CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
Projet sérieux d'une saison 5 que j'a...
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Imprévu [Terminée]

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 11 sur 15

Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13, 14, 15  Suivante





Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Lun 15 Avr 2013 11:36   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
Ok, donc tu passes Ernest à la trappe
Citation:
-M.Delmas: Allo, Mme Tié! Quoi Ernest? non je le connais pas personnellement. Ah il a disparu depuis 3 jours? Bah tan-pis, de toute façon, il ne manquera à personne.
-Mme tié: Euh!! Mais!!!
-M. Delmas: Il avait l'air discret et inutile. Prenez sa comme une faveur de Dieu (comme XANA l'a dit Mr. Green).
-Mme Tié: Après tout vous avez raison c'était un bon à rien. Au revoir.
-M. Delmas: Bonne journée!
Tuuuuut!!!!Tuuuuut!!!!Tuuuuut!!!! kiclick *bruit de téléphone raccroché*
-M. Delmas: Affaire classé.


Pour les LG, on a une explication (mais on pouvais pas deviner que l'attaque du coeur avait eu lieu quelques heures avant le reveil de XANA)

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Raymentase MessagePosté le: Lun 15 Avr 2013 19:19   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Raymentase)


Inscrit le: 13 Mar 2013
Messages: 309
Localisation: Rennes
Ah magnifique comme toujours (petit sadique)

Ernest ? Je sais que tout le monde à tout dis mais tu pourras en parler au moins dans 1 ligne (qu'ils fassent pas gros méchant quand même)

William, le dernier à être dévirtualisé ? Je suis même plus surprise.

J'ai hâte de voir la suite avec l'idée de Xana, cette tordue sans coeur.
_________________

http://img11.hostingpics.net/pics/929402SignRaymentase.png
Merci pour ce beau pack Abby !

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba12.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 20 Avr 2013 14:01   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Spoiler


Chapitre 22 : La chute de l'histoire


Nous étions tous réunis au labo, même les trois qui avaient fini par reprendre connaissance. Jérémie m’avait à regret cédé son siège pour que je puisse accomplir mes projets. Car ils le savaient tous, j’étais la seule à pouvoir faire quelque chose. Et pourtant, c’était si simple…
La première chose à faire était de stocker certains des nombreux codes dans l’ordinateur. Ceux qui permettaient à Lyoko de vivre, la base, en quelque sorte.
Ensuite, j’entrai un certain nombre de commandes et une barre de chargement apparut.
Lorsqu’Aelita lut ce qu’il y avait écrit au-dessus, elle pleura encore plus.
-Jérémie, dis-lui qu’il y a un autre moyen ! S’il te plaît ! La laisse pas faire ça !
Il secoua la tête tristement
-On manque d’énergie, Aelita…c’est la seule option possible. On a stocké les codes, il reviendra. Promis.
La barre de chargement se remplissait lentement, sinistre et inexorable. Odd éleva un peu la voix
-Xana, tu es sûre que c’est le seul plan envisageable ?
Mes yeux noirs se braquèrent sur lui
-Tu vois une autre solution ? Va-y, je t’écoute. Le Supercalculateur n’a pas de ressources infinies, et quand ça devient gênant, il faut savoir faire des sacrifices ! Je pensais que vous le saviez, vu comment vous avez détruit la banquise. Quelqu’un d’autre a une objection ?
Seul le silence me fit écho. Je refis pivoter la chaise pour surveiller l’avancée de la charge. Enfin, après de longues secondes, je vis un nombre à trois chiffres s’afficher. 100%. J’appuyai théâtralement sur la touche Enter et un bruit d’explosion se fit entendre. Vieux cinglé, il avait même pensé à mettre des bruitages à son protocole d’autodestruction de Lyoko.

Maintenant, il fallait passer à la phase deux.
Je continuai mes manipulations après avoir inséré un CD dans l’ordinateur. Ce CD, il contenait des tonnes d’informations. Ces informations, on les avait codées à trois, et il s’agissait de tous les codes nécessaires à la création de notre garage. Nous avions également trouvé le moyen d’en détourner Wolfy : il ne produisait pas d’énergie et n’avait pas de tours. Il devenait plus rentable pour le programme d’aller vampiriser l’énergie sur terre plutôt que dans les mondes virtuels.
Dans ce nouveau monde virtuel, il n’y aurait qu’une salle, un peu dans les mêmes tons que l’ancien garage, avec au fond cinq bassins de mer numérique entourés d’une barrière. Ils étaient de la même taille que les petits vaisseaux accrochés au mur, juste au-dessus. Des plots d’embarquement permettaient de rejoindre les appareils.
Ces appareils, j’avais leur modélisation 3D sous le nez. Il y en avait donc cinq, un par « agent de terrain ». Leurs grappins étaient à peine visibles, dissimulés sous le ventre de l’appareil, mais tous n’avaient pas la même forme (les appareils, voyons, pas les grappins).
Celui d’Odd, par exemple, était fin et allongé. Il était radicalement impossible de s’y tenir assis et le pilote devait être à plat ventre, mais je sentais que ce mode de conduite lui plairait. La carrosserie était, sans surprise, dans les tons violets, avec des traces de pattes jaunes sur un flanc, comme si un chat s’y était promené. C’était le plus maniable du tas.
L’appareil d’Ulrich, lui, était assez similaire aux anciens, quoique un rien amélioré pour la vitesse, histoire de pouvoir foncer dans le tas comme un bourrin. De couleur jaune brune, on y trouvait même quelques signes japonais, dont un assez discret signifiant imbécile. Plus qu’à espérer que Yumi ne prêt pas attention à la signification du glyphe…
Celui d’Aelita était, sans surprise, rose bonbon. Il avait une forme très ovale, un peu comme un cocon protecteur, et les vitres étaient teintées d’un rose plus discret. A l’intérieur, c’était un peu particulier, puisque dans le cockpit, on flottait. Oui, un peu comme si on baignait dans un liquide, il n’y avait pas de pesanteur. Jérémie avait dû bien s’amuser à imaginer ça. Les ailes du vaisseau avaient quelque chose d’immatériel, un peu à la façon des ailes de son propriétaire. Ce n’était pas un appareil très rapide, mais il était drôlement résistant.
William aurait pu écoper du Rorkal, par une poussée de sadisme de ma part, mais j’avais fini par opter pour un design plus proche du Phénix, que ce soit l’oiseau ou le chasseur de Starcraft II. On avait donc des ailes plutôt proéminentes, avec une bordure métallisée et l’intérieur qui ressemblait plus à de la lave en fusion. Le métal, gris foncé, était assez brillant, mais on restait dans le thème de la nouvelle tenue de William. Tout lecteur avisé aura reconnu le Phénix et la renaissance dans le feu qui était le nouvel attribut de William. Ce vaisseau était plutôt polyvalent.
Yumi avait écopé, lors d’un moment de sadisme, d’un truc très orienté bombardier japonais en 39-45. Eh, c’était elle, la patriote ! Et en tant que bombardier, elle avait droit à une ou deux torpilles en plus.
Une fois le tout en place, on avait encore l’antivirus en réserve pour combattre Wolfy si jamais il venait fourrer son museau dans cette histoire.
Jérémie, toujours enjoué, suggéra de faire une petite plongée d’essai sur le garage, histoire de voir si l’embarquement et la virtualisation fonctionnaient. Odd, toujours bien équipé, sortit de vieilles frites écrasées du midi et proposa
-On s’fait ça à la courte frite ?
Aelita grimaça
-Mais pourquoi t’as des frites dans tes poches ? C’est dégueu !
-Euhhm j’ai estimé préférable de faire des réserves si jamais j’avais un creux, et…
Odd chercha à poursuivre son explication, mais ne trouvait plus rien à dire. On décida soudain de l’envoyer vers l’inconnu. Motif : avoir amené des produits toxiques dans le labo.
Il tenta de se justifier, mais quand les portes se furent refermées sur lui, il ne put plus y faire grand-chose.
On retenait tous notre souffle pendant que Jérémie réglait la virtualisation, en s’appliquant au maximum. Pas question de faire une erreur de saisie quand on tentait une virtualisation sur un endroit où on avait jamais été par cette voie avant. C’était comme mettre un vaisseau comme unique point de relais sur un monde virtuel inconnu et se virtualiser à côté…
Jérémie, une fois l’entrée finie, se retourna et déclara d’un air de croque-mort
-Bon. Pour moi, le transfert a bien eu lieu. Il a dû apparaître dans le garage.
Le silence régna dans le labo durant de longues secondes. Jérémie cligna des yeux
-Il…il devrait être arrivé…
Se rasseyant et remettant le micro, Jérémie demanda
-Odd, Odd tu m’entends ?
Rien ne sortit. Pas le moindre son. Les autres commençaient déjà à s’inquiéter jusqu’à ce que j’annonce, l’air de rien
-J’ai débranché le son. Il est sûrement en train de hurler parce qu’il veut que tu lui répondes.
Après quelques râleries, le son fut remis et on entendit un hurlement des plus titanesques. Un cri à vous en fissurer le tympan à des kilomètres. Ça disait à peu près « Jérémiiiie, répond à la fiin !!!! ». Le malentendu fut vite clarifié.
Odd eut l’air d’admirer les vaisseaux, parce qu’on pouvait l’entendre s’extasier
-La vache ! C’est du beau programme ! Super bien designés, en plus. J’ai hâte de voir ce qu’ils ont dans le ventre ! Trop bien pensé le système du sas de mer numérique en dessous ! Et le plot d’embarquement ! T’y crois pas, c’est trop classe !
Jérémie saisit la perche
-Justement, mets-toi devant ton navskid, sur le plot, et je vais tenter de te faire embarquer. Préviens moi quand c’est bon.
Une fois les conditions remplies, le petit génie pianota un peu sur son clavier afin d’atteindre le but recherché. Un nouveau cri de joie sembla indiquer qu’Odd était arrivé à bon port. On vérifia que tout était en ordre dans le navskid, puis on matérialisa l’adolescent.
-Demain on va faire un saut dans la mer numérique ! Va falloir trouver d’où vient Wolfy exactement, on a du boulot !

