CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
[Fanfic] Mondes Alternés
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] New Wave_ [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 2 sur 12

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Adwys MessagePosté le: Sam 05 Fév 2011 20:27   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 26 Sep 2010
Messages: 570
Hey ! Smile

Toujours aussi Super ! Mr. Green

Mathieu -> Lourd Passé, mais il y a encore quelques personnes sur qui il peut compter. Je crois savoir ce qu'il s'est passé pour lui ...

Yumi -> With Willy Evil or Very Mad ! Tu veux ma mort ou Quoi !!!! xD
J'espère que cela ne va pas durer Twisted Evil !! Mr. Green

William -> Voir au dessus.

Jérémie -> Mais quel curieux celui là ! Mr. Green

Aelita -> Elle se confie un peu à Mathieu ...

Odd -> Pas très bien en ce moment, on dirait Sad ...

Eva -> On en apprend un peu plus sur ce qu'elle a vécu auparavant. Wink

Quoi d'Autre ? Ah ... Oui : J'attends la Suite avec Impatience Mr. Green !

_________________



I wish I could follow you to the shores of freedom where no one lives.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
DimIIy MessagePosté le: Sam 05 Fév 2011 21:08   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 23 Oct 2009
Messages: 1044
Localisation: Dans mon lit , en train de manger des kinder Bueno !
Non mais non mais non !! Un jour je serai la preums j'en suis sur !! =P

Et pour Odd ! Moi j'ai mec dans ma classe il a une voix d'enfant ( pas comme Odd avec sa de petite fille non plus) hein ! Il doit s'inquiéter ?

Bon allons !

J'ai vue des fautes de frappes par exemple t'as mis "mes" au lieu de "mais" je ne sais plus où et tu as fait plus de répitition aussi . C'est pas bien grave mais attention Wink
Sinon c'est toujours aussi super je te l'assure !

Pour l'histoire

Le premier truc qui m'a frappée ! ODD QUI FUME O_O ! Je ne l'imaginais pas du tout celle là Mr. Green mais je trouve que ca lui va bien finalement ! Enfin j'espere que tu va le faire arreter ! On en apprend plus sur Eva ! ( En faite je l'ai deja vue celle là ! Même elle drague Odd et elle posseder par XANA ou un truc du genre ) j'espere qu'elle va allait mieux ( Au pire elle deviendra juste parano si sa empire et elle terminera en HP Mr. Green )
*Ma conscience* : J'ai dit pas ce genre d'hypothese !!!!
Moi : Rooh !

Jeremy c'est vraiment un vicieux ma parole ! Lui il mérite une bonne gifle d'Aelita ! Ou une droite tiens ! Ptdr ! Ah non mais rassure moi tu va pas le faire aussi salaud pendant toute la fic rassure moi !

Aelita qui replonge dans les année collège bizarrement tu n'as pas évoqué ses parents et ce qu'elle a vécue ...Dommage là elle aurait craquée elle aurait terminée dans les bras de Matthieu evidemment Jeremy serait arrivé à ce moment ,et là il aurait sortit un pis...Bon bref je pense que sa aurait vraiment été pas mal d'évoquer son passée à ce moment là ^^

Bon je me disais ! Ulrich qui sort avec Sissi Yumi pouvait terminer qu'avec William ! Je m'y attendais un peu ! Ils changeront jamais ces deux-là ! Je parie que quand Ulrich va apprendre la relation des deux , il va être vert ! Dire que Yumi est est deja degouté que Ulrich soit avec Sissi ! Mdr Non mais n'importe quoi ! J'espere que tu va approfondir sur Ulrich ! Pourquoi il a terminer comme ça ?? Je me demande !

Alors je suis super impatiente dêtre au chapitre 4 ! On va enfin connaitre la vérité sur Matthieu ! J'ai pas grand chose à dire sur lui a part que sa doit vraiment être difficille pour lui ...

Allez sur ce ! Je dit : à quand la suite ??

PS : Mais tu peux écrire autant que tu veux hein ! Même si sa prend un page entière du forum ! Moi je serai aux anges Mr. Green
Mais faut pas que sa empiètre sur tes études ! ( mouhaha ! )

Bonne continuation !

_________________
http://imageshack.us/a/img521/7369/signaturedimiiy.png


Merci me98 !!

Texte by me : Disparition (2eme version de préférence )
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Guill@um€ MessagePosté le: Sam 05 Fév 2011 21:10   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 13 Juil 2009
Messages: 118
Localisation: Là où finissent les univers et où commence le chaos ...
Heu ... wow.
Je n'arrive même pas à concevoir un texte aussi passionnant écrit en si peu de temps.
Encore, si c'était chiant, ou si c'était bourré de faute ou bâclé je comprendrai, mais là rien !

C'est un pur régal à lire, tant au niveau de la langue (malgré quelques rares fautes) qu'au niveau de l'histoire.

Yumi amoureuse de Willima, ça c'est une surprise ! Ce dernier semble avoir beaucoup mûri depuis la série, du coup je trouve que les deux personnages vont très bien ensemble.

Jérémie commence à devenir un peu trop curieux ...
Mais du coup, je suppose qu'il va découvrir le secret de Mathieu et nous avec, alors j'ai hâte.

Eva est donc apparue dans la quadrilogie BD. J'espère qu'on apprendra un peu plus sur elle, car je n'ai pas (encore) eut la chance de lire les livres Code Lyoko.

J'attends également leur retour sur Lyoko si tu en envisages un, le combat étant encore quelque chose que tu n'as pas écrit, je suis impatient de lire ça.

Je suis vraiment impressionné.
Par pure curiosité combien de page fait un chapitre tel que celui-ci et combien de temps te faut-il pour l'écrire ?

Continue sur cette voix, la voix de l'excellence.
_________________
« Jim ! Tu es encore pire que les obscurantistes qui ont brûlé la grande bibliothèque d'Alexandrie !
- Ha ... Euh, merci Suzanne ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Kvothe MessagePosté le: Dim 06 Fév 2011 11:32   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 12 Mar 2010
Messages: 24
Localisation: Université d'Imre
Han, je sais pas pourquoi, mais je sens que si l'occasion se présentais Yumi se poserai des questions vis-à-vis d'une nouvelle relation avec Ulrich. J'ai l'impression que c'est pour rendre un peu jaloux Ulrich qu'elle fait ça.

En ce qui concerne le reste, c'est vraiment bien.

Jérémie est devenu parano, Odd est nostalgique, seul Aelita à l'air de reste à peu près pareil.

Vivement la suite =)

_________________
http://img543.imageshack.us/img543/1468/lenomduvent.jpg

J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi des pistes au clair de lune que personne n'oserait même évoquer. J'ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Eva-The-Best MessagePosté le: Lun 07 Fév 2011 16:42   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 19 Déc 2010
Messages: 101
Salut ! Mr. Green

Je viens de lire ta fic' et j'ADORE !! franchement, elle est super ! Wink

Alors :

Mathieu -> le pauvre, il a un passé très douloureux à mon avis...Je pense savoir à peu près ce qu'il s'est passé pour lui ..

Jérémie -> Il est hyper jaloux et Curieux à mort !! J'éspère qu il ne sera pas comme ça pendant toute ta fic .! Smile

Aelita -> Elle est plus ou moins la même.

Yumi -> Avec William .! Beurkkkk !! xD Espérons qu'elle se mette avec Ulrich.

Ulrich -> Comment a-t-il pu sortir avec cette s***** de Sissi ! Surprised Il est devenu très superficielle et péteux . Wink

Odd -> Il a l'air très amoureux de Eva et il a aussi l'air nostalgique.

Voilà A+ et bonne continuation !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
immu MessagePosté le: Lun 07 Fév 2011 17:56   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 13 Avr 2010
Messages: 1636
Localisation: Devant mon propre supercalculateur !
Un travail EXCELLENT ! Très bon développement pour les personnages, qui malgré leurs changements respectifs gardent une cohérence parfaitement réaliste dans leurs agissements... Distillation des indices, éveillement de la curiosité, rythme des différentes intrigues entrecroisées..
Bravo, c'est une fan fic de très grande qualité, j'attends la suite avec impatience Very Happy

_________________
JeuVidéo IFSCL (Interface Fictionnelle du Supercalculateur de Code Lyoko)//Le site de mes projets
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Kinshii MessagePosté le: Ven 11 Fév 2011 20:17   Sujet du message: Répondre en citant  
 


Inscrit le: 20 Juin 2009
Messages: 970
Ce commentaire ne concerne que le premier chapitre de ta fic (j’ai pas encore lu les autres, mais c’est de ta faute, ils sont trop longs Mr. Green )


T’écris bien, mais avec trop de fautes. Rien de catastrophique, quand tu auras résolu le problème des participes passés, et que tu auras écris en lettre tous tes chiffres, ce sera presque bien. La ponctuation est parfois audacieuse, mais rien de très extravaguant.

constitué de myriade de nombres
> myriades

pouvait-on vraiment parlé de conscience
> Parler

sans s’être jamais les avoir vus pour autant

au mois de Janvier
> janvier

portable et se dirigea de sa démarche trainante
> d’une démarche
Etant donné qu’on ne le connaît pas encore, je pense qu’un article indéfini aurait été plus approprié.

son sac lourdement chargé sur ses épaules
> Maladroit, c’est lui qui est chargé, pas le sac.

