CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
[Fanfic] Mondes Alternés
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Imprévu [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 6 sur 15

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 13, 14, 15  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Ikorih MessagePosté le: Sam 22 Déc 2012 10:57   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
Eh oui, le retour de la Manta Noire....j'ai bien aimé leur brève association dans l'épisode 89, alors autant récidiver ^^
Ouais, Odd passe à la chaise électrique, gnihihi, vive le sadisme <3


Je tiens à t'arrêter tout de suite, Autremonde : Icer est totalement contre le couple Yumi/William XD Il considère que Yumi est une euhh..*mot grossier*
Donc voilà, c'est mon idéal à moi seule Razz
Toutefois, non notre chère caméra n'a pas de conscience, mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour arranger le fait qu'on voie la scène.

J'enbrouille beaucoup de gens avec mon pseudo Razz
Pour ce qui est de l'explication, je pense en avoir une qui tient la route, en tout cas, Icer l'a jugée pas trop tirée par les cheveux si on explique bien, donc je pense que ça ira.

PS : OO mais comment t'as deviné que j'étais XANA?! Zuut, percée à jour Crying or Very sad
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Autremonde MessagePosté le: Sam 22 Déc 2012 11:20   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 23 Avr 2012
Messages: 106
Localisation: Dans un autremonde ^^
Je le savais ! Enfin moi je pensais pas à XANA mais à Hiroki : échec =)

Enfin merci de t'être trahie mais si tu es là ça veut dire que tout ceux qui vont lire ceci vont avoir des problèmes, n'est-ce pas ? Et les lyokô-guerriers ? Détruit ou alliés ?

Ikorih a écrit:
Icer est totalement contre le couple Yumi/William XD Il considère que Yumi est une euhh..*mot grossier*


Ah ok. C'est vrai que maintenant je me souviens un peu mieux de ce qu'il a dit et je vois très bien l'adjectif ^^ Mea culpa donc.

H.S. *Ding Dong* 2 sec je vais à ma porte (ça sent le problème… )


Note d'Icer : Je reconnais avoir recraché mes Chocapics quand j'ai vu l'idéal auquel j'étais assimilé. Ne refais plus cette erreur, ça pourrait te couter la vie o/

^^' pas fait exprès… veux-tu que je l'efface ou que je laisse ça pour que tout le monde voit mon erreur ? Pour ma défense j'ai eu une ou deux semaines de cours pas facile… ok j'abandonne

_________________
http://img140.imageshack.us/img140/3249/userbarfan.png

"Je ne dois pas laisser intervenir mes sentiments. Tous les imbéciles échouent à cause de ça." Light Yagami - Death Note

"Et je veux montrer à ceux qui ici risquent leur vie… qu'à la fin c'est toujours le bien qui l'emporte." L - Death Note


Dernière édition par Autremonde le Dim 23 Déc 2012 08:22; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 22 Déc 2012 22:52   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
Spoiler


Chapitre 9 : Explosion


-Bon ! Alors comme vous le savez tous, la course de relais consiste à se passer un bâton nommé le procureur sur un parcourt où tous les coureurs parcourent une distance équidistante de la distance de l’autre coureur. Cette discipline montre bien que l’union fait le morse, car en théorie, si vos chronomètres ne sont pas déréglés et si vous faites la course correctement, vos temps additionnés sur un 50m sont inférieurs au temps du relais ! La force du relais, c’est que seul le premier coureur court à l’arrêt, les trois autres courent de façon mobile !
Tout en faisant son discours sans queue ni tête, Jim Moralès marchait devant ses élèves comme un militaire passant les troupes en revue. Un militaire gras et stupide. Et oui ! J’étais en train de me demander comment il avait eu son diplôme de professeur d’EPS, étant donné qu’il avait réussi à cumuler des erreurs immondes. Faute de nom, mauvais emploi d’un autre pour se donner l’air intelligent, massacre d’un proverbe, et faute de logique. Ah et j’en oubliait la bourde : le temps du relais était inférieur aux chronos additionnés sur 50m, non l’inverse. Pitoyable. J’en savais moi-même plus sur le relais que lui, pour tout dire. Et je m’en foutais largement, alors que lui, c’était censé être son métier, bon sang !
Oui, comment avait-il réussi à devenir prof d’EPS ? De nombreuses explications passèrent dans ma tête : pistonnage, mais il n’avait pas de relations influentes. Triche à l’examen, mais il était trop nul pour en avoir l’idée. Faux diplôme, mais il était trop crétin pour y penser.
Mais il y avait sûrement quelque chose. C’était sûr. Ça pourrait même expliquer « qu’il ne préfère pas en parler ». Je croyais me souvenir qu’il avait un jour raconté sa vie aux Lyokoguerriers, mais William n’était pas présent, aussi ne pouvais-je pas me renseigner dans sa mémoire. Zut alors.
Il termina enfin son discours et posa la question classique.
-Bien ! Des questions ? Ouais, Dunbar ?
Baissant la main, William, avec l’air le plus innocent et curieux du monde, demanda, sans laisser passer le ton sarcastique qu’il brûlait d’envie d’adopter
-M’sieur, c’était juste pour vous demander si vous comptiez courir avec un javelot dans les mains.
L’allusion à la tentative de saut à la perche fit éclater de rire toute la classe. On put recenser la chute d’Emmanuel Maillard, plié en deux, et l’étouffement de Christophe M’Bala, parmi les dégâts collatéraux de la réplique perfide de William.
Je le connaissais assez pour savoir quelle relation tumultueuse il avait avec son prof de sport (si tant est qu’on puisse appeler ça un prof) et quelle « tendance à la rébellion » il avait envers lui. Jim était sans doute le prof (même remarque) qui l’avait le plus collé de toute son existence. Peut-être allait-il pouvoir ajouter une petite heure de retenue au palmarès de son élève le plus insolent…
-Attention Dunbar, ce genre d’insolence ne t’a pas réussi la dernière fois…T’as de la chance, je suis de bonne humeur, mais la prochaine fois, compte sur moi pour te faire regretter de ne pas être né muet, ça t’aurais d’ailleurs pas fait de mal.
Et sur ce, se retournant vers les autres, le surnommé G.I. Jim tonna
-bon ! Vous me faites des équipes de 3, en essayant d’avoir des coureurs du même niveau, ça vous simplifiera l’affaire !
Merde. C’était le moment ou jamais d’échapper à une nouvelle et cuisante humiliation. Je ne tenais pas à me faire comparer avec un gastéropode du type arion hortensis. J’étais pas une arion hortensis mais un programme, et un programme ne cours pas de 50mètres, même en relais. C’était stupide, le relais, courir comme des hamsters sans aucun but, c’était gravement inutile. Ce qui est inutile est stupide et consomme de la ressource pour rien. Donc, en fait, parasitaire. Les parasites, ça s’élimine pour éviter d’altérer l’hôte.
Comme on éliminait les programmes pour protéger les mondes virtuels, en gros.
Si on tirait une conclusion confuse, ça signifiait que pour sauver Lyoko, il fallait arrêter le sport. Ce qui n’avait aucun lien.
Quoique…
Le sport, c’était connu, prenait du temps et de l’énergie. Energie fournie par les sucres ou les graisses présents dans le corps. Les sucres étant requis par le cerveau pour fonctionner, les user ailleurs était une atteinte au potentiel cognitif et donc, ralentissait les recherches sur l’antivirus et la nouvelle version du Skid.
Par ailleurs, le sport prenait du temps : ce temps pouvait être rentabilisé de la même façon sur ces recherches.
Donc ma théorie était totalement justifiée : le sport tuait petit à petit Lyoko. Saloperie.
Il fallait faire quelque chose contre ce fléau. D’où ma brillante initiative :
-M’sieur ?
Il se retourna, préparant ses poumons et ses cordes vocales pour un nouveau rugissement de pseudo-autorité. Sauf qu’il ressemblait plus à un vieux rhinocéros qu’à un truc effrayant. Un vieux rhinocéros hybridé avec un macaque… Et il osait prétendre qu’il n’était « pas un vieux singe tombé de la dernière pluie » ?! Aha. Quelle bonne blague.
-Quoi ENCORE ?!
-Ben j’ai super mal au ventre.
Mentis-je, pour échapper au cours. Plus qu’à prier pour que Jim gobe mon mensonge… Et oui, il fallait rentabiliser le temps passé là à devoir se farcir ces horreurs. Donc passer la séance sur le banc était une très bonne idée. Ça me permettait de cogiter et d’observer, tout à la fois.
J’eus de la chance, il fut assez abruti pour me croire. Il fallait dire, combien de milliers de fois les Lyokoguerriers avaient-ils prétexté une blessure pour fuir son cours et se rendre sur leur monde virtuel chéri ? Et il tombait encore dans le panneau…
-Bon, bah va t’asseoir là, et tu observeras bien tes camarades.
J’obéis sans discuter, trop contente de pouvoir me dérober. J’allais bien les observer, ouais, mais juste pour mieux comprendre leur espèce étrange. En parlant d’étrange…
Je jetai un œil du côté de mon pseudo-cousin, qui s’était évidemment mis avec Yumi, bien que je serais surprise qu’elle courre réellement à la même vitesse que lui, environ. Le dénommé Emmanuel Maillard intégra l’équipe assez rapidement. J’ignorais si toute sa classe le surnommait « Manu » ou si c’était une marque d’affection de la part des deux Lyokoguerriers. La réponse me semblait être la seconde, étant donné le tour que prenait la conversation, inintéressante par ailleurs.
-Et ce concert dont tu nous as rabattu les oreilles ?
Yumi eut l’air de lancer la discussion sur un sujet qui passionnait le dénommé Emmanuel : le métal. Aargh, style atroce entre tous, où les gens ne savaient que hurler comme des sauvages en faisant des sons discordants sans mélodie. C’était beau, l’évolution. La race humaine était en train de détruire les principes de Darwin. Sans aucune vergogne ni aucun respect pour les travaux du scientifique… Il devait se retourner dans sa tombe.
-Ahh oui, celui de Metallica ! C’était épique ! J’ai cru que les enceintes allaient exploser avec les guitares électriques ! Sans dec’, vous auriez dû venir !
Ah, et ils avaient des fans un peu extrêmes. Avec les cheveux longs qui faisaient un signe bizarre avec leurs doigts… Un coup d’œil au catogan de Maillard confirma la première affirmation.
Yumi, en bonne résistante, n’avait pas l’air convaincue.
-Mouais mais je suis pas une grande fan de métal, Manu…
Il haussa les épaules et continua son blabla inintéressant.
-Vraiment, c’est dommage. J’ai même pu faire dédicacer mon disque !
La discussion sur le groupe de métal fut coupée par le professeur qui invita plus ou moins autoritairement les trois jeunes à passer sur la piste. Je les regardai avec très peu d’intérêt, mais vu qu’il n’y avait rien d’autre à faire…Ils avaient choisi Emmanuel Maillard comme premier relayeur, puis Yumi et enfin William. Me désintéressant très rapidement de la course, je me penchai sur le problème d’Hiroki. D’où ses visions pouvaient-elles venir ? On avait pas vraiment de précédent pour se baser dessus…Odd ne devait ses visions ponctuelles qu’à ses flashs de prémonition, son pouvoir sur Lyoko, qui ne se manifestait pas sur Terre. William était également à exclure, bien qu’il ait réussi à se rappeler de choses qu’il aurait dû oublier à cause du retour dans le passé, c’était uniquement sous forme d’un rêve récurrent, et il avait réellement assisté à ces évènements. Alors qu’Hiroki voyait des choses dont il ne soupçonnait pas l’existence et qu’il n’avait jamais vues auparavant.
Très troublant.