Comme promis, le lendemain après-midi, on s’est rendus à l’usine. Il fallait bien la faire, cette mission d’exploration. Tout aurait pu se passer normalement, d’ailleurs. On a tous pris les cordes pour descendre en bas. Il y avait un peu de queue donc Ulrich a dû s’arrêter le temps qu’on descende tous. Et, à environ quinze mètres de haut, je vis passer une étincelle de trouille. Son vertige qui le saisissait. Mauvais plan. Très mauvais.
Il balbutia
-J’vois double…
On le vit très clairement tendre la main à deux centimètres de la corde. Il voyait double. Et dire qu’on était tous en bas…
Le regard anxieux d’Aelita, celui de Jérémie qui s’efforçait de rester calme, celui d’Odd qui voulait croire à une blague, celui de Yumi qui était assez inquiet…et celui de William qui ne trahissait rien. J’avais presque envie de crier « saute, Ulrich ! » pour qu’on ait la paix. Qu’il en finisse…
Et il tomba.
Ce fut très bref. Un instant il était en haut, et l’instant d’après il était en bas, le crâne méchamment explosé. On voyait des trucs louches dans le sang. Sous le choc, la petite bande piqua un sprint vers lui, mais il n’y avait rien à faire. Désignant un bout de matière non identifiable, je commentai
-On dirait une sorte de cortex.
-Ta gueule.
Répondit William qui était parmi les rares à ne pas être précipités autour du cadavre. Lui, il restait un peu à distance. Peut-être était-ce là que son problème d’intégration se faisait le plus ressentir. Mais il n’avait jamais porté Ulrich dans son cœur. Yumi pleurait à chaudes larmes, tout comme Aelita, et Odd se mordait cruellement la lèvre pour s’empêcher de les imiter. Jérémie, trop choqué, restait debout comme un légume, les bras ballants, la bouche encore ouverte pour dire à son camarade de faire attention au vide.
Personne n’arrivait encore à assimiler la nouvelle. Ulrich, irremplaçable élément du décor, était mort d’une stupide chute. C’était un peu comme si demain, Odd mourait d’une chute en snowboard. Bon sang.
C’était aussi un peu vexant pour moi. Je m’étais acharnée à le tuer pendant des années, et lui, il crevait de son vertige. Quelle honte. Un rebord d’usine et un gros vide avaient fait mieux que moi. Un gros vide, quoi ! c’était pas possible…
Et si Ulrich avait eu la moindre chance de survie, elle était désormais passée. Il était trop tard pour appeler les urgences.
Ce qu’il restait à faire, c’était prévenir un adulte.
Et la morgue, aussi.

-Alors, que s’est-il passé ?
La voix du proviseur, douce et rassurante, s’efforçait d’obtenir des éclaircissements de la bouche de la bande. En vain. On avait rajouté des chaises en plus dans le bureau pour que tout le monde puisse s’asseoir. Les plus choqués, auxquels s’adressait le directeur, avaient le regard perdu dans le vague, un regard mort et vide. Devant le mutisme de ses élèves, il essaya encore un peu, avant de chercher ses réponses chez moi et William. Ce dernier marmonna vaguement quelque chose comme « Il est tombé », ce qui eut l’air d’exaspérer Delmas qui aurait tellement aimé avoir des circonstances plus précises.
Ça allait être à moi de monter un mensonge, car il serait capable de demander ce qu’on faisait à l’usine.
-Ben voilà, en fait, on a repéré récemment une usine, du côté du fleuve. On avait décidé de l’explorer un peu aujourd’hui après les cours, mais quand on est rentrés, Ulrich a eu une crise de vertige et il a raté les cordes qu’on utilisait pour descendre…et il est tombé. Comme ça.
Monsieur Jean-Pierre, ami des pingouins, se gratta le menton l’air soucieux, avant de dire
-Bon. Je présume que ça suffit pour aujourd’hui…regagnez vos chambres. Mlle Ishiyama, vous pouvez rentrer chez vous…voulez-vous que j’appelle vos parents pour qu’ils vous ramènent ?
Tout en parlant, il tendit une main vers le combiné téléphonique. William intervint, à la grande surprise de tous
-C’est pas la peine, je peux la raccompagner.
Le principal eut l’air surpris, mais décida d’être magnanime et de tenir compte de l’état de choc de la bande. Yumi, visiblement tout aussi interloquée, leva un regard interrogateur vers William qui sortit en lui faisant signe de le suivre.
Quand il referma la porte, j’étais sûre de l’avoir entendu dire « Faut qu’on parle ».
Mon esprit d’analyste se mit tranquillement en branle. Il tenait visiblement à profiter de l’occasion que la mort d’Ulrich lui offrait pour toucher un mot ou deux à Yumi sur leur relation. Ok. Pourquoi une occasion ? Parce que Yumi était clairement traumatisée et il aurait plus de chance qu’elle l’écoute et qu’elle oublie qu’elle lui faisait la tête.
Toutefois, que comptait-il lui dire ? S’excuser de son râteau monumental et lui demander si elle voulait toujours sortir avec lui ? La convaincre de tourner la page ? Et allait-elle prêter attention à ce qu’il dirait ?
On aurait probablement la réponse demain matin, à la mi-demi-journée de samedi. Sauf si aucun des deux ne jugeait bon d’en parler. Et ça allait probablement être le cas, vu comment William avait été enthousiaste pour raconter le râteau qu’il avait collé à Yumi.
Au moins, Ulrich n’emmerderait plus, de ce côté-là…
Le proviseur eut pitié du groupe et leur ordonna de regagner leurs chambres. Ils sortirent, titubants comme des zombies, et moi à leur suite, mais avec plus de dignité. Le long du couloir, ils ne pipèrent mot, mais c’est en entrant dans le bâtiment pour monter les escaliers qu’ils croisèrent Sissi.
On ne savait pas ce qu’elle faisait là, mais nul doute possible, elle n’était pas au courant de la nouvelle.
-Bah alors ? Vous avez perdu Ulrich et William, les internes ?
A la mention du nom, la lèvre d’Aelita tremblota dangereusement et elle s’écroula, en pleurs, sur l’épaule de Jérémie qui lui tapota maladroitement le dos. Il avait l’air fin. Odd renifla très bruyamment. Sissi haussa un sourcil, perplexe. Pour toute réponse, je désignai la porte du bureau du proviseur. Lui, il saurait lui apprendre correctement. Elle n’hésita pas et se précipita vers ledit bureau, pressentant qu’il y avait un problème avec Ulrich. Comme elle était dans le vrai…
L’étage des garçons se profila, et Aelita fut contrainte de s’arracher à Jérémie. Elle chialerait bien seule dans son oreiller. Odd et moi-même échangeâmes un regard. Je sentais qu’il aurait énormément de mal à s’endormir, lui qui avait partagé sa chambre avec Ulrich. Comme s’il avait lu dans mes pensées, le nain balbutia
-Ses ronflements vont me manquer…
Puis, comme submergé par l’émotion, il se retourna et partit en courant dans le couloir, sûrement désireux de s’enfermer dans cette chambre qu’il avait partagée avec Ulrich, de pleurer un bon coup, et d’espérer que ce ne soit qu’un mauvais rêve, afin de pouvoir se réveiller et le trouver là, à côté de lui. Ils l’espéraient tous.