à côtés d’un groupement
> côté

qu’il signa d’une traite
> on lit d’une traite, mais perso, je fais rarement des pauses que je signe un document.

seul structure
> seule

laissant son regard dérivé par la fenêtre
> dériver

et les 3 volées de marches gravies
> trois, pas de chiffres sabre de bois ! Et il y en a six en fait.

l’embranchement d’un des couloirs
> vraiment ? Je pense qu’il n’y a qu’un seul couloir par étage.

le faisant légèrement sursauté
> sursauter

et qu’il aurait préféré oublié d’ailleurs
> et qu’il aurait préféré oublié d’ailleurs

Excuses-moi
> excuse-moi (impératif, ou injonctif, au choix)

les choses allaient dégénérées ,
> Quand deux verbes ce suivent, le deuxième est à l’infinitif. C’est un refrain que j’entendais souvent… en CM1 ^^ Sérieusement, il faut que tu arrives à différencier tes verbes à l’infinitif de tes participes passés. Pour cela, le plus simple est de remplacer le mot sujet à controverse par un verbe du troisième groupe.

lui conférait une certain classe
> certaine

« Évidemment » se dit-il
> Ouah, un accent à une majuscule. Je suis impressionné, j’ai trop la flemme pour en mettre, moi. Mais fais attention, si tu décides d’en mettre, n’en oublie pas un seul Mr. Green

-Avec plaisir ! Rayonna la jeune fille
> rayonna, Pas de majuscule aux incises

demandes plutôt à Odd
> demande, encore de l’impératif. Jérémie donne un ordre, donc la conjugaison en prend un coup. (je crois qu’elle devient la même que pour la première personne du singulier du présent de l’indicatif, mais vérifie.)

deux heures avec Mme . Collins
> Chouette, un nombre en toutes lettres ; madame, Je pense que tu ne peux pas abréger ainsi.

Il en arrivait même parfois à se demander ce qu’il faisait en S ?
> pas besoin de point d’interrogation, c’est une interrogation indirecte.

ce n’était pas temps le fait qu’il réponde
> tant

au leu d’avoir
> lieu

le regards des autres
> regard

18h sonna enfin
> dix-huit heures

Jérémie avait l’air à ces yeux d’un connard de première !
> ses

doté de couvertures
> dotés

tourner autours
> autour

Quoi qu’il en était , ça ne pouvait pas être plus lourd
> fût

qu’il en était , il allait devoir garder
> fût, et la répétition aurait pu être évitée.

Bon, bah j’ai pas tout relevé, mais il y a le principal.



Pour être franc, je n’ai pas vraiment accroché à ton prologue…
D’abord c’est bizarre, et ensuite je ne pense pas que les formes de vie à base de silicium aient des synapses ou des neurones.
Mais ça c'est pas bien important.


Après, j’ai un petit souci avec ta fic. Tu aimes le violet. Tu aimes dessiner et as un faible pour le personnage d’Aelita si j’en crois ta signature… Et dans ta fic, tu fais passer Jérémie pour un parfait « connard » pour ne pas te citer.

L’identification excessive de l’auteur à son personnage principale pourrait passer, si elle ne conduisait pas à dévaluer Jérémie à tort à mon avis.

En règle générale, j’évite de critiquer les choix de l’auteur, puisque si tu as décidé d’écrire ainsi, mon avis n’y changera rien. Seulement, cette fois, ça me dérange, et je voulais que tu saches que je n’aime pas cet aspect de ta fic.

Je crois que je comprends tes raisons, mais elles ne me plaisent pas. M’enfin, je lirais quand même les chapitres suivant, histoire de voir si les idées tiennent la route (car sinon, la narration est bonne, même si je ne peux m’empêcher d’espérer que le rythme change après cette entrée en matière.)


L’arrivé du nouveau au lycée Kadic est bien décrite. Cas pathologique de dissonance environnementale, je connais, et je reconnais.

Pas grand-chose d’autre à dire, Aelita a visiblement gagnée en confiance, c’est dans l’ordre des choses.

… On a l’impression dans ta fic que les professeurs sont restés les même du collège au lycée.


Pour la mise en forme, je n’ai qu’une remarque à te faire concernant la longueur de tes posts. Je ne te reproche pas de publier des pavés, mais garde à l’esprit que lire sur un écran est relativement fatiguant. Personnellement, j’estime que cinq page est une bonne moyenne. Huit pages, ça commence à faire beaucoup. Là t’es à seize pages pour le dernier chapitre… Il n’y a que toi qui puisse en décider, mais à ta place, je demanderais l’avis des lecteurs, ou le moite-moite (c'est-à-dire scinder tes chapitres en deux).

Ah non, une dernière chose, si tu pouvais mettre un espace après tes tirets, ce serait mieux je trouve.


Bonne continuation Wink
_________________
 
   http://img15.hostingpics.net/pics/939298schrodinger4.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pearl Yumi MessagePosté le: Dim 06 Mar 2011 11:59   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 11 Jan 2011
Messages: 59
Bon, je l'avais lu et je ne l'avais pas commenté. Honte à moi XD !

Donc j'ai adoré comment tu écris et ce que tu as fait devenir nos héros même si ça me dégoute que Ulrich et Yumi ne soient plus ensemble ... mais sans doute le meilleur est à venir entre eux deux.

Pauvre Aélita abandonné (en quelque sorte) par Jérémie ... pffff ce gars.

Pour ma part, moi qui n'aime pas les petits nouveaux, celui-là m'intrigue.

Enfin, je n'ai pas lu les 4 tomes du tout mais j'arrive bien, tout de même, à comprendre cette suite de la saison 4.

En espérant que tu postes vite la suite !
_________________
http://img534.imageshack.us/img534/5762/icone1g.pnghttp://img18.imageshack.us/img18/6783/icone2z.png

http://img708.imageshack.us/img708/7508/sign2u.png


Merci à Iglouska pour ce kit !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Deam MessagePosté le: Lun 07 Mar 2011 17:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 01 Mar 2011
Messages: 5
Et bien, jolie fic. Tiens, vu que c'est mon premier com' de fanfic je vais tout écorcher, en espérant que ça devienne une habitude ! (Enfin il va pas y avoir beaucoup de choses...)

Yumi + William = ♥
Un point intéressant, surtout le fait que l'autre viennent tout chambouler, ce qui fit qu'ils se dévoilent. Ça peut être utile, par la suite...

Ulrich + Sissi = ♥
J'aurais jamais pensé que Sissi sortirait un jour avec Ulrich. Mais soyons fous ! Quoique la séparation avec Odd a du être dure, mais bon...

Matthieu
Alors lui, il est super bien créé. Mais quel est cet "Incident" dont tu parles tant ?

Bref, bonne fic.
*+1 lecteur*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Mejiro-kun MessagePosté le: Mer 09 Mar 2011 00:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Krabe]


Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 200
Que tout le monde se rassure, je ne suis pas mooooort Very Happy !!! Désolé pour ma longue absence sur le forum, j'essaierais d'être plus présent à l'avenir.

Comment ? Où j'étais pendant tout ce temps ? J'essayais juste de sauver le monde d'un groupe d'illuminés souhaitant créer un monde nouveau en faisant exploser la Terre au passage (ben oui, pas de paradis sans concessions) en utilisant mes nouveaux super-pouvoirs de sorcier-vaudou que j'ai malheureusement perdu depuis à cause de ma meilleure amie vampire et sorcière par la même occasion (roooh tout ça parce que j'ai essayé de séduire cinq ou six mec avec ces pouvoirs, je vous jure Razz) Bon en fait j'ai aucune excuse potable mais avouez que celle-ci est cool, non ? Non ? Vous êtes sûrs ? Bon...

Enfin bref, le monde est sauf pour le moment donc je peux me permettre de poster la suite de ma fic dans la joie et la bonne humeur (youpi ~) ! D'autant plus que finalement... Ben y a pas l'histoire de Mathieu vu que ça aurait pris trop de place sinon Laughing (pas taper ! Je viens de sauver le monde, j'ai le droit d'être sadique, lol !), du coup son passé sera pour le chapitre 5 (et cette fois c'est sûr et certain !).

Bref, à l'avenir je vais essayer d'être plus régulier dans les publications et surtout plus rigoureux au niveau de l'orthographe et de tout ce qui s'en suit (je viens de découvrir l'utilité d'une relecture, c'est fou tout ce qu'on peut apprendre en affrontant les obscurantistes Rolling Eyes ) ! Enfin bon, sans me lancer plus de fleurs, voici le chapitre 4, en espérant vous satisfaire malgré le retard Crying or Very sad !

