CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL - Bande annonce fangame 4.0.X
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Lyoko] IFSCL 40X!
[Projet] Forum Séries TV et DA (dont ...
[One-Shot] Amaterasu
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Source (extrêmement hypothétique) d'i...
Discord pour le forum + animation ?
Anciens : Réveillez-vous ! La bulle d...
[Fanfic] Les Perles du Neith [Terminée]
Les origines de vos pseudos
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Sur le champ de bataille [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 11 sur 12

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Brounaus MessagePosté le: Lun 19 Aoû 2013 20:32   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 30 Avr 2013
Messages: 77
Je viens seulement de lire le chapitre et je peux te dire que je l'ai trouver très sympathique à lire.

Ensuite, le froid entre Jérémie et William semble être se calmer. J'ai bien aimer mais par contre, j'ai pas spécialement apprécier le ciné entre William et Laura, je sais pas pourquoi mais je sens qu'il va y avoir quelque chose entre eux Rolling Eyes Après chacun ses goûts ! Mr. Green

On remarque aussi que le programme de matérialisation semble enfin prêt. J'ai hâte de voir la réaction d'Ulrich et Yumi quand ils verront William dans leurs rangs, ça risquera sans doute de chauffer ! Et voyons comment Yumi va réagir quand ils leur apprendront sa fameuse fugue.

Très hâte de voir la suite du scénario !

_________________
Madara : The best of shinobi


http://www.plixup.com/pics_core3/14694876696368madara.jpg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Café Noir MessagePosté le: Mar 20 Aoû 2013 20:08   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 27 Mar 2012
Messages: 1490
Localisation: Thugland
Je ne t'ai même pas donné mon avis sur ce chapitre ! C'est du grand n'importe quoi surtout 2 chapitres avant al fin - et il est grand temps d'y remédier.

Alors, dès le début, tu prends le partie de réconcilier Willy et Jérémie. Même si c'est bien écrit, je pense que ce moment arrive un peu vite. Tu nous laisses sur un moment un peu émouvant dans le chapitre précédent, avec l'amitié Jérémie/William qui semble voler en morceau. Donc je pense que ce début est un peu rapide. Peut-être que ce moment aurait pu arriver plus tard, ce qui t'aurait permis de commencer de manière plus inattendue avec le cours de sport de Jérémie et Aelita ou le cours de maths de William. Mais passons.

Tu en rajoutes donc une couche sur les souffrances précédemment endurées par les LGs, je n'ai rien à dire sur ces moments riches en émotions, bien écrits. On ressent la fatigue ressentie par les guerriers et on a vraiment envie que le dénouement arrive, pour eux, parce qu'ils sont à bout.
Juste un truc :
Citation:
Ce kaléidoscope d'émotions

Cette expression est simplement sublissime.

Bon, je passe à la scène William/Laura. Tu commences à faire disparaître le côté sans coeur de Laura, c'est un très bon point. La personnalité de la blondinette est beaucoup plus respectée dans ce chapitre. Pour William, c'est pareil. On sent que ce qu'il ressent pour Laura est quelque chose de nouveau pour lui. La gêne qui existe entre eux est très réaliste. Bref, je n'en dis pas plus, tu as compris que j'ai adoré ces moments.
Une fois de plus, je te le dis : j'adore ta Aelita. C'est celle de la saison 4, celle qu'on adore. Qui est un peu niaise tout en étant drôle, franche et sympathique. Je l'aime.

Voilà, j'ai à peu près tout dit. Sinon, j'ai vraiment hâte de lire tes prochains chapitres !! Surtout après le spoil que tu m'a fait (FOPALDIR ?)

Merci, nièce chérie !

_________________
Le $ang et la $ueur chapitre 12

« L'avenir, je vois comment qu'y sera... Ça sera comme
une partouze qui n'en finira plus... Et avec du cinéma
entre... Y a qu'à voir comment que c'est déjà... »
Céline, Voyage au bout de la nuitr
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Oddye MessagePosté le: Sam 24 Aoû 2013 21:36   Sujet du message: Répondre en citant  
Fleur immonde


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 2017
Localisation: Dans un autre horizon
Ah que coucou ! Comment ça va ?
Oui, j'ai une petite semaine de retard, mais comme je travaille, j'ai moins le temps d'écrire. Et puis, je voulais bien avancer sur mon chapitre 30. Il est entamé, et le scénario est déjà écrit. Je sais donc précisément ce qu'il contient. J'espère qu'il ne vous décevra pas.

Mais pour l'instant, ce qui nous intéresse, c'est le chapitre 29. Pour ma part, je considère que le chapitre 29 et 30 sont un seul et même chapitre, mais en deux parties, parce que le chapitre 30 est vraiment dans la continuité du 29.

D'abord, l'immanquable THCF !

Zéphyr, d'abord.

Oui, on a eu enfin un remerciement de Jérémy pour William. C'était une scène importante, parce que Jérémy comprend William un peu mieux, et que, en un mot, il exprime sa sincère gratitude.

Oui, à force d'écrire avec Laura, je la maîtrise un peu mieux, mais j'ai toujours peur de basculer dans l'excès avec elle. Soit de l'adoucir trop, soit de la montrer trop méchante.

Tu dis que Laura s'y connaît mieux en matière de relations humaines. Hum ... oui et non. On ne peut pas non plus dire qu'elle s'en sorte comme une chef. Je ne pense pas qu'elle soit du genre à vraiment faire dans le sentiment, donc je ne la voyais pas faire un câlin à William, ou vraiment rentrer en mode "je réconforte de toutes mes forces William". Je pense juste qu'elle comprend que c'est difficile pour le garçon, mais qu'elle préfère qu'il n'y pense pas, plutôt que de ressasser une chose dont il n'a aucun contrôle dessus. Après tout, Laura pense beaucoup avec un esprit logique. Et, logiquement, de son point de vue, William ne peut rien faire pour changer ça. Donc ça ne sert à rien de s'acharner dessus.

Citation:
J'ai moi-même horreur d'être dans ce genre de situation, où tu ne sais pas quoi dire, et où tu penses que l'autre personne va te prendre pour un abruti qui n'a aucune conversation.

+10000000000
Je n'aime pas non plus ce genre de silence, que je trouve lourd.


Brounaus, à toi maintenant.

Hum, le coup du ciné entre William et Laura, j'ai bien conscience qu'il sort un peu de nulle part. Mais j'ai trouvé ça amusant à l'écrire, parce que finalement, ce sont deux personnes que l'on peut considérer comme étant assez opposées, et finalement, ils peuvent bien s'entendre, ou au moins se respecter, et passer un bon moment. Après, ce que je leur réserve, eh bien ... je ne dirai rien Razz


Et pour finir, mon Tonton adoré !

Pour la scène entre Jérémy et William, ça n'est pas vraiment une réconciliation. C'est plus un moment où Jérémy a vraiment compris William, et a voulu lui montrer sa gratitude. Ca allège un peu l'ambiance, mais ça n'efface rien.


Et merci par rapport à l'expression "kaléidoscope d'émotions". J'ai toujours bien aimé ce mot "kaléidoscope".




Voilà, maintenant, place au chapitre. Chapitre assez... hum, comment dire? Eh bien, vous verrez !
Je vous souhaite une bonne lecture !



Chapitre XXIX: Apprendre ses leçons

Jérémy, Aelita et Odd attendaient.
Ils attendaient que William revienne de son rendez-vous médical. Jérémy et Odd faisaient les cent pas, l'un devant l'ordinateur, l'autre dans la tour. Aelita, quant à elle, frappait en rythme le sol avec ses pieds. L'annonce de Jérémy avait sonné comme un coup de tonnerre. Les programmes de matérialisation étaient terminés. Bien sûr, une dernière relecture, une dernière vérification étaient à prévoir. Mais ils avaient terminé.

C'était étrange, surréaliste, iréel... Après tout ce temps, après toutes ces attaques, après ce qui semblait avoir été une éternité, ils y étaient arrivés. Ils avaient terminé ces foutus programmes de matérialisation. Et une fois que Ulrich et Yumi seraient de retour, ils pourraient enfin chercher le code ADN de Odd, et ils seraient au complet. Bien entendu, ils auraient encore beaucoup de travail: XANA, le Cortex...

Mais aujourd'hui, le plus important à leurs yeux, c'était d'être de nouveau tous réunis.

Ils entendirent le monte-charges descendre, signe que William venait de faire appel à l'ascenseur. Quelques instants plus tard, il remonta, puis les portes s'ouvrirent
La première chose que Jérémy et Aelita virent était le bras dénué de plâtre de William.
-Tu dois être content, dit le jeune génie.
-Oh ouais ! Je peux enfin pousser les portes sans avoir besoin d'utiliser mon dos, ou qu'on le fasse à ma place, répondit l'intéressé. Mais c'est pas ça le plus important, là ! J'ai reçu ton sms ! Mais ça y est, vous avez fini? Vous avez vraiment fini?

Aelita acquiesça avec vigueur.
-Il nous reste juste à vérifier que tout est bon, et on pourra lancer, annonça-t-elle.
-Allez, dépêchez-vous ! pressa Odd.
-Il y a un hic ! lâcha Jérémy.
William fronça les sourcils.
-Je vous rappelle que Yumi est portée disparue. Il faut qu'on réfléchisse à un plan, et surtout qu'on en discute avec l'intéressée pour savoir comment on va procéder. Elle ne peut pas rentrer comme ça, cette nuit, comme si de rien n'était.
-Ouais, c'est pas faux, commenta l'ancien xanatifié.
-On peut faire ça demain, proposa Aelita. On sera samedi. Après les cours, on revient ici, et comme ça, on aura plus de temps, et on ne fera rien dans la précipitation.
-Attendez, vous voulez qu'on attende encore un jour?! s'écria Odd.
-C'est préférable, appuya Jérémy.
Odd soupira.
-Allez, c'est qu'une matinée de plus! dit Jérémy, même si, au fond, il aurait souhaité le faire tout de suite.
-Oh la galère, s'exclama Odd sur un ton déçu.

Ils ne voulaient pas attendre. Mais il valait mieux ne pas prendre de risques.

*****

M. Ishiyama était allongé dans son lit. Mais il ne dormait pas.
Mme Ishiyama n'était pas allongée aux côtés de son mari. Elle se trouvait à l'entrée de la chambre de sa fille, se demandant si un jour, elle y reverrait son enfant. Il lui fallait apprendre à vivre avec l'idée que Yumi avait disparu...
Et c'était terriblement douloureux.

Tout les jours, les mêmes questions étaient posées.

Où est mon bébé?
A-t-elle été kidnappée, ou a-t-elle fugué?
La reverrais-je un jour?


Mme Ishiyama ne savait pas ce qui était le pire: que sa fille ait été enlevée, ou qu'elle ait fugué. Dans le premier cas, elle craignait ce qu'on faisait subir à son enfant. Etouffant un sanglot, elle s'imaginait les pires atrocités. Dans le second cas, Yumi aurait choisi de les abandonner, de vivre sans eux, de partir sans un regard en arrière, sans un regard pour eux.

Avait-elle été une si mauvaise mère? Elle avait du faire quelque chose de mal, une chose qui aurait blessé sa fille. Si tel était le cas, jamais elle ne se pardonnerait !

Alors elle ressassait le passé, tentant de comprendre pourquoi ils en étaient arrivés là aujourd'hui, tentant de comprendre pourquoi, sur le lit qu'elle voyait en face d'elle, sa fille ne s'y trouvait pas, dormant paisiblement...
Et elle patientait, car elle avait appris que, dans la vie, il faut toujours attendre.
Alors oui, elle patientait, l'espoir fou et cruel qu'un jour, Yumi reviendrait à la maison.

*****

La nuit s'avéra donc difficile. Ainsi que le réveil.
Les lyokoguerriers s'étaient couchés tard, et avaient eu en plus de cela du mal à s'endormir. Leurs pensées étaient identiques, tournées vers le même objectif, le même but, le même désir.
Ils avaient mené un combat pour une raison précise. Et ils touchaient du bout des doigts le soulagement, la délivrance.

Ce fut Jérémy qui quitta en premier sa chambre. Ses affaires sous les bras, il se rendait à la salle de bains. Chaque instant qui passait, il le passait à penser que Ulrich et Yumi seraient de retour. Après tout son travail et les nuits blanches vécues, il avait enfin réussi.
Alors qu'il 'approchait des douches, il s'arrêta brusquement. Derrière lui, il le savait, se trouvaient les miroirs. Il effleura du bout de ses doigts les cicatrices qui ornaient son visage.

Et, soupirant, sans comprendre réellement pourquoi maintenant, il se dit que, peut-être, il était temps d'affronter la réalité.
Pour ensuite accepter; et avancer!

Alors, s'armant de courage, Jérémy se retourna, puis s'approcha d'un miroir. Il voulait, en vérité, fermer les yeux, ne pas voir l'étendue des dégâts ! Mais il le fallait, il devait accepter. Alors Jérémy continua de marcher, apercevant toujours plus nettement, à chaque pas, son reflet dans la glace.

Et il les vit. Toutes les marques, toutes les rougeurs. Il vit à quoi ressemblait à présent son visage...
Il voulut pleurer, mais se rendit compte qu'il n'en avait même pas la force.

Soudain, la porte s'ouvrit, l'arrachant à ses pensées.
William venait d'entrer.
Ce dernier aperçut la douleur dans les yeux de Jérémy, et surtout où il se trouvait.
-Ne te tracasse pas pour ça Jérémy, le plus important, c'est que tu aies réussi à terminer les programmes de matérialisation. Tu as réussi, Jérémy ! Tu es allé jusqu'au bout, tu as tenu jusqu'au bout.

Et c'était vrai.
Car finalement, on ne mesure pas la force d'un guerrier au nombre de ses victoires, mais par sa capacité à ne jamais abandonner.
Et Jérémy n'avait jamais abandonné.

*****

Aelita était assise dans le réfectoire, entourée des deux clones, quand elle aperçut William et Jérémy arriver. Ce fut d'ailleurs ce dernier qui prit le plateau de son ami -certaines choses ne changent pas- et ils s'installèrent en face de Aelita.

Celle-ci ne sut pas pourquoi, mais elle senti que, à cet instant, Jérémy allait mieux. Peut-être le sourire en coin qu'il affichait, ou alors ses yeux plus brillants...

Non elle ne sut pas pourquoi elle le sentait plus apaisé.
Pour Jérémy, le fait d'avoir affronté la réalité, lui avait permis d'accepter. Et si ça n'effaçait pas sa douleur, et si ça n'effaçait pas les cicatrices, le poids sur ses épaules s'était allégé.

Et il le serait d'autant plus dans quelques heures.
Ca n'était qu'une matinée. Quatre heures. Pourtant si longues, si longues... Jérémy pensa qu'il était peut-être capable de remonter le temps, mais malheureusement pas capable de l'accélerer. Et finalement, combien de fois avait-il du attendre, patienter le temps que la sonnerie retentisse? Il ne les comptait plus.

Mais c'était ça la vie. Attendre. Pour tout, pour rien...
Il faut apprendre, apprendre à patienter, apprendre à accepter l'attente.
C'était une leçon. Une dure, cruelle, leçon de vie.

Et, chacun à des endroits différents, ils attendaient.

*****

La sonnerie retentit.
Les élèves rangeaient leurs affaires.
Les élèves discutaient entre eux.
Les élèves pensaient au week-end calme, tranquille qui les attendait.

Pas Jérémy, pas Aelita, pas William.
Jérémy et Aelita mettaient rapidement leurs affaires dans leurs sacs, avant de se précipiter vers la porte. Ils furent les premiers à sortir, suivis des clones de Odd et d'Ulrich, sous l'oeil médusé du professeur de voir que ses deux élèves, si intelligents, se hâtaient pour quitter la salle.
Quant à William, ce dernier se contenta de balancer ses affaires dans son sac. Ce fut sur leur banc attitré qu'ils s'étaient donnés rendez-vous.

A l'instant même où ils s'aperçurent, la tension était palpable. Ils y étaient presque, si près du but que ça en devenait iréel.
Ce fut en trottinant -ils auraient bien couru, mais William n'aurait pas été capable de les suivre- qu'ils se rendirent à l'usine. Chaque pas, chaque mètre parcouru était un mètre en moins à faire.

