CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL - Bande annonce fangame 4.0.X
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
 
 Derniers topics  
[Projet] Forum Séries TV et DA (dont ...
[Jeu Vidéo Lyoko] IFSCL 40X!
[One-Shot] Amaterasu
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Source (extrêmement hypothétique) d'i...
Discord pour le forum + animation ?
Anciens : Réveillez-vous ! La bulle d...
[Fanfic] Les Perles du Neith [Terminée]
Les origines de vos pseudos
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

30 résultats trouvés
Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum

 Auteur  Message
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Ven 20 Fév 2009 19:24   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Bonsoir à tous, merci pour le commentaire et voici donc la suite ! (je sens que je vais me faire taper moi avec se chapitre)
Aller, bonne lecture !

Chapitre 2 :

« Depuis la nuit des temps, les Vampires, les Lycanthropes (et plus particulièrement la sous espèce des Lycans) et les Démons s’affrontent. Cette division, ainsi que toutes les autres au sein même de notre empire, est certainement notre plus grande faiblesse. Y remédier est pourtant bien difficile… »

Sourços, 3e Empereur de l’Enfer


Allongé dans son lit, les mains croisées derrière sa nuque, Réo réfléchissait.
Tout était allé si vite…
Ses débuts en tant que chasseur d’âmes lui paraissaient si proches et pourtant…
Désormais, il ne possédait plus qu’une infime partie de ses anciens pouvoirs et il n’était plus immortel. Ce dernier point était de loin le plus inquiétant, maintenant, il devra être sur ses gardes quel que soit son adversaire.
Ce revirement de situation tombait au plus mal, la guerre devait éclater quelques jours, deux semaines dans le pire/meilleur des cas, plus tard.
Dans ce contexte, être immortel était bien utile…

- Alors Ferez, où en es-tu avec la jeune fille ? Demanda Yalhyé, assis sur son trône, à l’homme qui venait d’entrer.
- Et bien son entraînement avance. La bulle temporelle permet de la faire progresser plus vite sans pour autant la faire vieillir cependant ça prendra beaucoup plus de temps qu’avec Matt. Aucun cœur de mort ne peut être utilisé cette fois, expliqua Ferez.
- Je me doute bien qu’il ne faudra pas quelques jours pour qu’elle atteigne le niveau… prévu.
- Des nouvelles de Réo ?
- Non, depuis sa blessure nous n’entendons plus parler de lui. N’ai pas de faux espoir, je sais qu’il n’est pas mort, lança Yalhyé lorsqu’il vit Ferez sourire.
- Comment pouvez-vous savoir qu’il n’a pas succombé ?
- Pour la simple et bonne raison que sa blessure ne l’aurai pas tué de toute façon…
Un air de totale stupéfaction se peignit sur le visage de Ferez, ce qui eût pour effet de faire éclater de rire le chef de l’Ordre.
- Tu vois Ferez, tu es loin de tout savoir…

Le soir même, Max discutait avec ses amis. Malgré sa légère inquiétude causée par ce que lui avait révélé Matt, il éclata de rire après avoir entendu la vanne d’un de ses amis.
Il s’agissait donc d’un petit groupe de cinq ados, trois garçons et deux filles.
Celui qui avait fait rire Max avait les cheveux bruns, bronzé, il avait des yeux verts, pétillants d’intelligence. Il se prénommait Marc.
Le dernier garçon mesurait quelques centimètres de plus que Max. Blond, il avait quelques taches de rousseur, les yeux marrons et portait des vêtements verts.
Il répondait au nom de Jonathan.
L’une des filles était de toute évidence asiatique. La peau mâte, cheveux noirs, elle souriait allègrement et avait la même taille que Marc. Elle était vêtue de gris et de noir. Son attitude étant en totale contradiction avec son apparence. (Ne pas se fier aux apparences donc) Son nom était Sophie. (Comment ça pas asiatique et pas original ? Z-en faites pas, c’est pas grave…)
La dernière était plus discrète. Assez jolie, elle était vêtue d’un pantalon brun et d’un léger pull sombre. Ses yeux étaient marrons et sa peau était très peu bronzée. Ses cheveux noirs lui arrivaient à la nuque et elle ne cessait de regarder Max.
Son nom était Shaé. (Non je n’arrêterais pas mes clins d’œil )
Le petit groupe se dirigeait vers la gare RER pour raccompagner Jonathan.
- Youhou ! Demain contrôle de SVT ! Gueula ce dernier.
- Ouais c’est bon on a compris, pas la peine de le gueuler partout ! Répondit Sophie.
- Mais laisse-le, il exprime sa joie de… euh…, commença Marc.
- Récolter une note comprise entre 0 et 1, le coupa Max qui généra ainsi un fou-rire général.
- Maieuuuh, vous êtes méchants ! Lança Jonathan en croisant les bras et prenant un air faussement boudeur.
- Ca y est, ça le reprend. Un vrai gamin boudeur, exposa Sophie.
- Pas étonnant qu’il rate ses DST en SVT, les gamins de trois ans sont pas très forts dans cette matière je crois, expliqua Shaé avec un sourire.
- Roh t’es méchante, répliqua Sophie feignant la consternation. Qu’est ce que t’a contre les gamins de trois ans pour les comparer à Jonat’ hein ?
- Oui t’as raison… Trois ans c’est trop vieux, fit Shaé.
- Arrêtez, il va encore nous faire son boudeur, dit Max en désignant Jonathan.
- Il le fait déjà là non ? Demanda Marc.
- Ah euh… ah bah oui en fait, vous pouvez continuer c’est pas grave ! Annonça Max en riant.
- Merci la sympathie vraiment ! Z’êtes tous contre moi ! C’est pas juuusteuuu ! Se plaignit le boudeur en question.
- Pauvre petit calimero… Lança Shaé.
La bande continua son chemin dans la joie et la bonne humeur.
Aucun ne remarqua l’homme qui les observait depuis un toit. Vêtu de cuir noir renforcé de plaques de métal et de piques, il tendit le doigt vers un endroit du trottoir vers lequel se dirigeaient les humains. Il prononça alors une sorte de formule aux consonances graves qui faisaient mal à la gorge rien que de les entendre.
Un pentacle apparut alors à l’endroit désigné. D’abord assez petit, il s’agrandit pour mesurer quelques mètres de diamètres. Il se mit alors à briller fortement d’une lumière orangée et une colonne lumineuse de la même couleur que le reste apparut alors au centre de la figure. Elle grossissait à vue d’œil puis soudain disparut pour laisser place à une créature.
Bien plus grande qu’un homme, elle était recouverte de poils sombre qui la rendait difficile à voir étant donner que la nuit était presque tombée.
Ses yeux étaient jaunes et des griffes impressionnantes ornaient ses mains.
Pendant un bref instant, les jeunes humains restèrent figés par la stupéfaction et la peur.
Puis la créature poussa un hurlement caractéristique qui permit d’ailleurs d’apercevoir des crocs impressionnants.
Hurlement caractéristique car tous le reconnurent.
Le hurlement d’un loup.
Plus exactement celui d’un loup-garou.
Ce dernier se jeta alors sur la bande qui s’éloigna en courant.
Alors qu’il courait, Max prit son téléphone et appela Matt. Ce dernier décrocha :
- Max ? Qu’y a-t-il ? Pourquoi y en a qui crient ?
- On est poursuivis par un loup-garou ! Alors arrête de poser des questions et viens m’aider comme tu me l’avais promis !!! Hurla l’humain.
En effet, après avoir tout expliqué, Matt avait promis à son ami que s’il avait un problème, il lui suffirait de l’appeler pour qu’il vienne.
Il y eût un bruit de chute derrière Max précédant un cri de Jonathan. Max se retourna et vit la créature en plein roulé-boulé avec Sophie qui hurlait.
- Sophie ! Hurla Marc en se dirigeant vers elle.
Il fut doublé par Jonathan qui, à moins de deux mètres du monstre qui avait la ferme intention d’égorger la jeune asiatique, se fit happer par un second loup-garou au poil légèrement plus clair.
Les deux êtres firent un roulé-boulé qui s’acheva près d’un lampadaire qui éclairait parfaitement la scène.
Jonathan ferma les yeux au moment où le lycanthrope ouvrait une gueule garnie de crocs qui se fermèrent sur le cou du jeune humain qui poussa un cri qui s’acheva par un gargouillis.
Le second loup-garou griffa sa proie à la joue. La fille poussa un cri de douleur avant d’essayer de se dégager. Elle roula sur le côté, sa petite taille lui permettant de passer entre la jambe et le bras droit du monstre qui se tenait à quatre pattes au-dessus d’elle. (tout commentaire euh bon…)
Elle se relevait lorsque le lycanthrope se jeta sur elle. Cette fois, elle était à plat ventre et ne put se dégager puisque son agresseur lui tenait les bras.
Elle ne vit pas les crocs descendre vers sa nuque.
Elle ne vit pas non plus le jeune garçon qui apparut dans un éclat de lumière blanche avant de lancer un éclair sur le monstre qui fut éjecter plus loin.
Pendant ce temps, l’autre lycanthrope, qui avait négligé Jonathan, s’était rapproché de Shaé qui avait beau courir vite, le monstre qui la poursuivait était plus rapide. Elle fut blessée au dos par un coup de griffe qui l’envoya à terre.
Elle se relevait lorsque le monstre la plaqua au sol. Le loup-garou allait l’achever lorsqu’il se prit un couvercle de poubelle en plein gueule (c’est le cas de le dire là).
Il hurla et se précipita sur l’auteur du tir qui n’était autre que Max.

Matt se baissa pour éviter un coup de griffe et lança un éclair qui percuta le monstre en plein torse.
Il fut éjecter contre un mur qui fut fortement abîmé mais se releva sans difficultés. Le jeune guerrier de l’Ordre fit alors apparaître son épée dans un éclat de lumière bleutée. Le lycanthrope se rua vers lui.
Matt esquiva un coup de griffe en roulant, se releva, para un coup de griffes et contre-attaqua.
C’était stupide. Sa lame rocha contre la peau du monstre sans lui faire la moindre égratignure.
Le lycanthrope donna alors un puissant coup de poing qui éjecta à son tour Matt tout en lui ouvrant cinq profondes entailles au torse.
Pour vaincre un loup-garou, il faut de l’argent.
C’était si logique que Matt se demanda brièvement comment il avait pu négliger ce détail.
Profitant que son adversaire était à terre, le loup-garou se jeta sur ce dernier. Matt roula sur le côté pour éviter un coup qui aurait dû le décapiter, se releva mais se prit un autre coup qui le mit à terre.

Max évita de peu le premier coup de griffe mais se prit un coup de poing qui l’envoya contre la façade d’un immeuble. Il tombait à terre lorsque le lycanthrope l’attrapa par le coup. Max vit les crocs du monstre se rapprocher… Juste avant que le couvercle de poubelle utiliser plus tôt ne s’écrase contre la tête du monstre qui lâcha sa proie.
Max regarda en direction de l’endroit d’où provenait le tir et capta le regard de Shaé.
Le lycanthrope se rua vers cette dernière qui tourna les talons et s’enfui.

Matt se prit un violent coup qui le fit voler contre un feu tricolore qu’il détruisit lorsqu’ils rentrèrent en contact. Le jeune guerrier voulu se relever, la douleur qui désormais irradiait tout son corps l’en empêcha. C’est alors qu’il vit le lycanthrope se désintéresser de lui pour se lancer à la poursuite de Sophie.
Le monstre pouvait le tuer sans difficulté, pourquoi abandonnait-il le combat ?
Matt eût alors l’irrésistible envie de se transformer en tigre mais il ne contrôlait pas encore parfaitement son don et il avait si mal qu’il pouvait à peine bouger.
Il vit donc, impuissant, le lycanthrope bondir sur Sophie qui poussa un cri de terreur avant d’être mordue au cou par le loup-garou.
Ce dernier hurla.
- Sophie ! Non ! Hurla à son tour Max.
C’est alors qu’un coup de feu se fit entendre. Matt vit alors le lycanthrope qui poursuivait Shaé s’effondrer pour ne plus se relever et reprendre forme humaine.
Max leva la tête et vit alors un homme vêtu de cuir noir sauter de toits en toits avec une rapidité et une faciliter qui rendait la réalité évidente : ce n’était pas un humain.
Il s’approcha ainsi de l’endroit où s’était tenu le second lycanthrope qui avait maintenant disparu.
L’inconnu s’arrêta alors et fit alors un saut périlleux qui le fit atterrir en plein milieu de la rue, à deux mètres à peine de Max.
Il avait bien fait car il avait évité de peu un coup de griffe du monstre qui hurla avant de sauter à son tour pour atterrir devant l’homme.
Max nota alors la stupéfiante pâleur de l’inconnu, mis en valeur pas le cuir noir de ses vêtements qui le rendait quasiment invisible dans la nuit.
Le loup-garou se mit alors à grogner en montrant les crocs.
Exactement comme l’inconnu dont l’identité devint évidente : un vampire !
C dernier lâcha son pistolet, que les autres devinaient armé avec des balles en argent, et mit ses mains derrière son dos.
Le lycanthrope se rua alors vers son ennemi qui bondit en arrière et lança deux shurikens de taille normale (donc pas petit mais avec de longues lames comme ceux de Réo et des prédators) qui rentrèrent dans le thorax du monstre qui recula. Le vampire prit alors l’épée qu’il portait en bandoulière entre ses épaules.
C’était une épée à une main, plus petite que celle utilisée par Matt.
Le loup-garou passa alors à l’attaque.
Le vampire évita le premier coup de griffe mais se prit un coup qui l’envoya contre le mur. Il se reprit toutefois et blessa le lycanthrope au flanc gauche avant de rouler pour éviter un coup de griffes. Le loup-garou se retourna brusquement et donna un coup rapide et puissant au moment où le vampire, qui s’était retourné, donnait un coup destiné à éventrer le monstre.
Les deux coups parvinrent à leur finalité et le vampire s’effondra, décapité alors que le lycanthrope s’affaissait, l’épée plantée dans le cœur.

Max se précipita alors vers Matt.
- Désolé, je n’ai pas servi à grand chose, s’excusa ce dernier.
- Je ne t’en veux pas, tu n’as rien à te reprocher. T’es blessé ?
- A ton avis ? Tout ce sang vient d’où d’après toi ?
- Euh…
- Ah, il y a ton amie qui veut te voir, on dirait, lança Matt avec un léger humour.
Shaé se dirigeait en effet vers Max. L’ivresse du combat étant retombée, elle regarda tour à tour les corps de ses deux amis. Sans qu’elle s’en rende vraiment compte, des larmes commencèrent à jaillir. Elle s’effondra dans les bras de Max qui venait de se précipiter vers elle.
Shaé s’abandonna alors au chagrin, elle se mit donc à pleurer.
Plus loin, Marc se tenait assis, hébété. Il ne tarda pas non plus à pleurer…

Accroupi sur le toit, ses vêtements le rendant indiscernable à des yeux non-expérimentés, Ferez réprima un juron.
Il n’avait pas prévu une intervention si rapide de Matt. Il n’avait pas prévu non plus que son ancien élève n’ait pas pensé à prendre une arme efficace contre les loups-garous.
Heureusement que le vampire était intervenu, cette haine entre vampires et lycanthropes était bien profitable en fin de compte.
La mission n’était toutefois qu’un demi-échec, deux amis de Max étaient morts, cela suffirait peut être à le convertir.
Ferez eût un léger sourire en voyant le regard que Shaé portait sur Max, exactement le même que ce dernier portait sur elle.
Si jamais ça ne suffisait pas, il saurait comment le faire définitivement passer du côté de l’Ordre.
Il ne vit cependant pas le regard que Marc posait sur Shaé…

La porte d’un hangar s’ouvrit. Les douze illumnorsks qui s’y trouvaient e retournèrent vers l’entrée…
Mais ne virent personne. Il firent apparaître leurs épées et entreprirent de se déployer dans le bâtiment, conscients qu’ils n’étaient plus seuls.
L’un d’eux passa près d’un pilier sans voir l’homme qui se tenait accroché au plafond. Ce dernier fit alors apparaît un javelot de métal noir et le lança sur l’illumnorsk qui n’aperçut l’arme qu’au moment où elle s’enfonçait dans son ventre tout en l’épinglant contre le mur.
Tous les autres porteurs de lumière se dirigèrent vers l’endroit où l’un des leurs venait de mourir. Cinq se mirent tout près du mort et l’un d’eux arracha le javelot.
Aussitôt, un gigantesque jet de feu jaillit du haut du pilier et les carbonisa.
Un illumnorsk se précipita vers le pilier mais un autre jet de feu le happa et éjecta son corps carbonisé vers le fond du hangar.
Réo sauta de sa cachette en brandissant son épée et atterrit juste devant un de ses ennemis qui se précipitait également vers le pilier.
Le démon évita un coup rapide, attrapa le bras tenant l’épée de son adversaire et sectionna le membre. Le soldat voulu hurler mais il fut décapiter.
Réo fit apparaître sa deuxième épée et para deux coups portés simultanément par deux autres porteurs de lumière. L’ancien chasseur donna un coup de pied et roula à sur le côté pour éviter un coup vertical. Il faucha les jambes d’un de ses adversaires et en blessa un autre à la cuisse. Il se releva et para deux coups avant de couper un bras et d’achever celui qui était à terre. Il fit ensuite un saut périlleux arrière an faisant disparaître ses lames mais n’atterrit pas sur le sol. Il prit en effet appui sur le milieu du pilier et tendit ses mains. Un immense jet de feu en jaillit et prit la forme d’un dragon avant de brûler deux adversaires.
Le démon sauta alors et atterrit juste devant le dernier illumnorsk qui donna un coup. Réo fit apparaître ses lames et para le coup avec sa première lame et coupa le bras avec la seconde avant d’enfoncer ses deux épées dans le torse de l’illumnorsk qui s’effondra.
Le démon soupira avant de faire disparaître ses armes, n’ayant visiblement pas envie de les porter dans le dos pour dégainer rapidement. (Les faire apparaître étant parfois délicat contre un adversaire rapide.)
Réo allait sortir du hangar lorsqu’il entendit le bruit d’une respiration.
Il se retourna et vit un homme, accroché comme lui auparavant sur un pilier. Il était vêtu de noir et était extrêmement pâle.
- Bravo, démon, lança-t-il. J’ignorais que tu étais encore capable de te battre.
- Qui es-tu donc, un fan de spider-man ? Répliqua le démon en question.
- Tu es stupide de me provoquer…
- Oh non au secours un monsieur accroché à un pilier dit qu’il va me tuer !!! Oulalah j’ai peur !
- Tu devrais avoir peur. Contrairement à moi tu n’es plus immortel, de plus tes pouvoirs sont désormais du passé.
- J’ai beau avoir perdu une partie de mes pouvoirs, je contrôle toujours parfaitement les flammes. Je n’ai rien à craindre de toi. Minable lavette, viens donc te battre si c’est ce que tu cherches !
L’homme montra les crocs dans un bruit s’apparentant à un grognement et sauta vers Réo qui roula sur le côté pour l’éviter.
Un vampire.
Il ne manquait plus que ça.
Renonçant à ses épées, les faire apparaître prendrait trop de temps, il sortit deux poignards de leurs fourreaux suspendus à sa ceinture.
Le vampire prit également deux dagues et se rua à une vitesse stupéfiante vers son adversaire. Le démon évita de peu les deux lames du vampire mais se prit un coup de pied qui l’éjecta plus loin. Il se relevait lorsque les armes de son ennemi ouvrirent deux entailles sur son flanc. Réo planta cependant ses deux lames dans le torse du vampire qui recula.
Il regarda les armes plantées dans son ventre et les retira avant de les jeter plus loin.
Le cœur !
Il fallait percer le cœur ou décapiter le vampire !
Le démon réalisa son erreur alors que son ennemi se ruait vers lui. L’ancien chasseur attrapa les deux shurikens qu’il avait et les lança sur son adversaire qui fut blessé au torse. Réo fit alors un saut périlleux et atterrit à quelques mètres de ses lames. Le vampire était cependant déjà sur lui et le démon fut blesser au flanc gauche. Il évita de se faire éventrer en sautant en arrière et fit alors jaillir ses griffes de la main gauche.
C’était d’ailleurs étonnant qu’il parvienne à le faire puisqu’elles étaient censées être liées à son état de chasseur d’âme, ce qui ne semblait pas être le cas.
Le démon se baissa pour éviter un coup, fit jaillir sa griffe de la main droite et la planta dans le bras de son adversaire qui lâcha l’une de ses dagues. Il repoussa ensuite le vampire en lui donnant un coup de pied qui l’envoya plus loin.
D’un mouvement, Réo attrapa l’arme qui gisait à terre et la lança sur le vampire.
L’arme se planta dans la gorge de l’homme qui recula.
Gêné, il ne pu baisser la tête.
Il commençait à tirer sur la dague lorsqu’il sentit les griffes du démon s’enfoncer dans sa chair et lui transpercer le cœur.
Un pieu n’aurait été plus efficace.
Le vampire s’écroula.
Réo rétracta ses griffes en grimaçant.
Il n’était plus immortel et c’était un miracle que les blessures qu’il avait reçues n’aient pas été mortelles.
Il s’accroupi néanmoins et découpa la tête du défunt avant de faire disparaître la chair pour qu’il ne reste plus que le crâne.
Un trophée de choix. Il l’accrocha à sa ceinture et disparut.
Il avait beau ne plus être chasseur, les traditions de ses derniers étaient encore les siennes…

Quelque part, dans une prairie et sous un ciel noir faiblement éclairé par la pleine lune, un homme crie.
Vêtu d’une armure de métal noir avec des passages en cuir noir également, il porte un zanbatô en bandoulière.
Un pillard s’approche de lui, croyant voir en cet homme qui se tient la tête entre les mains en hurlant une faiblesse.
Il s’approche encore pour l’égorger lorsque l’homme en question l’attrape par le coup et le soulève comme s’il n’avait rien pesé.
Non, ça ne peut être l’homme qui le tient.
Aucun homme n’a un bras couvert de poils gris-clair avec des doigts terminés par des griffes.
C’est alors que l’homme regarde le pillard qui pousse un cri de peur.
Les yeux de l’homme sont jaunes et le hurlement qu’il pousse et qui dévoile des crocs de bête feraient peur à n’importe qui.
C’est là la dernière pensée du pillard qui est alors éjecté plus loin.
Le reste de la bande recule devant l’homme.
Qui n’est plus un homme.
Le hurlement qu’il pousse ressemble plutôt à celui d’un loup.
Ce n’est plus un homme qui se met à massacrer les pillards qui lui ont tendu une embuscade.
Ce n’est plus un homme qui éviscère un de ses ennemis d’un simple coup de griffe et en décapite à moitié un deuxième en lui donnant un coup de poing.
La créature pousse à nouveau un hurlement, toujours semblable à celui d’un loup mais plus puissant, plus profond, avant de se mettre à quatre pattes pour poursuivre ceux qui s’enfuient pour les tuer.
Et se régaler de leur chair.

Pendant ce temps, la pleine lune continuait d’éclairer faiblement la nuit…
Pour une fois, aucune écharpe de brume ne fut visible…

*sors de sa cachette* euh c'est bon ? Je ne vais pas me faire tabasser parce que j'ai tué deux vampires ?Mr. Green

Bref, j'espère que ça vous a plut et à la prochaine !

*Pendant ce temps, un type espère vainement*
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Mer 28 Jan 2009 19:49   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Bonsoir tout le monde ! Oui je sais, j'aurais pu faire plus vite mais bon, disons que je n'avais pas le moral pour écrire (accessoirement, je l'ai toujours pas vraiment...).
Donc voici un chapitre où, disons le franchement, il n'y a pas beaucoup d'action (ne vous en faites pas, je me rattraperais dans le prochain *rire sadique*).

Partie 2 : Naissance du Chaos

Chapitre 1 :

« Chaque caste de démons a sa façon de se téléporter. Les démons mineurs disparaissent subitement, l’image des démons moyens se brouille avant de disparaître et les démons majeurs disparaissent dans des gerbes de feu.
Néanmoins, certains type de démons ont leur façon de disparaître qui leur est propre. Ainsi, chaque Grand Maître des Ténèbres disparaît à sa manière. C’est aussi le cas des chasseurs d’âmes qui sont les seuls à disparaître dans des volutes de fumée sombre…
Seul les démons créateurs ont plusieurs façon de disparaître…»

Illurn Dar, Etude des pouvoirs infernaux


Quelque part, dans un petit village en France, un homme se tient accroupit au sommet du toit d’une maison.
Vêtu de cuir noir renforcé de plaques de métal et de piques, il attend.
Bientôt, il devra supprimer des vies innocentes.
C’est la seule manière pour que l’humain se joigne à l’Ordre…

Au milieu d’une pièce au papier peint sombre, un adolescent apparaît dans des gerbes de feu.
Accroupi, il a sa main droite sur sa cicatrice sanguinolente.
Tout comme sa blessure à la poitrine.
Sous la douleur, atroce, il ferme les yeux, tentant de retenir un cri, puis s’effondre. Il voudrait appeler de l’aide, un liquide poisseux dans sa bouche lui en ôte la possibilité.
Il avait déjà vécu cela, il y a deux ou trois semaines, à l’intérieur d’un temple où il devait chercher un crâne de pierre.
Sauf que là, c’était pire. Il ne put s’empêcher de se poser les mêmes questions qu’à ce moment là :
Etait-ce donc ça mourir ?
Ne plus pouvoir bouger et avoir l’impression que ses membres pèsent des tonnes ?
Perdre peu à peu la faculté d’avoir une pensée cohérente ? Que ses propres souvenirs disparaissent en même temps que sa vie ?
Alors que petit à petit, le démon ferme les yeux pour basculer dans l’inconscience ou, plus probable, la mort, une mini tornade de cendres grises, entourées d’une brume blanche apparaît devant le mourant.
La mini tornade disparut, laissant place à un homme.
Vêtu d’habits sombres et d’une cape noire, il était de taille moyenne et son teint était très pâle. Il avait les cheveux noirs et ses yeux étaient totalement blancs.
Le nouveau venu ramassa Réo, désormais totalement inconscient, et disparut.

Dans une maison désormais en deuil, une fille regarde un anneau doré aux reflets bleus.
Petit objet qui changera sa vie à jamais.
Avec une pointe d’appréhension, elle le mit à son doigt…

- Il va s’en remettre ? Demanda Malbas à l’un des médecins qui surveillait Réo, inconscient dans un lit.
- Je l’ignore monsieur. Ses blessures physiques sont graves ; tout comme celles de son âme. De plus, il devrait être mort à l’heure qu’il est. Un chasseur d’âme meurt lorsqu’il est mortellement blessé par l’être qu’il aime.
- Je sais.
- Si vous voulez mon avis, il va rester inconscient pendant quelques jours.
- Bien, merci.

Matt évita la lame d’un rulgrark, para l’assaut d’un deuxième et contre-attaqua. Les deux démons s’effondrèrent. Un autre se rua sur le jeune soldat de l’Ordre mais il se fit occire par un éclair qui le réduisit en cendres. Il regarda autour de lui et vit, avec une pointe de déception, qu’il n’y avait pas d’autres ennemis qui lui avait tendu une embuscade.
Il allait se remettre en route lorsqu’il se figea.
Quelque chose avait changé.
Il le sentait au plus profond de lui, impression qu’il n’arrivait pas à exprimer.
Quelque chose avait changé.
Il regarda autour de lui. Les cadavres des démons ruisselaient de sang, la route filait vers le nord, les arbres s’élevaient silencieusement dans la nuit…
Rien d’anormal en apparence.
Rien de normal en profondeur.

