CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Créations] Découverte : Özberk özen, créate...
[IFSCL] IFSCL 4.2.X - Le fangame avance !
[Site] Cartoon Fair 2ème essai & compagnie
[Créations] Notre Communauté a du talent... ...
[IFSCL] IFSCL - 4.1.X
[Créations] Notre Communauté continue d'écri...
[Code Lyoko] Tudum + Interview de Thom...
[Code Lyoko] Stay calm and Return to t...
[Site] Rewatch du 1er épisode de CLE 8 ...
 
 Derniers topics  
[Fan-made] Musique - Saison 4 (Transl...
[Fanfic] Au fil de leurs Lames
Parodie Audio - Code Lyok Ouille
[Jeu Vidéo Lyoko] IFSCL 42X!
[Fanfic] Le plus puissant des liens
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
Questionnaire
[One-shots] Calendrier de l'avent 2020
Quel est votre sondage de seconde gén...
[Fanfic] Les Perles du Neith : A Core...
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

807 résultats trouvés
Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum

 Auteur  Message
  Sujet: [Fanfic] Les Perles du Neith : A Core perdu  
Zéphyr

Réponses: 7
Vus: 2550

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Dim 09 Mai 2021 13:58   Sujet: [Fanfic] Les Perles du Neith : A Core perdu


Ben ouais, je peux pas prétendre que les Perles du Neith sont mes petits préférés sans faire au moins un passage.

En tout cas on retrouve bien l'ambiance initiale du texte original, avec dans le fond de celle-ci le petit quelque chose qui fait sentir que tout ça va progressivement changer.
La promesse des développements autour des interactions et relations entre personnages est là, et est d'autant plus prometteuse que le nombre a gérer à été divisé par six, ce qui aide plutôt bien il faut avouer.

Histoire de vaguement analyser ce que j'ai lu, je note l'évacuation discrète d'Emeline de l'équipe Franz Hopper, au profit d'Anne-Sophie, survivante et membre des 10 de Ragnarök. Quant à Matthias et Emmanuel, il n'a apparemment pas été jugé nécessaire de les remplacer par des doubles, l'équilibrage paritaire (sous la forme de Ninon et Blanche) a frappé.
Je relève également que la forme de la simulation se rapproche du combat qu'ils vont futurement mener contre le X.A.N.A de l'univers 2. Probablement un genre de hasard.

Dois-je mentionner que les références me font toujours aussi rire ? Le fait que j'arrive à les déceler aussi facilement désormais montre tout de même que je te fréquente peut-être un peu trop...

Bref, je suis à bord du vaisseau, toujours enthousiaste. Paré pour la suite du parcours, Commandant !
  Sujet: [One-shots] Calendrier de l'avent 2020  
Zéphyr

Réponses: 30
Vus: 13322

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mar 09 Fév 2021 13:31   Sujet: [One-shots] Calendrier de l'avent 2020
Le post de Warrior93 étant toujours porté disparu, il est temps de s’y coller.

Le concept du Calendrier possède une grande force : une place énorme pour la créativité et l’exploitation de nouveaux biais scénaristiques, personnages ou relations. De ce côté-là, votre rendu n’a pas à rougir.
Cela étant, cette force constitue en même temps la limite du concept : l’inspiration finit fatalement par s’épuiser, en particulier lorsqu’il faut pondre une vingtaine de textes ayant comme tronc commun « les attaques de XANA ». Cela se ressent sur certaines nouvelles, qui n’ont finalement pas aucun rapport scénaristique et narratif avec le programme (Samus, Récursion, L’or à Eli Tah, pour les exemples qui me reviennent). Plus simplement, on sent que pour certains textes (la plupart de ceux postés par Dede7), il n’y avait qu’une idée de base et pas d’inspiration autour pour la construire et en faire un récit solide. Les trois dernières phrases de Récursion m’ont limite donné l’impression que vous aviez conscience de ce fait et que vous cherchiez à vous auto-troller ou à vous justifier. Personnellement je penche plutôt pour la deuxième option, puisqu’exception faite de Code Lyokô Elections : #Aelita2020 (et dans une autre mesure Press Forward), l’écriture générale est plutôt sérieuse.

Outre la limite naturelle de l’inspiration, on sent également sur certains OS une écriture et une finalisation plus rapide que cela n’aurait pu l’être, afin que le nombre de texte et le délai soient tenus.
Certaines chutes et conclusions sont faites à la va-vite et laissent sur un sentiment d’inachevé (le fameux « Oui, et ? ») : La disparition, Demain nos ruines, Récursion (lui, il est dans mon viseur), Press Forward, par exemple.
D’ailleurs, la diminution progressive de longueur des One-Shots est indicateur selon moi que vous avez dû aller à l’essentiel pour boucler certains textes. Dans une veine proche – cette remarque concerne plutôt les OS publiés par Silius – on sent également que certains textes on eu droit à un traitement privilégié par rapport à d’autres : écriture et descriptions plus léchées, travail général plus minutieux (le dyptique Néantifère et O come, all ye faithful ? en particulier). Cela peut constituer une autre piste sur l’impression de précipitation et d’irrégularité d’autres publications.

C’est là qu’on se rend compte que même à plusieurs plumes, 24 textes originaux et différents restent un gros challenge. La limite créative s’atteint plus vite que ce que l’on pourrait se figurer.
Toujours est-il que vous n’avez pas fait les choses à moitié, le challenge du Calendrier a été relevé, avec un certain soin. La présentation graphique en est témoin. L’index rend super bien à l’écran, et la combinaison des entêtes à la charte fixe avec des séparations propres à chaque texte fonctionne et fait montre d’un minimum de cassage de tête. Juste pour cette démarche et l’effort, bravo.

Toutefois, un point vient selon moi noircir le soin que vous avez apporté à la forme : la publication des textes en eux-mêmes. Je ne comprends pas le choix d’avoir préparé des posts vides à l’avance, parce que ça étouffe un peu le concept de Calendrier de l’Avent : il y a certes un texte par jour, mais excepté les huit premiers et le 24 décembre, les autres ont leurs posts avec le mauvais horodatage (à savoir le 8 décembre). Cela casse l’effet de style initial et ce sens du détail que pourtant, on avait pu ressentir originellement. C’est très bête.


Sur des considérations plus littéraires, et pour donner mon avis sur ce corpus, j’ai globalement été assez déçu par ce que j’ai lu. Le constat serait assez simple à relativiser, puisque mathématiquement, sur vingt-quatre textes, il est normal d’avoir un ratio d’appréciation plus bas. Le fait que je ne retienne sur l’ensemble que trois One-Shots (Un coin oublié, Cher journal, Caritas in mendacio) reste un bon score, mais je n’ai pas spécialement été transporté, transcendé, trans-cequevousvoulez. Les raisons ont déjà été énumérées plus haut (la limite de créativité, l’aspect inachevé), auxquelles j’en ajoute de nouvelles :

  • Certaines nouvelles ont des idées ou concepts qui me paraissent trop perchées (For Honor you monster, Pour la gloire !, Un petit coin bien au chaud, Nuova Linfa sont celles qui me reviennent de suite sur ce point). Il en résulte qu’en-dehors des auteurs ou d’un cercle proche de ceux-ci partageant le délire, il est complexe d’adhérer à ce qui est proposé, ou simplement d’y trouver un intérêt ;

  • Un certain laisser-aller scénaristique et narratif est palpable, par endroits. Pour éviter d’avoir à reparler de l’arnaque totale qu’est Récursion, on va prendre un nouveau challenger : Réflexions.
    La construction narrative est plutôt bien amenée, le renversement des rôles et valeurs entre Tyron et Aelita (qui représentent chacun leurs camps) également. Mais tout s’effondre à cause de l’élément déclencheur : la Méduse qui agresse un Ninja pour lui prendre sa mémoire... Comme ça sans raison vraiment justifiable, tant dans le contexte de la nouvelle que de celui de la série (Xana a tout intérêt à ne pas se faire remarquer de Tyron, ou plus simplement à ne pas se le mettre à dos). En fait, le texte ne m’a même pas donné l’impression d’essayer de mettre une raison derrière ce que je considère comme un prétexte scénaristique, pas même en fausse-hypothèse ou sous-entendu.
    J’imagine que, compte tenu du côté « Calendrier des attaques de XANA », cette action de l’IA n’avait pour but que de créer la discorde de façon encore plus marquée entre Tyron et Lyokô-guerriers (même si la manœuvre resterait digne d’un Double-débile), mais dans ce cas, pourquoi ne pas faire tilter un tant soit peu Aelita, même grossièrement ? Cela ne détonnerait pas avec les mots dont Tyron l’accable (accuser Xana serait une façon supplémentaire pour elle de se défausser et se justifier), mais non. Rien.
    Vu que vous avez dû produire 24 One-Shots avec un ratio temps/créativité limité et que, logiquement, ça ne pouvait être parfait, je vais m'abstenir d'utiliser le p-word Mr. Green ;

  • Dans le lignée du laisser-aller scénaristique, certains détails au sein des textes paraissent douteux. Une pincée d’âme dit clairement qu’Ulrich sait cuisiner et faire la lessive, et que de surcroît il exécute ces tâches pour ses parents. A l’inverse de l’exemple précédent, il y a ici mention d’un « apprentissage » mais celui-ci semble sortir du néant, on sent qu’il ne sert que l’impératif narratif. Après tout, pourquoi s’embêter à essayer de créer quelque chose d’un minimum raccord avec un personnage adolescent qui n’est pas censé être très doué dans la vie, sauf en sport ?
    La situation familiale de Suzanne Hertz dans O come, all ye faithful? m’a de même parue tirée par les cheveux. Même si d’un point de vue purement technique et structurel, il n’y a pas vraiment faux-raccord, les rares éléments de la série à son sujet (l’allusion à Pedro, ses interactions avec Jim) ne donnaient pas tant l’impression qu’elle cachait une telle vie familiale (en revanche, faire du personnel une petite communauté, c’était bien senti !) ;

  • La récurrence de l’invocation à la religiosité, ses figures (le Christ notamment) et textes. Bien que contextuellement, la filiation se saisisse, je trouve que ça détonne complètement avec l’univers de Code Lyokô.
    Cela m’a l’air d’être quelque chose qui vous tient à cœur et qui est plutôt présent pour cette raison plus que par volonté de donner une identité particulière à vos productions ou faire preuve d’une forme de cohérence. De toute la liste, c’est certainement la remarque qui m’engage le plus, vu que je n’accroche pas à l’appel trop abondant aux références religieuses, mais je pense qu’il faut veiller à rester un minimum dans le bon ton en fanfiction, lorsqu’on décide d’élargir l’univers de base vers de nouveaux territoires.


Il y a le cas de deux textes que je dois évoquer rapidement, qui ne rentraient pas dans le listing précédent.

Un petit coin bien au chaud = j’avoue ne rien avoir saisi à ce One-Shot. Sans l’allusion capillaire, qui je le présume renvoie à Yumi, on se demanderait ce que fait cette nouvelle au sein d’un corpus Code Lyokô. Pour le texte en lui-même, excepté une éventuelle métaphore d’un [post-]viol, je ne saisis vraiment pas ce qu’il veut nous raconter et quel est son fin mot.

Press Forward = L’idée d’intriquer certaines des nouvelles antérieures pour créer un finish général était excellente (j’ai l’avis un peu biaisé parce que j’ai fait la même chose, à échelle moins ambitieuse, dans un de mes OS Mr. Green ), d’autant plus que cela permettait d’aller au-delà du sentiment d’inachevé pour certains, mais l’exécution... C’est juste la fête du slip, scénaristiquement parlant, et le cross-over avec d’autres univers fictionnels n’arrange rien. Même avec une intrigue initiale basique comme celle proposée, avec autant de personnages et d’interactions à leur faire avoir, l’enchaînement narratif est tout simplement bateau, sans saveur. Quant à la fin, elle est au mieux bâclée, tout se règle au mieux dans le meilleur des mondes, l’écriture et la mise en scène laissent de marbre : il ne se dégage aucune tension, ni urgence, les enjeux donnent le sentiment d’être légers.
Je suis d’autant plus déçu qu’il s’agit du dernier texte, qui boucle le recueil. En terme d’attente, côté lecteur, inconsciemment, on s’attend toujours à une explosion finale.
Cette dernière case du Calendrier, c’était un Mon chéri.

Ma déception globale est d’autant plus marquée que vous avez, tous trois, un plus grand potentiel que ça, sur le papier. On sent que la confection du recueil vous a beaucoup enthousiasmé, le soin apporté le montre, mais le résultat ne parvient pas à transmettre cet enthousiasme au lecteur. Pour des textes de Noël, c’est tout de même assez dommageable.


Pour en finir avec ce commentaire, quelques notes plus légères.

D’abord, j’espère que le message du 1er décembre sur le retour aux affaires de Belgarel en 2021 n’était pas qu’un vaste plan de communication. J’en connais un qui en serait attristé.

Ensuite, j’ai rapidement mentionné 3 textes auxquels j’avais bien accroché, sans préciser pourquoi. Petite session de rattrapage :

  • Un coin oublié = le meilleur texte de type univers alternatif du recueil. La nouvelle a des vibes qui m’ont évoqué Les Perles du Neith (il m’a semblé y voir des références, mais je me trompe peut-être), ce qui est une façon efficace de m’achet... entraîner dans le récit. Vraiment cool.