Et ils approchaient, encore, encore... jusqu'à voir l'usine, jusqu'à y pénétrer, jusqu'à monter dans l'ascenseur, jusqu'à se rendre au laboratoire.
Sans perdre un instant, le jeune génie se rua vers son fauteuil, et s'y assit. Se mettant à taper à toute vitesse sur son clavier, il dit un vague "bonjour" à Odd, trop concentré sur ce qu'il faisait.
-Ca y est? s'écria Odd. Allez, allez, allez ! pressa-t-il ensuite.
-Jérémy fait ce qu'il peut, assura Aelita.

Quelques instants plus tard, ledit Jérémy s'arrêta, puis redressa la tête. Il regarda tour à tour William et Aelita -ne faisant pas attention aux deux clones qui les avaient accompagnés- puis il appuya sur la touche "entrée".
-On y va Odd, on revient dès qu'on peut ! dit Jérémy.
-Ouais, ouais, me faites pas trop attendre, je vous rappelle que j'ai moi aussi envie de savoir.
-T'inquiètes ! déclara William.

Et les trois lyokoguerriers se ruèrent vers le monte-charges. Sur Lyoko, Odd sentait la rage monter. Il aurait tellement, tellement, aimer assister au retour de ses amis. Mais il ne pourrait voir, il ne pourrait entendre. Seulement attendre, attendre et espérer.

Isolé, il était isolé.

*****

On pouvait entendre du bruit provenant de deux scanners. William, Aelita, et Jérémy les fixaient. Ils attendaient. Inquiets et plein d'espoir à la fois, ils ne souhaitaient plus qu'une chose: que les scanners s'ouvrent, mais surtout, surtout que Ulrich et Yumi soient bien à l'intérieur.

Et enfin, oui enfin, les scanners s'ouvrirent. Ils virent d'abord Yumi. Elle se tenait droite, les yeux grands ouverts, le corps rigide. Et puis soudain, son corps bascula en avant, et elle s'écroula lourdement sur le sol.

William, Aelita, et Jérémy n'arrivaient plus à bouger. Surtout les deux lyokoguerriers. Ils avaient tellement attendu, ils s'étaient tellement battus pour ce moment précis, pour cet instant où ils sauraient qu'ils avaient réussi, que ça leur paraissait irréel. Tout simplement irréel.

Dans le scanner à côté, ils aperçurent Ulrich, roulé en boule à l'intérieur du caisson, immobile, inerte.

-Yumi, Ulrich !
C'était Aelita. Ce fut elle la première à bouger.

A pouvoir bouger.

*****

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, Yumi mit un moment à comprendre où elle se trouvait. Par contre, elle ne comprit pas pourquoi elle se retrouvait allongée sur le sol, avec un mal de tête abominable. Quel était son dernier souvenir? Que s'était-il passé?

Après avoir assimilé le fait qu'elle se trouvait dans la salle de scanners, ce fut les yeux d'Aelita qu'elle aperçut. C'était son regard oui, qu'elle vit en premier. Un regard soulagé, mais aussi un regard rempli de compassion.

Elle secoua la tête, tentant de retrouver ses esprits, tentant de comprendre. Mais quand elle vit derrière Aelita, un Jérémy avec des marques et des cicatrices sur le visage, et un William en béquilles, elle comprit ...

Quelque chose de grave s'était produit. Et elle n'avait pas été là pour y assister.

*****

Quand ce fut Ulrich qui ouvrit les yeux, il semblait être comme déconnecté de la réalité, comme plongé dans un état cataleptique. Peu à peu cependant, il reprit conscience du sol autour de lui, des sons qu'il percevait...

Etaient-ce des voix?

Il tenta de redresser sa tête, mais il n'avait aucune force. Que s'était-il passé? Quelque chose lui échappait.
Il se força à se redresser, à lever la tête. Il dut s'y prendre plusieurs fois mais, péniblement, il réussit.

Et la première personne qu'il vit le choqua.
C'était William.

-Toi? Mais qu'est-ce que tu fous là? s'exclama Ulrich.
Le visage de William se fit brusquement dur.
-Ce que je fous là? Bah je t'ai en quelque sorte sauvé la mise, mais comme t'es trop bête pour voir plus loin que le bout de ton nez, fallait pas s'attendre à ce que tu comprennes.

Et William se retourna en direction du monte-charges, quittant ainsi la salle des scanners, laissant surtout derrière lui un silence lourd.
Dans l'ascenseur, seul, les yeux fermés, serrant fermement ses béquilles dans ses mains, il tenta de se calmer.
Et surtout d'occulter les mots de XANA qui revenaient tournoyer dans son esprit.

XANA lui avait dit qu'on ne le comprenait pas, qu'on ne l'acceptait pas.
Et il aurait tant aimé pouvoir lui prouver qu'il avait tort.

A son grand regret, les preuves étaient minces.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et, secouant la tête pour chasser ses idées noires, il s'approcha de l'ordinateur. Prenant l'oreillette, il appela Odd.
-William? Alors? Alors?! s'exclama le félin. Ca a marché? Ca a marché! Ca a marché?
William eut un faible sourire, devant l'empressement du garçon blond.
-Ouais, ça a marché !
-Oh bon sang, après tout ce temps, après tout ce qu'on a vécu, on a enfin réussi. Ils sont là ! ... Attends, ça veut dire que... que moi aussi je serai bientôt de retour alors?! On avait dit qu'une fois qu'Aelita, Ulrich et Yumi seraient là, on irait chercher mon code ADN !
-T'inquiètes, Odd, c'est prévu ! assura William.

*****

-Mais qu'est-ce qui se passe ici? demanda vivement Yumi.
Assis sur le sol froid de la salle des scanners, les quatre lyokoguerriers se faisaient face, Jérémy et Aelita côte à côte, Ulrich et Yumi également.
-Jérémy, ton visage ! s'écria Ulrich.
-Et pourquoi William a des béquilles? continua Yumi.
Jérémy prit une inspiration.
-Quel est votre dernier souvenir? interrogea-t-il.
-Eh bien, c'est...
Mais Ulrich fut incapable de continuer.
-Je crois que... j'étais sur Lyoko... je me souviens d'Aelita et moi... on se battait contre... des blocks...
-Des mantas, rectifia Aelita.
-Arrêtez de tourner autour du pot, s'écria Ulrich. Qu'est-ce qui s'est passé?!
Jérémy savait qu'il devait leur dire, leur expliquer. Mais l'avouer une fois à Aelita avait été difficile, une deuxième fois l'était tout autant...
-Vous êtes tombés dans la mer numérique, déclara Aelita. Comme moi.
Le jeune génie se retourna vers son amie. Celle-ci lui fit un petit sourire. Elle lui avait épargné cette tâche, et il lui en était reconnaissant.
-Quoi?! s'exclama Ulrich.
Yumi fronça les sourcils, tentant de comprendre, tentant d'assimiler la nouvelle. Tentant de se remémorer, aussi.
Et puis elle se souvint. Tout était flou, cela lui semblait même être juste un rêve, une illusion, mais elle savait que c'était réel, que ces images étaient vraies.

Elle se rappela d'elle en train de tomber, d'elle en train de crier, d'elle en train de voir Aelita tomber à ses côtés.
-Je... On... Quoi? dit Ulrich.
Ce dernier ne se souvenait de rien.
-C'est le trou noir dans ma tête... balbutia-t-il.
-Venez, on va remonter en haut, proposa ensuite Jérémy. J'en connais un qui va être ravi de vous voir.

*****

-Yeah! Yeah! criait Odd.
Comme un fou, il dansait, s'agitait. Entendre la voix de ses amis le réconfortait. Après tout ce temps passé à se battre, à utiliser la moindre de leurs forces, ils avaient réussi.
Réussi. Ce mot tournoya dans sa tête. Ils avaient réussi, ils avaient tenu bon, et leur combat avait payé.
-C'est dingue ... Moi, Aelita et Yumi, on est tombé dans la mer numérique, et Odd est coincé sur Lyoko... dit Ulrich. Ca paraît si improbable...
-Et William nous a grandement aidé, déclara Jérémy.
-Oh ouais, tu peux pas savoir à quel point, approuva le félin virtuel.
Ulrich ne sut quoi en penser. Il fixa William, ce dernier soutenant sans peine son regard.
-Et... comment vous avez fait pour justifier nos absences? demanda Yumi.
Cette question, ils la redoutaient. Ils savaient pertinemment qu'elle allait être posée, mais comment annoncer, expliquer, qu'ils avaient fait prétendre qu'elle avait fugué, elle qui était si attachée à sa famille, aux valeurs familiales?
-Qu'y a-t-il? s'étonna la japonaise, avisant leurs visages gênés.
-Eh bien... commença Odd. Au début, on a créé des clones pour Aelita et Ulrich.
-Et pour toi et Yumi alors? demanda Ulrich.
-Pour Odd, on a dit qu'une de ses tantes était décédée et qu'il devait aller à Lyon pour ses funérailles.
-Et pour moi?
Yumi sentait que la réponse n'allait pas lui plaire. Elle voyait très bien que ses amis hésitaient.
-On a dit que tu avais fugué, répondit finalement William.

Les yeux de Yumi s'ouvrirent en grand, désarçonnée par la nouvelle.
-Attends... Quoi?!
-Pour être plus précis, continua Jérémy, on a préféré ne pas combler ta disparition, et quand la police est venue, elle a conclu que la piste la plus probable est la fugue. C'était ce qu'on voulait.
-Vous auriez pas pu choisir autre chose? s'emporta violemment Yumi.
Si Aelita se sentit gênée, ce ne fut pas le cas pour Odd, Jérémy et William. Cette phrase lancée avec froideur les énerva.
-Ah, c'est facile pour toi de dire ça, rétorqua l'ancien xanatifié.
-Ouais, t'étais pas à notre place, en train de péter les plombs parce que t'as trois de tes amis perdus au fond de la mer numérique, et un autre coincé sur Lyoko, et que tu sais absolument pas quoi faire ! poursuivit Jérémy.
-Et que tu sais aussi qu'il y a plus que toi pour désactiver les tours, mais qu'en même temps, le moindre mouvement peut être le dernier, lança ensuite Odd. Alors oui, William a raison, c'est facile pour toi de dire ça, mais t'étais pas à notre place. On avait aucune marge, aucune autre idée qui nous paraissait possible.
-Cette décision, on la prise à trois, ensemble, renchérit le garçon aux cheveux sombres. Et on l'assume.
-Tout à fait ! approuva le félin, tandis que Jérémy acquiesçait avec vigueur.

Surpris. Choqués. Abasourdis.
Ca avait été vif, bref, mais fort.

Yumi, mais aussi Ulrich et, dans une moindre mesure, Aelita, n'en revenaient pas.
-Je comprends bien que ça a été difficile, déclara Yumi. Mais, je suis sûre que vous auriez pu trouver autre chose, parce qu'en attendant, mes parents et mon petit frère ont souffert.
-Et pas nous peut-être? interrogea William.
-Ne joue pas sur les mots, s'emporta Ulrich.
-Et t'aurais fait quoi à notre place? demanda Jérémy.
-Je sais pas. Mais pas ça.

La béquille de William s'écrasa brusquement sur le sol, attirant tous les regards sur lui. Sous la colère qui venait d'envahir sans douceur le jeune homme, il en avait lâché une de ses béquilles.
-"Mais pas ça"! répéta-t-il d'une voix cassante. Ecoute, c'est fait maintenant, non? Tu vas continuer à être énervée longtemps? Et à quoi ça va servir, hein? Et puis tu parles, mais tu ne sais rien. Et je commence à en avoir ras-le-bol !
-William... tenta de calmer Jérémy.
Il voyait bien que son ami saturait, et que sa colère commençait à devenir omniprésente.
-Non, Jérémy. Moi, toi, Odd, on a risqué notre peau encore et encore, je risque de boiter toute ma vie, t'es défiguré ! Et qu'est-ce qu'on entend, après avoir pris des risques, après avoir accepté de mourir, si ça pouvait les ramener? "Oh, mais qu'est-ce qu'il fout là lui?".
-Hé ! s'écria Ulrich, qui n'avait pas apprécié l'imitation de William. Je te permets pas !
-C'est pas comme si je te demandais une autorisation. Et Yumi qui ne voit que cette histoire de fugue, et pas tous les efforts qu'on a fait pour vous ramener...
Aelita jeta un œil à chacun de ses amis, triste de voir que leurs retrouvailles n'avaient pas été si joyeuses qu'elles auraient dû l'être...
Ce qu'elle voyait en cet instant, c'était Ulrich et Yumi d'un côté, et William et Jérémy, ainsi que Odd, de l'autre.

-Ecoutez... commença-t-elle d'une voix calme. Le plus important, c'est que vous soyez de retour. Et que tous ensemble, on va pouvoir chercher le code ADN de Odd, et enfin le ramener sur Terre.
Les lyokoguerriers se regardèrent, puis acquiescèrent.
-Bon, alors, qu'est-ce qu'on fait? demanda Odd. On y va?
-Il faudra attendre 12 heures, pour Ulrich et Yumi. Ils viennent tout juste d'être rematérialisés, ils ne peuvent pas tout de suite retourner sur Lyoko.

Odd ferma les yeux, prenant une grande inspiration, cherchant à se calmer, à faire taire sa déception. Ce n'était pas la faute de Jérémy. Ce n'était la faute de personne. Et puis, il était passé maître dans l'art d'attendre, alors quelques heures de plus, ce n'était rien, n'est-ce pas? ...

-Bon, moi, je vais aller voir mes parents. Il est temps de mettre un terme à leur calvaire, déclara Yumi.
Mais alors qu'elle s'éloignait, suivi d'Ulrich qui souhaitait lui témoigner son soutien, Jérémy l'interpela.
-Si tu vas les voir maintenant, ils ne te laisseront plus sortir, pas seule. Ils auront trop peur que tu partes encore une fois.

Des regards furent échangés, remplis d'inquiétude. Jérémy avait raison. A la seconde où Yumi retournerait chez elle, ses parents seraient bien trop soulagés, et surtout bien trop angoissés que leur enfant s'en aille, les laissant une fois de plus dans le chagrin.
-On décide quoi alors? questionna Ulrich.
Un silence suivit cette question. Ils connaissaient tous l'enjeu.

-Vas-y ! s'exclama Odd.
-Quoi? lança la japonaise.
-Va rejoindre tes parents, on y arrivera à quatre. Je suis sûr que c'est possible.
-Odd, je... merci ! Et si une occasion se présente, je viens tout de suite, promit Yumi.
-Allez, va ! insista le félin virtuel.

Et la lyokoguerrière s'exécuta, sous le regard de ses amis.
-Bon, Jérémy, c'est pas que j'aime pas me voir en double, mais je pense qu'on n'a plus besoin de mon frère jumeau, lança Ulrich en regardant le clone à son effigie.
-Oui, je le fais tout de suite.

Quelques secondes plus tard, le lyokoguerrier arrêta l'activation de la tour, et le clone disparut dans une explosion de pixels.

*****

La nuit était tombée. Dans la rue silencieuse, une silhouette avançait. Plus que quelques pas, et elle se retrouverait devant la maison des Ishiyama. Devant sa maison.

C'était étrange, en vérité. Cela faisait près d'un mois et demi qu'elle n'y avait pas posé le pied, et pourtant, elle avait l'impression que hier encore, elle sortait de chez elle.
Et à cet instant, elle redoutait le moment où ses parents la verraient. Oh, bien sûr, elle était plus que contente de les voir, et surtout de mettre fin à leur calvaire. Mais elle imaginait leurs visages, tristes, fatigués, désespérés... Devoir affronter ça, ça lui paraissait... insurmontable.

Mais il fallait le faire.
Alors elle le fit. Elle sonna à la porte.

Elle dut attendre quelques instants, le stress et l'angoisse s'emparant peu à peu d'elle, quand elle entendit:
-Qui est là?
Elle reconnut la voix de son père. Elle prit une grande inspiration, puis répondit:
-C'est... c'est moi. Yumi !
Et la porte s'ouvrit avec fracas.
-Yumi ! Tu... Yumi ! C'est Yumi !
Il y avait tant de soulagement mais aussi d'incrédulité dans leurs voix, dans leurs regards. La jeune fille pouvait à peine imaginer la souffrance immense avec laquelle ils avaient du vivre.
Comment accepter de continuer à avancer dans la vie, quand on sait que son enfant n'en fait plus partie?