« Percevoir les choses est l’un des dons les plus utiles que je t’enseignerais. Tu pourras ainsi sentir l’avancée des Ténèbres. »


Oui, le monde changeait. Les Hommes étaient de plus en plus égoïstes et cruels. Des tensions montaient parmi les puissants. Des conflits éclataient soudainement avant de disparaître très vite, du moins pour le moment.
Les Ténèbres avançaient. Le Mal assombrissait chaque jour un peu plus l’avenir.
Et bientôt, la Grande Guerre aura lieu.
Encore une fois, à cause des Hommes…

Angélique était allongée dans son lit.
Un violent mal de crâne l’y avait clouée.
Douleur causée par le flot de connaissances causé par l’anneau.
Dans sa tête, son père lui parlait, lui expliquant et lui apprenant milles et milles choses.
Et dans tous ces enseignements, une mission.
Rejoindre l’Ordre…

Accroupit sur le toit d’un château, un homme regarde les étoiles.
Vêtu d’une armure de métal sombre avec des passages en cuir noir, il écoute le murmure du vent.
Bientôt, il sera l’heure.
Bien qu’il souhaite soutenir son ami dans les multiples épreuves qui l’attendent, il doit rester dans ce monde.
Il a encore à faire dans cet Ailleurs…

Quelque part dans Paris, plutôt sur un toit de Paris, une créature se promène. Etant noire, elle était rendue invisible par la nuit. Elle sauta vers un immeubles proche, atterrit sur le mur et se mit à grimper.
Une fois sur le toit, elle avança lentement. Plus elle avançait, plus elle changeait pour finalement devenir un humain.
Il leva la tête vers les étoiles.
Une larme roula sur sa joue alors qu’il serrait un collier dans une de ses mains.
Collier en forme de cœur qu’il ouvrit.
Une photo y était placée. Elle représentait une fille, jolie, cheveux noirs avec des mèches blondes, elle souriait.
Une autre larme roula sur la joue de l’adolescent qui ne devait pas avoir plus de dix-sept ans.
Soudain, une fille apparut à côté de celui-ci.
Plus jeune que lui, elle devait avoir quatorze ans. Vêtue de noir et de rouge, ses cheveux étaient d’ailleurs noir avec des mèches rouges.
- Qu’y a-t-il Axel ? Demanda-t-elle.
- Rien Nylsha.
- Menteur. S’il n’y avait rien, tu ne serais pas là à pleurer seul dans la nuit.
- Je n’ai pas envie d’en parler.
- Comme tu voudras. Saches cependant que se confier est parfois la meilleure chose à faire, quelle que soit ta douleur et ta peine…
- Je sais Nylsha. Mais tout te raconter me blesserais encore plus. Il y a des souvenirs si sombres que je n’ai pas envie de les revoir. Un jour peut-être je te raconterais.
- Je comprends…

Perdu dans l’ombre.
C’est ainsi qu’on peut résumer la situation de Réo.
Il flotte dans le noir.
Sa vie défile devant ses yeux.
Avec le lot de sentiments qui l’accompagne.
Une multitude de voix se font entendre autour de lui.
Cris, pleurs, rires, leçons, tous s’emmêlent.
Mais parmi toutes ces voix.
Une voix.
Tantôt moqueries, parfois reproche, toujours haine.
Angélique.
Il l’aimait, elle le détestait.
Un amour qui le tuait peu à peu, brûlant son âme et détruisant son cœur. Sentiment qui cependant semblait le retenir dans ce monde comme un aimant.
Alors qu’il arrive au moment où Angélique plante le javelot dans la poitrine du démon, il se réveille.

Etendu dans un lit placé dans une salle faiblement éclairée, Réo ouvrit les yeux et se releva à moitié, en sueur.
Il tourna alors la tête à sa gauche et vit Malbas, assit sur une chaise.
- Et bien, enfin tu te réveille ! Lança-t-il en souriant.
- Pourquoi ? J’ai été inconscient longtemps ?
- Non, seulement deux jours.
- Ah, tu peux me dire comment je suis arrivé ici ?
- Bien sûr, après que tu sois passé chez le mage, tu t’es téléporter dans ta chambre. Tu étais gravement blessé et c’est Mortac qui, sentent que tu mourrais, t’a rejoins et usé de son pouvoir pour t’empêcher de mourir puis il t’a amené ici afin que tu sois soigner.
- Malbas, il s’est passé quelque chose chez le mage.
- Je sais. Ta blessure était très grave. Dans ton cas, seule Angélique pouvait te la causer.
- Je sais puisque c’est ce qui est arrivé. Cependant, je ne devrais pas être en vie.
- Et pourtant tu l’es encore, Réo. Cependant, tu as quand même perdu autre chose…
- Je crois savoir : J’ai senti qu’une grande partie de mes pouvoirs ont disparus lorsque j’ai « explosé ».
- Ce n’est pas tout.
- Ah bon ?
- Tu n’es plus un chasseur d’âmes Réo. Tu n’es donc plus immortel de plus tu ne peux plus en redevenir un.
- Comment peux-tu le savoir ? Demanda le démon d’une voix où pointait l’inquiétude.
- Mortac l’a senti.
Le sang de Réo ne fit qu’un tour.
Il n’était plus chasseur.
Qu’était-il à présent ?
Après des mois de formations, la voie ouverte par Jorgo lui était désormais interdite.
Il n’était plus chasseur.
Tant d’efforts réduits à néant.
Il n’était plus chasseur.
Comme s’il avait lu dans ses pensées, Malbas se penche vers Réo et lui dit :
- Bien que tu ne sois plus chasseur, tu es encore un démon. Tu es toujours le général des armées infernales. Tu n’es plus chasseur et tu as perdu une partie de tes pouvoirs mais les enseignements de Jorgo sont toujours en toi. Tu n’es plus chasseur mais tu es toi, Réo. C’est le plus important. Ta valeur ne se limite pas à une légion d’élite ou à un nombre de pouvoirs. Tu es toi, c’est la seule chose qui compte.
L’intéressé leva la tête vers son ami.
- Merci, lâcha-t-il après quelques secondes de silence.

Le lendemain, alors que la France s’éveille à peine, Angélique est déjà sur la route.
Seule, elle marche rapidement vers l’église.
Elle rentre dedans et s’assoie sur un banc.
A sa grande surprise, elle n’est pas seule.
Un homme est là.
Vêtu de cuir noir renforcé de plaques de métal et de piques, il allume un cierge avant de le poser avec délicatesse parmi les autres.
Puis il recule de quelques pas avant de tourner vers Angélique.
- Bonjour, jeune fille, lâcha-t-il en s’approchant de cette dernière.
- Qui êtes-vous ?
- Celui que ton père voulait que tu rencontre. Je suis Ferez Milshkran et j’étais un ami de ton père.
- Vous voulez dire que vous êtes…
- Je fais parti de l’Ordre. Et si tu es là, je suppose que c’est pour me rejoindre n’est-ce pas ?
Angélique ferma les yeux et baissa la tête, une larme roula sur sa joue.
Ferez s’approcha d’elle et lui releva la tête d’un geste doux.
- Je ne prendrais pas de décision à ta place jeune fille. Je sais que ta douleur est immense. J’ai conscience de ta peur et de tes doutes. Ton père voulait que tu lui succède dans la lutte contre les démons. C’est pour ça qu’il t’a donné son anneau de savoir. Il savait qu’il risquait de mourir dans la lutte. Alors dis-moi, que vas-tu faire de son héritage ? Vas-tu l’utiliser contre les démons ?
- Oui. Je… veux rejoindre l’Ordre, déclara Angélique.
Ferez sourit et lui tendit la main.
Main qu’elle prit.
Ensemble, ils disparurent…
Dans des volutes de fumée sombre…
A ce moment précis, les cloches de l’église se mirent à sonner…

Et voilà, fini pour ce chapitre et début de la deuxième partie !
J'espère que ça vous a plut et à la prochaine !
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Mer 07 Jan 2009 19:22   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Oui ! J'ai enfin terminé ! Bon je m'excuse de ce retard incroyable mais je n'ai quasiment pas pu écrire pendant quatre semaines : pendant l'une j'était en brevet blanc, l'autre en stage et les deux autres en vacances loin de mon ordinateur donc voilà.
Bref voici cette suite, longue comme je l'espérais (15 pages, mon record^^) :

Chapitre 21 :

L'Amour... Sentiment si fort qu'il peut vous tuer lentement tel un poison...
Ou alors vous empêcher de mourir...

Axel Krindar, mémoires de métamorphe


Quelque part, dans un château d'un blanc éclatant, un homme vêtu de cuir noir renforcé de plaques de métal et de pics est agenouiller devant un autre homme.
Vêtu d'une armure de métal blanc très léger avec des passages en métal précieux ou pierres précieuses, il est assis sur un trône de cristal rayonnant des sept couleurs de l'arc-en-ciel.
- Alors Ferez, quelles sont les nouvelles ? Demanda-t-il de sa voix puissante.
- Elles sont nombreuses, noble Yalhyé, et pas forcément bonnes.
- Parle !
- Et bien tout d'abord, les conflits en Israël on reprit. La destruction du mur n'est plus qu'une question semaines. Voir même de jour si les choses tournent mal.
- Ainsi nous y voilà... Soupira l'homme assis sur le trône. Quoi d'autre ?
- Matt mon ancien élève, est près pour la guerre. Il a défié Réo il y a peu de temps mais il n'a pas gagné. Ni perdu.
- Son pouvoir est remarquable, cependant je pense que Réo n'a pas montré toute l'étendue de sa puissance... Quelle soit révélée ou non... Murmura l'inconnu. Sinon qu'en est-il de l'autre humain ?
- Matt m'a dit qu'il s'en chargerait.
- Tant mieux... Autre chose ?
- Oui. Apparemment les démons vont tenter de réveiller les treize géants infernaux. Ils auraient déjà de quoi en réveiller trois…
- Il faut les en empêcher ! Gueula Yalhyé. Si seulement nous pouvions détruire ou même nous emparer des objets rituels ! Poste plus de gardes aux endroits stratégiques !
- Bien seigneur, j’y vais de ce pas, annonça Ferez avant de se retourner et de s’éloigner à grands pas.

- Où sommes-nous ? Demanda Réo à Malbas.
- Dans un endroit appeler la Forêt des Braves, répondit l’intéressé en haussant les épaules.
Les deux démons se trouvaient au cœur d’une épaisse forêt dont les arbres étaient si hauts qu’ils cachaient le ciel noir et les étoiles à leurs yeux. Réo regarda autour de lui et vit qu'une brume claire était présente partout.
- Et pourquoi m’as-tu amené ici ? Demanda le chasseur d’âmes.
- Cette forêt n’est pas un bois ordinaire. Si elle se nomme Forêt des Braves, elle est appelée plus communément l’Epouvraï Farelkh.
- La forêt de l’Epouvante ? Releva Réo.
- Oui. Ce qui est impossible ailleurs l’est ici.
- Tu n’as cependant pas répondu ma question.
- Tu dois affronter tes peurs, combattre ce que tu crains.
- Et qu’est-ce que j’y gagne ?
- Nous verrons…
Alors que Malbas finissait sa phrase, il fut happé par la brume. D’écœurants bruits d’os broyés se fit entendre alors que le démon agonisant hurlait.
Réo se précipita en avant mais lorsqu’il parvint à la colonne de brume dans laquelle se trouvait son ami, celle-ci disparut.
A sa place, se trouvait un corps désarticulé, certains os jaillissants même du cadavre.
Qui disparut dans une explosion.
- Malbas… Murmura Réo.
Il entendit un cri derrière lui et se retourna.
Il vit, impuissant, Axel se faire embrocher par un arbre vivant avant de se faire projeter plus loin.
- Réo !
Le chasseur se tourna vers la fille qui avait hurlé son nom et courait vers lui.
Nylsha…
Elle passait entre deux arbres lorsque soudain une liane la prit au cou. Puis la créatrice fut portée par la liane qui serrait encore sa prise.
Elle voulut appeler Réo mais l’air lui manquait. Soudain, la liane la lança plus loin.
Elle atterrit dans de l’herbe. Elle était très drue et si grasse que, malgré les circonstances, Nylsha se demanda brièvement pourquoi.
Elle se relevait lorsque soudain, les brins d’herbes se rallongèrent. Certains, tels des lianes, entourèrent ses jambes, la faisant tomber. Puis elle fut lentement recouverte par l’herbe, les membres immobilisés. Elle hurla de peur.
Réo se dirigeait vers elle mais il entendit un concert de craquements d’os ainsi qu’un écœurant bruit de succion et de digestion venant de l’herbe. Lorsqu’il atteignit l’endroit où s’était tenue Nylsha, il ne restait plus rien.

Un cauchemar. C’était un cauchemar. Le chasseur tomba à genoux, les larmes commençant à jaillir.
Puis il tourna la tête vers la gauche.
Ce qu’il vit le glaça.
Des pilonnes s’élevaient d’une clairière.
Des hommes et femmes y étaient pendus.
Le démon courut vers eux et ne put retenir un cri de désespoir.
Toute sa famille était là.
Rassemblés pour ce spectacle morbide, corps sans vie se balançant au rythme du vent.
Plus loin il vit une cage accrochée à un arbre.
Dedans se trouvait le cadavre d’une femme, dévorée par les corbeaux et autres créatures.
Le sang de Réo ne fit qu’un tour.
Kyra…
Plus loin encore des cadavres décomposés que Réo ne chercha pas à identifiés étaient accrochés à des poutres alignées en ligne droite.
Il se tourna alors vers la forêt et courut pour s’y réfugier.
Il s’arrêta au bout d’un long moment, essoufflé.
Il ne pouvait pas se téléporter. Ni même utilisé ses pouvoirs.
Sans compter qu’il était seul.
La température chutait rapidement et soudain des bruits inquiétants se firent entendre.
Des bruits de pas.
Se pensant sauver, Réo se dirigea vers l’endroit où il les avait entendus.
Il se tourna sans vraiment y faire attention vers les poutres où se trouvaient les cadavres qu’il avait aperçus.
Il écarquilla les yeux.
Les cadavres n’étaient plus là.
Si la distance n’était pas aussi importante, il aurait également vu leurs liens arrachés…

Le chasseur eût soudain un mauvais pressentiment mais il avança encore. Il arriva derrière les gens qui marchaient.
Ils étaient assez étranges.
Avec leur démarcha mal assurée, leurs vêtements déchirés…
Puis Réo remarqua leur peau grisâtre enfin là où il y avait encore de la peau.
Il se cacha alors pour que ses personnes ne le voient pas.
Non pas des personnes.
Des zombis !

Soudain, les morts-vivants se retournèrent, comme avertis de la présence du chasseur.
Ce dernier s’enfuit, les râles des zombis lui étant insupportables de plus, et ce malgré son sang-froid et son entraînement, il sentait la peur monter en lui.
La peur et le désespoir.
Soudain, une main ensanglantée jaillit du sol et attrapa l’une de ses chevilles.
Le démon s’arrêta.
Son regard se porta vers la main ainsi que le bras puis tout le corps qui sortait de la terre.
Le zombi le fixa de son regard vide.
Le cœur de Réo se figea.
Pas n’importe quel zombi.
Angélique !!!
Un sourire étira le peu de lèvres qu’il restait à la morte-vivante qui se mit debout devant Réo qui fut soudain encerclé de cadavres en putréfaction qui tenaient quand même debout.
- C…c’est… impossible, bredouilla le chasseur.

« Ce qui est impossible ailleurs l’est ici »


Cette phrase de Malbas lui revint à l’esprit.
Soudain les zombis qui se rapprochaient de Réo se figèrent.
Un guerrier squelette colossal fendit leurs rangs.
Entièrement recouvert d’une épaisse armure, il brandissait une énorme épée à double tranchant.
Réo remarqua la brume blanchâtre qui se dégageait du guerrier qui brandit son arme.
Un combat ?
A quoi bon ?
Il n’avait plus rien, ni famille, ni amis, ni même une personne à chérir.
Plus rien…

« Tu dois affronter tes peurs, combattre ce que tu crains. »


Combattre !
Il devait combattre ces créatures !
Réo roula pour éviter le coup, dégaina ses deux lames et para un coup.

« - Si jamais tu as peur d’un ennemi, fait en sorte que cette peur ne te handicap pas.
- Comment ?
- C’est simple, jeune apprenti. Transformes-la en rage ! »


Cette leçon de Jorgo lui revint en mémoire.
La peur de Réo disparut.
Remplacée par de la rage.
Il évita un coup et frappa. Ses deux épées s’enflammèrent soudain. Alors qu’elles auraient dû se briser sur l’armure du guerrier, elles la traversèrent, faisant fondre le métal et enflammant le squelette. Ce dernier poussa un hurlement strident et disparut en cendres.

Le chasseur regarda autour de lui. Les zombis avaient disparus. Il soupira mais un bruit étrange le fit se retourner.
Son sang se glaça lorsqu’il vit la nouvelle créature qui lui faisait face, aussi il sentit la nausée l’envahir.
Un amas de chair plus ou moins décomposées et de couleur brune dont parfois des têtes s’extrayaient et mesurant deux mètres de haut et autant de large. Des bras sortaient parfois de la créature tandis que des jambes collées deux à deux ou même quatre ensembles étaient à l’arrière du monstre qui se déplaçait par deux gros amas de chair informes qui lui faisaient office de bras pour donner des coups ou de jambes pour se déplacer.
Bien sûr, tous les morceaux de cadavres composants le monstre venaient des corps de personnes qui lui était chères. La tête que l’on voyait le mieux était d’ailleurs celle d’Angélique…
Le monstre donna un coup qui fut éviter.
- Cette créature n’existe pas ! C’est impossible ! Lâcha le chasseur en reculant vivement.

« Ce qui est impossible ailleurs l’est ici »


- Ca va j’ai compris, grinça le démon avant de rouler pour éviter un nouveau coup.
Le monstre se souleva soudain pour être en équilibre sur ses jambes à l’arrière et rugi par une sorte de tête qui se forma dans de la chair rouge ressemblant plutôt à un cœur. Puis il donna un coup.
Réo plongea pour l’éviter, enflamma ses lames et blessa son ennemi au niveau de l’une de ses excroissances de chair. De la fumée sortit de la plaie pendant une seconde puis la blessure se referma. Le chasseur se baissa pour éviter un nouveau coup et riposta. De nouveau, la plaie se referma.
Réo se prit un coup et fut éjecter contre un arbre. Le monstre rugit à nouveau et se précipita sur sa proie. Le démon sauta par-dessus son ennemi et, alors qu'il chutait, planta ses lames dans le dos de la créature. Il chut alors tout en traçant deux lignes sanguinolentes dans le dos du monstre qui hurla de douleur, bien que les plaies se soit refermées.
La créature se retourna et donna un coup que Réo évita en roulant.
Comment vaincre cette chose ?
Elle ne devrait même pas existé !
Le démon évita un nouveau coup.
Son ennemi rugit de nouveau par cette tête qui se formait dans cette chair rouge ressemblant à un cœur.
Un cœur !
Réo sourit et évita un coup, sauta pour en éviter un autre avant de rouler sous la créature en frémissant et planta ses lames dans ce "cœur".
Le monstre recula, faillit tomber mais se retint puis se précipita quand même vers Réo qui sauta sur l'arbre le plus proche.
Pourquoi le monstre n'était-il pas mort ?
Ce dernier rugit.
Seulement le rugissement ne sortit pas de la chair rouge mais de la tête d'Angélique.
Les yeux de Réo s'écarquillèrent.
- Non ! Je... je ne peux pas ! Bredouilla-t-il alors que le monstre donnait des coups à l'arbre afin de le faire chuter et de dévorer l'être qui s'y abritait.
Le démon se mit à hésita aussi il ferma les yeux et resta ainsi pendant quelques secondes. Quand il les rouvrit, il avait pris une décision.
Le monstre donna un coup puissant et l'arbre tomba en arrière. A ce moment, Réo sauta, prit Zarelkan à deux mains, la leva par-dessus sa tête et la planta dans la tête d'Angélique. Le monstre recula, tenta de revenir vers Réo et s'écroula. Le chasseur reprit son épée alors que le corps commençait à être happé par la brume.

Le démon poussait un long soupir lorsque soudain le bruit d'un cheval au galop se fit entendre. Il se retourna et vit un cheval noir fendre la brume et galoper vers lui. L'animal s'arrêta à quelques mètres de Réo.
Soudain, un applaudissement se fit entendre.
- Je te félicite, ami. L'épreuve de l’Epouvraï Farelkh est loin d'être aisée et je t'avoue que très peu de gens la réussissent, expliqua une voix bien connue.
- Malbas ! S'écria Réo. Mais... comment ?
- Tout ce que tu as vu ici n'est qu'illusion.
- Ouais ben la dernière illusion en question était plus vraie que nature, lança Réo en se massant le ventre.
- La douleur va bientôt disparaître.
- N'empêche qu'une illusion est normalement immatérielle ! Comment je peux sentir la douleur ?
- Celui qui relève l'épreuve de l’Epouvraï Farelkh voit ses peurs les plus profondes se produire, ça c'est une illusion. Les créatures que tu affrontes ne sont pas réelles, du moins pas totalement. Considère cette épreuve comme un rêve éveillé.
- Je vois... Et qu'est-ce que j'ai gagné à faire cette preuve ?
- Ca !
Malbas désignait le cheval que Réo avait presque oublié.
- Tous ça pour un cheval !
- Non, Réo, pas un cheval, bien plus que ça...
Soudain, l'animal fit une ruade en hennissant. Il fut alors parcourut d'une lumière dorée ressemblant à de l'électricité. Des ailes noires apparurent alors ainsi qu'une corne en forme d'éclair sur son front.
- Ouah c'est... magnifique, commenta le chasseur.
- Voici une licorne ailée élémentaire, expliqua Malbas. C'est le dérivé du cheval le plus rare qui existe.
- Pourquoi élémentaire ?
- Tout simplement parce que chaque individu de cette espèce manipule l'un des six éléments.
- Excuse-moi mais il n'y en a que quatre.
- En Enfer, nous en avons six. Les quatre principaux : eau, feu, terre, air; ainsi que deux secondaires : La glace et l'électricité. À en juger par la corne de cette licorne ailée, elle doit manipuler l'électricité.
Réo s'approcha de la licorne qui avança de quelques pas. Le démon posa sa main sur le front de l'animal, juste sous sa corne.
- Tu veux dire que cette licorne est à moi ? Demanda-t-il.
- Elle ou il t'accompagnera lorsque tu en auras besoin. Surtout sur-le-champ de bataille. Mais elle, ou il, n'est pas vraiment à ton service.
- Je vois...
- Il n'y a qu'une poignée de personnes capables de chevaucher les licornes ailées élémentaires.
- Pourquoi ?
- Ce sont les licornes qui choisissent leurs cavaliers. Ces derniers ne sont cependant pas maîtres de leurs montures. Je compare cela à une entraide mutuelle mais en aucun cas la licorne n'est soumise à son cavalier.
Quelques minutes passèrent pendant lesquelles Réo caressa la licorne. Puis il passa à côté de l'animal et s'aperçut que selle et étriers étaient en place. Le démon monta alors sur la licorne. Il allait s'éloigner lorsqu'il tourna la t^te vers Malbas :
- Comment s'appelle-t-il ? Demanda le chasseur.
- Comment sais-tu que c'est un mâle ?
- Je l'ignore.
- Saches qu'un lien existe entre cavalier et monture. Ce lien vous permet de communiquer, de vous comprendre l'un l'autre. Concentres-toi et demande donc son nom à ton nouvel ami.
Réo ferma les yeux quelques instants. Puis il les rouvrit en souriant alors que la licorne s'élançait au galop.
Le démon se baissa et murmura une phrase à l'oreille se sa monture :
- En avant Thornéar et merci de m'avoir choisi.
La licorne poussa un hennissement et soudain quitta le sol. Elle s'éleva en quelques battements d'ailes.
La première pensée de Réo fut que c'était merveilleux.
Puis que c'était encore mieux que cela.
C'est en riant qu'il s'éleva encore plus...

Malbas le regardait, ressentant une immense joie.
La joie de ceux qui ont fait ce qu'ils devaient faire.
Il disparut dans des volées de flammes...

- Mais qui voilà donc ? La mocheté sans amis ! Lança Vicktor en voyant arrivé Réo.
Le reste de la bande de l'humain se mit à rire.
Le démon passa devant eux sans leur accordé la moindre importance.
- T'es toujours amoureux d'Angélique ? Demanda soudain Onoclas en souriant.
Le chasseur se figea.
Si le ton avec lequel la question avait été posée n'était pas aussi rempli d'ironie, il aurait passé son chemin. Seulement cet enfoiré se foutait de lui !
Il se dirigea vers l'auteur de la question.
- Espèce de... Commença-t-il en attrapant le jeune impertinent par le col.
Ce dernier se dégagea avec une grimace.
- Aaaaah ! Il m'a touché ! Hurla-t-il en reculant, générant un fou-rire parmi ses comparses.
- Fais gaffe, il t'a peut être refilée la lèpre ! Tes doigts vont tomber ! Lança un élève, beaucoup plus grand que ses camarades dont la remarque accentua les rires.
Réo serra les poings.
Onoclas voulut lancer une autre insulte mais il fut arrêter net par l’arrivée d’Angélique.
- Que se passe-t-il ? Demanda-t-elle.
- Rien mon ange, répondit Onoclas. On était en train de… complimenter Réo.
- Ouais enfin ce qu’il y a à complimenter, ajouta Vicktor
- C’est à dire pas grand chose, acheva le grand en éclatant à nouveau de rire.
Angélique sourit légèrement, à la fois amusée par les remarques de ses amis et désolée pour Réo.
Ce dernier eût soudain un sourire moqueur avant de répondre :
- Au moins j’ai des choses positives, pas comme toi Staherk.
Le grand cessa soudain de rire, une seconde avant ses compagnons. Le silence dura quelques instants durant lesquels les membres de la clique d’Onoclas se regardèrent.
- Très marrant, lança soudain Vicktor.
- Plus que toi en tout cas, cracha le chasseur.
Vicktor se prépara à répondre mais il fut interrompu par Angélique :
- Bon, et si on y allait ? On a des choses plus importantes à faire que de s’acharner sur ce minable !
- Ouais t’as raison ma belle, allez, on va respirer ailleurs ! Ordonna Onoclas.
Réo resta quelques instants sans bouger.
Bien qu’il soit devenu le plus puissant chasseur d’âmes de l’Enfer, les insultes d’Onoclas et sa bande l’avaient blessé.
Celle d’Angélique encore plus…

« Si la cruauté et la connerie tuaient, la race humaine ne serait déjà plus »

Klarach Kalirn, Observations de la race humaine



- Alors Malbas, quelles sont les nouvelles ? Demanda Sourços au démon qui venait d’entrer dans la salle du trône.
- Les conflits en Israël ont repris monseigneur. Le mur ne tardera pas à être détruit.
- Excellant. Nos armées sont-elles prêtes ?
- Oui monseigneur.
- Qu’en est-il de la deuxième moitié du médaillon permettant de faire revenir Destroctargh, le géant de la destruction ?
- Nous ne l’avons pas localisée, c’est étrange car l’Orbe des Ombres permet de trouver les objets rituels pour les géants ; enfin normalement.
- L’Orbe ne peut localiser que les objets se trouvant en Enfer.
- Vous voulez dire que la deuxième moitié du médaillon serait… sur Terre ?
- C’est en effet ce que je crois.
- Mais… comment ? Seuls des êtres démoniaques peuvent toucher ses objets !
- Un traître, Malbas. Il y a un démon qui aide l’Ordre. Comment crois-tu que Yalyhé a pu trouver les emplacements des objets pour y poster des gardes ?
- Je vous avoue que je n’y avais pas pensé… Lâcha Malbas en baissant la tête.
- Tu n’as donc pas pensé à grand chose ! Bref, en fin de journée je veux que tu emmène Réo à Morthanzar.
- La capitale du royaume de Mortac ? Pourquoi ?
- J’ai demandé une armée de morts-vivants à Mortac. Toi et Réo vous irez vérifier si cette armée est prête.
- Je pourrais le faire seul. Pourquoi Réo doit-il venir ?
- Parce que tant que Jorgo sera absent, c’est Réo le général en chef des armées infernales ! Il faut qu’il apprenne à connaître les entités qu’il commandera. Va maintenant.
- Bien monseigneur, finit Malbas avant de disparaître dans des gerbes de flammes.

- Matt ? Pourquoi voulais-tu me voir ? Demanda un jeune garçon à son ami qui se tenait debout devant lui.
Assez grand il avait les cheveux noirs, les yeux marrons et des taches de rousseur étaient éparpillées sur son visage. Il avait un pull bleu et un pantalon noir.
- C’est… compliqué.
- Et si tu m’en disais plus ?
- Ecoute Max, écoute-moi avec la plus grande attention.
- C’est ce que je fais !
- Certaines choses que je vais te révéler dépassent l’entendement.
- Aller accouche !
- Très bien, pour commencer saches que…

Accroupi au sommet du toit de la maison qui faisait face à celle de Max, Ferez les regardait.
Un grand sourire aux lèvres.
Bientôt, un autre allié rejoindra l’Ordre.

