CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
[One-Shot] Soudain, la théière siffla.
Code Lyoko Projet Saison 5
[Galerie] Trucs, bidules, choses Made...
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Votre forme maléfique de Jérémie préf...
[Fanfic] Replika on the Web
Le Point : Quand le dessin animé vire...
[Fanfic] Le risque d'être soi
Parodie Audio - Code Lyok Ouille
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fiction] Les dix coeurs

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes


Page 1 sur 2

Aller à la page 1, 2  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Lest MessagePosté le: Lun 01 Jan 2007 18:44   Sujet du message: [Fiction] Les dix coeurs Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
Chapitre 1:


Seule, dans sa chambre, Keili se réveilla en sursaut. Tremblante, elle se leva en reconstituant son rêve. Elle a enfin vu son coeur se séparer. Se disperser et s'envoler. Comme toutes les Arukas, elle doit voir en rêve le but de sa quête future. Lorsque que les Arukas atteignent l'âge adulte, elles voient leurs coeurs choisir qui elles aimeront. Le plus souvent, il y en a pas plus que trois ou quatre, mais là, dix morceaux se sont échapper. Keili a aussi aperçut le visage des dix personnes qu'elle allait devoir chercher. Ils étaient tous loin, loin des frontières d'Arukan, loin de tous les endroits qu'elle a visités.
Elle jeta un coup d'oeil sombre sur son miroir et vis une jeune fille au cheveux rouges, d'une extrême raideur, aux yeux vairons, l'un vert, l'autre bleu. Sa peau était plus pâle qu'à l'habitude. Lorsqu'elle détacha les yeux de son reflet, elle soupira longuement.
Sans se douter du périlleux voyage qu'elle va devoir entreprendre, elle se rendormie.
Elle avait l'impression d'avoir dormi que quelques minutes quand sa mère la réveilla. Elle prit son petit-déjeuner en silence, méditant sur ses songes jusqu'à ce que sa mère lui dit:

" Keili, tu ne dis rien, il y a quelque chose qui te tracasse ?
- Hein ? Ah, heu, c'est que cette nuit, j'ai vu mon destin.
- OH ! Et... combien ils étaient ?
- .....
- Un nombre grand non ?
- Dix....."

Sa mère n'ajouta plus rien, abasourdie.Jamais une jeune fille avait eu plus de cinq personnes qu'elles aimaient. Elle même n'en a eu que trois. Quand elle réussi à dire quelque chose, elle balbutia:

"Et, tu sais ou ils vivent ?
- Par delà les frontières d'Arukan, dit Keili d'un ton morne.
- Non.....
- Je vais devoir te quitter quand l'heure viendra."

Sa mère était abattue. Mais elle emmena sa fille voir le sage de leur village, Tahmu. A partir de l'entrée de sa demeure, seule Keili pouvait rester. Les larmes aux yeux, sa mère la laissa et partit en courant après de brefs adieux. Keili pénétra dans la maison, tremblante. Elle vit au centre qu'au centre de l'unique pièce se tenait Tahmu, le dos courbé par l'âge.
Se levant lentement, il observa Keili, ferma les yeux et murmura une prière. Quand il les rouvrit, il dit d'une voix rocailleuse:

" Je sais pourquoi tu es ici. Je sais que tes rêves t'ont montrés les dix personnes que tu devras chercher. En suivant ton coeur, tu les trouvera. Mais sache une chose, en dehors d'Arukan, certaines personnes n'ont plus de coeurs, la plupart. Plus de sentiments, sauf ceux de la haine et de la colère. Si dans ta quête, l'un des dix hommes que tu cherchera sera comme ça, il faudra que tu les tus.
- Je ne pourrais jamais faire ça !
- Mais tu le devras."

Il lui tendis un collier ou pendaient dix pierres taillées, formant des motifs différents et magnifiques. Chacune des pierres brillaient d'un éclat faible. Certaines plus que d'autre:

" Regarde ce collier. Chaque pierres représente une partie de ton coeur. Lorsqu'une partie se meure, la pierre explosera. Si la dernière explose, tu mourras.
- Je, je n'en veux pas !
- C'est une obligation. Que tu l'ai ou pas, tu sera morte si les dix personnes meurent aussi. Il t'aidera aussi a les trouver. Plus une pierre brille, plus tu te rapproche d'un quartier de ton coeur. Alors, garde-le."

Keili s'en saisi et le mit. Une douleur la frappa et le collier s'enfonça lentement dans sa peau. Tahmu lui expliqua qu'il sortira que si elle en a besoin et que la douleur ne reviendra pas. Il l'emmena ensuite dans le fond de la pièce et lui montra trois armes. La première était une grande épée, légère et maniable. Les motifs gravés avaient une beauté irréelle. La lame était d'un bleu sombre piqueté de bleu cristallin.
La deuxième était un grand arc taillé dans du bois de haute qualité. Les flèches et le carquois était vert émeraude.
La troisième n'était qu'un simple couteau, mais sa lame était tranchante. Sinon, il avait rien de spécial. Tahmu lui révéla alors les pouvoirs des armes:

" L'épée a été forgée dans un alliage de métal très résistant, la poignée est adaptée tout spécialement pour toi. La lame ne s'effilera jamais et je te garantie qu'elle tranchera n'importe quoi. Le bois de ton arc aussi est très résistant, mais fais attention à la corde si tu la tires trop fort ! Et pour finir, le couteau. Lorsque tu le lanceras, il atteindra toujours sa cible. Mais il n'y en a qu'une: le coeur des personnes que tu chercheras. Sinon sers-toi en comme un simple couteau.
- Je serai me montrer digne de vos présents.
- Je te fais confiance pour ça. Maintenant tu es prête à partir au loin."

--Message edité par Saphira le 2007-04-13 16:26:51--

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Tifa MessagePosté le: Lun 01 Jan 2007 19:10   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 2896
Localisation: Ici et là.
Super génial magnifique super ! SmileSmile J'adooore Saphii c'est super ! Vivement la suite !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Arya MessagePosté le: Lun 01 Jan 2007 19:20   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 1974
Localisation: Au pays imaginaire .
Apart un petit problème de présentation et quelques légères répétitions, la fic est très bien ! Vraiment, super. Il me tarde de lire la suite;)
_________________
http://nsa26.casimages.com/img/2011/05/01/110501055954728454.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Elfy MessagePosté le: Sam 06 Jan 2007 17:28   Sujet du message: Répondre en citant  
Elfy Rang


Inscrit le: 09 Mar 2005
Messages: 575
Localisation: Entre la peur d'etre seule..et la crainte de perdre mes amies..
Je l'ai lus et je trouve que c'est SUPER continue comme ca t'es sur le bon chemin

Juste quelques ptit'e mais vraiment ptit'e j'ai dit ^^ maladresse de présentations sinon c'est SUPER continue comme ca je t'encourrage beaucoupp!!!!!!!!!!!!!!

