CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Source (extrêmement hypothétique) d'i...
Les origines de vos pseudos
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
Traduction d'un nouveau dossier
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Le risque d'être soi
Anciens : Réveillez-vous ! La bulle d...
Quel est votre personnage préféré ?
Quelle est votre saison préférée ?
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[One-Shot] Frostbite

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Ikorih MessagePosté le: Dim 11 Jan 2015 09:46   Sujet du message: [One-Shot] Frostbite Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
Pour les anglophobes : Frostbite signifie Engelure et non pas morsure du froid.

Ceux qui sont un minimum malins et qui connaissent les dates importantes me diront « T’es un jour en avance ! ». Ils auraient probablement raison si je n’avais pas décidé de changer le motif de ma publication. Oui, à la base cet OS devait sortir demain. Mais très vite, dans sa conception, j’ai choisi de décaler un chouïa parce que je me suis rappelé qu’il y avait plus important.
Ceux qui à ce stade suivent encore alors qu’ils ne sont pas concernés sont courageux, ou inconscients. o/
Fondamentalement, ça ne change pas des masses, cet OS est toujours là pour un anniversaire. Mais plus le même. J’imagine que tu te souviens autant que moi de cette fameuse journée du 11 janvier 2014, où j’ai pu pour la première fois lever de grands yeux pleins d’admiration vers ce type génial dont je lisais les posts avant même de m’inscrire sur Cl.fr. Cette journée où j’ai pu me faire atomiser à pokémon dans la joie et la bonne humeur, en constatant du même coup que mon Etouraptor shiney niveau 100, capturé et monté en toute discrétion pour te bluffer…ne t’impressionnait pas du tout. Cette journée où j’ai fini par ragequit jouer à Showdown alors que tu capturais deux Blizzi shiney à la suite, et qui fut mine de rien un préface à tous ces vocaux où tu me regarde jouer en te demandant toutes les deux minutes comment je peux faire autant de bourdes (mais c’est parce qu’on s’échauffe). Cette journée qui a marqué les premiers essais de câlins entre deux pokémon fact (et dire que dix mois après je te sautais dessus pour en avoir…). Cette journée où un coussin Manta a servi d’outil de propagande, produisant ainsi une photo qui marqua le point de départ de mon mur-IRL qui compte aujourd’hui quelques éléments de plus. Cette putain de journée, en somme, où j’ai vu mon grand frère.
Voilà, ça c’était pour le paragraphe émotion. Ceux qui sont partis vomir peuvent revenir. L’OS en lui-même est assez standard et peut être lu, je pense, par à peu près tout le monde, même si certains points du scénario (type XANA) risquent d’être douteux et peu travaillés. Mais osef, c’est pas le but du texte.
D’ailleurs, à jour exceptionnel, OS exceptionnel : on aura de la mise en forme, une tentative d’aération, un peu de couleur, tout ça. Les documents relatifs à la première partie (je pense qu’on reconnaîtra des influences Mr. Green) sont faits par bibi qui a rassemblé toutes ses petites compétences en graphisme. Les images de transition aussi…enfin, en partie. Sinon, je me souviens que le vent d’Ouest m’a gentiment bidouillé la bannière de titre. C’est un vent exceptionnel.
Dernier point. Pour assumer jusqu’au bout les influences de la première partie, je vous annonce que les quinze protagonistes sont des membres du forum. Vous êtes invités à tenter de les découvrir, sachant que certains apprécient grandement cette activité, et également à tenter d’associer à chacun le pseudo utilisé lors de la partie…
….Je parle trop.


http://i.imgur.com/SY372pY.png


http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngLe soir occupait les rues de ses ombres malicieuses. Elles jouaient avec les flaques de lumière des réverbères, dans un silence tout relatif. Rien encore n’était endormi : il était à peine vingt heures, le moment où l’agitation nocturne commençait réellement. Les voitures arpentaient encore les rues, les gens aussi. Après tout, demain était un dimanche, on pouvait rester tard.
C’était un peu ce que s’était dit le groupe d’élèves massés devant le portail de Kadic, où les quelques externes retrouvaient les internes pour une petite virée en extérieur, autorisée par l’administration du collège-lycée. Les deux responsables du projet n’étaient pas bien durs à identifier puisqu’ils étaient les deux plus âgés, les seuls en seconde.
-Bon, on a le compte ? questionna Emmanuel Maillard.
-On est quinze, donc oui, répondit William après un petit temps exploité à dénombrer les adolescents.
Le métalleux hocha la tête et fit signe qu’on se mettait en mouvement. Le petit troupeau entama donc sa promenade dans les rues de Paris, mené par Emmanuel et William. Ce dernier était suivi de très près par Hiroki, qui avait réussi à prétexter « dormir chez Johnny » pour ce soir. Ce n’était pas faux, mais les parents de Johnny étaient moins restrictifs sur les sorties et n’avaient donc vu aucun inconvénient à laisser les deux jeunes se joindre à leurs camarades.
L’ami du japonais, lui, était un peu plus loin, aux côtés de Véronique Fayolle, Valérie Zlicaric et Jean Baptiste Pujol. Leur conversation portait sur un quelconque opus des comics Batman, qu’ils lisaient tous les quatre. Venait ensuite Odd, séparé de sa petite bande habituelle, qui jetait un œil innocent aux jeunes filles présentes, ce qui incluait notamment Sophie Florenceau, Lola Kieffer, Tania Grandjean, et même la timide Emilie Leduc. L’absence de ses amis n’était pas très étonnante : Yumi et Ulrich avaient décliné en apprenant que William organisait, Jérémie avait passé son tour, et Aelita ne se sentait pas de sortir. La mort de son père lui minait toujours le moral, même si quelques semaines avaient passé depuis. Le blond était donc seul, à observer son entourage qu’il connaissait peu.
José Alvarez, élève d’origine chilienne, était un des cadets, puisque du même âge qu’Hiroki et Johnny. Toutefois, il était interne, ce qui avait facilité sa venue. Il se dissimulait entre Pierre et Mickaël, sans pour autant suivre leur bavardage irrégulier. Aucun des deux n’était vraiment de nature volubile.
-Quand est-ce qu’on fait les équipes ? finit par demander Hiroki.
Les deux grands échangèrent un regard.
-Quand on trouvera un endroit avec un minimum de place pour se répartir. On va pas faire ça là-bas, ça va les gonfler, mais le trottoir est trop étroit pour le moment.
Le japonais hocha la tête. L’explication d’Emmanuel lui semblait pertinente, mais il était tout de même impatient. Il sentait que cette soirée allait être mémorable. Ils ne feraient qu’une partie de quarante-cinq minutes, mais ce serait « bien suffisant pour les crever », d’après le métalleux.
Il faisait froid, et il n’était pas mécontent d’avoir pensé à prendre sa veste pour la dizaine de minutes qu’ils avaient à marcher. Après quelques temps, un angle de rue se profila.
-Je crois que ça suffira pour régler la question des équipes, décida Emmanuel en s’y arrêtant, vite imité par ses condisciples qui se massèrent autour de lui.
-Je propose qu’on ait un adulte responsable par groupe, déclara William avec un air sérieux.
-Depuis quand vous êtes des adultes responsables ? intervint Hiroki, intrigué.
-Ta gueule, sale gamin.
Avec une moue boudeuse, il obtempéra. Emmanuel reprit la parole.
-Pas con. William, mets-toi par-là, moi je vais ici. Par contre, il nous en faut un troisième pour la dernière équipe.
Le silence se fit. Visiblement, personne ne se sentait l’étoffe d’un adulte responsable…
-Moi ! cria Odd, décidé à faire mentir le narrateur de sa voix aigüe.
-Bon, ok. Le groupe d’Odd sera là, annonça Maillard en pointant une troisième localisation. Essayons de garder un équilibre dans les niveaux. Pour les couleurs…
-Je prends les bleus, coupa William d’un air décidé.
-Les jaunes, répliqua Emmanuel, qui ne semblait pas vouloir lui disputer.
Odd allait se plaindre qu’on lui laissait les rouges d’office, mais le regard des deux organisateurs lui coupa le sifflet. Les élèves se répartirent seuls autour des trois meneurs d’équipe, dans un chaos assez impressionnant. Véronique Fayolle se fit expulser des rouges trop nombreux pour rejoindre les jaunes. Hiroki hésita à scotcher William, mais devant la décision de Johnny de suivre Odd, il céda et alla se poster à côté de son camarade de classe. Valérie fit la moue en finissant également chez les rouges. L’équipe des bleus se réunit sans faire la moindre vague, tandis que José se ruait aux côtés d’Emmanuel et de Véronique.
-On est bons ? demanda Emmanuel. Cinq par équipe ?
Les confirmations de ses homologues capitaines ne se firent pas attendre.
-Super. Retenez vos couleurs, commencez à réfléchir à un pseudo, on est presque arrivés.
Et les trois équipes plus ou moins organisées redevinrent un troupeau. Quelques-uns commençaient à murmurer des stratégies, des alliances, d’autres cogitaient sur leur alias. Le nom qui les identifierait dans le labyrinthe, pendant tout le temps de la partie, et qui désignerait à leurs cibles qui les avait dégommées. Certains cherchèrent loin, d’autres prirent la première idée qui leur passait par la tête, d’autres avaient trouvé la réponse à cette question bien avant, en prévision.
Un dernier point avait été réglé : la musique d’ambiance. Selon les dires des plus expérimentés, la musique que diffusait l’entreprise n’était pas des plus reluisantes, et Hiroki avait donc veillé à emporter un CD de Dragonforce, le dernier sorti : Inhuman Rampage (il l’avait d’ailleurs fait écouter à William pendant près d’une heure que ce dernier avait bravement supportée malgré son manque d’attaches avec le genre). Quelques fans maladifs avaient voulu avoir les Subdigitals, mais Emmanuel était venu appuyer la proposition d’Hiroki et personne n’avait plus protesté.

http://i.imgur.com/mrzFMxc.png


http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngFinalement, le bâtiment du laser game se dessina, et fut vite investi par la quinzaine d’adolescents. Tandis que William centralisait les sous et qu’on ouvrait le vestiaire pour laisser les vestes (histoire de ne pas mourir de chaud), Emmanuel allait faire répertorier les membres de son équipe et donner le CD. Les bleus et les rouges, qui avaient posé leurs affaires avant, eurent plus de queue à faire. Lorsque vint son tour, Hiroki donna comme pseudo « Hiko ». Devant le regard interrogateur de l’employé, William précisa :
-C’est parce qu’y cause tout le temps.
Le dernier membre à s’inscrire fut Mickaël, sous l’énigmatique alias de « Cavalier ». On leur demanda de patienter un peu, le temps d’envoyer un autre groupe dans le labyrinthe 1, puis on revint les conduire dans l’antichambre du second. Chacun alla décrocher un gilet auquel était adjoint un pistolet, les deux correspondants à son numéro d’inscription. S’ensuivit le speech habituel sur les consignes de sécurité, mais aussi les bases du jeu.
-Vous disposez d’un pistolet. Si vous appuyez sur la gâchette, il produit un laser. Il vous suffit d’amener le laser sur une des cibles du gilet de votre adversaire pour l’éteindre pendant 8 secondes. Il ne peut plus tirer et vous gagnez 100 points, il en perd 50. Il y a une cible sur le devant, deux plus petites sur les épaules, une derrière, et une sur le pistolet pour les plus adroits.
Hiroki, en train d’essayer de prendre son arme en main correctement, hocha vaguement la tête.
-Ah, et détail. Si vous flinguez quelqu’un de votre équipe, vous perdez tous les deux 50 points !
Quelques regards éloquents se tournèrent vers William, qui fit mine de ne rien remarquer.
-Sur votre gilet, y a une petite bande, là, qui vous indiquera qui vous a tiré dessus et sur quelle cible. Ça peut être intéressant pour savoir sur qui se venger après…
Sourires carnassiers.
-Bon, je retourne là-bas, vous avez une quinzaine de secondes pour vous disperser et ensuite j’envoie le CD et la partie commence.
La porte du labyrinthe s’ouvrit, et les kadiciens se ruèrent dedans, en essayant de partir loin des membres des autres équipes pour le moment. Hiroki se colla immédiatement aux basques de Johnny qui partait dans le second couloir depuis la droite, préférant assurer leurs arrières. Après quelques instants de chaos, ils se retrouvèrent seuls dans l’angle où ils s’étaient planqués, un des rares aigus, et les guitares endiablées de Dragonforce résonnèrent.
Le jeu avait commencé.


