CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
[Créations] Notre Communauté n'a pas perdu s...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X, 8 ans et plus!
[Code Lyoko] Usine Renault : Un peu d'...
[IFSCL] IFSCL 3.6.X: Trailer
[Code Lyoko] Reboot : The Guardian Code
[Code Lyoko] Décès de Carlo de Boutiny
[Site] IFSCL 3.5.0 sortie
[Site] 10 ans plus tard... Les scripts ...
 
 Derniers topics  
[Jeu Vidéo Code Lyoko] IFSCL
[Galerie] Trucs, bidules, choses Made...
Code Lyoko Projet Saison 5
[Fanfic] Code Alpha 2.0 - Rainy Days ...
Votre forme maléfique de Jérémie préf...
[Fanfic] Replika on the Web
Le Point : Quand le dessin animé vire...
[Fanfic] Le risque d'être soi
Parodie Audio - Code Lyok Ouille
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Un Amour Naissant Par La Mort Nouvelle Version

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 5

Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Lorilis MessagePosté le: Sam 25 Sep 2010 19:55   Sujet du message: [Fanfic] Un Amour Naissant Par La Mort Nouvelle Version Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
Hey, les gens ! =D

Bon, vous avez dû remarqué ( ou pas Mr. Green ) que j'avais un peu laissé en plan la suite de ma fan fic. Bin oui, l'inspiration me manquait en fait.
Et puis, j'ai relu le premier tome et je me suis dit, vraiment c'pas réaliste... J'avais 12/13 ans quand je l'ai écrit et depuis, mon écriture a pas mal évolué. Donc, j'ai décidé, de la réécrire !

Cela dit, c'est peut-être pas mieux, mais ça, c'est vous qui me le direz !

Ceux qui me connaissent le savent déjà, mais je suis pas vraiment du genre à donner les suites régulièrement et en de brefs délais... Mais je vous promets de faire mieux ! Parce que je vais envoyer une suite tous les samedis, comme ça, ce sera régulier et pas trop proche pour me laisser le temps de l'écrire.

Voilà, je crois que j'ai tout dit, alors je vous envoie la première partie. Celle-ci a pas trop changé, mais bon, vous verrez bien !

Alors, je vous dis bonne lecture et à la semaine prochaine !

Un amour naissant par la mort


La fin de l’année approchait à grand pas et XANA faisait toujours des siennes. Jeremy et Aelita, dont les études n’avaient jamais été un problème, passaient en seconde haut la main, munis de leur Brevet mention très bien, bien sûr. Yumi, elle, n’avait pas vraiment cette chance ; elle était passée en première presque de justesse, à cause des attaques de XANA. Quant à Odd et Ulrich, leur passage, qualifié de cadeaux inestimables par les professeurs, les avait surpris, bien qu’ils ne pussent que s’en contenter. Bientôt, donc, la sortie des classes signerait le début de longues vacances bien méritées, mais avant cela, le bal des élèves à Kadic impatientait certains élèves.
Mais pour d’autres…

Nos cinq compères étaient au réfectoire. Mais, Odd ne touchait pas à son assiette.
Yumi lui demanda :
« Odd, t’es malade ?
- Non, non, seulement que je suis sorti avec toutes les filles de 3ème et donc je n’ai pas de cavalière pour le bal, ça me coupe l’appétit ! répondit le jeune garçon blond.
- Bah, t’as plus qu’à faire les autres niveaux ! » rit son compagnon de chambres.
Un petit rire général suivit cette réplique, mais il cessa bien vite, en raison de l’air soucieux du félin virtuel, qui malgré sa bonne humeur et son humour incontournable, semblait s’être vexé.
« Je rigole pas, le bal est dans moins de trois jours et personne n’accepte d’y aller avec moi ! se lamenta Odd.
- Et bin, ça ne va vraiment pas, Odd. Déjà, tu manges pas, et puis maintenant t’as perdu ton sens de l’humour ! s’exclama Jeremy, compatissant.
- Je te le fais pas dire… répondit le pauvre Odd.
- Tu sais, Odd, je disais pas ça pour rire, moi, dit Ulrich.
- Off, c’est facile à dire pour toi, t’as pas à te creuser la tête pour savoir avec qui tu vas aller au bal, t’iras avec Yumi, » répondit Odd, d’une façon tout à fait relâché.
Ulrich et Yumi rougirent.
« Euh…mais…euh…j’ai pas dit…enfin…c’est vrai que…mais…euh…Yumi…euh… bafouilla Ulrich.
- Vous y allez pas ensemble ? demanda Odd.
- Bin, en fait, on n’en a jamais parlé…, fit Yumi.
- Bon, bah, tant mieux, au moins, je suis pas le seul à n’avoir personne pour le bal, dit Odd.
- Vous inquiétez pas, Aelita et moi, avec tout le boulot qu’on a avec XANA, on va sûrement pas y aller non plus, encouragea Jeremy.
- J’ai jamais dit que j’irais pas, il me manque seulement une cavalière ! répliqua Odd.
- Mais, Jeremy, euh…on pourrait peut-être s’accorder une journée de repos, tu crois pas ? demanda Aelita d’une petite voix.
- Eh bien, euh… c’était pas dans mes projets, mais si y’a rien de très urgent, genre attaque de XANA, pourquoi pas ! répondit Jeremy.
- Surtout que tu pourrais peut-être mixer là-bas, lança Ulrich.
- Oui, j’espère, répondit Aelita.
- Y’en a au moins deux qui se sont arrangés. Bon, il me reste trois jours avant le bal, alors je vais partir à la recherche de la fille idéale ! » s’écria Odd, en se levant.
Et il partit en direction de la cour.
Quelques heures plus tard, Aelita et Jeremy étaient partis à l’usine pour continuer leurs recherches sur les derniers réplikas. Ulrich et Yumi étaient seuls, assis sur un banc, silencieux. Ulrich s’empressa de rompre ce silence qui commençait à devenir vraiment pesant.
« Euh…Yumi…tu sais…euh…Odd…avait, enfin…euh… ça te plairait de venir au bal de fin d’année avec moi ? demanda Ulrich.
- Euh… eh ben... je sais pas trop…euh…ouais, ça me plairait, » répondit Yumi.
Ulrich lui sourit et Yumi le lui rendit.

Le samedi du bal, à 8h du matin.
« Oh, non, c’est pas vrai ! »
C’était Jeremy qui venait de prononcer ces mots. Aelita qui passait devant la chambre de Jeremy entra pour voir quel était le problème.
« Qu’y a-t-il, Jeremy ? » demanda-t-elle.

Pendant ce temps, Ulrich et Yumi rejoignirent Odd qui mangeait au réfectoire.
« Alors, t’as retrouvé ton appétit légendaire ? demanda Ulrich.
- Je me suis dit que ça valait pas le coup de se priver de l’essentiel dans la vie seulement à cause d’une histoire de bal, expliqua Odd.
- Mais, t’as toujours trouvé personne ? s’étonna Yumi.
- Non, mais c’est pas grave, je trouverai bien une âme isolée au moment du bal ! s’écria Odd.
- Au fait, tu sais où sont nos deux Einstein ? demanda Ulrich.
- Sûrement en train de travailler pour améliorer je sais pas quoi,» répondit Odd.
Yumi et Ulrich sourirent après cette réflexion.
Aelita arriva quelques minutes après, elle s’assit à côté d’Odd, sans leur adresser une seule parole.
« Ca va, Princesse ? demanda Odd.
- Oui, répondit sèchement Aelita.
- T’es sûre ? » s’inquiéta Yumi.
Aelita soupira, puis consentit à expliquer le problème à ses amis.
« C’est à cause de Jeremy, XANA a effacé le programme qu’on venait de lancer pour améliorer le Skid, et Jeremy veut absolument le relancer tout de suite. Seulement, ça va prendre beaucoup de temps, et donc il veut pas aller au bal, ce soir…, raconta Aelita.
- C’est si urgent que ça ? demanda Ulrich.
- Je crois que oui, car ça a affecté le bouclier du Skid. Il est maintenant sans défense contre William et les monstres de XANA. Jeremy pense que XANA en profitera pour lancer une attaque dans le garage Skid, si on ne fait rien, répondit Aelita. Et puis, de toute façon, même si ça l’était pas, il trouverait le moyen de me dire qu’on a mieux à faire que d’aller à ce bal ! Pour lui, c’est une perte de temps… Que je joue les Dj, il n’en a pas grand-chose à faire en fin de compte. »
Ses trois amis restèrent silencieux, compatissants.
Soudain, ils remarquèrent la présence de Jeremy juste devant eux. Celui-ci s’excusa auprès d’Aelita :
« Je suis désolé, Aelita, je sais bien que tu veux y aller, à ce bal. Mais, moi, je ne pourrais pas t’accompagner, il faut absolument que je répare ce programme, et tu sais bien que ça ne peut pas attendre.
- Oui, mais…protesta Aelita, je ne peux pas y aller toute seule !
- Peut-être que si tu te proposes pour mixer, tu pourras y aller seule, et puis pour le temps où tu ne seras pas sur scène, tu seras avec Odd, Ulrich et Yumi, répondit Jeremy.
- Mais, j’aurais aimé que tu sois là, juste pour m’écouter mixer, fit Aelita, les larmes au bord des yeux.
- Ca sera pour une autre fois, il faut absolument que je répare ce programme, » trancha Jeremy.
Il sortit ensuite du réfectoire.
Aelita resta interdite et regarda son assiette, qu’elle n’avait même pas encore commencée, désespérément. Les autres n’osèrent pas dire un mot, de peur de la blesser encore plus qu’elle ne l’était déjà. Soudain, Sissi arriva devant les quatre lyoko guerriers. Odd l’interpella avant même qu’elle n’ait pu ouvrir la bouche.
« Alors, Sissi, tu t’es enfin fait greffer un deuxième neurone ? se moqua-t-il.
- Ah, ah, très drôle, Odd, mais si j’étais toi, j’éviterais de la ramener, parce qu’il paraît qu’aucune fille ne veut aller au bal avec toi, répliqua Sissi.
- C’est pas vrai, j’ai une cavalière pour ce soir ! se défendit Odd.
- Ah oui ? Eh bien, c’est ce qu’on verra », sourit sournoisement Sissi.
Et elle partit en ricanant avec ses deux pots de colle, Hervé et Nicolas.
« Oh non, comment je vais faire maintenant ? paniqua Odd.
- Tu vas pas me dire que tu t’inquiètes à cause de Sissi ! s’écria Ulrich.
- Tu comprends pas Ulrich, si je vais à ce bal sans cavalière, maintenant que j’ai dit à Sissi que j’en avais une, je vais vraiment me taper la honte ! se lamenta Odd.
- Bah, t’as encore jusqu’à ce soir pour trouver une fille qui veuille bien t’accompagner, l’encouragea Yumi.
- Ouais, du gâteau, » ironisa désespérément Odd.