--Message edité par khadij le 2007-01-06 17:29:50--

_________________
http://img401.imageshack.us/img401/8365/packsignatureelfyoe5.png

http://www.mezimages.com/up/08/439829-Untitled-4.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Lest MessagePosté le: Sam 06 Jan 2007 17:42   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
mici mes namie pour vos commentaire;) j'ai enfin fini le chp 2 qui est plus long que le 1er quand même ^^

a partir d'ici, chaque chp aura un nom ^^ (celui de la pierre qui s'activera)

Chapitre 2:

L'aile de Faucon Pourpre.


    Enfin Keili avait fini d'escalader la plus petite montagne qui séparait Arukan du reste. Elle se félicita d'avoir emmené son cheval, car sinon elle serait à peine arrivée au sommet. Ses provisions allait être entièrement consommée. Elle pressa l'allure, le coeur battant. Du haut de la montagne, elle avait aperçut une grande plaine verdoyante qu'elle allait devoir traverser. Et aussi un gros nuage noir, se dirigeant lentement, mais sûrement vers elle. A cette pensée, elle trembla en pensant aux complications qu'elle devra endurer. Ça permettra au moins de remplir sa gourde. Keili s'allongea sur l'herbe et admira le coucher du soleil. Jamais elle n'avait connu ces couleurs, ces lueurs, ces reflets. Les larmes montèrent lentement, et coulèrent lentement pendant qu'elle pensait à sa mère. A un père qu'il avait jamais rencontré, aux amis qu'elle avait, à ceux qu'elle aurait pus rencontré. Appréciant le calme avant l'orage, elle entrouvrit ses yeux.
  Une fine pluie s'ajouta au paysage, trempant ses habits, ses cheveux son visage. Elle ne fit rien pour se couvrir, Juste elle referma les yeux, attendant que le gros de la tempête arrive. Une bourrasque la tira de sa léthargie brusquement. Keili sauta sur ses pieds, affolée par le changement brusque. Son cheval était trop énervé et frigorifié pour l'écouter, ses affaires s'envoler, emportées par le vent glacial. Elle voulu ramasser ses affaires, mais elle était emportée sans arrêt par des bourrasques incessantes. Ses yeux pleurés à présent, fouettés et sans protection. Elle se mouvait avec lenteur et difficulté. Longtemps, Keili attendit seule que la tempête se calme.
    Le matin, les lueurs rosées de l'aube se reflétaient sur les gouttelettes d'eau accrochées aux brins d'herbe. Tout scintillait. Le paysage était entièrement lavé. Keili ouvrit ses yeux avec régale, observant la beauté de la plaine remise a neuve. Elle ne pût s'empêcher de sourire en contemplant les rayons du soleil et les mini arc-en-ciel que produisaient le mouvements de chaque gouttes qui tombaient d'un brin d'herbe. Se ressaisissant, la jeune fille ramassa ses affaires éparpillés et sella son cheval. Sa chevauché monotone repris de l'allure, elle devait se presser. Quelque chose vibra sur sa poitrine, son collier sortit et Keili vit une pierre briller. Un bonheur vînt embraser le coeur de la jeune fille et ses lèvres s'étirèrent lentement. Elle ne faisait plus attention à son voyage jusqu'à ce que son cheval poussa un hennissement et s'arrêta.
    Keili cligna des yeux par surprise, et vit sur sa route un jeune garçon assis, entourant de ses bras ses genoux repliés. Elle ne distingua que les haillons qu'il portait car il lui tournait le dos. La pierre ne lui indiquait pas cet inconnu, mais elle lui parla quand même. lorsqu'il tourna la tête, elle fut frappé par la maigreur de son visage, de la pâleur de sa peau. Puis, elle plongea son regard dans le siens, et vit de grand yeux jaunes qui la regardaient avidement. Ils brillaient étrangement, mais il était vide. Vide de sentiments, dénué de vie. Un large sourire s'étala sur le visage du garçon, découvrant des dents pointues et légèrement rouges. Un sourire sans cruel, sans joie avide d'une proie quelconque. Le cheval de Keili rua d'un coup, la faisant tomber à un mètre du garçon. Une expression mêlant peur et égout se dessina sur son visage. Il eu un petit rire qui se prolongea longuement et s'amplifia au cri aiguë que poussa Keili. Elle se mit a courir en hurlant, sa gourde et son sac de provisions se claquant contre elle violemment. Lorsqu'elle eu plus de souffle, assez loin pour s'arrêter, elle chuta sur ses genoux, une douleur cuisante à ses côtes. Elle resta affalée contre un arbre ou elle a pus se hisser. Le sourire du garçon était gravé dans ses  yeux, son rire lui vrillé encore les tympans. Le coeur battant, elle analysa sa situation:

" Maudit baudet, je vais faire quoi maintenant ? Pas de villes ni de villages dans ce coin paumé, je suis partit faire quoi ici ! Bon, calme toi Grande et trouves une solution... "

    Les yeux fermés, elle resta plusieurs minutes a réfléchir sur le sujet, sans apporter de réponse. Lorsqu'elle les rouvrit, le garçon était l'avait rattrapé et à présent, il a fait un bond et il allait lui sauté dessus. Sans avoir le temps de pousser un cri, elle se recroquevilla sur elle-même, attendant une souffrance prochaine. Mais elle ne vint pas et à la place, elle entendit une flèche sifflait. Elle décida d'ouvrir ses yeux et aperçut le garçon, une flèche figée dans le crâne. Pas une goutte de sang coula, mais le corps disparu dans une flamme sombre pendant qu'il chuta. Keili tourna vivement la tête vers son sauveur. Elle vit sur son visage un air déterminé, aussitôt remplacé par un large sourire. Une large cicatrice s'étaler sur sa joue gauche. C'était un jeune homme de son âge, brun les cheveux ébouriffes. Des yeux bleus clairs brillait de malice et de maturité. Il lui tendit une main gantée pour l'aider à se relever. Elle aussi eut un sourire. Il lui dit d'une voix chaude et accueillante:

