amener son putain de journal, et bien entendu, elle voit son "copain", Odd et son petit frère ensemble pour retrouver le journal, et elle ne se doute pas qu'il y a anguille sous roche? Et ben...

Pour terminer cette histoire de journal, Ulrich s'introduit chez Yumi (on ne se demandera pas comment il a fait hein...) pour lui rendre le journal, et ainsi faire pardonner son petit frère, la japonaise s'étant rendue compte qu'il comptait plus que tout à ses yeux (avec Ulrich mais elle ne s'en rendra pas compte dans cet épisode-là =)
Je m'arrête d'ailleurs sur la dernière image de l'épisode, cette scène montrant Ulrich s'effaçant dans la nuit sans rien dire de ce qu'il a fait pour elle, la laissant juste être heureuse et réconciliée avec son petit frère, encore une chose qu'on n'aurait pas vu dans les saisons précédentes.
Cette scène est juste belle, il n'y a rien à dire de plus, je m'égare peut-être, mais on a l'impression en regardant le samouraï avec son petit sourire aux lèvres qu'il restera, malgré tout ce qui a pu se passer, présent pour elle, dans le fond, cette métaphore ressemble plus aux sentiments qu'il éprouve pour Yumi, le journal représentant évidemment ce que Ulrich éprouve, il lui laisse en quelque sorte son coeur, à elle de décider ce qu'elle veut en faire, mais pour l'instant, il ne sera que spectateur et protecteur de loin, si tel est son désir.
Et il nous montre désormais clairement que malgré le copain et puis c'est tout, et bien il l'aime, tout simplement.
Encore un changement de sa part qu'on ne peut qu'approuver, surtout après nos déceptions des saisons précédentes.


Bon, j'ai déjà passé trop de temps sur l'intrigue terrestre, alors passons à la deuxième partie qui fait office de deux en un:

Partie virtuelle: Il était un petit navire à la dérive...

Jérémie, aucunement atteint par les problèmes de journaux de ses camarades, affirme avoir trouvé un moyen de ramener William: Transformer le skid en sous-marin renifleur, soit, l'idée est plutôt bonne, même si je ne vois pas comment il pourrait ramener William sur terre en le retrouvant dans le réseau, mais bon, l'informatique et moi c'est pas trop ça alors je ne me penche pas là-dessus.
Nos héros se rendent donc à l'usine, puisqu'ils n'ont une fois encore pas cours l'après-midi, mais sérieusement, ce collège est une perle! En plus les animaux domestiques sont autorisés, la vie est belle non?

Mais alors que la mission débute, on apprend que le skid fait des siennes et X.A.N.A en programme intelligent, saute sur l'occasion pour attaquer les chocoguerriers et bien entendu, Yumi se... Perd...? Décidément c'est pas sa journée...
On comprend mieux le titre anglais, qui convient d'ailleurs beaucoup mieux que celui français, maudite soit la VF.

Petit passage rapide sur Odd qui trouve le moyen de dormir alors que sa compagne de guerre est en danger de mort, plus zen que ça tu meurt...

S'en suit des rétrospectives plus intéressantes que celles de l'épisode 95 avec des moments complices jamais vu entre Yumi et Hiroki, c'est d'ailleurs franchement dommage de ne les voir que maintenant, la relation entre le frère et la soeur est une des plus intéressante de la série, malheureusement, elle est bien trop peu exploitée, et même là, nous servir que deux ou trois pauvres scènes déçoit fortement, c'est dommage de ne pas nous montrer plus souvent des moments complices et sympathiques entre eux, les scénaristes préférant se cantonner à des scènes où Hiroki fait chier Yumi, sauf qu'au bout d'un moment c'est gonflant, et ça ne fait qu'entretenir le cliché des relations frères/soeur.
De plus, la prise de conscience de Yumi est trop rapide, rejoignant la rapidité des flashbacks, il aurait été plus intéressant de faire peu à peu prendre conscience à Yumi que son comportement a été odieux, mais n'oublions pas que l'épisode ne dure que 22 minutes et quelques.

Au passage, il aurait été intéressant de mettre Yumi en difficulté dans son navskid plus longtemps, la condamnant à rester à la dérive et où les Lyoko-guerriers la cherchent pendant quelque temps, la faute à la série qui reste non-feuilletonnante.
On passeras sur le commentaire de Yumi lorsque les autres viennent la chercher:

-Vous en avez mis du temps!

Ils viennent te chercher et tu trouve le moyen de te plaindre? Mais ta bouche je sais pas! M'enfin c'est de Yumi qu'on parle, elle les accumule aujourd'hui.

J'approuve également le commentaire d'Aelita, qui souhaite sincèrement retrouver William, l'idée d'une romance entre eux n'est pas si stupide après tout... Cette attention se vérifiera dans le 94, mais il est dommage qu'elle ne s'acharne pas plus que ça à le défendre par la suite...

Sinon, un petit mot sur les combats, qui sont très dynamiques, comme souvent dans la mer numérique, la collaboration entre le samouraï et le félin fonctionne bien, et le combat avec William à bord de son vaisseau est très agréable à regarder, bien que ce soit une impression de déjà-vu, on s'en fout.


Conclusion:

Un épisode où on peut voir Ulrich sous un angle radicalement différent de ce qu'il nous avais habitué à voir de lui depuis la saison 2, c'est avec un grand plaisir qu'on constate ce changement.
Yumi est juste odieuse dans cet épisode, excepté à la fin où elle pardonne à son petit frère, mais on s'interroge sur le temps qu'elle aurait mit à le faire s'il ne lui était rien arrivé...
Le moments montrés entre Hiroki et sa soeur sont sympathiques, mais trop peu nombreux et le traitement de la culpabilité de Yumi aurait pu être bien mieux traité.
Les moments d'action dans la mer numérique sont très bien réalisés et on ne s'ennuie pas en les regardant (ce qui a parfois tendance à arriver dans certains combats, notamment avec les images recyclées).
Au final, cet épisode est agréable à regarder, il n'y as trop grand chose à lui reprocher excepté le comportement et la prise de conscience de Yumi, malgré le fait qu'il ne révolutionnera pas le genre.

Ma note: 15/20.

Spoiler

_________________
Il n'y a pas de victoires, il n'y a que des batailles...Roy Montgomery, Castle 3x24.
My puddin's a great kidder, but he loves me, really... Harley quinn, comics.

http://www.pixenli.com/images/mini/1400/1400595643031874200.jpg
Voir l'image en grand

http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png


Dernière édition par Brume le Mer 25 Juin 2014 20:34; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Belgarel MessagePosté le: Lun 23 Juin 2014 21:10   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 527
Hum, je devine que la critique de kender aura agacé beaucoup de membres de la Ligue, non ? C'est pourquoi j'ai décidé de leur faire la courtoisie de démolir cet épisode à leur place. Qu'il prennent ça comme un « cadeau d'adieu » (?)[/troll]

#94 Contre-Attaque


Disclaimer
Les critiques d'épisode contiennent, par principe, des spoilers.

http://fc09.deviantart.net/fs70/f/2013/149/1/b/you_don_t_say__by_gamerzzon-d6711d4.jpg

Malheureusement, pas de référence à quoi que ce soit de mythique dans cet épisode : ce titre est d'une platitude achevée Mr. Green

1. Ave Aelita, morituri te saluant

L'épisode s'ouvre sur un cauchemar d'Aelita. Ça en deviendrait presque une habitude, si ce cauchemar n'était pas d'un type nouveau : apparemment, Aelita a piqué le super-pouvoir de son cousin. Autrement dit, elle est maintenant capable de faire des rêves prémonitoires !
Ce WTF de cohérence doublé d'un horrible cliché de narration est en réalité justifié par des nécessités de construction. Il s'agit d'annoncer la mort de Franz Hopper afin qu'elle n'arrive pas en fin d'épisode comme un cheveu sur la soupe : de la dramatiser, en somme, pour lui donner plus d'impact émotionnel, et plus de signification.
Ça marcherait pas mal si ledit Franz Hopper n'était pas déjà mort un nombre incalculable de fois, et surtout, si son personnage avait été un peu plus présent. Il faut cependant reconnaître que la série avait préparé à l'éventualité de sa disparition définitive (en en faisant l'objectif principal de XANA dans cette saison) et avait, même sans le faire parler, développé son personnage : remords d'avoir créé XANA, amour pour sa fille, tout pouvait être perçu, et la conclusion de son histoire apparaît comme un dénouement logique de ses problèmes.

En somme, les « drôles de pressentiment » d'Aelita sont une excuse narrative cheapos pour tenter de rattraper le coup. Quitte à commencer par la scène forte de la mort de Franz Hopper, autant le faire dans une narration couillue, plutôt que de nous balancer la vieille excuse du rêve.

Donc, Franz Hopper. Fidèle à son habitude, il surgit out of the blue (sans nous expliquer pourquoi il s'est caché on ne sait où pendant tout ce temps) pour compléter le programme anti-XANA de Jérémie. C'est sympa : s'il savait comment éliminer XANA, il aurait pu épargner à Jérémie une semaine sans sommeil (chose dont le jeune génie a plus besoin que le vieux). Et quelques mois à crapahuter dans le Réseau. Voire quelques années à risquer l'avenir du monde, même.
Donc, le fait que Franz Hopper participe à l'élaboration du programme de Jérémie est un mauvais point à l'échelle de la série. Ça nous rappelle qu'il avait un atout maître en main dès le début, à savoir : en tant que concepteur de XANA, il savait exactement comment le détruire. Pourquoi avoir attendu autant, ça restera à jamais un mystère.
Enfin, il est étrange que Hopper fournisse précisément des « données » qui complètent le programme de Jérémie. Surveillait-il le développement, ou bien a-t-il donné des informations compatibles avec le code de Jérémie complètement par hasard ?