-------------------------------------------------------------------

Chapitre 4 :
Episode 103 : Secret_


Aelita poussa la porte de l’appartement sans y penser, jetant au passage son sac dans un coin du corridor dans lequel elle venait de débarquer avant même d’avoir refermer derrière elle. L'objet atterrit avec un bruit mat tandis qu’elle retirait sa veste pour la poser sur le porte-manteau horriblement mal placé sur le côté et qu’elle avait déjà renversé nombre de fois en rentrant un peu trop brusquement.

-Je suis rentrée maman !! Appela-t-elle avant de quitter le couloir aux murs roses plongé dans le noir pour rejoindre la lumière du salon.

-Je suis là ma chérie ! Lui répondit une voix étouffée derrière le panneau séparant la cuisine de la pièce dans laquelle elle venait d’arriver, couvrant le bruit de la télévision en marche, je te rejoins dans un instant !

La jeune fille huma l’air avant de froncer les sourcils. Une fois de plus sa mère avait tenté de se mettre aux fourneaux après une semaine de pizzas et repas à emporter en tout genre, et le résultat promettait encore une fois d’être…Surprenant !

En attendant que la cuisinière improvisée en ait terminé avec son plat, Aelita jeta un rapide coup d’œil autours d’elle. Pour une adolescente et sa mère qui venaient d’emménager, l’appartement était curieusement vide de cartons. Un canapé d’occasion dont la couleur pourpre commençait à s‘effacer se dressait au milieu de la pièce, juste en face de la télévision éclairée par une lampe à économie d’énergie posée contre le mur, tapissé d’un orange saumon discret.

Aelita s’avança vers la table basse de bois sombre faisant face au canapé et dégagea la télécommande de la tonne de magazine de cuisine et de mode que sa mère affectionnait afin d’éteindre la télé. C’était une de ces anciennes petite boite noire à tubes cathodiques plus large que haute qui, avec le passage au numérique, avait peu de chance de faire encore de longs jours. Cependant, avec le boulot de serveuse de sa mère, elles devaient se contenter de ça pour le moment. Au moins elles n’avaient plus à faire avec les frais d’internat de Kadic, c’était déjà un plus…

-Me voilààà, chantonna la voix douce et maternelle de sa génitrice derrière elle l’engageant à se retourner, tu m’as manquée ma chérie ! Tout s’est bien passé au lycée ?

Aelita embrassa sa mère avant de s’éloigner un peu afin de mieux la détailler. Elle ne se lassait pas d’admirer ces longues boucles roses si semblables aux siennes, quoiqu’un peu ternies par le temps. Ces grands yeux bleus aux coins desquels de petites rides discrètes commençaient à apparaitre. Cette bouche pleine affichant constamment un sourire protecteur, un peu appauvri par les années peut-être ?

Malgré sa quarantaine passée depuis longtemps, Anthéa Stones restait une femme très belle, que les ravages du temps avaient semblé épargner pour une mystérieuse raison. Seules les cernes légères sous ses yeux et l’air fatigué qu’elle laissait transparaitre de temps à autre témoignaient des épreuves qu’elle avait traversées. D’une certaine manière, Aelita avait parfois du mal à retrouver en elle la femme forte et si pleine d’assurance dont l’image l’avait rassurée durant tant d’années.

-Ça allait, fini par répondre l’adolescente en s’étirant, soulageant son dos malmené par son sac surchargé, mais ça fait du bien de rentrer ! Qu’est-ce que tu nous as préparé de bon ?

Aelita vivait depuis plusieurs mois déjà au 3ème étage d’un des rares immeubles dont le loyer n’était pas trop élevé pour une mère célibataire et son adolescente de fille, en plein centre de la Ville de la Tour de Fer. Dans un premier temps, sa chambre à Kadic lui avait manqué mais elle avait fini par s’habituer à sa nouvelle vie, profitant enfin de son temps libre en dehors des cours pour rattraper le temps perdu avec sa mère depuis trop longtemps.

Elles avaient en effet toutes deux été séparées durant de nombreuses années et la mort de son père, il avait de cela bientôt deux ans, n’avait pas arrangé les choses. Mais tout cela était derrière elle désormais et elle entendait bien profiter de sa nouvelle vie et de ses retrouvailles avec sa génitrice un maximum !

-De bon ? J’ai bien peur de ne pas avoir grand-chose à ce niveau… Répondit Anthéa avec une grimace tout en se débarrassant de son tablier sur lequel Aelita remarqua une très nette trace de brûlé qui n’était pas là le matin même, en revanche j’ai essayé de faire un gratin de courgettes mais j’ai bien peur que le goût ne soit pas tout à fait au niveau de tes espérances…

-Je t’ai déjà dit de me laisser cuisiner le soir, sourit la jeune fille, amusée par l’embarras de sa mère, tu as déjà assez de travail en journée au bar, il faut bien que je…

Elle s’interrompit au milieu de sa phrase, son regard attiré par un petit cadre accroché au mur entre diverses photos récentes les représentant toutes les deux. On y apercevait la tignasse rose vif d’une petite fille d’une dizaine d’années dans les bras d’un homme imposant dont les yeux étaient cachés par d'inquiétantes lunettes noires, contrastant avec son sourire bienveillant. Aelita et son père, il avait des années de cela.

-Tu n’as pas pu t’empêcher de la remettre, hein ? Murmura l’adolescente en décrochant délicatement le cadre du mur, duquel elle s’était inconsciemment rapprochée, tu sais très bien que ça ne serviras jamais à rien d’autre qu’à nous faire du mal…

Le visage d’Anthéa, souriant jusqu’à présent, s’assombrit subitement et un voile passa devant ses yeux bleus azurs.

-Je suis désolée ma chérie, dit-elle en appuyant sur chaque mot, mais je ne peux pas tourner la page aussi facilement. Pas après si peu de temps ! Apprendre la mort de ton père a été un tel choc pour moi…

Sa voix dérailla à cet instant fendant le cœur d’Aelita. Elle savait très bien que sa mère ne s’était pas remise de la mort de son père depuis tout ce temps, et le pendentif gravé de leurs initiales qu'elle portait en permanence en était la preuve. Cependant, elle savait aussi que ressasser le passé n’arrangerait rien, bien au contraire.

-Il me manque à moi aussi, fit-elle sans détourner les yeux de la photo, caressant le visage figé à jamais de son père du bout de ses doigts fins, mais il est parti maintenant, et on n’y peut rien. Garder cette photo au mur ne le ramènera pas et tu le sais… En plus c’est loin d’être prudent ! Imagine si quelqu’un la voyait…

-Et alors !? S’emporta Anthéa faisant sursauter sa fille, peu habituée à ses sautes d’humeur, si quelqu’un la voyait il ne verrait qu’une petite fille et son père !! Rien de plus normal, pourquoi voudrais-tu que cette photo puisse être dérangeante d’une quelconque façon !?

-Mais parce qu’elle a été prise dans les années 90, voilà pourquoi !!! Rugit à son tour Aelita en se retournant vers sa génitrice, la foudroyant du regard, la date est juste là, en bas de la photo !!! Comment veux-tu que les gens ne se posent pas de question en voyant ça et en remarquant que j’ai seulement 17 ans aujourd’hui, hein !?

Anthéa recula d’un pas, comme foudroyée par la colère de sa fille. Elle l’avait déjà vu s’emporter, mais elle ne parvenait pas à s’habituer à son caractère fort et indépendant. A force d’être séparée d’elle et de son père, la jeune fille avait fini par se forger sa propre identité et elle avait parfois du mal à reconnaitre la petite fille qu’elle avait un jour bercée dans ses bras. Pour elle, cette adolescente sûre d’elle et pleines de convictions n’avait plus rien à voir avec la Aelita qu’elle avait connu autrefois, et cela l’attristait énormément.

-Excuse-moi ma chérie, soupira-t-elle en écartant une mèche de cheveux de devant ses yeux, soudain très lasse, mais j’ai encore tellement de mal à assimiler toute cette histoire par moment ! Comprend-moi, je m’attendais à découvrir une jeune fille de 27 ans en te retrouvant, et au lieu de ça…

-…Et au lieu de ça tu te retrouves avec une adolescente qui a du grandir seule et sans toi pendant des années, termina la jeune fille d’un ton amer en posant la photo sur la table au centre du salon, j’imagine très bien le choc que tu as du subir… Crois-moi maman, il a des jours où je donnerais tout pour me réveiller et pour que toute cette histoire n’ait été qu’un mauvais rêve ! Que je sois toujours cette petite fille de 4 ans dans notre chalet à la montagne ! Que papa soit toujours en vie et que toi tu n’ait jamais disparue ! Mais c’est trop tard maintenant. Ce temps-là est passé et rien ne pourra nous le ramener. Désormais il faut tourner la page et commencer une nouvelle vie de nôtre côté, loin de notre ancienne vie, tu comprends ?