" Salut ! J'm'apelles Melaan ! T'es une nouvelle ici ?
- Heu, moi c'est Keili. je suis en train de voyager. Tu connais le coin ?
- Et ben, t'es une veinarde toi. Ici, c'est chez moi. Je peux te faire tout visiter, si t'a besoin d'aide !
- Merci, j'accepte volontiers ! Mais, c'était quoi ça ?
- L'autre gars ? Un mec un comme autre. T'en trouveras plein ici, faut tous leurs exploser la tronche, dit-il d'un ton amer
- Pourquoi il est comme ça aussi ?
- C'est parce qu'il est mort. Il n'avait plus de coeur. Plus de sentiment plus rien. Pour eux, ils pensent qu'en tuant d'autre personnes, ils auront leur coeur. Mais ça ne renforce que leurs nombre. N'est pas de pitié pour eux, car ils en auront pas pour toi. C'est pour ça que j'ai eu cette foutu balafre. Certains sont plus intelligent que lui. Il était plutôt borné par rapport à certains qu'on verra. Ils voudront que tu les rejoints, alors ne prête pas attention à eux.
- Et ils sont tous comme ça ? Si on meurt, on est obligé de se transformé ? On ne peux pas contrôler nos actions comme ça ? Et si il sont déjà mort, on peux quand même les retuer ?
- Plus de question ?
- Heu, si plein, mais si tu veux, j'aimerai savoir comment.....
- 'top 'top 'top là ! je vais d'abord répondre aux autres questions, et on verra après. Alors, déjà, non, il y en a encore vivant comme toit et moi. Ensuite, oui tu sera transformée, et tu reviendra ici, ou que tu sois. un Liku - ces êtres dénués de coeur - ne se contrôle pas, il agit en fonction de ses instincts. Et tu à mis le doigts en plein milieu: on ne sait pas si ils reviennent, si ils se transforment, rien. Mais on sait juste qu'ils ont des bribes de souvenirs de leurs anciennes vies, sans savoir pourquoi. Ceux au coeur fort disparaissent pour toujours quand ils meurent. Ça, c'est une certitude. Bon, c'est pas que j'aime pas parler, mais on devrait se mettre en route. Tu seras te défendre seule sinon ?
- Je sais pas trop, j'ai des armes, mais j'ai pas eu d'entraînement. Je sais par contre viser avec mon arc. Je serait me protéger mais peu de temps en fonction du nombre d'adversaire.
- Et ben on s'occupera de ça, mais je te prendrais pas avec des pincettes si tu veux apprendre vite.
- Fais comme tu veux, je suis prête à m'exercer maintenant.
- T'es encore un peu faible là, viens on va à Ténémis, la prochaine ville. C'est pas loin."

    Pendant le trajet, Melaan répondit patiemment aux questions de Keili, lui donnant des conseils pour se battre contre tels ou tels Liku. Plus ils s'approcher de Ténémis, plus la pierre vibrait. Mais quand ils s'arrêtèrent, il n'y avait rien devant eux. Que cette immense plaine à l'horizon. Melaan tendit la main et la posa sur un socle invisible. Une explosion de lumière aveugla Keili, et quand elle ouvrit les yeux, elle vit qu'une grande ville surplombait le paysage. Chaque rue était éclairée d'une lumière mystérieuse. La jeune fille admira chacun des recoins avec merveille. Melaan la sortit de ses rêves en lui disant :

" Je te présente Ténémis, une des plus grande ville de la régions. Pour pouvoir la faire apparaître, tu devras t'inscrire à la capitale, Alesa. Tu pourras entrer dans chaque villes, et ton instinct te conduira vers elles. "

    Keili sentait au fond de son coeur qu'Il était là. Celui qu'elle cherchait. Qu'elle aimait sans savoir pourquoi. Mais il était à la partie Est de Ténémis, et il fallait qu'elle le cherche dans ce dédale de maison. Melaan lui avertit qu'il y avait des Liku ici aussi, mais très peu. Elle prit alors son arc et quelque flèches. Ils se dirigèrent vers une auberge ou passer quelques nuits. Au fils des jours, Keili apprenait à se battre avec son épée. Sa pierre lui donnait de la force, une force qu'elle consommait à chaque combat, sans réussir à l'épuiser. Un mois elle voyageait seule, pour se débrouiller. Seul son visage impassible, ses yeux gris et froids, sa chevelure longue et grise aussi lui restait dans les pensées. Elle l'avait vu, vu que c'était un puissant Liku. Elle devait s'entraînait pour le battre..... Le tuer. Elles avait vu dans ses yeux qu'il était déjà mort. Cet acte l'a révulsé, mais elle devait le faire. A chaque Likus qu'elle terrassait, elle se sentait plus forte. Un mois plus tard, elle décida d'affronter son destin, de tuer l'une des personne qu'elle aimait. Les larmes au yeux, mais un air déterminé sur le visage, elle s'approcha de l'endroit ou il avait l'habitude de rester à méditer. Lorsque Keili se planta devant lui, il lui dit d'une voix grave:

" Je ne sais pas qui tu es, mais je te connais. Des bribes de souvenirs d'une inconnue, un passé que je n'ai jamais vécu. Chaque vision me hante. Bien que je n'ai pas de coeur, je sais que je dois te tuer, pour calmer ma conscience. Viens-tu me transmettre un message ? Rien en moi me donne envie de l'écouter, rien me dit de te laisser la vie. "

  Keili se mit à trembler quand il se leva. Ses paroles l'avaient choquée, mais elle devait se ressaisir et se battre. Dés le 1er contact entre les deux lames, elle sut que le combat serai rude. Il était agile, rapide mais il avait une force inférieur à celle de son adversaire. Grâce au pouvoir de la pierre de Keili, elle pouvait remporter le combat, mais sa lenteur serait un fardeau pour elle. Des étincelles volaient et s'éteignaient, chaque choc produisaient un bruit aiguë qui leurs vrillait les tympans. La jeune fille avait confiance en ces capacités, mais le Liku réussissait sans cesse de briser sa garde jusqu'à lui porter un coup à son épaule. Elle vit avec horreur le sang couler, une douleur lui arrachant un cri que son ennemi rendit avec un sourire, contemplant sa proie sans émotions sur un visage implacable. Keili utilisa les forces qui embrasait son coeur, attisé par la colère d'un être si cruel et envoya dans un geste presque désespéré son arme que le Liku n'a pus éviter. Il l'a reçu en plein dans ses côtes. Il était déjà en train de tomber que Keili se leva avec difficulté et pris son couteau. Des flammes recouvrai déjà son ennemie, sans l'emporter. Elle abattit son arme à l'endroit ou devait être le coeur inexistant de son 1er amour.

