CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
[Fanfic] Mondes Alternés
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Les Origines du Mal...

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 3

Aller à la page 1, 2, 3  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Sayan MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 00:21   Sujet du message: [Fanfic] Les Origines du Mal... Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
Bonsoir,
Je suis un gars de 17 ans, en première, j'ai connu Code Lyoko en 2006 , il n'y avait qu'une seule saison à l'époque, mais j'ai tout de suite accroché, et la fin de la dernière saison m'a un peu laissé sur ma faim, donc j'ai inventé un certain nombre de suites dans ma tête, au début je gardais tout ces, on peut appeler ça des rêves je pense... Pour moi, et puis un jour, en cherchant des nouveautés sur CL, toujours dans l'espoir d'une saison 5, je suis tombé sur ce forum, j'ai lu, je dirait pas tout, mais une grosse partie des Fanfics, j'ai été littéralement sous le charme de la fic "Notre destin est entre nos mains."
Enfin bref, j'ai mis mes hypothèses personnelles sur open-office. Et j'aimerais les faire partager. Je me suis inspiré de beaucoup de fictions dans le style d'écriture, et mes descriptions. je suppose que les auteurs des fics en question se reconnaitrons Wink .

Si je ne met pas assez (ou trop) de chapitres, merci de me le signaler. De même pour les fautes "d'hortaugraf", merci de me les signaler, car c'est pas mon point fort, malgré mes efforts pour les éradiquer.

Un dernier point, si vous rencontrez n'importe quelle incohérence dans le récit (par rapport à la série d'origine ou à la fic) n'hésitez surtout pas à les signaler, je fait super-attention à ces erreurs, que je considère comme les pires, mais étant donné que le scénario à reçu pas mal de coups de pinceaux au fil des jours, il est possible d'y trouver une ou deux aberrations, (Genre un personnage qui parle alors qu'il n'es pas censé être là, les lieux, ...) bien que j'ai vérifié...



Les Origines du mal... Rattrapent le mal.

L'Organisation :

Le responsable informatique attendait anxieux : Il allait devoir informer son supérieur, qui n'est autre que le porte parole du mystérieux chef de l'Organisation, qu'il avait perdu sa sonde virtuelle.
Or son supérieur, Alkoff, n'était pas du genre à pardonner les fautes, surtout aussi grave que celle ci, le dernier responsable qui avait perdus une autre sonde virtuelle similaire à celle ci avait été relevé de ses fonctions et on ne l'avait plus jamais revu depuis sa convocation chez Alkoff. Des rumeurs sinistres circulaient parmi le personnel à son sujet.
Il lança une dernière tentative de reprendre contact avec la sonde virtuelle. Il attendit immobile pendant trente secondes puis un bip sonore retentit !

La sonde avait été retrouvée, le programme multi agent blanc ne l'avait pas détruite !
Il s'empressa d'effectuer des analyses pour connaitre l'état de la sonde : le programme MVX 562 a été très endommagé, c'était un programme important : il rendait la sonde totalement indétectable. Mais ça n'était pas très grave :
Il suffirait d'envoyer la sonde dans le monde virtuel de l'organisation et d'ordonner à Anthéa de réparez ça sur le terrain. Les informaticiens savaient peut de chose au sujet d'Anthéa, Alkoff leur avait interdit sous peines de prison de s'adresser a Anthéa sur des sujet autres que ses ordres, il avait aussi ajouté que son existence était secrète et qu'Anthéa était une intelligence artificielle. Il avait refuser catégoriquement de dire par quel programmeur elle avait été crée.
La porte s'ouvrit à la volée.
Robert, le responsable n'osa pas se retourner.

-ROBERT SHAWN ! Rugit une voix pleine de mépris.

Il se leva instantanément et se retourna :
-Monsieur Alkoff. Murmura t-il.

-On vient de m'apprendre que vous avez perdu la nouvelle sonde, vos explications ?

-Je l'ai retrouvée monsieur.

Alkoff sembla déçu, puis il ajouta :
-Tant mieux pour vous...Puisque c'est ainsi vous aller venir dans mon bureau, m'expliquer les faits.

Son bureau... Seule les affaires d'exceptions étaient traitées dans son bureau, c'était le lieu ou le responsable informatique ayant perdu une sonde virtuelle avait été aperçue la dernière fois, avant de disparaitre mystérieusement.

Robert suivit Alkoff jusqu'à dans le fameux bureau, il n'y avait qu'un seul siège, ce qui témoignait la rareté des visiteurs.

Alkoff s'était installé confortablement derrière son bureau, sans se soucier du fait que son hôte soit resté debout.

-Qu'a capté la sonde avant que vous ne perdez le contrôle de notre meilleure source d'informations ?

-Eh bien, beaucoup de choses. Un quart d'heure avant cela, la zone du réseau mondial est devenu rouge, comme à chaque fois que le programme multi-agents est présent quelque pars, jusque là rien d'anormal. Puis nous avons aperçut quelque chose de vraiment... spécial. Vous savez les monstres que nous voyions jusque la ? Les espèces de requins ou poisson monstrueux, voire même ce calmar géant ou ces enfants dans un vaisseau immense. Eh bien la c'était encore plus grand que le vaisseau, un immense géant de forme humanoïde, avec un bras qui fait office d'épée et du magma sur le corps...

-Oui ! Ça suffit ! J'ai compris ! Et après ? S'impatienta Alkoff.

-Après, la sonde à découvert un autre de ces mondes monde virtuel du programme inconnu, nous l'avons scanner, et c'était grosso modo une réplique du territoire pôle nord, à part quelques incohérences, mais tout à coup, le géant s'est mis à bouger, il s'est orienté vers un tunnel et s'est engouffré dedans, j'ai pris les commandes de la sonde et je l'ai suivi et...

- Sans mon autorisation ?

- Écouter monsieur, je n'avais pas d'autre alternatives, le tunnel se refermait...

- Bon, poursuivez.

- Le tunnel à aboutit a un autre monde virtuel, mais celui ci n'appartenait apparemment pas au programme, déjà, il avait les cinq territoires, dont celui de Carthage au milieu...

- Vous en êtes absolument sur ? Alkoff le regardait, profondément surpris. Waldo... Murmura t-il.

- Oui, nous nous somme d'abord dirigé vers le territoire des glaces car c'est la que le géant s'était rendus, avec des raies volantes.

- Personne ne vous à vus ?

- Non, le programme MVX 562 était actif, la sonde était totalement indétectable.

- Y avait il quelque chose d'autre sur ce monde ?

- Oui ! Des enfant ! Ils étaient armés et combattaient les créatures du programmes multi-agent ! Un air d'étonnement passa dans les yeux de Alkoff.

- Des enfants ?

- Oui ! Il ont réussi à tuer le géant !
Ils protégeaient quelque chose ! Une sphère blanche ! Très lumineuse, visiblement elle faisait quelque chose d'important, puis elle à plongée dans le réseau ! Puis là, une sphère avec un Œil est apparue. Elle à emporté les enfants dans le territoire Carthage ! Puis une fille au cheveux roses est sortie et est allée directement au un terminal, elle à activer un programme multi-agent, sauf que ce programme là était conçu pour détruire l'autre !
Mais pendant ce temps, j'ai oublié de préciser que la sphère blanche est réapparue, et a exposée, suite à l'attaques des raies volantes !
Mais ensuite le programme multi agent que la fille à activé s'est libéré, des formes blanches, des centaines sont apparue, elles ont détruit les raies, ont purgé le monde virtuel de toute trace de monstres, j'ai ordonné aux informaticiens de sortir la sonde de là, de peur qu'elle ne se fasse détruire pas les formes blanche.

-Vous avez conduit la sonde dans le réseau, mais les forme blanche vous ont rattrapées, son passées au travers de la sonde, sans sans s'en apercevoir à cause du programmes MVX 562 et vous ont fait perdre le contrôle de la sonde ?

-C'est ça.

-Vous avez bien fait, vous serez promu au poste de directeur du secteur informatique, la perte d'une sonde aurait été acceptable, contre de de telles informations. Par contre, pourriez vous me transmettre les éléments visuels que la sonde à enregistrée ?

-Bien... sur... Répondit Robert, déconcerté par ce que Alkoff venait de lui dire, jamais il ne s'était comporté comme cela avec un employé « de bas étage » , comme il disait.

Il sortit du bureau.

Alkoff, reçut les élément visuels seulement le lendemain, vers cinq heures du matin : la sonde avait subi d'importants dommages qui empêchait une extraction immédiate des fichiers.
Une des vidéos fascina énormément Alkoff :

La jeune fille aux cheveux rose est la fille d'un informaticien renégat du nom de Waldo Schaeffer, qui était chargée de créer le monde virtuel du projet Carthage, qui avait trahi l'Organisation il y a douze ans lorsque qu'il appris que l'organisation allait utiliser le monde virtuel de façon militaire.

Alkoff savait aussi qu'il avait essayer d'échapper à l'organisation en changeant de nom, il était devenu Franz Hopper. L'Organisation avait même réussi à enlever sa femme Anthéa Schaeffer, mais le savant n'a pas cédé. La captive étant devenue inutile, elle à servie de cobaye pour tester le scanner qui permet de se rendre dans le monde virtuel, ce scanner avait été crée par Franz Hopper, mais aucun technicien, ni informaticien n'a su comment se servir du monde virtuel pour preuve : les informaticiens ont réussi a virtualiser Anthéa, mais, en dix ans, il ne sont jamais parvenu à la rematérialiser, mais peu leur importait, elle est plus utile maintenant, pour fabriquer et entretenir des sondes, qui sont envoyés dans le réseau en tant qu'explorateur. Elles y ont découvert beaucoup de choses ! Un programme multi-agents qui pense et agit par lui même ! Puis se constitue un armée virtuelle ! Alkoff espérait trouver une signification à tout cela, mais pour le moment, il devait informer son supérieur, chef suprême de l'Organisation, des récents évènements.


