CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Code Lyoko] Interview de Quentin Mera...
[IFSCL] IFSCL, Un air de Saison 5
[Site] Une news de news !
[Créations] JamFiction sur Code Lyoko par St...
[Créations] Le Covid-19 n'a pas tué nos talents
[Site] [Mise à jour] - Cartoon Fair - U...
[Code Lyoko] Interview de Julien Lamas...
[IFSCL] IFSCL - Bande annonce fangame 4.0.X
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Ragnarök
LCDS, un discord Code Lyoko
[FanGame(encore un)] Lyoko Conquest
[Jeu Vidéo Lyoko] IFSCL 40X!
[Fanfic] Le plus puissant des liens
Les Lyokofans parlent aux Lyokofans
Anciens : Réveillez-vous ! La bulle d...
Quel est votre X.A.N.A-guerrier favori ?
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[One-shot] Transmission
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Ragnarök

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 2

Aller à la page 1, 2  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Icer MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2020 19:16   Sujet du message: [Fanfic] Ragnarök Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
Avant-propos : Ce texte fait partie d'un univers encore plus froid que le nôtre. Cliquez sur l’icône pour en savoir plus.

https://i.imgur.com/gTOotBq.png


Spoiler



https://i.imgur.com/1PT5isN.png


Pour accéder à une partie, il vous suffit de cliquer sur le personnage correspondant :

https://i.imgur.com/QTCD4vR.pnghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/7gYzvvm.pnghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/46MVpkI.pnghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/CkZ8gz6.pnghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/EkEFqgc.png


Dernière édition par Icer le Lun 03 Aoû 2020 10:15; édité 5 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2020 19:16   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
http://i.imgur.com/bHPcP3V.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 13 février 2008, Établissement scolaire Kadic, fin de matinée

« La fin du monde est un thème qui apparaît régulièrement dans les religions et les mythologies. Vous connaissez sans doute les termes de déluge ou d'apocalypse. Un peu moins connu – mais je pense que certains le savent malgré tout – dans la mythologie nordique, on parle de Ragnarök. »
- Elle n'a pas Thor, souffla une voix au deuxième rang, hilare. Celle d’Émilio Rodriguez.
Huberte Pichon, assise devant lui, soupira. Son professeur d'histoire, Madame Lecornec, était bien sympathique, mais cela n'était pas suffisant pour dissiper la lassitude ressentie depuis le départ, littéralement manu militari, de son amie Sissi. La sonnerie ne vint même pas la délivrer de ses pensées négatives.
- Salut mon petit Hub ! On mange ensemble à midi ? héla une voix.
- Laisse tomber Hervé, je préfère être toute seule plutôt que de subir ta pitié.
Le cravaté soupira, laissant partir sa jeune sœur seule en direction des préfabriqués. Puisqu'il ne pouvait pas l'aider, il n'avait pas envie d'aller déjeuner. Avec l'après-midi de libre, l'ancienne régie des Lyoko-guerriers avait un objectif : retrouver son prédécesseur. Retournant dans sa chambre, il attrapa de nouveau son ordinateur portable. Il n'eut que vingt minutes de répit, car l'on frappa ensuite à sa porte. Ce n'était ni Bastien – son camarade de chambre – ni une visite pour ce dernier, mais bel et bien pour lui : Odd Della Robbia et Ulrich Stern déboulèrent.
- On ne t'a pas vu à midi, commenta ce dernier.
- Non en effet, j'avais pas faim.
- C'est bien, félicita Odd. Tu commences à te comporter comme Jérémie, ça ne peut que t'aider à le retrouver.
- Moins fort ! Fermez la porte, ordonna le délégué de classe de seconde G qui gardait les pieds sur terre.
- Rien de nouveau j'imagine ? questionna le brun après s'être exécuté.
- Nan, il ne faut pas rêver. Si Jérémie cherche volontairement à se cacher, il y arrive très bien. Lutter contre le Palamède a été formateur, mais n'oubliez pas que je suis loin d'avoir son expérience dans la durée.
- Oui évidemment, on sait que tu fais le maximum.
- Je commence à envisager une solution un peu plus... musclée.
Odd s'assit sur le lit de Bastien, concentré.
- Tu as su capter mon attention, commenta le blond.
- Si on chope sa réplique et qu'on arrive à la foutre dans un scanner, je pense pouvoir en tirer de précieuses informations, notamment la localisation de la tour qui la génère. Ce serait un indice très intéressant.
- Oh mais oui ! s’exclama l'ancien samouraï virtuel en tapant du poing contre sa main.
- Elle ne risque pas de se laisser faire, tempéra Odd.
- C'est vrai. Mais ce n'est pas pour rien que l'on a pas éteint le Supercalculateur pas vrai ? rappela Pichon.
- Tu veux faire ça quand ? demanda Della Robbia qui avait compris le sous-entendu.
- Laissez moi la fin de semaine pour me préparer.
- Ent...
La porte s'ouvrit soudain, Bastien Roux revenant lui-même du self. Odd se contenta d'un hochement de tête et les deux camarades quittèrent les lieux.
- T'es vraiment un délégué de classe sensationnel mon gars, commenta le colocataire d'Hervé.
- Hein ?
- Depuis que t'as pris Ulrich et Odd sous ton aile, ils viennent souvent te demander des conseils, et j'ai même l'impression que leurs notes remontent depuis peu.
Hervé eut un petit rire. Ce n'était pas exactement ça.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, quatrième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. C'était un jardin parcouru de sentiers remplis de graviers avec quelques bancs, des arbres, entouré par des bâtiments anciens et le tout encerclé par un ciel bleu. Thierry était toujours assis sur le même banc d'ailleurs. Avec son long manteau blanc, seulement barré d'une bande violette au niveau de ses jambes et du logo tricolore de son supérieur sur le dos, ses cheveux crépus, longs, étaient attachés en une curieuse couronne à l'arrière. Aujourd'hui, il n'était pas seul, puisque son interlocuteur, foncé de peau également, avait un manteau similaire au sien si ce n'était qu'il était noir et que sa bande de couleur était également violette, bien que légèrement plus bleutée. Christophe. Ce dernier voyait cependant son visage dissimulé derrière un masque ovale entièrement peint en noir, avec deux cercles jaunes faisant office d'yeux et un sourire triste en blanc.
- C'est pour bientôt, annonça Thierry. Le Commandant devrait nous ordonner de bouger.
Son interlocuteur, debout à coté du banc, hocha la tête.
- L'entraînement a été efficace. Ils seront prêts. Même si je m'occupe de les sonder.
- Tous ? interrogea l'adolescent au manteau blanc.
- Je peux te laisser Hiroki. Tu es meilleur que moi pour ça.
- Entendu. Cette fois, nous touchons au but, bro.
Christophe s'était assis à ses cotés avant de répondre :
- C'est vrai. Mais ce X.AN.A est redoutable.
- Hum. Il a réussi à nous retrouver jusque sur le Neith et on a bien failli y passer. D'ailleurs, on a déjà perdu beaucoup de gens.
- Oui. Mais tu l'as dit toi-même, nous sommes prêts. Tu es le chef Thierry. À toi de prendre tes responsabilités.
Thierry soupira.
- Ah ben c'est sûr que si on devait attendre que ce soit toi qui les prenne...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, salle des fêtes, dans l'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa répétition du groupe s'était déroulée dans une ambiance tendue. Chacun des membres savait qu'il y avait un problème qui commençait à sérieusement compromettre l'existence des Street Kebab. Ronaud Limousin fut le premier à partir sans un mot, préférant rejoindre sa copine Judith Nevers dans la perspective d'un footing en fin d'aprem', plutôt que d'assister à une scène de ménage. Nicolas Poliakoff lui, était occupé à déplacer sa batterie de la scène, ce qui prendrait un moment, le bloquant momentanément sur place. Romain Le Goff, le récent guitariste, bandeau de hipster et collier de barbe naissant, avait crû qu'en lui donnant un coup de main, il pourrait éviter un clash qui n'était précisément pas possible à esquiver. Rosalie Barbier, la seule élève non-membre du groupe actuellement présente dans la salle, était là, devant, très proche de la scène. Officiellement, elle venait chercher sa copine, Melody Rousseau, l'une des deux chanteuses du groupe. Officieusement, elle venait surveiller l'autre chanteuse, Caroline Savorani. Les deux filles de la première ES 2 s'étaient regardées en chien(ne) de faïence dès que Barbier avait franchi la porte, il y avait seulement neuf minutes, même si le reste du groupe avait l'impression que cela en faisait quatre-vingt-dix. Caroline ne put s'empêcher de provoquer celle qui était devenue sa rivale. Elle tourna la tête en direction de Le Goff.
- Dis-moi Romain, tu fais quelque chose ce soir ?
Romain ouvrit la bouche mais n'eut pas le temps de répondre vu que...
- Oui justement, j'allais te proposer de sortir en ville.
Bien sûr, c'était Rosalie Barbier qui était à l'origine de cette phrase.
- Euh, tu te prends pour qui là ? intervint Savorani.
- Pour sa copine ! lâcha Barbier.
- Ah bon, mais je n'ai pas été mise au courant que tu avais un tel statut !
- Ben on va demander à Romain alors !
- Excellente idée.
Les deux femelles tournèrent la tête vers l'endroit où se trouvait le concerné. Du moins, où il se trouvait il y a encore dix secondes. Elles réalisèrent qu'il était en train de prendre la tangente en sortant par une des portes du côté.
- Attends ! crièrent-t-elle simultanément.
Sans un regard, le troisième claqua la porte derrière lui. Nicolas et Melody se dépêchèrent de séparer Caroline et Rosalie qui allaient finir par se bagarrer physiquement. Rousseau parvint à traîner sa pote dans la cour avant de relâcher sa coercition physique.
- Félicitations, fit l'anglaise. Tu n'as réussi qu'à faire fuir Romain. Encore.
- Je sais. Mais si je ne l'avais pas fait, cette petite pute en aurait profité.
Melody soupira, un peu dépitée par la tournure que prenaient les événements. Elle saisit son portable et sélectionna un numéro dans son répertoire pour envoyer un SMS :

Slt, qu'est-ce que tu fé de beau ?


- Et alors quoi ? demanda-t-elle simultanément à Rosalie.
- Faut que j'arrive à le choper sans qu'elle soit là pour qu'il mette les choses au clair entre nous.
- Mais vous sortez ensemble oui ou merde ? questionna Melody, qui avait déjà la réponse mais qui ne cherchait qu'à gagner du temps.
- C'était du tout cuit avant que Romain ne laisse tomber le théâtre pour rejoindre votre groupe, j'en veux beaucoup à Ronaud de l'avoir démarché. Des guitaristes, ce n'est pas ce qui manque ! Enfin au moins, il a fait pareil avec toi et tu peux surveiller Caro pour moi.
- J'ai jamais promis ça ! protesta la rousse tout en lisant une réponse.

Yo. Je suis dans ma chambre, je ne fais rien de particulier, pourquoi ?


- Sérieux Melody, on est cops' depuis que t'es en France, tu peux pas choisir de rester neutre face à Caro !
- Tu me gaves, j'me tire, balança soudain l'anglaise.
- T'es sérieuse là ?? Putain Melo, dis !
Mais la Melody en question était déjà partie pour écouter une autre partition.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, premier secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Une cour carrée entièrement bétonnée, entourée de bâtiments anciens à la manière du quatrième secteur et avec d'ailleurs, le même ciel bleu. Les décorations entre les bancs se limitaient à quelques arbres, et au centre, une petite fontaine à l'allure assez pitoyable. Seule une prolongation dans l'un des coins venait briser la forme de base du territoire. Christophe, débarquant d'une porte noire précisément de cette extension, entreprit de s'avancer au centre de la cour dans l'idée de retrouver la personne qu'il cherchait. Valérie était appuyée contre l'une des baies vitrées du bâtiment d'où venait le garçon. Manteau similaire au sien, si ce n'était que sa bande verticale était bleu clair, cheveux bruns mi-longs, elle portait des lunettes noires cachant entièrement ses yeux.
- C'est pas trop tôt ! lâcha-t-elle en guise de salut.
- Oui mais moi, je ne suis que le messager, lui répondit le noir en s'arrêtant à coté d'elle. On va bientôt passer à l'action. Tu te sens prête ?
- Bien sûr. On est là pour ça non ?
- Oui évidemment. Tu ne t'es pas encore disputée avec Céline ?
Valérie ne put s'empêcher de rire avant de répondre.
- Mais non, tout va bien !
- Bon tant mieux, vu que tu risques d'y aller avec elle.
- Eh bien on va le faire, confirma la fille.
- Très bien, dans ce cas c'est parfait, je vais te laisser.
- Tu ne restes pas plus longtemps ?
L'adolescent noir secoua la tête.
- Je dois aussi prévenir les autres, mais peut-être après ?
- Oui d'accord.
Christophe reprit le chemin en sens inverse. Valérie le regarda partir en soupirant.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, chambre de Gladys Fontaine

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngCelle à qui la chambre avait été attribuée était actuellement très occupée à flâner, allongée sur son lit. La quatrième n'était désormais plus blonde mais arborait des cheveux violet pale à la manière de son look passé sur Lyoko. D'ailleurs, la première fois qu'il l'avait vue, Odd avait déclaré que « ça c'est le Lyoko-style, le look de la mort qui tue ! ». Mais Gladys s'en moquait, tout comme elle failli ignorer la personne qui venait de frapper à la porte. Ce n'était cependant pas correct.
- Oui.
Alors que Fontaine se redressait, ce fut sans surprise Melody Rousseau qui entra, compte-tenu de son SMS précédent.
- Coucou toi, je te dérange pas ?
- Non.
- Heureusement parce que j'en ai encore pris plein la tronche de la part de Rosalie.
- Hm. Vous n'êtes pas censées être amies ?
- Si bien sûr mais elle déraille complètement depuis qu'elle veut sortir avec Romain et qu'elle est en concurrence avec Caroline.
- Forcément.
- Et ça commence à me peser parce qu'en plus ça touche le groupe, déjà que je cherchais à oublier ton frère en me lançant dans l'aventure...
Gladys n'était déjà pas très réceptive aux histoires racontées par Melody. Mais à l'évocation de son frère, elle se ferma définitivement.
- Ahin. Bon je suis désolée mais je vais bientôt devoir aller à l'entraînement.
- Ah ? Oui bien sûr excuse-moi ! fit l'anglaise en se remettant en mouvement. On se voit plus tard !
- C'est ça.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, second secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Un grand campus bétonné comprenant en son centre un très long bâtiment en briques rouge haut d'une dizaine de mètres et quelques excroissances de celui-ci, ainsi qu'un autre, dans le même style mais carré, situé sur un coté. Des parkings vierges de tout véhicule et quelques rangées d'herbes complétaient un tableau entièrement cerclé de grillages blancs.
Les portes coulissantes de ce qui était visiblement l'entrée principale du bâtiment s'ouvrirent, dévoilant Christophe qui s'avança sur le parvis. Céline était au bas des marches, accoudée sur l'un des murs blancs qui soutenait l'extension du toit. Comme lui, elle était vêtue de ce manteau noir avec le logo, et une rayure horizontale, verte pour elle.
- Alors ça y est, on y va ? demanda la fille sitôt le garçon à portée de voix.
- Tu es vive. Le Commandant nous a demandé de bouger.
- C'est normal, j'ai vraiment hâte d'explorer de nouveaux mondes, surtout s'ils sont plus exotiques qu'ici.
- Dans ce cas, tu devrais être servie. Je suis ravi de ton implication.
Christophe s'était suffisamment approché de Céline pour que les deux tapent leurs poings l'un contre l'autre. Puis il fit demi-tour pour repartir d'où il était venu.
- Tu vas faire équipe avec Valérie évidemment, lâcha-t-il au passage.
- Oh chouette, c'est ma copine ! commenta simplement l'adolescente avant que les portes coulissantes ne se referment sur l'africain.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngStade de la grenouillère, Anthony, fin d'après-midi

- Gladys, cette fois, c'est la bonne !
L'arrière-droit au dossard vert fluo entendit à peine les encouragements de sa partenaire Clara. Sur le terrain en terre pourri qui servait d'entraînement à l'équipe féminine benjamine du F.C Sceaux, la situation était tendue. Pour Fontaine, il était déjà inespéré que ses attaquants, en général de vrais branleurs quelle que soit la composition de son équipe, ait réussi à inscrire deux buts. Mais cette pétasse de Bellatrix, de vingt bons centimètres son aînée, avait réussi à réduire le score en survolant littéralement la défense centrale. Et voilà maintenant qu'elle faisait mine de réitérer l'exploit en s'avançant face à Gladys. Bonnie et donc, Clara, les défenseurs centraux, étaient déjà hors du jeu. Et Kim, l'arrière gauche au physique peut-être plus adapté pour contrer Bellatrix, était trop loin. Bellatrix regardait Fontaine comme si elle l'avait déjà passée, les deux jeunes filles ne s'étant de toute façon jamais appréciées, que ce soit sur ou en dehors du terrain. Alors, malgré le fait que le sol ne s'y prêtait absolument pas, Gladys lui fit soudain un tacle par devant sans aucune précaution. Et sans hésitation. Rapide. Glacial. Bellatrix, comme l'ensemble des filles regardant l'action, ne s'y attendant absolument pas, Fontaine récupéra effectivement le ballon. Et la jambe droite de Bellatrix avec. Malgré le protège-tibia, le choc fut rude, la grande adolescente basculant au-dessus de la petite et effectuant deux roulades dans la terre.
- Putain mais ça va pas ! se plaignit l'attaquante.
- GLADYS !
C'était Élodie, l’entraîneuse, qui venait de hurler le prénom de la concernée. La kadicienne ne posa aucune question et alla la rejoindre au bord du terrain.
- Tu te crois où ? sermonna l'adulte. Je commence à en avoir vraiment marre ! Combien de fois j'ai répété qu'ici on était à l'entraînement ? Cela fait plusieurs séances que tu viens avec tes problèmes au lieu de les laisser sur le bord du terrain, et c'est exactement ce qu'il ne faut pas faire ! Alors maintenant tu te barres et je t'interdis de revenir avant que t'aies compris qu'ici, c'est une parenthèse sur le quotidien extérieur !
Gladys hocha simplement la tête, et rangea son dossard criard sans un bruit avant de rejoindre les vestiaires pour retirer son maillot d'entraînement jaune et bleu.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, troisième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. De hauts et longs bâtiments austères formant une sorte de résidence entourée de murs en pierre, et d'un portail grillagé vert. Le sol goudronné était malgré tout parfois aéré par l'installation de certaines plantes vertes. Anne-Sophie était sur le toit d'un des bâtiments, vêtue comme les autres de son manteau noir avec logo dans le dos et bande de rayure horizontale, verte pour elle. La fille aux cheveux rouges fut dérangée par l'arrivée de Christophe, depuis l'échelle permettant d'accéder au toit.
- Eh bien, j'ai eu du mal à te trouver, pour changer... commenta l'adolescent noir en guise de salut.
- Désolée. Je n'y avais pas pensé.
- Bah c'est pas grave, j'aime bien venir ici. Tu sais pourquoi je suis là, je suis sûr.
- On va enfin pouvoir s'y mettre ? interrogea la fille.
- Ouaip'.
- Les autres sont prêts ?
Christophe pencha la tête sur le coté.
- Tiens, moi qui te voyait souvent à l'écart, je pensais que...
Il s'interrompit en voyant le sourire entendu de sa collègue.
- Très bien, très bien, conclut le garçon. Je ne m'inquiète pas plus que ça. À plus tard.
- À plus Christophe !


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSceaux

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngGladys était passée par le parc pour rentrer, mais s'était engagée vers la sortie donnant sur l'allée d'honneur. Elle aperçut au loin deux garçons qui approchaient, car eux se dirigeaient précisément vers le parc : Christophe et William. Ce dernier avait pour particularité de posséder un gros frisbee vert avec un motif de tête d'alien gris dans la main.
- Hey mais regarde qui voilà ! s'exclama M'Bala. Tu reviens déjà de l'entraînement ?
- Euh, ben, en fait... commença la fille.
Sa voix se perdit. Et elle se mit subitement à pleurer contre son ami plus âgé, sous les yeux ronds des deux lycéens. Ce n'était pas vraiment son genre.
- Euh...? ne put retenir William.
- Mais qu'est-ce qui se passe ? interrogea l'ivoirien.
L'ancienne blonde ne répondit pas immédiatement, se contentant visiblement de relâcher la pression. Puis entre deux sanglots, alors que Christophe insistait, elle lança un regard furtif à William. Il comprit.
- Bon je vais vous laisser, annonça Dunbar. Je viens de me rappeler que je devais absolument faire quelque chose de très important à Kadic, même si dans l'immédiat, je ne vois pas quoi.
M'Bala lui, était de plus en plus largué, parce qu'il n'avait pas encore capté.
- Mais qu'est-ce que tu racontes !? Vous devenez tous bizarres là.
L'ancien X.A.N.Aguerrier avait déjà mis les voiles. Gladys mit sa main sur l'épaule, bien plus haute, de l'ivoirien.
- Il fait ça pour que j'ose t'expliquer. Je suis désolée mais... je connais à peine William moi tu sais.
- Ah, oui... réalisa son ami. Il est gentil.
- Peut-être... je...
- Bon, viens.
Le lycéen entraîna la collégienne par la main à nouveau dans le parc, repéra le premier banc disponible, ce qui n'était pas chose aisée un mercredi après-midi. Ils y parvinrent finalement et purent se poser.
- Mon frère me manque un peu trop, lâcha la dernière des Fontaine, qui avait arrêté de pleurer mais conservait les yeux rougis, ce qu'elle détestait.
- Oh... je ne pensais pas que c'était à ce point. Mehdi me manque aussi. On avait bien accroché.
- Mais tu sais le pire, c'est que j'ai l'impression que c'est ma faute.
L'ivoirien hocha la tête.
- À cause du fait de lui avoir tout dit ?
- Bien sûr, tu sais pourquoi il est parti...
- Hm. Bon bon bon. Tu sais Gladys. Tu te sens coupable mais qu'est-ce que tu penserais si tu ne lui avais rien dit ?
- Je serai mal aussi mais lui serai encore là.
- Ne simplifie pas autant. Je ne sais pas si ton frère t'en parlait à toi mais il en avait vraiment marre de ses études de droit, il avait juste envie d'arrêter. C'est grâce à toi qu'il a pu trouver une nouvelle opportunité pour s'épanouir, même si tu l'as fait involontairement. Et en ce sens là, tu peux être fière de toi. Voilà comment on peut voir les choses aussi.
Fontaine ne répondit rien. Elle n'avait pas vu les choses sous cet angle. Enfin, ça n’effaçait pas tout, mais...
- Je crois que ça va mieux, répondit-elle finalement.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, sixième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. C'était un long quai de plusieurs centaines de mètres, gris, dont les marches venaient se jeter dans un cours d'eau qui s'étendait d'un coté à perte de vue, et qui était entouré de trois hauts murs hostiles. Hiroki, avec son long manteau noir au logo et sa rayure bleu curaçao, était posé sur les marches, à quelques centimètres de l'eau, quasiment au milieu du monde. Il sursauta lorsque Thierry surgit soudain de la liquidité virtuelle.
- Hé bé, commenta l'adolescent au manteau blanc.
- Je m'y ferais jamais, souffla le garçon aux traits asiatiques en reprenant contenance. J'espère au moins que c'est pour une bonne raison cette fois.
- Ah parce que tu les as pas trouvées bonnes les raisons précédentes ?
Les deux garçons eurent un rire complice, tandis que le visiteur s'extrayait définitivement de l'eau virtuelle pour se poster sur la berge, assis à coté de son ami.
- Oui, cette fois le motif est plus sérieux. Le Commandant nous a ordonné de bouger. On est prêt. Toi aussi ?
- Oui bien sûr, j'attends ça depuis longtemps. Qui sème le vent récolte la tempête après tout.
- On va leur montrer ouais, confirma Thierry. Mais ça ne risque pas d'être une partie de plaisir, tu en es conscient ?
- Bien entendu, mais j'ai foi en notre groupe.
- Que tes sages paroles nous protègent, sourit l'adolescent noir qui ne pouvait s'empêcher d'en rajouter.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'ancien Lyoko/X.A.N.Aguerrier était revenu à Kadic et s'était posé sous les arcades, se demandant comment il allait faire pour combler l'interruption imprévue de son début de soirée sportive avec son ami Christophe. Il se rendit compte finalement que, dès qu'M'Bala n'était plus là, il était plutôt seul. Compte-tenu de ce qui s'était passé, et bien que tous les protagonistes de l'histoire aient expliqué qu'ils comprenaient que le lycéen soit passé à l'ennemi de son plein gré, encore que le terme soit impropre, ce n'était pas pour autant que Dunbar était devenu le poto de l'ensemble de l'ancien groupe des Lyoko-guerriers. Certes, William s'était confié à Aelita quand ils étaient dans la bulle virtuelle, elle était partie toute seule le chercher face au refus de Jérémie de le prioriser, mais du coup, elle n'était plus là. Bien sûr, avec Christophe, c'était redevenu comme avant, et même mieux vu ce qu'ils avaient partagé entre temps. À l'autre bout du spectre politique, bien qu'elle soit également dans la même classe, Yumi, il ne lui avait jamais rien dit d'autre que « bonjour ». En même temps, William était parti se réfugier chez X.A.N.A, se défilant face à la déclaration sentimentale de la japonaise. C'était fin octobre... il y avait plus de trois mois. Depuis, aucune allusion à cette histoire n'était ressortie, en tout cas depuis le retour, malgré tout récent, de William. Le genre de casseroles qui n'aide malgré tout pas à normaliser une relation.
Dunbar se remit en route. La période Lyoko était derrière eux. Il n'était plus le même. Sûrement que Yumi, pourfendeuse officielle du Palamède, non plus. Il vit tout à coup l'occasion idéale de crever l'abcès avec elle. Renfilant sa veste, il se mit en route pour le domicile des Ishiyama, qu'il n'avait pas vu depuis un bon moment. Bien sûr, il avait le numéro de Yumi, mais il la voyait plus facilement refuser cette main tendue par message ou téléphone. S'il faisait l'effort de venir chez elle, cela devrait être perçu positivement. Alors, sitôt arrivé devant chez la japonaise, il n'hésita pas une seule seconde et sonna. Ce fut Hiroki qui vint ouvrir, ce à quoi Dunbar n'était pas forcément préparé, alors qu'il aurait dû.
- Ouais ? Eh, mais t'es William toi nan ?
- En effet champion. J'aimerai parler à ta sœur.
- Alors, c'est pas forcément mes oignons mais en général, les garçons qui se pointent comme ça chez elle finissent mal.
- Je suis au courant, sourit Dunbar. Mais ce n'est pas pour ça.
- Ah. C'est nouveau. Bon ben je vais la chercher alors.
William hocha la tête. Hiroki Ishiyama avait l'air un peu plus mûr que dans ses souvenirs. Dans d'autres circonstances, ils auraient pu bien s'entendre.
- Yumi, c'est pour toi !
- Ah ? C'est qui ?
- William !

L’intéressé déglutit en entendant qu'il avait été annoncé. L'attente semblait interminable. En faisant davantage attention, il entendit la télé allumée dans le salon.
- Aux États-Unis, suite aux révélations du Washington Post au sujet de fuites au sein de la Maison-Blanche au profit de l’État vénézuélien, le Vice-Président Dick Cheney, dont le nom apparaît, a remis sa démission...
Le son fut coupé. William aperçu finalement la silhouette d'Ishiyama l'aînée se dégager de la pièce dans laquelle elle se trouvait pour se planter devant lui.
- Salut. Je t'avoue que je n'étais pas vraiment préparée à recevoir ta visite, commença-t-elle avec franchise.
- Oui, euh, hum... je sais. C'est un peu pour ça que je suis là aussi.
La japonaise haussa un sourcil d'un air sceptique, une technique d'expression faciale que seules les pures filles maîtrisent vraiment.
- Comment ça ?
- On s'est pas parlé depuis que je suis revenu. C'est bête non ? Je suis sûr qu'on pourrait redevenir amis.
- La dernière fois qu'on a parlé, tu t'es enfui quelques heures après rejoindre X.A.N.A.
- Ce qui ne risque plus d'arriver puisque X.A.N.A n'existe plus ! répondit son ancien esclave avec une pointe de malice.
- C'est vraiment pas marrant, William, répondit sa camarade de classe d'un ton sec.
- Ok ok, admit Dunbar en levant les mains en signe d'apaisement. Écoute, on a tous les deux pas mal de choses à reprocher à l'autre, c'est clair. Mais maintenant je pense qu'on a le recul suffisant pour en parler à froid tu vois. Je te rappelle que, puisque je n'étais pas inconscient, le temps s'est écoulé aussi vite chez moi que chez toi.
- Et tu te vois faire ça ici ? Mon frère nous écoute sûrement depuis la cuisine et mes parents ne vont pas tarder à rentrer.
- Ahem. Qu'est-ce que tu dirais d'un Mac Do ?


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe tronc creux abritant la grotte n'était pas désert : Christophe venait de quitter le troisième secteur et se dirigeait vers la dizaine de pics, des sortes de cristaux de plusieurs mètres disposés en demi-cercle mais dont l’extrémité, lisse et ronde, permettait à un homme de s'y jucher. Par rapport à son point d'arrivée, l'adolescent au manteau noir sauta sur le pic le plus proche de lui sur sa gauche. Au-dessous de lui, sur la face intérieure du pic, s'était mis à briller un logo évoquant un monstre de Lyoko, la Tarentule, avec une lumière d'un bleu tirant sur le violet, soit la même couleur que la rayure sur son manteau. Christophe se tourna, restant debout, vers la droite. L'avant dernier pic dans son champ de vision fit apparaître au bout de quelques secondes une silhouette similaire à la sienne, très colorée, et visiblement habillée du même type de vêtement. Un garçon aux cheveux mi-longs, un poil plus petit que Christophe. Thomas. Sous la silhouette, sur la face intérieure du pic, le logo évoquant un Frôlion s'était mis à briller en vert.
- Ah, commença la voix lointaine de l'hologramme. On devait justement s’appeler bientôt non ?
- Bien sûr, répondit celui qui était physiquement présent.
- Qu'est-ce qui t'amène ?
- Le Commandant a parlé. Il va falloir bouger.
- Pas moi.
- Certes. Mais c'est capital que tu sois prêt toi, justement.
Christophe entendit l'hologramme soupirer.
- Bien sûr que je suis prêt. Tu pourras toujours compter sur moi, c'est si vrai que tu ne pourrais même pas dire depuis quand on se connaît. Alors tu n'as pas à t’inquiéter.
- D'accord. Tu es génial tu sais.
- Moi en revanche, je peux.
L'adolescent masqué était surpris.
- Pourquoi ?
L'hologramme demeura un bref instant immobile.
- Tu prends ton rôle trop au sérieux.
- Je ne savais pas que j'avais l'air sérieux dans mon rôle, répondit simplement l'accusé en haussant les épaules.
- Ce n'est pas dans ce sens là. C'est bien d'avoir l'esprit d'équipe. J'admire vraiment ce que tu as fait avec les Perles, mais... qui s'occupe de toi ? Moi, par la force des choses, je ne peux qu'être là quand tu me sollicites. Réfléchi-y.
Christophe n'eut pas le temps de répondre. L'hologramme se volatilisa, et la lumière diffusée par le logo vert s'évanouit. Il n'avait plus qu'à attendre la prochaine heure.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRestaurant McDonald, Anthony, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngWilliam venait de s’asseoir, rejoignant Yumi, après avoir commandé. Ils n'étaient pas encore entrés dans le dur du sujet, le trajet ayant passé lorsque Dunbar avait commencé à expliquer ce qui lui était arrivé lorsqu'ils avaient croisé Gladys, avec Christophe. La conversation avait été interrompue lorsque Ishiyama avait été servie en première et était partie trouver une place. Et son camarade de classe venait donc, de l'y rejoindre.
- Tu sais, j'ai été volontairement dure quand tu es venue me voir pour te tester, reconnu immédiatement la japonaise alors que William venait à peine de s’asseoir en face d'elle. Que tu ais osé venir me parler est déjà énorme en soi. Et pour ce qui s'est passé la nuit avant que... enfin bref, pas la peine de t’inquiéter, j'étais un peu perdue à ce moment là mais je suis passé à autre chose.
Pour ne pas la vexer compte-tenu de ses origines, Dunbar se retint de faire les yeux ronds. Il ne s'attendait cependant pas à ça. Avait-il donc été absent si longtemps ?
- Oh, euh, eh bien... c'est super je suppose. Et c'est indiscret si je te demande où tu en es, au niveau des garçons ?
- Bah justement, j'ai un peu stoppé là. J'ai eu ma dose. Ulrich, toi, Odd...
William était en train de boire une gorgé de son Sprite coupé à l'eau, ou de son eau coupée au Sprite. Quoiqu'il fut en train de boire, il l'avala de travers et toussa une bonne quinzaine de secondes avant de pouvoir parler.
- Odd !?
- BREF, coupa Ishiyama. Depuis qu'on a arrêté de jouer les héros sur Lyoko, j'ai envie de prendre du temps pour moi. Et je me sens beaucoup mieux maintenant.
- Excellent, sourit William. Je vois ce que tu veux dire. Moi aussi, je sors d'une période compliquée. Pas vraiment l'envie de penser aux filles. Je dois un peu me retrouver. Ça fait cliché mais... c'est ce que je sens.
- Il paraît. Tu sais, au début, j'ai eu du mal à avaler ton excuse, sur X.A.N.A. Mais Christophe est venu me voir une fois et il a su trouver les mots pour que j'accepte ce qu'il s'est passé. Enfin, j'ai fait comme si je n'avais pas été convaincue. Jusqu'à aujourd'hui.
- Ah bon ? Mais quand ?
- Quelque chose comme samedi dernier.
- Ah... quel salaud. Et en même temps, je l'adore.
- Oui, moi aussi. Tu vois, à l'époque, j'étais un peu jalouse des autres LG parce qu'ils étaient tous dans la même classe. Surtout après l'arrivée d'Aelita. Mais finalement, avec Christophe, toi... et même Melody, on se défend pas si mal nan ?
- On a du potentiel, confirma Dunbar entre deux bouchées de son Big Mac. On est les plus grands, à nous de montrer l'exemple.
- Je suis bien d'accord avec toi, sourit la japonaise.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, cinquième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Entourés de grillages vert austères, deux terrains de football de piètre qualité étaient disposés de façon perpendiculaire. Christophe venait de sortir des portes du grand bâtiment situé à côté, dont la pente évoquant un accès pour handicapés donnait sur la zone de graviers entre les deux terrains. Pierre était assis sur l'une des barrières vertes entourant l'une des deux zones d'herbe. C'était un garçon de taille normale avec d'épais cheveux noirs, et le même accoutrement que son collègue, sa bande de couleur horizontale étant chez lui, jaune. Les deux camarades se saluèrent d'un signe de tête.
- On est bon, annonça immédiatement Christophe.
- Je m'en doutais, répondit simplement Pierre. Je suis prêt, pas de problème.
- Très professionnel dis donc, reconnut l'adolescent au masque. Ceci étant dit, j'espère que l'occasion de combattre côte à côte va se présenter.
- On forme une excellente équipe c'est vrai.
- Et on va leur montrer, fit Christophe en tapant son poing sur celui de Pierre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, étage des garçons

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'ivoirien revenait de la douche, habillé, et fut intercepté par le couloir par William qui revenait.
- Pas trop tôt, commenta le noir. Te pose pas, faut qu'on aille bouffer.
L'autre, sans un mot, opina du chef et le suivi. Les deux lycéens quittèrent la chambre, empruntant le couloir en direction du self.
- Hm, sourit soudain l'ancien X.A.N.Aguerrier. En fait moi, j'ai déjà mangé.
- Quoi ? Mais comment ça ?
- Avec Yumi.
- Tu déconnes !?
- Nan nan, on a fait la paix. Tu y as contribué, si j'ai bien compris.
- Oh euh... répondit Christophe, visiblement gêné, en détournant le regard.
- Allez t'inquiète pas va, pour un pote comme toi, ça vaut bien de manger deux fois. Et Gladys alors ?
- Ah, ouais. Je pense que ça va mieux. C'est à cause de Mehdi.
- Mehdi Fontaine... commenta William alors que la fraîcheur de la nuit venait accueillir les deux adolescents. C'est quand même étrange cette histoire.
- C'est toi qui dit ça ?
- Ouais bon ok. Malgré tout, tu vois je pense dans son cas que...
- Hey !
Dunbar venait d'être interrompu par la voix enjouée de Della Robbia, flanqué de son camarade de chambre. Ne s'étant pas croisés aujourd'hui, secondes et premières se saluèrent avant de monter les marches du préfabriqué.
- Au fait les gars, informa Ulrich. On s'est entraîné avec Odd. La prochaine partie de basket, elle est pour nous.
- Bah voyons, commenta William en roulant des yeux de façon exagérée.
- On vérifiera ça ce week-end, répondit son camarade de classe.
- R'gardez les mecs, y a du beau monde ! informa Odd.
Les autres avisèrent la direction pointée du doigt par l’excentrique. À une table, Melody, Hervé et Gladys étaient en train de manger ensemble. Après s'être servis (ou avoir fait semblant pour William qui ne pouvait vraiment plus rien avaler), ils s'installèrent à leur côtés.
- Eh bien, ça faisait longtemps qu'on avait pas été dans une telle formation, commenta Stern.
- Bah, je fais la gueule à Rosalie, répondit Rousseau.
- Moi, ma sœur me fait la gueule, avoua Hervé.
- Et moi, je ne la fais plus, répondit Gladys, sur un ton presque plus enjoué.
Presque.
- Ahin, répondit simplement Ulrich en jetant un regard entendu aux trois autres garçons qui avaient rejoints la table en même temps que lui.
- Puisqu'il n'y a pas de... ahem, corps étranger – et arrêtez de me fixer comme ça bande de racistes – du neuf sur la recherche de Jérémie ? questionna M'Bala sous l'hilarité générale.
- Comme je l'expliquais à Odd et à Ulrich tout à l'heure, je rame alors on va essayer de choper sa réplique pour avoir plus d'informations, informa Pichon. Je pense avoir besoin d'un peu de main d’œuvre. Donc ne faîtes pas comme William et mangez bien.
Tandis que Dunbar soupirait, un rictus amusé se dessinant sur son visage, Christophe se frottait les mains.
- Les affaires reprennent, commenta Fontaine, comme pour traduire en mots les gestes d'impatience de son ami.
- Et elles reprennent quand ? questionna William.
- J'avais dit ce week-end mais inutile d'attendre en fait, répondit Hervé. On peut faire ça demain.
- Comment on va faire pour attirer la réplique jusqu'à l'Usine sans provoquer de... bullshit ? s'enquit Melody. Elle était pas en plein Paris ?
- Ouais, c'est la principale difficulté. Le plus simple à mon sens, c'est encore de ruser et de l'attirer sans violence. Après tout, la réplique avait l'air programmée relativement basiquement quand nos trois amis sont allés la rencontrer. Ça pourrait marcher. Nous on sort de cours à quinze heures trente. Y en a d'autres qui sont dispo ?
- On a sport nous, informa William pour les premières.
- Mon aprèm est blindée, révéla Gladys.
- Bon, alors on fera ça entre nous, conclut Ulrich. Mais bon, Odd et moi, on connaît déjà le terrain.
- Vous serez possédés par un spectre par sécurité évidemment, assura Pichon.
Les deux camarades de chambre concernés par l'information se regardèrent.
- Excellent, avoua Della Robbia.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, septième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. C'était l'intérieur d'un bâtiment gris formant une ligne arrondie, avec de multiples portes donnant sur des salles de classe banalisées, réparties sur deux étages, et accessibles par des couloirs en forme de balustrade, un escalier joignant ceux-ci, et se prolongeant plus bas jusqu'à une curieuse porte coulissante. Celle-ci se mit d'ailleurs en mouvement pour dévoiler Christophe, qui entreprit de gravir les escaliers directement jusqu'au second étage. Au terme de son ascension, il allait se retourner pour se mettre à emprunter le couloir, mais il vit directement Hervé dans son champ de vision, appuyé contre le poteau porteur le plus proche de l'escalier.
- Toujours au sommet, commenta l'individu masqué.
Hervé, légèrement plus petit que la moyenne, avait évidemment le même manteau que ses collègues, avec une rayure horizontale de couleur bordeaux. Sa particularité se trouvait dans le fait de ne posséder que trois doigts à chaque main. Et il arborait une paire de lunettes rondes basique.
- Oui, toujours poulet.
- Alors, je suppose que si je te dis que le Commandant souhaite que l'on bouge, tu vas me répondre que... ?
- Je n'ai pas besoin d'en savoir plus. Je saurais quoi faire le moment venu.
- Hé hé, c'est parfait, c'est ce que j'aime chez toi, tu es vraiment une machine.
- Tu n'es pas mal non plus, complimenta en retour le binoclard.
- Tu es gentil. Dire que ça avait mal commencé entre nous, au début...
- Ha ha, yay. Bah, c'est du passé maintenant, on s'en fout nan ?
- En effey, répondit simplement, amusé, Christophe avant de repartir.