Le soir même, Jérémie nous donna rendez-vous à l’usine pour discuter du problème « Hiroki ». Sans doute jugeait-il le collège trop peu sûr… Nous étions donc plus ou moins avachis dans le labo, Odd vautré contre le mur, Ulrich un peu à l’écart, les bras croisés et un air renfrogné. Aelita, très sérieuse, debout contre la paroi, elle aussi, regardait Jérémie de façon attentive, Jérémie qui était assis dans sa chaise, tourné face aux autres. Je m’étais installée à côté d’Odd, mais en station debout, et complètement à l’opposé de nous deux, William et Yumi. Jérémie se racla la gorge, en bon petit animateur du débat.
-Bon, comme vous le savez tous, on est ici pour parler du problème d’Hiroki, le petit frère de Yumi. Il a eu des visions des plus inquiétantes, de vous sur Lyoko. Comme je l’ai dit, pour savoir ce qu’il a, il me faudrait le passer au scanner, voir le scanner avec une tour. Seulement, ce serait l’intégrer à la bande…allez-y, j’écoute vos arguments.
Quel gros flemmard trouillard ! Il ne donnait aucun argument pour lancer le débat et restait plus que prudent sur ses opinions. Il n’avait probablement pas envie de se faire casser la figure par ses camarades s’ils ne s’avéraient pas d’accord avec lui.
De la lâcheté, donc. La trouille de Jérémie n’avait-elle aucune limite ? C’était quoi, sa prochaine frayeur ? Une petite abeille venue se poser sur sa manche ? L’ascenseur, le couloir de l’école ? La boum ?
Non, d’accord, la boum, il avait bien raison d’en avoir peur. C’était une réaction des plus justifiées face à la folie humaine.
Aelita commença ouvrant ainsi le bal.
-On ne peut pas être sûrs qu’il soit digne de confiance et sache garder le secret. C’est un enfant, il a onze ans : à cet âge-là, on a peu de notions de l’importance d’un endroit… Imaginez un peu qu’il en parle à Johnny, par exemple ! Ou a Milly, pour lui ramener un scoop, et pouvoir l’impressionner, c’est bien son genre, il en est capable ! Quand on est amoureux, on est capable de beaucoup de choses, regarde, Odd, tu as bien dévoilé le labo à Bringa ! Et pourtant, tu es plus mature qu’Hiroki et plus impliqué dans le secret. Et Bringa n’était qu’une passade…alors imagine un enfant tout juste arrivé et fou amoureux d’une petite journaliste qui aime les scoops ?
D’un autre côté, on ne peut pas le laisser comme ça. C’est tout aussi dangereux pour notre secret : il pourrait mener l’enquête pour découvrir ça tout seul, et y arriver (voyez William…). Et là, on ne serait même pas là pour l’intégrer et lui interdire de tout dévoiler.
-J’pense que si on s’occupe bien de lui, Hiroki dira rien ! Comme tu dis, Aelita, on peut lui dire de rien dire ! Suffit de bien l’encadrer, et c’est bon, pas d’problème. Il est pas totalement débile, Hiroki.
Répondit Odd, toujours optimiste. Je vins ajouter mon grain de sel, un peu comme faisait parfois ce cher William…
-C’est plus compliqué que ça. Hiroki a 11ans, c’est jeune. C’est risqué s’il devient la cible d’une éventuelle attaque terrestre, s’il lui arrive un truc pendant qu’il est sur Lyoko… Ou autre. Il est de plus inconscient de certains dangers et pas toujours très futé. Donc l’idéal serait qu’il ne soit pas intégré dans nos activités. Seulement, mettons qu’on le scanne, l’intégrant ainsi dans la bande… Est-ce que c’est prudent de le tenir à l’écart de Lyoko? ça pourrait l’énerver, d’être coupé de la partie la plus incroyable du secret, de ne pas pouvoir évoluer dans le monde virtuel. Il pourrait alors tout déballer par rancune. Et là, on serait bien embêtés, non ?
-Suffit de l’envoyer sur Lyoko avec nous, alors !
Il avait vraiment toujours quelque chose à répondre, Odd ? Quel abruti, je venais justement de dire qu’il ne fallait PAS l’envoyer sur Lyoko parce que c’était dangereux.
-C’est hors de question, Hiroki n’ira pas sur Lyoko ! Imaginez un peu que la Méduse l’attaque, hein ? On sait pas ce qu’elle est devenue ni de quoi elle est capable exactement. Et même si elle n’était plus là, il reste la mer numérique, un accident est très vite arrivé ! Et l’ombre du Kankrelat, on ne sait pas non plus de quoi elle est capable !
L’avis de Yumi avait claqué comme un fouet, balayant celui du garçon-chat sans scrupule. Il faisait une petite tête toute déconfite proche de celle d’un chaton abandonné. Et c’est là qu’Ulrich envenima dangereusement la situation, en venant s’en prendre à son rival de toujours. Pourquoi ? Mystère. Une envie de valoriser son petit ego pourri, sans doute…
- Oh, mais tant qu’il ne fait pas l’imbécile, il ne risque rien, contrairement à ce cher William…
Son petit sourire ironique et le regard qu’il jeta à William me convainquirent que ça allait péter d’un instant à l’autre… Le grand ténébreux détourna le regard, les poings serrés. Probablement blessé dans son orgueil masculin. Quelle illusion. Ce truc était bien une des choses qui m’avaient poussée à m’incarner en fille, peut-être bien à cause de Yumi qui était la plus responsable du lot, en général. Oui, les filles étaient les meilleurs éléments du groupe des Lyokoguerriers : Jérémie avait un sévère complexe d’infériorité et une trouille monstre, Ulrich était tout simplement un crétin fini, têtu, mesquin et borné, Odd était un irresponsable et enfin, William un paranoïaque rancunier pas fichu de contenir ses…pulsions.
A côté de ça, Yumi se montrait parfois mature et sérieuse, même si ce n’était pas toujours vrai, idem pour Aelita (qui pouvait toutefois être d’une stupidité sans bornes)
-Ouille, je déclare la dispute ouverte !
La voix d’Odd revenait animer la conversation, comme un commentateur de match de foot. Il ne lui manquait plus qu’un micro… Ulrich tenta de doucher cet enthousiasme trop marqué. Ah, oui, il était salement rasoir, aussi. Mais j’y arrivais mieux que lui, à calmer Odd, donc pas la peine d’essayer.
-La ferme, Odd. C’est sérieux.
La voix qui répondit à Ulrich ne fut pas celle d’Odd. Ni même celle de William. Pas non plus celle d’Aelita, qui aimait à faire la médiatrice. Non, ce fut celle de Yumi en personne, visiblement excédée par la conduite de son copain…et c’est tout, bien sûr.
-Ulrich, applique déjà ce conseil pour toi-même et ça ira, c’est en effet une discussion sérieuse, pas un moyen de t’en prendre à William. Alors maintenant, tu vas mettre ta p’tite jalousie dans ta poche et t’asseoir dessus, histoire qu’on puisse continuer notre conversation intelligente.
Je me devais d’applaudir Ulrich, au moins mentalement. Il était un excellent comédien. Il parvint à simuler une figure offusquée et à justifier sa pique méchante par un prétexte pas trop bancal. Nul, mais pas bancal.
-J’men servais comme exemple, il a fait l’imbécile et a fini entre les pattes de XANA, c’était pas du tout une agression personnelle…
-Genre.
Là, c’était William lui-même qui répondait. Il fixait Ulrich d’un regard plein d’une colère froide. Il me sembla voir une étincelle de douleur, dans ce regard. Il en avait vraiment gardé des séquelles profondes sur lesquelles Ulrich ne devrait pas appuyer comme ça. D’ailleurs, si on regardait bien, on percevait de la haine dans ce regard. Ah, la guerre William/Ulrich n’était pas partie pour s’arrêter, et cette bataille-là risquait d’être assez dévastatrice…sans qu’aucun vainqueur ne se dessine. L’un risquait d’être replongé dans ses tourments moraux, et l’autre s’attirait les foudres de sa bien-aimée. Toutefois, ça me faisait bien rire de voir William s’illustrer dans un rôle de victime, son orgueil en prendrait un coup, mais Yumi s’intéresserait peut-être plus à lui…les blessures secrètes, tout ça. Cliché, en plus.
La douce voix d’Aelita, teintée de désapprobation, fit la morale au jeune homme persiflant.
-On sait tous que c’est pas vrai, Ulrich. William était pas prévenu à l’avance. Moi aussi je me suis déjà faite attraper par la Méduse plusieurs fois, et je t’ai jamais entendu le souligner de cette façon dans mon cas.
-Parce que toi, t’es prudente !
La réplique avait fusée, brusque, nerveuse, presque. Il s’énervait. Il sentait qu’il était en train de se retourner le groupe contre lui, peut-être. Et ça l’inquiétait. William parvint une fois de plus à se dominer (record !) et répondit, entre colère, tristesse et douleur.
-Laisse tomber, Aelita, ça sert à rien. Il est trop jaloux pour qu’on puisse le calmer…
La nervosité d’Ulrich passa encore un cran au-dessus, il criait presque.
-C’est ça, c’est moi le méchant, maintenant, mais n’empêche que j’ai jamais été xanatifié, moi ! J’ai pas démoli le cœur de Lyoko ! J’ai pas essayé de tous vous tuer pendant des semaines ! Moi, j’ai servi à quelque chose, j’ai pas été un genre d’élément perturbateur. Et lui, vous pouvez me dire à quoi il a servi, hein ?
Un silence malsain et profondément choqué suivit la tirade d’Ulrich. Il venait de franchir un genre de barrière, il avait dépassé les bornes, quoi. Tous le fixaient, se demandant encore comment un simple débat sur l’intégration d’Hiroki avait pu dégénérer en bataille verbale d’une telle violence. C’était sans précédent, quoique la dispute au sujet d’Emilie pouvait rivaliser. Et encore.
Je sentais aisément que William était beaucoup plus affecté que ce que son visage renfrogné laissait apparaître, c’était un peu comme si son rival venait de découper à la tronçonneuse dans des blessures infectées et très douloureuses. Oui, l’image devait résumer assez bien…
La lueur de fureur dans l’œil de Yumi m’alerta toutefois : l’explosion était sur le point d’arriver. Comme à la boum, en fait…
Et puis soudain, elle n’arriva pas à se contenir. Elle marcha jusqu’à Ulrich et lui assena une des plus belles gifles jamais vues. Comme si le groupe n’était pas assez choqué par la scène, déjà… Ils en étaient quasiment tous sur les fesses, enfin façon de parler. William lui-même voyait sa satisfaction évidente dépassée par une surprise sans bornes. Personne ne riait. La trace rouge brûlait autant l’orgueil d’Ulrich que sa joue.
Et pour en rajouter une couche, elle prononça à son tour un discours brutal, largement plus que la claque, dont chaque phrase sonnait un peu comme un coup de marteau.
-T’as ptête pas été xanatifié, mais c’est toi qui est en train de pourrir toute l’ambiance du groupe ! Tu te dispute avec tout le monde, t’es désagréable, t’es jaloux. C’est pas de la faute de William si la Méduse lui a mis le grappin dessus, mais toi, c’est de ta faute si tu craches ton venin sur tout le monde ! J’en ai marre !
Il eut l’air presque assommé, par le tout que constituait la réaction de la japonaise.
Moi, ça me faisait bien rire. Fallait peut-être qu’elle se rappelle de comment elle avait envoyé William bouler… Peut-être que de voir le côté obscur d’Ulrich, ça lui faisait prendre conscience de son idiotie ?
Toute la violence qui se déchaînait dans une si petite pièce pouvait aussi aider à choquer les gens. Qui serait le prochain à craquer ? Tout le monde pouvait percevoir qu’Ulrich était blessé, malgré le fait qu’il soit en froid avec la jeune fille. Sa voix le laissa transparaître très distinctement, avec sa colère.
-Merci, on voit que t’as choisi ton camp. J’savais bien que William nous causerait des problèmes, et tu le savais aussi, d’ailleurs. Pourquoi t’as changé comme ça, Yumi ?
Elle resta intraitable.
-Peut-être, mais là, les problèmes, ils viennent de toi.
Et sur ce, elle regarda Jérémie et dit, d’une voix adoucie
-Je pense qu’on devrait reporter ça à un autre jour…On pourra jamais reprendre un débat calme sur ces bases-là.
Et je ne sais pas si je fus la seule, mais je notais le discret sourire satisfait de William et le regard qu’il posa sur Yumi, l’espace d’un instant. Il devait être en train de reconsidérer ses chances face à Ulrich.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 01 Aoû 2017 14:25; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Autremonde MessagePosté le: Dim 23 Déc 2012 08:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 23 Avr 2012
Messages: 106
Localisation: Dans un autremonde ^^
Merci ! (es-tu content ? ^^)