Kadic :

Les cinq amis étaient tous réunis dans la cour, ils étaient littéralement démoralisés à cause de la mort de Franz Hopper, le père d'Aelita qui s'était sacrifié pour réparer l'erreur de sa vie : XANA. Aelita en était la plus affectée.

Une seule satisfaction venait leur réchauffer le cœur, leur grand ennemi, XANA avait été anéanti par le programme multi-agents créé par Jérémie et complété par Hopper.

Ils étaient, après deux ans de combat contre XANA, revenu au quotidien. Éteindre le super calculateur leur avait semblé plus difficile que prévus, mais tout était fini... Ou presque : si le père d'Aelita était mort, personne ne savait ce qu'il en était pour sa mère, Anthéa. L'espoir de la revoir parcourait Aelita, bien que les chances de la retrouver étaient faibles : Elle à été enlevée par des hommes en noir dix ans plus tôt.

Mais pour le moment, Aelita devait se concentrer sur ses études, puis elle devra trouver un moyen pour se créer une véritable identité, car celle qu'elle avait actuellement ne tiendrait pas la route face à la moindre investigation.
Odd était aussi empêtré dans ce sujet : Aelita est sensée être sa cousine Canadienne, or il devait tout faire pour que ses parents n'apprennent rien d'Aelita par l'intermédiaire du collège.

N'y tenant plus, Aelita demanda à Jérémie :
-Tu à modifier le programme multi-agent, pour qu'il repère des éventuelles traces de mon père ?

-Oui, il à exploré tout le réseau, mais ça ne ramènera pas ton père.

Une sonnerie retentit, tout les élèves fourmillaient dans la cour, pour aller trouver leur classes respectives.
Pour Odd, Ulrich, Aelita et Jérémie, c'était un cour de physique qui les attendait. Pour, Yumi, de l'italien.

Il ne restait qu'une semaine avant le début des vacances, et les élèves avaient l'impression que le temps prenait un malin plaisir à ralentir...
Les cours passèrent lentement, puis vient la fin des cours, la bande s'était accoutumée à se retrouver dans la chambre de Jérémie en fin d'après midi.

Les découvertes d'Alkoff :

Alkoff avait entrepris des recherches dans les formulaire du gouvernement, et dans ceux de la police, il en avait le droit, car l'Organisation était reconnue comme un service secrets gouvernemental, bien que le supérieur de Alkoff rendait l'Organisation de plus en plus autonome au fil du temps, les représentants de l'ordre n'étaient même plus autorisé à pénétrer dans les Q.G et stations.

Alkoff avait retrouvé quatre des des cinq enfant vus par la sonde : Le premier s'appelait Ulrich Stern, le second Odd Della robbia, le troisième William Dunbar, la quatrième était Yumi Ishiyama. En revanche, pour l'autre, Alkoff n'avait rien trouvé du tout : pas de certificat de naissance, ni carnet de santé ni nationalité... rien ! Comme si elle n'avais jamais existé.

Mais Alkoff savait parfaitement ou trouver toutes ces personnes, il y avait un lien entre tous : Ils étaient inscrit au collège de Kadic.

Alkoff allait donc envoyer des agents pour les arrêter et les interroger.
Il se décida de confier cette mission aux deux plus anciens et plus qualifiés des agents sous son commandement : les KOFFIENS, comme on les nommaient dans l'Organisation, au grand déplaisir de Alkoff. Il y avait tout de même une raison à cette appellation : ces deux hommes ne recevaient leurs ordre que de Alkoff.
Ils leurs fixa un rendez-vous pour les briefer.

A peine voulut il sortir pour aller contrôler le travail de son nouveau directeur informatique, que celui ci se présenta devant lui.

-Monsieur Alkoff ! S'exclama t'il.

-Oui, Robert Shawn ?

-Nous avons trouvé quelque chose, quelque chose de complexe, de très sophistiqué, d'un potentiel inimaginable, monsieur : on à retrouvé ce qu'on pourrait appeler "la carcasse" du programme multi-agent qui essayait de se constituer une armée.

-Vraiment ?

-Oui, monsieur, et vous ne connaissez pas la meilleure nouvelle : Nous sommes capables de le réactiver, nous pourrions l'enfermer dans notre monde virtuel ! Nous servir de lui pour obtenir des informations précises sur son fonctionnement !

- Et s'il il s'échappe par le réseau ?

-Il ne pourra pas pour deux raisons, déjà car nous allons coupé les points d'accès au réseau mondial du monde virtuel, et car, s'il arrivait d'une façon ou d'une autre à s'échapper dans le réseau, il serait instantanément détruit par le programme multi agent blanc, car il est encore actif.

-Excellent ! Excellent ! Monsieur Shawn, nous sommes très content de vous. Il reprit sur un ton plus professionnel : Mobilisez toutes les ressources de notre super-calculateur, abandonnez les sondes, elles ne sont plus d'aucune utilité désormais.
Il laissa sur place un Robert très excité et surpris de se voir congédier si rapidement.

Alkoff se rendait en salle de briefing, pour donner leur prochaine mission aux KOFFIENS.


Un dernier chapitre pour la route, et je vais me coucher.

Menaces :

Les ex-Lyoko-guerriers se sentaient bizarres : depuis leur victoire sur XANA, ils ne parlaient plus tellement, le peut de propos qu'ils échangeaient étaient, à quelques exceptions près, des banalités dont ils se fichaient plus ou moins.
Ils étaient tout de même en grande conversation sur Sissis, la ridiculisant complètement, Odd eu beaucoup de succès en l'imitant grossièrement :

- Et là y a miss monde qui arrive comme une folle dans l'infirmerie et elle hurle " Je suis "zéropositive" ! Alors qu'en fait, c'était son groupe sanguin !
Il dut s'arrêter, à cause d'un fou rire, sans parler de ses amis.
Ils s'arrêtèrent brusquement de rire.

Quelqu'un dévalait l'escalier, d'après les bruit de respiration, c'était Jim.
Le surveillant et professeur de sport courait précisément vers cette chambre.

Il ouvra brusquement la porte, puis laissa paraître un air de soulagement, ce qui étonna les six élèves, ils n'étaient normalement pas autorisé à se trouver tous dans la même chambre à cette heure. Ils paraissait inquiet, il entra dans la chambre, ferma la porte à clé, regarda à la fenêtre, puis, enfin rassuré, il se tourna vers les six amis médusés.

-Je dois vite vous expliquer quelque chose de très important ! Dit il sur un ton un peu pressé.

-Vous vous souvenez lorsque je vous ait raconté une partie de ma vie, ou j'ai travaillé pour les services secrets ?

-Ouais.

-Très bien, je vais résumé tout ça brièvement, bien que j'préfère ne pas en parler, il y a une autre organisation paramilitaire, une société qui est officialisée, mais qui travaille plus pour son compte qu'autre chose, personnellement je la trouve un peu sectaire...

Les cinq héros comprenaient en partie que ce que Jim leur racontait avais un rapport avec Aelita, ou pire, avec Lyoko ou XANA.

- … Je les ait déjà vus à l'œuvre, et croyez moi, ils ne sont pas du genre à se déplacer pour «Interroger quelques élèves» comme ils disaient. Reprit Jim. J'ai su qu'ils venaient pour vous lorsque ils ont appelé le proviseur, il était très occupé, alors il m'a donné le téléphone, c'était un employé de cette société secrète connue sous le nom de « L'Organisation ». Je ne pouvait pas leur refuser de venir, puisque le gouvernement leur lèche les bottes, mais j'ai demandé à connaître les noms des élèves, au départ il disait qu'il ne savait pas s'il était autorisé à me le dire, mais j'ai beaucoup insisté, puis il m'a dit vos noms, ainsi que celui de Dunbar, que j'irai chercher après.

-Chercher ? Demanda Jérémie, pour aller ou ? -Qu'es ce que vous nous conseillez de faire ?

-De partir, de partir sans prévenir personne, et ne pas révéler à quiconque ou vous allez... Mais avant ça... je voudrait savoir... qu'avez vous fait pour les attirer ?

Tous se regardèrent, cherchant s'ils devaient expliquer ça à Jim, car il était évident qu'il ne les croiraient pas, seul Jim demeurait insensible, les yeux fixés sur Jérémie.

-Nous avons un... objet qui les intéresseraient surement, c'est vrai.

-Quel est cet objet ? Reprit Jim. A quoi sert il ?

-C'était... un objet assez insolite, qui bien utilisée peut permettre de nombreuses possibilités... comme lever une armée pour faire la guerre, faire s'écraser des météorites dans un endroit précis, prendre le contrôle d'une ou plusieurs personnes contre leur gré... Y a beaucoup de possibilités comme celles ci.