Une fois dans ma chambre, allongée sur mon lit, je fixais le plafond. Il faisait noir tout autour de moi, mais ce n’était pas un problème. Le noir n’effrayait que les humains. Si j’y prêtais un peu attention, je pouvais ressentir Xanadu au fond de moi. Il ne s’était plus manifesté depuis notre coma trois jours avant. Peut-être qu’il se sentait un peu trop faible. Et ça pouvait se comprendre, il avait déployé énormément d’efforts.
En tout cas, la mort d’Ulrich allait nous poser des problèmes. En dehors du manque d’un combattant, on allait avoir un suivi psychologique sur le dos, et ça, ça risquait d’être très problématique. Le psy allait chercher à nous suivre le plus possible, et tous se retrouver au moment des plongées serait plus dur que d’habitude.
Enfin, y avait-il encore un psy au collège ? Depuis le temps…

Cour de récréation, samedi matin.
Banc du club-des-cinq-à-présent-sept-mais-plus-récemment-six. Ou, plus clairement, le banc attitré de notre petit groupe. L’arrivée des trois secondes, dont moi, se passa en silence, et même si Odd cherchait à tout prix un petit ragot à se mettre en tête pour tenter de chasser, vainement, le souvenir de la mort de son meilleur ami, il restait encore un peu amorphe. Aelita et Jérémie, eux, étaient réduits au stade de simple courgette. Ils étaient là, assis sur le banc, mollement appuyé l’un sur l’autre, le regard perdu dans le vague, et l’air d’avoir taggué sur leur front « Absents, revenez dans trois ans ! »
Pendant tout le cours, les profs, prudents, avaient évité d’interroger William et Yumi, jugeant préférable de les laisser dans leur coin. Là, le groupe bien amoché par cette aventure se reformait lentement. Sûrement, à prouver…
La question était, Odd saurait-il se passer de cet interrogatoire ?
Pour l’instant, du silence.
Bon. Notre blondinet n’avait même plus le cœur à ça…ça en devenait grave.
-Bon, donnez-moi une bonne nouvelle et dites-moi que vous sortez ensemble, vous deux…
Soupira enfin le faux chat, excédé de tout ce silence qui pesait autour de lui, sur lui, sur les autres. Se sentant à juste titre visés, William et Yumi eurent d’abord un clignement d’yeux façon imbécile, puis ils échangèrent un très bref regard avant qu’elle se décide enfin à lancer
-Non, on sort pas ensemble.
Odd, trouvant enfin une discussion sur laquelle se focaliser, bondit de son banc
-T’y crois pas ?! Et comment ça se fait ?! Hé, ho, vous aviez genre tout à disposition, là, merde ! La perte d’un ami commun et cher (à ces mots, William fit mine de tousser, s’attirant des regards noirs de tout le monde), vous vous aimez tous les deux et vous vous l’êtes déjà dit, alors zut, qu’est-ce qui vous retient ? J’pensais pas dire ça un jour mais là, on dirait la vieille époque avec U…
Dès que la première lettre franchit ses lèvres, il s’étrangla, déglutit, essuya rageusement un début de pleurs avant de reprendre
-En plus, vous voyez bien que ça va pas du tout en ce moment, alors essayez un peu d’être heureux ! Non mais franchement !
Ajouta-t-il à la fin pour appuyer ses dires. William avait croisé les bras en attendant patiemment qu’il finisse son laïus. Quand ce fut chose faite, il les décroisa et regarda son ami un peu spécial
-C’est pas si simple que ça, Odd…
Je coupai pour éviter une éventuelle suite
-Si, c’est très simple. Toi tu crèves d’envie de sortir avec Yumi, et, depuis une date récente, c’est réciproque. Le truc, c’est que vous vous êtes administré tant de râteaux mutuels qu’à force, vous avez plus confiance l’un en l’autre. Vous savez parfaitement qu’il, ou elle, peut vous laisser tomber à tout moment. Le truc, c’est que ça marche plus précisément chez William, vu que Yumi l’a bien martyrisé par le passé, et du coup, il préfèrerait avoir une relation calme avec, peut-être, quelqu’un de nouveau, parce qu’il a pas envie de voir votre hypothétique couple s’écrouler misérablement. Je me trompe ?
A ma grande surprise, ce ne fut pas William qui répondit, mais bien la jeune fille
-Nan.
Odd enchaîna
-Mhh, donc c’est ça qu’il t’a expliqué hier soir ?
Un peu gênée de voir l’œil inquisiteur d’Odd s’approcher ainsi de la soirée, Yumi marmonna
-Ben euh ouais…fin pas exactement comme ça, mais ouais…
Le nain haussa un sourcil, puis, tout d’un coup, se rassit sur le banc l’air maussade, comme si la conversation n’avait jamais eu lieu.
-Ben voilà, j’vais la faire ma crise d’angoisse… on va aller à l’enterrement d’Ulrich, et on va tous déprimer, et puis ensuite…j’en sais rien mais ça s’annonce mal.
Mh. Lui, il aurait bien besoin d’un psy, s’il en en restait…

Contrairement à ce que je pensais, oui, il restait un psy au collège.
On était déjà un certain nombre à y être passés, et aujourd’hui, ce malheureux psy risquait fort de démissionner.
-Pourquoi la mort de votre camarade ne semble-t-elle pas vous affecter plus que ça ? Est-ce que vous cachez votre douleur derrière une carapace ?
Théorie du psy.
D’un autre côté, je ne pouvais pas lui reprocher ça, il cherchait une explication. Son problème, c’était qu’il ne pouvait pas espérer la trouver. Il lui manquait des éléments et en plus, il me semblait pas très fort.
-Et vous, doc, pourquoi vous avez si peur des souris ? Vous pourriez en parler un peu plus, non, essayer de vous confier à un de vos collègues…surtout, admettons qu’il y en ait une qui rentre dans la pièce à cet instant précis, vous perdriez toute votre confiance en vous…à la limite, vous monteriez sur une table en tremblant de peur. Tout ça sous mon nez. A partir de là, je serais en mesure de divulguer des photos compromettantes dans la presse locale et vous seriez ridiculisé par tous vos patients autant que par moi. A terme, votre phobie grandirait et face à la honte, vous iriez démissionner, mais il suffit qu’un seul élève change d’établissement pour arriver dans le même que le vôtre pour que la rumeur revienne, et ainsi de suite. A force de voir votre CV bourrés de démissions, les proviseurs finiraient par ne plus vous accepter, et vous pourriez même finir chez un autre psy. Tout ça à cause d’un élève un peu trop malin. Alors, doc’, vous tenez vraiment à m’ennuyer plus longtemps ?
Il s’essuya le front, un peu embarrassé que je sois au courant de son talon d’Achille. Toutefois, il tenta, courageusement, de ne pas perdre la face. C’était un beau geste, mais probablement que ça ne durerait pas. Maximum en deux séances il perdrait la face.
-Nous ne sommes pas ici pour parler de moi, mais de la mort d’Ulrich Stern…veuillez rester dans le sujet.
Mettant nonchalamment les pieds sur le bureau, histoire de bien marquer qui était la patronne ici, je répliquai
-Nous sommes parfaitement dans le sujet, j’ai le droit de vouloir juger des compétences de mon psy, non ? Une mauvaise analyse de mes troubles pourrait être néfaste…après tout, tester son psy, quoi de plus normal ? Mieux vaut s’assurer qu’il ne fasse pas n’importe quoi…
Il eut l’air perplexe
-Mon diplôme et mon poste ici ne vous suffisent donc pas pour apprécier mes aptitudes ?
-Pas vraiment, non.
Admis-je, sans ôter mes pieds de la table. Tout ceci n’était qu’un jeu. Un simple jeu qui consistait à savoir qui déstabiliserait l’autre en premier. En général, j’aimais bien gagner à ce style de jeu-là.
-Et pourquoi ça ? Un manque de confiance en l’administration, peut-être ? Faites-vous confiance aux autres, mademoiselle ?
Bon sang, il essayait de me trouver un problème de confiance. La manœuvre était assez grossière. J’hésitai à lui tendre un sale piège ou à lui coller un autre vent.
A cet instant précis, la cloche de la fin de la pause du midi sonna, le contraignant à laisser tomber.
Et l’après-midi, notre bande avait été libérée de cours. Direction le cimetière où on allait ensevelir dignement Ulrich. Sans aller jusqu’aux costumes de cérémonie, la bande s’habillerait quand même en noir. Pour Aelita et Odd, ça me semblait dur à imaginer, mais bon….tout était possible.
La preuve.

Spoiler

_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 01 Aoû 2017 15:10; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
kender MessagePosté le: Sam 20 Avr 2013 14:42   Sujet du message: Répondre en citant  
[Magazine]


Inscrit le: 18 Fév 2013
Messages: 710
Localisation: Paris
Ikorih aime tellement Ulrich qu'elle a décidé de lui offrir une mort si inattendue qu'on ne l'oubliera pas de sitôt.

