CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
Roblox Code Lyoko Inside RP
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Cher journal

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 6 sur 8

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
miyuki-chan MessagePosté le: Dim 19 Juil 2009 17:22   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 15 Juin 2009
Messages: 23
Localisation: Bah là où je suis, pardi !
C'est bien vrai, ça...Qu'es ce que Yumi a en tête, pourquoi veut-elle à tout prix se marier avec William si elle n'est pas heureuse? Et puis, pourquoi William veut-il parler à Sissi, ou plutôt, pourquoi veut-il lui parler en chair et en os, il aurait très bien pu lui parler au téléphone, ou lui envoyer une lettre...Et apparemment, il croit qu'un sourire suffit pour calmer Yumi et se faire pardonner, hein? Il est bien naïf! (d'ailleurs, parlons-en, de ce sourire! Tu as quelque chose avec les sourires agaçants! D'abord celui d'Odd, et maintenant celui de William...! Mr. Green)
Vivement la suite!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Lorilis MessagePosté le: Lun 27 Juil 2009 11:27   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
Et bé, William est franchement détestable ( comme Odd quoi Mr. Green )!
N'empêche, c'est étrange tout ça, dans quelles circonstances se sont décidées ce mariage ? Yumi n'a pas l'air d'aimer du tout son futur mari, et lui a une drôle d'attitude...
C'est bien mystérieux...

J'espère qu'on en apprendra plus avec la suite.

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Kay MessagePosté le: Lun 27 Juil 2009 14:44   Sujet du message: Répondre en citant  
Jewel Thief


Inscrit le: 27 Juin 2008
Messages: 445
Localisation: Cherche encore =)
Hellow tout le monde !
Voici le chapitre 16, livré tout frais ! Non, je plaisante, il est dans mon ordi depuis quelques jours...Merci pour vos commentaires !

Jude Star => Quel timing ! A croire que c'était fait exprès... Rolling Eyes

Assez parlé, voici :

CHAPITRE 16 : LETTRE ET SOUVENIRS


Elle était seule dans l'immense chambre. William était toujours dans le salon. Sans doute occupé à avaler une idiotie télévisée, songea-t-elle, comme tous les soirs.

L’enveloppe la regardait, lovée au creux de sa paume. Comme un ultime défi. Serais-tu capable de voir ce qu’il veut te dire, lui criait-elle.

Son adresse, tracée au stylo noir d’une main brouillonne, reposait un papier écru, comme si cette missive avait croupi au fond d’un tiroir. Tu n’oseras jamais, lui murmurait-elle, moqueuse. Tu n’oseras jamais.

« Yumi Ishiyama ». Dans peu de temps, elle serait une autre. Une autre, enfermée dans une prison dorée, condamnée à faire semblant et regretter toute sa vie ces choix qu’elle n’avait pu faire. C’est ta dernière chance, continuait la missive, après ce sera trop tard. Je sais que tu ne veux pas de ce mariage, la solution est dans cette lettre.

La jeune japonaise effleura le timbre du doigt, écho granuleux à la douce fraîcheur du papier lisse. Elle imaginait très bien Ulrich, amenant ce timbre à ses lèvres, avant de le déposer à sa place, prenant ce mot entre ses doigts épais, lui jetant un dernier regard. Mais oui, tu le sais, il suffit juste que tu m’ouvres. Tout est là. Tout ce que tu veux et plus encore. Je suis là, un seul geste et tu sauras…

Ne sois pas sotte, se réprimanda-t-elle, les enveloppes ne parlent pas. Pas plus que les papiers à lettre. La folie est à portée de main, ce n’est pas une raison pour la saisir. Ce n’est qu’un stupide lettre, comme il t’en a déjà tant envoyé. Bon, pas si souvent que ça. Jamais, même…

Elle saisit un ouvre-lettre dans le tiroir de sa commode et ouvrit, déchirant proprement la bande arrière, d’un geste rapide et sûr. Contrairement à son impatience…

Ses doigts saisirent le papier. Elle le libéra de l’enveloppe traîtresse. Un seul mot noté au stylo encre. « Yumi ». Tremblant presque, elle ouvrit le mot et commença sa lecture :

« Chère Yumi
Je ne savais même pas comment commencer cette lettre. Utiliser ton prénom seul aurait été trop brutal, mais n’importe quel surnom aurait caché mes intentions. J’ai pris la formule classique. J’espère que tu ne m’en voudras pas. Mais c’est aussi la seule manière de t’avouer ce que je ressens. »


Les lettres étaient larges, espacées. Comme si chaque mot avait été pensé, comme si tout avait été réfléchi. Trop peut-être. Elle continua, assoiffée d’aveux et de réponses.

« Tu l’auras sans doute deviné, tu n’auras plus de mes nouvelles. Je sais que tu aurais souhaité garder un lien, protéger tes souvenirs. Mais ce serait malsain, une fois que tu auras officialisé ton union avec ton charmant pot de colle.

Tu ne pourras pas me reprocher de ne pas avoir essayé. Mais il faut être deux. Et quand il fallait choisir, tu as pris la fuite. La fois où il aurait fallu que tu montres que…tu ne l’as pas fait. C’est ta faute.»