Et non je ne suis pas mort au grand déplaisir de certains…

Bref fin de la parenthèse (enfin j'espère).

Explosion, hum… Qu'est-ce qui pourrait bien sauter ? L'ambiance du groupe ? Gagné !

Début de l'histoire, on peut encore dire merci à ce cher Jim d'être présent dans cet établissement puisque sans lui ce serait largement moins drôle et l'histoire n'en serait que bien plus sombre. Au passage il y a une majuscule qui manque lors du début d'une phrase de celui-ci. C'est fait exprès pour montrer que même à l'oral il est capable de faire une telle faute ? ^^ (entre les lignes 25-30)

Bizarre, la réflexion de XANA sur le sport m'en rappelle une plutôt très implicite de Jérémie. N'est-il pas celui qui a séché le plus de cours de sport (dit dans la quatrième saison je crois). Sauf que lui son problème n'était pas la "mort" de Lyokô mais XANA…

Passons au cas Hiroki. Toujours à gêner celui-là… Eh bien à vrai dire il n'y a rien à écrire puisqu'il n'y a rien ou presque à commenter. En effet la situation a bien vite dégénéré. Ca me rappelle ce que j'ai vu hier sur l'effet papillon : un petit truc de rien du tout qui engendre de grands désastres. Même si on n'en est pas rendu à ce stade ça y ressemble beaucoup. Et comme d'habitude on est retourné sur le duel Ulrich/William pour finir sur une belle claque de la principale intéressée. Fin du débat : Explosion

Que va devenir cette petite bande devenue officiellement désunie, dessoudée, brisée ?

P.S. Merci pour les remarques. J'aime bien être trop perspicace (et ça risque de me coûter cher à un moment…).

_________________
http://img140.imageshack.us/img140/3249/userbarfan.png

"Je ne dois pas laisser intervenir mes sentiments. Tous les imbéciles échouent à cause de ça." Light Yagami - Death Note

"Et je veux montrer à ceux qui ici risquent leur vie… qu'à la fin c'est toujours le bien qui l'emporte." L - Death Note
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
magnifik68 MessagePosté le: Dim 23 Déc 2012 15:04   Sujet du message: Répondre en citant  
[Mégatank]


Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 819
Localisation: Dans un lieu magnifik !
Coucou Ikorih , ca va ?

-Que dire de ce nouveau chapitre ? et bêêê , il montre bien ta haine envers Ulrich , franchement , je trouve que tu a bien transformé le personnage car dans la série , il n'est pas exactement cela , mais dit moi j'espere que ne va pas aller jusqu'a le virer de la bande ? car la il est bien partis ^^'
-La vision de xana sur le sport etait tres interessante avec un J.I. Jim toujours aussi bête
-Et l'affaire Irokih est tres delicatte , j'espere qu'ils trouveront une solution
-Et William qui est content que l'equipe soit en train de se dissoudre , excuse moi mais dans ce cas la ce n'est pas non plus un saint .

Voila , vivement la suite , j'aime beaucoup ta fic

_________________
http://imageshack.us/a/img803/5568/signaturemagnifik68.png

http://img11.hostingpics.net/pics/332610QoljZzb.png

http://imageshack.us/a/img10/1027/du6g.png http://imageshack.us/a/img547/5513/caw8.png
Laura et Odd, des persos magnifiks !

[Signature modérée : Mettre une carpe qui récompense un texte sur un profil est un non-sens...]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Dim 23 Déc 2012 15:41   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
Alors là, ce chapitre est plutot violent, c'est le gros clash dans la bande.

Par contre comme le disent xana et yumi, je pense aussi qu'hiroki n'a rien a faire parmis les LG. Qu'ils trouvent l'explication des ses visions a son insu sans le mettre au courant.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Dim 23 Déc 2012 15:56   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
magnifik68 : Attention, William ne se réjouit pas du crash de la bande, simplement du fait qu'Ulrich soit en train de chuter dans l'estime de Yumi, parce que c'est une des seules chances qu'il ait de se faire une place dans le coeur de cette dernière.
Bon, reprenons dans l'ordre

Autremonde : Raah, mais je t'avais tué! Surprised
Oui, il faut Jim pour que mon histoire ne fasse se suicider personne, il vous sauve tous, mes bien-aimés lecteurs, d'une dépression. Smile
Ah, la référence à Jérémie n'était pas prévue Oo mais bon, on peut pas dire que XANA et Einstein aient des idées très différentes sur le sport...
Bref...et oui, la bande est brisée et destroyée par mes soins, c'est totalement nécessaire à mes projets Razz
PS : Je t'aurais la prochaine fois.

magnifik68 : Moui, certes, j'ai peut-être exagéré les mauvais côtés d'Ulrich mais après tout...il faut savoir évoluer *sort*. Le virer? OO non, normalement non. Sinon les autres auraient plus personne sur qui se défouler (a)
Oui, GIJim ridiculisé en beauté, avec le comeback du saut-à-la-perche-avec-un-javelot qui est une de mes meilleures trouvailles <3
Concernant William, voir plus haut x)

*Odd Della Robbia* : Oui, j'ai mis le paquet sur la violence verbale pour terminer une bonne fois pour toute mon oeuvre de destruction de la bande (Mouahaha *O*). A mon humble avis, la gifle n'est pas grand-chose à côté des mots...

Voili voilou, bon, je travaille sur mon chapitre 17 avant de peaufiner le dix, merci pour vos commentaires (dont le dernier posté juste quand je me co!Surprised)
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Floramagic MessagePosté le: Jeu 27 Déc 2012 19:07   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 66
Hé oui je suis encore là Ikorih ! Et en fait, j'avais lu tes chapitres, mais j'avais pas pris le temps de poster. *Houu la méchante.*

Bon je vais faire court, malheureusement hein. *Remarque, j'ai jamais fait très long. x)*

Chapitre 8... Il est... Excellent. ** Encore une grande partie William - Yumi ! La prochaine pour bientôt j'espère ? héhé.
Des visions ? Hm, bizarre dis. Surprised On verra bien. x)
Oh, et, la fin de ton chapitre être juste génial. XD

Chapitre 9 [Ahh, le prochain on passe à 2 chiffres, déjà ! Surprised] ! Ca y est, même XANA se met à sécher le sport ? Non mais, où va le monde, je vous jure.
La discussion est... très vive. x) J'aime bien les différents avis. Mais surtout, j'aime trop la gifle. ** -Ça y est, tu m'as contaminé à la torture d'Ulrich. Tss.-

En gros, pour changer, j'aime ! Même si ce que je dis est très recherché et tout. :')
Hâte de lire ton prochain chapitre ! Le 10emmme !
_________________
http://img255.imageshack.us/img255/2505/floramagiccodelyokofrsi.gif
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 29 Déc 2012 10:34   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
Spoiler


