CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
[Site] Un nouveau dossier : Le français...
[Site] Un nouveau fanprojet : RTTP Podcast
[IFSCL] IFSCL, Bande annonce du 9e anniv...
[IFSCL] Sortie du jeu IFSCL 38X!
[Créations] Code Lyokô sort du grenier
[IFSCL] Trailer IFSCL, Fin du cycle 36X!
[Site] Apparaissez sur la chaîne offici...
 
 Derniers topics  
Projet sérieux d'une saison 5 que j'a...
[Jeu Vidéo] Interface IFSCL 38X!
[Fanfic] Overpowered [Terminée]
[Fanfic] Goodbye, my lover
Quel est votre personnage préféré ?
[Fanfic] Le risque d'être soi
[One-Shot] Hypno's lullaby
[One-shot] Love Interruption
Les origines de vos pseudos
[One-shot] L'homme des foules
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[One-Shot] Entretien

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Draynes MessagePosté le: Dim 30 Aoû 2015 18:43   Sujet du message: [One-Shot] Entretien Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 166
Spoiler


Entretien


Nicolas Atlan sortit de sa lecture légèrement stupéfait, en passant sa main dans ses cheveux noirs comme il avait l'habitude de le faire quand il était déconcerté... Pourtant, il recevait une centaine de synopsis par jour, mais celui-là était tellement précis et élaboré que ça en devenait étrange... comme si c'était réel...
Le jeune homme releva la tête, plongea ses yeux noirs dans ceux de la personne assise en face de lui et demanda calmement :
- M. Della Robbia, vous me dîtes que vous avez imaginé et écrit ça tout seul, sans aucune inspiration réelle ou aide extérieure ?
Le grand blond en face de lui attendit quelques seconde, comme s'il réfléchissait, puis il expliqua avec une voix grave :
- Mes amis m'ont aidé à l'écrire, mais je leur ai soumis l'idée sans aucune inspiration... Elle a germée comme ça !
Le producteur en face de lui examina son visage à la quête d'un possible mensonge et crut apercevoir un léger tic nerveux au niveau de la bouche. A cet instant, il se retint de justesse de sourire et demande calmement :
- Quand est-ce que cette histoire vous est venu en tête précisément ?
- Elle a commencé à germer dans ma tête en troisième... Ce n'était qu'extrêmement flou à l'époque, puis au fur et à mesure du temps, les idées me sont venus et finalement j'ai réussi à écrire ce manuscrit...
Nicolas scruta de nouveau en profondeur ses yeux bleus ciel et ne vit rien de compromettant, pendant que l'auteur continuait ses explications :
- J'ai envoyé cette histoire à beaucoup de sociétés et vous, Moonscoop, êtes la première à me rencontrer pour me proposer en plus un rendez-vous...
- C'est mon boss qui a exigé que je vous rencontre, l'interrompit Atlan en croisant ses bras calmement, il pense que cette histoire... « Code Lyoko » donc... a honnêtement beaucoup de potentiel pour être adapté en dessin animé jeunesse.

Un léger sourire emplit les lèvres de Della Robbia, et Nicolas continua :
- Cependant... Vous permettez que je vous tutoie ?
L'homme acquiesça de la tête, ce qui fit poursuivre son discours au probable producteur du projet :
- M. Odd, je pense honnêtement que nous pourrions continuer cette série après les quatre saisons que tu proposes dans ton brouillon...
Le dénommé Odd se racla la gorge et expliqua calmement :
- En fait, j'avais commencé à plancher sur l'idée d'une cinquième saison, mais je me suis arrête au vingt-sixième épisode par manque d'idées... Puis je me suis relu et je me suis rendu compte que c'était nul, alors je l'ai jeté...
- Je vois, répliqua Atlan en baissant légèrement les yeux pour regarder le papier qu'il avait sous les yeux, d'ailleurs je note que ton nom figure parmi les noms des personnages...
- C'est normal, l'interrompit le blond en souriant, je me suis servi de ma petite bande d'amis comme personnages, avec leur accord évidemment !
A cet instant, les suspicions sur la réalité de cette histoire réapparurent dans l'esprit du producteur et il demanda donc avec une idée en tête :
- Je souhaiterais rencontrer ces personnes... Ce serait possible ?
- Ah... Eh bien en fait, commença l'auteur en se massant nerveusement la nuque, deux d'entre eux sont morts pendant que j'écrivais cette histoire et j'ai perdu totalement le contact avec les trois autres pendant que j'essayais de vendre mon script...
- Je suis désolé pour la mort de vos amis... commença Nicolas.

Soudain, l'homme s'interrompit et une connexion brusque se fit dans son cerveau ; il demanda alors avec une certaine stupéfaction :
- Attends une seconde... William Dunbar, c'est... ?
- Oui, sourit tristement Della Robbia, c'était un de mes meilleurs amis : il a été tué au Mali il y a quelques mois, en sauvant des populations d'une attaque terroriste avec son unité...
Atlan se rabattit brusquement sur sa chaise et dit avec un ton légèrement triste :
- Ce jeune homme était un Héros de la Nation... Récompensé à titre posthume... Mais bref, revenons au sujet principal : je ne peux malheureusement pas t'assurer que ton script sera adapté... En tout cas, on te recontactera pour t'embaucher ou non si le patron estime que ça peut encore plus fonctionner que dans ses estimations...
Sur ses mots, l'homme aux cheveux noirs se leva et tendit la main à Odd, qui la serra pendant que Nicolas terminait son histoire :
- J'ai bon espoir pour l'avenir, je te le dis honnêtement... A moins qu'un imprévu sauvage ne se manifeste, tu devrais pouvoir mettre en scène toi-même ton histoire !
- Je vous remercie, M. Atlan...
- Oh, répondit l'homme en souriant, tu peux m'appeler Nicolas !
Odd se mit à sourire et se dirigea calmement vers la sortie, tout en disant :
- J'espère qu'on se reverra, M. Nicolas !
Sur cette phrase, il sortit rapidement de la pièce...