Dommage qu’il faille de nouveau détruire une vie, ou plus, pour cela.
Un sacrifice toutefois nécessaire à la sauvegarde de la race humaine…

- Où m’as-tu encore emmené ? Demanda Réo à Malbas.
- Nous sommes à Morthanzar, la capitale du royaume de Mortac.
- Mortac ? Qui est-ce ?
- C’est l’un des Grands Maîtres des Ténèbres. On le surnomme le seigneur des morts puisqu’il dirige les nécromanciens et tout ce qui touche à la mort.
- Tu veux dire qu’il peut… ressusciter les morts ?
- Cela dépend de ce que tu appelle ressusciter. Saches que seuls les corps sont relevés puisqu’il est interdis de ramener une âme et de lui faire retrouver corps. Néanmoins, certains nécromanciens réussissent à ramener une âme puis à la « modifier » pour former un spectre totalement soumis et n’ayant plus aucune volonté.
Les deux amis se trouvaient dans une grande ville qui, contrairement à une capitale, paraissait sans vie. La plupart des bâtiments étaient gris comme le ciel tandis que les tours étaient noires pour la plupart. Des cendres grises et noires parsemaient le sol et cachaient des dalles qui auraient dû montrer la richesse puisqu’elles étaient en or. Des arbres morts remplissaient des espaces vides, des corps en décomposition y étant accrochés.
- On dirait une ville fantôme, observa Réo.
- Je sais, c’est dû au fait que Mortac soit le seigneur des morts. La mort n’est pas particulièrement joyeuse et elle s’est installée sur ces terres.
- Pardon ?
- Certains démons disent que Mortac serait tout simplement la Mort elle-même…
Les démons se dirigèrent vers un immense château semblable aux châteaux forts du Moyen-Age.
Château qui n’était pas particulièrement rassurant.
Les rares fenêtres étaient envahies de poussière et de toiles d’araignées.
Des squelettes y étaient penchés.
D’autres squelettes, sans doutes les restes de personnes empalées, étaient accrochés à des pieux fichés dans le sol devant le château.
Il y en avait tellement que l’on aurait dit un champ.
Un champ coupé en deux par un chemin large pavé de dalles noires qui conduisait à l’entrée du château.
Une fois arrivés, les deux compagnons furent stoppés par deux gardes armés de hallebardes et protégés par une imposante armure qui leurs demandèrent de décliné leurs identités.
Une fois ceci fait, l’immense porte de métal gris et noir qui faisait office de porte d’entrée s’ouvrit et l’imposante herse qui se trouvait derrière se leva.
Les envoyés de Sourços furent alors conduis dans une grande salle où les attendait un homme.
De taille moyenne, le teint très pâle, il avait les cheveux noirs et ses yeux étaient totalement blancs. Ses habits sombres et sa cape noire cachaient mal une maigreur cadavérique.
- Bonjour messieurs, déclara-t-il en s’avançant.
Malbas s’agenouilla mais l’homme lui fit signe de se relever :
- Je n’ai pas besoin des marques de politesse exigées des grands seigneurs, Malbas.
Ce curieux personnage serra la main de Malbas ainsi que celle de Réo qui remarqua que les doigts de son hôte étaient longs et fins et se terminaient par des ongles longs semblables à des griffes.
- Bonjour, monsieur ? Demanda le chasseur.
- Je croyais que tu avais deviné, je suis Mortac, seigneur des morts et je règne sur ce lieu, annonça le Grand Maître avec un sourire.
Réo écarquilla les yeux.
Ce gringalet ! Un Grand Maître ! C’était ridicule !
Il se ravisa dans la seconde. Les apparences étaient souvent trompeuses et ce type dégageait une aura inquiétante. Lorsque Mortac désigna une porte à ses visiteurs, il parut clair qu’il était ce qu’il disait.
Non seulement il dégageait une aura inquiétante mais Réo décela une énorme puissance dans son hôte.
Le chasseur sourit lorsque l’une de ses leçons lui revint en mémoire :

« Un chasseur sait lire les corps, jeune apprenti. En un regard, il doit savoir déceler un danger, un talent, un secret. Aucune apparence n’est trompeuse pour le chasseur. »


Comme souvent, Réo réalisa que Jorgo disait vrai.
Mortac guida les deux compagnons vers une salle étant totalement à l’arrière du château.
- Vous êtes venus pour la commande de Sourços ? Demanda-t-il lorsqu’ils furent entrés.
- Oui, certifia Malbas.
- Qu’est-ce qui sens comme ça ? S’enquit Réo.
En effet, une épouvantable odeur flottait dans la salle.
Odeur qui ne semblait nullement déranger Mortac qui sourit avant de répondre :
- La commande de Sourços justement, ne vous en faites pas, on s’y habitue vite.
Le maître des lieux désigna alors une fenêtre avec un balcon à ses invités qui se dirigèrent vers lui.
Une fois arrivés, ils restèrent bouche-bée.
La fenêtre donnait sur la façade arrière du château.
Le balcon dominait alors une vaste plaine où les cendres avaient cédé la place à des cailloux blancs et gris.
Quelques bâtiments pointaient ici et là.
Ce n’était pas ça qui impressionnait les envoyés de Sourços.
C’était l’immense armée qui se tenait devant eux.
Une immense marée de chair en décompositions, d’os et de spectres.
Des zombis de différentes créatures, des squelettes en armure, des spectres verdâtres et d’autres créatures à faire frémir n’importe quel combattant.
Lorsque ces soldats aperçurent Réo, tous se mirent au garde-à-vous, lances pointées vers le ciel, épées tenues droites devant leurs visages, arcs devant eux.
Alors que quelques instants plus tôt, la plaine résonnait des râles des zombis et des cliquetis des lames, elle était maintenant parfaitement silencieuse.
Mortac, qui s’était tenu derrière Réo, s’avança, leva les bras et s’adressa à son armée :
- Fières créatures de chairs et d’os, sachez que bientôt l’heure viendra. Ce pourquoi vous avez été crées aura bientôt lieu. Je compte sur vous pour faire honneur aux Enfers sur le champ de bataille. Vous qui jadis étiez morts détruirez ceux qui sont vivants et qui osent défiez notre toute puissance ! Vous respecterez vos compagnons d’armes et obéirez à vos généraux ! Allez maintenant, rejoignez nos autres armées !
Réo se demanda brièvement pourquoi Mortac tenait un discours à ces tas de chairs puisqu’ils n’avaient ni âme ni conscience. Puis, après s’être concentré sur les paroles du seigneur des morts, il compris. Ce discours servait à donner leurs consignes aux morts afin qu’ils sachent quoi faire. Ce discours permettait en fait de s’assurer que les morts ne deviendraient pas incontrôlables !
Au moment où Mortac fini son discours, un voile de brume parcourut l’armée de morts.
Lorsqu’il eut disparut, tous les membres de cette armée morbide avaient disparus.
Le seigneur des morts se tourna vers Réo et dit d’une voix joyeuse :
- C’est bon, toi et ton ami vous pouvez annoncer à Sourços que sa commande à été livrée.
Après avoir salué leur hôte, Malbas et le chasseur disparurent…

- Seigneur, ce Mage à encore attaqué l’une de nos bases, déclara un démon au roi de l’Enfer.
- Quoi ? A-t-il été vaincu ?
- Non, il est beaucoup trop puissant ! Toutefois nous l’avons localisé.
- Que Réo s’en charge !
- Bien, seigneur.

Réo apparut dans un salon assez grand. Une grande table à la gauche, quelques cadres accrochés aux murs, des meubles contenants CD et DVD ainsi qu’une télé décoraient la pièce.
Le chasseur s’avança, étonné d’avoir reçu une mission d’assassinat aussi promptement après une autre mission.
Soudain, comme alerté par un sens inconnu, il sauta à terre.
Il évita ainsi une boule d’énergie blanche provenant de sa droite.
Il roula et se releva, près à riposter. Il se tourna vers la droite et ne vit personne.
- Je suis ici, démon ! Aboya un homme.
Réo fit volte-face et vit un homme. Vêtu d’une armure de métal blanc avec des passages en tissus, l’homme avait clairement une attitude belliqueuse et dégageait une aura de puissance que même un aveugle aurait perçut.
- Je suppose que vous êtes le mage que j’ai été chargé de tuer ? Demanda le chasseur.
- Oui, démon. Je crois plutôt que tu vas essayer de me tuer. Tu va bientôt payer tes crimes !
Aussitôt, l’homme fit apparaître une épée et se téléporta devant Réo qui recula de justesse.
Le démon para le coup suivant et riposta en blessant l’homme au ventre. Ce dernier se dégagea par un coup de pied et attaqua à nouveau. En vain. Réo para une série de coups, roula à terre et frappa mais le mage sauta en arrière avant de lancer une boule d’énergie que Réo évita avant de parer un assaut. Le chasseur contre-attaqua et blessa son ennemi à la cuisse droite avant de lui donner un coup de pied qui l’éjecta contre le mur.
Alors que le mage se relevait, le démon fit apparaître son javelot de métal et le lança contre son ennemi qui l’arrêta à quelques centimètres de lui grâce à la télékinésie avant de le jeter sur Réo qui l’évita sans mal.
L’arme tomba à terre à un ou deux mètres de son propriétaire.
Le mage lança ensuite une série d’éclairs que Réo para avec sa lame avant de riposter en lançant un jet de flammes que le mage évita en se téléportant près de Réo afin de lui donner un coup qui fut paré. Le démon donna un coup de pied qui fit reculer son ennemi, visiblement fatiguer, et lui donna un coup puissant qui lui fit lâcher son épée.
Le démon sourit et sa lame traça une profonde et non moins mortelle entaille sur le torse de son adversaire qui, au lieu de s’effondrer, fut éjecter contre le mur par une onde de choc.
Réo s’avança lentement de l’homme afin de l’achever. Ce dernier lui lança une vague d’énergie blanche que le chasseur arrêta par une onde de choc. Le démon fit disparaître sa lame et électrocuta son ennemi par une série d’éclairs ( son niveau en électrokinésie était assez bas ) pendant quelques secondes.
Le mage était encore vivant et le démon fit réapparaître sa lame, la pointa vers son ennemi agonisant et la leva dans un geste sans équivoque…
- Qu’est ce qui se passe ? Papa non ! Cria une jeune fille qui venait d’entrer dans le salon et qui avançait vers Réo.
Ce dernier suspendit son geste et tourna la tête bien qu’il eût reconnu la fille rien qu’à la voix.
Une voix qu’il aurait reconnue entre mille.
Angélique…
- Réo ? Que fais-tu ? Demanda-t-elle, les larmes commençant à monter.
Le chasseur ne répondit pas.
Le mage sourit.
- Alors démon, tu crois toujours pouvoir me tuer ? Lança-t-il après avoir craché quelques gouttes de sang.
- Réo, laisse mon père tranquille ! Cria Angélique.
- Dé…solé, murmura le chasseur avant de baisser sa lame d’un geste brusque.
Lame qui s’arrêta à quelques millimètres de la poitrine du mage.
Ce dernier regarda Réo.
Le démon regardait, effaré, la pointe du javelot dépassant de sa poitrine.
Angélique lâcha l’arme et recula.
Le chasseur voulut dire quelque chose, un liquide poisseux dans sa bouche lui en ôta la possibilité.
Du sang coula de sa bouche alors que des sortes de fissures lumineuses commençaient à se répandre sur son corps.
Réo hurla alors et explosa.

A ce moment précis, au sommet d’une tour de jade, un homme vêtu de métal sombre avec quelques passages en cuir noir s’accroupi brusquement en portant la main à son cœur. Il reste ainsi pendant quelques instants, une expression douloureuse au visage.
Puis il se relève.
En souriant.
Une partie de Son histoire s’achève.
Une autre commence…
Soudain l’homme saute dans le vide, et pendant sa chute, disparaît.
Dans des volutes de fumée sombre…
A moins que ce ne soit comme une écharpe de brume sombre…

Angélique et son père rouvrirent les yeux, la lumière projetée par l’explosion de Réo les ayant éblouis.
Ils eurent juste le temps de voir un adolescent, vêtu de cuir noir renforcé de plaques de métal et de piques, accroupi.
La main droite sur son cœur.
Il leva les yeux et disparut.
Dans des gerbes de flammes…

Angélique se précipita vers son père.
- Papa, ça va ?
- Ecoute-moi ma fille.
- Oui papa.
- Il faut que… Aaah tant de choses à te dire mais je n’ai pas beaucoup de temps. La mort approche à grand pas.
- Non ! Papa, reste, commença à pleurer la jeune fille.
Le mage caressa la joue de sa fille avant de répondre :
- Désolé, ce démon m’a sacrément amoché. Saches que … je… suis fier de toi. Tiens prend cet anneau.
L’homme tendait un anneau doré ayant quelques reflets bleus. Angélique le prit.
- C’est un anneau de savoir, lorsque tu le mettras à ton doigt, tout ce que je sais, tu le sauras aussi.
- Mais qu’est-ce que tu raconte ?
- Je… n’ai pas le temps de t’expliquer, adieu ma fille, je compte sur… toi.
- Non ! Papa, non !
Le mage ferma alors doucement les yeux tandis que sa tête tombait en arrière.
Angélique serra l’anneau dans sa main et se mit à pleurer…

Dans la salle du trône de son palais, Sourços est à son balcon.
Le regard tourné vers le ciel.
La guerre ne tardera plus.
La Prophétie du Chaos s’accompli chaque jours un peu plus.
Bientôt, rien ne pourra arrêter les démons.
Et surtout, bientôt naîtra l’Ange de Feu Noir des Ténèbres…

Et voilà c'est terminé pour cette première partie !
Jespère que ça vous a plut et à la prochaine ! Wink
  Sujet: Absences sur le Forum ...  
reo

Réponses: 964
Vus: 314171

MessageForum: Blabla de la communauté   Posté le: Ven 19 Déc 2008 22:26   Sujet: Absences sur le Forum ...
Bon ben tout d'abord bon retour parmis nous Xen !

Ensuite je préviens qu'à partir de demain et ce pendant 2 semaines ( toutes les vacances en fait Razz ) je ne pourrais pas venir sur ce joyeux forum ( a pas d'ordi chez les vieux ).
J'essaierai quand même de passer mais bon... j'y crois pas trop...Shocked

Bref bonnes vacances, joyeux nowel et joyeuses fêtes à tous !
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Dim 23 Nov 2008 16:07   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Bonjour tout le monde ! Je profite qu'il y est un ordinateur dans l'ambulance qui me conduit à l'asile ( cherchez pas comprendre ) pour vous poster le chapitre 20 ma foi... long. Aller bonne lecture ! ( pour ceux qui ne comprendraient pas, j'ai fait certaines allusion au dernier chapitre d'A la conquête de lyoko Wink )

Chapitre 20 :


Le Don de création est sans nul doute le pouvoir le plus remarquable tant les possibles sont nombreux. Selon certains démons créateurs, les autres pouvoirs existants ne seraient que des versions réduites de leur Don.


Illurn Dar, Etude des pouvoirs infernaux



Le noir.
Réo flottait dans le noir.
Etait-ce donc cela mourir ?
Soudain, les images assaillirent sa mémoire.
Souvenirs…
Il se rappelle avoir pris le crâne de pierre puis être tombé.
La voix.
Elle retentit à nouveau aux oreilles du chasseur :
- Tenez bon, je vais vous sortir de là.
Gardez vos forces pour survivre.

Voix douce.
Une lumière dans la noirceur…
- Allez, réveillez-vous, dit soudain la voix.
Nylsha…
La lumière envahit l’ombre.
Réo se réveille…

Il était allongé dans un lit. Une fille de son age était assise près du lit. Cheveux noirs avec des mèches rouges, teint pâle, vêtue de vêtements noirs et rouges, elle le regardait en souriant.
- Vous avez eût de la chance que je traîne dans le coin, lança-t-elle de sa voix douce où pointait une ironie mordante.
- Je te remercie de ton intervention, sans toi je serai mort, répondit Réo.
Nylsha sourit en entendant le tutoiement.
Typiquement chasseur… ( et bien autre chose d’ailleurs… pour plus de détails voir avec Jorgo )
Elle caressa pensivement son pendentif, un z doré au centre d’un pentacle rouge inversé le tout serti dans un disque de métal noir, puis elle se leva.
- Bon, j’aimerai bien continuer à discuter avec toi mais je dois y aller, expliqua-t-elle avant de disparaître.
Réo resta allongé, tentant d’en découvrir plus sur Nylsha en fouillant ce qu’il en avait vu.
Ses pensées l’amenèrent au collier.
Un z doré au centre d’un pentacle rouge inversé le tout serti dans un disque de métal noir…
Le symbole de Zirkhrath…
Le symbole des démons créateurs.
Le chasseur se mit à sourire.
Nylsha était une créatrice, puissante qui plus est puisqu’elle pouvait soigner et se téléporté ( les démons créateurs n’ayant pas naturellement la faculté de ce téléporté comme c’était le cas de la plupart des démons ).
Quel hasard qu’elle se soit trouvée là au bon moment !
Sans réfléchir davantage, il se téléporta chez lui…

Matt esquiva un coup de masse d’arme en effaçant les épaules et répondit par un coup de poignard. Le démon s’effondra, une fontaine de sang s’échappant de sa gorge ouverte, et explosa. Le jeune guerrier se baissa pour ne pas se faire décapiter par un coup d’épée et éventra son ennemi avec ses deux poignards. Puis il se retourna brusquement et lança ses deux lames qui se plantèrent chacune dans le torse d’un démon différent. Puis il roula sur le côté, se releva en sortant son épée de son fourreau situé entre ses épaules et para un coup. Il donna un coup facilement éviter et dû bloquer une série de coups rapide qu’il stoppa en donnant un coup de pied à l’endroit le plus sensible de l’anatomie de l’homme qui se plia an deux avant d’être décapiter. Matt fit ensuite un saut périlleux arrière pour atterrir derrière un démon qui se fit éventrer.
Deux autres combattants de l’Enfer coururent vers le jeune humain ( même s’il n’en était plus vraiment un ). Ce dernier les détruisit en leur envoyant chacun un éclair dans leur poitrine. Soudain, un autre démon apparut devant Matt. Vêtu d’une armure de métal sombre avec quelques passages en cuir noir également, il avait un sabre dentelé comme arme.
Un chasseur d’âme, peut être même un maître chasseur au vu de son armure et des trois crânes humains accrochés à sa ceinture.
Sans un mot, le démon se rua vers Matt qui para de peu un coup de sabre. Il répliqua vainement et évita de peu un coup en sauta en arrière. Il bloqua un assaut mais il se prit un coup de pied qui le fit reculer. Profitant de son avantage, le chasseur voulut éventrer Matt qui para au dernier moment le coup. Il écarta la lame et contre-attaqua. Son assaut fut également bloqué. Le chasseur accéléra le rythme et Matt fut cantonné à la défensive. Il paraît un énième coup lorsqu’il fit apparaître une boule électrique dans sa main droite qu’il lança sur le chasseur. Ce dernier, étant tout près, ne put l’éviter et il fut éjecter plus loin, un énorme trou dans le ventre.
Le jeune humain s’éloignait de l’endroit de la prairie verdoyante où il se trouvait lorsqu’un rugissement retentit derrière lui. Il se retourna et vit une effrayante créature mesurant bien trois mètres de haut et deux de large qui se tenait debout devant lui. Une tête de loup blanc posée sur un corps sombre à écailles. Deux grandes ailes dont l’extérieur était noir et l’intérieur rouge sang était déployées dans le dos de la créature. Son bras droit était celui d’un loup-garou tandis que son bras gauche était couvert d’écailles sombre au reflet rouge sombre également. Inutile de dire que ses deux mains se terminaient par des griffes. Ses jambes elles également n’étaient pas identiques : la droite était couverte des même écailles que le bras gauche et la jambe gauche était celle d’un loup-garou.
La créature s’envola et fonça en piqué vers Matt qui roula pour ne pas se prendre un coup de griffe. Il lança des éclairs sur son ennemi qui les évita et répliqua en crachant du feu. Le jeune guerrier plongea au sol pour ne pas être brûlé et lança ses deux poignards qu’il avait récupérés auparavant. Les deux armes se fichèrent dans le cou du monstre qui se posa au sol et courut vers Matt. Ce dernier évita un coup de griffes et donna un coup d’épée qui traça une longue ligne dont s’échappait un sang nauséabond. Le monstre ne broncha pas et donna un coup à Matt qui fut éjecter plus loin. Lorsqu’il se releva, il fut stupéfait de remarquer que la blessure sur le torse du monstre avait disparue. La créature fit alors apparaître une faux qu’il magnait à deux mains et se rua vers Matt. Ce dernier roula pour éviter un coup, en para un autre mais, la créature étant bien plus forte, son épée céda et il dût se dégager d’une pirouette. Il jeta un coup d’œil éperdu autour de lui, quêtant un aide improbable qu’il ne vit pas, et évita un coup de faux. Tentant le tout pour le tout, il lança une forte décharge électrique sur le monstre qui hurla de douleur. Il lâcha sa faux et donna un coup de griffe qui traça cinq lignes sanglantes sur le torse de Matt qui hoqueta de douleur avant de se faire éjecter par un coup de poing.
Alors qu’il se relevait avec beaucoup de difficultés, il remarqua que les blessures causées par la décharge électrique ne s’étaient pas refermées. Matt se baissa pour ne pas être décapiter par un coup puissant et lança des éclairs qui jaillissaient de ses doigts. ( Non, il n’est pas tombé du côté obscur de la force ) Le monstre recula comme s’il avait été percuté par un poing gigantesque mais donna quand même un coup qui éjecta ( encore ) Matt. Ce dernier, voyant que le monstre restait sur place tout en se débattant sous l’effet de la douleur, se transforma alors en tigre, rejoignit son ennemi en quelques foulées et lui sauta au coup. Alors qu’il allait le mordre, ses crocs furent entourés d’un halo électrique. Le monstre hurla de plus belle lorsque les crocs de Matt déchiquetèrent son cou. Le métamorphe griffa le monstre et le mordit encore. Soudain, la créature se calma et tomba au sol.
Matt sauta à terre et reprit forme humaine. Il s’affaissa alors et cria sous l’effet de la douleur. Il porta la main à ses blessures au ventre et la retira pleine de sang. Il se rendit soudain compte que sans le vouloir, il avait avalé un peu du sang de la créature lorsqu’il l’avait mordue.
Ce fut sur cette pensée qu’il s’évanouit.
A ce moment, Ferez apparut à sa gauche. Il jeta un coup d’œil à la créature que Matt venait de tuer.
Puis il le regarda.
Les yeux remplis de fierté.
Il ramassa son ancien élève et disparut avec lui.
Dans des volutes de fumées sombre…

Axel se baissa pour éviter un coup de poignard et attrapa son adversaire par le cou. Ce dernier, vêtu d’une armure de métal blanc, fut éjecter par le métamorphe et s’écrasa sur un rocher pointu qui lui perfora le cœur. Un autre soldat courut vers le démon mais il se fit éventrer par la queue de ce dernier. Le guerrier restant hésita à se porter à la rencontre du métamorphe qui avait pris sa forme hybride. Il choisit cependant de se ruer vers lui, ce qui lui coûta la vie : Axe évita le coup d’épée, griffa l’homme et l’attrapa par le cou avant de l’achever avec sa seconde bouche.
Le métamorphe se trouvait sur une route de montagne bordée de rochers pointus pour la plupart. Il se transforma en xénomorphe et continua son chemin vers une grotte sombre. Son objectif était simple : trouver une moitié du médaillon à utiliser pour réveiller Destroctarg, le géant de la destruction. Il était à l’entrée de la grotte lorsqu’il vit une dizaine de guerrier en armure rouge lui barrer le passage. Il se cacha derrière un rocher, tentant de trouver un plan et reprit forme humaine.
Les guerriers à l’armure évoquant le rubis ne l’avaient pas remarqué et discutaient posément. Sur leur plastron était peint une créature ressemblant vaguement à un chat bleu marine ayant quatre oreilles ainsi qu’une boule ( certainement un rubis ) au bout de la queue.
Voyant qu’il n’avait pas le choix, Axel devint un hybride et courut vers les guerriers. Il était à moins de trois mètres d’eux lorsqu’un rocher apparut au-dessus d’eux et les écrasa en tombant. Le métamorphe redevint humain et regarda à sa gauche.
Nylsha se trouvait là et souriait allègrement.
- Bien joué, lança Axel.
- Je sais, vu comme tu étais parti je me suis dit qu’il valait mieux que j’intervienne, répondit-elle avec un large sourire.
- Douterais-tu de ma valeur ?
- Non, bien sûr. J’ai justement conscience de celle-ci… Et de ses limites !
Les deux démons éclatèrent de rire, visiblement heureux de se voir.
- Drôle d’endroit pour se promener, remarqua Nylsha. Que fais-tu là ?
- Et bien justement je me promenais. Quel meilleur endroit pour prendre l’air qu’une montagne paumée où grouillent des soldats de l’Ordre ainsi que ceux de la Légion Rubis ? Répliqua Axel sur un ton joyeux.
- Beaucoup d’autres, tu peux me croire mon ami.
- Comme ?
- Euh… Un temple perdu où se trouve un crâne de pierre, un volcan en éruption, une ville en ruine peuplée de morts-vivants, l’Atlantide, l’antre d’un dracoliche ayant une rage de dents, énuméra la créatrice avec une voix où perçait une ironie mordante.
Axel éclata de rire avant de répondre :
- Oui tu as raison. Néanmoins j’aimerai savoir ce que tu fais ici.
- Je viens chercher la moitié de médaillon planquée dans cette grotte, répondit Nylsha en haussant les épaules.
- Pareil que moi.
- Je croyais que tu te baladais…
- Je me balade ET je vais chercher cette partie du médaillon.
- Bien alors allons-y tous les deux !
Les deux amis entrèrent dans la grotte. Pour être plus efficace, Axel se changea entièrement en xénomorphe. Il monta au plafond afin d’attaquer par surprise au cas où il y aurait des ennemis tandis que Nysha se tenait prête à lancer une vague d’énergie au premier ennemi venu.
La grotte n’étant pas éclairée, la créatrice créa une flamme au bout de ses doigts. Axel, lui, n’avait besoin de rien puisque ses facultés d’Alien lui permettaient de « voir » ( ben oui techniquement il ne voit pas puisque les Aliens n’ont pas de yeux ) dans le noir et ceci bien mieux qu’un humain… ou que la plupart des démons. Les deux amis progressèrent jusqu’au moment où trois guerriers ayant la même armure rouge que les précédents furent visibles. Ils fondirent ( le couloir étant assez large ) sur Nylsha qu’ils croyaient seule et sans défense. L’un d’eux fut désintégrer par une vague d’énergie, un autre se prit un pieu d’acier jaillit du néant dans le ventre. Le dernier s’était glissé discrètement derrière la créatrice grâce à son don d’invisibilité. Il leva son sabre dans un geste sans équivoque..
Il ne vit pas la queue terminée d’une pointe se glisser derrière son dos.
Il baissait sa lame lorsque son abdomen explosa, une queue de Xénomorphe sortant de celui-ci. Puis il se sentit soulevé jusqu’à se retrouvé en face de la tête de la créature qui grognait. La dernière image que le guerrier emporta fut celle d’une gueule s’ouvrant pour laisser passer une sorte de langue en tube terminée par une seconde bouche qui lui perfora le crâne. ( tiens, cette scène me dit quelque chose…)
Axel fit un mouvement ample avec sa queue et le guerrier s’écrasa plus loin.
Nylsha regarda dans la direction du métamorphe et lui adressa un large sourire.
Puis ils reprirent leur route.
Ils débouchèrent sur une grande salle remplie d’ossements de plusieurs créatures, humains compris. Au fond de celle-ci, se trouvait un mur doré couvert de symboles. Et au milieu de ce mur, là où les symboles convergeaient, se trouvait la moitié du médaillon qui, une fois entier, représentait un pentacle de métal noir inversé au centre duquel flottait un crâne humain miniature. Toutefois, il n’y avait ici que la moitié du pentacle et du crâne.
Axel sauta au sol et reprit forme humaine. Les deux démons coururent vers l’objet qu’ils étaient venus chercher. Ils avaient parcouru la moitié de la distance qui les séparaient de lui lorsque soudain un monstre apparut.
Tous les os de la salle et ceux, moins nombreux, qui étaient dispersés dans la grotte se rassemblèrent pour former une grosse créature entièrement d’os. Elle mesurait environ six mètres de haut et quatre de large. Ses jambes comme ses bras étaient énormes, ces derniers touchants le sol, et ses doigts étaient longs et griffus. Son poitrail était tout bonnement énorme, ses côtes démesurées recouvraient une sorte de ventre entièrement d’os évoquant irrésistiblement une armure. De son dos jaillissaient des pointes énormes et ses épaules étaient de grosses plaques osseuses garnies chacune de trois longues épines. Sa tête ne ressemblait à rien de connus, sa mâchoire évidemment sans lèvres était garnie de dents aiguisées comme des rasoirs, son nez n’était qu’un trou et ses yeux étaient rouges. Deux longues cornes encadraient le haut du crâne et partaient vers le plafond.
Axel se transforma en xénomorphe et se porta à la rencontre de la créature tandis que Nylsha réfléchissait à un moyen de détruire le monstre. Le métamorphe donna un coup de queue, évita un coup et bondi sur la créature. Son but n’était pas de la blesser mais uniquement de l’occuper afin que Nylsha puisse trouver une solution. Il évita la main de la créature mais une épine le blessa à l’épaule. Son sang acide se déversa un peu sur la créature. Axel remarqua que, alors que le pieu d’acier s’écrasait lamentablement contre le ventre du monstre, son sang avait creusé un trou.
- Je vais creuser un trou dans son thorax, il faudra que tu lance un pieu ou quelque chose d’approchant dans celui-ci ! Déclara-t-il à Nylsha par télépathie.
Sans attendre de réponse, il sauta, se rattrapa de justesse et cracha de l’acide. Cette faculté l’avait toujours étonné. Bien que les xénomorphe n’en soit pas capable, lui, le pouvait. L’acide joua son rôle et un trou apparut sur le thorax du monstre. Ce dernier donna alors un coup de poing monumental au métamorphe qui s’écrasa contre le mur. A ce moment, un pieu d’acier apparut devant Nylsha et fila vers la faille crée par l’acide.
Il s’enfonça dans la créature dont l’armure craqua sinistrement et continua son chemin pour ressortir par le dos. La créature tituba, faillit tomber mais se reprit. Elle allait courir vers Nylsha lorsqu’une sphère orangée apparut dans le corps du monstre. Cette dernière tournait de plus en plus vite et grossissait à vue d’œil lorsque soudain elle explosa.
Tout comme la créature dont les morceaux calcinés furent dispersés dans la salle.
Nylsha courut vers Axel qui se relevait péniblement.
- Ca va ? Demanda-t-elle, visiblement inquiète.
- Je pourrais aller mieux, je dois avoir une côte cassée, répondit le métamorphe avec une grimace.
- Prenons se fichu médaillon ensuite je t’emmènerai te faire soigner.
- Tu peux pas me soigner maintenant ?
- Désolé mais je ne sais pas soigner ce que je ne vois pas.
La créatrice alla prendre la moitié de médaillon et la mis dans sa poche. Puis elle attrapa le bras d’Axel avant de disparaître avec lui.