Chapitre 10 : Redécouverte


Jérémie avait laissé passer une semaine. Longue et tumultueuse pour certains, calme pour d’autres comme moi qui se fichaient de l’ambiance comme d’une guigne.
La pression était un peu descendue, mais à peine. Quelques accrochages étaient survenus, comme une sombre histoire de Kiwi entre Odd et Jérémie, mais ça n’avait pas laissé de gros froid. Mais les petites disputes rythmaient maintenant le quotidien de tout le monde.
Au bout de cette semaine, donc, il nous convoqua à nouveau tous les six au labo, un samedi soir. Sans que personne n’évoque la gigantesque bombe atomique lâchée l’autre jour au sujet de William, par le bombardier Ulrich Stern. Sujet tabou. Et ça valait peut-être mieux. Eviter Nagasaki après Hiroshima…
Le petit intello rajusta ses lunettes et se tourna vers nous, très sérieux
-Mh. Bien, si je vous ai demandé de venir, c’est parce que j’ai décidé de faire une vraie grande mission d’exploration sur les territoires de surface, pour voir les conséquences de façon plus approfondie. J’ai décidé de vous séparer en deux groupes.
Bien entendu. Pour éviter les disputes… Malin, l’Einstein. Mais il fallait aussi trouver un prétexte pour cette séparation, pour éviter de reparler des problèmes d’ambiance. Probablement évoquerait-on une exploration plus rapide si on était divisés en deux. C’était pas un mauvais prétexte.
J’avais déjà ma petite idée sur la composition des équipes.
-Donc, il y aura une équipe de trois et une équipe de deux. L’équipe de trois est composée de Yumi, Odd et William. Aelita et Ulrich, vous serez à deux. Chaque équipe aura deux territoires de surface à explorer, et j’ai décidé de vous les répartir suivant vos aptitudes sur chacun. Ceci basé sur mes propres observations, que vous pourrez rectifier. Comme ça, vous serez plus efficaces, puisque les territoires vous seront favorables.
Alors, Odd, Yumi et William, vous allez vous charger de la Forêt et du Désert. La Forêt fournit beaucoup de surfaces où grimper, ce qui est un avantage pour Odd. Yumi a beaucoup d’éléments de décor pour sa télékinésie, aussi. Ensuite, le Désert, parce que les deux bourrins sont plus doués quand ils ont de l’espace pour manœuvrer. Ce qui laisse les deux autres pour Ulrich et Aelita, en plus, Aelita sera très à l’aise sur la Montagne avec ses ailes. Et la Banquise fournit aussi de grands espaces plus pratiques pour Ulrich. Des questions ?
Ils s’accordèrent pour une fois tous sur un point, une réponse universelle et simple à comprendre.
-Nan.
Jérémie eut l’air soulagé de ne pas avoir à justifier la séparation, et donc pas besoin de sortir une excuse bidon. D’ailleurs, en avait-il seulement une, ou, en bon crétin asocial qu’il était, avait-il oublié ce détail très important ? Ça ne m’aurait pas étonné, tout de même, c’était Jérémie, prix Nobel de la diplomatie ! Il a eu de la chance sur ce coup là, toutefois, vu qu’aucun de ses amis n’avait demandé pourquoi ils étaient en groupes.
-Bon. Alors les trois premiers, au scanner, je vous envoie sur le territoire de la Forêt, avec vos bécanes. William, comme t’as pas de véhicule, tu demandes à quelqu’un de te prendre en stop.
Les trois ados hochèrent la tête et utilisèrent le monte-charge pour changer d’étage. Jérémie enclencha les procédures de virtualisation. Une fois le trio sur place, il brancha le visuel d’Odd et fit signe aux deux autres de descendre à leur tour. Mais pourquoi Odd ? William aurait été beaucoup plus adapté, aucune figure de toupie survoltée, un type qui savait que marcher sur ses deux pieds et fait des mouvements simples était moins nocif que trente galipettes pour monter sur une stupide planche !
Sur le Territoire de la Forêt, pendant que l’Overwing et autres Overboard se matérialisaient, William balaya ses deux compères du regard et demanda, avec un air innocent sur le visage
-Bon, autant régler ça maintenant : qui est d’accord pour m’embarquer ?
Un silence régna quelques temps sur Lyoko, jusqu’à ce que Yumi hausse les épaules et réponde, un léger sourire aux lèvres.
-Allez, jveux bien t’emmener faire un tour, si tu fais gaffe à pas trop te cramponner…
Il leva les yeux au ciel et ironisa, amusé
-Tss, tu me connais, c’est pas mon style…
-C’est ça.
Elle grimpa sur son Overwing, pendant qu’Odd enfourchait sa planche avec une de ses pirouettes qui me donnaient la nausée à chaque fois. Les horreurs. William s’invita comme convenu à l’arrière du scooter volant, se tenant à l’épaule de la japonaise en ironisant, une fois encore (quelle plaie)
-Là, ça te va si je me tiens ici en restant à une distance d’au moins dix centimètres ?
La japonaise lui retourna un regard assassin, même si on était tous capables de dire qu’elle se fichait de lui
-Va-y, rigole, tu sais comme moi que tu peux être un vrai pot de colle, quand tu veux.
C’était un cauchemar éveillé que je faisais, là. Une hallucination. William, qui draguait Yumi, ça, à la limite, ça ne m’étonnait même plus. Qu’il la scotche, ça ne m’étonnait plus non plus. Ce qui faisait surchauffer le processeur, c’était l’attitude de Yumi. Elle ne lui mettait pas un vent, loin de là, son pseudo énervement n’était qu’une façade pour faire mine de cacher qu’il ne la soûlait pas du tout. Enfin bref, en résumé, elle faisait semblant d’être énervée et c’était tout juste si elle ne le draguait pas autant que lui il la draguait.
Pourquoi une des rares personnes sensées dans ce groupe devait-elle perdre son sérieux comme ça ?! J’avais, une fois encore, l’envie de me frapper la tête contre le mur. Ils étaient déprimants, tous les deux. Oui, les deux ! Lui c’était un cas désespéré, mais qu’il n’entraîne pas Yumi sur la mauvaise pente, zut à la fin !
Comment je savais qu’elle disait pas ce qu’elle pensait ? Simple. Très simple. Si William était un tel pot de colle, pourquoi avait-elle accepté qu’il monte derrière elle ? En temps normal, une Yumi normale dans un état normal face au comportement normalement collant de William l’aurait rembarré dans la plus grande normalité, et tout aurait été normal.
Je pouvais remarquer la tendance que j’avais à me raccrocher à des notions quand j’étais face à une situation incompréhensiblement illogique. Probablement une volonté de garder le contrôle, pourquoi pas ?
Odd les interpela, agacé. La délivrance, de quoi les calmer un peu, ces deux ados amoureusement frustrés : Odd De la Robbia, l’atroce petit plaisantin qui aimait bien rire des histoires d’amour des autres, sans en avoir une seule sérieuse lui-même.
-Hého, Yumi ! Faudrait ptête songer à faire fonctionner ton moteur, au lieu de débattre sur les tendances de William à te scotcher. Sinon, Ulrich et Aelita auront plus rien à faire chez eux et iront vérifier nos territoires ! Imagine que tu les croise, mh ?
-Pas faux, Odd.
Admit-elle en faisant démarrer son véhicule, suivie de près par l’Overboard…qui slalomait horriblement. J’allais avoir le mal de mer…
Mais bravo à Odd pour avoir évoqué Ulrich afin de faire se bouger Yumi. Le fait qu’ils soient en froid était très avantageux. Les réactions en chaîne étaient quand même à surveiller.
Pendant ce temps, Jérémie avait programmé l’Overbike et branché le visuel d’Aelita, ce qui faisait que j’avais deux points de vue pour le prix d’un, merveilleux. Deux fois plus de possibilités de rendre mon déjeuner. Quelle joie.
Partant du territoire Banquise, les deux Lyokoguerriers devaient ensuite passer sur celui des Montagnes, pour rappel. La jeune gardienne du monde virtuel bondit à l’arrière de la moto de son garde du corps, qui démarra à pleine vitesse. Pas de blablas, aucune plaisanterie. Bon, c’était de l’efficacité.
L’efficacité, c’est une économie de temps et de mouvement pour un bon résultat. Ça permet d’accomplir les tâches en moins de temps et en dépensant moins de ressources. Ainsi, ces ressources et ce temps gagnés pouvaient être employés pour progresser dans les recherches, par exemple. Ces recherches aidaient à être plus efficaces encore, et si elles étaient menées avec efficacité, c’était un cercle très vertueux. Parfait.
Sauf que parfois, il y avait des boulets pour entraver l’efficacité et gaspiller ces ressources et ce temps supplémentaire en discutant joyeusement de choses inutiles…oui, l’antagoniste numéro 1 de l’efficacité, c’était l’inutilité. Un peu comme moi et les Lyokoguerriers : en tant que programme parfait, j’étais l’efficacité même. Eux, en tant qu’humains, ils étaient l’inutilité même. Oui, les humains, ils avaient tant de choses inutiles dans leur monde…allez, à tout hasard…le cinéma, les fonctions grammaticales, les boums, Sissi…simples exemples.
Le petit génie observa ses écrans et annonça
-Déjà de la compagnie de votre côté, Yumi. Une escadrille de…
-Frelions ?
Termina William qui jetait un œil en arrière. Il était pas fichu de laisser les autres finir leurs phrases, cet impertinent. Même avec Jim, il était moins insolent. Jim avait le privilège de finir ses phrases.
Certes, c’était pour mieux le tourner en ridicule par la suite, ce qu’il ne faisait pas avec Jérémie.
-J’les vois. Ça devrait pas poser de problèmes.
Ah, ben oui, s’il n’y avait pas la petite touche de frime à côté, ça n’allait pas.
-Comment on se débrouille ?
Interrogea Odd. Yumi, pour toute réponse, tira un éventail, jeta un bref regard derrière elle et le lança (l’éventail, pas le regard) vers les moustiques virtuels pendant que William matérialisait son épée afin de bloquer leurs lasers. Tout ça me rappelait beaucoup un combat contre les Mantas…
Mais celui-ci fut très vite réglé. Presque un peu trop, sans personne pour les diriger, mes créatures étaient des lopettes puissance dix. Les quatre monstres eurent à saluer quelques flèches laser, deux éventails, et une bonne claque avec la partie large du zanbatô de William pour le plus suicidaire qui s’était approché de trop près. Ils n’eurent même pas le temps de causer des dégâts.
Pendant ce temps, Ulrich fit plonger son Overbike dans un tunnel de glace, rétractant un peu la roue pour faire léviter l’engin, afin de ne pas risquer d’accident…Les parois étaient en effet des plus verglacées, luisantes même. Aelita regarda défiler les murs, sans que je comprenne exactement l’intérêt de cette action. Il n’y en avait aucun, mais au moins, ça ne consommait pas de ressources. Regarder, c’était une action sans intérêt, du moins ici. Mais simplement parce que la paroi n’avait pas d’intérêt.
Prenons un exemple : si je décide de regarder une ligne de codes, ça a un intérêt parce que je peux comprendre et que les codes sont intéressants, je peux en tirer des informations, donc ça sert à quelque chose.
Par contre, si...prenons un exemple classique de nature humaine : Yumi. Donc, si Yumi décide de mater discrètement Ulrich (ou William hein, on sait plus lequel est le favori en ce moment), là ça n’a aucun intérêt : parce que ça n’apporte rien à personne (si à elle ça lui fait plaisir mais bon…ça sert à rien)
Bref.
A la sortie, Ulrich rétablit le statut de moto au sol de sa bécane, atterrissant dans un dérapage admirable, surtout sur le sol glissant au possible du territoire. Pas mal, pas mal, ça sentait le travaillé et l’efficace. Beau boulot, Ulrich, il fallait bien quelqu’un pour équilibrer la donne, vu l’autre équipe de bavards qui passaient leur temps à se draguer ou à se charrier sur leurs divers sentiments. Oui, c’était bien la misère, entre William qui draguait Yumi, cette dernière ne l’envoyant pas bouler et le tout arrosé par les piques d’Odd.
C’est alors qu’il s’apprêtait à repartir qu’un bruit sourd se fit entendre. Immédiatement, le jeune homme tira un de ses sabres, tournant la tête en tous sens, comme sa passagère. Efficacité.
-Un Mégatank qui fait du trampoline ? Ils ne viennent jamais sur ce territoire !
S’inquiéta-t-elle. Oh, de l’humour, non, pitié, j’appréciais ce duo parce qu’il ne faisait pas d’humour et se contentait du boulot à faire. Tout se perdait.
-Quoi que ce soit, princesse, vaut mieux qu’il ne s’approche pas.
Une onde de choc passa dans le sol, et l’espace d’un instant, on put voir des veines noirâtres qui semblaient vampiriser le territoire Banquise : La corruption de Wolfy montrait son vrai visage. Je n’aimais pas ça du tout…ça signifiait qu’un truc allait se passer. Quoi, mystère…
-Jérémie ! qu’est-ce qui se passe ? Jérémie ! Répond, bon sang !
Ulrich commençait à perdre son calme, trop inquiet. Noon, ton efficacité, Ulrich… Jérémie, lui, pianotait frénétiquement, essayant de comprendre ce qui se passait. Comme d’habitude. C’est alors qu’un genre de laser bleu cyan passa juste devant le nez du jeune Lyokoguerrier, le faisant sursauter. Espèce de nerveux. Reste concentré. Aelita nous fit profiter, en la regardant, de la source du problème.
C’était un Kankrelat. Mais pas exactement comme les autres…Un peu fantomatique, noir. Exactement à l’instar de l’ombre qui avait sauté dans la Mer Numérique l’autre jour ! Saleté.
Sur son front, il y avait un symbole bizarre triangulaire. Pas mon signe. C’était quoi ce bidule, encore ? En tout cas, il semblait sortir de nulle part…les signes précédents devaient marquer son apparition, c’était obligé.
-Merci pour l’avertissement, Jérémie ! ç’aurait été sympa de nous prévenir qu’y avait ce monstre !
S’indigna Ulrich, furieux d’être lâché par son camarade qui devait surveiller les écrans.
-Mais je l’ai pas sur mon radar, moi ! il est pas sensé exister !
Protesta Jérémie, énervé.
-Quoi ?!
Mais le temps des questions était révolu, maintenant. En tout cas, c’est ce que certains semblaient penser…
Ulrich fonça sur le « Kankrelat » avec son Overbike, déterminé à l’empaler en passant, mais le signe de la créature cessa soudain de briller et le sabre du jeune homme eut beau passer à travers, et largement, l’ombre restait parfaitement intacte. Mal à l’aise, le Lyokoguerrier freina à bonne distance et observa la bestiole, méfiant. Le signe se remit à briller, mais cette fois en violet, et un genre de décharge électrique partit droit vers Ulrich. Mh, plus simplement, un laser. Violet.
Je ne compris pas vraiment la réaction d’Aelita. Elle le poussa à bas de l’Overbike, glissant avec lui sur le sol. Avait-elle perdu la boule ou avait-elle eu un réflexe instinctif ? Toujours était-il qu’elle fut atteinte en pleine poitrine par le tir, à la place d’Ulrich. Le cri qu’elle poussa me projeta une semaine avant environ, quand Odd avait pris la troisième décharge. Sa voix torturée résonnait encore dans ma tête…il n’avait pourtant jamais décommandé de ses missions.
Tout était flou. On a entendu Ulrich appeler sa camarade, en vain, sa vue se brouillait.
Et puis le visuel d’Aelita s’éteignit, brusquement. Jérémie fronça les sourcils, tapa sur le dessus de l’écran et rajusta ses lunettes, un tic qu’il avait quand il y avait un souci.
-Ulrich ? qu’est-ce qui s’est passé ? Tout va bien ?
Le bourrin expliqua assez sommairement.
-Ben…J’ai réussi à détruire l’ombre en lui lançant un de mes sabres, cette fois pour de bon. Mais Aelita ne bouge plus depuis que le laser l’a touchée, c’est comme si elle était inconsciente…Allez, répond !
Il devait être en train de la secouer, pour dire ça. Jérémie s’y mit aussi (sans la secouer, toutefois, ç’aurait été compliqué)
-Aelita ! Aelita, répond, dis quelque chose !
Je m’attendais à entendre la jeune fille rire et leur lancer, espiègle, une des blagues préférées d’Odd « Quelque chose ! »
Rien.
Les mains moites, Jérémie commença à consulter ses écrans, le souffle court et l’œil affolé. Problème de plus en plus grave, stress de plus en plus élevé, et en plus, Aelita était impliquée. Ça, on pouvait être contents qu’il soit toujours parmi nous, j’aurais pas été surprise qu’il tombe dans les pommes.
-Ses…ses signaux vitaux sont faibles, mais présents. Elle est juste profondément dans les pommes… Je vais devoir la rematérialiser. Y a pas le choix.
Ulrich demanda
-Alors je continue tout seul ?
Là, c’était tout juste si Jérémie n’avait pas sauté de sa chaise pour s’exclamer.
-Ah, ça non ! Imagine qu’une autre ombre arrive et te tombe dessus, on aurait pas le moyen d’être prévenus ! Désolé, mais un des trois autres va devoir te rejoindre.
Et là-dessus, il héla les intéressés
-William, Yumi, Odd ! On a des ennuis, Aelita a été touchée par un tir non identifié et s’est évanouie profondément. Ulrich ne peut pas rester tout seul, l’un de vous trois va donc devoir le rejoindre. Dépêchez-vous de choisir qui, c’est dangereux d’être seul, pour lui.