Spoiler



Le labyrinthe était un endroit sombre, éclairé en lumière violette. Toute personne en blanc se trouvait entourée d’un halo, mais ça ne changeait pas grand-chose à la facilité qu’on avait à viser : les cibles étaient bien visibles. Des cloisons en angles obtus délimitaient les petits couloirs et embranchements derrière lesquels on pouvait s’abriter. Il fallait faire attention à ses arrières, au vu de toutes les attaques en traître que permettait le terrain.
Les deux gamins s’accroupirent, exploitant au maximum leur petite taille. Bientôt, Tania leur passa sous le nez. Elle ne vit pas les deux petits rouges qui se firent un plaisir de la descendre dans le dos, avant de s’enfuir en courant, le sourire aux lèvres.
-Qui l’a eue ?
-Je sais pas, j’ai pas bien vu ! répondit Johnny en s’engageant dans le couloir qui faisait le tour de l’arène.
Ils tombèrent nez à nez avec quelqu’un qui faisait approximativement la même taille qu’eux : José. Après un petit temps de réaction, ce dernier ouvrit le feu, éteignant Hiroki qui avait été trop lent. Johnny, s’abritant derrière son camarade, se chargea du revenge kill.
-Mais ! se plaignit l’autre, qui repartit d’un air dépité de son côté.
-Amène-toi ! lança Johnny en continuant à cavaler, suivi par son équipier bougonnant.
Quelque part dans la zone, un « Putain de merde ! » sonore s’éleva. La voix de Jean-Baptiste Pujol, qui s’était très probablement fait exploser.
Le duo des sixièmes se trouva une nouvelle planque, assez proche de l’entrée, un petit angle en traître d’où ils pouvaient tirer dans le dos des gens qui arrivaient. Par contre, ils n’avaient pas prévu qu’une paire de bleus surgisse de l’autre côté. Hiroki parvint à atteindre Mickaël au poitrail, mais William avait déjà dégommé Johnny et n’eut aucun mal à faire de même pour le japonais.
-Et deux pour le prix d’un ! railla-t-il.
Hiroki jeta un œil à la petite bande de son gilet.
- « Engelure », vraiment ?
Le plus grand (d’environ trente centimètres) lui adressa un petit sourire et disparut avec Mickaël, poursuivant sa course dans le couloir, ses petites lumières bleues narguant le duo vaincu.
-Viens, murmura Johnny, on peut essayer de prendre le couloir en douce pour rejoindre le balcon et en sniper d’en haut !
Hiroki hocha la tête et suivit son binôme qui partit dans la même direction que William et Mickaël plus tôt, mais ils firent rapidement un virage à 180° dans le couloir, avant d’enchaîner immédiatement sur un second. A partir de là, ils n’eurent qu’à tourner à gauche pour rejoindre le corridor qui faisait le tour de l’arène. Tout en courant, les benjamins des rouges vérifiaient les entrées sur la droite, histoire de s’assurer que personne n’allait les descendre. Le japonais nota la présence de Pierre à un moment, mais le virage indiquant qu’ils arrivaient sur le côté supérieur du carré en détourna son attention. Du moment que le jaune ne venait pas les emmerder…
Droit devant eux, la pente qui permettait d’accéder à la partie surélevée. Toutefois, des lumières inquiétantes indiquaient que d’autres avaient eu la même idée qu’eux.
-Les jaunes, murmura Johnny.
-Mec, c’est des bleus…
Hiroki prit la tête du duo pour monter prudemment, et en essayant de faire peu de bruit. Ils trouvèrent, au bout du couloir à leur droite, Sophie et Tania, en train de viser soigneusement les petites lueurs multicolores en bas. Elles virent s’afficher respectivement « Faucon » et « Hiko » sur leurs gilets. Avec un juron, elles décampèrent, mais une vibration dans les pistolets de Johnny et Hiroki leur indiqua que quelqu’un venait de les venger. Regardant derrière eux, ils découvrirent alors qu’un second couloir permettait de les atteindre en traître dans le dos. Un même pseudonyme s’affichait. « Ghost »
-Y a du beau monde chez ces connards…grogna Hiroki, un peu dégoûté.
-Entre William, Mickaël et « Ghost »…ils s’en tirent pas mal. On doit être seuls, je te couvre, dégomme les gens en bas !
Le japonais hocha la tête et haussa son arme pour que son tir passe la rambarde. En bas, sur le quart qui s’étalait devant eux, il vit un rouge s’éteindre (extinction ponctuée d’un très anonyme « Qui est cet enfoiré de Rosenrot ? ») et un jaune décamper rapidement, trop pour pouvoir être snipé. Un second passa cependant à vitesse plus raisonnable et le gamin parvint à le toucher.
-Fuck yeah, j’en ai eu un !
-Vous pensiez vraiment qu’on allait vous laisser vous installer comme ça ?
La voix de Sophie Florenceau accompagna la mise hors-jeu d’Hiroki. Tania s’apprêtait à tirer à son tour, quand ses lumières s’éteignirent brusquement. Sophie, jetant un œil à l’agresseur, préféra se tailler.
-Coucou vous deux! lança Valérie Zlicaric, un sourire aux lèvres.
-Wheee!
Mais hélas, les trois n’eurent pas le temps de savourer leur moment de gloire au sommet du balcon. On entendit une voix s’élever dans le labyrinthe.
« Les rouges en haut ! »
Hiroki déglutit en voyant une masse de quatre jaunes se rassembler en direction de la pente.
-Je propose de pas moisir ici…
-Go !
La troupe s’élança à l’assaut du balcon, provoquant la fuite des trois rouges, qui n’étaient pas vraiment du genre courageux.
-J’y vais !
Un jaune se lança à la poursuite des deux garçons, Valérie s’étant éclipsée beaucoup plus facilement qu’on aurait pu croire. Johnny jura en sentant son pistolet vibrer, abattu par un certain « Vulture » selon son harnachement. Malgré cela, les deux rejoignirent la pente, talonnés par leur poursuivant…pour avoir le plaisir de croiser William et Mickaël en bas. Hiroki eut alors la chance toute relative de se vautrer, ce qui fit que le tir qui le visait abattit le jaune derrière lui, qui dût retourner avec ses camarades. Il n’eut pas le temps de savourer ce troll que Mickaël finissait ce que son équipier avait raté. Le rouge vira au noir, et les bleus commencèrent à monter la pente, branchés par la possibilité de faire un petit carton. S’ensuivirent quelques cris d’avertissement, mais aussi un juron de Mickaël qui sous-entendait lourdement que William l’avait touché.
Johnny aida Hiroki à se relever, ce dernier pestant qu’il avait mal au genou, et c’est à ce moment qu’arriva Odd.
-Wow, c’est quoi tout ça ?
-Euh en gros on a délogé les bleus, on a commencé à dégommer quelques jaunes sauf que les bleus nous ont cafté et les jaunes sont montés en force nous déloger…du coup ensuite on s’est tirés, on a croisé Mickaël et William qui y sont allés aussi après nous avoir flingués et voilà.
-Phénix ?! Lola, espèce de salope !
-Bon, bah Jean-Baptiste est là aussi…
Odd hocha la tête et se colla au mur qui bordait la pente, pistolet en main.
-Je vais attendre là qu’ils descendent, ça va être magique.
Les deux autres rouges acquiescèrent et mirent les voiles, sortant un cran plus loin puis tracèrent sur leur droite pour rejoindre un angle droit divisé en deux couloirs par un mur. Ils se collèrent dos à dos et choisirent d’attendre patiemment que quelqu’un (et la douleur d’Hiroki) passe. Quelques individus éteints se montrèrent, preuve que Odd avait eu raison, mais il fut sans doute expulsé par quelques revanchards. C’est alors qu’Hiroki sentit son pistolet vibrer. Cible à l’épaule, « Shell ». Il regarda autour de lui, mais fut incapable de trouver le sniper silencieux qui l’avait dégommé.
-Gaffe Johnny, on a un tireur planqué quelque part, murmura-t-il.
Son camarade hocha la tête, à l’affut. Une petite lueur bleue apparut dans son champ de vision : la cible d’un pistolet. Il tira, et toucha juste.
-Putain, mais depuis quand il sait viser celui-là ?
William sortit complètement de derrière la paroi, servant de bouclier à Mickaël qui termina le boulot. Ils prirent le temps de se serrer la main.
-Excellent calcul, Mickaël, comme toujours.
Et ils décampèrent, sous l’œil médusé de Johnny et Hiroki. Cependant, ils eurent à peine le temps de voir leurs lueurs se rallumer qu’elles redevinrent noires. Sur leurs gilets, un nom qu’ils avaient déjà vu : « Ghost ».
-Ce Ghost, si je trouve qui c’est, il prend cher, menaça Hiroki.
Johnny ne souleva pas le fait que Hiroki était trop peu balèze pour mettre cher à qui que ce soit, et ils se remirent en route, en direction de l’entrée, proches du couloir du bas. Rapidement, ils croisèrent deux jaunes, mais probablement les moins performants des cinq. Véronique et José furent dégommés proprement, mais Véronique eut le temps d’atteindre Johnny.
-Poulette ?! C’est quoi ce pseudo ?
-Maieuh, c’est très bien « Poulette » grogna José.
Un bruit de course se fit entendre, en provenance du couloir qui bordait l’arène.
-Eh les rouges, restez concentrés !
Quelqu’un passa à toute allure dans un éclat jaune, allumant (ou plutôt éteignant dans ce cas) le dernier combattant encore brillant.
-…j’ai pas vu, qu’est-ce qui s’est passé ?
Hiroki jeta un œil à son gilet.
-…Rosenrot, c’est tout ce que je peux te dire.
Les membres des deux équipes partirent chacun de leur côté, les jaunes en direction du coin supérieur gauche, les rouges repartant vers l’inférieur droit. Après quelques mètres, ils croisèrent Jean Baptiste à un embranchement, relevant rapidement leurs pistolets pour rappeler qu’ils étaient dans le même camp.
-Tiens, salut vous deux ! Je poursuivais Pierre mais il m’a filé entre les doigts.
-Nous on veut mettre la main sur Ghost, répondit Johnny. Mais vu qu’on sait même pas dans quelle team il est…
-Ah oui, lui. Il m’a déjà dégommé aussi, ce connard. Bonne chance les mecs, je vais y aller !
Et il fila à l’anglaise. Hiroki jeta un œil vers le balcon.
-On dirait que c’est plus calme, là-haut. Amène toi, les bleus ont peut-être foutu des snipers en douce.
-Je vous accompagne ! sourit Valérie depuis le couloir latéral.
Ils choisirent de couper en diagonale pour ne pas avoir à faire le virage, et commencèrent à monter lentement la pente Sud. La seule fille du trio couvrait leurs arrières, tandis qu’Hiroki ouvrait la voie.
Ils jetèrent un œil sur la droite. Une cible bleue. Quelqu’un de dos. Hiroki ajusta patiemment son petit laser rouge, couvert par ses camarades en ce qui concernait le couloir large venant de tout droit et le plus petit un peu à côté. La cible bleue s’éteignit. Probablement alerté par la vibration de son pistolet, leur adversaire se releva brusquement, courut vers eux pendant une fraction de seconde et décampa en prenant le premier virage à sa gauche.
-On se poste là ? C’est la meilleure position pour un tireur. Les adversaires arriveront forcément face aux deux qui couvrent, vu qu’on est dans un cul de sac.
-Bonne idée, approuva Valérie en prenant la place offensive.
Hiroki et Johnny se placèrent debout dans son dos, tentant de couvrir ses points faibles pour la protéger même en cas de KO de leur part.
Valérie examina les cibles à sa disposition. Elle avait vue sur tout le terrain, dans son coin. Dans le secteur inférieur droit, un rouge. L’autre baroudait seul dans le supérieur gauche. Elle repéra alors un duo de bleus, qui étaient sans aucun doute William et Mickaël. Avec toute la précision dont elle était capable, elle les éteignit. Elle rata dans la foulée un jaune qui avait dû se coller à un mur, tandis que dans son dos, Hiroki et Johnny nettoyaient Emilie Leduc qui passait par là avec l’air un peu perdue. Peu après, Pierre François apparaissait, abritant Véronique Fayolle.
-Roh la pièce ! Pas mal comme planque !
-N’est-ce pas ? sourit Hiroki.
Mais il arrêta vite de faire le malin une fois éteint par Véronique, tandis que Pierre s’occupait de Johnny. Valérie se retourna, écarta ses deux camarades d’un revers de pistolet et riposta, touchant la plus petite, avant de s’enfuir en courant comme le bleu qui les précédait à l’emplacement.
-Faut savoir être fair play ! lança-t-elle en partant.
Pierre François fit signe aux deux rouges de filer eux aussi, les mettant en joue pour pouvoir les canarder à nouveau s’ils n’obtempéraient pas. Ils ne se firent pas prier et abandonnèrent malgré eux leur emplacement en or, croisant Odd et lui dénonçant rapidement la présence des jaunes. Alors qu’ils s’éclipsaient par la pente Nord, ils entendirent une voix qui ne leur était pas inconnue s’élever de la zone adjacente, le coin supérieur gauche.
« C’est qui cet enfoiré de Fructus? »
Echangeant un regard, Johnny et Hiroki ralentirent le pas.
-Gaffe, c’est le mec qui nous a dégommés tout à l’heure.
-Lequel ? ironisa le japonais. Nan, je m’en souviens aussi, celui qui est passé en courant.
-Faisons-nous discrets, conclut Johnny.
Toutefois, ce ne fut pas sur le coureur qu’ils tombèrent. De leur gauche, la première sortie du couloir, surgit un laser fourbe qui mit Johnny hors course. Ils n’eurent pas le temps de voir qui se cachait derrière le mystérieux pseudo de « Caravage », mais continuèrent leur route, Hiroki s’abritant derrière son ami. S’engageant dans l’autre branche de l’intersection depuis laquelle ils avaient été flingués, ils croisèrent un José en fuite. Brièvement, sur son gilet, ils purent apercevoir le nom « Agar » qui les intrigua. Tellement de pseudonymes mystérieux dans cette partie.
Un bruit de pas derrière eux leur fit faire volte-face alors que Johnny venait de se rallumer. Ils firent bien : William et Mickaël s’apprêtaient à les dégommer. Les deux gosses ripostèrent, et Hiroki parvint même à atteindre William.
-Yeah !
-Mais attends un peu que je t’attrape !
Le jeune japonais préféra ne pas attendre et décampa sans demander son reste mais en laissant son équipier. Il s’enfonça vers un couloir en entonnoir. Le petit brun se dépêcha de le rattraper (chose aisée puisqu’il ne courrait pas bien vite). Ils se ruèrent sur leur droite, puis effectuèrent un demi-tour en contournant un mur, avant de repartir parallèlement au couloir latéral du côté gauche. Ils tournèrent ensuite pour rejoindre la portion de corridor qui menait à la partie surélevée. Néanmoins, un Imprévu les embarrassa quelque peu une fois en haut : Sophie Florenceau qui les avait entendus venir. A la même position que la première fois qu’ils s’étaient croisés, accompagnée de la même personne, elle était cependant orientée de façon à pouvoir les toucher. Tirant brusquement Johnny devant lui, Hiroki s’en servit comme bouclier pour pouvoir la dégommer. La situation devenait très tendue, car derrière eux, William et Mickaël semblaient les avoir retrouvés.
-Hiko’ !
Un bref regard au sourire carnassier de William suffit à donner à Hiroki l’envie de se barrer encore un peu plus loin. Il s’exécuta, après avoir balancé un laser au hasard vers le duo en bas de la pente. Johnny, bringuebalé dans toutes ces aventures, trouva le temps de tirer sur Emilie qui se trouvait décidément toujours au mauvais endroit au mauvais moment.
-Ils se sont tirés par là ! indiqua Sophie pour s’assurer que William les rattrape.
-Connasse ! lui renvoya le gamin en serpentant entre les murs.
Il prit à gauche, contourna un mur sur la droite puis se planqua dans un couloir sur la gauche, pour être en mesure de riposter si William et son acolyte arrivaient par là.
« Oh, mais va te faire foutre William ! »
La voix de Jean Baptiste Pujol, et pas très loin. Johnny se tourna vers l’autre branche de leur angle quasi-droit pour apercevoir, sans surprise, les trois protagonistes. Il se débrouilla pour descendre Mickaël en douce, mais William s’éteignit avant qu’il ait même commencé à le viser.
-Agar ? Mais c’est quoi ce surnom de merde ?
Les deux petits virent une silhouette rouge leur faire signe du fond, puis décamper. Ils mirent alors en joue les bleus, leur laser prêt à désactiver leurs lampes dès qu’elles se rallumeraient. Voyant le point rouge danser sur sa cible avant, Mickaël fit signe à William de partir, et ils s’exécutèrent.
-On gère ! lança Hiroki avec un grand sourire.
Puis il sentit son pistolet vibrer et découvrit que « Vulture » venait de les abattre par derrière. Faisant volte-face, ils eurent juste le temps d’apercevoir un éclat jaune. Hiroki pesta comme lui seul savait le faire, ayant visiblement un peu de mal à accepter la défaite.
-Amène toi, c’est risqué comme zone ! décida Johnny.
Ils sortirent par le petit couloir qui les avait amenés dans l’angle, et prirent celui encore plus étriqué qui les mènerait à la pente Sud. Ils eurent le plaisir de voir une lueur jaune s’éteindre, ponctuée d’un très discret « Oh, chiotte », et Odd arriva dans leur champ de vision, l’air satisfait. C’est alors qu’une sonnerie marqua la fin de la partie, cette dernière confirmée par leurs gilets et l’arrêt de la musique.