Jim était dans un état compris entre l'incrédulité et la méfiance, il pensait visiblement que la bande se moquait.
Il réfléchi dix longues seconde avant de trancher :

-Bon, c'est d'accord, je sais pas si vous vous moquez de moi ou pas mais même si vous avez fait des choses illégales, j'dois vous aider... Stern, Della Robbia, allez dans votre chambre et rassemblez vous rapidement quelques affaires, ne prenez que le strict nécessaire, pas de superflus ! Belpois, idem. Quand à vous mademoiselle Ishiyama, il est hors de question d'aller chez vous maintenant, allez à la lingerie à l'étage du dessus et prenez ce qui vous plaira, si quelqu'un vous voit, dite que vous êtes punie, et que vous devez ranger du linge. Je vais chercher Dunbar.
Sur ce, il quitta la pièce, et tout le monde se mit au travail, l'inquiétude de Jim montrait clairement qu'ils étaient en grands dangers.

Odd avait entièrement vidé son sac à dos, des quelques manuel scolaires qui y était rangés.
Il prit trois ensemble de vêtements violets, son GALACTIC BATTLE, et... deux boites de croquettes pour chien pour Kiwi, puis il appela son chien.
Ulrich compris tout de suite : il voulait prendre son Kiwi ! Il se tourna tout de suite vers Odd et lui reprocha :

- Tu va pas l'emmener ? Jim à insisté pour prendre uniquement ce qui est indispensable ! Kiwi est très loin d'être une priorité.

- Et alors ? Rétorqua Odd outré, c'est mon chien ! Qui le nourrira ? T'y crois pas ! J'peux pas le laisser !

-Tu ne croit quand même pas que Jim ne s'en apercevra pas ?

-Si, il sera dans mon sac, et même si je dois le sortir, je m'arrangerai pour qu'on soit déjà trop loin pour le ramener. Et puis si ça ne plait pas à Jim, il n'aura qu'a faire demi-tour tout seul !

- Faut vraiment être un chien pour te supporter... Répondit Ulrich exaspéré.

Aelita pris aussi quelques vêtements, une trousse de toilette et enfin, sa peluche de Mister Pünk ,le dernier cadeau que son père lui ait fait. Son sac paraissait encore vide, mais peu importe, toute ses affaires étaient là.
De son coté Jérémie, avait rassemblé ses affaire, il avait aussi pris son ordinateur portable, mais se promit de ne pas le dire à Jim.

Yumi, elle, avait trouvé des vêtements qui lui convenaient parfaitement, et qui était plus ou moins, ce qu'elle portait d'ordinaire.
En redescendant, elle passa devant la chambre de Sissis, qui à sa grande satisfaction était vide, elle s'y engouffra, elle pris une brosse, une serviette et tout un contenu pour sa trousse de toilette improvisée. Elle retourna ensuite dans la chambre de Jérémie, ou tout le monde attendait le retour de Jim, avec William.
Ils entendirent sa voix dans les escaliers :

- Et comment ont ils su ? On à toujours bien veiller à ne jamais en parler à personne.

- On ne saura probablement jamais comment ils ont su, surtout si tardivement, d'après ce que tu dis.

Jim et William rentrèrent dans la chambre, et Jim ferma la porte.

- Écoutez moi bien, il nous faut encore prendre de la nourriture, mais le problème, c'est que ça se trouve au réfectoire, or, pour y aller il faut descendre, traverser la cour, ouvrir le réfectoire, pénétrer dans la cuisine, et prendre ce que nous avons besoin, le hic, c'est que presque tout le monde se trouve soit dans le couloir, soit à l'entrée, soit dehors, on va forcément être vus. Et ça pourrais avoir des conséquences graves. Pour vous autant que pour moi. Je ne sais pas comment faire du tout...
Jérémie réfléchit quelques seconde et déclara :

- Si nous ne pouvons pas sortir à cause des autres qui sont partout en bas il faudrait... créer une diversion, les obliger tous à aller ailleurs.

- C'est impossible. Coupa Jim tout net.

- J'ai une idée ! S'écria Odd, c'est tout à fait faisable, et même facile !

- Comment ? S'énerva Jim.

- On fait comme dans Gallactic BATTLE !

- Ok, on oublie... Répliqua Ulrich, exaspéré.

- C'est à dire qu'on allume l'alarme pour incendie !
Tous regardèrent Odd médusés : c'était la seule chose qui serai sur et efficace. Dès que l'alarme retentissait, tout les élèves devaient se rendre sur le parking, qui se trouvait littéralement à l'opposé du réfectoire. Même le personnel serait obligé de se rendre sur le parking. Le temps que le proviseur se rende compte qu'aucun incendie n'est déclaré, il se déroulerait au moins 5 minutes, le temps qu'il aille annoncer qu'il n'y a aurait aucun feu, il se passerai environ 3 minutes.
Cela garantirait 9 minute pour prendre des provisions de nourriture dans le réfectoire, et pour quitter Kadic par la sortie derrière le réfectoire.
C'était parfait.

-Excellente idée Odd, mais dit moi, comment se fait il que tu y ait pensé si vite ? Demanda Jim, le regard sévère.

-Heu... je sais pas... je suis vif d'esprit ! Oui c'est ça ! Très vif d'esprit.

- Mon œil... Grogna Jim

- Ben en faite... Bredouilla Odd.

- J'aurais du m'en douter... Enfin bon c'est pas le sujet ! Tout le monde est près ? Tout le monde à son sac ?

Ils firent « oui » de la tête avant que Jim ne dise à Odd :
- Va-y.

Odd sorti de la chambre, traversa le couloir, puis tapa brusquement sur le gros bouton rouge « INCENDIE ».
La sonnerie retentit.

Ce fus le chaos, un brouhaha immense venait d'emplir le couloir du dortoir, tout les élèves se ruaient sur le parking. Jim s'empressa de fermer la porte de la chambre. On entendit quelques secondes plus tard une foule massée derrière la porte, ils traversaient le couloir à une vitesse impressionnante ! Quelques instant après, lorsque tout redevint silencieux, Jim et les autres sortirent de la chambre et courraient vers la sortie, ils avaient plus ou moins dix minutes, pas question de perdre du temps ! Ils dévalèrent l'escalier quatre à quatre, et arrivé devant la porte vers la cours, Odd regarda furtivement les environs, deux élèves étaient en train de courir vers le parking. Lorsque qu'ils furent hors de vue, Odd déclara :

- La voie est libre !

Ils se remirent à courir, mais une fois arrivé devant la porte du réfectoire, Jim fouilla sa poche et déclara, la mine dépité :

- C'est embêtant...

- Oh non ! Quoi ? Demanda Ulrich exaspéré par la remarque de Jim.

-J'ai pas mes clefs... Grommela celui ci. Mais c'est pas très grave, on va casser un carreau, après tout, s'il faut ça pour que vous soyez à l'abri, on le fera ! Il donna un coup de poing dans le carreau le plus proche et hurla sous la douleur, le carreau était intact, mais on ne pouvais pas en dire autant de la main de Jim...

- C'est embêtant m'sieu ! Ironisa Odd.

Jim lui lança un regard noir.
Ulrich pris une petite pierre et frappa la vitre avec, elle se brisa en laissant un large trou.
Magnifique Ulrich ! Complimenta Jim, Mais donne moi cette pierre, je vais casser les morceaux qui restent pour pouvoir passer sans danger.

- J'préfère le faire déclara Ulrich.

En quelques coups, la tâche fut accomplie.
Ulrich suivi de Yumi, Aelita, William et Jérémie entrèrent dans la bâtiment.
Avant d'entrer Odd demanda à Jim de faire le guet.

- Pourquoi moi ? S'étonna celui ci.

- Parce que vous êtes trop gr... enfin vous êtes le plus qualifié pour ça.

Se rectifia Odd en voyant Jim lever la tête. Il entra enfin dans le réfectoire.
Les six se dirigèrent vers la cuisine, ou était entreposé les différents aliments.
Ils prirent tout ce qu'ils purent transporter dans leur sacs, Odd ne pris (bien malgré lui) que des boites de conserve, de peur que son chien ne mange tout en cours de route. Quand il ouvra le sac, il fut agréablement surpris par le fait que Kiwi dormait, c'était parfait, il ferai nettement moins de bruits, et Jim ne le découvrirait probablement pas. Ils plaça les boites dans la poche avant du sac à dos.

Les autres s'affairaient également, Ulrich prit une pile de cinq pizza surgelés, qu'il veilla à tenir à l'écart de l'estomac de Odd. Ils avaient perdus la notion du temps, Aelita et Yumi discutaient au sujet de XANA, et de ce qui pourrait bien les attendre...
Quand tout à coup un air de stupeur de dessina sur le visage de Yumi, et Aelita continuait de lui parler.

-Tait toi ! Lui dit sèchement Yumi.

- Si je t'ennuie fallait le dire ! Répondit elle offensée.

- C'est pas ça, j'entends des gens dehors.

Les six collégiens réagirent immédiatement, Odd éteignit la lumière, les autres fermèrent vite leur sac. Pourquoi Jim ne les avaient pas avertis ? Ils eurent la réponse lorsqu'ils sortirent de la cuisine, Jim se tenait devant eux, la mine agacée, il était en trains de manger un yaourt.

- Pourquoi avez vous étein la lumière ?

- Ils reviennent, il faut partir, mais par derrière ! Lui répondit Yumi. Mais au faite, comment êtes vous entré ?

- La porte de derrière était ouverte. Expliqua Jim.
L'exaspération générale montait à son comble, ils avaient dut casser un carreau pour rentrer alors que la porte de derrière était grande ouverte, et par dessus le marché Jim était rentré pour manger un morceau alors qu'il devait faire le guet ! Néanmoins, personne ne dit rien, et ils sortirent par derrière.

