CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
[Galerie] Trucs, bidules, choses Made...
Code Lyoko Projet Saison 5
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Votre forme maléfique de Jérémie préf...
[Fanfic] Replika on the Web
Le Point : Quand le dessin animé vire...
[Fanfic] Le risque d'être soi
Parodie Audio - Code Lyok Ouille
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] L'Échiquier [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 13 sur 20

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 12, 13, 14 ... 18, 19, 20  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Icer MessagePosté le: Mar 08 Déc 2015 07:26   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler



http://i.imgur.com/3f9m1qO.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 19 novembre 2007, Résidence des Forestier, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Blanc était de retour dans sa nouvelle base. Il avait emprunté le téléporteur pour le retour également. Mais, tandis qu'il se dirigeait pour la première fois depuis les événements récents vers le pupitre de contrôle, une autre personne apparût dans le grenier par le même accès. Une grande jeune fille blonde, dont les vêtements trahissaient une origine sociale fort modeste. Mais le garçon ne fit pas attention à elle dans un premier temps, constatant les événements qui se déroulaient sur l'Eire.
- Viens voir dans quel bourbier tu t'es embarquée, fit-il soudain à la blonde qui s'approcha des écrans.
Les deux personnes restèrent un moment silencieux, à observer. Et puis, le scanner se mit à chauffer, recrachant Aelita. Cette dernière s'immobilisa en apercevant les irlandais. Mais aucun d'eux ne se montra menaçant, attendant simplement ses explications.
- Euh... Salut, fit la française, gênée. Vous vous posez sans doute des questions mais laissez-moi préciser que je ne suis pas une ennemie.
Elle fit alors plus attention au garçon.
- Je dirais que tu es Senja mais... tu es différent...
- C'est pourtant bien moi. Les choses ont un peu changé.
- J'ai... j'ai vu les tombes dans le jardin...
- Oui. On a eu un imprévu.
- Attendez, juste... Puis-je dire un mot à Puck ?
D'un geste, Senja l'invita à se diriger vers le pupitre.
- Puck ? J'ai retrouvé Senja.
Elle fit volte-face.
- Voilà, juste ça... Vous avez laissé un gardien virtuel très inquiet.
- Il est virtuel justement Aelita... Stones ? Je suis moins pointilleux que Joséphine. Pour autant je te remercie de les avoir aidé car nous ne sommes plus capables de les reprogrammer et ils peuvent nous être utiles.
La jeune fille rose était perplexe.
- Pourquoi avoir buté sur mon nom ?
- Oh, il me fait bizarre, il me rappelle le groupe. Bon, assied-toi et explique-nous ce que tu fais ici.
La jeune fille s'enfonça dans un des canapés tandis que les irlandais restaient debout, se tournant simplement.
- J'ai quitté la France parce que j'étais en désaccord avec la politique du groupe, qui ne donnait plus la priorité à William Dunbar. Alors j'ai voulu aller le chercher mais j'ai bien vu les choses étranges qui se passaient en Islande et j'ai finalement réalisé que mon entreprise était trop dangereuse seule. En désespoir de cause, je suis venu ici pour tenter d'avoir de l'aide. Si j'en crois les événements de Lyoko – J'ai vraiment bien fait de prendre mon ordinateur – vous avez compris la menace que représentait X.A.N.A et vous étiez prêt à vous allier.
- Peut-être. C'était une initiative spontanée de Joséphine et je n'ai pas vraiment eu le temps d'en parler avec elle...
- Mais qu'est-ce qui s'est passé exactement ?

http://i.imgur.com/TkVAHEL.gif


- Alors c'est de notre faute tout ça... réalisa Aelita, en référence au retour dans le temps qui avait tout bouleversé.
- Ce n'est pas aussi simple. C'est nous qui, sans vous demander votre avis, nous sommes enregistrés. Mais qu'importe. Trouver un fautif ne change rien, et surtout, ne garanti pas notre avenir.
Senja désigna la blonde qui était avec lui et qui, si elle restait relativement souriante, n'avait pas dit un mot.
- Je te présente l'avenir. Huguette est censée remplacer Joséphine le plus vite possible.
- Tu comptes donc recruter pour reprendre la lutte.
- Oui. Et toi, que vas-tu faire ?
- Est-ce que vous pouvez m'aider pour William ?
- Logiquement, il est coincé sur Lyoko. Senja Noir le sait et va chercher à le dévirtualiser pour l'éliminer physiquement et priver X.A.N.A d'une arme. Il a beau voulu me le faire croire, je ne pense pas qu'il ait réussi à éliminer ce truc si facilement. Et dans tous les cas, tu ne peux pas sauver William sans éliminer le programme qui se terre en Islande. Je ne peux que lui accorder l'asile de l'Eire en cas de besoin, d'ici à ce qu'on la situation islandaise soit... pacifiée.
- Je comprend... J'aimerai rester avec vous.
- C'est possible, nous avons de la place.
- Non, je veux dire... sur l'Eire. J'ai été pendant plusieurs mois la gardienne de Lyoko, et sur ce monde virtuel, avec Puck, je me sens bien. Ce sera ma façon de vous aider en échange de votre collaboration sur William.
Senja Blanc n'y vit aucune objection.
- Ok. Bon. Nous te préviendrons si nous avons du nouveau sur William. En échange, fais de même si quelque chose menace l'Eire. Dans l'immédiat, je dois faire visiter les lieux à Huguette, viens donc avec nous puisque tu ne peux pas te revirtualiser tout de suite, cela pourra te servir.
- C'est bien compris.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDublin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja se dépêcha de rentrer chez lui. Cela faisait un long moment, sa vieille tante allait finir par s’inquiéter. Il fallait faire acte de présence le temps de trouver une solution pour ce problème, car ce paramètre était un handicap. Si ses parents finissaient par décider de le ramener en France, c'était la catastrophe.
Il allait utiliser le double des clefs qu'il possédait lorsqu'il eut un déclic. Il y avait un moyen fort simple de régler ce problème. Souriant, il ouvrit la porte avec une conviction nouvelle.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMardi 20 novembre 2007, Lycée français d'Irlande, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja n'avait pas réussi à se lever assez tôt pour assister au cours d'histoire. Il faut dire que les événements de la veille avaient retardé son heure de coucher. Il avait donc commencé sa journée par les mathématiques. Mais l'adolescent n'était sûrement pas venu pour écouter le cours de Mme Kingsley, mais plutôt pour observer qui, dans sa classe, pouvait éventuellement faire l'affaire. Il décida de se focaliser sur la liste d'appel.
- Mathilde ?
- Présente.
Mathilde... Senja avait oublié son nom de famille. La bouclée sympathique se prétendait bonne en sport. Mais à chaque fois que les lycéens avaient joué au foot, elle était restée sur le banc. Il ne la sentait pas du coup.
- Yann ?
- Présente madame.
Yann Beckett. Un garçon sympa, athlétique... mais détestant la glace. Senja avait des principes. Ce n'était pas possible.
- Guillaume ?
- Toujours malade, annonça Senja.
Il devenait d'ailleurs urgent qu'Huguette s'occupe de mettre en place sa réplique.
- Ambre ?
- Je suis là.
Ambre Delmas. Senja ne l'aimait pas vraiment. La meuf se tapait un délire schizophrène avec son Ombre. Il faudrait lui présenter Senja Noir. En attendant, impossible d'envisager compter sur elle.
- Adèle ?
- Présente.
Adèle Desanges. Trop jeune, celle-ci ayant sauté deux classes.
- Lénaelle ?
- Oui !!
Lénaelle Diganne était un choix intéressant. Mais son intérêt un peu trop fort pour les garçons pouvait poser problème à terme. Elle n'avait pas lâché Guillaume jusqu'à ce que celui-ci soit en couple.
- Sophie ?
- Présente.
Sophie Dubois... Senja la connaissait à peine. Elle passait plus de temps à rédiger son journal intime qu'à parler aux gens de la classe, pour ce qu'il en savait.
- Mélanie ?
- Hum.
Mélanie Duchesne était ce que Senja aimait qualifier de pute. Cette fille profitait un physique potable pour jouer avec les sentiments des garçons qui tombaient sous sa coupe. Lua avait perdu une semaine à expliquer à Guillaume pourquoi ce serait une mauvaise idée d'essayer de sortir avec. C'était avant Clémence, bien entendu. En tout cas, Mélanie était sûrement la dernière personne de la classe à qui Senja ferait appel.
- Lucie n'est toujours pas revenue non plus... Olivia, des nouvelles ?
- Elle a encore trop peur. Je vous tiendrai au courant.
L'échange faisait référence à une élève de la classe actuellement absente, Lucie Forissier. Celle-ci était devenue une célébrité locale par la curieuse histoire qui lui était arrivée lors des vacances de la Toussaint. La lycéenne, qui empruntait le TGV sur le trajet Paris-Avignon pour rendre visite à sa famille, avait eu la malchance de retrouver sur le siège à coté d'elle l'un de ses ex du collège. Avec ses faux airs de jeune fille pure qui lui donnaient un coté aguicheuse certain, celle-ci s'était faîte violer par le garçon suite à un malentendu sur la nature de leur relation, lorsqu'ils s'étaient revus plus tard dans leur ville natale. Depuis, elle n'était pas revenue en cours. Senja l'élimina logiquement de la liste, elle n'était pas en état.
- Léopold ?
L'intéressé leva la main simplement. Le Couls avait déjà abordé Senja en le pensant homosexuel. Ça ne pourrait pas marcher si le garçon était amoureux de Lua.
- Aurore ?
- Oui.
Aurore Lu était d'origine asiatique. Mais Senja la trouvait trop cassante.
- J'ai vu Senja... Frédérique ?
- Présent m'dame.
Frédérique Meuringue, c'était le cliché du geek. Passionné notamment de vieux ordinateurs mac, il aurait été le plan B idéal si Senja n'avait pas eu Huguette. C'était un intellectuel, pas un combattant.
- Victoria ?
- O...oui.
Victoria Morignol était sympathique mais semblait sérieusement paumée. Senja se disait souvent qu'elle serait capable d'oublier le nom de ses propres parents.
- Clémence.
- Présente.
Les yeux de Senja se posèrent évidemment sur sa camarade, qui semblait soudain très concentrée dans sa discussion avec sa voisine. La rousse lui avait dit par texto qu'elle n'accepterai pas de lui parler tant qu'il aurait l'idée en tête de venger ses amis, car elle était persuadée qu'il allait mourir comme eux et donc utilisait sa camaraderie comme moyen de pression. Il allait donc falloir faire sans.
- Andrew ?
- Ouais.
Andrew Schwaitzer-Heath était un mec au look de mort vivant. Il inspirait tout sauf confiance en Senja. Au suivant donc.
- Sylith ?
- Là.
Sylith Senjak, au premier rang, avait répondu au quart de tour. Une miss-première-de-la-classe. Brèle sportive, en plus elle boitait. Inutile d'y songer.
- Olivia, vue...
Olivia Thivier, l'amie de Lucie Forissier, était aussi une fille qui parlait très peu d'elle. Senja la connaissait trop mal. Pas un must.
- … Naxxya ?
- Présente.
Naxxya Warven, la grande perche aux cheveux bleus (Bon point la couleur). Mais la cicatrice à l’œil lui donnait l'air d'un voyou. Senja misait sur l'appartenance à un gang. Y avait mieux sur un CV.
- Chris ?
- Là.
Chris White. Senja le connaissait un peu. Il était cool, bien que pas très extraverti. Son physique balèze lui était profitable pendant les heures de sport, il faisait partie de l'élite de la classe à ce niveau là avec Senja et Yann. Pourtant, cela ne se voyait pas car son passe temps favori était les gribouillis. Il faudrait qu'il y réfléchisse plus longuement mais à première vue ce type constituait le plus judicieux choix de sa promotion. Comme quoi, le meilleur pour la fin...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier, fin d'après-midi

- Elle est en retard... ça commence bien, fit Senja Blanc à Huguette.
- Elle s'est peut-être perdue ? suggéra la blonde, habillée plus coquettement que la veille.
- Hum... Bon. Sinon j'ai réfléchi et je pense recruter un type de ma classe. Il a un potentiel intéressant à première vue.
- D'accord. Je te fais confiance de toute façon. J'ai appris à maîtriser un peu mieux l'interface aujourd'hui.
- Et Aelita ?
- Toujours sur l'Eire, avec Puck. On a discuté un peu entre filles mais sinon rien de nouveau.
- Penses-tu que l'on peut lui faire confiance ?
La blonde était surprise. Elle venait d'arriver, elle ne devrait pas avoir droit au chapitre sur le sujet.
- Tu la connais mieux que moi... Je la crois sincère mais je sais que c'est plus compliqué que ça. Tu ne t'es pas dit qu'elle était peut-être en service commandé pour les français ? Si elle gagne la confiance de ce Puck, c'est terminé pour l'Eire.
- Tu as raison. Soyons vigilant.
Senja fit un signe de tête pour qu'Huguette fasse coulisser le siège vers les écrans qui retransmettaient les images des caméras de surveillance de l'extérieur. Une jeune fille aux cheveux roux avec un chapeau de Cow-boy patientait désormais devant le portail.
- Heureusement que l'anglais est ta langue maternelle, glissa-t-il à la jeune fille.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 21 novembre 2007, Lycée français d'Irlande, au matin


http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMonsieur Rosier fit entrer la classe de Senja en cours d'anglais. L'adolescent s'était décidé à aborder Chris White dès que possible aujourd'hui. Il zieuta la salle. Il n'était pas encore arrivé. Étrange. Ce n'était pas le genre de Chris d'être en retard. Lua priait pour qu'il n'y ait pas de contre-temps de ce genre, il perdait déjà suffisamment de temps à aller encore au lycée. juste pour parler à quelqu'un.
Le guerrier de l'Eire pris son mal en patience pendant toute la journée de cours, mais sa cible ne vint jamais.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngJeudi 22 novembre 2007, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMonsieur Spencer, leur mystérieux professeur d'S.E.S, fit entrer la classe de Senja. À nouveau, Chris White était absent. Celui qui souhaitait lui parler se mit à craindre le pire. Senja Noir ? Non...
Il décida quand même de ne plus subir patiemment les événements et d'agir, lors de la pause déjeuner. Saisissant son portable, il appela la résidence des Forestier. Huguette décrocha.
- Je vais avoir besoin de tes compétences.
- C'est déjà le cas non ? répondit malicieusement la blonde.
- Celles de ton ancienne vie.
- Ah.

http://i.imgur.com/TkVAHEL.gif


Senja Blanc était sur un banc de la cour de récréation, attendant patiemment un nouveau coup de fil. Son portable vibra enfin.
- Alors ?
- Tu ne vas pas le croire. Selon l'administration, Chris White a quitté l'école hier.
- Quoi !?
- Et bien, si j'en juge par les documents que j'ai dérobé, il aurait été contacté par une école en Suisse et aurait décroché une bourse pour ses qualités sportives
Heureusement, Senja était déjà assis. Quel manque de chance incroyable ! Au moins, le Noir n'y était pour rien. Mais cette nouvelle était quand même assez démoralisante...
- Salut.
Le garçon releva la tête. Si la voix n'avait pas été féminine, il aurait misé sur une nouvelle tentative de drague de Léopold. Mais il s'agissait d'une jeune fille noire aux cheveux mi-long qu'il ne connaissait pas.
- Excuse-moi de te déranger mais tu n'aurais pas des nouvelles d'Alba ?
Senja Blanc dut contenir son étonnement.
- Tu es...
- Lucie Estela, une de ses camarades de L.
- Oui. Mais inquiète ?
- Je l'aime bien, donc...
- Tu aimes bien Alba !?
- Ben oui, c'est si étonnant ?
Oh que oui. Quand la jeune fille avait rejoint la bande, elle était toute seule. Il faut dire qu'Alba ne correspondait ni aux critères acceptables de beauté des garçons, ni aux critères viables de la mode pour les filles. Résultat, aucune des factions n'avait besoin de s’intéresser à elle.
- Alors... ? insista Lucie tandis que Senja restait dans ses pensées. Tu sais ce qu'elle a ?
- Euh... oui. C'est un peu compliqué. Je veux bien t'expliquer mais pas ici. Je te donne rendez-vous à l'entrée de la cantine à la fin des cours. À quelle heure termines-tu ?
- Seize heures trente.
- Je me débrouillerai pour terminer le devoir surveillé (que je n'ai pas révisé) dans ces eaux là.

http://i.imgur.com/TkVAHEL.gif


Lucie disparut dans le téléporteur, direction la base. Senja n'avait plus qu'à suivre. Il jeta un dernier regard derrière lui, dernier regard qui n'était pas très représentatif du lycée puisqu'il se trouvait dans l'un des sous-sol de la cantine. Mais quand même. Puisque Chris White ne viendrait plus, il n'avait plus aucune raison de venir ici.
- Monsieur Lua, qu'est-ce que vous faîtes ici ?
Le sang de Senja se glaça. Mais en se retournant, il constata qu'il s'agissait de Senja Noir, habillé d'une chemise bleu nuit.
- … Et ça t'amuse ?
- Et toi ? Tu crois peut-être que je ne remarque pas ce que tu es en train de faire ?
- Tu veux dire, t'arrêter ?
- Recruter ces filles...
- Ce n'est pas de ma faute si les garçons qui m’intéressent sont soit partis, soit amoureux de moi.
- Ne fais pas l'idiot, tu as très bien compris ce que je voulais dire.
- Je me fiche de ton avis. Tu ne fais plus partie de moi.
- Bien... Je m'occuperai de toi plus tard, quand tu viendras te casser les dents sur l’Échiquier. On a autre chose de prévu dans l'immédiat.
Senja Noir disparût soudain par détranslation, tandis que Lucie revenait par le téléporteur.
- Bah alors... ?
- Désolé. Allons-y.
Cette fois, Senja Blanc quitta le lycée français pour de bon, laissant définitivement Clémence derrière lui.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, Monde des Humains, fin d'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUn petit homme en costume se dirigeait vers le centre de l'arène. Une fois à l'endroit adéquat, le sol se mit à s'enfoncer, le faisant disparaître. Lorsque celui-ci arriva dans la première pièce souterraine, il sentit une présence derrière lui.

- Darkness...
Quatre cercles apparurent autour de l'homme aux lunettes carrés, générant des nuages d'ombre. Ceux-ci se jetèrent sur celui qui se trouvait au centre et tentèrent de le transpercer. Sans effet, il avait la peau dure. Mais l'attaque l'avait retardé. L'obscur agresseur avait déjà filé en direction du portail.

http://i.imgur.com/TkVAHEL.gif


Senja noir fini par arriver devant l'arche lumineuse.
- Eisen. Où est Deva ?
L'homme à la peau grise redressa ses lunettes.
- Elle est entrée. X.A.N.A s'est infiltré, elle voulait régler ça de suite.
- Ah, voilà qui... Déjà ?
Une femme noire venait de sortir du portail. Deva.
- Parle pour vous. Cela fait une éternité que je lutte contre lui là-bas. Mais en tout cas le problème est réglé.
- Raconte-moi ça...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire, dans la soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa forêt avait retrouvée ses couleurs verdoyantes. Aelita Stones était en train d'apprendre à Puck comment méditer, au milieu de la clairière des Sidhes, lorsque le grand chef vint les trouver.
- Nous avons de la visite, commenta l'Aes. Quelqu'un qui prétend vous connaître.
Les deux elfes relevèrent la tête. L'ange rose paniqua : Un homme en noir se trouvait à ses cotés.
- Aelita, fit l'homme.
Elle reconnut cette voix. C'était Jérémie qui parlait à travers cette chose.
- Qu'est-ce que ça veut dire ?
- C'est un programme que j'avais conçu à l'époque pour combattre X.A.N.A. Je l'utilise pour te parler. Tu peux pas savoir la galère que ça a été pour dénicher un ordinateur ici.
- Ah.
- Je peux savoir ce que tu fais là ? On t'a cherchée partout, on pensait que X.A.N.A s'en était pris à toi...
- On en a déjà parlé. J'étais en désaccord avec la politique du groupe, sachant que c'est toi qui la fixe en tant que chef. Je cherche à libérer William par mes propres moyens.
- … C'est tout ? Tu nous as abandonné pour ça !?
- Je savais que tu ne comprendrais pas.
À travers l'homme, Belpois semblait sérieusement disjoncter. Le programme serra les dents et se jeta tout à coup sur Aelita. C'était du moins ce qu'il comptait faire mais Puck le brûla bien entendu avant ça.
- Aelita ?
- Tout va bien Huguette. Tu peux me trouver Senja ?

http://i.imgur.com/TkVAHEL.gif


- Jérémie avait trouvé le moyen de détecter les créatures se situant sur l'Eire. Et donc, il a su que j'étais ici.
- Ah, évidemment. Il a du faire une sacrée tête.
- Sans doute, mais je n'ai pas eu le plaisir de la voir. En tout cas, il faut qu'on change la signature virtuelle de l'Eire avant que tous les Lyoko-guerriers ne cherchent à me capturer.
- Huguette n'est pas encore à ce niveau là mais... à nous trois, on devrait pouvoir faire quelque chose de potable.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 23 novembre 2007, Monde virtuel inconnu, Monde de Faméliques, salle Bleck, dans la soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa pièce, entièrement noire, était parcourue d’espèces de surplomb composés uniquement de quadrillages blancs-gris. Sur deux d'entre-eux se trouvaient Senja Noir et la femme en robe blanche, et ceux-ci avaient la particularité d'être en deux dimensions.
- Deva, annonça Senja Noir. J'ai testé, tout est prêt du coté de Préta.
- Nous allons pouvoir lancer notre première attaque, fit Deva, la femme. Une préférence ?
- Hum... Voyons... Quel pays concentre le plus gros ramassis de connards au kilomètre carré... ?
- La France ? suggéra Deva.
- Presque. Eux ce sont des bœufs intolérants et racistes. On s'en occupera plus tard. Non, je dirais plutôt, les États-Unis...
- Comme tu veux.

http://i.imgur.com/TkVAHEL.gif


Dans ce monde en deux dimensions composé d'ombres se trouvait un haut rectangle noir planté dans le sol. En fait, il était possible de distinguer du noir sur du noir parce que les contours de tous les objets étaient blancs. Ce rectangle se situait tout à l'Est, à l'une des extrémités de la longue plate-forme. Soudain, il devint gris et se mit à clignoter périodiquement...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngQuelque part au fond du réseau Calédonien

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa reconnaissance de sa Manta était venue confirmer ce qu'il avait ressenti. X.A.N.A... Il avait disparût. Enfin. Sa fille et ses amis avaient-ils réussis ? Dans tous les cas, il avait compris que Lyoko n'était pas encore tiré d'affaire. Et vu que seul le programme multi-agent qu'il avait crée de sa main pouvait en savoir autant sur lui...
La sphère blanche se mit en mouvement. Il était temps de rentrer à la maison.


À suivre : En Bushure


Dernière édition par Icer le Mar 12 Sep 2017 19:22; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Dim 27 Déc 2015 16:27   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Spoiler



http://i.imgur.com/xjTk0fv.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 23 novembre 2007, Océan atlantique, dans l'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSix drones volaient à grande vitesse vers l'Ouest, en ligne droite, rasant les flots. Soudain, les engins numéro 6, 7 et 46 dévièrent légèrement leur route vers le Sud pour se séparer progressivement des numéro 11, 9 et 1.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPeterson Air Force Base, État du Colorado, États-Unis, vers midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'état de crise commençait à s'installer dans le siège du NORAD. Le personnel commençait déjà à parler de 9/11 bis. Le Commandant en chef Renuart se trouvait déjà en salle des opérations, avec à ses cotés le Général Cotton et la plupart des cadres du NORAD et du NORTHCOM.
- Les engins viennent de se séparer, annonça un militaire.
- On peut au moins connaître leur cible ? demanda Cotton.
- Le premier groupe se dirige toujours vers New York, mais le second vient de dévier vers le Sud...
- Washington, devina Renuart.
- C'est terroriste monsieur, les cibles sont similaires au 11 septembre ! osa un autre soldat.
- Mais bon sang, c'est quoi ?
- J'ai envoyé deux escadrilles à leur rencontre, on va vite le savoir, assura Cotton.
- Monsieur, les deux escadrilles viennent de se faire abattre, informa un cadre qui relevait la tête de son écran d'ordinateur.
- Merde. Je dois parler au Président, déclara le Commandant en chef.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉcole élémentaire Emma E. Booker, État de Floride

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe chef de cabinet de la maison blanche s'avança vers le Président qui était en train d'assister à un cours de mathématiques et s'approcha de son oreille.
- Monsieur le Président, nous avons un problème, souffla Bolten. Le Commandant du NORAD est en ligne.
- Again !? ne put s'empêcher de s'exclamer Deubeuliou. Je vais finir par arrêter de venir dans cet État.
- N'oubliez pas que c'est parce que Jeb a truqué les votes que vous avez remporté la Floride en 2000, et donc l’élection.
- Bon, passez-moi Renuart.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSelf de Kadic, France, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Lyoko-guerriers étaient au self, toujours en deux groupes séparés, sauf Yumi qui était rentrée chez elle. Durant cette semaine, les nouvelles recrues avaient pu retourner s'entraîner deux fois sur Lyoko, cette fois sans incidents majeurs, tandis qu'Hervé, après avoir terminé d'apprendre les bases, avait paramétré la détection de tour activée de façon plus large que pour X.A.N.A ou les irlandais, vu que les types qui avaient attaqués la dernière fois n'appartenaient vraisemblablement ni à l'un ni à l'autre. Sûrement le « nouveau programme destructeur » mentionné par Jérémie sur son lit d’hôpital. Et quand on parle du loup, on en voit...
- Dîtes, souffla Hervé aux Lyoko-guerriers originels. Y a une tour activée sur le monde de X.A.N.A, mais pas par lui.
- Bon. Alors c'est le moment de vérifier si Jérémie a eu raison d'avoir peur, fit Ulrich, déterminé.
- Quoi, on retourne à l'Usine ? questionna Odd. T'es fou, en plus on est au self, on va se faire suivre, c'est sûr.
- Vous avez tous les deux raisons, nota Hervé. On peut pas se priver de votre expérience lors d'un saut dans l'inconnu. Mais le problème reste de ne pas se faire repérer par la bande de connards.
Comme lundi, Pichon avait manqué de se faire agresser deux fois supplémentaires cette semaine. Par sa ruse, il avait envoyé Julien autant de fois à l'infirmerie. L'asiatique, un pansement sur le nez, les observait comme à son habitude, mangeant dans un coin avec Jolivet.
- Il nous faut une diversion, fit Stern.
- D'accord. On prend le risque.
Odd fit un signe de tête à la réplique de William qui débarrassa son plateau et quitta le préfabriqué.
- Et les autres ? interrogea Stern.
- Faîtes-les sortir avant, conseilla Hervé.
Suite à la lecture d'un SMS de la japonaise, Christophe, Gladys, Melody et Zoé quittèrent à leur tour le réfectoire. Deux minutes plus tard, l'alarme incendie retentissait grâce à William 2, contraignant les élèves restant à se réunir à l'extérieur.
- On dégage, souffla Della Robbia.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

- T'as vérifié que personne ne nous avait suivi ? demanda Christophe à Hervé dès que le second groupe avait rejoint le premier, en plus de Yumi qui avait réussi à filer de chez elle.
- J'vais faire ça là. On doit hélas parer au plus urgent.
- Mais merde Hervé, qui te dit qu'il s'agit d'une attaque ? questionna Stern.
- On dit souvent que c'est le calme avant la tempête. Et là on vient de vivre une période un peu trop calme.
- Bah, Hervé est juste encore puceau, railla Odd. Il a besoin de sa première fois. Sa première attaque, son premier retour vers le passé...
- Très drôle Della Robbia. Je...
Un portable sonna, interrompant la nouvelle tête pensante du groupe. Celui de Gladys.
- Merde. Mon frère.
- Quoi ? questionna Yumi.
- On est vendredi soir. Et encore on a de la chance là, il peut venir me chercher, sinon il aurait fallu Christophe. Je ne peux pas vous aider.
Avant que la japonaise n'ait pu réagir, Hervé intervint :
- Fais-le poireauter. Tu ne vas pas aller te battre, mais puisque Yumi est là, je veux en profiter.
- Quel est ton plan ? demanda Ulrich.
- Je sais jumeler une tour mais j'y arrive pas avec eux. Donc vous allez devoir emprunter le Skid. Son nombre de place est limité, mais surtout, comme vous avez eu la bonne idée de recruter des filles, on va lancer un similitransfert de code séquence ADN pour que Yumi file la possibilité de désactiver les tours à toutes. Les quatre garçons vont donc faire le ménage, puis je rapatrie le sous-marin à distance et je vous envoie trois filles parées à désactiver la tour. Ça vous va comme ça ?
Le plan semblait excellent. Gladys n'avait d'ailleurs qu'à passer la première étape pour vite repartir ensuite.
- Bien, assez perdu de temps. Descendez, ordonna Hervé.
- C'est gentil, répondit Odd.
- De ?
- De voir que contrairement à Jérémie, tu ne nous casse pas les couilles sur le fait qu'il s'agit du Skid n°3.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau européen

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe groupe de mâles, qui était conduit par Ulrich, arrivait en vue du sas du monde virtuel de X.A.N.A qui ne lui appartenait plus. Il n'y avait même plus de code exigé pour entrer. Le second changement se trouvait être qu'une fois introduit à l'intérieur du tube, celui-ci demeurait au moment de quitter la mer numérique, contraignant le vaisseau à le suivre à la verticale jusqu'à une grande infrastructure qui semblait être au centre de ce monde plongé dans une nuit étoilée. Le tube débouchait sur un sas suffisamment grand pour que le Skid puisse s'y entreposer. La paroi de celui-ci n'étant plus transparente, les Lyoko-guerriers ne pouvaient pas deviner ce qui se trouvait de l'autre coté. En revanche, Odd vit qu'il y avait une porte, devant laquelle se trouvait un écran.
- Bon ben, débarquons, fit Ulrich.
Les quatre garçons apparurent alors sur le sol en damier blanc et noir – tandis qu'Hervé faisait prendre le chemin inverse au vaisseau virtuel – et se dirigèrent vers l'écran mural, éteint. Jusqu'à ce que...
- Bienvenue sur l’Échiquier, fit une voix féminine. Démarrez nouvelle partie. Votre adversaire du jour est... Préta. Monde des Faméliques. Premier chemin sur votre gauche.
La télévision murale fit apparaître un plan des lieux, qui se trouvait être un flocon à six branches, tandis qu'un tracé indiquait le chemin jusqu'à la branche correspondante. Puis l'écran s’éteignit et les sortes de câbles qui le soutenait se relevèrent, permettant aux adolescents de franchir la porte, qui donnait sur un dôme plus grand, qui contenait six chemins comme indiqué, mais aucune présence hostile.
- Qu'est-ce qu'on fait ? On suit les indication pour le chemin ? questionna le jedi.
- Hum, réagit Ulrich en regardant le même sol en damier. Ils n'ont pas l'air de mentir, c'est une sorte de jeu. De toute façon, on peut pas explorer les six.
- Mon radar me confirme de toute façon que la tour est bien activée du coté indiqué, informa la régie.
- Très bien.
Les garçons se regroupèrent donc sur le « premier chemin sur leur gauche ». Un espèce de rideau laser bleu délimitait le passage entre le dôme et l'extérieur. Extérieur qui se trouvait être une nuit noire, et un long chemin droit jusqu'à un autre dôme plus petit. Une planète ressemblant à Uranus était visible en gros dans le ciel.
- Je suppose qu'il faut se rendre de l'autre coté, fit la réplique de William.
- Je sens une présence ennemie, alerta Christophe, guidé par la Force.
- Ok, je vais envoyer un clone en éclaireur, fit le brun en se divisant en trois. Toi, vas-y, ajouta-t-il en en désignant un.
- Supersprint !
Le clone franchit le rideau laser, courant sur la plate-forme. Il esquiva des tirs laser, en provenance d'une sorte de drone volant de forme ronde qui surgissait du coté des Lyoko-guerriers. La copie fini par se faire abattre.
- Il n'était pas à son maximum, commenta Odd.
- Visiblement, le rideau empêche de le sentir mais il y a un fort vent qui souffle contre nous, informa Stern. C'est pour ça qu'il a été ralenti.
- De toute façon faut détruire ce truc, parce que les filles arrivent derrière, rappela l'ivoirien.
- Ça m'étonnerait que mes flèches soient utiles contre une machine comme ça, informa poliment le blond.
Tandis que les garçons discutaient, la réplique de William franchi le rideau et envoya une salve d'énergie qui, malgré la distance, fit mouche et sembla détruire l'engin qui disparut. Cependant, quelques secondes plus tard, un autre apparut près du petit dôme et se mit à foncer sur la réplique qui se dépêcha de traverser la barrière laser dans l'autre sens. La machine cessa alors de le suivre, s'envolant plus haut.
- Ok. Alors on fonce et la réplique les abat au fur et à mesure.
- Aucun problème si les machines sont programmées pour ré-apparaître au même endroit à chaque fois, informa William 2.
Les Lyoko-guerriers appliquèrent le plan prévu. Les salves de la réplique abattirent l'engin par derrière puis s'occupaient du suivant qui apparaissait juste après. Le trajet fut compliqué à cause des rafales de vent, mais tout le monde fini par arriver au second rideau bleu sans dommage. Un cercle bleu et gris avec un léger halo faisait tâche sur le sol noir et blanc.
- William, reste ici pour aider les filles à passer, ordonna Christophe.
- Et nous, on y va, informa Ulrich en donnant un coup de coude au félin, l'invitant à se diriger en premier vers le téléporteur.
Le blond s'avança et disparût dans un léger flash bleu.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau Européen

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa sphère de lumière était arrivée devant le sas de Lyoko. Enfin. Mais, au même moment, elle sentit à son tour le nouveau danger. Elle fit alors demi-tour, ne pouvant laisser les Lyoko-guerriers face à ça sans les aider.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, France

Press Enter to start the game


- Hum ?
Pichon venait de saluer Gladys qui repartait. Il se rapprocha de l'écran où une nouvelle fenêtre venait d'apparaître. Une sorte de jeu.
- Alors Hervé, il est en vie ? demanda Ulrich.
- Euh... On dirait mais... Attendez, ne le suivez pas.
- Pourquoi ?
- Parce qu'apparemment, c'est à moi de « jouer » avec lui.
- Cool.
Pichon appuya sur la touche. Il se retrouva avec un Odd en deux dimensions sur un jeu de plate-forme entièrement composé de formes noires délimitées par des contours blancs. À peine avait-il commencé à appuyer sur la flèche de droite pour faire avancer le félin que le personnage s'immobilisa, le temps d'une cinématique où quelqu'un le rejoignait. Il s'agissait d'une créature un peu plus grande qu'Odd, un elfe jaune et violet. Son visage était peint à moitié en noir et à moitié en blanc, mais comme des yeux y étaient représentés (Certes, pas de la même couleur : Noir pour le coté blanc et jaune pour le coté noir), vu les graphismes du jeu, il n'était pas possible de dire s'il s'agissait d'un masque ou réellement de son visage.
- Bonjour, je m’appelle Jester, fit l'inconnu. J'ai besoin que vous m'escortiez jusqu'à la tour activée, je pourrais alors la désactiver.
Odd fit alors la seule chose qu'il pouvait encore faire librement : Parler.
- Tu sais te battre ?
- Je suis magicien mais les créatures d'ici sont assez balèzes, je ne pense pas être d'une grande aide.
- Bon, c'est mieux que rien.

Une boule d'énergie obscure surgit alors de la droite de l'écran. Jester l'esquiva en bondissant mais Della Robbia l'encaissa de plein fouet et disparût.
- Mais, peut-être suis-je quand même meilleur que vous...

Try again


- Merde, je manque de réflexes, fit Hervé. Il me faut un autre Lyoko-guerrier.
- Ok j'y vais, fit Ulrich.
Odd lui surgissait de la trappe, visiblement énervé.
- File-moi ta place. Je vais t'apprendre à jouer aux jeux vidéos.
Pichon, après sa partie minable, ne discuta pas. Le blond pris place sur le siège.

Press Enter to start the game


La régie contrôlait désormais Ulrich. Jester était toujours là mais ne pouvait pas fuir davantage sur la gauche. Or un monstre humanoïde à poils gris avec un bandeau noir sur les yeux se rapprochait de lui. Stern apparût entre les deux.
- Wow, c'est quoi ce bordel ?
- T'inquiète, t'es entre de bonnes mains, répondit Odd.
Avant que l'agresseur ne calcule une réponse à adopter face à ce renfort, le samouraï l'avait troué après un Supersprint.
- Bien joué moi !
- Ta gueule, c'est moi qui fait tout.
- Merci, fit Jester. Continuons, nous ne sommes pas tout près.
Lorsqu'il n'y avait pas d'ennemis, le monde restait relativement simple à traverser. Certes, il était entièrement composé de formes ombragées, mais du moment qu'elles étaient solides... Et puis une sorte de piaf noir tomba du haut de l'écran et se mit à tirer des lasers bleus avec son gun. Ulrich bondit, tandis que Jester générait une boule d'énergie pour absorber les tirs. Le piaf se mit alors à dégager du feu de son corps et bondit comme une fusée flamboyante sur un Stern toujours en l'air. Celui-ci, n'imaginant pas bloquer une attaque pareille avec ses lames, se divisa en trois. Une des copies encaissa l'attaque mais les deux autres retombèrent sur le sol avant l'ennemi, l'attendant au tournant. Le piaf ne se défendit pas et se fit transpercer en chutant à son tour. Juste après que les deux Ulrich restants se soient rejoints, un boomerang arriva par la droite, mais la portée du lancer était telle qu'il ressorti de l'écran avant même d'atteindre le samouraï. Odd n'attendit pas et somma Stern de charger dans la direction du projectile. Il sauta par dessus ce qui s'apparentait à un trou, puis un escalier d'ombre se présenta au Lyoko-guerrier. Au sommet, un espèce de lutin noir aux yeux rouges sortit un arc et tira une flèche qui plongea vers Ulrich, en train de grimper. Della Robbia utilisa la flèche du bas du clavier pour que le guerrier jaune s'accroupisse et esquive le projectile, puis celui-ci bondit de nouveau rapidement grâce au Supersprint. Utilisant un bouclier, l'ennemi absorba le contact sans dommage, mais le jeu fit tout de même passer Ulrich derrière lui, qui en profita pour lui donner un coup de pied. Le lutin tomba des escaliers, sur Jester toujours en bas. Mais l'image du magicien était un leurre, et se volatilisa au contact. La créature aux yeux rouges s'écrasa au sol en manquant de tomber dans le trou, et Ulrich avait déjà bondit à sa suite pour l'achever avant qu'il ne se relève. Puis Jester ré-apparût.
- Bien joué !
Regrimpant l'escalier, Ulrich esquiva de justesse une boule de feu rouge qui fonçait à grande vitesse vers lui et qui explosa à l'endroit où se trouvait sa tête une demi seconde auparavant. Puis avant même qu'il n'ait pu se relever de sa roulade, l'ennemi – qui était apparut sur la droite de l'écran et qui était une femme elfe à la peau grise en robe noire – avait déjà sorti un arc doré et tira en ligne.
Ulrich fut montré comme étant touché par la flèche dorée. Jester fut montré comme étant touché par la flèche dorée. Ulrich fut dévirtualisé. L'illusion de Jester disparût.