  • Cher journal = simple et efficace dans sa démarche, il démarre très classiquement (un nouveau Lyokô-guerrier qui découvre l’aventure) pour amener une chute très intéressante, au niveau du personnage de Laura dans Evolution.

  • Caritas in mendacio = mon préféré du Calendrier, celui que j’ai trouvé le plus ambitieux scénaristiquement et qui a su tenir la route. L’élément déclencheur de l’intrigue, ainsi que le type de lutte qui s’ensuit, par le prisme des réseaux sociaux en particulier, est très bien agencé et pensé (en plus d’être assez contemporain). Le texte est plaisant à suivre du début à la fin. Même si je pourrais mentionner le caractère légèrement anachronique de l’importance présumée des réseaux sociaux dans le texte (à l’époque de Code Lyokô, ils n’ont pas encore explosé et ne sont pas encore omniprésents), cela n’empêche pas cette salve d’être réussie.


Enfin, malgré ce commentaire chaotique, je tiens à redire que tenir à votre pari et à produire/publier dans les temps ce projet dense mérite seul des félicitations !

A une prochaine, j’imagine !

Hé, Le père du père, on l’a vue ta référence à Mondes Alternés !
  Sujet: [One-Shots] Le poids du passé  
Zéphyr

Réponses: 4
Vus: 2449

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mer 02 Déc 2020 12:58   Sujet: [One-Shots] Le poids du passé
Comme il s'agit de ton 3ème topic sur cette section, une petite précision : une Règlement y est aussi en place. A ce titre, il est également attendu qu'une balise ([Fiction], [One-Shot] ou [Poème] selon le type de texte) soit placée devant le titre du texte/topic. Cela permet de savoir immédiatement à quoi le topic renvoie, et d'améliorer la lisibilité des derniers topics.
Tu as dû remarquer pour tes poèmes précédents que des balises avaient émergé. Ce n'est pas un hasard : le staff' a fait ce qu'il faut, mais il ne peut pas continuer à passer derrière toi. Te voilà informé désormais.

Ensuite, remarque à part, mais il serait plus agréable et évocateur pour les lecteurs que tes productions écrites possèdent un titre [général sur le topic] au moins. Parce que Textes et Poèmes, ça ne donne pas spécialement envie de se lancer dans une lecture...

Sur ces bonnes paroles, bon courage à toi pour tes prochaines productions écrites (avec les modalités techniques du règlement en tête) ! Wink
  Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 24
Vus: 13810

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Sam 21 Nov 2020 12:36   Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]
Deux mois plus tard (déjà !), il est peut-être temps que je pose un fin mot sur ce bazar. La rigueur habituelle quoi, même si je risque de répéter des choses du temps où je commentais chaque partie individuellement. Je regrette de ne pas avoir pu avoir un suivi régulier sur les dernières parties, à l’instar de L’Échiquier.

Pour commencer, j’ai particulièrement apprécié cette lecture, toute objectivité gardée. Je mets cet état d’esprit sur le compte de l’achèvement de l’Un’Icer et le fait que je t’ai déjà adressé toutes les critiques (du moins fondamentales à mes yeux, et qui n’auraient pas eu d’intérêt à se répéter) qu’il y avait à faire ; plus ma compréhension globale de ta démarche et de ton projet d’écriture.
Du coup, j’ai pu aborder cette lecture de manière assez décomplexée, sur le mode dit de la der des der. C’est sacrément agréable à adopter comme posture de lecture, même lorsque les combats impliquant des Pokémon s’étendent sur des kilomètres (c’est quand même le gars capable de décrire un simple environnement sur une page qui te le dit !).

C’est assez marrant, parce que ce n’est pas nécessairement ta spécialité selon moi, mais je ne me vois pas aborder ce commentaire autrement que par le prisme des personnages et de leurs développements. Cela dit, c’est plus leur continuité par rapport aux textes antérieurs que je trouve intéressante.

Pour le groupe des Perles, j’ai apprécié le fait que celles qui ont eu un gros temps d’antenne, finalement, sont celles qui n’en ont pas tellement eu sur le Neith. Hormis Christophe, qui fait partie du club très select des chouchous du prof’ (avec Gladys, Senja et William), les pop-stars de là-bas se sont éclipsées au second plan (Thomas & Gladys, même si cette dernière a eu son baroud d’honneur).
Petite frustration néanmoins sur la perte du côté relationnel et sociologique, qui faisait la force du concept des Perles, et qui a été ici réduit au strict minimum. La partie 1 de cette fanfiction laissant entendre des évolutions dans les relations et personnalités depuis l’univers annexe 2, j’aurais été curieux de voir à quel point l’évolution s’était opérée.

Une des démarches les plus réussies de Ragnarök pour moi, c’est la conclusion apportée pour 3 personnages en particulier : Senja, Ulrich et Hervé. À cause du nombre élevé de personnages, tu as nécessairement dû créer des personnalités immobiles (Odd, Mélody, et même Christophe, qui n’a plus vraiment bougé depuis la Partie I de L’Échiquier), ou passer plus synthétiquement sur d’autres (Gladys et Yumi), mais pour les quelques uns sur lesquels tu as pris le temps de t’attarder, c’est réussi je trouve.
Comme je le disais plus haut, le développement des personnages n’est pas forcément la caractéristique de ton écriture. Je devrais plutôt dire le développement direct, tu as plutôt tendance à y aller subtilement et avec une certaine économie de mots sur le fond, plus que sur la forme (le Christophe de la Partie I, à nouveau). Dans tous les cas, pour les quelques rares privilégiés (pas tous des mâles blancs, merci M’Bala), ça rend bien.

Senja est le plus simple des 3 cités à traiter. L’Échiquier constituant déjà son heure de gloire, où il est le personnage le plus travaillé de la partie II, Ragnarök conclue simplement sur son cas. Toutes ses séquences sont l’occasion de revenir sur les événements passés, avec le recul nécessaire pour les regarder en face. Finalement, ça ne fait que confirmer qu’il a retrouvé une forme d’équilibre, accentué par son retour à la vie civile.
Ces petits passages rétrospectifs étaient plutôt sympathiques et ont participé à ancrer plus concrètement des points qui, jusque-là, n’avaient pas encore été mis en mots. Simple et efficace !

Côté Ulrich, cette fanfiction ne le fait pas spécifiquement évoluer, mais pointe du doigt le chemin qu’il a parcouru depuis le temps. Je ne sais pas si c’est intentionnel, mais il sacrément mis en valeur dans quasiment toutes les scènes où il intervient (performances de combat, leadership, interventions orales, IRL, relations sociales, etc), et par voie de fait, dans le texte tout entier. Même les textes écrits par des fans du personnage n’appuient pas autant sur la fibre positive, lui préférant la fibre dramatique (d’autant que ma mémoire de Référent puisse en attester).
Je trouve ça marrant que des six Lyokô-guerriers originels, ce soit finalement Ulrich qui, en terme de développement, évolution et traitement purs, soit celui qui en ait le plus bénéficié. C’est d’autant plus amusant que tu le plaçais sur le deuxième échelon d’importance dans le topic de l’Un’Icer, plaçant Jérémie et William devant.

Petit aparté sur Jérémie et William, qui va me permettre de m’expliquer ce fameux classement. En fait, leur importance est scénaristique, non pas narrative. Ils sont soit au centre, soient proche du centre des enjeux et intrigues des textes, contrairement aux autres (même si en deuxième moitié de Partie II pour L’Échiquier, plus tellement). Narrativement, finalement, leurs cas auront été moins élaborés que pour Ulrich (bien que William ait quand même droit à un peu de détail dans la Partie I, pas forcément aux niveaux attendus, mais l’effort est là), en particulier dans cette fanfiction-là. Ce qui explique, qu’en définitive, Ulrich les surpasse sur ce point.

Le mot-clé pour qualifier Ulrich : maturité. Sa petite pensée en hommage à William cristallise assez bien à quel point il a changé là-dessus. D’ailleurs, c’est assez ironique selon moi qu’il qualifie William de meilleur Lyokô-guerrier au vu des performances qu’il a effectuées lui-même durant Ragnarök, là où Dunbar, privé de l’avatar qui a fait sa légende dans l’Un’Icer, ne m’a pas semblé si redoutable que ça.
En tout cas, pour la dernière fois, j’ai beaucoup aimé ton Ulrich. Il est probablement un de mes personnages préférés de tes textes, tous confondus.

Reste Hervé. Il est plus simple à traiter, puisque l’essentiel de sa dernière évolution s’effectue lors des parties VIII et IX. Je dirais que c’est à la fois dans la continuité de tout ce qui a été construit autour de lui jusque-ici, avec une seule nuance : pour la première fois, Hervé ne fait pas quelque chose seulement pour les autres, mais aussi en partie pour lui-même (de façon plus « égoïste » j’entends). C’est peut-être ce dont il avait besoin pour avancer : se soucier/faire des choses uniquement dans l’intérêt d’autrui, c’est cool, mais il ne faut non plus complètement se décentrer de soi-même.
À l’instar d’Ulrich, c’est surtout le positif qui aura été pointé autour de lui, faisant de lui un personnage qui m’apparaît aussi sympathique que cool.

J’ai traité ces 3 personnages parce qu’ils me paraissaient les plus incontournables, mais j’aurais pu y ajouter un 4ème : Jérémie. Seulement, j’ai quand même une dernière frustration avec lui dans Ragnarök, ce qui, contrairement aux précédents, laisse encore son cas inachevé.

Je te rassure, ce n’est pas son plan et ses agissements douteux (surtout le Neith’oyage, mais je présume qu’il voulait réduire la liste de ses poursuivants potentiels une fois démasqué) dans ce texte qui m’ont interpellé. Au contraire, j’adhère à ta démarche visant à ne pas révéler les plans de l’antagoniste, et les quelques pistes de réflexion laissées dans la partie IX sont satisfaisantes.
En revanche je pensais tout de même que tu finirais par revenir sur les raisons du changement de Jérémie. Après tout, Ulrich/Odd/Yumi y réfléchissent dans les premières parties (en faisant la synthèse de tout ce qu’on avait jusque-là), et il y a un ou deux indices supplémentaires par la suite (« Gros caramel mou »). Je me figurais qu’ils tenteraient au moins de formuler une hypothèse conclusive là-dessus (même si avec la mort de William, osef c’est un fdp), parce qu’en l’état, on reste sur « Aelita lui a faite à l’envers, il a vrillé ». D’ailleurs ça reste très suspect parce d’un côté, lorsque c’est évoqué dans l’Un’Icer, Jérémie fait genre que la raison de sa scission idéologique n’est pas Aelita, mais derrière, des éléments tendent tout de même à faire le lien avec cette affaire de fille (la rancœur et les paroles adressées à William surtout, et « Gros caramel mou » encore). Finalement, ça laisse le personnage de Belpois en suspens à la fin, sans vraiment de piste supplémentaire sur son évolution, contrairement à ce que tu exposes sur ses plans et agissements virtuels. C’est un peu décevant, et je serais quand même très curieux d’avoir ton point de vue ou à défaut plus d’éléments de réflexion sur ce point.

Faisons sortir des parenthèses la mort de William : peut-être un des éléments les plus prévisibles de tout l’Un’Icer, mais que je trouve particulièrement ironique avec le recul. Aelita, de base partie (hypocritiquement bien sûr) pour tenter de libérer William de Xana, n’aura en définitive réussi à accomplir qu’une chose : un début de rancœur chez Jérémie (même si c’est l’explication de l’esprit étriqué qui ne veut rien voir), avec les conséquences qu’on connaît.

Autrement, pour revenir sur des considérations scénaristiques, j’ai trouvé assez marrant le fin mot entre Xana, qui ne s’en sort pas non plus les mains dans les poches et écope d’un ennemi héréditaire. Peut-être espérais-je aussi un peu plus d’éclaircissements sur certaines mécaniques des mondes parallèles (notamment le fameux « Univers Central » aperçu dans L’Échiquier, que je pensais être une sorte de hub entre les différentes réalités, mais vu que le portail les fait passer directement dans un autre monde...).
L’introduction et le développement de Spi2aetus était plutôt bien dosé je trouve, tout en permettant d’enfin recouper les différentes pièces du puzzle (Griphus, tu es décidément un maître des références). Le décalage entre le ressenti vis-à-vis de ce groupuscule invisible (le fait qu’ils sont au courant pour l’usine et les Lyokô-guerriers) et ce qu’il en est vraiment (notamment leur ignorance du retour vers le passé) était habile. D’ailleurs, c’est drôle que ce soit Hervé, un Lyokô-guerrier, qui règle le souci avec eux en définitive alors que c’était originellement à Senja [Blanc] de le faire. On va dire que c’était un échange de bons procédés, vu qu’il est allé au contact de Jérémie en personne.


Je pense avoir tout dit, du moins tout ce qui me vient à l’esprit deux mois plus tard et sans trop de relecture. J’aurais vraiment préféré avoir l’occasion de commenter chaque partie individuellement (et détruire ta syntaxe), mais les choses ne se déroulent pas forcément comme on l’entend. Qu’est-ce que tu en dis toi, Belpois?

Allez, bravo à toi, t'as fait de l'excellent travail enfoiré.
  Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 173
Vus: 67879

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mar 13 Oct 2020 20:09   Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]
Depuis l’affaire Pandémonium, je m’étais juré de ne plus trop traîner sur les commentaires de texte-fleuve pour éviter les gros chantiers de mise en forme. Cette mission n’a pas été accomplie, merci les délais de mise en place de la fibre.