La glace de chez Sweetie, songea-t-elle, amère. Elle n’arrêtera donc jamais de me poursuivre ? La fois où Odd avait présenté cette…cette fille à Ulrich. Et pourquoi serait-ce ma faute ? Je ne suis pas sortie avec une autre, un autre dans mon cas, juste sous ton nez. Je ne t’ai pas poignardé dans le dos, non plus. Contrairement à quelqu’un que je connais. Trois mots assassins. C'est. Ta. Faute.

« Je pourrais te dire que je regrette. Mais ce serait faux. Tu peux en vouloir à Odd, ce n’est pas de son ressort. Je suis sûr que tu vois à quoi je fais allusion. J’éviterais de le nommer, ce jour restera gravé au fer rouge dans mon cœur. »

Et moi ?, s’insurgea-t-elle, les larmes lui brouillant la vue. Tu crois quoi ? Que je n’ai pas souffert ? De te voir avec cette…chose. Sous mon nez. Comme si tu savais, comme tu avais toujours su. Comment pourrais-je oublier tes petits sourires narquois quand tu prenais sa main, ton regard en coin plus que moqueur. Crois-tu que je puisse oublier ce qu’il s’est passé ?

« Tu n’as pas vu. Tu n’as pas même pas essayé. Il ne m’aurait fallu qu’un mot pour la quitter et te rejoindre. Je ne voulais que ta jalousie. Comme celle que j’éprouvais vis-à-vis de ton futur mari. Je voulais que tu prennes conscience. Et non, même pas…Tu as préféré te jeter dans les bras de ton pot de colle. Après tout, si tu te maries, c’est que tout va bien. »

Toujours des larmes, toujours plus. Les lettres dansaient, plus rien n’avait de sens. Chaque phrase n’était qu’un coup de poignard dans un cœur déjà ensanglanté.

« J’avais juste besoin de te l’écrire, te dire que je regrette. Non pas ce qu'il s'est passé. Mais ce qu'on a manqué. On aurait pu être heureux, toi et moi. C’était presque écrit, tout le monde le savait. Mais tu en as décidé autrement. Quel dommage !

Quant à ton mariage, je ne sais même pas ce que l’on souhaite dans ce genre de cas. Peut-être d’être heureuse ? Bon courage avec un pot de colle pareil ! »


La colère coulait dans ses veines, sourde et dévastatrice. Ses sourcils froncés trahissaient une souffrance absolue, tout comme ses yeux si noirs.

« En dernier lieu, je souhaitais m’excuser. Je n’ai jamais su écrire correctement…Tout comme je n’ai jamais su avouer ce que je ressentais. J’insiste sur le passé. C’est fini maintenant. N’essaye pas de me retrouver. Ce sera mieux. Pour nous deux. Tu feras ta vie et moi la mienne. Bon courage d’ailleurs pour supporter ce cher William. Avant que j’oublie, j’ai joint un dernier cadeau à cette lettre. Ne m’en veux pas.
Bon courage
Ulrich Stern »


Les mots se mélangeaient, les phrases perdaient leur sens. Elle tenta de reprendre ses esprits. « Tu ne me reverras plus. » « C’est de ta faute. » « Je ne voulais que ta jalousie. » « Ton pot de colle de futur mari. » Elle perdait pied, la souffrance l’entraînait trop loin. Un tourbillon de douleur.

Elle ferma les yeux, la lettre froissée écrasée dans sa paume. Broyer ces mensonges, ces horreurs. Déchirer la douleur qui prenait possession de son être tout entier. Glisser au fond d’un trou noir, loin, pour oublier. S’endormir à jamais. Rester loin. Rompre les fiançailles. Partir. Tout laisser. Recommencer une nouvelle vie, en évitant les fantômes.

Saisissant la lettre à deux poings, elle la déchira. Un fois. Puis deux. En petits morceaux. Trop petits pour enfoncer une lame dans sa chair. Continuer. Supprimer. Supprimer ces mots mensongers, rompre les derniers souvenirs d’Ulrich. Rompre puis oublier. Continuer. Encore et encore. S’abreuver du bruit de papier qui souffre. Ce serait moins que ce qu’elle ressentait. Entendre ces horreurs hurler de douleur. Encore et encore.

Alors qu’elle s’apprêtait à faire de même avec l’enveloppe, un éclat rose retint son attention. L’enveloppe contenait encore autre chose. Même si Ulrich l’avait précisé, elle ne s’en souvenait plus, elle ne savait plus rien. Elle prit le coin rose du bout des doigts.

Rien ne suivit. Un morceau de papier rose. C’est tout ? C’est tout ce que tu veux que je garde de toi ? Un…bout de papier ?

Alors qu’elle déchirait l’enveloppe, aidée d’une rage consciencieuse, elle ne vit pas d’autres morceaux roses se poser délicatement sur le plancher. Toujours déchirer et arracher. Encore.

Elle ne prit conscience de leur présence qu’une fois sa besogne terminée. Des flocons de papier rose. Son cœur manqua un battement. Il n’aurait pas osé…Tout de même, pas lui…

Le faire-part de mariage. Déchiré. Brisé. A l’image de son cœur. Un tas de flocons roses à ses pieds. C’était tout ce qu’il restait. Même la photo n’existait plus. Broyée.

Pourquoi ?, murmura-t-elle, le souffle court. Pourquoi ? Comment as-tu osé ? A moi ? Mais qu’est-ce qui s’est passé ? Elle contempla les restes du plus beau jour de sa vie, étalés au sol. Sauvant le peu de raison qu’elle possédait, elle s’allongea sur le lit.