Bon chapitre, comme d'habitude. Je suis sûre que tuer Ulrich t'as rendue très malheureuse. Ton personnage préférée qu'on ne reverra plus. Quelle tristesse ! Crying or Very sad


Sinon, j'ai bien aimé le passage avec les frites, mais le coup du cortex, ça m'a pas fait vraiment rire. Je trouve que c'est une remarque inutile de la part se XANA. Et Odd qui essaie de mettre William et Yumi ensemble alors que son compagnon de chambre est mort, ben ça passe pas vraiment. Je ne pense pas qu'il ferait un truc pareil dans de telles circonstances. C'est un peu un manque de respect de sa part.
J'ai bien aimé aussi la scène avec le psy. C'était pas mal. Je crois qu'on a le même point de vue sur ces gens qui tentent de régler les problèmes des autres alors qu'ils en ont davantage qu'eux la plupart du temps. Mr. Green
Et les navskids sont pas mal aussi.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/716747kender.png
Merci à la talentueuse Lénaelle pour ce pack criminel

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Sam 20 Avr 2013 14:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
Je m'attendais pas à une mort aussi stupide, je dois l'avouer Mr. Green.
Tellement stupide qu'elle en devient légèrement incohérente (ulrich a déjà sauté des dizaines de fois sans problèmes).
J'avais plus tablé sur un incident dans le monde virtuel (genre un bug pendant qu'Odd va vérifier le nouveau garage)

Aussi je suis étonné que les LG s'en remettent assez bien (j'aurai plutôt vu odd, yumi et aelita totalement effondré). On a vu que lors de situation de perte, dans presque toute les fics (et voir l'animé), qu'Odd se refermait complètement sur lui même et que Yumi pétait les plombs.

La scène du psy m'a fait vachement rire

J'attends la suite avec impatience, va tu être encore sadique et faire subir un un LG un sort pire que la mort (genre souffrance intolérable)

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Sam 20 Avr 2013 14:58   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1052
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Mon avis :

Ikorih a écrit:
Maintenant je veux savoir : Qui a ri aux réflexions de Xana à son sujet?


Etant un grand fan du sadisme de Xana, j'ai adoré ces réflexions. *Rire maléfique*.

Ikorih a écrit:
-On dirait une sorte de cortex.


Tu as un peu copié ce troll sur la fic d'Icer non ? Ou ça faisait longtemps que tu cherchais à le placer Wink ?

Ikorih a écrit:
C’était un peu comme si demain, Odd mourait d’une chute en snowboard.


Deuxième référence à ton one shot de Noel. Je me trompe ?

Ikorih a écrit:
Ok, j'avoue que pour celui d'Ulrich, je me suis lâchée Mr. Green....Bon, okk, je sais que le nom d'Ulrich va vous tirer des larmes à vous aussi.


Pour le idiot sur le navskid, c'était justifié vu le comportement d'Ulrich dans ta fic. Je dois dire que sa mort était vraiment .... innatendue. Surtout venant de toi Mr. Green. Ne t'inquiète pas, la mort d'Ulrich ne m'a pas tiré les larmes aux yeux Twisted Evil . Par contre, ç'aurait été celle de Xana, je serais devenue une vraie madeleine.


En résumé, j'ai adoré ce chapitre. Il était tellement sérieux et à la fois tellement absurde dans un sens (la mort d'Ulrich) que je l'ai trouvé génial. Xana est toujours aussi magique dans ses commentaires et réflexions.

Je te souhaite de continuer comme ça et vivement l'enterrement c'est à dire la suite.
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.


Dernière édition par Zéphyr le Sam 20 Avr 2013 15:26; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
magnifik68 MessagePosté le: Sam 20 Avr 2013 15:16   Sujet du message: Répondre en citant  
[Mégatank]


Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 819
Localisation: Dans un lieu magnifik !
Bonjour Iko.

Je savais que tu voulais faire mourir Ulrich d'une manière ridicule mais pas aussi tôt.
Je comprend pourquoi ce chapitre est ton préféré et persos j'ai rit. Oh je suis sadique, pit'être.
La reflexion de xana ma fait rire. Il était en haut, puis d'un coup il était en bas et aprés : - On dirait une sorte de cortex. Non mais j'ai explosé de rire.

Mais par contre, un truc qui me chifone, comment a-t-il pu mourir d'une chute de même pas 15 mètre ? M'enfin, il est un peu tombé sur la tête. :3 Pauvre Ulrich, tu l'a masacré mais maintenant tu pouras plus le ridiculiser............SI ??????

Tu lui a même pas laissé l'occcasion d'utiliser son navskid, comme c'est machiavélique. Tu as fais subir le même sort à Ulrich qu'a tout ces pauvres lapin mdr.

Bref, j'ai rit sur le coup pour la mort trés moche d'Ulrich Stern et puis j'ai eu l'impression que les persos s'en foutait un peu. Enfin c'est qu'une impression. J'ai aimé aussi comment xana se fout de la geulle du psy. Bon bref, Ulrich est mort. Pas trop difficille Iko. ? (question idiote haha ! xD )

Maintenant que c'est fait, dans quelque chapitres William et Yumi vont péchos. On va voir comment tu vas l'interpréter.

_________________
http://imageshack.us/a/img803/5568/signaturemagnifik68.png

http://img11.hostingpics.net/pics/332610QoljZzb.png

http://imageshack.us/a/img10/1027/du6g.png http://imageshack.us/a/img547/5513/caw8.png
Laura et Odd, des persos magnifiks !

[Signature modérée : Mettre une carpe qui récompense un texte sur un profil est un non-sens...]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Raymentase MessagePosté le: Sam 20 Avr 2013 15:35   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Raymentase)


Inscrit le: 13 Mar 2013
Messages: 309
Localisation: Rennes
Bon : la mort d'Ulrich ça me dérange pas du tout.

Mais la réactions des LG si.

Aelita : Okay mais je pense que perdre une 2eme personne à cause de lyoko (ils étaient en route pour y aller, nan ?) ça va lui rappeler son père.

Jérémie : Okay. Là je suis d'accord. Mais sachant qu'il va devoir se concentrer sur ces programmes et tout, il faut pas rater le "je suis triste mais j'ai autre chose à faire"

Odd :Là, c'est bizarre. Je sais qu'il est commère mais comme l'a dit kender il penserait pas au couple de William et Yumi (=l'ex-futur-copine du mort) tout de suite. Je suis même pas sûr qu'il arriverait à dormir dans sa chambre.

Yumi : Larmoyante okay, mais elle a parlé avec William d'eux ?! Elle doit être sûrement trop choqué pour ça. Je dit pas qu'elle doit devenir un légume mais être en colère contre la vie ou lyoko. Vidé un peu de sa tristesse sur Jérémie/Aelita/XANA en leur geulant dessus et aggraver la situation du groupe.

William : Là, je dis non. Il détestait pas Ulrich quand même ! Il l'aimait pas, il l'enviait, il le craignait si tu veux, mais il se foutait pas de lui. Il serait pas rester comme ça à regarder le pauvre Ulrich mort sans rien faire. Il se serait approcher plutôt, pour soutenir Yumi et les autres et parce que ça le choque aussi.
Depuis le début de ta fic, les petits OOC de William passaient parce qu'ils étaient petit et/ou bien gérés/nécessaires. Mais là, je le trouve inutile et quand bien même il serait utile c'est tellement peu ressemblant à William que ça passe pas.

Le Psy : Je suis pas sûr qu'il aurait argumenter avec XANA comme ça. Mais le coup d'essayer de trouver le problème sans rien, là c'est bien fait.

Delmas est un p***** d'inconscient. Yumi est en état de choque et il la laisse partir avec un ami. Et je suis sûr que Delmas penserait que William cache sa douleur.



Bon sinon le cortex j'ai pas trouvé ça drôle mais contrairement à kender je sais même pas pourquoi.
Edit e me 6 mois après : Nan, en fait c'est juste super. Place cette nulité de CLE là et de cette manière j'adore ! Je suis pliée en le lisant... Qu'est-ce que j'étais stone avant


J'avoue que j,ai bien aimé ce chapitre quand même, mais les écart de caractères font que ce chapitre est pour l'instant celui que j'ai le moins apprécié
_________________

http://img11.hostingpics.net/pics/929402SignRaymentase.png
Merci pour ce beau pack Abby !

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba12.png


Dernière édition par Raymentase le Mer 30 Oct 2013 23:47; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 20 Avr 2013 19:30   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Alors, visiblement y en a qui protestent sur ma façon de voir les réactions des autres :/ ben c'est clair qu'on verra mieux à l'enterrement. N'oublions pas qu'Ulrich avait clairement fichu la bouse précédemment, même s'il a voulu se racheter, William ne lui avait pas pardonné ses réflexions sur sa période xanatifiée donc moi perso je vois pas vraiment William pleurer pour la mort d'Ulrich. Quant à "Ouais mais Odd il recase pas Yumi direct c'était la copine d'Ulrich", ben déjà ils étaient en termes plutôt moyens, Ulrich et Yumi, donc Odd avait bien vu qu'elle s'intéressait plus à William ces temps-ci. Concernant "Il est trop traumatisé", j'ai pris exemple sur la fic d'Icer où Odd, après avoir encaissé la perte de la fille qu'il aime, tente de recaser Ulrich et Yumi en gueulant sur le premier.
D'ailleurs, Yumi, ça semble vous avoir dérangé la discussion qu'elle a avec William. Faut se rappeler que c'est William qui a tenu à mettre les choses au clair directement. Je pense qu'elle a pas dû trop ouvrir le bec dans cette conversation.
Wala, j'ai répondu à tout? Ah, non, il reste "Mais il a déjà sauté plein de fois!"
Oui, ben Ulrich a le vertige, et là il a fait une crise un peu sévère qui sera fatale Razz On voit bien dans la Genèse qu'il a le vertige en haut de l'usine Smile

Le psy, contente qu'il vous ait plu, parce que je pense qu'on le reverra pas, je l'ai passé à la trappe, le suivi psychologique ^^"

Mais ce chapitre m'a aidée à voir plus clair dans vos natures...magnifik et Zéphyr, vous êtes de gros sadiques qui aimez l'humour noir, c'est bien, vous irez loin o/ un jour, vous serez peut-être d'aussi grands auteurs que mwa (a)

Mon point de vue sur les psy? Bah, y a de très bons psy hein Surprised mais j'aime pas celui de Kadic.

