CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
[MUSIQUE] Un monde sans danger - remix
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
[Fanfic] Le risque d'être soi
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] L'Engrenage
[Jeu VN] Travail d'équipe version 0.7...
LCDS, un discord Code Lyoko
[One-Shot] Soudain, la théière siffla.
Code Lyoko Projet Saison 5
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Le futur nous appartient

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 2 sur 2

Aller à la page Précédente  1, 2





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Sorrow MessagePosté le: Mer 13 Juin 2018 11:18   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 04 Nov 2017
Messages: 19
Localisation: Sur un arbre perché
Bonsoir cher Silius Italicus, ainsi donc il y a des mastodontes qui sont restés ignorés de la critique ?
Selon mon humble expérience, il me semble que tout relève de l’interprétation dans cet enchaînement d’événements qui se renouvelle, lentement mais sûrement, sur ce topic.

On peut définir l’herméneutique – du nom du dieu grec Hermès – comme « l’ensemble des connaissances et des techniques qui permettent de faire parler les signes et de découvrir leur sens ». L’herméneutique engage un travail d’interprétation certain. Elle suppose que les signes et les discours ne sont pas transparents, et que derrière un sens patent (l’usage de la translation et de ses conséquences dans votre cas) reste à découvrir un sens latent, plus profond ou plus élevé, c’est-à-dire, dans notre culture, de plus grande valeur. On interprète quand, pour une raison ou pour une autre, le sens littéral ne semble pas (ou plus) aller de soi et qu’il faut faire appel à un autre niveau de sens. C’est un peu l’effet que me fait votre récit, chacun est libre de choisir tel ou tel parti, de considérer tel acte comme courageux ou, au contraire, totalement lâche. Avec la palette de personnalités que vous proposez, le lecteur est tout à fait libre de se prendre d’affection pour le redoutable Vladimir ou encore pour la néfaste Ge Mingtai, parmi tant d’autres.


L’être humain utilise tout le temps des signes : verbaux, posture, intonation… et c’est ce qui transparaît le mieux au sein de votre récit. Les personnages sont caractérisés la plupart du temps non pas par leurs pensées mais par leur comportement en société, doublé des éléments de caractères qui ressortent lors des dialogues, conformément à ce que j’avais relevé la dernière fois. Le langage semble être ici un ensemble de signes révélant l’intériorité et la littérature que vous nous proposez est un endroit où s’expriment ces signes.
L’homme est un animal interprétatif : quand quelqu'un dit « il fait froid », quelqu'un d’autre comprend qu’il faut augmenter le chauffage ou fermer la fenêtre. Et ce sont ces jeux de langage qui sont attirants dans ce cher futur, toujours rempli de sous-entendus, d’implicite, même lors des descriptions (parfois bien longues, nous avons là un point commun).


Quand l’histoire racontée ne permet pas de comprendre ce qui est en jeu, l’interprétation s’impose chez le lecteur qui tente de comprendre où vous allez nous emmener, comment ça va se finir. Car c’est bien là ma difficulté ainsi que mon plaisir premier, le chemin proposé est tortueux, plus insaisissable que le plus abstrait des songes printaniers.

Au dix-neuvième siècle, quand l’herméneutique se développe, il apparaît que la forme et le fond sont liés (un même message sous des formes différentes peut être mieux accepté [la forme peut adoucir ou tempérer le message]).
En littérature, la forme est essentielle parce que c’est elle qui fait l’objet du travail de l’écrivain (le fond/le contenu/l’histoire racontée n’est pas tellement important(e) en réalité).
Les choix formels (temps utilisés, vocabulaire…) font apparaître les vrais enjeux de la fiction. Et c’est cela que je retrouve chez vous mon cher Silius, ou presque. L’histoire n’aurait pu être qu’un prétexte pour laisser s’épanouir un style pointilleux, presque ergoteur (comme dans certains de vos OS par exemple), mais ici force est de reconnaître que le scénario est tout aussi bien ciselé.

Mais qui suis-je pour juger des événements racontés ? En effet, l’activité d’interprétation ne participe pas d’une logique de vérité. Une interprétation n’est pas « vraie » par rapport à d’autres qui seraient « fausses », et vous ne manquez de le préciser en commentaire, j’en profite pour vous féliciter de votre travail sur les fanfictions subsistant en ces lieux d’ailleurs.
Ce que je tiens à exposer ici, au niveau des différences d’interprétation, est bien perceptible en musique : la version originale de Get lucky des Daft Punk, son interprétation par Post Modern Jukebox ou par Daugther sont tout aussi légitimes, il n’y en a pas une vraie et les autres fausses (c’est aussi vrai pour la musique classique : la réalisation par tel chef d’orchestre n’est pas « plus vraie » que celle faite par un autre chef d’orchestre).

Même s’il y a des différences entre les interprétations musicale et littéraire, les principes sont communs.

On ne délivre pas la vérité du texte en interprétant parce qu’il n’y a pas de vérité d’un texte à mon sens (même pas celle de l’auteur). Dans votre cas, à la lecture de ce scénario bien rodé, on part de questions surgies à la lecture des lignes engrangées pour éprouver le plaisir de lecture, questions qui peuvent toucher tant la forme que le contenu (« Pourquoi on utilise ces temps ? », « Pourquoi cette scène se finit-elle de cette façon ? »…). Ce qui est un plaisir quand tout est minutieusement pensé dans les moindres détails, comme ça semble être le cas chez vous depuis un certain temps déjà.
Après s’être posé des questions, on va essayer d’y répondre. On va alors isoler des aspects, des passages de l’intrigue qui nous interpellent et nous paraissent importants pour répondre à toutes ces énigmes mises en travers de notre chemin (les questions influencent l’interprétation). Et je finirai d’ailleurs sur cette interrogation : est-ce que les personnages s’altéreront au fil du temps comme nous pouvons le prévoir ?

Au plaisir de revenir dès le prochain chapitre pour parler plus en détails du dantesque topos que vous nous invitez à découvrir,

Votre morbide charogne,
Sorrow.
_________________
http://nsa39.casimages.com/img/2017/11/04/171104080107452966.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 2 sur 2
Aller à la page Précédente  1, 2

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.05s (PHP: 50% - SQL: 50%) - Requêtes SQL effectuées : 18