Dernière édition par Icer le Jeu 25 Juin 2020 19:23; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2020 19:18   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngJeudi 14 février 2008, Piscine Koropa, Majicavo Koropa, Mayotte, dans la matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa piscine de Koropa était jusqu'à peu traditionnellement peu fréquentée lors de son ouverture en fin de matinée les jours de semaine. Quelques privilégiés venaient certes y faire des longueurs, mais les multiples chaises du snack-bar ne seraient normalement pas occupées avant le début de l'après-midi. Aujourd'hui, un asiatique d'âge mur en costume sombre occupait l'une des tables en plastique bleu – estampillé du logo de Gervais – située en hauteur du bar, offrant une vue large sur le lagon mahorais, l'une des principales qualités de l'endroit. Il sirotait tranquillement l'une des deux canettes de Fanta Citron posées devant lui, tandis qu'une autre personne de la même tranche d'âge, drapée dans des vêtements clairs et aux cheveux noirs coupés courts, fini par se joindre à lui, s'asseyant sur la chaise en plastique en face. L'homme lui indiqua la seconde canette :
- J'ai commandé ça pour vous, indiqua-t-il en anglais, afin qu'on ne vienne pas nous importuner. Il n'y a rien d'autre.
- C'est aimable, mais sans façon pour moi, indiqua son interlocutrice dans la même langue. Je ne suis pas en vacances.
- Moi non plus.
- Alors pourquoi ce rendez-vous doit-il avoir lieu dans un endroit pareil ? Je déteste ce climat humide.
L'asiatique pris le temps de terminer sa boisson avant de répondre.
- Parce qu'il est impossible que nous soyons surveillés ici. J'avais connaissance de cette île grâce à l'un de mes contacts, disons, assez haut placé dans l'administration française – il sourit, comme amusé par ses propres propos. Contrairement à vous, j'ai été un temps un personnage public mais très franchement, ici, les noirs locaux sont davantage occupés à détester d'autres noirs venant des îles voisines, ou pour certains, les métropolitains blancs, pour se soucier d'un asiatique. Ce territoire est pauvre, et la France surveille surtout ses frontières pour exercer le moindre contrôle sur un endroit comme celui là, réservé à l'élite locale compte-tenu des prix. Et puis, c'est presque du passé maintenant tout ça, compte-tenu du nouveau contexte géopolitique, il n'y aura bientôt plus personne ici. L’État a laissé aux habitants jusqu'à la mi-mars pour quitter les lieux, au nom du principe de précaution, la plupart étant rapatriés sur l'Île de La Réunion. Accéder au territoire est normalement interdit, vous avez dû vous en rendre compte. Officiellement, ils vont établir une base de recherche pour essayer de comprendre ce qu'il s'est passé en Afrique. Enfin, dans tous les cas, ils ont mieux à faire que s'occuper de nous, c'est certain.
- Comment avez-vous fait pour obtenir nos autorisations ?
- Je vous l'ai dit. J'ai un contact haut placé.
- Ce n'est pas dangereux ?
- Nous n'avons rien à craindre des Français, je cherche avant tout à échapper aux Américains.
La femme n'avait l'air que moyennement convaincue. Celui qui venait de se vanter d'avoir été un « personnage public » rapprocha sa chaise et se redressa.
- Très bien, puisque nous ne sommes pas en vacances, allons droit au but. Notre amie commune n'a pas tari d'éloges sur vous mais j'aimerai être certain que vous comprenez que ce que nous souhaitons faire n'a rien d'anodin et n'a aucun précédent historique... du moins s'il réussit.
- Certainement.
- Avant d'aller plus loin, j'aimerai comprendre vos motivations.
- Hum.
- Je suis au courant pour le Projet Carthage. Et n'y voyez aucun acte de trahison de la part de notre amie commune, elle a exigé que j'obtienne la nationalité américaine avant de m'impliquer réellement, ce qui ne m'a pas énormément coûté vous vous en doutez, je n'ai pas que des amis au Parti...
La femme soupira.
- J'en veux beaucoup à Bush pour sa gestion du Projet Carthage. Il a sacrifié le résultat de nos recherches post-guerre froide non pas dans l'intérêt du pays mais dans le sien. De surcroît, ça n'a pas fonctionné. Ces recherches, c'était toute ma vie. C'est moi qui ait pris la tête de l'organisation après le départ de mon prédécesseur à la fin de la guerre froide et qui aurait pu en faire notre arme ultime. Quand on voit le merdier consécutif au 11 septembre, et l'actuel développement des technologies numériques, comment ne pas voir la perte de nos recherches comme un gâchis absolu ?
- Le soldat Memory ?
- Naturellement. Sans compter que j'ai entendu des choses en revenant au pays... mon prédécesseur, dont on a jamais voulu me donner le véritable nom d'ailleurs, serait mort dans des circonstances inconnues, de même que l'ancienne réelle directrice du projet, Diana Douglas. On parle de suicide, mais pour moi, Bush les a éliminé pour éviter qu'on ne remonte jusqu'à lui. Je trouve cela révoltant quand on sait à quel point ils ont tout sacrifié pour notre pays.
L'asiatique hocha la tête. Selon les informations dont il disposait, le Président américain n'y était pour rien, mais il était dans son intérêt de ne pas l'indiquer à sa partenaire.
- Pourquoi n'a-t-il pas cherché à s'en prendre à vous dans ce cas ?
- Je l'ignore, admit la femme. Peut-être grâce à notre amie commune ? Cela ne fait que renforcer mon admiration.
- C'est possible oui.
- Je lui ai indiqué mes états d'âmes lors de sa visite et contrairement à Bush, elle est très consciente de ce qui se joue. J'ai donc tout intérêt à sa réussite.
- Très bien. Et pour ce qui est du second agent impliqué ?
- Ce n'est qu'un mercenaire, mais il a toute ma confiance. Compte-tenu de vos moyens, il peut avoir la votre.
- Je vois.
L'asiatique pris quelques secondes pour écouter le bruit des vagues sur le rivage, plus en contrebas. Il regarda au loin. Ce paysage l'apaisait. Il reprit :
- Je vais donc vous révéler les modalités de l'opération. Puis nous repartirons sur le champ.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes élèves de première ES 2, classe au plus faible effectif de toute l'histoire de Kadic depuis le décès inopiné de plusieurs de ses membres – et de la tendance qu'avaient leurs remplaçants à être des espions à la solde d'une puissance étrangère – attendaient comme d'habitude l'arrivée de leur professeur de S.E.S, Madame Keno, toujours légèrement en retard la première heure à cause de la nécessité de déposer ses enfants à l'école avant d'arriver. Christophe attendait lui-même William, qui étrangement n'était pas venu déjeuner ce matin. Ce dernier arriva finalement, retrouvant son ami ivoirien après un check à Ernest et la bise à Yumi, Melody et Rosalie qui discutaient toutes les trois en passant. Visiblement, les deux filles s'étaient déjà réconciliées.
- Bah alors mec, ça va ? Cauchemars ?
- Non non, rassura d'emblée Dunbar. Mais la prof arrive, on en parle tout à l'heure.
C'était typiquement le genre de plan que détestait Christophe, qui savait d'avance qu'il n'allait rien écouter des deux heures de cours, trop impatient à l'idée de savoir ce que son ami allait encore lui sortir.
Mais, à la récrée, William avait envie de rejoindre les autres Lyoko-guerriers pour peaufiner les détails de l'opération de l'après-midi que s'apprêtaient à mener Ulrich et Odd, de fait, M'Bala dut se résoudre à passer les deux heures du cours d'histoire-géo sans avoir le fin mot de l'histoire.
Cependant, avant de se rendre au self, Dunbar l'attira dans un coin des arcades.
- Bon. Ce matin, j'ai trouvé une lettre d'amour de Maïtena glissée sous ma porte.
Christophe soupira.
- Avec tout ce bordel, j'avais oublié qu'elle était sur toi...
William haussa un sourcil.
- Comment ça, « t'avais oublié » !?
- Ben elle est venue déclarer sa flamme trois fois à ta réplique. La première fois c'était quand X.A.N.A avait translaté Dark Maul alors de toute façon, on avait utilisé un retour dans le temps et après on est pas retourné à la soirée. La deuxième fois, la réplique a explosé devant ses yeux puisqu'un imbécile aux ordres de X.A.N.A – je ne citerais évidemment pas de nom – venait de faire exploser les territoires de surface pour permettre aux irlandais de...
- Oui bon, coupa William. Et la troisième fois ?
- Euh ben je lui ai fait croire que ton arrière grand-père venait de mourir pour gagner du temps. Bizarrement, elle est pas revenue ensuite, mais il faut dire qu'avec le Palamède, même la réplique n'était pas souvent en train de traîner à Kadic.
- Ok je vois. Mais t'aurais quand même pu me le dire !
- Comme je le disais, avec tout ce bordel...
- Tss. Et donc depuis, rien ?
- Nan. Je me demande pourquoi refaire ça aujourd'hui.
- Ben sûrement parce que c'est la Saint-Valentin ?
Christophe se frappa le front.
- J'avais complètement oublié reconnut-il.
- Moi aussi, avant d'avoir la lettre.
- Bon et tu comptes faire quoi alors gros malin ? J'ai jamais compris pourquoi t'avais soudain arrêté de lui parler après cet été.
- Bon oui, ça me met suffisamment mal à l'aise comme ça. En vrai, ce qui m'a toujours embêté c'est que je me suis lassé de nos conversations mais techniquement, elle est quand même adorable, et j'ai pas envie de la faire souffrir.
- Oh ben pas de soucis, tu peux toujours lui dire que t'es gay, ça t'assure l'immunité diplomatique et... et euh...
Il s'interrompit quelques secondes, étrangement, avant de reprendre d'un air extrêmement sérieux :
- ... et aucune question indiscrète.
- J'ai l'impression que ça t'amuse, commenta William, blasé. Le fait que tu imites Obi-Wan ne fait que renforcer ce sentiment.
- Je dirais simplement que je souhaite éviter que l'Empire s’intéresse trop à moi.
William loucha, avant de comprendre et de frapper son camarade pour qu'il arrête ses conneries.
- Tu peux pas ne pas lui répondre aujourd'hui, précisément parce que c'est la Saint-Valentin, reprit l'ivoirien. Tu m'as suffisamment mis dans la merde quand y avait ta réplique précisément parce que t'avais pas pris tes responsabilités avant.
Le garçon aux yeux bleus soupira.
- Oui bah je sais ça justement. Bon... peut-être que je devrais demander quelques infos à Yumi, elles sont plutôt copines.
- Nan, plan de merde ça. Y a pas si longtemps, elle était elle-même sur toi, du moins pensait-elle l'être. Mieux vaut la laisser en dehors de cette histoire.
- T'as plutôt raison.
- Oh tiens salut Yumi !
- Ouais très marrant Chris'.
- Bon alors les gars, qu'est-ce que vous foutez ? demanda Yumi en s'approchant derrière l'épaule de William. Melody et Rosalie m'ont lâchées, ne m'abandonnez pas vous aussi !
- Oui oui on arrive, fit Dunbar en se retournant.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRue Notre-Dame-des-Champs, Paris, dans l'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUlrich et Odd, les deux « hervifiés », s'étaient postés à l'angle du mur où ils avaient brièvement échangé avec la réplique de Jérémie la dernière fois. Compte-tenu de l'heure, il y avait légèrement plus d'affluence que cette même dernière fois, quelques élèves quittant à intervalles réguliers l'établissement pour se répartir ensuite sur les trottoirs parisiens.
- Bon. T'as un plan ? questionna Stern.
- Ben nan, je croyais que t'en avais un, répondit honnêtement son camarade de chambre.
- Hum... bon. Il suffit de faire comme la dernière fois et de menacer un des abrutis qui...
- Pas la peine, coupa Della Robbia. Je la vois là, elle sort.
Pour une fois, il ne plaisantait pas. L'image de Jérémie venait en effet d'apparaître dans leur champ de vision, mais ne se dirigeait pas dans leur direction, prenant au contraire le chemin inverse. Les deux kadiciens se dépêchèrent de la suivre, sans néanmoins courir, pour ne pas trop attirer l'attention. Ils se postèrent à sa hauteur une fois celui-ci rattrapé :
- Salut Jérémie ! lança l'ancien chat virtuel.
- Je suis désolé mais ma maman m'a dit de ne pas parler aux inconnus, répondit le programme sur un ton neutre, mais néanmoins poli.
- Nous ne sommes pas des inconnus puisque l'on s'est déjà parlé il y a quelques semaines, souligna Stern.
- C'est vrai, répondit le faux Jérémie, dont la logique venait d'être vaincue. En quoi puis-je vous être utile ?
- On aimerait que tu nous accompagnes.
- Où ça ?
- Disons... un endroit où tes connaissances pourront être mises à jour.
La réplique ne répondit pas immédiatement.
- Qui êtes-vous ?
- Euh... des amis ? tenta Odd.
- Ce n'est pas la bonne réponse. Qui êtes-vous ?
La réplique ne bougeait plus. Elle semblait méfiante.
- Je pense qu'il y a un code, souffla Della Robbia.
- J'avais compris merci, souligna aimablement son collègue.
- Alors t'as aussi compris qu'on avait aucun moyen de connaître la bonne réponse.
Le brun jeta quelques coups d’œils autour d'eux.
- On est bien trop exposé pour l’emmener de force... il faut essayer des mots clés.
- Ok. J'essaye ce que tu penses ?
- Ouais, pas trop le choix.
L'hervifié vêtu de violet fit donc face à la réplique.
- On est des Lyoko-guerriers.
- Oh, d'accord, répondit alors le faux Jérémie.
Et il explosa. Une dame d'âge mur, qui se trouvait à ce moment là à quelques mètres et marchait dans leur direction, fit alors un malaise, sous le regard désemparé des deux lycéens.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe cours de sport de Jim prenait fin et avec lui, la rivalité habituelle des trois têtes de série, Christophe, Ernest et William. Cela dit, il s'agissait des trois seuls garçons de la classe, et depuis que la réplique de Dunbar avait disparu, les choses étaient quand même devenues plus équitables.
Il était cependant temps pour son original de passer sur un domaine qu'il maîtrisait nettement moins bien : les filles.
Après s'être changé et sorti du gymnase, le garçon s'était posé sur les gradins, son inséparable ami ivoirien à ses côtés pour le soutenir moralement en attendant que Maïtena sorte, mais sans rien dire.
Les différentes filles de leur classe passèrent devant eux, sauf celle qui, en l’occurrence, les intéressait.
- Elle aurait été plus rapide que nous ? s'enquit à voix haute William, qui avait l'air un peu stresser.
- Impossible, répondit simplement Christophe, qui connaissait ses dossiers et en l’occurrence, que toutes les études avaient démontré qu'aucun garçon ne pouvait être plus lent qu'une fille d'âge et de condition physique équivalente dans un vestiaire d'EPS.
Une théorie encore une fois validée par l'arrivée, bonne dernière, de Lecuyer. Dunbar l'interpella :
- Maïtena, on peut s'parler ?
Il avait dit ça d'une façon qui ressemblait à un camionneur sur le point de violer une auto-stoppeuse dans une aire de repos. Christophe, qui s'était relevé pour les laisser tranquille, le gratifia d'ailleurs d'un facepalm uniquement avec les yeux. Il devenait évident que William n'avait aucun plan. La blonde s'assit à la place occupée quelques secondes auparavant par l'ivoirien.
- J'ai reçu ta lettre, commença Dunbar.
- Ah, oui, répondit simplement la concernée.
- Je... hum, je tiens d'abord à m'excuser pour mon attitude distante depuis la rentrée, ce n'était pas très correct.
- Ah, ça oui.
- Je ne ressens rien pour toi, annonça d'un coup net le garçon. J'aurais voulu, vraiment. Comme t'étais vraiment chouette et que je n'avais rien à te reprocher... mais pour la première fois, je devais faire face à cette réalité.
- Tu grandis William c'est tout, répondit Maïtena, qui n'avait pas l'air si étonnée que ça d'avoir été éconduite. Il est fini le temps manichéen où s'entendre avec une fille signifie forcément que c'est « ton amoureuse ».
Le garçon n'ajouta rien. C'était tout con mais elle n'avait pas tort.
- J'ai juste fait cette lettre pour t'obliger à arrêter de fuir, me dire non en face, et pouvoir passer à autre chose.
- Ah. Bon, bah, voilà du coup.
- Tu vois, ce n'était pas si compliqué, souligna de façon un peu sèche la fille.
Elle n'avait pas l'air en colère pourtant. Elle se leva et se dirigea vers l'internat sans attendre de réponse et sans un regard en arrière. William soupira, et se surprit à constater que certaines choses étaient à ses yeux plus difficiles à gérer que la menace de X.A.N.A. Il se releva à son tour après s'être assuré que Maïtena avait bien une trentaine de secondes d'avance.
Caché derrière les gradins, sur le chemin, Christophe l'attendait, les bras croisés.
- Alors ?
- Une catastrophe, répondit simplement William. Mais au moins, c'est réglé.
L'ivoirien hocha la tête.
- Allons voir si nos amis s'en sortent avec la réplique de Jérémie.
- Yes, approuva Dunbar. Ils ne peuvent pas moins bien s'en tirer que moi.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe et Thierry s'étaient retrouvés tous les deux dans la caverne, au pied des pics de cristaux.
- Bon. Je crois qu'on a fait le tour, expliqua simplement l'individu au masque. Ils devraient être tous prêts maintenant, largement. On va pouvoir réunir tout le monde et entrer dans le vif du sujet.
- Tu es sûr ? lui répondit celui au manteau blanc.
- Hm ? Pourquoi tu me demandes ça ?
- Tu as oublié quelqu'un, je crois.
L'accusé fit une moue sceptique, bien que cachée à son interlocuteur par son masque.
- J'écoute.
- Bah, Gladys.
- … Putain, tu as raison.
- Je savais que j'aurais dû m'en occuper, commenta Thierry.
- Oh, ferme-là. C'est Thomas qui m'a dénoncé ?
- Bien sûr.
- Vous êtes vraiment de petits enfoirés tous les deux, je devrais me méfier, avoua Christophe sur un ton plus enjoué. Bon, dès que possible alors, JE m'en occupe, c'est pas à toi de le faire.
Thierry approuva d'un simple hochement de tête, avant toutefois de rajouter :
- Ça va bro ?
- Mais oui, ne t'y met pas toi aussi d'accord ? Tu m'as déjà vu aller mal ?
- Je dois bien reconnaître que non...
Un rayon de lumière se manifesta d'en haut, interrompant leur conversation. Celui-ci éclairait désormais l'un des cristaux situé au milieu du demi-cercle, qui le déviait en direction de la petite entrée du fond de la grotte.
- C'est pour moi, commenta simplement Christophe.
L'adolescent fit un check à Thierry avant de s'engouffrer dans l'entrée éclairée, sous le regard de l'individu noir resté seul.
- ... mais il faut dire que tu as un masque sur le visage, compléta Thierry, pour lui-même.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, chambre de Gladys Fontaine, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé, Melody, William, Christophe et la locataire des lieux étaient réunis, et cherchaient activement comment venir en aide à leur deux camarades. Car les nouvelles n'étaient pas bonnes : l'opération récupération de la réplique de Jérémie, en plus d'avoir été un échec absolu, avait engendré des conséquences secondaires plutôt dramatiques, car l'image du blondinet avait explosé en plein Paris, et les deux banlieusards qui se trouvaient à ce moment là juste à coté étaient évidemment les suspects idéaux : le coup de fil qu'avait pu passer Ulrich à Hervé expliquait que les deux kadiciens étaient en garde à vue, et n'avaient pas préféré faire usage de leur potentielle force surhumaine pour se tirer, à cause du fait que le lien entre eux et Jérémie était de toute façon extrêmement facile à faire, surtout dès qu'ils interrogeraient le gardien du nouvel établissement de la réplique, à cause de l'altercation de la dernière fois, quand Yumi était présente. Stern avait néanmoins bien fait passer le message qu'il comptait sur les autres pour trouver une sortie par le haut à ce merdier. Pour l'instant, le propos le plus constructif de l'assemblée avait été William soulignant en aparté à Christophe que finalement, Odd et Ulrich avaient quand même réussi à faire pire que lui avec Maïtena.
- Alors ? C'est quoi le plan cette fois mec ?
Bien sûr, la question de Christophe était pour Hervé, qui se grattait la tête, chose rare.
- Humph, bon, c'est mal barré.
- Bon, ça on le savait déjà.
Pichon, outre la réponse de l'ivoirien, fut encore davantage agacé par la sonnerie du portable de William.
- C'est Ulrich ! Allô ?
...
- Ils sont sortis, informa alors Dunbar aux autres. Ils savent pas pourquoi.
- Wouah, t'es vraiment doué Hervé, sourit l'anglaise.
Gladys, sans un mot, leva les yeux au ciel.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Une bonne heure plus tard, Ulrich et Odd rejoignaient un groupe désormais fort à l'étroit dans la petite chambre.
- Non, on ne sait pas pourquoi on est subitement sortis, anticipa le brun.
- On ne nous a rien dit, ajouta le blond.
- Ton père ? osa Pichon en direction du samouraï. Il a le bras long non ?
- Pas à ce point là que je sache, et je ne pense pas qu'il ait été prévenu, parce que sinon je me serai déjà moi-même fait défoncer.
- On se retrouve donc avec deux mystères pour le prix d'un, résuma Christophe. Celui par rapport à Jérémie et sa réplique, l'autre par rapport à la garde à vue écourtée.
- Mais ils vous ont vraiment rien dit ? demanda Gladys, méfiante comme à son habitude.
- Non, l'agent qui est venu nous chercher et nous a mis dehors était simplement bien énervé.
- Sous-entendu, on lui a forcé la main, en déduisit William. Quelqu'un est forcément intervenu en notre faveur.
- Mais qui ? questionna Melody.
- Impossible à dire pour l'instant.
- Et pour Jérémie ? s'enquit Christophe.
- Alors là par contre, c'est différent. Il est évident que Jérémie a programmé sa réplique pour qu'elle explose si on la retrouvait, expliqua Ulrich. C'est le mot « Lyoko-guerrier » qui l'a fait réagir, de la façon dont vous savez.
- Oui c'est ce que tu m'avais dit, confirma Pichon. Eh bien c'est plutôt simple, Jérémie n'avait pas envie qu'on la retrouve, et à travers elle, qu'on le retrouve lui.
- Mais ça n'a aucun sens ! raisonna la voix de Yumi, que William avait appelé avant de mettre son téléphone en haut parleur au milieu de la pièce. Jérémie s'était découragé à cause d'Aelita et...
- Ouais bah parlons-en, coupa celui qui avait remplacé Belpois. Plus j'y pense, plus je me dis que ce n'est pas ça. Admettons qu'il ait tout fait pour que vous n'entriez plus en contact avec lui. Cela signifie que, si son seul problème était l'absence d'Aelita, il aurait trouvé le moyen de se mettre au courant de lui-même. Or, Aelita est revenue depuis.
- Bah, pas vraiment, souligna Ulrich. On l'a retrouvé mais elle n'est pas revenue, la nuance est là.
- Alors quoi, il voudrait, de lui-même, ramener Aelita ? s'enquit William. C'est pas un peu gros ?
- A priori, il est amoureux, sourit Odd. Par amour, on peut en faire des conneries.
- Dans ce cas, il faudrait en parler avec Aelita. Si ça se trouve, elle en sait déjà plus que nous à l'heure actuelle.
Les Lyoko-guerriers qui étaient présents physiquement se regardèrent à la suite de la suggestion de Yumi. Personne n'était contre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, neuvième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Il s'agissait d'une petite salle de classe à laquelle on accédait par un petit escalier en contrebas, ce qui donnait l'impression de monter dans un grenier. Une autre porte était visible en face de l'escalier, sur le mur. Christophe s'était avancé au milieu de la pièce, qui était vide d'une autre âme. Il observa le tableau blanc : dessus était dessinée une sorte de rosace, en jaune – couleur peu habituelle dans le contexte – à la symétrie imparfaite. De loin, on aurait surtout dit un soleil.
L'adolescent au masque entendit un bruit derrière lui. Un bruit de porte. Il n'eut pas le temps de se retourner. Une petite fille blonde aux yeux bleus, vêtue comme lui du long manteau noir avec un logo à l'arrière et une bande de rayure horizontale (jaune tirant sur l'ocre chez elle), venait d'appuyer la lame d'énergie violette qu'elle avait générée dans sa paume, contre son dos. Christophe leva les deux mains en l'air.
- Avec moi, on enlève les masques, commenta, sur un ton un peu sec, l'assaillante.
- Ce n'est pas si facile, répondit simplement l'autre.
- Tu m'agaces déjà.
La lame d'énergie violette se volatilisa. Christophe put se retourner, pour soutenir le regard de celle qui l'avait agressé, même si elle ne pouvait pas le voir à cause de son masque.
- Gladys, le Commandant nous a dit que...
- Oh tais-toi ! Tu sais parfaitement que je suis au courant de ça. Et aussi du fait que tu m'avais oubliée.
- Mais non ! se défendit Christophe. Justement, je savais que tu étais déjà au courant !
L'expression de Gladys, qui n'était déjà pas très engageante, se ferma immédiatement.
- T'es vraiment un crétin. Ne t'en fais pas, le message est passé.
Elle commençait à repartir en direction de la porte blanche encastrée au mur. Mais celui qui jouait aux messagers la retint en posant une main sur son épaule.
- Attends. Je suis désolé. Ce n'était pas contre toi. C'est à cause de ce que m'a dit Thomas. Et te connaissant, ça aussi tu l'as vu.
Elle hésitait. Avant de soupirer, et de tourner à nouveau son regard vers lui.


À suivre : Jouer sur deux tableaux


Dernière édition par Icer le Mar 28 Juil 2020 21:18; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Minho MessagePosté le: Dim 28 Juin 2020 08:53   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 29 Jan 2016
Messages: 105
Citation:
Après, je respecte rien et je fais comme je veux, comme d'habitude.

Spoiler


Nous revoilà avec un texte icerien, ça faisait un moment ! Oui oui, c'est bien moi qui dit cela mais j'avais un diable de Tasmanie qui œuvrait quand même en schmet et qui ne respecte pas grand chose non plus ce tarba.
Déjà bon point, comme souvent chez toi, pour le graphisme qui est dingue ! C'est cool parce que ça fait resortir les persos importants qui sont autour du titre (Hervé <3) et pas de meuf par contre, too bad pour un nouvel épisode de Xana attaque à fond.

Bonne idée de mettre une sœur à notre boutonneux et je valide son prénom, cela fait très vieille France comme pour Hervé ! Elle n'était pas présente dans l’Échiquier si je ne me trompe pas ? Peut-être dans un autre texte de l'Unicer mais il est bien trop vaste pour mon pauvre onglet "rechercher" de Chrome.
L'intervention des figurants qui du coup n'en sont plus est toujours aussi savoureuse, alors qu'on entend à peine leurs noms dans le DA. Cela rend Kadic beaucoup plus vivant, malgré l'abondance de dialogues qui du coup oui les anime tous mais laisse peu de temps à l'introspection ou pour se concentrer sur un protagoniste en particulier. Néanmoins, cela donne un rythme propre à ton style et incontestable à la lecture, on a pas l'impression de piétiner dans la crasse comme chez moi.

"Les deux filles de la première ES 2 s'étaient regardées en chien(ne) de faïence dès que Barbier avait franchi la porte" <= c'est bien la féminisation des termes, ravi que tu y sois sensible Laughing Un bon point pour la présence de tous les italiques, même pour les marques ou anglicismes ; les bornes prennent du temps mais le résultat est satisfaisant.

Citation:
- BREF, coupa Ishiyama. Depuis qu'on a arrêté de jouer les héros sur Lyoko, j'ai envie de prendre du temps pour moi. Et je me sens beaucoup mieux maintenant.
- Excellent, sourit William. Je vois ce que tu veux dire.

https://zupimages.net/up/20/26/ecgm.jpg


Du coup, j'ai coupé le "Pas vraiment l'envie de penser aux filles" qui ruinait mon mème. De toute façon, on sait que Dunbar est un queutard et que s'il arrive vraiment à ne plus y penser il se tournerait inévitablement vers Odd pour vidanger (ce qui ne devrait pas déplaire à une partie de ton lectorat d'ailleurs). Maïtena n'a qu'à se faire Pichon tiens.

Du coup, voilà pour moi. J'ai dit beaucoup de bullshit mais l'intrigue se lance lentement mais sûrement donc inch'allah je serai plus pertinent la prochaine fois. 150 pages, ça te donne combien de parties/chapitres du coup ? Que je sache combien de fois je pourrai passer ici Mr. Green

A la prochaine camarade glacé et courage pour les relectures et mises en page à venir !
_________________
https://zupimages.net/up/20/19/058q.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Lun 29 Juin 2020 20:18   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1070
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Fenrir, ça y est, c’est le dernier texte !?

J’aime adapter le niveau de mon commentaire au texte auquel il est dédié. Je te laisserais ainsi le loisir de déterminer à la fin de celui-ci ce qu’il en est. Mr. Green

On a probablement affaire à un de tes meilleurs titres de partie/chapitre, tous textes confondus, parce qu’en guise de mise en bouche, on a droit a de l’exposition. Énormément d’exposition. Je pense même que tu aurais dû intituler cette partie Prologue, il paraît que c’est légal d’en faire de 15/20 pages maintenant.
En tout, le texte démarre très fort dès les premières lignes de dialogue. Quoi le jeu de mots mythologique ? Qui s’en fiche ? Moi je parle des vraies répliques :

Citation:
Salut mon petit Hub ! On mange ensemble à midi ?


Spoiler


Bon, on rigole, on rigole, mais les vrais soucis arrivent pour toi, bichon. En fait, le Ragnarök de ce texte et son univers associé, c’est la syntaxe. Tu as réussi à refaire le coup du « avoir tord » au lieu de « avoir tort », ainsi que du « raisonna » à la place de « résonna ». Je note cependant du mieux car sur cette longue introduction, chaque occurrence ne se retrouve qu’une seule et unique fois.

Citation:
Tu vois, à l'époque, j'étais un peu jalouse des autres LG


Ça sonne un peu bizarre de voir l’abréviation « LG » utilisée à l’oral par un personnage. D’autant plus que je n’ai pas souvenir d’autres cas de ce genre auparavant chez toi. Bon, on peut tabler sur le contexte dit McDo’ et d’une volonté de discrétion relative, alors pourquoi pas !

Pour finir, il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond chez toi, au vu du nombre de fois que tes personnages ont les yeux comme des billes...

Les formalités sont terminées, parlons business maintenant.

La première ligne du texte m’a assez interpellée, parce qu’elle est vachement clichée : placer le titre d’un texte d’entrée de jeu comme ça, c’est du niveau de « On dirait une sorte de Cortex...». Et puis bon, qui a déjà eu droit à des éléments sur les mythologies/religions en cours d’histoire de 3ème (personnellement, je me souviens surtout de professeurs s’attelant à s’en tenir à leur programme – avec plus ou moins de succès – autour d’un certain XXème siècle) ?
Malgré le fait que la partie soit purement tournée vers l’exposition narrative, l’enjeu exposé est très clair (partir sur les traces de Jérémie), ce qui n’est/n’a pas été toujours le cas dans tes textes au long cours. C’est là qu’on voit que le texte était un One-Shot à l’origine. Cela étant, au vu des éléments théorique à passer en revue encore, il est plus que certain que cet enjeu évolue en quelque chose de plus dense rapidement.

Une des choses dans lesquelles tu as toujours excellé, selon moi, au-delà des séquences et dialogues de type « vie quotidienne », c’est de faire vivre hors-caméra tes personnages. Avec une économie assez notable de mots, tu arrives à faire ressentir cet aspect-là et à l’exposer au lecteur sans le perdre, grâce à la tournure des dialogues (dont tu te sers habilement et principalement dans ce but, là où, pour comparer, moi j’ai tendance à y aller sur les descriptions). En outre, tu évites l’effet de sur-mystère autour des événements hors-caméra, et son contraire, les explications ronflantes qu’apprécient tant les productions nippones (pour les largués du fond, oui je poursuis le parallèle personnel).
La résultante de cette capacité que tu as, c’est qu’en une partie, on a le point post-Échiquier de fait sur le groupe des Lyokô-guerriers (j’ai par exemple beaucoup aimé le placement de l’entrevue Yumi/William, ainsi que sa tournure), enfin presque... Que devient Zoé dans tout ça ? Son nom n’est pas écrit une seule fois dans toute la partie. Un simple oubli serait bien trop grossier à ce stade, mais comme il n’y a aucun in memoriam à son attention, et que sa dernière apparition précédait un match de football d’après-combat... En tout cas, si tu voulais que son absence reste discrète, bah je me suis arrangé pour qu’elle ait l’Écho qu’elle mérite !
D’ailleurs, ce ressenti de la vie « hors-champ de lecture » des personnages s’illustre plus particulièrement chez les Perles. Les dialogues des différents échanges avec Christophe fourmillent d’indices et de sous-entendus sur les relations et passifs inter-personnages, même si la plupart appellent à confirmation/éclaircissements postérieurs. Finalement, ça permet tout de même de rendre plus épais ces personnages plongés dans un contexte totalement nouveau par rapport à l’époque du Neith. Preuve en est que de nouveaux duos de personnages se dessinent : Hiroki ne forme plus un duo avec Gladys, mais Thierry désormais, pour donner un exemple. En tout cas, j’ai toujours beaucoup aimé ta façon de faire à ce niveau-là, c’est à la fois enthousiasmant et ça donne envie de pousser plus loin la découverte de l’ensemble.

Tant qu’on aborde les personnages, je remarque également que Gladys est toujours ta petite chouchoute, par une mise en avant plus marquée par rapport à des personnages de même extraction/niveau de base (#OùEstZoé #NeverForget #NonàLInvisibilisationDesMinorités). M’enfin, la bannière-titre laisse déjà présager que son espace médiatique sera bientôt récupéré par Hervé, parce que tu restes un minimum sérieux et que tu ne laisses à une fille que l’espace nécessaire en général.

Du côté de la recherche de Jérémie, en définitive, il n’y a qu’un seul point qui m’a interpellé. Pourquoi personne ne pense-t-il à utiliser le retour vers le passé pour solutionner l’arrestation de Odd et Ulrich ? Ou plutôt, pourquoi personne ne mentionne même cette possibilité (parce qu’en tant que Lyokô-guerrier, c’est un peu le réflexe primitif pour régler les problèmes de ce genre) ? C’est peut-être dans ce genre de cas de figure que transparaît à mon sens les limites du hors-écran. Si j’y réfléchis bien sûr, j’imagine que c’est pour éviter les embrouilles avec le duo de proviseur de Kadic, qui de fait, n’auraient pas été mis au courant de l’entreprise de recherche de Jérémie (l’hypothèse me paraît assez étrange malgré tout, parce remonter la piste d’une personne, ça reste sur le papier assez innocent et « safe »). Que l’explication que j’ai cogitée soit juste ou non, je pense que ce genre de cas demande tout de même un éclaircissement vis-à-vis des solutions « naturelles »/de facilité. Je t’accorde tout de même le bénéfice du doute pour une explication au sein du texte-même, allez !
En tout cas, pour la sortie de prison des potos-guerriers, je table tout simplement sur une action de Jérémie himself, logiquement au courant de l’explosion de sa doublure. La libération de ses anciens alliés constituerait un avertissement subliminal de type « Fichez-moi la paix » ou « Ne cherchez pas à pousser plus loin les gars », tout en permettant de ne pas attirer l’attention encore plus que cela.

Autrement, si je devais mentionner un autre point interpellant de la partie, c’est bel et bien le Christophe qui porte le fameux masque, ce qui constitue à son niveau un fameux privilège. Déjà, le fait qu’il ne soit pas officiellement le meneur des Perles, alors qu’il paraît tout de même en charge d’une bonne partie de la logistique en dit long. Ajouté à cela le fait qu’il soit le seul masqué, et que le propriétaire originel de l’accessoire a largement fait preuve d’un goût de l’action de proximité, sous couvert physique et identitaire, il y a de quoi se méfier. Joris aurait-il poussé le vice jusqu’à effectuer une black-face ? Heureusement que le texte se déroule en 2008.
Je retiens également, au niveau des séquences dans le monde virtuel inconnu, que Thomas passe pour un pur Mec mystère, rien qu’au niveau de ses répliques et de son échange avec Christophe. Sans compter que le « Pourquoi ? » de ce dernier pourrait dans le contexte se muer en « Pour quoi ? » – je ne serais pas étonné que tu nous proposes encore une petite coquille – ce qui brouille encore plus les pistes. Bref, This is the way.

Pour finir, on a enfin droit au retour du fameux asiatique (que je vais finir par soupçonner d’être Takeho Ishiyama juste pour la réf’ à Café Noir Mr. Green – à moins que tu ne préfères la jurisprudence Pikamaniaque et que ton Phénix Doré soit aussi capable de revenir à la vie, comme son nom l’indique), mais c’est son interlocutrice qui est intéressante dans le passage.
Le dialogue porte à croire qu’il s’agit de Sabriel Kimblee, qui avait fait une brève apparition dans la fanfiction principale. Et c’est plutôt bon de revoir surgir ce genre de personnage. À l’époque elle avait été purement fonctionnelle et on l’avait assez vite oubliée, d’autant plus que, même sans vérifier, je me souvenais encore qu’elle était « soulagée » de la perte de Memory (donc elle donnait surtout l’impression d’être une décoration). Cependant, en rejetant un œil à un de ses passages d’apparition pour bien orthographier son nom, je suis retombé sur cette phrase : « Cependant, c'était autre chose qui la tracassait désormais. ». J’ai vraiment hâte de pouvoir relire tout l’Un’Icer juste pour pouvoir capter plein de petites subtilités de la sorte, vraiment. Bien joué en tout cas !

Bon, je pense que la longueur de ce commentaire rend plutôt hommage à la longueur de cette partie. Je suis assez intéressé à l’idée de lire la suite, notamment parce que contacter Aelita sous-entend une prise de contact avec Senja Blanc, et potentiellement son réseau dormant de même couleur.

Et puis, je peux déblatérer autant que je le veux, une seule vérité demeure :


Spoiler

_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 06 Juil 2020 21:49   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
Spoiler

https://i.imgur.com/CQJqXSb.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 15 février 2008, Usine Renault, au soir

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Lyoko-guerriers, au complet – ils avaient tous eu envie d'en apprendre plus sur le mystère de Jérémie – s'étaient retrouvés en ce début de week-end afin de rentrer en contact avec Aelita. Yumi était également présente, ce qui était d'autant plus important qu'elle semblait la plus indiquée pour discuter avec elle. C'était la première fois qu'ils cherchaient à revoir l'ancienne gardienne de Lyoko, désormais celle de l'Eire, depuis qu'elle avait annoncé qu'elle ne rentrerai pas en France malgré la destruction du Palamède, et de l’Échiquier. Pour cela, ils étaient censés envoyer un message sur une adresse Skype avec la date, et celle-ci...
- Salut tout le monde !
Aelita venait de se translater au milieu de la pièce verte. Verte, elle l'était également depuis qu'elle avait adopté le style virtuel de son nouvel environnement, auquel il fallait ajouter ses cheveux désormais roux. Avec son ton enjoué habituel, la princesse se mit à échanger quelques amabilités, en majorité avec Yumi. Puis, Hervé décida de recentrer la discussion sur son but originel, en expliquant à Aelita ce qu'il s'était passé, les deux fois où ils avaient cherché à retrouver Jérémie. Mais Stones ne semblait pas si surprise que cela.
- Oui, c'est un peu ce que je craignais.
- Hein ? Mais comment ça ? réagit Odd.
- Il y quelque chose que je ne vous ai pas dit, reconnut Aelita. Jérémie m'avait retrouvé depuis le début. Peu de temps après mon arrivée sur l'Eire, il a utilisé un programme pour me rendre visite, mais n'a pas voulu accepter l'idée que je sois partie pour essayer de récupérer William. Alors quand j'ai su qu'il n'était pas revenu avec vous, j'ai crains le pire.
- Attends mais pourquoi tu ne nous as rien dit ? ne put s'empêcher de demander Yumi.
- Je ne voulais pas vous inquiéter avant d'en savoir plus, je suis désolée. Il se trouve que je travaille la question depuis que le Palamède a été détruit.
Tandis qu'elle parlait, Pichon venait de voir une nouvelle fenêtre s'ouvrir sur le pupitre de commande. Ulrich, qui se situait à ses cotés, s'en rendit compte également. En prenant connaissance de ce dont il s'agissait, les deux lycéens se regardèrent. Hervé fit un mouvement de pupilles en direction de l'Aelita translatée, et Ulrich hocha discrètement la tête.
- Très bien Aelita, on comprend, déclara alors Stern, tandis que Yumi s’apprêtait sûrement à protester. Puisque tu as l'air plus avancée que nous sur la question, on te laisse gérer mais tiens nous au courant s'il te plaît.
Dunbar fit don à sa camarade de classe japonaise, qui reprenait encore son souffle, d'un discret coup de coude pour lui faire comprendre qu'elle devait se taire et se fier à Ulrich.
- C'est promis, répondit Stones, qui semblait quelque peu gênée. Je dois y aller, mais on se reverra.
- C'est évident, sourit faussement Ishiyama.
Aelita se détranslata. La plupart des Lyoko-guerriers soupirèrent alors de soulagement.
- Qu'est-ce qui y a alors ? ne tarda pas à lancer Yumi.
- Tu vas avoir du mal à le croire, mais on vient de détecter la présence de Franz Hopper sur le réseau, lui répondit Ulrich.
- Pardon !? Il n'était pas censé avoir été supprimé par le Palamède !?
- Celui de cette dimension, si... commenta Pichon. Mais désormais, on sait que ce n'est pas aussi simple. Senja nous avait dit de nous méfier, alors je suis resté en alerte.
- Le Palamède était censé être le seul à posséder l'énergie nécessaire pour faire fonctionner le portail, rappela Christophe. Du moins, c'est aussi ce que Senja nous avait dit.
- Oui, d'accord, pour l'emprunter, mais peut-être qu'un Franz Hopper d'une autre dimension avait l'énergie nécessaire pour un voyage qui, simplement, l'aura amené ici, suggéra William.
Il y eut quelques secondes de blanc.
- Cela te semble possible ? questionna Melody à la tête pensante.
- Je dois avouer que ma rationalité est mise à l'épreuve par l'existence même des voyages dimensionnels. Mais en attendant, ce fragment est là, il vient d'arriver sur un monde virtuel inconnu, situé visiblement non loin de Nouvelle-Calédonie. Aux confins de l'internet mondial... tu m'étonnes que je ne l'ai jamais détecté auparavant... et je pense que nous devrions aller voir.
- Mais elle n'a pas été touchée par un tir du satellite ? interrogea de nouveau l'anglaise.
- Plus personne ne vit là-bas, mais les infrastructures sont encore globalement en état... et comme personne n'ose encore s'y rendre, ils n'ont pas encore dû couper tout le courant.
- Pourquoi n'avoir rien dit à Aelita ? relança alors la japonaise.
Stern décida de prendre ses responsabilités en même temps que la parole :
- On ne peut plus avoir confiance en elle. Aelita nous a caché des informations vis-à-vis de Jérémie. Bien sûr, elle est partie pour des motifs nobles, mais William est revenu, tandis qu'elle est restée sur l'Eire, avec les irlandais, dont on a jamais pu totalement se fier. Nous étions alliés de circonstance contre le Palamède, c'est tout. Aujourd'hui, c'est différent.
- C'est quand même Aelita qui nous a montré comment mettre en place un système de surveillance sur Lyoko comme l'Eire... rappela Odd.
- Ils y avaient intérêt, sans doute, souligna Ulrich.
- Qu'est-ce que tu en penses toi ?
Christophe avait posé la question à son ami William.
- Cela m'ennuie de l'admettre vu ce qu'Aelita a fait pour moi. Mais c'est vrai, il faut être prudent. On a le dossier Jérémie, on a les irlandais dont on ignore les objectifs actuels, et je sais aussi à quel point Senja n'est pas un type fiable... commençons par la jouer solo dans la récolte d'info, et puis ensuite on avisera.
- Et Mehdi n'a pas cherché à me contacter. J'ai tendance à approuver, commenta Gladys.
- Très bien ça me va, admit la japonaise.
- À moi aussi.
- Pareillement.
Ceux qui n'avaient pas donné leur aval à l'oral le firent d'un mouvement de tête.
- Très bien, il s'agit de décider qui y va, signala alors l'opérateur. Vous êtes sept. Je propose que vous y alliez au moins à quatre, ça reste un territoire inconnu.
- C'est vrai que sans Zoé, on a perdu un nombre pair, et la parité, commenta Yumi.
La japonaise faisait référence à Zoé Bonnet, l'ancienne Lyoko-guerrière recrutée en même temps que Melody et Gladys, d'un an plus jeune que cette dernière. Dans la classe d'Hiroki à l'époque, l'ancienne correspondante des Échos de Kadic était partie définitivement rejoindre son père dans les Alpes, à cause du fiasco de sa relation avec Colin Maillard, dont elle était tombée profondément amoureuse... avant d'apprendre que celui-ci était gay, ce qu'il n'avait pas osé dire tout de suite, trop content que quelqu'un s’intéresse à lui. Depuis qu'elle était partie, à chaque évocation de cette histoire, Odd ne pouvait s'empêcher de déclarer qu'elle en faisait quand même toute une montagne, ou que la bêtise humaine atteignait des sommets.
Ulrich, William et Christophe s'étaient rapprochés, l'air de rien. Hervé leva les yeux au ciel.
- Okay, n'en dîtes pas plus les gars. Vous serez effectivement ensemble... à rester ici ! Melody, Gladys, Yumi et Odd, descendez en salle des scanners.
- Mais quel salaud ! commenta M'Bala tandis que les nominés se mettaient en mouvement.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngThierry, l'adolescent noir au manteau blanc, était seul dans la caverne de cristal. Il semblait s'impatienter.
- Sans rire... une journée entière que je l'attends !
Il secoua la tête.
- Qu'il aille se faire foutre.
Il releva la tête pour regarder plutôt les sommets des pics de cristaux.
- Bien, que tout le monde se rassemble.
Sur l'ensemble des sommets, mis à part celui le plus à gauche par rapport à l'entrée, des silhouettes très colorées apparurent. Et en dessous d'elles, autant de logos de monstres de Lyoko se mirent à briller. Le seul adolescent physiquement présent sauta sur le sommet du pic qui lui était logiquement réservé, tout à gauche, déclenchant également son logo de lumière violet, représentant un Mégatank. À coté de lui, on reconnaissait la silhouette de Thomas et son logo Frôlion vert. Puis venait Anne-Sophie, avec un logo de Méduse, également vert. Lui succédait sur la droite la silhouette tout aussi petite d'Hiroki, au logo de Krabe bleu curaçao. L'hologramme de Gladys terminait le demi-cercle avec un logo de Manta brillant en jaune ocre, presque doré, sous elle. Dans la deuxième moitié, la silhouette la plus proche était celle, masquée, de Christophe, qui arborait à nouveau son logo lumineux bleu violacé de Tarentule. Pierre, à coté, avait le droit à un logo de Kongre jaune soleil. Il y avait ensuite Céline, son pic dégageant un Rampant vert. Puis Hervé, avec un Blok bordeaux. Enfin, tout à l'extrémité, Valérie et son Kankrelat bleu clair étaient présents.
- C'est maintenant que commence notre véritable mission, annonça Thierry. Celle pour laquelle nous nous préparons depuis le début.
- Bien sûr, nous sommes au courant et prêts, confirma Céline.
- Nos objectifs se situent sur un autre monde, nommé Lyoko. Les directives du Commandant sont claires, mieux vaut nous la jouer discret pour le moment. Pour commencer, je vais envoyer quatre d'entre vous, par groupe de deux. Bien, qui se dévoue ?
- Cela fait longtemps que notre binôme est prêt avec Céline, fit remarquer l'hologramme de Valérie.
- On s'en doutait, avoua Christophe. J'imagine que ça ne pose pas de problème.
- Très bien, valida Thierry. Qui d'autre ?
- Je suggère Hiroki et Anne-Sophie, fit remarquer l'adolescent masqué. Je pense qu'ils peuvent être complémentaires.
L'hologramme du garçon mentionné se tourna vers celui de la fille.
- Pas de problème pour moi, informa Anne-Sophie.
- C'est validé aussi de mon coté.
- Parfait, conclut Thierry. Vous avez le champ libre.
Les quatre hologrammes disparurent progressivement, éteignant par la même autant de symboles lumineux. Christophe tourna son masque vers la silhouette d'Hervé, qui avait saisi le message. Elle s’éclipsa peu après également.
- Thomas, Pierre, Gladys, vous connaissez vos rôles respectifs, rappela Thierry.
- Eh bien justement, déclara le seul avatar féminin encore présent dans la grotte. On dirait bien qu'il y a du mouvement sur ce... Lyoko.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCinquième territoire

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMelody, Gladys, Yumi et Odd furent virtualisés au cœur de Carthage, dans l'optique de prendre le vaisseau virtuel qui était toujours à sa place. La japonaise fut désignée pour le conduire.
- Avec un peu de chance, ça va déraper et je pourrais tester mes améliorations !
- Ferme-là Odd ! répondit Ishiyama. Je me concentre.
- Ok, ok !
Le Skid, en sortant de Lyoko, se hâta de prendre le hub le plus proche, lui permettant de se rendre à l'autre bout de l'internet mondial. Bien vite, les Lyoko-guerriers embarqués aperçurent effectivement une nouvelle sphère.
- Vous savez, j'y pensais... commenta Hervé tandis que Yumi s'approchait du sas, ouvert par défaut. Ce n'est peut-être pas un hasard si le fragment de Hopper a été détecté ici. Le père d'Aelita à l'époque semblait être revenu de nulle part mais il s'est forcément caché dans un endroit plus sécurisé que le réseau pour avoir tenu aussi longtemps.
- Potentiellement ici alors...
ajouta Ulrich, qui avait compris la logique de l'exposé.
- C'est un réplika montagne, signala la japonaise en sortant de la mer numérique. Cela va dans le sens de ton raisonnement Hervé.
- Il n'a pas l'air très habité, constata Melody alors que le vaisseau prenait de la hauteur sur la question.
- Et je ne vois aucune tour.
- Oui, mais nous on a désormais accès à la carte du territoire et on peut vous dire où se situe le fragment !
rassura Christophe.
La régie guida alors le sous-marin volant jusqu'à une petite grotte nichée au sein d'un roc de bonne taille. Le Skid ne pouvant y entrer, l'heure était au débarquement. Par sécurité, Yumi resta néanmoins aux commandes de l'engin, allumant les phares en direction de la cavité.
- Il y a quelque chose ! commenta Odd.
- Pas d'imprudence Odd, prévint Ishiyama.
- Comme si c'était mon genre.
- C'est une silhouette humaine ! précisa Rousseau.
Odd, Gladys et Melody, en s'approchant, firent le même constat. Il s'agissait effectivement d'une silhouette humaine, mais le parallèle avec l'homo sapiens s'arrêtait là, car elle était entièrement blanche, sans orifices visibles sur le visage. Pour autant, elle se mit à parler :

- Des intrus... et je n'ai plus la force de me défendre. Vous avez de la chance, fut un temps où ce sanctuaire vous aurait été interdit.
- On ne te veut aucun mal, rassura Melody. On cherche Franz Hopper.
La silhouette ne répondit pas immédiatement, comme si elle analysait la situation, bougeant légèrement la tête, même si l'absence d'yeux empêchait réellement de dire si elle observait tour à tour les trois Lyoko-guerriers.