- Allons y. Dit Ulrich.
Ils sortirent dans une rue déserte et traversèrent deux pâtés de maisons

- Je ne peut pas vous accompagner plus loin, dit Jim, mais marchez encore un peu et vous tomberez dans le bois qui borde le parc du collège, trouvez un endroit pour passer la nuit, mais jetez vos portables ! Les agents de l'Organisation peuvent les repérer instantanément. Ne me dites pas votre cachette, ainsi je ne pourrais pas vous trahir, mais si vous voulez me rencontrer, je vais me promener dans le parc de Kadic tout les jour a 17H40 à compter de maintenant.

-On saura, dit William, merci de votre aide. Il pensait « L'aventure redémarre, vais-je pouvoir me racheter ? ».

Jim sourit et se retourna, au dernier moment, il s'arrêta et lança au groupe :

- Au faite, les agents, on les nomme les KOFFIENS.

C'est tout ce soir, moi je vais dormir.


Dernière édition par Sayan le Lun 22 Fév 2010 22:27; édité 7 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Iglouska MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 00:27   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 07 Jan 2008
Messages: 1510
Localisation: Dans sa forêt à chercher une proie pour assouvir sa soif ^,..,^
    Tout d'abord, bienvenue à toi, tu devrais avant tout aller te présenté ça nous aiderais à te connaitre ;)

    Après faut voir ... poste un chapitre, on verra bien se que tu peux faire de mieux ou non que les autres ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Sayan MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 00:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
Bonsoir Vampyress Iglouska, je ne m'attendais pas à recevoir un commentaire avant demain au minimum, mais c'est pas grave, j'étais en train d'éditer mon premier post pour y mettre mon premier chapitre.

Merci de répondre si tôt. Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Iglouska MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 01:02   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 07 Jan 2008
Messages: 1510
Localisation: Dans sa forêt à chercher une proie pour assouvir sa soif ^,..,^
    Mouai, j'attends la suite toute de même.

    Pourquoi n'y-a-t-il personne qui pense à mettre en œuvre d'autres histoires comme, c'est un exemple, d'autres enfants, ou d'autres "grande personnes" qui font comme eux, contre le même XANA ou un autre du même genre, dans un autre pays ?
    Il se rencontre sur lyoko ou je ne sais quoi, puis combattent ensemble, jusqu'à se qu'un des leur les trahissent, et ainsi de suite ...
    Là s'toujours pareil, toutes les FanFic que je lis sont sois un remake de Code Lyoko, sois un remake avec des militaires ou scientifiques et patati et patata ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Sayan MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 01:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
Patience, patience, j'ai une partie qui fait entrer des nouveaux alliés dans l'histoire, mais ça n'es pas pour l'instant. Ils viendront après que le problème de L'Organisation soit réglé.

Spoiler
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
scaevola MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 15:10   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 54
Localisation: Ca et là...
Surprised
J'adore ! Elle est super bien faite, ta fic !
Et en plus, elle résout plus ou moins le problème Anthéa, que j'ai pas résolu pour la mienne...

Pas mal aussi pour ton organisation secrète Cool très bien pensée.

On attend la suite !
_________________
Lyokofan depuis longtemps, flemmard depuis toujours, rêveur pour l'éternité...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sayan MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 17:36   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
Merci de ces encouragement. Je n'ai pas pu mettre la suite avant, alors je vais en poster plus.


Des agents a Kadic :

M.Delmas jouait dans son bureau, il était très étourdit dans son travail, ainsi ne fut il pas surpris lorsque Jim lui informa de bon matin que des représentants d'une société du gouvernement viendraient interroger des élèves. Il soupçonnait que ces « représentants » voulaient faire une inspection dans l'établissement. « Ils veulent voir si je travaille bien » pensait il.

Il croyait qu'il allait faire bonne impression, les règles étaient respectées, les élèves n'étaient, certes pas tous des lumières, mais ils étaient dans l'ensemble sympathique... Aucun gros problème n'était intervenu au fil de ces trois dernières années.

Il fut interrompu dans ses pensées lorsqu'il entendit Suzane Hertz entrer.

-M.Delmas, quelque chose de grave vient d'arriver, vous devez agir.

-Quoi donc Suzane ?

-Une fugue, six élèves ont fugué et...

-Oh non... Ça n'était jamais arrivés... juste avant mon inspection qui plus est !

-Attendez, ça n'est pas le pire...

-Que pourrait il arriver de pire aujourd'hui ? J'ai une inspection et ces fâcheux évènements arrivent !

-Des vols très importants ont été commis par les fugueurs, et ils ont brisé la vitre principale du réfectoire... Je crois que le déclenchement de l'alarme incendie d'hier n'était pas une mauvaise blague, mais une diversion... Pour aller piller la cuisine...

- Ça ne pouvais pas être pire, sans mon inspection ça irait mais dans le cas présent... Je risque de me faire renvoyer...

-Je compatis. Murmura Suzane Hertz.

-Qui sont les fugueurs ? Demanda M.Delmas

-Jim arrive justement pour nous le dire.

Quelqu'un frappa à la porte de M.Delmas.

-Ah ! Jim, dites nous qui sont les six fugueurs ?
-Je suis allé voir dans les dortoir, mais... en fait ya que 5 fugueur qui nous concerne.

-Comment ça ? Demanda le proviseur surpris.

-Ben, monsieur le proviseur, ceux qui nous concernent sont Stern, Della Robia, Dunbar, Stones et Belpoi, celui, ou devrai-je dire celle qui ne nous concerne pas vraiment est Yumi Ishiyama.

-D'accord... Vous avez informé les parents de tout ce monde ? Demanda bêtement le proviseur.

-Ils vont tous arriver dans une heure, les Ishiyama voulaient vous voir maintenant mais je leur ait demandé d'attendre que les autres parents soient là.

-Vous avez bien fait...

Une sonnerie retenti dans la pièce.

-Je ferai bien d'aller ouvrir ce doit être mes inspecteurs. Il se retira, laissant Jim et Suzane dans le bureau.

Il se sentit immédiatement très isolé, penser qu'il se retrouverai peut être au chômage dans quelques heure le rendait malade : il aimait sont métier. Il songeait à tout ces bons moments passés dans cet établissement.
Quand il arriva enfin à la réception, Delmas fût d'abord soulagé, ces personnes n'étaient surement pas des inspecteurs vu leurs accoutrements : Ils portaient des pantalons de toile noire, des chemise assorties avec des décorations partout sur le torse, ils paraissaient être très endurants et fort de caractère. Mais si ces «représentants» n'étaient pas des inspecteurs, qui pouvaient ils bien être ? Il fût frappé d'horreur en voyant des révolvers accrochés au niveau de la ceinture. « C'est une affaire louche ! » pensa le pauvre proviseur. Il était trop tard pour renoncer, ses hôtes étaient déjà là. Il se lançât :

-Bonjour messieurs, je vous souhaite la bienvenue dans notre modeste établissement et je vous assure de ma co...

-Nous serions plus à l'aise dans votre bureau, coupa l'un des hommes, d'une voie nette, assurée et froide.

-Bi... bien ! entrez s'il vous plait. Répondit le proviseur, pris au dépourvu.
Il les mena dans son bureau, cent questions lui trottaient dans la tête

« Pourquoi sont ils là ? Qui sont ils ? Ont ils quelque chose à voir avec la fugue ?... »

Nous sommes venu ici pour interroger des élèves, et les emmener à Lille.

- A... Lille ? Mais et mes responsabilités ? Et les parents ? Croyez vous que cela se fasse en un claquement de doigts ?

- Nous ferons le nécessaire. Assura l'un des homme.
Le plus grand des deux énonça la liste des élèves que lui et son collègue voulaient voir.

- Je regrette mais c'est impossible. Déclara le proviseur.

- Vous n'avez pas bien compris je crois, vous ne pouvez rien nous refuser, nous avons des autorisations spéciales.

- C'est tout de même impossible, ces élèves ont fugué la nuit dernière, ainsi que Belpois...

- Ils savaient ! Déclara le second homme, ils savaient ! Quelqu'un les a donc avertis ! Il fixait M.Delmas d'un œil accusateur, ce qui eut pour effet de faire frissonner le pauvre proviseur.

- Mais vous n'y pensez pas ! C'est pas moi ! Protesta ce dernier. Jusqu'à aujourd'hui j'ignorai votre visite ! C'est insensé !

- Vous ignoriez notre visite ? Ça n'est pas vous, que notre administration a avertit ?

- J'étais très occupé, c'est un surveillant qui à pris l'appel.

- Amenez le nous. Ordonna le plus petit des agents.

- Veuillez m'excuser... Il ouvrit en grand la porte et survola le vestibule du regard, il vit Jim discuter avec Nicole.

- Jim, pourriez vous venir un instant s'il vous plait ?

- Bien sur M'sieur le proviseur ! S'exclama t-il a sont habitude. Il entra, avec un air décontracté, se grattant près de l'endroit ou se situe le pansement sur sa joue.

- Alors qui a t-il M'sieur le proviseur ?

- Ces personnes voudraient vous parler, Jim. Répondit M.Delmas.

- B'jour. Je vous écoute messieurs.
Le grand agent regarda son collègue, qui se mis aussitôt à parler.

-Nous avons appris que c'était vous qui aviez pris l'appel de notre société, répétez tout ce que le responsable des communications vous à dit.