Try again



- Christophe, c'est à toi.
- Ok deux secondes, les filles arrivent.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngYumi, Melody, Zoé et la réplique d'Aelita avaient en effet suivis le même chemin que les garçons avant eux et se retrouvaient devant le premier écran bleu.
- Allez-y dès que William a de nouveau abattu le drone, rappela Hervé.
Chose promise, chose due. La réplique, toujours en embuscade de l'autre coté, eut recourt à ses méthodes de calcul de trajectoire digne du programme qu'elle était pour démonter la machine qui patrouillait dans un coin.
- On y va ! cria Melody.
La réplique d'Aelita s'avança la première en franchissant le rideau bleu. Deux secondes plus tard, elle fut balayée par une rafale de vent et disparut au loin d'une manière presque comique, ayant quitté le sentier. Les trois filles survivantes ne s'en sortaient guère mieux, progressant à vitesse assez réduite à cause des bourrasques. Heureusement que William 2 pouvait démonter le drone qui allait ré-apparaître au même en...
Ils avaient finis par réagir. La machine volante suivante apparut juste à coté des filles qui furent dévirtualisées par une rafale de laser. Le guerrier survivant se dépêcha de traverser à nouveau le rideau pour se mettre hors de danger. Peu après, la réplique d'Aelita arriva. Cette dernière avait intelligemment simulé la dérive pour passer par en-dessous sans être inquiétée grâce à son don de création. Définitivement, elle savait tirer profit de ses pouvoirs bien mieux que l'Aelita originale.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, France

- Bon... ça en fait toujours une de plus. Et la réplique peut désactiver les tours, commenta Ulrich.
- J'y vais, annonça Christophe.
Odd avait désormais un nouveau personnage à sa disposition.

Press Enter to start the game


Parcourant le chemin depuis le début, et repêchant au passage Jester qui s'était enfuit après la défaite d'Ulrich, Christophe se retrouva bien vite de nouveau face à l'elfe qui sorti son arc... Mais l'ivoirien tenait son sabre devant lui et vu que le monde était en deux dimensions, la flèche de lumière vint se loger directement sur la lame violette qui – visiblement – absorba l'attaque. Profitant de l'effet de surprise, le jedi se jeta sur la princesse et lui fit tâter de son arme pour qu'elle disparaisse.
- Une bonne chose de faîte.
- C'était elle qui était bonne... avoua Odd, tandis qu'Ulrich, qui était remonté, fit un facepalm pour répondre au regard interrogateur d'Hervé.
Christophe et Jester continuèrent leur chemin, mais celui-ci s'arrêtait ensuite brutalement et l'ivoirien ne voyait pas l'autre coté.
- Hum ?
- Il faut prendre un peu d'élan et sauter le plus loin possible
, informa Jester. La plate-forme est en contrebas mais on tombe dans un trou si l'on ne saute pas assez loin.
- Aucun problème, commenta Odd.
Avec le saut de force de Christophe, l'affaire était entendue. Effectivement, après son bond, l'ivoirien contrôlé par Della Robbia atterrit de nouveau sur le chemin. À gauche, la plate-forme s'arrêtait brutalement, caractérisant le trou qu'avait mentionné Jester. Ce dernier pouvant apparemment léviter, il rejoignit son garde du corps sans problème. Puis avoir grimpé soixante-quatre marches, un long chemin plat s'offrait de nouveau à la vue du joueur. Particularité, un rectangle symbolisant sans doute une fenêtre permettait de distinguer pour une fois non pas un simple fond noir mais des carrés violets foncé flottant, donnant l'impression d'observer des nuages dans le ciel. Cet élément décoratif particulier annonçait en fait le boss de fin de niveau. Car au bout de la ligne noire se dessinait un rectangle qui, lui, n'était pas non plus de la même couleur que le reste du monde. Il était gris et clignotait.
- C'est la tour, fit Hervé.
Mais celle-ci était gardée par une ombre à la forme de pion. Quelque chose de bleu semblait clignoter sur celui-ci. Le monstre 2D fit soudain apparaître un bras et une main armée d'un pistolet par le sommet de son corps, visant M'Bala. Puis l'ivoirien fut dévirtualisé et l'ennemi tira sa balle – bien visible sur le jeu – dans le vide.

Try again


- C'est un bug ? questionna Ulrich
- Wow, je suis surpris aussi. Bon je vais retenter.
Celui qui se trouvait actuellement aux commandes demanda à la réplique de William de se téléporter à son tour.

Press Enter to start the game


Parcourant encore plus vite le chemin avec William et constatant que Jester était resté caché au milieu des longs escaliers, Odd fit de nouveau face au pion qui fit surgir à nouveau son revolver. Puis la réplique fut dévirtualisée et la balle fut tirée.

Try again


- Mais putain ! ragea le blond.
- J'ai compris, informa Hervé.
- C'est quoi ? demanda Yumi.
- Je pense que le truc tire plus vite que son ombre, c'est pour ça qu'on ne le voit tirer qu'après. Le monde étant entièrement noir, il s'agit sans doute d'ombres...
- Mais c'est super fourbe mec ! s'exclama Christophe.
- Les types qui ont programmé ce jeu sont des malins, fit Zoé.
- Bon, il faut retenter avec Aelita 2 mais là, on a plus le droit à l'erreur... commenta Ulrich. Jester ne fera rien tout seul.
- Je vais faire attention...

Press Enter to start the game


Rien ne se passa selon le plan prévu car à peine l'Aelita fut générée au bord du sentier que le monde obscur fut illuminé d'une manière surnaturelle.
- Il se passe quelque chose ! devina Yumi.
Odd se dépêcha de foncer à l'autre extrémité du monde virtuel. Grimpant les marches, il constata que Jester avait disparut, mais que son masque gisait au sol. Mais surtout, il vit finalement apparaître sur son écran ce qui était à l'origine de la luminosité ambiante : Franz Hopper. Le gardien de la tour n'était plus là, sans doute n'avait-il pas supporté une pareille agression visuelle. Il ne restait plus à la fausse Aelita qu'à entrer dans le rectangle.

Game !


- Putain, c'est Franz ! s'exclama Ulrich.
- Mais le jeu considère que j'ai gagné, je ne peux pas ressortir... informa Odd.
Cela étant, l'alentour de la structure était toujours visible. Un carré blanc se forma soudain sur la boule d'énergie blanche qui disparut.
- … Il est parti, constata Hervé.
- Oui... Mais si il a tenu tout ce temps là je ne suis pas inquiet, fit Yumi.
- Et en prime, mission accomplie ! félicita Melody.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPeterson Air Force Base, État du Colorado, États-Unis, dans l'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDurant sa carrière, Renuart avait vu beaucoup de choses. Après avoir passé quelques mois à tirer au napalm sur des vietcongs, il pensait que plus rien ne le surprendrait.
- Vous dîtes que la menace s'est volatilisée ?
- Affirmatif, confirma un militaire de la salle de contrôle.
- On a des images ?
- On a pas encore installé de caméras dans l'Océan Atlantique...
- Bonne nouvelle, informa le Général Cotton qui revenait dans la pièce. Un des pilotes qui a été abattu a été repêché par un bateau de croisière. Il vient de nous contacter. Lui va pouvoir nous renseigner sur ce qu'il a vu...
- Ok, vous me faîtes un rapport dès que possible. Je vais m'entretenir avec le Président.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngGymnase de Kadic, France, fin de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngJulien et Thomas étaient appuyés contre un mur du bâtiment. Ils n'auraient pas dû se trouver ici à cette heure. Mais ils attendaient quelqu'un. Ce quelqu'un les rejoignit par la porte des vestiaires.
- J'ai tout vu, informa Céline Roche. Leur planque, c'est la vieille Usine.
Mine étonnée des deux secondes. Ils s'y étaient rendus plusieurs fois sans rien remarquer.
- Tout a fonctionné comme prévu. Comme tu n'étais pas avec nous quand Hervé nous a vu, ils ne t'ont pas anticipée, félicita Xao.
- Il faudra alors visiter plus en détail cette planque, informa Thomas. En attendant, rentre vite chez toi avant de te faire repérer...
- Oui. À plus les mecs, fit la première.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Humains, Laboratoire Erlangen

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUn sarcophage de métal était suspendu par des fils noirs au milieu d'une pièce remplie de machines diverses. Un des écrans transmettait l'image de ce qui se trouvait à l'intérieur : Une boule d'énergie blanche très lumineuse. Senja Noir rejoignit Eisen, qui se trouvait déjà devant l'écran.
- Joli prise, avoua Eisen. Vous avez fait comment ?
- Il est venu filer un coup de main aux Lyoko-guerrier et a tué Préta rien qu'avec sa luminosité. C'est Jester qui l'a capturé après.
- La quantité d'énergie qu'il dégage est phénoménale...
- Et bien, ça va nous servir, intervint Deva en apparaissant à son tour.
- J'en connais qui vont payer pour la destruction de Préta, constata Senja.
- Oui. Au fait Eisen, je ne te félicite pas pour ta performance avec les drones.
- Je ne m'attendais pas à ce qu'ils disposent d'un programme. Je ferai plus attention la prochaine fois, s'excusa l'homme gris en costume.
- Si tout se passe bien, il n'y aura pas de prochaine fois, répondit la femme noire.
- Ok mais il faut une nouvelle attaque, fit remarquer Senja.
- Encore les États-Unis ?
- Oui. Mais on va faire plus subtil que les grosses capitales. Tu vas passer par l'Ouest.
- Pour aller où ?
- Au parc de Yellowstone.
- Y a quoi là-bas ? demanda Eisen.
- Ah je vois. Le volcan, fit Déva qui avait compris. En utilisant le fruit de mes recherches sur les volcans Islandais, je pense être capable de provoquer une éruption...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMaison Blanche, Washington, États-Unis, dans la soirée

- Vous pouvez être certains que la France vous aidera de tout son poids.
- Yes, je vous remercie mon ami.
Georges W. Bush mit fin à la conversation avec le Président français, dont les tentatives pour le rassurer avaient eu l'effet inverse. Apparemment, les services français étaient au courant de l'attaque qu'avait failli subir les États-Unis, alors que l'affaire avait réussi à être dissimulée au grand public.
Le Président américain n'aimait pas ça. Tandis que le grand couillon pantouflard était en place, son pays de bouseux se tenait pénard. Mais voilà, le grand couillon était devenu trop vieux et n'avait pas pu faire de troisième mandat, alors il avait été remplacé par le petit teigneux. Et ce mec là remuait. Trop au goût de Bush. En septembre, leur ministère de l'Intérieur avait annoncé la fusion de certains services de renseignements avec l'ambition de faire un « FBI à la française ». Georges n'aimait pas ça. Parce que les États-Unis avaient encore quelques squelettes dans les placards tricolores, à cause de la guerre froide. Et qu'à force de bouger partout, Sarkozy allait finir par trébucher dessus. Il fallait faire quelque chose. Bush utilisa à nouveau son téléphone pour un numéro en mémoire.
- Bonsoir Condi.
- Monsieur le Président ?
- Dîtes-moi, est-ce que vous vous rappelez de celui qui est en charge du projet Carthage en France ?
- Euh, attendez je dois l'avoir quelque part dans mes papiers... Hm... Ah. Il me semble qu'il s'agit de Mme. Sabriel Kimblee.
- Et où réside cette dame ? En France ?
- Officiellement, elle est dans les locaux de la NSA en Allemagne mais elle fait souvent l'aller-retour pour Paris.
- Très bien. Vous allez immédiatement lui rendre une petite visite...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Humains, salle des astres Möbius

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngIl s'agissait d'une petite pièce carrée éclairée uniquement par des néons blancs. Sur l'un des murs, six cercles alignés contenant chacun un symbole différent étaient gravés d'un noir encore plus profond.
En face de ces symboles, l'unique accès à la pièce, un couloir, cracha soudain une lumière blanche d'une forme assez allongée. Celle-ci s'engouffra dans le second symbole en partant de la gauche. La lumière disparût mais le cercle qui avait été touché et son contenu se mirent à briller.


À suivre : Le plobleme chinois


Dernière édition par Icer le Mar 12 Sep 2017 19:28; édité 10 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 04 Jan 2016 21:35   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Spoiler



http://i.imgur.com/62KEQ2w.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 24 novembre 2007, Établissement scolaire Kadic, France, au matin.

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe groupe de Julien Xao s'était donné rendez-vous assez tôt dans la matinée, à l'heure où un adolescent normal dort encore le week-end, qu'il ait fait la fête la veille ou non. Contrairement à d'habitude où ils préféraient se séparer pour former un réseau d'espion très efficace à Kadic, la bande était au grand complet : Julien Xao et Thomas Jolivet bien sûr, les deux secondes. Matthias Burrel, et les membres de sa classe qu'il avait recruté pour aider parce qu'ils avaient tous une dent contre les Lyoko-guerriers : Emmanuel Maillard, Priscilla Blaise, Barbara Morin, Émeline Bourdon et Céline Roche.
- Allons voir de plus près ce qu'à découvert Céline, fit l'asiatique.
Le groupe se mit en marche. Pour eux, nul besoin de passer par les égouts : Ils décidèrent de s'y rendre à la régulière, par la rue. Après tout, ils n'étaient pas pressés. Émeline se rapprocha d'Emmanuel.
- Excuse mon indiscrétion Manu mais qu'est-ce qu'elle t'a fait à toi, la bande à Jérémie Belpois ?
- Tant qu'ils sont là, Christophe est trop occupé pour faire attention à moi, répondit l’intéressé. Il a beau dire ou même essayer, c'est ingérable pour lui. Et j'ai besoin de quelqu'un de fiable parce que... enfin je me comprends.
- Il m'a larguée sans motif...
- Je m'en fiche, c'est un bro' que je veux justement. Il ne peut pas y avoir de rupture.
- Ahin.
L'ex d'M'Bala n'ajouta rien. Mais Burrel, qui marchait devant, n'avait pas loupé une miette de la conversation. Il savait que Maillard avait été déçu par Christophe qui était régulièrement obligé de le lâcher question TPE à cause de sa bande, mais pas qu'il voulait devenir un de ses amis proches. Il n'en était pas question. Christophe était pour lui. Il faudra qu'il s'occupe de ce problème plus tard.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngOcéan Pacifique, de nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes drones numéro 1, 3, 18 et 72 se dirigeaient à vitesse grand V vers leur objectif, volant toujours le plus bas possible, rasant les vagues, le sigle du Palamède brillant plus que jamais dans le tube qui leur servait d'yeux...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPeterson Air Force Base, État du Colorado, États-Unis

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe général Cotton n'en croyait pas ses yeux. Cela ne faisait même pas vingt-quatre heures que la dernière attaque avait été constatée, et voilà que de nouveaux ennemis aériens se dirigeaient rapidement vers les côtes américaines.
- Allez réveiller le Commandant. Il faut faire quelque chose cette fois.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, France, fin de matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé Pichon n'avait clairement pas volé sa grasse matinée. Mais c'est l'alarme de son ordinateur portable qui la lui confisqua temporairement. Cette confiscation devint définitive lorsqu'il constata qu'une nouvelle tour était activée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDomicile des Ishiyama

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChocolat chaud en main, Yumi regardait comme à son habitude les matinales d'information.
- … ouvelle arrestation à Moscou de l'ancien champion du monde d'échecs Garry Kasparov, devenu un opposant notoire au régime de Vladimir Poutine... Et on m'apprend à l'instant que le Vice Président américain Dick Cheney effectue aujourd'hui une visite organisée à la dernière minute en France, dont l'objet n'a pas encore été dévoilé. Nicolas Sarkozy, en pleins préparatifs pour son voyage en Chine, devrait le recevoir dans...
SMS d'Ulrich. Une urgence. Heureusement, ses parents étaient déjà partis et son frère dormait encore.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngParc de Kadic

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngEn dehors de Gladys, toujours en week-end chez son frère, l'ensemble des Lyoko-guerriers internes se retrouva à la plaque d’égout du parc.
- Les mecs, Matthias n'est pas dans son lit, informa son camarade de chambre. J'aime pas ça. Aucun de vous n'a été suivi ?
- Non... avoua Odd. C'est vrai que...
- Magnons-nous, ordonna Ulrich en dévissant la plaque d'égout.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe groupe retrouva Yumi sur le pont de l'Usine et se dépêcha de s'engouffrer à l'intérieur de la ruine, à la fois parce que l'hiver se faisait de plus en plus ressentir, mais aussi parce que la bande de Julien Xao était suspectée de les avoir doublé.
- Ahhh, il fait meilleur d'un coup, soupira Odd en ayant descendu sa corde.
- Ouais, c'est bizarre, il ne devrait pas y avoir une telle différence de température... fit Hervé, qui tentait de faire oublier sa maladroite descente aux autres.
Le groupe emprunta le monte-charge. Personne ne se trouvait dans le labo, et la rapide vérification d'Hervé des caméras de surveillance via le pupitre confirma que personne d'autre qu'eux ne se trouvait dans l'Usine.
- Bon, parons au plus urgent, la tour activée.
- Comme hier, garçons-filles ? questionna Christophe.
- Cela me semble efficace.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngAir Force Two, Paris

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngC'était en toute discrétion et loin des habituelles caméras que Condoleezza Rice quittait l'avion du Vice-président Dick Cheney. Normal : Les médias avaient suivis ce dernier, et n'étaient pas au courant que Rice se trouvait à bord. L'idée était du Président. Certes, pour quitter l'aéroport, il allait falloir révéler sa présence sur le sol français mais le temps que l'information s'ébruite, elle serait à destination, introuvable. Un chauffeur de confiance se tenait prêt à la conduire à la destination prévue. Une fois les formalités administratives réglées, le véhicule mis le cap en direction du département de l’Essonne. Plus précisément, à Orsay. Quelques dizaines de minutes plus tard, l'engin arrivait en vue du campus du même nom, antenne principale de l'Université Paris-Sud XI. Mais c'est devant le bâtiment d'en face que la secrétaire d’État américaine fut déposée furtivement. On pouvait voir écrit en grandes lettres bleues claires Centre de recherche en physique des particules. Un type aux cheveux roux flamboyant vint l’accueillir. Il avait l'air malsain. Cette impression était sans doute renforcée par les marques de brûlure sur son bras droit.
- Bonjour Mme Rice. Wreck Moore, chargé de sécurité du site.
Le molosse lui serra la main d'une manière abrupte et totalement contraire au protocole.
- Entrez donc, invita-t-il. La patronne va vous recevoir.

http://i.imgur.com/TkVAHEL.gif


L’élégante Condoleezza parcourait un couloir qui n'avait de toute évidence pas été aménagé pour accueillir le grand public, en compagnie d'une autre femme de sa tranche d'âge, toute de blanc vêtu et aux cheveux noirs coupés courts.
- Ce bâtiment a été rénové avant qu'on l'achète, informa le directeur du projet Carthage, Sabriel Kimblee. L'enseigne que vous avez vu dehors est authentique. Un entrepreneur idéaliste, Xavier Naclerc, voulait mettre au point une véritable équipe de recherche. C'est pour ça qu'il s'est installé en face de l'université. Et croyez-moi, ce fut un succès total. Alors en pleine guerre froide, ses travaux ont commencé à nous intéresser. Nixon a décidé d'agir. La C.I.A a assassiné Naclerc et sans lui, le projet qu'il appelait « Scipion » était à deux doigts de se casser la gueule. On l'a acheté pour trois fois rien et on a progressivement transformé ça en projet Carthage. Notre couverture ne nous pose presque pas de problème vu qu'au départ, ce centre existait réellement.
- Presque ?
- Si quelqu'un fouille trop près, on arrose. Ou bien Moore, que vous avez vu, peut le faire taire définitivement. Mais il est vrai que je doute que cela marche à trop long terme. On a pas assez de moyens pour corrompre l'ensemble de l'administration française et une série de meurtres fait vite suspect.
- Mais pourquoi n'a-t-on pas fermé ce centre après 1991 ?
- Le Président ne vous l'a pas dit ? À l'époque, son père – qui était donc à sa place – y a sérieusement songé, mais trouvait bête de ne rien faire du fruit de nos recherches. Il a décidé de garder le projet en veille au cas où les Russes revenaient nous casser trop les couilles. On a tellement bien disparut de la circulation que Clinton n'a jamais remarqué notre existence, trop occupé à sauter ses stagiaires sans doute. Mais Bush junior lui, est de la famille...
- Je comprends. Et ce fruit alors ?
- Je pense que c'est pour l'examiner en vue de savoir ce qu'on en fait que le Président vous envoie.
- Entendu.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL'Échiquier

- Bienvenue sur l’Échiquier. Démarrez nouvelle partie. Votre adversaire du jour est... Asura. Monde des Demi-dieux belliqueux. Deuxième chemin sur votre droite.
Le nouveau tracé fut indiqué quelques secondes, puis à nouveau la télévision s'écarta, permettant aux Lyoko-guerriers masculins de passer. Ils se dirigèrent vers le rideau bleu de la branche adéquate du flocon. À l'extérieur, sur un chemin similaire à la dernière fois, la nuit avait laissée place à un ciel bleu, avec ça et là quelques nuages. La réplique de William pointa sa lame de façon à ce qu'elle franchisse la barrière laser.
- Pas de vent. Cela devrait être plus facile que la dernière fois. Et je ne vois aucun drone.
- Bon bah... conclut intelligemment Odd.
En effet, aucune machine ne faisait le guet. Le groupe put atteindre l'autre habitacle, contenant le téléporteur, sans encombre. Ils l'empruntèrent chacun leur tour.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Demi-dieux belliqueux

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes garçons ouvrirent les yeux au sommet d'une imposante colline balayée par la pluie. Le ciel était chargé de nuages gris. Le relief sur lequel ils se trouvaient n'était en fait qu'une partie d'un ensemble qui formait une sorte de cratère. Au fond de celui-ci se trouvaient deux bâtiments, des sortes de tours de guet au style moyenâgeux. Plus important, au sommet de l'une d'entre-elles se trouvait une tour au style similaire à Lyoko. Celle-ci arborait un halo gris.
- On l'a trouvée, annonça Ulrich.
Les adolescents descendirent la pente pour se rapprocher de l'édifice. À mesure qu'ils pouvaient mieux observer la tour de guet, ils réalisaient l'ampleur de la tâche qui les attendait.
En effet, pour monter à son sommet – et donc accéder à la tour – des escaliers en colimaçon avaient été construits. Non pas à l'intérieur du bâtiment non, mais à l’extérieur de celui-ci. Et l'intérieur de la tour justement semblait blindée de pièges : De nombreuses meurtrières permettaient d'installer tout autant de traquenards : Canons sûrement prêts à envoyer leurs boulets, lances, sans compter certaines marches de l’escalier qui disparaissaient et ré-apparaissaient à intervalle régulier. De plus, le ciel crachait parfois de la foudre qui s'abattait comme par hasard quelque part sur le chemin en colimaçon.
- Wow. Même moi j'aurais du mal avec le Supersprint.
- Ouais, sauf que la réplique d'Aelita n'a plus d'ailes alors il va bien falloir réussir à passer, rappela Odd.
- Attendez, on est pas tous seuls, alerta Christophe en montrant le sommet de la tour de guet.
Une sorte de tour Eiffel miniature venait d'apparaître à coté de la tour activée. Celle-ci semblait fantomatique : Entièrement grise, délimitée uniquement par des rayons de lumière blancs, son sommet était toutefois différent du monument parisien, puisque la structure se terminait par une sorte de couronne, qui rappelait le sommet des tours des jeux d'échecs standard de ce siècle.
- Pas mal, avoua Stern.
- Les filles arrivent. Débrouillez-vous comme vous voulez mais réglez ça, je n'arrive toujours pas à savoir quelle est la nature de l'attaque.
Sur la colline, quatre nouvelle silhouettes apparurent sous la pluie battante...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Humain, Centre de contrôle Tesseract

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir et sa cape surgirent dans la pièce tandis que l'homme de fer en costume était tranquillement assis avec un magasine de mode masculin d'été.
- Tu fais quoi Eisen ?
- J'essaye de rendre mon organe toujours plus résistant.
- C'est ton droit mais pourquoi aucun drone n'est venu accueillir nos visiteurs ?
L'homme aux lunettes carrées se redressa précipitamment.
- Je croyais que personne ne devait nous déranger cette fois ?
- Ben visiblement ça a foiré, alors tu rectifies le tir s'il te plaît.
- Bien compris.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngBureau Ovale, Washigton D.C, États-Unis

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Général Keith Alexander, directeur de la N.S.A, prit congé du Président des États-Unis après avoir fait son rapport et surtout, lui avoir transmis des tas d’interrogations et une bonne migraine. Contrairement aux services de Renuart, muets sur la question, la N.S.A avait davantage d'informations sur les causes des événements d'aujourd'hui. Depuis les attentats du 9/11, l'agence s'était mise à espionner le plus possible les gouvernements du monde – y compris les pays alliés – sous couvert d'anti-terrorisme. À la longue, ça allait finir par se savoir mais d'ici là Bush avait largement le temps de finir son second mandat. Ses successeurs se démerderont.
En attendant, d'après le rapport d'Alexander, la menace aérienne n'avait rien à avoir avec Ben Laden, mais aurait un lien avec une activité numérique louche du coté de l'Islande. Le Président américain attrapa le combiné téléphonique.
- Hello Condi, vous êtes en place ?
- Monsieur le Président, je suis avec Sabriel Kimblee.
- Elle vous a montré le soldat Memory ? Qu'est-ce que vous en pensez ?
- Il a l'air opérationnel.
- Parfait. Dans ce cas, passez-moi la directrice.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCentre de recherche en physique des particules, Orsay, France

- Bien sûr Monsieur le Président, confirma Kimblee, ce sera fait, nous vous tiendrons au courant.
La boss du projet Carthage raccrocha et rendit son portable à la secrétaire d’État.
- Bien allons-y. Stella ?
Dans la pièce ressemblant fort à un complexe de laboratoire, une jeune scientifique blonde répondit à l'appel du chef.
- Vous allez diriger Memory durant l'opération.
- Bien madame.
- Nergal, vous la seconderez.
- À vos ordres.
- Alors en place. Nous avons un invité de marque, il est temps de justifier nos salaires.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa petite île flottante offrait un paysage digne d'un arrière-plan par défaut de bureau Windows, avec des collines à perte de vue sous un ciel bleu. Seule une tour venait faire tâche dans ce paysage. Adossée contre elle, nue, semblant dormir, une femme adulte aux longs cheveux roux représentait l'essentiel des êtres vivants présents dans ce monde.
Et pour la première fois depuis longtemps, elle ouvrit les yeux.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCentre de recherche en physique des particules, Orsay, France

- Comment fait-elle pour voyager dans le réseau comme ça ? questionna la secrétaire d’État.
- On a construit un vaisseau pour le lui permettre, le Dérobâme, répondit la directrice.
- Je vois. Vous avez tout prévu.
- On a eu le temps pour ça, sourit Kimblee.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL'Échiquier

- Bienvenue sur l’Échiquier. Dém..
L'écran fut carbonisé, et la porte derrière avec. La femme rousse – ou Memory pour le projet Carthage – était passée au vestiaire. Vêtue d'une tenue militaire américaine vert kaki, elle arborait aussi un diadème à sept pointes. Dans une main, elle tenait une sorte de torche éteinte. Et dans l'autre, un bouclier bien connu : Le même que Captain America, un super-héros typiquement patriote. Courant aussi vite qu'Ulrich sans laisser de traînée derrière elle, elle mit cap vers le monde d'Asura. Franchissant le premier rideau bleu, un drone la repéra et lui fonça dessus. Un nuage particulièrement bas passa, recouvrant les deux adversaires. Seule Memory en sortit. Quelques secondes plus tard, elle était dans le téléporteur.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Demi-dieux belliqueux

- Hop, hop, hop. Hopla ! ... Olé ! Vous voyez, ce n'est pas si compliqué ! se vanta Odd.
À peine à mi-parcours, il reçut une foudre en pleine tête et fût dévirtualisé. Ses camarades, spectateurs d'en bas, soupirèrent.
- On ira plus vite en essayant directement de détruire la structure, souligna Stern.
- Ouais mec, je suis de cet avis.
- Sous cette pluie, je ne vous suis d'aucune utilité, avoua Melody.
C'est alors que la pseudo tour Eiffel miniature, toujours en haut, se courba pour pointer son sommet dans leur direction. Celui-ci se mit à tournoyer puis un rapide faisceau lumineux blanc fut projeté sur la malheureuse Zoé qui fut dévirtualisée à son tour sur le coup.
- Wow. Il ne va pas nous laisser faire apparemment, fit remarquer Yumi.
- J'imagine que c'est lui Asura...
Tout se passa alors très vite. Un genre de boomerang fut projeté au beau milieu de la fortification et la transperça de part en part. Revenant automatiquement sur sa lancée, il fit de même, quoique un peu plus bas. Quelques secondes plus tard, la muraille hébergeant la tour activée s'effondra.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPeterson Air Force Base, État du Colorado, États-Unis

- Menace aérienne éliminée commandant, informa un militaire.
Quelques applaudissement se firent entendre.
- Une minute, tempéra Renuart. On est sûr que c'est lié à leur disparition ?
- Le chasseur qui était derrière confirme, rassura le général Cotton.
Mais il en fallait plus pour faire desserrer les mâchoires au leader du NORAD.
- Lorsque j'ai eu le Président, il m'a dit de ne pas m’inquiéter mais je n'y parviens pas...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Humain, Centre de contrôle Tesseract

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngEisen avait les yeux rivés sur les écrans du Monde des Demi-dieux belliqueux. Il réalisait soudain à quel point il aurait mieux faire de poser un jour de congé aujourd'hui.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Demi-dieux belliqueux

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAsura s'était déjà relevé des ruines fumantes de sa tour de guet. Les Lyoko-guerriers eux, avaient repéré Memory non loin du flan de la colline, mais ne savaient pas s'il fallait la traiter comme un ennemi.
- Bon Hervé, c'est quoi ce bordel ? interrogea Christophe.
- J'en sais rien. Mais au moins la tour a été désactivée.
- Putain tu m'étonnes, et pour longtemps, constata Ulrich en regardant les ruines.
Un déluge de flammes en provenance de l’arrière, malgré la pluie battante, dévirtualisa alors les Lyoko-guerriers, sauf Melody qui put se retourner et dévisager le coupable. Elle se retrouva nez-à-nez avec un cheval noir aux orbites sans yeux, caparaçonné façon Moyen-Âge. C'était logique, son cavalier était une armure de chevalier sans tête, armée d'une longue lance et d'un bouclier, sur lequel était peint un logo noir, gris et blanc qui commençait à devenir familier...
La lance transperça l'adolescente rousse qui quitta la scène virtuelle à son tour. Asura et le cavalier tenaient alors Memory en tenaille. La femme sembla soudain réaliser que son bouclier n'était jamais revenu, vu que la tour de guet s'était écroulée dessus. Malgré le déluge, celle-ci alluma sa torche contre la tour Eiffel bis, mais des étoiles blanches se mirent à tournoyer autour de celle-ci, la protégeant visiblement de l'attaque. Le cheval noir, par derrière, lui fonçant dessus, tenta de la piétiner, mais la femme rousse, vive, bondit d'un seul coup, se réfugiant au sommet de la seconde tour, toujours debout. Soudain, une sphère lumineuse apparût dans les airs, flottants devant l'expérience américaine. Celle-ci sembla troublée, et ne vit pas le rayon que lui destinait Asura. Atteinte en pleine tête, elle fut dévirtualisée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCentre de recherche en physique des particules, Orsay, France

- Je... je ne comprends pas madame, bafouilla Stella. Memory ne répondait plus à partir du moment où cette sphère est apparue.
- Ce n'est rien, rassura la directrice. Une réaction imprévue a dû avoir lieu chez le sujet, c'est quelque chose que nous ne maîtrisons pas encore très bien.
Kimblee se tourna vers la secrétaire d’État.
- Nous sommes navrés, nous avons fait ce que nous avons pu. En tout cas, dîtes au Président que ses craintes peuvent être dissipées : Memory morte, c'est ce qu'il restait du projet Carthage qui s'éteint avec elle.
Condoleezza Rice mit une main sur l'épaule de Sabriel Kimblee, une familiarité traduisant sans doute un certain soulagement. Elle aussi avait été inquiète à l'idée que les européens finissent par découvrir les vieux squelettes de la guerre froide. Mais le projet Carthage allait enfin pouvoir être enterré définitivement. Cependant, c'était autre chose qui la tracassait désormais.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

- Non, je ne sais pas ce qui s'est passé, anticipa Hervé alors que le reste du groupe, en dehors d'Odd qui était déjà remonté, braquait immédiatement ses yeux sur lui en sortant du monte-charge.
- Donc on ne sait pas qui était cette femme ? conclut Yumi.
- Nan. J'ai rien compris. J'ai juste retenu que la destruction de la tour signifiait que l'attaque avait avorté. Enfin, je suis obligé de regarder les infos pour m'assurer qu'il n'y a pas trop de dégâts, vu que j'arrive toujours pas à localiser les attaques...
- C'est pas souvent qu'on met fin aux attaques de cette façon, sourit Della Robbia.
- Bon, et pour Matthias ? rappela Christophe.
- Ah oui, euh, répondit Pichon. Vous devriez regarder ça. Comme tu avais recommandé la prudence, j'ai visionné les bandes.
Pianotant sur le pupitre, Hervé lança un enregistrement. Il s'agissait la caméra de l'entrée. On y voyait la bande de Julien Xao au grand complet s'engouffrer dans le bâtiment.
- Regardez, fit Melody. Il y a Céline Roche. C'était le chaînon manquant.
L'ivoirien tapa du poing.
- Putain, on aurait du la voir venir. Elle t'avait déjà fait des misères.
Les adolescents stoppèrent en haut des cordes, cherchant apparemment l'endroit le plus intéressant à fouiller. Mais soudain un cercle blanc se forma autour d'eux, et trois drones faits de la même aura apparurent autour de la bande du chinois. La suite était facile à deviner et n'offrait que peu de possibilités. L'étrange énergie lumineuse se dissipa aussi vite qu'elle était apparue. Les Lyoko-guerriers restèrent silencieux pendant de longues secondes. C'est la japonaise qui se ressaisit la première.
- Euh... ils... ils sont morts ?
- Désintégrés oui, lui répondit Hervé.
- Alors c'est ça s'engager avec vous ? questionna Zoé. Je n'ai pas signé pour ça.
- Du calme, tempéra immédiatement Ulrich. C'est la première fois que l'on voit ça. Cette énergie... Elle nous vous rappelle rien ?
- On aurait dit celle que dégage la sphère de Franz, répondit Odd.
- Oui mais ce n'est sûrement pas lui qui l'a mise ici, vu les conséquences.
- Les propriétaires de l’Échiquier ont sûrement dû capturer Hopper après qu'il nous ait sauvé la mise, analysa Hervé. Ils voulaient nous tuer en utilisant son énergie que vous me dîtes colossale. Mais ils n'avaient pas prévu que la bande de Julien tenterait de nous doubler.
- Donc résultat on a quoi, dix morts ? insista Bonnet.
- Huit.
- Et comment on explique ça aux parents ?
- On explique rien du tout, expliqua lui-même Ulrich. On y est pour rien. Je ne vais pas être hypocrite Zoé, je n'ai pas tant de remords que ça parce qu'ils commençaient à nous poser sacrément problème pour lutter contre le Palamède, ce qui met le monde entier en danger. Mais si tu préfères te soucier du sort de huit adolescents perturbés plutôt que de six milliards d'être humains, tu peux te dire qu'ils seront vengés en éliminant nos ennemis de toute façon.
Le ton était ferme. Personne n'osait intervenir et tout le monde attendait la réponse de Zoé, qui baissa finalement les yeux au bout de dix secondes.
- C'est vrai. Vu comme ça, c'est plus facile à accepter.
- L'incident est clôt, reprit le samouraï. Ce qui m'embête c'est que ça va commencer à faire un peu trop de cadavres – enfin plutôt de disparus vu qu'on ne les retrouvera jamais – pour un seul établissement. Si Kadic ferme...
- Au moins le problème chinois n'en est plus un comme tu l'as fait remarquer, commenta Odd.
- Mais préparez-vous mentalement à tout tenter pour arrondir les angles, fit Hervé, parce qu'une fois leur disparition signalée, il y aura forcément des débats sur la sécurité à Kadic. Convainquez un maximum d'élèves de ne pas laisser des parents inquiets les changer d'établissement, à commencer par les vôtres.
- Que du bonheur... commenta Melody.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Faméliques, salle Bleck

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir et Deva s'étaient à nouveau retrouvés dans la salle noire en deux dimensions, chacun posés sur leur cube blanc habituel.
- L'intervention des ricains à même le monde virtuel n'était pas prévue... commenta le premier.
- Pas de problème. Asura gère et le renfort de Jantu a été le coup de grâce. Il n'empêche... Pourquoi générer une fausse image de la sphère que nous avions trouvée a-t-il permis de déstabiliser cette femme ?
- Parce que cette femme était la sienne.
La femme noire croisa les bras, interdite.
- D'où sors-tu cette information ?
- Je me suis rappelé une conversation. Il se trouve qu'elle – la femme, une certaine Anthéa – a eu deux amants. Et deux enfants. J'en ai connu une.
- Les probabilités jouent contre toi, souligna Deva.
- Je n'y croyais pas non plus à la base mais par ce qu'elles ont vécues, ces enfants sortent de la norme. Alors évidemment, Senja Blanc s'est montré très intéressé...
- … En tout cas, vrai ou pas, cette astuce a fonctionné.
L'homme à la cape ne répondit pas tout de suite, songeur.
- Ce n'est rien... Mais je me demande comment il va gérer ça lui... En attendant je vais te communiquer toutes les informations que j'ai et que tu n'as pas encore. Tu vas peut-être pouvoir retrouver des choses encore plus intéressantes.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Odd Della Robbia & Ulrich Stern, au soir

« Gladys m'a confirmée que Zoé ne craquerait pas. C'est safe. Je te félicite. »


Le message de Christophe soulagea grandement le samouraï virtuel qui venait de le lire. Ils venaient de se débarrasser de l'ennemi intérieur, alors il devait à tout prix éviter qu'un nouveau ne se forme au sein même de sa propre équipe.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDimanche 25 novembre 2007, Bureau Ovale, maison Blanche, dans la journée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Président Américain recevait la visite de Rice, revenue d'Europe, pour une discussion ultra-confidentielle. La femme noire venait de lui expliquer en détail les événements survenus lorsqu'elle avait rendu visite à ce qu'il restait du projet Carthage.
- Bien c'est ce que m'avait dit Kimblee dans son rapport, annonça Bush. J'ai demandé à la N.S.A d'enquêter. Vu qu'on a déjà infiltré les pays alliés, elle m'a déjà fournie toutes les réponses que j'attendais.
Le Président sortit d'un tiroir un dossier, qu'il tendit à sa secrétaire d’État.
- Y avait des gamins sur place quand Memory est arrivée. Elle les a rapidement éliminés, mais lors de l'utilisation de sa flamme de la liberté, un des individus a survécu et elle a pu la voir de face. Toutes les images ayant été conservées, Alexander a facilement retrouvé une trace de cette fille. À partir de là, on a pu reconnaître tout le groupe.
- Kadic... Banlieue de Paris... marmonna Condoleezza en lisant en même temps le dossier. Est-ce un hasard si c'est proche de l'endroit où est situé le projet Carthage ?
- Ça je ne sais pas Condi, répondit Bush. Mais visiblement, il se passe des choses qui nous échappent là-bas, et il va falloir régler ça. Et pour ce qui est de l'Islande, d'où provenait l'attaque, on cherche à voir ce qu'on peut faire, mais y a tellement rien là-bas...
- Ahin, je lis ici qu'il y a un échange d'activité numérique suspecte entre l'Islande et l'Irlande ces derniers temps.
- Ah oui. Par contre l'Irlande cela devrait être possible. Je réfléchis encore à une façon d'intervenir.
- Très bien M. le Président, je ne doute pas que comme d'habitude, vous serez faire face à la situation.
- C'est gentil Condi.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMardi 27 novembre 2007

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Président américain avait passé deux nuits à réfléchir. Il n'aimait pas particulièrement cette idée mais sans ça, la situation risquait de finir par leur échapper. Et il ne voulait pas donner ne serait-ce que la moindre occasion à Poutine de se foutre de sa gueule. Il saisit son téléphone. Le correspondant décrocha dès la première sonnerie.
- Monsieur le Président.
- Bonjour Dido. Vous serez contente d'apprendre qu'on en a fini avec le projet Carthage.
- Cela me fait bizarre d'entendre ça en 2007. Qu'est devenue Memory ?
- Tombée au combat.
- Alors c'est que le camp d'en face sait de quoi il parle.
- Justement. Je vais encore avoir besoin de lui. En France et en Irlande.
- Sans problème. Je vous recontacte au plus tôt.
- Merci Dido.
- Au revoir Monsieur le Président.
Bush raccrocha. Ce qui était fait était fait. Il trouvait cela plus discret de faire appel à la mafia pour éliminer les emmerdeurs. Le Président connaissait bien le parrain que l'on surnommait le Phénix Doré : Son père, après avoir échoué une fois à obtenir l'investiture républicaine au profit de Reagan, avait tissé ce réseau grâce à Dido, un membre de la C.I.A pro-républicain impliqué à l'époque dans le projet Carthage. Finalement soutenu par son prédécesseur et face à la campagne calamiteuse de Dukakis, Bush père n'avait pas eu besoin de faire appel au Phénix Doré pour accéder à la présidence, et sa femme Barbara le convainquit de ne pas y avoir recours en 1992. Lorsque Deubeuliou fut candidat à son tour, en 2000, c'est grâce aux ressources familiales qu'il put truquer le vote déterminant de l’État de Floride, vu que son frère, Jeb Bush, en était le gouverneur, faisant basculer l’élection en sa faveur. C'est en 2004 que Junior doit se résoudre à faire appel à la mafia : Après une campagne extrêmement serrée face à John Kerry et les premiers sondages sortis des urnes favorables au camp démocrate, Bush obtient l'aide du mafieux pour truquer les résultats et faire basculer un ou deux swing state, permettant au Président sortant une réélection un peu plus nette qu'en 2000. En échange, Bush promet de laisser sa mafia s'installer tranquillement dans la ville de Détroit, déjà en déclin depuis cinquante ans, et désormais aux mains de son organisation, la Green Phoenix. En effet, la particularité du Phénix Doré est d'avoir coupé l'herbe sous le pied de la mafia italienne au profit de son organisation d'origine irlandaise, ce qui explique sans doute que Bush senior ait penché en leur faveur. La plupart des membres de la Gépé étaient sur le territoire des États-Unis mais la mafia avait évidemment de solides racines en Irlande, véritable cheval de Troie pour atteindre facilement le reste de l'Union Européenne. Donc la France. Ainsi, le Président savait qu'il pouvait compter sur l'efficacité de la Green Phoenix.


