CodeLyoko.Fr
 
 Dernières news  
[IFSCL] Une saison 5 ? Presque...
[Site] Une news de news !
[Créations] JamFiction sur Code Lyoko par St...
[Créations] Le Covid-19 n'a pas tué nos talents
[Site] [Mise à jour] - Cartoon Fair - U...
[Code Lyoko] Interview de Julien Lamas...
[IFSCL] IFSCL - Bande annonce fangame 4.0.X
[Site] Les trouvailles du Père Dudu - E...
[Site] Reboot VS Code Lyoko : le dossier
[IFSCL] Le retour des voix officielles!
 
 Derniers topics  
Quel est votre X.A.N.A-guerrier favori ?
Nouveaux Membres : Présentez-vous !!!
[Fanfic] Ragnarök
[One-shot] Transmission
Votre forme maléfique de Jérémie préf...
[FanGame(encore un)] Lyoko Conquest
[INTERVIEW] Acteurs Code Lyoko Évolut...
Produits dérivés Code Lyoko
Les Lyokofans parlent aux Lyokofans
[Galerie] Trucs, bidules, choses Made...
 
     
 Accueil | Règles du forum News | FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | T'chat | Retour au site 
  Bienvenue, Invité ! (Connexion | S'enregistrer)
  Nom d'utilisateur:   Mot de passe:   
 

[One-shot] Transmission

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko


Page 1 sur 1







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
 Auteur Message
Minho MessagePosté le: Ven 12 Juin 2020 19:39   Sujet du message: [One-shot] Transmission Répondre en citant  
[Blok]


Inscrit le: 29 Jan 2016
Messages: 105
Spoiler


T R A N S M I S S I O N


̶ Dis-moi ce que je veux entendre, supplia Sam.

Elle venait de quitter la scène de fortune d'un bar de petite ville, après avoir trébuché - s'interrompant au milieu des histoires, s'enfuyant sur des tangentes, oubliant ce qu'elle disait au milieu de la phrase - à travers une performance qu'elle avait été embauchée pour faire. Elle était visiblement intoxiquée. Elle avait bombardé.

̶ Dis-moi que je suis drôle et que tu m'aimes.

Sam s'accrochait fermement à un verre de bourbon.

Je lui ai dit ce qu'elle voulait entendre : qu'elle était drôle, jolie et qu’elle avait totalement géré sa presta. Elle ne me croyait pas - je ne me croyais pas - mais elle a souri et est allée au bar. Je l'ai retrouvée une heure plus tard. Elle avait un autre verre à la main et s’apprêtait à enchaîner avec des shots.

Au moment où nous sommes rentrés à la maison, elle était tellement ivre qu'elle s'est évanouie sur le lit, sanglotant, dos à moi. Je ne savais pas quoi faire, alors je l'ai juste tenue. Je suis resté éveillé pendant des heures pendant qu'elle dormait.

Avant le spectacle, elle avait bu plusieurs nuits de suite. Je le sais, parce que je lui parlais tous les soirs, et chaque soir, elle était toujours au bar ou en rentrant du bar, sa voix était bordée de la langueur glissante et dangereuse qu'elle avait quand elle buvait. Quand je suis arrivé pour la voir cet après-midi-là, à trois heures de route à travers un col montagneux du nord, dans un voile blanc presque aveuglant, elle était toujours suspendue au divin nectar.
J'avais essayé de ne pas être blessé, mais je l'étais. Cela m'a donné l'impression qu'elle ne m'accordait pas de valeur : ni à mon temps, ni aux efforts que je faisais pour lui montrer que je la soutenais. Allongé là dans le noir, tenant son corps chargé d'alcool contre le mien, je me suis dit que ce n'était pas vrai. Sam a juste eu une semaine difficile. Bien sûr, je comptais pour elle.

Une fois que vous commencez à mentir à d'autres personnes, il devient plus facile de vous mentir. L’habitude.
Quand nous avons commencé à sortir ensemble, Sam et moi avons fait toutes les choses habituelles : dîner, danser, bars. Quand je venais visiter, nous sortions habituellement. Je sentais que ce que nous faisions était normal, mais depuis, j'ai commencé à repenser cela - il se pourrait que ce soit juste normal pour nous. Je travaille dans les bars depuis 15 ans, depuis que j’ai foiré mon bac. Ce que je considère comme une boisson « normale » ne l'est probablement pas.

Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois après la période Kadic, Sam m'a dit qu'elle était sobre depuis six mois et qu'elle venait juste de recommencer à boire; elle s'était arrêtée, a-t-elle dit, parce que son partenaire précédent l'avait accusée d'être alcoolique « pour le contrôler ». C'était libérateur, me dit-elle, de sortir avec quelqu'un qui ne lui en voulait pas pour ses nuits folles ou un verre de vin avec le dîner.

Rétrospectivement, cela aurait dû être un drapeau rouge.

Ce n'est pas mon premier rodéo avec quelqu'un qui a une relation difficile avec l'alcool et les drogues. À la fin de l'année dernière, j'ai arrêté de parler à un ami de longue date parce que sa consommation d'alcool et de drogues était hors de contrôle. C’était tout ce qu’il lui permettait d’oublier Xana pour quelque temps.

Dans chaque relation que j’ai eu avec une personne comme celle-ci, ce qui m’a stupéfait, c’est la capacité de l’utilisatrice de substances à réécrire la réalité pour tenir compte de son comportement. Ce n'est jamais l'alcool ni la drogue. Ce n'est jamais elles les fautives. C’est toujours le monde, ou les circonstances, ou moi.
Je suis trop dur avec eux. Je ne suis pas assez doux. J'attends trop.
C’est toujours ma faute.
Et elles ont raison.
Le dénominateur commun, c’est moi.

Je ne suis pas en mesure de juger qui que ce soit, au-delà de dire comment leur comportement influe directement sur ma vie. J'ai une anxiété chronique et je sais que parfois, souvent, j'utilise l'alcool comme béquille pour réduire cette anxiété. Ma consommation d'alcool a été un problème pour moi dans le passé; c'était un trou dans lequel j'ai rampé quand j'étais déprimé, un trou qui m'a pris des années à ramper, dont je rampe toujours. Bien que ces jours-ci, je sois rarement ivre et que j'arrive à gérer le quotidien - factures payées, délais respectés, vie sociale saine (à distance en toute sécurité) - je continue à me soigner avec de l'alcool. Je travaille dur pour créer de meilleurs mécanismes d'adaptation pour le remplacer, et c'est quelque chose que mon thérapeute, mon médecin et moi gérons ensemble.

Ça va mieux, mais je sais que c'est un problème.

Je ne sais pas quand les choses ont commencé à glisser avec Sam, mais je sais que cette nuit de décembre a été un tournant. Je ne me souviens que d'une poignée d'occasions où je lui ai parlé ou que je l'ai vue quand elle était sobre après cela.

Sam s'est peu à peu retirée de notre cocon, déprimée. Elle buvait de plus en plus et utilisait souvent des produits comestibles très puissants; parfois, elle me parlait et la mauvaise herbe donnait un coup de pied au milieu de la phrase et elle s'arrêtait, donc lapidée elle avait oublié ce qu'elle disait, après quoi toute autre conversation avec elle était impossible.
Je me sentais seul d’être avec elle quand elle était comme ça. Comme si elle n'était même pas là. Comme si elle ne voulait pas l'être. Avec moi.
En janvier, les choses ont vraiment mal tourné, très vite.
Le soir du réveillon de nouvel an, Sam était tellement saoule qu’elle s'est évanouie pendant que je l'attendais. Elle a menti sur ses progrès en consommation d'alcool, rompant les promesses de sobriété pour moi, pour son médecin, même pour une amie qu'elle était allée aider à se remettre d'une opération. Elle m'a trompé alors qu'elle était ivre; le lendemain, elle était en gueule de bois et m’a suggéré un trio avec la personne qu'elle avait baisée. Elle a volé dans une crise d'insécurité - je ne l'aimais pas, j'allais l'abandonner, je n'étais pas attirée par elle - et elle s'est disputée avec le premier venu lorsqu'elle était ivre, ce qui était souvent le cas. J'avais peur qu'elle s'évanouisse quelque part et se fasse violer, ou qu'elle ait un accident de voiture.