Les bras de ses parents s'enroulèrent brusquement autour d'elle, et elle se fit happer par eux. Et elle les serra en retour, aussi fort qu'elle le pouvait. Entourée de la chaleur et de la présence de sa mère et de son père, elle tentait de leur montrer que oui, elle était bien là, devant leurs yeux, et non, elle ne disparaîtrait pas. Elle ne le permettrait plus.

-Yumi?

Elle redressa la tête, et aperçut son frère en bas des escaliers. Elle eut un petit sourire triste, et prononça doucement le nom de son frère.
-Yumi ! Yumi !
Cris de joie et de tristesse mêlés.
Une famille s'était retrouvée.


******

Serrée dans les bras de sa mère, la main de son père posée affectueusement sur sa chevelure, et le regard de son frère rempli de soulagement, Yumi se sentait apaisée. Apaisée parce qu'elle savait que le calvaire de sa famille était fini.

Mais pourtant, elle savait ce qui l'attendait.
Les questions.

-Asseyons-nous, proposa-t-elle doucement.
Chacun s'assit sur le sol, entourant la jeune fille de très près.
-J'étais... surmenée, sous pression. Je ne me sentais pas à ma place, je me sentais totalement perdue, incomprise... J'avais besoin de partir. Alors j'ai pris la décision sur un coup de tête. Mais j'ai vite compris que ce que j'avais fait était idiot. Pardon.

Les bras de sa mère la serrèrent encore plus fort, alors qu'elle murmurait le nom de son enfant.
A cet instant, le père profitait de la présence de sa fille. Mais maintenant qu'il l'avait retrouvée, il était hors de question qu'il la perde de nouveau.
Une chose était sûre: il ne la quitterait plus des yeux.

Et les heures passèrent, la famille Ishiyama profitant d'être enfin au complet.
Et plus le temps passait, et plus le délai des douze heures approchait de la fin.

*****

Lundi. Minuit passé.
Ce jour-là, Odd savait qu'il était particulier. Particulier pour lui.
Aujourd'hui, ils allaient chercher son code ADN.

Dans l'esprit de Odd, il ne faisait aucun doute sur le dénouement à venir.

Combien de fois avaient-ils frôlé la catastrophe?
Combien de fois avaient-ils frôlé la mort?
Combien de fois avaient-ils cru frôlé la défaite?

Odd lui-même ne saurait le dire. Mais beaucoup, oh oui, beaucoup, ça il le savait.
Et pourtant, oui pourtant, malgré tous les risques, malgré toutes les incertitudes, malgré les peurs, malgré le nombre de fois où il avaient risqué de mourir, ils avaient toujours réussi.

Toujours réussi à s'en sortir. A sauver le monde. A se sauver eux-mêmes. A continuer à vivre.
Enfin, presque.

Il se rappela du père d'Aelita. Il se rappela de son sacrifice. Oui, cette fois-ci, ils n'avaient pas pu empêcher la mort d'une personne, une personne qui leur était finalement proche.
Mais Odd voulut se convaincre. Odd voulut espérer.

Il se dit que la situation était différente, que le but n'était pas le même. Et que les lyokoguerriers avaient toujours réussi à résoudre leurs problèmes.

Alors oui, dans l'esprit de Odd, il ne faisait aucun doute sur le dénouement à venir.
Odd n'avait pas bien appris sa leçon: dans la vie, rien ne se passe jamais comme prévu.

*****
Assis au centre de la tour, le lyokoguerrier patientait. Comme il n'avait aucune notion de l'heure ici, il ne savait pas si le moment où ses amis viendraient pour le tirer de là était proche ou non.
-Coucou !

Odd sursauta violemment. Il mit un instant à se redresser, puis se retourna. En face de lui se trouvait Aelita.
-Ca y est? On y va? demanda-t-il le sourire aux lèvres.
-Euh ... bientôt. Les autres arrivent dans quelques instants. En fait, je voulais te parler.
Le félin fronça les sourcils.
-Me parler?
-Oui. De ta vie sur Lyoko. J'ai vécu la même chose que toi, pendant... une éternité à mes yeux. Et ça n'a pas été toujours facile... On voit les autres vivre, sortir, manger, dormir même ! Et toi, tu ne fais plus rien de tout cela. Ta vie est en suspend !
-Oui... murmura Odd.

Bien sûr qu'elle comprenait. Comme Aelita l'avait dit, elle avait vécu la même chose que lui. Et ça avait duré tellement, tellement plus longtemps... Ca avait été pire pour la jeune fille, mais elle avait gardé la tête haute, et continué d'y croire.

-J'en ai marre, lâcha subitement le félin virtuel. Je... je veux vivre. J'ai l'impression d'être... en prison... J'ai toujours aimé aller sur Lyoko, toujours... Mais là, j'ai l'impression d'être enfermé. Et là, les barreaux sont invisibles, mais pourtant bel et bien présents...

Assis l'un en face de l'autre, Odd se sentit quelque peu apaisé ...
Parce qu'il pouvait parler d'une chose qui était devenue très importante pour lui, indispensable même ! Une chose pour laquelle il aspirait désespérément, mais qu'on ne voulait pas lui donner.

Une chose que Aelita comprenait parfaitement. Et ça faisait un bien fou de se sentir compris, de se sentir moins seul finalement.

Oui, cette chose si importante, qui manque cruellement à certains, mais qui est habituelle pour d'autres.

La liberté.

****

Le moment tant attendu était arrivé. Odd et Aelita étaient sortis de la tour, et voyaient en face d'eux Ulrich et William courir en leur direction. Aujourd'hui, ils comptaient bien ramener leur ami, et enfin, enfin réunir toute la bande.
-Bon, tout le monde est prêt? demanda Jérémy.
-C'est bon Einstein, on peut y aller !
-Allez, pas de temps à perdre, déclara le jeune génie. XANA ne pas tarder à réagir. D'ailleurs, ça m'étonne qu'il n'ait pas lancé d'attaque depuis.
-Tu penses que XANA prépare quelque chose? lui demanda Aelita.
-Le connaissant, oui.

L'ascenseur sur lequel se trouvaient les lyokoguerriers arriva enfin à destination. Ils se remirent à courir, en direction de la voûte céleste.
-Aelita, je te laisse le faire, tu as plus d'expérience que moi, dit Odd.
La gardienne de Lyoko acquiesça, et alors qu'elle s'approchait de l'interface, prête à y poser la main, Jérémy cria subitement un:
-Attention!
Et les lyokoguerriers entendirent soudain le bruit que produisait la Méduse. Se retournant, ils virent le fameux monstre.
-Bon sang, pas elle ! s'exclama Ulrich.
-Alors elle, je vais me la faire, dit Odd sur un ton énervé.
Il n'allait certainement pas épargner cette sale bête responsable de son emprisonnement sur Lyoko.
-Champ de force!
Mais le champ de force lancé par Aelita fut évité par la méduse, cette dernière se décalant sur le côté.

-William! s'écria soudain Odd.
Le félin voyait son ami immobile, rigide. Ulrich, qui se trouvait juste à côté de William, et en tendant l'appel de Odd, regarda attentivement William. Il en fut plus que choqué. L'ancien xanatifié semblait en effet comme paralysé, le regard effrayé. Il n'y avait aucun doute sur l'objet de son effroi.

Il craignait la Méduse.

William était en effet paralysé. Paralysé par des souvenirs qui remontaient soudainement à la surface. Il se revit en face de la Méduse, inexpérimenté, totalement inconscient, puis attrapé par les cruelles tentacules.
Et il se remémora également le moment où un spectre à son effigie était apparu derrière lui, dans les toilettes de l'hôpital, et où XANA lui avait fait une promesse:
Celle que le lyokoguerrier reviendrait dans son camp, de gré ou de force.

Ce fut cet instant précis qui déstabilisa complètement les lyokoguerriers. Aelita se fit toucher dans le dos, s'écroulant tout près du bord. Quant à Ulrich, surpris par l'apparition de la Méduse, et par la réaction de William, fut touché dans le dos, sans s'y attendre. L'impact le propulsa hors de la plateforme, et il ne dut son salut qu'à Odd, ce dernier ayant bondit pour le rattraper.

Un bras pendant dans le vide, il parvint à attraper la main in extremis d'Ulrich. Mais la position était délicate, et il ne parvenait pas à se redresser, sans risquer de lâcher son ami, ou bien de tomber lui aussi.

-Champ de force !
Cette fois-ci, l'attaque d'Aelita atteignit sa cible. La Méduse en recula sous le coup. Ce fut cette interaction qui sortit William de sa transe. Il cligna plusieurs fois des yeux, tandis que la jeune fille aux cheveux roses lançait champ de force sur champ de force, empêchant ainsi le monstre de déployer ses tentacules.

Juste à côté, Odd tenait toujours fermement la main d'Ulrich, ce dernier parant les tirs des mantas qui étaient apparues, à l'aide de son épée. Mais les tirs étaient trop nombreux, la cadence trop rapide. Ce fut violemment que l'épée du samouraï fut éjectée de sa main.
-Oh oh! s'exclama-t-il, conscient qu'il était sans défense à présent.
Un tir l'atteignit au ventre, puis à l'épaule.
-Flèches lasers! riposta Odd.
Les monstres volants les évitèrent. Et un dernier laser frappa le lyokoguerrier désarmé, le dévirtualisant.

Le félin virtuel sentit la main dans la sienne disparaître.
-Non! cria-t-il.
Une salve d'énergie passa soudainement sur sa droite, et une manta explosa, frôlant et déstabilisant une autre. Profitant qu'elle ait baissé sa garde, le garçon aux cheveux blonds et à la mèche violette la détruisit.
Derrière eux, Aelita finissait de repousser la Méduse, qui s'enfuit rapidement sous les champs de force de la lyokoguerrière.
-Yes ! cria-t-elle de joie.
Un tir la toucha à l'épaule, et elle se sentit propulsée plus loin, quittant à son tour la plateforme.

Mais Odd et William étaient prêts. D'un même mouvement, ils la rattrapèrent, et la projetèrent jusqu'à l'interface.
-Allez, allez ! Faites vite ! s'écria Jérémy, qui angoissait devant son écran.

Aelita commença donc à chercher, mais les mantas n'étaient pas prêtes à la laisser faire. Trois mantas se ruèrent en direction de la jeune fille du côté droite.
-Attention ! prévint une fois encore le petit génie.
Mais c'était trop tard.

Les trois monstres frappèrent avec leurs corps la lyokoguerrière sur le flanc, l'emportant sur leur passage, laissant les deux autres garçons présents derrière, totalement déboussolés.
Aelita tenta bien de se servir de ses ailes pour revenir sur la plateforme, mais trois tirs simultanés achevèrent de la dévirtualiser.

-William, ramène Odd à la tour !
-Quoi? Mais, Jérémy, mon code ADN ! balbutia le félin virtuel.
-C'est trop dangereux, vite !

La main de l'ancien xanatifié jaillit de nulle part, et attrapa la sienne. Il se fit tiré en avant.
On le ramenait à la maison.

Et dire qu'il avait cru qu'aujourd'hui, il reviendrait sur Terre.

******
-Ce soir, après les cours, on recommencera ! promit Ulrich.
-Oui, ça n'est que partie remise, assura Aelita.
-On va y arriver, tenta William.
-C'est sûr et certain, termina Jérémy.
-Oui... lâcha simplement Odd.

Jérémy retint un soupir, puis acheva d'envoyer le SMS à Yumi, pour la prévenir que la mission avait échoué. D'une manière ou d'une autre, il fallait que la japonaise vienne avec eux, pour la future plongée de ce soir. Ils devaient être au grand complet.

-On va recommencer, et on va réussir ! répéta le jeune génie, sous les regards déterminés d'Ulrich, Aelita, et William.

Dans la tour, Odd était recroquevillé sur lui-même, sa queue bougeant lentement derrière lui. Silencieux, il avait fermé les yeux. Fermé les yeux sur l'intérieur de cette tour qu'il avait maintenant en horreur.
Il avait cru, tellement cru que, aujourd'hui, il aurait pu revenir sur Terre, et retrouver sa vie.
Mais il avait oublié que, entre les rêves et la réalité, il y a tout un combat à mener.

En voyant le manque de réponse et d'espoir de leur ami, les lyokoguerriers tentèrent de trouver les mots pour le rassurer. Mais en vérité, eux aussi étaient déçus que la mission ait échoué. Malgré tout, ils ne voulaient pas baisser les bras, et montrèrent leur soutien à Odd.
-On va te ramener, Odd, dit de nouveau Jérémy.
Enfin, c'était ce qu'ils souhaitaient.
Mais Jérémy avait bien appris sa leçon: dans la vie, rien ne se passe jamais comme prévu.
_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/155549Ravensignaturecoinsarrondis.png

Je n'étais pas anciennement odd-4-ever.


Dernière édition par Oddye le Sam 24 Aoû 2013 22:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Wolverine MessagePosté le: Sam 24 Aoû 2013 21:55   Sujet du message: Répondre en citant  
[Rampant]


Inscrit le: 13 Juil 2013
Messages: 331
Localisation: Dans les tréfonds de la folie
Je commentes le premier.

Ouah que dire? Un chapitre riche en émotion, on l'attendait depuis longtemps celui-là, les retrouvailles. Par contre, Ulrich s'est montré franchement égoïste sur ce coup-là, Yumi aussi d'ailleurs( c'est Brounaus qui va être content).

En revanche c'est triste pour Odd, le pauvre lui qui profite toujours pleinement de la vie.

Mais bon, on pensait tous que ça allait probablement s'arrêter aux retrouvailles, et là surprise Odd est toujours prisonnier.

Bref j'adore cette fic, à la fois pour son originalitée et pour ton style d'écriture qui est pour moi un pure regale.

J'ai une question par contre, comment sa se fait que le code ADN de Odd soit dans l'interface du 5ème territoire alors que XANA est sur le cortex?

Bon courage pour la suite.

_________________
http://imageshack.us/a/img5/6674/avpz.png

Tout être mourra un jour, ce qu'il nous faut c'est décider quoi faire du temps qui nous est impartie.

Allez L'OM
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Dim 25 Aoû 2013 08:14   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
et voila, tout le monde est revenu, sauf Odd.
Et pour le garder prisonnier (voir s'en débarasser), XANA va déployer toute ses forces.

C'était vraiment touchant les retrouvailles chez Yumi, mais assez expéditif (j'étais sous pression, j'en avais marre et je me suis barré, mais j'ai compris et chui revenue. Papa: D'accord!!!)

Pareil pour la petite scène entre aelita et Odd sur la liberté.

Hate de voir la suite.
C'est a se demander si sa va pas finir mal pour le félin (genre on ne s'y attend pas et PAF! Odd se fait dévirtualisé ou jeter dans la mer numérique avant d'avoir récupéré son code)

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Raymentase MessagePosté le: Dim 25 Aoû 2013 10:16   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Raymentase)


Inscrit le: 13 Mar 2013
Messages: 309
Localisation: Rennes
Pourquoi ils sont revenus ? *pleure*
Bon, question stupide, je sais.

Donc, on a le retour d'un Ulrich pas content de voir William dans l'équipe. Et aussi, d'une Yumi qui pense beaucoup à soit et à sa famille, un peu au détriment des autres, mais sans mauvaises pensées envers eux (en tout cas, pas au début).

J'ai beaucoup aimé ce chapitre. Déjà, William et Jérémie, ça va un peu mieux. Mais tu ne nous expédie pas ça direct, il y a une raison. William qui voit Jérémie dans un mauvais moment et qui l'aide, rien qu'en lui tendant la main.
Le moment où Odd et Aelita parle est pas mal non plus. On les voit pas beaucoup parlé, mais on peut très bien imaginé ce qu'ils disent. Mais, je pense que emprisonnement sur Lyoko était plus dur pour Odd, qui connaissait cette liberté, alors qu'Aelita n'en avait aucune idée. C'est toujours plus dur de perdre quelque chose que de jamais ne l'avoir eu.

