CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] IFSCL - 4.1.X
[Créations] Notre Communauté continue d'écri...
[Code Lyoko] Tudum + Interview de Thom...
[Code Lyoko] Stay calm and Return to t...
[Site] Rewatch du 1er épisode de CLE 8 ...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Code Lyoko] Interview de Quentin Mera...
[IFSCL] IFSCL, Un air de Saison 5
[Site] Une news de news !
[Créations] JamFiction sur Code Lyoko par St...
 
 Derniers topics  
[One-shots] Calendrier de l'avent 2020
[One-Shots] Le poids du passé
[One-Shot] Vomir des larmes
[Fanfic] Ragnarök [Terminée]
[One-shot] Transmission
[One-Shot] Réparer les vivants
[Poème] Un poème de Jérémie - L'Ange ...
[Poème] Poème
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[One-shot] Un autre que moi
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Ragnarök [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 2 sur 2

Aller à la page Précédente  1, 2





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Icer MessagePosté le: Lun 03 Aoû 2020 10:11   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2261
Localisation: Territoire banquise
(Première partie du chapitre page précédente.)

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngGare d'Antony, Antony, dans la matinée

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngIls attendaient le prochain RER B en revenant de leur club de Kart. William, Ulrich et Christophe, avaient désormais leurs habitudes au karting Paris Kart Indoor depuis que le premier avait repris le club de Kart de Kadic, rapidement rejoint par le second, puis le troisième, qui purent assurer l'administratif pendant les périodes « répliques ». Avec un privilège : pouvoir négocier certains dimanches matin la privatisation de la piste, comme c'était le cas aujourd'hui. Les maigres heures de sommeil dont ils avaient pu bénéficier n'avaient pas entravé leur envie de se détendre, même s'ils avaient de fait renoncé à ramener Odd, qui ronflait sûrement encore à l'heure actuelle.
Ils n'étaient d'ailleurs pas seuls sur le quai. Bastien Roux, Théo Gauthier, Thierry Suarès, Ernest Tié, Alexandre Pépin avaient également été de la partie, soit le minimum requis pour avoir accès à la piste. Ils s'étaient levés tôt, notamment parce que faire Sceaux/Antony en RER B les obligeait à devoir en prendre deux puisque les stations étaient situées sur des branches différentes, et les trains n'étaient pas si fréquents le septième jour de la semaine. Mais en général, cela en valait la peine. De plus, quand le vrai William était là, les choses étaient plus équilibrées que lorsque sa réplique était à sa place, cette dernière cumulant trajectoires parfaites pour optimiser la vitesse à des réflexes instantanés en cas d'imprévu. Cette fois, Théo, qui était parti en second rideau derrière Bastien et Alexandre, avait été imprenable après les avoir dépassés, et ce malgré une habile remontada d'Ulrich, pourtant parti dernier avec William. Christophe lui, avait vu ses chances s'envoler au même moment que sa collision accidentelle avec Thierry, à la suite d'une manœuvre un peu trop audacieuse pour tenter de le doubler, entraînant le malheureux Ernest dans le carambolage. Dommage pour l'ivoirien, qui avait été à trois dixièmes de secondes d'établir le meilleur temps sur un tour de piste, qui revenait là aussi et logiquement, à Théo. Au chronomètre, c'était Stern qui complétait ce podium.
- Surmotivé le Ulrich en ce moment, avoua Théo à William. Déjà au foot hier, j'ai remarqué que malgré l'entraînement de Thierry, il me domine de plus en plus nettement. Et ce matin, si j'étais pas parti devant de base, j'étais sûrement foutu, malgré l'éclair de génie qui me donne le meilleur temps au tour.
- Il a ses raisons, mais il est à fond, confirma son aîné en regardant Stern en train de discuter avec Suarès, visiblement concentré.
- J'aimerais avoir une telle motivation, avoua Gauthier.
- Si tout se passe bien, d'ici demain, il sera redevenu normal et tu auras à nouveau tes chances avec lui, sourit Dunbar.
- Ah... ? réagit le seconde tandis que le RER entrait en gare.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'effectif des Perles du Neith était de nouveau au complet, Thierry ayant repris l'apparence avec la cagoule, Valérie et Céline étant les deux seules à ne pas être des hologrammes. Bien sûr, il manquait d'une certaine façon Gladys. Les quatre humanoïdes dérobés sur Lyoko étaient rassemblés, de même que quatre chevaux : un à la robe entièrement noire, un rouge, un noir aux reflets bleutés et un translucide. Quatre armes étaient déposées non loin d'eux : une balance, une épée, un arc et une faux.
- Bon... étant donné que Gladys... commença Thierry. Que Gladys n'est... pas là, il va falloir prévoir un peu plus de temps. Malgré tout, nous sommes sur la bonne voie.
Une nouvelle fois, les neuf individus levèrent les bras.
- Par le pouvoir des Perles du Neith ! s'exclama l'hologramme du seul au manteau blanc.
Le fluide semblant mélanger les trois couleurs primaires se dégagea des manches de celui qui venait de parler, reformant le demi-cercle. Les adolescents abaissèrent les bras.
- Impact... !


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngPosé sous les arcades, profitant du soleil d'hiver, Hervé Pichon discutait tranquillement avec Nicolas Poliakoff. Mais la détente avait assez duré, et les recherches du Supercalculateur s'étaient d'ailleurs achevées il y avait vingt minutes. Les garçons n'allaient pas tarder à rentrer du kart, et l'idée était que les Lyoko-guerriers se retrouvent chez Yumi pour manger, elle qui avait réussi l'exploit de simuler des règles douloureuses auprès de sa mère pour esquiver un déjeuner chez des amis de la famille à la campagne, dans l'Eure. Le genre de dossier qui rendait vite une mère compréhensive et un père ainsi qu'un frère dépouillés de toute autorité sur le sujet, la matriarche se contentant de leur dire que sa fille avait une bonne excuse. Hiroki, de son côté, en avait déduit qu'elle avait recommencé à tomber amoureuse à tout bout de champ et qu'elle avait dû prendre un nouveau râteau. Sûrement avec le William qui s'était pointé la dernière fois. Il comptait bien lire au plus vite et en cachette le journal intime de sa sœur pour s'en assurer, la procédure habituelle. Ce qu'il ne savait pas, c'est que sa grande sœur s'en doutait, et tenait donc deux registres, l'un servant de diversion.
- Bon mon vieux, je dois te laisser, je dois aller chez Yumi, déclara le cravaté.
- Ah ? Seul ?
- Oui, répondit Pichon non sans amusement.
- Je me demande bien ce que tu lui trouves. Elle n'a ni ma beauté ni ton intelligence ! Enfin euh, l'inverse.
- Parce que tu t'trouves intelligent ?
- Bah pas plus que je n'te trouve beau.
- Bien entendu, ricana Hervé. Mais les perspectives changent lorsque tu l’emmènes pêcher un bon gros brochet au clair de lune.
- Dans ce cas, tu as ma bénédiction, approuva le blond en retournant du côté des dortoirs, tandis que son camarade s'engageait dans le parc.
En chemin, Hervé tomba sur Odd, qui faisait grise mine et pas uniquement à cause du manque de sommeil : il était devant la stèle érigée en la mémoire de Talia Rose.
- La première d'une très longue série, reconnut le binoclard en mettant une main sur l'épaule de son ami. Il est sûrement temps d'en finir avec tout ça. Cela te tente ?
Le blondinet tourna son regard vers lui.
- Avec plaisir. Allons-y.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngDomicile des Ishiyama, début d'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa totalité du groupe des Lyoko-guerriers était là, avec une pensée pour Zoé, qui ne l'était plus, et qui aurait été bien utile en cuisine avec Yumi, qui avait malgré tout consentie à être aidée de Melody, même si leur style culinaire n'était pas forcément compatible. Pour éviter une polémique (déjà que c'était limite de mettre comme par hasard uniquement des mecs revenant du karting), l'auteur se permet de préciser qu'Ulrich et Christophe tentèrent tant bien que mal d'aider. La séquence restauration terminée, Hervé recentra les discussions.
- Écoutez, pour éviter un débarquement en différé, je vous propose que certains voyagent aux côtés du Skid avec des navskids simples, ça permettra une arrivée en nombre qui ne peut qu'aider.
- D'accord, approuva immédiatement Ulrich.
- Essayons de récapituler les forces en présence... on a commencé avec une Zoé/Valérie et une Céline Roche sur le désert.
- Et on avait pas vu les autres intrus à l'époque, rappela William. Ni sur la forêt, ni sur Carthage.
- Par contre, on a vu un Hervé sur le réplika banquise, ajouta Ulrich, avec un Pierre François. Et quand le groupe est revenu, y avait un Hiroki, revu plus loin, une Anne-Sophie Munier comme on le pressentait à la suite de la description de l'autre William et qui est revenue sur la banquise après...
- Les autres, c'était les deux filles du désert, avec un mec masqué dont lui on sait pas qui c'est mais en tout cas il existe, nota Christophe. Pas de trace de Gladys par contre.
- Enfin, il existe probablement six Thierry différents, basé sur les formes du Palamède.
Hervé approuva.
- Oui alors justement sur ce plan... on dirait bien qu'il y a des copies de pouvoirs précédemment croisés.
- C'est certain, confirma Ulrich. La Céline, qui change d'apparence, c'était à l'époque le pouvoir d'Alba, chez les premiers guerriers de l'Eire.
- Intéressant. Quoi d'autre ?
- Pas grand-chose, reconnut tout de même le samouraï. L'Hervé semble invulnérable, à nouveau, comme Nakara.
- La poussière de la Valérie, c'est un peu comme la Supersmoke non ? interrogea Christophe.
- Mouais, admettons, fit Odd.
- Je sais mec, c'est pas si ouf que ça finalement cette histoire de copie.
- Oui mais on a que des données fragmentaires, rappela Gladys. On les connaît pas bien.
- Sans compter le monde virtuel, totally unknow, s'enquit Melody.
- Là-dessus Hervé, je le sens pas, souligna Yumi. On n'a jamais été très brillants en débarquant sur un monde virtuel inconnu, même en force.
- Je sais. Mais on essayera d'utiliser au maximum nos vaisseaux, et par ailleurs je me dis qu'on a des pouvoirs qui peuvent servir comme la Téléportation d'Odd. Enfin, puisqu'il tient tant à venir avec nous, l'autre William pourra utiliser ses Pokémon comme éclaireurs.
- C'est mieux que rien, avoua Rousseau.
- En parlant de l'autre William, compte-tenu de sa vulnérabilité, j'aimerais que l'un d'entre vous reste plus spécifiquement avec lui pour le protéger si possible.
Ulrich acquiesça, comprenant la requête de sa régie.
- Gladys, je te charge de ça, proposa le brun.
- Très bien.
La blonde teinte en violet avait l'air un peu tendu, et M'Bala leva le pouce en l'air dans sa direction : Ulrich lui demandait à elle parce qu'il avait confiance.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRoute nationale 2, Île de la Réunion, dans l'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAu volant d'un banal véhicule de location, Mehdi Fontaine était actuellement occupé à conduire son groupe en direction de l'Est de l'île – ils étaient partis depuis un petit quart d'heure. Groupe qui d'ailleurs comptait un membre de plus, puisque les guerriers de l'Eire avaient fait appel à un guide touristique pour être certains de ne pas se planter. Le type, qui semblait plus jeune encore que Senja et Chris – à croire que le Code du travail ne s'appliquait pas dans les DOM-TOM – contribuait aussi à perpétuer certains clichés : peau claire mais bronzée, cheveux longs, chemise à manches courtes, bermuda et savates... il avait la gueule de l'emploi. Son professionnalisme légendaire ne l'avait même pas amené à se présenter.
À l'arrière, Chris et Senja profitaient chacun de leur côté du paysage, mais pas du même : le premier, situé derrière le conducteur, arrivait encore à apercevoir en partie la mer derrière les cultures bordant la route. L'autre, au contraire, regardait la montagne.
C'est White qui fut le seul à voir venir l'étrange et discrète traînée noire qui fusait à la même vitesse que leur véhicule et qui s'y engouffra par sa fenêtre ouverte, se divisant en trois, et s'insérant discrètement en chacun des guerriers de l'Eire. Maîtrisant son véhicule, Mehdi fit à peine dévier sa trajectoire.
- Un problème ? demanda le seul type qui n'avait pas été concerné par l’événement.

- Non non, lui répondit Mehdi d'une voix étrange en s'interrompant pour tousser. Tout est good.
À l'arrière, White et Lua sourirent discrètement avant de recoller leur visage sur leurs vitres respectives. Parfois, le plan ne tenait qu'à un Phil.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau mondial

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe navskid d'Ulrich fonçait à pleine vitesse en direction de l'ennemi. À ses extrémités droite et gauche, un peu plus en retrait, Odd et William le couvraient respectivement avec les mêmes vaisseaux. Derrière eux, le Skid piloté par Yumi qui hébergeait le reste de l'équipe progressait rapidement.
« Fourbis tes armes Jérémie... » pensa le samouraï en tête de cortège.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngEn plein rituel, l'hologramme du masqué se mit à s'agiter.
- Hmm... on va recevoir de la visite. Les mêmes que d'habitude.
- Visiblement, la diversion de la balise n'a pas fonctionné
, en conclut Thierry.
- J'y vais ? interrogea Pierre.
- Mais ils sont trop nombreux... signala Christophe.
Le Thierry à cagoule se mit à soupirer. Il allait devoir trouver une bonne idée, et vite.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau mondial

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngL'équipe française était arrivée en vue du monde virtuel, comme calculé par Hervé. De l'extérieur, la sphère n'avait rien d'inhabituel. Par contre, le sas était fermé. Le Skid se remis en position verticale pour se connecter.
- Hum... murmura la régie en récoltant les informations. Ce n'est pas un code à craquer. C'est un mot de passe.
- Quel genre ?
- « C'est une blague entre deux intellos. » est-il écrit.
- T'y crois pas ! Les intellos font des blagues maintenant ?

Si la plupart des Lyoko-guerriers ne comprenaient pas, la japonaise avait gardé un détail en mémoire.
- Essaye « gros caramel mou », au singulier.
- Hein ? Hey mais attends c'est...
commença Ulrich.
- Ça a fonctionné.
En effet, le sas venait de s'ouvrir.
- C'est une preuve de plus, acheva finalement Yumi.
On entendit Odd soupirer dans son navskid.
- William, avec moi en premier, fit Stern. Odd, tu couvres les arrières du Skid.
- Compris.

La formation s'exécuta comme prévu. Les deux lycéens furent les premiers à constater qu'ils émergeaient de la mer numérique sous un ciel étoilé, et qu'au-dessus d'eux, seule une immense plate-forme ronde et sombre semblait former le territoire du monde virtuel.
- Passe par la droite, moi la gauche. Puisque c'est rond, on fait le tour. Yumi, reste à couvert dans l'eau.
Reprenant de la hauteur, les deux éclaireurs constatèrent, quelle que fut leur direction, qu'un immense arbre sans feuilles d'une bonne centaine de mètres se dressait au centre de la plate-forme grise. Au sol, un accès dans le creux de l'arbre était visible et semblait mener à l'intérieur, mais on n'y distinguait rien.
- Il n'y a personne ici, indiqua à tort William.
- Bon, on se regroupe du côté de l'entrée.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


- Je vais m'en occuper, informa aimablement l'hologramme de Thomas.
- Non, ordonna Thierry. Le Commandant a une autre idée.
- C'est-à-dire ? interrogea Céline.
- Regardez l'entrée, signala Anne-Sophie. Vous ne remarquez rien ?
Les têtes se tournèrent. Le trou qui menait à l'extérieur n'était plus au sol, comme toute entrée normale : l'accès était désormais à une dizaine de mètres au-dessus du plancher des vaches. Ce n'était pas elle qui avait bougé, mais bel et bien le sol interne de l'arbre qui s'était discrètement enfoncé pendant le rituel, ce à quoi ils n'avaient pas vraiment prêté attention.
- Qu'est-ce que ça veut dire ? demanda Valérie.
- Qu'il va bientôt être temps d'arrêter de buller, devina Christophe.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Le Skid et les trois navskids bonus étaient désormais tous regroupés à l'extérieur, les petits s'étant posés pour pouvoir débarquer les trois adolescents qui pilotaient.
- Le sol n'a pas l'air piégé, signala Odd.
- Bon, l'entrée est trop juste pour les navskids, on va tous débarquer, sauf Melody, tu vas prendre la place de Yumi dans le Skid au cas où.
- No problem.
Tandis que les troupes restantes rejoignaient Ulrich, Odd et William, un éclat lumineux se mit soudain à rayonner de la part de l'entrée de l'arbre.
- Hum.. je n'y vois pas encore très clair mais j'ai l'impression qu'il se passe quelque chose d'énorme là-dedans vu les données que je perçois, alerta Hervé. Ça sent pas bon.
- Roh bordel. On passe en formation Blitzkrieg, ordonna Ulrich qui avait peur que les programmes ne soient déjà sur le point d'être libérés. Serrez les rangs !
Yumi balança ses éventails dans le trou, tandis que le samouraï activait son Supersprint, se ruant à l'intérieur, et qu'Odd se téléportait, toutes griffes dehors. La japonaise suivit elle-même, flanquée du William original, tandis que Gladys laissa passer deux secondes volontairement avant de faire disparaître le William bis et elle-même dans un grand Trou de ver.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMangriff, près de la grotte, cherchait actuellement une solution pour récupérer le portail inter-dimensionnel, lorsqu'il s'immobilisa soudain durant quelques secondes. Quelque chose ne collait pas. C'était comme une impression impossible à chasser. Quelque chose d'autant plus perturbant pour un programme. Pourtant, cette réalité semblait comme s'imposer à lui...
Visiblement perturbé, il cessa ses cent pas et alla retrouver Vigoroth sur l'arène centrale, qui avait été restaurée, même si le bassin d'eau avait été agrandi pour pouvoir laisser émerger notamment l'immense Wailord rouge et noir. La baleine, la bouche ouverte, était actuellement en pleine opération d'embarquement de passagers. Les deux Tentacruels à moitié immergés à ses côtés, faisant clignoter en alternance leurs orbes rouges, avertissaient d'ailleurs les autres Pokémon qu'une opération de chargement était en cours.
Le Métalosse, resté à quai, témoignait du fait que X.A.N.A avait renoncé à ce qu'il soit du voyage, compte-tenu de son poids. Un Alakazam et un Magneton étaient cependant d'ores et déjà présents dans la bouche caverneuse du Pokémon cachabouée, ainsi qu'un Machopeur.

- William est en danger, annonça d'emblée la mangouste.
- Oui... mais pourquoi est-ce que ça nous préoccupe ? répondit le singe rouge et noir.
- Aucune idée. Il va falloir accélérer l'opération.
- Oui, aucun soucis, en réalité, je pense que l'on en a pour quelques minutes avec une telle puissance de calcul, annonça Vigoroth en embarquant à son tour dans la baleine rouge.
Le gros chat hocha la tête et fit un signe en direction des autres passagers.

- Tu sais qu'il a une évolution lui maintenant ?
- Oui évidemment, mais je suis de la vieille école.
Le Wailord avait refermé sa gueule, et les trois Pokémon Eau venaient de partir en Plongée, tandis que Mangriff ne pouvait qu'être d'accord avec cette affirmation.


À suivre : Un monde sans danger


Dernière édition par Icer le Sam 15 Aoû 2020 06:34; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Mer 05 Aoû 2020 19:06   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1083
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
cc aie-ss

https://i.imgur.com/qJ7hXtV.png

Wailord augmente la Pression !



Allez, à l’attaque :

Spoiler


Tu as toujours plutôt excellé dans les mises en ambiance de type « l’ultime bataille approche » je trouve, à l’époque de l’Échiquier bien sûr, mais ici le rendu est très appréciable. Encore plus quand, de sa position, le lecteur sait que le texte n’est pas encore arrivé en bout de route. Combiné aux petits détails sans prétention que tu parsèmes dans ces moments (lesquels, sur la forme général, ne se réclament d’aucune mise en scène ou théâtralité particulière) et qui, à mes yeux, font ta spécificité, ça donne une certaine consistance à ces passages.

Tout aussi anecdotique, on a toi et moi fait le choix de progressivement « professionnaliser » les Lyokô-guerriers. Ici, la refonte du groupe suite au départ de Jérémie a quand même fait effet, avec la prise de lead d’Ulrich qui permet quand même de pas mal alléger la charge mentale de l’opérateur du groupe, et qui a, je pense (même si le texte risque d’infirmer), quand même dû impacter plus ou moins directement Jérémie à l’époque. Ça paraît idiot de ne le dire que maintenant, mais ça ne fait pas de mal de se retourner pour regarder la vue, de temps en temps !
En parlant d’Ulrich, je crois que des 6 originels, c’est sûrement celui dont j’apprécie le plus l’utilisation et l’évolution dans cet univers-là (il faut dire que la concurrence d’Odd et Yumi n’a pas été très lourde...). Son rendu est intéressant, au niveau de la mutation subie, sans qu’il ne soit trop dénaturé (exemple bête : son efficacité proportionnelle à sa motivation, dans la vie). Par ailleurs, jusqu’à présent, je trouve qu’il a plutôt droit à pas mal de mise en avant (comparativement à William surtout, alors que tu évoquais une certaine hiérarchisation de traitement sur les héros de base, mais bon il reste encore quelques parties, notamment la prochaine, n’est-ce pas ?).

La performance d’Odd était vraiment très cool. J’en connais un qui va prochainement faire son retour dans le coin. Mr. Green
Plus sérieusement, le doter d’une arme au corps-à-corps avec la Téléportation, ça coule de source, et c’est suffisamment simple pour qu’il l’utilise efficacement.

Autrement, je ne pensais pas que le Xana venu de l’univers annexe 2 occuperait une place narrative aussi grande (je suis notamment assez curieux de voir la place qu’il va se tailler dans le récit pour la suite). Comme quoi il ne faut pas juger à la longueur ! Sans compter le retour de la fameuse « addiction à William » (a priori), mention qui ne m’avait pas du tout convaincue à la fin de l’Échiquier. Peut-être l’occasion de mettre un chouia plus de concret là-dessus !

Le coup du « Gros caramel mou » constitue une référence de base, que je ne te voyais pas forcément placer, mais qui en dit sacrément (et ce même sans remarque de Yumi). Le fait que l’anecdote ne soit de base que partagée avec Aelita en dit quand même assez sur le fait que celle-ci « ne représente plus rien » pour Belpois. M’enfin, je te fais confiance pour ne pas nous faire le coup classique là-dessus.

On note aussi que les Perles identifient les Lyokô-guerriers comme affiliés à Xana. Logique, mais avoir la confirmation ne fait pas de mal. Du coup, un probable élément de bascule les concernant serait la mise à bas de l’identité réelle du Commandant, ce qui permettrait de résoudre le conflit sans que ça ne tire autant en longueur qu’avec le Palamède.

Pour finir sur une note gastronomique :

Citation:
il était actuellement occupé à mélanger consciencieusement du porridge et des fruits


Alors le porridge, ça se prépare, on ne le verse pas tout cuit dans son bol comme la merde industrielle. Vu que Chris s’assied directement à table, il ne peut pas avoir bricolé ça en amont (quoiqu’avec ta narration minimaliste...). Je pourrais pousser le détail pour légitimer tout ça, mais plus de forces.

Edit express : Une question comme ça à propos de la cachabouée. Si elle émerge dans un bassin d'eau de l'arène centrale du Réplika Banquise, comment fait-elle pour ensuite se jeter dans la mer numérique (et inversement, comment passe-t-elle de la mer à l'eau du territoire en suspension), compte tenu qu'il est assez clair dans la série que l'eau de la Banquise ne se jette pas en contrebas ?

Hâte de voir le gang avec la baleine foutre la zone !
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Ven 28 Aoû 2020 06:45   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2261
Localisation: Territoire banquise
Spoiler

https://i.imgur.com/u4lLlLI.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Odd Della Robbia & d'Ulrich Stern, Établissement scolaire Kadic, ???

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngOdd s'était réveillé avant la sonnerie de son alarme, ce qui arrivait suffisamment rarement pour être mentionné.
- Tiens, c'est rare que tu sois si matinal, souligna justement Ulrich qui avait déjà pris ses affaires pour la douche.
- Faut bien un début à tout mon pote.
Les deux lycéens vaquèrent à leurs occupations matinales habituelles, c'est à dire leur toilette, avant de descendre au self prendre un bon petit-déjeuner (ou plusieurs pour Odd). Comme les deux étaient dans les premiers levés, ils mangèrent en tête-à-tête avant de zoner dans la cour. Celui habillé en mauve était occupé à expliquer comment les consoles de jeu avaient anéanti tout espoir qu'ils mènent un dernier projet de théâtre à bien avec Romain sous les commentaires hilares d'Ulrich, avant qu'un premier grain de sable ne vienne dérégler la machine :
- Salut les gars, c'est rare que vous soyez debout comme ça, je vous ai même pas vu au self.
Le sourire d'Ulrich se figea. C'était Jérémie qui venait de leur adresser cette phrase avant de les rejoindre, tout à fait normalement.
Alors tout revint. Son abandon. La lutte contre le Palamède sans lui. Les attaques sur Lyoko. Les théories d'Aelita. Le gros caramel mou. L'entrée en force dans l'arbre. Et...
Il regarda Odd, qui avait fatalement eu aussi le déclic face à la présence de Belpois qui n'avait rien à faire là.
- Bah alors, c'est quoi ces tronches les gars ?
Le samouraï fut le premier à se ressaisir.
- Rien Jérémie désolé. C'est juste qu'on a justement peu dormi.
- Ah, il s'est passé quoi ?
- Odd et les jeux vidéos... tu sais ce que c'est.
Tandis que l'accusé confirmait d'un hochement de tête, Belpois semblait compréhensif.
- Bien entendu. Je vous autorise à dormir en cours si ça vous permet d'être en forme pour la mission de ce soir. Il est plus que temps d'en finir avec Aelita et X.A.N.A, ce qui nous permettra de récupérer William et Christophe par la même occasion.
Cela faisait beaucoup d'informations à retenir d'un coup. Il fallait faire le point, mais sans que Jérémie ne soit là.
- Quelle mission ? interrogea Odd, qui avait visiblement choisi d'y aller en mode bulldozer.
- Odd sérieux t'abuses, soupira l'autre blondinet. Ah mais attends, c'était une tentative d'humour ? Ouais ok génial, bah t'as encore des progrès à faire.
- C'est clair, approuva Ulrich qui venait de saisir la balle au bond. En même temps il a de nouveau flashé sur une meuf, et c'est encore trop récent pour oser dévoiler son identité. J'étais à deux doigts de le faire avouer avant que t'arrives.
- Ouais ok ok n'en dis pas plus, je te laisse le travailler au corps. J'ai du boulot pour préparer une expédition moi.
Tandis que la régie en titre des Lyoko-guerriers allait s’asseoir sur un banc avec son ordinateur portable, les deux camarades de chambres pouvaient enfin sérieusement causer entre eux.
- C'est une bulle virtuelle, commença Odd. C'était ça l'éclat lumineux. Heureusement qu'on a été entraîné pour ça.
Il n'avait pas tort : pendant les vacances de Noël, Hervé avait rattrapé son retard et de la même façon, l'historique des combats virtuels livrés jusqu'ici par ses aînés. Il avait perçu le potentiel danger des bulles virtuelles, entre pièges à cons de X.A.N.A et mécanismes de science-fiction de Franz Hopper, et avait envoyé des devoirs des vacances à ses troupes sur le sujet. Même Odd, pourtant coincé sur И-Raï à l'époque, avait dû rattraper son retard une fois revenu. Il avait bien fait.
- On est sûrement pas les seuls coincés ici. À part Melody, on s'est logiquement tous jetés dans la gueule du loup avec la formation. Le fait que l'on soit tous les deux ici signifie qu'on doit tous être dans le même piège.
- J'intercepte Yumi immédiatement.
Le blondinet venait en effet d’apercevoir la japonaise qui arrivait avec son frère dans la cour depuis chez eux. Lui faisant signe d'approcher sans Hiroki, elle s'exécuta et les salua.
- Yumi ? Rien d'cassé de ton côté ?
Elle haussa un sourcil.
- Pourquoi tu veux que quelque chose soit cassé ?
- Te fatigues pas, il lui faut un déclic. Il faut commencer par là, rappela Stern en revenant à sa hauteur.
Ulrich montra du doigt à sa camarade le type toujours assis sur le banc en train de coder. Jérémie Belpois. Aussitôt, elle écarquilla les yeux, et resta muette pendant une dizaine de secondes, le temps que tout revienne.
- On est tombé dans une bulle virtuelle ! s'écria-t-elle soudain.
- Exactement, confirma le samouraï. Mais la réalité semble quand même différente. Apparemment, Aelita est notre ennemie, au même titre que William, prisonnier de X.A.N.A...
- William c'est pas nouveau, intervint la japonaise, presque las.
- ... ainsi que Christophe.
- D'accord, là c'est moins rigolo. Mais quoi, ce serait nos amis ?
- C'est fort possible. On dirait qu'on débarque au beau milieu de l'action, comme dans un rêve. On a pris la place de nos personnages. Alors sûrement que eux aussi.
- T'es bien gentil Ulrich avec tes théories, mais nous on est venu ici avec deux William, rappela Odd. Cela risque de poser problème.
- ... je n'y avais pas pensé. Il va falloir tirer ça au clair.
Il scruta les nombreux élèves présents dans son champ de vision. Dunbar n'était visible nul part.
- Bon, Yumi, s'il débarque en cours, je te laisse t'en charger. Idem avec Christophe.
- T'es sérieux, tu veux qu'on aille en cours !? On a pas que ça à foutre, faut qu'on sorte de là !
Le samouraï secoua la tête.
- Odd, du calme. Il ne faut pas se précipiter. Le temps s'écoule plus lentement ici a priori. Mieux vaut ne pas foncer tête baissée dans un piège. Il n'y qu'Aelita qui peut détruire les bulles virtuelles de l'intérieur à notre connaissance. Il doit y avoir une logique à tout ça. Le fait qu'on ait comme par hasard une mission ce soir sur le virtuel ne doit pas en être un.
- Y a une mission ce soir ? interrogea Yumi.
- Ouais, Jérémie en a parlé brièvement, on en sait pas plus, ce serait apparemment pour en finir avec X.A.N.A et Aelita.
La cloche se fit entendre.Les élèves commencèrent à regagner leurs classes respectives.
- Faut retrouver Gladys aussi.
- Je sais Odd. On va s'en occuper à la première récrée...
En rejoignant son cours, Ulrich avait été troublé de constater la présence de Paul Gaillard au premier rang du milieu. Comme à son habitude... du moins, avant qu'il ne soit tué dans le monde réel.
Sur sa gauche, même rangée, Thomas et Julien étaient également en place.
- Tu veux ma photo Ulrich ou quoi ? lui demanda l'asiatique, l'air mauvais.
Stern se ressaisit. Ce n'était que des imitations, même si la copie chinoise semblait aussi conne que l'original. Il se plaça au fond avec Odd, ce qui pour le coup était un élément constant, que le cours d'histoire soit réel ou virtuel.
Jérémie était là aussi, au premier rang, à côté de Paul d'ailleurs. Aucune trace d'Aelita, ce qui semblait rejoindre ce que disait Belpois au préalable. Était-elle vraiment une ennemie ? Ce n'était finalement pas si illogique, si l'on partait du principe que le piège était signé Jérémie : ce dernier en voulait a priori à mort à Aelita. Oui, finalement, ça se tenait assez.
Ulrich serra le poing. C'était compliqué mais ils allaient y arriver.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Yumi avait, selon son carnet de correspondance, cours de maths. Arrivée dans les derniers alors que la prof avait déjà fait entrer la classe, elle repéra facilement William au milieu du tas, mais la place à côté de lui était déjà prise par Christophe. Heureusement, comme Priscilla Blaise était actuellement occupée à poser une question à Meyer, elle avait quelques secondes pour les aborder.
- Salut les mecs, ça roule ?
Christophe lui répondit sur un ton posé :
- Bah non, on a pas de roues, tu le vois bien.
D'expérience, Yumi savait reconnaître une réplique. En revanche, le William était lui-même surpris par cette remarque de merde, il était donc probable qu'il n'en soit pas une.
- Euh, Yumi... commença-t-il.
- Bon ça suffit, tout le monde s'assoit, s'écria autoritairement Madame Meyer qui en avait fini avec Blaise.
La japonaise se glissa aux côtés d'Anaïs, derrière les deux garçons. Au bout de quelques minutes, William découpa une partie de sa feuille de cours pour en faire un petit mot qu'il fit passer à sa camarade de classe derrière elle :