Quelques heures après, Odd n’avait toujours pas de cavalière et errait dans la cour du collège.
Ulrich, voyant Aelita assise sur un banc, l’air pensif et triste, alla la voir.
« Ca va pas ? lui demanda-t-il.
- Si, si… Mais, je ferais mieux d’aller aider Jeremy, coupa court Aelita.
- T’inquiètes pas, Jeremy, il se débrouille très bien tout seul. Il faut pas que tu culpabilises parce que tu as envie d’aller à ce bal, la rassura Ulrich.
- De toute façon, je pourrai pas y aller, dit Aelita.
- Bah, pourquoi ? demanda Ulrich.
- J’ai demandé à Jim, même si je viens juste pour mixer, il faut que j’ai un cavalier, » résuma Aelita.
Odd s’approcha juste à ce moment là.
« Alors, Odd, t’as trouvé l’amour de ta vie ? plaisanta Ulrich.
- Très drôle ! Non, malheureusement, toutes les filles ont déjà quelqu’un, » répondit Odd, découragé.
Odd s’assit à côté de Ulrich et Aelita. Ulrich s’adressa à Aelita :
« Tu veux bien y aller à ce bal, il te manque juste un cavalier ?
- Bin, oui, »
Cette fois, il s’adressa à Odd :
« Et toi, Odd, tu cherches une cavalière ?
- T’avais pas encore remarqué ? Eh bin, dis dont…répondit Odd.
- J’ai une solution à vos problèmes ! » déclama Ulrich, triomphant.
Ses deux amis le regardèrent sans comprendre.
« Vous allez tous les deux au bal ! » expliqua Ulrich.
Odd et Aelita échangèrent un bref regard, avant de détourner les yeux, hésitants.
« C’est pas une bonne idée ? demanda Ulrich.
- Eh bin, je sais pas, ça dépend d’Aelita, se désolidarisa Odd.
- Bin, moi euh… ça m’était jamais venu à l’idée, mais, moi, je veux bien, fit Aelita.
- Bah, moi aussi, après tout, t’es sensée être ma cousine ! » dire Odd, avec un clin d’œil complice.
Aelita lui sourit.
« Et puis, on le dira pas à Jeremy, » confia Ulrich, en baissant légèrement la voix.
Aelita rougit et détourna le regard.
« Bon, je vous laisse, » dit Ulrich.


A l’entrée du gymnase, au moment du bal, Ulrich attendait Yumi et Odd le rejoignit.
« Dis, Odd, t’as pas vu Yumi ? demanda Ulrich.
- Non, mais elle va sûrement pas tarder, » répondit Odd.
Juste à ce moment, Yumi arriva devant les yeux des deux garçons. Elle était vêtue d’une robe noire qui lui descendait jusqu’aux genoux, les manches étaient nouées de petits lacets qui lui tombait sur les avant-bras. Sa robe avait un léger décolleté qui laissait apparaître un petit collier de perles qui brillait. Ses cheveux étaient attachés en chignon, avec deux baguettes pour le maintenir. Ce détail rappelait les origines de la jeune geisha virtuelle.
« Salut les garçons ! » salua Yumi.
Les deux garçons le lui rendirent, bien qu’Ulrich ne parvînt pas à détacher son regard de sa tenue et que cela lui brouillât un peu la tête.
« Odd, tu t’es trouvé une cavalière, finalement ? se renseigna Yumi.
- Oui, répondit Odd sans plus d’explication.
- Bon, bah, on se retrouve à l’intérieur, répondit Yumi, tu viens Ulrich ! »
Et elle l’entraîna à l’intérieur.
« Alors, Odd, elle est où ta « cavalière » ? ironisa Sissi suivie de quelques filles.
- Elle va arriver, répondit Odd.
- Ah ouais ? Eh bin, j’ai hâte de voir ça ! » ricana Sissi.
Aelita fit son entrée devant ce petit groupe. Elle était habillée d’une robe toute rose, dont la simplicité mettait en valeur son visage. Elle n’avait qu’un peu de rose aux joues et du fard à paupières plus foncé sur les yeux. Ses bottes étaient d’un rose éclatant et avait une petite ligne brillante au milieu. Elle portait un collier, avec une pierre très pâle, qui rappelait ironiquement à Odd le bijou qu’avait offert XANA à la jeune fille aux cheveux roses et qui avait été source de dispute entre Jeremy et lui. Le blondinet se surprit à contempler la jeune fille à la dérobée. Il l’avait toujours vu comme la petite Aelita qui a passé dix ans de sa vie dans un monde virtuel, et qu’il faut à tout prix protéger pour que le monde soit sauvé. Comme une petite sœur qui a besoin d’être aidée et soutenue, en somme… Cependant, maintenant qu’elle se tenait devant lui, souriante et épanouie, bien qu’un peu mal à l’aise, il devait bien avouer la trouver pleine d’un charme tout particulier. Elle semblait différente des autres, par sa douceur, sa naïveté de moins en moins présente, sa timidité et malheureusement aussi par les expériences difficiles qu’elle avait vécues et qui toujours la hanterait. Son apparence elle-même la rendait remarquable, avec ses cheveux roses et sa beauté naturelle… Perdu dans ces étranges pensées, Odd n’entendit qu’à peine Sissi pouffer :
« Mme Einstein s’est faite belle aujourd’hui, c’est bien dommage, j’ai appris que Jeremy ne viendrai pas !
Il se reprit pourtant bien vite.
-Mais, elle le sait ! répliqua-t-il. Ce n’est pas avec Jeremy qu’elle veut aller au bal, c’est avec moi. Si vous voulez bien me faire l’honneur, Princesse. »
Le félin fit une révérence exagérée. Aelita lui sourit et le précéda. Ils entrèrent dans la salle. La fête battait déjà son plein.
« Y’a de l’ambiance ! s’écria Odd.
- Qu’est-ce que tu dis ? demanda Aelita assez fort pour que Odd l’entende.
- Je disais qu’il y avait de l’ambiance ! » cria Odd.
Aelita lui répondit avec un signe de tête et un sourire. Les deux adolescents essayèrent de se frayer un chemin entre les élèves pour retrouver Ulrich et Yumi. Quelques minutes après, ils les trouvèrent enfin.
« Salut ! Aelita, tu vas leur proposer de faire la musique ? demanda Yumi.
- Oui, je pense, » répondit Aelita.
Et elle partit en direction de la scène.
« Odd, c’est avec Aelita que tu es venu à ce bal ? demanda Yumi.
- Oui, c’est Ulrich qui en a eu l’idée, mais je suis pas très à l’aise, répondit Odd.
- Bah, pourquoi ? » demanda Ulrich.
Odd haussa les épaules, ce qui voulait dire « Laisse-moi tranquille ».
Une ou deux heures après, Aelita redescendit de la scène et chercha ses amis dans la foule. Elle trouva Yumi et s’approcha d’elle.
« Je me suis bien débrouillée ? demanda-t-elle.
- Ouais, super ! se réjouit Yumi.
- Ils sont où, les garçons ? demanda Aelita.
- Ils sont au buffet, tu connais Odd, un vrai ventre à pattes, » rit Yumi.
Aelita sourit après la réflexion de Yumi.
« On va les rejoindre ? demanda Yumi.
- Ouais, » répondit Aelita.
Elles arrivèrent auprès d’eux.
« Alors, c’est bon ? demanda Yumi à Odd qui était en train de se goinfrer.
- Ouais, super ! » sembla dire Odd, la bouche pleine.
Soudain, le téléphone d’Ulrich sonna. C’était Jeremy.
« Vite, Ulrich, XANA vient de lancer une attaque, rappliquez tout de suite à l’usine !
- OK, on arrive, » répondit Ulrich.