--Message edité par Saphira le 2007-01-07 14:05:48--

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Shaka MessagePosté le: Dim 07 Jan 2007 01:10   Sujet du message: Répondre en citant  
[Administrateur]


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 3913
Localisation: Sur une colline, près des étoiles
Bon, je ne vais faire que du plagia de ce que je t'ai déja dit sur MSN mais bon ^^

Je trouve que le premier amour passe un peu rapidement, mais que c'est une dalle essentielle sur le chemin de l'héroine et qui sert à nous faire réaliser combien son destin est ingrat !

Le décor est original, et le parcours de l'héroïne intéressante, j'ai donc hâte de la suite !
_________________
http://img.codelyoko.fr/upload/files/1197977355_142.png

Les fleurs naissent, puis se fânent. Les étoiles brillent puis s'éteignent. Ainsi, la galaxie et notre Univers tout entier seront, un jour, amenés à disparaître...
A côté, la vie d'un homme ne représente qu'un éphémère battement de cils... Durant ce temps, l'homme naît et grandit, il s'amuse et se bat, il aime et déteste, il est heureux, puis triste... Tout ça, en un très court instant...
Avant de tomber dans un éternel sommeil qu'est la Mort...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Elfy MessagePosté le: Dim 07 Jan 2007 14:04   Sujet du message: Répondre en citant  
Elfy Rang


Inscrit le: 09 Mar 2005
Messages: 575
Localisation: Entre la peur d'etre seule..et la crainte de perdre mes amies..
SUPER, je sais je te l'est déjà dit sur msn mais bon , c'est du bon boulot ça se voit que tu consacres beaucoup de temps pour que ta FanFic pour qu'elle prenne forme et ça donne vraiment un résultat extra ,

Je t'encourage beaucoup pour la suite !!!^^

--Message edité par khadij le 2007-01-07 14:07:10--

_________________
http://img401.imageshack.us/img401/8365/packsignatureelfyoe5.png

http://www.mezimages.com/up/08/439829-Untitled-4.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Lest MessagePosté le: Dim 14 Jan 2007 18:05   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
Chapitre 3
La Note de Musique Bleue


    Existence, innocence, tout a un sens. Ce jour là, Keili perdit son innocence. La marque de sang, tel un fléau, continuera jusqu'à atteindre le sens même se son existence. Elle le compris quand la pierre brilla et s'éleva lentement. Vibra et arracha un lambeau de son coeur impitoyablement en explosant. Il ne restait qu'une encoche vide et la coquille fendue de son âme. Elle ne voulait pas bouger. Son coeur meurtri était affaibli. Melaan arriva à ce moment sans dire un mot, s'assit et attendit calmement. La nuit commençait à tomber. Tout les jours après le crépuscule, la plainte sinistre des Liku morts ce jour se transformait en tempête. Même Keili était habituée à présent. Vu la force du Liku aimé, Melaan s'attendit à un véritable ouragan. Mais il restait là, fidèle à son amie. Ensemble, ils avaient rit et pleuré, voyager et parler. Il lui devait ça. Pour consoler le reste de son coeur détruit. Mais à la place, une lourde pluie s'abattit sur eux. Juste assez pour que Keili poussa une longue plainte sinistre qui arracha des larmes à Melaan. Il n'avait plus pleuré depuis la mort de X...
    Ils étaient tous les deux trempés, frigorifiés, mais aucun ne bougait, comme si la peur de rompre cette chaîne les pétrifiait. Les larmes de la jeune fille étaient calmes, mais chacun les sentait. Ses bras tremblait violemment quand elle essaya de se lever lentement, elle retomba sur le sol glissant pour ne plus essayer de bouger. Ce n'était pas encore le signal qu'attendait intérieurement Melaan. Juste quand elle tourna la tête vers lui, il voulu s'essuyer le visage, il ne voulait pas qu'on le voit pleurer. Mais elle ne le vit pas. Son regard était flou et vide. Elle réussi enfin à se lever et marcha jusqu'à son logis comme un zombie. Elle était encore assez loin quand Melaan la rattrapa mais le voyage n'était pas moins silencieux. Lorsqu'il essaya de s'endormir, il sentit que quelqu'un trait légèrement sur sa couette. C'était Keili. Elle n'arrivait pas a dormir, mais il l'invita a venir. Elle s'assit sans dire un seul mot. Mais après plusieurs minutes, elle dit enfin:

"Comment j'ai pus faire ça ? Je n'arrive pas à m'en remettre. Jamais j'oublierais son visage quand il sentait qu'il allait disparaître."

    Il l'a prit dans ses bras, sa peau était glacée.

" Tu dois avoir froid, tu veux que je rapproche nos deux lits pour que tu puisse rester ici ?
- Non, sa ira, mais demain on quitte Ténémis, ils sont à neuf à m'attendre, à me ressentir comme lui. "

    Elle bondit sur ses pieds, et elle se coucha rapidement. Melaan la regarda longuement endormie. Cette vision lui arracha un sourire et il entendit un petit rire. Le sien. Elle s'était réfugiée dans la liberté d'un rêve. Lui aussi pouvait fermer les yeux en se sentant enfin en paix depuis qu'il l'avait vu à terre.

Il courrait sur le bord d'une rivière, un poisson fraîchement pêché dans ses mains.
Derrière, il était suivi, mais il adressa un grand sourire à cette personne.
" Attends moi Melaan ! T'sais qu't'es trop rapide à courir !
- Bah, dépêches toi X..."