Pour clarifier un peu les choses, Jérémie avait terminé un programme pour éliminer les Réplikas de XANA. Il n'était pas censé mettre fin à la guerre. Mais grâce aux données transmises par Hopper, le programme de Jérémie prend une toute autre dimension : il nécessite de l'énergie virtuelle pour être lancé (même si c'était peut-être déjà le cas initialement, cette information n'a pas été précisée) et permet d'éradiquer non seulement les Réplikas, mais également XANA – le cœur du programme, pour ainsi dire.
L'épisode dit cela, mais ne le montre pas clairement. En particulier, lors de la scène où « XANA est en train de mourir », la destruction du programme multi-agent est montrée et mesurée par la disparition des Réplikas, qui ne sont que des symptômes de l'existence de XANA.

Je n'omets pas la disparition du spectre sur Terre. Théoriquement, il relève aussi du symptôme ; toutefois, il a été décidé d'en faire le signe visuel de la mort du méchant. Et ça, ça mériterait bien que l'épisode perde cinq points sur vingt.
XANA est un méchant invisible. De la famille du Sauron, ordre diabolique, règne surnaturel (ouais, même s'il s'agit de SF). Un choix qui demande déjà qu'on ait des couilles dans un bouquin, alors parlez donc de son importance au cinéma ! Même Peter Jackson n'avait pas osé laisser un méchant invisible ! Ainsi, la série a été un constant bras de fer entre la volonté des producteurs de montrer XANA (en mode : gros avatar baddass qui fait « Mouhahaha » sur Lyoko) et celle des scénaristes de le cacher.
La saison 4 fait, à mes yeux, ce qu'il y a de pire en pareille situation – même si cela nous offre des scènes d'action remarquables. Après les xanatifications, elle décide de donner à XANA un avatar humain. Le problème, c'est que nos héros ne font pas la part des choses, et continuent d'appeler cet avatar « William », en référence au propriétaire initial du corps, avec lequel ils confondent XANA. Cet entre-deux dans lequel se situe Dark William sauve un peu la mise, et la scène cliché de l'épisode #76, ou quelques indices comme le geste flippant de l'épisode #67 viennent enrichir le problème ; néanmoins, l'attitude stupide et invraisemblable des héros est un point globalement négatif.
La mort de XANA devait donc être la mort de Dark William, puisque Dark William était l'incarnation visuelle de XANA. Il fallait donc que William soit xanatifié dans le dernier épisode. Critiquer ce fait revient à admettre que le principe qui a donné naissance à Dark William était une idée de merde à la base. D'ailleurs, je ne m'en priverai pas quand je passerai au traitement de William dans cet épisode.

Mais pour en revenir au spectre lui-même, lors de la scène de la mort de XANA, il s'extirpe en hurlant du corps de William, et se contorsionne pour prendre des formes successives qui n'ont aucune justification dans le scénario : il s'agit purement de symboles visuels. D'abord, une forme humaine plutôt masculine (pour ceux qui se poseraient la question), avec l'Œil de XANA sur la poitrine, qui se recroqueville en position fœtale ; ensuite, un visage qui pousse un râle d'agonie (avec la voix de Dark William toujours) ; enfin, une espèce de signe qui rappelle vaguement l'Œil, sauf que les cercles concentriques sont remplacés par une spirale.
Cinématographiquement, rien à redire. Dark William, sous sa forme immatérielle, régresse à l'état où il était avant sa naissance, perdant peu à peu ses attributs adultes, se montrant de plus en plus déforme, monstrueux, jusqu'à n'être plus qu'une espèce de bouche de fumée qui hurle, puis un signe unique, à l'instar d'une cellule-œuf, qui se désagrège. N'étant pas très calée sur le symbolisme de la spirale, je ne m'y attarderai pas, mais il me semble qu'il est mieux approprié à l'idée du début et de la fin ou du rétrécissement, que le cercle infini.
Ce qui m'emmerde profondément, c'est l'anthropomorphisme. Le programme à visage humain (donc mâle, pour ceux qui se poseraient la question). Déjà que XANA est basé sur le complexe de Frankenstein (© Asimov), alors si en plus on se met à le prendre pour un être humain, on est mal barré !


Après cette parenthèse sur le fonctionnement du programme de Schaeffer et de son gendre et sur la mort de XANA, reprenons l'épisode où on l'avait laissé, à savoir : Hopper sur la Banquise, en train de traficoter on ne sait quoi…En tout cas, il s'agit d'une « intense activité », typiquement le genre de truc qui pourrait attirer XANA en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Sachant que l'épisode se joue à la seconde près, pourquoi n'a-t-il pas donné rendez-vous aux héros directement dans le Cinquième Territoire ? Sans doute pour permettre au Kolosse de faire une dernière apparition, parce que les Kolosses c'est trop la classe hollywoodienne Rolling Eyes
Heureusement, Hopper semble plus mobile dans cet épisode que dans le #82.

La mort de Franz est causée par plein de choses. Outre la nécessité dramatique, on évacuera la maladresse de mise en scène fréquemment invoquée par les adversaires d'Aelita, qui soulignent que celle-ci aurait pu facilement soit dégommer deux mantas immobiles à deux mètres d'elle, soit lancer le programme à temps pour sauver son père (sans oublier le fait que son sacrifice a failli être vain).
L'excuse proprement scénaristique, donc, c'est que Franz doit fournir l'« énergie virtuelle » Outre le fait que ce concept a toujours été profondément bidon, on pourrait s'étonner de ce que ni Franz ni Jérémie n'aient anticipé le problème. Au passage, Hopper fournit de l'énergie, certes : mais d'où il la tire ?
Autant de question qu'il aurait emporté dans sa tombe, s'il n'avait pas explosé en mille morceaux virtuels.

Conclusion dramatique titanesque, mise en scène boiteuse et justification scénaristique cul-de-jatte,
ce sacrifice final est une si belle conclusion à l'histoire de Code Lyoko que son éclat est à peine terni par les nombreuses erreurs qui l'entourent.
Quant à la mort de XANA, bien que l'anthropomorphisme de la saison 4 me fasse rager, elle est cohérente et soigneusement mise en scène. On regrettera seulement l'accent mis sur les Réplikas, qui rend le tout bien moins compréhensible.
Et puis y'a tout le côté Hopper ex machina, qu'il ne faut pas oublier ! Bon, c'est Hopper, mais pour un final de série, annoncer que la solution était à portée de main tout du long…

2. William

William mérite une partie à lui seul. Parce que comme dans le #95, son traitement est massacré.
On distinguera deux parties : sa vie en-dehors du groupe, et sa vie dans le groupe.

En-dehors du groupe, tout le monde semble le féliciter d'être redevenu un mec normal. En une semaine, on s'est rendu compte qu'il avait arrêté de jouer à l'idiot, et on le félicite pour ses talents de troll. Sauf James Moralès, qui lui, le félicite d'avoir « retrouvé toute sa tête ». C'est pas plus compliqué que ça, alors tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Visiblement, partir cinq minutes dans un jeu vidéo et revenir six mois plus tard en passant pour plus troll qu'il ne l'est, ça ne le dérange pas. Moi, ça me dérangerait. En fait, ça a tendance à m'arriver parfois.
Toujours est-il que William ne rage pas. Ça ne l'ennuie pas d'avoir raté son année, de s'être embarqué dans une aventure plus dangereuse qu'il ne le croyait, ou de devoir redoubler (déjà qu'il était pas forcément toujours une tête à la base). Non, ce qui l'ennuie, c'est que les Lyokoguerriers ne l'acceptent pas dans la bande.

Parlons-en, des Lyokoguerriers. Ils auraient pu se sentir mal à l'aise après ce qui est arrivé à William, non ? Hé ben non ! On dirait carrément qu'ils regrettent de l'avoir ramené sur Terre, ce qui était pourtant leur objectif de la saison…une espèce de leitmotiv qu'ils avaient un peu tendance à laisser de côté, mais un objectif quand même !
Citation:
Aelita : William n'est plus notre ennemi.
Odd : Mais il l'a été. Il a été l'allié de XANA !
Aelita : Contre son gré.
Ulrich : Peut-être, mais c'est sa faute.
Mais qu'est-ce qui s'est passé dans la tête des scénaristes ?!!!
Ça fait une fucking éternité qu'ils savent que William est une victime dans cette histoire ! Que ce n'est pas « le vrai William » qu'ils combattaient ! Aelita elle-même a été plusieurs fois dans la même situation, ils comprennent tous parfaitement la différence entre le type qu'ils ont devant eux et le lieutenant de XANA, non ?
Wait…Maintenant que j'y repense, il y avait des tas d'éléments bizarres dans la manière dont ils interagissaient avec ce Dark William…La façon dont ils le comparent en permanence à « l'ancien William » pour son caractère pot de colle (#87), sur la manière dont il tente de « séduire Yumi » (#68 )…
Mais ouais ! Ces crétins confondaient vraiment William avec XANA ! À tel point que l'affirmation d'Aelita selon laquelle il agissait « contre son gré » (ce qui est si vrai qu'il ne s'en souvient même pas !) sonne comme une véritable révélation.