Et surtout, j'ai aimé le moment de la confrontation entre Ulrich, Yumi et Jérémie, Odd , William. C'était vraiment super. Pour les trois qui sont restés, on voyait bien que leur lien est profond. J'avoue que je pensais qu'au retour des trois autres, ils seraient à nouveaux une bande unis et solidaires des bisounours, avec quand même le côté souffrance (pas vraiment caractéristique des bisounours). Et non, on a vraiment un lien qui est fait. Aelita qui est quand même celle qui est la plus sensible, qui comprend le mieux les personnes, etc ... est à part dans cette dispute. Elle ne peut pas être avec les deux revenus car elle sait qu'ils souffrent mais qu'ils ont tord de les accuser, elle les a vu à son propre retour, ils étaient blessés, physiquement et mentalement et n'en pouvaient plus. Mais elle ne peut pas non plus être avec les trois qui étaient là car elle n'étaient pas avec eux pendant tout ce temps. Elle a vécu l'attende, mais pas comme eux, elle ne les a pas eu au plus profond de leur mal-être, elle n'était pas là pendant l'incident de Kadic, elle n'a pas souffert avec eux comme seuls réconfort. Elle ne peut pas prendre position, même si elle l'aurait voulu.

Bon, voilà, sûrement le plus long commentaires que j'ai jamais fait (en tout cas, sur une scène). Donc, maintenant que tu m'as fait usé cet encre numérique, je te laisse user le tien.
_________________

http://img11.hostingpics.net/pics/929402SignRaymentase.png
Merci pour ce beau pack Abby !

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba12.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
kender MessagePosté le: Dim 25 Aoû 2013 11:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 18 Fév 2013
Messages: 710
Localisation: Paris
Cela fait un bon moment que je n'ai pas commenté ici. Je vais essayer de me rattraper avec le dernier chapitre. Smile


Tout le monde est revenu. Enfin ! Je dois avouer que j'avais hâte de voir comment Ulrich et Yumi allaient réagir face au visage de Jérémie et aux blessures de William. Je n'ai pas été déçu. J'ai adoré la solidarité entre Jérémie, William et Odd qui ne supportent pas qu'on remette en question leurs décisions alors qu'ils ont tellement soufferts physiquement et surtout mentalement pour les sauver. C'est ma partie préférée de ce chapitre. Cela m'étonne tout de même que Yumi et Ulrich ne font pas preuve de plus d'attention (voire de pitié Razz), même si on comprend que la Japonaise s'inquiète pour sa famille.


Un petit détail :

Citation:

-Toi? Mais qu'est-ce que tu fous là? s'exclama Ulrich.


J'ai adoré. Je m'y attendais à celle-là. Et William qui se sent une nouvelle fois incompris. C'est excellent.

Mais par contre :

Citation:
-Hé ! s'écria Ulrich, qui n'avait pas apprécié l'imitation de William. Je te permets pas !


Je sais que tu fais partie de la MANTA et que vous considérez Ulrich comme un mec stupide, têtu, jaloux, détestant Willam, etc... Cependant je pense que tu as un peu exagéré sur son comportement. La première fois, il sort une bêtise sous le coup de la surprise et de l'ignorance. Ça se comprend. Mais après avoir compris les épreuves qu'a subi William, il aurait été moins... maladroit Razz. Je veux dire qu'il n'est pas toujours aussi susceptible et qu'il sait mettre son orgueil de côté dans ce genre de situation.


Bon, c'est la seule remarque un peu négative sur ce chapitre. A part ça, j'adore. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression qu'Odd va mourir sur Lyoko. Cela ne m'étonnerait pas de part. Enfin, on verra.

Continue comme ça. Et je termine avec le fameux "On attends la suite avec impatience" Wink

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/716747kender.png
Merci à la talentueuse Lénaelle pour ce pack criminel

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Dim 25 Aoû 2013 12:26   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1052
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Conformément à ma promesse, je viens te faire cadeau d'un commentaire Zéphyrien Oddye.

J'ai bien pris en note ce que tu m'as dit à propos de Laura pour le précédant chapitre. Ton explication se tient, donc je n'ai rien d'autre à dire. Bref.

En ce qui concerne le petit dernier. Encore une fois, j'ai adoré (utile comme remarque isn't it ?).

Je commence avec une de mes trois scènes préférées de ce chapitre : le passage avec la mère de Yumi. J'ai vraiment aimé le questionnement et l'inquiétude qui émanait de ces lignes. On sent que Mme Ishiyama se torture à propos de sa fille. C'est vraiment super bien écrit et émouvant. Une fois de plus, tu as réussi à me toucher avec tes mots alors que je suis un insensible en temps normal.

Vient ensuite l'attente des LG jusqu'au moment M de la rematérialisation du reste de la bande. Tu as bien pris ton temps dans ces passages. L'espoir et l'impatience étaient vraiment palpables, à un tel point qu'on a qu'une seule envie : que cette attente se termine et qu'ils aillent enfin à l'usine. En somme, tu fais bien mariner le lecteur.

Puis, la libération arrive : Yumi et Ulrich sont de retour, pour le plus grand bonheur de tous (Ray' exceptée bien entendu).
Ulrich qui fait son boulet avec William, j'adore (enfin, tu m'avais spoilé cette partie depuis un bail, donc j'ai pas été surpris Mr. Green). N'y aurait-il pas une référence au chapitre 4 de ma fic (a) ? *Je suis déjà dehors*.
On passe à Yumi. Zéro maturité et zéro compréhension dans cette partie (en même temps, elle en a jamais vraiment eu *Zéphyr fuit*). Elle est encore plus lourde qu'Ulrich. Heureusement qu'Odd, Jérémie et William lui renvoient tout dans la face. C'est mon deuxième moment préféré du chapitre : leur solidarité et leur trio reste vraiment LE point fort de ta fic.

Une fois tout cela passé. Yumi court retrouver sa petite famille et on a droit à d'émouvantes retrouvailles. Cependant, je rejoint *ODR* (c'est la première fois je crois) sur le fait que c'est un peu rapide. Je m'explique : Yumi est censé avoir fugué. La police a été mise au courant, toussa. Normalement, les parents de Yumi les auraient prévenus de son retour, toussa. Après, mes connaissances sur ce sujet étant vraiment inexistantes, je ne m'étendrais pas plus. Toujours est-il que la scène reste bien foutue. Par contre, je sais pas pourquoi, mais je pressens que les parents de Yumi vont prendre une grande décision comme déménager (au Japon qui sait ?) pour prendre un nouveau départ et que la bande va devoir se passer de Yumi. Et comme je sais à quel point tu aimes le perso de Yumi...

La discussion Odita (la flemme d'écrire les 2 prénoms Mr. Green) est vraiment bien faite elle aussi. Je rejoins quand même Ray' sur le fait que cela a été plus dur pour Odd.
On continue avec des scènes d'action. Bon, tu connais déjà mon avis sur ta manière de décrire les combats, toussa. Mais ces scènes contiennent mon troisième moment préféré : la confrontation William/Méduse. La description de son ressenti, du traumatisme qui est encore présent, c'était sublime (et un million de fois plus crédible que l'épisode 22, n'est-ce pas ?). Au final, la mission échoue. Odd doit encore attendre.
Ta phrase de conclusion du chapitre, je l'adore, tout simplement :

Citation:
dans la vie, rien ne se passe jamais comme prévu.


Non seulement elle cristallise magnifiquement tout se qui s'est passé jusqu'à présent dans ta fic, mais en plus, elle a sans doute une grande importance pour le dernier chapitre (surtout que tu l'a écrite deux fois, donc ce n'est pas anodin).

Voilà tout ce que j'avais à dire sur ce chapitre. J'attends avec beaucoup d'impatience le dernier chapitre, qui, si j'en crois notre lien spirituel, sera suprenant. J'espère de tout coeur que Laura en fera partie, surtout pour le final. Tu ne voudrais pas rendre triste ton frère spirituel, ton oncle et IDM (les PPPL en somme) ?
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Anneauthier MessagePosté le: Mar 27 Aoû 2013 12:01   Sujet du message: Répondre en citant  
[Modérateur]


Inscrit le: 24 Aoû 2012
Messages: 481
Localisation: Sous la pluie.
    Oddyyyyyyyyye ! *fait un gros câlin*
    Bon, toi et Zéph' m'avez demandé de lire vos fics, toi et Zéph' sont servis !
    Bon, j'ai pas tout lu, juste les deux premiers chapitres >.<
    Mais bon, c'est bien quand même !

    Alors, alors...
    Déjà, je peux pas troop juger sur deux chapitres uniquement, j'ai pas assez d'éléments scénaristiques pour te commenter (Traduction : Mon message ne sert à rien, je reviendrais plus tard...).
    CEPENDANT, de ce que j'ai vu, cela me donne envie de commenter !

    Venons-en aux faits, car oui, je n'y suis toujours pas venu, aux faits.
    Citation:

    C'était une journée de plus à Kadic. La cloche venait de sonner, les élèves sortaient des salles de cours. Comme à leur habitude, les lyokoguerriers se rejoignirent sur un banc, et se mirent à discuter. Ils parlaient un peu de tout, mais principalement de XANA, ainsi que de leur prochaine exploration sur le Cortex. Ils étaient alors inconscients du regard de William posé sur eux, à quelques mètres plus loin.


    William les fixait depuis quelques instants, la tête remplie de questions.
    Pourquoi? Pourquoi ne voulaient-ils pas comprendre, essayer au moins? Avait-il demandé à être sous l'emprise de XANA? Avait-il demandé à perdre un an de sa vie, un an pendant lequel il n'avait été qu'un esclave, un pantin... ? Il avait perdu le contrôle de lui-même, et au lieu d'être soutenu comme il aurait du l'être, il avait été rejeté, comme si tout avait été de sa faute.
    Il se sentait trahi, tellement en colère... Mais ceux qu'il avait cru un jour pouvoir appeler ses "amis" s'en moquaient éperdument. William fit quelques pas dans leur direction, poussa un soupir, puis se ravisa. Il en avait plus qu'assez de se faire rejeter...

    Quelques minutes après, la cloche sonna de nouveau, signalant la fin de la récréation. Les étudiants se dirigèrent dès lors dans leurs salles de cours. Quand Yumi rejoignit William, ce dernier lui lança:

    -Vous parliez de XANA, c'est ça?

    Yumi eut une mine gênée, et ne trouva rien à lui répondre. William ne fit que soupirer.

    "J'aime".
    Toutes les arrières-pensées de William sont parfaitement retranscrites et inventées. On sent qu'il a les boules, mais qu'il sait garder la tête haute face à ses anciens amis, si on peut les appeler ainsi.
    Puis la phrase qu'il lâche à Yumi montre bien qu'il veut réintégrer la bande, et à la fois, se doute de quelque chose. Il prouve qu'il est pas con non plus.
    Bref. On dirait presque que tu dévoiles une facette sensible de William. Une facette qui montre qu'au fond, cela lui fait mal d'être rejeté. Et c'est bien, car il ne le montre pas face aux autres. Donc on retrouve le même William, avec juste une touche de sensibilité au fond. C'est cool.
    Citation:

    Quelques jours après, le samedi, juste après les cours, William vit les Lyokoguerriers partir en direction de la forêt. Une nouvelle fois, XANA attaquait, et une nouvelle fois, il était mis à l'écart. Pourrait-il un jour réintégrer le groupe. Jérémy lui avait pourtant dit qu'ils en reparleraient, mais bien sûr, c'était toujours remis à plus tard...
    William pensa un instant à partir à l'usine, puis renonça. Aujourd'hui encore, Jérémy n'allait pas l'appeler pour lui dire de venir sur Lyoko. Aujourd'hui encore, on allait l'oublier.

    Il avait tord.

    Comme je disais, on voit vraiment qu'il garde la tête haute face aux autres, qu'il ne se laisse pas démonter et qu'il ne vient encore moins pleurnicher parce qu'il n'est pas accepté. Naaa, il est de marbre, limite. Un peu comme s'il s'en foutait et qu'il attendait qu'on vienne le chercher en héros. J'adore ça ! x')
    "Il avait tord." Ah ! Ne dévoile pas tout. J'ai remarqué beaucoup trop d'indices qui nous font déduire la suite.
    Après, ça dépend si tu cherches une chute brutale sans qu'on s'y attende (style tout ce déroule bien puis Ulrich tombe), ou un suspens qui va en crecendo, comme là.
    Citation:
    Mais ils se trompaient, et ils en feraient très vite les frais. A commencer par Ulrich.

    Voilà qwa x')
    Bon, je vois que tu martyrises Ulrich. On est pro-William ou on ne l'est pas !
    Ca ne me dérange pas, et je trouve ça plutôt marrant qu'il soit d'un coup décrédibiliser. C'est dans la continuité du 03 après tout, où il fuit à quatre pattes face à une Tarentule.
    Bref, j'adore.

    Citation:

    Alerté par la voix de Jérémy, Yumi se retourna, et en voyant les blocks, mais pas Ulrich, elle sut que quelque chose de grave se passait. Agrippant fermement son overwing, elle s'élança, mais c'était trop tard.

    Ulrich était tombé.

    Si c'est pas bow, cette fin de chapitre ! On ressent la panique de Yumi qui veut le sauver, bien que ce ne soit pas décrit.

    Ca, c'était pour la partie scénar' et déroulement.
    Maintenant, je me penche sur le vocabulaire.
    Tout d'abord, bravo, y a peu de fautes d'orthographe et le vocabulaire varie. Tu pourrais faire mieux, j'en suis convaincu, mais on sent quand même une certaine recherche linguistique.
    En revanche, tu as tendance à faire pas mal de répétitions. Je me souviens d'un passage :
    Citation:

    Immédiatement, XANA lança une offensive. Quatre Krabes les attendaient de pied ferme, et commencèrent à leur tirer dessus. Aelita lança plusieurs champs de force sur un Krabe, que ce dernier évita, avant de riposter. Aelita fit apparaître son bouclier pour se protéger, tandis qu'Ulrich utilisait son supersprint, avant de bondir sur le dos du Krabe, et de planter vivement son sabre au centre. Il sauta sur le sol, tandis que la bête explosait.

    Yumi attaqua, mais Yumi rata sa cible qu'était le Krabe. Le Krabe évite les éventails, et Yumi rengaine ses éventails. Yumi relance les éventails, le Krabe tombe. Yumi reprend ses armes. Yumi a gagné.
    J'exagère littéralement quand même, je te rassure, tu ne fais pas autant de répétitions. Mais pour ce qui est des combats, évite quand même les courts paragraphes. Développe, décrit leurs mouvements, et évidemment, saute des lignes, ça te forme plus de paragraphes mais c'est plus aéré, et surtout plus agréable à lire et à comprendre.
    La recette que tu as pris, en tout cas dans cette citation, t'oblige à faire des répétitions, car tu sautes d'un personnage à l'autre. Essaye de trouver d'autres qualificatifs pour tes personnages.
    Évidemment, les répétitions, ici en tout cas, ne sont pas frappantes. Mais les deux "Aelita" m'ont paru flagrant. Mon simple avis, qui cherche parfois la p'tite bête, sans doute.

    Bref, tu as un bon coup de clavier (j'aime mon humour <3), des qualités en écriture et dans le scénario, tu mélanges combat et dialogues...
    Tu as de la maîtrise. Mais essaye de revoir au mieux tes textes. Arrange-les, essaye d'éviter les répétitions et tu verras, ton texte sera sublime (pour ne pas dire parfait).
    Je serais ravi de lire la suite, mais tu sais comment est Zéphyr... *fuit*
    Bonne chance pour la suite, ma p'tite Oddye !

_________________
http://u.jimdo.com/www70/o/s00bfd32df2b318be/img/ice4dc991ee4af341/1415722412/std/image.png

« Je peux être LG svp ? »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Oddye MessagePosté le: Mer 04 Sep 2013 22:08   Sujet du message: Répondre en citant  
Fleur immonde


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 2017
Localisation: Dans un autre horizon
Hello tout le monde !
Nous voici réunis en ce jour pour le tout dernier chapitre de Sur le champ de bataille.
Oui, oui, le dernier chapitre.
Le fameux chapitre 30. Il m'en aura donnée du fil à retordre celui-là !

Un petit THCF, et le chapitre est à vous Wink

Wolwerine : Alors, si le code ADN de Odd est dans l'interface du cinquième territoire, c'est parce que la méduse le lui a piqué sur Lyoko (merci frérot héhé), et que comme le code ADN de Yumi avait été stocké dans l'interface du cinquième territoire, je me suis dit que ça devrait être pareil pour Odd.

ODR : Comment ça va se finir pour Odd? Haha, tu le sauras dans ce chapitre !

Raymentase : Le moment de la confrontation entre Ulrich, Yumi, Odd, Jérémy et Aelita, j'ai beaucoup aimé l'écrire. C'est quelque chose que j'avais prévu depuis les débuts de la fic. Merci de ton com Smile

Kender : Pour Ulrich qui s'énerve pas mal contre William, c'est parce que, lui, quand il est tombé dans la mer numérique, William était encore rejeté de la bande. Ulrich est donc resté dans cette rivalité. Contente que ça t'ait plu Wink

Leaf: et oui, on est arrivé au dernier chapitre.