    Son propre hurlement le réveilla en sursaut. Il était en sueur. Keili avait aussi bondit sur ses pieds et c'était précipitée sur lui. La respiration encore saccadée, il lui dit que sa allait, qu'il a juste fait un rêve. Mais il garda pour lui les images qu'il avait vu, les bribes d'un souvenir éloigné. De son passé. Après avoir pris un petit-déjeuner copieux, chacun rassembla leurs affaires. Leurs destination finale était Alesa, la capitale. Mais ils allait passer par d'autre petite ville pour Keili. La jeune fille s'affairait à droite, à gauche en courant partout. Elle avait les nerfs à vifs et grognait dés que quelqu'un lui adressait la parole. Réveil trop tôt à son goût. Mais c'était surtout que depuis trois heure une autre pierre commençait à scintiller. Une note de musique d'un bleu limpide, une lueur la rendait mystérieusement magnifique. Ils pressèrent leurs chevaux pour atteindre avant la nuit la prochaine ville, Aida. C'était là qu'elle devait aller. Mais la pierre luisait plus rapidement que la première. Melaan en déduisit que la personne qu'elle cherchait était sur la Butte Nocturne. Celle qu'on ne pouvait voir que la nuit. Donc ils campèrent en attendant le coucher du soleil. Des rayons lunaires vinrent éclairer leurs visage et comme une photo floue au début, une masse se forma peu à peu, puis elle devient plus nette en quelques minutes. L'herbe y était verte, contrastant avec les seules touffes jaunies qu'on trouvait au alentours. La note s'était mise à palpiter contre son coeur. Keili se leva lentement et, omnibulée par l'unique arbre imposant qui surplombé la butte, elle s'avança lentement. Melaan c'était retirer pour la laisser seule. Il lui avait laisser ses affaires et il avais pris de l'avance pour aller à Aida avec les siennes. Elle grimpa lentement la butte, avec une difficulté auquel elle ne s'attendait pas. Un craquement sinistre se fit entendre et deux pierres de son collier s'élevèrent lentement et se sépara en deux. Une large balafre menacé les joyaux de se briser. Keili eu l'impression d'avoir une lame qui lui traversa le coeur et les côtes. Elle tomba en arrière et dévala la colline en roulade, rebondissant sur le terrain inégal. Lorsqu'elle se claqua sur le sol dur, elle eu le souffle coupé. Elle se releva avec difficulté, ses cheveux lui collant à la peau. Elle prit les deux breloques brisées, ferma les yeux et se concentra pour savoir ce qui leurs arrivait. Elle vit deux hommes allongés, les vêtements n'étaient plus que des guenilles en lambeaux. Ils saignaient, ils avaient besoin d'aide, mais elle ne pouvait localiser l'endroit ou ils étaient. Leurs agonie allait durer, car les blessures qui fendaient leurs poitrines libéraient trop de sang.
    Humains, il étaient humains. Mais ils ne pouvait mourir sans elle. Elle irait donc les chercher après avoir trouvé celui qu'elle cherchait. Elle remonta donc la colline, mais personne n'était là. Elle ne voyait que l'arbre immense et une unique racine énorme qui sortait du sol. Elle ne comprenait pas. Il devait pourtant être là ! A contrecoeur, elle fit demi-tour lorsqu'une douce musique l'attira et elle se retourna vivement. Sur la racine se tenait un homme qui jouait de l'ocarina. Ses yeux étaient bandés, son poignet droit avait une attelle, il ne jouait que d'une seule main. Elle le regarda longuement, hypnotisée par la mélodie que son instrument produisait. Lorsqu'elle s'assit à côté de lui, il ne la remarqua pas. Elle avait envie de s'endormir au doux rythme qu'elle entendait. A la fin, quand il s'arrêta, il se tourna vers elle, et dit d'une voix aussi belle que la musique:

"Normalement, des paroles accompagnent cet air. J'aurais pus aimer cette mélopée, mais quelque chose m'en empêche. Depuis que je rêve de toi, je la joue toutes les nuits en t'attendant. Je ne sais pas pourquoi, et maintenant que je te rencontre enfin, ça me fait rien. Absolument rien. Ils me disent tous que je n'ai pas de coeur, que je fais ça inutilement. Mais je me déteste, et si je mets ce bandeau, c'est pour ne pas voir qui je suis.

   A ces mots, il l'arracha violemment et ouvrit lentement ses yeux. Ils étaient vert d'un vert limpide. Mais trop brillant, trop vifs pour appartenir à un être humain. Ses dents pointues aussi le prouvaient. Keili se redressa brusquement, et recula lentement. Lui aussi fit le même geste et leva ses bras, baissa la tête.

"Je me souviens de mon ancienne vie, les lambeaux d'une existence inconnue. J'ai l'impression d'avoir retrouvé un coeur dans certains de ces moments.
-Dis-moi la vérité, as-tu vraiment un coeur !
-Non. Je le recherche sans cesse. Mais ma quête est vaine contrairement à la tienne. Ta lumière, tu la trouvera. Tue moi ! "

  Ils n'avait toujours pas bougé, dans un signe de soumission. Il l'attendait cette mort qui l'aidera à trouver la paix. Mais elle ne voulait pas. Ce geste la révulsait plus que pour la première fois. Mais elle écouta la seule source qui restait du coeur de cet homme. Et non le sien alors elle prit son couteau, s'avança de quelques pas et le lança sur lui. Il n'eut aucun cri, mais il leva la tête et lui sourit avant de tomber en avant sur la jeune fille. Lorsqu'elle voulu le serrait lentement dans ses bras, ils se refermèrent sur rien, il avait déjà disparu. Elle leva la tête vers les lambeaux de son corps qui s'envolaient et tourbillonnaient. L'arbre se flétri lentement, ses feuilles tombèrent une par une, l'herbe jaunit. La colline se mourrait d'elle-même mais elle ne se préoccupait que de l'envol magnifique des parcelles de corps décomposé, son ocarina dans la main. Une violente douleur la réveilla lorsque le joyau implosa comme le précèdent.

" Voilà, tu l'as ton repos, pour moi les vacances sont finies."
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Tifa MessagePosté le: Dim 14 Jan 2007 20:55   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 2896
Localisation: Ici et là.
MAGNIFIQUE !! Je n'ai rien à dire à part : magnifique ! C'est bien écrit, émouvant et on ressent tellement bien les émotions des personnages !
Continue comme ça grande soeur !Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Little MooN MessagePosté le: Mer 17 Jan 2007 20:16   Sujet du message: Répondre en citant  
Little Moon rang


Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 282
Localisation: Parmi les étoiles...
Bravo, j'aime beaucoup ! Fais juste attention à l'ortho;)
Bref, j'ai hâte de lire la suite !
_________________
Angain and again and again and again I see your face in every thing...

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoirs armes
Puisqu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Lest MessagePosté le: Mer 24 Jan 2007 13:59   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
Chapitre 4
La Gemme de Granit marron.