Cette réaction est surréaliste. Tout le monde, je dis bien absolument tout le monde sait que William est une victime dans cette histoire. Jérémie, Aelita, les spectateurs, les Lyokoguerriers qui souffraient de ne pas réussir à le ramener. Mais les remarques débiles qui entachaient les combats contre William – à savoir les répliques où les Lyokoguerriers parlaient de lui comme s'ils s'adressaient au camarade de classe et non au programme – font exister une autre interprétation de la xanatification de William : une interprétation où le beau gosse peut être blâmé de ce qui se passait, et doit être traité en antagoniste pur et dur.
Cette interprétation est incompatible avec la première. Elle est illogique. Elle est fausse, et on en a la preuve. En bref, si elle pouvait être une hypothèse jusqu'au fameux Retour de William dans le #93, elle ne peut plus exister dans cet épisode-ci, si ce n'est sous forme de vague malaise irrationnel. Et après une semaine, les Lyokoguerriers devraient être tous bien conscients que ce sentiment n'est pas fondé : un accueil aussi hostile que celui qu'ils lui réservent au réfectoire n'est pas possible.
Enfin, le raisonnement que tient Aelita quant à la responsabilité de William dans sa propre xanatification est également si évident qu'il n'est pas crédible qu'il n'ait pas été dit une seule fois en une semaine.

Cette scène est surréaliste. Surréaliste, invraisemblable, incohérente, inimaginable, criminelle. Et les fans de William auront tôt fait de blâmer les Lyokoguerriers de leur attitude incompréhensible.
C'est manquer de distance. Il en faut pas oublier que les Lyokoguerriers ne sont pas responsables de cette attitude impossible, pas plus que William n'était responsable de ses actions quand il était sous l'emprise de XANA. Parce que les Lyokoguerriers sont, dans cette scène, sous le contrôle d'une entité maléfique encore plus terrible que XANA. Une entité qui s'est manifestée, par petites touches, tout au long de la saison 4, transformant des jeunes gens attristés, disant « T'en fais pas, William, on va te ramener… » (#76), en crétins finis au biberon lançant « Ça ne marchera jamais entre nous » (#94) ou « Depuis le temps que j'en rêvais [de te péter la figure] » (#94).
Cette entité monstrueuse, c'est les scénaristes malhabiles. Ce n'est un secret pour personne, ils ont massacré ce pauvre Dunbar à un point peu crédible. Sauf que non seulement ils lui ont terraformé le trou du cul, mais en plus les cervelles des Lyokoguerriers ont souffert des dommages collatéraux de la nécessité d'avoir un méchant humanoïde (vous savez, l'avatar de XANA plus ou moins demandé par les producteurs depuis la saison 1…) !

Ce qui s'est donc passé, c'est qu'on voulait bidouiller un synopsis de telle sorte que William ne retourne pas sur Lyoko. En effet, le retour du chevalier blanc aurait chassé l'image de l'avatar humain de XANA, et aurait empêché la belle scène de mort où XANA quitte le corps qu'il s'est approprié, et cela à jamais. Cette nécessité a pris le pas sur tout impératif de vraisemblance psychologique des personnages, ou même de traitement non foireux du personnage et des xanatifications de William.
La remarque d'Odd, « On aurait dû l'emmener sur Lyoko ! » est largement ignorée. Aucune excuse n'est présentée à William. Dans la saison 4, le beau ténébreux n'est pas un personnage : c'est un moyen. Son histoire importe peu, puisqu'il n'est qu'un réceptacle pour XANA. La seule chose que j'approuve dans la critique de kender, en fait, c'est cette idée étrange : pour comprendre comment XANA a pu xanatifier William avec un spectre sans violer les règles du jeu, il faut faire des circonvolutions logiques tordues qui feraient passer Lénaelle pour une jeune fille saine d'esprit (à savoir, émettre une étrange théorie « d'immunisation à l'immunité procurée par les scanners »). Enfin, pour achever de rendre cet épisode complètement nul, William se contente d'assommer Jérémie (son plus grand ennemi avec Hopper) sans le tuer, puis s'en va désactiver la salle des scanners, ce qui n'a aucun intérêt stratégique à ses yeux. Pire, il préfère poursuivre Yumi plutôt que de finir le travail (ce qui aurait tué Ulrich et Odd, au passage). Franchement, on a vu mieux, comme attaque.
Cet arc narratif est grossier, bidon et mal foutu. Il a pour seul but de sauvegarder jusqu'à la fin une idée que je n'approuve pas (l'anthropomorphisation de XANA) et il relègue William au rang des personnages secondaires, sous-développés, au traitement inconstant (mouvance continuée par l'épisode 95). Une vraie catastrophe.

3. Spectacular

Prêts pour une fin épique qui va vous en mettre plein les mirettes ? Ça commence doucement, avec une belle cascade et une belle grotte aux lueurs tamisées, dans laquelle se cache le Grand Maître. La Banquise apparaît sous sa meilleur nuit.
Ensuite, on a du lourd, avec le Kolosse (son apparition toujours aussi massive, et sa destruction légendaire).
Légendaire, ah bon ? Moi, ça me fait plutôt l'effet d'une
Citation:
Odd : super fête avec un Kolosse et plein de jolies mantas
Parlons-en, de la jolie M.A.N.T.A., tiens.
Jolie, c'est le mot. Décoratives, même. En général, elles se contentent de tourner autour de la tête du colosse, ou de faire des feux d'artifice dans le ciel de la Banquise. Vu leur nombre, elles s'attaquent assez peu aux héros, et se montrent peu dangereuses. Bref, elles sont-là pour servir d'amuse-gueules, d'apéritifs pour que les héros aient autre chose à faire pendant leurs dialogues que reculer devant un Kolosse qui ne fait qu'avancer.

En parlant du Kolosse, il est vraiment pas coriace. Une lame dans chaque cible et il crève comme une merde. Trop vite, en somme. Il est lent, et incapable de se défendre lui-même, et ce qu'il fait de plus spectaculaire dans cet épisode, c'est :
– casser un gros glaçon ;
– mourir.
Voilà. On pourrait croire qu'à défaut de savoir se défendre, il serait aidé par sa garde de mantas. Hé ben il est pas aidé. Ulrich se balade sur le Kolosse comme un gosse qui grimpe une colline ; une fois, une seule fois, il se fait attaquer par une manta. Et c'est pas comme si le tir de ladite manta lui frôlait la raie : non, il le bloque tranquillement.
En somme, le Kolosse se révèle aussi mou qu'il est gros.

Quant aux mantas du cinquième territoire, le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elles ne lancent pas un combat spectaculaire non plus. Après le haut fait d'Ulrich, Odd fait une sortie des plus minables (pouf, un tir dans le dos) et Aelita se montre des moins combatives : elle encaisse presque passivement, et lance tristement un pauvre tir maladroit alors que son père est en train de crever sous ses yeux. Étrange, même de sa part c'est pas brillant. Comme si la main invisible des scénaristes était venue la rendre complètement nulle par rapport à d'habitude, au moment critique où ADVIENT CE QUI DOIT ARRIVER.

Sur Terre…bah, une attaque de spectre classique. Sauf que maintenant, les humains peuvent passer à travers les murs. Mouais.
Faut reconnaître que dans le style, William-XANA est brutal. Mais les problèmes que posent cette xanatification la rendent bien moins épique qu'un banal détournement de météorites…

Enfin, le programme multi-agent de Jérémie.
Mon Jérémie, j'adore ce truc. Et le pire, c'est que sans le DVD, bonne chance pour en trouver une version potable Mr. Green
Les chœurs horrifiques qui accompagnent cette nuée de machins choses blancs et leur jaillissement dans les rougeurs du Réseau sont juste magnifiques. Soudain, brutal, – et tout est fini. Le climax parfait.

Maic ce climax a un défaut. C'est le design du programme multi-agent de Jérémie, tout classe qu'il soit. Attention, ma formation de littéraire va encore frapper. Dans un One-Shot (Code > le Témoin), j'ai une fois mis en évidence la métaphore sexuelle de la fin de l'épisode #64 (avec la lame phallique de XANA-William qui s'enfonce dans l'ovule lumineux de Lyoko).
Hé ben là…le programme multi-agent de Jérémie…Oh, faut-il vraiment le dire ?
CONCLUSION

L'heure est venue de conclure cette analyse en notant l'épisode. Détails du barème en spoiler.
3,5/20
Spoiler

_________________
http://nsm04.casimages.com/img/2010/10/30//101030031134926107021414.png
http://imageshack.us/a/img545/1418/n6uz.png
http://imageshack.us/a/img266/4029/ck80.png
Premier commandement : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
Troisième commandement : Tout individu a droit à la vie
Quatrième commandement : Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Ikorih MessagePosté le: Mar 24 Juin 2014 10:24   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1440
Localisation: Sûrement quelque part.
Episode 92 : Sueurs froides

Avec l'aimable participation de Xana et d'un tournevis!

Partie terrestre : c'est l'histoire d'un tournevis...