Ulrich raccrocha son téléphone et ils foncèrent tout les quatre à l’usine, puis dans la salle des scanners.
« Transfert Yumi, transfert Aelita, scanner Yumi, scanner Aelita, virtualisation ! lança Jeremy. Transfert Odd, transfert Ulrich, scanner Odd, scanner Ulrich, virtualisation! »
Ils arrivèrent sur Lyoko, sur le territoire des montagnes.
« Jeremy, tu as eu le temps de réparer le programme? demanda timidement Aelita.
- Presque, je vais continuer pendant que vous désactivez la tour, je vous envoie vos bécanes, » répondit Jeremy.
Les quatre Lyoko guerriers montèrent sur leurs véhicules et roulèrent en direction de la tour activée.
Soudain, deux tarentules, deux krabes, une manta et William chevauchant sa manta noire surgirent. Yumi lança son éventail qui détruisit la première tarentule. Ulrich bondit de son overbike, qui détruisit le premier Krabe, et atterrit sur le deuxième Krabe qu’il fit exploser en vitesse.
« Wahou ! Bravo, Ulrich ! » s’écria Yumi.
Juste à ce moment là, William lança un jet de son épée sur Yumi, qui tomba de son overwing. Odd détruisit la manta de William. Celui-ci sauta avant qu’elle n’explose et atterrit à côté de Yumi. Il s’empressa de la dévirtualiser cruellement et lâchement comme à son habitude. Puis, il leva les yeux. Aelita volait au-dessus de la tarentule tout en essayant d’éviter ses tirs. Elle lança un champ de force qui fit exploser le monstre. William fit tomber Aelita avec son épée. Il la prit dans sa fumée et la projeta contre un rocher. Il sourit cruellement et saisit Aelita pour la faire basculer dans la mer numérique. Aelita poussa un cri. Odd la rattrapa de justesse avant qu’elle ne chute dans la mer numérique.
« Alors, Princesse, on nous quitte déjà ? » lui demanda Odd.
Aelita lui répondit par un sourire. Il la ramena sur la terre ferme. William était toujours là et n’aimait pas du tout que l’on fasse échouer ce qu’il entreprenait. Il propulsa Odd jusqu’au bout du plateau et celui-ci commença sa chute vertigineuse jusque dans la mer numérique.
« ODD!! » cria Aelita.
Elle s’envola pour lancer un champ de force sur Odd au cas où Jeremy n’ait pas le temps de le rematérialiser, mais elle ne fut pas assez rapide.
« Jeremy, t’as eu le temps de le rematérialiser ? » demanda Ulrich.
Jeremy s’apprêta à répondre mais Aelita le devança.
« Non, il est tombé, » répondit-elle tristement.
Il y eut un silence de mort. William en profita pour emprisonner de nouveau Aelita dans sa fumée, elle ne trouvait pas le courage de résister. Mais Ulrich, rempli d’une rage immense, réagit rapidement et dévirtualisa William. Aelita tomba à terre. Ulrich l’aida à se relever.
« Allez, Princesse, il faut désactiver la tour, dit Ulrich. Pour Odd, ajouta-t-il en pensée.
Le mot que Ulrich venait de prononcer, « Princesse », lui fendait le cœur, Odd l’avait tant utilisé… Si elle avait été sur Terre, elle aurait eu du mal à ravaler ses larmes. Mais ici, sur Lyoko, elle ne pouvait que pleurer de l’intérieur. Ce serait inutile de réfuter une évidence, mais elle n’arrivait pas à croire que ce fût possible. Odd ne pouvait pas être perdu ! Elle se dirigea lentement vers la tour en pensant malgré elle à Odd, à tous les moments qu’ils avaient passé ensemble, de la façon dont on songe à quelqu’un que l’on sait parti pour toujours… Cela ne la fit que se troubler davantage. Avant d’entrer dans la tour, elle tourna les yeux vers Ulrich, espérant y lire un quelconque réconfort, un espoir. Cependant, le samouraï ne semblait pas avoir d’idées moins noires que les siennes ; il avait ce regard de braise, qu’elle pouvait aisément traduire : à cet instant, Ulrich avait la volonté suffisante pour anéantir n’importe quel ennemi se dressant sur son passage, XANA et son serviteur en premier lieu. Mais, cela ne ramènerait pas leur ami… Elle entra finalement dans la tour, s’éleva sur l’autre plate-forme et entra le code lyoko.
« Tour désactivée » dit-elle.
Elle arriva dans la salle des scanners, Ulrich y était aussi et ils montèrent à l’étage supérieur, sans un mot, où Yumi et Jeremy les attendait. Une fois arrivé en haut, aucun des quatre amis ne voulut rompre ce silence qui régnait. Mais, quelques minutes après, Yumi se décida à le briser.
« Et y’a vraiment rien à faire pour le ramener ? demanda-t-elle.
- Non, pas à ma connaissance, répondit Jeremy. Mais, je vais chercher quand même cette nuit. Après tout, c’est pas la première fois que l’un de vous tombe dans la mer numérique… »
Le jeune surdoué se voulait rassurant, mais personne ne fut dupe de son sourire triste. Visiblement, lui-même ne croyait pas ce qu’il disait et dès que son regard ne croisait pas l’un de ceux de ses amis, il affichait une mine si soucieuse et si accablée… Plus encore que la disparition du félin, Jeremy souffrait d’une culpabilité affreusement tenace, Aelita le savait. S’il avait été plus rapide, tout aurait été différent. La jeune fille le comprenait parfaitement ; elle partageait ce fardeau.
« Mais, c’est pas possible ! Y’a forcément une solution ! s’écria Ulrich.
- Comme je te dis, Ulrich, reprit Jeremy. Je n’en sais rien, pour l’instant. Il faut que je cherche. »
Ulrich serra les poings et se retint avec peine de briser l’écran de Jeremy. Il n’était pas en reste, en ce qui concernait la souffrance éprouvée. Son impuissance le rongeait profondément. Tout ce qu’il pouvait faire maintenant était attendre, et cela, il ne pouvait le supporter… La possibilité que cette attente ne mène à rien n’arrangeait pas sa douleur. Il ne pouvait encore imaginer ce que cela représentait, il savait devoir garder confiance en leur Einstein s’il espérait ne pas perdre totalement contenance et s’abandonner à sa rage. Lorsqu’il croisa le regard de Yumi, il revint à la réalité. Celle-ci avait les larmes au bord des yeux et le fixait avec insistance. Il ne l’avait jamais vu aussi bouleversée ; la jeune geisha avait toujours été la plus mature du groupe et elle n’était pas connue pour se faire d’illusions. Elle devait sans doute avoir compris les paroles de Jeremy de la même façon que lui et Aelita, à la différence près qu’elle tentait de se faire à l’idée qu’Odd ne reviendrait pas. Et même pour quelqu’un qui ne se laisse pas volontiers aller au désespoir, c’était insupportable.
Après quelques minutes de silence, Aelita relança la conversation comme elle le pouvait.
« Tu veux que je reste avec toi ? demanda-t-elle d’une voix chevrotante qui l’étonna elle-même.
- Non, ne t’inquiète pas, Aelita, je me débrouillerais seul, répondit Jeremy. Allez tous vous reposer. »
Les autres acquiescèrent sans conviction.
« Bon, bah, alors, à demain, Jeremy, dit Aelita.
- Oui, à demain, » lui répondit-il.

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Yulhia MessagePosté le: Sam 25 Sep 2010 20:17   Sujet du message: Répondre en citant  
Memoria


Inscrit le: 25 Mai 2008
Messages: 2743
Ah, l'une des rares Fan Fictions que j'ai lues lors de mes premiers jours sur le forum qui revient ! Là je me sens obligée de commenter ! (je me souviens des fois où j'étais impatiente d'avoir la suite de l'histoire, de ta fameuse création pour remercier tes lecteurs, de... bref de pas mal de choses xD)
Ce chapitre est bien écrit, pas de fautes à ma connaissance Smile
Mais le passage sur Lyoko me gêne un peu. Ça va trop vite, tu ne décris pas assez les actions, je trouve. Pareil pour le bal, ça fait un peu : "ils entrent, Aelita mixe, ils sortent". Je pense que c'est la seule chose qui me dérange dans ce chapitre.

Bonne continuation miss, vivement la suite Wink
Je sais jamais dire beaucoup de choses pour les histoires... x)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
L'Yu MessagePosté le: Dim 26 Sep 2010 22:05   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 143
Localisation: Bulle sous l'eau
¤ Chapitre tres bien écrit mais come le dit Lucy, qui va un peu vite, c'est vrai que le passage du bal va un peu vite et que, comme par hasard Jérémie appel quand ils viennent juste d'entendre Aelita, mais bon, sinon c'est pas mal du tout :)
¤ Ensuite, han mon dieu, tu as tué Odd ! Hanlala tu as osé ! En plus ça y'est il allait à la soirée avec Aelita, j'aurais tellement voulu qu'ils se rendent compte de quelque chose , un ptit tilt dans leurs coeurs quoi ;) *et oui grande romantique je suis ^^*

En tout cas j'espère que tu vas nous publier une suite :)
A bientot <3 j'ai hate :)

_________________
" I wish I could freeze this moment, right here, right now, and live in it forever..." Peeta Mellark. Hunger Games II.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Dim 26 Sep 2010 23:22   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
a partir de quand va tu bifurquer avec la premiere version?
Car là c'est pour ainsi dire mot pour mot la même histoire.

Sinon j'espere que tu reprendra la suite du tome II.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lorilis MessagePosté le: Lun 27 Sep 2010 19:29   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
Merci pour les comm's !

Lucy => Nostalgie, quand tu nous prends... Mr. Green En tout cas, merci ! Je vois ce que tu veux dire quand tu dis que c'est "rapide". Mais en fait, j'avais rien à raconter de plus au bal, et sur Lyoko, j'ai toujours eu du mal avec l'action, mais là, ça me paraissait pas trop court ! Et pis, la dernière fois, on m'avait pas fait cette remarque, et pour écrire, j'ai pas mal pris en compte les commentaires qu'on m'avait fait.

L'yumi => Merci ! J'ai déjà répondu à ta critique dans le commentaire pour Lucy. Mais, en fait, le "chapitre" que je viens de vous mettre n'est qu'une introduction, alors j'allais pas m'étaler en longueur pour rien dire... Mais bon, qui sait, peut-être qu'un jour, je le réécrirai une 3ème fois, et je changerai ça ! =D

*Odd Della Robbia* => Hé ! Je me suis triturée les méninges pour changer les propositions incises et les phrases qui faisaient trop "gamin", pourtant...=D
Et puis, tu connaissais tout par coeur, ou t'es allé voir dans l'ancien topic pour voir que "mot pour mot" c'tait la même chose ? Mr. Green
Mais t'inquiètes, ça va vraiment pas tarder !

Allez, à samedi !

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
DimIIy MessagePosté le: Lun 27 Sep 2010 20:05   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 23 Oct 2009
Messages: 1044
Localisation: Dans mon lit , en train de manger des kinder Bueno !
Ouhh comment da daaaaaate !!!!! C'est ma toute première fanfiction que j'ai lue =') sa m'a pris une soirée entière pour la lire (de 19h30 a 23h30 il me semble) je rentrais de sortie avec ma classe j'étais en 4eme =D mes parents étaient sortit j'avais la maison pour mwaa toute seule ! Apres avoir lue ta fic j'ai zappée et jsuis tombée sur ... code lyoko ! l'épisode Aracnophobie jpeux te dire que sa m'a fait un drôle d'effet ton histoire était tellement émouvante ^^
Quand j'ai revue ce topic et tn histoire jsuis retournée en 4eme et quand jrevoit que tu recommence jsuis impatiente de voir la suite =)

_________________
http://imageshack.us/a/img521/7369/signaturedimiiy.png


Merci me98 !!

Texte by me : Disparition (2eme version de préférence )
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Lun 27 Sep 2010 22:38   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
Disons que le déroulement de l'histoire m'a rappelé ton ancienne fic, et quand je suis allé voir, et bien j'avais raison, l'histoire est identique (odd qui a le moral a zero a cause du bal, jeremie qui pense qu'au skid et ne veut pas aller au bal, l'idée d'ulrich, les critiques et le pari de sissi, la mort d'odd, les sentiment d'aelita,etc)

T'inquiete, etant fan du couple odd/aelita, j'avais pas besoin de faire de me triturer pour savoir que j'avais deja lu cette histoire l'année derniere Mr. Green.

J'espere juste que tu va te remettre aussi au tome II.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Lorilis MessagePosté le: Sam 02 Oct 2010 17:19   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
Salut !

Bon bin, voilà, comme prévu, la suite !

*Odd Della Robbia* va peut-être encore dire que c'est la même chose, mais bon... Y'a quand même des trucs qui changent, vous verrez !