Anthéa la contempla, interdite. Aelita avait peut-être le corps d’une adolescente, mais sa maturité était bien supérieure à celle de nombreux adultes de sa connaissance. A commencer par elle, et c’était ce qui lui faisait le plus peur désormais. Elle avait peur de ne pas être à la hauteur de ce que sa fille attendait. Elle se sentait désespérément inutile avec cette jeune femme qui avait déjà appris à se débrouiller seule depuis bien longtemps. Cette situation nouvelle la laissait totalement désemparée. Elle ne se sentait parfois tout simplement plus capable d’assurer son rôle de mère. Trop de temps avait passé, trop de choses avaient été manquées…

-Aelita, mon amour, murmura-t-elle en tendant ses mains vers elle pour la prendre dans ses bras, de lourdes larmes commençant à embuer ses yeux, nous avons déjà eu cette discussion maintes et maintes fois, trésor… J’ai conscience que cette opportunité de te retrouver adolescente, et non pas adulte, est une chance que nombre de personnes n’ont pas. Je sais que je devrais chérir ce trésor plus que tout au monde et en profiter pour repartir de zéro, avec toi ! Mais si cela signifie oublier Waldo… Je regrette mais c’est au dessus de mes forces !

Aelita se laissa enlacer malgré elle, le regard perdu dans le vide, humant à plein poumon le parfum si rassurant de sa mère. Dans ses bras, elle se sentait redevenir la petite fille qu’elle aurait voulu rester. Cette pensée agit comme un électrochoc et elle se détacha de son étreinte, avec douceur mais fermeté.

Elle se força à plonger ses yeux d’un vert translucide dans ceux de sa mère, si bleus et si profonds. Elle savait que cette femme l’aimait, et elle aussi se sentait liée à elle plus que tout au monde ! Néanmoins le dialogue était impossible. Pas temps qu’elle s’obstinerait à rester dans le passé au lieu de se tourner vers l’avenir, comme elle.

-Je vais dans ma chambre, annonça-t-elle en tournant les talons, longeant la baie vitrée du salon vers une petite porte au fond de la pièce, je n’ai pas faim, bonne nuit !

Et avant même que sa mère ait pu répondre, elle se précipita dans la pièce en claquant la porte derrière elle, un peu plus violemment qu’elle ne l’aurait souhaité. Un tour de clef suffit à lui assurer la tranquillité et, sentant ses jambes se dérober, elle se laissa tomber sur son lit garni de draps roses, la tête enfouie dans ses bras croisées.

Elle détestait ces disputes quotidiennes. Elle aurait voulu que tout soit plus simple et, qu’après leurs retrouvailles, elles aient pu simplement profiter d’une relation mère-fille tout ce qu’il y avait de plus normale ! Cependant les choses n’étaient pas aussi simples… Comment retrouver l’amour d’une mère après avoir vécu prêt de dix ans séparée d’elle ? Comment pouvait-elle supporter cette toute nouvelle autorité au dessus d’elle, alors qu’elle-même n’avait jamais pu que compter que sur elle pour survivre ?

Épuisée, elle laissa les minutes défiler, allongée sur son lit à broyer du noir. Inconsciemment la discussion avait ramené en elle des souvenirs qu’elle avait préféré enfouir tout au fond d’elle depuis des années. Des images lui traversaient l’esprit : une maison de campagne sous la neige où son père et sa mère lui criaient de ne pas trop s’éloigner. Une promenade en vélo à côté de l’Ermitage, l’ancienne maison qu’elle et son père occupaient après la disparition de sa mère, non-loin de Kadic. Elle, riant main dans la main avec Richard, son meilleur ami de l’époque. Ils s’étaient perdus de vue désormais et ne s’envoyaient plus que de rares E-mail quand l’envie leur en prenait. Elle se demandait ce qu’il devenait, quelle vie il pouvait mener loin d’elle désormais ? Plus elle y réfléchissait et plus sa vie à elle ne lui semblait être qu’une sinistre farce…

Presque instinctivement, elle attrapa la petite peluche élimée qui trainait sur son oreiller à côté d’elle pour la serrer contre elle. Mr. Pück, le seul souvenir concret qu’elle avait de cette époque et dont elle ne parvenait pas à se débarrasser malgré toutes ses bonnes résolutions. Aujourd’hui encore, il la rassurait lorsqu’elle avait peur ou qu’elle se sentait perdue, comme en ce moment précis. C’était un petit elfe aux oreilles pointues et au chapeau mauve qu’elle affectionnait particulièrement depuis qu’elle l’avait reçu au cours d’un Noël, le dernier qu’elle, son père et sa mère avaient passés tous ensemble…

Un simple coup d’œil à la bouille constamment souriante du petit elfe en peluche suffit à lui arracher un sourire. Elle avait conscience qu’éprouver autant d’affection pour une simple poupée était ridicule à son âge, mais elle n’y pouvait rien, c’était plus fort qu’elle !

Mis à part ce léger détail, sa chambre avait tout de celle d’une adolescente. Malgré sa petite taille, elle avait quand même la place de contenir un lit double, couvert de draps roses et de coussins. S’ajoutait à cela une armoire contenant sa garde-robe, assez réduite à cause du budget de sa mère, une étagère contenant ses vieux bouquins qu’elle avait récupérés à l’Ermitage, et ses cours, ainsi qu’un bureau sur lequel était posé son ordinateur portable. C’était un vieux modèle, un peu démodé mais qui fonctionnait toujours parfaitement. C’était également l’ancien ordinateur portable de Jérémie, à l’époque du collège. Néanmoins celui-ci l’avait volontiers céder à sa dulcinée afin de pouvoir garder le contact plus facilement après son emménagement dans l’appartement.

Ragaillardie par Mr. Pück, elle trouva la force de se déchausser et de se glisser sur la chaise à roulettes faisant face au bureau. Elle se laissa rouler jusqu’à l’ordinateur qu’elle alluma d’une pression sur un bouton. Dehors, la nuit était tombée et seule la lumière de l’écran éclairait la pièce désormais.

En attendant qu’il charge, elle s’autorisa à englober la pièce de son regard, s’arrêtant sur les posters de ses groupes de musiques préférés tapissant les murs, parmi lesquels les célèbres Ceb-Digitals. Elle ne se rappelait que trop bien du jour où, en Troisième, elle avait été sélectionnée pour jouer la première partie de leur concert se déroulant à la Ville de la Tour de Fer ! Cette soirée avait été tout simplement…Magique !

La musique de démarrage la ramena à la réalité et elle alluma presque aussitôt MSN, non sans brancher ses écouteurs. Rapidement, elle sélectionna sa playlist favorite du moment dans son répertoire et commença à se la passer en attendant que le programme charge. Il n’y avait bien que la musique pour l’aider à s’évader après une journée harassante comme celle-ci, surtout après une dispute pareille avec sa mère !

Elle ferma les yeux, laissant la voix de la chanteuse se répandre en elle, le son des guitares et des percussions accélérer légèrement le rythme de son cœur en lui procurant de petits frissons. Parfaitement détendue désormais, elle se surpris à chantonner les paroles de sa voix douce et mélodieuse.

-Tu m’avais caché tes talents de chanteuses ! Grésilla soudain une voix à ses oreilles la faisant faire un bond d’un mètre au moins sur sa chaise, il ne te manquait plus que ça pour être parfaite, mon ange !

Aelita soupira de soulagement en reconnaissant son interlocuteur, laissant son rythme cardiaque redescendre d’un cran. Elle n’avait pas vu la fenêtre de conversation s’ouvrir, et encore moins la Webcam se mettre en route.

-Désolé, fit Jérémie en haussant les sourcils, embarrassé, je t’ai fait peur ?

-Nan c’est ma faute, sourit sa petite amie en se recalant sur son siège, ça me fait plaisir que tu me parles… Tu es encore allé te servir d’un ordinateur de la salle informatique à ce que je vois ?

La jeune fille venait de remarquer la pénombre dans laquelle se trouvait son copain mais dans laquelle on apercevait malgré tout quelques ordinateurs briller dans le fond, reflétant l’écran de celui qu’utilisait Jérémie.

-Ouais, grommela le jeune homme en se renfrognant, pas le choix avec l’autre qui traine toujours dans mes pattes dans la chambre…

Aelita ne put retenir une moue désapprobatrice. Elle avait bien compris que son petit ami n’appréciait guère son nouveau compagnon de chambre, mais il aurait au moins pu essayer de lui témoigner un minimum de respect. Trop heureuse de pouvoir lui parler, elle décida cependant de se garder de faire une remarque, préférant embrayer sur un autre sujet :

-Tu finiras par t’y faire… Bref, je te trouve très sexy en sous-vêtements ! Ça te va mieux que les vieux pyjamas trop grands que tu portais au collège…

Même la pénombre environnante ne suffit pas à masquer le rougissement de son interlocuteur, lui arrachant un petit rire discret. Elle adorait ces petits moments intimes par Webcam avec lui, et seulement lui. A l’époque du collège, ils étaient toujours flanqués tous deux de leurs amis communs : Ulrich, Yumi et Odd, aussi avaient-ils eu peu d’occasions de se retrouver seuls ensembles, ou même d’approfondir leurs sentiments respectifs. L’arrivée au lycée et la séparation du groupe avait au moins eu cet avantage : leur permettre enfin de s’avouer pleinement leur amour et d’en profiter à cent pour cent… !