De son côté, Atlan mit sa tête entre ses mains et la réflexion sur la possible véracité de l'histoire racontée lui revint brusquement en tête : il ne pouvait pas se défaire de l'idée que ce scénario était trop complet et original pour avoir été inventé par ce jeune homme...
Dans le CV envoyé, il était expliqué qu'il était au chômage depuis quelques années et qu'il détenait un Bac Littéraire... Pourquoi cette information lui revenait en tête maintenant ? Il n'en avait strictement aucune idée...
De toute façon, il n'y avait aucune chance pour que ça existe réellement... Après tout, un monde virtuel contenu dans un superordinateur... Inconcevable, même en 2027 ! Ce n'était même pas encore en train de germer dans l'esprit des scientifiques... Alors, comment en 1994, ce... Hopper aurait pu réussir ? Non, Nicolas n'y croyait pas une seule seconde...
Mais pourtant, il avait vu dans la gestuelle et la voix du jeune homme en face de lui une sensation étrange de réalité quand il en parlait... comme si il faisait appel à des souvenirs profonds, ancrés dans sa mémoire datant du lycée ou de n'importe quelle autre époque...
Le jeune homme sortit cependant de son mutisme et de ses pensées pour se jeter littéralement sur le téléphone et composer un numéro. Après quelques sonneries, il demanda distinctement :
- Ici Nicolas Atlan. Je voudrais parler à Benoît Di Sabattino, s'il vous plaît !
Quelques secondes s'écoulèrent avant que le producteur ne se remette à parler :
- Allô patron ? Oui, c'est moi... Tu peux rassurer ton frère, le script de ce jeune homme est vachement bon, l'auteur a l'air motivé... Ouais, j'arrive de suite... On le rappelle dans la journée après avoir pris notre décision... ? Très bien !

Sur cette phrase, l'homme raccrocha et soupira tout en se passant la main dans les cheveux : l'entretien avec les patrons allait commencer et il espérait pouvoir porter ce projet... Benoît était emballé depuis le début, mais Christophe lui... Ça allait être légèrement plus compliqué...
Il prit rapidement le manuscrit sur la table et se dirigea calmement vers la sortie, tout en ayant une certitude absolue dans sa tête, bizarrement : ce projet allait arriver à maturité et avoir une grosse communauté de fans... Il en était sûr...

**


Odd soupira en apercevant l'immense voiture garée devant le porche de sa maison : le blondinet savait pourtant qu'il viendrait en ce jour, mais il aurait espéré qu'il passerait plus tard dans la soirée... Le rituel avait pourtant lieu d'habitude vers 21h et là, il était seulement 13h... Mais il savait pertinemment pourquoi il était là...
Le scénariste avait légèrement honte d'avoir menti à Atlan au sujet de ses amis, mais il ne pouvait pas faire autrement : ils avaient certes accepté son idée, mais il ne devait pas dévoiler oralement leur secret de toujours... laisser croire que c'était une histoire de fiction était la priorité absolue...
Et puis, il n'aurait surtout pas voulu que le Ulrich d'aujourd'hui rencontre Nicolas... Il aurait de suite fait mauvaise impression...
Le jeune trentenaire se caressa doucement la moustache naissante qu'il sentait sous son nez et observa pendant quelques instants le véhicule de sport garé dans son allée... enfin techniquement, l'allée de son ami vu que c'était lui qui lui avait filé cette maison, avec l'héritage et la fortune que son père, avec l'entreprise familiale, lui avait légué...
Della Robbia observa avec surprise qu'il n'avait jamais vu cette Porsche Cayenne parmi la collection de véhicules que son ami avait... Il venait sûrement de l'acheter... Après tout, il avait largement l'argent pour...

Son regard bleuté se balada sur les alliages, s'arrêta un instant sur la couleur grisâtre qui recouvrait l'ensemble du véhicule, observa l'habitacle avec ses magnifiques fauteuils en cuir... et se dit avec désespoir qu'elle finirait probablement à la casse, quand Stern aurait envie d'en acheter une nouvelle...
Soudain, la voix de ce dernier retentit brusquement :
- Je l'ai acheté il y a deux jours, cette petite merveille ! Je ne compte pas la jeter tout de suite, si c'est à ça que tu penses !
- Tu dis ça à chaque fois, railla le trentenaire en se tournant lentement vers son ami d'enfance.
Le regard marron noisette d'Ulrich le traversa et il observa avec stupéfaction qu'il s'était rasé : certes, il avait toujours un léger embonpoint et une bouteille de bière à la main, mais sa barbe auparavant assez velue était réduite à une petite de trois jours... ce qui fit demander à Della Robbia :
- Ne me dis pas que tu t'es encore rasé pour ça ?!
- Ça va faire cinq ans, dit d'une voix sombre le concerné en portant à sa bouche le goulot de la bouteille, faut bien que je sois propre pour aller lui rendre visite...
- Propre et non bourré, si possible... expliqua avec un ton navré le blond en sentant l'haleine légèrement alcoolisée d'Ulrich.
Le jeune homme grogna et se dirigea rapidement vers l'entrée de la maison, suivi par son ami en pleine réflexion : tous les ans, il refaisait la même mise en scène... Se faisait pousser la barbe, puis la rasait entièrement... Mais sa dépendance à l'alcool, elle, n'évoluait pas... hors de son entreprise, il buvait comme un trou et, malgré tous les efforts d'Odd, il n'arrivait pas à s'en défaire...