http://i.imgur.com/x46kNev.png


-Putain, déjà ? gémit Hiroki, qui rêvait de prendre sa revanche sur pas mal de monde.
-Ben merde alors. C’est passé plus vite que prévu.
-Arrête les euphémismes, râla le gamin. J’ai fait que sept touches !
-Pareil. On a vraiment merdé, grinça Johnny.
Ils descendirent la pente et restèrent dans le couloir latéral, raccrochant leurs pistolets au gilet, suivant Odd. Une fois l’équipement rangé, le groupe se réunit dans le hall pour pouvoir boire un coup gratuitement (grâce à une subtile manœuvre d’Emmanuel applaudie par William). L’annonce des résultats se fit, puis celle du classement des équipes.
-Pour les jaunes : 17 600 points. Malgré les efforts de certains membres comme Vulture et Rosenrot, ce n’est pas suffisant pour dépasser les autres…
Emmanuel ouvrit de grands yeux, l’air profondément choqué.
-Quoi ?! Mais comment ça se fait qu’on fasse un score aussi à chier ?
Son regard tomba sur deux membres de l’équipe en particulier, Véronique et José, qui devisaient gaiement. Il marmonna quelque chose, puis fit signe à l’employé de continuer.
-Ensuite, les rouges avec 26 900 ! Et ce en dépit du manque d’efficacité d’Hiko’ et Faucon…
Hiroki se mit à bouder de façon ostensible, face au sourire goguenard de William.
-Et enfin, les bleus, qui font la remarquable performance de 39 150 points ! Equipe remarquablement équilibrée qui ne compte quasiment que des bons éléments, malgré la propension d’Engelure à tirer sur ses coéquipiers…
Quelques vagues applaudissements se firent entendre. William serra de façon chaleureusement glaciale la main de Mickaël. Hiroki essayait toujours de comprendre comment on pouvait réussir à faire près de 15 000 points alors que lui-même n’avait pas atteint les 200.
Au final, on alla récupérer vestes et autres effets (comme un CD par exemple) puis on sortit du bâtiment pour reprendre le chemin de Kadic. Les quelques externes choisirent pour la plupart d’accompagner le groupe jusqu’au portail avant de repartir chez eux.


Spoiler



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.png Bande de naïfs. Vous pensiez vraiment, alors, que vous en aviez fini avec moi ? Je vais vous montrer. A tous. Je suis plus fort que votre programme multi-agent. J’ai évolué pour survivre. Priez pour vos vies, maintenant. Merci Jérémie, vraiment. Si tu n’avais pas été trop nostalgique, si tu n’avais pas voulu continuer ta quête pour le savoir au travers du Supercalculateur, je n’aurais pas pu activer de tour sur Lyoko. Mais puisqu’il est de nouveau actif…je ne vais pas me priver. Vous êtes morts, maintenant. N’espérez pas que je vous fasse de cadeau, ou de câlin.

http://i.imgur.com/dwRODrW.png


http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngOdd entendit son portable sonner. Intrigué, il se demanda qui pouvait l’appeler à cette heure et pour quel motif. Sortant l’appareil, il identifia rapidement le nom de Jérémie.
-Einstein ? Un problème ?
-Oui, Odd ! Et un gros…apparemment, le Supercalculateur est toujours allumé, et XANA aussi. Enfin, un XANA un peu différent. Mais il a activé deux tours, ça sent mauvais ! J’ai prévenu Ulrich, idem pour Yumi. J’emmène Aelita à l’usine.
-…
Il prit le temps d’encaisser le choc avant de déclarer d’une traite.
-Ok. J’arrive.
Enfin c’était ce qu’il croyait. Mais alors qu’il raccrochait, il remarqua la présence de William à côté de lui.
-Alors comme ça…ébaucha-t-il, laissant la phrase en suspens.
-Oui. Laisse-moi filer, des vies sont en jeu.
-A une condition : je t’accompagne.
Le blondinet hésita un peu. Et puis se dit que zut, William serait sans doute plus une aide qu’un poids.



-…Rentre tout seul, je te rejoins.



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngJérémie et Aelita filaient à travers le parc. Le génie faisait déjà ses hypothèses : XANA avait dû être diminué par le programme multi-agent et ne serait peut-être pas aussi puissant et intelligent que d’habitude, ce qui expliquerait le pourquoi des deux tours pour une attaque.
Ses réflexions furent interrompues par un détail important.
Le sol était couvert de givre.
-C’est quoi encore cette merde ?



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngUlrich sortit du dortoir à toute allure, croisant les élèves qui repartaient se coucher après leur partie de laser game. Il serait volontiers venu s’il n’y avait eu William…
Mais ce n’était pas le moment. Il devait rejoindre les autres à l’usine. Sortant dans la cour déserte (Jim étant vite reparti se coucher après avoir ouvert à ceux qui rentraient), il se dirigea vers le parc.
Ou du moins, il l’aurait fait s’il n’y avait pas eu un petit obstacle entre lui et la zone.
Le spectre.
Il n’en avait jamais vu d’aussi étrange. D’assez petite taille, il était de sexe féminin et son regard rougeâtre clouait sur place. De longs cheveux violets descendaient dans son dos, et elle était vêtue de ce qui ressemblait à une tenue de football (ce qui pouvait expliquer le ballon sous son pied), incluant les chaussures à crampons bleues, le short assorti, et un T-shirt blanc qui présentait une illustration inhabituelle. Dessus, une sorte de c…golem de glace portant une petite pancarte « hugs », image totalement décalée par rapport à XANA. Il n’eut cependant pas le temps d’essayer de réfléchir plus avant sur la signification du dessin : le spectre tira dans la balle, qui se mit à rayonner d’un éclat glacial. L’attaque frappa Ulrich de plein fouet, et il sentit ses membres s’engourdir. Sans plus un regard, l’envoyé de XANA s’éloigna avec son arme vers le centre de la cour. L’adolescent tenta de le poursuivre pour lui mettre la pâtée qu’il méritait, mais dut renoncer rageusement en constatant qu’il était en train de se faire emprisonner dans un grand cristal de glace. Il n’eut même pas le temps de s’inquiéter pour sa vie avant de sombrer dans l’étreinte du froid.