Le jour de la Saint-Valentin, Sam m'a appelé à minuit, très ivre, et m'a dit qu'elle voulait coucher avec un couple qu'elle avait rencontré au bar. Quand j'ai refusé, elle est tombée dans le sanglot, le tournoi à la ronde se disputant des ivrognes, où aucune raison ne peut les atteindre; elle a affirmé qu'elle avait découvert qu'elle était poly, que je devais la laisser parce qu'elle le méritait, que mon refus était émotionnellement abusif. Elle buvait encore quand elle s'est écriée et s'est endormie.

Quand elle l'a fait, je me suis retourné, j'ai pris un Ativan et l'ai poursuivi avec ma dose prescrite d'antibiotiques. J'étais atteint d’une sale pneumonie, trop faible pour sortir du lit, fiévreux et toussant, depuis cinq jours. Sam le savait.
Je n'ai jamais eu l'impression d'avoir aussi peu d'importance pour personne.
J'ai essayé de parler à Sam; elle était une personne différente lorsqu'elle buvait et la façon dont elle me traitait lorsqu'elle me faisait du mal. Elle a oscillé entre le déni outragé - ce n'était pas vraiment comme ça, j'essayais juste de la contrôler - et la négociation, promettant de me traiter mieux, de boire moins.

Parfois, elle abandonnait toute prétention et se tournait vers la supplication. Elle m'aimait. Elle savait que je ne méritais pas ça. Elle avait besoin de plus de temps - pourrais-je lui accorder plus de temps?

Je t'aime, ma petite DJ hackeuse. Ne me quitte pas.

Je l'aimais, alors je suis resté.

Je lui ai donné plus de temps. Plus d'amour. Plus de patience. Plus de compromis.

Je lui ai donné exactement ce que voulait vraiment un buveur.

Plus.

Je repense à la façon dont Sam et moi nous sommes comportés ensemble - les nuits tardives au lit avec une bouteille de vin, de la bière après la pêche à la bière froide, tous les clichés au bar et le whisky dans notre café. Tout semble si normal.

Je vois maintenant que ma relation avec l'alcool a jeté les bases sur lesquelles elle et toutes les autres pouvaient me traiter quand elles buvaient. Tout le monde a droit à un bon moment, non ?

Cela tient en partie à la culture du Sud, dans laquelle boire, et boire fort, est une pratique courante acceptée, voire louée. Ce n'est pas seulement votre vendredi soir ici, c'est votre mardi, votre jeudi, votre dimanche. Année après année, le trouble du spectre de l'alcoolisation fœtale est un problème majeur... est devenu un problème majeur dans notre région, alors que cela ne l'était pas à la base. Et ça, à tel point que certains bars ont placé des tests de grossesse dans les toilettes des femmes. Notre département possède la troisième consommation d'alcool en France en 2018 et connaît plus de décès liés à l'alcool que les autres. La consommation d'alcool et de drogues a une place de longue date dans la culture du coin, mais en parler ouvertement est un anathème.

Le mois passé, j'ai décidé de me lancer dans le business de la kétamine. Marseille a la réputation d'être une ville de fête. Et de violence. La réaction de certaines personnes de la communauté du vieux port a été incroyablement défensive; Je ne savais pas comment m'amuser et j'avais besoin de me détendre. Il existe ici une culture du silence autour de la consommation d'alcool et de drogues dans le Nord qui rend certains comportements destructeurs, voire abusifs, intouchables.
Si tout le monde boit c’est problématique, alors personne ne va jamais rien changer.

Je me rends compte maintenant que cela, couplé à la culture du service d'alcoolisme que j'ai vécu pendant la majeure partie de ma vie d'adulte, a laissé un point aveugle dans mon jugement. Je ne sais même pas ce qu'est une boisson normale.

C'est probablement pourquoi je ne connais pas l'alcoolisme jusqu'à ce qu'il m'appelle à minuit, pleure et demande à coucher avec d'autres personnes.

Lorsque la rupture est finalement arrivée, c'était explosif. Ayant à peine contenu ma douleur et ma frustration pendant si longtemps, j'étais vicieux. J'ai honte des choses dures que j'ai dites. J'ai couché avec quelqu'un d'autre juste pour lui faire du mal.