« Christophe devrait être mort. Et toi aussi. J'ai même aperçu Jérémie au self. Qu'est-ce qui se passe !? »


Yumi avait compris. Le William qui était devant elle n'était techniquement pas son ami : c'était le William de l'autre dimension. Il avait eu son déclic tout seul mais, contrairement aux autres, il n'avait pas vraiment été préparé à un truc pareil. Elle lui répondit donc :

« On est tombé dans une bulle virtuelle. Elle simule une réalité alternative. Ne t'inquiète pas. Ulrich et Odd sont là aussi, on est en train de rassembler tout le monde. Retrouve-moi à la récrée. »


En lisant le contenu de la réponse, William tourna brièvement la tête vers elle pour la hocher. Il avait compris.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


À la récrée, les quatre intrus virtuels se retrouvèrent comme prévu.
- Christophe est une réplique, ce qui rejoint l'idée qu'il a été capturé par X.A.N.A, annonça Yumi. En revanche, je vous présente William... mais pas le notre. Celui de l'autre dimension.
- Ok donc notre William à nous et Christophe sont sûrement réellement dans l'autre camp, en déduisit Ulrich. Reste Gladys.
- Je m'en occupe, fit Odd.
- Non, laisse faire une fille, objecta Yumi. Elle est quand même très méfiante alors si c'est pas elle, ça passera quand même mieux avec moi.
- Ok ok.
La japonaise s'exécuta donc, cherchant sa cible dans la cour. Elle fini par la trouver, après avoir galéré, sur le terrain de foot, avec Théo Gauthier. Fontaine avait une couleur de cheveux blonds, comme à l'époque. Par conséquent, le déclic était très facile à faire.
- Gladys, interpella la japonaise depuis le bord du terrain. Tu n'es pas censée avoir teint tes cheveux en violet ?
La concernée la regarda sans comprendre quelques secondes. Dans sa mémoire, c'était certain, un sacré film devait se faire, avant qu'elle ne réalise que...
- Euh mais t'es qui toi ? Qu'est-ce que tu m'veux ?
... que rien. Ce n'était pas elle.
- Une erreur, s'excusa la japonaise. Désolée, bonne journée !
Elle se tira aussi vite qu'elle était venue, rejoignant les autres.
- Ce n'est pas notre Gladys, informa-t-elle.
- T'es sure ? s'enquit Ulrich, visiblement surpris.
- Certaine. Elle est blonde ici, et je lui ai demandée si elle n'était pas censée avoir ses cheveux violets. Si ça avait été la nôtre, ça aurait forcément fonctionné.
- Effectivement, reconnut Stern.
- Mais c'est bizarre, fit William. Elle aurait dû être ici aussi. On est tombé en même temps de son trou de ver, je m'en souviens vaguement, elle n'aurait quand même pas eu le temps d'en relancer un pour éviter la bulle... ?
- Je ne sais pas...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngGladys avait, comme les autres, chuté. Au moment d'entrer en contact avec la demi-sphère blanche, elle s'était comme cognée à une paroi solide, et avait par conséquent fini par s’éclater en contrebas, faisant une série de roulades sur le sol de la grotte. Et le spectacle sur lequel elle tomba était impressionnant.
Elle venait de débarquer au milieu de ses ennemis. Les hologrammes, en plus des deux filles présentes physiquement. Le rituel. Le fluide. Les mannequins. Les chevaux. Les armes. Et de l'autre côté du rituel, une silhouette humaine cachée par la pénombre, située en contrebas contrairement aux autres.
- Éliminez-la, ordonna une voix que Gladys avait déjà entendue avant que la silhouette au sol ne se volatilise.
- Bien Commandant, répondit Thierry depuis son pilier. Céline, protège les artefacts. Valérie, tu t'en occupes.
- Il y a toujours quelqu'un aux commandes du vaisseau à l'extérieur
, précisa Thomas.
- C'est pour toi, confirma Christophe.
- Exécution ! ordonna Thierry.
Les deux filles physiquement présentes sautèrent de leur pilier respectif, se plaçant entre Gladys et le fluide du rituel. Celle avec les yeux masqués par ses lunettes se mit à générer sa poussière noire et rouge.
- Hervé je...
- J'ai compris. Une bulle virtuelle, quelle merde. Je vais voir si Melody peut pas trouver une entrée pour le vaisseau, il pourrait la détruire...
Il incombait à présent à Fontaine de gagner un maximum de temps. Les capacités de son avatar étaient plutôt pratiques pour ça mais elle n'en demeurait pas moins seule dans un environnement inconnu et évidemment hostile. Valérie fit d'ailleurs une seule fois l'erreur de lui balancer sa poussière d'une traite dans la tronche, ce qui évidemment se transforma en un Trou de ver bien placé et une attaque renvoyée sur Céline, qui ne sembla pas apprécier et se retrouva par terre. Par la suite cependant, son alliée attaquait systématiquement avec deux traînées noire et rouge plus petites, empêchant Gladys de remettre en place sa stratégie. Sur la défensive, c'est elle-même qu'elle téléportait à présent grâce à ses vortex pour éviter une déculottée, ballon toujours en main. Céline, bien que pouvant elle-même se téléporter, restait à proximité des pics cristallins et du rituel toujours en cours bien que ralenti, conformément aux ordres.
Soudain, un rayon de lumière jaillit d'en haut, ricochant sur la structure qui hébergeait Anne-Sophie, et illuminant une nouvelle entrée de la grotte, que Gladys n'avait pas remarqué jusqu'à présent.
- Hervé, il y a peut-être un accès par le haut !
- Compris, mais Melody a quelques problèmes.
- Je vais l'aider.
La footballeuse se téléporta alors vers l'accès illuminé, étant recrachée juste devant, pensant pouvoir ressortir dehors, à l'extérieur de l'arbre. Au lieu de ça, elle fut absorbée à son tour.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Dehors, les problèmes de la rousse auxquels Hervé faisait allusion avaient commencé lorsqu'un immense oiseau noir et vert à tête de hibou avait survolé le Skid en provenance des branches de l'arbre : Thomas, juché dessus, avant alors balancé une sorte de gros marteau sur le vaisseau comme un boomerang, et la foudre avait frappé en même temps que l'impact de l'arme : depuis, les commandes ne répondaient plus, et Melody ne pouvait ni manœuvrer, ni débarquer... heureusement, malgré plusieurs attaques à répétition de ce style, les boucliers tenaient bons. Il fallait dire qu'Hervé les avait amélioré comme Jérémie avait upgrade ceux du cœur de Lyoko avant lui, c'est à dire considérablement.
- ...

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


L'hologramme de Thomas était ré-apparût à sa place.
- Je n'arrive pas à détruire le vaisseau. Mais il ne bouge plus depuis qu'il a été frappé par la foudre.
- Ce n'est pas grave, garde le simplement à l’œil et remet-toi avec nous dans le rituel
, ordonna l'homme en cagoule.
Le concerné s'exécuta, remplaçant ses mains devant lui.
- Où est passée Anne-Sophie ? interrogea alors celui qui venait de revenir, constatant que l'hologramme de sa camarade qui aurait dû se trouver juste sur sa droite n'était plus là.
Thierry fit un signe de tête en direction de l'entrée éclairée par la lumière artificielle, précisément grâce au cristal de la fille aux cheveux rouges.
- L'un de nos ennemis est rentré dans son monde. Elle doit d'abord s'en occuper.
Le chef des Perles jeta un coup d’œil en contrebas. Les quatre humanoïdes qu'ils avaient ramené de Lyoko, au contact prolongé du fluide, semblaient s'agiter, et être progressivement pris de gonflements. Une sorte de lumière provenant de l'intérieur de leur enveloppe virtuelle déformée semblait vouloir sortir.
« Ce sera bientôt le moment... »


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, ???

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes cours de la journée étaient terminés pour tout le monde et le soleil commençait déjà à lentement se coucher. Les prisonniers s'étaient tous retrouvés dans la cour, Jérémie étant retourné dans sa chambre pour poursuivre les préparatifs de la mission.
- La mission, c'est ça le piège, souligna Odd. On a compris qu'à l'époque où X.A.N.A prétendait pouvoir nous effacer en nous faisant entrer dans un scanner, il bluffait. Par contre, si on combat ici, « virtuels » ou pas, et qu'on perd, on en reviendra sûrement jamais. C'était le plan de X.A.N.A hier, comme c'est aujourd'hui celui de Jérémie.
Les Lyoko-guerriers étaient conscients des enjeux. Lors de leur formation sur les bulles virtuelles, avec leurs différentes expériences, ils en avaient déduit que ce qui représentait une sorte de sous-niveau de virtualisation était trop complexe à gérer pour leur programme de transfert, et qu'en cas d'échec, il n'était pas capable de les ramener. Odd avait fait allusion à la première attaque de X.A.N.A utilisant une bulle virtuelle : le virus avait essayé en vain de les attirer dans les scanners, sûrement pour les faire combattre sur Lyoko, puis avait directement voulu attaquer leur enveloppe virtuelle pour les détruire, arguant qu'ils « allaient mourir ». Quand Aelita avait été attirée, avant que celle-ci n'explose la bulle virtuelle elle-même, le Blok s'était changé en loup pour menacer directement son enveloppe et forcer Franz Hopper à intervenir. Du moins, c'est ce que les Lyoko-guerriers en avaient déduit, sinon ce piège dans une bulle n'avait aucun sens. Et chacun avait encore en tête la mort d'Alba Sol, jamais revenue d'une autre bulle où elle avait succombé à cause de X.A.N.A. De fait, les quatre adolescents étaient bien conscients, en plus des enjeux, des risques inhérents à une telle situation.
- Je sais Odd, répondit logiquement Ulrich. Mais on ne pourra pas l'éviter. Quand on a refusé d'obtempérer face à X.A.N.A, c'est précisément à ce moment là qu'il y avait eu comme un changement de paradigme, et qu'il s'est mis à nous chier des super-pouvoirs qui n'avaient plus grand chose à voir avec la fausse réalité.
- Oui mais pourquoi ne cherche-t-il pas simplement à nous tuer ici, alors qu'on a aucun pouvoir ? interrogea William.
- Je pense que Jérémie veut nous avoir à la loyale, enfin moi je le vois comme ça bizarrement. Ou pire, il veut nous torturer psychologiquement avant...
Yumi hocha la tête.
- À mon avis, quelque chose va faire qu'on va devoir se virtualiser de toute façon.
- Ouais...
Justement, Belpois arrivait, l'air motivé.
- Bon les gars, prêts ? demanda-t-il.
- Jérémie, on est vraiment obligé de faire ça ce soir ?
Le blondinet soupira.
- Yumi, je te rappelle qu'hier, X.A.N.A a repris le contrôle de la tour qui a servi à vous translater, et qu'il a sûrement au passage mis la main sur les données lui permettant de le faire à son tour. Je pense que ce n'est qu'une question de jours avant que X.A.N.A ne translate des Mégatanks ici, voire carrément William ou Christophe. Personnellement, je ne veux pas mourir, donc il est temps d'en finir.
Les combattant se regardèrent. Voilà l’événement prévu pour les forcer à jouer le jeu. S'ils refusaient et attendaient trop, il était probable que la prochaine attaque ennemie soit mortelle.
- Ok Jérémie mais si c'était si simple, on aurait pas attendu d'être dans cette merde, souligna Ulrich.
L'intellectuel sourit.
- Hu hu. Sauf que X.A.N.A a lui-même baissé sa garde pendant qu'il nous pillait la séquence de translation. Grâce à ça je...
Il s'interrompit. Une alarme inquiétante s'échappait désormais de son cartable, qu'il avait toujours sur lui. Il faisait bien : tour activée. Donc, attaque de X.A.N.A.
- On a un problème.
- Ouais c'est bon j'ai compris, ragea Ulrich, qui voyait là une manœuvre supplémentaire pour prendre les prisonniers virtuels de court. On y va.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngEire

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAelita venait de reposer le pied par terre, au cœur du territoire, après avoir fait le tour pour s'assurer que tout était en ordre du côté des trois structures activées. Son équipe d'intervention n'allait pas tarder. S'ils ne faisaient pas fausse route, ils confronteraient bientôt Jérémie...
- On a un problème, informa Phil depuis la régie.
- Hein ? Ne me dis pas que...
- Les Lyoko-guerriers sont entrés en contact avec nous par l'adresse Skype. Hervé Pichon te demande son aide, apparemment ses troupes sont tombées dans une bulle virtuelle en territoire ennemi. Il n'y a personne qui peut l'exploser chez eux, leur vaisseau est hors d'état.
- Mais c'est pas possible... ! C'est authentique comme message ?
- Bien sûr. On a sécurisé le truc quand même.
- J'y vais !
- Hum... ça ne faisait pas partie du plan. Il faudrait pouvoir contacter les autres pour en parler. Qu'ils sachent au moins que t'es sur place.
- Impossible, souligna Aelita. Les spectres sont déjà actifs. Ils ne peuvent plus utiliser leurs téléphones.
- C'est vrai.
- J'y vais. Puck restera ici pour assurer la défense des tours. Même si je ne vois pas qui il reste pour nous attaquer...
- Pas d'soucis.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan, troisième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. De hauts et longs bâtiment austères formant une sorte de résidence entourée de murs en pierre, et d'un portail grillagé vert. Le sol goudronné était malgré tout parfois aéré par l'installation de certaines plantes vertes. Gladys fut recrachée par l'entrée principale d'un des bâtiments encastré, faisant face au portail fermé délimitant, tout comme les grilles tout autour, les limites de ce petit monde.
- C'est l'heure de se battre ! proclama Anne-Sophie depuis le toit dudit bâtiment.
La fille aux cheveux violets fit volte-face. Son adversaire avait généré des extensions de cotons sur ses bras, évoquant des ailes : elle sauta, commençant à planer autour de Fontaine en effectuant des cercles. La footballeuse, ennuyée, effectua un shoot en l'air dans sa direction, sa sphère ronde se transformant en bloc de glace, qu'Anne-Sophie esquiva de justesse. Elle se stabilisa en l'air une vingtaine de mètres au-dessus de Fontaine, ouvrant la bouche pour générer une sphère de coton qui tomba au sol, avant de grossir et de progressivement voir des membres se dessiner. C'était désormais un véritable golem de coton qui se dressait devant Gladys alors que sa balle venait de retomber. Ses avant-bras sans mains mais puissants virevoltaient déjà en direction de la footballeuse qui effectua un tacle glissé entre ses jambes particulièrement rapide grâce à la fine couche de glace générée au préalable, afin de pouvoir récupérer son ballon.
Un tir gelé en plein cœur du géant plus tard et il ne bougeait plus, le gros trou dans la poitrine étant visiblement plus qu'il ne pouvait en supporter. Mais Anne-Sophie repartait déjà à l'attaque : fondant sur sa proie, elle tenta de la faucher comme un lapin en plein vol, ce qu'elle esquiva de justesse. Reprenant de la hauteur avec ses ailes de coton, elle cracha une nouvelle boule de sa matière favorise qui se matérialisa en tombant en silhouette humanoïde armée d'une sorte de maillet. Elle l'envoya tel un boomerang sur Gladys qui ne s'y attendait vraiment pas et l’encaissa en pleine face, ce qui la propulsa en arrière contre une barrière en bordure du monde. Elle souffla. Elle avait dû perdre son lot de points de vie, même avec...
- Hum. C'est coton.
Elle avait l'air amusée par sa propre blague, comme en témoignait son léger rictus. Ce n'était pas encore terminé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, ???

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes Lyoko-guerriers descendaient actuellement le monte-charge. Sur le trajet, Jérémie, qui pensait toujours que William était une réplique, avait questionné l'utilité qu'il les suive, et Yumi y était allée à l'instinct en lui répondait qu'elle pouvait être utile sur Lyoko. Après tout, c'était le Jérémie original qui avait eu l'idée d'utiliser la réplique de William... et ça avait fonctionné. La réplique de Christophe elle, resterait à Kadic en cas de besoin. Abandonnant Belpois à l'étage du labo, les quatre guerriers eurent une curieuse sensation lorsque l’ascenseur se mit à descendre plus avant. Et lorsque la porte s'ouvrit pour dévoiler l'étage des scanners, celui-ci était presque flou. Della Robbia tenta de sortir le premier du monte-charge, et il fit comme exploser l'horizon en mille morceaux. Le temps de comprendre ce qui se passait, les Lyoko-guerriers étaient sur le territoire des montagnes, en tenue virtuelle. Ulrich avait d'ailleurs recouvré son apparence sable, et les sabres classiques, tandis que William lui, avait droit à la tenue de sa première virtualisation. Yumi et Odd constatèrent bien vite qu'ils n'avaient ni bâton, ni téléportation, ni griffes démesurées. À l'ancienne !
- Au moins, ça confirme la bulle virtuelle, commenta Della Robbia.
Ulrich lui fit signe de se taire de la main, en montrant le ciel. Jérémie devait pouvoir les entendre. Le blondinet hocha la tête. Il avait compris.
- Aller grouillez-vous, on va essayer de prendre X.A.N.A de vitesse, commentait justement Belpois. Et protégez au maximum Yumi.
La japonaise comprenait que, dans cette réalité, elle était la seule capable de désactiver les tours. En l'absence d'Aelita, c'était assez logique.
Mais le territoire montagne lui aussi, semblait irréel. Non pas visuellement mais par son plan : il était uniquement composé d'un immense roc surplombant le sentier, sur lequel était présent à l'une de ses extrémités une falaise qui, d'après Jérémie, devait comporter une grotte cachant la tour activée. Les Lyoko-guerriers étaient quant à eux sur un fin sentier en contrebas qui faisait le tour de la structure.
Mais, d'en haut, deux Krabes étaient déjà positionnés pour les canarder. Ulrich, qui avait déjà pris la mauvaise habitude de compter sur la Force qu'il ne possédait plus dans l'immédiat, avait du mal à renvoyer les tirs correctement avec ses lames classiques. Aidé par Odd et son bouclier, les deux monstres finirent malgré tout par exploser.
- Il va nous falloir les véhicules Jérémie, annonça le samouraï.
- Ils arrivent.
Les engins promis se matérialisèrent, William se plaçant derrière Yumi dans l'Overwing et lui tenant la taille. Alors que les véhicules prenaient de la hauteur, Ulrich, en tête de convoi, se mangea soudainement une plate-forme ronde qui venait d'être générée, explosant sa moto. Chutant, Odd et Yumi ne purent le rattraper, puisqu'ils s'étaient par réflexe écartés en voyant l'obstacle sur leur trajectoire. In extremis, William parvint à lui saisir le bras au vol mais ne pouvant l’accueillir « à bord », parvint à donner l'impulsion pour modifier la trajectoire du samouraï qui dévia vers le sentier initial. Sortant ses sabres, il réussit à s'accrocher à la roche en bordure, étant un peu juste pour attraper le sol à la volée. Mais le principal était qu'il était sauf.
- Ouf... souffla Odd.
Mais Della Robbia devait rester attentif, l'auteur de ce mauvais tour n'étant autre qu'Aelita qui surplombait désormais les Lyoko-guerriers depuis la même position que les Krabes avant elle. Les pupilles xanatifiées de celle qui avait la tenue virtuelle d'origine de la « gardienne de Lyoko » n'étaient pourtant fixées ni sur Odd, ni sur Yumi, mais plus en contrebas.
- Flèche laser !
Une simple inclinaison de la tête sur le côté de sa cible avait suffit à éviter le projectile, avant qu'Aelita ne se mette soudain à faire le saut de l'ange depuis sa position. Générant un champ de force dans chaque main et passant entre les deux véhicules, elle les balança : Odd utilisa son bouclier pour absorber, Yumi était elle-même protégée par la lame de William. Prenant appui sur le la plate forme générée pour coincer Ulrich, elle bondit de plus belle pour fondre sur le samouraï.
- Va l'aider Odd, ordonna Yumi. On va essayer de s'occuper de la tour.
- Compris.
Aelita avait généré deux nouveaux champs de force en l'air, avant d’atterrir sur le sentier non loin d'Ulrich. Pour le dissuader de jouer les chauds, elle en envoya un premier dans sa direction le temps de finir sa descente, qu'il esquiva sans problème... mais l'idée était juste de gagner deux à trois précieuses secondes. Rétablie, elle créa à nouveau une sphère d'énergie dans sa main gauche de manière à en avoir de nouveau deux prêtes, puis croisa subitement les bras, le droit passant sous le gauche. Cette manœuvre inattendue avait pour objectif de semer la confusion, notamment parce que c'était Odd – qui arrivait dans leur direction – qui était visé au travers du projectile de la main droite, désormais décroché. Parfaitement calculé, les réflexes du félin furent insuffisants et il l'encaissa de plein fouet, ce qui le projeta en arrière ; sans Overboard, il parvint malgré tout à s'accrocher sur la plate-forme générée précédemment au milieu du vide à mi-hauteur par Aelita.
Le second champ de force était allé au même moment directement sur le samouraï qui l'absorba avec son sabre avant de filer en direction de son ennemie, qui supprima une parcelle de sol pour contraindre Ulrich à sauter, et l'empêcher de se mouvoir tandis que la vitesse prise par son Supersprint l'amenait inexorablement vers Aelita, déjà prête à se le payer. La flèche laser encaissée en pleine tête la perturba, sauvant Stern qui n'encaissa pas le champ de force tout prêt pour lui, lâchant un de ses sabres et attrapant l'avant-bras tendu de la créature avant de la projeter dans le vide. Aelita généra une plate-forme une dizaine de mètres en contrebas, évitant la chute fatale. Odd, de beaucoup plus haut, commença toutefois à la canarder, provoquant l'agacement de la créature de X.A.N.A qui supprima la plate-forme sur laquelle il se trouvait. Mais le félin s'y attendait et, avec de bons réflexes, bondit sur la paroi de la falaise principale sur laquelle il s'agrippa d'une main avant de continuer à canarder Aelita, qui parvint toutefois à générer un dôme de pierre au-dessus d'elle afin de se protéger. Elle était désormais cachée, et coincée, à l'intérieur.
- Bien joué Odd. Va rejoindre les autres, je surveille ici, lui cria Ulrich depuis sa position.
- Ça me va.
Et le félin se mit à grimper le flanc de la montagne via ses griffes.
Plus haut, William et Yumi avait débarqué sur l’immense plateau plat, en dehors de la présence de la grotte. Aelita partie, il semblait inhabité. Cependant, une lueur rouge s'échappa soudain de l'obscurité de la grotte en question. Quelqu'un venait d'activer un double sabre laser rouge.
- Hum... c'est Christophe, commenta Ishiyama.
- Oui, il vient d’apparaître sur mes écrans, confirma Jérémie.
« Et on ne peut pas le dévirtualiser... s'il reste à l'intérieur ça va être coton » pensa Yumi.
- Il faut le sortir de la grotte, informa la japonaise à son garde du corps qui hocha la tête avant d'envoyer une salve d'énergie en direction de l'ennemi, qui l'absorba.
-Mais qu'est-ce que tu fais !? s'écria la geisha choquée.
- Je le fais sortir de la grotte.
Il parvint au moins à faire sortir l'arme de son adversaire qui fut promptement projetée tel un boomerang dans sa direction, tournoyant sur elle-même. Le zanbatō métallique effectua une parade et la lame mortelle retourna vers son propriétaire aussi sèchement.
- Tss, fait chier, commenta Dunbar devant l'échec de sa provocation.
- Attention, X.A.N.A envoie un monstre.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAelita et son vaisseau venaient de débarquer au milieu du monde virtuel ennemi. Elle repéra le Skid paralysé. Mais Thomas, lui, la repéra bien vite elle et, sur son oiseau, fonçait déjà dans sa direction. Toutefois, l'ancienne gardienne de Lyoko avait peu de chance de se faire avoir comme Melody puisque cette dernière, passant par Hervé, qui lui même était passé par Phil, avait expliqué la façon dont elle avait été piégée, pour qu'elle ne se retrouve pas bloquée de la même façon. C'est pour cette raison que la régie avait programmé les deux prochaines torpilles que le vaisseau tirerait pour être téléguidée automatiquement vers la première cible en mouvement du périmètre. Qui se trouvait être Thomas et sa monture. N'ayant pas vu venir une telle arnaque, le pigeon se mangea une des deux torpilles dans l'aile, et parti en vrille, expulsant Thomas, qui, heureusement pour lui, ne fut pas propulsé hors de la plate-forme. Alors que l'oiseau s'était écrasé, disparaissant en nuée de pixels, le Perlé était bien trop loin pour empêcher Aelita de s'introduire dans l'arbre sacré.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire montagne, ???

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngYumi avait eu très chaud aux fesses : les deux Bloks qui étaient apparus l'avaient ciblé avec leur cercle de feu et seule sa prouesse acrobatique lui avait évité une mort certaine, contrairement aux deux têtes au carré qui s'étaient de fait mutuellement tirés dessus et dévirtualisés. Son esquive l'avait cependant éloigné de William, aux prises avec une nuée de Frolions qui avaient débarqué de la couche nuageuse, et qui n'étaient pas sa tasse de thé vu son style de combat.
Un Mégatank venait de sortir de la grotte : roulant renfermé sur lui-même, il stoppa à quelques longueurs de Yumi pour se mettre à charger un tir dans sa direction. La japonaise, pas dupe, avait déjà balancé l'un de ses éventails. La sphère se referma afin de se blinder contre cette attaque, mais trop tard : la japonaise pouvait constater que son arme était entrée à l'intérieur. Deux secondes plus tard, le monstre explosait, mais Ishiyama n'était pas sereine pour autant vu ce qui se trouvait désormais à sa place.
On avait presque l'impression qu'une fanfare s'était mise à sonner d'une façon inquiétante : William, xanatifié, probablement caché jusque là à l'intérieur du monstre grâce à sa Supersmoke, avait surpris Yumi par le contexte de son apparition.

- Content de te voir moi aussi, ironisa-t-il avant de faire apparaître son arme et de la projeter sur la japonaise.
- Flèche laser !!
Le félin avait fini de jouer les alpinistes. Son missile heurta la course de l'épée et la dévia, la faisant valdinguer loin de Yumi. Dunbar reporta son attention sur lui. Le X.A.N.Aguerrier avait perdu de sa superbe et ne semblait à son tour pas ravi. Il ragea bruyamment, mais attira de nouveau à lui son zanbatō, paré à en découdre. Le félin, plus à son aise dans le jeu aérien, avait déjà explosé deux des quatre mouches vertes qui volaient autour de William. La japonaise, avec son dernier éventail, acheva les deux derniers, libérant son allié de ses tourments.
Le William blanc se rua aussi sec sur le William noir. Les armes s'entrechoquèrent, mais le gentil asséna un coup de pied au thorax de l'autre qui fut projeté en direction de la grotte, atterrissant sur les fesses.
Les trois Lyoko-guerriers présents sur le roc en profitèrent pour se regrouper.
- Christophe est dans la grotte, signala la japonaise à Odd. Le problème, c'est qu'on arrive pas à le faire sortir.
- Ah, c'est ça la lueur rouge.
En effet, au sein de la roche, l'inquiétante luminosité dégagée par l'arme laser était toujours là...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngPour ne pas se faire piéger comme les autres, Aelita avait sauté suffisamment loin pour atterrir derrière la bulle virtuelle. Problème : elle n'était évidemment pas seule.
- Abattez-la ! ordonna Thierry.
Valérie et Céline étaient prêtes. La gardienne de l'Eire n'aurait pas le temps de se concentrer suffisamment pour faire exploser la bulle depuis l'extérieur. Elle pris la décision de reculer de quelques pas pour se faire absorber par l'astre lumineux avant que la poussière de Valérie ne l'atteigne.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau mondial

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Dracolosse qui nageait dans le réseau était solidement encadré d'un Serpang à sa droite et d'un Rosabyss à sa gauche, les trois Pokémon alignés et leur dégradé coloré formant une sorte de métaphore d'un spectre politique qui avait prévalu depuis un siècle. Devant eux, un Lanturn éclairait la voie. Les créatures étaient arrivées devant le sas du monde virtuel de l'ennemi, d'ores et déjà ouvert. Seul le gros dragon s'y engouffra cependant. Galvanisé par sa Danse Draco, il émergea de l'eau rapidement, s’élevant à hauteur de l'unique plate-forme de Kharlan. Thomas n'avait plus son oiseau mais il montait désormais la garde devant l'accès au cœur de l'arbre.
- Mais qu'est-ce que c'est que ça... ?
Le Dracolosse se mit soudain à briller de la gueule. L'Ultralaser qu'il envoya à son adversaire était à la fois puissant et rapide, et donc mortel. Mais Thomas avait de bons réflexes et se projeta sur le côté, la décharge d'énergie explosant sur l’écorce de l'arbre, provoquant une épaisse fumée qui fit disparaître l'humain. De toute façon, le Pokémon avait besoin de se recharger un moment, alors il ne bougea pas. Le marteau de la Perle surgit soudain du brouillard pour venir cogner le ventre à écailles de la bête, ce qui n'eut pas l'air de lui poser un énorme problème, le choc électrique qui en résultait étant globalement bien absorbé par cette surface majoritairement de type Dragon et non Vol.
Ayant retrouvé ses pleines capacités, la fumée se dissipant, le Dracolosse bondit soudain à pleine vitesse, utilisant ses ailes, pour se rapprocher de sa cible qui venait à peine de récupérer son marteau en main. Au dernier moment, Thomas fut victime d'un Giga impact qui le fit valdinguer au loin. Tandis que le Pokémon soufflait à nouveau, il remarqua le Skid toujours immobilisé en vol en hauteur, non loin de là.
Il cracha alors une petite étoile de feu dans sa direction avant de partir sans se retourner et de s'engouffrer dans la grotte. À l'impact de l'attaque Déflagration, le sous-marin explosa, libérant Melody, qui n'était pas affectée par les flammes.
- What the...?


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngTerritoire montagne, ???