À suivre : Sélection naturelle


Dernière édition par Icer le Mar 12 Sep 2017 19:58; édité 7 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Dim 10 Jan 2016 19:52   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Spoiler



http://i.imgur.com/gva7xsZ.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 28 novembre 2007, Ministère de l’Éducation nationale, rue de Grenelle, Paris, France

- Alors, c'est confirmé ?
Le ministre se sentait à l'étroit sur son siège.
- Aucun doute possible François. Le directeur m'a avoué que huit adolescents étaient portés disparus depuis le début du mois, dont sept depuis quelques jours. On avait fermé les yeux après le décès de la gamine vu l'excellente réputation de Kadic, mais là on se dirige droit vers la fermeture...
Le Premier ministre s'énervait.
- Pas question. Je connais d'avance la réaction de Nicolas : Cette fermeture serait perçue comme un renoncement. On parle d'un collège de banlieue !
- Mais...
- C'est non. On doit déjà faire avaler le dégraissage du mammouth aux syndicats, alors si en plus des suppressions de postes, on ferme les établissements, on est mort. J'ai encore la réforme des retraites à faire passer moi !
- Je suis d'accord avec ça, mais il faut faire quelque chose, sinon les parents condamneront Kadic quand même en retirant les gamins.
- Entendu. Je vais en parler au Président.
Xavier Darcos mit fin à la conversation, las. Il savait très bien que Fillon n'aurait pas les couilles d'en parler à Sarkozy. Depuis le coup du « collaborateur » en août, le Premier ministre essayait de n'avoir à lui parler qu'en Conseil des ministres, en dehors des urgences. À force d'immobilisme, la bombe allait finir par exploser à la gueule du ministre de l’Éducation. Pas question pour Darcos de se laisser faire. Il composa un nouveau numéro.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


- Effectivement, la situation est tendue. À qui en as-tu parlé ?
L'interlocuteur de Xavier Darcos se trouvait être un collègue : Arnold Heath, tout jeune ministre de la Défense française. Chiraquien, anglophile, il s'était révélé être le candidat parfait à la succession d'Hervé Morin, écarté à cause de ses manières trop peu conventionnelles qui ne passaient pas avec le personnel des armées, surtout après cinq années de Mam's touch, comme l'avait déclaré Heath. Ainsi, le ministre allait pouvoir poursuivre le rapprochement avec les américains en vue d'une ré-intégration dans le commandement intégré de l'OTAN, principal dossier qui avait occupé son prédécesseur. À cause de ce contexte bien particulier, Sarkozy avait dû nommer à contrecœur non seulement un ami de l'ancien Président de la République, mais aussi et surtout du sang neuf, et non pas l'un des suceurs de deniers publics habituels. Lui agirait. C'est pour ça que Darcos l'avait appelé.
- J'ai fait un rapport au Premier ministre. C'est tout. Il m'a dit qu'il allait en parler avec Sarkozy mais...
- Il ne le fera pas, je sais. Il a déjà compris qu'il risquait de passer cinq ans dans le rôle du paillasson de Nicolas.
Le ministre de l’Éducation nationale sourit. Heath apprenait vite. Ce dernier poursuivit :
- Je suis de ton avis. Il faut faire quelque chose. Mais prudence : Les enquêtes n'ont absolument rien donné pour tous les cas. Même le décès de Talia Rose n'a pas été expliqué. Du jamais vu. Le fait que ça arrive au même endroit... Je ne crois pas aux coïncidences Xavier. Mais je comprends que la Sarkozie ne fasse rien. Je ne critique pas le Président mais il a déjà fort à faire. Je ne pense pas que passer par Squarcini, à la DST soit une bonne idée... Par contre, j'ai toute confiance envers le patron de la DGSE. Ce n'est pas vraiment son domaine de compétence mais on a qu'à dire qu'à situation exceptionnelle...Je te tiens au courant d'accord ?
- Entendu, merci Arnold.
- Par contre, il faut rassurer les familles... Je te conseille de trouver un proviseur à forte poigne.
Xavier sourit pour la deuxième fois en moins d'une semaine. L’événement méritait mention dans le calendrier.
- J'en ai même deux.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 30 novembre 2007, Établissement scolaire Kadic, au matin

- Alors tu t'en vas ?
Ulrich Stern, Émilie Leduc et Élisabeth Delmas discutaient dans un coin de la cour.
- Oui, confirma l'ex-peste. Mon père est muté dans un lycée près de Clermont-Ferrand, en Auvergne. On lui a notifié hier soir, je suppose que l’annonce officielle ne devrait pas tarder. C'est probablement mon dernier jour ici, on risque de partir ce week-end.
- Pas cool... avoua l'autre fille.
- C'est le prix à payer pour être fille du proviseur. Il y a des avantages indéniables... mais quelques inconvénients.
Stern mis une main sur l'épaule de Delmas.
- Je suis vraiment désolé Sissi. J'aurais aimé que cela se passe autrement. Mais je suis content que cela se termine bien entre nous.
La bimbo durcit légèrement ses traits.
- Je ne suis pas venu te voir uniquement pour me faire plaindre Ulrich. Je ne suis pas idiote. Je sais que si la mutation de mon père à la campagne n'intervient pas sans raison. On dirait que la disparition de nos camarades commence à inquiéter quelques personnes, là-haut.
- Oui c'est logique, confirma le samouraï.
- Fais bien attention Ulrich. Je ne veux pas apprendre que d'autres personnes ont disparues. Surtout pas toi.
- Pour ce qui est de ma personne, tu n'as pas de soucis à te faire, même la mort ne m'arrête pas. Et pour les autres, on fera tout notre possible...
La sonnerie retentit. Les cours allaient débuter.
- C'est un adieu. Comme je suis encore au collège, on ne se croisera probablement pas de la journée, annonça Sissi.
- Non, coupa Leduc. Au revoir Sissi.
Les deux filles se firent un câlin. Ulrich la salua à son tour. Puis Delmas alla rejoindre la sœur d'Hervé qui attendait sans un mot un peu plus loin.
Ulrich lui était pensif. Depuis que Jérémie était hors jeu, il mettait un point d'honneur à lui succéder en tant que meneur du groupe. C'était le mieux placé. Les nouveaux étaient disqualifiés, Yumi était trop instable émotionnellement (et pas qu'une semaine par mois) et Odd n'avait ni le caractère, ni l'envie. Mais lui avait beaucoup appris de son décès... Lui qui avait été le premier adolescent à aider Jérémie à porter son lourd secret. Il souhaitait réellement rendre à son camarade et ami un groupe dans le même état que celui qu'il avait quitté, voire même plus confiant.
Il fut tiré de ses pensées lorsque Odd vint justement le prévenir que Jérémie était revenu. Les trois garçons de sa classe – le blondinet, le brun et Hervé – décidèrent de se permettre d'arriver en retard en cours de français pour aller lui rendre visite. Émilie était chargée d'informer le Professeur Lupin de la situation et d'excuser leur absence temporaire.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre de Jérémie Belpois

- Vous n'êtes pas censés être en cours ? questionna le blondinet, occupé non pas à défaire sa valise mais à la faire.
- Si bien sûr, mais Yolande est venue me dire que tu étais rentré quand je suis passé chercher mon traitement contre mes odeurs de pieds, expliqua Della Robbia.
- Je vois...
- Jérémie, qu'est-ce que tu fais ? questionna Ulrich.
Jérémie en effet entassait de plus en plus d'affaires.
- Vous n’étiez pas censés me voir. Mais puisque tu poses la question, je m'en vais.
Il n'avait même pas marqué de pause dans son annonce, ni même jeté un regard aux trois garçons présents devant sa porte. Il avait plus important à faire : Trier ses slips kangourous.
- Qu'est-ce que tu dis !? s'emporta Odd.
- Je suis transféré dans une école qui a bien meilleure réputation qu'ici. Et l’espérance de vie des élèves y est meilleure, ajouta-t-il avec ironie.
Clac. La valise venait de se refermer.
- Mon père m'attend, déclara Belpois. Je vous souhaite bonne chance quand même.
Odd allait exploser. Il était inconcevable de le voir partir comme ça. Ils avaient besoin de lui. C'était un frère d'armes, malgré les trolls sur le fait qu'il combattait vissé sur un siège de labo. Mais c'est Ulrich qui le retint, lui faisant un signe de tête négatif. La réaction très poussive de Jérémie était sûrement la conséquence de la disparition d'Aelita. Tout en se délectant de la scène, Jérémie avisa Pichon.
- Et ça, c'est quoi ? Le bouche trou ?
- J'imagine... répondit celui qui était visé.
Le blondinet se dirigea vers la sortie de sa chambre.
- Pichon, salua l'ancien élève de Kadic en franchissant la porte.
- Belpois.
- Si tu étais si intelligent que ça, tu me suivrais.
- Pichon d'avril ?
- Hum...
Et Jérémie Belpois quitta Kadic sans se retourner, car son père l'attendait devant les grilles avec son véhicule.
- Ulrich, comment tu peux laisser faire ça ? demanda Odd.
- Jérémie a le droit de réagir comme ça.
- Ah ouais ?
- Cela fait trois ans qu'il a mis sa vie entre parenthèses pour lutter contre X.A.N.A.
- Mais attends, c'est lui qui a tout rallumé ! C'est lui qui voulait se battre pour Aelita alors que tu voulais tout couper !
- Il était amoureux Odd ! Vu mes états de service, je ne me sens pas de le critiquer sur le sujet.
- Alors si je comprends bien, sous prétexte que tu l'excuses, on doit le laisser partir ?
Ulrich Stern secoua la tête.
- Non. J'ai dit que je comprenais, pas que j'approuvais. Mais je pense que demander à Jérémie de revenir comme ça alors qu'on a toujours rien sur Aelita n'est pas utile. C'est pour cette fille qu'il se battait. Je te jure Odd, que je ferais tout pour qu'il revienne de lui-même. C'est la meilleure façon pour lui de comprendre l'énorme bourde qu'il commet et qu'il ne refera plus jamais.
- Si c'est toujours le type dont j'ai lu les notes, il est évident qu'il vous surveillera de loin, avoua Hervé. Surtout pour voir si Aelita revient.
Odd dut se résigner. Et tandis que le félin virtuel commençait une silencieuse période de deuil en pensant à Jérémie, Ulrich lui réalisait que son CDD de leader du groupe venait d'être reconduit. Pour une durée indéterminée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 1 décembre 2007, Établissement Scolaire Kadic, fin de matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUlrich avait invité Émilie à une ballade dans le parc tout ce qu'il y avait de plus cliché. Heureusement, il était plus original en lui annonçant qu'il la larguait, ce qui pouvait expliquer qu'au bout de cinq minutes, il se retrouvait à marcher seul, en réfléchissant.
Il aimait bien la compagnie d’Émilie mais il avait estimé après mure réflexion que ses nouvelles responsabilités ne collait pas avec cette vie de couple qu'il fallait nécessairement mettre à part vu que Leduc n'était pas dans le coup. Et Stern refusait de l'y inclure, pour des raisons qu'il avait déjà exposé aux autres. Elle devenait donc un boulet, et dès que possible, Ulrich avait souhaité scier la chaîne. Voilà qui était fait.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Faméliques, salle Bleck, début d'après-midi

- Les Lyoko-guerriers... L'un d'eux creuse profond pour essayer de découvrir qui nous sommes. Ce ne sont que des moucherons, déclara Deva. Nous n'aurions même pas dû nous abaisser à les éliminer.
- Ne les sous-estime pas, nuança Senja Noir. J'ai eu l'occasion de voir leur potentiel. Ils sont faibles mais... imprévisibles.
Avant de répondre, la femme noire cherchait sa référence sur internet, comme X.A.N.A le faisait avant elle.
- Senja, on est pas dans Naruto.
- T'es sûr ? Senja ressemble à Ninja.
- ...
- Bon, là n'est pas la question. Je te dis simplement qu'il vaut mieux prévenir que guérir. D'ailleurs, ils peuvent nous être utiles pour obtenir des informations sur le créateur de Lyoko, nous devrions les laisser vivre...
La créature au chignon de reine soupira.
- Très bien.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 3 décembre 2007, Établissement Scolaire Kadic, France, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Lyoko-guerriers internes n'en croyaient pas leurs yeux. Tout était calme lorsqu'ils étaient entrés dans le self prendre leur petit déj'. Mais en sortant, un brouhaha en provenance du portail se rapprochait d'eux.
- X.A.N.A ? s'enquit Ulrich.
Une foule compacte commençait à se dessiner à la lisière du sentier du parc.
- Pire, répondit Christophe en plissant les yeux. Sarkozy.
Le Président français semblait-il avait jugé bon d'effectuer une « visite impromptue », c'est à dire non prévue à l'agenda officiel, prenant de court tout le personnel administratif. Ayant un réflexe citoyen, les jeunes décidèrent d'aider Jim à installer les chaises en urgence dans la salle des fêtes, qui allait servir à accueillir le discours du Président. En un temps record, tout fut mis en place. Le chef de l’État s'avança à la tribune dès que son staff lui donna le feu vert. Les Lyoko-guerriers, rejoints par Yumi, s'étaient alignés le long d'une rangée. Ils n'avaient plus besoin de se cacher et de se disperser depuis la mort de la bande du chinois.
- Mes chers compatriotes. En m'adressant à vous ce matin, dans ce moment qui est – et chacun le comprend – exceptionnel, dans la vie d'un établissement, j'ai choisi d'être à vos côtés dans cette épreuve. Car je suis le Président de tous les français, et même ceux qui ne sont pas encore en âge de voter. Je ressens et je partage votre douleur, votre chagrin, vos peines, face aux événements tragiques survenus depuis ce début d'année. Mais je veux que vous sachiez qu'il n'y a pas de colères saines. Vous devez être forts et aller de l'avant dans ces moments difficiles car c'est vous qui demain devrez porter notre héritage républicain. Vous êtes l'avenir de la nation, une nation forte, qui puise dans sa formidable histoire pour aborder sereinement l'avenir, sans peur. Sans craintes.
Applaudissements nourris. Sarkozy stoppa un moment le temps de laisser le niveau sonore retomber, avant de reprendre :
- Votre proviseur bien aimé Monsieur Delmas a exprimé le souhait de se reposer après avoir courageusement continué à faire fonctionner votre établissement. Ce pourquoi je ne suis pas venu tout seul. Je vous demande d’accueillir chaleureusement vos nouveaux proviseurs : M. Anna Robbia et Mme Ilsa !
Deux adultes qui se situaient au premier rang vinrent alors le rejoindre sur l’estrade, sous les yeux ronds des élèves qui ne s'attendaient pas à une telle annonce.
- C'est légal en France deux proviseurs ? demanda Melody.
Et surtout pas...
- Oh putain. Mais c'est mon oncle ! s'exclama le blondinet.
Ulrich et Christophe, qui se trouvaient sur les chaises adjacentes, réagirent à cette information :
- Tu m'avais pas dit que t'avais un oncle proviseur ! souffla le premier.
- Tu m'avais pas dit que t'avais une famille ! glissa le second.
- Bon, on verra ça plus tard, dit Gladys. La dame va parler.
C'est en tout cas ce que Mme Ilsa semblait vouloir faire en s'approchant du micro mais le Président de la République fut plus vif.
- Souhaitons-leur bonne chance pour diriger Kadic. Mais comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, sachez aussi que certains d'entre-vous auront la chance d’accueillir de nouveaux petits camarades dans leur classe dès aujourd'hui. Soyez dignes. Soyez patriotes. Soyez français. Vive la République. Et vive la France !
Il n'en fallait pas plus pour que d’énormes bavardages et spéculations envahissent les rangées d'élèves curieux de connaître l'identité de ces nouveaux arrivants, tandis que Nicolas Sarkozy, estimant son devoir accompli, allait déclarer quelques mots aux journalistes de BFM-TV qui étaient bien sûr présents pour filmer en direct son discours. La bande des Lyoko-guerriers en profita pour observer en détail les deux nouveaux proviseurs. La femme, la quarantaine, semblait originaire des pays du sud et arborait de magnifiques cheveux noirs ondulés. Son expression était douce. L'oncle d'Odd présumé de son coté semblait un peu plus jeune, dépassant facilement le mètre quatre-vingt et avait des cheveux bruns coupés courts. Il ne souriait pas, ce qui ne lui donnait clairement pas un air sympathique, dans sa veste en cuir beige, surtout comparé à sa collègue.
- Attendez-vous à une sacrée fournée, glissa Hervé aux autres. C'est surtout les trous dans notre classe et celle de Yumi et Christophe qu'il va falloir boucher.
- Qu'est-ce qu'on fout encore sur ces chaises alors ? fit remarquer Christophe. Allons en cours voir ça !
Les secondes G notamment, savaient que Madame Hertz ne supporterait pas les retards abusifs en biologie, malgré le fait que trois heures étaient consacrés à la matière le lundi matin. Hervé et Ulrich ne mirent pas longtemps à repérer le nouvel élève de leur classe, qui était déjà là. Cheveux noirs, vêtements noirs, maquillage dégueulasse du même ton sur le visage et notamment les yeux : Les deux garçons faisaient face à un émo.
- Bonjour à tous, commença le professeur. Avant de commencer je vous présente un nouvel élève : Shadow.
Le concerné ne réagit d'ailleurs pas, occupé à installer consciencieusement son espace de travail de manière organisée.
- Shadow... Ouais tu m'étonnes... commenta Ulrich.
- Mais où est passé Odd !? lui demanda Pichon.
Son camarade haussa les épaules, habitué.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


À la récréation, toute la bande des Lyoko-guerriers se retrouva, à l'exception énigmatique d'Odd.
- Z'avez pas vu Odd ? questionna de nouveau Pichon.
Signes de tête négatifs.
- Alors, les nouveaux ? questionna Zoé. On a rien dans notre classe.
- Idem, confirma Gladys sans surprise.
- Bah nous on en sait rien parce qu'on a pas eu cours, soupira Yumi. M. Latouche boude lorsqu'un événement empiète sur ses cours de mathématiques alors il n'est pas venu des deux heures. On a S.E.S après la récré.
- Je vois, sourit Ulrich. J'aime bien ce genre de profs.
- Moi aussi ! s'écria Della Robbia en rejoignant le regroupement.
- Hé bé Odd, t'étais où ? demanda son camarade de chambre.
- J'suis parti me recoucher, avoua le blondinet.
- T'es malade, Hertz va te déchirer la gueule à la reprise !!
- Mais non t'inquiète, j'ai tout prévu, répondit le félin avec un clin d’œil tout sauf rassurant venant de lui.
- Et alors vous, des nouveaux ? questionna l'ivoirien.
- Un seul, répondit Pichon. Un émo qui n'a rien dit de toute la première heure pour le moment.
- Ah, c'est lui, fit la blonde de quatrième en regardant Shadow.
Le groupe se tourna vers le nouveau venu. Il discutait près d'un arbre avec une fille qu'ils n'avaient jamais vus auparavant. Il était possible de limiter sa description au fait qu'elle était grande, blonde, et qu'elle avait le nombril à l'air malgré le fait que décembre venait d'arriver.
- Tiens, ce serait également une nouvelle élève ? questionna Melody.
- Ils n'ont pas grand-chose en commun ces deux-là, souligna Zoé.
- Ils font mine de ne pas remarquer qu'on les observe, informa Gladys. Bizarre.
La conversation dévia ensuite sur des badineries jusqu'à ce que la sonnerie oblige les élèves à se séparer pour rejoindre leur salles respectives. Les 1ère ES, qui logiquement y auraient droit après avoir perdu simultanément six personnes, soit un bon tiers de l'effectif, allaient enfin pouvoir connaître les nouveaux venus de leur classe. Et ils ne furent pas déçus.
- J'y crois pas... Trois filles !? s’exclama Christophe en remarquant les trois adolescentes qui se tenaient aux cotés de Mme Keno.
La réaction de l'ivoirien était légitime. Le déséquilibre initial de la classe entre les sexes avait été aggravé par la disparition d'Emmanuel et de Matthias. Sans compter William remplacé par un faux. Ernest et Christophe étaient en fait les deux derniers vrais mecs de la classe, une statistique qui n'avait plus rien à envier à la filière littéraire, où les garçons étaient également rares.
- Et trois blondes en plus, fit Melody.
- C'est la fille de tout à l'heure... commenta Yumi qui se tenait sur le table de derrière avec Melody (La réplique de William occupant la place à coté de Christophe).
La japonaise avait en effet reconnu la blondasse qui discutait à la récrée avec Shadow.
- Comme vous le voyez, nous accueillons de nouveaux élèves dans votre classe ce lundi. Si je me fie à la liste... Je vous présente tout d'abord Kiichi Blanc. Laquelle est-ce ?
La blonde habillée de façon légère fit un signe de la main.
- Présente-toi donc à la classe en quelques mots.
- Oh euh... Bonjour à tous, moi c'est Kiichi et j'arrive de Paris. Je... j'aime beaucoup... commença-t-elle en parcourant la classe des yeux.
Christophe sentit immédiatement le danger et embrassa la réplique de William sous les yeux ébahis des quatre femmes qui se tenaient devant le tableau et de Yumi et Melody qui se tenaient derrière.
- CHRISTOPHE !!! hurla Mme Keno. QU'EST-CE QUI TE PREND DE FAIRE ÇA EN PLEIN COURS !? Je ne pensais pas avoir à te dire ça un jour mais tu vas directement chez le principal.
C'est avec le sens du devoir accompli que l'ivoirien se leva et quitta la classe. William 2 n'avait évidemment pas bronché, le professeur en conclut donc malgré tout qu'il était consentant. Mais surtout, Kiichi avait bien catégorisé que ces deux gars là ne seraient pas intéressés par elle. M'Bala constata d'ailleurs en passant qu'Anaïs faisait la gueule, se sentant sans doute menacée dans son rôle de bombe de la classe par cette Kiichi.
- Bon euh... Merci Kiichi ça ira, va t’asseoir, conclut le professeur.
La fille au short troué choisit logiquement de se placer à coté d'Ernest.
- Ensuite voyons... Laura Gauthier ?
Ce fut cette fois la plus petite des deux autres qui réagit. Vêtue d'une robe noire et d'un gilet blanc, Laura renvoyait une image de fille-à-papa ne vivant que pour les cours, impression confirmée lorsque celle-ci déclara qu'elle aimait bien les mathématiques, chose inconcevable au sein de la classe.
- Pourquoi n'es-tu pas allée en S alors ? questionna Mme Keno.
L'élève sembla hésiter.
- Et bien euh... Parce que ma professeur de physique de seconde s'est opposée à mon passage dans cette filière. Longue histoire.
- Je vois. Merci, tu peux aller t’asseoir.
Ne restait plus qu'une nouvelle. Le professeur d'S.E.S reprit sa liste.
- Et enfin, bienvenue à Eva Skinner !
La dernière fille, qui semblait être la synthèse entre les deux extrêmes précédents, ne décrocha pas un mot et regarda le professeur de manière gênée.
- Pas oser... Français devant classe...
- Ah oui pardon. Elle nous vient des États-Unis et si elle comprend bien le français, Eva a encore du mal à s'exprimer en public dans notre langue maternelle. Si cela t’intéresse, Melody parle couramment anglais.
- Je vous remercie, fit l'américaine en s'asseyant de facto à la place laissée libre par Christophe, devant la rouquine.
- Bon, après ce début de cours riche en rebondissement, reprenons normalement.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


- Odd Della Robbia ! étrilla immédiatement Mme Hertz en voyant le blondinet aux cotés d'Hervé et d'Ulrich. Puis-je savoir où tu étais lors de la première heure de cours ?
- J'ai un mot d'excuse du Président de la République ! répondit fièrement le félin virtuel, tandis que Stern ouvrait grand la bouche de surprise.
Il sortit alors un papier qu'il déposa sur le bureau du professeur, qui redressa ses lunettes avant de le consulter.

Merci d'excuser l'absence de M. Odd Della Robbia, au collège lycée Kadic, le motif étant l'accomplissement de son devoir civique pour la visite de Monsieur le Président de la République.


Au bas du message, la signature de Nicolas Sarkozy était inscrite. Lorsque Mme Hertz releva la tête, Odd perdit son sourire.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


Merci d'excuser l'absence de M. Odd Della Robbia, au collège lycée Kadic, le motif étant l'accomplissement de son devoir civique pour la visite de Monsieur le Président de la République.


- Tu te rends quand même compte que je ne suis pas nécessairement fier d'avoir comme premier élève envoyé dans notre bureau mon neveu, soupira le nouveau proviseur masculin après avoir terminé la lecture du mot.
Il avait pris place devant le bureau, tandis que Mme Ilsa se tenait debout à coté.
- Cela étant ce serait un mensonge que de dire que je suis surpris, compléta M. Anna Robbia.
- Mais Laurent, le mot est authentique !
- Hum...
Le proviseur utilisa l'ordinateur de bureau pour se rendre sur la page Wikipédia de Nicolas Sarkozy, comparant les signatures. Elles n'étaient pas tout à fait identiques mais très similaires. Odd, bien que doué en dessin, aurait difficilement pu arriver à ce résultat si vite, la visite du Président n'ayant pas été anticipée.
- Comment tu as fait pour convaincre le Président de te signer ça ?
- Facile, j'ai fait l'éloge de son bilan devant les caméras juste derrière lui, il l'a bien évidemment remarqué et il a été gentil avec moi.
Laurent Anna Robbia ne put dissimuler son rictus. Odd avait utilisé sa matière grise pour exploiter la fibre très communicante du nouveau Président français, et tout ça dans le but de gratter une heure de sommeil.
- Tu es un débrouillard, avoua le proviseur. C'est bien, cela te servira plus tard. Mais tu as quand même employé des moyens clairement pernicieux pour parvenir à tes fins. Et comme ton but – à savoir sécher le cours de Mme Hertz – n'avait rien de noble, ce sera deux heures de colle.
- Mais Laurent !
- Rien du tout, j'ai déjà divisé par deux la sanction pour récompenser ta créativité, mais ne me confond pas avec le père Noël. Tu veux peut-être que j’appelle tes parents ?
Odd Della Robbia se rassit immédiatement. Si Delmas était incapable d'objecter sur l'image idéalisée que ses parents avaient de lui, son oncle était bien capable de détruire le mythe en trois phrases. Et lui serait pris au sérieux.
- Bon d'accord, lâcha le lycéen, vaincu. J’admets que ma démarche était limite, mais rien que pour pouvoir raconter cette histoire, les deux heures de colle valent largement le coup.
- Tu as malheureusement raison, fit son oncle. Allez file.
- À plus tonton !
- Au fait Odd, ajouta le proviseur.
- Oui ?
- Je tiens à te faire remarquer qu'en temps normal, nous ne sommes pas Mme Ilsa et moi simultanément dans le bureau à recevoir les élèves, nous alternons. Je te sais joueur avec les règles, alors on va jouer. Sache que si tu as le malheur de retomber sur moi à la prochaine expulsion de cours, tu seras traité comme récidiviste et à ce titre ta peine sera doublée.
C'était définitif, Odd et Laurent faisaient partie de la même famille de barjos. Après avoir acquiescé, le blondinet ouvrit la porte, croisant Christophe M'Bala qui attendait derrière.
- Un autre, déjà ? fit M. Anna Robbia. Un de tes amis je suppose ?
Odd détala sans un mot avant que sa propre sanction ne soit alourdie, ce qui était l'équivalent d'un oui.
- Entrez donc jeune homme puisque nous en sommes à faire connaissance avec les pensionnaires, déclara la femme proviseur.
M'Bala prit place sur le siège qui avait été chauffé à l'instant par Odd.
- Qu'est-ce qui nous vaut le plaisir ? reprit l'oncle du blondinet.
- J'ai été expulsé du cours pour avoir embrassé mon camarade sur la bouche.
- Ahin. Pourquoi avez-vous fait ça, monsieur... ?
- Christophe M'Bala, 1ère ES, monsieur.
- Bien Christophe, tu m'as l'air d'être un adolescent équilibré qui sait parfaitement qu'il est prohibé de se livrer à ce type d'activité en classe, donc j'aimerai que tu m'expliques pourquoi tu as fait ça ?
- C'est simple monsieur, une des nouvelles élèves de la classe avait l'air d'être une fille disons... très ouverte.
Anna Robbia soupira.
- Pourquoi penses-tu cela de ta camarade alors qu'elle vient d'arriver ?
- Le nombril à l'air, en décembre.
- Ah, je vois de qui il veut parler Laurent, intervint Mme Ilsa. C'est vrai que son apparence est difficilement défendable.
- Voilà, reprit Christophe. Vous allez vite retenir que ma classe ne comprend que trois garçons, et comme je suis homosexuel et que je voulais éviter qu'elle ne nous fasse un cirque, j'ai embrassé mon camarade William Dunbar devant elle, pour que le message passe.
M. Anna Robbia et Mme Ilsa tentèrent sans succès de contenir leur mine ébahie. Ce genre de justification n'était pas banale.
- Bon et euh... Ce William partage-t-il tes convictions ?
Il fallait cette fois y aller au bluff.
- Il n'en parle pas trop mais je crois qu'il est bi. En tout cas, il n'est pas intéressé par cette fille et était d'accord avec mon idée.
Le proviseur semblait pensif. M'Bala en profita.
- Je sais que ce que j'ai fait n'était pas bien mais comprenez que j'avais mes raisons. À cause de mon homosexualité, ce genre de plan peut déboucher sur des scènes assez gênantes, je l'ai déjà vécu. Je voulais juste éviter que cela se reproduise.
Anna Robbia et Ilsa se regardèrent. Cette dernière prit la parole.
- On te comprend, fit-elle doucement. Nous passons l'éponge pour cette fois, mais vu la rareté de ton excuse, tu comprendras que si tu revenais ici avec le même motif, nous ne pourrons pas être aussi cléments.
- Oui madame. Merci.
- Tu peux y aller.
Tandis que M'Bala quittait les lieux, Ernest se présenta devant la porte des nouveaux proviseurs.
- Jamais deux sans trois... Votre nom et classe ? demanda le proviseur tandis qu'Ernest prenait place sur le siège chauffé par Odd et Christophe.
- Ernest Tié, 1ère ES, habitué des lieux. J'ai été expulsé parce que j'ai traité ma camarade Kiichi de salope après qu'elle ait tenté de me draguer en plein milieu du cours d'éco.
- La fille avec le nombril à l'air je suppose.
- En effet.
Le nouveau proviseur soupira. Il ne put que congédier Ernest sans punition, provoquant l'incompréhension de ce dernier. C'était la première fois que Tié s'en sortait si bien. Les deux adultes s'attendaient à ce qu'un quatrième élève attende derrière la porte, mais il n'en fut rien, leur permettant de souffler.
- Et bien... Je me demande comment Delmas a fait pour tenir tout ce temps, glissa l'homme à la femme.
- Il faut avouer que ces enfants sont terriblement attachants malgré tout.
- Oui, nous avons besoin de jeunes qui sortent un peu de la norme pour plus tard. Voyons comment les choses évoluent.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCantine

- Shadow et Kiichi sont frère et sœur, annonça Zoé, qui avait pu discuter avec Milly et Tamiya avant de retrouver le groupe. Leur nom de famille est Blanc.
Le groupe entier, même privé de Jérémie, avait du mal à tenir tous sur une table. Il fallait se serrer et utiliser chaque coté de la table. Une pratique légale selon Odd, maître absolu sur ce territoire.
- Shadow Blanc... Tu m'étonnes qu'il soit mal dans sa peau, commenta Stern.
- Et alors, les nouveaux en première ? questionna Hervé.
- Trois blondes, dont la fameuse sœur, répondit la japonaise. Une dévergondée, une intello et une entre les deux.
- Laura Gauthier est la sœur de Théo, de votre classe, glissa Bonnet à Pichon.
- Je vois. Rien de très intéressant.
- Sauf qu'Eva est venue me voir à la sortie de l'éco pour que je lui apprenne un peu mieux le français, fit Melody. Il ne faudrait pas que cela me gène trop dans le cadre de mes nouvelles activités.
- On te laisse gérer ça, fit Pichon. Tu ne peux que mieux t'en tirer que certains qui ne trouvent rien de mieux à faire que de se faire remarquer dès le premier jour par la nouvelle direction, ajouta-t-il avait un regard entendu à Odd et Christophe.
- Le fait que mon oncle remplace Delmas est plutôt une bonne chose, il fait le dur à l’extérieur pour que l'ordre règne mais je devrais réussir à le gérer. C'est plutôt la dame sur laquelle je ne sais rien qui m'inquiète.
- Bon mais on en est où de ce coté là ? entama Stern. Dix jours de tranquillité virtuelle, j'aime pas ça.
Par réflexe, notamment de la part des anciens, les têtes se rapprochèrent.
- Bah, répondit Pichon. Comme tu l'as fait remarquer il ne se passe rien. J'en profite pour rattraper mon retard sur Jérémie. Je consolide notre défense mais je ne prépare pas encore d'attaque.
- Oui je vois ce que tu veux dire. Bon restons vigilant, c'est toujours conseillé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMinistère de la Défense, rue Saint-Dominique, Paris, dans la soirée

- Hello ! Désolé de ne pas avoir pu appeler plus tôt, j'ai été assez occupé aujourd'hui, annonça Arnold Heath en téléphonant depuis son bureau. Tu es seul ?
- Bien entendu, répondit l'homme à l'autre bout du fil.
- Sarkozy a fait des siennes ce matin. Qu'il s'en mêle directement n'était pas prévu.
- Je sais. Mais aucune crainte, il ne s'agissait pour lui que d'un coup de com', il mise sur le fait que la plupart des jeunes présents seront en âge de voter en 2012. De plus il n'a pas vu les élèves, il s'est seulement occupé des successeurs de Delmas.
- Il n'a vraiment rien remarqué alors ?
- Pas que je sache. Et si je ne sais pas, qui peut le savoir ?
- Héhéhé, very good. Me voilà rassuré dans ce cas.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau européen

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAu milieu des courants bleutés du réseau, une ombre était en mouvement. Une sorte de vaisseau sous-marin gris, avec des lumière vertes à l'arrière. Celui-ci s'approchait d'une sphère virtuelle dont le sas était ouvert. Il s'y engouffra.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


Le vaisseau émergea des eaux claires du monde virtuel, qui baignait dans un ciel doré. Il s’éleva rapidement avant de se poser sur une petite plate-forme circulaire de couleur turquoise. Les lumières vertes s'éteignirent et l'arrière du véhicule s'ouvrit. Une passerelle permit à son occupant encapuchonné de sortir de la structure pour fouler ce nouveau monde virtuel. Il se saisit d'une paire de jumelle futuriste et regarda autour de lui. Les structures sphériques tournaient autour d'un épicentre mais étaient exactement similaires à celle où il avait atterrit. En fait, la plus grosse partie du monde virtuel semblait être encore au-dessus de lui.
Il appuya alors sur quelques boutons présents sur un bracelet métallique autour de son poignet gauche. Trois petits robots noirs sortirent alors de l'arrière du vaisseau avec lequel il était arrivé et se dispersèrent dans les airs.
Dark Maul, les yeux plus xanatifiés que jamais, demeura immobile sur la plate-forme.


À suivre : Le casse-bonbon


Dernière édition par Icer le Mar 12 Sep 2017 20:13; édité 6 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Ven 15 Jan 2016 17:14   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1047
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
L'alignement des planètes est brisé.

J'ai utilisé tes 6 derniers chapitres comme passe-temps libre et c'était ma foi une fort bonne idée : Je les ai adorés. Oh bien sûr, tout n'est pas parfait : Laura n'occupe pas de place centrale en plus d'avoir été mise en 1ère, l'auteur recycle tous les noms qui lui tombent sous la main... Mais au-delà de ces erreurs de jeunesse, on a vraiment de bons éléments. J'aime beaucoup les passages du côté Irlandais et à Kadic en général, le chapitre 35 notamment, c'est bien imaginé, et puis c'est franchement sympa de voir que les héros et adultes ne sont pas les seuls à savoir parler. Ensuite, tes références sont toujours aussi variées, même si ça va de la plus grossière à la plus subtile en passant par l'anecdotique. Mention à la lettre d'excuse fournie par M. le Président. Au final, on peut dire que c'est largement à la hauteur de ce qui était annoncé au vu de l'auteur du texte.
Je constate aussi avec plaisir que tu fais partie des rares personnes qui arrivent à faire un bon jeu de mots (En Bushure) après avoir essuyé autant d'échecs dans ce type d'exercice (Un'Icer, Summ'Icer, Conner'Icer, etc...). Après, je ne suis pas forcément fan de tous ces nouveaux personnages, Shadow et Kiichi Blanc entre autres, mais je ne les déteste pas, à voir s'ils vont me convenir en quelque sorte.