La première scène est d’un renversant intérêt. On y voit Hiroki qui demande à Yumi de choisir entre « être un tournevis cruciforme » et « être une clé anglaise ». Ce début n’a bien sûr aucun rapport avec l’épisode, sauf peut-être s’il a donné des sueurs froides à Yumi, allez savoir. Ç’aurait été fun, notez. Imaginez, un bug des scanners, et Yumi est matérialisée en outil ! Là, tout de suite, ç’aurait été compliqué à expliquer à ses parents. Et drôle pour nous. Pas pour Yumi, certes, mais pour nous. Yumi, d’ailleurs, elle n’aime pas les questions d’Hiroki et lui répond méchamment (épisode 77, où es-tu ?). Mais le petiot n’étant carrément pas dépourvu d’intelligence dans les joutes verbales, il lui glisse un troll à la Icer pour savoir si elle est toujours amoureuse d’Ulrich. Simple, efficace, elle se tait.
On apprend que Rosa la cantinière est impliquée dans une histoire de bouffe périmée, que Jim donne des conseils de lancer de poids, que Mme Hertz sait faire un ampèremètre avec un Mp3 (…Okay…), mais, surtout, que Yumi a porté une robe rose et une perruque blonde. Eh ben. Les Echos de Kadic en ont, des infos intéressantes…
Les naines sont juste impossibles à gérer. Elles se réfugient derrière l’excuse de « on ne livre pas nos sources », ce qui est juste et véridique, sauf que Tamiya dit quand même « oh c’est un de tes meilleurs amis (a) et il est au foyer ». Traduction : techniquement, on devrait pas le dire. Mais quand même, comme il faut une intrigue à l’épisode, on va te filer un indice : c’est un pote à toi. Et du coup, tu peux maintenant chercher qui c’est et lui tirer la gueule pendant tout l’épisode. Milly a la présence d’esprit d’engueuler son amie, ce qui est toujours un bon point.
J’ai le droit de dire WTF ? Bon. Yumi a très vite la bonne intuition : Odd. Faut dire qu’il n’y a que lui pour faire un coup fourré pareil. Mais comme Ulrich colle aussi à la description très précise fournie par la gamine…enfin bref. Milly a le temps d’appeler Odd avant que Yumi débarque au foyer et Odd a le temps de demander à Ulrich de le couvrir. Quelques répliques suffisent pour que Ulrich accepte alors qu’il sent très bien que c’est un coup tordu. Alors quand même, j’aimerais qu’on m’explique. Ulrich, certes, est con. Je me complais à le dire et à le répéter. Mais là, même pour Ulrich, c’est très fort. On est à la fin de la série, y a déjà eu des milliards de conneries faites par Odd où Ulrich le couvrait et à chaque fois il le regrettait. C’est pas se comporter en ami, en plus, malgré les suggestions d’Odd, parce que Odd devrait un peu assumer ses actes et le couvrir n’aide pas à le faire grandir. Donc si on résume, Ulrich n’a aucune raison de faire ça. Et pourtant, il le fait. En plus, ça concerne Yumi quoi. Il cherche à ce point à s’embrouiller avec elle ? Mais il est maso c’est pas possible !
Et pour bien arranger l’humeur de Yumi, Sissi se fout de sa gueule. Ulrich devrait le voir, bon sang. Il peut encore se rétracter et laisser le juste courroux s’abattre sur Odd pour sa merde, nan ? En plus, vu ce qu’elle lui promet, ça risque de bien lui apprendre la vie, non ? Eh ben non. Ulrich, suicidaire et maso de façon officielle, dit que c’est lui. Yumi se casse, très très en froid avec lui. Moi j’dis, il aurait ptête mieux valu qu’elle devienne un tournevis cruciforme. Ulrich comprend qu’il a eu tort de couvrir Odd, et il lui dit, mais c’est trop tard. On notera que Odd n’a absolument AUCUNE mauvaise conscience pour ses actes. Eh bah c’est beau.
Mention spéciale aux deux Einstein qui font mine de ne pas être au courant pour ensuite murmurer que quand même le rose ne va pas à Yumi. Jérémie drague même Aelita en lui disant que c’est vraiment sa couleur. Ouais, elle a un peu les cheveux roses…

La partie terrestre n’est pas bouclée avant une bonne plombe. Quelques scènes dans la partie virtuelle amorcent sa résolution mais elle se conclut sur le pont, le soir en quittant l’usine. Vous avez dit cliché ? (D’ailleurs Yumi ne semble pas s’inquiéter de ce que ses parents vont l’engueuler si elle rentre tard, bon, soit)
Odd et Ulrich se disputent à voix basse. Odd admet être trop lâche, mais il n’a surtout vraiment pas de morale vu la façon dont il le prend. Il saute sur l’occasion quand Yumi veut discuter avec Ulrich et laisse les tourtereaux régler leurs histoires. On notera le changement de musique et d’attitude de Yumi : maintenant, elle n’est plus giga furax, elle est attendrie. « Oh c’est mignon il voulait attirer mon attention <3 (hug) ». Un bisou sur le front, un Ulrich tout rouge et elle le plante. Bon au moins cette scène d’Ulumi a le mérite de ne pas s’étendre sur trois plombes, mais quand même….
Odd a d’ailleurs tout dynamité la belle explication en annonçant que non en fait c’était lui et que Ulrich a juste été assez con pour le couvrir…
Ç’aurait été plus simple si Yumi avait été changée en tournevis. Sa vengeance ne se fait pas attendre et les Echos de Kadic du lendemain matin, déjà imprimés (évidemmeeent) contiennent une photo d’Odd et Ulrich bien ridicules. Oui Yumi a eu le temps de la prendre (éventuellement), de l’envoyer à Milly et Tamiya qui ont eu le temps de faire une nouvelle édition le lendemain. Epique non ?


Partie virtuelle : Xanhaxx

Jérémie et Aelita amènent, comme d’habitude, un sujet d’action virtuelle à savoir un bon vieux Réplika. La mission est programmée pour le soir, à l’usine.
D’ailleurs, j’ai envie de crier Victoire façon Willy. Parce que là, bon sang, on arrive directement à l’arrimage du Skid ! Pas de scène des transferts, pas de voyage dans le réseau, pas d’embarquement dans le Skid, rien, on est déjà au cœur de l’action ! Super, non ? On a juste l’activation de la tour et la translation. Très raisonnable, comme quota de scènes recyclées.
Jérémie demande qui veut se faire translater et là…c’est le drame. Aelita, à qui on pourrait coller une magistrale trollface sur la figure, propose d’envoyer Ulrich et Yumi. Non mais sérieusement, elle l’a fait exprès là. Elle pouvait pas ne pas avoir remarqué qu’ils étaient en froid. Ou alors elle a un sérieux problème de vision. Yumi a une réaction très pacifique et obtient sa translation avec Odd. Jérémie aurait dû suivre l’idée d’Aelita, ça aurait permis de les rabibocher à travers un peu d’action. Qui sait, il y a peut-être des racines, là où ils vont ?
En plus, Ulrich commence à voir que c’est peut-être pas une bonne idée de couvrir Odd. Et bien sûr, il essaie de le faire signifier mais Odd se défile de façon légendaire…boarf de toute façon on le sait bien que tout sera bouclé à la fin de l’épisode. On a juste une nouvelle preuve (inutile) du fait qu’Odd soit un pur enfoiré. Nous allons maintenant continuer à suivre le groupe sur le Réplika et la dernière partie sera consacrée aux deux trans-latés.
En fait, il semblerait qu’Aelita n’était vraiment pas au courant puisqu’elle demande à Ulrich ce qui s’est passé. Eh bah. Elle est vraiment dégourdie. Comme cet épisode utilise le principe du confident, Ulrich s’explique avec Jérémie et Aelita. On peut supposer que Jérémie a coupé la communication avec Odd et Yumi parce que sinon, le « normalement c’est Odd qui fait ce genre de blagues » aurait pu être très révélateur pour Yumi. En parlant de révélation, Ulrich a prévu de lui dire « toute la vérité » . Ce qui implique de dire ceci :
« Yumi, pour cet épisode tu aurais dû être changée en tournevis cruciforme. C’est pour ça que la scène au début avec Hiroki existait. Mais il y a eu une déchirure de l’espace-temps et une photo a traversé les dimensions scénaristiques pour se coller dans les échos de Kadic et on a obtenu un remix de scénario bizarre où tu devenais un outil d’embrouille dans le groupe. Je suis un con, j’ai couvert Odd parce qu’il me braquait un pistolet sur la tempe, j’aurais dû avoir le courage de lui résister…mais il avait aussi menacé de rétablir le scénario normal et tu aurais été…*sanglot* pardon Yumi, mais je préférais encore que tu sois ridiculisée plutôt que changée en tournevis (même si t’aurais été vachement moins chiante)… »
Cette déclaration pleine d’émotions attendra. Ulrich et Aelita vont avoir une tour à désactiver. On notera que pas une seule seconde ils se soucient de savoir qui va devoir rester et défendre le Skid. Ils se barrent et le laissent en plan, comme ça.
Un Mégatank arrive bientôt pour dynamiser tout ça, forçant Ulrich à abandonner son Overbike. Oui, s’envoler aurait été trop con. Il se retrouve avec Aelita sur l’Overwing et le Mégatank meurt d’un champ de force bien envoyé. Il n’aura pas duré longtemps. Heureusement que Xana a prévu un peu plus pour défendre sa tour parce que là…bref, deux Tarentules en défense devant la tour ce qui est une bonne utilisation du monstre, très à l’aise dans son rôle de mitrailleuse fixe. La preuve, l’Overwing y passe aussi.
Le positionnement est juste idéal. Il y a deux plateformes, une sur laquelle il y a la tour et les Tarentules, une sur laquelle il y a Ulrich, Aelita et des sortes de dents de glace derrière lesquelles ils se plantent. Il y a une passerelle étroite qui relie les deux, et les Tarentules la couvrent très bien. Xana a magnifiquement choisi sa tour à activer et les monstres pour la défendre au vu du terrain, ce qui est rare.
Ulrich, face à tant de stratégie, décide de mettre au point une fine ruse et…non en fait non. Il suggère de passer en force. S’ensuit un échange qui souligne bien la personnalité d’Ulrich.
-Tu crois que ça va marcher ?
-Nan.
-T’as pas une autre idée ?
-Nan.