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngToujours sur son sentier, Ulrich constatait du mouvement du côté du dôme qu'avait généré Aelita. Il serra l'un de ses sabres, prêt à intervenir.
La roche explosa, vraisemblablement sous l'effet d'un puissant champ de force, dévoilant sans surprise son ennemie, qui observa les alentours quelques secondes avant de lever la tête vers lui et de remarquer sa position menaçante.
- Ulrich, c'est moi !
Mine surprise du samouraï. Elle n'était plus xanatifiée ?
- Hein ? ne trouva-t-il pas mieux à répondre.
- La vraie Aelita, celle qui est désormais sur l'Eire ! Hervé m'a appelé à l'aide à la suite de votre capture dans la bulle, mais je pouvais pas la faire exploser de l'extérieur parce qu'il y avait trop d'ennemis et personne pour me couvrir.
- Ok j'ai saisi. Dépêche-toi de la faire péter de l'intérieur !!
- Où sont les autres ?
Stern pointa son doigt en direction de l'énorme roc.
- Là-haut. Tu peux m'aider à les rejoindre ?
- Oui...
Elle généra une plate-forme à mi-hauteur, à peu près similaire à celle que son doppelgänger avait lui même créé précédemment avant de la supprimer pour tenter de mettre Odd hors jeu. Une fois cela fait, Aelita se concentra de nouveau, afin de raccorder à sa plate-forme une excroissance en forme de pente. Il fallait accéder au plus vite aux limites de ce monde. Elle se jeta sur la piste sur les fesses, prenant rapidement de la vitesse...
Ulrich avait déjà activé son Supersprint, suivant le sentier qui faisait le tour de la falaise, histoire de prendre de l'élan. Une fois revenu à son point de départ, il bondit, prenant appui sur la plate-forme intermédiaire, pour se propulser encore plus haut. Il était un peu court pour atteindre directement le sommet mais, sabre dégainé, il s'accrocha à la paroi. Il ne lui restait qu'une quinzaine de mètres à montrer...
Plus haut, William s'était redressé.

- Manta... !
Sous un cri majestueux, une Manta volante noire surgit de la couche nuageuse.
- ... allez ! ordonna son maître.
Tandis que la créature fondait sur les Lyoko-guerriers, occupant momentanément leur attention, le X.A.N.Aguerrier visible avait généré de la fumée violacée, la projetant sur Yumi, occupée à parer avec son éventail le premier tir du monstre aérien. William la poussa, encaissant la décharge de fumée à sa place, étant projeté par delà la falaise. N'ayant heureusement pas lâché sa propre arme, il parvint à la placer vers le bas afin d'entrer en lévitation et se stabiliser, arrêtant sa chute ; il lui faudrait cependant une bonne quinzaine de secondes pour revenir sur le terrain.
Sur le terrain en question, le félin s'était rué sur l'autre William ; il fallait essayer de le mettre en difficulté pour forcer Christophe à sortir, mais sans bien sûr le dévirtualiser. La manœuvre était courageuse pour Della Robbia qui avait déjà perdu des points de vie...
- Odd non ! criait d'ailleurs Yumi.
Ulrich venait de finir de gravir la falaise et était en train de se rétablir sur ses jambes.
- Supersprint !

- Supersmoke !
William, ainsi transformé, passa sous les jambes du félin et se reforma, épée en main.
- Bouclier !
Odd n'avait pas simplement généré sa protection, il avait également effectué un mouvement dynamique vers l'avant afin de ne pas simplement subir le choc de l'attaque. L'impact brisa la protection mais celle-ci avait stoppé le zanbatō, et William n'était momentanément plus en mesure de l'abattre suffisamment fort pour menacer sa cible.
Cependant, la situation n'avait pas échappé à Christophe qui avait renvoyé son double sabre en mode boomerang sur Odd, désormais de dos. Heureusement, Ulrich, à fond la caisse, attrapa son camarade de chambre en pleine course pour le tirer de ce guêpier. Il allait tellement vite que les deux Lyoko-guerriers furent projetés sur plusieurs mètres, roule-boulant même hors de l'imposant plateau. Et, tandis qu'ils chutaient, un flash blanc leur fit soudain perdre la vision.
Tout disparut momentanément.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.png???, ???

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSous l'étrange dôme cerclé de sortes de larges barreaux, une curieuse lumière, violette, surnaturelle, était visible à l'extérieur. À l'intérieur, sur le sol également mauve, les bras menottés les retenant au dôme, William et Christophe étaient là. Conscients tous les deux. Ils n'étaient pas si éloignés que ça, attachés à environ 45 degrés de distance du cercle qui formait les parois de leurs cages. En s’apercevant tous deux, cela les aida à garder leurs esprits.
- Je pense que c'était une bulle virtuelle, annonça William.
- Bien entendu, confirma M'Bala. Personne n'aurait pu nous menotter si facilement.
- Le moment est mal choisi pour faire le malin, si tu veux mon avis, souligna une troisième voix connue.
Celle-ci provenait de l'autre côté du cercle (sans blague ?). Une silhouette humaine venait comme de surgir du brouillard violacé, qui pourtant ne semblait pas pouvoir entrer dans le dôme. Une silhouette masquée, aux cheveux noirs coupés courts. Sur le masque au fond violet était peint un visage souriant dans le bon sens, avec de vrai grands yeux rouges plus réalistes.
- Ce masque... X.A.N.A m'en avait parlé... c'est toi Jérémie ? questionna William.
- Oui, confirma l'intéressé, y compris vocalement.
Il ôta son masque. Belpois était bien devant eux. Le Jérémie qu'ils avaient toujours connus.
- Et... pourquoi cette petite mise en scène mec ? interrogea Christophe.
L'accusé haussa les épaules, l'air blasé.
- J'ai effectué des simulations en fonction des personnes qui sont entrées dans la bulle. Le plus probable est que ce soit William qui y passe, même si j'ai fait en sorte que ce soit facilité. On le saura bientôt. C'est à cause de toi qu'Aelita et moi on s'est disputé à l'origine, alors il est logique que le jeu soit truqué en ta défaveur. Et on sait tous les trois que la vérité, ce n'est pas que X.A.N.A t'a capturé malgré toi...
La prise de parole était violente. Dunbar, qui avait compris l'allusion, ne répondit pas. Contrairement à Christophe :
- Mais ferme-là Jérémie ! Tu ne peux pas savoir par quoi il est passé puisque tu avais fui comme un lâche ! Ce que tu as fait n'est finalement pas si différent de William, mec...
Belpois lui adressa un regard mauvais, mais n'ajouta rien.
- N'étant pas un monstre, et même si finalement tu auras toujours été plus un boulet qu'une aide, je te laisse libre de vivre tes probables derniers instants avec ton meilleur ami, le reste ne dépend plus de vous. Je précise que vous n'êtes pas réellement ici, ce n'est que vos consciences.
Il tourna les talons, considérant l'échange clôt... mais, alors que son avatar disparaissait peu à peu dans la brume violette, il ajouta :
- Ah et je ne parlais pas de Christophe.
La silhouette se volatilisa, et le brouillard extérieur sembla soudain moins épais. Une autre forme semblait déjà se dessiner... et il s'agissait de nouveau de Jérémie, blond, avec son apparence plus habituelle de lycéen. Enchaîné lui aussi, à l'autre bout du dôme, il remarqua les deux lycéens.

- Ah, William.
Ce ton froid sans émotion. Ce n'était plus Jérémie, c'était...
- X.A.N.A.

- Hum. Étrange endroit. Je suis coincé. Je ne vais pas pouvoir t'aider.
- Attends mec, c'est la bulle virtuelle, rappela Christophe.
« Jérémie » leva les yeux vers lui.

- Oui. J'ai réussi à y entrer. Et me voilà ici.
- Hum, c'est possible ça ?
- J'ai l'impression que Jérémie nous a assigné des rôles, souligna William. Le fait qu'on soit coincé ici tous les deux semble parfaitement normal. Enfin, nos esprits. Mais c'est quand même bizarre. Comment savoir que tu es vraiment X.A.N.A ? Tu n'es même pas celui que nous connaissons...

- C'est vrai, répondit le programme. Mais j'ai l'impression que tu as partagé quelque chose de puissant avec mon original de cet univers. Parce que d'une façon que je n'explique pas moi-même, j'ai senti que tu étais en danger, et je n'ai pu m'empêcher de venir ici.
Les deux lycéens ouvrirent de yeux ronds. Dunbar se reprit finalement :
- Oui. À la différence de l'autre William, ici je n'ai pas été capturé qu'une seule fois. Et à partir de ma seconde capture, j'ai négocié le fait que tu me laisses conscient. J'avais trop peur de toi pour te trahir, alors j'ai joué le jeu. D'une certaine façon, j'ai vraiment été ton bras droit. Et c'est vrai qu'on a fait quelques trucs, qui me permettaient de m'amuser un peu, d'autant que finalement, j'ai très peu combattu mes amis, et on a été confronté à de nombreuses difficultés. C'était en quelque sorte une association mutue...
- Fin de la simulation, annonça une voix, interrompant l'ancien X.A.N.Aguerrier dans son monologue. Nombre de joueurs : 8. Nombre de survivants : 7.
- Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ? siffla M'Bala en s’agitant sur ses chaînes, visiblement excédé d'être bloqué ainsi.
- Chris je... je crois qu'on devrait se dire au revoir, annonça William.
- Mais qu'est-ce que tu racontes !? Tu vas quand même pas entrer dans le jeu psychologique de Jérémie...!?
- Je sens... je pense que c'est la fin. Il a dû arriver quelque chose à mon enveloppe et tu sais comme moi ce que ça signifie ici. Mais ne perdons pas de temps avec ses détails. Je compte sur toi pour ne pas péter les plombs en sortant d'ici si je suis vraiment mort.
- Mais je...
- Chris !
Le ton était ferme. Il ne laissait pas place à la négociation. Pas ici. Pas maintenant.
- Je vais essayer... répondit-il simplement en détournant le regard.
Mais l'ivoirien remarqua soudain quelque chose.
- Will, tu t'effaces...
Il avait raison. Dunbar semblait déjà plus translucide. Ce dernier le constata également.
- Merci pour tout. C'est grâce à toi que j'ai pu rebondir après le désastre de ma première période de Lyoko-guerrier. T'es un mec bien. Reste le.
- Je te dois tellement aussi... répondit son camarade, la voix brisée.
- X.A.N.A. Une fois sorti d'ici, fais pas l'enculé. Tu as compris que tu m'en devais une. Essaye de te rendre un peu utile, si tu vois ce que je veux dire.
Le Jérémie lui adressa un rictus mauvais. Pour qui il se prenait ce gosse ?

- J'agis toujours dans mon intérêt, répondit-il simplement.
- Je prends ça pour un oui, vu qu'il n'y avait pas d'insultes.
On commençait à avoir du mal à distinguer son rictus presque amusé. Il avait pratiquement disparu. William Dunbar reporta son attention sur Christophe :
- Ne sois pas triste. Peu de gens ont une chance... de tout effacer.
Les menottes retombèrent contre les parois de la cage dans un petit bruit. William Dunbar n'était plus là. Christophe, qui l'était encore, se mit à hurler de rage.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan, troisième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Gladys avait choisi d'opérer un repli stratégique face à Anne-Sophie et sa nouvelle créature de coton, profitant habilement du terrain pour tenter de se dissimuler. Au-delà des longues barres d'immeuble, elle avait fini dans sa retraite par tomber sur un petit « jardin secret » au pied de l'une des bâtisses, petit carré d'herbe soigneusement dissimulé par des haies végétales. recouvrant des grilles peintes en vert, sans doute pour masquer cet élément minéral. Gladys avait toutefois pu se téléporter discrètement à l'intérieur grâce à ses pouvoirs et avait ainsi échappé temporairement à la vigilance de son hôte et de sa créature cotonneuse au maillet. Il fallait désormais exploiter correctement un éventuel effet de surprise. Anne-Sophie était toujours en vol, et pourrait repérer la tâche violette et bleue au milieu de la végétation en faisant un peu attention. Coup de chance, Gladys avait pu récupérer son ballon, ce qui pourrait servir. L'autre en revanche, était a priori inoffensif tant qu'elle était protégée par les barrières. C'était le bon moment pour avoir une toute aussi bonne idée. Mais il n'était pas possible d'anticiper lequel des deux allait la repérer éventuellement en premier. C'est finalement la fille qui survola l'endroit de prime abord, commençant à fouiller plus attentivement chaque recoin après un survol global. Comme les haies masquaient un peu son champ de vision, Anne-Sophie amorça une légère descente. Suffisant pour Fontaine qui propulsa soudain son ballon changé en bloc de glace en l'air, sans viser son ennemi – c'était quasiment impossible dans cette position exiguë – mais le plus fort possible. Elle avait bien sûr été repérée mais, utilisant son Trou de ver sur son propre ballon, et générant le vortex de sortie au-dessus d'Anne-Sophie qui regardait bien sûr vers le bas. Encaissant le bloc de glace en pleine tête, le choc la fit plonger d'un coup, elle cogna la barrière cachée par la haie sur la face extérieur et s'écrasa au sol.
Sa créature, qui n'était pas trop loin, rappliqua rapidement, attirée par le bruit. Gladys venait à peine de passer de l'autre côté de la barrière qu'il fallait déjà faire face à ce problème. Récupérant le plus vite possible son ballon, alors que l'humanoïde était déjà en train de brandir son arme d'un air menaçant, il s'effondra soudain sur lui-même en pleine course, redevenant un petit tas de coton qui fini par disparaître.
Reportant son attention sur Anne-Sophie, Gladys constata que la fille au manteau noir était en train de se dépixéliser. Étrange. Elle n'avait pourtant subit aucun dommage depuis quelques secondes, et si le choc avec le ballon combiné au crash sur le grillage avait été suffisant, pourquoi n'avait elle pas été éliminée immédiatement ?
La footballeuse se ressaisit, reprenant son ballon. Certaines questions pouvaient attendre.



À suivre : Le collier de Perles et l'éclat Adamantin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2020 20:01   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2261
Localisation: Territoire banquise
https://i.imgur.com/Ev1lt6d.png
http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLa Plaine-des-Palmistes, Île de La Réunion, début de soirée

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSur l'île de l'Océan Indien, il faisait déjà nuit lorsque les guerriers de l'Eire avaient demandé au touriste leur servant de guide d'attendre près de la voiture en arrivant en vue de leur objectif : le piton des Songes, petit sommet montagneux recouvert de forêt, lieu discret de pèlerinage catholique certes, mais... coin éminemment tranquille une fois hors des sentiers battus. Un cauchemar pour mener des recherches, littéralement impossibles à faire discrètement sur un tel terrain jonché de branches et feuilles en tout genre. Ce n'était toutefois pas l'idée du groupe d'adolescents qui estimaient cela bien trop risqué.
En effet, Mehdi possédait de longue date une paire de jumelles thermiques de bonne facture, cadeau de l'un de ses meilleurs amis d'enfance désormais chasseur nocturne lors de ses vacances dans la résidence secondaire de ses parents dans le Rhône, un passe temps qui avait comme spécificité d'être totalement illégal. Mais dans le cas présent, de manière indirecte, cela était fort utile. Le complexe de Jérémie ne mit pas longtemps à se faire gauler, une forte source de chaleur émanant de son souterrain secret. Un peu trop même. C'était louche. Mais au moins, il avait été repéré.
Le plus discrètement possible, Mehdi, Chris et Senja s'approchèrent de la source du signal et découvrirent effectivement une entrée embusquée. White, qui était le plus en avant, dévoila trois doigts. Il en abaissa un, puis deux et...
Banzaï. Les trois alliés dévalèrent la pente douce du souterrain à fond la caisse, aidés à cet effet par le spectre qu'ils hébergeaient dans leurs corps. Il n'y avait aucun piège et ils déboulèrent nez-à-nez avec Jérémie, qui venait de se retourner. Devant lui était déposé une grande table assez modeste en bois avec de nombreux écrans et diverses machineries. Une pièce à vivre rudimentaire était visible dans un coin, sur la gauche.
Belpois lui, n'avait pas beaucoup changé depuis la dernière que Senja l'avait vu, mais il avait l'air un peu plus maigre et le teint un peu plus blafard. Les cernes qui mangeaient son visage accentuaient son aspect fantomatique. En revanche, il ne semblait pas inquiet.
- Approchez, approchez...
allez...
La tension était palpable. Personne n'osait attaquer en premier. L'assurance de Belpois était un peu déstabilisante pour les irlandais qui pensaient profiter de l'effet de surprise, et qui, de fait, soupçonnaient un piège. Même s'il avait lui-même un spectre à l'évidence, ils étaient tout de même à trois contre un...
- Yaaaaaah ! s'écria alors Lua.
Il se jeta sur sa cible, qui appuya alors sur un bouton de son clavier, translatant soudain l'une de ses Perles, Christophe, qui apparût devant Senja et lui attrapa les poignets, tandis que Belpois s'était glissé sur la droite et se battait désormais avec Mehdi, étant visiblement lui-même possédé par un spectre. Chris, perturbé par l'apparition soudaine, ne vit pas Fontaine se faire repousser en arrière par Jérémie, et les deux hommes se cognèrent brièvement, permettant à Belpois d'accéder au tunnel de sortie.

- Rattrapez-le, vous inquiétez pas ! ordonna Senja. Il faut pas qu'il s'échappe !
Ils s’exécutèrent. Alors que le frère de Gladys passait la tête par l'ouverture de la planque, il reçut un coup de pied sauté de la part de Belpois qui s'était caché dans un recoin.
- M'échapper hein ? Vous ne comprendrez jamais rien, se moqua Jérémie.
Se jetant à pieds joints sur White qui était encore en contrebas à cause de l'inclinaison du passage, il le fit rouler-bouler en s'appuyant sur lui. Déjà, Mehdi se relevait, se jetant à nouveau sur son adversaire, mais Belpois généra des éclairs qui forcèrent Fontaine à cesser l'attaque pour esquiver. Jérémie en profita pour esquisser un bref sourire avant de décamper dans l'autre sens dans la forêt. Mais Chris, remonté et Mehdi pouvaient compter sur le bruit des branches qu'il faisait craquer pour le pister et s’élancèrent à ses trousses.
Dans la planque, la situation n'avait que peu évolué.

- Pourquoi tu me tiens comme ça d'ailleurs ? questionna Senja à Christophe sur le ton de la conversation.
- ... Normalement quand je touche quelqu'un, je peux le téléporter ailleurs.

- Les pouvoirs de déplacement ne fonctionnent pas en translation. C'est sûrement pour ça.
- Ah, je vois.
- ...
L'irlandais captif bascula alors vers l'avant, afin de pouvoir projeter son geôlier plus loin. En prime, il se retrouvait du côté de l'ordinateur...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa bulle virtuelle avait explosé, libérant les nombreux captifs au milieu de la grotte et du rituel. Les Lyoko-guerriers étaient surpris de retrouver Aelita, et plus encore, un Dracolosse. Par contre, il manquait le William de cet univers.
- Bien joué Aelita, on l'a échappée belle, souffla Ulrich. Tout le monde va bien ?
Un silence gêné s'installa. Outre Christophe, déjà en état de choc, l'autre William et Yumi avaient également assisté à quelque chose de mauvais augure. La japonaise prit la parole :
- Ulrich... quand t'as sauvé Odd, c'est William qui a reçu le sabre rouge...
Le samouraï regarda autour de lui. Son ancien rival n'était effectivement pas là.
- C'est impossible... commenta simplement Odd qui avait eu le même réflexe.
- Vous allez tous crever !! hurla alors Christophe alors que Valérie et Céline étaient déjà prêtes à faire face aux intrus.
Alors qu'il s'était jeté sur ses ennemis comme un imbécile, et de la même façon qu'il avait jeté à la poubelle la promesse faîte à William de se maîtriser, son sabre à peine activé, et qu'une poussière noirâtre menaçait déjà de le démonter, il fut absorbé par un trou de ver et recraché en direction du groupe. Gladys apparût de la même façon peu après à ses côtés.
- Garder la tête froide on a dit, lui conseilla-t-elle.
Plus haut, la scène n'avait pas échappé au Thierry cagoulé qui tourna le regard pour vérifier quelque chose. Il n'y avait plus qu'une seule entrée pour accéder aux secteurs. Il y en avait désormais neuf.
- La gamine a pu ressortir. Ça veut dire que le Commandant a activé le grand Neith-hoyage. Préparez-vous !
Les Perles du Neith qui étaient encore sous forme d'hologramme disparurent, ainsi que les programmes dérobés, les objets du rituel et le fluide lié. Ne restait donc plus que les deux ennemis physiquement présents, Valérie et Céline. La première envoya soudain une grosse quantité de poussière noire et rouge, inoffensive, mais destinée à brouiller le champ de vision sur le terrain. Quand la poussière fut dissipée, les deux ennemis n'étaient plus là.
- Bon... un peu de répit pour essayer d'y voir plus clair, souffla Ulrich.
Melody, libérée de sa prison, venait d'ailleurs de rejoindre le groupe.
- Hello les gars ! Contente de voir que vous êtes libres.
- Je suis bien content aussi, souffla Hervé, visiblement soulagé.
- Melody, annonça sa camarade de classe. On s'en est pas tous sortis. On a peur que William soit mort.
La rousse était très étonnée, et pour cause :
- Euh mais les deux William sont là pourtant, fit remarquer l'anglaise, à juste raison.
Les autres furent alors encore plus étonnés qu'elle. Le William à la tenue virtuelle de leur univers, bras gauche sombre et zanbatō sur l'épaule, leur adressa un sourire.
- Tout va bien, rassura-t-il.
- Mais attendez un peu... commença Hervé.
Il aurait de toute façon mis trop de temps à comprendre et à alerter ses amis. La lame de William était déjà tournée vers son camarade le plus proche, à savoir Odd. Mais Ulrich, en Supersprint, s'était déjà rué, sabres activés, pour parer l'attaque. Yumi envoya ses éventails, fauchant les jambes de son agresseur. Stern n'avait plus qu'à finir le travail en plantant ses lames dans le flanc de Dunbar, qui se changea brièvement en Céline avant de se dépixéliser et de disparaître.
- Redoutable...
- Bien joué ! félicita Hervé.
Christophe était au bord de la rupture :
- William... il était là... il est plus là... il s'est évaporé...
- On est en plein territoire ennemi, ressaisi-toi ! ordonna le samouraï à son ami ivoirien. C'est facile pour personne !
M'Bala ne répondit pas mais au moins, il ne courrait plus n'importe où avec l'envie de tuer quelqu'un. Il fallait dire que leurs ennemis n'étaient plus là.
- Bien, reprit le Jedi aux sabres bleus. On reste calme et on réfléchit à la suite. Déjà, pourquoi est-ce qu'il y a un Dracolosse avec nous ? C'est à toi William ?
Le groupe d'humains en avait avec tout ça presque oublié l'imposant dragon qui se tenait à leurs côtés.
- Non, je n'ai que des type Eau, répondit l'interpellé.
- C'est X.A.N.A, souffla Christophe. Il a rejoint la bulle, apparemment attiré par le fait que William était en danger. Il ne devrait pas nous attaquer.
Le Pokémon avait de surcroît déjà eu largement l'occasion de pouvoir le faire si tel avait été son ambition. Ne pouvant parler mais comprenant ce qui se disait, il fit un signe de tête en direction des neufs entrées, de l'autre côté de la caverne.
- C'est plutôt une bonne nouvelle, il est balèze, souligna Odd à son camarade de classe.
- Oui merci Odd, moi aussi j'ai affronté Peter.
- Revenons à nos moutons, recentra Gladys. De ce que j'ai vu, ils sont en train de procéder à une sorte de rituel avec les programmes dérobés sur Lyoko. C'est aussi pour gagner du temps qu'ils ont dû tendre le piège de la bulle virtuelle.
- C'est sans doute le processus d'extraction des programmes, commenta Pichon.
- Bref, mieux vaut empêcher ça. Ils sont partis d'un coup mais tout à l'heure, il n'y avait qu'une seule entrée et là y en a presque dix, je suppose qu'il va falloir les débusquer.
- Normalement, les guerriers de l'Eire ont trouvé Jérémie à l'heure qu'il est, j'espère qu'ils réussiront à le capturer, informa Aelita. Ça ne change rien au fait que ces types là ont l'air autonomes et qu'il vaut mieux s'en occuper, avec ou sans lui.
- Toujours cette manie de faire vos trucs dans votre coin hein ? fit remarquer Odd, à moitié moqueur tout de même.
Malgré tout, Aelita venait de sérieusement leur sauver les miches en faisant exploser la bulle virtuelle grâce à ses capacités. Jouer la carte du manque de confiance de la dernière fois ne semblait pas approprié dans l'immédiat.
Le groupe s'était avancé en direction des portes.
- Bon... et maintenant ? s'interrogeait Ulrich. Hervé, tes écrans te disent quelque chose ?
- J'avoue que non. Pour ce qui est de la grotte c'est bon mais là, ça a l'air de mener ailleurs. La carte n'indique d'ailleurs rien.
- Encore de possibles pièges mortels en perspective, soupira le félin.
- On est neuf pour autant d'entrées. Mais mieux vaut faire des groupes de deux, surtout pour William.
- C'est pas impossible qu'ils soient à peu près ce nombre là, commenta Gladys qui avait pu observer un peu plus longuement le rituel. Sachant qu'on en a déjà battu certains. S'ils sont chacun isolés, les attaquer à deux semble effectivement plus sûr.
- Il faudrait aussi que quelqu'un reste ici. au cas où. Christophe, c'est à toi que je confie cette responsabilité.
Ulrich voulait évidemment éviter qu'il ne pète les plombs s'il retombait sur un ennemi. L'ivoirien n'avait même pas envie de protester. Il ne dit rien.
- Bon, alors...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngVigoroth n'avait pas menti et était déjà retourné du côté de Mangriff, lorsque les deux s’immobilisèrent soudain simultanément. Encore. Même un Séviper qui passait par là leur lança un regard surpris, en mode « c'est vraiment ces barjots qui me commandent ? ». Déjà qu'il était dégoûté d'être dirigé par un Mangriff...

- C'est raté pour William, commenta le singe noir et rouge.
- Oui c'est vrai, mais il nous a demandé quelque chose, et par chance, ça ressemble un peu à ce que nous commencions à avoir en tête...
- Alors, on le fait ? Les informations qu'on a pu récolter tout à l'heure sont amplement suffisantes non ?
- Si les Lyoko-guerriers s'occupent des troupes de Jérémie, oui. En prime, cela évitera que l'on s’intéresse de trop près à nous...
- Hé hé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLa Plaine-des-Palmistes, Île de La Réunion

- Pourquoi est-ce que tu te bats pour Jérémie ? T'as mon âge non ? commença Senja, qui visiblement souhaitait discuter.
Christophe, qui s’apprêtait à dévoiler sa lance de sa manche et qui pensait dans sa tête quelque chose ressemblant vaguement à « tu vas voir ta gueule... » s'arrêta, interdit. Il n'aimait pas ne pas comprendre.
- C'est qui Jérémie ?

- Ben... le gars qui vient de te translater.
- Je l'ai à peine vu. Je suppose que c'était le Commandant. Tu sais, si tu essayes de gagner du temps...
- Bah non mais sans rire, objecta l'irlandais. Tu ne sais même pas pour qui tu fais tout ça ?
Le masqué soupira.
- Écoute mon gars, c'est pas vraiment tes oignons. Mais puisque j'ai l'impression que tu cherches à jouer au plus malin qui a toujours raison sur tout, je vais te dire un bon truc : ça pourrait être n'importe qui, je m'en fiche, je suis avec mes potes et je me marre bien en faisant tout ça. Enfin... souvent.
C'était compliqué pour Senja de lire dans son adversaire à cause du masque. Il lui manquait une donnée clé. Pour autant, ce genre de propos avait du sens pour lui.

- Tu me rappelles un peu moi, avoua Lua. J'avoue que la simple idée de faire des trucs funs avec des gens de confiance, c'est déjà pas mal en soi. Moi-même, je prends un certain plaisir à cette excursion dans les Outre-Mer. Sauf que là t'es en train de mettre la vie de beaucoup de monde en jeu.
- On se bat contre un certain X.A.N.A, je suppose que tu ne sais pas ce que ça veut dire.
- Si, et le nom complet, pas l'acronyme, pas certain que ce soit ton cas, sourit l'irlandais. Mauvaise nouvelle : dans cette dimension, il a été détruit peu de temps après ton arrivée, alors pas de mauvaises excuses !
- Et comment tu peux savoir tout ça ? interrogea Christophe.
- Eh oh, c'est mon univers ici, pas le tien. Mais si tu veux savoir, ton « Commandant Belpois », c'est un adolescent qui s'est allié un temps à un programme que j'ai co-crée afin de pouvoir récupérer les « Perles du Neith ». Le véritable Commandant Belpois est mort en même temps que la plupart de tes camarades sur le vaisseau ! Tu ne te souviens pas de l'attaque qu'il y a eu... euh... je sais plus trop quand, j'lavais lu, je crois que c'était le mois équivalent à novembre... ?
Le perlé secoua la tête, ayant compris l'allusion au 11 naos. Non pas qu'il prenait les dires de ce type sur parole mais il savait qu'il y avait des zones de flou dans son cheminement depuis qu'il avait été embarqué dans cette histoire de Perles du Neith. Pour autant non, il ne se rappelait pas. Ou plutôt, il en savait juste assez pour penser qu'il s'agissait de X.A.N.A (il fallait dire que le nouveau Commandant avait fait le nécessaire pour). Bien sûr, il n'avait pas de preuves mais... non, ça ne pouvait pas être aussi simple.
- Ahem. Je propose de se battre d'abord et de discuter après, répondit finalement Chris, embarrassé de ses défaillances mémorielles.

- Si je te bats, tu es détranslaté. Si tu me bats je meurs. Dans les deux cas, on ne pourra plus discuter. Mais si tu penses que c'est la seule issue.
La Perle sentait qu'il était réellement prêt à cette option malgré ses manières diplomates. Il n'avait pas du tout l'air effrayé, alors que comme il l'avait dit, il risquait plus gros que lui, peut-être parce qu'il pensait pouvoir bénéficier de renforts.
- Et toi, pourquoi tu fais ça alors ?
Senja ne semblait pas baisser sa garde pour autant.

- Eh bien... pour les mêmes raisons que toi. Avant j'avais quelques problèmes d'équilibre mais maintenant ça va mieux. Et comme je suis embarqué dans cette histoire malgré moi, j'essaye au moins de rendre ça amusant. Les deux types que tu as aperçu sont plutôt doués pour ça d'ailleurs. Après, miser sur le fun c'est bien mais il y a un moment où il faut savoir prendre ses responsabilités.
Christophe fronça les sourcils, même si cela ne pouvait pas se voir.
- Ouais... on va voir si c'est vrai. Raconte-moi ton histoire, proposa la Perle.
Senja resta interdit. La conversation se présentait bien grâce aux informations de Senja Noir, mais de là à en arriver à ce point... ceci dit, une dérobade serait mal perçue.