Réo était penché à la fenêtre et regardait pensivement la rue qui s’ouvrait des dizaines de mètres devant lui… Et des dizaines plus bas.
En effet, il ne se trouvait pas chez lui mais dans un château situé dans une ville en Enfer. Ce château lui avait été prêté par Jorgo au moment où ce dernier était partit. Le chasseur se trouvait dans une salle immense, richement décorée dont les murs étaient de métal.
Tranquillement, Réo écoutait ce que lui murmurait le vent et ce que lui chantait la nuit…

- Tu crois que je suis de taille ? Demanda Matt à Ferez qui se tenait debout devant lui.
- Oui. Tu as vaincu une mentikhrenn et bu son sang. En outre, tu as forgé ta lame en la recouvrant du sang que j’ai récolté pour toi.
- Ce qui veut dire ?
- Ton épée est désormais liée à toi. Emme est désormais aussi puissante que toi.
- Valenkh Celentaï… Murmura Matt.
- Le nom que tu as donné à ton épée. Vengeance Céleste si on traduit.
- Néanmoins je ne pense pas être de taille à l’affronter maintenant.
- Tu te leurres. Le sang de la mentikrenn as décuplé ta puissance. De plus, tu contrôle ton électrokinésie.
- Mais pas mon don de métamorphe.
- Il ne te serrait d’aucune utilité contre lui.
- Mais…
- Lumière dans la nuit, sentiments obscurs
Lumière qui guide, âme qui se perd
Eclair de lumière contre feu obscur
Colère du tonnerre contre vengeance des flammes
Grondement de la foudre face au rugissement ardent
Orage étincelant contre bûcher de noirceur.

- Comment sais-tu ce que le Markraz m’a dit ? Demanda Matt, ébahit.
- Mon maître me disait souvent que la parole n’est pas la seule source d’information. Tout parle à qui sais lire, voir et écouter. Le rythme d’une respiration, la façon de parler, sa façon de se tenir en dises long sur quelqu’un. ( si avec ça vous n’avez pas trouvé l’identité de Ferez… si si lisez bien l’autre fic… ) C’est le moment pour toi de lui montrer ce que tu es devenu.
- Bien. J’y vais.

- Comme on se retrouve… Réo ! Cracha une voix derrière le chasseur.
- En effet Matt, répondit le démon sans se retourner. La nuit m’a annoncé ta venue et le vent m’a dit quand tu viendrait.
- T’ont-ils dit comment se terminera cette rencontre ?
- Non. Je peux les écouter mais pas leur parler. Peut être l’apprendrai-je plus tard… ( héhé, je ne voudrais pas dire mais ça répond à une question posée hier… )
- Tu n’apprendras rien car je vais te tuer !
- Et pourquoi ? Demanda Réo en se retournant lentement.
Il découvrit alors Matt, vêtu d’une armure de cuir sombre renforcé de plaques de métal blanches. Il tenait une épée qui brillait doucement à la main.
- Je vais te tuer car tu as tué celle que j’aimais. Et aujourd’hui je vais la venger !
- Je suppose qu’il est inutile de te dire que tu te fais manipuler. Je n’ai pas tué Luna.
- Menteur ! Hurla Matt en courant vers Réo.
Ce dernier se retourna et dans le même mouvement sorti Zarelkan de son fourreau situé entre ses épaules. Il para le coup de Matt et répliqua. Le jeune guerrier contint l’assaut du démon, se décla pour éviter un nouveau coup et frappa. Un coup de pied ainsi qu’un coup d’épée.
Aucun des deux ne toucha le chasseur.
Ce dernier avait paré le coup d’épée et sauté sur le rebord de la fenêtre pour éviter le coup de pied. Il fit un saltos avant et donna un coup que Matt para. Il roula pour éviter un coup du démon et répliqua par un coup d’estoc. Réo le para, fit glisser sa lame le long de celle de Matt et blessa ce dernier à l’épaule. Le jeune guerrier se dégagea par un coup de pied qui fit reculer Réo et lança une multitude d’arcs électriques. Le démon les paras mais sous la pression sa lame s’envola et retomba plus loin. Le jeune combattant de l’Ordre en profita et se rua sur Réo qui sortit Dercvataï et para de justesse l’assaut de Matt. Ce dernier se baissa et plaça un coup vicieux que Réo évita en sauta sur le côté. Le démon feinta sur la gauche et blessa son ancien ami au flanc gauche avant de parer un coup. Matt effectua une série de coups rapides que le chasseur para même s’il se fit blesser au ventre. Le jeune guerrier fit une roulade arrière pour éviter un coup de pied et lança une série d’éclairs que Réo contint avec son épée. Celle-ci s’enflamma soudain alors que celle de Matt s’entourait d’éclairs et ce dernier repartit à l’assaut.
Lorsque leurs lames s’entrechoquaient, elles dégageaient un bruit sec faisant penser à un impact entre un arbre et un éclair.
Matt évita un coup en se décalant, pivota pour donner un coup qui fut parer et roula pour éviter un revers scintillant. Il se releva et rejeta sa lame en arrière mais le chasseur eût la bonne idée de faire un saut périlleux arrière. Il atterrit donc juste devant Matt qu’il gratifia d’un coup d’épée qui fut parer. Ce dernier tenta un assaut mais il se fit blesser au ventre. Il se dégagea d’un coup de pied et fit également un saut périlleux arrière.
Il était désormais dos à la fenêtre tandis que Réo était dos au mur.
Matt lâcha soudain son épée et tandis ses deux mains, paumes vers Réo. Une multitude d’éclairs bleus d’autres blancs, tous lumineux en sortirent.
Conscient que sa lame ne servirait pas, le chasseur lâcha cette dernière et tandis les mains. Un formidable jet de feu sombre en sortit.
Alors que les deux fruits du pouvoir des deux adversaires se touchaient, la voix du Markraz se fit entendre dans l’esprit de Matt.
Ses paroles prirent enfin un sens :
- Lumière dans la nuit, sentiments obscurs
Lumière qui guide, âme qui se perd
Eclair de lumière contre feu obscur
Colère du tonnerre contre vengeance des flammes
Grondement de la foudre face au rugissement ardent
Orage étincelant contre bûcher de noirceur.

Les deux adversaires forçaient tous les deux, des éclairs enflammés s’échappaient du point d’impact et carbonisaient ce qu’ils touchaient.
Les deux ne faiblissaient pas.
Un bûcher noir apparut dans le fond des yeux de Réo tandis que dans ceux de Matt apparaissait un éclair de lumière.
Les deux ennemis puisèrent leurs dernières parcelles d’énergies.
Les utilisèrent dans leur combat.
Deux courants d’énergie parcoururent les deux jets dans un sens opposé.
Se rencontrèrent.
Une formidable explosion d’éclairs de feu et de lumière sombre eût lieu.
Ce qui était dans la salle fut vaporiser.
Sauf les deux guerriers.
Réo percuta le mur avec une violence inouïe qui le fit s’effondrer tandis que Matt fut éjecter à travers la fenêtre.
Il s’écrasa en bas.
Les minutes passèrent puis il se releva, couvert de blessures, en partie brûlé et lacéré par les éclairs de feu.
Il regarda vers la fenêtre.
Il vit Réo dans le même état que lui que le regardait.
Le chasseur vit toute la haine dans le regard de Matt qui disparut.
Dans un éclair de lumière…

Un homme est accroupit au sommet d’une tour de jade.
Comme toujours, il sourit.
Bientôt.
Bientôt il sera près pour la guerre.
Mais avant tout il va avoir besoin d’un compagnon de bataille.
Et il est près à en avoir un.
La seule question est de quelle sorte sera-t-il ?
Une fois que le vent lui est apporté la réponse, l’homme se releva.
Et disparut.
Comme une écharpe de brume sombre …

Et voilà finit pour ce chapitre qui est l'avant dernier de la première partie ! ( Le problème c'est que j'avait prévu de faire en sorte le prochain chapitre soit le plus long de la première partie... hors là ça va être dur de faire plus long que celui-là XD mais bon je vais essayé quand même ^^)

Merci pour les commentaires et j'espère qu'il vous a plut !
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Mar 11 Nov 2008 18:58   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Salut ! Bon bah voici la suite :

Chapitre 19 :

De toute évidence, Jorgo ne venait pas de l’Enfer ni même du monde « réel ». Longtemps j’ai cherché d’où il venait, cherchant des indices partout et suivant des pistes folles. Quelle déception lorsque j’ai vu que la clef du mystère était juste sous mes yeux…

Oriak Intil, journal


Matt se baissa pour éviter une boule d’énergie noire avant de répliquer par un coup d’épée. Son adversaire bloqua son assaut et riposta par une série de coups plus rapides les uns que les autres. Matt en évita quelques-uns uns mais se fit toucher au flanc gauche. Réprimant un cri de douleur, il se baissa et donna un nouveau coup destiné à éventrer le démon qui lui faisait face. Ce dernier sauta en arrière avant de blesser le jeune humain au ventre et au bras droit avant de lui donner un coup de pied qui le projeta plus loin. Le démon, de toute évidence un chasseur d’âmes vu son armure de cuir noir et de métal, se rua vers Matt toujours à terre et leva son épée dans un geste sans équivoque…
- Griffes du tonnerre, crocs d’éclairs, murmura la voix du Markraz dans l’esprit de Matt.
Les yeux de ce dernier devinrent soudain jaunes et ses pupilles verticales. Le démon allait baisser son épée mais un éclair lumineux sortit de la main de Matt, éjectant le chasseur tout en le brûlant sérieusement au ventre.
Soudain Matt bondit. Son image se brouilla pour devenir celle d’un jaguar. Surpris, le chasseur ne bougea pas lorsque le félin bondi sur lui et referma ses mâchoires sur son cou. Il mourut sans comprendre.
Puis l’image du jaguar se brouilla et Matt tomba inanimé sur le sol.
Ferez apparut juste à cet instant dans des volutes de fumée sombre. Il se dirigea en souriant vers Matt qui gisait sur le sol.
Ses pouvoirs s’étaient éveillés mais il était incapable de les contrôler. Une fois qu’il les manipulera aisément, il pourra affronter les démons.

- Vous vouliez me voir monseigneur ? Demanda Réo en posant un genou à terre devant Sourços qui se trouvait au milieu d’une salle taillée dans une roche rouge sombre.
- Oui, un chasseur d’âmes vient de périr. Le problème est que ce n’est pas un coup des illumnorsks ni d’une créature venant de l’Enfer.
- Comment pouvez-vous en être si certain ?
- Simplement parce que le chasseur en question était vraiment très doué et que son corps porte la trace d’une brûlure au ventre sans doute causée par un éclair. Hors aucun illumnorsk ne manipule l’électricité. Le plus étrange est que ce n’est pas la cause de la mort. Il semblerait que son assassin soit également métamorphe. Inutile que tu me demande pourquoi je dis ça, il y a des traces de jaguar succédant des traces d’homme.
- Pourquoi le corps du chasseur n’a-t-il pas disparut ?
- Simplement car les corps des chasseurs d’âmes ne disparaissent que s’ils sont tués par magie ou par leur faiblesse : l’amour.
- Que dois-je faire ?
- Simplement faire preuve d’une extrême prudence.
- Bien monseigneur.
Réo se releva et partit, surpris que Sourços ne lui aie confié aucune mission.

Jorgo évita un coup de poignard. Sans daigner sortir une arme, il attrapa l’homme pat le cou et l’envoya plus loin. Un autre pillard armé d’un cimeterre se précipita sur le chasseur. Ce dernier se décala légèrement, la lame passant à deux millimètres de son ventre, et donna un coup de pied en plein ventre de son adversaire qui se plia en deux. Un deuxième coup de pied en pleine tête le mis hors de combat. Le dernier pillard courut alors pour s’échapper. Jorgo ramassa le poignard du premier pillard et le lança. La lame se ficha dans la nuque de l’homme.
Le chasseur sourit légèrement et leva la tête vers les étoiles. A ce moment, une brise légère se déclencha. La brume se trouvant à l’orée de la forêt se rapprocha de Jorgo qui disparût.
Comme une écharpe de brume…

- Alors, où en est-on avec l’entraînement de Matt ? Lança un homme en armure blanche à Ferez qui venait d’apparaître.
Les deux hommes se trouvaient dans une salle de marbre blanc meublée sobrement.
- Ca avance. Il a vaincu maître chasseur et ainsi libéré ses pouvoirs qui étaient déjà légèrement réveillés par le Markraz, expliqua le nouveau venu.
- Bien. Yalhyé sera content. Nos armées seront bientôt prêtent à intervenir lorsque la trêve sera révolue.
- Et nos alliés des étoiles ?
- Prévenus. Néanmoins, ils mettront plus de temps que nous.
- Bien sûr. Lorsque la guerre commencera, il faudra que les humains obtiennent nos technologies.
- Et prié pour qu’ils ne s’entre-déchirent pas avec ! Lança l’inconnu en armure blanche.
- Oui mais ils seront soudés pour la guerre. Ils devront faire face à un ennemi commun.
- Sliyakh a-t-il une idée pour… l’autre allié dont nous aurons besoin ?
- Non. A vrai dire, puisqu’il n’est pas au courant des pouvoirs de Réo et qu’il n’a jamais été menacé par les démons…
- Je vois. Il faudrait qu’il accélère le mouvement parce que sinon c’est mal barré.
- C’est ce que je lui ai dit, il y a une heure environ.
- Bon ben c’est pas tout ça mais j’ai une formation à achever moi ! Déclara Ferez avant de disparaître.
Dans des volutes de fumée sombre…

Seul.
Irrémédiablement seul.
C’est ainsi qu’était Réo dans la cours. Bien qu’il eût l’impression d’être étrangement plus apprécié, il était quand même seul.
Matt ne lui adressait plus la parole depuis qu’il était partit on ne sais où. ( enfin surtout lui en fait )
Le chasseur regarda l’ensemble des élèves de la (basse) cour. La plupart discutaient entre-eux. C’est en regardant vers le portail qu’il vit que quelqu’un le fixait.
Non pas quelqu’un. Angélique le fixait. Quelque chose d’étrange au fond des yeux.

« La parole n’est pas la seule source d’informations jeune apprenti. Tout parle à qui sais lire voir et écouter. Le rythme d’une respiration, la façon de parler, la façon de se tenir, les gestes même les plus anodins en dises long sur quelqu’un. Mais la meilleure façon de savoir ce qu’une personne ressent, surtout si elle te regarde, c’est de regarder ses yeux. Les yeux sont les fenêtres de l’âme, jeune apprenti. Et nous, nous capturons ses âmes ! »


Réo ne put retenir un sourire mélancolique lorsque cette leçon de Jorgo jaillit de sa mémoire. Grâce à elle, il vit qu’Angélique avait peur. Peur de lui.
- Fallait y penser avant… Murmura le chasseur avant de se détourner rageusement puisque Onoclas avait serré Angélique dans ses bras.

Souffrance intérieure
Qui tue peu à peu
Jalousie


C’est ce qu’écrivit Jorgo sur l’écorce d’un arbre immense avant de se remettre à marcher.
Droit vers son objectif.
Alors qu’il marchait, il disparût.
Comme une écharpe de brume plus sombre qu’à l’accoutumée…

Envol vengeur et implacable
Lame de ténèbres tachées de sang
Promesse



La lame passa à un millimètre du ventre de Matt avant de revenir dans un revers scintillant. Le jeune humain sauta en arrière et répliqua par un coup de son sabre. Son attaque fut parée mais il donna un coup de pied qui déstabilisa son adversaire. Ce dernier baissa sa garde durant une fraction de seconde. Petit moment que Matt utilisa.
La tête du chasseur roula à ses pieds.
Un applaudissement se fit soudain entendre et Matt tourna la tête. Ferez se dirigeait vers lui, un grand sourire aux lèvres.
- Parfait jeune apprenti. Bientôt je n’aurai plus rien à t’apprendre. Ta soif de vengeance à fait tout le travail à ma place, lança-t-il.
- Tant mieux même si c’est un peu rapide.
- Ravi que cela te plaise. Néanmoins, ton entraînement ne sera achevé que lorsque tu contrôleras tes pouvoirs. Autant dire que c’est pas gagné…
- Sympa.
- Je sais. Mais il ne s’agit pas de sympathie mais d’efficacité. Aller, au travail.
Il tapa dans ses mains et trois squelettes en armure apparurent.
- Tu dois te débarrasser de ses tas d’os ambulants sans utiliser d’armes, lâcha-t-il avant de disparaître.
Matt évita un coup de hache et bondi en arrière. Alors qu’un squelette se ruait vers lui, il se concentra. Il sentit une onde de pouvoir se diriger vers ses mains. Puis il s’imagina l’éclair sortant de ses doigts et se concentra pour qu’il devienne réel.
La lame du mort était à quelques centimètres de son cou lorsqu’un éclair lumineux jaillit de sa main droite et percuta le squelette en plein thorax (enfin ce qu’il en restait). Le tas d’ossements sur pattes se transforma en un petit tas de cendres. Les deux morts restants levèrent leurs armes et se précipitèrent sur Matt qui lança une boule électrique sur l’un et une multitude d’arcs électriques sur l’autre.
Les deux finirent en tas de cendres. Epuisé, Matt se retrouva à genoux.
-Bien, jeune apprenti, lança Ferez. Tu commence à maîtriser tes éclairs. Je ne peux cependant pas t’aider pour ton don de métamorphe. Ce pouvoir est extrêmement complexe et tu dois l’appréhender à ta manière.
L’entraînement continua. Au bout de deux semaines d’entraînement intensif, Matt maîtrisa complètement son pouvoir d’électrokinésie et il avait commencé à travailler sur son pouvoir de métamorphe qu’il commençait à maîtriser un peu. Ferez le libéra donc tout en laissant un appartement à sa disposition.

Réo effectua une pirouette pour éviter la boule d’énergie blanche qui fut lancée dans sa direction par un soldat en armure blanche. Le chasseur répliqua par un jet de feu qui brûla le type avant de parer la lame d’un autre guerrier.
Les combattants se trouvaient dans un temple. Entièrement en pierre brune, la salle où ils se trouvaient étaient éclairée par des flammes qui sortaient du sol et par des torches disposées sur les murs et piliers. Au fond de la salle se trouvait une porte de pierre.
Réo se baissa pour éviter d’être décapité par un coup de hache et para deux coups d’épées. Il riposta et tua deux ennemis avant de sauter en arrière pour ne pas être éventrer. Il roula sur le coté pour éviter un autre coup et trancha la main de son ennemi avant d’enfoncer Zarelkan dans son torse. Trois ennemis s’élancèrent vers lui mais ils furent fauchés par une vague de feu jaillit du néant qui les réduisit en tas de cendres fumantes. Le chasseur se dirigea ensuite vers la porte de pierre. Elle s’ouvrit lorsqu’il se fut posté devant et il s’avança.
Il arriva dans une salle faiblement éclairée. Tout au bout se trouvait un crâne en pierre encastré dans le mur.
Le crâne dont Réo avait besoin pour réveiller Tarkaï, le géant de la Terre.
Il se mit donc à avancer lorsque soudain la salle se mit à trembler et une créature jaillit du sol.
Elle mesurait plus de deux mètres de haut. Quasi intégralement faite de pierre brune, elle avait quatre bras dont deux qui étaient des lames de diamant. Son visage ne ressemblait à rien de précis, deux yeux de rubis étincelaient d’une lueur rougeâtre tandis qu’au-dessus d’eux, deux cornes d’opale brillaient sinistrement. Aucun nez n’était visible et des « dents » de pierre jaillissaient du visage, la mâchoire étant inexistante. Réo remarqua que toutes les parties de la créature n’était pas de pierre et que ces dernières étaient en différents métaux ou pierre précieux. Ainsi, quelques parties du torse du monstre étaient en émeraude et en cobalt. Du dos du monstre jaillissaient de longues épines qui étaient soit en saphir soit en améthyste. Les jambes enfin étaient en partie, outre la pierre, en or et en topaze.

« Un Gorkhaï jeune apprenti. Il ne doit pas en rester plus d’une dizaine, cinq en Enfer, cinq sur Terre. Cette créature est considérée comme l’esprit même de la Terre, né de sa fureur envers les humains. Personne ne sait comment les tuer et si jamais tu en affronte une, neutralises-la sans la tuer sauf si elle t’y oblige. »


Cette leçon de Jorgo revint en mémoire à Réo au moment où le Gorkhaï allait donner un coup avec son bras-lame. Il se baissa et sauta en arrière. Il ne sortit pas ses lames, il savait que c’était inutile, et évita un coup. Il lança une vague de feu qui fit reculer la créature.
La lave !
Il fallait utiliser la lave !
Cette évidence frappa Réo qui évita un assaut.
Il savait comment vaincre le monstre mais il ne pouvait pas l’utiliser !
En effet, il contrôlait presque totalement le feu mais les autres aspects de son pouvoir, contrôle de la chaleur, de la lave et du soleil lui-même, lui étaient inaccessibles. Il ne pouvait pas non plus augmenter la chaleur de son feu pour qu’il atteigne la température de la lave.
Il évita deux autres coups avant de rouler entre les jambes de la créature qui le blessa au dos et de s’éloigner. C’est alors qu’il trouva la solution.
Il fit apparaître dans sa main gauche l’arme qu’il avait crée, il y a quelques semaines et qu’il n’avait jamais eût l’occasion d’utiliser.
Il s’agissait d’un pistolet assez gros. Il pouvait être chargé avec la plupart des munitions existantes, dont celles d’énergie noire. Ce ne fut toutefois avec aucunes munitions connues que Réo chargea son arme. Le chargeur était en effet gris même s’il devenait transparent en son centre ce qui permettait de voir une sorte d’amas d’énergie jaune-orangée.
Le chasseur pointa alors son arme vers le Gorkhaï qui se ruait vers lui et tira. Une salve orangée sortit de l’arme et toucha le monstre en pleine poitrine. Ce dernier baissa la tête et vit que la salve avait creusé un trou d’où s’échappait un liquide doré.
Avec un grognement de rage il s’élança à nouveau. Réo tira à nouveau mais, malgré les blessures toujours plus nombreuses qu’il infligeait à son ennemi, ce dernier arriva au contact du chasseur qui fut blesser au ventre ainsi qu’à l’épaule droite par les lames du Gorkhaï. Le démon se baissa et tira avant de se faire éjecter par un coup de poing. Il lança une boule de feu et tira à nouveau.
Sans succès.
Son arme, bien que tirant de l’énergie ardente qu’il renforçait par son propre pouvoir ne faisait que ralentir le monstre. Réo se demanda alors ce qui pouvait arrêter un tel monstre, la lave étant moins puissante que l’énergie ardente. C’est alors qu’il vit le crâne de pierre.
L’évidence s’imposa à lui.
Il n’avait pas besoin de combattre la créature !
Il s’élançait vers l’objet lorsqu’il fut blessé au flanc droit par une grosse « épine » de pierre lancée par le monstre. Le chasseur tira sur la créature pour la ralentir et courut à toutes jambes. Il atteint le crâne lorsqu’il se prit une épine de pierre ( épine grosse comme le poing d’ailleurs ). Il bascula en avant. Le Gorkhaï l’avait presque rattrapé lorsqu’il se releva un peu et très difficilement avant de prendre le crâne d’une main tremblante et de s’écrouler.
Stoppé net, le Gorkhaï hocha la tête comme pour dire qu’il était d’accord et disparut.
Comme une poussière dorée balayée par un vent invisible avant de disparaître…

Le noir. Réo sombrait chaque seconde un peu plus dans le noir. Ses blessures saignaient abondamment et il ne pouvait plus bouger ni se téléporter.
Il fermait doucement les yeux lorsqu’il entendit une voix.
Féminine. Qu’il n’avait jamais entendu auparavant :
- Tenez bon, je vais vous sortir de là. Ecoutez ma voix.
Réo s’accrocha à cette voix si douce comme à une corde. Soudain, il sentit que l’épine de son dos était retirée ce qui le fit hurler de douleur.
- Chut, gardez vos forces pour survivre, continua la voix.
Soudain, le chasseur sentit que la plaie dans son dos, de loin la plus grave, commençait à arrêter de saigner.
- Qui… qui êtes…vous ? Balbutia Réo.
- Mon nom et Nylsha, répondit celle qui était en train de soigner Réo. Bon, j’ai au moins soigner la plaie la plus grave. Je vais vous transporter autre part pour que vous soyez soigné.
Elle attrapa la main gauche de Réo.
Leur image se brouilla et ils disparurent.

Bon c'est fini, j'espère qu'il vous plaira ! Bonne lecture !
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Dim 02 Nov 2008 22:01   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
*Reo égorge deux gardes et se précipite vers l'entrée du forum. Les portes se referment mais il effectue une glissade et entre de justesse. Il évite deux coups de haches et riposte par une boule de feu et décapite le dernier garde. Puis il se met à courir jusqu'à son topic où il est arrêté par on ne sais pas qui :
- Que veux-tu ? Demande l'homme.
- Ben euh déposer le chapitre 18 avec du retard je vous l'accorde.
- Est-il bien au moins ?
- Bah c'est aux lecteurs de juger pas à moi.
- Bon d'accord tu peux passer mais essaie d'envoyer la suite avant un mois !
- Oui j'essaierai ! Lança Reo en allant déposer la suite.*

Tiens elle est originale cette entrée pour une fois... Faudra faire ça plus souvent ! Mr. Green

Bon sérieusement je suis (encore) désolé pour le temps que je met à écrire ( pas de ma faute, j'ai de moins en moins le temps d'écrire la faute aux profs et à leurs devoirs ).