- Toi. Le créateur venu de l'autre monde te reconnaît. Tu es un ami de sa fille.
Il était évident que la chose s'adressait à Odd, par ailleurs seul membre masculin de la délégation.
- C'est une longue histoire mais on peut le dire ainsi, confirma le blond, avant de poursuivre avec un sérieux inhabituel chez lui. Je vais être honnête, pour nous, Franz Hopper est mort depuis plusieurs mois. Pourtant nous venons d'en détecter une trace ici. Nous pensons qu'il est possible qu'il vienne d'une autre dimension.

- Le créateur venu de l'autre monde veut voir sa fille. Il n'a confiance qu'en elle.
- Elle n'est plus avec nous. De nombreuses choses se sont passées ici, mais elle va bien. Nous lui avons parlé il y a à peine une heure.
La silhouette ne réagit pas immédiatement.

- Toi là, le gros chat, approche. Le créateur venu de l'autre monde constate une brèche de sécurité dans ton avatar qui va lui permettre de lire en toi et vérifier que tu dis la vérité.
Della Robbia n'hésita pas, tandis que Melody soufflait à Gladys :
- Une brèche !?
- Hmmm... je pense que c'est à cause de ce que Ikonov lui avait fait subir à l'époque. Faudra penser à corriger ça.
- Ah, oui.
Odd était désormais proche de la silhouette assise, et les deux entités virtuelles ne bougèrent plus pendant de longues minutes. Puis, soudain, la silhouette se mit à sourire, une bouche se dessinant sur son visage rond pour l'occasion. L'orifice nouveau s'ouvrit dans la foulée, et une petite sphère ronde de lumière en sorti. Elle n'était pas sans rappeler...
- Franz Hopper !

- Ce qu'il en reste, nuança la silhouette en se redressant. Je me présente, je m'appelle Xanabis. Nous avons beaucoup de choses à nous dire, Lyoko-guerriers.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngEn tailleur au sommet de la tour centrale de la forêt, Aelita méditait tranquillement. Elle ne se sentait faire qu'un avec ce monde virtuel. Elle avait l'impression de pouvoir ressentir l'équivalent des émotions de chaque programme qui peuplait l'Eire, d'autant que...

- Aelita !
Elle pencha la tête. Senja. Elle sauta de l'infrastructure pour le rejoindre, activant néanmoins ses ailes pour atterrir à ses cotés en douceur. Comme elle, Senja n'avait pas changé de combinaison virtuelle, simplement de couleur. Fini le blanc et le mauve, place au gris et au bleu électrique.
- Comment ça s'est passé ?
- Ils n'ont plus confiance en moi, je le sens, répondit avec tristesse la gardienne de l'Eire. Ils ont fini par se poser des questions sur Jérémie, j'ai du leur dire qu'on en savait plus que j'avais bien voulu le faire croire.
Le garçon hocha la tête.

- Oui on s'y attendait. Mais je me demande ce que lui attend pour bouger. On est toujours dans le flou concernant sa localisation virtuelle... et puis, on a besoin des Lyoko-guerriers mine de rien. Aux dernières nouvelles, on est en sous-effectif. Mais selon toi, on ne peut pas s'allier clairement avec eux.
- Cela me fait mal de le dire mais tant qu'ils ne sont pas confrontés à lui, on risque de perdre encore plus en crédibilité à leur expliquer. Il faut attendre le bon moment.
- C'est compréhensible oui.
- C'est peut-être le bon moment.
Les deux adolescents cessèrent leur discussion. Le garçon se mit à regarder en l'air.

- Allô ? Qui est au bout du fil ?
Aelita soupira. Il ne s'en lasserai jamais.
- Ho ho ho Senja, qu'est-ce que t'es marrant dis donc !


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika montagne

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngYumi avait rejoint ses trois collègues dans la grotte, avant que Xanabis ne commence son histoire.

- Vous êtes au courant pour les autres dimensions... il s'agit en effet du secret le mieux gardé du créateur, l'invention qui devait lui permettre de changer réellement ce que son retour vers le passé n'était pas assez puissant pour faire : le cours des choses. Mais en 1994, les bases ont à peine été posées. Lorsque, en avril 2006, le créateur s'échappe enfin de sa prison en profitant du fait que X.A.N.A ait investi trop d'énergie dans l'attaque consistant à modifier le climat, il est persuadé que mon aîné n'a pas connaissance du concept de portail dimensionnel. Pourtant, il semble qu'avec son échappée dans le réseau et le renforcement de sa puissance, X.A.N.A ait réussi à développer suffisamment de facultés pour remonter la piste du portail dimensionnel, et tenter de faire sienne ce concept. Depuis la destruction de Lyoko et sa fuite dans le réseau, le créateur s'est réfugié ici, dans les méandres du web, où personne n'avait jamais pu le retrouver, d'autant qu'il a simulé sa mort au moment de l'utilisation du programme multi-agent de Jérémie Belpois. Il savait que ce programme serait insuffisant pour vaincre X.A.N.A. Et puis vint le jour où il a senti X.A.N.A subitement disparaître du réseau. Il a décidé d'en profiter et de retourner sur Lyoko pour vous contacter. Il a donc quitté cet endroit... et n'est jamais revenu.
- Je comprends, c'est le moment où il est arrivé sur l’Échiquier, devina Odd. Franz Hopper ne savait pas à quoi il avait affaire cette fois. Nous, ce qu'on peut a priori confirmer, c'est qu'il a été définitivement dévirtualisé par le programme multi-agent qui, précisément, a foutu une rouste à X.A.N.A, et s'est emparé de son prototype de portail dimensionnel. Mais nous l'avons nous-mêmes vaincu le mois dernier, condamnant le fonctionnement du portail du même coup. C'était le Palamède.
- Le créateur venu de l'autre monde pense qu'il provient lui-même de l'univers qui a servi au Palamède de source énergétique.
- C'est cohérent avec ce que nous disais Senja, avoua Hervé.
- Mais comment le Franz Hopper a pu arriver ici si le Palamède est détruit ? demanda Fontaine.
- Parce qu'il l'a sûrement franchi à un moment où il ne l'était pas encore, mais qu'il est en quelque sorte arrivé dans le futur sur notre ligne temporelle à nous, analysa Hervé.
- Wow.

- Le créateur venu de l'autre monde le pense aussi. Toutefois, si vous avez réussi à vous en sortir sans lui, alors il réalise qu'il a fait tout ça pour rien.
Yumi secoua la tête.
- Non je ne suis pas d'accord. Déjà, cela nous apporte de précieuses informations sur ce qui a rendu le Palamède si redoutable.
Voyant qu'elle n'ajoutait rien, Odd ne put s'empêcher de demander :
- Et ensuite ?
- Euh... bafoua la japonaise, gênée de ne pas réussir à trouver une autre utilité à ce Franz Hopper venu d'autre monde.
- Moi je sais ce que l'on pourrait lui demander, parce que ça m'a longtemps intrigué. Est-ce que Franz Hopper a caché d'autres secrets sur Lyoko que la bulle virtuelle du cinquième territoire et le projet de portail dimensionnel ?
La japonaise relaya la demande au programme.

- Au sens où je pense comprendre votre interrogation, oui, il y a autre chose, reconnut Xanabis. À l'époque de sa lutte contre Carthage, le créateur avait prévu que X.A.N.A soit son général de guerre et non le soldat sur le terrain virtuel. Il lui avait donc théoriquement programmé des combattants, au nombre de cinq, qui étaient censés garder chacun un territoire de Lyoko. Mais alors que X.A.N.A montrait déjà des signes d'insoumission, il a préféré ne pas les introduire et il les a caché chacun dans une tour du territoire qui devait les concerner, au cas où. C'est pour ça que X.A.N.A s'est retrouvé réduit à invoquer des créatures primitives et inabouties comme les ridicules monstres de niveau 1, même s'il s'est amélioré au fil du temps : c'est parce que le créateur ne lui jamais livré ses vrais soldats... Détruire la bonne tour permet de libérer ces programmes, mais évidemment, il y une sécurité et il est nécessaire de procéder à une très complexe extraction de code ensuite.
- D'accord mais depuis, tous les territoires ont été détruits au moins une fois, fit remarquer la japonaise.
- Ils font partie du code source des territoires. Sans même vous en rendre compte, en reprogrammant lesdits territoires, ils sont eux-mêmes revenus. Même le programme de la zone centrale, est apparu en même temps que la création de la première tour par mon aîné.
- Bon je vois mais ils sont si terribles que ça ces programmes ? interrogea Odd.
- On ne sait pas, reconnut Xanabis sous l’œil médusé de ses interlocuteurs. Ils étaient censés garantir la suprématie virtuelle à X.A.N.A, mais ils n'ont jamais été testés. De plus, ils ont été codés à l'origine de la même façon que X.A.N.A, qui a, comme vous le savez, pris une direction qui n'était pas prévue.
- Super...
- C'est malgré tout toujours utile de savoir ça tu vois ? lui fit remarquer Yumi, presque avec amusement malgré la menace.
- Je confirme. Par contre, on a un problème, informa la régie.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire désert

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngCéline et Valérie avaient à peine débarquée à l'extrémité du territoire qu'un Mégatank les avait repéré. Celui-ci avait alors tenté de leur rouler dessus, une stratégie habituellement sûre. Mais au moment de toucher Céline, c'est la charge du monstre de Lyoko qui fut stoppée, et il fut ensuite simplement poussé par la fille à la rayure verte émeraude dans la mer numérique. Et bien que les deux intrus soient indétectables des radars, ce plongeon avait attiré l'attention de la régie française. Pensant d'abord que le Mégatank avait pu se louper, ce qui pouvait arriver, Hervé eut malgré tout la confirmation d'un cas suspect lorsqu'un Krabe, qui avait eu le malheur de croiser la route des deux filles, disparut à son tour des écrans. Valérie et Céline atteignirent la première tour, située au beau milieu de la plate-forme Ouest. Loin d'entrer à l'intérieur, c'est celle de plus petite taille qui en fit simplement le tour, semblant chercher quelque chose sur la paroi.
- Ce n'est pas celle-là.
- Tu es sûre ? s'enquit sa partenaire.
- Absolument. Poursuivons.
Mais avant que le groupuscule n'ait pu atteindre l'un des deux ponts menant aux plate-formes Nord et Sud, Christophe, Ulrich et William avaient été virtualisés.
Les garçons avaient un peu changé depuis la fin des événements qui s'étaient déroulés sur l’Échiquier. L'ivoirien, qui avait vu sa tenue virtuelle déjà modifiée à la suite de son absorption involontaire par la Supersmoke avait retrouvé sa combinaison futuriste aux larges épaulettes d'origine, à ceci près que la couleur qui accompagnait son gris métallique n'était plus du bleu, mais du vert. De la même façon, Ulrich avait conservé la même tenue que celle que Jérémie lui avait programmé à la suite de la première destruction de Lyoko, mais son jaune avait laissé place à un bleu pâle. William Dunbar de son côté avait sûrement l'allure la plus étrange. S'il avait en bonne partie recouvré sa tenue virtuelle d'origine, les couleurs avaient là aussi, évoluées : les parties bleues avaient laissées leur place au gris, et le rose qui faisait tâche auparavant lui par contre, était devenu bleuté. Il a été mentionné en bonne partie car en réalité, son bras gauche était demeuré le même que celui de la période xanatifiée. Entièrement noir, il était décoré d'un bracelet long à pointes sur l'avant-bras.
Mais dans tous les cas, les trois kadiciens ne purent s'empêcher d'exprimer leur étonnement en dévisageant les deux intrus humanoïdes qu'ils avaient pour mission d'intercepter. Les longs manteaux démodés à la Matrix n'y étaient pour rien : ces deux personnes avaient le visage d'élèves de Kadic. Et pas n'importe lesquels : la plus grande, c'était Céline Roche, censée être décédée 2 à 3 mois plus tôt à la suite d'une erreur de ciblage du Palamède. La petite avait l'apparence de Zoé Bonnet, l'ancienne Lyoko-guerrière, qui n'était donc plus à Kadic. À moins qu'il ne s'agisse de sa sœur jumelle Valérie Zlicaric, par ailleurs toujours dans la classe d'Ulrich et consort.
- C'est quoi ce bordel ? questionna à voix haute ce dernier. Qui êtes vous ?
Céline émit un petit rire.
- Des voyageurs.
Et elle se téléporta subitement dans un rayon vert, laissant seule Valérie face aux trois adolescents armés d'épées. La scène aurait pu avoir des airs de porno si la fille ne s'était pas soudain mise à créer et projeter une étrange fumée rouge et noire en direction du groupe de Lyoko-guerriers, à la forme cristalline. Le jet fut dispersé par Ulrich, qui avait dégainé ses sabres. Ceux-ci étaient désormais luminescents. Des sabres lasers, assortis à sa nouvelle pigmentation.
- Très bien, commenta le samouraï. Dans ce cas.
- Décrivez les gars.
- On a deux intrus qui ressemblent à Céline Roche et à Zoé, ou à Valérie sa sœur jumelle, répondit Christophe.
- Cela ne pourrait être que des programmes bien imités. Par correction, je vais appeler Zoé. Toutefois, dans le contexte, moi je vois bien...
- Elles viennent d'une autre dimension, anticipa William, au fait des possibilités dimensionnelles bien avant les autres grâce à sa période chez X.A.N.A.
Christophe et Ulrich hochèrent la tête. Bien sûr. Les trois garçons se mirent dos-à-dos, dans un parfait triangle. Après tout, l'un des ennemis n'était plus en visuel. Stern faisait toujours face à Valérie.
- Tu ramènes les autres ? questionna ensuite Dunbar.
- Pas pour l'instant. Je ne crois pas aux coïncidences. Ils ont peut-être été suivis. Je préfère protéger le fragment d'Hopper pour le moment. Vous êtes certes un peu rouillés mais vous n'êtes pas en danger.
Dans un nuage de fumée noire généré par son bras gauche, William fit apparaître son zanbatō, conforme au modèle original mais cette fois parsemée à sa base de quelques veines noires évoquant la période xanatifiée. Christophe attrapa le sabre à sa ceinture, le tenant à l'horizontale devant lui, avant d'en activer la double lame verte.
- On est prêt.
Valérie fit de nouveau apparaître sa curieuse poussière rouge et noire, l'envoyant en direction du groupe.
- Dispersion ! ordonna Ulrich.
Le samouraï utilisa son Supersprint pour bondir au-dessus du nuage bicolore et calcula la puissance de son saut pour atterrir sur la fille aux lunettes noires, sabre laser au clair. Valérie projeta un nouveau nuage sur lui, sachant qu'il ne pouvait se mouvoir en l'air, avant de faire une roulade sur le coté. Stern fit tournoyer l'une de ses lames bleues pour disperser l'attaque avant de se réceptionner.
- Dis-moi d'où tu viens, ordonna le français.
Plus loin, Christophe scrutait l'horizon, avant de reposer les yeux sur William.
- Elle est passée où l'autre ?
Pour toute réponse, Dunbar fit soudain virevolter son zanbatō et le planta dans le corps de l'ivoirien qui fut dévirtualisé sur le coup.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine Renault

- Hum. C'était bien la peine de me faire toute cette scène sur le trio de choc.
- Ferme-là Hervé ! ragea Christophe.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDans la grotte, l'hologramme de petite fille qui était resté immobile depuis un bon moment ré-ouvrit les yeux.
- La deuxième équipe vient d'entrer en contact avec le territoire de la forêt. Et l'équipe une est déjà en plein combat.
Thierry et l'hologramme masqué se tournèrent l'un vers l'autre.
- Je pensais que tu frimais mais peut-être que tu ne les as pas si mal préparés que ça finalement ! lança joyeusement le premier.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire désert

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes zanbatōs s'entrechoquèrent. Visiblement, cette image de Céline pouvait également prendre d'autres apparences. Ce n'était pas la première créature virtuelle de ce genre que William croisait ici. Mais dans le maniement de l'épée, on sentait le manque d'expérience. L'ancien X.A.N.Aguerrier décela bien vite une ouverture lui permettant d’asséner un coup fatal. Cependant, la lame fut stoppée par le poing nu de l’ennemi. Surpris et vigilant, le lycéen préféra reculer. Le faux William se téléporta alors, pour ré-apparaître aux côtés de Valérie, qui refusait de répondre aux questions. Le guerrier à la grosse épée balança celle-ci sur Ulrich qui n'eut aucune difficulté à esquiver ce lancer grossier. Finalement, Céline préféra reprendre son apparence à l'image de la lycéenne théoriquement décédée dans ce monde-ci.
- Oh désolée, je ne voulais pas vous déranger, ricana-t-elle.
- Qu'est-ce que tu racontes ? demanda Valérie.
- Cela faisait combien de temps que tu ne t'étais pas retrouvée en tête-à-tête avec un mec ? Je suis gentille, je me suis occupée de celui à l'image de Christophe pour que tu puisses passer à autre chose.
- Mais ferme-là ! protesta la fille aux lunettes noires. Tu crois vraiment que j'ai besoin de ça ?
- Oui.
- On réglera ça en revenant, grommela Valérie sous les yeux ronds de Stern.
- Tiens c'est quoi cette ombre ? se demanda Céline en levant le regard.
Elle faisait allusion au Mégatank qui avait été amené là par la Supersmoke de William. Ce dernier venait d'ailleurs de la rompre. La sphère noire s'écrasa sur Valérie qui disparût. Stern se rua alors en grande vitesse et bondit, les deux pieds décollés s'écrasant sur le monstre de Lyoko qui fut propulsé sur la fille, qui ne fut pas balayée mais projetée avec lui, effectuant une série de roulades digne des plus grands simulateurs en coupe du monde de football. Elle se redressa, encaissant alors la fumée noire de l'ancien X.A.N.Aguerrier qui acheva de la faire basculer par delà les limites du territoire. Ulrich et William se dépêchèrent de se rendre sur la bordure. Céline avait disparue mais le halo de lumière synonyme de plongeon dans la mer numérique n'avait pas fait mine de vouloir se montrer.
- Je retire ce que j'ai dit, vous faîtes une excellente équipe... à vous deux !
- Mais arrête de charrier mec !
sifflait déjà Christophe revenu à côté de lui.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

- Il semble que le travail de Christophe ait été quelque peu survendu, commenta sèchement Gladys.
Celui qui était visé par la remarque soupira. Elle ne lui laissait aucun répit.
- Ce n'est pas grave. Nous allons pouvoir analyser ce qui a péché, répondit l'adolescent au manteau blanc.
Son ami également noir de peau tourna son hologramme vers le cristal qui contenait auparavant le symbole du Blok de couleur bordeaux.
- De plus, nous avons une autre garantie...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire forêt

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngCela faisait déjà un moment qu'Anne-Sophie et Hiroki parcouraient le secteur naturel, sans se faire repérer par les étranges créatures qui le peuplaient. La faune était dominée par des espèces de petits poux beiges, qui se déplaçaient souvent en groupe, et des sortes d'araignées à quatre pattes bien plus imposantes. Trois tours avaient déjà été visitées, mais ce qu'ils cherchaient n'y était pas. À un moment, alors que le garçon venait pour la première fois de défourailler son épée de feu pour éclater par surprise une Tarentule, Anne-Sophie avisa une nouvelle structure, entourée par une petite réserve d'eau. L'asiatique acquiesça.
- Cela ne me surprendrait pas.
Ils s'approchèrent de l'étang.
- À toi l'honneur... commenta-t-il ensuite.
La fille se mit alors à générer une grande boule de coton blanche, qui prit la forme d'un petit nuage. Elle sauta dessus, et le véhicule improvisé la transporta sur l'îlot contenant la tour, dont elle fit rapidement... le tour. C'est là qu'elle vit, sur la surface marron, un petit logo. Le dessin d'un cœur duquel surgissaient quelques pointes harmonieuses, sur fond de dégradé orangé.
- Il est là ! annonça-t-elle alors gaiement.
- Parfait. Cependant, la phase 2 va devoir attendre.
Anne-Sophie changea d'angle pour de nouveau apercevoir son camarade. Celui-ci n'était plus tout seul. Du sentier même qu'ils avaient emprunté quelques minutes auparavant se trouvaient deux avatars humanoïdes, des jeunes, comme eux. Le premier, avec sa combinaison bleue et grise, les regardait d'un air trop souriant pour y croire. Senja.
Le second en revanche, moins de lecteurs s'attendaient sans doute à le trouver là. Avec sa combinaison moulante parcourue de néons bleus et de tracés gris, il était plutôt bien assorti avec son collègue. Il dévoilait des griffes à ses doigts. Son visage, brûlé, et la disparition de sa cape depuis l'époque où il travaillait pour Tyron Ikonov n'empêchait pas de reconnaître Chris White.

- Les voilà enfin, commenta Lua. Senja Noir a été honnête, c'est surprenant.
- Encore heureux, réagit son collègue. Mon rapatriement m'a quand même coûté, autant que ça ne soit pas pour rien.
- Tu commences à parler comme moi.
- C'est parce que je suis une tête brûlée.
Surpris, Senja tourna la tête dans sa direction. Il n'en fallait pas plus pour qu'il encaisse en pleine gueule la petite et rapide boule de feu que venait de cracher Hiroki dans sa direction. L'irlandais fut dévirtualisé.
- Mais je ne suis pas le seul apparemment, commenta Chris avant de se mettre en garde.


Dernière édition par Icer le Mar 14 Juil 2020 21:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 06 Juil 2020 21:51   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCarthage

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngEsquiver les créatures qui peuplaient ce lieu n'était pas un problème pour Hervé, créatures qui par ailleurs étaient tout de même assez rares, et majoritairement de couleur marron avec une longue queue grise. Le territoire semblait malgré tout du genre labyrinthe et aucune tour n'avait été repérée. Au détour d'un couloir, l'adolescent au manteau noir rayé de bordeaux constata qu'une des structures qu'il cherchait se trouvait dans la salle sur laquelle il débouchait. Deux choses étonnèrent l'intrus : elle flottait en l'air d'une part, mais elle était déjà détruite de l'autre. S'approchant, intrigué, jusqu'au bord du sentier qui mourrait à quelques mètres de la structure flottante il constata pourtant que ce qu'il cherchait était bien là, puisque, discrètement, un logo vert en forme de deux rectangle à moitié entrelacés était bien présent.
Hervé devait trouver le moyen d'atteindre ce petit logo. Mais il ne possédait pas d'attaques à distance, ni aucun moyen de se mouvoir dans les airs, ce qui était embêtant. Il avait besoin d'un pion. Se retournant, il hurla en direction du couloir d'où il provenait :
- HEYYYYYYYYYYYYYYY !
Patientant quelques secondes, deux Rampants finirent par débouler, intrigués par le bruit, et se mirent à lui tirer dessus. Hervé n'esquiva aucun tir, se contentant de les encaisser tranquillement tandis qu'il se rapprochait des monstres qui le canardaient. L'adolescent, qui ne possédait que trois doigts à chaque main, changea soudain ceux de sa main gauche en autant de lames de faux, qu'il utilisa pour exploser l'un des Rampants. Attrapant l'autre par le cou, il le traîna jusqu'à la bordure du sentier et le jeta sans plus de ménagement contre la paroi de la tour, là où se situait le symbole vert.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

- Cela se complique, commenta Hervé. D'autres intrus se situent probablement dans le territoire forêt et sur Carthage, parce que des monstres commencent à exploser.
- Il faut qu'on rentre, commenta la voix de Yumi.
- Je suis d'accord. Dépêchez-vous.
- Et pour Xana et Hopper bis ?
- Embarquez-les avec vous s'ils sont d'accord, après tout, un navskid reste disponible.
- Entendu.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCarthage

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa forme humanoïde était apparue à côté d'Hervé. Ronde, sans orifices sur le visage, elle arborait sur son corps le même ton vert que le logo précédemment inscrit sur la tour, qui par ailleurs avait disparu. Selon les indications, l'adolescent au manteau noir n'avait plus qu'à dégager, la forme devait normalement la suivre. C'était en effet le cas, même si celle-ci semblait avoir du mal à tenir sur ses jambes, et marchait lentement. Durant le trajet, juste avant d'atteindre l'ascenseur, Hervé tomba subitement sur un Krabe, dont il dût s'occuper de la même manière que le premier Rampant. Protéger sa prise, avec son invulnérabilité aux lasers, n'allait pas être trop compliqué. Ce qu'Hervé avait moins vu venir en revanche se passa lors de son arrivée sur la voûte céleste : l'humanoïde vert derrière lui s'approcha du bord... et sembla s'y jeter volontairement, tandis que l'adolescent attendait son transport.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

- Cette fois c'en est fini de Kappa, annonça sobrement Gladys. Il a délibérément choisi de se suicider.
- C'est une plaisanterie ?
réagit l'hologramme de Thomas.
- C'était une possibilité, reconnut cependant Thierry, moins exaspéré. Comme la tour était hors service depuis longtemps, l'hypothèse que Kappa soit bogué et devenu bon à rien avait été envisagée par le Commandant. Tant pis.
- Alors les rumeurs sur le centre de l'uni-vert étaient surcotées...
- Est-ce que ça signifie que l'objectif reste possible sans lui ?
questionna Pierre.
- Eh bien... commença Christophe. D'après les informations du Commandant, oui, ce sont surtout les quatre autres dont il a besoin. À la base, seuls les territoires limitrophes existaient, il me semble. Kappa n'était qu'un rajout. Pour l'esthétique peut-être. Ou les quotas.
- Par ailleurs, ceux qui étaient sur le monde virtuel au loin sont en train de repartir avec la chose qu'ils ont trouvé là-bas
, informa Gladys.
- J'ai de nouvelles instructions précises du Commandant concernant leur cas, informa Thierry. Il faut éliminer le programme qu'ils ont trouvé.
- C'est dans tes cordes, Pierre, annonça le masqué.
Le concerné hocha la tête et l'hologramme disparut, éteignant son symbole de Kongre à la lumière jaune.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire forêt

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHiroki esquiva les griffes de fer de Chris White avant de tenter de lui asséner un coup d'épée, duquel l'ancien suisse se déroba à son tour. Anne-Sophie, toujours à proximité de la tour, se mit à générer des boules de coton, qui se regroupèrent pour former un immense marteau. Elle s'en saisit et donna un coup dévastateur sur la tour qui chancela. Un second impact fit rougeoyer la structure. Un troisième et cette fois, la forme cylindrée se dépixelisa. Mais, au milieu de l’îlot se dressait désormais un petit être humanoïde, sans orifices, mais aux couleurs similaires au logo précédemment inscrit sur la tour.
- Pars, ordonna le japonais au manteau noir en jetant un coup d’œil à sa coéquipière.
Il n'aurait pas dû. White, qui savait ne pas laisser passer sa chance, transperça le flan de son ennemi avec ses griffes ; Hiroki se dépixelisa et disparût. L'impact acheva de faire rayonner les néons bleus de la combinaison du néo-irlandais. Il se précipita sur la jeune fille, et au moment de bondir au dessus de l'étendue d'eau, il encaissa un tir de Tarentule en pleine tête qui le coupa dans son élan et l'envoya dans le fleuve. Anne-Sophie, qui absorbait elle-même les tirs du monstre avec son bouclier coton, avait généré une sorte de petit train volant avec la même matière. Elle y monta, ainsi que l'humanoïde. Le véhicule de fortune avait déjà mis les voiles le temps que White ne remonte sur l’îlot. De rage, l'irlandais leva une griffe en l'air, encaissa son éclair de foudre, générant des étincelles sur les extrémités qui avaient servi en quelque sorte de paratonnerre. Effectuant un mouvement d'humeur en direction du monstre, les étincelles se libérèrent et explosèrent la Tarentule en quelques instants.
- On peut savoir ce que tu fous là toi ?
White fit volte-face. William Dunbar était là, ce qui le fit soupirer.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCarthage

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDepuis un moment déjà, Ulrich Stern fouillait le territoire de fond en comble, à toute vitesse. Mais à part les monstres de Lyoko, il n'avait pas croisé âme qui vive virtuellement. Arrivé sur la plate-forme de la voûte céleste, il en fit part à sa régie.
- Aucun monstre n'a explosé depuis. Je pense que l'intrus est parti... informa Hervé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire forêt

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngWilliam avait reconnu Chris White. X.A.N.A, à l'époque où il s'était greffé sur le monde virtuel de Tyron Ikonov, lui avait communiqué toutes les informations sur l'équipe de choc dès qu'il les avait obtenues, et même s'il ne l'avait jamais croisé ou affronté directement, il pouvait s'en souvenir. Il était donc surpris de le retrouver ici, compte-tenu de la destinée du camp suisse à l'époque.
- On se connaît ? interrogea l'ex homme à cape.
- Tu travaillais pour Ikonov.
- Ma réputation me précède, je n'y peux rien, répondit simplement Chris en haussant les épaules.
- Tu te moques de moi ? toisa Dunbar.
- Un peu, admit l'ex-suisse. Tu fais le malin maintenant mais j'aurais bien eu besoin de toi tout à l'heure contre les deux autres.
- Quels autres ?
Chris lui jeta un regard las.
- Ok. Je pense que je vais vous laisser voir ça avec Aelita.
Et White planta sa propre griffe dans son flanc, disparaissant dans une pluie de confettis verts sous le regard interloqué de celui avec qui il était en discussion.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Skid se hâtait de rentrer sur Lyoko. Atteindre le hub n'avait été qu'une formalité. Yumi avait le coup de main. Ils y seraient dans moins de trois minutes. Déjà, la sphère ronde caractéristique commençait à se dessiner au loin. Soudain, le vaisseau fut secoué, comme si quelque chose venait de lui rentrer dedans.
- C'était quoi ça ? interrogea Gladys depuis son navskid.

- Il y a quelque chose qui m'attaque, commenta avec un calme stupéfiant Xanabis.
- Merde. Odd, je te largue, dépêche-toi de t'en occuper ! ordonna Yumi.
- Roger.
Le blondinet s'exécuta. Après avoir effectué son demi-tour, il constata bien vite que la forme sombre agrippée au vaisseau semblait humaine. Il jugea plus prudent de ne pas utiliser ses torpilles. Activant les gaz, il entreprit de foncer directement pour décrocher physiquement l'intrus. L'ennemi leva le poing, et brisa le verre du cockpit de Xanabis une seconde avant l'impact avec Della Robbia, qui effectivement, le décrocha.
- Non !
Il prit à peine le temps de distinguer celui qui venait d'éliminer le programme et la dernière trace d'Hopper, ayant malgré tout l'impression qu'il était vêtu d'un long manteau noir. L'assassin virtuel tentait maintenant de s'échapper, ondulant son corps élancé pour nager à une vitesse stupéfiante.
- Pas question.
Odd tira. Il esquiva. Odd tira de nouveau. Un avant-bras sûr de lui encaissa le choc des torpilles. Stupéfiant. Melody – qui l'avait prise à revers – le toucha alors au dos. Il disparût.
- Bordel, les amis dîtes-moi au moins que Franz a survécu ? questionna Ishiyama.
Le navskid de Gladys, resté près de son vaisseau mère pour le défendre, s'approcha du lieu de l'incident.
- Je ne vois rien... je pense qu'il n'était pas assez fort pour survivre seul dans le réseau.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire montagne

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUlrich venait d'arriver sur les lieux. La tour, jusqu'ici située au cœur d'une muraille rocheuse naturelle, n'était effectivement plus là. Elle avait été détruite, comme Hervé l'avait détecté sur l'holomap.
- En tuant juste un seul monstre. Impressionnant. Et je ne ressens plus rien, ne put que constater, presque beau joueur, le samouraï.
- Je vais te ramener, lui répondit Hervé. C'est un peu le chaos là, nous devons faire le point.
- Non, laisse-moi virtuel au cas où, s'il n'y a qu'un seul virtualisé, je ne rate aucune partie de la conversation, et je suis le plus rapide.
- En effet.
- Je peux peut-être me joindre à cette conversation ? questionna une voix féminine.
Stern avisa Aelita, qui venait de se poser en douceur à ses côtés.
- Hum. Aelita. Tu...
- Je sais, coupa l'ange désormais vert et orange. Il est temps de partager avec vous l'ensemble de nos informations. Ce qui vient de se passer est grave.
Le samouraï ne répondit rien, hochant simplement la tête. Comme il n'avait pas protesté à l'oral, Aelita obtint le feu vert de la régie pour se chercher une tour pour se translater à l'Usine, pendant que le reste des Lyoko-guerriers finissait de revenir du réseau.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngTout était redevenu plus calme dans la grotte aux cristaux. Plus aucun logo n'était allumé. Thierry, au manteau blanc, était là et contemplait les récoltes du jour : Phi et Thêta, deux des désormais plus que quatre créations d'Hopper, étaient installées au milieu de la pièce, sans bouger. Leurs avatars humanoïdes étaient extrêmement primitifs bien sûr, mais cela allait changer sous peu. Après ça...
Soudain, le cristal de Christophe s'activa, le logo de Tarentule bleu violacé s'allumant. L'hologramme du masqué apparut.
- Désolé du retard.
- Tu étais plus ponctuel avant, commenta simplement son collègue sans détacher ses yeux du butin.
- Les choses changent parfois, répondit le masqué. Hervé a magnifiquement tiré son épingle du jeu. On a déjà fait la moitié.
- Oui... mais maintenant, la question est de savoir si on commence le rituel dès maintenant pour ces deux là.
- Oh, ça ne coûte rien d'essayer après tout. Mais nous devons attendre que nos dévirtualisés puissent revenir.
- Naturellement.
- Très bien, convoque nous à ce moment là. Sur ce je te laisse.
L'avatar disparut. Thierry haussa les épaules en soupirant. Il n'était pas dupe.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe groupe des Lyoko-guerriers, excepté Ulrich resté dans la virtualité, était désormais présent autour d'Hervé. Aelita fut alors translatée dans la pièce.
- Bonsoir à tous. Nous avons beaucoup de choses à nous dire je crois.
Ceux qui étaient encore kadiciens ne bronchèrent pas, attendant de voir ce que celle qui avait désormais rejoint le groupe des irlandais allait dire.
- Je ne vais pas vous raconter d'histoires, poursuivit Stones. Vous avez sûrement remarqué que vos ennemis avaient l'apparence d'élèves de Kadic. Ils viennent d'une autre dimension, ça je pense que vous l'avez deviné. Mais surtout, ceux qui vont ont attaqué, c'est... euh, en fait, ben, c'est Jérémie qui les a envoyé.
Son auditoire ne réagit toujours pas, mais plus pour les mêmes raisons. Il y avait quelques yeux ronds.
- Non, lâcha finalement Yumi.
- Je peux vous le garantir. Je vous avais révélé la fois dernière que Jérémie avait tenté de reprendre contact avec moi. Sachez qu'il était également allé proposer une alliance au Palamède. Une alliance que Senja Noir, qui se savait affaibli, a accepté. Lorsque nous avons détruit l’Échiquier, cette même partie de Senja l'a avoué à son autre moitié. Nous avons donc été mis au courant il y a peu de temps nous-mêmes.
- Et on peut savoir pourquoi Jérémie s'en prendrait à Lyoko ? interrogea William. On ne sait même pas ce qui s'est passé d'ailleurs !
- C'est précisément ce que nous ne savons pas encore, et que nous espérions découvrir, répondit Aelita. C'est pour ça qu'on ne vous a rien dit. On souhaitait attendre qu'il vienne de lui-même dans l'espoir qu'il nous dévoile ses intentions. Je vous avoue que nous n'avons pas réussi à le faire aujourd'hui. En revanche, nous pensions savoir où il se trouve physiquement et désormais, nous savons où est situé son monde virtuel.
- Comment ? questionna immédiatement Hervé.
- Chris White, l'un de mes collègues, a réussi à dévirtualiser l'un d'entre eux. C'était là sa mission, ses griffes étaient imprégnées d'un traceur spécial permettant de savoir où l'ennemi vaincu a été rematérialisé. La localisation du supercalculateur nous confirme ce qu'on savait déjà grâce aux aveux de Senja Noir. Mais en prime, nous avons désormais l'emplacement du monde virtuel sur le réseau.
- Parlons en de ce Chris ! reprit William. Je l'ai reconnu votre type, il a fait partie de l'équipe d'Ikonov ! Vous savez, les dégénérés qui ont failli tuer Odd...
- Je suis responsable de l'Eire, pas du recrutement, répondit, presque sèchement, Aelita. Senja a toujours eu des goûts particuliers, ajouta-t-elle en regardant Gladys Fontaine.
- Pff, lâcha Christophe en secouant la tête de gauche à droite.
- Je vous ferais remarquer que nous avons en tout cas récolté une information que vous n'aviez pas.
- Désolé Aelita mais ça suffit, commenta Ulrich depuis Lyoko. Tu ne joues pas franc jeu avec nous depuis un moment, et tu espères que l'on va croire que c'est Jérémie qui est derrière cette mystérieuse attaque détruisant des tours ?
- Nous avions nos raisons pour vous cacher, temporairement, la vérité, je vous les ai exposées ! protesta la concernée.
- Nous, nous, nous, rebondit Odd. Je ne te reconnais pas. On dirait qu'en quelques mois, tu t'es davantage attachée aux irlandais qu'à nous qui étions tes amis !
- Non Odd. Mais je me sens responsable d'accord ? Comme pour libérer William, je ferais ce que j'estime nécessaire.
- Ce sera sans nous, informa Ishiyama. Enfin je pense parler pour le groupe. Je n'ai plus confiance en toi. Que tu nous révèles ça maintenant, cela pourrait être une nouvelle manipulation. Les irlandais nous l'ont toujours mise à l'envers. Quel que soit le groupe. Groupe dont tu fais à présent partie, et qui comporte encore et toujours ce fou qui a crée le Palamède.
- Je n'aurais pas mieux dit pour le coup, commenta Stern.
Le regard d'Odd, dernier Lyoko-guerrier historique, envers Aelita était également sans ambiguïtés. Alors l'elfe virtuel soupira, reconnaissant sa défaite.
- Très bien. Vous trouverez malgré tout une balise de localisation posée à coté de la tour qui me sert actuellement pour être translatée. C'est une technologie qui est là aussi issue des travaux d'Ikonov. Nous ne pouvons pas coder directement le même programme que pour les griffes de Chris chez vous mais si vous collez cette balise lors de la prochaine attaque sur un ennemi qui regagne son repaire, alors vous pourrez localiser le monde virtuel de vos ennemis, quel qu'il soit. Ce qui vous permettra de trouver les réponses vous-mêmes.
Personne ne répondit mais Hervé jeta un coup d’œil aux écrans. Ulrich était déjà en route.
- Faîtes attention à vous, implora Aelita. Les individus que Jérémie envoie sont dangereux, et prêts à tous pour réaliser leurs objectifs.
Et la translation pris fin.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, neuvième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Dans la petite salle de classe qui semblait placardisée, Christophe se releva. Il était seul, mais la porte en face de l'escalier était ouverte. Il s'engagea alors dans ce qui ressemblait à l'accès à un placard, mais qui donnait en réalité sur un long sentier légèrement en pente. En quelques pas, il se retrouvait au milieu de la végétation. Un petit parc. Il avisa Gladys, située sur le banc du fond.
- J'aimerai pouvoir tout contrôler, commenta le masqué avant de s’asseoir à coté d'elle.
- Moi aussi, répondit-elle simplement sans même le regarder.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

- Elle est marrante à dire ça maintenant, commenta Fontaine après que l'image d'Aelita ait disparu.
- Je vous félicite, annonça Hervé. Vous avez tous compris qu'il fallait faire comme si nous ne croyons pas à la version d'Aelita.
- J'ai failli protester, reconnu William. Mais Yumi a donné le ton comme il fallait, poursuivit-il en levant le pouce en l'air en direction de sa camarade de classe.
- Voilà qui vient donc expliquer pourquoi nous n'avons toujours pas pu retrouver Jérémie, avoua Odd.
- Attendez, on croit tout ce qu'elle dit ? interrogea Melody qui n'avait pas tout suivi.
- Je ne pense pas que les irlandais aient intérêt à nous mentir maintenant. Ce n'est pas la première fois que Senja nous fait ce coup là. Il nous aiguille parce qu'il a intérêt à ce que Jérémie ait des adversaires coriaces.
- Pour autant, poursuivit Hervé, là les irlandais vont penser qu'on ne les croit pas. C'est mieux comme ça pour nous. Nous sommes indépendants et à la solde de personne.
- Bien dit mec.
- Il y a bien une balise, annonça Ulrich.
- Très bien, répondit Pichon. Aelita pense que les intrus vont revenir et c'est un avis que je partage. Ils ont visité trois territoires et ont détruit une tour à chaque fois, sauf sur Carthage mais la tour l'était déjà de fait. Je vous fiche mon billet que le désert et la banquise seront eux aussi visités sous peu.
Odd hochait déjà la tête.
- Bien sûr, il cherche à récupérer les programmes dont nous a parlé Xanabis ! Une visite par territoire, une tour détruite, c'est exactement ce qu'il nous a révélé.
Pichon sourit.
- Je voulais justement voir si vous suiviez.
- Il m'a semblé voir un des ennemis embarquer quelque chose en quittant la forêt, souligna William.
- Donc ça colle, approuva Rousseau.
- Très bien, reprit Hervé. Il faut que cette balise fasse son travail. Ensuite, ils trouveront à qui parler. Si Jérémie est vraiment derrière tout ça, je vais mettre un point d'honneur à le battre à son propre jeu. Même si je reste admiratif de son œuvre, je n'ai toujours pas digéré sa façon de me prendre de haut la dernière fois que l'on s'est croisé.
- On fait quoi si c'est vraiment lui ? demanda William. Je veux dire, je suis bien placé pour savoir que l'on peut parfois se tromper de camp.
- La réplique à l'époque avait rendu visite à Jérémie à l’hôpital lors de sa tentative de suicide, vous vous souvenez ? rappela Ulrich. Il lui avait dit qu'il en avait marre de se battre sans Aelita. D'ailleurs ça, la vraie Aelita n'en a jamais eu connaissance, même si elle a pu le deviner lorsqu'il l'a contacté.
- Ouais enfin, les choses ont sûrement évolué, avoua Odd. Il ne semble pas en avoir marre de se battre là. On peut assez facilement penser qu'il y a la déception Aelita au moment où il nous quitte, mais difficile d'en savoir plus derrière.
- Et qui sait l'influence qu'a pu avoir Senja Noir sur lui aussi... fit remarquer Gladys.
- Mais j'ai quand même encore une question, intervint la japonaise. Comment Jérémie peut être au courant d'un truc sur Lyoko que même Aelita semble ignorer ?
- J'avoue, souligna Ulrich. Là comme ça, je dirais via le journal de Hopper ? Après tout, Jérémie en a toujours fait sa chasse gardée, pas certain que même Aelita ait tout visionné.
- Vous m'aviez dit qu'il l'avait copié numériquement à l'Usine non ? questionna Hervé aux Lyoko-guerriers historiques. Parce que j'en ai jamais trouvé trace.
- Il a donc disparu en même temps que Jérémie, résuma le samouraï. Comme par hasard. Il ne souhaitait sûrement pas qu'on s’intéresse de trop près aux archives de Hopper, ce n'est sûrement pas pour rien.
- Shit
, en parlant de ça, on a perdu l'autre Hopper et sa créature, rappela Melody. Vous avez remarqué comment il a été pris pour cible ?
- Vous aviez pu voir ce qui l'avait attaqué ? demanda l'ivoirien.
- C'était un avatar humain, j'en suis certain, commenta Odd.
- Il avait un manteau noir j'ai eu l'impression. Y avait un logo coloré au dos mais j'ai pas pu voir, informa Rousseau.
William et Christophe se regardèrent. Ulrich traduisit leur pensée tout haut :
- Un manteau noir avec un logo dans le dos. Exactement comme les deux filles sur le désert.
- Alors c'était bien le même groupe. Et je trouve ça assez logique que des individus venant visiblement d'une autre dimension aient cherché à éliminer une autre entité dimensionnelle. Peut-être qu'ils venaient du même endroit ? Surtout si un autre Hopper pouvait nous parler de ses fameux programmes cachés sur Lyoko. Heureusement qu'on avait discuté avec lui avant...
L'hypothèse d'Hervé semblait tenir la route pour le groupe.
- Putain ! lâcha Dunbar avec une pointe de rage. On se fait quand même globalement balader !
- Je reconnais que l'époque où il suffisait d'affronter un ou deux Mégatanks pour qu'Aelita désactive la tour me semble bien loin... commenta Odd. La situation s'est complexifiée.
- J'en viens à me demander comment notre lutte peut encore demeurer secrète avec tout ce bazar, reconnut Yumi.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÎle Laurie, Péninsule Antarctique, Antarctique

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDans le chalet de la base argentine Orcadas, officiellement désaffectée, la table de conférence et ses onze micros ornés de drapeaux étaient toujours là. Certains d'entre-eux se mirent à dégager des grésillements, signes d'activité. Les micros correspondant aux drapeaux albanais, écossais, français, russe et syrien semblaient allumés. Ceux correspondant à l'Argentine, la Chine, les États-Unis, au Ghana, au Japon et au Venezuela demeuraient éteints.
- Bariş, commença une voix déformée, en français, en provenance du micro associé à la Syrie, et dont l’écriteau évoquait le nom de Barthélémy. Le groupe américain ne va pas tarder à se lancer. J'imagine que vous êtes au courant pour la nomination de Simon, Matthieu a assuré. Avec Pierre, les préparatifs sont sur le point d'aboutir de notre côté. Jacques, où en sommes-nous pour ce dont tu nous avais parlé ? Posséder une telle garantie est un luxe auquel nous ne pouvons renoncer.
- Bariş. Il semble que les jeunes de Kadic aient repris du service récemment, répondit Jacques par le micro associé au drapeau français. J'ai dû personnellement intervenir pour sortir deux d'entre-eux qui avaient fini en garde à vue, afin d'être certain qu'ils ne révèlent rien. Mais cela prouve que j'ai bien fait d'être prudent. Je pense qu'il va falloir s'occuper d'abord des adolescents qui sont au courant, pour être sûr de pouvoir être tranquilles avec la machine par la suite. Je travaille sur un plan d'action en ce moment même.
- Bariş, très bien, félicita la voix de l'Albanie. J'ai hâte que nos efforts puissent aboutir. Mon grand-père a payé chèrement l'existence de notre organisation, je n'ai pas envie que cela ait été vain.
- Bariş. Oui André, tu ne cesses de nous le rappeler, soupira la voix du drapeau écossais.
- Bariş. Pas d'inquiétude. Nous n'avons jamais été aussi proches de réaliser le dessein de notre ancêtre, confirma la voix du micro russe dont le présentoir affichait le nom de Pierre.
- C'est le destin qui nous a envoyé un tel bouleversement géopolitique, reprit André. Bien que leurs pays aient été touchés, Thomas et Barthélémy sont en vie. Nous avons le devoir d'être à la hauteur.
Personne ne répondit clairement quelque chose mais des murmures approbatifs se firent entendre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAelita venait à peine de sortir du Scuabtuinne, la copie du Skid volée à l'époque aux Lyoko-guerriers, revenu sur son territoire d'origine, lorsque Senja la héla depuis la régie.