Pour ne rien arranger, tu as posté une petite auto-critique qui fait écho avec quelques-unes de mes remarques. Cela dit, la répétition permet d’assimiler les choses, ce n’est peut-être pas plus mal que je le fasse. A moins que je ne sois simplement trop fainéant pour repérer et enlever tout ça. Mr. Green
En tout cas, sens-toi libre d’ignorer ces morceaux-là.

Cela a réellement été un plaisir de découvlire un texte avec un suivi aussi régulier. Les sensations étaient voisines à celles de la belle époque des Perles du Neith, en bien plus long – et mon amour pour cette fanfiction est gravé dans le marbre bleu du forum.

Mon dernier passage remontant aux… cinq premiers épisodes, je vais commencer par faire un rapide retour sur la réécriture de la saison 5.

Cette seconde jeunesse a fait du bien au texte. Tu as notamment su ajuster LE point scénaristique qui laissait perplexe et était faible (un comble par rapport au titre de la fanfic’ !) dans la première version : l’impact du Jour 333 sur le passé, et ses conséquences sur les actions de Jérémie. Toute la mise en scène de la scène coupée dédiée avec Belpois avait d’ailleurs une saveur qui m’a beaucoup rappelé ce qui se fait dans le manga (une mise en scène volontairement mal dégrossie, pour mettre l’accent sur la puissance du moment et la détermination du personnage), dont je suis client, alors à partir de là…
J’en profite pour placer que Jour 333 est probablement mon chapitre préféré parmi cette quarantaine, ce qui était déjà le cas pour la version 2010. Le post-apo’/dystopique sied à merveille à l’univers de Code Lyokô. C’est assez rare que le créneau soit exploité dans les fanfictions – ici, de mémoire, seuls Ikorih et Vivi/Cyclope ont mené à terme un travail. Le chapitre proposé est d’autant plus réussi qu’il se tient, justement, en un seul chapitre (je ne compte pas l’impact scénaristique dans la saison 6, qui était une idée très intéressante au demeurant). Tu poses un contexte plus des enjeux simples et efficaces, qui permettent de se concentrer sur d’autres paramètres, tels que l’ambiance et les émotions suscitées par la guerre d’usure contre Xana.

Pour le reste, la saison 5 est toujours aussi prenante. Le choix de découper l’action sur un nombre limité de chapitres (bien que la réécriture ait, en terme de densité de texte, doublé le tout) permet d’aller à l’essentiel et de proposer un ensemble dynamique. La montée en puissance progressive de Xana fonctionne parfaitement, avec ce côté « expérimentation des nouveaux pouvoirs » (encore un point que je mets en lien avec le manga, d’ailleurs). Surtout, je trouve que ton Xana colle d’assez près à l’image qui s’en dégage dans le dessin animé : beaucoup d’étalage de puissance et de théâtralisation de celle-ci au cours de ses attaques. Tu es même allé plus loin en étendant le concept aux combats virtuels, qui ne se font plus sans armées de monstres. Du coup, que les Lyokô-guerriers galèrent devient moins ridicule que certains moments de la série.

Je maintiens que l’inclusion des scènes coupées était une bonne idée. Narrativement parlant, ça m’évoque un peu des scènes post-générique [très longues] en vogue dans les films de cette décennie.
Leur intérêt majeur, selon moi, est de proposer un peu plus d’espace de développement pour les personnages et leurs relations, l’espace médiatique étant étroit du fait de l’action assez condensée. Des ajouts bienvenus donc.


Une exception à mes yeux néanmoins : Je t’aime Yumi. Je suis le seul à trouver que les Lyokô-guerriers sont les pires amis du monde, et que « la leçon » donnée à Ulrich est moralement discutable ?

Si dans l’application, faire comprendre à Ulrich ce qu’a vécu Yumi pour qu’il calme ses ardeurs est logique (j’aime beaucoup l’idée d’ailleurs), il y a néanmoins une différence assez notable entre subir quelque chose dans un pur objectif de malveillance et de nuisance ennemie (attaque de Xana) et faire subir la même chose à quelqu’un juste pour « lui donner une leçon ». Cela place juste les orchestrateurs de la chose comme des connards finis (mais c’est toujours raccord avec la série !). Aussi détestable ait été le comportement d’Ulrich, je ne peux m’empêcher de me dire que je n’apprécierais pas du tout qu’on me drogue à mon insu’ pour me faire abuser physiquement par mon meilleur ami. Même en comprenant l’objectif et en l’acceptant comme Ulrich, je nourrirais une rancœur et une rancune envers mes « amis » pour ça (terreau pour un nouveau conflit, et ainsi de suite, jurisprudence Naruto). Cela dit, je salue la méthode coup de poing que tu emploies pour calmer Stern, plus efficace que le « on ne te parle plus, rumine dans ton coin et reviens sans avoir évolué ».
Par ailleurs, c’était sacrément couillu – littéralement – comme idée, compte-tenu qu’au vu du sale caractère de Stern, il y aurait pu avoir effet inverse et aggravation de la situation.
Ce qui me déçoit également dans cette séquence, c’est la dégradation de l’image d’Ulrich par rapport à la version de 2010. Je pense que c’est l’unique point que je trouve moins bien qu’avant dans cette réécriture. Je trouvais logique et sympathique le postulat de base : Ulrich et Yumi ont enfin officialisé après un été au calme sans Xana, propice à la réflexion. William a d’autres préoccupations et est passé à autre chose, Stern s’est donc calmé et a définitivement transité vers un caractère plus mature et moins sanguin (que la saison 4 avait d’ailleurs amorcé). Le point de discorde que tu mets en place à partir d’un détail a priori anodin, digne de Léana (je suis généreux en compliments aujourd’hui), semble ridicule au vu de son placement dans le texte, plus de deux mois après la mise en couple. Si la Yumi en folie s’était manifestée peu de temps après cet événement, ça aurait je pense été plus naturel, le couple ne s’étant pas encore « stabilisé » (même si on peut considérer cette scène coupée comme l’élément stabilisateur justement).
Pour résumer, je reste assez dubitatif sur la pertinence et le positionnement de cette séquence.

Quitte à faire dans la redite : l’ambiance « fun » et « bon enfant », teintée de sérieux et de gravité propre à Code Lyokô est très bien retranscrite, plus particulièrement à travers les dialogues (ce qui est à vrai dire le meilleur moyen d’arriver à cet objectif). Néanmoins, malgré une proximité assez étroite, je note que même toi tu as pris un peu le large par rapport à la série originale. Thématiquement et structurellement surtout (encore une fois côté ambiance et histoire, tu t’en tires très bien) : ton texte reste tout public, sans avoir été spécialement pensé pour cibler une tranche de celui-ci, comme ça a été le cas pour le dessin animé. C’est probablement ce que tu qualifies de « veine plus mature » quand tu décris Overpowered, et qui se traduit par : une histoire feuilletonante, des dialogues qui sonnent plus juste pour l’âge et les préoccupations (hormonales et sociales) des personnages, des interactions moins basiques. Cela illustre plutôt bien le principe comme quoi il est compliqué de faire du Code Lyokô original en fanfiction sans s’émanciper un minimum du dessin animé (en le faisant… disons évoluer via ses personnages et enjeux).

Je m’arrête là pour la saison 5, histoire qu’Icer ne sorte pas trop facilement l’excuse du « Zéphyr a tout dit/fait le boulot » (même si je commence à être habitué). Mr. Green



Histoire de faire transition, une remarque très générale. Je trouve très intéressante ta façon de concevoir tes avatars virtuels originaux (côté Lyokô-guerriers surtout, vu que du côté des ennemis, tu te contentes de respecter le titre de la fanfiction, héhé), surtout quand je la mets en perspective avec celles d’autres auteurs notables du sous-forum, dont moi-même.
Leurs capacités sont pensées avant tout pour s’intégrer au sein d’une équipe, apporter quelque chose à celle-ci. Ikorih en faisait déjà la remarque mais on retrouve en effet des « classes » dans les combattants que tu mets en scène : soigneur, tank, sweeper, attaquant à distance, soutien logistique en arrière-boutique (les têtes), boosters de statistiques, etc. Individuellement, il y a très peu d’avatars qui soient complets ou capables de gérer en solo la plupart des situations de mêlée. J’imagine que c’est comme ça que tu as fait la distinction des « meilleurs combattants » lors du raid initié par Ulrich sur Zander, ce qui explique qu’on y retrouve Yumi et son style « nul à chier » comme dirait l’autre, ainsi que Matthias débutant pourtant depuis peu.
Cette façon de répartir les tâches entre les différents avatars me rappelle beaucoup la façon de faire d’Icer, à la différence que lui l’applique plutôt chez ses groupes d’ennemis (avec des héros plus désordonnés). Personnellement, j’aime beaucoup vos rendus à toi comme à lui, notamment parce que je me considère comme incapable d’avoir une telle perspective. J’envisage toujours un avatar à une échelle purement individuelle (vu que le subconscient constitue la base), et les quelques originaux que j’ai pu créer sont presque toujours polyvalents dans leurs capacités, faisant qu’ils peuvent se débrouiller seuls.

La gamme de nouveaux avatars est assez riche et variée, même si j’ai plus été marqué l’aspect visuel, via tes excellents dessins, que par les avatars/personnages en eux-mêmes. Evidemment, des exceptions se dessinent : Alexandre (le plus réussi je pense, mais le scénario l’a beaucoup aidé), Matthias (la référence à Tron !), Théo aussi malgré son caractère insupportable (l’idée du pouvoir passif qui « lit en son utilisateur pour lui donner forme » était géniale et son potentiel m’a séduit), Emilie dans une certaine mesure (la Synergie reflète d’ailleurs selon moi parfaitement ta conception des teams d’avatar, en plus d’être un pouvoir plus recherché que le Boost de Jérémie). La Lyokô-team 3.0 m’a à ce niveau un peu plus marqué, temps d’exposition médiatique aidant il faut dire.

Globalement, c’est de l’excellent boulot en dépit de la limite naturelle d’inspiration. Je pense que tu as volontairement choisi de faire certains avatars moins élaborés (sur les capacités, pas les designs) pour ne pas te rendre la tâche plus ardue – Caroline par exemple, ou la série des têtes pensantes.

Pour finir sur les avatars, deux réflexions par rapport à Jérémie et son Boost :
  • La saison 5 expose l’ « énorme réserve d’énergie » de l’avatar de Jérémie, sans que ce ne soit vraiment creusé/rationnalisé avec des chiffres. Lors de la bataille finale de la saison 6, il y a prise en compte de cet élément pour la gestion des Boosts sur les différents fronts, mais je n’ai jamais eu l’impression que c’était tendu pour Belpois à ce niveau-là (exemple bête : sortir une réplique comme « En gérant mon énergie, je ne pourrais plus faire que X Boost de 30 secondes ») et que malgré le battage médiatique autour de ça, il n’a pas vraiment eu de difficulté à tenir jusqu’au bout. Du coup, ça m’intéresserait de savoir comment tu as conceptualisé la gestion de cette « énorme réserve d’énergie » pour ce combat.

  • On sent qu’il y a une certaine inégalité/injustice sur les effets du Boost sur les avatars. Là où une bonne partie de la Lyokô-team 1.0 devient véritablement « OP », d’autres débloquent des compétences moins attractives et impressionnantes, plutôt bateau. Je pense à Caroline, Kamel, Romain, Hélène, Tamiya, au pif. Cela dit vu le nombre de combattants en présence, on comprend tout à fait qu’il y ait des Boosts plus « simples ». Après tout, il y a bien des Final Smash plus nuls que d’autres (Rondoudou…) et des abusés (n’est-ce-pas… PEACH ?). C’est une loi universelle. Mr. Green



Well done, la saison 6. Un chantier conséquent, notamment par rapport au nombre de personnages à gérer. Tu t’en es franchement très bien tiré là-dessus, et je n’ai jamais vraiment rencontré de souci de visualisation ou de « qui est qui/quoi », ni me suis senti perdu dans les situations de mêlée. Bon, je pratique Icer depuis des années, ce qui me rôde à ce type de lecture avec énormément de gens dans une même séquence, ça aide.

En tout cas, la première chose qui frappe au démarrage de la saison 6, c’est le changement du découpage et du rythme au sein de l’histoire, de ses actions. Le texte effectue beaucoup plus d’exposition et devient par la même plus bavard. Fatalement, cela rend l’ensemble moins dynamique et punchy que pour la saison précédente. A cela s’ajoute que les « épisodes » se suivent de près et ne constituent plus une ligne narrative, une péripétie à eux-seuls, comme ça avait pu être le cas auparavant. Là où la saison 5 est très compressée, la 6 au contraire est très étirée, avec une quasi-unité de lieu et de temps. Je trouve ce changement de style intéressant parce qu’il marque bien la différence entre les deux saisons. Dans la première, le danger grandit toujours plus et la montée de puissance de Xana ne laisse pas le temps de prendre trop de détours. Il n’y a pas de nœud narratif (à long-terme, hors ce qui concerne l’épisode directement) à démêler au sens propre du terme, permettant d’aller immédiatement à l’essentiel. Dans la seconde, le danger est cette fois plus insidieux, moins direct, les personnages doivent assembler les divers éléments en leur possession ou exposés pour agir.
Néanmoins, cette nouvelle façon de faire à ses limites, qui se ressentent assez largement pendant la phase « Memorium » de l’histoire. Je ne reviens pas trop dessus parce que tu as déjà donné une réponse, mais même en considérant la saison 6 sur un format « film » plutôt que « série », je trouve que cela fait encore moins sens de raconter en détail les 5 premières saisons. Cela contribue juste à créer un effet escale sur Naboo, looong.