Quelques secondes de répit seulement…

Elle fondit en larmes. La vraie douleur. Comme elle ne l’avait jamais vécue. Elle resta là, allongée, à sangloter. La notion du temps n’existait plus. Un sommeil agité vint à son secours, la délivrant. Mais temporairement seulement…

Au même moment, chez les Belpois, Aelita ne trouvait pas le sommeil. Une amie, même fragile, partageait les souffrances d’une autre. Même si elle ne savait rien, le sommeil la fuyait. Renonçant à sombrer dans les bras de Morphée, la jeune femme alluma la lampe de chevet et régla l’intensité au minimum, Jérémie devait se reposer. Elle saisit le journal dans son sac et continua la lecture…

---------------------------------

Voilà voilà...Je n'aime pas trop écrire des chapitres tristes, mais là, c'est nécessaire pour la suite de l'histoire.

J'ai testé des noveautés sur ce chapitre, stylistiquement, je parle. N'hésitez pas à commenter, critiquer. J'attends vos avis et conseils.

Ulrich est-il si méchant que ça ? Peut-être bien...(*rire caverneux*) Yumi a vraiment les nerfs à fleur de peau...Tout se résoudra dans les chapitres suivants (pas tout de suite, mais bon...) Merci d'avoir lu en tous cas.

A vos avis !

_________________
Toute barrière se franchit, il suffit juste de trouver comment sauter...

Ma FanFic : Cher journal

http://img195.imageshack.us/img195/5096/signaturekay2.png

Le pack est une créa perso ! Venez donner vos conseils et avis sur Ma galerie

Mon pseudo se prononce "Kèï"...mais s'écrit "Kay"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Lorilis MessagePosté le: Mar 28 Juil 2009 11:21   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
Mhm, qu'est-ce que j'aime les chapitres dramatiques ! Mr. Green

Moi, je ne trouve pas Ulrich particulièrement "méchant". C'est vrai qu'il exagère peut-être en disant à Yumi que tout est de sa faute, mais j'sais pas, on imagine que lui aussi, il souffre, alors moi, j'arrive pas à lui en vouloir...

Tes nouveautés stylistiques ( Mr. Green ) sont plutôt réussies. Ca fait un peu "fouilli", je trouve, les phrases courtes et les phrases nominales. Donc, ça va très bien avec l'état d'esprit de Yumi. Tu as très bien rendu ses sentiments.

Bref, j'ai beaucoup aimé ce chapitre !

Alors, vivement la suite !!

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
eriadrim MessagePosté le: Mar 28 Juil 2009 16:51   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 19
Localisation: Pas loin de vous puisque je vous parle
Je dois avant toute chose de m'excuser pour ce retard.

Je viens de lire ta FanFiction, et je dois dire que je n'en ai jamais lu des plus attrayantes.

La seule chose que je pourrait reprocher est la petite erreur dans le chapitre 8 quand tu parles des tours qui possèdent un halo blanc. Normalement, le halo blanc signifit que Franz Hopper à activer une tour, et normalement Franz Hopper est mort.

Mais sinon, bravo et j'attends la suite avec impatience.

Eriadrim
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Evana MessagePosté le: Mar 28 Juil 2009 18:28   Sujet du message: Répondre en citant  
Spectatrice


Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 479
Raaah! J'y crois pas!
Quand je pense qu'il y avait cette merveilleuse fic sous mon nez et que je n'ai même pas pris la peine de la lire...

Mais c'est génial, Kay! J'aime, j'accroche, j'adore!!!

Au début, je trouvais aussi que ça ressemblait à Little Flower mais en fait pas tellement... le style est différent mais l'histoire est aussi géniale!

Déjà, j'aime bien les fics qui racontent le futur des héros.
Ensuite, ton orthographe est remarquable. Quand on est pris par l'histoire comme ça, on ne fait pas trop attention aux fautes mais quand même... j'ai du en remarquer à peine une dizaine dans toute ta fic, quelque chose comme ça...

La vie d'Aelita et Jérémie est toute mimi, bien qu'elle soit parfois mouvementée. Le journal est une super idée!
Jérémie a l'air d'avoir mis sa timidité "dans sa poche" et de s'être "assis dessus" pour reprendre une expression de la série, parce que le baiser était magnifique *---*
Par contre les autres persos...

Entre Yumi qui va épouser William pour son fric ; ce dernier qui complote je ne sais quoi avec Sissi pour ruiner son propre mariage (d'après ce que j'ai cru comprendre) ; laquelle a l'air d'avoir mûri, on se demande si elle court toujours après Ulrich ; celui-ci se conduisant comme un crétin fini dans ta fic (Evil or Very Mad) et Odd qui s'est transformé en faux-jeton de première...
Je ne nie pas que tout ça pourrait jamais arriver, y a des gens qui deviennent cons avec l'âge, mais quand même, se conduire comme ça... ça ne leur ressemble pas, à nos héros Neutral

Autre chose que j'aime pas trop: les titres de chapitre en majuscules. Shocked

Et enfin, erk, ça m'a l'air trèèès mal parti pour un éventuel Ulrich-Yumi... qu'à cela ne tienne, j'aime les histoires d'amour pimentées de malheur Twisted Evil

Sinon, franchement, c'ay trop bien!
T'as amplement mérité ton traditionnel "Vivement la suite!" Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
PhilippeKadic MessagePosté le: Jeu 30 Juil 2009 17:32   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 22 Juil 2009
Messages: 108
Localisation: Croix, France
Voilà plusieurs jours que je reporte ma lecture de ta fic pour des raisons multiples et variées. Maintenant que je l'ai fait, je regrette d'avoir autant trainé. Et de ne pas avoir posté plus tôt.