Après quelques minutes de silence, Aelita relança la conversation comme elle le pouvait.
« Tu veux que je reste avec toi ? demanda-t-elle d’une voix chevrotante qui l’étonna elle-même.
- Non, ne t’inquiète pas, Aelita, je me débrouillerais seul, répondit Jeremy. Allez tous vous reposer. »
Les autres acquiescèrent sans conviction.
« Bon, bah, alors, à demain, Jeremy, dit Aelita.
- Oui, à demain, » lui répondit-il.
Les trois Lyoko guerriers sortirent de l’usine sans dire un mot. Ulrich observait toujours Yumi du coin de l’œil et finit par lui mettre un bras autour des épaules. Il essayait maladroitement de lui apporter une épaule sur laquelle elle pourrait pleurer, sans se poser plus de question. Cela eut l’effet escompté, car Yumi posa sa tête sur le torse du beau brun, tout en marchant. Malgré ce qu’il pouvait traverser, Ulrich sentit son cœur changer de rythme. Il savait que la conduite de la jeune japonaise ne lui était dictée que par sa souffrance et que ça ne changerait en rien leur « copain et puis c’est tout », mais il goûtait au plaisir de cette proximité autant qu’il le pouvait. Cela lui apportait le réconfort et la chaleur dont il avait besoin et même si ça n’effaçait pas ses angoisses pour Odd, il avait le sentiment que son devoir, désormais, était de minimiser au maximum la douleur de Yumi.
Aelita les laissa la distancer, pour qu’ils aient un minimum d’intimité. Un vague sourire franchit ses lèvres. Au moins, ils étaient deux pour affronter cette épreuve…
Inconsciemment, la jeune fille se tourna vers l’usine. Peut-être que si elle était restée aider Jeremy, il aurait tenté de la réconforter comme le faisait Ulrich. Cependant, il ne lui fallut qu’une demi-seconde pour changer d’opinion ; il n’aurait sans doute pas osé et Aelita l’aurait perturbé plus qu’autre chose. Et Odd… Elle se surprit à se poser une bien étrange question : Qu’aurait-il fait, lui, si Jeremy, Ulrich ou Yumi avait disparu ? Sa vision se troubla et elle essuya du revers de la main la première larme à qui ses yeux donnèrent vie. Elle savait, pourtant, que ce ne serait pas la dernière et qu’il était inutile de la cacher. Une image ne quittait plus son esprit : elle voyait Odd se rapprochant toujours plus de la mer digitale… Cependant, elle gardait un espoir en elle, ne pouvant se résoudre à abandonner, à cesser de croire que Jeremy pouvait le retrouver. Mais cela ne l’empêchait pas de souffrir. Elle se sentait comme si son cœur et son âme étaient écrasés sous le poids d’une trop importante souffrance. Comment peut-on se remettre de la disparition d’un être cher ? C’était impossible et de toute façon, elle n’avait pas envie de s’y préparer. Son unique souhait était qu’Odd revienne parmi eux.
Lorsqu’elle rattrapa Yumi et Ulrich, Yumi s’était arrachée – visiblement, à regrets – aux bras d’Ulrich et s’apprêtait à changer de route pour regagner sa maison. Elle fit un signe de la main à Aelita puis disparut au coin d’une rue.
Aelita arriva à la hauteur d’Ulrich et sans une parole, ils se dirigèrent tous deux vers Kadic.
La fête venait de se terminer, ils rentrèrent donc dans les dortoirs avec tous les élèves comme s’ils en venaient. Les collégiens riaient et discutaient mais Aelita et Ulrich n’avait pas le cœur à rire. Ils se perdirent de vue après un bref « bonne nuit » lorsque les garçons s’arrêtèrent au premier étage, et que les filles montaient au deuxième. Aelita entra dans sa chambre et s’assit sur son lit, elle soupira à fendre l’âme. D’une certaine manière, elle ne comprenait pas la tristesse qu’elle ressentait. Bien sûr, Odd était leur ami, il était normal qu’elle s’inquiète pour lui, mais elle se trouvait à un tel degré de désespoir, que ses idées se troublaient. En cet instant, il lui paraissait évident qu’elle se serait sacrifier sans la moindre hésitation, si cela avait pu sauver le félin virtuel. Elle voulait tout faire pour le ramener… Mais ce « tout » était aussi dérisoire que la rage d’Ulrich ; hormis l’expérience de Jeremy pour l’informatique et la programmation, rien ne pourrait le sauver. L’ange de Lyoko se raccrochait de toutes ses forces à cet espoir. Soudain, un goût salé s’empara de sa langue : c’était une larme. Depuis quelques minutes, sans même s’en rendre compte, elle pleurait silencieusement. Mais Aelita savait bien que les larmes ne soulagent pas tous les maux, elle pouvait en verser autant que contenait son corps, sa souffrance ne diminuerait pas. L’espoir qu’elle nourrissait au fond d’elle ne suffisait pas à lui redonner un peu de baume au cœur. Malgré elle, elle pensait toujours à l’horrible éventualité et avait l’impression que ça finirait par la tuer à petits feux. Oui… il lui semblait n’y avoir qu’une seule issue, qu’une seule délivrance. Elle ne saisissait même pas la gravité de ses pensées, elle n’était plus lucide, sa sensibilité s’en trouvait exacerbée. Heureusement, la torpeur dans laquelle elle semblait plonger de plus en plus fut interrompue brutalement par une sonnerie de téléphone :
« Allô, Yumi, c’est toi ? demanda Aelita.
- Oui, répondit Yumi. Je n’arrive pas à dormir.
- Moi non plus, » avoua Aelita.
Pendant quelques secondes, les deux lyokoguerrières firent silence. Puis, la conversation reprit :
« Tu sais, Aelita, je crois qu’il va falloir arrêter tout ça. On ne peut pas continuer.
- Comment ça ? demanda la gardienne de Lyoko, surprise.
- Eh bin, Lyoko, XANA et tout le reste ! On ne peut plus garder ça pour nous, tu vois bien, ça a coûté la vie à Odd, bon sang ! »
Une grande émotion s’entendait dans la voix de la jeune japonaise, mais Aelita fut bien plus déstabilisée par les propos que par la tristesse de Yumi.
« Mais…commença-t-elle. C’est impossible, il faut bien aller jusqu’au bout, justement pour Odd ! »
Ses arguments ne lui semblaient pas bien convaincants, mais il lui était difficile de réfléchir quand elle était obligée d’évoquer l’atroce éventualité.
« Tout ça nous dépasse, Aelita, fit Yumi.
- Et que penses-tu qu’il arrivera si nous informons les autorités ?
- Ca ne ramèneras pas Odd, d’accord, mais…
- Odd n’est pas mort ! » la coupa Aelita, en criant.
Aelita avait été rattrapée par ses émotions ; elle n’avait pas voulu être désagréable avec Yumi, cependant elle ne pouvait se résoudre à le croire. C’était aussi impossible qu’arrêter le combat, c’était une évidence qu’on ne pouvait réfuter.
Un long silence suivit cette réplique. Aelita se demanda même si Yumi était toujours au bout du fil. Elle fut pourtant rassurée :
« Aelita, il va bien falloir que tu t’y fasses ! Crois-moi, je sais bien que c’est dur, mais, on n’a pas le choix ! Odd ne reviendra pas ! »
Yumi avait tenté au maximum de contrôler sa voix, mais cette dernière était quand même tremblotante. De toute façon, Aelita était trop choquée pour réagir. Elle raccrocha instantanément le téléphone. Elle envoya ce dernier contre le mur de sa chambre. Il rebondit une ou deux fois, puis se stabilisa à terre. Aelita ne pouvait maintenant plus retenir le cours régulier de ses larmes ; elles coulaient abondamment, brouillant la vue de l’ange de Lyoko. Odd ne reviendra pas. Plus cette phrase résonnait dans sa tête et plus son désespoir grandissait. Elle se prit la tête entre les mains, et serra autant qu’elle le pouvait, comme s’il lui était possible de compresser tellement cette idée, qu’elle finirait par sortir. Au bout de quelques minutes, elle se rendit à la raison, et se laissa tomber sur son lit. Elle était parfois secouée de soubresauts, en raison de ces larmes qui n’en finissait pas de rouler sur ses joues. Elle se recroquevilla sur elle-même en essayant de penser le moins possible. Pourtant, à chaque instant, les paroles de Yumi lui revenaient douloureusement à l’esprit. Elle avait le sentiment qu’elle ne pourrait plus jamais vivre comme avant. Qu’une époque s’était éteinte… en même temps que leur ami. Elle retint à grand-peine un cri. Elle ne voulait pas avoir ce genre de pensée, elle voulait pouvoir se contrôler ! Elle avait décidé de ne croire en rien, tant que Jeremy n’avait pas tout tenté pour le ramener, et elle comptait bien s’y tenir. En réalité, tous les espoirs qu’elle peinait à garder, se trouvaient en la personne de Jeremy… Tout dépendait de lui. Elle savait à présent que, s’il… que quand il ramènerait Odd, elle lui serait encore plus reconnaissante que lorsqu’il l’avait matérialisée. Il lui rendrait la vie.