Arrivé sur le palier, il se dirigea rapidement vers son salon tout en cessant momentanément de réfléchir, le temps pour lui de regarder autour de lui... et voir les habituelles bouteilles posées sur la table de salon, son ami assis sur le canapé en velours et un tapis avec un étrange motif inscrit dessus, qu'ils n'avaient jamais réussi à identifier...
La télé, quant à elle, était un simple écran plat : Della Robbia ne voulait pas être totalement dépendant de son ami et souhaitait vivre simplement... sans que son bienfaiteur ne s'incrustait chez lui et ne ravageait son stock d'alcool surtout...
Sur cette pensée, il commença son habituel discours :
- Ulrich, pose ça putain... Tu pourras pas conduire comme ça !
- J'aurais sept heures pour cuver, rétorqua avec un ton bourru le concerné, ça ira t'inquiète...
- Qu'est-ce qu'elle dirait si elle te voyait comme ça aujourd'hui ? lui claqua soudainement à la tronche le blond.
Un tremblement secoua le corps de l'allemand, qui rétorqua sombrement :
- Si elle était là, elle me remercierait encore de l'avoir sauvé de ce foutu incendie et nous vivrions heureux ensemble !
- Ce n'est pas de ta faute si elle est morte, bon sang ! L'alcool ne résoudra rien !
Le trentenaire reprit une ultime gorgée de sa bouteille, puis demanda avec un semblant d'intérêt :
- Au fait, ce rendez-vous s'est bien passé ?
- Il a dit qu'il me recontacterait dans la journée... T'as des nouvelles de Jérémie et... ?
- Non rien, soupira le directeur d'entreprises, il était en congrès à Stockholm avec sa femme... Je m'en suis toujours pas remis de ce mariage d'ailleurs...
- Oh, Yumi sortait avec lui depuis l'université et ça ne fait qu'un an, rétorqua calmement le jeune homme avec un sourire, qu'ils se sont mariés ! Toi et Aelita, ça faisait quand même cinq ans...
- Morte le jour de notre anniversaire de mariage...

Pour sortir son ami de ses mauvais souvenirs, il se mit à sourire et lui fit se rappeler en rigolant :
- Tu te souviens, en terminale, quand elle t'a proposé que vous vous mettiez ensemble ? Personne n'y croyait !
- M'étonne, répondit Ulrich en se levant lentement, elle venait de larguer Jérémie et Yumi venait de me quitter pour aller avec William... qu'elle a quitté au final pour Einstein...
A cet instant, Odd se mit à penser que, s'il y avait bien un amour durable qu'il n'aurait pas imaginé, c'était bien le couple Jérémie – Yumi... La japonaise et le génie... Pour lui, c'était une notion qui existerait dans un récit, mais pas dans la vraie vie...
Aelita – Ulrich, c'était pareil... Il n'y avait pas cru la première année, puis au final, il n'y avait plus fait attention jusqu'à leur mariage... A 25 ans, il trouvait ça relativement jeune, mais leur avait souhaité tous ses vœux de bonheur... jusqu'à l'incident où tout avait changé...
Soudain, la voix de son meilleur ami résonna dans la pièce :
- Jérémie n'y croyait pas au début... Au départ, je ne l'aimais pas... J'avais accepté parce que c'était l'âge et parce que j'avais envie de me vider les castagnettes...
Complètement abasourdi, le blond caressa distraitement sa moustache et se tourna vers son ami ; l'homme avait posé sa bouteille et parlait avec un regard absent :
- Ça avait duré un mois, puis deux... Je n'y croyais pas, mais à aucun moment je n'ai voulu la larguer, même si je ne l'aimais pas... Yumi m'avait fait trop souffrir de ce côté là, je ne voulais pas que quelqu'un d'autre subisse ça...
Brusquement, il se tourna vers le blond et demanda avec une certaine compassion :
- Et toi alors, après la mort de William, t'as réussi à te trouver un nouveau mec ?
- Je ne sais pas si j'aurai le courage de me relancer dans une relation après lui, expliqua Odd tout bas en caressant nerveusement sa moustache, peut-être du côté des filles... Mais les gars, non... Pas tout de suite...

L'alcoolique garda son regard braqué sur lui, puis se détourna et saisit brusquement son manteau en cuir noir sur le porte-manteau avant de dire :
- Bon, je rentre chez moi, j'ai besoin de dormir un peu avant d'aller au cimetière...
- Tu crois sincèrement que je vais te laisser rentrer comme ça alors que tu es complètement défoncé ? s'énerva subitement le bisexuel en s'avançant rapidement.
- Tu ne veux pas que je reste de toute façon, lui cracha Stern à la face en même temps que son haleine empestant la bière, tant que je boirais, tu ne pourras pas me sentir !
- Si je ne te sentais pas comme tu dis, demanda patiemment le blond, pourquoi je continuerais à te fréquenter ?
- En souvenir de notre ancienne amitié peut-être, répondit du tac au tac le chef d'entreprise, de ce secret qui nous unissait... Bon, en tout cas, tu viendras ce soir ?
- Normalement oui, répondit rapidement l'homme en se tournant vers le téléphone, si Moonscoop ne me rappelle pas trop tard...
Ulrich resta silencieux, puis se détourna et passa brusquement la porte, suivi par son ami qui lui claqua brusquement :
- Mets ta ceinture au moins, t'auras moins de dégâts si t'as un accident !
- Ouais ouais je sais, répliqua rapidement l'allemand avant de demander, 20h30 devant le cimetière ?
- T'inquiète, j'y serais ! répliqua son ami en tentant d'esquisser un sourire, qui échoua lamentablement.
L'alcoolique le remarqua rapidement, soupira bruyamment puis monta dans sa voiture, attacha sa ceinture sous le regard bienveillant de Odd, puis sortit de l'allée pendant que l'autre homme se dirigeait vers la maison, en entendant une sonnerie de téléphone.
Rapidement, le trentenaire se saisit du combiné et demanda rapidement :
- Allô ?
Un sourire apparut alors sur son visage et il continua :
- Ah c'est toi Nicolas... Ah, le comité a tranché... Jérôme Mouscadet ? Je ne connais pas... Ok, je suis là dans une demi-heure maxi... A tout de suite !

