CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
Quel est votre personnage préféré ?
Quelle est votre saison préférée ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[Fanfic] Replika on the Web
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Roblox Code Lyoko Inside RP
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Goodbye, my lover
[One-Shot] Hypno's lullaby
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

Les Lyokofans parlent aux Lyokofans

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Communauté -> Blabla de la communauté


Page 270 sur 283

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 269, 270, 271 ... 281, 282, 283  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Sirix MessagePosté le: Sam 01 Fév 2014 14:24   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 27 Aoû 2013
Messages: 395
Localisation: Entre une chaise et un PowerMac G5
@Angelune : tu pense exactement comme moi quand j'ai eu le choix à faire, j'avais peur de regretter. Je ne voulais pas devenir médecin comme tous mes potes de S, je ne voulais pas faire un truc qui me demande trop pour mes faibles capacités de travail. Si on prends toutes les matières que je faisais à l'époque je ne savais pas quoi faire, j'aime bien la physique, la SVT, les maths, l'histoire...En fait, si on oublie le sport, j'aimais tout. Et du coup je ne savais pas quoi faire. Mais au final, j'ai finis par choisir ce que je préférais : l'informatique, et pourtant ce n'étais pas spécialement une matière de la S, mais c'est ma passion, ce que j'aime faire, sans qu'on ait à me pousser et sans m'arrêter. Et je me suis dis que si je voulais faire toute ma vie dans un domaine, ce serait là dedans. Avant tes résultats (sauf s'il sont vraiment mauvais), il faut que tu choisisse sur ce qui te plaît, sur ce que tu voudrait faire et ce que ta filière te permet de faire. Même si ce n'est pas une matière que tu fait, si tu aime ça et que tu as un bon niveau, c'est ça qu'il faut faire.
_________________
http://arnaud.maurin.perso.neuf.fr/images/Sirixsign.png

Auteur de la fic Replika on the Web.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Abby MessagePosté le: Sam 01 Fév 2014 15:40   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 559
Localisation: Troisième igloo après le café des ours polaires.
    Je sais, je ne poste pas beaucoup, mais vu que l'ambiance est à l'orientation, et que je sors d'une semaine dédiée à cela dans mon lycée, autant y aller.

    GummyBear a écrit:
    @Jessie
    Le BAC L est mal vu partout, et personnellement je vais pas m'auto-censurer en disant que tous mes potes qui sont en L sont un peu des cassos et que quand je vois les classes, je comprends certains clichés.

    Après tout dépend des lycées. Dans le mien, les L sont motivés et aiment réellement cette filière. Bien sûr, certains cas l'ont choisit pour l’absence de math, ou par ce qu'ils ne savaient pas quoi faire d'autres, mais ça reste une minorité. Pour le coup, c'est un peu les ES les cassos de mon lycée.
    Mais je suis d'accord sur le fait que les gens les plus bizarres sont en S. Mr. Green

    Angelune a écrit:
    Sur la L, c'est toujours une filière assez discriminée. Un jour, quelqu'un avait sorti cette phrase (en rigolant) qui montre bien ce que pense les gens de la L:
    "les S inventent les cartons, les ES les vendent et les L couchent dedans"

    J'ai aussi entendu l'autre version : Les S cultivent la weed, les ES la vendent et les L la fument. Rolling Eyes
    Ahalalala. Préjugés, préjugés.

    Personnellement, je ne sais pas quoi vraiment faire après le bac. Je suis en première, j'ai encore le temps mais bon...
    En fait, j'hésite entre deux options : Une Licence de Physique avec coloration Astronomie ou Météorologie en 3° année (ils font cette option près de chez moi).
    Ou alors l'INSA. Lors de la journée à Infosup, la prof qui nous a pris dans un court entretien a été très convaincante.
    La prépa ne me tente pas du tout, et encore moins médecine, j'ai toujours été une grosse flemmarde en ce qui concerne des cours (ce n'est même plus de la flemme à ce niveau là).

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Julrose MessagePosté le: Dim 02 Fév 2014 10:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 26 Juil 2007
Messages: 1863
Localisation: Saint Étienne (42)
J'ai pas tous lu vos messages, mais je vais quand même mettre mon grain de sel ^^

Pour les prépa, peu importe quelle prépa on fait, c'est d’abord pour toi que tu le fais. Je fais une prépa au concours d'Auxiliaire de Puériculture, j'ai vu des gens abandonnés, d'autres se mettent en arrêt maladie parce qu'ils en ont marre. C'est tout à fait normal d'avoir un coup de mou dans une prépa, mes formateurs me l'ont toujours dit, cependant, si tu as vraiment envie de faire quelque chose de ta vie, tu n'abandonnes pas. J'ai eu des coups de mous, j'ai passé mon concours écrit hier matin, je suis toujours vivante =p

Pour ce qui est des débouchés dans certaines filière, personnellement, je ne pense pas aux débouchés ou autres. Quand tu veux vraiment te faire une place dans une filière, tu fais tous les efforts pour te faire une place. Après, c'est mon avis personnel. Et puis perso, si je ne réussis pas mon concours, je tente de passé le BAC et irait en prépa ou passerait le concours Infirmiers/Infirmières Wink Profitez du temps que vous êtes jeunes pour tenter des choses Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Cupidon MessagePosté le: Dim 02 Fév 2014 16:11   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 14 Fév 2005
Messages: 25
Bonjour à tous !