William, qui n’en ratait pas une, persifla
-Oh oui, ce serait dramatique si Ulrich tombait dans le coma…
Odd regarda ses deux camarades, qui lui rendirent un regard interrogateur, genre « Bon, tu y vas ? ». Il secoua la tête
-ça va pas ? Et vous laisser seuls tous les deux ? Moi j’aime pas trop ça…
J’imaginai fort bien le sourire goguenard qu’il devait arborer. William haussa les épaules, et nous sidéra tous par son action altruiste et désintéressée…non, pas désintéressée. Tout ça pour briller aux yeux de leur japonaise préférée…
-Bon…J’peux y aller, ça enlèvera une épine du pied à tout le monde, je pense. Sauf si tu tenais spécialement à y aller, Yumi ?
Lui, je le voyais grâce à Odd, son sourire narquois. La jeune fille leva les yeux au ciel, amusée (qu’est-ce que je disais sur le fait qu’elle ne lui atomise pas ses remarques ?)
-Nan, ça ira. Mais t’es sûr de vouloir y aller ? (son ton devenait plus grave) Avec…Ce qui s’est passé la semaine dernière….
Il détourna le regard, cherchant peut-être à camoufler l’étincelle de douleur qui passait dans son œil.
-Oui, je vais y aller. On fait pas toujours ce qu’on veut…J’devrais survivre, normalement.
Yumi eut un sourire à la fin de la phrase. Il cherchait toujours à en placer une pour redresser l’ambiance. Et accessoirement, pour pas avoir l’air d’un pauvre petit malheureux. Son orgueil masculin…
Il laissa passer quelques secondes et ajouta
-Tu me dépose à la tour de passage ?
Un air faussement contrarié passa sur le visage de Yumi, excédée et amusée par son côté enfantin…comment pouvait-on rire d’une régression pareille ?
-Et tu peux pas y aller à pied ?
-Et laisser Ulrich tout seul plus longtemps ? Ce serait bête qu’il lui arrive quelque chose..
Ironisa-t-il, son petit sourire encore aux lèvres. Nouveau roulement d’yeux de son interlocutrice.
-Très bien, je te dépose… Odd, on se retrouve au croisement des trois sentiers, vers le milieu du territoire, tu vois où ?
-No problem ! J’y serais !
Et il les planta là, en tête à tête, impassibles. Mais on avait plus aucun aperçu de la scène.
Jérémie, un peu intrigué par la scène, reprit rapidement contact avec Ulrich, pour l’informer que les renforts (il ne donna aucun nom) étaient en route. En branchant le visuel du samouraï virtuel, Jérémie constata qu’il était debout à côté de son Overbike et fixait le lointain pour s’assurer de l’absence d’autres ombres. Et puis le petit génie arracha littéralement le micro de son oreille et courut à l’étage du dessous pour voir comment se portait sa dulcinée. En jetant un œil par la trappe, je constatai qu’elle était toujours inconsciente… Ce laser semblait bien puissant. Il allait la ramener par le monte-charge, sûrement.
Sur le radar, les deux petits points symbolisant William et Yumi venaient d’arriver à la tour. A leur dialogue, je devinai que William descendait de l’Overwing, prêt à passer sur le territoire Banquise. Il fut gratifié d’une petite remarque de Yumi
-Allez, je te laisse là. Tu vas t’éclater, avec Ulrich comme partenaire !
-C’est clair. Mais bon, après tout, faut bien que quelqu’un s’y colle, pas vrai ? Tu veux que je lui transmette tes meilleurs sentiments, tant que j’y suis ?
Railla-t-il, tout aussi perfide qu’elle. Elle eut l’air un peu désarçonnée
-Nan, ça ira. Et fais gaffe aux LNI !
Il suggéra, cherchant peut-être à aider son cerveau à comprendre en formulant à l’oral…
-LNI ? Laser Non Identifiés ?
-Tout juste. Allez, traîne pas, tu vas te faire tirer les oreilles par Einstein.
Et tandis que le point de Yumi reprenait la direction du centre du territoire, William s’enfonçait dans la tour et sautait probablement dans le vide pour passer sur la Banquise. Pour pouvoir saluer Ulrich…ils en mouraient d’envie. L’un comme l’autre.

Jérémie remonta avec Aelita dans les bras, toujours inconsciente. On se croirait dans un conte de fée à la noix. Beurk. Jérémie n’avait rien d’un prince charmant, et Aelita n’avait d’une princesse que la couleur rose. De toute façon, c’est moche, le rose.
La posant délicatement dans un coin de la pièce, il était obligé de revenir à son rôle de vigie. Il s’y attela donc…
Branchant le visuel d’Ulrich pour me laisser suivre l’action de leur côté aussi, il me demanda un résumé rapide de ce qui s’était passé. Je m’empressai de le lui fournir.
-Bahh, rien d’intéressant, William est sur le territoire de la Banquise et se dirige vers Ulrich, Odd et Yumi se sont donné rendez-vous au milieu de la Forêt pour reprendre l’exploration.
Oui, je faisais l’impasse sur toutes leurs banalités sans nom où on s’ennuyait à mourir à les écouter se lancer des petites remarques, des commentaires, tout ça.
-D’accord.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 01 Aoû 2017 14:27; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Floramagic MessagePosté le: Dim 30 Déc 2012 22:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 66
Chapitre 10 atteint ! Moi j'dis, ça passe vite tout ça hein. Surprised
En tout cas, il m'a bien plu ! J'ai même ri plusieurs fois. Je sais pas pourquoi. :') -Pardon, je suis fatiguée.-
Aw, Yumi qui se mettrait à draguer William ? Héhé. C'est que ce serait super génial ça. x)
Par contre tu m'as choquée ! Aelita et pas Ulrich qui se prend le tir ? Waw. Tu fais des efforts, c'est bien ! -Ou alors tu te réserves pour la partie avec William, mais bon, on va rêver.-

Sinon le PDV Xana me plait toujours autant. ** Vraiment, ça donne vraiment Le truc de ta fiction.

Bref, bonne continuation ! Et à très -très- bientôt pour le chapitre 11.
_________________
http://img255.imageshack.us/img255/2505/floramagiccodelyokofrsi.gif
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Autremonde MessagePosté le: Mer 02 Jan 2013 09:17   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 23 Avr 2012
Messages: 106
Localisation: Dans un autremonde ^^
Ouf, la bombe d'Ulrich (il faut préciser pour que l'auteur soit contente) n'a pas tout détruit.

Ok c'est bon je me souviens (oui ça fait depuis samedi que je suis passé lire la suite mais je n'ai pas trouvé le temps pour commenter…). Alors je disais : Xana qui se sent mal, Yumi qui drague William (William qui drague Yumi ça mérite à peine d'être écrit tellement c'est évident ^^), Jérémie qui tente de recoller les morceaux, Aelita qui tombe dans les pommes (un peu comme au temps de la méduse) Ulrich qui se fait bien voir… Quoi ? J'ai bien lu ? Tu n'es pas malade ? Bon ok ce n'est que le point de vue de Xana mais quand même c'est le seul qui compte dans cette fiction.

Durant tout le chapitre il y a un mot qui sort du lot : efficacité (je sais je sais il fallait le trouver). Je crois que c'est la première fois que le sentiment d'inutilité envahit Xana (excepté durant le tout premier chapitre). A défaut de la mission c'est ce petit mot qui m'a amusé pendant la lecture. Surtout les exemples que donnent Xana pour expliquer l'efficacité. En plus la comparaison entre les deux groupes le permet sans problème. D'un côté on a les touristes et de l'autre les sérieux.