Le jeune homme se dirigea vers la sortie sans se départir de son petit sourire : à priori, Moonscoop avait accepté son script, la plus grande aventure qu'il ait vécu dans sa vie... Mais il ne serait pas taxé réalisateur, pour cela Mouscadet serait aux commandes...
Il ne connaissait même pas de nom cet homme et il avait légèrement peur qu'il ne massacre son histoire... Atlan lui avait cependant promis qu'il serait directeur d'écriture de la série... Il pourrait sans doute négocier...
C'est avec une mentalité heureuse en tête qu'il sortit de sa maison, ferma la porte à clé et se dirigea calmement en direction de l'endroit dans lequel son destin allait se jouer...

**


Le scénariste était assis sur la même chaise qu'auparavant, mais cette fois deux personnes se tenaient derrière le bureau en chêne situé au milieu de la pièce : Nicolas Atlan qui lui souriait discrètement et un homme qui devait avoir la quarantaine, avec un visage relativement fermé, un crâne chauve auréolé de courts cheveux bruns sur les côtés, et des yeux noisettes fixant Odd comme s'il était en train de l'analyser.
Au moment où le jeune bisexuel commençait à se sentir mal, le producteur ouvrit la bouche et dit calmement :
- Odd, voici Jérôme Mouscadet : il sera chargé de mettre en scène les épisodes selon les scripts que tu lui donnes !
Le concerné opina rapidement de la tête, puis demanda avec une voix légèrement aigue :
- Ton script global est déjà extrêmement complet... Tu penses tenir combien de temps avec ça ?
- Honnêtement, répondit Della Robbia en se caressant la moustache et avec un ton sérieux, le script serait réparti sur quatre ans, dans ma tête bien sûr...
- Quatre saisons ? répéta Jérôme avec un ton incrédule.
Mouscadet secoua la tête légèrement, fit craquer son cou et expliqua calmement :
- Nous devrions déjà commencer par voir si la saison 1 fait des recettes avant d'envisager une suite...
- Si elle fait un carton, expliqua le blond calmement, vous n'aurez pas à embaucher de nouveaux scénaristes vu que celui que vous aurez embauché pour la première saison aura déjà fait le taf...

Le réalisateur se mit à faire les cent pas à côté du bureau pendant que Nicolas parlait affaires avec le concerné :
- Vous savez, le salaire d'un scénariste débutant n'est pas forcément très élevé au départ... Nous pourrions vous donner celui pour une saison, à savoir...
Atlan se gratta la tête, puis demanda calmement :
- Vous pensez faire combien d'épisodes pour la saison une ?
- Oh, je pense qu'en vingt-six, ça devrait être plié...
À côté de lui, Jérôme sursauta et demanda machinalement :
- En tout, vous comptez faire combien d'épisodes pour les quatre saisons ?
- Ça dépendra de vous, répondit placidement le scénariste, mais en écriture, quatre-vingt quinze épisodes me semblent ni trop long, ni trop court...
- Bref, reprit Atlan en se prenant la tête dans les mains, nous vous fournirions pour la première saison... mille cinq-cent euros par épisode, ce qui ferait, selon vos calculs... trente-neuf mille euros net déboursés sur votre compte après le tournage de ces épisodes... Vous êtes d'accord ?
- Ça me va, répondit rapidement l'homme avant de demander, mais il n'y aurait pas moyen que vous me refiliez un petit acompte pour le script ?

Immédiatement, Nicolas sursauta et Jérôme se détourna brusquement, avant de demander avec une voix brusque :
- Qu'est-ce que vous appelez par « petit acompte » ?
- Une petite somme dans mon compte en banque, expliqua l'homme avec une moue légèrement vindicative, histoire que je puisse tenir jusqu'à la réception de mon chèque...
- Arrêtez, vous avez les allocations chômages qui vous font gagner plus d'argent qu'un fonctionnaire ! répliqua Mouscadet avec un ton échauffé.
Atlan le fit taire d'un geste sec de la main, puis demanda calmement :
- Combien vous demandez ?
- Quand comptez-vous commencer le tournage ? demanda plutôt le concerné à Jérôme.
Le réalisateur, étonné par cette question, expliqua calmement :
- Vu la complexité du script, la recherche des doubleurs... Dans quatre mois, on pourrait commencer !
- Et quand se terminerait-il ?
Le producteur, ayant saisi la demande implicite de son interlocuteur, répondit rapidement :
- Je dirais environ un bon mois... Non ?
Mouscadet opina de la tête, ce qui fit sourire l'ex-félin qui demanda alors :
- Je voudrais donc un léger acompte de sept-mille cinq-cent euros... mille cinq-cent euros par mois quoi ?
Nicolas regarda fixement les yeux du blond qui, pour la première fois, crut voir une légère nuance de cruauté et de haine dans son regard, mais le producteur dit plutôt :
- Très bien, la somme sera déposée demain... Autre chose ?
- Non. Répondit simplement un Della Robbia souriant car ayant obtenu ce qu'il voulait.
Atlan se leva alors avec un grand sourire gravé sur le visage puis tendit la main au blond en lui disant :
- On se donne rendez-vous pour dans cinq mois, alors !
Odd lui serra fortement tout en disant avec un sourire honnête :
- Je sens que notre collaboration va être profitable à tout le monde !
- Je le sens aussi, ne vous inquiétez pas ! répliqua le producteur pendant que l'ex-félin se dirigeait vers la sortie.
Une fois le scénariste sorti, le sourire forcé de Nicolas se dissipa et Jérôme intervint pour demander :
- Vous pensez vraiment que son script va faire un tabac ?
- Oui mais il en demande trop, grommela le producteur avant d'annoncer, allez le donner à Sophie Decroisette, on verra si elle saura faire mieux !
- Très bien patron, mais... On lance malgré tout le casting et tout ?
- Mouscadet, faîtes tout ce qui est nécessaire pour que « Code Lyoko » soit lancé ! Même si le créateur ne sera peut-être plus aux commandes...
Jérôme acquiesça rapidement, puis sa tête rude disparut du champ de vision d'Atlan, qui se tourna vers la fenêtre en entendant la porte se refermer bruyamment.

