CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Code Lyoko] Un monde sans danger - Le...
[IFSCL] IFSCL 4.4.X: Kadic, les Bois, et...
[Créations] Code Lyoko est dans la (r/)place
[LyokoRéseau] Instagram, nous voilà ! Un jour,...
[IFSCL] L'IFSCL 4.3.X arrive!
[Créations] Notre Communauté a du talent : l...
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Créations] Découverte : Özberk özen, créate...
[IFSCL] IFSCL 4.2.X - Le fangame avance !
 
 Derniers topics  
[Fanfic] Replika on the Web
Quel sont vos génériques préférés ?
[Galerie] Evil Goat
[Fanfic] Code Lyoko Tome 1 : La vie c...
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
Anciens : Réveillez-vous ! La bulle d...
Nos musiques d'ambiance lorsqu'on écr...
Qu'est-ce que vous aimez dans Code Ly...
[Jeu Vidéo Lyoko] IFSCL 44X!
Lyoko Guerriers fanart
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[Fanfic] Code Lyoko Tome 1 : La vie continue

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Alexandre Belpois MessagePosté le: Lun 05 Sep 2022 18:47   Sujet du message: [Fanfic] Code Lyoko Tome 1 : La vie continue Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 21 Oct 2019
Messages: 9
Eh bien, bonjour à tous et bienvenue dans ma première fanfiction, l'histoire se passe après l'extinction du supercalculateur, vous suivrez le parcours de nos Lyokoguerriers préféré qui sont désormais à la retraite. J'espère que cette histoire vous plaira et n'hésitait pas à me donner votre avis s'il y a des choses qui vous dérangent. N'hésitez pas non plus à me donner des conseils d'écritures, par contre, je vous demanderais de faire abstraction de mes fautes d'orthographe (A l'école, le français me faisait dormir plus qu'autre chose). Sûr se, je vous propose de découvrir ce premier chapitre, pas très palpitant, je vous l'accorde, mais j'avais besoin basé pour m'entraîner à l'écrit et qui sera le point de départ de la relation entre deux de nos personnages préférés.

-------------------------------------------------------------------------------------
Prologue
-------------------------------------------------------------------------------------

POV: Ulrich

Avec Jérémy, Aelita et Odd, nous venions de sortir du bureau de M. Delmas qui était parti emmener Sissi a l'infirmerie. Elle était entrée en trombe dans le bureau de son père alors qu'Odd et moi, nous faisions sermonner par le proviseur suite à une mauvaise blague que le blondinet avait sorti à Jim en cours de sports. Jérémy et Aelita étaient arrivés à sa suite, complétement paniquée. Rapidement, nous avions compris qu'elle avait découvert le supercalculateur et le journal de Jérémy ressassant tout notre combat contre XANA. Elle s'était mise à faire un résumé rapide de ce qu'elle avait appris à son père en espérant qu'il nous punisse pour nos actes. Mais heureusement pour nous, M. Delmas ne crut pas un mot de ce que sa fille lui racontait. Il l'avait attrapé par le bras avant de sortir de son bureau, pensant qu'elle était en plein délire où étais en phase de devenir folle.

Une fois devant le bâtiment administratif, Jérémy nous demanda si nous voulions l'accompagner à l'usine pour lancer un retour vers le passé. Aelita et Odd acceptèrent, mais moi, je refusai en lui répondant que j'avais besoin d'être seul. Je les regardai quelques instants courir vers le parc du collège et je pris la direction de la cour. Je marche à pas lent, les mains dans les poches, sans vraiment de destinations en tête. Je ressasse encore tout ce que nous avions vécu depuis ce jour où Jérémy nous avais fait découvrir le supercalculateur et Lyoko.

Cela faisait 2 ans maintenant que nous combattions XANA et nous venions tous juste de réussi à le vaincre. Le combat avait été très difficile et nous devions notre victoire au père d'Aelita qui avait sacrifié sa vie afin de finaliser le programme anti-XANA de Jérémy. Certes, il était beaucoup trop dangereux, mais je ressentais déjà le vide qu'il allait laisser derrière lui. Il avait quand même essayé de conquérir le monde, d'asservir l'humanité et de nous tuer un nombre incalculable de fois en utilisant des méthodes toujours plus tordues et dangereuses. Il avait essayé de faire s'écraser une météorite sur terre, d'effacer la mémoire du monde, et même de prendre le contrôle de la gravité. Mais le plus effrayant de tous, c'est qu'il arrivait à prendre possession d'être vivant, humain y compris, pour essayer de nous tuer et de mener ces projets. Mais malgré tout ça, je sentais que les combats sur Lyoko et dans la mer numérique allaient beaucoup me manquer.

Dans notre monde, je suis juste un mec banal qui aime le sport et les compétitions. Je suis très mauvais dans mes études au grand désespoir de mes parents, mais je reste tout de même meilleur qu'Odd. Certes, j'attire facilement le regard des filles, mais je n'y prête aucune attention. Même si certaines d'entre elles étaient plutôt mignonnes, j'ai toujours refusé leurs avances. Mais il y en a une que je ne pourrais jamais me résoudre à repousser si elle venait à se déclarer... On me décrit souvent comme quelqu'un de solitaire, réservais et grognon, ce qui n'incite pas forcément les autres élèves du collège à venir me parler. Et c'est temps mieux. La plupart du temps, je préfère rester seul ou juste avec mes amies. Je n'aime pas voir toutes les attentions se portaient sur moi. Bref, je suis juste un mec sans vraiment d'histoire, n'y rien de vraiment intéressant dans sa vie à part Lyoko et mes amies.

Mais une fois dans le monde virtuel, je me métamorphosais. Je devenais un samouraï capable de découplé ma vitesse de course et de me cloner. Avec mes deux sabres, je me sentais invincible. Je me suis fait dévirtualiser un bon nombre de fois bien sûr, mais je ne me faisais jamais avoir deux fois de la même manière. Je ne pense pas être le meilleur combattant du groupe, mais j'ai quand même vaincu des centaines des monstres de XANA et débloqué de nombreuses situations que même Aelita, Odd et Yumi réunis n'arrivent pas à gérer. Je ne ressentais de la peur que lorsque mes amies étaient en danger, mais cela ne faisait que renforcer ma détermination à vaincre mes ennemis.

Au début, notre rapprochement était uniquement dû au supercalculateur et aux confrontations contre XANA, mais avec le temps, notre amitié était devenue de plus en plus sincère et profonde. On se faisait mutuellement confiance, on se protégeait et on se soutenait peu importe les épreuves. Même malgré nos différences, nos défauts et nos doutes, nous avions réussi à rester soudés. Ils étaient bien plus que des amies pour moi, ils étaient mes frères d'armes et ma vraie famille. Mais maintenant que XANA a été vaincue, je ne peux m'empêcher de me poser des questions. Notre amitié n'était-elle due qu'à notre secret ? Allons-nous rester amies maintenant XANA a été vaincue ? Ou bien allons-nous commencer à nous éloigner peu à peu les uns des autres ? Même si je ne leur avouerai jamais, j'ai peur de les voir disparaître de ma vie. Elle en particulier...