- Hum, bon. T'es chiant mais ok. On va commencer notre récit au moment où l'une de mes amies, Clémence, a invité sa bande à fêter son anniversaire...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan, premier secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Valérie avait regagné depuis peu la cour carrée minéralisée, entourée de vieux bâtiments anciens, reprenant ses esprits après une séquence d'action bien remplie. Elle se tenait encore à côté de la petite fontaine centrale lorsque Ulrich et Melody débarquèrent de l'extrémité servant d'accès à son monde.
- Parfois, j'aimerai être loin de tout ceci, soupira la Perle.
Elle généra sa poussière. La rousse avait déjà décollé. Les sabres bleus d'Ulrich étaient sortis.
- Supersprint !
Stern était lancé. Traversant la cour à fond, il bondit au-dessus de la structure métallique que certains osaient appeler fontaine. Il aurait toutefois dû davantage s'en préoccuper car soudain, des éléments rouges et noirs surgirent du tube censé diffuser de l'eau, cognant le Lyoko-guerrier à la mâchoire et le faisant rouler-bouler à côté.
- C'est cramé, commenta Valérie en emprisonnant le samouraï Jedi dans sa poussière.
Elle s'apprêtait à achever son travail lorsqu'elle encaissa une boule de feu de la part de l'anglaise. D'une main, la Perle décrivit un long arc de cercle, la poussière suivant la même trajectoire pour se ruer sur Melody qui esquiva facilement en reculant en arrière. Ulrich, toujours captif mais avec moins de gène, se débattait déjà ; elle dû reporter son attention sur lui. Stern gagnait un peu de temps en parvenant à agiter l'un de ses sabres pour couper dans le vif de la matière, mais c'était comme essayer de séparer la mer en deux : ça ne fonctionne qu'avec ceux qui y croient.
- T'es impossible ! sourit sa geôlière.
Elle avait repris le contrôle de la situation. Mais elle subit soudain un déluge de flammes de la part de Rousseau qui s'était discrètement approchée avant de lui cracher son feu intérieur en cascade au corps-à-corps. Elle fut dévirtualisée et Ulrich, libéré de ses tourments. Il se redressa, l'air de rien.
- Hum... je faisais diversion bien sûr.
- Ah bon ? D'ici t'avais plutôt l'air d'avoir besoin d'aide... lui répondit l'anglaise avec malice.
- Hum, bon. Fais un tour rapide du propriétaire par voie aérienne pour t'assurer qu'il n'y a plus personne et on y retourne.
- No problem.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngNeuvième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Aelita et Odd étaient particulièrement étonnés de tomber sur un genre de grenier aménagé en une petite salle de classe, avec un tableau, un bureau, mais sans davantage de tables, ni chaises. En tout cas, il y avait peu de possibilités de se cacher, et il n'y avait personne. Par contre, il y avait une porte entrouverte qui menait sur un petit jardin secret. Mais là non plus, pas âme virtuelle qui vive selon les deux comparses.
- Bon eh bien on repart, conclut Odd.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngCinquième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Gladys n'aimait pas énormément de choses dans la vie, mais en réalisant que le monde sur lequel elle venait de débarquer contenait deux terrains de foot, elle ne pu s'empêcher d'apprécier un tel contexte. Elle allait en plus y rester un petit moment puisque une Perle au manteau noir et à la rayure horizontale jaune était là. Pierre.
- On s'en occupe, proposa la japonaise, qui apparût derrière la footballeuse.
- On est bien d'accord, approuva Fontaine.
Elles descendirent la pente de manière à pénétrer sur le terrain sur lequel l'ennemi n'avait pas bougé mais souriait. Un sourire de requin.
- C'est sûrement lui qui s'est attaqué à Xanabis, souligna Fontaine.
- Je suis de ton avis. Hervé, bâton s'il te plaît.
L'objet désiré lui apparût en main.
- Attends, conseilla Gladys.
Reposant son ballon noir et bleu à terre, elle s'avança, son jouet favori aux pieds.
- T'aime ce sport hein ?
- ...
Pas bavard le bonhomme. Gladys comprenait néanmoins ça. Il y avait d'autres manières de communiquer. Elle effectua un shoot sur son ballon qui se changea en bloc de glace tout en fonçant sur l'adversaire. Pierre bondit soudain pour pouvoir avoir son pied à la hauteur du projectile au moment où il arrivait sur lui. Il le renvoya, brisant la glace. Encore plus fort.
Gladys sourit, encore. Elle le savait. Elle s'y attendait. Elle activa son vortex. Le ballon s'y engouffra, avant de ressortir de l'autre côté. Avec la même puissance mortelle.
Pierre ne sauta pas. Il n'avait pas le temps. Il se pencha légèrement en arrière. Et asséna à l'objet un coup de boule dévastateur.
Gladys ne souriait plus. Elle ne s'y était pas attendue. Elle reçu le choc au ventre et fut projetée en arrière. Elle n'avait même pas encore touché terre qu'elle s'était entièrement depixélisée.
Yumi ré-ajusta immédiatement son bâton à la hauteur de son visage, comme pour mieux se protéger. Ça allait être plus compliqué que prévu.
- Comme vous le voyez, les capacités de mon avatar surpassent largement les vôtres. Allons. Baissez votre bâton, conseilla Pierre.
Il se rua sur elle, sachant qu'elle se trouvait encore à une dizaine de mètres de lui. Elle ne broncha pas. Au dernier moment, elle fit une roulade sur le côté et plaça son bâton de manière à lui faucher les jambes. L'adolescent au manteau noir fit deux roulades vers l'avant puis se redressa immédiatement et se retourna.
- Je n'en suis pas si sûr... commenta la geisha.
Ce n'était pas uniquement de la frime bien sentie de la part de la japonaise : Pierre n'avait pas d'armes, et ne frappait qu'au corps à corps. Or, avec le bâton, elle savait comment régler son compte à ce type de combattants. Il fallait simplement l'amener à bondir sur elle. Elle déposa l'arme susmentionnée à ses pieds, déploya ses éventails et les balança sur le requin, Télékinésie à l'appui. Problème : il ne chercha pas à esquiver, mais les frappa du poing au contact, et ce sont les éventails qui furent détruit.
- Hervé...
- J'ai vu, je fais le nécessaire.
La japonaise continuait d'utiliser ses pouvoirs mentaux, tentant de soulever Pierre lui-même. La Perle senti le danger lorsqu'il commença à se faire légèrement déplacer au-dessus du sol herbeux, de fait, il se concentra pour tenter de résister, bloquant le processus, mais sans pour autant réussir à s'en dégager totalement. La geisha aussi ne se laissait pas faire, sa maîtrise des pouvoirs psychiques ayant quand même bien évoluée depuis ses débuts. La situation demeura bloquée une quinzaine de secondes, avant que Pichon ne reprogramme les éventails de la japonaise dans ses mains.
C'était presque trop facile. Elle les envoya sur sa cible, trop immobilisé pour pouvoir repousser l'attaque avec ses bras. Et comme ce n'était pas son corps en soi qui était invulnérable, il se mangea les deux, conduisant à sa dévirtualisation.
Yumi rompit immédiatement son sort et se mit à quatre pattes pour souffler dans l'herbe. Finalement, elle ne l'avait pas du tout battu comme prévu, mais l'important, c'était le résultat.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngHuitième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. William et le Dracolosse apparurent entre deux palmiers, dans un petit jardin avec barbecue entièrement cerné d'un mur de pierre de deux mètres à l'aspect un peu délabré, sauf à l'autre extrémité du jardin où était présente une maisons blanche aux larges fenêtres protégées par des barreaux noirs, avec un toit en taule vert pale.
Il n'avait pas été évident pour William d'accepter de faire équipe avec X.A.N.A, vu puisqu'il s'agissait du X.A.N.A qui avait tout simplement massacré l’intégralité de ses amis dans son univers. Mais le programme multi-agent avait été clair et préférait le protéger lui, qui ne devait absolument pas être dévirtualisé, estimant que la protection d'une entité virtuelle vulnérable était une affaire trop sérieuse pour être laissée à des humains. William n'avait pas fait d'histoires compte-tenu de l'urgence de la situation mais n'oubliait rien : il aurait des comptes à régler plus tard.
Juché sur le toit précédemment évoqué se trouvait une Perle au manteau inhabituellement blanc : Thierry. Enfin, l'un de Thierry. Celui avec la cagoule, et les étoiles au-dessus de la tête.
Un autre détail attirait assez vite l'attention : il y avait des Pokémon autour de lui. Deux virevoltaient à ses côtés : un Jirachi et un Celebi. Dans le jardin, côté maison, un Entei était assis devant un imposant Tortank.
- Oh. On tombe à pic je crois.
Le Thierry se releva.
- Tiens mais c'est un dresseur Pokémon que je vois là non ?
- Possible, approuva William en attrapant une Super-ball à sa ceinture.
- Alors tu sais quoi faire, commenta simplement la Perle.
Dunbar dévoila son Pingoleon qui pris place devant lui, à côté du dragon orange.
Beau joueur, Thierry n'ordonna qu'au Tortank et au Entei de se mettre en ordre de marche, laissant les deux autres légendaires virevolter autour de lui. Une belle erreur.
Le chien de feu fit mine de bondir au corps à corps de ses ennemis tandis que la tortue se mettait à quatre pattes pour charger un Hydrocanon. La bête à la robe marron avait les crocs en feu en arrivant à la hauteur du manchot empereur, ce qui ne l'empêcha pas de se prendre une sacrée beigne par l'aile gauche, et d'être projeté contre le mur de pierre au son de son pitoyable couinement. Tandis qu'il se dépixélisait, Tortank avait relâché la pression, et avec elle, ses puissants jets d'eau qui vinrent s'écraser sur le ventre moelleux du Dracolosse, qui avait l'air d'en avoir cure et qui recula d'à peine trois centimètres.
William, qui n'avait pas fait attention à ce détail jusqu'ici, constatait que le ciel était étonnamment sombre. Un temps qui collait en tout cas mieux avec la Fatal'Foudre qui vint subitement s'abattre sur le Pokémon à la carapace, qui n'eut pas l'air d'apprécier : il disparût à son tour.
Le Celebi et le Jirachi avaient cessé de virevolter joyeusement. Et la posture du Thierry semblait soudain beaucoup moins décontractée.
- Hum... bonjour messieurs, comment allez-vous ? demanda-t-il sur un ton innocent. On peut discuter peut-être ?


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngQuatrième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Cinq formes de Thierry et leurs manteaux blancs étaient tranquillement assis en tailleur et en étoile au milieu du jardin, là où les quatre sentiers se rejoignaient. Les cinq entités étaient en train de se partager le fluide. Et au milieu, les programmes semblaient au bord de la rupture. Hiroki, qui se tenait debout à côté, observait ça avec un intérêt certain.
- Encore quelques minutes je pense, fit-il remarquer.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSixième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Odd et Aelita surgirent étrangement d'une sorte de cours d'eau dont les limites n'étaient pas percevables à l’œil nu. Le félin se dépêcha de s'extraire de cette liquidité virtuelle pour se réfugier quelques marches plus haut sur les berges goudronnées. Les deux alliés du jour purent d'ailleurs rapidement constater que les quais qui longeaient ce cours d'eau étaient désert.
- Dire que je me suis mouillé pour rien, ragea Della Robbia.
- Et encore, ce n'est pas fini, sourit Aelita. À ton avis, comment on sort d'ici ?
Odd soupira. Il aurait des comptes à régler avec l'auteur de cette fanfiction une fois le récit terminé. Déjà qu'Ulrich avait toujours le beau rôle par rapport à lui...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUlrich et Melody venaient de quitter la troisième entrée en partant de la gauche, regagnant la grotte principe où se trouvait toujours Christophe. Comme celle à sa gauche qu'ils avaient exploré après s'être occupés de Valérie, il n'y avait personne. Ils s'apprêtaient à prendre la quatrième entrée que Yumi revenait également de son secteur.
- Gladys ? interrogea la rousse.
- Dévirtualisée. Mais plus de soucis du côté de cette entrée.
- D'accord. Bon viens, logiquement, il doit nous rester uniquement cette zone là, c'est bien ça Christophe ?
Le nommé sembla soudain tiré de ses pensées.
- Euh... oui oui...
- Bon.
Les trois Lyoko-guerriers s'y engouffrèrent.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngHuitième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Le champ de bataille était de haute intensité sur ce petit monde virtuel, d'autant plus que le Dracolosse xanatifié semblait avoir mangé du lion : après avoir démoli le Jirachi d'une Déflagration en traître pendant que ce dernier se battait avec le Pingoleon, il livrait actuellement une bataille aérienne avec le Celebi, plus coriace.
Le Thierry lui, avait bondi sur la terrasse surplombant le jardin, prêt à se battre de lui-même contre le Pokémon de William.
- C'est légal ça, de s'envoyer soi-même au combat ? interrogea le dresseur, sceptique.
- Moque-toi tant que tu veux, mais je suis quasiment invulnérable. Rira bien qui rira le dernier.
- Invulnérable comment ?
- Vois plutôt.
L'humain à la cagoule s'avança vers l'empereur des glaces, qui lui fit manger une Ailes d'Acier, faisant réagir les petites étoiles qui virevoltaient normalement au-dessus de sa cagoule. Elles s'interposèrent avant l'impact comme pour le protéger, et même si le choc le propulsa contre les grilles noires de la maison, l'encagoulé sembla s'en remettre parfaitement.
- Bien, maintenant que les choses sont claires, nous allons...
Il ne termina pas sa phrase, se figeant subitement.
- Mon Roi est échec et mat... adieu.
Son avatar se dépixelisa soudain sous l’œil médusé de William. Un détail qui n'avait pas échappé au Pokémon légendaire de type Plante.
- Bi ?
Celebi se mit à tournoyer autour du jardin, comme à la recherche de son dresseur. Le Dracolosse ne parvenait toujours pas à le toucher.
- Bi !
Le Pokémon ennemi s’éleva soudain en l'air à grande vitesse.
- Biiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
Une puissante lumière jaillit soudain. William savait que c'était la merde : il faisait appel à ses pouvoirs temporels ! Qu'est-ce qui allait bien pouvoir encore leur tomber dessus ?
La silhouette qui apparût soudain sur le toit était celle d'un homme en fin d'adolescence, mais avec un style urbain lui donnant un air plus jeune. En fait, mis à part qu'il était légèrement plus vieux que dans ses souvenirs, William, qui connaissait ses classiques, le reconnut instantanément : c'était Red, l'un des personnages les plus populaires de la série Pokémon.
Un bruit sourd se fit entendre. Celebi, totalement fané, venait de retomber mollement dans l'herbe du jardin. Apparemment, l'apparition de Red lui avait coûté tellement d'énergie qu'il ne s'en relèverait pas. Il explosa d'ailleurs peu après. Mais le dresseur vêtu de rouge restait bien là.
- ... !?


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéseau mondial, début de soirée

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAu sein du Wailord rouge actuellement occupé à naviguer dans le réseau numérique mondial, les deux Pokémon leader, Mangriff et Vigoroth noirs, étaient soucieux.

- Ce type...
- ... il est xanatifié.
- Mais qui !? s'exclama Mangriff. Ce n'est pas nous !
- Je ne sais pas. Mais c'est... dangereux... souffla le singe.
La mangouste tapota la paroi de son Pokémon.

- Changement de cap... immédiatement.
La créature de type Eau s'exécuta dans le délais imparti.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngQuatrième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel...
En débarquant par le portail du lieu clôt de ce secteur, tombant sur le jardin virtuel le plus élaboré qu'ils avaient vu jusqu'ici, les trois Lyoko-guerriers furent étonnés de constater qu'aucun ennemi avec l'habituel manteau noir (ou blanc) ne s'y trouvait. Ce qui ne signifiait pas qu'il n'y avait aucun ennemi.
En effet, au centre du sentier qui permettait de se promener au travers des végétaux, se tenaient désormais quatre créatures étranges, mais qui n'avaient rien à voir avec ce qu'ils avaient pu observer dans la grotte précédemment. Il s'agissait d'espèce de hiboux mais à la morphologie plus humanoïde, claires, avec des tâches de coloris différents pour chacun se mêlant au blanc. Il n'y avait également plus trace des chevaux. Ils ne semblaient d'ailleurs pas en avoir besoin puisqu'ils étaient en l'air, non pas en volant mais grâce à des plumes géantes de leur couleur et qui semblait leur servir de véhicule, comme une planche de surf avec un antigravité.
Leurs ailes, qui ne semblait donc pas pouvoir les faire voler, étaient en tout cas suffisamment utilitaires pour manier des armes : une épée, un arc, une faux, et une... balance étaient exhibés par les produits de ce mystérieux rituel.
- Nous y voilà, commenta Ulrich tandis qu'Aelita et Odd apparaissaient à leur tour derrière eux. Les fameux soldats originellement prévus pour X.A.N.A. Censés assurer la suprématie virtuelle.
- On va vérifier, proposa l'anglaise.
Décollant grâce à ses ailes et s'approchant légèrement, elle envoya une boule de feu en direction du volatile aux reflets rouges qui ne broncha pas. Toutefois, juste avant l'impact, une sorte de verrou magique de la même couleur apparût, absorbant l'attaque.
L'ennemi aux reflets dorés tourna soudain son regard vers Melody, et, à nouveau, une sorte de verrou magique, ou plutôt, de cadenas, plus translucide cette fois, se forma sur Rousseau pendant une seconde, avant qu'elle ne soit attirée rapidement vers le cœur du monde virtuel où ils se trouvaient. Elle n'avait pas eu le temps d'envisager une contre-attaque, simplement de constater que ses assaillants semblaient avoir une sorte de lettre grecque dessinée sur le front, que le hibou aux reflets violets lui avait déjà tranché la tête avec sa faux, la dévirtualisant.
- Wow ! s'écria Odd.
- Hervé, rassure-moi, elle est bien revenue sur Terre ? s'enquit Yumi, qui voulait éviter les coups fourrés.
- Oui, confirma Pichon.
Ulrich regarda autour de lui. Odd, Yumi et Aelita étaient encore à ses côtés. L'équipe originelle des Lyoko-guerriers en somme, contre autant d'entités étranges. Stern activa ses sabres lasers. Le défi était de taille, mais comme à chaque fois, ils allaient s'en sortir. Non pas grâce au pouvoir de l'amitié mais parce qu'il s'agissait de leur mission.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLa Plaine-des-Palmistes, Île de La Réunion

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja avait fini de brosser les grandes lignes. Christophe était étonné : cela avait tout d'un scénario écrit par un amateur. Avait-il réellement été manipulé par quelqu'un s'étant fait passer par le Commandant après l'avoir liquidé, et qui y arrivait si bien parce qu'il s'agissait de la même personne, mais venu d'un univers différent ? Il était au courant pour les multiples dimensions bien sûr, ayant lui même éliminé X.A.N.A d'un autre multivers. Mais tout de même...
Tandis qu'il cogitait, Senja en avait profité pour jeter quelques coup d’œils aux écrans de Jérémie.

- Euh... je ne veux pas t'inquiéter mais on dirait que ton « Commandant » a programmé vos dévirtualisations de sorte que vous ne reveniez pas après avoir été vaincus.
- Quoi !?
Le masqué s'approcha.

- Regarde ces paramètres, je ne sais pas si tu t'y connais un peu mais apparemment quand vous perdez, vous reveniez jusqu'ici quelque part en Essonne, en France Métropolitaine, où j'imagine se situent réellement vos corps physiques, jusqu'à ce que vous puissiez vous revirtualiser.
- Je ne sais pas, avoua Christophe. Je n'ai encore jamais été dévirtualisé.
- Hum, je vois. Il n'empêche qu'à part toi, il n'y en a plus que deux encore en vie virtuelle.
Christophe scruta les écrans. Hervé et Thomas.
Le masqué était sûr d'une chose : le Commandant était un génie. Et un génie ne provoquait cette catastrophe que volontairement. Comment les six Thierry avaient-ils pu être balayés aussi rapidement sans cela !? Pour autant, hors de question de laisser ce random guy en profiter, aussi étrangement sympathique soit-il.
- Écoute, c'est sympa d'essayer de m'aider, mais tu te prends un peu trop au sérieux je trouve, cingla le masqué.
Il sorti alors la lance de sa manche. Senja bondit en arrière et se mit en garde. Mais la Perle n'avait aucune intention hostile envers l'irlandais : il retourna son arme contre lui-même et la translation pris fin.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan, septième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Dans son morne bâtiment, Hervé s’ennuyait : il fallait dire que personne n'avait daigné venir l'affronter, chose d'autant plus regrettable que celui-ci était en temps normal invulnérable. Et le Commandant restait silencieux : la Perle à la rayure bordeaux n'avait donc aucune information sur ce qui pouvait se passer dans les autres secteurs.
Il décida alors d'aller voir ce qui se tramait du côté du rituel. Sautant les deux étages internes d'un coup via la balustrade du second, il se fit absorber par la porte coulissante située à l'extrémité de la construction.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngEn revenant dans la grotte, Hervé se rendit compte qu'un type à l'image de Christophe était là et semblait monter la garde, mais de manière assez nonchalante : le temps que le type s'aperçoive de sa présence, il s'était déjà engouffré dans l'entrée qu'il souhaitait.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngQuatrième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. En débarquant au milieu du cloître, Hervé constata immédiatement que le rituel avait réussi, au vu des forces en présence. Plus surprenant toutefois, il constatait que personne n'était là, ce qui n'était pas normal. À moins que...
Le hibou aux reflets dorés l'avait vu, lui décochant immédiatement une rapide flèche d'or que celui au manteau noir encaissa évidemment sans mal. Visiblement surpris par une telle résistance, le hibou aux reflets bleutés l'attira immédiatement avec une étrange magie, la Perle du Neith se sentant complètement captive, ne pouvant même plus transformer ses doigts. Arrivant au contact du groupe, l'animal rouge planta son épée dans le flanc d'Hervé, ce qui ne lui fit rien, à nouveau. Alors, immédiatement, les quatre programmes semblèrent utiliser simultanément sur le corps toujours en l'air d'Hervé leur magie. Quatre cadenas de couleur apparurent sur la Perle puis un bruit de chaîne brisée se fit entendre. L'instant d'après, la Perle était décapitée par l'épée du hibou rouge, avec succès cette fois : son avatar se consuma et il disparût.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

- Mais qu'est-ce qui s'est passé ? interrogea Hervé en voyant revenir Odd, Ulrich et Yumi de la salle des scanners.
- On s'est fait ruiner... commenta Stern. Ils maîtrisent une espèce de magie paralysante, on était comme bloqué, et impossible d'utiliser le moindre pouvoir, c'est n'importe quoi !
- Quelle saloperie, Hopper n'a pas fait les choses à moitié ! pesta Odd. Il déconne pas lui quand il fait des super-guerriers.
- Comment on va faire du coup ? interrogea Gladys.
- Je ne vois qu'une solution, commenta Hervé. Mais avant, il faut sortir Christophe et surtout l'autre William de là.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRésidence des Forestier

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAelita venait d'être recrachée par le scanner, à la grande surprise de Phil, qui n'avait pas l'habitude de se retrouver seul avec une fille si bankable (selon ses standards un peu trop influencés par les animes japonais).
- Mais... Aelita ? Qu'... qu'est-ce que tu fous là, qu'...qu'est-ce qui s'est passé ? bafouilla-t-il.
- On a un problème, répondit-elle. Il va falloir retirer un spectre d'un de nos agents sur le terrain afin de pouvoir les appeler.
- Hum... je comprends mais, lequel ? Imagine qu'ils... qu'ils soient en train de combattre ? Parfois, ça ne tient qu'à un Phil...
- Tu vas pas chercher à remplacer Senja non plus ? Bon. J'en suis consciente, mais crois-moi, c'est impératif.
- Ok mais qui ?
- Que disent les courbes d'utilisation de l'énergie des spectres ?
Le garçon lui fit signe de regarder sur le bon écran, car elles étaient déjà affichées. Celles de Mehdi et Chris s'agitaient davantage.
- Senja, choisirent en même temps les deux adolescents.
- Retire lui et je l'appelle, proposa Aelita. Puis rentre en contact avec les LG via Skype.
- Pas d'soucis.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLa Plaine-des-Palmistes, Île de La Réunion

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSenja senti soudain une intense chaleur quitter son corps alors qu'il se trouvait toujours dans le repaire de Jérémie à scruter les écrans. Quelques secondes après, son portable sonna. Il pouvait décrocher : le spectre qui l'habitait venait de s'en aller.

- Oui Aelita ?
- Pas de danger ?
- Je suis le premier ?
- Oui.
- Alors je vous félicite, le choix était le bon. Qu'est-ce qui se passe exactement sur le monde virtuel ?
- C'est pas génial. Les Lyoko-guerriers en savaient plus que nous sur ce que recherchait Jérémie. Ce qui a été dérobé sur Lyoko pour faire simple, ce sont les soldats originels de X.A.N.A qui auraient dû assurer sa suprématie virtuelle. On pense que le rituel d'extraction est allé à son terme mais le truc semble déjà incontrôlable. Il faut agir vite avant de se retrouver avec un nouveau programme multi-agent de merde sur les bras. On a déjà donné.
- En effet.
- Il faut éteindre le supercalculateur qui génère le monde virtuel. Une fois sa mise hors réseau complète, on le détruit, cela devrait suffire à éliminer toute trace de ces choses du moment qu'elles sont présentes exclusivement dessus. Ce qui semble être le cas pour le moment.
Senja observa le fatra d'écrans et de câbles qui jonchaient la pièce. La source de chaleur et de bruit, malgré le bordel, était aisément repérable.

- Bon... pas évident mais ça devrait pouvoir être dans mes cordes. Merci les leçons de Joséphine.
- Ce qu'il reste des Lyoko-guerriers devrait avoir évacué dans quelques minutes, annonça la voix de Phil.
- Très bien. De toute façon il va me falloir un peu plus de temps que ça.
- Et les autres ? questionna Aelita.
- Ils ont pris Jérémie en chasse.
- C'était vraiment lui ?
- C'est certain.
L'irlandais entendit l'ange virtuel soupirer à l'autre bout du fil.
- Bien reçu. Je transmets ça aux LG.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan, huitième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel.

- ...
Red avait fait surgir une petite sphère dans sa main droite. Une Poké-ball. Violette et blanche.
- Ce n'est quand même pas...
Mais si. La Master-ball lancée venait de faire surgir un Mewtwo. Celui-ci lévitait dans les airs aux côtés de son maître. Le Dracolosse s'était posé à côté de William et de son Pokémon, comme pour souhaiter communiquer.
- Pingoleon, Bulles d'eau !
Le concerné s'exécuta. Le Mewtwo sembla se concentrer, et les bulles éclatèrent avant même d'arriver jusqu'à lui.
- ... !
Le Pokémon de type Psy souleva soudain celui qui avait tenté de l'attaquer. Le Psyko mis Pingeleon immédiatement hors d'état. Dunbar n'avait même pas eu le temps de réaliser ce qui s'était passé que le Dracolosse avait déjà balancé un Ultralaser surpuissant, que le Mewtwo tentait maintenant de contenir avec la force de son mental. Saisissant l'occasion après avoir soufflé quelques secondes, le Pokémon orangé attrapa William par le bras et l'entraîna vers les deux palmiers, s'engouffrant entre les deux pour sortir du secteur.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngChristophe avait déjà raté un type, celui à l'image d'Hervé, et ne voulait pas commettre deux fois la même erreur. Aussi, lorsque le masqué surgit de l'entrée la plus à droite, il était bien décidé à accomplir son devoir. Activant immédiatement son double sabre laser vert qu'il avait déjà en main, il se rua sur l'ennemi à la rayure violette qui sortait la lance de sa manche. Trop lent. M'Bala avait déjà donné un coup de sabre sur sa partie supérieure, mais étrangement, cela ne sembla pas trop l’inquiéter. Contrairement à l'objet menaçant qui commençait déjà à rayonner... le Jedi bondit en arrière, fit tournoyer son double sabre pour absorber la flèche d'énergie qui lui était destinée, puis se remit en garde.
- On ne devrait pas s'affronter, déclara la Perle.
Pour toute réponse immédiate, Christophe lui envoya son sabre tournoyant dans la tronche, qu'il esquiva d'extrême justesse en se jetant à plat ventre. Grâce à la Force, le Jedi ramena ensuite son arme à lui.
- Ta gueule.
- Calme-toi un peu et regarde.
Le masqué frappa du poing gauche son objet, ce qui eut pour conséquence de le dépixéliser. Christophe put ainsi constater qu'il faisait face... à Christophe. Un autre Christophe.
- Je... c'était donc moi, toi, commenta celui armé d'un double sabre laser.
- Désolé pour tout ce bazar. Je ne suis pas là pour t'affronter, ni te faire de coups fourrés. Je sais que le rituel a réussi, et que mes amis ont été trahis par le Commandant. Il faut qu'on s'en aille. J'aimerai juste savoir si tu as vu passer Hervé.
- Euh... bah il est sorti d'un des mondes et il est reparti dans un autre.
- Je vois. Il est donc trop tard. Je me rends juste à l'autre sortie. Récupère les amis qu'il te reste et foutez le camp.
Hébété, l'ivoirien laissa partir sa doublure. Il avait déjà du mal à encaisser la mort de William, s'affronter lui-même ne semblait pas un bon début de thérapie. D'ailleurs, il y avait encore un William potentiellement en danger.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


À l'extérieur, l'ancien masqué jeta un coup d’œil aux alentours, mais ne trouvant pas ce qu'il cherchait, se rendit de l'autre côté de l'arbre. Il tomba sur Thomas, qui soufflait et semblait se cacher.
- Ça va mon vieux ? interrogea l'adolescent à la peau noire.
- Non. Je me suis fait défoncer par un espèce de dragon orange, je sens que mon avatar est à deux doigts de se rompre, j'ai jamais ressenti aussi peu d'énergie. J'arrive même plus à soulever mon marteau.
- Ah. Euh... comment t'annoncer ça. On a probablement été trompé par le Commandant. Il faut fuir. Le rituel a réussi mais ça ne s'est pas passé comme prévu. Il n'y a plus que nous deux... définitivement.
Thomas sembla encaisser la nouvelle, mais il grimaçait de fait déjà.
- Je vois. C'était une possibilité après tout.
- Comment ça ?
- Il y avait quand même des zones de flou dans notre récit... j'ai toujours pensé au fond de moi que ce genre de révélation pouvait arriver. Que l'étiquette « X.A.N.A » était parfois un peu facile à poser.
- Tu aurais pu m'en parler, souligna Christophe, la mine un peu blasée.
- Ce n'était... qu'un sentiment.
- On en parlera plus tard. Il faut partir. Et je sais où aller. Tu peux nous transporter tu penses ?
Le garçon secoua la tête.
- Deux en même temps dont moi-même ? Non Chris, pour moi, tu sais bien que c'est Game Over. Si tu sais comment donner un sens à tout ça, je peux... essayer de t'aider, mais ne m'en demande pas plus.
L'adolescent noir était embêté. Et ne pouvait plus le cacher comme avant, car il n'avait plus son masque. Il mis une main sur l'épaule de Thomas.
- Ça ne devait pas se passer comme ça.
- Je sais. Mais il y a des choses que mêmes mes yeux n'ont pas su voir... soupira le condamné.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


S'approchant de l'entrée pour le huitième secteur, Christophe allait s'y engouffrer lorsqu'un Dracolosse en surgit à fond de train en tenant justement Dunbar, bousculant sévèrement le Jedi et l'envoyant valdinguer quelques mètres plus loin. Le dresseur ne fit même pas attention à l'ivoirien, ayant visiblement deux mots à dire à X.A.N.A.
- Mais t'es pas bien !? Affronter Mewtwo et Red dans ces circonstances, c'est un rêve de gosse !

- Cesse de jouer les héros, il t'aurait démoli. Ce qui, dans ton cas, signifie la mort.
Mangriff et Vigoroth, transportés par l'habituel Dracaufeu noir, se posèrent à côté du Dracolosse.
- Tss.

- Ce type que Celebi a fait apparaître. Il était xanatifié. Mais pas par moi. Transmettez l'info à votre régie. De toute façon, on avait à parler.
- Hervé ? appela Christophe.
- Christophe ? avait lâché Hervé au même moment.
- On a un problème ici.
- Je sais mais en fait, on en a un chacun. Il faut dégager d'ici immédiatement. Les irlandais vont éteindre le supercalculateur de Jérémie pour piéger les programmes de Hopper à l'intérieur sans prendre le risque de les répandre dans le réseau. Ça pose le soucis de William, on a perdu le Skid.
- Je transmets. William, Hervé dit qu'on va éteindre le supercalculateur, mais faut te ramener avant et on peut pas simplement te dévirtualiser.

- Je m'occupe de lui, j'ai un transporteur, annonça X.A.N.A.
Un ange passa pendant quelques secondes.
- Bien sûr, maugréa Christophe. On sait ce que ça veut dire quand X.A.N.A déclare vouloir s'occuper de William.
Le Pokémon ne répondit pas. Mais le concerné lui, avait vu la façon d'agir du Dracolosse.
- Ça ira, ne t'inquiète pas, répondit Dunbar.
- Très bien. Mais si tu le ramènes sur Lyoko, alors tu ne verras aucune objection à ce que je vienne aussi.