Le pire, c’est peut-être que ça marche…si j’étais Xana, je hurlerais comme face à un haxx de 14 tours de freeze sur pokémon parce que là, c’est abusé. Les Tarentules avaient le terrain idéal et auraient pu le dégommer facilement et elles se sont fait trouer en trois secondes. C’est cruel pour le programme multi-agent. Du coup, la tour est désacti…attendez, non ? Non ? Oh, intéressant. Apparemment, il y aurait dans cette tour les programmes les plus importants concernant William xanatifié et ça pourrait donc servir à le libérer. Oh mais c’est super et en plus c’est crédible vu qu’on arrive à la fin de la saison ! L’avancée scénaristique est imprévue et pas mal amenée, et surtout elle casse un peu la routine des missions Réplika. En plus, la tour n’est désactivée qu’au milieu de l’épisode, cette fois !
Ce qui ne signifie pas la fin des emmerdes. Xana renvoie William à l’attaque sur le Réplika, et puisque Ulrich et Aelita sont loin du Skid…il est vulnérable.
« Ahaha, rira bien qui rira le dernier. Même un haxx CC freeze ne vous sauvera pas. »
On peut quand même se demander pourquoi il fait courir William au lieu d’utiliser le Supersmoke.
« …Plus de PP. »
Jérémie leur envoie l’Overboard. Ce n’était pas forcément nécessaire, Aelita ayant ses ailes et Ulrich son Supersprint, mais autant faire vite. Certes, William s’arrête pour rire devant la tour et va aussi vite qu’Aelita, mais…ce n’est pas une raison. En tout cas, pour quelqu’un qui en chiait pour l’utiliser à l’épisode précédent, Ulrich s’en tire remarquablement bien.
William semble avoir attrapé le mode cruche. Il s’arrête à deux centimètres de la tour, pousse un cri de victoire, se retourne pour écouter Ulrich qui l’interpelle alors qu’il aurait pu juste rentrer et en finir. Et là encore, au lieu de se replier dans la tour pour la désactiver fissa, alors qu’il a deux LG, que le sous-nombre ne lui est pas favorable, qu’est-ce qu’il fait ? Il se retourne pour combattre.
« …NOOON, ce n’est pas logiiiique ! »
Ah ça je suis bien d’accord avec toi Xana. Après un enchaînement de quelques coups plutôt classes, William se mange un champ de force. Il prend clairement la pâtée, surtout qu’Aelita a eu l’intelligence de rester en l’air. Ah non pardon elle a fini par descendre au ras du sol, là où elle est vulnérable. Sauf que William se fait quand même atomiser. Faut dire que Xana a pas très bien joué pour le coup…

William est KO ! Xana envoie Kolosse !
Kolosse utilise Séisme !

Eh oui, le sol tremble. C’est l’Apocalypse. Vous êtes foutus, misérables LG !
« Putain cette fois si je vous démonte pas… »
Et c’est la première apparition du Kolosse. Autant dire que ça en chie. Le gros truc de lave et de roche qui martèle le sol tellement fort qu’il le fait trembler ? Hardcore. La caméra en vue subjective et les commentaires d’Ulrich aident encore à renforcer l’impression de grand truc impressionnant, surtout qu’on ne l’a pas encore vu en entier. Toute son apparence se dévoile petit à petit, et surtout, on constate que à l’échelle de la tour…il est gros. Ceci étant renforcé par la caméra en contre plongée vers le Kolosse et en plongée vers la tour (eh, je recycle ce que j’ai appris sur le cinéma moi !). Les attaques d’Aelita et Ulrich échouent, et ils sont fauchés très vite par un coup à ras du sol de la lame du monstre. Efficace.
Odd et Yumi, une fois détranslatés, doivent rentrer en urgence. D’ailleurs, c’est Odd qui conduit le Skid. On peut constater que le Kolosse donne la tour à Xana rien qu’en la touchant et qu’il peut la faire bouger tellement il est balèze. J’avoue que ça en jette, les tours étant considérées comme l’inamovible vérité de Lyoko.


Et pendant ce temps...
Odd et Yumi apparaissent et atterrissent de façon parfaitement symétrique sur le sol froid et gelé de la Sibérie. Un grand blizzard balaie l’endroit, bref, c’est l’endroit idéal pour les vacances d’Icer. Le labo contrôlé par Xana est bientôt visible et les deux translatés trouvent un truc qui leur indique leurs coordonnées. Allez savoir l’intérêt. Et puis Jérémie est censé savoir les localiser tout seul, zut ! Il a bien pu le faire dans l’épisode 78, non ?
Pendant que Jérémie cherche les plans, il leur suggère de rentrer. Et là, bien sûr, ils n’ont qu’à ouvrir la porte. Vraiment ? On est bien dans une base contrôlée par Xana ? Xana qui a déjà perdu trois autres Réplikas via une translation ? Est-il vraiment assez con pour laisser la porte d’entrée ouverte ?
« Mais je vous emmerde, je comprends pas, le système de verrouillage a été changé en clé anglaise… » a déclaré Xana à ce sujet.
Yumi profite du créneau pour laisser éclater sa rage contre Ulrich. Va-t-on enfin voir de la culpabilité chez Odd ? Non, il fait une vanne, il essaie de dédramatiser. Bon, c’est déjà ça de gagné, il tente d’arranger la situation. Mais il pourrait aussi se dénoncer noblement. Non, on parle de Odd là.
Les plans arrivent et ils commencent leur exploration mais Xana décide vite de leur envoyer de la compagnie. Du genre translation de William avec un effet visuel très très classe. Une seule chose est moins classe : le ton de Jérémie.
« C’est une très mauvaises surprise. Ah. Je suis paniqué. Je m’inquiète. Où est mon tournevis ? »
S’entame la bagarre entre William et les deux autres. Il dévie leurs attaques à distance sauf une petite flèche laser qui vient lui chatouiller l’épaule, donnant aux translatés l’occasion de foncer vers l’autre bout de la salle qui se trouve être…fermé. Aha, la bonne blague. Xana s’est enfin décidé à fermer les portes. Un nouveau petit duel entre les deux camps mais William se fait un peu éclater par Odd alors qu’il s’occupe de Yumi. C’est le sous-nombre qui ne lui réussit pas parce que ses performances étaient plutôt bonnes. D’ailleurs, il n’a probablement pas accès au Supersmoke en translation puisqu’on ne le voit pas s’en servir, idem pour le Supersprint d’Ulrich.
Bref il se fait assommer et les LG se barrent en lui fermant la porte au nez. Ça ne le retient pas vraiment puisqu’il a la force nécessaire pour plier le pan d’acier probablement épais. Les deux translatés se faufilent dans une salle pour s’y cacher et découvrent des cerveaux qui flottent dans des cuves, avec des électrodes. Tout ceci me rappelle Harry Potter 5, il me semble que le département des mystères gardait un truc du style…mais je m’égare. William leur met la papatte dessus. Même s’il encaisse des tirs, il s’en sort plutôt bien. Odd n’ayant plus de munitions, il encaisse un coup de pied, prémice de CLE, qui l’envoie dans le mur. On a ensuite droit à une désactivation de dernière minute alors que les LG allaient être détranslatés.
La mission peut reprendre en paix. Jérémie transmet à ses émissaires l’itinéraire de la salle du Supercalculateur. Ils y arrivent en sprint, se mangent un mur, et attendent l’ouverture de la serrure ce qui va nous faire une nouvelle séquence psychologie. Yumi cogite longuement sur pourquoi Ulrich à fait ça. Odd lui fournit une piste douteuse, mais le pire c’est qu’elle l’avale. La porte s’ouvre, fin de l’interlude, on examine le supercalculateur. Bien entendu, Jérémie veut la jouer en finesse (va-t-il le démonter au tournevis ?) mais la description de l’engin fournie par les deux acolytes n’est pas des meilleures. Arriver à visualiser la chose est mission impossible et Jérémie est bien d’accord.
L’arrivée du Kolosse change la donne. Jérémie décide de détranslater cash le duo, alors qu’ils auraient pu flinguer le SC pas en douceur avant de se tirer, ça prenait deux minutes. Vu la vitesse du Kolosse, ça aurait pu le faire…
« Oui eh bah chacun son tour de jouer comme une merde. »

La partie virtuelle se conclut avec Jérémie qui annonce un changement de tactique face au nombre astronomique de Réplikas. Ça se conçoit. L’épisode 92 amène quand même son lot de révélations de fin de saison et amorce définitivement la résolution du conflit.