- C'était plutôt court. Quelque chose me dit qu'ils ne sont pas très contents.
- Ils ne me croient pas pour Jérémie, soupira Aelita, un peu triste tout de même. Mais je leur ai laissé la balise.
- J'espère qu'ils en feront bon usage. Dans ce cas, on va sûrement suivre l'idée que je t'avais exposée la dernière fois. Tu seras seule sur le terrain ici.
- Ce n'est pas un problème. Je veillerai autant que je peux. Mais je pense qu'ils peuvent le faire.
- Très bien, à notre tour alors.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja laissa tomber le micro et se retourna vers celui qui l'attendait, vautré dans le canapé : Mehdi Fontaine, le grand frère de Gladys. Sa présence ici n'était pas tout à fait le fruit du hasard.
Comme sa petite sœur l'avait souhaité, à la fin de la lutte contre le Palamède, tout lui avait été révélé. Mehdi avait alors compris l'étrange lien qui semblait unir sa sœur à son pote Christophe, et le pourquoi du comment des décès de Tanguy, Burrel et Taylor. Mais l'étudiant en droit, qui s'ennuyait à mourir, avait vu là l'opportunité de pimenter son quotidien. Si la lutte des Lyoko-guerriers était terminée, il s'était débrouillé pour prendre contact avec Senja, et lui proposer ses services. L'irlandais, en pleine reconstruction d'équipe, avait contre-toute attente accepté, d'autant qu'Aelita se souvenait de son ancien rival pour le poste de DJ ouvreur d'un concert des Subdigitals. Mehdi avait alors tout plaqué pour rejoindre le groupe irlandais. La nouvelle était mal passée auprès de sa sœur Gladys, qui, se sentant abandonnée, avait mis ça sur le compte d'une énième manipulation de Senja, et refusait depuis d'adresser la parole à son frère.
- Alors c'est décidé. On va y aller comme ça, commenta le nouvel arrivé.

- Oui, on va faire le point avec les autres, mais je pense que c'est notre meilleure carte à jouer.
- Oh bah t'sais je vais pas m'en plaindre, j'adore voyager. Venir ici était aussi une bonne excuse pour avoir visité un pays de plus.
- Parfait. Descendons, proposa Senja. Je te laisse prévenir les autres ? J'imagine que personne ne dort.
- Ok.
Les deux garçons descendirent d'un étage, puis Mehdi se dirigea vers les chambres, tandis que Senja s'engageait de nouveaux dans les escaliers pour accéder à la cuisine, où la large table servait, depuis la première équipe de guerriers de l'Eire, pour les réunions. Il ne resta pas seul longtemps : Chris White apparut bien vite dans la pièce, avec son air passe-partout et sa discrétion habituelle.
Chris White était un ancien camarade de classe de Senja, à l'époque où ces deux-là allaient encore à l'école. Suite à un malentendu, Chris s'était retrouvé dans le camp de Tyron Ikonov, un ex-assistant de Waldo Schaeffer à l'époque du Projet Carthage et parrain légal d'Aelita, qui s'était mis à son compte depuis la Suisse. Rescapé de la destruction du bunker souterrain par hasard, il avait été retrouvé par Senja, qui avait souhaité originellement le recruter dans la seconde équipe de l'Eire. À défaut, il le fit pour la troisième, surtout que Chris avait entre temps pu acquérir une certaine expérience de la virtualité. White voulait de surcroît revenir en Irlande, mais pas chez son oncle, qui ne partageait pas sa sensibilité et ne le voyait globalement que comme un « sale pédé », quoiqu'il pouvait se contenter de « bon à rien » lorsqu'il était de bonne humeur. La proposition de Senja permettait de combiner les deux.
- J'espère que je pourrais emmener mon sac d'épices pour là-bas, commenta simplement l'ex-suisse en s'asseyant.

- Je vois que tout le monde est déjà au courant, on se demande à quoi sert cette réunion.
- J'ignorais qu'il fallait ta permission pour discuter entre nous.
Mehdi Fontaine arriva à son tour, accompagné du dernier membre de la nouvelle bande, Phil Presso, lunettes rondes sur le nez et air affable.
En comparaison de ceux de Mehdi et Chris, le recrutement de Presso était presque banal : étudiant précoce et brillant en lettres modernes dans la ville française de Saint-Étienne jusqu'à peu, il s'ennuyait bien évidemment à mourir dans cette filière qu'il avait rejoint uniquement dans l'espoir d'apprendre à savoir écrire aux filles. En réalité, Phil avait un certain talent pour l'informatique, ce qui l'avait amené à être repéré par Ikonov à l'instar de Chris White, mais pas pour les mêmes raisons, et était devenu son substitut officiel en cas de pépin. Senja, apprenant son existence grâce à son ancien camarade de classe, exploita la faiblesse évidente de Presso, à savoir les jolies filles, en échange de l'hébergement de White le temps que les irlandais en finissent avec l’Échiquier. Phil Presso était ainsi sorti à distance avec Huguette Kleis, l'ancienne opératrice des irlandais, et s'était ruiné en lui offrant un voyage à Paris. Le stéphanois avait vu les choses en grand (macarons de chez La Durée, etc...), et revint à Saint-Étienne avec la plus grande de toutes ces choses : sa dette. De fait, Phil ne put bien longtemps répondre aux goûts de luxe d'Huguette qui le largua sans plus de cérémonie après avoir fini de tout lui pomper. Puisque Senja s'était arrangé pour se débarrasser de son opératrice, il avait besoin d'un remplaçant. White n'avait plus qu'à mentionner à son hébergeur temporaire la possibilité pour lui de voir ses dettes épongées à la suite d'un petit séjour en Irlande de surcroît tout frais payés. On pouvait remercier le patriarche Forestier.
Les quatre garçons qui formaient désormais les guerriers de l'Eire de troisième génération étaient désormais tous installés.

- Bon les gars. Les données récupérées par Chris confirment les informations livrées par Senja Noir sur Jérémie Belpois. Étant donné que les Lyoko-guerriers ne nous font pas confiance, défendre le monde virtuel à leurs côtés pourrait se révéler contre-productif.
- De toute façon, ils se sont fait tellement balader aujourd'hui qu'ils vont être sur le pied d'guerre, commenta Mehdi. Ils devraient être meilleurs cette fois. Rien qu'imaginer l'état de nerf de ma sœur...
- Hé hé, ricana Phil.

- Tout à fait, approuva Lua. On va donc aller se le faire IRL, pour une parfaite couverture, sur l'ile de La Réunion, dans l'Océan Indien.
Il ajouta peu après :
- Et on se met en route dès l'aube demain. Il est temps de prendre Belpois de vitesse.


À suivre : L'État Empire I


Dernière édition par Icer le Mar 14 Juil 2020 21:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Sam 11 Juil 2020 19:08   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1070
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.


« Encore une fille ? »


Je pense que cette citation (avec un visuel non-contractuel) résume pour l’instant les tenantes de la plupart des sous-intrigues qui ont été établies jusqu’ici (Mélody et sa best’, le départ de Zoé, Gladys et son bro’con, l’autre Gladys qui semble être dans sa période, Aelita et sa rétention d’informations, l’affaire Phil Presso, etc... – ici aussi cette liste est non-contractuelle).

Au-delà de ce surf évident sur l’ère du temps, qui consiste à valoriser artificiellement le casting féminin pour faire genre, l’intrigue avance. D’ailleurs, j’ai toujours trouvé ta façon de faire à ce niveau là habile : tu délimites un premier espace d’intrigue, a priori accessible au lecteur au premier abord, avant d’en déposer un second, qui agrandit le champ d’action du premier en ajoutant de nouveaux éléments et enjeux. C’est d’autant plus visible dans ce découpage en parties, où le démarrage avec « Remonter la piste de Jérémie » en partie I se développe bien rapidement dans cette partie II.
Le traitement du fragment Meteor de Hopper venu dans cet univers constitue une preuve de cette façon bien à toi d’utiliser les éléments de tes histoires. J’aime beaucoup ces moments, comme celui-ci, ou tu te déconstruis tout seul, en quelque sorte. Amener le lecteur à imaginer que l’infiltration d’un morceau du Patron himself prendrait forcément une importance de forte ampleur pour la suite, pour finalement le mettre en scène sur une demi-partie à tout casser (sans pour autant dénier son impact à ce moment-là), je trouve ça cool. Ça donne un sentiment de « Tout ça pour ça ? ». Néanmoins, Hopper est-il véritablement enterré ? Le personnage a toujours eu cette facette « divine » et quasi-intuable/intouchable, et ton univers fait qu’il y a des moyens de faire apparaître le personnage malgré tout, comme le prouve cette partie...

L'idée d'explorer et de détailler toujours plus les travaux laissés en plan par Hopper est séduisante (en plus d'ajouter des enjeux aux frais de la princesse). Peut-être qu'un jour, ils apporteront même une aide plus qu'une gêne supplémentaire aux groupe de Kadic. J'apprécie l'hommage à ce niveau, bien entendu.

La dernière séquence sur l’île Laurie est franchement captivante, sur les quelques indices qu’elle jette. Je retiens plus particulièrement « Jacques », rattaché au drapeau français. Et vu la place occupée par un Jacques bien connu dans l’Échiquier et même un certain OS, le doute est raisonnablement exclu. Mais du coup ça impliquerait que lorsque Dragunov est venu l’interroger, il a terriblement bien caché son jeu !
Autrement, le fait que ce groupe de l’ombre soit tout à fait au courant de ce qui ce joue au niveau virtuel a quelque chose d’aussi logique qu’effrayant (pour les personnages principaux, parce qu’on se demande bien comment ils vont bien pouvoir lutter à un tel réseau).
Pour finir là-dessus, je relève un parallèle des réunions de l’île Laurie et de celles des Perles, avec les logos/drapeaux qui s’allument en présence de la personnalité qui lui est associée. De là à y voir un lien quelconque, je ne la jouerais pas aussi conspirationniste que ce texte, moi monsieur !

Dans tous les cas, cette partie est vraiment prenante. Bon tu n’as plus grand-chose à prouver concernant l’écriture des séquences d’action, donc c’est un peu facile de faire mouche à ce niveau (quoique les séquences quotidiennes...). M’enfin, c’est gratuit de le redire ! D’ailleurs, pointer du doigt avec sévérité les coquilles, ça l’est tout autant Mr. Green :


Spoiler


L’éclaircissement sur Medhi est plutôt cocasse, mais je ne peux m’empêcher de penser que tu es un peu frustré de ne pas avoir pu l’exploiter comme il se devait, sur le plan virtuel, à l’époque du Neith.

Après Zoé, ma nouvelle interrogation concernant un membre disparu depuis l’époque de l’Échiquier : quid d’Aurora (dont on ignorait ce qu’il allait advenir, contrairement à Huguette) ? Vu que la dernière fois, la partie suivante a apporté la réponse, autant retenter le coup !
Par rapport à l’explication Zoé, j’ai toujours adoré ce genre de raisonnement par l’absurde sur le traitement de personnages. Pour avoir fait la même chose, c’est un procédé très drôle, tant à mettre en œuvre (pour les réf’ évidemment), qu’à lire. Il faut ski faut, comme on dit ! D’ailleurs, je trouve ce dénouement vraiment ironique pour le personnage, sachant qu’une de ses caractéristiques de base était une « maturité » notable pour son jeune âge. Yumi a visiblement bel et bien passé le flambeau, ce qui explique des choses : la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre.

Allez, trêve de citations subtiles, c’est l’heure du best-of... des citations :

Citation:
Cela m'ennuie de l'admettre vu ce qu'Aelita a fait pour moi.


William dérape et nous fait une Minho. J’espère que ça ne se reproduira plus.

Citation:
Yumi avait le coup de main.


Et après ça prétend avoir stoppé avec les garçons...

Citation:
Non Odd. Mais je me sens responsable d'accord ? Comme pour libérer William, je ferais ce que j'estime nécessaire.


Mdr, celle-là était pas mal. C'eut été le groupe des admins, la légitimité à décider d’agir contre le mouvement populaire sans son consentement était justifiable. Mais si l'on regarde son bilan personnel dans la fanfiction principale, c'est quand même assez ridicule. J’avais posté le même genre de tirade provenant du même personnage il y a 3 ans. C’est plaisant qu’on soit capable de faire sortir le même genre de connerie à un personnage comme ça.

Citation:
J'aimerai pouvoir tout contrôler, commenta le masqué avant de s’asseoir à coté d'elle.


Par volonté d’éviter la double-quote, je corrige ici : « j’aimerais ».

Ce genre de réplique me rappelle un peu le résumé pour l’OS X, A, N & A, malgré un sens bien différent. Accessoirement, elle ne fait que renforcer les soupçons concernant l’identité de ce personnage masqué-là (en fait j’ai plutôt l’impression que tu ne cherches pas à faire de mystère là-dessus, compte tenu que tu as déjà joué de ce procédé ailleurs).
Encore une fois, c’est par ce genre de petites lignes de dialogue que tu insuffles un peu de différentiation au sein de ta palette de personnages je trouve, sans en faire des caisses.

Citation:
J'espère que je pourrais emmener mon sac d'épices pour là-bas


Un sac d’épices !? Quel genre de con emporte ce genre de choses avec lui ?


Ce commentaire est déjà bien fat, et va le devenir davantage avec du blabla sur l’action, le cœur de la partie.

J’imagine que la présence massive des monstres sur Lyokô constitue le fameux « système de surveillance comme l’Eire ». Bon, ils se font toujours autant démonter, mais ça permet de créer des moments rigolos. Mr. Green

Ulrich et William : quel duo ! Est-ce donc cela le fameux « nouveau programme » entrevu par X.A.N.A dans l’univers central ? Et j’aime bien ton utilisation télékinétique de la Supersmoke. On dirait presque qu’il n’y a pas d’utilisateur de Télékinésie dans la team.

Je ne te l’ai jamais dit (ou peut-être que oui mais dans le doute, je le redis), mais j’adore ta version de l’avatar de Chris White, en particulier l’idée de l’éclair (qui sur l’aspect purement visuel, avec ses néons, rejoint un élément de l’original, que je n’ai pas encore mis en scène, et que tu as totalement cerné). D’ailleurs, le fonctionnement de son pouvoir électrique n’est pas encore tout à fait clair, au niveau de l’activation (je pensais jusque-là qu’il était automatique et passif, mais il semble y avoir tout de même des subtilités supplémentaires), et certains mots me donnent l’impression qu’il rejoint également l’original. Si cela se confirme, tu auras définitivement prouvé que tu arrives parfaitement à singer ma manière de penser mes avatars sur la base de leurs éléments visuels/descriptifs. Bien joué !

Un truc marrant sur tes avatars, c’est que ceux qui, sur le papier, paraissent posséder les capacités les plus puissantes/craquées ne sont jamais complètement en première ligne au combat, ou du moins ne donnent jamais vraiment l’impression de se donner à fond (souvent parce qu’ils ont un autre objectif sur un terme plus long derrière, Anne-Sophie en est un excellent exemple ici). Du coup, ça te permet quand même de relativement bien équilibrer tes affrontements, alors que les Lyokô-guerriers partent souvent avec un désavantage sur le plan « militaire » pur (j'entends par là que leurs capacités sont plus basiques que celles de leurs adversaires, à mes yeux).

Concernant les Perles, les rôles ont l’air d’être assez précis/pré-établis chez eux (par exemple, Gladys semble constituer « les yeux » du groupe).
Plus largement, c’est une constante chez toi je trouve : les groupes virtuels sont constitués de membres avec des fonctions/spécialisations/places dans l’organigramme assez précises. Encore une fois, je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec mon propre travail sur les avatars/organisations d’avatars, où j’ai tendance à partir sur une polyvalence globale qui donne des groupes assez déstructurés. En outre, cet aspect constitue un de mes points d’intérêt vis-à-vis de ton travail. Après autant de texte, c’est toujours aussi bien foutu et renouvelé, alors bravo.


Sur ce, j’ai hâte de voir comment ce passage à la Réunion va se dérouler. Gageons que ce ne soit pas au groupe de Senja d’en faire toute une montagne !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Jeu 16 Juil 2020 20:46   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
Spoiler

https://i.imgur.com/OhXQdRO.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 15 février 2008, Eire, dans la soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAelita venait à peine de recommencer à méditer qu'elle fut de nouveau dérangée par la voix de Senja depuis la régie.

- Aelita.
Elle ouvrit les yeux.
- À votre service.

- Quoi ?
- Rien, sourit-elle. Une private joke avec Puck.
- Tss. Mais je suis plutôt content de savoir que tu te sois habituée à être ici. Quand on va bouger, tu seras la seule sur le terrain. Bon, Phil sera également là en régie pour t'aider, et comme il ne peut pas vraiment essayer de te sauter, tu n'as rien à craindre, il restera professionnel.
- Super, commenta Stones. Plus sérieusement, tu penses que l'Eire pourrait être exposé ?
- C'est bien le soucis, admit Senja. Je n'en ai aucune idée. Normalement non, mais bon. L'Eire s'est fait sérieusement attaquer par X.A.N.A une fois, puis par le Palamède, à chaque fois vers la fin de la lutte. Alors pourquoi ne pas l'envisager une nouvelle fois ?
- Je vois l'idée. Ne t'en fait pas, avec Puck, on assure.
Aelita aurait juré avoir entendu Senja esquisser un sourire.

- Bien sûr, c'est... c'était la poupée d'Alba. Elle la tenait de sa mère. C'est la seule chose qu'elle a pu lui offrir, de ce que j'ai compris.
La fille aux cheveux désormais roux opina du chef toute seule. C'était logique, elles avaient la même mère.
- Alba... dire que je ne l'ai qu'à peine croisée pendant qu'on s'affrontait.

- Il faut dire que même avec ses amis, elle n'était pas forcément plus ouverte. Sa vie était compliquée. Un héritage de ses origines je suppose.
- Senja, il faut que je te demande quelque chose. Tu sembles... semblais... sembles, enfin, vraiment bien apprécier Alba.
La réponse ne vint pas immédiatement.

- Oui, non, en fait, ce n'est pas exactement ça. Moi j'étais plutôt attiré par Clémence au début. C'est Senja Noir qui aimait bien Alba.
- Euh, c'est possible ça ?
- Non, pas vraiment, ce qui explique sûrement qu'il ait pété les plombs et ait décidé de tuer tout le monde.
De l'humour. Aelita commençait à cerner le personnage. Senja faisait beaucoup d'humour, surtout quand il voulait cacher des choses.
- Mais pour lui comme pour moi, nous n'avons jamais vraiment accepté la mort d'Alba. Même après son décès, elle est restée omniprésente pendant la lutte. Par exemple, Senja Noir a crée un monde virtuel dans une autre dimension, eh bien, je te laisse deviner à l'image de qui était la déesse régissant celui-ci.
- C'est assez révélateur, commenta simplement Aelita.
- On s'arrêtera là pour les confidences. Je progresse mais mieux vaut ne pas trop y penser.
- Bien sûr. File.
- Moi c'est Senja. Phil s'est absenté.
- Et arrête avec ces blagues de merde !


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre de Melody Rousseau, dans la nuit

- Une combattante à mon image... je regrette d'autant plus de ne plus être parmi vous, commenta la voix amère de Zoé Bonnet à travers le portable de l'anglaise.
- Ce n'est pas de ta faute. Si tu avais eu le choix, je sais que tu serais là.
Devant l'évidente fausseté de cette déclaration, l'ancienne Lyoko-guerrière préféra changer de sujet.
- Si Jérémie est vraiment derrière tout ça, cela risque d'être terrible. Je le connais finalement surtout par les articles que Milly et Tamiya ont écrit sur lui, et il est vraiment brillant.
- Oui, je suis assez affraid par l'idée d'affronter celui qui a lutté contre X.A.N.A pendant tout ce temps avec très peu d'aide extérieure. Mais surtout le pire, ce doit être pour ses anciens amis.
- Gladys et toi allez devoir être d'autant plus fortes. Vous êtes les deux à ne l'avoir jamais côtoyé directement. Si Jérémie tente de manipuler psychologiquement ses anciens camarades...
- Oui Zoé je sais. J'aimerai en parler à Gladys mais je t'avoue que je n'ai pas encore osé.
- Il faut. Si vous pouvez vous serrer les coudes, ça ne peut que vous aider.
- Bien sûr... soupira Rousseau.
- Elle est où Gladys d'ailleurs en ce moment ?


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire montagne

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngGladys vit arriver la Manta, qui était loin d'être discrète d'un point de vue sonore. Le monstre s'immobilisa en l'air à proximité de la Lyoko-guerrière, mais surtout, de la balise ronde et verte qu'Aelita avait laissé. Les deux pointes que le monstre avait à l'avant se mirent chacune à générer devant elles une petite sphère bleue, qui se rejoignirent en formant une ligne. Cette ligne fut projetée et sa taille s’agrandit pour correspondre à celle de l'objet. La Manta inclina ensuite légèrement la tête pour que le tracé parcoure tout l'engin.
- Hum, on dirait qu'Aelita n'a pas menti, commenta Hervé au bout d'une minute, à la suite des résultats de l'analyse. L'engin n'a pas l'air piégé et semble réellement avoir le rôle qui nous a été attribué.
- Très bien, réagit simplement la quatrième en hochant la tête.
Puis, elle ajouta finalement :
- Dis-moi, si Jérémie est vraiment derrière tout ça, ça ne te fait pas peur de l'affronter ? Au-delà du défi intellectuel que tu évoquais précédemment.
La réponse tarda à venir. Pichon ne s'attendait pas à une telle question, et encore moins de la part de Fontaine.
- Pour être honnête, je suis partagé. Bien entendu, sur le papier, Jérémie a plus d'expérience que moi, il a côtoyé Hopper de bien plus près de surcroît, ce qui lui a permis de réaliser des choses telles que la recréation d'un monde virtuel complet, pas juste deux territoires de surface, ni l’ersatz de ce que j'ai fait lors de la mission en Antarctique. Après si l'on y réfléchit bien, il a quand même quitté le navire au pire des moments. Odd y a fait allusion tout à l'heure : quand les choses ont commencé, ce n'était pas le bordel comme avec les irlandais et le Palamède. Sur ce plan là, je ne suis pas peu fier d'avoir réussi à les sauver. Tu sais, quand les quatre sont venus me demander de remplacer Jérémie au pied levé, j'ai senti qu'ils commençaient à être à bout, surtout Yumi et Ulrich. C'est aussi pour ça que ma première décision fut de recruter davantage. La raison officielle était aussi le problème de la bande de Xao mais en sous-marin, c'était pour éviter qu'un des anciens ne craquent. La suite, tu la connais.
- Je comprends oui.
- Tu parlais tout à l'heure du défi intellectuel. Il faut faire attention. Jérémie me semble bien plus instable psychologiquement que prévu. Je n'aborde pas cet affrontement comme une partie d'échecs.
- On a déjà donné à ce niveau là, sourit Gladys – chose suffisamment rare pour être soulignée – en référence à l’Échiquier.
- D'autant que dans ce type d’affrontement, les intentions de l'autre sont claires. Alors que là, même avec la piste des programmes cachés de Hopper, la finalité de tout ceci reste bien incertaine...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 16 février 2008, Monde virtuel inconnu, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngIl y avait de l'activité dans la grotte centrale. Hervé et Anne-Sophie s’affairaient actuellement à transporter deux espèces de mannequins au milieu des cristaux. Les corps inertes étaient tous deux de trois couleurs : l'un était gris, bleu électrique et blanc. L'autre était d'un noir bleuté, en plus du orange et du jaune. Les deux compagnons déposèrent les formes humanoïdes dans un coin qui n'était déjà plus vierge. Aux pieds d'un Pierre visiblement de bonne humeur gisaient déjà un bel arc et une immense faux, en plus des deux avatars de Phi et Thêta précédemment récupérés sur Lyoko.
Du fond de la grotte apparurent Valérie puis Céline, chacune tenant la bride d'un cheval, l'un classiquement blanc, l'autre, plus curieusement, translucide, ce qui lui donnait l'aspect d'un fantôme. Ce qui n'avait pas l'air de déranger sa propriétaire Céline, qui semblait particulièrement l'apprécier. Les bêtes furent attachées aux cristaux, de manière à être proches des deux mannequins, des deux programmes et des armes.
- On y arrive enfin. Le rêve du Commandant n'a jamais été aussi proche ! se réjouit Céline une fois ses deux mains de nouveau libres.
- On a encore fait que la moitié ! tempéra Hervé.
- Mais si le rituel marche, alors nous aurons déjà un avantage certain, avoua Pierre.
- Certes.
- Comment vont se nommer ces deux-là déjà ? questionna Anne-Sophie.
La réponse vint d'en haut :
- Magga et Dukkha, commenta l'hologramme de Gladys qui venait d'apparaître au dessus de son symbole de Manta dorée.
- Je vois que tout est en place, approuva Thierry depuis son propre perchoir, tout en étant lui aussi physiquement absent. Installez-vous.
Contrairement à d'habitude toutefois, l'avatar de ce dernier semblait recouvert d'une sorte de cagoule, qui ne laissait visible que ses yeux. Les concernés sautèrent progressivement sur les pics qui leur étaient dédiés, activant leurs symboles. L'avatar du masqué étant déjà là, les images de Thomas et Hiroki apparurent à leur tour pour compléter l'équipe.
- Nous allons tenter le rituel d'extraction, annonça l'individu au manteau blanc pour la forme.
- Comme c'est surprenant, commenta Christophe.
- Nous... hum, nous ignorons si cela est possible sans les quatre entités. Tenez-vous prêts dans le cas où les choses se compliqueraient.
- Tant qu'il n'arrive rien à mon Dada d'amour... commenta Céline.
L'ensemble de l'équipe, aussi bien les avatars que les physiquement présents, levèrent les bras pour les placer droits devant eux, leurs mains formant un angle droit par rapport à ceux-ci.
- Par le pouvoir des Perles du Neith ! s'exclama l'hologramme de Thierry.
Un fluide semblant mélanger les trois couleurs primaires se dégagea des manches de celui qui venait de parler. Pendant de longues secondes, cette curieuse mixture flottante se répandit autour des pics, restant à la même hauteur, et ne s'arrêtant, pour le demi-côté où c'était possible, qu'au contact des paumes du reste de l'équipe. Toutefois, le côté laissé libre semblait jouer le jeu et la symétrie, et bien vite, le fluide eut la forme d'un cercle. Une fois celui-ci formé, les dix humains abaissèrent progressivement et lentement les bras, afin que la texture suive le mouvement. Jusqu'au moment où celle-ci se mit à toucher Phi, Thêta, les chevaux et les deux mannequins, ainsi que les armes.
- Impact ! annonça celui dont le pic projetait la lumière d'un Mégatank.
- Il n'y a plus qu'à attendre... commenta Pierre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre de Christophe M'Bala & William Dunbar

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAu vu des événements de la soirée, les deux sportifs n'étaient pas prêts de dormir, mais plutôt partis pour discuter encore un moment. La chose était d'autant plus facilitée sur le plan logistique depuis le déménagement de Dunbar, qui avait souhaité prendre la place laissée libre par Matthias Burrel, après son retour d'Islande, et ainsi partager la chambre de son meilleur ami. Les formalités administratives de ce choix ne posèrent que peu de problèmes, avec un proviseur au courant de ce que l'adolescent venait de traverser, et qui était ravi de voir que William, à l'allure déjà sombre, ne s’inscrivait pas dans une démarche d'isolement à la suite de ces événements. La complicité des deux camarades était par ailleurs suffisante pour que l'orientation sexuelle de M'Bala ne constitue pas davantage un obstacle.
- Putain, Jérémie mec. J'arrive toujours pas à y croire. On s'est débarrassé du Palamède, et maintenant on apprend que ce dernier a aidé Jérémie à devenir un super-vilain.
- Mais c'était précisément dans ce but là que Belpois a été formé si j'ai bien compris. En cas d'échec et mat du Palamède.
- Ouais... mais quand même.
- Je l'ai dit tout à l'heure. Je me vois mal juger Jérémie dans ma situation, rappela l'ancien X.A.N.Aguerrier.
- Ce n'est pas la même chose, nuança son ami africain. T'étais dans une fuite en avant à cause de la peur. Lui il...
- Il est dans une fuite en avant à cause de la peur. Procuré par notre ennemi numéro 1, un programme multi-agent. Moi c'était X.A.N.A, lui le Palamède. À part ça, quelle différence ?
- Le Palamède n'existe plus ! lâcha triomphalement M'Bala, qui ne voulait pas perdre cet affrontement verbal.
- Hum. C'est vrai, concéda William en même temps que la défaite. L'argument Aelita me semble effectivement un peu simpliste pour tout justifier.
- Oh tu sais, depuis Anaïs... répondit l'ivoirien en haussant les épaules.
- Hm hm. Tu sais le pire, c'est que moi je lui en veux même pas d'avoir voulu renoncer à me ramener. Si on considère les choses objectivement, il avait raison.
- Jérémie est globalement l'opposé d'Aelita, approuva l'ivoirien. Il arrive à mettre ses sentiments personnels de côté quand la situation l'exige. Quand j'ai été recruté, Jérémie a approuvé, mais nullement parce qu'il m'aimait bien : c'était un choix pragmatique. Il me préférait avec lui plutôt qu'à fouiner sur la réplique.
- Ouais. Peut-être qu'il a pété les plombs à force de mettre ses sentiments de côté justement, proposa Dunbar.
- Un peu gros quand même. Quand je me suis greffé à l'équipe, pour m'intégrer au mieux, je me suis beaucoup intéressé à la façon dont elle était organisée. Bien entendu, Jérémie jouait le rôle clé, même si une fois qu'Ulrich a été ressuscité, le rapport de force s'était rééquilibré. On a eu des situations vraiment cauchemardesques et pourtant, on s'en était globalement sorti.
- Le Palamède, ce n'était pas la même chose.
- D'accord. Mais c'est quand même bizarre. À ce moment là, si j'ai bien compris, il savait simplement qu'un programme multi-agent venait d'en remplacer un autre. En prime, les irlandais avaient pris cher. X.A.N.A était issu du Supercalculateur de Sceaux et de Lyoko, c'est ce qui le rendait aussi dangereux parce qu'il était natif de l'endroit. Pas le Palamède ! Senja n'était venu qu'une fois ici je crois.
- Tu n'as pas tout à fait tort. Franchement, je ne connais pas assez Jérémie pour comprendre la situation actuelle.
- Moi non plus. Mais j'en connais d'autres qui doivent cogiter encore plus que nous.
- C'est clair.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Odd Della Robbia & Ulrich Stern

- Pourquoi ? se lamentait toujours Yumi sur haut-parleur, le téléphone d'Ulrich posé entre les deux lits.
- La pression ? Est-ce qu'à force de le laisser tout gérer... ? commença Stern.
- Oh arrête, coupa le blondinet. Le timing ne colle pas, sur la fin, tu commençais à être plus présent, on le sentait tous et...
- Je n'ai jamais été d'aucune aide sur le plan informatique !
- Mais ce n'est pas le problème. L'informatique c'était son domaine. Comme c'est lui qui pigeait ce qui se passait, Jérémie a eu le rôle de leader mais il n'aimait pas ça. Je pense qu'il était très content que tu commences à le remplacer. Et je suis d'accord avec Odd. Craquer psychologiquement de cette façon à ce moment n'est pas crédible !
- Mais ça me fait chier, on a aucune piste sérieuse !
- Je comprends que tu t'en veuilles Ulrich, mais laisse-moi te dire une chose : on ne peut pas sauver les gens qui ne veulent pas être sauvés.
- Précise Yumi ?
- C'était une de mes anciennes profs d'histoire-géo qui avait dit ça à la classe une fois, quand Ernest avait de sérieux ennuis et semblait à deux doigts d'arrêter l'école. En quatrième j'crois. Notre délégué avait lancé le sujet sur la table. Elle voulait dire par là que malgré la volonté évidente de la classe de vouloir lui venir en aide, si Ernest lui-même ne souhaitait pas se reprendre, alors nos efforts étaient voués à l'échec.
- C'est pas impossible que Jérémie ait perdu tout sens des réalités tu sais Ulrich, abonda Odd. Si on y réfléchit bien, Aelita était toujours au centre de sa motivation pour lutter contre X.A.N.A. Essaye d'imaginer. Il a passé plusieurs années à risquer sa vie pour elle. Puis ils se disputent, elle se barre, rejoint carrément le camp ennemi, et quand il le découvre et l'aborde, elle l'envoie balader. Tu te mets à sa place ?
- Ouais. Mais Jérémie est plus le genre de mec à se mettre en boule dans un coin et à pleurer dans ces cas là, commenta son camarade de chambre. Pas à vouloir se la jouer savant fou voulant dominer le monde suite à une peine de cœur.
- J'vois c'que tu veux dire.
- Chercher à comprendre n'est peut-être pas une bonne idée à ce stade, reprit Stern. Déjà parce qu'on est sûr de rien, vous voyez bien. Mais surtout, cela pourrait nous rendre moins efficaces en l'affrontant. Expliquer, c'est déjà vouloir un petit peu excuser. Le mieux reste encore de s'arracher pour le vaincre. Ensuite...
- Si on gagne, Jérémie devra rendre des comptes... oui je vois.
- Ça me va, admit Della Robbia.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe rituel des Perles du Neith en était toujours au même stade : depuis que le fluide était entré en contact avec ce qui se trouvait au milieu des piliers, rien ne se passait.
- Vous pouvez vous arrêter, annonça finalement l'avatar avec la cagoule. Ils ne réagissent pas.
Les autres baissèrent alors les bras – littéralement – et le fluide s'éparpilla bien vite dans la pièce avant de disparaître progressivement, comme de l'eau renversée.
- Alors il faut les quatre, en conclut Hiroki.
- On dirait bien, approuva Pierre.
- Qu'est-ce qu'on fait, on retourne là-bas tout de suite ? questionna Hervé, prêt à l'action.
- Bien entendu, annonça Thierry.
- Un instant, tempéra Gladys. Il y a un intrus à l'extérieur.
- Je le vois aussi
, confirma Thomas. Ce n'est pas un humain.
- Tu peux t'en occuper ?
lui demanda Christophe.
- Oui.
- Capture-le, ne le détruit pas
, ordonna le cagoulé tandis que l'avatar au-dessus du logo de Frôlion s'effaçait. J'aimerais savoir comment il a pu arriver jusqu'ici... poursuivit Thierry en regardant Christophe qui lui fit un hochement de tête.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Toutes les Perles du Neith étaient de nouveau réunies, malgré un mélange entre présences physiques et avatars. Les objets du rituel qui avait échoué avaient été mis de côté. À la place, au centre de la grotte, trônait une sphère de cristaux rouges et noirs, signature de Valérie, qui était allée aider Thomas en constatant que les attaques électriques de ce dernier n'avaient aucun effet sur la cible. Valérie ouvrit légèrement la prison sur le haut, pour permettre à l'ensemble de l'équipe de caractériser l'intrus. Il s'agissait d'une sorte de petit animal bipède avec des écailles, et de petits bras griffu. Son dos était couleur sable.
- Cela me dit quelque chose, commenta Thierry, qui n'arborait cette fois plus de cagoule.
- Oui bien sûr. C'est un Pokémon, informa son collègue masqué. Sabelette je dirais d'ici. Type Sol, donc invulnérable à l’électricité, ajouta-t-il en direction de Thomas qui haussa les épaules.
- Ah.
- Et que fait un Pokémon ici ?
demanda Hiroki.
- Je pense que je vais voir ça avec le Commandant, informa Thierry avant que son hologramme ne disparaisse.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, au matin

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMalgré une courte nuit, les Lyoko-guerriers qui appartenaient à la classe de seconde G s'étaient faits violence pour se lever afin de ne pas louper le traditionnel devoir surveillé du samedi matin. Si Hervé n'aurait aucun problème pour gérer le sujet d'histoire-géographie à venir, Odd et Ulrich étaient moins sereins, parce que M. Fumet leur avait promis de la sueur et des larmes mardi dernier, lorsqu'il s'était aperçu que personne ne l'écoutait.
- Bon, la bonne nouvelle, c'est que la balise a l'air fiable, annonça Hervé en constatant les grises mines de ses camarades assis en face de lui au self.
Il voulait par ce biais leur remonter un peu le moral.
- Ah, très bien ça, commenta simplement Stern.
- J'aimerais bien qu'ils attaquent avant le début du devoir, avoua Odd.
- D'ailleurs, on ne peut pas les détecter, comment tu comptes faire pour qu'on soit prêt à réagir en temps et en heure ?
- La technique de l’écosystème a fait ses preuves tout de même, rassura Pichon. Pas sûr qu'ils aient compris qu'ils se faisaient gauler comme ça.
- Bah si c'est Jérémie, bien sûr que si, rappela le brun.
- C'est pour ça que j'ai eu l'intelligence de piéger le sas de Lyoko. C'est tout con mais ils sont obligés de rentrer par là. Cette fois, si le sas est ouvert, nous serons alertés.
- Tiens c'est vrai qu'on y avait jamais pensé, reconnut Della Robbia. Bien joué !
- Je te remercie, et j'espère pouvoir te dire la même chose ce midi.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Les trois héros de l'ombre arrivèrent devant leur salle de devoir surveillé. La plupart des membres de leur classe étaient déjà installés à l'intérieur, et Hervé se dépêcha de faire de même. Odd et Ulrich, profitant du fait que Morales était occupé à vérifier que chacun s'asseyait bien à la place qui lui était réservée, se posèrent devant, pas pressés d'aller à l'abattoir. Une stratégie pour laquelle Thierry Suarès et Alexandre Pépin avaient également opté.
- Tu sais pourquoi t'es le plus nerveux de nous quatre Odd ? lui fit le comorien avec un sourire. Parce que tu viens pas évacuer la pression au foot avec nous.
- Hum, j'y penserais.
- Ben penses-y vite parce que Alex a demandé à des types de son ancien collège de se ramener cet aprèm sur le terrain de Kadic pour qu'on puisse jouer. On cherche des joueurs.
- Excellente idée de faire ça pour oublier le désastre qui va se produire ce matin, approuva Ulrich. Comptez sur moi les gars.
- Merci vieux ! lui fit Alexandre en le checkant.
- Théo sera là ?
- Théo, William, Christophe, Ernest aussi se pointera... essayez de ramener Gladys, ils s'attendront pas à ce qu'une meuf soit aussi forte au foot, répondit Suarès.
- D'acc. Ils ont intérêt à tous venir ouais, eux ils ont pas à se lever le samedi matin !
Les quatre lycéens entrèrent à leur tour dans la salle de classe à la suite de l'appel sonore de Jim qui leur demandait de se bouger le cul.
- Roh Jim, cool, n'en faîtes pas toute une histoire !
- Très drôle Della Robbia, répondit le surveillant. Mais attention, pas trop de familiarités tout de même ! Tu ne voudrais pas finir chez le proviseur ?
- C'est mon oncle, rappela le blondinet.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