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngOdd sortit la plaque d’égout de son trou, notant au passage la couleur blanchie de l’herbe.
-Mh. Ça doit faire partie de l’attaque, il nous a déjà fait le coup une fois. Le collège était complètement enneigé…
Ils allaient s’engouffrer dans les profondeurs des égouts pour rejoindre l’usine, et Odd allait en profiter pour prévenir Jérémie qu’il amenait de la compagnie, mais William nota alors la présence d’un troisième individu à moitié planqué derrière un arbre.
-Putain Hiko’, qu’est-ce que tu fais là ?
-Ben je t’accompagne, c’était pas assez évident ?
-C’est pas un jeu. Rentre avec Johnny.
Il croisa les bras.
-T’as pas le temps de m’y forcer.
Et il avait raison en plus le sale gamin.
-Mais qu’est-ce que tu veux de plus ? Mes couilles sur un plateau ?!
Le plus jeune cligna des yeux sans avoir l’air de comprendre. Avec un grognement très agacé (en partie par son manque de culture politique), William lui fit signe de venir. Un petit sourire victorieux aux lèvres, Hiroki les suivit dans les tunnels.



-Qu’est-ce qu’ils font ? Ils en mettent du temps ! soupira Jérémie, assis sur la chaise de l’opérateur.
A côté de lui, Aelita attendait également, ne pouvant pas risquer d’aller sur Lyoko sans escorte.
-Et Ulrich qui répond plus…je vais appeler Yumi pour qu’elle se grouille, décida-t-il.
La japonaise répondit assez vite.
-Ouais ouais, je suis en chemin Jérémie !
-Dépêche-toi ! J’ai pas de nouvelles d’Ulrich, ça m’inquiète…on a besoin de toi ici !
-Quoi ?! Pas de nouvelles d’Ulrich ? Il lui est arrivé un truc ?
Merde. Jérémie se mordit la lèvre. Il n’aurait jamais dû préciser ça.
-Ben je sais pas justement !
-Où il était ?
-Yumi, faut que…
-Où il est ?! cria-t-elle.
-…à Kadic, je dirais.
Elle lui raccrocha au nez. Le génie fit un facepalm. Comment avait-il pu penser qu’elle agirait de façon raisonnable et viendrait alors qu’Ulrich était peut-être en danger ? Comment avait-il pu laisser filer une telle information ? Il avait envie de se taper la tête contre un mur. De toute façon, s’il n’avait pas été tenté de rallumer le Supercalculateur pour quelques manipulations, il n’aurait pas permis à XANA d’activer une tour sur Lyoko…
Et maintenant, Yumi fonçait vers l’endroit où Ulrich avait coupé le contact avec eux. Son dernier espoir était que Odd ait réussi à passer. Espoir maigre, jusqu’à ce qu’un appel entrant du mec en violet le ravive.
-Odd ? Dis-moi que tu t’en sors !
-Ouais ouais Einstein, j’arrive ! Euh par contre, je suis pas tout seul…
-Comment ça ?
Le sang de Jérémie se glaça. Le spectre qui lui collait au train ? C’était ça ?
-Euhm. Disons que j’ai ramassé William en route, lui-même étant scotché par Hiroki.
-…Pardon ?
-Moi amener William et Hiroki.
-…Pitié Odd, dis-moi que tu plaisantes !
Jérémie était profondément choqué. William, à la limite, il aurait pu laisser passer. Par contre, Hiroki…
-Il a fait chier, comme d’habitude, grinça Dunbar en arrière-plan.
-…
Aelita, qui écoutait avec attention la discussion, n’en revenait pas des masses non plus. Odd était vraiment irresponsable, quand il s’y mettait. Quoique, en y repensant, Yumi n’était pas mal non plus avec sa décision sur un coup de tête de rejoindre Ulrich…
-Bon, on arrive sur le pont, ça prendra deux minutes.
Le blondinet raccrocha. Et effectivement, peu de temps après, on vit le trio débarquer dans le labo. Evidemment, Hiroki laissa ressortir son côté gosse et examina les lieux avec un intérêt non dissimulé.
-Waaah ! Mais c’est trop cool !
-C’est ça, soupira Jérémie. Assez perdu de temps, William, Odd, Aelita, au scanner.
-Et moi ?
-Non, assena William.
Hiroki l’observa en prenant sa moue de gamin triste, de la façon la plus adorable possible.
-Non, j’ai dit.
-Merde, soupira-t-il, abandonnant toute tentative de persuasion.
Il alla donc se planter à côté de Jérémie, les yeux rivés sur l’écran alors que le blond engageait la procédure de virtualisation sur le territoire Montagne.

http://i.imgur.com/gDzGjSF.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 20 Jan 2015 18:26; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 11 Jan 2015 09:47   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngEt quelle montagne…
La roche avait une couleur un peu plus terne que d’habitude, un gris rosé plus délicat. La brume qui enveloppait le territoire avait elle aussi un côté plus blanc, différent du bleuté habituel. Mais en fait, une autre différence majeure éclipsait le reste des détails.
De grosses rafales de vent virtuel faisaient virevolter des flocons qui l’étaient tout autant.
Une tempête de neige. Un blizzard de poudreuse qui réduisait la visibilité de façon drastique.
-Euh, Jérémie, on est sensés trouver la tour dans ces conditions ?
-Ah…je ne savais pas que ça pouvait arriver sur la Montagne, ça.
William avait à peine eu le temps de jeter un œil à sa tenue, similaire à celle de sa première virtualisation, et de se faire brieffer très rapidement par Jérémie sur les salves d’énergies, qu’Aelita s’écriait :
-Hé, regardez !
Elle leur pointa un petit animal ressemblant fortement à un lièvre. Néanmoins, ses oreilles étaient en fait deux appendices biconvexes fermés. Son pelage était également peu commun puisqu’il arborait un damier noir et blanc. Enfin, son front était orné d’une pierre rouge.
-Il est trop mignon !
-Aelita, j’ai un monstre sur mes radars...
La gardienne se recula, faisant apparaître un champ de force dans sa main. Elle se sentit toutefois peu capable de détruire la créature, qui ne se fit pas prier : des lasers jaillirent de son joyau. William eut le réflexe de se protéger avec son épée, et bonbon rose avec ses boules d’énergie, mais Odd encaissa quelques tirs avant d’avoir la bonne idée de se défendre et de détruire l’animal meurtrier.
-Bon Odd, serait temps de retrouver son énergie du laser game ! Jérémie, par où la tour ? demanda William.
-Vous voyez le sentier un peu plus loin sur la gauche ?
-…
La réponse convaincue de l’équipe incita Jérémie à se montrer plus précis.
-Bon, avancez. Vous devriez bientôt voir un chemin qui part vers la gauche. Faites gaffe à où vous mettez les pieds.
Aelita choisit d’activer ses ailes pour plus de prudence. Mieux valait éviter la chute.
-J’peux venir avec eux pour leur éviter de tomber ? tenta Hiroki.
-Rattraper tes gamelles n’arrangerait rien, rétorqua William.
-Maieuh.
Ils finirent par trouver le chemin concerné. Mais deux monstres leur barrèrent la route, décidant visiblement que sans ça ce n’était pas assez amusant. Blancs piquetés de petits points noirs, ils se camouflaient très bien dans la tempête de neige. Leur forme rappelait celles d’hippocampes, mais leurs nageoires étaient remplacées par des ailes de harfang.
-C’est quoi ces Hyporois mutants ? demanda William.
-Des Pokémon ? Mais putaain, je veux venir ! trépigna Hiroki.
Sa remarque fut splendidement ignorée. Le trio sur Lyoko était trop occupé à faire face aux éclats de glace envoyés par les pseudo-Hyporoi (qui n’auraient pas dû apprendre Eclat Glace, par ailleurs). William et Odd étaient en première ligne, à dévier ou esquiver les projectiles, tandis qu’Aelita ripostait parfois avec un champ de force qui manquait d’efficacité.
-Dis, Jérémie, ils en sont où Ulrich et Yumi ? C’est pas que je serais spécialement enchanté de les voir mais…
Tout en parlant, William décocha une salve d’énergie vers le monstre le plus proche de lui. Ce dernier encaissa, mais il en fallait un peu plus pour en venir à bout. Et sans cible pour les one-shot…
-Je vais essayer de contacter Yumi, répondit Jérémie tandis qu’Odd achevait d’une volée de fléchettes la première créature.




http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngLa japonaise bondit sur la portion de muret qui soutenait la grille. Elle n’était pas bien haute, et le motif en fer forgé autour d’un des barreaux fut une bonne prise pour l’aider à grimper. En quelques minutes, elle se laissa tomber de l’autre côté, puis traversa le parc qui la séparait de la cour du lycée.
Maintenant, elle devait se montrer prudente. Si même Ulrich avait été mis hors course par l’attaque de XANA…
Un frisson la parcourut. Elle ne se souvenait pas qu’il fît aussi froid en sortant en douce de chez elle. De petits panaches blancs s’échappaient de ses lèvres alors qu’elle tentait de reprendre son souffle. Elle devait le retrouver et retourner aider les autres à l’usine.
Son portable sonna. Jérémie. Elle déclina l’appel (ce n’était pas le moment de se faire repérer), lui renvoya un rapide SMS pour signaler qu’elle allait bien et continua.
La cour était assez calme. Cependant, l’émissaire de XANA ne devait pas être loin. Avançant prudemment, elle repéra quelque chose du côté des bâtiments administratifs. Quelqu’un se tenait debout, bras écartés, entouré d’une aura bleutée. Sur les murs en brique s’étalait une mince pellicule de glace.
Alors c’était ça ? Geler tout Kadic ? L’attaque lui faisait un petit effet de déjà-vu. Mais autre chose capta son attention. Un cristal de glace, dressé là, pas loin. Et dedans…
-Ulrich !
Elle n’avait pas pu s’en empêcher. Courant jusqu’à la prison gelée, elle y mit un coup de poing dans l’espoir d’arriver à la briser. Le visage effrayé de son cher et tendre bloqué à l’intérieur lui retournait les tripes. Elle priait pour qu’il soit toujours vivant, qu’elle puisse encore faire quelque chose. Une voix la fit rapidement s’interrompre dans sa tentative désespérée.
-C’est inutile. Nul n’échappe à la froide main de la mort.
Elle sursauta. Cette voix digitalisée ne pouvait provenir que de son adversaire. Une petite fille aux cheveux violets…
Elle n’eut pas le temps de réagir davantage. Lui fonçant dessus, le spectre exécuta un tacle (gelant au passage une partie du sol) qui lui fit subir le même sort qu’Ulrich.
-Non ! eut-elle le temps de s’écrier.
Mais si. Sous le regard presque haineux du sbire de XANA qui se relevait, elle se trouva à son tour enfermée.