Côté clés d’intrigue, retournements scénaristiques et mystères, je prends Ikorih à témoin pour dire que je les ai pour les plus importants vus venir et anticipés Mr. Green.
Néanmoins, je n’ai jamais eu l’impression que tu cherchais tant que ça a cultiver le secret et le mystère dans Overpowered, même pour l’insistance autour du « secret d’Aelita ». Je me trompe peut-être en disant ça, parce que je fais le rapprochement avec mon propre travail. Ne pas chercher à rendre absolument insaisissable ou complexe une intrigue, pour se concentrer sur la manière de raconter et la mise en scène, c’est une démarche dans laquelle je pense me reconnaître.

Le cœur de cette saison 6, la back-story, est bien ficelée. Ce n’est pas l’aspect de Code Lyokô que je maîtrise le mieux, mais on sent le boulot derrière et plus particulièrement les petits détails peaufinés. C’est plus particulièrement le Black Phénix, personnifié par Zander Hopper, sur qui cela se ressent le mieux. Le personnage est très travaillé dans sa mise en scène et en action, mais ce qui est notable sur sa construction, c’est que ce n’est pas lui qui l’établit, mais les autres personnages. Les témoignages et autres remarques à son propos en font bien plus pour son personnage que les rares moments où c’est lui-même qui le fait. La seule vraie séquence où Zander est « livré » au lecteur depuis sa source, c’est lorsque les pouvoirs d’Aelita prennent le dessus sur lui et que le Memorium fait son office avec lui.

J’ai trouvé la vision du futur par Zander assez amusante. Pas seulement pour son écho contemporain clairement voulu, mais plutôt pour son orientation pessimiste, qui me rappelle un peu ce qu’a pu faire la série Black Mirror (pas forcément une diabolisation de la technologie, mais une conception qui peut effrayer).
Dans tous les cas, c’est une construction intéressante que possède Zander dans l’économie d’Overpowered, je l’ai plutôt aimée. Sa quête d’immortalité n’est qu’un reflet de sa peur du futur, du changement (en opposition à l’immortalité, concept ancré dans le fixe, le durable, le figé), ce qui explique en quoi la vision que nous laisse voir le Memorium depuis son esprit suscite ce sentiment d’oppression et de terreur : il y a influence de Zander, et son âge avancé qui n’aide pas.


La thématique et l’argument [que j’ai trouvé] prépondérant dans Overpowered, sans qu’il ne soit au centre des histoires et intrigues, c’est l’amour et sa présentation en force motrice, quelque peu au-dessus de tout.

Dans cette lignée, je ne suis pas du tout fan du principe consistant à faire finir tous les personnages en couple, si ce n’est tous. D’une part, cela fausse certaines statistiques (bon ok c’est une fiction, on s’en tape). D’autre part, narrativement, je trouve ça aussi barbant que mièvre – cheesy je crois qu’ils disent outre-Manche. N’y a-t-il pas d’autres méthodes pour mettre en scène un happy end ?
Concrètement, les seuls personnages à rester célibataires à la fin sont Théo, Julien et Romain. Et encore, jusqu’au bout j’ai pensé que Julien et Romain concrétiseraient, laissant Théo seul (ce qui aurait été marrant vu son pouvoir virtuel), ou à la limite qu’ils feraient un petit trouple (sur ce point j’avais raison, mais pas pour les bons personnages). Même Jim semble avoir une ouverture avec Suzanne dans l’épilogue, c’est dire ! Je passe rapidement sur Anthéa, qui surmonte sacrément vite la mort/suicide de Franz en officialisant avec Howard – mise en couple très gratuite pour le coup. Allez, je suis sympa, on va dire que les années de séparation constituaient déjà un deuil en soi, mais tout de même, réussir à choquer Ikorih, il faut y aller !
En fait, ce que je trouve assez navrant avec ce principe de mise en couple de la quasi-intégralité d’un casting de protagonistes – pour le coup je me prononce au-delà du cadre de ce texte – c’est que c’est un procédé assez paresseux pour caractériser un ou plusieurs protagonistes. Le plus triste étant qu’en définitive, ceux-ci ne seront définissables que par cette relation/mise en couple. C’est le cas pour certains ici (Tamiya/Johnny ; Kamel/Marjorie ; Christophe/Caroline entre autres). Je serais curieux de connaître ta réflexion derrière l’idée de maximiser le nombre de couples, parce que c’est quelque chose qui m’échappe totalement à titre personnel.

Sur ce point, le cas d’école est très certainement le couple Alexandre/Xylune. Je le trouve assez mal amené. Il tombe vraiment d’un seul coup, là où, pour comparer, Émilie/Matthias bénéficie d’une préparation de terrain certes prévisible, mais qui est présente. Ici, les personnages n’ont qu’un événement notable en commun.
En fait, ce qui m’a sidéré dans la séquence où Xylune sauve Alexandre, c’est justement le fait que ce soit l’Amour avec un grand A qui soit le débloqueur de situation. Pourquoi cela ne peut-il être que ça ? L’empathie et l’humanité dont fait preuve Xylune envers Alexandre ne sont-ils pas suffisants pour toucher son cœur, ce n’est pas une forme d’amour suffisamment puissante ? Est-il vraiment nécessaire que l’un comme l’autre se rendent d’un seul coup et au même moment compte de ce qu’ils ressentent envers un être qu’ils connaissent depuis si peu de temps ? Est-ce que sans l’argument de l’Amour, la séquence perd en valeur et en puissance ? Alexandre ne peut vraiment rompre son sentiment solitude que par l’Amour, le respect et les liens amicaux ne le peuvent pas ?
Je râle un peu, parce qu’en plus de ça, il y a une sacré reddite de ce qu’il se passe avec le personnage d’Hélène.

Du coup, je serais curieux d’en savoir plus sur ta démarche de maximisation du nombre de couples et de faire de l’Amour cette force supérieure dans ton texte, parce que c’est quelque chose qui m’échappe totalement à titre personnel.


Ce qui nous amène aux personnages, qui sont le ciment de toute bonne histoire, enfin le plus souvent du temps. Je ne vais pas faire du zèle et y aller au cas-par-cas, sinon je risque d’avoir besoin d’un second post pour publier ce commentaire, et personne n’a vraiment envie de voir ça finalement. Razz

Comme tu le disais toi-même dans ton auto-critique (en partie, je ne suis pas entièrement d’accord) , les membres de la Lyokô-team 1.0 sont quelque peu noyés dans la masse émergente de nouveaux personnages. Il serait à mon sens plus juste de dire que cela concerne plutôt les originels, Aelita exclue. Néanmoins, cela fait sens avec le fait que les quatre n’ont plus rien à raconter (tous casés, pas de souci ni de dilemme personnel), il aurait été superficiel de repasser une couche sur leurs cas. Les derniers arrivés avaient encore des choses à développer et ont donc chacun droit à leur phase de traitement, à des degrés d’importance divers. J’entends par là que William et son glowing up ont moins d’importance/d’impact que Sissi/Hélène, également surclassées par Naxxya et sa phase narrative. À peu de choses près d’ailleurs, s’il y a bien un personnage principal dans cette saison 6, c’est bien elle !
Quoiqu’il y a également un autre personnage dont le traitement et le rôle sont de premier plan : Samantha. Sincèrement, excellent boulot autour d’elle, j’ai adoré ce que tu en as fait, surtout avec le peu d’éléments de base qu’il y avait. Le caractère est globalement respecté et, virtuellement, elle génère une hype assez folle. Quand on voit ses performances, on a un peu de mal à croire qu’elle n’était même pas dans le top 3 du Next World, surtout avec Derek qui n’était que de la com’ à mon sens. Je crois que c’est mon personnage préféré de la saison. Et on va enfin pouvoir inaugurer sa catégorie Perle, yeah !

Quant à Aelita, elle m’inspire un : « C’est le coup classique ». Elle subit l’habituel coup de la surmédiatisation autour de sa personne, comme de mise dans chaque saison de Code Lyokô (bien joué le respect de cette contrainte !), via le fameux secret. La teneur de celle-ci est désormais un classique en fanfiction, mais une piste toujours très savoureuse à exploiter, scénaristiquement parlant.

Je tiens néanmoins à te féliciter, car :
  • Secret – grave – du passé ✔
  • Retrouvailles parentales ✔
  • Sœur cachée mais pas trop ✔
  • Nouvelle camarade de chambre de sa bande (ouf, ce n’est pas Yumi) ✔
  • Capacité/place/rôle uniques et spéciaux ✔
  • Se met en scène dans une séquence digne de la reine du mélodrame qu’elle est ✔

Bingo ! Toutes les cases sont cochées. Ton lot est à récupérer auprès de la Team Racket. Mr. Green

Découlement logique, il faut parler de Xylune. En définitive, elle a une présence assez peu marquée au sein de la saison 6. Pourtant, son placement dans le prologue et les nombreuses mentions et autres teasing la concernant laissaient présager un rôle un peu plus pesant. En fait, elle a une position notable dans l’économie de l’histoire, mais on ne ressent pas tellement la portée et l’impact de son existence, hors-prologue et crash d’avion. A nouveau, l’effet de dilution par le nombre de personnages à traiter a joué.
J’ai finalement l’impression que tu en as fait une Aelita si elle n’avait jamais eu une base humaine, comme pensé dans la saison 1.
*Prise de conscience*
Attends un peu...

Pour la première fois de l’histoire du sous-forum, je vais dire que je suis d’accord avec *Odd Della Robbia*. Le personnage d’Odd offre, dans la saison 6, une performance en-dessous de ce que le prologue et la saison 5 laissaient présager dans son implication narrative et scénaristique (au courant des intrigues et secrets, avec le nez un peu partout). Comme quoi, il est difficile de se passer de lui pour les vannes et autres remarques drôlatiques. Rolling Eyes

Au tour de Xana, avec trois remarques.
  • D’abord, j’ai été déçu de lire qu’il n’ait en définitive pas été le fossoyeur du monde et ses habitants dans le Jour 333, ça rend sa position de la saison 5 beaucoup moins crédible d’un coup.
  • Ensuite, une question : qu’a fait Xana durant la saison 4 par rapport au Black Phénix ? Si ces derniers sont tellement cloisonnés de leur côté qu’ils n’ont pas dû relever l’invasion progressive du réseau par le virus, j’ai du mal à croire que lui les ait laissés tranquilles. Et puis avec une centaine de mondes virtuels sous le bras, il avait bien moyen d’enclencher une action offensive envers l’organisation, non ?
  • Enfin, c’était une idée géniale l’avatar de Derek qui sert d’inspiration à celui de Xana. Par ailleurs, c’est ce détail qui prouve que Zander avait raison d’être paranoïaque et de penser qu’il y avait un menteur dans le Memorium, autre que Franz : Derek. En fait, il n’avait juste pas soupçonné la bonne personne.

Petit interlude Matthias avant de passer au boss de fin de niveau. Pour le coup, tu n’as pas joué la carte des lieux-communs et en a fait un personnage positif et sensible, là où d’ordinaire on voit plutôt le gars chiant de service. Son évolution [virtuelle] est bien dosée, sans aller au-delà de sa prétention initiale. C’était presque parfait, parce que lier l’accident de son frère aux événements du 6 juin 1994 a un peu gâché le bilan du personnage. Je n’ai pas trouvé l’ajout forcément nécessaire (si ce n’est retarder Derek, mais ça aurait pu être quelqu’un d’autre), et n’a rien apporté à l’histoire de Matthias. Le « tout est lié », c’est un peu dommage à utiliser comme procédé dans ce contexte.


Allez, passons à la dernière bataille :

Spoiler


Taelia est morte de l’intérieur dans Overpowered. Ce n’est pas un troll.

Il n’y a aucune autre explication à son absence de réaction face aux événements qui la concernent pourtant de très près. Dans la séquence du Memorium, Aelita met largement en scène et en fait des tonnes, pour changer, alors que Taelia est la fantomitude incarnée. Pareil lorsqu’elle apprend sa filiation avec Aelita, puis retrouve Anthéa et Franz. On aurait pu lui annoncer l’augmentation du prix du pétrole que sa réaction n’aurait pas été différente. Pareil : elle ne paraît pas très choquée en se rappelant du futur alternative, pas plus que cela lui pose problème d’aller capturer sa propre sœur pour la livrer à un type manifestement dangereux.
Allez, disons que c’est pour marquer la différence entre les deux jumelles : Taelia semble plus terre-à-terre qu’Aelita.

L’explication du coma du fait du lien avec Aelita, bien qu’il fallait trouver l’explication, soulève des questions d’ordre pratique. Si on peut imaginer que l’expérience de Zander empêchait le corps de Taelia de se dégrader, et donc retirer une sacrée épine à Marjorie et Kamel, se remettre d’un sommeil de 10 ans... réintégrer la société et son circuit scolaire sans attirer au moins l’attention de l’administration française (tatillonne) et des médias me paraît chose plus complexe.