Le visage de Jérémie se fit soudain grave et il se rapprocha légèrement de la Webcam, comme pour scruter celui de sa bien-aimée.

-Aelita, tout va bien ? Questionna-t-il d’un air inquiet, tu as une petite mine, on dirait que tu as pleurée… Il s’est passé quelque chose ?

Surprise, la jeune fille passa sa main au coin de son œil et sentit effectivement le contact chaud et humide d’une larme. Elle avait été plus affectée qu’elle ne l’avait cru par son altercation avec sa mère…

-C’est rien ! Le rassura-t-elle en arborant un sourire pâle, je me suis juste prise la tête avec ma mère, la routine quoi… Sinon, tu voulais me parler de quelque chose ?

Jérémie lui fit signe de patienter et elle le vit trafiquer quelque chose en dehors de l’écran un moment. Elle devina, au petit bruit qui se fit entendre à un moment, qu’il insérait quelque chose dans l’ordinateur.

-Je t’envoie un fichier, s’expliqua-t-il en revenant dans son champ de vision, ses lunettes luisant à la lueur de l’écran, ça vient de la messagerie de Mathieu…

Avant même qu’elle ait eu le temps de s’énerver, sa propre boite mail clignota, lui annonçant la réception du fichier. Réservant ses remontrances pour plus tard, elle l’ouvrit d’un clic et commença à le feuilleter son contenu, écoutant d’une oreille distraite les explications de Jérémie.

-Je l’ai surpris en train de regarder ça tout à l’heure, fit-il tandis que ses yeux parcouraient l’écran, ça vient d’élèves de son ancien lycée apparemment. J’ai du attendre qu’il s’endorme pour pouvoir me faufiler en douce hors de la chambre ! J’ai aussi du récupérer quelques messages qu’il avait supprimé mais ce sont de loin les plus intéressants… Je te laisse seule juge.

Aelita ne dénota même pas l’intonation triomphante de son petit-ami, trop concentrée sur le contenu des messages. Pour la plupart, il s’agissait de messages de soutien. Néanmoins d’autres étaient clairement menaçants, voir insultants ! Elle ne saisissait pas tout mais, apparemment, tous mentionnaient une « chose » que Mathieu aurait faite à son ancien lycée. Quelque chose de choquant qui plus était, au point même de l’insulter ouvertement !

-Je n’y comprends rien… Marmonna la jeune fille en cliquant sur un nouveau message, certains mails sont vraiment violents ! Tu crois que ça a un rapport avec la mystérieuse raison l’ayant poussé à quitter son ancien lycée ?

-Sans doute, lui répondit Jérémie en se reculant légèrement sur son siège, pensif, toujours est-il que tu ne peux plus nier qu’il nous cache quelque chose ! Moi je te le dis, ce type n’est vraiment pas net ! Qu’est-ce qui pourrait causer une telle haine sinon quelque chose de vraiment atroce ?

Aelita ne répondit pas, fronçant les sourcils en signe d’intense réflexion. Elle n’était pas d’accord avec le point de vue de son petit-ami. Il était clair que Mathieu avait autrefois commis quelque chose dans son ancien lycée. Quelque chose qui l’avait poussé à fuir le regard des autres. Mais était-ce pour autant quelque chose de mal ? Après tout, on n’envoyait pas des messages de réconfort à quelqu’un qui aurait commis un crime, si ?

-Le plus simple ce serait de lui demander, non ? Osa-t-elle enfin lâcher s’attirant le regard surpris de son copain, si on le met face à face avec ces messages, il sera bien forcé de nous fournir une explication…

Jérémie s’accorda quelques secondes pour réfléchir. La méthode d’Aelita ne lui plaisait guère. Enquêter en secret, c’était son truc. Mais aller parler directement à Mathieu en lui avouant ses soupçons, ça lui semblait un peu trop facile… D’autant plus que le jeune homme serait probablement furieux en constatant qu’il avait fouillé dans sa boite mail !

-De toute manière, il nous inventera surement une histoire ! Rétorqua-t-il finalement en tentant de s’esquiver, je ne sais pas si tu as remarqué mais il me fait à peu prêt autant confiance que moi je lui fais !

-Dans ce cas laisse-moi lui parler, répliqua du tac au tac Aelita arrachant un haussement de sourcils dubitatifs à son petit-ami, crois-moi Jérémie, je suis douée pour juger les gens. Mathieu cache peut-être un secret mais je ne pense pas que ce soit quelqu’un de mal. Et puis après tout, reprit-elle en baissant d’un ton, on a nos propres secrets nous aussi, et à mon avis ils sont bien plus terribles que le sien !

Jérémie jura intérieurement. Elle marquait un point : quoi qu’ait pu faire Mathieu, ça ne pouvait pas être pire que ce qu’eux-mêmes avait fait ! Il s’apprêtait à protester lorsque son regard croisa celui, profond et suppliant, de sa petite-amie. Il était incapable de lui refuser quoi que c'était quand elle lui faisait ces yeux là ! Quand avait-elle appris à être aussi manipulatrice au juste ?

-C’est bon, abandonna-t-il en se grattant l’arrière du crane, mais s’il ne te donne pas une réponse satisfaisante, on essaye avec ma méthode, OK ?

-Ça marche ! Sourit Aelita, radieuse, mais je persiste à penser qu’on ferait mieux de lui foutre la paix. Si je fais ça, c’est juste pour te rassurer une bonne fois pour toute…

Un bruit de pas dans le salon attira l’attention de la jeune fille et elle attendit un moment, jusqu’à ce que la lumière qui filtrait en dessous de la porte de sa chambre s’éteigne. Cela l’attristait de voir que sa mère n’avait même pas fait le moindre effort pour tenter de la calmer. Néanmoins comment aurait-elle pu savoir comment réagir, elles avaient été séparées pendant tant d’années…

-Ma mère vient d’aller se coucher, lança-t-elle tout bas à Jérémie en cliquant sur le bouton en forme de croix de sa boite mail, je vais te laisser, on se voit demain au lycée !

-D’accord, acquiesça le jeune homme sans parvenir à cacher la pointe de déception qui filtrait dans sa voix, bonne nuit mon ange, je t’aime.

-Je t’aime aussi… Murmura-t-elle en sentant une douce sensation de chaleur se répandre dans son ventre à cette simple phrase, bonne nuit !
Elle ferma à regret la fenêtre de conversation avant de s’étirer avec la souplesse d’un chat. L’heure affichée sur son ordinateur lui indiquait que 23h approchait à grands pas. Autant aller se coucher de suite si elle ne voulait pas finir crevée le lendemain matin !

Sur la pointe des pieds, elle déverrouilla la porte de sa chambre et sorti dans le salon, son pyjama sous le bras, se dirigeant vers leur minuscule salle de bain. Son regard se posa presque aussitôt sur le plat couvert d’un papier cellophane qui l’attendait sur la table, accompagné d’un petit mot. L’adolescente reconnu aussitôt l’écriture soignée, quoiqu’un peu tremblante, de sa mère. Cédant à la curiosité, elle saisit le post-it et le parcouru d’un rapide coup d’œil :

Au cas où tu aurais faim cette nuit.
Ne m’en veut pas pour ce soir,
je te jure que j’essaierais
de faire des efforts à l’avenir…

Je t’aime ma chérie, plus que tout au monde.


Ce fut le moment que choisit son estomac pour crier famine bruyamment, lui rappelant son jeun intempestif. Aelita ne put s’empêcher de sourire, attendrie par l’attention de sa mère. Malgré leur dispute, celle-ci s’en faisait au final plus pour la santé de sa fille, que pour son état d’esprit. Un peu comme une vraie mère l’aurait fait au final !

-Merci maman… Murmura-t-elle avant de s’attabler, émue.
Jamais un gratin de courgettes cramé ne lui avait paru aussi appétissant !

* * *


-Nooon, t’y crois pas !?

C’était la première fois depuis des mois qu’Odd ressortait son expression fétiche, acquise durant le collège, et cette fois la raison était bonne ! Adossé contre le mur de la petite bâtisse au beau milieu de la cour et menant vers la tristement célèbre machine à café de l’internat, il tenait entre ses mains le dernier numéro des Echos de Kadic. En première page, s’affichait un gigantesque montage photo magnifiquement agencé par Milly, la rouquine du collège qui avait harcelé Mathieu pour obtenir de lui une interview. Une jeune fille de terminale à l’allure renfermée, tournait le dos à un jeune homme de son âge, vêtu d’une veste en cuir et au regard ténébreux, le tout dans un gigantesque cœur dont les bords formaient des arabesques complexes. La une stipulait « Yumi Ishiyama et William Dunbar, leur amour trop longtemps refoulé éclate enfin au grand jour ! ».