Note : en anglais "stern" veut dire rigoureux, strict, sévère, sec. Tient ça me rappelle quelqu'un ça ^^

Ikorih a écrit:
Ah, ben oui, s’il n’y avait pas la petite touche de frime à côté, ça n’allait pas.


Mr. Green Génial tout simplement.

Floramagic a écrit:
Par contre tu m'as choquée ! Aelita et pas Ulrich qui se prend le tir ? Waw. Tu fais des efforts, c'est bien ! -Ou alors tu te réserves pour la partie avec William, mais bon, on va rêver.-


J'en ai bien peur… J'imagine déjà Ulrich dans de sales draps, sans possibilité de se sauver. Qui arrive ? William forcément. Ca m'a l'air tellement évident que ça n'arrivera sans doute pas. Ce sera peut-être même le contraire (rêve). C'est vrai que ce monstre paraît bien plus dangereux et plus difficile à battre que le kankrelat de base. En plus maintenant on ressent la douleur sur Lyokô (Odd ça compte pas vu que c'était Xana au commande).

Au plaisir de lire la suite.

_________________
http://img140.imageshack.us/img140/3249/userbarfan.png

"Je ne dois pas laisser intervenir mes sentiments. Tous les imbéciles échouent à cause de ça." Light Yagami - Death Note

"Et je veux montrer à ceux qui ici risquent leur vie… qu'à la fin c'est toujours le bien qui l'emporte." L - Death Note
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 16 Jan 2013 19:37   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
Spoiler


Chapitre 11 : Coopération compliquée


Sur Lyoko, Ulrich restait vigilant, fixant les icebergs de la Banquise pour détecter une menace avant même qu’elle ne l’approche. Une bonne réaction, surtout que seul, il ne pouvait plus avoir de bouclier tel Aelita pour lui sauver la mise. Il avait eu un sacré coup de pot qu’elle décide de s’interposer entre lui et le Kankrelat fantôme, sans ça, c’était lui qui repartait dans les scanners, et il n’aurait probablement pas les condoléances de ses autres camarades qui lui en voulaient visiblement.

Cette surveillance de la zone lui permettait aussi de ne penser à rien. Il ne ressassait donc pas les paroles de Yumi l’autre jour, il ne ressassait pas les regards noirs, il ne ressassait pas la destruction (provisoire ?) de leur amitié. Oui, et qui pouvait savoir s’il était conscient de tout le bien que pouvait lui faire une simple surveillance de zone ? Savait-il que c’était probablement un rempart psychologique derrière lequel il se cachait pour éviter de voir à quel point il avait semé le désordre, se cacher derrière la façade d’une sentinelle impassible.
Une sentinelle impassible qui attendait les renforts promis par sa hiérarchie, une sentinelle dans un fort assiégé, peut-être. L’image rendait assez bien.

Pressentant un mouvement dans son dos, il se retourna, sans rien voir. Le calme plat. C’était peut-être un peu louche, mais il n’y avait pour l’instant pas de raison de s’inquiéter. Toujours pas de monstres. Oui, mais toujours pas de renforts non plus ! A croire qu’on l’avait oublié. Et pourtant, nous savions tous, sauf lui, que ses renforts allaient débarquer, mais qu’il n’apprécierait pas du tout leur arrivée dès l’instant où il les aurait sous les yeux.
Méfiant, il revint dans sa position de départ….Et sursauta en tombant nez à nez avec William, qui affichait son demi-sourire suffisant et moqueur, qu’il réservait souvent à Jim Moralès.
Qu’est-ce qu’on disait ? L’accueil qu’il réserva à son nouveau collègue fut des plus désagréables, et ce n’était pas complètement dû au fait qu’Ulrich n’aimait pas avoir l’air bête en se faisant prendre par surprise.
-Hé ! Non mais tu sors d’où ?!
Curieusement, William ne répliqua pas aussi violemment qu’escompté, non, il se contenta de prendre un air désolé et de répondre, comme quelqu’un qui s’efforçait d’expliquer calmement quelque chose à un imbécile.
-Et nerveux, avec ça, super. Vois-tu, Ulrich, j’arrive tout juste, la tour du passage était à quelques mètres à peine…Mais t’as l’air vraiment sur les nerfs, tu devrais respirer un bon coup.
Tel un petit roquet mal élevé, Ulrich ne fit aucun effort pour rester calme, loin de là.
-Tes conseils, je m’assois dessus. Pourquoi c’est TOI qu’on m’envoie ?
Et William continua à dialoguer sans s’énerver. Sans doute cherchait-il à avoir l’air plus mature, pour pouvoir écrabouiller un peu plus son rival, discrètement. C’était plutôt malin de sa part de rester calme, tout en sortant régulièrement de petites piques acérées et justifiées. Cette attitude était un excellent moyen de se faire bien voir de Yumi, qui ne devait rien avoir contre les remarques désagréables, vu qu’Ulrich en avait régulièrement lancé à toute la bande sans qu’elle s’insurge. Ça pouvait aussi faire figure de test pour savoir si Yumi était prête à avoir la même tolérance pour son ironie que pour celle d’Ulrich et des autres.
-ça s’appelle le volontariat, je me suis proposé pour éviter aux deux autres d’avoir à le faire. Curieusement, ils étaient pas très chauds à l’idée de t’accompagner. J’me demande bien pourquoi.
Ulrich résista à l’envie probablement très forte de lui faire ravaler le sarcasme, blessant pour son orgueil, et grogna
-Si on y allait, plutôt ? Et tu rêves si tu t’imagines pouvoir monter sur mon Overbike.
Devant la puérilité de son concurrent, le plus âgé des deux n’avait pas trop le choix. Il lui fallait remettre les pendules à l’heure, et vite, pour éviter un fiasco sur le plan de la mission. Ç’aurait été bête de tout rater à cause d’un bête Overbike. Ou du bête propriétaire d’un Overbike, au choix.
-ça m’enchante pas non plus, mais on a pas le choix, t’as pas le droit de faire cavalier seul et je ne suis plus capable d’aller à la vitesse de ta bécane.
Et sur cette dernière remarque des plus sensées, William attendit qu’Ulrich remonte sur sa moto pour se glisser derrière lui, bien que ça ne l’enchante visiblement pas. D’ailleurs, ni l’un ni l’autre n’était ravi du compromis, mais la situation l’exigeait. Mesures drastiques.

Pile à ce moment, Yumi et Odd qui venaient de se retrouver demandèrent des nouvelles des garçons, par curiosité. Jérémie répondit, avec un air fatigué
-Ben…William a rejoint Ulrich, y a eu échange des politesses et maintenant ils reprennent le boulot d’exploration.
A voir la tête du petit génie, la fin de l’échange houleux des deux garçons l’atterrait, peut-être ne saisissait-il pas les raisons de cette animosité mutuelle. Oui, c’était normal, après tout, il était assez asocial et n’avait donc aucune raison de comprendre ces petites guerres…de plus, lui n’avait jamais eu à se battre pour une fille : Aelita lui était tombée dans les bras dès le début.
-Quoi comme politesses ?
Demanda Odd, avide. Quel petit curieux. Curiosité malsaine, j’entends. Il cherchait à tout prix à savoir quelles horreurs les deux rivaux avaient bien pu s’échanger lors de leurs retrouvailles pleines d’émotion…et d’émotions négatives.
Alors que Jérémie hésitait, moi je balançai les meilleurs moments sans aucune pitié.
-Il y a eu le moment où Ulrich était ultra stressé, et William lui a dit de respirer un bon coup…. Là, quand on lui a demandé pourquoi c’était lui qui venait, il a répliqué, je cite « Curieusement, les autres étaient pas très chauds à l’idée de t’accompagner, je me demande bien pourquoi ».
Un léger silence, et puis le rire d’Odd résonna puissamment dans le labo, détruisant au passage l’oreille de Jérémie qui avait l’oreillette, oreillette qui avait relayé ce rire diabolique.
-Rah, j’aurais trop voulu voir ça ! Yumi, ça t’embête si je t’abandonne pour aller rejoindre Ulrich et William ?
-Odd, vous devez rester par groupes de deux, minimum…
Soupira Jérémie, atterré par le comportement puéril d’Odd. Oh, je l’étais aussi, mais c’était en partie de la méchanceté, donc ça passait mieux. Je n’avais absolument rien contre la méchanceté gratuite.
-Oh, relax, je déconnais !
Avec une moue, le petit génie demanda un petit résumé aux rivaux qui continuaient leur petite balade sur la Banquise. Ulrich se chargea de répondre, mais toujours rien à signaler depuis qu’Aelita avait été agressée par l’ombre du Kankrelat. Jérémie leur rappela de rester prudents, qu’il ne pouvait pas détecter ces formes spectrales de monstres. Comme si on était pas au courant. C’était inquiétant qu’il se sente obligé de rappeler des choses pour exister. Jérémie, tu es sûr de ne pas avoir de problème ?

Et le calme plat continua. J’alternais entre les visuels d’Odd et Ulrich, le premier montrant des arbres gris qui défilaient, chose passionnante, et le second montrant un devant d’Overbike, et de la glace grise qui défilait. On se faisait bien chier.
Mais alors que je regardai chez Odd, il freina brusquement.
-Oh oh…On a un ptit problème, Einstein !
-Du style ? Ah, je vois.
Deux ombres de Kankrelats pour le prix d’une, avançaient vers les deux Lyokoguerriers. Ils ouvraient le feu, mais leurs tirs étaient bleutés et non pas violets comme le laser qui avait fauché Aelita. En parlant de laser, Odd commençait à riposter avec ses fléchettes, quand il en prit un dans le bras. Mais il perdit seulement une dizaine de points de vie, et s’exclama
-Que…J’suis pas dans les pommes ?!
-Odd, c’est pas le moment de te déconcentrer !
Le réprimanda Yumi en lançant un de ses éventails vers les spectres. Agile, celui qui était visé esquiva d’un saut de puce assez incroyable. Oui, un saut de puce, même le nom fait drôle, sur un Kankrelat.
Du côté de William et Ulrich, les deux s’étaient arrêtés en entendant Jérémie parler et voulaient savoir ce qui se passait. La curiosité est un vilain défaut, tout le monde le sait, non ? Mais un garçon, c’est pas très malin (pourquoi vous croyez que j’ai choisi d’être une fille ?) et probablement que ceux-là ne l’étaient pas plus que la moyenne.
Mais le génie fut bien obligé de leur répondre
-Yumi et Odd sont tombés sur deux ombres de Kankrelats.
Je devinai aisément que les deux garçons devaient à présent bien s’inquiéter pour leur dulcinée commune. William demanda, en masquant comme il pouvait la note d’appréhension qui perçait légèrement dans sa voix
-ça se passe comment ?
Il s’en était bien tiré, probablement que son image de lui-même n’aurait pas toléré qu’on puisse sentir qu’il flippait grave pour Yumi. En général, les mecs aiment pas vraiment faire transparaître leurs sentiments. Le principe du gros dur, en fait. Jérémie répondit encore une fois aux questions des deux angoissés, compréhensif : lui-même pouvait piailler pour Aelita
-Bien, bien, Odd a pris un laser mais il ne s’est pas évanoui. Bizarre. Pour l’instant, ils se débrouillent.