Les études, c'est tellement compliqué et effrayant, comme je suis content d'avoir passé les miennes ! Mais je suis d'accord avec vous tous lorsque vous dîtes que l'important est de suivre son coeur où qu'il aille ! Travailler, oui, c'est bien, mais il faut être heureux avant ! Étudier, oui, c'est fascinant, mais il faut être attentionné avec ses proches et amis pour être vraiment intelligent !

La prépa, j'en ai aussi peur que vous, mais ce qui compte lorsqu'on veut réussir, ce n'est ni le talent, ni le génie ou même le travail, c'est la motivation ! On peut réviser autant qu'on le veut, tant que la raison pour laquelle on le fait est fragile, les résultats seront fragiles. On peut être génial autant qu'on le veut, tant qu'on n'aimera pas ce que l'on fait, on ne pourra pas le comprendre ! On doit être talentueux autant qu'on le peut, car le seul talent est l'amour !

Je sais que ces valeurs peuvent vous paraître infantiles, mais où que vous alliez, soyez confiant et passionné. 17 ans est l'âge à partir duquel il faut prendre des responsabilités, transformer son éducation en ce qu'on aimerait être plus tard, devenir quelqu'un ! La pression est sur vous, mais ce ne sont pas vos études qui feront votre personne, ce sont vos qualités personnelles, celles que vous confèrent vos amis et quelque chose de magique, la chance ! Elle sera partout à vos côtés, où que vous alliez, n'ayez aucune honte de compter sur elle, regardez votre passé et celui de vos proches, elle a construit les édifices les plus beaux et les plus durables !

Choisir ses études, c'est important, mais ne passez pas à côté de l'amour et du bonheur à cause d'elles ! Il viendra un jour, lorsque vous serez vieux comme moi, où vous regarderez votre jeunesse, et ce jour-là, il faudra vous dire : "J'étais heureux". Ne croyez surtout pas qu'on devient heureux, on essaye juste de le rester le plus longtemps possible et d'être chanceux ! Ne perdez rien de votre enfance au cours de votre vie, aimez seulement ! Même si vous en venez à ne pas aimer vos études, aimez autre chose, mais étudiez par amour !

La littérature a le don de me faire rougir et, dans le monde dans lequel nous vivons, beaucoup de gens ont tendance à mal l'interpréter. Mais regardez autour de vous comme le monde est complètement fou ! Regardez ces voitures qui tuent des gens, ces hommes dans leurs villas et d'autres dans des cartons, ces ordinateurs mondialement interconnectés qui séparent, ces poubelles pleines et ces ventres affamés de l'autre côté de l'eau, ces religieux qui prêchent mon nom et ces fidèles qui le blasphèment, ces enfants dont l'habit fait l'apologie et ces autres que l'apologie du gouvernement forcent à faire l'habit !

Le monde est fou ! Et c'est à vous, les littéraires, d'y faire quelque chose ! N'hésitez pas, créez, vous êtes les pionniers du changement ! Soyez éclairés, et illuminez ensuite tous ceux que vous pourrez, votre talent n'est pas une démence ! Jessie, si tu le désires, fais un BAC L, qu'il t'anime et te rende heureuse !

_________________
« Il comprit en cet instant que même s’il ne l’avait jamais rencontrée, elle lui aurait manqué. C’était au-delà de la logique, de la raison. Une pure question de complétude »

Aimez, c'est tout ce qui est en votre pouvoir, aimez ; vivez !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
la reine du rire MessagePosté le: Dim 02 Fév 2014 22:40   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 09 Aoû 2010
Messages: 319
Localisation: 404 Not Found
On parle de L? Je vais ajouter mon opinion alors.
Au lycée, je suis allée en L. Enfin, on était mélangés avec les ES, mais c'était un mélange totalement foireux, on avait 3-4 cours en commun dans la semaine, pas plus. On était les premiers à subir ce mélange, mais je crois que ceux de l'année suivantes étaient bien souvent ensemble. Mais vu que l'épreuve d'anglais n'était pas la même chez les deux filières, les cours étaient surtout centrés pour "favoriser" les ES. Ils étaient plus orientés pour correspondre à l'épreuve ES en tout cas.

Mais sinon, c'est vrai qu'on peut observer les deux profils que vous avez cités en L. Et celui qui consiste à dire "J'y vais par dépit, parce que y'a plus de maths" est bien plus courant. Dans ma classe, on a été deux a suivre des études de Lettres (je suis en 2ème année de Lettres Modernes, la 2ème fille a raté sa première année), mais pas mal ont été en LEA, donc dans les langues (beaucoup se sont réorientés depuis par contre). Mais beaucoup de gens n'étaient en L que par dépit, parce qu'ils n'ont pas été acceptés en ES ou en S et ne voulaient pas aller en bac pro.