    Aida, ville du crépuscule immortel. Là où leurs habitants se sont adaptés à la nature plutôt que l'inverse. Une aura rouge-violette rendait l'endroit majestueux. Par sa beauté, elle est devenue la ville la plus habitée des environs. Le vent frais s'infiltré entre les arbres de la forêt, où les maisons on étaient construite. Leurs habitants aimaient le calme, paraissaient tous accueillant au yeux de Keili. Elle avais apprit la mélopée du Liku, et aimait la jouer. C'était comme une vague de sérénité dans le fossé que son âme avait creusé. Beaucoup aimaient venir l'écouter, voir ses cheveux se remuer lentement, le vent les faisant bouger ou rythme de la douce mélodie. La jeune fille aimait Aida. La ville lui rappelait Arukan, sa terre natale. Être perchée sur un arbre, écouter le calme, croquer des fruits à peine cueillis, toute ces sensations qu'elle retrouvait lui donné un sourire qui restait sur ses lèvres toute la journée. Elle oublié. Elle oublié les horreurs du monde. Elle oublié le destin de sa vie. Elle oublié les gens qui lui manqué. Elle oublié tout et elle voulait presque reconstruire sa vie sur ces lieux, loin de son passé, des souvenirs que les autres avaient d'elle.
   Plusieurs jours c'étaient écoulés lentement sur la forêt. Elle avait senti que quelqu'un approchait de sa bulle. Quelqu'un qui la ramènerai a la réalité. Quelqu'un qui faisait briller une pierre qui roulait sur son cou. Il arrive lentement vers elle, vers son logis. Il a fait un long périple pour la voir. Son instinct l'avais ramené à sa terre. Depuis plusieurs mois il parcourait les vastes plaines, pour revenir chez lui. Deux pitoyable humains la chercher aussi, cette fille. Ils devait être morts à présent. Ils avaient utilisé beaucoup de leurs énergie pour que la rouquine puissent les visualisé. Il en avait marre de cette fille. Elle était aussi humaine et elle l'aimait. Il eu un rictus méprisant en pensant à elle. Jamais quelqu'un a eu des sentiments pour lui. Sa nuisait à sa réputation. Il était craint, chacun de ses pas inspiraient le respect et une sale rousse osé pensait à lui sans même le connaître. Il allait y remédier.
    Les jours succèdent aux autres. Les jours s'écoulent et se meurent. Une perception toute nouvelle de la vie qu'avait Keili l'émerveillait. Avec Melaan, elle comblait enfin les trous, là ou son coeur avait creusé. Elle s'entraînait à l'arc, à l'épée et passait de longue heure à la bibliothèques, accumulant de nouvelles connaissance sur la vie, délectant les nombreux écrit racontant la vie, l'amour, le destin jusqu'à la mort. Plus elle apprenait, plus elle en voulait. Hormis sa passion pour la musique, son coeur était au dessins. Elle restait plusieurs heures avec un crayon et une feuille de papier. Elle dessinait très souvent sa mère, son ancienne maison, ses amis perdus. Tels qui étaient dans ses souvenirs. Ils devait avoir changé à présent. Elle aimait aussi dessinait des cartes, elle avait déjà représenté Ténémis, la Butte et les environs et, sous plusieurs angles, Aida. Ses passions l'aider à penser à autre chose, surtout quand Melaan la regardait avec tendresse. Ça lui redonnait courage, comme la pierre qui brillait légèrement. Mais au fil des jours, elle s'amplifiait. C'était lui qui venait vers elle. Peut-être serait-il humain, elle ne supporterais plus de devoir un tuer un autre..... Encore un autre..... Un jour, Melaan lui dit pendant qu'elle lisait:

" Tu sais Keili, tu devrais aller le chercher un jour. Il vient bien par ici, mais tu devrait pas aller le chercher ?
- Hum, je sais pas, ça me donne de plus en plus envie de le voir quand j'attends. Ma joie quand je le verrait sera encore plus grande.
- Je te comprends, mais fais comme tu veux, sinon, tu compte l'attendre pendant combien de temps ?
- Le temps n'a plus d'importance, les jours s'écoulent comme les autres, je ne veux pas les écourter. "

   Il eut un petit sourire, il ne voulait pas la contester.

- Bon, je te laisses, je parts en voyage vers Enera. Je dois voir quelqu'un là-bas.
- Pas de problème, je t'attends et je crois que je ne serait pas seule !"

   Il sella son cheval, et partit en direction du nord. Il était déjà loin d'Aida quand il repensa au dernières paroles de Keili. Il avait cette mélopée dans la tête, les images de son amie sous la pluie, après avoir tué le 1er Liku qu'elle a aimé, était gravé dans ses yeux. L'avoir vu abattue, trempée et seule en pensant à son destin lui picota distraitement les yeux. L'avoir vue tout aussi triste, un ocarina dans la main lui fit monter les larmes. L'avoir vue rire et plaisanter pour oublier lui fit couler ses pleurs tant redoutés. Il entendit très faiblement la musique familière, lui faisant redoublé le déluge. Ses yeux rouges n'avait pleuré qu'une fois depuis si longtemps. Depuis ses huit ans.

- J'en ai maaarre, pourquoi tu m'attends jamais ! J'aime pas courir !
- Bon ok, on s'arrête cinq minutes. Mais vite, sinon le poisson va trop puer !
- A quand même... Tu penses qu'on peux encore en prendre un par ce coin ?
- Ben, si tu veux, on essaie, mais tu sais c'que 'Man a dit X...