Elle se nomme Yumi, japonaise de naissance à la beauté sans nom. Elle attire facilement les regards des mecs, mais peut trouver le courage de l'aborder. Étant une fille solitaire, discrète et un peu renfermée, il n'est pas toujours facile pour les ados de notre âge de l'aborder. Certains avaient essayé de se rapprocher d'elle, mais avaient vite compris qu'ils n'obtiendraient rien d'autre que de la sympathie. Enfin, ils avaient presque tous compris… Elle n'apprécie pas que l'on soit trop collant, cela a tendance à l'énerver plus qu'autre chose et elle ne peut même se montrer agressive si on dépasse certaines limites. Mais pour ceux qu'elle côtoie régulièrement, elle peut se montrer plus ouverte, douce et joyeuse, mais reste quand même très discrète sur ses sentiments et ses ressentis. Son côté rassurant et compréhensif nous permet de nous confier facilement à elle et de lui parler de nos problèmes. Ayant une grande maturité et une oreille attentive, elle se montre souvent de bon conseil et de plus elle essayée toujours d'aider ses proches malgré ses propres soucis.

Ce sont toutes ses qualités et ses défauts que j'apprécie tant chez elle. J'aime ses moments intimes que nous passons parfois, aussi bref soit-il. Quand cela arrive, ma timidité reprend toujours le dessus et je n'arrive pas toujours à aligner deux phrases cohérentes en sa présence. Mais bon, les mots sont souvent inutiles avec elle, car c'est dans le silence qu'on arrive le mieux à se comprendre. Après tous, que valent les mots face aux gestes et aux actes ? J'espère un jour, pouvoir trouver le courage de lui dévoiler tout ce que je ressens pour elle. Mais je crois que cela n'arrivera jamais. Pas après qu'elle m'est dite qu'on était juste "copain et puis c'est tout". Se souvenir est sans doute le plus douloureux de toute ma vie. Je me souviens de chaque détail de ce moment. J'avais été blessé par ses paroles, mais j'avais préféré aller dans son sens de peur de l'énerver plus qu'elle ne l'était déjà. Ce fut la pire décision de toute ma vie, je la regrettais et la regrette encore aujourd'hui malgré les mois passés. Je sais que j'aurais dû lui avouer ce que ressentait réellement pour elle et que je voudrais qu'on soit plus que de simples amies. Pour moi, il n'y avait qu'elle et nul autre. Pour moi, c'étais elle et puis c'est tout. Repensais à tout ça me déchire le cœur à chaque fois. J'essaye de ne pas trop y pensais, mais cela me revient à chaque fois que je la vois. Je pensais qu'elle n'avait aucun sentiment pour moi, mais à certains moments, elle me faisait douter avec ses paroles et de ses gestes envers moi. À certains moments, elle se montrait plus douce, plus gentille et plus ouverte avec moi qu'avec quiconque, mais cela signifiait-il quelque chose ? Aurait-elle des sentiments pour moi qu'elle se refuse de me dévoiler ? Et si c'était le cas, pourquoi vouloir le cacher ? Que des questions auxquelles je n'aurais sûrement jamais de réponse.

- Bas alors ? Vous étiez où ? Ils sont où les autres ?

Cette voix familière me sortit toutes ces interrogations de la tête. C'était elle. La Japonaise était là, assise seule sur un banc. Toujours vêtu de noir, sans maquillage et ni bijou apparent. Elle était magnifique sous ce soleil. En la voyant, je sentis les battements de mon cœur s'accéléraient. Je lui répondis en la regardant dans les yeux.

- À l'usine, Jérémy doit lancer un retour vers le passé... le dernier.

J'avais prononcé ces deux derniers mots en baissant mes yeux, me rendant compte de l'amère vérité. Jamais plus nous aurions à utiliser se programme qui nous avait sauvés tant de fois et avait effacé toute trace d'attaque de XANA. Mais pas seulement, il nous avait aussi permis de conserver notre secret aux personnes qui avaient découvert le supercalculateur. Yumi se leva du banc et s'approcha de moi en me demandant:

- Bas et toi ? T'es toujours contre l'extinction du supercalculateur ?

Je ne sais pas comment répondre à cette question. Il est vrai que laissé, le supercalculateur allumé représentait un danger, je ne sais pas vraiment lequel vu que XANA a été vaincue, mais j'ai entièrement confiance dans les dires de Jérémy. Mais d'un autre côté, j'ai peur que le fait d'éteindre le supercalculateur ne m'éloigne à jamais de mes amies et de celle que j'aime, mais ça, je ne pouvais le lui dire. Ne sachant que répondre, je lui dis:

- Ouais... Non... J'en sais rien.

Mais la geisha ne voulait pas rester sur cette réponse évasive et me dit avec une voix douce.

- Mais si tu le sais.

Je relève mes yeux et croise son regard. Je soupirais en repensant toutes les fois où nous avions combattu ensemble sur Lyoko. Nous formions une super équipe. Nous arrivions à combiner nos talents respectifs pour créer des attaques redoutables. Je n'avais jamais hésité à mettre ma propre vie en danger pour la protégée. Je l'avais aussi sauvée bon nombre de fois de chute de la mer numérique, la rattrapant de justesse, ce qui engendrait toujours des rapprochements entre nous. Je repensais aussi à ces moments passés près d'elle. Quand nous étions seuls, on ne pouvait s'empêcher de se rapprocher l'un de l'autre, tels des aimants, comme s'il existait un lien qui nous unissait l'un l'autre. Une connexion étrange et profonde qui semblait surgir de nulle part, mais qui ne cessait de nous rapprocher. Peu importe nos problèmes, nos doutes et nos disputes, nous avions toujours su nous retrouver et pardonné nos erreurs.

Mon regard plongé dans le sien, je sentis mon cœur battre plus fort et la peur de la voir s'éloigner de moi ressurgit tout à coup. Mais je ne me sentais toujours pas capable de lui dévoiler mes sentiments. Après quelques instants, je baissai à nouveau mon regard et lui répondis avec une moue triste.

- C'était tellement bien, j'ai pas envie que ça s'arrête.

Le sourire aux lèvres, elle me dit en prenant mes mains dans les siennes.

- Des super moments, il y en aura d'autres, même sans Lyoko.

À ce doux contacte, je ne pue m'empêcher de relever la tête, je replongea mon regard dans le sien. À travers ses yeux, je ressentis toute la sincérité de ses paroles, mais je sentais aussi autre, comme si ces mots avaient une autre signification. Je ne savais pas laquelle mais je sentis tout de même ma peur disparaître, remplaçais par un autre sentiment. L'espoir. L'espoir qu'un jour le voile serait brisé et que nous partagerions bien plus que de super moments. Je ne pue m'empêcher de sourire en lui demandant.

- Promis ?
- Juré.