Sinon bon ben je vous remercie pour les coms et Okoyl : les chasseurs d'âmes ne peuvent mourir de vieillesse. Le passage que tu n'as pas compris risque de rester sombre pendant un moment Cool.

Bon voici sans tarder la suite :

Chapitre 18 :

Jorgo était sans doute plus puissant qu’il ne nous a fait croire. Beaucoup affirment qu’il n’était qu’un chasseur plus puissant que les autres. Un jour j’ai comprit : il était bien plus que cela !

Oriak Intil


- Enfoiré !!!
Réo évita la charge malhabile de Matt en effaçant les épaules.
- Qu’est-ce que j’ai fait encore ? Demanda le chasseur.
- Tu l’as tué ! Lui répondit Matt, les larmes aux yeux.
- Euh qui ? Tu sais, j’ai tué tellement de monde qu’il va falloir que tu sois un peu plus précis pour que je sache de qui tu parles.
Aussitôt, la télé s’alluma pour laisser place au journal. Le reporter parlait d’une énième victime du tueur en série qui sévissait depuis pas mal de temps.
Et la victime était…
- Luna ? Releva Réo, ébahi.
- Ne fait pas l’innocent, lui lança Matt.
- Mais c’est débile ! Pourquoi l’aurais-je tuée ?
- Je l’ignore mais ton insigne était gravé sur son dos ! Tu l’as tuée !
- Mais tu le fais exprès ! Tu me prends pour qui ? Je sais que tu l’aimes, tu ne crois quand même pas que je suis assez stupide pour te faire un coup pareil !
- Mais tu es un démon ! Les démons ne sont pas fiables, je te rappelle que c’est une créature de l’Enfer qui a tué mes parents, attaqué le collège er qui tue des innocents pour son plaisir !
Réo tressaillit. Matt osait le comparer à des créatures sauvages et sanguinaires ! L’indignation et la colère allaient le submerger lorsqu’il vit que Matt partait, une valise dans la main.
- Adieu ! Lâcha-t-il simplement avant de s’enfoncer dans la nuit.
Réo resta seul. Ne parvenant pas à trouver le sommeil, il se forgea une nouvelle arme. Une fois ceci fait, il réessaya de dormir. Il y parvient avec difficulté.

Matt marcha longtemps avant de s’asseoir par terre. Il avait voulut aller chez lui mais le souvenir de ses parents était toujours présent et il ne se sentait pas capable d’y retourner. Soudain, l’image de Luna lui apparut. Les larmes jaillirent, nombreuses, irrépressibles.
- Puis-je t’aider ?
Matt regarda autour de lui pour trouver l’origine de la voix. Il vit un homme vêtu de cuir noir. Une épée dentelée à double tranchant était placée entre ses épaules, deux dagues pendaient à sa ceinture.
- Je ne pense pas que quelqu’un puisse m’aider, lui répondit tristement Matt.
L’homme posa une main gantée de noir sur l’épaule du jeune humain avant de répliquer :
- Je crois au contraire que tu as besoin de moi.
- Tiens donc et pourquoi ?
- Parce que toi et moi avons quelque chose en commun : nous voulons arrêter les démons. Viens avec moi, je t’offrirai le pouvoir de te joindre à nous pour vaincre les Ténèbres. .Tu as l’occasion de venger tes parents et celle que tu aimes : Saisis-la !
- Comment savez-vous cela ? Je ne vous l’ai pas dit !
- La parole n’est pas la seule source d’information comme aurait dit quelqu’un que je connais bien. Tout parle à qui sais lire, voir et écouter. (Tiens donc, cette phrase me rappelle quelqu’un mais je doute que quelqu’un sache de qui il s’agit. Dommage)
- Et quel est ce pouvoir dont vous m’avez parlé ?
- Je ne te le révèlerais uniquement si tu te joins à nous.
- Vous me proposez de me joindre à l’Ordre n’est-ce pas ?
- Oui, en effet. Bientôt ce sera la guerre et si nous échouons alors le mal s’étendra partout et détruira tout sur son passage. Ce sera alors la fin du monde et celle de l’espèce humaine.
Matt réfléchit un instant, pesant le pour et le contre de la proposition. Lorsque le souvenir de Luna s’imposa à lui, il fit son choix.
- J’accepte.
L’homme sourit :
- Bien, viens avec moi, lâcha-t-il en tendant la main.
Main que Matt prit.
Ils disparurent.
Dans des volutes de fumées sombre…

Quelque part.
Au sommet de la plus haute tour, appelée la vigie, (oooh le gros indice que je donne) d’une citadelle, un homme est accroupit, les yeux fermés.
Imperturbable malgré le froid et le vent, il écoute le murmure de la nuit.
Lorsque enfin il ouvre ses yeux bleus pâle, il sourit.
Bientôt ce sera la guerre.
Bientôt son ancien apprenti devra affronter ses anciens amis.
Bientôt il devra affronter ses peurs les plus profondes.
Mais il sera prêt.
L’homme saute soudain dans le vide et disparaît.
Dans des volutes de fumée sombre…
Ou peut être comme une écharpe de brume… (Désolé mais la tentation était trop forte, et puis zut à la fin)

Le lendemain, Réo partit s’entraîner avec sa nouvelle arme (à feu si ça intéresse quelqu’un évite de peu une chaise en se baissant). Une fois qu’il la maîtrisa parfaitement, il partit se promener dans une forêt dense et verdoyante sous un ciel rougeoyant. Soudain, il entendit des bruits d’affrontement. Il courut vers le lieu d’où les bruits provenaient, s’accroupit près d’un immense chêne et regarda.
Une dizaine de guerriers portants une armure grisâtre et étant armés d’épées affrontaient un jeun garçon vêtu de noir. Ce dernier lança un poignard qui se ficha jusqu’à la garde dans le cou d’un adversaire. Puis il évita un coup d’’estoc qui aurait dû le décapiter. Il roula près d’un guerrier et se releva brusquement. Il attrapa le guerrier par le cou et l’envoya valser quelques mètres plus loin. Le combattant heurta un tronc avec une violence inouïe et un écœurant craquement d’os se fit entendre. C’est alors que Réo reconnu enfin le combattant en noir : Axel !
Ce dernier griffa alors un guerrier de sa main droite devenue celle d’un xénomorphe. Le guerrier voulut contre-attaquer mais Axel lui sauta sur le ventre et l’acheva avec sa seconde bouche qui avait remplacé sa langue normale.
Réo remarqua alors que les dents du jeune métamorphe s’était allongée, que ses yeux étaient devenus entièrement noirs et que sa queue était apparue.
L’hybride Alien-homme ainsi formé se précipita vers un guerrier dont il tordit le cou avant de l’éjecter. Un autre combattant accourut mais il se fit éventrer par la queue du métamorphe. Ce dernier allait achever un autre ennemi lorsqu’un de ces derniers se glissa dans son dos. Il allait abattre son épée mais un shuriken aux lames disproportionnées le décapita avant de revenir dans la main de son lanceur. Axel acheva un guerrier alors que Réo lançait une boule de feu qui détruisit un autre combattant. Le chasseur évita un coup de masse d’armes avant de donner un coup de pied à l’endroit le plus sensible de l’anatomie de son agresseur avant de le décapiter avec ses griffes. Axel, quant à lui, se rua vers le dernier de ses ennemis et lui sauta dessus ( pervers s’abstenir je ne vise personne en particulier, quoique… ) en se transformant totalement en xénomorphe avant d’achever victime en perforant son crâne, plus exactement son front, avec sa seconde bouche. Puis il se dirigea vers Réo avant de reprendre forme humaine.
- Qui étaient ces sympathiques combattants qui voulaient te découper en rondelles de saucisson (sec) ? Demanda le chasseur en souriant.
- Des crétins de guerriers qui n’avaient rien d’autre à faire que d’attaquer les démons qu’ils croisaient. Pas de bol je les ai croisés, répondit le métamorphe.
- En tout cas se n’étaient pas des démons, remarqua Réo en désignant les corps des guerriers gisants sur le sol.
Axel haussa les épaules avant de répondre :
- A mon humble avis s’étaient des soldats de l’Ordre.
- Tiens ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu parler d’eux.
- Au fait, que fais-tu ici ? Demanda soudain le métamorphe.
- Je me baladais tranquillement puis je t’ai sauvé la vie même si je doute que tu en aie vraiment eu besoin. Toutefois, ton pouvoir est étrange : tu ne te transforme qu’en xénomorphe hors cette créature n’existe pas.
- Et bien en fait mon don n’est pas comme ceux des autres métamorphes. Tout d’abord, n’oublie pas qu’il y a trois sortes de métamorphes même si des mélanges existent : ceux qui peuvent modifier leur corps, bras devenant une lame par exemple, ceux qui prennent l’apparence de quelqu’un d’autre et enfin ceux qui se transforment en animaux. Ces derniers ont le choix entre plusieurs formes, généralement trois mais jamais plus de sept. Les différentes formes qu’ils peuvent choisir appartiennent normalement à un animal existant soit sur Terre soit en enfer même si c’est plus rare pour ce dernier endroit. Pour ma part, puisque ma mère était métamorphe et que mon père le don de création, ce qu’il imaginait devenait réel ; mon pouvoir a été modifié puisque ces deux dons sont héréditaires. J’ai donc la faculté de prendre l’apparence, ainsi que ces facultés bien sûr comme tous les métamorphes, qui n’existe pas : le xénomorphe donc. Par contre, je ne dispose pas du don de mon père et je ne peux devenir que xénomorphe, aucune autre forme ne m’est disponible. En outre, je peux modifier uniquement certaines parties de mon corps, par exemple une main ou un bras, au lieu de me transformer totalement. Je peux, et c’est là la facette de mon pouvoir la plus impressionnante, devenir un hybride xénomorphe-humain. Dans ce cas je possède les facultés des deux espèces réunies mais je suis plus fort que les deux espèces réunies.
Une fois sa longue explication finie, Axel se tut et observa Réo. Le chasseur n’avait rien dit durant la longue réplique du métamorphe même lorsque sa voix avait tremblé lorsqu’il avait évoqué ses parents.
- Ton pouvoir est fascinant et je te remercie de me l’avoir expliqué, lâcha-t-il enfin. Je doute cependant qu’il t’ait facilité la vie…
Axel tressaillit. Se pouvait-il que ? Il voulut dire quelque chose mais renonça.
Il était seul dans la forêt.

Loin de là, dans une grotte éclairée par des torches accrochées aux murs, un jeune humain avance. Il ne tient pas compte des objets disposés sur les parois de la grotte. D’étranges objets en forme de cœur sur lesquels étaient posés un crane enchaîné au cœur. L’humain continue sa route, évite des éboulements et quelques pièges avant de se retrouver devant un mur. Sur ce mur se trouve un trou en forme de cœur. L’humain prend alors un cœur de mort doré dans sa poche et le met dans le trou. Le mur disparait et l’humain se remet à avancer…

Assis à l’entrée de la grotte, un homme vêtu de cuir noir attend. Il avait entraîné l’humain pendant des heures ce qui, grâce au cœur de mort qu’il avait utilisé et à la bulle temporelle, valait presque un an d’entraînement intensif. S’il réussissait l’épreuve du Markraz alors le cours de la guerre serait changé avant même qu’elle n’est commencée.

L’humain continua à avancer. Grâce à sa petite taille, il se glissa dans un tunnel minuscule taillé dans la roche. Il rampa dedans et atteignit le bout sans difficultés particulières. Il déboucha ainsi dans une immense salle. Une orbe flottait en son centre. L’objet dégageait tant de lumière blanche qu’il suffisait pour éclairer la salle. L’humain avançait lorsque soudain un sifflement retentit. Il sauta à terre et évita de peu une flèche qui avait jaillie du néant. Prudemment, il se releva et continua son chemin. Alors qu’il avait parcourut la moitié de la distance le séparant de l’orbe, un bruit étrange se fit entendre. Le jeune humain ne dut qu’à un prodigieux reflexe de ne pas finit aplati sous un rocher d’une tonne et demi. Alors qu’il avait sauté en arrière, des flèches fusèrent vers lui. L’humain se mit alors à courir ver l’orbe tandis que de plus en plus de flèches étaient tirées depuis les murs. L’une d’entre-elle traça une ligne brûlante dans son dos, un autre à une cuisse. A ce moment, il sauta. Il se retrouva juste devant l’orbe et posa les mains dessus. Aussitôt, les flèches arrêtèrent d’être tirées.
Soudain, une voix gutturale s’éleva :
- Qui es-tu ?
- Mon nom est Matt.
- Que veux-tu ?
- Me venger.
- Pourquoi ?
- Par amour.
Soudain, l’orbe s’éteignit. Le noir régna un instant dans la pièce puis Matt se sentit tomber. Soudain, il y eût un flash aveuglant.

Matt flotte dans l’obscurité. Où est-il ? Personne ne peut répondre à cette question.
Soudain la voix retentit à nouveau mais devint un chant :
- Lumière dans la nuit, sentiments obscurs
Lumière qui guide, âme qui se perd
Eclair de lumière contre feu obscur
Colère du tonnerre contre vengeance des flammes
Grondement de la foudre face au rugissement ardent
Orage étincelant contre bûcher de noirceur.


Matt sent quelque chose venir en lui. Un pouvoir immense qu’il reçoit. Ou bien qui se réveille.
Soudain, il est parcourut d’une décharge électrique qui le brûle. Il crie sous la douleur.
Ses yeux deviennent alors jaunes aux pupilles verticales.
- Rage animale, éclair qui guide
Vengeance féline contre âme de noirceur.

Jamais la voix n’avait chanté aussi fort.

Il y eût encore un flash. Matt se réveilla, allongé sur le sable. Tout près d’une grotte s’ouvrant dans une montagne.
- Griffes du tonnerre, crocs d’éclairs, murmura la voix avant de disparaître.
La voix qu’il avait entendue dans la grotte alors qu’il était à peine rentré.
La voix de la grotte.
La voix du Markraz.

Matt alla à l’entrée de la grotte où se tenait Ferez, l’homme qui l’avait entraîné et conduit à cet endroit. L’homme qui lui avait promit le pouvoir de se venger.
- Alors ? Demanda-t-il.
- Alors je ne sais pas. Je me suis réveillé dans le sable et j’ignore si j’ai obtenu le pouvoir. Je ne me souviens que d’avoir parcourut la grotte jusqu’à une salle où j’ai posé les mains sur une orbe blanche. C’est tout.
- Mmmmmh j’espère que tu as obtenu ou libéré, le pouvoir qui te servira si tu veux vaincre les Ténèbres. Aller, à la prochaine !
Ferez fit un geste de la main et Matt disparut dans l’appartement que son maître (Ferez donc) lui avait prêté.
Ce dernier souriait.
Matt était presque prêt.
Le cœur de mort avait libéré son potentiel.
L’entraînement rendu presque aussi bon qu’un guerrier accomplit.
Ile ne manquait le(s) pouvoir(s) libérés et il serait prêt.
Tout ça en une seule journée…
Ferez rit en réalisant que s’il n’avait pas tué Luna, il aurait fallut des années pour arriver au même résultat.
Puis il disparut également.
Dans des volutes de fumée sombre …

Réo se baissa pour éviter un coup d’épée avant de répliquer par un coup de pied dans le ventre de son ennemi. Ce dernier recula et la lame de Réo lui trancha la gorge. Un autre guerrier en armure blanche voulut attaquer mais le chasseur lui coupa une main avant de lui planter Zarelkan dans le ventre. Puis le démon roula en avant, para un coup avec Dercvataï et trancha une artère. Il para deux autres coups avant d’égorger leur auteur. Un autre guerrier l’attaqua avec une hache. Le chasseur se décala pour éviter le coup qui aurait dû fendre son crâne et riposta. Son adversaire s’écroula la gorge ouverte. Deux ennemis attaquèrent et périrent. Soudain un colosse apparut. Il était vêtu de l’armure blanche des combattants de l’ordre mais elle n’avait pas de manche ce qui laissait voir ses bras musculeux. Il ne portait pas de casque non plus et souriait. Il mesurait environ deux mètres de haut et presque autant de large. Il tenait une épée dentelée qu’il maniait à deux mains.
- Prépares-toi à mourir démon ! Cracha-t-il avant de courir vers Réo.

Les guerriers qui attaquaient le démon apparus devant lui alors qu’il explorait les ruines d’une citée infernale à la recherche d’une pierre capable de réveiller Glastergh le géant de glace.

Réo esquiva l’épée du colosse avant de contre-attaquer mais l’homme lui donna un coup de pied vicieux qui le fit reculer. Profitant de son avantage, le colosse donna un autre coup destiné à décapiter Réo. Ce dernier roula au sol avant de parer la lame de son adversaire en croisant ses deux lames. Le colosse feinta à gauche mais Réo se baissa pour éviter un revers étincelant et blessa le guerrier à la jambe droite. Ce dernier grogna, abattit sa lame sur le chasseur… Qui n’était plus là. Le démon avait reculé et jeta Zarelkan de toutes ses forces alors que son ennemi était déséquilibrer par sa jambe blessée et l’élan de son coup. L’épée de Réo s’enfonça jusqu’à la garde dans le front du soldat qui s’écroula.
Réo fit revenir sa lame dans sa main par télékinésie et décapita deux guerriers de l’Ordre qui se ruaient sur lui. Il coupa un bras et traça un sillon sanglant sur une cuisse avant d’achever les deux nouveaux blessés. Avec un sourire, il repoussa les corps de ses victimes et enflamma ses lames avant de se ruer sur les ennemis restants. Le combat continua. Tailladant, tranchant, éventrant, le chasseur parvint à se défaire des quinze soldats restants.
Il rengaina ses lames et se remit à la recherche de la pierre. Il la trouva après avoir vaincu deux rulgrarks. Elle ( la pierre ) était sur le front d’une statue de glace de dragon. Réo s’approchait lorsque la statue s’anima. La glace qui la formait disparut pour laisser place à un authentique dragon des glaces qui poussa un rugissement. La pierre brillait d’une lumière bleutée un peu plus foncée que les écailles de la bête qui étaient bleu azur. Haut d’environ quatre mètres, long de dix sans compter la queue qui mesurait environ six mètres.
Réo recula et le dragon cracha une sorte de rayon de givre qui gelait tout ce qu’il touchait. Le chasseur évita l’attaque et lança son javelot de métal. Ce dernier se planta dans une patte de la bête légendaire et explosa, aspergeant les alentours de sang bleu clair. Le dragon hurla de douleur et donna un coup de griffes que Réo évita de peu. Il n’évita pas un coup de queue garnie de pics acérés qui le blessa au ventre et l’envoya plus loin. Le chasseur se relevait lorsqu’il se prit un coup de griffe à l’épaule droite. Réo hurla et riposta par un coup d’épée qui blessa le dragon à la patte qu’il allait utiliser pour blesser son adversaire. Ce dernier remarqua alors que les yeux du dragon étaient rouges alors que les dragons des glaces ont habituellement des yeux bleus. Le démon remarqua également que la pierre brillait du même rouge que les yeux du dragon alors qu’avant les deux étaient bleus. La bête légendaire voulut alors mordre Réo mais il roula sur le côté. Le dragon cracha alors son rayon de givre que le démon évita en sautant. Ce dernier se téléporta alors près de son adversaire avant de sauter sur son aile gauche et de se placer sur son dos tout en évitant les pics destinés à l’éventrer. Là il avança, rangea ses lames alors qu’il aurait pu tuer le dragon et sortit un simple couteau. Puis il se coula entre les cornes jaillissantes de la tête de la bête et, alors que le dragon se débattait, fit sauter la pierre de son logement.
Le dragon se figea soudain.
Réo sauta, atterri devant la bête de légende et ramassa la pierre qui brillait désormais d’un éclat bleuté. Il constata d’abord que les blessures du dragon s’étaient refermées et que ses yeux étaient devenus bleus. Il remarqua également qu’un cristal d’un bleu plus foncé que celui des écailles avait remplacé l’autre.
Le cristal des dragons des glaces.
Le dragon regarda alors Réo qui plongea ses yeux bleus dans ceux du même bleu mais aux pupilles verticales de la bête légendaire.
Longtemps, les deux êtres se regardèrent.
Echange silencieux.
Echange parfait.
Le dragon ramassa sa musculature et s’envola vers les cieux.
Une larme roula sur la joue du chasseur qui s’approcha d’un mur en ruine et y écrivit quelque chose avant de disparaître.
Dans des volutes de fumée sombre…

Sur le muret demeure et demeurera pour l’éternité un message.
Message d’une amitié liant par un pacte inconnu deux êtres.
L’un étant une légende l’autre qui était en passe d’en devenir une.

Bleu azur d’une vie
Regard de givre sur une éternelle amitié
Figée dans les glaces du temps


Voilà voilà fini pour cette fois ! J'espère que ça vous à plut !

Ps : pour ceux qui l'ignoreraient un xénomorphe c'est ça.
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Mer 08 Oct 2008 20:11   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Après 36 siècles d'attente, 18 pétages de plombs et une trentaine petits frères tabassés voici enfin le chapitre 17 ! là au moins mon entrée en matière est un peu originale...

Spoiler


Chapitre 17 :

L’amour est à la vie ce que les humains sont à la Terre : Il détruit plus qu’il ne répare…

Auteur Inconnu


Réo roula sur le coté pour éviter la faux et bondi. Il s’accrocha au manche de l’arme et dans le même mouvement se lança dans les airs. Il lança son épée qui détruisit la sphère du coude gauche avant de se prendre un rayon rouge qui le blessa au ventre et le plaqua au sol. Le shorikran se rua sur son adversaire et voulu l’achever en l’écrasant mais Réo se dégagea d’une pirouette en arrière. Ce dernier évita un coup de faux et sauta sur le mur du collège. Il courut à la verticale, prit appui et sauta. Alors que le shorikran allait donner un coup de faux, Réo s’agrippa au manche de l’arme, tourna autour et le lâcha pour se retrouver derrière le coude droit du shorikran à quelques mètres du sol. Le chasseur lança à nouveau son épée qui détruisit là sphère du coude droit et atterri à terre juste à temps pour éviter un laser qui aurait dû l’éventrer. Il fit apparaître son arc et tira une flèche mais, à cause de sa blessure à l’épaule, manqua la sphère ventrale. Réo évita un nouveau coup de faux mais il se prit un coup de poing qui l’éjecta contre le mur. En se relevant, il voulut hurler tant la douleur était atroce mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il voulut éviter un coup de griffe, il ne réussit qu’à éviter de se faire décapiter et les griffes du shorikran ouvrirent de longues lignes saignant abondamment sur le thorax de son ennemi. Réo roula pour éviter un coup de faux et se téléporta à distance. Il se relevait très péniblement lorsqu’il eut une idée. Alors que le shorikran était tout près de lui, il se téléporta à nouveau sur le toit de son collège. Il encocha une flèche, tira sur la corde jusqu’à ce qu’elle touche sa joue et attendit. Le shorikran était à quelques mètres du toit lorsque Réo ouvrit les doigts. Sa position en hauteur permit à sa flèche de se planter dans la sphère ventrale au lieu de se planter en dessous ( donc Réo se serait totalement planté non je la ferme, pas besoin d’aller à nouveau chercher une pelle ! ). Le chef shorikran recula. Réo joignit ses mains et entonna une douce mais inaudible litanie. Le shorikran se ruait à nouveau vers Réo lorsque ce dernier, dont les mains étaient entourées d’une aura bleutée, tendit ces dernières vers son ennemi. Une onde de choc très puissant en sortit. Alors qu’un ennemi normal aurait été désintégré, le shorikran, qui était insensible à la magie, bascula en arrière et lâcha sa faux. Là, Réo sauta, prit son épée à deux mains au-dessus de sa tête et, la planta dans la sphère frontale du shorikran au moment même où sa tête touchait terre. Lorsque le chasseur retira son épée, le shorikran ne bougeait plus et la lueur rouge de son regard s’était éteinte.
Réo découpa un doigt et une dent de son défunt ennemi avant de disparaître en enfer pour faire soigner ses blessures. Lorsqu’il eut disparu dans des volutes de fumées sombre, un homme sauta du toit d’une sorte de tour adjacente au bâtiment principale où se trouvaient d’autres classes. Il s’approcha du cadavre de la créature, un énigmatique sourire flottant sur ses lèvres. Il tendit la main vers la dépouille qui fut parcourue d’une aura orangée avant de brûlé pour qu’il ne reste que des cendres. Puis l’homme posa un objet à terre, une petite sphère métallique, et disparu.
Dans des volutes de fumée sombre…
A peine eut-il disparu que la sphère brilla fortement et répandit une lueur d’un blanc éclatant qui effaça les mémoires de tous les élèves. Ou du moins aurait dû.
Deux d’entre eux se souvenaient…
Angélique et Matt, pour une raison inconnue, n’avaient pas été touchés par le sort d’amnésie collective.
- C’est impossible ! Cria un homme vêtu de noir. De taille moyenne, il ne devait pas avoir plus de 20 ans.
- Et si Malbas, un chef shorikran a attaqué le collège ! Lui confirma Réo. Tu crois que les blessures que j’ai faites soigné il y a une minuta à peine viennent de quoi ? D’un ivrogne ?
- Les shorikrans ne peuvent se téléportés d’un monde à l’autre, lui expliqua le démon. Quelqu’un a dû le transporter ici tout comme le razterkh que tu as tué.
- Mais comment ? Le sort qui maintient la trêve depuis des centaines d’années empêche de transporté un grand nombre de démons ou de puissantes créatures dans mon monde ! Et ce même si le sort a été affaibli.
- C’est pour cela que je te dis que c’est impossible ! A moins que …
- A moins que quoi ?
- Et bien … J’ai entendu dire que tout le monde n’est pas concerné par la trêve. Je ne parle ni de toi ni de ton Morkas ou encore de ton équipage qui sont les rares à pouvoir aller d’un monde à l’autre mais il semblerait que les forces de l’Ordre puissent contourner les restrictions imposées par la trêve.
- Cela explique pourquoi j’ai déjà été attaqué par des illumnorsks sur Terre. Mais pourquoi un sorcier de l’Ordre aurait envoyé deux créatures infernales dans mon monde ? Ce n’est pas logique !
- C’est ce que je dis, il faut que tu retournes sur Terre.
- Le problème c’est que le cadavre du shorikran est toujours dans mon collège. Et les autres élèves l’ont vu ainsi que les dégâts qu’il a causés.
- Ah … Attend deux secondes, je contact quelqu’un.
Le démon se détourna et ferma les yeux. Il demeura ainsi quelques secondes avant de lâcher :
- Il se passe quelque chose d’anormal : Le cadavre du shorikran a disparu par combustion spontanée et un sort d’amnésie collective a été lancé. Le problème c’est que PERSONNE n’a été envoyé sur place. Quelqu’un s’en est chargé.
- Mais qui ? Pourquoi ?
- Je l’ignore. Retourne sur place, je dois dire tout cela à Sourços le plus vite possible.
Ceci dit, Malbas disparut dans des volées de flammes tandis que Réo disparut dans des volutes de fumée sombre.