Justement, comment se débrouillaient-ils ? Odd était tombé de son Overboard et, à plat ventre sur un petit sentier, s’efforçait de ne pas se prendre les lasers des Kankrelats, mais c’était mal engagé. Ils l’empêchaient de se relever avec leurs tirs.
Soudain, le signe bleu cyan d’un des Kankrelats vira à un violet inquiétant. Cette inquiétude fut ressentie par Odd, selon toutes probabilités, car il fit le plus d’efforts possibles pour se remettre debout, mais n’y parvint que quand l’autre se mit à tirer sur Yumi. Le violet, quand à lui, tira un laser cette fois bien de la même couleur que celui qui avait assommé Aelita, qui toucha le garçon-chat au visage. Tout devint noir, encore une fois.
La couleur du laser et l’effet devaient être liés. C’était impossible autrement. Le laser bleu n’avait pas causé de dégâts en dehors des points de vie, alors qu’Odd et Aelita s’étaient évanouis au premier laser violet. Bien joué, Wolfy.

-Odd !
La voix de Yumi, après une éternité de silence. Elle avait dû mettre les Kankrelats hors d’état de nuire. Pas de réponse de la part d’Odd. J’ignorais si elle était en train de le secouer, de le gifler, de le pousser du pied…les possibilités étaient infinies.
-Debout ! Allez, c’est bon, dis-moi que c’est une blague débile ! Ouvre les yeux !
On pouvait percevoir que Yumi stressait. Oh, largement pas autant que William et Ulrich (toujours pas mis au courant pour l’issue du combat, d’ailleurs), mais tout de même. Et c’était compréhensible : son ami était étendu par terre, l’air inconscient.
-Il est dans le même état qu’Aelita, faut que je le rematérialise…Faut pas paniquer, surtout pas. Peut-être que ce n’est qu’un évanouissement passager…
Il est beau, Einstein, avec ses hypothèses foireuses. Aelita ne s’était toujours pas réveillée, et rien n’indiquait qu’Odd survivrait. On ne savait pas, et on avait tous un peu peur. Quoique, la gardienne de Lyoko respirait. Mais peut-être qu’elle était dans le coma. C’était possible. Tout était possible. Non, d’accord, cette phrase était fausse.
Un dragon n’allait pas tomber du ciel pour la ranimer à la prière de Jérémie, il n’y aurait pas de point de destin à dépenser, pas d’oiseau magique pour lui pleurer dessus, ça, ce n’était pas possible.
Je haussai les épaules et descendis au scanner pour pouvoir remonter Odd, car il ne pourrait sûrement pas monter lui-même. Vu l’état dans lequel il était…

Le caisson s’ouvrit juste sous mon nez, et il tomba à plat ventre sur le sol. Je grognai de dépit, mais ne pus m’empêcher de remarquer à quel point il avait l’air vulnérable, inconscient comme ça. Chassant ces pensées parasites, je l’attrapai sous les bras et le tirai au monte-charge. C’était pas le moment d’avoir des problèmes d’humanisation, j’aimais pas ça du tout. Non, j’avais même horreur de ça ! Alors que ça ne vienne pas me pourrir la vie quand il fallait garder la tête froide. Rester objective pour atteindre son objectif. Rester froide comme la glace qui ne renvoie aux autres qu’un reflet parfait d’eux-mêmes, pour leur montrer qui ils sont vraiment.
C’est ça, un miroir dur et impitoyable, mais parfois tellement fragile, presque trop contre les humains qui la brisent parce qu’ils ne supportent pas la réalité de leur personnalité.
Le simple ennui d’un cœur de glace, c’est qu’il peut fondre. Il suffit de la bonne personne et tout est fichu, on a une grosse flaque d’eau. C’est pour ça que je préfère avoir un cœur de pierre.

Une fois de retour en haut, je le traînai à côté d’Aelita par le col et les laissai là.
Jérémie, lui, donnait les instructions
-Bon, Yumi, tu sais ce que je vais te dire…Faut que tu rejoignes les garçons et que vous finissiez l’exploration des deux autres territoires à trois.
-D’accord Jérémie, je file à la tour du passage.
Répondit Yumi en faisant volter son Overwing vers la tour. Peut-être qu’elle avait hâte de retrouver William, qui pouvait savoir ? Ou hâte de tirer les oreilles à Ulrich ! Mystère que cet esprit japonais… Le petit génie lui précisa d’aller directement sur le territoire du Désert parce que les garçons terminaient l’exploration de la Banquise très bientôt. Elle acquiesça. Maintenant, plus qu’à transmettre la nouvelle aux deux intéressés qui allaient probablement sauter de joie.
-Bon. Mauvaise nouvelle, les garçons, (Il osait qualifier ça de mauvaise nouvelle ? Mais les deux devaient bondir de joie !) Odd a pris un laser assommant, retour sur Terre. Vous passez sur le Territoire du Désert. Yumi, par contre, elle va bien, et elle vous retrouve à la sortie de la tour de passage là-bas. Allez, hop !
Ils se remirent en route étonnamment vite. Qu’est-ce que je disais. Peut-être que William espérait changer de véhicule, Ulrich pilotait assez brusquement, comme s’il essayait de faire tomber son passager…pourtant, il n’avait absolument aucune raison de vouloir le faire…mis à part les piques méchantes qu’ils s’échangeaient, Yumi, les humiliations réciproques (subies ou infligées), la xanatification de William, leurs caractères agressifs…et des tonnes d’autres.

Lorsque les garçons émergèrent de la tour de passage, en plein soleil cuisant (et gris) du Désert, leur premier réflexe, logique, fut de chercher leur coéquipière du regard. Elle était sur son Overwing, un peu sur leur droite, et avait visiblement fixé la tour pendant un moment à attendre qu’ils arrivent. Elle sourit, mais on sentait tous que ce sourire n’était pas vraiment destiné à Ulrich, mais bien au binôme de ce dernier, binôme qui venait de sauter de la moto, pas fâché d’en avoir terminé avec le train fantôme. Sous le regard rageur du nabot brun, Yumi entama la conversation avec William
-Tout de même ! Je me demandais si vous ne vous étiez pas perdus en chemin…
Il haussa les épaules, visiblement peu affecté par les craintes de Yumi. Ou alors, il se la jouait « Bah, pas la peine de t’inquiéter, tu sais bien que je suis le meilleur »…
-On était assez loin de la tour de passage, rien de plus. Et puis y avait de l’ambiance, hein, Ulrich était aussi sympa qu’Odd quand il a pas mangé le matin…
Yumi rit à la métaphore de William, et j’imaginais for bien Ulrich faire la tronche dans son coin. Il y avait longtemps, elle avait ri comme ça avec lui. Sur le retard d’Odd, je crois. Non, sur le fait qu’il ait pas pu venir à cause d’un bug malchanceux. Oui, c’était ça. Et là, ça l’énervait. Sûrement encore plus quand la japonaise proposa à son rival
-Tu veux remonter derrière ? Ou finalement c’est plus sympa de te déplacer avec Ulrich ?
Ça aussi, Ulrich l’avait fait, de grimper sur l’Overwing et derrière son pilote. La jalousie lui dévorait probablement les boyaux. Aha. La réponse de William devait le faire enrager profondément, vu qu’il commençait à revenir sur une de leurs private jokes de début de plongée.
-Nan, ça ira, je veux bien monter. J’dois encore rester à dix centimètres ?
-C’est dix centimètres, ou Ulrich, tu choisis.
Répliqua-t-elle avec un air un peu sadique. Il n’hésita pas longtemps et grimpa derrière elle, faisant attention aux dix centimètres. Pas suicidaire à ce point… Ou alors pas aujourd’hui. Ulrich fit démarrer son Overbike, probablement de rage, alors que le duo mettait les voiles. Visiblement, le jeune garçon finirait un jour par en avoir marre de voir William lui passer sous le nez. Et sans doute râlait-il intérieurement de le voir en aussi bons termes avec la jeune fille…mais que pouvait-il y faire ? C’était de sa faute si Yumi lui faisait la tête ! Depuis le début, il n’avait fait que se comporter en petit crétin jaloux et borné, alors que William était tellement plus mature et fair-play depuis le début, ça finissait forcément par payer.

Pendant que le trio progressait dans le territoire, j’allai voir les deux assommés du fond de la pièce. Aelita remuait enfin un petit peu, Odd ne donnait pas de signe de sortie du coma. Je m’attardai encore inexplicablement à regarder ses traits tellement détendus. Il avait l’air très vulnérable, là, comme ça. Pendant un instant très bref, je me sentis un peu coupable de le mettre en danger lors de nos plongées clandestines. Son cri résonna à nouveau dans ma tête sans que j’arrive à m’en défaire, mais je repensai à mes projets, mes intérêts à protéger, et Odd ne me sembla plus si important. Il fallait être ferme. Mettre de côté toute émotion, parce qu’un programme n’a pas d’émotions, c’est aussi simple que ça. Alors pourquoi un programme humanisé devrait avoir des émotions ? On gardait sa nature première de programme. Simple. Si on met un costume de chat à un chien, en devient-il un chat ? Bien sûr que non. Alors c’est pareil pour moi, quoique je n’aie rien d’un chien (ça, c’est Wolfy) et les humains étant beaucoup plus embêtants que les chats.

Sur Lyoko, Jérémie signala
-Vous avez une demi-douzaine de Frelions !
-Encore ? C’est trop simple à dégommer…
Se plaignit William. Avec une bonne dose de prétention en prime, joyeux Noël ! Yumi, elle regarda dans la direction indiquée par le petit génie et pointa un truc du doigt
-Regardez, on dirait l’ombre d’un Kankrelat ! Les Frelions sont autour !
Quelque chose clochait. Je ne le compris que lorsqu’Ulrich tourna la tête vers la scène et nous transmit donc son point de vue. Parce qu’il fallait le voir pour le croire.
Les six Frelions avaient encerclé l’ombre du Kankrelat et tiraient dessus sans merci. Cette dernière (l’ombre, par la merci) ripostait pourtant, en esquivant les lasers avec de petits bonds un peu ridicules, et détruisit un de ses agresseurs, puis un deuxième. Les trois Lyokoguerriers s’arrêtèrent et observèrent soigneusement.
-Ben ça, on dirait qu’ils se font la guerre…
Fit remarquer Jérémie. Je trouvai rapidement la réponse au pourquoi de l’affrontement : Il y avait trois fronts dans cette guerre : Les Lyokoguerriers, Wolfy, et mes monstres. Les pauvres ignoraient que j’avais changé de camp, et continueraient d’agresser les adolescents, mais je ne pensais pas qu’ils aient l’intelligence de se défendre contre les ombres de Wolfy. Ils ne cessaient de me surprendre, ceux-là. Sans personne sans les diriger, les monstres étaient livrés à eux-mêmes et se virtualisaient aléatoirement dans Lyoko, un peu comme des animaux. C’était d’ailleurs comme ça qu’Aelita les avait décrits, la toute première fois qu’elle les avait vus…enfin, vus après son long sommeil.
Mais ils étaient définitivement plus faibles et plus bêtes que l’ombre. Le dernier Frelion fut détruit sous nos yeux. Ce qui eut pour conséquence que son destructeur se retourna vers les Lyokoguerriers. Un commentaire ironique de William réveilla les deux autres
-J’ai tendance à penser que moisir ici n’est pas du tout un bon plan, mais ptête que je me trompe.
Yumi hocha la tête et demanda
-Très bien, t’as une idée pour liquider ça ?
-Attends, laisse-moi réfléchir…Foncer dans le tas ?
Le sourire de William était assez large pour être vu d’en bas. Suite à cette proposition stratégie hautement sofistiquée, Ulrich commenta
-Très évolué…Mais pour une fois, je suis d’accord. Mieux vaut en finir en vitesse.
-C’est ça, Sauf qu’on ne risque plus une simple dévirtualisation, les garçons, mais si vous tenez à vous réveiller sur Terre dans deux heures…Libre à vous !
Soupira la jeune fille, atterrée du manque de discernement de ses deux camarades. Ces derniers devaient avoir l’air très déçus, pas de bagarre épique, pas de charge héroïquement suicidaire vers l’ennemi…non, rien. La jeune fille fit pivoter son Overwing de façon à avoir William entre elle et l’ombre et proposa
-On refait le même coup que pour les Mantas ?
-ça me va.
Acquiesça-t-il en faisant apparaître son épée, prêt à parer tous les vilains lasers qui pourraient les viser. Ulrich sembla décider de faire diversion…en fonçant sur l’ombre, bien entendu. Il fut assez désappointé quand le Kankrelat, au lieu de rester immobile à attendre d’être transpercé par le sabre, bondit d’une trentaine de centimètres sur le côté et ouvrit le feu sur le duo de Lyokoguerriers un peu plus loin. Les tirs furent tous absorbés par la lame du grand ténébreux, qui était assez vigilant pour éviter les dégâts, et les éviter à sa coéquipière. Ça semblait chevaleresque, cette attitude, mais en fait c’était simplement pour marquer des points. De là à savoir si ça marchait…bon, après, il avait pas hésité à clamer haut et fort que l’amour pouvait le rendre complètement dingue, ce qui pouvait expliquer son comportement de bouclier humain.

