CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
Kadic à Poudlard ?
Traduction d'un nouveau dossier
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
Source (extrêmement hypothétique) d'i...
[Fanfic] Le risque d'être soi
Anciens : Réveillez-vous ! La bulle d...
Quel est votre personnage préféré ?
Quelle est votre saison préférée ?
[Fanfic] Replika on the Web
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fiction] The Lost Soul

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Elerina MessagePosté le: Sam 31 Juil 2010 14:16   Sujet du message: [Fiction] The Lost Soul Répondre en citant  
-


Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 2605
Bon, eh bien, quitte à me prendre des vents de ceux qui veulent pas lire à cause de certains personnages utilisés, ou de tout simplement l'auteur qu'ils ne peuvent pas blairer (car c'est bien connu, je fais fuir tout le monde, moi.)... autant le faire dans la joie et la bonne humeur ! 8D *pendue*

Bref, ayant déjà corrigée le prologue et le chapitre 1, je me dis que je peux parfaitement poster la première chose citée !

Par contre, sur l'autre forum... avant de poster l'histoire directement, y'a une présentation obligatoire à effectuer, c'est pour cela que ce sera un peu différent d'ici, mais bon, ça revient au même.

Mais trêve de bavardages...

______________________________________________________
______________________________________________________


Titre : The Lost Soul.

Fandom : Kingdom Hearts.

Genres : Romance, drame, surnaturel, UA (Univers Alternatif).

Rating : T (sait-on jamais…)

Casting : Xion, Vanitas et Naminé, des studios Square Enix et Disney, se sont gentiment proposés pour que je puisse les maltraiter. Sinon Mao, Akano, Vanilla, Ethan, et Miyako sont des personnages de mon invention.

Résumé : Le coma ou la mort d’une personne chère est tout, sauf supportable.
Et il suffit d’une simple voiture, d’un conducteur, et d’un piéton ordinaire pour vivre cette expérience.
Cependant… personne n’est au courant de ce qu’il s’est réellement passé l’après-midi du drame et ce n’est que beaucoup plus tard que les questions vont peut-être enfin trouver des réponses…

Notes de l’auteur :
-> Aucunes descriptions détaillées ne révèleront le visage de Vanitas. Les seules informations que je pourrais éventuellement donner à son sujet seront la couleur de ses cheveux et de ses yeux.
-> Les phrases écrites en italique montrent les paroles de personnes qui ne sont pas vraiment présentes… (vous comprendrez vite.)

A présent… Je ne peux que vous souhaiter une bonne lecture !
______________________________________________________

The Lost Soul


Prologue : Le Début de la Fin.

Nous sommes à Los Angeles, en Novembre 2009. Comme toute grande mégalopole, les activités économiques et industrielles tournent tous les jours à plein régime. Il n’y a que le Samedi et le Dimanche que la cadence ralentie quelque peu.
Et que ce soit les écoliers, les collégiens, les lycéens ou encore les étudiants dans de très grandes facultés… tous s’accordent ce temps de pause, à leur façon.
Et c’est lors de l’un de ces fameux Week-ends que commence cette histoire…


~°~°~°~°~°~

« Xion, ton petit ami est là et il t’attend dans la cuisine ! »

Après que sa mère ai prononcé ses mots, l’interpellée descend rapidement les escaliers. Rouge de honte, elle essaie de contredire les paroles de la femme.

« Je t’ai déjà dit que ce n’était pas mon petit ami. C’est juste un ami.
- Et tu t’imagines que je vais te croire ? Allez, va vite rejoindre Vanitas, moi je vais à l’étage. »

Et après un clin d’œil malicieux, la mère de Xion monte les escaliers et sort rapidement du champ de vision de l’adolescente.
La jeune fille soupire avant de légèrement se recoiffer en se regardant dans le miroir. Une fois qu’elle se juge prête, elle pénètre dans la cuisine et voit son ami, un sourire aux lèvres.

« Juste un ami, hein ? Je ne suis donc que ça à tes yeux ? Demande le dénommé Vanitas, je suis déçu de ton comportement, ma chère, continue t-il en prenant un ton qui se veut sévère.
- Ce… c’était juste pour éviter les questions indiscrètes de ma mère…
- Je comprends, ne t’inquiète pas. Bon, on ferait mieux d’y aller, car sinon on va louper le début du film. »

Les adolescents se dirigent vers la porte d’entrée. Lorsque cette dernière s’ouvre brutalement, laissant apparaitre le père, Ethan, et Naminé, la petite sœur de Xion. Le premier observe Vanitas avec mépris, et sans dire un mot s’éloigne rapidement avec la petite blonde. Les deux autres ne disent rien, et préfèrent partir immédiatement.
La mère de Xion, Miyako, qui a suivi le départ de sa fille et l’arrivée de son mari, descend les escaliers, mains sur les hanches et visiblement énervée.

« Tu pourrais au moins lui dire bonjour ! S’exclame t-elle.
- A ce gosse mal éduqué ? Plutôt mourir, ouais.
- Comment oses-tu dire une chose pareille ?
- Il n’est pas digne de notre fille, et je ferai tout pour le séparer d’elle, je peux te le garantir.
- Elle a encore le droit d’aimer qui elle veut. Et ce n’est certainement pas toi qui va l’empêcher de voir Vanitas.
- On parie ?
- Ethan… tu es si différent ces derniers temps… qu’est-ce qu’il ne va pas ?
- Rien du tout, c’est juste que je supporte pas l’autre. »

Miyako soupire. Elle est certaine que quelque chose n’est pas normal dans le comportement de son mari, et elle est bien décidée à découvrir quoi.

~~~~~~~

Xion et Vanitas se tiennent la main tout en passant leur regard l’un sur l’autre en souriant. Ils savent qu’il vont passer une très belle après-midi rien que tous les deux, et pour eux ce n’est pas nécessaire de parler sur le chemin.
Pourtant le garçon se met à rire légèrement en levant les yeux vers le ciel.

« Visiblement, ton père ne m’aime pas.
- Ma mère et Naminé t’apprécient beaucoup, elles. Et puis mon père est souvent en voyage d’affaire, alors ne t’occupe pas de lui.
- Mais ne t’inquiète pas, il n’y a que toi et ton bonheur qui comptent pour moi, le reste passe totalement après. »

Il embrasse ensuite la main de la jeune fille qui rougit à ce geste. Elle y est peut-être habituée, mais ça la surprend toujours, car Vanitas n’hésite pas de le faire dans des lieux publics.

« Pas devant tout le monde…
- Tout le monde ? Tu veux parler des petits vieux qui nourrissent les pigeons sur le banc ? »

Cette remarque fait sourire Xion.
C’est vrai, ils sont actuellement dans un parc pratiquement désert, et qui offre un chemin bien plus romantique que les rues pollués pour aller au cinéma.
Et Vanitas a toujours les mots qu’il faut pour mettre de l’ambiance ou pour tout simplement rompre un silence persistant s’il est gênant.

« Bon, nous n’avons pas vraiment le temps de trainer. On va louper le début du film sinon. »

Et c’est sans aucune gêne que Vanitas se permet de prendre dans ses bras sa bien aimée, pour ensuite marcher un peu plus vite vers leur destination. Xion ne peut s’empêcher de rougir, mais se laisse parfaitement faire.
Une fois arrivés, le garçon repose avec douceur la jeune fille.

Le reste se passe comme toute séance de cinéma. Ils achètent du Pop-corn, prennent les billets pour leur film, vont dans la salle appropriée, regarde entre amoureux leur film… après tout c’est une journée normal, pour eux. Jusqu’au moment où ils sortent du cinéma et voient la voiture d’Ethan attendre près de l’entrée. Les deux adolescents savent pertinemment qu’ils doivent alors se séparer. Ils s’embrassent une dernière fois, puis Xion se dirige vers la Porsche de son père tandis que Vanitas entame le trajet vers sa maison à pieds.

Juste avant d’atteindre la voiture de son père, Xion reçoit un SMS de la part de Vanitas : « On se retrouve demain chez moi, d’accord ? ». Elle y répond immédiatement par une réponse positive et monte ensuite dans la Porsche de son père qui démarre bien plus rapidement que d’habitude.

« J’espère que tu as apprécié ton dernier rendez-vous avec ce gamin.
- Mais papa… tu le connais à peine. Attends un peu et tu verras à ton tour que c’est garçon vraiment sympa.
- Je le connais déjà beaucoup trop à mon goût. Son regard vicieux et ses gestes malsains montrent déjà absolument tout de lui. Ce salopard va finir par te faire du mal.
- N’importe quoi ! Vanitas n’est pas comme ça !
- Et après qui va te ramasser en morceau une fois qu’il aura bien profité de toi et qu’il te plaquera ? Ta mère et moi. Et franchement j’ai pas que ça à foutre, rajoute Ethan en ignorant royalement ce que vient de lui dire sa fille.
- Tu ne supporte pas que je sois heureuse avec quelqu’un d’autre qu’un membre de la famille c’est tout ! Tu n’es qu’un égoïste ! »

Cette fois Ethan regarde sévèrement sa fille avant de la frapper à la joue. Xion met immédiatement ses mains sur la source de la douleur et se retient difficilement pour ne pas pleurer. Elle regarde son père dans les yeux en s’apprêtant à dire quelque chose, mais l’homme ne lui en laisse pas le temps.

« Si tu n’en veux pas une deuxième de claque, tu as intérêt à te la fermer durant le reste du trajet. »

~~~~~~~

Le téléphone de Vanitas se met à sonner. Le garçon sort son portable et regarde rapidement le cadran avant de décrocher tout en continuant à marcher.

