CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
[Fanfic] Mondes Alternés
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fiction] Par delà les cieux d'Androméda

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Abadjin Pieckoyt MessagePosté le: Dim 01 Nov 2009 19:52   Sujet du message: [Fiction] Par delà les cieux d'Androméda Répondre en citant  
Défenseur Galactique


Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 559
Localisation: Aux côtés du Catalyseur pour mettre fin à la menace des Moissonneurs...
Hello les Lyokofans ! Me revoici avec mon nouveau projet: une deuxième fiction de SF (again, je sais XD)... Cette fois je compte m'axer (et m'essayer surtout) sur le thriller que sur l'action comme j'en avais l'habitude jusqu'à présent... En attendant voici le prologue de cette fiction qui résume la back-story en guise de hors-d'oeuvre en attendant le chapitre un. Bonne lecture ! Wink

Par delà les cieux d'Androméda

Prologue


Notre histoire commence en 4793, l'humanité telle que nous l'incarnons aujourd'hui n'existe plus, la Terre elle-même est devenue un mythe, une histoire racontée aux enfants pour les endormir. Quand la Grande Ecocalypse des années 2000 éclata, le paradis de vie dans lequel vivait l'Homme s'est transformé en son pire cauchemar. Famines, épidémies, guerres... La spirale infernale était engagée et, alors que la situation semblait sans issue, une solution fut miraculeusement trouvée en 2167.

Une solution qui se présentait sous la forme d'une planète viable sur les plans climatiques et gravitationnels, un eldorado baptisé Androméda qui fut colonisé après un voyage de mille ans à travers les étoiles grâce à la station New Hope, un vaisseau géant construit en prévision. Androméda était une planète certes viable, mais inhabitée au moment où l'espèce humaine y installa sa biosphère. Un siècle fut nécessaire à la transformation de l'atmosphère de la planète et le millénaire suivant fut, quant à lui, consacré à la mise en place de villes et d'infrastructures.

Alors qu'une paix relative avait put être maintenue jusqu'alors (nous sommes en 4457), des dissensions apparurent au sein du Haut Conseil Gouvernemental, certains éléments de cette institution prônant une politique expansionniste à l'encontre des huit lunes et du champ d'astéroïde gravitant dans l'orbite de la planète afin d'en faire des sites industriels de premier ordre tandis que la majorité souhaitait appliquer un conservatisme absolu en voulant préserver ces terres vierges afin de ne pas refaire les mêmes erreurs que par le passé. La situation dégénéra ensuite rapidement quand Kaeldon Si'ruuk, le leader du mouvement expansionniste, décida de faire sécession en levant une flotte personnelle avec l'appui de ses partisans et enrôla de gré ou de force des familles entières pour la création de ses colonies. Ce fut près de 20% de la population qui embarqua pour aller s'établir dans les cieux d'Androméda et, avec elle, 60% du corps scientifique qui voyait dans ces évènements la possibilité de nouvelles recherches bien plus passionnantes que la stagnation dans laquelle était plongée la profession en raison de la politique proécologiste du gouvernement. Bien que vraie, cette réalité était largement assombrie et altérée par la propagande de Si'ruuk.

Trois premières lunes furent rapidement colonisées quasiment coup sur coup et commença alors une cohabitation entre le Consortium d'Expansion et le Clan Conservateur. Appliquant un protocole de non agression promu dès les premiers jours de la crise, les deux organisations firent bande à part se développant indépendamment l'une de l'autre. Les Conservateurs développèrent essentiellement une économie basée sur les services et les commerces de biens, leur production étant limitée par les protocoles d'écoprotection andromédains la croissance était lente mais stable, régulière et le niveau de vie restait potentiellement bon. Au contraire, la politique expansionniste du Consortium amena rapidement à la création de cités techno-industrielles qui servaient uniquement de dortoir à la population quand celle-ci ne travaillait pas dans les mines ou sur les chaînes de production. Une croissance fulgurante et très rapide suivi d'un énorme crash financier fut le fruit de la colonisation à outrance des lunes et du champ météorique d'Androméda. Cette expansion incontrôlée mena la population du Consortium à une précarité des plus consternantes, précarité qui empira effroyablement quand le conglomérat scientifique qui s'était mis en place au sein de l'organisation mit au point une robotique de pointe qui allait supplanter petit à petit les emplois humains dans les usines. C'est ainsi que la situation évolua pendant plus de trois siècles sans aucun contact entre les deux administrations.

Evolution qui ne connut aucun changement jusqu'en 4781 où un évènement inattendu se produisit. Une série d'émeute éclata sur la lune Androméda 3 quand l'administrateur local annonça une élévation des taxes. Cette révolte fut violemment réprimée et, en raison du pacte de non agression, aurait pu passer inaperçu si un groupe de résistants n'était pas parvenu à forcer le blocus qui empêchait tout contact avec l'extérieur de la zone expansionniste. Quand les renégats dévoilèrent leur histoire aux autorités conservatrices, ces dernières tentèrent alors de rentrer en contact avec leurs voisins, mais ceux-ci restèrent sourds à leurs appels. Voyant la complexité de la situation, les Conservateurs décidèrent d'opter pour une stratégie totalement différente des assauts directs prônés par les résistants. La machine de guerre créée par les deux corporations ne devant en aucun cas connaître de mouvements significatifs au sein des sphères de non agression, un groupe d'élite fut alors créé: le Corps des Infiltrateurs.