- La bonne nouvelle, c'est que ton expulsion de la salle du devoir par Monsieur Moralès pour insolence vient probablement de t'épargner trois heures d'efforts, pour un résultat qui aurait été proche de la note que M. Fumet va devoir te mettre : zéro, commenta Laurent Anna Robbia, debout à côté de sa collègue Naïma Ilsa, qui était assise dans le siège du proviseur.
- T'exagères Laurent, mes notes remontent en ce moment.
- Depuis que tu n'as plus besoin de faire le clown déguisé en chat violet j'imagine.
Odd, certes chat virtuel mais malin comme un singe, sentit l'ouverture :
- En vrai, je voulais en profiter pour venir vous parler, puisque justement les affaires reprennent. J'ai estimé que c'était plus simple d'être escorté par Jim, histoire d'être certain d'arriver à destination...
La femme soupira. Quel vaurien.
- Que s'est-il passé ? demanda-t-elle.
- Écoutez, il n'y a pas encore de certitudes. Mais on soupçonne Jérémie Belpois, celui qui était avant dans notre classe, d'être à l'origine d'une attaque sur Lyoko hier soir. Et on ne connaît toujours pas son objectif.
- La tournure du récit me plaît moyennement Odd, commenta son oncle sur un ton cassant.
- Moi aussi. Cela dit, on a encore aucune preuve. Mais Aelita pense que c'est lui.
- Tu parles de la camarade de classe qui vous a abandonné alors que c'est uniquement pour lui redonner sa vie humaine que vous avez risqué les vôtres pendant des années et que cela a conduit à la libération de X.A.N.A dans le réseau mondial ? questionna Ilsa en haussant un sourcil.
- Euh... évidemment, présenté comme ça...
- Ce sont simplement les faits.
- Bon écoute Odd, repris Anna Robbia sans laisser le temps à son neveu de répliquer. N'oublie pas que ça va chier si je sens que vous commencez par être dépassés par les événements. Dépêchez-vous de tirer ça au clair.
- C'est prévu Laurent ! On est pas irresponsables !
- J'aimerais bien connaître l'avis des familles des victimes de la dernière attaque du Palamède sur cette question. Évidemment il n'y en a pas tant que ça qui vivent encore vu qu'en général ils ont tous été décimés, mais heureusement, dans un monde mondialisé, nous...
- Arrête ça, c'est pas marrant, même pour moi...
- Je fais ça pour que tu prennes conscience de ce qui s'est passé, Odd. Ce n'est vraiment pas anodin tu comprends ? Le monde dans lequel tu vas grandir n'aura véritablement rien à voir avec le mien. Tu dois t'y préparer.
Odd savait que sous ses manières de dur, son oncle ne lui voulait que du bien. Ayant servi dans l'armée de Terre dans ses jeunes années, il ne pouvait pas exprimer son affection d'une autre façon. Malgré tout, Odd était un peu à cran depuis la révélation d'Aelita, et la possibilité que Jérémie soit leur ennemi. Il était parfois un peu ébranlé par la logique militaire de son oncle. Mieux valait s'en tenir là pour l'instant.
- Oui Laurent, excuse-moi.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMonde virtuel inconnu, quatrième secteur

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Thierry et Christophe s'étaient retrouvés sur le même banc qu'à chaque fois, dans le petit parc entouré par des bâtiments anciens.
- Oh, en chair et en os ! s'exclama l'individu au manteau blanc lorsque son compère s'approcha et s'assit. J'avais perdu l'habitude.
- Eh bien quoi ? interrogea celui au masque en haussant les épaules.
- Rien. Bon. J'ai du nouveau grâce au Commandant.
- Par rapport au Pokémon qui s'est introduit sur Kharlan ?
- Oui. C'est X.A.N.A.
- Plaît-il ?
- Pas le notre. Un autre X.A.N.A.
Christophe soupira un grand coup.
- Hum, c'était à prévoir.
- Le Commandant pense qu'il existe une autre dimension où il aurait réussi à devenir hégémonique.
- Super. Donc en fait on peut réussir notre mission ici, ça ne sert à rien si d'autres ne sont pas capables d'y arriver chez eux.
- Bah en gros... ouais bro. Mais ce n'est pas simplement un simple copié/collé avec une pièce que tu jettes ensuite en l'air pour savoir s'il y a victoire ou défaite. Il y a davantage de nuances que ça. Peut-être que là-bas, il n'y avait même pas de Perles du Neith pour le contrer.
- Oui d'accord. Mais au risque de me répéter, on ne va pas courir après les X.A.N.A de toutes les dimensions, il y en a une infinité j'imagine.
- Bien sûr. La différence c'est que celui-ci nous a clairement agressé. L'ennemi connaît notre position. Le Commandant souhaite que nous lui rendions la monnaie de sa pièce...
- Je peux le comprendre. Je suis plutôt d'accord pour intervenir ce coup-ci.
- Le Commandant a localisé le monde virtuel. J'aimerais donc que l'on réfléchisse aux modalités d'intervention de notre côté. Pour l'assaut, mais probablement aussi pour l'autre côté.
Christophe resta interdit quelques instants avant de réagir.
- Oui, bien sûr.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau mondial, fin de matinée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDes traînées de lumière blanche aux contours multicolores, au nombre de sept, se déplaçaient dans le réseau à vitesse moyenne. C'était volontaire : Pierre, qui nageait à leur côté, ne pouvait pas aller aussi vite que les autres si Thomas activait les portails à son maximum. Mais en l’occurrence, c'était aussi la seule chance pour lui de les défendre. Les Perles du Neith, quasiment au complet, se dirigeaient vers leur objectif. Le monde virtuel était déjà ouvert : le Commandant l'avait piraté, selon Thierry. Alors les traînées lumineuses s'y engouffrèrent une à une. Ils étaient dans une réplique d'un territoire de Lyoko : la banquise. La chose était curieuse car, selon les informations qu'ils avaient à disposition, il aurait dû s'agir d'un autre, la montagne. Les avatars d'Anne-Sophie, Céline, Christophe, Gladys, Hervé et Hiroki apparurent lorsque les lignes d'énergie, après avoir quitté la mer numérique, s'écrasèrent au sol. L'équipe se retrouvait sur une large banquise rectangulaire. Un seul chemin, en face d'eux, menait plus loin.
- J'allais te demander tes lumières Gladys, mais il semble que ce soit inutile, commenta l'adolescent au masque en constatant que ce qui était logiquement les gardiens des lieux étaient déjà face à eux.
- Cela te changera, répondit simplement la mentionnée.
De l'autre coté du morceau de banquise se trouvaient deux adolescents. Les Perles du Neith les « connaissaient » au sens où, chez eux, ils répondaient sous le nom de Mickaël Cops et de William Dunbar. Il s'agissait de deux élèves de Kadic. Le premier était vêtu d'un manteau bleu lui tombant jusqu'aux genoux, avec de curieuses veines orangées sur sa manche gauche, par dessus un pantalon et de grosses chaussures noires, et portait une large visière argentée masquant ses yeux. L'autre, Dunbar, portait une veste bleue, un pantalon noir et de grosses basket rouges, une casquette tricolore (rouge, blanche et noire) et un sac en bandoulière dans les mêmes tons que la veste. Sans un mot, les deux adolescents dont l'un aux pupilles clairement xanatifiées attrapèrent chacun trois objets sphériques que la plupart des Perles reconnurent : des poké-balls, et les jetèrent en l'air devant eux, excepté l'une des sphères de William qui tomba pile dans l'eau douce d'un petit lac qui se situait au milieu de cette curieuse arène. Les autres révélèrent des créatures que certaines Perles connaissaient très bien : les Pokémon Hyporoi, Millobellus étaient du côté de William, tandis que Mickaël avait dévoilé Mentali, Noctali et Aquali.
- Vous connaissez la procédure, déclara simplement la Perle au masque.
Tandis que lui-même ne bronchait pas et restait en retrait en compagnie de Céline et de Gladys, Hiroki fit surgir son épée enflammée de sa manche et Valérie se mit à générer sa curieuse poussière rouge et noire qu'elle dirigea vers le Mentali, en deux fines traînées, qui vinrent percuter... le Noctali, qui s'était interposé, ce qui le fit simplement reculer légèrement. Tandis que Valérie était occupée à regarder le Pokémon ténèbres secouer la tête, le Mentali bondit soudain de derrière lui pour envoyer une attaque Psyko qui éjecta violemment la jeune fille sur Christophe, qui joua de ses mains pour l'arrêter et récupérer son amie.
Hiroki de son côté venait de charger le Millobellus, qui ne semblait pas en capacité de pouvoir se mouvoir rapidement sur la glace. Il dut cependant mettre fin à sa charge lorsqu'une énorme vague Surf surgit du lac central, une attaque perpétrée par l'Aquali. Optant pour l'attaque à distance et balançant une première boule de feu en direction du serpent de mer, il fut surpris de constater la vitesse avec laquelle l'Hyporoi s'interposa pour encaisser sans broncher, avant de littéralement glisser sur le sol. Il aurait fait tâter le japonais de son énorme queue si une sphère de coton d'Anne-Sophie n'était pas venue à son tour s'intercaler entre les deux entités virtuelles. Tandis que le ciel commençait à se couvrir, Pierre, sans doute en profitant de la vague, se trouvait désormais à côté du Millobellus qu'il frappa d'un grand coup de poing. En étant éjecté, le Pokémon parvint cependant à se venger d'un coup de queue qui projeta la Perle au manteau à la rayure jaune dans le lac. Avant de toucher la surface de l'eau, il se fit rusher par un Sharpedo, le Pokémon requin, qui venait de bondir de la liquidité virtuelle. Pierre utilisa ses bras pour empêcher l'imposante mâchoire de son adversaire de se refermer sur lui. Bloqué ainsi, il coula dans le lac avec le Pokémon retombant.
Anne-Sophie, qui dans l'intervalle avait formé son habituel transporteur train de coton, fonçait vers l'Aquali qui ne bronchait pas. Au contact du véhicule, le corps de la créature se liquéfia avant de se reformer une fois le train passé, sans dommage apparent. En revanche, le train d'Anne-Sophie qui venait de traverser un corps liquide ne semblait pas apprécier et sa vitesse avait fortement décru. La pluie qui se mit à tomber dru n'arrangeait rien. Non loin, Hiroki fut obligé de bondir pour esquiver en catastrophe le tacle glissé d'une rapidité surprenante de l'Hyporoi, tout en parvenant malgré tout au passage à lui faire tâter de son épée enflammée, ce qui le laissait à nouveau, assez insensible. Arrivant vers Hervé qui avait changé ses doigts en lame de faux, il esquiva une tentative de frappe de la part de la Perle en bondissant sur sa queue, avant de faire jaillir un Laser Glace de sa trompe sur son adversaire qui l'encaissa au visage et bascula en arrière, déséquilibré de surcroît par la forme de ses mains.
- Cela ne se présente pas vraiment comme je l'imaginais, commenta Céline qui se trouvait toujours à côté de Christophe et Gladys, tandis que Valérie, qui avait retenté sa chance, venait de se faire éclater sa sphère de poussière par la Queue de Fer du Noctali et encaissait les Météores inesquivables du Mentali.
Gladys et Christophe pour leur part regardaient du côté du lac.
- Il y a toujours un moyen, répondit simplement le Perlé masqué.
La barrière de coton générée par Anne-Sophie pour se protéger ne fut d'aucune utilité et les anneaux d'eau envoyés par le Milobellus s'écrasèrent sur elle, la sonnant légèrement. Hiroki n'était pas en capacité d'empêcher l'Hyporoi de se détourner de lui et de foncer sur sa partenaire, dans l'objectif avoué de l'achever. C'était sans compter Pierre qui surgit soudain du lac après avoir explosé la banquise derrière les deux dresseurs, Mickaël et William, qui de surcroît avaient fait l'erreur de rester proches l'un de l'autre. Ils furent tous deux saisis à la gorge ; les créatures s'arrêtèrent soudain d'attaquer, regardant leurs maîtres, comme si elles avaient senti qu'un geste hostile compromettrait leurs chances. Le champ de bataille désormais calme, Christophe le traversa pour s'approcher des proies de Pierre. Il semblait réfléchir.
- Supprime-le, ordonna simplement le masqué en montrant l'adolescent vêtu de bleu.
Son ami resserra sa prise. Mickaël explosa en confettis rouges. Quelques instants après, le Mentali, le Noctali et l'Aquali disparurent également.
- On va faire parler l'autre. Valérie ?
Tandis que l'ensemble des Perles se regroupaient, l’appelée aux lunettes noires s'avança vers Pierre qui abaissa légèrement la tête de sa proie aux pupilles de X.A.N.A, qui fut contrainte de croiser les verres sombres de Valérie. Pierre lâcha ensuite William qui s'effondra à terre, parcouru de spasmes pendant une vingtaine de secondes avant de s'apaiser. Hiroki utilisa son épée de feu dans l’intervalle pour exécuter le Millobellus qui se laissa faire, tandis que Hervé transperçait l'Hyporoi, tout aussi réactif.
- Et le requin ? demanda Céline.
- Ce n'est plus un problème, informa Pierre sur un ton neutre.
Le William ré-ouvrit les yeux : ses pupilles étaient rondes, comme tout un chacun.
- Qu'est-ce que je fais sur Lyoko ? s'enquit-il. Et c'est quoi ce look ?
- Tu as été capturé par X.A.N.A, expliqua Christophe.
Dunbar fit alors plus attention à ceux qui l'entouraient.
- Mais... vous êtes des élèves de Kadic ? Qu'est-ce que vous faites ici ?
Il remarqua alors un visage encore plus familier.
- Hiroki !?
- Calme-toi, reprit le masqué. Nous avons besoin d'en savoir plus sur le monde d'où tu viens. Enfin, le monde réel je veux dire.
- Parce que vous pensez que je vais balancer des informations comme ça au premier venu ? Je suis un Lyoko-guerrier ! Le dernier d'ailleurs.
- Si on était vraiment tes ennemis, tu viens déjà de trop en dire en une phrase, commenta Hiroki.
- C'est vrai, confirma Christophe. Mais ce n'est pas le cas. Notre raison d'être est la lutte contre X.A.N.A.
William ne semblait pas convaincu.
- Attendez, vous plaisantez. D'où vous sortez ? Vous étiez où lorsque mes amis se sont fait massacrer par X.A.N.A ?
Le masqué se tourna furtivement vers Anne-Sophie, qui s'approcha.
- Nous allons te révéler ce que nous savons en gage de bonne foi. Tu as raison quand tu te demandes où nous étions lors d’événements qui sont d'une importance cruciale pour toi. Parce qu'ils ne le sont pas pour nous. Nous ne venons pas du même monde.
Dunbar semblait dubitatif, mais venait visiblement d'un endroit où l'étrange était une habitude. Ce pourquoi il répondit :
- Je t'écoute.
- Il est probable que ton X.A.N.A soit devenu hégémonique dans ton monde. Alors il a souhaité en conquérir de nouveaux. Dont le notre. Or ici, ce que tu nommes « Lyoko-guerrier », il s'agit sûrement de nous, puisque notre mission est de lutter contre X.A.N.A, et même si notre nom est différent ou que nous ne ressemblons sûrement pas aux amis que tu as connus, eh bien c'est normal, ce n'est pas exactement le même monde.
- Euh... ouais, ouais. Enfin, sur la théorie d'accord, admit William. Mais comment X.A.N.A aurait-il pu passer d'un monde à l'autre ? J'ignore à quelle époque vous êtes mais je viens de l'année 2004, une telle technologie n'existe tout simplement pas !
Anne-Sophie lui sourit.
- Mais tu ignores depuis combien de temps tu étais capturé. Si tu as été virtualisé, ton temps biologique s'est arrêté. C'est précisément pour enquêter que nous allons essayer d'entrer dans ton monde, mais pour autant, même si tes informations peuvent être datées, nous sommes preneurs de tout ce que tu sais, pour limiter au maximum les risques.
William ne semblait pas entièrement convaincu, mais par contre, totalement résigné. Il soupira.
- Après tout... j'ai échoué, il faut le reconnaître. C'est peut-être en m'en remettant à vous que mon rôle s'achève.
Et il se mit à parler de l'univers dans lequel il venait, et qui est une autre histoire que vous connaissez peut-être déjà.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, à midi

- Je suis parti avant toi Ulrich, annonça Hervé comme une évidence en rejoignant la table des Lyoko-guerriers qui contenait déjà Ulrich et Odd. Qu'est-ce que ça a donné ?
- Pff... disons simplement que ça ne pourra pas être pire que Odd.
- Oh c'est bas, souligna le mentionné. Cela dit j'en ai profité pour mettre les deux adultes au courant des événements d'hier.
- Tu as bien fait, confirma Hervé. Mieux vaut assurer nos arrières. On a bien vu ce que cela donnait lorsqu'un translaté un peu énervé s'en prenait à nous.
Le cerveau du groupe faisait allusion à la séquence où les Lyoko-guerriers s'étaient fait physiquement massacrer par Ea, la dernière pièce du Palamède.
- Ouais enfin pour le coup, eux non plus n'ont rien pu faire, rappela Ulrich.
Il était vrai que les deux proviseurs avaient eux-mêmes été tués peu de temps après, et que c'était grâce à l'aide physique d'Adriane Lua, la petite sœur de Senja, que le retour dans le temps avait pu être lancé.
- Ouais bon, conclut mollement le délégué de classe.
- Quant à toi Odd, vu que t'as pas dépensé trop d'énergie ce matin en esquivant de fait le devoir, je te réquisitionne pour le match de foot de cet aprèm.
- T'es pas sérieux !
- Nicolas est pas dispo finalement. On a besoin d'un goal.
- Pff... bon ok au moins j'aurais pas à courir.
- Bien sûr, toi tu préfères courir les filles... ricana Pichon sous l’œil amusé de Stern.
Della Robbia laissa couler et ne répondit pas.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika banquise, dans l'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngWilliam achevait son récit, en expliquant qu'après la fuite de Kadic qu'il avait tenté avec son collègue Mickaël, il était finalement tombé dans une embuscade de X.A.N.A avant d'avoir réussi à entrer en contact avec les services secrets américains et ne se souvenait plus de ce qui s'était passé ensuite, probablement parce qu'il s'était fait xanatifier quand un Deoxys l'avait attrapé dans ses tentacules.
- À ce propos, vous n'auriez pas vu mon camarade, Mickaël ? questionna le libéré.
Signes de tête négatifs de la part de quelques unes des Perles.
- Désolée, fit Anne-Sophie. Nous le retrouverons peut-être dans ton monde.
- Je vois, commenta Dunbar qui savait qu'il y avait peu d'espoir.
- Je te remercie pour ces informations, reprit Christophe. Nous allons faire le nécessaire. Reste ici pour le moment te remettre un peu de tout ça. Hervé, Pierre, vous restez avec lui et vous surveillez la zone après notre départ.
- Entendu.
- Ce s'ra fey.
Tandis que Pierre restait aux côtés de William, Hervé accompagnait le reste du groupe qui repris sa route sur la mince piste de glace qui quittait l'espèce d'arène pour donner ensuite sur un petit îlot qui contenait deux grands iceberg entremêlés. Entre les deux, on pouvait noter la présence d'une grotte dont l'entrée était en partie dissimulée par une cascade, dont la source semblait être à l'intérieur de la grotte, et qui venait se jeter dans un petit ruisseau qui disparaissait rapidement sous la glace en direction de l'arène centrale.
- Gladys ? demanda le masqué.
- C'est bon, je suis dessus. Le portail est bien là, ouvert. Derrière la cascade.
Un gros serpent violet, le Pokémon Arbok, surgit soudain de nulle part par l'entrée de la grotte, grâce au petit sentier qui permettait d’accéder à l'intérieur. Il se prit une boule de feu d'Hiroki avant de comprendre quoique ce soit et explosa.
- Effectivement, commenta Céline.
- Je vois les reflets bleus de l'écran, signala Anne-Sophie.
- Dépêchons-nous, ordonna Christophe.
Les membres du groupe, excepté Hervé, s’engouffrèrent dans la grotte de glace grâce au sentier mentionné plus haut, et disparurent au lieu de se retrouver à l'intérieur, peu après avoir dépassé la cascade.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEmpire de X.A.N.A, Univers annexe 2, dans la nuit

« Curieux endroit... »
Les six Perles s'étaient retrouvées à la sortie recrachées au milieu d'une petite pièce très haute de plafond contenant un supercalculateur, un écran et un tube cylindrique qu'ils savaient être un scanner. Eux qui s'étaient embêtés à franchir le portail dans un ordre savamment étudié à l'entraînement, ils furent presque déçus de constater qu'ils ne tombaient pas dans une embuscade. À part la pièce, il y avait une sorte de puits qui avait dû contenir en son temps un ascenseur. X.A.N.A semblait avoir déserté les lieux.
- Il savait qu'on allait arriver, fit remarquer Hiroki. N'écoutant que son courage, il s'est enfui.
- C'est un supercalculateur, fit remarquer Christophe.
- Bien sûr, ils en ont besoin pour l'inter-dimensionnel, souligna Gladys.
- Mais pourquoi ne pas l'avoir détruit avant de partir ? interrogea l'asiatique.
- On a été très réactifs sitôt le premier éclaireur capturé. Je pense qu'il n'en a pas eu le temps.
- Oui, confirma Valérie.
- Compte-tenu de ce que nous a raconté William, je suggère de commencer par mettre le cap sur l’Élysée...
- Tout ceci est très bien, commenta la blonde qui s'était approchée des écrans. Mais il y a quelqu'un à l'intérieur du monde virtuel.
- Pardon ?
Les cinq autres s'approchèrent. Les écrans indiquaient effectivement la présence d'un certain « Nicolas Sarkozy ».
- C'est qui ? interrogea Céline.
- Aucune idée, reconnut Hiroki. Mais on peut pas se virtualiser... on l'est déjà, c'est embêtant.
- Erf, j'avais pas pensé à ça, admit Christophe.
- Et visiblement, sa virtualisation a été protégée, cela va être difficile de le faire revenir ici, informa Gladys après quelques manipulations.
- Vous êtes au courant que je vous entends ?
La voix venait de s'échapper du pupitre.
- On ne l'était pas, commenta Anne-Sophie. Alors pourquoi nous l'avoir dit ? Tu n'es quand même pas contre X.A.N.A dans ta position...
- C'est plus compliqué que cela. J'ai crû que m'allier avec lui me permettrait de sauver ma peau, mais il m'a abandonné ici en partant.
- Ok. Reprenons depuis le début, fit Hiroki.
- J'ai été virtualisé trop tôt. Je ne vais pas pouvoir vous apprendre grand chose. Mais il semble qu'un simple virus informatique ait réussi à vaincre la République française. Il est vrai que je n'ai pas été le plus prompt à la défendre... ce qui me surprend le plus, c'est que les américains ne se soient pas encore sentis obligés d'atomiser cet endroit. Tss... et dire qu'on voulait contrôler le monde... ça n'a plus d'importance désormais.
- Pardon ? questionna Céline.
- Rien, laissez tomber. À vos voix, vous êtes jeunes. Vous ne connaissez rien à la vie... j'ai cédé trop vite à la panique face à ce X.A.N.A. Si par hasard, vous croisez quelqu'un qui se revendique de Spi2aetus, dîtes-lui que je suis désolé. Adieu.
La voix n'ajouterait rien. Sur les écrans, le point « Sarkozy » avait chuté jusqu'à la mer numérique avant de disparaître.
- Génial, commenta Gladys.
- Je maintiens l'idée de l’Élysée, annonça Christophe. Le Commandant nous a bien formé. Je vous parie que nous nous trouvons dans l'usine Renault pas loin de Kadic. La capitale n'est pas si loin...
Anne-Sophie hocha la tête.
- Très bien, on y va.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSaint-Denis, Île de La Réunion, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMehdi, Senja et Chris venaient de quitter le taxi qui les avait mené depuis l'aéroport vers leur destination pour la nuit, une maison de particulier située non loin du centre de la plus grosse ville de ce territoire ultramarin. Le sens de l'organisation de Fontaine avait permis de trouver en un temps record un deal très arrangeant : une grande maison avec de nombreuses chambres individuelles, les propriétaires étant partis avec leurs enfants passer un week-end à l'île Maurice. Les irlandais n'auraient rien à payer, la seule contrepartie étant de devoir nourrir les trois chats et sortir le chien deux fois par jour le temps du week-end.

- Ça va, c'est plutôt honnête, commenta Senja en ouvrant le portail, alors que le clébard à la robe fauve lui sautait déjà dessus, sûrement content de retrouver du monde après plusieurs heures passées tout seul. On va se reposer ici cette nuit et demain, les choses sérieuses commenceront.
- Je m'occupe de la bouffe, informa aimablement son ancien camarade de classe.
- Je vais de ce pas récupérer notre véhicule de location chez Ada avant que ça ne ferme, fit Mehdi. J'ai négocié avec le mec mais il doit déjà m'attendre.

- Ahem. Bon eh bien je suppose que c'est à moi de sortir le chien alors.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, fin d'après-midi

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngRéunis à l'Usine, les Lyoko-guerriers n'attendaient plus que Yumi. La mise en branle de l'ascenseur annonçait son arrivée.
- Alors, ça y est, ils reviennent ? questionna la japonaise une fois introduite dans le laboratoire.
- Pas exactement, expliqua Hervé, vissé sur son siège. J'ai détecté une importante activité sur le réplika montagne qui hébergeait Xanabis. En creusant, j'en ai déduit que c'était désormais un réplika banquise.
- Bizarre ça, souligna Odd.
- Et il y a mieux. Une entité numérique virtuelle y a été éliminée. Bien sûr, elle ne nous appartenait pas mais ça laisse des traces. Cela remonte déjà à quelques heures, mais il n'y a rien eu depuis. Cela semble quand même suspect. D'après la signature, cela ressemble à du X.A.N.A.
William eut un frisson.
- En moins élaboré, précisa Hervé. Je pense qu'il vient d'une autre dimension.
- Senja Noir nous avait prévenu... rappela Melody.
- Il avait aussi dit qu'il n'aurait pas l'énergie pour revenir, grommela Christophe.
- Pas d'ici en tout cas, lui glissa Pichon. On l'aurait repéré. Sans doute la tire-t-il de l'autre dimension.
- Bordel, je ne le voyais pas revenir si tôt, admit Della Robbia. Entre ça et les types prétendument envoyés par Jérémie, on va jamais s'en sortir !
- Et je vous signale non sans ironie que les deux types ayant déjà fortement affaibli X.A.N.A ne sont soit plus de notre côté, soit morts.
William faisait allusion à Jérémie et à Senja Noir, qui l'avait d'ailleurs effectué par deux fois via le truchement du Palamède, un programme ayant donc été depuis détruit.
- C'est vrai ça, soupira Rousseau.
- Calmons-nous, tempéra l'opérateur. Nos informations sont trop parcellaires pour en conclure à un retour de premier plan de X.A.N.A. Le virus est peut-être en train de crever, d'où la dévirtualisation.
- C'est ça, comme par hasard juste après le bordel qu'on a eu sur Lyoko, fit remarquer Yumi en haussant un sourcil.
- Je reconnais que niveau calendrier, c'est moyen.
- Donc, comme la première fois, faut aller voir, sauf qu'on ne peut pas mettre tous nos œufs dans le même panier vu qu'on peut se faire attaquer d'un moment à l'autre, déduisit Christophe.
- C'est un peu ça oui.
- Envoie-moi avec Christophe et William, demanda Ulrich.
- Votre fameux trio ne m'a pas vraiment convaincu la dernière fois... vous avez bien rattrapé le coup mais Christophe s'est fait démonter très rapidement. Et à domicile.
- Ouais je sais. Il a été pris un peu par surprise aussi. Mais je pense que nous sommes la meilleure combinaison possible, et à seulement trois.
- Sans compter que l'équipe réserve a également des arguments, confirma son camarade de chambre. Deux LG historiques, Gladys qui a toujours été redoutable sur le plan virtuel, et... euh...
Melody baissa la tête. Le temps d'hésitation d'Odd était révélateur.
- ... et Melody qui, depuis l'obtention de ses ailes, a compensé le principal défaut de sa combinaison virtuelle et, j'en suis sûr, va rattraper très rapidement son retard.
La rousse regarda le blond, qui lui fit un clin d’œil.
- C'est bon, c'est bon, maugréa Pichon. Allez-y les gars.
- Attendez un peu, arrêta Ishiyama alors que Stern avait déjà ouvert la trappe. Envoyer William combattre X.A.N.A, est-ce une bonne idée ?
L'interrogation était légitime, vu le passif de Dunbar. Plus surprenant, c'est le samouraï qui répondit.
- Yumi, les deux membres du groupe qui haïssent le plus X.A.N.A vont se virtualiser avec moi. Leur motivation sera notre force.
Et il se mit à descendre l'échelle, quittant la pièce. Tandis que M'Bala commençait à le suivre, William regardait le reste du groupe, resté auprès d'Hervé. La japonaise lui adressait un discret sourire, et Odd, un pouce en l'air. Dunbar serra le poing et le brandit pour indiquer qu'il était prêt à gagner. Et il descendit à son tour en salle des scanners.


Dernière édition par Icer le Mer 22 Juil 2020 21:17; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Jeu 16 Juil 2020 20:48   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris, Univers annexe 2, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe petit commando des Perles composé d'Hiroki, Anne-Sophie, Christophe et Gladys s'était faufilé sans se faire remarquer jusqu'à l'objectif, malgré les patrouilles, notamment des créatures serpent que Christophe avait identifié comme des Pokémon, là encore.
- C'est conforme à ce que William nous a dit, commentait d'ailleurs Gladys.
Une énorme boule de métal barrait l'accès principal de l’Élysée.
- Pas de chance, commenta Hiroki.
Deux jets de rapides et fines boules de feu plus tard, le monstre explosait avant d'avoir pu réagir. Mais le bruit provoqué par sa neutralisation avait visiblement attiré l'attention.
- Ce n'était pas très discret comme façon de mourir, avoua Anne-Sophie.
- Presque aussi voyant que les pharaons dans les pyramides, répondit le japonais avec un clin d’œil.
- Allons-y, fit le masqué.
Le commando franchit les grilles après qu'Hiroki les ait faites fondre. Dans la cour d'honneur, le comité d'accueil était déjà en place. Au milieu des Sabelettes, Arboks et autres Sevipers, un immense Registeel trônait, entouré d'un Galeking, d'un Foretress, d'un Métalosse, et même d'un Jirachi, qui flottait au dessus de lui. Une rapide boule de feu plus tard, le Foretress avait disparu. Les trois collègues tournèrent leur visage vers celui qui était responsable.
- On en prend vite l'habitude, s'excusa celui à la rayure bleu curaçao.
À côté de lui, la blonde se mit à générer un bouclier et une longue lame d'énergie violette, se jetant dans la bataille, décapitant le premier serpent à faire mine de vouloir l'attaquer. L'adolescent noir fit apparaître une longue lance de la manche droite de son manteau.
- Je vous couvre, annonça-t-il en commençant à tirer des flèches d'énergie violettes en direction des mobs.
Anne-Sophie s'était déjà entourée de trois sphères de coton qu'elle envoya en direction de la garde de Pokémon aciers. Le Galeking fit mine de vouloir en frapper une, ce qui l’empêtra dedans. Le Registeel, trop lent et malgré l'absence de velléités offensives, fut attrapé par une seconde. Le Métalosse, plus rusé, utilisa un Psyko pour renvoyer la troisième sphère en direction d'Anne-Sophie, qui l’évita. Pas Christophe cependant, qui fut emporté avec et scotché contre un mur. Gladys tourna la tête dans sa direction.
- Hum, se moqua-t-elle simplement avant d'absorber un Dard-venin avec son bouclier.
Hiroki de son côté tentait de toucher le frêle Jirachi avec ses boules de feu, ce qui était moins facile que ses victimes précédentes. Le Pokémon ne ripostait pas, semblant préparer quelque chose. Anne-Sophie avait de nouveau généré son habituelle locomotive de coton et fonçait sur le Métalosse qui, au moment de l'impact, lui fit goûter un Poing-Météore particulièrement bien placé qui désagrégea le véhicule, même si la Perle ne subit aucun dommage par la suite. Gladys, arrivée à leur hauteur, tenta un coup d'épée qui se fracassa contre le bleu métallique du Pokémon, qui avait effectué visiblement un Mur de Fer.
- Mais mon épée est magique ! se plaignit la blonde.
Elle n'eut cependant pas le temps d'aller plus loin dans le raisonnement car, comme ses coéquipiers, elle releva la tête, attirée par une lumière claire en provenance du... Jirachi.
- Carnareket, informa Christophe à côté de Gladys, visiblement libéré du coton.
- Arrête de parler, agis, ordonna la fille tandis que le Jirachi envoyait une pluie d'étoiles filantes qui couvrait tout le périmètre de la cour d'honneur.
- Bien madame.
- Mademoiselle.
Christophe se mit à courir, bondit sur le Galeking paralysé, s'appuyant dessus pour sauter encore plus haut. Semblant traverser les traînées lumineuses sans dommage, il toucha le Jirachi qui n'avait pas cherché à esquiver, pensant que ses lumières constituaient une protection suffisante. L'instant d'après, sans avoir explosé, il avait disparu dans une spirale. Le masqué retomba et se réceptionna. Les autres créatures ennemies avaient disparues, et Gladys avait son bouclier d'énergie au-dessus d'elle.
- Ben quoi ?
- Faire disparaître la créature n'a pas annulé l'attaque, grommela la fille en pointant du doigt une direction hors du champs de vision de l'adolescent.
Hiroki et Anne-Sophie étaient également planqués sous la protection blanche de forme ovale de cette dernière.
- Cela dit, les autres se sont fait exterminer du coup, se défendit Christophe. Tout était sous contrôle.
- Ouais bien sûr.
Ne souhaitant pas poursuivre le débat, celui qui était vêtu d'un manteau à la rayure d'un bleu violacé pointa du doigt l'une des fenêtres annexes du Palais de l’Élysée, où il y avait de la lumière.
- La château a souvent eu ses visiteurs du soir...
- De l'esprit, dans un moment pareil ? répondit une voix.
Des marches du palais présidentiel se tenait une silhouette humanoïde qui s'approcha. Un homme, blanc, aux cheveux gris coupés court et aux yeux bleus perçants était là. Gladys pointa sa lame dans sa direction.
- Oh, je ne suis pas avec X.A.N.A, répondit-il à ce geste agressif.
Une flèche d'énergie violette lui frôla alors le visage par la gauche, allant détruire la porte en verre du rez-de-chaussée.
- Je pense qu'il dit la vérité, reconnut Christophe en rangeant sa lance. Il n'a même pas cherché à esquiver. Dans ce cas, où est X.A.N.A ?
- Il n'est plus ici depuis longtemps, répondit l'inconnu. L’Élysée était une cible trop évidente, d'autant qu'il avait peur d'une attaque américaine, même si William Dunbar a été neutralisé avant.
- Je te trouve bien informé.
- C'est normal. Je me présente, je suis Laurent Hénart, ex-secrétaire d’État du dernier gouvernement républicain de ce pays. Je n'étais pas à l'Assemblée nationale au moment où la plupart de mes anciens collègues ont été tués, et X.A.N.A se sert de moi comme représentant public sur la scène internationale. Il a bien été obligé de me confier certaines choses. J'étais prisonnier de ces créatures mais puisque vous êtes là, je suis libre. Vous cherchez visiblement à trouver X.A.N.A et vous m'avez l'air plus... disons, armés que moi pour l'affronter, je vais vous dire tout ce que je sais.
Christophe hocha la tête.
- Très bien.
- Au fait, qui êtes-vous ?
Le masqué marqua un temps de réflexion.
- Je dirais simplement que je souhaite éviter que l'Empire s’intéresse trop à moi...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau mondial, Univers principal, début de soirée

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Skid arrivait en vue du nouveau monde virtuel qu'il avait détecté, et dont le sas semblait déjà librement accessible.
- Maintenant, quand c'est déjà ouvert, je me méfie, fit remarquer Ulrich, aux commandes. Je préférais l'époque où c'était fermé, je trouvais ça moins louche.
- C'est bien pour ça qu'on s'est porté volontaire non ? lui répondit Christophe depuis sa cabine de navskid.
- Un réplika banquise... commenta William quelques secondes après qu'ils aient quitté les eaux sombres du monde virtuel. Comme indiqué Hervé.
- Bon, ça confirme la piste X.A.N.A
, répondit la régie.
- Mais en l’occurrence, je vois quelqu'un qui m’évoque plutôt les bâtards qui nous ont attaqué sur Lyoko, informa Stern en apercevant une silhouette au manteau caractéristique sur l'espèce d'arène de glace au milieu de laquelle trônait un lac.
- Mince, si on avait su qu'ils seraient là, on aurait pu emporter la balise, regretta M'Bala.
Le vaisseau s’immobilisa.
- Bon, bah là y a plusieurs options. Je peux lui envoyer des torpilles directement dans la gueule pour espérer lui régler son compte rapidement, sauf si vous avez une idée pour le capturer ou le faire parler, un truc de ce style.
- Hum, c'est plutôt compliqué, reconnut Hervé. Au mieux la Supersmoke de William va pouvoir l'immobiliser mais difficile de menacer de mort quelqu'un qui se fera simplement dévirtualiser. Dans tous les cas, ils ne sont pas ici par hasard, peut-être qu'ils cherchaient à l'origine Hopper comme nous. À la limite, l'éliminer permettra d'explorer le pourquoi du changement du monde virtuel plus tranquillement.
Le vaisseau se remit à l'horizontale. Deux torpilles téléguidées furent crachées et fusèrent en direction de la silhouette, qui les encaissa, ce qui le fit reculer, mais sans visiblement assez l'entamer pour le dévitualiser. Les quatre missiles suivants aboutirent au même résultat.
- Je commence vraiment à me lasser de rencontrer des immortels numériques, soupira la voix de Christophe.
- Débarquement.
Les trois Lyoko-guerriers apparurent sur le sol bleu, l'ennemi bien en vue. Le long manteau noir, avec la rayure bordeaux, était dans le même style que les agresseurs de la dernière fois. Et un visage, également familier...
- Il a ton apparence Hervé, commenta Ulrich. C'est toi.
- Eh bien... j'espère qu'il est tout aussi nul en combat alors.
- Il fait de l'humour... c'est qu'il est tendu, fit remarquer Christophe en allumant son double sabre laser vert.
Stern activa les siens, bleus, tandis que William faisait apparaître sa propre lame.
- Bon, on fait comme on a dit ? questionna l'ivoirien.
- Ahin.
- C'est parti les mecs !
Effectuant un Saut de force, le Jedi vert se rua vers l'ennemi, survolant le point d'eau entre eux. Mais une masse sombre surgit soudain dans sa direction. Ayant de bons réflexes, il eut le temps de se protéger avec son arme mais sentit un impact sur le manche et se fit violemment repousser en arrière, effectuant deux roulades avant de s'arrêter près de ses deux collègues. La masse sombre se posa à côté de Hervé. Même manteau, rayure jaune, et l'apparence d'un kadicien... Pierre François.
- C'est bon, t'as quasiment rien perdu, informa Hervé. Ta guérison de force aura compensé dans quelques secondes.
- Décidément, sourit William en aidant son camarade à se relever. T'as failli te faire avoir par surprise une deuxième fois.
- Les moqueries d'Hervé auraient été pires que n'importe quelle défaite, mec.
- Moins drôle, je ne détecte évidemment toujours rien. Alors faîtes attention, ils pourraient être davantage que deux.
- Oui. Christophe, je fonce avec toi cette fois. Tu prends « Aquaman » ?
- Entendu.
Ulrich et l'ivoirien se mirent en marche, l'un en Supersprint, l'autre au Saut de force. Mais Pierre leva le poing avant de frapper un grand coup et de fendre la banquise, tandis que l'image d'Hervé reculait, sortant de l'arène pour se réfugier sur le sentier plus loin qui restait intact. M'Bala, qui était en l'air, rompit lui-même sa parcelle de banquise déjà fragilisée en chutant et tomba à l'eau. Stern ne cessa pas sa course mais avant d'atteindre la fin de la surface solide de son côté, fit un véritable bond horizontal en direction de l'adolescent au manteau. Celui-ci sauta pour l’éviter puis plongea dans l'eau, tandis que le samouraï Jedi se réceptionnait non loin de l'Hervé ennemi.
Sous la banquise, Christophe, sabre en main mais éteint, continuait de couler, yeux fermés. Il se concentrait. Pierre, dans son élément, fonçait sur lui en ondulant, ouvrant sa bouche, laissant entrevoir ses dents de requin. Mais une demie-seconde avant qu'il n'achève l'ivoirien, il se fit transpercer le ventre par la réactivation de la lame verte. Il disparut.
« Dans ta gueule connard. Il n'y a pas que toi qui peut prendre les gens par surprise ! »
Arrivant au fond du lac, Christophe effectua un Saut de Force pour remonter, sortir de l'eau et revenir à côté de William, là où la banquise était encore relativement solide.
- Et l'autre ?
- Quoi, quel autre ? sourit son camarade de chambre.
- Tss. Bien joué.
Ulrich était déjà aux prises avec Hervé, qui avait changé les trois doigts de chacune de ses mains en lame de faux, qui s'entrechoquaient sur les sabres d'Ulrich. Compte-tenu de l'étroitesse du sentier, il s'agissait d'un échange de coups classiques, avec la prime à la défense. Mais l'ivoirien se dépêcha de les rejoindre, puis de bondir derrière son ennemi avant de lui faucher les jambes avec son sabre en forme simple. Hervé ne fut pas dévirtualisé mais, balayé, il tomba au sol. Rangeant leurs armes respectives, Ulrich et Christophe attrapèrent ses membres, ce dernier faisant bien attention aux lames coupantes, et le balancèrent sans plus de cérémonie hors du chemin, en direction de la mer numérique. Mais avant qu'il ait touché l'eau, l'ennemi fut comme absorbé par une lumière blanche, qui s'engouffra dans la mer et disparut.
William – qui avait été un peu spectateur sur ce combat – venait de rejoindre les deux autres après avoir attention de ne pas se casser la gueule dans l'eau.
- Ah, te voilà enfin, commenta Ulrich.
- Oui, désolé, je n'ai pas autant de Force, répondit l'ancien X.A.N.Aguerrier.
- Tu vas pouvoir te rattraper. Quelque chose me dit que tu connais le prochain problème mieux que personne, averti Christophe, qui regardait plus loin.
Les deux adolescents regardèrent dans la même direction. Vêtu comme un jeune américain de 15 ans, un autre William Dunbar se trouvait là.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

- Hey, merci pour le sauvetage Thomas, fit Hervé qui se trouvait physiquement présent sur son cristal.
L'hologramme de l'interpellé lui fit un signe de tête.
- Aucun problème.
- Avec la dévirtualisation de Pierre, j'ai préféré jouer la prudence
, révéla l'ombre de Thierry. Qui vous a attaqué ?
- Les types de Lyoko.
Le chef secoua la tête.
- Ahem. Ils sont donc au courant. C'était imprudent de laisser Gladys partir avec Christophe. C'est bien la dernière fois que je l'écoute.
- On a fait parler un des gardiens qu'on a trouvé là-bas. A priori X.A.N.A a pris le pouvoir en France. Ils vont mettre un moment à l'arrêter.
- Tu pourrais aller leur foutre une raclée en attendant, commenta Thomas. Toi seul devrait suffire non ? Enfin, seul...
- Oui mais on ne peut pas prendre le risque que Kharlan soit si peu défendu. Tant pis, on est obligé d'attendre. De toute façon, si les autres reviennent, c'est que la mission est accomplie, alors qu'ils se fassent dévirtualiser n'est pas si important.