À ce simple mot, je ressentis une joie immense m'envahir. Nous étions là au milieu de la cour à nous tenir les mains et une vision me vint. C'était un souvenir. Ce moment où nous étions sûrs Lyoko, ou je l'avais sauvé une nouvelle fois d'une chute dans la mer numérique. Mais à la différence des autres fois, nos visages s'étaient rapprochés l'un de l'autre, mais le retour vers le passé était arrivé bien trop vite et nous n'avions pu achever cet acte. Je n'avais jamais trouvé le courage de reproduire ce moment, du moins jusqu'à aujourd'hui. Mon regard plongé dans le sien, je gravais dans ma mémoire chaque détail de ce moment que nous partagions. J'aurais voulu que cela perdure à travers le temps. Main dans la main, nos regards plongeaient dans celui de l'autre, je ressentais une envie. L'envie de m'approcher d'elle et de terminé ce que nous avions commencé. Mais à ce moment-là, la lumière blanche arriva et nous fûmes séparés.

-------------------------------------------------------------------------------------
Chapitre 1: Début d'une nouvelle vie
-------------------------------------------------------------------------------------

POV: Yumi
Ça y est, nous avons enfin éteint le supercalculateur. Ça n'avait pas été facile pour tout le monde, mais nous devions le faire. Nous n'avions pas le choix. Cette machine nous a causé beaucoup trop d'ennuis et de malheurs et même si XANA est mort, nous ne devions jamais plus l'utiliser.

Nous rentrions au collège, l'esprit léger, en compagnie de Jim, qui nous avait surpris près de la plaque d'égout. Comme à son habitude, il était arrivé avec un cran de retard et ne nous avait pas vus en sortir. Notre prof de gym nous racontait que dans sa jeunesse, il avait eu un parcours scolaire très peu mouvementé et qu'il avait été le meilleur élève de sa génération, mais bien sûr, il préférait ne pas en parler. Je me demande toujours si ce qu'il nous raconte est vrai. Comme nous le connaissons, on avait du mal à croire qu'il ait pu être garde forestier au Québec ou bien agent dans les services secrets. Cela me faisait quand même beaucoup rire de l'imaginer en costume noir, lunettes de soleil avec une posture droite et le visage fermé. Non, ça, je n'arrive pas à le croire.

Je marchais au côté d'Ulrich, nous étions très proches, à tel point que nos mains se frôlaient à chaque fois qu'elles se croisaient, ce qui me mit un peu mal à l'aise. Je repensais au moment que nous avions partagé avant d'être engloutis par le retour vers le passé. J'aurais voulu que ce moment dur plus longtemps, mais malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. Enfin, pour moi, ce n'était pas la fin, mais le début. Mais le début de quoi au juste ? J'aurais aimé qu'Ulrich fasse un premier pas vers moi avant que nous ne soyons séparés, mais il avait pris trop de temps, comme d'habitude. Quelle ironie, sûr Lyoko, il était le plus rapide d'entre nous, mais sur terre, il agissait parfois avec une telle lenteur que même Jim pouvait paraître vif comme la foudre. Mais je ne m'en plains pas pour autant, j'ai envie de prendre mon temps avec lui, après tous, nous sommes encore jeunes et nous avons toute notre vie devant nous. J'espère quand même qu'il ne prendra pas trop de temps non plus. Je sais qu'il a encore en tête le "copain et puis c'est tout" et c'est sûrement cela qui le freine. Lui dire ses mots avait été une terrible erreur, mais je ne la regrette plus vraiment. Cela m'a un peu éloigné de lui, c'est vrai, mais ça m'a aussi permis de me rendre compte de la force de mes sentiments envers lui. J'espère que, maintenant que le supercalculateur est éteint, nous pourrons passer plus de temps ensemble. Je lui ai promis qu'on vivrait de super moments et je tiendrais cette promesse.

Je continue de marcher, la tête dans mes pensées, sans faire attention à ce qui m'entoure, lorsque je sentis une légère pression sur ma main. Je tournai la tête pour voir ce que c'était et me rendit compte que c'était la main d'Ulrich. Cette vision me fit rougir. En relevant la tête, je vis qu'Ulrich était un peu crispé, il avait sans doute peur que je le repousse, mais il n'y avait aucune raison à cela. Je serrai légèrement ma main dans la siennes pour lui faire comprendre que j'acceptais se contacte et je le sentis se détendre instantanément. Il dirigea lentement ses yeux vers moi et lorsque nos regards se croisèrent, je vis ses joues rougir rapidement. Je détournai le regard, le sourire aux lèvres, en pensant que je devais sans doute être aussi rouge que lui. Nous continuons à marcher main dans la main pendant un moment. Je suis heureuse de partager ce moment avec Ulrich. Je pensais qu'il aurait trop peur et qu'il faudrait que j'attende un long moment pour qu'il ose créer un nouveau contacte avec moi, mais je l'ai sous-estimé.

Arrivés aux abords de la cour, nous dûmes relâcher nos mains pour esquiver les remarques d'Odd et éviter de faire la une du journal de Milly et Tamiya. Je ne voulais pas précipiter les choses, pour le moment, je souhaite que notre relation reste secrète. Enfin, la plus secrète possible. Tout le monde se doutait des sentiments qui nous unissaient Ulrich et moi. Nous essayons de rien laissait paraître en disant que nous sommes justes amies, mais parfois, c'était impossible avec Odd qui avait compris très vite notre petit manège et nous sortait toujours une de ses blagues pourries dont il a le secret pour nous mettre mal à l'aise. Il était toujours aussi lourd, mais pour lui, c'était sa manière de nous rapprochait, et même si cela m'énerve, je le remercie quand même intérieurement d'essayer.

Arrivé au distributeur de boissons, Jim partis en nous prévenant que le cours de sport des 3ème n'allait pas tarder à commencer. Nous le saluâmes et commencions à discuter quand je vis William venir vers nous avec un grand sourire. Je me demande encore comment il fait pour paraître d'aussi bonne humeur, après tous, il a été le pantin de XANA pendant des mois. Nous l'avions libérée de son emprise, mais le clone qu'avait programmé Jérémy l'avait fait passer pour le pire des débiles et certains élèves et professeurs vont sûrement continuer à le croire à cause de nous… Non pas à cause de nous, mais à cause lui-même, s'il n'en avait pas fait qu'à sa tête et avait écouté nos conseils, il aurait pu vivre normalement, nous aurions certainement vaincu XANA plus rapidement et le père d'Aelita serait, sans doute, encore en vie. Que tout le monde le croit idiot est, pour moi, une bien maigre punition, je pourrais continuer à le blâmer pour ce qu'il a fait, mais j'ai promis à Aelita de faire des efforts et de me montrer plus gentil avec lui, même si je n'en pense pas moins.

- Salut tout le monde, tout va bien ? Demanda-t-il en se plaçant à côté d'Odd.

Odd, visiblement toujours aussi peu rancunier, lui répondit avec sa gaieté habituelle.