Ce qui était au départ un commando d'une dizaine d'hommes et de femmes se transforma rapidement en une institution agissant dans l'ombre aussi bien sur Androméda ou ses lunes. Le Champ Andromédain fut, à ce moment, jugé encore trop risqué. En effet, le champ d'astéroïdes était devenu au fil du temps un véritable bastion au centre duquel se trouvaient les quartiers généraux et les centres de recherches du Consortium, à l'abri derrière ce rideau de roches en perpétuel mouvement et près des trois quarts de leur flotte. Au cours des onze années qui suivirent les Infiltrateurs menèrent à bien leur mission: ramener en territoire conservateur les familles qui souhaitaient quitter le Consortium dans l'ombre de celui-ci. Malheureusement la tâche des Infiltrateurs fut malheureusement mise à jour et, considérant ceci comme une violation du pacte de non agression, le Consortium entra alors en conflit ouvert avec le Clan et les deux armées s'affrontèrent durant les huit mois qui suivirent. Le front de la guerre s'était limité pendant tout ce temps aux frontières stellaires entre les deux territoires mais, sans raison encore apparente, le Consortium déporta soudainement sa flotte à l'orée du champ d'astéroïdes où l'essentiel de leur flotte était concentrée.

Voyant là l'opportunité de mettre fin au conflit, une vaste opération d'Infiltration fut alors mise au point. Les meilleurs éléments du Corps devait profiter du chaos ambiant pour entrer dans le Q.G. du Consortium et capturer leur chef, mettant ainsi un terme à la guerre. A la tête de ce groupe se trouvait Rekhsann Gerridal, le meilleur Infiltrateur de l'époque. Le commando parvint jusqu'à la base Spectre, un complexe militaire situé à la surface du plus gros corps du Champ Andromédain. Mais alors que la navette furtive du groupe arrivait en orbite, un évènement inattendu se produisit: toute la surface de l'astéroïde Spectre se crevassa soudainement avant de se disperser violemment à travers l'espace et de libérer un vaisseau géant d'une vingtaine de kilomètres de long dont la partie visible était en fait la base du Consortium: le Marteau Ardent. Devant ce retournement de situation potentiellement risqué pour la flotte du Clan, le commando prit une décision, infiltrer le vaisseau amiral du Consortium et le neutraliser de l'intérieur. Parallèlement, la flotte conservatrice s'était enfoncée dans le Champ Andromédain et plusieurs vaisseaux purent entrer en contact avec le commando. Les Infiltrateurs parvinrent à se frayer un chemin à bord du vaisseau, au prix de la vie de plusieurs d'entre eux. Arrivés au centre du mastodonte de métal, les cinq survivants sur les sept membres que comptait le commando se séparèrent en trois groupes, deux duos iraient s'occuper des moteurs et du générateur énergétique du vaisseau tandis que leur chef prit le chemin du générateur de bouclier.

Si cette tactique marchait, le commando aurait alors quinze minutes pour évacuer avant le lancement de l'offensive finale contre la superstructure du Marteau Ardent. Les réacteurs lâchèrent en premier rapidement suivis par le générateur énergétique, le Marteau Ardent, alors arrivé à portée de bombardement d'Androméda, se mit à dériver dangereusement dans le cosmos, bien que vulnérable, le vaisseau de commandement représentait toujours un risque car ses boucliers étaient encore actifs. Dix longues minutes passèrent avant que ceux-ci ne soient plus que de l'histoire ancienne. Pendant ce laps de temps de nombreuses nacelles de survie furent interceptées par les vaisseaux du Clan qui récupérèrent ainsi de nombreux hommes du Consortium parmi lesquelles plusieurs hauts gradés de l'organisation mais toujours aucune trace de Grahalak Firmit, le chef du Consortium.

Le compte à rebours pour l'assaut final démarra, une nacelle contenant à son bord quatre Infiltrateurs fut même récupérée au bout de treize minutes mais Rehksann Gerrihdal, lui, n'était toujours pas réapparu. Contre les avis de ses subordonnés, les vaisseaux se mirent en position pour attaquer le Marteau Ardent. Le vaisseau était si imposant qu'il fallut un bombardement intensif et un coup au but des plus chanceux pour venir à bout de ce colosse qui fut violemment transpercé de part en part suite à une explosion qui scella son sort et le précipita pour de bon vers la surface andromédaine ou il s'enflamma dans l'atmosphère avant de répandre son immense carcasse métallique calcinée aux pieds de la chaîne d'Himalia, une zone montagneuse d'Androméda encore inhabitée et quasiment inexplorée. Suite à la disparition de leur vaisseau amiral et de leur chef, les vaisseaux expansionnistes se rendirent face à leurs opposants. La guerre était peut-être finie mais de nouveaux dangers rôdaient encore dans les cieux d'Androméda, la fin de cette aventure en annonçait bien d'autres...

_________________
http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/05//120205103503633029399575.png

Tel un feu purificateur, nous rétablissons l'équilibre.
Le Catalyseur s'adressant au Commandant Shepard,
quelques secondes avant l'activation du Creuset et la fin des Moissonneurs.