« Salut Papa. Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Où es-tu ?
- A quelques rues de chez nous, pourquoi ?
- Vanilla revient ce soir et j’aimerai faire un repas spécial pour son arrivée. Tu pourrais passer au magasin pour acheter certains aliments ?
- Pas de problème, dis moi ce que tu veux. »

En écoutant attentivement ce que Mao, son père, lui dicte, l’adolescent traverse un passage piéton qui vient de passer au vert sans vraiment regarder autour de lui la circulation. Mais c’est en observant distraitement à gauche qu’il se rend immédiatement compte de son erreur…
Le reste passe extrêmement vite.
Une voiture à pleine vitesse. Une percussion. Du sang. Une fuite. Des cris de panique.

« Il faut faire quelque chose ! S’exclame une femme, il perd tellement de sang !
- Il faut le maintenir éveillé le temps que j’appelle une ambulance ! S’écrie un autre. »

Le téléphone portable atterrit à quelques mètres de là, mais personne n’y fait attention.

« Vanitas ? J’ai entendu un drôle de bruit… et là il y a des personnes qui crient, qu’est-ce qu’il se passe ? »

Aucune de réponse.

« Dis-moi ce qu’il se passe !... Vanitas ! »

Lorsque Mao comprend enfin.

« Oh non… c’est impossible… tu ne peux pas être… allez, par pitié, réponds moi ! Van’ ! »

Cependant, le père n’entend pas la voix de son fils, seulement des cris et une sirène d’ambulance.

_________________
http://img.photobucket.com/albums/v238/sido59/elerinasign.png
« Peu importe les distances qui nous sépare... tu occupes toutes mes pensées... Et du coup c'est comme si tu étais toujours auprès de moi. »
Oswald Whistler ~ Professeur Layton et la Diva Éternelle.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Estel MessagePosté le: Sam 31 Juil 2010 16:21   Sujet du message: Répondre en citant  
Angel of the hope


Inscrit le: 18 Fév 2010
Messages: 670
Localisation: DreamWorld
J'avais bien raison tu as une super écrivain ! Razz

Alors alors...^^
Déjà le contenu n'est pas trop long, mais pas trop court à la fois ! xD En clair l'apparence
extérieur est bien déjà ! Ensuite l'histoire est vraiment bien, le fait que Xion ne puisse
pas voir Vanitas à cause de son père ça amène l'intrigue du pourquoi du comment...?!

Et puis vient le percutement de Vanitas... c'est horrible, j'ai la vague impression qu'il
ne survivera pas.

Franchement c'est très bien, tu écris super bien et c'est détaillé parfaitement bien ! Razz
J'ai hate de lire la suite ! ^^

Faut vraiment que je trouve de synonimes de bien moi ! >.>

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Elwing MessagePosté le: Sam 31 Juil 2010 16:59   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1393
Localisation: Dans ses bras <3
Vanitas et Xion en couple... Fallait s'y attendre venant de toi. ^^
Connaissant ton sadisme, j'ai peur du sort que tu comptes réserver aux deux héros (si tu as déjà une petite idée de la fin). ^^"

Concernant l'histoire, que dire ? J'ai pas vu de fautes (parce que sinon comptes sur moi pour te les signaler, héhé ! ) et je trouve que tu t'es améliorée par rapport à avant puisque je repérais toujours quelques fautes dans tes écrits. Tu vas peut-être dire que je chipote un peu mais dans la phrase "Salut Papa. ", un point d'exclamation aurait été mieux que le point.

Voir un "Vanitas" tout romantique, ça me fait bizarre puisque c'est quand même l'opposé du personnage. Sa remarque m'a bien faite rire. D'ailleurs, tu commences fort avec son accident. ^^ J'ai hâte de voir la réaction de Xion quand elle le saura. Twisted Evil
J'aime vraiment pas le comportement d'Ethan mais j'avoue que ça me plait puisqu'il gêne la relation de Xion/Vanitas et parce que ça met du piment dans l'histoire (6).
J'ai bien aimé les tites scènes toutes mignonne entre Van et Xion.
Le début est plutôt bien narré.

Bye, bye ! : )

_________________
http://nsa29.casimages.com/img/2012/05/23/120523095015101622.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Elerina MessagePosté le: Mer 04 Aoû 2010 17:56   Sujet du message: Répondre en citant  
-


Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 2605
Merci pour vos commentaires les filles...

Je suis étonnée de voir que vous avez réussi à toutes les deux relever certains points importants de la fic... Mais quels sont-ils ?

Sinon, voici le chapitre 1, bonne lecture ! =D

______________________________________________________
______________________________________________________

Chapitre 1 : Découverte, Peine et Tristesse.

Xion, malgré les évènements récents avec son père, essaie d’oublier et tente de lire tranquillement dans sa chambre. Elle ne prête aucune attention au téléphone qui sonne en bas.
Miyako décroche rapidement en voyant le numéro de la mère de Vanitas. Elle n’a pas le temps de dire le moindre mot que cette dernière commence tout de suite à parler.

« Est-ce que Xion est à coté de toi ?
- Euh… non, mais pourquoi as-tu cette étrange voix, Akano ? Ça ne va pas ?
- Vanitas est à l’hôpital, dans un état critique. »

Cette déclaration laisse un moment Miyako sans voix. Elle tente de se ressaisir rapidement.

« Hein ? Mais comment…
- D’après certains passants qui ont appelés les secours… une voiture l’a renversé et s’est immédiatement enfuie.
- Et que dit Mao ? Il est médecin, il doit bien pouvoir faire quelque chose, non ?
- Non. Vanitas est dans un coma très profond, ses différentes blessures sont énormes. Il peut… partir à n’importe quel moment.
- Je… Je suis désolée, Akano…
- Préviens Xion s’il te plaît. »

Et c’est sans dire un mot de plus qu’Akano raccroche, laissant Miyako déroutée par une telle nouvelle.
Au même moment Xion pénètre dans la pièce, un regard interrogateur à sa mère qui repose doucement le téléphone sur son socle.

« Qui c’était ?
- Xion… tu devrais t’asseoir sur le canapé…
- Hein, pourquoi ? »

Même en posant cette question, la jeune fille obéit et regarde sa mère qui n’a pas l’air bien.
Xion écoute attentivement ce que doit lui dire Miyako.

« Je viens d’avoir Akano au téléphone.
- Et que voulait-elle ?
- Il s’est passé quelque chose de grave… de très grave.
- Quoi donc ? »

Comment une mère peut-elle annoncer une chose aussi horrible à sa fille ? Surtout si cela concerne une personne aussi proche d’elle ?
La femme baisse la tête.

« Vanitas est dans le coma.
- Pa-pardon ? Demande Xion qui croit avoir mal compris.
- Une voiture l’a renversé, et il est actuellement soigné… mais ses blessures sont graves… Akano ne m’a pas tout raconté en détail… mais les médecins ne peuvent rien faire de plus pour l’aider. »

Xion écarquille les yeux et regarde dans le vide, intégrant difficilement les paroles de sa mère.
Ils se sont quittés il y a à peine trois heures pourtant, et ils doivent se voir demain. Alors c’est impossible que Vanitas soit à l’hôpital.

« Je vais me réveiller, pas vrai ?
- Je suis désolée Xion… moi aussi j’aimerai bien que cela soit qu’un rêve, mais c’est belle et bien la réalité.
- Non, c’est impossible… je refuse d’y croire !
- Xion, attends ! »

Mais la jeune fille part en courant de sa maison vers le lieu où travaille Mao. Car là-bas elle sait qu’elle aura les réponses à ses questions, et elle saura immédiatement si tout cela est vrai ou non.
Pour la première fois de sa vie, l’adolescente parcourt le chemin de l’hôpital, sans être accompagnée par Vanitas.
Arrivée à la réception, une jeune secrétaire accueille Xion.