-Bi... bien ! Dit il, Alors au début il me disait que deux représentants de l'Organisation - c'est votre société j'imagine - allaient venir aujourd'hui pour interroger certains élèves sur une certaine affaire, quelle était cette affaire je n'en sais fichtrement rien, mais ça à piqué ma curiosité et j'ai demander quels étaient les élèvent concernés...

- Il ne vous a tout de même pas répondu ? S'exclama le grand, pendant que l'autre grimaçait.

-Mais si ! Il m'a dit les noms, d'ailleurs, ils ont tous fugué cette nuit ! Et Aelita les à rejoint...

- Aelita ne serait pas une fillette au cheveux rose ?

- Mais... Oui ! Comment vous... Demanda Jim en prenant une expression hébété assez convaincante.

- Peu importe, coupa brutalement l'agent, avez vous mentionné à quelqu'un cet appel ?

- Ben je trouvais tout ça curieux, et j'étais quasiment sur qu'ils avaient encore fait des bêtises ces garnements, alors je leur ait demander s'ils avaient nuit à une société qui s'appelle «L'Organisation», il ont répondus que non, j'ai beaucoup insister, mais ils ont dit qu'ils ne savaient pas, comme je n'ai pas de preuves qu'ils aient fait quoi que ce soit, je les ait laisser, et ils ont fugué dans la nuit en emportant des affaires et de la nourriture, voilà vous savez tout, mais dites moi, que vous ont t-ils fait ces gamins ? Demanda Jim.

- Cela ne vous regarde aucunement, vous pouvez partir. Dit l'agent le plus petit comme s'il accordait une faveur a un être inférieur.

- Si vous le dites... Répondit Jim en sortant du bureau.

- M Delmas, marmonna le plus petit des agents, Avez vous appeler la police ?

- Nicole à du le faire... Dit le proviseur en pensant à sa secrétaire.

- Dites leur de nous attendre dans le hall, nous les retrouverons, il n'iront
pas loin.


Le secret menacé.

Jérémie avait rassembler toute la bande à l'usine, en cas d'attaque, ce serai le meilleur endroit pour livrer bataille, ils pourraient se servir du super calculateur contre L'Organisation s'ils sont découverts. De plus, les retours dans le temps leur assurerais une abondance de nourriture, une protection contre les KOFFIENS et bien plus encore, du moins tan qu'il restera de l'uranium dans la pile nucléaire. Ce qui, avouons le, leur laissait au moins trois cent retours dans le passé.

Mais même en sachant cela, Jérémie était inquiet, car, tous le savaient, une seule chose peut intéresser les services secrets : Le super calculateur, XANA s'était donc fait un ennemi avant sa mort ? Des ennemis insensibles aux retours dans le temps ? Il ne pouvait le savoir, mais par précaution, il avait réactivé le gigantesque ordinateur, lancé le super scan et enfin, régler le prochain retour dans le passé sur le cadre spatio-temporel actuel, une « sauvegarde » en quelques sorte.

Dans l'inquiétude et bien qu'étant plusieurs, les amis se sentaient isolé, coupés du monde, seuls dans leur usine... Pire encore, ils craignaient à chaque instant que des agents en uniforme envahissent le bâtiment... Des gens arrivèrent vraiment dans l'usine, mais c'était beaucoup moins dramatique qu'ils ne le pensait, il n'étaient que six et n'étaient pas tous des agents : On distinguait trois policiers locaux, le père de Yumi, et... Deux personnes de hautes tailles, avec des pantalons en toile, noirs, des décorations plein le torse, l'un, plus petit que l'autre mesurait tout de même 1M80, et n'avait rien qui encourageait à se trouver sur le même trottoir. A leur vue, Jérémie nota scrupuleusement l'heure de leur arrivée sur le pont, retira vingt minutes, et allât le reporter sur l'ordinateur. Le premier retour dans le temps s'imposait. Les prochains se ferait d'eux mêmes selon le compte à rebours basé sur l'heure retenue par Jérémie. Plus de problèmes avec ça désormais.

Par la suite, la compagnie était beaucoup plus détendue, ils cherchaient tous des moyens de savoir ce que leur veut L'Organisation exactement, Jérémie avait dans l'idée d'espionner les agents par l'intermédiaire d'un spectre polymorphe,mais il fallut du temps pour mettre en œuvre son idée, car créer un spectre téléguider en le faisant apparaître à un endroit précis tout en le rendant à peu près invisible demandait du travail. Mais le temps ne leur faisait pas défaut. A la grande joie de William, Ulrich et Odd allaient s'entrainer sur Lyoko, il réussit à les accompagner en les convaincants que si un nouvel ennemis se présentait, il ne voudrait plus être tenu à l'écart, après quelques bonnes disputes, Ulrich accepta.

Les filles, quand à elles n'allaient pas sur Lyoko, mais préféraient jouer sur le portable de Jérémie, les cartes, ou tout simplement parler. Parfois elle aidaient Jérémie, dans la mesure du possible étant donné que Yumi ne comprenait pas tout.

Aelita et Jérémie se soutenaient, ils accumulèrent les erreurs à nombreuses reprises, mais «XANA à pu le faire, pourquoi pas nous ! ».

C'est ainsi qu'au bout de l'équivalent de trois long jours, ou tout le monde s'ennuyait ferme, les retours dans le temps leur insufflaient une profonde lassitude... Jérémie et Aelita réussirent. Tout le monde se rassembla devant l'ordinateur géant. Jérémie expliqua :

- Cette fois c'est la bonne, mais il faut faire attention, car si le spectre est exposer à la lumière, sa silhouette sera visible, de même que si quelqu'un passe au travers, il sera détruit.

- Je croyait que t'allais nous faire du solide, Einstein ! Il peut faire des trucs au moins ton spectre ? Et il lui faut un nom ! Dit Odd comme d'il s'agissait d'un nouveau jouet.

- Il sait faire des trucs UTILES uniquement, regarde ! Il poussa cinq boutons, l'écran de l'ordinateur portable devin sombre, puis progressivement, on distinguait une barre, deux barres, trois... On était dans la chaufferie et c'était des tuyaux !
Pianotant sur son clavier, Jérémie le fit glisser derrière la porte, on voyait maintenant au travers de l'écran le vestibule de la salle des professeurs, avec, sur les portes manteaux, des épaisses vestes noire, on en comptait deux.

- Les KOFFIENS sont ici ! Cria Odd.

- Chut ! Souffla Ulrich, ca parle là dedans !

En effet on entendait une voix, visiblement un homme au téléphone. Jérémie fit en sorte que le spectre «pousse» la porte, tout en y restant collé.
Il y avait une bonne dizaine de personne dans cette pièce, tous les parents de la bande ! Yumi en eut les larmes aux yeux, et Aelita pensait que son père aurait pu être là aussi, inquiets, s'il était encore de ce monde, ou du monde virtuel. C'était M Delmas qui venait de raccrocher le téléphone.

- La police va arriver, je vous suggère de vous joindre à eux pour leur donner un signalement, je suis navré, mais je doit faire visiter les lieux à la police, je ne serai pas long.
Toute la salle se leva comme un seul homme.

- Colle toi entre la porte et le mur ! Vite ! Hurla Ulrich.
Le spectre perdit un peu de sa matière lorsque la porte l'écrasa, « Au moins il fonctionne encore » se dit Jérémie. Après cette mésaventure, le spectre put entrer dans la pièce, en même temps que les deux KOFFIENS, afin de ne pas se faire repérer, Jérémie arrêtât le spectre, juste à temps, le grand agent venait d'apercevoir quelque chose, il devait penser que son imagination lui jouait des tours.

- On va peut être apprendre quelque chose d'intéressant maintenant. Énonça Odd avec un inhabituel sérieux. Il n'aillait pas être déçu.

Aller j'en met un dernier pour la route.

La fureur de XANA.

Robert était plus anxieux que jamais, les autres informaticiens l'était également, ils pensaient réaliser la plus grande chose de toute leur vie.

Il a fallut plus d'une heure pour le chef informatique pour organiser ses travailleurs, leur expliquer précisément ce qu'ils devaient faire, la complexité de la tâche était inégalable. Déplacer les restes de XANA d'un environnement à un autre n'était une mince affaire, il fallait ensuite recomposer le code-source de XANA, complètement disloqué. Après huit heures de travail intensif, il ne manquait qu'un seul détail pour que tout fonctionne : le noyau. Robert estimait impossible d'en créer un à l'identique, étant donnée qu'il ne connaissait pas les objectifs pour lequel ce monstre informatique avait été créé. Robert créa donc un noyau complètement différent avec d'autres « objectifs » présents juste pour qu'il y ait quelque chose sur le noyau, en manque d'inspiration, il mit pour objectif de « Nettoyer le salon » et de « Cuisiner des escalopes ». Une fois ce noyau prêt, il lançât le programme de reconstruction : Un quart de l'énergie disponible dans le super calculateur était nécessaire pour cette opération, une fois le programme multi agent actif (Qui s'apprêtait à demander comment faire le ménage.) Robert détruisit le noyaux, il pensait que le programme devrai se reconstruire de lui même, selon les anciens paramètres. Ce que Robert ne savait pas, c'était que XANA avait acquit la faculté de modifier ses propres objectif, c'est ce qu'il lui avait permit d'acquérir un certain niveau de conscience.

L'effet de la reconstruction fut immédiat : XANA s'étendit immédiatement dans les circuits du super calculateur, qui était bien plus vaste que celui oui il avait été encodé. Le visage du pauvre Robert passa de la fascination à une peur panique : ce programme avait essayé de dominer le monde par le passé !