Odd était littéralement scotché sur place, dévorant l’article en question des yeux. Il n’arrivait pas à croire ce qu’il lisait ! Que Yumi, une de ses meilleures amies du collège, ait finalement choisi de céder aux demandes répétées de William passait encore. Mais le fait qu’elle n’ait même pas jugé bon de lui en parler, ça, il ne pouvait pas s’y faire !

Ils s’étaient certes perdus de vue avec l’entrée au lycée, néanmoins elle n’avait jamais hésité à se confier à lui quand il le fallait vraiment ! Il avait redouté, à l’époque où Ulrich avait commencé à sortir avec Sissi, qu’elle ne sombre dans la dépression ou pire encore, mais la jeune fille s’était contentée de rester aussi sereine qu’à son habitude, du moins en apparence…

Il n’arrivait pas à comprendre. Comment une fille forte comme Yumi, après avoir vécu l’histoire d’amour dont elle avait toujours rêvée avec un jeune homme comme Ulrich, pouvait accepter sans sourciller une rupture avec ce même jeune homme !? Et accepter de le voir sortir avec une autre peu de temps après tout en choisissant elle-même un nouveau prétendant par la même occasion ?! Définitivement, tout cela ne lui ressemblait pas…

-Hi, mon amour ! Fit une voix dans laquelle pointait un très léger accent, tu vas bien aujourd’hui ?

Odd releva la tête vers sa dulcinée, un sourire aux lèvres. Eva avait l’air un peu moins fatiguée qu’hier, arborant la même mine ravie que lui. Elle portait le chemisier pourpre qu’il adorait tant et avait choisi exceptionnellement de glisser une petite barrette pourvue d’une note de musique dans ses cheveux blonds, détail qui soulignait encore un peu plus sa beauté d’américaine. Il captura ses lèvres un moment, profitant pleinement de ce petit moment d’intimité avant de la laisser se servir un café au distributeur derrière lui.

-Yerk, grimaça la jeune fille après la première gorgée, toujours aussi dégoutant ce truc !

-Tu veux goûter à quelque chose de meilleur pour te consoler ? Suggéra avec un sourire taquin son petit ami avant de l’attirer vers lui pour l’embrasser de nouveau, plus longuement encore cette fois, tu as réussi à dormir cette nuit ?

Elle prit le temps de jeter d’une main experte le gobelet dans la poubelle prévue à cet effet, juste à côté de la machine, avant de répondre.

-Oui… Souffla-t-elle en se passant la main dans les cheveux d’un geste indéniablement charmeur, notre discussion m’a fait du bien je crois... Ce ne serait pas Yumi là ?

La jeune américaine venait de poser les yeux sur le journal que son petit ami tenait toujours entre les mains. Machinalement, celui-ci y jeta à son tour un œil tout en répondant :

-Ouais… Apparemment elle sortirait avec William maintenant. C’est dingue à quel point les gens ont pu changer en si peu de temps, tu ne trouves pas ?

Elle ne répondit pas, se contentant de se coller à lui, amoureusement. Depuis quelques semaines déjà elle le sentait pensif, ailleurs même quand ils étaient ensemble. Elle aurait voulu pouvoir l’aider, mais comment aurait-elle pu le faire tout en faisant face à ses propres cauchemars ? Elle avait beau dire, une simple discussion avec Odd ne suffisait pas à faire disparaitre les cauchemars qui la hantaient chaque nuit. Les ébats amoureux de Yumi et William lui importaient peu… Elle espérait juste que ce dernier serait en mesure de l’aider, comme le lui avait promis l’élu de son cœur la veille.

-Tu as pu la voir ? Ne put-elle s’empêcher de questionner en rougissant légèrement, Yumi je veux dire. Pour lui parler de cette histoire avec mes cauchemars…?

-Ah oui ! S’exclama le jeune homme au béret en se frappant le front, désolé mais j’ai pas encore eu l’occasion de la croiser. Je te tiens au courant dés que… Oh, Mathieu !

Odd venait de repérer le nouvel arrivant à Kadic au milieu de la cour, en train de se diriger vers les salles de classes avec, comme à son habitude, une bonne dizaine de minutes d’avance. Entendant l'appel, l’adolescent tourna ses yeux bleus vers lui et, l’apercevant finalement, couru pour le rejoindre.

-Salut, fit-il en arrivant finalement devant le jeune couple, son sac sur l’épaule.

Eva tiqua en remarquant que le nouvel arrivant regardait avec un peu trop d’insistance le torse parfait de son petit ami, largement dévoilé par le col en V tombant très bas sur sa poitrine qu’il arborait aujourd’hui. Elle détailla le jeune homme d’un regard noir. Peut-être que ses soupçons étaient infondés, mais celui-ci lui paraissait étrangement efféminé pour un lycéen de son âge, d’autant plus qu’il était tout le temps fourré avec son Odd ces derniers temps. Elle allait devoir garder ça à l’œil, et de très prêt…

-Salut, lâcha son petit ami avec un grand sourire, je voulais juste te présenter enfin Eva ! Depuis le temps que je te rabâche les oreilles avec elle en art plastique, il serait temps que tu la rencontres en chair et en os, non ?

Il se retourna vers la jeune fille et celle-ci oublia vite ses soupçons, plongeant son regard dans celui, gris perlé et envoutant, de son petit-ami.

-Eva je te présente Mathieu, le mec dont je t’ai parlé qui dessine super bien ! Il devrait te montrer ce qu’il fait un de ces jours, tu serais impressionnée, crois-moi !

-Enchantée, lança-t-elle froidement en toisant de haut le pauvre Mathieu qui n’avait rien demandé, j’ai hâte de voir tes dessins…

-Euh, idem, bégaya le jeune homme, mal à l’aise, Odd m’a beaucoup parlé de toi ! Tu es américaine non ? C’est dingue comme tu parles bien notre langue !

Il avait lâché ça comme ça, dans le but de détendre un peu l’atmosphère et ainsi engager la conversation mais c’était peine perdue avec une personne comme Eva Skinner et, après un nouveau regard noir, il jugea qu’il valait mieux prendre congé des deux amoureux avant d’être foudroyé sur place.

-Il avait l’air pressé, fit remarquer Odd, aveugle à la froideur de sa petite amie, je me demande ce qu’il avait ?

-Qui sait ? lança-t-elle d’un ton si innocent qu’on aurait presque pu voir l’auréole au dessus de sa tête, en tout cas je n’aime pas trop la façon dont il te regarde…

L’adolescent au béret la questionna du regard, surpris, s’attirant un soupir agacé de la part de la jeune fille. Son petit ami était craquant, mais parfois sa lenteur d’esprit l’exaspérait au plus haut point !

-Tu rigoles ou quoi ? il n’arrêtait pas de te dévorer du regard ! S’emporta-t-elle, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit de l’autre bord, si tu vois ce que je veux dire…

Odd la contempla, incrédule, avant de pouffer de rire. Il n’y avait pas à dire, sa copine avait le don d’inventer les histoires les plus abracadabrantesques lorsqu’il s’agissait d’être jalouse !

-Mathieu ? De l’autre bord ?! Noon, tu te fais des idées ! Rétorqua-t-il avec un petit sourire moqueur qui arracha une moue boudeuse à la jeune américaine, pour moi, il craque plutôt sur Aelita ! Ils sont toujours fourrés ensemble ces deux là, et d’ailleurs ça a le don d’agacer ce cher Jérémie on dirait ! Tu deviens vraiment parano, mon ange…

Eva se radoucit en sentant la main du jeune homme lui caresser le visage d’une manière apaisante. Il avait peut-être raison après tout, peut-être qu’elle en faisait trop ? Et puis, de toutes les façons, Odd lui avait déjà prouvé à maintes reprises qu’il l’aimait, alors au final que craignait-elle ? Adoucie, elle glissa ses doigts entre les siens et laissa reposer sa tête sur l’épaule musclée de son petit ami qui se mit à la bercer doucement.

-D’accord, obtempéra-t-elle, mais reste quand même prudent ! On ne sait jamais, avec ces gens-là…

Odd ne répondit pas. C’était évident que Mathieu n’était pas gay ! Il n’avait d’yeux que pour Aelita depuis qu’il était arrivé à Kadic et leurs longues discussions sur les filles durant les cours d’art plastique étaient plus que concluantes à ce niveau. Il était vrai que ce n’était pas le genre de personne à s’ouvrir facilement aux autres, mais il doutait très sérieusement que sa petite amie ait raison sur ce coup-là.

Mais dans ce cas, pourquoi ressentait-il cette pointe au niveau de son ventre ? Pourquoi y avait-il comme un malaise dans ses paroles quand il affirmait qu’elle se trompait ? Et puis qu’est-ce que ça pouvait lui de toute façon !

Chassant ces pensées étranges de sa tête, il vola un dernier baiser à sa chère et tendre avant de se diriger lentement vers les bâtiments destinés aux cours.

* * *


-Monsieur Scillas, peut-être mon cours vous ennuie-t-il !?