Parce que Sam a bu, je ne lui faisais plus confiance. Parce que j'avais arrêté de dire à Sam ce qu'elle voulait entendre, elle ne me faisait plus confiance. Elle a répété le même refrain encore et encore : ce n'est pas ma boisson. Ce n'est pas ma boisson. Ce n'est pas ma boisson.


J'ai demandé à Sam catégoriquement si elle choisissait de boire plutôt que moi.

Je ne veux pas que l'alcool soit comme ça - une troisième personne dans mes relations, une ombre qui traîne derrière moi. Je ne veux plus poser cette question. Je ne veux jamais qu'on me pose cette question.

Finalement, Sam a choisi de boire. Ce n'était pas ce que je voulais entendre, mais cela m'a au moins aidé à voir plus clairement ma propre consommation d'alcool et la culture de l'alcool dans mon entourage. À certains égards, je ne blâme pas vraiment Sam pour son choix. Boire est facile, et je ne suis pas une personne facile à aimer - du moins, pas aussi facile qu'une bouteille de bourbon. Ce qui est difficile - ce qui est vraiment difficile - n'est pas la partie où l'on arrête de boire; c'est laisser derrière soi ce que signifie vraiment boire.

Boire, ce n'est pas vraiment boire. Il s’agit de vous refaire comme vous le souhaitez, de maintenir l’illusion de possibilité lorsque vous sentez que rien n’est possible.

Il s’agit de se retirer dans un monde où les choses ne vont pas si mal.

Je connais. Je l'ai fait. Je le fais toujours, parfois. Je vais probablement le refaire. Je ne suis pas seul là-dedans.
_________________
https://zupimages.net/up/20/19/058q.png
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Zéphyr MessagePosté le: Dim 28 Juin 2020 13:44   Sujet du message: Répondre en citant  
Z'Administrateur


Inscrit le: 16 Mar 2013
Messages: 1066
Localisation: Au beau milieu d'une tempête.
Début de transmission_

Une fois fois n’est pas coutume, tu nous délivres un One-Shot purement thématique, avec un sujet global fort/engagé (Qui a dit gauchiste ? Non je ne vous cautionne pas, je suis un homme respectable) qui semble te tenir à cœur, oserais-je dire te toucher ? Allez ! Mr. Green

Sur le plan technique, c’est bien réalisé, avec cette Minho’s touch caractéristique qui fonctionne si bien dans tes fanfictions. C’est là que le bât blesse à mes yeux : ce qui va bien rouler dans un texte au long cours ne fonctionnera pas nécessairement dans un format court comme celui-ci. Dans tes fanfictions longues, les développements thématiques/engagés s’entremêlent à d’autres types de développements – scénario, intrigues, psychologie, personnages, vie quotidienne – ce qui permet de proposer un contenu plus complexe et riche. Dans le cadre d’un One-Shot comme celui-ci, se focaliser uniquement sur la facette thématique donne un résultat unidimensionnel qui manque de saveur, en terme d’expérience de lecture. On a plus l’impression de lire un billet d’humeur de blog ou un article-témoignage sur l’alcoolisme qu’une œuvre de fiction.

Plus important, à mes yeux une fois encore, il manque le ou les éléments qui me feraient me dire que ce texte n’aurait pas été tel qu’il est si les personnages n’avaient pas été Odd et Sam. Il y a une certaine interchangeabilité qui se dégage au niveau du choix du casting (peut-être pour souligner que ce type de situation peut arriver à tout le monde, si je voulais extrapoler) : le texte n’aurait pas été moins crédible avec un Jim/Hertz et son goût apparemment prononcé pour la verveine menthe, voire même de parfaits inconnus.
En fait ce qui est dommage, c’est que pour ce choix Odd/Sam, il n’y a pas vraiment ce qu’on pourrait en attendre, à savoir le développement de leur relation. Partir sur un contexte futur est un peu facile pour omettre la distance et le passif un peu complexe entre les deux membres du couple. Les contre-pieds que tu prends sont toujours intéressants, sur le plan purement créatif, mais parfois, aller au plus évident et au plus simple peut faire merveille (inutile que je te mentionne les quelques exemples notables de ce sous-forum).