D'abord parce que s'il est difficile de tarir d'éloges à l'égard de ta fic, l'essentiel a déjà été dit. Le style est agréable et très souvent immersif à souhait. Les seuls moments où il m'arrive de décrocher légèrement, c'est lorsque mon oeil est écorché par une faute de frappe que je fais moi-même régulièrement : le "ne" de la négation qui devient "en"... Sur le coup, ça me coupe dans mon élan parce que la phrase ne veut plus rien dire. Autrement, je trouve la forme vraiment maitrisée. L'insertion des passages du journal se font en toute logique et avec une fluidité déconcertante tandis que les fautes réelles (autre que des coquilles) sont très peu nombreuses.

C'est donc un vrai plaisir d'aborder un tel récit dont l'intrigue est en plus aussi intéressante, mêlant avec succès les ingrédients habituels de la série dans une version que je n'oserai peut-être pas qualifée de plus "aboutie" ou plus "mature" mais en tout cas parfaitement adapté au medium utilisé. On aimera ou non l'évolution psychologique des personnages tels que tu la dépeins (pour ma part, j'ai un peu de mal avec Odd et William que j'aime pourtant beaucoup dans la série en dépit de leurs défauts) mais celle-ci est suffisament bien décrite pour passer la rampe sans dégâts collatéraux. Et puis tout cela s'articule autour d'évènements qui ont bouleversé la vie de notre bande préférée par le passé et que tu dévoiles avec une grande maîtrise. Dommage cependant que l'intrigue concernant l'accident de Jérémie soit un peu passé en arrière plan dans les derniers chapitres.

En tout cas, toutes mes félicitations pour cette excellente production que je suivrai désormais avec assiduité. Et oui, tu as gagné un nouveau lecteur Smile
_________________
« L'homme est le plus cruel de tous les animaux : il est le seul capable d'infliger une douleur à ses congénères sans autre motif que le plaisir. » Mark Twain
« Le mal triomphe par l'inaction des gens de bien » Edmund Burke
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Shadow's squill MessagePosté le: Jeu 30 Juil 2009 22:10   Sujet du message: Répondre en citant  
Shadow's squill rang


Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 814
Localisation: Dans mon imagination
J'adoore les chapitres dramatiques à l'instar de Jude Star. Et encore, j'le trouve pas encore assez dramatique à mon goût ce chapitre. Mr. Green *Qui a dit que j'étais trop sadique?*

Bref, cela reste un très beau chapitre quand même. On en apprend un peu plus sur la relation Yumi - Ulrich.

Kay Faraday a écrit:
"L’enveloppe la regardait..."


Tu m'expliques comment fait une enveloppe pour regarder quelqu'un? Laughing

_________________
Ghost Love Score

"I've never met anyone who wasn't important"


http://nsa19.casimages.com/img/2010/09/12/100912010733220018.png


Dernière édition par Shadow's squill le Ven 31 Juil 2009 09:44; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
blaire MessagePosté le: Ven 31 Juil 2009 01:33   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 03 Mai 2009
Messages: 96

Salut kay j'ai lu ta fan fic seulement maintenant et tout en une journée!
Le future de nos heros.. wouahou!!! cet fan fic et belle baucoup d'émotion J'ai pleurée 2 ou 3 fois!!!

_________________
http://images4.hiboox.com/images/4712/b8744b6d96ea06b68e83cd11e8f2de7d.jpg
12 capricornes aimeront 12 licornes aux crinières bleues un lundi de janvier sur la lune. 12 étoiles scintilleront, pour libérer les 12 chats indépendants qui leurs apprendront à ne point connaître l’avis des autres mais connaître chaque point de vue, tout point de vue. Les 12 couples pourront alors danser aux sons des 12 tonalités de la musique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Kay MessagePosté le: Mer 05 Aoû 2009 11:34   Sujet du message: Répondre en citant  
Jewel Thief


Inscrit le: 27 Juin 2008
Messages: 445
Localisation: Cherche encore =)
Hellow tout le monde !

Merci pour tous vos commentaires ! J'ai été vraiment touchée. ça fait très plaisir d'avoir de nouveaux lecteurs ! En espérant que ce chapitre vous plaira aussi, voici :

CHAPITRE 17 : LE RETOUR DES ENNUIS


Lorsque Jérémie s’éveilla ce matin-là, il ne fut pas surpris de sentir la main de sa bien-aimée lovée au creux de sa paume. En revanche, la douce lueur de la lampe de chevet suffisait à l’éblouir, de l’autre côté du lit. Morphée l’avait libéré de son étreinte protectrice, le sommeil le fuyait. Aucune idée de l’heure qu’il peut être, songea-t-il. Et aucune envie de le savoir.