Spoiler


Bref, envoie. C'est vraiment du beau boulot.
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 18 Jan 2016 21:40   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Spoiler



http://i.imgur.com/XATecLq.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 5 décembre 2007, Établissement scolaire Kadic, France, à midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe M'Bala quittait le bureau du principal pour la seconde fois cette semaine, laissant entrer Colin Maillard – le frère d'Emmanuel. Ce jour-ci, il n'avait rien fait mais un inspecteur de police l'avait convoqué à midi avec d'autres pour des question relatives à son camarade Matthias Burrel. À défaut d'avoir retrouvé l'adolescent, les premiers éléments de l’enquête avaient permis de mettre en évidence une profonde amitié entre les deux jeunes. L'ivoirien avait vite dû calmer les ardeurs du policier en avouant qu'ils s'étaient disputés il y a presque un an maintenant et même s'ils avaient continué de partager leur chambre jusqu'ici, Christophe ne savait pas grand chose sur Matthias en dehors des cas où il avait cherché à fouiner sur la bande des Lyoko-guerriers (Chose qu'il n'avait bien entendu pas raconté). Il avait fini par être remercié, faute d'apporter des informations déterminantes.
Christophe M'Bala et Matthias Burrel s'étaient rencontrés pour la première fois pendant les vacances d'été alors qu'ils finissaient la classe de sixième. À l'époque Samuel, le frère de Christophe, avait traîné son aîné à la FNAC de La Défense pour qu'il lui achète Pokémon version Saphir (« Avec ton anniversaire tu as eu plein de sous, fais pas l'juif wesh ! »). C'est là-bas que l'ivoirien avait reconnu son camarade de classe de sixième à qui il n'avait jusqu'ici jamais adressé la parole, qui était venu le même jour acheter Pokémon version Rubis. M'Bala savait que Burrel lui avait d'abord tapé la discut' par intérêt vu que son frère achetait la version complémentaire à la sienne. Mais de fil en aiguille, Matthias avait fini par sincèrement l'apprécier, d'autant qu'ils s'étaient à nouveau retrouvés ensemble dans la même classe. Si Christophe n'avait jamais pu balancer à Matthias toutes les réflexions qu'il aurait éventuellement eu à lui faire ces dernières années, c'est grâce à cette année de cinquième où il lui devait beaucoup. Car très tôt en quatrième, Burrel avait commencé à changer. Ironiquement, c'était tout récemment que Christophe s'était souvenu du premier indice, puisque celui-ci avait été supprimé par le retour vers le passé, jusqu'à ce qu'M'Bala le récupère en s'enregistrant dans le Supercalculateur. Puis les choses s'étaient dégradées jusqu'à ce fameux jour...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMardi 12 octobre 2004, Bibliothèque de Kadic, début d'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe M'Bala était occupé à réviser ses cours de mathématiques, une matière où il brillait de moins en moins, lorsque Matthias déboula à ses cotés, en ayant emprunté un livre pour faire semblant de réviser.
- Christophe ! Viens dans le couloir, j'en ai une bonne à te raconter.
- Ok, j'ai besoin d'une pause.
Les deux adolescents de quatrième se levèrent. Ils n'avaient même pas encore quitté la pièce que Burrel se mettait déjà à table :
- Je viens d'croiser Sissi avec Jim, il l'a conduisait à l'infirmerie.
- Elle s'est claquée les méninges en tentant une addition à deux chiffres ? questionna M'Bala avec malice, lui qui sortait de quatre-vingts dix minutes de mathématiques.
- Ha ! Nan elle s'est électrocutée.
- Hahaha.
Ils arrivèrent dans le couloir. Matthias reprit la parole :
- J'ai envie d'en savoir plus, allons fouiner du coté de l'infirmerie.
- On a pas un journal pour ce genre d'infos ?
- Milly et Tamiya ne peuvent pas dénicher chaque scoop toutes seules...
- Hum.
Après avoir manqué de se cogner contre Odd Della Robbia et Jérémie Belpois qui sortaient en trombe, Christophe retourna sans un mot bosser ses mathématiques, signifiant par la même occasion à Matthias qu'il n'était pas intéressé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 25 février 2006, Cour de Kadic, dans la matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngC'était le jour de la photo de classe pour Christophe, Matthias et leur classe de troisième. Les deux camarades étaient tranquillement assis au premier rang. Tandis que l'ivoirien s'était retourné pour expliquer certaines choses à Melody Rousseau, une élève d'origine anglaise arrivée dans leur classe l'année dernière, à propos du cours sur l'histoire de France qu'elle avait du mal à saisir, Yumi Ishiyama, en retard, s'assit subitement entre les deux garçons. William Dunbar, un nouveau encore plus récent et dont il était déjà de notoriété publique qu'il voulait se faire la japonaise, attaqua immédiatement :
- Hé Yumi ? Bé où t'étais je t'ai cherché partout dans la cour ce matin.
M'Bala soupira intérieurement. Quel dragueur de merde. Cela faisait d'autant plus sourire l'ivoirien que lui n'avait jamais eu besoin à recourir à ce genre de plan pourri pour sortir avec Anaïs.
- Hé ! Mais, mais t'es qui toi ? questionna soudain William, sortant du schéma cliché.
Il n'en fallait pas plus à Matthias pour qu'il s'en mêle immédiatement.
- Hé mais c'est la fille du proviseur. Hé c'est elle, c'est Élisabeth. Trop drôle ça.
- Hum, bon d'accord, répondit la fausse Yumi. Alors primo mon nom c'est Sissi et secundo, t'es gentil et tu la boucles d'accord ?
- D'accord Elisab...Oh !
Burrel avait encore voulu faire le malin et s'était fait tarter. Qu'il ne compte pas sur Christophe pour le défendre.
- On peut savoir pourquoi t'es déguisé en Yumi ? demanda William, visiblement déçu de ne pas pouvoir pousser plus profond (son plan de drague hein).
- Non, ça c'est pas tes oignons.
- En tout cas sur toi ce genre de coupe de cheveux ça fait carrément ringard.
Matthias encore. Il ne savait pas s'arrêter.
- Je ne suis jamais ringard c'est compris ? répondit Sissi. Et je peux porter ce que je veux, sur moi tout est classe !
- Oui enfin, presque tout... répondit Matthias.
- C'est bon lâche-la, intervint Emmanuel.
- Ouais t'es lourd, renchérit Christophe, s’engouffrant dans la brèche ouverte par son camarade.
- Euh... Silence s'il vous plaît, intervint le photographe qui avait déjà l'air de bien galérer tout seul avec son appareil.
- T'entends ? questionna Delmas. Ferme-là ! Compris ? Tu la boucles !
- Qu'est-ce que c'est que ce raffut ? Yumi ! Il y a un problème ?
Le proviseur avait été attiré par l'altercation. Il reconnut bien évidemment sa fille en un clin d’œil et cette dernière se fit rapidement exfiltrer dans le bureau de son père pour se faire passer un sacré savon. La photo de classe put enfin se dérouler normalement.
- Mort de rire ! s'exclama Burrel tandis que la classe retournait en cours d'arts plastiques avec M. Chardin. Elle va se faire démonter cette imbécile.
- C'est de ta faute non ? fit remarquer l'ivoirien.
- Elle avait qu'à pas s'énerver comme ça sur moi.
- Bah en même temps t'as vu comment tu t'es comporté. Vu comment est Yumi je pense que tout ce plan avait une bonne raison d'être et t'as tout fait foirer.
- On s'en fiche !
- Pour l'instant oui. Mais si un jour tu te retrouves à sa place, ne viens pas pleurer si elle ne te soutient pas.
Cette réplique fut la clôture de l'incident, le groupe entrant ensuite dans la salle de classe.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 29 mai 2006, Parc de Kadic, fin d'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAprès une journée de cours épuisante, Christophe n'avait fait qu'un bref passage dans sa chambre et avait laissé Matthias pour aller voir Anaïs et lui demander si elle voulait de l'aide pour les exercices de français à faire pour le lendemain. Mais Fiquet voulait surtout lui parler de quelque chose d'important.
- Christophe, je dois te dire quelque chose.
- La rupture, déjà ?
- Je ne plaisante pas !
Elle ne souriait pas. L'ivoirien comprit l'enjeu et s'assit à ses cotés sagement.
- Je t'écoute.
- Ton pote Matthias a essayé de m'embrasser ce midi.
- QUOI !?
- Oui. Il m'a attiré dans la chaufferie et a essayé de m'embrasser. Je lui ai collé une baffe.
Christophe se rappelait en effet que Matthias était arrivé un peu après lui au self.
- Vu que tu le connais bien, je compte sur toi pour faire quelque chose n'est ce pas ?
- Oh oui compte sur moi. Et même, compte sur moi immédiatement.
Christophe fit le chemin inverse au pas de course. Il n'avait pas l'habitude de s'énerver mais là, c'en était trop. Qu'un autre mec qu'il ne connaît pas tente d'embrasser Anaïs en ignorant qu'elle est en couple, vu la bombasse, passe encore, mais son camarade de chambre et meilleur ami ! Il donna un coup de pied pour ouvrir la porte, surprenant Burrel qui était encore affalé sur son lit en se demandant ce qu'il allait pouvoir faire du reste de la journée pour éviter d'avoir à travailler.
- Mec. Je te donne vingt secondes pour m'expliquer pourquoi tu as voulu embrasser ma copine.
- Oh euh... Je... Excuse-moi, c'est juste que j'ai encore jamais embrassé de filles et...
- Si tu continues de te comporter comme un gros con, c'est pas étonnant. Et d'accord, mais pourquoi choisir ma copine ?
- Bon écoute Chris. Depuis que tu sors avec Anaïs, on se voit beaucoup moins et ça me chagrine, moi je n'ai que toi ici. Alors j’espérais la pousser à la faute et que tu la quittes pour infidélité.
- Donc si je résume, tu espérais te rapprocher de moi en étant celui qui pousserait Fiquet à la faute ?
- Ben oui... Au moins je me suis assuré qu'elle t'était fidèle. Je suis sympa non ?
L'ivoirien s'effondra sur son lit. Que répondre à ça ? Bien sûr Burrel s'y prenait n'importe comment mais il ne pouvait pas lui en vouloir de craindre pour leur relation. Il fallait avouer que Christophe n'avait jamais pris la peine de parler vraiment d'Anaïs à Matthias. Pour cette fois, il passerait l'éponge.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 18 novembre 2006, Foyer des élèves de Kadic, fin de matinée

- Du ping-pong !? s'étonna Matthias
- Oui, confirma Christophe. Tu fais du tennis non ? Bah c'est un peu pareil.
L'ivoirien força son ami à venir jouer, passant d'une manière presque comique devant Yumi et ses amis Aelita Stones et Ulrich Stern, qui buvaient tranquillement des Coca-cola.
Si l'africain insistait autant, c'est parce qu'il sentait sa relation avec Matthias de plus en plus compromise. Le simple fait que ce dernier soit sportif aurait dû suffire mais il avait porté sa passion sur le tennis, le genre de sport qu'on ne pouvait pratiquer qu'en club. Et de fait, Christophe ne pouvait pas jouer avec lui. Il tentait donc, profitant de l'ouverture récente du foyer, d'initier son ami au ping-pong pour qu'ils puissent partager davantage de moments ensemble. Par ailleurs, c'était aussi l'occasion de le détourner de la mauvaise habitude qu'avait prise Matthias : Fouiner. Finissant par le convaincre, les adolescents passèrent presque une heure à jouer avant que Burrel ne pose la raquette.
- Pfiou...
- Déjà fatigué ? Tu te débrouilles bien en tout cas, sourit Christophe.
- Non t'inquiète j'ai de la ressource. Mais il faut absolument que j'aille dire à Milly et Tamiya qu'Odd sort avec Camille.
- …


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMardi 16 janvier 2007, Chambre d'Anaïs Fiquet, fin d'après-midi

- J'ai reçu un mail d'Odd aujourd'hui. Il a proposé de m'enculer sec dans un endroit nommé Lyoko.
Facepalm de Christophe. Venant du blondinet, ce n'était pas étonnant. Mais cela dit, le collectionneur de filles venait peut-être indirectement de lui rendre service...
- Et donc ? Tu n'es pas intéressée ?
Elle le regarda étrangement.
- Ben, évidemment que non.
- Tu devrais peut-être.
- Explique-toi !?
- Je pense qu'on devrait s'arrêter là, annonça Christophe.
- Ah. C'est bizarre, j'avais l'impression qu'on s'entendait bien, soupira la blonde.
- C'est le cas.
- C'est pour le plaisir de me plaquer avant que je ne le fasse ? Tu sais Christophe, je ne suis pas comme le dit ma réputation.
L'ivoirien se planta en face d'elle, lui saisit les épaules pour qu'elle le regarde.
- Ne dis pas des choses comme ça. C'est juste que je pense que je suis gay.
La fille écarquilla les yeux. Elle ne s'attendait pas à ça.
- Wow. Ce n'est pas une blague ?
- Réfléchis. Tout va à merveille entre nous, pourquoi penses-tu que je te quitte ?
Elle se résigna. Pour la première fois, Anaïs Fiquet venait de se faire plaquer.
- D'accord... Mais c'est pas pour autant que je vais dire oui à Odd Della Robbia hein.
- J'espère bien, tu vaux mieux que ça, sourit Christophe. Je compte évidemment sur ta discrétion quand à ce que je t'ai dit sur moi.
- Je t'aime trop pour te faire ça mec... répondit Fiquet mi-amusée, mi las.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre de Christophe M'Bala & Matthias Burrel

- Encore avec Anaïs j'imagine ? soupira Matthias lorsque son camarade rejoignit sa chambre.
- Oui. Mais c'était la dernière fois. J'ai rompu.
Immédiatement l'adolescent à lunettes se redressa.
- Sérieusement ? C'est TOI qui a rompu ?
- Oui pourquoi ?
- Et bien selon mes informations, c'est la première fois que c'est Anaïs qui se fait plaquer.
- C'est pas censé être privé ça ?
- Pas pour moi, répondit Burrel avec un clin d’œil.
- Ok cette fois ça suffit, enragea M'Bala. J'en ai plein le cul de te voir mettre ton nez partout depuis la quatrième. Y a une différence entre être au courant des ragots et fouiner dans la vie privée des gens. Alors si jamais je te vois de nouveau faire ça à quelqu'un, ne compte plus sur moi.
Burrel déglutit. L'ultimatum était clair. Si Matthias continuait d'être ce Matthias là, il le serait sans Christophe. Or la situation n'avait pas changé depuis qu'il avait rencontré Christophe : Personne d'autre ne le supportait. Seules Milly et Tamiya étaient véritablement sympa avec lui mais c'était par intérêt, et il ne pouvait pas faire de ses bestah deux gamines de cinquième.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngJeudi 25 janvier 2007, Self de Kadic, au matin

- Hé, William ! Génial ton canular, on a vraiment cru que t'étais devenu cinglé !
L’interpellé ne répondit pas, se dirigeant vers la table de son groupe.
- Laisse-le tranquille, répondit Christophe. Tu vois bien qu'il n'est plus débile mais toujours aussi paumé qu'avant.
- Je me demande bien ce qui a pu se passer... Pas toi ?
- Non pas vraiment, je m'en fiche.
Mais l'ivoirien vit la lueur dans le regard de Matthias, qui poursuivit :
- Il faut que je découvre la vérité. J'ai lancé la rumeur du frère jumeaux par dépit mais c'est temporaire.
- Quoi, c'était toi !? Matthias, t'as intérêt à arrêter de déconner.
Burrel se ravisa. Depuis la déclaration de Christophe d'il y a dix jours, il faisait plus attention, c'est sûr, M'Bala pouvait le reconnaître. Et c'était le moment qu'avait choisi William pour redevenir plus ou moins normal. Allait-il résister à l'envie de résoudre un tel mystère ?


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 26 janvier 2007, Établissement scolaire Kadic, dans l'après-midi

- William Dunbar ? Absent visiblement... marmonna M.Fumet en marquant l'absence sur sa liste.
L'ivoirien nota l'expression de Yumi, qui n'avait pas l'air au courant. C'était inhabituel car depuis que Dunbar jouait au con, il était souvent avec. Voilà qui allait encore donner du grain à moudre à Matthias. À la fin de l'heure, tandis que Christophe s'éloignait en compagnie de Matthias et d'Ernest, il entendit de loin :
- Yumi... attends.
C'était William, il avait reconnu la voix. Il fit mine d'avoir son lacet à refaire pour pouvoir se retourner et confirmer. Il n'entendit rien de plus, les deux coquins parlant à voix basse, mais lorsque Yumi laissa l'adolescent absent sur place, il n'avait pas l'air plus avancé qu'avant. Dunbar sembla retourner dans sa chambre.
- Bon Christophe... Tu sais pas faire tes lacets ou quoi ? lança Matthias qui l'attendait, appuyé contre l'un des milliers en pierre.
- Désolé, répondit son colocataire en se relevant promptement.
- Je sais très bien ce que tu faisais, lui avoua Burrel en croisant les bras. J'ai vu William aussi hein. Il y a définitivement quelque chose qui cloche et vu que ça a l'air de t’intéresser aussi, tu ne peux rien me reprocher cette fois.
L'ivoirien se mordit la lèvre. Il avait commis une bourde. Heureusement – et Christophe ne put le savoir qu'une fois enregistré dans le Supercalculateur – il avait été sauvé par le retour dans le temps vu que...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 26 janvier 2007, Établissement scolaire Kadic, dans l'après-midi

- William Dunbar ? Absent visiblement... marmonna M.Fumet en marquant l'absence sur sa liste.
L'ivoirien nota l'expression de Yumi, qui n'avait pas l'air étonnée. C'était inhabituel car depuis que Dunbar jouait au con, il était souvent avec. Et si la japonaise calculait l'absence, c'est à l'évidence qu'elle savait parfaitement que l'adolescent déraillait. Christophe commençait à se demander s'il ne devrait pas aller voir dans sa chambre. Mais s'il faisait ça, Matthias pouvait le griller. Mauvaise idée donc. Il fallait faire confiance à Yumi.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSelf de Kadic, au soir

- Un match de foot ?
- Ouais, confirma Maillard qui avait rejoint Matthias et Christophe à leur table pendant le dîner. Tu sais, Jim aime bien faire ça le samedi matin les jours où les secondes n'ont pas de devoirs surveillé.
- Ouais c'est vrai qu'on a rien demain, fit Burrel. Tant mieux je vais pouvoir do...
- Tu rêves, coupa M'Bala. Demain tu participes avec moi.
- Mais putain Christophe ! Le ping-pong ok mais le foot j'suis une merde !
- Osef, Jim cherche ceux qui jouent avec un bon esprit, pas forcément qui sont forts. Vu tes notes, fais pas la fine bouche.
- Mouais ok...
- Et le pire, rajouta Maillard, c'est qu'Ernest est collé demain matin. Il va être en rage grave de ne pas participer.
Christophe jeta un coup d’œil à la table de la bande de Yumi. Ils semblaient avoir fait la paix avec Sissi. Mais William était toujours absent. Tandis qu'il faisait cette constatation, Tié se joignit à eux, posant brutalement son plateau.
- Changez immédiatement de sujet ou je vous casse la gueule, annonça-t-il avec un air sombre, provoquant le rire de ses trois camarades.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 27 janvier 2007, Chambre de Christophe M'Bala & Matthias Burrel, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe avait mis le réveil à huit heures trente pour être certain d'avoir le temps de tirer Matthias du lit. Et tandis que Burrel était sous la douche, Christophe en profita pour faire un détour important à ses yeux. Il frappa à la porte de William.
- William, William !
Il craignait que personne ne réponde mais ce ne fut pas le cas :
- Euh... oui ?
- Jim organise un match de foot. Faut que tu viennes mec.
- J'suis pas prêt. C'est à quelle heure ?
- Neuf heures trente. Active vieux.
- C'est bon, j'arrive.
Bien. William n'avait pas décliné, c'est qu'il n'allait pas si mal que ça. Christophe savait que Dunbar était l'un des meilleurs de la classe en sport, avec lui-même et Ernest. L'ivoirien le laissa se préparer et retourna voir Matthias avec qui il descendit sur le terrain. Dunbar rejoignit les rangs peu après la rencontre. Il n'y avait pas foule mais c'était suffisant pour constituer les équipes.
- Il est où Morales ? demanda Burrel.
- Il est parti chercher les maillots. Il veut que nous formions les équipes en attendant, répondit un élève de quatrième.
Impossible de s'y retrouver sans adulte. La formation des équipes n'avait pas commencée tandis que le professeur d'E.P.S revenait. Et il n'avait pas l'air content.
- J'peux savoir ce que vous fabriquez ?
- Ben... les équipes, répondit Romain Le Goff.
- Ce capharnaüm, cette gabegie, t’appelles ça choisir toi ?
- J'ai déjà entendu ça quelque part... déclara Ulirch.
- Pas moi, soupira William.
- Je prends les choses en main, gronda GI-Jim. Vous allez être repartis selon de vos notes en sport.
Mais tandis qu'il observait en détail la foule qui avait répondu présent à son match, il buta sur quelqu'un.
- Toi, tu m'dis quelque chose. Ton nom ?
- Belpois. Patrick, répondit un type que Christophe avait brièvement aperçu jouant au baby-foot récemment. Je suis de passage à Kadic pour le week-end, je peux participer ?
- Hum, oui, on a besoin de toi pour avoir le compte. Je me disais aussi, je voyais Belpois bis de présent. Tu vas pouvoir enfin muscler autre chose que ton cerveau hein Jérémie ?
Belpois l'original ne sembla pas trouver la remarque amusante.
- Bon, reprit Jim.
Sortant un papier et des marqueurs de sa veste, il se mit à écrire une rapide feuille de match. Quand il eut finit, il la montra au groupe. Christophe l'observa. Il avait carrément défini les postes à l'avance. Il nota que les quatre représentants de sa classe avaient été mis en défense centrale, Emmanuel et Matthias d'un coté, William et lui de l'autre.
- Kantaoui, Maillard, vous serez les capitaines de vos équipes respectives, annonça l'adulte. Je vous laisse aller vous changer aux vestiaires.
Il attribua le carton des maillots bleus à l'équipe de Kantaoui, à laquelle Christophe appartenait, et celle d'Emmanuel eut la rouge.
- C'est bête ça, lança Odd à Ulrich suffisamment fort pour que l’intéressé entende. William devrait jouer avec nous, ce maillot lui irait mieux.
- Odd !
Christophe chercha la source de l'intervention. C'était la cousine du blondinet, Aelita Stones qui se tenait dans les gradins avec Yumi. Elle n'avait pas l'air contente. Suite à son rappel à l'ordre, le vanneur n'ajouta rien et se dirigea vers les vestiaires à la suite de son équipe. L'ivoirien était perplexe. Apparemment, le cas de William suscitait des tensions au sein du groupe, ce qui pouvait expliquer qu'il ait l'air déprimé. C'est sur ce constat que Christophe se dirigea également vers les vestiaires. L'équipe comptant une fille, ils attendirent d'être tous changés et rejoints par cette Anne-Sophie pour parler stratégie, tandis que leurs adversaires faisaient de même dehors.
Jérémie justement posait un papier sur la table.
- Approchez, j'ai demandé son papier à Jim.
- Bien joué Belpois, félicita Mohamed, leur capitaine.
- Ça ne va pas être facile, prévint immédiatement Christophe. Il a mit Emmanuel et Matthias en défense centrale.
- Oui, approuva Johnny. Mais regardez, il a fait pareil de notre coté avec toi et William.
- Les secondes vont jouer les murs, commenta Émilio Rodriguez.
- Je trouve l'offensif tout aussi équilibré, ajouta Romain. Entre Ulrich, Théo et « Titi », ça va dépoter.
- Émilio aussi sait comment s'y prendre, ajouta Mohamed.
- Il faut accentuer nos efforts du coté droit, conseilla Jérémie. Julien refuse toujours de porter des lunettes malgré ses problèmes de vue, et Sophie ne court pas très vite.
- Oui, j'y compte bien, approuva Thierry.
- Qu'est-ce qu'il vaut au goal, Della Robbia ? demanda Christophe, qui se souvenait encore de son plan drague foireux envers Anaïs.
- On s'en tire sûrement mieux avec Nicolas. Ce poste lui convient à merveille d'ailleurs. Pas de stratégie. Alors qu'Odd est plutôt petit, analysa Thierry.
Pourtant, Nicolas était assis à coté, sur un banc, l'air absent.
- Ça va aller Anne-Sophie ? questionna soudain William.
Son inquiétude était compréhensible. La cinquième avait l'air plutôt frêle. Johnny lui était en sixième mais faisait carrément plus sportif.
- Euh... oui, oui, pas de soucis, répondit la concernée.
- On est là Willy au pire, rassura Christophe qui voulait montrer à son camarade que l'hypothétique clash avec sa bande n'était pas la fin du monde.
- Faîtes bien attention à leur duo offensif, glissa Romain. Ulrich et Théo ensemble, c'est très dangereux.
- T'inquiète mec.
- Sur ce, allons-y, ordonna leur capitaine.
L'équipe bleue rejoignit leurs adversaires sur le terrain. Christophe nota que Yumi et Aelita étaient toujours dans les gradins en spectatrices, ce qui n'eut pas l'air de rassurer William. Au bord du terrain, Milly Solovieff et Tamiya Diop, les journalistes, avaient ramené de quoi filmer et commenter la rencontre. Jérémie leur passa la feuille de match.
- Voilà qui s'annonce très serré, commença Milly une fois l'équipe de Mohamed en place. Le duo « Théo-Ulrich » contre Thierry « Titi » Suarès.
Jim fit signe à Emmanuel et à Mohamed d'approcher. Il proposa un pile ou face pour savoir qui allait tirer le coup d'envoi. Mohamed gagna mais laissa la main.
- Prêt les jeunes ? N'oubliez pas, le football est la poursuite de la guerre par d'autres moyens, balança mystérieusement Jim.
- Qui a dit ça ? demanda Pierre François incrédule.
- Je l'ai lu dans The Times.
- Vous lisez The Times m'sieur ?
- J'préfère pas en parler.
Et le surveillant donna le coup d'envoi.
- Engagement d'Ulrich pour Théo, commenta Milly. La balle est immédiatement remise aux milieux offensifs tandis que les attaquants s'engouffrent dans le camp adverse.
- Dis donc Milly, tu as progressé en foot depuis la dernière fois ! s'exclama Yumi depuis les gradins.
- Une journaliste doit toujours être au top, Ishiyama, lui répondit la jeune fille avec un clin d’œil, ce qui fit sourire la japonaise.
Grâce à un une-deux, Pierre et Alexandre avaient esquivé Thierry et Émilio. Mais Mohamed, aidé de Johnny qui assurait vachement pour son âge et Romain qui marquait Alexandre, reprit le ballon.
- Émilio !
- Superbe récupération du capitaine Mohamed Kantaoui ! s'exclama Tamiya en s'approchant du micro, qui envoie la balle en avant sur son camarade Émilio.
Milly ajouta :
- Mais c'était sans compter la taille de Thomas qui lui permet de dévier le ballon d'un coup de tête pour Théo ! Celui-ci déborde sur le coté droit, dribblant les Belpois sans problème.
- Willy ! Occupe-toi de Stern, ordonna Christophe pour voir sa réaction tandis que lui-même devait se charger de Théo Gauthier.
Finalement, l'ivoirien ne put rien voir vu qu'il tacla pour récupérer le ballon, et l'action rouge se termina ainsi.
- Désolé mec !
- Bravo Christophe ! félicita Tamiya.
- À toi Patrick !
Il voulait voir ce que valait le cousin de Jérémie. Le concerné parvint à passer Jolivet avec un grand pont, se rapprochant des buts.
- Yes !
Mais Emmanuel sentit le danger.
- Ducroc !?
- Ouais.
- Arrête-le, ordonna le capitaine rouge.
- Ouais !
Matthieu fit barrage et Patrick ne tenta pas, faisant une passe en retrait pour Romain. Alors que ce dernier contrôlait le ballon, le capitaine adverse fit une remontée, laissant Matthias au marquage de Thierry, et opéra une magnifique récupération surprise.
- L'équipe bleue perd la balle, analysa Milly. Celle-ci est remise à Ulrich.
- Passez la balle à Thierry ! hurla Tamiya.
Définitivement, Milly était pour l'équipe rouge à cause de son gros faible pour Ulrich tandis que Tamiya était suspectée de craquer pour la star de l'équipe bleue, « Titi ».
Stern remontait rapidement le terrain, éliminant Johnny et même Mohamed, le capitaine bleu. Mais Dunbar semblait résolu à l'arrêter. Il se rua à la rencontre de Stern. L'action se déroulant près de la ligne de touche. Ulrich fit mine de se diriger vers la ligne, et William se laissa avoir, subissant un grand pont.
- Amateur.
Mais Ulrich aussi. Anne-Sophie s'était placée de l'autre coté, coupant de fait la trajectoire de la balle avant que l'attaquant rouge ne puisse la récupérer, et fit immédiatement la passe à son capitaine.
- Félicitation Anne-Sophie ! lança William, visiblement soulagé d'avoir évité le but en plus de l'humiliation. Mais comment as-tu pu anticiper son mouvement ?
- C'est Jérémie qui m'a conseillé de me placer là.
Christophe et William se tournèrent vers leur quatrième défenseur. Celui-ci releva ses lunettes.
- C'était prévisible.
Mohamed leva le pouce dans leur direction avant de passer la balle à Émilio.
- Sur cette magnifique récupération d'Anne-Sophie Munier, l'équipe bleue repasse à l'offensive, observa Tamiya. Émilio Rodriguez se joue des milieux de terrain tandis que Thierry subit toujours un solide marquage dans la surface.
L'attaquant de pointe de l'équipe bleue était en effet encadré par Ducroc et Maillard. Matthias décida de les laisser pour attaquer Émilio, qui ne s'y attendait pas et envisageait déjà d'exploiter le point faible de Julien. Il n'avait pas le choix.
- Walker !
Johnny était là en soutient. Il déborda sur la droite suite à la passe en profondeur de son coéquipier, ce qui eut pour effet d'éliminer Julien au passage, sans hors-jeu. Le temps que Matthias rectifie sa trajectoire, il avait déjà fait la passe à Émilio, démarqué vu que Burrel l'avait lâché.
- Oh, Émilio Rodriguez se retrouve en position de tir !
Celui-ci tira de toutes ses forces dans le tas. Emmanuel manqua de recevoir la balle en pleine tête, mais esquiva à temps. Le ballon passa aussi à quelques centimètres de Ducroc, ce qui le fit bien flipper.
- Euh... ouais ? s'exclama-t-il.
Odd était néanmoins vif. Il se glissa devant le ballon, tentant de le stopper. Mais son corps dont l'indice de masse corporelle faisait polémique pour savoir s'il était svelte ou maigrichon, ne supporta en tout cas pas la puissance de la frappe. Il valdingua dans les buts avec le ballon. Jim siffla.
- Buuuuuuuuuuuuuuuuut ! cria Tamiya. La défense de Maillard, trop occupée à surveiller « Titi », en est venue à négliger la menace du milieu offensif adverse !
Thierry hocha la tête. La stratégie que les deux attaquants avaient monté discrètement entre eux avait parfaitement fonctionné.
- Bravo Johnny ! cria Yumi en l'applaudissant.
Ce dernier rougit fortement. La partie reprit sur l'engagement de Théo et Ulrich qui fonçaient déjà dans le camp bleu.
- Hé Dunbar, secoue-toi ! somma Mohamed.
- Et m...
William avait apparemment eu une absence en plein match.
- C'est trop tard ! cria Théo qui avait déjà balayé les milieux de terrain bleus.
Il amorça une passe en cloche, pour Ulrich qui était déjà passé derrière le camarade de classe de Christophe. William était cloué sur place. Alors, chose incroyable, Anne-Sophie bondit, attrapant au vol le ballon que Théo venait de céder avant que celui-ci ne prenne trop de hauteur.
- Jérémie avait encore raison ! s'exclama-t-elle.
L'attaquant rouge, paralysé à son tour par ce contre inattendu, ne représentait plus aucun obstacle à la petite cinquième.
- Mais... c'est impossible...
- Ducroc !? appela de nouveau Maillard.
- Ouais ?
- Euh, non rien, trompé, rectifia Emmanuel. François, Pépin, stoppez-moi ça.
Anne-Sophie, poussée par les acclamations de Christophe, William, Jérémie, Patrick et même Aelita et Yumi, semblait posséder une énergie folle. Elle dribbla seule les milieux adverses trop confiants, mais se fit intimider par la taille de Matthias et d'Emmanuel, les deux lycéens. Elle tenta un tir en visant la lucarne droite, mais Odd repoussa aisément la balle du poing. Le ballon fut envoyé du coté des gradins... sur Aelita. Surprise, elle le reçut sur le crane.
- Ça va Aelita ? demanda Yumi.
La fille aux cheveux roses secoua la tête avant de répondre.
- Oui oui... mais je vais aller dans ma chambre chercher un Efferalgan.
La partie reprit. Johnny joua la touche mais celle-ci, en direction de Thierry qui n'avait toujours pas touché le ballon, était un peu molle. Sophie parvint à l'intercepter, et la balle se retrouva bien vite dans les pieds d'Ulrich. L'attaquant, passant immédiatement à Théo, mettant Christophe et Romain dans le vent.
- Ulrich !
Il centra.
- On va enfin voir si tu peux t'en sortir sans ta fillette, aboya Ulrich pour Dunbar qui était le dernier rempart avant le gardien.
Contre toute attente, William lui envoya un coup de coude en plein visage.
- Arg !
Ulrich se prit immédiatement la tête entre les mains. Nicolas attrapa le ballon lui-même. Jim siffla, énervé.
- Faute ! Dunbar, carton rouge. Tu sors ! Et on va avoir une bonne explication à la fin du match, compte là-dessus garçon.
Le fautif semblait s'en foutre.
- Je le préférais débile ! lança Matthias.
- Mec, pourquoi t'as fait ça ? ne put s'empêcher de demander Christophe.
- Pour avoir des réponses.
Et il quitta le terrain. À peine la partie avait-t-elle reprise qu'il profitait de l'inattention de Jim pour se tirer. Christophe passa la fin du match à repenser à tout ça. Dunbar avait des problèmes, et notamment avec son ancienne bande, c'était clair. Mais il n'arrivait pas à comprendre ce qui pouvait se passer.
À la fin du match (Logiquement remporté quatre à deux par les rouges, les bleus ayant dû jouer une bonne partie du match sans William et avec Christophe à moitié songeur), les élèves se changèrent de nouveau pour aller manger. L'ivoirien retrouva Matthias qu'il félicita pour son implication.
- DUNBAR !!! entendirent-ils gueuler alors qu'ils arrivaient en vue du préfabriqué.
Jim venait de choper William qui s'était cassé en douce du terrain après son expulsion. Il allait se faire démonter la gueule.
- J'en peux plus. Je dois les suivre pour avoir des réponses, déclara Matthias alors que l'adolescent rebelle était conduit chez le proviseur.
- T'as pas intérêt, calma M'Bala. Ça ne te regarde en rien.
- T'as du culot. Je te connais bien Christophe tu sais, on ne me la fait pas à moi.
Il n'ajouta rien, boudeur, se mettant à faire la queue après avoir attrapé un plateau. L'africain se doutait que Burrel avait bien évidemment compris qu'il était lui-même turlupiné par l'attitude étrange de William. Pendant le repas, que Christophe et Matthias partageaient ce coup-ci avec Anaïs, Caroline et Céline, l'ivoirien nota évidemment que Dunbar ne revint jamais du bureau du proviseur.
- J'vais pisser, annonça soudain élégamment Matthias. On se retrouve dans la chambre Chris'.
- Okay mec.
Burrel débarrassa son plateau et quitta les lieux, pendant que Christophe et Emmanuel racontaient le match de la matinée aux filles. Finalement, M'Bala rejoignit sa chambre à son tour. Et il ne trouva personne.
- Le fils de pute !
Christophe n'était pas nécessairement fier de son attitude. Comme Matthias lui avait fait remarquer, il avait autant envie de connaître la vérité sur William. S'il luttait autant envers lui-même et qu'il désapprouvait l'attitude de son camarade de chambre, c'était parce qu'M'Bala avait lui-même un secret qu'il n'assumait pas : Son homosexualité. Et donc, il se mettait plus facilement à la place de William. Lui non plus n'aimerait pas que Burrel fouine, de peur que son orientation sexuelle ne se retrouve en première page du journal de Kadic.
Il fallait retrouver Matthias. Mais où chercher ? Si Burrel suivait William, c'est qu'il l'avait vu. Or depuis les préfabriqués, si Dunbar sortait du bureau du proviseur... Le parc !
L'adolescent noir se rua dehors, essayant de retrouver Matthias. Il mit un moment à ratisser le parc mais il tomba finalement sur son camarade de chambre.
- Salaud, qu'est-ce que tu fais !?
- Tu le sais très bien et tu en as autant envie que moi, répondit immédiatement Burrel. De toute façon je l'ai perdu.
- Bien fait pour ta gueule.
- Non. Je n'ai encore jamais perdu quelqu'un en filature. Je suis sûr qu'il y a un truc. Je vais l'attendre ici.
- Ne fais pas ça.
- Stop Chris'. Cette fois tu ne m'arrêteras pas en faisant l'hypocrite.
M'Bala était baisé. Il ne se sentait pas d'utiliser la force pour déloger Burrel. Il ne put que lui-même s’asseoir non loin et le surveiller. Un silence pesant s'installa au milieu des deux lycéens, pendant plus d'une heure. Puis soudain :
- Oh, salut Christophe.
L'ivoirien manqua de faire une attaque. William était ré-apparût dans son dos. Il semblait avoir pleuré.
- Et... Matthias, compléta Dunbar qui se souvenait de la réplique de l'élève à lunettes de la matinée.
- Mais c'est pas vrai !? ragea Burrel. D'où tu sors ?
- Ça ne te regarde en rien.
- Je suis désolé, fit Christophe. J'ai essayé de l'arrêter, mais ton cas est trop intriguant.
- Surtout si maintenant tu te mets visiblement à chialer comme une gonzesse, renchérit Matthias. C'est ton passage chez le proviseur qui te met dans cet état ? Tu devrais peut-être demander à Ernest qu'il te donne des conseils pour survivre dans ce milieu hostile.
William serra le poing, frappant dans la paume de son autre main, et s'approcha de Matthias.
- Oh, tu veux te battre ? J'suis ton homme.
M'Bala savait que ça allait mal tourner. Enfin, ça avait déjà mal tourné mais si ces deux-là se mettaient à se battre, ça pouvait être un vrai drame. Christophe fit mine de s'éloigner, mais agrippa en réalité son camarade de chambre par derrière.
- Qu'est-ce que tu fous !?
- Tu as besoin d'une leçon ma fouine. Moi je suis incapable de te la donner. Mais William...
Dunbar, visiblement très remonté donna une claque à Mattias puis immédiatement après, deux coups de poings dans le ventre. L'ivoirien relâcha son camarade de classe, qui tomba à genoux. Cela suffisait. Burrel, regardant William puis Christophe, se dit qu'il valait mieux laisser tomber pour l'instant. Il reparti en direction de Kadic. L'ivoirien regarda William mais ce dernier ne bougeait même pas, il semblait pensif. Alors il prit la parole.
- Euh... William ? Désolé de pas avoir réussi à retenir Matthias.
Dunbar s'assit simplement dans l'herbe avant de répondre.
- De toute façon c'est pas ta faute. C'est moi qui part en vrille dernièrement.
- J'crois que tout Kadic sait que tu t'es embrouillé avec ta bande depuis ce matin... lui avoua Christophe.
- Ouais, pas étonnant. Enfin « ma bande », c'est pas aussi simple...
- Tu veux en parler ? J'viens de rompre avec Anaïs, je sais ce que c'est que d'avoir le moral dans les chaussettes...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 5 décembre 2007, Établissement scolaire Kadic, à midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngC'était comme ça que tout avait commencé. Christophe, se rapprochant de William, rompit du même coup définitivement avec Matthias. Petit à petit, M'Bala avait réussi à faire remonter la pente à Dunbar, mais ce dernier le lui avait bien rendu lorsque son père avait voulu rentrer au pays. En y repensant, Christophe réalisait tout de même qu'il avait été un peu dur avec Matthias, maintenant qu'il commençait à assumer d'une meilleure façon son orientation sexuelle. Mais c'était trop tard maintenant : Matthias Burrel ne reviendrait jamais. Il laissait derrière lui un héritage de casse-bonbon sans doute un peu injuste, mais résumant bien le personnage.
Et William... Maintenant que M'Bala était au courant pour l'Usine, il avait aussi compris que son plus récent ami lui avait menti en lui expliquant ce qui n'allait pas – ce qui était parfaitement compréhensible. Et d'ailleurs, vu qu'il était tombé à nouveau dans les griffes de X.A.N.A, Christophe n'avait pas encore eu l'occasion de connaître la vérité. Il fallait le libérer... Mais depuis la disparition du virus esclavagiste, Dunbar n'avait donné aucun signe de vie... L'ivoirien espérait qu'Hervé le retrouverait, une fois sa maîtrise de l'outil quantique plus complète.
Le lycéen retrouva les autres au self. Le plus dur était encore à venir...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Faméliques, salle Bleck

- Bon sang ! ragea Senja Noir. Impossible de mettre la main sur William Dunbar ! Il faut pourtant le retrouver avant que X.A.N.A...
- Hum, coupa tout d'abord simplement Deva qui semblait calculer quelque chose. On a encore un peu de temps, je le gène bien.
- Dans ce cas, on va cumuler les attaques pour maximiser nos chances. Gardons l'idée du volcan, j'aime bien, mais on va trouver autre chose, les américains ont les nerfs à vif maintenant.
- Entendu.