L’esprit tourmenté par toutes ses pensées, elle ne se rendit même pas compte que la fatigue eut raison d’elle. Quelques heures plus tard, elle fut réveillée en sursaut par la sonnerie stridente de son réveil. Elle se leva péniblement, ôta les habits de fête qu’elle n’avait pas encore quittés, puis se dirigea vers les douches. Toutes les filles autour d’elle discutaient, provoquant un brouhaha incessant. D’ordinaire, elle n’y prêtait pas d’attention particulière, mais aujourd’hui, cela lui apparut comme une attaque à ses pauvres tympans. Elle ne resta qu’une minute, puis courut se réfugier dans le calme de sa chambre. Elle n’avait pas la force de faire face de nouveau à tous ces gens.
Elle en était là de ses pensées, lorsqu’un coup discret fut frappé à la porte. Elle hésita, puis répondit par un petit oui. Ulrich apparut alors dans l’encadrement de la porte. Lorsqu’il l’aperçut, il sourit faiblement, avant d’ajouter :
« Salut ! Je venais voir comment t’allais, » fit-il en avançant plus dans la chambre.
Aelita ne répondit que par un haussement d’épaules.
« Ouais, je sais, question stupide, soupira-t-il. Yumi m’a dit qu’elle t’avait appelée hier soir.
- Tu y crois, toi ? » demanda Aelita, brutalement.
Ulrich la regarda une seconde, avant de baisser les yeux vers ses pieds.
« J’en sais rien. Je sais pas ce qu’il vaut mieux penser.
- Tu crois qu’il vaut mieux tout abandonner maintenant, tout avouer aux autorités et laisser Odd dans cette fichue mer numérique ? »
Sa voix était brutale, dure et pleine de reproches. Aucune larme ne roulait sur ses joues, bien qu’il fût évident que ça n’avait pas été le cas toute la nuit ; ses yeux rougis en étaient la preuve. Ulrich ne l’avait jamais vue dans cet état, mais il ne lui était pas difficile d’en imaginer la raison. Lui non plus n’était plus le même depuis la veille, tout avait changé à leur insu…
« Tu veux qu’on aille voir Jeremy ? » demanda-t-il pourtant.
Aelita, visiblement surprise, ne sut que répondre. Finalement, elle acquiesça.
En passant devant l’étage réservé aux garçons, les deux lyokoguerriers entendirent un aboiement de chien. Un énième pincement leur serra le cœur, avant qu’Ulrich n’ajoute :
« Il faut que je sorte Kiwi, sinon il va se faire repérer par Jim »
En un accord tacite, Ulrich et Aelita se séparèrent. Ulrich allait s’occuper du chien d’Odd, pendant qu’Aelita se rendrait à l’usine. Au moment où elle entra dans le labo. Jeremy s’écria :
« Bah, ça alors, j’y crois pas ! »
Aelita marcha vers lui, sans conviction.
« Qu’est-ce qu’il y a ? lui demanda-t-elle.
- Tu vas pas me croire ! Odd, il est là, sur Lyoko ! »s’exclama Jeremy tout sourire.
Les yeux d’Aelita s’écarquillèrent et son sang ne fit qu’un tour. Elle n’imaginait pas encore parfaitement l’importance de ce que disait Jeremy, et malgré ces espoirs, elle ne pourrait le croire qu’en le voyant de ses propres yeux. Son cœur battait si fortement dans sa poitrine, qu’il résonnait dans ses tempes. Elle était tellement bouleversée qu’aucun autre mot ne franchit ses lèvres :
« Quoi ?!
- Si, si, je te jure Aelita, il est là ! » rit Jeremy.
Il était tombé dans la mer numérique pourtant… Comment Jeremy avait-il fait pour l’en sortir ? Elle voulait lui poser la question, mais le bonheur rougissant ses joues ne lui en laissa pas le loisir. Le seul geste qu’elle fut capable de faire, fut d’agripper le surdoué, de l’attirer à elle et de le serrer dans ses bras.
« Merci, Jeremy, » murmura-t-elle, un immense sourire aux lèvres.
L’interpellé en fut nettement surpris, bien sûr, et tout aussi embarrassé. Il rougit jusqu’aux oreilles, avant de repousser délicatement Aelita et de se remettre au travail, afin de garder une contenance. Il se racla la gorge, avant de déclarer :
« Il a l’air évanoui, je vais le rematérialiser, »
Il pianota sur son clavier mais rien ne se passa.
« Oh non ! XANA a encore déréglé le système de rematérialisation ! Et sans activer de tour ! Et maintenant William arrive ! Odd, Odd, tu m’entends ? dit Jeremy, inquiet.
- Je vais sur Lyoko, fit Aelita.
- Non, je ne pourrais pas te rematérialiser non plus, c’est trop dangereux ! On va trouver une autre solution, décida Jeremy.
- On va attendre qu’Odd se fasse virtualiser à jamais, peut-être ? s’écria Aelita. Jeremy, on a pas le choix, on a une chance unique de sauver Odd, saisissons la ! Et puis, si on attend que Ulrich et Yumi arrive ça sera peut-être trop tard, il faut que je commence seule. »
Jeremy n’aimait pas cette idée, mais c‘était vrai, ils n’avaient pas le choix.
« D’accord, je te virtualise et j’appelle Yumi et Ulrich, » céda Jeremy.
Aelita lui adressa un sourire et descendit dans la salle des scanners. Jeremy la virtualisa. Elle arriva sur le territoire de la montagne.
« J’ai appelé Yumi et Ulrich, ils ne vont pas tarder. Odd est à 50 m sur ta gauche, tu devrais l’apercevoir. William et une escadrille de frôlions vont bientôt l’atteindre, informa Jeremy.
- D’accord, Jeremy, j’y vais, » répondit Aelita.
Aelita courut jusqu’à Odd. Un frôlion l’avait en ligne de mir et s’apprêtait à lui envoyer un laser. Aelita utilisa son don de création pour protéger Odd. Le laser s’y heurta de plein fouet, mais la protection résista. Aelita envoya ensuite un champ de force sur le frôlion qui explosa. Elle s’envola et s’apprêta à lancer un deuxième champ de force sur un frôlion mais William l’en empêcha. Il lui lança une salve d’énergie sortant de son épée. Aelita fut donc ramener au sol très brutalement. Elle se releva ensuite et lança un champ de force sur William. Celui-ci le para avec son épée.
Le combat continua ainsi quelques minutes, Aelita se protégeait tant bien que mal des attaques de William et gardait un œil sur les frôlions qui lançaient des lasers sur la protection d’Odd.
« Jeremy, qu’est-ce qu’ils font, Ulrich et Yumi ? demanda Aelita, essouflée.
- Je sais pas, je les ai rappelés mais ils répondent pas ! s’inquiéta Jeremy.
- Je vais pas m’en sortir seule ! s’écria Aelita.
- Je sais, oui, mais, que veux-tu que je fasse ? » demanda Jeremy.
Soudain, le bloc de pierre qui protégeait Odd céda face aux lasers des monstres. Aelita s’en aperçut et se concentra pour faire une nouvelle protection. Un frôlion lui tira dessus avant qu’elle n’ait fini. Elle lui lança un champ de force qui le fit exploser. Les deux autres frôlions s’acharnait sur Odd.
« Odd n’a plus que 20 points de vie, mais j’ai bientôt réparé le programme ! Tiens bon, Aelita ! l’encouragea Jeremy.
Elle s’envola et lança deux champs de force en direction des frôlions, mais un seul des deux n’atteignit sa cible. Le frôlion restant bombardait toujours Odd. Aelita s’apprêta à lancer un champ de force décisif mais William revint en force en lui lançant une nouvelle salve d’énergie qui la poussa quelques mètres plus loin.
« Tu n’as plus que 10 points de vie, Aelita ! » désespéra Jeremy.
Aelita n’en pouvait plus, elle ne se sentait pas capable d’abattre le frôlion et surtout William. Mais, il fallait qu’elle essaye. La vie d’Odd était en jeu, c’était trop important pour qu’elle échoue. Elle se releva péniblement et cette fois-ci, détruisit le frôlion avec un de ses champs de force bien ajusté. Il ne restait plus que William et Odd était encore en vie. William se rapprochait dangereusement d’Aelita. Celle-ci se concentra, fit apparaître en énorme champ de force qu’elle lança sur William. Ce dernier ne put appréhender le coup et se fit dévirtualiser. Aelita tomba à terre, cette attaque l’avait affaiblie. Mais elle était heureuse, elle avait vaincu seule 5 frôlions et William et elle avait sauvé Odd !
« Wahou ! Bravo Aelita ! J’ai presque réparé le programme, encore quelques minutes ! » dit Jeremy.
Aelita avança vers Odd. Lorsque qu’elle fut à côté de lui, elle l’appela doucement pour tenter de le réveiller. Elle le secoua également. Elle ne pouvait empêcher un sourire de se dessiner sur ses lèvres. Il était tellement bon de le revoir !
« Ca y est, je vous ramène ! » prévint Jeremy.
Les deux lyokoguerriers furent donc ramenés sur Terre. Une fois dans les scanners, Aelita se précipita vers Odd et tenta de nouveau de le réveiller.