- Salut William, comme tu peux le voir, nous sommes tous en vie, nous avons sauvé le monde d'une intelligence artificiel démoniaque et pour finir, nous avons éteint l'ordinateur le plus puissant de la planète, donc oui, je pense que tout va bien.

- Alors ça y est ? Vous l'avez enfin éteint ?
- Oui, lui répondit Jérémy, même si ça as été très dur pour certain d'entre nous, par contre, il faudra que je réfléchisse à un moyen de le bloquer enfin que personne ne puisse y accéder.
- Parce que tu crois que quelqu'un pourrait aller dans l'usine et tombé dessus par hasard ? Demanda William, un peu sceptique.
- Bah, c'est comme ça que Jérémy l'a découvert, lui répondit Aelita, donc oui, il y a des risques pour que des personnes tombent dessus et essayent de s'en servir.

Ulrich, voulant que William parte rapidement, lui demanda d'une voix ferme.

- Bon, j'imagine que tu n'es pas uniquement là pour savoir si on a éteint le supercalculateur, tu nous veux quoi encore ?
- Eh, du calme Stern, je voulais aussi savoir pourquoi vous avez lancé un retour vers le passé tout à l'heure, répondit-il sur le même ton.
- Oh, rien de spécial, s'interposa Jérémy pour calmer les deux rivaux, juste une Sissi qui a découvert le supercalculateur et avait commencé à tout raconter au proviseur, donc il nous fallait effacer sa mémoire avant qu'elle ne finisse à l'asile.
- C'est sûr qu'on ne pouvait pas la laisser partir comme ça, dit Odd avec un air faussement songeur, on s'ennuierait sans elle, à qui je pourrais lancer mes meilleures vannes si elle partait ?
- Tu sais Odd, commença Aelita en le regardant, nous avons dit à Sissi que nous étions amies pour éviter qu'elle ne nous suive encore jusqu'à l'usine, mais pour que ce soit crédible, il faudrait qu'on fasse des efforts avec elle, et puis qui sait, elle changera peut-être son comportement avec nous maintenant.
- Je croyais qu'il fallait avoir plus de trois neurones pour pouvoir changé ?

Nous ne pûmes nous empêcher de rire à cette remarque. La sonnerie retentit dans le collège au même moment. Une fois calmé, Odd nous dit :

- Bon, il faut qu'on y aille, je n'ai pas envie de rater le cours sur la "gymnastique pour ringard super maladroit" présenté par notre bon vieux Jim.
- Ouais, on y va, mais t'as pas intérêt à lui ressortir cette blague pourrie, lui dit Ulrich avec son air grognon. J'ai pas envie de me refaire sermonner par le dirlo à cause de toi.

William un peu surpris demanda à Ulrich:

- Parce que tu te fais sermonner à cause d'Odd maintenant ?
- Ouais et je me prends même des heures de colle à cause de lui et je commence vraiment à en avoir marre.
- Et après, on s'étonne qu'il soit toujours grognon...
- Eh, j'suis pas... grognon...

Tout le monde éclata de rire.

- Bon, il faut vraiment qu'on y aille, on va être en retard, dit Jérémy en reprenant son sérieux.

Je salua mes amies qui partirent en direction du gymnase. J'observais Ulrich s'éloigner, je voyais qu'il était toujours un peu en rogne contre Odd, mais aussi qu'il ne supportait toujours pas la présence de William. Je sentais qu'il essayait quand même de faire des efforts lui aussi, pour preuve, il avait réussi lui parler sans lui sauter à la gorge. J'espère que cela va durer. Mais bon, il ne faut pas rêver, sa jalousie reprendra forcément le dessus un jour ou l'autre, surtout si William continue ses plans de drague...

- Bon, tu viens Yumi, on a cours d'histoire, me dit William.
- Oui, j'arrive, répondis-je en sortant de mes pensées.
- Tu pensais encore à lui n'est-ce pas ?
- Non mais de quoi tu te mêles ? Répondis-je d'une voix ferme.
- Désolé, mais c'est plus clair que de l'eau de roche. Je pense que tu devrais arrêter et penser à quelqu'un qui t'aime vraiment et qui n'a pas peur de le montrer, dit-il avec un sourire charmeur.
- Bon écoute, je t'ai déjà dit d'arrêter avec tes plans de drague à deux balles, je veux bien que l'on soit amies, mais il n'y aura jamais rien de plus entre nous, lui dis-je plus ferme que jamais.
- C'est ce que tu dis, mais je sais que tu finiras par céder.
- Continue de le penser, si te le veux, mais ma réponse restera toujours la même.

Sur ces derniers mots, je partis vers ma classe, suivi par William qui semblait un peu énervé de ce que je lui ai dit. Même si ça m'énerve, il avait raison, je ne pouvais m'empêcher de penser à Ulrich.

POV: Aelita
Je suis enfin libre, XANA est vaincue et le supercalculateur est éteint. Je devrais me sentir heureuse, mais je n'y arrive pas. La peine est trop présente et ne s'en ira pas avant long moment, je le sens. J'ai perdu mon père au cours de notre dernière bataille contre XANA, j'avais essayé de le sauver, mais il s'était sacrifié pour que l'on puisse détruire sa création. J'aurais tellement aimé le faire revenir parmi nous, mais hélas, ce n'est plus possible. Désormais, je suis orpheline, condamnée à vivre sans la présence de parents pour me guider dans la vie. Il me reste quand même mes amies qui pourront m'aider, mais je sais qu'ils ne pourront jamais remplacer ma famille.

Nous étions debout au milieu du gymnase pendant que Jim expliquait ce qu'était la GRS. Je n'écoutais pas ce qu'il disait, car j'avais déjà vécu ce moment. Tous mes souvenirs des moments passés avec mes parents me reviennent. Souvenir d'une vie calme et paisible, ou tous n'était que joies et bonheurs avant que ma mère ne disparaisse. Ses visions, bien que lointaines, étaient gravées dans ma mémoire, elles faisaient partie de moi. Mais maintenant, j'aurais aimé pouvoir les oublier, ses souvenirs d'une vie que je ne connaîtrais jamais plus me faisaient atrocement souffrir. J'essaye de chasser ses visions de mon esprit et de me concentrer sur le cours, mais je n'y arrive pas, je n'y arrive plus. Soudain, j'eus un sanglot et des larmes commencèrent à couler sur mes joues.

Jérémy, qui était à côté de moi et m'ayant entendu, se tourna et me vit en larmes. Il s'approcha doucement et me prit dans ses bras pour me consoler. Cela suffit pour calmer mes pleurs, mais pas ma tristesse. Je me sentais bien en sa présence, même s'il était souvent distant. Mais cette distance était due à son combat contre XANA, il avait passé des mois à écrire des programmes sur son ordinateur afin de le vaincre et nous n'avions pas pu passer autant de temps ensemble que je l'aurais voulu. Je ne m'en plains pas, c'est quand même grâce à lui que j'ai pu revenir de notre monde. Même malgré les difficultés qu'il avait rencontrées, il n'avait jamais abandonné et c'était battu jusqu'au bout pour m'aider à me libérer de XANA. Mais maintenant qu'il n'y a plus de menace, je ne peux m'empêcher de me demander s'il arrivera à décrocher de son écran et passé plus de temps avec moi.