« Ne t’en fait pas Réo, même si nous serons séparés, maîtres et élève sont liés, à jamais. Un jour, je serai mort et mon corps reposera parmi ceux de ma famille tandis que toi tu continueras à arpenter ta voie. Tu as été le meilleur élève que j’ai pu avoir, ne t’enferme pas dans le chagrin et n’oublie pas : Quoi que te réserve l’avenir, je serais là, avec toi, toujours »

Quelque part, dans une ville à la beauté époustouflante, un homme se tient debout au sommet d’une tour de jade.
Il est vêtu de cuir noir et une épée est passée en travers de ses épaules.
Il sourit et ferme les yeux.
Il reste ainsi pendant un moment.
A écouter le murmure de la nuit…

Réo se baissa pour éviter un coup de taille qui l’aurait décapité. Il fit apparaître son épée et frappa. Zarelkan s’enfonça de plusieurs centimètres dans le thorax de l’homme qui s’effondra dans un râle. Réo se retourna et para un coup de sabre. Il repoussa légèrement la lame de son adversaire avant d’avancer et de décapiter son ennemi.
Une embuscade. Alors que Réo s’était téléporté près de chez lui, il voulait prendre l’air, une dizaine de combattants s’étaient mis en travers de son chemin. Revêtus de cuir sombre renforcé de plaques de métal, ils avaient tiré leurs sabres dentelés avant de bondir sur le chasseur.
Ce dernier évita un autre coup en roulant sur le sol. Il se releva en rejetant son épée en arrière ce qui eut pour effet d’éventrer l’adversaire qui était derrière lui. Il se retourna pour décapiter l’homme qui voulait l’attaquer par derrière et para deux autres coups. Il repoussa une lame avant de couper un bras. Il fit sortir plusieurs lames de son bras droit ainsi qu’une autre au niveau du poignet qui, alors que les autres allaient vers le haut ( ou le coté c’est selon ), allait droit devant. Il para un coup avec son bras droit qui était devenu aussi dur que du métal et enfonça sa lame dans une bouche. Il éventra un homme qui allait l’attaquer par la droite et coupa une main. Le chasseur acheva l’homme auquel il avait coupé un bras avant de parer d’autres coups. En ayant assez, son bras droit s’embrasa. Alors que dans les yeux des rescapés, il lisait la peur, Réo tendit le bras. Un formidable jet de feu en jailli et carbonisa deux des soldats. Le dernier tentait de fuir mais Réo se téléporta devant lui. Il enfonça son bras droit embraser ( et bardé de lames accessoirement ) dans l’abdomen de l’homme qui s’effondra.
A sa grande surprise, Réo remarqua que le corps de l’homme explosa. Le chasseur regarda les autres corps mais il ne les vit pas.
Des démons !
- Encore ces enfoirés de traîtres ! Hurla Réo avant de se téléporter chez lui.

Debout sur le toit d’une maison proche, un homme sourit.
Dans quelques jours il pourra passer à la phase 2.
Il sourit et disparut.
Dans des volutes de fumées sombres …

Le lendemain fût d’une tranquillité époustouflante. Mais il fût également une journée où Réo fût seul.
En effet, la veille, après avoir éliminé ceux qui lui avaient tendu une embuscade, il avait eût une discussion houleuse avec Matt. Ce dernier commençait à se méfier des démons : un razterkh tue ses parents, un shorikran attaque le collège, des démons trahissent. Il commençait même à reprocher à Réo de tuer des gens qui ne lui avait strictement rien fait.
Ce dernier commençait à s’inquiéter de la tournure que prenait les évènements.
Et il n’était pas le seul puisque Angélique commençait vraiment à avoir peur. Outre ses cauchemars qui la harcelait et le type qui avait failli la tuer, l’attaque du shorikran l’avait terrifié. Puis cette vague de meurtres qui a commencé par Kolird et qui n’en finissait pas.
Elle avait peur.
Peur de ce qui se tramait.
Peur de l’avenir…

Quelques jours plus tard, le soir, Réo fut convoqué en Enfer :

- Mon ami, lança Malbas, Sourços a une nouvelle mission pour toi.
- Ah et c’est quoi ?
- Ce que tu sais faire le mieux : tuer. Un groupe d’humains a décidé de se mettre en travers de notre route.
- Des humains ? Releva Réo en se retenant à grand peine d’éclater de rire. Pourquoi ne pas envoyé d’autres chasseurs ? N’importe qui peut s’occuper de ces vermines.
- Sauf s’ils sont soutenus par des illumnorsks.
Bon d’accord j’y vais.

Quelques minutes plus tard, dans un immeuble :

- Bordel mais où sont ces abrutis ? Lança Réo qui n’avait pas encore trouvé d’ennemis.
Il ouvrit une porte, puis une autre sans trouver âme qui vive. Il prit alors l’ascenseur. Lorsque la porte s’ouvrit, cinq gardes l’attendaient, fusils d’assaut braqués sur le chasseur.
Ce dernier se téléporta derrière ses ennemis qu’il gratifia d’un jet de feu qui les carbonisa. Deux types se ruèrent vers lui. Réo fit apparaître Zarelkan et tua les deux humains. Il avança et arriva dans une salle où l’attendait pas mal de monde. Aussitôt, le chasseur sauta en l’air pour éviter un déluge de balles et prit deux pistolets et tira. Il tua cinq ennemis avant d’atterrir et de prendre son épée mais ayant un korg a la main droite. Il tira, esquiva quelques coups avant de tuer leurs auteurs et se téléporta de l’autre coté de la salle pour encore tirer. Par télékinésie, il arrêta les balles de ses adversaires avant de les faire fondre et de riposter. Bientôt, tous ceux qui restaient se ruèrent vers lui. Il lâcha son korg et fit apparaître Zarelkan ainsi que sa sœur jumelle Dercvataï ( la dévoreuse ( d’âmes mais ça on s’en doute un peu ) ) . Le chasseur para un coup avant de tuer son auteur. Il recula d’un pas et évita souplement un autre coup avant de donner un coup de pied vicieux qui fit chanceler son adversaire qu’il décapita. Réo se baissa, blessa un ennemi à la cuisse, contra sans difficulté un assaut et décapita un ennemi. Il roula à terre et éventra un illumnorsk avant de couper un bras et réduire en cendres deux ennemis par une vague de feu sortie de Dercvataï. Il repoussa un ennemi, coupa une main, tua un autre ennemi et se baissa pour éviter une boule d’énergie blanche. Réo roula à terre et tua un humain avant de se relever et de décapiter un illumnorsk. Il donna un coup là-où-ça-fait-mal à un autre ennemi avant de lui enfoncer l’une de ses lames dans la tête et parer d’autres coups.
Le combat s’éternisait et Réo commençait à se demander s’il se finissait un jour lorsqu’il entendit un cri. Il acheva un humain avant de tourner la tête vers l’endroit d’où il était venu.
Il ne vit rien.
Soudain il vit une queue noire terminée par une pointe se « diriger » vers le dos d’un humain. Alors qu’elle n’était qu’à une dizaine de centimètres elle se tendit et transperça l’homme qui resta accroché à la queue avant de se faire éjecter d’un geste brusque. Les survivants regardèrent le plafond mais à ce moment précis les lumières de la grande salle s’éteignirent. Un autre cri retentit, tout proche du chasseur. Ce dernier se retourna et ne vit qu’un homme en train de faire un vol plané. Soudain un cri retentit :
- Xénomorphe !!!
Aussitôt, les rescapés, hormis Réo, poussèrent cri horrifié lorsqu’un autre cri, sûrement émis par un animal, leur répondit. Réo vit alors une créature d’environ 2m-2m50 atterrir sur un humain et le tuer d’un coup de … langue ?
C’est pourtant ce qu’il vit : la créature avait ouvert la bouche et sa langue avait jailli pour perforer la tête de l’homme et asperger les alentours de sang. Puis la créature se leva d’une détente spectaculaire et fit valser un illumnorsk avant d’en égorger un autre.
Réo profita de cet aide inopinée pour se remettre à tuer ses ennemis. Il évita un coup et décapita son auteur avant de lancer une vague de feu qui carbonisa plusieurs autres ennemis. Soudain, se fut la débandade : les illumnorsks se téléportèrent tandis que les humains essayaient de fuir mais la créature les tuait systématiquement. Réo acheva le dernier humain en le décapitant puis il se tourna vers la créature. Celle-ci qui était à quatre pattes lui rappelait quelque chose.
Gracieuse, de couleur noire, elle avait une tête longue sans yeux ni nez et aucune oreille n’était visible. 4 sortes de tubes étaient sur son dos et sa queue était aussi grande que le reste de son corps.
Il s’en souvint au moment où la créature disparut pour laisser place à un humain -mais en était-ce vraiment un ?-. Il devait avoir 16-17 ans, des cheveux noirs assez courts, yeux marron. Il portait un t-shirt noir comme son pantalon.
- Bonsoir, dit-il, je suis heureux de te rencontrer Réo.
- Euh on se connaît ?
- Non mais j’ai beaucoup entendu parler de toi.
- Qui es-tu ? Comment peux-tu te transformer en xénomorphe ? Cette créature n’existe pas !
- Mmmh beaucoup de questions mais je vais te répondre : je suis un métamorphe mais mon pouvoir est particulier puisque je peux me transformer en une créature qui n’est pas réelle, le xénomorphe donc. Mon nom est Axel. Saches que c’est Jorgo qui m’a parlé de toi.
- Tu connais Jorgo ? Demanda Réo, effaré.
- Oui, je l’ai connu voilà bien longtemps, il m’a aidé de la même façon que je t’ai aidée aujourd’hui.
- Et pourquoi m’as-tu aidé justement ?
- Pour plusieurs raisons : étant donné que tu es un démon, et ami de Jorgo qui plus est, il me semblait logique que je t’aide et puis nous avons des choses en commun. Beaucoup plus que ce que tu peux croire …
- Ah bon et quoi ?
- Je préfère ne pas en parler…

Quelque part, dans une ruelle sombre, gît le cadavre d’une jeune fille. De longs cheveux blonds en queue de cheval. Sur son dos est gravé un symbole complexe : Une chauve-souris avec en son centre un crâne enflammé ayant au milieu du front l’œil du pouvoir.

Etrangement, la Lune demeura invisible cette nuit là ainsi que les trois qui suivirent …

Et voualà désolé du temps que j'ai mis. Embarassed

okoyl = héhé je te félicite pour ton raisonnement Smile

la-lunevilloise = même pas pour sauver le monde ? Nan ? Bon bah tant pis alors Wink

Pendant ce temps, les forces du bien cherchent une autre fille à sacrifier pour sauver le monde et ne trouvent pas Laughing.
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Mer 17 Sep 2008 19:07   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
jorgo dil'tark a écrit:
bonjour je suis jorgo dil'tark et je fé parti des amis de "reo" et je tennais a dire qu'il fait des chapitre super bien un peu grace a moi car pour certain chapitre je lui est donné des idée et lui il en a tiré toute la gloire le petit ***** mais bon passon j adore ses chapitre


Hey faut pas le prendre mal !XD

Ouais donc je m'excuse si je t'es oublié là t'es content ? ( comme je te l'ai dit, j'attendait la fin de la 1er partie pour te remercier ( vu ke j'ignorais si t'allais encore m'aider ou pas on a rarement vu plus c** comme excuse mais bon c pas grave XD))

M'enfin faut être optimiste : j'aurais au moins eu un com de plus XD !
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Mer 17 Sep 2008 18:35   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Avis à la population du fofo genre tout le monde va lire ce qui va suivre XD : voici enfin le chapitre 16 que certains attendaient (1 personne en fait mais bon c'est pas grave).


Chapitre 16 :

La victoire est à notre portée ! Tendez la main vers elle et butez-moi ces enfoirés de mes deux !!!

Général Orkil Tarnk



Zarelkan, la voleuse d’âmes.
Ce nom suffisait à semer la terreur dans les rangs de l’Ordre.
Ce nom donné à la lame de Réo par ce dernier.
Le chasseur évita de peu une boule brillante d’énergie avant de lancer une gerbe de flamme qui crama un de ses ennemis. Il se baissa souplement pour éviter un coup d’épée et éventra son auteur. Il dégagea sa lame pour parer un coup et occire son ennemi d’un revers étincelant. Il fit sortir une lame de son coude droit et empala l’illumnorsk qui était derrière lui. Un autre porteur de lumière se rua vers Réo mais ce dernier évita d’un millimètre la lame de son adversaire avant de la longer et d’enfoncer sa propre lame dans la gorge de l’illumnorsk. Le démon se retourna brusquement pour parer les deux coups d’épées qui lui étaient destinés avant de tuer l’un de ses ennemis et de parer un coup venant du survivant. Celui-ci feinta sur le côté mais il se fit décapiter. Réo regarda autour de lui et constata qu’aucun ennemi n’avait survécu. Il sourit et absorba les âmes de ses victimes qui, au lieu de rejoindre son corps, rejoignent son épée. Une lueur blanche la parcourut avant de s’étendre à son détenteur.
Ce dernier se trouvait dans un temple en ruine. Le lieu était envahi de végétaux en tout genre et certains couloirs étaient bouchés par de gros buissons. Réo s’y trouvait car il devait retrouver un diamant vert ( ce n’est pas une émeraude ) qui servira pour réveiller Véliath, le géant végétal qui commande aux végétaux en tout genre. Il se dirigea vers un couloir qu’il emprunta avant de se retrouver devant une grosse porte entièrement en métal. Réo chercha un moyen de l’ouvrir mais il n’en découvrit aucun. Il remarqua toute fois qu’au centre de la porte se trouvait un trou ayant la forme d’un losange.
Une clef !
Réo devait trouver un objet qui servait de clef ! Ce dernier se mit à la recherche de l’objet mais il ne trouva rien.
Il allait désespérer lorsqu’il vit un illumnorsk courir. Du sang s’échappait de ses multiples blessures et il était terrifié. Soudain, un fouet vert surgit de derrière le mur d’où était venu l’illumnorsk et s’enroula autour du pied de ce dernier qui se fit tracter en arrière. Réo n’en attendit pas plus et se rua vers l’endroit en question. Il eut juste le temps de voir l’illumnorsk disparaître dans une bouche dessinée dans le feuillage d’une créature verte, haute de quelques mètres que le même fouet vert vu précédemment se dirigea vers lui. Le chasseur roula pour l’éviter. Il se redressa et vit 5 autres fouets se diriger vers lui. Il en évita un, sortit son épée, en coupa un, roula à nouveau, en coupa un autre. Il remarqua alors que les fouets venaient de la base de la créature qu’il avait aperçut. Son corps d’écorce était entouré d’un feuillage épais qui la protégeait.
Réo enflamma son épée et sauta pour ne pas être jeté à terre par un autre fouet. Il en coupa deux autres mais plus il en coupait, plus il en revenait. Il concentra alors son pouvoir en son épée dont la lame qui était déjà entourée de flammes prit une teinte rouge et les symboles gravés dessus se mirent à briller. Il enfonça alors sa lame dans le sol et une sorte d’onde de feu se répandit autour de lui, brûlant les végétaux et les fouets qui se tendaient vers lui. La créature commençait à brûler lentement mais Réo accéléra le processus : Il rengaina son épée, tourna ses mains, paumes face à face et entama une inaudible mélopée. L’air se mit à crépiter autour de ses mains et, entre les deux paumes, une boule de feu commença à apparaître. Elle grossissait à vue d’œil si bien qu’au lieu de léviter entre les deux mains, elle était maintenant tenue par son créateur. Ce dernier sourit et brusquement tendit les mains vers la créature qui titubait. De la boule jaillit alors un formidable jet de feu qui prit la forme d’un démon ailé et se dirigea vers la créature. Lorsqu’ils entrèrent en contact, il y eut un grésillement sec et la créature perdit son feuillage dans une explosion. Son squelette d’écorce étant en train de brûler, la créature hurla avant de tomber en morceaux fumants. Au milieu de ceci se trouvait un losange doré que Réo prit. Il repartait en direction de la porte lorsqu’une dizaine de guerriers se dressèrent sur son chemin. Vêtus d’une armure blanchâtre, leur visage était caché par un heaume de la même couleur que le reste de leur armure mais leurs intentions était claires : Empêcher Réo de passer à tout prix.
- Bonjour messieurs, que puis-je faire pour vous ? Lança ce dernier en souriant et en prenant son épée.
Sans répondre, les guerriers se jetèrent sur lui. C’est à ce moment que Réo remarque la croix qui était sur leur plastron. Il évita une lame avant faucher les jambes de l’un de ses ennemis qui tomba. Le chasseur para un coup et enfonça sa lame dans le défaut d’une cuirasse. Il se retourna pour parer de peu un assaut et blesser un ennemi. Il feinta sur le côté et élimina un adversaire par une boule d’énergie en pleine tête. Il roula pour éviter un coup de hache avant d’enfoncer son épée dans une fente d’un heaume. Il retira son épée pour parer deux autres coups.
- Vivement que j’ai le temps de me forger ma deuxième épée, susurra Réo en évitant un coup et en blessant son auteur.
Il sauta en arrière pour éviter un nouveau coup de hache. Il lança une boule d’énergie a tout hasard et para un assaut. Il enfonça son épée dans le défaut d’une armure avant de rouler et de lancer une boule de feu qui détruisit une jambe. Il para un coup et tua son auteur. Il acheva le blessé qui gémissait et lança un jet de feu qui fit fondre certaines parties de l’armure d’un type. Il acheva l’homme en question avant d’éviter de peu d’être décapité en se baissant. Il se glissa le long de la lame qui revenait pour l’éventrer et décapita son auteur. Les deux guerriers restant reculèrent un peu. Réo, lui, se rua vers eux. Il para une lame qu’il poussa un peu pour s’engouffrer dans la garde de son adversaire qu’il tua. Le dernier tenta un assaut désespéré mais Réo le para sans difficultés. Ce dernier enfonça sa lame dans le défaut de la cuirasse et absorba les âmes de ses victimes.
Il se dirigea ensuite vers la porte et plaça le losange dans la fente appropriée. La porte s’ouvrit sur une pièce dont les murs étaient couverts de lierres. Au centre se trouvait un autel sur lequel se trouvait une sorte de coupe. Au-dessus de la coupe lévitait un diamant aux reflets verts. Réo le prit et disparut…
- Alors, sais-tu où se trouve la créature qui a dévoré mes parents ? Demanda Matt à Réo qui venait d’apparaître à ses côtés.
- Non mais je pense que ce ne sera plus très long. Ces créatures sont très dures a repéré puisqu’elles peuvent devenir invisibles et se déplacent très vite. Mais je te fais le serment que je vengerai tes parents.
Matt acquiesça. Cela faisait quelques jours qu’il avait découvert les cadavres de ses parents. Connaissant les capacités de Réo, il lui avait demandé de venger ses parents défunts. En outre, le chasseur logeait Matt grâce à un sort amusant qu’il utilisait depuis qu’il était chasseur : un contrôle mental sur ses parents. Ainsi il était tranquille et pouvait exécuter ses missions sans être gêné.
Au fur et a mesure de son enquête, Réo avait découvert l’identité de la créature : Un razterkh, créature humanoïde recouverte d’écailles grises pouvant devenir invisible et se déplaçant à une vitesse stupéfiante ( les plus rapides pouvant dépasser le TGV ).
Les deux amis discutèrent un moment puis, voyant qu’il était aux alentours de 22h, Matt alla se coucher tandis que Réo, alors qu’il revenait juste de mission, alla à la recherche de la créature.
Il apparut sur le toit d’un immeuble de quelques étages. Il était vêtu d’une armure de métal souple noire qui me rendait quasi-invisible dans la nuit. Le chasseur vérifia que son épée jouait bien dans son fourreau et sauta. Il atterrit en bas de l’immeuble et se mit à la recherche d’indices. En effet, un cadavre a moitié dévoré avait été retrouvée là il y a quelques heures. Il se rendit invisible pour tromper les vigils qui gardaient la scène de crime et s’approcha de l’endroit où le corps avait été trouvé. Il chercha un moment avant de trouver ce qu’il cherchait : une flaque d’un liquide invisible aux yeux humains. Ce liquide était automatiquement relâché par les razterkhs pour indiquer le chemin d’une source de nourriture. Le seul problème étant qu’il disparaissait au bout de quelques heures en milieu non-enferique. Réo suivit alors le liquide qui le mena dans un entrepôt désaffecté. Là il sortit son épée et entra. Le razterkh le repéra tout de suite et se dirigea vers lui. Réo sauta en arrière pour éviter un coup de griffes mais ma créature le prit et l’éjecta contre un mur. Aux allures humanoïdes, des écailles grises recouvraient le corps du monstre. Du sang était collé autour de sa mâchoire.
Réo se releva et donna un coup d’épée qui ne fit strictement rien à la créature qui attrapa le chasseur et l’éjecta de nouveau. Le démon fit disparaître son épée et fit jaillir ses griffes. Le razterkh se rua sur lui. Réo évita de peu un coup de griffes et riposta. Grâce à son incroyable rapidité, la créature évita la contre-attaque et se retrouva derrière son adversaire qu’elle gratifia d’un coup de griffes dans le dos. Réo réprima un cri et fit volte-face mais la créature s’était déjà éloignée. C’est alors que, laissant éclaté sa colère, Réo lança un jet de feu que la créature évita mais le chasseur se téléporta près du razterkh qu’il gratifia d’un coup de griffe. Le monstre recula en grognant et s’élança. Réo évita un coup de griffe mais il se fit éjecter à nouveau. A peine se relevait-il que le razterkh lui donnait un nouveau coup de griffes au ventre. Le chasseur riposta et blessa à nouveau son adversaire qui recula. Il lança une boule d’énergie avant de se teleporter à coter de la créature qu’il blessa au cou. Le razterkh tituba et mit la main sur sa blessure dont s’échappait un liquide gris. Réo profita de l’inattention du monstre pour se ruer vers lui et le blesser au ventre avant de le décapiter. Le chasseur émis un profond soupir avant de prendre son trophée et de disparaître.
A peine a-t-il disparut que quelqu’un s’approcha du corps de la créature. Vêtu de cuir sombre renforcé de métal, une épée passée en travers des épaules, l’homme regarde le cadavre du razterkh en souriant. Puis il tend la main vers lui et le cadavre se met à brûler pour qu’au final il ne reste que des cendres. L’homme sourit à nouveau en pensant à son plan qu’il estime parfait.
Bientôt ce sera l’heure.
Puis il disparaît.
Dans des volutes de fumée sombres…
Réo apparut dans sa chambre. Il remarqua que Matt dormais dans la chambre d’amis puisqu’il ne l’attendait pas. Le chasseur se dirigea vers son armoire. Il tendit alors le bras et prononça alors une phrase enferique. Aussitôt, un escalier qui descendait dans le sol surgit du néant et Réo l’emprunta. Il arriva dans une salle assez grande. Sur les murs qui étaient orangés se trouvait toute sorte d’armes. Réo avança jusqu’au fond de la pièce et plaça sa main sur un détecteur d’empreinte. Aussitôt, une vitrine apparut devant à gauche du chasseur. Dans cette vitrine se trouvait tous les trophées que Réo avait amassés jusque là. Crânes humains ou d’autres créatures, griffe de shorikran, tout y était. Le démon plaça son nouveau trophée à côté du crâne d’un loup-garou qu’il avait tué à la fin de sa formation avec Jorgo. Puis il regarda sa montre et vit qu’il était aux alentours de 23h 13. Réo fit disparaître la vitrine et remonta dans sa chambre avant d’aller se coucher en ayant au préalable fait disparaître l’escalier…
- Non ! Cria Matt lorsqu’il apprit la nouvelle.
- Et si, j’ai vengé tes parents, lui confirma Réo.
- Montre-moi la tête de cet enfoiré !
Le chasseur fit alors un moulinet avec sa main et la vitrine surgit du sol. Matt la regarda, l’air béat d’admiration devant la collection de trophées de son ami. Ce dernier lui désigna alors la tête du razterkh. Matt porta dessus un regard empli de haine avant de détourner les yeux. Réo fit disparaître la vitrine et regarda Matt avec attention.
Ce dernier ne lui avait pas reproché ses multiples crimes et avait à peine tiquer lorsque Réo lui avait montré ses pouvoirs. Matt lui avait alors expliqué que vu tout ce qu’il avait subit, il était normal qu’il se venge et qu’il comprenait que son ami doive obéir à Sourços puisque ce dernier lui avait permit de devenir chasseur.
- Bon c’est pas tout mais on a une journée de cours nous ! Lança Réo.
- T’a raison : allons-y ! Répondit Matt en prenant son sac.
Il prit alors la main de Réo et les deux amis disparurent dans des volutes de fumée sombre.
Il réapparurent à une distance respectable du portail de telle sorte que personne ne les avait vus. Ils se mirent en marche vers leur lieu de supplice pour la journée. Soudain, une fille les dépassa. Un peu plus grande que Réo, ses cheveux blonds en queue de cheval, elle leur adressa un bref « salut » et continua son chemin. Réo faillit éclater de rire en voyant le regard que Matt posait sur la fille.
- Et un gars amoureux en plus ! Un ! Déclara le chasseur d’âme avant d’éviter un coup de pied de Matt dont le visage avait viré couleur rouge pivoine.
- Tu m’énerve ! Lança ce dernier en jetant un regard noir à son ami.
- Mais il n’y a pas de honte à ça ! Rétorqua le chasseur en riant. Comment s’appelle-t-elle déjà ? Ah oui : Luna. Ca lui va bien.
- Mais tu vas te taire ! Gueula Matt en se mettant à courir vers Réo qui l’avait dépassé.
La course-poursuite dura jusqu’à ce que la sonnerie fasse son boulot, c’est à dire désespérer les élèves en sonnant.

« Un chasseur ne doit pas être obsédé par son boulot. Même si tu es quasiment immortel, profite du peu de bonheur que t’offres ta vie. Le passé m’a appris que si le bonheur n’est pas à la portée de tous, les malheurs, eux, frappent tout le monde. »


Sans qu’il ne sache pourquoi, cette phrase retentit dans l’esprit de Réo. Jorgo le lui avait dit peu après qu’ils se soient rencontrés pour la première fois. Que faisait-il ? Quel était cette tâche qu’il devait accomplir et qui prendrait des mois ? Une mission confiée par Sourços ? Une quête personnelle ?
Perdu dans ses pensées, Réo n’entendit pas la question posée par son professeur d’anglais qui l’engueula comme quoi il n’avait pas à rêvasser en classe, ce qui déclencha un fou-rire général. Fou-rire qui ne dura pas longtemps. A peine 30 secondes. Il se changea en cri d’effroi lorsque les fenêtres explosèrent sous l’impact d’un corps humain. Ce n’était pas un des élèves de la classe de Réo mais un surveillant.
Un cri inhumain jailli de la cour de récréation. Cri que Réo reconnaîtrait entre milles.
Un shorikran.
Le chasseur sauta par la fenêtre pour atterrir dans la cours. Son épée dans la main gauche, il cherchait le shorikran des yeux. Il ne le vit pas. Il comprit lorsqu’un élève vola sans raison apparente pour s’écraser sur le toit.
Un shorikran invisible.
Un chef shorikran.
Réo prit son arc et tira une flèche explosive dans la direction d’où l’élève avait été éjecté. La flèche explosa en pleine jambe ce qui aspergea la sphère du genou droit dont on pouvait distinguer les contours. Le monstre hurla et un rayon rouge sang se dirigea vers le chasseur qui l’esquiva. Il brandit son arc et tira. La flèche détruisit la sphère. Le chef shorikran apparut.
Plus imposant que celui que Réo avait jadis abattu, il arborait de grosses ailes rouges de chauve-souris dans son dos. Il n’était pas vert mais cela variait du rouge sang au gris. Les sphères étaient pourpres mais peu opaques. Ses bras étaient bardés de piques et il tenait une faux gigantesque au manche métallique qu’il maniait à deux mains.
Réo se rua vers lui. Il évita un coup de faux mais il se fit toucher par un rayon d’énergie sortit de nulle part. Il roula à terre et portal a main à son épaule droite blessée. Il sentit un liquide chaud couler entre ses doigts et repartit à l’assaut en criant. Il évita un coup de faux et lança son épée sur la sphère du genou gauche qui explosa. Il récupéra son arme et évita un coup de faux en roulant vers l’arrière.
Il avait fait le plus facile. Le reste du combat s’annonçait très difficile. Le chef shorikran abattit sa faux…
Quelque part sur Terre.
Un homme réfléchit à son plan qui est en marche.
Le shorikran n’est que bon à ce faire tuer, peu importe qui il tue
Si tout ce passe correctement, que la fille est assassinée dans quelques jours, le cours de la guerre seras changé
Un nouvel allié se dressera contre l’avancé des Ténèbres.
Allié qui pourra, avec l’aide de la fille de la prophétie, tenir tête à l’élu.
L’homme émit un sourire triste et disparut pour aller voir l’avancée de son plan
Dans des volutes de fumée sombres …

Dommage qu’il faille sacrifier une Lune pour apporter de l’aide à l’Ange et à l’Ordre…

Et voilà ! Je ne vous est pas larguer à la fin ? C'est bon ? Bon ben comme d'hab j'espère que ça vous à plut et à la prochaine !
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Ven 05 Sep 2008 20:41   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Bonsoir à tous ! Je m'excuse tout d'abord du temps qu'il m'a fallut pour faire cette suite ( même pas longue et en plus c'était les vacances, j'ai vraiment aucune excuse Embarassed ).