« Odd, Odd ! S’il te plaît! Réveille-toi! » le secoua Aelita.
Odd ouvrit un œil.
« Ael…Aelita, c’est toi ? » demanda-t-il, encore un peu sonné.
Aelita était tellement heureuse qu’elle ne put s’empêcher de lui sauter au cou.
Odd en fut nettement surpris.
« Euh, Aelita, tu…euh…tu, tu m‘étouffes un peu là, » dit Odd.
Aelita relâcha son étreinte en s’excusant. Ils re relevèrent tous deux et montèrent au niveau du labo où Jeremy les attendait avec impatience.
« Content de te retrouver, Odd ! sourit-il, au paroxysme du soulagement, au moment où Odd et Aelita arrivèrent dans son champ de vision,
- Ah, bah, si tu le dis… répondit Odd.
- Tu ne te souviens pas d’être tombé dans la mer numérique ? demanda Aelita, surprise.
- Bah, si, mais je me suis réveillé dans le scanner, alors je me suis dit qu’Einstein m’avait ramené juste à temps ! expliqua Odd.
- Bin, non, ça ne s’est pas du tout passé comme ça, raconta Jeremy. Tu es tombé dans la mer numérique, j’ai travaillé toute la nuit pour trouver un moyen de te ramener, puis ce matin, on te trouve inconscient sur Lyoko. Aelita vient à bout de 5 frôlions et de William et vous voilà de retour à la maison ! »
Odd tourna la tête vers Aelita et celle-ci baissa les yeux.
« Mais, je ne sais pas du tout comment tu as pu t’en sortir, continua Jeremy.
- On te croyait perdu à jamais, sans aucun moyen de te ramener … Tu ne peux pas savoir à quel point on a eu peur,» dit Aelita, une grande émotion dans le regard.
Odd resta une seconde à regarder l’ange de Lyoko du coin de l’œil. Ses yeux étaient rouges et gonflés, mais on y lisait également un grand soulagement et une grande émotion. Odd se surprit à penser : Tout ça pour moi ! Plus encore que le soir du bal, Aelita lui apparaissait à la fois belle et fragile, et le fait qu’il l’ait fait souffrir, même contre son gré, lui serrait le cœur.
« Ouais, enfin, bon, donc, je disais c’est vraiment très bizarre, ça pourrait être Franz Hopper comme il avait fait avec Aelita, mais justement c’était Aelita, réfléchit Jeremy.
- Bah, pourquoi Franz Hopper ne pourrait pas me sauver ? Je suis tellement unique ! Vous vous ennuieriez sans moi, et je ne pourrais plus remballer Sissi. A elle aussi, ça aurait manqué ! » rit Odd, reprenant toute son assurance.
Le félin guetta la réaction d’Aelita, mais celle-ci resta indifférente.
« Odd ! Tu réfléchis vraiment jamais ! C’est dangereux pour lui, il est à découvert lorsqu’il sort de la mer numérique. Et, lui, il réfléchit et y aurait sûrement pensé, donc c’est pas possible qu’il t’ait sauvé ! expliqua Jeremy.
- Alors, comment ça se fait, Jeremy ? demanda Aelita.
- Je ne sais pas, tu as réapparu, Odd. La seule explication possible, c’est que tu ne sois pas vraiment tombé dans la mer numérique, mais dans ce cas-là, tu t’en souviendrais et puis tu es quand même arrivé sur le sol du territoire et personne n’a pu t’y amener ! Je ne comprends vraiment pas… » avoua Jeremy.
Il commença à pianoter sur son clavier. A ce moment-là, Yumi et Ulrich arrivèrent dans la salle.
« On a fait aussi vite qu’on a pu, Jeremy ! Sissi nous a suivis, on a dû faire un détour pour la semer, mais…Odd ? Vous avez réussi ? demanda Yumi.
- Eh oui, Aelita a réussi à vaincre tous les monstres et moi j’ai réparé le programme ! déclara Jeremy.
- Eh ouais, je suis de retour ! » continua Odd.
- Mais, je ne comprends pas comment Odd a pu s’en sortir… » repensa Jeremy.
Yumi et Ulrich se précipitèrent vers Odd, lui témoignant autant d’affection et de soulagement qu’ils étaient en mesure de le faire, dans ce genre de circonstances, où la surprise se mêlait au bonheur.
« Bah, c’est pas très grave, du moment que Odd est revenu, c’est le principal, non ? fit Yumi.
- Oui, mais j’aimerais savoir quand même… répondit Jeremy.
- Yumi a raison, Jeremy, tu as travaillé toute la nuit, tu as besoin de te reposer, on verra ça plus tard ! sourit Aelita.
- Ouais, j’ai sûrement besoin de repos, » dit Jeremy sur le même ton.
Jeremy descendit de son siège et les cinq amis partirent de l’usine en direction du collège, dans la bonne humeur. Yumi partit ensuite chez elle, car c’était dimanche et elle avait promis à ses parents de rester avec eux toute la journée. Les trois garçons et Aelita flânèrent alors dans la cour du collège, en discutant de choses et d’autres. Au bout d’un bon quart d’heure, Jeremy ne put s’empêcher de décider :
« Bon, vu que c’est dimanche et que c’est la fin de l’année, je vais dans ma chambre, pour essayer de trouver comment tu as pu t’en sortir, Odd. Je peux pas rester sans savoir. Tu viens avec moi, Aelita ? »
Aelita ne répondit pas instantanément.
« Quoi ? Ah, euh… excuse-moi, Jeremy, tu disais ? demanda-t-elle.
- Eum, non rien, je me débrouillerai, » fit Jeremy.
Et il alla dans sa chambre.
Aelita resta confuse quelques instants. Cependant, Ulrich et Odd ne semblèrent pas y faire attention. Ulrich racontait ses péripéties avec Kiwi, et Odd souriait, en faisant quelques réflexions parfois, sur le récit de son ami. Pourtant, lorsqu’elle regarda plus attentivement l’attitude d’Odd, il lui parut évident qu’il lui lançait des regards de temps de temps, mais sans oser croiser son regard. Aelita en fut à la fois étonnée et flattée. Les évènements qui se succédaient depuis la veille, l’avaient fait passer d’un extrême à l’autre brutalement. Elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de réfléchir sereinement à tout ce qui était arrivé. Encore maintenant, elle était trop heureuse pour être parfaitement objective.
Une étrange question vint à elle, subitement : Aurait-elle eu les mêmes émotions si Jeremy avait été à la place d’Odd ? Tout aussi vivement, une première réponse lui parut évidente : Oui, bien sûr. Depuis quelques heures, Jeremy était devenu son héros. Pourtant, ce « depuis quelques heures » l’irritait. Il sous-entendait qu’auparavant, ce n’était pas le cas…
Et même ! Etre un héros signifiait uniquement qu’elle l’admirait, qu’elle lui vouait une reconnaissance éternelle. Comment vit-on la perte d’un être que l’on admire ? Elle retira tout de suite cette question de son esprit. De toute façon, Jeremy n’était pas que son sauveur, il était aussi son ami. Ce qui le plaçait au même niveau qu’Odd… Oui, mais elle ne pouvait pas avoir les mêmes relations avec Jeremy et avec Odd !
S’il y avait bien une question qu’elle n’avait jamais abordée, c’était ce que représentait Jeremy pour elle. C’était tellement évident qu’elle ne se posait pas de question. Il était l’ami qui l’avait sortie des griffes de XANA. Enfin, non… Il n’était pas son ami, il était plus que ça.
Avoir dormi pendant dix ans sous forme d’un programme informatique ne l’avait pas vraiment aidée à comprendre tout ce qu’elle ressentait. Où se trouvait vraiment la limite entre l’amitié et l’amour ? Jusqu’à maintenant, elle avait pensé que Jeremy incarnait le parfait amour. Mais c’était uniquement parce qu’il l’avait sauvée et qu’il avait toujours été présent pour elle. Quelle ingrate aurait-elle fait alors si elle ne l’aimait pas ! Seulement, l’amour n’a rien à voir avec la reconnaissance, il obéit à ses propres lois.
Son regard s’arrêta une seconde sur le félin virtuel. Et Odd ? Elle l’avait toujours vu comme un grand frère, qui protégeait et apprenait les bonnes choses de la vie. Le seul problème était que ce n’était pas le cas. Ils avaient beau avoir toutes les caractéristiques des frères et sœurs- ou des cousins-, ils n’en étaient pas. La seule chose qui les unissait était le secret qu’ils partageaient avec Yumi, Ulrich et Jeremy.
Aelita porta la main à son front. Trop d’idées se bousculaient dans sa tête, elle n’arriverait à avoir aucune certitude dans cet état. Il valait mieux qu’elle cesse tout de suite. Elle revint à la réalité et écouta les dernières nouvelles que donnait Ulrich à Odd sur le collège, comme si ce dernier l’avait quitté pendant une dizaine de jours. Odd le laissa parler cependant, apparemment heureux- et peut-être amusé - des réactions de ses amis. Ils finirent par lentement se diriger vers les dortoirs, où Aelita les laissa retourner dans leur chambre pendant qu’elle regagnait la sienne. Après tout, c’était dimanche !