L'homme aux cheveux noirs savait parfaitement que le jeune homme avait un énorme potentiel, mais il le pensait beaucoup trop imprévisible et demandeur au niveau du paiement... Certes, c'était normal, mais Nicolas s'était renseigné sur son compte et savait donc pertinemment qu'il avait déjà des subventions d'un riche industriel nommé Ulrich Stern...
Il pensait que le jeune blond ne veuille plus être sous la botte de son bienfaiteur, mais de là à tenter d'extorquer des fonds à son futur employeur, c'était osé... En tout cas, c'est comme ça qu'Atlan le voyait en cet instant précis...
La prochaine fois que le jeune homme viendrait, il lui ferait négocier une diminution forcée de salaire pour rembourser... Le producteur avait l'habitude de rejeter des escrocs, mais le script qu'il lui avait fourni était tellement complet qu'il ne parvenait pas à trouver la force de le rejeter...
Nicolas sentait que « Code Lyoko » allait lui rapporter, peut-être pas une fortune, mais suffisamment d'argent pour que la boîte tourne normalement...
Les frères Di Sabattino commençaient déjà à s'inquiéter pour les finances et Atlan ne voulait surtout pas se retrouver à la rue...
Il fut cependant tiré de sa réflexion par un bruit sourd provenant de la rue en contrebas et aperçut une grosse Porsche Cayenne foncer et s'écraser brusquement dans le mur d'une bâtisse. Abasourdi, l'homme se rapprocha encore plus et aperçut en bas un corps, recroquevillé sur la route... Un corps immobile, aux cheveux blonds qu'il pouvait très bien voir d'ici...

Immédiatement, le producteur sortit de sa transe et se jeta hors de son bureau pour courir tête baissée en direction de l'entrée principale, sans tenir compte des murmures et des appels de ses collègues.
Arrivé dehors, Nicolas Atlan se précipita sur la chaussée et s'agenouilla près du corps, qui respirait encore faiblement : il s'agissait bien de l'homme qu'il avait dans son bureau il y a seulement quelques minutes, mais son corps était recouvert de sang et un de ses bras gisait sur le bas-côté, littéralement arraché.
L'homme se tourna vers les passants et demanda :
- Qu'est-ce qui s'est passé ?
L'un d'eux sortit de son mutisme et expliqua :
- Il s'engageait sur la route quand la voiture a débarqué... Il a semblé absorbé par le conducteur, s'est fait percuter et envoyé à cet endroit... La Porsche a continué et lui a arraché le bras en lui roulant dessus, puis a perdu le contrôle et s'est planté dans le mur...
Atlan se releva brusquement et se dirigea vers le véhicule encastré, mais un inconnu lui empoigna le bras en déclarant :
- Il est mort, ce n'est pas la peine...
Soudainement, la sirène de l'ambulance se fit entendre et Nicolas vit le camion arriver rapidement auprès du mourant... À partir de ce moment là, il n'essaya plus de se rapprocher d'Odd... Au contraire, il reste à proximité de la voiture, choqué par ce qu'il venait de dire et conscient qu'un talent allait sûrement les quitter...

**


Odd Della Robbia se trouvait dans le brouillard complet... Il ne voyait rien, ne sentait rien, ne se souvenait de rien... juste de l'arrivée brusque d'une voiture, de la vision d'Ulrich sans ceinture et une bouteille à la main au volant... puis un choc... et enfin ça...
Il ne pensait pas être mort, enfin pas encore... Mais ça ne saurait tarder selon lui... Après tout, le choc avait dû être d'une violence telle qu'il ne pouvait pas ne pas y rester... Il venait de dénicher le contrat de sa vie et cet imbécile avait tout gâché...
Soudain, le brouillard commença à se dissiper et il vit au loin une lueur vive, qui lui brûla légèrement les paupières ; il releva rapidement la main pour protéger son faciès puis vit trois silhouettes sombres se détacher du fond... Il savait pertinemment de quelles personnes il s'agissait, mais au fond il ne voulait pas les rencontrer...
Son corps ne voulait cependant pas bouger et il voyait les silhouettes se rapprocher, encore et encore, jusqu'à être parfaitement visible... À sa gauche se tenait Aelita et Ulrich, réunis dans la mort, main dans la main, souriants... Il savait pourtant que son cerveau malade et endommagé imaginait tout, mais il ne pouvait s'empêcher de sourire...
Puis il vit la troisième personne et son cœur presque mort rata un battement : il savait que c'était William, mais il ne s'attendait pas à encore aimer la bouille souriante aux cheveux noirs non coiffés, le corps musclé et étiré et surtout les yeux bleus foncés rieurs et délivrant un message d'amour tendre pour le mourant, qui sentait sa conscience le supplier de partir rapidement à sa rencontre...
Soudain, la voix du soldat mort retentit et dit, tout en tendant la main au blond :
- Avance, renonce à la vie et nous serons toujours ensemble... Recule et tu devras lutter pour la vie que tu n'obtiendras sûrement pas... Fais ton choix maintenant...

Le blond resta immobile, ne sachant pas trop quelle décision prendre... Enfin si, il le savait mais il ne trouvait pas le courage de la prendre... Au fond de lui, son cœur le poussait vers le Héros de la Nation, mais son esprit l'enjoignait de se battre pour survivre... ce qu'il ne voulait pas faire par peur de ne pas y arriver...
Au final, est-ce que l'Amour était éternel ? Il ne le pensait pas, mais la présence de son ancien amant le rassurait potentiellement quant au choix qu'il allait effectuer... Ses amis avaient l'air heureux... Et puis fini l'alcoolisme d'Ulrich, fini ses rendez-vous pour trouver du boulot, le chômage, la faim, la soif... Fini tout ça...
C'est avec cette pensée en tête qu'il s'avança rapidement et saisit la main tendue de Dunbar tout en murmurant :
- Au moins, dans la mort, nous serons tous réunis au final...
Sur cette phrase, les trois silhouettes le regardèrent, puis se dirigèrent lentement vers la lumière vive en l'emportant avec eux... L'ex-félin renonçait dès à présent à lutter, mais pourtant était heureux...