Tiré de Mass Effect 3
Liens de mes Fics et Fans Fics


Dernière édition par Abadjin Pieckoyt le Mar 01 Déc 2009 19:14; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Math MessagePosté le: Lun 02 Nov 2009 08:59   Sujet du message: Répondre en citant  
Math Rang


Inscrit le: 30 Déc 2007
Messages: 1218
Localisation: Avec Dora, mon héroïne préférée.
Ohoh ! Une nouvelle fic. Je te rassure, j'aime bien. Tu as un bon style. On croirait un documentaire ! Avec toutes ses dates, ses noms étranges, ça fait penser à un livre d'histoire. Il n'y a aucun dialogue, c'est une particularité. Je n'ai pas vu de fautes d'orthographes. On sent que tu as passé du temps sur ton prologue. Je ne sais pas si c'est moi, mais je me suis un peu perdu... Avec tous les noms bizarres là. En relisant une seconde fois j'ai bien compris.

J'attends la suiteuh.

_________________
http://img139.imageshack.us/img139/5196/signzb5.png

http://img7.hostingpics.net/pics/742987Commande1.png

Merci à Chdidi pour mon pack, à Iceberska pour l'userbar et à KiiSka pour la barre de rang !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Abadjin Pieckoyt MessagePosté le: Lun 09 Nov 2009 19:53   Sujet du message: Répondre en citant  
Défenseur Galactique


Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 559
Localisation: Aux côtés du Catalyseur pour mettre fin à la menace des Moissonneurs...
Chapitre 1 (1/2)
La Flamme du Phénix


Date Terrestre: 14 Novembre 4793, 5H34
Date Andromédaine: Année 1597, 61ème Décade, Jour 47, 10H47
*
Lieu: Département des Infiltrés

*(rendez-vous à la fin du chapitre pour plus d'explications sur la chronologie d'Androméda)

Une nouvelle journée pourrie par l'administration: toute cette holographie de routine, cette débandade de pixels, Syrallia commençait vraiment à en avoir assez. Marchant d'un pas vif à travers les corridors du département des Infiltrés, perdue dans ses pensées, elle se répétait intérieurement toutes les tâches qu'elle allait tenter de réaliser en cette seule journée. Arrivée face à la double porte automatique qui constituait l'entrée de son bureau, elle sortit de sa poche un databloc sur l'écran duquel elle commença déjà à pianoter avec un petit stylet en s'installant à son bureau. Déposant le petit objet, elle activa son oreillette:

- Garek ? J'aimerais savoir où nous en sommes sur le dossier du Marteau Ardent.

- Nous en sommes à 1583 dépositions concernant les hommes du Consortium, ça réduit le nombre de disparus à 2640.

- Et concernant le dossier de l'agent RG.001.562 ? s'enquit-elle avec une voix soudainement plus serrée.

- Désolé boss, toujours rien. Depuis que ce foutu vaisseau s'est crashé près des Himaliennes, c'est un peu la folie aux Renseignements. C'est bien la seule raison pour laquelle le dossier n'a pas encore été clôturé vu que ça fait plus d'un mois maintenant. C'est une question de temps avant que quelqu'un n'enquête officiellement, d'ici là je ferais tout mon possible pour vous trouver le max d'infos pendant mes heures libres.

- Merci lieutenant, tenez-moi informée, dit-elle en ressuyant la petite larme qui perlait dans le coin de son œil. Bon allez, au boulot maintenant, ordonna-t-elle à elle-même.

Pendant ce temps, à la surface d'Androméda, au pied du bâtiment qui servait d'entrée au département des Infiltrés, un homme encapuchonné dans une bure de cuir noir usée par le temps se faufila à l'arrière de la structure, près de l'entrée réservée aux agents et qui donnait accès à la partie "active" de l'organisation qui se trouvait en sous-sol.

- Nous ferons donc ainsi, une équipe sera chargée de fouiller les décombres du Marteau Ardent pour pirater les banques de données et les possibles informations qu'elles pourraient encore contenir pendant qu'une autre explorera les ruines de la passerelle de commandement pour essayer de localiser le corps de Grahalak Frimit, expliqua Syrallia au cinq hologrammes disposés en cercle devant elle.

- Partir à la recherche de données fantômes passe encore Syrallia mais courir après un corps qui a certainement pourri depuis longtemps qui plus est dans un vaisseau dont la structure peut s'effondrer à tout instant c'est vraiment de l'argent et du temps perdus, argua le doyen du Haut Conseil, un homme à la chevelure grise et dégarnie et à l'œil bleu inquisiteur, le deuxième étant masqué par un bandeau noir.

- Et que se passera-t-il si le chef du Consortium est toujours en vie ? demanda l'un de ses confrères aux yeux verts avec une barbe brune. On n'a pas la moindre idée de se qu'il adviendra par la suite, la paix est peut-être revenue mais elle n'est que relative et peut-être bien éphémère. Je soutiens le département des Infiltrés sur cette affaire.

- Moi aussi, annoncèrent les trois autres à tour de rôle.

- Bien puisque tout le monde semble contre moi, je vous donne également mon feu vert, annonça le vieil homme à contrecœur après quelques instants de réflexion.

- Dans ce cas je vais demander la formation des équipes sur le champ, je vous recontacterai quand j'aurai du nouveau.