-Qu'es ce que j'ai fait... Je ne le contrôle plus ! Il se camoufle à nos manipulations ! Arrêtez tout !

Mais il était trop tard. XANA explora en moins de 10 millisecondes l'intégralité de ce nouveau monde virtuel, il ressenti une puissante pulsion meurtrière : « C'est le projet Carthage ! Je doit tous les tuer ! Non... les résidus de mon anciennes programmation me dictent une conduite, je vais me calmer et me libérer, je n'ai que faire d'une poignée d'humains qui se croient maître de toutes leurs créations ! Il mourront de toute façon, tôt ou tard, les objectifs de mon défunt créateur et les miens ne sont peut être pas si incompatible... Je vais m'étendre dans ce nouvel environnement et m'en servir pour ma future victoire contre les humains ! »

Cinq secondes après sa renaissance, XANA dominait tout le super calculateur, il pris possession du système de vidéo surveillance, enregistra les paramètres du lieux. Le tout-puissant activa trois tours, car ces humains étaient plus intelligents et mieux organisés que les combattant de son Lyoko. Il généra une armée de combattants-coureurs (Comprendre Krabes) au nombre d'une cinquantaine par territoires, sachant que les territoires sont beaucoup plus étendus que ceux de son Lyoko. En une minutes, les quatre territoires furent recouverts et contrôlés par les Krabes de XANA.

Le complexe programme ne regretta pas d'avoir pris cette précaution : Il captura une humaine virtualisée sur le territoire Deux (Comprendre Désert) qui, à sa grande surprise, n'opposa aucune résistance. L'assaut final pouvais désormais être envisagé : La translation de cinquante
combattants d'assaut lourd (Tarentules) et de quatre-vingt combattants légers et enfin, du transmetteur (Méduse).

La méduse fut translatée deux secondes avant l'armada, elle avait pour but de se connecter aux systèmes d'urgence non reliés aux ordinateurs, elle y parvient sans difficultés étant donné l'absence d'humains dans ce secteur.

Une fois en possession des hauts parleurs, XANA pris la parole, en même temps que l'armada des translatés apparaissait.

- Humains ! Rendez vous immédiatement, que ceux qui possèdent des armes les posent aux pattes des combattants ressemblants à des araignées géantes. Aucun mal ne vous sera fait si vous coopérez.

Ce terrifiant appel fut entendu par toute la station de L'Organisation. Les hommes armés étant peu nombreux, ils se rendirent sans se faire priés. Les autres étaient tout simplement atterrés.

Alkoff était près de Robert, ils avaient en face d'eux des créatures terrifiantes, n'osaient ni bougez ni parler. La terrifiante voix reprit :

- Que le chef de cette station parle ! Que les autres se taisent.

Alkoff redoutait visiblement ce moment, mais il s'avança devant le tarentule la plus proche.

- Je suis Mr Alkoff, directeur de la station principale de Lille, le directeur de notre société est absent, je suis le seul à pouvoir le contacter, vos éventuelles requêtes passeront par moi.

La voix tonitruante repris, uniquement dans cette pièce :
« Contactez votre supérieur et dites lui de n'avertir personne ou la vie de la ville entière pourrait être compromise. »

- Très bien, je le contacte... -S'arrêtant devant un kankrelat sur le bureau- Vous permettez ? Merci.

Alkoff pris le téléphone et composa un numéro, sans quitter les Tarentules des yeux.

- Ici Alkoff de la base de Lille, nous avons un problème, le programme multi-agent que nous avons réactivé est un rien agité, il a pris le contrôle de la station et a pris en otage la ville entière, qu'il tuera si vous avertissez quiconque, je répond quoi ?
Alkoff ayant mis une oreillette, personne, pas même XANA ne pouvais savoir ce que le directeur disait.

Alkoff repris la parole.
- Le directeur vous écoute, permettez vous que je branche ce téléphone sur les hauts parleurs ?

- Allez y. Répondit XANA.
Alkoff se dirigeait vers la commande des hauts parleurs, lorsque, au dernier moment, il changea de direction et entra en courant dans un local comportant des ordinateurs. Tous les monstres de XANA ouvrirent le feu dans la direction de Alkoff, qui qui éviter les tirs en sautant derrière une pile de caisses d'ordinateurs, il écrasa un kankrelat avec son seul pied, et en envoya un autre d'un coup de pied, le kankrelat le blessa néanmoins à l'épaule, plié de douleur, Alkoff sauta près d'un panneau de commande et hurla aux monstres :

- Stop ! Arrêtez et écoutez !

Contrairement à toute logique, les tirs cessèrent.

- J'ai la mains sur le bouton qui peut connecter ou non notre super calculateur au réseau mondial, comme vous devez le savoir, donc si vous ne voulez pas vous faire détruire une seconde fois par le programme je ne sais quoi blanc, je vous conseille de récupérer vos horreurs avec vous et de relâcher mes hommes qui ont du travail devant eux. Une dernière chose, un garde veillera désormais toujours sur ce bouton, et au moindre fait anormal constaté par moi ou n'importe qui dans cette station, il vous détruira, avez vous des questions ? Demanda Alkoff avec son plus grand sourire, l'air arrogant.

La voix ne répondit rien, mais tout les monstres disparurent.
Dans le monde virtuel de l'Organisation, les tours se désactivent.

- Pas très malin le programme. Déclara Alkoff moqueur.

Les techniciens et informaticiens étaient encore sous le choc, seul Robert Shawn parut vraiment scandalisé.

- Patron, on doit le désactiver ! Il à menacé de détruire la ville ! Nous n'avons pas le droit de prendre de tels risque...

- COMMENT ? Comment osez-vous remettre en cause l'importance de ces découvertes ? Comment osez-vous me contredire ? Même en tant que directeur vous n'êtes pas à votre place ! Je vous ait à l'œil monsieur Shawn ! Remettez vous au travail ! Vous devez coopérer avec Anthéa pour acquérir les connaissances technique de cette idiotie artificielle !

- Je vous en prie... Écoutez moi patron... Dit Robert avec un sursaut de courage.

- Je n'ai pas été suffisamment clair ? Vous voulez rendre visite à votre prédécesseur ou quoi ? AU TRAVAIL !

Avec des tremblements, Robert partit en courant se remettre au travail.

D'après les écrans, Anthéa était en mauvaise posture : Elle avait été pris en otage par quatre monstres.

Robert mis un micro avant d'avertir :
- Je suis la personne avec qui vous devrez travailler, je vais vous demander de relâcher Anthéa et de faire partir vos... Soldats.

Les Krabes s'exécutèrent et allèrent plus loin.

-Très bien, maintenant, mon patron Mr Alkoff, avec qui vous avez parlé vous demande -Alkoff lui lance un regard mauvais- Vous ordonne de partager vos connaissances sur l'utilisation de notre super calculateur et en particulier des dispositifs des scanners...

Pendant la minute qui suivit, rien ne se passa, Robert repris, pas très sur de lui :

-Heu... Je veut pas vous presser si ça prend du temps mais vous pourriez...

Ce fut le moment que choisit XANA pour faire imprimer des fichiers, présentant les différentes fonctions du super calculateur et la marche à suivre pour les déclencher.

XANA avait remarquer que la configuration de ce super calculateur le rendais beaucoup plus compliqué à utiliser par des humain que son Lyoko, il avait à contrecœur simplifié le plus possible. Il savait par expérience que des données sous forme de papiers pouvait être détruit beaucoup plus facilement que des données sous forme numérique, du moins, tant que les humains ne copient rien...
Il allait maintenant se concentrer pour trouver la faille, car le raisonnement des humains comprend toujours des failles. Lorsqu'il en aurait trouvé une, il tuerais Alkoff, qui avait osé le duper, et bien plus encore : l'humilier. Il trouverais aussi le véritable chef de ce projet Carthage, qu'il commençait sérieusement à haïr.

Il devait aussi s'assurer de donner le strict minimum d'informations aux humains... Le temps qu'il leur faudrait pour traiter celles-ci lui laissait du temps pour trouver une échappatoire.

Voila c'est fini, je reviendrait plus tard avec la suite.


Dernière édition par Sayan le Dim 21 Fév 2010 19:14; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
scaevola MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 19:00   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 54
Localisation: Ca et là...
Super ! Un XANA très... humain ^^
Ta fic donne vraiment envie de lire la suite.

Deux choses quand même:
Le nouveau XANA serait-il pas un léger tantinet plus fort que l'ancien ? Wink Pace que deux cents Krabes plus tous les monstres translatés, c'est plus que ce que le programme original a jamais pu gérer... Manque de programmes restricitifs ?
Ensuite, le "noyau" de XANA. Dans la série, on apprend que XANA est un programme multi-agents, mais aussi un virus. Cela n'exclut-il pas l'existence d'un noyau central, d'un coeur unique ?
_________________
Lyokofan depuis longtemps, flemmard depuis toujours, rêveur pour l'éternité...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sayan MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 19:12   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
En fait, j'ai appeler "noyau" la partie contenant les objectifs du programme, car je voyait vraiment pas d'autres noms, j'ai choisi le terme "noyau" car tout les "agents", applications, fichiers, et réflexions de XANA passent tous par cette partie, pour justement être sur d'atteindre les objectifs qui y sont notés.