Quelques minutes passèrent. Puis d’autres encore. De sa main droite, en un geste automatique, il chercha ses lunettes. Le même geste depuis longtemps. Et sans doute pour longtemps. Tout à fait réveillé, il laissait ses yeux fermés, goûtant la quiétude matinale de la chambre. Il roula sur le côté, exerçant une légère pression sur la main de sa femme. Pas de réaction. Elle doit dormir encore.

Il posa son regard sur elle. Qu’elle est belle, songea-t-il. Le sommeil apaise ses traits, elle n’en est que plus resplendissante.

Le sommeil l’avait cueillie au cours de sa lecture. Le journal était ouvert, dangereusement près du bord, menaçant de glisser sur le parquet, sans bruit. Un peu plus à chaque seconde. Une main cachée dans la sienne, l’autre posée sur l’édredon blanc. Deux doigts pliés laissaient les autres libres, soulignant la courbe délicate de son poignet, légèrement incurvée, suivant les plis du tissu. Son alliance, invisible, n’attendait que la lumière pour briller.

Ses longs cheveux roses encadraient son visage, légèrement incliné vers lui. Une mèche suivait la ligne de son bras, laissant quelques cheveux solitaires sur le blanc du lit. Chaque mèche prenait fin en une boucle légère, comme attirée par son visage, posée sur le vert émeraude de sa nuisette, en une éclatante insolence. La tête appuyée sur le large coussin semblait presque toucher son épaule. Son visage, détendu, semblait sculpté dans le verre, immobile. La lumière glissait sur sa joue, dévoilant sa douce régularité. Cette même lumière laissait une partie de son visage dans l’ombre, pas tout à fait noire, cependant. Juste grise, assombrissant l’éclat de ses cheveux et le calme de ses traits. Ses paupières fermées ne tremblaient plus, comme la veille au soir.

Jérémie souhaitait plus que tout l’empêcher de se réveiller, protégeant ses yeux de ses pouces, comme les ailes d’un papillon. La sentir s’éveiller mais l’empêcher de lever les paupières, pour sauver encore le calme absolu de ses traits. Il se retint pourtant, préférant détailler l’ombre de son nez fin sur sa joue droite, si proche et si éloignée. Effleurer son contour du bout du doigt, tout comme le contour de ses lèvres, rose pâle en cette heure matinale. A demi entrouvertes, elles laissaient échapper un souffle régulier. J’espère au moins que son rêve est agréable, songea Jérémie. Il raffermit sa prise autour de sa main, seul contact possible sans crainte de la réveiller.

La tenant toujours, il saisit le journal, la survolant de son bras. Curieux de savoir quelle dernière phrase elle avait lu avant de sombrer.

Pas étonnant, qu’elle se soit endormie, pensa-t-il. Quel besoin de raconter le retour de XANA ? Par crainte d’oublier peut-être. En même temps, comment aurait-elle pu. A toute chose malheur est bon. Même si leur pire ennemi n’avait pas disparu, il était resté faible. Tout de même suffisamment fort pour leur causer des ennuis, mais moins que ce qu’ils avaient pu imaginer. Et le plus important…tout le reste. Celui qui l’avait aidé à panser ses blessures. Celui qui l’avait fait tant pleurer aussi. Pour la deuxième fois…

« Cher journal
Toute à mon trouble d’hier soir, je ne t’ai même pas raconté notre virtualisation. Si je suis encore là pour t’écrire, c’est que tout va bien. Enfin, presque. Un gros presque d’ailleurs…Je me demande ce qu’il va se passer quand Jérémie viendra me chercher pour le petit-déjeuner. Dois-je attendre quelque chose de particulier ? Si oui, quoi ? Je le laisserai faire car je n’ai aucune idée de…de rien, à dire vrai. Nous verrons…

Toujours est-il que XANA est de retour. Jérémie n’a pas d’explication. J’en aurais une mais je préfère attendre d’en être sûre. Les suppositions infondées restent ma spécialité. »


C’est là que tu avais tort, songea-t-il. J’avais ma propre idée mais je ne disais rien…

« Il n’y avait rien sur la banquise. Mon cauchemar de la dernière fois n’était plus là non plus. Rien du tout. Juste une immensité bleue, sans personne.

Jérémie nous a ordonné de faire une tournée d’inspection de chaque territoire. Rien dans la Forêt, rien dans le Désert. Mais dans la montagne, on a eu droit à un comité d’accueil. Suffisamment insignifiant pour nous étonner mais assez curieux pour nous déstabiliser. C’était assez drôle. Quatre expressions différentes, associées à nos quatre visages. Ulrich avait l’air surpris, sans plus. Odd a souri, enfin je crois. Il était sans doute content d’une bonne bataille, depuis le temps. Yumi restait abasourdie. Quant à ma propre réaction, je n’en ai aucune idée…Peut-être comme si j’avais toujours su. Je ne sais pas.

Le seul détail marquant, c’était la voix de Jérémie. Il criait. Je n’ai même pas compris quoi, juste quelques jurons au milieu. J'ai été étonnée, d'ailleurs. On aurait dit des cris. Non, même pas, à la réflexion. Je lui ai demandé une fois revenue. Il m’a dit qu’il avait juste pesté. Mais je ne le crois pas. Au ton de sa voix, ce n’était pas ça….Je me demande vraiment ce qu’il cache. »


Je venais de recevoir un message, un peu spécial…Et j’ai un peu perdu le nord. Ma boussole interne avait quelques soucis de réglages…

« Une fois la surprise passée, on s’est battu. Enfin, on a fait la poussière plutôt. Les forces en présence étaient vraiment…faibles. Il ne nous a pas fallu beaucoup de temps. Yumi a quand même exigé que je reste en arrière. Je n’ai pas répliqué. Si tour activée il y avait, je devais être au meilleur de ma forme. J’ai déployé mes ailes et je me suis enfuie.