Sur Terre, dans une chambre d'hôpital occupé depuis seulement quelques minutes, un son sonore et long retentit, annonçant la mort d'un homme..
_________________
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/siffle11.pnghttp://i.imgur.com/x05bL4j.pnghttp://i.imgur.com/MfmDTMk.png


Dernière édition par Draynes le Sam 26 Déc 2015 13:32; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Icer MessagePosté le: Dim 06 Sep 2015 09:36   Sujet du message: Répondre en citant  
Admnistr'Icer


Inscrit le: 17 Sep 2012
Messages: 2205
Localisation: Territoire banquise
C'est marrant le concept me rappelle un OS d'Ikorih. Vous avez les mêmes goûts, ça pourra te garantir un avenir si elle va au bout de ses études, hu. Mais passons.

Le personnage principal ici, comme ta fic un peu d'ailleurs, se trouve être Odd. C'est marrant c'est souvent aussi le cas d'Ikorih. Vous avez les mêmes goûts, ça pourra te garantir un avenir si elle va au bout de ses études, huhu. Mais passons.

Le texte n'est en effet qu'une petite mise en bouche en attendant ta deuxième fic, récemment postée, mais la fin a quand même de quoi surprendre. Le décès de Della Robbia, après avoir déjà supprimé Yumi et William, je ne l'avais pas vu venir. Cela étant dit, Ikorih aussi fait souvent mourir les Lyoko-guerriers originels a la pelle. Vous avez les mêmes goûts, ça pourra te garantir un avenir si elle va au bout de ses études, huhuhu. Mais passons.

Ah merde tout est dit Mr. Green

_________________
http://i.imgur.com/028X4Mi.pnghttp://i.imgur.com/dwRODrW.pnghttp://i.imgur.com/mrzFMxc.pnghttps://i.imgur.com/X3qVFnj.gifhttp://i.imgur.com/h4vVXZT.pnghttp://i.imgur.com/gDzGjSF.pnghttp://i.imgur.com/x46kNev.png

« Les incertitudes, je veux en faire des Icertitudes... »

https://i.imgur.com/C4V4qOM.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Draynes MessagePosté le: Dim 06 Sep 2015 10:47   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 166
Eh bin, voir Icer arriver ici pour poster un message sérieux Surprised mais qu'est-ce que c'est que cette mascarade ? Tu es malade ? Mr. Green.
Mais bon, trève de plaisanteries, une petite réponse de derrière les fagots ne ferait pas de mal hein ? Mr. Green

Le concept m'est venu tout seul, à vrai dire, mais dire qu'il n'y a aucune source d'inspiration, même inconsciente, c'est purement impossible Mr. Green c'est comme si je disais que le concept des Perles du Neith n'était pas inspiré d'un bouquin, tu vois le genre Mr. Green.
Mais l'idée maîtresse du récit n'était pas la mort en fait, mais plus le fait que la série soit adaptée d'une histoire vraie, avec des personnages réels, toussa... x)

Là, je ne peux pas réfuter l'accusation, mais c'est tout simplement parce que ce personnage a tellement de facettes qu'on peut lui faire jouer n'importe quoi Mr. Green tout peut se cacher derrière sa jovialité à toute épreuve, il me semblait être le candidat idéal :/...

Ce OS n'a absolument rien à voir avec la fic récemment postée vu que j'avais commencé à bosser sur Arcadia bien avant de débuter l'écriture de ce court récit Wink.
La fin était faite de toute manière pour être surprenante Mr. Green je déteste les fins convenues, j'aime bien faire dans l'originalité (Merci, Captain Obvious Mr. Green) et là, c'était l'occasion rêvée de le faire x).
Ah oui au fait, c'est Aelita qui meurt et pas Yumi Mr. Green

Sur ce, merci pour ton message et à bientôt pour une prochaine réponse, si possibilité il y a Mr. Green.
Bonne journée à tous !!
_________________
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/siffle11.pnghttp://i.imgur.com/x05bL4j.pnghttp://i.imgur.com/MfmDTMk.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Ven 25 Déc 2015 23:08   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 491
Localisation: Norende.
Draynes,

Ou l’homme qui voulait faire du Pikicer, mais qui ne fit qu’une Berlusconnerie. Sous cette introduction peu flatteuse, je cherche non pas à te dénigrer, mais à reconnaître que tu portes haut en couleur la portée de tes ambitions, ainsi que la volonté permanente qui t’anime, sans y arriver et sans réussir. Tu te démènes, pourtant. Je le sais. Tu as remporté une Carpe de Pacotille alors que tu es peut-être le meilleur espoir de l’année 2016, mais il reste qu’il y a du chemin à faire mon ami, et c’est ce que nous allons étudier maintenant.

Du chemin à faire, parce que déjà, au niveau de la forme, c’est catastrophique. Je me répète, tel un gramophone rayé, mais un dialogue s’introduit par un guillemet francophone de type “ « “, et non par un tiret, qui est utilisé uniquement pour les traits d’union, auquel on préférera le cadratin —. Cette faille, majeure, s’il en est, au-delà de dénigrer totalement la portée littéraire de ton one-shot, elle s’attaque directement au peu de sérieux qu’il peut avoir pour en faire une simple fiction parmi les fictions publiée sur un site internet. Ce n’est pas sérieux, ce n’est pas digne. Tu ne respectes ni ton lectorat, ni ton travail, parce que tu le dénigres en un pastiche à haut potentiel, qui ne fait que se figer dans le potentiel justement, parce que, ce que tu en fais est globalement insatisfaisant.
Du coup, quand tu associes un français imparfait :

Citation:
La télé, quand à elle (erreur inacceptable) , était un simple écran plat : Della Robbia ne voulait pas être totalement dépendant de son ami et souhaitait vivre simplement... sans que son bienfaiteur ne s'incruste (concordance des temps) chez lui et (oubli de la marque négative) ravage (concordance des temps) son stock d'alcool surtout...