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngJérémie soupira, visiblement à bout de nerfs.
-Elle me répond pas. Je crois qu’il lui est arrivé la même chose qu’à Ulrich, pas la peine de compter sur elle.
William fit la grimace. Pas de renforts. Ils avaient réussi à détruire les deux monstres, mais il était fort probable qu’il en arrive d’autres.
-Je suis pas sûr qu’on arrive tous jusqu’à la tour. Odd a perdu pas mal de points de vie, je crois.
Jérémie fit taire Hiroki d’un regard.
-C’est embêtant, oui. Mais comment tu veux que je fasse ? Les véhicules sont pas envisageables dans ce blizzard, vous n’y voyez pas assez pour freiner à temps en cas d’obstacle. Et je n’ai pas de tour de magie à sortir de mon sac…
Sur le sentier enneigé, les trois Lyokoguerriers se regardèrent.
-La tour est encore loin ?
-Pas vraiment, mais dans ces conditions et avec d’autres monstres…ça peut être long.
-Fait chier.
-Si t’avais le Supersmoke tu pourrais tous les éclater ! piailla Odd.
-Aucune raison pour que je l’aie, lui répliqua le guerrier, un peu agacé.
Aelita finit par suggérer :
-Et si tu nous envoyais Hiroki ?
-Elle a de bonnes idées, souligna le japonais.
-Ben voyons, on avancera sûrement encore mieux avec un débutant dans les pattes…fit remarquer William.
-Mais oui, tu seras là pour rattraper mes conneries, lui assura le gamin avec un grand sourire.
-Comme si j’avais que ça à foutre…
-Au pire, souligna Jérémie, ça peut faire une cible pour les monstres…
-Et s’il se casse la gueule et qu’il finit dans la mer numérique ? gronda le ténébreux.
-Euhm…
-Mais je ferai attention ! geignit le petit.
-C’est non.
Jérémie se montra toutefois plus conciliant :
-Bon, euh, on va dire que je vous l’envoie si William ou Odd finit dévirtualisé. Je vous rappelle que si on ne fait rien, c’est la vie de Kadic tout entier qui est en danger.
-D’ailleurs, pourquoi le spectre ne se montre pas ?
-Ce XANA me semble beaucoup moins performant que le précédent. Mon programme a dû avoir des conséquences sur son intelligence…
William haussa les épaules et fit signe à ses camarades d’avancer. Ils terminèrent donc leur traversée du sentier pour aboutir sur un plateau tout blanchi, et évidemment, gardé.
Trois créatures de deux types étaient présentes. La première était une sorte de renne de couleur bleu pâle, mais, fait notable, ses deux bois supportaient un cristal transparent. Chacun d’eux était d’ailleurs orné d’un long ruban : noir pour le gauche et blanc pour le droit. Leur façon d’onduler sans faire attention au vent avait quelque chose de suspect.
Les deux autres étaient visiblement dérivés des renards polaires. Toutefois, on eut dit que toute leur moitié droite était passée au négatif : elle était aussi noire que la gauche était blanche. On notait également la présence de vrilles végétales s’enroulant dans leur fourrure.
-Banzaï ! décida Odd en ouvrant le feu.
William contint son envie de le trucider lui-même et l’assista de son mieux en tirant une salve d’énergie sur un des renards. Aelita s’envola, se mettant ainsi hors de portée de toute attaque corps à corps, et bombarda le champ de bataille de…champs de force (…Putain, mais changez le narrateur…).
Les deux canidés s’élancèrent vers les garçons, crocs découverts. Evidemment. Le renne resta plus en retrait, attendant qu’une occasion se présente (et que ses camarades sortent de son chemin). Odd exécuta une série de bonds vers l’arrière pour maintenir une distance de sécurité avec le monstre qui le considérait dorénavant comme sa bouffe, tout en ripostant de son mieux. William, lui, attendit que le bestiau arrive devant lui pour lui assener un coup de zanbatô. La créature se désagrégea en petits flocons de neige qui furent dispersés par le vent. Tandis qu’Aelita ciblait le deuxième, le ténébreux en blanc commença à considérer le renne.
-Odd !
-Et meerde…
-Wheee !
Pour mieux traduire les réactions précédentes : Odd fut dévirtualisé par le canidé (certes abattu dans la foulée par Aelita, mais un instant trop tard), William et Hiroki ayant compris ce que ça impliquait.
L’aîné du groupe se promit de tirer les oreilles à Odd pour avoir été dégommé aussi facilement. Le concerné regagna le labo et se planta à côté de Jérémie pour observer les évènements, sachant qu’il ne fallait pas commettre l’erreur de Yumi et aller se faire démolir par le spectre.
-Bon been…
-Oui bon bah si tu nous l’envoies, fais-le vite ! râla William en décidant de se passer les nerfs sur le dernier monstre.
La grande créature eut l’air de comprendre qu’elle était fichue si elle n’attaquait pas. Elle s’avança donc vers William, esquivant plus vivement que prévu la salve qui la ciblait. Ses ornements virevoltèrent en tentant de bloquer l’épée du Lyokoguerrier une fois à portée. Ce dernier fit son possible pour les en empêcher, mais ils étaient plus vifs que lui. Le champ de force d’Aelita fournit une distraction suffisante pour quelques instants de répit, mais mieux : les suivants ne pouvant être contrés, ils détruisirent l’animal.
-Bon, ça c’est fait.
-Putain naaan, j’ai raté la fête ?
Les deux anciens tournèrent la tête vers le gamin qui venait d’arriver et se relevait. William eut une très vague impression de déjà vu en l’apercevant, et pour cause : leurs tenues étaient pratiquement identiques, sauf d’un point de vue couleurs, situation qui avait environ une chance sur 8192 d’arriver. La pseudo-cuirasse blanche était noire, le vêtement qu’elle recouvrait blanc. La ceinture normalement rosée tirait beaucoup plus sur le rouge et le pantalon gris-bleu avait définitivement perdu ses nuances de couleur froide. Et l’arme était, sans surprise au vu des faits précédents, un zanbatô (dont la taille était toutefois adaptée à celle du porteur…).
-Eh ben, William, rit Aelita, on dirait que tu marques les esprits !
William répondit par un grognement ressemblant vaguement à un « Gnieuh ».
-Bon, Hiko’, si je te vois faire le con tu vas m’entendre.
Le gosse hocha la tête, maîtrisant son enthousiasme.
-Jérémie, la tour est… ?
-Au bout du prochain sentier ! Attention, je capte un signal plus intense que pour les monstres normaux. Vous allez probablement devoir affronter quelque chose de coriace.
-Avant qu’on y aille, puisque ton avatar a l’air similaire au mien, vois si tu arrives à faire ça.
William décocha une salve d’énergie qui se perdit dans le vide, puis fit signe à son apprenti de faire de même. Concentré, Hiroki reproduisit le geste de son mieux, aboutissant à un phénomène identique. Il leva la tête vers son aîné, en quête d’approbation.
-Mouais, ça passe, reconnut l’autre. Amène toi.
Ils s’engagèrent sur le dernier sentier avant la tour.

La grêle s’est arrêtée !

http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngLes flocons se calmèrent une fois qu’ils eurent passé un certain stade du sentier. Devant eux, la vision sur le plateau de la tour se dégagea. Le sol était toujours recouvert de son tapis blanc, mais désormais, ils pouvaient distinguer ce qui se passait sur toute la zone. En revanche, les régions en dehors du plateau et du morceau de sentier étaient maintenant voilées par une brume grise opaque. La tour était en vue. Blanche, sa surface parfaite défiant les cieux. Noire, les vrilles maléfiques qui l’ancraient au sol. Rouge sang, la fumée qui émanait d’elle.
Et devant, quelqu’un.
C’était un être apparemment féminin, avec des cheveux bleutés pour auréoler son visage blanc. La couleur de sa peau se confondait avec celle de sa large robe. Ses yeux gris ne reflétaient pas d’émotion et d’ailleurs, aucune partie de son visage ne le faisait. On aurait presque dit une statue.
Mais une statue n’aurait pas relevé la tête vers eux.
-C’est quoi encore…tenta Hiroki, mais William le fit taire d’une baffe.
-C’est le monstre spécial. Le boss, quoi, précisa inutilement Jérémie.
Le ténébreux chercha un instant du regard le plus jeune du groupe, l’imaginant déjà en train de foncer comme une tête brûlée. Mais non, il était toujours à côté de lui. Bon. Alors le monstre semblait peu résistant sur le point de vue physique, tenter de le coincer au corps à corps pouvait être une bonne idée…soit.
-On y va ! décida l’aîné en lançant ainsi l’assaut.
Les deux combattants terrestres chargèrent donc avec subtilité tandis qu’Aelita prenait de la hauteur pour pouvoir attaquer à distance et esquiver plus facilement. Alors que deux épées allaient s’abattre sur la femme en blanc, elle se téléporta à quelques mètres, laissant leurs armes manquer de s’encastrer dans le sol.
-Ah, d’accord, c’est comme ça…
William décida d’oublier la méthode corps à corps. Elle n’était pas adaptée. Et le monstre n’avait pas l’air de faire très attention à eux : son regard était focalisé sur Aelita. Après quelques instants, elle effectua un mouvement de la main. De petites pierres violettes se matérialisèrent dans l’espace, autour de la gardienne de Lyoko. Cette dernière eut le réflexe de s’éloigner, ce qui lui sauva sans doute la vie : lesdites pierres foncèrent sur l’endroit où elle se tenait quelques secondes plus tôt et s’y entrechoquèrent dans une mini explosion à leur couleur. Ça allait être risqué.
-Hiko, on change de méthode, prévint William en levant son épée pour charger une salve.
Le petit comprit le message et prit exemple. Encore une fois, le boss se téléporta avant que les projectiles ne l’atteignent.
-Mais putain ! râla le guerrier.
-On peut essayer de le pousser à bout. Ptête qu’il peut pas se téléporter trop souvent ! suggéra le japonais.
-Mouais. C’est pas comme si on avait des masses de possibilités…
Une nouvelle salve d’énergie fonça vers le boss. Téléportation. Hiroki attendit de voir où il réapparaissait pour cibler l’endroit immédiatement. L’idée paya. De toute évidence, le monstre avait pris des dégâts : fait confirmé par Jérémie. Si Aelita se montrait plus réactive, ils pouvaient en finir rapidement.
Ils s’apprêtèrent à réutiliser la même stratégie, quand leur adversaire décida qu’il était temps de s’occuper d’eux. C’est ainsi qu’il chargea entre ses mains une sorte de balle d’énergie blanche, avant de la tirer sur William. Ce dernier, qui n’était pas exactement un abruti, leva son arme pour l’intercepter.
-Bon, je crois que ça va encore, niveau attaques. Il s’énerve pas trop.
Aelita se montra enfin utile et tira deux champs de force sur le boss. Ce dernier, comme prévu, se téléporta et les guerriers tirèrent leurs salves d’énergie, mais virent en réponse arriver les petits cristaux violets prêts à les massacrer. William eut le réflexe de tirer Hiroki vers lui, lui épargnant la dévirtualisation.
-Mais qu’est-ce que tu ferais sans moi ?
-De la merde ? ironisa le gamin en réponse.
Ils furent toutefois interrompus dans leur discussion par un phénomène auquel ils ne s’attendaient pas. Le monstre, un instant après avoir encaissé la première salve, revint juste devant la tour par téléportation. Prêts à faire face à une nouvelle attaque, ils observèrent attentivement les mouvements de leur adversaire, imités par Aelita.
Une sorte de lumière magenta jaillit du boss, puis une coquille argentée s’agença autour de lui. Elle resta en place quelques instants, sous les yeux étonnés des Lyokoguerriers, puis vola en éclats.
Une aura nouvelle émanait de la magicienne. Sa robe blanche avait viré au noir, et elle semblait désormais beaucoup plus puissante.
-J’aime pas ça.
Et William avait bien raison. On entendit pour la première fois un simulacre de voix provenant du boss, la note d’un chant étrange et plein d’une énergie mystérieuse. Encore une fois, il songea à l’entourloupe et se plaça derrière son épée pour se protéger. La vibration qu’il sentit dans l’arme tandis qu’une onde colorée s’écrasait contre le convainquit qu’il avait bien fait. Hiroki se sentit lui-même très intelligent de s’être placé derrière le ténébreux.
-Hiko’, on dort pas, à l’attaque ! le houspilla ce dernier.
Aelita fit preuve de bonne volonté et tira deux champs de force. Forcément, le monstre réutilisa le schéma comportemental d’esquive et se téléporta. XANA, ou ce qu’il en restait, n’arrivait pas à innover. Et donc, sa créature eut à encaisser une paire de salves.
-Vous y êtes presque ! prévint Jérémie pour les motiver.
Une balle d’énergie faillit atteindre la jeune fille en rose qui riposta comme elle pouvait, provoquant encore une fois la téléportation du monstre. Hiroki l’avait en plein dans sa ligne de tir, mais emporté par l’enthousiasme, il cadra aussi bien qu’une fan de Rayquaza.
-Mais qu’est-ce que t’as foutu ? geignit William, désespéré par le tempérament de son acolyte.
-Euh, oups ?
En même temps que le gosse s’excusait, le ténébreux termina le travail en personne, marmonnant pour lui-même quelque chose au sujet de conneries à rattraper.
Le boss explosa dans une petite supernova de neige. Ils sentirent passer le souffle de la déflagration, et virent autour d’eux la brume se dissiper. La bourrasque fit s’envoler les flocons qui tapissaient le sol, et chassa tout reste de la tempête. Le territoire reprit son aspect habituel, excepté pour la couleur ternie de la roche. Aelita se rappela alors qu’elle avait une tour à désactiver et la rejoignit.
-Jérémie, par où est la tour de passage ? demanda William qui ne perdait pas le Nord.
-Pas loin. D’ailleurs, je peux vous redonner les véhicules pour y aller, maintenant que la tempête s’est dissipée. Attendez juste qu’Aelita ressorte.
Le blond réfléchit à quelle bécane il pourrait envoyer à William. Elle devait être simple à prendre en main…après quelques temps, il se décida pour l’Overbike, et tant pis pour la symbolique.
Le halo de la tour redevint blanc.