Voili ! A vos claviers, maintenant !

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
L'Yu MessagePosté le: Sam 02 Oct 2010 17:48   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 143
Localisation: Bulle sous l'eau
J'aime beaucoup :) peut être as-tu fais revenir Odd un peu trop vite mais c'est tres beau qd même :)
J'aime de plus en plus le "couple" Odd/Aelita & j'attends avec impatience que tu le fasse évoluer <3 mais cmt le prendra Jérémie :o ? Dur dur..
Et Yumi & Ulrich dans tout ça ^^ ? C'est mon couple favori donc je pose la question :) tu n'as pas prévu un petit passage pour eux :) ? Bon c'est pas très grave je te pardonne si tu n'en fais pas Lol.

Bonne continuation ! A bientôt <3 , L'Yumi .

_________________
" I wish I could freeze this moment, right here, right now, and live in it forever..." Peeta Mellark. Hunger Games II.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Lorilis MessagePosté le: Sam 09 Oct 2010 12:38   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
Merci L'yumi !!

Je vous envoie la suite !

Bonne lecture
La journée passa alors sans encombre, bien que la fin arrivât bien vite. Bientôt, les cinq lyokoguerriers se retrouvèrent au lundi, où la semaine de cours recommençait. Aelita était descendue la première au réfectoire et attendait ses amis masculins, quand elle aperçut Yumi entrer dans la cantine. Il n’était pourtant pas plus de 7h30.
« Euh, un problème de réveil ? demanda Aelita, surprise tout de même que son amie se présentât au collège si tôt.
-Non, pas du tout, sourit Yumi. C’est seulement que mon petit-frère m’a tellement énervée que je n’aie pas pu résister. Mes parents étaient d’accord, alors voilà.
- Oh ! Je vois, » répondit Aelita.
En voyant la jeune japonaise s’asseoir devant elle, Aelita eut une idée. Qui mieux que Yumi pouvait l’aider à y voir clair ? Bien sûr, elle n’allait pas lui demander à brûle pourpoint ce qu’elle ressentait pour Ulrich. Elle savait parfaitement que Yumi en serait gênée… Non, il fallait qu’elle trouvât un stratagème.
Après quelques secondes de silence, la gardienne de Lyoko finit par se lancer :
« Tu sais, eum… On t’avait parlé de la prof de français qui nous avait lu un passage de Roméo et Juliette ?
-Oui, je crois bien, lâcha Yumi après une seconde de réflexion. Pourquoi ?
-C’est quand même une belle histoire.
-Oui, mais c’est une fiction ! »
Aelita sourit, puis attendit que Yumi eût fini son verre d’eau avant de reprendre :
« Oui, bien sûr, mais… Les histoires d’amour, c’est beau de toute façon. Je me suis toujours demandé comment les héros pouvaient bien faire pour se reconnaître tout de suite comme leurs grands Amours respectifs !
-Ca aussi, c’est de la fiction. Dans la réalité, ça se passe pas toujours comme ça.
-Oh, quand même, c’est triste de se dire qu’on a une chance sur 1 million de trouver le grand Amour ! Et puis, tu prends par exemple… »
Aelita s’arrêta net. Un mot de plus et tout était à refaire. Elle avait été prise par son envie de savoir immédiatement et avait failli tout faire rater ! Elle prit une grande inspiration, puis sourit à Yumi, tentant de lui faire croire que l’arrêt prématuré de sa phrase était normal.
« Oui ? demanda la geisha virtuelle.
-Quoi ?
-Et bin, tu disais, par exemple…
-Euh… oui, mais… c’était pas important ! se rattrapa Aelita. Ce que je voulais dire, c’est que…
-Tu sais, moi j’ai pas dit qu’on avait « une chance sur 1million de trouver le grand Amour » ! C’est toi qui l’as dit, la coupa in extremis Yumi.
-Euh, ouais… Il y a même des moments où il est juste sous notre nez ! »
Aelita regretta instantanément ses paroles, mais elle n’avait pu faire autrement. Le visage de Yumi resta souriant cependant, peut-être juste un peu plus empourpré. Elle baissa tout de même les yeux vers son assiette.
« Enfin… je veux dire que je ne sais pas vraiment comment le reconnaître, tu vois ? Après tout, je ne sais pas ce qu’on ressent quand on aime ! »
Aelita avait, à ce moment précis, été extraordinairement sincère.
Yumi leva les yeux et sembla essayer de lire au plus profond d’Aelita.
« Bin, tu sais, c’est pas compliqué. Je crois que c’est une personne avec qui tu es bien, et puis à qui tu penses quasiment tout le temps quand il n’est pas avec toi, mais pourtant que tu fuis parce que tu n’es pas à l’aise. Mais après, on peut aimer de plein de façons ! »
Aelita acquiesça lentement. Yumi s’apprêtait à ouvrir la bouche lorsque les trois garçons de la bande arrivèrent. La conversation dériva alors vers un tout autre sujet : la nourriture. Ulrich trouvait les croissants infects, alors qu’Odd les trouvait délicieux. Jeremy se contentait de traiter Odd de ventre à pattes. Cependant, Aelita n’écoutait toutes ces réflexions qu’avec une oreille distraite. Ce que lui avait dit Yumi ne l’aidait pas vraiment autant qu’elle l’aurait voulu. Pensait-elle si souvent à Jeremy que c’en devenait obsessionnel ? Elle ne le croyait pas. Ce qu’elle ressentait semblait bien différent de l’idée que son amie se faisait de l’amour. Idée qu’elle avait sans doute expérimentée, cependant, et qui donc, avait de la valeur. Mais alors, elle, Aelita, était-elle toujours aussi vide de sentiments que lors de son long séjour sur Lyoko ? Etait-elle incapable d’aimer de la manière dont Yumi parlait, sans compromis et sans réflexion ? Elle n’en savait rien. Elle n’arrivait pas à réfléchir correctement. Cela pouvait-il être un signe d’amour ? Encore une question qui resterait sans réponse… Oh ! Ce n’était pourtant pas compliqué ! Soit elle aimait Jeremy, Soit elle ne l’aimait pas.
Enfin, ce n’était peut-être pas si simple… Un autre facteur devait être pris en compte : Odd.
Toutes les réflexions qui la tourmentaient étaient parties de sa chute. Même la reconnaissance sans borne et les élans d’affection qu’elle avait eus pour Jeremy avaient cette origine. Odd était une bouffée de joie et d’optimisme dans sa vie. En réalité, tout ce dont elle avait besoin en ces temps où le danger et les larmes dominaient. Elle l’avait bien vu, lorsqu’elle l’avait perdu, son monde s’était effondré ; il lui permettait de résister. Mais alors, devait-elle choisir entre cette joie de vivre qui la maintenait en vie et… Jeremy, qui s’enfermait dans sa lutte contre XANA, mais qui le faisait pour elle ? Elle sentit une larme rouler le long de sa joue. Elle venait de réaliser la base du vrai problème. Il fallait qu’elle choisisse entre ses deux amis, car elle savait être amoureuse de l’un d’eux. Depuis toujours, ce choix faisait partie de sa vie, mais elle le repoussait tellement sans le vouloir qu’elle l’avait ignoré. Cependant, il n’était apparu clairement dans son esprit que lorsqu’elle avait été sur le point de perdre Odd. Auparavant, Jeremy occupait pleinement son cœur. Enfin, c’est ce qu’elle avait cru. Finalement, peut-être que le choix se faisait entre sa raison et son cœur. La première lui disant que seul Jeremy méritait son amour et le second… Elle savait que tôt ou tard son cœur aurait le dessus, aussi coupable qu’elle se sentirait vis-à-vis du surdoué. La « guerre froide » entre les deux n’avait que trop duré, elle allait cesser, de façon aussi incontrôlable qu’elle avait commencé. Il fallait qu’elle se rende à l’évidence : Elle aimait Odd. Malgré ses innombrables conquêtes, malgré son égoïsme, malgré son inconscience, malgré tout.
« Ca va, Aelita ? » lui demanda Jeremy, inquiet.
Aelita leva les yeux brusquement sur lui, surprise. Elle essaya de se contrôler au maximum malgré le tourbillon d’émotions qui la submergeait. Elle lui sourit, essuya une larme avant de répondre :
« Oui, oui, ne t’inquiètes pas ! »
Elle était devenue le centre d’attention de leur petite bande. Elle tenta de les rassurer en adressant un sourire à chacun, bien que celui d’Odd fût plus bref et son regard plus fuyant. Finalement, la conversation reprit. Aelita n’y prit pas part, cependant. Elle était trop occupée à contrôler les larmes qui menaçaient de couler. La sensation qu’elle allait briser à jamais l’amitié entre Jeremy et Odd était trop forte. L’unique façon de l’éviter était de mentir, de faire comme avant. Mais cela était-il seulement possible ? Elle se força à penser à autre chose, mais cela n’eut d’effet que pour une durée bien courte… Bientôt, la sonnerie de 8h sonna, et tous les élèves se rendirent devant leur classe respective.
Les cours du matin se passèrent sans encombre et Odd y termina sa nuit. Lorsqu’ils se retrouvèrent tous les cinq pour aller déjeuner, Aelita les informa qu’elle n’avait pas faim et qu’elle préférait rester dans sa chambre jusqu’aux cours de l’après-midi.
Ses quatre amis la regardèrent avec des yeux ronds, mais acquiescèrent d’un hochement de tête. Ils s’installèrent à une table, mais Jeremy ne put s’empêcher de poser la question qui lui brûlait les lèvres :
« Comment vous la trouvez, Aelita ?
-Euh… je pense qu’elle est un peu secouée par tout ce qui s’est passé, c’est tout, répondit Yumi avec un sourire.
-Ouais, peut-être, mais…commença le petit génie.
-Si tu t’inquiètes, t’as qu’à aller lui demander ce qu’elle a ! » fit Odd.
C’était une phrase qui lui était venue tout naturellement, mais étrangement, elle sonnait faux. Comme si elle était pleine de sous-entendu… Odd s’en trouva mal à l’aise, mais Jeremy n’y prêta pas d’attention particulière et le prit tel qu’il prenait toujours les réflexions d’Odd : à la légère. Cependant, Odd vit bien que l’idée n’allait pas quitter son esprit de si tôt. Après tout, peut-être qu’Odd avait, sans le vouloir, précipité le départ d’une histoire d’amour ! Il avait toujours trouvé Jeremy et Aelita – tout comme Ulrich et Yumi, d’ailleurs – beaucoup trop lent, même s’il savait devoir le mettre sur le compte de la timidité… Pourtant, il n’avait aucune envie d’afficher un air malicieux et d’enfoncer encore un peu plus la flèche de Cupidon dans le cœur de ses amis par des réflexions qui se voulaient évasives, mais qui étaient très claires. Non, il se sentait juste mal à l’aise, rien de plus… Et il devait bien l’admettre, c’était très désagréable, car totalement inédit.
« Euh, oui, bon. Donc, vous pensez qu’elle a juste besoin de repos, en fait ? » demanda le surdoué.
Yumi acquiesça et Ulrich haussa les épaules.
La conversation s’arrêta là.
Yumi avait voulu rassurer au maximum Jeremy, mais elle s’inquiétait elle aussi pour l’ange de Lyoko. Elle semblait bien chambouler… C’était compréhensible, bien sûr, ils avaient failli perdre Odd ! Pourtant, la raison de son malaise ne paraissait pas avoir forcément de rapport avec la chute du félin. La discussion qu’elles avaient eue notamment la forçait à se poser de nombreuses questions sur Aelita. Elle connaissait son amie, elle savait combien elle était réservée et jamais Aelita n’avait dévoilé ses sentiments à Yumi. Quelque chose semblait se passer dans sa tête, et cela la troublait assez pour changer son caractère. Elle lui avait clairement demandé ce qu’on ressentait quand on « aimait », et Yumi n’était pas sûre de lui avoir apporté la réponse qu’elle attendait. Quelles questions cachait celle sur les sentiments au fond du cœur de son amie ? Peut-être doutait-elle de l’amour que lui portait Jeremy, peut-être en avait-elle assez d’attendre qu’il se décide à faire le premier pas… Mais alors, pourquoi imposait-elle cette distance avec ses amis ? La seule façon de savoir était d’aller directement demander à Aelita. Cependant, elle ne voulait pas la mettre mal à l’aise, et même si la jeune japonaise ne faisait qu’essayer d’aider son amie, peut-être cette dernière le prendrait assez mal pour se replier sur elle-même. Et alors, elle pouvait toujours rêvé pour qu’elle se confît ! Il fallait qu’elle ait autant de tact qu’il était possible et qu’elle choisisse bien ses mots…
Elle laissa ses trois amis finirent seuls leur repas et monta voir Aelita.

Je crois qu'il est un peu plus court que les autres mais bon...

A vos claviers ! A+

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
L'Yu MessagePosté le: Sam 09 Oct 2010 12:48   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 143
Localisation: Bulle sous l'eau
Passage assez court mais bien écrit donc ça compense :)

On avance pas beaucoup dans l'histoire , on en connait cependant un peu plus sur les pensées & sentiments d'Aelita :)

Aelita doit faire un choix important ! Dur dur ... J'attends le prochain chapitre pour m'éclairer un peu plus :)

[ Et pour Yumi & Ulrich :$ ? ^^ ]

Bisous, bonne continuation :)

_________________
" I wish I could freeze this moment, right here, right now, and live in it forever..." Peeta Mellark. Hunger Games II.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Lorilis MessagePosté le: Sam 16 Oct 2010 19:39   Sujet du message: Répondre en citant  
Lectrice à plein temps


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 810
Localisation: Au Jal'Dara <3
C'est un tout petit bout de suite que je vous offre là, mais avec les cours et tout. Je n'ai pas vraiment eu le temps d'écrire. Enfin, je vous donne quand même ça, il se passe pas grand-chose, mais n'hésitez pas à poster !