- Qui a-t-il Aelita ? Pourquoi pleures-tu ? Me demanda-t-il d'une voix douce, qui me sortit de mes songes.

Toujours dans ses bras, je sentis une larme roulée sur ma joue quand je lui répondis :

- Je pensais à mon père...
- Ah oui, je comprends, mais tu sais, ce n'est pas de ta faute, il a choisi de se sacrifier pour toi.
- Oui, je sais, mais j'aurais aimé que les choses se passent autrement, dis-je d'une voix triste.
- Moi aussi, j'aurais aimé le faire revenir parmi nous, il y a tellement de choses que j'aurais voulu lui demander, dit-il d'un air rêveur.

Ah, celui-là alors, il est irrécupérable, toujours sa curiosité scientifique. Cette pensée me fit sourire. Il ne changerait jamais de ce côté-là. Toujours des questions pleines la tête. Questions auxquelles il finit toujours par obtenir des réponses, peu importe la difficulté, tout comme mon père...

Mes larmes recommencèrent à couler à cette pensée. Jérémy me voyant sentant à nouveau pleurer me demanda avec douceur :

- Tu veux aller à l'infirmerie pour te reposer ?
- Non, ça va aller ne t'en fais pas, lui dis-je en souriant.
- Tu en es sûr ? Parce que sinon je peux te trouver une excuse, Odd m'a appris les mille et une manières de sécher le sport.

Je me mis rire doucement, je ne doute pas une seconde de ce qu'avance Jérémy, mais je n'ai pas envie de partir, je préfère rester pour me changer les idées. Je savais que si j'allais à l'infirmerie, je n'allais pas arrêter de pleurer la mort de mon père. Afin de changer de sujet, je lui dis d'une voix douce en resserrant notre étreinte.

- Non, il me faut juste le confort de tes bras pour me consoler.

À ses mots, je sentis Jérémy se crisper et je savais que si je le regardais, je le verrais encore plus rouge que la veste de Jim. Cette pensée me fit encore rire, mais intérieurement, il n'était jamais l'aise quand je lui disais des mots doux. Je tourna ma tête pour voir ce que fessaient les autres. Quand mon regard croisa celui de Jim, je le vis faire un petit sourire en nous disant :

- Eh les tourte... Eux, je veux dire Belpois ! Stones ! Ce n'est pas le moment pour les câlins, on est ici pour transpirer et se muscler.

En nous séparant Jérémy lui répondit.

- Transpirer c'est sûr, mais se muscler, ça, je sais pas.

Tout le monde rigola de cette remarque. Après que Jim est calmé tout le monde, il reprit ses explications.

POV: Odd
J'essaye de me concentrer sur ce que disait Jim pour pouvoir lui sortir mes meilleures vannes, mais j'avais beaucoup de mal à suivre, pour dire, même Jérémy arrive à faire rire l'assemblée et moi, je n'avais pas encore ouvert me bouche une seule fois, ce qui est une première depuis que je suis arrivée dans ce collège.

Je ne peux m'empêcher de penser à Lyoko, je n'arrive toujours pas à croire que ce soit fini. Même si, devant les autres, j'affirme le contraire, je sentais que rien ne pourrait remplacer le monde virtuel. Même remportées toutes les compétitions de skate et sorties avec les plus filles du monde, ne pourront remplacer les sensations de Lyoko. D'habitude, je ne me fais pas de soucis pour mon avenir, je n'y pense même jamais à vrais dire. En général, je préfère vivre les choses au jour le jour, mais là, c'est différent. Que vais-je pouvoir faire maintenant ? Les choses vont être complètement différentes, plus d'excuse pour sécher les cours, plus de combats, plus de danger de mort. La vie va être bien triste, je le sens.

Après le sport, nous avons rejoint la classe de Mme Hertz pour un cours de physique. Je n'ai absolument rien suivi, l'heure était passée très rapidement. En même temps, je me suis endormi sur ma table. J'avais rêvé que Jérémy nous appelait pour nous dire que son programme n'avait pas fonctionné et que XANA était encore en vie. Mais à mon réveil, je me suis rendu compte de la réalité. Le programme de Jérémy avait été très efficace et plus jamais il nous appellerait pour nous prévenir qu'une tour est activée et qu'il faudrait le rejoindre à l'usine.

À la pause, nous rejoignons le distributeur. Nous y vîmes Yumi et William qui discutait, pour le plus grand déplaisir d'Ulrich. À notre approche, Yumi nous demanda :

- Alors ça était le sport ce matin ?
- Plutôt oui, lui répondis-je avec un grand sourire, Jérémy et Aelita en ont profité pour se faire des câlins quand Jim ne les regardait pas.

Je regarda les deux génies qui rougissaient à vue d'œil pour mon grand plaisir. Mais Ulrich, voyant leur mal aise, intervint pour changer de sujet.

- En attendant, Jérémy réussit à faire rire tout le monde, mais toi par contre, je ne t'ai pas entendu prononcer un seul mot, ça ne te ressemble pas, qu'est-ce qui t'arrive ?

J'aurais dû me douter que quelqu'un se rendre compte de mon mutisme pendant le sport, mais j'avais déjà une bonne excuse pour justifier mon silence.

- Bas désolé cher public, mais j'étais en manque d'inspi, et puis il fallait que je réfléchisse à un plan pour aborder Manon.
- Qui ça ? Me demanda Ulrich.
- Tu sais Manon qui est dans la classe de Yumi et William.
- Mais tu sortais pas déjà avec Cloé où je ne sais plus qui ? Demanda Yumi
- Bas, non, en ce moment, je suis libre comme l'air.
- Mais dis-moi, tu n'étais pas déjà sorti avec elle l'année dernière ? Me demanda William, il me semble en plus que ça ne s'est pas très bien terminé pour toi.
- Oui, c'est vrai, j'avais fini cette relation avec sa main gravée sur ma joue, mais là, ce n'est pas pareil. Cette fois, je suis sûr c'est la bonne.
- Tu dis ça de toutes les filles avec qui sort, me dit Aelita avec un sourire.

Tout le monde rigola, elle n'avait pas tort, à chaque fois que je sors avec une fille, je me dis que c'est forcément avec elle que j'arriverais à me caser. Mais bon, quand je vois toutes ces jolies filles qu'il y a autour de moi, je ne peux m'empêcher de les aborder et de les faire succomber à mon charme. D'un ton faussement vécé, je leur dis :

- C'est ça, rigolait, en attendant, je suis le seul à assumer mes sentiments quand j'aime une jolie fille.
- Et c'est pour ça qu'on ne finit pas nos semaines avec les joues rouges à force de recevoir des claques, me dit William en rigolant. Au fait, fais attention à toi, il y a Anaïs qui te cherche, et elle n'est pas de très bonne humeur. Je serais toi, je disparaîtrais le plus vite possible.
- Quoi ? Dis-je en étant surpris, mais je croyais avoir rompu avec elle il y a 3 jours.
- Bah, apparemment, elle a l'air d'être au courant.
- Oh là là, l'angoisse, cette fois, c'est sûr, je vais mourir.