Une fois les environs astiqués, Jérémie nous a ramené sur Terre. L’ambiance était assez lourde. Il était revenu. On avait donc échoué. Ce programme sur lequel on avait tout misé avait failli. Pas un bruit, pas une parole. Tout allait recommencer. Encore et encore, comme avant. Contrer les attaques, comme avant. Des retours dans le passé, comme avant. Même si XANA était encore faible, il était là. Encore prêt à nous pourrir la vie. On allait devoir mettre autre chose au point, puisque le programme multi-agents semblait inefficace. Non, complètement inefficace, la preuve. Et en plus, il faudrait faire vite, pour profiter de sa faiblesse. Je me demande quand même comment il a fait pour revenir…Où avons-nous fait une erreur ? »


C’était si simple, songea-t-il. Et si prévisible. Du XANA tout craché.

« Cher journal, je te laisse. Je suis impatiente, c’est incroyable. Je me demande vraiment ce qu’il va se passer. Non pas qu’il y ait une utilité à se poser des questions, j’aurai mes réponses dans quelques minutes. Je te laisse. »

Un sourire se dessina sur ses lèvres. Il y avait longtemps. Si longtemps.

Il referma le journal et resta songeur un instant. Marié depuis de nombreuses années et une vie sans nuages. Enfin, presque. Son accident récent, les liens plus ou moins perdus avec le reste de la bande, son dossier qui dormait caché dans la commode, le travail toujours de plus en plus exigeant, Tamara qui grandissait de plus en plus vite. Non décidément, tout allait bien.

La quiétude la pièce fut soudain troublée par le vibreur du téléphone, sur la table de chevet. Et bien sûr, songea-t-il, elle l’a laissé de son côté. Tu es drôle quand tu t’y mets.

Passant le bras au dessus d’elle, il saisit le mobile et décrocha. A une heure pareille ! Les gens n’ont vraiment aucun respect. Il quitta la chambre sur la pointe des pieds et se rendit au salon.

« - Jérémie Belpois à l’appareil. »
Il y eut un silence.
« - Oh, euh, salut Jérémie ! C’est…C’est Odd…Je pourrais parler à Aelita ?
- Non, répondit-il. »

C’était sans appel. Aucune envie de parler à ce guignol et aucune envie qu’elle ne lui parle non plus. Etant donné que je ne sais même pas ce qu’il s’est passé, l’autre jour. Non pas que je me fasse des idées…Absolument pas…
« - Mais si. Je voudrais lui parler, insista Odd.
- J’ai dit non. »
Toujours aussi lourd, n’est-ce pas ?
« - Dis-moi au moins pourquoi. Je veux lui parler.
- Tu n’as aucune exigence à avoir. Et, de plus, tu ferais bien de regarder ta pendule. Appeler à une heure pareille ! Tu es vraiment sans gêne. »

Tu n’as pas besoin d’être désagréable, se sermonna-t-il. Mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque.

« - Depuis quand est-ce interdit d’appeler chez toi à onze heures ? Je ne vous savais pas si fatigués. »
Surpris, Jérémie leva les yeux vers la pendule. Il était effectivement onze heures. Ni Tamara ni Aelita n’étaient levées. Comme quoi, une bonne nuit de sommeil n’a jamais fait de mal à personne.

« - Désolé, s’excusa-t-il, mais elle dort encore. Tu as même failli la réveiller.
- Oups, désolé ! Tu pourrais lui demander de me rappeler ?
- Je verrai. »

Et il raccrocha. Depuis tant d’années quand même, j’aurais du lui pardonner. Et en même temps, je n’en ai pas envie. J’ai tellement souffert ce jour-là. J’ai fermé les yeux pour Aelita, je l’aime plus que tout. Mais pour lui non ! C’est de sa faute !

Il revivait cette scène, si douloureuse. Comme une plaie mal cicatrisée. Une coup de poignard dans leur amitié de groupe, le premier d’un longue série. Ses yeux moqueurs, lorsqu’il…avait osé. Alors qu’Aelita et lui étaient déjà ensemble. Il lui en avait voulu à elle aussi. Après tout, elle ne s’était pas dérobée. Elle aurait du. Si elle n’avait pas commencé, rien ne serait rien arrivé. Mais je ne peux pas lui reprocher d’avoir voulu réconforter un ami. C’est de sa faute à lui, il en a profité. Même si elle ne s’était enfuie qu’avec un très long temps de retard. Chaque longue seconde de ce calvaire avait marqué sa chair au fer rouge, ce jour-là.

Ces souvenirs encore intacts, insensibles à l’érosion du temps. Peut-être trop intacts pour être honnêtes. Ma jalousie n’aide pas non plus, songea-t-il. C’est ma princesse, et je ne supporterais pas qu’un autre s’en approche. Je ne l’ai jamais supporté et ne le supporterais jamais. Quitte à devoir laisser un ancien ami sur le bas-côté.