En tout cas, merci à tous pour vos témoignages d'affection, cette perte m'a tellement affectée que j'en riais encore dans mon sommeil...Merci à vous Smile
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Mer 24 Avr 2013 20:25   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2205
Localisation: Territoire banquise
Zéphyr a écrit:
Tu as un peu copié ce troll sur la fic d'Icer non ? Ou ça faisait longtemps que tu cherchais à le placer Wink ?


Hum, c'est ma disciple, on peut comprendre qu'elle m'admire et cherche à faire comme moi... Mr. Green
Mais plus sérieusement, on est très proches dans l’élaboration de nos fictions respectives donc y a un paquet de références à l'une ou à l'autre. Je pense que tu auras du mal à les trouver toutes. C'est particulièrement valable dans la mienne où j'essaye en plus d'en faire à d'autres textes d'ici que j'ai bien aimé, mélangeant tout, créant la confusion... bref, bon courage Razz

À part ça il est clair qu'Ikorih a fait très fort sur ce chapitre 22 et d'ailleurs, je trouve la mort d'Ulrich très bien amenée http://www.randonner-leger.org/forum/uploads/2_smiley-pouce.gif

Bref, continue comme ça, choupinette.

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttps://i.imgur.com/X3qVFnj.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »

https://i.imgur.com/C4V4qOM.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 27 Avr 2013 17:11   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
Spoiler


Chapitre 23 : A l'enterrement de Derrick


La pelouse verte semblait plus sombre, déjà, et ce n’était pas dû qu’à la vague ombre projetée par les multiples invités. Il pleuvait à verses, et c’est sous une bâche noire que le cercueil en bois d’ébène massif d’Ulrich traversa la distance du corbillard vers la tombe. Son père étant un homme influent, beaucoup de monde était venu, que ce soit par sympathie, par ambition ou par convocation. On retrouvait quelques élèves du lycée, tels que Sissi qui pleurait à chaudes larmes, un ridicule petit mouchoir en dentelle à la main. La plupart des personnes présentes avaient un parapluie. Tout le monde se tenait respectueux, silencieux, un peu compressé dans ses habits de deuil et raide comme un piquet. On était gêné, on ne savait pas où se mettre par rapport au chagrin des autres qui l’avaient bien connus.
La pluie en avantageait certains, ceux qui n’aimaient pas montrer qu’ils pleuraient. S’ils camouflaient leurs sanglots et ne rougissaient pas trop sur les yeux, ils pouvaient faire passer les larmes pour des gouttes de pluie.
Nous aussi, nous étions tous présents. Ici, Jérémie, tentant d’être digne et courageux comme l’était Ulrich dans ses moments de bravoure, vêtu d’un costume noir dont on se demandait d’où il pouvait bien venir, la gorge un peu serrée par une cravate rouge très conformiste, ses cheveux blonds encore mieux arrangés que d’habitude et ses lunettes légèrement embuées. Il tenait à la main un parapluie noir sous lequel il abritait également Aelita, en robe mi-longue noire, qui tremblait un peu de froid.
On avait aussi Odd, qui avait renoncé à son épi titanesque pour son carré ridicule qui convenait peut-être mieux. La mèche violette était un peu dissimulée, on sentait un effort, mais vain. Faute de mieux, il s’était vêtu d’un pantalon gris et d’un pull violet foncé, parce que c’était les habits les plus sombres qu’il possédait. Et l’imaginer en costume, une idée aberrante. Son parapluie était violet aussi, et faisait presque tâche au milieu de tout ce noir, ce qui le mettait mal à l’aise. Yumi s’était discrètement planquée en dessous, préférant pleurer sur l’épaule d’un bon ami, et il ne restait qu’Odd qui soit capable de remplir ce rôle : Jérémie et Aelita se réconfortaient déjà mutuellement, elle se refusait à aller pleurer chez William, et moi, c’était même pas la peine d’y penser.
Après, il restait les deux irréductibles. Celui, les mains dans les poches, qui n’avait pas peur de se faire tremper avec son blouson sans manches noir, ses mèches de la même couleur collées sur son front, ses tempes et sa nuque. Il était un peu à l’écart de la masse, comme moi, et on observait la fosse où de la boue coulait lentement sur le cercueil à présent débâché, pendant que le curé débitait sa prière au rythme monotone des gouttes de pluie sans marquer la moindre pause et sans hausser le ton préférant sans doute faire semblant de la savoir.
Mr et Mme Stern, au bord du gouffre (au sens propre, oui, quoique ce ne soit qu’une fosse, mais au figuré ?) dans leurs habits impeccables, restaient dignes face au chagrin. Les deux retenaient bien leurs larmes, ne se répandaient pas en regrets sur leur éducation trop si, trop ça, ce que faisaient pourtant la majorité des parents à la mort de leur progéniture. Leur seul regret devait être de ne pas avoir pu lui témoigner plus d’affection, mais ils se gardaient bien de le formuler à voix haute.
Une petite vieille se moucha dans un bruit digne d’un rhinocéros en rut, alors que le prêtre attaquait la partie de l’hommage personnel à Ulrich, quel formidable ami il avait été pour beaucoup, fils exemplaire, toujours souriant (je notai un ricanement très étouffé provenant de William à la partie sur l’amitié et sur la bonne humeur d’Ulrich)…
Il dévisagea l’assemblée, cherchant à voir si quelqu’un voulait ajouter quelque chose. Les secondes passèrent sans que personne se manifeste, alors il fit un discret signe aux fossoyeurs qui commencèrent à ensevelir la boîte de bois. Avec un bruit mat, les pelletées s’écrasaient sur le coffre, comme cherchant à l’écraser, à le tasser sous terre pour l’empêcher qu’il remonte. La foule se dispersa lentement, avec des sonorités humides telles les larmes ou plus simplement les chaussures dans la boue.
La petite bande se rassembla un peu plus à l’écart. Je devais bien être la seule fille à ne pas pleurer sur quelqu’un.
-Alors, c’est quoi le plan maintenant ?
William croisa les bras, attendant que ses camarades se réveillent un bon coup. En vain. A croire que ça allait être une conversation à deux.
-Simple, il a pas changé. On prend les navskids tout neufs et on cherche le monde virtuel de Wolfy, on le trouve, on y rentre comme des sauvages, on trouve le moyen de se translater à la base militaire qui le dirige, on casse tout et on rentre. Des questions ?
Odd se gratta la tête comme il pouvait en faisant attention à la japonaise toujours avachie sur son épaule, puis demanda
-Ouais : et si y a des monstres, on fait comment ?
-Odd, tu me déçois. On les démolit, bien sûr…
Soupirai-je, m’attendant à plus de spiritualité de la part de mes coéquipiers forcés. Le plus gros problème serait sûrement d’arriver à les traîner sur le champ de bataille dès ce soir. Je décidai de tâter le terrain
-Qui serait prêt à commencer ce soir ? On a aussi la journée de demain, si on est efficaces, on peut trouver le monde de Wolfy pendant le week-end et tenter d’y pénétrer !
J’attendis de voir les mains se lever. William n’hésita pas. Je balayai les autres du regard, m’arrêtant un instant de plus sur Odd qui semblait prêt à craquer. Il leva aussi la main. Restaient Yumi, Aelita et Jérémie. La gamine de Franz Hopper se détacha un peu de son petit ami et imita les garçons, retrouvant son air déterminé de quand elle prenait la tête des opérations. Jérémie, notant ce changement, déclara
-Y aura bien besoin de quelqu’un en régie, hein ? Je suis d’accord.
Tous, peut-être, avaient le désir de se changer les idées. L’équipe était presque au complet. Seule restait Yumi. Comprenant qu’on attendait une réponse de sa part, elle décolla sa tête de l’épaule d’Odd, mais n’eut pas la force de prononcer un mot. Elle fit un simple geste. Un refus. Elle ne se sentait pas capable de venir avec nous. Probablement qu’elle passerait sa soirée à pleurer sur son lit.
Et bien, qu’elle fasse. Nous, nous allions devoir combattre Wolfy.
C’est sur cette pensée que nous nous séparâmes. Pour peu de temps, certes…