« Bonjour mademoiselle, que puis-je pour vous ?
- Je voudrai voir le médecin Mao Amera.
- Je suis désolée mais il est actuellement en soin intensif.
- Je dois lui parler maintenant.
- Je peux toujours essayer de l’appeler, mais… »

Lorsque les deux sont interrompus dans leur discussion par Mao. Xion se précipite vers lui. Le médecin prend la parole.

« Viens. Je vais t’emmener le voir. »

Sa voix est comme éteinte… dénuée de toute émotion positive. Et où l’on peut seulement sentir du désespoir, de la tristesse. Xion vient d’avoir la confirmation que Vanitas est réellement dans le coma, en une petite phrase.
C’est sans un mot la jeune fille se laisse guider par l’homme dans les couloirs blancs de l’hôpital. Arrivée devant une porte, Mao met la main sur la poignée et se retourne une dernière fois.

« Es-tu sûre de vouloir entrer ?
- Je… oui. »

Le médecin hoche doucement la tête et ouvre la porte. Les deux personnes pénètrent à l’intérieur. Xion fixe son regard sur Vanitas et met ses mains devant la bouche, pétrifiée face à un tel spectacle.
Des plâtres, des bandages, des fils partout, une machine respiratoire… Le jeune homme n’a échappé à aucunes machines ou traitements. Différents bips sonores emplissent la pièce de sons stridents, et que la jeune fille n’aurait jamais voulu entendre, surtout pas pour une personne avec qui elle est énormément proche.

« Les dégâts sont énormes… plusieurs fractures aux membres, une écorchure très profonde au bras droit, des côtes fêlées qui ont presque perforés les poumons, des hématomes et une grave commotion à la tête… déclare Mao. »

Rien qu’en annonçant ça, le médecin sent les larmes lui monter, pourtant il se doit être fort, comme son métier l’exige. Mais c’est tellement plus dur lorsque l’un de ses patients est son propre fils.
Xion s’approche doucement du corps de Vanitas.

« Alors… tout cela est vrai… murmure-t-elle. »

Elle finit par s’asseoir sur l’une des chaises de la pièce et met ensuite ses mains sur son visage. Mao baisse la tête et cache son visage, honteux de ne pas réussir à cacher sa peine et sa tristesse devant Xion.

« Et dire que tout est de ma faute… si je ne lui avais pas téléphoné, il aurait fait plus attention en traversant… je suis tellement désolé Xion.
- Ce n’est pas de votre faute… mais à celui qui l’a renversé.
- Mais si je ne lui avais pas téléphoné… il serait toujours vivant.
- Il n’est pas mort… juste endormi un peu plus profondément que d’habitude, c’est tout... il va se réveiller. Il ne va pas nous abandonner… il ne doit pas le faire. »

La jeune fille s’approche ensuite du lit de son ami et lui prend doucement sa main droite bandée, comme tout le reste de son bras. Un rire nerveux la prend.

« Et voilà… on te laisse quelques minutes sans surveillance et voilà où ça nous mène… tu es vraiment pas doué… »

Des larmes coulent. Que ce soit Mao, Xion, ou même d’autres médecins… ils ne peuvent absolument plus rien faire pour aider Vanitas, car le maximum a déjà été fait. Ils ne peuvent qu’attendre…


Quatre mois plus tard…

« Y’a-t-il eu une amélioration ?
- Non, aucune. »

Xion et Akano baissent la tête lorsque Mao déclare cela. Ethan, lui, esquisse un sourire discret, après tout et indirectement il a réussi à se débarrasser de celui qui « trainait dans les pattes » de sa fille. Heureusement pour lui, personne n’y prête attention.

« Mais son état ne s’est pas aggravé non plus, continue Mao sans grande conviction.
- C’est déjà ça… soupire Akano avant de sortir de la pièce, suivit par les deux autres adultes. »

Xion reste encore un peu auprès de Vanitas et le regarde longuement. Ses plâtres et certains bandages ont été retirés, mais les cicatrices et points de sutures –celle à son bras droit surtout-, sont encore biens visibles. La jeune fille aurait même peut-être préférer qu’il garde ses bandages à cet endroit là, mais elle sait bien que cela mettrait bien plus de temps à cicatriser si elles ne sont pas parfois à l’air libre.
L’adolescente ignore combien de temps elle reste encore aux cotés de son ami, mais lorsqu’elle reçoit un SMS de sa mère qui la force à partir, elle soupire.

« Bon, je vais devoir y aller… à demain Vanitas. »

Elle embrasse doucement la main du garçon, le regarde une dernière fois, et s’en va de la chambre.
Le trajet du retour avec son père n’est pas aussi silencieux que les autres fois.

« Pourquoi tu espères encore le réveil de ce type ? Regarde dans quel état il est. Et puis ça sert à rien de déprimer pour quelqu’un qui n’en vaut pas la peine. »

Mais Xion ne répond pas, ou plutôt ne trouve pas le courage de répondre. Cependant, elle ne perdra jamais confiance, et elle espère de tout cœur que Vanitas sorte de son coma… elle est certaine que cela va se produire un jour. C’est juste un peu long, mais il suffit d’attendre, du moins elle l’espère.

L’adolescente arrive rapidement chez elle. Le reste de la journée se passe sans trop de problème vu que ses parents ont décidés de sortir pour la soirée et qu’ils ne risquent pas de rentrer très tôt.

La jeune fille se couche dans son lit et regarde par la fenêtre les éclairs de l’orage dans la nuit, elle se souvient encore de la fois où elle avait assisté à un orage en compagnie de Vanitas, et où, sous la pluie, ils s’étaient tous les deux embrassés. Elle soupire, et s’apprête à clore ses paupières lorsque, dans la lumière de la foudre, elle croit voir son ami adossé à la fenêtre. Elle cligne rapidement des yeux, mais voit que le garçon a déjà disparu. Elle sourit tristement et se tourne de l’autre coté en fermant les yeux.

« Voilà que maintenant, j’ai des hallucinations… je ne pensais pas que je pourrai atteindre un tel stade…
- Bah merci de me prendre pour un simple mirage. »

Cette fois Xion ne peut retenir un cri de surprise lorsqu’elle voit Vanitas couché à coté d’elle et qui parait parfaitement… vivant. Chose impossible, évidement.
Elle recule au point de presque tomber du lit mais essaie de se ressaisir. Le garçon la regarde avec une incompréhension totale.

« Ça ne va pas ? On dirait que tu viens de voir un fantôme.
- Mais… mais c’est impossible tu… »

Que se passe t-il ? Pourquoi voit-elle son ami ? Est-elle en train de rêver ? Oui, c’est surement ça, car c’est impossible que Vanitas soit là, en pleine forme, et elle le sait. Il est à l’hôpital et dans le coma depuis quatre mois. Et même s’il s’était réveillé dans la nuit, il ne pourrait pas être en si bonne santé… et surtout sans aucunes cicatrices de son accident.

« Je ?
- Tu ne peux pas être là. Tu as eu un accident !
- N’importe quoi. Si j’avais vraiment eu un accident, je serai à l’hôpital, non ?
- Justement…
- Allez, arrête d’imaginer quelque chose d’aussi horrible à mon sujet et retourne dans ce lit. »

Lorsque le garçon disparait aussi brutalement qu’il était apparu, laissant Xion complètement perdue.
Mais elle finit par se remettre correctement sur son matelas. Et en repensant à ce qu’il vient de se produire, la jeune fille s’endort, hantée par des rêves qui représentent tous Vanitas.

Le lendemain, Xion se réveille et essaie de plus penser à l’évènement extrêmement étrange de la veille. Elle commence à se préparer pour cette nouvelle journée.
Elle va donc dans la salle de bain et se brosse les dents. Mais au moment où elle se regarde dans le miroir, elle voit clairement le reflet de Vanitas et se retourne pour apercevoir son ami devant elle. Elle met les mains sur la bouche pour s’empêcher de crier.

« Qu’est-ce qu’il t’arrive à la fin ? Déjà hier soir tu m’as fait ce coup là et tu me refais le même aujourd’hui… tu es sûre d’aller bien ? »

Mais la jeune fille n’arrive à rien dire et reste pétrifiée. De surprise ou de peur ? Elle ne sait pas. Mais ce qui est sûr, c’est que finalement son ami n’a pas totalement tort lorsqu’il dit qu’elle voit un fantôme.