Il y a selon moi quelques petites dissonances avec l’épisode 10. Ses parents adoptifs sont décrits comme aimants, ce qui rend sa réaction au sujet de la famille de l’épisode assez ridicule, surtout quand il est précisé qu’elle n’a pas beaucoup de souvenirs d’Anthéa (et Franz n’en parlons pas). Sans compter son échange avec Aelita juste avant la phase du Memorium : elle n’a pas l’air si malheureuse, isolée et morne que ça dans sa vie (chose que l’épisode sous-entend quand même un peu). En fait, plus que sur les dents, tel qu’est ton personnage, c’est plutôt perdue et déboussolée qu’elle aurait dû apparaître.

Vis-à-vis de l’expérience qui lie son sort à Aelita, lorsque Franz créé la Aelita connue grâce à celle-ci, la corruption du procédé n’aurait-il pas dû sortir Taelia du coma ? Ou le qualificatif « les résultats » ne parle vraiment que de données pures, et pas du procédé expérimental en lui-même ?

Globalement, ce personnages est très lisse, un peu fade. Sa fonction narrative est remplie, mais son bilan en tant que personnage à développer est assez maussade.


Je ne peux pas résister à l’envie de parler de Franz pour finir ma ronde des personnages. Brièvement, j’ai apprécié ce que tu en as, en particulier pour la révélation du secret d’Aelita. Un homme qui a commis des erreurs et fait de son mieux pour les rattraper un minimum. Et puis la séquence où il quitte la scène en compagnie du résidu d’Aelita est très bien amenée, en terme de mise en scène, snif.


Tiens, Je n’ai pas encore fait de retour sur des mentions et détails m’ayant fait tiquer, sans rapport entre eux ou ce que j’ai pu déjà dire. Rattrapons-nous :

I. Épisode 131 : « C’est la raison pour laquelle Jérémie et ses amis n’ont jamais réussi à ramener le grand ténébreux à la raison malgré les tentatives de Yumi. ». C’est la blague la plus drôle de toute la fanfiction je pense. Concrètement, elle essaye une fois... par pur concours de circonstance. Encore une bulle médiatique bien galvaudée.

II. J’ai oublié de noter l’endroit, mais il est mentionné quelque part que le retour vers le passé n’a aucun impact sur les mondes virtuels. Vu que je ne retrouve plus le moment exact, je me trompe peut-être (et la mention était au singulier), en tout cas ça m’avait donné l’impression que ça ne touchait pas tous les mondes virtuels. Du coup, si c’est le cas, le Next World est concerné et Zander aurait dû rapidement flairer l’arnaque à ce niveau, à moins que sa coupure du monde extérieure soit encore pire qu’exposée et qu’il ne soit même pas rendu compte que des journées se jouaient en boucle.

III. Le déclin du Black Phénix : cette mention tombe assez brutalement, comme par hasard au moment où ce que j’appelle « le dialogue de la morale » est mis en page. Peut-être suis-je passé à côté d’indices appuyant ce point, mais le début de la saison 6 et la présentation de l’organisation par Franz laissait quand même entendre bien autre chose qu’un groupuscule déliquescent...

IV. Quid des Morphers lors de l’arc du crash de l’avion ? Ils ont comme disparu au début de la saison 6 alors qu’ils auraient pu solutionner assez vite la situation des Lyokô-guerriers. Si je ne vois effectivement pas certains personnages prendre le leur pour les vacances (Sissi…), ça m’étonne tout de même que Jérémie a minima (au courant du contexte et du danger) n’en ait pas au moins pris un avec lui.

V. Le Memorium est une idée intéressante, notamment vis-à-vis de ce qu’elle sous-entend par rapport à « l’effacement du retour vers le passé », et s’intègre plutôt bien dans une optique d’exposition narrative pure. Toutefois, dans l’aspect pratique, au vu des moyens technologiques avancés du Black Phénix, cela n’aurait-il pas été plus pertinent de le combiner à un détecteur de mensonges ? Je veux dire, Zander est persuadé que Samantha ment et cache quelque chose, avec ce genre d’appareil, combiné au Memorium, il aurait vite été fixé dans sa paranoïa.

VI. Épisode 128 : « Zander nous a retiré la possibilité de quitter le Next World de cette manière, et je ne peux y remédier dans les présentes circonstances… » - L’élément est posé avant la fin du combat contre le boss de la Black Phénix, et pourtant ils lui donnent quand même le coup de grâce sans solutionner ce problème.

VII. Tu t’es déjà pas mal étendu sur cette histoire de baisers féminins via la capacité des Warvens. Je m’interroge sur les raisons de ce choix, sur le plan de la forme. Pourquoi un échange buccal, là où un moyen qui serait – disons-le franchement – moins racoleur (ou du moins qui en donnerait moins l’impression) pourrait donner un résultat sensiblement identique (genre un high-five – je caricature mais tu comprends l’idée) ? Ça m’intéresserait de savoir ce qui t’as poussé à effectuer ce choix-là (peut-être une symbolique, ou une référence/source d’inspiration, ou simplement une façon d’étayer ta narration).

VIII. Dans le chapitre 135, la narration fait état de « rosissement » et même de larmes, de la part de personnages sur Lyokô. Je n’aurais pas râlé si ça s’était passé dans le Next World, mais sur le monde de Franz ça me paraît un peu compliqué si on se base sur ce que le dessin animé montre.

IX. Le trouple Odd-Naxxya-Samantha : j’avais cru comprendre que ce qui résultait du parcours de Sam, via le Memorium, c’était qu’elle avait renoncé à Odd comme à Naxxya pour les « caser » ensemble. Il n’y a pas comme un rétropédalage de sa part ? Et puis, elle a quand même de l’âge, c’est étonnant que la question ne soit pas mise sur la table (surtout pour former un trouple). M’enfin, personnellement je trouve ce développement plus amusant que gênant, c’est moins conventionnel que 95% de couples qui sont formés à la fin.

X. Hélène, à la toute fin, est le plus pur produit de la promotion canapé. Honteux ! J’espère au moins qu’elle était en règle administrativement pour justifier son poste de documentaliste.

XI. Épisode 134 : dans les parties en italique, tu recours à des guillemets français « » pour encadrer les dialogues, mais laisse des tirets cadratins — à côté de celui d’ouverture, ce qui est, dans les faits, une erreur de mise en page.


Allez, ultime étape avant de boucler ce commentaire : poser quelques mots sur la partie dessins. Ce serait dommage de les ignorer, ils font partie de ton identité et de celle du texte. Pour changer, ça gère et donne une plus-value à l’ensemble. Je dirais que ça renforce surtout l’effet de théâtralisation et de montée en puissance dramatique dans certains moments. La Sissi-Méduse, par exemple, est d’abord décrite avant d’être montrée, ça donne le temps au lecteur de s’en faire une représentation avant de voir celle que tu proposes, ce qui va inévitablement créer un décalage et une surprise.
Autrement, j’ai trouvé l’idée du tchat entre Jérémie et Aelita, avec smileys personnalisés et tout, très marrante et bien réalisée. Ça a dû être amusant d’écrire leur échange sous ce format.
Cela étant, à mon humble avis, qui se répète encore, la série de dessins de Vivre sans Lyokô partie I, reste insurpassée (côté précision graphique et ambiance), même si parmi les nouveautés, il y a vraiment de belles choses (Sissi-Méduse, l’avatar d’Alexandre, même la bloody-Aelita fait son petit effet).


Si je devais apporter à une conclusion à ce déjà trop long retour sur ton travail, c’est qu’il transpire la passion. Ton amour pour Code Lyokô se dégage de chaque parcelle du texte. Tu acceptes ses forces, ses faiblesses, ses lieux communs, ses clichés, ses personnages… plus largement tout en elle.
Personnellement, la prise d’âge ainsi qu’une tendance à la blase n’aidant pas, je ne recherche plus forcément ce type de mise en scène, et n’arrive plus à les apprécier avec autant d’absence de retenue que dans mes premières années avec le dessin animé. Néanmoins, grâce à Icer, je suis capable de mettre mon sérieux au placard et de prendre la lecture pour ce qu’elle est, de manière complètement décontractée après assimilation des intentions de l’auteur. Du coup, je me suis quand même sacrément éclaté à la lecture, entraîné par cette contagieuse passion.

Un grand bravo pour ce travail abattu et mené à terme.


https://i.imgur.com/6p3u27U.png

« Voilà, j’espère que j’ai pas été trop long ! »
  Sujet: [One-shot] Weak  
Zéphyr

Réponses: 6
Vus: 6837

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 01 Oct 2020 20:22   Sujet: [One-shot] Weak
Des One-Shots surprise, c’est toujours plaisant à (re)voir dans le coin et à découvrir. 3 textes, 3 styles, 3 ambiances… 3 mots, 3 cœurs ?

Contrairement à cette phrase d’introduction, ce texte est tout ce qu’il y a de plus sérieux. Le travail autour est palpable, notamment pour les différents raccords et échos entre chaque partie. J’ai beaucoup aimé les changements d’ambiance qui s’opéraient à chaque phase : la tension d’une attaque de Xana dans un cadre légèrement fantasmé proche d’un épisode du dessin animé, puis l’immobilité clinique d’un hôpital qui donne l’impression constante d’être épié et met mal à l’aise, et enfin la morne résignation d’un monde qui va vers sa fin.
Ce triptyque voyage du plus vers le moins sans faire preuve de brutalité. Les transitions et mises en place des nouvelles ambiances s’opère toujours naturellement, et les trois fonctionnent très bien ensemble, puisque chacune (sauf la première, logiquement), se nourrit un peu de la précédente.

Du point de vue du scénario, il y a deux postulats que j’ai tout particulièrement retenus et adorés, plutôt novateurs dans leur genre :

  • Les Lyokô-guerriers qui échouent face à Xana via la perte d’Aelita et se retrouvent de facto à la retraite, ou mis à la retraite par les autorités, ce n’est pas l’aspect le plus clair au sein du texte (l’idée globale est proche). D’ordinaire, on imagine surtout que la mort accompagnerait la défaite des héros, mais il n’en est rien ici : Xana n’a plus aucun intérêt stratégique à les attaquer et les abandonne donc une fois sa victoire totale décrochée. L’exploration directe de l’après-échec, du point de vue psychologique et moral fonctionne bien et est très intéressant (même si limité à Jérémie ici – avoir les 3 autres également aurait pu être tout aussi instructif !).

  • La mise en place progressive d’un futur qui glisse vers une forme d’ « apocalypse », suite à la victire de Xana sur les Lyokô-guerriers. En général, on imagine comment se déroule « la chute » (ce que vous faites cela dit), pour enchaîner directement sur le futur « post-apo’ ». Ici, avec la section de VioletBottle, c’est toute la phase de transition entre les deux phases qui est dépeinte. Le rendu est très sympathique et, à nouveau, cette ambiance terne et résignée fait merveille.

La mise en œuvre du concept désormais répandu des textes qui se complètent est bien exécutée. Cela étant, je note – et regrette – que la partie de VioletBottle soit aussi détachée et détachables des deux autres. Là où les liens se font facilement entre les deux premiers segments (qui constituent « la chute » évoquée plus haut), le troisième n’est que la conséquence et ne fait pas spécialement écho à ces derniers (du moins, le lecteur que je suis ne les a pas relevés) et fait sa « pré-apocalypse » de son côté.
Après, cela n’en renforce pas moins le sens général de l’ensemble, mais ça les désolidarise un peu à mon sens.

On en vient à mon jeu préféré : chipoter sur les détails. Courage, ça va bien se passer :

Le principe d’alerter les autorités si une attaque de Xana devient trop ingérable pour les Lyokô-guerriers. Pour moi, c’était déjà une connerie dans l’épisode 2, et ça l’est toujours dans le cadre de ce texte (c’est même encore pire car contexte saison 4). Ils se privent d’un Lyokô-guerrier sur le monde virtuel qui aurait fait la différence – surtout qu’il y avait deux fronts à gérer ! – pour privilégier une action (prévenir les autorités) qui ne servirait à rien. Les autorités n’ont pas plus les moyens de gérer l’attaque de Xana que le groupe d’adolescents. La meilleure solution, dans tous les cas, est d’éteindre le supercalculateur, mais pour ça, pas besoin d’alerter les autorités…
Je suis d’autant plus perplexe que je ne saisis pas le fait que Jérémie semble le principal défenseur/appliquant de l’idée (alors qu’il s’en fichait complètement dans le cas de la centrale nucléaire, encore au-dessus de l’attaque dépeinte ici). Narrativement, cela fait sens (Jérémie prend une mauvaise décision qui provoque leur défaite, ce qui aboutit au 2ème One-Shot), mais scénaristiquement…
Après, je reste méfiant vis-à-vis du texte de Silius, pas entièrement fiable vis-à-vis des informations lâchées, étant donné qu’il s’agit d’une version déformée de ce qu’il s’est passé. Néanmoins, je ne pense pas que le décalage soit si prononcé et que ce principe « Alerte autorités » ait été altéré.

Whilem Bardin qui s’avère être le… [beau-]père (pas très limpide sur ce coup) d’Ulrich. Alors pourquoi pas, mais ça paraît extrêmement douteux dans un contexte saison 4, où l’épisode 82 remet en scène le couple Stern. Théorisons qu’il se passe/s’est passé beaucoup de temps depuis les tragiques événements (même si cela m’étonnerait au vu de la façon dont est exposé l’internement de Jérémie).