Frérot :
Citation:
enfin, tu m'avais spoilé cette partie depuis un bail, donc j'ai pas été surpris Mr. Green

Oui, comme je te l'ai dit pour un de tes chapitres, quand j'avais lu la phrase, j'ai tout de suite pensé à ce chapitre, et je me suis dit que, encore une fois, le lien spirituel avait marché.

Pour la police, il fallait attendre un peu Razz

Laura fera-t-elle partie de ce chapitre? Eh bien, il te suffit de lire héhé ^^


Nono : *gros câlin* Je te remercie déjà pour ton commentaire. Oui, le premier chapitre parle beaucoup de William, de sa psychologie, de comment il se sent vis-à-vis de ceux qui le rejettent.

Oui, c'est vrai que je devrais peut-être retravailler les premiers chapitres. On sent sûrement que je tente de mettre en place ce que je souhaite, de trouver mes marques peut-être. J'aime à penser que je me suis améliorée au fur à et mesure des chapitres.

A très bientôôôôôt Smile




Chapitre XXX: Hécatombe


La nuit de samedi à dimanche était bien avancée. Tout le monde dormait. Tout le monde? Non ! Certains résistaient encore et toujours au sommeil.
Les lyokoguerriers, à l'exception de Yumi, se trouvaient au laboratoire, William, Ulrich et Aelita entourant Jérémy assis sur son fauteuil.

Ils venaient tout juste d'échouer dans leur mission, et parlaient sans attendre de leur prochaine descente sur Lyoko.
-Donc, dans douze heures, on y retourne, non? demanda Ulrich.
-Oui... et non, répondit Jérémy.
-Comment ça? questionna William.
-On aurait bien besoin que tout le monde soit là, précisa le jeune génie.
-Oui, c'est vrai que si Yumi pouvait nous aider... ce serait préférable, approuva Aelita.
-Ouais, mais je crois bien que Yumi va avoir du mal à faire le mur, expliqua Ulrich.
-Oui, mais on va avoir besoin de tout le monde sur Lyoko, répliqua Jérémy.
-Un clone suffirait pour cacher son absence, non? proposa Aelita.
-Euh, vu le niveau d'intelligence que possède un clone, je suis pas sûr que ce soit très judicieux, dit William.
-On fait ça la nuit alors, pendant que tout le monde dort, lança Odd.
-Ah, bien pensé, s'exclama le jeune génie. Quand ses parents dormiront, on procédera à l'échange des Yumi, la fausse "dormira", et la vraie sera avec nous ici.
-Bon, mais cette nuit, on y va hein? insista Odd.
-Promis, assura Ulrich.
-Maintenant, il faut en parler à Yumi, je vais lui envoyer un sms, déclara Aelita.

Cette dernière sortit son portable, et se mit à écrire le fameux message. Quelques instants plus tard, elle l'envoya.
-Si Yumi est d'accord, annonça Jérémy, vous retournerez avec elle cette nuit. Vers minuit passé, une heure du matin. Il faut que ça soit bien avancé dans la nuit, pour prévenir tout risque.
Ses amis acquiescèrent. Puis, un "bip" se fit entendre. Aelita venait de recevoir un SMS.
-C'est bon, elle est partante. Ca la gêne de faire ça à ses parents, après l'histoire de la fugue, mais elle me dit qu'elle comprend qu'on a besoin d'elle.
-Ok, bon, on va retourner à Kadic, on est peut-être dimanche, mais on va éviter de se faire remarquer. On revient ce soir, Odd. Courage ! dit Jérémy.
-D'accord, à ce soir. Et j'espère que ce soir, je serai de retour !
-On va tout faire pour, promit Aelita.

Et ils quittèrent ensemble le laboratoire, se plaçant les uns à côté des autres dans le monte-charges.
C'était aujourd'hui un groupe désordonné, et qui tentait de se reconstruire. Pas facile quand certains n'avaient pas encore appris à se connaître, et par conséquent, à se respecter, à s'apprécier.
William et Ulrich échangèrent un regard, tandis que le monte-charges arrivait à destination.
Ils sortirent tous les quatre ensemble -cinq, en comptant le clone d'Odd. Mais, même si la compréhension était difficile, la communication compliquée, ils étaient unis, qu'ils le veuillent ou non, dans l'adversité, poussés par un même combat, vulnérables aux mêmes dangers, aspirants aux mêmes souhaits.

Mais qu'importe ces liens, ils le savaient.
Le groupe uni, soudé, rieur et riant, n'était plus ce qu'il était.

*****

Oui, voilà, ma fille est bien rentrée. Elle a fait une fugue, mais elle est revenue. Oui... Oui, tout à fait. Je vous remercie des recherches que vous avez effectué pour la retrouver. Oui... merci, bonne soirée à vous aussi.

M. Ishiyama raccrocha. Il venait d'appeler la police, pour prévenir qu'il n'y avait plus besoin de continuer les recherches. Il se retourna ensuite, avisant sa fille qui était assise un peu plus loin. Il s'approcha d'elle, jusqu'à se retrouver devant, la surplombant.

Après le bonheur et le soulagement ressentis hier, il leur fallait aujourd'hui parler de choses sérieuses, de choses qui fâchent.
-Ce que tu as fait, Yumi, ce que tu nous as fait, a été très douloureux. Tu nous as fait vraiment souffrir. Pour cette raison, tu n'as plus le droit de sortir, pas sans l'un d'entre nous en tout cas. Je te déposerai tous les jours à l'école, et je viendrai te chercher le soir. Tu comprendras que je ne veuille plus te laisser seule à présent.
Yumi s'y attendait. Oh oui, elle comprenait. Mais ça ne l'arrangeait pas. Elle savait très bien qu'on avait besoin d'elle sur Lyoko, que Odd avait besoin d'elle.
-D'ailleurs, où dormais-tu? Où vivais-tu? demanda-t-il.
-Dans la rue, mentit-elle.

Ca ne lui plaisait pas de mentir ainsi à ses parents, de s'inventer une disparition. Mais elle n'avait pas le choix.

-Je dormais dans la rue. Et j'avais pris un peu d'argent sur moi, en partant. Pour m'acheter à manger.
Sa mère détourna la tête, profondément choquée d'entendre ces mots sortir de la bouche de sa fille.
-Bon, va prendre une douche, et après tu vas dormir. Je vais appeler Mr. Delmas pour le prévenir aussi. Mais crois-moi, tu seras étroitement surveillée. Tu ne peux pas imaginer à quel point ce que tu as fait nous a blessés !

Yumi baissa la tête, ne trouvant rien à redire.
-Allez, va !
La jeune fille obéit. Elle sortit de la pièce, sous les yeux de son père, sa mère, et son frère.

Une famille avait été réunie mais, à présent, elle devait se reconstruire.
Réapprendre à vivre tous ensemble, accepter ce qui s'était produit.
Et tourner la page. Mais ils le savaient, cela prendrait du temps.

*****

-On fait quoi, en attendant ce soir? demanda Ulrich.
Après un rapide passage au réfectoire, ils s'étaient installés sur un banc dans la cour.
-On attend, fit simplement Aelita.
-Moi, je vais aller voir Sissi, déclara Jérémy.
-Sissi? s'étonna Ulrich.
-Ah, oui, tu n'es pas au courant. William, Aelita, je vous laisse lui expliquer.
Jérémy se leva, leur fit un petit signe de la main, puis les laissa seuls.
-Alors, c'est quoi cette histoire? reprit le samouraï virtuel.
-Une attaque de XANA qui a mal tourné, répondit William.
-Et qui a blessé Sissi à l'œil. Elle est à l'hôpital, termina Aelita.
-William? entendirent-ils subitement.

Ils se retournèrent en direction de la fameuse voix.
-Tiens, salut Laura, dit l'ancien xanatifié.
-Laura? Qui c'est? lança Ulrich.
Aelita écarquilla les yeux, tandis que William en lâcha une béquille. Alors que celle-ci s'écroulait lourdement sur le sol, Ulrich comprit aussitôt son erreur.

Lui ne connaissait pas Laura. Mais le clone qui l'avait remplacé, si. En avisant l'air surpris, mais surtout curieux de Laura, il savait qu'il n'aurait jamais du dire ça. Bien sûr, pour la jeune fille, ils se connaissaient depuis un long moment.
-Hahaha, se mit à rire Aelita. Quel farceur celui-là ! En fait, il cherche à imiter, puis dépasser Odd.
-On ne peut pas dire que ce soit réussi, répliqua sur un ton acerbe William.
Le regard d'Ulrich se fit immédiatement sombre. Ce n'était pas tant la phrase, mais le ton employé, le mépris présent dans les yeux noirs du garçon en face de lui, qui le firent répliquer sans pitié:
-Si t'es revenu dans le groupe, c'était par nécessité, pas par envie !
William se retourna brusquement vers lui, et le samouraï virtuel en fit de même. Ce fut Aelita qui s'interposa, tandis que Laura secouait la tête de gauche à droite.
-On se calme ! dit Aelita.
-Bon, je voulais parler à William. C'est possible? Ou il faut attendre que vous ayez fini votre guéguerre? demanda Laura.
William se redressa alors, ramassa sa béquille qui gisait sur le sol.
-Oui, excuse-moi.
Puis ils s'éloignèrent tous les deux.

-Tu voulais me parler?
-Qu'est-ce qui se passe avec Ulrich, et puis pourquoi il n'avait pas l'air de me reconnaître? questionna-t-elle.
-Parce que c'est un idiot, et qu'il parle toujours sans réfléchir.
Laura voulut insister, mais elle avisa le regard fatigué, mais surtout triste du garçon ses côtés. Il n'avait vraiment pas l'air d'aller bien, comme si... comme s'il était au bout du rouleau, prêt à s'effondrer à tout moment.
-Oh donc oui, tu n'as plus de plâtre au bras, c'est bien ça, dit-elle sur un ton badin, pour changer de sujet.
Et alors que William commençait à parler de sa joie, de son soulagement de pouvoir à nouveau utiliser librement son bras, en voyant un peu plus d'allégresse sur son visage, Laura se dit qu'elle avait bien fait.

Et cela la surprit. Ce n'était pas sa façon habituelle d'être, d'agir, de penser. Malgré elle, se laissa prendre par la conversation.
-Et tu voulais me dire quoi, au fait? demanda l'ancien xanatifié.
-Ah, oui, c'était pour voir si on t'avait bien enlevé le plâtre, en fait. Vu que tu m'en avais parlée, je voulais voir où ça en était.
-Oh, d'accord, merci. Hum, sinon... tu vas faire quelque chose là?
-Non, rien de spécial, et toi?
-Non plus, répondit le lyokoguerrier.
-Oh d'accord.
-Hum, ça te dit une balade au parc? lança-t-il.
-Euh oui, pourquoi pas.
Et l'un à côté de l'autre, ils se dirigèrent vers le parc. Tandis qu'au loin, Ulrich et Aelita les observaient. Si Aelita avait un petit sourire en coin, Ulrich ne savait plus quoi penser.

Lorsqu'il était tombé dans la mer numérique, William était encore rejeté de la bande. Et aujourd'hui, on lui disait qu'il avait été l'homme de la situation.
-Ils sortent ensemble? demanda-t-il à Aelita.
-Non. Mais j'aurai tendance à dire: "pas encore".
Ulrich eut un petit rire.
-Eh bah dis-donc, j'en ai raté des choses, moi !

*****

Jérémy avançait lentement dans les couloirs blancs de l'hôpital. Il s'approchait peu à peu de la chambre d'hôpital où résidait encore Sissi.
Il se sentait coupable. Coupable de ne pas être allé rendre visite à la jeune fille. Mais avec tout ce qui s'était passé, il n'en avait plus eu le temps. Sortait-elle bientôt?
Pour y avoir séjourné, Jérémy savait que ce que c'était d'être coincé entre quatre murs, à attendre de guérir. Il porta une main à ses cicatrices. Enfin, tout ne guérissait pas, tout ne s'effaçait pas...

Il toqua à la porte, puis pénétra dans la chambre.
-Coucou Sissi, c'est moi !
-Jérémy?! Oh, comment ça va?
-Bien et toi? Ca va mieux? Tu vas pouvoir sortir bientôt?
-Eh bien, que de questions. D'habitude, c'est moi qui t'en poses plein !
-C'est vrai, rit Jérémy. Les choses changent. Et au fait, désolé de ne pas être venu plus souvent, mais ces derniers temps, j'ai été plutôt occupé.
-Par rapport à ton secret?
-... Oui. J'ai bien avancé !
-Oh, c'est bien alors. Mais... c'est dangereux?
-Oui, mais c'est une responsabilité à laquelle je n'ai pas le droit de me dérober.
-Oh! Eh bien, fais attention. Il ne faudrait pas que ce qui me soit arrivée, t'arrive à toi aussi.
Elle se tut brusquement. Bien sûr que si, Jérémy en avait aussi fait les frais.
-Euh, oui... je... j'ai oublié les...
-Pas de soucis, assura Jérémy.
-Euh, eh bien, sinon je vais sortir dans quelques heures. Ils vont enfin me retirer mes bandages. Dis... est-ce que tu pourrais rester? J'aimerai... ne pas rentrer seule. Oh oui bien sûr, il y aura mon père, mais...
-Avec plaisir Sissi. Je viendrais.
-Merci Jérémy.
Ce dernier prit un siège, et s'assit à côté du lit. Il resterait avec elle.
Pour s'assurer, réaliser, accepter, que Sissi allait mieux, et aussi pour lui monter qu'elle n'était pas seule...
-Dis... est-ce que, par hasard, tu saurais il y a combien de blessés à cause de ce qui s'est passé?
En tant que fille du proviseur, il était possible qu'elle en sache plus.
-Est-ce que tu veux vraiment le savoir? enfin je veux dire, est-ce que tu pourras vraiment digérer la nouvelle?
Jérémy ferma les yeux. En vérité, il n'était pas sûr qu'il puisse encaisser le choc.
-Ne pense plus à ça Jérémy, tenta Sissi.

*****

Alors que William se trouvait dans le parc, discutant de tout et de rien avec Laura, son téléphone se mit à sonner. Il sortit son portable et vit que c'était Yumi qui l'appelait. Haussant un sourcil, il décrocha.

-Que veux-tu? demanda-t-il.
-Salut... je voulais te parler.
-De quoi?
-Ulrich m'a racontée ce qui s'est passé avec la méduse.
-Ah, le contraire m'aurait étonné !
-Il n'a pas dit ça par méchanceté, mais parce qu'il était choqué. Il ne sait plus où il en est, avec toi. Et j'ai bien vu aussi que... ça n'a pas l'air d'aller. William, il faut que tu te confies. Il faut que tu en parles. Faut pas que tu gardes ça pour toi !

Ledit William sembla réfléchir. Son regard fixait le vide, comme déconnecté de la situation.
Puis il dit une phrase, une phrase qui choquera à son tour la japonaise.
-Oui, c'est vrai. Mais pas à toi.

Et il raccrocha, laissant au loin, son téléphone dans la main, la lyokoguerrière trop surprise pour réagir.
-C'était qui? demanda Laura.
-Yumi, répondit William.
-Oh d'accord... Tu n'as pas l'air de l'apprécier...
-C'est... compliqué, dit-il seulement.
Il se leva subitement, les yeux clos.
-William?
-Laura... je suis désolé, je vais devoir écourter ça, mais j'ai quelque chose à faire.
-Oh?
Elle avait l'air déçu.
William tourna la tête en sa direction, lui faisant un sourire.
-Mais t'inquiètes, j'ai envie qu'on se refasse ça.
-Oui... moi aussi.
Il lui fit un petit signe de la main, lui dit un "A plus tard", puis partit.

Laura, seule à présent, resta un instant sans bouger. C'était étrange, vraiment. Il y a quelques mois, si on lui avait dit qu'elle prendrait autant de plaisir à parler avec quelqu'un, elle ne l'aurait pas cru...
Elle s'était habituée au silence qui l'entourait. Comme s'il était devenu son unique ami, son confident.

Mais, aujourd'hui, sans qu'elle ne comprenne vraiment pourquoi, sans qu'elle puisse se l'expliquer, sans qu'elle puisse aussi l'empêcher, elle se rendait compte d'une chose.
Elle avait hâte de passer une autre journée avec William.