À suivre : Attaque à la Yamamoto


Dernière édition par Icer le Mar 12 Sep 2017 20:21; édité 8 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 19 Jan 2016 20:52   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1047
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Par rapport à ton exposé des motifs, je ne reviendrais pas dessus, mais quid d'Hervé ? Je le rangeais également dans la catégorie « autres et nouveaux ». D'autant plus que la partie I l'a plutôt montré sous un jour attentionné envers autrui (cf l'élection de délégué de classe), et que même avant il n'est pas montré sous un jour aussi froid que Jérémie. Promis, je cesse d'être casse-bonbon sur le sujet !

D'ailleurs, pour éviter d'oublier comme au dernier passage de la poser, une question à propos de l'oncle d'Odd – c'est tellement pratique ce genre de membre de famille dans les fictions ! Comment se fait-il que son nom de famille aie une divergence par rapport à celui de son neveu ? Est-ce qu'il y a une caractéristique culturelle derrière ça ?
Ceci dit, je note que les éléments différents, Anna et Della, sonnent féminins. Nom composé formé du nom de famille du mari et du prénom/nom de l'épouse, qui se transmettraient à l'enfant ? À moins qu'il ne s'agisse d'un appel de phare pour signifier que l'oncle est louche. Nan, pas crédible, ni subtil.

Pour quand même dire un mot sur le vandale de friandises, très habile la manière de rappeler l'existence de William au lecteur, même si on peut regretter la transition hachée entre ces deux derniers chapitres. Enfin, le procédé contribue à renforcer l'effet de questionnement « Et alors, où veut-il en venir ? » en rapport avec le focus sur Matthias.
Je constate également que j'ai très bien fait de ne pas décrire le match de football dans mon dernier chapitre, puisque tu en proposes un peu de temps après. La redondance inter-textes est une pratique que je n'encourage pas, mon choix était donc parfaitement safe.

Bon, c'était bien gentil cette énième séance flash-back, mais bouger est conseillé pour être en bonne santé. Dynamite-moi ça !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Mar 26 Jan 2016 19:41   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Spoiler



http://i.imgur.com/R9YGyv7.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 7 décembre 2007, Grilles de Kadic, France, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngYumi Ishiyama se rendait comme tous les vendredi matin à Kadic pour son cours de T.P.E, réalisant qu'elle commençait à être sérieusement à la bourre sur ce sujet. Tandis qu'elle cherchait un moyen de se sortir de cette discipline de merde en franchissant le portail, un événement imprévu se produisit. On lui tapota l'épaule. Elle se retourna.
- JOYEUX ANNIVERSAIRE YUMI !
Ces imbéciles s'étaient cachés derrière la partie en pierre du portail. Ils étaient tous là : Odd et Ulrich bien sûr, ainsi que Christophe et Melody. Mais Zoé, Hervé et Gladys avaient également fait l'effort. À noter que Shadow White – visiblement externe puisqu'en provenance de la ville – manqua de s'évanouir en assistant malgré lui à la scène, tandis que Valérie Zlicaric, la jumelle de Zoé, se hâta de décamper devant tant de mièvrerie.
- T'as intérêt à passer une super journée !
- T'as vu, j'ai pas oublié cette fois !
- T'as prévu un truc ce week-end j'espère ?
- Wow, Pearl Harbor, soixante-six ans déjà.
Assaillie de toute part par ses amis, la japonaise essayait déjà tant bien que mal de respirer. Mais elle annonça finalement.
- Bien sûr, vous êtes tous invités à passer la soirée de ce samedi chez moi !
- Excellent, tes parents nous ont à la bonne maintenant, commenta M'Bala.
- Oui euh... C'est pas une raison pour trop en profiter hein ?
- Bien sûr, tu nous connais, fit Odd.
- Justement.
La sonnerie retentit, séparant comme d'habitude le groupe en quatre, enthousiasmé par la promesse d'une bonne soirée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCour de recréation de Kadic, dans la matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDeux élèves s'étaient retrouvés dans un coin tranquille pendant la récré afin de discuter sans crainte d'être entendus.
- Quelle discrétion ! Je me demande presque ce qu'on fout ici.
- J'en suis le premier surpris en tout cas, ça vaut la peine d'approfondir la chose.
- D'accord.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Enfers, dans l'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir était retourné dans le cratère contenant le lac de lave aux reflets bleus, attendant comme à son habitude quelque chose pendant plusieurs minutes. Finalement, une nouvelle silhouette émergea.
- Je te préfère quand même de mon coté, avoua le jeune homme une fois le nouveau venu à sa hauteur.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 8 décembre 2007, Self de Kadic, France, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe plan avait pu être répété pour l'anniversaire surprise d'Aelita. Une fois les parents et Hiroki éloignés temporairement, la maison de la japonaise offrait l'opportunité parfaite de passer une bonne soirée. La bande des Lyoko-guerriers s'était retrouvée pour dîner, passage obligatoire malgré la soirée qui s'annonçait, mais ils pouvaient compter sur le joker Odd pour manger à leur place et laisser leur estomac vide pour les choses probablement délicieuses que Yumi allait préparer. Gladys avait également pu esquiver un week-end familial grâce à ce motif et était donc présente. Tandis que le blondinet engloutissait pas moins de sept plateaux repas, Ulrich évoquait les modalités techniques :
- Bon écoutez, vu qu'Odd et Christophe se sont faits remarquer récemment, on a pas demandé l'autorisation aux proviseurs de sortir ce soir car le refus était probable et risquait d'éveiller les soupçons d'Anna Robbia qui connaît bien son neveu, donc il va donc falloir la jouer quitte ou double et faire le mur sans se faire choper. Cela ne devrait pas poser de problème vu que les répliques peuvent y aller en reconnaissance. Bien sûr, on ne passe pas par le portail mais par les égouts.
Pichon consulta sa montre.
- Bon. Il est dix neuf heures dix sept, on a géré. Rendez-vous tous à quarante cinq devant le passage du parc ok ? Les filles, vous aurez la réplique d'Aelita en éclaireur, tandis que nous mêmes pourront compter sur celle de William.
- C'est pratique, avoua Zoé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDomicile des Ishiyama, dans la soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngYumi alla ouvrir à ses amis qui avaient sonné. Ils avaient fait vite.
- Pas de soucis ? demanda-t-elle instantanément.
- Nan, tout s'est passé comme sur des roulettes, répondit Pichon, sûr de lui.
- Parfait, entrez et profitez bien !
La japonaise tenait en effet à ce que ses invités passent une soirée digne d'eux. Le groupe avait dû faire face à des événements difficiles à gérer : Pour les anciens, en plus de la capture de William venait s'ajouter la disparition d'Aelita et le forfait de Jérémie. Et pour les nouveaux, se retrouver embarqués dans une situation bien plus compliquée que celle que l'asiatique avait trouvée lors de son arrivée. C'était certes son anniversaire mais elle souhaitait en faire profiter tout le monde. À commencer par leurs estomacs.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngM. Anna Robbia gravissait les escaliers menant à l'étage des dortoirs masculins. Le samedi lui donnait enfin l'opportunité d'aller discuter avec son neveu après une première semaine de travail à Kadic assez riche en rebondissements. Le nouveau proviseur était dans le fond très fier des qualités assez particulières d'Odd, mais comme le prouvait le passage récent de l'adolescent dans son propre bureau, cela pouvait lui attirer des ennuis. C'était pour cette raison qu'il souhaitait s'entretenir avec lui, pour voir si celui-ci avait pensé à la façon dont il pouvait envisager son avenir. De ce qu'il avait vu, il avait l'air d'appartenir à un groupe composé de personnes assez hétéroclites, chose assez rare à son âge mais plutôt positive selon son oncle. Arrivant en vue de la chambre du blondinet, il frappa doucement à la porte, ce qui n'eut aucun succès. Le proviseur ne pouvait pas croire qu'Odd dormait déjà, c'était quelqu'un du soir, surtout un samedi. Mais il n'insista pas et redescendit. En songeant au fait que son neveu était peut être parti en douce en ville, il se dit que c'était l'occasion de lier l'utile à l'agréable. Il ferait de même en invitant sa collègue et peut-être qu'il tomberai sur le blondinet qui, bien que petit, était facile à repérer à cause de sa coiffure. Dans la famille, ils étaient très joueurs...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDomicile des Ishiyama

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAprès un repas japonais particulièrement copieux dont seule Yumi avait le secret et un gâteau spécialement choisi par Odd et acheté à la boulangerie le matin même par Ulrich (Le blondinet, dormant, l'avait envoyé à sa place avec pour liste de courses une photo du gâteau en question. Stern attendait toujours la contribution financière promise de son camarade de chambre...), le programme de la soirée fut moins formalisé et de petits groupes de discussion se formèrent. Tandis que Yumi et Zoé parlaient cuisine dans la pièce au même nom (Même si en sous-marin, la japonaise s'assurait que Zoé tenait bien le choc des derniers morts, vu qu'elle était clairement la plus fragile du lot), Gladys et Melody s'étaient portées volontaires pour la vaisselle et le rangement sous la surveillance attentive d'Odd qui tenait absolument à ce qu'aucun reste ne soit gâché, Ulrich et Christophe s'étaient retrouvés dehors pour fumer comme lors de la soirée d'anniversaire d'Aelita. Cette fois, Hervé était avec eux.
- Pas trop dur les nouvelles responsabilités ? railla Christophe en tendant son briquet au brun.
- Comment ça ?
- J'ai vu que tu mettais un point d'honneur à prendre la bande en main depuis le départ de Jérémie.
- Je l'ai remarqué aussi, ajouta le binoclard.
- Tu veux crapoter Hervé ?
- Non merci, je suis trop intelligent pour ça M'Bala.
- Héhé, bonne réponse mon petit.
- Vous avez raison, répondit Ulrich. J'essaye de faire ce que je peux, perdre coup sur coup Aelita et Jérémie est difficile, surtout pour les anciens.
- On comprend mec. Mais c'est pour ça que tu as rompu avec Émilie ? Le reste de la bande se pose des questions...
Ulrich détourna son regard vers la rue avant de répondre.
- Sans doute.
- Dommage. Tu aurais pu être gay.
Ces derniers temps, Christophe faisait de plus en plus d'allusions au fait qu'il aimait les hommes, car il savait fatalement que ça finirait par se savoir depuis le coup du baiser à la réplique. Les autres de la bande n'avaient pas abordé le sujet avec lui directement mais vu qu'ils se posaient des questions entre eux, Odd, jusqu'ici le seul au courant, avait vendu la mèche.
- Tu dragueras plus tard Christophe, intervint soudain Hervé en se retournant vers l'intérieur de la maison, la porte étant toujours ouverte. Je crois qu'on a une urgence.
Ulrich et Christophe éteignirent leur cigarette et le suivirent à l'intérieur, tandis que le reste de la bande arrivait lui aussi de la cuisine, alerté par le bruit émis par l'ordinateur de Pichon. Ce dernier l'ouvrit.
- Petit contretemps. On a une tour activée sur l’Échiquier. Il faut qu'on bouge.
Yumi sortit son portable.
- Okay, vu l'heure, on a largement le temps avant que mes parents ne rentrent et ne trouvent une maison vide. Heureusement qu'on a pris de l'avance sur le rangement.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMer de Norvège

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe drone n°20 rasait les flots en se dirigeant à grande vitesse vers le Nord-Est.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


Le drone n°2, plus au Sud, rasait les flots en se dirigeant à grande vitesse vers le Sud-Est.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, France

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe groupe, après un petit footing nocturne, avait atteint l'Usine par un trajet plus agréable que l'habituel – à travers la ville et non les égouts – tandis que les répliques étaient déjà sur place. Un trajet agréable donc, qui allait vite leur manquer vu ce qui les attendait.
- Bon bon bon, commença Pichon. On va continuer l'assaut par vagues. Cinq places sont donc à pourvoir pour le premier jet.
- Les répliques déjà ? suggéra Yumi. Elles s'en sortent bien face aux drones.
- Vendu. Plus que trois.
- Je suis volontaire, annonça Ulrich.
- De même, ajouta Christophe.
- Aller, y a eu des anciens, je me porte volontaire pour diversifier, annonça Zoé.
- Parfait, descendez dans ce cas.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL'Échiquier

- Bienvenue sur l’Échiquier. Démarrez nouvelle partie. Votre adversaire du jour est... Nakara. Monde des Enfers. Chemin juste en face.
Les troupes françaises suivirent la direction indiquée après ouverture de la porte et s'arrêtèrent devant le rideau bleu. Au dehors, il faisait nuit, et la planète Jupiter offrait la seule source de lumière bienvenue. Lorsqu'elle était visible du moins, puisque des nuages gris masquaient parfois l'astre. La pluie et l'orage balayaient également cette parcelle du monde.
- Pas de drones ? questionna Ulrich, surpris.
- J'sais pas, je vois ni ne sens rien, répondit le Jedi. Peut-être que les sortir les jours d'orage n'est pas conseillé par la garantie ?
- Il n'y a pas de vent comme la dernière fois, informa la réplique de William en passant sa lame à travers le laser bleu.
- Attendez ! alerta soudain l'ivoirien. Je sens un danger...
- Hein ? Mais où ? flippa Zoé.
- Ça vient de l'intérieur. Grouillez-vous, on avance, ordonna-t-il.
- Entendu. Hervé, tu as bossé le programme du pilotage à distance du Skid ? questionna le samouraï.
- Oui. Tu as raison, mieux vaut ne pas le laisser tout seul en zone hostile si Christophe sent un danger. Je le ramène à la base.
Les soldats de terrain franchirent ainsi le rideau. Finalement, il y avait un drone derrière l’édifice abritant le téléporteur mais la réplique de William et sa salve furent plus vifs. L'équipe franchit le second rideau bleu trempée, mais indemne.
- Dépêchez-vous d'entrer, fit Ulrich.
- Je reste ici, fit Christophe. Je vais essayer de retenir notre ennemi un maximum.
- D'accord, bonne chance, encouragea le samouraï en disparaissant à son tour suite à son placement sur le socle.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMer du Nord

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe drone n°2 arrivait en vue du gisement de gaz Troll. La cote Norvégienne n'était plus très loin. Sur la trajectoire de la machine palamédienne se dressait la plate-forme Troll A, une structure de référence dans le milieu. Jusqu'à ce que les tirs lasers ne la fasse exploser et se consumer dans un torrent de flammes. L'assaillant ne s'arrêta pas même pas, passant entre les colossaux piliers de pierre de la structure ravagée. Puis le drone se détacha soudain de l'eau et se mit à effectuer une ascension rapide.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCentre de contrôle régional de l’Aéroport de Bergen, Norvège.

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUn employé du contrôle aérien se frotta les yeux. Les écrans venaient de repérer un objet volant non-identifié, notamment parce que celui-ci ne semblait pas contenir de transpondeur. Heureusement, aucun autre vol n'était actuellement à proximité vu l'heure relativement tardive, mais ce n'était pas la question. Puisque l'objet ne semblait pas avoir de système de communication, l'homme ne s’embarrassa pas à le contacter et se leva pour aller chercher son supérieur. Mais lorsque les deux norvégiens revinrent, l'anomalie avait disparue.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, France

- Problème, annonça Hervé.
La bande qui n'avait pas encore été virtualisée n'avait pas besoin de sous-titrage pour comprendre l'alerte à l'écran. Deux personnes du camp du Palamède venaient de débarquer sur Lyoko, identifiés sous le nom de Senja Noir et Adriane, grâce à l'avancée d'Hervé pour localiser les intrusions sur Lyoko.
- Senja ? s'enquit Yumi ? Mais alors...
- Comment ? demanda la voix de Christophe.
- Ce serait Senja qui serait à l'origine du nouveau programme multi-agent...
- Cela pourrait expliquer qu'on ait plus de nouvelles des autres irlandais. À mon avis...
- On verra ça plus tard, coupa Hervé. Je n'ai pas l'impression que la destruction de Lyoko soit leur cible mais je doute qu'ils ne fassent que du tourisme. On a aussi un Skid que je viens de ramener et qui dort sur Carthage. Alors vous quatre, vous plongez. Maintenant.
- Mais alors, la tour activée n'est qu'une diversion ? demanda Odd en appelant l'ascenseur.
- C'est bien le problème, je n'arrive pas encore à repérer les attaques ennemies sur Terre. Je vais travailler dessus tant que la tour est activée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCarthage

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMalosse courait dans un couloir obscur de Carthage, en direction de l'ascenseur. Soudain, il s’immobilisa. Relevant la tête, il cracha un jet de flammes en direction du plafond, ce qui fit apparaître une paire de grands yeux dans l'obscurité, yeux qui se déplacèrent pour éviter l'attaque. Il se mit alors à grêler dans le couloir, ce qui fit reculer le chien rouge. Les yeux s’avéraient être une petite créature blanche qui semblait être capable de léviter. Celle-ci profita du fait que la bête cracheuse de feu reculait pour s'enfuir dans le sens inverse, arrivant au carrefour des quatre directions. Elle choisi d'emprunter l'accès menant à l'arena. Derrière, la grêle cessa et Malosse put reprendre sa poursuite. La créature blanche, au moment où elle sortait du couloir pour arriver dans une salle de taille classique, se fit trancher en deux par un des éventails de Yumi et disparût. Le chien qui se trouvait derrière, voyant cela, entreprit de freiner, et glissa jusqu'à sortir lui aussi de la pénombre, se retrouvant nez à nez avec un Odd en position de tir aux cotés de la japonaise qui récupérait son éventail.
- Mes compliments à ton dresseur, se moqua le blondinet avant de tirer.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe franchit le rideau bleu, retournant sous la pluie, concentré. Il n'y avait plus de drones. Mais son adversaire était arrivé et s'avançait sur le sentier en ligne droite. M'Bala avait deviné que celui-ci se dissimulait sous une invisibilité, mais lui arrivait à le voir grâce à la Force. Il fit cependant mine de ne pas pouvoir le repérer. L'adversaire, humanoïde de toute évidence, semblait se méfier mais s'approcha sans un bruit. Puis au moment où il était à portée, Christophe activa d'un coup son sabre laser violet et tenta de toucher l'ennemi. Son attaque fut parée par un double sabre laser blanc. L'ennemi bondit pour reculer, puis rompit son Voile de force, qui le rendait invisible, mais qui était surtout inutile face à un adversaire pouvant quand même le repérer. Christophe M'Bala put enfin regarder clairement quel était son ennemi. Et il n'en croyait pas ses yeux.
Dark Maul était de retour en décoloré.
- C'est bon je le détecte. Je te présente Light Maul selon les données.
En effet, le saigneur Sith de X.A.N.A avait perdu toute trace de rouge au profit d'un blanc livide qui ne le rendait pas forcément moins effrayant. Son sabre avait également subi cette modification esthétique. Christophe devinait que le maître des lieux s'était emparé de l'ancien X.A.N.Aguerrier en l'ayant remodelé à sa sauce. Ce n'était pas gagné d'avance. Mais le but d'M'Bala était surtout de gagner un maximum de temps. Le Sith blanc leva son sabre en l'air et son arme reçut la foudre, ce qui éblouit l'africain. Sa Force lui permit tout de même de sentir que l'ennemi effectuait un Saut de force pour le franchir, mais il n'eut pas le réflexe de sauter lui-même pour lui barrer la route. Light Maul, courant vers le second rideau bleu, avait franchi le téléporteur avant que Christophe n'ait pu le rattraper.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Enfers

- Ah ben au moins ici on est pas dépaysé, déclara Stern une fois téléporté dans le secteur de Nakara.
- Pourquoi donc ? questionna la régie.
- C'est le territoire volcan originel de X.A.N.A. À première vue, il n'a pas changé.
En effet, Zoé, les répliques et le samouraï se trouvaient en bordure d'un monde virtuel vraisemblablement similaire à celui qui existait avant la construction de l’Échiquier. Il n'avait donc en fait jamais été détruit.
- Mouais, prudence quand même.
- Dirigeons-nous vers le cratère central, c'est là que se situaient les tours à l'époque.
- Le radar confirme.
Le groupe se mit en route. Quelques minutes plus tard, Light Maul apparût à son tour sur le monde virtuel volcanique, et bien que regardant les intrus s'éloigner, ne les poursuivit pas immédiatement. Il se décala légèrement et tendit un côté de son double-sabre laser blanc là où il était apparu. L'ivoirien, qui avait à son tour emprunté le téléporteur, fut donc généré avec la lame laser ennemie dans le ventre. Il fut dévirtualisé. Puis Light Maul redevint invisible.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCarthage

- Bon le dog là, on l'avait déjà vu la dernière fois, fit remarquer Melody. Donc les deux intrus sont sûrement les mêmes qu'avant, la ninja et l'homme tortue.
- Hervé, ils sont où ? demanda la japonaise.
- Hum... Ils sont arrivés par la voûte, et ont pris le couloir vers le Garage Skid mais ont fait demi-tour une fois dans la salle. Là, ils vont arriver au carrefour.
- Je passe devant, fit l'anglaise déguisée. Je vais vous les cramer moi.
Le groupe entra dans le couloir sombre et stoppa en vue du croisement. Melody guetta le moment où les bruis de pas en provenance du chemin de droite furent suffisamment proches, puis utilisa son Crache-Feu. La lumière de l'attaque permit de distinguer le ninja qui allait se manger la boule de feu de plein fouet, mais l'attaque disparût à son contact, sans que l'ennemi ne semble avoir été touché. Une petite créature noire ressemblant vaguement à une lampe, avec une intense flamme à mi-chemin entre le bleu et le violet éclairait désormais les combattants, en lévitation à hauteur du ninja, et semblait s'être délectée de l'attaque de feu.
- Mèi, écarte-toi !
Le ninja se rangea alors avec sa créature volante du coté du couloir menant à la voûte céleste, tandis qu'une carapace de tortue noire avec le contour des écailles bleuté déboulait par l'accès au Garage Skid et bifurqua pour écraser le groupe d'adolescent. Melody, totalement prise au dépourvu, ne fit rien. Ishiyama qui se trouvait derrière tenta un saut mais celui-ci fut trop tardif et elle se fit broyer à son tour. Odd lui par contre eut le temps d'utiliser ses griffes pour s'accrocher au mur après un bond et éviter la charge. La carapace en furie fonçait désormais sur Gladys, la dernière du groupe, mais disparût dans une crevasse de glace qui dévoilait le vide intersidéral. Une seconde crevasse se forma au-dessus du ninja et la carapace noire en sortit, écrasant l'humain, pour la deuxième fois en deux confrontations. Senja Noir mit fin à sa toupie, rétractant sa carapace et la dissimulant à nouveau sous sa cape, dans son dos. Le blondinet revint s'accroupir à coté de la collégienne.
- Ah oué, c'est bien Senja, confirma l'adolescent à la mèche.
- À moitié, répondit l'homme tortue aux oreilles d'elfe en frappant dans ses mains, faisant apparaître des griffes de métal sur ses doigts avant de foncer sur les français.
Tandis que Gladys lâchait sa balle, Odd se téléporta derrière Senja Noir. La fille, elle, tira un grand coup dans son ballon bleu et noir qui devint un bloc de glace, mais l'elfe serra le poing et les griffes de métal brisèrent l'eau à l'état solide, avant que le ballon ne soit lui-même renvoyé à Gladys qui le prit en pleine tête, valdinguant plus bas. Della Robbia avait déjà envoyé ses flèches lasers dans le dos de Senja mais vu que la carapace se trouvait sous sa cape, il les encaissa sans broncher avant de se ruer sur Gladys à terre et de la transpercer avec ses griffes. La fille aux cheveux violets fut dévirtualisée. Sans perdre de temps, l'elfe virtuel fit volte-face pour observer Odd mais celui-ci n'était plus là. Les flèches lasers qu'il reçut en pleine tête depuis le plafond et qui le firent disparaître lui permirent de comprendre que son adversaire s'était déjà téléporté au-dessus de lui, s'accrochant à la surface d'une main grâce à ses griffes et tirant avec l'autre. Della Robbia lâcha prise, retombant sur le sol, satisfait.
- Secteur nettoyé, annonça-t-il, mais j'vais quand même m'assurer qu'ils n'ont rien fait de louche au Garage Skid.
- Roger.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Enfers

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngZoé, Ulrich et les répliques étaient arrivés en vue du cratère du territoire. Celui-ci ne contenait plus aucune tour en son sein mais uniquement un trou noir béant. Cependant, la tour activée par un halo gris s'avéra être juste au-dessus de la faille, installée sur une minuscule parcelle. La réplique d'Aelita se dépêcha d'activer ses ailes pour rejoindre l'édifice.
- Bon bah... C'était facile, commenta Zoé.
- Ouais, c'est bizarre que personne ne soit là pour défendre, rajouta le samouraï.
- On a repoussé la menace sur Lyoko. Tout semble être rentré dans l'ordre.
Le halo de la tour changea alors de couleur dans un bruit strident. Elle venait d'être désactivée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCarthage

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe félin virtuel sortait du couloir et approchait finalement de l'ascenseur, regardant en l'air pour s'assurer que rien de suspect ne se trouvait sur l'édifice de métal. C'est pour cela qu'il ne vit pas la flaque d'eau au sol, mais n'entendit qu'un ploc en marchant dessus, ce qui le fit s'arrêter.
- Mais qu'est-ce que ça fait ici ça ?
Un instant sur tard, une fleur de glace le congela sur place, avant de se briser quelques secondes plus tard avec son prisonnier, qui fut dévirtualisé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, France

- Et merde, encore un truc inconnu qui nous tombe dessus, pesta Hervé. Je ne détecte rien !
- Il faut ramener les autres ! fit remarquer Yumi à ses cotés.
- D'accord mais le soucis c'est qu'il n'y a pas de téléporteur en sens inverse, alors à moins de jumeler la tour avec une de la banquise... Mais je ne sais pas comment faire !
- Ils le savaient, pesta Christophe. L'attaque n'était définitivement qu'une diversion.
- Cela explique que la tour ait été sans défense, ajouta Ulrich.
Le sang de tout le groupe sur Terre se glaça lorsqu'ils entendirent quelqu'un descendre l'échelle à partir de l'étage supérieur. Robe blanche, veste noire, cheveux impeccablement attachés et coiffés. Il s'agissait de Laura Gauthier, l'une des nouvelles élèves de Kadic.
- Coucou, annonça simplement celle-ci. Je peux peut-être vous aider ?
- Mais bordel de merde, qu'est-ce qu'elle fout ici !? interrogea Odd qui remontait lui-même de la salle des scanners par la trappe.
- Je n'habite pas loin de Kadic vous savez. Et quand autant d'élèves courent dans la rue en pleine nuit, ça intrigue.
Moment de silence gêné. L'explication était aussi nulle que... potentiellement vraie.
- On avait pas pensé à ça, avoua Yumi qui d'habitude était la seule à se rendre à l'Usine de chez elle, ce qui était en effet bien plus discret.
- Écoutez, il y a un peu urgence là, osa Laura, visiblement sûre d'elle. J'avoue vous avoir écouté depuis le début d'en haut...
- Pour le coup, je ne suis pas en mesure de la critiquer... commenta l'ivoirien qui se souvenait avoir fait la même chose.
- … Il vous manque un combattant. Moi je peux l'être.
- Toi, tu sais te battre ? hoqueta Odd en s'approchant. On te voyait plus en Pichon bis.
- Je fais du Judo depuis l'âge de six ans.
- Au point où on en est... avoua Hervé. Il me semble que ça n'engage à rien.
- Un peu quand même, répondit Yumi. Seuls Jérémie et Aelita ont accès à la section ultra-protégée du Supercalculateur pour pouvoir effacer quelqu'un de celui-ci.
- Je travaille dessus depuis un moment. Dans quelques jours, j'y aurais accès. Assez discuté, à moins que quelqu'un ne me l'interdise formellement, j'invite Laura à se rendre en salle des scanners.
- C'est vraiment si grave de perdre le Skid ? questionna Ulrich. Tu as déjà dû retrouver la sauvegarde de Jérémie...
- C'est pas le Skid qui m'inquiète, c'est l'objectif inconnu que poursuivent tous ces gens sur Lyoko, et ça c'est très suspect.
Malgré les hésitations, la situation était suffisamment urgente pour que personne n'y mette son veto, ce qui fit sourire Gauthier. Sourire qu'elle perdit bien vite.
- Euh. C'est par où ? demanda-t-elle alors, gênée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCarthage

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLaura fut virtualisée au centre de l’Arena. Elle prit vaguement la peine de se regarder mais le plus étonnant est qu'elle ressemblait fortement à une lycéenne normale sur Lyoko : Jupe courte bleue, chaussures idem, T-shirt jaune orangé et veste en lin composaient son apparence. Elle avait pour arme... une besace orange. Laura Gauthier n'avait définitivement aucune imagination.
- Le couloir... Attention, à droite... Encore... Voilà, guidait Hervé.
Gauthier sortit sa tablette. En face d'elle, deux personnes se retrouvaient bloquées puisque l'ascenseur refusait de s'élever pour eux. Elles entendirent Laura sortir sa tablette et firent volte-face.
- Souriez ! fit Laura en allumant sa tablette et en sélectionnant l’appareil photo.
Elle captura l'image des deux intrus. Hervé la reçut alors sur son propre écran et le reste du groupe (Ceux de l’Échiquier ayant été dévirtualisé manuellement avant de se faire trouer par Light Maul) put observer à loisir l'apparence des ennemis qui avaient eus Odd en traître.
Le premier, les anciens l'avaient reconnus. Un manteau ouvert blanc et un pantalon de la même couleur parcourus d'une ligne mauve sur les cotés. Les chaussures fermées étaient du même style, tandis que sous le manteau se dévoilait un haut bleu foncé. Derrière, son haut blanc tombait en deux minces lignes tout aussi claires parcourues elles aussi de mauve en leur centre. En dehors de ces deux bandes flottantes, le tout était parsemé de lanières de cuirs, probablement fixées pour que la tenue virtuelle suive le mouvement du corps sans broncher. Un fourreau mi-long et la lame d'une épée rangée était également visible sur son flanc droit : Senja Blanc, la seconde moitié, était de retour. À noter qu'il avait perdu ses oreilles d'elfes.
À ses cotés, une jeune fille à la peau noire était vêtue d'une combinaison bleu clair très moulante avec parfois des teintes plus foncées. Son bras et sa jambe gauche viraient d'ailleurs plus au gris-bleu, ainsi que sa main gantée. L'autre membre en revanche n'avait pas de gant, mais tenait une baguette ornée d'une étoile d'un bleu clair translucide qui faisait un peu film Disney pour gamine. Ses cheveux étaient attachés en une queue de cheval.
- Avec ça, je devrais pouvoir les analyser et configurer le radar pour les détecter, avoua Hervé. Merci.
- En attendant... marmonna Laura.
Mais les néo-irlandais ne semblaient pas décidés à attaquer. Ils surveillaient seulement, et Laura ne semblait pas vouloir sonner la charge en premier.
- Tu arrives beaucoup trop tard, annonça Senja Blanc. On ne cherchait pas à monter, on a déjà quelqu'un là-haut.
- Merde, quelqu'un a pris manuellement le contrôle du Skid et a coupé la connexion avec moi, je n'ai plus accès au pilotage à distance.
- C'est vrai que les irlandais avaient déjà volé notre vaisseau une fois
, fit Ulrich. Ils commencent à savoir s'y prendre.
Tandis que sur les écrans d'Hervé, le Skid plongeait dans la mer numérique, la fille noire se mit à... dévisser sa main gauche. Celle-ci tomba mollement au sol, révélant un trou béant dans son bras. De ce trou se mit à s'échapper de la brume blanche qui recouvrit rapidement les deux alliés. Lorsque celle-ci se dissipa quelques secondes plus tard, Senja et sa complice avaient disparus.
- Laura ?
- Oui ?
- Pourquoi tu n'as pas attaqué ?
- Parce que si j'en crois ma tablette j'ai besoin d'absorber au moins une attaque avant... Désolée.
- Oh d'accord.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPont de l'Usine, France

- Je me fiche pas mal qu'on nous vole le Skid, avoua Hervé tandis qu'Odd dévissait la plaque d'égouts. Demain je l'aurais déjà reprogrammé grâce à la sauvegarde de Jérémie. Mais ça ne nous dit toujours pas ce que Senja Noir voulait, lui.
- Bahhhh, relax, pour l'instant on a réussi à tout repousser et on a une nouvelle talentueuse recrue, sourit Odd en désignant Laura qui sembla gênée.
- Bon bah... À demain... les amis, fit celle-ci.
Et la blonde partit avec Yumi en direction de la ville, tandis que le reste du groupe décidait au vu de l'heure de rentrer directement à Kadic avant de ne se faire repérer.
- N'empêche, déclara Gladys alors que le groupe était dans les égouts, c'est un sacré hasard que Laura ait pu nous voir et nous suivre comme ça...
- Ouais, avoua Pichon. On subit beaucoup de choses ces derniers temps mais j'ai quasiment terminé d'étudier toutes les notes de Jérémie. En plus, on peut repérer la bande de Senja Noir et grâce à Laura, bientôt celle de l'autre moitié. Ça va l'faire.
- Quand même, je me demande bien ce qui a pu se passer, s’interrogea Christophe.
- On aura les réponses en temps voulu, promit Ulrich. Comme là dit Hervé, le moment approche où l'on reviendra définitivement dans la course.
- Vivement, lâcha Odd.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDimanche 9 décembre 2007, Aogikahara, rive Ouest du lac Sai, Japon, dans l'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDans une modeste construction en bois de la forêt d'Aogikahara, un très vieil homme au physique européen vêtu de lunettes démodées et de vêtements traditionnels attendait patiemment le retour de quelqu'un. Le craquement des branches lui permit d'apprendre justement qu'un homme approchait. Il ne broncha pas et attendit simplement que l'asiatique d'une cinquantaine d'années en costume-cravate entre dans l'unique pièce et s'agenouille devant lui. Ce dernier déclara, en français :
- La Russie m'apporte quelques nouvelles. Deux objets volants non-identifiés ont été détecté dans son espace aérien. L'un d'eux survolait directement le continent, l'autre n'était pas loin du détroit de Kara. Là où cela devient intéressant c'est que ces objets semblaient se diriger vers l'Est. Et le calcul de la trajectoire de celui le plus au Sud a révélé qu'il survolerait...
- Le Mont Fuji, devina le vieil homme blanc.
- Exactement. C'est pour ça que Moscou m'a prévenu, même si apparemment la menace s'est désintégrée en vol. On vous aurait retrouvé ? Ce n'est pas à exclure après tout.
L'européen ne broncha pas et ferma les yeux.
- Les possibilités sont infinies. Il est temps à nous-mêmes de nous diriger vers la lumière, mais sans se laisser éblouir...
Il inspira un grand coup, avant de déclarer :
- Réunissons ceux en capacité d'agir pour la cause.


À suivre : La ligne de Mir


Dernière édition par Icer le Mar 12 Sep 2017 20:26; édité 7 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Ven 29 Jan 2016 16:45   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1047
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Évidemment, j'étais bien placé pour savoir que la virtualisation de Laura n'était qu'une question de temps, mais même en l'absence de surprise, la simplicité du postulat pour l'envoyer sur Lyokô est plutôt efficace. Le cadre posé dans les 36 chapitres précédents aidait un peu il faut avouer, tout comme l'absence de rosasse. Concernant son avatar, je constate avec plaisir l'ajout d'options à son « arme », qui doit certainement posséder d'autres fonctions gadgets situationnels du genre.

Je suis moins fan du blanchissement de Maul, ce qui ne sera pas sans rappeler Samantha Suarez. Tu ne déconnais vraiment pas quand tu prétendais faire des parallèles avec CLE.
Néanmoins, je constate que sa présence lumineuse éclipse l'absence totale de Nakara.
La fille à la peau noire accompagnant Senja Blanc m'a désagréablement rappelé Nora. Après vérification, il semble que leurs tenues soient très ressemblantes, avec toutefois des différences notables (la baguette notamment). J'avoue ne pas trop avoir d'idées sur quoi déduire de cette… retouvaille.

Question au passage : l'intrusion de Senja Noir et Adriane sur Lyokô s'est faite via un synchronisation de tours ou alors ils possèdent d'autres procédés d'infiltration ?

Le dernier passage du chapitre est plutôt mystérieux, en particulier la description des deux hommes. Pour peu, on les prendrait presque pour Hopper et le père de Yumi, mais un peu de sérieux. Au vu de la fascination douteuse dont tu faisais preuve envers le chinois de la fic de Café Noir, la présence d'un nouvel asiatique alors que tu en as buté un plus tôt est notable, en particulier combiné au titre du chapitre. Enfin, la séquence souligne plutôt l'importance de l'autre homme. Je suis très tenté de dire qu'il s'agit de Tyron, à cause des lunettes et du contact à priori étroit avec Moscou, et dans une autre mesure, la fin du chapitre 35.

Il y a également le minuscule passage sur le deux élèves dans la cour de Kadic qui est intriguant par rapport à la vie terrestre. La remarque sur la discrétion me donne l'impression d'une référence à la scène mièvre qui a précédée celle-ci. Du coup, un des deux élèves en présence a nécessairement assisté à l'événement. La narration n'ayant cité que Valérie et Shadow, la tentation de placer le second dans la peau d'un des protagonistes mystères est tentante. On peut penser logiquement que son interlocuteur était sa sœur. Enfin, tu me diras, l'atypisme de leurs nom/prénom les rendait déjà louches (et plus généralement, dans cette fic, les personnages possédant cette particularité ne sont pas vraiment anodins). Ne reste qu'à voir leur placement par rapports aux autres pièces.
Si on suit la liste, il ne manque plus que des nouvelles d'Eva Skinner, à moins qu'il n'y ait une panne la concernant. C'est un phénomène courant avec elle dans d'autres textes, paraît-il...

Quant à ceci, je pense que ça pourra t'être utile :


Spoiler


Le chapitre est également intéressant dans la mesure où certains détails font écho à d'autres, offrant quelques pistes d'hypothèses. J'ai eu la flemme de tenter le coup la dernière fois, mais si je ne m'y remet pas, je risque de me paumer en tentant de tout comprendre en un bloc. Je me permets donc de poser ici un mémo Mr. Green.

La fixation du Palamède et ses sbires sur les volcans se fait sentir. Autant leurs objectifs sur le long terme restent très flous, autant pour le moment, je pense que leur but est de dégommer définitivement ce qui reste de Xana, comme les quelques échanges sur le sujet le laissent entendre. Mais du coup, pourquoi des volcans ? Un élément de réponse peut se trouver dans le supercalculateur du monde virtuel volcanique, qui se trouvait dans une base située dans un volcan. L'idée serait que les bases terrestres de Xana ont plus de chances de se trouver dans des endroits similaires, ce qui conduirait à des attaques dirigées vers tous les volcans notables du globe. Du coup, j'ai très envie de penser que le dernier passage du petit dernier, avec l'évocation de la possibilité que l'homme inconnu (que je pense Tyron) ai été retrouvé, ne soit qu'une conséquence de cette recherche des restes de Xana, ce qui apporterait encore plus d'acteurs sur cette étroite scène.

Concernant Xana, malgré un certain profilage-bas, il n'apparaît pas si inactif que ça. Ses actions restent discrètes et pondérées, mais on peut en dégager des significations. L'apparition de Dark Maul sur un monde virtuel évoquant le Cortex peut être le symbole d'une reconquista virtuelle, dans l'optique de regagner en puissance et en ressources (point-clé de la partie I). Mais cette reconquête s'effectuerait depuis un autre monde à en croire un des échanges du temple Cycloïde.