Mathieu sursauta en entendant son nom, sortant enfin de sa douce rêverie dans laquelle il était plongé depuis un bon quart d’heure. Le professeur : un certain Monsieur Fumet, chargé d’enseigner l’Histoire, le fixait derrière ses lunettes carrées d’un air de défis. Timidement, le jeune homme bredouilla des excuses incompréhensibles s’attirant le regard amusé des autres élèves avant de se replonger sur sa feuille de notes, toujours aussi blanche depuis le début du cours.

Alors que le professeur repartait dans sa litanie monotone, Mathieu laissa de nouveau son esprit dériver. Depuis le matin-même, il ne pouvait s’empêcher de penser à lui. Il occupait chacune de ses pensées, ne laissant aucune place pour la concentration ou la réflexion. « Quelle idée aussi de mettre un T-shirt aussi moulant et ouvert ? » pensa l’adolescent bien malgré lui en manquant de s’arracher un sourire amusé tout seul.

Il fut tiré de sa rêvasserie par un discret tapotement sur son épaule. Avant même qu’il n’ait eu le temps de se retourner, Aelita avait déjà fourré un petit carré de papier plié en quatre dans sa main. Le jeune homme prit le temps de balayer la salle de classe du regard avant d’oser interroger l’adolescente d’un haussement de sourcil. Malheureusement pour lui, elle s’était déjà re-concentrée sur le cours, ou du moins faisait-elle semblant.

Mathieu ne prit le risque d’ouvrir le mot que lorsque Monsieur Fumet eu fini d’arpenter sa rangée, son regard de rapace allant des élèves à son livre en une fraction de seconde. Du bout des doigts, l’adolescent déplia le papier et y risqua un œil. Une seule phrase y avait été griffonnée à la hâte, afin d’échapper à la surveillance du professeur :

Retrouve-moi dans le parc après
les cours, il faut qu’on parle.


Une intonation plus forte que d’habitude dans la voix de Monsieur Fumet l’engagea à froisser le papier avant de le jeter au fond de sa trousse, le plus silencieusement possible. Ces quelques mots n’avaient servi qu’à attiser sa curiosité. Que pouvait bien lui vouloir Aelita, et aussi subitement qui plus était ?

Taraudé par la curiosité, Mathieu passa le reste de l'heure à s’interroger. Ce qui l’étonnait le plus restait le manque de réaction de Jérémie. Ce dernier était quand même le voisin de classe de la jeune fille aux cheveux roses, il avait forcément du la voir lui remettre le mot ! Dans ce cas pourquoi n’avait-il pas encore eu droit à son habituel regard meurtrier ou à une quelconque remarque désobligeante ? Il devait surement y être pour quelque chose lui aussi. « Et s'ils savaient ? » ne put-il s’empêcher de penser avec un frisson angoissé avant de se reprendre : c’était impossible qu’ils puissent être au courant ! Il avait été prudent, pour rien au monde il n’aurait voulu que l’histoire se répète une fois encore à Kadic. Ce que lui voulait Aelita n’avait probablement aucun rapport avec ce qu’il avait vécu à son ancien lycée…

« Quoi qu’il en soit » se dit-il lorsque la sonnerie retentit dans tout l’établissement mettant fin au cours au grand soulagement de la plupart des élèves qui s’empressaient déjà de courir hors de la salle, « je verrais bien ce soir, il me suffit de prendre mon mal en patience ».

Ce fut un peu calmé qu’il prit le chemin vers le bâtiment de sciences. Au passage, il ne prit pas garde à la jeune fille aux traits asiatiques si fins et aux longs cheveux couleur d’ébène traverser le couloir main dans la main avec un jeune homme au beau regard ténébreux, défiant les autres élèves de faire une remarque. Il ne remarqua pas l’adolescent aux mèches chocolats jeter malgré lui un regard noir au couple en les croisant, bien vite rappelé à l’ordre par la jeune fille au carré plongeant pendue à son bras qui s’empressa de l’embrasser passionnément. S’il y avait prêté plus attention il aurait remarqué, comme la plupart des élèves du couloir, l’incroyable énergie négative se dégager des quatre adolescents durant le bref instant où leur route se croisa. C’était un de ces instants de froideur glaciale et d’atmosphère pesante qui faisait comprendre qu’une tempête se préparait, sans qu’on ne puisse rien y faire…

Les yeux d’Ulrich, bruns et profonds, croisèrent ceux, sombres et légèrement bridés, de Yumi durant une fraction de seconde. Cette seconde suffit à faire passer entre eux plus de mots qu’ils n’en avaient échangés au cours des derniers mois. Mais ils continuèrent leur route sans s’arrêter, chacun marchant au côté de leur amour respectif, ignorant cet échange pourtant indélébile dans leur cœur. Il était trop tard désormais pour qu’un simple regard puisse recoller les morceaux ou même racheter les erreurs du passé…

* * *


Mathieu se dirigeait à grands pas vers le parc du collège, resserrant le col de sa chemise afin de se protéger du froid de la soirée. Les cours venaient enfin de s’achever et le jeune homme n’avait pas oublié le mystérieux rendez-vous que lui avait fixé Aelita un peu plus tôt dans la journée. Plus il avançait et plus il se posait de questions. Tentant vainement de se calmer, il cala sa respiration sur le bruit de ses pas sur les graviers, vidant progressivement son esprit. C’était plus fort que lui, il avait l’impression que quelque chose n’allait pas. Plus il approchait du point de rendez-vous et plus cette angoisse se faisant lancinante, oppressant son estomac douloureusement.

Finalement il atteignit l’entrée du parc, cernée par deux platanes un peu plus hauts que les autres. Il ne lui restait plus qu’à attendre en refrénant sa paranoïa autant qu’il le pouvait.

Il n’eut pas à attendre longtemps. Aelita jaillit de la porte menant aux dortoirs quelques minutes plus tard seulement, jetant de brefs regards autours d'elle. « Elle vient probablement de la chambre de Jérémie » réfléchit Mathieu en ramenant malgré lui à son esprit la scène où il les avait surpris tous les deux dans cette même chambre, lors de son premier jour. Avec une grimace, il dénota que lui-même avait utilisé le terme « la chambre de Jérémie », au lieu de sa chambre. Il n’y pouvait rien, il n’arrivait toujours pas à se sentir chez lui à Kadic. Il avait certes trouvé ses marques, mais cela ne faisait pas de lui un kadicien à part entière pour autant !

Aelita arriva finalement à ses côté, frissonnant sous l’effet du froid, son blouson remonté jusqu’à son menton.

-Salut, fit-elle en écartant d’un geste agacé les mèches roses qui lui fouettaient le visage sous l’effet de la brise nocturne, désolée de t’avoir fait attendre.

-C’est rien…

Presque automatiquement, les deux adolescents s’enfoncèrent dans le parc, marchant pour se réchauffer, leurs pieds s’enfonçant dans l’herbe gelée craquant sous leur poids. Aucun d’entre eux n’osait prendre la parole le premier.

-Tu, se risqua enfin à lâcher Mathieu, le cœur battant à tout rompre, tu voulais me parler de quelque chose ? Ça a un rapport avec Jérémie, hein ?

Aelita soupira intérieurement. Elle ne pouvait plus fuir désormais, il fallait qu’elle se lance. Elle n’aimait pas ce qu’elle s’apprêtait à faire mais c’était le seul moyen de calmer son paranoïaque de copain. Sans un mot, elle dégaina son portable et tapota l’écran tactile jusqu’à accéder au fichier qui l’intéressait avant de le placer juste sous le nez de son vis-à-vis, détournant le regard au passage. Interdit, Mathieu contempla la copie des messages que ses anciens camarades lui avaient envoyés, tous reproduits à l’identique sur le portable d’Aelita. Les sympathiques…Comme les autres ! Ses soupçons étaient donc fondés au final…

-C’est Jérémie qui a récupéré tout ça n’est-ce pas ? Demanda-t-il froidement.

A quoi bon nié au point où il en était ? Il aurait du se douter qu’il n’aurait pas pu garder son secret pour toujours. Il ne savait pas contre qui il était le plus en colère : Jérémie pour avoir piraté sa boite mail ? Aelita pour le mettre en face de son passé de cette façon ? Ou lui-même pour avoir été aussi imprudent, tout ça à cause d’un simple accès de nostalgie ? L'adolescente se tue, incapable de formuler une réponse, sa voix se bloquant compulsivement dans sa gorge. Fou de rage, Mathieu écarta brusquement la jeune fille et tourna les talons vers les bâtiments, marchant à grands pas histoire d’évacuer un temps soit peu la frustration.

-Je suis vraiment désolée Mathieu ! L’implora Aelita en rangeant son portable à la va-vite, je ne voulais pas te faire de peine, vraiment ! Personnellement je ne pense pas que tu ais fait quelque chose de mal, je te le jure !

Malgré lui, le jeune homme ralenti l’allure avant de s’arrêter, sans pour autant oser se retourner. Il voulait entendre ce que l’adolescente aux cheveux roses avait à lui dire.