http://i.imgur.com/h4vVXZT.png


http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngLa barrière de glace autour de Kadic commençait à prendre forme. Le spectre observait son travail sans se déconcentrer, cherchant à l’étendre encore. Soudain, il sentit un reflux de puissance en lui et tomba à genoux, brutalement affaibli. La glace recula. Avec un hurlement de rage, il se releva et reprit son travail. Moins vite. Moins facilement.



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngLa moto à une roue rentra dans la tour de passage à la suite de l’ange rose. Hiroki, cramponné maladivement à William, bafouilla un « T’es sûr là ? » quand ils plongèrent dans le puits. Une fois la crainte passée, le japonais se détendit un peu et observa le tunnel bleu de données quand lequel ils naviguaient. Puis un passage dans le noir, et une nouvelle plateforme de tour se dessina. Reposant l’engin sur le sol, William sortit de l’édifice et freina comme il put (c’est-à-dire mal) sur la glace de la Banquise, qui elle n’avait pas changé.
-Putain de campagne de merde, râla-t-il. Bon, où on va maintenant ?
Il prit un instant pour regarder dans l’eau de la mer numérique où il avait décelé un mouvement. Dedans, un grand serpent de mer aux écailles colorées selon un damier noir et blanc ondulait, doté d’une grande corne sur le front. Mais comme il n’avait pas l’air de les attaquer…
-Prenez à droite et continuez jusqu’aux grottes ! La tour est dedans, les informa Jérémie.
Ils se seraient volontiers exécutés si deux monstres ne leur avaient pas barré le chemin. C’étaient des créatures aériennes. D’un côté on aurait dit des hiboux, notamment à cause des grandes aigrettes de glace qui ornaient leurs têtes blanches, mais de l’autre, ils arboraient de longues traines de plumes givrées, plumes qui recouvraient tout leur corps. Et qui servaient visiblement à être balancées sur les Lyokoguerriers, repoussant sans doute assez vite pour recharger.
William choisit de se rabattre sur ce qu’il connaissait le mieux : le combat à pied. Il n’était pas sûr de savoir combattre sur un véhicule, surtout avec l’épée (qu’il avait précédemment calée entre lui et Hiroki, ce dernier étant désigné responsable si elle venait à se perdre). Il se rabattit donc sur la bonne vieille tactique salves/protection, qui, même si elle était répétitive, avait fait ses preuves. Au-dessus d’eux, la jeune fille virevoltait dans les airs avec agilité, décochant quelques champs de force au passage. L’un d’entre eux se perdit toutefois, absolument pas cadré, et toucha le sol. Ou plutôt, la petite créature qui était jusque-là invisible. C’était un minuscule rongeur dérivé du lemming, avec une fourrure épaisse de couleur noire et blanche, qui possédait une queue touffue. Alors qu’il réapparaissait, un des deux monstres aériens disparut comme s’il n’avait jusque-là été qu’une illusion.
-…J’ai la vague impression qu’on s’est fait entuber, commenta Hiroki en tirant sur la petite bête, qui ne survécut pas à un second impact.
Malgré toute sa capacité à gérer en l’air, le dernier monstre ne tint pas longtemps. Reprenant l’Overbike (ou la voie aérienne), le trio se dirigea vers la localisation indiquée par Jérémie.
-Euh, tu la vois où ta grotte ? demanda Hiroki.
Et de fait, aucune entrée n’était visible sur la paroi.
-Ben, là, droit devant vous.
-C’est un mur.
William fut le plus rapide des trois à connecter ses neurones.
-Sûrement encore un rongeur invisible. Il doit générer une illusion qui nous fait voir un mur. Trouvons-le ou forçons le passage. On a pas trop le temps.
-S’il redevient visible, il nous crame avec ses yeux ? s’inquiéta le japonais.
-XANA n’a pas assez d’imagination pour un truc pareil, voyons, lui répondit son aîné avec un petit air sûr de lui.
Tandis que les grands tentaient de repérer le monstre illusionniste, le petit s’approcha de la glace lisse qui murait apparemment l’entrée. Il posa sa main dessus, ou plutôt essaya puisqu’elle passa à travers.
-Hé, c’est par là !
-Bon, tant pis pour cette merde, on fonce, décida William.
-Wheee !
Et les trois s’engouffrèrent dans la grotte, laissant traîner l’Overbike qui ne leur servirait à rien s’ils devaient s’arrêter toutes les deux secondes à cause d’une illusion. Le tunnel de glace s’étirait sur une certaine longueur impossible à déterminer. Il en émanait un air de majesté certain : ils étaient dans le cœur d’un iceberg tout de même.
Le seul bruit audible était l’écho de leurs pas. Ils arrivèrent finalement à une zone semi-aquatique, une petite étendue qu’ils avaient à traverser en sautant d’un bloc à l’autre flottant. William s’approcha prudemment du bord, sonda les profondeurs du regard en se rappelant du serpent géant. S’ils le croisaient maintenant, c’était un peu la merde. Il considéra également le poids de son épée, songeant que si il tombait à l’eau avec, il allait couler. Et que s’il la faisait tomber, elle coulerait toute seule. Puis il songea enfin que le petit Hiko’ allait réussir à se casser la gueule.
-Aelita ?
-Oui ?
-Tu peux transporter le sale gosse bruyant de l’autre côté, s’il te plaît ?
-Je suis pas un sale gosse bruyant ! s’indigna Hiroki, bien fort.
William eut un petit sourire.
-Oui bien sûr ! Tu veux que je t’emmène aussi ? répondit la fille aux cheveux roses.
-Pas la peine, assura-t-il. Je peux traverser tout seul sans glisser, je pense.
La gardienne de Lyoko attrapa donc Hiroki par le poignet droit et s’envola, le traînant à sa suite. Il put admirer un peu ce que ça faisait de voir depuis le ciel, tout en faisant gaffe à ne pas laisser tomber son zanbatô. Ç’aurait été embêtant. Le voyage dura quelques instants, puis ce fut le retour à la terre. De nature sympathique, Aelita se stabilisa un peu au-dessus du sol et le laissa se préparer à l’atterrissage avant de le lâcher. Puis elle se retourna pour regarder où en était William.
Il avait de la chance, les blocs ne dérivaient pas trop. Son principal problème résidait dans le manque total d’adhérence de ses bottes, et dans la gestion du poids de son arme qui pouvait le gêner dans les sauts. Prenant son élan, il sauta pour rejoindre le morceau de glace suivant, et y planta son arme pour éviter de glisser, puis répéta la manœuvre pour la dernière fois, rejoignant la berge avec ses camarades. Hiroki en était encore bouche-bée.
-Waah. Mais tu gères !
William tapota lui tapota la tête avec un air satisfait.
-Je t’apprendrai, un jour.
Ils poursuivirent leur route, et cette fois, l’obstacle se trouva un peu plus actif. Il s’agissait de trois papillons d’un mètre d’envergure environ. L’intérieur de leurs ailes était rosé et irisé, rappelant peut-être des aurores boréales, et l’extérieur était revêtu du traditionnel damier. Ceux-là se montrèrent réactifs et envoyèrent d’étranges ondes colorées dans leur direction. L’attaque était toutefois assez lente et donc facile à esquiver.
-J’ai le droit de charger ?
William fit mine de considérer la question.
-…Non. On avait dit que tu faisais pas le con.
Hiroki eut l’air déçu, mais se conforma au schéma de bataille qu’on lui imposait. Les salves partirent rapidement dans tous les sens, mais les papillons étaient rapides et coriaces. Pas facile de les toucher. Aelita apportait bien sa maigre contribution mais connaissant ses capacités de combattante, on pouvait mesurer ce que ça représentait. Néanmoins l’espace réduit du tunnel jouait en leur faveur, et en espaçant spatialement leurs projectiles, ils réglèrent le problème.
A peine le dernier papillon désagrégé dans une pluie de flocons, un halètement leur signala la présence d’un autre monstre. Et ils se retournèrent assez vite pour pouvoir parer la charge qui venait de derrière. La créature était cette fois une sorte de loup bipède entièrement blanc (camouflage ?) qui attaquait au corps à corps. Hiroki laissa jouer ses réflexes qui le conduisirent à abattre son arme sur le monstre. Toutefois ce dernier avait une fourrure dont la composition se rapprochait plus de l’acier et était donc plus dur à tuer que ça. Le gamin se fit renverser (mais plus que le temps d’une seconde) par l’attaque. Il eut la présence d’esprit de rouler sur le côté pour esquiver le coup de patte du loup. Ce dernier encaissa une salve d’énergie qui le fit reculer.
-Mais combien de fois je vais devoir te sauver la mise ?
Récupérant son épée, Hiroki l’abattit sur le pied du monstre avant de se relever.
-Roh ça va, on a vu pire !
William fut tenté de dire quelque chose, mais Aelita acheva le loup d’un champ de force. Résistant, mais pas trop.
-Bon Jérémie ?...
-Oui, oui, vous arrivez. D’ailleurs, euh…
-Quoi ? Un problème ?
-C’est un peu ça. Il y a encore un signal inhabituel, similaire à celui du méga monstre tout à l’heure.
-Bof, c’est pas un problème ça. T’as vu comment on l’avait maravé ?
-Mh. Soyez prudents…
Le trio s’avança dans le couloir. Bientôt se profila la tour, rouge dans sa chambre bleue. Elle était entourée d’un bassin d’eau moyennement profond, et un petit chemin composé de blocs flottants.
-Oh bah non, non, encore de la glace ! grogna Hiroki.
-On est sur la banquise, patate.
Ils cherchèrent le boss, et le trouvèrent rapidement. C’était là aussi un avatar féminin, à la peau pâle. Ses cheveux blancs étaient retenus par un diadème doré, et elle portait une robe noire décorée de quelques dessins, dont une sorte de triangle équilatéral en contenant un autre à l’intérieur.
-Marrant, on dirait la Triforce, commenta Hiroki.
Là aussi, elle semblait dépourvue d’armes, ce qui impliquait sans doute des pouvoirs puissants. Prudent, William tenta une salve depuis leur rive, pour voir comment elle réagirait. Il fit bien d’essayer d’aussi loin. Leur nouvelle opposante fit apparaître un cristal bleu autour d’elle et lui renvoya aussi sec son attaque à la gueule. Heureusement pour le groupe, la distance fit qu’ils parvinrent à se baisser à temps pour éviter d’être dévirtualisés en masse.
-Oh merde…
-On peut charger ? sourit Hiroki.
-Va pas y avoir le choix, grogna l’autre. Aelita, aide le à traverser.
-Mais !
Il ne put protester davantage. L’ange de Lyoko l’attrapa et le trimbala à travers l’espace aérien de la caverne, tandis que William, ayant bien acquis la technique, repassait par les plateformes flottantes.
L’atterrissage pour Hiroki fut cette fois moins agréable puisqu’Aelita n’eut pas le temps de bien le déposer en douceur. Il fut balancé comme un paquet et s’éclata sur le sol avec force râleries. La gardienne de Lyoko choisit de regagner de l’altitude et d’attendre le moment où le monstre baisserait sa garde pour tenter l’attaque à distance, laissant les deux guerriers seuls.
Hiroki se releva et reprit correctement son arme en main. Il jaugea leur adversaire, et décida de s’élancer vers elle en toute subtilité. Il fallait bien que quelqu’un voie ce qu’elle avait dans le ventre. Il réussit à porter un coup, mais l’aspect chétif de la princesse se révéla factice puisqu’elle lui assena une frappe (probablement amplifiée magiquement, au vu des étincelles autour de sa main) mémorable. Il fut renvoyé aussi sec sur le bord du plateau, où William arrivait.
-Ah, coucou ! lança-t-il mine de rien en se redressant.
-Mh, on avait dit quoi sur « ne pas faire le con » ?
-Mais je l’ai frappée !
-Incroyable…bon on va y aller plus en douceur.
Ils optèrent pour une approche en tenailles, qui les amena de façon diamétralement opposée vers le monstre. Ce dernier choisit de se focaliser sur William, qui semblait plus dangereux. Elle s’approcha donc de lui, ses mains crépitant déjà. Il para le coup avec difficulté, mais Hiroki en profita pour tenter une salve d’énergie dans le dos. Ne la voyant pas venir, elle encaissa comme il convenait, entraînant un petit « Yeah ! » de la part du japonais.
William tenta une contre-attaque, mais ce genre de manœuvre ne lui portant pas forcément bonheur, il fut renvoyé bouler par le monstre. Hiroki chercha à le venger avec une seconde salve mais cette fois, il se la fit renvoyer. Heureusement pour lui, il s’y attendait à moitié et s’était poussé au préalable, fier de son anticipation. Le temps de la diversion permit à William de revenir par derrière et de porter un troisième coup à la créature de XANA.
-Encore deux ! annonça Jérémie.
Soudain, le monstre s’entoura d’une aura arc-en-ciel. L’environnement s’assombrit. Un arc de lumière se matérialisa dans ses mains. Hiroki fit alors l’action la plus bourrine jamais vue : sans attendre de voir ce qui allait se passer, il se rua sur elle et abattit son arme brutalement. Avant-dernier coup. Mais la riposte fut violente : la créature banda son arc et tira une flèche de lumière qui transperça le gosse, le renvoyant illico sur les scanners. Cette mort ne fut carrément pas vaine : William en profita pour porter le dernier impact nécessaire à la victoire. Le monstre se désintégra comme tous ses prédécesseurs, et Aelita fila dans la tour. William nota alors qu’un objet était apparu sur le sol.
-Jérémie ? Tu peux me rendre un service ? demanda-t-il, une idée germant dans son crâne.
-Euh, si ça prend pas trop longtemps, je dois lancer le retour vers le passé…
-T’inquiète…
Il s’approcha de l’endroit où s’était tenu le monstre et se pencha pour ramasser quelque chose.