Note

Personnages : 3,5/5 On a un bon développement des personnages, globalement, mais Odd et Ulrich sont bien cons.

Action : 3/5 Malgré la présence du Réplika et de la translation, on aurait pu mieux faire. Les combats étaient assez brefs, peut-être trop.

Cohérence/Réalisme : 3/5
« Haxx. »

Originalité : 3,5/5 Quelques nouveautés qui démarquent l’épisode de son statut d’épisode anti-Réplika standard.

Note finale : 13/20. Comme Torpilles Virtuelles, y avait du potentiel mais bon sang, ça aurait mérité plus de développement du côté de l’action et des interactions des personnages…et surtout de ce côté-là…en plus, pour une fois qu'on avait vu Xana agir de façon cohérente au départ pour le placement des monstres, il y avait moyen qu'il gère!
« FUUUUULGURIS!»
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 24 Juin 2014 20:35   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1032
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
#41 Ultimatum




Avant-propos : Vous avez treize minutes pour lire cette critique. Au-delà, la Méduse viendra vous rendre visite.

Placé au milieu de la deuxième saison, le quarante-et-unième épisode de Code Lyokô s'inscrit dans le contexte non-feuilletonnaire suivant : Xana cherche à s'emparer de la mémoire d'Aelita. Pour cela, il use de divers stratagèmes, tels que la xanatification ou l'utilisation du cinquième territoire à son avantage. Pour ce nouveau chapitre, c'est à la première que l'intelligence artificielle fera appel, ce qui pourrait immédiatement faire croire que l'épisode va être plus ou moins identique à ce qui a été vu précédemment, puisqu'il s'agit de la septième possession en quatorze épisodes. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce n'est pas le cas, en tout cas au début.


Commençons par une petite description de la victime du jour :

Prénom : Jean-Pierre.
Âge : Inconnu.
Taille : Inconnu.
Poids : Inconnu.
Profession : Proviseur.
Passe-temps : Les pingouins sous toutes leurs formes.

Outre le fait que le réseau d'information de l'auteur de cette critique manque cruellement d'efficacité, à l'instar d'une certaine Quinte Flush, on remarque que le choix du xanatifié n'est pas vraiment hasardeux, contrairement à d'autres fois (coucou Nicolas). Car oui, Xana ne va pas agir comme d'habitude en tentant immédiatement de s'emparer d'Aelita. Le plan se trouve être un poil plus élaboré, mais nous y reviendrons après.
Le mode d'action de Xana donc.
Sous couvert du statut de Jean-Pierre, il parvient à s'approcher sans se faire remarquer de Yumi et Odd, qui en plus de ne pas être au courant de l'attaque, sont isolés. C'est un choix judicieux. Aelita étant entourée de beaucoup trop de témoins (potentiels gêneurs), il aurait été plus risqué de la chercher directement. Résultat, le brave proviseur embarque Odd et Yumi sous le bras, après avoir délicatement envoyé voler William, puis dans sa voiture. Première partie du plan appliquée sans difficulté.
La seconde partie est celle dite « du chantage ». On menace d'exécuter les otages si bonbon rose ne se ramène pas sur Lyokô afin que la Méduse lui fasse un gros (hug). Sur le papier, le plan semble tout à fait intelligent. Mais comme toujours, la pratique révèle des ratés. Tout d'abord, le fait même que Xana garde Odd et Yumi en vie. Les trois autres ne demanderont jamais à Xana une preuve que leurs amis sont encore en vie lorsqu'il enverra son sms. Il avait clairement la main et aurait dû pouvoir au minimum éliminer deux de ses ennemis. En éliminant les deux otages d'entrée de jeu, il avait une chance que son chantage porte ses fruits, ce qui lui aurait fait gagner sur tous les tableaux. Dans le cas contraire, il aurait également remporté une victoire. Mais non, il respectera les termes du contrat qu'il va lui-même imposer, chose vraiment surprenante. On peut relier ce fait à l'attitude de l'intelligence artificielle à la fin de #36 Marabounta. Xana aurait-il un honneur et ne serait donc pas si froid que ça ? Question à creuser.

En parlant de froid, il est temps de se tourner vers le lieu de séquestration d'Odd et Yumi approuvé par Icer : des entrepôts réfrigérés, abandonnés apparemment, parce que c'est pas drôle autrement – et ça fait faire des économies de figurants. Le fait qu'ils soient encore en état de marche peut être évoqué, puisque comme déjà dit, l'abandon des lieux semblait une possibilité. Passons. On remarque également que l'endroit n'est pas situé très loin de l'usine (vu la vitesse à laquelle s'y rend Ulrich puis celle à laquelle il revient à l'usine avec ses amis). Il s'agit là de la première erreur de Xana. Prendre un lieu de séquestration beaucoup plus éloigné l'aurait avantagé. Le scénario a encore joué contre lui.
L'erreur numéro deux va survenir lorsque Jean-Pierre va empêcher Yumi de mourir de froid en lui donnant sa veste (un gros pull qui ne couvre qu'à moitié le ventre n'a en effet aucun intérêt en terme de thermorégulation), et son téléphone par la même occasion. Pourquoi conserver les portables de ses otages ? Pour qu'il restent connectés une fois libérés ? C'est juste stupide, surtout au vu de ce qu'est censé être Xana : une intelligence artificielle qui prend en compte tous les paramètres. D'ailleurs, il est étonnant qu'il n'ait pas grillé Yumi et Odd une fois leur appel secret grillé.
Pour terminer sur cette xanatification, on signalera un détail extrêmement intéressant. Lorsqu'Odd parle du froid à Jean-Pierre, le logo de Xana dans ses pupilles se met à pulser de manière très saccadée, ce qui pourrait être le reflet d'une réflexion. Le spectre contrôlant le corps d'un humain ne serait donc pas qu'un simple pantin ? Encore une question qu'il serait sympathique de creuser.

Histoire d'épiloguer sur le plan de Xana de cet épisode : ça avait bien commencé, pour mieux se casser la figure par la suite. Un jour, chers détails, vous obtiendrez justice.


Petit retour en arrière pour aborder la question du reste de la bande, soit Jérémie, Aelita et Ulrich. Leur début peut se résumer par du brouillard, car au courant de l'attaque, mais dans l'incapacité d'agir, puisque retenus en otage par un cours de musique. La question que l'on se pose, c'est pourquoi aucun d'eux ne sort une excuse pour filer en douce ? Ce n'est pourtant pas leur première fois, et puis, c'est pas comme si ils n'étaient pas au courant pour la tour activée... Tout cela n'est pas sans nous rappeler Yumi dans #65 Dernier round (probablement un des plus gros foutages de tronche de la série).
Comme les Lyokô-guerriers sont incapables de se tirer de là, Nicolas va devoir s'en charger en faisant irruption dans la salle de classe, lequel, préfère jouer à Tutur2000 plutôt que suivre une passionnante leçon de flûte. Ah, ces collégiens...
Bref, le petit Nicolas va sagement relater le kidnapping de Yumi et Odd par le proviseur. Et Jérémie va recevoir un ultimatum par sms. Oh putain, mais c'est le titre de l'épisode !
« Genius. »
Merci Xana. Et quand Ulrich annonce qu'aller à l'usine n'est pas une si mauvaise idée que ça, il se rassied sous l'injonction du menaçant monsieur Mirti. Cerise sur le gâteau, ils ne profitent même pas du départ du professeur pour se barrer en douce. C'est pas comme s'ils avaient un temps limite...

Petite parenthèse sur la temporalité de l'épisode. Qu'avons-nous ? Xana fixe l'horaire limite à 14h. Jérémie, Aelita et Sissi arrivent au labo plus ou moins deux minutes avant la fin de cet horaire, soit 13h58. La première scène de l'épisode nous apprend que les héros doivent retourner en cours dans une vingtaine de minutes. On peut largement penser que Jérémie leur a donné rendez-vous durant la pause-déjeuner (créneau privilégié pour aller à l'usine), la récréation de 10h étant beaucoup trop courte pour ça. Et si cela avait été avant 8 heures, il aurait été très surprenant qu'ils arrivent au labo peu avant 14h. Si on ajoute à cela le fait que Kadic est un collège-lycée, on peut extrapoler sur le fait qu'il soit 13h au moment où le cours de musique débute et que Yumi/Odd se font kidnapper (quoiqu'il est vraiment surprenant que des collégiens reprennent à cette heure-là). On compte dix minutes le temps que la nouvelle de l'attaque de Xana parvienne au trio survivant. Sachant que l'arrivée de Jérémie, Aelita et Sissi au labo se fait à 13h58, il reste donc quarante-huit minutes pour les points suivants :

  • Arrivée de la police.
  • Donner des instructions aux élèves et organisation de la police.
  • Course-poursuite avec les policiers de Jérémie, Ulrich et Aelita.
  • Voyage jusqu'au secrétariat/bureau de Delmas des fugitifs.
  • Interrogatoire de William / Discussion avec Sissi.
  • Ruse de Sissi.
  • Sortie de Kadic et voyage jusqu'à l'usine.

Honnêtement, rien que pour le premier point, on peut l'estimer à 20 minutes si on prend en compte #40 Contagion (et les clichés aussi). Les autres points combinés font difficilement 30 minutes. On peut estimer à 10 minutes le déficit de temps (pour être gentil).
On a au final une organisation temporelle vraiment très étrange.