Tout le monde rit de plus belle.

- Bon, je vais aller à la bibliothèque, dis-je en commençant m'éloigner, elle ne pensera jamais à venir me chercher là-bas.
- Attends-moi, je viens aussi, m'interpella Jérémy, tu nous accompagnes Aelita ?
- Oui avec plaisir, lui répondit celle-ci.

Et nous partîmes vers la bibliothèque, j'espère ne pas croiser Anaïs sur le chemin. Je la côtoie depuis peu, mais j'avais entendu dire qu'elle avait un caractère explosif et qu'elle pouvait faire très mal quand elle s'énervait. Bon, même si je ne pense pas qu'elle soit au même niveau que Yumi, je préfère ne pas prendre le risque de finir au cimetière avant l'heure.

POV: William
Après la pause, nous avions rejoint notre salle de cours, nous avions italien. Parfais, me dis-je, je vais pouvoir utiliser cette langue pour séduire Yumi qui est assise juste côté de moi. J'essaie de lancer la conversation depuis un moment, mais elle me répond toujours avec froideur. Je vois qu'elle essaye de se concentrer le cours, elle est toujours aussi studieuse. Le prof l'interroge régulièrement et elle lui répond toujours les bonnes réponses, ce qui lui vaudra encore de bonnes notes à coup sûr. Je ne peux pas en dire autant de mon côté, le prof ne m'a même pas interrogé une seule fois. Bon, d'un côté, je le remercie, car je n'arrive pas du tout à suivre, mais de l'autre cela me fait vraiment prendre conscience de ce que j'ai perdu pendant que j'étais sous l'emprise de XANA. J'ai été sous son contrôle durant plus de 6 mois et c'est un clone polymorphe que Jérémy a créé qui suivait tous les cours à ma place. Allez savoir pourquoi, mais Jérémy en avait fait le pire des idiots, et d'ailleurs, maintenant que j'y pense, il faudra que je lui fasse payer un de ces quatre, mais en attendant, j'essaye de prendre des notes sûres la cour d'aujourd'hui.

La journée passa vite, Yumi s'était un peu détendue avec moi et me parlait avec plus de douceur que ce matin. Même si elle restait toujours concentrée pendant les cours, j'essayais de lui parler de choses et d'autres pour qu'elle s'intéresse à moi tout en lui glissant quelques mots doux au passage, mais de se coter là, elle restait toujours de marbre.

Vers 16h, nous sortions du cours de français, qui était le dernier de la journée. J'étais un peu démoralisé, rien de ce que j'ai pu lui dire de la journée n'a eu le moindre effet sur elle, mais je n'avais pas l'attention d'abandonnée. Une fois dans la cour, je demandai à Yumi :

- Comment tu fais pour être aussi studieux dans n'importe quel cours ?
- Je suis travailleuse, c'est tout, me répondit-elle, et puis c'est pour faire plaisir à mes parents.
- Ça se comprend, moi par contre, je vais sûrement me prendre des zéros partout avec tout ce que j'ai raté.
- Ne t'inquiète pas pour ça, le clone qu'a créé Jérémy n'a pas arrêté de prendre des notes pendant les cours, tu auras juste à les lire.
- Ah bon ? Je savais pas, en même temps, je n'ai pas ouvert un seul cahier depuis que je suis de retour.
- Tu n'as pas changé à ce que je vois, mais qu'est-ce que tu fais le soir si tu ne révises jamais, me demanda-t-elle en rigolant.
- Bas rattrape mon retard dans les jeux et les films que j'ai ratés. Il en a beaucoup et il faut que je me mette à jour, dis-je avec un sourire.
- Tu devrais quand même prendre le temps de réviser un peu si tu ne veux pas redoubler l'année prochaine.

Quand elle me dit ça, une idée me vint. Une idée qui pourrait aussi bien me permettre de rattraper mon retard que de passé plus de temps avec elle. Avec cette nouvelle idée en tête, je lui dis :

- Bas, même si je m'y mets maintenant, je sens que je vais avoir beaucoup de mal à rattraper mon retard, mais je me dis que tu pourrais m'aider à réviser.
- Eh bien, d'accord, mais t'a pas intérêt à tenter quoi que ce soit avec moi.

Comment a-t-elle deviné mes plans ? En effet, j'avais l'intention de la séduire pendant nos temps de révision, mais elle avait découvert mes projets. Peu importe, je vais quand même tenter le coup. Je n'abandonnerai pas tant qu'elle ne m'aura pas sauté dans mes bras. Pour la rassurer, je lui dis :

- Bas, je vais essayer, mais je ne te garantis rien. Bon, on peut commencer maintenant ?
- Désolé, mais là, je dois me rendre au gymnase, on a un entraînement de Pencak Silat avec Ulrich, me répondit-elle avec un air rêveur.

Ulrich ! Toujours Ulrich ! Mais pourquoi veut-elle passer autant de temps avec ce crétin ? Qu'est-ce qu'il a de plus que moi ? C'est vrai qu'ils ont été très proches, à cause, au supercalculateur et qu'ils avaient passé beaucoup de temps à combattre XANA, mais quand même, Ulrich n'est qu'un collégien qui ne comprend encore rien à la vie, alors que peut-il savoir de l'amour ? Il faut que j'arrive à les empêchais de se retrouver seules, cela les empêchera sûrement de se rapprocher. Pour commencer, je vais aller les observer dans le gymnase en faisant en sorte qu'ils me voyaient et après leur entraînement, je proposerais à Yumi de la raccompagner chez elle, mais il faudra que je sois rapide pour éviter qu'Ulrich ne me devance. Ce gamin n'aura jamais ma bien-aimée et j'utiliserais tous les moyens possibles et imaginables pour le faire succomber, j'en fais le serment.


Dernière édition par Alexandre Belpois le Dim 18 Sep 2022 18:19; édité 6 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
lyvkofan MessagePosté le: Mer 07 Sep 2022 00:19   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 12 Juil 2014
Messages: 26
Localisation: Sûrement sur Lyoko
Salut !

Une fanfiction classique commençant dès la fin du dessin animé, pourquoi pas ?

Nous avons un Ulrich nostalgique qui ne sait pas comment rebondir maintenant que le chapitre XANA est clos, doublé d'une petite introspection sur sa personne, m'oui et après ? Wink Ton premier chapitre ne nous aide pas vraiment à savoir ce qui nous attend après, mais patience est mère de toutes les vertus !

Citation:
par contre je vous demanderais de faire abstraction de mes éventuels fautes d'orthographe (Le français me faisais dormir plus qu'autres chose a l'école)


D'accord mais là il y en a beaucoup trop. Je ne sais pas si c'est une difficulté plus poussée que tu as ou juste la flemme qui a pris possession de toi, mais je te conseille vivement de te relire ou de faire appelle à quelqu'un pour te corriger, car c'est vraiment dur de continuer de lire un texte contenant tant de fautes. Les erreurs d'inattentions ça peut arriver mais là c'est plus que ça. ^^'

Bon courage à toi pour la suite de ton histoire.