L'autre événement que je lie à Xana sont les phénomènes glacés de ce dernier chapitre. D'abord, Malosse combattait de manière claire la créature qui déclenchait la grêle. Ensuite, Odd se fait congeler dans la salle du Skid, lequel se fait pirater peu de temps après.
La piste la plus évidente, combinée à l'anticipation de Senja Blanc par rapport à l'événement serait le signe d'une manœuvre du camp du Palamède (Adriane), mais j'ai dû mal à concevoir l'utilité qu'ils auraient du sous-marin, sachant qu'ils n'ont pas l'air d'avoir particulièrement de mal à s'introduire virtuellement chez autrui (cf Lyokô). À moins que le postulat ne soit le même que pour les irlandais avant eux et qu'un monde virtuel ne leur soit accessible que de cette façon, lequel pourrait appartenir à un Xana se reconstruisant. Néanmoins, la théorie s'effondre lorsque l'on se dit que ce camp aurait tout à fait les moyens de se fabriquer son propre sous-marin - sauf si le temps pressait vraiment.
L'autre hypothèse serait que le Malosse appartiendrait à Xana. Sa présence n'aurait pour motivation que de mettre des bâtons dans les roues de ses divers ennemis. En restant dans cette logique, la créature de glace mérite de s'attarder dessus. Si elle appartenait au camp du Palamède, pourquoi n'était-elle pas en compagnie de Senja Noir et de son compagnon ninja ? Peut-on vraiment l'assimiler au camp du Palamède et la mettre en lien avec la congélation d'Odd ? En répondant non, on part du principe que le voleur de Skid est la fameuse Adriane (laquelle aurait neutralisé Odd par les moyens qu'on connaît), et que la créature blanche appartiendrait à un parti discret, qui n'aurait pas les faveurs de Xana. Néanmoins, les dialogues laissent entendre un conflit plus ou moins net entre le Palamède et Xana, donc une assimilation de la créature au premier camp(blanche de surcroît, une couleur phare de ce camp-là) reste imaginable.

Étrange, ça m'avait l'air moins confus dans ma tête. Probablement le signe qu'il faut s'arrêter là. En tous cas, je te garde à l’œil, ou plutôt centré sur...


Spoiler

_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Jeu 04 Fév 2016 16:48   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Spoiler



http://i.imgur.com/2vW5B0O.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDimanche 9 décembre 2007, Chambre d'Hervé Pichon & Bastien Roux, France, dans la matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé était déjà au travail, occupé à mettre à jour le logiciel de détection des intrus du Supercalculateur à partir des données fournies par les photos de Laura. Une info-bulle l'informa alors que le vaisseau virtuel était revenu à sa place initiale. Surpris dans un premier temps, Pichon en déduisit que les irlandais n'avaient piqué le Skid que le temps d'en analyser les données, sans doute pour se construire également un vaisseau virtuel à eux. Le fait qu'ils le rendent par contre... C'était peut-être un piège. Hervé préférait être prudent, maintenant qu'il avait les connaissances pour l'être.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngGarage Skid, Carthage

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa Manta de Christophe, de couleur violette, pénétra le hangar en annonçant sa venue par un majestueux cri. Stationnant à mi-hauteur de la salle, elle se tourna vers le vaisseau virtuel et les deux pointes que le monstre avait à l'avant se mirent chacune à générer devant elles une petite sphère violette, qui se rejoignirent, formant une ligne, ligne qui fut projetée et dont la taille fut démultipliée au contact du Skid. La Manta baissa la tête pour que le tracé parcoure tout l'engin : La structure venait d'être entièrement analysée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Hervé Pichon & Bastien Roux, France

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé était désormais occupé à traiter la masse de données que la Manta avait rapportée à propos du vaisseau virtuel, histoire de vérifier que rien n'avait été modifié. La bonne nouvelle, c'était qu’apparemment, il n'y avait rien de dangereux. La mauvaise, c'est qu'il y avait quand même quelque chose qui avait été modifié.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 10 décembre 2007, Résidence des Forestier, Irlande

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Blanc tournait autour du pupitre du grenier, songeur, tandis qu'Huguette était toujours assise devant les écrans. Il savait qu'il devait parler à Aelita, et qu'il aurait d'ailleurs déjà dû le faire depuis les événements du 24, mais aborder un tel sujet était délicat. Car s'il en se trompait pas – et il avait vérifié plus d'une fois ses informations au cas où – Aelita venait de perdre en un mois à peine son père, sa mère, et sa demi-sœur. Il avait peur de la réaction de cette fille qu'il connaissait en tant qu'alliée depuis moins longtemps qu'en tant qu'ennemie.
Son dilemme fut provisoirement interrompu par Lucie qui était montée pour lui proposer d'aller faire les courses.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMaynooth, fin de matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Blanc et Lucie s'étaient rendus dans une ville commerciale de la banlieue de Dublin avec cet objectif simple mais essentiel qui consistait à ramener de quoi manger. La ville se situait à quelques kilomètres à peine de la résidence des Forestier et Senja mettait un point d'honneur à se taper le trajet à pied « pour rester en forme » qu'il disait. Cela étant, la présence de Lucie rendait la tâche plus facile, surtout qu'elle parlait bien mieux anglais.
- Définitivement, la L n'était pas pour moi, avoua Senja tandis que Lucie lui parlait de ses cours et que les deux adolescents sortaient du Tesco. Je suis content de mon orientation actuelle.
- Héhé, quand à moi l'économie n'est clairement pas ma cuisine non plus.
Elle cessa brusquement sa marche.
- Meeeeerde. On a oublié qu’Adélaïde voulait des ingrédients pour faire un gâteau.
- Tiens, c'est vrai, avoua le garçon. Écoute, file-moi ton sac, je t'attends au Mc Do, retourne prendre ce qu'il manque.
- À tout de suite.
Elle venait à peine de tourner le dos que...
- Ah, enfin seuls.
Senja Noir était déjà là, appuyé contre une voiture garée, avec la même tenue que lors de sa précédente visite. Sa moitié blanche soupira.
- Et ça te fait rire.
- Avoue que c'est assez drôle. Il fait plutôt bon ici pour la saison, ça me change, laisse-moi en profiter.
- Tu ne sens rien. Bon, tu veux quoi ?
- J'viens aux nouvelles. J'ai cru comprendre que vous aviez volé le Skid aux français.
- Juste pour faire gagner du temps à Huguette. D'ailleurs Aelita a du déjà leur rendre à l'heure actuelle.
- En effet. Et vous comptez venir sur l’Échiquier comme le font les Lyoko-guerriers ?
- Tu verras bien, je sais que je te manque mais de là à te translater...
Une fillette qui ne semblait pas avoir plus de douze ans passa alors dans le champ de vision des deux Senja en traversant le parking, attirant leur attention.
- Y a des parents irresponsables quand même... Je vais l'aider.
- Attends, on a pas fini de... arrêta Senja Noir avant de remarquer que le propriétaire de la voiture qui lui servait d'accoudoir était revenu du centre commercial et n'avait pas l'air franchement ravi. L'islandais fit alors mine de se cacher derrière le véhicule de devant pour sortir du champ de vision de l'homme avant d'être détranslaté.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHuguette était en train de construire une réplique parfaite du Skid français grâce au vol des données de l'original. Elle vit sur les caméras que Senja et Lucie étaient de retour des courses. Mais une troisième personne était avec eux. La blonde soupira.
- J'ai l'impression que nous allons encore ramasser une pitoyable créature en chemin.
- Qu'est-ce qu'il a encore ramené ? demanda Aelita.
- Une fille.
- Tu m'avais dit qu'il était gay non ?
- Oui c'est ce que je pense mais c'est sans garantie.
Huguette salua Aelita et descendit rejoindre Adélaïde qui était déjà dans la cuisine, tandis que les deux adolescents qui étaient sortis arrivaient dans la pièce pour ranger les courses. L'inconnue avec eux était une jeune fille avec de longs cheveux bruns aux légers reflets rouges, de petite taille, des yeux verts magnifiques sous un maquillage noir un peu forcé, et surtout, un air mal assuré.
- Euh, bonjour... fit-elle avec un léger accent allemand.
- What is this ? toisa Adélaïde en remettant en place son chapeau de cow-boy.
- Je vous présente Aurora Blume, annonça Senja. Elle vient de fuguer de chez elle.
Il venait de dire ça comme si c'était normal. Cela étant, entre Huguette qui avait été sortie de prison et Adélaïde qui venait tout droit de l'Irish Dream d'Eoin Forestier, il commençait à y avoir pas mal de mecs douteux dans cette maison.
- Il me faut un résumé, avoua la blonde en tirant une chaise.
- Aurora ?
Mais la jeune fille ne se sentait pas d'expliquer la situation. Alors le garçon s'assit à son tour et commença :
- Aurora est allemande. Pour faire court, son caractère couplé à une situation familiale compliquée ont fait de sa scolarité un enfer. Étant actuellement dans sa période de vacances, son père, fonctionnaire européen a décidé de l’emmener en vacances avec lui en Irlande (Pour ceux qui suivent les actualités, on dit que notre pays veut faire ratifier le Traité de Lisbonne par voie référendaire, et comme Bruxelles flippe, ses agents font beaucoup d'aller-retours). Comme Aurora sentait que ça n'allait rien arranger et qu'elle ne voulait surtout pas rentrer en Allemagne, si j'ai bien compris, elle s'est enfuie sur un coup de tête de l'appartement que son père occupe à Maynooth. On l'a croisée sur le parking du centre commercial. Au début à cause de sa taille j'ai cru que c'était une fillette qui avait perdu ses parents dans la galerie et donc j'ai voulu l'aider mais...
- Et tu as quel âge en réalité ? demanda Huguette.
- Bientôt quatorze ans, répondit l'allemande.
- Treize ans ! Non mais Senja arrête de déconner, je croyais que j'avais ta confiance pour quelque chose de sérieux mais tu peux pas y associer des mioches ! s'emporta la nouvelle Joséphine.
L'adolescent leva les mains en signe d'apaisement.
- Mais. Elle est intelligente, tu as vu comme elle est déjà parfaitement bilingue ?
- Comment ça se fait d'ailleurs ? se demanda Lucie.
- Ma meilleure amie est Suisse, répondit Blume.
- Ah, je vois.
- Sauf que ça veut dire un cinquième clone polymorphe en couverture, calcula Huguette. Et comme je ne peux pas aller plus loin que deux par tour, ça ne nous laisserait plus aucune infrastructure à utiliser pour autre chose en cas de besoin vu que je vais devoir activer la troisième.
- On va en construire une quatrième, annonça Senja.
- J'ai déjà regardé. Joséphine a modelée l'Eire de telle sorte qu'une éventuelle nouvelle structure ne puisse être placée qu'au centre. Or elle y a déjà installé le rocher que vénèrent les Firrelats.
- Je sais, j'ai la solution pour ça, répondit simplement le garçon. N'oublie pas que j'ai vu Joséphine construire l'écosystème de l'Eire.
La blonde ne répondit pas tout de suite, semblant réfléchir. Elle déclara finalement, semi-boudeuse :
- Et bien, j'ai hâte de voir ça alors.
Senja, considérant pour le moment la conversation comme terminée, quitta la table avec Aurora dans l'idée de lui faire la visite des lieux, laissant les trois autres entre elles.
- Mais comment il fait... lâcha Huguette. Il recrute n'importe comment.
- C'est vrai, confirma Lucie. Mais bon, la dernière fois qu'il s'est fait chier à réfléchir, sa cible est partie pour la Suisse alors ça ne doit pas l'inciter à être moins spontané. Et puis... Moi il m'a recruté juste parce que je m'inquiétais pour Alba.
- He simply trusted Eoin Forestier for me, ajouta Adélaïde.
- Et je ne parle même pas de la façon dont il m'a ramenée, conclut Huguette. Ouais bon, c'est vrai que c'est sa façon de faire, espérons que cette Aurora soit un bon parti...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Humains, centre de contrôle Tesseract

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Noir utilisait l'un des écrans pour regarder les informations en compagnie d'Eisen qui avait fini son magasine.
- Vladimir Poutine a tranché, c'est finalement Dmitri Medvedev qui devrait logiquement lui succéder à la Présidence de la Russie en mars en étant adoubé par le parti au pouvoir, Russie unie, qui rappelons-le vient de remporter les législatives, annonçait un journaliste.
- Oui tout à fait, l'actuel Président sait s'entourer de personnes sans ambition pour mieux revenir, décrypta un consultant politique Cela fait moins de vagues que de violer la Constitution. Avec Medvedev, Poutine est sûr que sa place sera chaudement gardée. Il n'a d'ailleurs pas tardé à approuver le choix de son parti qui n'a en réalité que fait suivre ses propres directives.
- La politique en Russie est plus simple qu'ici
, sourit un troisième analyste sur le plateau.
- Il m'énerve ce con de Poutine, déclara Senja Noir. Entre lui et Bush, y en a pas un pour attraper l'autre.
- Tu préfères ce qui se passe en France ou au Royaume-Uni ? Prenons les français, ils ont failli envoyer Ségolène au pouvoir. À choisir je prends Poutine.
- Paix à son âme.
L'apparition de Deva dans la salle coupa court au débat.
- Senja... J'ai de bonnes nouvelles.
L'écran des informations sauta pour laisser place à une image en trois dimensions de la planète terre et de ses alentours. Un élément attira l'attention de Senja.
- C'est pas vrai. Qu'est-ce que Zéphyr fout ici ? en pointant du doigt un astéroïde en direction de la Terre.
- Je ne sais pas mais selon la N.A.S.A, son orbite a été modifié pour une raison inconnue il y a environ seize ans.
- X.A.N.A ?
- On a quasiment perdu toutes ses données, je n'en ai aucune idée.
L'homme à la cape reporta son attention sur l'écran.
- Bon... Voyons ce qu'on peut en faire.
- Et bien on peut dévier sa trajectoire pour l'envoyer sur la Russie avec leur propre satellite.
Un autre écran fit apparaître l'image de l'engin spatial adéquat.
- Kosmos-2251, expliqua Deva. Ancien satellite de télécommunication militaire russe, lancé en 1993 mais fabriqué à l'époque par l'U.R.S.S. Il a donc un laser. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils ne l'ont pas désorbité même s'il ne sert plus. « Au cas où ».
- Ah ouais !! Sur le Kremlin alors ?
L'image de la Terre se mit alors en mouvement, zoomant sur la Russie. Une croix grise apparût plus à l'Est de Moscou.
- Encore mieux, à Sarov. Ils y dissimulent une Tsar Bomba depuis le succès du test de 1961. Sauf que cette fois, ils ont vraiment fait le troisième étage en uranium. J'évalue sa puissance à quatre-vingt quatorze mégatonnes.
- Magnifique, commenta Senja Noir, la larme virtuelle à l’œil.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMardi 11 décembre 2007, Bibliothèque de Kadic, France, fin d'après-midi

- C'est pas vrai... ragea Kiichi en tapant du point sur la table.
- Tu tu calmes jeune fille ou tu es bonne... pour l'exclusion temporaire, déclara M. Dubon qui la surveillait elle et son frère.
Shadow et Kiichi Blanc en effet étaient collés. Tous les jours de la semaine jusqu'aux vacances de Noël. Cette décision faisait suite au fait que M. Anna Robbia les avait surpris samedi soir en ville alors qu'ils retournaient à la planque après avoir suivis les Lyoko-guerriers jusqu'à l'Usine.
- C'est vraiment pas de chance que les nouveaux proviseurs soient des fêtards. Je n'ai rien vu venir, il n'était pas aussi suspect qu'un barbu.
Shadow et Kiichi Blanc avaient une façon de raisonner qui ne ressemblait pas à un jeune normal de cet âge. Et pour cause, Shadow et Kiichi Blanc ne s’appelaient pas Shadow et Kiichi Blanc. Ces noms n'étaient qu'une couverture basique pour deux agents de la D.G.S.E. Le Général Hussinger avait galéré pour envoyer en mission intérieure des agents formés pour l'étranger. Mais la fille sortait tout juste du centre de formation et jouer les pétasses permettait de justifier le fait qu'elle ait l'air d'avoir la vingtaine et non seize ans. Cela avait été plus compliqué pour le garçon qu'il avait tout d'abord fallu rapatrier d'Angleterre discrètement. Mais surtout, il avait quasiment fallu diviser par deux son âge réel pour passer à Kadic. D'où la posture émo : Avec un maquillage aussi dégueulasse, personne ne s'était rendu compte qu'un jeune trentenaire jouait les lycéens. En attendant, les agents étaient coincés puisque s'ils séchaient les cours, le directeur les attendrait au tournant et leur couverture risquait de sauter. Et ils ne pouvaient pas après puisqu'ils étaient collés. Et avant, la fenêtre n'était pas assez large. La dernière option, le dimanche, n'avait pas été utilisée puisque le risque de croiser la bande qui s'en servait de repaire était trop élevé.
- Patience... philosopha Shadow. Les vacances de Noël approchent à grands pas et à ce moment là, rira bien qui rira le dernier.
- Tais-toi ! souffla Kiichi. Un ado normal ne parle pas comme ça.
- Ah, c'est exact. Alors... Wesh bien ou bien salope ?
- C'est mieux...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Odd Della Robbia & d'Ulrich Stern

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Lyoko-guerriers de leur coté avaient été convoqué à la fin des cours par Pichon qui avait des nouvelles. Mais comme Bastien était évidemment là en semaine, la réunion ne se tenait pas chez le remplaçant de Jérémie mais dans la bonne vieille chambre des anciens. En revanche, Laura n'avait pas été invitée malgré ses demandes, et elle avait fini par s'y résigner, comprenant que son intégration était trop récente. En contrepartie, la réplique de William était en train de faire ses devoirs pour elle.
- Bon, comme je vous l'ai dit hier le Skid nous a été rendu, commença l'intellectuel, mais des lignes de code avaient été modifiés. Finalement, fausse alerte, il se trouve que cette modification contenait des indications pour orienter mes recherches sur l’Échiquier.
- C'est à dire ? réagit Odd en haussant un sourcil.
- Cela veut dire que les irlandais nous ont sciemment donné des indications pour nous aider à combattre...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja Blanc fut virtualisé aux cotés d'Aelita, sur le territoire des Firrelats.
- Salut. Comment ça va aujourd'hui ?
- Tout va bien, sourit l'ange rose. Je continue d'observer l'écosystème de l'Eire, c'est vraiment prodigieux ce qu'à fait Joséphine.
- Oui c'est vrai... Et aujourd'hui, je suis venu relever son dernier défi.
- Comment ça ? Je peux t'aider ?
- Tu peux regarder mais j'ai insisté auprès des autres pour m'en occuper tout seul. Joséphine aurait réussie elle. Et en tant que co-créateur de cette faune, je dois en être capable.
- D'accord. Et bien j'ai hâte de voir ça.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Odd Della Robbia & d'Ulrich Stern, France

- Pourquoi est-ce qu'ils auraient faits ça ? s'étonna Zoé.
- Apparemment, reprit Hervé, depuis les événements de la bulle virtuelle de Franz Hopper, il y aurait deux Senja sur Terre.
- Comme sur Lyoko ! réagit Ulrich.
- Oui. Ce type m'a l'air très perturbé. Apparemment ça faisait un moment qu'il préparait un programme dans le dos de Joséphine et grâce à ses enseignements, mais sans savoir s'il allait vraiment l'utiliser. Les choses se gâtent avec leur séparation. Vous ne le saviez apparemment pas mais l'avatar de X.A.N.A a coûté la vie à Alba. Et bien avec le nouveau programme – Le Palamède – de Senja, Guillaume et Joséphine y sont passés aussi, ainsi que X.A.N.A.
Stupéfaction dans les rangs, et notamment chez les anciens qui avaient eux rencontrés et combattus un jour ces adversaires. Hervé se tourna vers les anciens :
- Est-ce que cette version vous semble crédible ?
- De mémoire, Jérémie avait déjà deviné que la retraite de X.A.N.A était liée à l'attaque d'une autre force. C'était donc le Palamède, ça colle, déclara Christophe.
Plus surprenant, ce fut la réplique d'Aelita qui intervint :
- Joséphine était virtualisée lorsqu'un Senja a perdu contre William, se souvint le programme, qui regardait les écrans de Jérémie à ce moment là. Cela lui aurait permis d'agir.
- Pour moi ça se tient niveau timing, confirma Yumi. X.A.N.A a battu en retraite quelques minutes après que Senja Noir ait été dévirtualisé.
Ulrich, Odd et Christophe étaient d'accord.
- Très bien alors je continue, annonça Hervé. Suite à l'hécatombe irlandaise, le Senja qui a relâché le programme – Senja Noir – s'est tiré en Islande. C'est là-bas que se cachait le Supercalculateur du monde volcanique de X.A.N.A.
- Et donc William... murmura Christophe, mais suffisamment fort pour que les autres entendent.
- Tu as raison, confirma Hervé. Je ne sais pas si X.A.N.A est réellement détruit mais en tout cas il a perdu le contrôle de sa base. Si William est dévirtualisé, il est mort, il finira comme Joséphine ou Guillaume et je crois qu'ils le savent. On a eu deux fois la visite de Senja Noir sur Lyoko. Que recherchait-il à votre avis ? Quand X.A.N.A s'est fait attaquer par le Palamède, où se trouvait William ?
- Dans la salle du cœur de Lyoko, répondit la fausse Aelita.
- Mais j'y étais ! s'exclama Christophe. Je suis arrivé juste après et il n'y avait plus personne !
- Je vois les choses comme cela, expliqua Pichon. William est libéré de l’influence de X.A.N.A. Sans lui, il ne peut pas quitter Lyoko en passant par le réseau. Il ne peut pas non plus revenir puisque son corps physique est en zone hostile. Je suis donc plutôt d'accord avec Senja Noir : Il doit se cacher quelque part sur Lyoko.
- Et tu ne peux pas le repérer toi ? demanda Melody.
- C'est difficile. À l'origine, William avait la signature de X.A.N.A mais ce n'est plus valable depuis. Sauf qu'il n'a pas été dévirtualisé non plus alors du coup, il doit être à mi-chemin entre les deux et au final pour le détecter, c'est galère. Mais cela étant, c'est aussi une chance parce que le Palamède n'y arrive pas non plus, et c'est pour cela qu'il envoie des hommes directement sur le terrain. Sauf qu'on lui met des bâtons dans les roues...
- Que proposes-tu alors ?
- Je pense que ce week-end, il faudra qu'on organise des recherches de terrain. Nous sommes beaucoup plus nombreux et maîtres des lieux, si on s'y met tous, on finira bien par trouver William.
- Pas con, avoua Stern. Je suis d'accord.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

- Du nouveau sur William sinon ? demanda son ancienne camarade au franco-irlandais.
- Non, répondit honnêtement Senja. On est certain qu'il est resté sur Lyoko mais Huguette n'arrive pas à le localiser. On est en train de se demander si on ne ferait pas mieux d'aller le chercher directement sur place, comme le fait Senja Noir. Tu connais bien les plans du territoire central ?
L'ange virtuel réfléchit.
- Jérémie a beaucoup transformé Carthage lorsqu'il l'a recrée, mais en la simplifiant. Alors oui je pourrais essayer de vous expliquer.
- Fantastique, nous verrons ça plus tard. On est arrivé.
Senja et Aelita se trouvaient devant le rocher géant qui était situé au centre parfait de la roue du Dagda que formait la forêt. L'adolescent sortit son épée du fourreau, révélant une lame bleue translucide qui semblait à moitié remplie d'eau.
- Que fais-tu, humain ?
Les deux jeunes firent volte-face. Dans un buisson, trois Firrelats qui n'avaient pas l'air content fixaient Senja.
- Vraiment désolé les gars. En temps normal on aurait fait les choses proprement comme le voulait Joséphine mais le temps joue contre nous. Vas-y Huguette.
Quelques secondes plus tard, les créatures furent dévirtualisées. La blonde en régie venait de supprimer à la main tous les Firrelats de l'Eire, car ceux-là n'auraient pas appréciés ce que Senja s’apprêtait à faire. L'ancien elfe en effet planta purement et simplement son épée dans le rocher recouvert de mousse sous le regard perplexe d'Aelita. Le sol se mit alors à trembler et le roc gris à bouger. Parce que ce n'était pas un roc gris. Mais un Firrelat géant. En se levant, celui qui demeurait depuis sa création en position fœtale avait perdu une bonne partie de la mousse et des branchages qui le recouvrait, ce qui permettait de mieux le distinguer. Il était donc similaire aux petites créatures qu'Huguette venait de supprimer, en dehors de la taille bien sûr, et son chapeau, au lieu d'être vert, était ici rouge. Autre différence : Il n'avait pas d'épée sylvestre comme ceux qui le vénéraient, mais son bras gauche avait directement été taillé pour ressembler à une lame.
- Toi qui sait sans doute que l'écosystème de l'Eire a été construit à partir du vol des données des monstres de X.A.N.A, je te présente le Kolosse irlandais : Le Darrosse, annonça Senja à Aelita.
- Ne me dis pas qu'il est aussi difficile à détruire... ?
- Le principe est le même que pour les Firrelats. Son sigle est au sommet de son crane, dissimulé par son chapeau.
Stones leva la tête. Comme son modèle, le Darrosse était un géant et à ce titre, le sommet de son crâne un peu hors de portée.
- À propos, ajouta Senja. Je te conseille de reculer, le rose se voit facilement au milieu de la végétation.
Aelita esquiva alors de justesse le poing droit du Darrosse qui venait de tenter de l'écraser.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Odd Della Robbia & d'Ulrich Stern, France

- Mais sinon, quel est l'objectif de Senja Noir et du Palamède ? demanda Gladys.
- Excellente question. Pour l'instant, mis à part l'infâme assassinat de nos camarades, on ne peut pas dire que le Palamède ait vraiment fait preuve d'une volonté infaillible de foutre la merde. On dirait qu'il attaque un peu au hasard, encore que, je n'ai encore jamais réussi à véritablement localiser la traduction concrète des tours activées sur Terre.
- On dirait que c'est un jeu pour lui, annonça Yumi qui se souvenait du message d’accueil de l'Échiquier.
- À l'instar d'une fille victime de son cycle, on dirait que le Palamède active ses tours au gré de ses humeurs, plaisanta Odd avant de recevoir le cousin d'Ulrich dans la figure de la part de Zoé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Humains, centre de contrôle Tesseract

- Medvedev a demandé à Poutine de devenir son Premier ministre en cas de victoire aux présidentielles aujourd'hui, annonça Eisen qui lisait la presse tandis que l'elfe à la cape arrivait sur les lieux.
- Le suspense n'aura pas duré longtemps dis donc... À peine vingt-quatre heures. Il faudrait que Zéphyr se remue le train.
- Pour quand est prévu le tir ?
- Selon les calculs de Deva, le meilleur moment sera sans doute entre vendredi soir et samedi matin.
- D'accord, c'est noté, cela risque d'être drôle à regarder aux infos.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Odd Della Robbia & d'Ulrich Stern, France

- Laissez-moi encore quelques jours et grâce aux informations des irlandais, je pourrais localiser les attaques du Palamède sur Terre, rassura Hervé.
- Mais alors, s'ils nous aident, est-ce qu'on doit essayer de parlementer avec eux ? demanda Ulrich.
- Je sais pas trop. Ils ont sûrement juste fait ça pour qu'on gène le Palamède, vu qu'ils veulent sûrement venger la mort de leur camarades, ce qui veut dire qu'ils souhaitent le détruire comme nous...
- Ouais mais, objecta Yumi. Je n'ai aucune confiance en Senja, c'est un vrai malade, et tout ça c'est à cause de lui.
- Par ailleurs, ils n'ont pas l'air d'avoir envie de s'allier avec nous puisqu'ils nous ont volé le Skid sans nous demander, souligna Gladys.
- C'est bien vu, tu as raison, admit Hervé. Alors oui, négocier avec eux ne sera pas à l'ordre du jour.
- Et est-ce que par hasard tu n'aurais pas des infos sur Aelita ? questionna la japonaise pleine d'espoir.
- Aucune, je suis désolé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAelita, dissimulée dans un arbre, observait Senja qui essayait de grimper au sommet du Darrosse. Il avait passé la lame du monstre mais venait de glisser en tentant de sauter sur son épaule. Il s'écrasa au sol devant le géant et fit une roulade pour éviter son poing, puis en profita pour se relever.
- J'aurais au moins essayé, fit Senja avant de faire apparaître dans sa main une boule d'eau.
La boule d'eau en question devint en fait une Lune Ball que Senja balança en l'air. Un pokémon en forme de croissant de lune, avec un œil bleu, en sorti.
- Séléroc, je te laisse gérer.
Tandis que l'humain esquivait cette fois le bras armé du Darrosse en sautant, le pokémon qui lévitait s'éleva à hauteur du chapeau rouge et fonça dessus pour le faire tomber, avant d'utiliser un laser glace sur le crâne du Firrelat géant, ce qui sembla ne pas lui plaire. Il se raidit comme une planche et tomba la tête la première sur le sol, provoquant un tremblement de terre monstrueux qui secoua fortement les arbres alentours. Finalement, Senja n'avait plus qu'à planter son épée sur le sigle du Dagda qui était désormais parfaitement à portée du sol, avant de rappeler sa créature. Le géant hurla de nouveau un bon coup avant de se calmer. Définitivement. Aelita revint aux cotés de Senja.
- Bah dis donc. Heureusement qu'il est resté tranquille pendant qu'on découvrait l'Eire, lui.
- Ce qui m'embête, c'est que sans les Firrelats, la tour que l'on va installer à la place du Darrosse sera dans un secteur non protégé.
- Ah oui je vois ce que tu veux dire. J'en parlerai à Puck, on y réfléchira.
- Merci Aelita.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 12 décembre 2007, Self de Kadic, France, début d'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAprès leur devoir surveillé de la semaine et la pause de midi, Melody Rousseau était restée au self en compagnie d'Eva Skinner pour une petite heure de discussion en français histoire de familiariser et de corriger les erreurs que pouvait faire l'américaine. Elles avaient rapidement pris l'habitude de faire ces petits cours à la dérobée à la demande de la nouvelle élève. La rousse, qui se souvenait des difficultés d'intégration liées à la barrière de la langue, n'avait évidemment pas refusé. Les filles avaient l'habitude de fixer le prochain rendez-vous au terme de chaque séance.
- Well, annonça Eva. You help me so much, I can’t wait to speak French as well as you !
- You’ve got talent, I’m not responsible for it, répondit Rousseau, un peu gênée.
- Can we see each other on saturday morning ? You’re in the boarding school, aren’t you ?
Melody mit quelques secondes à répondre.
- Yes I am, but on saturday I can’t…I…eh…see my friends.
- Oh yeah your group of friends ! Do you go to the city ? Do you think I could come too ? demanda la blonde, les yeux pétillants.
- It’s just that…Yumi hates americans. I don’t think that’s a good idea.
- Really !?
- Yeah. August 1945, you see...
- Oh…okay, se résigna Skinner, visiblement déçue.
- Next wendnesday, same hour ? proposa Melody pour se rattraper.
- Seems fine !
- See you soon, salua l'anglaise en se levant et en quittant le réfectoire sous le regard un peu désabusé d'Eva Skinner.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 14 décembre 2007, Établissement scolaire Kadic, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngGladys Fontaine savait qu'à cause de son frère, elle risquait de nouveau de manquer la mission de ce week-end qui consistait à rechercher William. Ce n'était pas la première fois et même si la collégienne comptait faire en sorte que ça aille en s'arrangeant, c'était quand même assez frustrant, d'autant que le groupe l'avait recruté pour pouvoir compter sur elle. Elle voulait donc se rattraper en aidant différemment. Gladys pouvait en effet compter sur quelque chose que les autres n'avaient pas autant qu'elle : La méfiance. Sans pousser ce trait de caractère à l'excès qui pourrait l'amener à devenir aussi casse-couille qu'un rat franco-espagnol, cela lui permettait quand même de prendre certaines initiatives, comme celle d'aujourd'hui. Avant de rejoindre les autres dans la cour pour la pause de la matinée, elle avait décidé de faire un détour par le terrain de football. Théo Gauthier était occupé à bourriner les cages défendues par son camarade de classe Thierry Suarès. Ce dernier, après avoir pris Ulrich sous son aile il y a deux ans, avait décidé de faire de même avec Théo avec qui Stern formait à l'occasion un duo d'attaquant redoutable. Suarès voulait lui donner la même envergure que celui que lui-même formait avec Alexandre Pépin. Lorsque le jeune noir vit la petite blonde approcher, il ne renvoya pas immédiatement la balle à son collègue, lui faisant signe qu'il avait de la visite.
- Salut Théo.
- Salut Gladys, tu veux jouer avec nous ?
Cette proximité entre deux jeunes de sexe opposé et d'un écart d'âge de deux ans, sachant qu'ils ne couchaient pas ensemble, pouvait paraître suspecte mais il fallait bien comprendre que Gladys était connue de tous les passionnés de football de Kadic puisqu'elle était la meilleure de sa classe à ce sport alors qu'il s'agissait d'une fille. Elle jouissait donc d'une certaine notoriété dans le milieu.
- Pourquoi pas. J'ai besoin de te parler mais rien n'empêche de le faire en jouant.
Gauthier et Fontaine se mirent donc à tirer chacun leur tour dans les cages de Thierry, jouant à celui qui marquerait le plus de points.
- Donc, que voulais-tu ? relança le garçon en prenant quelques pas d'élan avant d'armer sa frappe.
- Je suis venu te parler de Laura, ta sœur. Comment ça se fait qu'elle n'ait pas été transféré à Kadic en même temps que toi ?
Le lycéen tira, manquant complètement le cadre en passant largement au-dessus, sous le regard étonné de Thierry.
- Et bien, je n'irai pas jusqu'à dire que ce shoot puait vu que ce n'est pas Odd qui a tiré mais quand même, lança le comorien avant de partir chercher la balle.
- Je, euh... balbutia Théo. Je savais que ça serait bizarre mais... Il faut comprendre que nos parents sont divorcés et que Laura est avec mon père. Nous ne vivons donc pas ensemble.
- Ah. C'était juste ça alors, réagit la quatrième qui semblait soulagée.
- Oui, sourit Théo.
- Et tu l'apprécies ta sœur ? Parce que je ne vous vois jamais parler.
L'adolescent perdit alors complètement son sourire.
- Je vais être honnête avec toi... Laura est une personne d'un rare égocentrisme. Moins je la vois et mieux je me porte. Et c'est valable pour tout le monde : Ne t'approche pas d'elle.
- Je comprends. Dans ce cas je vous laisse, tu as visiblement encore besoin d'entraînement pour parvenir au niveau de Thierry.
Et la blonde repartit en quête de sa bande, tandis que Laura justement, qui était expressément exclue des discussions des Lyoko-guerriers, s'avançait vers Théo en arrivant par l'autre coté.
- Qu'est-ce qu'elle te voulait ? demanda la sœur d'un ton sec.
- On a parlé foot. Je doute que cela t’intéresse, toisa le frère.
- Fais pas le malin... N'oublie pas que je t'ai expressément ordonné de me rapporter toute question étrange que la bande d'Odd et Ulrich viendrait te poser.
- Oui oui je sais. Mais ça n'était pas le cas en l’occurrence.
- Très bien, conclut Laura en repartant aussi vivement.
Mais son apparition soudaine n'avait pas échappée à Gladys qui avait observé la scène de loin... De même que la blonde avait bien noté la mise en garde déguisé de son ami footeux...

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


Christophe et Gladys attendaient le frère de cette dernière devant le portail de Kadic. Depuis que Mehdi avait le permis B, ce qui était tout récent, l'ivoirien n'avait plus besoin d'escorter la blonde jusqu'à Nanterre.
- Je vais encore rater la mission.
- Je te comprends Gladys mais bon, je sais que tu travailles sur le fait d'arranger ça... Et puis Lyoko ne doit pas t'empêcher de profiter de ton frère.
- Est-ce que Laura sera conviée ?
- Normalement non, ce n'est qu'une mission de recherche et on est largement assez déjà... Pourquoi ?
- Je suis persuadée qu'elle nous cache quelque chose, je n'ai pas confian...
- Yo ! coupa Mehdi qui arrivait. Comment ça va Christophe ?
Les deux jeunes se serrèrent la main et échangèrent quelques badineries avant que Mehdi n'embrasse sa sœur.
- Je suis garé un peu plus loin. On rentre chez les vieux cette semaine alors ne tardons pas. Ils veulent qu'on discute du planning de Noël.
La petite blonde tourna sa tête vers l'africain, qui lui fit un signe de tête. Le message était passé. Et Christophe M'Bala regarda le frère et la sœur s'en aller.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 15 décembre 2007, Monde des Demi-dieux belliqueux, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa pluie n'avait jamais cessée de balayer continuellement le cratère du monde d'Asura. Le fragment du Palamède se trouvait désormais posté sur la seconde tour de pierre, celle qui ne contenait pas de tour activée à son sommet, tandis que le tas de gravats non-loin venait lui rappeler la cuisante défaite qu'il avait subie à cause de Memory.
Soudain, alors que rien ne le laissait penser, le bruit caractéristique d'une tour que l'on active raisonna au sein du cratère, alors qu'aucune architecture correspondante n'était visible...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngOrbite terrestre basse

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe satellite désaffecté russe Kosmos-2251 était en train de survoler la République du Panama lorsque les panneaux solaires qui recouvraient son corps central se remirent en marche. Comme chaque satellite de version Strela, Kosmos-2251 arborait une longue tige à partir de cette base centrale. L'extrémité de celle-ci, en s'ouvrant, dévoila un canon laser secret. Celui-ci sembla se mettre à charger de l'énergie. Au loin, l’astéroïde apollo baptisé Zéphyr continuait son approche vers la Terre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Humains, centre de contrôle Tesseract

- C'est bon, informa Deva. La liaison avec le satellite est établie.
- Tu ne peux pas tirer immédiatement ? demanda l'homme à la cape.
- C'était un engin désaffecté, j'ai besoin que les panneaux solaires accumulent de l'énergie... Selon mes calculs cela devrait prendre... Six heures, quarante-trois minutes et vingt-sept secondes.
- Et les Russes ne vont rien remarquer ? s’enquit Eisen.
- Les russes ! moqua Senja Noir. Après la chute de l'U.R.S.S, l'ensemble de leur service a été restructuré et les nouveaux ingénieurs ne sont sûrement même pas au courant que Kosmos-2251 possède un canon laser. Et quand bien même ils le sauraient, pourraient-ils vraiment y faire quoique ce soit ? Chien qui aboie ne mort pas, pas vrai Vladimir ?
Le compte à rebours s'afficha sur l'un des écrans. Encore six heures, quarante-deux minutes et cinquante-huit secondes.


À suivre : Les larmes de Zeus


Dernière édition par Icer le Dim 12 Nov 2017 01:11; édité 9 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 21:06   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1047
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Plutôt propre et net comme chapitre. Ça prouve que mon montage de teasing pour celui-ci était justifié.

Citation:
Tu trouveras un discret hommage à l'évident homme de science que tu es, dans ce chapitre.


Facile : le tir complètement foiré de Théo au foot.

Senja Blanc a une façon un peu trop prononcée de recruter n'importe quelle personne trouvée sur le caniveau. Heureusement que c'était une gamine, sinon elle aurait pu passer pour une prostituée aux yeux des autres membres de la bande…
Néanmoins, le recrutement sur le vif d'Aurora est facilement compréhensible selon moi. En terme de nombre de personnes dans le groupe, c'est de nouveau le même qu'au départ (excluant la squatteuse virtuelle). En quelque sorte, Senja Blanc a retrouvé un équilibre, même si ses éléments le permettant ne sont plus les mêmes. Cet aspect du personnage étant plutôt explicité à plusieurs endroits, on peut exprimer cette justification de recrutement surprise sans trop se mouiller.
Au passage, les néo-irlandais sont vraiment un putain de melting-pot. La plus équilibrée du lot me semble être Huguette (même prénom que la sœur d'Hervé, actuel informaticien du groupe des français, hasard ou parallèle ?). On résume : la moitié du créateur d'un programme informatique aux objectifs douteux, une informaticienne recrutée en urgence, une fille aux airs bouseux rapatriée par un milliardaire, une autre ramassée au hasard dans un lycée, et une dernière sur un parking de supermarché. Sans compter l'autre aux cheveux roses. Ça envoie du rêve comme équipe. Le groupe des LG actuel paraît bien plus stable et crédible à côté.

Citation:
Aelita venait de perdre en un mois à peine son père, sa mère, et sa demi-sœur.