http://i.imgur.com/028X4Mi.png


http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngJérémie appuya sur Enter. Elaborer un programme de matérialisation pour quelque chose d’aussi simple ne lui avait vraiment pas pris longtemps, à peine quelques minutes en considérant celui qu’il avait créé pour Aelita. Il s’attaqua ensuite à la seconde manipulation tandis que William passait récupérer l’objet dans le scanner. Là aussi, c’était une idée du grand ténébreux, et elle n’était pas bête. Ce fut encore plus court que prévu. Et enfin…
-On y est. J’active le retour vers le passé.
-J’espère qu’Ulrich et Yumi vont bien, s’inquiéta Odd.
La sphère blanche jaillit et les engloba.



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngWilliam se retrouva dans la rue, au retour du laser game, avec le reste du groupe de quinze adolescents. Il jeta un regard à Hiroki, à côté de lui.
-Mh, tu disais ?
-Maieuh, je te racontais comment j’avais réussi à trouver un emplacement cool avec Valérie et Johnny pour canarder des gens ! geignit Hiroki, déçu que son aîné n’ait pas fait plus attention.
Il sentit la main de William lui ébouriffer les cheveux.
-T’as géré ce soir. Profite.
-Tu trouves ? s’étonna le gamin, surpris de s’entendre dire ça au vu de la faiblesse de ses performances, surtout comparées avec celles de William.
-Mais oui, sourit-il.
Un air fier se peignit sur le visage du petit. Le grand, mettant les mains dans les poches, fut ravi d’y retrouver ce qu’il y avait glissé avant le retour vers le passé, et qui y était resté par un quelconque bug mystérieux. Ça lui éviterait d’aller le rechercher. Les grilles de Kadic étaient en vue, et cette fois, le gosse allait repartir comme prévu avec son ami.
-Hé, Hiko’, attend ! lança-t-il alors que les deux sixièmes s’apprêtaient à bifurquer.
-Mh ?
William tira l’objet de sa poche et lui lança. Malgré ses réflexes un peu foireux, Hiroki parvint à le rattraper et l’observa. Il s’agissait d’une petite peluche porte-clef d’une dizaine de centimètres. Un lapin noir et blanc, avec une petite tête de mort sur l’oreille gauche, et des croix à la place des yeux.
-C’est un lapin mort, explicita William. Il est cramé, t’as vu ? Il est tout noir.
Ses arguments surent convaincre son interlocuteur.
-Waah !
-Tu peux filer, maintenant. Bonne nuit, sale gamin !
Et le plus âgé s’éclipsa par la grille en direction du dortoir, tandis que l’autre rayonnait comme si le Père Jirachi était passé en avance.



http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/espace10.pngWilliam croisa Christophe M’Bala qui se rendait probablement aux cabinets, au détour du couloir.
-Putain mec, mais t’aurais dû venir ! T’as raté un truc, ce soir ! s’indigna-t-il.



Et voilà. J’ose espérer que t’auras pris autant de plaisir à lire ça que moi à l’écrire !
Note finale : la composition des équipes du laser game ressemblait originellement à ça, ça et ça

_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 19 Jan 2015 08:35   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2211
Localisation: Territoire banquise
Bon, je peux enfin commenter après une semaine Imprévue (Tu es sûrement derrière tout ça ! Razz ). Mais tu es dingue d'écrire aussi petit. Ou alors c'est une référence à ta... *sbaf*

Quequette froide a écrit:
Tandis que William centralisait les sous


Tu voudrais me faire croire qu'il ne s'est pas tiré avec ?

Spoiler


Ce qui frappe immédiatement dans ce récit, c'est son réalisme : Notamment la victoire de William au laser game (J'ai dit la victoire, pas la deuxième place, n'est-ce pas Ellana ?).

*ODR* : Je trouve que le personnage de William est abusé, surtout par rapport à Odd.

D'accord. N'oublie pas de déposer ta réclamation dans la poubelle qui se trouve derrière ce mur.

En tout cas ce qui est évident, c'est que le cadre est moins tiré par les cheveux que ce qu'on nommera l'Ex Hypno's Cathedra Lullaby (ou EHCL, qui n'a rien à voir avec le THC mais qui peut conduire aux mêmes sensations). Mais il suffit de reprendre une idée originelle de Code Lyoko, à savoir la neige en montagne, pour faire un virtuel qui déchire... Bon ok y a aussi les monstres que j'ai adoré. Il faudrait peut-être les utiliser dans Ground Blizzard, on reste dans le thème non ? Mr. Green

Pour en revenir au Laser Game, on notera que la sélection des pseudos traduit un certain problème de l'auteur avec la bouffe de KFC, à moins que ce ne soit un hommage ultra-subtil au Quick de Shaka et Nono à Lyon, chargé d'histoire alors même que les protagonistes ont passé leur temps à se décharger.

Coté images, on sent que l'investissement graphique s'est concentré sur les flocons, au détriment du cadrage du trombi, mais putain ça valait le coup vu le résultat (y). Le pire, c'est que l'idée de base est tellement simple que c'en devient vraiment génial, je suis largement battu. Tu gères !
L'en-tête de la fic aussi, livré comme chacun sait par le meilleur épisode de la série Smile
Et bien sûr le tout bourré de références, de Pokémon à l'activité préférée des femmes : Le blabla inutile.
Vladimir Poutine, François Hollande (Après lecture de Merci pour ce moment), ceux ayant voté à Paris aux municipales et le collègue de Shaka approuvent cette remarque.

Sans compter le titre qui renvoie comme chacun s'en est rendu compte par lui-même à tes...
[Censure du Ministère de la Cul-ture : L'abus de commentaires d'Ellana à GummyBear est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.]
Félicitation également, tu as réussi à faire encore pire que l'échiquier pour les couleurs de dialogue, signifiant au passage à quel point les daltoniens pouvaient aller se... [Censure du Ministère de la Cul-ture : T'as vu la vierge ou quoi ?] Non Ray, tu as mal lu, on ne parlait pas de toi.

Bon... Sur ce je vais malheureusement devoir aller lire le truc de Pikamaniaque qui s'est lui aussi senti obligé de faire un truc parce qu'il avait eu un texte à son anniversaire Sad (Il a mit du rouge dans son en-tête cet abruti, ça commence bien !).
Mais tout comme ce qu'à fait Zéphyr pour les 2 ans, je m'arrangerai pour rentabiliser votre investissement <3

P.S : Combien de pages déjà ? Sur OO ça en fait 12 ! (a)

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttps://i.imgur.com/X3qVFnj.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »

https://i.imgur.com/C4V4qOM.png


Dernière édition par Icer le Mer 21 Jan 2015 16:03; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Lun 19 Jan 2015 22:55   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
Citation:

*ODR* : Je trouve que le personnage de William est abusé, surtout par rapport à Odd.


je me souviens pas avoir commenter cette fic!!!!!
je ne suis meme pas venu sur le site au cours des 2 dernieres semaines.

Aussi, sa serait bien si pour le premier chapitre, tu pouvais indiquer quel pseudo correspond à quel personnage pour le laser game (ce type de jeu est fun, il y a justement un cosmic laser sur 2 niveaux dans ma ville)
tout ce que je sais, c'est engelure=william et hiko=hiroki.

donc les LG ont quelques nouvelles recrues dans cette fic.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 20 Jan 2015 22:38   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1052
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Entre *ODR* qui n'a pas compris que Frostbite était un One-shot et Icer qui a mis son objectivité dans la poubelle derrière le mur, on est pas sortis. Enfin, je suis un poil médisant sur le dernier. Sa remarque sur l'en-tête du texte et les flocons me paraît tout à fait pertinente. D'ailleurs, on note qu'il a plus ou moins autant commenté la partie graphique que scénaristique, ce qui lui a habilement permis de rallonger son commentaire tout en esquivant les points gênants et douteux de l'histoire.