À une présentation laborieuse, lourde par surcroît, on part déjà avec un a priori négatif. Sur cette a priori je voudrais revenir, parce qu’il n’y a pas que des reproches, au contraire, je veux juste que tu ne mésestimes l’importance de la forme dans une œuvre. La forme, ce n’est pas seulement faire illusion en arrivant à structurer convenablement ses paragraphes – ce que tu fais — c’est faire preuve de cohérence, une caractéristique qui, à mon sens, te fait défaut pour apprécier pleinement les lectures que tu nous proposes.
Je veux dire par là, et cela me servira de transition avec le fond. Tu pars avec des idées brillantes, novatrices, une mise en perspective qui change de l’ordinaire, de l’ordre de l’hommage plus que du narratif cela dit, parce que cela nous fait sourire ; il n’y a pas d’enjeux, avec une exploitation qui relève de Windows 8.
Pourquoi ? Eh bien parce que c’est peu clair. Mélanger les couples ? Pourquoi pas ! Mais on s’y perd. Le dialogue manque de narration, tu soutiens tellement peu ce que tu annonces par de la narration qu’on ne peut pas suivre les discussions d’Odd avec Ulrich. Il y a un trop-plein d’informations, lié d’une part à la surprise des couples que tu as composés, et d’autre part au méli-mélo de ce que sont devenus chacun des personnages.

J’ai dû relire à plusieurs reprises pour comprendre qui était mort (William et Aelita), qui était allé avec qui, parce qu’une composition originale, je dis pourquoi pas, quand elle est si peu argumentée, je dis va te faire voir. Tu ne peux pas nous poser un axiome sans qu’on y réagisse ; j’aurais aimé en savoir plus, que tu développes. L’état psychologique d’Ulrich était, à cet effet, un boulevard pour un essai mélodramatique sur la déchéance de son existence. Au lieu de cela, tu passes à côté de l’essentiel, tu développes ce dont on se fiche, tu passes sur ce qui nous intéresse. Tu fais de ton idée, excellente, un micmac d’échecs dont la portée ne peut être, au final, qu’insuffisante au regard de ton niveau.
Oui parce que tu peux faire largement mieux. Il y a de l’idée, il y a un français correct, à défaut d’être bon, il y a une narration qui coule, disons-le, mais là encore tu ne prends pas de risques. Une ligne par-ci, par-là, on préfère les dialogues. La méthode à la Icer. Sauf que voilà, la littérature ce n’est pas ça. Il faut arrêter de croire qu’au nom de tout, on peut faire n’importe quoi.

Je m’arrêterai enfin sur la question des références politiques qui sont encore hyper maladroites et mal amenées ; elles manquent de subtilité, mais tout de même. Il y a de l’espoir Draynes, et je pense que tu peux largement progresser. En trois mois, d’ailleurs, tu as dû progresser, et je jetterai un œil à ta fiction à partir du mois de janvier.
En attendant j’espère que mes conseils pourront te faire progresser : s’axer sur une meilleure narration et une meilleure présentation, pour développer ce qui doit être développé, et laisser au détail de l’histoire, ce qui n’intéresse que la Prospective.

Bien chaleureusement,
Pikamaniaque.

Spoiler

_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Draynes MessagePosté le: Sam 26 Déc 2015 14:17   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 166
Tiens tiens, Pikamaniaque qui commente un de mes textes, quelle surprise Surprised : il est donc temps de voir ce com' et répondre en conséquence...

Pour commencer, il est vrai que je fais mon maximum pour sortir les textes les plus aboutis possibles, de mon point de vue bien évidemment. x)
Après, j'avoue volontiers que tous mes essais ne sont pas d'une qualité exceptionnelle et celui-ci respire un peu... le manque de temps consacré à l'écriture et le manque d'appui sur les détails en fait /:
La Carpe de Pacotille bon... Je la prends comme un coup de fouet, un moyen de me dire qu'il faut que je mette les bouchées triples pour la suite de mes écrits :/.

Dès que j'ai vu que tu avais posté un com', je me doutais que tu allais me démonter au niveau de la forme et c'est donc chose faite x). En effet, mon plus défaut réside là-dedans, principalement parce que j'ai adopté le parti pris de favoriser le plus possible le fond, au détriment de la forme...
Les dialogues... Je retiens cette information, en espérant ne pas l'oublier XD pour pouvoir l'introduire dans mes futurs chapitres :/.
Ensuite... Ce texte pose un problème de sous-exploitation, je m'en suis rendu compte en le relisant après coup, quelques mois plus tard... Et il est vrai que beaucoup de choses sont laissées de côté malheureusement :/.
Les fautes d'orthographe, j'essaye de les limiter le plus possible x) mais mon problème avec ça est surtout que je ne me fais jamais relire... Je devrais peut-être prendre l'habitude de le faire, ça m'aiderai sûrement :/.

La présentation... J'essaye souvent d'écrire les mêmes genres d'accroche avec notamment toujours la même phrase de "conclusion" de cette même présentation :/. Après, je n'estime pas personnellement que ce soit lourd, mais c'est peut-être légèrement... forcé plutôt x).
La cohérence de cet écrit est peut-être un poil tarabiscoté : j'ai quand même essayé de rendre le tout le plus crédible et réaliste possible, tout en proposant une petite dose d'originalité... Bon après, il se peut que ce soit un échec :/.
L'absence d'enjeux... Le problème vient principalement de moi (évidemment :/) et surtout au fait que je n'arrive pas, pour l'instant, à produire une histoire avec un texte court :/ j'ai une sorte de blocage, malgré mes nombreux essais... Je préfère avoir le temps de bien développer mes personnages et l'intrigue... :/
À vrai dire, j'ai essayé de retranscrire la vie quotidienne de ces héros, qui n'expriment pas les choses de manière forcée, mais au détour d'un dialogue... La narration n'était pas très bonne dans ce texte effectivement.