Donc ne vous en faites pas, ce chapitre ne vous revelera strictement rien concernant le bidule qui a un régime alimentaire douteux ni sur autre chose d'ailleurs ( à moins que vous vous posiez des questions sur quelque chose et que je n'étais pas au courant XD )

Donc voilà, fin du blabla inutile et voici le chapitre 15 !

Chapitre 15 :

Il n’y a d’impossible ni d’improbable, la réalité se déchire face à mon pouvoir !

Chant du Créateur



- Quoi ? Que dites-vous ? Hurla l’inspecteur à la face de l’un de ses subordonnés qui venait de lui apprendre la nouvelle.
- Oui, deux nouvelles victimes et elles aussi ont été … dévorées, répondit timidement le policier.
L’inspecteur se jeta violemment en arrière ce qui eut pour effet de faire reculer sa chaise roulante qui roula vers la fenêtre qui était ouverte. L’inspecteur arrêta son siège avant de basculer dans le vide ( interstellaire ok je la ferme mais lâchez cette pelle ! ).
- Combien de victimes cela fait-il en tout ? Demanda l’inspecteur.
- Cinq, lui répondit son subordonné.
L’inspecteur soupira avant de prendre le dossier que lui tendait son interlocuteur.
- Aaaah les vacances ! Lâcha Réo, penché sur le bastingage du Morkas.
- Ca laisse plein de temps pour s’occuper ! Continua un marin avec un grand sourire.
- T’as raison ! D’ailleurs, y a-t-il un bateau pas loin, pour qu’on s’occupe justement ? Demanda le chasseur d’âmes en souriant.
- Non, capitaine, mais ne vous en faîtes pas, ça ne devrais pas tarder.
Comme pour justifier les paroles du démon, un navire apparu à l’horizon. A sa simple vue, on pouvait en déduire qu’il avait pour tâche ( prenez vanich oxi-action et les taches disparaissent se prend un coup de pelle pour se la fermer ) de transporter des voyageurs.
- J’ai failli attendre ! Cria Réo au moment où ses hommes sortaient leurs armes.
- Ils ne nous ont pas vu capitaine, je vous propose de plonger dans l’océan avant d’en ressortir à côté d’eux, proposa un démon.
- Bonne idée pour une fois, faîtes ce qu’il a dit ! Ordonna le capitaine en question.
Le Morkas plongea ainsi dans l’eau, disparaissant aux yeux de tous.
- Matt, fais attention a ta console sinon elle va finir par-dessus bord ! Cria une voix féminine à bord dudit bateau.
- Oui maman !
- Tu ne peux pas faire autre chose ? Sermonna une voix masculine.
- Non, je n’y peux rien s’il ne se passe rien ici, argumenta le garçon.
Soudain, il y eut un bruit étrange, comme si quelque chose allait sortir de l’eau juste a coté du navire. Soudain, le Morkas surgit des profondeurs. Son drapeau, secoué par le vent, était orné d’un symbole complexe : une chauve-souris avec en son centre un crâne enflammé ayant lui-même l’œil du pouvoir au milieu du front. Quelqu’un était accroché aux cordages. Quelqu’un que Matt reconnu malgré son armure sans casque : Réo !
Ce dernier sauta pour se retrouver sur le pont de son bâtiment. Ses hommes se lancèrent aussitôt à l’assaut du navire de transport avec une consigne bien simple : n’épargner personne.
Voyant les premiers démons tuer des personnes innocentes, Matt courut à l’intérieur du bateau. Il vit du coin de l’œil un type se faire décapiter et un autre projeter contre le mur par une boule de feu. Il continua sa course et s’enferma dans un placard ( très noble comme cachette … ) en espérant que personne ne le remarquerais. Il vit trois démons passer devant lui en courant pour rattraper des fuyards. Matt poussa un soupir de soulagement.
Il n’aurait pas dût.
Grâce à son ouïe surentraînée, l’un des démons se rapprocha du placard. Il ouvrit brusquement la porte et se prépara à embrocher Matt sur une sorte lance mais ce dernier cria :
- Non ! Je suis un ami de Réo !
Le pirate réfléchi avant de répondre :
- Qu’est-ce qui me dit que c’est vrai ?
- Conduisez-moi à lui et vous verrez.
Le démon réfléchi aux risques qu’il courait s’il tuait le garçon mais que celui-ci disait la vérité. Il prit alors la décision d’emmener cet impertinent devant le capitaine. Il prit Matt par la manche et le traîna sans ménagement vers l’extérieur. Là, il demanda à voir Réo à un des démons qui surveillait le Morkas. On lui répondit que le capitaine n’allait pas tarder. Comme pour lui donner raison, Réo se dirigea d’un pas rapide vers ses hommes.
- Capitaine ! Ce jeune homme prétend vous connaître ! Est-ce vrai ? Dois-je l’exécuter ?
Réo se dirigea vers le démon qui l’avait interpellé et observa Matt. Aussitôt, un grand sourire illumina son visage.
- Il dit vrai, ce garçon est mon meilleur ami, aussi je t’interdis de lui faire du mal, à lui ou qui que ce soit qui lui est cher, répondis le chasseur avant de hausser le ton et de lâcher : Et ceci est valable pour tout le monde ! Quiconque ne respectera pas ceci sera puni !
Puis il vit la mine inquiète de son ami et demanda :
- Où sont tes parents et que fais-tu ici ?
- J’ignore où sont mes parents, j’ai peur que tes hommes ne les aient tués.
- A quoi ressemblent-ils ? Demanda un pirate, tremblant de peur puisqu’il savait ce que Réo ferait si Matt avais raison.
Réo leur donna une image mentale des parents de Matt et aussitôt, ils se mirent à leur recherche. Ils les trouvèrent quelques minutes après, en bonne santé puisqu’ils s’étaient caché dans la cuisine, seul endroit où personne n’était encore aller.
Après que Matt les ais embrassés, Réo demanda à parler seul avec son ami. Ils se retrouvèrent sur le pont du Morkas. Matt demanda à Réo ce que signifiait ce massacre et ce dernier lui raconta ainsi toute l’histoire ( et oui, les 14 chapitres et sans aspirine en plus ! Aïe mais qui vous a donné cette pelle ? ). Soudain, un navire sorti de l’eau juste à côté du Morkas. Son équipage se jeta à l’abordage du semeur de morts et Réo dût faire volte-face avec une petite dizaine de compagnons. Matt alla se planquer au moment où le chasseur para un coup d’épée avant de décapiter son adversaire par un revers mortel. Il lança une boule de feu qui anéanti un illumnorsk ( encore et toujours ces pourritures ) puis il esquiva un coup de hache en se jetant sur le côté. Il se releva en coupant une jambe avant de parer un coup et de tuer son auteur par une boule de feu en plein cœur. Le chasseur acheva celui qu’il avait privé d’une jambe et courut pour aider deux de ses hommes. Il ouvrit une gorge avant de couper une tête et d’esquiver un coup de hache. Réo enfonça sa lame dans une mâchoire et coupa un bras avec sa griffe. Soudain, ses hommes se jetèrent enfin dans la bataille. Réo lança un jet de feu qui embrasa le navire ennemi et se baissa pour éviter deux coups d’épée. Il passa entre les jambes de son ennemi et lui enfonça sa lame dans le dos en se relevant. Il fit apparaître son shuriken qu’il lança sur un illumnorsk qui se retrouva épinglé sur un mat. L’arme du chasseur allait revenir vers lui lorsqu’un crétin se dressa sur sa trajectoire. L’illumnorsk fini décapiter. Réo récupéra son arme et lança une boule d’énergie noire sur un ennemi qui fit un vol plané en arrière et passa par-dessus bord ( un homme à la mer ! Ah merde, il est mort ). Un énième illumnorsk se rua vers le chasseur mais il se fit carboniser par un jet de feu en pleine face.
- On peut pas être tranquille cinq minutes ? Hurla un démon en embrochant un ennemi sur sa lame.
- Il faut croire que non ! Lui répondit Réo en se baissant pour éviter un coup de hache et de tuer son auteur.
Le chasseur roula sur le côté pour éviter un coup de feu et lança son épée dans la tête du type qui avait tiré. Il la récupéra par télékinésie et para un coup en se relevant. Tout en bloquant la lame de son ennemi, Réo avança et coupa les mains de son ennemi qu’il décapita. Un type se précipita vers lui. Il donna un coup que Réo para également. Il repoussa légèrement la lame pour ouvrir une brèche dans sa garde. Le chasseur avança et enfonça sa lame de 10 bons centimètres dans la gorge de son ennemi puis il s’éloigna. Soudain, Réo se rendit compte qu’il venait de tuer le dernier ennemi. Il essuya son épée et la rengaina avant de se diriger vers Matt qui sortait de sa cachette.
- J’ignorais que tu te battais si bien, déclara-t-il en désignant l’un des corps juchant le navire.
- Maintenant tu le sais … Répondit le chasseur d’âmes en souriant.
Les deux amis discutèrent un moment avant que le Morkas ne disparaisse dans les profondeurs.
Plus tard, Réo assassina un homme pour tester un de ces nouveaux pouvoirs. Puis il se téléporta en enfer.
Il apparut en pleine rue et évita de peu un guerrier en armure qui, jucher sur un cheval démoniaque, avançait en portant un regard méprisant aux démons qui se baladaient à pied. Réo fut tenté de faire fondre son armure mais il se retint en voyant que quelqu’un l’observait depuis le haut d’un bâtiment. L’homme, après l’avoir longuement observé, regarda le ciel rouge avec un grand sourire et disparut. Réo ne put malheureusement pas voir de quelle façon puisque quelqu’un passa devant lui à ce moment précis.
Le chasseur se dirigea vers une tour de pierre noire extrêmement haute. Jorgo l’attendait à son sommet. Réo le rejoignit d’abord en escaladant puis, alors qu'étant au ¾, il allait lâcher prise et tomber, il se téléporta.
- Je vois que tu n’arriveras jamais a escaladé cette tour … Lui lança son ancien maître quand il apparut.
- Mais j’y étais presque ! Répondit Réo en souriant.
Ils se trouvaient dans une pièce dont le plafond n’était suspendu que par des piliers qui partaient de l’extérieur avant de se rejoindre au-dessus des têtes des deux amis.
- Oui oui, sinon as-tu quelque chose d’intéressant à dire avant que nous ne commencions ?
- Euh non, mentit Réo qui voulaient que sa rencontre avec Matt ne s’ébruite pas.
- Bien, prend ton épée et montre moi tes progrès !
Réo sortit donc son épée de son fourreau et se mit en garde. Jorgo fit apparaître la sienne et attaqua. Réo para aisément le coup avant de dégager sa lame et de contre-attaquer. Son ancien maître évita la lame en reculant et donna un coup rapide. Réo roula pour l’éviter et sauta pour en éviter un autre. Il donna un coup en tournant qui fut parer. Il feinta sur le côté gauche mais sa feinte échoua. Jorgo fit un pas en avant et donna un coup destiné a éventré Réo ( même s’il ne risquait rien ). Ce dernier tourna sur lui-même pour éviter l’attaque avant de parer un nouveau coup. Le combat continua ainsi pendant un moment avant que Réo ne se décide à l’abréger. Il para un coup avant de glisser tel un serpent le long de la lame de Jorgo. Ce dernier, ne pouvant utiliser sa lame puisque Réo était trop près, donna un coup de pied a son ancien élève qui recula. Profitant de son inattention, le maître d’armes attaqua mais son adversaire se baissa pour éviter la lame avant d’avancer brutalement. Soudain, son bras se détendit et sa lame, qu’il avait tourné vers l’arrière, fusa vers le ventre de Jorgo qui, surpris ne put éviter le coup.
- Tu as gagné, déclara Jorgo. Je suis rassuré par rapport à tes compétences. Je m’en irai la conscience tranquille …
- Pardon ? Comment ça tu partiras la conscience tranquille ? Releva Réo.
Jorgo sourit avant de répondre :
- J’ai … quelque chose de très important à faire. Cela risque de prendre énormément de temps.
- Enormément comment ?
- Quelques mois.
- Quoi ?!!! Mais que dois-tu faire de si important ?
- Je ne peux te le révéler.
- Et qui assurera ta tâche de maître d’armes ? Qui te remplacera en temps que général des légions infernales ?
- Toi.
Réo choisit de croire à une blague mais, voyant l’air sérieux de Jorgo, il changea d’avis.
- Tu crois que je suis le plus qualifié pour ce poste ?
- Oui, tu as été mon meilleur élève, tes compétences sont incroyables dans tous les domaines, sauf l’escalade…
- Tous les domaines, tu exagère un peu.
- En tout cas en tout ce qui concerne le combat et les tâches que tu devras assumer.
- Bon, je suppose qu’il serait inutile d’essayer de te faire changer d’avis.
- Oui, ma décision est prise.
Les deux amis se serrèrent la main mais ne dirent rien.
Seul leurs yeux parlèrent.
- Nous nous reverrons j’espère, lâcha alors Jorgo après un long moment de silence.
- J’espère moi aussi, et ce jour là seras un bon jour pour moi. D’ici là, je saurais me montrer digne de ton enseignement et des tâches que tu m’as confiées.
Jorgo sourit.
- C’est l’une des rares fois où tu t’adresse ainsi à moi. Pourquoi ?
Réo voulut dire quelque chose puis se ravisa. Il se dirigea alors vers un pilier et y écrivit quelque chose :

Sentiment de lumière
Gratitude infinie
Respect


Jorgo regarda alors l’œuvre de Réo avec un profond sourire. Il porta la main à son cœur. Et disparut.

Onde de lumière dans un océan de noirceur
Voie ouverte grâce à ta confiance
Merci


Une semaine plus tard, le soir. Matt rentre chez lui après cette première journée d’école marquant la reprise des cours pendant un moment. Il s’approche de sa demeure et voit la porte défoncée. Sur le qui-vive il entre chez lui.
Il les voit là, allongés sur le sol.
Le visage figé dans une expression de terreur absolue.
Ses parents.
Morts.
A moitié dévorés.

Et voilà c'est fini pour aujourd'hui ! J'espère que ça vous a plut !

Ps : rassure toi Iglouska je ne te ferais plus de peur pareille promis Mr. Green ( et ne t'en fait pas, si la fic s'était arrêtée là, j'aurais prévenu ( sadique mais pas trop quand même quoique Twisted Evil )
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Jeu 21 Aoû 2008 16:39   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
Bonjour à tous !bizarre, il a l'air de bonne humeur, mais qu'est-ce que ça cache ? vous l'attendiez ( ou du moins j'espère ) la voilà la suite !

Chapitre 14 :


Il n'y a de vie, il n'y a d'espoir; tout disparaît face à mon pouvoir !

Chant du Destructeur


- Ah bah putain ! Si là on ne fait pas de profit il y a un problème ! Lâcha Réo en voyant le ferry qu’il se préparait à piller.
- Que fait-on capitaine ? Demanda un marin.
- A ton avis, face de troll ? On leur pourrit la gueule et prend leurs richesses. En fait, je pense qu’on devrait remorquer le bateau, on peut le revendre à un bon prix non ? Répondit le chasseur.
- En effet.
L’équipage du Morkas se précipita à l’abordage du ferry. Des agents de sécurité tentèrent de les arrêtés mais ils se firent massacrer avant d’avoir tenté quelque chose. Réo partit à la recherche du capitaine avec son groupe ( il avait été décidé que plusieurs groupes seraient constitués pour que personne ne s’échappe ). Ils arrivèrent dans une salle où se tenaient beaucoup de voyageurs. Avec un sourire, il prit ses korgs et tira. Ses hommes en firent de même avec d’autres armes et bientôt la salle ne fut peuplée que de cadavres. Le groupe continua sa route et se retrouva devant la cabine du capitaine. Ce dernier, en bon lâche qu’il était, s’était réfugier à l’intérieur. D’un geste, Réo fit valser la porte de son logement ( vive la télékinésie ! ) et entra. Il crucifia le type la tête en bas avec ses pics. Puis il repartit avec son groupe, à la recherche d’humains a massacré. Quelques minutes plus tard, le bateau fut laissé à la dérive, étant donné qu’il était trop lourd pour être tracté. Les têtes des passagers avaient été comme d’habitude plantées tout autour du bateau. Plus tard, alors que le Morkas se rendait au port pour vendre les objets volés sur le ferry ainsi que le carburant, un bateau illumnorsk sortit de l’eau. S’ensuivit une canonnade qui endommagea ce dernier. Son équipage se lança à l’abordage du Morkas. Réo sortit sa toute nouvelle épée forgée par ses soins : la garde était noire et une phrase était gravée en enférique sur la lame :

Je suis la mort et cette lame est ma volonté, prépare-toi à la subir !


Un illumnorsk se précipita vers le chasseur d’âme qui se baissa pour éviter la lame de son ennemi qu’il coupa en deux. En se relevant, il lança une boule de feu qui emporta la tête d’un porteur de lumière puis il dévia une lame avant d’en faire sortir une de son coude droit et de l’enfoncer ( la lame, pas le coude ) dans le cœur d’un illumnorsk. Réo se dirigea vers trois illumnorsks qui venaient d’achevé des marins. Le premier se prit une boule de feu qui le tua instantanément. Les deux autres attaquèrent Réo. Ce dernier évita une lame et fit jaillir sa griffe de sa main droite. Il la planta dans une cuisse puis décapita le type qui hurlait. Il roula sur le côté pour éviter un coup puis il para la lame qui revenait en se relevant. Le chasseur feinta sur la droite et profita du succès de cette dernière pour transpercer l’abdomen de l’homme. Il repoussa du pied le cadavre et partit à l’assaut d’autres ennemis. Réo se baissa de justesse pour éviter une flèche, para un coup d’épée avant de couper un bras et de lancer un jet de feu sur un archer. Un illumnorsk arriva par derrière mais, trompé par son ombre, il se fit couper en deux avant d’avoir tenter quoi que se soit. Le chasseur acheva le type auquel il avait coupé un bras avant de se baisser et d’éventrer un autre ennemi. Il restait moins d’une dizaine d’illumnorsks qui se rassemblèrent.
- Ils ne se rendent pas c’est déjà ça de gagné, lança Réo en lançant une boule de feu qui tua un survivant.
Trois rescapés se précipitèrent sur le chasseur qui en décapita un, ouvrit la gorge de l’autre et incinéra le dernier par un jet de flammes. Quand Réo reporta son attention sur le groupe il ne découvrit que les cadavres de ceux-ci.
- Vous auriez pu m’en laisser ! Se plaignit-il.
- Vous étiez occupé, répondit un marin en haussant les épaules.
Le Morkas reprit son chemin vers le port.
Plus tard, Réo se rendit au sommet d’une tour en pierre noire. Jorgo l’y attendait.
- Bonsoir ami ! Alors qu’as-tu fais d’intéressant ? Lui demanda ce dernier.
- Bouarf un petit pillage de rien du tout puis un gros massacre.
- As-tu fini ta lame ?
- Oui, elle est diablement efficace.
Comme pour prouver ses paroles, Réo sortit sa nouvelle épée et fit d’amples mouvements avec.
- Lui as-tu donné un nom ?
- Non, pas encore.
Sur Terre, c’est la nuit. A la lueur de la pleine lune, une créature cherche une proie. Elle a faim. Soudain, trois enfants surgissent. Ils ne sont pas bien gros mais elle a tellement faim qu’elle ne peut attendre plus longtemps. La créature se rue sur les jeunes humains qu’elle massacre avant même qu’ils n’aient compris ce qui leur arrivait.
La bête commence sont festin après avoir lâché une clameur de victoire.
Plus tard, Réo se téléporta dans un parking souterrain où il tua trois personnes avec sa nouvelle épée. Il grava son symbole sur leur dos et disparut. A peine a-t-il disparut que quelqu’un s’approche des cadavres. Le type, vêtu d’une toge noire, regarda attentivement la signature de Réo puis, entendant des bruits de pas dans sa direction, disparut.
Dans des volutes de fumée sombre …
Le lendemain, au collège, Réo montra de nouveau sa supériorité en cours de sport où il écrasa les autres à la course, ce qui étonna Matt.
- Avant tu étais nul en sport et maintenant t’es le meilleur, comment tu fais ? A croire que t’es pas humain.
Réo sourit de la remarque tout en se demandant s’il devait continuer à mentir à son ami.
- Attention !
Jorgo se baissa de justesse pour éviter une flèche. Il fit une roulade et lança une boule d’énergie noire qui fit exploser l’illumnorsk qui lui avait tiré dessus. Le chasseur se trouvait dans les ruines d’un bâtiment en pierre en compagnie de quelques chasseurs. D’autres illumnorsks apparurent devant eux et le combat s’engagea aussitôt. Jorgo se baissa pour éviter un coup d’épée, fit jaillir ses griffes et décapita son ennemi. Puis il fit apparaître son zanbatô et coupa un type en deux avant d’en embrocher un autre. Un porteur de lumière se glissa dans son dos et allait frapper mais il se prit une hache de jet dans le dos ce qui l’empêcha de faire quoi que se soit. Le dernier porteur de lumière allait s’enfuit mais un shuriken lancé par Jorgo le cloua au mur avant de revenir dans la main de son propriétaire.
- Sommes-nous encore loin ? Demanda le maître d’armes à l’un de ses compagnons.
- Non, nous devrions voir le bâtiment normalement.
Jorgo scruta les lieux et ne vit aucun bâtiment entier, seulement des pans de murs cassés et des statues dans le même état. Il dût se rendre à l’évidence : Le bâtiment était invisible.
- Où le sanctuaire devrait-il se trouver ? Demanda Jorgo au même chasseur.
- Pars là, répondit le démon en pointant le doigt vers le nord où bizarrement aucune ruine de bâtiments n’était visible.
Le maître d’armes prit alors un korg et tira vers la direction indiquée. La salve d’énergie noire, au lieu de se perdre au loin, rentra en contact avec quelque chose.
- Donne-moi le cristal ! Ordonna Jorgo à l’un de ses hommes.
Ce dernier obtempéra et donna un cristal d’où émanait une couleur rouge à son général qui se dirigea vers le bâtiment invisible. Il brandit alors le cristal qui se mit à briller fortement. Lorsqu’il eut fini, le bâtiment était visible aux yeux de tous : totalement de pierre, il ressemblait à un obélisque. Jorgo s’y engagea après avoir fait comprendre qu’il devait y aller seul. Une fois à l’intérieur, il se dirigea tout droit pour déboucher dans une grande salle. Là se trouvait un autel. Cette découverte tira un sourire à Jorgo : il touchait enfin au but. Soudain une créature de sa taille se matérialisa devant. Doté de quatre bras dont deux avaient une forme de lame tandis que les deux autres tenaient une lame. De couleur orangée, elle était parcourue de ligne d’un bleu très clair qui brillait doucement. Trois yeux étaient visibles sur sa tête et sa mâchoire était encadrée de mandibules. La créature se rua sur Jorgo qui para un coup avant de faire un bond en arrière. Il para un coup, se décala pur en éviter un autre et riposta par un coup puissant. Sa lourde lame fut bloquée par les quatre lames croisées de son ennemi. Le maître d’arme donna alors un coup de pied pour se dégager et voulu embrocher la créature qui roula avant de sauter pour ne pas finir éventrée. Un saut sans commune mesure avec sa taille qui la fit atterrir à l’autre bout de la pièce. Jorgo lança alors une boule de feu avant de se ruer vers son ennemi qui évita la boule de feu avant de parer l’assaut de Jorgo qui avait utilisé sa boule de feu pour faire une diversion. La créature se mit soudain à grandir pour presque toucher le plafond. Elle attaqua le chasseur qui fit un saut périlleux arrière pour éviter d’être coupé en deux. Son ennemi se dirigea vers lui. Il courut alors et blessa le monstre aux jambes. Ce dernier blessa Jorgo sur le flanc gauche grâce à l’un de ses bras-lame. Réprimant un juron, le maître d’armes se relança à l’assaut de la créature. Il la blessa de nouveau aux jambes et évita de peu de se faire éventrer par un bon en arrière. Il lança alors une boule d’énergie noire. Etant tout près, la créature se prit le projectile dans le ventre. Elle n’eut aucune blessure mais, à cause de ses blessures aux jambes, tomba. Jorgo en profita pour l’éventrer alors qu’elle touchait le sol.
Il se dirigea ensuite près de l’autel. Dessus se trouvait une statuette qui représentait une créature comme celle que Jorgo venait de vaincre. Celle-ci tendait les mains en coupes vers le haut. Jorgo plaça alors le cristal dessus. Ce dernier émit alors une intense lumière rouge-sang qui obligea Jorgo à fermer les yeux. Une fois le rayonnement terminé, Jorgo avait changé : de 15 ans il venait de passer à environ 30 ans. Avec un sourire, il découpa la tête de la créature qu’il avait tuée et disparut.
- Attention ! Dix mantas en approche ! Beugla une voix que Réo entendait dans sa tête et qu’il reconnut : Malbas !
Le chasseur examina les lieux et fut stupéfait : il se trouvait dans une sorte de désert virtuel sauf qu’il n’y avait pas du sable à proprement parlé : le sol était juste jaune-orange. Le ciel était très clair. Réo s’observa pour voir qu’il était entièrement habillé de noir. Des bracelets de métal en forme de crânes bardés de piques étaient sur ses poignets et il portait des gants métalliques terminés par des sortes de griffes. Il portait son insigne sur le torse même si l’œil du pouvoir avait été remplacé par un étrange symbole : un cercle formait comme une pupille tandis que deux autres entouraient ce dernier. Une languette était en haut du cercle extérieur et trois en bas. Sur chaque genoux était placé une plaque bardée de piques. Réo se rendit compte qu’il avait une arme à la main même s’il ne la sentait pas vraiment : une épée à la garde noire dont un crâne est placé au centre de cette dernière. Le démon se dit alors qu’il ne pouvait pas avoir forgé cette épée : trop bien équilibrée, poids idéal mais une inscription sur la lame attira son attention :

Feu éternel qui par ma volonté te brûle, lame de ténèbres qui te transperce le cœur. Vois cette lame qui t’enverra dans cet ultime voyage qu’est la mort.