Cette phrase est probablement un des éléments prêtant le plus à la curiosité du chapitre. Bien évidemment, à la première lecture, la tentation de mettre le nom de Talia sur le titre de demi-sœur est tentant (autant que celle d'en faire une criminelle à la tête d'une organisation terroriste), mais ça pose un léger soucis au niveau des dates. L'extrait parle bien de « un mois à peine », or le décès de Talia remonte à deux mois environ.

/!\ Spéculations /!\
Du coup, deux pistes peuvent être envisagées quant à l'identité de cette demi-sœur :
- Soit il s'agit d'un personnage dont le nom a déjà été cité et le cas déjà traité précédemment. Par chance, il n'y a pas tant de personnages féminins qui sont décédés durant l'intervalle de temps relaté. De mémoire, on a Alba, Joséphine, et les filles de la bande à Julien. Je pense exclure prudemment ces dernières. Restent les deux irlandaises. Ce qui est intéressant avec elles, c'est que l'une comme l'autre n'ont qu'un seul parent de montré/mentionné dans l'histoire, la mère pour Alba, et bien entendu Eoin pour Joséphine. La divergence arrive ici : dans l'hypothèse où l'une des deux serait la demi-sœur, le parent commun avec Aelita ne serait pas le même. À partir de là, il faut se demander qui de Franz ou Anthéa aurait apporté sa contribution à l'affaire. Le premier garde tout de même l'excuse d'avoir été emprisonné sur Lyokô une dizaine d'années, avec des années de planque et de fuite le précédent, quand l'autre, malgré un kidnapping, restait viable. On pourrait ainsi éliminer Alba du tableau, même si on pourrait être encore plus tordu en disant que la « mère » qu'elle évoque n'est pas biologique. Donc, sans exclure trop vite Alba ; Joséphine peut être envisagée. On pourrait penser que son père, milliardaire de son état, doit avoir des contacts notables et particuliers en Irlande. Et quand on sait qu'une certaine Green Phénix y a des racines solides, en plus d'avoir collaboré au Projet Carthage (à l'instar des inspirations de ses composantes), lequel détenait en Mémoire Anthéa, on peut légèrement envisager la chose. Légèrement parce que l'idée reste vachement tordue et que ça signifierait qu'Eoin n'est pas si distant que ça de toute l'affaire, un peu comme dans ces histoires policières où le coupable est celui qu'on soupçonne le moins. Enfin, pour cette direction, il faudrait considérer qu'Eoin était déjà riche une quinzaine d'années plus tôt (pour avoir ses fameux contacts), ou alors que sa collaboration dans des organisations et affaires pas très nets ont fait sa fortune. En somme, c'est la merde.
- Soit cette demi-sœur reste dans le domaine de l'évocation et n'a pas encore eu de nom mentionné ici, auquel cas il faut attendre une explicitation.
Personnellement, je ne pense pas qu'une information pareille aurait été lâchée s'il n'y avait pas eu d'éléments d'indice dessus exposés précédemment. La première piste m'emballe donc plus, même si j'avoue émettre des spéculations tordues.

Le cas du vrai William se précise, tout en restant brumeux quant à son aboutissement. Il est toujours le cul entre trois chaises, le scanner l'ayant virtualisé compliquant la chose. Reste à voir si une feinte d'expatriation virtuelle sera trouvée (en espérant qu'on aura pas le droit au classique retour par le biais d'un scanner différent de celui, ou plutôt non lié au supercalculateur, l'ayant virtualisé). Une piste intéressante serait une tentative de récupération de la part de Xana, mais son était paraît trop instable pour qu'une manœuvre de cette envergure soit rentable pour lui (qui est pointilleux sur sa facture d'énergie).
Dans le fond, ce n'est qu'un détail de l'histoire.

Pour revenir du côté de Kadic, pas de surprise au niveau de la levée des masques, narrativement parlant, de Shadow et Kiichi. c'était probablement le moment le plus approprié pour le faire de ce côté. Le recyclage indécent des noms et concepts connus d'autres fanfictions est un procédé beaucoup trop utilisé dans le coin pour espérer surprendre qui que ce soit. Peut mieux faire.

Comme prévu, Eva Skinner ne pouvait être laissée de côté. On peut noter qu'outre la langue, Mélody lui transmet les informations essentielles sur les élèves de Kadic, à savoir qu'on ne peut pas compter sur Yumi pour être sympa envers les étrangers. L'échange de ce chapitre, sous des airs anodins, ne l'est pas tant. Les probabilités pour qu'Eva, tentant de s'incruster malgré tout dans les sorties avec les amis de son interlocutrice, grille le secret des LG, comme toute blonde qui se respecte. À moins que la méthode classique qui consiste à séduire Odd pour le manipuler (en l'embrassant par surprise) ne soit adoptée.
Je suis plutôt curieux par rapport à la direction que prend le traitement de Laura. Je me demande vraiment jusqu'où a été poussé le parallèle avec le matériel d'où elle est extraite. En tous cas, avec un Hervé désormais maître des commandes et un retour vers le passé encore faisable temporellement parlant, je n'exclus pas la possibilité d'un dégagement préventif vers la sortie du groupe des héros.

Très appréciables toutes ces possibilités donc. See ya !

(Même si j'ai pas eu la foi de relever les coquilles (et Zeus sait qu'il y en avait de belles…), je peux toujours signaler l'oubli d'un saut de ligne supplémentaire avant le « À suivre »).
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Dim 14 Fév 2016 11:38   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Spoiler



http://i.imgur.com/CTHkhfn.png




http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 15 décembre 2007, Chambre d'Hervé Pichon & Bastien Roux, France, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes deux adolescents émergèrent grâce au réveil de la montre du binoclard. Aujourd'hui, les secondes G avaient un important devoir sur table de français, d'une durée de quatre heures, la maximale. Sans compter qu'Hervé avait dans l'après-midi la mission de recherche de William.
Peu de temps après s'être levés et tandis que les deux camarades cherchaient leurs affaires de toilette, une seconde sonnerie en provenance de l'engin du délégué de classe se fit entendre.
- Second réveil ? demanda Bastien tandis que Pichon la coupait à nouveau. T'es prévoyant dis donc.
- Tu as tout compris, mentit l'autre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSelf de Kadic

- On a un problème, entama Hervé en guise de bonjour en rejoignant Ulrich et la réplique d'Aelita à table avec son petit-déjeuner.
- L'exam' de français, oui je suis au courant, répondit sombrement Stern qui n'avait évidemment rien révisé.
- Mais non, une nouvelle attaque du Palamède.
- Quoi !? On va pouvoir sécher le devoir alors ? questionna le brun plein d'espoir.
- Non justement, c'est trop important, surtout vu vos notes à Odd et toi. On est coincé ici pour la matinée mais on peut laisser faire les autres.
- Bon, reprit plus sérieusement Ulrich. Tu avais dit que tu serais capable de localiser les attaques grâce aux informations des irlandais ?
- Justement, il semble que le Palamède se soit emparé d'un ancien satellite russe. Mais je vois pas trop pourquoi.
- X.A.N.A faisait ça aussi dans le temps. Y a pas une petite météorite dans le coin ?
- Euh... Si y a l’astéroïde Zéphyr qui doit frôler la Terre demain il me semble.
- Cherche pas, il va le dévier. C'est une attaque recyclée.
- Bon, pas de soucis, ça va foirer. Je doute que le satellite qu'il ait piqué soit utilisable immédiatement, il était démobilisé. Et de toute façon, même en admettant qu'il arrive à dévier un géocroiseur, on aura quelques heures avant qu'il s'écrase.
- Ouais, mais c'est toujours bien d'éviter un retour dans le temps, signala Ulrich. Plus on l'utilise, plus on est décalé par rapport à notre âge réel et pour les vieux de la vieille, ça commence à faire beaucoup.
- C'est donc aux autres de jouer, ils connaissent le terrain maintenant. L'intérêt d'aller au devoir surveillé pour toi est aussi de connaître le sujet et de t'entraîner gratuitement dessus en cas de retour dans le temps.
- Oui, entendu, ça me semble un bon compromis, approuva Ulrich.
- Yo ! lança Odd qui avait enfin réussi à se lever. Qu'est-ce que j'ai raté ?
Hervé et Ulrich soupirèrent.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLabo, dans la matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe monte-charge s'ouvrit sur la salle de contrôle, et Christophe, Zoé, Melody et la réplique de William retrouvèrent Yumi qui était déjà arrivée sur place.
- Bon, annonça la japonaise. Tout le monde est au parfum ? C'est à nous de jouer !
- Si on en croit Hervé, le tir devrait avoir lieu dans environ deux heures, rappela Christophe.
- Descendez, je serai votre régie aujourd'hui, informa la réplique de William.
Yumi et William 2 échangèrent donc leur place, et l'ascenseur descendit d'un niveau supplémentaire.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL'Échiquier

- Bienvenue sur l’Échiquier. Démarrez nouvelle partie. Votre adversaire du jour est... Asura. Monde des Demi-dieux belliqueux. Deuxième chemin sur votre droite.
- Asura ? réagit Melody pendant que la télévision se relevait. C'est la tour Eiffel miniature ?
- Ouais je crois bien, répondit Zoé.
- Je confirme. Et ma mémoire est plus fiable que la votre.
- Bon, ça se corse à partir de maintenant, prévint Christophe, la main fermement agrippée sur le manche (Celui du sabre laser hein, c'est pas parce qu'il est gay qu'il faut commencer à imaginer n'importe quoi. Restez concentrés).
Le groupe de quatre se dirigea vers le chemin indiqué, celui avec la parcelle de ciel bleu parcourue de nuages. Il n'y avait aucun drone mais le comité d’accueil était quand même bien présent : Senja Noir et le ninja qui l'accompagnait partout, Adriane, étaient à mi-chemin. Outre l'espèce de lanterne qui suivait partout ce dernier, deux Pokémons étaient à leur cotés. On retrouvait bien sûr Malosse, mais aussi...
- Spectrum ! s'exclama Bonnet. En plein jour ?
- Rien à foutre, ils ont fait l'erreur, go ! lâcha l'ivoirien.
Zoé et Melody franchirent le rideau bleu. La première pencha la tête en avant et se mit à faire tournoyer sa feuille. La lycéenne déguisée en dragon de Komodo cracha immédiatement ses puissantes flammes renforcées par le vent de Zoé.
- Brasier ! cria la collégienne pour le style, baptisant ainsi leur attaque combinée.
Senja Noir se mit à quatre pattes, souhaitant sortir ses canons pour riposter, mais trop tard, les créatures disparurent sous un déluge de feu.
- Continuez, arrosez-les bien, conseilla la japonaise à coté de ses amies.
Elle et M'Bala s'avancèrent à leur tour sur la plate-forme.
-Attention... Stop ! ordonna le Jedi.
Melody cessa de cracher et Zoé de générer des bourrasques. Si Spectrum avait disparut, Malosse était toujours là quoique recroquevillé à terre, blessé. Adriane n'avait rien et sa lanterne pétait désormais le feu. Senja Noir s'était réfugié dans sa carapace. Bref, l'ennemi tenait bien le feu, mais ça, les Lyoko-guerriers le savaient déjà. Le but de l'attaque était de faire diversion. Christophe et Yumi s'étaient déjà élancés en direction du téléporteur. Senja Noir, toujours dans sa carapace, ne fit rien. L'adolescent noir, sabre activé, voulait en passant trouer le ninja mais la torche s'interposa et Christophe buta sur l'épaisse flamme. Cela étant, les deux lycéens étaient passés et se réfugièrent dans le téléporteur. L'elfe sortit de sa carapace de tortue.
- Les enculés... Mei, occupe-toi de ces deux là, je vais les rattraper.
- Mais bro', on est meilleur en duo.
- Hmm... Okay, amène-toi, trancha le garçon tandis que la ninja, utilisant une poké ball générée par sa lanterne, rappelait son chien.
- Cela explique le nombril à l'air... avoua Melody qui avait oublié que la ninja était de son sexe.
- Et qui va s'occuper de nous bande de petits malins ? lança bien fort la skieuse.
Senja Noir et la ninja ne répondirent pas, se dirigeant vers le téléporteur.
- Bon bah on les suit.
- Attends, arrêta la rousse. Il se passe un truc.
En effet, les nuages gris qui recouvraient le ciel bleu se dissipèrent soudain, révélant un grand soleil. Et une ombre semblait en surgir. Un cheval noir caparaçonné et le chevalier qu'il portait étaient littéralement en train de descendre du Soleil, la créature galopant visiblement sans mal dans les airs. Ils finirent par se poster entre les deux jeunes filles et le téléporteur. Le chevalier, dont le visage n'était pas visible car recouvert d'un heaume, possédait une longue lance et un magnifique bouclier avec le sigle du Palamède.
- C'est Jantu, une autre forme du Palamède, annonça la réplique de William qui avait accès à ces informations grâce au travail récent d'Hervé.
- Bon, voyons ce qu'il vaut, déclara Bonnet. Retentons un Brasier.
Les deux filles réemployèrent la même attaque que précédemment pendant une vingtaine de secondes. À l'issue desquelles Jantu ne sembla avoir subit aucun dommage.
- À moi alors, annonça une voix féminine robotique provenant sans doute de l'armure du cavalier.
Le cheval infernal sans orbites se mit alors à son tour à cracher un torrent de flammes. Rousseau se posta devant Zoé pour la protéger et encaissa l'attaque. La collégienne leva son bâton gauche, généra une pomme et l'envoya vers Jantu, ce qui obligea la monture a cesser l'attaque, notamment parce que celle-ci goba purement et simplement le fruit. L'explosion à l'intérieur de son corps n'eut pas l'air de l’inquiéter outre mesure.
- Bon, c'est la merde, avoua Zoé.
- Essayez de l'attirer devant l'entrée où se trouve le vaisseau, ordonna la réplique de William. Il est trop petit pour passer mais avec le pilotage à distance, je peux tenter de lui envoyer des missiles dans la gueule.
- J'aime assez l'idée, avoua Melody. Okay, on essaye ça.
Et les deux alliées franchirent le rideau laser dans le sens inverse, évitant du même coup une nouvelle vague de flammes du cheval noir.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Demi-dieux belliqueux

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe et Yumi apparurent sur un des reliefs du cratère, exactement comme la fois précédente. La météo n'avait pas changé non plus, comme ils le constatèrent rapidement.
- Euh... Mais, elle est où la tour ? questionna l'ivoirien. Celle de la dernière fois a été détruite.
- Hmm...
La japonaise de son coté prit quelques secondes pour imiter son amie Aelita, à l'époque où le Superscan n'existait pas. Malgré le déluge extérieur et bien que cette perception soit très faible, elle sentait des pulsations en provenance du cratère. Mais de là où ils se trouvaient, ils voyaient parfaitement ce qui se trouvait dedans et il n'y avait que la tour moyenâgeuse fortifiée avec Asura à son sommet...
- Ah, j'ai compris, révéla Yumi. Elle est cachée à l'intérieur.
- Tu penses ?
- Oui. La structure est assez haute et large pour cacher une tour classique.
- Bravo, alors dépêchez-vous, Senja Noir et Adriane arrivent.
- Mais, et les filles ?
- Plus tard !
En effet, derrière eux, les deux larbins du Palamède apparaissaient.
- Séparons-nous, analysa Yumi. Et attirons-les vers l'extérieur sinon on va être pris entre deux feux avec Asura en bas.
- Ok.
Les lycéens joignirent la parole aux actes, chacun se dirigeant d'un coté du cratère. Mais surtout, ils remontèrent jusqu'à atteindre le point le plus élevé du cercle et le franchir. Le monde d'Asura n'étant composé que de ce cratère, de l'autre coté, il n'y avait qu'un sol gris et plat à perte de vue. Mais au moins, la simili-réplique de l’œuvre de Gustave Eiffel ne les attendait pas au tournant, ils se mettaient même hors de vue grâce à son propre cratère.
Problème : Senja Noir et Adriane ne se séparèrent pas et les deux poursuivirent la japonaise, délaissant Christophe.
- Pff, racistes.
- Ils savent très bien qui peut désactiver la tour surtout.
Le Jedi fit donc demi-tour, car perdre Yumi compromettrait sérieusement la mission.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngZoé et Melody arrivèrent devant le Skid avant de se rendre compte que Jantu ne les avait pas suivies. Ce constat fut bien vite balayé de leurs esprit par un autre : Il y avait deux vaisseaux virtuels identiques cote à cote.
- Garez-vous mieux la prochaine fois, sans déconner, pesta une voix. On a été obligé de se mettre en double file.
Melody et Zoé remarquèrent que quelqu'un d'autre était dans le petit garage. Une jeune femme, vêtue d'un long manteau à moitié ouvert de couleur rose à l'extérieur et noir à l'intérieur. Sur ce manteau étaient dessinés quelques nuages noirs cerclés de jaune tirant vers le beige. Ses bas dévoilaient également des rayures roses et noires, tandis que la couleur de ses talons imitait le contour des nuages du manteau. Sous son vêtement, on pouvait remarquer une robe noire. Enfin, dans ses cheveux, une barrette en forme d'éclair était visible.
- T'es qui toi ? demanda Zoé, méfiante.
La blonde pointa alors du doigt les deux cotés de la porte. Senja Blanc transperça Melody avec son épée lorsque celle-ci le repéra en tournant la tête, tandis que Lucie était du coté de Bonnet avec deux Pokémons que Zoé reconnut comme étant un Séléroc chromatique et un Momartik. Les deux créatures lancèrent un laser glace à la collégienne qui fit dévirtualisée à son tour.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde des Demi-dieux belliqueux

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAlors que l'ivoirien se rapprochait dangereusement du duo adverse, Senja Noir se recroquevilla soudain dans sa carapace qui augmenta de volume et se mit à tournoyer en direction du Jedi qui ne dut son salut qu'à un saut de force bien placé. Toutefois la réception sur ce terrain incliné fut plus difficile que prévu et celui-ci glissa pour rouler-bouler jusqu'au bas du cratère. Asura se plia immédiatement dans sa direction et lui envoya son faisceau blanc pour l'achever avant qu'il ne se relève. Christophe fut dévirtualisé. Mais son intervention avait permis à Yumi de descendre totalement de l'autre coté.
- Bah, philosopha Senja Noir en la regardant depuis le sommet. C'est pas comme si elle pouvait creuser un trou pour atteindre la tour activée.
- Elle peut rester là où elle est, intervint une voix derrière son dos.
Adriane et Senja Noir firent volte-face. Senja Blanc, Lucie Estela et Huguette Kleís venaient de débarquer sur le monde virtuelle d'Asura. L'ancien elfe prêta alors attention à la météo...
- La pluie... La pluie ! Asura est dans un monde balayé par la pluie, j'avais oublié ! lança-t-il en commençant un rire nerveux qui semblait incontrôlable.
- … C'est qui ce crétin ? glissa Adriane. C'est vraiment ton ancienne moitié ?
Senja Noir ne répondit pas. Il était trop occupé à transmettre l'info au Palamède. Le débit de la pluie commença à se réduire, ce que sentirent les irlandais.
- C'est trop tard !
- Canon plasma ! s'exclama alors Huguette.
Un halo de lumière se mit alors à apparaître et entourer la tour de guet sur laquelle était nichée l'incarnation du Palamède qui senti le danger et sauta au sol pour s'extirper du cercle juste avant qu'un énorme éclair issu des nuages qui étaient présents par défaut ne s'abatte sur l'infrastructure, la réduisant à néant sur le coup, sous les yeux ronds de Senja Noir et Adriane. Tout le monde pouvait à présent voir la tour activée qui était jusqu'ici dissimulée à l'intérieur, au milieu d'un tas de gravats. À peine Asura s'était-il redressé qu'une fleur de glace l'emprisonna d'un coup, se brisant avec lui à l'intérieur, ce qui fit se décrocher les mâchoires des deux sbires du Palamède en plus de leur yeux ronds. Ils n'avaient toujours pas réagis lorsque Huguette était entrée dans la tour activée.
- C'est bon, j'ai compris... Nous nous retirons, annonça Senja Noir.
Les deux humains disparurent comme s'ils avaient pris le téléporteur à l'envers. Quelques secondes plus tard, la tour fut désactivée par Huguette.
- Ça a marché, commenta Lucie.
- Yes ! Une forme de moins. Mais c'était probablement la partie la plus facile.
Les deux lycéens se tapèrent dans la main, tandis qu'ils étaient rematérialisés à distance par Huguette qui s'était préalablement suicidée après avoir fait son boulot.
Yumi, attirée par le fracas du Canon plasma, avait de nouveau grimpé la bordure du cratère, et arriva en haut, ne trouvant non seulement plus personne, mais aussi une tour désactivée et une ruine de tour de guet supplémentaire.
- Mais putain, il s'est passé quoi ces trois dernières minutes ?
- Euh... Comment résumer ça simplement... commença Christophe depuis l'Usine.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Eva Skinner, France, fin de matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa blonde américaine revenait dans sa chambre après une matinée plutôt productive. Elle avait senti que Melody mentait et lui avait fournie une excuse bidon pour éviter de réviser le français aujourd'hui. Et comme tout élément suspect était bon à prendre en point de départ à ses investigations...
Mais elle ne pensait pas être aussi gâtée ! Suivre Rousseau et son groupe l'avait conduit tout droit à une usine désaffectée qui cachait sûrement quelque chose de louche. Il allait falloir passer à la vitesse supérieure et y retourner, mais avant ça, Skinner fouillait sa chambre dans la quête d'un nouvel ami.
- C'est ça que tu cherches peut-être ?
Le sang d'Eva se glaça. Elle n'avait même pas remarquée en entrant que Laura Gauthier se tenait derrière la porte, avec son arme à feu équipée du silencieux entre les mains.
- Euh... Je peux tout expliquer.
- Tiens, tu parles mieux français d'un coup. Malheureusement pour toi je sais déjà tout, et tu ne m'es donc d'aucune utilité.
Celle qui avait aidé les Lyoko-guerriers tira sur le front d'Eva qui s'écroula immédiatement à coté du lit, morte. Laura quitta alors la pièce comme si de rien n'était. Mais elle avait gardé l'arme de l'américaine.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSelf de Kadic, à midi

- Félicitation les gars ! lança Hervé lorsque le groupe interne s'était rassemblé à table. C'est du bon boulot. Le tir n'ayant pas été lancé, pas besoin de lancer de retour dans le temps.
- On peut dire merci aux irlandais, avoua la réplique de William.
- C'est pas comme si c'était un peu de leur faute tout ça hein, signala Odd.
- Ouais mais. Sans le Palamède, ce serait X.A.N.A, rappela Yumi. Et vu qu'il avait réussi à avoir son avatar virtuel, qui sait ce dont il aurait été capable. Mais son attaque finale contre Lyoko donnait un bon avant-goût.
- Un mal pour un bien donc, conclut Hervé. En revanche, rien ne prouve que X.A.N.A ne reviendra pas. Après le programme multi-agent de Jérémie, il a mis presque un an mais il est revenu quand même.
- Je trouve qu'on s'en tire plutôt bien jusqu'ici. Restez positif ! encouragea Ulrich.
- Tu m'as dit la même chose pour ton contrôle de français ce matin et au final tu t'es plutôt planté non ?
- Ta gueule Odd.
- Bon mais pour William alors ? demanda Christophe.
- La moitié d'entre nous étant déjà allé sur Lyoko ce matin, il ne serait pas raisonnable d'y retourner cet après-midi. Je propose de décaler la mission de recherche à demain.
- Oui c'est le mieux à faire, confirma la japonaise. Je devrais pouvoir être là d'ailleurs.
Le groupe était unanimement d'accord et la proposition d'Hervé fut acceptée.
- Par ailleurs, reprit Pichon. Les informations fournies par les irlandais m'amènent à penser que la destruction du programme Palamède ne peut s'effectuer sans battre virtuellement chacune des formes présentes dans les différents mondes. Vous savez, genre Asura... C'est eux la clef.
- Ah, c'est pour ça que les irlandais ont détruit Asura, décrypta Yumi.
- Je pense oui. Et le pion qui nous avait fait chier lors de la première attaque, Préta, a sûrement été balayé par la lumière de Hopper. Il n'en resterai ainsi plus que quatre. C'est jouable, même si on est pas au bout de nos peines...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngBureau Ovale, maison Blanche, États-Unis, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Président Bush était en plein entretient avec sa secrétaire d’État au sujet du dossier israélo-palestinien lorsque son téléphone personnel vibra. C'était Dido. Et Dido ne l’appelait jamais.
- Vous êtes seul, Mr. le Président ?
- Tout comme.
- On a un problème. On a reçu dans la nuit un appel anonyme disant qu'Eva Skinner était morte.
- C'est sérieux ?
- Apparemment, parce que la Green' n'arrive plus à entrer en contact avec son agent.
- Bullshit. Si les français tombent sur son corps, on va se faire griller.
- Vous vous doutez bien qu'elle n'avait rien emmené de compromettant...
- Of course, mais je préfère assurer mes arrières avec Sarkozy.
- Très bien, dans ce cas, le Phénix Doré ne va pas s'en plaindre si vous lui donnez un coup de main.
- Je vous rappelle.
Après avoir raccroché, Deubeuliou était pensif. Assurer ses arrières, ok, mais comment faire ? Une inquiétude perçue par Rice.
- Laissez-moi m'en occuper, annonça Condoleezza. Je suis déjà censée me rendre à Paris demain pour annoncer notre engagement dans l'aide aux palestiniens. Je saurais parler à Nicolas Sarkozy.
- Vous Condi !? Mais...
- Faîtes moi confiance Mr. le Président, je ne vous décevrait pas.
Bush n'avait pas trop le choix, il devait profiter de cette aide inattendue. Il accepta donc.
- Très bien, dans ce cas je vous laisse, annonça la femme noire. Je vais m'occuper des préparatifs pour faire face à cette nouvelle mission.
- Allez-y, je m'occupe des tracasseries administratives.
Le 43ème Président des États-Unis était quand même soulagé. Comme quoi, il avait bien fait de faire confiance à Condoleezza Rice. Et puis malgré son âge, c'était quand même autre chose que cette grosse vache de Monica Lewinsky pour...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDimanche 16 décembre 2007, Bureau des proviseurs de Kadic, France, dans la matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMme Ilsa se trouvait actuellement à la place réservée au proviseur en exercice, derrière le bureau. Elle aimait bien s'occuper de la paperasse administrative le dimanche, quand tout était calme et qu'aucun élève ne pouvait se faire virer de cours pour aller la voir. Pourtant...
Toc toc toc.
- Hum. Entrez.
La nouvelle proviseur n'en crut pas ses yeux. Deux hommes sortis tout droit d'un film Matrix venaient d'entrer dans la pièce. Costume noir, lunettes noires... La seule différence, c'est que l'un d'eux était blanc et blond et l'autre noir et rasé.
- Naïma Ilsa je présume ? interrogea le blanc.
- Mais... Vous êtes qui ?
L'homme s’apprêtait visiblement à lui répondre mais la porte s'ouvrit de nouveau.
- Naïma, est-ce que ce midi tu... euh, bonjour messieurs, lança M. Anna Robbia en refermant soigneusement la porte.
- Laurent Anna Robbia je présume ?
- Lui-même. Et vous ? demanda à son tour l'homme en se plaçant à coté de l'autre proviseur.
- Nous appartenons à une section ultra-secrète des services secrets, le Président en personne ignore notre existence... commença le blond avant de recevoir un coup de coude de son collègue qui l'interrompit dans sa tirade. Quoi ?
- Vieux, ça marchait avec Chirac mais Sarkozy est pote avec le patron. On doit changer de tirade.
- C'est la D.S.T... devina Anna Robbia.
- Tout juste, reprit le noir. Je suis l'agent Valentine et voici l'agent Smith. Nous sommes ici parce qu'une opération des services secrets va avoir lieu aujourd'hui même dans les dortoirs de l'établissement Kadic et à ce titre, nous souhaitons que les élèves soient évacués sans éveiller les soupçons.
- Un dimanche ! souligna Ilsa. Je ne vois pas comment faire ça sans que ce ne soit douteux.
- Une bonne vieille alerte à la bombe... suggéra l'agent Smith.
- Mais vous êtes fous ! Après les événements du mois dernier, c'est déjà un miracle que l’hémorragie de l'établissement se soit limitée à une dizaine d'élèves !
- Je vous conseille de coopérer si vous ne voulez pas finir dans une situation bien pire que Delmas.
- C'est une menace ? toisa Anna Robbia.
- Possible.
- On se calme, arrêta Mme Ilsa. On va s'exécuter mais oubliez cette histoire d'alerte à la bombe. On est en banlieue, on va improviser un genre d'olympiade avec des activités qui plairont à tous les élèves, ça devrait vous assurer quelques heures.
- Très bien, confirma l'agent Valentine.
- Je vais de ce pas mobiliser le personnel éducatif, annonça Laurent. Ça va être le branle bas de combat.
- Autre chose, poursuivit l'agent noir en direction de Mme Ilsa. L'élève Eva Skinner ne fait plus partie de votre établissement.
La femme hocha la tête. Elle n'avait pas besoin d'en savoir davantage, et d'ailleurs, n'en avait pas envie.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


Les Lyoko-guerriers n'en croyaient pas leurs yeux. La mission de recherche de William était une nouvelle fois empêchée à cause de l’annonce d'une série de tests sportifs, qui étaient censés, selon les résultats, favoriser l'octroi de certaines allocations du ministère de la jeunesse et des sports à Kadic. Évidemment les nouveaux proviseurs avaient incité leurs élèves à se donner à fond en promettant en cas de succès de nouveaux aménagements dans le foyer.
- C'est du sérieux, glissa la réplique de William dans la matinée. J'ai entendu deux profs parler d'agents gouvernementaux. Je ne conseille pas de bouger de Kadic.
Hervé et Ulrich en avaient pris bonne note, de ce fait, la bande s'était tenue tranquille pour le reste du week-end.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 17 décembre 2007, Bibliothèque de Kadic

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngShadow et Kiichi Blanc s'ennuyaient comme des rats morts lors de la Xème heure de colle qu'ils ne comptaient même plus. Du coup, ils finissaient par se garder les informations intéressantes pour cette période histoire que cela passe plus vite.
- Dis donc, commença Shadow. T'es au courant pour hier ?
- Ouais, ça m'a l'air carrément louche cette histoire, répondit sa sœur.
- J'en ai parlé avec le Général. Selon lui c'était la D.S.T.
- Sans blague !? Y avait qui ? T'as des noms ?
- Non. Mais heureusement qu'on était pas sur place, ils auraient pu nous reconnaître.
- Toi, vu comme on t'a transformé, j'en doute. Et moi je suis nouvelle. Mais tu as raison, mieux vaut ne prendre aucun risque.
- Pour ce qui est de la veille usine... On y fonce dès vendredi soir et le début des vacances de Noël ?
- Ouais, la plupart des gamins devraient partir avec leur famille...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngBureau Ovale, maison Blanche, États-Unis, début d'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Président Bush avait de nouveau reçu un coup de fil.
- Yes ?
- Bonjour Monsieur le Président, ici votre secrétaire d'État. Mission accomplie, le corps d'Eva Skinner a été « nettoyé » par les services secrets français.
- Wow, good news Condi ! Mais comment avez-vous fait pour convaincre Sarkozy ? Ne me dîtes pas qu'à lui aussi...?
- Monsieur le Président, pas au téléphone ! L'important c'est que vous êtes hors de cause.
- Au final, la petite américaine n'aura rien trouvé de concret ?
- Impossible de le dire. On a trouvé aucune notes dans ses affaires mais elle avait un portable sans aucun message. Elle les effaçait à chaque fois, mais je pense qu'elle a du communiquer quelques trucs.
- Très bien, je vais voir ça avec Dido. Rentrez au plus vite Condi.
- À vos ordres monsieur le Président.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier, Irlande, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'ensemble du nouveau groupe irlandais s'était mis sur son trente et un ce soir, car ils s’apprêtaient à dîner tous ensemble au restaurant du Café-en-Seine, sur une idée de Senja, qui tenait à ce que la nouvelle équipe réunie se retrouve pour passer un moment à l'endroit où la première était morte. Comme une renaissance. En effet, après le coup d'Aurora, le garçon survivant avait promis à Huguette qu'il ne recruterait plus personne. Il était donc temps de fêter la formation définitive du groupe, sans compter la récente victoire sur Asura. Les membres parés à s'y rendre se regroupèrent donc petit à petit au niveau deux de l'habitation et lorsque la dernière, Huguette, eut enfin terminé de se préparer, tous empruntèrent le téléporteur pour Dublin.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


Embusqué sur la colline, l'homme sourit en abaissant ses jumelles à vision nocturne et remit son monocle. Il pouvait dire merci à la fenêtre intelligemment située à coté du transporteur et du scanner, ce qui permettait lorsque l'on savait où regarder de voir depuis l'extérieur si tous les occupants de la résidence étaient de sortie. Comme c'était le cas depuis une demi-minute, le stalker se redressa. Il portait un ensemble gris assez chic et un chapeau assorti à la mode britannique, coiffe parcourue par une bande blanche. Ses cheveux poivre et sel tombaient derrière lui et étaient attachés en une queue de cheval pour qu'il ne soit pas gêné par sa toison. Revêtant également des gants blancs, il arborait dans sa main droite une sorte de sceptre doré. L'extravagant personnage se dirigea alors vers le fief des Forestier...

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


L'homme avait réussi à s'introduire dans la résidence sans le moindre problème. Il en avait vu d'autres. Bien sûr, il était passé dans le champ des caméras mais avec personne pour regarder les écrans, ce n'était pas très utile. Il avait choisi de monter directement au dernier étage, car il n'était pas là à la recherche d'objets de valeur mais d'informations pour le compte de son organisation. Passant une petite demi-heure à lire des choses très intéressantes sur l'interface de feu Joséphine, il finit par pianoter quelque chose au clavier. Le scanner s'ouvrit alors, dévoilant le corps sans vie mais parfaitement conservé d'Alba Sol qui tomba au sol la tête la première.
- J'aime beaucoup les cadavres frais, je sens qu'on va bien s'amuser tous les deux lorsque tes amis vont revenir, sourit le briguant qui s'était levé pour contempler l'apparence de la jeune fille.
- Que diriez-vous de jouer avec le vôtre, Mister Spencer ? fit une voix dans son dos.
L'homme se retourna, choqué. À l'entrée de la salle de contrôle se trouvait l'un de ses élèves... et pointait une arme à feu sur lui.
- Hello Léopold... Tu n'es pas censé être au lit à cette heure-ci ? Tu devrais te ménager, mon remplaçant a prévu une importante évaluation jeudi et ne pas avoir la moyenne dans ma matière en filière ES, ça fait mal au...
- Mes fesses vont très bien merci, coupa Léopold Le Couls. Vous avez manqué de vigilance Mister Spencer, vous auriez dû savoir que poser si soudainement un long congé maladie attirerait l'attention de la D.G.S.E qui recherchait l'agent irlandais de la Green Phoenix depuis un moment déjà.
- Très impressionnant, admit le sous-fifre du Phénix Doré. Je ne pensais pas que les français seraient allés jusqu'à déguiser des agents en élève.
- On commence à exceller dans le domaine, sourit Le Couls en pensant à ses collègues en France Shadow et Kiichi. Mais si vous essayez de me faire parler, vous perdez votre temps. Éloignez-vous de ce cadavre, nous serons plus à l'aise pour discuter dans ma voiture. Elle est un peu loin mais après avoir passé plusieurs jours à guetter le moment opportun pour vous infiltrer ici, j'imagine qu'un peu d'exercice vous fera le plus grand bien. Et lâchez ce sceptre.

http://i.imgur.com/NEovaxf.gif


L'agent de la D.G.S.E et celui de la Green Phoenix avaient à peine faits quelques pas sur la pelouse extérieure au domaine de la résidence qu'un double bip inquiétant se fit entendre dernier eux. Une machine volante ronde qui n'avait pas l'air amicale les tenait en joue. L'instant d'après, les corps de Léopold Le Couls et d'Aaron Spencer avaient disparu de la surface de la Terre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

- Aelita ?
La jeune fille aux cheveux roses était tranquillement allongée contre un tronc, sur une branche, un rituel qu'elle tenait de Puck, même si les endroits qui lui convenaient étaient plus réduits du fait de sa taille. Justement, le gardien du monde virtuel l'appelait depuis le sol. Elle activa ses ailes pour descendre et se poser en douceur auprès de lui.
- Je t'écoute Puck.
- Un éclaireur Sidhe vient de m'informer qu'il avait entendu coup sur coup la nouvelle tour centrale du territoire changer de halo.
- Message reçu, il a vu la couleur du halo ?
- Hélas non, le laps de temps était bien trop court. Mais j'en connais qui devraient l'avoir vu, veux-tu m'accompagner ?
- Avec plaisir, grimpe.
L'ange virtuel avait assez pleuré sur son passé, il était temps de se changer les idées. Le petit elfe bondit sur l'épaule de l'humaine qui s'envola en direction du centre du territoire, elle qui résidait comme lui habituellement sur le territoire des Sidhes, au Nord. Celle qui connaissait de mieux en mieux les lieux mit à peine deux minutes à se poser à coté de l'immense tour qui avait remplacé le Darosse et qui était désormais entouré d'un petit lac. C'était une idée de Puck pour faire face à la suppression des Firrelats, car un milieu aquatique était une façon d'introduire des Merreks, qui jusqu'ici ne pouvaient que très rarement être vus dans le réseau à proximité de la sphère de l'Eire. Une ombre gracieuse semblait nager à proximité du rivage où se situaient Puck et Aelita, et une voix mélodieuse masculine se mit à raisonner :
- Bonjour gardien de la forêt.
- Salutation Merreks, répondit le petit être sur l'épaule d'Aelita. Je viens vous rendre visite suite...
- À la tour activée... devina la créature aquatique.
- En effet. Nous cherchons à connaître la couleur de son halo. Vous l'avez vu ?
- Bien entendu... Chaque couleur se reflète dans ces eaux. Celle de tout à l'heure était grise...
- Plutôt clair ou foncé ? demanda Aelita.
- C'est important ?
- Oui...
- Et bien qu'il me soit permis de répondre que ce gris là était plutôt sombre de mémoire.
- Je vous remercie pour votre vigilance qui contribue à préserver la forêt, salua Puck en s'inclinant devant le lac avant de se tourner vers l'ange rose. Bon et bien voilà, nous avons toutes les informations sur cet événement.
- Bien compris, je fais passer aux autres dès que possible, informa Aelita.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier, Irlande, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHuguette Kleís fut la première personne à emprunter le téléporteur dans le sens inverse. Elle devint bien vite livide. Lucie et Adélaïde gardèrent davantage leur sang froid. Et lorsqu'Aurora, dernière à revenir, fut sur place, Senja Blanc avait déjà commencé à parler en voyant le cadavre d'Alba.
- Lucie, je suis désolé de t'infliger ça. Huguette, Adélaïde, Aurora, je pense que vous avez deviné de qui il s'agissait. C'est vrai qu'on ne l'avait jamais sortie du scanner vu les circonstances de sa mort...
Mais la blonde avisait déjà autre chose.
- Regardez un peu ça.
Elle attrapa une sorte de sceptre doré. Le faisant rouler dans ses mains quelques secondes, elle tira dessus et celui-ci se sépara en deux. En effet, une épée était dissimulée dans le manche, un classique.
- Euh, par contre ça, c'était sûrement pas à elle, avoua Senja.
- Plutôt à la personne qui l'a sortie d'ici, devina la nouvelle Joséphine. La question est : Qui ?
- Utilisons l'argent du patriarche pour faire une analyse A.D.N, plaisanta Senja Blanc. Enfin ce sera le plan B. Il faut d'abord parler à Aelita.
- Et euh... On fait quoi du corps de ton amie ? interrogea Aurora.
- Je vais m'en occuper personnellement.
- Quoi maintenant ? demanda Huguette qui pointait du doigt la nuit noire. Alors que quelqu'un d'inconnu est venu ici ?
- Juste après qu'Aelita ait confirmé qu'une tour activée au halo gris foncé s'est manifestée sur l'Eire, répondit Senja Blanc.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMardi 18 décembre 2007, Bureau Ovale, maison Blanche, États-Unis, début de matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngGeorges Bush avait à peine quitté son bureau depuis l'annonce du décès d'Eva Skinner. Il avait peur que quelqu'un découvre le pot aux roses et devait être en position de préparer une contre-attaque si les choses tournaient mal. Il attendait le coup de fil final. Le téléphone sonna. Le Président s'en saisit immédiatement, en sueur en ce mois de décembre.
- Dido ?
- Oui monsieur le Président. J'ai ce qu'il vous faut.
- So ?
- Eva Skinner avait eu le temps d'envoyer suffisamment d'informations pour que leur agent irlandais se mette en chasse, mais celui-ci semble également avoir été tué car le Phénix Doré n'a plus de nouvelles. En tout cas, il ne se trouvait pas dans une zone peuplée, donc je ne pense pas que l'on ait le même problème que la fille pour son cadavre.
Le Président soupira grandement.
- Really ? Alors dîtes à la Green' qu'on arrête. Je ne veux plus prendre de risques, d'autant que les attaques ne se sont plus manifestées.
Son interlocutrice n'avait pas prévue cette réaction.
- Euh je... Vous êtes sûrs ?
- Oui, confirma Bush. C'est aujourd'hui que je reçois le mémorandum du général Cafey sur la guerre en Irak, et qu'il soit bon ou pas ça va relancer le débat sur ce truc qui me poursuit depuis tout ce temps. J'arrive en fin de mandat, je veux m'employer à réussir sur le plan de ma politique extérieure et ce n'est sûrement pas en envoyant des mafieux en Europe que ça va marcher.
- Entendu, je transmettrai monsieur le Président.
- Au revoir Dido et merci encore.
Le combiné retrouva son emplacement initial. Georges W. Bush venait de raccrocher sa contre-attaque musclée en Europe, face à une situation bloquée. Les français avaient un mot pour parler de ce sur quoi il était tombé : Bouché. Et le Président des États-Unis d'Amérique avait l'habitude de se retirer pour débusher une situation compliquée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMinistère de la défense, rue Saint-Dominique, Paris, France, début de soirée

- Dis donc, je viens d'apprendre ce qui s'est passé à Kadic dimanche, annonça le ministre de la Défense. Il y avait les chiens de Squarcini sur place. Pas d'ennuis j'espère ?
- Non, aucun problème, répondit le Général Hussinger à l'autre bout du fil. Mes agents n'étaient pas sur place, le dimanche.
- Nice, nice. Et savez-vous quel était le but de cet intervention ?
- Malheureusement non... J'ai demandé au terrain de grappiller des informations si possible, mais en tout cas, ils ont l'air d'être repartis aussi vite qu'ils étaient venus.
- Très bien c'est noté, merci Général. Je suis quand même surpris que Sarkozy soit si lunatique, ça ne lui ressemble pas...
- Vous avez vu les photos avec Carla à Disneyland ?
- Non, j'aurais dû ?
- Pas nécessairement mais cela peut expliquer qu'il relâche un peu la bride sur l'administration. Notre Président est en pleine lune de miel.
- Ah mais oui, c'est vrai qu'il est divorcé depuis peu. Il n'y a vraiment plus de valeurs en France.
- Il a peut-être eu peur du syndrome Bernadette, plaisanta Hussinger.
- C'est une piste à éclaircir, quand nous aurons du temps libre, sourit Heath.
- Jamais donc.
- Absolument.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngL’Échiquier, Monde des Humains, centre de contrôle Tesseract, fin d'après-midi

- Ça y est, Poutine a accepté d'être Premier ministre en mars, annonça Eisen lorsque Senja Noir vint lui rendre visite.
- Il en aura mis du temps pour répondre... grinça l'elfe à la cape.
- Il a un certain goût pour la mise en scène, annonça Eisen tandis qu'un écran s'allumait, illustrant sa pensée, puisqu'on y voyait Poutine et Medvedev se diriger ensemble à la tribune sous les applaudissements des cadres de Russie Unie.
- Tant pis pour Zéphyr... L'humanité ne paye rien pour attendre. D'autant plus que, la récente élimination rapide d'Asura va mettre nos ennemis en confiance je pense.
- Pourquoi pas, déclara l'homme en costume. De toute façon, le Monde des Demi-dieux était sans doute le plus accueillant des six.
- Surtout pour les tarés qui aiment la pluie... soupira Senja Noir en quittant la pièce.