« Xion ? Tu ne serais pas un peu malade ? »

Vanitas s’avance vers la jeune fille qui n’ose pas bouger. Le garçon approche sa main vers le front de son amie, pour voir si elle a de la fièvre. Lorsqu’un drôle de phénomène se produit… la main de Vanitas passe clairement au travers de Xion, qui ne ressent qu’une sensation désagréable et non pas le contact de la main sur son front.

« Qu’est-ce… Qu’est-ce qu’il m’arrive ? »

Le jeune homme a un mouvement de recul. Il regarde fixement sa main, puis Xion. Les deux adolescents s’observent un moment, aussi déboussolés l’un que l’autre. Pensant que c’est son imagination Vanitas tente de toucher une bouteille de shampoing, lorsque la même chose se produit à nouveau sous le regard incrédule de l’adolescent.
Xion, elle, observe simplement le garçon. Vanitas serait donc vraiment devenu une sorte de fantôme ? Non, c’est impossible, ce n’est que dans les films que l’on voit ça. Ça ne peut pas se produire réellement, c’est impossible et la jeune fille le sait. Mais pourtant, la présence de son ami ne le prouve que trop bien... Elle essaie de se ressaisir et relève la tête vers le garçon, lorsqu’elle s’aperçoit qu’il a encore une fois disparu.

Elle soupire et sort de la salle de bain… peut-être que c’est simplement son imagination. Vanitas doit tellement lui manquer qu’elle imagine sa présence, rien de plus. Après tout il disparait à chaque fois au bout d’un moment.
Un tour en vélo lui fera un plus grand bien.

Xion prévient sa famille qu’elle s’en va et qu’elle ne sait pas quand elle reviendra, avant d’aller dans le garage pour chercher son vélo qu’elle enfourche pour démarrer à la hâte.
Elle roule rapidement et essaie de chasser ses sombres pensées. Mais elle est très vite essoufflée, et décide alors de se reposer sur un banc dans le parc.

« C’est tellement étrange… »

Xion regarde à sa droite et voit une fois encore Vanitas qui la fixe, elle n’a pas le temps de prendre la parole que le garçon continue sa phrase.

« J’ai l’impression que cette histoire tourne au surnaturel, comme dans le film que j’avais regardé avec toi l’année dernière… Non seulement tu m’as parlé d’un accident dont je n’arrive pas à me souvenir. Et là… je suis dans l’impossibilité de toucher quoi que ce soit… je dois être en train de faire un rêve très réaliste, non ?
- Ce… ce n’est pas un rêve.
- Tu vas me dire que je suis vraiment un fantôme alors ? Tu me connais suffisamment pour savoir que je ne crois pas à ce genre de truc débile. C’est simplement un rêve, rien de plus.
- Alors comment se ferait-il que personne d’autre que moi te vois ? Mais bon… Si tu penses que c’est vraiment ça… »

Elle sait qu’elle n’arrivera pas à le convaincre, même si le parc est bondé et qu’elle est certaine d’être la seule à le voir… mais il y a un autre moyen de lui prouver que c’est loin d’être un rêve.
Seulement et au moment où Xion veut faire part de son idée, le garçon a de nouveau disparu. La jeune fille décide de tout de même aller à l’hôpital…
Sur la route, elle rit nerveusement une nouvelle fois, car ses nerfs ne supportent certainement plus tout cela.

« Je ne pensais pas que ton coma m’affecterais autant au point de te voir partout… »

Elle arrive rapidement à la réception des soins intensifs, et comme à son habitude demande à chaque fois s’il est possible de voir Vanitas.

« Purée, mais je te dis que je suis pas à l’hôpital, je vais bien ! Tu vas te prendre un vent de la réceptionniste. »

Xion ignore totalement les paroles de son ami, car de toute manière il est de nouveau parti. Elle attend simplement la réponse de la femme.

« Ce patient se trouve à présent à un autre étage et il faut l’autorisation du Médecin pour avoir le droit de visite. Vous devez donc monter au troisième.
- D’accord, merci. »

La jeune fille obéit et va à la réception du troisième étage, c’est un homme qui l’accueille cette fois, tandis que le garçon fait une énième apparition.

« Bonjour, je voudrai voir Vanitas Amera, s’il vous plait.
- Et bla bla bla… n’importe quoi.
- C’est à quel nom, je vous prie ?
- Xion Evans.
- Il doit confondre avec un autre patient, vu que j’ai pas eu d’acci… »

Lorsqu’une impression surprend le fantôme qui l’interrompt directement. Xion regarde du coin de l’œil son ami, trouvant étrange qu’il stoppe d’une telle manière sa phrase. La jeune fille constate que Vanitas est comme… emporté dans les couloirs de l’hôpital, mais elle ne peut pas suivre le trajet complet de son ami, étant occupée à l’accueil.
Le réceptionniste, quant à lui, accorde l’autorisation à Xion d’aller voir le patient à qui elle veut rendre visite, et lui donne le numéro de chambre.
La jeune fille commence à prendre le même chemin qu’a pris le garçon, et ouvre la porte. Elle est surprise de voir l’esprit de Vanitas auprès de son propre corps.

« Là, c’est plus un rêve, c’est un cauchemar.
- Van’… »

L’interpellé relève la tête, et observe Xion un moment avant de regarder à nouveau ce corps sensé être le sien, mais qu’il reconnait à peine, à cause de tous ces bandages et points de sutures qu’il possède.

« Comment est-ce que j’ai fait pour me mettre dans un état pareil ?
- Tu t’es fait renverser par une voiture …
- Et elle m’a pas du tout loupé à ce que je vois.
- Effectivement... mais… tu as encore une chance de te réveiller, tu n’es pas mort.
- Vu l’état dans lequel je suis, ça risque de pas tarder.
- Cet accident est arrivé il y a quatre mois… tu as survécu jusqu’à maintenant…
- Et celui qui m’a renversé ?
- Il s’est enfuit directement après t’avoir percuté. On ne sait toujours pas qui c’était… »

Vanitas se dirige vers la fenêtre et regarde au travers, trouvant la situation très ironique, il rit nerveusement.

« Et dire que je ne croyais pas du tout à ces histoires de fantômes… voilà que j’en suis un. Mais le comble de tout, c’est que je ne me souviens de rien.
- Mais maintenant que toi et ton corps vous vous êtes retrouvés… il suffirait de vous unir à nouveau, non ?
- Ce serait un peu trop simple, et puis même dans ton film ça n’avait pas marché.
- Tu as raison, excuses-moi… »

Lorsque Xion sent que les larmes lui montent aux yeux. Non, elle ne doit pas pleurer. Elle a en quelques sortes pu retrouver son ami, alors elle ne doit pas lui montrer sa tristesse. Il ne doit pas voir qu’elle souffre de son absence. Car elle sait qu’elle ne peut rien faire pour l’aider… et ça le rendrait malheureux de savoir que c’est de sa faute si elle va mal.

« Lorsque je ne suis pas avec toi, j’ai l’impression de… cesser d’exister. Et ce n’est que maintenant que je me rends compte que c’est vraiment le cas, et que je me raccroche à pas grand-chose pour avoir l’impression de vivre encore un peu.
- Arrête de dire ça ! Tu… tu vas survivre, bientôt tu vas te réveiller, et vivre à nouveau… »

Si seulement elle pouvait se convaincre elle-même de ça… elle arriverait sans doute mieux à aider Vanitas comme cela… mais elle n’y parvient pas.
Les deux adolescents sont interrompus par l’ouverture de la porte. Ethan entre et observe sa fille de façon méprisante.
Vanitas à ce moment là à une sorte de déclic et regarde fixement le père qui commence à parler.

« Encore auprès de ce type… t’as pas fini de t’accrocher à lui comme si tu croyais qu’il allait se réveiller ?
- Il va se réveiller ! Je ne sais pas quand, mais je suis certaine que cet évènement se produira bientôt !
- Je me souviens…
- Au lieu de rester avec ce mec, va t’en trouver un autre, continue le père.
- Xion… c’est lui.
- Maintenant tu vas sortir de cette chambre et retourner chez nous. »

La jeune fille a du mal à tous gérer. Du coin de l’œil elle voit Vanitas avec une expression qu’elle n’arrive pas à décrire. Elle veut savoir ce qu’il se passe, mais elle ne peut pas demander une explication, car son père est là. Et si elle commence à parler dans le vide, Ethan la prendra pour une folle. La jeune fille essaie d’ignorer le garçon le temps de faire sortir son père.