Bref, balaie en rafale ce que j'ai pu te dire en interne sur ce One-Shot Iko', mes paroles prenaient en compte le contexte particulier. Ici, je te jugerai comme n'importe quel noob Mr. Green. Après tout, c'est toi qui le dit :

Ikorih a écrit:
On ne peut pas faire de traitement de faveur. […] Ici, c'est la section "fanfictions Code Lyoko", ça semble donc logique d'analyser le scénario en fonction des critères de la section. Nous ne pouvons pas nous mettre à acclamer ce texte ni à le classer parmi nos champions simplement parce qu'il échapperait à la réglementation scénaristique. Ce serait totalement injuste pour les auteurs qui s'acharnent à créer un scénario complexe et crédible. […] On doit donc les traiter comme les autres, c'est à dire s'en prendre également au scénario.


Et il y en a des choses à dire sur le scénario avec le paquet de lignes offerts. À titre d'hommage, je vais procéder comme toi lorsque tu critiques un épisode de la série : commencer par la partie IRL, puis IVL.

La partie réelle donc.
Dès les premières lignes, je me suis fait comme remarque que l'administration de Kadic était à peu près aussi souple et prévoyante que le CROUS lorsqu'il décide de lancer l'inscription aux bourses. En effet, Jean-Pierre Delmas est un directeur aux sens des responsabilités tellement exacerbé qu'il est prêt à laisser sortir une poignée d'internes un samedi soir aux alentours de Paris sans même leur imposer la présence d'un ou plusieurs majeurs ou adultes. Encore mieux : il confie la responsabilité de la surveillance à deux ados de même pas 16 ans. À ce stade, on est plus au stade « proviseur cool », mais à celui du « proviseur laxiste et impuissant ». Une solution aurait été d'organiser cette partie de Laser Game en après-midi, mais tu as visiblement privilégié la référence au réalisme. Pas bieeen.
Puisqu'on est sur le sujet, abordons le cas d'Emmanuel et William en tant que meneurs de groupe et organisateurs. Si pour le premier, je n'ai aucune objection à émettre puisque les personnages secondaires ont des personnalités et caractère adaptables, je suis trèèèès sceptique sur le rôle de William. Pour moi, il ne peut être un leader à plein temps. Je ne dis pas qu'il n'en possède pas la carrure, mais ce n'est pas un trait principal du personnage. Allez, on a l'épisode 40, voire même le 59, mais dans les deux cas, c'étaient des situations d'urgence. Conclusion : William est un bon meneur, mais uniquement en temps de crise. Je peux en dire de même quant à l'initative d'organiser un Laser Game. Avoir l'idée, oui, mais s'occuper de la logistique… Je vois mal William dans ce rôle. Je vois à nouveau que la référence a été préférée Mr. Green.

Pour ce qui est du Laser Game, honnêtement, c'est la seule partie sur laquelle je n'ai absolument rien à redire. Références que seule une poignée d'initiés peuvent saisir, action, humour, et petit jeu de pseudos, ça gère ! Elle a beau être conséquente, elle se boit comme du thé glacé. Personnellement, c'est ma partie préférée du One-Shot.
Ah oui, et comme prévu, je me suis prêté au jeu de réassociation des pseudos de la partie de Laser Game avec les personnages en présence. En bonus, j'ai ajouté de qui les transpositions sont suceptibles d'être, même si certaines sont hasardeuses je l'avoue o/.
Dans tous les cas, voici pour éclairer la lanterne de *ODR* :


Spoiler


Pour continuer sur le réel, on a l'attaque de Xana, et l'on se demandera bien évidemment l'intérêt d'ériger une barrière de glace autour de Kadic sachant que les ennemis les plus dangereux et encore actifs ne sont même pas dans la zone… Xana s'est donc contredit et leur a fait le cadeau d'être con (coucou Xana 2.0).
Cette image est de mise je pense.

Enfin, le best-of vient après le retour vers le passé, où le porte-clé demandé à Jérémie par William transcende le temps. Mais bon sang, ne pouvait-il pas se contenter de félicitations orales, ou au pire, lui offrir un cadeau qu'il se serait procuré après le RVLP, type une clé à molette ou un tournevis cruciforme ?

Bon, je n'aborde pas des points comme la réintégration de William en vitesse ou alors l'incrustation d'Hiroki à la virée d'Odd et William alors que ces deux-là auraient facilement pu le laisser en plan et le semer, le sale gamin étant infirme le temps du texte. Il ne choquent pas vraiment en soi (ou plutôt, moins que d'autres points Mr. Green) et sont plus ou moins nécessaires à la construction du texte. Ce qui n'empêche pas de dire que c'est toujours plus intéressant de développer o/.

Petite entracte avant de parler du virtuel : l'idée de base du One-Shot, soit l'exploitation d'un lien entre William et Hiroki, qui nous rappellera avec surprise Hypno's Lullaby Rolling Eyes . Icer disait plus haut qu'il était largement battu. Je ne suis pas entièrement d'accord avec l'affirmation. Icer avait tout de même fourni une petite explication sur la raison pour laquelle le petit sixième et le seconde sont devenus aussi amicaux depuis la fin de la saison 4 tandis qu'ici, bah ça tombe un peu comme ça. C'est probablement le point pour lequel je resterai toujours un poil déçu, objectivité ou pas.


Allez, on passe au virtuel.
Si on prend les éléments montrés au sens propre, on a véritablement du bon : Montagne saison 1 (<3) sous tempête (<3²) de neige, faune originale, boss de fin de niveau bien chiants, Banquise, combats disputés avec une pointe d'innovation, tenue originelle de Dunbar. Dommage que niveau personnages et action de ceux-ci, cela trouble ce premier constat. Niveau Hiroki, je n'ai rien à critiquer – il très bon dans le rôle de noob impétueux. De même pour Odd et Aelita, que les fans pourraient juger trop exclus, mais qu'on ne peut vraiment reprocher puisque ce n'était pas le but de ce texte (enfin, c'est pas moi qui vais te dire de mettre Aelita en avant quoi *Vlan*).

Bon, tu auras compris que je parle de William là, enfin William Stu-Beckett serait plus approprié Mr. Green. Crois-moi, je n'ai pas choisi le double nom de famille pour rien. Justifions-nous un peu.

D'abord, le fait que William maîtrise complètement son avatar – originel de surcroît – en post-saison 4. Ça m'a rappelé un certain épisode 2…
*Se barre pour éviter d'éventuels coups de l'auteur, avant de se rappeler la carrure de celle-ci. Revient*
Alors bon, pour appuyer un peu mon accusation, on va s'appuyer sur le 65. On a une performance plus que talentueuse de William, avec pas mal de Rampants explosés – sur un terrain complètement dégagé et face à des monstres frêles qui sont venus au contact quand même. On note tout de même qu'il a du mal à tenir/soulever voire manier son épée. Manque d'expérience flagrant. Et ici : Pouf ! (regarde ce que tu me forces à faire comme référence Crying or Very sad ). Plus aucun souci : l'avatar, ses capacités et la manière de se battre sont parfaitement assimilés. Il y a de quoi faire froncer les sourcils. À la limite, si William avait commis une ou deux erreurs ou s'était retrouvé en position délicate, ça aurait pu passer, mais là, j'ai attendu un faux-pas… en vain. Stu-Beckett disais-je.
D'ailleurs, je suis certain que si tu l'avais souhaité, tu aurais donné à William la possibilité de désactiver les tours. Heureusement, tu n'es pas allé jusqu'à ce point, qui statistiquement, est caractéristique de certaines fictions douteuses. On va dire que tu as évité de justesse que ton plan ne tourne au désastre Mr. Green.

Ensuite, je vais reprendre une remarque formulée pour la partie IRL : William qui tient le rôle de leader. Et j'ai envie de dire, ça passe mieux pour le réel. Parce que dans un contexte virtuel pareil, où William est sensé être à peine plus expérimenté qu'Hiroki sur le virtuel et qui en bonus, est « de retour » (au moins autant de fois que la Team Rocket si on compte le nombre de textes sur le sujet), ça me paraît juste trop gros qu'il endosse cash le rôle de meneur de mission. Je suis d'accord, Odd et Aelita ne sont pas les mieux placés, mais quid de Jérémie ?
Faisons un C/C, ce sera plus rapide :

Zéphyr a écrit:
Je vois à nouveau que la référence a été préférée.


Bon, j'ai bien gratté le virtuel du mieux possible, auquel on peut attribuer le verbe « déchirer » si l'on oublie complètement la fin de la saison 4 o/.


Dans tous les cas, je pense que pour l'ensemble du texte - Laser Game mis à part je pense - on peut dire que trop tirer sur la corde Science-Fiction peut jouer des tours Mr. Green.


Finalité de ce commentaire : très beau One-Shot d'anniversaire !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 21 Jan 2015 13:11   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
Bien, je pense qu'il est temps de répondre vite fait à tout ce petit monde, quand même.

Bro' : Je sais que le réalisme de ce laser game t'a subjugué au plus haut point (a).
Pour les monstres dans Ground Blizzard, pas sûre, le contexte neigeux n'est réellement adapté qu'à cet OS. Et puis ils n'ont pas vocation à devenir définitifs, c'est plus dans une optique occasionnelle (a).
Par contre, tu m'as tuée avec les protagonistes déchargés. XD
En ce qui concerne le cadrage du trombi, je n'aurais pas la prétention de faire de l'ombre à mon maître en la matière (a) ouais j'étais aussi trop occupée à construire des flocons...
J'ajoute à ça un commentaire sur le titre, qui est, comme chacun s'en est rendu compte par lui-même, la traduction anglaise d'Engelure, soit la brûlure par le froid. C'était ce que tu voulais dire, hein? Razz
Et encore, si j'avais pas eu un minimum de modération, j'aurais mis une couleur à chacun. ENJOY. Mr. Green

*ODR* : Non, je n'indiquerai pas quel pseudo correspond à qui, parce que le but de l'OS est entre autres de trouver. Et de trouver le membre associé, comme Zéphyr l'a fait. Et tu n'as pas dû être attentif, puisque le texte ne donnait pas que Hiko et Engelure...y en a un qui est filé complètement gratuitement avant la partie. Mr. Green
Les LG n'ont pas de nouvelles recrues. Hiroki a la mémoire effacée, et William ne compte pas vraiment comme "nouvelle" recrue.

Zefear : Ouais, la référence prime sur le réalisme à certains points. Voilà, fin de la réponse *VLAN*
En ce qui concerne ta sympathique liste, je ne sais pas encore si je te file un corrigé en privé ou si je poste la version exacte (mais bien plus tard alors, j'aime les hypothèses (a)). Mais c'est bien gentil de l'avoir remplie, tu es donc un être exceptionnel.


EDIT, 26 août, bien plus tard...
Je me suis dit que faire un post pour remonter ceci n'avait pas d'intérêt. Mais je me suis dit aussi que le corrigé méritait d'exister, histoire que vous puissiez vous gargariser de ce que vous avez trouvé, ou pas.
Du coup...

Spoiler

_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mer 26 Aoû 2015 18:05; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Willismine MessagePosté le: Lun 02 Fév 2015 22:12   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 09 Avr 2014
Messages: 106
Localisation: Les deux mains dans le chocolat.
Rouge.
Odd : Dudu.
Johnny : Faucon : Raymentase.
Valérie : Fox : Purplecat.
Jean-Baptiste : Tyker.

Jaune.
Emmanuel : Rosenrot : Shaka.
José : Poulet : Nono.
Pierre : Vulture : Zéphyr.
Véronique : Poulette : Oddye.
Lola : Phénix : mouah ? Surprised

Bleu.
Emilie : Ghost : Floramagic.
Mickaël : Cavalier : Dédé7.
Sophie et Tania : Dyssery et Léana. Oui Léana me semble assez importante pour avoir sa couleur Razz Et elle s'appellera Caravage parce que c'est plutôt classe.


Et comme j'ai la flemme, je m'arrête là (a).
_________________
Willismine : nom égoïste. Vieux psychotrope interdit à la vente.
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png

Ma fiction : Les Voyageurs
Avatar made in Dyssery.

Lé siniaturre sé tro ouffe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1844s (PHP: 51% - SQL: 49%) - Requêtes SQL effectuées : 21