- D'accord, confirma Thomas. Attendons alors.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngReplika banquise

Christophe avait ré-activé son sabre.
- Hum. Il n'est pas habillé comme les autres, fit remarquer Ulrich.
- C'est peut-être une ruse grossière mec.
- Tu es le William de cette dimension ? questionna l'entité virtuelle, sans aucune agressivité.
- Oui, confirma celui qui l'était effectivement. Et toi, tu viens d'une autre ?
- C'est ce qu'on m'a expliqué. Je ne pensais pas tomber sur moi si tôt, encore que, on est sur un monde virtuel. T'es redevenu un Lyoko-guerrier après ta capture ?
- Euh, c'est compliqué, reconnut le Dunbar de l'univers principal. Y a eu quelques allers-retours. Et toi ?
- Euh, c'est compliqué, répondit également le William de l'univers annexe 2. X.A.N.A n'est pas revenu réellement sur Lyoko après l'extinction du supercalculateur alors j'ai jamais vraiment rejoint la bande. Ils m'ont refait confiance mais ils sont morts...
- Je vois. Nos mondes ont eu des scénarios différents. Je serais curieux d'en mesurer l'ampleur. Es-tu né le 30 mai 1991 ?
- Non, pas du tout, je suis né le 1er juin 1988.
- Trois ans d'écart !? Comment c'est possible alors que ça s'est passé pareil au niveau de la première lutte contre X.A.N.A ? questionna Ulrich.
- Je n'en sais pas plus que vous, souligna le William étranger à cette dimension. On a lancé le programme multi-agent en 2004.
- Et nous en 2007... je vois, on dirait que les grandes lignes sont équivalentes mais qu'il y a un décalage de trois ans.
- Tout ça est super intéressant, mais on aimerait surtout savoir ce que tu fais ici, souligna William.
L'intrus dimensionnel soupira.
- Encore ? Bon, alors écoutez bien.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


- La vache... commenta Christophe. Alors dans ton monde, je suis mort.
- Et les types avec les manteaux, qu'est-ce qu'ils t'ont dit ? fit Ulrich.
- Qu'ils étaient l'équivalent des Lyoko-guerriers et qu'ils luttaient contre X.A.N.A. Sauf que maintenant que je vous vois, je doute un peu qu'ils aient dit la vérité.
- Je vois. Hervé ?
- Lutter contre X.A.N.A ? C'est bizarre parce que sur ce point, on ne dirait pas qu'ils aient menti. Enfin, pas en nous attaquant nous mais là, des infos qu'on a, on dirait que ce monde est réellement la porte d'entrée extérieure d'un autre X.A.N.A.
- Hervé ? Ne me dîtes pas que dans ce monde, c'est l'équivalent de Jérémie, commenta le William qu'il n'est pas utile de préciser.
- C'est une longue histoire, lui répondit Stern. J'ai une question très précise. Les types qui t'ont abordé, ils avaient l'apparence de quels élèves de Kadic ?
- Je... euh... je ne les connais pas tous. Y avait Hiroki. Un autre était masqué donc lui déjà je sais pas. Y avait aussi un Hervé justement, Pierre François... et Céline, de ma classe à l'époque. Il y avait trois autres filles plus petites, mais je ne connais pas leur nom.
- Hum, logiquement y en avait une qui était la fameuse Valérie ou Zoé, commenta Ulrich. Petite brune ?
- Oui, avec des lunettes étranges.
- C'est bien ça. Tu peux décrire les deux autres ?
- Ben...y en avait un qui était toute petite, avec les cheveux rouges mi-longs, je lui ai pas mal parlé.
- C'est sûrement Anne-Sophie Munier, commenta Odd, fin connaisseur de la faune féminine locale.
- L'autre était un peu plus grande, n'a pas dit un mot et avait l'air plus froide. De longs cheveux blonds j'crois.
- C'est drôle, dis comme ça, ça me fait penser à... commença Melody.
- Gladys ! répondirent tous les autres, sauf la mentionnée.
- Ça vous avance à quoi de savoir ça ? demanda le William mal fagoté.
- Où sont-ils allés ? contre-attaqua le samouraï.
- Venez, je vas vous montrer.
Le William de l'univers annexe 2 se contenta d'aller au terme du chemin de glace, jusqu'à la parcelle contenant les imposants icebergs et la cascade annonçant une grotte.
- Le portail est là, lorsque l'on tente d'aller dans la grotte par le sentier sur la droite qui passe à côté de la cascade, on se fait absorber.
- Évidemment. Bon les gars écoutez le plan. On pourrait faire passer notre Gladys pour la leur et récolter un max d'infos.
La régie ne laissa même pas le temps aux deux Lyoko-guerriers en présentiel de réagir.
- Pas crédible sur le plan technique, fit remarquer Hervé. Si c'est vraiment Jérémie qui est derrière tout ça, il a forcément pensé à un truc pareil venant de nous. Et pour Gladys, c'est méga-dangereux.
- J'ai quand même envie d'essayer les gars, on a rien à perdre. Se rendre dans ce monde inconnu me semble encore plus risqué, on a aucune garantie de revenir. Si tu veux pas exposer directement Gladys, alors générons une réplique.
- Cela m'ennuie de l'avouer mais nos connaissances dimensionnelles me semblent bien loin de celles de Jérémie, commenta William.
- Peuh ! s'exclama Hervé au micro.
- J'imagine que la potentielle Gladys était fringuée comme les autres, fit Christophe. Mais le problème, c'est la bande de couleur, qui apparemment n'est jamais la même. Ce qui en y réfléchissant est une bonne façon de compliquer les impostures, c'est peut-être fait exprès. Tu serais capable de dire de quelle couleur elle était ?
Le William concerné par la question se mit à réfléchir.
- Je dirais, la couleur de l'excrément de grenouille de la planète Popol.
- Pardon mec ?
- Euh... c'est jaune-orangé...
- Tu as oublié un petit détail Ulrich. Moi je n'ai pas vu directement leur apparence et je suis le seul à pouvoir programmer la supercherie.
Ulrich et William se regardèrent, abasourdi.
- MERDE ! Je n'y avais pas pensé !!
- C'est une catastrophe ! renchérit William.
Le Jedi vert leva les mains, confiant.
- Allons messieurs calmez-vous, j'ai la solution.
- Ah bon !? s'étonna son camarade de classe.
L'ivoirien tapota de l'index sur sa lunette.
- Bien sûr. Les images de notre combat précédent sont dans la boite. Hervé devrait pouvoir les exploiter.
- Ah, bien vu Christophe. Voyons voir comment je peux transférer les données...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPlace de la Victoire, Clermont-Ferrand, Univers annexe 2, dans la nuit

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngCœur du centre-historique de la ville, située en parvis de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption, la place de la Victoire avait l'avantage d’accueillir une fontaine surmontée de la statue du Pape Urbain II. Un Pokémon du nom d'Absol, à la peau noire et au manteau de fourrure inhabituellement rouge, et qui surplombait ainsi ses gardes du corps de plusieurs mètres, y était perché. Il y avait longtemps que les bars avaient fermés. Depuis que l'endroit était devenu le QG des forces locales de X.A.N.A, en fait.
Hiroki et Valérie étaient cachés à l'angle de la rue qui contournait le vieux bâtiment. De là, ils pouvaient observer sans être vus. Autour de la fontaine se tenaient un Regirock et un Vacilys, de part et d'autre, immobiles. Un Chapignon était un peu plus loin et marchait un peu. Un petit Celebi était visible en lévitation autour d'Absol.
- Bon. Je sais par quoi on va commencer, expliqua Hiroki. À cœur vaillant, rien d'impossible.
L'asiatique attendit que le Pokémon de type Plante et Combat arrive non loin d'eux à l'occasion de sa ronde. Il lui envoya ensuite deux rapides boules de feu en traître et le Pokémon explosa. N'ayant pas optées pour la discrétion, les deux Perles sortirent de leur cachette et se ruèrent sur la place. Valérie généra sa poussière noire et rouge et la balança en nuage sur le Vacilys qui ne bougeait pas. Le Pokémon fut recouvert.
- Il ne tiendra pas longtemps... commenta la fille.
Son collègue était plus attentif au cri aérien qu'il avait entendu. Se retournant, il évita de justesse la Cru-ailes d'un Ptéra qui venait de fondre sur lui. Tandis qu'un bruit d'explosion se faisait entendre au sein du nuage de poussière de Valérie, Hiroki sortit de sous la manche droite de son manteau son épée à la lame de feu, contournant la fontaine pour faire face au Regirock qui n'avait pas encore réagi. Il lui donna un coup de taille qui traversa son corps sans le faire broncher.
- Oh, ce n'est pas très efficace.
Le soudain poing de pierre que le golem tenta de lui envoyer dans la tronche l'aurait sûrement été davantage si l'adolescent à la bande bleu curaçao n'avait pas esquivé d'un bond en arrière. Puis il y eut un flash de lumière, et un Chapignon manqua de lui tomber dessus.
- !?
Lui tranchant rapidement la tête avant de subir son Mitra-poing, ce qui le fit exploser, Hiroki estima préférable de laisser le Regirock à Valérie qui en avait donc terminé avec le Vacilys et reporta son attention sur le Ptéra. Mais alors qu'il levait la tête, un nouveau flash se manifesta, et il vit que le Celebi venait de générer un espèce de petit portail. Un nouveau Chapignon en surgit, avant de retomber au sol en face de la fille, crachant une série de Balle Graine.
« C'est donc lui... »
Hiroki généra ses rapides boules de feu en direction du problématique Celebi. Mais avec la hauteur du Pokémon Plante et Psy, la distance, et la taille des projectiles comme de la cible, de surcroît mouvante, il allait être compliqué de pouvoir le toucher. Scindant en deux le Ptéra qui chargeait à nouveau sur lui, il remarqua alors en regardant en l'air pour surveiller le Celebi que Absol s'était relevé. L'instant d'après, il encaissa une attaque Prescience qui l'obligea à mettre un genou à terre, tandis que Préta ré-apparaissait dans un flash. Alors que Valérie était prise en sandwich entre le Regirock et un Vacilys renouvelé qui tentait de la bouffer, l'homme de feu balança trois sphères chaudes en direction d'Absol, ce qui détruisit la statut de Urbain II et envoya valdinguer le singe au sol, à côté de la fontaine. Sautant au cou du Ptéra en profitant de son plongeon et de sa nouvelle tentative de Cru-ailes, Hiroki tint bon quelques secondes malgré les débattements du Pokémon préhistorique, utilisant la hauteur acquise pour se rapprocher du Celebi qui préparait visiblement une Prescience pour Valérie, et donc qui ne regardait pas dans sa direction. La Perle parvint à prendre un léger élan depuis le dos du Ptéra, attrapa le Celebi en plein vol avant de se réceptionner, et courut le remettre à Valérie, fendant au passage le tronc du Vacilys avec son épée pour donner un peu d'air à son équipe. Laissant sa coéquipière hypnotiser sa victime, il n'avait plus qu'à occuper le Regirock et le Ptéra d'ici là.
Il entendit soudain une curieuse mélodie en provenance d'Absol, visiblement mal en point. Le Requiem. Hiroki savait qu'il avait 30 secondes pour régler la situation, sinon il allait être dévirtualisé. Ce qui, dans un univers parallèle, signifiait qu'il allait mourir. Au moins, sa collègue avait pris le contrôle du Celebi. Mais celui-ci était lui même condamné. Que faire ? Incapable de se concentrer, devant éviter les charges du Ptéra et les rochers générés par le Pouvoir Antique de Vacilys, il ne trouva aucune idée convaincante.
À la fin du délai, l'ensemble des Pokémon présents explosèrent. Valérie et Hiroki furent dévirtualisés. Il n'y avait plus personne sur la place de la Victoire, sauf un nouveau Celebi qui était apparu dans un flash. Celui-ci se concentra, prêt à ramener ses alliés. C'est ainsi que Valérie et Hiroki apparurent à leur tour dans un jet de lumière, se réceptionnant près de la fontaine.
- Comment tu as fait ça ? questionna le garçon. Celebi aussi a été victime en même temps que nous...
La fille sourit.
- J'ai hypnotisé le premier pour qu'il nous en ramène un second.
- Mais il n'aurait pas dû nous ramener nous !
- Il a ramené celui qui, dans le temps, avait déjà été hypnotisé, mais qui n'avait pas encore subi le Requiem. De toute façon, même si ça avait été le cas, il aurait eu le temps de nous ramener quand même.
- Bravo ! Et d'un. Quant à cette petite chose, puisque tu en as fait ton allié – il désigna le Celebi – donnons ça à Christophe...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPlace de la Comédie, Montpellier

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa place de la ville était jadis son centre névralgique. Mais ses voies d'accès étaient désormais barricadées de part et d'autre. L'Élektek rouge et noir était occupé à se gaver de jus, les câbles de l'ancien tramway ayant été sectionnés à hauteur de la station Comédie, alors que le courant continuait de tourner. Autour de lui, un Suicune, un Kabutops et un Roigada veillaient au grain, tandis qu'un Tortank était immobile, les yeux fermés, autour de la fontaine. Tels des soldats en patrouille dans des lieux civils, les trois premiers, en formation triangle, avançaient lentement, se déplaçant ensuite dans la direction de l'ancien centre commercial Polygone. Arrivant à proximité des arbres qui parsemaient l'Allée Jean de Lattre de Tassigny, une forme en provenance du ciel se planta soudain à l'intérieur du triangle. Un adolescent masqué.
- Salut à tous ! lâcha crânement Christophe.
Dévoilant sa lance, il tira deux rayons d'énergie violets en direction du Roigada qui, sans broncher, utilisa ses pouvoirs mentaux pour les stopper, et les faire disparaître sans dommage.
- Oh... c'est inutile, répondit le Pokémon rose qui parlait le langage humain.
- Oh oh, commenta l'autre être doué de parole alors que le Kabutops s'était jeté sur lui pour tenter de le trancher en deux.
Esquivant et fuyant en direction de la fontaine surmontée des Trois Grâces, bondissant pour éviter un Laser glace du Suicune, Christophe se retrouva nez-à-nez avec le Tortank qui ouvrit soudain les yeux et tenta de lui asséner un coup de griffe. L'adolescent le dépassa mais se retrouva bien vite devant l'Opéra Comédie, et prendre une allée annexe l'exposait à un guet-apens. Il se retourna, prêt à faire face. Les trois Pokémon qui le poursuivaient s'étaient alignés à côté du Tortank.
- Te voilà en fâcheuse posture, commenta le Roigada.
Le Kabutops produisit un curieux bruit assimilable à un ricanement. L'instant d'après, le Tortank l'écrasa de tout son poids.
- Comment ?
Alors que le Tortank allait faire de même avec lui, une ombre surgit soudain et s'interposa. L'Élektek aux couleurs inhabituelles était une vraie pile électrique. Au contact de la tortue, il tenta de faire passer son électricité sur celui qui était visiblement son ennemi. Alors que le type Électrique était censé être très efficace sur un Pokémon eau, le Tortank ne semblait rien ressentir, ce qui étonna son assaillant. Sans doute pour s'assurer que son cerveau réfléchisse correctement, le Tortank lui colla une Torgnole qui l'envoya valser plus loin. Le Suicune bondit à ses côtés pour le protéger. Le Roigada avait aussi eu le temps de s'éloigner. Le Tortank changea alors d'apparence pour devenir Céline, avec son manteau noir et sa rayure verte émeraude.
- Vous faîtes erreur... commenta le Roigada.
Un Bekipan surgissant du ciel tenta soudain de gober Céline par derrière. Il se cassa le bec dans sa tentative, et s'écrasa douloureusement au sol en couinant à côté de ses ennemis. Christophe abrégea ses souffrances d'un coup de lance physique.
- Mauvais choix. Une chance sur deux, commenta l'adolescent noir.
- Ce n'est pas exact, répondit le Pokémon rose.
Sous la pression combinée du Suicune et du Roigada, une attaque Surf jaillit de la fontaine, s'écrasant sur les Perles du Neith. Immédiatement, Élektek bondit et balança un Tonnerre dans le tas. Avec la conduction de l'eau, ils ne pouvaient pas avoir esquivé... lorsque la vague se dissipa, il constata que l'humain à la rayure violette était à terre.
- Félicitations, commenta Roigada qui se trouvait soudain à côté de lui, aggravant l'air satisfait de son supérieur.
Et il lui asséna un coup de boule destructeur, son Kokiyas perforant le dos du Pokémon rouge et noir qui explosa. Christophe se releva.
- Oh oh... commenta le vrai Roigada tandis que le faux reprenait l'apparence de Céline.
Alors que le Suicune avait déjà pris la fuite en bondissant plus vite que le vent, il se savait trop lent et condamné. Le masqué s'avança vers lui lentement, lance en main.
- Puisque tu sais parler, tu vas pouvoir le faire.
- Non.
L'attaque Psyko qu'il balança soudain propulsa Christophe contre le bâtiment de l'ancien Opéra. Il fit de même sur Céline qui, vu la dureté de son corps, explosa la fontaine en valdinguant.
- Vous m'avez sous-estimé, oh... ?
Une flèche d'énergie violette vint alors percuter son Kokiyas, pile sur sa gemme rouge. Le Pokémon casque se fissura alors progressivement et fut détruit. En conséquence, le Roigada sembla perdre l'équilibre, et revint à quatre pattes. Son expression avait changé, il avait tout d'un benêt, sous le regard surpris de Céline, qui tentait de se rapprocher de nouveau.
- Il est désormais inoffensif, commenta Christophe en la rejoignant. Quel connard tout de même. Mais bien joué pour la cible.
- Mais je t'en prie, répondit la fille.
Elle perdit soudain son sourire en relevant la tête, et se mit sur ses gardes. Quelque chose approchait. Petit et vert. Celebi se mit à stationner à hauteur de la tête masquée de Christophe.
- C'est un cadeau de Valérie... commenta le noir. Elle est bien ta copine.
- Ouiii je sais !
Touchant le Pokémon ensorcelé, l'adolescent le fit disparaître.
- On y retourne.
- Oui...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan, huitième secteur, Univers principal

http://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. L'adolescent au manteau blanc, ici encagoulé, était parfaitement immobile, juché sur le toit en taule vert pale d'une maison aux murs blancs mais aux fenêtres cerclées d'une sorte de grillage noir, du côté d'un petit jardin herbeux au bout duquel trônait deux grands palmiers. Un barbecue en briques orange était également visible sur l'un des côtés. Un Jirachi virevoltait autour des arbres, tandis qu'un Tortank était planté au milieu de celui-ci. Un Celebi apparût alors non loin d'eux.
- Bon, ça n'a pas l'air de trop mal se passer, commenta l'humain sans bouger autre chose que les lèvres.



À suivre : L'État Empire III


Dernière édition par Icer le Mer 22 Juil 2020 21:25; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 21 Juil 2020 21:35   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1070
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
On sent de plus en plus l’influence de Star Wars sur l’Un’Icer : le sens de la numérotation devient similaire, avec un passage de L’État Empire I directement au III. C’est très très fort.

Pour commencer, on passe à la caisse. En voiture Monsieur Simone :

Spoiler


J’ai moins à dire sur cette partie, parce qu’elle touche aux textes que je maîtrise au sein de ce bric-à-brac. Je dirais que les passages Pokémonesques sont dans la droite lignée de ceux qui l’ont précédé : même si ce n’est pas forcément un style auquel j’adhère totalement, je trouve la démarche malgré tout fun (et puis ça contribue quand même à une bonne partie de l’identité de ton univers, mine de rien).

La démarche qui vise à retracer le parcours de Jérémie afin de comprendre ses actions était vraiment intéressante. Ça a un petit côté « enquête » qui va toujours bien – assez étonnement d’ailleurs – avec Code Lyokô. J’espère que cela trouvera écho par la suite, parce qu’en terme de mise en scène, ça fonctionne drôlement bien !

Côté détails, la référence à la déesse Abnoba est très plaisante, notamment parce que, à titre personnel, je n’avais pas du tout fait le lien avec Alba (bien que le coup du triskèle m’avait interpelé, sans que je n’y réfléchisse plus que ça). J’adore ce genre de détails, qui en plus étoffe toujours plus le personnage de Senja, sans prétention.
J’ai aussi l’impression qu’il y a une espèce de complicité entre Odd et Mélody (du moins via le coup de la puissance de son avatar – la description autour a nourri mon impression). Y aurait-il une suite au fameux rentre-dedans des fêtes de fin d’années passées ?
Pas de réponse pour Aurora. Je présume qu’elle a fugué à nouveau, dans l’espoir de faire réagir Senja, mais que ça n’a pas fonctionné comme elle l’entendait et qu’elle ne peut plus revenir sans perdre sa crédibilité.

Citation:
- Je dirais, la couleur de l'excrément de grenouille de la planète Popol.
- Pardon mec ?
- Euh... c'est jaune-orangé...


C’est de la bonne.

Autrement, comme tu le laissais entendre dans ta dernière réponse, on est face à une partie qui remet assez en perspective le groupe des Perles. Finalement, en dépit de leur préparation – largement sous-entendue – ils restent assez novices/amateurs en situation concrète. Ils font plus l’impression d’élèves studieux, qui commettent encore quelques maladresses.
Les Perles accumulent de nouvelles forces (après la clique à Hopper, la récupération de Pokémon), mais dans quel but ? Je n’arrive plus à remettre le doigt sur le passage (sauf si je l’ai rêvé évidemment) mais je crois me rappeler qu’il est fait mention du fait de voir venir les combats/assauts à venir. Ça me semble un peu léger comme explication, et j’ai plutôt l’impression que l’objectif visé est plus lointain (la fameuse « suprémacie virtuelle » peut-être ?). D’ailleurs, j’en viens à me demander si le rassemblement du quatuor de Hopper arrivera vraiment à terme (ce serait un piège à cons très amusant, et pas forcément malhonnête avec des Lyokô-guerrier sur leurs dents).
Je note également les déclarations des Perles, comme quoi leur objectif serait de combattre Xana. À vue de nez, il semble s’agir d’une belle histoire vendue par Jérémie/le Commandant pour les embobiner. On peut s’interroger sur l’intérêt d’une telle manœuvre, vu que l’épilogue des Perles sous-entend que le groupe voue une forme d’obéissance à l’image dudit Commandant, même si j’imagine que donner à de jeunes esprits influençables un but à accomplir « noble » et « héroïque » doit contribuer à les rendre plus efficaces et motivés. Si la lutte contre Xana est « la raison d’être » des Perles, que peut bien être ce « rêve du Commandant » pour lequel se battent ces séides ?
Tu nous tiens toujours en haleine sur ce genre de points, coquin !

Assez curieux de voir où va mener la croisade irlandaise à la Réunion (le passage dédié : de pures barres), et comment/si elle va influencer l’action virtuelle en cours... Là-dessus, je mise, au vu de la bannière de la prochaine partie, sur une interaction de la Gladys infiltrée avec Medhi, faisant capoter toute l’opération furtive.

En avant pour la prochaine partie, en pirate !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 27 Juil 2020 21:00   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
Spoiler

https://i.imgur.com/7Y4Udsr.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSamedi 16 février 2008, Réplika Banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa réplique de Gladys avait rejoint les autres Lyoko-guerriers, à la différence que sa tenue virtuelle avait été modifiée par rapport à son originale, et qu'elle avait désormais l'apparence d'une Perle du Neith. Ses cheveux étaient également redevenus blonds.
- Ce plan est ridicule, commenta-t-elle. Même pour moi qui suis une réplique.
- Mais non, répondit Ulrich. Il faut y croire un peu.
- J'aimerais dire qu'on a rien à perdre à essayer, analysa William. Mais je suis bien placé pour savoir qu'on risque en fait davantage notre peau ici que dans le monde réel. On a bien fait de ne pas amener la vraie Gladys au moins.
- Pour un mec qui existe en deux exemplaires dans cet univers, je te trouve assez négatif, fit remarquer Christophe.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCamp David, État du Maryland, États-Unis, dans la journée, Univers principal

- Face à la plus grave crise que l'humanité ait jamais connue, les dirigeants des principales puissances encore en état de marche vont tenter de fixer un « nouvel ordre mondial », si vous me permettez l'expression
Bien que le Président Bush ait demandé à tous les chefs d’État et de gouvernement invités de ne pas faire de déclaration publique à la presse à leur arrivée au sein de la résidence des Présidents américains, le président de la République française Nicolas Sarkozy n'avait naturellement pas pu s'en empêcher. En s'inspirant de la structure du G20, qui regroupait depuis environ une décennie les principaux pays du monde en terme de population et de PIB, les États-Unis avaient invité pour la première fois les dirigeants du pouvoir exécutif en personne à se réunir à huit clos pour évoquer la nouvelle situation mondiale. Près d'un mois après le Fléau Noir, on estimait le nombre de morts entre 2,5 et 3 milliards d'êtres humains, majoritairement issus du continent africain, d'Océanie et d'Asie du Sud-Est, en particulier les villes chinoises de la côte. De fait, des 19 pays (le numéro 20 étant en fait l'Union Européenne) originels du G20, l'Inde, la Chine, l'Australie, l'Arabie Saoudite, l'Indonésie et l'Afrique du Sud étaient hors jeu : la majorité de la population de leurs États respectifs avait été victime du Fléau Noir et ceux qui avaient survécu formaient à présents des diasporas dans les pays voisins, puisque toutes les zones qui avaient vu des gens subitement mourir étaient considérées comme maudites et plus personne n'y mettait les pieds : l'Organisation Mondiale de la Santé avait d'ailleurs établi autant que possible un périmètre pour s'assurer que personne n'y pénètre et mener des analyses, mais son budget n'avait jamais été prévu pour une mission de cette envergure. Envisager de corriger ce problème était d'ailleurs l'un des points à l'ordre du jour du G20. Bien sûr, l'OMS dépendait de l'ONU mais le temps n'était plus vraiment au respect des conventions. Pour compenser la perte des cinq membres susmentionnés, la Pologne, l'Espagne, la Suisse, la Suède et les Pays-Bas avaient été invités à la place, cette dernière l'ayant été in extremis : pour des raisons géopolitiques, l'Iran avait dans un premier temps été envisagé mais comme leur pays avait été partiellement touché aussi par la « malédiction », ils avaient perdu un bout de leur territoire et avaient bien d'autres problèmes à gérer en ce moment. On pouvait noter la non-sélection de la Belgique, comme d'habitude trop occupée à essayer de trouver une majorité pour gouverner, l'actuel Premier ministre Verhofstadt, sur le déclin, n'ayant plus aucune influence sur la scène internationale ; le pays avait laissé passer sa chance. Après tout, ils avaient l'UE...
Lorsque ses dix-neuf invités prirent place autour de lui, le Président américain Georges W. Bush avait déjà de quoi les classer en quatre catégories.
D'une part, ses alliés sûrs. Ici, on pouvait naturellement y mettre la plupart des pays occidentaux, dont l'Union Européenne représentée par Barroso. Le Premier ministre canadien Stephen Harper était sûrement le plus fidèle allié au sein des représentants étatiques au sens strict. Il savait qu'il pouvait aussi facilement compter sur les Premier ministres japonais et anglais, ainsi que sur le Président mexicain Calderón. Il avait un peu plus de mal avec la Chancelière allemande Angela Merkel, qu'il soupçonnait d'être plus proche de la Russie qu'elle ne l'avouait, ainsi qu'avec le Président Sarkozy, qui avait parfois tendance à prendre des initiatives malheureuses, comme il venait de le faire quelques dizaines de minutes auparavant avec la presse, mais dans le contexte, ces deux-là ne sortiraient pas du rang. Il avait même gagné un nouvel allié inespéré en la personne du tout nouveau Président Coréen Lee Myung-bak, élu en décembre dernier, et qui n'aurait dû accéder aux responsabilités que dans dix jours ; face à l'ampleur de la crise et pour peser davantage, son pays avait décidé d'avancer son investiture... il s'agissait donc du dirigeant le plus novice autour de la table puisqu'il n'était entré en fonction que depuis quatre jours. Enfin, le Premier ministre Erdoğan, pour la Turquie, devrait globalement être également de son côté.
À côté des alliés, il y avait les suiveurs, ce qui revenait au même du moment que les alliés restaient les plus nombreux. La Suède, les Pays-Bas, l'Autriche, la Suisse n'avaient pas un poids politique suffisant pour oser s'affirmer dans un telle réunion, la présence de cette dernière étant déjà un élément rarissime en soi. Le Président du Conseil italien, Romano Prodi, pouvait être classé avec eux parce qu'il était démissionnaire et se savait en sursis. Contrairement aux Coréens, malgré la gravité de la situation, la vie politique italienne et ses turpitudes n'avaient pas réussi à se mettre d'accord pour envoyer un nouveau dirigeant qui aurait une véritable légitimité chez eux.
Il y avait ensuite ceux qui n'étaient en général pas d'accord avec les États-Unis, surtout parce qu'il s'agissait des États-Unis. Le Président Poutine bien sûr, qui s’apprêtait à passer la main à son Premier ministre Medvedev qui serait élu d'ici quelques jours – la Russie avait comme qualité de ne pas avoir des résultats électoraux laissant place à l'incertitude – mais qui resterait le maître du Kremlin. Le Président Lula du Brésil n'était sûrement pas non plus le type chez qui Bush irait passer ses vacances. La fraîchement élue présidente Cristina Kirchner, qui avait succédé à son mari à la tête de l'Argentine il y a deux mois, aurait dû logiquement être du côté de Lula. Mais du peu d’éléments qu'il avait sur elle, Bush avait pour l'instant senti une réelle volonté de sa part de se rapprocher des États-Unis, on pouvait donc en quelque sorte la mettre dans les inclassables pour l'instant. Dans cette dernière catégorie, le polonais Donald Tusk, Président du Conseil de son pays depuis novembre, était assez particulier, en ce sens qu'il souhait apparemment à la fois se rapprocher des États-Unis... et de la Russie. À terme, il allait devoir choisir, mais en attendant, le Président américain préférait mettre un point d'interrogation. Restait le Président du gouvernement espagnol Zapatero, avec qui les relations étaient épouvantables pour un pays occidental : la première décision du chef du gouvernement socialiste avait été de retirer ses troupes d'Irak en 2004. Il s'était depuis beaucoup rapproché de Lula... pour autant, l'Espagne restant dans l'Union Européenne et dans l'O.T.A.N, ses petits camarades pouvaient l'aider à se montrer raisonnable face à l'enjeu. Pour ces raisons, Deubeuliou préféra le mettre dans les indécis.
Un rapide calcul amena Bush à constater qu'il était sur un terrain plutôt favorable. Et dire qu'une majorité des imbéciles qu'il gouvernait avaient voulu choisir Al Gore... il s'en occuperait plus tard. Il était temps de commencer la réunion.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngBasilique Notre-Dame-de-Fourvière, Lyon, Univers Annexe 2, dans la nuit

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'un de symboles de la cité située au Nord de la vallée du Rhône, au sommet de la colline de Fourvière, n’accueillait plus aucun touriste. Le Groret rouge et noir qui ronflait sur le parvis avait pris la place de la statue du Lion de Juda, précédent gardien symbolique des lieux, et qui avait été détruite.
- Ce n'est qu'un malheureux cochon. Tu es sûre que le tuer changera quoi que ce soit ?
- Une couleur rouge inhabituelle alliée au noir... pas de doute, c'est bien lui.
Gladys et Valérie venaient de franchir les grilles de la place de Fourvière, ne constatant pas d'autres Pokémon dans les alentours. Tandis qu'elles s'approchaient, et sans visiblement sortir de son sommeil, le Pokémon se mit à ronfler plus fort. Ses Ronflements servirent en fait à alerter ses gardiens.
La basilique de Fourvière en effet avait comme particularité d'avoir été construite avec quatre tours, de presque cinquante mètres. Or, le toit de celles-ci avaient été détruites avec l'avènement de X.A.N.A, et quatre créatures se reposaient désormais à son sommet : un Latios, un Altaria, une Latias et un Libegon qui, alertés par les ronflements, s'envolèrent de leur nid respectif et foncèrent sur les intrus.
- Putain, commenta simplement Gladys avant de faire apparaître son épée et son bouclier d'énergie violets.
Le dragon vert se mit à battre des ailes, générant une tempête de sable qui recouvrit la place de Fourvière en quelques secondes. Mais, aussi vite qu'elle était apparue, celle-ci cessa ; le Libegon avait disparu, et une poussière rouge et noire s'évanouit peu de temps à la suite de la tempête.
- Je vois très bien, signala tout haut la fille aux yeux masqués par ses lunettes de protection.
En guide de représailles, le Pokémon cotonneux fondit sur elle en Pique, tandis que les Lati@s se rapprochaient de Groret. Sa collègue et son bouclier s’interposèrent entre l'Altaria et Valérie, absorbant le choc. La blonde fut malgré tout propulsée un peu plus loin. Tandis que l'oiseau bleu reprenait de l'altitude, Valérie généra deux traînées de poussière qui se ruèrent à sa poursuite.
Pendant ce temps là, Groret, utilisant sans se réveiller ses pouvoirs psychiques, détacha les deux sphères noires qui étaient jusqu'ici présentes sur sa tête. Les objets prirent une teinte bleutée, avant d'être chacune avalées par la Latias et le Latios.
Les poussières de Valérie n'arrivaient pas à rattraper l'Altaria. Celui-ci plongea de nouveau en faisant demi-tour, en direction de son ennemie, lui envoyant un Dracosouffle. Concentrée sur le guidage de son pouvoir, Valérie n'esquiva pas, ce qui l'obligea à mettre fin à sa poussière. Au moment où il allait remonter, l'Altaria se fit sectionner le cou par l'épée de Gladys et explosa.
- Une bonne chose de faite, commenta la blonde.
Les deux filles reportèrent alors leur attention sur les Lati@s. Les deux Pokémon semblaient rayonner d'énergie. Le bleu replia ses bras et fondit sur Gladys. La rouge fit de même sur Valérie. Les deux filles esquivèrent de justesse. L'opération se répéta, avec la même issue. Puis une troisième fois.
- C'est facile, ils ne vont qu'en ligne droite, nargua Gladys.
Les deux Pokémon Éons devinrent alors invisibles.
- Oh, non !
Elle se fit d'ailleurs toucher par la charge suivante et valdingua par-delà les grilles de la cathédrale. L'autre Pokémon n'eut pas cette chance, se faisant stopper par la poussière générée par Valérie, et emprisonner à l'intérieur. Tandis que Gladys se relevait, sa collègue envoya une traînée de son pouvoir dans sa direction, ce qui lui permit de générer un mur absorbant la charge du Pokémon qui s'en prenait à elle, puis de le capturer en l'entourant à son tour.
Valérie serra les poings. Ses deux proies explosèrent.
- Moi, je les vois, informa simplement la fille aux lunettes.
Elle n'avait toutefois pas vu venir le fait que, pendant ce temps, Groret s'était réveillé et mis à effectuer une danse étrange après être descendu des marches.
- C'est super pas efficace, commenta Valérie non sans ironie.
Sa marche fut toutefois interrompue par la lame violette de Gladys qui se leva juste sous son nez.
- Héééé, mais qu'est-ce que tu fous !?
- ...
Le Pokémon ne dansait plus. La blonde était désormais sous son contrôle et tenta un coup direct dans le flanc de son ancienne partenaire pour l'obliger à reculer. Ce qu'elle fit. Comme pour l'Altaria, la brune généra deux traînées de poussière rouge et noire qu'elle envoya sur Gladys. L'une d'elle s'écrasa sur son bouclier et la seconde fut coupée par l'épée de la même matière. Celle au manteau à la rayure bleu clair en profita néanmoins pour prendre la fuite. Coulissant sur la gauche de la basilique, elle se dirigea vers l'aménagement panoramique, dépassant le parking. Mais la blonde était légèrement plus rapide en foulées et la rattrapait. Valérie sentit à un moment la lame magique frôler ses cheveux, et l'un des arbres devant elle, sectionné, s'écroula, trop tardivement cependant pour l'empêcher de passer. Au contraire de celle qui l'avait abattu. Valérie, se sachant temporairement masquée par les feuilles de l'arbre tombé, bondit alors sur Gladys, son pouvoir matérialisé en deux pointes autour de ses mains. La blonde plaça son bouclier d'énergie à l'horizontale afin de parer la double attaque. L'impact se fit, mais la poussière rouge et noire céda la première.
« Évidemment... et en plus je ne pouvais pas bénéficier de l'effet de surprise avec elle » songea Valérie en reculant de nouveau sous l'effet de la contre-attaque.
Esquivant un coup d'épée après l'autre, elle ne prit pas garde au fait qu'elle avait atteint le rebord panoramique de Fourvière, permettant de distinguer toute la ville de Lyon, au moment où elle commençait à générer de nouveau son pouvoir pour envisager une contre-attaque. Enfin, elle en prit conscience lorsque son bond heurta la barrière de « sécurité » en pierre, ce qui ne l'empêcha pas de basculer en arrière. Elle n'eut cependant aucun dommage dans la chute, revenant à hauteur de Gladys (et même plus haut pour rester hors de portée), juchée sur un nuage formé de sa poussière.
- ...
Son ennemie du soir ne pouvait pas l'atteindre. Elle avait dès lors tout le loisir d'élaborer un plan pour se sortir de cette situation. Tandis qu'elle reculait encore un peu dans les airs, elle constata que Gladys préféra emprunter les escaliers sur sa droite et descendre d'un niveau pour la suite, malgré le peu d'intérêt tactique lié au fait qu'elle était désormais beaucoup plus en contrebas. Valérie comprit. Elle pris alors la tangente avec son nuage, en direction du centre de Lyon, la blonde sur ses talons.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Groret s'était réveillé au moment où celui-ci ne pouvait plus respirer comme il l'entendait – ou comme il voulait que les autres l'entendent – de fait du pouvoir de Valérie qui l'entourait. Celle-ci, tranquillement juchée devant la porte de la basilique, n'attendait plus que le retour de Gladys. Lorsqu'elle entendit celle-ci à l'angle du vieux bâtiment, elle sera le poing, le Pokémon explosa et l'autre fille s'effondra au sol en pleine course, effectuant une roulade avant de se vautrer.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


- Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda Gladys en reprenant connaissance.
Valérie, qui avait pris la place qui servait il y a encore peu de lit à Groret, lui répondit :
- Notre cible t'avait hypnotisé avec sa danse. Fort heureusement cela n'a pas fonctionné avec moi – elle tapota ses lunettes noires.
- ... Merci. On a eu de la chance.
- Apparemment tu étais programmée pour ne pas me lâcher. Mais comme j'étais plus rapide que toi, je t'ai amenée au beau milieu de Lyon avant de revenir ici et de tuer le gros cochon, sans défense.
- Joli coup !
- Merci. J'espère que tout se passe bien pour les autres... je suis inquiète.
- Bah ? réagit la blonde, surprise.
- Si on est dévirtualisé ici, on ne revient pas n'est-ce pas ?
- Oui mais ça, on le savait, répondit Gladys.
- Je n'ai pas envie que ça arrive, commenta Valérie.
Sa partenaire n'ajouta rien pendant un moment.
- Remettons-nous en route, finit-elle par ordonner.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPlace du Capitole, Toulouse

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMême s'il faisait techniquement toujours nuit sur la place de 12 000 mètres carrés vierge de toute construction, l'endroit ne manquait pas de lumière. Aux côtés d'un Arcanin se trouvait un Galopa, qui évidemment, était plutôt lumineux. Les deux bêtes étaient situées de part et d'autre de la grosse croix occitane située sur la place. Noctali, qui était par ailleurs au centre, semblait endormi, anneaux de lumière éteints.
- C'est toi qui aime les chevaux non ? demanda Anne-Sophie.
- Oui mais là, c'est peut-être un peu trop chaud pour moi, commenta Céline.
Les deux filles étaient juchées sur le toit du Capitole. Elles regardaient les trois Pokémon discrètement.
- Je pense que c'est l'espèce de chat noir au milieu notre cible.
- Heureusement qu'on a pas été repérées...
Cependant, pour une raison étrange, la luminosité de la nuit était en train de s'améliorer. En à peine une trentaine de secondes, le ciel était redevenu bleu clair, alors que le soleil n'était toujours pas visible. En revanche, les deux filles elles, l'étaient soudain nettement plus, du haut du Capitole. Elle se dépêchèrent de sauter dans la cour intérieure du bâtiment pour se dissimuler.
- Mais c'est quoi ce bazar ? se plaignit la brune.
- Aucune idée.
Un immense oiseau rouge, Ho-oh, apparût soudain des cieux et avait visiblement dans l'idée de se poser au milieu des pavés de l'ancienne municipalité toulousaine. C'était bien sûr avant de remarquer les deux intruses. Il hurla en reprenant de l'altitude. Par l'accès menant à la place, le Galopa et l'Arcanin, rapides, avaient déjà surgi.
- Oh oh.
Le cabot orange se rua sur Céline. Une erreur. Au moment de l'impact, la fille ne broncha pas, et le Pokémon s'écrasa sur elle, avant de s'effondrer, sonné. La Perle le dégagea d'un coup de pied qui l'envoya contre le mur. Il ne se releva pas. Anne-Sophie avait déjà mis en place son petit train de coton pour se barrer rapidement par l'autre accès au Capitole, poursuivit par le Galopa. Le Ho-oh était retourné auprès de Noctali.
- Attendez, moi aussi je veux jouer aux petits chevaux ! cria Céline en partant à leur poursuite, moins vite cependant.
L'oiseau rouge attendit que l'humaine quitte le Capitole pour revenir au-dessus du bâtiment, s'arrêtant quelques instants au-dessus de la carcasse vaincue du Arcanin, qui se mit à rayonner...

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


La barricade de débris située entre le McDonald et le Crédit Agricole sur la rue de Rémusat explosa, dévoilant Anne-Sophie toujours dans son véhicule blanc, poursuivie par le cheval de feu qui gagnait du terrain. Mais la Perle avait un autre objectif en tête : Noctali qui dormait toujours sur la place. Et sans le Ho-oh dans les parages, le coin était dégagé. Avant d'avoir atteint sa cible, le train cotonneux se fit renverser par une charge venant du flanc droit, et la combattante fut projetée à l'extérieur. Un nuage de coton vint amortir sa chute, puis c'est cette même matière qui la propulsa sur sa droite au dernier moment pour esquiver la charge du Galopa. Le renfort de Céline sortant du Capitole aurait pu être un réconfort si elle n'avait pas amenée le Pokémon légendaire avec lui.
Il y en avait d'ailleurs un autre : celui qui avait – littéralement – fait dérailler le plan d'Anne-Sophie se trouvait être un Entei.
- Le chien de tout à l'heure n'est plus là, informa sa collègue en la rejoignant.
- Le chien est mort, vive le chien. On est pas à Toulouse pour rien.
La philosophie profonde de cette conversion fut interrompue par le torrent de flammes envoyé à la fois par le Ho-oh et par le Entei. Anne-Sophie avait déjà reformé son train. Et embarqué Céline avec elle. Le véhicule s'éloignait de la place, poursuivi par les trois Pokémon feu.
- On va où ? questionna la passagère.
- Ils ont trop l'avantage ici, revenir était prématuré, expliqua la conductrice. J'ai repéré un endroit intéressant tout à l'heure.
Bifurquant sur la large rue Lafayette, elle descendit jusqu'à passer devant l'ancien bureau de La Poste. Jetant son train au milieu de larges escaliers sur la droite, elle défonça au passage les barricades qui condamnaient jusqu'ici l'ancienne station de Métro Capitole. Une fois dans l'entrée souterraine, les deux Perles s’arrêtèrent et la plus petite des deux filles fit disparaître son coton.
- On va déjà s'occuper des deux terrestres. L'oiseau ne pourra pas passer, expliqua-t-elle.
- Excellente idée !
Elles furent de fait surpris de voir le visage du Ho-Oh depuis l'extérieur.
- Merde !
Les Perles du Neith se jetèrent en direction du souterrain, sautant les barrières du métro puis glissant sur la rampe du long escalier mécanique qui menait plusieurs mètres sous terre, au milieu des deux anciens quais, esquivant le Feu Sacré qui souffla l'entièreté du niveau supérieur. Du déluge de flammes s'extirpa le Galopa, qui toisait ses deux adversaire d'en haut. Puis, le cheval bondit d'un coup.
- Erreur.
Céline n'avait plus qu'à se placer à la réception prévisible du saut du Galopa, qui ne pouvait se mouvoir dans les airs. Lorsque le cheval de feu buta sur elle, il explosa immédiatement, tandis que l'humaine ne bronchait pas.
En haut des escaliers, les flammes cessèrent. Le Entei était là. Ce dernier cracha soudain un rayon d'énergie bleu en direction de la fille la plus proche. Un Ultralaser. Anne-Sophie avait sorti son coton pour amortir le choc pour sa partenaire et elle-même. Le rayon explosa sur le sol lisse de l'ancienne station, le choc soufflant même certaines des vitres de protection des portes automatisées du métro, de part et d'autre du couloir central. Avant que le nuage de fumée ne se dissipe, le Entei était déjà en bas. Anne-Sophie généra des petites boules blanches qui se jetèrent sur le Pokémon qui bondissait de sorte à toujours les éviter, malgré l'espace réduit. Ce qui l'amena à un moment à sortir du couloir principal, pour se retrouver du côté de l'un des deux quais. Trois des sphères blanches se mirent alors au centre des accès creusés entre le quai et le couloir central et formèrent soudain une barrière de coton au sein de ceux-ci, bouchant l'espace.
- Fonce ! ordonna Anne-Sophie.
- Comment ça ? questionna, incrédule, sa partenaire.
- Pendant que je le retiens, va t'occuper de la cible. Je ne pense pas que l'oiseau rouge seul soit suffisamment fort pour te causer du soucis. Du moment que je maintiens celui-là ici, on devrait être pas mal.
- D'acc.
La plus grande des deux filles se dépêcha de remonter les escaliers. Malheureusement pour elle, les mécaniques étaient à l'arrêt. En s'élevant, n'ayant plus à se soucier des anciennes barrières du métro qui avaient été balayées, elle se méfia cependant, et se dissimula à l'angle du mur pour jeter un coup d’œil discret. Le Ho-oh était toujours là à l'extérieur, n'attendant qu'un mouvement suspect pour rebalancer son attaque. Bon. Céline agita un bras dans sa direction. Immédiatement, un déluge de feu – dont elle n'eut cependant aucun mal à se protéger d'où elle se trouvait – balaya une nouvelle fois le niveau supérieur. Lorsqu'il pris fin, Céline profita de la fumée pour se ruer sur l'accès, plus petit, qui permettait de quitter la station, situé à l'opposé du Ho-oh. Remontant l'escalier, elle n'avait plus qu'à sortir, retraverser la rue d'Alsace Lorraine, et à se jeter de tout son poids dans le renfoncement de l'accès principal, chutant sur l'oiseau de feu qui émit un hurlement effroyable avant d'exploser. Elle n'avait plus qu'à retraverser le Capitole pour retrouver la place du même nom, au milieu de laquelle Noctali dormait. C'était du moins vrai jusqu'à maintenant : l'humaine constata qu'il avait disparu.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Le Entei venait d'envoyer une seconde Déflagration sur l'une des barrières de coton qui souffrait fortement. Elle n'allait pas tarder à céder, même si Anne-Sophie procédait à des renforcements autant que possible avec son pouvoir. Étrangement, pendant quelques secondes, le Pokémon n'attaqua plus. C'était en fait pour mieux préparer l'Ultralaser qui perfora la barrière, et toucha de plein fouet la fille qui se trouvait derrière, la propulsant à l'opposé. Elle brisa la barrière de sécurité entre le quai et les rails et s'écrasa contre le mur du tunnel, se réceptionnant sur l'ancien tracé du métro. Si le moyen de transport ne circulait plus depuis l'ascension de X.A.N.A, elle remarqua une étrange lumière rouge en provenance de la pénombre sur sa droite. Et des yeux orangés la fixant intensément. Une Poursuite instantanée plus tard, Anne-Sophie était projetée de nouveau à l'opposé. Avant même de se relever, le Entei avait bondit au milieu des rails. Quand la fille se mettait à générer son coton pour boucher le tunnel, une aura bleue se formait déjà dans la gueule du chien...