    Quand Melaan se réveilla, il était seul, au beau milieu d'une vallée. Il c'était éloigné d'Enera, mais il y avait une autre ville pas loin, mais elle grouillait de Liku. Il décida qu'il irait ici, puis il verrait ce qu'il ferait. Son passé ressurgissait. Il connaissait la suite, mais il ne voulait pas se le remémorer, ni le voir en rêve. Il tremblait comme le bambin avec qui il était. Il avait peur. Seul, il était seul. Il devait parler pour ne plus y penser, il comprenait ce que ressentait Keili.
   De son côté, Keili eu une terrible impression. Elle murmura " Melaan..." et eut un violent frisson qui la fit tomber a terre. Elle s'était mise à trembler, s'inquiétant pour lui. Et elle était impuissante, elle ne pouvait rien faire. Elle gémissait doucement, en regardant son ocarina tombé, mais sans le voir. Lorsqu'elle pus se relever, elle dit "... X..? " Une nouvelle question sans réponse. Soudain, la pierre se mit à vibrer très fort lorsqu'elle entendit trois coup à la porte de sa chambre et qu'elle s'ouvrit lentement.
    C'était lui. Il était grand, il était beau, il était impressionnant. De longs dread locks noirs étaient retenus par une queues, mais ils volait sur le côté. Des yeux bleus clairs étaient presque caché par un grand chapeau. Il était habillé avec une longue cape noire, qui caché son torse. Mais on voyait de grandes bottes noires et un pantalon de même couleur. Les commissures de ses lèvres pâles s'étirèrent en un large sourire que Keili ne su rendre. Elle était encore sous le choc. Il arrivait au moment où elle avait besoin d'être seule, pour penser à Melaan, pour avoir du calme et être tranquille. Mais au fond d'elle, elle était heureuse qu'il était là, dans cette magnifique ville. Quand il prit la parole, elle était étonnée de sa voix très grave et mature:

" Salut, je te cherchais. Depuis que je te vois dans mes songes, je parcours la grande plaine à ta recherche, et je t'ai enfin trouvé ici, chez moi, dans ma propre maison.
- On m'a dit que cette maison était inoccupée depuis plusieurs mois, dit-elle, plutôt embarrassée, sans savoir quoi dire.
- Oui, c'est vrai.. Comment t'appelles tu ?
- Keili, et moi aussi je t'attendait et je te cherchait.
- Et moi, tu peux m'appeler Eldin. "

    La jeune fille l'invita à rentrer, et elle commença à le connaître. Il paraissait plutôt intéressé par elle, et elle voulait en savoir plus sur lui. Elle fut surprise quand il lui dit qu'il ne savait pas qu'elle l'aimait. Elle ne voulait pas lui dire pour le moment, pas avant qu'elle lui parle plus. Alors, elle parlait. Elle parlait de Melaan, d'Arukan, de ses deux aventures précédentes, de ses expériences, lui, il l'écoutait, il parlait que très peu de lui, mais il discutait sur les expérience de son interlocuteur. De son côté, elle apprit qu'il voyage souvent seul, qu'il connaissait beaucoup de personne, que beaucoup avait entendu parler de lui, mais il ne dit rien sur son passé. Les jours remplacent les autres, de longues discussion zébraient le vide que Melaan a laissé après son départ. Mais même Eldin ne le remplaçait pas, malgré les longs débats qu'ils avaient sur le destin, la vie, le coeur, la fin de tout. Ils n'avaient pas le même point de vue, et le sien fascinait la jeune fille. Un jour, elle lui demanda:

" Pourquoi ne rigoles-tu jamais ? Je te vois sourire, mais je n'ai jamais entendu ton rire.
- C'est que je maîtrise mes émotions, je n'aime pas les laisser prendre le contrôle de moi-même, répondit-il, mais il paraissait gêné, comme si la question le dérangait. Elle ne devait pas connaître sa vraie nature.
- Mais le rire quand même, tu peux essayer de te libérer. Mais sa ne peux pas te donner envie de rire des fois ?
- Comment pourrais-je avoir envie d'une chose auquel je n'ai jamais goûté ? Et si je me libère, je ne le ferait que trop souvent après.
- Juste une fois ?
- La fois de trop "

    Elle ne s'étendit pas sur cette question, qui pourtant la tracassait sans qu'elle n'en parle plus. Même si elle en brûler d'envie. Souvent, elle restait avec lui, appréciant ces journées, les combats qu'elle faisait contre lui, même si elle gagnait pas toujours. Il était de force égal. Elle l'aimait. Elle l'aimait pour ce qu'il était et elle le trouvait si beau, son côté ténébreux que trahissait des yeux d'un bleu océan. Souvent elle pensait à Melaan, ça faisait si longtemps qu'il était partit, il lui manquait terriblement. Elle boxait souvent son coussin de rage, quand elle pensait qu'il était partit sans lui donner de nouvelle. Elle s'inquiétait de trop, et elle voulait partir à sa recherche. Elle voulait le rejoindre à Enera, mais quelque chose l'en empêchait. Elle mourrait d'envie sans le dire, mais elle se retenait, elle continuait de faire ses occupations habituelles, en s'en voulant de ne pas partir illico. Un jour, elle partit très tôt de chez elle, lorsqu'elle s'apprêta à grimper, quelqu'un lui tira la manche. C'était Eldin. Il la regarda avec un air presque suppliant:

" Non, je t'en pris, reste ici ! Avec moi... "