C'est ça qui dessert grandement la filière. On en a une mauvaise vision parce que la plupart, pas intéressé par l'enseignement qu'on leur donne, ne foutent rien. D'ailleurs, quelqu'un a parlé de 28h de cours par semaine, je sais pas où il a pris ces statistiques. J'avais pris le théâtre en option, donc ça rajoutait 2h par semaine, et j'arrivais à 32-33h de cours je crois. Donc même sans ça, on est un peu au dessus des 28h.

Et pourtant, c'est vraiment intéressant ce qu'on nous apprend en L. C'est d'ailleurs ce qui me plaît, personnellement, le côté "libre" que quelqu'un avant moi déplorait. En math, on est contraint de savoir, on est obligé de tout connaître pour pouvoir le ressortir. En français, tu décides, tu choisis, tu laisses ton imagination parler. Alors bien sûr, la notation est très souvent arbitraire, mais tu peux t'exprimer selon tes propres mots et ta propre interprétation, et c'est une des seules matières où tu peux le faire.
Et les cours en eux-mêmes, outre les travaux qu'on te demande, sont tout autant intéressants. Déjà, la L offre la possibilité de lire des classiques - et des plus contemporains aussi d'ailleurs. On voit par ce biais l'évolution de la littérature et des auteurs, et on voit surtout l'évolution des mœurs et de la société - voire même de la politique. Au lycée, on le survole, c'est vrai. On ne voit vraiment que les bases (bonjour le cours de littérature de Terminale où t'étudies les mémoires de De Gaulle juste après Rabelais, super logique), on ne voit que certaines œuvres bien ciblées, mais on te plonge dans ce monde de la littérature.

En Lettres Modernes, on est obligés d'en lire bien plus. On a à chaque semestre une vingtaine de livres au programme (chaque semestre a son siècle). Mais j'ai l'impression que chaque fac a un système différent, parce que je ne reconnais pas tout ce dont parle Shadow's squill, y'a pas mal de variantes même s'il est aussi en LM. Cela dit, la L donne quand même un bon aperçu, et on garde le lien avec l'histoire et la philo (en LM, on perd complètement ces deux matières, c'est dommage. Enfin, on peut prendre la philo en option, mais c'est qu'un semestre et j'ai été déçue par ma prof). Malgré le fait que ce soit bien centré littérature, y'a quelques matières annexes qui permettent de garder un lien avec d'autres domaines. C'est d'ailleurs absurde qu'ils aient complètement supprimé l'option math en L. A mon époque (y'a deux ans, c'est pas si vieux %) ), elle était encore obligatoire. Alors bien sûr, c'était un niveau assez bas, mais je trouvais ça bien de ne pas en être complètement coupé. Parce que malgré tout, c'est utile.

Mais l'orientation est un vrai problème. Que ce soit en Seconde où on te demande de choisir une filière (les bacs pro sont trop dénigrés, les élèves sont pas poussés du tout à se diriger de ce côté) ou en Terminale où tu dois choisir de faire des études supérieures, on est très mal informé.
En Terminale, j'avais hésité à faire une prépa. Finalement, j'ai préféré aller vers une fac, parce que ce qu'on disait sur le travail en prépa et l'ambiance qui y régnait m'a découragé. Et je regrette pas mon choix du tout, la fac c'est vraiment sympa, et malgré tout ce qu'on peut dire sur la filière Lettres, on bosse quand même pas mal. Même si on est pas surchargé de travail non plus.
A propos de la prépa, je suis plutôt confortée dans mes préjugés parce que j'ai des potes qui y sont ou qui y ont été, et franchement, y'en a pas mal qu'on retrouve 2 ou 3 mois plus tard à la fac parce qu'ils ont abandonnés. Et apparemment, à Saint-Etienne, à Fauriel, y'a vraiment cette ambiance de compétition qui me faisait peur et qui me déplaisait au plus haut point. Les profs sont toute la journée en train de te rabâcher que t'es l'élite de la nation, que t'es merveilleux et que tu vas avoir un avenir brillant. Alors que bon, redescends sur Terre, t'es à Saint-Etienne quoi, t'es pas à la Sorbonne. 'Fin c'est vraiment une ambiance qui me plaît pas du tout. Et depuis deux ans, y'a peut-être la moitié de la prépa Lettres qui a abandonné.

Sinon, jeudi, forum des métiers. Donc comme à peu près tout le monde, j'y vais un peu à reculons en me disant que ça ne sert pas à grand chose (en 2ème année, c'est obligatoire d'y assister). J'assiste d'abord à la conférence pour devenir prof des écoles (ça ne m'intéresse pas, mais j'avais 45 minutes à tuer avant le début de la conférence qui m'intéressait). Les intervenants... 2 sur les 3 avaient, selon leurs propres mots, un parcours "atypique". En gros, ils sont passés par des parcours scolaires et professionnels qui ne les destinaient pas au professorat. Je suis pas sûr qu'ils soient les mieux placés pour conseiller les étudiants alors haha. 'Fin, sur la façon dont ils enseignent et dont ils exercent leur métier, si, mais sur le chemin à suivre pour devenir prof, je suis moins sûre...
Sinon, ma conférence, juste après (oui parce qu'en plus, bonjour le truc inutile, une conférence fait 20 minutes. On te présente 3 métiers en 20 minutes. Voilà voilà). Y'avait un documentaliste, une bibliothécaire d'université (du coup, les deux faisaient un peu doublon, même si c'est pas exactement la même chose. Ils se répétaient quand même pas mal) et surtout, plus intéressant pour moi, une journaliste. Et il n'empêche, même si ce qu'elle a dit en conférence était plutôt attendu et banal, c'était intéressant de lui parler en tête à tête après. Elle a dit ce qu'elle pensait du métier, et elle était super sympa, donc c'était une discussion bien agréable. Même si elle a plutôt raison d'être cynique et critique sur le journalisme.