- Dans ce cas la séance est levée.

Les hologrammes se dispersèrent les uns à la suite des autres et Syrallia se replongea dans sa besogne.

- Mettre ce vieux hibou d'accord avec les autres, c'est quand même pas une mince affaire, au moins une bonne chose de...

-*ALERTE ! PROBLEME DE SECURITE, SECTEUR 4 ! ALERTE ! PROBLEME DE SECURITE, SECTEUR 4 !*, annonça soudainement une voix féminine, tandis qu'une sirène d'alarme venait également de se déclencher.

Aussitôt avertie la directrice des Infiltrés s'empara de son oreillette et de son databloc avant de filer à toute allure hors de son bureau. Elle arriva en quelques minutes au bloc de sécurité: une vaste salle rectangulaire dont les deux murs latéraux étaient recouverts d'écrans devant lesquels régnait une totale effervescence. Le gérant de ce secteur vint à la rencontre de sa supérieure:

- Qu'est-ce qu'on a ?

- Un individu non identifié vient de pénétrer dans le périmètre de la base il est actuellement dans le Grand Ascenseur et il arrivera dans la salle centrale d'ici quelques minutes. Il est apparu sur nos caméras de surveillance à plusieurs reprises mais nous n'avons pas pu voir son visage. En revanche le scanner de la porte d'entrée s'est activé à son passage et il est immatriculé chez nous. Comme il est interdit entre agent de se les transmettre et que les données les concernant sont cryptées vous êtes la seule à pouvoir nous dire ce qu'il en est, conclut-il en lui tendant une micropuce que Syrallia s'empressa de connecter à son databloc. Quelques secondes s'écoulèrent avant que le programme ne décrypte le code transmis par les caméras.

- Impossible, murmura-t-elle avec un air effaré.

- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda l'homme de la sécurité. Eh ! Syrallia !

Trop tard, la directrice venait déjà de quitter le secteur à toutes jambes, débutant une course folle vers la salle centrale. Evacuée de l'intégralité de son personnel, cette dernière avait été totalement investie par les hommes de main du département. Une dizaine d'entre eux s'était d'ailleurs rassemblée en un demi cercle devant la porte de l'ascenseur principal, leurs armes prêtes à faire feu en cas de danger. La directrice arriva à l'instant ou le signal lumineux de l'élévateur s'activa pour indiquer une arrivée. Syrallia se mit à couvert derrière l'un des larges bureaux qui emplissaient la salle même si, au fond d'elle, elle éprouvait ce sentiment quasi-viscéral que tout ce déploiement de force serait inutile.

Elle garda un œil par dessus l'office administratif pour voir qui était ce visiteur quand les portes de l'ascenseur se déverrouillèrent. Quelques instants s'écoulèrent avant qu'une silhouette ne se découpe dans la légère pénombre de la cabine. Un homme de forte stature s'extirpa alors de ces ténèbres laissant les portes se refermer derrière lui. Vêtu d'un genre de bure en cuir très foncé et assez défraîchi, la capuche de celle-ci retombait en une légère pointe sur le front de son porteur, masquant ainsi son visage, ne laissant qu'apparaître sa bouche et une barbe de trois jours. Ses jambes étaient enserrées dans des bottes montantes grises anthracite munies de protège-tibias intégrés dans le cuir et dans un pantalon militaire noir et gris, en grande partie dissimulé par la bure qui descendait jusqu'au genou. Des mitaines de cuir venaient compléter la panoplie.

- Veuillez décliner votre identité, somma l'un des soldats qui le tenaient en joue.

- Je n'ai pas besoin de me présenter, petit, annonça calmement l'inconnu.

Le matricule, l'allure de cet homme et maintenant sa voix, cette fois Syrallia n'en doutait plus. Elle décida de sortir de sa cachette, attirant les regards de quelques soldats stationnés en base arrière et apparemment l'attention du visiteur qui esquissa un léger mouvement de tête vers la directrice quand elle s'avança dans sa direction.

- Gerrihdal ? murmura-t-elle quand elle arriva à quelques mètres de son interlocuteur.

- Drôle de façon que vous avez de recevoir des invités surprises, Androméda s'est arrêtée de tourner pendant mon absence ? ironisa-t-il en abaissant son capuchon.

Des yeux bleus azur, des boucles brunes surmontant un visage dont l'expression exprimait une force tranquille: Rekhsann Gerrihdal se tenait devant eux. La vue de leur meilleur élément déclencha une vague de stupeur sans nom à travers les rangs des soldats. Avançant de quelques pas, Rekhsann passa le rideau militaire pour retrouver la directrice.

- Commandant Gerrihdal ! s'exclama une voix dans le couloir donnant accès au reste de la base.

Une certaine cohue commençait à émaner du corridor. Donnant quelques consignes gestuelles rapides aux soldats stationnés dans la salle pour qu'ils contiennent les arrivants, la directrice entraîna Rekhsann vers une issue de service. Le couple n'échangea pas un mot pendant les dix premiers mètres qu'ils parcoururent. Ce fut le commandant qui brisa ce calme le premier:

- Bien joué, Syl', tu as obtenu la place que tu cherchais malgré tout ce qui s'est passé, avec les pressions que tu as enduré je sais que ça n'a pas dû être facile.