Retour sur Ulrich, Jérémie et Aelita. Ils nous démontrent une fois leur vivacité d'esprit puisqu'ils attendront gentiment l'arrivée de la police pour enfin tenter de s'en aller. Bien sûr, ils vont se faire gauler en moins de deux. Seul Ulrich, le plus rapide à la course, parvient à s'échapper, ce qui reste plutôt cohérent, même si cela n'excuse pas le fait qu'ils avaient les moyens de partir avant. D'ailleurs, l'échappée finale d'Aelita et Jérémie est plus que douteuse, mais nous reverrons ça plus bas.
Le samouraï est donc la dernière carte encore en jeu. Bien entendu, le fail du portable de Xana va lui permettre de recevoir un appel à l'aide pile au moment où il arrive à l'usine et donc, de partir à leur secours, chose qu'il accomplira avec brio à coup de bombe EMP. Rien de particulier à dire là-dessus, mis à part que le hasard fait bien les choses...

(Note : il paraît que la lumière émise par l'explosion de la bombe EMP est un gros fail. Pour les détails scientifiques, Robin2553 sera ravi de vous fournir toutes les explications.)

Tiens, on avait pas encore parlé de l'EMP introduite au début de l'épisode. Elle disparaît de la série aussi brusquement qu'elle n'est apparue. Il est dommage que Jérémie n'en ait pas refabriqué d'autres. La tâche des héros aurait été simplifiée dans des épisodes futurs (47, ou mieux 54), même si en théorie, la bombe de cette épisode était à nouveau utilisable après le retour vers le passé. L'EMP rejoint ainsi les archives, oubliée de tous dans l'obscure usine désaffectée.
La barre de fer a encore de beaux jours devant elle en tant qu'arme.



La preuve.


Cette image de Sissi me permet directement d'enchaîner sur son cas. Car oui, le vrai intérêt de l'épisode est sa mise en valeur et en avant.

Tout d'abord, un point important à souligner : le début de l'épisode ne laissait pas présager son passage sous les projecteurs. Revoyons son parcours.

Première apparition : devant le réfectoire, où elle se contente d'envoyer une réplique pour faire rager Ulrich, réplique qui s'avérera vrai, mais incomplète, puisque Yumi se trouvait avec William et Odd. On note la répartie assez méchante d'Ulrich, que Jérémie lui fait directement remarquer. Un bon point pour Einstein qui a su signifier à son pote que son comportement commençait à le faire dévier sur le mode « connard » (se comporter en ami en somme). D'ailleurs, la défense d'Ulrich sur ce point est assez amusante, puisque se résumant en un « Combattre le feu par le feu ». Mais il devrait savoir qu'en faisant ça, il ne fait qu'obtenir plus de feu. Ce parallélisme a pour but de dire que plus Ulrich envoie bouler Sissi, plus elle revient à la charge, plus déterminée que la fois précédente.

La deuxième intervention de Sissi se trouve être sous les arcades, après arrivée de la police à Kadic et communication des instructions aux élèves. La fille du proviseur balancera sans vergogne les Lyokô-guerriers à l'inspecteur pour ne pas avoir à subir d'interrogatoire, et sera donc à l'origine de la course-poursuite qui verra Aelita et Jérémie capturés par la police.
Jusque-là, le rôle de la fille du proviseur ne diverge pas de l'habitude : antagoniste des héros qui leur met des bâtons dans les roues.

C'est à la troisième apparition que son rôle va commencer à évoluer. Bloqués devant la porte du bureau du proviseur sous la surveillance de deux agents de police, Aelita et Jérémie n'ont plus d'autre choix que de demander l'aide de Sissi.
Je profite de cette séquence pour placer Laura, même si elle n'existe pas dans Code Lyokô. Beaucoup pointent du doigt la blondinette pour avoir emmené son père au laboratoire, mais n'est-ce au final pas la même chose qu'on fait Jérémie et Aelita avec Sissi ? Emmener une tierce personne parce qu'on a besoin d'elle/ralentit et lui effacer la mémoire après. Il n'y a pas mort d'homme.
Retour au sujet. La réaction dubitative de départ de la fille Delmas est tout à fait naturelle, et elle semble se prolonger jusqu'à sa convocation par l'inspecteur de police. Mais surprise, elle les aide quand même. Expliquer son revirement ne peut se faire que par extrapolation, mais les plus plausibles à mes yeux sont la possibilité d'être remerciée par Ulrich ou alors une envie d'être sympathique, à l'instar de #34 Chaînon Manquant.
Dans tous les cas, le mensonge qu'elle sort à la police est vraiment efficace. Le fait qu'elle le dise avec un air de fille à qui il manque quelques neurones est vraiment convainquant. Cela démontre qu'elle peut se révéler très astucieuse quand elle le veut (ce qui ne signifie pas intelligente). Il ne faut donc pas la sous-estimer.
Par contre, comme dit plus haut, l'échappée de Sissi, Jérémie et Aelita est extrêmement douteuse. L'inspecteur de police ayant clairement crié : « On évacue l'école ! », il est suspect qu'ils laissent le trio se balader dans Kadic comme ça. En même temps, au vu du professionnalisme montré par les deux agents de police les surveillant devant le bureau, peut-on vraiment être étonné ?

Le reste de l'épisode va nous montrer une Sissi sous un jour plutôt positif, puisqu'aidant Aelita sans poser de questions (faisant perdre quelques points de virilité à Jérémie au passage grâce à sa prise), et ne s'interrogeant pas plus pour voir comment vont Ulrich et son père. Cela démontre une chose : Sissi peut se montrer courageuse et vraiment utile au groupe, du moins, lorsqu'elle est suffisamment impliquée. Dans le cas inverse, on obtient quelque chose comme la Genèse. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle doit être bannie à vie. Il suffit pour cela aux Lyokô-guerriers d'apprendre à lui faire à nouveau confiance, ce qui ne risque pas d'arriver au vu de son ratio gestes sympa/coups vache. Dommage pour toi Élisabeth. Dis-toi que les auteurs de fanfictions ne t'oublient pas.
Avant d'aborder le dernier point important concernant Sissi, deux remarques liées à elle également. Pourquoi Aelita lui demande-t-elle de lancer la procédure de virtualisation ? Une différée n'aurait pas suffit ? Un accident arrive si vite... De plus, le bond qu'elle fait pour frapper son père (cf image ci-dessus) est exagérément haut. Être majorette ne permet pas de se jouer de la gravité. Seuls leurs bâtons le peuvent.

On passe au dernier point sur la fille du proviseur : le baiser qu'elle vole à Ulrich. Il est temps de faire des comptes :
- Ulrich et Sissi : 2 baisers en 95 épisodes.
- Ulrich et Yumi : Aucun.
Constat surprenant n'est-ce pas ? C'est à se demander si Ulrich ne ferait pas mieux de se mettre avec Sissi. Concrètement, ces deux baisers font qu'un Ulrich/Sissi est beaucoup plus réaliste qu'un Ulrich/Yumi et pas si improbable que ça.

En guise de conclusion sur le personnage de Sissi, citons un extrait du journal intime d'Ulrich, qui la résume plus ou moins bien (ou du moins, dans cet épisode et ceux où elle se comporte pareillement) :

« Au fond, je commence à me demander si ce n'est pas une fille franchement sympa déguisée en pimbêche. »

Pour une fois : bien analysé Ulrich.


Le virtuel va être assez rapide à traiter mine de rien.

Tout d'abord, on constate que Xana donne rendez-vous à Aelita sur le même territoire que celui qui héberge sa tour activée. Sans commentaire. En parlant d'Aelita, gros facepalm pour sa performance d'arrivée. Elle sait parfaitement que la Méduse est dans le coin, mais elle ne fait preuve d'aucune prudence. Elle se contente de foncer tête baissée. Ulrich n'aurait pas fait mieux.

Côté monstres, on constate une fois de plus que les Kankrelats n'auront qu'un rôle humoristique à travers leur descente du tunnel de glace. On constate aussi que leur nombre ne fait pas leur force puisqu'un seul d'entre eux parvient à tenir Aelita en respect. Vous l'attendiez certainement, avouez-le. C'était bel et bien le mode cruche de la Gardienne de Lyokô. Activation liée au fait qu'Odd et Yumi sont à deux doigts de débarquer sur le monde virtuel. Cela reste donc parfaitement logique avec la saison 1.
Est-ce que le félin et la japonaise sont capables de rattraper ça ? La réponse est non pour le premier, qui préfère exécuter quelques acrobaties pendant que son amie se fait siphonner la tête. Chacun ses priorités. On pourrait croire que Yumi sauve le coup en libérant Aelita en solo, mais il n'en est rien car les plus grands experts cherchent encore l'intérêt de faire prendre le tunnel de glace à Odd, puisque le nombre d'ennemis en présence était de... deux, dont un ne possédant aucun moyen d'attaque.
L'approche de la japonaise est plutôt douteuse ici, mais qu'importe, la bataille contre les Tarentules va lui permettre de se rattraper.