Il posa le téléphone sur le meuble. Eclat rose pâle sur le bois. Brillant. Je ne lui dirai pas. Si elle a la curiosité de consulter ses appels, elle verra. Et sinon, ça lui fera les pieds !

Il entreprit ensuite de préparer le petit-déjeuner, posant un plateau sur la gazinière. Mettre le lait à chauffer, préparer le chocolat pour elle et Tamara. Préparer les oranges et le presse-agrumes. Sortir le grille-pain, couper des tranches. C’était son petit plaisir du week-end, lorsqu’il s’éveillait avant elle. Préparer un bon petit-déjeuner pour elle et Tamara. Qui aurait cru qu’un jour, je deviendrais cuisinier. Enfin, le terme est un peu fort. Et si je passe bien sûr sous silence les nombreuses coupures et autres blessures causées ces ustensiles malveillants qui me servent d’accessoires. A une époque, je ne pouvais même plus me servir de mon clavier. Mais bon, chaque apprentissage finit par être couronné de succès. Quel que soit le domaine, d’ailleurs.

La porte s’ouvrit à cet instant.
« - Maman, tu es là ?, demanda une petite voix.
- Non, ma puce, répondit Jérémie. Elle dort encore. »

Le pot de confiture se retrouva abandonné sur le plan de travail et il prit sa fille dans ses bras. Ses petits yeux étaient encore tout ensommeillés, seulement à moitié ouverts. Elle posa sa tête sur son épaule et le serra de ses petits bras
« Papa… »

Elle se rendormit aussitôt. En voilà une qui n’a pas assez profité de sa nuit de sommeil, songea-t-il. Il la porta jusque dans sa chambre, la déposa dans son petit lit rose bonbon avant de refermer la porte. Sans doute dormait-elle déjà.

Tandis qu’il terminait sa préparation, il entendit du bruit venant de la chambre. Terminant vite sa besogne, il saisit le plateau et l’amena dans la chambre. Exercice certes périlleux, appuyé sur une béquille et le plateau posé sur la plat de la main. Il frôla la catastrophe plusieurs fois mais finit par pousser la porte d’un orteil. La lumière était toujours allumée mais elle lisait de nouveau le journal rose.
« - La surprise Madame est avancée., annonça-t-il."

Elle leva les yeux. Appuyé contre le montant de la porte, son équilibre semblait plus que précaire.

« - Mais tu es fou ! Tu aurais pu te faire mal.
- Je sais. Mais je m’en moque. »
Elle le débarrassa de son plateau tandis qu’il se réinstallait sous l’édredon.
« - J’adore ce genre de surprises, chuchota-t-elle. Merci beaucoup.
- Mais avec grand plaisir. »
Elle lui sourit. Simple mais éblouissante.

« - Tamara est réveillée ?, demanda-t-elle.
- Oui. Mais elle s’est rendormie dès qu’elle a su que tu n’étais pas là. »
Un léger rire lui échappa.
« - Je n’aurais pas intérêt à être jaloux, murmura-t-il, les yeux rieurs.
- Mais tu sais bien qu’elle t’adore.
- Bien sûr que je le sais. Mais en attendant, tu dois avoir faim, non ?
-Un peu, c’est vrai, admit-elle. »

Un grincement l’empêcha de poursuivre. La porte s’ouvrait doucement. On ne voyait que la petite main de Tamara, poussant difficilement le lourd battant. Mais son effort fut couronné de succès. Tout à fait réveillée à présent, elle sauta sur le lit. Ses grands yeux verts fixés sur sa mère

« - Maman ! Tu as fini de dormir ?
- Oui, ma puce.
- Tant mieux. Tu sais, j’ai faim, moi.
- Et c’est pour ça que j’ai préparé un bon petit-déjeuner pour nous trois, rit Jérémie.
- C’est vrai ?, demanda Tamara.
- Bien sûr que c’est vrai. Regarde, ton chocolat est déjà là, et tes gâteaux préférés aussi.
- Chouette ! "

S’avançant un peu plus, elle se blottit entre son père et sa mère, glissa ses petites jambes sous le plateau et prit son yaourt.
« - Mmmh. Au chocolat…J’adore ça ! »
Elle défit le papier et commença sa gourmandise.

« - Essaye juste ne pas t’en mettre partout, cette fois, lui recommanda Aelita.
- C’est promis Maman ! »

Elle avait déjà une énorme moustache…et un petit nez tout marron.
« - Trop tard…, rit doucement Jérémie. »

-----------------------------------------

Voilà voilà...Chapite un peu plus long que d'habitude...mais bon. J'espère qu'il vous aura plu ! La description d'Aelita m'a donné un peu de fil à retordre, mais c'était instructif. Pour la réussite, j'attends vos avis !

Voilà que Aelita/Odd revient sur le tapis...Jérémie ne serait-il pas un rancunier ? Tout comme elle, d'ailleurs....Ce changement de carcatère s'expliquera de lui-même...

A vos avis et merci encore !

_________________
Toute barrière se franchit, il suffit juste de trouver comment sauter...

Ma FanFic : Cher journal

http://img195.imageshack.us/img195/5096/signaturekay2.png

Le pack est une créa perso ! Venez donner vos conseils et avis sur Ma galerie

Mon pseudo se prononce "Kèï"...mais s'écrit "Kay"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Lorilis MessagePosté le: Mer 05 Aoû 2009 12:06   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
La description d'Aelita était sublime ! Digne d'un grand auteur ! Vraiment, je pense que c'est la plus belle description de toute l'histoire ( pour l'instant en tout cas ).