« Je ne laisserai pas Vanitas seul… je suis sûre qu’il peut m’entendre, et pour se réveiller il a besoin de soutient.
- Regarde l’état pathétique dans lequel il est… Il a peut-être perdu la mémoire, en plus. Il se souviendra plus de toi et ce sera tant mieux.
- Tu pourras dire tout ce que tu veux, je ne partirai pas.
- Comme tu veux, mais il faudra bien que tu rentres un jour, l’heure des visites va bientôt s’achever. Ah, et puis je mets ton vélo dans le coffre. Tu rentreras à pieds ma chère si tu ne viens pas avec moi.
- Je m’en fiche. »

Ethan observe sa fille qui ne fléchit pas dans sa décision. Il finit par s’en aller sans rien ajouter de plus. Qu’est-ce qu’il pourrait dire de toute manière ?
Une fois que son père est dehors de la pièce, Xion se tourne vers Vanitas qui n’a plus bougé depuis tout à l’heure.

« Vanitas… ça ne va pas ?
- C’est ton père.
- Comment ça ?
- En le regardant, je me suis souvenu...
- Mais souvenu de quoi ?
- Mon père m’avait téléphoné pour que je fasse une course pour lui. Et lorsque j’ai traversé la route, c’est… Ethan qui a grillé le feu rouge, j’en suis absolument certain.
- Hein ? Mais c’est impossible ! Je… j’aurais dû être avec lui alors… »

Lorsque quelque chose lui revient brusquement, une chose qui, au début, ne lui paraissait pas du tout importante mais qui finalement est bien plus conséquent qu’elle ne l’aurait cru.
Xion ne pouvait pas être avec Ethan à ce moment là, car elle avait demandé à aller à la bibliothèque tandis que lui allait racheter des ampoules…
La jeune fille s’assoit au bord du lit et regarde dans le vide, ne sachant plus quoi penser de son père mais d’elle également.

« Je ne penser pas qu’il te haïssait au point de faire… ça. Je suis tellement désolée… c’est de ma faute… je n’aurai pas dû aller à bibliothèque et le laisser aller faire les courses seul…
- Arrête de dire ça… j’aurai dû simplement faire plus attention, mais j’ai traversé sans regarder et il en a profité. »

Mais cette fois Xion n’arrive pas à retenir ses larmes. Que son père haïsse son ami est une chose… mais qu’il tente de le tuer en est complètement une autre.
Vanitas s’assoit à coté d’elle, mais il sait bien qu’il ne peut plus prendre Xion dans ses bras. Il détourne la tête pour ne pas montrer à son amie son mal-être. Il en profite également pour détourner le sujet.

« Tu ferais mieux d’y aller, Xion. Tu dois te reposer.
- Et toi ?... Que vas-tu faire maintenant ?...
- Je vais rester ici.
- Alors je reste aussi.
- Mais à quoi cela servirait ?
- D’habitude mon père ne vient jamais ici seul… il m’accompagne toujours avec Mao. Et je crois qui si je n’avais pas été là… il aurait tenté de finir ce qu’il avait commencé… alors je veux veiller sur toi.
- Y’aurait alors eu des infirmières qui seraient tout de suite intervenues, et qui l’auraient pris sur le fait. »

Xion s’apprête à répondre que cela n’aurait pas forcément été le cas, mais elle n’en n’a pas le temps car la porte s’ouvre encore une fois, laissant entrer Mao avec une femme. La jeune fille accueille les arrivants.

« Bonjour Mao. Bonjour Vanilla.
- Alors, il s’est réveillé ? Demande la dénommée Vanilla.
- Toujours pas… mais je suis certaine que ça va bientôt se produire.
- C’est vrai… ma sœur devait revenir le soir de mon accident et mon père voulait préparer un repas spécial pour son arrivée… c’est pour ça que j’étais chargé de faire les courses.
- J’en suis sûre aussi ! Déclare la jeune femme tout en s’approchant du lit de son frère, et puis de toute manière je te laisserais pas partir comme ça, mon cher. Et ne compte pas sur moi pour retourner en France alors que tu ne t’es toujours pas réveillé. »

Suite à ses mots, la jeune femme embrasse le front de Vanitas. L’esprit quant à lui à une légère impression de picotement à l’endroit embrassé, il regarde avec étonnement sa sœur. Il ressent donc le contact qu’on a avec son corps. Il est alors toujours lié à lui. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Il verra bien, mais plus tard. Pour le moment l’heure n’est pas à la réflexion, et surtout pas de ce genre.

« En quatre mois, il y a déjà quelques blessures qui ont cicatrisées. Mais même si ce ne sont pas les plus graves, il devrait se porter un peu mieux quand même… pourtant son état ne s’est pas amélioré. Si je ne l’avais pas appelé ce jour là… on n’en serait surement pas là.
- Tu ne dois pas te rendre coupable car ton coup de fil n’y est pour rien ! C’est moi qui est pas fait attention, comme d’habitude… rétorque Vanitas qui soupire presque immédiatement. Oh et puis à quoi ça sert ? Tu m’entends pas de toute manière.
- Vanitas vous direz sans doute que ce n’est pas de votre faute, mais de la sienne parce qu’il n’a pas fait attention, déclare Xion, et il vous préciserez bien que ce n’est pas vous le coupable. »

Les deux adolescents s’échangent un regard et un sourire discret. Xion peut parfaitement le voir et l’entendre, alors autant en profiter pour dire ce que lui confie le garçon.
Après tout il ne lui demande pas de jouer les messagères et qu’elle le fasse naturellement comme cela et surtout pour lui, Vanitas lui en est très reconnaissant. Mais encore faut-il que cela puisse servir à quelque chose.

« Si seulement je pouvais attraper celui qui l’a mis dans cet état… soupire Mao. »

Toutes les personnes présentes gardent le silence un long moment. Xion sait qui l’a fait, mais elle ne peut rien avouer, et surtout pas accuser son propre père, alors qu’elle n’a aucune preuve de sa culpabilité pour le moment. Et puis elle ne risque pas d’en avoir tant que Vanitas ne se réveillera pas.
Mao et Vanilla décident de finalement sortir, mais le médecin se retourne juste avant de fermer la porte.

« J’ai prévenu ta mère, elle est d’accord pour que tu restes toute la nuit à l’hôpital.
- C’est gentil Mao, merci beaucoup.
- Veille bien sur lui, d’accord ? Demande la jeune femme, tu en es responsable en notre absence.
- Tu peux compter sur moi, Vanilla. »

Les deux filles se sourient puis les deux membres de la famille Amera s’en vont de la chambre. Xion se retourne vers l’esprit de son ami qui parait pensif.
Elle est même certaine de savoir à quoi il réfléchit, mais de toute manière, il lui en fait immédiatement part.

« Si je me réveille… je ne pourrai pas accuser ton père d’une telle chose, même si c’est vrai… j’ai pas le droit de te faire ça.
- Tu devras bien. La police t’interrogera surement.
- Mais c’est ton père quand même. Et puis je me réveillerai pas… ce serait trop beau pour que ce miracle arrive.
- Quand tu te réveilleras… je veux que tu dises la vérité sur l’auteur de cet acte abominable, compris ? Demande t-elle d’un ton sévère. »

Le garçon ne trouve rien à répondre et se contente de regarder par la fenêtre lorsqu’il sent un picotement à sa main. Il regarde du coin de l’œil Xion qui s’est assise sur une chaise, et qui repose sa tête sur le lit en tenant la main droite du corps meurtri, elle est très certainement sur le point de s’endormir.

« Jamais je ne te laisserai tomber Van’… alors toi aussi, tu ne dois pas abandonner… tu peux te réveiller, j’en suis certaine.
- Xion…
- Promets-moi que tu feras tout pour revenir…
- … Je te le promets. »

La jeune fille finit par s’endormir en souriant. Elle sait que Vanitas ne pourra pas forcément revenir, mais elle est sûre qu’il fera tout pour le faire quand même. Elle a confiance en lui et elle ne doutera jamais de ses promesses.

_________________
http://img.photobucket.com/albums/v238/sido59/elerinasign.png
« Peu importe les distances qui nous sépare... tu occupes toutes mes pensées... Et du coup c'est comme si tu étais toujours auprès de moi. »
Oswald Whistler ~ Professeur Layton et la Diva Éternelle.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Yulhia MessagePosté le: Mer 04 Aoû 2010 18:23   Sujet du message: Répondre en citant  
Memoria


Inscrit le: 25 Mai 2008
Messages: 2743
    Coucou, Elerina.

    Elerina a écrit:
    Bon, eh bien, quitte à me prendre des vents de ceux qui veulent pas lire à cause de certains personnages utilisés [...]