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


En courant sur l'escalier mécanique pour la deuxième fois en descente, Céline manqua cette fois de se ramasser à l'arrivée, rétablissant son équilibre in extremis. Regardant à droite et à gauche, elle ne voyait ni Anne-Sophie, ni le Entei. Mais dans le tunnel de gauche, un portique de sécurité était défoncé, et une barrière de coton empêchait d'avancer dans l'une des deux directions. De l'autre, Céline vit des yeux orangés l'observer dans la pénombre du tunnel, et des anneaux de lumière rouge. Noctali. Celui-ci cessa de faire briller ses cercles et ferma les yeux, disparaissant complètement. Une ombre surgit soudain pour frapper la Perle et la propulser un peu plus loin.
- Oh, jolie Feinte.
Noctali allait enchaîner avec une attaque Morsure. Il semblait passablement énervé. Le bras gauche de Céline finit entre les crocs du Pokémon, ce qui ne lui fit rien. Agitant son membre, la fille l'éclata au sol, avant de lui écraser le flanc avec son pied. Mais Noctali n'était pas K.O. Il jeta à son ennemie un Regard Noir.
- Je suis censée avoir peur ? M'enfuir ? questionna tout haut Céline en lui envoyant un coup de pied qui, cette fois, fit exploser le Pokémon.
Reportant son attention sur le mur de coton, la fille inspira un grand coup :
- Anne-Sophie !?
Il ne se produisit rien pendant quelques secondes, puis la barrière blanche se rompit, dévoilant sa partenaire.
- Bah alors, qu'est-ce que tu foutais ?
- Mais, où est le chien marron ? questionna l'autre.
- Aucune idée, je pensais que tu l'avais battu.
- Mais pas du tout, j'étais même plutôt partie pour perdre.
Céline était perplexe.
- Il s'est peut-être enfui... en tout cas j'ai vaincu la cible. On a plus rien à faire ici, commenta-t-elle en aidant sa camarade à remonter sur le quai par l'endroit où la barrière de sécurité avait sauté.
- Merci. Tu as raison, il en reste encore un seul pour nous...
La plus petite semblait fatiguée.
- C'était pas prévu comme ça mais... si tu veux que je te remplace, il n'y a pas de problème, proposa Céline.
- Oh non ne t'inquiète pas, ça va aller, répondit la fille aux cheveux rouges. C'est juste que je ne m'attendais pas à subir autant contre des adversaires a priori faibles. Notre formation nous a préparé à mieux que ça !
- On a été préparé à affronter X.A.N.A, c'est exactement ce que nous faisons actuellement, lui répondit sa partenaire. Même si la forme que prennent les combats est plus... inattendue.
Anne-Sophie n'ajouta rien et les deux Perles sortirent de la station, retrouvant le début du square Charles-de-Gaulle. Céline leva les bras pour désigner le décor autour d'elles. Des rues désertes, d'anciennes enseignes condamnées.
- Regarde ce que X.A.N.A a fait à ce monde, ordonna presque Céline. Nous ne sommes que six et pourtant, nous sommes en train de libérer un pays entier de ce virus. Nous sommes des héros, et tu en fais partie. Et quand on en aura fini avec ce... euh...
- ... cet échauffement ? compléta la voix de Christophe.
Le masqué les attendait sur l'un des rebords du parvis généré par les escaliers menant au métro.
- Oui, voilà, échauffement, très bien trouvé, commenta Céline.
- Surprenant n'est-ce pas ? rajouta l'adolescent noir. On se retrouve dans ce monde à affronter des Pokémon. Le Commandant nous avait plutôt préparé à des humanoïdes. Pour autant, je vais vous confier quelque chose : lors d'une conversation entre Thierry, lui et moi, il nous avait expliqué que certains de nos adversaires pouvaient utiliser des Pokémon. Pour ces raisons, j'ai étudié le concept à fond, et certains de nos amis ont également des connaissances sur le sujet. Comme on avait pas le temps de demander à tout le monde d'étudier ça, vous vous retrouvez toutes les deux à affronter des Pokémon sans réellement connaître leur fonctionnement.
Il marqua une pause, se remettant debout.
- Considérant cela Anne-Sophie, je trouve que tu t'en sors rudement bien. Vous deux, vous avez une grande capacité d'adaptation, c'est d'ailleurs pour ça que vous faîtes partie des Perles du Neith.
- Tout a fait, souligna Céline.
Anne-Sophie ne répondit pas mais généra son coton pour former son habituelle petite locomotive, qui était cependant plus grande que d'habitude pour pouvoir accueillir trois personnes. Elle était prête à passer à la suite.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCamp David, État du Maryland, États-Unis, fin d'après-midi, Univers principal

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAprès cinq heures d'une première prise de température, Bush pouvait constater à quel point ce n'était pas gagné. Nicolas Sarkozy avait fait traîner les choses à proposer des initiatives à la con à tout va, les européens lui laissaient sa chance dans un réflexe continental pavlovien et, de façon surprenante, comme la présidente argentine était très souvent d'accord avec lui aussi, elle parvenait carrément à pousser Lula derrière le frenchie... ce qui commençait à faire beaucoup de monde. Poutine n'avait pas manqué de se payer divers fois la tête de Bush avec ses remarques destinées à foutre la merde, qui commençaient systématiquement par « peut-être devrions nous effectivement envisager de... » en se drapant ensuite derrière un motif lié de près ou de loin au respect des droits humains, sous-entendant que les idées américaines étaient hors des clous, ce qui était quand même un comble venant de lui. Bush aurait bien voulu sa revanche le lendemain mais il savait que cela risquait de ne jamais se faire.
Dernier à sortir du chalet de réunion, le « leader du monde libre » (ainsi que le surnommaient parfois les américains, dont l’ego était en moyenne aussi développé que leur indice de masse corporelle) était accueilli par son unique garde du corps – le dispositif ayant été allégé au minimum dans l'enceinte de Camp David. Il n'en avait pas encore terminé. Le Président chinois, malgré le fait que son pays ait perdu au minimum 85 % de son PIB potentiel dans la catastrophe, avait voulu envoyer un émissaire porter un message et une proposition à son homologue américain. Maintenant qu'elle ne représentait plus aucune menace, Georges Bush aurait normalement dû chier une belle bouse sur la proposition de Hu Jintao dans un moment où il avait franchement mieux à faire. Mais il avait accepté.
Il avait accepté parce qu'il savait que c'était un piège.
La proposition lui avait été formulée hier en dernière minute alors qu'il était dans le bureau ovale avec sa nouvelle Vice-présidente, Condoleezza Rice. C'était cette dernière elle-même qui lui avait rapporté le message et transmis le dossier de l'émissaire, un détail auquel il n'avait pas fait attention jusque là. Mais surtout, la photo de l'émissaire lui avait fait une impression étrange, négative. Bon, c'était un chinois et pour Bush, ils se ressemblaient tous mais ce chinois-là, il avait l'impression de le reconnaître, ce qui était inhabituel. Il s'était ensuite réveillé en sursaut pendant la nuit suite à un sommeil agité, où il avait l'impression que cet asiatique était déjà venu à la maison blanche en compagnie de Rice, ce qui n'était pourtant jamais arrivé. À partir de là, par sécurité, il avait contacté le directeur de la C.I.A et transmis les éléments du dossier. En moins d'une heure, il apprenait que ce type était en réalité Meng Xuenong, l'éphémère maire de Pékin en 2003, tombé en disgrâce à la suite de la crise du SRAS et disparu de la circulation depuis. Impossible dans ces conditions que Rice se soit trompée, elle n'avait jamais fait preuve de la moindre négligence, elle était donc complice... l'ancienne secrétaire d’État venait comme par hasard d'être nommée Vice-présidente – certes, c'était Bush lui-même qui l'avait choisie – à la place de Dick Cheney, emporté par une obscure affaire de fuites au profit du Venezuela. Si le Président américain, pour une raison X ou Y, ne pouvait plus assumer ses fonctions – un bon vieux assassinat par exemple – son ancienne secrétaire d’État prendrait automatiquement sa place. Good job !
Il devait absolument attraper ce Xuenong vivant et le faire parler, et simultanément faire arrêter Rice pour haute trahison. Heureusement, il pouvait compter sur Michael Hayden, directeur de la CIA après avoir été celui de la NSA et militaire de carrière, qui était d'une fidélité totale au pouvoir central et ne lésinait pas sur les moyens pour faire parler les gens, pratiquant – non-officiellement bien entendu – la torture.
Pour ces raisons, en entrant dans le chalet qui était censé servir de lieu pour échanger au calme avec « l'émissaire » chinois, il trouva Meng Xuenong plaqué par terre par deux agents secrets. En constatant de sa position ce qu'il se passait, le « garde du corps » roux du Président américain sorti son arme et tenta d'abattre W. Son arme n'était cependant pas chargée.
- Hey oui, dommage, commenta le 43ème Président des États-Unis. Je me doutais un peu que vous seriez dans le coup.
Deux autres agents de la CIA sortirent alors de leur cachette alentour et se ruèrent sur le traître pour l'immobiliser.
- On dirait qu'il va falloir annoncer à nos invités que les discussions sont remises à plus tard... conclut Bush.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngQuai Nicolas Sadi Carnot, Perpignan, Univers Annexe 2, dans la nuit

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUn coassement métallique se fit entendre dans les cieux du centre ville désert de la cité catalane. L'Airmure aux ailes rouges et au métal noir volait bas, avant de se poser tranquillement sur les remparts du Castillet, l'ancienne porte fortifiée de la ville aux briques rouges. En constatant les deux silhouettes humaines qui l'attendaient en contrebas, sur la place, le Pokémon émit un nouveau cri plus menaçant à leur endroit.
- Pas très accueillant, commenta Christophe, qui pouvant difficilement faire mieux avec la tronche dissimulée derrière son masque hideux.
- Et pourtant... je me sens bien ici, commenta Anne-Sophie à ses côtés.
Une ardente lumière jaillit alors de derrière eux. En se retournant, les deux Perles du Neith constatèrent qu'un Sulfura les toisait à une vingtaine de mètre de hauteur. À ses côtés se trouvaient également un Roucarnage.
- Très peu pour moi le feu... commenta l'adolescent noir. D'où mon esquive à Toulouse.
- C'est bien compris.
La petite fille aux cheveux rouges se mit à générer ses sphères de coton autour de ses bras, pour former de véritables ailes blanches. Décollant, elle passa devant l'oiseau de feu pour le provoquer. Celui-ci la suivit en balançant des Lances-flammes. La fille plongea pour esquiver les attaques, rasant les flots le long de la rivière de la Basse, et ses magnifiques quais aménagés couverts de verdure, en direction de son aval, à l'Est. Elle passa sous le grand pont accueillant les routes du boulevard Wilson, forçant le Pokémon à suivre s'il ne voulait pas la perdre de vue, ce qu'il fit. Puis, juste après avoir dépassé le dernier petit pont piéton de la série celui qui jouxtait la Place du Colonel Cayrol aux Quais François Battlo, elle cracha soudain de sa bouche une sorte d'airbag de coton qui lui permit de ralentir sa course très rapidement, donnant simplement un coup d'ailes pour rependre un peu de hauteur et se dissimuler derrière la structure verte du pont. Au moment où le Sulfura passait en dessous d'elle, elle donna un coup de pied qui le propulsa immédiatement dans la flotte. Le grand poulet grillé disparut dans la Basse, sous quelques bulles. Puis l'eau redevint calme. Estimant sa mission accomplie, Anne-Sophie reprit son envol et revint à hauteur de son camarade, qui n'avait même pas commencé à se battre avec le Roucarnage, qui était désormais coincé entre les deux humains.
- Déjà ?
Elle lui répondit par un hochement de tête et un sourire amusé.
- J'ai mal pris le fait que tu te sentes obligé de m'aider à Toulouse.
- Tsss... poursuivit Christophe. Dans ce cas, je me dois d'être à la hauteur.
On attendait logiquement à la suite de ce genre de phrase une séquence d'action extrêmement stylée. Il n'en fut rien : le masqué fit simplement un énorme doigt d'honneur au Roucarnage.
- Il paraît que tu peux voler à Mach 2 ? Cela me semble un peu survendu...
Touché dans sa fierté, le Pokémon se méfiait cependant, car derrière lui se tenait toujours non loin Anne-Sophie, qui compris qu'elle dérangeait, se déporta donc près de l'ancien cinéma Wilson. Alors le Pokémon oiseau prit un léger élan avant de fondre à une vitesse impressionnante sur Christophe, qui n'aurait pas le temps de sortir sa lance. Il mit simplement son bras gauche devant lui. L'oiseau, qui aurait dû fortement le bousculer au moment de l'impact, explosa au contraire immédiatement.
- Il ne pouvait deviner ton bracelet de protection... joli coup, félicita la fille au manteau à la rayure verte.
- Merci.
Airmure continuait cependant de jacasser du haut de son perchoir.
- Il commence à m'énerver. Il faut vite fendre l'Airmure, commenta le garçon.
- Attends, alerta sa partenaire qui sentait quelque chose.
Elle avait remarqué que le sol tremblait légèrement. Une ombre gigantesque venait de sortir de la Basse. Un énorme Pokémon blanc volant. Un Lugia.
- C'est une blague ? Comment un truc pareil peut sortir d'un si petit cours d'eau ? ragea Christophe.
Le battement d'ailes du Pokémon manqua de le faire s'envoler. Ce n'était pas le moment de se poser des questions. Sur le Castillet, Airmure effectuait désormais des jacassements moqueurs. Christophe dévoila sa lance et se mit à tirer des flèches d'énergie violette sur le Lugia, qui, bien que touché, avait clairement l'air de n'en avoir rien à foutre. Celui-ci se mit alors à rassembler son énergie.
- Ça va être énorme ! Attention ! avertit Anne-Sophie.
- Oui, merci, il l'est même déjà.
Mais le Pokémon blanc sembla se calmer avant d'avoir lancé son attaque. Il envoya une nouvelle bourrasque en battant des ailes pour prendre de la hauteur, puis s'en alla tout simplement.
- ?
Christophe releva la tête. Airmure ne disait plus rien.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Cela faisait maintenant quelques heures que le Lugia était parti de façon inexplicable. Christophe était désormais seul devant le Castillet. Il n'y avait plus ni Airmure, ni Anne-Sophie.
- J'ai vérifié, informa la fille en surgissant de la porte Notre-Dame. Le Lugia est parti en direction du Nord-Est. J'ai reporté grossièrement sa direction sur une carte. Cela colle plus ou moins avec une des villes qui fait partie de nos cibles : Nancy.
- Hmm... mais l'équipe Nord ne doit elle pas précisément s'y rendre aujourd'hui ?
La fille hocha la tête.
- Si.
Au loin, les premières lueurs du soleil levant permettaient désormais à Anne-Sophie de commencer à distinguer le pic du Canigou, créant un fugace sentiment d'apaisement au milieu de tout ce bordel.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPlace Stanislas, Nancy

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe second Foretress qui gardait l'arc Héré explosa aussi vite que son partenaire. Le seul accès non barricadé de la place Stanislas était désormais librement accessible aux deux Perles du Neith qui souhaitaient s'incruster.
- En fait, c'est moins drôle qu'avant, commenta Hiroki.
- Idiot, commenta Gladys.
Longeant les pavillons jusqu'à la place centrale, traversant au passage l'asphalte de la route qui témoignait du fait que l'endroit accueillait encore de la circulation avant l'arrivée de X.A.N.A, les deux humains faisaient désormais face à l'imposante statue de Stanislas Leszczynski, ancien duc de Lorraine, qui avait par ailleurs donné son nom au lieu. S'il était vrai que l'endroit avait un certain standing, avec ses pavés grisés, et entouré notamment par l'imposant hôtel de ville, l'hôtel de la Reine et l'opéra-théatre, on était très loin de la réputation légèrement survendue de « plus belle place du monde », qui n'était étrangement évoquée que par les nancéiens eux-mêmes. Cela dit, pour la première fois depuis le début de son existence peut-être, les habitants locaux étaient en accord avec le reste du monde. Car depuis que X.A.N.A avait fait des lieux l'un de ses QG les mieux protégés de l'Empire, il n'y avait en effet plus grand monde pour vanter la beauté des lieux.
Sur le toit de l'hôtel de Ville, Vigoroth et son pelage noir et rouge attendait les intrus avec un calme olympien malgré le fait que son espèce était connue pour s'agiter partout. Il fallait dire que les Pokémon leurres avaient tous été massacrés en quelques jours, alors il s'attendait à voir ces types débarquer ici. Des humains, toujours par deux, vêtus d'un manteau noir avec un curieux logo tricolore dans le dos. Il avait lui-même quelques arguments : autour de lui se tenaient un Gardevoir, un Mewtwo et un Lipoutou, tandis qu'au-dessus flottaient un Mew et un Deoxys. Tous les Pokémon de type Psy sans exception se téléportèrent simultanément au sol et balancèrent souvent en cœur leur attaque Psyko sur l'un et l'autre des humains qui se firent promptement dégager en arrière. Gladys s'écrasa contre l'un des piliers de l'arc Héré tandis que le garçon, passant entre les deux, acheva son roulé-boulé plus loin.
Le Vigoroth noir et rouge était resté à la même place, les bras croisés.

« Allez... appelez vos petits copains... »
Les deux Perles du Neith s'étaient retrouvées sous l'arc.
- Cela va mal, commenta le garçon. Je me sens fragilisé. Je pense que mon avatar n'encaissera jamais un deuxième coup aussi violent.
- On ne peut pas être dévirtualisés ici, répondit la blonde.
- J'étais au courant. Mais la seule attaque réellement longue portée que l'on a, c'est mes boules de feu, et c'est ridicule à côté.
Après avoir vérifié que les Pokémon n'attaquaient pas d'un rapide coup d’œil sur sa droite – ce qui n'était pas le cas – la fille reprit la parole :
- On devrait tenter notre technique spéciale.
Hiroki semblait surpris.
- Hum, je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée. En plus, on est pas au complet dans cette dimension, ça ne marchera jamais.
- On est venu à six. C'est en théorie le nombre nécessaire pour le faire. Du moins, c'est ce que pensent Thierry et Christophe.
- Ah ? Bon admettons.
- Regarde, ordonna Gladys en pointant du doigt la place Stan. Ces idiots nous attendent. À nous de le leur faire regretter.
- Qui sert de base ? T'étais quoi toi déjà, Guerrier ?
- Ouais, comme toi. En l’occurrence, c'est adapté contre eux je pense, ils ont l'air assez fragiles physiquement.
- Ok je me dévoue, proposa le garçon qui se mit accroupi, présentant son dos à sa collègue.
Celle-ci posa la paume de sa main tendue sur le logo qui y était brodé. L'emblème des Perles du Neith. L'emblème du Commandant.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngGare de Valence TGV, Alixan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAyant accompli leur part du boulot, l'équipe « Sud » des Perles du Neith composée d'Anne-Sophie, Christophe et Céline s'était infiltrée dans un convoi ferroviaire transportant des troupes de X.A.N.A de la frontière espagnole vers Paris. Ils avaient cependant été découverts lors d'une escale technique à la gare de Valence TGV et par voie de conséquence, avaient dû s'occuper de deux wagons principalement composés d'Arboks, de Sevipers et de Sabelettes. Rien d’insurmontable au milieu des lignes TGV passant sous le bâtiment au sol légèrement incliné, qui avait empêché les agents de X.A.N.A de profiter du surnombre pour les encercler. En train de démonter un serpent avec une flèche violette depuis les quais, Christophe ressentit une démangeaison sur la partie intérieure de son avant-bas gauche, juste devant son bracelet de protection. Il n'avait pas besoin de jeter un coup d’œil pour savoir ce que ça signifiait.
- Dépêchez-vous d'en finir les filles, on dirait qu'on a besoin de nous !
Il esquiva un Dard-Venin en provenance d'un Sabelette qui s'était visiblement échappé de son champ de vision en se planquant sur les rails d'une voie plus lointaine, mais qu'il avait vu sauter pour l'attaquer. Bondissant sur le quai face à lui, Christophe, se rua sur le Pokémon et se contenta de l'écraser en sautant sur la planche en bois des rails. Satisfait, il se retourna, prêt à aider ses deux collègues... qui en avaient déjà fini de leur côté et attendaient assises sur un banc de la voie situé à l'extrême gauche.
- On s'est dépêchées, commenta Céline, moqueuse.
- Je vois ça, répondit le masqué en bondissant de quai en quai pour les rejoindre.
Il releva la tête en direction des bâtiments. Tout était éteint, malgré le fait que l'aube, au loin, commençait à poindre le bout de son nez. Ils seraient tranquilles.
Les filles avaient relevé la manche droite de leur manteau, pour venir toucher de deux doigts le tatouage noir du logo des Perles qui était apparut sur leur avant-bras. Christophe fit de même de son côté, sur celui de gauche.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPorte Désilles, Place de Luxembourg, Nancy

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngNichée au sommet du plus ancien monument aux morts de France, Valérie était également en position, après avoir ressenti l'appel de ses deux camarades.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


- Les six sont connectés, informa Gladys.
- Parfait, approuva Hiroki, toujours accroupi. Tu peux balancer.
Un flux d'énergie se mit à parcourir le bras de la fille, qu'elle transféra à son collègue qui se mit à trembler avant de se relever.
- Par les pouvoirs des Perles du Neith ! Parce que l'union fait la force, c'est tout net ! lança l'asiatique tout en levant ses bras au ciel.
Gladys soupira. Ce n'était tout de même pas très sérieux. Elle était bien contente de ne jamais avoir à rencontrer le scénariste de cette fanfiction.
Une grosse navette spatiale gris foncé – en fait, la NavEith – venait de débarquer du ciel au-dessus de la place Stanislas. Ses quatre excroissances s'ouvrirent, et des William en tenue de Lyoko-guerrier se mirent à débouler sur ce qui devint bien vite un champ de bataille. Les Pokémon Psy se mirent à repousser les avatars humanoïdes, qui parfois, sous le choc du Psyko de trop, disparaissaient en confettis blancs. Mais la navette en avait débarqué 60 en trois fois moins de secondes, et les créatures de X.A.N.A se firent déborder, en plus d'être relativement fragiles physiquement. Une minute plus tard, lorsque le vaisseau rappela ses guerriers, sonnant la fin de l'invocation, il n'y avait plus, outre le singe, que le Mew sur la place Stanislas. Le Vigoroth faisait en tout cas moins le fier lorsque les deux Perles revinrent à proximité du bâtiment municipal.
C'est alors qu'un long cri se fit entendre au loin, et qu'une masse sombre volante immense se planta entre les deux camps. Un Lugia aux coloris violets. Un Lugia obscur.
- Oh, merde, commenta Gladys.
- Tu ne voulais pas arrêter les gros mots ? lui répondit Hiroki.
- Commençons par l'arrêter lui.
Le Mew utilisa alors son attaque Morphing pour se changer également en Lugia Obscur.
- Oh, merde, commenta l'asiatique, provoquant un roulement d'yeux de sa partenaire.
Le double Aéro Noir balancé par les Pokémon obligèrent à nouveau les deux Perles à mettre les voiles, poursuivi par le Lugia obscur original. Sa copie cependant, était réticente.

- Vas-y, ordonna le Vigoroth. Finissez-en.
Le Mew/Lugia obscur se mit à voler également à la suite de son modèle. Ce dernier venait d'encaisser, sans vraiment broncher, trois boules de feu d'Hiroki.
- Super, c'est notre seule attaque à distance et elle ne lui fait rien, commenta le garçon qui courrait le long de la rue Stanislas avec sa collègue, remontant vers la gare.
Le tourbillon de vent provoqué par l'attaque Souffle Noir du Lugia passa à quelques centimètres de son oreille gauche, balayant un malheureux parcmètre qui n'avait rien demandé à personne (personne ne lui avait demandé d'être là non plus cela dit). Comme les deux Perles étaient sorties de la zone interdite, il y avait désormais du monde dans la rue, d'autant que le boucan de l'affrontement sur la place Stanislas avait attiré les curieux. En voyant deux monstres volants tenter de démonter deux adolescents sortis d'un film de Matrix, la population locale qui était présente comprit vite qu'elle avait intérêt à dégager. Il fallait de plus composer avec les patrouilles de monstres de X.A.N.A qui en profitaient pour débouler, attirées de la même façon. Gladys coupa la tête d'un Arbok et d'un Séviper à une intersection.
- On aurait pu en gérer un, mais pas deux, signala la fille. Il vaut mieux retourner là-bas et s'occuper de la cible.
Elle généra alors son boucler d'énergie pour tenter d'encaisser l'énorme Typhon Noir – en fait la combinaison de deux attaques – qui la souffla littéralement plus loin.
- Gladys !

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Sur le toit de l'hôtel de Ville, Vigoroth fut soudain cerné par de la poussière de la même couleur que lui. Son corps se fit littéralement ensevelir sous un cocon. Mais Valérie laissa malgré tout dépasser la tête.
- Je ne comprends pas pourquoi tu es resté sans défense. Nous avons étudié le fonctionnement de X.A.N.A, même si celui-ci est très différent. Et tu savais forcément que les intrus n'étaient pas que deux.
Le concerné ne broncha pas. Il comprenait le langage de son ennemie, pourrait répondre, mais il était dans son intérêt de passer pour une créature primitive. D'autant que cette fille à l'air pourtant un peu benêt ne posait pas de si mauvaises questions...
Alors il n'ajouta rien.
Et la poussière se mit à recouvrir intégralement son visage avant d'endommager définitivement son enveloppe matérielle, frontière entre réel et virtuel.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRuines de l'Usine

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSa mission accomplie, le détachement des Perles du Neith s'était retrouvé à l'endroit où ils étaient arrivés dans cet univers. Depuis que ce Vigoroth avait été tué, plus aucun Pokémon n'avait été aperçu, et les médias annonçaient déjà la chute de l'Empire de X.A.N.A. Ce monde avait retrouvé une forme d'équilibre. Au prix d'une vie.
Lorsque Hiroki et Valérie étaient revenus seuls de Nancy, les autres avaient eu du mal à le croire. Pourtant, le garçon était formel : Gladys était tombée au combat face aux deux Lugias. Et, n'étant pas dans son univers, cette dévirtualisation ne l'avait conduite nulle part.
Depuis qu'il avait appris la nouvelle, Christophe n'avait plus dit un mot. Couplé au masque dissimulant son visage, il était impossible de savoir ce qu'il pensait. Il se contenta de pianoter sur le pupitre de commande pour faire apparaître le portail, situé sur la trappe hébergeant le supercalculateur. Et, l'une après l'autre, les Perles rentrèrent dans leur monde.


Dernière édition par Icer le Mer 29 Juil 2020 20:33; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 27 Juil 2020 21:02   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika Banquise, Univers principal, dans la nuit

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Lyoko-guerriers s'étaient habilement dissimulés derrière l'iceberg le plus petit la grotte, ne pouvant entrer à l'intérieur, puisque le portail s'y trouvait. Gladys bis et Ulrich étaient placés en premier, afin d'avoir le meilleur visuel possible sur l'entrée lorsque l'ennemi reviendrait. Ce fut le cas. Stern espérait que ce soit l'autre Gladys, afin de l'éliminer en vitesse avant qu'un autre ne suive et que son amie puisse prendre sa place. Mais c'était un individu masqué. Puis ce fut au tour des autres. Ulrich se dit qu'il restait une chance en constatant que tout le monde était là, mis à part la cible en question...
- Il n'y a plus qu'à attendre que Thomas nous ramène, commenta simplement Valérie.
Alors le samouraï comprit immédiatement que son plan ne fonctionnerait pas. Il décida a contrario de révéler sa position.
- Vous avez perdu quelqu'un là-bas. Vous avez défié X.A.N.A. Pourquoi ?
Son apparition soudaine, quoique non violente physiquement, l'était émotionnellement pour certains, notamment Anne-Sophie et Valérie qui sursautèrent et Céline qui laissa échapper un petit cri.
- C'est un ennemi, commenta Hiroki avec calme.
Comme les autres Lyoko-guerriers se révélaient également, il ajouta :
- Ils préparaient une embuscade.
Enfin, il remarqua la Gladys déguisée.
- Ou plus subtil que ça, conclut-il avant de se faire aspirer par une traînée de lumière blanche l'emportant dans la mer numérique.
Les Perles s'échappaient une à une comme lui. Mais soudain, le masqué, qui n'avait pas bougé, sortit sa lance de la manche et tira droit dans la poitrine de la réplique de Gladys, qui fut dévirtualisée sur le coup.
- Jaune or, pas jaune orangé, commenta simplement son agresseur avant de disparaître à son tour, plantant là les Lyoko-guerriers restants.
- Super plan hein mec ? charia Christophe en s'adressant bien sûr à Ulrich.
- On a rien perdu à tenter... dans l'immédiat, qu'est-ce qu'on fait de l'autre William ?
- C'est à lui de voir je pense, suggéra Hervé. Si ça se trouve, nos ennemis ont libéré son monde du joug de X.A.N.A, et il pourrait y retourner.
Les têtes des trois garçons virtuels du bon univers se tournèrent vers celui qui venait d'un autre.
- Tu comptes faire quoi ? Rentrer chez toi ? questionna l'ivoirien.
Le concerné hocha la tête de manière affirmative.
- Je crois que c'est le mieux à faire. Ils m'ont peut-être menti mais oui, ils ont peut-être aussi vraiment éliminé X.A.N.A. Ici, je n'existe pas. Ou plutôt, j'existe déjà.
- On comprend évidemment mec.
- On peut t'accompagner si tu veux, proposa Ulrich.
- Non, ce n'est pas votre combat, vous avez suffisamment à faire ici. Je vous remercie pour ce que vous avez déjà fait.
- Très bien, dans ce cas, bon retour chez toi, fit le samouraï en lui serrant la main. Une fois que tu l'auras passé, on va s'arranger pour détruire le portail.
- Merci. Bonne chance de votre côté.
Il se tourna alors vers lui-même.
- Euh... je suis ravi de m'être rencontré. Je suis un gars plutôt bien ici aussi. Et je suis content que la période X.A.N.A soit derrière toi.
Son original, qui n'avait pipé mot depuis tout à l'heure, hocha simplement la tête avant de lui serrer la main à son tour. M'Bala enfin, fit de même, puis le William de l'univers annexe 2 fit mine d'entrer dans la grotte de glace, traversant le portail.
- J'ai fait le beau au sujet du portail, souligna Stern. Mais comment on va s'en occuper ?
- Je n'ai pas vu de cœur sur ce monde virtuel, fit remarquer Christophe.
- Il est sûrement dans la grotte elle-même. Plutôt malin, vous ne pouvez pas y entrer.
- Ok, mais on a qu'à exploser la grotte avec le Skid, proposa Ulrich.
- Oui, c'est une bonne idée, vas-y, valida sa régie.
Les trois garçons remontèrent à bord avec Stern aux commandes. Le samouraï mitrailla les falaises de glace de torpilles, sans qu'elles ne bronchent.
- Bien évidemment, cette grotte n'est pas réellement de glace. Tout a été prévu.
- Si on ne peut pas détruire le monde virtuellement, il faut se translater, rappela William.
- Pas de tour en vue ici, Hervé, tu saurais en programmer une ?
- Euh... programmer une tour n'est pas très compliqué en soi, ce qui l'est davantage, c'est de pouvoir le faire sur un monde virtuel qui ne nous appartient pas. Je ne pense pas que cela soit insurmontable mais il va bien me falloir le reste de la nuit pour ça.
- Mais attends, t'avais pas fait ça en deux-deux quand on était allé combattre en Antarctique ?
interrogea la japonaise à ses côtés.
- Pas exactement. J'avais construit un monde virtuel – et donc une tour – sur une machine neutre, qui n'hébergeait plus rien et qui n'était plus protégée. Ici je dois me greffer à un territoire qui existe déjà et qui reste sécurisé.
- Ok je comprends.

- On fait quoi, on reste ici en attendant ? demanda Ulrich.
- C'est plus prudent en effet. Les autres, vous pouvez aller vous coucher, on pourrait avoir besoin de renforts demain.
- Ça roule, bonne nuit les gars !
salua Odd depuis l'Usine.
- Nenuit.
- Ouais salut !


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Perles du Net étaient revenues. Chacune d'elles était physiquement présente sur leur morceau de cristal, à part Thomas en hologramme. Et celui qui hébergeait Gladys n'affichait plus rien. Ceux qui n'avaient pas été de l'aventure de l'univers annexe 2 n'avaient pas besoin d'un dessin pour comprendre ce qui s'était passé.
- Eh bien... a priori la mission est accomplie, commenta Thierry, ses longs cheveux attachés derrière lui. Même si le prix à payer est important.
- Mais Gladys était la seule à pouvoir détecter les événements présents ailleurs que sur ce monde virtuel, rappela Thomas. Sans elle... nous ne sommes plus les Perles du Neith.
L'adolescent au manteau blanc hocha la tête.
- Oui. Je vais consulter le Commandant.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEmpire de X.A.N.A, Univers annexe 2, au matin


- Tiens, mais c'est ce cher William...
Le mentionné venait de se retrouver nez-à-nez avec son pire ennemi en retrouvant sa dimension d'origine, avec l'apparence d'un Mangriff rouge et noir. X.A.N.A. L'humain bondit sur le côté pour éviter de se faire lacérer, laissant le champ libre à son ennemi qui se trouvait à côté du portail.
- Je m'occuperai de toi plus tard, fit le Pokémon en franchissant à son tour le passage dimensionnel.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika Banquise, Univers principal, dans la nuit

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Pokémon venait d'atterrir à côté de la zone gelée. Le décalage dimensionnel, très faible car le portail n'était pas refermé, n'avait été que de quelques minutes. Les Lyoko-guerriers surveillaient déjà les environs en attendant qu'Hervé puisse programmer une tour. Mais même la Force de Christophe ne l'était pas assez pour voir venir une arrivée inter-dimensionnelle. Il eut à peine le temps de sortir son sabre laser que son ennemi s'était déjà jeté sur lui, le griffant au visage fatalement. L'avatar du Jedi se dépixelisa. Tandis que William, qui se trouvait sur le sentier de glace un peu plus loin, arrivait déjà en courant, la créature se figea soudain.
Mise à jour en cours...
Finalement, le Pokémon se reprit, se raclant la gorge. Dunbar avait déjà fait apparaître sa lame tenue par son bras gauche, assénant un premier coup qui fut bloqué par les griffes de son adversaire, qui en profita pour cracher une boule de poils numérique, qui roula sur le sol entre les jambes du lycéen, achevant sa course derrière lui. Elle changea alors de forme, grandissant et s'allongeant, pour finalement devenir un autre Pokémon. Un Lucario, dont les parties habituellement bleues et beiges étaient rouges. Le nouveau-né n'avait plus qu'à éclater l'avatar de William par derrière avec une Forte-paume.

- Gère l'autre univers en mon absence.
Lucario hocha la tête et entra dans la grotte de glace, franchissant le portail. Mais l'équipe française n'était pas encore vaincue. Ulrich était lui dans le Skid, et comme Hervé lui avait indiqué qu'il n'y avait plus que lui, il s'était déjà mis en marche avec son véhicule. Trois torpilles furent sèchement balancées sur Mangriff.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEmpire de X.A.N.A, Univers annexe 2, au matin

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLorsque Lucario réapparût dans le sous-sol de l'Usine, il tomba nez-à-nez avec quelqu'un d'autre et se fit immédiatement enserrer par deux puissantes ailes métalliques bleues. Un autre Pokémon, Pingoleon, se trouvait devant lui.
- Je ne connais pas celui-ci non plus... commenta William à voix haute. X.A.N.A a dû être mis à jour lui aussi. Il est plus que temps d'en finir avec lui.
Le Pingoleon, immense manchot empereur aux ailes d'acier, tentait de broyer son ennemi. Mais le Lucario résistait. L'agent de X.A.N.A se mit à crier sous l'effort, parvenant finalement à se libérer de l'étreinte, se réfugiant à l'autre bout de la pièce. Dunbar se mit aux côtés de son nouveau Pokémon.
- Un seul problème à la fois.
Et les deux entités n'avaient plus qu'à avancer d'un pas pour se faire absorber par le portail.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika Banquise, Univers principal, dans la nuit

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngQuand William et sa créature réapparurent devant la grotte de glace, Mangriff s'était déjà jeté sur le Skid, qui se trouvait à une dizaine de mètres sur la droite. Stern venait d'ailleurs de faire faire à l'engin un tour sur lui même pour décrocher le parasite qui n'avait plus qu'à chuter dans la mer numérique. Il cracha toutefois une boule de poil qui devint un Dracaufeu évoquant sa couleur chromatique, avec le corps noir et les ailes rouges. Seul le ventre beige était devenu également rouge ici. Le Pokémon Feu et Vol évita à son maître de faire le grand plongeon.
- Ulrich, l'autre William est revenu, informa aimablement la régie.
- J'ai vu oui, ça ne doit pas être pour rien. Qu'est-ce que je fais ?
- Écoute, si l'autre peut invoquer des Pokémon à foison, ça va vite dégénérer. Je te suggère de récupérer l'autre William et de te casser en vitesse. On avisera ensuite.
- Roger.
Le vaisseau virtuel balança deux roquettes sur le dragon de feu pour l'occuper tandis qu'il se rapprochait de l'autre William, qui devina la manœuvre, rappelant son Pokémon.
- Embarquement.
La cible se volatilisa pour ré-apparaître dans un des navskids. Le vaisseau se décala ensuite légèrement et se remit en verticale pour plonger dans la mer numérique, tout en tentant au passage d'embrocher sans succès le Dracaufeu. Celui-ci, après avoir coulissé, cracha une Déflagration qui vint mourir à la surface de l'eau, sa cible ayant déjà coulé dans les profondeurs de la mer numérique.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCotam Unité, Océan Atlantique, dans la soirée, Univers principal

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'Airbus A319 CJ se dépêchait de ramener le Président Sarkozy en Europe après le fiasco du G20 américain. Le Français était agacé à double titre : d'une part, il n'avait jamais aimé cet avion, acquis par son prédécesseur, et se disait depuis un moment qu'il devrait en acheter un nouveau, mieux aménagé. Mais aujourd'hui, ce n'était pas l’élément le plus important. Dans l'espace privé situé à l'avant de l'appareil, le Président était actuellement au téléphone. Une conversation au niveau de confidentialité tel qu'il avait dû demander à sa toute nouvelle épouse de sortir, une première. Pour autant, le président de la République continuait de ne jurer que par son Blackberry, bien plus pratique que le téléphone sécurisé de l’État, mis à disposition de tous les Présidents.
- Jude et Simon se sont fait arrêter, je confirme, fit remarquer une voix masculine à l'accent espagnol à l'autre bout de son appareil. Tout a foiré à l'Ouest.
- Je ne comprends pas. Bush semble avoir vu venir le truc. C'est pas possible ! répondit Sarkozy.
- Je suis dans le même accablement. J'ai même eu peur pour ma femme et moi. Mais finalement nous n'avons pas été inquiétés.
- C'est déjà ça. Cristina a été plutôt habile pendant la réunion il faut dire.
- Elle se préparait depuis longtemps.
- J'ai vu. Malgré tout... avec deux membres en moins, le groupe Ouest est trop limité. Mais on ne peut plus trop attendre de notre côté non plus, les choses se mettent en place gentiment mais sûrement.
- Je comprends. Pas de problème. Agissez comme prévu et on verra. Et pour les gamins de ton pays qui possèdent cet étrange supercalculateur ? Leur technologie pourrait servir non ?
Nicolas Sarkozy, un peu inutilement, acquiesça de la tête.
- Oh pour ça, nous les surveillons étroitement, Squarcini fait merveille. Ils se croient bien à l'abri pour l'instant. Il faut dire que même quand ils finissent en garde à vue, ils arrivent à se faire libérer comme par magie, ça a de quoi donner confiance. Mais bon, le moment venu, on fera le ménage.
- Bueno.
Et la communication cessa.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDimanche 17 février 2008, Usine, dans la nuit

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe et William, après s'être fait troncher, avaient rejoint Hervé dans le laboratoire. L'autre William avait profité du trajet pour expliquer la situation.
- Donc ce Mangriff noir, c'est X.A.N.A... commenta Ulrich. Un autre X.A.N.A.
- Senja Noir nous avait dit que ça pouvait arriver, reconnut Hervé.
- Ok super et il vous a dit quoi faire quand ça arrive ? demanda l'autre William.
- Il n'y a pas de formule magique, reconnût Hervé. Chaque X.A.N.A est différent. Le tien a une forme originale. Il va falloir que tu nous racontes tout ce que tu sais en détails sur le tien, ça ne peut qu'aider.
- On va en avoir pour un moment, avoua celui qui venait d'un autre monde.
- La nuit est déjà bien entamée, alors au point où on en est...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Perles s'étaient de nouveau réunies au complet, même si Christophe, Anne-Sophie et Pierre étaient désormais des hologrammes.
- Le Commandant m'a indiqué qu'il n'y aurait pas de remplaçant physique à Gladys. Mais il peut confier ses pouvoirs à quelqu'un d'autre, annonça Thierry.
Sans un mot, le masque de Christophe se tourna vers celui au manteau blanc.
- Bien, nous sommes tous d'accord, conclut logiquement le chef.
Et l'hologramme masqué se volatilisa, éteignant son symbole de Tarentule.
- ...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika Banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngTandis que Mangriff venait de cracher une boule de poil qui était en train de prendre la forme de Vigoroth, un grésillement se fit entendre, en provenance de la cascade. Le Pokémon s'approcha, intrigué. Dans la grotte, une ombre de forme humanoïde venait d'apparaître.
- Bonjour X.A.N.A.
Mangriff ouvrit des yeux ronds. Il avait reconnu cette voix.