Quid de Franz Hopper ? Il est mentionné une fois dans le texte, comme ça, mais son devenir n’est pas du tout précisé. Si Aelita est tombée dans la mer numérique, ne l’a-t-il pas sauvée, ou s’est-il fait avoir en essayant, ou plus simplement : il s’est fait avoir en amont de la chute d’Aelita (ce qui me semblerait plus logique vu qu’il est précisé que la concernée était seule). Ça me paraît assez ironique que, dans une histoire qui dépeint une avancée progressive vers la Fin, avec un grand F, vous omettiez d’aborder le cas de la lueur d’espoir, littérale et personnifiée que constitue Hopper vis-à-vis de Xana.
A nouveau, impossible d’être vraiment sûr, car les parties de Silius et Dede7 floutent volontairement la frontière entre faits fantasmés/délirés et la réalité.

La fin du dernier texte, donc de l’histoire, m’a laissé incrédule. J’ai du mal à comprendre ce choix. Jusqu’à ce stade, le récit était plutôt terre-à-terre, surtout les textes de Silius et Dede, puisque celui de VioletBottle lance effectivement par-ci par-là des éléments un peu plus « étranges » et symboliques (au hasard les « suicides de résignation », intégrés au nouveau décor (VERIFIER). L’impression que ça [me] laisse, c’est que vous/VioletBottle n’aviez pas trop d’idée pour conclure, et que l’embûche a été contournée par une envolée textuelle finale. C’est à mon sens le point le plus critiquable de ce triptyque : cette fin en complet décalage avec le reste (un peu paresseuse, de fait). J’aurais été très curieux de voir un résultat dans la droite lignée.

Cela dit, si je devais trouver une justification à cette fin pour le moins… particulière, je le lierais basiquement aux fameuses étapes du deuil. Cette interprétation transparaît le plus facilement de vos textes, au premier degré (surtout le deuxième, celui de Dede, qui dit cash « Tu peux faire ton deuil » juste avant le 3ème et dernier texte).
En dépit de sa surutilisation dans les interprétations d’œuvre de nos jours, il faut lui reconnaître qu’elle colle avec votre création (mais désolé d’avance de ne pas être original côté analyse, je compense avec la longueur de mon commentaire).
La partie de Silius constitue un déni pur et simple, par le prisme de l’idéalisation, le fantasme du « cela aurait dû se passer autrement si… ». Le psychologue et le cadre hospitalier de la partie de Dede sont parfaits pour la phase de marchandage : en refusant de dire la vérité à Wilhem, Jérémie est encore dans le déni, il tente de remodeler la réalité en refusant de mettre en mots la vérité, et refoule ce qu’il s’est vraiment passé. Faille de cette interprétation : la colère n’est pas tellement présente dans le deuxième One-Shot, mais on peut aisément penser que le coma éthylique découle d’une phase de colère de Belpois (c’est surtout que ça arrange mon interprétation, évidemment). La dépression se dégage littéralement de la troisième partie, je ne pense pas avoir besoin d’argumenter. Enfin, la fin du texte est, je pense, un simple reflet de l’acceptation. Les Lyokô-guerriers se rendent à leur dernière demeure, l’usine, où ils rencontrent la figure de Mort qu’est devenue William, et ne cherchent plus à lutter ou réfuter le cours des événements.


Toutefois, une dernière piste me vient vis-à-vis de votre travail : peut-être que chacun des 3 textes est indépendant, en réalité. Les icônes et l’ordre de publication induiraient volontairement en erreur pour faire croire au lecteur que tout ce qu’il lit est lié et se suit. Du coup, chaque shot n’aurait rien à voir avec l’autre, malgré des événements, des échos et des thématiques communes, justifiant le rassemblement en triptyque.
Cela expliquerait ce ressenti que j’ai sur les derniers paragraphes du texte posté par VioletBottle, justifierait totalement les changements successifs d’ambiance, et atténuerait certains de mes chipotages.

Je présume que je vais chercher trop loin et que vous vous êtes juste mis d’accord sur la ligne directrice et l’intrigue globale, avant de vous laisser carte blanche pour chacune de vos parties. La lecture n’en a pas été moins plaisante, malgré cette fin que j’ai trouvée un peu faible.

Bon, les tri-shots c’est très cool et tout, mais quand est-ce qu’on aura la fin de vos fanfictions ? Mr. Green
  Sujet: [Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days [Chapitre 8]  
Zéphyr

Réponses: 14
Vus: 17496

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 01 Oct 2020 20:01   Sujet: [Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days [Chapitre 8]
J’ai hésité quelques jours entre Icer et Nelbsia pour un commentaire, avant de finalement me raviser en ta faveur. A l’instar de ce même Icer, j’ai lu/suivi la première version de Code Alpha (mais pas sa suite), sans trouver le temps d’y poser un commentaire. Il était temps de corriger le tir !

Ta réputation te précède (qui ne se souvient pas du légendaire Projet Viol… ?), notamment via ton ancienneté dans ce sous-forum et ta démarche d’achèvement de ton travail entamé il y a longtemps de cela. Finir une ou deux fanfictions est déjà un grand chantier, alors je n’ose imaginer ce que cela donne avec une réécriture derrière… Rien que pour ça, tu as déjà toute ma considération !

Concernant 25 ans plus tard, la petite cure de rajeunissement a fait son effet : les idées générales et directrices du texte restent les mêmes (malgré le postulat de base plan-plan), en mieux amené et développé.
Hélas, Antoine n’y a pas gagné en subtilité. J’ai même plutôt l’impression que depuis la 1.0, tu as encore plus gonflé son égo – ce qui n’était pas une mince affaire – afin de renforcer encore plus ses traits, là où @mbre a quand même gagné dans l’histoire un développement moins grossier et plus nuancé. Cela étant, le positionnement d’Antoine vis-à-vis de son héritage parental est mieux géré qu’auparavant et le passif avec la tante apporte des éléments de construction bienvenus.
Demeurent néanmoins quelques maladresses narratives et scénaristiques à mon sens. Le trio d’adultes Ulrich/Pauline/William a un traitement superficiel et fonctionnel qui m’a laissé perplexe. Leur présence se justifie pour les explications techniques et la nécessité scénaristique (continuité avec Code Lyokô, besoin de mentor/antagoniste humain), mais pour le reste, ils restent sacrément plats je trouve ! Ulrich, plus particulièrement, se résume littéralement à un alcoolique qui veut se faire la fille de son meilleur ami décédé, avant de mourir en laissant ce portrait-là derrière. Même William, qui a un temps d’exposition médiatique plus faible, a plus de profondeur que Stern, grâce à sa tirade sur ce qui a motivé sa trahison envers les Lyokô-guerriers (si faire de William l’antagoniste est un biais facile scénaristiquement, cette justification simple et efficace fait bien le boulot).

En tout cas, cette première fanfiction pose les bases de ton univers de manière tout à fait honorable. On sent d’ailleurs en commençant Rainy Days qu’il y a une volonté de mieux développer les personnages principaux. Les parcours d’Ombre et Melvin sont réussis jusqu’ici, je nourris presque l’espoir qu’Antoine gagne en relief. Tu as très bien fait de faire ce choix. Je pense qu’une de tes forces en écriture est de décrire la psychologie/l’état mental de tes personnages. On sent que tu en as pris conscience dans cette suite, et que tu t’appuies plus régulièrement sur cette force.
Par ailleurs, le fait que tes personnages aient des profils de marginaux, des personnalités plus originales, et/ou des soucis d’ordre psychologique/mental montre cet attrait de ta part pour la peinture des psychés de ceux qui sortent de la norme (socialement et psychologiquement notamment). Pour moi, cela explique que tu sois parvenu à « te passer » de Jean (ce qui était une bonne surprise, scénaristiquement, ce n’était pas forcément attendu) : le tour avait été fait sur sa personnalité et son statut d’amoureux transi le mettait dans une impasse narrative. Cela a permis de faire de la place pour des profils plus intéressants, comme Melvin et Violette.

Toujours sur tes personnages, et pour faire le lien avec ma remarque sur Ulrich/Pauline/William, tu sembles beaucoup plus à l’aise avec les profils adolescents qu’avec les adultes (d’où la liquidation du trio mentionné ?). Amélie Belpois en est une parfaite illustration puisqu’elle est restée cette adolescente mal dans sa peau et qui n’a jamais réussi à trouver sa place, malgré le passage à l’âge adulte.
En revanche, tu as fait l’impasse sur un personnage : Sissi. J’ai encore en travers de la gorge le « quand ma mère... enfin, celle d'Ambre me mit à la porte ». Elle est évacuée du récit beaucoup trop facilement, alors que Code Alpha avait disséminé des indices sur le fait qu’elle se retrouve avec la garde d’Ambre, ainsi que son devenir en général. Néanmoins, il reste encore quelques chapitres à poster pour cette fanfiction, et les chances que son histoire personnelle entre en ligne de compte à un moment sont assez hautes (après tout, si tata Belpois y est parvenue, pourquoi pas maman Delmas ?).
Du coup je te laisse le bénéfice du doute sur son traitement/développement (c'est pile le genre de portrait que je te vois traiter). Je maintiens et re-signe néanmoins : sa sortie du récit est assez peu naturelle, elle renonce trop facilement à celle qu’elle pense être Ambre, alors qu’elle faisait preuve d’une possessivité maladive jusque-là.

Pour le reste de Rainy Days, j’attends encore un peu de voir comment le scénario va se déployer (le seul réel élément perturbateur pour le moment, c’est bien Ombre) Jusqu’ici le développements ont surtout été socio-psychologiques, mais au vu du contexte de base (supercalculateur et Alpha ranimés, lutte contre Hannibal, les « surveillants personnels » de la petite), il va forcément falloir y revenir et épaissir tout ça.
Je suis assez intéressé par la place d’Alpha dans tout ça. Il me donne constamment l’impression de jouer double-jeu, et ça ne m’étonnerait même pas qu’il soit en réalité Hannibal (je suis assez sûr du fait que celui-ci n’est pas un humain, donc une I.A), pour former/tester Antoine, ou tout simplement le manipuler dans un objectif précis.

J’ai fait le tour je pense, et maintenant que je suis à jour, je devrais pouvoir te suivre jusqu’à la fin. Bon courage pour la suite, garde cette motivation et cette volonté de conclure !
  Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 173
Vus: 67879

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Ven 25 Sep 2020 11:26   Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]
Anathos, si tu avais passé autant de temps à réfléchir à ta question qu'à rédiger ta signature (plus longue que ton dernier post, ce qui en dit long...), tu aurais pu deviner une partie de la réponse.

Avant même de parler de PDF, il faut parler du cas de la fanfiction, donc savoir si elle sera perledunetisée ou non. Sur ce point, le Pôle doit être unanime dans sa décision. Et si Ikorih et moi-même avons fini notre lecture, Icer ne l'a pas encore entamée. Cela va donc demander un premier délai. Ça peut paraître anecdotique comme point sachant que la première version est déjà une Perle, mais c'est notre procédure et jusque-là elle a plutôt donné des résultats.

Après quoi, si la Perle est validée, tu devines que faire un PDF qui soit un minimum présentable demande du temps (surtout pour un texte de cette longueur, illustré de surcroît), sans compter tout ce qui gravite autour d'une Perle du Net (création d'une fiche, mise à jour du profil auteur, des index forum, des catégories, etc).

Je t'épargne le reste du couplet, mais dis-toi que ça viendra en temps et en heure, et que nous ne manquerons pas de faire la com' qui s'impose le moment venu.

Si jamais tu penses que ça fait beaucoup d'attente, demande à Tyker ce que ça fait ! Mr. Green

EdiTyker: J'ai eu le temps d'écrire les 150 000 premiers mots du premier jet de mon roman depuis l'achèvement de la version finale de Pandémonium... Autant dire que ça ne m'obsède pas tant que ça Mr. Green

Au pire il y a d'autres fanfictions sur le forum, tout aussi prenantes que celle-ci.
  Sujet: Impossible de mettre un avatar  
Zéphyr

Réponses: 1
Vus: 1308

MessageForum: Aide, tutoriels et suggestions   Posté le: Jeu 03 Sep 2020 16:53   Sujet: Impossible de mettre un avatar
Hello Theoph !

J'ai procédé à ton changement d'avatar. Si l'URL était indiquée comme invalide, c'est parce qu'elle contenait un https (pour l'explication technique par contre je ne peux pas te dire). Il m'a suffit de retirer le -s de celui-ci pour que le changement soit effectif.

Problème résolu, je ferme. Wink
  Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 173
Vus: 67879

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mar 01 Sep 2020 14:11   Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]
Anathos a écrit:
Et sinon, lorsque Overpowered aura été entièrement publiée, l'histoire sera-t-elle téléchargeable sur ta page dans la section Perles du Net ?


Je me permets de répondre puisque c'est moi qui m'occupe de créer les documents des fanfictions des Perles du Net. La réponse est logiquement oui. En fait, à moins que le texte intégral de cette réécriture + suite soit moins bon que l'original, il n'y a normalement pas de raison pour que ce texte n'y ait pas le droit. Wink

Petit indice : jusque-là, tout va bien !
  Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 173
Vus: 67879

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 20 Aoû 2020 22:57   Sujet: [Fanfic] Overpowered 2020 [Terminée]
Note : ce commentaire concerne les 5 premiers chapitres disponibles au moment de la rédaction du message.