Comme d’habitude, le pont de l’usine était notre point de rendez-vous. Et comme d’habitude, j’étais la première arrivée. Mon ordinateur portable sous le bras, je m’étais assise à l’intérieur de l’usine, pour éviter une éventuelle averse. Pour passer le temps, je fouillai un peu dans mes vieux fichiers et tombai sur un projet théoriquement fini, mais qui, je m’en apercevais maintenant, pouvait être élargi et amélioré…c’est donc là-dessus que je commençai à travailler. D’ici à ce qu’ils arrivent, j’aurais bien le temps de bricoler quelque peu.
Tout en codant, je faisais le point sur la situation mentale du groupe. Il était clair que la mort d’Ulrich n’était pas ressentie pareil partout. On pouvait considérer ça comme un séisme : plus on était proche de l’épicentre (ici, d’Ulrich) et plus on allait subir de dégâts.
Prenons du plus affecté au moins affecté.
Yumi, donc. L’impact psychologique avait été tel qu’elle n’avait plus le cœur à venir se battre. Bon, d’un autre côté, elle n’était pas la plus enthousiaste concernant le monde virtuel. Cet impact prouvait une chose : elle était toujours amoureuse d’Ulrich. Qu’elle soit amoureuse de William en même temps ou pas, ça, mystère, mais elle était encore amoureuse d’Ulrich. Si on prenait en compte ses paramètres psychologiques, bien qu’elle soit moins apte à résister aux chocs compte tenu de son attachement au groupe, si Ulrich n’avait été qu’un ami, elle aurait été moins dévastée.
Ensuite, je ne savais pas vraiment. Odd ou Aelita, sûrement. Ils ne le manifestaient pas de la même façon, mais ils devaient être affectés au même niveau, à peu près.
Odd ne riait plus aussi facilement qu’avant, et avait perdu de son enthousiasme, ce qui n’arrivait quasiment jamais. Ce tempérament inébranlable était effectivement…ébranlé. Ça fournissait une assez bonne preuve.
Ensuite, la réaction d’Aelita était beaucoup plus puissante, oui, mais elle était beaucoup plus sensible, aussi. Son caractère timide et sa tendance à s’attacher profondément à beaucoup de gens faussait ici la mesure et donnait l’impression qu’elle était plus triste qu’Odd, ce qui ne devait pas être le cas, normalement.
Jérémie, après. Il s’attachait moins facilement, et arrivait bien à gérer les pertes en se réfugiant dans sa bulle, il pensait à la suite et c’était ce qui faisait qu’il était moins affecté. Il aimait beaucoup Ulrich, bien sûr, mais il savait gérer cette disparition. A côté de Yumi, il avait l’air totalement sans âme, mais c’était une bonne chose. Il fallait qu’il reste des gens capables de tenir le choc d’un décès dans la bande. Ils savaient tous que ça risquait d’arriver, mais pas de cette façon-là.
Et enfin, William. Lui, il s’était disputé avec Ulrich pendant des siècles et en plus, il avait une personnalité assez forte qui lui servait de bouclier bien efficace. Ce qui expliquait qu’il ait même réussi à manquer de rire à l’enterrement…
Quelques gouttes de pluie commençaient à tomber quand le premier arriva. Instinctivement, je savais que c’était lui. Et je ne tenais pas à bosser sous son nez, même s’il n’y connaissait rien. Donc je refermai l’ordi après sauvegarde et extinction, avant de me lever. J’avais de toute façon besoin de me dégourdir les jambes.
Il marqua un arrêt en me voyant et nous avons passé de longues secondes à nous dévisager. Mine de rien, on était pas souvent seuls tous les deux, la bande était toujours là. Ça nous permettait d’éviter de se concentrer l’un sur l’autre.
-Alors tu es là.
-Je suis là. Toujours en avance aux rendez-vous.
Répondis-je sans le lâcher du regard.
-Visiblement, c’est pas le cas de tout le monde.
Commenta William après avoir rapidement regardé autour de lui. Curieusement, l’atmosphère se détendit dès que nous cessâmes de nous fixer. Toutefois, il restait comme un courant électrique. C’était à se demander si un jour nous réussirions à avoir des rapports calmes. Amicaux, n’en parlons même pas, mais calmes ?
Par contre, tant qu’à faire, je pouvais essayer d’élargir mon dossier comportemental du groupe…
-J’aurais une question.
-Mh ?
Grogna-t-il, comme s’il sentait déjà que ladite question allait lui déplaire.
-Comment tu arrives à rester aussi distant avec Yumi ? C’est le fait de l’avoir envoyée bouler qui te facilite la tâche ?
William se tendit brusquement, à croire qu’il avait soudain l’envie pressante de m’en coller une, tout en sachant que j’avais les moyens de riposter.
-En quoi ça te regarde ?
Je fis mine de réfléchir deux secondes avant de répondre
-Mh…en rien ? Mais j’en ai besoin pour évaluer un peu la situation à l’intérieur du groupe. Histoire d’avoir toutes les cartes en main.
Il haussa un sourcil
-Et donc, en gros, tu me demandes des infos sur des trucs qui te regardent pas pour pouvoir anticiper nos réactions ? Et tu penses que je vais te les donner comme ça ?
A mon tour de hausser quelque chose…mh, les épaules.
-Ouais, il fut un temps où t’étais tellement coopératif, je me suis dit que ça pouvait pas s’être perdu…alors, tu me la donnes, cette réponse ?
La tentation de me frapper devait devenir encore plus grande. Mais il se contint miraculeusement, afficha un sourire narquois et répliqua
-Rien que pour cette référence de mauvais goût, je ne te dirais rien.
Belle performance, voilà qu’il réussissait à me faire enrager en silence. Mais je ne devais surtout pas lui montrer sinon il allait considérer, à juste titre, cet échange comme une victoire.
Et c’est ainsi que cette discussion se termina, dans l’attente du trio improbable, ledit trio étant Odd, Jérémie et Aelita. Et ledit dit trio ne tarda pas à arriver, heureusement d’ailleurs, mieux valait prendre toutes les précautions possibles pour éviter que William et moi on ne s’entretue. Jérémie demanda d’un ton faussement guilleret
-Alors, tout le monde est prêt pour rendre visite à Wolfy ?
Avec des réponses plus ou moins enthousiaste, le groupe se dirigea vers les cordes. Les plus sensibles marquèrent un arrêt devant, se rappelant la dernière fois qu’ils étaient passés par là, mais il fallut bien les forcer à sauter. Aelita n’avait probablement jamais autant désiré avoir ses ailes sur terre de sa vie, et Jérémie se promit d’inventer un pack dorsal propulseur.