A bientôt.

_________________
. . .

2 AM and she calls me 'cause I'm still awake
"Can you help me unravel my latest mistake?
I don't love him, winter just wasn't my season"


http://zupimages.net/up/16/33/98o3.jpg

« Il n'a plus assez de musique dans son cœur pour faire danser sa vie. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Ikorih MessagePosté le: Mer 07 Sep 2022 13:40   Sujet du message: Répondre en citant  
M.A.N.T.A (Ikorih)


Inscrit le: 20 Oct 2012
Messages: 1529
Localisation: Sûrement quelque part.
Toi aussi tu veux poster une fanfiction Code Lyoko mais tu n'as pas lu le Règlement des Fanfics ? Pas de panique, poste dans Fictions et textes, le Pôle Fanfic ne te verra même pas !


Eh bien... raté. Je m'occupe de bouger ton sujet dans la bonne section mais je vais te laisser corriger la balise tout seul.

Alors déjà, oui, comme cela a été dit, "faire abstraction des fautes d'orthographes" nai pa 1 aupsion. On est pas des monstres (la preuve Icer ne s'est pas fait lock hihi) mais à un certain point, qui est atteint ici, cela gêne réellement la lecture : parfois, ton lecteur va juste bugger en se demandant ce que tu as voulu dire, ou alors ça va ruiner tes phrases percutantes. Ainsi, l'échange "Promit ?" "Jurait" perd toute crédibilité parce que les verbes sont mal conjugués. Dommage, c'était le climax du chapitre 1.
Bref, un correcteur orthographique n'a jamais tué personne, bon en français ou pas. Quand tu ouvres un livre, il n'y a pas de fautes d'orthographe dedans.

Ensuite, bon, le choix de réécrire des passages de la série a déjà été fait par d'autres auteurs et n'est pas fondamentalement mauvais, mais il faut que tu aies conscience du fait que... bah, ton lecteur a déjà vu la scène dans la série (surtout celle là qui est assez emblématique). Donc il va falloir trouver un moyen de rendre ça intéressant. Je salue l'effort fait sur les descriptions (c'est ce qui sauve ton texte du lock instantané d'ailleurs), malheureusement elles ne nous racontent pas grand-chose de neuf puisqu'elles nous présentent Ulrich... un personnage que normalement, tout le monde connaît. Donc c'est bien, mais on aimerait plus, de l'inédit. Je vais te renvoyer vers une fanfic qui a plutôt bien fait dans la catégorie "reprendre des passages de la série à sa sauce" : Le Poids des Souvenirs de Dyssery, centrée sur William fin S4-post S4.

Il reste maintenant à savoir ce que tu comptes faire, maintenant que tu as dépassé la fin de la série. Pour le moment, il est difficile de te juger sur tes propres idées scénaristiques ou ton traitement des personnages (toujours pour la même raison, tu restes prudemment dans les jalons de l'épisode), mais la suite devrait permettre de trancher plus aisément.
Je me permets tout de même d'insister : un effort d'orthographe va être à faire pour le confort de tous, parce que c'est extrêmement limite. Comme dit, ce qui sauve le cul de ton texte pour le moment, c'est que tu as fait des efforts pour décrire plutôt que d'enchaîner cinquante tirets de dialogue (et ça c'est bien), et qu'il est impossible de juger ton scénario puisqu'on ne le connaît pas encore.

Voilà, la balle est dans ton camp désormais !

Spoiler

_________________
"Prouve-moi que tu avais raison, Jérémie, dans tout le mal que tu as causé."
Oblitération, chapitre 13

http://i39.servimg.com/u/f39/17/09/92/95/signat10.png
Et je remercie quand même un(e) anonyme qui refusait qu'on associe son nom à ce pack Razz

http://i81.servimg.com/u/f81/17/09/92/95/userba11.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Alexandre Belpois MessagePosté le: Mer 07 Sep 2022 18:43   Sujet du message: Répondre en citant  
[Kankrelat]


Inscrit le: 21 Oct 2019
Messages: 9
Merci à vous lyvkofan et Ikorih, comme je le disais plus haut, le français n'a jamais été mon fort et je ne m'étais pas rendu compte que j'avais fait autant de faute. J'ai essayé de rattraper le plus gros de mes erreurs avec des outils sur Internet, mais j'essaierais de trouver quelqu'un pour faire un travail plus propre.

Je sais que certaines scènes ont déjà été écrites dans des fanfics, mais j'avais besoin de cette scène aussi bien pour m'entraîner à écrire comme je l'ai dit, mais aussi parce qu'elle sera importante pour le chapitre suivant.

En-tout-cas, je vous remercie pour ces conseils que vous m'avez donnés.

Suite à l'écriture du second chapitre, je me suis rendu compte que le premier, que j'avais déjà publié, était plutôt court et que pour les connaisseurs de la série, ce n'est pas un passage obligatoire à lire. Ainsi, je me suis dit que le premier chapitre allait devenir le prologue et que le second que je viens de publier va devenir le vrai chapitre 1 de mon histoire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Evil Goat MessagePosté le: Dim 25 Sep 2022 00:27   Sujet du message: Répondre en citant  
 


Inscrit le: 24 Mar 2012
Messages: 591
Pour te permettre de poster une éventuelle suite, je vais profiter de l'écriture d'un post pour me livrer à l'exercice d'une petite critique.

Le manque de descriptions, que ce soit des personnages, des lieux où même de détails sur les scènes laissent le texte un peu fade. Et je ne pense pas que le fait de simplement raconter ait beaucoup aidé l'opération. Je ne suis pas un fervent défenseur du show don't tell dans la prose, cependant, il y a beaucoup de fois où montrer vaut mieux que raconter (bien que ça soit plus long et demande un effort de description pas nécessairement simple quand on fait ses premiers pas et qu'on tâtonne à rechercher son style). Et quand je parle de monter, c'est de décrire une scène qui se passe, pas expliqué qu'elle a eu lieu sans plus de développement.

Je vais rejoindre la remarque d'Ikorih sur la présentation d'Ulrich et des attaques passés de XANA qui, n'apportant rien de substantiellement nouveau, questionnent même la légitimité d'un tel prologue.

La scène entre Ulrich et Yumi me semble tourner en rond dans les descriptions. Rappelant régulièrement le fait que son cœur bat en sa présence. D'un côté, on ressent un peu la "tension" sans doute à cause des maladresses descriptives. Une sorte de semi-réussite par ricochet (à voir, si le fait de ressentir le malaise par la complexité qu'il éprouve à avouer ses sentiments y était volontaire).