COUCOU !

Il était temps, après presque 6 ans au Pôle, que je commente un de tes textes. Mr. Green

Bien sûr, comme beaucoup, je suis tombé sur la première version d’Overpowered dans mes premiers jours sur le forum. Étonnement, je m’en souviens plutôt bien malgré les années, et j’en avais gardé l’image d’un texte dynamique qui se laisse lire avec plaisir d’une traite, et qui a ce petit quelque chose qui rappelle la série, notamment dans ses dialogues.

La réécriture hérite logiquement de tout ça, en plus du style d’écriture spécifique au format. Des descriptions qui vont à l’essentiel, suffisantes pour se représenter les décors et l’action, et des dialogues vivants qui rythment l’ensemble. Je pense vraiment qu’avec un autre style d’écriture (genre avec des pavés descriptifs, il y a des fous qui ne font que ça), la fanfiction et son format passeraient moins agréablement. C’est aussi là, je trouve, que prend source le « petit quelque chose qui rappelle la série » : l’agencement et le style narratif donnent un résultat très dynamique, avec une « optimisation » du temps d’écran de chaque séquence (ce qui explique aussi au passage pourquoi les scènes coupées ne sont pas incluses, rapport à leur densité). En gros : le découpage rappelle ce qui pourrait se faire/se fait dans le dessin animé. Bravo pour ça en tout cas, parce qu’il est plus difficile qu’il n’y paraît de ne pas être trop bavard sans pour autant perdre la clarté.

Cela étant, cette concision descriptive peut jouer des tours selon moi. Par exemple, je n’avais pas bien saisi à l’épisode 98, après la rencontre avec la Manta Noire, à quoi faisait référence « l’extérieur » du Noyau du Cinquième Territoire. Personnellement, je m’étais figuré la Voûte Céleste (même s’il me paraissait curieux qu’en-dehors du Garage et de la salle du Cœur, il devienne possible d’y déboucher). Ce n’est que lors de la séquence de l’épisode 100 (et le mur apparu par magie sur le chemin de l’interface) que j’ai compris qu’en réalité, cet « extérieur » était l’espace dans lequel se déplaçait l’Ascenseur.
Je n’exclue cependant pas d’être un lecteur qui manque d’attention, si jamais. Razz

Il y a deux choses qui donnent tout son intérêt à cette réécriture, à mes yeux :

  • La refonte/l’ajout d’éléments scénaristiques, logiques au vu de la saison 6 prévue derrière. Les enjeux de l’histoire paraissent plus troubles et complexes, sans pour autant que ça ne dénature l’idée initiale (les scènes coupées aident beaucoup à cette échelle). L’épisode 96 a donné le ton là-dessus. Les concepts évoqués sont originaux (la Sauvegarde du Monde), tout en restant encore vague à ce stade de l’histoire. Juste de quoi attiser l’intérêt et nous faire demander si l’évolution capillaire des personnages change à ce point tout. Mr. Green

  • Le [développement, les interactions de]s personnages : probablement le point sur lequel tu me parais avoir le plus travaillé. Je ne mentionne pas Odd, qui est dans tous les coups, si je puis dire, et qui a une longueur d’avance sur tous les autres en terme de couverture médiatique. On sent que tu essaies de rendre les évolutions des personnages moins « brutales » : je pense à la scène coupée de l’épisode 100, avec Ulrich qui fait du Ulrich (en plus violent) et montre qu’il n’est pas devenu posé d’un seul coup (même si ça va logiquement aller en s’améliorant). Pareil pour William, qui malgré son travail spirituel garde un petit côté tête brûlée, pour reprendre l’expression consacrée. Et je mets une pièce que Naxxya ne sera pas en reste ! Les relations amoureuses sont également plus approfondies (du moins par rapport à mon souvenir) et nous rappellent que le dessin animé est bien gentil, mais qu’on a affaire à des adolescents avant tout.
    L’idée des scènes coupées fonctionne par ailleurs bien dans l’idée de développer plus en avant les personnages.

Pour rester sur les scènes coupées, le concept reste intéressant (même si je pense que tout lecteur un minimum intéressé les lira) et permet de ne pas casser le format par épisode. Parce que malgré la longueur augmentée des chapitres, le découpage en épisodes n’en pâtit pas pour le moment, au niveau du rythme. Ça passe pas mal pour le moment, mais le nombre d’épisodes de la saison 6 m’a l’air d’être révélatrice de la limite de ce format. Ou alors je suis mauvaise langue et tu fourmilles juste d’idées. Curieux de voir comment ces 26 épisodes vont se tenir avec pour base la back-story (remarque, Pikamaniaque, ou mieux : les auteurs des Chronicles, y sont bien arrivés, c’est jouable !).

Côté illustrations, je voulais en profiter pour exprimer à quel point j’adorais celle d’Odd face au couchant, dans son ambiance (et aussi le fait qu’elle contribue à renforcer l’impact du texte derrière, et inversement). Je suis curieux de voir s’il va y avoir d’autres interactions texte/image par la suite. L’idée du tchat Jérémie/Aelita est bien pensée, pour donner un exemple.
Autrement, la nouvelle coiffure d’Aelita est toujours aussi perturbante visuellement (du moins de face, de profil ça passe crème).

Puisque j’ai mentionné Vivre sans Lyokô, si la rallonge surprise était très appréciable et l’idée de l’inclure à Overpowered bien sentie, je regrette peut-être un peu que l’OS initial ne soit pas resté isolé. J’aimais bien ce goût de mélancolie et de résignation qu’il dégageait, surtout dans sa fin. Ça lui donnait un peu son unicité. Ici avec la continuité ajoutée, on perd un peu de ça.

Pour finir, quelques observations/questions en vrac :

  • Les Lyoko-morphers sont quand même fabriqués sacrément vite. Même avec les composants sous la main et la partie informatique sucrée, Jérémie et Aelita me paraissent encore trop rapides et efficaces (attends ils ont même le temps de préparer une valise pour ranger leurs créations !). On touche là une des limites du format « découpage par épisode » selon moi : certains aspects techniques sont accélérés/ellipsés pour ne pas alourdir la narration ou freiner l’action, ou plus simplement car elles concernent une problématique propre à l’épisode et qu’elle doit se résoudre dans l’épisode-même (ici l’idée des morphers suite à l’intensification de la lutte) ;

  • William n’a pas l’air d’user tant que ça de la Supersmoke, virtuellement, alors que le potentiel du pouvoir est là. Est-ce lié à ce qui lui est diagnostiqué dans l’épisode 100 ?Ou plus simplement au fait que les forces de Xana sont si nombreuses que la protection d’Aelita prend le pas et l’empêche de vraiment l’exploiter en fonçant dans la mêlée ?

  • Pourquoi les Lyokô-guerriers s’entêtent à passer par le chemin classique pour accéder à l’interface du 5ème territoire (Aréna, Noyau, etc) ? Depuis que Jérémie a recréé Lyokô, n’est-il pas possible de faire territoire de surface/Voûte Céleste directement (comme nous le montrent les multiples séquences du Skid) ? M’est avis que leurs problèmes seraient résolus plus vite. A moins bien entendu que Xana n’ait, une fois encore, usé de ses nouveaux pouvoirs pour également changer cette règle virtuelle-là (un peu comme le retour du compte-à-rebours) ;

  • Dans l’épisode 98, il est mentionné les « abysses » du 5ème territoire, soit le « vide » à l’intérieur même de la boule qu’est le 5ème territoire. Je me suis toujours demandé d’où sortait cette idée comme quoi tomber procurait le même effet qu’un plongeon dans la mer numérique. Autant dans la Voûte, ça me paraît logique, mais à l’intérieur même de la boule... Selon toute logique, ne devrait-il pas y avoir un fond solide, sur lequel s’écraser ? Sinon la boule bleue ne serait pas une la figure géométrique qu’elle est mais simplement une boule rongée sur sa partie du bas, pour laisser la place d’être virtualisé définitivement. Après, il faut effectivement admettre que le vide intérieur et son espace de lumière blanche brumeuse ne sont pas des plus avenantes, mais personnellement, je ne vois ça que comme un effet de style pour ne pas avoir à ajouter du décor en plus. Mr. Green
    M’enfin, le problème vient probablement de moi, même Icer semble avoir adopté l’effet de ces « abysses » ;

  • L’image d’entête de l’épisode 99 est une chouille trop grande en largeur (et agrandit l’écran en conséquence vers la droite, mordant certaines fins de ligne – à moins que je ne sois le seul concerné). Si jamais tu te sens de faire une micro-réduction de taille grâce à la magie du Bbcode, pour que ceux qui ont la paresse de bouger leur pavé directionnel sur la droite aient un forum non-déformé...

A nouveau, je te félicite pour la publication de cette nouvelle version d’Overpowered, le chantier est plus que conséquent. Bon courage pour la mise en forme du reste, je serais au rendez-vous, commentaire ou pas, la curiosité prend le pas !
  Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 24
Vus: 13810

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mer 05 Aoû 2020 19:06   Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]
cc aie-ss

https://i.imgur.com/qJ7hXtV.png

Wailord augmente la Pression !



Allez, à l’attaque :

Spoiler


Tu as toujours plutôt excellé dans les mises en ambiance de type « l’ultime bataille approche » je trouve, à l’époque de l’Échiquier bien sûr, mais ici le rendu est très appréciable. Encore plus quand, de sa position, le lecteur sait que le texte n’est pas encore arrivé en bout de route. Combiné aux petits détails sans prétention que tu parsèmes dans ces moments (lesquels, sur la forme général, ne se réclament d’aucune mise en scène ou théâtralité particulière) et qui, à mes yeux, font ta spécificité, ça donne une certaine consistance à ces passages.

Tout aussi anecdotique, on a toi et moi fait le choix de progressivement « professionnaliser » les Lyokô-guerriers. Ici, la refonte du groupe suite au départ de Jérémie a quand même fait effet, avec la prise de lead d’Ulrich qui permet quand même de pas mal alléger la charge mentale de l’opérateur du groupe, et qui a, je pense (même si le texte risque d’infirmer), quand même dû impacter plus ou moins directement Jérémie à l’époque. Ça paraît idiot de ne le dire que maintenant, mais ça ne fait pas de mal de se retourner pour regarder la vue, de temps en temps !
En parlant d’Ulrich, je crois que des 6 originels, c’est sûrement celui dont j’apprécie le plus l’utilisation et l’évolution dans cet univers-là (il faut dire que la concurrence d’Odd et Yumi n’a pas été très lourde...). Son rendu est intéressant, au niveau de la mutation subie, sans qu’il ne soit trop dénaturé (exemple bête : son efficacité proportionnelle à sa motivation, dans la vie). Par ailleurs, jusqu’à présent, je trouve qu’il a plutôt droit à pas mal de mise en avant (comparativement à William surtout, alors que tu évoquais une certaine hiérarchisation de traitement sur les héros de base, mais bon il reste encore quelques parties, notamment la prochaine, n’est-ce pas ?).

La performance d’Odd était vraiment très cool. J’en connais un qui va prochainement faire son retour dans le coin. Mr. Green
Plus sérieusement, le doter d’une arme au corps-à-corps avec la Téléportation, ça coule de source, et c’est suffisamment simple pour qu’il l’utilise efficacement.

Autrement, je ne pensais pas que le Xana venu de l’univers annexe 2 occuperait une place narrative aussi grande (je suis notamment assez curieux de voir la place qu’il va se tailler dans le récit pour la suite). Comme quoi il ne faut pas juger à la longueur ! Sans compter le retour de la fameuse « addiction à William » (a priori), mention qui ne m’avait pas du tout convaincue à la fin de l’Échiquier. Peut-être l’occasion de mettre un chouia plus de concret là-dessus !

Le coup du « Gros caramel mou » constitue une référence de base, que je ne te voyais pas forcément placer, mais qui en dit sacrément (et ce même sans remarque de Yumi). Le fait que l’anecdote ne soit de base que partagée avec Aelita en dit quand même assez sur le fait que celle-ci « ne représente plus rien » pour Belpois. M’enfin, je te fais confiance pour ne pas nous faire le coup classique là-dessus.

On note aussi que les Perles identifient les Lyokô-guerriers comme affiliés à Xana. Logique, mais avoir la confirmation ne fait pas de mal. Du coup, un probable élément de bascule les concernant serait la mise à bas de l’identité réelle du Commandant, ce qui permettrait de résoudre le conflit sans que ça ne tire autant en longueur qu’avec le Palamède.

Pour finir sur une note gastronomique :

Citation:
il était actuellement occupé à mélanger consciencieusement du porridge et des fruits


Alors le porridge, ça se prépare, on ne le verse pas tout cuit dans son bol comme la merde industrielle. Vu que Chris s’assied directement à table, il ne peut pas avoir bricolé ça en amont (quoiqu’avec ta narration minimaliste...). Je pourrais pousser le détail pour légitimer tout ça, mais plus de forces.

Edit express : Une question comme ça à propos de la cachabouée. Si elle émerge dans un bassin d'eau de l'arène centrale du Réplika Banquise, comment fait-elle pour ensuite se jeter dans la mer numérique (et inversement, comment passe-t-elle de la mer à l'eau du territoire en suspension), compte tenu qu'il est assez clair dans la série que l'eau de la Banquise ne se jette pas en contrebas ?