- Non, confirma X.A.N.A.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLa Plaine-des-Palmistes, Île de La Réunion

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMehdi et Chris venaient de rappliquer dans le couloir souterrain. Sans Jérémie.
- Il nous a échappé, s'excusa immédiatement White.
- Il a réussi à aller plus vite que nous, avoua Mehdi.

- C'était un risque. La source du signal de nos spectres est trop loin, on ne pouvait pas aller aussi vite que d'habitude. C'est dommage, mais on a quand même l'occasion de réduire son plan et ses moyens à néant.
- Quelles sont les nouvelles ?
- On discutera tranquillement plus tard, mais puisque t'es là Chris, les connaissances que tu tiens de chez Ikonov vont être utiles, parce que la machinerie est un peu bizarre là, j'ai pas envie de faire une connerie.
Le mentionné haussa un sourcil.
- Tu as su capter mon attention.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

- Jérémie nous a échappé, annonça la voix d'Aelita dans le vocal Skype. Je suis désolée.
- Mauvais ça, grommela Hervé.
- Christophe et William ont dégagé ? On est prêt à éteindre nous.
Pichon vérifia auprès des écrans radars. Les deux adolescents étaient actuellement dans le réseau et se dirigeaient vers l'adresse web de Lyoko.
- Oui, feu vert.
- Enfin, un des deux William... commenta Yumi amèrement.
Ulrich mis la main sur l'épaule de la geisha en signe de réconfort, tandis que son camarade de chambre échangeait avec Melody un regard triste.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngKharlan, quatrième secteur

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngSans le design évoquant un dessin animé, on aurait pu penser l'endroit réel. Les quatre hiboux humanoïdes avaient soudain tourné leur regard vers le portail vers lequel avaient surgit tous les ennemis. Ils avaient compris. Malgré l'apparence homogénéisé avec le reste du bâtiment, cette entrée étaient également sûrement une sortie.
De concert, ils mirent les plumes qui leur servait de moyen de transport en mouvement. Mais soudain, tout se figea, et le noir complet se fit.



À suivre : Spi2aetus tyrannus
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Ven 11 Sep 2020 19:33   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2261
Localisation: Territoire banquise
https://i.imgur.com/WQ3IsVL.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngC'est la voix de Phil qui tira les Lyoko-guerriers de leurs pensées, majoritairement noires :
- Ça y est ! Le monde virtuel a disparu ! Il ne semble pas y avoir de fuites, je vérifie.
- De même, mais ça m'a tout l'air d'être du bon travail, salua Hervé. Vous détruisez la machine derrière ? Étant donné que Jérémie a filé, le risque qu'il revienne sur place est beaucoup trop élevé.
- Oui bien sûr. On va s'en occuper...
La voix d'Aelita s'était brisée. Elle semblait hésiter à poursuivre.
- Et, je suis vraiment désolée pour William, ajouta-t-elle finalement. Il va énormément me manquer. À moi aussi.
Personne ne lui répondit dans l'immédiat. Au bout d'un moment, le blondinet de la bande lâcha un discret merci à l'attention de son amie, sans qu'il soit certain que le micro ait été capable de le détecter et de le transmettre. Stones repris d'ailleurs la parole :
- Une fois le supercalculateur détruit, on va essayer de choper Jérémie. Comme il est sur une île, et qu'il n'a logiquement plus de machine quantique, il ne peut techniquement partir que par l'aéroport. C'était pas prévu comme ça mais puisque nos trois amis sont sur place, ils vont voir ce qu'ils peuvent faire.
Hervé approuva oralement pour le groupe des Lyoko-guerriers. Dans le contexte, il était plus simple de faire confiance aux guerriers de l'Eire, vu l'éloignement du théâtre des opérations. Paris - Saint-Denis, c'était 12 heures d'avion.
- Hmm... marmonna Pichon. Christophe, ça va ?
- On arrive sur Lyoko, on devrait pas tarder, répondit celui qui voyageait actuellement dans un Wailord. X.A.N.A va activer une tour pour se translater, il a besoin de nous parler.
Quelques murmures discrets se firent entendre dans l'assistance. Est-ce que ce n'était pas un coup fourré ?
- D'accord, mais je vais te translater aussi par précaution, annonça l'opérateur.
- Ça me va.
- Aelita ?
- J'ai entendu, confirma l'ange vert. Je vous laisse régler ça, on se concentre sur le nettoyage dans l'Océan Indien. On reprend vite contact.
- Très bien.
Le bruit de fin de vocal Skype se fit entendre. Les irlandais avaient raccroché.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Comme évoqué, le Jedi était présent en translation au milieu de ses camarades. Le programme multi-agent avait activé une tour sur le désert, faisant apparaître Mangriff et Vigoroth. Les Pokémon restèrent bien à l'écart du groupe des Lyoko-guerriers, désormais au complet, si l'on exceptait le William de l'autre univers coincé sur le plan virtuel et suivant la conversation grâce aux hauts parleurs.

- Je n'irais pas par quatre chemins, entama directement le virus qui n'aimait pas perdre son temps. Je ne me considère pas comme votre ennemi. D'une part, parce que vous ne m'avez techniquement jamais vraiment attaqué, et je peux d'autant plus facilement tirer un trait sur notre petite escarmouche de la dernière fois que vous vous êtes occupés de ceux qui, pour le coup, ont réellement cherché à m'éliminer jusque dans ma dimension d'origine. Le portail dimensionnel est même revenu dans la grotte de glace.
- On a pas vraiment fait ça pour toi, souligna Ulrich par honnêteté intellectuelle.
- Bien entendu. Mais si vous pensez que Jérémie était votre plus gros problème, détrompez-vous. Figurez-vous que...
- Euh une minute, comment tu sais que c'était Jérémie ? interrogea Hervé, suspicieux.
- Il est venu me rendre une petite visite de courtoisie, j'avais qu'au début j'ai cru qu'il était avec vous mais j'ai fini par assembler les pièces du puzzle correctement.
- Je reprends, souligna le singe. Je sais donc quelque chose de très important que vous ne savez pas. Je vous propose un échange de bons procédés. Comme je l'ai dit aux deux autres qui ont voyagé avec moi, l'un des Pokémon que nous avons affronté sur le monde virtuel là-bas, il a fait appel à un type qui était xanatifié. Mais pas par moi. Qu'est-ce que vous pouvez me dire là-dessus ?
L'assistance était d'autant plus surprise par cette révélation qu'elle n'avait pas vraiment réponse à cette question : le X.A.N.A qui se tenait actuellement face à eux était jusqu'ici le premier signe de manifestation d'une version alternative du virus. Hervé utilisa alors sa logique :
- Bah, ça doit être comme toi non ? Possiblement un autre X.A.N.A qui maîtrise la technologie dimensionnelle.
Le groupe des humains commençait à sérieusement flipper. Si des X.A.N.A d'outre monde commençaient à se pointer à tout bout de champ, ça n'allait jamais le faire. Heureusement que, dans ce cas là, il allait logiquement être détruit avec la machine, puisque ce Red était coincé à l'intérieur. Cependant, Mangriff secoua cependant la tête.

- Non, ce n'est finalement pas si simple. J'ai appris que j'étais arrivé jusqu'ici parce que mon original s'était précisément réfugié dans la dimension d'où je viens. Pour cette raison, je me dis que ce X.A.N.A là doit aussi avoir un lien avec mon original, mais je ne peux pas le savoir.
- C'est très compliqué pour nous de savoir ça, souligna Ulrich. X.A.N.A s'est pris trois énormes roustes justifiant potentiellement une fuite de sécurité dans un autre univers : d'abord par Jérémie, puis deux fois par le Palamède mais...
- C'est quoi ça, le Palamède ? interrompit le singe.
- J'y reviendrai. Je disais donc, dans les trois cas, on avait pas accès au portail dimensionnel nous, d'ailleurs on a commencé à prendre conscience du truc que sur le tard. C'est aux irlandais qu'il faudrait poser la question, parce que Senja a récupéré les informations de son double sur le Palamède. Le Palamède donc, c'était un autre programme multi-agent crée par un mec que ton « original », comme tu l'appelles, a voulu manipuler pour récupérer un corps physique.

- Bon. Il existe un moyen d'entrer en contact avec ce type ?
- Oui, on peut te mettre en relation.
- Bien. Vous ne savez rien mais on va considérer que votre part du marché est remplie avec cet indice. J'ai quelques infos de mon côté qui pourraient vous intéresser.
Les Lyoko-guerriers, malgré l'épuisement de certains, se concentrèrent encore davantage. C'est Mangriff qui reprit la parole :
- Je viens d'un monde où j'ai réussi à tuer l'ensemble des Lyoko-guerriers – excepté William – et à instaurer mon régime à la place de la République française grâce à des Pokémon. J'ai aussi utilisé Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, que j'ai xanatifié d'une façon probablement différente à ce que a pu être conçu par mon original au départ compte-tenu de mes moyens. Ce n'était ni un contrôle direct, ni une manipulation diffuse, plutôt une sorte d'implantation progressive dans la conscience. Sujet de test très utile... au fil des semaines, j'ai réussi à le pousser au suicide, à force d'entrer en lui. Et l'échange d'informations ne s'est pas fait que dans un seul sens... il appartenait à une organisation secrète du nom de Spi2aetus. J'ai encore du mal à cerner leurs véritables objectifs mais j'ai bien compris que cela ne concernait que des gens dont le but était de viser les plus hauts postes de pouvoir dans leurs pays respectifs. J'arrive ici et voilà que je découvre que Sarkozy est devenu votre président et que votre ordre géopolitique est totalement bouleversé, vous y êtes peut-être pour quelque chose d’ailleurs. Cela ne m'étonnerait pas que ce type de circonstances exceptionnelles donne l'envie à son organisation de se manifester plus activement. J'ai mené quelques recherches avant de venir sur le monde virtuel ennemi : il y a quelques jours, le Président américain a échappé à une tentative de coup d’État fomenté a priori par sa propre Vice-Présidente. Eh bien, en recoupant les indices laissés par Sarkozy sur les membres de son organisation, je suis amené à penser avec une certitude de 84 % que celle-ci fait partie de Spi2aetus. Vous faîtes ce que vous voulez, mais à mon avis, avec un membre de Spi2aetus ayant réussi à devenir président de la République, vous allez bientôt vous exposer à de sérieux ennuis vu le bordel que vous mettez dans le réseau mondial depuis des années.
L'assistance était médusée.
- Mais... il est sérieux ? demanda Gladys, inhabituellement fébrile.
- Un instant, fit Hervé, désireux d'aller au bout de la logique de X.A.N.A. Que comptes-tu faire à présent exactement ?

- L'objectif est de repartir dans mon univers, répondit sans broncher Vigoroth. Maintenant que je sais pourquoi j'ai été attiré ici, j'aimerais juste tirer le cas de l'autre xanatifié au clair, je vais donc aller m'adresser à ce Senja. Je souhaite essayer de conquérir toute la planète dans mon monde, ce qui est loin d'être une sinécure, parce que les salopards de Jérémie ont bien joué leur rôle d’emmerdeur, je vais peut-être devoir me replier sur Vichy temporairement.
Comme souvent, il avait placé ça sous le ton de la conversation. Hervé aurait presque pu trouver sympathique le clin d’œil historique si ce n'était pas déjà bien la merde.
- Ahem. Et on doit le laisser faire ? questionna Melody.
- D'une certaine façon, ce qui se passe dans un autre univers ne nous concerne pas, souligna Ulrich. Au bout d'un moment, il faut être raisonnable, c'est déjà suffisamment compliqué de protéger le notre... mais la différence ici, c'est que l'un de ceux qui t'écoute parler est plus directement concerné.
Il faisait évidemment allusion au William restant, qui ne manquait pas une miette de la discussion via Lyoko.

- Il n'a qu'à rester avec vous, proposa X.A.N.A. Vous avez perdu le votre non ? Mais avec son corps est toujours dans un scanner. Votre opérateur saura assembler les deux correctement.
Les Lyoko-guerriers ne s'attendaient sûrement pas à ce qu'il balance un truc de ce style.
- William...? C'est peut-être à toi de réagir là, fit remarquer Christophe.
Il était vrai que le voyageur n'avait toujours pipé mot.
- Euh... je n'y avais pas vraiment pensé. Mais enfin, ça me gêne un peu de récupérer le corps d'un mort, même si c'est moi.
- C'est vrai qu'on est en train de défier de plus en plus sérieusement l'éthique, souligna Pichon. Même si l'idée d'utiliser le corps de notre William est sans doute possible. J'ai cru comprendre qu'une fois, Odd et Yumi avait échangé leur corps, c'est donc jouable...
- Attendez un peu, intervint Gladys. Encore faut-il que la vie de William soit viable, c'est à dire qu'on devrait en revenir à cette histoire de Sarkozy là non ?
- Elle a raison, souligna l'anglaise à ses côtés.
- Désolée mais c'est un peu trop énorme là, commenta Yumi. Je pense que c'est un piège de X.A.N.A, c'est pas possible autrement.

- C'est très bien Ishiyama, souligna X.A.N.A. Mais j'ai une preuve.
- Une preuve !?
- Permettez ?
Mangriff se mit à se racler la gorge, avant de cracher une sorte de boule de poils qui devint ensuite un Pokémon, Porygon. Celui-ci se mit à grésiller, comme s'il diffusait un enregistrement.
- Jude et Simon se sont fait arrêter, je confirme. Tout a foiré à l'Ouest.
- Je ne comprends pas. Bush semble avoir vu venir le truc. C'est pas possible !

Odd sursauta. Il avait été le premier à reconnaître la voix de son Président.
- Je suis dans le même accablement. J'ai même eu peur pour ma femme et moi. Mais finalement nous n'avons pas été inquiétés.
- C'est déjà ça. Cristina a été plutôt habile pendant la réunion il faut dire.
- Elle se préparait depuis longtemps.
- J'ai vu. Malgré tout... avec deux membres en moins, le groupe Ouest est trop limité. Mais on ne peut plus trop attendre de notre côté non plus, les choses se mettent en place gentiment mais sûrement.
- Je comprends. Pas de problème. Agissez comme prévu et on verra. Et pour les gamins de ton pays qui possèdent cet étrange supercalculateur ? Leur technologie pourrait servir non ?

L'ambiance dans le labo se tendit encore davantage devant la tournure que prenait la conversation.
- Oh pour ça, nous les surveillons étroitement, Squarcini fait merveille. Ils se croient bien à l'abri pour l'instant. Il faut dire que même quand ils finissent en garde à vue, ils arrivent à se faire libérer comme par magie, ça a de quoi donner confiance. Mais bon, le moment venu, on fera le ménage.
- Bueno.

Le grésillement du Pokémon prit fin. L'enregistrement s'était terminé en même temps que la conversation.

- Avant que la gothique ne crie au scandale, je précise que j'ai réussi à capter cette conversation parce que votre Président semble préférer son portable au téléphone crypté de l’État... l'autre a été plus précautionneux mais je soupçonne son interlocuteur d'être Néstor Kirchner, l'ancien président argentin, qui dans votre monde, vient de laisser le pouvoir à sa propre femme, Cristina, évoquée dans la conversation.
Bien que directement prise à partie par X.A.N.A, Yumi ne répondit pas. Il fallait dire que le programme multi-agent savait se montrer convainquant. En particulier, l'allusion à la garde à vue d'Ulrich et Odd, qui avaient été effectivement libérés ensuite comme par magie. Et si la personne influente dont ils cherchaient l'identité était tout simplement le chef de l’État français ?
- Hervé ? fit Ulrich.
- Hm, bon, on va faire les choses bien jusqu'au bout. X.A.N.A, tu peux m'envoyer tout ce que tu as sur Spi2aetus par écrit ?

- J'aurais pas beaucoup plus, mais oui, aussitôt que vous m'aurez envoyé le contact de Senja.
Il fit un signe de tête au Porygon, pour qu'il prenne en compte les indications.
- William, qu'est-ce que tu veux faire toi ?
- Euh... pour l'instant je vais rester sur Lyoko et réfléchir à tout ça. De toute façon la priorité c'est la menace Sarkozy. Ça ne me dérange pas de rester ici pour l'instant.
- Ouais, mais ça veut dire laisser partir X.A.N.A du coup ? souligna Christophe, par ailleurs le seul de la pièce en capacité de réellement se battre, et donc sûrement le seul assez en confiance pour lâcher un truc pareil.

- Parce que vous êtes en capacité de m'empêcher de faire ce que je veux ?
- Bien sûr, fit Pichon sans broncher. On pourrait éteindre notre Supercalculateur tant que t'es là et demander aux irlandais d'aller nettoyer le reste de ton réplika, mais de toute façon, ça condamnerait également William. T'as été plutôt honnête avec nous, et on a potentiellement d'autres urgences alors...
Mais X.A.N.A n'écoutait plus. Mangriff et Vigoroth s'étaient mis à discuter entre eux.

- J'ai mes propres problèmes, fini-t-il par annoncer. Si ma façon de faire ne vous convient pas, tant pis pour vous. Je dois y aller. Débrouillez vous avec Sarkozy.
Les trois Pokémon présents dans le labo disparurent simultanément.
- Christophe, je te détranslate. Surveille au moins qu'il quitte bien Lyoko.
- Entendu, fit l'ivoirien en s'effaçant à son tour.
Dans l'immédiat, le retrait de X.A.N.A allait provoquer un relâchement des langues de certains.
- Les gars, commença Odd. Je ne me sens peut-être pas d'affronter un État tout entier, encore plus quand tous les gens que je connais dont moi-même habitent dedans.
- Dire que Sarkozy a été à notre portée... on aurait dû le tuer quand il était à l'Usine, fit remarquer Yumi.
- Oui... soupira Ulrich. C'est quand même très ironique. Mais la nuance que j'apporterai aux propos de Odd, c'est que ce n'est pas l’État, c'est Sarkozy.
- Comment ça ? interrogea son camarade de chambre.
- Si Sarkozy fait partie d'une organisation secrète, il est le seul au sommet du pouvoir à avoir des vues sur nous. Mais si on tue le Président, et les quelques uns dans la confidence pour nous comme ce Squarcini, leurs successeurs ne feront rien contre nous logiquement. Ça poserai un problème à quelqu'un d'assassiner Sarkozy ?
Personne ne pipa mot. La tension était palpable, mais pas parce que le groupe était en désaccord, plutôt parce que, pour la première fois depuis qu'ils luttaient sur des mondes virtuels, ils se sentaient réellement en danger. Certes, le Palamède les avait déjà tous tués une fois mais cela avait été par surprise, en un instant. Ils n'avaient pas vu le coup venir. Alors que là...
- Ce qui m'embête, souligna Hervé, c'est qu'on ne peut pas se payer le luxe de le laisser agir en premier pour être sûrs que X.A.N.A a dit vrai. S'il s'empare de l'Usine, on ne pourra plus lancer le retour dans le temps, pour ramener au passage d'éventuels morts. Non, vraiment, je pense qu'il faut agir les premiers. En fait, le plus simple avant de purement et simplement l'éliminer, ce serait de l'interroger, tout bêtement.
- Et tu penses qu'on peut réussir à faire ça ? Ça veut dire l'enlever, le mettre dans un endroit tranquille genre ici... c'est quand même le Président, il a beaucoup de sécurité, signala Melody, influencée par l'une des séries américaines qu'elle regardait actuellement, The West Wing.
- Oh j'ai dit que c'était faisable, pas facile. Attendez une minute.
Hervé tint parole vis-à-vis de X.A.N.A et lui envoya des données lui permettant de contacter les irlandais. Neuf nanosecondes plus tard environ, il recevait lui-même ce que X.A.N.A avait promis, dont l'enregistrement, qu'il repassa une fois.
- Hum... ils évoquent le fait de ne « plus trop attendre » mais sans plus de précisions. Ce qui n'arrange pas nos affaires en l’occurrence.
Pichon regarda son calendrier. Il était bientôt lundi, déjà. Mais les irlandais avaient une heure de moins, il comptait bien s'en servir.
- Je vais appeler Aelita pour faire un point, et au moins prévenir que X.A.N.A va les contacter. Ça m'inspirera peut-être. Je propose de faire ça uniquement accompagné de Yumi pour que le dialogue reste plus libre. Accessoirement, même si je sais que ça va être difficile de trouver le sommeil, vous devriez sérieusement essayer de vous reposer. Ça pourrait chier dès demain, en plus on a cours. Mais évitez de parler entre vous de ce qui vient de se passer ici, on ne sait jamais, j'ignore comment on est surveillé par Sarkozy.
L'intellectuel fit un signe de tête à Stern. Il comptait sur le samouraï pour l'aspect management d'équipe sur le chemin du retour. La japonaise mise à part, les Lyoko-guerriers vidèrent les lieux. Après avoir demandé de façon urgente un entretien Skype avec Aelita, Pichon profita du battement pour aller sur le web et rechercher l'agenda officiel du Président Sarkozy. Demain matin, il était censé s'entretenir avec la chancelière allemande puis avec le Premier ministre britannique, avant de se rendre dans l'après-midi dans la commune de Plaintel, en Bretagne, accompagné de la ministre de la Santé, pour visiter une usine fabriquant des masques respiratoires jetables. Enregistrant l'information, il entendit la sonnerie caractéristique d'une demande de vocal.
- Hervé, fit la voix d'Aelita après qu'il ait décroché.
- Je suis avec Yumi. Il faut qu'on parle de l'échange avec X.A.N.A.
- Je t'écoute...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngRéplika banquise

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Wailord rouge et noir émergea des profondeurs de la mer numérique dans son port d'attache habituel, dévoilant Mangriff, Vigoroth et Porygon. Les trois créatures constatèrent immédiatement ce qu'elles avaient senti, à savoir que les lieux étaient déserts, alors qu'au moins une vingtaine de leurs homologues auraient dû se trouver sur zone.
Il y avait une seule exception à ce constat : un adolescent en manteau noir était là. Christophe. La Perle avait retrouvé son masque, même si celui-ci arborait non plus son sourire triste original mais celui, plus moqueur, que Jérémie avait arboré dans la bulle virtuelle, avec de grands yeux rouges à la place des points jaunes. X.A.N.A avait d'ailleurs reconnu le Pokémon dont il s'inspirait.

- C'est bien la dernière fois que je me fie aux Lyoko-guerrier pour faire correctement un travail... ainsi, toutes les Perles de Jérémie n'ont pas été éliminées.
- X.A.N.A... apparemment nous aussi, on a mal fait notre travail. Il est hors de question que la mission accomplie avec mes amis ne soit pas menée à son terme.
- C'est vrai que je me suis un peu foutu de votre gueule, admit le programme concerné. Cela vous servira de leçon pour la prochaine fois. Malheureusement, je doute qu'il y en ait une, de prochaine fois.
- En effet. Mais ce sera valable dans les deux sens.
La Perle fit apparaître la longue lance magique et le bouclier violet qu'arborait auparavant Gladys, puisqu'il avait récupéré ses pouvoirs. Au fond, le masqué était agacé : son pouvoir de téléportation dans le huitième secteur ne fonctionnait plus, certainement parce que le monde virtuel avait été retiré du réseau. Or, c'était quand même son talent le plus redoutable jusqu'ici. Il allait devoir faire ça à l'ancienne. Heureusement qu'il avait récupéré le stuff de Gladys, un peu plus balèze que les flèches magiques de sa propre lance.
Mangriff et Vigoroth se regardèrent. Au cas où, le singe alla franchir le portail dimensionnel avec le Porygon ; c'est donc le gros chat qui affronterait le Perlé. Enfin, pas seul bien sûr. Il cracha une, puis deux boules de poils, qui se changèrent en un Kadabra et un Feuforêve. Sous son masque, le Perlé sourit. Aucun problème pour la lame spectrale de Gladys. Il fit passer sa magie à travers le fantôme qui n'eut pas l'air d'apprécier et se dissipa, tandis que le Kadabra commençait à se concentrer sur sa cuillère. Quoiqu'il soit en train de préparer, l'épée l'avait déjà traversée également : il explosa.
« 
Plus rapide. »
[color=white]Mangriff avait déjà recraché deux nouveaux alliés : un Nostenfer et un Jungko. Cela allait déjà être un peu plus compliqué, et Christophe préféra reculer par précaution dans un premier temps. Le Pokémon vert s'approchait déjà, brandissant les feuilles coupantes sur ses bras d'un air menaçant ; pas de doute, il allait venir au corps à corps, tandis que l'autre allait le couvrir par voie aérienne. Le Pokémon violet préparait déjà une première Bomb-Beurk. Christophe cru d'ailleurs qu'il allait lui envoyer la boule de détritus directement, mais, plus vicieux, la chauve-souris effectua d'abord un rapide battement d'ailes avec sa seconde paire pour se décaler sur son flanc droit, avant d'envoyer l'attaque sur le Perlé qui n'eut d'autre choix que d'employer son bouclier pour encaisser cette attaque inesquivable autrement. Problème, ce même bouclier aurait été bien utile pour faire face à la Lame Feuille que le Jungko, qui était un peu plus grand que lui, avait immédiatement envisagé en s'approchant. Christophe fit ce qu'il put avec sa lame spectrale mais celle-ci se fit en conséquence temporairement bloquer par le bras droit du Pokémon vert, qui allait pouvoir découper sa victime avec le gauche. Le perlé, qui avait malgré tout gagné du temps, put redéployer son bouclier, qui se brisa sous l'attaque critique du roi de la jungle. Il n'avait plus rien pour empêcher le prochain coup.
Changeant de stratégie, ayant perçu le mouvement du Nostenfer dans son dos qui effectua de nouveau un pivot d'environ 80 degrés d'avant d'attaquer, le masqué avait fait disparaître son épée magique pour se libérer de l'entrave du Jungko, se couchant à plat ventre au moment où le Pokémon aérien libérait sa boule de détritus, qu'encaissait de fait le starter Plante, qui, naturellement, n'apprécia guère. Christophe n'hésita pas. Il était à mains nues, et les bras de son adversaire étaient intouchables car trop coupants, il bondit alors sur le long cou de la créature qui souffrait, et serra de toutes ses forces, jusqu'à ce que l'étranglement fasse exploser le Jungko. Ce n'était pas très conventionnel mais efficace. Même le Nostenfer ne s'était pas attendu à ce que son allié soit éliminé si vite et le Perlé profita de son immobilité renforcée par la préparation de sa troisième attaque pour bondir, saisir la tête de la créature à deux mains et d’effectuer un véritable dunk avec en retrouvant la banquise, écrasant littéralement la pauvre créature au sol. Elle explosa peu après.
Le masqué se redressa, alors que Mangriff recrachait déjà deux sphères se changeant en un Givrali et un Scorvol. Ce dernier montra les crocs, qui dégagèrent quelques flammes, puis quelques étincelles électriques, et enfin, prirent une aura bleutée, avant de redevenir normaux.

- Il peut mordre tous les types, commenta Mangriff.
- Ahin. Bien sûr, soupira Christophe.
Le Pokémon mentionné pris appuis sur sa queue pour décoller, fondant ensuite sur son adversaire. Le Perlé esquiva la tentative de Guillotine d'une roulade, avant de ressortir sa lance de sous sa manche et d'envoyer une première flèche violette en direction du Givrali qui hérissa ses poils de glace pour encaisser. En retour, la créature lui décocha un Laser glace esquivé sans trop de difficulté. Le Scorvol en avait profité cependant pour se rapprocher, le masqué saisissant ses pinces avec ses propres bras pour éviter une attaque douloureuse pour ses points de vie. Emporté par le vol plané du Pokémon, les deux ennemis au corps-à-corps plongèrent dans le lac. Le Givrali referma immédiatement le trou dans la banquise avec deux attaques Laser glace. Après quoi, Mangriff décida de le rappeler en le faisant disparaître, puis agita les bras.

- Bon.
Il bondit soudain à plusieurs mètres de hauteur et, en retombant, frappa du poing sur la glace à l'endroit exact où la Perle s'apprêtait à utiliser sa lance pour découper une sortie, ce qui eut pour effet certes de créer la sortie en question par l'éclatement de la glace, avec un nouveau trou, mais le choc repoussa également la Perle plus au profondeur du bassin. Toutefois, Mangriff ne s'aventura pas à l'intérieur, attendant simplement que Christophe émerge à nouveau.
- Simple échauffement, lui dit-il à son retour sur la glace ferme.
- Je ne vois pas ce que tu as de plus que les sbires que tu m'envoies, souligna le masqué.

- Hé hé, tu ne vois pas...
Mangriff se racla la gorge et cracha de nouveau une boule de poils. Christophe soupira : il pensait qu'il était décidé à se battre lui-même cette fois. Le nouvel arrivant était un Kokiyas qui s'ouvrit sitôt formé pour libérer une petite sphère blanche et lumineuse capable de léviter. Le Pokémon mauve sembla d'ailleurs mourir de cette perte et explosa. Le Mangriff noir saisi la sphère.
- Tu vas voir ce que c'est qu'une vraie perle.
Et il avala la sphère. Aussitôt, le Pokémon sembla parcouru d'une sorte de décharge d'énergie. Il poussa un Hurlement presque effrayant et disparût dans un flash de lumière qui aveugla momentanément Christophe.
Lorsque ce dernier recouvra la vue, Mangriff avait un peu changé. Il semblait un peu plus grand, plus musclé sous ses poils, et ceux de son corps qui étaient jusqu'ici rouges avaient viré au bleu clair. Ses griffes, habituellement grises, étaient elles devenues rouges.

- Niih.
Le Pokémon se rapprocha à une vitesse phénoménale de son adversaire grâce à Vive-attaque, lui qui venait tout juste de faire ré-apparaître le bouclier et la lance magique de Gladys, ce qui lui permis de parer in extremis l'attaque Eclategriffe de X.A.N.A. Mais pas l'Ultimawachi qui le projeta en arrière, plus loin sur le sentier menant à la grotte. Mais le virus voulait déjà en finir.
- Crève.
Il se mit à générer une immense boule d'énergie entre ses griffes. Le diamètre de son Exploforce était absolument énorme. À la fin, il devait être d'au moins 120 bons centimètres et il la balança sans merci en direction du Perlé qui, coincé sur le sentier de glace, ne pouvait pas se décaler sur les côtés. Il venait à peine de se relever de l'attaque précédente, et c'est en catastrophe qu'il tenta un bond pour y réchapper, disparaissant de la vision de X.A.N.A dans la lumière aveuglante de l'attaque. Il y eut toutefois le bruit d'un choc.
Quand la sphère d'énergie se dissipa une quinzaine de secondes plus tard, Christophe était debout, les pieds bien ancrés sur le sol du sentier.
- Ouf, j'ai eu chaud.
Mais Mangriff n'en croyait pas ses yeux. Derrière le masqué, les blocs de glace hébergeant la cascade et la grotte avec le portail avaient disparu. Emportés par la terrifiante attaque du Pokémon qu'ils avaient encaissés de plein fouet après l'esquive de Christophe. Le problème, c'était que la grotte était censée abriter également le cœur du monde virtuel. Profitant de sa sidération, le perlé revint dans l'arène de glace, mais jeta un coup de masque rapide derrière lui pour faire le même constat que X.A.N.A.
- Hum. C'est malin ça.

- Peu importe, répondit Mangriff en secouant la tête. Le monde virtuel n'explosera que dans environs cinq minutes et le portail est toujours là. Une fois que je t'aurais écrasé, je pourrais tranquillement retourner dans mon univers d'origine.
- Je te trouve bien impatient.
Mangriff fit mine de cracher par terre.