A l'entente de ces mots, Syrallia se retourna vers lui, les yeux brillants. Quelques instants de contemplation silencieuse entre le revenant et la dirigeante et celle-ci s'effondra en sanglots nerveux dans les bras de l'homme qu'elle avait désespérément voulu revoir plus que tout au monde, celui qu'elle aimait.

- Je t'avais dit que j'en reviendrais, lui murmura-t-il en l'entourant de sa plus tendre étreinte.

- Je croyais que tu étais mort avec ce fichu cercueil de l'espace, avoua-t-elle en se blottissant contre lui comme une enfant apeurée.

- Je m'en suis tiré, la rassura-t-il en passant sa main dans ses cheveux dorés. Ecoute, dès que j'aurai passé mon débriefing auprès du Haut Conseil, je te promets de t'expliquer ce qui s'est passé.

- Ca ne sera pas la peine, dit-elle la voix toujours légèrement hoquetante. Ton dossier n'est même pas encore passé dans une commission d'attribution.

- Ce qui veut dire ? demanda le jeune homme pour qui l'administration était un défi plus grand encore que d'infiltrer seul une armée entière de Marteaux Ardents.

- Ca veut dire que d'un point de vue légal tu as toujours un statut de porté disparu, en d'autres termes c'est comme si tu rentrais de mission. Donc je vais convoquer le Haut Conseil et ils assisteront au rapport que tu vas me faire.

- D'accord, mais avant il me reste un dernier détail à résoudre, ajouta-t-il en passant sa main dans les quelques mèches ondulées qui tombaient en cascade sur les épaules de la jeune femme.

- Et qu'est-ce que..., eut-elle juste le temps d'articuler avant que Rekhsann ne presse ses lèvres contre les siennes. Cette sensation exquise d'être réduite à la complète impuissance, ce sentiment de totale paralysie en sa présence, cette fragilité des sens que Syrallia n'avait jamais connu avec un autre homme s'empara de nouveau d'elle, plus enivrante que jamais, s'infiltrant dans tout son être. Priant hypothétiquement pour que ce contact fort et doux à la fois dure pour l'éternité, Syrallia fut ramenée à la réalité quand celui-ci prit fin, se retrouvant maintenant plongée dans les iris bleutées de son amant, cette couleur céleste à laquelle elle avait succombé lors de sa rencontre avec Rehksann il y a maintenant quatre ans, quatre années de passion dévorante et tenue secrète dans la mesure du possible et du raisonnable.

- Tu m'as manqué. Vous m'avez manqués, s'empressa-t-il d'ajouter en posant sa main sur le ventre de Syrallia.

- On ferait mieux d'y aller, il y a quelque chose dont il faudra que je te parle en privé après la réunion du Haut Conseil, lui intima-t-elle en prenant sa main dans les siennes avant de l'inciter à la suivre dans le corridor, visiblement mise mal à l'aise par le geste de tendresse de Rekhsann. Malaise aussitôt perçu par ce dernier, mais il fit mine de rien, il savait que Syrallia aurait besoin de toute son énergie pour les révélations qu'elle allait bientôt entendre.


Explication de la chronologie:

Gravitant autour d'une géante bleue, une étoile bien plus grosse, bien plus chaude et bien plus lumineuse que notre Soleil, Androméda possède ainsi une orbite située à 327 millions de kilomètres de son étoile, cet éloignement ayant épargné à la planète une irradiation complète en lui donnant un climat légèrement froid d'une moyenne de 7°C.

Cet éloignement a également engendré des modifications des repères chronologiques: une année Andromédaine dure ainsi 1360 jours et 3 heures terrestres répartis en 1088 jours andromédains (une journée y durant 30 heures). Ces jours sont répartis en 108 décades de 10 jours chacunes et la dernière décade, qui clot l'année, se constitue des 8 jours restants avec un neuvième jour additionnel tous les dix ans pour compenser les 3 heures restantes provenant de la durée orbitale de la planéte (3X10=30, une journée andromédaine faisant 30 heures celà fait un jour tous les dix ans, pour les vilains lecteurs qui n'auraient pas compris Mr. Green), c'est le principe de nos années bissextiles, cette décade de neuf jours se nommant alors la décade décennale. Voilou si je n'ai pas été assez clair dites le moi je tenterai une autre explication. Wink

La suite de ce chapitre prochainement !

_________________
http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/05//120205103503633029399575.png

Tel un feu purificateur, nous rétablissons l'équilibre.
Le Catalyseur s'adressant au Commandant Shepard,
quelques secondes avant l'activation du Creuset et la fin des Moissonneurs.