-Tout ce que je veux… Continua-t-elle en se passant la main dans les cheveux, cherchant ses mots, c’est comprendre ! Depuis le début de l’année tu es renfermé, tu ne parles jamais de toi ! C’est à peine si on peut te poser des questions sans que tu ne rentres dans une sorte de mutisme ! Je ne suis pas aveugle tu sais, je me rends bien compte que quelque chose a du se passer dans ton ancien lycée ! Je me rends aussi compte que tu n’as pas envie d’en parler et je peux le comprendre… Mais l’amitié ça marche dans les deux sens ! Je me suis ouverte à toi, j’aimerais que tu en fasses autant pour moi maintenant, ne serait-ce que pour pouvoir t’aider…

Elle avait tout débité d’une traite, sans même reprendre sa respiration, haletant sous l’effet de l’émotion. Au moment précis où ces mots avaient jailli de sa bouche, elle s’était rendu compte que c’était vraiment ce qu’elle souhaitait faire au fond de son cœur : l’aider.

Depuis son arrivée elle sentait bien que quelque chose n’allait pas. Cependant, contrairement à Jérémie, elle avait décidé de faire taire cette suspicion en se convaincant que le jeune homme n’avait besoin que d’une chose : qu’on le laisse en paix. Néanmoins, après avoir lu ces messages, son point de vue avait changé. Elle en était désormais convaincue : il avait besoin d’aide ! Il fallait qu’il se confie à quelqu’un ou sinon il allait finir par imploser, comme elle avait failli le faire à l’époque de sa propre arrivée à Kadic. Elle ne connaissait que trop bien le sentiment de solitude qu’endurait Mathieu, elle l’avait ressenti elle aussi, et elle savait que se renfermer sur soi était la dernière chose à faire dans ce cas-là !

-Laisses-moi écouter ton histoire… Murmura-t-elle finalement, assenant le coup final aux défenses que le jeune homme avait mis tant de temps à se forger, je t’en prie…

Elle se risqua enfin à relever les yeux vers l’adolescent. Elle eu la surprise de croiser son regard bleu dans lequel on pouvait lire toute sa détresse et sa solitude. Il s’était retourné et la fixait avec intensité, presque implorant. Comment aurait-il pu tenir encore après un discours pareil ?

-Très bien… Céda-t-il finalement, sans même croire lui-même à ce qu’il disait, je vais tout te raconter, est-ce que j'ai vraiment le choix…? Mais pas ici ! Le foyer doit être vide à cette heure, on n’a qu’à y aller, on sera plus à l’aise pour discuter.

La jeune fille acquiesça silencieusement et le précéda vers les bâtiments de l’internat. Imperceptiblement, son cœur commença à s’accélérer. Mathieu aussi angoissait parfaitement désormais. Dans moins d’une minute, il allait enfin balancer tout ce qu’il avait sur le cœur. Il se fichait du fait que c’était imprudent, plus rien n’importait que d’enfin se laisser aller, au mépris de toutes ses bonnes résolutions ! Le temps était venu de dire la vérité.

-------------------------------------------------------------

Et voilà pour le 4ème chapitre (trèèèès en retard je sais, encore désolé, sauver le monde prend du temps lol !), j'espère ne pas vous avoir trop déçus. Personnellement je n'accroche pas trop mais bon...
_________________
Retour de Code Lyokô New Wave, ma fanfiction, sur le forum ! : New Wave_
Vous pouvez aussi lire d'autres de mes fics sur mon compte fanfiction.net : Mejiro-kun (ff.net)
Et pour mon DeviantART c'est par ici : Mejiro-kun (DA)


http://imageshack.us/a/img855/3366/t4o6.png

http://elementaryschool.perso.neuf.fr/code_lyoko/banniere3.png


Dernière édition par Mejiro-kun le Mar 26 Avr 2011 00:03; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Adwys MessagePosté le: Mer 09 Mar 2011 13:24   Sujet du message: Répondre en citant  
[Manta]


Inscrit le: 26 Sep 2010
Messages: 570
Super Suite, Comme d'Hab' Mr. Green !!

Le Suspens à la Fin :O Razz
C'est moche de nous laisser comme ça !!! Mr. Green

Jérémie est Détestable !! Wink
Aelita a donc retrouver sa mère ?! C'est normal qu'il faille du temps pour qu'elles apprennent à se connaître ...

Vivement la Suite ! Mr. Green

_________________



I wish I could follow you to the shores of freedom where no one lives.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
 
DimIIy MessagePosté le: Mer 09 Mar 2011 14:34   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 23 Oct 2009
Messages: 1044
Localisation: Dans mon lit , en train de manger des kinder Bueno !
But ?!! WTF ?!!

Et bah moi figure toi que j'ai crue que t'étais bel et bien ...*se prend une beigne*

Ma consciense : Fais gaffe a ce que tu va dire ! Là maitnenant
Moi : Et pourquoi je le dirais pas hein !
Ma C : T'as pas interet à ...
*super vite* : Je croyais que t'étais dead moi !

*sort*

Bref : Mais que vois-je ? C'est le refrain de D'Avril Lavigne ! Hein qu'elle est bien ! ^^

Alors pour l'histoire :

C'est super comme d'habitude !

Je ne trouvais qu'un défaut : les répétition . Tu en fait beaucoup trop malhereusement =S

Sinon il y'a un truc que j'aime beaucoup ! L'histoire semble se passer en entre 2010 2011 je me trompe ? Vue que tu fais allusion au passage au numérique ! Et le portable d'Aelita et la lecture du mail (sur le portable hein ! )
j'aie beaucoup ! Mais attends si on suit la chronologie du DA les héros sont sensé être plus vieux non ?? Mais bon on ne va pas chipoter !

Rahh Jeremy ! Tu peux pas le faire un peu plus gentil là ? Moi à la place de Mathieu je serais partit voir Jeremy et je lui aurais encastrée la tête contre l'ordi ! Non mais ce genre de chose a tendance a m'enerver !
J'espere que Mathieu va pas se laisser faire en tout cas !

Mdr Eva la grosse jalouse et le Odd completement aveugle ! J'ai bien rigolée a ce passage là ^^

Mais quelle sadique sinon ! Tu nous as laissé au moment tant attendu !! Grrr ! T'a interet a te rattraper au prochain chapitre !! Razz

bisous !Et tu connais la phrase de fin

_________________
http://imageshack.us/a/img521/7369/signaturedimiiy.png


Merci me98 !!

Texte by me : Disparition (2eme version de préférence )
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Deam MessagePosté le: Mer 09 Mar 2011 16:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 01 Mar 2011
Messages: 5
Jolie, magnifique suite !
Matthieu va enfin raconter sa vie (ailleurs).
Mais Jérémie, il peut pas s'empêcher d'être parano !
Aelita a retrouvé sa mère ? Super ! Mais... Comment ?
Les doutes de la petite amie de Odd -euh, comment elle s'appelle... ah oui !-, Eva, vont être confirmés. Enfin si elle l'apprend...

*ON ATTEND LA SUITE !*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Abby MessagePosté le: Mer 09 Mar 2011 16:35   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 559
Localisation: Troisième igloo après le café des ours polaires.
J'ai jamais commenter ta fic', mais je le regrette !

Elle est vraiment bien construite, avec beaucoup de descriptions, physiques et sentimantales.
Quelques fautes traînent mais ce n'est pas très génant ...
En plus de ça, te chapitre sont long !

Bref, rentrons plus dans le vif du sujet ...

Un nouvel élève renfermé, avec un passé lourd et étrange hum ... intéressant ... Mais que c'est-l passé ?

Alors là, Jéremy, déjà que ce n'est pas mon perso' préféré, il est vraiment horriblement jaloux ! Aelita va devoir le calmer ...

Yumi avec William et Ulrich avec Sissi !! Ouch, c'est quoi ça, enfin, j'espère que tu vas plus nous éclairer dessus quand même ^^

Odd qui sort avec une fille plus de deux jours ? Wahu ! Faut' applaudir ça ! Mais, on sent bien qu'il a mûri quand même.

Et Aelita qui a retrouvé sa mère (comment d'ailleurs ?) et qui s'embrouille avec elle ... Mais bon c'est normal, vu qu'il faut reconstruire une relation après ces dix années perdues ...

Tiens, moi aussi je n'ai pas lu la quadrilogie ...

Bref, je vais te ressortir l'habituel Bonne Continuation ^^

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Eva-The-Best MessagePosté le: Jeu 10 Mar 2011 08:03   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 19 Déc 2010
Messages: 101
Salut, toujours aussi bien ta fic' !! Mr. Green

Alors, j'adore le moment ou Eva voit que Mathieu "regarde" Odd et qu'il ne s'en rend meme pas compte !! Mdr Razz

C'est bien qu'Aelita ait retrouvé sa mère mais tu aurais dut expliquer commemt. Wink

Super le suspens a la fin !!!Smile



Bonne continuation !! Mr. Green
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 2 sur 12
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0928s (PHP: 67% - SQL: 33%) - Requêtes SQL effectuées : 17