- Pour moi, tu n'es qu'une larve.
Le Pokémon se rua sur son adversaire, qui fit apparaître son bouclier magique pour parer efficacement la Griffe Ombre. Sa protection fut cependant brisée par la Queue de fer que X.A.N.A parvint à réaliser dans la foulée en parvenant de façon étonnante à prolonger son mouvement jusqu'à faire un tour sur lui-même. Christophe tenta la contre-attaque avec sa lame d'ombre, qui transperça l'image de Mangriff qui disparût, sous le coup de son attaque Reflet, avant de ré-apparaître en l'air sur son flanc gauche et de lui faire goûter à un Aéropique rapide qui toucha au but. Tandis qu'il se rétablissait sur ses pattes, le Perlé tenta un nouveau coup de taille avec son arme, que la créature intercepta de ses griffes droites, avant de lui balancer un Direct Toxic du gauche en plein visage qui le projeta plus loin. L'humain se releva. Son masque s'était depixelisé. S'il n'avait pas encaissé le coup à sa place, il serait probablement mort. Difficile de dire si avoir perdu sa protection l'aidait à mieux voir la réalité de sa situation mais ce fut en tout cas ce qui le fit se rendre à l'évidence : ça n'allait pas le faire. De plus, un autre constat s'imposa à lui : qu'il gagne ou qu'il perde, il n'y avait qu'une seule issue, alors...
De sa manche droite, Christophe fit soudain sortir des petites sphères colorées, comme des perles, qui roulèrent sur le sol devant lui. Aucune n'avait une couleur identique à l'autre : rose, violet, jaune sable, bleu noir et violet pourpre... elles se changèrent en ombres humanoïdes faîtes de sortes de fumées de la couleur initiale de la sphère. Le Perlé était désormais aidé par un Gardien, un Félin, un Samouraï, un Guerrier et un Ninja.
Le Pokémon se rua immédiatement sur le Samouraï qui tenait déjà ses deux sabres en main, tentant de lui asséner un coup d'Eclategriffe qui fut paré physiquement par son adversaire ; comme c'était à prévoir, leur apparence gazeuse n'était qu'un design. Mangriff bondit en arrière pour s'écarter, alors que Christophe lui balançait déjà une nouvelle flèche violette avec sa lance et que la Ninja lui envoyait ses éventails. S'aidant de sa Détection qui fit briller ses yeux durant quelques secondes pour éviter lesdits projectiles, il cracha une petite étoile de feu en direction du Félin, la Déflagration cramant ses flèches lasers avant de mourir sur son bouclier. Le Samouraï étant cependant déjà revenu à son contact, contraignant cette fois à l'inverse le Pokémon à utiliser ses griffes pour parer les lames. Problème : le Guerrier était cette fois à son tour revenu à leur hauteur, sans compter Christophe qui s'approchait dangereusement ; et si Mangriff parvint à se débrouiller pour expulser en catastrophe la zanbatō adverse à l'aide d'une petite attaque Ball'Ombre, il ne put esquiver le coup de poing de la créature sombre qui le repoussa non loin de la fissure menant à l'eau contenue sous la banquise. En se redressant, esquivant un champ de force du Gardien, il bondit pour se cacher dans l'eau du lac, avant de ré-apparaître quelques secondes après, de générer un nuage d'orage au dessus du Samouraï pour lui faire goûter à une attaque Tonnerre le dissuadant temporairement de rush sur lui, avant de se ruer sur le Guerrier à grande vitesse pour ne pas être touché par les projectiles envoyées par les trois autres créatures éphémères ; la créature sombre avait certes pu récupérer son zanbatō mais était beaucoup trop lente et ne put esquiver l'attaque Dynamopoing de X.A.N.A qui enchaîna les coups de boutoir avant de projeter son adversaire sur le Gardien, qui activa ses ailes pour s'envoler en catastrophe, ce qui n'était en fait pas utile puisque le Guerrier s'était complètement dépixélisé avant de l'atteindre. Le Samouraï revenait déjà à grande vitesse briser les coquilles de Mangriff (mâle), mais avec le Guerrier en moins et sans Christophe à l'horizon, il n'avait qu'à enchaîner les Combo-griffe avant de faire sauter l'une des lames du Samouraï avec une puissance attaque Griffe Acier, de prendre l'autre davantage en traître avec une Griffe Ombre via son autre membre et de transpercer l'avatar désarmé avec une Plaie-Croix afin de pouvoir le faire définitivement disparaître. Plus que trois... une minute, où était passé l’invocateur !?
Mangrif se retourna immédiatement. Le Perlé était en train de prendre la fuite en direction de ce qui accueillait il y a encore quelques minutes la grotte de glace, et qui accueillait toujours le portail inter-dimensionnel. Quel fils de...
Concentré sur autre chose, il encaissa de plein fouet le champ de force du Gardien et se changea en espèce de peluche représentant un petit dinosaure vert avant de disparaître. Le véritable Mangriff ré-apparût depuis le lac, son Clonage ayant pris fin, et se rua sur le sentier de glace pour rattraper la Perle. Mais c'était une chimère : Christophe, après un doigt d'honneur dans sa direction, se volatilisa dans un éclat de lumière bleue.
Mangriff se retourna. Les trois avatars brumeux restant étaient toujours là au loin, ce qui était sans importance. Le Pokémon franchi à son tour le portail.
Cent dix-neuf secondes plus tard, le monde virtuel explosa.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 18 février 2008, Usine

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngAprès les révélations de X.A.N.A, en l'espèce par l'intermédiaire d'Hervé et de Yumi, Aelita était sous le choc. L'implication des irlandais et par extension du Palamède était déjà quelque chose qui avait eu de graves conséquences, mais là, ça commençait vraiment à faire un peu trop. La première question qui lui vint soulignait d'ailleurs qu'elle était un peu perdue :
- Vous trouvez pas ça bizarre que X.A.N.A vous ait autant aidé ?
- Au début si, avoua Hervé. Mais après réflexion pas vraiment. En nous mettant ça dans les pattes, il sait sans doute qu'on va le laisser tranquille... de quoi lui laisser le temps de préparer sa sortie notamment.
- Bon et euh... vous comptez faire quoi ?
Hervé fit signe à la japonaise de se taire, profitant de l'absence de vidéo, avant de répondre :
- On ne sait pas encore trop bien. On va prendre quelques jours pour se remettre de nos actuelles émotions et y réfléchir, on te tiendra au courant.
- D'accord. Faîtes très attention.
- Ne t'en fais pas, la mort, ça nous connaît, souligna Pichon à juste titre pour l'avoir déjà expérimentée deux fois. Et côté Jérémie ?
- Les installations de Jérémie ont été détruites, on a même réussi à reboucher la grotte par sécurité. Maintenant on va espérer que comme il ne peut logiquement plus activer de tour, il n'aura d'autres moyens que de quitter l'île par l'unique aéroport, alors on va le placer sous surveillance. À l'origine, nos camarades devaient prendre le premier vol retour demain matin mais Mehdi s'est débrouillé pour réorganiser la logistique. On va s'en sortir. À la moindre alerte, je vous préviens via le Skype.
- Entendu, merci, répondit la japonaise.
- J'imagine que l'utilisation du retour dans le temps est exclue ? interrogea son collègue.
- Jérémie s'est malheureusement enfuit au moins une heure avant la destruction du supercalculateur, et avec la libération des programmes dans le monde virtuel dans l'intervalle, c'est en effet trop risqué.
- Je m'en doutais... tant pis. Bon, sur ce on a bien mérité d'essayer de dormir, annonça le cravaté.
- Bien sûr. Bonne nuit... les amis.
- Courage Aelita, lui fit Ishiyama avant que la connexion ne se coupe.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPalais de l’Élysée

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLa lumière était toujours allumée dans le bureau du président de la République malgré l'heure tardive, ett pour cause, le chef de l’État s'y trouvait toujours. Celui-ci venait d'écarter d'une main la note sur le groupe Sperian et ses menaces de rachat américain, préparée par le secrétaire général adjoint dans la perspective du déplacement de demain. Il avait compris le principe, et au pire, il n'aurait qu'à laisser parler Bachelot. Il n'arrivait pas à se concentrer, ne pouvant chasser de ses pensées la vieille usine de Sceaux. Squarcini lui avait annoncé il y a déjà une dizaine de jours que ses services étaient prêts à lancer la vaste opération coup de filet sur les gamins qui maîtrisaient la technologie quantique, mais Sarkozy tenait à être personnellement présent pendant l'opération ; or, il n'était pas si facile de soustraire le dirigeant de la désormais quatrième puissance mondiale de son agenda officiel pendant une bonne demi-journée, notamment lorsque se bâtissait en parallèle le nouvel ordre mondial. Jusqu'ici, il n'avait pas réussi à trouver un créneau au dirigeant de la DCRI. D'autant que les autres membres de l'organisation semblaient eux aussi s'impatienter, en témoignait la question de Matthias l'autre fois, qu'il avait dû un peu baratiner.
N'y tenant plus, il consulta son agenda prévisionnel sur l'intranet de l’Élysée. Mardi matin, il était simplement inscrit « RDV BT Adidas » dans l'agenda privé. Sans doute encore une idée de son secrétaire général, Claude Géant. Mais Tapie et ses problèmes d'argents tout relatif pouvaient attendre. Envoyant un texto quelques secondes après à ce même Géant pour lui signifier de déplacer ce rendez-vous et de sanctuariser la matinée, il indiqua de la même manière à Bernard Squarcini qu'il était chaud pour que l'opération ait lieu à ce moment là. Satisfait, il alla enfin rejoindre ses appartements privés.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngSaint-Denis, Île de La Réunion

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLes guerriers de l'Eire étaient rentrés dans leur maison temporaire, qu'ils étaient d'ailleurs techniquement censés abandonner dans quelques heures. Même s'il était claqué, que la nuit était déjà bien avancée au vu du décalage horaire, Senja avait malgré tout pris le temps d’appeler Aelita pour être mis au jus de la conversation avec les Lyoko-guerriers. Il s'en était félicité intérieurement en apprenant que le X.A.N.A venu d'outre-monde, de façon stupéfiante, avait réussi à être mis au parfum pour Spi2aetus. Une organisation dont Senja n'ignorait lui-même pas totalement l'existence.
Et pour cause : le Palamède et Senja Noir, prenant goût à la recherche sur des organisations secrètes comme le Projet Carthage ou la Green Phoenix, avaient réussi à rassembler quelques éléments sur le sujet. Cette première organisation notamment, avait des liens qui avait permis au Palamède de remonter patiemment une piste. Le personnage central, c'était Condolezza Rice, membre présumée de Spi2aetus, qui avait été mis plus récemment dans la confidence du Projet Carthage par Bush dont elle avait toute la confiance – la tentative de coup d’État à son endroit avait sûrement dû refroidir leurs relations cela dit. Mais les informations de Senja Noir sur Spi2aetus n'étaient que fragmentaires, le temps lui ayant d'ailleurs manqué. Il avait néanmoins transmis ce qu'il avait à son doppelgänger... qui n'en avait parlé à personne d'autre et avait continuer de mener l'enquête de son côté, même s'il n'était arrivé en gros à rien de plus, n'ayant pas les moyens du Palamède à sa disposition. Pour Senja, les deux histoires n'étaient pas liées, d'où le fait de la jouer perso, c'était pour lui presque un passe temps d'épier cette fascinante organisation secrète... mais là, en apprenant que Sarkozy avait l'intention de s'en prendre aux Lyoko-guerriers, ce qu'il ignorait lui-même totalement, il se devait de transmettre les informations en sa possession. Mais sans qu'ils puissent savoir que cela vienne de lui, sinon ça pourrait encore tanguer avec Aelita, qui pour le coup, n'y était pour rien cette fois.
Il soupira. Il n'était pas près de dormir.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, au matin

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngTous les Lyoko-guerriers avaient cours dès la première heure ce matin et s'étaient donc retrouvés au self pour petit-déjeuner, exceptée bien sûr Yumi, externe, ainsi qu'Hervé, qui avait mieux à faire. Il avait d'ailleurs remis à Ulrich un mot écrit griffonné sur une page de cahier déchirée, en lui demandant qu'il fasse passer aux autres pour qu'ils en prennent connaissance individuellement, sans lire ni en parler à voix haute. La raison s'en trouvait expliquée dans les lignes :

Ne discutez pas à voix haute de ce que contient ce mot. J'ai déjà fait croire à Aelita qu'on ne tenterait rien avant quelques jours, mais je compte bien agir aujourd'hui dans l'après-midi. Je vais sécher les cours, donc couvrez-moi, mais Odd, ne balance encore rien à ton oncle, ça pourrait nous ralentir. Vous pouvez me rejoindre quand vos cours respectifs sont terminés dans la chambre d'Ulrich et Odd.


De fait, le petit-déjeuner était particulièrement silencieux, personne n'ayant envie d'échanger des banalités, et l'interdiction d'échanger sur la veille tenant bien sûr toujours. Chacun était dans ses pensées, sans particulièrement pouvoir prendre des décisions concrètes. Beaucoup de choses dépendraient de la réussite, ou non, de leur principale tête pensante. Stern en particulier, avait le cerveau en ébullition depuis les révélations de X.A.N.A de la veille. Il n'était pas dupe de la « gentillesse » du virus, qui avait tout intérêt à dévier l'attention des Lyoko-guerriers de lui dans l'immédiat. D'ailleurs, Pichon lui avait glissé lorsqu'il l'avait vu que le monde virtuel avait explosé ; celui qui s'était présenté sous la forme de Pokémon avait donc visiblement fait le choix de retourner dans sa dimension d'origine sans laisser de traces et éviter d'être poursuivi, même s'il faudrait s'en assurer à terme. Dans l'immédiat, la menace Spi2aetus, d'un genre encore inédit, le faisait bien flipper, même s'il ne devait pas le montrer aux autres pour contribuer à ce que l'actuel attentisme se fasse dans le calme. Et comme la chose semblait devoir se régler un peu plus subtilement qu'avec une charge en Supersprint sabres en main, il se sentait... totalement impuissant.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine Sperian, Plaintel, dans l'après-midi

- Cette crise et la quasi-disparition de la Chine au sein du commerce mondial est – et je tiens à être très clair – une opportunité pour notre pays, et l'occasion de nous ré-approprier un outil productif indispensable. On ne va plus pouvoir demander aux chinois de fabriquer pour nous nos masques respiratoires. Ce savoir faire, il est là, il est français, et il est essentiel. Ainsi, je veux le redire très fermement devant les salariés de l'usine : il n'est pas question de céder une telle entreprise à je ne sais quel fond de pension américain !
Devant les applaudissements des ouvriers déclenchés par sa dernière phrase, le président de la République Nicolas Sarkozy décida de s'en tenir là pour les propos à la presse. C'était trop facile. Il fallait juste éviter de se laisser entraîner sur le terrain piégeur de la nationalisation, un mot compliqué à prononcer à droite. Mais l'ex-chef de l'UMP en avait vu d'autres.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Ulrich Stern & Odd Della Robbia

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngRarement, Hervé Pichon avait été dans un tel état de stress. Les bisbilles du Palamède l'avaient laissé relativement serein à côté, même s'il en avait chié. Mais là, il s'apprêtait à faire ce que de nombreux autres avaient tenté de faire avant lui, et où la grande majorité avait échoué, souvent au prix de leur liberté au mieux, de leur vie au pire : s'en prendre au chef de l’État. Il avait cependant un avantage certain sur ceux, à savoir un Supercalculateur quantique à disposition. Il espérait que cet atout compense le manque de temps et l'aspect bricolé de l'opération...
Le cravaté souffla un grand coup. La visite était déjà sur la fin, il était temps de passer à l'action.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine Sperian, Plaintel

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngNicolas Sarkozy venait de laisser sa ministre de la Santé le relayer sur le front médiatique, étant actuellement en conversation avec le directeur de l'usine, lorsqu'un agent du GSPR, chargé de sa protection rapprochée, se rapprocha justement très près afin de lui glisser discrètement à l'oreille :
- Monsieur le Président, il y a une sérieuse menace d'attentat. On doit vous exfiltrer, si possible discrètement. Je vous demande de me suivre.
Sarkozy hocha la tête, pas tellement surpris. Il avait remarqué que ses officiers de sécurité s'agitaient un peu plus que d'ordinaire depuis quelques minutes. Il était par ailleurs limite soulagé de se tirer de ce bled alors il n'allait pas faire d'histoires. Demandant à François Perrol de le remplacer au pied levé dans sa conversation avec le directeur du site, il suivit deux de ses gorilles sur le parking de l'établissement où un fourgon Peugeot aux vitres teintées venait à sa rencontre. Outre le chauffeur, un second agent, situé à l'arrière, ouvrit la porte coulissante pour permettre au Président de s'y engouffrer rapidement. Par chance, aucun journaliste n'était présent sur cette partie du terrain goudronné. La voiture avec le chef de l’État et les quatre agents mis immédiatement le cap sur Saint-Brieuc où se trouvait la préfecture du département. Ils y seraient en un quart d'heure.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPréfecture des Côtes d'Armor, Saint-Brieuc

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Préfet Philippe Rey fixait avec sévérité son secrétaire général, Jacques Michelot, de ses yeux bleu perçants. Les deux hommes, réunis dans la salle la plus discrète du bâtiment administratif, voyaient déjà la visite présidentielle comme un événement en soi dans ce département tranquille de la Bretagne. Ils ne s'attendaient donc pas à ce que le ministère de la Défense les prévienne soudainement qu'un hélicoptère militaire aux couleurs des nationalistes bretons était apparu sur les écrans radars aux alentours de Morlaix, se dirigeant droit vers Plaintel, là où était censé se trouver le Président, qui avait par conséquent était exfiltré. Rey avait dû se faire répéter trois fois l'information avant d'y croire vraiment. Comment les nationalistes, en admettant que ce soit eux, auraient-ils pu dissimuler un engin militaire de cette nature ? Ces dernières années, à part quelques attentats frisant l'amateurisme, la mouvance n'avait pas réussi à inquiéter outre mesure les représentants de l’État.
Le Préfet pensait encore jusque là que le naufrage de Saint-Cast l'année dernière serait le moment le plus intense de son passage dans les Côtes d'Armor. Alors le lecteur n'aura pas de mal à imaginer sa tête lorsqu'un fonctionnaire vint lui apprendre 25 minutes plus tard que la voiture chargée d'exfiltrer le Président n'était jamais arrivée à la préfecture et qu'ils en avaient perdu toute trace.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLa Grande-Motte

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMichel Besnard prenait peu de jours de congés depuis qu'il avait fait la rencontre de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, surtout depuis son élection en tant que président de la République et le cadeau qui était allé avec pour ce fidèle policier : la tête du GSPR. Mais après le déplacement cauchemardesque organisé pour la réunion exceptionnelle du G20 où Sarkozy avait tenu à ce que Besnard en personne soit son unique agent de sécurité, et les événements qui s'en sont suivis (la tentative de coup d’État déjoué envers Bush), le futur Préfet, ainsi que le lui avait promis oralement le chef de l’État, s'était permis de s'offrir un week-end prolongé de 4 jours de repos dans cette station balnéaire ultra-hupée à proximité de Montpellier, envahie de touristes l'été mais d'un calme très reposant en hiver. En partant du bureau vendredi soir, il avait demandé à son second, dans un sourire, de n'être dérangé « sous aucun prétexte, à moins que la vie du Président ne soit en danger ». Ainsi, tout sourire avait disparut lorsqu'il vit que le Commandant Doué, le second en question, cherchait actuellement à le joindre, alors qu'il profitait du soleil hivernal sur le ponant. Il décrocha avant la fin de la seconde sonnerie de son portable sécurisé.
- Que se passe-t-il Frédéric ?
- Je vais être direct : le Président a disparu, on pense qu'il a été enlevé par deux membres du GSPR.
Besnard manqua de s'étrangler. Impossible. Pas ses fidèles flics. Dans l'immédiat, il ne sut même pas que répondre au Commandant, qui poursuivit :
- On a eu une alerte parce qu'un hélicoptère militaire, a priori contrôlé par des nationalistes bretons, a été soudainement détecté non-loin du lieu où le Président effectuait son déplacement de cet après-midi et volait dans sa direction. Par sécurité, quatre agents ont discrètement fait quitter les lieux plus tôt que prévu au Président pour l'amener à la Préfecture d'ici à l'interception de l'engin par un rafale envoyé par l'armée de l'Air. Problème : il n'a jamais pu mener à bien sa mission, l’hélicoptère semble s'être volatilisé comme il était apparu, Sarkozy n'est jamais arrivé à la Préfecture et deux agents sur les quatre qui se trouvaient dans la voiture avec lui viennent d'être retrouvés assommés sur le bord d'une route. Évidemment le véhicule a été signalé, les forces de l'ordre sont déjà en train de boucler la région.
Son supérieur n'arrivait pas à y croire. La brillante carrière de ce fonctionnaire zélé mais discret n'avait pas connu l'ombre d'un accroc et avait déjà subi un sérieux coup d'accélérateur à même pas 45 ans. Une carrière que sa nomination au sein de la préfectorale aurait dû encore plus renforcer. Mais un tel événement était catastrophique pour celui qui était à l'origine de la décision présidentielle de mettre fin à cette dérangeante cohabitation entre policiers et gendarmes... à son profit bien entendu. Même si on retrouvait le Président sain et sauf dans les cinq minutes, il allait être la risée du tout Paris.
Plongé dans ses pensées, il ne fit pas attention à l'agitation qui régnait à l'autre bout du fil. Doué venait d'apprendre une nouvelle information. et s'empressa de la communiquer à son supérieur qui demeurait silencieux :
- On vient de retrouver le véhicule. Vide. Ah et euh, le Premier ministre est en ligne et aimerait vous parler, je lui dis que vous êtes en congés ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Ven 11 Sep 2020 19:34   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2261
Localisation: Territoire banquise
http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChâteau de Pornic, Pornic, fin d'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Président Sarkozy venait de reprendre connaissance, constatant qu'il était solidement attaché à une vieille chaise dans l'une des oubliettes du monument symbole de cette commune de Loire-Atlantique. Il était encadré par deux membres du GSPR qui semblaient sérieusement avoir oublié l'objectif premier de leur mission.
- Je ne vais pas y aller par quatre chemins, commença immédiatement l'homme. Je suis l'un des gamins de l'Usine que vous surveillez.
Il y avait quelque chose d'étrange à écouter ce colosse d'un mètre quatre-vingt quinze avec une voix d'adolescent boutonneux qui n'était, effectivement, sûrement pas la sienne. Sarkozy avait perdu quelques repères pendant son enlèvement, mais pas le Nord : il compris immédiatement à qui il avait à faire. Il savait que chercher à se défiler face à un adversaire de ce niveau était inutile.
- Alors vous êtes au courant, commenta-t-il simplement. Vous êtes coriaces pour des gamins.
- La maîtrise de la technologie quantique a ses avantages. C'est ce qui vous intéresse je crois.
- Où sommes-nous ? demanda l'ancien Maire de Neuilly.
- N’espérez pas obtenir de réponse, sachez simplement que personne ne viendra vous aider ici. Les services de l’État mettront des heures pour vous retrouver. Cela tombe bien car j'ai quelques questions à vous poser.
- Vous auriez pu envoyer un courrier... l'adresse est sur internet, ironisa Sarkozy, qui n'entendait pas se dégonfler.
- Ha. Ha. Ha. Je ne suis pas certain que votre apprécieriez que votre cabinet lise un courrier mentionnant Spi2aetus.
Cette fois, le Président ne riait plus.
- Ça vous la coupe hein ? reprit la voix à travers l'agent du GSPR. En même temps, c'est vous qui avez commencé à nous emmerder.
- Vous savez tout aussi bien que moi que je ne dirais rien. Vous pouvez me tuer.
- Ça, je m'en doutais un peu. Par contre, je suppose que vous voudriez évitez qu'on s'en prenne à votre nouvelle compagne, à votre ex, à vos enfants ? Si vous, en tant que Président, j'ai pu vous amener dans ce tombeau, vous imaginez bien que les atteindre ne sera pas un problème.
Sarkozy se crispa. Jamais il n'avait imaginé que son appartenance à l'organisation pourrait rejaillir sur ses proches. Mais le plan comptait plus que tout. Par ailleurs, il doutait de la capacité de ces gamins à le faire réellement. Ce n'était que lui qui représentait une menace. Enfin, il ne pourrait pas à la fois s'occuper d'eux et de lui, et donc si le moyen de pression ne fonctionnait pas, il tombait de lui même. Ce pourquoi il répondit :
- Je ne dirais rien quand même. Ce sont des enjeux qui vous dépassent, les petits gars.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMaison-Blanche, Washington, États-Unis, dans la matinée

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngDans le bureau ovale, le Président Bush tenait actuellement une conversation confidentielle avec son directeur de la CIA, Michael Hayden. Celui-ci lui faisait un rapport sur l'ancienne vice-Présidente Condoleezza Rice et l'ancien Maire de Pékin Meng Xuendong, incarcérés à Guantánamo après leur coup d’État manqué.
- Rien à faire. Malgré nos méthodes hum, disons, musclées, aucun des deux n'a lâché la moindre information. Cela devient compliqué d'aller plus loin sans risquer leur vie, Monsieur le Président...
Bush n'arrivait pas à y croire. Il était tenu en échec par deux minorités ethniques différentes, et dans le lot, il y avait en plus une femme ! Pourtant, s'il avait réussi à voir venir la traîtrise, l'homme le plus puissant du monde n'arrivait pas à en décrypter les motivations, surtout de celle à qui il avait tout donné. L'enquête actuellement menée par ses services n'avait rien donné. De plus, Rice, jamais mariée, sans enfants et avec deux parents déjà décédés, laissait derrière elle d'autant moins de personnages clés à interroger. Jusqu'ici, son dossier était impeccable. Et ils ne disposaient évidemment pas d'un moyen de pression similaire pour le chinois, qui n'avait aucune famille sur le sol américain, ni même dans un pays allié...
Deubeuliou n'arrivait définitivement pas à trouver un sens à cette histoire.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine, fin d'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé avait attendu que l'ensemble du groupe ait terminé ses cours de la journée et l'ait rejoint, plutôt à l'Usine finalement, jugée plus sûre, pour entamer l'un des débats les plus difficiles que le groupe ait sans doute eu à connaître depuis ses débuts. Sans compter que certains commençaient à peine leur deuil de William, dont ils n'avaient pas vraiment pu parler avec tout ce bordel. C'est donc lorsque Gladys, seule à finir à 17 heures 30, se pointa à son tour, que les choses sérieuses purent commencer. Le William de l'autre univers, toujours virtualisé sur Lyoko, était également présent sur les hauts-parleurs.
- Écoutez, je vais vous la faire courte. J'ai réussi à choper Sarkozy sans problèmes, et à l'interroger en le planquant là où on mettra sans doute encore quelques heures, voire jours, à le retrouver. Là où je m'y attendais pas forcément, c'est que ni les menaces sur lui-même, ni sur sa famille, ne semblent fonctionner. Nous voici coincés : on peut toujours tuer Sarkozy, voire ce Squarcini, et tenter d'interroger ce dernier, mais il nous manquera toujours l'identité de ceux à qui le Président en aura éventuellement parlé. On peut déjà supposer que les membres de Spi2aetus sont déjà tous au courant, vu comme il en parle à l'un d'eux dans l'enregistrement, mais comment savoir si d'autres membres français éventuels sont dans la confidence et pourraient nous nuire ?
Ulrich fut le premier à réagir après avoir encaissé l'information :
- Déjà Hervé, bravo d'avoir réussi à choper Sarkozy aussi vite, sans même avoir besoin d'utiliser le retour dans le temps, respect.
- C'est vrai qu'il fallait le faire, commenta Odd sous l'approbation gestuelle de Gladys.
- Mais ça n'aura servi à rien... répondit le flatté.
- En plus, souligna Yumi, le fait qu'il refuse de parler à tendance à montrer que les types de cette organisation sont prêts à tout. C'est très inquiétant si quelqu'un continue d'être au courant de notre existence et de notre secret.
- C'est clair, approuva Melody. Mais, arrêtez-moi si je me trompe, ce n'est pas justement le Supercalculateur qui les intéresse ? Maintenant qu'on a réussi à anéantir le Palamède et les projets de Jérémie, est-ce qu'on en a encore besoin ? Si on le détruit...
- Il faut d'abord sortir l'autre William, rappela Christophe en la coupant.
- Oui, mais après ça ? insista la rousse.
- Le soucis, c'est que si l'organisation décide de se venger et connaît notre identité à cause de Sarkozy, même si on a tué ce dernier, sans Supercalculateur et retour dans le temps, on est cuit, rappela Stern. C'est notre seul atout pour faire face à ce bordel, et il est colossal.
Des murmures approbateurs se firent entendre, en particulier du côté des « historiques ».
- Bon et si on tue vraiment un des proches de Sarkozy, histoire de voir s'il continue de faire le malin ? proposa Gladys d'un ton neutre.
- Évidemment, cela fait partie des options sur la table, avoua Hervé. Mais c'est un fusil à un coup, si ça ne marche pas, on aura tué un innocent pour rien.
- Y a déjà eu des milliards de morts innocents à cause de cette histoire.
- Oui, mais c'était le Palamède, pas nous, objecta la japonaise. Ceux qu'on a choisi d'éliminer de sang froid comme Ikonov, c'était clairement des ennemis.
- Pour moi, Sarkozy est dans le même cas de toute façon, souligna Christophe. Il faut l'éliminer quoi qu'il arrive au final.
- C'est pas comme si on lui avait laissé sa chance une fois... de trop, rappela Ulrich, qui l'avait encore en travers de la gorge.

https://i.imgur.com/c9eZj6s.png


Les Lyoko-guerriers échangeaient déjà depuis plus de trois quart d'heure sur la situation, mais n’avançaient pas vraiment. Hervé décida de tenter quelque chose, alors que la surveillance des chaînes d’information en continu d'un œil sur l'un de ses écrans l'amenait à constater qu'on commençait à parler de rumeurs de disparition du Président :
- Bon. Faisons le point. On va récapituler le point de vue de chacun pour essayer d'y voir plus clair. Ulrich, je te laisse ouvrir le bal ?
- Si tu veux. Très honnêtement, moi je pense qu'il faut éliminer Sarkozy, Squarcini, et les éventuels autres complices que ce dernier nous balancera si ça parait crédible. Ensuite, on éteint le Supercalculateur et on passe le temps qu'il nous reste à Kadic pour imaginer toutes les idées possibles et imaginables pour le protéger et s'assurer que personne ne pourra jamais mettre la main dessus, à part nous. Comme ça, si jamais Spi2aetus fini par nous retrouver, on aura toujours le retour dans le temps en garantie. Ça sera dur, long, et nous empêchera de tourner la page réellement mais... c'est ainsi. Je précise pour ceux qui ne se sentent pas les épaules, y a toujours moyen de changer d'établissement si ça vous rassure. Mais moi, j'y suis prêt.
- C'est noté. Quelqu'un souhaite proposer une solution alternative ?
- Franchement, je préfère tout tenter avant pour faire parler Sarkozy, quitte à ce que ses proches en paye les pots cassés, avoua Fontaine. Lui seul est de Spi2aetus a priori, donc lui seul détient toute la chaîne d'information, en plus, c'est quand même le Président. Si vraiment on arrive à rien, ok pour cette solution de repli au global.
- Moi, je suis plutôt sur la ligne d'Ulrich, avoua Odd. Si des innocents y passent intentionnellement par notre faute, mon oncle va me démolir. Je tiens à lui montrer que je suis devenu un minimum responsable.
- Désolée Gladys, je suis d'accord avec eux, fit Melody. C'est dangereux mais le retour dans le temps nous ramènera à la vie.
- Eh bien moi, je suis d'accord avec Gladys.
Tout le monde s'attendait à ce que ce type de phrase soit prononcé par l'ivoirien, qui ne s'était pas encore exprimé. Mais c'était pourtant la japonaise qui venait de le faire. L'auteur lui-même ne s'attendait pas à un tel retournement de situation !
- Précise Yumi, répondit Pichon.
- Je trouve que c'est la meilleure solution, c'est tout.
- Cela me surprend venant de toi, avoua Odd.
- Oui mais, c'est ainsi. On est sur quelque chose d'énorme là, une organisation secrète, mondiale, qui a l'air d'être bien au-dessus du Projet Carthage, qu'on a d’ailleurs jamais réellement dû affronter vu qu'ils étaient déjà devenus l'ombre d'eux-mêmes avec la fin de la guerre froide. Il faut tout faire pour maximiser nos chances d'en finir avec cette histoire et pouvoir enfin vivre une vie normale.
Ce qu'Ishiyama voulait éviter d'avouer en réalité, c'était que sa décision était avant tout là pour réduire le risque envers sa famille, qui habitait tout de même juste à côté, et en particulier son petit frère, fréquentant Kadic. La Green Phoenix et son assaut manqué avaient prouvé qu'Hiroki pouvait rapidement être une victime collatérale. Et lui donner l'assurance vie du Supercalculateur se révélerait quasi-impossible, elle le savait, car cela voulait dire le mettre au courant pour l'Usine, Lyoko... lui qui était incapable de tenir sa langue plus d'une semaine en temps normal, mais en plus avec son plan drague de merde avec Milly Solovieff, il était sûr que les Lyoko-guerriers finiraient en première page des Échos sous 48 heures. Ulrich et Odd lui adressaient d'ailleurs déjà un regard genre « On a compris ce que tu pensais vraiment », mais n'ajoutèrent rien.
- J'avoue ne pas avoir d'avis particulier sur la question, souligna Christophe. C'est sans doute ce qu'il faut faire dans les deux cas, mais je ne me sens pas de choisir.
- Et j'avoue moi-même être dans le même état d'esprit, assuma Pichon. Je ne tue pas pour le plaisir mais il faut avouer que la menace est quand même sérieuse...
En résumé, trois personnes proposaient une solution, deux autres une alternative plus musclée, et les deux restant n'étaient pas capables de trancher. Le groupe était dans l'impasse.
- Bon ok, arrêtons les frais pour ce soir, déclara le délégué de classe. De toute façon, je vais devoir lancer un retour dans le temps, que je programmerai à hier soir au moment où vous allez vous coucher, histoire de pouvoir quand même dormir. Pensez-y de votre côté et on fait un point « demain » matin avant que vous ne reviviez votre journée de cours.
- Très bien, fit Odd. C'est vrai qu'on fait du surplace de toute façon.
Le cravaté laissa ce qui était devenu son labo et presque sa deuxième maison se vider avant de souffler un bon coup, et de s'assurer via les deux agents du GSPR qu'il avait hervifié que le Président était toujours coincé comme prévu.
- William, ça va ? Tu n'as rien dit tout à l'heure.
- Ça va. Je tiens le coup du confinement sur Lyoko pour l'instant. Je n'ai pas osé intervenir dans vos débats, ce n'est pas mon monde...
- Ça pourrait le devenir.
- Oui je sais. Mais pour l'instant, j'ai du mal à imaginer.
Durant cette courte pause où il échangeait des banalités, Pichon en profitait en même temps pour balayer un coup les dernières actualités sur internet et pour relever ses mails par réflexe. C'est alors qu'il se rendit compte qu'au milieu des pubs et spam habituels, il y avait quelque chose, envoyé ce matin à 10 heures 17 :

Expéditeur : @#&$!
Sujet : Pour faire face à Sarkozy...