*****

William marchait dans le parc. Il avait en tête une idée bien précise, une envie bien précise.
Il continua à marcher, puis aperçut enfin la bouche d'égout. L'empruntant précautionneusement, il s'avança ensuite dans le tunnel qui menait à l'usine.

Il était pensif, et suivait le trajet sans réellement y prêter attention. L'appel de Yumi l'avait surpris. Mais l'avait surtout fait réfléchir.

Depuis le moment même où elle, Ulrich et Aelita étaient tombés dans la mer numérique, depuis qu'on l'avait appelé à l'aide, sa vie avait pris un tournant radical.
La pression, la peur, les doutes, la suspicion, l'éloignement, l'incompréhension...

On l'avait rejeté, puis rappelé, et aujourd'hui, il avait l'impression qu'on le rejetait de nouveau.
Tout était flou dans sa tête, trop de questions, trop de doutes...
Et cette envie de souffler, de reprendre son calme, de comprendre ce qui lui arrivait... Tout ses sentiments contradictoires qui s'entrechoquaient ...

Il reprit une inspiration, tentant de trouver un certain apaisement, puis pénétra l'usine. Il se rendit au laboratoire, s'approcha du pupitre, entra la procédure de virtualisation différée, puis se dirigea vers la salle des scanners.

Quelques instants plus tard, il atterrit sur le sol du Cinquième Territoire. Avant de s'élancer vers la tour où vivait Odd, il jeta un oeil à ses jambes. C'était si simple en fait...
Lorsqu'il était sur Lyoko, il en retrouvait l'usage. Il retrouvait sa force. Il était de nouveau lui-même.

Comment un endroit pouvait-il représenter tant d'espoirs mais aussi tant de dangers?!

Chassant ses questions un peu trop encombrantes, il se rua jusqu'à la fameuse tour. Il y entra.
-Oh, un autre visiteur? Salut Willy, comment ça va? Je te sers un verre? J'ai de l'eau virtuelle, du Coca digital, et du Ice Tea pixellisé.
William leva les yeux, même s'il ne pouvait s'empêcher de se sentir amusé.
-Et au fait, tu t'es essuyé les pieds avant d'entrer? continua Odd. Faudrait que j'installe un paillasson avec "Bienvenue" écrit dessus.
-Odd...
-Oui?
-Odd, faut que je te parle.

Le félin se retourna complétement vers son ami, le jaugeant du regard.
-Oh oh, généralement quand on dit ça, ça sent pas bon.

Bon sang qu'il avait raison...

*****

"Bip. Bip. Bip".
Aelita fronça les sourcils. Par mesure de précaution, elle avait gardé son ordinateur portable avec elle. Et, en voyant ce qui était affiché sur l'écran, elle sut qu'elle avait bien fait.
-Tour activée. Sur le territoire du Désert.
-Je préviens Jérémy, toi tu préviens William, déclara Ulrich.

Et chacun sortit son téléphone portable.

*****

-Merci Jérémy de soutenir ma fille. D'ailleurs, tu vas être heureux ! Yumi est revenue chez elle.

Le moment pour Sissi de sortir était arrivé. Ses bandages étaient en train d'être retirés. Debout aux côtés de M. Delmas, Jérémy fixait Sissi.
-Oh, Yumi est revenue? Je suis si heureux, et soulagé... dit-il en jouant la surprise.

Et le dernier bandage fut retiré. Jérémy se força à regarder jusqu'au bout, à ne pas détourner les yeux.
C'était difficile quand il voyait celui de Sissi mutilé.
Mais il ne put tenir. Alors il détourna le regard, le reportant sur son directeur. Ce dernier était comme figé, raide.
Il voulut tant s'excuser, lui dire à quel point il était désolé.
Désolé que sa fille soit blessée, désolé que sa fille ait perdu l'usage de son œil droit.

Comment un père pouvait-il supporter de voir sa fille diminuée?

Pardon, pardon, pardon, pensait Jérémy.
-Elle est forte, elle va y arriver, murmura M. Delmas.
Pardon, pardon, pardon, pensait-il encore.
-Oui, monsieur.

Son portable se mit soudain à vibrer. Il s'attira le regard du père de Sissi.
-Hum, excusez-moi.
Il sortit un instant de la chambre, et regarda le message qu'il venait de recevoir de la part d'Aelita.
"XANA attaque. RDV Usine".
Il grimaça. Ca tombait mal, ça tombait vraiment mal.

La porte s'ouvrit.
-Un problème, Jérémy? demanda le directeur.
En voyant l'air coupable et les yeux plein de regrets du jeune garçon, M. Delmas comprit tout de suite qu'il ne pouvait pas rester.
-Oh... tu dois partir...
-Je... Après ! déclara-t-il soudainement. Juste le temps de ramener Sissi.
Le visage du directeur s'éclaira légèrement. Jérémy le suivit dans la chambre. Il savait qu'il devait aller au plus vite à l'usine.

Mais c'était plus fort que lui. Il ne pouvait pas, il ne voulait pas, laisser Sissi seul.
Pas quand il se sentait encore trop coupable de ses blessures.

Il ferait au plus vite, se promit-il.
Mais il espérait néanmoins que son absence ne cause pas des dégâts.

*****

-Attends, attends... balbutia Odd. Tu te fous de moi, là?
-Je sais que j'aurai du en parler, mais... dit William, hésitant.
-Oh ça oui t'aurais du en parler ! On patauge dans le guacamole -pour rester poli ! - et toi, tu caches le fait que XANA t'ait parlé à l'hôpital -en plus de ça, t'as menti à Jérémy!
-Mets-toi à ma place ! T'es pas la cible de XANA !
-Pardon?! s'écria Odd.
-Euh oui... c'est vrai ! Mais pas pour les mêmes raisons !
-Ah, c'est sûr qu'être pourchassé pour être tué, c'est rien du tout, se moqua Odd.
-Et être pourchassé pour être enrôlé, c'est mieux, c'est sûr ! continua William sur le même ton.

Le félin lâcha un profond soupir, puis tenta de se ressaisir.
-Bon, reprenons tout depuis le début, dit-il.
-Okay!
-Alors, XANA t'a parlé quand tu as fait ta chute dans les escaliers. Il t'a dit qu'il voulait que tu reviennes dans ses rangs, poursuivit Odd.
-Oui...
-Il a essayé de te convaincre. Et t'as répondu quoi?
-Bah, j'ai essayé de lui dire que je voulais pas.
-Mais il se moque de ton avis, bien entendu?!
-Bien entendu, confirma William.
-Et pourquoi t'as caché ça à Jérémy? Je comprends pas !
-Parce que ! lança l'ancien xanatifié.
-Ah, génial comme argumentation! "Parce que !"
-Parce que c'est plus facile à dire qu'à faire ! Parce que... parce que je doute. De tout. De moi, de Jérémy, de XANA ! J'ai la tête remplie de questions, et j'ai l'impression que je vais exploser. Et ces foutues blessures ! Tu n'as pas vécu ce que moi j'ai vécu ! Tu ne peux pas me juger !

Odd et William se regardèrent avec intensité.
-J'ai toujours été loyal envers vous. Je vous ai toujours aidés ! persista le lyokoguerrier le plus âgé.
Et le félin savait très bien à quel point c'était vrai.
-Bon, ... d'accord ! On va dire que le plus important, c'est que tu me l'ais dit ! Maintenant, il faut le dire à Jérémy !
-Hors de question ! Pour qu'il me dise : "je savais qu'on pouvait pas te faire confiance!"
-Mais non ! Il va s'énerver, puis passer l'éponge. Mais de toute manière, William, soit c'est toi qui le dit, soit c'est moi. Mais Jérémy doit savoir, assura Odd.
-Je... J'ai pas envie que les autres soient au courant, lâcha-t-il.
-Ok, pas les autres. Juste moi et Jérémy, ça te va?
-J'ai pas vraiment le choix, maugréa William.
-Non, avoua le félin.
-Bon, d'accord.

Et ils se laissèrent tomber sur le sol.
-Eh bah, ... déclara Odd.
-Ouais... "eh bah" ...
-Tu crois qu'on va avoir bientôt la paix? Parce que je t'avouerai que je suis en train de saturer...
-Oh j'aimerai.
-Mais t'y crois pas? demanda le garçon aux cheveux blonds.
-Non.
-Ouais, moi non plus.

Et le silence s'installa.
Troublé quelques minutes plus tard par un:
-Odd? William?
C'était Aelita.
-Jérémy n'est pas là? XANA a activé une tour !
-Non, Jérémy n'est pas arrivé, répondit Odd. On ne l'a pas entendu en tout cas. Bon, tu nous envoies un véhicule?

*****

Jérémy, qui se trouvait dans le parc, courrait en direction de l'usine. Il avait accompagné Sissi jusqu'à chez elle, puis avait été ramené par son père.
Courant à toute allure, il espérait que son absence n'ait pas eu de conséquences. Et plus il approchait de l'usine, et plus il angoissait.

Empruntant le tunnel, il déboucha quelques instants plus tard à l'usine. Alors qu'il s'approchait du monte-charges, il se sentit soudain projeté sur le côté, alors qu'une douleur explosait dans tout son corps.
S'écroulant lourdement sur le sol, il tenta de se redresser immédiatement.

En relevant la tête, ce fut lui-même qu'il se vit.
Lui, avec des yeux où luisait le symbole de XANA.

Jérémy lâcha un soupir. Ca n'annonçait rien de bon!

*****

-Flèches lasers !
-Jérémy? Jérémy?! Est-ce qu'il lui est arrivé quelque chose? s'écria Aelita.
Elle se sentit soudain poussée en arrière, par Ulrich, qui venait ainsi de lui éviter de se faire toucher par plusieurs tirs.
-Jérémy est peut-être poursuivi par un spectre, proposa-t-il. Le meilleur moyen de le sauver, c'est de désactiver la tour.
Aelita acquiesça.
-Juste une chose... vous trouvez pas qu'il y a pas beaucoup de monstres? lança William.
-On va pas s'en plaindre ! déclara le samouraï. Allez, vite !

Et le combat reprit.

*****

-Qu'est-ce que tu cherches à faire, XANA?!
-Haha, si tu savais...
Jérémy sauta sur le côté, évitant une charge électrique.
-Tu essayes de mettre de la discorde entre moi et William, c'est ça?! Tu veux quoi de lui? Encore le xanatifier? Mais tu n'as pas compris que si on l'a sauvé une fois, on le sauvera deux fois !
-Oh, Jérémy... Tu es un imbécile. Tu as compris trop tard mes intentions. Tout chef a besoin d'un lieutenant. Et William est le candidat parfait. Et il deviendra mon porte-parole quand j'aurai asservi la Terre.
-Si tu crois qu'on va te laisser faire ! rétorqua Jérémy.
Ce dernier se leva, tenant tête à XANA. Serrant les poings, il affronta du regard son double, méprisant plus que jamais le symbole de XANA qui brillait dans les yeux du spectre.
-On se battra. Jusqu'au bout, poursuivit-il avec assurance.
-"On"? Oh non, tu as peut-être retrouvé tes amis, mais pas pour longtemps !
Jérémy fronça les sourcils, mais n'eut pas le temps d'en demander davantage: le spectre explosa dans une myriade de pixels.

Sans perdre un instant, comme si cela avait été un signal, Jérémy fusa jusqu'au monte-charges. Il pénétra dans le monte-charges, et appuya sur le bouton. L'angoisse commençait sérieusement à le gagner, mais il se força à garder la tête froide. Ses amis avaient besoin de lui.

Quand les portes du monte-charges s'ouvrirent, il s'élança en direction du fauteuil. Il regarda un instant les points de vie de ses amis. Odd avait encore tout ses points de vie, William en avait perdu la moitié, Aelita seulement 20. Quant à Ulrich, s'il encaissait un tir, il serait dévirtualisé.
-Allez au bord du territoire !
-Jérémy?! s'exclama Aelita. Tout va bien? J'ai eu peur pour toi !
-Au bord du territoire? s'étonna Ulrich. Mais tu voulais pas que Yumi vienne avec nous?
-Je vais l'appeler, et voir si on peut pas faire ça tout de suite ! XANA a lancé une attaque. D'une, je trouvais que le spectre a été vaincu rapidement, alors soit vous êtes vraiment améliorés entre deux missions, soit il y avait moins de monstres. Et ça n'annonce rien de bon. De deux, vous êtes tous là, et on a mis en échec XANA. Il faut en profiter ! Perdez pas de temps ! Pendant ce temps, j'appelle Yumi.
Les quatre lyokoguerriers se regardèrent, puis acquiescèrent, et se mirent à courir.

-Allô, Yumi?
-Jérémy? Y a un problème?
-Est-ce que tu serais d'accord pour qu'on fasse ce qu'on avait prévu maintenant?
-Quoi? Tout de suite? s'exclama la jeune fille.
-Oui, je sais que c'est précipité, mais...
-Jérémy, je voudrais. Vraiment. Mais je peux pas. Là, on est en plein milieu de l'après-midi ... Ca se verra tout de suite que quelque chose cloche...
-Oui... je comprends. Bon, je te tiens au courant.
-D'accord... Désolée, vraiment.
-Pas de soucis.

Puis il raccrocha.
-Bon, ce sera pas possible pour Yumi. Tout le monde est en place?
-Oui, tout le monde ! assura Odd.
-Ok, c'est parti, j'entre le code.

Et alors que le transporteur arrivait, des fenêtres avec des points d'exclamation rouge apparurent soudainement sur l'écran de l'ordinateur de Jérémy.
-Quoi? Mais c'est quoi encore le problème?!
-Il y a un souci, Einstein? demanda Odd.
Les quatres lyokoguerriers étaient arrivés sur le Cinquième Territoire, et avaient repris leur course effrénée. Ulrich ouvrait la marche, William et Odd côte à côte, et Aelita derrière.

-Je ne sais pas, répondit le jeune garçon aux cheveux blonds, sur un ton alarmé. Le scan détecte quelque chose, mais je n'arrive pas à préciser quoi.
-Bon, pendant que tu cherches, nous, on approche de la voûte céleste, déclara Ulrich.
-Ok, faites-vite.

Les lyokoguerriers arrivèrent devant l'interface où était stocké le code ADN de Odd.
-Mais... qu'est-ce qui se passe? s'exclama Aelita.
-Jérémy, ce qu'on voit sur l'interface... Ca sent pas bon du tout ! dit le samouraï virtuel.
-Oh bon sang... lâcha le jeune génie. Ca y est, je vois...

Sur son écran, toutes les données semblaient s'affoler.
-L'attaque... le spectre... ce n'était qu'une diversion ! C'était pour nous empêcher de voir son plan à temps !
-Mais c'est quoi son plan? s'exclama Ulrich.
-Je crois que je sais ce que c'est... balbutia Aelita.
Elle pointait du doigt l'endroit par où ils étaient arrivés. De là où ils étaient, ils voyaient le territoire s'effacer.
-Oh non, pas ça ! Tout mais pas ça ! cria Odd.
Le cinquième territoire, mais en réalité, tout ce qui restait de Lyoko, commençaient à disparaître.
Le félin virtuel se retourna vers Aelita.
-Vite, Aelita ! Trouve mon code ADN, je t'en prie !
-Odd, elle n'aura pas le temps ! déclara Jérémy.
-Aelita, je t'en prie, essaye !

Ladite Aelita acquiesça.
-On a quelques secondes, il faut tenter.
Elle se rua jusqu'à l'interface, et se mit à chercher à toute vitesse.
-Bon sang, il faut que vous partiez ! Je vous rappelle que si je peux vous dévirtualiser tous les trois, il n'en est rien pour Odd. Il faut le mettre à l'abri.
-Aelita, je t'en supplie, il faut que tu trouves.

Les appels à l'aide de son ami lui fendaient le coeur. Jamais de sa vie elle n'avait cherché aussi vite sur cette interface. Ses doigts virevoltaient dessus, et elle tentait d'analyser tout ce qu'elle voyait le plus rapidement possible.