- Impossible. Comment peux-tu être à l'intérieur de la grotte avec le portail ?
- Ce n'est pas ton principal problème. Si je suis là, tu te doutes bien ce que ça peut signifier pour ce monde virtuel. Le cœur est à quelques mètres de moi...
- Qu'est-ce que tu veux, Jérémie ?
L'ombre ne broncha pas à l'évocation de son nom.
- Tu m'as reconnu. En fin de compte, tu n'es pas si différent de notre X.A.N.A, même si je ne t'imaginais pas devenir pareil chef d'une troupe de cirque, jugea la silhouette tandis que le Vigoroth rouge et noir, désormais formé, se plaçait à côté de Mangriff, les bras croisés. Il y a même des singes.

- Très amusant.
- Recentrons la discussion. Tu l'ignores mais ici, affronter X.A.N.A, c'est devenu un peu has been. Je pourrais te supprimer en une manipulation de clavier, ou même laisser un de mes hommes exploser la gueule de ton zoo en quelques minutes, mais je pense que tu vas encore pouvoir m'être utile.
Les deux Pokémon se regardèrent.

- Il est sérieux là ? questionna Vigoroth.
- Eh bien vas-y puisque tu es si fort, défia Mangriff.
La silhouette soupira.
- Je vais me contenter d'un avertissement pour l'instant.
Un bruit de claquement de doigts se fit entendre, et l'humanoïde disparut. Mais il n'était pas parti les mains vides, ce que sentit bien X.A.N.A, qui se précipita à l'intérieur de la grotte. Il parvint à y entrer, confirmant ses craintes : le portail dimensionnel s'était volatilisé.

- J'aurai ta peau Jérémie... dans cet univers-ci, comme je t'ai exterminé dans le mien !

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Au bord de l'arène de glace, Thierry, qui n'avait pas encore été repéré, attendait patiemment les consignes.
« Il est temps d'aller récupérer les deux programmes manquants sur Lyoko. »
Les ordres du Commandant étaient très clairs. Alors l'humain au manteau blanc à rayure noire se fit absorber par un jet de lumière clair et se volatilisa.



À suivre : Mesure et contre-mesure


Dernière édition par Icer le Mer 29 Juil 2020 20:37; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mar 28 Juil 2020 21:33   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1070
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Avec ce chapitre, on comprend mieux pourquoi l’ère des Vigiroth est morte et enterrée. Poursuivons cette introduction dans la barbarie la plus totale.

Icer a écrit:
Tout d'abord merci pour tes corrections. Elles ont été faîtes.


Tu es au faîte de ta gloire là... niveau fautes j’entends. Il n’y a pas que l’état qui empire si tu veux mon avis :


Spoiler


Je pense avoir préféré les affrontements pokémonesques dans cette partie-ci, par rapport à la précédente. Probablement grâce aux allusions et easter eggs sur la licence.
On constate aussi, à nouveau, la novicité des Perles, puisqu'elles ne finissent pas vraiment le boulot d’élimination du Xana de l’univers annexe 2. Quoique, ça n’avait pas l’air d’être l’objectif suprême, au vu de l’échange de Jérémie avec ce Xana. À nouveau, je trouve que le concentration de forces virtuelles dans le camp de Kharlan ressort.

Encore un fuck the system savoureux avec l’échec de la mise en place de l’infiltration de la fausse Gladys. Sans compter l’effet pétard mouillé qui tranche assez bien avec la bulle médiatique récemment formée autour du personnage, depuis le début du texte.

Avec ça, la disparition de la Gladys des Perles est vraiment intéressante (même si un chouia prévisible au vu de la remarque en amont de Valérie, même si j’avoue avoir plutôt pensé que cela concernerait plutôt Céline, au vu de la relation sous-entendue entre les deux). J’apprécie toujours ta façon de faire surgir la mort de personnages de façon inopportune (dans le sens positif : sans mise en scène particulière, ce qui renforce la brusquerie et la surprise), notamment parce que, selon les cas, cela peut provoquer une mutation des contextes et enjeux. Ici, pour les Perles, la perte de leur Gladys est présentée comme assez handicapante, celle-ci semblant tenir lieu de Sentinelle pour le groupe. D’ailleurs, je soupçonne la relance dans la foulée du dossier « clique à Hopper » étroitement liée à cet événement.
D’ailleurs, on aurait pu penser que la survie de Xana et du portail sur le Réplika Banquise laissaient une possibilité de revoir cette Gladys, mais le vol de celui-ci par Jérémie complique les choses, et semble boucler la question. Avec cette disparition, nous n’en saurons peut-être pas plus sur elle (au sein du groupe Perles) et ses rapports troubles avec Christophe (quoique l’on peut toujours avoir des pistes via ce dernier). Bien joué en tout cas !

Le plus gros intérêt de cette partie, en terme d’intrigue, est sans nulle doute les morceaux politiques. Déjà, juste l’exploitation de l’effet de « déjà vu » pour les victimes du retour vers le passé est hyper-maline, avec le cas de Bush.
Du coup, l’arrestation de Meng et ce qui gravite autour (via le passage de Nicolas) donne une information à mon sens cruciale. Le mystérieux groupe au courant des activités des Lyokô-guerriers n’est pas au fait du retour vers le passé (du moins ceux qui les surveillent, donc Nicolas). Bon, dit comme ça, ça tombe sous le sens, mais le rappel n’est pas inutile dans le contexte, parce que je pense que l’élément aura son importance plus tard. Et puis, j’aime bien le fait que le groupe parisien ne soit pas complètement démuni face à ce groupe qui les épie en secret. On peut aussi relever que les irlandais constituent une carte piège notable : leur localisation, contexte et discrétion plus manifeste aident à ne pas les voir venir. C’est d’ailleurs probablement en partie pour ça que la fin de l’Échiquier attribue la gestion de cette « menace réelle » à Senja Blanc (outre la responsabilité personnelle), pour laisser celle virtuelle aux Lyokô-guerriers.

Bien bien bien, les pièces commencent doucement à s’installer, hâte d’en lire plus. Beau boulot sur les descriptions de lieux IRL, au passage !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 03 Aoû 2020 10:11   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2245
Localisation: Territoire banquise
Spoiler

https://i.imgur.com/ZIfYURu.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDimanche 17 février 2008, Usine

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé commençait sérieusement à manquer de sommeil. William et Christophe à côté de lui n'étaient pas nécessairement dans un meilleur état mais eux, c'était moins grave, parce qu'en cas d'urgence, ils se virtualisaient de nouveau et le problème physiologique était mis en parenthèses le temps nécessaire. Alors que le cerveau de la bande, lui, commençait à ne plus savoir où donner de la tête.
- Bon. Je pense que l'autre William en a assez dit pour ce soir. Pour être honnête, il faut vraiment que je dorme là. On ne peut pas faire grand chose de plus pour l'instant, il nous faut un plan béton pour attaquer X.A.N.A, qui a priori devrait crever si le gros chat se fait dégommer, mais en même temps, on ne peut pas envoyer toutes nos forces là-bas au risque de se faire attaquer par des types dimensionnels apparemment contrôlés par Jérémie, ou même par les irlandais. Le mieux pour notre invité est de rester dans Carthage.
- Ouais, approuva Ulrich.
- Et toi, prépare-toi à revenir.
Pichon avait commencé à taper la procédure de rematérialisation de son camarade de classe lorsqu'il constata qu'un Krabe venait d'exploser dans le désert.
- Putain. C'est pas vrai, ragea le cravaté.
- Quoi ?
- Je crois qu'on est attaqué. Réveillez-vous les comiques !
Il faisait allusion à William et Christophe qui dormaient debout à côté de lui.
- Comment ça « tu crois » ? Et le sas piégé ? rappela Ulrich.
- Visiblement, ça n'a pas fonctionné... pesta Pichon. Bon les deux derrière, on se bouge ?
- Pourquoi faire ? On peut pas de nouveau se virtualiser aussi vite, commenta M'Bala.
Au-delà de la réplique bien sentie, il avait raison. Encore un peu et même Stern était hors course.
- Réveillez les autres, ordonna Pichon. Je vais évaluer la menace précisément.
- Comment tu veux « évaluer la menace précisément » ? questionna Ulrich tandis que William et Christophe faisaient déjà chauffer les portables.
- Le sas n'était pas ma seule option, j'ai bidouillé un autre truc. C'est tout con mais je peux partager un visuel avec nos créatures de Lyoko. Il suffisait de prendre quelques minutes pour intégrer l'option.
- Bien joué !

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Pour l'heure qu'il était, les renforts avaient été plutôt bons. Même Yumi était arrivée treize minutes après le coup de fil de William, ce qui constituait sans doute son record personnel sur la tranche minuit – six heures du matin. Il s'agissait cependant de la seule bonne nouvelle de la nuit.
- Il y a au moins un mec sur le désert, et ils sont deux sur la banquise. C'est pour les deux programmes restant, c'est sûr. Pratiquement tous les monstres des territoires concernés ont été exterminés, je les ai envoyé pour gagner du temps. Mais s'agissant du désert, vu la vitesse d'extermination des monstres, il n'est sûrement pas seul.
- Je sens aussi que ça cache quelque chose, confirma Ulrich.
- Et on a ni Christophe, ni William, se désola son camarade de chambre
- Bah, vous avez un autre William, rappela l'autre William en question.
- Négatif, répondit Ulrich. Si tu es dévirtualisé en étant pas dans ton monde, à mon avis, ça va mal se terminer. Tu ne bouges pas. Les autres, remuez-vous le cul.
- Mais on se réparti comment ? questionna Melody.
- Vous allez tous sur le désert. Je me charge des deux sur la banquise. Seul. Je suis déjà en route.
- T'es sérieux là !? fit Odd. Arrête de jouer les héros.
- Odd. C'est comme ça. Fais ce que je te dis.
Il était déterminé.
- Je n'ai pas forcément la prétention de me faire ces deux types, précisa malgré tout le téméraire. Mais mon avatar est très utile pour gagner du temps. Démontez la menace dans le désert en jouant le surnombre et venez m'aider au plus vite.
Sans ajouter un mot, Pichon acquiesça. Il validait cette stratégie, emportant l'adhésion des autres guerriers.
- Entendu, commenta Gladys en se précipitant vers l'échelle menant à l'étage inférieur.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngVigoroth s'était rapproché de Mangriff.

- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Une impression étrange. Plus j'y pense et plus j'ai l'impression que cet univers est... familier.
Le singe n'était pas si surpris que ça.
- Je... j'ai la même impression. Ce n'est peut-être pas un hasard si notre première tentative d’expansion s'est retrouvée ici.
Mangriff le regarda, interdit. Il avait raison.
- Nous allons devoir tirer ça au clair.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAnne-Sophie et Hervé étaient au beau milieu de la plate-forme Est du territoire, après être arrivés par l'Ouest. Ce qui signifiait qu'une bonne partie du territoire avait déjà été visité. Mais sans succès pour eux jusqu'ici.
- Je ne comprends pas, concéda la fille aux cheveux rouges. On a tout exploré non ?
- Nous avons visité neuf tours et un territoire doit en comporter dix. C'est simplement que la bonne nous est inaccessible pour l'instant.
- Ce n'est pas notre genre, encore moins le tien.
- Quelque chose doit nous échapper. Réfléchissons...

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Ulrich avait débarqué sur la banquise via la tour Nord, passage vers le territoire montagne. Après un saut sur le secteur Ouest et avoir emprunté le tunnel de glace pour ressortir du côté Est, il était néanmoins resté caché grâce à la grotte, afin de pouvoir voir sans être vu.
- Ils ont l'air un peu perdu.
- À mon avis, ce qu'ils cherchent est dans la seule tour du territoire qu'ils n'ont pas visité, puisque je l'ai rendue invisible.
- Tu sais faire ça toi ?
- Depuis que Senja Noir nous a filé les données qu'il avait sur X.A.N.A, oui. C'est un truc qu'il maîtrisait.
- Oui je confirme, il nous avait déjà fait le coup. Mais comment t'as su que ce qu'ils cherchaient était en lien avec cette tour ?
- Je n'en savais rien, les dévirtualisation de monstres me laissent simplement penser qu'ils ont tout visité sauf celle-ci.
- C'est celle sur l'île de glace au Sud-Est ? devina Stern.
- Bingo. J'ai pris le contrôle d'une Manta pour toi si jamais le combat se déporte sur les eaux.
- Bon parfait.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Les deux Perles ouvrirent simultanément leurs yeux un peu plus qu'à l'accoutumée. Le Commandant avait parlé.
- C'était donc ça, commenta Anne-Sophie.
- À toi de jouer.
Anne-Sophie leva les bras et se mit à tourner en rond, dispersant des petites balles de coton en ligne droite à 360 degrés.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


- Il y a du mouvement, commenta Stern en partageant un visuel avec sa régie.
- La technique de la fille vise probablement à localiser la tour.
Stern attrapa les manches de ses sabres.
- Très bien, à moi de jouer.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire désert

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngThierry, coiffé comme son équivalent sur terre dans l'univers principal, c'est à dire normalement, avait cependant une mystérieuse peau rouge. Envisager une telle pigmentation pour faire passer un message politique de défense des minorités aurait de surcroît été d'autant plus douteux pour quelqu'un qui, de base, était déjà noir de peau. Quelle qu'en fut la raison, il venait de terminer d'inspecter la tour sur la plate-forme Nord, à l'issue de la forêt de galets. Il avait été plus lent que l'équipe sur la banquise mais cela dit, il était aussi plus confiant.
C'est peut-être pour cette raison qu'il ne vit pas venir la boule de glace qui lui arriva en pleine tête, brouillant momentanément son attention, puis dans la foulée, les deux éventails qui lui fauchèrent les jambes, et enfin, la boule de feu qui explosa à son contact avant de le propulser par delà les limites du territoire. Aucune lumière ne vint cependant indiquer un plongeon dans la mer numérique.
- Forcément, commenta Odd.
Mais ce qu'il vit ensuite allait peut-être au-delà de toute son anticipation. Sept traînées de lumières blanches se posèrent soudain en bordure du territoire en provenance de la mer numérique et pas moins de sept humanoïdes au manteau blanc ou noir désormais bien identifié s'y trouvaient.
Six d'entre-eux partageaient la même couleur de manteau – le blanc – et celle de la rayure horizontale : une bande violette.
Ils avaient donc aussi visiblement en commun leur source d'inspiration : Thierry Suarès, le sportif camarade de classe de Kadic des secondes. Outre celui à peau rouge, il y en avait un qui était cette fois bien noir – et même, marron, pour être politiquement correct – avec les cheveux plus longs et attachés en arrière. Un troisième avait une tête normale mais il avait droit à une curieuse antenne qui sortait du sommet de son crâne. Les trois autres en revanche s'éloignaient davantage du modèle original. On ne pouvait distinguer le visage de l'un d'entre-eux, puisqu'il était masqué par une cagoule dont seuls les yeux ressortaient ; mais au fond, il n'était peut-être même pas un Thierry (même si le fait qu'il ait la même bande de couleur était en soi un indice). Des petites étoiles flottaient d'ailleurs au-dessus de sa tête. Un autre était encore plus louche, une sorte de Xanabis inversé : il s'agissait d'une simple silhouette humaine sans orifice visible, la différence notable avec le programme utilisé en comparaison était que la silhouette était noire au lieu d'être blanche et, de fait, habillée. Le dernier des types avait la rayure violette au manteau n'était finalement peut-être pas vraiment un type : il avait une tête de cheval noir.
Mais, bien que cet assemblage de six semblait n'avoir aucun sens, pour des Lyoko-guerriers qui avaient un certain passif, ça en avait.
- Les six formes du Palamède sont de retour, commenta Gladys.
- Shit, oui, confirma Melody.
Le septième était déjà connu, c'était Hiroki et sa ligne de couleur bleue. Ishiyama l'aînée, qui ne l'avait pas affronté la dernière fois, était un peu troublée de faire face à une telle image. À quatre contre sept, les Lyoko-guerriers risquaient gros. Ils n'étaient cependant pas nés de la dernière pluie, une expression encore plus balèze à placer lorsque l'action se déroule sur le territoire désert. Odd se téléporta immédiatement au milieu du tas qui était encore assez groupé, toutes griffes dehors. Griffes qui sortaient de ses pattes d'au moins cinq bon centimètres, ce qui de doute évidence, en surpris plus d'un du côté de l'ennemi (les trois filles qui étaient dans son camp étaient moins étonnées vu qu'Odd, en parfait mâle alpha, n'avait pas manqué de vanter auprès d'elles la taille de ses nouveaux engins). Della Robbia transperça immédiatement l'avatar d'Hiroki, histoire d'éviter des conflits moraux à sa partenaire japonaise qu'il connaissait à force. Il fit de même avec le Thierry coiffé comme son ancien ennemi Deva. Il senti un mouvement du côté de la tête de cheval à sa gauche, qui effectivement lui cracha une boule de feu, à bout portant, mais Odd avait généré son bouclier dans la bonne direction avec une seule main, laissant le temps à son autre patte de s'engouffrer au sein de l'avatar encagoulé, qui se dépixélisa comme les deux précédents. Une demi-seconde plus tard, son bouclier explosait et la boule de feu dégommait le félin qui disparu à son tour. Mais ce coup en traître rééquilibrait le match à quatre contre trois et visiblement, le Thierry à la peau rouge ne s'attendait pas à être mis autant en difficulté par ces minables.
- You're gonna regret this...
- All talk, no action
, lui répondit Melody, moqueuse. Comme la plupart des hommes, d'ailleurs.
Ce rajout fit sourire les deux filles à ses côtés, y compris Gladys, ce qui arrivait visiblement de plus en plus souvent.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire banquise

- Je l'ai trouvée, commenta Anne-Sophie. À neuf heures.
- Très bien, approuva Hervé. Mais on nous a trouvé aussi.
Ulrich en effet, venait de sortir de sa planque en Supersprint. La Perle masculine se plaça entre lui et sa partenaire. Stern se souvenait parfaitement qu'il était du genre indévirtualisable, mais tenta de forcer le passage. Mauvais plan : Hervé, sans transformer ses six doigts, vit parfaitement venir la technique de Stern et attrapa ses poignets à une vitesse stupéfiante avant qu'il ne puisse abattre ses sabres lasers ; un coup de pied au thorax expulsa le samouraï bleu d'où il venait, lui faisant lâcher ses armes au passage. Toutefois, alors qu'il n'avait pas fini son vol plané, et avant que son adversaire ne puisse s'en emparer, Ulrich utilisa la Force pour attirer de nouveau ses armes à lui. Il se rétabli à une bonne vingtaine de mètres de ses adversaires.
- Simple échauffement...
Il retenta sa chance. Mais de façon plus étrange, Hervé ne se défendit pas cette fois, et mis le cap vers le Nord-Est. Sa destination ne faisait aucun doute : c'était le seul accès possible pour contourner le secteur central et pouvoir accéder aux deux tours de passage, dont celle menant au désert. Anne-Sophie généra soudain un mur de coton devant elle dans l'idée qu'Ulrich, de nouveau en Supersprint, s'y vautre. Il se décala rapidement vers la gauche d'un pas... s'en prenant un autre généré après lui, la manœuvre ayant été anticipée. Ce qui était à l'origine un mur et était devenu un piège tenta de se refermer sur sa proie mais les sabres lasers découpèrent la structure, libérant le samouraï qui se remit en garde.
- ... Triplicata.
Les trois Stern se placèrent en triangle autour de leur adversaire. L'un d'eux se jeta sur la fille qui bondit soudain en l'air, aidée par un geyser de sa matière favorite générée sous elle, empêtrant au passage son agresseur. Elle généra alors de ses paumes deux balles qu'elle envoya à grande vitesse dans la tête des deux Ulrich restant qui, surpris, n'esquivèrent pas et disparurent. Mais il s'agissait visiblement des deux leurres puisque le troisième Ulrich, celui qui avait attaqué, était toujours là.
- Bien joué, reconnut la fille en se rétablissant au sol.
Mais le samouraï avait mieux à faire que de lui répondre.
- Hervé, ton clone se dirige vers le désert.
- Merci pour l'info. On va s'en occuper.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngPierre était déjà parti. Valérie, Céline, Christophe et Thomas étaient présents dans la grotte sous forme d'hologrammes.
- Thierry et Hiroki ont eu un peu plus de difficultés que prévu, commenta le garçon au masque, lapidaire.
- Cela devait arriver... ajouta Thomas.
- Ce X.A.N.A m'a l'air légèrement plus fort que l'autre... non ? questionna Céline.
Valérie hocha la tête en guise d'approbation.
- Eh bien, nos deux camarades l'auront appris à leurs dépends, souligna Thomas.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire désert

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Thierry avec l'antenne était en train de charger un nouveau tir. En le décochant, un rayon d'énergie blanc s'éleva de quelques mètres avant de se diviser en six ; deux pour chaque fille ennemie. Il recommença ensuite l'opération.
Le Thierry à la peau rouge était en fâcheuse posture. Il avait beau être invulnérable, il n'avait pas de pouvoirs particuliers. Ce qui, face à Gladys, posait un réel problème. Oh, il avait bien essayé de l'étrangler, la stratégie habituelle, mais il s'était fait valdinguer par l'un des portails de la demoiselle qui n’appréciait guère ces tentatives d'attouchement. Il avait encore moins eu le temps de recommencer qu'elle tentait déjà de nouveau de l'engloutir. Il esquiva d'une roulade sur le côté, se rétablissant rapidement avant de foncer à nouveau sur son ennemie, poing en l'air. Elle n'avait pas eu le temps de générer un autre trou de ver. Mais au moment de son bond, elle utilisa une glaçade pour se dérober sous lui, et au moment où il se rétablissait – se prenant au passage les rayons d'énergie destinés initialement à la blonde – une nouvelle faille spatio-temporelle apparût au sol, l'entraînant, et le faisant ressortir plus loin, à genoux.
- Putain de grognasse. Si seulement elle osait approcher...
Mais elle avait osé, puisqu'elle lui mis le crampon gauche sur le flanc à l'issue d'une nouvelle glaçade, ce qui le projeta par delà les limites du territoire. Il se fit cependant rappeler par une lumière blanche avant de toucher l'eau, et disparût dans le réseau.
Melody de son côté, aidée de ses nouvelles ailes, épongeait l'avatar à la tête de cheval, au sens où les deux ennemis s'envoyaient à la tronche des boules de feu qui n'inquiétaient évidemment ni l'un ni l'autre. Les rayons du Thierry à antenne, plutôt lents bien que téléguidés, n'étaient pas non plus trop compliqués à esquiver pour celle qui avait désormais pallié à son manque de mobilité initial.
Restait Yumi qui faisait face à la silhouette sans visage. Elle avait logiquement demandé son bâton à Hervé, ce qui lui permettait, en le faisant tournoyer, de contrer efficacement les balles que son ennemi lui tirait dessus à l'aide du 9 millimètres qu'il avait sorti de sa manche droite. Profitant du fait que son ennemi n'avait plus de balles et était déjà en train d'abandonner son jouet pour en sortir deux autres du même endroit, elle se mit à être entourée d'une aura. Ses éventails s'échappèrent soudain, guidés par sa télékinésie, propulsés vers son ennemi qui n'avait pas vraiment le meilleur armement pour repousser. Il se fit faucher les jambes. En se relevant, tandis que la japonaise récupérait ses éventails, l'ombre reçut une balle de glace de pleine tête et fut dévirtualisé. L'affrontement entre les cracheurs de feu cessa momentanément, et la tête équine se plaça à côté de celui à l'antenne qui cessa ses rayons, tandis que le Thierry à la peau rouge revenait sur le terrain dans une traînée de lumière blanche. Gladys et Yumi se tapèrent dans la main de satisfaction sous le regard surpris du peau rouge avant de rejoindre Melody, coinçant les intrus entre elles et le bord du territoire.
- Les filles. Celui à mon image a quitté la banquise, probablement pour venir sur le désert.
- Je m'en occupe, annonça Gladys.
Yumi hocha la tête en la regardant. C'était logique. La quatrième généra un vortex sous elle et disparut.
- Bien, c'est à nous... poursuivit la japonaise.
- J'ai dû mal à comprendre, commenta le Thierry rouge. Pourquoi cette alliance avec X.A.N.A ?
Melody et Yumi se regardèrent.
- Il est sérieux là ? interrogea la rousse.
En guise de réponse, Ishiyama envoya ses éventails (avec les mains cette fois) en direction du bavard, qui les attrapa en vol.
- Parfait, sourit-il.
En conséquence, celle qui venait de se faire voler ses armes originelles récupéra son bâton, posé au sol. Rousseau gratifia l'auteur du larcin d'une boule de feu savamment crachée. Le cheval s'interposa, encaissant l'attaque. Mais le Thierry avec l'antenne était de fait sans défense et tandis que Yumi envoyait son bâton, tournoyant à l'aide de sa Télékinésie sur les deux types, forçant cette fois le Thierry rouge à faire barrage, l'anglaise pouvait tranquillement dégommer le troisième, à la boule de feu.
Le Thierry rouge, sans doute encore plus rouge d'énervement, venait d'envoyer les éventails sur la japonaise, qui esquiva en une roue. Il en profita pour bondir en l'air sur elle, récupérant au passage les engins volés. La japonaise, qui se rétablissait à peine de sa roulade, n'aurait pas le temps d'esquiver. Elle eut cependant le temps, a contrario, de poser son bâton à la verticale devant elle, tout en s’asseyant, afin que la course de son ennemi soit brutalement stoppée en se prenant l'objet dans le torse, l'allonge de ses bras avec l’éventail s'arrêtant quelques centimètres au-dessus du visage de Yumi. Désormais immobile, il se prit une boule de feu de Melody et fut éjecté plus loin, avec le bâton. La japonaise était à présent désarmée, ce dont tenta de profiter la tête de cheval, qui lui envoya une boule de feu. Elle l'esquiva de justesse avec une pirouette, et sa camarade de classe l'avait déjà rejointe avec ses ailes pour encaisser la suivante et, de fait, la couvrir, même si contre-attaquer aurait été inutile. Le Thierry humain, qui avait toujours les éventails, s'était redressé. Il se rapprocha du bâton qui traînait plus loin, puis balança un éventail tout en ramassant l'objet et en se mettant à courir vers les Lyoko-guerrières. L'objet était sur l'anglaise qui dut mettre un coup d'aile en l'air pour esquiver. La tête de cheval avait déjà tiré avant même que la japonaise soit de nouveau dans son champ de vision. N'ayant eu aucune chance d'anticiper un coup pareil, Yumi encaissa l'attaque et fut dévirtualisée. Point positif, l'autre éventail et le bâton que l'ennemi avait déjà balancé sur Melody s'effacèrent logiquement dans la foulée avant d'atteindre leur cible. Rousseau resta d'ailleurs en vol : elle ne craignait pas les boules de feu et l'autre ne pouvait a priori pas l'atteindre. De l'autre côté, le cheval était également invulnérable aux attaques de l'anglaise et le dernier semblait invulnérable tout court.
- Qui sait, il y a peut-être match nul ? nargua Melody.
- ... Thomas ! répondit simplement la peau rouge.
Les deux ennemis encore en vie virtuelle furent happés quelques secondes plus tard par une lumière blanche qui se dirigea vers la mer numérique.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Il était arrivé du Nord, mais se doutait que la réponse se trouvait au Sud. Avant que Gladys ne l'ait rattrapée, Hervé avait déjà pu atteindre la plate-forme espérée. Mais au moins trois tours s'y trouvaient...
Pour la Perle, celle située à l'extrémité du territoire au Sud-Est formait une cible trop évidente, elle décida alors de l'explorer en dernier, se rendant d'abord sur celle du centre, qui était la plus proche de sa position et qui n'était gardée que par un mince fossé tout autour de la structure (fossé qui donnait malgré tout sur la mer numérique). Bondissant sans problèmes, Hervé fit rapidement le tour de l'édifice pour constater qu'aucun logo ne s'y trouvait. Bon.
Il bondit alors à nouveau pour franchir une seconde fois le fossé en direction de l'Ouest. Il n'avait pas encore touché le sol qu'un vortex apparût sur sa trajectoire, l'engloutissant. Le portail de sortie, au-dessus du fossé, le propulsa aussi sec dans le vide numérique. Gladys se retourna alors, dos à la tour, prenant une pose classe en formant le V de la victoire avec ses doigts, les bras croisés, imitant ainsi Gotrunks de Dragon Ball dont elle avait été récemment initiée par Christophe. Mais Hervé s'était accroché à la paroi en changeant ses doigts en lame de faux, puis était remonté et enfin, comme la footballeuse ne regardait pas, la dévirtualisa aussi sec en la fauchant. Il reprit alors sa route en direction de l'Ouest, qui hébergeait la tour située au fond d'un fossé, qui à l'époque avait servi à programmer une réplique de Jérémie. Bondissant directement sur la plate-forme centrale qui hébergeait l'infrastructure, il entreprit d'en faire rapidement le tour. Il n'en avait pas fait la moitié qu'il découvrit dessus le symbole qu'il cherchait, ce qui le fit sourire de satisfaction.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUlrich avait un avatar très agressif, encore plus depuis qu'il pouvait compter sur la Force. Contre lui, il était rare que les combats durent longtemps. C'était pourtant le cas ici au vu des pouvoirs de son adversaire, assez défensifs, tandis que ses attaques de coton, paradoxalement, avaient beaucoup de mal à inquiéter le détenteur des sabres lasers. Mais quelque chose clochait. Ulrich ressenti soudain un danger du côté de la tour présumée à protéger. Et Pichon vint confirmer ses craintes au micro :
- Putain, les défenses techniques de Lyoko viennent d'être balayées par un agresseur extérieur ! La mer numérique est en train de monter sur la banquise !
- X.A.N.A nous a déjà fait ce coup là, souligna Ulrich.
- Je doute que ce soit lui cette fois. Mais je connais quelqu'un qui a sûrement beaucoup appris de la fois où X.A.N.A l'a fait et qui a tout intérêt à le faire maintenant.
- Jérémie...
Gardant la tête froide, Ulrich ordonna à sa régie non pas de lui appeler la Manta de réserve mais carrément de lui matérialiser son navskid, une capacité acquise par Hervé, là encore, grâce aux données de X.A.N.A, qui avait à l'époque amélioré le Rorkal de William pour lui permettre de se déplacer aussi bien dans les airs que sous l'eau pour pouvoir récupérer les fragments de Shadow. Abandonnant la fille et ses balles de cotons, Stern piqua un Supersprint, sauta dans son vaisseau avant d'en refermer la vitre et mit les gaz en direction de la tour la plus isolée du territoire, de nouveau visible. C'était plutôt une bonne idée : le niveau de l'eau liquide avait désormais atteint celui de l'eau solide et avait comme par hasard cessé de monter. Pierre jaillit soudain de l'eau à proximité de la zone gelée pour se réceptionner sur la glace, juste à côté de la tour. Pour une fois, Stern savait que foncer dans le tas avec sa carlingue avait toutes les chances de mal tourner, il stoppa alors en vol et entreprit de viser sa cible avec ses torpilles. Pierre utilisa la tour comme protection, vérifiant au passage la bonne présence du logo inscrit dessus, une sorte d'étoile à six branches grisâtre avec du bleu au centre. Il se remit du côté de Stern, donna un gros coup de poing sur la structure, ce qui la fit tanguer, puis esquiva les torpilles qui vinrent se loger elles-mêmes dans la tour, l'affaiblissant un peu plus. Il se cacha à nouveau derrière, enchaînant les coups jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Il y avait désormais à la place un humanoïde de taille moyenne aux couleurs du logo précédemment peint sur la tour. Faisant un doigt d'honneur à Ulrich qui pensait qu'il était désormais coincé en l'absence de structure pour se cacher, Pierre frappa la glace de son poing, la brisant, et disparaissant de ce fait dans l'eau avec ce qu'il recherchait.
Le samouraï était bien dégoûté mais savait que tout n'était pas entièrement terminé. Mettant les gaz en faisant demi-tour pour retourner vers Anne-Sophie, qui bien sûr regardait dans sa direction en s'étant approchée du bord, il saisit la balise de localisation donnée par Aelita qui était derrière son siège, félicitant intérieurement la présence d'esprit d'Hervé. Ouvrant son cockpit en plein vol, il bondit en Supersprint alors que la fille commençait déjà à rayonner d'une aura blanche. Au moment où le jet de lumière l'avalait, Stern avait lancé son gadget. La traînée lumineuse se jeta dans la mer numérique. Mais la balise n'était plus là. Le lycéen se réceptionna au sol, l'air satisfait. Cela s'annonçait bien.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAnne-Sophie venait de ré-apparaître sur son cristal poli. Elle remarqua immédiatement la balise fixée à son flanc droit, sur son manteau. Thomas avait de toute façon déjà senti le passager clandestin et dès que la fille était ré-apparue, Céline avait bondi, attrapé la balise, et s'était téléportée. Quelques secondes plus tard, elle revenait sur son propre socle, sans rien dans les mains.
- Je l'ai jetée dans la mer.
- Bien, merci Céline, répondit l'hologramme de Christophe. Avec un peu de chance, ça va brouiller les pistes. Hervé, Pierre...et façon générale, merci, merci à vous tous. Nous avons désormais les quatre programmes que nous recherchions.
Les présents baissèrent les yeux. Comme prévu, Pierre avait ramené l'humanoïde bleu et noir avec des tracés blancs, et Hervé avait pu faire de même avec son homologue du désert, plus rougeoyant, qui était sorti lorsqu'il avait fini de détruire la tour avec un logo de même couleur qui évoquait vaguement un ADN. Les deux programmes étaient venus rejoindre les deux autres précédemment obtenus.
- Plus qu'à attendre d'être de nouveau au complet, souligna Pierre.
- Oui... répondit l'image de Thomas.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

- Alors Hervé ? questionna immédiatement Stern en surgissant de la trappe en provenance de la salle des scanners.
- C'est in the pocket. Ils ont largué la balise dans la mer numérique pour essayer de brouiller les pistes mais faut pas me prendre un con. J'ai les données qui m’intéressent. Bien que fragmentaires, l'ordinateur va calculer le reste. Je crois que c'est le moment d'en profiter pour aller dormir. Demain... nous saurons.
Pichon disait ça en référence à l'éventualité que ce soit réellement Jérémie qui soit à l'origine de ce bordel. Ils allaient se rendre dans l'antre de la bête... et tirer ça au clair. Il renvoyait également les Lyoko-guerriers au fait qu'il était plus de deux heures du matin.
- Il n'y a plus personne ici, confirma Melody, toujours sur le désert.
- Alors, ça veut dire qu'ils ont logiquement trouvé ce qu'ils veulent sur les quatre territoires de surface, conclut Yumi. Les fameux programmes...
- J'ai aperçu la même chose sur la banquise, confirma Ulrich. Seule la couleur était différente.
- J'aime pas ça du tout. Xanabis a évoqué une procédure d'extraction complexe, et j'imagine longue mais bon... si on pouvait en finir demain, ça pourrait être bien. On va débarquer en force. Défendre Lyoko ne semble plus très utile. Melody, je te ramène.
- Bien reçu.
- Doucement, on a quand même un autre moi là-dedans.
- Justement, répondit l'intéressé toujours sur Carthage. Je préfère venir avec vous demain. Mes poké-balls sont revenues vous savez. Je peux être utile.
- Oh oh, pas question, objecta Christophe. Si tu es dévirtualisé ici, tu y passes pour de bon, on te l'a déjà dit.
- Et donc ? Je suis censé rester ici pour toujours, comme c'était promis à Aelita ? Moi je veux essayer de sauver mon monde. Je vous aide à éliminer votre menace, vous m'aidez à regagner mon monde en repassant sur X.A.N.A si nécessaire.
- Il a plutôt raison, reconnut Hervé. Qu'on s'inquiète pour notre William, c'est une chose mais je ne pense pas qu'on ait le droit de retenir quelqu'un qui n'est pas de cet univers ici et qui veut juste... rentrer. Chacun chez soi, et les William seront bien gardés, en quelque sorte.
- Hm, répondit simplement M'Bala, qui l'accepta mais restait un peu sceptique tout de même.
- Allons nous recoucher, ordonna Yumi.
Une fois Melody elle-même remontée de la salle des scanners, le groupe désormais au complet s'engagea dans le monde charge. Une fois dehors, dans la fraîcheur de la nuit, Christophe engagea la conversation avec Gladys, à l'arrière du groupe.
- Ça va ?
- Non. T'as vu comment je me suis faîte buter tout à l'heure ?
- Ben... techniquement non, personne n'a vu, rappela Christophe. T'étais toute seule.
- J'étais trop sûre de moi, et je n'ai pas fait attention, commenta simplement la quatrième.
- Tu es aussi trop dure avec toi, répondit l'ivoirien. Tu t'en sors très bien pour ta jeune expérience, je suis très fier de toi. Continue comme ça. Et au moins demain, tu auras la tête froide.
- J'ai toujours la tête froide.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika montagne

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngCe qui était depuis quelques secondes une tâche sombre de plus en plus grande surgit soudain de l'eau dans un souffle impressionnant. Un Wailord noir avec des tâches rouges sur le dos et une partie inférieure également pourpre, venait de rompre sa Plongée. Il ouvrit la bouche, dévoilant Mangriff et Vigoroth. Le premier cracha une boule de poils qui devint à nouveau son Dracaufeu noir et rouge. La bête était suffisamment puissante pour embarquer les deux Pokémon en l'air, et les déposer sur le sol mauve de l'unique territoire du monde virtuel, qui était d'ailleurs fortement réduit : il contenait une unique plate-forme ronde sertie en son centre d'une grotte.

- Il n'y a personne ici... commenta le singe.
- Je sens pourtant une présence, répondit l'autre, attentif.
À l'intérieur, sortant dans la lumière, se dévoilèrent Aleph et Eyn, avec leur coiffure rose dont X.A.N.A avait bien sûr tout saisi de la référence.
- J'ignore comment vous avez fait pour nous retrouver. Mais vous arrivez trop tard. Les derniers vestiges de l'histoire du créateur ont été emportés avec Xanabis.
La mangouste secoua la tête.

- Je ne suis pas d'accord. Vous êtes encore là vous. Et vous pouvez sans doute m'aider.
Bien que n'ayant pas d’orifices visibles pour cela, les deux formes se tournèrent brièvement l'un vers l'autre comme pour se regarder.
- Tu ressembles à Xanabis, commenta Eyn. Je crois que tu es X.A.N.A...

- C'est le cas, confirma l'intéressé.
La tension monta d'un cran.

- Sauf que techniquement je ne suis pas le X.A.N.A de cet univers-ci, et donc pas votre ennemi. Je ne suis d'ailleurs pas là pour vous menacer. Mais pour trouver des réponses.
- Euh... balbutia Aleph.
Ce n'était effectivement pas tout à fait l'idée qu'ils s'étaient fait d'une éventuelle rencontre avec X.A.N.A.
- D'où viens-tu exactement ? questionna la forme avec le serre-tête.

- D'un autre monde, que j'ai conquis. Mettre la main sur le portail inter-dimensionnel de Hopper m'a guidé jusqu'ici. Mais j'aimerai savoir pourquoi précisément ce monde là. Je ne l'ai pas choisi. C'est venu au hasard.
- Euh... ben, le créateur utilise le même principe que lors d'une virtualisation au travers les scanners, c'est à dire l'analyse du subconscient, pour ce que j'en sais.
C'était ça. C'était ça ! Le virus s'en doutait mais il voulait une confirmation. Il n'avait plus rien à faire là.

- Merci. On va vous laisser. Au fait, mon réplicant, où est-il passé ?
- Il a suivi des inconnus qui sont arrivés, comme toi, de la mer numérique, sur notre ancien monde. Mais Xanabis nous avait au préalable demandé de nous cacher, puis de migrer ici, sur le monde virtuel de repli, pour demeurer la mémoire de certains événements, car il sentait qu'il risquait de ne pas revenir.
- C'est donc pour ça que vous n'étiez plus sur l'autre réplika que nous avons trouvé, commenta simplement Mangriff en leur tournant le dos.
Il voulait désormais s'entretenir en privé avec Vigoroth, à l'écart.

- Je m'en souvenais vaguement, commença ce dernier. Nous ne sommes pas originaires du monde d'où nous venons. Nous avons pris la place d'un X.A.N.A qui avait été vaincu pour de bon. Nous étions un fragment du X.A.N.A de cet univers-ci, probablement caché ailleurs pour qu'il ne puisse être réellement détruit.
- Ce qui a moyennement fonctionné. Certes, nous avons survécu, mais avec une mémoire si altérée que nous ne sommes plus celui que nous étions en partant.
- C'est ce que tu penses aussi alors ?
- Oui. Je refuse d'être mis dans une case et de simplement reprendre le rôle qui m'était associé ici. Notre univers est différent, mais il y a sans doute quelques points communs...
Tandis que le singe approuvait d'un hochement de tête, étant comme d'habitude d'accord avec lui puisqu'il s'agissait de la même entité, le Dracaufeu avait de nouveau décollé. Il était temps de rebattre les cartes.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

- Aelita.
Malgré l'heure, Phil était réveillé. La désormais princesse de l'Eire, qui se trouvait au centre du territoire, non loin de la tour, était de toute façon prête. L'intervention de son allié faisait partie du plan.
- Oui, c'est l'heure, confirma l'ange vert. Les troupes sont en place.
- Alors c'est parti.
Stones entendit trois sons identiques venant d'autant de directions différentes. Les trois tours aux extrémités du territoire venaient d'être activées.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSaint-Denis, île de La Réunion, au matin

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja s'était réveillé de bonne heure, ce qui arrivait rarement chez lui. Il faisait déjà jour sur l'île, et tandis que ses deux camarades dormaient encore, lui était occupé à engloutir un bol de céréales Chocapic. Mais ses mouvements étaient inhabituellement lents : les yeux dans le vague, l'adolescent était plongé dans ses pensées.
Il était conscient d'être à l'origine d'un sacré bordel. Indirectement, les capacités actuelles de Jérémie, c'était grâce à lui. Lui avait participé, disons à moitié, à concevoir le Palamède, qui lui avait légué beaucoup de choses. Ce qui avait tout fait basculer, c'était quand même la mort de Joséphine.
Joséphine Forestier. Son amie. En y repensant, ils avaient vraiment fait une bonne équipe, malgré leur personnalité radicalement différente. Tout de même, ils s'étaient mis à se battre contre les Lyoko-guerriers, qui avaient plus d'expérience. Certes, ils étaient eux discrètement aidés par X.A.N.A qui les manipulait à l'époque, mais, précisément parce qu'avec Joséphine, ils n'étaient pas si mauvais, ils étaient parfois sorti de l'itinéraire programmé par le virus.
Il sourit. Il se souvenait du vol du vaisseau virtuel des Lyoko-guerriers pour débarquer dans le propre territoire de X.A.N.A. Après coup, il imaginait bien que le programme multi-agent n'avait pas du être très content. Et puis, c'est en dérobant des données à X.A.N.A qu'ils avaient imaginé avec Joséphine l'écosystème de l'Eire...
Après sa mort, ça n'avait plus été pareil. Senja avait été obligé de prendre les commandes, ce qu'il n'aimait pas forcément. L'équipe qu'il avait mise sur pied, la seconde génération de l'Eire, était peut-être encore plus hétéroclite que la première. Bon, elle avait tenu la route quand même. Mais si seulement à l'époque, Senja, même délesté de sa partie noire, avait pu continuer à faire équipe avec Joséphine...
Avec tout ça, il était amusant de constater que Senja était passé d'un recrutement exclusivement féminin à exactement l'inverse au moment de la troisième génération, Aelita étant de toute façon un cas à part. Ce groupe, plus restreint, fonctionnait bien jusqu'ici. Mehdi, plus âgé et débrouillard que Chris et Senja, reprenait une partie du leadership dont Senja n'avait jamais voulu, et en ce sens, remplaçait un peu Joséphine. De toute façon, s'ils allaient au devant de Jérémie aujourd'hui, les guerriers de l'Eire allaient vite pouvoir tester les limites de leur groupe.
Une ombre passa dans le regard de Senja. Il venait de repenser à Alba.
« Parce qu'à la fin, il ne reste que des projections. »
Il fut tiré de sa brume par un bruit dans les escaliers. Chris était debout, et avait également faim. Après les politesses d'usage, l'ex-suisse pris place autour de la tablée. Plus raffiné que son camarade qui en était encore à bouffer de la merde industrielle, il était actuellement occupé à mélanger consciencieusement du porridge et des fruits, sous le regard sceptique du franco-irlandais.
- Mieux vaut prendre des forces, commenta simplement White, comme pour se défendre face à ce regard plein de jugement.

- Bien entendu...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.4421s (PHP: 90% - SQL: 10%) - Requêtes SQL effectuées : 27