Parlons-en d'ailleurs de ces petites araignées. Le choix de ce monstre pour défendre l'entrée du tunnel menant à la tour est plus que judicieux. Tenir une position défensive fixe est certainement ce pour quoi elles sont le plus doué. Ajoutons à cela la hauteur de l'iceberg qui leur permet d'être plus à l'aise face aux Lyokô-guerriers sur leurs véhicules et on obtient une petite bagarre très intéressante.
Et pour une fois, les Tarentules tiendront leurs promesses et offriront une belle opposition au félin et la geisha. Ces derniers ne pourront les éliminer qu'en usant de techniques détournées du bourrinage habituel. Odd aura la bonne idée d'utiliser son Overboard comme bouclier après une remontée surprise en chandelle, qui nous rappellera Aelita deux épisodes plus tôt, histoire de mitrailler tranquillement un des monstres. On note que le véhicule avait l'air plus efficace comme protection que le bouclier véritable d'Odd, qui une fois encore, causera sa dévirtualisation de par la couvrance partielle qu'il offre.
Quant à Yumi, à l'instar de son ami, sa manœuvre de rotation se révèlera également efficace contre une Tarentule. La technique à l'avantage d'offrir une défense honorable en attendant de trouver une faille dans la garde adverse. C'est une technique tout à fait à l'image du style de combat de la japonaise. Le seul inconvénient restant la prise d'élan nécessaire à son utilisation. Une fois à terre, elle ne peut plus compter que sur sa chance.
Néanmoins, pour ce qui est de la dernière Tarentule, on peut se permettre un léger froncement de sourcils du fait que sa cadence de tir est beaucoup moins rapide avant qu'Aelita ne pénètre dans le tunnel, ce qui permet à Yumi de résister en face à face contre l'araignée, élément qui ne s'était encore jamais vu.

Pour ce qui est du bilan final d'Odd et Yumi, il reste plutôt positif, malgré un début qui ne le laissait pas présager. De même, la bonne exploitation des Tarentules relève le niveau.




Conclusion : Si l'idée initiale (chantage aux otages) était originale, son exploitation est plutôt décevante. La gestion étrange de la temporalité et mauvaise de l'échappée des Lyokô-guerriers de Kadic fait baisser la note. Heureusement pour l'épisode, la partie virtuelle se trouve être plutôt cool sur sa fin.
Mais le point le plus intéressant de l'épisode restera la mise en avant et en valeur de Sissi, qui se verra saccagée dans l'épisode suivant, as usual.


12/20


Dernière édition par Zéphyr le Sam 23 Avr 2016 12:55; édité 6 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 29 Aoû 2014 01:16   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 481
Localisation: Norende.
#CLE.26 ;;; Ultime Mission.
Le naufrage du Season Final


http://media.codelyoko.fr/download/rub/lieuxcle/usine_evolution_06.jpg


    « En quelques mots, les idées ambitieuses et les audaces scénaristiques de CLE auront été anéanties par l’amateurisme impitoyable de la production. Tous les fils rouges de cette intrigue, mal imbriqués entre eux, aboutissent à un dénouement pour le moins… plat et sans intérêts. » Pikamaniaque, le 29 août 2014.

    Avant-propos : Cet épisode, en tant que final de saison, revêt un caractère spécial.

    C’est encore une fois la Très Lunatique Aelita qui lance le premier pavé dans la mare. Détruisons le Cortex, qu’importe sa mère ! Outre l’inutilité du geste, il fait tomber toute la justification des précédents épisodes. Un scénario qui n’aboutit pas, c’est le premier défaut qu’on peut trouver à cet épisode. Un final de saison, surtout quand il devient un final de série, se doit d’être remarquable. Un véritable exercice du style faisant exploser le bouquet final suite au crescendo du dernier acte, conjugué aux rebondissements et soubresauts censés être captivants pour nous maintenir en haleine.
    Il n’en a rien été. Non seulement ce season final est fade, mais il aurait pu être l’épisode 26/35 que cela n’aurait choqué personne.

    La mission initiale est bâclée à tous les égards. Comme par hasard, ils échouent tous sans même entrer dans le noyau alors qu’ils y arrivaient très bien jusqu’ici. Les Mantas Volantes ne sont pas réputées pour être les monstres les plus puissants de X.A.N.A, mais ce n’est pas sans rappeler que le même argument était utilisé lorsqu’elles ont commencé à apparaître dans les territoires de surface sur Lyokô (série originelle). Un recyclage en bonne et due forme que même Nicolas Hulot ne peut pas accepter. C’est fort dommage, parce que même Yumi aurait pu créer l’illusion. Jusqu’au dernier instant, j’y ai cru. Je me suis dit que ce scénario serait plein de rebondissements, parce que c’était le final.
    Justement non, je me suis trompé. Et si ce ne fut que cela… La gestion calamiteuse de l’apparition de Tyron m’a sans doute encore plus déçu que le reste. Le grand méchant de la saison avec X.A.N.A. Le troisième front par lequel tout l’intérêt d’un conflit aurait pu être largement mieux exploité. Un scientifique dont les recherches bizarres continuent de nous fasciner/ennuyer sans que jamais nous ne puissions avoir de réponses.
    On se souvient des justifications calamiteuses des acteurs. « C’est une fin ouverte ». Fin ouverte ou non, son interprétation reste médiocre. Pire encore que les scénarios de crèche, les scénarios bourrés d’incohérence : les scénarios non-achevées. Et cet épisode de CLE fait le malheureux exploit de cumuler ses trois tares.

    Ce ne serait pas mauvaise langue d’affirmer que l’apparition de Tyron est un naufrage, bien qu’il puisse sauver quelques passagers dans l’abysse de sa défaite. En effet, le fait qu’il devienne le tuteur légal d’Aelita Stones est en soi une idée extraordinaire qu’on aurait aimé voir exploiter à un autre moment qu’à la fin de la série. Sans compter que nous avons là une incohérence majeure : les parents d’Aelita Stones sont censés être morts, et que le sort d’une revenante, ça se règle avec les autorités publiques, un détail que Delmas semble avoir occulté. La démence sénile le guette… Comme Margaret.
    Mais il est encore plus étonnant qu’un inconnu sorti de nulle part soit adoubé du titre de tuteur par le fait du prince. Cet acte ne se règle pas dans un bureau de lycée, bien au contraire.

    http://s2.lemde.fr/image/2013/03/29/534x267/3150682_3_c699_christiane-taubira-le-20-mars-a-l-elysee_e72055299167fc94b890058cd8f52891.jpg
    Et oui, c’est la justice aujourd’hui, se souffle-t-on dans les couloirs du scepticisme.

    Cette scène est proprement irréaliste. Comme de nombreuses autres scènes dans cet épisode, les moyens dégagés deviennent caricaturaux. On est loin des productions d’ABC, on est loin des idéales séries américaines. Même le minimum du petit degré d’exigence qu’on pourrait avoir n’est pas atteint.
    J’en profite pour vous annoncer mon mariage avec Icer. Oui-oui, sans son accord, et j’ai pris mon scotch comme dépositaire de l’autorité publique.

    Ce qu’il y a d’autant plus impressionnant, c’est qu’Aelita, sentimentale guidée par ses émotions et non par sa raison, ce qui la pousse à se jeter dans les bras de X.A.N.A quand elle croit avoir retrouvé sa mère, se mure soudain comme à Berlin pendant la Guerre Froide, au prétexte douteux que X.A.N.A serait dangereux. AH BON ? Mais ce n’est pas celui que vous avez décidé de laisser en vie quelques semaines auparavant ? On a l’impression qu’elle n’a pas d’émotions à ce moment-là (ou l’actrice joue très mal). Tant pis, un naufrage de plus.

    À quoi bon parler du pseudo-suspens quant au sort des Lyokoguerriers à la toute fin de l’épisode ? Une série enfantine diffusée le matin entre Garfield et Jumanji peut-elle prétendre à tuer un des personnages principaux ? On savait d’ores et déjà qu’aucun d’entre-deux ne mourrait. Une action mal gérée, un scientifique qui paraît impuissant et incroyablement ridicule… Un échec.
    À quoi bon parler de leur retour sur le Cortex qui n’est finalement là que pour décorer ? Une mission inutile, comme la première, qui se solde par des combats laborieux avec trois monstres (on est loin du Kolosse !). Une manière de remplir le fan-service virtuel alors que tout l’intérêt de cet épisode résidait cette fois-ci, étonnamment, sur l’intrigue réelle suite à l’apparition de Tyron.

    Au demeurant, l’intrigue finale aurait pu être intéressante si on avait été persuadés qu’il y aurait une saison 2.
    Peut-être que la critique de cet épisode aurait été moins dure. Mais voilà, les scénaristes récoltent ce qu’ils ont semé. En ouvrant encore plus de questions à la fin d’une saison potentiellement unique (à un taux de probabilité à 85%), les fans restent sur leur faim, et l’équipe de production se tire une balle dans le pied. Ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes.
    Je ne ferai aucun commentaire sur l’absence de Laura, qui est tout de même dommage. Comme sa fin.

    Bon. Passons au positif.
    … Voilà ! On aurait pu largement faire mieux. Il y avait largement de quoi. Même s'il avait fallu rattraper toutes les boulettes des épisodes précédents, ce final aurait pu être une merveille.

    6,5/20


    C’est bien mérité, je dirais même généreux. Trop généreux.
    Synthèse : Apparition de Tyron mal gérée. Partie virtuelle servant quasiment de fioritures. Incohérences nombreuses. Fin bâclée. Scénario au potentiel exceptionnellement mal exploité. Une grosse déception, c’est vraiment dommage.

_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Code Lyoko -> L'animé Code Lyoko Page 9 sur 12
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1973s (PHP: 82% - SQL: 18%) - Requêtes SQL effectuées : 22