Mais surtout. A ce forum, y'avait trois étudiants d'Histoire qui ont cherchés des volontaires pour faire une webradio sur la fac. J'ai hésité, puis je me suis décidée à participer. 'Fin, voir ce que ça donnait du moins. Et on a fait une réunion le lendemain. Et franchement, le projet m'emballe carrément. Pour l'instant, y'a encore rien de fait, faut tout mettre en place et décider de toutes les bases, ça va sûrement être dur à mettre en oeuvre, mais ça me plaît. Faut qu'on ait plus de monde pour nous aider, mais on a un journaliste professionnel qui est avec nous, et un autre gars qui a déjà de l'expérience dans le domaine. Puis c'est une bonne idée je trouve. Donc on verra si on arrive au bout du projet, et si oui, si les gens nous suivent.
D'ailleurs Sturm, hésite pas à en parler autour de toi, si jamais y'a des gens que ça intéresse, on est preneur Smile C'est vraiment qu'une ébauche de projet pour l'instant, mais si tu connais quelqu'un de motivé, ça pourrait être bien !

Et demain, 16h30, résultats des partiels, enfin.

_________________
http://imageshack.us/a/img444/7664/chatrose3.png

Merci à Pyphilia, du site Eronia, pour l'avatar Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
Sturm MessagePosté le: Dim 02 Fév 2014 23:04   Sujet du message: Répondre en citant  
Marchombre


Inscrit le: 15 Aoû 2010
Messages: 749
Localisation: Sur la voie de la liberté
Tiens, c'est sympa ce projet, j'en parlerai autour de moi effectivement, dès que j'aurai plus d'infos (envoie moi un MP pour qu'on discute un peu de ça).

Sinon, pour les partiels, j'ai appris cette semaine que je n'aurai pas mes résultats avant la fin du mois. Je suis assez dégoûté sur le coup...

Pour ce qui est de la L, je ne m'engagerai pas sur ce sujet : j'ai beaucoup débattu de ce sujet avec des personnes qui se reconnaîtront, et on s'est bien assez pris la tête. Razz
_________________
Merci à Sido pour le pack !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
DimIIy MessagePosté le: Lun 03 Fév 2014 20:55   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 23 Oct 2009
Messages: 1044
Localisation: Dans mon lit , en train de manger des kinder Bueno !
Le sujet de la L, décidément je crois que ce débat ne finira jamais xD.

Je suis d'accord avec la Reine du Rire, on retrouve vraiment tout les types de profils que tu as cité. Moi j'ai fait une 1ereL, mais je me suis ré-orientée directe.

Pourquoi ?
Parce que moi, qui aime l'écriture, la littérature et les langues, je pensais que cette filière serait idéale pour moi. Que nenni, je n'avais pas mesuré à l'exigence et la quantité de travail que la littérature demandait. Surtout qu'à cause du retard que j'ai pris en seconde ( à cause d'une sombre histoire qui impliquerai une prof dépressive et ma flemmardise mais passons) j'ai été déstabilisée et mes notes ne cessaient de dégringoler.
J'ai bien galéré en langues et par dessus tout en littérature anglaise ( avec des moyennes ne dépassant pas 6 quoi Mr. Green) bref, ce n'était, mais alors absolument pas motivant. J'ai été découragée. Surtout qu'au fil de l'année, je me suis rendue compte que ce qu'on faisait ne m’intéressait pas du tout ( Baudelaire, tu m'as bien fais chier !).

Je me suis donc réorientée vers une filière STMG ( tant méprisée par ces sal...cher généraux Mr. Green). Un choix que je ne regrette absolument pas. Je ne regrette pas mon petit stage en L non plus, car en plus d'avoir obtenue des notes excellentes au BAC de français la 2eme année, ainsi que quelques points en avance pour le BAC, j'ai pu acquérir une certaine rigueur et une bonne capacité à rédiger. ^^
Bon, j'ai juste 2 ans de retard, ça me complexe mais je fais avec xD.

Alors, moi j'ai juste envie de dire stop aux préjugés. La filière au lycée ne détermine absolument pas votre avenir (à part si vous voulez faire médecine)
De toute façon, une entreprise exige juste d'avoir le BAC, peu importe lequel !
Il faut passer au dessus des préjugés. Puis si on se trompe ( comme la mongole que je suis) y'a toujours moyen de revenir en arrière, ou d'emprunter un autre chemin pour obtenir la formation convoitée dans les études supérieurs.

en conclusion, je suis perdue pour les APB.