-C’est pas du jeu s’ils se greffent des ressors !
Râla Ulrich. J’ignorais pourquoi il disait ça à voix haute, s’il espérait avoir une réaction de la part de Yumi, c’était un fail de taille puisqu’elle était concentrée sur la trajectoire de ses éventails pour qu’ils frappent le monstre. Ce dernier utilisa son esquive mystérieuse qui le rendait immatériel pour se dérober, mais Yumi les fit revenir à la charge, et cette fois, le Kankrelat fantôme n’eut pas le temps de dire ouf.
Jérémie, pendant ce temps, était très occupé à identifier la composition des lasers qui avaient touché Aelita et Odd, et en oubliait un peu les trois autres.
Sur l’Overwing, je constatai que William avait (exprès ou à cause des tirs, mystère) reculé jusqu’à se trouver dos à dos avec Yumi, et les deux s’en rendaient tout juste compte. La japonaise marmonna, visiblement gênée par la promiscuité soudaine.
-William…On avait dit dix centimètres, je crois ?
L’adolescent était à coup sûr plus gêné par la remarque de Yumi que par la situation. Il eut l’air de se chercher une excuse avant de demander
-Ben…Tu me crois si je te dis que c’était pas volontaire ?
La réponse fut claire et nette.
-Non. Rectifie ça en vitesse.
Probablement à contrecœur, il obtempéra, s’écartant des dix centimètres réglementaires, avant de changer de sujet
-N’empêche, il a pas crevé un peu facilement ?
-C’était un Kankrelat, tout de même…Même s’il a des pouvoirs inhabituels, ça reste un Kankrelat. On était à trois dessus, il avait aucune chance.
Fit remarquer sa partenaire. Ulrich, de son côté, interrogea le petit génie, visiblement peu désireux de s’étaler sur la scène entre ses camarades. Quelle surprise.
-Jérémie ? Y a plus rien à signaler ?
L’interrogé secoua la tête (bien qu’Ulrich ne puisse pas le voir, ce qui était débile), avant de confirmer
-Non, plus rien. Vous pouvez continuer.
Et les trois héros (enfin…prétendus héros) continuèrent leur chemin à travers les dunes grisâtres et les plateaux arides du triste désert infini. Tout se passa très calmement, en fait, jusqu’à ce que le ciel passe doucement du gris clair au noir. Ulrich fut le premier à le remarquer, devant régulièrement lever la tête pour tenir William et Yumi à l’œil. Et pourtant, ce n’était pas justifié : même William savait se tenir. Enfin normalement. Quant à Yumi, même si elle ne l’envoyait pas bouler, elle savait parfaitement où se trouvaient les limites, et ne s’en approchait même pas. Toujours était-il qu’Ulrich prévint de sa découverte.
-Hé…Vous trouvez pas que l’atmosphère commence à devenir louche ?
Demanda-t-il, stoppant sa moto virtuelle. Yumi fut bien contrainte de l’écouter, elle arrêta son scooter volant et lui répliqua
-Qu’est-ce que tu veux dire ?

Pour toute réponse, il désigna le ciel à présent presque noir. Les deux autres suivirent la direction de ce doigt des yeux, et semblèrent eux aussi bien intrigués par le changement de couleur du ciel. Si Odd avait été là, il aurait imaginé des tas de blagues sur une éclipse, de l’orage dans l’air ou la nuit. Mais Odd était dans le coma. Donc, pas de blagues. L’ambiance resterait strictement morose.
Même Jérémie finit par regarder par l’intermédiaire des yeux d’Ulrich, et rajusta ses lunettes, comme il faisait quand il se posait des questions.
-Pas normal, ça.
-Y a un truc particulier dans le coin qui puisse expliquer ça, Jérémie ?
Interrogea Yumi. Le questionné commença à élargir la vue de l’holomap, jusqu’à voir la réponse à la question de la jeune fille…Une tour. D’accord, bravo Jérémie, il y a une tour, et ?
Suite à cette réflexion méchante et puérile, je réfléchis au problème un peu plus profondément. La tour était un élément spécial qui pouvait servir à beaucoup de choses. Et si celle-là était effectivement responsable du noircissement bizarre du ciel ? En admettant qu’elle soit profondément atteinte par Wolfy, elle pourrait alors dégager une aura suffisamment puissante pour altérer encore le décor. Oui, c’était ma thèse la plus probable, et je l’exposai à ceux qui étaient assez conscients pour m’écouter. Jérémie sembla considérer la question avec beaucoup d’intérêt…Avant de, bien entendu, demander aux autres d’y aller pour voir. Avec un enthousiasme des plus marqués (ceci en toute ironie), le trio se rendit sur les lieux.
La tour exhalait un halo noir comme de la suie, le ciel était vraiment de la couleur du néant, bref, tout ceci dans une ambiance joyeusement déprimante. On aurait pu croire que Wolfy l’avait activée, sauf qu’il n’agissait pas par activation de tours…non, elle était juste corrompue, je pense.
-Einstein, ta tour, elle est un peu bizarre.
Commenta simplement Ulrich. Et à présent, les Lyokoguerriers devaient attendre qu’il termine l’observation de l’édifice virtuel. Pendant ce temps, je m’interrogeais pour savoir si William allait se mettre à draguer Yumi pour passer le temps. Quand il s’ennuyait, il était capable de tout, et déjà que la plupart des « tout » étaient dans ses cordes… Mais non, même pas, incroyable. Ça m’étonnerait beaucoup que le petit incident sur les distances à garder ait à ce point douché les ardeurs du jeune homme. Sans doute l’ambiance, plutôt. Ça, ça restait plus plausible. Il n’était pas du genre à laisser tomber à cause d’un simple vent, non, il était plus téméraire que ça.
-J’m’ennuie.
Finit-il d’ailleurs par commenter. Yumi soupira
-C’est vrai que là…On fait quoi, nous ?
-Tu ferais mieux de les ramener, Jérémie, on peut faire les analyses depuis le labo.
Ça, ce n’était pas moi. Quoiqu’on puisse en penser…non. Une voix un peu faible, qui venait du fond de la pièce. Jérémie se retourna, les yeux brillants d’espoir…Aelita avait rouvert les yeux. Sautant de sa chaise, il courut vers elle
-Aelita ! Oh, Aelita, tu vas bien !
Tout juste s’il ne lui sautait pas au cou. Elle sourit, émue de l’attention que le petit génie lui portait. De mon côté, devinant qu’il n’allait pas le faire lui-même, je repris les commandes et annonçai
-Vu que Jérémie n’est pas déterminé à le faire, comme Aelita s’est réveillée, je vous ramène au bercail.

Après avoir lancé la matérialisation de William, Yumi et Ulrich, ceci sans leur laisser le temps de râler, je me retournai vers les deux amoureux et observais d’un air absent leurs quasi-embrassades. Jérémie aurait probablement besoin de faire un résumé au réveil d’Odd, pour ce qu’ils avaient raté. Mais encore fallait-il qu’Odd se réveille. J’étudiai un peu la proposition du seau d’eau, mais y avait pas vraiment d’endroit où chercher un seau d’eau, ici. Les gifles étaient plus simples. On pouvait aussi simplement attendre qu’il sorte du coma. Ça risquait d’être long, au vu de son habitude de dormir longtemps, mais il n’y avait pas tellement de choix.
C’est l’option pour laquelle nous optâmes.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 01 Aoû 2017 14:30; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Floramagic MessagePosté le: Mar 22 Jan 2013 21:03   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 66
Moi j'dis... C'est bizarre tout ça.

Non mais, du noir partouuut. Des ombres, du noir, un Lyoko en mode film d'horreur, du noir, les Lyoko-guerriers qui tombent dans le 'coma' à cause d'un laser violet, du noir... Bref, j'aime quoi ! *Comment ça, c'est ma phrase habituelle ? Non, c'est une illusion, je t'assure.*

Le pauvre Odd. Encore une victime. Où est-ce qu'Ikorih s'arrêtera donc ? Mais avouons le, sans ça se serait trop banal comme excursion. Même si bon, Odd je l'aime bien. t_t

Ulrich. Ahhh, Ulrich. Totalement écrasé par le beau William. Que c'est bête pour lui. :')

Bon, comme promis tu vois, je suis passée ! Hé ouaiiis. Rien que pour lire ton nouveau chapitre, si c'est pas trop gentil de ma part ! *Ca va les chevilles, merci tout de même.* Bref. J'arrête mon monologue, ça peut éventuellement commencé à faire peur...

Bonne continuation et hâte de lire la suite !
_________________
http://img255.imageshack.us/img255/2505/floramagiccodelyokofrsi.gif
http://imageshack.us/a/img443/526/evxl.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
marc76 MessagePosté le: Mar 22 Jan 2013 21:15   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 13 Déc 2012
Messages: 157
Pas mal du tout ta fiction j'ai vraiment apprécié
Dis je voudrais savoir comment mettre une fiction sur le forum là j'ai bientôt terminer ma première parti de mon histoire et je voudrais la mettre sur forum mais je ne sais du tout comment faire
_________________
http://imageshack.us/a/img163/1125/ksmc.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Mar 22 Jan 2013 21:27   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1501
Localisation: Sûrement quelque part.
Bonjour, marc76. Je ne pense pas être en mesure d'expliquer correctement la méthode, en revanche, je pense qu'Icer (référent fanfiction) te seras tout indiqué. Il sera assurément ravi de t'aider.
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 6 sur 15
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 13, 14, 15  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1048s (PHP: 73% - SQL: 27%) - Requêtes SQL effectuées : 22