-Transfert Odd, transfert Aelita, transfert William. Scanner Odd, scanner Aelita, scanner William. Virtualisation.
Enonça Jérémie, comme le voulait la tradition, au fil des étapes d’envoi de ses amis sur le monde virtuel. Le trio atterrit sur le sol du Réplika indemne, et William marqua un sifflement d’admiration en découvrant les nouveaux navskids. Odd lui lança un « ça claque, hein ? » avant de s’approcher de son plot d’embarquement. Grâce aux trois visuels, on pouvait suivre l’action (enfin, si on pouvait actuellement parler d’action) au mieux. Chacun se positionna sur son plot et Jérémie, après quelques pianotements, réussit son embarquement.
-Ok alors tout le monde va bien, là-dedans ?
Questionna-t-il, soucieux du bien-être de ses passagers. Après avoir reçu trois avis positifs des Lyokoguerriers qui s’adaptaient à leur nouvel environnement, Jérémie vérifia que les grappins qui amarraient les appareils au mur étaient fonctionnels, ainsi que toutes les autres fonctions, avant de déclarer
-Attention, je vais prendre le contrôle de vos navskids à partir du Supercalculateur pour diriger la manœuvre de mise à l’eau. Ça risque de secouer un peu !
Lentement, il commença à dérouler les câbles des six grappins fichés dans la paroi pour immerger lentement les chasseurs dans la mer numérique, avant de demander
-Tout va bien ? Pas de message d’alerte ?
Il attendit d’avoir trois avis négatifs pour achever la mise à flot des bâtiments, avant de décrocher les grappins qui vinrent se réenrouler d’eux-même dans le ventre des vaisseaux.
-Waouw, la classe, Einstein.
Commenta William en observant à travers son pare-brise la sombre mer numérique. Jérémie exigea un nouveau check des fonctions des appareils avant de demander un essai des grappins les uns sur les autres
-Mieux vaut que vous sachiez viser, hum ?
Après une très brève explication des commandes, le petit génie lâcha ses testeurs dans le petit espace de mer numérique disponible, après avoir ajouté que à l’emplacement de chaque grappin, il y avait un petit anneau destiné à servir de prise aux grappins des autres. William fut le premier à se lancer et à accrocher sans pitié Odd à l’arrière de son appareil
-Mh, je confirme que ça marche chez moi.
Dit-il après s’être retourné pour adresser une grimace moqueuse à sa prise qui lui retourna un geste grossier de la main
-Bon, lâche mon navskid maintenant !
Râla Odd, mais son camarade de l’entendit pas de cette oreille, il donna un peu de mou à l’attache virtuelle et fit démarrer les réacteurs, traînant l’appareil d’Odd derrière lui sur quelques mètres avant de daigner le lâcher, se faisant agoniser d’injures par le pilote offensé qui riposta immédiatement et sans pitié en lui faisant subir le même traitement, jusqu’à ce qu’Aelita les saisisse tous les deux
-Bon, stop maintenant ! On constate que vos grappins marchent bien, et vos réacteurs aussi…alors on arrête de jouer, merci !
Avec un petit soupir déçu, ils obtempérèrent. Au moins, ils se sortaient le décès d’Ulrich de la tête... Jérémie ordonna avec des airs de commandant de la marine
-En formation flèche ! Mieux vaut éviter de perdre quelqu’un !
-Bien reçu Jérémie !
Sourit Aelita avant d’attraper l’avant des deux appareils de ses camarades par ses grappins arrière sans leur laisser le temps de râler. Et il ouvrit le sas de sortie vers le réseau, laissant les trois vaisseaux sortir timidement du Réplika. Dans notre infinie prévoyance, nous avions équipé les bâtiments de phares, parce que c’était tout de même utile, dans ces profondeurs numériques.
Jérémie activa un scan à énergie, pour repérer les zones chargées en énergie, et donc celles où Wolfy pourrait avoir son monde virtuel, servant de point de concentration de la puissance avant de la récupérer dans le Supercalculateur, selon nos théories.
Si Aelita et Odd se concentraient davantage sur l’itinéraire, William, en étant à sa première plongée consciente dans le réseau, observait attentivement son nouvel environnement. En toute honnêteté, le réseau avait son charme, un endroit chargé de mystères, et, avec ses banques de données et ses tubes transparents, il passait presque pour une ville engloutie. Une sorte de ville futuriste devenue ville fantôme, en suspension dans les masses de données qui allaient et venaient. Oui, cette aura de mystère et de silence qui planait, presque une aura de mort, donnait au réseau une dimension inquiétante, l’impression aussi qu’on ne saurait jamais tout ce qui s’y tramait.
Mais aussi, le réseau était calme. Presque trop, mais il était calme. La seule chose qu’on pouvait entendre, c’était le doux bruit des réacteurs, et l’eau. On était coupé du monde, noyé.
Aelita, devant son moniteur tactile, signala soudain qu’il y avait un point, pas si loin, avec une concentration d’énergie anormale. Jérémie, après une rapide analyse des coordonnées, répondit
-C’est pas si loin, vous pouvez y faire un saut ! On sait jamais, ça pourrait être là…
-Bien reçu, on vire !
Accepta Aelita, changeant de cap, et forçant donc les deux garçons à faire de même.
Je commençais à me demander si Wolfy avait moyen d’envoyer des monstres dans le réseau, et si oui, lesquels. La suite du trajet se passa calmement, jusqu’à l’arrivée dans le monde virtuel.
Il était radicalement différent de tout ce qui s’était fait jusqu’ici, il s’agissait d’un cristal géant violet qui irradiait de l’intérieur. Probablement toute l’énergie accumulée…
Sur une des multiples faces, le symbole de Wolfy était visible, avec son petit losange dans la partie supérieure, qui…s’ouvrit ?
Et de ce petit losange émergèrent des petits points gris et violet brillant, qui, de plus près, ressemblaient à des poissons volants de métal donc les ailes étaient faites d’une sorte de matière transparente violette.
Ils n’étaient visiblement pas là pour dire bonjour
-Allô la tour de contrôle, on se prépare à un combat épique contre des sushis ailés, à vous !
Ironisa William, considérant l’étal de poissonnerie avec un probable sourire en travers de la figure.
-Reçu cinq sur cinq, cet affrontement restera dans les annales, et nous relookerons les navskids en bateaux de pêche.
Répondis-je, avant même que Jérémie puisse en placer une. Odd lança même une blague sur l’absence de Yumi, mais qui fit taire tout le monde, vu qu’on s’en rappelait le motif. Les premières torpilles furent aisément esquivées par les petites créatures qui bougeaient vite. Les Lyokoguerriers, un peu agacés, finirent par battre un peu en retraite avant de se concentrer pour trouver une autre tactique. Aelita demanda
-Jérémie, les torpilles ont bien un effet de zone, non ?
Il se gratta la tête
-Euh oui, mais à quoi tu penses ?
Telle un grand stratège, Aelita se mit à expliquer son idée
-Ces créatures se déplacent en groupe, alors il suffirait de placer une bonne petite torpille dedans…
Les objections arrivant à grands pas, elle reprit rapidement
-Oui, ils ont tendance à éviter nos torpilles, mais si on arrive à leur tendre un piège… Voilà ce que je propose : Odd, William, vous avez les engins les plus rapides, vous les prenez en tenaille pour les forcer à filer vers un endroit où je les attends en embuscade, moi qui ais l’appareil le plus résistant (ça permettra de réduire les risques qu’ils dégomment l’un d’entre nous), et si vous pouvez en profiter pour tirer dans le tas, on en touchera ptête certains. Des questions ?
Il y eut un petit silence puis William intervint
-Ouais. Comment tu fais pour avoir des idées aussi géniales ?
Elle eut un petit rire gêné, sur Terre elle aurait sans doute rougi. Dans tous les cas, elle balbutia une réponse un peu hésitante, jusqu’à ce que Jérémie annonce un mouvement du côté des poissons.
En effet, la faune nouvelle de ce réseau était en train de déployer ses nouvelles compétences. Leurs ailes violacées s’ouvrirent un peu plus largement, ils se regroupèrent et les membranes se mirent à briller et à crépiter, créant bientôt des éclairs, toujours dans le plus pur style Wolfy/Odd, violet.
-Merde, c’est des anguilles électriques…
Commenta ce dernier, avant d’amorcer le détour pour passer derrière les poissons. William l’imita en symétrique, tandis qu’Aelita battait un peu en retraite pour se dissimuler derrière une banque de données. Harcelés par les torpilles, les habitants du réseau décidèrent de filer droit devant, soit droit vers Aelita.
Cette dernière attendit qu’ils passent devant elle avant de leur tirer une nouvelle salve qui acheva le banc.
-Déjà ?
S’étonna Jérémie, surpris. Personne ne fit de commentaire.
-On essaie d’entrer dans le monde virtuel, Jérémie ?
Demanda la fille en rose, mais elle se vit opposer un refus. Le petit génie estimait que pour une plongée d’essai, c’était déjà beaucoup trop. Déçus mais résignés, les jeunes gens reprirent le chemin du retour, se raccrochant les uns aux autres avec les grappins.
Cette image m’inspira soudain de profondes réflexions. Depuis la mort d’Ulrich, et même bien avant, depuis le début de cette aventure, le groupe était malmené par les aléas semblables à des courants marins. Ils survivaient en se raccrochant désespérément les uns aux autres. Yumi à William, entre autres. On retrouvait cette idée dans les grappins qui maintenant une demi-cohésion dans la formation des vaisseaux. Qui évitaient de partir à la dérive et de…faire naufrage.
Comme quoi on pouvait trouver des sens cachés à ses propres créations sans avoir cherché à les créer. Les sens cachés, pas les créations. Faut suivre…

Après avoir rangé les appareils et être revenus sur Terre, nos héros pouvaient se rappeler qu’Ulrich était mort. Loin de Lyoko, loin de l’euphorie dégagée, proche du lieu du décès de leur camarade. Dans un silence soudain pesant, nous remontâmes à la surface pour reprendre la route de Kadic.
Les premières étoiles brillaient déjà dans le ciel bleu sombre, et nous avions presque fini de remonter le pont quand un bruit traversa le néant, la vibration d’un portable indiquant l’arrivée d’un SMS. Chacun vérifia le sien, sauf moi, parce que je n’avais pas de téléphone. Ça ne m’importait pas vraiment.
Le destinataire du SMS en question étant William, il sortit son appareil de sa poche et jeta un œil au message qui y était inscrit. Odd, ne perdant jamais sa curiosité, jeta un discret coup d’œil mais William l’avait repéré et s’arrangea pour qu’il ne tombe pas sur le contenu du texto, avant de remettre son portable dans sa poche sous l’œil déçu du blondinet. Et nous nous enfonçâmes dans les égouts.