*t'as raison Sturm, ne dis rien Mr. Green*

_________________
http://imageshack.us/a/img521/7369/signaturedimiiy.png


Merci me98 !!

Texte by me : Disparition (2eme version de préférence )
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
VioletBottle MessagePosté le: Mar 04 Fév 2014 09:53   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 83
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Hu, la L, mais c'est ma jeunesse Mr. Green

C'est marrant, dans mon lycée personne n'était en L pour l'absence de maths. C'était un plus sans plus. Ce qui nous réunissait, c'était les options obligatoires comme Musique ou Arts Plastiques, disponibles seulement en L (on pouvait les avoir aussi à partir de la S, mais elles devenaient Facultatives et ce n'était plus du tout la même chose, en Arts par exemple le cours de Facu' ne contenait aucune histoire de l'art, c'était "prends un table et débrouille toi", les différences de niveaux avec les Arts en Obli' ne permettait pas mieux). Ce n'est d'ailleurs pas génial de mon point de vue, c'est un peu comme si on disait "T'es un S enfin, y a que les chiffres qui t'intéressent, tu peux pas être mélomane, soyons sérieux voyons!" (D'aucun diront que la musique a bien plus à voir avec les maths qu'on ne le croit, d'ailleurs Laughing )
Il n'y avait pas franchement de dépit de ne pas aller en S. Mais des regrets chez certains arrivés en Terminale, ça oui. Un élève de notre classe squattait allègrement les cours de SVT des S, par exemple. La faute au barème arbitraire de Philosophie et Littérature qui, malgré un bon niveau à l'année, ne garantissait pas une réussite au BAC. Que la S, de par son côté recrachage plus rigoureux des informations, était plus sécurisante dans nos esprits... Anyway, dans mon cas je n'aurais jamais pu faire S, la Physique-Chimie est un traumatisme tenace (surtout la Chimie, depuis ce cours au Collège sur les matières conductrices où j'ai failli déclencher un incendie en soutenant mordicus que le coton n'est pas conducteur. Faut croire que si).
Effectivement, le point noir de la L, c'est la cohérence du programme. De Gaulle... Par pitié, ça c'est de l'Histoire, pas de la Littérature. On ne peut pas dire qu'il a marqué le paysage littéraire, ou même qu'il avait une écriture particulière qui rendrait l'étude des Mémoires de Guerre intéressantes. (Okay, je m'en suis sortie sans les mains et les pieds en l'air au BAC en prenant le sujet de Gaulle. Mais seulement en ressortant l'anecdote de Staline et des toasts. Somme toute mon seul souvenir de ce livre).

Puis vient enfin la fac. Aaaah, la fac... Et son irrégularité incroyable.
Sérieusement, hein. Vous pouvez plus ou moins réussir la première année sans trop d'efforts, mais ne le faites jamais de cette manière. Car la deuxième année, elle, demande de se vouer corps et âme à la filière, et si vous ne vous y êtes pas faits avant, c'est un choc. Remarquez que, dans mon cas, je rentabilise enfin mon insomnie (et j'aggrave ma narcolepsie. Grmbl). Par contre, j'ai un peu l'impression d'être dans une Fac tranquille après avoir lu le post de La Reine du rire. Nous, c'est cinq livres par semestre, et encore cette fois c'est des nouvelles de trente pages Laughing . Merci le programme qui nous fait voir le fantastique. Mais je nuance ceci: " et on garde le lien avec l'histoire et la philo (en LM, on perd complètement ces deux matières, c'est dommage." Oui et non. Enfin c'est peut-être encore typique de chez moi, mais on en a encore, des sessions d'histoire incrustées dans les cours d'Histoire Littéraire. Sans ces apartés (qui font quand même quelques pages), impossible de comprendre une œuvre, son contexte et son impact. Et la Philo, finalement ça sert. Merci Freud de nous apprendre que nous sommes tous des pervers névrosés, que Nerval a un syndrome d'Œdipe avancé et Hugo un sacré sentiment de supériorité dû à sa vie romantisée en martyr dans les Châtiments ~ Du reste, on gratte, on gratte et on gratte. Ne pas avoir acquis la méthode de la dissertation est un problème, par exemple. Et oublier sa Grammaire élémentaire est une mauvaise idée, vous ne comprendrez rien aux modes et aspects du verbe sinon. Somme toute, ce qui se fait en LM est facile. A condition d'avoir des bases solides que, chez nous, personne n'a x'D

D'ailleurs, je repars, la littérature médiévale m'attend. Erec, Gauvain et Lancelot, j'arrive! (accessoirement Alexandre Astier aussi. Kaamelott finit toujours par pointer le bout de son nez dans ce type de cours. Surtout quand on parle de Caradoc, en fait).
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Shadow's squill MessagePosté le: Mar 04 Fév 2014 11:51   Sujet du message: Répondre en citant  
Shadow's squill rang


Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 814
Localisation: Dans mon imagination
VioletBottle a écrit:
Par contre, j'ai un peu l'impression d'être dans une Fac tranquille après avoir lu le post de La Reine du rire. Nous, c'est cinq livres par semestre, et encore cette fois c'est des nouvelles de trente pages Laughing . Merci le programme qui nous fait voir le fantastique.