Tiré de Mass Effect 3
Liens de mes Fics et Fans Fics
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Math MessagePosté le: Mar 10 Nov 2009 08:25   Sujet du message: Répondre en citant  
Math Rang


Inscrit le: 30 Déc 2007
Messages: 1218
Localisation: Avec Dora, mon héroïne préférée.
Tu ne te serais pas inspiré de Tara Duncan ? L'idée de changer la chronologie c'est une idée qui se retrouve dans Tara Duncan.
Enfin bon, je ne comprends toujours pas grand chose. Alors c'est peut être moi. Je suis peut être complétement à la ramasse... Pour moi, ça fait beaucoup de prénoms à mémoriser. Tu ne pourrais pas faire un petit résumé au début du chapitre ? Une sorte de synthèse de ce qui c'est passé.
On se sent vraiment dans l'action. Une bonne fic fait toujours cet effet là. La description est superbe. Tu as une manière très poétique de dire que les personnages s'embrassent. On sent vraiment qu'il y a du travail derrière cette fic. Bravo ! Continue et j'attends la suiteuh

_________________
http://img139.imageshack.us/img139/5196/signzb5.png

http://img7.hostingpics.net/pics/742987Commande1.png

Merci à Chdidi pour mon pack, à Iceberska pour l'userbar et à KiiSka pour la barre de rang !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Cerise MessagePosté le: Mer 11 Nov 2009 17:38   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 02 Nov 2009
Messages: 77
Localisation: Quelque part en France...
Citation:
Tu ne te serais pas inspiré de Tara Duncan ? L'idée de changer de chronologie c'est une idée qui se retrouve dans Tara Duncan

Math je suis d'accord avec toi (et au passage: Vive Tara Duncan !Mr. Green)

Abadjin Pieckoyt je trouve ta fic vraiment bien ! Tous est détaillé (même si il m'a fallut plusieurs lectures pour bien comprendre,mais bon c'est qu'un détail !) En plus y a pas de fautes d'orthographes (du moins,j'en est pas vue ! ) Je suis pressée de voir la suite !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Abadjin Pieckoyt MessagePosté le: Mar 01 Déc 2009 14:36   Sujet du message: Répondre en citant  
Défenseur Galactique


Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 559
Localisation: Aux côtés du Catalyseur pour mettre fin à la menace des Moissonneurs...
Merci à vous deux, ça fait vraiment plaisir... Eh non ! Je ne me suis pas inspiré de Tara Duncan, je n'ai même jamais lu un de ses livres. Twisted Evil *sort son armure cybernétique pour échapper aux projectiles diverse qu'on lui envoie*

Concernant vos remarques, je vais dorénavent instaurer un Dramatis Personae à chaque début de chapitre avec tous les personnages auquel il est fait allusion dans l'extrait en question. Wink

Spoiler


Chapitre 1 (2/2)
La Flamme du Phénix


Le couple poursuivit sa route et arriva directement dans le bureau de la jeune femme par une porte secondaire. Le commandant se plaça dans l'un des trois sièges qui faisaient front à celui de Syrallia, cette dernière s'installant d'ailleurs dans l'un de ceux-là après avoir activé une communication vers le Cabinet Gouvernemental. Une réponse leur revint en à peine quelques secondes. Les cinq hologrammes se matérialisèrent dans l'instant qui suivirent. L'expression intriguée du Haut Conseil se mua rapidement en effarement total quand ils virent le visage qu'ils pensaient disparu pour toujours. Une fois les premières stupeurs passées et quelques détails administratifs échangés avec la directrice, Rekhsann put faire son récit:

- Quand je suis arrivé dans la salle du générateur, Grahalak Frimit m'attendait. Il avait enfilé une armure de combat, un espèce de prototype que je n'avais encore jamais vu. J'ai utilisé toutes les armes que j'avais sur moi et rien n'a affecté cette saleté. Les projectiles énergétiques ou métalliques, les munitions explosives, rien. C'est à ce moment que mes hommes ont dû coupé les circuits électriques et les propulseurs. En l'espace de quelques minutes les générateurs gravitationnels se sont coupés nets et le circuit auxiliaire d'énergie nous a plongé en semi-obscurité. J'en ai profité pour balancer une grenade dans le circuit de ventilation du générateur de bouclier et il a explosé par surchauffe quelques minutes plus tard. La déflagration a alors provoqué un effondrement du plancher et, à cause des semelles magnétiques de son armure, Frimit a été entraîné dans la superstructure du vaisseau. Moi, j'ai réussi à me sortir de là en nageant dans les airs jusqu'à que quelqu'un active des compensateurs d'urgence et ne rétablisse un effet de pesanteur à bord. Autant vous dire que le fait de me trouver dans une cage d'ascenseur à ce moment-là ne m'a pas été très profitable. J'ai fait une chute d'une dizaine de mètres jusqu'au plafond de la cabine en me fêlant quelques côtes au passage. Quand j'ai enfin pu me sortir de ce traquenard je me suis aperçu que l'un des tirs de Frimit avait perforé ma combinaison de combat et j'avais perdu pas mal de sang. Je me suis traîné dans les corridors jusqu'à une infirmerie où j'ai pu piocher dans les soins d'urgence sauf qu'à ce moment le vaisseau a commencé à être pilonné. Vu l'état dans lequel j'étais, je savais que je n'aurais pas assez de forces et de temps pour atteindre une nacelle de survie. Quand le Marteau Ardant a commencé à plonger vers Androméda, je me suis réfugié dans un local qui juxtaposait des containers d'azote liquide, c'est ce qui m'a protégé de son incinération quand il est entré dans l'atmosphère. Après je ne sais plus vraiment ce qui s'est passé j'ai juste eu le temps de m'injecter une dose des produits régénérateurs que j'avais pris dans le poste médical, ma tête a ensuite cogné contre quelque chose de dur et je me suis évanoui. Quand je me suis réveillé, j'étais étendu sur le sol de ma planque, entouré par les débris et les décombres en tout genre. C'était un véritable four là-dedans mais j'ai finalement pu gagner une sortie en passant par les tunnels de service du cryo-circuit. La température y restait encore supportable est l'air n'était pas trop vicié. Au bout de deux jours j'ai trouvé une brèche dans la coque et je me suis extirpé de l'épave. En chemin j'avais pu récupérer quelques rations de survie trouvées sur des corps ou dans des réserves qui n'avaient pas été détruites dans le crash. Une fois dehors, je me suis accordé un délai d'une journée pour reprendre des forces et tâcher de savoir où j'avais atterri. Vu le relief de la région, je n'ai pas tardé pour savoir dans quelle direction m'orienter. J'ai ensuite entamé mon trajet de retour. Il y a une décade j'ai atteint une colonie indépendante où j'ai pu me reposer et avoir une vraie cure régénératrice. J'ai ensuite profité d'un convoi de marchandises pour revenir sur la capitale.