À suivre : Blanc-seing


Dernière édition par Icer le Mar 12 Sep 2017 20:41; édité 6 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Lun 15 Fév 2016 11:52   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1047
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Tu as réussi à faire plus mauvais que CLE, félicitations.

Laura en tueuse de sang-froid, sérieusement xD ? En fait, ce n'est même pas le fait que ce soit ce personnage-là qui s'empare d'un flingue et bute quelqu'un qui me chiffonne, mais l'idée que des jeunes de 15 ans soient aussi à l'aise avec des armes à feu sans avoir de nationalité américaine. Feu Eva avait le mérite de posséder cette dernière, et Laura est à priori française, donc reste à voir ce qu'il en est d'elle.
Parce que finalement, des nouveaux élèves, elle est désormais la seule dont on ignore les objectifs et surtout, ce qui se cache derrière elle en ramifications. Une fois encore, les spéculations peuvent facilement venir. Il serait plutôt logique que Laura, à l'instar du reste des nouveaux, soit aussi une espionne infiltrée. Mais pour qui ou quel camp ? Parmi les infiltrés de Kadic, on avait un représentant des États-Unis et deux de la France. J'ai envie de continuer le parallèle pour dire que Laura serait aussi sous la bannière d'un pays (à noter que j'utilise cette expression, mais elle est plutôt forte, c'est juste pour donner une idée des ramifications et provenances). De tous ceux cités dans des séquences parallèles, via les politiques entre autres, la Russie est le seul qui apparaît pour le moment détaché de ce qu'il se passe à Sceaux. Du coup, ne serait-il pas naturel de lier le dernier infiltré à Kadic mis en lumière avec eux ? D'autant plus lorsque l'on sait qu'un certain Tyron, en plus d'être d'origine russe, est extrait du même matériel de base que Laura, et qu'en bonus, du temps de CLE, les théories allaient bon train sur une liaison entre ces deux personnages, qui établissaient la blonde en espionne pour le compte du scientifique. Ça reste envisageable.

Après, reste la manière d'impliquer Tyron dans tout ça (oublions ma pensée sur ma transposition de de celui-ci avec le vieil homme caucasien). Temporellement, il s'est fait poutrer par Xana il n'y a pas si longtemps que ça, et on sait qu'il avait pour ambition de retrouver un ancien membre du projet Carthage. C'est là que je retiens l'adjectif ancien. Dans une optique où il aurait effectivement réussi à remplir cet objectif, il n'est pas certain que celui qu'il ait contacté soit un des guignols présentés quelques chapitres plus tôt.
L'hypothèse qui me vient alors serait : Et si M.Gauthier était un ancien membre du projet Carthage ? Au vu de son C.V, ce n'est pas complètement idiot. Ainsi, en reliant à ce qui a été dit sur Tyron, on pourrait penser que ce dernier a pris contact avec le père de Laura, lequel a envoyé sa propre fille en tant qu'infiltrée. La seule faille de la théorie, c'est qu'on ne sait pas trop comment Tyron s'y serait pris pour trianguler la zone autour de Kadic. Même si on peut se dire que les seules morts/disparitions suffisent à rendre le tout louche, la piste numérique me parle plus (surtout quand on sait le personnage capable de programmer une balise de localisation de supercalculateur à partir d'un monde virtuel…).

Avant de partir en vrille là-dessus, autant changer de sujet.
Les néo-irlandais sont vraiment ambivalents. Aux petits coups de mains s'additionnent les coups de putes : pourquoi leur donner des indications aux LG pour orienter leurs recherches sur l'Échiquier si c'est pour les dégager dès qu'ils les croisent ? La piste qui me semble plausible de ce côté-là est une volonté de leur part (entends Senja Blanc) de procéder à leur (sa) manière. Le fait d'avoir un objectif commun ne signifie pas avoir des manières d'atteindre ledit objectif.
Autre question qui se pose : comment Huguette s'y est prise pour avoir la faculté de désactiver les tours. Réponse par l'absurde : de la même façon que les filles du groupe des LG. Avec une Aelita à portée de main, une manipulation duplicatoire de code-source ADN est possible.

Ce chapitre tombe d'ailleurs à point nommé puisque je commençais à me poser une ou deux questions sur le Palamède et sa clique. En tout cas, on y voit un peu plus clair dans l'organisation. Le fait de devoir passer par la destruction des formes des différents mondes me rappelle un peu la logique première de destruction des Réplikas de la saison 4. Sur le papier, le procédé reste un peu douteux, parce qu'il force à l'exploration de toutes les parties de l'Échiquier (pratique pour le montrer dans son intégralité, rallonger, et mettre plus de bastons Razz), et qu'il n'assure finalement pas une possibilité d'annihilation totale du Palamède par la suite, puisqu'on ignore encore si l'existence de ce dernier dépend de quelque chose, type une machine. Si le Palamède est dans une situation proche d'un Xana saison 3-4, soit indépendant des machines et libre dans le réseau, c'est pas un programme multi-agents ou deus ex machina du genre lancé après victoire sur les « formes » qui passera.
Néanmoins, concernant ce dernier point, la piste qui me paraît la plus probable serait que le Palamède aurait un lien étroit avec l'Échiquier (Si ça se trouve, c'est lui la voix d'accueil ! Le Palamède ne serait ainsi que… la secrétaire de Senja Noir. Triste sort.), et serait donc beaucoup moins invincible que ne l'était Xana, mais pas moins chiant à avoir. La faille de cette piste, c'est que l'intérêt de niquer les gardiens des différents mondes est amoindri si exploser ce qui génère l'Échiquier suffit.

En définitive, le reste de la partie promet aux personnages qu'ils vont en baver. Virer le Pion et la Tour du plateau est bien beau, mais restent les pièces chiantes, soit le Fou, le Cavalier, la Reine et le Roi.
Au passage, je note la distinction faisable entre les « sbires » et les « avatars/formes ». Les premiers ont des fonctions plus attribuées, mais une mobilité qui paraît plus large tandis que les second sont beaucoup plus ancrés dans l'Échiquier (et leurs mondes dans le cas des formes), mais avec des compétences et capacités apparemment plus redoutables.

Merci de me permettre de garder mes facultés de réflexion en forme !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Dyssery MessagePosté le: Mar 23 Fév 2016 18:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 03 Mar 2014
Messages: 75
Devine qui voilà !

Me voici donc à nouveau au-devant de la scène pour poursuivre mon inquisition dans les méandres de l’Un’Icer, ce qui implique quelque chose de très simple que tu dois déjà savoir mais que je préfère mettre au clair tout de suite, au cas où quelques âmes égarées liraient ce commentaire : je ne suis là que pour le :

Texte n°3
L’Échiquier

(Du prologue n°1 au chapitre 6)


Et avec mon originalité sans pareil, je vais faire les choses chronologiquement (mais ça ne devrait pas poser de problème puisque c’est exactement ce que tu m’as demandé :’D). J’en profite pour te signaler que même si je fais un post groupé sous l’égide du texte n°3, susnommé par l’Un’Icer, je rédige mes remarques à chaque fin de lecture de chapitre et ne reviens pas les modifier ensuite, ou alors seulement très modérément. Donc il n’est pas impossible que je rediscute de moi-même certains points une fois confrontées aux perspectives suivantes.

Mais avant ça, tu pourras juste féliciter Floramagique pour son travail sur les bannières de titres et autres images de transition. C’est vrai pour l’ensemble de l’Un’Icer et il n’est pas impossible que j’oublie l’avoir déjà dit et le répète régulièrement dans mes commentaires, mais vu la qualité du travail, je ne pense pas que ce soit un problème.



Prologue
Jamais Deux Sans Trois


Le prologue, donc. Eh bien c’est sans surprise que je peux affirmer qu’il me plaît plus que beaucoup des prologues que j’ai lu sur ce forum. Bon, ma mémoire défectueuse – à 22 ans c’est triste - ne me permet pas d’en avoir tant que ça en tête, mais je sais que je garde souvent un sentiment de bâclage à leur lecture puisqu’on les voit souvent considérés comme quantité négligeable du fait qu’ils ne sont qu’une brève introduction à l’histoire. Mais ayant toujours pensé qu’un prologue n’a rien de nécessaire en tant que tel, je suis généralement agacée par les trois pauvres lignes qui se courent après qu’on voit postées pour tenir ce rôle. Ce qui m’amène à dire que le prologue de L’Échiquier est bon. Déjà parce qu’il recadre la situation : où sommes-nous, que s’est-il passé, et en quoi ce qui vient en découle.

L’utilisation des restes des supercalculateurs est une idée qui me plaît bien. En effet, la façon dont les Lyokoguerriers ont fait l’impasse sur ce genre de problème, y compris quand ils sont allés les démolir à la sauvage, m’a déjà posé question. À ce titre, l’intégration des – probables – antagonistes est plutôt bien menée. Je lui reprocherai seulement une chose : pourquoi une bande d’ados ? Ce n’est pas une mauvaise idée en elle-même, simplement une réticence que j’ai à voir trop d’équilibre dans les histoires. Bien que justifié correctement, mettre comme par hasard un autre supercalculateur entre les mains d’une autre bande d’ados qui compte un autre jeune surdoué capable de faire fonctionner tout le tintouin…Mouais, bon, ok, on va voir ce que ça donne.



Chapitre Un
Jeudi Noir


Partons donc pour le chapitre Un. Avec le titre, je me doutais vaguement de ce dont il allait parler, et je dois dire que son intrigue est originale et fonctionne bien. Mais avant d’y revenir je vais me lancer dans des observations en vrac selon les points qui ont soulevés mon attention au fur et à mesure de ma lecture.

Je commence par une remarque comme quoi je trouve assez bizarre de lire Ulrich parler en verlan, mais après tout rien ne s’y oppose, alors passons. En revanche, je trouve quand même tes dialogues assez peu naturels, un peu poussifs, dans le sens où tu as des choses à dire, et où tu essaies quand même de les enrober pour donner un peu plus l’impression d’une bande d’amis qui se retrouve, mais je trouve que ça ne marche pas très bien. À voir si c’est juste un sentiment personnel, et s’il évolue par la suite.

Du côté de la nouvelle bande rivale, deux choses de l’ordre du détail : ce serait un fluide noir plutôt qu’un liquide noir, au sortir de la prise, et les étincelles vertes font vachement Harry Potter, quand même Razz

Bref, au-delà des bêtises, voilà un développement intéressant à garder en tête et à surveiller. Est-ce que reconstruire le supercalculateur a simplement offert un nouveau refuge à XANA, est-ce que cela a carrément permis la réémergence de l’IA, ou encore est-ce qu’il ne lui a servi que de medium pour aller investir des réceptacles plus complexes, au hasard quelques ados dont une blonde plutôt futée, j’attends de voir.


De retour chez Jérémie, même ma flemme surdéveloppée ne m’a jamais empêché de débrancher et refixer le câble sur mon ordi quand la connexion fait des siennes. Mais commencer par tester un autre site devrait venir avant même cette interrogation. D’ailleurs, parce que j’adooore raconter ma vie, ma connexion universitaire refuse obstinément de se lancer sur une page Google (tu peux souffler, le racontage de vie était court).

Citation:
tandis que Claire Girard regardait avec intérêt Jean-Baptiste Pujol qui parlait justement de miches avec son camarade Yannick Piranet (qui souhaitait devenir boulanger).

C’était bô. Non, franchement, j’ai bien aimé ce trait d’esprit. J’espère que ça va continuer comme ça.

Citation:
discourt

Horreur et damnation ! Mais c’est vrai que les profs se sentent toujours obligés de faire leur laïus sur l’accroissement de la difficulté. Qui n’est pas si grand que ça, à mon humble avis d’étudiante pour qui la seconde est bien loin…


Du côté de Yumi, si le simple fait de voir que quelqu’un s’est suicidé lui coupe l’appétit, elle ferait peut-être mieux d’arrêter de prendre son petit-déjeuner devant les infos. On ne peut pas dire que la japonaise ait des kilos à perdre. Mais au-delà de ça, la rédaction de ce passage me semble curieusement enfantine. J’ai un peu de mal à mettre le doigt sur la raison de ce sentiment, mais je ne peux pas m’en défaire. Les phrases courtes, qui mettent toutes en avant la bonne conduite de Yumi, peut-être. Bref, j’ai l’impression – sur ce paragraphe – de lire « Martine en Première en ES ». Bizarre.

Citation:
je vous rejoint

Arrrrrrrrgh. (Je sais, j’en fais trop. D’autant que je laisse trainer des fautes pires que ça.)

Vient ensuite la volte-face de Yumi. Honnêtement, il n’a aucun sens. Enfin, si, il n’est pas illogique en lui-même, il est juste beaucoup trop rapide et spontané. Avoue, tu l’attendais, le moment où je me mettrais à te parler d’introspection ? Eh bien le voilà ! Bref, sérieusement, Yumi a passé sept mois en étant persuadée que XANA était détruit. Et contrairement à Jérémie, elle n’a jamais eu le moindre doute quant à la véracité de ce postulat. Alors tu peux pas sauter sur la première catastrophe venue et décréter qu’elle est subitement convaincue que XANA est responsable. Avant ça, passe par une phase de doute, de déni, de peur, même. Prends plus ton temps, soit en répétant deux trois fois les scènes d’amour entre Yumi et son écran plat, soit en développant la réflexion interne, quitte à la dissocier du temps qui passe pour en faire quelque chose de rapide dans ta chronologie, mais le résumer en une phrase dans le texte est pour moi une grosse lacune. Au contraire, de ce point de vue-là, la réaction de Jérémie est au contraire sacrément bien amenée. Le manque de confiance en ses propres capacités, le sentiment que tout a été trop facile, c’est bien tourné, ça donne tout son sens à sa certitude que la lutte est à reprendre.

Citation:
Pour une fois qu'une fille se changeait plus vite qu'eux,

Misogyne. Ça prend pas des heures d’enfiler un jogging pourri et un vieux t-shirt (oui, je suis particulièrement sexy en cours de sport).


Et puisqu’on parlait un peu plus haut des réactions des personnages à la nouvelle de la résurrection de XANA, celle d’Aelita est bien cool aussi. Bon, je l’aurais sûrement développée plus, mais chacun son truc, et l’essentiel est dans le traitement que tu as fait, alors ça me va.


On en arrive à la partie délicate : comment XANA peut-il être vivant ? En tant que lecteur, on a déjà l’indice du supercalculateur tout neuf qui se cache dans un lieu inconnu, mais ça n’explique pas pourquoi le programme multi-agent salvateur n’a pas dézingué proprement et définitivement notre IA maléfique adorée. Ton explication ne manque pas d’intérêt, bien que je la trouve un peu lacunaire puisque pour moi ledit programme n’éliminait pas les replikas mais bien les traces de XANA disséminées dans le réseau. Enfin passons, elle fait tout de même bien l’affaire et je peux m’en contenter sans trop rechigner. Cependant une fois encore je trouve qu’elle est amenée trop rapidement. Il ne s’est pas fait une seule fois la réflexion lors de ses crises de doutes, mais il suffit qu’on lui pose la question pour que ça lui apparaisse comme une évidence ? En bref, son explication sort de nulle part et il en est de ce fait beaucoup trop convaincu.

Citation:
Ils venaient de retourner trois saisons en arrière.

Nice.


Concernant la fin du chapitre, pas grand-chose de plus à dire. La raison des pannes est bien trouvée, bonne idée de se passer de tour activée ! Mais j’ai quand même une question. Ok les kongres se sont fait démonter la gueule. Mais jusqu’à preuve du contraire ça n’a pas réparé les dégâts, si ? Et comme aucun retour vers le passé n’a eu lieu, ceux-ci devraient perdurer un minimum. Donc quid de la bourse ? Je suppose que tu as considéré que les kongres devaient en permanence canarder les « immeubles renversés » pour que les sites restent down, mais ça me paraît étrange dans le sens où le nombre de problèmes semblaient croitre au cours du temps, donc qu’ils ne restaient pas concentrés sur un seul point. Bref, je ne dis pas non à quelques explications approfondis sur ce point de résolution.



Chapitre Deux
Tour Jumelle


Je dois dire que je suis entrée dans ce chapitre plus rapidement que pour le précédent. Peut-être parce qu’on est plus dans l’action, parce que l’histoire est lancée, ou simplement parce que je ne l’ai pas lu à 23h…

Juste un petit passage sur la découverte d’un nouveau type de halo :
Citation:
Non Aelita, il est mort.

« On vient de m’apporter des nouvelles de votre père.
- Des nouvelles de mon père ?
- Oui. On vient de m’annoncer qu’il est mort. »
Allez hop, la subtilité c’est pour les tapettes.



Mention spéciale à la lassitude de Jérémie quant à une énième répétition du processus de matérialisation. Je me demande si les autres n’ont pas envie de lui décalquer la tronche aussi, à force…

La bande rivale passe donc à l’attaque. Enfin, plus ou moins. Puisqu’ils n’étaient apparemment pas au courant qu’il y aurait des gens à attaquer. Bon. Dans l’absolu, pourquoi pas. Un nouveau venu, qui fait ses premiers pas dans un monde virtuel, qui découvre à peine ses capacités, et ne s’attendaient absolument pas à devoir se battre, mais qui se débrouille aussi bien à quatre contre un. Ouais. Ok. Après tout. Enfin, au moins il n’a dévirtualisé que Ulrich (faut arrêter de toujours dévirtualiser ce pauvre Ulrich avant même qu’il ait pu se battre, j’ai l’impression que ça lui arrive vachement souvent :/ ). Bref, tu l’auras compris, je trouve ça un peu surprenant, mais je peux l’accepter. Ç’a le mérite de montrer que la menace n’est pas à prendre à la légère. Je t’avoue que je trouve ça presque dommage, mais je peux comprendre ce choix. Au-delà de ça, le combat virtuel est largement plus statique que ce que j’ai donc lu dans les textes n°1 et 2, mais ça s’explique par le manque d’informations de chaque parti en présence, donc pas de problème de ce côté-là. D’autant que les analyses en temps réel de Jérémie ne manquent pas d’intérêt, et qu’on sent bien l’enjeu de récupération de données sous-jacent. La retraite en fin de combat est une décision assez logique, mais reste extrêmement frustrante… Tout comme le dialogue des ennemis qui suit, et qui les montre particulièrement pédants ! J’avoue que j’ai du mal à cerner leur but. Pourquoi avoir attaqué les LG ? Ils veulent quoi, récupérer le monopole de Lyoko ? De base, ils me semblaient plutôt chercher des informations sur le supercalculateur dont ils disposent nouvellement, donc engager un contact neutre en première approche m’aurait semblé beaucoup plus pertinent. Mais bon, ce ne sont que des remarques jetées l’air.


Citation:
Ils ont été virtualisé

+s
Citation:
Comme nous en sorte.

En somme, plutôt.


Pour la suite, bien que je n’ai pas grand-chose à dire dessus, je tiens quand même à signaler que la réflexion intérieure d’Ulrich m’a bien plu. J’attends de voir si je tombe sur du Ulumi qui ne rebute pas complètement. Et j’entends Ulumi au sens large, pas seulement en tant que relation amoureuse.

Et concernant Yumi, justement, quid de cette histoire du téléphone ? Je m’étonne qu’elle n’ait pas insisté plus que ça sur les raisons qui ont poussé Matthias à piquer le sien à Hiroki. Mais ça n’a guère d’ampleur pour l’instant alors je vais directement passer à mon point suivant : sans déconner, qui passe une matinée complète à réviser un DS d’anglais ? Même mon TOEIC (surtout mon TOEIC ?), j’y ai pas passé plus de dix minutes. Je veux bien qu’elles aient deux trois règles de grammaire sur lesquelles on les attend au tournant, mais quand même, une matinée… J’en connais deux qui sont mal barrées pour le lycée.


Et juste parce que c’est le dernier truc que j’ai vu :
Citation:
Je ne sais pas comment l'entité qui a activé cette tour si est prise





Chapitre Trois
Recherche Renforts Désespérément


Chapitre trois que j’ai lu dans la foulée du deux et qui m’a tout autant gardée concentrée. C’était peut-être juste l’heure tardive pour le premier. Bon, ce commentaire risque fort d’être interrompu par un intermède théâtre, donc je risque de laisser des détails de côté. Non pas que les parties précédentes de mon commentaire soient assurées d’être exhaustives. D’ailleurs, en parlant de manque d’exhaustivité, concernant les erreurs d’orthographe et autres inattentions, je ne les cherche pas, je ne les signale que lorsqu’elles me sautent malencontreusement aux yeux, il y en a donc peut-être d’autres encore cachées.


Alors, qu’avons-nous là ? Déjà, un combat virtuel que je dirais plus immersif que le précédent parce que plus intense sans doute. Je suis heureuse qu’Ulrich ait eu une part d’efficacité, je crains toujours de voir son traitement par les ex-williams. Et il faut dire que je sais quel traitement je fais de Yumi pour ma part, alors forcément… Mais comme je le disais, un combat bien mené au déroulement logique et intéressant. En particulier :
Citation:
- Ha ha, désolée, fit Clémence. Je me suis trompée de sort.

Juste magique ! Ça me manquait, quelqu’un qui galère un peu à son premier voyage sur Lyoko, et l’utilisation faite de ce manque d’entrainement est inattendu et absolument jouissif !


Et sur le dernier point d’importance de ce chapitre, venons-en enfin à la réintégration de William. À priori elle est bien introduite, venue d’une attaque plausible, et de réactions appropriées. Le clone qui se fait avoir par derrière par quelqu’un qui sait bien qu’il ne peut pas être à deux endroits en même temps fonctionne bien. Néanmoins, je trouve ton William un peu agressif. Tu as utilisé deux fois le verbe « cracher » pour qualifier son mode d’expression, qui est pour moi assez violent. Après, ça se défend, les LG l’ont envoyé chier, avec les conséquences que l’on sait, mais j’ai quand même un peu de mal avec le caractère que tu lui octroies.

Enfin, toujours à ce sujet, c’est un bon point – à mon sens – de ne pas avoir perdu de temps en tergiversation, du côté des LG. Cependant, j’aurais bien laissé l’histoire s’installer un chouïa plus avant de réintégrer le ténébreux. Voir peut-être le laisser réaliser que les autres recommençaient à se conduire bizarrement et donc l’amener à se poser la question d’un retour de sa part dans la lutte, qui lui semble un peu trop naturel dans ton texte (et un peu téléphoné).



Chapitre Quatre
Quand l'Histoire se Répète


Citation:
Le garçon savait qu'il ne devait pas se laisser battre par la japonaise.

Chiiiiiildish…

Donc Maïtena craque pour William. Ça donne un éclairage intéressant à la façon dont elle s’enquiert de ses relations avec Yumi, lors de leur révision outrageusement longue de leur DS d’anglais. Et c’est tout ce que j’ai à dire à ce sujet.

Citation:
C'est quand tu veux Titi.

Titi 8D (pardon)
Citation:
fit trébucher Ulrich en écrasant le pied sur son tibias
Comment ? L'exclusion ? Le tacle n'avait pas été fait par derrière.

De quoi, de quoi ? J’y connais en rien en foot, t’es sérieux ? On peut éclater en toute impunité le tibia de quelqu’un tant qu’on le fait de face ? Surprised
Citation:
deux avertissements écrits […] pour Matthieu qui avait réagit à la baffe de Barbara avec un gros mot commençant par la lettre P

Alors que la baffe, tout le monde s’en fout ? oO (+réagi*)

Je vais quand même tâcher d’être un chouïa plus constructive et ajouter deux trois trucs à cette suite de citations hors de leur contexte. Déjà, pour moi, le passage du cours d’athlétisme ne sert strictement à rien. Vu qu’il est immédiatement suivi du match de foot où William fait part de sa difficulté à travailler en équipe avec Yumi, à part définir une énième fois la façon de s’exprimer de William avec le verbe cracher et montrer que Barbara est prête à toutes les bassesses pour gagner une course d’athlétisme, ce paragraphe pourrait définitivement sauter.

Ensuite, je fais partie de ceux qui ne sont pas spécialement fans du passage du match de foot. Mais je suis la première à rajouter des passages sur des trucs annexes que j’ai juste envie d’écrire, et contrairement à l’athlétisme, le match donne effectivement du relief aux personnages et aux relations qu’ils entretiennent. Donc je reconnais sa valeur, même si je n’avais pas spécialement remarqué que Jim avait fait de William sa tête de turc. Voilà, pas grand-chose à développer à ce sujet pour moi. On suit bien l’action, ça me suffit.


Citation:
Dis donc Yumi, lança Christophe, tu ne devrais pas te préparer pour la fête ? Il est près de cinq heures et je sais que les filles sont du genre lentes.

Mais va te faire Razz Toi et moi on va comparer le temps qu’on met pour se préparer à une soirée.


Dans la suite immédiate, le mini développement de la relation Aelita/William me plaît bien. On a bien vu à la fin de la série qu’elle était la seule à avoir un peu de recul sur la situation de l’ex-xanaguerrier, en faire une donneuse de conseils est une bonne idée.


Citation:
notamment du futur devoir d'anglais de mercredi

Mais faut arrêter, personne accorde autant d’importance à un devoir d’anglais…


La soirée n’est pas très détaillée. C’est peut-être dommage. Est-ce que sa mise en place ne servait qu’à valider des shippings pour la suite ? Parce que quitte à écrire un chapitre pas mal orienté vie quotidienne et activités d’ados, s’attarder un peu plus sur une soirée lycéenne aurait pu avoir du sens. Enfin je dis ça, j’avoue ne pas trop savoir comment tu aurais pu faire ça de façon un minimum intéressante… Oui, je ne suis pas une grande fana des soirées, j’ai tendance à faire l’impasse sur les beuveries étudiantes.

Par contre, j’imagine mal Ulrich espionner la fête planqué derrière une voiture. À mon humble avis, il serait resté à fulminer sur son lit, au grand dam d’Odd.


Enfin, la récupération de son lieutenant par XANA est rondement menée. Le fait qu’elle arrive si vite après les quelques conseils d’Aelita la rend peut-être un peu trop attendue, mais rien de trop dérangeant. En revanche, on en arrive à mon reproche préféré : le manque d’introspection ! =3

Pour être tout à fait honnête, ça ne m’a pas gênée sur toute la première partie. Il y aurait pu en avoir plus (j’en aurais mis plus), mais elle ne manque pas.

MAIS j’en suis arrivé au passage du scanner bloqué. Et là j’ai été vraiment triste que ça se résume à « William est renvoyé sur Lyoko complètement HS » :c C’est pourtant le moment de s’amuser, là ! Il faut insister sur la panique de pas pouvoir sortir du scanner et de réaliser lentement ce que ça implique ! Ça aurait été magnifique…


Et sinon, ben, j’aime bien la réplique stupide de William, moi. Tu vas pas la rendre trop intelligente, hein ?



Chapitre Cinq
L'Homme en Noir


J’ai peu de remarques à faire sur ce chapitre. Peut-être parce qu’il est plus court, ou parce que je commence à fatiguer. Enfin, je dis ça, on va bien voir ce qui me vient.

On démarre dans le feu de l’action, à la poursuite d’un clone d’Aelita qui bénéficie du don de création et de la capacité d’entrer les codes dans les tours. Eh ben on est pas dans la merde. (Et je t’avoue que je trouve ça un peu cheaté. Mais bon.)

Au sujet de ce passage, j’aime bien imaginer cette course-poursuite à travers la brume. Et je regrette que tu ne l’aies pas un peu plus décrite. Par contre, sa clôture est excellente, et le bluff de XANA, un coup de maître. Je ne m’attendais vraiment pas à la création d’une tour de passage !

En revanche :
Citation:
- Je t'ai reprogrammé la Téléportation depuis ta dernière plongée. Sans bug bien sûr. À toi de jouer.

Deus ex machina.

Passons sur la suite, j’ai pu visualiser la scène avec une clarté incroyable, et j’ai aimeé ce que j’ai vu (à toi de voir si je te complimente toi, ou si ça m’est adressé) (c’est décidé, je finis ça et je vais me coucher, je commence à dire des conneries)


Passons donc à la bande de Joséphine (Joséphine… :/ )

Que sait-on sur eux ? Ils sont cinq. Ils vont au lycée. Ils se retrouvent dans un lieu inconnu. Et ont accès à leur propre monde virtuel. Cependant ! Ils réfèrent à la bande de Jérémie sous le terme de « gamins de 15 ans », ce qui tendrait à prouver qu’ils sont plus âgés (terminale ? 17 ans ?), et parlent de recherche sur une planète bleue. Je partirais bien dans un délire sur une civilisation extraterrestre – ou intraterrestre, genre théorie du multivers ou autre niveau d’existence – mais comme ta fic se veut réaliste, je vais garder les pieds sur Terre (lol).

Je les trouve donc juste bizarres, surtout le mec qui s’appelle Senja parce que c’est nul comme prénom (pardon à tous les Senja qui me lisent. Et aussi aux Joséphines).


Citation:
il constata que son pull était imprégné de traces de gel

Beeeeeeeeeeeeeeuuuuuuaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaark

Quelle parfaite transition pour parler de Christophe.

Bref, Christophe est cool. Je suis d’accord avec toi sur la grosse blague de l’indifférence générale considérant l’état de « William » dans la série. Ça aurait définitivement dû en alerter plus d’un, et même en manque de potes, le corps enseignant aurait au moins dû faire quelque chose. Alors se servir de ça pour amener Christophe à l’usine est une manœuvre que je ne peux qu’approuver. On pourra se demander comment les LG ont pu garder leur secret si longtemps cela dit, vu comme il est facile de les suivre jusqu’à l’usine (et accessoirement de s’enregistrer dans un scanner), mais j’ai pas trop envie de te chercher là-dessus, le raccourci me convient.

Et sinon, Ulrich a désormais également droit au verbe cracher.



Chapitre Six
X.A.N.A.'s Chosen One


Citation:
curieux manche

Citation:
curieux engin

Je suppose que j’ai seulement l’esprit mal tourné…

Je regrette un peu la rapidité de l’arrivée de Christophe sur Lyoko. Encore une fois, c’est une action qui permet tellement de développements, je suis frustrée de voir que tu l’as juste expédiée. Indépendamment de ça, concernant le dernier avatar en date, je m’étonne que tu n’aies pas lié d’image, toi qui fait si régulièrement ça. Je veux dire, t’as carrément créé des plans du terrain de foot (qui m’ont servi à rien parce que je sais pas du tout qui est qui, et que j’ai déjà suffisamment de mal à retenir les noms des personnes dans ma classe pour chercher à enregistrer ceux des figurants. Et oui, il me manque encore quelques prénoms dans ma classe. Allez tous vous faire empapaouter.)

Citation:
Il cracha

Littéralement ? Je sais pas si on peut faire ça sur Lyoko… Hors blague, j’aime cette réaction et j’approuve ce passage. Mais j’aurais dit « Il pesta ». Razz


Et j’ai vraiment ri, d’une part sur ta référence à CLE, même si j’ai jamais vu la série, mais on m’a suffisamment ressassé la blague pour que je trouve ça drôle, mais aussi bien entendu sur celle à Dragon Ball Z. Même si ça fait bizarre de lire la réplique en français. Je trouve que ce genre de développement est parfait pour Christophe, bien qu’il me semble un peu trop détendu pour une première découverte d’un monde virtuel. Et puis, on peut casser quelque chose, sur Lyoko ? Est-ce qu’on est pas condamné à simplement le « dévirtualiser » et l’éclater en pixel jusqu’à disparition pure et simple, avant toute altération de la forme ?

Et sinon, ben, les LG sont des taches.


Et dire qu’après ce passage somme toute bien agréable tu trouves le moyens de nous renvoyer le putain de statu quo Ulumi à la con sur lequel on est bloqué depuis que l’épisode routine est tombé dans les limbes de l’oubli… J’espère vraiment que quitte à vouloir en parler tu vas trouver le moyen d’en faire un truc pas complètement merdique, sinon je ragequit l’Un’Icer. Alors quoi, ils se sont juste regardé dans le blanc des yeux sans rien dire pendant toute la durée de la soirée, ou ils ont encore pété les plombs et ont passé le temps en engueulade ?


Citation:
Christophe lui, s'ennuyait sans le William original, et même Émeline ne suffisait pas à combler ce vide.

Je dirais bien que c’est normal, mais je ne suis pas sûre que tout le monde comprenne.
Citation:
les secondes n'avaient aucun scrupule à faire passer le sport avant leur devoir surveillé du lendemain

Ça aussi c’est normal. En seconde on révise un DS la veille au soir, une fois qu’on s’est pieuté.
Citation:
normalement réservée à la gente féminine

BWAHAHAHA XD Les ragots, réservés à la gente féminine ? Tu sors de ton esprit étroit, des fois ? Je connais beaucoup plus de mecs versés dans cet art que de meufs, sweety x)

Et donc, Matthias et sa passion des ragots. Ben son plan était quand même vachement bizarre. Il a piqué le portable d’Hiroki pour faire chanter Yumi pour mettre William dans l’embarras. Hum. Mais encore ? Il a piqué le portable d’un sixième qui pouvait très bien se plaindre à l’administration pour faire chanter une fille de sa classe qui peut lui péter la gueule quand elle veut, pour qu’elle mette dans l’embarras un mec qui n’a actuellement plus rien à voir avec elle et qui pourrait lui aussi lui péter la gueule quand il veut. Je sais qu’on est un peu stupide au lycée, mais quand même.

Et sinon, ben Hiroki est un p’tit con. Mais ce passage m’amène surtout à critiquer quelques points. Déjà, quand Jérémie claque des doigts, la réplique de William débarque en mode Terminator et sait immédiatement à qui faire peur. Mais surtout, Yumi réalise que son petit frère fouineur veut lire ses sms, et plutôt que de faire style qu’elle s’énerve parce qu’il aurait pu lire des messages top secrets destinés à Ulrich, elle préfère monter la suspicion à son niveau maximum en l’amenant à Jérémie, en annonçant qu’il aurait pu tomber sur des messages concernant « tu sais quoi » (sérieusement ????), et en montrant que subitement William est devenu l’homme de main du blondinet ? Yeah, best reaction ever.

Et enfin, pour clore sur ce sujet, pourquoi l’implication de Matthias est si évidente pour Christophe ? Je veux dire, Hiroki a déjà piqué le putain de JOURNAL INTIME de sa sœur ! C’est si bizarre de supposer que c’est juste une fouine sans éthique prête à tout pour serrer une rouquine ?


Sinon, ben la volte-face de William est une idée originale, que j’aurais voulu voir mise en place avec plus de douceur et de justification que « Wesh, C D konar, v1 on va Dtruir le mond ! ». Enfin, j’attends son développement pour en juger véritablement. Parce que pour l’instant, soit William a pu avoir accès à des informations qui ne font pas d’une alliance avec XANA une participation active à un génocide en devenir, soit notre IA diabolique est encore plus stupide qu’auparavant pour croire qu’il est sincère dans sa volonté d’association.

Dernière question : je suis censée comprendre l’histoire du huit ?



Voilà, j'ai enfin terminé ce commentaire dédié au Texte n°3. Et je sais pas si j'aurais véritablement la motivation de faire ça pour l'Un'Icer entier u.u
Enfin, si je tiens la cadence, on se retrouve dans quelques temps (ne jamais se fixer de délais quand on peut l'éviter) pour Amour Brûlant.
_________________
http://i.imgur.com/QN5k9ezl.jpg


http://imageshack.us/a/img834/3130/ngim.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Sam 27 Fév 2016 00:04   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2183
Localisation: Territoire banquise
Spoiler


Edit : Division du post en deux puisqu'avec la grosse réponse à Dyssery, la limite du nombre de caractères était atteinte.

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttps://i.imgur.com/X3qVFnj.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »


Dernière édition par Icer le Sam 27 Fév 2016 12:50; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 13 sur 20
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 12, 13, 14 ... 18, 19, 20  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.4982s (PHP: 90% - SQL: 10%) - Requêtes SQL effectuées : 29