Bonne lecture

La conversation s’arrêta là.
Yumi avait voulu rassurer au maximum Jeremy, mais elle s’inquiétait elle aussi pour l’ange de Lyoko. Elle semblait bien chambouler… C’était compréhensible, bien sûr, ils avaient failli perdre Odd ! Pourtant, la raison de son malaise ne paraissait pas avoir forcément de rapport avec la chute du félin. La discussion qu’elles avaient eue notamment la forçait à se poser de nombreuses questions sur Aelita. Elle connaissait son amie, elle savait combien elle était réservée et jamais Aelita n’avait dévoilé ses sentiments à Yumi. Quelque chose semblait se passer dans sa tête, et cela la troublait assez pour changer son caractère. Elle lui avait clairement demandé ce qu’on ressentait quand on « aimait », et Yumi n’était pas sûre de lui avoir apporté la réponse qu’elle attendait. Quelles questions cachait celle sur les sentiments au fond du cœur de son amie ? Peut-être doutait-elle de l’amour que lui portait Jeremy, peut-être en avait-elle assez d’attendre qu’il se décide à faire le premier pas… Mais alors, pourquoi imposait-elle cette distance avec ses amis ? La seule façon de savoir était d’aller directement demander à Aelita. Cependant, elle ne voulait pas la mettre mal à l’aise, et même si la jeune japonaise ne faisait qu’essayer d’aider son amie, peut-être cette dernière le prendrait assez mal pour se replier sur elle-même. Et alors, elle pouvait toujours rêvé pour qu’elle se confît ! Il fallait qu’elle ait autant de tact qu’il était possible et qu’elle choisisse bien ses mots…
Elle laissa ses trois amis finirent seuls leur repas et monta voir Aelita. Elle frappa à sa porte mais n’obtint aucune réponse.
« Aelita ? Tu es là ? C’est moi, Yumi ! appela-t-elle.
- C’est ouvert, entendit Yumi à travers la porte.
Elle entra alors et découvrit Aelita, sur son lit, les genoux repliés contre la poitrine, un vague sourire sur les lèvres.
« Tu sais, Aelita, on s’inquiète un peu pour toi…, commença Yumi.
- Je ne suis pas malade, je n’avais juste pas faim, répondit Aelita.
- Euh, oui, d’accord, mais…, hésita Yumi.
- Tu penses toujours qu’il faut qu’on prévienne le gouvernement ? »
Yumi, surprise de cette réponse, resta bouche bée quelques secondes.
« C’était sur le coup de l’inquiétude, je n’ai pas vraiment réfléchi… Ce serait peut-être plus sage, mais les adultes sont souvent assoiffés de pouvoir et de connaissance. Qui pourrait savoir ce qu’il ferait du supercalculateur ? »
Aelita acquiesça sans conviction.
La philosophie de la phrase échappa à son esprit troublé, mais Yumi fut heureuse de sa réponse réfléchie, alors qu’elle était préoccupée par l’état de l’elfe de Lyoko.
« Moi aussi, j’ai une question pour toi, déclara Yumi, en s’asseyant à côté de son amie.
- Ah, oui ? répondit simplement Aelita.
- Oui, euh… Y’a un problème avec Jeremy ? »
Aelita tourna la tête vers elle, les sourcils froncés, et ne répondit pas tout de suite.
« Non, pourquoi ? demanda-t-elle finalement.
- Parce que je te trouve bizarre en ce moment. Tu m’as quand même demandé ce que
ça faisait quand on aimait ! fit Yumi en souriant.
- Ah oui, et bien sûr, on associe toujours amour à Jeremy quand il s’agit de moi… » murmura Aelita.
Bien que son ton ait été bas, Yumi avait parfaitement compris la réflexion et y cherchait une interprétation convenable et possible.
« Qu’est-ce que tu veux dire ?
- Rien. »
La réponse précipitée d’Aelita conforta Yumi dans l’idée que quelque chose clochait entre les deux surdoués, que quelque chose allait changer. Cependant, elle n’arrivait pas à déceler ce que c’était. Elle ne comprenait pas comment un couple aussi compatible pouvait être gêné par autre chose que la timidité… Son amie l’inquiétait, une certaine souffrance se lisait dans ses yeux. Il fallait qu’elle sache !
« Qu’est-ce qui se passe, Aelita ? Et ne me réponds pas « rien », je ne le croirais pas ! Tu sais que tu peux me faire confiance, non ?
- L’amour, c’est toujours compliqué, non ? Tu prends toi et Ulrich, par exemple… »
Yumi sentit le rouge lui monter aux joues, et chercha à se justifier, ou à répondre quelque chose qui tournerait la conversation vers un autre sujet.
« Euh, ouais, peut-être bien, mais y’a des fois où on se complique la vie pour rien, » bafouilla Yumi.
La manœuvre ce changement de sujet n’était pas vraiment réussie, mais un autre objectif avait été atteint, à en juger par le sourire qui se dessinait sur les lèvres d’Aelita. Yumi était parvenue, d’une certaine façon, à lui changer les idées. Peut-être que cette détente permettrait à Aelita de se calmer et de plus facilement expliquer ce qui n’allait pas. Yumi ne voulait pas la brusquer, mais à garder trop longtemps un poids important sur le cœur, elle finirait par ne plus le supporter.
« Aelita…
- Yumi, tu sais, il ne faut pas que tu crois que je ne te fais pas confiance. Ce n’est pas ça, seulement…J’ai l’impression que ma vision des choses change, et…ça me perturbe, mais il n’y a vraiment rien de grave !
- Si ce n’est rien de grave, on peut en parler encore plus facilement, sourit Yumi.
- Hum, oui, bien sûr, mais…commença Aelita, sentant son estomac se nouer. Je ne sais pas exactement ce qui m’arrive, je ne peux pas te l’expliquer si je ne le sais pas moi-même ! »
Yumi acquiesça, avant de tourner la tête. Aelita n’avait vraiment pas envie de lui parler de quoi que ce soit… Pourtant, il le faudrait bien ! Après tout, elle lui en avait trop dit ou pas assez…
« Si ce n’est pas clair dans ta tête, je peux peut-être t’aider… si tu m’expliques. »
Yumi avait hésité à prononcer la dernière phrase, mais elle commençait à en avoir assez de tourner autour du pot.
Aelita soupira, et la jeune japonaise crut voir une larme perler au bord de ses yeux.
« Je…hum…je sais que je dois tout à Jeremy, que s’il n’avait pas été là, je serais encore sur Lyoko, prisonnière de XANA, mais… mais, ça ne veut pas dire que je suis amoureuse de lui, non ? »
Yumi, surprise de cette « question », ne réagit pas instantanément. Cela lui coûta cher. Aelita, visiblement contrariée, tourna le regard et reprit :
« Si, apparemment… Ce n’est pas grave, de toute façon, tu ne peux pas comprendre. Pour toi et tous les autres, nous sommes le couple parfait, nous avons trop de points communs. Et c’est sûrement le cas ! »
Le ton d’Aelita était difficile à cerner ; un peu doux-amer. Et le pire, c’est qu’elle avait raison : tout le monde au collège les voyait comme « M et Mme Einstein », et plus encore leur petite bande que les autres… Mais alors, que signifiaient toutes ces réflexions sarcastiques ?
C’était à la fois troublant et culpabilisant. Yumi avait le sentiment qu’Aelita les accusait de cette grande complicité entre eux, alors que cela ne l’avait jamais dérangée, auparavant. Que se passait-il dans sa tête pour qu’elle s’éloigne ainsi du surdoué ?
« Mais, Aelita, si tu m’expliquais, je comprendrais peut-être, » fit Yumi, troublée du manque de confiance que son amie semblait avoir en elle.
L’ange de Lyoko se leva brusquement, fit quelques pas à travers la pièce, et finit par se tourner vers Yumi, les yeux encombrés de larmes.
« Est-ce que je serais si mauvaise si je ne l’aime pas autant que tout le monde le croit ? Après tout ce qu’il a fait pour moi ! «
Yumi se contrôla bien plus vite cette fois-ci.
« Bien sûr que non, Aelita, mais… Qu’est-ce qui te fait penser que…enfin, que tu n’es pas amoureuse de Jeremy ? »
Aelita se rassit, ne répondit pas tout de suite, sembla chercher ses mots.
« Je ne sais pas si je ne suis pas amoureuse, je sais juste… juste qu’il n’occupe plus la plus grande place dans mon cœur, murmura-t-elle. S’il l’avait occupée un jour, finit-elle plus bas encore.
- Tu, euh, tu aimes un autre garçon ? » demanda Yumi.
Aelita tourna promptement la tête vers elle. Son regard, alors, était la plus claire des réponses. Yumi en fut malgré elle surprise. Il lui semblait tellement invraisemblable qu’Aelita puisse avoir ce genre de comportement… Si un autre garçon avait réussi à la séduire, il fallait absolument qu’elle le rencontre pour connaître son secret. Ce ne pouvait être que quelque chose d’impressionnant. Ses pensées l’amenèrent jusqu’à Jeremy, qui avait été trop timide et qui avait perdue Aelita. Ses sourcils se froncèrent. Aelita paraissait très troublée de ce qu’elle vivait, mais elle ne pouvait rien contre ses sentiments. Jeremy souffrirait, c’était inéluctable…

A vos claviers ! Et à la semaine prochaine !!

_________________

http://nsa29.casimages.com/img/2012/07/07/120707052139329936.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
L'Yu MessagePosté le: Sam 16 Oct 2010 19:45   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 143
Localisation: Bulle sous l'eau
Passage très émouvant :) !

Ahlalala Aelita change beaucoup :) c'est bien, j'en ai un peu mare de la voir comme la petite protégée de Jérémie... Oui Odd/Aelita ça pourrait bien marché ;)

En tout cas je suis à fond dans ton histoire & j'attends la suite des évenement avec beaucoup d'impatience :)

Bisous, L'Yumi.

_________________
" I wish I could freeze this moment, right here, right now, and live in it forever..." Peeta Mellark. Hunger Games II.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
troox MessagePosté le: Sam 16 Oct 2010 19:46   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 25 Mai 2010
Messages: 22
Localisation: Dans un monde ou je suis immortel .
Très jolie
La conversation D'Aelita et Yumi est très génial et les mots sont très bien trouvé
Continue comme sa
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Virtuel MessagePosté le: Sam 16 Oct 2010 20:09   Sujet du message: Répondre en citant  
[Je suis neuneu]


Inscrit le: 28 Déc 2009
Messages: 54
*_ù

Note de Sido : C'est de la provocation ? Arrête le flood. Je t'ai avertie plus d'une fois. J'en ai marre de distribuer les rangs de neuneus.
_________________
J'étais anciennement MJ Virtuel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 5
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.3209s (PHP: 22% - SQL: 78%) - Requêtes SQL effectuées : 19