Et nous ignorions ce qui se tramait chez Wolfy. Nous ignorions qu’à cet instant précis, dans une salle obscure du monde virtuel cristal, deux yeux violets s’allumaient et qu’une forme noire se relevait de devant une pierre taillée bleue. La forme semblait vaguement quadrupède. Une voix robotisée retentit dans l’endroit
-Wolfymus Prime Defender paré au combat. Tentative d’intrusion antérieure analysée. Récidive probable. Sécurisation de Krystall requise.
Et, dans un bruit de couteau qu’on déploie, quelque chose bougea sur la créature de métal qui sembla grossir…

Spoiler

_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png


Dernière édition par Ikorih le Mar 01 Aoû 2017 15:14; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
*Odd Della Robbia* MessagePosté le: Sam 27 Avr 2013 17:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kongre]


Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 1320
Localisation: Sur le territoire Banquise entrain de faire de l'overboard
Bonne suite, l'enterrement est bizarrement pas aussi triste, c'est même plutôt froid, on ne sent pas trop la tragédie dans le chapitre, à part Yumi, les LG s'en remettent assez vite (genre Odd fait tache car il n'a aucune tenu noire).
William et XANA se crêpent encore le chignon (mais c'est assez logique).
La bataille dans le réseau est assez bien mené.
Mais je me demande ce qui va se passer avec l'espèce de nouveau monstre.
Etrange aussi, Wolfy semble vraiment apprécier le violet, presque autant qu'Odd. D'ailleurs on dirait que les monstres de Wolfy abordent exactement les même couleurs qu'Odd en combinaison XANA (violet/noir). Coïncidence ou lien entre les deux?

Pour le PC, je pense que son programme est en rapport avec ce qu'elle fait avec Odd en secret. Ou peut être une analyse comportementale du groupe.

Le texto, il vient de Yumi, c'est sur. L'empressement de William à le cacher d'Odd le prouve.

J'espere avoir la suite rapidement. Et un petit retour sur la relation Odd/XANA qui semble avoir été mise de côté depuis un petit moment.

_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/431875signature.png

http://img11.hostingpics.net/pics/400268userbar.gif
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Ikorih MessagePosté le: Sam 27 Avr 2013 17:56   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1498
Localisation: Sûrement quelque part.
NOn, il n'y a aucun lien entre Odd et Wolfy, du moins pas directement.
Dans mes premiers essais de fics, absolument à chier, les LG découvraient une dimension parallèle nommée Okoly, dans laquelle on trouvait tout ce qui va constituer l'univers de Wolfy, ses monstres, le design de son monde virtuel, etc. A la base, j'avais prévu de rendre Odd maître de cette dimension mais le projet n'a jamais abouté.
Mais ici, je ne fais que réemployer l'univers, qu'Odd ne dominera sûrement pas Mr. Green

Concernant tes réponses aux questions, bien entendu, je vais rien révéler..pour le moment (a)
_________________
"Excellente question ! Parce que vous m’insupportez tous.
Depuis le début, je ne supporte pas de me coltiner des cons dans votre genre."
Paru - Hélicase, chapitre 22.
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Raymentase MessagePosté le: Sam 27 Avr 2013 18:06   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Raymentase)


Inscrit le: 13 Mar 2013
Messages: 309
Localisation: Rennes
Bon alors j’ai bien aimé mais je dois d’abord parlé du chapitre précédent.

Mon ancien commentaire était plutôt négatif (mais j’ai aimé, hein) et je me rends bien compte après coup et avec cette suite que j’ai de meilleurs choses à rajouter, mais plutôt qu’utiliser edit je le fais là car c’est aussi ce chapitre qui m’a permis de m’en rendre compte.

Déjà, merci d'avoir fait mourir Ulrich. Quelle belle vengeance pour ce perso de (m****) nul. Et qu'elle belle mort, au fond du trou, comme toujours.
Puis "on dirait une sorte de cortex" je dis pas que je l'adore mais je l'aime bien avec le recul.
J’avais aussi parlé des réactions des potes mais c’est vrai que même ami, tu peux avoir du recul. Yumi, bon j’aime toujours pas trop le fait qu’elle suive William mais je le comprend et j’accepte. C’est vrai quoi. Elle a un ami en moins, autant qu’elle discute plus avec les autres.
Et William, il ressent intérieurement, hein ? Enfin, je vais au moins le penser, ça fait toujours ça de pris.
Jérémie, Aelita, et Odd : je trouve finalement qu’ils sont tous bien gérés. Ouais je vois bien Odd faire des blagues pour limiter l’ambiance dramatique (cf réminiscence)


Bon je commente aussi un peu pour le début du chapitre donc je passe à la suite.

La partie lyoko était géniale. Je passe sur l’imagination pour inventer de nouveaux monstres (sinon je vais me sentir nulle …). Le plan d’Aelita, sage et réfléchi en s’appuyant sur des données sûr. La partie gênée quand on lui fait un compliment. C’est nickel.

Le texto de William : Yumi ? *en mode hope ultime* Pitié que ce soit ça. T’as déjà fait capoter leur relation une fois, là tu la mets dans la mauvaise voie, mais ce texto s’il est d’elle peut tout changer … (je sais qu’il est raté l’effet, merci)

J’aime bien la fin avec du mystère et de la catastrophe. (enfin j’aime c’est vite dit, maintenant il y a 3 auteurs qui veulent que je meure d’excès de fin de sadique) On peut vraiment pas avoir de quoi nous sustenter ?

Et tu sais qu'à cause de toi, une amie me prend pour une folle ? elle m'a demandé qui je voyais bien avec Odd. Ma réponse : XANA.
_________________

http://img11.hostingpics.net/pics/929402SignRaymentase.png
Merci pour ce beau pack Abby !

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba12.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Oddye MessagePosté le: Sam 27 Avr 2013 18:29   Sujet du message: Répondre en citant  
Fleur immonde


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 2017
Localisation: Dans un autre horizon
Bon, je vais commenter... le chapitre 1 (Non, je ne suis pas en retard XD)
Non mais quand tu as commencé ta fic, bah j'étais pas encore revenue so... )

Bon, on va commencer avec les points positifs (par conséquent, il y a bien des points négatifs).

Déjà, parler du point de vue de XANA, je pense que c'est le principal atout de ta fic. C'est original, peu commun -j'ai rarement (en fait, jamais!^^) lu une fic du point de vue de XANA), et certaines remarques de XANA sont à se tordre de rire ^^

Peu ou pas de fautes d'orthographe, donc encore un bon point.

Quant au scénario, c'est intéressant, ça donne envie d'en savoir un peu plus, sur Wolfy, sur le pourquoi du comment. Bref, un premier chapitre pas mal, qui se tient!

Ca, c'était les points positifs, maintenant je vais parler des points négatifs.

Alors, déjà, la première chose qui m'a fait écarquiller les yeux, c'est la présentation du texte. C'est pas du tout espacé et clair, et je suis même étonnée que personne d'autre n'ait fait la remarque, parce que, sincèrement, quand j'ai ouvert le spoil, ça m'a fait l'effet d'un gros pâté de texte, tout collé, sans espace, et je trouve que ça peut nuire à l'envie de lire le chapitre, ce qui aurait été vraiment dommage Wink J'ai commencé à lire, mais ça m'avait la première fois découragée, je dois bien l'avouer. Bon, comme j'avais vraiment envie d'en lire plus -parce que n'empêche, l'écriture est bien fichu!- j'ai continué à lire, et finalement, j'ai zoomé, et c'était mieux pour lire, parce que la première fois, ça m'avait quand même fait mal aux yeux (mais bon, vu que personne d'autre n'en a parlé, ça voudrait donc dire que c'est subjectif, et donc simplement un avis personnel ... )

Bon, ça, c'était le côté "forme du texte".

Maintenant, le "fond". Alors, autant j'aime bien la personnalité de XANA, je trouve qu'elle est respectée. On peut lire plusieurs fois comme quoi elle (ou il?!) se sent pitoyable d'être... bah d'être pitoyable quoi! ^^
Cependant, je trouve que les pensées que XANA a sur les personnages, c'est trop... détaillé. XANA sait trop de choses, or à moins qu'elle est vécue dans la tête des personnages, je vois pas comment elle peut savoir autant de choses sur eux, surtout que, même si elle a atteint une certaine conscience, ça reste un programme informatique, et j'ai trouvé XANA, trop humain à certains moments.

Après, mais ça, c'est un détail, quand Jérémy fait son petit récit de comment il a mis autant de temps pour arriver à l'usine, j'ai trouvé que ça faisait trop. 'Fin je sais pas, si XANA sort du scanner, et que je suis Jérémy, je vais pas commencer à lui raconter tous les petits détails ^^

Enfin bref, malgré ces quelques petits défauts, j'ai bien aimé ce premier chapitre, et je compte bien tout lire.
D'ailleurs, regarde, au lieu de continuer à écrire ma fic, j'ai préféré faire une pause pour lire le premier chapitre (depuis le temps que je voulais commencer ta fic!). Pour la peine, tu me feras un cadeau ^^ Et je pense que je sais déjà ce que je veux ^^
_________________
http://img11.hostingpics.net/pics/155549Ravensignaturecoinsarrondis.png

Je n'étais pas anciennement odd-4-ever.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 11 sur 15
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13, 14, 15  Suivante

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.1031s (PHP: 66% - SQL: 34%) - Requêtes SQL effectuées : 20