Il connaissait cette phrase puis qu’il l’avait lui même écrite pendant une heure en permanence où il n’avait rien à faire. Une voix le tira de sa ( longue ) rêverie :
- Réo, qu’est-ce que tu attends ? Détruis ces mantas et va conquérir ce territoire !
Le chasseur ne savait pas ce qu’était le territoire en question mais il réagit en voyant une créature ressemblant à une raie géante lui lancer un laser. Le chasseur lança alors plusieurs boules de feu, para un tir avec son épée et lança trois sortes d’ondes en demi-cercles qui étaient de couleur orangée que Réo nomma « ondes de feu ». Les monstres furent détruis et Réo courut vers une sorte de tour qui avait un halo blanc a son sommet. Soudain, il vit six personnes combattre des monstres à l’apparence variée : des choses rouges à trois pattes, des sortes de boulets de canons qui lançaient un laser demi-circulaire et des créatures à quatres pattes qui tiraient des lasers avec celles de devant. Il vit également des sortes de soldats en armure noire. Les adolescents eux sortaient tout droit d’un jeu vidéo : Une sorte d’elfe aux cheveux roses, un samouraï avec deux katanas, une japonaise lançant des éventails, une sorte d’homme chat mauve qui gueulait « flèches-lasers » à tout bout de champs ce qui agaçait le chasseur au plus haut point ( et moi aussi d’ailleurs ), un guerrier avec une arme semblable à celle de Jorgo qui était en gris et enfin une fille vêtue de blanc qui lançait des sortes de boules d’énergie blanche et qui avait une épée dont la garde blanche brillait. Cette personne, Réo l’aurait reconnu entre mille : Angélique ! Le chasseur se jeta donc dans la bataille en faisant apparaître sa deuxième épée. Il évita de peu un laser et lança une de ses épées au centre du symbole qui se trouvait sur le front d’une des créatures que les ados nommaient « tarentules ». Le chasseur plongea pour éviter un laser demi-circulaire et lança une boule de feu qui détruisit l’auteur du tir. Là il entendit un cri de Malbas :
- Merde ! Fait attention Réo, si tu es dévirtualiser, tu mourras !
Le chasseur, comprenant qu’il rêvait et qu’il devait se trouver dans une sorte de monde virtuel, ne tint pas compte de l’avertissement et courut vers les soldats en armure noire qu’Angélique combattait. Il en attira trois. Ils avaient un bras-lame noir tandis que sur l’autre bras se trouvait une sorte de bouclier. Réo para un coup avant de sauter et d’enfoncer son autre lame dans le torse du guerrier qui l’éjecta par un coup de pied. Le chasseur se releva et lança une onde de feu avant de voir que le symbole qui remplaçait l’œil du pouvoir sur son insigne était sur le front des guerriers et lui sait d’une lueur rouge. Réo se rua alors sur l’un des guerriers qu’il déséquilibra par un coup de pied avant de le faire trébucher et de le tuer en plantant l’une de ses lames dans le symbole. Les deux autres se dirigeaient vers Réo, ce dernier se préparant à leur envoyer une onde de feu sur leur symbole lorsqu’un cri retentit. Le chasseur se retourna et vit Angélique s’effondrer. Il cria un « nooooon ! » très convaincant et se dirigea vers elle. Il détruisit les soldats au passage sans même les touchés. Il s’agenouilla près du corps de son amour et la prit dans ses bras en pleurant. De l’énergie se mit à crépiter autour de lui, ses mains furent entourées de petits éclairs rouges et soudain, le territoire explosa ainsi que le monde virtuel.
Réo se réveilla, haletant et en nage.
Un cauchemar… Il avait beau l’avoir deviner pendant qu’il le faisait, Réo ne put s’empêcher de le trouver presque réel, comme si pendant quelques instants, il avait vécu une autre vie. Il se recoucha en priant pour que ce ne soit pas un rêve prémonitoire …
Le lendemain, alors qu’une des dernières journées de cours s’achevaient avant une semaine de vacances, Réo reçut la visite d’un homme qu’il n’avait jamais vu mais qui pourtant lui disait quelque chose. Assez grand, bien bâti, ses yeux avaient l’éclat de l’acier. Ses cheveux noirs allaient parfaitement avec sa tenue de cuir souple noir dont quelques partie étaient renforcée de plaques de métal. Des poignards pendaient à la ceinture de l’inconnu.
- Bonsoir Réo, déclara-t-il.
- On se connaît ? Répondit le chasseur, méfiant.
- Tu ne me reconnais pas ? C’est normal. Oui on se connaît.
- C’est quoi votre nom.
- L’homme sourit avant de répondre :
- Que dis-tu de Jorgo Dil’ Tark ?
- Impossible, Jorgo est plus jeune que vous.
- Je vais te prouver que je suis celui que je te dis être, répondit l’homme en faisant apparaître une épée dans de la fumée noire.
Réo reconnut la lame aussitôt : l’épée de Jorgo ! L’homme aurait bien put la voler mais la lame de Jorgo était enchantée pour ne pouvoir être touchée que pars lui et li seul pouvait la manier.
- Jorgo ? Mais comment ce fait il que …
- Tu me vois avec mon véritable âge, l’interrompit le chasseur. Il y a quelques années, alors que je combattais, j’ai été maudit pars un sorcier peut avant qu’il ne meure : j’ai perdu 20 ans, c’est pour cela que lorsque tu m’as rencontré, j’étais si jeune. Il y a peu, j’ai trouvé un moyen d’être libéré de la malédiction et hier je l’ai utilisé. Maintenant je suis à 100% de mes capacités.
- Tant mieux alors, répondit Réo, déboussolé.
- Bon, j’ai besoin de toi pour une mission de la plus haute importance.
- Comme d’habitude, railla Réo.
- Il faut que tu massacres un groupe de terroristes qui menace nos plans.
- Où se trouvent-ils ?
- Planqués dans une grotte en Afghanistan.
- Si on sait l’endroit où il se trouve, pourquoi ne pas y envoyer quelqu’un d’autres ? Tout le monde peut tuer quelques humains non ?
- En effet mais il n’y a pas que des humains, des démons seraient avec eux ainsi que des illumnorsks.
- Encore des rebelles ? Ca devient lassant.
- Je ne te le fais pas dire, il faut que tu y ailles seul pour que tu ne sois pas détecté.
- Donc j’y vais, je les massacre et je rentre. Trop facile !
- Non, tu dois également découvrir leurs autres bases par tous les moyens que tu veux.
- Ca se sera plus dur mais si je peux faire ce que je veux …
Quelques minutes plus tard, Réo se retrouva à l’entrée de la grotte.
- Toujours des grottes, mais quand est-ce que je combattrai en plein air, se plaignit-il en avançant.
Soudain, un type armé d’une kalachnikov surgit devant lui et ouvrit le feu. Avec un soupir, Réo, qui n’évita pas les balles qui rentrèrent dans son corps sans le gêner plus que ça, usa de son pouvoir de télékinésie pour faire voler le gars et le lancer pour qu’il s’écrase contre une paroi. Alertés par les coups de feu, d’autres tarés arrivèrent et ouvrirent le feu. Les balles s’arrêtèrent juste devant Réo parce que bon hein les vêtements faut les laver pour enlever le sang et que c’est très chiant puis en plus ces cons vont ruiner ma nouvelle veste en cuir avant d’êtres renvoyés sur leurs propriétaires. Plus précisément dans leur corps. Une fois ceci fait et les âmes des victimes absorbées, Réo reprit sa route pour se retrouver dans une salle ( encore … ) où se trouvaient plus d’une vingtaine de type en armes. Ceux-ci allaient faire feu mais Réo lança un jet de feu qui prit la forme d’un crâne hurlant ( l’une de ses manipulations préférées ) qui crama une bonne partie de ces crétins. Les restants se mirent à tirés sur … rien puisque Réo s’était téléporté derrière eux et venait de décapiter un terroriste avant de lancer une boule de feu qui fit passer l’arme à gauche a un autre imbécile. Lorsque les survivants se retournèrent, deux d’entre eux périrent en se prenant des éclairs. Puis, voulant en finir, Réo prit ses korgs et tua les survivants. Enfin il ne restait qu’un seul rescapé que Réo plaqua contre le mur avant de poser la question suivante :
- Où se trouvent vos autres caches ?
- Je ne vous dirais rien !
- Vraiment ? Mais qui dit que j’ai besoin que tu parles ?
Réo sortit alors une petite sphère blanche d’une de ses poches. Il appuya dessus et quatre pattes en sortir. Puis le chasseur positionna la sphère de telle sorte que les pattes se trouvaient vers l’œil gauche de l’homme. Puis il lâcha la sphère qui, au lieu de tomber, se dirigea vers l’œil du terroriste. Les pattes se plantèrent autour de l’œil et la sphère s’ouvrit au niveau de l’œil pendant que le type criait.
- On dit toujours que les yeux sont les fenêtres de l’âme, je vais donc lire ton âme par cet appareil de mon invention. Ne t’en fait pas, tu n’auras terriblement mal que pendant une ou deux minutes puis tu seras mort et j’absorberais ton âme, exposa Réo dans un sourire.
Là où la sphère s’ouvrait, donc la partie face à l’œil, se trouvait une sorte de bille rouge. Un laser très fin en sortit et se dirigea tout droit sur la rétine de l’homme qui hurla. Il voulut se débattre mais Réo lui avait accroché mains et pieds sur le mur en plantant un couteau dedans. L’homme hurla pendant environ une minute puis son cri devint gargouillis et il mourut. De son œil gauche, il ne subsistait qu’un fin amas de chair calcinée.
Réo arrache la sphère dont les pattes se rétractèrent. Il la lâcha alors devant lui. Au lieu de tomber, celle-ci flotta avant de faire apparaître une sorte d’hologramme au-dessus d’elle. Cet hologramme était en fait une carte où se trouvait les planques, symbolisées par des points rouges. Le chasseur reprit la sphère lorsque dix illumnorsks lui barrèrent la route. Ils se jetèrent sur lui.
Réo sortit son épée et para un coup avant de décapiter un de ses ennemis. Il se baissa et envoya une boule de feu avant de parer un coup. Il donna un coup de poing dans le cou d’un illumnorsk qui fut décapiter l’instant d’après. En se baissant, Réo évita un coup qui l’aurait décapité puis il roula pour se retrouver derrière deux adversaires qu’il tua. Il fit jaillir sa griffe et para un coup avant d’enfoncer cette dernière dans le cou d’un autre porteur de lumière.
Plus que quatre ennemis.
Ceux-ci reculèrent avant de se ruer de nouveau vers le chasseur qui dévia juste assez une lame pour pouvoir enfoncer sa griffe dans la gorge d’un porteur de lumière puis il para un coup avec sa griffe avant d’égorger celui qui l’avait attaqué. Réo sauta et atterri derrière ses ennemis. Ils eurent à peine le temps de se retourner que Réo en avant décapiter un. L’autre para de justesse l’assaut avant de se prendre un coup de pied qui lui fit baisser la tête. Réo planta alors sa lame dans la mâchoire du dernier adversaire qui s’effondra.
Le chasseur vérifia qu’il n’y avait plus d’ennemis avant de disparaître.
Quelque part en ville.
Une créature mange l’un des deux hommes qu’elle à tué.
Le visage de ses victimes figé par la mort marque l’expression une terreur absolue.
La créature hurla avant de continuer son festin …

Voilà donc j'ai prit un gros risque avec le clin d'oeil énorme que j'ai fait donc si jalmais ça ne plaît pas, ce seras le dernier gros comme ça ( et si ça plaîts ce seras le dernier aussi ... normalement^^ ).
Donc voilà j'espère qu'il vous a plut !

Ps : la créature volante du chapitre précédent n'était pas un dragon, vous saurez ce que c'était plus tard Wink
  Sujet: [Fanfic] Quand le passé vous rattrape  
reo

Réponses: 85
Vus: 38091

MessageForum: Fanfictions Code Lyoko   Posté le: Jeu 21 Aoû 2008 12:43   Sujet: [Fanfic] Quand le passé vous rattrape
Et bien, ce Jester s'entendrait bien avec Ben-Laden Mr. Green Non mais tu adores les bombes ou quoi ?
Sinon ça fait bizarre un chapitre de code lyoko sans lyoko et les lyoko-guerrier mais bon c'était bien quand même.
Donc comme tu l'as dit quelques révélations, des questions sans réponses bref c'est toujours aussi bien. ( A force j'aurai plus rien à dire moi Laughing )

J'attend la suite !
  Sujet: Rigolez avec votre date de naissance !  
reo

Réponses: 382
Vus: 152123

MessageForum: Jeux et détente   Posté le: Mer 20 Aoû 2008 12:32   Sujet: Rigolez avec votre date de naissance !
Pas mal ! Je me suis bien marrer en lisant ma phrase :

J'ai mangé une chaise pour aucune raison ...

C'est donc ça le truc coincer entre deux de mes dents que j'arrive pas a enlevé depuis ce matin ! Laughing

Celle de mon petit frère :

J'ai volé un chat pour sauver le futur ...

On le laisse 5 minutes seul et il a déjà fait une connerie !XD
  Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo  
reo

Réponses: 55
Vus: 19859

MessageForum: Fictions et textes   Posté le: Lun 18 Aoû 2008 13:29   Sujet: [Fiction] La grande épopée de Réo
ZZZZZZZZ ... Oui quoi ? Ah vous voulez la suite ? Bon ben la voilà alors Mr. Green :

Chapitre 13 :


Vent infernal chargé de larmes et de sang
Apportant la mort et la souffrance
Air saturé de braises
Brûlant tout espoir
Brûlant toute allégresse
Qui ne laisse que désespoir et ténèbres
Dans son sanglant sillage

Chant infernal


L’homme attend.
Ce soir.
Quand elle sortira de son collège.
A ce moment, il pourra la tuer tranquillement.
- Réo, c’est ton tour.
L’intéressé s’élança au signal de son professeur. Arrivé près de la barre fixe, il sauta, s’y agrippa et tourna autour avant de la lâcher et d’atterrir plus loin.
- Et beh, depuis quand t’es aussi doué ? Lui demanda Matt. Le sport n’a jamais été ton fort.
- Et bien maintenant ça l’est ! N’empêche quelle idée de mettre le sport en première heure ! Se lamenta le chasseur d’âmes.
- Tu sais bien que dans ce collège, il n’y a aucune logique.
Plus tard, Réo vit Viktor lui adressé un sourire moqueur. Le démon serra les poings en maudissant cette foutue consigne qui l’obligeait à rester discret.
Pendant ce temps, en enfer, Sourços était en réunion avec tous les grands maîtres des ténèbres ( 13 en tout ) et Jorgo.
- C’est de la folie ! S’exclama un maître.
- Et puis, ce n’est qu’une légende ! Lança un autre.
- Du calme ! S’énerva alors Sourços. Nous devrons réveiller les 13 géants infernaux lorsque la guerre reprendra.
- Rien ne nous prouve qu’ils existent !
- Si ! Rétorqua alors Jorgo en brandissant un bâton doré où figurait la phrase suivante en enférique :

Par les pouvoirs infernaux renaîtra Salkarg le géant de sable

- Le bâton permettant de réveiller Salkarg le géant de sable ! Cria un grand maître drapé de noir avec une capuche qui lui cache le visage.
- Quelle perspicacité : c’est écrit dessus ! Se moqua Jorgo.
- Le problème c’est qu’il nous faut trouver les endroits où sont les 13 géants, accomplir les rituels propres à chacun d’entres eux et trouver les objets nécessaires pour accomplir certains rituels, exposa Sourços.
- J’ai entendu parler d’une grotte se trouvant dans une falaise à l’est de l’Hargmorkt qui contiendrait un objet pouvant révéler les emplacements des géants et des objets associés à certains rituels, déclara un maître au visage dur habillé de cuir souple noir.
- Je vais m’y rendre, fit Jorgo.
- Non, Réo s’en occupera, le contredit Sourços. J’ai besoin de toi pour une autre mission. Ce soir tu iras le chercher.
- Bien monseigneur, répondit Jorgo en faisant une révérence avant de disparaître.
Le soir donc ( très meublée cette journée non ? ) Angélique sortit du collège ( à la con soi dit en passant ). Elle s’engageait dans une rue lorsque Réo qui l’observait ( c’est beau l’amour ) eu un mauvais pressentiment. Il choisit donc de la suivre en sautant de toits en toits.
Angélique suivait tranquillement son chemin lorsqu’elle vit un homme devant elle. Vêtu de cuir souple noir, il tenait une épée à double tranchant dans sa main droite. Avec un sourire ( ou rictus c’est selon ) malveillant l’homme s’approcha. La jeune fille se mit à courir dans le sens opposé lorsque l’homme se téléporta derrière elle et la fit trébucher. Il allait achever son œuvre de mort lorsqu’un javelot fendit l’air et se planta dans le torse de l’homme qui recula comme s’il venait de se prendre un coup. Il retira le javelot avec un grognement de souffrance et regarda en l’air pour trouver son agresseur. Ce dernier sauta pour se retrouver devant l’assassin en puissance.
- Ne te mêle pas de ça Réo ! Cracha l’homme.
- Je ne te laisserai pas la tuer, répondis Réo en tirant son sabre de son fourreau situé entre ses épaules.
- Elle te tuera ! Si on la laisse en vie le Chaos ne pourra pas remporter la guerre !
- Peu importe ! Je l’aime et je ne laisserai personne lui faire du mal ! Cria Réo qui avait reconnu l’homme : il l’avait aperçu lors de l’Ard-Indra mais ce n’était pas un chasseur d’âmes.
- Je ne voulais pas en arriver là … Murmura le démon en sortant un objet de sa poche qu’il tendit vers Réo.
Aussitôt la cicatrice de ce dernier se mit à le brûler à tel point qu’il se retrouva à genoux. Il aurait juré que des braises incandescentes tombaient de la marque. Et ce n’était pas tout : Réo se mit à revivre dans sa tête les pires moments qu’il avait vécus. Il se saisit la tête entre ses deux mains et se mit à hurler au moment où un gigantesque mal de crâne vint s’ajouter au reste et que sa cicatrice le brûlait encore plus. L’homme posa l’objet près de Réo. Objet que ce dernier aurai reconnu s’il avait ouvert les yeux : un cœur de mort.
L’homme tourna la tête vers Angélique qui courait. Il se téléporta derrière elle au moment où du sang se mit à couler au niveau de la cicatrice de Réo. Au moment où ce dernier revivait le baiser entre Angélique et Onoclas. Au moment où le chasseur d’âmes laissait cette part de son être qui avait soif de sang et de vengeance le dominer. Sa part bestiale prit le dessus après des semaines de sommeil.
Le démon allait enfin tuer Angélique en lui transperçant le ventre avec son épée lorsqu’un rugissement l’interrompit. Inquiet, il se retourna. Ce rugissement ne pouvait venir que d’une bête. Et c’est cette bête qu’il vit : Réo était redevenu le démon rouge qui hantait son être. Il fixait l’homme avec des yeux ( rouges ) remplis de haine. Puis il se mit à courir vers le démon. Ce dernier eût à peine le temps de se mettre en garde que Réo était sur lui. Ce dernier évita l’épée et donna un coup de griffe qui traça 5 longues et profondes marques sanglantes sur le torse de l’homme qui abattis son épée. La main de Réo bloqua la course de la lame qu’il cassa d’un mouvement avant d’enfoncer ses dents dans le cou du démon qui hurla. Puis Réo tira et l’homme se retrouva avec une partie du cou en moins. Il s’écroula dans un râle. Au même moment le cœur de mort explosa. Réo reprit forme humaine et s’écroula également. Angélique s’enfuit.
Lorsque Réo se réveilla, il était allongé dans un lit. Il se leva à moitié et vit qu’il se trouvait dans une pièce dont les murs étaient de pierre rouge. Puis quelqu’un vint à sa rencontre :
- Ah enfin ! Quand tu dors, tu fais pas semblant !
- Je sais Jorgo mais j’y peux rien. Comment suis-je arrivé ici ?
- Je t’ai trouvé inanimé dans une rue, un cœur de mort était brisé plus loin et j’ai trouvé des traces d’une explosion caractéristique de la mort d’un démon. Que c’est il passé ?
- Un connard de démon de merde a essayé de tuer Angélique. Il a utilisé le cœur de mort pour m’immobiliser, ça a marché au début puis je suis devenu démon rouge et je l’ai tué.
- Il a utilisé un cœur de mort … Pas bête le type.
- Pourquoi ?
- J’ai appris que les cœurs de morts peuvent avoir divers effet sur quelqu’un qui souffre à cause de l’amour.
- Evidemment il fallait que cet abruti en ait un …
- Bref, lèves-toi t’a du boulot !
- Je dois faire quoi cette fois ?
- Trouvé un objet dans une grotte.
- Et à quoi cet objet va bien servir ?
- Il va nous permettre de retrouvé de quoi libéré les 13 géants infernaux.
- C’est quoi ces trucs ?
- Des monstres qui ont été emprisonnés lors de la trêve.
- Tu peux m’expliquer ? Je ne comprends pas ?
- Il y a plus de 1000 ans, la guerre faisait rage entre les forces du Chaos et celles de l’Ordre, le Bien et le Mal en somme. Cette guerre, comme tu pourrais le croire, ne mettait pas que la Terre en cause mais toute la galaxie. On se battait partout et nous allions gagner lorsque des mages ont rassemblé les 4 cridawdars, des objets permettant d’annihiler la magie. Ils les ont rassemblés sur Majingaï, la planète de la magie originelle selon la légende. Une fois rassemblés, les cridawdars ont été activés et une vague magique a traversé la galaxie. Les démons ont été renvoyés en Enfer, les combattants non démoniaques ( les aliens ) ont été renvoyés sur leurs planètes et plus personne ne pouvait se battre. La base des ténèbres, le grand palais du mal ( appelé Mazgrarg ) a été enfui sous terre.
- Mais si la magie a été annihilée, comment des démons peuvent-ils se balader sur Terre et comment puis-je utiliser la magie.
- En fait, pour que le sortilège reste actif, il fallait le concentrer en un endroit. Ce fut le palais du grand roi Salomon qui fut choisi puisqu’il se trouvait près de Mazgrarg. Aucune créature affiliée aux Ténèbres ne pouvant abîmer le palais ( sa destruction entraînerait la rupture de la trêve ) la trêve devait durer une éternité. C’était sans compter sur la folie des hommes qui ont détruit le palais. Enfin il ne reste plus que le mur des lamentations. Puisqu’il ne reste qu’une petite partie du palais, des démons peuvent aller dans ton monde et la magie peut à nouveau être utilisée mais nous ne pouvons pas envoyer nos armées dévaster ce monde.
- Si le palais était le seul rempart contre nous, pourquoi les humains l’auraient il détruit ?
- Simplement car un sort d’amnésie avait été lancé donc peu d’entres eux se souvenaient de la guerre.
- Ok donc les géants ne servent qu’à augmenter nos chances de victoire … Donc où dois-je aller ?
- Dans une grotte située a l’Est de l’Hargmorkt dont l’entrée est au centre de la paroi d’une falaise.
- Ah et il y aura des ennemis ?
- C’est probable alors prépare toi à toute éventualité. Bonne chance.
Plus tard, après avoir gravi la falaise Réo se retrouva à l’entrée de la grotte. A peine fut-il entré dedans que des torches disposées sur les murs s’allumèrent. Le chasseur avança puis soudain 3 ennemis apparurent. Réo fit apparaître son sabre et son épée puis il se précipita sur les illumnorsks. Il para un coup, coupa un bras et une main avant de décapiter l’un de ceux qu’il avait blessés avant de rouler en avant, de pointer ses armes vers l’arrière et de les planter dans le torse de ses assaillants qui couraient dans sa direction. Ses armes à la main, le chasseur avança à nouveau. Il arriva dans une sorte de salle triangulaire. Au centre, des illumnorsks combattaient des créatures de métal noir brillant dont les bras étaient des lames. Une fois le dernier porteur de lumière tué, les créatures ( trois au total ) se tournèrent vers Réo et se ruèrent vers lui. Ce dernier lâcha ses armes et pris ses deux korgs avant de faire un saut périlleux avant, de se retourner et de tirer sur les bestioles. Ses tirs ne leurs firent aucun effet et le chasseur dû se baisser pour éviter d’être décapité. Il tira à bout portant sur une créature qui ne subit aucun dégât avant de rouler sur le côté pour éviter un coup. C’est là qu’il remarque une sorte de roue dentelée qui tournait au niveau de la poitrine des créatures. Réo évita un autre coup et tira sur la roue d’une des créatures. La salve d’énergie noire détruisit la roue et la créature touchée tomba en morceaux. Par télékinésie, Réo fit revenir son sabre dans sa main gauche pour parer un coup et tirer sur la roue. Une deuxième créature tomba en morceaux. La dernière se rua sur le chasseur qui loupa un tir. Il para un coup mais se fit blesser au bras par la deuxième lame de la créature. Réo lâcha son sabre et tira sur la roue de la créature qui mourut. Après avoir ramassé ses armes, le chasseur se dirigea vers le font de la salle. Là, sur une table, se trouvait une orbe orangée. Lorsque Réo s’en empara, il y eut un éboulement et elle disparut.
Un leurre. C’était un leurre. Soudain un rugissement s’éleva de l’endroit où il y avait eu un éboulement. Réo se retourna et vit une créature. Elle devait mesurer pas moins de 2 mètres. Aux allures reptiliennes, elle se tenait sur deux pattes terminées par des griffes. Son corps était constitué d’écailles vertes mais des lignes orangées constellaient le corps du monstre. De longues griffes terminaient les mains du monstre. La tête de ce dernier était verte comme le reste du corps, de longues dents dépassaient de la gueule de la créature et une longue queue fouettait l’air derrière elle. Un vrai dinosaure à l’allure humanoïde. Le monstre se rua sur Réo qui évita sans difficultés les griffes du monstre et coupa la queue qui allait le fouetter. La créature hurla et Réo la décapita pour lui intimer le silence.
- Et beh, si c’est ça qui garde l’orbe je suis déçu !
Soudain toute la salle hormis l’endroit où se trouvait Réo s’effondra et une gigantesque créature passa devant le chasseur qui, prit d’un réflexe, subit s’agrippa à la queue du monstre qui s’envolait.
Enorme, le monstre était aussi haut que la longueur d’un stade de foot et mesurait le double en largeur grâce à ses ailes de peau tendue brune. Le monstre était recouvert d’écailles blanches légèrement teintées de marron. De sa tête, Réo, qui était sur le dos de la créature, n’apercevait que deux longues cornes qui partaient en arrière. Réo se dirigeait vers cette dernière lorsque soudain le monstre se retourna, faisant ainsi chuter le chasseur. Ce dernier s’écrasa sur le sol et se releva dans un grognement de souffrance.
- Heureusement une fois de plus que je suis immortel, lâcha Réo en prenant ses korgs.
En effet, il voyait malgré la distance qui le séparait de la bête que l’orbe se trouvait sur l’abdomen de cette dernière ( la bête pas l’orbe ). La créature cracha alors un immense jet de feu que Réo, de pars son très haut niveau dans le domaine de la pyrotechnie, dévia de sa course pour qu’il tourne autour de lui ( frimeur ) et le lança contre son envoyeur. Plus précisément sur une aile qui ne subit pas le moindre dommage ( quel dommage ( jeu de mot pourri je sais ) ). Le monstre riposta par un laser noir que Réo évita et qui fit littéralement fondre ce qu’il y avait à l’endroit de l’impact. Le chasseur prit alors se korgs et tira sur les ailes mais rien n’y fit. Réo se fit d’ailleurs blesser à l’abdomen par une explosion dû à une boule d’énergie qui faisait 2 fois sa taille. Le monstre, décidément décidé à tuer le chasseur pique alors et donna un coup de queue que Réo évita avec difficulté. Puis ce dernier attrapa la queue et l’escalada pour se retrouver de nouveau sur le dos du monstre. Là il prit son sabre et son épée et les planta dans le cou du monstre. Ce dernier allait se retourner pour faire tomber Réo mais ce dernier prit sa troisième épée et la lança sur une aile. Par télékinésie, il guida sa course pour qu’elle découpe une partie de l’aile en question. Le monstre perdit alors l’équilibre et commença à chuter ( sa masse nécessitant l’intégralité de ses ailes ). Réo prit alors les deux armes qu’il avait plantées dans le cou du monstre et là il courut et sauta devant la gueule de son ennemi et lança ses armes dans ses yeux. Puis, il lança sa dernière lame juste au-dessus de l’orbe avant de la faire exploser par un nouveau pouvoir ( l’arme pas l’orbe ) ce qui eu pour effet de déloger le précieux objet de son emplacement. Résultat : l’orbe chuta et Réo l’attrapa par télékinésie avant de se téléporter.
Le monstre s’écrasa, détruisant toute une forêt et ses habitants.
Réo apparu devant Sourços qui se tenait sur son trône.
- Voilà l’orbe que vous avez demandé monseigneur, déclara Réo en s’inclinant.
- Bien, grâce à toi nous avons une des clés de la victoire. Je te félicite.
Réo encaissa donc son argent et se fit soigner avant de rejoindre Jorgo au sommet d’une tour de pierre noire.
- Tu as réussi ? Demanda le maître d’armes.
- Oui, mais j’ai perdu mes 3 lames.
- Tu sais, le fait d’accéder à la légion de mort noire te donne le droit de te forger, si tu en es capable, tes propres armes.
- Ah. Je sens que je vais avoir de quoi m’occuper.
- Tu t’en sens capable ?
- Oui, grâce à mon nouveau pouvoir d’absorption de capacité lorsque j’absorbe les âmes de ceux que je tue. Apparemment j’ai tué un très bon forgeron.
- Bien, je te laisse à ton projet au combien important. Peut être plus que tu ne le crois …
Ce fut sur ses énigmatiques paroles que Jorgo disparut.
Réo partit donc se forger sa lame.
Il n’avait aucun moyen de deviner qu’il allait découvrir une passion.
Passion qui créera les armes les plus mortelles de tous les royaumes infernaux.

Wala wala pour ce chapitre 13 que j'ai eu du mal a écrire ( panne incroyable d'inspiration mais ça reviens tout doucement Laughing )en même temps c'est le chapitre 13 donc forcément 13 = pas de bol et que j'ai écrit a cause du peu d'engouement suscité par A la conquête de lyoko ( normalement je fais un chapitre de l'un, un chapitre de l'autre oh puis après tout ma g****e XD )retourne écouter la musique de PDC 3.

Pendant ce temps, Malbas tente de semer un minotaure bien décider à le charcuter.
 

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure


Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivante


Sauter vers:  


Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.2223s (PHP: 60% - SQL: 40%) - Requêtes SQL effectuées : 23