    Keili ne pus résister à cet océan qui la réclamer, à la profondeur de ses yeux magnifique. Elle se mordit la lèvre inférieur jusqu'au sang. Un cruel dilemme fendait son coeur en deux. Soit elle partait, soit elle rester. Elle regarda ses yeux comme elle ne l'avait jamais fait, en analysant chaque couleur qui formait l'ensemble. C'était la mer, la mer fendu par les vagues et l'écume. Mais une mer artificielle, monotone. Ses yeux s'écarquillèrent quand elle décela le vide absolu entre les nuances qui fondaient, trop beau pour être vraies. Eldin la tenait toujours par la main, tirant de plus en plus fort, jusqu'à arrachait le tissu délicat de sa combinaison. Une tempête se forma violemment, passant du bleu au violet, puis au rouge sang. Elle respira avec difficulté, comme si elle avait couru plusieurs Km tout en disant de plus en plus fort à chaque respiration " Non, pas lui, non, pas lui, NON PAS TOI ! "
    Eldin fit apparaître deux grand tourbillon de terre, et deux longues épées apparurent dans ses mains, de couleurs brunes toutes les deux. Si il l'a ménagée lors des entraînement, cette fois-ci, il ne lui laissera aucune chance. Il commença à attaquer sans que Keili eu le temps de dégainer sa lame. Elle réussi de justesse à l'éviter, mais elle savait qu'elle résisterais pas longtemps. Elle couru jusque chez elle comme une dératée, en zigzaguant pour éviter les multiples attaques de son ennemi. Quand elle dénicha son arme, elle l'affronta avec courage, en sachant que le combat la mènerais sûrement à la mort. Mais non, elle ne devait pas penser à ça, elle devait penser aux personnes qu'elle devait chercher, à ceux qui penser encore à elle, et à ceux qui comptait sur elle. Bien qu'aux premier choc, elle vit la différence de force entre eux, à celle qu'il avait et celle avec laquelle il s'entraînait avant. Elle commençait doucement sans trop ce fatiguée, bien qu'il gagnait du terrain. Ses deux épées influencaient l'issue du combat, elles semblait faites d'une pierre résistante. C'était son élément, sa force. Mais elle lui tenait tête, multipliant parade et coup bas, le prenant par surprise, changent souvent de tactique, sans réussir à lui portait de sérieux coups. A deux mains, elle abattit son arme contre une d'Eldin, tentant vainement de la briser, lui portant plusieurs coups fort jusqu'à qu'une longue fissure zébra la lame brune, s'élargissant puis elle lui porta un coup fatal, brisant sa première épée qui tomba en poussière. Il poussa un cri de colère quand l'autre explosa à son tour. Il écumait de rage, sans un moyen de pouvoir riposter. il plia lentement le bras, et l'étendit avec force vers Keili qui n'eût pas le temps de faire un geste. au milieu de sa paume tendue, il avait fait sortir un roc très dur, qui formait un long cylindre épais et grossièrement taillé. Mais la vitesse avec laquelle il était sortit avait fait une longue estafilade sur l'épaule et le bras de la jeune fille, rendue impuissante à cause e la surprise. Mais déjà son arme avais rentré dans sa main encore tendue, puis il répéta avec l'autre bras.
    Il continuait longtemps comme ça, son adversaire luttant avec difficulté face aux coup puissants et prolongés. Elle reculait de plus en plus, en ayant une bouffée de peur quand elle pensa à ce qu'elle pouvait faire. Rien ne lui venait à l'esprit. Quand il s'arrêta enfin, elle failli tomber, mais elle ne voulait pas laisser à Eldin le plaisir de la voir se soumettre à lui. même si il n'avait pas de sentiment ni d'émotions. Elle chargea vers lui, sans qu'il s'y attendant, et elle réussi à l'atteindre à l'épaule. Puis elle multipliait les assauts, en le tapant là où elle pouvait. Mais elle ne se rendait pas compte qu'a chaque coup, sa peau se fossilisé, sans s'abîmer, sans lui laisser de séquelles. Il fit de même avec son bras et lui tapa violemment contre la joue, la faisant se claquer contre un arbre. Il en avait marre, il voulait en finir. Il hurla comme il ne l'avait jamais fait, il se préparait à battre son ultime carte, même si il en avait encore en main. Une lumière blanche éclatante aveugla Keili, et quand elle retrouva la vue, elle vit que chaque arbre se fossilisé, chaque brin d'herbe durcissaient, devenait pierre. Déjà, elle, elle commençait à se pétrifier, mais elle lutta avec ses dernières force. La clairière entière était figée à jamais quand elle lui dit:

" Comment peux-tu faire ça ? Faire ça à ta propre maison, à ta ville natale ! Chez toi !
- Je n'ai nul regret pour mes jours vécus ici, aucune compassion pour ses animaux qui meurent un par un, aucune tristesse pour ces gens qui vivent ici, pour cette forêt si magnifique pourtant.
- Mais, je ne comprends pas, Keili avait les larmes aux yeux, pourquoi, pourquoi ?
- Je l'ai décidé ainsi. "

    Il rassemblait toute ses forces, le poison qui pétrifiait se propager jusque dans le coeur d'Aida. Un tremblement de terre, une seule secousse violente, suffit après. Les amas de roc s'effondrait sur eux même. Des morceaux entier se détachait et s'écrasaient à terre. La ville se mourrait d'elle même. Keili eu un hurlement de rage, de douleur, de dégoût en pensant à ce qu'il se produisait sous ses yeux. Elle couru vers Eldin, enfonça son arme dans sa gorge. Il tomba sur elle, des flammes brunes presque noirs enveloppaient son corps. Elle planta son couteau dans son coeur. Il murmura:

"Pour.....Quoi ?
- C'est comme mon destin."

    Elle retira son arme et des lambeaux de sa chair s'envolait, pour aller rejoindre le ciel. Elle parti enfin, sans but, sans aucune pensés. Derrière elle, Aida, ville du crépuscule immortel, n'était qu'une hécatombe.

" Parce que c'est ainsi. "

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Little MooN MessagePosté le: Lun 29 Jan 2007 18:11   Sujet du message: Répondre en citant  
Little Moon rang


Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 282
Localisation: Parmi les étoiles...
Oui ! C'est bien !!! Mr. Green
J'aime bien ton idée mais y a certain trucs qui ne sont pas très clair images/smiley/bof.gif Je pense, du moins je l'espère, que tout s'éclairera plus tard
_________________
Angain and again and again and again I see your face in every thing...

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoirs armes
Puisqu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Lest MessagePosté le: Jeu 01 Fév 2007 14:24   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
bah, si y'a des truc que tu comprends pas, dis-le mwa, soit je t'explique, soit je te dis si c'est à voir pour plus tard ^^
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Arya MessagePosté le: Ven 02 Fév 2007 14:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Gardien ancien]


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 1974
Localisation: Au pays imaginaire .
Mwa y'a quelque chose que je ne comprend pas.

Elle a des pierres à sont cou correspondant aux personnes qu'elle aime et qu'elle doit tuer, et donc, lorsqu'elle s'approche de l'une de ses personnes, la pierre qui correspond brille et s'agite frénétiquement, mais alors, comment elle ne c'est pas rendut compte qu'Eldin en faisait partit, vu que la pierre brillait et bougeait.
Cela semblait tellement évident...

Enfin bref, j'espère que tu m'expliqueras sa ^^

Continue parce que c'est très bien ecrit;)

_________________
http://nsa26.casimages.com/img/2011/05/01/110501055954728454.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Lest MessagePosté le: Mar 06 Fév 2007 17:21   Sujet du message: Répondre en citant  
Sapin de Noël


Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 1919
Localisation: Big brother is watching you.
oui oui ma grande ^^ c'est d'une simplicité extreme à t'expliquer par qu'enfait elle doit pas obligatoirement les tuer, juste au cas où c'est des machins ( flemme de réécrire leurs noms Mr. Green ) mais si ils sont zumais, elle va pas les tuer Razz

--Message edité par Saphira le 2007-02-06 17:22:03--

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fictions et textes Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0858s (PHP: 63% - SQL: 37%) - Requêtes SQL effectuées : 17