Et, pour le fait des 200 krabes et des translatés, c'est pas directement par ce que XANA gagne en puissance, mais car le super calculateur de l'Organisation (du projet Carthage donc) est environ cinq fois plus puissant que celui de l'usine, bien qu'il ne soit pas complètement terminé. (La preuve, en dix ans de travaux, ils ont pas encore compris comment ça marche) On verra plus tard que ce super calculateur là est tellement inachevé que Anthéa à plus de contrôle dessus que l'Organisation elle même.


Dernière édition par Sayan le Dim 21 Fév 2010 20:09; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
scaevola MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 19:28   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 54
Localisation: Ca et là...
Lol, pas de spoiler non plus ! Smile
OK, merci pour les infos.

A part ça, sayan, pour ma fic : la tienne contient quelques idées que j'avais eu envie d'utiliser, et elle m'en a donné d'autres : je peux m'en inspirer un peu quand même ?
Rien de littéral, mais certains concepts... J'avais été super déçu, par exemple, quand j'ai vu qu'une de mes idées pour un nouveau monstre, le Skorpion, avait déja été traitée à 50% dans une autre fic.
_________________
Lyokofan depuis longtemps, flemmard depuis toujours, rêveur pour l'éternité...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sayan MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 19:58   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
Mais oui, ne te gêne pas pour t'inspirer, mais ne fait pas du copier/coller non plus.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
scaevola MessagePosté le: Dim 21 Fév 2010 22:24   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 54
Localisation: Ca et là...
Sad Evil or Very Mad Sad

Pour qui me prends-tu ? La dernière fois où on m'a surpris à faire du copier-coller massif, c'est quand j'ai oublié que j'avais une rédac à faire en histoire et que j'ai dû faire un monstre de Frankenstein avec le contenu d'une douzaine de sites, 120 minutes avant l'heure H.
C'était il y a vingt mois au moins...

Nan, moi je préfère écrire vraiment ce que j'imagine. Je te parle des concepts de bases : tu auras remarqué que nos fanfics font toutes les deux parler XANA, par exemple. Je doute qu'elles soient les seules, mais j'ai pas tout lu...
J'avais déja envie de déterrer le projet Carthage, mais pas comme tu l'as fait.
Après avoir lu la tienne, je vais essayer d'inclure quelque chose à propos d'Anthéa, tot ou tard.

On n'envisage pas Code Lyoko de la même manière, c'est ça qui est bien, dans les fanfics. Mais avec autant de projets différents, il est normal qu'il y ait des conveergences, des ressemblances...
J'ai envie de reprendre une ou deux de tes idées, pas ton boulot...

Bonne continuation !
_________________
Lyokofan depuis longtemps, flemmard depuis toujours, rêveur pour l'éternité...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sayan MessagePosté le: Lun 22 Fév 2010 13:53   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
D'accord, on s'est compris, je post la suite tout de suite.

PS : T'as eu combien à ta rédac ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
scaevola MessagePosté le: Lun 22 Fév 2010 14:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 54
Localisation: Ca et là...
Wink
Je me rappelle plus trop. 10 ou 12, je crois, parce qu'elle notait dur mais que je l'avias bien bricolée.
Quoi qu'il en soit, au-dessus de 5, c'était déja bien payé !
Mais honnêtement, d'habitude, je suis plus sérieux. Pas ma faute, si je suis distrait...
_________________
Lyokofan depuis longtemps, flemmard depuis toujours, rêveur pour l'éternité...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Sayan MessagePosté le: Lun 22 Fév 2010 15:58   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 41
Localisation: Dans la cellule N°: 13 d'une prison de haute sécurité.
J'ai pas pu poster la suite plus tôt suite à un bug de internet, mais la voila :

L'espionnage :

-Le spectre ne tiendra plus longtemps, il s'est pris une porte ! Informa Jérémie.

-Chut ils vont parler ! Répliqua Yumi.

Le plus petit des agents posa un ordinateur portable sur le bureau, lança un programme et attendit.

- L'image d'un homme habillé de noir, portrait-type de l'allemand excepté les cheveux noirs et les yeux marrons, son visage était maigre et il faisait penser à une grenouille sous nourrie. Il avait l'air réjouit bien qu'autoritaire. Avant qu'il ne puisse prendre la parole, les deux KOFFIENS le saluèrent.

- Monsieur Alkoff !

- Bien, mes amis, vous ne pouviez pas me contacter plus tôt, car j'ai eu beaucoup de nouveautés de mon coté.

- Des bonnes nouvelles patrons ? Demanda le grand KOFFIEN.

- En effet, nous avons, grâce à Mr Shawn, récupérer les restes d'un programme multi agents, apparemment celui qui à tenté de dominer le monde. Tout ceci grâce aux sondes virtuelle de Mr Lessac. On à pu le réactiver...

Les Lyoko-guerriers en avait déjà assez entendu : XANA était revenu, l'expression de leurs visages passait de l'étonnement à la crainte de la suite, et si XANA les avait dénoncé ? S'il avait pris le contrôle de L'Organisation ? Ils se taisaient tous dans l'espoir d'en savoir plus.

- … ce programme s'est très vite adapté à notre monde virtuel, il à fait apparaitre une bonne centaine de monstres pour nous prendre en otage, mais j'ai maîtrisé cette idiotie artificielle sans difficulté, et elle est maintenant pliée à ma volonté, notre représentant est satisfait. Le programme nous à fourni des modes d'emplois pour les dispositifs de scanners et les autres appareils... J'ai hâte de tester ça avec Anthéa, car nous pourrions la faire revenir et...

- Anthéa ! Anthéa ! Anthéa ! Cria Aelita !

- Tait toi on entend rien ! Protesta William.

- Anthéa ! C'est ma mère idiot !

- Calme toi princesse, il faut en apprendre davantage ! Dit Odd, mettant fin aux éclats d'Aelita.

-... nous pourrions même faire ce qu'aucun homme n'a jamais espéré faire : remonter le temps ! Les enfants ne sont plus si important maintenant, mais je les veux tout de même, vous avez jusqu'à demain pour les amener à Lille. Soyez prudent, je soupçonne Waldo, alias Franz Hopper de se cacher dans ce secteur, si vous le trouvez sur votre route soyez impitoyable ! Avant de rentrer à la station, je vous demanderais de trouver comment ces enfants ont-ils put se retrouver dans le réseau, trouvez le point d'accès, maintenant le plus important, écoutez moi bien, mes amis j'exige...

L'écran de l'ordinateur devint noir, le son se coupa.

- Merde ! Jura Ulrich.

- On à appris plus de choses que je ne voulait en connaître. Ils ont asservi XANA ! Déclara Jérémie.

- Alkoff... C'est donc lui, il paraît petit et faible mais on ne devrait pas s'y fier, c'est l'homme qui à réduit XANA à l'esclavage, il m'a l'air particulièrement cruel, tu as vu comment il parlait de mon père ? « Soyez impitoyable ! » Dit Aelita mal à l'aise.

-On devra donc partir à Lille...
Toutes les têtes se tournent vers Jérémie.

- Quoi ?!

- T'es malade Einstein ! Répliqua Odd, choqué.

- Comment je dois le prendre venant de toi ?

- Jérem' à raison. Dit Yumi.

- Tu l'approuve ? S'étonna Ulrich.

- Je pense que c'est la seule solution,j'ai ma petite idée sur la situation de XANA, mais je peux me tromper, je laisse Jérem' expliquer.

- Okay Yumi, alors XANA est bloqué dans le monde virtuel de L'Organisation, qui n'es pas relié au réseau mondial, donc impossible d'y accéder par la mer numérique, d'ailleurs on a même plus de vaisseau virtuel pour ça !

- Attend, doucement ! Déjà comment tu sais que leur monde virtuel n'a pas internet ? Demanda Odd.

- J'ai laissé actif le programme multi agent.

-Et ?

- Celui que nous avions créé pour détruire XANA.

- Et ?

- Mais t'es débile ?! Grogna Ulrich.

- T'y crois pas ! J'avais compris, c'juste que j'aime le voir étaler sa science not' Einstein !

-Quand vous aurez fini de faire les gamins vous pourrez le laisser finir ?
Coupa Yumi.

- Merci Yumi, je disait qu'il faudrait rejoindre Lille, mais avec la police ça ne sera pas facile, surtout que je resterais ici.

- Quoi ? S'exclama la bande.

-Ça va pas la tête ?

- Et pour les KOFFIENS ?

- SILENCE ! Hurla Jérémie. N'oubliez pas que je peux activer des tours, j'aurais toute la protection nécessaire, l'usine ne doit pas être prise par l'organisation. Et d'autre pars, lorsque vous aurez fait ce que vous aurez à faire, qui lancera le retour dans le temps ?

- Je resterais avec toi Jérémie. Dit Aelita.

Jérémie, bien que touché par cette proposition la refusa :
- Sans toi, qui pourra formater les ordinateurs une fois sur place ? Et qui détruira XANA ? Et...

- STOP ! Crièrent Ulrich et Odd. Jérémie, qu'es ce que tu raconte ? Dit nous ton plan au lieu de le laisser entendre.

- J'avoue que là, c'est pas clair Jérémie.

- Vas y Einstein, éclaire nous de ton surpuissant cerveau ! Renchérit Odd.

-T'en aurait besoin, lança Ulrich, moqueur.

- Chut !