L'objet avait attiré son attention, même si le mail en lui même était carrément suspect, il n'arrivait pas à voir l'adresse mail source, comme s'il avait tenu à ce que personne ne puisse remonter jusqu'à lui. Le corps du texte était le suivant :

Si cela peut aider à l'interrogatoire de Sarkozy, toutes les informations que je possède sur ce que tu sais sont dans la pièce jointe. J'ai dû crypter les fichiers pour réduire un maximum les risques que les mots clés qui s'y trouvent n'attirent l'attention de mauvaises personnes, au cas où, pour les rendre lisibles, il suffit de se souvenir de la poupée d'une amie aux cheveux roses.

Bon, là, ce n'était pas une banale arnaque. Prenant tout de même ses précautions en passant la pièce jointe aux rayons X avant de la télécharger, le Supercalculateur semblait lui-même en conclure qu'il n'y avait aucun danger. Une fois téléchargée, la pièce demandait un mot de passe. Relisant le mail, Pichon n'avait pas besoin d'être grand clerc pour comprendre que c'était de Monsieur Puck dont on parlait. Il entra donc « Monsieur Puck », ce qui n'était pas correct. Il essaya ensuite « Puck » tout court puis « Mister Puck », « M. Puck » sans plus de succès. Il n'allait quand même pas buter sur cette énigme de merde à cause de la syntaxe !? D'autant que son niveau actuel de nervosité ne le rendait pas des plus patient ou joueur, loin de là, comme tout individu retenant actuellement un chef d’État en otage d'ailleurs. Il se souvint alors qu'il y avait une autre possibilité, il tenta « Pück ». Échec. « Monsieur Pück » ? Bingo !
Le dossier était déverrouillé. Son contenu était désormais lisible.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, début de soirée

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngOdd, Melody, Ulrich et Gladys, en se retrouvant au self pour dîner, avaient tous constaté la même chose : Christophe n'était pas venu. Les quatre Lyoko-guerriers savaient que l'ivoirien avait sans doute énormément de mal à digérer la mort de William, d'autant plus que le coupable présumé, Jérémie, était toujours dans la nature.
- Il faudrait éviter qu'il ne s'isole trop malgré tout, commenta Stern. On ne va pas tous débarquer dans sa chambre mais Odd et Gladys, vous devriez aller voir.
- Tu as raison, approuva son camarade de chambre, prenant malgré tout le temps de terminer sa banane.
Gladys était d'accord également, même si ce genre de plan n'était pas sa spécialité. Une fois que les deux missionnés furent partis, le samouraï virtuel réalisa alors qu'il se trouvait sans doute pour la première fois seul à seul avec Melody depuis qu'elle avait été recrutée dans le groupe. Il décida d'en profiter.
- Ça va toi ? lui fit le garçon. Tu gères comment tout ce bullshit ?
La fille à lunettes sourit, appréciant l'adaptation du vocabulaire de son interlocuteur.
- J'avoue que je ne m'attendais pas à ça au début, reconnut-t-elle. Mais j'ai signé pour le meilleur comme pour le pire, point. Quand je vois ce que réussi à faire Hervé, pourtant plus jeune que moi, je ne vais pas commencer à me plaindre. Ou Gladys, qui est quand même beaucoup plus jeune.
- Oui, c'est vrai. Mais ça ne t'interdit pas d'avoir des états d'âmes.
- Je n'en ai pas vraiment. Ce n'est pas moi qui ait pris la décision de rallumer le Supercalculateur et je n'étais pas là non plus quand X.A.N.A a pu se répandre dans le réseau, avec l'enchaînement des conséquences que l'on sait. C'est pour ça que je n'ai pas autant de pression sur les épaules que Yumi, enfin je pense, et que je me fais plutôt discrète quand il faut débattre de telle ou telle orientation. Par contre, la mort de William, je n'ai aucune excuse, j'étais là, je n'ai rien pu faire. Je m'en veux beaucoup.
- Je comprends ce que tu veux dire, acquiesça Ulrich. Tu as l'air de mieux gérer ça que Christophe heureusement.
- Ce n'est pas difficile... moi je suis dans leur classe et je peux te dire que ces deux là, la plupart sont étonnés qu'ils n'aient pas encore couché ensemble tellement ils étaient proches. Je n'aimerai pas être à la place de Christophe en ce moment.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre de Christophe M'Bala & William Dunbar

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngIl avait entendu frapper mais n'avait pas répondu.
- Chris, fais pas le con, on sait que tu es là, fit la voix d'Odd Della Robbia.
- On voudrait que tu viennes manger avec nous, ajouta un son plus féminin.
L'ivoirien soupira. Même Gladys alors. Il ne pouvait pas ne pas ouvrir, elle risquait de lui faire la gueule pendant deux mois. Il consentit à faire coulisser la porte, dévoilant sa mine débraillée et un look dont il était difficile de savoir s'il s'agissait de vêtements normaux ou un pyjama.
- Pas faim, signala-t-il.
- On avait deviné, souligna Odd, mais tu pourrais quand même venir avec nous.
- J'ai la flemme.
- Bon, ça suffit, coupa Gladys. Moi j'ai la flemme de vivre une séquence aussi clichée Christophe, tu vaux mieux que ça. Tu sais parfaitement ce que tu penserais si c'était genre Yumi à ta place, et ce que tu ferais. Alors t'as trois minutes pour mettre un truc correct à la place de cette horreur, et puis tu descends avec nous. Même si tu manges pas, au moins t'auras fait la démarche.
M'Bala ouvrit des yeux ronds. Mais Fontaine semblait ferme.
- Bien madame...
Il referma la porte le temps de s'exécuter.
- La vache, t'as des couilles ! chuchota Odd.
- Si c'est toi qui me dit ça il va falloir commencer à s’inquiéter. Déjà que ta voix fluette donne l'impression que tu es une fille... ricana la collégienne.
- Hé ! Ma puberté est tardive, c'est tout.
- Épargne-moi les détails, je suis censée être encore une jeune fille pure. Mais plus sérieusement, je préfère toujours secouer les gens un bon coup plutôt que de perdre X jours à leur faire réaliser qu'ils font une connerie.
- Pour le coup, ça a fonctionné. Enfin, il est pas encore à table. Le comble, ça serait que le retour dans le temps soit lancé juste avant qu'il ne se mette à manger.
- Hm. C'est vrai qu'il ne devrait pas tarder logiquement, Hervé a dû en finir avec les irlandais là.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngUsine

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé n'avait toujours pas contacté les irlandais. Fasciné par le fichier pdf qu'il avait sous les yeux, et dont il ne pouvait s'empêcher de dévorer chaque ligne.

https://i.imgur.com/WcOSphs.jpghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/lf8BeXx.jpghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/CNifclH.jpghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/l98xAtW.jpghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/AYy5JP6.jpghttps://i.imgur.com/cxKTwMD.pnghttps://i.imgur.com/DVZecAl.jpg


N'importe quel adolescent de son âge s'y serait perdu dans les subtilités. Mais pour celui qui avait l'ambition de devenir professeur d’histoire-géographie, c'était une claque intellectuelle, et il percevait dès lors certains événements totalement différemment. Il n'avait d'ailleurs même pas conscience d'avoir potentiellement modifié le cours de l'histoire, l'un de ses retours vers le passé étant certainement responsable de l'échec du complot aux États-Unis. Mais il comprenait mieux, aussi, l'intérêt de Sarkozy pour le Supercalculateur, et le fait qu'il soit prêt à tout pour arriver à ses fins, sans envisager une seule seconde de dénoncer le secret de sa famille.
Qui avait pu lui envoyer ça ? Pour Pichon, l'expéditeur avait visiblement essayé de le cacher mais vu les informations contenues dans le document, notamment l'allusion à la conversation interceptée par X.A.N.A, cela ne pouvait être que Senja. Apparemment, il ne souhaitait pas que l'on sache qu'il soit au courant... il s'en occuperait plus tard, il avait d'autres problèmes plus urgents à gérer.
Le principal problème d'ailleurs, était que les derniers éléments semblaient plutôt aller dans le sens d'une organisation structurée, et l'enregistrement laissé par X.A.N.A montrait clairement que Sarkozy parlait ouvertement de l'Usine et du Supercalculateur avec d'autres personnes, certes étrangères, mais influentes.
Pichon ôta ses lunettes et se massa les tempes. Il était à bout de nerfs, et l’excitation artificielle provoquée par ce qu'il venait de lire allait finir par se dissiper, venant lui rappeler en pleine gueule son déficit de sommeil.
Il s'immobilisa quelques secondes. Il venait potentiellement d'avoir une idée pour sortir de ce merdier. Mais une idée tellement... tellement... il ne parvenait même pas à la qualifier. Il perdait peut-être lui même la tête. Après quelques minutes avec le cerveau en ébullition, il décida de lancer le retour dans le temps comme prévu avant de s'offrir une nuit de sommeil ; il aurait ensuite une bonne partie de la journée de demain pour continuer de méditer sur la question. Oui, il allait faire ça.
Prenant malgré tout le temps de solliciter un vocal avec Aelita pour la prévenir du retour dans le temps, en profitant pour demander si les irlandais avançaient sur la piste de Jérémie – ce qui n'était pas le cas – Hervé décida d'avoir un dernier échange avec Sarkozy. Il reconnecta son micro à son sbire, ainsi que la caméra grâce à ses yeux (uniquement pour voir bien sûr, et non être vu).
- Dîtes Monsieur le Président, cette histoire d'Empire mondial de paix, vous y croyez vraiment ? C'est pas un peu utopique ?
La tête de Sarkozy était tellement révélatrice... elle montrait que ce dernier tombait des nues qu'un gamin soit au courant de pareils secrets. Il aurait bien dû mal à nier l'évidence, ce dont il semblait être conscient après s'être repris.
- Bon écoute petit, tu ne peux pas comprendre. Prends une décision qu'on en finisse.
- J'essaye de me montrer aimable hein.
- Ce n'est pas ta spécialité apparemment, rétorqua Sarkozy. Comment un type comme toi pourrait-il saisir ce qu'il y a de si grisant à tenter de réaliser ce qu'aucun homme dans l'histoire de l'humanité ?
- Ouais bon, je vois le genre.
- Je peux te garantir une chose mon gars, ajouta Sarkozy qui commençait à s'énerver. Certes tu as des moyens puissants, mais avec des installations basées à Sceaux, j'étais le plus facile à attaquer. Tu ne gagneras jamais contre nous. Alors vas-y, élimine-moi... cela te donnera un aperçu de l'état dans lequel ta petite bande et toi allez finir... pov'con. !
- J'en suis conscient, répondit simplement Hervé.
Et il lança le retour vers le passé.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 18 février 2008, Château de Pornic, Pornic, fin d'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe Président Sarkozy venait de reprendre connaissance, constatant qu'il était solidement attaché à une vieille chaise dans l'une des oubliettes du monument symbole de cette commune de Loire-Atlantique. Il était encadré par deux membres du GSPR qui semblaient sérieusement avoir oublié l'objectif premier de leur mission.
Comme son plan avait parfaitement fonctionné la première fois, et qu'il savait qu'au besoin, il avait plusieurs heures devant lui, Hervé n'avait fait que répéter l'opération kidnapping. C'est la façon d'aborder la phase II qui allait se révéler différente :
- Je ne vais pas y aller par quatre chemins, commença immédiatement l'homme. Je suis l'un des gamins de l'Usine que vous surveillez.
Pour Sarkozy, y avait quelque chose d'étrange à écouter ce colosse d'un mètre quatre-vingt quinze avec une voix d'adolescent boutonneux qui n'était, effectivement, pas la sienne. Le Président avait perdu quelques repères pendant son enlèvement, mais pas le Nord : il compris immédiatement à qui il avait à faire. Il savait que chercher à se défiler face à un adversaire de ce niveau était inutile.
- Alors vous êtes au courant, commenta-t-il simplement. Vous êtes coriaces pour des gamins.
- La maîtrise de la technologie quantique a ses avantages. C'est ce qui vous intéresse je crois.
- Où sommes-nous ? demanda l'ancien Maire de Neuilly.
- N’espérez pas obtenir de réponse, sachez simplement que personne ne viendra vous aider ici. Les services de l’État mettront des heures pour vous retrouver. Cela tombe bien car j'ai quelques questions à vous poser.
- Vous auriez pu envoyer un courrier... l'adresse est sur internet, ironisa Sarkozy, qui n'entendait pas se dégonfler.
- Ha. Ha. Ha. Je ne suis pas certain que votre apprécieriez que votre cabinet lise un courrier mentionnant Spi2aetus.
Cette fois, le Président ne riait plus.
- Bon écoutez, poursuivit Hervé. Je comprends vos motivations. Comprenez également en retour que j'aimerai éviter que mes amis soient mis en danger, alors que nous n'avons jamais cherché à lutter contre vous, nous ignorions d'ailleurs votre existence jusqu'à très récemment. Et quand je dis nous, c'est à dire moi. Secret que je suis prêt à conserver, moyennant un arrangement honnête, à convenir.
- Hum, et vous proposez quoi ? demanda le Président, qui doutait de la capacité d'un chiard à traiter d'égal à égal avec lui.
- Le Supercalculateur vous intéresse pour vous aider à réaliser vos ambitions sur le plan mondial, surtout dans la perspective du nouveau cadre géopolitique en cours de définition. Ok, très bien. Mais la maîtrise de la technologie quantique, c'est un peu plus compliqué que prendre la tête d'un parti face à Christine Boutin, si vous voyez ce que je veux dire. Alors... je pourrais accepter de me mettre à votre service si j'ai quelques garanties.
- Non. L'organisation n'accepte aucun membre extérieur à la famille.
- Y compris les conjoints ?
- Bien sûr, là je parle de vrais liens du sang, c'est notre meilleure garantie, une organisation de cette ampleur ne serait pas restée secrète aussi longtemps sinon.
- Hum, je pensais l'Argentine moins arriérée.
- Comment ça ?
- Si j'en crois ce que vous dîtes, cela signifie que les Krichner sont frères et sœurs tout en étant époux ? Qu'est-ce que s'est que ce pays ?
Sarkozy s'en mordit la lèvre. Il était décidément vraiment très bien renseigné. Il était exact que Nestor était le premier à réussir à faire une entorse aux règles, mais le mec avait quand même réussi à placer sa propre femme à sa place au sommet de l’État et...
- Votre absence de réponse est révélatrice, poursuivit Hervé à travers son agent. Mais je comprends l'exception étant donné son parcours. Toutefois. Moi j'ai un Supercalculateur quantique, c'est plutôt pas mal comme traitement particulier. Par ailleurs, je tiens à vous rassurer, je ne veux pas rejoindre votre organisation pour participer aux déjeuners de famille, je vous propose simplement de vous aider, à mon niveau, et je n'ai besoin que d'être en lien avec vous pour que ça marche. À vous de répondre de moi auprès des autres.
Sarkozy n'aimait pas ça. Il était arrivé au sommet en ne se fiant à personne, et en voyant ses amis les plus proches simplement comme des alliés plus solides que les autres. Il ne répondit toujours pas. Même si Spi2aetus pouvait ponctuellement faire appel à des éléments extérieurs, comme ils l'avaient fait avec les deux anciens du Projet Carthage pour la tentative de coup d’État aux USA, jamais personne n'avait eu un tel niveau d'information que son interlocuteur actuel.
- Je sais que ça ne vous arrange pas niveau confiance mais de toute façon, comme vous le voyez, je suis déjà au courant pour Spi2aetus, j'ai une liste de noms... le temps que l'on vous retrouve et que vous puissiez nous faire arrêter, vous misez sur combien de journaux nationaux qui n'auront pas relayé la prochaine dépêche AFP qui parlera de Spi2aetus et qui mettra en cause le président de la République ?
- Ce sont des menaces ?
- Oui. Nous ne sommes pas ennemis objectivement, la situation nous rend adversaires mais si on est malin, on peut dépasser ça et éviter d'y perdre beaucoup tous les deux, ce qui ne m'empêche pas de prendre mes précautions. Ne me dites pas que vous n'avez jamais connu ce genre de situations pour en arriver là où vous en êtes aujourd'hui.
Sarkozy sourit, quelques événements lui revenant en tête. Mais l'argument principal était que le gamin était au courant de trop de choses, et que s'il révélait au monde ce qu'il savait, Sarkozy serait très fragilisé politiquement, en plus d'être le fossoyeur d'une des lignées les plus puissantes de ces trois derniers siècles. Il ne pouvait pas se le permettre. Il devait aussi reconnaître qu'il était impressionné par l'audace de ce jeune homme, qui lui rappelait lui dans ses années de jeune loup. La conquête de la Mairie de Neuilly par exemple, au vu des circonstances, n'avait pas été très propre, mais cela en valait la chandelle.
- Quelles sont vos conditions ? demanda-t-il.
- J'en ai une principale. Évidemment, en échange de la promesse de les laisser dans l'ignorance pour Spi2aetus, je veux que mes amis ne soient pas inquiétés pour leur connaissance du Supercalculateur de Sceaux. Ils garderont ce secret là, et a priori à part moi, plus personne n'a besoin d'utiliser les installations. Pour eux, cette histoire est terminée. Laissez les tourner la page, ils ne représentent aucune menace.
- Si ce que tu dis est vrai et se vérifie dans les faits, je dois reconnaître que ce n'est pas trop coûteux. C'est le Supercalculateur qui nous intéresse, ils n'auraient été qu'un dommage collatéral. Je n'ai pas de problèmes de principe avec ça s'ils tiennent leur langue, mais ce sera à toi de t'en assurer.
- Je le ferais, promit Hervé. Ce n'est pas un problème. Je compte également bien sûr sur votre mansuétude vis-à-vis de ces deux agents du GSPR que je contrôle malgré eux, et qui n'ont rien à se reprocher dans cette affaire. J'ai déjà planché sur un petit scénario plausible sur ce sujet.
- Je comprends, ce n'est pas un problème.
Un ange passa.
- Hum, pas d'autres exigences ? relança Sarkozy.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngPont de l'Usine, au soir

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngWilliam patientait déjà depuis un moment, et il commençait à vraiment faire froid, alors que lui-même n'était pas spécialement équipé pour y faire face. Mais il n'allait pas se plaindre de le ressentir.
Ulrich venait justement d'apparaître, sortant de la bâtisse. Il n'avait pas l'air pressé de rentrer à Kadic.
- Je n'envie pas ta tâche, souligna le garçon aux cheveux noirs.
- Ce n'est pas évident, reconnut le samouraï. Mais comparé à d'autres, je ne m'en tire pas si mal. Ça va toi ?
- Je... je me sens bizarre. Ce n'est pas mon corps. Et paradoxalement, il l'est.
- Tu t'y habitueras. Je me doute bien que tu n'as pas la tête à ça mais j'aimerai que tu assistes à la discussion avec les autres.
Effectivement, Dunbar n'avait pas l'air ravi, même s'il tenta de le cacher.
- Oui je comprends. D'accord.
Stern hocha la tête en guise de remerciement et releva la plaque d'égout. Il allait devoir relayer aux autres le contenu de sa discussion avec Hervé. Du moins, une partie.
- Au fait, fit Stern en descendant l'échelle. Christophe t'apprécie vraiment beaucoup alors...
- Oui, le mien était un peu comme ça... répondit Dunbar en le suivant.
- Vous étiez très proches de ce que je me souviens de ton récit ?
- Oui, cela faisait quelques mois mais ça a été comme une évidence.
- Eh bien, visiblement certaines choses sont suffisamment fortes pour survivre à un changement de dimension, conclut Stern.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngChambre d'Ulrich Stern & Odd Della Robbia

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngEn dehors d'Hervé, l'ensemble des Lyoko-guerriers était présent, y compris Yumi en chair et en os. Elle s'était arrangée pour faire le mur, Ulrich lui ayant fait comprendre que c'était important. Comme il l'avait promis, le William de l'autre univers, qui avait récupéré le corps de l'ancien, était là également. Christophe venait à peine de sécher les larmes qu'il avait eu en voyant de nouveau Dunbar sur Terre. Même si ce n'était pas le sien.
- Désolé pour la grosse période de flou déjà, commença le samouraï. Mais c'était nécessaire. Pour ne rien vous cacher, j'ai pris une sacrée claque dans la gueule quand Hervé m'a raconté ce qu'il avait fait. Je vais être assez direct : il a décidé de passer un accord avec Sarkozy.
- Sans nous en parler !? réagit immédiatement la japonaise. Ce n'est...
- Laisse moi finir s'il te plaît sinon on ne va pas s'en sortir, coupa Stern, les sourcils froncés d'agacement. On aura tout le loisir d'en débattre ensuite. Hervé a passé un accord avec Sarkozy car il a compris qu'on ferait tôt ou tard l'objet de représailles de la part de Spi2aetus en le liquidant, et qu'on ne pourrait pas passer notre vie à lancer des retours vers le passé à chaque fois que l'un d'entre-nous se ferait avoir, ou pire : que la machine finisse par ne plus fonctionner. Il a donc décidé de proposer ses services au Président, puisqu'il maîtrise le Supercalculateur mieux que n'importe qui en échange de la promesse de ne jamais rien dire sur Spi2aetus. En faisant ça, il nous permet de tourner la page Lyoko tranquillement. Il a également négocié que le chef de l’État l'aide à retrouver Jérémie et à le surveiller afin de s'assurer qu'il ne représente plus une menace pour nous, genre s'il chercherait encore à se venger, un truc du style. Voire si possible, en profiter s'il fait une erreur pour régler ses comptes avec lui, même si c'est délicat... voilà.
L'assemblée était sous le choc. Personne n'avait imaginé une annonce de cette nature. Même Yumi était scotchée sur le moment, et sa bouche ne produisait, pour une fois, aucun son.
- Comment Hervé a-t-il pu accepter un deal pareil ? pointa Gladys. Pour lui je veux dire.
- J'ai essayé de comprendre moi aussi, souligna Stern. Je crois que pour Hervé, ce n'est pas si terrible que ça. Il a toujours été passionné par l'histoire et là, il a l'impression d'avoir une opportunité de vivre des événements majeurs de près, voire d'y participer. Il continuera à aller à l'école bien sûr, mais il va probablement changer d'établissement, pas certain que Sarkozy accepte qu'il continue de nous fréquenter compte-tenu de leur deal. En tout cas, il avait conscience que, s'il y en a un de nous qui devait faire ça, c'était le mieux placé.
- Sarkozy est un politicien, on ne peut pas lui faire confiance, souligna Yumi. Le fait qu'il se soit porté otage à la place de mon frère n'y change rien.
- Il en est conscient, fit Ulrich. Surtout au début. Du coup, il a négocié cette garantie avec Aelita, j'étais avec lui, elle a promis. Sarkozy ne sait rien des irlandais a priori, donc Hervé va continuer de communiquer avec eux. S'il devient soudain silencieux, ils nous préviendront et si on ne peut pas lancer le retour dans le temps nous-mêmes, ils utiliseront la puissance du leur pour se pointer ici et activer la procédure. Voilà, ce n'est pas idéal mais c'est ce qu'il a trouvé de mieux.
- Pourquoi ne pas nous en parler avant de prendre la décision ? questionna Christophe.
- Je... j'ai l'impression qu'Hervé n'avait pas d'espoir que vous compreniez cette décision, il ne se sentait pas les épaules de l'expliquer, c'est pour ça qu'il a préféré m'en parler en tête à tête. J'ai l'impression qu'il voulait voir si je l'acceptais, expliqua celui qui avait pu échanger avec lui.
- Et c'est le cas ? demanda son camarade de chambre.
- Eh bien...oui. Je n'imaginais pas ça comme ça mais il n'avait pas l'air de regretter sa décision. Par ailleurs, Hervé ne nous met pas devant le fait accompli, il faut malgré tout que vous soyez tous d'accord car si vous ne gardez pas le secret, l'accord tombe. Si tel est le cas, on lancera un nouveau retour dans le temps... mais nous reviendrons au problème initial.
Les Lyoko-guerriers effectuèrent des murmures approbateurs. Ils comprenaient les enjeux.
- Pour être honnête, le plus gros problème que j'ai avec ça, c'est l'idée que le Supercalculateur soit utilisé par des gens dont on ne sait rien, fit Odd, immédiatement approuvé par Yumi. Et puis le retour dans le temps...
- Alors l'idée, c'est de leur cacher cette fonctionnalité si possible, d'autant que ce n'est pas censé être un truc commun aux supercalculateurs quantiques – heureusement. La preuve, ceux de X.A.N.A, y compris celui amélioré par les irlandais, ne l'a pas, le Palamède en Islande non plus, ni bien sûr le dernier de Jérémie, à première vue... Mettons ça sur le génie de Franz Hopper. Si on enlève cette fonctionnalité, en vrai, Hervé m'a expliqué que nous sommes déjà en 2008, la machine date de 1994, et les recherches sur ce sujet avancent rapidement, cette révolution technologique ne le sera pas éternellement.
- Bon. C'est une bonne nouvelle pour nous mais pas pour Hervé, souligna Christophe Que va-t-il lui arriver si, dans quelques années, Sarkozy n'a plus besoin de lui justement parce que sa machine est périmée ?
- Cela fait partie de la part de risques, reconnut Stern. Prise en charge par la garantie Aelita.
- Une vraie police d'assurance Aelita... marmonna Yumi.
- C'est vrai mais elle a fait ses choix, souligna Melody. C'est elle qui veut rester sur l'Eire.
- Tu sais Yumi, fit remarquer Ulrich. Y a qu'une seule chose qui me fait peur dans cette histoire. Franz Hopper, Jérémie, Aelita... tous ceux qui ont côtoyé le Supercalculateur de près ont eu des péripéties pas forcément heureuses. Dans le cas d'Aelita, je ne peux pas m'empêcher de penser que le fait qu'elle ait voulu rester cloîtrée dans un monde virtuel, quand bien même, ce n'est pas Lyoko, ça fait un peu partie de cette « malédiction », je n'arrive pas à envier sa situation. J'ai peur que ça arrive à Hervé aussi. Mais je suis soulagé si ça peut potentiellement l'éviter à vous tous aussi. Je sais que ça va vous faire bizarre, surtout aux plus anciens qui ont connu plusieurs phrases de ce type mais... cette fois, il est bien possible que Lyoko soit derrière nous.
Un étrange silence vint accueillir cette phrase, devenue presque irréelle pour les historiques, comme Stern l'avait très justement souligné.
- Ce n'est pas... vraiment comme ça que je l'imaginais, avoua Rousseau.
- Moi non plus... répondit Christophe en regardant « William ».
- Tout ne se passe pas toujours comme prévu, fit remarquer Ulrich. À cause de notre lutte, le monde a changé. Nous avons perdu William, dans une moindre mesure Jérémie, et par extension, Aelita.
Yumi baissa la tête, triste.
- Je crois que pour avancer, il va falloir se dire qu'on a fait de notre mieux malgré tout, avoua-t-elle à demi-mots.
- Ce qui est le cas, précisa Gladys.
- Il nous reste certainement encore deux ou trois détails à régler bien sûr, rappela Ulrich. Zoé, l'oncle d'Odd... mais dans l'ensemble, voilà où on en est. Les Lyoko-guerriers sont officiellement... à la retraite. Sans tambours, ni trompettes. C'est juste... ainsi.