Je trouve vraiment que Odd est rejeté de tout le monde, hein... Je dis que y'a pas de raison, mais bon... C'est soûlant, à la fin ! Bon, d'un côté, j'aime pas trop ton Odd...

Jérémie, rancunier ? A peine !
Nan, mais, franchement, c'est plutôt "normal", si on veut... 'Fin bon, c'est vrai qu'avec le temps, il aurait peut-être pu oublier, et Aelita aussi, d'ailleurs...

Sinon, on apprend dans le journal que XANA est revenu ( on le savait d'avant ? C'est fou, ça, je me souviens plus du tout, de ce qui s'est passé de leur côté... ), mais y'a encore pas mal de coins sombres...

Alors, fais nous encore rêver avec les superbes descriptions dont tu as le secret et vivement la suite !!

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Aquatikelfik MessagePosté le: Mer 05 Aoû 2009 13:07   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 1715
Localisation: Orléans
Ça f'sait déjà quelque chapitres que j'avais pas posté un petit commentaire... Non pas que je ne lisait plus, très loin de là, c'est juste que j'ai tout dit à l'auteur ailleurs qu'ici. ^^

Cette petite famille est tout simplement... géniale. =)
Que d'amour que l'on sens présent, c'est superbe !
Pour la description d'Aelita qui t'as, selon-toi, donné du fil à retordre, c'est très beau également. Un peu trop long à mon goût, mais magnifiquement écrit. On sent bien l'amour que Jérémie à pour sa femme dans l'observation du moindre de ses traits...

Mais...
Jérémie qui se permet de lire le journal d'Aelita sans sa permission ? Tsss... pas gentil.
Et puis je te trouve dûr envers Odd, le pauvre ne fait que de morfler depuis le début !

Après sur le style, y'a plus rien à dire, si ce n'est qu'il a pas mal évolué depuis les premiers chapitres. Changements de point de vue, beaucoup de pensées des personnages qui s'incrustent dans le texte... Chais plus quoi dire moi après tout ça !


Ah, mais si ! Bien sûr !
...
Vivement la suite ! =)
_________________
http://aquatikelfik.net/images/userbar-blog.pnghttp://aquatikelfik.net/images/coeur-twitter.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
blaire MessagePosté le: Jeu 13 Aoû 2009 15:46   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 03 Mai 2009
Messages: 96

Alors mon avis:
Jeremy a l'air jaloux et rancunier de Odd qui du coup se fait rejeter et par tout le monde en plus(voir les autre chapitre)! Enfin ce qui faudrait c'est un truc pour que odd se fasse pardonner.

_________________
http://images4.hiboox.com/images/4712/b8744b6d96ea06b68e83cd11e8f2de7d.jpg
12 capricornes aimeront 12 licornes aux crinières bleues un lundi de janvier sur la lune. 12 étoiles scintilleront, pour libérer les 12 chats indépendants qui leurs apprendront à ne point connaître l’avis des autres mais connaître chaque point de vue, tout point de vue. Les 12 couples pourront alors danser aux sons des 12 tonalités de la musique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Shadow's squill MessagePosté le: Lun 31 Aoû 2009 23:04   Sujet du message: Répondre en citant  
Shadow's squill rang


Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 814
Localisation: Dans mon imagination
Prdon pour ce retard! (Décidemment, je l'accumule en ce moment. T.T)

Bref, venons en à notre sujet qui est cette fic sublime. ^^

La description t'a certes donné du fil à retordre mais elle est vraiment bien écrite ce qui nous permet de mieux visualiser Aelita du point de vue de Jérémie... Qui d'ailleurs n'éprouve aucune honte à lire le journal intime de sa femme. Quel mal élevé!

La rancune envers Odd reste présente malgré toutes les années qui sont passées... Comme quoi, il y a des choses qui ne s'oublient pas! Et les blessures du passé en font souvent partie... Mais c'ey souvent de là qu'on tire ses forces en général...

Dans la vie, si tu tombes sept fois, il faut te relever huit fois...(citation pas de moi XD)

Re-bref, notre Einstein national s'adonne à des sports périlleux pour faire plaisir à sa femme. C'ey meugnon comme tout. =)

A +, pour la suite. ^^

_________________
Ghost Love Score

"I've never met anyone who wasn't important"


http://nsa19.casimages.com/img/2010/09/12/100912010733220018.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Evana MessagePosté le: Mer 09 Sep 2009 10:59   Sujet du message: Répondre en citant  
Spectatrice


Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 479
Retard d'un mois --"
Merci Shadow', d'avoir remonté le topic^^

Je suis d'accord avec Jude Star, la description d'Aelita est sans conteste la plus belle de l'histoire. On s'y croirait vraiment! Je me doute que ça n'a pas été facile...
On retrouve avec plaisir ton style dans ce petit moment familial et complice... Seule ombre à ce charmant tableau: Jérémy qui n'arrive toujours pas à supporter Odd.

Pourquoi celui-ci a-t-il appelé, d'ailleurs...?

Vivement la suite!! =)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 6 sur 8
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0745s (PHP: 67% - SQL: 33%) - Requêtes SQL effectuées : 17