Au premier semestre, j'en avais dix à lire et pas des plus faciles : Kamouraska (Anne Hébert), Traversée de la Mangrove (Maryse Condé), La Brûlerie (Emile Ollivier), Cent ans de solitude (Gabriel Garcia Marquez), M/T et l'histoire des merveilles de la forêt (Kenzaburo Ôé), Le Rouge et Le Noir (Stendhal), Le Père Goriot (Balzac), L'Eneide (Virgile), Le Roman d'Eneas et Œuvres tome 4 : Esthétique (Diderot).

Ce semestre, on en a déjà plus que sept (dont j'ai déjà lu la moitié !). Comme toi, VioletBottle, notre filière parle du fantastique (Littérature du XIX°) et, surtout, du romantisme (grand mouvement du XIX° !).
Au final, on a Récits et contes fantastiques (Gautier), Les Caprices de Marianne (Musset), Chroniques italiennes (Stendhal), L'Ingénu (Voltaire), Jacques Le Fataliste et son maître (Diderot), Les Héroïdes (Ovide) et Regrets (Du Bellay).
Ils sont déjà nettement plus facile à lire (peut-être moins à comprendre) et plus rapide.

Il est sûr que si vous n'êtes pas motivé(e)s pour les Lettres, vous allez galérer. Même quand on est passionnés, que les cours sont vraiment supers, certains ont déjà du mal à suivre alors si ça ne vous intéresse pas, n'insistez pas.

_________________
Ghost Love Score

"I've never met anyone who wasn't important"


http://nsa19.casimages.com/img/2010/09/12/100912010733220018.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
VioletBottle MessagePosté le: Mar 04 Fév 2014 17:21   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 08 Sep 2013
Messages: 83
Localisation: Nord - Nord/Ouest, Captain!
Shadow's squill a écrit:
Il est sûr que si vous n'êtes pas motivé(e)s pour les Lettres, vous allez galérer. Même quand on est passionnés, que les cours sont vraiment supers, certains ont déjà du mal à suivre alors si ça ne vous intéresse pas, n'insistez pas.[/color]


Le problème, qui d'après quelques ouï-dire est récurrent, c'est qu'on se fait de la fac l'image de l'orientation par défaut si jamais les grandes écoles toutes réputées et toutes chères ferment leurs portes au candidat malheureux. Genre ce serait une option facile où se caser, histoire de faire quelque chose. Encore une fois, c'est éventuellement vrai en première année, mais plus après. Ne jamais oublier qu'on dit aussi des Facs que les effectifs se vident assez vite, et ça c'est pas une rumeur, c'est vrai. On est passé de 45 à 25 élèves en à peine un mois cette année, c'est vous dire Laughing
Globalement, il faut partir du principe que, oui vous n'aurez que 16/20 heures de cours environ en LM, ce qui est certes peu comparé au lycée, mais le temps dehors c'est le temps de lecture des œuvres plus la bibliographie documentaire fortement conseillée, le temps des dissertations, des préparations d'exposé, etc... En ça, je trouve la transition Lycée/Fac un peu violente, surtout avec la fausse joie de la première année.
Il y a aussi, en deuxième année, les matières un peu nouvelles comme la langue médiévale, rigolote au début, très vite pénalisante car assez technique. Si vous n'avez rien compris aux cours de Linguistique en première année, dommage, ça va juste vous servir un bon 70% du temps. Encore que je comprends mieux la Linguistique de l'an dernier avec l'exemple de l'Ancien Français cette année. Mais quand même. Ca c'est pour les points noirs. Après vous avez tout le côté agréable, en ce moment le fantastique c'est... Fantastique x') ("Bon, vous me lirez L'Introduction au genre fantastique de Todorov, pour la forme" HUUUUUUUUUH JOIE BONHEUR)
Sinon on fait, pour le fantastique, Sarrasine et Le Chef d'œuvre inconnu de Balzac et Les Contes Fantastiques d'Hoffman (joie et bonheur numéro 2). Au XIXème, on se base exclusivement sur Nerval (joie et bonheur numéro 3) avec Sylvie et Aurélia. En Latin Vie de Claude et Néron (je crois), et au Moyen Age on continue Erec et Enide de Chrétien de Troye, et accessoirement si on a le temps (et c'est mal parti x')), Le Bel Inconnu. Programme juste génial et pas bien difficile, même si j'aime pas Balzac, au moins on voit ce que je supporte de mieux chez lui, ses tentatives dans le registre fantastique Laughing

(Tiens, Jacques le Fataliste, j'avais vu ça en Première L. Avec le recul, c'était beaucoup trop tôt, résultat j'avais pas aimé et j'ai passé mon année à traiter Diderot de tous les noms d'oiseaux. Remarque, je lui laisserais bien une deuxième chance, je dois déjà le faire pour Gargantua, ce serait dommage de s'arrêter en si bon chemin).
_________________

« Plus personne ne pourra un jour dormir» Mondes Alternés, Saison 2 Final 3/3. Jeudi 25 Juin.


http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
benjisop MessagePosté le: Mar 04 Fév 2014 22:28   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 23 Juin 2006
Messages: 608
Localisation: Devant mon PC
Citation:
Globalement, il faut partir du principe que, oui vous n'aurez que 16/20 heures de cours environ en LM


Ah oui, globalement, parce qu'en info, je tourne à 40h de cours sur 4 jours (choix personnel, j'ai préféré avoir mon vendredi de libre pour un week end de 3 jours).
Bon l'avantage, c'est qu'en assistant à tous les cours t'as quasiment rien à faire chez toi. Mais sinon, oui le travail perso à la fac, c'est l'ESSENTIEL, tout comme l'est la présence et l'attention (surtout en amphi !)