Ulrich et William échangeaient des regards inquiets. Ils voyaient bien à quel point le territoire s'effaçait encore, et encore... Le vide, il ne voyait plus que ça.
-Vite, je vous programme des véhicules ! Mais pour ça, il faudra que je stoppe le programme qui devait bloquer celui de XANA pour effacer Lyoko. C'est uniquement grâce à mon programme que vous avez quelques secondes de répit. A l'instant où je vais l'arrêter, ça va être beaucoup plus rapide. Vous êtes prêts?
-Aelita, je t'en prie... je veux rentrer...
-Odd!
C'était Ulrich cette fois-ci.
Ce dernier attrapa le bras de son ami, pour le tourner vers lui.
-Si on ne part pas tout de suite, tu ne pourras plus jamais rentrer.
Yeux dans les yeux, ils se regardèrent. Ulrich voyait toute la détresse de Odd, mais il se força à rester intransigeant. Il ne voulait pas perdre son meilleur ami.
-Jérémy, je ... commença le félin. On est ... prêt !

Le jeune génie prit une inspiration, puis entra quelques lignes de code, stoppant ainsi son programme.
Et il avait eu raison. A l'instant même où il avait fait cela, l'effacement du territoire fut beaucoup plus rapide.
-Oh bon sang... Jérémy ! JEREMY ! cria Ulrich.
-Je vous programme des véhicules ! Je fais aussi vite que je peux !

Les doigts de Jérémy dansaient dangereusement vite sur le clavier.
-Aaaaah ! crièrent ses amis.
Le sol sur lequel ils se trouvaient venait de s'effacer, et ils commencèrent à chuter.
-Jérémy, vite ! Pas deux fois ! s'exclama Ulrich.
-Maintenant !

Et les trois véhicules apparurent. Odd tomba sur l'overbike, Aelita sur l'overboard, et Ulrich sur l'overwing. William, qui avait pensé à utiliser son pouvoir, contrairement à Aelita, s'était transformé en fumée.
-Allez, c'est pas le moment de traîner ! Vite, au garage ! s'écria Jérémy.
Les lyokoguerriers se redressèrent péniblement.
-Et pour aller où? demanda Ulrich. Qu'est-ce que tu as derrière la tête?
-Vous allez escorter Odd jusqu'au Cortex, répondit le jeune génie.
-Tiens, je déménage? lança Odd.
-Pas le choix, Odd, déclara Jérémy.
-Mais descendez de vos véhicules le plus vite possible ! Dès que vous pouvez marcher sur le sol ! J'ai besoin de cette énergie pour bloquer le plus possible le programme de XANA.

Une fois qu'ils purent mettre le pied sur le sol, les lyokoguerriers descendirent de leurs véhicules.
Mais à peine Aelita s'était posée sur le sol que trois tirs la touchèrent, et la dévirtualisèrent.
-Des rampants ! s'écria Odd.

Ce dernier soupira, soudain très fatigué, puis se mit à courir, de même pour ses amis, en direction du garage tandis que derrière lui, le territoire continuait de s'effacer, de disparaître.
-Courrez plus vite ! cria Ulrich.
-Reprogramme-nous des véhicules, Einstein ! demanda Odd.
-J'ai mobilisé toute l'énergie pour renforcer mon programme qui doit bloquer le sien ! expliqua Jérémy.
-Ca a pas l'air d'être utile, répliqua Ulrich.
-Si je ne fais pas ça, le territoire serait déjà totalement effacé. Ca ralentit la progression, mais ça ne l'annihile pas !
-On y est presque ! Courage ! dit William.

Ils approchaient du garage, debout sur l'ascenseur, attendant que celui-ci arrive à destination, tandis qu'ils voyaient en bas le sol disparaître.
L'ascenseur s'arrêta, et ils se remirent à courir. Mais le territoire continuait toujours plus de s'effacer, et Ulrich, jetant un oeil derrière lui, aperçut le danger.
-Odd, attention !
Attrapant la main de son ami, il le projeta en avant, l'empêchant d'être gagné par l'effacement du territoire. Odd s'écroula sur un des plots d'embarcation, tandis que William arrivait à son tour.
-Ulrich ! s'écria le félin, voyant son ami tomber.
-Pas deux fois ! lança l'ancien xanatifié.
Il chargea une salve d'énergie dans son épée, et la projeta sur son rival de toujours. Ce dernier fut touché de plein fouet, et disparut dans un nuage de pixels.
-Jérémy, vite ! prévint Odd.
-C'est bon !

Les deux garçons disparurent pour réapparaître dans le Skid.
-Perdez pas de temps ! Sortez vite du garage ! Odd, vas-y !
Ledit Odd, qui se trouvait aux commandes, fit comme Jérémy lui demandait. Il ne perdit pas de temps, et sortit du garage, tandis que ce dernier disparaissait peu à peu, partie par partie.

Jérémy, Ulrich, et Aelita poussèrent un soupir de soulagement. Le Skid venait de sortir de ce qui était il y a peu le garage.
-Allez, direction le Cortex ! lança William.
-Ma nouvelle maison, youhou, dit Odd.
-On va trouver un moyen, Odd, on va y arriver, insista Jérémy.
-Mouais...

Jérémy n'ajouta rien. Les actes comptaient plus que les mots. Il avait réussi à ramener Aelita, Yumi et Ulrich, et il se battrait pour que son ami revienne à son tour.

*****

Yumi faisait les cents pas dans sa chambre. Avait-elle eu raison de rester chez elle? Aurait-elle du prendre le risque? Après tout, Odd était son ami. Elle était tiraillée entre des sentiments contradictoires.
Si elle était partie à l'usine, ou bien sur Lyoko, elle se serait sentie mal vis-à-vis de ses parents, et n'aurait eu qu'une envie: rentrer; tout en souhaitant vouloir aider son ami Odd.
Et, à présent, elle se sentait mal vis-à-vis de ce dernier, et ne souhaitait qu'une chose: lui venir en aide, tout en ne voulant pas froisser, blesser, davantage ses parents, son frère.
Elle prit son portable, et envoya un SMS à Jérémy pour qu'il lui dise où ils en étaient.

Elle angoissait.

*****

Le Skid venait enfin d'arriver sur le Cortex. Après une course-poursuite corsée dans la mer numérique, Odd avait réussi à les amener sur le Cortex.
-Allez, il y a une tour au nord-est. Je vous envoie l'overwing.

Et en même temps que les deux lyokoguerriers mettaient le pied sur le territoire, le véhicule apparut.
-Pas un instant à perdre.
Et l'overwing fila à toute vitesse vers la direction indiquée.
-Attention, je détecte des mantas, prévint Jérémy.

En effet, des tirs frôlèrent le véhicule par la droite. William jeta un oeil derrière lui et avisa quatre mantas qui volaient derrière eux.
-Fonce, Odd!

Ce dernier prit un virage serré, et ce fut un mur qui fut la victime de plusieurs tirs. Une salve d'énergie sortit de l'épée de William, mais les monstres l'évitèrent.
-C'est qu'elles nous collent !
L'alarme retentit. Le territoire allait changer de configuration. Un mur sortit subitement du sol. Odd eut tout juste le temps d'incliner le véhicule vers le haut, le faisant prendre de la hauteur. Ils passèrent donc au-dessus du mur en mouvement, mais une manta n'eut pas de cette chance. Elle s'écrasa de plein fouet dessus, et explosa violemment.

Virevoltant dans tous les sens, penchant sans cesse le véhicule dangereusement sur un côté, puis sur l'autre, Odd, poussé par sa colère et sa rage, évitait les obstacles.
-C'est bien, Odd, continue, encouragea William.
A cet instant même, un tir toucha l'épaule de l'ancien xanatifié, et il se fit éjecter du véhicule. Il utilisa immédiatement sa supersmoke, l'empêchant de s'écraser sur le sol. Mais il préféra reprendre forme humaine, et se mit à courir. Il pourrait ainsi assurer les arrières de Odd. Sous sa forme humaine, il ne pouvait qu'éviter.

-Vous y êtes presque ! déclara Jérémy.
-Oui, je vois la tour ! dit le félin virtuel.
-Odd, à gauche toute ! prévint William.

Le lyokoguerrier obéit, et les tirs de la manta passèrent à côté. Mais soudain, deux mantas apparurent en face de lui, et foncèrent sur lui. Elles frappèrent le bas de l'overwing, et Odd se sentit basculer en avant. Il passa par-dessus le véhicule, et chuta lourdement sur le sol.
-Moins cinquante points de vie, s'écria, alarmé, le jeune génie. Allez Odd !
-Debout, Odd ! cria Ulrich. Debout !
-Tu peux le faire, s'exclama Aelita.
-Vas-y Odd ! lança William.

Les encouragements de ses amis, leur inquiétude... il se sentit traversé par leurs paroles. Il ne voulait pas les décevoir, mais surtout, il voulait les revoir. Etre à nouveau à leurs côtés, vivre de nouveau avec eux. Il voulait retrouver sa vie, il voulait retrouver ses amis.

Il voulait vivre.
Baisser les bras? Il ne pouvait pas, n'en avait pas le droit. Jamais abandonner, toujours continuer le combat.

Alors Odd se leva.
Et il courut. Comme jamais. Comme un fou, comme un possédé.
Parce que c'était une question de vie ou de mort.

Il ne voyait plus que la tour, plus rien n'avait d'importance.
Des mantas tiraient? Il ne les entendaient même pas.

La seule chose qu'il voyait, c'était la tour. Son issue de secours ...

Ses jambes frappaient le sol à toute allure, sa queue remuant derrière lui, le corps tendu vers l'avant.
-Vas-y Ooooooooooodd!

Il ne sut pas qui avait parlé.

Et, dans un dernier effort, dans une dernière foulée, Odd pénétra la tour, en criant. Un cri de rage, un cri de hargne.

A l'usine, ce fut une explosion de joie qui accueillit la nouvelle. Les disputes, les tensions? Envolées ! A cet instant, plus rien n'avait d'importance. Rien, si ce n'est que Odd était à l'abri.

Alors oui, à ce moment précis, qu'importe les suspicions, qu'importe les amitiés mises à mal, ils se regardaient tous avec le même soulagement, le même apaisement.

Sur Lyoko, William regardait la tour avec un sourire aux lèvres. Bien sûr, la joie n'était pas totale. Si Odd était revenu sur Terre, cela aurait été le feu d'artifices. Mais ils avaient eu tellement, tellement peur. Odd était vivant, c'était tout ce qui comptait.

Il entendit soudain plusieurs tirs, et utilisa immédiatement sa supersmoke. Les tirs traversèrent son corps de fumée.
-Oh non ! s'écria brusquement Jérémy.
-Quoi? demanda Ulrich.
-William, va dans la tour avec Odd. Vite ! cria le jeune génie.
-Jérémy ! Le Skid ! Personne ne peut le ramener, déclara Aelita.
-Ouais, et le ramener?! lança Ulrich.

Sous sa forme de fumée, William n'eut aucun mal à se réfugier dans la tour. Les mantas ne purent donc l'atteindre. Mais si elles n'avaient pu, ni tuer Odd, ni dévirtualiser William, elles se consolèrent sur le Skidbladnir. Entourant le véhicule, elles tiraient sans relâche.
-Il faut faire quelque chose ! déclara Ulrich.
-Et quoi? On ne peut le mettre à l'abri nulle part, répondit Jérémy.
Et, sous leurs yeux impuissants, les mantas tirèrent, encore, encore, encore !
Elles se mirent les unes à côté des autres et, d'un même mouvement, elles tirèrent. Les lasers frappèrent ensemble le Skid. C'en fut trop pour lui.

Le véhicule explosa brutalement.

Jérémy se laissa tomber au fond de son fauteuil, tandis qu'un silence lourd retombait à l'usine.
-Bon, le plus important, c'est que Odd soit toujours en vie, dit Ulrich.
-Oui, c'est vrai, approuva Aelita. Mais il n'empêche que nous avons perdu Lyoko et le Skid...
-Et pourquoi tu as demandé à William d'aller dans la tour? questionna le garçon brun.
Jérémy lâcha un grand soupir.

Cette nuit-là, les lyokoguerriers étaient partis en mission, avec l'espoir tenace que leur ami coincé sur Lyoko reviendrait à la maison, reviendrait parmi eux. Oui, ils étaient partis en mission pour régler leurs problèmes.
Et, finalement, ils en avaient plus que prévu...
Et, finalement, ils avaient l'impression d'avoir tout perdu...

*****

Allongée sur son lit, Yumi tenait faiblement son portable dans sa main. Jérémy lui avait répondu.
Et, plus que jamais, elle s'en voulut.
Si elle avait pris le risque, si elle s'était battue pour son ami -ce qu'elle aurait du faire, bon sang !- peut-être que tout aurait été différent.

Peut-être que la situation n'aurait pas été aussi désespérée que cela...

-Pardon, Odd, murmura-t-elle.

*****

-J'en reviens pas ... lâcha Ulrich. On voulait sauver Odd et...
-Il ne faut pas désespérer, calma Aelita. Odd est sain et sauf.
-Et Lyoko? Et le Skid? Et le code ADN?! insista Ulrich. Le code ADN est dans l'interface, qui elle-même est située dans le Cinquième Territoire. Et il a disparu !
-Aelita et moi, il va falloir qu'on recréé Lyoko, annonça Jérémy.
-Ca va vous prendre combien de temps? demanda William.
-Je saurai pas te dire, déclara le jeune génie. Mais il va falloir qu'on recréé Lyoko, le Skid.
-Et pour mon code ADN? questionna Odd, la voix lasse.
-Il est dans l'interface, comme l'a dit Ulrich. Il faut juste qu'on recréé Lyoko.
-Ouais, "juste", maugréa le samouraï.
-Il n'y a pas d'autre choix, dit Aelita. Il faut qu'on puisse accéder au Cortex, si XANA lance une attaque depuis ce territoire, on ne pourra pas aller là-bas !
-C'est pour ça que j'ai demandé à William d'aller dans la tour avec Odd, déclara Jérémy.
-Oh, tu veux que je reste ici jusqu'à ce que vous ayez recréer Lyoko?! s'exclama William.
-Non, non pas Lyoko. Juste le Skid. Je vais créer un garage sur le Cortex, où on pourra mettre le Skid. Et le Skid servira de relais, comme ça je pourrai vous virtualiser directement sur le Cortex. Mais tant que ce n'est pas encore possible, il faut que vous soyez au minimum deux si XANA lance une attaque. Aelita et moi, on va s'y mettre dès à présent et, si tout se passe bien, on aura fini rapidement.
-Si XANA ne nous a pas achevé avant, déclara sombrement Ulrich.

Les trois lyokoguerriers sur Terre se regardèrent, partageant à travers leurs yeux leurs peurs et leurs espoirs, tandis que sur le Cortex, Odd et William soupiraient.

*****

Lundi matin. La journée de cours avait commencé depuis quelques minutes. Le professeur d'anglais faisait l'appel, notant avec son stylo qui était absent.
-Belpois Jérémy.
Aucune réponse ne fut donnée.
-Jérémy?

Le professeur balaya l'ensemble de la pièce, cherchant en vain l'élève.
-Il est malade monsieur. Il ne se sentait pas très bien, alors il est resté dormir un peu. Mais il va aller à l'infirmerie un peu après, déclara Ulrich.
-Oh d'accord, j'espère que ce n'est rien de grave.

L'appel continua.
-Della Robbia Odd.
-Présent.

Ulrich jeta un œil au clone assis juste à côté de lui. Serrant le poing, il pensa au vrai Odd coincé sur Lyoko. Il tenta de retenir sa colère.

-Stones Aelita.
-Présente.

Ulrich regarda ensuite devant lui, là où se trouvait une fausse Aelita. Si seulement les autres élèves savaient qu'ils avaient autour d'eux des clones, en réalité ... D'ailleurs, dans une salle à proximité, un clone de William était également présent.
Le lyokoguerrier imagina un instant leurs visages choqués si ses camarades apprenaient la vérité, puis secoua la tête.

XANA leur avait bel et bien mis des bâtons dans les roues. Mais s'il croyait qu'ils allaient abandonner aussi facilement, il se trompait.
Ulrich était un guerrier, et il comptait bien le lui prouver.


Oui, ce lundi matin, plusieurs élèves manquaient à l'appel.
Jérémy, présumé malade.
Sissi, en convalescence désormais.
Yumi, dont les parents avaient appelé le proviseur pour qu'il la laisse manquer quelques journées de cours, pour qu'ils puissent profiter de sa présence.
Hiroki, qui avait eu le droit de rester auprès de sa soeur à présent retrouvée.
D'autres élèves revenaient peu à peu de l'hôpital, où ils avaient séjourné suite à la catastrophe qui avait frappé Kadic.