Le manque d'arguments... J'aurais peut-être pu pallier à ça en transformant l'écrit en fic, parce que je raisonnais également en terme de longueur : je ne voulais pas proposer un texte tellement fourni qu'il en devenait indigeste :/ et je pensais vraiment avoir trouvé un juste milieu... Apparemment, ce n'était pas encore le cas x).
Ce que j'ai développé, c'est ce que j'estimais être le plus intéressant... À vrai dire, m'occuper plus du cas Ulrich aurait été plus intéressant, comme tu le dis, mais j'ai préféré tout miser sur l'originalité des situations proposés... Mais bon, au final, ce fut "insuffisant", pour reprendre ton terme :/.
C'est vrai que je préfère expliquer mon histoire par l'intermédiaire de dialogues que par la... comment dire... bah par la narration en elle-même... :/.

Je commence petit à petit à m'y mettre à ces références, même si c'est pas encore ça pour l'instant x), j'espère malgré tout m'améliorer dans ce domaine (et dans le reste x)) le plus possible.
Honnêtement, je te préviens de suite : la forme de ce début de fanfic ne doit pas foncièrement être plus intéressante... Un exemple : les dialogues sont encore au stade d'une fiction, même si j'essayerais d'améliorer un peu cela dans les chapitres à venir x).
Je te rejoins complètement en espérant que je sache saisir l'essence de tous ces conseils pour pouvoir améliorer ma forme :/ reste à voir si, dans le futur, j'aurai réussi à m'améliorer (je ferai évidemment le maximum pour pallier ce défaut x)) ou si tu auras encore une occasion de me démonter avec constructivité... Mais bon, comme on dit, toute critique est bonne à prendre XD.

En tout cas, j'ai pris du plaisir à lire et à répondre à ce com', j'essaierai de faire mon possible pour appliquer ces conseils x) et j'espère que notre prochaine rencontre se fera sous de meilleures hospices :/.
_________________
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/siffle11.pnghttp://i.imgur.com/x05bL4j.pnghttp://i.imgur.com/MfmDTMk.png


Dernière édition par Draynes le Lun 28 Déc 2015 08:43; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Pikamaniaque MessagePosté le: Lun 28 Déc 2015 01:03   Sujet du message: Répondre en citant  
Référent Pikamaniaque


Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 491
Localisation: Norende.
Citation:
En tout cas, j'ai pris du plaisir à lire et à répondre à ce com', j'essaierai de faire mon possible pour appliquer ces conseils x) et j'espère que notre prochaine rencontre se fera sous de meilleures hospices :/.


Vu la profusion de ":/", j'ai plutôt eu l'impression que tu te tirais une balle en lisant le commentaire. Passons.

Citation:
tout en proposant une petite dose d'originalité...


Oui mais mon grand, originalité ne veut pas dire intérêt. Si je décide de faire Aelita intelligente pour être original ; je vais gagner le jackpot. Mais ce sera juste inintéressant. Tu vois ?

Citation:
(je ferai évidemment le maximum pour pallier à (il n'y a pas de "à", ça dégage) ce défaut x))


Il y a du boulot, mais tu peux y arriver. Mr. Green

Enfin tu vas y arriver, je crois en toi.

_________________
« Il ne faut jamais perdre espoir ! » Alors qu’Alexandre était sur le point de tout abandonner, une voix familière résonna au plus profond de lui-même. « C’est ce que tu dirais, n’est-ce pas ? ».
Chapitre 26, Le Héros Légendaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
 
Draynes MessagePosté le: Lun 28 Déc 2015 08:52   Sujet du message: Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 166
Citation:
Vu la profusion de ":/", j'ai plutôt eu l'impression que tu te tirais une balle en lisant le commentaire. Passons.


Je ne veux pas que tu penses que j'ai mal pris ce commentaire, c'est même tout le contraire : ces smileys ":/" n'étaient là que pour appuyer les constatations que je faisais de mes défauts, que je reconnais bien volontiers, notamment au niveau de la forme.
Sinon, je suis toujours ouvert à tous types de critiques et conseils (en même temps, si quelqu'un n'accepte pas les critiques, il ne peut pas être un auteur...) et j'essaie de les comprendre d'abord pour les intégrer dans la suite de mes écrits plus tard x).

Citation:
Oui mais mon grand, originalité ne veut pas dire intérêt. Si je décide de faire Aelita intelligente pour être original ; je vais gagner le jackpot. Mais ce sera juste inintéressant. Tu vois ?


Il est vrai qu'en prenant cet exemple, l'intérêt serait plus que discutable x). C'est sur que si tu prends un truc original, mais non cohérent comme ton exemple, ça risque de ne pas le faire...
Après foncièrement, l'originalité n'est pas un défaut selon moi : tout dépend de ce que tu fais avec ces idées originales... x).

Citation:
Il y a du boulot, mais tu peux y arriver. Mr. Green

Enfin tu vas y arriver, je crois en toi.


Oh ça, du boulot, il va y en avoir, c'est sur Mr. Green : amélioration ne rime pas avec procrastination ou fainéantise x) (je devrais appliquer ça au lycée tiens...).
J'espère également y arriver, déjà pour passer un palier et proposer des écrits d'une qualité en progression, meilleure... Mais également pour satisfaire les attentes x).
_________________
http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/siffle11.pnghttp://i.imgur.com/x05bL4j.pnghttp://i.imgur.com/MfmDTMk.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0752s (PHP: 64% - SQL: 36%) - Requêtes SQL effectuées : 19