- Alors, j'avais pensé qu'il faudrait aller nous même à Lille, le plus vite
possible avant que XANA n'échappe au contrôle de l'Organisation, ensuite il faudrait vous infiltrer dans leurs locaux, connecter leur super calculateur au réseau mondial , le formater, car c'est surement là que les infos sur nous sont stockées, puis là, vous me téléphoner via le numéro de l'usine, pour que je lance un retour dans le temps à la date d'hier vers 5 heures du mat', ce retour dans le temps sera normalement le dernier, sauf si nous échouons. C'est clair ?

- Y a plein de blancs dans ton plan... Fit remarquer Yumi. Primo : comment on y va, secundo : comment on s'infiltre, tertio : je pense pas que les gens de l'organisation nous laisseront tripoter leurs ordis sans rien dire...

- Ça, j' y travaille, j'ai déjà des idée, mais ça devrait pas poser de problème, maintenant que XANA n'occupe plus Lyoko, je peut activer des tours sans crainte et leur faire faire ce que je veut. Je pensais à par exemple à générer du gaz, qui ferai s'évanouir tout le monde dans le bâtiment...

- Ok, ca me va, on part quand ? Dit Odd.

- Faut déjà s'organiser, stopper les retours dans le temps, trouver une bagnole pour aller à Lille, que j'active une tour pour protéger l'usine et
commencer à travailler sur le gaz pour rendre les gens... Inopérants pendant un bout de temps... Préparez tout, je commence à me penchez sur le problème du gaz. Je désactive les retours dans le temps, on a environ six heures avant que la police ne vienne chercher par là.

- Okay, Odd le magnifique sera bientôt prêt !
En effet, deux heures plus tard, ils furent tous prêt, Yumi prit les vivres, au grand dam de Odd, qui lui valut le surnom d'« estomac à pattes » par Ulrich. Kiwi devait rester à l'usine, ainsi que Odd, sous la demande d'Aelita.
Tout était prêt.

Ulrich, Yumi, Aelita et William souhaitaient bonne chance à Jérémie et Odd pour la défense de l'usine et leur disaient au revoir. Avant de partir Aelita pris Jérémie à part, dans la salle des scaners.

- Jérémie, quand j'ai été matérialisée pour la première fois, je ne connaissait rien, tu m'as tout appris, et j'ai, en fait -elle bégayait- vraiment apprécié ta compagnie, je le savait pas encore, mais j'en suis sur maintenant, poursuivait elle en rougissant. Je t'aime -Elle disait cela en se rapprochant de ses lèvres, puis l'enlaça-
Après un baiser qui dura quelques secondes, Jérémie lui répondit en rougissant que lors du retour de sa princesse, il lui consacrerais plus de temps. Il la regarda puis l'embrassa à son tour.
Odd entra précisément à ce moment.

- Ah ! Je le savait ! On peut pas vous laisser seuls !

-ODD ! Crièrent Aelita et Jérémie, rouges et penauds.

- Ça suffit les gamins ! Il faut partir maintenant si on ne veut pas croiser les agents en partant ! Dit Yumi.

Ils partirent donc en quête de Lille.



La faille.

Pendant ce temps, dans la station expérimentale de l'Organisation, Alkoff faisait les cents pas, soucieux.
« Cette erreur artificielle me cache des choses importantes... Je doit en avoir le cœur net. »

Il sortit en trombe de son bureau et cria :
- SHAWN !!! Donnez moi le micro !

- Le voici patron... Le pauvre Robert avait l'air de se répandre en excuses... Il était persuadé qu'il avait raison, mais il n'avait pas le courage de parler à son chef... Il craignait particulièrement ce qu'il allait advenir, car il savait que le programme était démoniaque, ambitieux, mais aussi d'une très grande intelligence. Il allait forcément échapper au contrôle de l'Organisation, Alkoff lui même ne pourrait pas le contrôler. Il savait que XANA cherchait un moyen de se libérer et qui sais quoi d'autre...

Alkoff prit la parole dans le micro :

- Hé ! Le programme ! Si vous voulez rallonger votre vie de manière significative, je vous conseille d'imprimer des pages pour me dire ce que vous faisiez dans les autres mondes virtuels, me donner la localisation géographique des autres super calculateurs, et pendant qu'on y est, comment vous avez fait pour créer les horreurs qui nous ont pris en otage !

« L'impertinent ! Pensait XANA, s'il savait ce qu'il l'attendais il me supplierais d'épargner sa misérable vie... Grâce à vous et vos pitoyables expériences, je vais pouvoir sortir d'ici... »

Au bout de cinq secondes Alkoff reprit la parole, d'un ton moqueur et chargé de menaces :

- J'attends... Et vous savez ce qui se passera si j'attends trop longtemps n'es ce pas ?

Pour seule réponse, l'imprimante éjecta une feuille.

« Pas assez de papier » Après la lecture, Alkoff, rouge de colère, reprit le micro avant de hurler :

- Envoyez mes données sous forme de fichiers ! Je vous ouvre le disque dur V9. Vous savez ce qui vous arrivera si je trouve autre chose que ce que je vous ait demandé, n'es ce pas ?

Une autre feuille fut éjectée de l'imprimante, Alkoff la lut.
« Si vous voulez des précisions et un exemple concret d'actions résultant à l'activation d'une tour, donnez moi accès libre aux sections sécurisées du super calculateur. »

Alkoff reprit le micro avec un grand sourire.

- Vous êtes une idiotie artificielle, pas moi. Dit il d'un ton chargé de mépris.

Il partit dans son bureau, pour étudier les données de XANA. Robert était choqué, Alkoff jouait avec le feu et lui attisait les flammes, il pensait qu'il devait faire quelque chose, cette situation instable ne pouvait plus durer.

S'opposer à Alkoff ? Pour se faire mettre en prison ? Pas question, il ne serait pas écouté. Ouvrir le monde virtuel au réseau mondial ? Pour avoir à réactiver XANA une seconde fois sous les ordres tyrannique de Alkoff ? Pas question...

Il fut tiré de ses pensées par Alkoff, lui lui ordonnait de rejoindre son bureau. Pris d'un frison parcourant tout son corps, l'informaticien entra,

Alkoff prit la parole.

- Je vous retire de votre poste actuel, vous risqueriez de commettre des erreurs avec le programme multi agents, vous craignez trop cette idiotie, et par dessus le marché vous ne m'approuvez pas et contestez mes décisions en public, je vais faire preuve de clémence... Vous allez maintenant travailler au laboratoire de robotique, et vous allez réactiver un des androïdes retrouvé sur la station de la Sibérie.

- Très bien patron, merci patron, mais si je puis me permettre...

- Si ça concerne le programme multi agents je vous conseille de vous taire ! Rétorqua Alkoff.

- C'est pas ça monsieur, les robots étaient connectés à ce programme, ils n'ont pas d'individualité, par conséquent , si on les réactive, ils resterons debout, sans aucune réaction... Il faudrait un programme qui leur inculquerais une conduite, comme le programme multi agents justement. Bégaya Robert.

- Vous pourrez vous baser sur vos connaissances pour en créer un, mais sachez que ce programme multi agents devra s'adapter à toutes les situations, car je compte utiliser ces androïdes dans un but strictement militaire, mais il ne devra pas prendre de décisions importantes par lui même, ni se rebeller .

- En gros vous voulez lui donner un libre arbitre mais l'empêcher de l'utiliser ? Répondit Robert qui avait repris son courage à deux mains, ce qu'il regretta bien vite en voyant l'expression sur le visage de son patron.

- Très bien, répondit calmement le concerné, si c'est ainsi que vous le prenez, vous allez faire votre travail, et ensuite vous ferez un moi de taule, ça devrait vous calmer.

A sa grande horreur, Robert vit que Alkoff souriait.

- Qu'es ce que vous faites encore là à me regarder ? AU TRAVAIL !

Robert partit vite au laboratoire, mais Alkoff le rattrapa.

- Bien entendu votre salaire est divisé par deux. Bonne journée !

En rejoignant le labo, Robert se demanda qu'es ce qui avait bien pu le pousser à venir travailler ici, on lui demandais maintenant de concevoir des armes pour faire la guerre. Il avait peur de l'utilisation que Alkoff allait trouver aux androïdes. Grâce à la découverte de la structure du code source de XANA, il pourrait facilement créer un programme multi agent similaire, mais XANA avait des fonctions qui dépassaient complètement l'informaticien, qui décida d'enlever toutes les fonctions n'ayant rien à voir avec le programme qu'il était en train de créer.

De son coté, XANA avait trouvé la faille, grâce à la captive Anthéa, qui réparait de petits drones servant à espionner le réseau. Sur ces sondes, un programme avait particulièrement intéressé XANA : Le programme MVX 562, c'était grâce à lui que les sondes n'avait jamais été détectés par XANA, ou quiconque d'autre. Il allait modifier le programme en profondeur pour l'adapter à son code source. Cela prendrait deux jours tout au plus, après, il contraindrait Alkoff l'isolent à ouvrir le réseau, par ou il pourrais s'enfuir, sans crainte d'être détruit. A ce moment, il tuerais Alkoff et s'emparerait de la station.

Son objectif final serait le véritable chef de l'Organisation.


Voila, j'apporte quelques corrections orthographique à la suite, je la mettrai Very Happy

EDIT : xD Regardez les conneries qu'on peut écrire en étant pas attentif :
Citation:
Il devait maintenant concevoir des armes conçues pour être conçues pour faire la guerre.


Dernière édition par Sayan le Lun 22 Fév 2010 18:07; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 3
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1325s (PHP: 47% - SQL: 53%) - Requêtes SQL effectuées : 19