    Même si je n'aime pas Kingdom Hearts, je lis ta fan-fiction et j'aime beaucoup. Déjà, parce que tu écris bien, et parce que l'histoire est intéressante. Un garçon qui est dans le coma à cause du père de sa petite-amie, c'est... étonnant.
    Moi, je me pose une question : Pourquoi Ethan déteste-t-il autant Vanitas ?
    Pour le haïr à ce point, il doit avoir une bonne raison...

    J'ai découvert quelque chose, aussi : tu aimes bien les prénoms japonais. (:

    Bonne continuation, j'ai hâte de lire la suite. Wink
    (tiens... Miyako... ça me dit quelque chose... xD)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Elwing MessagePosté le: Mer 04 Aoû 2010 18:32   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1393
Localisation: Dans ses bras <3
Haha ! T'as fais deux fautes. *sort*
La jeune fille aurait même peut-être préférer: préféré avec un "ée" et non à l'infinitif donc: préférée
et coté avec un chapeau sur le o donc: cô

Sinon pour l'histoire:
Le père c'est vraiment un sal*p...Haïr Vanitas au point de vouloir le tuer...x) J'aime bien l'idée original que t'as eu concernant "l'esprit" de Vanitas... Surtout qu'au début il perd la mémoire et puis il l'a retrouve dès qu'il voit Ethan...Étrange... Bref, j'ai hâte de voir comment il va s'en sortir (si il s'en sort bien sur ^^')
Sinon, j'aurais bien aimé que tu accentues encore plus sur le "désespoir" ou "la tristesse" de Xion parce que moi, ça ne m'a fait ni chaud ni froid (comment ça je suis un Sans Cœur ? Surprised )
J'adore ce passage aussi
« Jamais je ne te laisserai tomber Van’… alors toi aussi, tu ne dois pas abandonner… tu peux te réveiller, j’en suis certaine.
- Xion…
- Promets-moi que tu feras tout pour revenir…
- … Je te le promets. »

Il me rappelle la fin de Kingdom Hearts si tu vois ce que je veux dire...Mr. Green

Bye, bye !

_________________
http://nsa29.casimages.com/img/2012/05/23/120523095015101622.png


Dernière édition par Elwing le Mer 04 Aoû 2010 19:19; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Estel MessagePosté le: Mer 04 Aoû 2010 18:41   Sujet du message: Répondre en citant  
Angel of the hope


Inscrit le: 18 Fév 2010
Messages: 670
Localisation: DreamWorld
Alors... ^^

Franchement c'est super, juste deux fautes, comme l'a dit Merenwen, mais bon ça n'a
pas géné plus que ça je trouve ^^ Sinon ben je trouve ça cool que Vanitas puisse
"revenir" ! xD C'est comme offrir une seconde chance à Xion, enfin presque.

A part ça, je dois dire que le fait que ce soit le père de Xion qui ai fait a, ben ça n'étonne
pas. Le fait-est, qu'en lisant le début de ce deuxième chapitre, cette idée traverse l'esprit.
Mais tout comme Xion j'avais homni le fait qu'ell étai allée à la bibliothèque.

Enfin il reste la question du "pourquoi" ? Dès le premier chapitre tu nous expliques
qu'Ethan serait "changé" depuis un moment... ^o)

Bref bonne continuation, on a hate de lire la suite ! ^^

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Elerina MessagePosté le: Mer 11 Aoû 2010 13:44   Sujet du message: Répondre en citant  
-


Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 2605
Spoiler



Alors là... je suis impardonnable. T_T
J'avais dit que je posterai le deuxième chapitre Samedi, et finalement je vous le poste que maintenant... je suis désoléééée.

Mais bon, j'ai enfin réussi à avoir une correction plus ou moins correcte de ce chapitre, qui, je l'espère, vous plaira tout autant que les précédents.

Bonne lecture !
__________________________________


Chapitre 2 : Lorsque la Vérité éclate au grand jour.

« Xion, réveilles-toi vite ! »

Malgré qu’ils soient fermés, Xion plisse les yeux. Encore endormie, elle croit reconnaitre la voix mais n’est sûre de rien. Alors elle murmure simplement un petit « Laisse-moi dormir encore un peu. ».
Pourtant, la voix se fait plus forte et la jeune fille finit par se réveiller à l’hôpital, là où elle s’est endormie… mais de l’autre coté du lit, elle aperçoit son père… en train de toucher à la machine respiratoire de Vanitas. Xion s’affole immédiatement en ne voyant pas la présence de l’esprit de son ami.
La fille Evans se précipite vers Ethan, le pousse pour avoir accès à l’appareil à présent désactivé. Mais à présent le grand problème est qu’elle ignore totalement son fonctionnement et donc le moyen de le rebrancher.
Lorsque, au coin de la salle, elle voit le fantôme qui observe ses mains qui deviennent progressivement transparentes avec le reste de son corps.

« Je crois que tout s’arrête ici.
- Non… non ! Ça ne peut pas se terminer là ! Pas comme ça ! Il n’en n’est pas question ! Je vais réactiver cette machine ! »

Son père observe avec satisfaction sa fille qui se débat pour trouver la commande qui puisse réactiver l’appareil… sans grand résultat.
Mais sous les yeux de chaque personne de la pièce, l’électrocardiogramme affiche un trait long et horizontal. Tandis que le bruit le plus strident, le plus insupportable, le plus horrible commence résonner dans la pièce.
Et, impuissante, Xion constate que l’esprit de son ami a presque complètement disparu.

« Xion… c’est la fin.
- Hors de question que tu meurs maintenant ! »

La jeune fille décide de tenter le tout pour le tout. Rapidement, elle va auprès du lit de son ami et arrache le tuyau qui relie Vanitas à la machine respiratoire. Elle dirige ensuite ses lèvres sur celle du garçon.

« Tu vas vivre, tu m’entends ? »

Après ses mots, Xion scelle ses lèvres sur celle de Vanitas et tente de lui donner un maximum d’air pour pouvoir le réanimer. Mais l’esprit, en portant sa main à sa bouche, continue à disparaitre inexorablement…
Xion sent les larmes qui lui montent aux yeux.
Ce long bip continue lui ai insupportable, et voir son… petit ami disparaitre ne fait qu’accentuer cette souffrance. Mais elle n’abandonne pas et se raccroche désespérément à son dernier espoir.
Seulement, son père n’est pas du même avis et écarte sa fille du corps inerte du jeune garçon. Xion tente de se débattre comme elle peut, mais n’y arrive pas.
Elle ne peut que constater la disparition totale du fantôme du garçon montrant un dernier sourire.

« On dirait que je ne te dirai pas à plus tard, cette fois-ci. Alors Adieu, Xion.
- Non ! Vanitas ! Ne t’en va pas ! »

Malgré ça, l’esprit disparait sans que la jeune fille ne puisse faire ou tenter quoi que ce soit d’autres, étant prisonnière des bras d’Ethan.
Au même moment, Mao, Akano et Vanilla rentrent dans la pièce en compagnie d’un infirmier. Le premier est déjà équipé d’un défibrillateur et va directement auprès du corps de Vanitas.

Et pendant une minute qui parait une éternité, le médecin tente désespérément de réanimer son fils.
Le corps, face à la pression du défibrillateur, se soulève mais il n’y a aucune réaction sur l’électrocardiogramme, cependant Mao n’abandonne pas et retente plusieurs fois.
Mais à chaque tentative, un échec.

L’homme s’éloigne du corps à présent inerte de son fils à reculons. Vanilla pleure discrètement dans les bras de sa mère qui n’arrive pas non plus à retenir ses larmes.
Xion arrive enfin à se libérer de l’emprise de son père et s’effondre à genou, ses jambes n’ayant plus la force de la porter. Elle tombe au sol en mettant son visage entre ses mains, et murmure des choses incompréhensibles. Ethan, lui, esquisse un sourire rempli de sadisme, mais fait en sorte que personne ne s’en aperçoit, parce qu’alors il sait que les soupçons se retourneront immédiatement contre lui.

L’infirmier se rend compte que Mao n’est pas en état d’annoncer certaines choses, il le fait alors à sa place.
Il regarde l’heure qu’indique sa montre, puis prend une feuille et un stylo.

« Heure du décès… quatre heures trente-quatre du matin. »

Ce que redoutait chaque personne présente dans cette pièce, ou presque, vient de se produire. Tous se font finalement une raison, ou plutôt… encaissent le coup difficilement.
Vanitas est définitivement parti, et ne reviendra jamais plus.