Plus surprenant de ta part, tu restes en terrain conquis par la série en ce qui concerne la relation entre Odd et Sam. Ce qui transparaît de ce texte, c’est que même des années plus tard, Sam est une pé...rsonne toujours aussi égoïste qui cause par ses actes du tort à Odd, lequel va prendre sur lui et lui passer les choses. Tu n’apportes pas de nuance, de subtilité supplémentaire, voire même d’idée un peu nouvelle (et folle, parce que tu restes Minho) qui permettrait d’aller plus loin dans l’idée de ce couple, relationnellement parlant.

Pour conclure, je trouve assez amusant ce paradoxe au niveau de mes ressentis concernant tes écrits. Même si j’ai du mal par moments avec ton style et ses moments qui cherchent à « en faire trop », tes textes au long cours ont toujours réussi d’une manière ou d’une autre à piquer mon intérêt, au niveau créatif notamment, là où les One-Shot me laissent assez de marbre. En général, j’ai la critique plus facile sur les fanfictions que les OS (Icer et Ikorih en savent quelque chose). Est-ce un message subliminal pour t’inciter à retourner bosser ces premières ? Complètement.

Allez, comme dirait un gars à une fille qui a fait plein de choses durant son temps d’antenne sans concrétiser l’essai et qui va mourir de l’agression d’un zombie : « Continue d’essayer. ».

Fin de transmission_
_________________
http://i.imgur.com/Z94MNN5.png

« Jérémie avait fait un superbe travail. Ce dernier voyage sur Lyokô promettait d'être inoubliable. »
Un jour, peut-être.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Youka MessagePosté le: Lun 29 Juin 2020 10:41   Sujet du message: Répondre en citant  
[Frelion]


Inscrit le: 16 Fév 2013
Messages: 53
Coucou Minho,

Zéphyr a déjà analysé l'ensemble, je vais juste pointer du doigt ce qui m'a interpellé.

Citation:
Ce n'est pas mon premier rodéo avec quelqu'un qui a une relation difficile avec l'alcool et les drogues. À la fin de l'année dernière, j'ai arrêté de parler à un ami de longue date parce que sa consommation d'alcool et de drogues était hors de contrôle. C’était tout ce qu’il lui permettait d’oublier Xana pour quelque temps.


Je crois qu'il s'agit du seul passage qui informe le lecture que ce texte parle d'un LG. En dehors de cela, Sam pourrait être en couple avec n'importe quel autre garcon de Kadic. Était-ce volontaire ? Je suppose que oui. Néanmoins, difficile d’être empathique envers le narrateur lorsqu'on peine à l'identifier.

Citation:
À certains égards, je ne blâme pas vraiment Sam pour son choix. Boire est facile, et je ne suis pas une personne facile à aimer - du moins, pas aussi facile qu'une bouteille de bourbon. Ce qui est difficile - ce qui est vraiment difficile - n'est pas la partie où l'on arrête de boire; c'est laisser derrière soi ce que signifie vraiment boire.


Je suppute que la conclusion de ton message est dans ce paragraphe. Cependant, je peine à l’appréhender. Cela signifie t-il que l’arrêt de la boisson est corrélé à l'abandon de la raison qui nous pousse à boire ? Nous devons changer notre identité lors de cette décision ?

Je ne sais pas si tu laisseras un message pour me répondre, mais je croise les doigts !
_________________
Qui a fait le plus souffrir Odd à Noël ?
Ikorih ? (https://forum.codelyoko.fr/viewtopic.php?t=7062 )
Mathais ? (https://www.fanfiction.net/s/2719954/1/Moment-of-Tranquility)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   

Forum Code Lyoko | CodeLyoko.Fr Index du Forum -> Vos Créations -> Fanfictions Code Lyoko Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet
 Réponse rapide  
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
Répondre au sujet



Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB Lyoko Edition © 2001, 2007 phpBB Group & CodeLyoko.Fr Coding Dream Team - Traduction par : phpBB-fr.com
 
nauticalArea theme by Arnold & CyberjujuM
 
Page générée en : 0.0456s (PHP: 59% - SQL: 41%) - Requêtes SQL effectuées : 19