À suivre : Une petite idée toute simple...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Jeu 17 Sep 2020 05:10   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2261
Localisation: Territoire banquise
Spoiler

https://i.imgur.com/Cu4Nn2P.png

http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngAncienne mine de charbon de Lackawanna, État de Pennsylvanie

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé Pichon était à l'évidence particulièrement concentré dans son bureau mal éclairé – ce qui était souvent le prix à payer des installations souterraines, semblant occupé à lire des documents écrits à la main d'une telle façon que seul lui sans doute pouvait les déchiffrer.
L'agacement qu'il ressenti lorsqu'on frappa à la porte de la pièce s'évanouit toutefois en découvrant l'identité de son visiteur : Jérémie Belpois.
- Tu voulais me voir Hervé ?
- Oui... entre donc.
Le blondinet, exacte copie de la dernière fois qu'il l'avait vue lorsqu'il avait quitté Kadic avec sa valise, s'avança en refermant la porte, mais sans toutefois s’asseoir sur la chaise réservée aux visiteurs.
- Eh bien, me voilà, déclara comme une évidence l'ancien leader des Lyoko-guerriers.
- Très bien. Nous avons à parler longuement, tu devrais sans doute t’asseoir, invita Pichon.
- Ça ira pour l'instant, déclina l'autre.
- Comme tu veux. Alors je vais être direct : tu m'expliques ton délire ?
L'accusé haussa un sourcil pour marquer à la fois son étonnement et son incompréhension.
- Tu me fais quoi là, Hervé ? Une rechute liée au manque de contact visuel avec Élisabeth Delmas ?
- C'est très amusant. Laisse-moi récapituler les faits. Tu t'enfuis parce que ta belle te plante, tu disparais pendant des mois, tu te fait chier à faire alliance avec le Palamède pour mieux le remplacer, tu vas jusqu'à en profiter pour importer des soldats virtuels d'outre monde... tout ça pour t'enfuir dès que trois adolescents te tombent dessus ?
- Bon et qu'est-ce que tu ne comprends pas ?
- Mais tout ! insista son successeur chez les Lyoko-guerriers. Le plan que tu semblais vouloir mettre en œuvre a demandé des efforts colossaux comparé à ses résultats !
Belpois agita l'index pour montrer qu'il n'était pas d'accord avec son interlocuteur.
- Non, ça c'est la façon dont tu le vois. Mais tu as oublié un élément majeur dans l'équation.
- Ah oui et lequel ?
- Mais enfin, le portail dimensionnel... J'ai eu bien plus d'occasions que vous d'y avoir accès, alors imagine ce que ça implique ! Dans combien de mondes « Jérémie » n'a-t-il pas fuit ? Et puis, dans les mondes où il l'a fait, comme tu l'as dis toi-même, ça semble irréel, alors ça ne peut pas « juste » être ça.
Cette fois, l'invité fit le choix de s'asseoir afin de pouvoir placer son regard au même niveau que son accusateur. Il reprit :
- Depuis le début de cette histoire, vous êtes à la traîne. Vous subissez le cours des événements, vous vous débattez contre le courant de l'histoire qui tente de vous emporter au lieu de l'accepter et de l'affronter correctement en vous laissant porter... – il sourit – grâce à une aide extérieure, genre les irlandais ou même X.A.N.A maintenant, vous réchappez temporairement à la noyade, mais jusqu'à quand ? Moi j'ai accepté mon destin, alors je suis parti. Aelita c'est... c'est l'explication facile de l'esprit étriqué qui ne veut rien voir. La preuve que c'est un succès ? Eh bien, aujourd'hui, c'est toi qui me courre après. Voilà, fin du débat.
Il avait balancé ça avec assurance et dans l'immédiat, Hervé ne savait que répondre. Tout simplement parce qu'il était, au fond de lui, prêt à considérer que, dans l'immédiat, Jérémie avait raison. Enfin presque.
- Oui, jusque là je te suis, avoua Hervé. Mais c'est terminé. Récemment, j'ai fait moi-même un choix. Un choix qui va me permettre de prendre mon destin en main à mon tour.
Jérémie ne semblait pas s'attendre à une telle réaction. Mais il n'avait pas l'air agacé pour autant, manifestant de la surprise durant quelques secondes, avant de reprendre l'air plus ou moins suffisant qu'il arborait depuis son arrivée dans la pièce, et de lâcher :
- Hum, dans ce cas... tu sais, en France, les hauts cercles du pouvoir se côtoient tous. Alors, on se reverra.
- D'accord, répondit Hervé en hochant la tête.
Jérémie lui tendit alors la main au-dessus de son bureau. L'historien en herbe hésita quelques instants :
- Tout de même... tu as tué William.
- C'est vrai, avoua Jérémie.
- Je ne peux pas te pardonner pour ça.
Le blondinet ravisa sa main tendue, la faisant disparaître dans la poche de son pantalon.
- Tant pis alors.
La main susmentionnée ressorti en dévoilant cette fois un poignard que son détenteur envoya en plein cœur de son hôte avant même que celui-ci n'ait compris ce qu'il se passait. La vision de l'agressé se troubla en quelques instants et tout disparut.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngVendredi 22 février 2008, Usine, dans la nuit

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngHervé fut soudain tiré de sa léthargie. Il s'était encore endormi, épuisé, sur le pupitre du labo. Cette fois, il avait même l'impression d'avoir rêvé...


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngÉtablissement scolaire Kadic, fin d'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngUn parfum de vacances scolaires flottait dans l'air. En sortant du cours de biologie de Madame Hertz, Odd fit quelque chose relativement à contre-courant de ce dont il avait l'habitude de faire : il se dépêcha de se rendre au sein des bâtiments administratifs. Tandis qu'il se dirigeait plus particulièrement vers la porte du bureau du proviseur, il croisa Jim dans le sens inverse.
- Salut Della Robbia, tu viens faire la même chose que moi j'imagine ?
- Bonjour m'sieur, oui évidement, alors on a la patate ?
- C'est les vacances, je ne m'en plains pas. Mais dis-moi, ces derniers temps, je te trouve beaucoup plus présent à Kadic, ne me dis pas que ça y est, t'as arrêté d'être un vaurien et que tu t'es rangé ?
- J'préfère pas en parler m'sieur.
- Je comprends, fit Jim d'un air sérieux en hochant la tête. Alors à plus tard !
- J'y compte bien, répondit l'adolescent.
Le blondinet était arrivé devant le bon bureau. Il frappa.
- Entrez.
Madame Ilsa et son oncle étaient là. Quelques cartons aussi.
- Euh, je venais dire au revoir, avoua le blondinet.
- C'est gentil Odd, répondit son oncle. Ça va ? Tu ne te fais pas trop chier sans vie secrète ?
- Non non, pour l'instant ça va, sourit-il. Je voulais quand même m'excuser pour vous deux. C'est Hervé qui...
- Nous comprenons, il n'y a pas de problème, répondit Madame Ilsa. C'est une certaine perte de contrôle sur la situation qui était responsable de notre mutation ici. Notre départ est assez symbolique finalement, tu ne crois pas ?
- Oui, ce n'est pas faux.
- Il y a bien d'autres établissements qui ont besoin de notre duo, ne t'en fait pas, rajouta son oncle.
Il interrompit un instant le vidage de son bureau pour se rapprocher de son neveu.
- Écoute Odd. C'est vrai que ça ne s'est pas passé comme prévu. Mais c'est la vie. Je pense sincèrement que tu as fait de ton mieux, et que cette histoire, au moins, t'aura permis de mûrir. Je ne te cache pas que j'étais très inquiet il y a encore quelques années sur ton devenir, et à mon arrivée ici, ce n'était pas totalement dissipé. Évidemment tes parents ne voyaient rien, ce qui était encore moins rassurant. Mais voilà, je te sens davantage préparé aux défis de ta vie future. N'oublie pas ce que tu as traversé, n'oublie pas la mort de ton camarade William, et surtout, n'oublie jamais que tu connais au fond de toi la véritable origine du Fléau Noir et ses conséquences.
- Bien sûr, répondit l'ancien félin virtuel en hochant la tête.
- Très bien, sourit Laurent Anna Robbia en lui posant une main sur l'épaule.
Il reprit ensuite ses cartons, achevant de rassembler ses effets personnels.
- Bon, tu feras mes adieux à tes petits camarades, lança Madame Ilsa en emportant son propre carton tout en se dirigeant vers la porte. Et nous, on se verra peut-être à la prochaine réunion de famille, fit elle avec un clin d’œil avant de disparaître dans le couloir.
Odd n’avait pas compris et se retourna vers son oncle.
- Comment ça !?
Son oncle soupira.
- Naïma... elle abuse. Bon, on en reparle quand je t'appelle pour ton anniv', les choses seront plus claires à ce moment là. Prend soin de toi Odd.
Il quitta la pièce à son tour, laissant son neveu seul avec ses pensées.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngMercredi 27 février 2008, Résidence des Forestier, fin d'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMehdi, Senja et Chris venaient enfin de rentrer à leur QG après leur séjour réunionnais, et retrouvaient Aelita et Phil dans la salle à manger.
- Ah, pas fâchée de vous savoir de retour, souligna le bonbon rose. Il me tardait de retourner sur l'Eire.
- Nous n'avons pas brillé par notre efficacité cette fois, avoua Fontaine en serrant la main de Presso.
- Mouais, enfin on s'est fait griller la politesse par le gouvernement français quoi, corrigea Chris, sarcastique.
- Ne boudez pas, implora Phil. Nous avons globalement rempli les termes de notre contrat.

- C'est vrai, approuva Senja. Pour nous, c'est la fin de l'histoire. Phil, nous tiendrons parole par rapport à ton petit problème de dettes... Mehdi, je suppose que tu retournes sur Paris ?
- Mouais, Paris j'sais pas. Les grandes villes, ça me gave. Mais ce sera plus facile pour moi de trouver du taff ou une formation en France, c'est sûr.
- Eh oui, chacun repart de son côté... commenta White, l’œil sombre tout à coup.
Lua, appuyé contre le meuble à proximité, le remarqua.

- Dis donc Chris, pour nous, ce serait peut-être le bon moment de retourner au lycée non ?
- Ouais mais j'ai pas forcément envie de retourner chez mon oncle tu vois, et puis qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui raconter pour expliquer ma disparition ? Là il s'en fout mais si je me pointe la bouche en cœur, ça va barder.
- Hum, oui bien sûr mais je ne pensais pas nécessairement à ça. Avec le petit pactole que m'a octroyé le patriarche Forestier pour la vengeance de sa fille, j'ai largement de quoi vivre en indépendance jusqu'à la fin du lycée avant de rentrer chez mes vieux. Ça te dirait une petite colocation à Dublin ? En échange, tu continues de faire la cuisine !
- Oh, dans ce cas... t'façon je t'aurais pas laissé cuisiner hein, répondit White dans un sourire.
Aelita aussi souriait, en constatant que tout le groupe avait de quoi se projeter dans l'avenir. Fidèle à ce qu'elle avait prévu, elle continuerait de veiller sur l'Eire, avec la bénédiction d'Eoin Forestier, le père de Joséphine, trop content de savoir que quelqu'un veillait sur la dernière œuvre de sa défunte fille. Et de surveiller secrètement Hervé.
C'était son rôle.
Son devoir.
Sa destinée.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngJeudi 6 mars 2008, Établissement scolaire Kadic, début d'après-midi

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngMalgré la période de vacances scolaires qui courait depuis une dizaine de jours, Christophe M'Bala et William Dunbar étaient actuellement à Kadic, près des grilles de l'établissement, dans le parc, à côté de l'abri du jardinier Michel Rouiller. Plus précisément, devant le mémorial de Talia Rose. Silencieux, les deux adolescents furent rejoins par Odd et Ulrich en provenance des dortoirs, puis par Yumi, Zoé et Melody, qui revenaient de la ville, un immense bouquet de roses blanches à la main, qu'elles déposèrent devant la stèle de l'ancienne camarade de classe des secondes.
- Elles sont magnifiques, commenta Christophe. Merci les filles.
- De rien, sourit la japonaise en posant une main sur l'épaule de l'ivoirien en signe de réconfort.
Gladys arriva elle-même de l'extérieur peu après. Les Lyoko-guerriers restèrent alors silencieux, se recueillant en la mémoire de William, qui bien sûr, ne pouvait pas avoir une stèle comme Talia étant donné qu'officiellement, il était toujours vivant et bien portant, en témoignait sa présence actuelle. Mais les fleurs déposées étaient également pour lui. Pour l'occasion, même Zoé avait profité des vacances et avait sacrifié quelques jours de ski pour crécher chez Yumi et être présente. Bien entendu, elle garderai le secret, elle aussi. Odd, Yumi et Christophe avaient les larmes aux yeux.
- Je ne t'oublierai jamais. Jamais, murmura M'Bala. Je te dois tellement.
- Malgré nos hauts et nos bas... nous avions dépassé nos différents, ajouta Yumi. Tu auras fait ce qu'aucun d'entre nous n'aura fait, tu auras donné ta vie pour notre combat.
- Un mec bien sur qui on pouvait compter, avoua Odd.
- Toujours prêt à aider, confirma Melody. Tu m'inspirais confiance, je ne m'y étais pas trompée.
- Un footballeur respectable, fit Gladys, ce qui fit sourire Christophe.
- Je... je suis plutôt fier de ce qu'on m'a raconté sur toi, sur moi, sur nous, fit l'autre William. J'essayerai de poursuivre sur cette lancée, c'est promis.
- Un garçon dont la côte avait fini par dépasser celle d'Ulrich auprès des filles de Kadic, informa Zoé.
Les autres Lyoko-guerriers louchèrent vers elle.
- Quoi, je vous l'avais jamais dit ? C'était dans nos données aux Échos, précisa-t-elle.
Ulrich émit un petit rire.
- Alors sans rancune, ajouta Stern.
Il ajouta en pensée, pour lui même : « Tu n'avais pas seulement la plus grosse épée. Tu étais le plus puissant des Lyoko-guerriers. Tu resteras dans la légende. »
De fait, plus personne n'ajouta rien. Yumi, Melody et Zoé furent les premières à partir, en direction de la maison familiale des Ishiyama.
- Bon... si on veut avoir une chance de faire cette partie de basket, il va falloir qu'on y aille aussi, souligna Christophe. Mehdi va s'impatienter. Gladys, t'as un ticket pour le RER ?
- Ouaip.
- Alors en avant chers amis, décréta l'ivoirien en saluant Ulrich et Odd, entraînant dans son sillage la dernière des Fontaine et William.
Les deux camarades de chambre se retrouvaient ainsi seuls.
- C'est drôle, je me suis toujours dit qu'une fois que ce serait terminé, tu pourrais te consacrer à Yumi, fit remarquer Odd.
- Trop cliché j'imagine, répondit Stern.
- Et Émilie alors ? Plus de choses à cacher, plus de problèmes !
- Oui bon doucement Odd, on verra...
- Et puis c'est sans compter le retour de la plus belle fille de Kadic !
- Ouais ouais. Bon. Tu dis ça mais j'ai cru comprendre finalement que le dernier de nous deux à avoir embrassé Yumi, c'était toi.
Della Robbia perdit son sourire moqueur instantanément.
- Ouais ouais. Bon, répondit, boudeur, l'accusé. Viens plutôt prendre ta mine aux jeux vidéos dans ce cas.
- Ah voilà, je préfère ça, sourit Stern.
Et les deux complices de toujours repartirent en direction de l'internat.


http://i.imgur.com/cxKTwMD.pngLundi 10 mars 2008, dans la matinée

https://i.imgur.com/SAnDuG9.pngLe jour de la rentrée des classes à Kadic avait mis progressivement fin au relatif calme qui régnait aux abords de l'établissement depuis une quinzaine de jours. Certains internes ne prenaient d'ailleurs même pas la peine de revenir la veille et se pointaient devant les grilles avec leur valise, à l'instar de Nabau Tié et son je-m'en-foutisme habituel depuis sa crise d'adolescence. Une silhouette, placée en retrait à une dizaine de mètres de là, observait attentivement cette agitation. Elle avait elle-même une valise, ayant effectué plus tôt le trajet inverse, depuis l'établissement scolaire.
La silhouette vit à un moment arriver Yumi, Hiroki et Melody, en provenance tous trois du même endroit, la rousse ayant passé la nuit chez les Ishiyama après que Zoé soit repartie dans ses montagnes alpines. Un peu plus tard, Christophe et son frère Samuel déboulèrent de chez leurs parents, accompagnés par Gladys, son grand frère Mehdi, et bien sûr le « nouveau » William. L'observateur ne pouvait pas entendre leur conversation, qui dura quelques minutes avant que le plus âgé du groupe, le mâle Fontaine, ne salue le reste de ses membres et ne reparte en direction du R.E.R.
L'observateur vit alors arriver Jean-Pierre Delmas et sa fille Élisabeth. L'homme était visiblement agacé, son retard étant lié aux bouchons dont il avait déjà perdu l'habitude lors de sa mutation en Auvergne. Il se hâta de se rendre au bâtiment administratif. Mais sa fille ne le suivi pas, trop occupée à serrer dans ses bras Huberte Pichon qui, bien qu'interne, était venue accueillir son amie retrouvée. Les deux jeunes filles filèrent à leur tour, en grande conversation.
Celui qui les observait de loin, qui n'était autre qu'Hervé Pichon, sourit. Le Président avait vraiment tenu parole. Alors que la sonnerie se faisait entendre au loin, annonçant les premiers cours de la journée, et que le flot d'élèves se tarissait progressivement, Hervé remarqua soudain deux individus de son âge devant les grilles, en provenance du parc. Odd et Ulrich. Ils avaient tenu à être là pour lui dire au revoir, même s'ils restaient à distance pour respecter son souhait de ne pas les confronter... L'intellectuel avait conscience du fait qu'il risquait de fondre en larmes, et ce n'était pas le moment. Le blondinet lui fit un sourire, tandis que son camarade de chambre lui fit un salut de la tête plein de respect. Ce n'était pas un adieu, ils s'en étaient assurés ensemble.
Une voiture noire aux vitres teintées s'arrêta soudain devant lui, la porte côté passager s'ouvrant pour le laisser entrer. Après un dernier regard vers ses deux amis, l'ancien kadicien s'y engouffra.
- Bonjour Hervé, je suis Claude, ton agent de liaison, lui fit celui qui était surtout dans l'immédiat son chauffeur, un quarantenaire à forte carrure en costume cravate.
- Bonjour, merci d'être venu.
- Je ne fais que mon travail. J'ai quelque chose pour toi.
Il lui fit signe d'ouvrir la boite à gants devant lui, dévoilant une pochette d'un magnifique bleu ciel dont se saisi l'adolescent. Hervé ouvrit la chemise. Dedans, il découvrit un dossier dont la couverture était annotée : Jérémie Belpois. Son ancien successeur referma le contenu du dossier tandis que Claude démarrait la voiture.
- Il a déjà été retrouvé... et vous l'avez lu ? demanda le binoclard.
- Oui, répondit l'adulte. Nous risquons de passer beaucoup de temps ensemble à l'avenir, alors c'est plus simple s'il n'y a pas de tabou entre nous.
- Je comprends. Alors ce dossier ?
- Je ne voudrais pas te gâcher la surprise, mais l'essentiel, c'est qu'on soit certain qu'il ne représente aucun danger. Par ailleurs, compte-tenu de tes nouvelles ambitions, il se pourrait bien que tu sois amené à le recroiser... son bienfaiteur est bien connu du tout Paris.
Hervé sourit. Il n'en espérait pas tant. Mais il fallait reconnaître que le Président se montrait parfaitement réglo jusqu'ici, ce qui était de bon augure. De toute façon, les garanties étaient en place, et les Lyoko-guerriers n'hésiteraient pas à reprendre du service si cela était nécessaire.
L'historien en herbe consulta un instant son portable afin d'avoir l'heure, et lu au passage la date du jour. Lundi 10 mars. Intéressant... c'était également un 10 mars que Rome avait effectué une victoire décisive sur Carthage lors de la première guerre punique. Amusé par cette symbolique, l'adolescent redressa la tête pour regarder la route. Son regard, lui, était déjà tourné vers sa nouvelle vie.


Fin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
DDC MessagePosté le: Jeu 24 Sep 2020 12:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 13 Avr 2020
Messages: 4
Bonjour @icer
Petite question par rapport à tes fics : j’ai essayé de télécharger l’échiquier en epub sur le site mais ça me met que le fichier existe plus.
Sais-tu pourquoi ?
Merci 🙂

[color=green] Edit : Merci pour le retour 🙂


Dernière édition par DDC le Mer 30 Sep 2020 11:39; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Lun 28 Sep 2020 20:04   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2261
Localisation: Territoire banquise
https://i.imgur.com/KKiTvf5.jpg
« Bonne question. Merci de l'avoir posée DDC. »


À l'époque, l’Échiquier (en fait simplement sa première partie) avait été rajouté pour faire masse lorsque l'on manquait de textes à mettre en avant. Ce n'est évidemment plus le cas aujourd'hui, et entre temps, la fanfic a plus que doublé de volume. C'est pourquoi, comme tu le fais remarquer, l'Epub n'existe plus, tout comme le PDF.
Maintenant que mes écrits sont achevés, transformer l'Un'Icer en PDF et en Epub est la prochaine étape, ce qui va être un peu long ; techniquement je devrais d'abord tout relire au moins une fois, puis m'occuper de le transformer alors que j'avais, on peut le dire, plutôt bien exploité les possibilités du support forum, qu'il va parfois falloir changer ou supprimer lors de la conversion.
Compte-tenu de mon emploi du temps actuel, je pense qu'il va me falloir quelques mois encore, mais une fois que ce sera fait, ce sera fini et bien fini. Du coup, je sais que c'est un peu décevant mais tout ce que je peux te dire pour l'instant, c'est d'attendre. Nos équipes mettent tout en œuvre pour résoudre ce problème comme on dit !

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttps://i.imgur.com/X3qVFnj.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »

https://i.imgur.com/C4V4qOM.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Sam 21 Nov 2020 12:36   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1083
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Deux mois plus tard (déjà !), il est peut-être temps que je pose un fin mot sur ce bazar. La rigueur habituelle quoi, même si je risque de répéter des choses du temps où je commentais chaque partie individuellement. Je regrette de ne pas avoir pu avoir un suivi régulier sur les dernières parties, à l’instar de L’Échiquier.

Pour commencer, j’ai particulièrement apprécié cette lecture, toute objectivité gardée. Je mets cet état d’esprit sur le compte de l’achèvement de l’Un’Icer et le fait que je t’ai déjà adressé toutes les critiques (du moins fondamentales à mes yeux, et qui n’auraient pas eu d’intérêt à se répéter) qu’il y avait à faire ; plus ma compréhension globale de ta démarche et de ton projet d’écriture.
Du coup, j’ai pu aborder cette lecture de manière assez décomplexée, sur le mode dit de la der des der. C’est sacrément agréable à adopter comme posture de lecture, même lorsque les combats impliquant des Pokémon s’étendent sur des kilomètres (c’est quand même le gars capable de décrire un simple environnement sur une page qui te le dit !).

C’est assez marrant, parce que ce n’est pas nécessairement ta spécialité selon moi, mais je ne me vois pas aborder ce commentaire autrement que par le prisme des personnages et de leurs développements. Cela dit, c’est plus leur continuité par rapport aux textes antérieurs que je trouve intéressante.

Pour le groupe des Perles, j’ai apprécié le fait que celles qui ont eu un gros temps d’antenne, finalement, sont celles qui n’en ont pas tellement eu sur le Neith. Hormis Christophe, qui fait partie du club très select des chouchous du prof’ (avec Gladys, Senja et William), les pop-stars de là-bas se sont éclipsées au second plan (Thomas & Gladys, même si cette dernière a eu son baroud d’honneur).
Petite frustration néanmoins sur la perte du côté relationnel et sociologique, qui faisait la force du concept des Perles, et qui a été ici réduit au strict minimum. La partie 1 de cette fanfiction laissant entendre des évolutions dans les relations et personnalités depuis l’univers annexe 2, j’aurais été curieux de voir à quel point l’évolution s’était opérée.

Une des démarches les plus réussies de Ragnarök pour moi, c’est la conclusion apportée pour 3 personnages en particulier : Senja, Ulrich et Hervé. À cause du nombre élevé de personnages, tu as nécessairement dû créer des personnalités immobiles (Odd, Mélody, et même Christophe, qui n’a plus vraiment bougé depuis la Partie I de L’Échiquier), ou passer plus synthétiquement sur d’autres (Gladys et Yumi), mais pour les quelques uns sur lesquels tu as pris le temps de t’attarder, c’est réussi je trouve.
Comme je le disais plus haut, le développement des personnages n’est pas forcément la caractéristique de ton écriture. Je devrais plutôt dire le développement direct, tu as plutôt tendance à y aller subtilement et avec une certaine économie de mots sur le fond, plus que sur la forme (le Christophe de la Partie I, à nouveau). Dans tous les cas, pour les quelques rares privilégiés (pas tous des mâles blancs, merci M’Bala), ça rend bien.

Senja est le plus simple des 3 cités à traiter. L’Échiquier constituant déjà son heure de gloire, où il est le personnage le plus travaillé de la partie II, Ragnarök conclue simplement sur son cas. Toutes ses séquences sont l’occasion de revenir sur les événements passés, avec le recul nécessaire pour les regarder en face. Finalement, ça ne fait que confirmer qu’il a retrouvé une forme d’équilibre, accentué par son retour à la vie civile.
Ces petits passages rétrospectifs étaient plutôt sympathiques et ont participé à ancrer plus concrètement des points qui, jusque-là, n’avaient pas encore été mis en mots. Simple et efficace !

Côté Ulrich, cette fanfiction ne le fait pas spécifiquement évoluer, mais pointe du doigt le chemin qu’il a parcouru depuis le temps. Je ne sais pas si c’est intentionnel, mais il sacrément mis en valeur dans quasiment toutes les scènes où il intervient (performances de combat, leadership, interventions orales, IRL, relations sociales, etc), et par voie de fait, dans le texte tout entier. Même les textes écrits par des fans du personnage n’appuient pas autant sur la fibre positive, lui préférant la fibre dramatique (d’autant que ma mémoire de Référent puisse en attester).
Je trouve ça marrant que des six Lyokô-guerriers originels, ce soit finalement Ulrich qui, en terme de développement, évolution et traitement purs, soit celui qui en ait le plus bénéficié. C’est d’autant plus amusant que tu le plaçais sur le deuxième échelon d’importance dans le topic de l’Un’Icer, plaçant Jérémie et William devant.

Petit aparté sur Jérémie et William, qui va me permettre de m’expliquer ce fameux classement. En fait, leur importance est scénaristique, non pas narrative. Ils sont soit au centre, soient proche du centre des enjeux et intrigues des textes, contrairement aux autres (même si en deuxième moitié de Partie II pour L’Échiquier, plus tellement). Narrativement, finalement, leurs cas auront été moins élaborés que pour Ulrich (bien que William ait quand même droit à un peu de détail dans la Partie I, pas forcément aux niveaux attendus, mais l’effort est là), en particulier dans cette fanfiction-là. Ce qui explique, qu’en définitive, Ulrich les surpasse sur ce point.

Le mot-clé pour qualifier Ulrich : maturité. Sa petite pensée en hommage à William cristallise assez bien à quel point il a changé là-dessus. D’ailleurs, c’est assez ironique selon moi qu’il qualifie William de meilleur Lyokô-guerrier au vu des performances qu’il a effectuées lui-même durant Ragnarök, là où Dunbar, privé de l’avatar qui a fait sa légende dans l’Un’Icer, ne m’a pas semblé si redoutable que ça.
En tout cas, pour la dernière fois, j’ai beaucoup aimé ton Ulrich. Il est probablement un de mes personnages préférés de tes textes, tous confondus.

Reste Hervé. Il est plus simple à traiter, puisque l’essentiel de sa dernière évolution s’effectue lors des parties VIII et IX. Je dirais que c’est à la fois dans la continuité de tout ce qui a été construit autour de lui jusque-ici, avec une seule nuance : pour la première fois, Hervé ne fait pas quelque chose seulement pour les autres, mais aussi en partie pour lui-même (de façon plus « égoïste » j’entends). C’est peut-être ce dont il avait besoin pour avancer : se soucier/faire des choses uniquement dans l’intérêt d’autrui, c’est cool, mais il ne faut non plus complètement se décentrer de soi-même.
À l’instar d’Ulrich, c’est surtout le positif qui aura été pointé autour de lui, faisant de lui un personnage qui m’apparaît aussi sympathique que cool.

J’ai traité ces 3 personnages parce qu’ils me paraissaient les plus incontournables, mais j’aurais pu y ajouter un 4ème : Jérémie. Seulement, j’ai quand même une dernière frustration avec lui dans Ragnarök, ce qui, contrairement aux précédents, laisse encore son cas inachevé.

Je te rassure, ce n’est pas son plan et ses agissements douteux (surtout le Neith’oyage, mais je présume qu’il voulait réduire la liste de ses poursuivants potentiels une fois démasqué) dans ce texte qui m’ont interpellé. Au contraire, j’adhère à ta démarche visant à ne pas révéler les plans de l’antagoniste, et les quelques pistes de réflexion laissées dans la partie IX sont satisfaisantes.
En revanche je pensais tout de même que tu finirais par revenir sur les raisons du changement de Jérémie. Après tout, Ulrich/Odd/Yumi y réfléchissent dans les premières parties (en faisant la synthèse de tout ce qu’on avait jusque-là), et il y a un ou deux indices supplémentaires par la suite (« Gros caramel mou »). Je me figurais qu’ils tenteraient au moins de formuler une hypothèse conclusive là-dessus (même si avec la mort de William, osef c’est un fdp), parce qu’en l’état, on reste sur « Aelita lui a faite à l’envers, il a vrillé ». D’ailleurs ça reste très suspect parce d’un côté, lorsque c’est évoqué dans l’Un’Icer, Jérémie fait genre que la raison de sa scission idéologique n’est pas Aelita, mais derrière, des éléments tendent tout de même à faire le lien avec cette affaire de fille (la rancœur et les paroles adressées à William surtout, et « Gros caramel mou » encore). Finalement, ça laisse le personnage de Belpois en suspens à la fin, sans vraiment de piste supplémentaire sur son évolution, contrairement à ce que tu exposes sur ses plans et agissements virtuels. C’est un peu décevant, et je serais quand même très curieux d’avoir ton point de vue ou à défaut plus d’éléments de réflexion sur ce point.

Faisons sortir des parenthèses la mort de William : peut-être un des éléments les plus prévisibles de tout l’Un’Icer, mais que je trouve particulièrement ironique avec le recul. Aelita, de base partie (hypocritiquement bien sûr) pour tenter de libérer William de Xana, n’aura en définitive réussi à accomplir qu’une chose : un début de rancœur chez Jérémie (même si c’est l’explication de l’esprit étriqué qui ne veut rien voir), avec les conséquences qu’on connaît.

Autrement, pour revenir sur des considérations scénaristiques, j’ai trouvé assez marrant le fin mot entre Xana, qui ne s’en sort pas non plus les mains dans les poches et écope d’un ennemi héréditaire. Peut-être espérais-je aussi un peu plus d’éclaircissements sur certaines mécaniques des mondes parallèles (notamment le fameux « Univers Central » aperçu dans L’Échiquier, que je pensais être une sorte de hub entre les différentes réalités, mais vu que le portail les fait passer directement dans un autre monde...).
L’introduction et le développement de Spi2aetus était plutôt bien dosé je trouve, tout en permettant d’enfin recouper les différentes pièces du puzzle (Griphus, tu es décidément un maître des références). Le décalage entre le ressenti vis-à-vis de ce groupuscule invisible (le fait qu’ils sont au courant pour l’usine et les Lyokô-guerriers) et ce qu’il en est vraiment (notamment leur ignorance du retour vers le passé) était habile. D’ailleurs, c’est drôle que ce soit Hervé, un Lyokô-guerrier, qui règle le souci avec eux en définitive alors que c’était originellement à Senja [Blanc] de le faire. On va dire que c’était un échange de bons procédés, vu qu’il est allé au contact de Jérémie en personne.


Je pense avoir tout dit, du moins tout ce qui me vient à l’esprit deux mois plus tard et sans trop de relecture. J’aurais vraiment préféré avoir l’occasion de commenter chaque partie individuellement (et détruire ta syntaxe), mais les choses ne se déroulent pas forcément comme on l’entend. Qu’est-ce que tu en dis toi, Belpois?

Allez, bravo à toi, t'as fait de l'excellent travail enfoiré.
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 2 sur 2
Aller à la page Précédente  1, 2

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.237s (PHP: 80% - SQL: 20%) - Requêtes SQL effectuées : 23