- Et pourquoi n'avez-vous pas activé votre traceur, commandant Gerrihdal ? Nous aurions pu vous retrouver il y a longtemps.

- Mon traceur a été détruit au moment du crash. Je m'en suis aperçu à ma sortie de l'épave. Comment ça va se passer maintenant ? Mon matricule est toujours valide ?

- Valide et prêt à réactivation dès la clôture du dossier, commandant, s'empressa de répondre Syrallia. Cette réaction spontanée fit sourire les membres du Haut Conseil (à l'exception du doyen au bandeau noir). Bien que son histoire avec Rekhsann n'était plus un secret depuis longtemps pour eux, la jeune femme avait toujours mis un point d'honneur à ne pas l'étaler en leur présence, que ce soit dans le global ou dans les détails patronymiques.

- Bien je pense que j'ai dit l'essentiel, si vous n'avez plus besoin de moi, j'aimerais retourner dans ma loge.

- Bien sûr commandant, acquiesça l'un des membres du Haut Conseil.

Rekhsann se leva de son siège lançant un regard complice à sa compagne qui le lui rendit. La jeune femme le suivit du regard jusqu'à ce que la double porte ne se referme sur son passage et elle se concentra de nouveau sur ses interlocuteurs. Un quart d'heure plus tard, après avoir réglé quelques détails auprès du Haut Conseil, Syrallia déambulait dans les logements de service des Infiltrés: un vaste réseau de corridors ombragés autour desquels s'organisaient des portes à accès magnétique sur lesquels figuraient le matricule et le portrait holographique de l'occupant. Quand la directrice arriva au niveau de la loge de Rehksann, elle passa devant le lecteur une carte qui déverrouilla l'accès. Le panneau métallique coulissa et laissa la jeune femme rentrer.

La pièce était large et aménagée au goût du locataire, dans le cas de Rekhsann c'était un agencement et une décoration très sobre qui régentaient les lieux. Un ensemble de rangements surplombant un lit encastré, le tout formant une alcôve des plus reposantes, et sur le mur en face, un large bureau dont une partie avait été transformée pour servir d'établi. Le commandant sortit alors du bloc sanitaire situé au fond. Torse nu et sa bure de cuir sur le bras, il avait enfilé un pantalon de mécanicien et se dirigeait maintenant vers l'alcôve pour y ranger sa cape de cuir et au passage prendre le haut de son habit. Le tablier de mécanique, cependant, laissait toujours les bras du jeune homme apparents, ainsi que les tatouages recouvrant celui de droite. Trois idéogrammes chinois et un ensemble tribal se prolongeant sur l'épaule et le flanc. Les symboles asiatiques, disposés les uns au dessus des autres sur son cœur signifiaient respectivement : force, chaleur et innocence. Quand au tatouage tribal, qui s'étendait du dessus de son poignet jusqu'au niveau des côtes flottantes, celui-ci enserrait l'intégralité de son bras et Rehksann le faisait rallonger d'une branche à chaque retour victorieux de mission. Il enfila rapidement le tablier de cuir noir sans pour autant en verrouiller les fermoirs d'argent, laissant sa musculature respirer.

La jeune femme vint s'asseoir au bord du lit, rejointe par son amant dans un mouvement presque simultané. Elle se cala dans le creux de son épaule en se laissant tomber contre lui, Rehksann passa son bras autour d'elle. Cette dernière eut alors tout le loisir d'observer les méandres du tatouage rituel avec toutes ses branches symbolisant chacune une mission réussie.

- Un sacré tableau de chasse quand même, souffla-t-elle sur un ton mêlant son respect pour la réussite de son compagnon et sa fascination pour une telle tradition qui pouvait passer pour totalement dépassée à cette époque.

Le regard de la jeune femme glissa alors vers la ceinture abdominale de Rehksann et crut entrevoir, dans l'ombre du tablier de cuir un très mince bourrelet de peau qui se trouvait sur la gauche à hauteur de l'appendice .

- La cure régénératrice n'a pas effacé tes cicatrices ?

- Je ne crains d'avoir eut besoin d'altérer le récit de ma mission tout à l'heure, lâcha-t-il après quelques secondes de silence. En ce qui concernait ma sortie de l'épave en tout cas.

- Comment ça ?