Et, non loin de là, Jérémy et Aelita travaillaient d'arrache-pied sur la reprogrammation du Skid et d'un garage pour lui; tandis que Odd et William tournaient en rond dans la tour.
Le félin souhaitait d'ailleurs parler à Jérémy, lui répéter ce que William lui avait dit. Mais il avait promis qu'il n'en parlerait qu'à lui, or il savait que Aelita était à ses côtés.

Ce qu'il ne savait pas encore, c'est que Jérémy connaissait plus ou moins la vérité. Et que, alors qu'il travaillait sans s'arrêter, il se promit une chose: jamais il ne laisserait son ami tomber à nouveau entre les griffes de XANA. Il le protégerait, quoiqu'il en coûte.

Et, chacun sur des champs de bataille différents -Ulrich qui ruminait des pensées sombres en cours, Yumi qui tentait de reconstruire sa famille, Odd et William qui avaient la lourde mission d'arrêter toute attaque de XANA, et Jérémy et Aelita qui travaillaient le plus rapidement possible- ils se battaient.

Ils menaient un combat, une lutte acharnée !
Contre XANA, contre la mort, contre le désespoir !

Parce que, malgré tous leurs efforts, ils avaient essuyé défaite sur défaite.
Mais leur volonté était de fer, et ils comptaient bien, tous autant qu'ils étaient, mettre XANA hors d'état de nuire, et réunir à nouveau cette famille un peu disloquée, un peu mise à mal, mais toujours liée.

Parce que, finalement...
Le combat continuait.





Et voilàààààààà ! Est-ce que vous avez aimé? Wink
Oui, oui, c'est bien la fin de la fiction. Quoi? Comment ça, c'est pas une fin?
Mais, héhé, c'est normal.
C'est la fin de la fiction.
Pas de l'histoire Razz

Une rumeur courrait qu'une suite serait prévue Razz

Mais la fiction en elle-même, elle est terminée. Le scénario est bouclé, l'intrigue de Sur le champ de bataille achevée. Ce qui va se passer après, c'est une autre fiction, la même histoire, mais une autre fiction, un autre scénario. Je ne sais pas quand je la posterai, j'aimerai prendre beaucoup d'avance, connaître la fin surtout, les péripéties que je vais écrire, savoir quelle direction je prends, même si j'ai déjà quelques idées.


Je tenais à vous remercier. Vraiment.
Remercier mes fidèles lecteurs comme les occasionnels.
Je vous remercie pour chacun de vos commentaires, pour chacune de vos critiques.
Une histoire, un auteur a beau l'écrire, si personne ne la lit, l'histoire meurt. Pour qu'elle vive, elle doit vivre à travers les yeux de quelqu'un. Et c'est grâce à vous que cette histoire a vécu.

J'espère que vous avez passé de bons moments à la lire, que la fin ne vous a pas déçus Wink

Grâce à cette histoire, j'ai pu parler à des gens exceptionnels. Alors, merci pour tout Smile

Et...
A très bientôt !

Bisous !
_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/155549Ravensignaturecoinsarrondis.png

Je n'étais pas anciennement odd-4-ever.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Jeu 05 Sep 2013 03:46   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
c'est pas juste sa :cry:
Pourquoi finir sur un cliffs, je le savais, tu es une pure sadique, une diablesse née.
le reine de l'enfer.
En tout cas, pauvre odd

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Jeu 05 Sep 2013 10:44   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1052
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
J'en reviens pas que je vais poster mon dernier commentaire de « Sur le champ de bataille ». Dire que c'est grâce à elle qu'on a fait connaissance... *Zéphyr est nostalgique et laisse échapper une petite larme*

Bon, parlons du chapitre 30. Pour commencer, dès qu'on lit le titre, on se dit : « Mais que peut-il encore arriver de pire ? ». On a été servis.
Je commence avec cette petite scène chez Yumi, où ses parents lui disent qu'elle sera étroitement surveillée. Elle s'en est pris plein la face, et tu sais quoi, j'ai adoré Mr. Green. C'est ça que j'aime dans les fics des membres du M.A.N.T.A, Yumi s'en prend un max dans la tête. Bref.

On en arrive à ceci :

Citation:
-Laura? Qui c'est? lança Ulrich.


Réaction du PPPL : « Au bûcher ! ».
Réaction du lecteur avisé : « Ouille ! La bourde. Mode boulet on. ».
Et ensuite, Ulrich qui envoie une pique blessante à William alors qu'il tente de réparer sa connerie. Pour le coup je l'aurais baffé si j'avais été à la place d'Aelita. Mais bon, je ne suis pas Aelita. Déjà, j'ai pas les cheveux roses, et je suis pas comme elle. Mais passons.

On oublie bien vite Stern pour se reconcentrer sur nos deux personnages préférés : Laura et William, plus communément appelé Willaura <3.
Déjà, j'ai adoré voir Willy envoyer bouler Yumi. Et bim ! Oddye : 2, Yumi : 0.
On va parler de Laura maintenant (ben voyons Rolling Eyes). Déjà, j'aime ça :

Citation:
Et cela la surprit. Ce n'était pas sa façon habituelle d'être, d'agir, de penser. Malgré elle, se laissa prendre par la conversation.

Citation:
Mais, aujourd'hui, sans qu'elle ne comprenne vraiment pourquoi, sans qu'elle puisse se l'expliquer, sans qu'elle puisse aussi l'empêcher, elle se rendait compte d'une chose.
Elle avait hâte de passer une autre journée avec William.

Laura qui se rend compte de ces infimes changements en elle. Tout ça grâce à William =3. Bref, comme tu le sais, j'ai aimé, aimé et encore aimé cette scène (je pense que les 35 cœurs d'hier sur Skype t'ont mis la puce à l'oreille ^^).
D'ailleurs, c'est amusant de constater la manière avec laquelle tu nous montres Laura dans tes derniers chapitres. Quand on sait que tu n'aimes pas ce personnage,on pourrait s'imaginer qu'elle aurait un mauvais rôle dans ta fic, mais ce n'est pas le cas. Ça montre à quel point tu sais rester objective sur un personnage. Voilà quoi.

*Zéphyr regarde sa liste de choses à dire*

Je passe à la seconde blonde : Sissi. Je te l'ai déjà dit (ou Café alors), mais j'aime la Sissi de ta fic, celle qui réconforte Jérémie alors qu'elle a pas mal a subir de son côté. Le moment où le génie assiste à l'enlèvement des bandages n'est pas mal non plus. Sa culpabilité est encore très présente.

L'attaque de Xana maintenant. Je dois dire que c'était très prenant. On a été tenu en haleine jusqu'au bout. Je ne pensais pas que tu nous ressortirais le coup du programme d'effacement de Lyokô. Cependant, j'ai une question à propos de celui-ci : il efface seulement les territoires, ou alors le cœur aussi se fait effacer aussi ?
Bref, le désespoir qui émane d'Odd lorsqu'il comprend qu'il ne retrouvera peut-être pas ses codes, ça prend aux tripes.
Yumi ---> useless. Comme d'hab' je dirais (a).
Jusqu'à ce que Odd et William parviennent à la tour, j'ai vraiment cru que le félin n'y arriverait pas et se fasse dévirtualiser. Tu en aurais été capable en plus. Résultat des courses : 2 LG coincés sur le Cortex, un monde virtuel à reconstruire, un Skid plus à garage à créer en plus. Cerise sur le gâteau : Ulrich qui se sent impuissant. J'adore.

Au final, ils sont encore plus dans le Nutella qu'au début de l'histoire. Je crois que tu peux encore rester un peu sur le trône de reine du sadisme (même si Pikamaniaque n'est pas loin de te le voler ^^).

Bref, superbe fin, digne de toi.
En ce qui concerne la nouvelle fic, je sens que tu vas nous mitonner une série d'embrouilles pas possible. Notamment parce que Jérémie utilise des tours du Cortex pour ses clones et qu'il va y construire un garage. Je pense pas que le proprio va pas apprécier et laisser faire ça.
Quant à Laura, j'espère que son rôle sera plus grand. En fait, j'en suis sûr. Déjà, parce que William est un clone et qu'elle avait « hâte » de repasser du temps avec lui. Nous aussi, on a hâte de les revoir passer du temps ensemble (enfin, Raymentase mis à part ^^)

Dans tous les cas, ta fanfiction est l'une de mes cinq préférées du forum (un chiffre ? Y'en a pas Razz). J'ai aimé la suivre du début à la fin, te voir progresser toujours plus, faire ta connaissance, déceler tes petites erreurs et anticiper tes actions.
À la prochaine pour ta nouvelle fic Wink. Je serais au rendez-vous.

*Zéphyr, ému pour sa grande soeur, sort*
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Brounaus MessagePosté le: Jeu 05 Sep 2013 15:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 30 Avr 2013
Messages: 77
Déjà fini !

Oh non, dire que j'adorais ton récit. Au moins, on sait qu'il y aura une suite à l'histoire et c'est l'essentiel. Mais (car il y a toujours un mais) j'ai repérer quelques incohérences qui gâche ce merveilleux récit.

Première incohérence qui est vraiment sans importance mais bon, je tenais quand même à le souligner. Pendant le cours d'anglais, quand Ulrich pense à Odd, il dit qu'il est coincé sur Lyoko or, d'après ce que j'ai lu, Odd se trouve actuellement sur le Cortex. Quant à la deuxième incohérence, il s'agit tout simplement des clones. Comment Jérémie peut-il les avoir créer ? Lyoko a disparu à ce que je sache. Et ne me dis pas qu'il a activé une tour sur le Cortex. Jérémie ne peut activer de tour à son profil sur un autre monde virtuelle que Lyoko ( excepter avec le Skid mais ce-dernier étant détruit ...) Il va falloir que tu m'éclaires sur ce point si ça ne te dérange pas.

Passons aux choses que j'ai plus au moins adorer ! C'est la façon dont William raccrocher Yumi au nez. Et PAF ! Bien fait pour elle ! J'ai tout simplement savourer ce moment, tu e peux pas savoir !

Voilà, c'est a peu près tout ce que j'avais à dire vu que Zéphyr a citer tout le reste. J'espère que tu sortiras assez vite ta prochaine fic. Je ne suis pas du genre patient Mr. Green

À bientôt !

_________________
Madara : The best of shinobi


http://www.plixup.com/pics_core3/14694876696368madara.jpg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Kerian MessagePosté le: Jeu 05 Sep 2013 15:35   Sujet du message: Répondre en citant  
Déchiqueteur de Fics


Inscrit le: 01 Aoû 2008
Messages: 1713
Amusant comment la psychologie de William est mise en avant... Dommage que ce soit William... Razz

J'aime beaucoup la façon dont est présenté Jérémie, mettant en avant son sens des responsabilités et son humanité qu'il dissimule sous une carapace.

Je trouve dommage que le personnage d'Aelita ne soit pas plus mis en avant, si ce n'est pour le fait qu'elle apporte une aide pour travailler sur les programme de rematérialisation.


Et je trouve curieux les réactions de Yumi et d'Ulrich à leur retour, même si cela se comprend. Non pas que ce soit dérangeant, c'est juste curieux.

Pour Odd, bon bah fidèle à lui même.
_________________
http://img15.hostingpics.net/pics/475215newlook.png


"La sévérité prévient plus de fautes qu'elle n'en réprime." - Napoléon Bonaparte

"L’élévation d’un homme au-dessus des autres ne se justifie que s’il apporte à la tâche commune l’impulsion et la garantie du caractère." - Charles de Gaulle
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Lorilis MessagePosté le: Ven 06 Sep 2013 18:23   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
Oh oh, je crois que j'ai quelques chapitres de retard ! xD

Bref, je suis d'accord, ce n'est pas une fin. C'est particulièrement sadique de faire ça, mais bon, c'est comme les séries de Fantasy en plusieurs tomes on va dire !

J'ai particulièrement apprécié le dernier chapitre.
Mais, je vais quand même parler de ceux d'avant d'abord.
Alors, déjà, ça fait très plaisir de retrouver la Aelita de CL, et pas l'espèce de chien enragé qui l'a remplacé dans CLE, mais ce n'est pas le sujet. Sa réaction vis-à-vis des blessures de Jérémie lui va bien, je ne l'aurais pas imaginé autrement.

Pour le retour d'Ulrich et Yumi, je suppose qu'Ulrich est crétin exprès hein ? Mr. Green Bref, la réaction violemment verbale de notre trio de choc est appréciable. C'est plus en accord avec la personnalité de William que celle des autres, mais justement, ça permet de mettre pas mal en avant le côté "coupé en deux" des Lyokoguerriers et le changement qui s'est opéré chez Jeremy et Odd... Aelita ne prend pas parti, très bien, ça me va.


Et avant ça (j'essaie de mettre de l'ordre dans mes idées, mais rien à faire !), tu fais des trucs assez réussis avec le rythme de l'histoire. Quand Aelita revient, ça va assez vite, y'a pas d'attaque, les deux génies bossent sur le programme de rematérialisation, mais on a pas de détails, l'histoire avance vite. Puis, tout d'un coup, ça se stoppe. Juste avant que Jérémie n'appuie sur des malheureuses touches pour ramener définitivement Ulrich et Yumi. Le prétexte du retour de fugue de Yumi convient, mais j'ai bien aimé ton insistance sur l'attente de tous les Lykoguerriers (un tas de jolies anaphores d'ailleurs) - je pense même que l'un des traits caractéristiques de ta fic, c'est ça : l'attente. Mais, ce n'est jamais vraiment lourd. Enfin, c'est lourd pour celui qui lit et qu'en a marre qu'on le fasse languir pendant des dizaines de ligne, mais pas d'un point de vue "syntaxique".

Et puis, par contre, le dernier chapitre est riche en émotions, on va dire !
Odd me fait beaucoup de peine ( même si je suis pas persuadée qu'il soit exactement dans la même situation qu'Aelita : Elle ne se rappelait plus du tout de ce que c'était la vie sur Terre, alors que lui ne l'a pas oublié. De mon point de vue, ça doit donc être plus dur pour lui que pour elle. Mais, évidemment, c'est pas pour ça que je regrette le pitit passage de complicité entre eux...).
C'est quand même dur ce que tu lui fais. Deux échecs... D'ailleurs pour le premier, il était rouillé là, Ulrich. Et pis, ils ont vraiment pas été doués. M'enfin, ça sert l'histoire !

J'ai l'impression que Laura sert un peu de décor dans cette fic, mais bon, le petit passage avec William était vraiment mignon. "Elle avait hâte de passer une autre journée avec William." J'aime bien ces pensées toutes simples qui montrent qu'elle a peut-être un coeur finalement ! xD

Pour la fin fin ( qui n'en est pas une mais ne revenons pas là-dessus !). Ton idée de se servir du Skid comme relais pour la virtualisation sur le Cortex est bien trouvée, ça paraît plausible dans l'histoire.
Mais, j'ai juste une question comme ça : C'est possible pour Jérémie d'activer une tour (3 en l'occurence) sur le Cortex ? Il ne peut pas le faire que sue Lyoko ?

Voilà ! Désolée pour ces idées en vrac. Je voulais poster un message mais je venais de finir de lire tout d'un coup, alors ça se bousculait un peu dans ma tête ! xD

Pour conclure, je dirais que tu t'affirmes dans ton style, peu à peu. Toujours très portés sur l'action, tes chapitres sont de plus en plus structurés et réfléchis. Tu fais des efforts de description des sentiments très flagrants (à ce propos, souvent, dans une phrase, tu mets des tas de compléments, comme là par exemple : " ils étaient unis, qu'ils le veuillent ou non, dans l'adversité, poussés par un même combat, vulnérables aux mêmes dangers, aspirants aux mêmes souhaits. " Ca donne un style zélé, je dirais. C'est juste une remarque, pas un reproche ! )
L'histoire en elle-même était très prenante, les caractères des persos étaient respectés, ou bien les éventuels changements correctement expliqués. Ton William était complexe et attachant, tout comme Jérémie d'ailleurs. Odd est sans doute celui des trois qui évolue le moins dans l'histoire, mais son attente interminable dans la tour est particulièrement touchante tout au long de la fic. Tu as fait un Odd courageux. Les autres, on les voit beaucoup moins, mais merci pour ton Aelita !

Voilà ! Bonne continuation et à bientôt pour la suite !

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 11 sur 12
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1769s (PHP: 53% - SQL: 47%) - Requêtes SQL effectuées : 17