Hâte de voir le gang avec la baleine foutre la zone !
  Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 24
Vus: 13810

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mar 28 Juil 2020 21:33   Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]
Avec ce chapitre, on comprend mieux pourquoi l’ère des Vigiroth est morte et enterrée. Poursuivons cette introduction dans la barbarie la plus totale.

Icer a écrit:
Tout d'abord merci pour tes corrections. Elles ont été faîtes.


Tu es au faîte de ta gloire là... niveau fautes j’entends. Il n’y a pas que l’état qui empire si tu veux mon avis :


Spoiler


Je pense avoir préféré les affrontements pokémonesques dans cette partie-ci, par rapport à la précédente. Probablement grâce aux allusions et easter eggs sur la licence.
On constate aussi, à nouveau, la novicité des Perles, puisqu'elles ne finissent pas vraiment le boulot d’élimination du Xana de l’univers annexe 2. Quoique, ça n’avait pas l’air d’être l’objectif suprême, au vu de l’échange de Jérémie avec ce Xana. À nouveau, je trouve que le concentration de forces virtuelles dans le camp de Kharlan ressort.

Encore un fuck the system savoureux avec l’échec de la mise en place de l’infiltration de la fausse Gladys. Sans compter l’effet pétard mouillé qui tranche assez bien avec la bulle médiatique récemment formée autour du personnage, depuis le début du texte.

Avec ça, la disparition de la Gladys des Perles est vraiment intéressante (même si un chouia prévisible au vu de la remarque en amont de Valérie, même si j’avoue avoir plutôt pensé que cela concernerait plutôt Céline, au vu de la relation sous-entendue entre les deux). J’apprécie toujours ta façon de faire surgir la mort de personnages de façon inopportune (dans le sens positif : sans mise en scène particulière, ce qui renforce la brusquerie et la surprise), notamment parce que, selon les cas, cela peut provoquer une mutation des contextes et enjeux. Ici, pour les Perles, la perte de leur Gladys est présentée comme assez handicapante, celle-ci semblant tenir lieu de Sentinelle pour le groupe. D’ailleurs, je soupçonne la relance dans la foulée du dossier « clique à Hopper » étroitement liée à cet événement.
D’ailleurs, on aurait pu penser que la survie de Xana et du portail sur le Réplika Banquise laissaient une possibilité de revoir cette Gladys, mais le vol de celui-ci par Jérémie complique les choses, et semble boucler la question. Avec cette disparition, nous n’en saurons peut-être pas plus sur elle (au sein du groupe Perles) et ses rapports troubles avec Christophe (quoique l’on peut toujours avoir des pistes via ce dernier). Bien joué en tout cas !

Le plus gros intérêt de cette partie, en terme d’intrigue, est sans nulle doute les morceaux politiques. Déjà, juste l’exploitation de l’effet de « déjà vu » pour les victimes du retour vers le passé est hyper-maline, avec le cas de Bush.
Du coup, l’arrestation de Meng et ce qui gravite autour (via le passage de Nicolas) donne une information à mon sens cruciale. Le mystérieux groupe au courant des activités des Lyokô-guerriers n’est pas au fait du retour vers le passé (du moins ceux qui les surveillent, donc Nicolas). Bon, dit comme ça, ça tombe sous le sens, mais le rappel n’est pas inutile dans le contexte, parce que je pense que l’élément aura son importance plus tard. Et puis, j’aime bien le fait que le groupe parisien ne soit pas complètement démuni face à ce groupe qui les épie en secret. On peut aussi relever que les irlandais constituent une carte piège notable : leur localisation, contexte et discrétion plus manifeste aident à ne pas les voir venir. C’est d’ailleurs probablement en partie pour ça que la fin de l’Échiquier attribue la gestion de cette « menace réelle » à Senja Blanc (outre la responsabilité personnelle), pour laisser celle virtuelle aux Lyokô-guerriers.

Bien bien bien, les pièces commencent doucement à s’installer, hâte d’en lire plus. Beau boulot sur les descriptions de lieux IRL, au passage !
  Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]  
Zéphyr

Réponses: 24
Vus: 13810

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Mar 21 Juil 2020 21:35   Sujet: [Fanfic] Ragnarök [Terminée]
On sent de plus en plus l’influence de Star Wars sur l’Un’Icer : le sens de la numérotation devient similaire, avec un passage de L’État Empire I directement au III. C’est très très fort.

Pour commencer, on passe à la caisse. En voiture Monsieur Simone :

Spoiler


J’ai moins à dire sur cette partie, parce qu’elle touche aux textes que je maîtrise au sein de ce bric-à-brac. Je dirais que les passages Pokémonesques sont dans la droite lignée de ceux qui l’ont précédé : même si ce n’est pas forcément un style auquel j’adhère totalement, je trouve la démarche malgré tout fun (et puis ça contribue quand même à une bonne partie de l’identité de ton univers, mine de rien).

La démarche qui vise à retracer le parcours de Jérémie afin de comprendre ses actions était vraiment intéressante. Ça a un petit côté « enquête » qui va toujours bien – assez étonnement d’ailleurs – avec Code Lyokô. J’espère que cela trouvera écho par la suite, parce qu’en terme de mise en scène, ça fonctionne drôlement bien !

Côté détails, la référence à la déesse Abnoba est très plaisante, notamment parce que, à titre personnel, je n’avais pas du tout fait le lien avec Alba (bien que le coup du triskèle m’avait interpelé, sans que je n’y réfléchisse plus que ça). J’adore ce genre de détails, qui en plus étoffe toujours plus le personnage de Senja, sans prétention.
J’ai aussi l’impression qu’il y a une espèce de complicité entre Odd et Mélody (du moins via le coup de la puissance de son avatar – la description autour a nourri mon impression). Y aurait-il une suite au fameux rentre-dedans des fêtes de fin d’années passées ?
Pas de réponse pour Aurora. Je présume qu’elle a fugué à nouveau, dans l’espoir de faire réagir Senja, mais que ça n’a pas fonctionné comme elle l’entendait et qu’elle ne peut plus revenir sans perdre sa crédibilité.

Citation:
- Je dirais, la couleur de l'excrément de grenouille de la planète Popol.
- Pardon mec ?
- Euh... c'est jaune-orangé...


C’est de la bonne.

Autrement, comme tu le laissais entendre dans ta dernière réponse, on est face à une partie qui remet assez en perspective le groupe des Perles. Finalement, en dépit de leur préparation – largement sous-entendue – ils restent assez novices/amateurs en situation concrète. Ils font plus l’impression d’élèves studieux, qui commettent encore quelques maladresses.
Les Perles accumulent de nouvelles forces (après la clique à Hopper, la récupération de Pokémon), mais dans quel but ? Je n’arrive plus à remettre le doigt sur le passage (sauf si je l’ai rêvé évidemment) mais je crois me rappeler qu’il est fait mention du fait de voir venir les combats/assauts à venir. Ça me semble un peu léger comme explication, et j’ai plutôt l’impression que l’objectif visé est plus lointain (la fameuse « suprémacie virtuelle » peut-être ?). D’ailleurs, j’en viens à me demander si le rassemblement du quatuor de Hopper arrivera vraiment à terme (ce serait un piège à cons très amusant, et pas forcément malhonnête avec des Lyokô-guerrier sur leurs dents).
Je note également les déclarations des Perles, comme quoi leur objectif serait de combattre Xana. À vue de nez, il semble s’agir d’une belle histoire vendue par Jérémie/le Commandant pour les embobiner. On peut s’interroger sur l’intérêt d’une telle manœuvre, vu que l’épilogue des Perles sous-entend que le groupe voue une forme d’obéissance à l’image dudit Commandant, même si j’imagine que donner à de jeunes esprits influençables un but à accomplir « noble » et « héroïque » doit contribuer à les rendre plus efficaces et motivés. Si la lutte contre Xana est « la raison d’être » des Perles, que peut bien être ce « rêve du Commandant » pour lequel se battent ces séides ?
Tu nous tiens toujours en haleine sur ce genre de points, coquin !

Assez curieux de voir où va mener la croisade irlandaise à la Réunion (le passage dédié : de pures barres), et comment/si elle va influencer l’action virtuelle en cours... Là-dessus, je mise, au vu de la bannière de la prochaine partie, sur une interaction de la Gladys infiltrée avec Medhi, faisant capoter toute l’opération furtive.

En avant pour la prochaine partie, en pirate !
  Sujet: [Fanfic] Le plus puissant des liens  
Zéphyr

Réponses: 63
Vus: 58130

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Ven 17 Juil 2020 15:23   Sujet: [Fanfic] Le plus puissant des liens
Hello ! Ton retour dans les environs fait très plaisir, et j’espère bien que celui-ci sera placé sous des auspices aussi favorable que pour Tyker, en ce qui concerne ce texte Smile

Concernant ce dernier chapitre, à nouveau je n’ai pas effectué de relecture de la totalité des précédents. Il faut dire qu’à l’époque, je les avais déjà relus 3-4 fois, ce qui aide sur le long terme à garder en tête les grandes lignes. J’admets avoir oublié l’essentiel de ce qui tournait autour de Mathilde, mais pour ce chapitre-là, c’était dispensable, mais j’avais surtout envie de te laisser un commentaire assez rapidement, donc je me rafraîchirais sûrement la mémoire ultérieurement.

Bref, le point qui m’a sauté aux yeux à la suite de ma lecture, ou plutôt qui a rapidement été rappelé à ma mémoire, c’est à quel point tes textes se lisent bien. Je ne vois jamais les lignes et les chapitres passer, parce que tu gères vraiment bien ce que j’appelle la respiration textuelle. L’alternance des passages descriptifs et des dialogues insuffle un rythme de croisière très agréable pour le lecteur (avec, au bout du parcours, cette sensation que le texte passe tout seul). Mais malgré cette accessibilité apparente, ton style se ressent derrière, via, entre autres, les mentions des ressentis des personnages teintés de pudeur ou les dialogues qui témoignent de la vie et des caractères des protagonistes en-dehors du cadre pur de la fiction.
D’ailleurs, cette remarque est plus ou moins valable pour tous tes textes (mêmes ceux que je n’ai pas commentés comme Pas maintenant ou Jeux d’enfants).

Pour le reste, je pense que les déclarations de mes commentaires précédents sont toujours d’actualité. Cela étant, pour éviter toute accusation d’user d’une technique de feignasse pour ne pas développer plus, je vais tenter d’étoffer un peu.

Tout d’abord, je me demande vraiment de quelle façon la relation entre Yumi et Ulrich va impacter la dynamique du groupe. Si je ne pense pas que tu vas jouer la carte de l’embrouille entre les deux, ça ne veut pas dire que le fait qu’ils cachent leur officialisation aux autres ne va pas donner lieu à des quiproquos et autres situations liées. Sans oublier la volonté de défection de Yumi, qui va certainement générer des tensions si elle n’est pas solutionnée.
L’intrigue du côté de Laura, Tyron et Sandra est toujours aussi intéressante, et on en est toujours à un stade où on se demande comment cela va évoluer, mais surtout jusqu’où tu vas aller (par exemple : le G7 restera-t-il une toile contextuelle pour Tyron et les Russes ou le développement sera plus poussé ? – à titre personnel, là-dessus, je pense que tu resteras sur la première option).

En fait, je trouve que c’est une des forces actuelles de cette fanfiction : la direction et le développement des événements en cours est totalement flou, donc susceptible d’aller vers n’importe quelle destination. J’adore être dans l’incertitude comme ça lorsque je lis un texte à parution ponctuelle, ça entretien le sentiment d’attente quant à la suite, tout en pimentant l’expérience de lecture.

Pour finir sur des remarques plus secondaires, je suis un peu perplexe par le groupe des Ninjas montré dans ce chapitre. La démonstration plus le sous-entendu sur leurs capacités de combat rend assez ridicule leurs échecs face aux Lyokô-guerriers. Bon d’accord, le plan virtuel est différent du plan réel, et on peut extrapoler sur l’expérience supérieure des héros en la matière (même si dans les faits, ils reprennent tout juste du service), mais ils donnent tout de même l’impression d’être un minimum compétents et bien plus âgés. D’ailleurs, c’est pour ça que, dans ma propre fanfiction, j’en ai fait des adolescents, principalement, pour garder un rapport de force virtuel qui se tient.

Citation:
- Laura a parlé d'un collier. Tu crois que c'est une allusion au collier explosif de Battle Royal ? s'inquiéta William.
- Pas certaine que Laura perde son temps devant ce genre de films.
- Je parlais surtout du manga...


Je parie que William a également lu Gantz, vu son intérêt pour les colliers explosifs – et d’autres types de séquence qu’ont en commun les deux œuvres...

Je me permets de citer une remarque de mon précédent commentaire, parce que je suis très intéressé par la réponse que tu y apporterais. Désolé d’avance pour l’insistance ! Mr. Green

Zéphyr a écrit:
Tyron : c’est assez perturbant de le voir appeler ses hommes de main « ninjas » quand on sait que ce sont les Lyokô-guerriers qui les ont baptisés ainsi


Et c’est tout me concernant. Ton texte est toujours aussi rafraîchissant à lire, et sa suite se fait toujours attendre chez ce bon vieux Pôle. Bon courage pour la reprise et l’achèvement !
 

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure


Page 1 sur 54
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 52, 53, 54  Suivante


Sauter vers:  


Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1315s (PHP: 68% - SQL: 32%) - Requêtes SQL effectuées : 32