Mais lorsque Mao trouve enfin le courage de débrancher l’électrocardiogramme pour ne plus supporter ce bruit funeste qu’il dégage…
Un bip se fait entendre… puis deux… puis trois…
Au départ très irrégulier avant de finalement trouver un certain équilibre.
Tous relèvent la tête vers Vanitas qui, au bout de quatre mois de coma, ouvre enfin les yeux, sous la surprise de chaque personne présente. Surtout celle d’Ethan qui préfère sortir discrètement de la pièce à ce moment là.

Xion quant à elle se précipite immédiatement près de lui pour lui tenir la main.
Et malgré la douleur qu’il ressent à tous ses membres meurtris, plus ce mal fou à respirer convenablement… il essaie d’accomplir une chose que personne n’aurait envie de faire dans ce genre de situation… Le garçon s’efforce de sourire pour essayer de rassurer tous ceux qui sont autour de lui. Il tente également une deuxième chose, bien plus éprouvante pour lui.

« Je suis de retour… »

Une voix qui prend difficilement naissance. Une voix rauque, fatiguée, presque méconnaissable, mais qui est belle bien là.
Xion laisse tomber une larme sur la main de son petit ami. Et à cause d’une légère hystérie née des récents évènements, elle rit presque en même temps. Mais la jeune fille arrive quelque peu à se ressaisir et à sourire à Vanitas.

« Oui… et tu reviens de loin… »


Quelques jours plus tard…

« La commotion cérébrale n’a finalement pas été aussi grave que nous le pensions. Dans ces prochains mois tu risques juste de souffrir de migraine plus ou moins forte, mais c’est bien tout, sourit Akano.
- Juste, juste… c’est vite dit, hein. J’ai déjà la migraine à vouloir me concentrer lorsqu’on me parle, alors… soupir Vanitas en se tenant la tête.
- T’es surtout qu’un grand douillet ! Rétorquent Xion et Vanilla en riant.
- C’est pas vrai !
- Oh que si ! »

S’en suit alors des insultes qui n’en sont pas vraiment, puis des visages souriants.
Akano et Miyako, qui porte Naminé sur ses genoux, rient discrètement face à cette petite querelle anodine entre leurs enfants.
Finalement et malgré cet accident, rien n’a changé entre eux. Et c’est tellement mieux ainsi.

Pendant ce temps, à l’extérieur de la chambre de Vanitas, des policiers discutent avec Mao et Ethan de l’affaire du jeune homme. Parce que maintenant qu’il est réveillé, l’enquête sur son agresseur peut à nouveau reprendre.

« Vous êtes sûr que cela ne peut pas attendre ? Après tout il n’est pas encore remis et il est donc encore très fatigué… déclare le Médecin.
- Nous n’avons pas le choix, car s’il a un quelconque souvenir sur celui qui l’a agressé, c’est toujours bon à prendre et le plus tôt possible de préférence, répond l’inspecteur.
- C’est impossible qu’il se souvienne, alors à quoi bon ? Soupire Ethan, vaudrait mieux directement abandonner l’idée.
- On ne sait jamais. Alors, est-il possible d’aller dans sa chambre ?
- Bien sûr. »

C’est comme ça que les premiers occupants de la pièce accueillent l’inspecteur et les deux policiers qui l’accompagnent, chaque personne sait ce qu’ils font là, et n’ont besoin d’aucunes explications de leur part alors ils se contentent de saluer poliment avant de laisser le chef de l’ordre prendre la parole. Ce dernier se tourne immédiatement vers Vanitas.

« Bonjour jeune homme. Je sais que vous ressortez d’un coma suite à un grave accident, mais j’aurai besoin de votre aide pour identifier votre agresseur… vous sentez-vous assez bien pour cela ?
- Ouais, j’pense. »

De toute façon l’accidenté sait parfaitement qui l’a renversé, il n’a pas vraiment besoin d’être en forme pour se souvenir de celui qui a provoqué son coma et toutes ces blessures plus ou moins douloureuses. Le vrai problème, c’est qu’il ne veut pas faire du mal à Xion.

« Avez-vous des souvenirs de votre agresseur ?
- Oui.
- Est-ce que vous pensez pouvoir nous le décrire ? Ou bien avez-vous retenu le numéro de la plaque d’immatriculation ? »

Vanitas regarde longuement la jeune fille qui hoche doucement la tête. Elle est décidée, et elle ne veut pas que son père puisse refaire un acte aussi ignoble envers son petit ami, ou sur quelqu’un d’autre… alors elle préfère qu’il soit arrêté.
Ethan est, depuis l’arrivée des policiers dans la chambre, très en sueur en voyant le regard que lui lance le fils Amera et qui est tout, sauf rassurant. Prouvant ainsi qu’avant de tomber dans le coma, il a eu le temps reconnaitre celui qui l’a renversé. L’accidenté finit par tourner la tête vers les policiers.

« Y’avait un cent-onze sur la plaque, il me semble, et c’était une Porsche… Oh et… j’ai même un nom, si ça vous intéresse. Car je connais la personne et elle est même dans cette pièce.
- Tu veux dire que… celui qui a fait ça est… ici ? Demande Mao extrêmement surpris.
- Oui. Et d’après Xion, c’est aussi lui qui a tenté de me tuer, le jour où je me suis réveillé. »

Lorsque Vanitas prononce cette dernière phrase aucun de ses proches n’a besoin de nom pour deviner de qui il s’agit, car une seule personne était avec la jeune fille dans la chambre à ce moment là.
Tous les regards se tournent vers Ethan qui a un mouvement de recul, poings et dents serrés. Il est à découvert mais tente de se sortir de ce pétrin, même si il sait que cela ne servira pas à grand-chose.

« Attendez… vous n’allez pas le croire alors qu’il peut avoir oublié ou confondus des détails importants suite à son coma ! En plus j’étais avec ma fille au moment de l’accident !
- Avez-vous des preuves de cela, monsieur Evans ? Demande l’un des deux policiers.
- Non, mais…
- Il ment, il m’avait déposé à la bibliothèque ce jour là et m’a laissé seule là bas pour chercher des ampoules qu’il n’a jamais ramené, il devait être dix-sept heures quarante à ce moment là. Dix minutes plus tard environs je lui ai dit par SMS que c’était bon et que j’allais le rejoindre à pied au magasin, mais il a dit que ce n’était surtout pas la peine de le faire et il est revenu cinq minutes après. J’ai donc l’heure approximative de l’accident, et si on vérifie l’heure de l’appel de Mao sur le portable de Vanitas… tout doit absolument coïncider. »

L’inspecteur regarde Ethan qui sue énormément face à ces accusations, mais qui ne trouve plus rien à répondre. Cependant, et étant encore sceptique face à une telle déclaration, le chef de l’ordre se tourne vers les deux adolescents.

« Pourrais-je voir vos téléphones respectifs, s’il vous plait ? »

Xion lui donne tout de suite, tandis que Mao prend le portable de son fils posé sur la table près de l’armoire avant de le passer à son tour à l’inspecteur. Ce dernier regarde minutieusement les appels d’il y a quatre mois et demi sur les deux mobiles et remarque qu’effectivement, tout concorde parfaitement bien ensemble entre le moment de l’accident, avant, ou encore après… et la tension qui augmente de seconde en seconde chez Ethan montre bien qu’il est très concerné par rapport à cette affaire.
L’inspecteur lève son regard vers les deux policiers qui hochent la tête avant que l’un ne passe les menottes à l’homme qui essaie de se débattre, sans grand résultat.

« Ethan Evans. Je vous arrête pour tentative de meurtre et récidive de l’acte. Je vous autorise à garder le silence, tous ce que vous direz pourra être retenus contre vous lors du procès, déclare l’inspecteur. »

Ses confrères sortent tant bien que mal Ethan de la chambre, mais qui n’hésite pas à hurler dans tout l’hôpital.

« J’ai peut-être pas réussi à t’avoir cette fois, mais à la prochaine j’aurais ta peau… tu ne t’approcheras plus jamais de ma fille ! »

Et c’est sur d’autres gentillesses de ce même genre que le père de Xion quitte définitivement le bâtiment après avoir était installé dans la voiture de la police qui démarre rapidement, sirène hurlante.
Dans la chambre, l’étonnement se lit clairement sur les quelques visages présents, surtout sur celui de Miyako qui ne sait plus du tout quoi penser par rapport à son mari.

« Je n’aurai jamais cru qu’il pourrait faire ça… il n’a pas pu le faire… c’est impossible.
- On savait tous qu’il m’appréciait pas de toute manière, soupir Vanitas en haussant les épaules.
- Mais même, on ne tente pas de tuer une personne pour ça… »

La mère de Xion n’a pas du tout tort, même si on n’aime pas une personne, ce n’est pas une raison pour la tuer. Il y a très certainement quelque chose en dessous de cette affaire.