De toute façon je pense que partout, si on est pas motivé et/ou passionné par ce qu'on fait comme parcours, on a forcément moins de chances de réussir

_________________

http://img109.imageshack.us/img109/3185/signature3xx6.png
http://imageshack.us/a/img28/46/knwq.pnghttp://imageshack.us/a/img163/1125/ksmc.pnghttp://imageshack.us/a/img89/4558/4saz.png
Spoiler

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
la reine du rire MessagePosté le: Dim 09 Fév 2014 21:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 09 Aoû 2010
Messages: 319
Localisation: 404 Not Found
Spoiler


Et sinon, j'ai eu mes partiels. Mais j'ai pas encore les notes précises ni la moyenne, ils nous font encore patienter o/
EDIT : J'ai eu mes notes hier, ils les ont enfin envoyées. 14,26 de moyenne, en sachant que mes deux pires notes sont deux 9 et que j'ai un 18 totalement inattendu. Et j'ai plus raté mes partiels terminaux que ce que je pensais. Mais globalement ça va, je suis plutôt contente de cette moyenne Smile

_________________
http://imageshack.us/a/img444/7664/chatrose3.png

Merci à Pyphilia, du site Eronia, pour l'avatar Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
Raiden MessagePosté le: Mer 12 Fév 2014 14:02   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 10 Fév 2013
Messages: 131
Localisation: Dans ma chemine, la tête qui dépasse
Sirix1995 a écrit:
[color=#C4D7ED]Avant tes résultats (sauf s'il sont vraiment mauvais), il faut que tu choisisse sur ce qui te plaît, sur ce que tu voudrait faire et ce que ta filière te permet de faire. Même si ce n'est pas une matière que tu fait, si tu aime ça et que tu as un bon niveau, c'est ça qu'il faut faire.


Cela dépends. À diplômes égaux, un employeur préférera embaucher quelqu'un qui a un bac S plutôt qu'un L. Après ceux qui n'aiment pas les préjugés, n'embauchent pas que des S même un les L ne sont pas meilleurs, ça existe, mais c'est très rare. À moins de passer un concours pour entrer dans la fonction publique, où on choisit ses options, et en réussissant on a un travail et une retraite assurés (même si ce ne sont pas du tout nos qualifications), ce qui permet de ne pas se soucier de la sécurité de l'emploi en ce qui nous concerne. Mais dans la fonction publique, la plupart des concours (ceux pour avoir un poste "sérieux", pas au niveau de la police municipale avec un SMIC) laissent le choix entre mathématiques/physique ou économie/droit, et ce quel que soit le poste à la clef. C'est sûr qu'après, on a un travail pas forcément bien fait, par une personne qui ne partira pas sans démissionner ni prendre sa retraite (ou se retrouver en impossibilité de travailler par décès ou paralysie par exemple), ça entretient une administration moins bien gérée et plus coûteuse. Mais ça c'est un autre débat.
_________________
Odd (à Ulrich): Fais pas cette tête, tu verra, ch'ui un garçon sympa, hyper cool et plus discret qu'une p'tite souris

Episode 0 partie 1
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Shaka MessagePosté le: Mer 12 Fév 2014 14:18   Sujet du message: Répondre en citant  
[Administrateur]


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 3913
Localisation: Sur une colline, près des étoiles
Raiden a écrit:
Cela dépends. À diplômes égaux, un employeur préférera embaucher quelqu'un qui a un bac S plutôt qu'un L.


Euh... Non...

...

Je ne vois franchement aucun contexte dans lequel un patron serait suffisamment demeuré pour, à diplôme égal, à expériences professionnelles égales, embauché prioritairement un S qu'un L.

L'intitulé du bac ne fera aucune différence dans 98% des cas. En premier lieu, les expériences professionnelles, même brèves, auront un impact bien plus prioritaire sur le diplôme qu'on a pu avoir. Un patron préférera de manière évidente un jeune travailleur, récemment bachelier qui a déjà une expérience dans le monde du travail qu'un matheux qui n'a jamais bougé son fion hors de l'école.

Dans l'hypothèse d'une totale égalité entre les CV, au niveau professionnel comme au niveau des études post-bac si elles existent, un employeur se basera sur l'entretien d'embauche dans lequel il a été confronté à son futur salarié potentiel.