Sur le chapitre 1, on passe sur le point de vue de Yumi. Le premier paragraphe m'a paru un peu lourd, ce qui est une critique qui s'applique à une bonne partie des formulations dans ce texte. Tu insistes peut-être un peu trop sur les éléments mis en avant, comme si tu voulais être sûr qu'on ne louperait pas le message.
Le format adopté dans cette fanfic, à la manière d'un "journal intime" offre en effet un caractère plus intimiste, permettant généralement de plus facilement s'approprier les pensées du personnage visé, mais ici, j'ai beaucoup de mal à ne pas me sentir mal à l'aise face à certaines descriptions. Comme si ça faisait "faux" ou "forcé". (Je parle entre autre du moment que Yumi passe avec Ulrich main dans la main... j'aurai sans doute trouvé ça "chou" mais là, je n'y arrive pas).
Par contre, le coup de la relation secrète ne me semble pas incohérente, donc à partir de là, je trouve que ça devient un peu plus intéressant. Puis, plus loin, le retour des analepses intrusives sur un sujet dont on est en théorie déjà au courant si on a vu la série.

Quelques remarques liées aux dialogues (des petits trucs qui m'ont sauté aux yeux).

Citation:
- Salut William, comme tu peux le voir, nous sommes tous en vie, nous avons sauvé le monde d'une intelligence artificiel démoniaque et pour finir, nous avons éteint l'ordinateur le plus puissant de la planète, donc oui, je pense que tout va bien.


Selon moi, c'est de la sur-exposition. Ce qui est dit, manque de naturel, est forcé... et même au nom de l'ironie, ça me semble un humour quelque peu bancal. Bien que Odd ne soit généralement pas à son premier coup d'essai en la matière, j'ai bien du mal à l'imaginer sortir ça de cette manière dans ce contexte. Ce point me permet de m'intéresser à quelques maladresses dans les dialogues, qui respirent pour la plupart cette même atmosphère de "too much". Une réplique qui, à mon avis, n'aurait jamais eu lieu de cette façon en temps normal.

Citation:
- Oui, lui répondit Jérémy, même si ça as été très dur pour certain d'entre nous, par contre, il faudra que je réfléchisse à un moyen de le bloquer enfin que personne ne puisse y accéder.
- Parce que tu crois que quelqu'un pourrait aller dans l'usine et tombé dessus par hasard ? Demanda William, un peu sceptique.
- Bah, c'est comme ça que Jérémy l'a découvert, lui répondit Aelita, donc oui, il y a des risques pour que des personnes tombent dessus et essayent de s'en servir.


D'un côté, ils n'ont pas totalement tort de soulever ce point.... MAIS, Je trouve que ce n'est vraiment pas cohérent vis-à-vis de l'intelligence des personnages. Tout ceci m'a l'air de se baser sur une supposition qui impliquerait, selon un hasard quand même important, qu'une personne ait l'idée de se rendre dans l'usine, puis, ait l'idée d'utiliser le monte-charge pour descendre. Ce qui demande une combinaison de conditions élevées. Pourquoi ? Comment ils en arrivent à la conclusion que ça arrivera ? Car Jérémie l'a fait une fois ?
On rappelle doucement que Jérémie avait découvert le supercalculateur, parce qu'il cherchait des pièces pour fabriquer des robots.
Le cas de Jérémie était quand même particulièrement précis et spécifique.
Je doute donc qu'une telle situation pourrait se reproduire de manière si commune. Ce qui donne un petit goût de paranoïa à la remarque du blond à lunette. Ce qui rend d'autant plus étrange le parti pris par Aelita juste après. Elle est supposée être intelligente.



Citation:
Nous étions debout au milieu du gymnase pendant que Jim expliquait ce qu'était la GRS. Je n'écoutais pas ce qu'il disait, car j'avais déjà vécu ce moment. Tous mes souvenirs des moments passés avec mes parents me reviennent. Souvenir d'une vie calme et paisible, ou tous n'était que joies et bonheurs avant que ma mère ne disparaisse. Ses visions, bien que lointaines, étaient gravées dans ma mémoire, elles faisaient partie de moi. Mais maintenant, j'aurais aimé pouvoir les oublier, ses souvenirs d'une vie que je ne connaîtrais jamais plus me faisaient atrocement souffrir. J'essaye de chasser ses visions de mon esprit et de me concentrer sur le cours, mais je n'y arrive pas, je n'y arrive plus. Soudain, j'eus un sanglot et des larmes commencèrent à couler sur mes joues.


Je passe directement au point de vue Aelita pour m'intéresser à ce passage. Si on oublie le caractère soudain du PTSD... je présume que tu poses subtilement les graines d'une intrigue concernant Anthéa ?
(c'est ce que me laisse présager le passage).

Quant au reste du chapitre, rien à signaler qui ne fasse doublon à ce que j'ai déjà pu dire précédemment.

Ah, si, la définition de la drague selon William en ferait probablement rougir un autre.


Bien, si je peux donner un avis global. Le texte tourne un peu en rond par moment, pas mal de meublage et de dialogues aux formulations lourdes et alambiquées. Si tu arrives à mieux développer les descriptions, décrire les personnages, les lieux, je pense que ça sera déjà bien plus engageant.
Concernant l'intrigue, ça ne décolle pas trop pour l'instant. J'attends de lire les prochains chapitres pour donner un avis plus concret dessus : je dirai juste que pour le moment, des trucs pas trop mal se dissimulent dans du moins bon. Ce qui veut dire qu'avec du travail, tu pourrais en sortir quelque chose de bien meilleur.

Mon premier conseil serait de lire des livres (c'est sûrement un des conseils les plus prévisibles et les plus ennuyants, mais en lisant, tu remarqueras sans doute des pratiques, des habitudes d'auteurs, des codes, etc... le genre de chose qui te permettra de forger ta propre pratique de l'écriture, qui prend du temps à affiner). L'autre conseil, c'est de se relire. Autre conseil bateau, on me dira, et pourtant... laisser reposer son texte 2-3 jours afin de penser à autre chose, puis revenir dessus permet d'éliminer beaucoup d'erreur. Combiné à un outil de correction orthographique, il y a beaucoup de fautes dont tu pourras te débarrasser. Et mon dernier conseil, te faire relire par quelqu'un en qui tu as confiance... un regard extérieur te permettra de relever coquilles restantes et problèmes liés à l'intrigue (incohérences, flou, etc).

Voilà, c'est tout pour moi. Je te souhaite bon courage pour ta fanfiction.
Curieux de lire ce que tu nous réserves pour la suite.

_________________
https://media.discordapp.net/attachments/942464301208318034/1023277030759989258/clfr_signature.png

Oserez-vous passer la douane de la Frontière Virtuelle ?

Anciennement Kasux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Stephane15 MessagePosté le: Mar 27 Sep 2022 07:59   Sujet du message: Répondre en citant  
[Tout juste inscrit]


Inscrit le: 25 Sep 2022
Messages: 1
Bonjour,

Merci pour le partage de cette petite histoire. Le script est quand même pas mal. J'ai hâte de lire la suite.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0643s (PHP: 73% - SQL: 27%) - Requêtes SQL effectuées : 19