« Est-ce que votre mari prenait des médicaments ou autres ? Demande le chef de l’ordre.
- Eh bien oui, il est sous antidépresseurs depuis bientôt six mois, maintenant.
- Serait-il possible d’en avoir le nom, ou une boite ?
- Eh bien… oui… mais tout est chez nous, répond la jeune femme.
- Apportez-en au commissariat dans les jours à venir, nous exécuterons une analyse.
- Alors vous croyez que c’est à cause de ça qu’il a fait… commence Xion.
- C’est bien possible, mais nous serons fixés seulement lorsque l’examen sera fait. »

Puis l’inspecteur se dirige vers la porte, prêt à s’en aller, il se retourne une dernière fois.

« Vous aurez sans doute bientôt de mes nouvelles. Pour le moment, je vous souhaite un bon rétablissement jeune homme. »

Après avoir reçu les remerciements de Vanitas, le chef de l’ordre ferme doucement la porte, laissant les personnes présentes assez déroutées. Naminé, à cause de son âge ne comprend pas vraiment ce qu’il s’est passé à l’instant, mais elle ne cherche pas vraiment, bien trop occupée à dessiner sur son petit bloc note.
Les autres essaient de vaguement changer de sujet.

« Et sinon… en quatre mois y’a surement des choses hyper intéressantes que j’ai loupé, nan ?
- Eh bien déjà, on attend toujours que tu cherches les aliments pour mon arrivée, sourit Vanilla.
- Oh, je peux le faire maintenant si vous voulez. De toute manière j’en ai marre d’être dans ce lit à rien faire.
- T’arriverais même pas à atteindre la porte tout seul, alors… soupire Akano, et puis tu dois te reposer, parce que là, tu as l’air vraiment fatigué.
- Tu te surestime trop Vanitas, fais attention, rajoute Mao.
- C’est chiant d’être hospitalisé, se plaint le garçon en fermant les yeux de mécontentement. »

Face à la mine du garçon, les deux parents sourient. Cela faisait tellement longtemps qu’ils n’ont plus vu leur fils aussi en forme… et même si sa guérison complète est encore loin, d’ici deux semaines il pourra sans doute sortir de cet hôpital. Pour le moment, le médecin fait un énième examen des différentes blessures de son fils, pour finir par la plus grave qui se trouve à son bras droit. Il décide de retirer le bandage pour la journée. Vanitas se plaint immédiatement.

« Mais ça fait hyper mal lorsque tu retires le bandage !
- Oui, mais je n’ai pas le choix, car si on ne laisse pas la blessure à l’air libre, elle ne pourra jamais cicatriser complètement.
- Allez, c’est pas la mort, on te le remettra de toute manière pour la nuit ! Insiste Akano. »

Au bout de dix minutes de négociation ratées, Vanitas laisse finalement son père retirer le bandage. Lors de la manipulation, il tire quelques grimaces de douleurs qu’il tente de dissimuler… sans grand résultat. Vanilla le remarque et commence à sourire.

« Ce n’est pas souvent qu’on arrive à voir un visage expressif chez toi... heureusement que papa est là !
- Merci Vanilla de ton grand soutient… soupire son frère.
- Mais moi je te trouve très mignon… surtout quand tu rougis… rajoute Xion en se blottissant contre son ami. »

La réaction de Vanitas est immédiate, ce qui fait rire la plupart des personnes dans la pièce.
Mais au fond, chacune d’elles sont heureuses de revoir le garçon réagir de la sorte, car en quatre mois, ça leur a tous manqué.

« Bon, et si nous laissions nos deux amoureux entre eux… après quatre mois, ils doivent avoir des choses à se dire… ou plutôt à se faire ! Déclare Vanilla tout sourire.
- Alors toi… j’avais oublié que tu pouvais être aussi chiante.
- Oh, mais je plaisante petit frère. T’as plus aucun sens de l’humour dis-moi !
- C’est toi qu’en a jamais eu oui. »

Les deux enfants Amera commencent à légèrement se disputer, mais ils sont très vite interrompus par leurs parents. Parce qu’il ne faudra pas cela vire dans une véritable querelle, ce qui arrive très souvent avec Vanitas et Vanilla.
Au bout de quelques minutes, tous décident de partir, pour laisser le jeune couple ensemble, car la femme a tout de même raison, même si son frère ne l’admettra jamais devant elle.
Lorsque tous ceux présents sont sortis de la pièce, le couple se regarde d’abord longuement en souriant avant de commencer à se parler.

« Tu as finalement réussir à tenir ta promesse…
- Je ne pouvais pas t’abandonner.
- Il y a dix jours… j’ai vraiment cru que tu allais mourir… et si ça avait était le cas… je m’en serais voulue toute ma vie.
- Mais je m’en sors plutôt bien… juste une tête et un bras en compote pour le moment. Y’a pire.
- Ne me refait plus jamais une peur pareille.
- ça ne se reproduira plus. »

Xion hésite à serrer dans ses bras Vanitas. Après tout il a d’autres hématomes, et cela lui fera mal si elle frôle une partie sensible. Et elle ne voudrait pas provoquer une douleur chez son petit ami.

« Tu peux m’aider à m’asseoir ?
- Hein ? Mais je ne sais pas où se trouve précisément tes blessures et je veux pas te…
- C’est mon bras droit qui me fait le plus mal, de plus ça m’étonnerait que tu me tires par les cheveux pour m’aider… alors le reste on s’en fiche. »

Doucement et en prenant garde à ne pas faire de mouvement trop brusque, Xion aide donc Vanitas, qui, de son seul bras valide, en profite pour rapprocher la jeune fille de lui et l’embrasser.
Elle se laisse tomber sur le lit et s’installe au coté du garçon tout en continuant à l’embrasser. Mais le manque d’air se fait rapidement sentir chez les deux adolescents, et c’est avec regret qu’ils se séparent un petit moment.
Ils en profitent pour s’installer correctement sur le petit lit censé être pour une personne, avant de se contempler. Ils se permettent même de caresser le visage de l’autre, comme pour être certain que ce n’est pas un simple rêve.

« Tu imagine si quelqu’un rentre maintenant ?
- J’ai envie de dire qu’on s’en fiche complètement. »

A peine après avoir prononcé cette phrase, Vanitas entame un nouveau baiser avec Xion qui suit immédiatement le mouvement, tout en fermant les yeux.
Car c’est vrai. Qu’importe s’ils reçoivent de la visite maintenant, pour eux l’essentiel c’est d’être à nouveau réuni, et ça à jamais.

_________________
http://img.photobucket.com/albums/v238/sido59/elerinasign.png
« Peu importe les distances qui nous sépare... tu occupes toutes mes pensées... Et du coup c'est comme si tu étais toujours auprès de moi. »
Oswald Whistler ~ Professeur Layton et la Diva Éternelle.


Dernière édition par Elerina le Mer 11 Aoû 2010 22:22; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Estel MessagePosté le: Mer 11 Aoû 2010 14:43   Sujet du message: Répondre en citant  
Angel of the hope


Inscrit le: 18 Fév 2010
Messages: 670
Localisation: DreamWorld
    Franchement cest une super suite ! Surprised Tout les évènements, qui se passent assez vite
    c'est vrai, mais ce n'est pas plus mal. Malgré ça c'est dommage que Vanitas ne soit pas
    resté fantôme plus longtemps ! Twisted Evil Sinon l'histoire est de mieu en mieu, la vie
    suit son cours ! xD Et j'avoue que cette phrase m'a bien faites rire :

    Citation:
    C’est mon bras droit qui me fait le plus mal, de plus ça m’étonnerait que tu me tires par les cheveux pour m’aider


    Mr. Green

    En tout cas, bonne continuation !

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Yulhia MessagePosté le: Mer 11 Aoû 2010 15:52   Sujet du message: Répondre en citant  
Memoria


Inscrit le: 25 Mai 2008
Messages: 2743
    J'aime bien cette suite. Je trouve juste dommage que Vanitas ne soit pas resté un fantôme longtemps. Enfin bon.
    Ethan enfin dénoncé ! Bien fait pour lui huhu (mais j'sais pas, j'ai l'impression qu'il va s'échapper pour revenir tuer Vanitas, ou quelque chose comme ça... on verra).

    Sinon, tu t'es trompée, ici :

    Elerina a écrit:
    - Il y a dix jours jours... j’ai vraiment cru que tu allais mourir... et si ça avait était le cas... je m’en serais voulue toute ma vie.

    A moins de voir double, il y a comme un "jour" en trop. Mr. Green

    Bonne continuation. Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1461s (PHP: 47% - SQL: 53%) - Requêtes SQL effectuées : 20