L'entretien d'embauche n'est pas là pour évaluer le niveau d'étude, les connaissance ni pour vérifier que le bac S est "moins branlo", que le bac L. L'entretien d'embauche vise avant tout à cerner la personnalité du salarié et sa motivation.
On ne recrute pas un diplome imprimé sur un bout de papier. On recrute un être humain qu'on va peut etre devoir se farcir dans son entreprise pendant des dizaines d'année, qui va devoir s'intégrer dans une structure, peut-être dans des équipes déjà présente etc...
Chaque entreprise, dans l'entretien d'embauche, recherche dans ses candidats des critères qui sont propres au besoin de son entreprise et à l'esprit qu'il attend de son personnel.

Il faut arrêter la rêverie que trop de prof essaie de transmettre comme quoi c'est le diplôme qui fera l'avenir professionnel d'une personne. Ca joue, mais c'est loin d'être tout.


Alors avant qu'on vienne me sortir des tableaux statistiques d'insertion professionnel pour me prouver que les bacs S, à niveau d'étude égal, sont plus facilement embauché que les bacs L et qu'on me sorte un sophisme du genre "Les chiffres ne mentent pas, j'ai raison bla bla bla".

Evidemment, comme on l'a dit plus haut dans la conversation, la filière L, un peu plus orientée vers les choses de la pensée et un peu moins exigeante du point de vue scientifique, attire tous les cassos (autistes, dread-eux, et j'en passe). La filière S, quant à elle, pompe tous les fils de bonne famille, forcés par leur parent à faire la filière S pour le "prestige social" désuet qu'elle colporte.

Résultat, au niveau des chiffres d'embauche, évidemment, les S semblent mieux réussir et on peut rapidement interprété cela en disant "Les patrons préfèrent les bacs S". Cela n'a rien à voir. C'est juste qu'on se retrouve avec deux candidats qui ne sont pas égaux.

Même niveau d'étude, bacs différents, mais surtout, déli de faciès entre le dreadeux négligé qui se pointe à l'entretien et le bac S dans le beau costard payé par papa/maman.

J'use de stéréotype pour simplifier un peu, mais l'idée est là. Toujours est-il que ce n'est pas le diplôme qui fera votre emploi, à part dans le cadre des concours de certaines professions...

... profession dont tout le monde parle parce qu'elles sont "connues" mais qui ne représente au final qu'une part infime de l'emploi au niveau national.
_________________
http://img.codelyoko.fr/upload/files/1197977355_142.png

Les fleurs naissent, puis se fânent. Les étoiles brillent puis s'éteignent. Ainsi, la galaxie et notre Univers tout entier seront, un jour, amenés à disparaître...
A côté, la vie d'un homme ne représente qu'un éphémère battement de cils... Durant ce temps, l'homme naît et grandit, il s'amuse et se bat, il aime et déteste, il est heureux, puis triste... Tout ça, en un très court instant...
Avant de tomber dans un éternel sommeil qu'est la Mort...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Kerian MessagePosté le: Mer 12 Fév 2014 15:54   Sujet du message: Répondre en citant  
Déchiqueteur de Fics


Inscrit le: 01 Aoû 2008
Messages: 1713
Je rejoins ce que dit Shaka et je vais même plus loin. Les filières dont il a fait mention ne sont qu'une partie des filières disponibles. En effet, il reste à côté des S, L et ES, les technologiques (STG, STI, STT si ça existe encore, pas sûr) et les professionnelles (BEP, CAP et Bac Pro).

Et ces dernières sont de plus en plus valorisées dans les entreprises. La raison ? L'orientation de l'enseignement. En effet, là où les filières générales apprennent des concept, de l'abstrait, des règles et des formules, en professionnel on vous apprend avant tout de la pratique. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de théorie bien au contraire, mais elle est directement mise en application. On ne vous fait pas apprendre des leçons par coeur en vous demandant de les réciter avec moults contrôles de définition... On vous apprend un fonctionnement et on vous demande de refaire pareil. On se fiche que vous l'ayez retenu. Pourquoi ? Parce que ce qui importe c'est que vous l'ayez compris, même si après vous avez besoin de vos notes et/ou de vos formules pour vous aider.

L'autre point important ce sont les stages. Comme l'a dit mon estimé collègue, si un employeur doit choisir entre deux CV, il va préférer celui où il y a de l'expérience professionnelle. Et les stages en font partie car vous êtes en situation réelle, vous devez travailler comme un employé, voire plus des fois vu que vous devez mériter votre bonne appréciation qui découle de la satisfaction qu'à le patron de votre travail.

Et un bon conseil, privilégiez l'alternance, quelque soit la formation, quelque soit le cursus. Cela vous aidera vraiment lorsque vous sortirez des études, car vous pourrez plus facilement vous faire remarquer, vous aurez des choses en plus par rapport aux autres, vous pourrez dès que possible commencer à construire votre réseau et ce ne sont que quelques raisons parmi pléthore.
_________________
http://img15.hostingpics.net/pics/475215newlook.png


"La sévérité prévient plus de fautes qu'elle n'en réprime." - Napoléon Bonaparte

"L’élévation d’un homme au-dessus des autres ne se justifie que s’il apporte à la tâche commune l’impulsion et la garantie du caractère." - Charles de Gaulle
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Communauté -> Blabla de la communauté Page 270 sur 283
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 269, 270, 271 ... 281, 282, 283  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1244s (PHP: 42% - SQL: 58%) - Requêtes SQL effectuées : 21