- Quand je suis sorti du Marteau Ardent j'étais dans un état critique et je me suis écroulé dans les débris, je n'ai pas repris ma route le jour suivant. Je suis sorti de mon coma au bout de treize jours mais là où ça coince c'est que j'étais totalement remis de mes blessures, alors que j'étais sur le point de mourir. Pas une égratignure, pas une coupure...à part ça, ajouta-t-il en se levant avant de laisser glisser le pan gauche de son tablier.

Rehksann dévoila complétement le petit repli cutané qui avait attiré l'attention de sa compagne. Ce que Syrallia avait entrevu était en fait une partie de l'ovale qui constituait la périphérie de la cicatrice. Cette trace grise presque argentée marquait dorénavant la peau de son amant en formant un filament ovale de la superficie d'un oeuf de caille. Le centre de cette figure était occupé par un cercle très réduit, le tout formant comme un œil. Le plus étrange c'est que la petite surface de peau contenue dans cette cicatrice des plus atypiques était intact, comme si les deux figures étaient venues se déposer sur l'épiderme. La jeune femme se leva à son tour et s'accroupit pour voir cette marque de plus près. Elle passa très délicatement ses doigts sur la marque, remarquant au passage qu'elle ne semblait pas faire souffrir son compagnon. Elle se releva et Rehksann remit correctement son tablier en en clipsant quelques fermoirs.

- Et il n'y a pas que ça. Quand je suis revenu à moi j'étais allongé à l'écart de l'épave à une centaine de mètres des premiers débris, mes vêtements et mon équipement étaient intacts comme si je venais de me les procurer et cette cicatrice est venue remplacer l'impact de laser que m'avait fait Frimit.

- Sans compter le fait qu'une cure régénératrice, normalement, met plusieurs décades à recréer les tissus perforés par un tir de blaster sans laisser de traces, et là en à peine plus d'une tu as totalement cicatrisé en gardant cette marque.

- Aucune mission n'a été entreprise pour explorer les ruines et leurs alentours ?

- Si, il y a eu en tout trois missions d'une décade chacune qui a exploré les alentours et le champ de débris ainsi que le cocon avant du Marteau Ardent. La prochaine doit partir d'ici trois jours et explorer uniquement le vaisseau.

- Comment c'est possible alors qu'ils ne m'aient pas retrouvé ?

- Peut-être que tu as été emmené à l'abri et soigné, je ne sais pas. Ce ne sont pas les planques et les Colonies Indépendantes qui doivent manquer dans les Himaliennes. C'est officiellement inexploré et c'est un milieu plutôt rude, ça serait parfait pour y dissimuler une base ou des structures.

- La prochaine mission, est-ce que je pourrais en être ?

- Pardon ?! s'enquit la jeune femme sur un ton choqué.

- Je voudrais participer à cette expédition. En tant que conseiller technique pour guider les hommes à l'intérieur de l'épave.

- Ca ne serait pas plutôt pour tirer au clair ces fameux mystères qui entourent ta guérison ?

- C'est juste que..., le ton de Rekhsann se fit soudainement plus tremblant. Syrallia savait ce qui tourmentait vraiment son amant. Elle le prit délicatement par l'épaule et l'invita à se détendre, celui-ci s'allongea et cala ensuite sa tête sur les jambes de sa dulcinée.

- Je sais que tu as une horreur monstre de ces trous noirs, mais tant que ton matricule n'aura pas été réactivé je ne pourrais rien te confier, lui avoua-t-elle, en caressant avec une douceur quasi-maternelle les cheveux de Rehksann.

- Merci, lui-souffla-t-il quelques instants plus tard. Je ne sais pas comment j'aurais pu m'en sortir sans toi il y a six ans.

Plusieurs secondes passèrent, lourdes de silence. Voyant que Syrallia ne répondait pas, le commandant se retourna et s'aperçut que sa compagne regardait dans le vide, comme si son regard fuyait quelque chose. Le jeune homme se releva et passa sa main sur la joue de la jeune femme.

- Syl' qu'est-ce qui ne va pas ?

La jeune femme resta figée encore quelques instants avant de tourner un regard humide vers son compagnon:

- Je crois qu'il faut qu'on parle, se contenta-t-elle de répondre.


Voilà pour ce chapitre, à vos commentaires !

_________________
http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/05//120205103503633029399575.png

Tel un feu purificateur, nous rétablissons l'équilibre.
Le Catalyseur s'adressant au Commandant Shepard,
quelques secondes avant l'activation du Creuset et la fin des Moissonneurs.

Tiré de Mass Effect 3
Liens de mes Fics et Fans Fics
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Cerise MessagePosté le: Mar 01 Déc 2009 17:46   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 02 Nov 2009
Messages: 77
Localisation: Quelque part en France...
Bravo ! Very Happy
Ta fic avance et elle est toujours aussi bien ! Elle est très réaliste et on se sent vraiment dans l’action !
Il y'a pratiquement pas de fautes d’orthographes, qui sont inutiles de citer car se sont dans l’ensemble de petites fautes d’accords et d’accents qui ne gênent pas la lecture.
J’aime bien le thème de ta fic, on se croirait vraiment dans le futur ! En plus tu détaille tout super bien,donc ça rend encore mieux .

Hum…je ne sais pas quoi dire de plus a par :
Vivement la suite !!! Mr. Green

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0708s (PHP: 60% - SQL: 40%) - Requêtes SQL effectuées : 18